Page 1

Le

Sarrazin

Journal officiel de la Commune de La Sarraz - www.lasarraz.ch - No 36, mars 2020 - Tous ménages

l ÉVÈNEMENT

l agenda 26 mars Table au bistrot à la Croix-Blanche pour les aîné-e-s, 12h30. 4 avril Coup de balai ! Ramassage des déchets avec l’aide de la population. Accueil café à la voirie, vers la salle de gym, 8h30. 18 avril Concert de l’Echo du Mauremont, Grande salle, Eclépens, 20h00. Détails et calendrier complet sur la feuille pratique à conserver

Tous à l’esplanade des Vignettes ! Les Sarrazins ne frappent pas uniquement « les crapauds ». Ils s’impliquent aussi pour leur commune. La journée participative du 30 novembre 2019 a su rassembler une centaine d’habitant-e-s motivé-e-s à amener de nouvelles idées pour le développement local. Ce succès a démontré l’envie de la population de s’impliquer dans son bourg et a encouragé les autorités à garder cette voie du participatif en organisant le 14 mars 2020 des ateliers de réflexion sur les espaces publics à La Sarraz. Le résultat des ateliers sera présenté le 6 juin 2020, une journée ouverte à toutes et tous organisée par une commission de volontaires en collaboration avec le bureau Fischer-Montavon, la HEIG-VD et les ateliers OLGa. Ce jour-là, la population pourra découvrir les résultats des ateliers participatifs et, en fin d’après-midi, accueillir les nouveaux-elles habitant-e-s ainsi que les jeunes citoyen-ne-s de 18 ans, le tout accompagné d’un apéro. Le programme de la journée n’est bien entendu pas encore fixé définitivement. La commission formée suite aux ateliers du 14 mars (constituée de Sarrazin-e-s volontaires et impliqué-e-s) va œuvrer ces prochaines semaines à nous concocter une journée mémorable ! Pour la Municipalité, Nicole Reymond et Maura Soupper


2

Le Sarrazin

l No 36, mars 2020

l OÙ VA LA SARRAZ ?

Des ateliers pour en parler

Parce que le vivre ensemble se construit mieux à plusieurs, les habitant-e-s de La Sarraz sont invité-e-s à donner leur avis. Le premier atelier participatif a eu lieu fin novembre 2019. Et ça continue ce printemps.

Une centaine d’habitant-e-s ont participé à l’atelier participatif «Où va La Sarraz?» le 30 novembre 2019. Il a débuté par une présentation au cinéma (ci-dessous).

Le 30 novembre 2019, des dizaines de Sarrazin-e-s se sont retrouvés pour parler du futur de leur ville. A l’invitation de la Municipalité, François Wenker et Alain Beuret, tous deux architectes urbanistes à EspaceSuisse, association pour l’aménagement du territoire, ont animé une matinée d’ateliers participatifs sous l’appellation « Où va La Sarraz? » Après une présentation dans la salle de cinéma du Casino, les groupes se sont formés autour d’une quinzaine de tables avec pour tâche d’aborder quatre thèmes : la densification de la ville, la création d’un parc paysa-

ger dans le Vallon (où se trouve l’entreprise Valdau), le développement des rez-de-chaussée du bourg et les activités touristiques à valoriser. Les discussions sont allées bon train. Ici, on a imaginé créer une médiathèque dans le bourg, là, on a pensé densifier le quartier de la gare alors qu’ailleurs, c’est autour de la Filature et du camping que les projections touristiques s’orientaient. Ce qui a fait parler, c’est l’idée d’un parc paysager au Vallon, un cordon vert qui relierait, grosso modo, la route de la Foule à l’étang qui se trouve au pied du château, non loin du

Moulin Bornu. « Avec une rivière remise à ciel ouvert, ce chemin pourrait offrir une balade bienvenue, en contrepoids au bourg, qui est animé et bruyant. » Pour de nombreuses personnes, l’idée de créer une route de contournement reste bien ancrée, même si le projet ne se fera pas. « Imaginer détourner le trafic par le vallon reviendrait à le sacrifier, tout comme le bourg, note Alain Beuret. Les gens ne feraient que passer sans jamais s’arrêter en ville. » Pour Dominique Pythoud, responsable du service technique de la commune, il faut dire les choses


Le Sarrazin

clairement. « Il n’y aura pas de route de contournement à La Sarraz, notamment pour des raisons d’aménagement du territoire. » Les spécialistes d’EspaceSuisse y croient dur comme fer : il ne sert à rien d’éliminer le trafic pour que la vie revienne dans un centre urbain. « Les mesures prises avec la construction du parking, à La Sarraz, ont permis de vider la ville des voitures ventouses et de faire de la place pour les piétons grâce aux larges trottoirs. Et les commerces offrent une sacrée diversité. » Quant aux récriminations des habitant-e-s face au parcage payant, les architectes ne s’en étonnent pas. « Dans les petites communes, on a l’habitude que tout soit gratuit, mais ce système de parcage représente une bonne longueur d’avance. » Habitués à parcourir la Suisse en tous sens, François Wenker et Alain Beuret dressent de La Sarraz un portrait plutôt flatteur. « On ne trouve pas beaucoup d’agglomérations de cette taille avec autant d’infrastructures : magasins, château, poste, gare, cinéma, camping et piscine, centre artisanal à la Filature pour ne citer que celles-ci. » Dans les villes et villages suisses, objets de leurs observations, Alain Beuret et ses collègues constatent que la présence d’un « grand attracteur » comme ils disent (entendez un grand magasin ou un hard discounter) suscite une vivification des centres urbains, y compris au niveau de petits commerces. « Lors des ateliers de La Sarraz, nous avons entendu des personnes défendre le commerce local plutôt qu’une grande surface, note Alain Beuret. Je pense que notre société a besoin de l’un comme de l’autre. Les petits commerces sans un grand attracteur se développent encore moins bien. » Il en veut pour preuve l’existence d’un hard discounter à Delémont au coeur de la ville. Doté d’un parking, le lieu accueille autant sa clientèle que celle des fleuristes, coiffeurs et autres petites échoppes alentour. « A La Sarraz, la Coop pourrait jouer ce rôle. » En décembre, Dominique Pythoud a remis un formulaire de satisfaction aux participant-e-s des ateliers du 30 novembre 2019. «Les retours sont très positifs, se réjouit-il. Ce qui ressort en priorité, c’est le besoin d’informations des participant-e-s. De nombreuses personnes se sont dites prêtes à participer à nouveau à ce type d’activités. » Et ça tombe bien car le travail de réflexion participative se poursuit le 14 mars avec des ateliers exploratoires sur les espaces publics menés par les architectes du bureau Fischer Montavon, à Yverdon. Le temps d’une après-midi et de postes disposés dans l’agglomération, sur l’esplanade du parking des Vignettes, au chemin des Vignes, dans le parc du Château et à la place de jeux de la Prairie. Un moyen de confronter les avis et de définir les besoins que l’on espère riche et percutant.

No 36, mars 2019 l

3

Echos du commerce Cabinet du Chêne Suite à la retraite de Madlyse Rochat, physiothérapeute à La Sarraz depuis plus de trente ans, le Cabinet des Remparts, basé à Yverdon-les-Bains, a repris les locaux de la Rue du Chêne 16. Dans un espace joliment rénové, Weronika Rybarczyk et Simon Duperrex dispensent des soins adaptés à chaque personne dans sa globalité. Le Cabinet du Chêne propose également un service de traitement à domicile pour les patient-e-s ayant des difficultés à se déplacer. Physiothérapie respiratoire, massage thérapeutique, pédiatrie ou encore physiothérapie de sport notamment à l’aide d’un fitness médical favorisant le réentraînement à l’effort, le Cabinet du Chêne offre des compétences professionnelles et variées. Ouvert du lundi au vendredi de 8h00 à 19h00. Tél. 021 866 63 17.

www.physio-lechene.ch

Menuiserie Brocard Serrurerie Cylindres Dépannage Sécurité anti-effraction Remplacement de vitres Moustiquaires 1315 La Sarraz

Mob. 079 633 02 78 menuiserie.brocard@bluewin.ch


Professionnels en automobiles

.ch nsaGenève e h u c - GE

Auto-électricité et électronique Diagnostic – Entretien auto Pneus – Géométrie 3D

r b lley 0 w.zenus - FR Gro 66 06 4 w w lép 8 VD

Éc

021

Dominique & David Persechini Ch. de la Longeraie 2 – 1312 Eclépens – 021 866 77 22

Zurbuchen annonce 90x67mm VD.indd 1

18.03.14 20:11

RÉGIE IMMOBILIÈRE

Caveau ouvert samedi matin

Bienvenue à tous ! C P 68 - 1315 La Sarraz Bureau : La Tine 1 - 1313 Ferreyres

www.chateau-eclepens.ch

Tél. 021 866 65 66 Fax 021 866 65 88 info@regiebosquets.ch

1312 Eclépens T 021 866 18 25 – F 021 866 18 24

Mélanie Dougoud Comptable - Fiscaliste fiduciaire-comptabilite.ch

Pour indépendants et PME: gestion comptable, bouclement, fiscalité, gestion des salaires. Brevet fédéral de spécialiste en finance et comptabilité Route de la Foule 1a - 1315 La Sarraz 078 646 43 13 - melanie@fiduciaire-comptabilite.ch

à

ORNY

Produits régionaux

www.laciboulette.ch


Le Sarrazin

No 36, mars 2020 l

5

l PORTRAIT

Le joyeux destin d’Amélie Sous les poutres apparentes de son atelier, trois tables de récup’, l’une rassemble dessins et crayons, sur une autre trône son ordinateur alors que la troisième accueille le visiteur autour d’une cafetière italienne. Amélie Buri est ainsi, multiple. Elle crayonne des croquis dans le train, les reprend sur sa tablette, ils deviennent dessins et illustrations qu’elle imprime, décalque, colore pour finalement les fignoler sur Photoshop. Un processus de création soigné et joyeux, comme ses personnages. Là, elle revient de la première de Sortie, au Théâtre de marionnettes de Lausanne, un spectacle dans lequel Fantine apprend que l’on est toujours plus riche de ce que l’on partage. Elle en a créé l’univers visuel et ses personnages se sont transformés en marionnettes. Projets artistiques, mandats d’entreprises, illustrations de livres pour enfants : Amélie multiplie les créations. Un projet en amène un autre pour celle qui ne se destinait pas à vivre de son crayon. « J’ai toujours aimé dessiner, mes parents m’encourageaient à me lancer dans une école d’art. » Seulement voilà, Amélie veut sauver le monde. Elle choisit le métier d’infirmière pour « faire de l’humanitaire » et suit l’école de Saint-Loup. Pour se rendre compte assez vite qu’elle préfère le socio-éducatif et les lieux de vie au milieu médical aigu. Diplôme en poche, elle travaille dans différentes Fondations et EMS. Entre les emplois, elle s’envole au Népal, au Pakistan, en Inde, puis finit par s’engager pour une ONG au Mexique où elle travaille un an. C’est au Chiapas qu’elle illustre de petits guides de médecine sociale et préventive destinés aux communautés qu’elle visite régulièrement pour des ateliers. « C’était tellement riche, une

expérience magnifique. » De retour en Suisse, Amélie trouve un emploi comme « éducatrice standard » auprès de l’Institution de Lavigny. De fil en aiguille, elle propose ses idées teintées d’encre de chine et d’aquarelle pour animer le journal de l’entreprise. Nous sommes en 2006, l’ancien « asile » fête ses 100 ans. « J’ai eu l’opportunité de créer l’affiche, la signalétique, puis une plaquette, des brochures, des flyers. On m’a fait confiance, et progressivement, j’ai quitté le terrain pour me consacrer à plein temps à la communication de l’Institution durant une dizaine d’années. » Il y a trois ans, hop, elle fait le pas et se met à son compte. « J’ai l’air baba cool comme ça, mais je suis une grande trouillarde! Je me demande encore comment j’ai osé faire ça… » Entre les mandats importants - elle travaille notamment sur divers éléments d’information autour des chantiers du CHUV -, Amélie aime bien oeuvrer local. « Je sens que je mets des racines ici, à La Sarraz, où je vis depuis 2011. » Elle a illustré L’étrange mystère, le livre d’Annette Schneider qui se déroule au Château de La Sarraz et imagine les jeux du Sarrazin, sur la page volante. Sans oublier les jolis albums de Julium, le petit ours qui découvre les plantes sauvages. En mars, un projet qui lui tient à coeur se retrouvera entre les menottes des petit-e-s. Elle a mis la dernière touche au livre Le voyage de Rayan et son doudou, une histoire pour enfants qui raconte le chemin d’une famille migrante par la Méditerranée. « Cette thématique me touche depuis longtemps, » lâche-t-elle dans un sourire. Amélie ressemble à la Fantine du Théâtre de marionnettes : elle sait que l’on est toujours plus riche de ce que l’on partage. C’est ce que l’on se dit quand on la quitte, ce matin-là.


6

Le Sarrazin

l No 36, mars 2020

l ECOLE

Evoquer les dangers du numérique Il y a environ cinq ans, le groupe « informatique » de l’Etablissement primaire et secondaire La Sarraz et environs a effectué sa mue. Il se nomme depuis « prévention numérique », et ce changement est né de la prise de conscience des personnes impliquées dans l’informatique. Engagé dans ce groupe de réflexion depuis ses débuts, Olivier Pidoux, enseignant de 6P, explique la démarche. « Nous créons des séquences clé en main pour nos collègues qui peuvent ainsi aborder la question des écrans, téléphones portables ou tablette, avec leur classe. » Pour

mettre au point ces cours personnalisés, l’équipe a lu des dizaines de livres, parcouru nombre de sites internet, de fiches et de cours sur le sujet. Après avoir écarté tous les documents « genrés et moralisateurs », l’équipe a développé des séquences adaptées à chaque tranche d’âge. « Avec les 1et 2 P, on raconte une histoire à partir d’un livre, explique Olivier Pidoux. A cet âge, le risque pour l’enfant est l’isolement et le temps d’écran. » Sophie Martin, enseignante dans cette section, explique. «L’idée est d’amener l’enfant à se faire ses propres réflexions. Quand on passe du temps sur l’écran, comment deviennent les rapports avec les autres? Restent-ils de qualité? » Plus âgé, l’enfant pourra être confronté à des images choquantes, que ce soit chez lui ou chez un copain. Difficile de contrôler ce qu’un enfant peut voir… « En classe, l’enseignant va proposer des idées pour en parler afin que l’élève ne reste pas seul avec cela,» note Olivier Pidoux. Chez les plus grands à partir de la 8P (11 ans environ), le comportement sur les écrans change considérablement: ils passent beaucoup de temps sur les réseaux sociaux,

Snapchat, Instagram et autres. « A l’adolescence, le fait d’être intégré dans son groupe est essentiel tout comme celui de ne pas être rejeté, constate Olivier Pidoux. A cet âge, les enseignant-e-s parleront des conséquences de certains messages, de cyber-harcèlement, de droit à l’image. » En 11P, c’est la question des infos, de leur véracité et des fake news qui se verra abordée. Un domaine que les enseignant-e-s eux-mêmes doivent commencer par s’approprier, chacun-e n’étant pas forcément à l’aise avec les technologies numériques. Ils sont formés et ont la possibilité de débriefer après le cours. Quel que soit l’âge de l’élève, le but de l’équipe formatrice est d’éviter « toute moralisation ». « Nous ne voulons pas mettre l’enfant en conflit de loyauté. Chaque famille éduque son enfant comme elle l’entend,» affirme Sophie Martin. Dans les faits, les enseignant-e-s constatent une grande disparité de connaissance, ou conscience, des dangers selon les élèves. Pour informer aussi leurs parents, l’Etablissement propose régulièrement des soirées comme celle organisée il y a deux ans : « Ecran total : accompagner nos enfants dans une utilisation responsable des outils numériques ». Durant l’année, entre six et huit périodes sont consacrées aux risques liés aux technologies numériques en suivant la séquence proposée, mais le but est bien sûr d’aborder en classe à d’autres moments ces questions omniprésentes dans le monde actuel et plus encore dans l’univers des enfants et des jeunes. « Ces sessions clé en main sont une ouverture au dialogue avec les élèves, constate Sophie Martin. Petit à petit, on essaie de construire avec eux leur vécu numérique dans le but de leur apprendre à se gérer et faire d’eux, au final, des utilisateurs-trices averti-e-s. » Un apprentissage que les adultes pourraient parfois envisager…

www.prevention-ecrans.ch Surfer, jouer, chatter : les technologies numériques font partie du quotidien des enfants qui n’en connaissent pas toujours les risques. A La Sarraz, l’école met en garde de façon à faire mouche auprès de ses 900 élèves.


Le Sarrazin

No 36, mars 2019 l

7

l ÉCHOS DU CONSEIL COMMUNAL

Deux préavis en discussion Une fois n’est pas coutume, le Conseil communal a vécu la dernière séance de l’année 2019 dans le restaurant du Collège du Levant avec quarante conseiller-ère-s et une Municipalité désormais au complet suite à l’élection de Maura Soupper en novembre. Après l’assermentation de cette dernière et celles de Joséphine Moretta Piguet et Christopher Hasler, conseiller-ère-s élu-e-s au premier tour, le président du Conseil communal Patrick Niederhauser a poursuivi l’ordre du jour. Au programme, deux préavis. Le premier concernait l’octroi d’un crédit de Fr. 40’100.- pour mener une réflexion sur l’aménagement de l’esplanade du parking des Vignettes dans un démarche participative. Le parking n’étant pour l’instant rempli qu’à moitié, y compris lors de manifestations importantes, la question de l’usage de son esplanade reste posée. Aucune demande émanant de la Société Industrielle et Commerciale ou de la Société de développement n’étant parvenue à la Municipalité, cette dernière a décidé d’associer le Conseil communal, puis la population à sa réflexion lors d’ateliers participatifs (lire pages 2 et 3). Si la commission chargée d’étudier ce crédit remarque son coût impor-

tant, elle note également que c’est le prix d’une démarche participative visant à rencontrer les envies et besoins de la population. L’importante participation des Sarrazines et Sarrazins à la matinée de réflexion Où va La Sarraz? le 30 novembre 2019 laisse présager d’un intérêt pour ce type de démarche. Le rapport d’Espace Suisse, qui a conduit l’atelier fin novembre, sera transmis au bureau Fischer et Montavon, responsable du projet Esplanade. La commission et sa rapportrice Miroslava Stankovic ont encouragé le Conseil à adopter ce crédit, qui devrait être amorti sur les fonds propres sur dix ans dès 2021. Le Conseil a voté le oui à l’unanimité moins une abstention. Le syndic Daniel Develey s’en est réjoui. « C’est un investissement pour les 50 prochaines années », a-t-il rappelé. Le deuxième préavis concernait la réfection des murs du jardin du Majorat aux abords du château de La Sarraz. La commission n’a pas remis en question l’utilité de ces travaux, rappelant qu’un important nettoyage des bas du mur sera nécessaire avant même la pose des échafaudages. Cela devrait permettre d’éliminer les plantes exotiques ou envahissantes. La commission, soutenant

l RÉSEAUX SOCIAUX

La Sarraz sur Facebook Les informations concernant la commune se trouvent désormais sur la page Facebook officielle de la Commune de la Sarraz, en plus du site internet www. lasarraz.ch. Vous pouvez y trouver les actualités concernant les services publics de la commune et la vie locale, mais aussi les rendez-vous sportifs et événements culturels. N’hésitez pas à « aimer » cette page et à le faire savoir ou encore à commenter ou partager une publication. Et pour permettre des échanges constructifs, nous vous remercions de respecter la charte de modération de ce réseau social.

l en bref

La nouvelle ligne de bus 760 circule désormais de Cossonay à La Sarraz en passant par Dizy, Chevilly, Moiry et Ferreyres. Dès 2020, les employés communaux assureront l’entretien du parc du château. Le prix du mètre cube d’eau cube d’eau va baisser en 2020, passant à Fr. 1.Tous à l’esplanade! Cette manifestation de jolie envergure aura lieu le 6 juin 2020. ce crédit de Fr. 220’000.- amorti sur 30 ans, a enjoint le Conseil à faire pareil. A l’unanimité, le préavis a été accepté. Le point suivant était le budget. La commission des finances a noté la bonne maîtrise des finances communales. Quelques questions ont été émises par des membres du Conseil, notamment sur les revenus liés au parking qui restent faibles. Le syndic a répondu à cette observation en notant que la rentabilité d’un tel lieu se mesure au terme de cinq ans d’exploitation. L’avenir dira si ces chiffres se vérifient à La Sarraz.


LUNETTERIE · VERRES DE CONTACT · HORLOGERIE BIJOUTERIE · ACOUSTIQUE

1 lunette correctrice achetée = 1 lunette offerte DISTANCE, LECTURE, PROGRESSIFS, SOLAIRE Voir conditions en magasin

Grand-Rue 45 · Tél. 021 866 77 78 · lasarraz@artevista.ch 1315 LA SARRAZ www.artevista.ch

2002

- CP 31

CHF 1’500.à gagner!

Réalisez plus rapidement vos rêves avec une alternative futée au compte épargne Plus d’informations sur: www.raiffeisen.ch/mon-reve Agences à Ecublens, Etoy, La Sarraz et Morges


Le Sarrazin

No 36, mars 2020 l

9

l PISCINE ET CAMPING

Nouvelle saison, nouveau gérant

Fin 2019, le comité d’exploitation de la piscine de La Venoge, à La Sarraz (APV), bénévole durant plus de 50 ans, a cessé ses activités. L’AIPCV, propriétaire du site et forte de dix-neuf communes, a décidé de nommé un gestionnaire d’exploitation pour la piscine et le camping. Antonio Marcaione, 55 ans et une grande expérience du côté des piscines de Montreux et de Prilly, a été choisi pour relever ce défi (photo ci-contre). «L’idée est notamment de dynamiser l’occupation du camping auprès de la clientèle de passage, randonneurs, cyclistes et autres touristes en balade. Le camping possède une quarantaine de places, ainsi que deux caravanes et deux cabanons, à louer pour la nuit», explique le tout nouveau gérant des lieux qui rappelle que la location s’accompagne d’un accès gratuit aux bassins dans une eau chauffée à 24 degrés. Après un record d’entrées durant la saison 2019 dans un espace aquatique entièrement rénové, gageons qu’une gestion professionnelle de ce site unique promet

un avenir radieux «en favorisant l’esprit familial, convivial, sportif et de loisir», comme le souligne Antonio Marcaione. Les travaux en cours dans le camping, avec des mises à jour au niveau de la sécurité et l’abattage d’arbres en trop mauvais état, ainsi que la nomination d’un nouveau responsable de la sécurité

des nageurs et des installations, vont également y contribuer. On attend le mois de mai avec impatience.

l DEBIT

La fibre arrive...

L’Internet ultra rapide à La Sarraz, c’est pour bientôt. Conformément à son voeu d’équiper tout le pays d’ici fin 2020, Swisscom s’apprête à doter notre commune de la technologie de fibre optique autorisant une vitesse jusqu’à 500 Mbit/seconde. Un débit suffisant pour permettre aux plus jeunes de s’adonner aux joies du jeu vidéo en même temps qu’un ordinateur connecté et un film haute définition loué sur le réseau câblé. Avant cela, une importante mise à niveau de l’infrastructure existante devra être effectuée. Les travaux ont déjà commencé et leur partie visible débutera dans la commune dès le printemps avant de s’étaler sur environ neuf mois. Les propriétaires concernés pour des travaux de déploiement sur des biens-fonds privés sont directement contactés par l’opérateur national. Il faudra donc patienter encore un peu avec un débit actuel souvent dix fois

inférieur, sans doute jusqu’au premier trimestre 2021. Mais les habitant-e-s impatient-e-s peuvent déjà, grâce à leur numéro de téléphone ou leur adresse, vérifier la vitesse exacte qui sera disponible pour leur domicile (sur www.swisscom.ch/checker).


Enrico Persechini Sàrl

Maîtrise fédérale

Agencements sur mesures: Cuisines • bureaux • réceptions • mobilier contemporain • aménagements de combles • etc... Menuiseries diverses: Portes • fenêtres • armoires • volets • parquets flottants • plafonds • etc...

Chemin de la longeraie 2 • 1312 Eclépens • 021 866 10 59 Baulmes La Sarraz Vallorbe La Vallée de Joux www.bollini.ch

Agence de La Sarraz José Paradela, Agent principal Grand-Rue 53, 1315 La Sarraz T 021 866 82 35 www.vaudoise.ch

Nous sommes heureux de vous accueillir dans notre cave pour une visite ou une dégustation. Horair e s d’o uv ertur e

Lundi à vendredi : 7h à 12h - 13h à 18h Samedi : 8h à 12h - 14h à 17h

Cave de la Crausaz – Bettems Frères sa Chemin de la Crausaz 3 – 1173 Féchy Tél. 021 808 53 54 – www.cavedelacrausaz.ch

Profitez des subventions 2020 pour la rénovation énergétique Notre commune soutient l'amélioration de l 'éfficaicté énergétique des bâtiments Nous sommes à votre service pour: Certification CECB et CECB + Aides et suivi dans la rénovation énergétique avec ou sans subventions Demandes de subvention grâce au programme bâtiments 10% de rabais pour tous les certificats CECB et CECB plus jusqu'au 31.07.2020

Monnier Pablo Conducteur de travaux dipl. ES – Gérant technique USPI Nicolas Golay Architecte HES REG B – Expert CECB

Conception et réalisation immobilière - Mise à l'enquête publique Suivi de chantier - Représentant et aide au Maître de l'ouvrage Grand-rue 5 – 1315 La Sarraz www.mc-methodes.ch admin@mc-methodes.ch – 021/866 10 73

Sanitaire

Rénovation de salles de bain Panneaux solaires Ventilation contrôlée

Chauffage

Gaz, bois, pellets Pompes à chaleur En Etraz 3 – 1313 Ferreyres Tél. 021 866 62 54 – Mob. 079 401 77 14 Fax 021 866 67 13 – info@crottazetfils.ch


Le Sarrazin

No 36, mars 2020 l

11

SPORTSWEAR AP SPORTS

Le 8 janvier 2020, la zone artisanale des Prés-Morés, à La Sarraz, a accueilli une nouvelle échoppe : celle ouverte par Paolo Aguiar, AP Sports. Dans cet agréable espace, les sportifs et sportives jeunes et moins jeunes trouveront de quoi se vêtir pour pratiquer football, course à pied, basket ou encore volley, de même que des vêtements sport chic comme des polos et des sweats à capuche. Des pièces que l’on peut personnaliser à sa guise grâce à un service d’impression textile sur place. Du côté des vêtements, des chaussures et des accessoires, la marque italienne Givova tient la vedette, aux côtés des modèles New Wave et de la marque de nutrition Sponser. Des articles à découvrir du lundi au vendredi de 13h30 à 18h30 (toute la journée le mercredi) et le samedi de 9h00 à 12h00.

Renseignements au 079 7812293

BOLAMA LE BURGER ARTISTIQUE

Bolama se situe sur la côte de la Guinée-Bissau, soit. Mais dans les environs, le nom commence à se faire connaître, sur les réseaux sociaux notamment. Au troisième étage du Moulin Bornu, entre La Sarraz et Pompaples, le Bolama propose des hamburgers locaux, servis avec des frites, depuis fin novembre dernier. Il y a l’original, le tchiz - oignons caramélisés et sauce BBQ -, le rookie qui régale avec tomates séchées et rucola ou encore le végétarien et, depuis peu, les salad bowls, qui mettent en scène lentilles, falafels ou feta. Le tout à moins de Fr. 15.- par plat. Aux fourneaux, Amine, ancien danseur, et son épouse Léa, qui travaillait dans les ressources humaines, établis à Bretonnières avec leur fille Raya, 1 an. Le Bolama, la petite en a été l’inspiration, du moins pour son nom : elle adore les lamas. Pour l’heure, les nouveaux restaurateurs se réjouissent des bons retours qu’ils reçoivent. « On essaie de faire les choses bien. » Et bonnes aussi, avec des produits locaux savoureux et en proposant également un service de livraison.

www.bolama.ch

ARTISANAT CAP NORD vers de nouveaux horizons

Des meubles qui trouvent une nouvelle vie, un morceau de cuir cousu et sculpté qui transforme votre agenda en pièce unique, un objet façonné de vos mains. Avec de l’énergie à revendre, Marion Guignard a repris l’atelier de tapisserie - décoration de son père à la rue du Château, où le chaland la croise facilement avec Chet, sa fidèle femelle labrador. «J’y ai fait mon premier apprentissage, raconte l’artisane. Et je suis revenue l’aider en 2018.» Désormais, c’est elle qui préside aux destinées de l’endroit dont elle prolonge l’activité tout en l’ouvrant sur d’autres perspectives. D’où un nouveau nom, Cap Nord. Par amour pour les espaces glacés et anciennes spiritualités nordiques, mais aussi parce que ce Collectif d’Artisans Passionnés fonctionne comme un petit groupe travaillant de manière traditionnelle les matériaux naturels et originaux dans un souci de recyclage et de durabilité (n.o.r.d donc…). «Dans un es-

prit de partage et d’échange, notamment avec le vivier artisanal de la Filature.» Dans les locaux de l’ancienne fonderie, Cap Nord s’apprête à proposer des ateliers créatifs : introduction au travail du cuir, réfection ou vernissage de petits meubles sont déjà prévus. «Une façon de se ré-approprier et de prolonger leur histoire plutôt que d’acheter du jetable», sourit Marion Guignard. Avant d’ajouter que les charmantes créations de «Toussi Toussa» viennent de quitter Cossonay pour s’installer à la place du Temple, non loin. Décidément, le réaménagement de notre bourg suscite de bien belles initiatives.

www.cap-nord.ch


12

Le Sarrazin

l No 36, mars 2020

Samedi 4 avril 2020, à La Sarraz

Rendez-vous à 09 h 00 au local de la voirie, Rue des Guébettes, cour salle de gym. Venez seul, avec votre famille, vos amis nettoyer en groupe un espace de notre Commune. PROGRAMME : 09h00 Accueil avec café/croissants 09h30 Départ pour nettoyer les espaces publics 11h30 Retour à la voirie avec les trophées. Apéro

- par téléphone au greffe municipal de La Sarraz au 021 866 02 20. - par mail à commune@lasarraz.ch.

12h00 Soupe, pain, fromage.

- au Greffe municipal, Grand-rue 1.

La manifestation a lieu par tous les temps.

Merci d’indiquer vos nom, prénom, adresse, no tél./natel, email et le nombre d’adultes et d’enfants.

Prière de s'équiper en conséquence (chaussures,

habits, gants, etc.)

INSCRIPTION jusqu'au 27.03.2020 :


Le Sarrazin

No 36, mars 2020 l

13

l AU PAS’SAGE

Un lieu où penser autrement Au Pas’Sage. Depuis 2017, Christelle Messeiller et Malorie Loosli animent ce lieu de « rencontre, d’expériences et de savoirs partagés », à la Grand’Rue de La Sarraz. Un nom que vous pouvez comprendre comme bon vous semble, le pas sage, le passage ou le pas sage (du tout). Le pas, les deux amies l’ont franchi en prenant en location l’ancien local d’une relieuse, précédemment occupé par un boulanger. « J’aime bien ça, sourit Christelle. L’idée de la pâte que l’on pétrit. » Un peu comme la pâte humaine dont nous sommes faites et faits et à laquelle s’adresse le programme du Pas’Sage. En 2020, on va y parler de nourriture en pleine conscience, de retrouver joie et légèreté avec Philippe Fonjallaz, on verra un film qui « booste » le 20 mars, Artistes de la Vie. Mi-mars et fin juin, les amoureux des papillons pourront s’inscrire à une balade découverte des bulbocodes dans la réserve naturelle des Follatères, à Fully (VS), accompagnés par un passionné des papillons, Pierre-André Bonaglia. Le programme se construit au fil des envies et des rencontres. « Il y a une diversité qui vient aussi de

Christelle Messeiller et Malorie Loosli animent Au Pas’sage.

nos intérêts personnels, à Christelle comme à moi, ajoute Malorie. Nous avons proposé des ateliers fabrication de papier ou création d’attrape-rêves. Certaines soirées ont évoqué l’écologie, d’autres l’école autrement. » Selon les thèmes, le public change mais les deux organisatrices tiennent à mettre en avant les compétences de leurs invervenant-e-s. « Nous mettons les personnes en lien, en fait. Au Pas’Sage c’est un lieu pour se rencontrer et partager localement diverses approches pour

nous enrichir mutuellement. » Depuis quelques mois, toutes deux ont achevé une nouvelle formation. Droguiste – vous pouvez d’ailleurs la croiser dans l’échoppe à côté du Pas’Sage –, Christelle Messeiller donne des cours et séances d’art-thérapie ainsi que de mouvement prénatal alors que Malorie Loosli, éducatrice, propose la méthode « Espace pour soi » selon l’approche de Silvain Décosterd. Tout un programme.

www.aupassage.ch

l NO-LITTERING

On nettoie le 4 avril 2020 L’an dernier, La Sarraz a décroché le label No-Littering, faisant d’elle une « ville propre ». Pour obtenir cette appellation, chaque commune doit, par exemple, s’engager dans la lutte contre les déchets jetés à terre. Et c’est ce qui va se faire le samedi 4 avril prochain, avec l’aide de bénévoles motivé-e-s! Parmi les autres mesures demandées, un engagement dans le ramassage des déchets, la pose de poubelles et d’affiches d’information de même que des encarts dans les médias communaux, comme Le Sarrazin. La guerre aux déchets est déclarée ! Pour vous engager, commencez par vous inscrire au coup de balai jusqu’au 27 mars prochain par téléphone au greffe municipal (021 866 02 20), par mail

à commune@lasarraz.ch, en indiquant vos nom, prénom, adresse, no téléphone ou natel, email et le nombre d’adultes et d’enfants prévus. Début des activités par un café à 8h30 à la voirie, ramassage et retour avec les « trophées » à 11h30. La matinée s’achèvera par un repas offert (soupe, pain et fromage). On vous attend nombreuses et nombreux !


14

Le Sarrazin

l No 36, mars 2020

l ORNY

L’ art du karaté

Selma Grimaldi vit et pense karaté depuis toute petite. «A l’âge de 5 ans exactement, grâce à mon père qui pratiquait et avait repris un dojo à Zürich.» Après avoir brillé en compétition, puis subi un arrêt forcé de plusieurs années en raison d’un accident de la route qui ne l’a pas empêchée de passer sa 2e Dan, elle enseigne désormais à Orny l’art du Goju Ryu, où petits et grands travaillent ce style traditionnel très complet qui, comme tout art martial, développe la confiance en soi et l’énergie interne. «L’idée de fonder une école de Karaté date de mon arrivée dans la région et après sept ans à Bussigny, nous sommes ici depuis trois ans.» Le Ken Shin Kai fête donc ses dix ans, et ce sera l’occasion d’une belle manifestation au Casino de La Sarraz où Selma Grimaldi habite. «Nous avons une cinquantaine de membres vivant dans les environs. Il y a les plus jeunes, les avancés dès 9 ans et aussi des sportifs en situation de handicap», explique la jeune quadragénaire qui s’est formée à l’enseignement inclusif auprès de PluSport (Sport Handicap Suisse) et est dans le programme AS Fair Play (Association Sport Handicap Lausanne). Au-dessus du jardin d’enfants des Baladins, l’ambiance est sérieuse et familiale tout à la fois sous le regard attentif de Selma Grimaldi et de Ümit Özdemir, qui donne le cours ce soir, préparant plusieurs pratiquant-e-s au tournoi du week-end. «Notre logo pour ce jubilé a été réalisé par nos élèves, qui en ont imaginé plusieurs et nous avons choisi ensemble

celui qui nous plaisait le plus», raconte Selma Grimaldi qui tient beaucoup à cette ambiance conviviale et motivante pour chacun-e.

UTILE Le jubilé des dix ans du Ken Shin Kai aura lieu le samedi soir 9 mai 2020 au Casino de La Sarraz. Au programme, de nombreuses démonstrations et quelques invités surprises. Entrée libre, chapeau à la sortie.

Ümit Özdemir et Selma Grimaldi, en blanc, et les assistantes sport-handicap.

l ABBAYE 2020

Bénévoles bienvenu-e-s Après la Fête médiévale l’an dernier, l’été 2020 sera celui de la traditionnelle Abbaye. Du 11 au 13 juillet prochain, les festivités battront leur plein sous la cantine et ses alentours où plus d’un millier de personnes sont attendues. Une grosse organisation pour le comité de la noble société vieille de plus de deux siècles (217 ans exactement) qui porte toujours fièrement cette ancestrale tradition vaudoise en terres sarrazines. Avant de lui consacrer un article plus conséquent dans notre prochain numéro qui sortirai à la mijuin, il faut rappeler que si l’Abbaye de La Sarraz est connue loin à la ronde et dans tout le pays de Vaud pour sa parfaite organisation, ses carrousels et son banquet toujours succulent, elle tient aussi sa réputation des décorations qui ornent les rues.

Le comité de la Fête de l’Abbaye des Carabiniers réuni à Pompaples

Pour les installer, l’aide de bénévoles est toujours bienvenue : • •

Samedi 5 et dimanche 6 juillet 2020 dès 9 heures sous la cantine pour la confection des guirlandes Jeudi soir 9 juillet 2020 avant l’ouverture des feux pour poser les roses en tulle et les guirlandes


Le Sarrazin

No 36, mars 2020 l

15

l CECB

Un certificat énergétique Dans le but de favoriser la transition énergétique, le CECB - Certificat énergétique cantonal des bâtiments - propose aux entreprises comme aux particuliers une évaluation de leur bien immobilier. A La Sarraz, la commune a commencé par faire évaluer la Maison de Commune (photo ci-dessous) et ses larges murs. « L’idée, c’est d’améliorer l’efficacité énergétique de nos bâtiments et de faire notre part en matière d’écologie », souligne Dominique Pythoud, responsable du service technique. Grâce aux services d’un expert CECB , il est apparu qu’une isolation périphérique ainsi que celle du toit étaient souhaitables. Comme de l’air glacial monte du sous-sol, le plafond des caves sera également isolé. Visite complète du bâtiment, analyse des plans et des consommations énergétiques (électricité, eau et chauffage), les experts calculent ensuite la déperdition de chaleur selon un coefficient. Dans le cas d’un CECB plus, des conseils d’améliorations sont proposés. Après la Maison de Commune, les biens immobiliers communaux - situés au Casino, au Majorat et au Bouriquet - passeront à la moulinette. Une façon d’ouvrir la voie aux propriétaires. Cette étude

assez simple à mettre en place est subventionnée par le Canton. Renseignements pris, l’évaluation d’une villa coûte environ Fr. 1’900.-, dont Fr. 1’000.pris en charge par l’Etat. Sachez encore que MC Méthodes et Erbat, tous deux à la Grand’Rue, proposent ce service.

Informations sur www.cecb.ch


Ouverture le 15 mars

Le secret des cuisiniers professionnels. DDésormais dans votre cuisine. Le Profi dSteam d’Electrolux. Découvrez dde nouveaux horizons.

de 30 s lu p is u p e naire d Votre par te

ans d

®

d

Grand-Rue 4 – 1315 LA SARRAZ

www.grain-noir.ch

Tél. 021 866 64 61 – j.hubertsa@bluewin.ch

Ouvert du lundi au vendredi de 8h00 à 19h00 Tél. 021 866 63 17 - www.physio-lechene.ch

Physiothérapie générale Physiothérapie respiratoire Réentraînement à l’effort Physiothérapie du sport Pédiatrie Drainage lymphatique Massage classique thérapeutique Thérapie manuelle


Millions discover their favorite reads on issuu every month.

Give your content the digital home it deserves. Get it to any device in seconds.