a product message image
{' '} {' '}
Limited time offer
SAVE % on your upgrade

Page 66

Discussion

66

Simulation de pluies naturelles et manipulées Le collectif d'artistes Fragment.in présentait au Mirage Festival son œuvre de géo-inginerie Displuvium, reproduisant la pluie en milieu confiné. Ils nous racontent sa genèse en même temps que leur passion pour l'arrogance humaine vis-à-vis de la météo. Dans la Grèce antique, ainsi que parmi d’autres civilisations de l’époque, les changements climatiques étaient souvent attribués aux dieux. Ainsi Éole était considéré comme le maître et le régisseur des vents alors que Zeus utilisait la foudre pour exprimer sa colère. Plus tard, la science va remplacer les mythes et s’imposer comme la manière universelle de comprendre et expliquer nos phénomènes naturels. En effet, dès la fin du XVIIe siècle, l’humain n’a cessé de développer des outils de plus en plus précis pour observer, mesurer, prédire et visualiser l’atmosphère et ses changements météorologiques. Les premières expéditions de ballons météo en 1890 ainsi que la multiplication des stations météorologiques connectées entre elles en sont les premiers exemples parlants. Aujourd’hui, comme l’explique Andrew Blum dans son dernier livre The Weather Machine, l’arrivée des satellites GEO et LEO et le développement fulgurant de la puissance de calcul des ordinateurs compilant les « Weather Models » ont aidé à rendre presque parfaites les prédictions Displuvium, édition en pierre pour la NOV gallery (c) Florian Amoser

Profile for Kiblind Magazine

KIBLIND 72 - Météo  

KIBLIND 72 - Météo  

Profile for kiblind