Page 26

© D. Scherberich

ombre légère leur soit apportée aux heures les plus chaudes de la journée. Beaucoup d’espèces sont particu-lièrement attrayantes : associés à d’autres plantes de sousbois, notamment les fougères, les Arisaema sont du plus bel effet. Les périodes de floraison sont variables suivant les espèces et les sections, si bien que l’échelonnement des floraisons est compris entre fin février pour les plus pré-

Arisaema averyanovii V.D.Nguyen & P.C.Boyce

coces (A. thunbergii Blume, A. ovale var. sadoense (Nakai) J. Murata) jusqu’à fin juin pour les plus tardives (A. candidissimum W.W.Sm., A. fargesii Buchet). Cette diversité se retrouve également dans les morphologies foliaires, où l’on 26 • Sauvages & Cultivées - Décembre 2014

La collection d’Arisaema tropicaux dans les serres Si la majorité des espèces d’Arisaema provient de régions froides et tempérées, on en rencontre également dans les régions tropicales d’Asie, d’Afrique de l’Est ou d’Amérique (A. macrospathum Benth. au Mexique). Ce sont d’ailleurs ces régions qui sont aujourd’hui de plus en plus explorées et révèlent le plus grand nombre de découvertes. Sur les 23 espèces décrites ces 10 dernières années, 16 sont des espèces tropicales et seulement 7 sont issues de milieux tempérés. Le Jardin botanique possède actuellement 12 espèces en culture. En raison de leur nature gélive et de leurs besoins en hygrométrie, ces plantes sont cultivées dans les serres tropicales. Les conditions de température et d’humidité y sont constantes tout au long de l’année, autour de 18-20°C en hiver, un peu plus lors des chaleurs de l’été, et un minimum de 80 % d’hygrométrie maintenu grâce à un système de brumisation de l’air. Deux groupes se distinguent par leur mode de culture : les espèces à feuillage persistant et celles à feuillage caduc qui nécessitent une période de repos. On rencontre les premières dans les zones montagneuses où le climat est relativement constant

© D. Scherberich

Arisaema scortechinii Hook.f.

observe des feuilles pédalées, radiées ou trifoliolées. Enfin, notons également une espèce prolifique citée plus haut et qui se montre stolonifère : A. ciliatum H.Li. En-dehors de la période de floraison, plusieurs taxons conservent aussi un attrait esthétique par leur feuillage varié ou leur pétiole irrégulièrement bariolé tel A. taiwanense J.Murrata. Citons enfin A. bockii Engl. et surtout A. fargesii Buchet, aux larges feuilles atteignant des dimensions spectaculaires en sol frais, et dont les fructifications automnales vivement colorées ne passent pas inaperçues !

Arisaema murrayi (J.Graham) Hook.

© D. Scherberich

© D. Scherberich

La vie des plantes

Arisaema ghaticum (Sardesai, S.P.Gaikwad & S.R.Yadav) Punekar & Kumaran

tout au long de l’année. Elles forment un rhizome horizontal qui se développe dans une fine couche d’humus, au niveau de la surface du sol. Elles doivent ainsi être rempotées régulièrement afin que le substrat soit toujours aéré et drainant. Ces espèces sont regroupées dans la section Anomala Gusman & L.Gusman, représentée dans nos collections par A. scortechinii Hook.f., A. wrayi Hemsl. et A. umbrinum Ridl... Les 2 premières, originaires de Malaisie péninsulaire, sont des formes à feuillage particulièrement attractif

Profile for Jardin botanique de Lyon

Sauvages et cultivées 2014  

Revue du Jardin botanique de la ville de Lyon, N° 6 edition 2014

Sauvages et cultivées 2014  

Revue du Jardin botanique de la ville de Lyon, N° 6 edition 2014

Advertisement