Page 36

© Richard Avedon

À l’instar des Journées du patrimoine ou de la Nuit des musées, le Week-end des Frac est une opération inédite de portes ouvertes s’adressant au plus large public pour une redécouverte des Fonds régionaux d’art contemporain. À cette occasion, les Frac proposent en accès libre des actions simultanées de sensibilisation exceptionnelles, plus particulièrement axées autour de la médiation en compagnie d’artistes invités. En Nouvelle-Aquitaine, c’est une commande d’œuvre passée par le Frac Aquitaine, le Frac-Artothèque du Limousin et le Frac Poitou-Charentes qui sera dévoilée les 5 et 6 novembre. Explications par le menu avec Claire Jaquet, directrice du Frac Aquitaine. Propos recueillis par Marc A. Bertin

AU-DELÀ DE L’HÉRALDIQUE Quel est le programme de cet alléchant Weekend des Frac ? Si les Frac ont réussi quelque chose, c’est bien la décentralisation et la démocratisation de la culture. En jouant sur différentes échelles de réseau, en se regroupant au sein d’une plateforme, ils ont ainsi pu montrer des expositions à l’étranger. Cette circulation des œuvres valorise tout à la fois nos collections et notre outil, constituant au passage une collection nomade unique au monde à la différence notamment des musées ou des fondations. Ainsi, l’an passé, en Corée du Sud, le Frac Aquitaine, en partenariat avec le Centre national des arts plastiques (CNAP), a présenté une importante exposition photographique1. Cette première d’envergure, 2 000 m2 à Séoul, a permis de montrer des pièces de Nicolas Milhé et Laurent Kropf, car telle est la force de cette collection internationale : englober aussi des talents locaux ou régionaux. Cette échelle est fort utile pour être visible de tous. Autre exemple à l’international, au National Museum de Singapour actuellement, l’exposition « What is not visible is not invisible » rassemble une sélection d’œuvres puisées dans les collections des 23 Frac. Elle voyagera en Asie tout au long de l’année 2017. Mais ce principe d’une collection qui se donne à voir 365 jours par an aux quatre coins de la région et au-delà rend le travail de terrain du Frac Aquitaine invisible au long cours et assez « ingrat » en termes de couverture alors que nous menons plus d’une centaine d’actions annuelles. Il fallait donc s’emparer d’un rendez-vous événementiel important. Ce Week-end des Frac, du 5 au 6 novembre, autour duquel s’est tenue le 25 octobre une conférence de presse au ministère de la Culture, offre à chacun de proposer de l’inédit, notamment des rencontres avec le public. Cette action commune, menée avec le Frac Poitou-Charentes et le Frac-Artothèque du Limousin, peut se résumer par une idée simple : présenter le fruit d’une commande passée à une artiste anglaise, résidant en Dordogne — à la frontière du Limousin. Jane Harris a participé à

la consultation ainsi qu’aux réunions publiques menées sur le territoire par l’historienne Anne-Marie Cocula-Vaillières2. Nous lui avons simplement demandé de réfléchir pour savoir comment représenter cette nouvelle entité ou, plutôt, comment construire un nouvel imaginaire collectif.

des expositions «  clés en main » pour favoriser leur diffusion en région. J’ajoute, en dernier lieu, que depuis l’exposition « À lundi ! », qui s’est tenue en janvier 2016 au Hangar G2, nous montons des expositions collectives en puisant systématiquement dans nos collections respectives.

À quoi ressemblera cette commande ? Le travail de terrain du Frac est invisible au long Il s’agit d’un Pas de trois ; une œuvre plastique conçue dans un esprit assez chorégraphique, symbole des trois ex-régions et jouant des couleurs inspirées du cognac, de la vigne et de la forêt). Cet emblème possède toute la force d’un signe visuel mais sans la moindre valeur officielle. Si le Frac Aquitaine est à l’initiative de cette idée de commande, le choix de Jane Harris fut unanime. En résumé, elle a su adapter son propre vocabulaire au cahier des charges, nous sommes face à la démarche d’une peintre autour d’une recherche formelle qui se décline aujourd’hui sous la forme d’un emblème métaphorique. Durant ce week-end exceptionnel, l’œuvre sera montrée au public en présence de Jane Harris à la faveur de rendezvous organisés dans les trois Frac. L’autre aspect inédit de cette commande réside dans le fait que Pas de trois intègrera les trois collections.

La perspective du Frac Aquitaine hébergée au sein de la Méca3 ne fera-t-elle pas trop d’ombre à ses homologues ? Certes non ! Le Frac-Artothèque du Limousin travaille sur un projet équivalent à l’horizon 2018 avec la rénovation d’une immense manufacture à Limoges qui constituera un nouvel outil. En outre, je rappelle que nous partagerons la Méca avec l’OARA et l’agence ECLA. Il s’agit avant tout d’un projet symbolique d’ampleur, mais aussi d’un outil proactif innovant centré sur la transmission et l’expérimentation au service des publics, des artistes, d’une filière et d’un territoire en opérant des croisements, des synergies, des mutualisations. En quelque sorte, la Méca agira comme un catalyseur.

« Ce Week-end des Frac offre à chacun de proposer de l’inédit, notamment des rencontres avec le public. »

36

JUNKPAGE 3 9   /  novembre 2016

Nouvelle-Aquitaine ne signifie pas forcément nouveaux Frac, aussi comment vit-on désormais à 3 sur un nouveau et vaste territoire ? Depuis plus de 2 ans, les 4 directeurs échangent et se rencontrent. Une feuille de route commune a été rédigée pour élaborer un maximum de convergences car il faut rappeler qu’il s’agit de 3 collections différentes et de 3 sites éloignés les uns des autres. Nous avons défini 4 objectifs : constituer une bibliothèque filmée d’artistes ; organiser une journée annuelle dédiée à la médiation, la première se tiendra en 2017 ; passer des commandes communes à l’image de celle de Jane Harris ; établir un catalogue

1. Dans le cadre de l’année France-Corée 2015-2016, le Centre national des arts plastiques (CNAP) et le Frac Aquitaine s’associent pour organiser l’exposition « The Family of the Invisibles » au Seoul Museum of Art (SeMA) et au Ilwoo Space à Séoul. 2. Professeure agrégée d’histoire à l’université BordeauxMontaigne en 1992, elle en est la présidente de 1994 à 1999. Elle est également la présidente de la conférence des présidents d’université d’Aquitaine, ainsi que des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord. Elle fut aussi vice-présidente du Conseil régional en charge de la culture et de l’éducation. 3. La Méca, maison de l’économie créative et de la culture en Aquitaine, est le nouveau nom retenu pour le futur bâtiment qui accueillera en 2017 le Frac Aquitaine, les agences culturelles régionales OARA dédiée au spectacle vivant et ECLA dédiée aux industries culturelles.

Présentation officielle de l’œuvre de Jane Harris, samedi 5 novembre, 17 h, OARA - Nouvelle-Aquitaine.

Découverte de la commande publique de Jane Harris, dimanche 6 novembre, 16 h, Hangar G2

www.frac-aquitaine.net

Profile for JUNKPAGE

JUNKPAGE#39 — NOVEMBRE 2016  

JUNKPAGE#39 — NOVEMBRE 2016  

Profile for junkpage
Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded