Page 1

Cambriolages : le terrain quadrillé par les gendarmes

P.4

Le tourisme Foot Estac : Vatry : les collectivités aubois a le vent auboises pourraient aider pour Enza-Yamissi, en poupe P.8 à faire décoller le trafic P.9 le maintien est possible

t r o y e s . l h e b d o d u v e n d r e d i .

P.10

Portrait : Sophie Soumaré, une vie de combat contre l'excision P.15

c o m

É D I T I O N T R O Y E S JOURNAL GRATUIT D’INFORMATION N°20

Menuiserie PVC ALU BOIS Volets roulants et battants Stores de terrasse Stores intérieurs Portes de garage Portails et Clôtures Marquises Pergolas Automatismes

PERGOLA A LAMES ORIENTABLES

10400 TORVILLIERS - 03 25 74 96 24 - www.isostores-3.com

Mort d'une passagère

La SNCF à la barre du 1er au 7 février 2013

Poursuivis pour homicide involontaire, après la mort tragique, en novembre 2008, d'une jeune femme tombée d'un train en marche en gare de Troyes, deux agents et la SNCF, à titre moral, étaient appelés à s'expliquer à la barre du tribunal. Des amendes ont été requises. Délibéré le 5 mars prochain. P. 3

9 rue de Quebec - 10000 TROYES - 03 25 42 46 46 - www.iut-troyes.univ-reims.fr


2x

H umeurs ÉDITO

xSecret poignet

Mercredi 30 janvier, le président auto-proclamé-finalement-retenu-par-tous-jusqu'à-de-nouvelles-électionspeut-être-mais-rien-n'est-moins-sûr de l'UMP a dénoncé, lors de la séance de questions au gouvernement, à l'Assemblée nationale, la circulaire de Christiane Taubira, baptisée « circulaire GPA » (gestation pour autrui). Jean-François Copé reprochait à la garde des sceaux d'avoir pris cette circulaire secrètement. Laquelle circulaire permettrait aux enfants nés secrètement, d'une mère porteuse, lors d'un voyage secret à l'étranger, d'obtenir la nationalité française. Tellement secrète que la circulaire en question avait été présentée, comme c'est de coutume, et ce n'est pas un secret, à la commission des lois de l'Assemblée le 16 janvier. Et que, si le député-président n'y était pas, 38 encartés à l'UMP y étaient. Bon, s'ils ne lui ont pas répété, par culture du secret, forcément... Dans cette circulaire datée du 25 janvier et diffusée dans les tribunaux, la ministre de la justice demande de « veiller à ce qu'il soit fait droit » aux demandes de certificats de nationalité pour des enfants nés à l'étranger de mère porteuse, « dès lors que le lien de filiation avec un Français résulte d'un acte d'état civil étranger probant ». Je l'ignorais, tant le contraire me paraissait évident, mais jusque-là, il arrivait qu'on refuse la nationalité française à des enfants au motif qu'ils sont nés d'une mère porteuse à l'étranger. Je suppose qu'à propos d'enfants à peine nés, on n'a jamais eu de doute sur la minorité... Parce que sinon, radio du poignet, 19 ans, et hop, au 115 ! Je sais, faut toujours que j'exagère.

Tony Verbicaro

L

a météo Vendredi

7° 10°

Dimanche

0° 5°

Samedi Lundi

Qualité de l’air 3

Vendredi 1er février

Samedi 2 février

2° 5° 3° 10°

Dimanche 3 février

Bonne

L’indice varie de 1 – très bonne qualité de l’air à 10 – très mauvaise qualité de l’air.

L ’ he b d o d u v e nd r e di Tr o ye s Journal hebdomadaire gratuit d’information locale édité par la SARL LHV Editions 15 rue Bégand 10000 Troyes Té l. 03 25 49 90

04

Directeur de la publication : Frédéric Becquet (fb@lhebdoduvendredi.com) Directrice d'édition : Claudine Revolio (claudine.revolio@lhebdoduvendredi.com) Redacteur en chef : Tony Verbicaro (tony.verbicaro@lhebdoduvendredi.com) Journaliste : Géraldine Pion (geraldine.pion@lhebdoduvendredi.com) Directeur commercial : Philippe Dudel (philippe.dudel@lhebdoduvendredi.com) Commerciale : Pressilia Lambert (pressilia.lambert@lhebdoduvendredi.com) Tél. 06 30 76 95 24 Responsable diffusion : Yoann Ruin (yoann.ruin@lhebdoduvendredi.com) Administration : Martine Bizzarri Infographiste : Anne Rogé et Catherine Clément Parution le vendredi matin Imprimé par IPS à Fouilloy

troy e s.l heb doduve ndre di .com

t ro y es. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

N ° 2 0 d u 1 er a u 7 f é v r i e r 2 0 1 3

Le chiffre 1,71

Au 1er février 2013, en application de son contrat de concession, les tarifs de péage du réseau Sanef augmenteront de 1,71% en moyenne pour toutes les classes de véhicules. Les tarifs des autoroutes font chaque année l'objet d'une révision selon des modalités fixées contractuellement avec l'Etat. Cette révision tient compte de deux paramètres : le programme d'investissements pluriannuel décidé en accord avec l'Etat, et l'indice des prix à la consommation (hors tabac) fixé à +1,69% cette année. La Sanef tient toutefois à indiquer que l'augmentation ne touchera pas tout son réseau (qui fait 1350 kms) car 52,6% de ses tarifs resteront inchangés. Pour info, il faudra désormais débourser 10,40 euros pour un trajet Reims-Paris, contre 10,20 euros, 13,60 euros pour aller à Metz (inchangé) ou encore 15,10 euros pour aller rendre visite à votre grand-mère lilloise, soit un bond de 30 centimes. Sinon, il y a toujours les routes nationales...

Coup d'œil sur le monde x Mau v ai se ci b le Une fois n'est pas coutume, l'histoire se passe en Champagne-Ardenne, à Reims. Rongé par la jalousie, un amant éconduit et trompé se laisse un soir aller à la boisson en compagnie de son frère. Les Pastis et Ricard n'aidant pas, les deux frangins finissent par mettre sur pied une terrible vengeance, afin de rappeler à Madame son ex combien elle n'aurait jamais dû quitter son compagnon. Imbibés d'alcool, les deux enivrés arrivent au milieu de la nuit devant la maison de l'ex-copine, criblant de balle ses fenêtres et, allez, aussi les deux trois voitures stationnées à proximité, tant il est difficile avec tous ces verres de viser avec précision. Sauf que de précisions, les deux gaillards en ont prodigieusement manqué cette nuit-là puisque la maison visée était celle d'un voisin, la « bourreau » des coeurs dormant, elle, à trois habitations de là... x « C ul tu rez- vo us », q u' i ls di sa ie nt La situation aurait pu prêter à sourire si elle ne comportait pas un volet préoccupant. Selon des chercheurs de l'université du Limbourg, ayant mené une étude sur plusieurs centaines de candidats, un futur professeur sur

trois en Flandre belge présenterait d'importantes lacunes en histoiregéographie, matière pourtant oh combien primordiale. Un tiers du millier de futurs enseignants, pour l'heure encore inscrits dans les centre de formation au professorat, ne seraient ainsi pas capables de repérer les Etats-Unis sur une carte, ne sauraient pas situer l'Océan Pacifique et confondraient même Mao TséToung et l'ancien dictateur nordcoréen Kim Jong-il sur une photo. Magnanime, le ministère flamand de l'Education a promis de « repenser la formation dispensée en y apportant les ajustements nécessaires dès la prochaine rentrée scolaire ».

x V ac an c es et barre aux Le directeur d'une des prisons de Saint-Pétersbourg vient d'être condamné par la justice russe pour avoir touché d'un de ses détenus d'importants pots-de-vin. En l'espèce, des vacances tous frais payés pour deux séjours en Egypte, intégralement financées par le condamné, en contrepartie de quoi ce dernier s'était vu transféré dans une meilleure cellule, et disposait même de la permission d'utiliser un téléphone portable à l'intérieur de l'enceinte carcérale. Une affaire qui n'est malheureusement

pas sans précédents puisqu'en avril dernier déjà, c'est le directeur adjoint d'une prison située à proximité de Vologda, au Nord de Moscou, qui s'était vu arrêté pour avoir facilité l'évasion en hélicoptère d'un détenu, là encore en l'échange d'un pot-de-vin. x Pou r b i en man ger, man ge z sal et é Certains concepts font parfois fureur sans que l'on sache réellement pourquoi. Dernier exemple en date, le restaurant français « Ne Quittez Pas », installé à Tokyo au Japon, connaissant un succès sans limite bien que ne proposant pourtant à ses clients que des plats réalisés à base de...saleté ! Si l'idée peut surprendre, elle a en tout cas fait la popularité du chef de l'établissement, encensé par la critique et récent lauréat d'un concours de cuisine télévisé. Soupe de saleté, salade assaisonnée à la saleté, gratin de saleté, le tout accompagné d'une sauce faite du même « ingrédient », certains plats, devenus très populaires au Japon, sont d'ailleurs aujourd'hui vendus jusqu'à 130 euros. Que les maniaques de l'hygiène se rassurent, avant d'être servie aux clients la saleté a bien évidemment été testée et validée en laboratoire.


3x

A la une

t ro y es. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

N ° 2 0 d u 1 er a u 7 f é v r i e r 2 0 1 3

Le train avait quitté la halle de la gare lorsque la jeune femme a trébuché sur les rails. © L'hebdo du vendredi

Justice

Amendes requises contre la SCNF après la chute mortelle d'une passagère

En 2008, une jeune femme se tuait en tombant d'un train en marche, en gare de Troyes. Mardi dernier, la SNCF et deux cheminots de 32 et 39 ans ont comparu devant le tribunal correctionnel pour homicide involontaire.

xFrancesca avait tout juste 25 ans lorsque ce matin du 6 novembre 2008, elle a perdu la vie en voulant sauter du train qui repartait de la gare de Troyes. Cette Chapelaine d'origine congolaise avait oublié un sac dans le wagon 13 et était remontée à bord. Mais le train a redémarré. Elle a voulu redescendre, coûte que coûte. Son imprudence lui a été fatale. Trouvant un peu plus loin une porte ouverte, elle a sauté en trébuchant sur la voie ferrée. Plusieurs wagons l'ont écrasée. La malheureuse décédait quelques heures plus tard. Poursuivis pour homicide involontaire, deux prévenus, un agent contrôleur et le chef d'escale qui étaient en service ce jour-là, ainsi que la SNCF, représentée par son directeur régional de ChampagneArdenne, Patrick Auvrele, ont comparu mardi devant le tribunal

correctionnel. La justice reproche à vois la femme affolée qui tape la SNCF de ne pas avoir procédé derrière une porte. Je lui fais signe aux réparations de cette porte de ne pas bouger et je vois, après, signalée défectueuse et le manque la porte ouverte », se souvient à la de communication entre les agents. barre le chef d'escale. Imaginant le Au contrôleur qui se trouvait dans drame qui allait se produire, il court le train, elle lui impute de ne pas après la voiture pour tenter de la refermer, en vain. Quelques avoir condamné cette porte qu'il secondes plus tard, il aperçoit la savait non réparée et de ne pas jambe de la voyageuse prête à avoir tiré le signal d'alarme au sauter. Ses coups de sifflet résondépart du train ; au chef d'escale, d'avoir donné le signal de départ du nent dans le vide. Il lance l'arte train sans avoir vérifié que toutes radio. A l'intérieur, le contrôleur les portes étaient bien fermées. sent la voiture freiner et pense que « Le train Paris-Belfort était en tout est résolu. Mais Pierre se préciretard d'une heure à cause d'une pite déjà auprès de la jeune femme grève. Ce jour là, le chef d'escale blessée tandis que le train s'arrête était absorbé par des enveloppes de 70 mètres plus loin. retard. C'est lui qui doit donner le Les experts techniques ont estimé à signal au contrô18 km/h la leur d'actionner « Seule une défaillance vitesse du train la fermeture des technique peut avoir au moment où la portes. Mais un lien de causalité » victime se troulorsqu'il revient vait sur le marsur le quai, le contrôleur a déjà chepied. A cette vitesse, les portes fermé les portes, à cause du froid », ne peuvent plus rester ouvertes. a résumé le président du tribunal Normalement. Des pièces étaient Gérard Launoy. Le Corail diesel est également en état d'usure avancée. très bruyant, le chef de gare n'enEst-cela qui est à l'origine du tend pas le contrôleur qui lui criait dysfonctionnement de la porte ? Au « la porte ! ». Au contraire, il interdépart de Paris, un autre incident prète son geste comme si tout est était signalé à cause d'un fumeur bon et donne le signal de départ. qui coinçait cette même porte avec « Le train est en mouvement et je son pied au moment de départ.

A la barre, les deux prévenus estiment chacun avoir respecté la procédure. « J'applique simplement la réglementation qui m'impose depuis le quai de regarder le train d'un bout à l'autre. Si j'ai connaissance d'une porte défectueuse, j'y vais », explique le chef d'escale. Le contrôleur indique quant à lui que « dans le carnet de bord, nous ne sommes pas tenus de vérifier chaque véhicule ». « En cas de difficulté, quels sont les gestes réglementaires ?», demande Julie Demesse, substitut du procureur. «  Utiliser tous les moyens possibles pour établir la communication, celle-ci doit restée spontanée et visuelle », explique à son tour Patrick Auvrele. Pour le parquet, les fautes sont caractérisées. Tout en reconnaissant qu 'il y a « une réelle imprudence à descendre d'un train en marche », il estime que les deux agents n'ont pas respecté le protocole en vigueur et ont commis une faute. « Le contrôleur aurait dû immédiatement tirer le signal d'alarme ce qui aurait fait arrêter le train ». Quant au chef d'escale, « il s'est écarté du protocole en remettant des enveloppes retard, il ne voit pas ensuite le signe qu'on lui fait pour

xLa

défense plaide la relaxe « Si la victime est morte, c'est parce qu'une porte était ouverte. Est-ce à cause d'un voyageur ou du système de fermeture ? On ne peut pas le savoir aujourd'hui », regrette Me Germain Yamba, l'avocat des proches de Francesca. De leur côté, et sans surprise, les avocats de la défense ont plaidé la relaxe des prévenus et de la SNC estimant que ces fautes n'étaient pas caractérisées. « Un signal d'alarme n'arrêterait pas immédiatement un train, on parle aussi d'imprudence incontestable ! » a martelé Me Duplan, pour la défense du contrôleur. Me Couturier, qui défendait le chef d'escale, a, lui, souligné les divergences des expertises et « l'impossibilité d'établir une faute pénale et une respon-sabilité », mettant en cause la responsabilité civile de la SNCF.

lui montrer une porte ouverte ». Une amende de 1000 euros avec sursis a été requise à leur encontre. « La SNCF veut laisser une marge de manoeuvre entre le contrôleur et le chef d'escale mais celle-ci s'avère inefficace. De même à cette vitesse, les portes devaient être fermées automatiquement, seule une défaillance technique peut avoir un lien de causalité », ajoute la magistrate qui a requis une amende de 30 000 euros. La décision a été mise en délibéré au 5 mars prochain.

Géraldine Pion


4x

S ociété

t ro y es. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

N ° 2 0 d u 1 er a u 7 f é v r i e r 2 0 1 3

Sécurité - Vols

Déploiement massif dans la lutte contre les cambriolages

tête du groupement de gendarmerie de l'Aube. « Nous sommes également en phase d'explications avec un rappel auprès de la population sur le fait de rester vigilante sur les allers et venues des véhicules suspects par exemple, et de nous prévenir si tel était le cas ». Ce volet prévention doit également intéresser les commerçants, qui sont invités à faire part des attitudes supectes des uns et des autres. A Saint-Germain, aux environs de 18 heures, aucun véhicule n'est passé au travers du contrôle. Dirigé vers le petit parking d'un centre commercial, les conducteurs étaient invités à présenter leurs papiers et avaient intérêt à être en règle. Et sur réquisitions du procureur de la République, les militaires étaient habilités à procéder à l'ouverture des mailles d'un vaste dispositif de contrôles, pour le coffres. « Bien sûr on espère tomber sur un flacoup dissuasif, devaient montrer patte blanche, grant délit ou sur l'arsenal du cambrioleur. C'est samedi soir. Pendant quatre heures, quelque 86 pour cela que nous quadrillons le terrain dans les gendarmes étaient mobilisés dans l'Aube, et 320 zones plus exposées aux cambriolages ». Les dans toute la Champagne-Ardenne. L'objectif ? hommes en bleu ont ainsi occupé au cours de la Tenir le territoire et ses frontières car l'opération journée plusieurs points de contrôles, mobiles et d'envergure interrégionale concernait également fixes, du côté de l'aire des Moissons, Montgueux, les départements de l'Yonne, la Côte-d'Or, la SeineFontvannes, Nozay, avec l'appui de et-Marne, l'Aisne et la Meuse. véhicules banalisés sur le terrain. « Occuper le terrain « Il s'agit d'un dispositif disSanz, directeur du cabisuasif dans un créneau horaire pour dissuader » Alexandre net du préfet, reconnaît que « c'est où les résidences principales une méthode nouvelle où pour une fois, l'objectif sont les plus visitées. Nous effectuons un n'est pas de contrôler l'alcoolémie des automoquadrillage de ces zones de cambriolages et bilistes mais d'occuper le terrain pour dissuader ». sommes en réseau radio avec les autres départePendant ce temps, Christelle, une fleuriste qui tient ments », présentait le colonel Régis Blanchard, à la

Face à une explosion des cambriolages dans l'Aube l'an dernier, une vaste opération interrégionale s'est déroulée, samedi, pour dissuader d'éventuels suspects. Pendant quatre heures, près de 90 militaires de la gendarmerie ont quadrillé le département. 650 personnes ont été contrôlées et 702 véhicules fouillés. Nous les avons retrouvés à SaintGermain, sur l'un de leurs nombreux points de contrôle. xLes automobilistes qui sont tombés dans les

650 personnes ont été contrôlées et 702 véhicules vérifiés lors de ce vaste dispositif de contrôles, samedi dernier. © L'hebdo du vendredi

sa boutique en face du contrôle, s'étonne de ce déploiement impressionnant. « J'étais persuadée qu'ils cherchaient quelque chose. Un contrôle un samedi soir devant nos portes, c'est quand même pas terrible », note-t-elle. Emilie, une vendeuse, reste toutefois rassurée. « Je n'aime pas quitter tard le soir, surtout quand on est une femme seule ». Une cliente ose enfin pousser la porte. « Il y a un accident sur le parking, pourquoi tous ces gen-

darmes ? » demande-t-elle avant de s'inquiéter de pouvoir repartir sans encombre. « J'ai un microondes dans mon coffre, vous pensez qu'ils vont m'arrêter ? » Avec une facture, aucun risque. Si l'opération apporte son lot de critiques, aucun vol n'a été commis pendant le laps de temps du contrôle. Malheureusement, quatre cambriolages étaient à déplorer à un autre moment de la journée.

Géraldine Pion

Environnement - Construction

Journée mondiale des zones humides avec l'Andra

xDans le cadre de la journée mondiale des zones

humides, l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) propose ce vendredi 1er février, à partir de 20 heures, une conférence intitulée « L'eau douce dans le monde : une ressource limitée pour des besoins croissants ». Elle se déroulera dans le bâtiment d'accueil du public des Centres industriels de l'Andra dans l'Aube. Elle sera animée par Pierre Ribstein, professeur à l'université Pierre et Marie Curie de Paris, qui évoquera toutes les inquiétudes concernant cette ressource vitale : l'eau. Y a-t-il un risque de pénurie dans le futur ? Quel est l'impact du changement climatique sur le cycle de l'eau ? La croissance démo- Une conférence sur l'eau est proposée au graphique va-t-elle limiter la ressource ? Doit-on centre industriel de stockage de l'Andra, ce vendredi 1er février, à 20 heures. © DR craindre une crise de l'eau ? Pierre Ribstein abordera quelques enjeux de l'eau à travers le monde en se focalisant sur la confrontation entre ressource et besoins afin d'imaginer une meilleure gestion de cet « or bleu ». Renseignements et inscriptions auprès du service communication en téléphonant au 03 25 92 33 04 ou à comm-centresaube@andra.fr

xUne

En Bref alimentation saine pour une vie saine !

L'association Sources propose au public une conférence ciblée sur l'alimentation spécifique de l'homme, animée par Josiane Schircker, conseillère en hygiène alimentaire. Elle aura lieu le 7 février, à la Maison des associations, 65, avenue Pasteur à Troyes. Entrée libre. Ceux qui le souhaitent pouront partager un moment convivial en suivant le samedi 9 février un atelier de mise en pratique, qui aura lieu de à Villebougy, près de Sens. Renseignements et inscriptions en téléphonant au 03 25 21 12 76.

xStages

BAFA, les inscriptions sont ouvertes

La Ligue de l'enseignement, mouvement laïque d'éducation populaire, organise des stages BAFA dans le département destinés à ceux qui souhaitent devenir animateur ou directeur et contribuer à l'éducation des enfants dans le cadre de leur temps libre. L'équipe éducative est amenée à mettre en place des projets permettant à chaque jeune de s'ouvrir à de nouvelles activités, de développer sa personnalité propre, de s'engager pour une société plus juste, plus solidaire.Tele est la philosophie de la Ligue. Pour le premier semestre 2013, trois stages ont lieu au sein du centre Yvonne Martinot, un centre d'animation permanent à Mesnil-Saint-Père, au cœur du parc naturel régional de la Forêt d'Orient. Deux sessions de BAFA 1 (stage de Base) se dérouleront du dimanche 24 février au dimanche 3 mars , et du mercredi 26 juin au mercredi 3 juillet 2013. Une session de BAFA 3 (stage d'approfondissement) « nature et activités de plein air » ou « ateliers et projets audiovisuels » se déroulera du lundi 22 avril au samedi 27 avril 2013. Les candidats doivent commencer par le stage BAFA 1, et être âgés de 17 ans le premier jour du stage. Renseignements et inscriptions auprès de la Ligue de l'enseignement de l'Aube- 8 rue de la mission à Troyes. Tel: 03 25 82 68 68.


5x

S ociété

t ro y es. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

N ° 2 0 d u 1 er a u 7 f é v r i e r 2 0 1 3

Vœux

Le Grand Troyes, 50 ans déjà

Le Grand Troyes a 50 ans et regroupe aujourd'hui 18 communes. © L'hebdo du vendredi

Samedi 26 janvier, François Baroin a présenté les voeux du Grand Troyes aux forces vives du département, un millier de personnes, en présence des maires du conseil communautaire.

x« Le 4 janvier 1963 naissait le Grand Troyes avec dix communes. Etape après étape nous sommes, 50 ans après, 18. Etape importante en 2012 avec l'arrivée de Torvilliers qui est une porte d'entrée de l'agglomération par l'ouest : c'est stratégique », rappelait en ouverture le président du Grand Troyes, François Baroin. Fidèle aux principes de création, le Grand Troyes ne s'agrandira pas pour s'agrandir  : «  Nous sommes dans un esprit de consensus, de respect de l'identité des communes et non en politique de recherche ni d'initiative ». Une pensée pour deux personnes qui ont marqué la vie du Grand Troyes : « à la mémoire d'Alain Collot à

l'origine du concept de magasins d'usines et Robert Galley à la hauteur de l'immensité de la trace qu'il laisse dans notre département, du développement, de la ville de Troyes, du SIVOMAT et de l'intercommunalité. Nous aurons de la peine pendant longtemps pour une personne attachante qui assistait, dans le public, au conseil municipal avant de reprendre sa voiture avec ses trois pulls, son écharpe et son gentil sourire, un clin d'oeil et un geste pour chacun ». 2012 a été marqué par « un effort collectif important avec 42 millions d'euros investis. Le développement économique, c'est la clé de tout, l'essentiel, surtout dans ce contexte, c'est la clé du maintien des entreprises sur notre territoire ». Une commune en est l'exemple : « Le désenclavement des 220 entreprises de la Chapelle-Saint-Luc, premier pôle économique du département avec l'aménagement en cours de quatre hectares pour les TPE. Espérer être au bon rendez-vous quand la crise sera derrière nous, même si 2013 sera difficile...  » Toujours à l'ouest de l'agglomération, « l'ouverture en 2014 du Parc du Grand Troyes pour les jeunes créateurs d'un nouvel hôtel d'entreprise. Le tertiaire avec ses 17 bureaux et la production avec ses 3 ateliers nécessiteront un investissement de deux millions d'euros, le permis de construire sera déposé en novembre, il faut assurer la promotion de l'outil ». Une convention avec France Télécom-Orange pour le développement de la fibre optique à l'horizon 2017 pour Troyes et la Chapelle a été signée en 2012. L'enseignement supérieur n'est pas en reste : « 4000 étudiants il y a 15 ans, 10 000 aujourd'hui pour un optimum estimé à 12 000. Comme dans une logique d'entreprise il faut investir quel que soit le moment, c'est un investissement d'avenir avec l'extension de l'ESC, de l'Ecole d'Ingénieurs, de l'Université de Technologie ».

Jérémy Pichon

xProducteurs de légumes : Nicolas Dhuicq interpelle le ministre

Nicolas Dhuicq a rencontré dernièrement les responsables de l'entreprise Végétable à Plancy l'Abbaye et les producteurs de légumes dans le cadre de ses visites sur le terrain. Ces derniers lui ont fait part de leur désarroi par rapport au coût de la main d'oeuvre puisqu'ils sont en concurrence directe avec les producteurs de Belgique et d'Allemagne qui, grâce à une dérogation européenne, emploient des salariés venus des ex-pays de l'Est à moindre coût. Dans un communiqué, le député, fort mécontent de cette conurrence, indique avoir interpellé le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, pour lui signifier « qu'à très court terme c'est un très grand nombre d'emplois et de producteurs, qui maillent notre territoire, qui vont disparaître ». Dans sa réponse, le ministre a précisé « qu'effectivement il y avait un souci d'égalité de traitement au sein de l'Union Européenne, que des mesures en faveur de la compétivité ont été prises ce qui permettrait à terme de réduire les coûts de production de 4% en 2013 et de 6% en 2014. » Nicolas Dhuicq estime que « le ministre de l'agriculture n'a pas conscience de l'urgence. Ce n'est pas demain mais aujourd'hui qu'il faut agir face à une détresse déjà visible sur nos territoires ruraux ».

En Bref xHervé Morin à Troyes le 11 février

Hervé Morin, président du conseil national de l'UDI et ancien ministre, sera l'invité du bureau départemental de l'UDI à l'occasion d'une conférence-débat qui se tiendra à l'espace Argence, dans le petit amphithéâtre à Troyes, à partir de 19 heures. Plusieurs grands sujets de l'actualité seront abordés à cette occasion.

xManif pour tous, un nouveau rassemblement samedi à Troyes

Le collectif aubois de la Manif Pour Tous, fort du succès de la mobilisation de plus d'un millier d'Aubois le 13 janvier dernier, à Paris, est plus déterminé que jamais dans son opposition au projet de loi sur la mariage pour tous. Une grande journée de mobilisation est prévue ce samedi 2 février dans tous les départements. A Troyes, un rassemblement sera organisé de 15 heures à 16 h 30, place de l'Hôtel de ville, pour « informer et sensibiliser le plus grand nombre sur les conséquences de ce projet de loi s'il venait à être appliqué ». Les porte-parole de la Manif pour tous demandent la suspension du projet de loi Taubira sur le mariage pour tous, et demandent à être reçus par le Président de la République.

xIntroduction au judaïsme et à l'hindouisme, à l'institut Rachi

Michaël de Saint-Chéron animera un séminaire consacré au judaïsme et à l'hindouisme le mercredi 6 février, à 19 heures, à l'Institut Universitaire Européen Rachi, 2, rue Brunneval à Troyes. Il s'agit du premier volet, intituté « Hindouisme et judaïsme, deux religions mères de l'humanité ». Le 6 mars ; c'est une « introduction à l'hindouisme par Satyan JHA » qui sera exposée ; le 10 avril, le dernier volet du séminaire présentera « Les juifs entre l'hindouisme et le bouddhisme ». Sur inscription (03 25 73 87 88). 7 € la séance.


6x

S ociété

troyes.lhebdoduvendredi. com

N°20 du 1er au 7 février 2013

Enseignement supérieur

L'Université avance ses pions

A quelques semaines des premières formulations des vœux par les élèves de terminales, l'Université de Reims Champagne-Ardenne ouvre ses portes ce week-end. L'occasion pour les bacheliers de se familiariser avec les filières proposées et pour l'Urca de mettre la lumière sur ses nombreux projets à venir.

x« Essoufflée », « en perte de vitesse », « de moins en moins attractive », «  incapable de garder ses étudiants », ces dernières années les critiques n'ont pas épargné l'Université Reims-ChampagneArdenne qui a vu, malgré elle, sa réputation s'écorner. Pas évident dans ces conditions d'attirer un nombre croissant de bacheliers. Pourtant, l'Urca a de vrais et solides atouts à mettre en avant pour attirer les jeunes champardennais (et les autres) dans ses facultés. Selon son président, Gilles Baillat, il existe deux types « d'arguments » pouvant rendre incontournable l'Université de Reims et expliquant d'ores et déjà la progression ces dernières années du nombre d'étudiants inscrits. «  Il s'agit des fondamentaux et des projets de développement pour l'avenir. » Les fondamentaux tout d'abord. Pour le président, « il y a ici une réelle pluri-disciplinalité de l'université avec un nombre considérable de formations proposées aux bacheliers. C'est un élément très important, surtout quand on sait que de plus en plus d'étudiants se réorientent à l'issue de leur première année dans le

21 800 élèves sont inscrits cette année dans les différentes facultés de l'Urca. Des effectifs en hausse. © l'Hebdo du Vendredi

supérieur. En disposant d'autant de filières, ça permet à nos jeunes qui échouent de s'inscrire et trouver leur bonheur ailleurs, tout en restant dans la région. » Autre point fort de ces « arguments fondamentaux » de l'Urca, la possibilité pour les néodiplômés (de licence notamment), de poursuivre leur cursus dans le supérieur en optant pour un Master et/ou un Doctorat, accessibles là aussi sans avoir besoin de quitter la Champagne-Ardenne. « C'est primordial pour nous de garder dans la région nos étudiants jusqu'au bout de leurs études. C'est pour cela qu'on souhaite faire profiter chaque département des offres de l'Urca, par le biais par

13e Forum Étudiant

5 000 jeunes attendus à Troyes

exemple de cours magistraux en visio-conférence (ce qui se pratique déjà avec un grand succès à l'IUFM, où les étudiants de Châlons, Troyes ou Chaumont peuvent suivre les cours à distance, en restant dans leur ville. » Renforcer les liens lycées-université Mais loin de ne se satisfaire que des acquis, Gilles Baillat et son équipe planchent aussi sur l'avenir, en mettant en particulier l'accent sur les liaisons entre les lycées et l'université. « On a deux projets allant dans ce sens, l'un inédit dans la région, l'autre pour le moment unique en France. Le premier serait la mise en place de classes préparatoires intégrées au sein de l'Urca. L'idée serait d'ouvrir un réseau de classes prépas répartis sur nos cinq sites (Reims,

Châlons-en-Champagne, Troyes, CharlevilleMézières et Chaumont) qui fonctionnerait en partenariat avec les écoles d'ingénieurs locales (ESI, Ensam...). Le but ici est de relancer l'attractivité des classes prépas scientifiques, quelque peu délaissées par les étudiants ces dernières années. » Ce projet s'inscrirait dans une démarche de renforcement du pôle d'ingénierie champardennais avec le souhait, à termes, de proposer une offre dense et complète de formations en études d'ingénieur qui pourrait devenir une vitrine régionale. La seconde grande nouveauté à venir (au plus tôt à la rentrée 2013, sinon 2014) sera la mise en place de campus lycéens-universitaires. Si dans le premier cas, l'idée est de faire venir les lycéens vers l'université, ici le souhait du président Baillat est « de rapprocher l'université des lycées. On irait dans les villes où il n'existe pas de campus universitaire à proprement parlé pour permettre aux bacheliers de profiter des cours d'université dans des lycées existants. Il va de soi que ces classes spéciales auront un modèle pédagogique adapté.» Ces atouts de l'université, déjà proposés ou en cours d'installation, s'inscrivent par ailleurs pleinement dans le projet de Grand Campus de l'Urca, pour lequel 300 millions d'euros devraient être injectés jusqu'en 2020.

Portes ouvertes le samedi 2 février, de 9h30 à 17h, sur les Campus Croix-Rouge et Moulin de la Housse de Reims, à l'ESI Reims, aux IUT de Châlons, Charleville, Reims et Troyes, aux Instituts Universitaires de Formation des Maitres des cinq sites de l'Urca, au Centre Universitaire Troyen (CUT) et à l'Institut de Formation Technique Supérieur de Charleville-Mezières.

A.H

En Bref

L'édition 2013 du forum régional Avenir Étudiant aura lieu les 7, 8 et 9 février prochains à Troyes, à l'Espace Argence. 5 000 jeunes sont attendus et plus de 210 formations seront présentées. « Le forum arrive à un moment clé pour le futur bachelier, il permet de confronter les projets d'études supérieures à la réalité, de découvrir de nouveaux métiers, de nouvelles formations », explique Jean-Luc Bailly, le directeur du CIO de Troyes. Et Marc Sebeyran, le premier adjoint au maire de Troyes de renchérir : « Rien ne vaut le contact physique et le dialogue. Tous ceux qui peuvent donner aux jeunes une idée de ce à quoi ils vont se préparer seront présents. » En effet, des enseignants mais aussi des étudiants et des conseillers d'orientation psychologues attendront les jeunes de première 5 000 étudiants sont attendus à et de terminale pour les renseigner sur les différentes possi- Troyes, du 7 au 9 février pour le 13e bilités qui s'offrent à eux dans le département aubois princi- forum Avenir Etudiant. © DR palement; l'agglomération troyenne étant le deuxième pôle d'enseignement supérieur de la région. Les futurs étudiants auront la possibilité de se renseigner sur pas moins de 210 formations différentes qui seront organisées selon huit espaces thématiques avec des codes couleurs pour qu'ils s'y retrouvent parmi les 130 stands installés. « L'orientation est vraiment quelque chose de totalement indispensable et est lié à la formation souligne Jacques Meyer, vice-président du Conseil Régional- Il est de notre responsabilité de trouver de plus en plus de moyens d'aider les jeunes dans leurs choix. » C'est pourquoi cette année il y aura neuf conférences thématiques proposées sur les trois jours : sur les classes Prépa, le tourisme, les métiers du design, les études à l'étranger ou en alternance, l'insertion en entreprise des étudiants en langues, lettres et sciences humaines, les formations paramédicales ou encore l'admission postbac et la vie étudiante à Troyes. De quoi découvrir par exemple qu' « à Troyes les études coûtent moins chères qu'ailleurs en termes de vie pratique », comme le dit Marc Sebeyran. Au-delà de choisir quelle formation va préparer un jeune à la vie active, il s'agit aussi de sa construction personnelle. « Nous sommes dans une République où il faut respecter et permettre à l'individu d'atteindre sa liberté individuelle », termine Jean-Louis Dodé, délégué régional au rectorat académique.

Marjolaine Combraque Informations pratiques : Forum Régional Étudiant à l'Espace Argence, Bd Gambetta à Troyes - Les 6 et 7 février de 9h à 17h et le 9 février de 9h à 12h - Programme des conférences sur le site www.aveniretudiant.fr

xLe budget de la Région adopté à 679 millions d'euros

La session du Conseil régional de Champagne-Ardenne des 28 et 29 janvier à permis de voter le budget primitif 2013. Le budget s'élève à 679 521 124€. Comme les années précédentes, les représentants de l'UMP-NC-DVD et du FN ont voté contre. Le Conseil régional notamment voté le renouvellement, à la baisse (1,3 million d’euros au lieu de 1,6 million d’euros, à l'association pour le développement de l'aéroport Paris-Vatry (APVP). Seuls les élus d'extrême droite FN, rejoints de façon inédite par ceux d'Europe-Ecologie - Les Verts ont voté contre. Au cours de cette même session, un voeu déposé par l'intergroupe majoritaire, relatif à la carte des formations des lycées publics a été voté à l'unanimité. Le groupe FN n'a pas participé au vote.

xLes élus régionaux de la majorité transmettent un manifeste à l'Elysée

Jean-Paul Bachy, président du Conseil régional, Olivier Girardin, président du groupe PS, Karine Jarry, présidente du groupe PC et Valérie Labarre, présidente du groupe EELV, ont exprimé, par le biais d'un manifeste, les préoccupations qu'ils souhaitent voir être prises en compte lors des prochaines discussions nationales portant notamment sur l'acte III de la décentralisation. A la veille de ces discussions par le Parlement, mais également des négociations qui vont s'engager dans le cadre du futur CPER et de la future programmation des fonds européens, les élus de la majorité ont souhaité interpeller leurs partenaires régionaux et nationaux sur la nécessaire prise en compte des particularités régionales. Le manifeste se conclut ainsi : « Au nom de l'intérêt des habitants de notre région, au nom d'une vision de notre développement qui ne fait nullement l'impasse sur nos difficultés mais revendique avec fierté les atouts dont nous disposons, nous appelons l'ensemble des acteurs impliqués dans notre région à partager une vision commune de notre développement et à faire bloc pour les porter ensemble face aux pouvoirs publics dans les semaines et les mois à venir. »

xFormalité administrative : passeports sur rendez-vous

A partir d'aujourd'hui, 1er février, on peut faire une demande de passeport auprès de la maison de quartier des Marots et des Chartreux ! Depuis longtemps, de nombreux administrés résidant dans l'agglomération préfèrent déposer leur dossier à la mairie de Troyes. Marie Le Corre, adjointe au maire de Troyes, assure qu'à l'avenir « on ne verra plus l'interminable queue de personnes encombrant l'espace de l'état civil, et une partie de la chaussée de l'Hôtel de Ville. Désormais, il faudra prendre rendez-vous et fixer la date et le lieu. Nous voulons désengorger la mairie de Troyes ! ». A tort, les habitants de l'agglo croient qu'en ville les dossiers sont traités plus rapidement, d'où l'afflux des demandes. « 4 000 passeports ont été délivrés en 2012 à Troyes dont bon nombre pour les habitants vivant dans une commune pourtant dotée du matériel nécessaire pour traiter des dossiers de demande », ajoute l'élue. Pour éviter cet encombrement, les Maisons de quartiers des Chartreux et des Marots seront mises à contribution. Dans ces deux annexes, les personnes seront plus à l'aise, ne serait-ce que pour les parkings spacieux et gratuits. Contact : 03 25 42 34 36.


7x

S ociété

t ro y es. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

N ° 2 0 d u 1 er a u 7 f é v r i e r 2 0 1 3

Foyer Adoma

Saint-André-les-Vergers

Le directeur appelle la police pour expulser un bénéficiaire

Une proposition pour faire marcher les jeunes Dryats !

Les soirées de dimanche et lundi ont été mouvementées au foyer AT-SA de l'Adoma de Troyes. D'après les témoignages qui nous ont été rapportés par un collectif d'aide aux sans-papiers, une altercation a priori anodine, qui s'est déroulée dimanche soir, a plongé toutes les personnes hébergées au foyer dans la peur. De ce que l'on sait, Kalam, 25 ans, qui vit sur place avec une partie de sa famille originaire du Bangladesh, (famille déboutée du droit d'asile alors qu'un frère, et une soeur ces derniers jours, de Kalam ont été assassinés là-bas. La famille a fui le pays après que l'un des enfants ait été enlevé, rendu, moyennant rançon, avec une main « abîmée » ; les menaces ont continué ensuite) a demandé à une voisine au sein du foyer de faire moins de bruit. Celle-ci s'en serait pris à lui, puis aurait porté plainte. Le lendemain, un visiteur, étranger au foyer, a pénétré, armé d'un couteau, dans la chambre où vit la famille de Kalam. Tous ont plus ou moins été agressés et conduits aux urgences. Un certificat médical fait état de six jours d'ITT pour Kalam, qui a exposé les faits dans une main courante au commissariat de police. Le problème, c'est que le directeur du foyer, qui a autorité, a expulsé Kalam au motif qu'une plainte avait été déposée contre lui, sans l'entendre, et sans, manifestement, accepter de lire la main courante déposée. Pour procéder à l'expulsion, le directeur aurait appelé lui-même la police et accompagné les agents jusqu'à la chambre où il séjournait pour l'en sortir. Le directeur aurait même fait procéder au changement du verrou de la porte. Faute de place d'hébergement d'urgence, Kalam a été invité à se rendre à la gare de Troyes pour la nuit, où le samu social a pu lui remettre une couverture. « Tout le monde est dans un état d'incrédulité au foyer, nous a dit un membre du collectif de soutien. Je ne m'attendais pas à ce que le directeur se comporte comme ça. Le directeur a le droit d'expulser quelqu'un du foyer qu'il dirige, c'est son autorité. Mais sans entendre celui qu'il expulse ? Sans expulser la personne qui l'a agressé la veille ? Avec cette autre personne venue de l'extérieur le lendemain avec un couteau, qui a agressé toute la famille ? La moindre des choses était d'entendre ce jeune... Le directeur prend la décision tout seul. Il m'a dit « moi, j'ai un dépôt de plainte, ça me suffit ». Mais s'il y a un dépôt de plainte, il doit y avoir une instruction, une enquête de police, avant que le directeur décide d'expulser quelqu'un ! Je n'ai jamais vu ça dans un foyer Cada. Les travailleurs sociaux qui travaillent au foyer me disent tous que la famille de Kalam est calme, discrète. » L'Ofpra et la CNDA ont rejeté la demande d'asile de la famille, en indiquant que les documents fournis n'avaient pas suffisamment de valeur probante. Le Bangladesh est considéré comme un pays sûr par l'Ofpra. La famille demande une réouverture du dossier après l'assassinat récent de la sœur de Kalam.

T.V

Ce nouveau mode de déplacement pourrait bien voir le jour à Saint-André. © DR

Mardi 29 janvier, lors du conseil municipal, une proposition a été faite pour accepter le principe de mise en place d'un « pédibus » pour les trajets scolaires des écoliers. xLe « pédibus », c'est le ramassage scolaire à pied

ou le déplacement du domicile vers l'école à pied. Il s'agit d'un accompagnement organisé par des adultes (les parents, les grands parents, des bénévoles par exemple) ou de jeunes gens qui amènent, à tour de rôle, les enfants jusqu'à l'école le matin, et les ramènent le soir jusqu'au domicile ou jusqu'à l'arrêt « pédibus » le plus proche du domicile. Une idée qui a germé en 2008 dans la tête de Claude

Bianchi conseiller municipal dryat : « Actuellement, nous sommes dans la phase de diffusion, au stade politique ». Trois raisons semblent se dégager pour développer ce type de déplacement  : «  l'environnement avec le développement durable, cause à la mode actuellement  ; une économie de carburant pour les familles. Enfin Il favoriserait la cohésion sociale en renforçant le lien entre les habitants ». Et ça fonctionne déjà ! Mis en place à Bréviandes depuis 2009, cette municipalité compte aujourd'hui deux lignes grâce aux soutiens de la municipalité, des parents et bénévoles.

Jérémy Pichon

Championnat du monde de pâtisserie

Mathieu Blandin, un Aubois dans l'équipe championne

Rue Lépine - Aéroport Troyes Barberey St Sulpice 10600 Barberey St Sulpice

Du Lundi au Samedi de 9h30 à 12h et de 14h à 18h30 Ouverture aux professionnels dès 8h du lundi au vendredi

xLa formule 1 stylisée en chocolat de l'équipe de France l'a menée tout droit vers la victoire. Pour la septième fois, elle remporte la Coupe du monde de la pâtisserie, qui s'est jouée le 27 et 28 janvier à Lyon et décroche un belle médaille d'or. Elle succède ainsi à l'Espagne, victorieuse l'an dernier. Sont arrivés en seconde et troisième position le Japon, puis l'Italie. 22 pays concourraient au prestigieux concours du Salon international de la gastronomie (Sirha). Parmi les lauréats, un Aubois. Mathieu Blandin, 27 ans, est chef L'Aubois Mathieu Blandin ( 2e de g. à d.) lauréat de la coupe du pâtissier chez le champion du monde de pâtisserie. © Sirha monde Pascal Caffet à Troyes. Pour ce véritable marathon des desserts, il se trouvait aux côtés de Quentin Bailly et Joffrey Lafontaine. Chaque équipe était composée d'un pâtissier, d'un chocolatier et d'un glacier. Elle avait 10 heures pour réaliser trois entremets au chocolat et aux fruits, douze desserts à l'assiette ainsi que trois sculptures d'un mètre vingt-cinq, en chocolat, glace et sucre.


8x

S ociété

t ro y es. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

N ° 2 0 d u 1 er a u 7 f é v r i e r 2 0 1 3

Tourisme - Aube

Séjours et excursions : le tourisme aubois a de l'avenir

campings et cela continue de croître », témoigne Christelle Taillardat, directrice du CDT. En effet, on enregistre +4% de nuitées dans les campings et +5, 4% pour les gîtes en réservation. Et même si les Britanniques boudent notre département avec 11% de fréquentation en moins dans les hôtels et -5% dans les campings (crise oblige), ce n'est pas le cas pour les Belges et les Suisses qui augmentent respectivement leurs séjours de 8 et 15% en hôtellerie. La clientèle allemande, à l'instar des Néerlandais, s'est déplacée des hôtels (-11%) vers les campings (+10%). Les Français, quant à eux, sont de plus du tourisme hôtelier dans l'Aube sont honorables. en plus nombreux à visiter l'Aube avec 6% en Les chiffres parlent d'eux-mêmes : 2,5% de plus pour les hôtels et les campings et +10% pour nuitées en plus dont les trois-quarts se concentrent les gîtes en réservation. à Troyes, une petite partie, 10% du côté des Après l'année des Templiers, le patrimoine hisGrands Lacs et le reste sur la Côte des Bars et sur torique et culturel de l'Aube va être de nouveau le Nogentais (7% chacun). Il faut cependant mis en lumière en 2013, cette fois grâce au vitrail. souligner que la part du tourisme d'affaires Avec 9  000 m² de vitraux du XVIème siècle devient plus importante que celle du classés il y a de quoi faire  ! Au tourisme de loisirs avec 1% de dif2013, année programme  : circuits de visites férence pour le moment. dans 30 à 50 églises sélectionnées, du vitrail L'ouverture du Centre de Congrès de exposition à l'Hôtel Dieu le l'Aube prévue pour début 2014 en plein centreComte, démonstrations d'un maître verrier ainsi ville de Troyes devrait vraisemblablement que préfiguration de la future cité du vitrail. développer encore ce secteur spécifique. Du côté Le développement de la nouvelle campagne de l'hébergement en plein-air, c'est le grand de communication  « Aube, soyez surpris » va se boum : « Les chiffres sont exceptionnels pour les poursuivre, il y a déjà eu plus de 100  000 con-

nexions sur le site depuis son ouverture. Autre point pour 2013 commencé depuis cet été, le développement de l'étiquetage environnementale de la nuit d'hôtel (consommation d'eau, d'énergie, etc.) pour évaluer l'impact du tourisme sur le département. Développement également et amélioration des labels reconnus comme La Route du Champagne, la Champagne à Vélo, Tourisme et Handicap, Villes et Villages fleuris ou encore l'Hébergement Pêche. De quoi offrir de multiples possibilités aux touristes français, étrangers et même aubois de découvrir notre patrimoine sous toutes ses coutures !

Malgré la crise, le tourisme n'a pas fléchi dans notre département l'an dernier. Les nuitées sont toujours en progression, et même les campings ont toujours plus la cote. De quoi donner des ailes pour 2013 qui parie sur la mise en valeur du patrimoine historique et culturel avec le vitrail. xMalgré une conjoncture difficile, les résultats

Marjolaine Combraque x«

Mettre en place une politique de tourisme »

L'événement culturel majeur de cette année 2013 sera le vitrail. Ici un vitrail de l'église de Pont-Ste-Marie représentant l'allégorie des Protestants et Catholiques (photo 2001). © ©Philippe Praliaud

Les présidents des Offices de Tourisme de l'Aube ont signé une charte de partenariat avec le Comité Départemental de Tourisme (CDT) le 24 janvier dernier. À travers des initiatives partagées et une communication transparente, « l'objet de cette charte est de mettre en place une nouvelle politique du tourisme afin d'améliorer la compétitivité de notre département et d'exploiter pleinement son potentiel ».

Energie

Centre départemental de Météo France

Isigaz : une opération prévention

Du sur mesure xInstallé depuis 1975 à

xUne convention a été signée

dernièrement entre la ville de Troyes, Aube Immobilier, Troyes Habitat, Plurial Mon logis et GDF Suez qui décline à Troyes l'opération Isigaz. D'ici quelques jours, des médiateurs partiront à la rencontre de quelque 3000 Troyens pour une série de bons conseils. Isigaz, lisez plutôt « Information Sécurité Intérieur Gaz », c'est le nom de l'opération menée par GDF-SUEZ dans toute la France et qui se met en place à Troyes. Dès ce mois de février, plus de 3 000 Troyens recevront la visite de médiateurs sociaux recrutés spé- (De g. à d.) Eric Protte, directeur général d'Aube Immobilier, cialement pour cette action de sen- Marc Bret, maire-adjoint en charge de l'environnement, sibilisation auprès des locataires Blandine Moquin (GDF SUEZ) et le président de Régies des différents bailleurs sociaux, Services. © DR Aube Immobilier, Troyes Habitant et Mon Logis. Partant du constat que les installations sont en cause dans 97 % des accidents domestiques imputables au gaz naturel, que la moitié des anomalies du parc social concernent le raccordement de la gazinière ou encore les ventilations obstruées, l'opération ISIGAZ a pour objectif de prévenir dans le domaine de la sécurité des installations intérieures. Elle vient compléter le diagnostic Sécurité, lancé il y a plus de dix ans, et dont des logements du parc social de la région Champagne-Ardenne ont bénéficié. La visite de ces agents recrutés par Régie Services et formés par GDF-SUEZ sera également l'occasion de lutter contre la précarité énergétique, c'est-à-dire « quand la facture représente plus de 10% des ressources d'un locataire », précise Blandine moquin, directrice régionale de GDF-SUEZ en Champagne-Ardenne, venue signer le 25 janvier dernier, à Troyes, une convention avec la collectivité troyenne et les bailleurs sociaux. Montant de l'opération : 90 000 euros, intégralement pris en charge par GDF SUEZ « On développe le préventif pour aider les gens à consommer le mieux possible par rapport à la réhabilitation des bâtiments. On propose aux personnnes les plus démunies un panel d'actions pour lutter contre la précarité avec des tarifs adaptés », ajoute Blandine Moquin. Dans l'Aube, l'an dernier, 3156 familles ont pu bénéficier du tarif spécial de solidarité. Des avis de passage seront distribués aux locatires concernés.

G.P

Barberey, le centre départemental de Météo-France de l'Aube nous donne quotidiennement les prévisions météorologiques. Derrière les écrans des radars du service de prévision et d'observation ou auprès des machines tenues par le service de maintenance régional, neuf personnes s'affairent tous les jours, de 6 h à 18 h, pour annoncer les tendances du ciel. « Localement, on fait des prévisions à 9 jours  ou 10 jours. Au-delà, ce n'est pas Derrière les écrans, Hugues Loiseau, chef de centre de Météo assez fiable pour les diffuser. France. © L'hebdo du vendredi Météo France fait également des bulletins trimestriels qui présentent les tendances chaud ou froid pour les saisons à venir ou les précipitations, qu’elles soient supérieures ou inférieures à la normale », présente Hugues Loiseau, chef du centre. Trois niveaux de prévisions sont ainsi établis en France  : «  le centre national de prévision météorologique à Toulouse, qui va donner les directives; les centres interrégionaux, qui sont 7 en France; et nous, au niveau départemental.  On reçoit des modèles numériques (simulations de l'atmosphère) pour faire nos prévisions, appuyées par des images satellites et des radars précipitations transmis à la station. Des prévisions immédiates peuvent être réalisées. Nous pouvons savoir par exemple, à l'échelle de quelques heures, s'il va pleuvoir ou pas ». A Barberey-saint-Sulpice, la température, le vent, l'humidité ou le rayonnement solaire, sont mesurés par de nombreux radars. Des photos aériennes sont également utilisées pour établir les prévisions et du côté du ciel, des satellites transmettent deux fois par jour et même tous les quarts d'heure des images. Ainsi, le centre effectue un bulletin de prévision quotidien, qui est réactualisé trois fois par jour par les prévisionnistes. Un bulletin relayé par les médias ou les particuliers, disponible sur répondeur au 3250. A suivre de près, surtout pendant cette période où les prévisions de neige et verglas sont utiles dans tous vos déplacements.

Nomea Debleser


9x

S ociété

t ro y es. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

N ° 2 0 d u 1 er a u 7 f é v r i e r 2 0 1 3

Aéroport Paris-Vatry

« Les discussions sont en cours...»

En marge de l'annonce, par Ryanair, d'une liaison à partir du 26 avril entre l'aéroport marnais et Marrackech, René-Paul Savary, le président du Conseil général de la Marne, propriétaire du site géré par SNC-Lavalin, a expliqué ses approches auprès des collectivités, notamment le département de l'Aube et le Grand Troyes, pour participer au financement de l'Association Paris-Vatry Project, qui cherche à faire décoller le trafic passagers. xÀ ce jour, APVP est financé par le département,

la région, la ville et l'agglomération de Châlons, et les deux CCI marnaises, Reims-Epernay et Châlons-Vitry-Sainte-Ménehould. Depuis plusieurs mois, René-Paul Savary cherche à convaincre de nouveaux partenaires d'abonder au

financement de l'association Paris-Vatry Project. Un peu pour pallier aux baisses de subventions généralisées, crise oblige, et aussi pour que l'idée d'un travail commun se concrétise. Les premiers visés sont les agglomérations de Reims et de Troyes, et le Conseil général voisin de l'Aube. « L'aéronautique, ce sont 300 emplois directs à Vatry, indique René-Paul Savary. L'enjeu économique est déterminant. On ne peut pas se plaindre de perdre de la population, de voir les emplois disparaître, et ne pas faire avancer un levier de développement comme Vatry. Et il n'y en a pas des masses dans le secteur, des leviers. Grand Troyes n'a pas donné sa réponse, mais semble s'y intéresser. J'aurais aimé que Reims Métropole s'approprie cet aéroport, c'est aussi le sien. Ce n'est pas que l'aéroport de Châlons. Les agglos doivent être en première ligne. C'est elles, les habitants, que sert un aéroport. J'aimerais bien que les agglomération répondent. La balle est dans leur camp. Si les décideurs estiment que Vatry n'est pas un levier de développement de nos territoires, j'en prendrai acte. On est en discussion avec Reims et

Just One Life ®

Un club anti-crise !

xVoilà une innovation troyenne qui est la création de Just One Life®, un club d'incorrigibles optimistes. Anne-Claire et Laurent Vittenet, en marge de leur activité professionnelle, officialisent ce concept ayant pour objectif de concilier affaires et plaisir de partager de bons moments. Inspiré par les afters des Nuits de Champagne et leur propre expérience, le couple Vittenet a souhaité «  officialiser ce que nous faisions en off  ». Les membres sont ainsi mis en avant : « C'est un happy club business, tout est fait pour Mercredi 23, c'était au Cube que nos incroyables une mise en avant et un rayonnement de optimistes se retrouvaient au concert de Michel Sardou. nos membres qui peuvent inviter leurs © L'hebdo du vendredi amis, leurs clients, c'est un réseau assez large ». Mais attention, n'entre pas qui veut dans ce club. « C'est une adhésion à l'année ouverte aux entreprises et aux professions libérales sur cooptation  », précise Laurent Vittenet. Cette structure basée sur le business et le haut de gamme « permet de vivre des moments d'exception pour cimenter les relations que ce soit autour du sport, d'escapades, de culture ou encore de spectacles ». Mercredi 23, c'était au Cube que nos incroyables optimistes se retrouvaient au concert de Michel Sardou. Et les projets sont légions « du ballon rond avec Estac, PSG et Arsenal Manchester, au ballon ovale avec France - Galles et Irlande - France sans oublier la petite balle jaune avec Rolland Garros ». annonce l'organisateur. J.P

Economie Aube

Trophées « Artisanat au féminin » 2013 Vous êtes une femme et vous travaillez dans l'artisanat (chef d'entreprise, conjointe, salariée ou apprentie d'une entreprise artisanale) ? Vous avez encore jusqu'au 10 février pour présenter votre candidature dans l'une des cinq catégories proposées dans le cadre des Trophées « Artisanat au féminin » organisés par la Chambre de métiers et de l'artisanat de l'Aube. Le jury composé exclusivement de femmes (des élues de la CMA, des représentantes du Conseil général de l'Aube, de la Ville de Troyes, de la Mission locale de Troyes, de la Préfecture de l'Aube, de la Délégation au droits des femmes, du Crédit agricole ainsi que de l'association Créez comme elles) sera chargé de sélectionner parmi les candidates les heureuses lauréates dans chaque cat égorie (chef d'entreprise, reconversion, formation, création-reprise, « métiers d'homme »). La remise des Trophées sera organisée le vendredi 8 mars à l'occasion de la Journée internationale des femmes durant laquelle chaque lauréate se verra remettre des cadeaux dont un week-end pour deux personnes dans un château ! Les dossiers de candidature sont disponibles sur demande auprès de la CMA10 au 03 25 82 62 00 ou téléchargeables sur le site www.cm-troyes.fr et doivent être envoyés par courrier avant le 10 février 2013 (le cachet de la poste faisant foi).

Pour René-Paul Savary, l'aéroport de Vatry est un levier économique à ne pas négliger, pour toute la région. © l'Hebdo du Vendredi

Troyes. Je ne leur mets pas le couteau sous la gorge. On en parle. C'est ma vision de mon territoire. Vatry, ce n'est pas le département qui y gagne, ce sont les habitants, les agglos. On a cet outil, on peut toujours en discuter, mais il est là, autant en profiter. » Même son de cloche chez Philippe Wittwer, le président d'APVP : «  Nous aimerions beaucoup élargir l'horizon au projet APVP aux agglos de Reims et Troyes. Mais avant même la question financière, le message que l'on envoie est primordial. Ce qui est le plus difficile à affronter, ce n'est pas le fait qu'il faille réduire les budgets, faire des efforts. Dans la situation actuelle, ça ne surprend personne. Expliquer à des compagnies qu'on doit faire des efforts, qu'on a moins de moyens, ça s'ex-

plique et elles le comprennent. Ce qui est plus difficile, c'est le manque d'unité des acteurs et les positions contradictoires. Entre ceux qui disent qu'il faut tout liquider, ceux qui disent qu'il faut vendre, ceux qui disent qu'il faut abandonner le transport passagers et revenir au tout fret, et ceux qui disent l'inverse... Ça, c'est compliqué à gérer. Il faut une stratégie durable, cohérente et unie des acteurs concernés. Donc oui, si Reims, Troyes et d'autres venaient se joindre à cette dynamique, ce serait un message extrêmement fort pour discuter avec nos interlocuteurs dans les compagnies. On pourrait leur dire « Regardez, certes, c'est économiquement contraint en ce moment, mais tout le monde y croit », on peut avancer. »

Tony Verbicaro


10 x

S port

t ro y es. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

N ° 2 0 d u 1 er a u 7 f é v r i e r 2 0 1 3

Foot (L1, 23e journée) Lille - Troyes

Enza-Yamissi : « On a appris, on va y arriver »

Comment avez-vous ressenti le départ de Mounir Obbadi, l'autre « ancien » ? Pour Mounir, comme l'ont dit le président et le coach, c'était une opportunité commune, la décision est respectée des deux côtés. Il n'y a pas eu de problèmes, six ans que nous évoluions ici ensemble et Mounir je le connais depuis ses 15 ans, on s'affrontait quand il était au PSG et moi à Bordeaux. On a tout connu ensemble, ça fait bizarre mais c'est la vie. Ce sera un manque au niveau de l'ambiance du vestiaire, mais la porte est toujours ouverte. On lui souhaite de réussir.

Le Grand stade de Lille Métropole accueillera samedi à 20 heures la rencontre opposant le Losc à l'Estac pour la 23e journée de Ligue 1. Eloge Enza-Yamissi, le capitaine troyen, nous livre son sentiment avec cette rencontre.

x Eloge, comment vivez-vous cette saison ? Par rapport à la première année en Ligue 1 (2005-2006, Eloge venait de Nîmes, en National, ndlr) où nous avions plus de joueurs expérimentés à certains postes, c'est plus compliqué. L'objectif est de se maintenir, la différence entre ces deux saisons, c'est l'expérience. Après une phase aller compliquée où on a dû apprendre, si nous sommes des joueurs qui travaillons, on doit rectifier le tir. J'apporte mon expérience, des conseils, on se parle pour avancer plus vite, pour gagner du temps, la communication est importante.

Vous êtes le plus ancien joueur, vous avez tout connu ici. C'est vrai, j'ai tout connu, les montées, les descentes... J'ai joué à tous les postes, même gardien à Nantes en L1 et à Clermont en L2 ! J'aime être au milieu pour faire joueur les autres, j'aime bien où c'est le plus chaud, il faut être concentré car une erreur au milieu coûte très cher.

Eloge Enza-Yamissi se verrait bien annoncer une prolongation de contrat pour terminer sa carrière à l'Estac. © l'Hebdo du Vendredi

Ce rôle de capitaine, comment est-il venu et comment le vivez-vous ? Depuis que je joue, pas mal d'entraîneurs m'ont proposé le brassard, je ne voyais pas l'intérêt, je préférais rester comme ça. En début de saison dernière, Jean-Marc Furlan et Daniel Masoni sont venus me trouver. J'ai ressenti beaucoup de fierté, d'honneur, j'étais prêt à prendre des responsabilités. Je pars du principe que tout le monde est important, même si les

lois du jeu nous imposent un capitaine. Je suis à l'écoute, il faut être tous responsables, avoir un objectif commun pour apporter sa pièce à l'édifice.

Concernant le parcours en Coupe de France, avez-vous une envie ? Parlons du prochain adversaire, Sochaux. On avance tranquillement, tour après tour, et Sochaux, c'est un tirage qui peut nous aller. A domicile, on ne va pas loin, ce n'est pas dérangeant pour nous car la pression est sur nos adversaires, surtout pour une L1. Ça fait longtemps que les supporters n'ont pas vécu une aventure, c'est bien pour le club, la ville. Que représente la sélection Centrafricaine pour vous ? Un mot sur la Coupe d'Afrique des nations ? La sélection, c'est récent, trois ans, et ça se passe bien pour une petite équipe. On devait se qualifier pour la Can, c'est dommage. C'est un mal pour un bien qui me permet de me concentrer sur le club car j'avais été blessé là-bas, j'ai subi quatre mois d'arrêt, ensuite c'était difficile de se remettre en condition physique. Je suis ça de loin, je vois la Côte d'Ivoire en finale avec le Ghana.

Un mot sur le mercato hivernal ? Je n'en vois pas trop l'intérêt, c'est partagé. C'est bien pour un joueur qui ne joue pas comme Greg (Grégory Bettiol, ndlr) pour se relancer, mais ce n'est pas bon pour une équipe, ça la déstabilise. Un joueur qui flambe et qui se barre, ça fait mal. Ça n'avantage pas les petits budgets comme l'Estac. La différence est financière. Le foot va vite, les gens veulent se mettre à l'abri. Un joueur au cv de Berthod qui a joué la Ligue des Champions avec Lyon ne trouve même pas un club de L2 ! La situation du club, le maintien, vous voyez ça comment ? Sincèrement, le maintien, on a les joueurs pour. La seconde partie sera meilleure car on a appris de nos erreurs. Il faut faire une série pour sortir de la zone, ce serait pas mal, la roue va tourner. On va se libérer, on verra ce qui va arriver, les jeunes ont appris, on va se maintenir.

Eloge, vous venez d'avoir 30 ans (le 23 janvier). Quel est votre avenir ? Vu comme c'est parti, il me reste deux ans de contrat et j'aimerais aller au bout mais dans le foot on ne sait jamais. Aujourd'hui on me dit : « Eloge, tu finis ta carrière ici », je dis oui ! J'ai eu des occasions de partir mais je n'ai jamais voulu aller au clash, je suis terre à terre car je sais d'où je viens. J'en profite un max. L'Estac et moi, c'est une petite histoire d'amour, je ferais tout pour que ça continue. C'est une fierté de rester, je veux battre Gaël (Sanz, ancien capitaine, resté neuf ans au club, ndlr) et je lui ai dit !

Propos recueillis par Jérémy Pichon xJamais deux sans Troyes...

Lille reste sur deux défaites en championnat, la dernière à l'extérieur (1-0) au Parc des Princes contre le PSG. Juste avant, le Losc s'était incliné à domicile contre Nice (2-0). Alors, jamais deux sans Troyes ?

xLe mercato s'agite

Après Mounir Obbadi, qui a rejoint Monaco, c'est Grégory Bettiol qui a résilié son contrat avec le club troyen mercredi 30 janvier. Il s'est s'engagé avec Clermont (L2) pour deux ans et demi. Arrivé à l'été 2007 en provenance de Lyon, il a disputé 129 matchs sous le maillot bleu et blanc. « C'est mieux pour lui qu'il retrouve du temps de jeu », assure son ami Julien Faussurier.

xDes bleus en rouge

Des Lillois vont retrouver le club troyen : Djibril Sidibé, son club formateur, qu'il a quitté il y a quelques mois, et Ronny Rodelin, qui avait été prêté six mois par Nantes au mercato hivernal 2010.

RN 77 Chemin du chanvant 10120 St André les vergers tél: 03.25.75.50.95 fax: 03.25.49.22.58

xLes plus beaux but s sont troyens

Léquipe.fr réalise chaque semaine un top cinq des plus beaux arrêts et des plus beaux buts. C'est ce second qui intéresse l'Estac cette semaine. En effet Fabien Camus pour son coup franc et Stéphane Darbion sont dans ce top cinq. Le tir de Darbion a été élu plus beau but de la 22e journée et Camus le talonne à la deuxième place.


11 x

I mmobilier

LOCATIONS

VENTES

TYPE 3 STE-SAVINE – Appt T3 de 70 m². Résidence entièrement rénovée, au cœur de l’av Gallieni. Appt T3 duplex avec 2 chbres, parquet et cheminée décorative, chauff. ind. gaz. Dispo de suite. 606 € CC/mois. DPE : C. Réf. 1988. MON LOGIS 03.25.75.91.70 ou mon-logis.fr

TYPES 2 Avenue Wilson Saint André les Vergers (10120), superbe F2 de 50m2 exposé plein sud, dans une résidence calme et sécurisée, ainsi qu’un jardin de 30m2. Proche du centre Ville de Troyes. Bâtiment BBC, livraison prévu 4ème trimestre 2013. 145 000 EUROS. Contactez nous : 03.25.76.32.42 130 Avenue Pierre Brossolette TROYES www.e-promotion-immo.fr

TYPE 4 ST-ANDRE-LES-V. – Appt T4 rénové. Petite résidence calme, av de l’Ile Germaine. Appt de 78 m², 2 chbres, entrée, grande pièce de vie, chauff. ind. gaz, parking, accès sécurisé. Dispo de suite. 723 € CC/mois. DPE : C. Réf. 1978. MON LOGIS 03.25.75.91.70 ou mon-logis.fr MAISON VAUDES – Pavillon récent 100m². A 20 min de Troyes. Pavillon de plain pied avec 3 chambres, chauffage électrique, jardin et garage. Dispo en février. 751 € CC/mois. DPE : D. MON LOGIS 03.25.75.91.70 ou mon-logis.fr

TYPES 3 Avenue Wilson Saint André les Vergers (10120), F3 d’une superficie moyenne de 65m2, ainsi qu’une terrasse exposée plein sud de 9m2, avec cuisine équipée, pièce à vivre carrelée et chambres parquétées, de multiples prestations. Proche du centre ville de troyes, Batiment BBC, livraison prévue 4ème trimestre 2013. 185 000 € Contactez nous : 03.25.76.32.42 130 Avenue Pierre Brossolette TROYES www.e-promotion-immo.fr

TYPES 3 Rue du Clos Camus Troyes (10000), Superbe F3 dans une résidence calme et sécurisée, profitez d’une superficie de 58m2 ainsi que d’un balcon exposéplein sud de 9m2. Bâtiment BBC, livraison prévu 1er trimestre 2013. 154 500 € Contactez nous : 03.25.76.32.42 130 Avenue Pierre Brossolette TROYES www.e-promotion-immo.fr

La résidence APOLLINE, à TROYES (10000),Vous propose un F3 DUPLEX de 65 m2 avec jardin de 33m2. Exposé pleins sud ouest un BATIMENT BBC, livraison prévu au 1er trimestre 2013. Contactez nous : 03.25.76.32.42 130 Avenue Pierre Brossolette TROYES www.e-promotion-immo.fr

ST-ANDRE-LES-V. – 8 rue de Verdun, Entrée 8, n°31. Appt T3 de 55 m². Entrée, cuisine, sdb, wc, dégagement, salon/séjour, 2 ch. PRIX 60 500 €. DPE : D. Vente réservée pendant 2 mois aux locataires Mon Logis (à partir du 01/02/2013). Visite immédiate possible pour

t ro y es. l h eb d o d u ve n d re d i. com tout public. MON LOGIS 03.25.75.91.70 ou mon-logis.fr MAISON ST-JULIEN-LES-V. – 64 rue du Bois Gibault. PAVILLON T5 de 105 m². Salon, séjour, cuisine, loggia à l’étage, sdb, 2 wc, 4 ch., garage, jardin de 507 m². Chauff. gaz. Menuiseries neuves. PRIX 167 750 €. DPE : D. Vente réservée pendant 2 mois aux locataires Mon Logis (à partir du 01/02/2013). Visite immédiate possible pour tout public. MON LOGIS 03.25.75.91.70 ou mon-logis.fr TYPE 4 ST-ANDRE-LES-V. – 4 allée du Pré Vivien, n°31. Appt T4 de 99 m². Entrée, grand séjour, cuisine, 3 ch., beau balcon, cave, parking. Chauff. ind. gaz. PRIX 115 000 €. DPE : D. Vente réservée pendant 2 mois aux locataires Mon Logis (à partir du 01/02/2013). Visite immédiate possible pour tout public. MON LOGIS 03.25.75.91.70 ou mon-logis.fr

N°20 du 1er au 7 février 2013

ST-ANDRE-LES-V. – 2 allée du Pré Vivien, n°21. Appt T4 de 78 m². Entrée, séjour, grande cuisine, 3 ch., beau balcon, cave, parking. Chauff. ind. gaz. PRIX 97 000€. DPE : D. Vente réservée pendant 2 mois aux locataires Mon Logis (à partir du 01/02/2013). Visite immédiate possible pour tout public. MON LOGIS 03.25.75.91.70 ou mon-logis.fr

TYPE 3 ST-ANDRE-LES-V. – 4 allée du Pré Vivien, n°12. Appt T3 de 68 m². Entrée, séjour, cuisine, 2 ch., grand balcon, cave, parking. Chauff. ind. gaz. PRIX 86 000€. DPE : D. Vente réservée pendant 2 mois aux locataires Mon Logis (à partir du 01/02/2013). Visite immédiate possible pour tout public. MON LOGIS 03.25.75.91.70 ou mon-logis.fr MAISON ST-JULIEN-LES-V. – 1 rue Percehaie. PAVILLON T5 de 107 m². Salon, séjour, cuisine, sdb, 2 wc, 4 ch., garage, jardin de 215 m². Chauff. gaz. PRIX 130 000 €. DPE : D. Vente réservée pendant 2 mois aux locataires Mon

Logis (à partir du 01/02/2013). Visite immédiate possible pour tout public. MON LOGIS 03.25.75.91.70 ou mon-logis.fr MAISON NOGENT/SEINE – 7 place des Combattants d’AFN. PAVILLON T5 de 88 m². Entrée, salon/séjour, cuisine, 3ch., placards, garage, jardin de 480 m². Chauff. élec. PRIX 116 000 €. DPE : F. Vente réservée pendant 2 mois aux locataires Mon Logis (à partir du 01/02/2013). Visite immédiate possible pour tout public. MON LOGIS 03.25.75.91.70 ou mon-logis.fr MOULIN Rue des Bas Trévois à TROYES (10000), Magnifique Moulin de 213m2, à aménager en maison de ville sur un site d’éxeption, idéal pour les amoureux du patrimoine Troyen. 150 000 EUROS Contactez nous : 03.25.76.32.42 130 Av Pierre Brossolette TROYES www.e-promotion-immo.fr


12 x

S or tie

t ro y es. l h eb d o d u ve n d re d i.c o m N ° 2 0 d u 1 er a u 7 f é v r i e r 2 0 1 3

Opéra

Orchestre symphonique de l'Aube

La flûte enchantée : le chefd'œuvre de Mozart revisité

Quatre représentations de « La Musique Française »

xPour son premier opéra de la saison, la Maison du Boulanger a choisi l'un des plus grands chef-d'œuvres de W.A. Mozart : « La flûte enchantée ». Écrite en 1791 pour un petit théâtre de la banlieue viennoise, c'est aujourd'hui l'opéra le plus joué au Monde. L'histoire, influencée par l'intérêt que portait Mozart pour la franc-maçonnerie et le rituel de l'initiation, met en scène Tamino, un prince égyptien qui doit surmonter maintes épreuves pour épouser la femme qu'il aime  : Pamina. S'ensuit alors un parcours plein d'embûches pour le prince qui, représentatif du La Flûte enchantée, un opéra en deux actes très sollicité. © DR «  bien  », triomphera du « mal » et s'affirmera face à la Reine de la Nuit. Pour la représentation de cet opéra en deux actes, Emmanuel Marfoglia, directeur artistique et metteur en scène de la troupe du Renouveau Lyrique, a choisi d'interpréter la pièce avec des dialogues uniquement en français et loin de la référence au rituel d'initiation de la franc-maçonnerie. Plus léger, l'opéra abordera tout de même l'homme dans la société et le dépassement de soi, ainsi que la réflexion sur sa condition, sur ce qu'il est et ce qu'il veut devenir. La flûte enchantée, opéra en 2 actes, vendredi 8 février à 20h30 au Théâtre de Champagne. Tarifs : 33€ pour les moins de 25 ans : 15€.

En Bref

xVoyage autour de l'agglo, derniers rendez-vous aux Noës et à Saint-André Le festival Voyage autour de l'agglo touche à sa fin. Rendez-vous ce vendredi 1er février aux Noës-près-Troyes, en collaboration avec la commune de La Chapelle Saint-Luc à 20 heures, salle Pierre Rat, pour un voyage à travers L'Europe centrale avec l'association culturelle polonaise de Pont-Sainte-Marie et Makedonsko de Troyes. Gratuit sur réservation en télpéhonant à la mairie au 03 25 74 40 35. Dernier acte samedi 2 février à Saint-André-les-Vergers, en collaboration avec la commune de Saint-Germain, où est proposé un tour du monde en musique avec Sertao et Mer de Saint-Julien-les-Villas, l'association Percu et danse de Pont-Sainte-Marie et l'harmonie municipale de Sainte-Savine. Rendez-vous à 20 heures à l'espace Gérard Philipe, à Saint-André-les-Vergers. Gratuit sur réservation 03 25 49 62 81.

xPour la cinquième série de sa saison 2012-2013, l'Orchestre symphonique de l'Aube (OSA) se produira dans quatre communes du département. Sur le thème de La Musique Française, ses nombreux musiciens interprèteront « Sables  » de Marc-Olivier Dupin, «  La Mer » de Claude Debussy et «  Les Biches  » de Francis Poulenc, en hommage à cet artiste disparu depuis 50 ans. Enfin, sur un poème symphonique, les mélomanes pourront entendre « le Chas- L'Orchestre symphonique de l’Aube se produira dans quatre communes du département. © DR seur maudit » de César Franck, auteur contemporain souvent oublié. Ce thème, qui suit « Musique russe », « Pianos et cinéma », « Au fil du Danube » et « Romantisme avec la contrebasse », s'inscrit dans la volonté de l'OSA, d'apporter une véritable évasion musicale aux amateurs de musique. Pour être accessible à tous, l'Orchestre et le Conseil Général de l'Aube maintiennent leur politique de prix minimums. A voir vendredi 1er février à 20h30 à l'Agora Michel Baroin, avenue Saint-Roch, Nogent-sur-Seine; samedi 2 février, à 20 h 30, à l'Espace Jean-Pierre Davot, 7, rue des Varennes à Bar-sur-Aube; dimanche 3 février à 10 h 30 au Théâtre de Champagne à Troyes; et le 3 février à 15 h 30 Salle des fêtes, rue de la République, Estissac. Tarif adulte : 10 à 15€ ; réduit : 5€.

Concert

Du jazz, dimanche à Thuisy xAlain Fourtier et Camille Sansault, guitaristes, Denis Grenier aux percussions et Jean-Louis Ryckbosch au trombone donneront un concert ce dimanche 3 février, à la crêperie de la Ferme de la renaissance, à Thuisy, près d'Estissac. Au programme, des standards, bossa-novas et compositions personnelles.

Entrée libre mais il est conseillé de réserver au 03 25 40 45 81.

Une séquence de jazz est proposée par ces quatre musiciens, dimanche à Thuisy. © DR

CONCERTS CONCERTS CONCERTS CONCERTS CONCERTS CONCERTS CONCERTS CONCERTS CONCERTS CONCERTS CONCERTS CONCERTS CONCERTS samedi 2 février

MUSIQUE CELTIQUE ET IRLANDAISE

Les Owen’s friends vous embarquent dans un voyage hypnotique et débridé à travers l’Irlande, en passant par la Bretagne, l’Ecosse et le Centre France.

19 h - 20 h : Apéro Concert dansant. 21h30 : Diner Concert dansant. Au Bistro.

dimanche 3 février

ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE L’AUBE, MUSIQUE FRANÇAISE

Marc-Olivier Dupin - Sables, Claude Debussy - La Mer, Francis Poulenc Les biches(suite d’après le ballet),

César Franck - Le chasseur maudit (poème symphonique).

À 10h30. Théâtre de Champagne. Tarifs : 10 euros (balcon 15 uros) / 5 euros. Autre concert : 15h30 à la Salle des Fêtes, Estissac. Tarifs : 10 euros / 5 euros.

mardi 5 février

CONCERT DE CARNAVAL

Par les élèves de l’Ecole Municipale.

À 18h30. Espace Gérard Philippe. Gratuit.

mardi 5 février

CONCERT JAZZ

Par le Conservatoire Marcel Landowski.

À 20h30. Théâtre de la Madeleine. Gratuit.

mercredi 6 février

vendredi 8 février

samedi 9 février

MÉLOSOLEX TRIO

LA FLÛTE ENCHANTÉE

ABBA MANIA

Jazz.

À 20h00. La Grange. Tarifs : 8 euros / 5 euros.

Opéra en 2 actes. Livret de Emmanuel Schikaneder. Musique de Wolfgang Amadeus Mozart.

À 20h30. Théâtre de Champagne. Tarifs : 33 euros, 15 euros pour les moins de 25 ans.

jeudi 7 février

NOE REINHADT MIEUX QUARTET

/ MARC BERTHOU-

Les deux solistes développent un discours d’une musicalité infaillible et charmeuse qui ne peut que ravir tout amateur de jazz.

À 20h45. Centre culturel Didier Bienaimé. Billetterie Aube Musiques Actuelles. Tarifs : 13 euros / 10 euros/ 6 euros.

vendredi 8 février

TEMPORADE BRÉSILIENNE

À 20h30. Maison du Patrimoine du Grand Troyes. Gratuit.

Bien que dissout il y a plus de 25 ans, ABBA continue de vendre deux à trois millions d’albums par an. Depuis 1974, le groupe a vendu 360 millions d’albums dans le monde. Seuls Elvis Presley et les Beatles ont fait mieux.

À 20h30. Le Cub3-Parc des expositions. Tarifs : Carré d’or : 45 euros / 1ère série : 40 euros/ 2ème série (gradins libre) : 35 euros.


13 x

S or tie

t ro y es. l h eb d o d u ve n d re d i.c o m N ° 2 0 d u 1 er a u 7 f é v r i e r 2 0 1 3

Exposition aux archives départementales

Exposition

Montgueux, son passé et ses légendes

Les peintures douces et improvisées de Tatsuo Jikumaru

xDans le cadre de l'enseignement d'exploration « Patrimoine », douze élèves de seconde du lycée Chrestien de Troyes se sont intéressés à la commune de Montgueux et à ses aspects patrimoniaux. Sous la conduite de Guillaume Vial qui enseigne l'Histoire-Géographie, et de Claude Vol, enseignant de Lettres modernes, les jeunes ont procédé à des véritables recherches historiques pour présenter leur regard Montgueux, une singulière colline troyenne, jusqu'au 15 février aux arneuf sur l'histoire de la chives départementales de l'Aube. © L'hebdo du vendredi commune auboise. Dépouillement des archives, recherche documentaire, manipulation des bases de données, interview des habitants... La multiplicité des méthodes leur ont permis de créer une exposition de dix panneaux, uniquement consacrée au passé de Montgueux. De nombreuses légendes courent sur ce lieu. Par exemple, on dit qu'un trésor, caché par des moines à l'approche de pillards, est encore enfoui aux alentours de la commune. D'autres racontent que la colline a été formée avec de la terre qui a servi pour la construction de la cathédrale de Troyes, ou encore qu'une sorcière aurait été noyée au pied de cette colline.... Montgueux, une singulière colline troyenne, jusqu'au 15 février aux archives départementales de l'Aube, 131, rue Etienne-Pédron, à Troyes. Tous les jours sauf week-end et mardi matin, de 9 h à 17 h ; mardi : de 13h30 à 17 h. Entrée libre.

Exposition - Pont-Sainte-Marie

Céline Nicolas et Philippe Vaquette : entre précision et spontanéité

xLa précision de Céline Nicolas est optimale. Gravée dans la terre blanche polie et enfumée, elle décèle une certaine force de caractère, une volonté sans faille, un certain courage et de nombreuses émotions. Menant un travail de recherche sur l'écriture, l'artiste utilise son propre langage pour se défaire de ses charges émotives et sensorielles, transformant alors ses pièces comme des témoins de son passé et de son présent. A l'occasion de cette exposition, elle cohabite avec le peintre Philippe Vaquette, qui propose un travail différent, où

chaque étape de sa réalisation est aléatoire, spontanée. Les couleurs sont intenses, les teintes se superposent, s'enchevêtrent à l'aide d'un procédé qui consiste à enlever de la matière. Les oeuvres sont expressives, complémentaires avec celles de Céline Nicolas.

Exposition de sculpture céramique et peinture, du 26 janvier au 16 mars à la galerie Artes, 3, rue Pasteur, Pont-sainte-Marie. Du mercredi au samedi de 15h à 19h. Entrée libre.

xVisages angéliques de femmes aux yeux clos et aux vêtements intemporels, paysages composés d'arbres effeuillés au bord d'une route... Quel que soit le thème utilisé par l'artiste, les oeuvres dégagent une certaine sérénité et sensation de douceur créées par le peintre, comme s'il ne peignait pas mais effleurait plutôt les toiles de ses pinceaux. Utilisant principalement la couleur bleue, il avoue ne pas chercher à faire passer un message : « Ma peinture... C'est une image qui apparaît et qui évolue en cours de travail. Je n'impose rien, elle s'impose à moi ». Peintre amateur depuis l'enfance, il ne concrétise son rêve que lorsqu'il quitte le Japon pour la France. Il suit alors les cours des Beaux-Arts de Versailles puis, afin de multiplier ses savoirs, se rend aux cours de l'atelier de la mairie de Paris et ceux de modèle vivant. Installé à Ancy-le-Libre depuis de nombreuses années, il partage aujourd'hui son savoir-faire par le biais de l'association « Arts en Tonnerrois ». Professeur tous les mercredis après-midi, il enseigne notamment la peinture à l'huile, l'aquarelle et la création de dessins animés.

L'artiste japonais Tatsuo Jikumaru expose ses oeuvres à la galerie Saint-Martin. © DR

Tatsuo Jikumaru, jusqu'au 3 mars à la Galerie Saint Martin, 5, boulevard Victor Hugo à Troyes, du mardi au samedi, de 14h à 19h.

Pont-Sainte-Marie

Exposition internationale d'orchidées

xDécouvrez la sensibilité des orchidées vis-à-vis de la lumière, appréciez sa mise en valeur optimale et apprenez ses différentes conditions de culture avec cette nouvelle exposition. Organisée par l'Association d'Amateurs d'Orchidées Exotiques (AAOE), elle prendra forme sous une scène paysagère décorée de nombreuses espèces issues des collections personnelles des membres et de celles de cinq producteurs d'orchidées de notoriété internationale. Dans ce cadre fleuri, des plantes de qualité, des substrats pour orchidées et du matériel spécialisé seront mis en vente. Des animations ponctuelles agrémenteront l'exposition, comme des conférences animées par divers exposants et des membres de l'AAOE, des démonstrations de soins Les amateurs d'orchidées sont attendus ce week-end à Pont-sainte-Marie. et de rempotage, ainsi que la création d'un mur végétal. © DR Enfin, les plus belles orchidées seront récompensées lors d'un jugement réalisé par les élèves de l'école des juges. Orchidées en lumière, vendredi 1er février, de 14 h à 18 h, samedi 2 février et dimanche 3 février, de 10 h à 18h, à la salle des fêtes de Pont-sainte-Marie. Entrée : 3 euros, gratuit pour les moins de 12 ans.

AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA EXPOSITIONS

jusqu’au samedi 2 février

EXPOSITION : LA NAVIGATION

Vous découvrirez dans cette exposition l’ensemble des outils permettant de naviguer. De la pierre de soleil jusqu’au système de localisation par satellite en passant par les outils de radionavigation.

Maison de la science Hubert Curien, 2 Ter, rue Lamoricière, Sainte-Savine. Entrée libre.

jusqu’au dimanche 3 février

EXPOSITION DE NADINE MONNIN

1461 photographies sont chargées

de représenter le temps qui passe à travers le regard de l’artiste contemporaine.

Salle d’Exposition - Hôtel de ville, 1, rue Lamoricière, Sainte-Savine. Du lundi au samedi de 14h à 18h. Entrée libre.

jusqu’au vendredi 15 février

MONTGUEUX, UNE SINGULIÈRE COLDépouillement des archives, recherche documentaire, manipulation des bases de données, interview des habitants... 10 panneaux sur le passé et les légendes de Montgueux, réalisés par des élèves du LINE TROYENNE

lycée Chrestien de Troyes.

Archives départementales de l’Aube, 131, rue EtiennePédron, Troyes. Du lundi au vendredi de 9 h à 17 h et mardi de 13h30 à 17 h. Entrée libre.

jusqu’au samedi 16 février

TALENTS PONTOIS

À l’occasion des onze ans de la manifestation « Talents Pontois », plus d’une vingtaine d’artistes locaux exposeront leurs œuvres durant quelques jours. Ces artistes en herbe nous proposent une palette très diversifiée de créations locales originales.

À 14h00. Salle des Fêtes, Pont-Sainte-Marie.

jusqu’au vendredi 22 février

EXPOSITION : LES ARBRES, C’EST LA VIE

Présentation des dessins d’enfants et de jeunes du monde entier, réalisés à l’occasion du Concours International d’Arts Plastiques organisé chaque année par le centre pour l’UNESCO Louis François de Troyes. À 14h00. Bibliothèque Municipale, Saint-Parres-aux-Tertres.

LOISIRS jusqu’au lundi 11 février

27E SALON DES ARTISANS D’ART

110 exposants. L’occasion de dé-

couvrir une grande diversité de pièces uniques, plus originales les unes que les autres ! Pendant 4 jours, des artisans d’art venus de toute la France viennent vous faire découvrir leurs « métiers passion ».

Parc des Expositions. Vendredi 8 février : de 14 h à 20 h. Samedi 9 février et dimanche 10 février : de 10 h à 19 h. Lundi 11 février : de 10 h à 18 h. Tarifs : Tarif plein 4 euros / Tarif réduit 3 euros. Tarif enfant (5 à 12 ans) : 1 euro.


14 x

C inéma

troyes.lhebdoduvendredi. com

N ° 2 0 d u 1 er a u 7 f é v r i e r 2 0 1 3

Les horaires x

Pa t r i c k Va n l a n g h e n h ove n

du 30/01/2013 au 05/02/2013

AMITIÉS SINCÈRES

(France 1H44 Comédie dramatique) De Stephan Archinard, François Prévôt-Leygonie, avec Gérard Lanvin, Jean-Hughes Anglade, Wladimir Yordanoff. Walter est un homme au grand cœur qui déteste le mensonge et consacre sa vie à sa fille et ses deux amis. Pour lui, une seule devise prédomine : en amour comme en amitié, on se dit tout. Sauf que pour ne pas le froisser, ses amis lui cachent deux ou trois bricoles qui risquent de tout remettre en cause. Une comédie classique où chacun tient sa place sur le mensonge et l’amitié.

CINÉ City 11, rue des Bas-Trevois - Troyes Django Unchained VO jeudi lundi 14h | 17h15 | 20h45 VF mercredi vendredi samedi mardi 14h | 17h15 | 20h45; dimanche 10h30 | 14h | 17h15 | 19h45 Alceste à bicyclette VF mercredi 16h15 | 19h15; jeudi lundi mardi 14h | 19h15; vendredi 14h | 19h45; samedi 16h15 | 19h45; dimanche 16h15 | 18h30 Amitiés Sincères VF mercredi jeudi lundi mardi 14h15 | 16h30 | 19h15 | 21h30; vendredi samedi 14h15 | 16h30 | 20h | 22h15; dimanche 10h50 | 14h10 | 16h25 | 18h40 | 20h55 Zero Dark Thirty VF mercredi 14h15 | 21h; jeudi 17h45 | 21h; vendredi samedi 14h | 21h30; dimanche 16h30 | 20h; lundi mardi 21h Lincoln VF mercredi jeudi vendredi samedi lundi mardi 14h20 | 17h30 | 20h30; dimanche 10h40 | 14h | 17h | 20h Le Dernier Rempart VF mercredi 14h10 | 21h30; jeudi lundi mardi 16h15 | 21h30; vendredi samedi 16h05 | 22h15; dimanche 14h10 | 20h45 Paulette VF mercredi jeudi lundi 14h25 | 16h25 | 19h25 | 21h30; vendredi 14h | 16h15 | 19h35 | 22h; samedi 14h | 16h | 20h | 22h; dimanche 10h55 | 14h25 | 16h25 | 20h45; mardi 14h25 | 16h25 | 21h30 Max VF mercredi 16h35 | 19h30; jeudi lundi mardi 14h15 | 19h30; vendredi samedi 14h10 | 18h | 20h25; dimanche 11h | 16h30 | 18h30 Intersections VF mercredi jeudi lundi mardi 16h35 | 21h45; vendredi samedi 16h35 | 20h; dimanche 16h25 | 18h35 | 20h45 Happiness Therapy VF mercredi mardi 14h | 16h30 | 19h | 21h35; vendredi samedi 14h15 | 16h45 | 19h30 | 22h; dimanche 10h45 | 14h15 | 16h45 | 20h30 VO jeudi lundi 14h | 16h30 | 19h | 21h35 Le Monde de Nemo VF mercredi samedi 14h; dimanche 10h45 | 14h Pas très normales activités VF mercredi jeudi lundi mardi 14h20 | 16h15 | 19h40; vendredi samedi 14h | 16h | 18h | 22h15; dimanche 11h | 14h | 16h | 21h De l'autre côté du périph' VF mercredi 21h30; jeudi lundi 16h25 | 21h30; vendredi 16h25 | 22h; samedi 18h | 22h; dimanche 18h25 | 20h45; mardi 16h25 7 Psychopathes VO jeudi lundi 14h15 | 19h20 | 21h35 VF mercredi jeudi lundi mardi 14h15 | 19h20 | 21h35; vendredi samedi 14h15 | 19h40 | 22h15; dimanche 10h45 | 14h | 18h Rue Mandar (pour que l'année soit douce) VF mercredi 18h45; jeudi 14h30; vendredi 17h15; samedi 17h15 | 19h25; dimanche 14h25; lundi mardi 16h30 | 18h45 Des Filles en noir VF mardi 20h30 (suivi d’un débat)

HAPPINESS THERAPY

(USA 2H02 Comédie dramatique) De David O. Russell, avec Bradley Cooper, Jennifer Lawrence, Robert De Niro. Pat ne possède plus rien, ni famille, ni maison. Le voilà revenu à la case départ chez papa et maman. Il rencontre Tiffany, une jeune femme à la vie bousculée, comme lui. Contre un retour de service, elle lui propose de l’aider à reconquérir sa femme. La vie transformera cet échange en bien plus, un retour dans le grand jeu des rêves et d’un avenir souriant. Le réalisateur de Fighter poursuit la même interrogation sur le mal-être de la classe moyenne américaine, en abordant le jeu, la prostitution, la bipolarité, avec deux acteurs inspirés. Cela donne au final une comédie qui pourrait surprendre au prochains Oscars.

INTERSECTIONS (12 ANS)

(France 1H41 Thriller) De David Marconi, avec Roschdy Zem, Frank Grillo, Jaimie Alexander. Un couple d’Américains se retrouve embarqué avec une bande d’inconnus pas très catholiques après un accident en plein désert. Comment s’en sortiront-ils en ignorant tout des uns et des autres, la solidarité ou les intérêts prendrontils le pas ? Un thriller convenu qui se laisse voir malgré certains aspects peu crédibles.

gros plan

Can't stop, won't stop, a history of the Hip-Hop generation (Jeff Chang ; St Martin's Press) 360°. Voilà le terrain couvert par cette bible à destination de tout amateur de Rap désireux de connaître un peu

x

LINCOLN

(USA 2H39 Biographie) De Steven Spielberg, avec Daniel Day-Lewis, Sally Field, David Strathairn. La première image nous ramène à la guerre et sa cohorte de désillusion, de terreur et d’horreur. Les dernières images s’achèvent sur un champ de bataille, écho des films de guerre de Spielberg. Il n’y a plus de lutte mais uniquement les corps gisants dans le silence de la fin des batailles. Entre les deux, s’allongent quatre mois pour mettre fin à la boucherie et signer le 13e amendement mettant fin à l’esclavage. C’est un film de la parole avec en fond le son des canons, pour que peut-être elle nous libère des batailles. La mise en scène reste sobre, classique brailleront certains, proche d’une partie d’échecs. Le mat sonne le glas d’un monde ou l’Afro-américain était un bien, et non un citoyen. L’enjeu est de taille. Lincoln pourrait finir la bataille avant que ne sonne l’heure, imposer la reddition au sud. Dans ce cas les esclaves redeviendraient des biens que l’ennemi exploiterait de nouveau. Tout le texte du 13e amendement repose sur le constat de l’égalité citoyenne, avant celle de la race. Le jeu est serré, les tractions pour un vote, aujourd’hui encore de mise au Congrès, vont bon train. C’est une voix contre un poste, des trahisons, des mensonges, des revirements de dernière minute, la paix et la liberté pour tout un peuple. La mise en scène joue la parole, resserre l’espace pour nous plonger dans des scènes intimistes ou parfois soutenues par la tension. De temps en temps, elle offre, avec quelques moments d’espaces plus larges, des respirations salutaires. Nous remarquerons des constances dans les mises en images chez Spielberg, comme pour La liste de Schindler. Lincoln apparaît comme une ombre de dos. L’autre partie se joue dans le bureau de Lincoln avec ses conseillers, c’est ici que la stratégie s’élabore, que les pactes se tissent. Ainsi, l’idée de classique du début laisse la place à la seule manière de construire son récit pour qu’elle contienne le tout, comme toujours chez lui. Découvrez la version longue et les sorties de la semaine sur www.cine-region.fr et notre chronique le mercredi de 18H à 18H30 sur France bleu Champagne.

M usique : la Griffe Velours

Hip-Hop Immortals (Immortal Brands) Les anglo-saxons appellent ça un coffee table book. Comprenez un livre de table basse. Soit un ouvrage grand format, généralement dédié à un sujet artistique, et qu'il fait bon laisser traîner négligemment sur la table du salon. N'en déplaise à nos amis outre-Atlantique, les lecteurs européens amateurs de beaux livres auront tout intérêt à ranger ce luxueux volume dans son habitat naturel : une bibliothèque. La prestance de Rakim dans un noir et blanc somptueusement contrasté, la loufoquerie d'un Ol'Dirty Bastard à moitié édenté, la fantaisie d'un Eminem encore insouciant à l'époque, autant d'instantanés témoignant des quelques rares moments de pause (pose ?) dans une musique dont les acteurs ne cessent de cavaler.

PAS TRÈS NORMALES ACTIVITÉS

(France 1H24 Comédie) De Maurice Barthélémy, avec Norman Thavaud, Stefi Celma, Maurice Barthélémy. Un jeune couple décide de faire une vidéo amateur avec son portable en souvenir de leur amour romantique dans la maison de mamie. Des faits étranges et mystérieux les poussent à appeler un copain vidéaste, pour tenter d’éclaircir le paranormal. C’est une parodie de l’imbuvable Paranormal Activity qui plaira aux jeunes, adeptes d’un cinéma sans profondeur.

RENDEZ VOUS À KIRUNA

(France 1H37 Drame) De Anna Novion, avec Jean-Pierre Darroussin, Anastasios Soulis, Claes Ljungmark. Ernest, architecte de renom, tout en conduisant un projet important pour son entreprise, doit se rendre à Kiruna, en Laponie, pour reconnaître le corps d’un fils qu’il n’a jamais reconnu. Comme le dit le proverbe, ce qui compte c’est la route et ceux que l’on croise. Un jeune homme, des gens sans importance, transforment cette obligation en une prise de conscience. Il en reviendra changé et prêt à aborder la vie plus sereinement. Une des bonnes surprises de cette semaine, découverte à Sarlat, tendresse, émotion et le nouveau départ d’un homme en suspens.

x 3 livres essentiels sur la culture Hip-Hop

mieux cette musique. Erudit, passionnant, l'ouvrage est la première vraie tentative de dresser un historique exhaustif de la culture Hip-Hop. Il faut dire que son auteur connaît plutôt bien le sujet. Passionné par ce courant dès son adolescence, Jeff Chang commence par fonder le label Solesides avec son pote DJ Shadow avant de se consacrer au journalisme musical. En 2005, il termine son premier livre, situé quelque part entre la thèse universitaire et la déclaration d'amour. S'intéressant à toutes les facettes du Hip-Hop, Chang analyse son sujet à travers différents prismes, tous plus passionnants les uns que les autres (le rôle joué par les gangs du Bronx dans l'émergence de ce mouvement, l' influence de la musique jamaïcaine...)

Ego trip's Big Book of Rap Lists (S. Jenkins, E. Wilson, C. Mao, G. Alvarez, B. Rollins ; St Martin's Press) Diamétralement opposé à la somme quasi-définitive sur le sujet que constitue Can't stop Won't stop, Egotrip's Big

Book of Rap Lists n'en demeure pas moins aussi essentiel que son illustre voisin d'étagère. 1994 : 5 journalistes décident d'injecter une bonne dose d'humour et d'autodérision dans une presse rap qui fait pâle figure à côté de sa cousine rock. Ils fondent le magazine Egotrip, qui prendra le pouls de la nation rap pendant 5 ans. Avant de voler vers diverses carrières, les compères s'offrent un chant du cygne. Ils unissent leurs forces (et leur connaissance encyclopédique du Hip-Hop) pour compiler plus de 200 listes, de la plus triviale (les rappeurs ayant joué dans des pubs pour le soda Sprite ) à la plus documentée (les 25 meilleurs albums de Rap, année par année, de 1979 à 1999), en passant par la plus improbable (la recette du ragoût aux fruits de mer de la rappeuse Mia X). Le résultat, complètement inutile et donc complètement indispensable, se picore par petites bouchées, sous peine d'indigestion. DJ Poom

Chaque semaine l'association Velours sort de ses bacs un album oublié qu'il fait bon (ré)écouter.

Retrouvez également la griffe Velours dans l'émission le Style du Tigre, tous les mercredis de 18h à 19h sur Radio Primitive (92.4 FM).


15 x

ortrait P

w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

N ° 2 0 d u 1 er a u 7 f é v r i e r 2 0 1 3

Sophie Soumaré, directrice du Groupement pour l'abolition des mutilations sexuelles en Champagne-Ardenne

« J'ai fait ça parce qu'il le fallait »

cart du village, avec des sages, les femmes anciennes, qui s'occupaient de nous avec des décoctions à base de plantes, d'écorce. L'une d'entre nous a fait une hémorragie, elle en est morte. » « Comme toutes les filles, je n'avais pas le droit d'aller à l'école. Je faisais les corvées ménagères, j'aidais ma mère. À 14 ans, je ne savais ni lire ni écrire. x« Je suis née en pays Dogon, à Pel, Mais mon désir, c'était d'aller à l'école. P-E-L, comme plan d'épargne loge- Je trouvais injuste que seuls les ment ». Sophie Soumaré ne se départit garçons puissent s'y rendre. Alors, que rarement de son humour et de son après les corvées, je courais à la misrire contagieux. La suite ne s’y prête sion catholique. Ça s'appelait l'école plus. Mais elle raconte, livre tout, ou ménagère, on pouvait y apprendre à presque, s'excuse des détails insuppor- tricoter, broder. J'ai pu commencer à tables. Elle sait qu'il n'y a qu'un moyen apprendre à lire. Comme j'étais très de faire rentrer la lutte contre les muti- motivée, la mère supérieure m'a fait lations sexuelles dans les têtes. entrer en CM2, à 14 ans ! J'ai pu « Chez les Dogons, les ethnies sont con- obtenir mon certificat d'études. servatrices des traditions. Comme J'étudiais chez moi, à la lampe à pétoutes les autres filles, j'ai été excisée à trole. Je faisais mes calculs à même le l'âge de 8 ans. A ce moment-là, je croy- sol, sur la terre. C'était mon ardoise ais que toutes les femmes du monde gratuite ! Le certificat, c'était le passeétaient excisées. Dans mon ethnie, on port pour aller au collège. Si moi j'ai considère que chaque enfant naît avec réussi dans ces conditions, c'est normal une représentation en miniature du sexe que mes enfants, ici, avec tous les opposé. Le prépuce, moyens dont c'est une part du « Moi aussi, à l'époque, ils ont disposé, sexe féminin chez aient tous réusles garçons ; le cli- je pensais transmettre si ! » toris, c'est un sexe « Au collège, il à mes filles... » de garçon en petit. y avait l'enEt pour devenir complètement un seignement à l'accouchement. On nous homme, on circoncit. Pour devenir une projetait des diapos qui montraient femme, on excise. Pendant une céré- l'accouchement d'une femme non monie collective, toutes les filles d'une excisée. Elle accouchait «  avec le tranche d'âge passaient sous le seul sourire  »... Disons qu'elle n'avait pas couteau de l'exciseuse. Le souvenir est eu de déchirure, son enfant n'avais pas intact et très douloureux. Il n'y avait eu besoin d'être réanimé. évidemment pas d'anesthésie, et il ne Contrairement à une femme excisée... fallait pas crier ou fuir. On était condi- J'ai alors demandé : «  Comment se tionné à souffrir, et à ne pas montrer fait-il que celle qui a un clitoris, qui qu'on souffrait. C'était un déshonneur n'est donc pas une femme, puisse pour la famille. Après ça, il faut se accoucher ?  » La soeur m'a expliqué relever, faire quelques pas de danse que l'excision n'était pas pratiquée pour montrer son courage. On s'ab- partout, que c'était une culture. Alors stient de boire pour ne pas avoir envie j'ai dit à toutes les filles qui étaient là, d'uriner. On nous apprend toute une c'était en 1971, qu'il fallait que nous acrobatie pour uriner sans ressentir de nous engagions à ne pas exciser nos douleur. La cicatrisation a duré quatre filles. J'ai expliqué que rien ne pouvait semaines. Nous étions regroupées à l'é- justifier ce qu’on nous avait fait. Ce Mercredi 6 février, c’est la journée internationale de lutte contre les mutilations génitales. Sophie Soumaré, la directrice du Gams en Champagne-Ardenne, nous raconte son parcours. « Pour dire stop à l'excision. »

H o ro s c o p e

n'était pas religieux, je suis catholique, il y avait des musulmanes, des animistes. Certaines m'ont dit : « C'est la culture, l'excision, c'est la tradition, c'est automatique. » «  J'ai continué, et j'ai proposé qu'on scelle un pacte, le pacte d'Awa, dans lequel nous nous engagions à ne pas exciser nos filles. Awa, dans ma langue, ça veut dire secret. Nous, dix collégiennes, nous nous engagions à ne pas perpétuer l'excision. Si nous dix, n'excisons pas nos filles, elles n'exciseront pas les leurs, et petit à petit... » « Après le collège, le groupe s'est dispersé.  Je voulais être aide-soignante, mais on avait besoin d'administratifs, alors j'ai été formée comme sténodactylo. Je suis arrivée en France parce que j'ai perdu mon fiancé, qui faisait l'ENA, dans un accident de la route. Le prof qui m'avait eu comme élève et sa femme ont échangé sa place en France avec la mienne, pour me permettre de terminer mes études de secrétariat ici, à Reims. J'ai fait les cours du soir à Roosevelt et à Libergier, entre 1975 et 1977. J'ai rencontré un Sénégalais, musulman, favorable à l'excision, Il justifiait par le Coran. Alors je lui en ai offert un, et il n'a rien © l'Hebdo du Vendredi

x Bélier du 21.03 au 20.04 Les influences astrales vous demandent d’être réceptif(ve) au monde et de vous ouvrir aux autres. Tel est votre ciel planétaire. Surtout, ne faites pas bande à part, c’est une erreur.

x Cancer du 22.06 au 22.07 Aujourd’hui, le rythme ira crescendo, vous demandant de l’enthousiasme et de l’engagement. Il vous faudra sortir de votre cocon et aller sans craine audevant de la scène.

x Gémeaux du 21.05 au 21.06 Au travail, le cours des évènements échapperont à votre contrôle. Alors, ne cherchez pas à accélérer les choses, à obtenir des résultats immédiats par la manipulation. Lâchez plutôt du lest.

x Vierge du 23.08 au 22.09 Que d’efforts pour la réalisation d’un projet…très bien, mais il est probable que le résultat escompté ne se concrétise pas cette semaine. Restez motivé(e), ce n’est plus qu’une question de temps.

x Taureau du 21.04 au 20.05 N’attendez pas à ce qu’on prenne les initiatives à votre place. Réagissez en prenant du recul et votre temps. Ainsi, vous pourrez faire le tri dans vos idées, vos projets et vos relations.

x Lion du 23.07 au 22.08 Il est temps de prendre vos projets à bras le corps et de vous prouver de quoi vous êtes capable. Au niveau affectif et amical, des contacts se nouent. Soyez vous-même, soyez vrai(e) !

trouvé sur l'excision. Il est devenu mon allié, et mon mari, à deux conditions : pas de poligamie, et pas d'excision sur nos filles. J'ai eu deux filles et un garçon. Les trois enfants ont des prénoms musulmans et catholiques. » « Dès mon arrivée en France, j'ai milité, d'abord pour l'alphabétisation, puis la sensibilisation à l'excision. Jusqu'à il y a dix ans environ, c'était tabou, même ici. Les gynécologues ne disaient rien aux femmes excisées, on accouchait par césarienne pour éviter les risques, et c'est tout. Alors qu'il faut tendre la main. Les femmes excisées ne posaient pas de question, c'était aux professionnels de santé d'aller vers elles, d'expliquer. Ça a changé depuis, grâce au Gams. Dans la formation des sages-femmes, la sensibilisation à l'excision est obligatoire depuis environ dix ans. C'est obligatoire pour les infirmières aussi aujourd'hui. » «  On peut convaincre les femmes excisées de ne pas faire subir ce sort à leurs filles en utilisant le biais de la santé. Quand on leur demande si elles veulent que leurs filles souffrent comme elles... Je fais des causeries avec les femmes, et avec les cours d'alphabétisation, j'ai créé des liens de confiance. Dans ces moments, les langues se délient, les accouchements sont évoqués, les problèmes de sexualité. Je leur dit : « Vous savez, celles qui n'ont pas été excisées ne souffrent pas

comme vous. Si la religion ne l'indique pas, pourquoi l'accepter ? Est-ce que ce n'est pas juste une question de mainmise des hommes sur les femmes ? Voilà ce que je leur dis. Dans certaines ethnies, on pense que le clitoris est un dard qui rend l'homme impuissant... Ou que quand le clitoris touche la tête du bébé à l'accouchement, le bébé meurt...» « J'ai créé une association à Pel, là d'où je viens. L'association lutte contre toute forme de violences faites aux femmes et favorise la scolarisation des filles. Elle s'appelle Nienmoila. En Dogon, ça veut dire «  la femme est le pilier de maison », c'est le respect de la femme. c'est le prénom de ma maman. » « À Reims, un centre de reconstruction a ouvert. Je poursuis mon rêve d'éradiquer l'excision. Le combat continue. Et le 6 février, on dit « stop à l'excision ». Quand j'ai été décorée par la ville de Reims et par l'Etat, en 2009, je ne m'y attendais pas du tout. On consacrait mon travail quotidien, c'est important, parce que ça met la lutte sous la lumière. Mais moi, je n'ai pas fait ça pour être décorée. J'ai fait ça parce qu'il le fallait. » Mercredi 6 février, à l'occasion de la journée internationale contre les mutilations génitales, le film Fleur du désert de Sherry Hormann sera projeté à l'auditorium de la médiathèque JeanFalala à Reims à 20 h 30. Entrée libre.

Tony Verbicaro

xRepères Sophie Soumaré est née en 1953 à Pel, en pays Dogon, au Soudan français d'alors (indépendance en 1960), partie de l'actuel Mali. Arrivée à Reims en 1975, elle y a obtenu un BEP-CAP de secrétariat. Elle a repris des études dans les années 2000 et a obtenu le diplôme de technicienne de médiation en 2007. Elle a d'abord aidé les populations immigrées en alphabétisation, avant de sensibiliser à l'excision . Membre du Groupement pour l'abolition des mutilations sexuelles (Gams), créé au niveau national en 1982, elle est à l'origine de la création de l'antenne de Reims, en 1995, devenue depuis Gams Champagne-Ardenne. Sophie Soumaré, chrétienne, est mariée à un Sénégalais de confession musulmane. Ils ont élevé trois enfants, qui portent des prénoms catholique et musulman, et « ont tous réussi ». Fin 2009, elle a été décorée par la Ville de Reims et est entrée dans l'Ordre national du Mérite, au grade de Chevalier.

x Balance du 23.09 au 22.10 Rien de nouveau sur le plan matériel, mais l’avenir est prometteur. Pour l’instant, ne cherchez pas à vous mettre en avant, suivez les autres et privilégiez la patience !

x Capricorne du 23.12 au 20.01 Accueillez avec sérénité la nouveauté qui arrive à grand pas. Le changement est annonciateur de bonnes nouvelles et d’immense joie. En amour, prenez un petit bol d’air.

x Sagittaire du 23.11 au 22. 12 Au niveau professionnel, ça bouge, des opportunités se présentent, mais le meilleur est à venir. Soyez prêt à changer de cap quand la roue tournera en votre faveur.

x Poissons du 20.02 au 20.03 C’est une période de responsabilité et d’obligations. Il faudra prendre le taureau par les cornes et les problèmes à bras le corps. Courage et restez fidèle à vos convictions ! Benoit MELVHILLE

x Scorpion du 23.10 au 22.11 Ce n'est pas le moment d’imposer à votre partenaire votre choix. Laissez les choses se faire à leur rythme. Car des impondérables vous amèneront à reconsidérer la situation.

x Verseau du 21.01 au 19.02 C’est une semaine entre parenthèses, un sas de décompression. Pour l’heure, faites une halte, histoire de faire un bilan sur votre situation et vos attentes.


Entrée Adulte : 5 € Entrée 6-12 ans : 2,5 € Gratuit pour les moins de 6 ans Entrée + Spectacle Assis : 20 €

L'Hebdo du Vendredi - Troyes - 20  

L'Hebdo du Vendredi, édition Troyes, numéro 20, semaine du 1er au 7 février 2013

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you