Issuu on Google+

100% info

Journal du Grand Alès en Cévennes octobre 2008 - n°75

DOTATIONS DE L’ÉTAT hôpital L’intérieur du bâtiment prend forme. (p.5)

Le Grand Alès, re 1 agglomération de France

formation Le 1er centre d’assistants gériatriques ouvre à Alès. (p.7)

biotech MAbgène a dix ans et tous les voyants au vert. (p.9)

volley-ball Le CAC VB entame sa saison en Pro A. (p.12)

pages 15 à 17


a c t u a l i t é

Maurice Viala est le nouveau maire de Bagard ECHOS

PHILIPPE PORTAL, NOUVEAU SOUS-PRÉFET

La nomination officielle a eu lieu le 16 septembre : Philippe Portal succède à Stéphane Guyon comme souspréfet d’Alès. Titulaire d’une licence en droit, d’une maîtrise en sciences politiques et ancien élève de l’ENA, Philippe Portal a fait ses premières armes au ministère de l’Intérieur en qualité de chef de bureau. Il a ensuite été directeur de cabinet du préfet de la région Aquitaine (1995), sous-préfet de Condom (1996), secrétaire général de la préfecture de l’Yonne (1999) et directeur adjoint dans un cabinet du ministère de la Fonction publique et de la Réforme de l’État (2002). Depuis fin 2005, Philippe Portal occupait la fonction de directeur de cabinet du préfet de Seine-et-Marne. Il a pris ses fonctions à Alès fin septembre.

ÉLECTIONS C.N.R.A.C.L. Afin de procéder au renouvellement du conseil d’administration de la Caisse Nationale de Retraite des Agents des Collectivités Locales (C.N.R.AC.L.), les fonctionnaires territoriaux actifs et retraités sont appelés à voter par correspondance. Les listes des fonctionnaires territoriaux de la Ville d’Alès, de la Communauté d’agglomération du Grand Alès et du Centre Communal d’Action Sociale, ainsi que celles des fonctionnaires territoriaux retraités domiciliés à Alès, sont disponibles à l’accueil de l’Hôtel de ville d’Alès. Votes uniquement par correspondance. Clôture du scrutin le 2 décembre 2008 à 18h.

2

À 60 ans, ce Bagardois succède à Jean-Claude Zanazzo, décédé brutalement le 13 août dernier. Réélu au mois de mars dernier, il occupait le poste de 5e adjoint. De là à être propulsé maire de la commune… « C’est une fonction à temps plein qui nécessite beaucoup d’engagement personnel. Étant à la retraite, il me tenait à cœur de mettre mon temps disponible au profit de la collectivité. » Une fois le maire élu, le conseil municipal a procédé à l’élection de ses cinq adjoints : Gilbert Gache, Annie Mazy, Daniel Maurin, Marianne Van Welden et Roger Berenguel.

Dans la concertation

> Maurice Viala (au centre), le nouveau maire de Bagard, et ses cinq adjoints.

«

j

e me félicite que nous restions unis pour poursuivre tous les projets initiés par Jean-Claude. » Élu à l’unanimité vendredi 19 septembre au soir (17 voix pour et 2 bulletins blancs), Maurice Viala était ému. Le Conseil municipal s’était réuni pour désigner le successeur de Jean-Claude Zanazzo. Une transition peu évidente : « J’occupe son bureau, je réouvre ses dossiers… Beaucoup de souvenirs remontent à la surface, mais il faut bien que la vie de Bagard continue. »

Conseiller municipal depuis 7 ans Retraité d’une carrière d’officier dans l’Armée de l’air où il occupait une place de comptable, Maurice Viala s’est plongé dans la vie politique de son village natal en 2001. Alors présent sur la liste de Jean-Claude Zanazzo, il effectua un premier mandat en tant que conseiller municipal délégué à la Communauté d’agglomération du Grand Alès, de 2001 à 2008.

Pour clôturer la séance, Maurice Viala a appelé les conseillers municipaux à se mettre au travail : « Il faut conserver l’unité de l’équipe. Je ne suis pas là pour tout bouleverser. Les décisions continueront de se prendre dans la concertation. » L’agrandissement de la mairie, du foyer et de l’école de musique sont les dossiers prioritaires qui aboutiront cette année. Les élus se penchent également dès à présent sur le projet de doublement de la station d’épuration de la commune d’ici 2009 (avec le soutien du Grand Alès) et poursuivent le programme de rénovation du temple qui fêtera ses 150 ans l’an prochain. La demande d’agrandissement de la carrière de Bagard et l’éventuel agrandissement de l’école sont deux autres dossiers délicats qui seront suivis par la nouvelle municipalité. ●

La résidence “Les Camélias” ne fermera pas Cet établissement pour personnes âgées dépendantes gardera ses 28 résidents en centre-ville d’Alès. Récit d’un imbroglio qui se termine bien.

a

u mois de septembre, les 28 résidents des Camélias, Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), ont connu quelques nuits blanches. Afin de répondre à une demande d’économies drastiques du Conseil général du Gard, la direction de l’hôpital avait envisagé de fermer cette structure ouverte en 1997. C’est en effet le Conseil général qui détermine le nombre de lits en EHPAD dans le département et qui les finance. Or, les services départementaux souhaitaient que l’hôpital d’Alès économise un million d’euros sur les différentes maisons de retraite et les 270 lits qu’il gère sur le bassin alésien. Le directeur de l’hôpital avait donc porté son choix sur la résidence “Les Camélias” pour deux raisons : primo, c’est dorénavant la plus ancienne maison de retraite de l’hôpital 1 ; secundo, c’est celle qui génère le plus de déficit en raison de son faible nombre de chambres.

Un établissement très apprécié Evidemment, la nouvelle a fait grand bruit à Alès et surpris tout le monde. Max Roustan, maire de la ville et président du conseil d’administration

de l’hôpital, a immédiatement fait savoir qu’il était hors de question de fermer “Les Camélias”, un établissement familial très apprécié en plein centre-ville d’Alès.

Six mois de réflexion Une réunion entre la direction de l’hôpital, les services du Conseil général et la Direction des affaires sanitaires et sociales a confirmé, le 12 septembre, cette décision de maintien de la structure. Les acteurs de ce dossier se donnent désormais six mois de réflexion pour réorganiser l’accueil des personnes dépendantes sur le bassin d’Alès. « Nous sommes dorénavant face à deux solutions, indique le député-maire d’Alès. Soit le Conseil général maintient sa dotation pour les EHPAD et nous gardons le statu quo. Soit il nous manque un million d’euros et nous ferons en sorte de transformer cet EHPAD en une résidence de personnes âgées ». Des contacts avec des repreneurs ont déjà été pris à cet effet. ● 1 – En 2006, deux maisons de retraite flambant neuves ont en effet ouvert leurs portes à Bagard et au Rieu. Une autre vient d’ouvrir à Rousson.

> Les “Camélias” ont ouvert en 1997 en centreville d'Alès.


a c t u a l i t é

Le centre nautique “Le Toboggan” accueille 21000 nageurs par mois Depuis la rentrée, les heures d’ouverture ont été rallongées et le nombre de cours a augmenté. Avec des tarifs qui restent inchangés. individuelle est fixée à 3 €, elle coûte en réalité 7,80 €. « La Communauté d’agglomération prend donc à sa charge 61,5 % du coût réel afin de favoriser l’accès pour tous » rappelle Max Roustan, président du Grand Alès.

SÉNATORIALES

3 SÉNATEURS ÉLUS DANS LE GARD Lors des élections sénatoriales du 21 septembre, 1 697 grands électeurs gardois ont choisi de porter au Palais du Luxembourg Simon Sutour (PS), sénateur sortant, Françoise Laurent-Perrigot (PS) et Jean-Paul Fournier (UMP). Au second tour, Simon Sutour a été élu avec 864 voix (53,37 %), Françoise Laurent-Perrigot avec 763 voix (47,13 %) et Jean-Paul Fournier avec 714 voix (44,1 %). Ce résultat témoigne d'un rééquilibrage politique dans le département puisque la droite obtient l'un des trois sièges en jeu. Max Roustan a échoué de peu dans sa première tentative de rentrer au Sénat. Il a terminé en 4e position, à seulement 16 voix de Jean-Paul Fournier, 3e sénateur élu. « C’est une demivictoire, analysait le député-maire d’Alès. Jean-Paul Fournier est tout de même élu au Sénat. Un sénateur et un député ne seront pas de trop à Paris pour défendre l’Interscot Alès-Nîmes et nos projets de territoire ».

54 cours par semaine

> 250 enfants sont inscrits dans les cours du centre nautique. Une fréquentation en hausse de 25 % par rapport à 2007.

170500

entrées ont été comptabilisées en 2007 et, sur la période de janvier à août 2008, la barre des 167 800 nageurs a été dépassée. « Depuis son ouverture en avril 2006, cet équipement répond visiblement à la demande des Grand-Alésiens, commente Yann Faure, directeur du Toboggan. Une fois la découverte passée, la fréquentation est encore en hausse et touche à la fois le grand public, les scolaires et le secteur associatif ». Sur la même période, entre 2007 et 2008, le centre nautique enregistre en effet une augmentation de 10 % des

entrées du grand public, 11 % pour les écoles et 5 % pour les associations.

Des tarifs attractifs Il faut dire que la structure a de nombreux atouts pour séduire : le bassin ludique équipé d’un toboggan de 35 mètres ne désemplit pas. Le bassin de compétition de 25x25 mètres dispose en permanence de cinq lignes d’eau réservées au public. Les nageurs profitent donc d’un équipement moderne avec, de surcroît, des tarifs attractifs : en effet, si l’entrée adulte

Le Markethon repart le 16 octobre

l

e 16 octobre, tous les demandeurs d’emploi volontaires du Grand Alès prospecteront les entreprises du territoire en quête de promesses d’emploi. L’opération donne des résultats probants : 65 promesses d’emploi ont été collectées l’an dernier. C’est la raison pour laquelle la Ville d’Alès et le CCAS, sous l’impulsion du Comité de développement économique régional (COMIDER), reconduisent l’événement sur le Grand Alès pour une 17e édition. Le principe est simple : tout demandeur d’emploi qui le souhaite peut participer gratuitement à cette journée de recherche d’emploi. Près de 500 entreprises de toutes tailles de la Communauté d’agglomération seront visitées par des groupes de trois à cinq Markethoniens. « Le fait d’être en équipe leur donne une confiance supplémentaire, explique Laure Tichet, responsable de l’insertion au CCAS d’Alès. Les promesses d’emploi récoltées sont ensuite mises en commun à la fin de la journée. C’est une action collective et solidaire. » ●

Pour satisfaire le plus grand nombre, “Le Toboggan” est ouvert au public tous les jours, y compris les dimanches et jours fériés. Depuis la rentrée, six heures d’ouverture supplémentaires par semaine sont proposées. Face à la demande croissante des usagers, des cours de gymnastique aquatique ont été rajoutés : « Plus de 400 personnes sont inscrites. Cela représente 20 % de pratiquants en plus par rapport à 2007 » indique Yann Faure. Les cours pour les enfants connaissent eux aussi un succès fou. Ils sont 250 à y participer cette année, soit 25 % de mieux qu’en 2007. Au final, avec les activités d’éveil, d’aquaphobie et les leçons pour adultes, le centre nautique dispense 54 cours par semaine depuis septembre, contre 37 auparavant. « Il y a un investissement total des agents du Toboggan qu’il faut saluer. » ●

Centre nautique “Le Toboggan” Quai du Gardon, 30100 Alès tél. 04 66 91 20 70 • Horaires : lundi, mardi et vendredi : 8h30-13h30 et 16h30-19h30 / mercredi : 14h30-21h30 / jeudi : 8h30-13h30 / samedi : 13h30-18h30 / dimanche et jours fériés : 9h30-12h30 et 14h30-18h30. • Tarifs : 3 € (2,40 € pour les 4-17 ans et 1,20 € pour les chômeurs et Rmistes)

Des baptêmes de piste avec Passion et Partage Les 8 et 9 novembre, l’association Passion et Partage organise la 6e édition de sa manifestation phare en faveur de l’enfance handicapée. Des baptêmes à bord de véhicules de sport, de prestige et de course seront proposés sur la piste vitesse du Pôle Mécanique. Une centaine de véhicules prestigieux sera accessible aux enfants, aux amateurs de sensations fortes et aux passionnés de sports mécaniques, de 9h à 12h et de 14h à 17h. ● Entrée : 2 € (gratuit pour les moins de 12 ans et les handicapés) - Baptêmes de piste : 15 € tél. 06 80 02 50 25 - www.passion-partage.com

> En 2007, 61 markethoniens ont décroché 65 promesses d’emploi auprès de 48 entreprises du bassin alésien.

Départ à 8h de la Mairie d’Alès. Inscriptions les 13, 14 et 15 octobre au CCAS d’Alès, Maison des Solidarités, 5, rue Baronnie, de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h. tél. 04 66 54 23 20 3


h a b i t a t

Le nouveau conseil d’administration de “Logis Cévenols” est en place Max Roustan a été reconduit à la présidence de l’Office Public de l’Habitat du Grand Alès. Avec un programme d’actions chargé. l’agglomération (Saint-Jean-du-Pin) et au-delà (Saint-Privat-de-Champclos, Vialas). « L’Office se veut ainsi un partenaire privilégié des collectivités territoriales qui souhaitent construire des logements sociaux de haute qualité environnementale » insiste Max Roustan. Pour chaque projet, c’est un partenariat qui s’engage avec les élus, depuis la définition du programme jusqu’à la mise en service. « Nos objectifs consistent à développer l’offre de logements sociaux de qualité, et à proposer une meilleure qualité de service aux locataires » a conclu le vice-président Jacques Foulquier. ●

Numéro Vert Pour toute demande à “Logis Cévenols”, vous pouvez appeler le Numéro Vert (gratuit). L’accueil téléphonique est ouvert du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h. 0 800 306 546

1 – Agence Nationale de la Rénovation Urbaine.

> Le nouveau conseil d’administration doit gérer 5 400 logements, 160 commerces et 2 foyers.

l

ODEUR DE GAZ Dès que vous sentez une odeur de gaz naturel, il faut intervenir. Les bons réflexes : • ventiler la pièce en ouvrant portes et fenêtres, • ne provoquer ni flamme ni étincelle et ne pas utiliser d’appareils électriques. Pour éviter de créer une étincelle : • ne pas utiliser le téléphone, l’ascenseur, un interrupteur électrique ou une sonnette, • ne pas faire fonctionner d’appareil électroménager, • ne pas allumer ni éteindre une lampe de poche. Si l’odeur vient de l’extérieur (cage d’escalier, cave, rue, …), alertez les pompiers à l’aide d’un téléphone situé hors de la zone concernée. Allo, GDF ? En cas de problème, la meilleure solution consiste à appeler Gaz de France, où un service dépannage est à votre disposition 24h/24 et 7j/7. Ce service intervient gratuitement et dans les meilleurs délais en cas de fuite ou d’odeur de gaz :

0 810 433 030

4

a dernière élection datait de février 2006. Le 11 septembre 2008, “Logis Cévenols” s’est doté, en tant qu’Office Public de l’Habitat du Grand Alès, d’un nouveau conseil d’administration. Max Roustan, déjà président du précédent conseil, a été réélu, avec Jacques Foulquier pour vice-président. Lors de la mise en place du nouveau conseil, Max Roustan a salué les réalisations récentes de “Logis Cévenols”, notamment sa campagne de modernisation du parc d’ascenseurs et ses efforts pour construire des logements sociaux « malgré les lourdeurs administratives et les recours engagés contre des permis de construire ». Parmi les actions à mener, celles de la rénovation urbaine des quartiers des Prés-Saint-Jean et des Cévennes vont « passer

à la vitesse supérieure » avec la signature de la convention avec l’ANRU 1 prévue fin octobre (tous les détails dans notre prochaine édition).

Un acteur majeur de l’habitat social sur les Cévennes Mais Max Roustan a surtout insisté sur le positionnement stratégique de “Logis Cévenols”. « L’Office Public de l’Habitat doit devenir un acteur majeur du développement de l’habitat social sur le Grand Alès, sur le Pays Cévennes et même sur le vaste territoire formé par l’association des deux Scot d’Alès et de Nîmes » a-t-il indiqué. Depuis deux ans, l’Office de l’Habitat du Grand Alès mène en effet des programmes de construction et de rénovation sur

Un conseil de 23 membres Max Roustan, président, Jacques Foulquier, viceprésident, Danièle Gauthier, Antonia Carillo, Guy Marrot, Jean-Marc Serodes, Bernard Hillaire, Serge Donadille, Eliane Carabin, Marc Bavard, Daniel Canal, Christiane Courtin, Jean-Claude Auribault, Guy Sugier, Abdennour Behlouli, Albert Bost, Michel Vindry, Simone Machon, Roger Mayali, Claude Sayag, Claude Spinello, Celia Nasri et Jean-Robert Amate. 14 membres du conseil ont été désignés par la Communauté d’agglomération du Grand Alès, 1 par l’UDAF, 1 par la CAF, 1 par les collecteurs 1 %, 4 par les locataires et 2 par les organisations syndicales. Outre ces 23 membres de plein pouvoir, 4 personnes ont des voix consultatives : le directeur général, le préfet ou son représentant, le commissaire aux comptes et – c’est nouveau – le représentant du comité d’entreprise, Arnold Bargeton. ●

Des toits tout neufs à Diderot et aux Promelles Vétustes, les toitures seront entièrement reprises sur ces quatre bâtiments.

a

ux Prés-Saint-Jean, l’immeuble qui abritait, face au collège Diderot, les anciens logements des instituteurs a été réaménagé récemment par “Logis Cévenols”, qui y a réalisé 9 logements sociaux. La toiture du bâtiment était cependant dans un triste état et nécessitait une rénovation totale, les deux appartements du haut subissant notamment des fuites d’eau. Les travaux ont commencé fin septembre sur ce toit d’une surface de 200 m2 : toutes les tuiles seront changées et le chantier s’achèvera fin octobre.

Les Promelles servies à la suite Dans la foulée, les toitures de trois bâtiments de la cité des Promelles seront refaites (810 m2 au total). L’opération sera encore plus lourde puisque la charpente sera également reprise. Au total, “Logis Cévenols” consacre la somme de 285 000 € HT à cette opération de réfection des toitures. ●

> À Diderot, les 200 m2 de toiture du bâtiment vont être refaits.


t r a v a u x

Aménagement du Gardon : la dernière phase de travaux démarre Cet automne, les engins gagneront le lit du Gardon pour traiter 2 km de rivière dans la traversée d’Alès. Objectif : consolider les berges et les piles de ponts. du chantier sont subventionnés par l’État (25 %), la Région (25 %), le Département (20 %) et le Smage des Gardons (10 %). L’objectif est double pour cette ultime opération : permettre d’abaisser substantiellement le niveau d’eau en cas de crues et protéger les berges et les ouvrages d’art.

60 000 tonnes d’enrochement

> Entre le rond-point de la Gibertine et le pont de la rocade Sud, l’accumulation d’alluvions et d’embâcles dans le lit du Gardon empêche le bon écoulement de l’eau en cas de crues.

c’

est le point final aux travaux d’aménagements hydrauliques du Gardon engagés depuis juin 2001. La troisième et dernière tranche de travaux a pour but, comme les précédentes, d’assurer la prévention des crues et des inondations. Durant six mois, sous la surveillance de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques, les entreprises interviendront sur deux secteurs distincts : en amont du centre-ville, de la passerelle de La Royale jusqu’à la confluence avec le Grabieux ; puis, en aval,

sur une zone comprise entre le rond-point de la Gibertine et le pont de la rocade Sud.

Des travaux subventionnés à 80 % « Les études sont bouclées depuis longtemps. Nous n’attendions plus que les dernières autorisations et les derniers arrêtés de subventions qui sont arrivés en septembre » explique Max Roustan, président du Grand Alès. Une attente qui en valait la peine puisque 80 % du montant

« Les crues successives ont passablement mis à mal ces constructions. Le but est de recalibrer le lit du Gardon afin de faciliter le passage de l’eau et de le reprofiler en créant de larges berges qui protégeront les quais » explique Pierre Viguié, responsable du pôle Infrastructures. Graviers, arbres morts, monticules de terre et de sédiments, végétaux, … : le Gardon est encombré. Sans “sur-creuser” le lit de la rivière, ces matériaux de toutes sortes seront traités. Les 70 000 m3 d’alluvions agglomérés seront redistribués de manière homogène dans le cours d’eau. Afin de pérenniser les aménagements, 60 000 tonnes d’enrochement seront fixés à la fois pour conforter les berges de protection et pour limiter l’érosion au pied des ponts (mise en place de seuils de fond). Une dernière étape d’aménagement paysager avec des arbres et des plantes de différentes essences donnera une touche finale à la traversée alésienne du Gardon : près de quatre kilomètres qui pourront êtres dévolus dès le printemps prochain au seul plaisir des promeneurs et des pêcheurs. ●

L’intérieur de l’hôpital neuf prend forme Hélistation Une équipe travaille jusqu’à la fin du mois de novembre à la construction de la nouvelle hélistation. L’aire d’atterrissage des hélicoptères sera reliée par une passerelle aux six blocs opératoires.

Six corps de métiers et 120 ouvriers sont actuellement coordonnés dans les grands espaces intérieurs du bâtiment afin d’agencer les futurs services. Visite du site.

l

es 34 000 m2 de l’hôpital neuf d’Alès sont en cours d’aménagement. Menuiseries extérieures et intérieures, cloisons séparatives, gaines électriques et diverses conduites commencent à donner une vision de l’emplacement des différents équipements et des divers services du futur établissement de soins. Les travaux de “mise hors d’air” se poursuivront jusqu’en mars 2009. 1 048 châssis de fenêtres seront alors posés et isoleront parfaitement le bâtiment. Dans les semaines à venir, un bloc opératoire témoin sera prêt. Les chirurgiens et le personnel de bloc pourront le visiter et faire part de leurs remarques sur la configuration de cette pièce. ●

> Jusqu’en juillet 2009, 60 000 m2 de cloisons en plâtre aux propriétés phoniques spécifiques seront installées pour agencer l’ensemble des pièces.

> 9 patios apportent une source lumineuse au bâtiment. De la terre végétale enlevée lors de la déconstruction sera bientôt étalée pour la plantation d’arbres et de pelouse. 5


d é v e l o p p e m e n t

d u r a b l e

Points éco-citoyens : ça fonctionne! 3225 kg de piles et 2176 cartouches d’encre usagées d’imprimantes ont été récupérées en un an.

l’ STATION OZONE

Depuis le 1er août, la société Air LR a installé une station ozone sur la commune de SaintPrivat-des-Vieux. Les mesures quotidiennes permettent d’affiner l’étude sur la qualité de l’air dans le Grand Alès que la société mène depuis 2006. Elles sont également consultables sur le site internet de la Ville d’Alès (www.ville-ales.fr). De plus, la station saint-privadenne diffuse quotidiennement un “indice Ozone” pour le Nord du Gard, publié quotidiennement en dernière page de Midi Libre ou sur le site www.air-lr.asso.fr.

CHENILLES Afin de lutter contre la prolifération des chenilles processionnaires qui, avec leurs propriétés urticantes, peuvent provoquer des désagréments aux riverains, le service Nature de la Ville d’Alès procède actuellement à une expérimentation : des pièges à phéromone ont été placés sur les pins noirs d’Autriche du jardin du Bosquet afin d’attirer un maximum de papillons et de limiter ainsi les pontes d’œufs. Pour mémoire, en 2007, le service Nature a dû détruire 2 000 nids de chenilles processionnaires sur Alès. Si l’expérience s’avère concluante, des pièges à phéromone seront installés dans d’autres endroits de la ville l’an prochain.

6

un point de collecte proche de leur domicile » estime Ghislain Bavre.

Batribox : un point éco-citoyen à domicile

© Fred H

ÉCHOS

éco-reflex ne laisse pas les Grand-Alésiens insensibles. Un an après avoir mis en place les points éco-citoyens dans l’ensemble des mairies de la Communauté d’agglomération, le service Développement durable du Grand Alès dresse un premier bilan : 1 575 kg de piles ont été récupérés dans les colonnes spécifiques et 1 650 kg ont été apportés en déchetterie. « Visiblement, les gens jouent le jeu et se sont approprié ces équipements » analyse Ghislain Bavre, responsable du service Développement durable. Le container spécifique aux cartouches d’encre usagées d’imprimantes a également fait le plein avec 2 176 unités apportées, ce qui représente une économie de 4 000 litres de pétrole. Seul bémol : un peu moins d’une centaine de téléphones portables a été récupérée. « C’est un chiffre à tempérer car le portable est un objet dont on se sépare plus difficilement. De plus, la majorité des Grand-Alésiens ne change pas de portable tous les ans. » Toutes les mairies et les déchetteries du Grand Alès, ainsi que de nombreuses crèches et les écoles sont équipées de points éco-citoyens. Un tel déploiement porte ses fruits puisque « 70 % des ménages connaissent désormais

> La Batribox sera distribuée à l’occasion de la Semaine nationale de la Réduction des Déchets, du 22 au 30 novembre.

Au vu de ces bons résultats, le service Développement durable du Grand Alès souhaite aller plus loin dans la démarche de collecte et de recyclage des déchets. En novembre, les écoles élémentaires et les enseignants du Grand Alès qui le souhaiteront seront équipés gratuitement de Batribox. Ces petites boîtes hexagonales en carton seront distribuées aux enfants. Ceux-ci collecteront les piles et les batteries à leur domicile et rapporteront la Batribox à l’école pour la vider. Le processus est simple et illimité. La société alésienne Ecologik Buro, prestataire partenaire, assurera la tournée des collectes dans les différentes écoles. Véritable outil pédagogique, la Batribox sera accompagnée d’un “kit” à destination des enseignants comprenant un DVD, des dépliants d’information et des posters sur les filières du recyclage. ● Service Développement durable du Grand Alès tél. 04 66 56 10 64

Le Syndicat de l’Avène prélève 39 % d’eau en moins Au cœur de la politique d’économie d’eau dictée par l’Agenda 21 du Grand Alès, le Syndicat de l’Avène traque les fuites sur ses réseaux.

l

orsqu’il s’est doté d’un Agenda 21 en mars 2007, le Grand Alès s’est inscrit dans une démarche environnementale globale qui se propage aujourd’hui à tout le territoire cévenol. Parmi les nombreux engagements pris, le Grand Alès a souhaité s’engager « dans une gestion plus attentive des ressources en eau

sur l’ensemble du territoire » indique Max Roustan, président du Grand Alès. Encouragé par la politique rigoureuse de la Régie des Eaux d’Alès qui a su économiser trois millions de m3 d’eau depuis 2003, le Syndicat d’adduction d’eau potable de l’Avène s’est lancé dans une grande chasse au gaspillage. Ce Syndicat assure en effet la production d’eau potable pour 82 000 habitants et il assure la distribution d'eau à vingt communes autour d’Alès, soit 40 000 riverains 1.

5 millions de m3 d’eau économisés

> 1 M€ est investi chaque année sur la rénovation des 870 km de réseaux du Syndicat Mixte de l’Avène.

« Nous investissons un million d’euros par an dans des travaux de rénovation des conduites » assure Stéphan Gay, ingénieur territorial au Syndicat mixte de l’Avène. Les 870 km de canalisations et les 71 sites de stockage d’eau sont passés au crible. En 2007, 3,5 km de conduites ont ainsi été remplacés et 574 fuites ont été détectées. Des initiatives qui payent puisque le rendement du réseau du Syndicat de l’Avène est passé de 37,7 % en 2003 à 59,5 % en 2007. L’an dernier, grâce aux efforts combinés de la Régie des Eaux d’Alès et du Syndicat mixte de l’Avène, 5,3 millions de m3 d’eau en moins ont été prélevés sur la ressource par rapport à 2003. Soit une économie de 39 % alors que la consommation a légèrement augmenté durant

cette période. « Avec le Syndicat de l’Avène, nous avons une volonté commune d’aller vers une gestion plus raisonnable et plus économe de l’eau » précise François Gilles, président du Syndicat. ● 1 - La Régie municipale des Eaux d’Alès assure de manière autonome la distribution de l’eau potable sur Alès.

Une turbine électrique Pour procéder à la sectorisation des fuites sur ses réseaux, le Syndicat Mixte de l’Avène a recours à un nombre impressionnant d’appareillages : débitmètre, sondes et autres boîtiers électroniques. Des outils pratiques, mais gourmands en électricité. Plus écolo qu’un branchement EDF et moins exposée au vandalisme qu’un panneau solaire, une turbine a été installée dans un des réservoirs à eau pour fournir en électricité les capteurs de fuites. Si le test s’avère concluant, le Syndicat de l’Avène envisage de multiplier ce type d’installation.


s e n i o r s

Les premiers assistants gériatriques à domicile sont formés à Alès À ROCHEBELLE

RÉSIDENCESERVICE Après la construction d’une maison de retraite à Rochebelle, la Caisse régionale de la sécurité sociale dans les mines (CARMI) lance un nouveau projet dans le quartier : la construction d’une résidenceservice. Regroupant entre 20 et 26 appartements de types 2 et 3, cet établissement sécurisé s’adressera aux personnes âgées non dépendantes mais souffrant d’isolement. Les résidents bénéficieront de nombreux services : aide ménagère, portage de repas à domicile, animations, … La société Néolia a été choisie pour construire la résidence-service sur un terrain situé rue des Orangers. Les travaux débuteront au premier trimestre 2009 pour une ouverture prévue courant 2011.

Inauguré le 3 septembre, le premier centre de formation français d’assistant gériatrique à domicile dispense un enseignement spécifique de 650 heures à 120 stagiaires. ne doivent pas « osêtreseniors considérés comme une

n

charge. » Dans son discours d’inauguration, Gérard Pallancher, co-fondateur du Centre d’Enseignement et de Formation d’Aide à la Vie de l’Individu (C.E.F.A.V.I) a pointé quelques données : d’ici 2040, la population des plus de 75 ans sera multipliée par 2,5. Fin 2007, 595 000 personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ont été recensées. « Oui, il y a une recherche clinique permanente et des soins adaptés. Mais au quotidien, il n’y a pas de professionnels compétents pour accompagner au mieux et à domicile les personnes âgées » explique Marie-Christine Lansac, directrice du C.E.F.A.V.I. Alès

> Le centre de formation alésien des assistants gériatriques prévoit d’accueillir 600 stagiaires en 2009.

Une formation unique en France Jusqu’à la fin du mois d’octobre, la première promotion du C.E.F.A.V.I Alès fait sa rentrée pour recevoir une formation qualifiante de 500 heures théoriques. Celle-ci sera suivie d’une partie pratique de 150 heures effectuées au sein d’un établissement spécialisé (centre Alzheimer, hôpital gériatrique, ...). Dispensés dans l’ancienne école maternelle Pasteur d’Alès, les cours sont assurés par des professionnels de la santé : médecins gériatres, psychologues cliniciens, ergothérapeutes, kinésithérapeutes, cadres infirmiers.

« La formation d’assistant gériatrique à domicile (AGAD) est nouvelle. Nous sommes les premiers à la mettre en place au niveau national, plus particulièrement à Alès, explique Gérard Pallancher. Elle est complètement adaptée aux besoins et aux pathologies des personnes âgées, notamment celles atteintes de la maladie d’Alzheimer. » D’ici fin 2009, le C.E.F.A.V.I va ouvrir une cinquantaine d’autres centres en France.

ment la formation est gratuite, mais en plus, la société de services à la personne CLE’DOM, qui est partenaire du projet, s’engage à signer un contrat à durée indéterminée à tous les diplômés du C.E.F.A.V.I. Fin 2008, cet accord devrait assurer l’embauche de 5 000 personnes au niveau national. « La création de cet établissement conforte un peu plus Alès dans sa position de pôle majeur de formation professionnelle en Languedoc-Roussillon » a déclaré Max Roustan, député-maire d’Alès. ●

Des emplois à la clé À peine inauguré, l’établissement enregistre déjà 120 stagiaires, sélectionnés par l’ANPE. Il faut dire que l’offre est séduisante : non seule-

C.E.F.A.V.I Alès 53b, Grand’rue Jean Moulin, Alès tél. 04 66 24 63 40

La Semaine Bleue se déroulera du 20 au 25 octobre À Alès, le rendez-vous incontournable des seniors sera ponctué de nombreuses animations. des animations gratuites proposées par le service Animation Seniors d’Alès.

Des nouveautés

> Le défilé de mode est un moment fort de la Semaine Bleue, avec plus de 400 seniors réunis à la salle polyvalente.

s

pectacles, goûters, convivialité et gratuité : la formule fait recette depuis des années, si bien que la Semaine Bleue est devenue une manifestation incontournable dans l’agenda des retraités du Grand Alès. Depuis quelques années, près de 3 000 participants profitent

Les personnes à mobilité réduite ne seront pas oubliées lors de cette manifestation puisque les organisateurs prévoient une visite virtuelle de la Mine Témoin d’Alès (lire-ci contre). Côté pratique, une séance d’information sur les services proposés aux seniors par le CCAS se tiendra vendredi à partir de 10 heures dans la salle du Capitole. Enfin, pour les plus sportifs, un concours de pétanque est organisé pour la première fois lors de cette Semaine Bleue, mardi 21. La finale se disputera samedi 25 dans la matinée au stade de la Montée de Silhol. ● Service Animation Seniors Espace André Chamson, boulevard Louis Blanc, Alès tél. 04 66 52 98 96

Les temps forts • Lundi 20 octobre, 11h : visite virtuelle de la Mine Témoin d’Alès. - 15h : exposition et démonstration de danse des ateliers artistiques municipaux. • Mardi 21, 9 h : tournoi de pétanque, boulodrome de Bruèges. - 15h : spectacle hommage à Charles Aznavour. • Mercredi 22, 15 h : thé dansant avec l’orchestre Musette Ambiance. • Jeudi 23, 9h30 : au choix, balade urbaine ou visite de la Mine Témoin d’Alès. - 14h30 : défilé de mode. • Vendredi 24, 15 h : spectacle de chant et d’imitations avec Raphaël Liebmann. • Samedi 25, 14h30 : spectacle “La chanson française fait son music-hall”. Toutes les animations se déroulent à la salle polyvalente d’Alès, rue Jules Cazot, sauf indication contraire. Programme détaillé dans les clubs municipaux, en Mairie d'Alès, à l’espace André Chamson et à Mairie Prim’. Les communes de Saint-Hilaire et de Mons organisent également des animations durant la Semaine Bleue. Lire pages 20 et 27. 7


j e u n e s s e

Emploi : la Mission Locale Jeunes accompagne les 16-25 ans En 2007, 436 jeunes ont trouvé une solution d'emploi, 329 autres une formation et 50 un contrat en alternance. Une équipe de 18 conseillers référents a non seulement pour mission de guider les jeunes dans leur orientation professionnelle et dans leur choix de formation, mais aussi de régler les soucis de leur vie quotidienne : « Problèmes financiers ou de santé, climat familial tendu ou problèmes de logement sont autant de freins à l’insertion des jeunes, explique Evelyne Baret, directrice de la MLJ. Nos conseillers disposent d’un certain nombre d’outils et d’un réseau de partenaires très complet pour agir sur tous les tableaux ».

Quatre pôles spécialisés > L’équipe de la MLJ assure auprès des jeunes de 16 à 25 ans qui le souhaitent une fonction d’information, d’orientation et d’accompagnement personnalisé vers l'insertion professionnelle.

c

«

haque jeune a un potentiel. Il suffit de le faire émerger grâce à un accompagnement adapté » assure Jacques Foulquier, président de la Mission Locale Jeunes d’Alès et de ses environs (MLJ). En 2007, 2 300 jeunes de 16 à 25 ans ont franchi les portes de cet établissement avec l’espoir de retrouver un emploi, une formation ou un projet professionnel.

La MLJ dispose d’un dispositif d’accompagnement complet dont voici un tour d’horizon : • Un pôle RMI géré par deux conseillères accompagne les jeunes de moins de 26 ans inscrits dans ce dispositif : 373 personnes y ont été suivies l’an dernier. • “Trait d’union” offre un endroit de discussion et de rencontre (lire Grand Alès n°74 - 09/08). • Dans le pôle Formation, une conseillère coordonne les relations avec plusieurs organismes partenaires qui offrent un large éventail d’études. • Depuis 2007, la MLJ d’Alès a également mis en place un pôle Emploi, bâti sur un étroit par-

tenariat avec le Campus de l’apprentissage et l’ANPE d’Alès 1. Un conseiller spécialisé démarche les entreprises avec les CV des jeunes de la MLJ en main : 75 sociétés ont ainsi été visitées en 2007.

Un savoir-faire reconnu Parallèlement, la MLJ a développé différentes actions pour faciliter l’insertion des jeunes : la création des Contrats d’insertion dans la vie sociale (CIVIS), l’accompagnement sur les forums des métiers, l’Auto-école sociale, qui aide à passer le permis de conduire quand celui-ci est le seul frein à l’embauche, ou les actions Étape Emploi, en partenariat avec “Logis Cévenols”, qui permettent aux jeunes d’obtenir un contrat de travail d’un mois pour rénover et entretenir les bâtiments HLM. « Grâce à son expérience et à sa réussite, la MLJ a obtenu la confiance des partenaires du bassin alésien » conclut Jacques Foulquier. ● 1 - L’ANPE d’Alès confie chaque année 235 jeunes à la MLJ.

Mission Locale Jeunes 14, rue de la République, 30100 Alès tél. 04 66 56 71 73 mljales@mljales.com

Les 303 places en crèches ne suffisent plus Les Lutins, une crèche rénovée À l’espace multi-accueil Les Lutins, situé dans le quartier des Près-SaintJean d’Alès, il s’agissait d’optimiser l’occupation des 40 places. Durant l’été, un important travail de rénovation a eu lieu pour rendre la structure pimpante et accueillante pour les enfants de trois mois à quatre ans. Afin d'accueillir de nouveaux enfants dont les parents travaillent la journée, l’établissement est dorénavant ouvert en continu, de 7h30 à 18h. Des places sont encore à pourvoir.

8

Pour faire face à la saturation des crèches, le Grand Alès poursuit la création de nouvelles structures avec 88 places de plus prévues d’ici 2010.

250

enfants de deux mois à quatre ans n’ont pas trouvé de place l’an dernier dans l’une des dix structures d’accueil de la Communauté d’agglomération. Un constat qui ne laisse pas insensible Christiane Bensakoun, coordinatrice des lieux d’accueil Petite Enfance du Grand Alès : « Les espaces multi-accueil qui proposent un mode de garde à la carte sont victimes de leur succès. Nous sommes obligés de rediriger les familles vers les crèches familiales et le relais assistantes maternelles. » Le Grand Alès est pourtant un territoire très bien doté puisque sept structures publiques et trois autres privées proposent 303 places permettant d’accueillir près de 900 enfants chaque année.

La crèche de Thoiras ouvrira en 2009 Le Grand Alès, qui gère la plupart des espaces multi-accueil, a bâti depuis huit ans cinq nouvelles structures pour les jeunes enfants. Des projets de construction se concrétiseront encore ces deux prochaines années pour donner satisfaction à près de 200 familles supplémentaires. Tout d’abord, le Grand Alès investit 798 000 € pour ouvrir une nouvelle crèche multi-accueil à Thoiras dès la rentrée 2009. Celle-ci sera construite pour partie aux normes Haute Qualité Environnementale et sera dotée de 20 places (soit environ 60 enfants). Ensuite, un projet de crèche devrait également aboutir sur Alès, près de l’hôpital neuf

en 2010 : la Communauté d’agglomération, le Centre hospitalier d’Alès, ARTES et le CAMSP s’impliquent ensemble dans la création de 50 places d’accueil (soit 140 enfants). « Nous ne pourrons pas multiplier les crèches à l’infini, anticipe néanmoins Valérie Meunier, viceprésidente du Grand Alès chargée de la Petite Enfance. D’autant que l’entretien de celles déjà existantes coûte très cher : près de 2 M€ ont été attribués au fonctionnement des structures d’accueil de la petite enfance l’an dernier ». Dès lors, il faut créer de la place dans l’existant : pour la rentrée 2009, la crèche alésienne Califourchon a demandé un agrément avec dix places supplémentaires. Quant à la structure saint-hilairoise La Clé des Champs, elle souhaite obtenir huit places de plus. ● Coordination des crèches du Grand Alès tél. 04 66 56 95 65


é c o n o m i e

MAbgène a dix ans et vise le marché mondial L’entreprise alésienne de bioproduction investit pour produire des médicaments révolutionnaires. site alésien pour créer de nouvelles unités de production d’ici 2009-2010. L’équipe sera également renforcée pour compter en 2011 près de 35 salariés. Quant au chiffre d’affaires, des objectifs de 8 à 10 M€ sont annoncés.

ZONE ÉCONOMIQUE

PIST 4 EST PRESQUE PRÊT Le long de l’avenue des Cévenols, la nouvelle zone économique bâtie par le Grand Alès est sortie de terre. 4 300 m2 d’ateliers-relais (4 160 m2 de surface industrielle et 200 m2 de bureaux) pourront être loués en entier ou scindés en deux voire quatre lots distincts. Les premiers locataires s’installeront début janvier 2009. Vingt parcelles seront également viabilisées sur les neuf hectares alentour et mises en vente à partir de mi2009 pour accueillir des activités industrielles non-bruyantes. Service Développement économique du Grand Alès, Myriapôle 1675, ch. de Trespeaux, 30100 Alès tél. 04 66 55 84 00

Des molécules thérapeutiques

> Patrick Henno (au centre), directeur général de MAbgène, et Christian Béchon (à droite), P-DG de LFB, prédisent à MAbgène un avenir international.

l’

histoire aurait pu s’arrêter très tôt. Dans le secteur hyperconcurrentiel des biotechnologies, MAbgène a réussi le tour de force d’exister et, mieux encore, de se tailler une place de leader sur le plan hexagonal. Parti avec 45 000 € en poche en 1997, Patrick Henno, fondateur et directeur général de MAbgène, était alors le seul salarié de la société. Dix ans plus tard, MAbgène emploie 23 personnes et développe un chiffre d’affaires de 3,2 M€ (contre 300 000 € il y a huit ans) sur le PIST d’Alès. « Nous avons franchi un cap » se réjouit Patrick Henno, confiant sur les perspectives d’avenir.

Un programme d’investissement de 10 M€ Une confiance toute légitime puisque MAbgène fête également cette année le premier anniversaire de son intégration dans le puissant groupe biopharmaceutique français LFB. « Ce partenariat va nous donner les moyens de construire le deuxième étage de la fusée : MAbgène ambitionne de prendre toute sa place sur le plan européen, puis d’attaquer le marché des États-Unis le plus rapidement possible. » Le groupe LFB investit environ 10 M€ sur le

Spécialiste de la culture de molécules de cellules animales destinées à la recherche, MAbgène vise désormais la fabrication de médicaments biotechnologiques. Des molécules à visée thérapeutique, notamment des médicaments révolutionnaires pour guérir des pathologies rares ou de graves maladies comme le cancer. « Il ne faut pas perdre de vue que c’est un travail sur le long terme puisque les premiers médicaments ne devraient pas être produits avant 2014. Si les molécules de MAbgène sortent alors dans le domaine pharmaceutique, ce sera un énorme coup pour la petite entreprise alésienne. » Max Roustan, député-maire d’Alès, qui était présent le 18 septembre à la réception d’anniversaire, savourait l'instant : « Le Grand Alès, au travers de l’agence Alès Myriapolis, a accueilli MAbgène il y a dix ans. C’était un projet très innovant qui a fait peur à tout le monde mais Alès y a cru et, aujourd’hui, c’est une réussite. Nous nous en réjouissons. » ● MAbgène Impasse des Chênes Rouges, Alès tél. 04 66 56 40 80 www.mabgene.com

La plateforme de mécatronique de l’École des Mines accueille des porteurs de projets industriels Carrelage qui s'imbrique tout seul, casque multisports ou encore VTT ultra léger sont quelques-unes des réalisations menées sur cette plateforme.

l

a halle de mécanique du Centre de recherche des Matériaux de Grande Diffusion de l’Ecole des Mines est véritablement au top de la modernité. Sa plateforme de mécatronique regroupe des machines très performantes et des compétences en conception électrique, mécanique, automatique, robotique, informatique industrielle, … Elle apporte ainsi un soutien technologique aux élèves ingénieurs ou aux créateurs d’entreprise de l’incubateur qui veulent développer un projet industriel. Et c’est du concret : ainsi, un jeune ingénieur a mis au point un carrelage qui s’imbrique et dont la pose n’exige aucun savoir-faire particulier ; de même, le casque du projet “Kip” pourra être utilisé dans tous les sports de glisse (ski, VTT, canoë). Cerise sur le gâteau : le VTT Barbarians qui pèse 9,8 kg, avec des pièces modélisées en 3D sur la plateforme. Un superbe engin qui a

beaucoup intéressé Georges Frêche, président de la Région, venu visiter la plateforme le 24 septembre dernier. Georges Frêche a également profité de sa visite pour inaugurer les deux sections de formation d’ingénieurs par apprentissage mises en place par l’Ecole des Mines d’Alès à la rentrée 2008. Ces formations sont ouvertes à de jeunes diplômés Bac + 2 qui peuvent suivre les cours de l’EMA tout en passant une grande partie de leur temps en entreprise. « Ainsi ils ont une approche très concrète du métier d’ingénieur tout en percevant un salaire » souligne Alain Dorison, directeur de l’EMA. ●

> le VTT Barbarians pèse 9,8 kg, grâce à des pièces modélisées en 3D sur la plateforme de mécatronique. 9


l o i s i r s

Le bowling d’Alès réouvrira ses pistes fin octobre Les clubs de bowling • Le Cévenol Bowling Club Alésien a été créé en 1984. Il regroupe 11 pratiquants et propose deux séances d’entraînement par semaine. Ouvert à tous, le club propose deux séances de découverte gratuites (3h). tél. 06 89 23 14 74 • Le Phoenix Bowling Club compte 15 adhérents. Deux séances d’entraînement par semaine et diverses sorties lors de tournois régionaux seront proposées. Le club compte une équipe qui évolue en championnat Régional 1. tél. 06 62 51 01 75

Le Phoenix s'implante quartier de la Prairie avec 12 pistes, un restaurant et un bar à tapas.

l

e “strike”, c’est Michel Bolzon qui le réalise ! Ce restaurateur nîmois est devenu cet automne le propriétaire du nouveau bowling d’Alès, le Phoenix. Celui-ci, comme l’oiseau de feu, renaît de ses cendres. Mais, cette fois, « c’est pour durer » précise-t-il. À l’inverse de son prédécesseur qui louait les pistes de jeux, Michel Bolzon a investi de sa poche dans du matériel de bowling américain haut de gamme, des équipements audiovisuels et de restauration. « Au total, c’est un investissement d’environ 800 000 €. » Ce projet avec neuf emplois à la clé est salué par Bernard Arnaud, adjoint alésien aux sports : « Chaque initiative en faveur des jeunes Alésiens est une aubaine pour la ville. Ce bowling complète parfaitement l’offre de loisirs déjà présente à Alès avec la patinoire, la salle de rollers et le centre nautique. »

Bowling, billards, restaurant Le nouveau complexe ouvrira ses portes fin octobre, au-dessus du magasin ED, quartier de la Prairie, en bordure de la rocade Sud. Sur 1 470 m2, le Nîmois a vu les choses en grand. En rentrant, à droite, 12 pistes de bowling sont accolées à un coin brasserie. Un système audiovisuel composé notamment de deux écrans géants permettra de retrans-

mettre l’ambiance qui régnera autour des quilles. Chaque joueur pourra également choisir d’enregistrer sa partie en vidéo et récupérer le fichier via internet. « C’est une installation complètement inédite en France ! » savoure Michel Bolzon. Un peu plus loin, quatre billards et un bar à tapas de 25 places permettront de récupérer entre les parties. Au fond de la salle, un restaurant de 80 couverts – l’Alésia – proposera une carte de plats traditionnels. « En tant que restaurateur et joueur de bowling, je jongle entre mes deux passions. Je souhaite créer un lieu ouvert à tous, qui soit le cadre idéal d’une soirée conviviale entre amis. »

Des tarifs attractifs De nombreux tournois seront organisés pour les amateurs comme pour les licenciés. Deux clubs seront hébergés au Phoenix Bowling (lire ci-contre) et proposeront des cours, entraînements et compétitions. Plus besoin de courir à Nîmes ou Montpellier. Les pratiquants réaliseront des économies à la fois sur le carburant et sur le prix des parties. En effet, le nouveau propriétaire souhaite afficher des tarifs plus bas qu’ailleurs : « La partie coûtera environ 3,90 € au Phoenix, contre 5,50 € chez la majorité de nos concurrents. L’entrée dans le bowling sera également gratuite. » ●

Le Skating Center attend plus de 17000 patineurs Alès Sports de Glace L’association sportive Alès Sports de Glace est affiliée à la Fédération française des sports de glace et dispose d’un professeur diplômé d’état pour enseigner le patinage artistique. Le club, qui comptait 160 licenciés l’an dernier, propose pour chacun de ses licenciés de plus de 4 ans des cours de découverte, d’initiation et de perfectionnement, avec des séances de 1 à 3 heures par semaine. La création de cours d’initiation au hockey pour les plus petits est en projet. Les inscriptions sont ouvertes. tél. 06 09 32 77 15

10

Située au cœur du quartier sportif de la Prairie, la patinoire d’Alès propose de nouveaux horaires et de nouvelles animations. les gens viennent ici pour s’amuser. » Patineurs confirmés, jeunes enfants, débutants et seniors se côtoient dans la bonne humeur. La saison dernière, plus de 17 000 patineurs ont fendu la glace de ce qui demeure l’unique patinoire du Gard. « Cet hiver, nous avons bon espoir d’attirer encore plus de monde et de dynamiser un maximum la patinoire, indique Pascal Plaetevoet, gestionnaire du Skating Center d’Alès. Moins de deux ans après l’ouverture, nous commençons déjà à fidéliser les patineurs. » > Le Skating Center d’Alès est la seule patinoire du Gard.

«

c

haussez les patins ! » Tel est le mot d’ordre de Jean-Marc Robin, l’animateur du Skating Center d’Alès qui place les 450 m2 de glace sous le signe du sport et de la fête. Les sept séances publiques hebdomadaires se déroulent en musique et sont ponctuées d’animations en tous genres. « Il ne faut pas avoir honte de tomber ou de débuter. C’est mon rôle que d’encourager les nouveaux venus et de les accompagner. De toute façon,

Nocturnes les vendredis et samedis soirs

Un important travail a été réalisé cet été pour proposer au public un programme d’animations variées. Désormais, des “soirées facteur” sont proposées tous les vendredis soirs : « Chaque personne a un numéro attribué et il suffit d’envoyer un message avec le numéro du destinataire pour le contacter anonymement. Les enfants et les adolescents adorent » explique Jean-Marc Robin. Les samedis après-midi

sont dédiés aux jeux sur la glace. Des soirées “électro” sont organisées tous les premiers samedis du mois et les soirées à thème se déroulent dorénavant tous les derniers samedis du mois à l’occasion de nocturnes, de 21h à minuit.

Des soirées à thèmes Prenez d’ores et déjà note des prochaines dates : Le 18 octobre, soirée “Britney Spears” (les patineurs déguisés sont les bienvenus). Le 25 octobre, soirée “Ibiza” (tenue excentrique de rigueur). Le 26 novembre, fête de la glace (tarif unique de 4 € pour l’entrée et la location des patins). ●

• Skating Center, chemin des Sports, la Prairie, Alès • Horaires : mercredi (14h à 17h), vendredi (20h30 à 22h30), samedi (10h à 12h, 14h à 17h30 et 20h30 à 22h30) et dimanche (10h à 12h et 15h à 18h). • Entrée : 4 € (3,50 pour les moins de 12 ans) • Location des patins : 2,50 € tél. 04 66 52 89 24 - skating-center.skyrock.com


r a n d o n n é e

Sur les traces des pèlerins du chemin de Régordane Le GR 700, ou chemin de Régordane, est désormais ouvert aux randonneurs. Un nouveau topo-guide présente les atouts de ce sentier chargé d’histoire.

s

a vocation, c’était le cheminement. Celui des marchands arvernes et romains, des chevaliers, des troubadours ou des pèlerins en quête du tombeau de Saint Gilles. Celui de la chevalerie franque en croisade contre les Sarrasins… Route commerciale du vin, des épices, du sel ou encore de l’huile entre les volcans d’Auvergne et la Méditerranée. Mais aussi voie spirituelle du premier pèlerinage de France. C’est dire si ce chemin qui conduit du Puy-en-Velay à Saint-Gilles est chargé d’histoire. Cette route qu’ont arpentée des milliers de voyageurs et de colporteurs, des convois de muletiers et des armées en marche est désormais un chemin de grande randonnée, homologué par la Fédération Française de Randonnée Pédestre. « En juin 2006, le GR 700 était même le premier à être homologué dans le Gard depuis plus de quinze ans et le premier en France depuis quatre ans » rappelle Lucien Affortit, président du Comité départemental du tourisme.

Un parcours très varié 242 km de sentiers entre Le Puy-en-Velay et Saint-Gilles-duGard attendent les randonneurs. Le “camin Regourdan” traverse la Haute-Loire (46 km), la Lozère (55 km), puis le Gard (141 km). Il passe par La SauvÉtat, Pradelles, Langogne, La Bastide Puylaurent (où il croise le GR 70, chemin de Stevenson), La GardeGuérin, Villefort, Génolhac, Chamborigaud, Portes, Saint-Martinde-Valgalgues, Alès, Saint-Hilaire-de-Brethmas, Vézénobres, Ners, La Calmette, Nîmes, Garons et Saint-Gilles. En dix à douze jours, le randonneur emprunte une voie millénaire creusée d’ornières, bordée de montjoies, de dolmens. D’étape en étape, de village en village, il découvre l’histoire de la circulation des hommes, des marchandises et des idées. Le paysage est d’une grande richesse : forêts de résineux, grasses prairies et coulées de lave au nord laissent progressivement place aux châtaigniers aux genêts, aux chênes verts puis à la garrigue. Topoguide GR 700, 96 pages, prix 14,60 € en librairie, dans les Offices de tourisme, ou au Comité départemental du tourisme du Gard sur demande : 04 66 36 96 30

Balisage en rouge et blanc sur 242 km Durant deux ans, les collectivités locales et les Offices de tourisme des territoires traversés ont mené, avec l’aide des comités départementaux de randonnée pédestre et des membres de l’association “La Voie Régordane”, un long travail de débroussaillage et de balisage des sentiers et chemins forestiers au plus près de la voie historique. Puis un topo-guide a été édité en août 2008 par la Fédération Française de Randonnée Pédestre. Très précieux, ce topo-guide recèle toutes les informations pratiques pour permettre aux randonneurs de parcourir cet itinéraire traversant, sur 242 km, les paysages somptueux du Gard, de la Haute Loire et de la Lozère.

Un plus pour les Cévennes

> Le GR 700 traverse cinq territoires aux identités fortes : Velay, Gévaudan, Cévennes, Costières et Camargue.

On se doute que les enjeux touristiques et économiques liés à ce GR 700 sont très importants. « De nombreux randonneurs emprunteront ce chemin par tronçons ou sur sa totalité, se réjouit Max Roustan, président du Pays Cévennes. Cela ouvre d’intéressantes possibilités de développement pour notre arrière-pays cévenol ». De là à ce que le “camin Regourdan” devienne aussi fréquenté que le chemin de Compostelle, il n’y a peut-être qu’un pas… ●

L’histoire du chemin a vraiment commencé en 843 Quand, dans le royaume de France, les crêtes du Massif Central étaient la seule voie pour la Méditerranée…

v

oie ancestrale de communication et de commerce, le chemin de Régordane est un itinéraire historique popularisé au Moyen Âge par les célèbres pèlerinages du Puy-enVelay à destination de l’abbatiale de SaintGilles et, au-delà, vers la Terre Sainte. • IXe siècle : en 843, le traité de Verdun divise en trois l’Empire carolingien. Le chemin de Régordane devient alors l’itinéraire le plus oriental du royaume de France car la vallée du Rhône appartient à la Francie médiane (ou Lotharingie). Conduisant au port et à l’abbatiale de Saint-Gilles, ce chemin est à la fois une voie commerciale et de pèlerinage. • XIIe/XIIIe siècles : en plein essor, le chemin de Régordane profite d’un contexte général favorable (agriculture plus productive, économie florissante, agrandissement des villes et amélioration des routes). Le chemin est aménagé : des ponts sont bâtis, les passages difficiles et les côtes sont pavés. • XIVe siècle : par le traité de 1308, les frontières du royaume de France sont repoussées

jusqu’au Rhône. C’est la fin de l’âge d’or du chemin, les voyageurs préférant le sillon rhodanien. En outre, le commerce est interrompu en raison des guerres et des épidémies. Le chemin de Régordane, qui n’est plus nécessaire, n’est plus entretenu. • XVIIIe siècle : le chemin connaît un regain d’intérêt « car le roi aura grand intérêt à faire réparer ce chemin pour mener de l’artillerie dans un pays où la façon de penser n’est pas conforme à l’opinion générale. » Par ailleurs, les progrès réalisés dans les chariots rendent les transports plus faciles. La circulation reprend. La route est taillée dans le schiste que l’on recouvre de tout-venant. • XIXe siècle : on construit une route nouvelle (l’actuelle D 906) en cherchant à réduire les pentes par allongement des distances. L’ancienne route, abandonnée, est encore utilisée par les agriculteurs. • XXe/XXIe siècles : la route D 906 et une partie du tronçon du chemin de fer suivent de près la route ancienne. Les pèlerins et les randon-

neurs ont remplacé les marchands et le chemin de Régordane est devenu le GR 700 qui est balisé du Puy-en-Velay à Saint-Gilles. ● À lire aussi : Marcel Girault, Le Chemin de Régordane . Nîmes, éd. Lacour.

> Le chemin de Régordane passe au pied du château de Portes, grand vaisseau posé au-dessus des vallées.

11


s p o r t s Un terrain de jeu rénové Pour rentrer en conformité avec le cahier des charges de la Fédération Française de Volley-ball, il était indispensable d’effectuer des travaux d’aménagement et de remise aux normes de la Halle des sports de Clavières qui accueille tous les matchs à domicile du CAC VB en Pro A. Ainsi, la puissance de la sonorisation a été augmentée et l’éclairage a été repensé avec l’ajout de projecteurs à source lumineuse blanche. Le revêtement sportif a également été entièrement remplacé par un sol à déformation surfacique adapté aux contraintes des sportifs de haut niveau. Enfin, courant 2009, les tribunes actuelles seront agrandies pour accueillir 1 200 personnes assises, contre 600 actuellement.

Le CAC VB joue le maintien en Pro A Pour sa première saison dans l’élite du volley-ball, le club alésien a renforcé son effectif et placé Luc Marquet aux commandes de l’équipe.

h

istorique. Pour la première fois dans l’histoire du club, les volleyeurs alésiens évolent cette saison au plus haut niveau national. La Pro A était un rêve, elle devient réalité. « Le maintien en Pro A est l’objectif premier du club, avoue Ghislain Amsellem, président du CAC VB. Avant de formuler d’autres ambitions, laissons-nous le temps de découvrir ce championnat. »

Luc Marquet entraîneur En passant du poste de réceptionneur au poste d’entraîneur, Luc Marquet poursuit sa carrière sportive en terre alésienne avec toute la confiance de son président : « Luc est un meneur d’hommes qui nous a montré toutes ses qualités sur le terrain la saison dernière. Son expérience du jeu et de la compétition au plus haut niveau international devrait permettre au groupe de surmonter les moments difficiles. » En effet, si l’aventure est toute neuve et l’excitation de mise, il ne faut pas perdre de vue qu’Alès fait ses premiers pas chez les géants de la discipline. Face aux grosses cylindrées que sont Paris, Poitier, Cannes, Tourcoing ou Tours, le CAC VB connaîtra sans doute des défaites. « Nous avons un groupe qui tient la route et, sans chercher l’exploit à chaque match, il nous faudra garder un niveau de régularité constant pour mettre des équipes en difficulté » confie Luc Marquet. 26 matchs sont au tableau pour permettre à Alès de garder sa place en Pro A. Cette saison, seul le dernier du championnat descendra en Pro B.

> Le CAC VB évolue cette saison en Pro A avec dix joueurs professionnels.

Six nouvelles recrues C’est une équipe magique que les spectateurs ont découvert la saison dernière. « Je souhaitais préserver le formidable état d’esprit qui régnait » indique l’entraîneur qui a conservé l’ossature du groupe et qui, par ailleurs, a procédé au recrutement de trois joueurs professionnels et de trois stagiaires. Seul Serguey Sayfulin, pointu, quitte Alès. « C’est une saison compliquée qui nous attend. Mais c’est une chance extraordinaire pour tous les Grand-Alésiens que d’avoir un

championnat sportif d’un aussi haut niveau sur Alès. Plus que jamais, nous comptons sur leur soutien » conclut Ghislain Amsellem. ●

Calendrier des matchs 11 octobre : CAC VB / Sète 18 octobre : Tourcoing / CAC VB 25 octobre : CAC VB / Beauvais 1er novembre : Cannes / CAC VB Les matchs à domicile se jouent à la halle de Clavières à partir de 20h.

50 clubs ont présenté leur sport aux Grand-Alésiens La Fête du sport qui se déroulait le 20 septembre à Alès a attiré la grande foule le long du Gardon.

> Un impressionnant mur d’escalade de 15 mètres de haut trônait sur le champ de foire. Le club d’escalade Esca’Seynes a baptisé de nombreux enfants et a réalisé d’impressionnantes démonstrations. 12

> Rollers, vélo, badminton, … : pour l’occasion, le champ de foire de l’avenue Jules Guesde s’est transformé en terrain de jeux omnisport.

> Avec les conseils avisés des pratiquants et des entraîneurs, les participants ont découvert de nombreux sports. Ici, le tir à l’arc.


p a t r i m o i n e TOURISME

UN BILAN CONTRASTÉ Les chiffres varient beaucoup d’une activité touristique à l’autre : si la saison n’a pas tout le temps été au beau fixe, elle n’a pas été catastrophique non plus. Un bilan contrasté donc, que certains expliquent par une moindre présence des touristes français aux mois de juin et juillet. La quasitotalité des exploitants de sites touristiques s’accorde à dire que les mois de juin et de juillet n’ont pas été favorables, tandis qu’un réajustement a eu lieu en août. Le musée des Vallées Cévenoles, le Train à Vapeur des Cévennes et le château de SaintJean-du-Gard, ainsi que le musée du Désert de Mialet notent une baisse de fréquentation. Malgré tout, quelques sites tirent leur épingle du jeu, telles les grottes de Trabuc qui ont connu une très bonne saison de juin à août, la Mine Témoin d’Alès qui enregistre 15 % de visiteurs en plus et 30 % de groupes supplémentaires, et aussi la Maison de la Randonnée de Thoiras (photo), qui a comptabilisé 3 713 participants à ses différentes randonnées (+ 32 %).

Les Journées du Patrimoine ont attiré 22000 visiteurs Les 20 et 21 septembre, des milliers de visiteurs ont sillonné Alès (+ 42%) et ses alentours (+ 17%), de monuments historiques en lieux insolites. Retour en images.

> Les visites guidées du château de Saint-Jean-du-Gard permettaient d’admirer les pièces restaurées et meublées de ce haut lieu des guerres de religion. > Du haut de l’Ermitage, des promeneurs contemplent la vue sur Alès et les Cévennes.

> Visite commentée de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste d’Alès.

> Découverte du sanctuaire Notre-Dame des Mines à l’Ermitage.

> La villa Pasteur était exceptionnellement ouverte aux visiteurs.

> Cette sculpture peut s'admirer dans les jardins de la villa Pasteur.

> Le musée des Vallées Cévenoles de Saint-Jean-du-Gard.

> Juchée à 215 mètres, la Tour Bécamel a été l’une des attractions phares du week-end. 13


c u l t u r e Pourquoi Eurêk’Alès ? Le CCSTI d’Alès (Centre culturel, scientifique, technique et industriel) s’est récemment transformé en Eurêk’Alès. Rappelons que la vocation de cette association est de promouvoir la connaissance de la science auprès des scolaires et du grand public. Expositions, conférences et animations à la clé. Pourquoi ce changement de dénomination ? Eurêka, selon la légende, est l’expression qu’employa Archimède lorsqu’il découvrit le principe de la densité particulière des corps. Expression qui veut dire en grec ancien « J’ai trouvé » et qui, depuis, s’attache au grand mathématicien et au principe qui porte son nom. La coïncidence de la dernière lettre du verbe et de la première de la ville d’Alès a fourni au CCSTI un assemblage significatif et lui a offert un logo. « Cela nous permet également de rappeler que la science consiste avant tout à observer, décrire et comprendre des phénomènes naturels »

précise Gérard Sinagra, président d’Eurêk’Alès.

www.eurekales.fr

Eurêk’Alès expose les maths Les maths sont au cœur des manifestations que l’association scientifique d’Alès propose aux scolaires et au grand public.

d

urant trois mois, d’octobre à décembre, le CCSTI d’Alès, nouvellement Eurêk’Alès (lire ci-contre), propose trois expositions au centre culturel de Rochebelle et une conférence à la médiathèque Alphonse Daudet. Au cœur de cet automne scientifique, deux expositions phares sont consacrées aux maths.

gie, architecture ou autres codes secrets. Louée à la Cité des Sciences, l’exposition “Maths 2000” est organisée sous la forme de douze “îlots” : par exemple arts et maths, surfaces et courbures, hasard et sondages, formes et structures, aires et puzzles, problèmes et conjectures. Il faut chercher à résoudre des énigmes mathématiques par la voie du jeu et du tâtonnement.

Eurêka’Maths

Les 5 sens

Réalisée par Eurêk’Alès en collaboration avec le lycée Jean-Baptiste Dumas, Eurêka’Maths propose des jeux mathématiques accessibles à tous les niveaux d’enseignement : pliages, sudoku, puzzles, quiz, … On voyage dans le temps et dans l’espace, on démontre le théorème de Pythagore, on s’initie aux carrés magiques chers à Blaise Pascal, on construit des cubes ou on découvre le Jeu de l’Oie mathématique.

Sortie, elle aussi, des ateliers et des cerveaux de la Cité des Sciences, l’exposition sur “Les 5 sens” complète le panel scientifique proposé par Eurêk’Alès. La découverte des sens se fait au travers de quatre “îlots” : la vue, le goût et l’odorat, le toucher et l’audition. ● Du 1er octobre au 31 décembre, les mercredi et samedi de 14h à 18h pour le grand public. Les autres jours de la semaine sont réservés aux scolaires sur réservation. Pôle culturel de Rochebelle, 191 faubourg de Rochebelle, Alès Entrée gratuite.

Maths 2000 Comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, nous vivons dans un monde où les mathématiques rythment notre vie quotidienne : sondages, météorolo-

Conférence : “Mathématiques et littérature” La conférence sur le thème “Mathématiques et littérature”, proposée le 17 octobre à 18h à la médiathèque d’Alès, mérite vraiment le déplacement. Tant par la personnalité du conférencier que par le sujet traité. Mathématicien, écrivain, acteur et alpiniste de premier plan, Olivier Salon est aussi à l’aise avec les nombres qu’avec les mots. Pour cette conférence co-organisée avec l’Académie Cévenole, il abordera les sujets suivants : • les principes de la sextine, forme poétique du Moyen-Âge et sa généralisation à la n-ine ;

• la transformation géométrique (les mêmes mots, dans un autre ordre) d’un sonnet (14 alexandrins) pour en faire un sonnet de 15 alexandrins ; • la Princesse Hoppy, conte de Jacques Roubaud empli d’algèbre ; • le principe fondateur de la “Vie mode d’emploi” de Georges Perec (carré gréco-latin d’ordre 10) ; • la résolution d’une énigme policière par la théorie des graphes. ●

> Olivier Salon, mathématicien et écrivain.

Pour “Lire en Fête”, les enfants sont à l’honneur Les 11 et 12 octobre, dans le cadre de la 20e édition de “Lire en Fête”, la médiathèque Alphonse Daudet organise deux spectacles pour les enfants.

s

Médiathèque Alphonse Daudet 19, rue Edgar Quinet, 30100 Alès tél. 04 66 91 20 30 www.mediatheque-ales.fr Entrée libre 14

amedi 11 et dimanche 12 octobre, de 14h à 18h, les Grand-Alésiens sont conviés à la médiathèque Alphonse Daudet pour deux après-midi d’animations gratuites et placées sous le signe de la jeunesse, avec notamment deux spectacles principalement destinés aux petits. • “Le Grand Théâtre Mécanique” est un spectacle tout public surprenant : les spectateurs sont plongés au cœur d’un théâtre d’automates miniature de 700 places. Sous différents angles, on découvre des acteurs pas plus hauts que trois pouces. Représentations samedi 11 et dimanche 12, à partir de 14h. • “Baragnas et le génie” est un conte musical pour les jeunes enfants. Originalité : les instruments utilisés sont exclusivement fabriqués avec des courges séchées et des calebasses.

Représentations dimanche 12 à 14h pour les 7 ans et plus ; à 16h30 pour les 3-6 ans.

Des lectures Les conteurs de l’association “Graine de lire” interviendront en divers endroits de la médiathèque avec leurs propres histoires ou celles choisies par le public, samedi 11 et dimanche 12, de 14h à 18h. Kathrin Gaus propose également la lecture de “La grande aventure de la goutte d’eau”, samedi 11 à 15h pour les 3-6 ans. Sollune et les éditions du Bonhomme vert, deux éditeurs spécialisés dans les ouvrages jeune public, seront présents durant deux jours pour rencontrer le public et présenter leur collection de contes, albums et textes de théâtres. ●

> “Le Grand Théâtre Mécanique” est un spectacle vivant qui ouvre les fenêtres de l’imagination aux petits et aux grands.


d o s s i e r

Le Grand Alès, er 1 de la classe En 2008, le Grand Alès est la Communauté la mieux dotée de France métropolitaine. Ce qui en fait l’agglomération la plus dynamique de l’hexagone.

> Le Grand Alès est récompensé par l’État car il gère de nombreuses compétences : crèches, cantines, transports urbains, développement économique, habitat social, tourisme, etc.

79,90

euros par habitant et par an. Voilà ce que l’État verse à la Communauté d’agglomération du Grand Alès pour récompense de son dynamisme. « Il s’agit tout simplement de la dotation la plus importante de France métropolitaine 1, se réjouit Max Roustan, président du Grand Alès. L’an dernier, nous étions classés 5e agglo de France, cette année nous sommes numéro un ». Être reconnue comme la 1re agglo sur les 171 que compte la France, devant Nîmes, Marseille, Bordeaux, Lyon, Montpellier, Toulouse et autres grandes communautés urbaines du territoire, ce n’est tout de même pas rien ! « Cela montre que nous sommes l’agglomération la plus dynamique de l’hexagone » résume Max Roustan. Le Grand Alès doit cette place de meilleur élève de la classe à son fort taux d’intégration de compétences. Autrement dit, beaucoup de compétences qui appartenaient anciennement aux communes sont aujourd’hui

du ressort de la Communauté d’agglomération : c’est le Grand Alès qui gère par exemple les crèches, les ordures ménagères, les transports en commun, les équipements sportifs et culturels, l’accueil péri-scolaire, le développement économique, etc (lire le détail des compétences en page 16).

Un concours de beauté Pour prime à cet effort de gestion communautaire, l’État verse une dotation d’intercommunalité, sorte de gros gâteau à se partager entre toutes les Communautés d’agglomération de France : l’agglo qui a intégré le plus de compétences reçoit le pactole et celle qui n’est qu’une coquille vide ne reçoit presque rien… « C’est un concours de beauté ! » analyse Michel Klopfer, spécialiste national des finances publiques, dont l’étude financière a montré que le Grand Alès avait reçu la plus forte dotation en 2008.

Cette forte dotation annuelle permet évidemment au Grand Alès d’investir sans cesse pour améliorer la vie quotidienne de ses administrés : la construction du centre nautique de la Prairie, la rénovation du Cratère, la création de la déchetterie de Thoiras et des nouvelles crèches de Saint-Hilaire ou de SaintMartin, entre autres, n’auraient pas pu être réalisées sans un budget en pleine santé. Enfin, il est indispensable de rappeler que cette belle réussite est le fruit d’une entente parfaite entre les maires du Grand Alès, anciens et nouveaux, qui ont tous tiré et continuent tous de tirer dans le même sens (lire page 17). « Cette union sacrée, qui est rare et dont je me félicite, est indispensable pour poursuivre notre développement » conclut Max Roustan. ● 1 – Une Communauté d’agglomération de Martinique reçoit davantage que le Grand Alès mais elle bénéficie d’une dotation supplémentaire en raison de son éloignement de la métropole.

15


d o s s i e r

Les compétences du Grand Alès • aménagement de l’espace, • voirie et parkings d’intérêt communautaire, • assainissement des eaux usées, • collecte et traitement des ordures ménagères, • lutte contre la pollution de l’air et le bruit, • transports urbains et scolaires, • crèches et haltesgarderies, • création et gestion des grands équipements culturels et sportifs (Cratère, école de musique, centre nautique, …)

• développement économique, • aménagement et gestion de zones d’activité économique, • politique de la ville d’intérêt communautaire, • opérations structurantes d’urbanisme (rénovation urbaine, nouveaux aménagements urbains et ruraux), • politique de l’habitat, • tourisme,

q

ue serions-nous aujourd’hui sans le Grand Alès ? Petite piqûre de rappel : en 2000, aux tout débuts de la Communauté d’agglomération, le Grand Alès disposait de cinq crèches ; son théâtre, scène nationale, n’était plus aux normes ; l’école de musique végétait dans des locaux étriqués, au 4e étage de l’espace André Chamson ; il n’y avait pas de tri sélectif ; le chômage pointait à 19 % ; la rocade d’Alès ne contournait pas toute la ville… Actuellement, dans un territoire en pleine expansion, les Grand-Alésiens peuvent confier leurs enfants à dix crèches (bientôt douze, lire page 8) ; le Cratère rénové et agrandi accueille 41 000 spectateurs par an dans un écrin culturel ultra-moderne ; l’école de musique est abritée dans le superbe bâtiment des Berceaux, quai Boissier de Sauvages ; les Grand-Alésiens recyclent 175 tonnes de déchets par mois dans les sacs jaunes ; le développement économique du bassin a permis de ramener le chômage à 13 % ; l’aménagement de la rocade nord d’Alès offre un contournement complet de la cité…

Un budget qui augmente de 100 % en 10 ans Les raisons de ce développement rapide qui fait de notre territoire un véritable “espace du bien vivre” ? Tout simplement une gestion budgétaire intelligente, rationnelle et communautaire.

Une gestion qui permet de financer les nouveaux équipements grâce à des dotations de l’État et grâce à des subventions de l’Europe, de la Région ou du Département, sans jamais ponctionner le budget des Grand-Alésiens. Preuve de cette bonne gestion : • En 1995, les budgets cumulés de la Ville d’Alès et de la Communauté de communes s’établissaient à 500 millions de francs (75 M€). • En 2005, les budgets cumulés de la Ville d’Alès et de la Communauté d’agglomération s’établissaient à 1 milliard de francs (150 M€). En dix ans, la masse budgétaire d’Alès et du Grand Alès a donc augmenté de 100 %, sans pratiquement toucher aux impôts des ménages. C’est là l’effet de l’augmentation des subventions reçues et de la taxe professionnelle perçue dans un contexte économique local qui ne cesse de s’améliorer.

La dotation de l’État a augmenté de 86 % en 6 ans Ce dynamisme est récompensé par l’État, par le biais de cette fameuse dotation d’intercommunalité : 6,2 M€ en 2008, soit une augmentation de 8,8 % par rapport à 2007. La dotation la plus importante de France métropolitaine si on la rapporte au nombre d’habitants. Autre chiffre impressionnant : entre 2002 et 2008, la dotation de l’État a augmenté de 86 % ! ● Dotations de la Communauté d'agglomération du Grand Alès Moyenne des dotations des Communautés d'agglomération de France

Un bonus de 30% pour chaque euro transféré • éclairage public, • traitement des déchets verts et des déchets des entreprises, • accueil péri-scolaire (centres de loisirs et garderie), • restauration scolaire (confection et livraison des repas pour les écoles maternelles et primaires publiques), • aménagement, entretien et gestion des équipements sportifs (stades, gymnases), • construction et gestion des accueils de loisirs sans hébergement, • centres d’animation de quartier, • camps d’été et d’hiver pour les jeunes, • développement durable.

16

Une dotation par habitant d

L’agglomération la plus dynamique de France

2002 Grand Alès 43,04 €

+

39,15 €

1 € de dépense transféré au Grand Alès = 1,30 € versés par l’État ➡ Bonus pour le Grand Alès = 0,30 € Le Grand Alès a perçu en 2008 une dotation d’intercommunalité de 6,2 M€, soit 79,90 € par habitant. Pourquoi ? Parce que le système de la dotation d’intercommunalité est à la fois simple et très intéressant pour les Communautés d’agglomération dynamiques. En effet, pour 1 € de dépense communale transférée à la Communauté d’agglomération, l’État reverse 1,30 €. Soit 1 € pour financer la nouvelle dépense plus 0,30 € de prime.

Ces 0,30 € sont tout “bonus” pour le Grand Alès qui les utilise comme suit : • 60 % servent à améliorer le service rendu aux GrandAlésiens. Par exemple, construire une nouvelle crèche, une nouvelle déchetterie, de nouvelles routes, augmenter les moyens de l’école de musique, etc. • 40 % sont reversés aux 16 communes de l’agglomération, dans le cadre des “fonds de concours”. Chaque commune utilise cet argent supplémentaire comme elle le souhaite dans le cadre de son propre budget. ●

France

Ces courbes montrent que la dotation versée par l’État au Grand Alès est en augmentation constante et se situe bien au-dessus de la dotation moyenne reçue par les autres agglomérations

Les Grand-Alésiens ne payent C’est une réalité que l’on a du mal à croire et pourtant… Le budget du Grand Alès fonctionne sans imposer les ménages. Les familles et les particuliers paient en effet des impôts locaux (taxes foncières et taxes d’habitation) uniquement à leurs communes respectives. Mais ne versent pas un sou au Grand Alès, hormis la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) qui correspond à un service indispensable rendu à chacun 1. 1 – Cette taxe ne couvre que 64 % du coût de ramassage des ordures m


n de 79,90 € du Grand Alès

Le résultat d’une “union sacrée” entre maires

> Les 16 maires de la Communauté d’agglomération œuvrent main dans la main au service des Grand-Alésiens (ici, en avril 2008 lors du premier Conseil de Communauté).

Le Grand Alès avance. Le Grand Alès bouge. Le Grand Alès se développe à toute allure. Et tout cela nous paraît normal… Pourtant, elles sont légions, les agglomérations où les choses stagnent, s’enlisent, se pétrifient. Car, pour avancer, il faut avant tout être d’accord sur un projet d’avenir. Et les 16 maires du Grand Alès sont au diapason. « Nous avons toujours travaillé en fonction de

> Cette carte du Languedoc-Roussillon montre que la dotation annuelle du Grand Alès (79,90 € par habitant) est nettement plus importante que celle des autres agglomérations.

2008

l’intérêt général de nos concitoyens et sans faire de politique politicienne, explique Max Roustan. Nous ne sommes pas tous du même bord politique, mais nous avons tous décidé de nous consacrer au développement de notre territoire ». Et ça marche. Les décisions sont prises à

l’unanimité, les dossiers sont bouclés, les subventions et les dotations tombent, et le Grand Alès devient, à la satisfaction générale, un espace du bien vivre. « Cette volonté d’aller de l’avant fait notre force, insiste Max Roustan. Et je tiens à adresser mes félicitations à tous mes collègues maires, les anciens comme les nouveaux. Ce que nous réalisons sur le Grand Alès est notre œuvre commune. C’est la victoire d’une grande intelligence collective ».

Concrètement, le Grand Alès a inventé un système inédit qui permet aux communes de transférer leurs compétences sans en perdre la gestion concrète. Un exemple : les stades et autres équipements sportifs. En 2005, cette compétence est passée juridiquement et financièrement au Grand Alès, qui est responsable en cas d’accident et qui finance les dépenses. En revanche, la gestion au quotidien des stades reste de la compétence de chaque maire (par délégation du Grand Alès) : ce sont donc les communes qui entretiennent leurs installations, qui tondent les pelouses, qui décident des horaires de fonctionnement, etc. « Ainsi, tout le monde s’y retrouve, note Alain Bensakoun, directeur général des services de la Communauté d’agglomération. Le Grand Alès reçoit les dotations de l’État pour avoir intégré une compétence de plus et chaque maire continue d’exercer sa gestion de proximité sur le terrain ».

Faut-il s’agrandir ?

de France. En 2002, la dotation était de 43,04 € par habitant. En 2008, elle est à près de 80 €. Soit une hausse de 86 % en 6 ans ! > Le Grand Alès compte actuellement 16 communes et 77 927 habitants.

Sans impôts des ménages, quelles sont donc les ressources du Grand Alès ? La Communauté d’agglomération est financée par les taxes professionnelles des entreprises, les dotations de l’État, les subventions de ses partenaires (Europe, État, Région, Département) et les produits de ses services (cotisations pour l’école de musique, droits d’entrée dans les piscines, etc). ● ménagères. Les 36 % restants sont financés par la taxe professionnelle.

joindre en retireraient plus d’avantages que le Grand Alès. »

Un constat qui n’exclut cependant pas toute extension de l'agglomération. « En termes d’image et de cohérence du territoire, il serait bon que nous nous agrandissions, mais pas à n'importe quel prix » admet le président du Grand Alès. En effet, « plus la taille du territoire est importante et plus sa forme est co-

tègre pas de nouvelles compétences au 1er janvier 2009, notre dotation augmentera peu l’année prochaine » prévient Max

Roustan. C’est pourquoi les 16 maires du Grand Alès réfléchissent à l’heure actuelle sur de nouveaux transferts de compétences vers la Communauté d’agglomération. Bonne nouvelle néanmoins : au stade d’intégration où il se trouve, le Grand Alès est assuré de voir sa dotation augmenter au minimum de 1,1 % chaque année. Toujours ça de pris.

En chiffres

44,53 €

On le voit, le Grand Alès est une agglomération solide, aux finances saines. Que rapporterait, dans ce cadre, une augmentation de son territoire par l’arrivée de nouvelles communes ? « Rien sur le plan financier, note Max Roustan. Les communes qui voudraient nous re-

Le mécanisme de la dotation d’intercommunalité est un concours de beauté annuel et non un examen. Autrement dit, qui n’avance pas recule. En effet, la dotation augmente en fonction du nombre de compétences intégrées. Donc, si les communes ne transfèrent plus de compétences à leur Communauté d’agglomération, la dotation versée par l’État stagne ou baisse. « Si on n’in-

Une “astuce” qui permet au Grand Alès d’être l’agglomération la plus dynamique de France sans pour autant confisquer aux communes leurs prérogatives. ●

79,90 €

t pas d’impôts au Grand Alès

Intégrer encore

hérente, plus les projets structurants pour lesquels nous demandons des subventions sont crédibles ».

Une agglomération à plus de 20 communes serait prise encore plus au sérieux qu’avec 16 communes. « Nous avons besoin de communautés de destin et de projets de territoires. »

C’est dans cet esprit que le Grand Alès s’est intégré dans des ensembles territoriaux plus vastes, comme le Pays Cévennes ou l’association Alès-Nîmes (lire Grand Alès, septembre 2008, p. 15 à 17). L’idée est toujours d’être plus grand pour peser plus fort et se faire mieux entendre des instances régionales, nationales et européennes. ●

Le Grand Alès, c’est : • 16 communes, • 285 km2, • 77 927 habitants, soit la 5e agglomération de la région et la 52e de France, • 87 conseillers communautaires, • 301 salariés de la Communauté d’agglomération, • Un budget 2008 de 84 M€, • 24 zones économiques (ZI, ZA, pépinières d’entreprises, …) • 2 584 entreprises dénombrées par l’Insee au 31 décembre 2005, • 18 700 emplois salariés relevant du secteur privé, • 11 collèges et lycées, • 10 crèches et haltesgarderies, • 10 musées et sites touristiques. 1642, chemin de Trespeaux BP 60249 30105 Alès Cedex tél. 04 66 78 89 00 www.agglo-grandales.fr

17


i n f o s Alès 1901 Pour seulement 20 € de cotisation annuelle, les associations adhérentes à Alès 1901 bénéficient de nombreux services : le premier d’entre eux est bien sûr la mise à disposition d’une salle à l’espace André Chamsom pour pratiquer leurs activités. L’adhésion permet également de figurer dans l’annuaire des associations et de participer à la Fête des associations qui se tient tous les ans au mois de septembre.

Alès

d e s

c o m m u n e s

www.ville-ales.fr

Avec 203 associations, l’espace André Chamson affiche complet Des travaux de rénovation sont annoncés en 2009 pour permettre à d’autres associations de profiter des locaux. me par ailleurs qu’avec plus de locaux, près de 400 associations pourraient adhérer à Alès 1901 et accéder à l’espace André Chamson. Pour le moment, 14 salles réparties sur trois niveaux sont mises à disposition 360 jours de l’année, de 8h30 à 22h30. « Le taux d’occupation est de 100 %. » Parallèlement, la salle Vinci accueille 34 expositions chaque année : toutes les dates sont prises jusque début 2010.

8 salles de plus en 2009 > 120 associations étaient présentes au forum qui se tenait sur la place de la Mairie le 20 septembre.

e TOUSSAINT

CHOISISSEZ DES VACANCES SPORTIVES Du 25 octobre au 5 novembre, l’Office Municipal des Sports d’Alès organise des activités multisports sur le plateau sportif du lycée Jean-Baptiste Dumas. Ces stages sont ouverts à tous les enfants scolarisés à Alès du CP à la 3e (de 6 à 15 ans). Une vingtaine de disciplines sportives est proposée : sports collectifs, sports d’opposition, activités de pleine nature, jeux d’adresse, sports d’endurance, natation, … • Inscriptions du 13 au 24 octobre, du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 17h30 à la Maison des Sports de Tamaris, rue Charles Guizot.

lles sont nombreuses les associations alésiennes à patienter sur le pas de la porte de l’espace André Chamson. 203 associations sont estampillées Alès 1901 (lire ci-contre) et seules 70 d’entre elles peuvent y pratiquer leurs activités. « Plus de 800 associations existent à Alès. Rien que depuis le mois de mars, trente d’entre elles ont souhaité s’inscrire, indique Gérard Palmier, conseiller municipal et président d’Alès 1901. Nous ne pouvons évi-

Un taux d’occupation de 100 % En effet, la structure mise en place par la municipalité alésienne est victime de son succès. « L’espace André Chamson arrive à saturation » avoue Ali Aïchouba, le directeur, qui esti-

Le Forum Jeunes vient à la rencontre des 15-25 ans

Espace André Chamson 2, place Henri Barbusse, Alès tél. 04 66 52 56 81

Les écoles primaires sont en réseau

9 réunions sont au calendrier dans tous les quartiers de la ville pour donner la parole aux jeunes.

a

ujourd’hui, une centaine de jeunes Alésiens s’implique déjà activement dans la vie de la cité. Depuis 2004, le Forum Jeunes sillonne les quartiers de la ville en quête de propositions et de remarques constructives. « Au début, les préoccupations majeures concernaient les équipements sportifs. Désormais,

• Tarifs : 3 € / demijournée tél. 04 66 56 90 30 www.oms-ales.com

> La parole est donnée aux jeunes. 18

demment pas donner satisfaction à toutes et les inscriptions se font désormais au comptegouttes. »

Les choses devraient bouger à la rentrée prochaine puisque la municipalité compte inscrire au budget 2009 d’importants travaux de rénovation. Ainsi, le dernier étage qui abritait l’ancienne école de musique sera réhabilité pour proposer dès la rentrée prochaine huit salles supplémentaires (300 m2). Les transferts de l’école de musique au quai Boissier de Sauvages et de la cyber-base à la médiathèque Alphonse Daudet, sont des solutions reconductibles : l’école de danse qui occupe deux étages pourrait s'installer ailleurs ; les activités de poterie, d’arts plastiques et de céramique trouveraient leur place au pôle culturel de Rochebelle. ●

les jeunes participent à des réflexions sur la sécurité ou sur les aménagements de voirie » se félicite Pierre Martin, conseiller municipal en charge du Forum Jeunes. Organisation de festivités en centre-ville (Summer Nights et Teen Party), création d’un citystade à Cauvel, réaménagement d’un stade de foot à Rochebelle, réfection de la maison de quartier aux Cévennes, création d’une association à Clavières, débats sur les aménagements de sécurité routière à Tamaris : autant de réalisations qui crédibilisent aujourd’hui l’action du Forum Jeunes. ● Calendrier • 8 octobre : réunion de quartier de la Prairie, des Prés-Rasclaux et du Faubourg du Soleil, 17h, au Skating Center. • 22 octobre : réunion de quartier des Promelles et du Brésis, 17h, au centre d’animation de quartier des Promelles. tél. 0 800 540 540

Depuis la rentrée, les 24 directeurs des écoles primaires publiques de la Ville sont en réseau avec le logiciel de l’Éducation nationale “Base élèves”. Une petite révolution qui permet aux chefs d’établissements scolaires de faciliter la gestion des élèves (inscriptions et radiations, répartition des effectifs dans les classes, fiches individuelles de renseignements, certificats de scolarité, ...) et le suivi du parcours et de la scolarité de chacun. Ceci n’est qu’une première étape puisque la Ville d’Alès souhaiterait être désignée “ville pilote” en 2009 pour expérimenter les “Environnements Numériques de Travail” (ENT) : un portail internet auquel la Mairie, les écoles, les élèves et les parents d’élèves auraient accès pour échanger. Riches en outils, en contenus informatifs et en services, ces ENT permettent notamment aux parents de contacter les professeurs ou de consulter les notes et le carnet de correspondance de leur enfant. ●


Alès

www.ville-ales.fr

L’entrée Sud d’Alès est en cours d’aménagement La rénovation du tronçon de l’ancienne route de Nîmes, compris entre le rond-point de la Pierre Plantée et le pont de la rocade, va se poursuivre jusqu’en 2009. Places “arrêt minute”

ÉCHOS

SENS UNIQUE

À l’entrée du quartier des Prés-Saint-Jean, les rues Claris et Xavier de la Mareille ont été mises en sens unique afin d’augmenter le nombre de places de stationnement et de sécuriser ce secteur très fréquenté (lycée J-B. Dumas, ASSEDIC, Caisse Primaire d’Assurance Maladie). Il est désormais possible de remonter de la rue Claris vers la rue Marcel Paul et de redescendre de la rue Xavier de la Mareille jusqu’à l’avenue Jean-Baptiste Dumas.

PARKING > Cet été, une première phase de mise en discrétion du réseau électrique a été menée sur l’ancienne route de Nîmes.

p

eu spectaculaires dans un premier temps, les travaux de mise en valeur de l’entrée Sud d’Alès consistent à mettre en discrétion l’ensemble des réseaux électriques de cette portion de l’ancienne route de Nîmes : réseaux EDF, câbles France Telecom et câbles d’éclairages publics. Tout sera enterré. Une première opération a eu lieu courant juillet ; une seconde aura lieu courant 2009. Ces travaux sont subventionnés à 70 % par le Syndicat mixte d’électrification du Gard.

Dans un deuxième temps, le projet prévoit d’aménager la voirie, à l’image de la portion déjà réalisée sur l’ancienne route de Nîmes entre la rocade et l’entrée de Saint-Hilaire-de-Brethmas. Espaces verts, plantations et délimiteurs de voies seront complétés par la création de deux giratoires à l’intersection du chemin de Larnac et de l’avenue de Parenove (devant Conforama), ainsi qu’au croisement de l’avenue Léon Blum qui permet d’accéder à la rocade. ●

Rue Michelet, en face de Mairie Prim’, trois places de stationnement “arrêt minute” ont été créées. Elles sont identifiables par leur délimitation de couleur bleue au sol et par le panneau apposé sur le trottoir. Chaque place est munie d’un feu bicolore : lorsqu’un véhicule stationne, un capteur enregistre l’heure d’arrivée et met en route une minuterie. Vingt minutes plus tard, le feu passe au rouge et indique que le temps de stationnement est épuisé. Tant que le feu est vert, le stationnement est gratuit. Après une phase de test de quelques mois, les services municipaux pourraient étendre ce type d’emplacement gratuit et à durée limitée dans d’autres secteurs du centre-ville. ●

Les équipes municipales de la voirie ont aménagé un parking au quartier de La Royale, le long du quai de Cauvel. La trentaine de places créée permet aux parents des élèves de l’école Louis LeprinceRinguet de stationner plus facilement.

TROTTOIRS

Les réseaux d’eau se modernisent pour l’hôpital neuf D’importants travaux d’adaptation et de sécurisation des conduites d’eau potable ont été réalisés sous la rocade et rue Jean Perrin.

c

ourant septembre, la Régie des eaux d’Alès (RéAL) est intervenue au quartier de Bruèges, dans le cadre de la construction de l’hôpital neuf d’Alès. Afin d’alimenter correctement en eau potable le futur établissement de soins, 400 mètres de canalisations ont été rénovés et agrandis.

Une première phase de travaux “coup de poing” consistait à raccorder le réseau existant de la rue Jean Perrin à la plus importante conduite de la région. Celle-ci, qui appartient au syndicat mixte de l’Avène, se trouve sous la rocade, au niveau du giratoire de Bruèges. Sur ce secteur qui enregistre un fort trafic routier, les équipes ont travaillé nuit et jour pour réaliser l’opération en un temps record d’une semaine.

Centre-ville

Des tests d'étanchéité

> L’augmentation de la taille des canalisations du réseau d’eau potable permettra d’alimenter de manière optimum l’hôpital neuf d’Alès.

Dans un deuxième temps, la RéAL est intervenue sur le réseau d’eau potable de la rue Jean Perrin, changeant ainsi les anciennes canalisations devenues vétustes et sous-dimensionnées. Jusqu’à la fin du mois d’octobre, la RéAL réalise sur les nouvelles canalisations des tests d’étanchéité et de potabilité. Le raccordement du réseau d’eau potable à l’hôpital neuf sera effectué à la fin de l’année. ●

À Clavières et à Croupillac, tous les trottoirs de l’avenue Vincent d’Indy ont été rénovés. Les trous ont été rebouchés, les contours des arbres ont été dégagés et les équipes municipales de voirie ont recouvert les 10 000 m2 de trottoirs avec des gravillons blancs.

PASSAGES PIÉTONS La rénovation des réseaux (eau potable, assainissement, préparation au passage en haute pression) est achevée dans les rues Paul Valéry, Jean de Ramel et Massane. Depuis mi-septembre, le revêtement définitif met progressivement un terme aux travaux initiés en centre-ville sur ces voies. ●

Pour la rentrée scolaire, les agents municipaux ont procédé à une remise à neuf de l’ensemble des marquages au sol aux abords des écoles de la Ville d’Alès.

19


i n f o s

www.ville-sthilairedebrethmas.com

La guerre de 14-18 s’expose Du 18 au 23 novembre, 50 photos documentaires et des objets datant du premier conflit mondial sont à découvrir.

à

l’occasion du 90e anniversaire de l’armistice de la Première guerre mondiale, une exposition de photographies et d’objets de la guerre 14/18 est programmée du 18 au 23 novembre à la salle de réunion du Complexe sportif et culturel Maurice Saussine.

Le public pourra y découvrir la splendide collection de photos appartenant au photographe Jean-François Gallier, mais également de nombreux objets ou lettres datant de ce premier conflit mondial.

Appel au peuple À cet effet, la Commission municipale culturelle lance un appel à toutes personnes possédant des objets se rapportant à la guerre de 14/18 – insignes, uniformes, photos, lettres, cartes postales – afin de les exposer dans des vitrines. Les objets sont à déposer à l’accueil de la mairie contre reçu. ●

Coll. Jean-François Gallier

Toutes ces animations se déroulent au complexe sportif et culturel Maurice Saussine.

c o m m u n e s

Saint-Hilaire-de-Brethmas

AGENDA Saint-Hilaire • 12 octobre : 8e fête de la châtaigne, organisée par l’association “Activer”, de 11h à 19h. Buvette et grillades, expo artisanale, animation musicale. • 18 et 19 octobre : “Les Reptiliades”. Expovente de reptiles au profit des pupilles des sapeurs-pompiers, salle polyvalente. • 18 octobre : signature du dernier livre de M. Clément, salle Louis Benoit. • 29 octobre : Halloween, salle Louis Benoit. • du 7 au 16 novembre : Semaine culturelle. Expo de peintures et photographies les 7, 8 et 9 novembre. • 11 novembre : cérémonie commémorative de l’Armistice. Vente de bleuets organisée au profit des anciens combattants.

d e s

Semaine Bleue Dans le cadre de la Semaine Bleue, le Conseil municipal invite les seniors de Saint-Hilaire-de-Brethmas à une après-midi de bonne humeur et de rire, mardi 21 octobre à partir de 14h30 à la salle Louis Benoit du Complexe sportif et Culturel Maurice Saussine. Un spectacle d’imitations, de parodies, d’émotion et de transformation dans un tourbillon de plumes, de paillettes et de strass sera proposé par le groupe “Mec’ Up”. Un goûter sera également offert à l’entracte. Entrée gratuite. ●

tél. 04 66 61 08 09 > Des photos magnifiques, qui méritent le détour.

Saint-Jean-du-Pin

www.saint-jean-du-pin.fr

131 enfants sont scolarisés dans les écoles du village Les 47 enfants de l’école maternelle et les 84 élèves de l’école primaire ont repris le chemin des classes le 2 septembre.

d

es effectifs à la hausse permettent de maintenir une quatrième classe à l’école primaire, sans contestation de l’inspection d’Académie. Une bonne nouvelle qui permet ainsi aux enfants de la commune d’être scolarisés dans des classes non surchargées. Déjà en vigueur à Saint-Jean-du-Pin, la semaine de quatre jours, que le ministère de l’Éducation nationale a généralisée partout en France, continuera à rythmer l’année scolaire 2008/2009.

Une dotation de 60€ par élève AGENDA Saint-Jean • 11 octobre : Fête du livre. Tout l’après-midi, à la bibliothèque. • 17 octobre : assemblée générale de l’Office municipal de la Culture. 18h30, foyer communal.

20

D’autre part, les élèves en difficulté bénéficient de deux heures de soutien par semaine, après concertation entre les parents, les enseignants et les élus. Les fournitures scolaires sont fournies en totalité par la municipalité et une dotation de 60 € par élève a été votée par le Conseil municipal de Saint-Jean-du-Pin. Toute latitude sera laissée aux enseignants pour gérer ce budget. Les services péri-scolaires assurés par le personnel communal sont maintenus : • Un service de cantine a lieu entre 11h30 et 13h30. Renseignements sur les tarifs et les

> La rentrée des classes s’est parfaitement déroulée pour les 84 enfants de l’école primaire.

conditions auprès du secrétariat de mairie. • La garderie fonctionne durant les quatre jours d’école. Le matin, de 7h30 à 8h30, et le soir, de 16h30 à 18h30. Tarif unique de 0,76 € pour chaque fréquentation, sans limitation de durée. • Le service de ramassage scolaire est assu-

ré par Kéolis en Cévennes (réseau NTecC), dans le cadre de la “compétence transport” du Grand Alès et avec les subventions du Conseil général du Gard. Un agent communal assure la prise en charge des enfants dans le car. ●


Boisset-et-Gaujac

Un peu d’histoire

www.boisset-et-gaujac.com

Boisset-et-Gaujac est devenu un village moderne Pour faire face à une population qui a quadruplé en 40 ans, la commune a construit de nombreux équipements qui rendent la vie des Boissétains plus agréable. expansion. » C’est ainsi lement en ville et a lancé la construction « nquepleine Jack Brousse, maire de Boisdu centre médico-commercial. Ce vérita-

e

set-et-Gaujac perçoit sa commune qui s’étend sur 1 424 hectares. Fait significatif : la population a quadruplé en 40 ans : 502 habitants en 1961, 2 200 habitants en 2005. Parallèlement, le nombre d’élèves des écoles maternelle et primaire n’a cessé d’augmenter, au point que, dans les cinq dernières années, deux classes supplémentaires ont été ouvertes. Ce sont des données importantes que la municipalité a su prendre en compte en portant un grand nombre de projets pour moderniser la commune.

Un Centre Village Le développement de Boisset-et-Gaujac s’est fait d’une manière harmonieuse car les structures ont été adaptées : les écoles ont été agrandies dans leur écrin de verdure, la mairie ainsi que la salle polyvalente ont été rénovées et une

> Le “plateau” regroupe en un même lieu la halle des sports, la bibliothèque, le centre de loisirs et le Point info-jeunes.

nouvelle poste a été construite. Cette mutation s’est poursuivie au fil des ans avec la construction d’un plateau dédié au sport (halle des sports), à la culture (bibliothèque) et à la jeunesse (centre de loisirs et Point info-jeunes). Pour aller encore plus loin, la municipalité a eu l’idée de proposer aux Boissétains d’avoir au cœur du village ce que l’on trouve habituel-

ble Centre Village, qui s’achèvera avant la fin de l’année, regroupera en un même lieu les centres médicaux (médecin, infirmière, dentiste, orthodontiste), paramédicaux (kiné, diététicienne, pédicure-podologue). Une boulangerie déjà ouverte et une supérette SPAR achèvent la cohérence de cet ensemble de services de proximité. Pour tous, économie de temps et d'énergie et l'occasion de rencontrer ses concitoyens.

Un environnement préservé Malgré un développement rapide et important, la municipalité n’a pas perdu de vue l’importance de l’aspect environnemental de la commune. Les employés municipaux veillent quotidiennement à la propreté et à l’embellissement des lieux publics. Un souci récompensé par une fleur dans le concours des villages fleuris. ●

Gaujac se trouve mentionné dès 1060 dans des documents religieux, mais Boisset semble avoir existé depuis plus longtemps encore puisqu’on y trouve de nombreux vestiges gallo-romains et que des textes évoquent le passage des Sarrasins en 719. Finalement, Boisset-etGaujac a été créé en 1790 par une décision gouvernementale qui a réuni les deux villages. Quant au nom de la commune, Gaujac vient du nom primitif “Ganiacum” et Boisset rappelle que les collines environnantes étaient couvertes de buis. Le blason du village représente d’ailleurs trois arbustes de buis. Des édifices plus récents parlent également des siècles écoulés, telles les deux chapelles romanes, passées maintenant dans le domaine privé, l’une à Gaujac (photo) et l’autre située dans la partie ancienne du hameau.

Le Pressoir des Cévennes confectionne vos jus de fruits L’entreprise a été créée en septembre 2006 par Jérôme Millan, un jeune agriculteur de Lasalle, dans la zone artisanale de La Micalerie.

d

ans un atelier équipé d’un matériel à la pointe de la modernité, le façonnier en jus de fruits reçoit les fruits de producteurs de six départements : Gard, Lozère, Ardèche, Drôme, Hérault et, en moindre quantité, Bouchesdu-Rhône. Coopératives vinicoles, vignerons indépendants et petits producteurs fournissent la matière première. Les particuliers peuvent également amener leurs fruits. Du coup, ceux-ci peuvent être livrés en grande quantité (25 à 30 tonnes de poires et pommes en provenance des domaines des Cos-

> Le Pressoir des Cévennes, créé par Jérôme Millan, est une structure agréée “Agriculture Bio”.

tières) ou, à l’inverse, résultent de cueillettes familiales. Apporter la production de son verger est l’assurance de boire le jus de ses propres fruits. Ce qui a donné l’envie aux petits producteurs de redonner vie à des arbres délaissés et même de revaloriser des variétés anciennes plus ou moins abandonnées.

Des jus bio ou pasteurisés Les pressoirs tournent toute l’année, que ce soit au rythme de production de 7 000 à 8 000 bouteilles par jour ou pour la gestion de petits lots. Cerises, abricots, pêches, prunes, coings, raisins, pommes, poires, kiwis, mûres noires sont à l’origine de nectars et il est aussi possible d’avoir des mélanges avec du cassis, des groseilles, des fraises ou du gingembre. Jérôme Millan tient à conserver l’esprit artisanal de son entreprise. Le jus pasteurisé, conventionnel ou biologique peut être acheté sur place. ●

Foulées Boissetaines Cette course est devenue un rendez-vous incontournable pour les sportifs du Grand-Alès. Ouverte aux catégories cadet, junior, senior et vétéran, la 14e édition des Foulées Boissétaines a évolué cette année avec l’adoption d’un nouveau parcours de 10 km, tracé par le champion boissetain Kévin Paulsen. Si les adultes étaient toujours aussi nombreux à prendre le départ depuis la place de la mairie, c’est du côté des enfants qu’est venue la surprise : seulement quatre à s’élancer il y a deux ans, ils étaient cette année une quarantaine. Tous les jeunes coureurs ont été récompensés et chaleureusement applaudis sur le podium, de même que leurs aînés. ●

ANIMATION

VIDE-GRENIERS Le beau temps était de la partie samedi 13 septembre pour le vide-greniers organisé par l’APE. Dans une ambiance très conviviale, les participants ont troqué ou vendu ce qui encombre les garages ou les greniers et qui peut faire plaisir à d’autres. Les visiteurs en redemandent.

tél. 04 66 24 09 77 ou 06 85 04 89 05 21


i n f o s AGENDA Thoiras • 11 novembre : pour les seniors, dégustation de châtaignes à la salle Pellegrine, site de la Châtaigneraie à partir de 15h.

d e s

c o m m u n e s

Thoiras

Retour sur un été brûlant à Thoiras À peine dissipés les cris de joie des enfants terminant leur année scolaire, un enchaînement de manifestations de qualité a jalonné cet été 2008. finir en beauté, le groupe Odellui qui a enchanté le public jusque tard dans la nuit.

19 juillet : la Nuit des Contes

> Après une nuit de contes érotiques, les duettistes Brigitte Agulhon et Nina Gomez ont également animé le petit matin au Puech.

d

ès le 5 juillet, les bénévoles du Comité d’animation, aidés par les élus (maire en tête), investissaient tous les quartiers pour la tournée des fougasses, prélude à la traditionnelle fête du village. L’après-midi, l’ombrage des châtaigniers permit un déroulement agréable du concours de boules parfaitement organisé par Bernard Bordarier. Alors que la buvette constituait un agréable point de ralliement, se sont succédé : le repas champêtre préparé par le traiteur Fabaron, de Lasalle, qui a ravi les 140 convives ; puis, grande première et grande réussite (merci à Monsieur Bertrand et son équipe), un superbe feu d’artifice qui a illuminé le site à partir du viaduc sur le Gardon ; et, pour

Mialet

Deux semaines plus tard, la 14e édition de la Nuit des Contes a tenu toutes ses promesses. Cette manifestation, rappelons-le, constitue l’un des événements culturels majeurs de notre région, non pas en termes d’affluence (le nombre de spectateurs étant limité), mais par sa notoriété et son originalité. Tous les conteurs qui y ont participé disent ne pas connaître d’équivalent en France. Le thème de cette année, “Nuit Câline”, a mobilisé les meilleurs conteurs érotiques de l’Hexagone, avec notamment le célébrissime Henri Gougaud. Celui-ci a éclaboussé de tout son talent la première partie du spectacle. Première partie qui a débuté dès 21 heures, avec les chants, la musique et les contes de la Compagnie Audigane, faisant patienter les 300 privilégiés (record encore battu cette année) devant la gare de Thoiras. Vers 1 heure du matin, a débuté la seconde partie, faite de marches animées par de courts arrêts, durant lesquels Serge Valentin, son accordéon et son bagout, déchaînait régulièrement rires et applaudissements. Tout cela pour mettre en condition un public déjà conquis par l’atmosphère de la nuit, essayant de s’installer le plus confortablement possible sur le théâtre naturel des différents lieux d’accueil : près d’une ferme inhabitée, avec les duettistes Brigitte Agulhon et Nina Gomez, ou devant un châ-

teau avec Martine Compagnon, invitant à une promenade parmi Péchés Capitaux ou Iles du Désir. Sans oublier les plaisirs des yeux avec la démonstration du peintre Anh-Hao dessinant les corps nus de deux jeunes modèles, pendant que les images d’œuvres érotiques défilaient sur un écran géant. Le retour à La Châtaigneraie fut un joyeux carrousel qui se termina par des agapes matinales reconstituantes, servies par les courageux membres du Comité d’animation qui n’avaient pas “conté” leurs heures. Un grand bravo à eux, ainsi qu’au directeur artistique Kamel Guennoun, assisté par son scénographe Bernard Damette et ses complices conteurs Françoise Goigoux et Patric Rochedy.

10 août : la kermesse du Temple Le 10 août, la kermesse du Temple a été également une réussite, avec en prime un beau soleil : de nombreux participants ont pu déguster un succulent repas préparé par l’ensemble des membres de la paroisse. L’après-midi s’est prolongée par les jeux traditionnels et une tombola qui a récompensé beaucoup de monde. N’oublions pas, au fil de cet été, les autres manifestations qui, certes moins spectaculaires, participent également à la vie culturelle et sociale de la commune : les expositions mensuelles d’artistes locaux à la Maison de la Randonnée et à Terroir Cévennes, sans oublier les passages du Train à Vapeur des Cévennes qui fait admirer tout au long de son parcours les beautés naturelles de notre commune… ●

www.mialet.net

Quand les anciens se retrouvent Rentrée des classes

© Brigitte Villaret

> Les anciens de l’école de Luziers ont eu grand plaisir à partager une soirée conviviale.

AGENDA Mialet • 25 octobre : loto du “Sou des écoles”. • 1er novembre : loto de la “Société de chasse”.

22

r

épondant à l’appel de Nanou, la dynamique organisatrice, les anciens de l’école de Luziers et autres amis se sont retrouvés le jeudi 4 septembre au foyer Monplaisir. Bien sûr ils avaient omis d’apporter livres et cahiers, mais en échange ils ont apporté quelques photos jaunies.

Chacun a pu profiter de l’apéro (avec modération) et déguster une paëlla délicieuse (merci Pilou !). Des danses rétros et modernes se sont enchaînées par la suite. Bref, tous les ingrédients étaient là pour réussir une excellente soirée. ●

Ce mardi 2 septembre, à Mialet comme partout ailleurs, a été marqué par la rentrée scolaire. Répartis en deux classes, CE1/CE2 dirigé par Mme Laurent, et CM1/CM2 par Mme Gabbani, 41 élèves ont investi les locaux. Petit moment d’émotion, la larme à l’œil vite épongée par la joie de retrouver copains et copines. Le cartable est tout neuf, le matériel à l’intérieur aussi, avec beaucoup de bonnes résolutions : ils sont prêts pour réaliser une excellente année ! ●


Saint-Martin-de-Valgalgues

www.saintmartindevalgalgues.fr

ÉCHOS

ANIMALIN

Une nouvelle classe a ouvert à l’école Henri Barbusse La municipalité et la communauté éducative se sont mobilisées afin d’obtenir la création d’une classe supplémentaire en primaire.

l’

obtention d’une nouvelle classe et de nouveaux enseignants est toujours très difficile. La demande de cette classe supplé-

mentaire à l’école Henri Barbusse avait été déposée en juin dernier. Jeudi 4 septembre à 9h, le maire Guy Marrot, Nadia El Okki, adjointe à l’Enseignement, et la représentante des parents d’élèves étaient reçus par l’inspecteur d’Académie. Dès le lendemain, la requête était acceptée et l’ouverture confirmée. La nouvelle enseignante nommée est Élodie Quetant. Depuis le 8 septembre, elle a pris la responsabilité d’une classe double CP/CE1. La directrice de l’établissement, Mme Soulier, confie sa satisfaction : « L’ouverture de cette classe supplémentaire permet de répartir d’autres enfants des classes de CP et CE1 de l’école. Les enseignants travaillent désormais > 18 enfants de CP et CE1 ont intégré la nouvelle classe avec des effectifs raisonnables de ouverte à l’école Henri Barbusse. 24 élèves. »

Salindres

Le village s’agrandit Élodie Quetant a fait ses classes pendant trois ans dans le Gard, à Montpezat, où elle a enseigné dans des classes de tous niveaux. En 2007, elle a réussi le concours et a donc obtenu son premier poste cette année à Saint-Martin. Lors de la rentrée, Guy Marrot et Nadia El Okki affichaient un large sourire, heureux de la décision prise. « Saint-Martin-de-Valgalgues est une commune très dynamique, ouverte à de nombreux projets et où l’on se sent bien. Ce n’est pas une ville dortoir et beaucoup de personnes l’ont compris. Avec de plus en plus de nouveaux habitants, le village grandit et les écoles aussi » se réjouit le maire. ●

www.mairiesalindres.fr

Le centre de loisirs Animalin poursuit ses activités cette année. • Ferme pédagogique : le mercredi et les jours de vacances scolaires. • Poney club : le mercredi et le samedi. • Stage Toussaint du 27 au 31 octobre. • Équitation et activités natures gratuites pour les personnes au RMI ou en grande difficulté. Le mardi, de 9 h à 16 h. • Accueil des écoles et des instituts sur demande. tél. 04 66 86 62 25

RÉCITAL Le 12 octobre, Ellipse Production et l’Office municipal de la Culture de Saint-Martin proposent le spectacle “Les Airs de l’opéra”, avec Laurent Cabanel (ténor) et Guilhem Souyri (baryton). Représentation à 16h, salle La Fare Alais. Réservations à la bibliothèque municipale les mardis, mercredis et vendredis, de 16h à 18h. Tarif : 10 € (gratuit pour les moins de 12 ans). tél. 04 66 30 09 97

Une rentrée sans encombre Au total, 795 enfants sont accueillis chaque jour sur la commune. Inscriptions

> L’école maternelle, l’école primaire et le collège de Salindres affichent des effectifs de près de 800 élèves.

p

our le primaire, l’effectif s'établit à 205 élèves répartis en 8 classes. Parmi les nouveaux enseignants, notons l’arrivée du directeur, M. Catanèse, qui remplace M. Lutgen. • CP : Laetitia Orecchioni et Laurence Gallois • CP/CE1 : Élise Marty • CE1 : Évelyne Sauze • CE1/CE2 : Anne-Sophie Casteras (en remplacement de Mme Charpentier) • CE2 : Ingrid Parrot (en remplacement de Jennifer Bury-Danis) • CM1: Laurence Sion et Laurence Gallois • CM1/CM2 : Yannick Catanese et Laurence Gallois • CM2 : Cécile Crouzet À la maternelle, qui est toujours dirigée par Nathalie Chayla, la rentrée s’est bien déroulée avec un accueil le premier jour pour les classes de Petits/Moyens en deux temps : les petits le matin et les moyens l’après-midi. Le jeudi, tout le monde s’est retrouvé. Nouveauté cette année : conformément aux textes en vigueur, l’accueil de l’après-midi s’effectue désormais dans les classes. Tous les enfants sont accompagnés dans leur classe par

un adulte responsable. L’enseignant des petits se charge de les accompagner aux dortoirs après fermeture du portail. L’effectif de 122 élèves est réparti ainsi : • Sylvie Teissier : petite et moyenne section (12 petits et 13 moyens). • Nathalie Chayla et Laurence Gallois : petite et moyenne section (12 petits et 13 moyens). Mme Chayla est déchargée le lundi toute la journée. • Catherine Pouget : petite et moyenne section (12 petits et 13 moyens). • Annie Odorico (jeudi/vendredi) et Frédéric Bastide (lundi/mardi) : grande section (24 grands). • Hélène Vert : grande section (23 grands). Au collège, le nouveau chef d’établissement est M. Guérard. L’effectif est en progression avec 468 élèves et l’arrivée de nouveaux enseignants. Le collège accueille toujours une classe intégrée (Artes). Au total, 795 écoliers sont accueillis à Salindres : 122 en maternelle, 205 en primaire et 468 au collège. ●

Les nouvelles inscriptions aux écoles maternelle et primaire se font en mairie. Les parents doivent se présenter à l’accueil de la mairie munis des pièces suivantes : livret de famille • justificatif de domicile • certificat de radiation (en cas de changement d’école) • certificat de vaccination à jour • certificat d’aptitude à la vie en collectivité • en cas de séparation des parents, la copie du jugement stipulant l’autorité parentale, les modalités de gardes de l’enfant. Les enfants nés en 2006 ne pourront pas s’inscrire en maternelle cette année. Ils le seront pour la rentrée 2009/2010. La mairie délivre aux parents un certificat d’inscription. Muni de celui-ci, ils doivent se présenter à l’école afin de procéder à l’admission définitive de leur enfant. Pour tout renseignement, contactez l’adjointe aux écoles par e-mail : ecoles@ville-salindres.fr ou la mairie au 04 66 85 60 13. ● 23


i n f o s ÉCHOS

MARCHÉ ALIMENTAIRE Depuis le 7 octobre, un marché se tient tous les mardis, de 8h à 13h, sur la place Saint-Jean.

VOLLEY-BALL En raison des travaux de rénovation de la halle des sports de Clavières d’Alès, c’est au complexe sportif des Vaupianes que les joueurs de l’équipe réserve du CAC VB ont disputé leur match contre l’équipe d’Avignon.

d e s

c o m m u n e s

Saint-Privat-des-Vieux

www.ville-st-privat-des-vieux.com

Le groupe scolaire J.P. Florian réouvre sa huitième classe Forte de ses 194 élèves, l’école de Mazac a obtenu la création d’un huitième poste d’enseignant pour la rentrée 2008. “Inondaction”

AGENDA Saint-Privat • 10 octobre : soirée castagnade organisée par l’APE Jean Giono, foyer Georges Brun • 18 octobre : loto organisé par l’APE Paul Valéry, foyer G. Brun. • 25 octobre : soirée grillades organisée par le comité paroissial, foyer G. Brun. • 31 octobre : fête d’Halloween organisé par la Maison des Jeune. À partir de 16h, foyer G. Brun.

AGENDA Saint-Christol • Jusqu’au 11 octobre : quinzaine du jazz, organisée par la Médiathèque. • 24 octobre à 21h : Tartuffe de Molière par la Compagnie Atours de Rôles, à la Maison pour Tous. Spectacle proposé par la commission municipale de la Culture en collaboration avec l’association Solidarité Saint Christol-Bidi. Billetterie sur place. tél 04 66 60 69 02 • 25 et 26 octobre : Bourse des Collectionneurs, organisée par le comité des Associations de Saint-Christol à la Maison pour Tous. Installation gratuite le samedi matin. Ouverture des portes au public le samedi de 14h à 20h et le dimanche de 10h à 18h. Entrée gratuite. tél. 04 66 60 72 56

24

> Une troisième classe de maternelle a été créée, à la grande satisfaction du maire.

b

âtie dans la cour du groupe scolaire par la municipalité pour la rentrée 2005, cette classe devait faire face à une augmentation des effectifs sur la commune. Elle avait dû refermer ses portes après une année seulement de fonctionnement et restait inoccupée depuis 2006. C’est avec satisfaction que le maire Philippe Ribot, accompagné de Mme Gagnaire, adjointe saint-privadenne à la vie scolaire, a pu assister

à l’installation des élèves et de leur enseignante Lucile Brune dans cette troisième classe de maternelle. « Cette réouverture est encourageante pour la commune et pour l’équipe municipale en place qui a la lourde tâche d’anticiper l’évolution démographique et de mettre à disposition des équipes enseignantes et de leurs élèves les locaux et les matériels en adéquation avec leurs besoins » indique Philippe Ribot. ●

Saint-Christol-lez-Alès

Du 15 au 26 septembre, le foyer de Mazac a accueilli l’exposition “Inondaction”, élaborée par le Conseil général. La municipalité a souhaité ouvrir cette exposition à tous les élèves des différents groupes scolaires de la commune et des communes avoisinantes, ainsi qu’au public. Avec ses grands panneaux de photographies agrémentées de textes, l’exposition visait à sensibiliser les habitants sur les risques liés aux inondations et le comportement à avoir face à ce genre de catastrophe. De l’histoire des crues dans le Gard à la politique départementale, en passant par les moyens de prévention ou d’intervention mis en œuvre, de nombreux thèmes étaient présentés au public. ●

www.mairie30380.free.fr

Une rentrée des classes réussie Bonne nouvelle : l’ouverture d’une classe supplémentaire à l’école élémentaire Marignac.

l

e groupe scolaire Joliot-Curie peut se prévaloir d’une très bonne rentrée avec un effectif stable : 120 enfants en maternelle et 245 enfants en élémentaire. Au groupe scolaire Marignac, une classe a été ouverte à l’école élémentaire, ce qui a demandé la mise en place d’une structure modulaire de façon à accueillir les enfants dans les meilleures conditions. Au total, 159 enfants sont accueillis à ce niveau. Une suppression de classe en maternelle a été confirmée, le nombre d’inscriptions n’étant pas suffisant pour prétendre à un maintien. 72 enfants sont inscrits dans cette maternelle Au final, cette rentrée s’est effectuée dans la bonne humeur. La municipalité souhaite la bienvenue à la nouvelle directrice du groupe scolaire Marignac. ●

> Une structure modulaire a été mise en place à l’école élémentaire Marignac pour accueillir les élèves dans de bonnes conditions.


Bagard

MAIRIE

www.bagard.fr.st

La fête du sport a réuni plus de 200 sportifs Cette grande réunion sportive avait lieu le 13 septembre sur le stade René Clauzel. 61 participants. Le stand de tir à l’arc a attiré sans discontinuer de nombreux enfants et adolescents. Épreuves de maniabilité en VTT, matchs de foot, tournois de pétanque et échanges de tennis de table étaient également proposés. La journée s’est terminée par la remise des récompenses : médailles et coupes ont été distribuées à nombre de participants qui se sont finalement retrouvés autour du verre de l’amitié. ●

MAURICE VIALA ÉLU MAIRE Maurice Viala, 60 ans, a été élu maire le 19 septembre par le Conseil municipal de Bagard (lire page 2). Présent sur la liste de Jean-Claude Zanazzo en 2001, Maurice Viala a effectué un 1er mandat de conseiller municipal entre 2001 et 2008. Depuis mars 2008, il officiait à la mairie en tant que 5e adjoint. Gilbert Gache, Annie Mazy, Daniel Maurin, Marianne Van Welden et Roger Berenguel sont, dans l’ordre, les cinq nouveaux adjoints de Maurice Viala.

Association des parents d’élèves > La fête du sport a rassemblé des jeunes de tous âges autour de disciplines sportives variées.

l

es bénévoles et les clubs de la commune se sont mobilisés tout au long de la journée pour proposer au public un large choix de disciplines sportives. L’occasion était belle pour tous les jeunes qui, une fois la rentrée scolaire

digérée, hésitaient encore avant de s’inscrire dans un club. Après quelques essais sur les différents stands, les premières inscriptions ont eu lieu. La course cycliste a encore une fois fait l’unanimité des

L’assemblée générale de l’APE révèle un bilan financier largement positif, ce qui permettra de nouvelles participations aux activités scolaires. Le nouveau bureau s’établit comme suit pour la période 2008/2009 : Patrick Parment a été élu président et Yannick Gazel, vice-président. Magali Redondo occupe le poste de trésorière ; elle est secondée par Sylvie Martin. Le secrétaire de l’APE est Bruno Benoi, suppléé par Sabine Benoi. ●

AGENDA Bagard • 26 octobre : thé dansant de la FNACA à 15h. • 16 novembre : loto de l’association “Amitiés Loisirs”.

Soustelle

Soustelle, destination privilégiée des promeneurs C’est à l’automne que la commune revêt ses plus belles couleurs. Pour les champignons, la chasse ou les promenades, chacun a une bonne raison d’y venir.

o

ctobre est là, offrant sa palette de couleurs allant du jaune vif au brun cuivré des châtaigniers… Non, l’automne n’est pas une saison triste quand elle inonde les bois, les crêtes et les villages de sa lumière d’arrière-saison que tant de régions envient. C’est à cette période de l’année que Soustelle devient une destination très appréciée pour bon nombre de Cévenols. Le bon air, le calme de ses vallons, la beauté de ses sommets et de ses sentiers sont autant de motivations. Un espace presque sauvage, il est vrai, mais il n’en a pas toujours été ainsi. L’exode rural aidant, les bois, les châtaigneraies, les prés et les faisses (terres en terrasse) ne sont malheureusement plus très bien entretenus. En 1960, plus de vingt familles exploitaient leurs propriétés dans la commune. Aujourd’hui, il n’en reste plus que deux…

Partager la nature Vu l’importance revêtue par l’activité agricole durant les décennies passées, Soustelle, comme la plupart des communes cévenoles, n’a pour terrains communaux que l’emplacement des parkings de la mairie, de l’église et quelques routes. C’est pourquoi, lorsque les gens se promènent dans les bois, se baignent dans l’eau claire du Galeizon, cherchent des champignons ou chassent, ils se trouvent quasiment toujours sur une propriété privée. Tous ces propriétaires, ces vieilles familles cévenoles qui ont su respecter durant des siècles la propriété d’autrui sans éprouver le besoin de clôturer, peuvent donc être grandement remerciés pour leur accueil et leur patience. ● > Les Soustellois partagent la nature avec toutes sortes de promeneurs. 25


i n f o s MARRAINE

PAULETTE ROUDIL Cette Saint-Paulaine née en 1919 a bien connu la foire à la Châtaigne d’antan qui se déroulait sur la place du village. Tout naturellement, le Comité d’animation, qui a remis au goût du jour la foire en 1999 grâce à son témoignage, a fait de Paulette Roudil la marraine de l’événement.

AGENDA Saint-Paul • 12 octobre : journée œcuménique organisée par la paroisse catholique. 11h, cérémonie au temple, suivie d’un repas. tél. 04 66 30 64 85 • 19 octobre : randonnées de la vallée du Galeizon. Départ de la place à 8h30. Trois randonnées au choix, dont une familiale. Au retour, animation musicale, apéritif offert par la municipalité et repas sorti du sac vers 13h sur la place.

• 25 octobre : Emeranox, organisé par Bouffée d’Air. Animation pour les enfants l’après-midi, spectacle pour enfants et adultes en début de soirée. Salle Pellegrine, La Châtaigneraie, Thoiras. Rens. : mairie et site de Bouffée d’Air. • 29 novembre : loto de l’AEP, avec garderie pour enfants.

c o m m u n e s

Saint-Paul-la-Coste

La population augmente, rajeunit et se renouvelle En 7 ans, la proportion des moins de 18 ans a fortement augmenté pour arriver aujourd’hui à 60 enfants pour 264 habitants.

l

e dernier recensement de 1999 le confirmait déjà : l’exode et le vieillissement de la population de Saint-Paul-la-Coste, c’est du passé. Depuis 2001, la commune connaît même une forte croissance et un rajeunissement de sa population. Si la natalité a augmenté, elle n’explique pas à elle seule ce solde positif. C’est grâce à l’installation de nouvelles familles que les cars de ramassage scolaire se remplissent à nouveau. En 2008, sept nouvelles familles > L’augmentation du nombre de jeunes Saint-Paulains est surtout visible lors du carnaval. se sont installées et, avec elles, ce sont vingt enfants supplémentaires qui sont arrivés. Point commun entre la première fois cette année, un pot de bienvetous : ils ont choisi Saint-Paul pour son cadre nue le samedi 18 octobre. Ce sera l’occasion de vie exceptionnel et sa proximité avec Alès. pour les adultes de rencontrer l’équipe municipale et aux enfants de faire connaissance. Ce sera également l’occasion d’identifier de Un pot d’accueil des nouveaux nouveaux besoins engendrés par cette augarrivants mentation de la population et de réfléchir ensemble pour que notre commune puisse contiLes Saint-Paulains se réjouissent de cette nounuer à se développer harmonieusement. ● velle tendance. L’arrivée de tous ces bambins et de leurs parents est positive pour une pe18 octobre : pot des nouveaux arrivants. tite commune rurale puisqu’ils vont contribuer 18h, salle polyvalente. Tous les Saint-Paulains sont à redynamiser la vie locale. Pour les accueillir, conviés à rencontrer leurs nouveaux voisins. l’équipe municipale a décidé d’organiser, pour

Corbès AGENDA Corbès

d e s

26

Depuis la fermeture de l’école communale en 1999, le service de ramassage scolaire financé par le Conseil général emmène les enfants du primaire à Cendras et ceux du secondaire à Alès. Pour la rentrée 2008, il y a eu huit inscriptions supplémentaires dans le car des écoliers du primaire. Un deuxième véhicule a donc été payé par la Communauté d'agglomération du Grand Alès. Aujourd’hui, le service de ramassage scolaire en est vraiment amélioré car les deux cars desservent une partie différente de la commune et le trajet des enfants a été nettement réduit. Seule ombre au tableau, le coût du transport pour 2008/2009 va inévitablement augmenter. ●

www.corbes.fr

La commune compte 3 associations Approche, Bouffée d’Air et l’Amicale de l’Ecole Publique proposent régulièrement des animations aux Corbésiens.

> La salle “Les Micocouliers” peut accueillir dignement les animations du village.

Mairie de Corbès www.corbes.fr Mairie@corbes.fr tél. 04 66 61 61 23 fax. 04 66 86 04 33

Un car scolaire supplémentaire obtenu

t

rois associations sont les principales pourvoyeuses d’animations dans la commune. Petit rappel de leurs activités : • Approche : L’association s’occupe des activités villageoises : soirée jeux, brasucade, Noël des enfants, Carnaval avec l’AEP, repas du village, parfois

théâtre ou cinéma… Cotisation : 8 € Contact : approche@corbes.fr • Bouffée d’Air : Porteuse de projets ouverts sur l’extérieur, l’association organise des rencontres Art Nature, des soirées “Paroles et Musiques” ou théâtre au Jardin Clos. Les thèmes sont toujours ciblés sur la nature, l’environnement, les traditions rurales. Cette année, Bouffée d’air crée des ateliers ouverts à tous en vue de préparer Art Nature 2009. Ces ateliers sont les suivants : 1 - Loisirs créatifs (boutis, piqués marseillais, mosaïque, broderie de perles et beaucoup d’autres, …). Le mercredi de 14h à 18h. 2 - Danse folk. 3 - Randonnées, balades. 4 - Taï chi chuan (renseignement Ch. Gauvain : 04 66 60 57 01). Cotisation à l’association : 10 € Contact : bouffeedair@corbes.fr

http://bouffeedair.googlepages.com/home Il faut noter que l’association Approche s’associe à Bouffée d’Air pour la rencontre Art Nature et pour les ateliers. • AEP : Amicale de l’École Publique de Thoiras-Corbès Cette association organise et finance diverses manifestations pour les enfants de l’école de Thoiras-Corbès : goûter et spectacle de Noël, Carnaval en collaboration avec Approche et le Comité d’animation de Thoiras, sorties scolaires et extra-scolaires, kermesse de fin d’année, ainsi que l’achat de matériel pédagogique. L’AEP fonctionne grâce aux subventions des mairies de Thoiras et de Corbès, et avec les bénéfices du loto. Précisons enfin que la salle communale “Les Micocouliers” sera mise régulièrement à la disposition des Corbésiens, créant ainsi un lieu de rencontre sympathique et convivial. ●


Saint-Jean-du-Gard

Vire-Sourël, la 5e foire au bio dans tous ses états “Ville nature”, Saint-Jean-du-Gard était bien, le dimanche 24 août, proche de la nature avec sa foire bio. Dansez trad !

> Le vin bio était représenté lors de la foire.

o

rganisée par l’Office de tourisme, en partenariat avec la municipalité et “Bio, Terroir et énergies renouvelables”, sur la place d’Armes, à l’ombre des platanes, la foire a reçu près de 5 000 visiteurs, curieux, passionnés ou simple amateurs, mais ravis de leur découverte au travers des 55 stands. Les producteurs locaux de produits du terroir bio étaient largement représentés ainsi que ceux de l’agriculture raisonnée (apiculture, fromages, confitures, fruits et légumes, …) qui proposaient dégustation et vente de produits bio. Le vin bio était également de la partie, avec un marché qui prend de plus en plus d’extension.

En musique L’énergie renouvelable a incité les gens, désireux de faire des économies d’énergie mais également de préserver l’environnement, à faire des recherches sur un produit le plus adapté à leur besoin. Animée toute la journée par Bob Wander pour présenter les stands, l’animation musicale Les Fanfarons agrémenta cette journée festive, ainsi qu’une troupe théâtrale écolo, la Compagnie Z’art-Homme qui présenta des sketches sur les thèmes environnementaux. Une tombola permit de gagner des produits bio offerts par les exposants. ●

C’est nouveau à Saint-Jean : tous les 2e mercredis du mois, l’Oustal propose des ateliers de danse trad, de 20h30 à 22h au marché couvert (les prochains : 12 novembre, 8 décembre, …). Participation aux frais libre. Ces ateliers s’adressent aussi bien aux débutants qu’aux danseurs plus confirmés. Ceux qui n’ont jamais dansé seront bien accueillis et accompagnés par les autres. Les danseurs plus confirmés trouveront des nouveautés à se mettre sous les pieds… En mars 2008, le premier de ces ateliers a vu plus de 60 participants. Et chaque mois, la musique traditionnelle à danser entraîne un public varié autant en âges qu’en milieux sociaux. Au programme : découverte et perfectionnement des danses folk collectives (cercles, rondos) ou de couple (mazurka, scottish, valse à 5 temps), dans une ambiance de bal avec des musiciens en acoustique. > vendredi 31 octobre : bal trad pour tous avec Cabr’e Can, espace Paulhan À 19h, bal pour enfants et apéro festif. À 21h, bal pour tous. Tarif : adultes 6 €, gratuit jusqu’à 16 ans. Ce bal sera préparé dans toutes les classes maternelles et primaires, par Pierre Gougeon de Cabr’e Can. tél. 06 12 83 32 76 ●

AGENDA Saint Jean • 12, 14, 21, 31 octobre et 4, 11 novembre : cinéma salle Stevenson. “Le monde de Narnia 2, le Prince Caspian”, Valse avec Bachir”, “Back Soon”, “Kung Fu Panda”, “Be happy”, “La zona”. Tarifs : 3 € et 5 €. • 10 octobre : concert jazz, “Hommage à Pétrucciani”. Entrée : 10 € / gratuit moins de 16 ans. 20h30, salle Stevenson. tél. 04 66 85 32 11 • 11 octobre : spectacle “Origines”. Conte, danse et musique inspirés des contes et légendes africaines, par Roubina Khodadin, de la compagnie Vooa. Gratuit. 17h, à la médiathèque. • 11 octobre : forum des associations, de 10h à 17h, espace Paulhan. • 31 octobre : bal trad pour tous avec Cabr’e Can. Lire ci-contre. • Du 31 octobre au 2 novembre : Festival de la Randonnée en Cévennes. 48 rando, dont 5 au départ de Saint-Jean, pour découvrir les Cévennes dans ses recoins les plus secrets, à pied, à VTT, avec un âne, en Gard et Lozère. Rens. et inscriptions : 04 66 85 17 94 ou www.randoncevennes.com

Mons

Une superette ouvre en octobre

b

ientôt, les Monsois auront le plaisir de s’approvisionner dans ce nouveau commerce situé près de la pharmacie. Carol et Philippe Gueydan, un charmant couple plein d’allant, s’installent sur la commune. Ils vendront des produits alimentaires courants, des fruits et des légumes du terroir, ainsi que des produits régionaux dans leur nouvelle superette située sur la route de Bagnols-sur-Cèze, quasiment en face de la pharmacie. Tous les Monsois auront ainsi la possibilité de faire les courses près de chez eux. Un plus indéniable pour la qualité de vie. ●

> Le local en cours de rénovation laissera place à une superette de proximité.

AGENDA Mons • 19 octobre : exposition “ouvrage et création”. Crochet, broderie, patchwork, gadgets. De 10h à 18h, salle polyvalente. • 21 octobre : “Semaine Bleue”. La municipalité et le CCAS proposent aux aînés de la commune un loto suivi d’un goûter et d’une animation musicale. À partir de 14h30, salle polyvalente. • 26 octobre : “Lire en Fête”. Des écrivains présentent leurs œuvres. Vente de livres et bourse aux livres. À partir de 15h, bibliothèque.

27


a g e n d a

BioAlès tient salon > Du 17 au 19 octobre, le salon BioAlès regroupe 110 exposants au parc des expositions de Méjannes-les-Alès autour de l’alimentation bio, la forme et l’éco-habitat.

28


a g e n d a

octobre Les 7, 14 et 21 > Moi… mon mari… mes emmerdes Une comédie délirante pleine de quiproquos sur la vie d’une femme lasse de la routine.

tél. 04 66 55 68 22 21h, théâtre du Pélousse, 3, rue Josué Louche, Alès

Mercredi 8 > Marionnettes : Los mundos de Fingerman

Les 10 et 11 > Et les conneries continuent… Chitcatt, un homme de 38 ans, nous parle de sa vie et de son enfance à la ferme en Picardie.

tél. 04 66 55 68 22 21h, théâtre du Pélousse, 3 rue Josué Louche, Alès

Du 17 au 19 octobre BioAlès : alimentation bio, forme et éco-habitat Dédié à l’alimentation bio, à la forme et à l’éco-habitat, le salon BioAlès regroupera 110 exposants au parc des expositions d’Alès, du 17 au 19 octobre.

Samedi 11 > Brocante du Secours Catholique De 9h à 13h, stade Saint-Paul, Tamaris

> Forum des associations Démonstrations, animations, informations et rencontres.

De 10h à 17h, espace Paulhan, Saint-Jeandu-Gard

> Fête du livre Après-midi, à la bibliothèque, Saint-Jean-du-Pin

> Volley-ball : CAC VB / Sète © DR

Parc des expositions de Méjannes-les-Alès Ouverture de 10h30 à 19h30 • Entrée : 5 € (tarif réduit : 3 €, gratuit pour les moins de 12 ans) tél. 04 66 62 07 16 • www.goral-expo.com

Spectacle péruvien d’Inès Pasic, Gaïa Teatro (Pérou) qui raconte les tribulations d’un être attachant et aventurier. À partir de 5 ans.

> 8e Fête de la châtaigne

tél. 04 66 52 52 64 10h et 15h, Le Cratère, Alès

> Connaissance du Monde : Grand Nord Lapon Un film d’Yves Lundy. Entrée : 7 €, groupe : 5 € et scolaire : 3 €.

tél. 0 892 681 831 www.connaissancedumonde.com 14h30, Le Capitole, pl. de l’Hôtel de ville, Alès

Du 8 au 10

Réunion d’information du centre des Restos du Cœur d’Alès qui recherche des bénévoles pour la prochaine campagne débutant en décembre.

er

Le 1 match à domicile du CAC VB en Pro A !

20h, halle des sports de Clavières, Alès

tél. 04 66 56 92 50 9h, 35, Grand rue Jean Moulin, Alès

Les 11 et 12

Mardi 14

Lire en fête

> Collecte de sang Organisée par l’association “Activer”. Marché artisanal, animations diverses et vente de châtaignes. Buvette et restauration sur place.

Le CMLO expose le compte-rendu des recherches menées sur ce thème.

tél. 04 66 56 67 69 ou www.euroconte.org Médiathèque Alphonse Daudet, Alès

tél. 04 66 25 60 45 De 11h à 19h, complexe Maurice Saussine, Saint-Hilaire-de-Brethmas

Vendredi 10

> Football : OAC / Agde

> Concert jazz : hommage à Petrucciani

Organisée par l’amicale des donneurs de sang bénévoles de Saint-Privat-desVieux et l’établissement français du sang.

De 15h à 19h30, foyer Georges Brun, Saint-Privat-des-Vieux

Du 14 au 17 > Théâtre : Diptyque

15h, stade Pibarot, Alès

Lire page 14.

Médiathèque Alphonse Daudet, Alès

Dimanche 12 > Les Airs de l’Opéra : Verdi, Puccini, Bizet…

tél. 04 66 85 32 11 20h30, salle Stevenson, Saint-Jean-du-Gard

Lundi 13 > Restos du Cœur

> Mémoires orales territoriales et immigration

Proposé par le Moulin des Olivettes et Festo Liberta, avec Jean-Michel Pelegrin (saxophone), Sébastien Germain (piano), Gildas Becquet (basse), Pierre Aldegon (batterie). Entrée : 10 € (adultes), gratuit (moins de 16 ans).

6 000 visiteurs avaient fait le déplacement lors de la première édition. • Des professionnels de l’habitat sain seront présents pour guider le public dans l’élaboration et la réalisation d’une maison écologique (grossiste en matériaux, traitement de l’eau, literie écologique, énergies renouvelables, …). • Un marché de producteurs et de distributeurs de produits alimentaires biologiques sera également organisé (épicerie, fruits, légumes, céréales, pains, thés, cafés, huiles, jus de fruits, confitures, miels, châtaignes, vins et champagne bio). • Un secteur “forme, beauté et bien-être” présentera une sélection de produits et de prestations de qualité (phytothérapie, compléments alimentaires, centres de relaxation et de massage, cosmétiques biologiques, thalassothérapie, …). 20 conférences et 15 ateliers pratiques (cours de diététique, gestion du stress, massage, …) sont également programmés.

Concert organisé par Ellipse Production et l’Office municipal de la culture de Saint-Martin-de-Valgalgues, avec les solistes Laurent Cabanel (ténor) et Guilhem Souyri, (baryton). Entrées : 10 € (adultes) et gratuit (moins de 12 ans).

tél. 04 66 30 09 97 16h, salle La Fare Alais, Saint-Martin-deValgalgues

Du 13 au 19 > Semaine mondiale de l’allaitement À cette occasion, les associations “Les Marraines de l’or blanc” et la “Leche league” organisent différentes manifestations sur le lait maternel : • Lundi 13 : animations, informations et soutien autour de l’allaitement, de 14h à 16h, maternité du Centre hospitalier, Alès • Mardi 14 : animations, informations et soutien autour de l’allaitement, de 14h à 16h, maternité de la Clinique Bonnefon, Alès • Vendredi 17 : intervention sur France Bleu Gard Lozère, de 9h30 à 10h, sur 91.6 rubrique santé, Ligne d’experts.

Par la Cie Machine Théâtre. Deux pièces au progamme : Désertion de Pauline Sales (2004) et Woyzeck de Georg Büchner (1837).

tél. 04 66 52 52 64 Les 14, 15 et 17, 20h30 et le 16, 19h, Le Cratère, Alès 29


a g e n d a

Mercredi 15

Samedi 18

> Débat avec Bernard Jährling

> Concours de chant : soul, pop, variété, rap et Rnb

Du 24 au 27 octobre L’automobile tient salon à Alès

Avec le groupe Les Messagers, organisé par et au profit de l’association “Parents et Amis de Jessy”. Auditions dans la journée. Entrée du spectacle : 2 €.

tél. 04 66 52 89 95 assoparentsamisjessy@free.fr 20h30, finale, salle des fêtes des Eglantiers, Mazac, Saint-Privat-des-Vieux

Dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre la misère, ATD QuartMonde propose un débat avec cet ancien résident du camp de Noisyle-Grand, devenu tailleur de pierre et auteur du livre “Pierre d’homme”. En partenariat avec le Secours Catholique et la librairie Sauramps.

tél. ATD Quart Monde Alès : 04 66 86 04 80 16h30, salle du Capitole, place de l’Hôtel de ville, Alès

© darius khondji

> Manu Katché quintet

Jeudi 16

Un quintet au jazz résolument moderne, raffiné et sensuel.

> Markethon

tél. 04 66 52 52 64 - www.lecratere.fr 20h30, Le Cratère, Alès

À la recherche d’emplois dans les entreprises du bassin alésien. Lire page 3.

> Ateliers de sauvegarde de la diversité fruitière

Pour faire découvrir au public les offres et les nouveautés en matière d’automobile, l’organisateur Expos Salons Anima fait venir la quasi-totalité des concessionnaires du bassin alésien. Assurances, organismes de financement et accessoiristes automobiles seront également présents sur ce salon de l’Auto qui se déroulera au parc des expositions de Méjannes-les-Alès. Les visiteurs pourront tester les nouvelles technologies, le confort et la sécu-

rité de certains modèles dans un centre d’essais multimarque. Des baptêmes en véhicules de prestige seront organisés, pour goûter aux sensations offertes… Près de 10 000 visiteurs sont attendus tout au long du week-end.

Parc des expositions de Méjannes-les-Alès Ouverture de 9h30 à 19h Entrée : 4 €, gratuit pour les moins de 8 ans tél. 04 66 54 81 71

Les 18 et 19

Mercredi 22

Les 24 et 25

> Les Reptiliades

> Conférence : Littérature orale et ancrages culturels

> Danse : Petites histoires.com

Par Marc Aubaret, en partenariat avec le CMLO. Entrée libre.

Jeudi 23 > Ciné club : la fiancée de Frankenstein Organisés par le centre municipal de Pomologie, en partenariat avec la MNE. Exposition de variétés de la collection du verger conservatoire de Jean-Louis Marconcini, dégustationvente de pommes et atelier de détermination fruitière (chacun peut apporter 5 fruits par variété à identifier, typiques de la production de l’année).

De 18h à 21h, Maison de la Nature et de l’Environnement, 21, rue Soubeyranne, Alès

Vendredi 17 > Mathématiques et littérature Une conférence d’Olivier Salon proposée par Eurêk’Alès. Lire page 14.

18h, médiathèque Alphonse Daudet, Alès

Les 17 et 18 > Théâtre : Couchette surprise

30

Expo-vente de reptiles au profit des pupilles des sapeurs pompiers.

Salle polyvalente, complexe Maurice Saussine, Saint-Hilaire-de-Brethmas

Dimanche 19

© Yves Petit

18h30, médiathèque Alphonse Daudet, Alès

De J. Whale, avec B. Karloff, E. Lancester, C.Clive (USA 1935). Gratuit.

De Kaker Attou, par la Cie Accrorap.

20h30, Le Capitole, pl. de l'Hôtel de Ville, Alès

tél. 04 66 52 52 64 - www.lecratere.fr 20h30, Le Cratère, Alès

Vendredi 24 > Théâtre : Tartuffe

Du 24 au 27 > Salon de l’auto Lire encadré ci-dessus.

> Grande bourse d’échanges motos

Parc des expositions, Méjannes-les-Alès

Organisée par l’association Plein Gaz. Restauration et buvette sur place. Entrée gratuite pour les visiteurs.

Les 25 et 26

tél. 04 66 60 73 63 De 7h à 17h, halles de Bruèges, Alès

> Bourse des Collectionneurs

> Randonnées dans la vallée du Galeizon

Organisée par le Comité des associations de Saint-Christol. Toutes les collections sont acceptées. Installation gratuite le samedi matin. Entrée gratuite.

Trois randonnées au choix, dont une familiale. Au retour, animation musicale, apéritif offert par la municipalité et repas sorti du sac vers 13h sur la place.

Départ de la place de Saint-Paul-la-Coste à 8h30.

La rencontre improbable entre une célibataire désenchantée, un escroc et une bourgeoise indiscrète...

Du 20 au 25

tél. 04 66 55 68 22 21h, théâtre du Pélousse, 3 rue Josué Louche, Alès

Animations pour les seniors. Lire page 7, 20 et 27.

> Semaine Bleue

Pièce de Molière, interprétée par la Compagnie Atours de Rôles. Spectacle proposé par la commission municipale de la Culture en collaboration avec l’association Solidarité Saint Christol-Bidi.

Billetterie sur place. tél 04 66 60 69 02 21h, Maison Pour Tous, Saint-Christol

tél. 04 66 60 72 56 Samedi de 14h à 20h et dimanche de 10h à 18h, Maison pour Tous, Saint-Christol-lezAlès

Dimanche 26 > Lire en fête Vente de livres et bourses aux livres.

À partir de 15h, bibliothèque, Mons


a g e n d a > Rugby : RCA / Aix Université

• Chemin d’autrefois et métiers d’aujourd’hui : 13 km, 18 €, départ 9h de l’Office de tourisme, retour 17h30. Dimanche 2 : • Retour aux Poussiels : 16 km, 18 €, départ 9h de l’Office de tourisme, retour 17h30.

expos Office de tourisme, Alès Cévennes d’hier et de deux mains

novembre 15h, stade de la Montée de Silhol, Alès

Du 5 au 9

> Comptoirs Inner Wheel

> Le cirque en marche 3

Grande vente à but humanitaire : vêtements d’occasion, chaussures, accessoires, confitures, pâtisseries… organisée par le Club service Inner Wheel Alès en Cévennes.

Mercredi 29 > Halloween Citrouilles, marionnettes et défilés…

À partir de 16h, foyer Georges Brun, SaintMartin-de-Valgalgues Et aussi salle Louis Benoit, complexe Maurice Saussine, Saint-Hilaire-de-Brethmas

Vendredi 31 > Halloween Organisé par la Maison des Jeunes.

16h, foyer G. Brun, Saint-Privat-des-Vieux

> Bal trad avec Cabr’e Can À 19h, bal pour enfants et apéro festif et à 21h, bal pour tous Tarif : 6 € avec une conso (adultes) et gratuit (moins de 16 ans).

Restauration et buvette sur place. tél. 06 12 83 32 76 À partir de 19h, espace Paulhan, Saint-Jeandu-Gard

Du 31 octobre au 2 novembre > Festival de la Randonnée en Cévennes

“Art pur des Cévennes” Photos présentées par Didier et Christine Bezol et sculptures en céramique de Christine Bezol. Jusqu’au 31 octobre, du lundi au samedi, de 9h à 12h30 et de 13h30 à 18h

© D. Rion - T. Reudet

Vernissage : mardi 28 octobre, 18h30. tél. 04 66 44 73 01 Salle Vinci, espace André Chamson, Alès

• Les Galaperies Un spectacle de cirque plein d’aventures, de rires et de surprises.

Mercredi 5, 15h, parvis du Cratère, Alès • Coma idyllique Spectacle d’acrobatie sous toutes ses formes avec six jeunes acrobates-musiciens. Samedi 8, 19h, verrerie d’Alès, Rochebelle • Fournaise Cabaret-cirque à partir de 12 ans, par la Cie Attention Fragile. Jeudi 6, 19h, vendredi 7 et 8, 21h, dimanche 9, 16h, verrerie d’Alès, Rochebelle • Numéros à suivre À découvrir les bons numéros du cirque actuel (vélo, trampoline, jonglage, clown…). Vendredi 7, 19h, Le Cratère, Alès

Pôle culturel de Rochebelle, Alès

Archives municipales “Il y a 60 ans… le 7e congrès séricicole d’Alès”

Trois expositions proposées par Eurêk’Alès pour mieux comprendre les maths et nos cinq sens. Entrée libre. Lire page 14. Jusqu’au 31 décembre, les mercredi et samedi de 14h à 18h.

Mine Témoin, Alès Les mines du Languedoc

Exposition de photographies sur cet événement. Du 21 octobre au 12 décembre, 4, bd Gambetta, du mardi au vendredi, de 13h30 à 17h15

Médiathèque, Saint-Christol-lez-Alès

> Embrouilles à la mairie

21h, théâtre du Pélousse, 3, rue Josué Louche, Alès

Peintures de Elisabeth Gheno, Martine Ginestière, Carole Boujo, Lydia Pavot et Michel Albouy, sculptures de Christiane Leclerc et Françoise Schad et photographies de Nodens. Vernissage : mardi 21 octobre, 18h30 Du 20 au 25 octobre, salle Vinci

Eurêka Maths, Maths 2000, Les cinq sens

Les 7 et 8 Comment un maire va-t-il réussir à faire passer ses projets véreux juste avant les élections ? tél. 04 66 55 68 22

Expo-vente au profit des chiens guides d’aveugles Organisée par la filiale grand-alésienne de l’association des Chiens guides d’aveugles du Midi. Sur chaque œuvre mise en vente au prix de 35 €, une participation permettra de financer l’éducation des chiens qui seront confiés gratuitement à des non-voyants. tél. 04 66 86 24 13 Jusqu’au 18 octobre, de 10h à 12h et de 14 à 17h

tél. 04 66 85 17 94 www.randocevennes.com

Du 27 au 31

Espace André Chamson

Expo photos jazz Aquarelles d’Alain Reynaud et d’Agnès Maloine. Jusqu’au 15 novembre

Dans le cadre de la quinzaine du jazz. Jusqu’au 11 octobre

Du 7 au 16 > Semaine culturelle Expo de peintures et photographies amateurs les 7, 8 et 9 novembre.

Complexe Maurice Saussine, Saint-Hilairede-Brethmas

Les 8 et 9 48 randonnées en Gard et Lozère dont 5 au départ de Saint-Jean-du-Gard. Vendredi 31 : • Roches et fossiles : 10 km, 16 €, départ 8h30 du camping des Sources, retour 17h. • Saint-Jean-du-Gard dans l’histoire : 10 km, 23 €, départ 9h de l’Office de tourisme, retour 17h30. • Sur un chemin, vers la Maison d’Abraham Mazel : 9 km, 21 €, départ 9h de l’Office de tourisme, retour 16h.

> Passion et partage

Baptêmes de piste à 15 € au profit de l’enfance handicapée. Lire page 3.

Journée, Pôle Mécanique d’Alès

Dimanche 9 > Football : OAC / Port la Nouvelle 15h, stade Pibarot, Alès 31


t o u r

d ' a g g l o 2 1

3

4

5 7 6

LÉGENDES 1 À Saint-Hilaire-de-Brethmas, 70 marcheurs et vététistes ont parcouru 538 km lors des “Kilomètres Sésame”. Résultat de la collecte : 2 000 €, reversés à l’association “Sésame Autisme Languedoc”.

2 Deux rassemblements de Ferrari ont permis, suite à 410 baptêmes dans ces prestigieuses voitures, de rassembler 5 500 € au profit d’Elsie, une adolescente de 16 ans souffrant d’une maladie dégénérative orpheline (20 et 21 septembre).

3 Pour la première fois, la finale de la Coupe de France de la Montagne se déroulait sur le circuit vitesse du Pôle Mécanique (20 et 21 septembre). Après une belle bagarre, Anthony Neveu s’est imposé sur sa F3000 devant le pilote languedocien Joël Roussel.

4 La foire à la Châtaigne la plus courue du Grand Alès a eu lieu dimanche 28 septembre à Saint-Paul-laCoste. Plus de 3 000 personnes se sont déplacées pour goûter le millésime 2008.

5 L’association Main dans la Main a repris en septembre son repas oriental mensuel, qui attire une centaine de convives à la Maison pour Tous du quartier des Cévennes. Prochain repas : un couscous le 15 octobre.

6 Les 6 et 7 septembre, le salon “Les Animaliades” regroupait quantité d’éleveurs français de chiots et de chatons.

7 Le 7 septembre, l’Assemblée du Désert à Mialet a rassemblé quelque 10 000 protestants sur le thème “Le Réveil du Désert”. Deux enfants ont été baptisés lors de ce culte qui se tient chaque année au Mas Soubeyran depuis 1910.

JOURNAL ÉDITÉ PAR LA COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION DU GRAND ALÈS CONTACT 04 66 56 10 46 / JOURNAL@GRANDALES.COM • Directeur de la publication : Christophe Rivenq • Directrice de la rédaction : Bernadette Price • Rédactrice en chef : Christine Zanella-Savy • Rédaction : Bruno Mathis, Christine Zanella-Savy • Agenda : Élisabeth Pesenti • Maquette et mise en page : Michèle Meslin • Photos : Gilles Soler, Philippe Nicolas • Suivi de fabrication : Élisabeth Guillin • Impression : Rockson Ce journal a été tiré à 45500 exemplaires sur papier écologique. Dépôt légal n° 200 2.03.


Journal du Grand Alès en Cévennes