Page 1


2


Sommaire

Projet

Analyse

Projet Projet Projet Atelier Atelier 3°

Villa Shodan de le Maison Esherick Luis Fonderie à Détroit A Aalto bibal de

Photos

Art et technique

des 4 espaces d’un Hall d’Expo d’un citycycle Secci Gahinet Prix Concours C.U.S.

Travail Travail

Dessin Croquis Dessins

libre scolaire

du techniques

Graphisme

Design

Expériences professionnelles

Travail Tee-shirt ski

Meuble

Marc Dominique Marc

Kahn

............................................................................................................................................................................................... ................................................................................................................................................................................................... ........................................................................................................................................................................................ ..................................................................................................................................................................................................

........................................................................................................................................................................................................................... .....................................................................................................................................................................................................................

Corps

corbusier Kahn Albert rovaniemie

............................................................................................................................................................................................................ ....................................................................................................................................................................................................... ............................................................................................................................................................................................................ .......................................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................................... .........................................................................................................................................................................................................

humain et

22 24 26 28

32 36

........................................................................................................................................................................................................ .................................................................................................................................................................................................................................... géométrie descriptive .....................................................................................................................................................................

40 42 44

.................................................................................................................................................................................................................... .................................................................................................................................................................................................................................. ............................................................................................................................................................................................................................................

48 50 51

scolaire

multifonction

Mimram Coulon Paugam

6 8 10 12 14 18

............................................................................................................................................................................................................

architecte architecte entreprise

........................................................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................................... .......................................................................................................................................................................................................

3

54

58 59 60


4


Projets

5


Le Projet des quatres espaces (projet de 1er année)

Le sujet de ce projet était de créer dans un site choisi par l’étudiant, une séquence de quatre espaces possédant chacun, des caractéristiques lumineuses et spatiales propres . le troisième espace devait offrir une vue. Pour déterminer le site il fallait choisir une photo de paysage que l’on aimait, la vue de ladite photo était la vue qu’offrait le troisième espace. Plus tard il fallut rajouter deux couleurs et un bassin.

Mon projet se situe donc sur un quai en bord de mer (côte bretonne). Plutôt que de faire une simple avancée sur la mer, j’ai préféré rendre cette succession de quatre espaces plus utile en proposant un passage du quai haut au quai bas. C’est une succession de volume mis en tension les uns avec les autres par imbrication. Ce travail proposait une réflexion sur les moyens de définir un espace. Mon premier espace se définit uniquement par deux parois parallèles qui guident vers une réelle intériorité que constitue l’espace 2. L’espace 2 est un espace sans vue, l’ambiance lumineuse se fait par un bandeau qui éclaire la sous face du volume, un halo de lumière provenant de l’espace 3 crée une lueur qui invite l’usager à avancer vers celui-ci. L’espace 3 est un espace généreux, qui offre une large vue sur la mer sous forme d’un très grand panorama. Il se tient sur des pilotis au-dessus de l’eau. C’est dans cet espace qu’a été rajouté le basin. Le bassin est un basin à débordement, afin d’offrir une réelle sensation de continuité entre la mer et l’espace intérieur Le bassin permet aussi de guider les usagers vers l’escalier qui mène au dernier espace. Le dernier espace ou l’espace de sortie est éclairé par deux ouvertures en bandeau, une le long de la sous face, l’autre le long du sol. Ces deux ouvertures permettent de créer un espace suffisamment lumineux sans nuire au contraste que propose le contre-jour de la sortie. L’une des deux couleurs utilisées est l’orange sur l’un des murs de l’espace 3, elle sert à colorer le halo de lumière qui pénètre dans l’espace 2. La seconde couleur est un bleu outremer, il est disposé en bandeau sur la sous face de l’espace 4 et se retourne le long de l’escalier, afin d’appuyer le lien que propose l’escalier entre l’espace 3 et l’espace 4. 6


7


Hall d’exposition (projet de 1er année)

Le sujet était de créer un hall d’exposition provisoire de 130m2 avec une structure en lamellé collé. Ce hall d’exposition devait accueillir, douze A0, une maquette, et deux écrans plats pouvant être suspendus au mur.

Le site que j’ai choisi la place de l’université. Les deux entrées de mon Hall d’exposition interceptent un flux qui lie la faculté de lettres à la station de tram la plus proche. Cet emplacement particulier du projet incite les usagers à pénétrer dans cette structure sans nécessairement les y obliger. Le hall d’exposition que je propose a une forme géométrique dynamique afin de rappeler l’effervescence qui règne dans un campus universitaire. Il se constitue de deux espaces un premier, spacieux et très ouvert qui abrite les douze A0 (85 m2) ,et un second plus petit pouvant être fermé, qui abrite les deux écrans de communication vidéo et la maquette. Le plancher de la salle d’exposition se compose de bandes d’un mètre, en lamellé collé de 20 mm qui se plient pour créer les panneaux d’affichage nécessaires au A0, puis le plancher se retourne pour ne faire qu’un avec le mur. Les lignes que forment les interstices entre chaque bande sont reprises par les plis des joints de la toiture en zinc. Cette reprise des lignes perçues, crée une continuité entre les surfaces intérieures et les surfaces extérieures sans nécessairement garder le même matériel. Le hall d’exposition est alors perçu comme une composition de bandes pliées.

8


9


Le citycycle (Projet de 2eme année)

Le projet du citycycle est un projet à programme (env :1000 m2) dans un site fictif, imposé. Il s’agit de créer un bâtiment visant à promouvoir le vélo dans une ville et de le baptiser. Le Programme se compose :

- d‘un espace dédié à la location de vélos (270 m2) - d‘un espace de vente et d’exposition (180 m2) - d‘un atelier de réparation (120 m2) - d‘un cybercafé (90 m2+ 45 m2 extérieur )

Mon projet se constitue d’une enveloppe principale surélevée de 40cm par rapport au sol afin que l’on perçoive une masse détachée du sol visant à prôner le détachement que procure une balade en vélo. Cette enveloppe abrite des volumes qui abritent les éléments du programme. Ces volumes sont traités en tôle, ils rappellent des conteneurs de bateaux sans en être afin de promouvoir ce sentiment de liberté et de voyage propre au vélo. L’espace de location de vélos est un espace ouvert, la location est segmentée à travers le site aussi bien dans l’enveloppe principale qu’à l’extérieur afin qu’elle puisse fonctionner de jour comme de nuit. La distribution des espaces clos se fait par une rue intérieure. L’espace de vente et d’exposition possède une large vitrine sur la rue principale afin que l’on puisse voir les vélos de la rue, cette baie vitrée permet, à la fois de donner la fonction du bâtiment, mais elle permet aussi au magasin d’exposer les vélos dédiés à la vente. L’espace de réparation est un espace sans vue, il est éclairé zénithalement par un système de lumière indirecte qui ampli l’espace d’une lumière diffuse favorable aux travaux d’ateliers. Le cybercafé a été divisé en deux unités spatiales, le rez-de-chaussée est dédié aux ordinateurs, à l’étage on trouve le bar et une petite salle qui s’ouvre sur une large terrasse. Cette terrasse en hauteur offre comme le vélo une nouvelle lecture de la ville.

10


11


L’atelier de Claudio Secci (Projet de 2eme année)

Cet atelier d’un semestre se situe à la limite entre le projet d’urbanisme et le projet d’architecture. Il propose la restructuration d’un îlot entier. Le site se situe dans la banlieue strasbourgeoise, à Koenigshoffen. Cet atelier propose une entrée dans le projet par les espaces intermédiaires. Il se développe en trois parties, une première est la modification d’un passage qui traverse l’îlot, une seconde est la modification du cœur de l’îlot pour finir avec l’implantation d’un bâti.

Le passage était constitué d’un sentier bordé de jardins ouvriers, j’ai trouvé que ce chemin fonctionnait plutôt bien, il permettait d’éviter aux habitants de la rue des Capucins un détour pour se rendre à la boulangerie située sur la route des Romains, de plus il alimentait le cœur de l’îlot qui était extrêmement calme, une véritable bulle de nature à l’intérieur de la ville. J’ai tout de suite voulu conserver cette sensation assez particulière de tomber sur une nature préservée en tournant au coin d’un immeuble. Le passage n’a été modifié qu’au minimum afin de préserver un maximum son caractère particulier ;seul un traitement du sol était nécessaire afin de pallier à son impraticabilité par temps de pluies. Le cœur de l’îlot a été structuré afin d’offrir un parc à usage collectif dans lequel on trouve un certain nombre de jardins ouvriers. La disposition,du bâti qui est proposé, naît aussi du caractère donné au cœur de l’îlot, le but est de protéger celui-ci du bruit de la route des Romains en offrant néanmoins quelques vues afin qu’il soit découvert plus facilement par les passants. Les bâtiments sont séparés en deux types. Des bâtiments collectifs sont disposés le long de route des Romains, ils sont disposés en quinconce afin de créer des alcôves sur la route des Romains, et des places à l’arrière afin d’y disposer des zones de jeux pour enfants. Des bâtiments plus petits à l’échelle de maisons sont disposés le long de la rue des Capucins, ils sont disposés sur le même principe que les bâtiments collectifs mais la rue étant moins passante se système de disposition est ici plus ouvert.

12


13


L’atelier d’Olivier Gahinet (Projet de 3eme année)

Le thème du studio était l’apprentissage du plan libre, avec pour support une bibliothèque, comme exemple de petit bâtiment à programme.

La méthode change radicalement des projets faits précédemment. En effet, cet exercice fonctionne avec une hypothèse poétique qu’il faut retranscrire avec le moyen architectural sans que cela devienne une représentation littérale. Cet atelier contrairement au précédent ne voit pas directement le bâtiment dans son ensemble, les étudiants avancent, dessin par dessin et uniquement avec des dessins, jusqu’à l’espace majeur qu’ils ont déterminé. Dans le cas d’une bibliothèque, salle de lecture adulte, ou, salle de lecture enfant. Cette méthode vise à apprendre aux étudiants à projeter leurs réalisations dans le sens ou avec des dessins, plan coupe, et perspective montée, ils doivent réussir à voir l’espace sans forcément devoir continuellement recourir à des maquettes. Réussir à percevoir l’espace à partir de dessin est ce qui définit l’architecte. Le projet, dans le sens de projeter. Bien entendu afin que l’exercice soit efficace, il est nécessaire d’imposer des éléments. Ainsi la forme du bâtiment est fixée à un carré de 30 mètres de côté, la trame des poteaux porteurs doit être comprise entre 4,50m et 6,50m. Les seuls outils à la disposition des étudiants sont en un premier temps les poteaux les parois 1/3, 2/3, 3/3, en un second on rajoute la possibilité d’utiliser les parois 4/3, 5/3, 6/3. Chaque élément fait au préalable l’objet d’une présentation, par exemple un poteau à la lumière permet de faire tourner, de même une paroi 2/3 laisse filer l’espace mais bloque la vue. L’ensemble de cet exercice vise à véhiculer à travers un atelier de projet des concepts propre à l’architecture rationaliste, mais surtout de faire découvrir aux étudiants, les outils qui sont à leur disposition pour travailler leurs projets. Un travail des façades en axonométrie permet de régler le retournement des façades.

14


15


La randonnée

Mon hypothèse poétique est la randonnée. Elle a été retranscrite par une répétition de verticales, métaphore de la répétition de la marche et une répétition d’horizontal propre a la succession des lignes du paysage lorsque l’on pratique la randonnée. Ces répétitions se doivent cependant d’être enrichies en effet, les foulées ne sont pas les mêmes selon le terrain,on ne marche pas de la même façon sur de l’herbe, sur des rochers ,en descendant ou encore en montant. On trouve ainsi sur la perspective d’entrée une ombre qui enrichit le système puis dans le hall c’est l’escalier qui enrichit la répétition des parois.

. Le hall est un espace spacieux qui distribue le programme. Une paroi 5/3 à éclairer zénithalement accompagne les usagers jusqu’à la salle polyvalente, elle est le guide que sont les marques inscrites sur les arbres lors d’une randonnée. L’espace principal, celui des adultes, jouit du confort de la double hauteur et d’une façade-rideau, orienté nord afin que cet espace généreux profite d’une lumière diffuse favorable au travail et à la lecture. L’escalier principal qui mène à la médiathèque et a l’espace enfant est éclairé zénithalement Le pallier est a fleur de la paroi 1/3 afin d’offrir une sensation de détachement tout en étant raccroché matériellement au sol. L’escalier illustre de cette façon le sentiment de détachement que procure une randonnée malgré le poids de l’effort. L’espace enfant se développe sur une diagonale le mobilier est bas et ludique il occupe l’espace en préservant la diagonale. Il forme un ensemble ou les livre se mêlent au banc de lecture.

16


17


Concours CUS (Lauréat ; 3° prix ) « UNE MAISON DE L’ARCHITECTURE, ITINERANTE »

Pour sensibiliser les citoyens à l’architecture, il faut utiliser le théâtre, le cinéma, la danse... La Maison de l’architecture sera un lieu ouvert Elle doit pouvoir se déplacer selon les lieux de conférence sur le Rhin avec plusieurs points d’ancrage possibles. Les spectacles pourraient avoir entre le quai et les abords démultiplierait ainsi la surface exploitable. Le bateau ou la rive pourrait devenir scène. Les objectifs assignés au projet de Maison de l’architecture sont : • S’inscrire dans une démarche de partage et d’enrichissement culturel. • Faire connaître l’architecture au plus grand nombre. • Renforcer la diversité des actions culturelles et les partager avec tout un territoire le long du Rhin. • Identifier Strasbourg et sa communauté urbaine comme une référence en matière d’échanges, de communications, de pédagogie sur l’architecture locale et internationale. • Renforcer l’attractivité des sites d’ancrages en y associant des activités liées à la fonction de pôle d’échange et de pôle tertiaire vers l’eau et le Rhin, la Suisse et toute la Rhénanie. • Contribuer à l’épanouissement de Strasbourg et de toute l’Alsace. • Profiter de la réflexion sur le site de Strasbourg pour l’appliquer aux autres sites possibles le long du Rhin. • Mettre en synergie 3 pays sur le plan architectural et culturel. Le bateau comprendra un lieu d’exposition transformable en lieu de conférences, une librairie (lieu de commande en ligne) pouvoir également accueillir des artistes en résidence. Le lieu d’amarrage envisagé est le môle de la Citadelle dont les berges se donnent à voir en de nombreux points de la Ville depuis les bassins Vauban et Dusuzeau.

une

cafétéria,

accueillant des expositions, lieu autant sur la barge

complémentaires

quelques

bureaux,

des que

en

réseau,

véritable

des

locaux

logistiques

spectacles, des artistes… sur la rive. L’interaction

antenne

et

de

de

l’agglomération

services.

Il

devra

Un espace, un lien, un voyage…. Position symbolique

Le contexte du secteur des trois frontières peut être considéré comme un catalyseur du développement artistique régional que ce soit en Allemagne, en Suisse ou en France. Ce développement est possible grâce à une volonté de la part de ces trois pays, d’un partage culturel et d’une volonté d’influence mutuelle. Le Rhin est une évidente métaphore physique de ces interactions. L’idée d’une construction dédiée à l’architecture appartenant au Rhin et non à un pays en particulier a donc en premier lieu guidée nos intentions. Cette construction est fixe la plus grande partie du temps, mais elle peut s’avérer être un moyen de transport dynamique. Cette idée de dynamisme devait donc pour nous s’exprimer directement sur le site de son port d’attache, qui se traduit par une topographie particulière, un espace désireux de se libérer. Un bâtiment qui devient lien, une passerelle annulant la frontière du fleuve, reflet de la volonté de rapprochement de ces trois pays. Ce bâtiment refuse son immobilité, il est le parti pris d’un bâtiment qui bouge, et non juste un moyen de transport qui s’arrête.

Implantation et interaction avec son quai.

La création de plusieurs niveaux en rapport direct avec la terre ferme pour : - Intégrer le bâtiment à la terre en position repliée. La construction devient une partie concrète du quai et en est la continuité directe. - diversifier l’échelle perçue par le visiteur en fonction de son point de vue et de son point d’arrivée. Lorsqu’il vient du place. L’échelle réelle du bâtiment se révèle soit de la rive opposée soit quand il prend sa fonction de passerelle. - marquer un espace d’entrée. Celui-ci, pris entre les deux blocs émergeants de la coque est une continuité directe de l’autre. L’entrée regarde la place, la place regarde l’entrée, pour le cas d’un espace scénique par exemple. Lorsque le bâtiment traverse le Rhin, l’espace d’entrée devient un cadrage sur la perspective du canal. Les espaces de circulation changent d’usage en fonction de la position du bateau. La coursive alterne entre espace .Le vide central est, soit l’entrée directe du bâtiment soit une scène, soit un espace intermédiaire.

Espace intérieur et organisation.

Le bâtiment se constitue de conférence, d’ambiance différente, de personnes. Il est doté d’un fonctionnement indépendant.

parc, la de

il

voit

place.

Il

circulation

un a

niveau pour

discret.

De

la

place,

but

de

concevoir

deux

principal

et

extension

des

c’est

un

espaces espaces

volume en

de

bois

interaction

d’exposition,

posé

directe

devenant

sur l’un

une avec

promenade

deux blocs s’articulant autour d’un vide d’entrée à usage multiple, et d’une coursive parcourant toute la longueur du bâtiment. Nous constituons deux espaces d’expositionl’un comprimé mais s’ouvrant sur l’extérieur, l’autre plus dilaté mais aveugle. Le niveau inférieur abrite un espace résident temporaire pouvant héberger une vingtaine atelier et d’un espace de vie à vocation plus intime. Le niveau supérieur est une cafétéria-librairie accessible directement depuis le parc par une terrasse lui permettant un

Renforcer la politique de reconversion du port autonome de Strasbourg

Le site proposé, particulièrement isolé du reste du tissu urbain strasbourgeois, fait partie d’un secteur en pleine reconversion. Face à l’impossibilité de le relier physiquement au quartier de l’esplanade ou du Neudorf, nous avons donc souhaité créer un pôle culturel attractif. Proposer un réaménagement avec un tissu urbain mixte composé de bâtiments à usages multiples, (lieux publics, bureaux, commerces et logements). Ceci mis en valeur avec une variation topographique du site, mais aussi la réutilisation d’un ancien bâtiment à usage industriel. Le but est de créer un trait d’union entre le parc et la zone construite. Ce bâtiment, dont une partie est convertie en un espace à usage public se déconstruit au fur et à mesure de son entrée dans le parc.

18


19


20


Analyses

21


Initiation à l’analyse : villa Schodan ( 1° Année)

Le but de ce travail était une initiation à l’analyse, à travers une maison de le Corbusier le travail demandé était de faire trois planches, l’une pour un magazine d’architecture, une autre pour d’éventuels acheteurs, une dernière pour un constructeur qui possède déjà les plans.

Toutes les planches ont été traitées dans un style différent propre à chaque attente.J’ai estimé qu’un magazine d’architecture publie des dessins stylisés, que les aquarelles avec leur caractère lyrique appuierait la planche pour l’acheteur et que la sobriété était nécessaire pour la planche dédié à la construction.

La planche du magazine comporte deux perspectives visant à montrer l’ opposition entre un côté ouvert et un côté fermé ; un plan-masse pour indiquer l’orientation de la maison. Puis une partie sur son exposition à la lumière comportant des croquis d’intérieur, une perspective avec un arc solaire et un organigramme 3D qui met en évidence la fonction de la terrasse. La planche pour l’acquéreur ne présente que des perspectives extérieures afin d’insister sur le côté monumental de l’édifice et le caractère de maison d’hôte, car il s’agit d’une maison faite pour recevoir avec sa mise en scène de l’arrivée. La planche de construction insiste sur la structure du pare soleil qui est détaché de la façade. Il s’agit d’un élément qui s’auto- porte et est accroché à la maison de façon ponctuelle.Cette planche insiste aussi sur les proportions que l’on retrouve sur le brise-soleil.

22


23


La maison Esherik de Luis Kahn ( 2° Année )

Le travail demandé était de déterminer en quoi la maison proposée était une maison remarquable. Il fallait par groupe de 4 faire une analyse afin d’exposer le travail fait, aux autres étudiants.Ainsi le travail fait pouvait profiter à l’ensemble de la promotion.

Nous avons eu l’occasion d’analyser la maison Esherik sez vite il paraissait évident de mettre en valeur le l’architecte au niveau de rangements, en effet il n’est meubler la maison, l’ensemble des rangements utiles ne les murs. De plus, il continue avec les fenêtres, cette nelle à laquelle il associe un travail de découpage du paysage. Il était aussi intéressant de la mettre en relation avec tamment dans sa relation au paysage.

de Luis Kahn. Astravail effectué par pas nécessaire de font qu’un avec démarche fonctionà maison Fisher no-

24


25


L’entrepôt d’Albert Kahn ( 2° Année )

Le travail demandé était de déterminer en quoi le bâtiment proposé était un bâtiment remarquable. Il fallait par groupe de 4 en faire une analyse afin d’exposer le travail fait, aux autres étudiants. Ainsi le travail effectué profitait l’ensemble de la promotion.

Le travail sur ce bâtiment nous a tout d’abord laissé sceptiques, en effet l’analyse d’un hall de refroidissement d’une fonderie n’a a priori que peu d’intérêt par rapport à une analyse d’un bâtiment public. Cependant ce travail est devenu très intéressant par manque de documents. En effet,les trois seuls documents relatant de cette construction à Détroit sont, une vue extérieure,le plan au 1/50 d’un des portiques et une coupe explicative des mouvements d’air nécessaires à l’évacuation de la chaleur. Le bâtiment ayant été détruit, cette analyse a donc été un réel travail de reconstitution, et c’est en cela, qu’elle est devenue intéressante. Pour exemple, afin de déterminer l’orientation du bâtimen il a fallu analyser l’influence de la direction du vent sur le principe d’évacuation de la chaleur et le mettre en relation avec la piste d’atterrissage de Détroit qui donne l’axe du vent dominant.

26


27


La bibliothèque de Rovaniemi ( 3° Année )

L’analyse de cette bibliothèque est intervenu dans le cadre de petits exposés proposés aux étudiants dans de deux à trois étudiants analyse une bibliothèque et en fait un exposé devant le groupe de projet pour favoriser l’intelligence du groupe.

le

cadre

de

l’atelier

de

année

d’Olivier

Gahinet.

Un

groupe

L’analyse de cette bibliothèque est certainement celle qui m’a le plus apporté. En effet il s’agit d’un projet qui m’a vraiment impressionné. Dans ce bâtiment Alvar Aalto met un dispositif particulier pour marquer ses espaces de travail. Il les encaisse pour les dissocier des rayonnages du prêt. Ce dispositif permet de garder une grande fluidité de l’espace tout en donnant un certain degré d’intimité à l’espace de travail. Il permet aussi à l’employé de la bande d’accueil d’avoir une vue panoramique sur l’ensemble de la bibliothèque et de pouvoir indiquer l’emplacement d’un livre sans se déplacer. Un système de lanterneaux permet de guider l’usager jusqu’à la salle de lecture, il suggère les autres possibilités de déplacement sans les imposer. Cette bibliothèque est d’autant plus intéressante quelle s’inscrit dans une sérialité qui rend palpable la démarche de projet propre à la réflexion architecturale.

28


29


30


Travail photographique

31


Photographie

Les photographies couleurs sont, des photos numériques non retouchées, prises dans le cadre de sorties qu’elles soient dans des lieux d’art, d’architecture, ou en pleine nature. Ces photos peuvent être dissociées en deux groupes. Un premier se constitue d’un travail de composition, d’équilibre et, de déséquilibre, il s’agit de photos prises en intérieur ou en ville. Un second groupe se constitue d’un travail sur les chemins qui s’effacent à l’horizon ou dans la nature et propose une interrogation sur le devenir.

Les photos argentiques sont issues d’un travail sur l’ombre et les reflets que j’ai initié dans le cadre du cours de photographie de 2° année. Il s’agit plus largement d’une démarche sur la lumière et la perception. Sans ombre portée,il n’est pas possible de discerner le volume d’un objet, au contraire un reflet ou une ombre projeté aplatit le volume sur une surface, comme le ferait une photographie.Ce travail engage donc un questionnement sur la perception, comment nous nous voyons et comment les autres nous voient.

32


33


34


35


36


37


38


Arts et techniques

39


Dessins du corps humain

Ces dessins sont issus des dessins du cours de nue année Mais aussi d’un cours de dessin suivi aux lors de ma seconde année. Cet apprentissage vise dessiner ce qu’ils voient et non se qu’ils imaginent, teur car il permet d’apprendre à dessiner a vue en les inclinaisons.

proposé à l’école en première arts décoratifs de Strasbourg à apprendre aux étudiants à c’est un exercice très formaconservant les proportions et

40


41


Croquis

Les croquis présentés sont extraits d’un travail entamé en première année et qui continuent à ce jour. IL s’agit de continuer à entraîner son regard et sa main affin de perfectionner la qualité de cette retranscription. Ces croquis ont été effectués au cours de promenades dans Strasbourg, de voyages ou encore de petites excursions à but pédagogique comme des visites de lieux d’arts ou d’architecture.

42


43


Dessins techniques et géométrie descriptive

Les travaux montrés ici sont extraits des travaux réalisés en cours de dessin technique et de géométrie descriptive. Ils illustrent les débuts d’un apprentissage plus vaste visant à acquérir une connaissance de la retranscription en 2D de l’espace et des volumes. Il est important de s’avoir dessiner à la main avant de commencer à dessiner sur l’ordinateur, car les logiciel d‘architecture ne sont rien d’autre qu’une modélisation d’une planche à dessin.

44


45


46


Graphisme

47


Graphisme

Le premier travail exposé est une brochure de présentation faite dans le cadre d’un cours de graphisme. Il s’agissait d’un travail en noir et blanc visant à créer une mise en page de dessins stylisés mis autour d’une police. Cette brochure présente un surfshop à l’aide de logos et de textes explicatifs.

Le second travail est un travail personnel, il s’agit de tee-shirts tirés à très petite série ,50 exemplaires et distribués dans un cercle d’amis. Ils feront cet été l’objet d’une réedition commercialisée dans un réseau regional de magasins.

Le troisième travail est lui aussi un travail personnel. IL s’agit de graphisme pour la conception de skis. Une de ces paires fait l’objet d’un concours mensuel sur le site d’ unicriding qui propose des skis tirés à 10 exemplaires. Les skis ont un mois pour être jugés par les internautes après quoi les paires ayant reçues le meilleur score sont éditées puis mis à la vente.

48


49


50


51


52


Design

53


Meuble multifonctions : l’appart-box

Le travail demandé en design dans le cadre de la semaine de créer un meuble pour un appartement dont on aurait besoin ou non.

optionnelle

de

projet

était

J’ai assez vite décidé de créer un meuble multifonctions pour espace réduit. Le but était de proposer dans un tel meuble tout ce qui était nécessaire dans un petit appartement. Une cuisine minimale (plaque , plus évier), des rangements pour la vaisselle, des étagères pour des livres et des cd, un rangement pour une tour d’ordinateur. Le tout dans une boxe qui se veut très modulable afin de pouvoir augmenter la surface d’usage selon ses envies et ses besoins.On peut successivement sortir deux tables afin de manger à plusieurs ou de multiplier les postes de travail.

54


55


56


ExpĂŠriences Professionnelles

57


Ce stage a précédé mes études en architecture. Il était pour moi important après deux années d’études en faculté de physique chimie de voir la finalité des études que je projetais de faire pour être sûr de ne pas me tromper à nouveau. Ce stage qui devait être un stage d’observation s’est transformé assez vite en stage d’apprentissage possédant quelques bases en informatique. J’ai eu l’occasion de prendre part au rendu du concours des archives nationales de Pierreffite. J’ai également d’assisté à différentes réunions de chantier.

58


Le stage effectué dans l’agence de Dominique Coulon à été effectué dans le cadre du stage de première pratique. Durant ce mois de stage, j’ai pris part à la conception d’une tour pour un concours d’idées à New York. J’ai aussi eu l’occasion de suivre quelques réunions de chantier. Puis j’ai travaillé sur les plans et la maquette d’une réhabilitation d’un immeuble au centre ville de Strasbourg.

59


Le stage que j’ai effectué dans cette entreprise bretonne dans le cadre du stage obligatoire de première année, s’est fait dans un cadre un peu particulier. En effet cette entreprise était chargée de la réhabilitation d’une maison acquise par mes parents. J’ai fait les relevés et les plans de la réhabilitation sous la direction d’une de mes professeurs. Ce stage est donc devenu un réel enjeu puisque je suivais ce projet du relevé à la construction.

60


61


62

portofolio  

piortofolio

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you