Page 1

FRANCE

Territoires Entreprises

les Direccte : nouveau service public De l’etat en reGion (p17)

FRANCE

Territoires Entreprises

A CT U A L IT ƒ S - D ƒV E L O P P E M E NT - I M P L A NT AT I O N S - C O M M U N I C AT I O N

D E S

E NT R E P R I S E S

Le magazine N°1 des PME-PMI régionales - Janvier, février 2011 - N°1

 POITOU CHARENTES : un parc solaire

en chantier

actualités Reprise Festin de Bourgogne Service Public Les DIRECCTE

à la une Marque Le nouveau monde  est en  AUVERGNE

industries, innovations Soutien PME L’UIMM d’Aquitaine

Éco territoire Normandie Escapade en terre de lin

tendances/secteur

CCI MONTPELLIER

«autrement» dynamique

avec Gabrielle Deloncle

Confidences et objectifs d'une nouvelle présidente

Nass & Wind : l’éolien offshore avec ambitions

savoir faire éco durable Informatique Atland : le progiciel innovant de « Maferme ».

biblio manager régions

LE N°1 DE LA PRESSE ECONOMIQUE TERRITORIALE - UN AUTRE REGARD SUR L'ÉCONOMIE! Magazine economique gratuit, bimestriel inter-regional d'actualités et du développement local (Tendances, PME-PMI - savoir-faire, innovations et stratégies territoriales). Edition : Groupe France Développement- Siege-75008 Paris - Bureau :14 Villa d'Este - Bat Abeille 404 -75013 Paris; Diffusion gratuite sur abonnement (avec participation aux frais d'envoi) Consultable librement sur

www.territoiresetentreprises.fr



Eure Eur e & Loir Loiret Loiret Loir & Cher

L’EXPERT COMPTABLE,

le partenaire stratégique des TPE / PME pour affronter les difficultés et rendre possible l’avenir

L’Expert Comptable conseille pour assurer le financement de l’activité

L’Expert Comptable au cœur de l’entreprise Les Experts Comptables, premier réseau de conseil aux entreprises, exercent leurs missions aux côtés du chef d’entr d’entreprise. eprise.

L’Expert L’Expert C Comptable omptable e est st lle ep partenaire artenaire d de e cconfiance onfiance d du u cchef hef d d’entreprise ’entreprise q qu’il u’il a accompagne ccompagne d dans ans lles es p projets rojj ets ro comme dans les obstacles et qui offre offre la garantie de son indépendance et de sa déontologie.

Intervenant dans plus de la moitié des PME/TPE et dans tous les types d’entreprises, l’Expert Comptable est présent dans 60 000 entreprises de la région à travers 346 Experts Comptables et 2 300 collaborateurs sur 4 départements.

Cher

À court terme Connaître son besoin en fonds de roulement pour le financer Mesurer l’incidence du raccourcissement des délais de paiement Mettre en place un financement du poste client Rechercher des accords sur le financement des stocks avec les fournisseurs Obtenir un soutien pour mettre en place des garanties Anticiper le remboursement des créances détenues sur l’État Demander le remboursement des crédits de TV TVA A miter ses acomptes d’IS ou en demander le remboursement Obtenir rapidement le remboursement des crédits impôts echerche Obtenir en période déficitaire un remboursement des impôts payés sur les exercices précédents (carry back)

À long terme Connaître son fonds de roulement pour le financer Négocier un ré-étalement de sa dette Refinancer en crédit bail (lease back) Négocier le financement de son développement Obtenir des aides en capital investissement Obtenir un soutien pour mettre en place des garanties Rechercher des aides de l’État ou des Collectivités

Organiser Or ganiser la gestion des placements : Mesurer le niveau de trésorerie et son évolution Proposer une organisation souple et sécurisée

Ordre Ordre des Experts Comptables Région d’Orléans 19 rue Théophile Chollet - BP 5205 - 45052 ORLEANS CEDEX 1

M Mail ail : c r o e c @ o r l e a n s . e x p e r t s - c o m p t a b l e s . f r B Blog log : h t t p : / / c r o e c o r l e a n s . w o r d p r e s s . c o m

Tél : 02.38.24.09.24 - Fax : 02.38.62.15.58

www.experts-comptables-orleans.fr w ww.experts-comptables-orleans.fr


Professionnels

Rejoignez la banque

n° de la

relation client (1)

(1) Super Trophée de la Meilleure banque 2009, décerné par le magazine Le Revenu, sur la base d’une enquête auprès de 1 700 clients et de 270 critères, dont l’innovation technologique et la qualité de la relation client. Annonceur : Caisse Fédérale du Crédit Mutuel Centre Est Europe et Caisses affiliées (Aquitaine, Alsace, Bourgogne, Champagne, Franche-Comté, Ile-de-France, Lorraine, Midi-Pyrénées, Rhône-Alpes) – 34, rue du Wacken – 67000 Strasbourg RCS B 588 505 354.


Ce numéro a été réalisé avec la participation de

éditorial Le monde change, l‘économie aussi… Du global au local! Vous avez sous les yeux le premier numéro de France Territoires et Entreprises. Ses concepteurs entendent "raconter l'actualité économique autrement", avec un traitement de l'information éco territoriale "à froid", original et valorisant, pour se différencier des nombreux supports de presse déjà existants. Bimestriel professionnel économique territorial, consacré à l'actualité et aux enjeux des PME et PMI qui font l'économie de la croissance régionale. Il veut accompagner les décideurs dans leur veille et leur stratégie d'investissements dans l'innovation et le développement en détectant les technologies, les mutations, les tendances émergentes, les synergies avec la recherche, et en décryptant leur impact et leur réussite sur leur marché. Et par là même, concourir à une meilleure connaissance de l’intelligence territoriale.

le CREM et le LISEC

Nos régions possèdent sans conteste des atouts et des potentialités en matière d'attractivité économique. Encore faut-il le faire savoir. Avec FTE, le Groupe France Développement s'est doté du premier outil d'information complet et dédié en matière de promotion et de développement des territoires et de leurs entreprises FTE est édité par Groupe France Développement Sarl. Siège 75008 Paris - Bur: 14 Villa d'Este -Bat Abeille 404 75013 Paris. Site internet : www.territoiresetentreprises.fr Directeur de Publication: Jean-René Dubail Redacteur en Chef : MaximePaulet Secrétaire de Rédaction : N. Dermain Assistante : L. Duprat Redacteurs &Journalistes : M.Duval - Yann Ker-Vincent Moreau, Sophie Herbert-Michel Eyraut- Jean Tridas- Roger Egart Direction artistique -J-R Dubail - L.Saenz Collaboration : Agence D-RIK Responsable Marketing & Diffusion : M.Meyer Diffusion gratuite : 30000 expl et par e-mailing : 50 000 envois Abonnement : 6 numéros/an + dossiers: participation aux frais d'envoi : 30 euros Publicité & Communication : France Territoires Entreprises -14 Villa d'Este-Bat Abeille 404 75013 Paris Imprimé en CEE Dépot légal : à parution

Le bimestriel, la newsletter de FTE, et prochainement ses services conseils en information, souhaitent vous livrer toute l'actualité pertinente pour vous aider à accomplir votre mission de dirigeant. Après la fragilité de multinationales qu’on croyait solvables car assises sur des millions de portefeuilles, il nous a semblé maintenant important d’accompagner et de valoriser l’information du tissu économique local formé par ces trop méconnues PME PMI françaises et européennes, vecteurs de la stabilité de l’économie mondiale M.Paulet Directeur de la Rédaction Note d’utilisation Internet : Tous les textes soulignés ou accompagnés du symbole sont des liens Internet. Toutes les annonces de nos partenaires sont liées sur Internet à des pages web spécifiques.

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Éditorial

PA G E 5



sommaire du numéro 1 notre selection

 10

actualités

10 Anniversaire CACHOU bon anniversaire  11 Flash Régions 13 Espionnage Industriel : 14 15 16 17

La vérité  est dans la poubelle. Salon Salon des Maires 2010 Reprise Festin de Bourgogne Concurrence Cartel de la signalisation routière. Service Public Les DIRECCTE

 20

10 AnniversAire La petite boîte jaune et noire Cachou fête ses 130 ans.

20 CCi de Montpellier Interwiew et objectifs de la nouvelle Présidente

26 teleCoM CITEO : prix de l’innovation utile du SFR Challenge Business Team

32 norMAndie Escapade en terre de lin. Une plante à croissance rapide et à floraison très courte .

36 iMplAntAtion Le Calvados, terre de croissance pour la filière pomme française.

à la une

20 Elections CCI CCI de Montpellier 24 Marque Le nouveau monde est en  AUVERGNE 

25 Bilan La Zone Franche Urbaine du Havre

 26

26 28 30 31

industries, innovations Telecommunications CITEO : prix de l’innovation Télémédecine COVALIA Soutien PME L’UIMM d’Aquitaine Réalisation Le B’Twin Village

 32

Éco territoire

32 Normandie Escapade en terre de lin

 34

tendances/secteur

34 Marque La fabrique hexagonale 35 Nass & Wind : l’éolien offshore avec ambitions

 36

savoir faire

36 Implantation TJP Bioactives 37 Label Le cassis de Dijon

 38

éco durable

38 Poitou-Charentes : un parc solaire en chantier 39 Recyclage Prodhag Ouest :les matières plastiques

se recyclent 40 Informatique Atland : le progiciel innovant  de « Maferme ». 42 Développement durable : régions en action !

 44  46

biblio manager régions

46 Alsace DMC retour au bercail alsacien 48 Franche Comté Mini BabyBel 50 ans et  850 salariés

50 PACA Sophia Antipolis Careers, premier portail  de recrutement interactif territorial

51 Bretagne A l’Aise Breizh : une story à la bigoudene 52 Bretagne Export : la Chine premier partenaire de la

38 poitoU CHArentes le photovoltaïque, première pierre d’un vaste pôle technologique des énergies renouvelables

France Territoires et Entreprises : un outil de veille économique territoriale Conçu pour aider les entreprises à développer leur intelligence tout en valorisant leur cœur de métier, notre publication veut vous accompagner dans le management de votre information professionnelle :    - aller à la rencontre d'autres décideurs locaux, analyser leurs solutions, lire d'autres  points de vue.  - découvrir tous les 2 mois le panorama schématique de l'industrie et des services, et de leurs acteurs pour savoir ce qui bouge autour de vous et dans les autres territoires.  - aider à mieux comprendre et à anticiper l'évolution des marchés en parcourant le tour d'horizon des tendances et initiatives des territoires qui avancent .  - consulter les bases de réflexion et des informations concrètes pour mieux suivre l'actualité économique territoriale et les faits marquants du bimestre.   Bref, FTE et ses services d’information vous offre un véritable panorama de veille économique. Le magazine, interactif,  est également consultable en ligne (version flash), téléchargeable en format pdf à lire sur ordinateur ou à imprimer. Merci de nous  accueillir. Nous vous souhaitons une bonne lecture, et rendez vous au numéro 2. L’Equipe de FTE

Bretagne

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Sommaire

PA G E 7



sommaire annonces

2 TVLOWCOST Payez votre campagne pas nos Rolex

3

Ordre des Experts Compables d’Orléans Le partenaire stratégique des PME

9 AVENUE DE LA PUB, Communication

27

QUALITÉ TOURISME Une marque source de bénéfices

29 AOICIL ENTREPRISES La vie ne se

4

CRÉDIT MUTUEL Le numéro 1 de la relation client

soucie pas de hiérarchie

6

A.C SEC SERVICE & CASO TÉLÉTRAVAIl Optimiser votre trésorerie

AGEFIPH, Le handicap ne doit pas être un frein à l’emploi

31 53

8 APRIL ;La libeté informatique NANCY Les cultures des sciences  en Europe

CIL VAL DE LOIRE La mobilité professionnelle de vos salariés

55, 56

TOTAL 4800 sations services, et aussi...


Actualités anniversaire

CACHOU

bon anniversaire

La petite boîte jaune et noire Cachou fête ses 130 ans. Pour l’occasion, revenons en quelques lignes sur l’histoire de la pastille au goût de réglisse, d’origine toulousaine . Né en 1880, le bonbon Cachou est l’invention du pharmacien toulousain Léon Lajaunie et d’un horloger chargé de fabriquer la boîte jaune et noire mythique, conçue pour être facilement glissée dans la poche gousset. Histoire du cachou 1880, Léon LAJAUNIE, pharmacien à Toulouse, avait parmi ses clients des fumeurs, des chauffeurs, des gens qui toussaient et d’autres à l’hygiéne dentaire et buccale plus

ner de la consistance à tout cela, il rajoute (entre autre) du lactose, de l’eau, de l’amidon et de la gélatine, en mélangeant tout cela il obtient une pâte marron, il la laisse sécher puis découpe la pâte une fois sèche en petits carrés. Le succès du cachou est immédiat tout autant pour son savoir-faire que pour l’ingéniosité de son emballage. La fabrication de la petite boîte jaune fut conçue de façon à tenir dans une poche. Sa conception fut

faire plaisir à tous ces gens, Léon s’amuse à faire des mélanges, comme savent si bien le faire les pharmaciens de l’époque...de la réglisse qui maintient un flot de salive, de la résine de Lentisque (A l’époque les dentiste s’en servaient pour oblitérer les cavités des dents cariées et on en faisait

L’image du produit

Affiche 1922 par Capiello

 PA G E 1 0

Jusqu’en 1950, la pastille était vendue en pharmacie, destinée à guérir de nombreux maux, comme la toux ou la mauvaise haleine. Mais par la suite, elle est devenue un produit accessible au plus grand nombre dans les bureaux de tabacs et dans les grandes et moyennes surfaces (en 1986). Sur le plan industriel, la fabrication du bonbon noir comprend quatre étapes : la cuisson à 85°C, la mise en forme (laminage et pré découpage en forme de galette), pressage et vernissage et le conditionnement (après un contrôle qualité). Sa fabrication est toujours réalisée à Toulouse, qui en a fait un emblème de la ville. Il reste une des confiseries très prisées par les consommateurs, figurant au Top 20 de la PCP en grandes et moyennes surfaces selon l’institut Nielsen.

que douteuse qui se plaignaient de leur bouleversifiante haleine. Pour

des dentifrices), de la poudre d’Iris, de la menthe car elle a une saveur chaude et piquante, et le sentiment de fraicheur s’accompagne d’une anesthésie momentanée. Pour don-

confiée à un ami horloger et sa fabrication, aux frères Sirven, imprimeurs et fabricants de boîtes métalliques.

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Cachou Lajaunie est un petit bonbon noir, brut, au goût fort et à l’effet stimulant. Il a longtemps été considéré comme un remède à de nom-


Historique du produit

breux maux, et reste pour beaucoup le produit créé par un pharmacien de Toulouse. Il a des actions digestives et des effets apaisants sur les gorges irritées. Il est également très rafraîchissant et est, pour cette raison, largement consommé par des fumeurs. Cachou Lajaunie, c’est aussi, et surtout, la petite boîte en fer avec son bruit bien spécifique, qui a été régulièrement utilisé comme signature publicitaire “Tchik, Tchik”.

Et entre 1983 et 1986, Messieurs, il y a eu la pub que personne n’a oublié !!! Notre ami Léon a du se retourner plus d’une fois dans sa tombe ... Cette plantureuse comédienne s’appelerait Kristen Hocking. Cette publicité se nomme «la belle de Cadiz» et a été crée par un publicitaire toulousain. Malgré sa trés courte durée (3 à4 secondes), ce spot a produit un sacré effet ! Il a complètement bouleversé le paysage télévisuel de l’époque ! Cette pub culte des 80’s a d’ailleurs reçu un prix en 1985. Aujourd’hui, même s’il n’est distribué uniquement qu’en France, il se vend encore cinq millions de boîtes de cachous par an. Ce qui permet au groupe Cadbury d’assurer que le chiffre d’affaires du produit grimpe surtout depuis 2009 et la présence du bonbon dans les réseaux de hard discount Lidl. Sommaire

1880 : Naissance du Cachou Lajaunie, créé par Léon Lajaunie, pharmacien à Toulouse. Le conditionnement est déjà la petite boîte ronde métallique, créée par un horloger, à l’image d’une montre gousset. Cachou est uniquement distribué en pharmacie. 1905 : Léon Lajaunie vend sa licence à la famille Sirven à Toulouse 1950 : Distribution dans les bureaux de tabacs 1986 : Distribution dans les Grandes et Moyennes Surfaces 1993 : Acquisition par Warner Lambert 1997 : Reprise de la distribution et du marketing de la marque par le groupe Kraft Jacob Suchard France 2000 : Nouvelle reprise de la distribution et du marketing par Cadbury Schweppes 2003 : Rachat de la marque par Cadbury Schweppes

Flash Région Lorraine Le réseau Entreprise Europe : mieux servir les PME lorraines En Lorraine,  le  réseau  Entreprise  Europe  était  jusqu’à présent constitué  d’une double entrée  :  auprès  de  la  Région Lorraine à Metz et auprès de  la Chambre  Régionale  de  Commerce et d’Industrie à Nancy.  A compter du 1er janvier 2011, ces deux équipes seront réunies  au sein de la Chambre Régionale de Commerce et d’Industrie de Lorraine.  Les  services  offerts resteront  les  mêmes.  En  prenant contact au 03 83 90 13 13 ou via een@lorraine.cci.fr vous obtiendrez réponses à de nombreuses questions 

Bretagne www.geobretagne.fr devient territoire innovant 2010 A l’occasion de la 7ème édition des  Interconnectés,  le  forum annuel du réseau des territoires innovants,  le  portail  d’information  géographique  GéoBretagne,  porté  par  la  Région  et l’Etat, s’est vu décerner, le label «  territoire  innovant  2010  ». C’est  une  véritable  reconnaissance  pour  cet  outil  de  démocratisation  et  d’ouverture  des données publiques. Le site partenarial www.geobretagne.fr a été sélectionné parce qu’il est développé avec la solution  libre  geOrchestra,  qui présente tous les avantages des logiciels libres en étant à la fois réutilisable, interopérable et évo-

lutive.Il permet notamment, aux partenaires  de  partager  leurs données  géographiques  relatives,  par  exemple  à  l’enseignement, l’urbanisme, l’occupation du sol, l’éolien, les risques naturels, les réseaux ou encore les infrastructures de transport

de collaboration entre les différents membres et partenaires du réseau, il est à la disposition des élus et des techniciens des collectivités pour les accompagner dans  leurs  projets  d’éco-quartiers.

Le réseau Bretagne Eco-Entreprises lance son guide pratique «Comment concevoir et évaluer une zone d’habitat durable ?»

Fitch Ratings agence de notation, confirme les « AAA» de la région Rhône-Alpes. Les  notes  reflètent  principalement  un  encours  de  dette modéré et une bonne maîtrise des  dépenses  de  fonctionnement. Elles tiennent également compte d’un profil socio-économique favorable en dépit d’une conjoncture économique difficile, ainsi  que  du  remplacement,  à partir de janvier 2011, de la taxe professionnelle  (TP)  par  un panier de taxes non flexibles et

Bretagne Eco-Entreprises est un réseau de 74 entreprises membres  spécialisées  en environnement  au  service  des entreprises et des collectivités. Le réseau a lancé son guide « Comment concevoir et évaluer une zone d’habitat durable ? ». Fruit d’une année de travail et

Rhône-Alpes

page 12 F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Actualités

PA G E 1 1


Actualités page 11

Flash Régions de dotations de l’Etat. La suppression de la TP est de nature à réduire la flexibilité fiscale de la région, à éroder son épargne de gestion et amoindrir sa capacité  à  autofinancer  ses  investissements. La perspective stable indique que Fitch s’attend à ce  que  la  région  maîtrise  ses dépenses  de  fonctionnement dans les années à venir

des conditions  d’achat  en vigueur au moment de la décision  de  la  collectivité.  Pour M.Malvy, Cette opération sans précédent devait  avoir  également  un impact  direct  sur  l’économie régionale , le montant total des investissements estimé par les entreprises étant de l’ordre de 94 millions d’euros d’ici fin 2012.

PACA Bonne gestion également pour PACA notation de FITCH RATINGS La Région Provence-Alpes-Côte d’Azur  est  très  attentive  à  sa gestion  financière.  L’agence FITCH RATINGS a été désignée dans  ce  cadre  par  la  Région Provence-Alpes-Côte d’Azur au terme d’un appel à concurrence. Elle  vient  de  confirmer  cette année  les  bonnes  notes  attribuées  l’année  dernière  à  la Région  Provence-Alpes-Côte d’Azur : la note à long terme « AA » qui désigne une qualité de crédit  très  élevée  et  la  note  à court terme « F1+ » qui est la note  maximale  et  qui  désigne une qualité de crédit exceptionnellement forte. Midi-Pyrénées Martin Malvy dénonce le coup d’arrêt porté à la Région MidiPyrénées pour le développement du photovoltaïque. Martin  Malvy,  président  de  la Région  Midi-Pyrénées,  a adressé récemment, un courrier au premier ministre, concernant le décret du 9 décembre dernier, qui suspend l’obligation d’achat de l’électricité solaire photovoltaïque,  donnant  ainsi  un  coup d’arrêt  à  la  démarche  de  la Région en faveur de la filière. Le président de Région demande à François Fillon de prendre des dispositions pour que les projets d’installations  photovoltaïques déjà décidés puissent bénéficier

Basse-Normandie La Région Basse-Normandie adopte son budget 2011 Les conseillers  régionaux  de Basse-Normandie ont examiné, le 16 décembre dernier, à l’Abbaye-aux-Dames  à  Caen,  le budget 2011 de la Région d’un montant de 647 millions d’euros, en augmentation de 1% par rapport à l’exercice précédent.  « Le budget 2011 met en œuvre les propositions en matière de solidarité, d’innovation et d’écologie que nous avons faites aux BasNormands lors de la campagne des régionales » «Ainsi pour ce premier budget de  la  nouvelle  mandature,  la majorité régionale a fait le choix de continuer à investir sur la formation professionnelle, l’apprentissage, l’éducation, sur les dispositifs  dédiés  aux  particuliers comme les bourses à la mobilité,  la  tarification  TER,  la Cart’@too,  le  ferroviaire,  les politiques  de  développement durable» a souligné le Président de Région. Europe ARE - Les régions d’Europe à la pointe des technologies vertes et intelligentes Les  partenaires  du  projet ECREIN+  se  sont  rassemblés récemment  pour échanger sur les instruments financiers poten-

tiels ou existants permettant de soutenir le développement d’entreprises éco-innovantes sur le territoire  européen.  L’objectif d’ECREIN+ est de voir comment les  régions  peuvent  créer  et mettre en œuvre des politiques efficaces afin de soutenir l’écoinnovation  et  les  entreprises vertes  dans  leurs  territoires. ECREIN+  est  constitué  de  12 partenaires, dont des autorités régionales,  des  chambres  de commerce  et  l’Assemblée  des Régions  d’Europe,  cette  dernière mettant son vaste réseau de diffusion et son expertise en coopération  interrégionale  au service  de  cette  initiative  prometteuse.  «  Les  régions  sont très bien placées pour soutenir le  développement  des  entreprises  éco-innovantes.  Notre connaissance du terrain et des potentialités  de  nos  territoires, notre  position  au  plus  proche des  industriels,  surtout  des PME, nous permet d’évaluer et de répondre à leurs besoins en matière de garanties et de soutien  financier  mais  aussi d’éducation  et  de  formation. ECREIN+  doit  absolument contribuer à niveler les inégalités territoriales et permettre au plus  grand  nombre  de  régions possibles de se positionner fortement sur ces thématiques. » a conclu  Alain  CHABROLLE, Vice-président du Conseil régional Rhône-Alpes Pays de la Loire Angers Loire Aéroport : des vols vers Nice, Barcelone, Munich et Gênes En attendant Bruxelles en février et Londres en avril, Angers Loire Aéroport annonce l’ouverture de nouvelles lignes vers Nice, Barcelone,  Munich  et  Gênes.  La liaison vers la Côte d’Azur est déjà  en  service.  La  liaison Angers-Nice est ouverte depuis le 18 novembre 2010 au départ d’Angers Loire Aéroport. C’est la

compagnie italienne  AirVallée qui a investi dans cette nouvelle ligne proposant, depuis l’Anjou, deux  vols  hebdomadaires  (les jeudis et dimanches, à 8 heures ou 15h25). Outre ces cinq nouvelles destinations, deux lignes vedettes, très attendues, viendront compléter l’offre d’Angers Marcé début 2011 : la compagnie Skywork Airlines ouvrira, à partir du 14 février, quatre lignes hebdomadaires  vers  Bruxelles (lundi,  mercredi,  vendredi  et dimanche)  puis  deux  liaisons vers Londres dès avril (vendredi et dimanche ou lundi). Le premier éco-parc commercial français à Angers-Beaucouze

© Le Moniteur

Programmé pour  mars  2012, l’Atoll, qui verra le jour à Beaucouzé, à l’entrée d’Angers, sera le premier éco-parc commercial français.  L’Atoll  de  Beaucouzé,  c’est d’abord,  et  pour  l’instant,  une avalanche de chiffres : 150 millions  d’euros  investis  par  la Compagnie  de  Phalsbourg, société spécialisée dans l’aménagement  commercial  des entrées  de  ville,  et  30  millions d’euros  investis  par  les enseignes.  Un  chantier  de  22 hectares, 91 000 m² de surface hors œuvre nette (SHON) et 71 000 m² de surface de vente. 2 700 places de parking dont une partie  en  sous-sol  et  50 enseignes commerciales. Outre sa force de frappe commerciale,  cet  immense complexe, qui s’étirera sur une page  14

PA G E 1 2

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1


espionnage industriel

La vérité est dans la poubelle

Un chef d’entreprise moderne sait qu’il doit se protéger du vol de données. Sauf que ce n’est pas en piratant votre système informatique qu’un espion va en apprendre un max sur le lancement de votre nouveau produit. Ou votre projet de fusion avec votre concurrent indonésien. L’intrusion est possible mais coûte cher et c’est fort risqué. Il y a bien mieux à faire. Pour commencer, Mr Espion va chercher de l’info en utilisant Google, ce qui l’enverra sur votre site (bof  !),  mais  aussi  vers  tout  article  paru  dans  la presse à votre sujet.  Il trouvera facilement votre nom, ainsi que celui de tous les cadres importants de votre compagnie. Il fera ça en utilisant Facebook, Viadeo, Linkedin, de super réseaux sociaux grâce auxquels il pourra être copain avec tout le monde. Au  passage,  il  vérifiera  qu’aucun  d’entre  eux  n’a laissé d’information de valeur sur son profil, ce qui arrive souvent. Les autres étapes Dans l’étape suivante, il commencera à traiter ce qu’il a obtenu, et viendra vous rendre visite, en se

faisant passer  pour  un  commercial  venant  vous prospecter. C’est chouette, avec un peu de chance il pourra se balader dans les couloirs. Sinon, il vérifiera sur quels salons professionnels votre société se présente, et en se faisant passer pour un acheteur  professionnel,  fera  parler  vos  commerciaux, qui  comme  tout  le  monde,  adore  parler  d’euxmêmes. Il fera ça en France, mais peut aussi facilement envoyer quelqu’un à l’étranger  si vous êtes présent  lors de manifestations internationales. Une  autre  étape  possible  et  relativement  simple consistera  à  contacter  un  cadre  important  en  se faisant passer pour un cabinet de recrutement. Une proposition d’emploi mirobolante lui sera faite et Mr Cadre sera invité à un entretien de sélection dans un  hôtel  chic.  Là,  il  parlera.  Beaucoup.  Souvent, beaucoup trop. Peut être Mr Cadre finira t il par se rendre compte de la supercherie, mais il y a vraiment peu de chances qu’il vous en parle.  Sinon, il est toujours possible de vous envoyer un journaliste, muni  d’une  authentique  carte  de  presse  achetée 20 € sur le net. Vous allez adorer parler à ce journaliste.  A moins que ce ne soit avec cette jolie personne rencontrée par hasard dans un restaurant

où vous avez vos habitudes. Tout le monde parle. Surtout sans contrainte. Et puis, Mr Espion  peut aussi venir visiter vos poubelles.  On y trouve un peu de tout. Beaucoup de petits rien. Mais souvent, des trésors pour l’as moderne du renseignement. Avec tout ça, je ne risque pas de passer dix ans en prison si je me fais prendre. Alors  que  pirater  votre  réseau  informatique peut m’envoyer à Fleury Merogis  pour un paquet d’années.  Et chez vous, qu’est ce qui serait facile à faire pour tout savoir ?  (Philippe DYLEWSKI Directeur d’agence de détectives privés)

CONFESSIONS D’UN PRIVÉ

Philippe Dylewski

Un document événement : la panoplie du parfait espion, à portée de tous ! Avec humour et dérision, Philippe Dylewski nous dévoile des techniques d’espionnage, tirées de son expérience de détective privé. Récits de filatures, anecdotes croustillantes, trucs et astuces, misesen garde, boîte à outils… Simple et accessible à tous, ce livre est un document unique, qui propose au lecteur de s’approprier quelques ficelles du métier, applicables tant dans la vie de l’entreprise que dans la sphère « privée ». Finalement, il est très facile de « tout savoir sur tout ssi lemonde est au este e r v i l nif ce ion ma nsif », « Offe ’une évolut rivée »… ns, rmatio ie « p teur d révéla xpression v ccès aux info a prude l’e  facilité d’a iser à l e on e ensibil tt e  s rag c e t  it n a r e l’ouv osa ouh En exp e Dylewski s ut au long d écaution pou r to p i   p ip o  e e il u r h q  d e P g t ur ils ’est po breux conse ent, se proté .C e c n tt e d om ue nous g ra de n trouve  pièges qui   ». e r s »… ée r le déjoue r sa vie « priv e v r e s pré

Un guide pratique pour s’approprier les bases du renseignement,à ses propres fins… Moteurs de recherche, réseaux sociaux, banques de données publiques annuaires, archives de journaux et revues, logiciels gratuits, téléphones portable, clés USB, poubelles (!) … L’auteur nous dévoile les techniques les plus imparables, à appliquer rien qu’avec ces outils très faciles d’accès. Ses précieux conseils, illustrés d’exemples et d’anecdotes, sont conçus pour être applicables immédiatement. Par exemple pour :

- connaître les intentions d’un partenaire commercial - faire de la veille concurrentielle - se renseigner sur la solvabilité d’un client - vérifier la réalité du CV d’un futur employé - identifier l’origine d’une fuite en interne - retrouver une personne perdue de vue

 La collection Hors collection L’Express L’auteur Philippe Dylewski est ex-consultant en ressources humaines. Il a dirigé pendant cinq ans en Belgique une agence de détectives privés spécialisée dans la recherche de personnes disparues et de renseignements commerciaux et industriels. Fiche technique Format : 135 x 210 mm ISBN : 978-2-84343-768-7 15 €- 240 pages 

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Actualités

PA G E 1 3


Actualités page 12

Flash Régions emprise grande deux fois comme le Stade de  France,  dont  6  hectares  promis  aux espaces verts, impressionnera d’abord par son architecture audacieuse en forme d’ellipse.  On  trouvera  aussi  des  espaces  de repos et de convivialité, une garderie et des jeux pour enfants, un espace d’exposition et même une navette pour faire le tour du complexe.  fort  d’un  investissement  de  180 millions d’euros en injection directe, le chantier  va  générer  déjà  beaucoup  de  travail. Une  fois  terminé,  l’Atoll  devrait  contenir quelque 800 emplois, dont 400 créations.

Aquitaine Bordeaux en faveur des entreprises écoresponsables La mairie de Bordeaux a mis en place plusieurs  initiatives  pour  favoriser  et encourager  les  entreprises  écoresponsables. Une volonté clairement affichée depuis 2008,    de  voir  les  entreprises  s’engager dans le développement durable. Pour cela, fleuriront bientôt, pépinières d’entreprises, éco-créativité, éco-quartier… Cette politique est issue des 260 mesures inscrites  sur  l’Agenda  21  de  la  ville.  Bordeaux  veut  penser  le  développement économique  autrement.  Entre  la  création d’éco-quartiers  ou  de  pépinières  d’entreprises,  des  actions  éco-innovantes    et  la promotion des énergies renouvelables, les idées ne manquent pas. Comme par exemple le projet Darwin. Ce dernier est un projet d’éco-quartier de 20 000 m2 qui combinera diverses  structures  comme  des  associations, des entreprises et des commerces. En clair, le développement durable se conjugue avec le rassemblement de diverses activités.  Mélanger  les  genres  et  concentrer collectivement les projets de développement

Le grand rendez-vous 2010 de l’achat public territorial a tenu ses promesses 57 328 visiteurs (+3.5%/2009) dont 47.9% d’élus, 23.1% de directeurs territoriaux et 29% de visiteurs issus du secteur privé ont participé du 23 au 25 novembre dernier au grand rendez-vous de l’achat public territorial. Organisé par le Groupe Moniteur, en partenariat avec l’Association des Maires de France (AMF), le Salon des Maires et des Collectivités Locales (SMCL) est le seul rendez-vous annuel national qui réunit tous les grands acteurs de la commande publique avec l’ensemble de leurs partenaires institutionnels ou spécialisés dans la gestion, les services, l’aménagement et le développement des collectivités territoriales. Les chiffres du salon en nette progression Inaugurée par Gérard LARCHER, président du Sénat, Jacques PELISSARD, président de l’AMF, André LAIGNEL, secrétaire général de l’AMF, et Guillaume PROT, président du Groupe Moniteur, cette édition 2010 a accueilli 900 exposants (+10%/2009) sur 55 500m² (+10%/2009). Signe d’une forte mobilisation, 27 474 élus (+5%/2009) ont visité le SMCL 2010. Avec 71% des visiteurs originaires des régions hors

page  41

PA G E 1 4

salon

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Ile-de-France, cette manifestation, organisée à Paris, est unique par sa représentativité nationale. Première manifestation professionnelle du secteur des collectivités locales, le SMCL offre aux décideurs de l’achat public (maires, adjoints, conseillers, directeurs généraux des services, …) les innovations qui amélioreront le quotidien de leurs administrés. Un nouvel espace : Sport, Loisirs, Tourisme, Culture dans le Pavillon 5 En partenariat avec le CNOSF (Comité National Olympique et Sportif Français), le SMCL 2010 s’est développé et a ouvert désormais un nouveau pavillon qui a accueilli l’offre Sport, Loisirs, Tourisme et Culture. Près de 100 exposants spécialisés dans les équipements sportifs, de culture, de loisirs et de tourisme dont des associations partenaires du mouvement sportif et les représentants des principales fédérations sportives étaient présents. La prochaine édition du Salon des Maires et des Collectivités Locales se tiendra les 22, 23 et 24 Novembre 2011 à Paris Porte de Versailles (Groupe LeMoniteur) Le salon des Maires 2010 ; 9 secteurs d’activités et plus e 35 thématiques


reprise

Festins de Bourgogne a de l’appétit. Cette reprise a été validée début décembre, en préfecture, par le comité d’engagement mis en place dans le cadre du contrat de revitalisation. 25 à 35 emplois seront transférés à Appoigny, fin 2011, et l’entreprise prévoit d’en créer 25 autres d’ici 2013.

Bourgogne

La dernière ligne de production d’Amora-Maille avait cessé son activité le 18 août 2009. Près de 15 mois plus tard, le site d’Appoigny, où travaillaient 77 salariés, va être repris. Installé, à Chemilly-sur-Yonne, le groupe de restauration Festins de Bourgogne va redémarrer l’usine sacrifiée par Unilever,

Trop à l’étroit sur son site principal de Chemilly-sur-Yonne (Yonne), Festins de Bourgogne rachète l’ancienne unité de conditionnement de cornichons d’Amora-Maille (groupe Unilever), implantée à Appoigny dans le même département.L’opération aura un coût de l’ordre de 2 millions d’euros 2.500 repas/jour pour les trains Thalys et Eurostar Spécialisée dans la préparation de préparations culinaires et plats cuisinés, l’entreprise (25 millions d’euros de chiffre d’affaires, 240 salariés) pour installer un laboratoire de production qui emploiera 60 personnes et devrait créer 25 emplois sur trois ans. Didier Chapuis, PDG de Festins de Bourgogne, déclare à ce sujet « Nous allons reprendre l’ensemble du site pour y délocaliser une partie de notre production, notamment celle destinée aux trains Thalys et Eurostar, qui ont pris une grande place dans notre activité (2.500 repas quotidiens) L’entreprise va ainsi doubler sa surface de production dans l’Yonne, en aménageant un laboratoire de

Boutique Festins de Bourgogne, Route de Beaune 21160 Marsannay la Côte DR

2.000 m² à Appoigny, où elle regroupera aussi ses locaux de stockage (3.000 m² disponibles). Didier Chapuis espère voir débuter les travaux d’aménagement « au printemps prochain », pour une installation programmée « fin 2011, avant les fêtes de fin d’année ». « Notre outil était complètement saturé et nous refusions des commandes » Cette délocalisation nous permettra de répondre à de nouveaux appels d’offres. Elle donnera aussi un nouveau souffle au site de Chemilly, et offrira de meilleures conditions de travail explique le dirigeant Outre la grande distribution, la clientèle se compose de restaurateurs,

de traiteurs et de grands Fondée en 1992 par Didier Chapuis, un ancien grand chef, Festins de Bourgogne disposera de 7 000 mètres carrés, opérationnels fin 2011. Parmi ses clients figurent des grands comptes comme la SNCF. Festins de Bourgogne commercialise aussi ses produits en direct via quatre magasins, dont deux ouverts en 2005 et 2009 à Paris. La progression de l’activité atteint en moyenne 10 % chaque année et devrait monter jusqu’à 15 % avec ce nouvel outil industriel. (RE/MP)

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Actualités

PA G E 1 5


Actualités concurrence

Cartel :

sanctions pour un cartel dans le secteur des panneaux de signalisation routière verticale L’Autorité de la concurrence vient de sanctionner 8 entreprises, dont des acteurs majeurs du secteur, pour s’être entendues pendant une dizaine d’années sur la quasi-totalité des marchés lancés par les collectivités publiques en France

PA G E 1 6

L’Autorité de la concurrence a rendu fin décembre une décision par laquelle elle prononce une sanction à hauteur de 52,7 millions d’euros à l’encontre de 8 entreprises du secteur pour s’être entendues entre 1997 et 2006 sur la répartition des marchés de signalisation routière verticale (panneaux métalliques de signalisation routière verticale permanente et temporaire) et les prix. Elle sanctionne également deux autres entreprises pour abus de position dominante sur le marché des équipements de sécurité et de balisage en plastique et sur celui des films plastiques rétro-réfléchissants (2 229 000 euros).

dans un document intitulé « Règles ». Les prix et les remises tarifaires qui pouvaient être appliquées aux acheteurs y étaient aussi précisées. Enfin, une « liste noire » destinée à exclure certains revendeurs jugés indésirables avait été établie. D’autres documents intitulés « Patrimoines » précisaient, quant à eux, les marchés à bons de commande qui devaient revenir à chaque entreprise de l’entente, ce qui figeait ainsi les parts de marché de chacune. Chaque société adhérente du « club » devait respecter ces règles de fonctionnement. « Ce document est en effet notre bible et chacun doit s’y tenir » a ainsi déclaré un dirigeant. Des compensations étaient également prévues en cas de « dysfonctionnement » de l’entente, c’est-à-dire lorsque la collectivité qui avait lancé l’appel à concurrence attribuait le marché à une entreprise qui n’avait pas été celle désignée comme devant l’avoir. Des pratiques qui ont couvert l’ensemble du territoire national pendant près de 10 ans Le cartel couvrait l’ensemble du territoire national, les accords de répartition portant sur la quasi-totalité des marchés passés par l’État, les collectivités territoriales et les services chargés de la gestion d’autoroutes.

Une entente très sophistiquée… Les entreprises membres de l’entente se réunissaient très régulièrement et se répartissaient les marchés publics selon des règles préétablies figurant

Ces pratiques, mises en œuvre à partir de 1997, n’ont pris fin qu’en mars 2006, date à laquelle une perquisition, menée lors d’une réunion du « club » dans un grand restaurant parisien, a

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

mis au jour le cartel. Les clients des membres de l’entente étaient principalement des collectivités territoriales ou des services de l’État. En trompant la concurrence sur l’ensemble du territoire national pendant près de dix ans, ces pratiques ont affecté les ressources publiques, au détriment des collectivités en charge de la gestion des routes et des autoroutes ainsi que de l’ensemble des contribuables. Les sanctions prononcées au titre du cartel (total : 52 712 000 euros) Pour déterminer les sanctions pécuniaires, l’Autorité de la concurrence a tenu compte de la gravité des pratiques en cause, de l’importance du dommage causé à l’économie et de la situation individuelle de chaque société (notamment la durée de leur participation à l’entente). Pour quatre d’entre elles (Lacroix Signalisation, Signaux Girod, Signaux Laporte et Aximum), elle a majoré la sanction de 20 % à 25 %, puisqu’elles avaient été précédemment sanctionnées pour des pratiques similaires (réitération). L’Autorité a, en revanche, accordé une réfaction de sanction comprise entre 15 % à 25 % aux sociétés Lacroix Signalisation, Sécurité et Signalisation, Signature, Signaux Girod et Laporte Service Route pour ne pas avoir contesté les griefs et avoir pris des engagements substantiels susceptibles de prévenir la mise en œuvre de telles pratiques à l’avenir L’Autorité de la concurrence rappelle que les victimes du cartel ont le droit de demander réparation de leur préjudice NB :Consulter l’intégralité du texte de la décision 10-D-39 du 22 décembre 2010 relative à des pratiques mises en service dans le secteur de la signalisation routière verticale


service-public

Les Direccte

(DIRECCTE) Objectif déclaré : mettre en place une organisation régionalisée, plus simple et plus lisible, afin d’améliorer la performance de l’action publique sur l’ensemble du territoire national.

nouveau service public de l’état en région Evolution du contexte social, mutations économiques, crise financière … De nouveaux dispositifs de régulation et d’animation sont nécessaires pour favoriser le développement des entreprises et de l’emploi, améliorer la qualité du travail et des relations sociales, assurer la loyauté des marchés et la protection des consommateurs. Tel est le sens de la création des Directions Régionales des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi (Direccte) ; elles s’inscrivent en outre dans le droit fil de la réforme de l’administration territoriale de l’Etat (RéATE), visant à mettre en place au niveau régional un nombre de Directions resserré pour piloter les différentes politiques publiques de l’Etat. Les Direccte et leurs missions ?

Les Direccte sont de nouvelles directions régionales, placées auprès du Préfet de région, pour assurer le pilotage coordonné des politiques publiques du développement économique, de l’emploi, du travail et de la protection des consommateurs. Elles regroupent 8 directions ou services (issus d’une part, du Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’emploi et d’autre part, du Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville) en une seule entité au niveau de la région : - la direction régionale et les directions départementales du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (DRTEFP et DDTEFP), y compris les services d’inspection du travail fusionnés ; - la direction régionale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

(DRCCRF) ; - les services de développement économique et de métrologie des DRIRE ; - la direction régionale du commerce extérieur (DRCE) ; - la délégation régionale au tourisme (DRT) ; - le service du délégué régional au commerce et à l’artisanat (DRCA) ; - le chargé de mission régional à l’intelligence économique (CRIE). Les Direccte assurent le pilotage des politiques publiques conduites par les deux Ministères et sont responsables de la cohérence de leur mise en œuvre territoriale. Elles s’appuient, pour cela, sur leurs unités territoriales implantées au niveau infra-régional pour mener les actions de proximité ciblées, au plus près des besoins et des acteurs concernés. Elles entretiennent en outre des liens avec les di-

 Les DIRECCTE et leur environnement LES DIRECCTE ET LEUR ENVIRONNEMENT (Administrations régionales) Ministre de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi

Ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville

Administrations centrales SIRCOM Secrétaire Général du ministère de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi et du ministère du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique

Fusion

DGE

DCASPL

Secrétaire Général

DAEI

Les secrétaires généraux animent et coordonnent l'ensemble des services centraux et territoriaux ; ils pilotent la réforme.

DT

DICOM

des ministères chargés des affaires sociales

HFDS

DGCIS

DGEFP

DARES

DGT

Direction Générale de la Compétitivité de l'Industrie et des Services

Délégation Générale à l’Emploi et à la Formation Professionnelle

Direction de l’Animation de la Recherche, des Etudes et des Statistiques

Direction Générale du Travail

Prépare, pilote et anime les politiques visant au développement de la compétitivité et la croissance des entreprises de l'industrie et des services.

Prépare, pilote et anime la politique pour l’emploi et la formation professionnelle continue. Conduit et coordonne la mise en œuvre des dispositifs. Anime les différents réseaux du service public de l’emploi.

A en charge l’évaluation des politiques publiques du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle. Assure les activités d’études et de recherche ainsi que la production et la diffusion des données statistiques.

Prépare, anime et coordonne la politique du travail afin d'améliorer les relations collectives et individuelles, les conditions de travail dans les entreprises et la qualité et l'effectivité du droit qui les régit. Autorité centrale de l'inspection du travail.

CNIT

DGTPE

DGCCRF

DAGEMO

Direction Générale du Trésor et de la Politique Economique

Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Direction de l’Administration Générale et de la Modernisation des services

Conseil National de l'Inspection du Travail

Assure la gestion des ressources humaines et des moyens de fonctionnement des services déconcentrés (travail et emploi) et du ministère du travail.

Instance consultative indépendante qui peut être saisie de toute question concernant le respect des missions et garanties de l'inspection du travail.

Prépare et conduit les actions de politique économique de la France et la défend en Europe et dans le monde.

Garantit les conditions d'un fonctionnement équilibré et transparent des marchés. Informe et protège les consommateurs. Préserve leur sécurité physique et leur santé.

DRH

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Région

Actualités

PA G E 1 7

Préfet de Région SGAR

Assure le pilotage des politiques publiques


Direction Générale de la Compétitivité de l'Industrie et des Services

Délégation Générale à l’Emploi et à la Formation Professionnelle

Prépare, pilote et anime les politiques visant au développement de la compétitivité et la croissance des entreprises de l'industrie et des services.

Prépare, pilote et anime la politique pour l’emploi et la formation professionnelle continue. Conduit et coordonne la mise en œuvre des dispositifs. Anime les différents réseaux du service public de l’emploi.

Direction de l’Animation de la Recherche, des Etudes et des Statistiques

Direction Générale du Travail

Actualités

Prépare, anime et coordonne la politique du travail afin d'améliorer les relations collectives et individuelles, les conditions de travail dans les entreprises et la qualité et l'effectivité du droit qui les régit. Autorité centrale de l'inspection du travail.

A en charge l’évaluation des politiques publiques du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle. Assure les activités d’études et de recherche ainsi que la production et la diffusion des données statistiques.

CNIT

DGTPE

DGCCRF

DAGEMO

Direction Générale du Trésor et de la Politique Economique

Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Direction de l’Administration Générale et de la Modernisation des services

Conseil National de l'Inspection du Travail

Assure la gestion des ressources humaines et des moyens de fonctionnement des services déconcentrés (travail et emploi) et du ministère du travail.

Instance consultative indépendante qui peut être saisie de toute question concernant le respect des missions et garanties de l'inspection du travail.

Prépare et conduit les actions de politique économique de la France et la défend en Europe et dans le monde.

Garantit les conditions d'un fonctionnement équilibré et transparent des marchés. Informe et protège les consommateurs. Préserve leur sécurité physique et leur santé.

les DIRECCTE et leur environnement (Région , département)

DRH

Région

Préfet de Région Assure le pilotage des politiques publiques

SGAR

DIRECCTE DICOM - Département de la communication interne et de l'animation . Jiun 2009

Direction Régionale des Entreprises, de la Consommation, de la Concurrence, du Travail et de l'Emploi Comité de direction / stratégique Directeur régional, chefs de pôles, responsables d'UT, SG.

Définir les orientations stratégiques I Élaborer des cadres d'objectifs et de moyens I Valider des plans d'actions partagés I Articuler les niveaux régionaux et territoriaux I Programmer et suivre l'avancement des projets

Fonctions supports et fonctions transverses

Pôle T

Pôle 3E

Politique et inspection du travail

Entreprises – emploi - économie

Pôle C Concurrence, consommation et répression des fraudes

DRTEFP

Regroupement

DRTEFP DDTEFP ITEPSA DRTT IT maritimes

Pilotage, appui technique et juridique de l'inspection du travail fusionnée. Contrôler et assurer une bonne compréhension de la règlementation du travail I Assurer le respect des procédures de licenciements économiques et la qualité des PSE. Assurer la protection des salariés et la sécurisation des parcours professionnels I Mettre en oeuvre les politiques de santé au travail. Animer le dialogue social en appuyant l'élaboration conventionnelle des règles, veiller à la représentation du personnel, participer à l'évaluation de la représentativité des organisations syndicales I Prévenir et règler les conflits collectifs.

Infra-régional

Politique de l'emploi et de la formation professionnelle Favoriser le retour à l'emploi I Accompagner les publics éloignés de l'emploi I Accompagner les mutations économiques, territoriales et professionnelles I Aider les entreprises en création I Développer la VAE et contrôler les organismes de formation Développement économique Intelligence économique I Développement industriel et compétitivité des entreprises I Développement touristique I Commerce extérieur I Commerce et artisanat Pilotage et ingéniérie des fonds structurels (FSE et FEDER)

Mission CCRF Assurer la régulation concurrentielle des marchés Protéger les intérêts économiques des consommateurs Garantir la sécurité du consommateur dans le domaine alimentaire, industriel et les prestations de services

DRIRE DI

DRCE

DRCCRF

Regroupement

DRCA Mission Métrologie Instruction et agrément d'opérateurs privés, surveillance du parc, des vérificateurs et instruments neufs

DRTourisme

DRIRE Métrologie

CRIE

Préfet de département

Unité Territoriale

(département)

DDTEFP Regroupement

DIRECCTE (pôles 3E + T)

DDCSPP DDPP Direction Départementale de la Protection des Populations 2

DDCS

+

Direction Départementale de la Cohésion Sociale

DDSV

DDJS

Direction Départementale des Territoires

Regroupement

2

SDFE UD CCRF

OU

DDT

Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations 1

DDASS Social

DDE

fonctions sociales au logement

DDJS

DDASS Social

UD CCRF

SDFE DDE

fonctions sociales au logement

DDSV

1 Organisation pour les département de moins de 400 000 habitants 2 Organisation possible pour les départements de plus de 400 000 habitants Administration centrale DAEI : Délégation aux Affaires Européennes et Internationales DCASPL : Direction du Commerce, de l'Artisanat, des Services et des Professions Libérales DGE : Direction Générale des Entreprises DICOM : Délégation à l'Information et à la Communication DRH : Direction des Ressources Humaines DT : Direction du Tourisme HFDS : Haut Fonctionnaire de Défense et de Sécurité SIRCOM : Service de la Communication du Minéfi

Région CRIE : Chargé de mission Régional à l'Intelligence Economique DRTEFP : Direction Régionale du Travail et de l'Emploi Formation Professionnelle solidarité DRCCRF : Direction Régionale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes DRCA : Délégation Régionale au Commerce et à l'Artisanat DRCE : Direction Régionale du Commerce Extérieur DRIRE (DI et métrologie) : Directions Régionales de l'Industrie de la Recherche et de l'Environnement DRT : Direction Régionale du Tourisme SGAR : Secrétariat Général pour les Affaires Régionales

rections départementales interministérielles qui interviennent dans la mise en œuvre locale de certaines missions, principalement celles liées à la protection et à la sécurité des consommateurs, mais aussi en complément de celles menées en matière de cohésion sociale.

PA G E 1 8

DRTT : Direction Régionale du Travail des Transports ITEPSA : Inspection du Travail de l’Emploi et de la Politique Sociale Agricoles IT Aff. maritimes : Inspection du Travail des Affaires Maritimes

Infra-régional (département) DDASS : Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales DDE : Direction Départemantale d l'Equipement DDJS : Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports DDSV : Direction Départementale des Services Vétérinaires SDFE : Service du Droit de la Femme UD CCRF : Unité Départementale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Les avantages des Direccte et pour qui ?

Parce que ces différents services sont regroupés : - Un interlocuteur de l’Etat unique pour traiter les problématiques économiques (hormis celles liées à la fiscalité) et sociales des entreprises et des acteurs socio-économiques (chefs d’entreprises,

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1


consommateurs, salariés, partenaires sociaux, demandeurs d’emploi, branches et filières professionnelles …) - les équipes des Direccte peuvent maintenant agir en synergie auprès des entreprises et leur proposer un accompagnement plus global et continu ; -des compétences rassemblées au sein de ces Direccte leur permettent de couvrir toutes les entreprises – grandes entreprises, PME, TPE - à toutes les étapes de leur évolutio - L’intervention de l’Etat gagne ainsi en cohérence pour conjuguer actions de développement économique et gestion des compétences humaines au service de la compétitivité nationale.

Des ressources nécessaires pour : Les DIRECCTE peuvent mieux désormais s’assurer du respect des réglementations destinées à : protéger les intérêts économiques et la sécurité des consommateurs et contribuer au bon fonctionnement des marchés et à la loyauté des transactions commerciales ; assurer la protection des salariés et la sécurisation des parcours professionnels, développer la prévention et encadrer les relations de travail. améliorer la compétitivité économique des entreprises en les incitant à développer l’innovation, l’ouverture sur l’international, leur vigilance en matière d’intelligence et de sécurité économique ; Le niveau régional : plus de pertinence et d’efficience Le niveau régional est le mieux adapté pour réaliser un diagnostic pertinent sur les enjeux économiques et sociaux locaux. C’est aussi là que se trouvent les décideurs et les financeurs en matière de développement économique, d’emploi et de formation professionnelle quand il s’agit de passer concrètement à l’action

Le fonctionnement des Direccte Les Direccte sont structurées autour de trois pôles correspondant à leurs trois grands champs d’intervention : - l’application de la politique du travail, couvrant aussi bien le champ de l’inspection du travail que celui de l’amélioration de la qualité du travail et des relations sociales, ressort du pôle T de la Direccte, le pôle « Politique du Travail »; - le développement économique en faveur des entreprises et le développement de l’emploi et des compétences en faveur des salariés et des demandeurs d’emploi relèvent du pôle 3 E de la Direccte, le pôle « Entreprises, Emploi et Economie» ;

- le respect des règles relatives à la concurrence, à la protection économique et à la sécurité des consommateurs et à la métrologie légale, est traité au sein du pôle C de la Direccte, le pôle « Concurrence, Consommation, Répression des fraudes et Métrologie ». Un service à vocation interne est en outre chargé de fonctions supports et transverses. Pour assurer l’exécution des missions relevant en particulier des pôles T et 3 E, les Direccte disposent d’unités territoriales, services opérationnels de proximité ; ces unités territoriales correspondent, en règle générale, au périmètre départemental. La mise en œuvre opérationnelle des missions du pôle C plus particulièrement liées à la protection et à la sécurité des consommateurs relève, au niveau départemental, de directions dédiées à la protection des populations, avec lesquelles les Direccte entretiennent d’étroits liens.

Les Direccte sont au centre de partenariats nombreux et multiformes avec : les autres services de l’Etat (préfectures, SGAR, directions régionales des finances publiques, autres directions régionales et départementales) - les partenaires institutionnels (Pôle emploi, Oséo, UbiFrance, ARACT, chambres consulaires, universités…) ; les collectivités locales ; les partenaires sociaux ; les réseaux associatifs. Les principaux métiers exercés au sein des Direccte sont : - les métiers d’interventions : ils accompagnent les acteurs du monde économique et social et montent des projets ; -les métiers d’inspection, d’enquête et de contrôle : inspection du travail ; contrôle de la formation professionnelle ; suivi de la recherche d’emploi ; enquêtes et actions de contrôle relatives au bon fonctionnement des marchés, aux relations commerciales entre entreprises, à la protection économique et à la sécurité des consommateurs et à la métrologie légale ; les métiers transversaux (pilotage de la performance et contrôle de gestion, production et valorisation de travaux d’études, de statistiques et d’évaluation, communication …) et les métiers supports (GRH, gestion budgétaire et gestion de moyens, systèmes d’information ) .

Conclusion

En bref : Les Direccte regroupent en un service déconcentré commun au Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi, et au Ministère du Travail et de Relations sociales, les compétences qui relevaient auparavant de huit directions et services.(Delahaye-Re : FTE)

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Actualités

PA G E 1 9


Languedoc-Roussillon

À la une

CCI de Montpellier, « autrement » dynamique avec Gabrielle Deloncle. élections CCI

Interview et confidences de la nouvelle Présidente Madame Gabrielle Deloncle © DR

Les CCI sont en plein mouvement, de nouvelles élections des Chambres ont eu lieu récemment sur l’ensemble du territoire. Certaines équipes ont été maintenues, de nouvelles sont apparues. C’est le cas de l’équipe CCI Autrement, menée par la dynamique et battante Gabrielle DELONCLE, patronne de la CGPME-34, qui vient de remporter les joutes électives sur la Cité de Montpellier. Nous sommes allés à sa rencontre, la nouvelle présidente de la CCI de Montpellier, a bien voulu nous confier ses objectifs et ses projets pour ses commerçants et acteurs professionnels, et ses impressions sur l’économie territoriale. a) Madame Deloncle, pouvez vous vous présenter à nos lecteurs (PME et PMI de France) et nous expliquer la genèse de la victoire de CCI-Autrement Je suis entrepreneur en Bâtiment, ayant créé ma 1ère entreprise à l’âge de 25 ans. J’ai constitué une équipe composée de vrais chefs d’entreprises TPE, PME et représentants de Grand Groupe. Notre principal objectif est de redonner à la CCI sa véritable vocation de Maison de Entreprises au service des chefs d’entreprise et décideurs économiques, avec pour ambition de faire de notre terri-

 PA G E 2 0

© DR

toire une métropole attractive, au rayonnement méditerranéen. Nous avons fait une campagne de terrain, en allant sur les marchés, en faisant du porte à porte chez les commerçants et tenant des réunions tous les soirs. Nous avons rencontré plus de 3000 chefs d’entreprises, commerçants, artisans et industriels pour les convaincre d’adhérer à notre projet, ciblant notamment ceux qui ne votaient plus. C’est cet ensemble d’actions qui nous a permis de gagner les élections.

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1


b) Votre liste CCI-Autrement vient d’être élue. Quels sont ses principaux objectifs ? Que modifierez-vous surtout par rapport à l’équipe de la CCi précédente ?

rités d’actions dégagées, l’accueil des chefs d’entreprise à l’intérieur de la CCI est considéré comme primordiale. « Il n’est actuellement pas à la hauteur. Il faut réorganiser et réaménager cet accueil pour que les chefs d’entreprise se sentent Notre ambition est de remettre la CCI dans leur maison et qu’ils trouvent en ordre de marche pour répondre les réponses et conseils qu’ils vienaux besoins et services des chefs ennent y chercher ».J’envisage de treprise et décideurs économiques. créer des « kits » d’information prêts l’usine IMECA PROCESS, merveille de technologie Nous avons constaté qu’il y avait 900 à être remis aux demandeurs. avancée. Le Directeur Général, Thierry POUDEVIGNE, dossiers en instance de traitement Egalement parmi les autres axes a annoncé son soutien total et enthousiaste au projet porté par Gabrielle DELONCLE  pour le CFE (Centre de Formalité des d’action : la Commission prévenet son équipe. © DR Entreprise), ce qui pourtant est la 1ère tion des difficultés des entremission des CCI. Nous réorganisons prises sera mise en place dans nos les services afin de résorber ce retard et de ne plus se premières actions afin d’accompagner les chefs d’entretrouver dans ce genre de situation. Notre feuille de route prise et éviter des situations pouvant mener au dépôt de est tracée : Etre au plus près des entreprises pour les acbilan. Notre expérience de participant actif au Comité Décompagner, les conseiller et les représenter dans les sipartemental du Suivi de l’Economie nous permettra de tuations difficiles. dupliquer ces services en partenariat, notamment avec « On est sur un terrain totalement inexploité. On n’est la Banque de France qui nous y encourage fortement. pas dans une politique d’annonces mais de résultat » a Par ailleurs, le vice-président Commerce Jean-Marie Seannoncé J.F. Bavoil, secrétaire du Bureau, ce qui résume vestre portera également nos efforts sur l’ensemble du notre programme basé sur la réalité du terrain. De même territoire, en particulier vers les ressortissants du centrenous mettons en place un partenariat avec l’ensemble Hérault, Clermont-l’Hérault et Lodève, qui a-t-il indiqué des collectivités pour participer aux projets économiques souffrent énormément.. et d’aménagement du territoire en apportant notre expertise économique, Nous devons ressoudre l’ensemble des c) Quels seront vos principaux projets pour les comélus de la CCI : je l’ai d’ailleurs précisé lors de notre premerçants, les Chefs d’entreprises et décideurs écomière conférence de presse : « La porte est ouverte et nomiques de votre région ? et maintenez-vous ces nous travaillerons avec tous ceux qui sont élus du collège projets prioritaires que vous évoquiez récemment à service. Nous ne sommes pas dans un fief », la CGPME ? : le projet d’un parking sous le Peyrou à Montpellier, le développement de l’aéroport, et le reEn ce qui concerne mes différents mandants, j’ai précisé port du Village des Marques. qu’ils me permettraient d’être une interface active pour le partenariat à mettre en place et la réussite des projets. Je vais être obligée de vous établir une longue liste narJ’ai également insisté à ce sujet, il est « hors de question rative, et vous m’en excuserez par avance, mais ils sont » pour moi d’incarner un pouvoir très personnalisé.et que nombreux. Pour le Village des Marques j’y ai répondu les responsabilités seraient assumées en équipe. . plus haut. Nos principaux axes d’action sont notamment pour : Pour la Cité, construire Le Projet dit ‘Manoukian’. un commerce intelligent « L’idée du village des et transformer le Centre marques est abandonnée ville en Galerie commermais celui, alternatif et ciale, à ciel ouvert, avec porté par la mairie au Jeu► Une nouvelle signaléde-Paume, est toujours tique des rues et des d’actualité et suscite des inquartiers (notamment terrogations dans la noupour Montpellier, faire velle équipe. C’est l’un des remplacer « Centre Hischantiers auxquels nous altorique par Commerces lons nous atteler ». du Centre Ville » plus adapté à la recherche des L’ accueil et l’ expertise commerces par les toufinancière. Parmi les prioristes. Actuel parking du Peyrou © DR

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

À la une

PA G E 2 1


À la une

Gabrielle Deloncle et son équipe © DR

► Un Mini bus électrique, des parkings moins chers, plus Leur faire profiter d’outils efficaces : accessibles, des points de livraisons ► La plateforme de services et d’actions cohérente, ► Des offres de tourisme commercial packagées avec véritable boite à outils pour renforcer leur compétence et l’office du tourisme leur compétitivité. ► Participation à la création de pôles de fréquentation ► Mettre à leur profit l’installation de technologies internet (bureaux) en substitution au départ de la mairie adaptées au commerce de proximité avec un ► Création de thématiques de quartiers accompagnement spécifique pour les pour redonner vie à certaines rues commerçants en difficultés en leur fourabandonnées nissant des outils marketing éprouvés - Revalorisation harmonieuse des maret l’accompagnement du Pôle « AideNotre objectif : chés en adéquation avec les différents Conseil-Service » pour le financement Etre un interlocuteur actif quartiers auprès des pouvoirs publics En ce qui concerne les services aux ► Installer les technologies internet pour la mise en place de adaptées au commerce de proximité entrepreneurs stratégies économiques ► Accompagner les commerçants en L’ Accueil : difficultés par des outils marketing Apporter des conseils et un éprouvés ► Réaménager un accueil chaleureux accompagnement pour ► Agir pour l’hygiène, la propreté, la l’international, pour la qualité et compétent et le professionnaliser. sécurité Qualifier l’orientation, de l’environnement, pour Mais également : Aider et accompagner les entreprises l’innovation et les TIC. ► S’engager formellement à agir avec la mairie pour ré-instruire la construction ► Rendre des comptes aux ressortisdu parking du Pérou sants, en normalisant avec la norme ISO ► Informer les commerçants et décideurs des décisions à venir sur les modifications et le développement de leur 2-Les informations –la communication et la transpazone commerciale d’évolution, et sur les travaux. rence ► Les associer en amont pour établir leurs besoins et attentes et les faire valoir ► Partager, communiquer et actualiser l’information ► Les aider à orienter leurs choix d’investissements en ► Anticiper les besoins économiques de demain connaissance de cause ► Information en amont sur les travaux ► Réaliser un travail en partenariat actif avec les collec► Informations sur les modifications des POS, ZAC, tivités territoriales. construction de l’avenir du Territoire En résumé : ► Les aides aux entrepreneurs : orientation vers les interlocuteurs, réalisation de dossiers

 PA G E 2 2

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1


► Actions collectives, informations transversales, circulation des informations. ► Amélioration du service transmission Organiser enfin un partenariat actif avec les collectivités locales. Mettre en place une communication ciblée par mail afin que les ressortissants bénéficient directement des informations, exemple pour les travaux. En communiquant plus avec eux, les faire revenir à la CCI, en leur montrant l’utilité par des actes concrets et non pas seulement, au moyen d’études qui restent souvent au stade du papier.

...aider les entreprises lors de leur développement, après la 3ème année. ... mettre plus facilement des locaux à disposition pour des assoc. professionnelles ...développer un partenariat actif avec les Collectivités en charge de la formation ... afin d’obtenir financement et participation nécessaires pour accentuer notre position d’excellence

► Création d’une plate forme (cellule) de développement économique où seraient regroupées l’ensemble des activités de réponses immédiates aux besoins 3- Actions : ► Etre un interlocuteur actif auprès des pouvoirs publics pour la mise en place de stratégies économiques Apporter des conseils et un accompagnement pour l’international, pour la qualité de l’environnement, pour l’innovation et les TIC. ► Mieux utiliser certains locaux afin de les mettre plus facilement à disposition des associations professionnelles.

► Utiliser la formule HUB ► Développer le fret ► Objectif de développent en nombre de passagers . ► Développement de nouvelles lignes Pour l’Ecole Supérieure de Commerce ► Développer un partenariat actif avec les Collectivités en charge de la formation, les Universités, le Pres Sud de France, les campus internationaux mais également les conventions avec les entreprises de la région afin d’obtenir, financement et participation nécessaires pour accentuer sa position d’excellence Pour conclure :

Je voudrais concernant votre initiative et votre nouveau concept de magazine «France Territoires & Entreprises, vous dire ceci : ► L’économie territoriale est effectivement une matière à développer en termes d’informations. Il y a beaucoup à dire (et à écrire…) sur la vie et l’actualité de nos PME et PMI C’est une très bonne initiative, car les régions sont le moteur de notre économie. Le dynamisme les créations d’emplois les innovations viennent des régions. Que l’économie régionale soit synthétisée dans même support permet de voir les bonnes initiatives des autres territoires. Bonne continuation pour cette initiative !

► Mise en place d’une commission de travail avec les collectivités ayant pour objet d’aider les entreprises lors de leur développement, après la 3ème année.

Propos recueillis par Maxime Paulet

Pour l’aéroport : les lignes de réflexion générales sont les suivantes : ► Développer la plateforme aux besoins des utilisateurs pour l’aviation générale autant que commerciale ► Harmoniser les relations entre les différents partenaires institutionnels pour un partenariat actif afin d’obtenir un meilleur développement de l’ensemble des lignes afin de pouvoir développer l’attractivité économique du territoire, le tourisme et le tourisme d’affaires

© DR

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

À la une

PA G E 2 3


À la une Auvergne

Le « Nouveau Monde » est en Auvergne marque

L’Auvergne met en œuvre une véritable stratégie de « marque ». Afin de se différencier de ses concurrents, elle crée les conditions d’une meilleure structuration de ses moyens de promotion et de ses prises de parole. Basé sur un travail en profondeur sur son identité, elle a redéfini son positionnement reposant sur ses valeurs de terre qui à la fois régénère et soude. Elle entend désormais incarner le « nouveau monde » et l’exprimer dans ses actions, dans les personnalités mises en valeur… DR

Initiée sous l’impulsion du Conseil régional, cette politique d’attractivité sera portée par une structure dédiée et doit être partagée par l’ensemble des agences régionales (ARDTA, Transfo, ARDE, CRDTA) puis par les acteurs socio professionnels, économiques, … C’est ainsi que depuis le premier septembre dernier, à l’occasion de l’émission radio « Bienvenue chez Basse » sur Europe 1 délocalisée en régions pour l’occasion la Région Auvergne a annoncé, par la voix de son Président René Souchon, la création de la marque «Auvergne, nouveau monde». Il s’agit

de «fédérer les acteurs du territoire autour d’un même slogan et de marquer la volonté de la Région de se positionner comme un territoire résolument tourné vers l’avenir et proposant un vrai projet de société René Souchon a rappelé à cette occasion que l’Auvergne a la chance d’avoir une identité très forte, une authenticité qu’elle cultive tout en étant créative, innovante et dynamique dans de nombreux domaines (culture, économie, nouvelles technologies,environnement, transports…). Une marque fédératrice La création de cette marque «Au-

 PA G E 2 4

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

vergne, nouveau monde», se concrétisera à travers différentes actions dont les contours restent encore à définir . «On peut imaginer, par exemples, des partenariats avec le privé, indique François Kuss, directeur de la communication au conseil régional On pourrait créer ainsi des gammes de produits qui porteraient la marque «Nouveau Monde» ou des complexes touristiques. L’idée est de renforcer l’accueil d’entreprises et par là même de nouvelles populations. Auvergne Nouveau Monde se veut donc une marque fédératrice pour renforcer l’identité auvergnate à travers le symbole d’un nouveau


monde possible, à la fois pour les citoyens qui y résident et pour ceux qui sont susceptibles de venir s’y installer. Autrement dit pour tous ceux qui cherchent « une nouvelle terre d’accueil qui soit porteuse de richesses humaines, patrimoniales et paysagères. Le Comité régional de développement touristique d’Auvergne (CRDTA) aura pour mission de porter la réflexion stratégique présidant à la création de cette marque ayant pour vocation de fédérer l’ensemble des partenaires institutionnels et privés intervenant en

faveur de l’attractivité de la région. D’ici la fin de l’année, une association sera donc créée par la Région, un clip, un site Internet et de l’affichage devraient également voir le jour. Seule inconnue pour l’heure, le budget consacré au «nouveau monde». Sur cet aspect, la région n’a pas encore souhaité communiquer ( RE/ V.Gollain – Attract. des territoires) / MP

©RIOM : La basilique Saint-Amable

Sommaire

Haute-Normandie

La Zone Franche Urbaine du Havre : un bilan économique qui donne le sourire. La Zone Franche Urbaine (ZFU) du Havre a 13 ans ! Un anniversaire porte-bonheur au vu du bilan local de ce dispositif national mis en place en 1997 afin d’inciter au moyen d’exonérations fiscales les entreprises à s’implanter sur des quartiers prioritaires et à recruter de nouveaux collaborateurs parmi leurs habitants. Au Havre, le dispositif a démontré son efficacité, avec un nombre d’entreprises qui a pratiquement doublé depuis son implémentation sur les quartiers du Mont-Gaillard, de la Mare-Rouge et du Bois-deBléville.

Depuis mai 2005, la Zone Franche Urbaine du Havre s’est dotée d’un Service d’Amorçage de Projet, initié par la Ville du Havre et piloté par Le Havre Développement, et dont le but est de clarifier l’offre de services proposé par le réseau de la création et d’en faciliter l’accès aux porteurs de projets.  Au-delà des chiffres, ce sont également de nouvelles activités, inexistantes au préalable sur ce périmètre, qui se sont implantées dans ces quartiers.

ment pour faire venir les entreprises (charges patronales ou sociales allégées…). ka donc décidé de tirer un bilan de ces treize années. Et selon le comité d’expansion économique havrais, Les résultats sont concluants et seraient multiples : création d’emplois, implantation d’entreprises, construction d’infrastructures (logements, projets immobiliers, zones d’activités…), développement économique, redynamisation du territoire

L’implantation d’entreprises bénéficie d’exonérations pendant 5 ans (impôt sur les bénéfices…). D’autres mesures existent égale-

F RRAAN R IRTO I RIERSEEST EETN T NE USM ÉNRUOM 1É R O 1 F NC CEE TTEER R ITO ER NETPRREI SPERS I S

À la une

Lors de sa création en 1997, la ZFU du Havre comptait 143 entreprises implantées sur les trois quartiers formant son périmètre. Elles sont aujourd’hui 281. 131 emplois salariés étaient recensés sur ce territoire en 1997 (source INSEE) ; ce sont depuis 818 emplois (CDI ou CDD de plus de 12 mois) qui ont été soumis à l’exonération de charges. La ZFU a vraiment participé au développement économique. (RE- M.P)

PAGGEE 22 55 PA


Nord Pas-de-Calais

Innovation

telecommunications

: prix de l’innovation utile du SFR Challenge Business Team

 Citeo en quelques mots Informer, orienter, dialoguer, prévenir, dissuader, maintenir ou restaurer un lien social : voilà la vocation de Citeo. Depuis plus de 10 ans, l’entreprise travaille au quotidien, avec tous les acteurs de la cité, à rendre plus attractifs les espaces de vie collectifs. 390 salariés dont 300 médiateurs professionnels, sont spécialement formés à la médiation, participent à la tranquillité publique et à la cohésion sociale en créant du lien pour mieux vivre ensemble : dans les transports en commun urbains(Transpole), interurbains (Mariot Gamelin), dans 22 établissements scolaires de la métropole lilloise et dans les espaces ouverts au public (hyper-centre de Roubaix et Tourcoing et ville d’Hellemmes).

Citéo, en partenariat avec ANNVA, a reçu en décembre le prix de l’innovation utile au SFR Challenge Business Team grâce au développement d’une solution de télécommunication innovante. Citéo premier  opérateur  français  spécialisé en médiation sociale, cherchait un moyen de rendre  plus  performant  son  système  de  remontées d’informations du terrain. Contactée par SFR, c’est ANNVA, société implantée sur Euratechnologies  le  pôle  d’excellence  lillois pour le développement des Technologies d’Information et de Communication, qui a relevé le défi. SFR et ANNVA ont accompagné Citéo dans la conception et le déploiement d’une solution mobile tout à fait novatrice. Ce projet innovant a été retenu pour concourir au SFR Challenge Business Team et a été primé (www.sfrbusinessteam). Un  logiciel  développé  par  ANNVA  (www .annva.fr) a été chargé sur smartphones pour permettre une remontée d’informations beaucoup plus rapide et facile. Tous les personnels de Citéo, médiateurs et managers, sont désormais qualifiés pour une utilisation optimale de l’application sur smartphones.  Une remontée d’informations directe Grâce  à  cette  technologie,  l’empreinte  sur l’environnement  est  largement  diminuée puisque 91% des supports papier utilisés auparavant ont disparu, au profit d’une remontée d’informations directement sur un serveur informatique. Les analyses d’informations pour les clients (transports en commun Transpole) sont ainsi beaucoup plus performantes.

 PA G E 2 6

Cette solution mobile intelligente permet réellement une meilleure fiabilité et réactivité dans les missions quotidiennes de Citeo La vidéo de  ce  projet  a  été  primée  sous  forme  d’un prix de 10 000 euros, don que Citéo a souhaité verser a deux associations  - France Médiation, réseau national d’acteurs de  la  médiation  sociale,  dont  le  but  est  de contribuer à fédérer les dispositifs de médiation sociale, de favoriser le développement et la reconnaissance de la médiation sociale et des  métiers  du  mieux-vivre  ensemble  et  de faciliter l’accès à toutes les formes de connaissances sur cette thématique (www.francemediation.fr)  Les adhérents de France Médiation représentent plus de 1500 postes de médiateurs. - Unis Cité Nord-Pas de Calais, qui développe le  service  civique,  permet  à  des  jeunes  de s’engager volontairement au service des autres en réalisant, en équipe, des missions d’intérêt général répondant à des besoins sociaux et environnementaux : plus de 500 jeunes volontaires  en  service  civique  ont  été  ainsi concernés depuis 2001 (www.uniscite.fr).

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1



Industrie Innovation Franche Comté

Covalia

télémédecine

l’innovation au service de la santé Covalia, implantée à Besançon, est spécialisée dans la télémédecine, et développe et commercialise des solutions de téléconsultation, téléexpertise et téléassistance.

Eric Garcia avec sa mallette de télédermatologie en compagnie de Vincent Bonnans, ingénieur hospitalier. Photo Claude Mislin

Covalia est soutenue par Oseo Innovation, FrancheComté PME Gestion, l’UFC et l’Incubateur d’Entreprises Innovantes de FrancheComté. Covalia s’est fixé comme objectif de convertir entre 3 et 4 régions françaises par an et vise un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros pour 2011.

Née de la collaboration entre médecins  et  spécialistes  de l’imagerie et des communications, Covalia est aujourd’hui un acteur incontournable de la télé- médecine. Ses solutions permettent une mise en relation  des  professionnels  de santé  autour  de  données médicales en s’intégrant parfaitement  dans  le  système d’information existant. 

Plus pointue  et  moins  coûteuse que la visioconférence, la  solution  informatique  de télédiagnostic médical de l’entreprise COVALIA, permet d’éviter des transferts inutiles de patients.  Une  perspective  très  intéressante pour de nombreux CHU ! La solution CovotemTM est déjà utilisée par le service de neurologie du Centre Hospitalier Universitaire de Besançon, notamment pour la détection d’AVC (accident vasculaire cérébral). L’agence régionale de l’hospitalisation estime déjà l’économie réalisée par le non-transfert de patients à 4 millions d’euros pour un projet dont le budget s’élève à 350 000 euros…

Une histoire de transfert de technologie en Franche-Comté… Covalia est    née  grâce  aux  travaux  de recherche  de  son  créateur,  Eric  Garcia,  au sein du LIFC, le Laboratoire Informatique de l’Université de Franche-Comté. Ce laboratoire se penchait sur la question du travail collabo-

 PA G E 2 8

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

ratif depuis 1996 et Eric Garcia s’est orienté vers une application en médecine dès 1998. Associé à un projet franco-suisse de télé-neurologie,  il  s’est  chargé  du  développement d’une plateforme permettant d’expérimenter la collaboration à distance des hôpitaux et universités de Besançon et de Lausanne. C’est ainsi qu’a été mise au point CovotemTM, solution  de  travail  collaboratif  en  télémédecine, aujourd’hui exploitée par Covalia. CovotemTM se distingue par sa parfaite adéquation aux besoins du secteur, sa compatibilité avec ses formats spécifiques, ses normes et standards. Remarquée  et  soutenue  par  Oséo,  d’abord développée au sein de l’IEI.FC - Incubateur d’Entreprises Innovantes de Franche-Comté, Covalia a démarré en 2007 à Besançon. Le CHU  de  Besançon  a  acheté  la  plateforme CovotemTM et celui de Fort-de-France vient aussi de signer pour interconnecter la Martinique…  au-delà  de  la  France,  un  projet d’implantation de CovotemTM au Canada est à l’étude. Actuellement, Covalia planche sur un autre projet franco-suisse d’assistance en échographie  et  s’implique  fortement  dans  l’Institut Edouard  Belin,  hôpital  virtuel  nouvellement créé  à  Besançon,  véritable  plateforme  de développement  de solutions de télémédecine. (Re-ARDFC)


APICILENTREPRISES

PROTÉGEZ L’AVENIR DE CEUX QUI COMPTENT LE PLUS POUR L’ENTREPRISE

La retraite, la santÊ, la prÊvoyance sont des questions qui concernent tout le monde. C’est pourquoi chez APICIL, nous pensons que les attentes de chacun doivent être respectÊes et entendues. Avec vous, APICIL met tout en oeuvre pour renforcer le capital social des collaborateurs de l’entreprise. Qu’ils soient employÊs ou cadres, leur offrir une protection

- CrĂŠdit photos : Christian Chaize.

La vie ne se soucie pas de hiĂŠrarchie

sociale performante et durable est en tĂŞte de nos prioritĂŠs.

SantĂŠ PrĂŠvoyance Epargne

9LUZLPNULa]V\ZH\



V\Z\Y^^^HWPJPSJVT

7YP_HWWLSSVJHS

Retraites

ďƒ›

ďƒŹ

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Industrie Innovation

PA G E 2 9


Industrie Innovation Aquitaine

soutien PME

L’UIMM d’Aquitaine : dispositif spécial de soutien aux PMI-ETI adhérentes En complémentarité avec l’action CRIDEM, l’UIMM GL a pris la décision dans un cadre régional (UIMM Aquitaine) d’impulser pour ses adhérents un dispositif spécial de soutien aux projets industriels des PMI-ETI par les prêts participatifs. Ce dispositif a été conclu sur la base d’un partenariat  avec  l’UIMM  nationale  et  la CMGM (Caisse Mutuelle de Garantie de la  Mécanique),  société  de  caution mutuelle à qui a été confié un mandat de gestion, appuyée notamment par la FIM, le  GIFAS,  FIEEC,  la  FEDEREC  et  les fédérations industrielles de la Plasturgie et des Fondeurs de France. Ce dispositif représente pour la  Branche Industrie  et  métallurgie  en Aquitaine  un encours global de 5 Millions d’Euros en garantie  sur  la  base  d’une  participation financière de l’UIMM Gironde-Landes, de l’UIMM  Adour-Atlantique  et  de  l’UIMM nationale. Il alimente un fonds doté à la CMGM constituant une garantie de 100% auprès des banques adhérant au dispositif. 

l’entreprise, sans conversion au capital. Ces prêts sont destinés au développement de projets industriels fiables, à l’exclusion de ce qui relève de la restructuration financière des entreprises ou de montage LBO. Ils peuvent  concerner  tout  programme  de développement susceptible de faire l’objet d’une immobilisation comptable : machines, installations,  process  ;  mises  aux  normes environnementales ; développement à l’international  ;  croissances  externes  ; immobilisations incorporelles, brevets ; frais d’industrialisation, risk sharing

Des prets participatifs, en quasi fonds propres

1 AIA - CAEPE - CSFA - DASSAULT AVIATION - EADS ASTRIUM - EADS SOOGERMA - ROXEL - SABENA TECHNICS - SAFT - SNECMA PROPULSION SOLIDE SNPE - THALES AIRBONE SYSTEMS - AVIONICS CATHERINEAU - L'ELECTROLYSE. 2 COFIDUR - ELECTRONIQUE 3 CREUZET AERONAUTIQUE 4 CEAM 5 CNES 6 POTEZ AERONAUTIQUE 7 TURBOMECA - EXAMECA - MAP - AQUITAINE ELECTRONIQUE 8 MESSIER DOWTY - MMP - PCC FRANCE - FONDERIE MESSIER 9 ARTZAINAK - LAUAK 10 DASSAULT AVIATION - PRECIMECAN 11 TURBOMECA - ALEMA 12 CELM 13 CEV - MBDA 14 CEA-CESTA 15 ALTEP - CIRMA - EADS COMPOSITES AQUITAINE GLOBAQ - LLUIS - MOHICAN - SEIV - SERTA - TDM INGENIERIE PA G E 3 0

Le montant des prêts participatifs qui peuvent être octroyés s’établit de 100 à 400 K€, auquel s’ajoute le prêt bancaire qui doit représenter au moins un tiers du prêt participatif.  Le  taux  applicable  est  de 2,25%  (+  coût  de  refinancement  indice EONIA). La durée du prêt est de 4 à 8 ans avec 3 ans différés en franchise de remboursement. Les frais d’étude de dossiers par la CMGM représentent 1% du prêt et l’entreprise bénéficiaire doit souscrire au fonds de garantie à hauteur de 5% du crédit.  Aucune  caution  personnelle  n’est exigée du dirigeant et il n’y a pas non plus de demande de participation aux résultats, contrairement à d’autres dispositifs. La  banque  du  prêt  complémentaire  ne peut  exiger  de  conditions  plus  avantageuses  pour  elle  que  celles  du  prêt participatif (clause de défaut croisé). Ce prêt  est  assimilé  aux  fonds  propres  de

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Falcon 7 X : campagne d'essais temps froids. DR

Les conditions d’éligibilité Le dispositif est ciblé prioritairement sur les entreprises de 10 à 250 personnes, mais il autorise des dérogations en fonction des projets. Il ne concerne pas les starts up. La cotation Banque de France exigée est au minimum de : 5 + Il est nécessaire de présenter une situation nette positive avec des fonds propres correspondant à l’endettement à moyen terme, et d’avoir une capacité d’autofinancement au moins égale au cumul des annuités de crédit. Le prêt est limité à 100% des fonds propres. Enfin, pour en bénéficier, il est nécessaire d’être adhérent à l’une des UIMM territoriales de la région Aquitaine.

Sommaire


réalisation

Le B´Twin Village : le royaume du velo Made in France et 100% lillois

Les attractions

Combien de salariés ?

Le b’Twin Village possède  son propre site de production. Les vélos b’Twin sont directement  peints et assemblés dans l’usine, (300 000 vélos d’ici à trois ans)  Situé dans l’ancienne usine Altadis de Lille Sud,  le  Village  relance  l’emploi  dans    la région avec près de 200 emplois qui seront créés d’ici 2014, tous secteurs confondus. Inspiré de l’ancienne usine de Fiat à Turin, le Lingotto,  où  la  voiture  était  assemblée jusqu’au septième niveau, duquel une piste d’essai permettait de redescendre.

Un Kid Village pour apprendre aux enfants le code de la route ; les douze descentes du «b’Twin Mountain» de 12 m de haut ; les 1 200 m de cross-country avec trois niveaux de difficulté ; une piste BMX de niveau international,  en  partenariat  avec  le  Lille université club ; une piste de pump-track, où on apprend à rouler sur des bosses en s’appuyant simplement sur la fourche. (RE.MP)

450 au total. Une centaine de postes ont été créés. L’usine emploiera 100 personnes environ, le magasin 15, tout comme la salle de fitness, l’atelier 19, la marque (chefs de produits, ingénieurs, designers, approvisionneurs pour le monde entier...) 80. Quels sont les objectifs pour 2011 ?

Mais ce qui fait l’originalité de ce parc d’attraction  «  façon  Disneyland  »  comme  se plaisent à dire les dirigeants de la structure, c’est la possibilité pour les clients d’essayer les différents vélos que propose le magasin (BMX, VTT…). A côté de cela, le public peut se restaurer mais aussi faire se remettre en forme  avec  une  salle  de  sport  où  l’on trouve… des vélos d’appartements

Côté usine, ls dirigeants espèrent une production de 400 vélos par semaine. Côté fréquentation, la barre des 300 000 visiteurs devrait vite être atteinte.

Installation du symbole du b’Twin Village: l’immense roue de 14m de diamètre et pesant 5 tonnes a été posée à l’entrée du bâtiment. © B Twin Village

Sommaire

A.C Secrétariat Service & Caso Télétravail l’alliance de 2 sociétés pour faire face à la pluralité des demandes qu'une entreprise peut avoir. Nos domaines d'intervention la gestion administrative et commerciale, le secrétariat, le développement commercial, la relance et le suivi des impayés.

Optimiser votre trésorerie en faisant appel à des professionnels indépendants.

A.C SECRETARIAT SERVICE 38 chemin chapelle Saint Antoine 06130 GRASSE Tel : 09 54 87 55 74 Port : 06 86 92 51 06 acsecretariatservice@gmail.com www.acsecretariat.fr

Notre force ? Un savoir faire au service de votre entreprise pour participer activement à votre politique de croissance.

CASO TELETRAVAIL 550 bld de la Mourachonne 06580 PEGOMAS Tel : 09 62 06 52 53 - Port : 06 60 14 15 28 caso-teletravail@gmail.com www.caso-teletravail.com


DOSSIER

Éco Territoires

Notre rédaction, pour raconter certaines régions de France, et les faire mieux connaitre, a décidé de présenter à ses lecteurs ces territoires, à travers une large fresque, par leurs produits et spécialités, parfois méconnus ou même oubliés. L’économie territoriale, n’est-ce pas aussi (re)découvrir les produits de sa terre ? Comment mieux appréhender une meilleure connaissance de celle-ci par ses cultures, ses traditions, ses spécialités, mais aussi par ses mutations. Ces produits génèrent et

Haute-Normandie

territoire

participent à l’ économie locale, et souvent, in fine au renom de l’économie française. Nous tenterons de le démontrer dans tous nos mini dossiers. Pour cette ballade rédactionnelle, et notre première écorando territoriale, découvrons la Normandie et le lin. Celle –ci se poursuivra dans notre prochain numéro. Maxime PAULET

Escapade en terre de lin :

La Normandie.

Fleur de lin. DR

Un peu d’histoire … Le lin cultivé (Linum usitatissimum) est une plante annuelle de la famille des Linaceae cultivée principalement pour ses fibres, mais aussi pour ses graines oléagineuses. Les fibres du lin permettent de faire des cordes, du tissu, ou plus récemment des charges isolantes pour des matériaux de construction. Les graines sont utilisées pour produire de l’huile de lin. Le lin offre aussi ses graines pour la fabrication de pains aux céréales, très appréciés dans les pays d’Europe du Nord Le lin est cultivé depuis plusieurs siècles à travers le monde. Les origines du lin sont lointaines. Les premières traces remontent à 8000 ans avant J.C, et son berceau de production reste encore incertain, probablement situé sur le large plateau d’Asie supérieure.Toutefois c’est sous Égypte des pharaons que l’usage du lin a commencé à se développer. Le lin était alors confectionné en vêtements, tissus funéraires, voiles pour bateau, cordages ou filets. Les graines étaient consommées pour leurs qualités nutritives

Une plante à croissance rapide et à floraison très courte La culture du lin est particulièrement délicate. En effet, planté au printemps, le lin pousse en « 100 jours ». Cette courte période végétative rend difficile tout rattrapage en cas d’incident (mauvaise levée, conditions climatiques défavorables...) Le semis a lieu fin mars/début avril. Sa croissance est rapide et sa tige peut atteindre un mètre de hauteur. Sa floraison, en juin, ne dure que quelques heures. La récolte a lieu l’été

 PA G E 3 2

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

(entre début juillet et mi-août), elle se situe environ 5 semaines après la floraison : le lin est arraché mécaniquement (et non coupé) pour conserver la longueur des fibres. Il est laissé sur le sol en andains, débute alors l’étape du rouissage. Ce phénomène naturel permet, grâce à l’action de micro-organismes, de séparer les fibres de l’écorce et du bois. Le rouissage dure de 3 à 7 semaines, il est activé par les actions conjuguées de la rosée, de la pluie, du vent et du soleil. Après rouissage, le lin est récolté en balles rondes. Par ailleurs, le lin est une plante exigeante pour les terres, d’autant plus que toute la plante, racine comprise, est récoltée, exportant des champs beaucoup de matières organiques. Les rotations de lin doivent donc être très lentes, au minimum 5 à 6 ans entre deux cultures sur une même parcelle.


Champs de lin dans la région de Caux. DR

La filière française

Le lin normand, et surtout celui du Pays de Caux, a acquis une réputation mondiale du fait de sa grande qualité (longueur, finesse, résistance, couleur et facilité à l’élaborer). La Haute Normandie : 1ere région linière de France La Haute-Normandie est la première région linière de France (40 000 hectares cultivés, soit 50% des surfaces françaises consacrées à cette plante). Avec 15% de leurs terres agricoles cultivées en lin textile, les cantons littoraux de Fontaine-le-Dun - où se déroule le Festival du Lin et de l’Aiguille - et de Saint-Valery-en-Caux, détiennent le record national de liniculture. C’est au XVIIe siècle que l’utilisation du lin a atteint son apogée. Il entrait alors dans la fabrication des toiles fines de Cambrai, des toiles dites «Bretagne superfine», des den-

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Éco Territoires

telles comme celles du point d’Alençon, des blouses, des mouchoirs. Les surfaces cultivées atteignirent 300 000 ha, avec un rendement de 600 kg de fibres par hectare. Au XIXe siècle la filature et le tissage entrèrent dans l’ère de l’industrialisation. En France, les petits lots produits dans les fermes ne convenaient pas aux industriels, et les surfaces de lin chutèrent à 100 000 hectares. Aujourd’hui la culture et la transformation sont industrialisées, et le lin n’en a pas perdu pour autant son caractère noble et naturel, alliant tradition et modernité. Son huile est également utilisée dans la fabrication des peintures. L’huile de lin est également utilisée pour fabriquer le linoléum, revêtement de sol très répandu, isolant, et facile à entretenir. De nouvelles utilisations voient le jour dans l’industrie nautique où il commence à être utilisé en substitution de la fibre de verre pour produire des matériaux composites plus respectueux de notre environnement. (Fin Première partie) ••• A SUIVRE DANS LE PROCHAIN NUMÉRO

DOSSIER

La culture du lin se localise principalement sur une bande de 50 km de large, le long de la côte allant de Caen à Dunkerque et se poursuivant sur la Belgique et les Pays Bas.

Réintroduit dans la région au XXe siècle par des agriculteurs des Flandres, le lin normand est surtout cultivé en Seine-Maritime (Pays de Caux), dans l’Eure (plateaux de St André et du Neubourg, Pays d’Ouche) et en Plaine de Caen. La filière française du lin textile a connu une forte expansion au cours des dernières années. Le phénomène s’observe également en Normandie : entre 1997 et 2007, les surfaces en lin textile cultivées dans la région ont progressé de 90 %. La Normandie représente aujourd’hui 64 % des surfaces françaises cultivées en lin textile (dont 84 % en Haute-Normandie). La région a fourni, en 2007, 2,8 millions de quintaux sur 49 250 ha. La récolte de 2008 a enregistré un rendement record en paille (près de 80 qx/ha) ainsi qu’un très bon rendement en graines. La qualité était également au rendez-vous avec une richesse en fibre élevée. Après cette récolte record de 2008, celle de 2009 restait de bon niveau mais a été en repli, notamment du fait d’une décision portée par la profession de réduire les surfaces, dans l’objectif d’assainir les marchés. Le rendement moyen en 2009 était de 74 qx/ha sur la Normandie. Le lin a bénéficié alors de bonnes conditions climatiques tout au long de la campagne, mais le faible niveau de précipitations en fin d’été a rendu le rouissage difficile.

PA G E 3 3


Tendances marque

La Fabrique hexagonale : je consomme « made in France »

Connaissez-vous la fabrique hexagonale ? Site de référencement des produits vraiment fabriqués en france ! Parce-que l’initiative est peu courante sur le web, mais qu’heureusement elle ne fait que tenter de mettre en valeur le travail de milliers d’artisans et créateurs bien de chez nous, elle mérite un petit coup de projecteur.

La Fabrique hexagonale est un site Internet d’information, créé en 2008, qui recense et valorise les entreprises qui fabriquent ou font fabriquer en France. Ces entreprises, de plus en plus rares, perpétuent les savoir-faire et créent des emplois. Elles contribuent à l’économie locale et aux systèmes de protection sociale. Ce sont elles aussi qui, en privilégiant les circuits courts, préservent notre environnement. Elles font vivre le pays. La Fabrique hexagonale créé par Hervé Gibet en 2008, a été fondée pour : • faire connaître ces entreprises au grand public et aux médias ; • informer les consommateurs qui recherchent des produits fabriqués en France ; • créer une communauté d’entrepreneurs qui partagent les mêmes valeurs.» La Fabrique Hexagonale en ce sens, est un site remarquable. « Pour quoi faire ? Pour promouvoir les entreprises qui ne sont pas parties voir ailleurs si l’herbe était plus

verte. Pour préserver aussi “les derniers emplois “industriels” et “artisanaux” qui subsistent en France, et ne pas perdre des savoir-faire que des générations de femmes et d’hommes ont mis des années, parfois des siècles, à

trouve aussi, sur le site quantité d’informations sur les produits fabriqués en France, classés par catégories : ameublement, bricolage, chaussures, électroménager, horlogerie, jouets, sports d’hiver, textile, et bien d’autres.

acquérir.”Pour limiter la valse des cargos chargés de chaussettes et

Vous avez dit « glocal »

d e jouets à « deux balles » et ménager, ainsi, notre environnement. Parce que, puisqu’il n’y a visiblement rien à faire contre la mondialisation, c’est à chacun de nous de faire quelque chose, maintenant… » On

 PA G E 3 4

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Globalisation, proximité, entraide, solidarité, etc. Le néologisme « glocal » résume bien cette approche du monde et des rapports humains. La Fabrique hexagonale est en ce sens glocal, puisqu’elle préconise la consommation locale dans un monde mondialisé, les circuits courts, les initiatives individuelles, la mise en relation directe des producteurs et des consommateurs, la création de réseaux, etc. Il existe aujourd’hui des militants de la relocalisation qui agissent surtout avec leur porte-monnaie. Ils privilégient les produits locaux ou nationaux : des fruits et légumes aux chaussures, en passant par les voitures. Autrefois on aurait appelé ça du protectionnisme, voire du chauvinisme. Mais aujourd’hui les re-


pères changent. Et c’est sur internet que cette contre-attaque “locale” s’organise. La Fabrique hexagonale est partenaire de l’association « Made in respect », qui agit chaque jour “pour replacer l’homme au cœur des préoccupations du monde économique”. “Made in respect” est aussi un label qui garantit que les entreprises certifiées respectent “les savoir-faire, la dignité de

l’homme au travail, les règles de l’éco-conception,du développement durable et de la production locale. Celles de l’éthique économique et du respect des clients.” Venez y faire un petit tour, et pourquoi pas y puiser des idées de cadeaux militants ...(RE/MP) La Fabrique hexagonale http://lafabriquehexagonale.com

Sommaire

Nass & Wind : l’éolien offshore avec ambitions au développement de parcs éoliens offshore (Nass&Wind Offshore) et la troisième dédiée au développement du projet innovant d’éolienne flottante multimégawatt Winflo (Nass&Wind Industrie). Une quatrième filiale a été créée au cours de l’été 2009 : Nass&Wind Bois Energie.

DR

Le groupe Nass&Wind, fondé par Nathalie Le Meur et Peter Nass dans le Morbihan en 2001, est un groupe français indépendant. Spécialisé d’abord dans le développement de parcs éoliens terrestres, il a cédé la totalité de cette activité à GDFSUEZ en 2008. La société a ensuite renforcé son expertise dans l’identification de sites propices et dans le développement d’unités de

production d’électricité verte, de la phase d’étude jusqu’à l’exploitation, en passant par le financement et la maîtrise des chantiers.  Le groupe Nass&Wind a créé trois nouvelles filiales en 2008 : l’une spécialisée dans le développement de fermes photovoltaïques de grande taille (Nass&Wind Energies Nouvelles, dont les locaux sont à Toulouse), une autre dédiée

Collaboration avec les pêcheurs Le capital du groupe Nass&Wind a été augmenté en 2009, passant de 40.000 euros à 40 millions d’euros. Ses actionnaires sont les fondateurs et dirigeants actuels du groupe et leurs associés ayant participé au développement de l’entreprise depuis sa création en 2001.

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Tendances

Bretagne L’entreprise qui développe un projet de parc éolien offshore en baie de SaintBrieuc, a signé avec les pêcheurs de Bretagne Nord le 16 décembre dernier à Brest une convention de collaboration. Cette convention établit que les comités des pêches et Nass&Wind définiront ensemble le champ de leur collaboration durant les phases de développement, de réalisation, d’exploitation et de démantèlement du projet, ainsi que les modalités de cette collaboration. Ce travail commun portera notamment sur l’établissement d’un état initial, l’évaluation des impacts du projet, la définition des mesures compensatoires associées et leur mise en oeuvre.(RE.MP)

PA G E 3 5


Basse-Normandie

Savoir faire

implantation

TJP Bioactives

s’implante à Vire

Le Calvados, terre de croissance pour la filière pomme française.

L’entreprise TJP Bioactives s’implante à Vire dans le Calvados et propose de nouveaux débouchés à l’un des plus célèbres produits de la région : la pomme.

Démarré en août 2010, l’installation de TJP Bioactives a nécessité un investissement important (entre 800 mille et 1 million d’euros à moyen terme), notamment pour l’aménagement du site. Ces travaux assez lourds s’achèveront courant décembre pour une mise en production industrielle au tout début de l’année 2011.

Cette filiale du groupe Piridion (Piridion, Touraine Jus de Pomme, C4P Conseil) est spécialisée dans la valorisation des coproduits issus de la pomme, aujourd’hui considérée comme un superfruit. TJP Bioactives extrait ainsi du marc de pommes à cidre normandes et françaises, les différents composants actifs (vitamines, polyphénols, oligoéléments, acide malique, …) qu’il contient pour ensuite les commercialiser. La pomme à cidre est la variété qui concentre le plus de principes actifs naturels, dont les bienfaits, reconnus isolément, sont renforcés encore par leur rôle synergique. 100 kg de marc de pommes permettent ainsi l’extraction d’1 kg de principes actifs.

de produire, dès 2011, 1, 5 tonnes de concentré certifié Ecocert pour un chiffre d’affaire attendu d’environ 1,5 millions d’euros. Les applications et débouchés de ce produit à forte valeur ajoutée sont multiples tant dans les domaines nutritionnels que cosméceutiques et pharmaceutiques.

Les prochains jus de la marque Touraine Jus de Pomme seront ainsi conçus dans l’usine viroise, tout comme les gammes de produits cosméceutiques ISB et Nature de Pomme. Cette implantation, favorisée par le partenariat avec Calvados Stratégie et la Communauté de Communes de Vire, permettra la création d’une dizaine d’emplois dans les 2 prochaines années. (C.S)

En continuant les travaux de recherche initiés par Val de Vire Bioactives SA (Condé sur Vire), TJP Bioactives se positionne comme le leader mondial du secteur. L’ouverture d’un nouvel établissement témoigne de l’ambition de l’entreprise qui ambitionne

 PA G E 3 6

Le site TJP Bioactives de Vire, dirigé par Marylène LECOURT, deviendra par ailleurs le laboratoire de recherche et développement pour l’ensemble du groupe Piridion.

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1


label

Le cassis de Dijon

Bourgogne

vers un label européen A l’occasion de la Foire internationale de Dijon, la Fédération française des spiritueux, présidée par Jean Pierre Lacarrière, est venu à la rencontre du Syndicat des fabricants de cassis de Dijon. Au programme de cette réunion : la décision des quatre producteurs Bourguignons de s’engager dans une démarche visant à faire protéger, au niveau européen, l’indication «cassis de Dijon». Les représentants des cassis Boudier, Briottet, Suprex et Lejay Lagoute souhaitent que leur produit puisse bénéficier de la protection de l’indication géographique protégée (IGP). Avant l’instruction du dossier par l’Union Européenne, le syndicat professionnel doit, avec le soutien de la fédération française des spiritueux, exposer devant l’Institut national des appellations d’origine (aujourd’hui institut national de l’origine et de la qualité) les spécificités propres à la fabrication du cassis de Dijon. Le Président du regroupementde producteurs dijonnais, Jean Barrault, souhaite que cette question Soit considére comme prioritaire Fondée en 1945, le Syndicat des fabricants de cassis de Dijon vise à promouvoir et défendre les produits de la filière qui représente, en Côte d’Or, 190 emplois et 70 millions d’euros de chiffre d’affaires. Chaque année, 30 millions de bouteilles de liqueur sortent des distilleries côte d’oriennes, dont 40% sont exportées dans près de 80 pays

Le chanoine Kir. ©Bonnardot.fr finissant même par lui donner son nom. Le procés KIR, c’est vers 1950 que la presse commencera à utiliser le nom du Chanoine pour dénommer un vin blanc-cassis. Qui le premier en eût l’idée ? Sans doute des journalistes parisiens qui avaient remarqué l’habitude du Député maire de Dijon de réclamer sa boisson favorite au bar de l’Assemblée Nationale. Le Chanoine, « qui adopte volontiers les idées orphelines », a laissé faire et l’usage s’est répandu.

Très emblématique de la région, le cassis est un fleuron dont la notoriété s’est faite, en grande partie, au travers de l’élégante « crème de cassis de Dijon » et du célèbre kir, le fameux apéritif (1/3 crème de cassis et 2/3 blanc aligoté de Bourgogne) mis à la mode par le chanoine Kir, maire de Dijon de 1945 à 1967. En 1945, le Chanoine KIR (photo ci-dessus) devient maire de Dijon Pendant plus de vingt ans, cet ecclésiastique pittoresque, homme politique truculent, rabelaisien consacré, va faire connaître le blanc-cassis au monde entier, faisant sa continuelle promotion et

Une cuverie pour la macération des fruits et la fabrication de spiritueux étoffée et modernisée. ©l’Héritier-Guyot

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Savoir faire

PA G E 3 7


Poitou-Charentes

Éco durable

photovoltaïque

Poitou-Charentes :

un parc solaire en chantier Le projet qui entend démontrer la viabilité d’une solution photovoltaïque conçue et fabriquée en France, est la première pierre d’un vaste pôle technologique dédié aux énergies renouvelables C’est un projet de développement des énergies renouvelable exemplaire qui prend peu à peu forme sur les 70 ha de l’ancien site militaire de Thouars dans les Deux-Sèvres. Dix jours après la délivrance par la préfecture de l’autorisation d’exploitation d’une unité de méthanisation de la biomasse En Poitou-Charentes, trois Caisses régionales de Crédit Agricole contribuent au développement du photovoltaïque en cofinançant des projets de centrales dans la région avec Crédit Agricole Leasing. Entrepreneurs, agriculteurs, environnement : tout le monde y gagne ! A défaut de Parc naturel du Marais poitevin, la région Poitou-Charentes va accueillir à Thouars, dans les Deux-Sèvres, le projet TIPERT qui consiste à développer un Parc des Technologies de Production d’Energies Renouvelables sur l’ancien site militaire ETAMAT de 70 hectares. Dans le cadre du projet, Foncière Solarvoltaic qui a remporté l’appel d’offres, ambitionne de créer une véritable filière française du photovoltaïque. Il est ainsi prévu de construire un parc solaire de 25 MW avec une première tranche de 10.5 MW qui sera raccordée en 2011. Sur le site sera également implantée

Centrale de Montesquiou, © Exosun

sous l’égide de Sillia Energie, une unité de fabrication de systèmes photovoltaïques avec, pour axe principal, la conception, la fabrication et le montage de procédés innovants d’intégration du solaire au bâti conformément aux nouveaux arrêtés de mars 2010. Un centre National de Formation aux Technologies Solaires (C.N.F.T.S) sera également crée avec l’appui de la branche formation du groupe Ginger. Pour finir, la société S comme Solaire, dédiée à l’installation de centrales photovoltaïques, implantera à Thouars sa cinquième direction régionale. Un pôle d’excellence dans le domaine du renouvelable La construction de la centrale devrait d’ailleurs s’accompagner de l’implantation par Sillia Énergie d’une unité spécialisée dans la conception, la fabrica-

 PA G E 3 8

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

tion et le montage de procédés innovants de solaire intégré au bâti. Un Centre national de formation aux technologies solaires créé en partenariat avec le Lycée professionnel voisin viendra également compléter le pôle. Enfin, le site a été choisi par l’installateur de centrales photovoltaïques S comme solaire pour y implanter sa cinquième direction régionale. Loin de se limiter au seul secteur photovoltaïque, le projet Tipert vise à faire émerger un pôle d’excellence ouvert à l’ensemble des technologies de production d’énergies renouvelables. La future unité de méthanisation Tipert, dont la construction devrait démarrer prochainement permettra ainsi d’alimenter 12 000 habitants en électricité et en chaleur grâce à la récupération des déchets agricoles des agricoles des exploitations environnantes. Poitou-Charentes a fait appel à Solarvoltaïque pour faire aboutir sa volonté d’énergie renouvelable.


reçyclage

Prodhag Ouest :

Pays de la Loire

les matières plastiques se recyclent L’actiparc du Segréen, accueille depuis trois ans la société Prodhag Ouest, spécialisée dans le broyage de plastiques. Son jeune dirigeant, Xaviet Piquet-Gauthier, dispose d’une belle usine flambante neuve à Sainte-Gemmes d’Andigné pour assurer le recyclage de déchets industriels spécifiques

Elle ne broie pas que du noir « Nous traitons les rebuts de matières premières provenant de plastiques propres : chutes de détourage, plaques thermoformées, pièces défectueuses... Le plastique thermoformé génère 30 % de déchets. » Petits flacons, pièces auto, boîtes d’emballage,...

Le transport des rebuts de production coûte cher. La société mère Prodhag (Productions Haut de Gamme) l’a bien compris c’est pourquoi elle s’est installée depuis plus de 20 ans en Isère, en plein coeur de Rhône-Alpes, 1ère région productrice de plastiques. Car qui dit production, dit aussi déchets et bien sûr recyclage, qui est son coeur de métier. En pleine croissance, elle s’est tournée vers l’Ouest, 2e région en plasturgie, afin d’implanter un autre centre d’exploitation, Prodhag Ouest, à la croisée de Nantes, Rennes, Tours, Cholet... Le Segréen, plate-forme de l’ouest Installé en janvier 2008 sur 30 000 m2 de terrain, le bâtiment de 2 000 m2 est équipé de lignes de broyage aux différents tamis. L’aire de stockage de 15 000 m2 héberge d’un côté des caisses métalliques identifiées par code-barres pliables d’1,4 m3 et de l’autre des « big-bags », sacs d’un petit millier de kg de produits finis. « Notre production est en constante évolution malgré la crise.» précise Xavier Piquet-Gauthier. « Nous avons démarré l’activité avec quatre personnes. L’usine fonctionne en 3 x 8 avec une équipe fixe la nuit. Le tonnage traité à fin 2008 était de 2 700 tonnes et atteindra près de 5 000 tonnes en fin de cette année. » Malgré une baisse d’activité de près de 50 % de leurs clients, le CA a augmenté grâce à de nouveaux marchés. « Le secteur du recyclage est en pleine explosion..Rentré chez Prodhag en 2002 comme directeur commercial, il a constaté une évolution des mentalités vis-à-vis des déchets. L’argument financier n’est plus le seul critère. Il est relayé maintenant par le souci de préserver l’environnement.

Une logistique élastique Les rebuts sont stockés dans des caisses Prodhag laissées en dépôt chez le client qui se charge d’effectuer un tri préalable et rigoureux. « Nous assurons leur enlèvement une fois les 36 caisses remplies et les remplaçons par des vides. Nous louons les services d’une société de transport qui met à notre disposition chauffeurs et camions à nos couleurs. «L’utilisation du plastique est multiple et variée à l’instar des clients de Prodhag Ouest présents dans les domaines cosmétique, alimentaire, automobile, végétal... Les quantités recyclées sont très hétérogènes par client : 15 t/an à 300 t/an. D’ici deux ans, l’effectif de cette jeune structure devrait frôler les 30 personnes. Un métier dont l’avenir est assuré. (D.Gruson/A.Eco) Infos : Prodhag Ouest -Anjou Actiparc du Segréen Avenue de Bretagne 49500 Sainte Gemmesd’Andigné - Directeur du site : Xavier PiquetGauthier - Tél. : 02 41 94 94 00 Fax : 02 41 94 94 09 http://www.prodhag.com/ .

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Éco durable

PA G E 3 9


Éco durable

informatique

Atland :

le progiciel innovant de « Maferme ». La sophistication des applications informatiques pour les exploitations agricoles atteint aujourd’hui un niveau que l’on ne soupçonne guère. L’une de ces évolutions les plus remarquées est aujourd’hui portée par une PME marnaise, parfaitement inconnue du grand public, qui se cache au pied d’un bâtiment du complexe agricole du Mont Bernard à la lisière de Châlons-en-Champagne.

« Maferme », fondée il y a une dizaine d’années par diverses entreprises du secteur agricole, collectionne les récompenses avec « Atland », nouveau progiciel revisité et commercialisé début 2010. On accède à Atland, depuis n’importe quel ordinateur ou smartphone connecté à internet. Il permet

 PA G E 4 0

de « piloter » une exploitation agricole. Aidée par la très performante application de photographie aérienne GoogleEarth, Atland permet déjà de visualiser précisément les diverses parcelles d’une même exploitation. Une connexion au très dense Géoportail de l’IGN permet d’enrichir le

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

document de base de diverses couches cartographiques. Les cours d’eau, les bâtiments, les voies routières ou les zones spécifiques telles que les Natura 2000, apparaissent en un clic. Atland fonctionne comme un réseau L’exploitant peut entrer les caractéristiques de ses parcelles dans Atland. Il dira quels ont été les traitements phytosanitaires et fertilisants qui ont été appliqués, renseignera l’historique de l’assolement. En fonction de ces éléments, l’ordinateur proposera de poursuivre de telle ou telle façon les traitements. Derrière, la machine évaluera la gestion des stocks de produits chimiques et aidera l’exploitant à évaluer sa position par rapport aux dernières mises à jour réglementaires. Atland fonctionne comme un ré-


seau. Un laboratoire, chargé d’une analyse de sol, peut y rentrer directement les résultats de ses études. Par ailleurs, un conseiller extérieur peut utiliser Atland pour donner des conseils. « Par exemple, lorsque le technicien d’une coopérative observe l’apparition d’une maladie sur une parcelle, il peut en informer l’exploitant en temps réel et lui envoyer un conseil », explique Cecile Seelinger, directrice générale de Maferme. Le progiciel peut renseigner aussi sur la situation économique de l’exploitation. Cécile Seelinger assure

qu’Atland dispose des standards de l’ergonomie informatique actuelle, comme les raccourcis, les historiques de consultation et les fameux « widgets » qui permettent à chacun de personnaliser les fonctions de l’application Atland fonctionne en « cloud » (nuage) ou « SaaS » (Software as a service).

Récompenses et trophées. L’association EuroCloud France a remis le trophée du « SaaS » 2010 à Maferme devant une cinquantaine d’autres prétendants La PME a également reçu le trophée de bronze d’Agriculture et Nouvelles Technologies 2010 au dernier salon de l’agriculture de Paris. Et enfin, Atland vient de recevoir le 1er prix du concours Géoportail 2010 dans la catégorie « Application professionnelle ». (J.Bouillé/RE)

Sommaire

Flash Région Aquitaine La Banque alimentaire du Béarn mobilise les entreprises locales La Banque alimentaire du Béarn mobilise les entreprises locales au sein du fonds Mouvement des entreprises  pour  une  solidarité  alimentaire (MESA). Ce fonds de dotation  vise  à  lever  des investissements et s’adresse aux entreprises  soucieuses  de  leur rôle social. Les quatre principaux fondateurs  sont  issus  des  domaines de l’alimentation ou de la santé : Alain SAINSOT, de la société pharmaceutique DBI et des LABORATOIRES FABRE d’Idron; Christian  PEES,  président  du GROUPE  EURALIS  de  Lescar; Jean  PHILIPPE,  patron  de  la CAISSE  REGIONALE  PYRENEES  GASCOGNE  du  CREDIT AGRICOLE, banque traditionnelle du  monde  agricole;  Jean  LAGUILHON, dirigeant des établissements LAGUILHON.

Béatex Prod le chapelier relève la tête Dernière fabrique de bérets made in France, BEATEX PROD (Oloron),  après  avoir  frôlé  la  faillite, connaît de très fortes perspectives de développement. Après sa reprise par Pierre LEMOINE, l’activité s’est diversifiée pour prendre des parts de marché dans le domaine du chapeau de mode. Pari osé et réussi : le savoir-faire, l’acquisition  de  nouvelles  machines grâce  à  des  investisseurs  in  extremis,  une  installation  outre-Atlantique  où  «  la  mode,  c’est  la France »… et des marchés militaires reconquis, il n’en fallait pas plus  pour  que  ce  fleuron  hautbéarnais soit relancé. Laser Operations LLC s’implante à Bordeaux Unitec La société américaine Laser Operations  LLC  ouvre  sa  première agence commerciale européenne sur la technopole Bordeaux Unitec. Spécialisée dans la conception, la fabrication et la commercialisation de composants lasers, elle souhaite,  avec cette implantation, renforcer sa présence sur le marché européen.  

Midi Pyrénées Haute Garonne : SNC-Lavallin démarre sur l’aérodrome Francazal Nouvelle  gestionnaire  de  l’aérodrome  de  Francazal,  la  société Snc-Lavalin démarre son activité sur l’ancienne base militaire. Dans un premier temps, les pistes vont accueillir les anciens clients de la base : les hélicoptères de la gendarmerie, les Transall du 1er régiment parachutiste et les avions de Météo  France.  Le  gestionnaire s’est engagé à assurer la reconversion  du  site  en  aéroport  d’affaires  et  à  l’entretenir,  ainsi  qu’à «générer  des  activités  économiques structurantes Lot : Cahors (appareillages électriques) s’implante en Afrique du Sud Le Groupe Cahors, fabricant d’appareillages  pour  la  distribution d’électricité, de gaz, d’eau et pour les télécommunications, vient de racheter une société sud-africaine qui démarrera en mars prochain la production de transformateurs de moyenne tension. Pour l’entreprise  il  s’agit  d’un  point  d’entrée

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Éco durable

dans le pays ainsi que sur le marché de l’Afrique australe. Il s’agit de  la  neuvième  implantation  du Groupe Cahors à l’étranger alors que  le  groupe  réalise  déjà  30% de ses ventes à l’exportation. L’effectif  total  de  l’entreprise  s’élève à 1900 personnes dont plus de la moitié en France.  Aveyron : un nouveau designer pour la coutellerie de laguiole. La coutellerie de Laguiole mise sur les grands designers, dans un marché de niche, pour asseoir son attractivité  économique.  La  prochaine signature sera d’Hilton Mac Connico, célèbre designer américain  installé  en  France  depuis 1965. Il a notamment fait des créations  pour  Yves  Saint  Laurent, Hermés. Thierry Moysset, gérant de l’entreprise, est aussi parti prenante du label «made in France» qui prévoit 25 % de produits fabriqués en France d’ici à 2015.

page 49 PA G E 4 1


DOSSIER

Éco durable

Ce document, conçu en mini dossier est un premier repérage des enjeux, des projets et de la diversité des réalisations engagées par les régions de France en matière de développement durable et d’éco-industrie.

importants et significatifs. Les exemples cités ici sont élaborés à partir des sources d’informations communiquées par les régions elles-mêmes, ou accessibles depuis différentes sources de notre rédaction.

Il ne veut (ni ne peut) être un catalogue exhaustif, ou une présentation hiérarchisée de la qualité ou de l’importance de ces réalisations. La sélection des expériences et témoignages présentés ici, n’a pour seul objectif que de tenter d’illustrer les champs très divers de l’engagement de nos régions en mentionnant les projets et réalisations les plus

Nous remercions par avance nos lecteurs de ne pas nous en tenir rigueur, si certaines réalisations ne figuraient pas dans ce panorama. Ce mini dossier se poursuivra, sous la même thématique, dans nos prochains numéros. Maxime PAULET

Développement durable :

régions en action !

dossier

Un peu d’histoire … Le concept dans l’Histoire : pourquoi le D.D ? À la fin des années 1960, les experts s’interrogent sur la pertinence des choix de développement économique adoptés au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. Le Club de Rome s’inquiète notamment des effets à long terme de la croissance sur l’environnement. En 1972, la conférence de Stockholm (Conférence des Nations unies sur l’environnement) souligne la nécessité d’un changement radical et préconise l’écodéveloppement comme nouveau rapport entre l’économie, le social et l’environnement. Ce nouveau concept impose de redéfinir les modèles occidentaux de production et de consommation, pour réduire les inégalités tout en respectant les limites écologiques de la planète. À la fin du XXe siècle, ce message peine encore à s’affirmer. En 1987, le rapport Brundtland définit le nouveau paradigme du développement durable : « Un mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. » Les attentes sociétales En 1992, vingt ans après la conférence de Stockholm, au Sommet de la Terre à Rio : la communauté internationale constate, le caractère non durable, en

 PA G E 4 2

termes d’environnement, du modèle économique dominant. L’« écodéveloppement » cède le pas au « développement durable » ; plutôt que de s’interroger sur les fondements de la croissance économique, on met l’accent sur la nécessité d’intégrer la préservation du capital social et naturel dans l’organisation de la production. Les attentes sociétales étaient au coeur de l’écodéveloppement, l’économie reste au centre du développement durable. Le Sommet accouche de trois grandes conventions : changement climatique, biodiversité et lutte contre la sécheresse et la désertification. Il est aussi proposé aux états, aux instances locales et aux institutions d’adopter un « Agenda 21 », ensemble de recommandations visant à mettre en oeuvre une politique de développement durable. La déclaration de Rio soulignera aussi, dans son Principe 22, le rôle déterminant que pourront jouer les collectivités territoriales dans la gestion de l’environnement et la promotion du développement durable, du fait de leur connaissance du milieu et des pratiques locales. Ce cycle s’achève en 2002, à Johannesburg, avec le Sommet mondial sur le développement durable, mais le bilan de cette réunion internationale restera pour le moins mitigé. Les participants quittent Johannesburg sans objectifs précis, et sans que les fonds nécessaires à l’action aient été alloués. Ce Sommet, sera pourtant le prélude à de nombreuses initiatives, et à un renforcement de la mobilisation pour tous ses acteurs à collaborer pour promouvoir un développement plus durable, plus responsable et plus solidaire.

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1


Les régions au cœur du développement durable

Des chiffres impressionnants !

Elles participeront au Grenelle de l’environnement et y apporteront leurs contributions. Les compétences dévolues aux régions leur permettent d’agir directement, notamment dans les champs des transports, de la formation ou en tant que maîtres d’ouvrage de bâtiments publics.

Maintenant que la société a intégré les exigences du développement durable, il faut mettre en adéquation les moyens financiers et l’organisation territoriale qui permettront à la France de répondre à l’impératif écologique en préservant son dynamisme économique.

Agriculture biologique en France

L’objectif est aussi d’aider à créer de nouveaux métiers, de nouvelles entreprises, de nouveaux emplois. Les régions ont même vocation à être chefs de file sur certains sujets comme les transports collectifs, les plans climat, les énergies nouvelles, la biodiversité… en lien avec les autres collectivités territoriales et les autres acteurs.

Mais quid du financement de ce « plan Marshall » écologique ? Quelles sont les ressources qui devront être mobilisées : 16 milliards d’euros pour les 1 000 kilomètres de tramway supplémentaires (hors Île-de-France) et 18 milliards pour l’extension des lignes TGV. Mais aussi 20 milliards pour la première tranche de travaux d’isolation dans l’habitat ancien et 8 milliards pour le développement des énergies renouvelables. Quelles que soient les suites du Grenelle, les régions sont aujourd’hui reconnues comme des acteurs majeurs du développement durable. (L.B/D.D).

DOSSIER

L’échelle régionale est une échelle pertinente géographiquement et institutionnellement, permettant de définir des politiques territoriales. Avec des préoccupations de développement économique et d’aménagement des territoires, et en prenant en compte les aspects environnementaux et sociaux, les régions interviennent dans d’autres champs, comme celui des énergies renouvelables. Dès décembre 2006 ces dernieres ont réaffirmé leur volonté d’agir dans ce sens lors de leur congrès à Dijon en, en adoptant à l’unanimité un « Manifeste du développement durable ».

Suite dans notre prochain numéro : l’Aquitaine

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Éco durable

PA G E 4 3


Biblio Manager  Nouveau magazine trimestriel : Midi gourmand Magazine des saveurs du Sud édité par le pôle éditions  de  Midi  Libre,  Midi  Gourmand  est  réalisé  par Didier Thomas-Radux, Christelle Zamora, des pigistes et des journalistes des rédactions de Midi Libre. Trimestriel, composé de 115 pages entièrement consacrées  aux  arts  culinaires  en  Languedoc-Roussillon et en Aveyron, propose de nombreux reportages, des rencontres insolites, une ribambelle de recettes, des rubriques fournies et surtout un carnet de bonnes adresses à nul autre pareil. Diffusé dans toute la région Languedoc-Roussillon et l’Aveyron depuis cet  été  seulement,  Midi  Gourmand  double  sa  périodicité  pour  sortir quatre fois par an. Entre les parutions, la rédaction a décidé de tenir son public en haleine avec ce blog où vous trouverez de petites et de grandes histoires du terroir et de la gastronomie. Le site :  www.midilibre.com

 Guide 2011 Rhône Alpes « Les acteurs du Management » 5 500 références, 2 600 décideurs nommés, 1 000 PDG, DG, directeurs régionaux, 800 DRH, 400 directeurs de la communication, 200 professionnels du management et de la gestion des RH, … L’outil indispensable des professionnels du management en Rhône-Alpes Pour commander : www.acteursdeleconomie.com



 La crise et nos territoires : premiers impacts C’est le rapport de Laurent Davezies commandé par l’AdCF et la Caisse des Dépôts (CDC), cette étude est accessible au format électronique en libre téléchargement sur le site Internetde l’AdCF. «L’analyse porte sur les 323 zones d’emploi (définition Insee 1994) de la province et sur l’Île-de-France considérée comme une seule et même zone d’emploi. Pour l’AdCF et la CDC, «les analyses présentées permettent de comprendre certains ressorts des économies locales et des territoires, de déceler  leurs  fragilités,  mais  aussi  les  amortisseurs  de  choc  dont  ils disposent, ainsi que les relais de croissance sur lesquels ils pourront fonder leurs stratégies de développement à long terme. De nombreuses cartes ou données statistiques leur permettront de se situer et de se comparer à d’autres territoires analogues». Le rapport : http://ht.ly/3pp45

Un guide pour les marchés publics Non, les  marchés  publics  ne  sont  pas  uniquement réservés aux grandes structures. Oui, les TPE/PME peuvent s’attaquer aux marchés publics Les CCI d’Alsace ont publié un guide pour inciter les entreprises à s’attaquer aux marchés publics, un potentiel de business important. Un guide de 27 pages foisonnant d’informations, d’outils et de conseils dédiés à la commande publique. Un vaste sujet traité à travers un guide synthétique et opérationnel, articulé autour de dix rubriques : les Fondamentaux, Ciblez vos marchés, Répondre à un marché public, Financez vos marchés... Déboulonner les idées reçues des chefs d’entreprise, démontrer que les marchés publics sont accessibles aux TPE et PME et montrer les bénéfices d’une telle démarche en terme d’image, de diversification de chiffre d’affaires et d’enrichissement de références. Un guide pour démystifier les marchés publics et donner aux PME et TPE des opportunités de croissance et de pérennité en se développant sur de nouveaux marchés Pour voir le guide cliquez ici (

Guide économique de Normandie : 21ème édition La Normandie expliquée sous le spectre de l’économique. Voici le pari un peu fou lancé il y a maintenait plus de 20 ans par ce qui était alors « l’agence PTC ». Aujourd’hui maison d’édition, l’ouvrage constitue l’un des fleurons de ses collections. Cette année encore, le Guide Economique de Normandie est édité (et imprimé en Normandie…) à 25 000 exemplaires. « Nous réalisons un véritable travail rédactionnel et d’analyse afin de présenter au mieux les secteurs qui composent notre territoire », détaille la rédactrice en chef du guide. Véritables marques de fabrique, les notices du Guide Economique mettent en avant les principales  caractéristiques  des  filières  régionales  et  permettent  une  présentation  chiffrée  de  notre  région.  Notons  également  que  pour  cette édition 2010, l’équipe rédactionnelle a fait le choix de mettre en avant les entreprises qui ont fait le choix d’investir et ainsi de se positionner résolument dans une logique de sortie de crise.





Rapport biennal 2010 « Indicateurs de sciences et de technologies » de l’Observatoire des Sciences et Techniques Il s’agit d’ un ouvrage de référence utilisé par les spécialistes depuis près de 20 ans. Il s’adresse également à tous ceux qui sont curieux de mieux connaître le paysage français et international de la recherche et de l’innovation, et d’en mesurer les évolutions. Une première version téléchargeable est disponible au format PDF (en version intégrale ou par partie) : 

PA G E 4 4

http://www.obs-ost.fr/fr/le-savoir-faire/etudes-en-ligne/travaux-2010/rapport-biennal-edition-2010.html> L’ouvrage est disponible en librairie ou directement chez l’éditeur (Economica) courant janvier 2011. L’édition 2010 présente des indicateurs S&T portant sur :· La France et ses  régions  (Partie  I),·  L’Europe,  ses  Etats-membres  et  ses  régions (Parties II),· Les grandes zones du monde et ses principaux acteurs économiques et scientifiques (Partie III). La rubrique « Regards sur…. » présente des éléments d’éclairage spécifiques (les publications scientifiques de l’Ile de France, la spécialisation  technologique des pays européens, l’internationalisation de la technologie  mesurée  par  les  brevets  en  co-inventions…)Le  Rapport  2010 compte  250  tableaux  d’indicateurs  commentés,  illustrés  par  plus  de 100 figures. Pour toute demande d’informations sur le Rapport de l’OST : contactR10@obs-ost.fr



Renouveler les espaces publics des stations littorales L’espace public est au cœur de l’offre d’une destination touristique. Il constitue davantage qu’un simple espace  de  déambulation  et  de  consommation  de services. Il représente la station dont il définit à la fois les caractéristiques fonctionnelles et paysagères. Dans  un  contexte  de  diversification  des  pratiques touristiques, les stations sont désormais soucieuses

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1


de s’adapter aux nouvelles demandes des clientèles, et ce à travers des produits nouveaux et des espaces réaménagés. Convaincu de l’importance de la qualité de ces espaces publics pour l’image des stations touristiques, ATOUT FRANCE a souhaité y consacrer un ouvrage.  Ce document s’adresse aux acteurs publics et privés de l’aménagement des stations du littoral et d’ailleurs : les gestionnaires de stations touristiques (élus, décideurs publics locaux et techniciens) et les acteurs du domaine de l’équipement, les professionnels du tourisme et de l’aménagement du territoire, les bureaux d’étude et cabinets de conseil en aménagement, les associations d’usagers…Cet ouvrage sera en vente : en version PDF au prix de 40 € TTC sur www.atout-france.fr En version papier au prix de 45 € TTC sur www.ladocumentationfrancaise.fr

 Intelligence Economique et collectivités territoriales Editions Ellipses – 2010 Auteurs : Rémy février – Patrice Raymond Des stratégies innovantes pour une meilleure valorisation des territoires Cet  ouvrage  constitue  véritablement  la  première  déclinaison de l’ Intelligence Economique à destination des collectivités territoriales. Simultanément tributaires de mutations sociétales majeures ainsi que d’un environnement économique et institutionnel de plus en plus complexe, ces dernières doivent inventer de nouveaux modes de valorisation de leurs territoires. Le contexte institutionnel et financier actuel des administrations publiques locales impose aux « décideurs de nouveaux impératifs conjuguant vision stratégique du développement, gestion opérationnelle des moyens et intérêt général. L’appropriation et l’adaptation des outils et concept de l’Intelligence Economique dans ses aspects défensifs (sécurité des systèmes d’information)  et  prospectifs  (appréhension  des  mutations,  veille,  influence, optimisation financière, etc.), offrent aux élus locaux, l’opportunité d’élaborer de nouvelles méthodes d’action à moindre coût, afin de relever les nouveaux défis qui s’imposent à eux. » Ce livre de 2010, tout nouvellement sorti, permet aux «rresponsables de collectivités et décideurs locaux soucieux de comprendre les mutations actuelles des collectivités locales mettre en place une véritable stratégie de valorisation des territoires. Divisé en deux grandes parties, le livre répond surtout aux besoins majeurs dans le domaine de la cybercriminalité En effet une grosse moitié, dont un bon tiers s’avérant très technique, est dédiée à cette discipline. Elle donne un contenu très défensif autour de la sécurité  des  systèmes  d’information  dans  les  collectivités  territoriales. Cette partie 1 traite de la détection des menaces pesant tant sur les Systèmes d’ Information (SI) que sur les élus à travers les risques juridiques encourus en cas de défaut de sécurisation du SI. La  deuxième  partie,plus  intéressante,  aborde  la  prospective.  Cette partie identifie les évolutions majeures touchant les collectivités territoriales et, par voie de conséquence, les mutations s’opérant dans l’évolution du rôle des élus. Il souligne bien la nécessaire adaptabilité de l’élu face aux nouvelles évolutions managériales devant un citoyen de plus en plus consommateur. L’aspect Intelligence Territoriale au service des élus locaux qui peut apporter des potentiels d’amélioration en donnant un contenu méthodologique et opérationnel à travers la définition d’un plan d’action stratégique de valorisation territoriale peut paraitre un peu court.

L’atout de ce livre réside dans sa structuration d’un triptyque «organisation  des  collectivités  territoriales/rapport  aux  citoyens/SI  (analyse Thierry Hau)

 Les contrats des collectivités locales Collection Classeurs avec mise à jour n°285 Un ouvrage de M Philippe Schmidt  et Mme Laure Thierry  N°1/ janvier 2011-  468 Pages ISBN13 : 978-2-35295-124-7 La matière des contrats des collectivités locales subit des évolutions majeures  du  fait  de  l’inventivité  des  pratiques  d’une  part  et,  d’autre part, du champ toujours plus important pris par la réglementation en ce domaine, au détriment sans doute de la liberté contractuelle.  Cet ouvrage a vocation : - à clarifier la matière par une présentation synthétique du régime de la passation et de l’exécution de ces contrats ; - à fournir un outil de référence en explorant chaque type de contrat ; - à procurer une aide aux praticiens à travers la fourniture de modèles d’actes et de contrats. Son objectif est également de donner des outils aux collectivités pour prévenir  les  risques  liés  à  ces  contrats.  Il  présente  tout  d’abord  les principes généraux. Il passe ensuite en revue les formes les plus usitées (marchés et délégations de service public, mandat divers, contrats avec les agents, contrats relatifs aux biens immobiliers, subventions, garanties d’emprunt). Alliant les règles et l’usage, il présente en appui une série de modèles de contrats dans ces différents domaines, que chaque collectivité pourra utiliser en les adaptant à sa propre situation. 

 Le guide du manager territorial – Faire plus avec moins 184 Pages – 69 euros Un ouvrage de M Laurent Boghossian janvier 2011  - 184 Pages – N° 666 À une époque où les réductions budgétaires sont légions et où le nombre de recrutements se réduit comme peau de chagrin, les collectivités locales et leurs managers sont désormais confrontés au défi suivant : fournir un meilleur service public avec des ressources en constante réduction. Ce « Guide du manager territorial » vous propose d’apprendre à créer une organisation auto-apprenante, de développer votre vision, de connaître vos propres valeurs ainsi que celles de vos agents, afin que, même si le budget ou le recrutement ne sont pas au rendez-vous, le service public soit quand même rendu. Être un bon manager, ce n’est pas prendre des décisions plaisantes pour tous. C’est juste prendre des décisions visant un intérêt général et en assumer les conséquences. Pour aller au bout du « faire plus avec moins », il faudra que les managers territoriaux fassent preuve de courage et de détermination. Ils devront prendre des risques, mais c’est à ce prix-là que pourront être injectés sens et motivation dans le cœur de leurs agents. Et vous, serez-vous prêt à prendre ces risques ? Cet ouvrage est là pour vous y aider. 

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Biblio Manager

PA G E 4 5


Régions

Alsace

relocalisation

DMC

retour au bercail alsacien

La PME de Mulhouse est désormais majoritairement détenue par des actionnaires alsaciens. DMC Arts du Fil (Mulhouse) redevient alsacien grâce à des investisseurs locaux qui ont racheté 43 % des parts à Krief Group qui avait lui-même racheté l’entreprise il y a environ 20mois . La PME de Mulhouse se porte plutôt bien. Elle est le leader mondial du fil à broder Financièrement, l’opération est limitée. Psychologiquement, son impact est fort : depuis 18 mois aux mains de son repreneur, Krief Group — dont on sait les déboires avec la SAIC Velcorex Concord — DMC est désormais détenu à 53 % par des actionnaires alsaciens : 10 % pour le management, 43 % pour des investisseurs régionaux dont Édouard Hubsch, Francis Muller et Thierry Bigler. Krief reste présent à hauteur de 47 %. Pour Dominique Poile, président de DMC (336 salariés), l’opération était prévue : « À l’origine, Krief avait 100 %, mais il était prévu qu’il tombe à 65 %, puis à 55 %, et donc cette fois 47 % en cédant ses parts aux actionnaires alsaciens et au management. Il ne s’agissait pas, en aucune façon, de le mettre en minorité mais de respecter un programme. » Louis Petiet, le patron de Krief, va-t-il demeurer chez DMC ? « Aujourd’hui, sa volonté est clairement de rester. » L’AGE de DMC a également choisi de

PA G E 4 6

renforcer le capital par l’incorporation de 4 M€ de réserves, pour le porter à 5 M€ et avec un solde de réserve de 1,7M€ « Une société qui fait 60 M€ de chiffre d’affaires avec un capital de 5 M€ et de 1,7 M€ de réserve, ce n’est pas complètement déraisonnable ! » Comment interpréter cette « renationalisation » alsacienne ? « DMC est historiquement mulhousien. On revient plus clairement à ces racines et le fait d’avoir à nos côtés des fonds d’investissements alsaciens témoigne de notre

d’euros) de réserves, portant ce capital à 5 M€. « Une société qui fait 60 M€ de chiffre d’affaires avec un capital de 5 M€, ce n’est pas complètement déraisonnable ! » A fortiori, si elle n’est pas endettée et, pour l’instant, autofinance sa croissance : en 2009 et 2010, le groupe devrait investir plus de 2,5 M€ dans son développement.

« On ne croit pas aux miracles ! »

Ce retour au bercail sanctionne un bilan économique effectivement prometteur. Les prévisions de chiffre d’affaires et de résultats pour le premier semestre sont officiellement en ligne avec le budget 2010 et en progression par rapport au premier semestre 2009. Les ventes devraient grimper de 57,1 M€ en 2009 à 61 M€ cette année. Les résultats qui sont de 6,6 M€ en 2009 devrait être supérieur à 7 M€ en 2010. Dominique Poile avec une de ses collaboratrices Les fonds propres atteidans l’usine mulhousienne. Photo Darek Szuster gnaient 8,3 M€ à fin avril, volonté de nous dé ployer à partir de devraient dépasser les 10 M€ en fin Mulhouse, qui restera le siège social et d’année le principal site de production. » Soit dit Surtout, note Dominique Poile, les en passant, l’assemblée générale exfonds propres atteignaient 8,3 M€ à fin traordinaire des actionnaires de DMC avril, soit le niveau prévu à fin juin, et hier, à Illzach, a également choisi de devraient dépasser les 10 M€ en fin renforcer le capital de la société en vod’année. À rapprocher des 6,6 M€ de tant l’incorporation de 4 M€ (millions résultat net enregistrés en 2009. « Rien

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1


n’est jamais acquis, mais on est en ligne avec notre tableau de marche qui prévoyait, la première année, de stabiliser le business avec une masse salariale moins élevée, puis, dans les 18 mois, de déployer des actions permettant de retrouver de la croissance. Certes, elle est modeste, mais on ne croit pas au miracle sur un marché aussi mature que le nôtre. » Dominique Poile a profité de l’assemblée générale pour rappeler l’ambition du groupe : à partir de sa position de leader mondial du fil à broder, se dévelop-

per dans deux nouveaux univers, la maison et la personne, pour étoffer l’of-

fre de l’entreprise dans le secteur du bien-être. Par le biais d’acquisitions et sous réserve de procéder avec mesure, en privilégiant des affaires de l’ordre de 2 M€ de chiffre d’affaires à raison d’une acquisition par an dès 2011 et durant les quatre prochaines années. Première étape, le rachat, courant 2009, de la marque Fillawant, spécialiste du ruban et de la société Charles Craft, spécialiste américain des toiles à broder. (RE/Jacques Prost http://goo.gl/nlkRb)

Les nouveaux bâtiments de DMC, de 1812, lithograhie d'après un dessin de J. Pedraglio en 1855.

quelques dates-repères de DMC 1850,

Un des  enfants  de  Jean  DOLLFUS  (1800-1887)  aurait  rapporté  d’un stage à Manchester, en Angleterre le «mercerisage»(cette version des faits pose débat : selon une autre source, le mercerisage aurait été introduit chez DMC par un certain Wilhem vers 1847 )Le mercerisage a été nventé par le chimiste John MERCER : plongé dans la soude caustique, le fil devient solide et brillant  La devise de DMC devient»D’un fil si fin, on tisse un grand ouvrage» (ou : d’un simple fil, une œuvre d’art est née).  Le fil de coton, rendu brillant par la mercerisation, peut concurrencer le fil de soie et les DOLLFUS décident de s’engager dans cette diversification et de produire industriellement du fil mercerisé pour ouvrages de dames.DMC crée la 1ère machine au monde à merceriser le fil. . DMC offre la plus grande gamme de fils au monde et compte 100 comptoirs à l’étranger. Le fil ne se vend à l’époque ni par bobine ni par échevette : des colporteurs débitent le fil à la demande de la cliente dans les villages  Jean DOLLFUS (1800-1887), dirigeant de l’entreprise et philanthrope, crée des Cités Ouvrières, qui serviront de modèles à celles qui seront construites  partout  par  la  suite.  Les  maisons  individuelles  (DMC  en construit 1.060 entre 1850 et 1885) sont vendues à crédit aux membres du personnel  L’affaire DESCAMPS se scinde en Auguste DESCAMPS et DESCAMPS L’AINÉ 

1855

DMC est déclarée Hors Concours à l’Exposition Universelle de Paris, et Jean DOLLFUS est nommé membre du jury

1856

L’affaire des KOECHLIN devient K.B.C. (KOECHLIN BAUMGARTNER & Cie), les usines d’impression à rouleaux emploient 5.000 personnes et acquièrent une réputation mondiale. En 1864, ils auront une médaille d’or à l’Exposition Universelle de Paris. 

1859

Achat de la 1ère machine à imprimer à 8 couleurs. Suppression du tissage à bras au profit du tissage mécanique

1884

Création à Dornac, rattaché à la ville de Mulhouse depuis 1914, des sociétés Th. de Dillmont, et Comptoir Alsacien de Broderie. La maison BRÜSTLEIN & Cie installe dans le bâtiment de Th. De Dillmont un atelier d’imprimerie, qui sera racheté par DMC en 1888 et deviendra en 1970 les Arts Graphiques DMC 

1886, Thérèse de DILLMONT (Theresa Maria Josefa DILLMANN VON DILLMONT), née le 28 octobre 1846, aristocrate viennoise, déjà membre de l’Académie de la Broderie de l’impératrice Marie-Thérèse, s’associe à Jean DOLLFUS. Elle fonde une école de broderie à Dornach, près de Mulhouse, avec le soutien de DMC. Elle est l’auteur d’une Encyclopédie des Ouvrages de Dames, de près de 800 pages, publiée en 1886 et vendue dans 17 pays, à 2 millions d’exemplaires 

1887

Décès de Jean DOLLFUS. Lui succèderont ses petits fils, comme Alfred ENGEL et F. ENGEL GROS (1843-1918), et le gendre de ce dernier E. DUVILLARD (1859-1918) 

1923

Transformation en Société Anonyme de droit français, et orientation de la production presque exclusivement sur le fil à coudre, les fils de coton, lin et soie pour broderie, tricot et crochet, sous la marque DMC 

1928

La société emploie 9.000 personnes et produit 6.500 tonnes de fils par an. Plus de 100 nouveaux comptoirs de vente, succursales, dépôts et agences seront établis, sur tous les continents

1949

Le capital de DMC dépasse le milliard de francs. KBC se redresse après la guerre, sous la direction de Hans STÖSSEL. Avec 18 Millions DM de chifrres d’affaires c’est la première société d’impression sur tissus en Europe 

ANNÉES 1950

Implantation en Amérique latine

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Régions

PA G E 4 7


Régions Franche Comté

histoire

Mini BabyBel

50 ans et 850 salariés

Un milliard de mini-fromages ronds sont consommés chaque année. Mais savez-vous où le dit petit fromage est produit ? 50 ans et 850 salariés L’entreprise jurassienne Bel s’est implantée à Évron il y a tout juste 50 ans. Depuis 1976, elle y produit le Mini Babybel..L’usine de production et de conditionnement d’Évron fêtait dernierement ses 50 ans. 90 salariés étaient employés dans les premiers locaux, en 1960. Deux produits y étaient alors conçus : les Babybel 200 g et les Bonbel. Le Mini Babybel voit le jour en 1976. Son poids - 20 g -, sa coquille de cire rouge et son goût en font progressivement l’une des cinq « marques coeur » du groupe Bel, avec la Vache qui rit, Boursin, Kiri et Leerdammer. L’entreprise évronnaise compte actuellement 850 salariés. Parmi les 700 embauchés en contrat à durée indéterminée, 400 travaillent en fabrication, 200 en emballage et une centaine en maintenance et dans les services administratifs. C’est le deuxième employeur privé de la commune, après les abattoirs Socopa. 1 milliard de Mini Babybel sort de ses lignes de production, chaque année. 650 000 litres de lait sont traités chaque jour pour créer, dans le même laps de temps, 4 à 5 millions de fromages. Le site expédie ainsi 400 tonnes de Mini Babybel nature, cheddar, chèvre et emmental - par semaine. Ces chiffres en font le site de production le plus important du groupe

Bel pour le Mini Babybel. « Évron est pôle excellence sur le Mini Babybel »,

Le Mini Babybel est un fromage dit de pâte pressée. Son affinage, débuté à l’usine, se poursuit sous sa coque de cire. Ici le Babybel rose, sponsor de l’équipe de France de Rugby

indique Gérard Pedeville, directeur de l’usine. Cela permet à l’usine évronnaise de transmettre son savoir-faire aux trois autres sites de production implantés à Sablé-surSarthe, aux États-Unis et en Slovaquie.

Son histoire

Mini Babybel® naît pour sa part en 1976 en France et fait sensation sur le marché du fromage. Le public

 PA G E 4 8

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

découvre Babybel® dans une nouvelle version miniature irrésistible qui peut se consommer à tout moment et en toute occasion. C’est un véritable pionnier qui crée un nouveau marché, celui des mini fromages, grâce à toutes ses qualités. Il prend rapidement son essor international. Aujourd’hui, Mini Babybel® est consommé dans de nombreux pays, et près des trois quarts des Mini Babybel® sont consommés hors de France. La gamme Mini Babybel® est partout adaptée aux spécificités locales. La famille Mini Babybel® ne cesse de s’agrandir depuis la création de la marque. En 1991, tout le bon goût de Mini Babybel est décliné en version allégée (deux fois moins de matière grasse) : Mini Babybel® Light rejoint la gamme. En 1997, un nouveau Mini Babybel® vient agrandir la famille, dans un premier temps au Royaume-Uni : le Mini Babybel® à l’Emmental qui est repérable grâce à sa coque jaune et dont le goût, délicatement fruité, convient à la fois aux petits et aux grands . À partir de 2000, les recettes à succès de Mini Babybel® sont déclinées en de multiples nouvelles versions : Mini Babybel® au Chèvre, Mini Babybel® au Cheddar, Mini Babybel® au Cheddar Light et Mini Babybel® Olives. À partir de 2006, Mini Babybel® continue d’innover sur certains marchés européens en lançant des variétés originales en éditions limitées qui se renouvellent tous les 6 mois : Mini Babybel® Brebis Olive, Tomate Basilic ou encore Gouda Cumin.


De la production à l’expédition Le site Bel d’Évron s’étend sur 8,5 ha. Il comprend le site de fabrication Évron 1. Les Mini Babybel en sortent par un conduit aérien long de 800 m. Ils sont alors conditionnés et expédiés dans le site annexe, Évron 2. Cette extension, ajoutée en 1999, a été réalisée sur un ancien site de Socopa. S’y ajoute, sur 1,5 ha, une station d’épuration. Le Mini Babybel est un fromage dit de pâte pressée. Son affinage, débuté à l’usine, se poursuit sous sa coque de cire. Chaque fromage est contrôlé visuellement par des opérateurs puis par des caméras qui contrôlent 12 fromages par seconde. Sur les procédés de fabri-

Chaque fromage est contrôlé visuellement par des opérateurs puis par des caméras qui contrôlent 12 fromages par seconde. Sur les procédés de fabrication, l’entreprise cultive l’art de la discrétion

les marques Mini Babybel et Vache qui rit, le groupe a recentré ses objectifs il y a trois ans. « Aux ÉtatsUnis et au Canada, notre expansion augmente de 30 % par an », détaille Antoine Fiévet, président directeur général du groupe Bel.

cation, l’entreprise cultive l’art de la discrétion.

Réalisé en 2009 par l’ensemble du groupe Bel. Difficile de savoir à quelle hauteur y participe le site mayennais. « Tous produits confondus, nous atteignons les 400 000 tonnes par an, ajoute Antoine Fiévet. Environ 22 000 tonnes sortent du site d’Évron. » Soit 18 % de la production globale du groupe.

35 % du marché en France Le Mini Babybel s’exporte, à 90 %, vers les pays européens : Allemagne, Grande-Bretagne, Belgique, Espagne... La France représente à elle seule 35 % du marché global du petit fromage rond. Présent sur le territoire américain avec

2,2 milliards de chiffres d’affaires

L’industrie fromagère tient sa pépite !

Sommaire

Flash Région BRETAGNE Une petite entreprise qui monte Début décembre, l’association Relais Habitat 22 a décerné le trophée de l’Habitat à l’entreprise coastarmoricaine Ty Coat.  Basée à Plestin-les-Grèves, cette jeune société propose des alternatives aux méthodes de construction traditionnelles, avec notamment sa dernière création : la maison écologique sur «technopieux», une forme de maison sur pilotis

CHAMPAGNE ARDENNE

HAUTE NORMANDIE

Gusiée se développe dans l’Aube

Palace Parfums : le bout du tunnel pour les salariées

Avec ses 80 salariés et un chiffre d’affaires jugé « stable » à 14 millions d’euros, l’industriel consolide son activité dans le département aubois avec une nouvelle unité de 6 000 mètres carrés à Romilly-sur-Seine, distante d’une vingtaine de kilomètres du premier site. Née d’un partenariat entre la métallerie Gusiée et CR Bâti, la nouvelle entreprise, appelée ACR Métal, produit depuis le début janvier des charpentes métalliques.

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Régions

Le Conseil des Prud’hommes de Dieppe en Seine-Maritime a donné raison le 31 décembre 2010, soit huit ans après le déménagement impromptu de leur usine, à 47 des 75 salariées de Palace Parfums qui exigeaient le paiement de leurs heures supplémentaires et de leurs heures de travail dissimulé. Calculés en fonction de chaque cas, les dédommagements vont de 10 000 à 20 000 euros, estime maître Marie-Pierre Ogel, l’avocate des plaignantes.

PA G E 4 9


Régions PACA

recrutement

Sophia Antipolis Careers

premier portail de recrutement interactif territorial www.sophiaantipolis-careers.com : un portail RH 2.0 sur-mesure pour répondre aux enjeux de développement des sociétés innovantes de la technopole azuréenne Sophia Antipolis a présenté récemment le portail de recrutement «www.sophiaantipolis-careers .com» à l’occasion du Salon européen des carrières de la recherche «Research» Co-créé par la start-up sophipolitaine MAC2C et la CCI de Nice Côte d’Azur, le site «www.sophiaantipoliscareers.com» est le portail officiel de recrutement et de stages de Sophia Antipolis. Ce portail permet aux directions RH des entreprises des secteurs IT et sciences du vivant de la technopole azuréenne de recruter de manière innovante et interactive. Ainsi les entrées en contact avec de nouveaux talents à travers le monde, s’en trouvent facilitées. Cette innovation répond aux enjeux de croissance et de renouvellement des compétences de Sophia Antipolis, bassin d’emploi leader dans les nouvelles technologies avec déjà plus de 30 000 profils hautement qualifiés.

maines des entreprises sophipolitaines, telles Amadeus, Sopra group, Virbac, Galderma, Supralog, SAP ainsi que de l’INRIA et des Laboratoires Genevrier. Son principe : offrir un service de diffusion en temps réel d’offres d’emploi et de stage sur mobiles tout en ajustant au plus près les compétences des candidats aux besoins spécifiques des entreprises. Il recense d’un côté une base de données employeurs, qui définissent de façon détaillée leurs critères de sélection et d’affinités pour la fonction requise et de l’autre, une base de données de candidats

Un portail de recrutement interactif et sur-mesure Il se concentre sur les besoins des secteurs des technologies de l’information, des télécommunications, de la biotechnologie et du secteur pharmaceutique. Il a été réalisé avec les Directions Ressources HuPA G E 5 0

Pierre Lafon, fondateur de MAC2C (à gauche) et Jean-Charles Amoroz étaient présents au titre de l'e-DRH en octobre à SAME 2010 à Sophia Antipolis. © Jean-Pierre Largillet,

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

ayant précisé, sans CV, sous forme de fiche, leurs qualifications professionnelles, personnelles et les postes qu’ils recherchent. Le système permet alors de diffuser en mode « push » (emails et SMS) et en temps réel, d’une part les offres d’emplois les plus pertinentes aux candidats, d’autre part les compétences les plus adaptées aux entreprises. Pierre Lafon, fondateur de MAC2C, témoigne : « cet outil offre un triple avantage : un anonymat préservé grâce au contact direct, un ciblage affiné qui évite la consultation d’offres d’emploi par des personnes aux profils inadéquats, et donc un gain de temps important pour les employeurs et les candidats ». Jean-Charles Amoroz, Responsable de ce projet à la CCI de Nice Côte d’Azur précise « Les compétences clés qui constituent le contenu du site, ont été définies avec les DRH et recruteurs des entreprises ; ce qui permet d’être en phase avec leurs vrais besoins » Grâce à ce portail RH 2.0, le territoire va pouvoir renforcer un vivier d’expertises en constante progression. Le site : www.sophiaantipolis-careers.com


A l’Aise Breizh :

success story

Bretagne

une story à la bigoudene À l’Aise Breizh, est une petite entreprise qui ne craint pas la crise. Cette PME morlaisienne n’en finit plus de grandir.

En 2006, le chiffre d’affaires d’A L’Aise Breizh atteint deux millions d’euros. Il progresse de 30% tous les ans. Plus de 200 000 pièces transitent chaque année, un flux qui permet à la société d’employer 17 personnes au siège et dans les boutiks. Après Morlaix, c’est Roscoff qui a ouvert en 2000, puis Quimper en 2001. Ont suivi Lorient, Vannes, Brest et Rennes. PLus recemment, Saint Martin des Champs, Lannion, Pont l’Abbé et Nantes ( mai09). Par ailleurs plus de 70 distributeurs mettent du ALB en rayon.

En 1996, lors d’une soirée de Bretons expatriés, Erwann Créac’h et son pote Xavier Richard, alias El Globos, refont le monde. L’un est intermittent du spectacle, l’autre est dessinateur. Les deux hommes se lancent un défi fou. . A l’époque, tout le monde vendait du Triskell ou du Genn Ha Du.» Erwann et Xavier prennent le parti de tourner l’imaginaire breton à la dérision et de faire marrer les Bretons en exagérant leurs travers, dont la bouteille. La Bretagne, ce n’est pas que ça. C’est aussi la culture, la fête, les bistrots. J’ai glissé à mon pote : pourquoi ne pas créer une gamme de tee-shirts qui pourrait illustrer ça ? » L’aventure commence. El Globos, qui bosse sur les Vieilles Charrues, souhaite conserver son statut de travailleur indépendant. Mais il sera le dessinateur attitré de la marque. Erwann, avec un petit emprunt achète une petite machine d’impression et se met à écumer les marchés bretons. « Au début, c’était compliqué car les banques ne voulaient pas suivre. Je ne pouvais pas ouvrir de magasins. Mon premier salaire, je l’ai eu au bout de 4 ans d’activité. » Mais l’homme a une nouvelle idée de génie. Il encadre ses tee-shirts et organise des vernissages « des arrosages plutôt ! » dans les bars. « On appelait ça la tournée générale car on faisait le tour de la Bretagne. C’était vraiment avantgardiste. » Tellement novateur que des journalistes parisiens, en vadrouille dans le coin, écrivent des papiers dans la

presse nationale. Aussitôt, l’entreprise décolle. Une story à la bigoudene

Depuis le chiffre d’affaires explose, Erwann implante des boutiques à Roscoff, Quimper, Lorient, Vannes, Brest, Rennes... Douze ans plus tard, À l’Aise Breiz surfe toujours sur la vague du succès. Leurs fringues se portent désormais jusqu’au bout du monde (RE/MP)

La marque, elle, naît en 1998 sous le coup de plume délirant d’El Globos. « Il a dessiné un Breton qui dormait dans un hamac suspendu entre deux menhirs. » Le fameux À l’Aise Breizh fait un carton. Dans la foulée, El Globos invente l’hermine et la bigoudène, devenue l’effigie de la marque. Entre les marchés, les festivals et la boutik, l’activité augmente de manière exponentielle. Pour Erwann qui travaille encore 6 mois de l’année comme technicien lumière à Paris, ça devient intenable. «Un jour, j’étais au Zenith, accroché à un harnais à 12m de hauteur et j’ai reçu une commande par téléphone. Là, je me suis dit qu’il fallait choisir !»

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Régions

PA G E 5 1


Régions Bretagne

international

Export :

la Chine premier partenaire de la Bretagne Au cours du premier semestre 2010, la Chine est devenue le premier partenaire de la Bretagne», annonçait récemment Anne-Marie Idrac, lors d’un déplacement en Cornouaille. Au cours du premier semestre, les exportations françaises ont progressé de 10%. Dans le même temps,elles augmentaient de 13% en Bretagne. Madame Idrac se rendait récemment chez Tuffigo-Rapidex (Saint-Evarzec) qui réalise 35% de son chiffre d’affaires à l’export, notamment vers la Russie et la Chine. Elle s’était précédemment rendue aux chantiers Piriou de Concarneau. Le chantier qui produit à 25% pour l’export, réalise la moitié de son chiffre d’affaires à l’étranger. Le PIB chinois a crû de +10% en moyenne pendant les 10 dernières années et s’est maintenu à +8,7% en 2009 malgré la crise. Côté consommation, celle des ménages a augmenté de 10% en 2006, selon la Banque Mondiale. Avec de tels résultats, l’Empire du Milieu attire et constitue un important partenaire économique pour la Bretagne. En 2008, il représentait à lui seul 10% des importations bretonnes, pour un montant annuel de 862 millions d’euros et 1,47% de ses exportations avec 174 millions d’euros. La Chine se placait ainsi au 2e rang des importations régionales et au 12e rang pour ce qui est des exportations. Le matériel électronique tient une bonne place dans ces échanges puisque ce secteur représentait 45% de l’import et 20% de l’export. Viennent ensuite l’agroalimentaire avec 30% des exportations et le textile avec 15% des

importations. Travailler avec les chinois : prendre le temps de se comprendre « Pour travailler avec les Chinois, il est tout d’abord essentiel de prendre le temps de s’approprier leurs schémas de pensée. Vous pourrez ensuite adapter vos propositions à leurs priorités et à leurs politiques,

Pour travailler avec les Chinois, il est tout d’abord essentiel de prendre le temps de s’approprier leurs schémas de pensée.

Il semblerait donc qu’avec le temps la coopération économique progresse, renforcée par l’adoption au niveau national de protocoles sanitaires et de formalités douanières de moins en moins contraignantes. Des entreprises bretonnes se sont d’ailleurs bien implantées dans la province du Shandong et y exportent leur savoir-faire.

si, bien sûr, cela va dans le sens de vos intérêts. C’est ce que nous avons réussi à faire pour Airbus en augmentant la part de marché de 9% à 50% en 3 ans,» affirme JeanMichel Bellier. Ce dernier parle couramment le Chinois Mandarin et travaille avec la Chine depuis les années 70 (Elf, Airbus pour lequel il a créé une filiale, et enfin pour BAE Systems, premier groupe de défense européen) Et pour bien comprendre ses partenaires chinois, la seule solution selon lui est« de passer beaucoup de temps avec eux et de

 PA G E 5 2

rentrer en intimité. Ils finissent par expliquer des choses qu’on aurait mis des mois à comprendre seul ». Passer du temps avec ses partenaires chinois permet aussi de créer une relation amicale, condition sine qua non aux relations commerciales. C’est pour cela que le contrat signé, qui a tant d’importance aux yeux des Français, n’a pas beaucoup de valeur en Chine. La parole donnée compte plus.

Sommaire

FRANCE TERRITOIRES ET ENTREPRISES NUMÉRO 1

Quelques exemples : Agroalimentaire Sur le plan économique, la coopération s’est en priorité développée dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage. La société bretonne Evialis (alimentation animale), ins-


tallÊe dans le Shandong depuis 1994, a ouvert une unitÊ de production moderne près de la ville de Qingdao dÊbut 2008. On peut citer Êgalement la sociÊtÊ bretonne Eurolap (gÊnÊtique lapine) qui a montÊ une sociÊtÊ de joint-venture agents avec Des la sociÊtÊ chinoisegÊnÊraux Kangda.

Gestion des ressources et proNautisme tection de lâ&#x20AC;&#x2122;environnement La coopĂŠration se dĂŠveloppe aussi Un nouvel espace de travail et de dans la filière nautique, avec nocoopĂŠration sâ&#x20AC;&#x2122;ouvre entre la Bretamment pour objectif dâ&#x20AC;&#x2122;aider la fitagne et le Shandong : celui de lière de la province chinoise Ă se lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠconomie des ressources (ĂŠnerstructurer en favorisant lâ&#x20AC;&#x2122;importagie, eau, foncier) et de la protection tion dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠquipements nautiques. Pluaulâ&#x20AC;&#x2122;environnement. service deLalâ&#x20AC;&#x2122;entreprise de croissance sieurs PME bretonnes ont cherchĂŠ ĂŠconomique très rapide de la Chine et trouvĂŠ des dĂŠbouchĂŠs pour leurs 9.1-#/5#5+0/-0%#-'#6%<63&6&=1#35'.'/5 a provoquĂŠ des pollutions et une produits en Chine, via la Province 9'4&0.#+/'4&'%0.1=5'/%'3'%0//644463#/%'&'43+426'4+/&6453+'-4&'4 du Shandong, comme Plastimo pression sur les ressources aux-055'#650.0$+-' (Lorient - compas), Bic Sport quelles les autoritĂŠs et entreprises '410/4#$+-+5=%+7+-''5130('44+0//'--' (Vannes - kayaks et planches Ă  du Shandong entendent sâ&#x20AC;&#x2122;attaquer. voile). Lâ&#x20AC;&#x2122;expĂŠrience '45+0/&'44+/+453'4&=-=)6='#6%#$+/'5 de la Bretagne, noLa Bretagne semble montrer la voie tamment dans"04130,'54&#4463#/%'4'/ *%*30/0 la gestion intĂŠgrĂŠe www.axa.fr dans les relations franco-ĂŠconodes zones cĂ´tières, intĂŠresse tout particulièrement son partenaire chimiques sino françaises. nois. (M.Paulet)

Agence S. CHENE & A. ROBERT Ă Blois

PROTECTION FINANCIĂ&#x2C6;RE

36'&6>3'3055+'3    '&'8!=-    #8   

 .#+-#)'/%'%*'/'30$'35#8#(3

ď&#x192;&#x203A;

   

vivre confiant Sommaire

Câ&#x20AC;&#x2122;est plus facile quand on est accompagnĂŠ

CIL PASS

mobilitĂŠ 02 47 47 03 20 / WWW.EFIL.FR / 20070324

> > >

ď&#x192;Ź

ÂŽ

recherche et prĂŠsĂŠlection de logement visite des logements retenus avec le salariĂŠ assistance Ă la signature du bail et Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;installation Prestation prise en charge par la subvention de 3 200 e â&#x20AC;&#x153;AIDE MOBILI-PASSÂŽâ&#x20AC;? accordĂŠe Ă  tout salariĂŠ en mobilitĂŠ professionnelle dâ&#x20AC;&#x2122;une entreprise adhĂŠrente au 1% logement.

www.cil-valdeloire.com

Contact : Christine HAIE - TĂŠl. 02 47 05 08 89 - christine.haie@cil-valdeloire.com Tours : 15 place Michelet - BP 31615 - 37016 TOURS Cedex 1 - TĂŠl. 02 47 05 62 86 Blois : Maison des Entreprises - 16 rue de la VallĂŠe Maillard - 41018 Blois Cedex - TĂŠl : 02 54 44 64 45

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M Ă&#x2030; R O 1

RĂŠgions

CIL-PASS mobilitĂŠÂŽ et AIDE MOBILI-PASSÂŽ sont des marques dĂŠposĂŠes pour le compte du 1% logement

Pour la mobilitĂŠ professionnelle de vos salariĂŠs

PA G E 5 3


Régions Bretagne

Régions :

emploi

conséquences de la crise sur l’emploi La crise économique a davantage touché les régions du Nord-Est en termes d’emploi, et principalement les régions industrielles. Les régions du Sud, dont l’activité est orientée vers le tertiaire, ont été les plus préservées. Le Poitou-Charentes, RhôneAlpes, la Bretagne et les Pays de la Loire, jusque-là dans une dynamique positive, n’ont pas pour autant été épargnés par la crise.(Extraits –article INSEE Première Mai 2010) Les régions du Nord-Est, comme la Franche-Comté, la Lorraine, la Picardie, la Champagne-Ardenne et la Bourgogne sont celles qui ont le plus perdu d’emplois avec la crise : la perte d’emplois a été supérieure à 5 % entre le début 2008 et la fin 2009. À l’opposé, les régions du Sud comme le Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, ProvenceAlpes - Côte d’Azur (Paca) et l’Aquitaine ont moins souffert de la crise que les autres régions : 2 % à 3 % d’emplois ont été perdus. Ces régions étaient auparavant dans une dynamique très positive. Signes de fragilité dans certaines régions en croissance Entre début 2008 et fin 2009, le Poitou- Charentes, Rhône-Alpes, la Bretagne et les Pays de la Loire ont perdu entre 3,4 % et 5 % de leurs emplois. Ces régions avaient pourtant connu entre 2002 et 2006 une croissance de l’emploi plus rapide (+ 2,6 %) que la moyenne nationale (+ 1,5 %). .

marchands ont été plus touchés en Île-de-France que dans les autres régions : respectivement 16 % et 37 % des pertes d’emplois concernent ces secteurs. Un quart des emplois perdus en Île-deFrance se situent quant à eux dans l’industrie… Régions industrielles : plus exposées

Île-de-France : impact modéré de la crise Avec une baisse de l’emploi de 2,7 % entre le début 2008 et la fin 2009, soit un point de moins que la moyenne nationale, l’Île-de-France a mieux résisté à la crise que ce que l’on aurait pu anticiper. Entre 2008 et 2009, 115 000 emplois ont été perdus dans cette région, soit 20 % des pertes nettes d’emplois sur la période en France, alors que l’Îlede-France représente 25 % des emplois salariés marchands fin 2009. Le commerce et les services

 PA G E 5 4

Sommaire

F R A N C E T E R R I TO I R E S E T E N T R E P R I S E S N U M É R O 1

Entre le1er trimestre 2008 et le 4e trimestre 2009, 600 000 emplois du secteur marchand ont été perdus en France, dont 240 000 emplois dans l’industrie (hors intérim) et 180 000 emplois intérimaires. Parmi ces emplois intérimaires perdus, 63 % se situaient dans l’industrie. Les régions industrielles ont été parmi les plus touchées par la crise. La Franche-Comté, laChampagne-Ardenne, la Picardie, l’Auvergne, l’Alsace, la Haute- Normandie, la Lorraine, les Pays de la Loire, la Bourgogne, la Basse-Normandie et le Centre ont perdu 340 000 emplois industriels depuis 2002, dont un tiers pendant la seule période 2008-2009. (Stève Lacroix, division Statistiques régionales (INSEE)


FRANCE TERRITOIRES ET ENTREPRISES  

Le premier magazine de l'économie territoriale

Advertisement