Page 1

Centre hospitalier

Quatre mois après son arrivée, Danielle Herbelet dresse un premier bilan p.6

Tourisme

Les destinations d'été au départ de Vatry p.10 et 11

Animations dans les quartiers

Dimanche, la Vallée Saint-Pierre fait son Fenestival ! p.12

Armée de terre

Le général Guibert salue ses troupes avant de quitter la 1ère brigade mécanisée p.15

CHARGEZ. ROULEZ. BOSSEZ. GAGNEZ.

Tournez musiques ! NOUVELLE GAMME FORD TRANSIT

ÉDITION CHÂLONS N°269 du 20 au 26 juin 2014

> >

c h a l o n s . l h e b d o d u v e n d r e d i .

c o m

Transit. Transit Custom. Transit Connect et Transit Courier. Toujours plus intelligents, toujours plus solides, toujours plus économes. Rien de mieux pour vous aider à aller plus loin. Go Further

Groupe Saint Christophe 34 av. Winston Churchill CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE - Tél. 03 26 64 49 37

Ce samedi, l’arrivée de la Fête de la musique à Châlons donnera le rythme pour les semaines à venir. Le folk et ses traditions seront à l’honneur avec la 10e édition d’Entrez dans la danse, puis les 23e Musiques d’ici et d’ailleurs prendront le relais avec une soixantaine de concerts en accès libre, et autant d’artistes à (re)découvrir sur scène. Depuis toujours, l’association Musiques sur la Ville chapeaute ces événements, devenus de véritables institutions dans la vie culturelle locale. Cette année, place Foch, il faudra peut-être cohabiter avec un invité surprise jusqu’au 14 juillet. Certains craignent que cette nouvelle configuration gâche la fête… P.4

REIMS

Marché de Gros - Farman

Tél. 03 26 85 05 43

CHÂLONS

77 Avenue du Président Roosevelt Saint Memmie

Tél. 03 26 85 05 43

FRIGNICOURT

207 Avenue de Champagne

Tél. 03 26 41 21 30


N°269 du 20 au 26 juin 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

ÉDITO

Les 7 questions de la semaine

L’innovation, ça « barbe » l’Europe ?

L’Europe du football a découvert, depuis l’ouverture de la Coupe du Monde au Brésil, deux applications jusque-là inconnues. La goal line technology, qui permet de savoir à coup sûr si le ballon a, ou non, franchi la ligne. Et ce n’est pas parce que l’image qu’on nous montre semble synthétique que ce n’est pas une technologie liée à la vidéo qu’on utilise, que Michel Platini et de nombreux « puristes » s’offusquent ! L’autre innovation, c’est l’utilisation d’une bombe de mousse à raser pour matérialiser l’endroit d’où doit être tiré un coup franc où encore la ligne qu’un mur de défenseurs ne doit pas dépasser pour rester à distance réglementaire. En réalité, ce n’est pas de la mousse à raser, mais une mousse à base d’eau qui disparaît en quelques dizaines de secondes tout au plus. Ces deux innovations font du bien au football, c’est une évidence. Le coup du spray accroché au short de l’arbitre, ça fait des années qu’on l’utilise en Amérique du Sud. Ici, sur le vieux-continent qui porte décidément bien son nom, il paraît qu’on réfléchit à l’importer, peut-être pour l’Euro 2016 en France…

Tony Verbicaro

La météo Vendredi

Samedi

Dimanche

Lundi

9° 20° 11° 23°

11° 23° 11° 23°

Qualité de l’air

4

Vendredi 20 juin

Samedi 21 juin

Ou quand le projet de réforme territoriale interroge les premiers élus concernés…

Jean-Paul Bachy, président divers gauche de la Région Champagne-Ardenne, et René-Paul Savary, président UMP du Département de la Marne, ont tous deux fait parvenir à la presse cette semaine de plus ou moins longs documents faisant état de leurs interrogations à propos de la réforme proposée par François Hollande. Avant même que la suite précisée du projet ne sorte du conseil des ministres, mercredi. Des précisions qui n’ont levé aucun des doutes qui occupent les cerveaux de nombreux élus, MM. Bachy et Savary en tête. Tous les deux ont rédigé sept questions à poser au gouvernement, et si elles se ressemblent, elles ne s’affichent pas dans le même ordre. Elles posent les questions des économies réelles La nouvelle carte de France proposée par François Hollande. © Elysée supposées rendues possibles par la réforme, des compétences à attribuer aux collectivités en général, des méthodes utilisées pour envisager une telle réforme, des simplification et rationalisation espérées par la réforme… Tous les deux ont évoqué aussi leurs inquiétudes concernant la perte potentielle de repères pour les citoyens, qui verraient les centres de décision s’éloigner (communautés de communes de 20 000 habitants, suppression des conseils départementaux, régions agrandies). Le Conseil général de la Marne avait eu la bonne idée d’inviter Jean-Paul Bachy à s’exprimer sur la réforme. Et le président de Région n’a pas oublié de dire qu’il répondrait positivement à l’invitation des autres départements qui composent la Champagne-Ardenne. Encore un peu, et les deux présidents, de gauche et de droite, écrivaient sept questions communes et voyaient leurs voix porter encore plus fort…

Tony Verbicaro

Coup d’oeil sur le monde Gare au gorille !

Tragique méprise (mais heureusement sans gravité) lundi dernier, dans un parc zoologique de Tenerife. Un employé d'une trentaine d'années a été touché par une fléchette tranquillisante après s'être fait tirer dessus par un vétérinaire du parc qui l'a pris pour un gorille. Et pour cause, l'employé avait bien revêtu un costume de primate, mais dans le cadre d'un exercice d'entraînement visant à simuler la fuite d'un gorille de son enclos. Oui mais voilà, le vétérinaire, lui, n'avait pas été mis au courant de la simulation et était donc persuadé de voir un animal, tout ce qu'il y a de plus authentique, lui fausser compagnie. Transporté à l'hôpital, la victime s'est rapidement remise de cette fléchette, qui comprenait tout de même des tranquillisants pour gorille de 180 kg !

Le cancre

Cela nous est tous arrivé au moins une fois, au collège et/ou au lycée : arriver en retard en cours et finir par se tromper de salle de classe. Cette situation somme toute assez courante, l'est devenue subitement beaucoup moins quand, lundi dernier dans un collège suédois, ce n'est pas un élève mais un animal qui est rentré dans une salle, au beau milieu d'un cours. La scène s'est déroulée à Mölndal, dans la banlieue de Göteborg (dans l'ouest du pays) : l'animal en question, et pas n'importe lequel puisqu'il s'agissait d'un élan, a brisé une fenêtre pour pénétrer dans la salle d'arts plastiques de l'établissement scolaire. Les collégiens, effrayés, se sont enfermés dans une salle attenante en attendant les secours qui, une fois sur place, ont dû abattre l'animal. Un drôle de cancre donc.

Dimanche 22 juin

Projet avorté

Au Brésil, la police locale, soutenue par Interpol, vient de démanteler un vaste réseau international de trafic de cocaïne. Un réseau d'envergure qui, tout comme une PME aspirerait à devenir multinationale, souhaitait se donner les moyens de se développer. Ainsi, l'organisation, dirigée par un certain « Sergio le Chauve » (qui, lui, est toujours en fuite), avait le projet de construire son propre sousmarin dans un local, déjà acheté, en Guinée. L'idée aurait été de faire sortir la drogue d'Amérique du Sud en petites quantités, avant de l'embarquer ensuite dans le submersible en haute-mer. Par ailleurs, les trafiquants réfléchissaient également à fonder leur propre compagnie aérienne afin de pouvoir acquérir un gros Boeing 737 qui aurait lui aussi permis de transporter la cocaïne en toute impunité !

Un an de plus

Bonne

Petit à petit, la Place Financière fait son nid

L’indice varie de 1 – très bonne qualité de l’air à 10 – très mauvaise qualité de l’air.

L’hebdo du ve ndredi édité par la SARL B2M Editions Journal hebdomadaire gratuit d’information locale Siège social : 195, rue du Barbâtre à Reims

T él. 03 26 3 6 50 13 E-mails : Rédaction : redaction@lhebdoduvendredi.com Publicité : publicite@lhebdoduvendredi.com Newsletter : newsletter@lhebdoduvendredi.com Directeur de la publication : Frédéric Becquet (fb@lhebdoduvendredi.com) Redacteur en chef : Tony Verbicaro (tony.verbicaro@lhebdoduvendredi.com) Journalistes : Sonia Legendre (sonia.legendre@lhebdoduvendredi.com) Aymeric Henniaux (aymeric.henniaux@lhebdoduvendredi.com) Responsable commercial : Philippe Dudel (philippe.dudel@lhebdoduvendredi.com) Responsable diffusion : Yoann Ruin (yoann.ruin@lhebdoduvendredi.com) Administration : Martine Bizzarri - Infographiste : Anne Rogé Parution le vendredi matin Imprimé par IPS à Amiens

w ww.l hebd oduve ndre di .co m

La rubrique Un an de plus propose de revenir sur un événement traité dans nos colonnes il y a un an, semaine pour semaine, et de regarder comment les choses ont évolué depuis. L’Hebdo du vendredi 21 juin 2013 présentait un nouvel outil au service des entreprises : ChampagneArdenne Place Financière. Fondée par le Conseil régional, la CCI Champagne-Ardenne, le Medef et la Fédération bancaire française, cette plate-forme vise à mettre en relation les différents acteurs économiques champardennais, notamment les TPE-PME et les investisseurs. Verdict, aujourd’hui ? « Nous avons pu accompagner une quinzaine d’entreprises, dixit Viviane Neiter, présidente de l’association. Dans des domaines aussi variés que l’environnement, les services à la personne ou l’alimentaire. Ce qui, compte tenu de notre manque de moyens et de budget, s’avère plutôt encourageant. » Une demande de subvention a été adressée à l’Europe, et un projet de recrutement pourrait peutêtre prochainement se concrétiser. A suivre…

Sonia Legendre

REIMS

Marché de Gros - Farman

Tél. 03 26 85 05 43

CHÂLONS

77 Avenue du Président Roosevelt Saint Memmie

Tél. 03 26 85 05 43

FRIGNICOURT

207 Avenue de Champagne

Tél. 03 26 41 21 30


N°266 du 20 au 26 juin 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

La Tarnaise, élue euro-députée d’Île-de-France, quitte la Champagne-Ardenne

Conseil régional - FN

munautaire. « J’ai aussi été candidate aux législatives dans le Tarn en 2012, j’étais au second tour. » Enfin, le 25 mai, elle a été élue euro-députée dans la circonscription Île-de-France, en deuxième position sur la liste. Elle partage avec les deux autres colistiers FN élus à Paris le point commun de n’avoir aucune attache francilienne. Le numéro un, Aymeric Chauprade, réside à Vienne, en Autriche, et le numéro trois, Jean-Luc Schauffauser, est Strasbourgeois. Il a d’ailleurs été candidat aux dernières municipales à

Elue au Parlement européen le 25 mai dernier dans la circonscription Île-de-France, la Tarnaise MarieChristine Boutonnet quittera le Conseil régional de ChampagneArdenne fin juin. Elle continuera de siéger dans l’opposition au conseil municipal de Gaillac et au conseil communautaire de Tarn et Dadou, en région Midi-Pyrénées.

undi 23 juin, Marie-Christine Boutonnet siègera pour la dernière fois en assemblée plénière du Conseil régional de Champagne-Ardenne. « Ensuite je démissionne, annonce-t-elle, ça sera acté fin juin, la session du Parlement européen débutant le 1er juillet. » Marie-Christine Boutonnet a été élue conseillère régionale de Champagne-Ardenne en 2010, avec les candidats marnais Thierry Besson et Pascal Erre, l’Aubois Bruno Subtil, l’Ardennais Eric Samyn, et Michel Perrin, élu en Haute-Marne. Le Front national a fait du cumul des mandats et du «  tourisme  » électoral, apanage de « l’UMPS », selon le parti, deux sujets contre lesquels lutter. Marie-Christine Boutonnet, origi-

L

« Ni cumularde, ni touriste »

L'affiche de campagne de Marie-Christine Boutonnet, lors des dernières municipales à Gaillac, dans le Tarn. © DR

naire du Tarn, est née en 1949. Elle a adhéré au FN en 1979. Elle est membre du bureau politique du parti et du comité central. En 2010, elle a donc été élue conseillère régionale de ChampagneArdenne, « ma belle-famille est originaire de la Champagne-Ardenne, justifie-t-elle, et je n’ai manqué aucune assemblée plénière, vous pouvez vérifier auprès des services du Conseil régional  ». Le 30 mars dernier, Marie-Christine Boutonnet a été élue conseillère municipale à Gaillac, dans son fief tarnais, et déléguée com-

Strasbourg. Opposé à Florian Philippot, la tête de liste FN dans la circonscription Grand Est, il a été « déménagé » à Paris. Où le FN n’avait pas prévu de gagner trois sièges. Marie-Christine Boutonnet réfute l’idée qu’on puisse la considérer comme une cumularde. « Je quitte mon mandat à la Région ChampagneArdenne pour me consacrer à celui au Parlement européen. Et à Gaillac, aussi bien au conseil municipal qu’au conseil communautaire, je suis dans l’opposition, ce sont des mandats bénévoles. Je ne suis pas cumularde, je n’ai toujours eu qu’un seul mandat. » Comme si seule la juxtaposition des rémunérations d’un élu permettait de qualifier un cumul. A l’Hôtel de Région à

Châlons-en-Champagne comme au Parlement européen à Strasbourg, Marie-Christine Boutonnet est et sera toujours dans l’opposition, comme elle l’est à Gaillac. La différence tient dans le traitement, effectivement, puisque les élus municipaux et communautaires d’opposition n’en perçoivent pas. Alors qu’un conseiller régional ou un euro-député, si. Quant au « tourisme » électoral, Marie-Christine Boutonnet ne se sent pas concernée. «  Le tourisme électoral touche de nombreux élus UMPS, au sens où ils ne siègent pas. Ce n’est pas mon cas.  » A la question de savoir si son mandat de conseillère régionale lui manquera, Marie-Christine Boutonnet en profite pour passer le message du parti : « Mon rôle en Champagne-Ardenne va me manquer, oui, c’est un mandat de terrain. C’est tout le contraire du Parlement européen. J’ai passé une journée à Bruxelles récemment. C’était horrible. C’est le pire de la mondialisation, tout n’est que technocratique. » De là à se demander pourquoi avoir été candidate, il n’y a qu’un pas… Dénoncer l’Europe, dont elle a choisi d’être parlementaire, dénoncer le cumul des mandats, puisqu’elle n’est pas cumularde, dénoncer les touristes électoralistes, puisqu’elle n’en fait pas partie, MarieChristine Boutonnet, bonne élève FN, sait faire.

Tony Verbicaro


N°269 du 20 au 26 juin 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Musiques et danses sur la ville

Animations

Fête de la musique Au programme

l Place du Marché (musiques urbaines) : JKS (House) – KEMAL – Yaggy Di Lion (zouk/hiphop) - Désiré (ragga) - T.A.T.A.N (hip-hop) - Frer de Son (hip-hop) - Apocaliptik (hip-hop) - RDJ (rap) - Eklectik (hip-hop acoustique).

Le 21 juin sonne le retour des animations musicales à Châlons. Et le programme, cette année, s’avère particulièrement luxuriant. Au menu : la Fête de la musique, Entrez dans la danse puis le F’Estival des musiques d’ici et d’ailleurs. De quoi s’évader tout l’été !

ous swinguiez au printemps, et bien chantez et jouez maintenant ! Dès samedi, la Fête de la musique s’installe à Châlons. Avec elle, plus de 200 musiciens répartis sur cinq sites entièrement équipés. Et à chaque coin de la ville sa spécialité musicale. La place du marché fera la part belle aux musiques urbaines, tandis que jazz et blues se côtoieront place Foch. La place Godart accueillera les danses du monde entier, de l’Inde à l’Afrique, en passant par les Antilles. Les amateurs de musique techno auront rendez-vous au Jard Anglais, et plusieurs chorales se produiront au Temple et à la Synagogue. « Châlons est d’ailleurs l’une des rares villes à ouvrir ces lieux cultuels pour l’occasion », note Patrick Legouix, directeur artistique de Musiques sur la Ville. Châlons est également l’une des rares villes où l’organisation de la Fête de la musique est confiée à une association. « La programmation est volontairement centrée sur les talents locaux. Les scènes leur sont offertes, et comme au Printemps de Bourges, ils disposent de trente minutes chacun pour leurs concerts. »

l Place Foch (jazz, blues et dérivés) : Big Band (jazz) – Osmoz (pop-rock) – KID (rock) - Super Socks (pop-rock) - H4 (pop-rock) Overlook Hotel (reprises rock). Bal brésilien et Harmonie En avant les jeunes dès 16 h 30.

l Place Godart (danse) : Baladys (orientale) – Kabel’Ka (antillaise) – Vibration Soul (danse du monde) – Temps Danse Libre (moderne-jazz) ERSM Danse (jazz et hip-hop) - 1DPandanse (street-jazz et hip-hop) – Sidydia Ensemble (africaine) – Zumbalife (zumba) – Cité Danse (indienne) – Spirit Country (country) – Arabesk (africaine) – Association des sourds et malentendants – Ecole de Jack - Repères éphémères (danse du monde).

V

Programme copieux dans les cafés et restaurants

Plus encore que l’an passé, la programmation accueillie par les cafetiers et les restaurants se veut très copieuse. Onze établissements ont joué le jeu et ouvriront volontiers leurs portes – et leurs ter-

Chaque année, la musique se fête aux quatre coins de Châlons grâce à l’association Musiques sur la Ville. © Musiques sur la Ville

rasses – aux artistes du cru. Parmi les habitués : le groupe Shoeilager. Du heavy metal bien de chez nous (Somme-Vesle précisément), et des hommages acidulés à ceux qui ont marqué l’histoire de ce courant musical. Enfin, pour s’accorder aux couleurs de l’événement « Châlons, c’est Brasil », Musiques sur la Ville a aussi concocté un bal d’initiation aux danses brésiliennes. Et parce qu’une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, les festivités se poursuivront dès le week-end prochain avec la 10e édition d’Entrez dans la danse. Chapeautée, là encore, par Musiques sur la Ville. Ou comment immerger une place publique toute entière dans l’univers de la danse et du folk. Car c’est le propre de cette manifestation, résolument participative : inviter le public, petit et grand, à (re)découvrir les danses traditionnelles, et à se lancer aux côtés des artistes. Un retour aux sources, saupoudré de ren-

Le manège de la discorde

Musiques d’ici et d’ailleurs

contres conviviales. « Chaque année, cet événement a ses aficionados, précise Patrick Legouix. Nous proposons des stages d’initiation et plusieurs rendez-vous festifs en invitant des artistes de haut niveau, qui sont des références dans leur pays d’origine. » Cette année, l’Irlande et la Bretagne seront à l’honneur. Au programme : un bal-apéro avec le trio celtique Oio, savant mélange de chant, harpe, violon et percussions, un fest-noz mené dans la tradition nantaise avec « les p’tits gars » d’Esquisse, puis un bal irlandais sous la houlette du groupe Moycullen et Atchoo, instigateur du Set Dancing. Vous en voulez encore ? Rendez-vous dès le 5 juillet pour le 23e F’Estival des musiques d’ici et d’ailleurs. Près de 60 concerts en accès libre, et une édition qui promet encore de superbes découvertes. A déguster sans modération ! Sonia Legendre

The Struts : la révélation du F'Estival

Musiques d’ici et d’ailleurs

e mercredi, comme convenu avec la municipalité, le manège Mercury s’installait place Foch. A deux pas de la grande scène du F’Estival des musiques d’ici et d’ailleurs. Ces deux-là devront donc cohabiter jusqu’au 14 juillet inclus, date à laquelle l’animation foraine repartira place de la République. « On devait rester ici jusqu’au 17 août, mais c’est incompatible avec les concerts, reconnaît le gérant, Maxime Guilluy. Il faut quand même attendre la fin des retransmissions des matchs de la Coupe du monde. Je ne mettrai ni musique ni klaxon pendant les concerts. Par contre, le bruit des avions qui montent et qui descendent, je ne peux rien y faire. » Et de refuser en bloc l’idée de s’installer au Jard, proposée à plusieurs reprises par la Ville. « Je sais ce que ça vaut. En une nuit, le manège sera vandalisé. » Une situation inacceptable pour Patrick Legouix, directeur artistique de Musiques sur la Ville, qui regrette le manque de concertation. « J’ai pourtant été reçu en mairie, et j’ai proposé une autre solution : déplacer l’écran géant place Foch et laisser le manège repartir place de la République avant le lancement du F’Estival. Ça n’a pas été pris en considération. Impossible d’accueillir les artistes et de faire les balances des groupes si le manège fonctionne. Si j’avais su cela avant, j’aurais adapté ma programmation. On a signé avec des artistes de renommée internationale, et on va les accueillir à côté d’un manège. On ne pourra installer ni notre bar à champagne, ni notre espace de vente de Cds. On ne pourra pas non plus inaugurer le F’Estival et accueillir nos partenaires dans cette configuration. C’est une aberration. Il nous reste une dizaine de jours pour trouver une alternative qui permette à chacun de travailler dans des conditions normales. On en appelle à la compréhension et à l’intelligence des uns et des autres. Rappelons aussi qu’on s’est associé aux animations du Brésil en organisant notamment un bal brésilien ce samedi. Notre bonne volonté à ses limites. C’est la mort du festival qu’on est en train d’enclencher. » L’adjoint au commerce et à l’animation, Ludovic Chassigneux, temporise : « Le patron du Mercury a déjà fait l’effort de démonter et remonter son manège. On ne peut pas lui demander de déménager une semaine après. Il faut être raisonnable. Si l’on veut animer la ville, on doit apprendre à vivre ensemble. Cette cohabitation ne concernera que trois concerts. »

C

S.L

l Place de la République : Les Wipes (pop-rock indé) - Sixty Nine Vette (punk-rock) – Maidz (rock) – Anakylas (rock-métal) – Lubi (électrorock) - The french mist (Grunge).

l Chez les cafetiers et restaurateurs : Le Thiers (rue Thiers) - Le Brunch (avenue Léopold Bertot) avec Feedback (rock) - Bistrot du Square (place Saint-Jean) - Le Tilbury (rue Émile Leroy) avec Julien Jake (DJ électro progressive) - Le Red Fish (place de la République) avec Feeling (rock-pop) Le Four Saint-Alpin (rue des Lombards) avec Shoeilager (heavy métal) - L’Alsacienne (rue Thiers) avec la chorale Tous en Chanson (variété française) - Le Diplomate (place de la République) avec Baron Nichts (rock progressif) La Licorne (place Foch) avec JKS (DJ house) - Le Narval (place des Ursulines) avec Freaks et Tweed (pop-rock et blues) - Le chaudron savoyard (rue des poissonniers) avec Esto Menor & Chicken Destroy (rock-métal). l Au Temple et à la Synagogue : Ensemble vocal féminin - Courants d'airs - Arc en ciel - Coup de chœur – Résonances – Vocalia.

l Au Jard Anglais (musique techno) : Frikorifik - Autonom - Atypik-Myzapar. Parking face à l’Hôtel d’Angleterre : Claude Legrand (karaoké de variétés françaises).

Musique et danse à l’heure brésilienne

Châlons, c'est Brasil

Parmi les pépites des 23e Musiques d'ici et d'ailleurs : The Struts, so British ! © DR

ette 23e édition du F’Estival des musiques d’ici et d’ailleurs s’accompagnera d’une British touch, chère à Michel Rigaud, le président de l’association Musiques sur la Ville. Et parmi ses coups de cœur, il a nommé le groupe The Struts, originaire de Derby. « La semaine passée, ils jouaient en première partie des Rolling Stones, au Stade de France. C’est dire le niveau de ces artistes ! C’est une formation d’électro-pop anglaise pleine de peps, à découvrir absolument. D’autant que Châlons sera leur seule date en France cet été. » Rendez-vous le 12 juillet à 21 h place Foch.

C

S.L

’événement « Châlons, c’est Brasil » se poursuit. Et pour ce dernier weekend, place à la musique et à la danse. Dès vendredi, une zumba géante s’invitera place Foch (à 19 h 30). Puis au programme ce samedi (liste non exhaustive) : le concert du groupe Couleur Bossa à 14 h dans la Galerie de l’Hôtel de Ville, une initiation à la capoeira à 14h puis un bal brésilien participatif à 16 h 30 pour goûter aux joies de la samba, la bossa nova et la salsa. Pas de concert dimanche, mais un défilé de plus de 200 voitures d’exception pour fêter les trente ans du club Alpine Gordini, à partir de 10 h 30 place Godart.

L

S.L


N°269 du 20 au 26 juin 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

La face cachée du bio

Foire bio de Fagnières

our son 13e printemps, la Foire bio de Fagnières a mis les petits plats dans les grands, et propose de (re)découvrir les vertus du bio à travers notre quotidien. De l’alimentation au bien-être, en passant par l’habillement, les déplacements ou encore l’habitat. Sur place, plus de cinquante professionnels exposeront leurs savoir-faire et partageront leurs bons tuyaux avec les visiteurs. L’occasion également, grâce à plusieurs conférences et animations ludiques, d’en savoir davantage sur le compostage, l’agriculture bio ou les circuits courts. A ne pas manquer dimanche après-midi : le ciné-débat autour du film « La face bio de la République », suivi d’une conférence animée par Marc Dufumier, ingénieur agronome et enseignant-chercheur réputé.

P

> 13e Foire bio – Samedi 21 juin de 14 h à 20 h et dimanche 23 juin de 10 h à 18 h - Centre

Sonia Legendre

Culturel André Gallois (chemin de la Terrière à Fagnières) – Entrée Libre – Restauration rapide sur place et repas bio le dimanche midi sur réservation (au 06 83 27 73 76) Programme complet sur www.mairie-de-fagnieres.com.

La SNCF compense ses abonnés à hauteur de 45 millions d'euros

Transport - Grève

a grève subie actuellement par la SNCF va laisser des traces. En effet, en compensation des jours de grève de ce mois de juin, la SNCF offre une réduction de 33% sur les abonnements mensuels de juillet. Elle bénéficie à tous les abonnés menLa SNCF offre 33% de réduction en juillet suels et annuels, et ne nécessite aucune démarche ou formalité pour tous les abonnés. © l'Hebdo du pour les clients. Cette réduction sera appliquée automatiquement Vendredi en juillet pour les abonnés prélevés sur leur compte bancaire ou postal et est intégrée dans le prix de vente des abonnements de juillet mis en vente dès aujourd'hui. J.D Le coût de cette mesure, entièrement prise en charge par la SNCF, est de 45 millions d’euros.

L’Urca fait son entrée à la foire-expo de Châlons

Pour la première fois, l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Urca) sera présente à la foire de Châlons. « Avec un stand sur le parvis d’honneur, a précisé Bruno Forget, commissaire général de l’événement, lors de la signature de convention ce mardi. Au cœur-même de la foire. C’est un honneur pour nous que d’accueillir l’Université. » Objectif : faire découvrir au grand public et aux décideurs les atouts d’une structure parfois méconnue, grâce à des conférences, des animations et des démonstrations. « C’est une véritable opportunité, dixit Gilles Baillat, le président de l’Université. La foire est idéale pour aller à la rencontre du territoire. L’Urca est perçue comme un lieu de formation et de recherche mais aussi, quelque part, comme le temple de l’académisme. Nous voulons faire évoluer cette image. »

L

Les jeunes champardennais ont la cote auprès des entreprises

Emplois d’avenir

Que va changer le pacte de responsabilité et de solidarité ?

ervent défenseur des Emplois d’avenir, Pierre Dartout, le préfet de Région, dévoilait récemment quelques chiffres encourageants quant au déploiement de ce dispositif en Champagne-Ardenne. « Indéniablement, il a participé à la Les contrats d’avenir (ici, dans un établisbaisse du chômage observé chez les jeunes fin 2013. Avec une sement pour personnes âgées), un bon particularité en région : la part importante des contrats plan pour les jeunes et les entreprises. © accueillis dans les entreprises. Nous sommes parmi les meil- l'Hebdo du Vendredi leurs au niveau national sur ce point. » En 2013, la région avait atteint 74 % de l’objectif fixé par les services de l’Etat avec 2 169 contrats d’avenir signés, dont 717 dans le secteur marchand. Et la Marne rassemblait à elle seule 909 contrats (dont 356 dans le secteur marchand). « Pour ce premier semestre 2014, nous avons un objectif de 1 000 contrats établis en région. » Verdict : au 17 juin, 905 contrats étaient d’ores et déjà conclus en Champagne-Ardenne, dont 325 dans les entreprises.

F

S.L

Le Majesty of the Seas fait escale à Châlons

Insolite

epuis quelques jours, une réplique du célèbre Majesty of the Seas est amarrée au Relais nautique, en continuité du grand Jard. La plus grande miniature au monde de ce paquebot, puisqu’elle mesure près de 34 mètres de long sur 4,75 mètres de large. A bord, François Zanella Toute l’élégance du Majesty of the Seas, à accueille les curieux et leur fait visiter les lieux. « Le vérita- découvrir au Relais nautique jusqu’à ble Majesty of the Seas navigue actuellement aux Bahamas, dimanche. © l'Hebdo du Vendredi sourit ce passionné. Et il fait 268 mètres de long ! Mais cette maquette 1/8 respecte à la lettre tous les détails du modèle. Ça représente onze ans et 25 000 heures de travail ! » Habitable et tout confort, l’embarcation s’étend sur deux niveaux avec plusieurs chambres, deux salles de bain, une terrasse de 60 m2, et même un ascenseur. « Nous avons déjà parcouru 10 000 km depuis 2006, et rejoindrons Paris après notre séjour à Châlons. » A découvrir jusqu’au dimanche 22 juin (5 euros la visite).

D

S.L

Les services de l’Etat et leurs partenaires organisent plusieurs réunions pour présenter aux entreprises le pacte de responsabilité et de solidarité, et répondre à leurs questions. Rendez-vous lundi 30 juin à 18 h à Epernay (palais des fêtes, parc Roger Menu), mardi 1er juillet à 18 h à Châlons (auditorium Fernand Pelloutier, place de Verdun) et mer-

credi 2 juillet à 18 h à Bezannes (salle municipale, rue Source de Muire). Plus de détails sur notre édition internet : www.lhebdoduvendredi.com. Et le 2 litres au cent n’aura plus de secret pour vous

Initiée par les CCI et les Aria - Associations régionales des industriels de l’automobile de Lorraine et de Champagne-Ardenne, ainsi que leurs partenaires, une Journée technique automobile réunira les acteur de la filière le jeudi 26 juin de 9 h 30 à 17 h 30, dans les locaux d’Arts et Métiers ParisTech (rue Saint-Dominique à Châlons). Thématique : le véhicule 2L/100 km et les nouvelles technologies associées. Programme et inscriptions sur www.materalia.fr/jta.

L'association Front de Gauche dans la Marne est née

Les candidats de la liste rémoise du Front de Gauche (Place au peuple à Reims) et les membres de son comité de soutien, « soucieux de poursuivre la lutte et le débat citoyen ouvert pendant la campagne électorale des élections municipales », ont décidé de créer l'association citoyenne du Front de Gauche-Marne. Désirant rassembler au-delà des partis politiques composant le Front de Gauche, elle entend agir « pour la mise en œuvre d'une véritable politique alternative de gauche, anticapitaliste, socialiste, écologiste, laïque et respectueuse de l'égalité entre les femmes et les hommes ». Parmi ses premiers objectifs : la création dans la Marne d'un collectif anti-TAFTA, la défense du service public et le soutien aux intermittents du spectacle. Plus d'infos : contactez Xavier Béchereau, co-président de l'association citoyenne du Front de Gauche-Marne à xavier.bechereau@sfr.fr

CHINER CHINER CHINER CHINER CHINER CHINER CHINER CHINER CHISAMEDI 21 JUIN Couvrot - Vide-greniers semi-nocturne 15h-minuit - Rue du stade

Champguyon - Vide-greniers

Reims - Vide-maison 9h-19h - 33, rue des Fuseliers

Drouilly - Vide-greniers

DIMANCHE 22 JUIN Baye - Vide-greniers

Crugny - Vide-greniers

Epernay - Vide-greniers Rue Henry Dunant, Triangle Magique Les-Essarts-le-Vicomte - Vide-greniers

Châlons-en-Ch. - Vide-greniers 8h-18h - Quartier Vallée Saint Pierre, rue Jean Sébastien Bach

Mourmelond-le-Grand - Vide-greniers Saint-Masmes - Vide-greniers

Châlons-en-Ch. - Vide-greniers Ancienne école des Grévières Châlons-en-Ch. - Vide-greniers Au Mont-Héry, parking du Lycée OZANAM, rues de la Fraternité et Lacombe

Soulanges - Vide-greniers Valmy - Marché aux puces 7h-19h - Relais d'Orbeval


N°269 du 20 au 26 juin 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

« On ne peut plus restreindre les effectifs dans les unités de soin »

Hôpital - Danielle Herbelet

Il y a bientôt quatre mois, Danielle Herbelet prenait les rênes du centre hospitalier de Châlons. Dans un contexte social et financier particulièrement délicat. Premier bilan.

in 2013, l’hôpital de Châlons accusait un déficit de 2,5 millions d’euros. Comment l’explique-t-on ? Est-il possible d’enrayer cette tendance pour 2014 ? Deux effets peuvent l’expliquer : la baisse d’activité observée en 2013 dans certains secteurs et l’augmentation de nos charges de personnel. D’expérience, lorsqu’on a un déficit de 2,5 millions en fin d’année, il peut vite passer à cinq millions l’année suivante. J’ai donc voulu éviter cela en construisant le budget 2014, avec un prévisionnel ramenant ce déficit à deux millions. L’Agence régionale de santé (ARS) doit le valider fin juin. J’ai déjà rencontré tous les chefs de service. Avec chacun d’entre eux, nous avons contractualisé nos objectifs d’activité en raisonnant « qualité de travail ». Horaires, communication avec l’extérieur, codage des

F

Danielle Herbelet a repris la direction du centre hospitalier de Châlons début mars. © l'Hebdo du Vendredi

actes médicaux, etc. Je souhaite augmenter de 2 % les hospitalisations complètes, et de 3 % la chirurgie ambulatoire. Les quatre premiers mois ont été payants : tous domaines confondus, l’activité a progressé de 3,5 %. J’ai également repris la présidence du comité des usagers ainsi que les réclamations.

Ces économies passeront-elles également par des suppressions de postes ? Qu’en disent les syndicats ? J’ai des contacts réguliers avec eux,

ma porte est toujours ouverte. Ils m’ont fait part de leurs inquiétudes concernant le plan de retour à l’équilibre signé en février avec l’ARS. Nous sommes obligés de repenser l’organisation du travail. La suppression de postes était déjà engagée avant mon arrivée. Mais ça passe par des non-remplacements de départs en retraite ou de fins de contrats. J’ai toutefois donné l’ordre de ne plus intervenir sur les unités de soin. On ne peut plus continuer à restreindre leurs effectifs, vis-à-vis des patients

Une belle saison qui s’achève

et de la qualité des soins apportés. Il faut réfléchir sur l’optimisation d’autres secteurs. Tout ce qui est administratif, technique et médicotechnique. Rien n’est encore acté pour l’instant. A partir du 1er septembre, on souhaite supprimer les temps partiels pour convenance personnelle. Ça représenterait 75 000 euros d’économies, soit l’équivalent de deux postes. Les syndicats ne sont pas d’accord, ce que je comprends. On a donc joué cartes sur table. Si on ne touche pas à ces temps partiels, il faut trouver une autre solution. La CGT et la FO m’ont fait leurs propositions, je leur donnerai réponse en fin de mois.

Parmi les projets en cours de réflexion ? Nous prévoyons de remplacer dès septembre le portail d’entrée de l’hôpital, puis de rénover son accueil pour y installer une cafétéria. Nous allons aussi changer la signalétique des urgences et nous travaillons sur un plan d’action pour améliorer la circulation des patients et du personnel. La vidéosurveillance a également été évoquée, mais il faut voir comment mettre en place et

gérer un tel système. Pour 2016, le projet « Femmes mères enfants » permettrait de rassembler sur un même étage les services de gynécologie, maternité et pédiatrie. Et de réduire nos charges de fonctionnement. Mais ça s’accompagne aussi d’une rénovation des locaux et d’un redéploiement de postes.

Quid du rapprochement avec la polyclinique Priollet Courlancy ? On remet tout à plat. Avec un préalable : la faisabilité financière. Ce projet doit être donnant-donnant entre public et privé. Il n’est pas question de se mettre davantage en déficit pour accueillir un autre établissement dans nos murs. Nous avons fait appel à un cabinet d’expertise pour accompagner notre réflexion, et nous travaillons en toute transparence avec la polyclinique. Une étude sera présentée au comité de pilotage en septembre. Ça représente quatre millions d'euros de travaux. Rien n’est encore joué. Il faudra ensuite travailler sur l’aspect social.

Propos recueillis par Sonia Legendre

La Comète

Fin mai, les rideaux se refermaient sur une saison 2013-2014 particulièrement colorée à la Comète. Toutes propositions artistiques confondues, pas loin de 60 000 spectateurs ont poussé les portes de la scène nationale. Avec une entrée remarquée du festival international War on Screen dans le paysage culturel régional.

près un léger essoufflement la saison passée, la Comète voit sa fréquentation à nouveau progresser sur 20132014. Evidemment, cette bonne nouvelle s’explique par l’engouement du public pour la première édition du festival War on Screen, avec 5 400 entrées. Mais pas que. « Nous arrivons à 57 000 spectateurs sur la saison, tout confondu, chiffre Philippe Bachman, le directeur général et artistique. Contre quelque chose comme 12 000 il y a neuf ans. Cette programmation a permis de voir s’éclore des projets que nous avions lancés depuis un moment. Notamment le deuxième volet de Robert Lepage, Jeux de Cartes 2 : Cœur, créé dans le cadre du réseau 360°. Mais aussi de très belles

A

Le public de la Comète s’est avéré beaucoup plus nombreux et enthousiaste pour cette saison 2013-2014. © l'Hebdo du Vendredi

découvertes, et de jolies rencontres. Le contré leur public. Nous accueillions égalespectacle Border Line avec la compagnie de ment pour la première fois l’Orchestre Sébastien Ramirez par exemple, les producdes Champs-Elysées. Cette soirée a très tions « maison » qu’on a bien fonctionné, avec des concoctées avec Olivier Le cinéma Art et Essai spectateurs extrêmement Saladin, etc. Beaucoup en pleine ascension enthousiastes. » de petits bonheurs, des Les spectacles vivants, grands classiques du théâtre et des choses hors programmation jeune public, ont rastrès contemporaines qui ont vraiment rensemblé à eux seuls 25 000 personnes. Soit

une progression de 7,5 % par rapport à la dernière saison. La tendance est encore plus marquée du côté du cinéma Art et Essai, avec plus de 20 500 entrées sur 2013, et une augmentation de 38 % comparé à 2012. Une ascension que l’on doit aux nouveautés proposées, comme les ciné-débats, les avantpremières et les rencontres avec les artistes. « Pour nous, c’est une bonne nouvelle. Ça signifie que le public est toujours là, qu’il a envie de poursuivre l’aventure. Cette saison a drainé des spectateurs de Châlons, de son agglomération, et d’ailleurs. Le public rémois a été plus important que les années précédentes. On a aussi la sensation que les gens viennent de plus en plus au dernier moment. Et ce qui m’a étonné, c’est le nombre de retours positifs exprimés par le public. Nous n’en avons jamais eu autant. » La prochaine saison de la Comète est d’ores et déjà bouclée. On a bien essayé d’en savoir un peu plus, mais en vain. « Il y aura un important renouvellement dans l’offre culturelle, notamment avec les artistes associés, et toujours cette volonté de diversifier nos propositions. On va également s’ouvrir à de nouvelles disciplines. » Rendez-vous mi-septembre pour découvrir tout ça.

S.L


N°269 du 20 au 26 juin 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Une année 2013 en demi-teinte

Tourisme

L'Insee a rendu public son bilan touristique pour l'année écoulée. Si l'hôtellerie se porte plutôt bien, le camping, lui, a vu sa fréquentation dangereusement diminuer. La faute notamment à une météo plus que maussade au printemps 2013.

n 2013, 3,5 millions de nuitées ont été enregistrées dans les hôtels et les campings de Champagne-Ardenne. Une progression de 1,4% par rapport à l'année précédente (soit au dessus de la moyenne nationale de 0,8%) mais qui cache en réalité de vraies disparités. Ainsi, l'hôtellerie dite traditionnelle continue de rattraper ses mauvais chiffres enregistrés au début de la crise, en 2008-2009, avec 2,9 millions de nuitées l'an passé, soit 3% d'augmentation de sa fréquentation par rapport à 2012. Des chiffres si bons qui font de la région la deuxième de France (après la Lorraine) ayant connu la plus importante évolution de son nombre de nuitées ces deux dernières années. Dans le détail, Laurence Bloch, directrice régionale de l'Institut national de la statistique et des études économiques, précise que « l’activité hôtelière champardennaise demeure majoritairement tournée vers le tourisme d’affaires (54 % des nuitées). Avec 1,4 jour en moyenne annuelle,

E

Le camping champardennais à la traîne. © DR

la durée de séjour dans nos hôtels reste très en deçà du niveau national qui est de 1,8 jour. » Dans la Marne, la fréquentation hôtelière progresse même de 4,9% en 2013, au contraire de celle des campings qui, elle, perd 16%.

La faute au mauvais temps

A l'inverse de l'hôtellerie traditionnelle en effet, l'hôtellerie de plein air a connu une dernière année très maussade, la faute principalement à une météo l'étant tout autant en début de saison. Avec une baisse de fréquentation de 5% en 2013 (et jusqu'à -22,5% au mois de mai et -19,8% en septembre), la Champagne-Ardenne est toujours deuxième, mais cette fois en partant de la fin, au classement des évolutions du nombre de nuitées

Le rapprochement de Reims, Châlons et Epernay séduit les patrons

MEDEF Marne

a section marnaise du MEDEF (Mouvement des entreprises de France) tenait mercredi soir son assemblée générale au sein du Théâtre A l'Affiche à Reims. L'occasion pour son président Bruno Arcadipane d'occuper la scène devant plus de 200 chefs d'entreprise venus de tout le département. Si le numéro 1 du MEDEF départemental a largement dénoncé les errements de l'Etat, le députémaire de Reims, Arnaud Robinet, a également profité de cette tribune pour parler sans langue de bois. « Ce ne sont pas les politiques qui créent de l'emploi, sauf public, mais ce n'est pas notre volonté car nous ne pouvons plus nous en payer le luxe, c'est vous... Nous sommes donc partenaires, mais à Paris, à l'Assemblée Nationale, on a l'impression que vous êtes des adversaires.» Dénonçant pêle-mêle le changement de statut des stagiaires ou encore le compte pénibilité, Arnaud Robinet a appelé de ses voeux à une simplification des formalités administratives au profit des entreprises. Insistant sur le besoin de réformes du pays, il a notamment pris comme exemple celle qui fait l'actualité cette semaine : la réforme

(c'est la Bourgogne qui affiche le plus mauvais bilan). « La diminution de la fréquentation des campings résulte exclusivement de la baisse des arrivées de touristes (–5,0 %), alors que leur durée moyenne de séjour, de 2,2 jours en Champagne-Ardenne, est stable », poursuit Laurence Bloch. Des mauvais chiffres qui, pour le directeur de l'Office de Tourisme de Reims, Guy Valembois, pourrait aussi être améliorés en développant l'offre sur ce secteur, encore insuffisante : « Dans la région de Reims notamment, nous savons qu'il y a une vraie demande car la ville se situe sur un axe très fréquenté par les touristes aimant le camping. Mais aujourd'hui l'offre est presque inexistante, on manque de campings, de mobile-home à l'intérieur... j'espère qu'une réflexion pourra être lancée en ce sens d'ici la fin de l'année sur l'agglomération rémoise. » Une lueur d'espoir toutefois : cette année, à l'inverse de la précédente, la météo s'est montrée beaucoup plus clémente dans la région. Un facteur d'optimisme qui, en toute logique, a dû faire revenir davantage de touristes en Champagne-Ardenne. Reste à savoir si les statistiques confirmeront la tendance... > www.insee.fr

Aymeric Henniaux

Les casques jaunes tirent la sonnette d'alarme

Manifestation - BTP

L

Les apprentis du BTP et les entreprises marnaises ont manifesté hier au pied de la cathédrale. © DR

Bruno Arcadipane, président du Medef Marne, a bien accueilli les propos du maire de Reims. © l'Hebdo du Vendredi

ferroviaire. « Contrairement à ma famille politique, je suis pour la reforme ferroviaire », a-t-il indiqué, avant de poursuivre sur la réforme des 35h « qui a mis à mal notre compétitivité ». Rappelant également ses premières décisions en faveur des entreprises (baisse de 20% de la TEOM et de 50% de la taxe sur les enseignes), Arnaud Robinet a surtout réaffirmé sa volonté de travailler avec Châlonsen-Champagne et Epernay. Alors que la réforme territoriale envoie la

Champagne-Ardenne vers la Picardie, plutôt que vers l'Alsace et la Lorraine, lui préfère volontiers évoquer le rapprochement des trois grandes villes marnaises « pour au final créer une communauté urbaine ». Un souhait qui a été particulièrement bien accueilli par le président du MEDEF. « Ce serait sur le plan économique la meilleure décision prise depuis plusieurs décennies pour la Marne et l'ensemble de la région », n'a ainsi pas hésité à commenter Bruno Arcadipane. J.D

ctuellement, 20 000 jeunes partout en France sont motivés pour se former par l’apprentissage à un métier du Bâtiment ou des Travaux Publics. Nombre d’entre eux sont ainsi déjà préinscrits dans l’un des 103 centres de formation d’apprentis (CFA) du BTP, dont celui de la Marne. Malheureusement, ils ne trouvent pas toujours d’entreprise du secteur pour les accueillir en formation et ne peuvent pas, de fait, s’engager dans la voie de l’apprentissage aux métiers du BTP. Face à ce constat et en vue de la prochaine rentrée scolaire, le réseau de l’apprentissage BTP,

A

animé par le CCCA-BTP et dont BTP CFA Marne est membre, s'est mobilisé mercredi pour aider ces jeunes à concrétiser leur projet de formation. Cette mobilisation s'est matérialisée par un mouvement spontané, une action commune, concertée et simultanée sur l’ensemble du territoire : le mouvement des casques jaunes. Ces derniers, qui dénoncent notamment les difficultés engendrées par la mise en place du compte pénibilité, ont appelé le gouvernement à simplifier les démarches administratives et à diminuer les charges afin de faciliter les embauches. J.D


N°269 du 20 au 26 juin 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

« Jouer à fond toutes les compétitions pour les gagner »

Foot (L1) - Jean-Luc Vasseur

vu cette année » Tout un programme pour celui qui fut notamment champion de France avec les moins de 17 ans du PSG où jouait un certain Antoine Conte, devenu depuis rémois. Et quand à ceux qui espéraient l'arrivée d'un entraîneur plus expérimenté, JeanPierre Caillot a indiqué « ne pas douter de son choix. Il ne lui manque que l’ex-

Présenté officiellement hier à la presse par les présidents Jean-Pierre Caillot et Didier Perrin, Jean-Luc Vasseur a fait part de sa satisfaction de devenir l'entraîneur du Stade de Reims, « une institution qui ne se refuse pas ».

Clermont, ils étaient 120 journalistes (pour Helena Costa, première femme entraîneur d'une équipe professionnelle de football en France). Nous sommes moins nombreux aujourd’hui, mais je suis agréablement surpris », a commenté d'entrée JeanPierre Caillot. Bronzé et lunettes de soleil sur le nez, Jean-Luc Vasseur est, lui, arrivé calme et serein au camp d'entraînement des Thiolettes. Visiblement très heureux d'avoir rejoint le club Rouge et Blanc, le désormais ex-entraîneur de Créteil a indiqué être « ravi de la confiance attribuée et très bien accueilli. Le projet du club m'a séduit. Il grandit au niveau de ses infrastructures, insiste sur la formation. Le Stade de Reims ne se refuse pas ». A peine ces quelques commentaires évoqués, c'est Didier Perrin qui a pris la parole et a fait monter de quelques degrés la pression : « Avec nos nouvelles infrastructures à Blériot, il va falloir réussir une belle saison ». C'est à dire ? « Le premier objectif

A

« Pas moins d'expérience que Claude Makélélé »

Forte affluence hier après-midi aux Thiolettes lors de la présentation du nouvel entraîneur du Stade de Reims. © l'Hebdo du Vendredi

des dirigeants, c'est le maintien, a rapidement tempéré Jean-Luc Vasseur. Après, on verra en fonction des départs et des arrivées et des moyens du club. Mais l'idée, c'est d'aller vers l'avant avec la volonté de marquer des buts et de jouer à fond toutes les compétitions pour les gagner. » En passant de Créteil à Reims, le nouvel homme fort des Rouge et Blanc va certes évoluer dans un autre monde, mais tout de même pas au volant d'une formule 1. Le duo Caillot-Perrin attend ainsi de lui qu'il apporte d'abord de la fraicheur et un nouveau souffle à une équipe qui en a cruellement manqué lors

des derniers mois de la saison écoulée. « Jean-Luc Vasseur a réussi à faire bien jouer toutes les équipes qu’il a entraîné, y compris à Créteil, pourtant l'un des plus petits budgets de L2, a fait remarquer Jean-Pierre Caillot. Son passé de formateur doit aussi lui permettre de faire passer un message aux jeunes joueurs et de relancer ceux qu'on a moins

périence de la L1 et il l'aura dans six mois. Hervé Renard ne connaissait rien à la L1 avant l'hiver dernier et aujourd'hui c'est une référence. Jean-Luc Vasseur n'a pas moins d'expérience que Claude Makélélé à Bastia ou qu'Hubert Fournier à son arrivée à Reims. Ce que je constate, c'est qu'il y a une nouvelle vague sur la L1 et seul le temps nous dira si nous avons fait le bon choix. » Premier élément de réponse le 8 août prochain pour la 1ère journée de championnat qui verra le Stade de Reims recevoir le Paris Saint-Germain. Julien Debant

Jauss-Rauze ou Edi ? Et pourquoi pas les deux ?

Basket (Pro A)

vant même de savoir si le club évoluerait en Pro A ou en Pro B, Michel Morandais fut donc le premier à prolonger son contrat avec le Champagne Châlons-Reims Basket. Quelques jours seulement après avoir appris la bonne nouvelle, le MVP de Pro B était rejoint par Rémi Lesca en provenance de Pau-Orthez. Puis, les dirigeants se sont assurés les services de Garry Florimont, le Les discussions pour une prolongation de contrat se poursuivent entre Kevin Joss Rauze et le CCRB. musculeux intérieur © l'Hebdo du Vendredi qui évoluait à Rouen. Les trois joueurs pourraient être rejoints par Kévin Jauss-Rauze, qui vivrait ainsi sa 5e saison dans la Marne, et même la 6e sous les ordres de Nikola Antic, ou le prometteur Guy Landry Edi. Les discussions se poursuivent actuellement avec les deux hommes, sachant que le règlement de la Ligue Nationale de Basket (LNB) impose aux clubs de compter au minimum cinq JFL (Joueur Formé Localement) sous contrat dans leur effectif. Au CCRB, il reste donc deux places de JFL à prendre. Dans la mesure où le staff entend composer sa rotation avec neuf professionnels, à laquelle viendra s'ajouter trois espoirs, les quatre places restantes devraient être occupées par des joueurs étrangers, plus abordables financièrement parlant que des JFL à talent égal. Par conséquent, Rodrigue Mels, Sacha Giffa et Pape Beye poursuivront sans doute leur carrière ailleurs que dans la Marne. A noter que la LNB autorise les clubs de Pro A à compter jusqu'à cinq joueurs non-JFL. Et ces perles rares devraient probablement être américaines. Des cibles idéales pour des clubs aux finances modestes comme le CCRB, mais aussi risquées quand celles-ci ne possèdent aucune expérience du basket français ou européen.

A

J.D


L

A

G

E

N

D

A

C

magazine U

L

T

U

R

E

N ° 2 6 9 D U 2 0 A U 2 6 J U I N 2 0 1 4 > > w w w. l h e b d o d u ve n d r e d i . c o m

L

< Bijoux

d'aujourd'hui, élégance de toujours

La Demeure des Comtes de Champagne accueillera du 18 au 23 juin « Un Bijou d'Expo », une grande exposition organisée par le Comité Francéclat et rassemblant plusieurs centaines de créations contemporaines. La démarche, initiée en 2004, est atypique et mérite d'être saluée. Le Comité Francéclat (le Comité professionnel de développement de l'horlogerie, de la bijouterie, de la joaillerie, de l'orfèvrerie et des arts de la table) présentera son exposition phare dans la cité des Sacres du mercredi 18 au lundi 23 juin. Baptisée Un Bijou d'Expo, elle mettra en scène 257 bijoux de quelque 52 marques participantes. Particularité de ce grand rendez-vous : la diversité des bijoux présentés, des pièces de 60 à 35 000 euros, le Comité Francéclat souhaitant avant tout « montrer que les très beaux bijoux peuvent aussi ne pas être les plus chers. Il y en a pour tous les goûts, de Clio Blue ou Julien d'Orcel jusqu'à Baccarat, Nina Ricci et Christofle, les bijoux exposés sont des modèles accessibles. Car pour nous, l'achat d'un bijou n'est pas réservé qu'à un mariage ou un anniversaire ; c'est surtout un coup de cœur. » Le public pourra découvrir les parures, bracelets, boucles d'oreille et même quelques broches mis en scène de manière moderne et inédite (tranchant avec l'image légèrement sacrée et immobile du bijou) avec, comme fil conducteur de l'exposition, la thématique de la couleur.  S'il ne s'agit pas d'installer durablement un rendez-vous autour des bijoux à Reims (l'exposition, ayant vocation à toucher le plus grand nombre possible de visiteurs, tourne régulièrement en France), une ambassadrice de charme et de Reims sera néanmoins associée à l'exposition Francéclat. Il s'agit de Vitalie Taittinger, égérie de la maison de champagne éponyme, ancienne illustratrice et désormais directrice artistique du domaine. Vitalie Taittinger a, pour les organisateurs, toutes les qualités de la marraine d'un tel événement : « C'est une femme de tête et une femme de style qui représente à merveille nos valeurs d'élégance et de féminité. » Une marraine qui ne devrait pas manquer de porter haut les couleurs d'Un Bijou d'Expo. Exposition du 18 au 23 juin à la Demeure des Comtes de Champagne, 18-22, rue de Tambour à Reims. Entrée libre tous les jours de 11h à 19h. Rens. : www.unbijoudexpo.fr


magazine

Atlantique et Méditerranée à deux heures de la Champagne Tourisme

S’il faut attendre la confirmation de la fusion entre Champagne-Ardenne et Picardie pour voir la région dotée d’une façade maritime, on peut atteindre rapidement, et pour pas trop cher, les plages de l’Atlantique (Porto, Marrakech) et de la Méditerranée (Ajaccio, Nice, Malaga) depuis l’aéroport de Paris-Vatry. Le changement d’actionnaire (la CCI de Châlons-Vitry-Sainte-Ménehould a pris les rênes le 1er janvier dernier) n’a pas modifié la politique de transport de passagers, et cette saison 2014 devrait voir l’aéroport marnais atteindre et sans doute dépasser, comme en 2013, les 100 000 voyageurs.

Malaga, destination idéale

Ouvert en 2003 dans les murs du Palais de Buenavista, le musée Picasso de Malaga propose une collection qui repose sur les dons de Christine et Bernard Ruiz-Picasso, soit plus de 200 œuvres, dont la Bañista, l’Acrobata, Mosquetero con espada, Madre y Niño ou Mujer con los brazos levantados. Picasso en repro, c’est beau, mais Picasso en œuvre originale, c’est… Le musée abrite également, dans la bibliothèque, la collection Bernardo Sofovich riche de 800 livres sur Picasso et du fonds d’art contemporain espagnol (12 000 documents).

Musée Picasso

La compagnie Jetairfly.com a inauguré mardi 17 juin sa liaison hebdomadaire entre l’aéroport de Vatry et Malaga, en Espagne. L’Hebdo était du voyage, pour découvrir la ville de Picasso. Notamment… En arrivant à Malaga mardi, on pouvait penser que la Roja était encore une équipe de foot qui allait se qualifier pour les huitièmes de finale de la Coupe du Monde, que le roi d’Espagne s’appelait Juan Carlos, et que Malaga n’était qu’une très grande ville bétonnée au bord de la Méditerranée. En quittant Malaga deux jours plus tard, l’équipe d’Espagne est la première éliminée du mondial brésilien, le roi d’Espagne s’appelle Felipe VI, et on ne souhaite que revenir dans la ville de Picasso, parce que deux jours, c’est beaucoup trop court ! La ville andalouse conjugue tous les avantages du tourisme moderne. Si l’on oublie les constructions anarchiques des années 70 - et on les oublie sincèrement une fois dans la ville -, Malaga, ce sont des plages, la montagne de l’arrière-pays, un climat certes chaud, mais adouci par la Méditerranée, un centre-ville - entièrement piétonnier - à plusieurs histoires, proposant un patrimoine d’une belle richesse et dans un état de conservation qui rend jaloux quand on vient de France, des musées à n’en plus finir (29 au total), des dizaines et des dizaines de lieux de sortie et de gastronomie, des classiques

Cathédrale de l’Incarnation

Un bronze de Picasso regarde les enfants jouer avec les pigeons de la place de la Merced. Comme il le faisait, lui, enfant. © l'Hebdo du Vendredi

bars à tapas aux étoilés au Guide Michelin. Prendre le temps d’aller se « perdre » dans le quartier des pêcheurs, pour déguster le pescaito frito (friture de sardines et autres petits poissons, calamars, etc.) les pieds dans l’eau est une obligation. Le soir, au pied de l’Alcazaba, sous les lumières du temple romain, passer la soirée au El Pimpi en est une autre. Le Moscatel doux et frais, servi à l’Andalouse, mérite le coup d’œil. Le plus surprenant, c’est qu’on s’attend à l’atmosphère d’une ville de près de 600 000 malagueños, avec près de 1 500 habitants au kilomètre carré, eh bien non, la circulation reste fluide, on ne passe pas des heures à chercher une place de stationnement, et, certes, c’est plus facile au soleil, les locaux et les touristes sont heureux de vivre ici, quelques jours ou toute l’année. Le deuxième développement touristique de Obligatoire à Malaga : déguster les poissons et calamars Malaga, qui souffre forcément toujours la comparaison avec Séville et Cordoue, est refrits dans les chingaritos du quartier des pêcheurs. © l'Hebdo du Vendredi lativement récent, une petite dizaine d’an-

nées. Tout a recommencé avec l’ouverture du musée consacré à Picasso, le personnage le plus célèbre de Malaga, bien avant Antonio Banderas ! Malaga compte actuellement 29 musées, et au moins cinq autres projets sont en cours de réalisation, dont un monumental musée des Beaux-arts et de l’archéologie, qui pourrait ouvrir ses portes en 2015. Le port a été réintégré au centre-ville, ce qui a permis de faire surgir El Palmeral de las sorpresas (la palmeraie des surprises), lieu de promenade, de bars et de restaurants dans un cadre architectural moderne très réussi, et à deux pas de Marques de Larios, plaza de la Constitucion, plaza del Obispo (devant la façade de la cathédrale) ou plaza de la Merced, le terrain de Picasso enfant.

Malaga est dominée par l’Alacazaba (palais et et Gibralfaro (le château), deux sites > Plus d’infos, plus de photos, sur leforteresse) site de reliés entre eux mais construits à des époques disl’Hebdo : www.lhebdoduvendredi.com tinctes. Le Gibralfaro a été conçu par Yusuf Ier, à l’époque arabe, sur un site phénicien où était installé un phare. L’Alcazaba témoigne de toutes les influences de Malaga, des Romains aux rois catholiques d’Espagne en passant par le sultanat musulman.

Tony Verbicaro

568 212 habitants (recensement 2012, plus d’un million avec l’agglomération), 6e ville d’Espagne - 395 km2 Gentilé : Malagueños ou Malacitanos Capitale de la province de Malaga, région Andalousie Malaga a été fondée par les Phéniciens au VIIIe siècle av. J.-C., puis est passée sous contrôle de Carthage (VIe siècle av. J.-C.) jusqu’aux guerres puniques qui font de Malaga une ville de l’Empire romain (entre -219 et le début du Ve siècle ap. J.-C.). Elle est ensuite prise par les Vandales, puis les Wisighoths. Au VIIIe siècle, Malaga est conquise par les Arabes, qui l’annexent à l’Emirat de Cordoue. La Reconquista chrétienne interviendra au XVe siècle, et Malaga est alors incorporée à l’Espagne. L’occupation par les troupes de Napoléon n’a duré que deux ans (1810-1812), et si la ville a stagné jusqu’alors, elle sera la pionnière espagnole de la Révolution industrielle, notamment grâce à la sidérurgie. Encore aujourd’hui, Malaga est la première ville industrielle du pays. Le tourisme, à partir des années 60, a accéléré le développement de la cité, qui connaît un nouveau souffle depuis dix ans et sa Vue sur le port depuis l'Alcazaba. © l'Hebdo du Venprise de position de capitale culturelle. Parallèlement, le métro de Malaga est en cours de construction. dredi

Malaga, la fiche

Monument religieux majeur de la Renaissance andalouse, la cathédrale de l’Incarnation de Malaga, construite entre 1528 et 1782, est surnommée la Manquita (la manchote) par les Malagueños, du fait de son déséquilibre, quand on regarde sa façade. Faute de moyens, ou parce que les moyens, à l’époque, ont été affectés ailleurs, la tour sud est restée inachevée. Aujourd’hui encore, le débat existe encore : faut-il ou non terminer la cathédrale ? Pour 80 % des habitants, il faut la laisser telle quelle. L’intérieur (chœur, retables, collection de peintures sacrées…), est d’une richesse incomparable. La porte de la façade principale ne peut être ouverte qu’en deux occasions : pour la visite du roi d’Espagne ou pour celle du Pape de Rome.

Alcazaba et Gibralfaro

Et de la mode, devrait-on ajouter ! Dans une ancienne usine de tabac réhabilitée, les modèles d’autos plus légendaires les unes que les autres, de toutes les époques, côtoient des robes de hautecouture tout aussi légendaires. Le cadre est merveilleux, et l’association d’idées très réussie.

Musée de l’automobile


Marrakech, le Magreb à 3 h d'avion

Marrakech, la bonne idée d'escapade pour un week-end ou une semaine. © l'Hebdo du Vendredi

Destination touristique incontournable d'Afrique du nord, la « ville rouge » est l'un des berceaux du Maroc, qui en tire d'ailleurs son nom (le nom Maroc étant le résultat de la déformation de la prononciation portugaise de Marrakech, à savoir Marrocos). Située au pied des montagnes de l'Atlas, la cité au million d'habitants connait depuis quelques années un important développement, entrainant une cohabitation assez fascinante entre les nouveaux quartiers (à l'image de Gueliz, très moderne au style occidental) et la Médina, le cœur historique de la ville créée il y a près de 1 000 ans. Au départ de Vatry, Marrakech est la destination idéale pour passer soit un week-end complètement dépaysant, soit, pour ceux disposant de plus de temps, une vraie semaine de vacances. Le petit conseil : optez pour un Riad si vous recherchez le côté traditionnel et le charme d'un véritable petit palais oriental. En partant le vendredi soir (20h30), par exemple juste après la journée de travail, pour revenir le lundi en début de soirée, vous profiterez de deux jours et demi de découverte. A l'inverse, il est également possible de partir le lundi soir (20h30 également) pour un retour le vendredi suivant. Sur place, impossible de passer à côté d'une balade dans la Médina avec évidemment, un petit tour dans les célèbres souks et sur la place Jamâa El Fna (classée au patrimoine mondial de l'humanité de l'Unesco), la mosquée Koutoubia, la Medersa Ben Youssef, le palais de la Bahia ou encore les jardins Majorelle, si chers au créateur Yves Saint-Laurent... Aymeric Henniaux

Des charters pour voler moins cher Le tour-opérateur Tof of Travel organise depuis le printemps des vols charters en partance de Vatry. Un vol charter est organisé en dehors des lignes à horaires réguliers. Top of Travel propose ainsi épisodiquement trois destinations européennes : l'île de Malte (le vol s'étant déroulé ce jeudi 19 juin), l'île de Madère (le premier vol a eu lieu en avril dernier, le prochain se déroulera le 2 octobre prochain) et la Croatie (premier départ passé, c'était le 7 juin, le second décollera le 23 août). Au delà du simple vol, le voyagiste fournit à ses clients un séjour – d'une durée de sept jours en moyenne - quasiment clé en main avec, sur place, un accueil soit en formule petit-déjeuner, demi-pension ou all-inclusive dans des hôtels le plus souvent de standing et tout confort. A.H > www.topoftravel.fr Madère et sa végétation luxuriante est au départ de Vatry. © L.V

Aéroport de Paris-Vatry

Dates, horaires et tarifs des vols cet été

Ryanair Paris-Vatry - Porto : Départs les mardis (13 h 50), jeudis (17 h 50) et samedis (16 h 50) et retours les mardis (10 h), jeudis (14 h 00) et samedis (13 h 00). Du 5 au 25 août, départs des mardis à 17 h 25 et retours à 13 h 35. Aller-retour à partir de 79,98€ (sans bagage en soute). l

Paris-Vatry - Marrakech : Départs les lundis (20 h 30) et vendredis (20 h 30). Retours les lundis

N°269 du 20 au 26 juin 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Ajaccio l’impériale

Avec le mois de juin ont commencé les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement et de la Libération, ville après ville, en France. A Ajaccio, le 9 septembre prochain, on commémorera non pas le 70e, mais le 71e anniversaire. Ajaccio a été la première ville française libérée par les Alliés, en 1943. Au-delà de ces considérations d’actualité, Ajaccio, ce sont surtout les îles Sanguinaires, la presqu’île de la Parata, les plages, le vin de Myrte, les fromages et charcuteries, les polyphonies… Et il ne faut surtout pas résumer Le port d'Ajaccio. © DR la ville natale de Napoléon, présent partout, à la mer et au soleil. La capitale corse regorge de patrimoine historique, religieux et de culture : musée des Beaux-arts au Palais Fech (à ne pas manquer, l’expo temporaire Rembrandt cet été), chapelle des Grecs, église anglicane, musée national de Maison Bonaparte, chapelle impériale, qui abrite la crypte de la famille Bonaparte, bibliothèque municipale (1801)… T.V

Nice, ses anges et ses Anglais

Pour en accueillir chaque année environ quatre millions, Nice figure parmi les destinations les plus prisées des touristes. Et si les plages, la promenade des Anglais et la baie des Anges en font une ville particulièrement séduisante, elle se visite aussi pour son vieux centre, où se côtoient de nombreux joyaux patrimoniaux, de l’époque grecque à l’âge baroque. A tenter pour pimenter son séjour : les excursions à La baie des Anges, l’un des nombreux atouts touristiques de Nice. © DR bord d’un tricycle électrique. Et à déguster absolument avant de reprendre l’avion : le beignet à la fleur de courgette ou la fameuse brissauda ! S.L

Porto, Obrigado*

La capitale du nord du Portugal est la destination star depuis l’aéroport marnais depuis 2010. La ville au bord de l’océan Atlantique, est devenue une movida du sud de l’Europe et attire de nombreux touristes jeunes. Pour tous, Porto l’ancienne et Porto la moderne offrent de quoi en prendre plein les yeux. Azulejos partout, Sé do Porto (cathédrale), praça et cais Ribeira (vieille ville), praça da Liberdade et avenida dos Aliados, pont Dom Luis I, palacio da Bolsa (bourse), marché de Bolhão, librairie Lello e Irmão, église et tour dos Clérigos, gare São Bento, Au bord du Douro, les celliers font face au quartier Ribeira. © café Majestic… les immanquables de Porto, l'Hebdo du Vendredi avec la dégustation obligatoire du spiritueux local (avec modération) et la visite des celliers en bord du Douro. Casa da Musica (concerts) et Casa de Serralves (musée d’art contemporain) illustrent quant à elles la Porto moderne, la Porto des architectes primés. Vu de la Champagne candidate à l’Unesco, Porto, ce sont aussi déjà deux classements au patrimoine mondial : le vignoble du Haut-Douro (2001) qui produit les vins de Porto depuis 2 000 ans, T.V et le quartier Ribeira (1996). > *Porto, merci

(14 h 40) et vendredis (14 h 40). Aller-retour à partir de 83,98€ (sans bagage en soute). www.ryanair.com

l Jetairfly Paris-Vatry - Ajaccio : Départs les mercredis (11 h 30), retours les mercredis (9 h 15). Aller-retour à partir de 114,98€, avec un bagage (15 kg) en soute.

Paris-Vatry - Malaga : Départs les mardis (13 h 20), retours les mardis (9 h 35). Aller-retour à partir de 114,98€, avec un bagage (15 kg) en soute.

Paris-Vatry - Nice : Départs les mardis (18 h 50) et samedis (11 h 20), retours les mardis (16 h 35) et samedis (9 h 05). Aller-retour à partir de 114,98€, avec un bagage (15 kg) en soute. www.jetairfly.com

l Top of Travels Vols charters à destination de Madère, Malte et Croatie. Réservations et renseignements en agences de voyage. Prochains vols : Croatie (16 et 23 août), Madère (2 octobre).

www.topoftravel.fr


N°269 du 20 au 26 juin 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

magazine

Fenêtres ouvertes sur la Vallée

Fenestival

Si, depuis plusieurs semaines, les animations footballistiques et culturelles s’invitent joyeusement en cœur de ville, ce dimanche, c’est au cœur de la Vallée Saint-Pierre que les festivités seront ouvertes. Durant plus de six mois, environ soixante bénévoles ont œuvré pour faire de ce 28e Fenestival une journée inoubliable. Sous la houlette du Centre social et culturel municipal, avec la complicité de la Renaissance immobilière châlonnaise (Ric) et de l’associa- Plus de 4 000 spectateurs sont attendus au 28e Fenestival, ce tion Bien vivre à la Vallée Saint-Pierre. dimanche. © DR « C’est un véritable coup de projecteur sur la Vallée, dixit Aïssa Arabi, le directeur du centre. Et le fruit d’un travail multi-partenarial porté par tous ceux qui ont envie de faire bouger leur quartier. Un chantier éducatif permettra à plusieurs jeunes de s’impliquer dans l’organisation de l’événement, de nombreuses associations ont répondu présentes, et la scène accueillera des artistes en continu. » Pour la petite histoire, ce festival a été baptisé par les habitants. « Il s’agissait d’une fête de quartier au départ. A l’époque, beaucoup de curieux regardaient, depuis leur fenêtre, ce qui se passait sur la place publique. D’où l’appellation Fenestival. » Aujourd’hui, la manifestation accueille plus de 4 000 visiteurs. Et multiplie, d’année en année, les goûts et les couleurs. Loisirs créatifs, sport et sensations fortes, musique, danse, cirque, etc. De quoi passer un excellent moment, en famille comme entre amis. Sonia Legendre > 28e Fenestival – Dimanche 22 juin de 12 h à 18 h – Quartier Vallée Saint-Pierre – Animations et démonstrations, spectacles et concerts, ateliers sportifs, vide-grenier, etc. – Apéritif offert à 12 h et concours de pétanque dès 13 h 30 – Restauration sur place - Entrée Libre - Renseignements au 03 26 68 38 24 Programme complet sur www.chalons-en-champagne.net.

Carnets de voyages d’un Européen convaincu

Exposition

Parmi les habitués de l’Office de tourisme : Michel Coste de Champéron, peintre plasticien du cru, et maître dans l’art d’aborder des sujets sociétaux à travers ses œuvres. La protection de la nature, les méandres de l’administration, les petites habitudes des Châlonnais, etc. Pour cette nouvelle exposition, direction l’Europe. Et un mois après les élections, le message se veut limpide : « Je voulais m’adresser aux gens qui ont voté FN, explique l’artiste. Ainsi qu’à tous ceux qui se sont abstenus. Soyez européens ! Soyez curieux de toutes les belles choses à découvrir dans les autres pays. Les ambiances, les langues, les traditions, etc. » Il faut dire que Michel est de ceux qui ont vu du pays. Londres, Amsterdam, Dublin, Venise, etc. « C’était à l’époque où l’on pouvait voyager sans trop d’argent », sourit-il. Autant d’expériences et de rencontres qu’il a souhaité partager avec ses toiles et ses installations en 3D. Le tout ponctué de jeux de mots dont il a le secret. « J’ai représenté les symboles de plusieurs villes et les quartiers les plus sympas. Les Beatles et Piccadilly pour Londres, le vélo et le Gouda pour Amsterdam, les spaghettis pour Venise. Tout en essayant de relier le passé au présent. » La capitale est aussi à l’honneur, ainsi que ses coins emblématiques et les scènes de vie qui les animent. « Voici la Tour Eiffel, entièrement faite de matériaux récupérés. Ici, le café de la Butte, qui existe vraiment, et là, le SacréCœur. » On y retrouve également, tout en couleurs, les toits de Paris, la fontaine de Beaubourg, et même l’inimitable french kiss. De quoi voyager sans quitter Châlons ! S.L > Exposition « Les villes d’Europe » - Michel Coste de Champéron, peintre plasticien – Jusqu’au 29 juin à l’Office de tourisme (3 quai des Arts à Châlons) – Entrée libre.

AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA EXPOSITIONS VENDREDI 20 JUIN

MATÉRIEL POUR LES PERSONNES DÉFICIENTES VISUELS

L’association Voir Ensemble Marne organise une exposition de matériel spécifique destiné aux personnes déficientes visuels: horlogerie,jeux, matériel cusine, lecteur d’étiquettes, détecteur couleurs... sélectionnés par des non voyants. À 10h00. Entrée gratuite de 10h à 18h Palais des Sports Pierre de Coubertin, 47, Bd Justin Granthille. JUSQU’AU SAMEDI 21 JUIN

BRASILIA, DE CHAIR ET D’ÂME Depuis la fin des années 90, la peinture de Jacques Benoit explore les volumes de l’architec-

ture moderne internationale. Exposée dans les plus grandes capitales internationales, la série d’oeuvres sur toile et papier inspirée par Brasilia rend homage à l’oeuvre de l’architecte Oscar Niemeyer. Dans le cadre de «Châlons c’est Brasil !». À 10h00. Entrée libre de 10h à 18h L’Atelier, 5, rue de l’Arquebuse à Châlons-en-Champagne. JUSQU’AU DIMANCHE 22 JUIN

BERNARD BOURGES Techniques : techniques mixtes, huile, acrylique mêlée de bois, sable, verre et métal. À 15h00. Renseignements, réservation au 03 26 69 38 90 - Galerie Clémangis, rue Nicolas Durand.

JUSQU’AU LUNDI 23 JUIN

MAJESTY OF THE SEAS Venez découvrir ce qui constitue aujourd’hui la plus grande «maquette» du monde, réplique du paquebot «Majesty of the seas», réalisée après un travail de près de 11 ans par François Zanella. À 8h00. Gratuit - Relais nautique. JUSQU’AU MARDI 24 JUIN

LES GRANDS PERSONNAGES DE L’HISTOIRE DU BRÉSIL Dilma Rousseff, Gilberto Gil, Pelé, Lula da Silva, Ayrton Senna... ont tous un point commun : être brésilien ! Dans le cadre de «Châlons c’est Brasil !». À 8h30. Entrée libre - Hôtel de Ville de Châlons-en-Champagne.


magazine

N°269 du 20 au 26 juin 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Du pain et … beaucoup de jeux !

Visite accompagnée

AGENDA

Avec son cirque, sa scène nationale, ses jards et ses festivals, Châlons fait partie de ces villes où la culture et l’amusement sont rois. Et ça se vérifiait aussi autrefois, comme en témoignent les archives et les bâtiments anciens. « Cette visite accompagnée permettra de mieux comprendre comment les habitants se divertissaient jadis, explique Claude Lafauche, guide conférencier agréé. Depuis l’ancien régime jusqu’au XXe siècle. L’excursion nous emmènera notamment sur le site de l’ancien théâtre, face à Notre-Dame-en-Vaux. Il s’agissait d’ailleurs plutôt d’une salle de spectacles au départ. » Pour la petite histoire, lors de sa création en 1771, l’établissement était géré par des Châlonnais. « Une tombola a même été organisée pour financer sa construction et désigner l’heureux propriétaire. Puis la municipalité a repris cette salle sous son aile en 1820, et jusqu’à sa disparition, en 1970. » Le 7e art constituait également un pan remarquable des loisirs à Châlons. « L’ancien cinéma Bernard Blier, rue Lochet, date de 1919, mais il accueillait autrefois un casino. Les toutes premières projections ont été données au cirque. On pouvait également accéder à de nombreuses salles un peu partout dans Châlons. » Le grand Jard, lui, accueillait en son kiosque les concerts des harmonies et des fanfares militaires. Des concerts qui, Le cirque a accueilli les toutes premières déjà à l’époque, avaient cette particularité de brasser les populations et d’animer la ville. « Dès le début du XVIIe siè- projections cinématographiques à Châcle, on s’y retrouvait souvent, en famille ou entre amis, pour une partie de paille-maille. L’ancêtre du croquet en quelque lons. © l'Hebdo du Vendredi sorte. Et déjà au Moyen-âge, les foires étaient un excellent moyen de se divertir. Les acrobates et les montreurs d’animaux s’y produisaient, et beaucoup de commerces y faisaient des affaires. » Sonia Legendre

CARNET DE VOYAGE

AGENDA

MERCREDI 18 JUIN

> Visite accompagnée – Se divertir à Châlons - Samedi 21 juin à 14 h 30 – Départ devant l’Office de tourisme (3, quai des Arts) – Tarif : 3 euros (gratuit pour les moins de 18 ans) – Inscriptions obligatoires au 03 26 65 17 89.

Une voix d’exception

Concert - Flâneries Musicales

Première française à recevoir le titre de Kammersängerin, prestigieuse récompense allemande, Nathalie Dessay s’est rapidement imposée dans le monde de l’opéra et de l’opérette grâce à ses talents de comédienne et à son incroyable présence scénique. Mais c’est avant tout sa voix, capable de monter dans le suraigu avec une facilité déconcertante, qui lui aura valu sa renommée mondiale. Une voix qui lui a d’ailleurs ouvert les portes de nombreux rôles tels que la Reine de la Nuit, Lakmé, Zerbinette ou Olympia, tous aussi spectaculaires les uns que les autres. Après ce début de carrière consacré aux rôles de soprano colorature, la chanteuse lyrique élargit son répertoire et décroche d’avantage de premiers rôles. Invitée à se produire dans l’enceinte du Cirque de Reims, Nathalie Dessay sera accompagnée pour l’occasion par le talentueux pianiste Philippe Cassard, considéré comme l’un des musiciens les plus attachants et complets de sa génération. Au programme de la soirée, Clara Schumann, Johannes Brahms, Henri Duparc, Richard Strauss, Gabriel Fauré, Francis Poulenc et Claude Debussy !

C.L

> Concert n°10, Nathalie Dessay et Philippe Cassard, lundi 23 juin à 20h Tarifs : 15 et 20 euros – Cirque de Reims.

AGENDA CINEMA

Nathalie Dessay fera entendre sa voix au coeur du Cirque de Reims. © Simon Fowler

La Bibliothèque municipale Pompidou se met aux couleurs du Brésil, avec «Carnet de Voyage» du réalisateur Walter Salles. Découvrez ce pays envoûtant à travers sa culture, sa musique, ses artistes... Dans le cadre de «Châlons c’est Brasil !». À 15h00. Entrée libre - Bibliothèque Georges Pompidou, 68, rue Léon Bourgeois, Châlons-en-Champagne.

LOISIRS JUSQU’AU DIMANCHE 22 JUIN

MOURMELON EN FÊTE Mourmelon vous propose un week-end festif sur le thème de la musique. Au programme : concert de jazz, paint ball, piste d’audace, circuit en VAB, manipulation d’engins, conduite accompagnée, brocante... Entrée libre - Dans toute la ville de Mourmelon-le-Grand.


N°269 du 20 au 26 juin 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

magazine

LES HORAIRES

Semaine du 18/06 au 24/06

CINÉMA Le Palace 33 Bld Motte - 51200 Epernay

Les Voies du Destin Mercredi 14h30, 17h30, 20h30; jeudi 14h30; vendredi 14h30, 18h30, 21h; samedi 14h30, 17h, 20h, 22h30; dimanche 10h30, 15h, 17h30, 20h; lundi 14h30, 20h30; mardi 14h30, 18h, 20h30. Palo Alto VF Mercredi mardi 14h30, 20h30; jeudi lundi 20h30; vendredi 14h30; samedi 14h30, 20h; dimanche 10h30, 17h30. VO Mercredi 17h30; vendredi 18h30, 21h; samedi 17h, 22h30; dimanche 15h, 20h; lundi 14h30; mardi 18h. Bird People Mercredi 14h30, 17h30, 20h30; jeudi lundi 14h30, 20h30; vendredi 14h30, 18h30, 21h; samedi 14h30, 17h20, 22h30; dimanche 10h30, 15h, 17h30, 20h; mardi 14h30, 18h, 20h30. Edge of Tomorrow - Aujourd'hui à Jamais Mercredi 14h30, 20h30; jeudi 14h30; vendredi 14h30, 21h; samedi 14h30, 20h;

dimanche 10h30, 15h, 17h30; lundi 20h30; mardi 14h30, 18h, 20h30. Sous les Jupes des Filles Mercredi 14h30, 17h30, 20h30; jeudi 20h30; vendredi 18h30, 21h; samedi 14h30, 17h, 20h, 22h30; dimanche 10h30, 15h, 17h30, 20h; lundi 14h30, 20h30; mardi 18h, 20h30. Maléfique Mercredi mardi 14h30, 20h30; jeudi 14h30; vendredi 18h30; samedi 14h30, 20h; dimanche 10h30, 15h, 20h. X-Men : Days of Future Past Mercredi 17h30; jeudi 20h30; vendredi 18h30; samedi 17h, 22h30; dimanche 20h; lundi 14h30. Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? Mercredi dimanche 17h30; jeudi lundi 20h30; vendredi 14h30, 21h; samedi 17h, 22h30; mardi 18h. Au Bord du Monde (Documentaire) Jeudi 20h.

CINÉ Le Majestic

ZAC des Escarnotieres 51000 Châlons

L'Ex de ma Vie VF Lundi 20h. Transcendance VF 3D Mardi 19h45. Triple Alliance Mercredi samedi dimanche 11h, 13h30, 15h45, 18h, 20h15, 22h30; jeudi vendredi lundi mardi 13h30, 15h45, 18h, 20h15, 22h30. The Two Faces of January Mercredi samedi dimanche 11h15, 13h45, 16h, 18h, 20h, 22h; jeudi vendredi lundi mardi 13h45, 16h, 18h, 20h, 22h. Five Thirteen Séances à 22h30. Edge of Tomorrow - Aujourd'hui à Jamais VF 3D Mercredi samedi dimanche 11h, 13h30, 15h45, 18h, 20h15, 22h30; jeudi vendredi lundi mardi 13h30, 15h45, 18h, 20h15, 22h30. Sous les Jupes des Filles Mercredi samedi dimanche 11h, 13h30, 15h45, 18h, 20h15, 22h30; jeudi vendredi lundi 13h30, 15h45, 18h, 20h15, 22h30; mardi 13h30, 15h45, 20h15, 22h30. Amour sur Place ou à Emporter VF Mercredi jeudi samedi dimanche 18h; vendredi lundi 16h, 18h; mardi 16h. Maléfique VF 3D Mercredi samedi dimanche 11h15, 13h45, 16h, 18h, 20h, 22h; jeudi vendredi lundi 13h45, 16h, 18h, 20h, 22h;

mardi 13h45, 16h, 18h. Deux Jours, Une Nuit Séances à 18h. X-Men : Days of Future Past VF 3D Mercredi samedi dimanche 11h, 13h45, 16h30, 19h30, 22h; jeudi vendredi lundi mardi 13h45, 16h30, 19h30, 22h. Godzilla VF 3D Séances à 22h15. Barbecue Mercredi jeudi samedi dimanche 20h; vendredi 13h45, 20h; lundi mardi 13h45. The Amazing Spider-Man : Le Destin d'un Héros VF 3D Séances à 13h15. Babysitting Mercredi samedi dimanche 11h, 16h, 20h, 22h15; jeudi vendredi lundi 16h, 20h, 22h15; mardi 16h, 22h15. Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? Mercredi samedi dimanche 11h15, 13h45, 16h, 18h, 20h; jeudi vendredi lundi mardi 13h45, 16h, 18h, 20h. Rio 2 VF 3D Mercredi samedi dimanche 11h15, 13h45, 15h45. VO Mardi 19h45. Opéra : Manon VO Mardi 19h45.

LE GROS PLAN Au fil D’Ariane

Genre: Drame Pays: France Durée: 1h40 Réalisateur : Robert Guédiguian Acteurs: Ariane Ascaride, Gérard Meylan, Jean-Pierre Darroussin, Ariane s’apprête à fêter son anniversaire, la robe à fleurs virevolte dans la maison où elle achève les préparatifs d’un beau jour. Le téléphone sonne et un à un, sous des prétextes divers, ses amis, ses enfants, son mari en retard, ne viendront pas. Que nenni, elle décide de prendre le large, de plier bagage et de s’offrir en ce jour propice d’une année en plus, une virée en solitaire. C’est sur le pont où l’on y danse que la balade prend des atours de poésie bucolique, comme Le sous-préfet aux champs de Monsieur Daudet. Une chansonnette et voici les conducteurs transformant le pont suspendu en Fame. À partir de cet instant, le hasard, l’étrange, un petit air de rien s'invitent et transforment la journée d’Ariane et les deux, trois jours suivants en rêve éveillé. Elle se retrouve dans un café perdu sur une petite plage, avec un patron fan de Jean Ferrat, un tordu qui n’est pas avare de bons conseils, un Américain échappé de chez Pagnol. C’est aussi un petit couple amoureux comme elle au premier jour, un chauffeur de taxi grognon, et un gardien ne gardant plus rien. C’est la porte ouverte à la fantaisie, la poésie pour une fin où résonnent encore la chanson et les mots du poète. Robert Guédiguian, entre deux projets plus lourds, se paye une petite fantaisie bucolique comme dirait le poète, pleine de charme et de tendresse. Ces invités qui ne viennent pas deviennent le prétexte à une promenade dans le Marseille du réalisateur et d’Ariane. Nous comprenons combien ces deux-là ne forment qu’un dans leurs combats, dans leurs mots et leur regard sur le monde. Suivre le fil d’Ariane, c’est suivre celui de Guédiguian hymne à la fraternité, à la lutte des classes, à son cinéma, au spectacle et ses acteurs, au rêve. Au fil d’Ariane débute dans un labyrinthe sans poésie, sans couleur, parabole de notre société. C’est Ariane qui amène la couleur et la vie et le feu d’artifice qui s’ensuit. Il faut juste se laisser porter pour un peu plus d’une heure de bonheur dans un monde de brutes ! Retrouvez les sorties de la semaine, interviews, dossiers sur www.cine-region.fr, et chaque matin à 8h40 et le mercredi 18h/18h30 sur France Bleu Champagne Ardenne 95.1.

CINÉ La Comète

5 rue des Fripiers - Châlons-en-Champagne

Maps to the Stars VO Mercredi 20h30; jeudi samedi 18h; lundi 20h. La Chambre Bleue VF Vendredi 18h; dimanche 20h30.

Sarah préfère la Course VF Dimanche 18h. Joe VO Jeudi samedi 20h30. Tom à la Ferme VF Mer. 18h; ven. 20h30; lundi 14h30.


N°269 du 20 au 26 juin 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Un nouveau départ pour la 1re brigade mécanisée

Général Bruno Guibert

Le général Bruno Guibert commande la 1re brigade mécanisée à Châlons depuis août 2012. Le 1er septembre, il sera nommé à l’état-major du commandement des forces terrestres, à Lille. Focus sur sa vision de l’armée et les différentes missions qu’il a menées avec abnégation, ici comme à l’international.

u commencement, rien ne prédestinait Bruno Guibert à une carrière dans l’armée. « Mon père était militaire, mais je n’étais pas spécialement attiré par cet univers, se souvient-il. Je voulais être vétérinaire. J’ai été sensibilisé à l’armée quand j’ai eu 17 ou 18 ans. J’avais envie de faire quelque chose de ma vie, de me rendre utile. C’était aussi une époque où les engagements opérationnels étaient très importants, notamment en Afrique et au Liban. J’étais vraiment intéressé par ce côté aventure et ce défi humain, au service de la nation. Ensuite, tout s’est enchaîné naturellement. » Après deux ans de préparation au concours, il rejoint les bancs de l’école spéciale

A

Aider les civils à vivre en paix dans les pays en guerre

militaire de Saint-Cyr Coëtquidan, puis se dirige vers l’infanterie des troupes de marine pour devenir officier parachutiste. « J’ai choisi de servir à Carcassonne comme lieutenant et chef de section de 84 à 87 et je suis

Le général Bruno Guibert a commandé pendant deux ans la 1re brigade mécanisée à Châlons. © l'Hebdo du Vendredi

parti deux ans en Guyane. J’ai été chef du détachement fluvial à la frontière avec le Suriname, pendant la guerre civile. » Bruno Guibert est ensuite affecté au 6e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (RPIMa), à Mont-de-Marsan, où il sera commandant d’unité, puis repart en mission à Djibouti, comme officier d’opération à l’état-major. S’en suivront l’école d’ingénieur des Mines à Nancy, l’école de Guerre, de nouvelles affectations à la Réunion, Paris, ainsi qu’un retour à Carcassonne, puis à l’état-major de l’armée de terre. Le 1er août 2012, il

prend le commandement de la 1re brigade mécanisée à Châlons. Avec un souvenir particulièrement marquant de ses missions opérationnelles à l’étranger.

« Amplifier les relations entre l’armée et les habitants »

« La République centrafricaine, le Tchad, le Rwanda, la NouvelleCalédonie, la Côte d’Ivoire, et plus récemment, je suis parti neuf mois pour commander la mission de formation de l'armée malienne. Notre métier

Repères Bruno Guibert est né le 30 janvier 1962 à Argenteuil. Marié et papa de cinq enfants, il commande la 1ère brigade mécanisée à Châlons depuis août 2012. Diplômé de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr, de l’école d’ingénieur des Mines à Nancy et de l’école de Guerre, il a successivement acquis, de 1984 à 2012, les grades de lieutenant, capitaine, commandant, lieutenantcolonel, colonel et général de brigade. Il est également officier de la Légion d’honneur et détient la croix de la valeur militaire avec deux étoiles de bronze, pour ses actions au Rwanda et en Côte d’Ivoire. « Le premier ministre de la République malienne m’a aussi fait l’honneur de me décorer commandeur de l’Ordre national du Mali. » Côté loisirs, le général est un passionné de voile et s’évade dès qu’il peut en Bretagne pour naviguer avec sa famille. Son leitmotiv : « je crois en la vertu de l’effort, du courage, pas uniquement physique mais aussi intellectuel, et en l’action collective. L’ascenseur social reste une réalité dans notre armée. On peut s’élever grâce à l’effort et la persévérance. »

est une alternance entre la théorie et l’opérationnel, une alternance de postes en état-major, de commandement et sur le terrain. C’est extrêmement profitable, dans la vie d’un officier, de pouvoir connaître ces différentes expériences. » Et s’il retient une chose de l’international, c’est l’importance de la présence de l’armée auprès des populations dans les pays en guerre. « La France s’efforce réellement d’aider ces pays, de leur apporter un appui. Pour leur permettre de se stabiliser, d’accéder au développement politique, économique et social, et de vivre en paix. Et loin de toutes les polémiques qu’on peut lire ou entendre, qui sont d’ailleurs souvent le fait de personnes qui ne connaissent pas ou trop peu la réalité des situations là-bas, j’ai toujours eu le sentiment d’être utile dans ces missions. C’est un travail de longue haleine, notamment au Mali et au Rwanda, qui doit absolument se poursuivre. » À la veille de son départ pour Lille, le général tient à saluer l’engagement des quelque 5 000 femmes et hommes qui constituent la 1re brigade mécanisée. « Je les suivrai de près dans mon futur poste, et je les invite à poursuivre leurs missions sur la voie du devoir et de l’exigence, en conservant cet esprit de corps qui anime les unités, cette relation de fraternité. Je suis très confiant pour l’avenir, et convaincu qu’ils continueront à écrire de belles pages de leur histoire personnelle, et de l’histoire de notre drapeau. Ce fut un honneur d’être désigné pour commander cette brigade. J’ai découvert que notre armée de terre était très homogène, que nos régiments avaient acquis une maturité et une compétence opérationnelle éprouvées. J’ai également été frappé par l’accueil chaleureux réservé aux militaires sur la terre champenoise. Cette région a particulièrement souffert, notamment pendant les deux guerres mondiales, et connaît le prix du sang et le sacrifice enduré pour la liberté. Un regret cependant : je trouve que la population reste relativement éloignée du fait militaire et de

l’évolution de notre armée. Je ne suis pas certain que les Châlonnais aient conscience qu’il existe ici encore huit états-majors, et l’une des brigades les plus prestigieuses de l'armée. Beaucoup de cérémonies très émouvantes rendent hommage aux faits historiques passés, et c’est indispensable. Mais il faut également se tourner vers le présent et l’avenir. Aujourd’hui encore, l’armée endure des sacrifices, et demain, elle devra faire face aux restructurations qui s’annoncent. Il faut absolument préserver et amplifier les relations entre l’armée et les habitants. »

« La jeunesse est l’avenir de notre pays »

Puis d’adresser un clin d’œil aux jeunes recrues de l’armée. « On dit trop souvent que les jeunes ne croient plus en rien, qu’ils sont individualistes. Mais régulièrement, nous les voyons frapper à notre porte. Non pas pour gagner de l’argent ou pour la sécurité de l’emploi, qui n’existe pas dans l’armée puisque la plupart des contrats sont remis en cause tous les cinq ans, mais parce qu’ils veulent donner un sens à leur vie et être utiles à la société. Je suis touché par ce don de soi qu’ils expriment. Il faut croire en la jeunesse, c’est l’avenir de notre pays. » Les forces terrestres de l’armée représentent environ 77 000 hommes. Un nouveau challenge attend Bruno Guibert : celui de gérer l’organisation, le pilotage et tous les travaux de l’état-major. « En quelque sorte, je serai le chef d’orchestre du bon fonctionnement de l’état-major, et le responsable de l’organisation et de la préparation opérationnelle des forces terrestres. Je mesure toute l’importance de ce poste et du travail qu’il demandera, et je l’aborde avec beaucoup de conviction, et en même temps, beaucoup d’humilité. »

Sonia Legendre

L’horoscope de l’hebdo BÉLIER du 21.03 au 20.04

CANCER du 22.06 au 22.07

BALANCE du 23.09 au 22.10

CAPRICORNE du 23.12 au 20.01

Vous tenterez de trouver un équilibre entre quiétude et besoins, aspiration à la tranquillité et soif de vivre intensément vos désirs. C’est le moment idéal pour améliorer votre quotidien.

Vous démarrez la semaine tambour battant, à un rythme que beaucoup ne parviendront pas à suivre. Ne jetez cependant pas toutes vos forces dans la bataille : gardez-en pour la suite !

Au niveau de votre budget, soyez plus raisonnable. Avant toute décision, faites vos comptes et surtout, n'oubliez pas la fable de la cigale et de la fourmi.

Des changements se profilent, ils seront bénéfiques car la chance vous accompagne. Vous serez épanoui(e) et plus sûr(e) de vous. Vos projets se concrétiseront et vous obtiendrez plus que prévu.

TAUREAU du 21.04 au 20.05

LION du 23.07 au 22.08

La mouvance générale, sentimentalement est encore floue, mais allez de l'avant, le cœur vaillant. Attendezvous à faire des rencontres extrêmement significatives.

Pas d'impatience, pas d'emportement ! Sur le terrain professionnel, vous allez simplement récolter ce que vous avez semé. Au niveau affectif, vous devez trier vos émotions et garder ce qui vous motive.

Voici le temps des doutes et des incertitudes en tous genres. Vous remettrez souvent en cause certains de vos choix. Il sera particulièrement difficile pour vous de vous investir dans la durée.

GÉMEAUX du 21.05 au 21.06

VIERGE du 23.08 au 22.09

L’ambiance de la semaine sera plus légère et vous serez particulièrement inspiré(e) notamment sur le plan relationnel. Tout cela devrait contribuer à une évolution positive de vos intérêts.

Quelques doutes pourraient encore vous tenailler s’agissant notamment de votre orientation. Même si le temps joue en votre faveur, il sera aussi nécessaire de régler certaines affaires en suspens.

SCORPION du 23.10 au 22.11

SAGITTAIRE du 23.11 au 22. 12 Le climat de la semaine sera tonique et dynamique. Vous bénéficiez d'une vie relationnelle de qualité où les activités qui demandent imagination et créativité sont les plus favorisées.

VERSEAU du 21.01 au 19.02 Tout bouge autour de vous, mais vous détestez la routine alors cela devrait vous ravir. Au niveau professionnel, pour le moment, ne prenez aucune décision définitive.

POISSONS du 20.02 au 20.03 Des opportunités se profilent à l’horizon. Toutefois pour les saisir, vous devrez au préalable mettre définitivement un terme à certaines affaires.

B. MELVHILLE


L'Hebdo du Vendredi, Châlons #269  

Semaine du 20 au 26 juin 2014