__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 6

À LA UNE

Edition du 3 au 9 Juin 2020

6

USA: Donald Trump menace USA: une autopsie indépendante conclut que George Floyd est de déployer l’armée si les mort asphyxié violences continuent

Le couvre-feu, instauré à New York de 23h à 5h lundi, commencera dès 20h mardi

Le président américain Donald Trump a promis lundi de restaurer l’ordre dans une Amérique en proie à des manifestations de plus en plus violentes depuis la mort de George Floyd, menaçant de déployer l’armée. A New York, plusieurs grands magasins de la célèbre 5e Avenue ont été pillés lundi soir. Le couvre-feu, instauré dans la ville de 23h à 5h lundi, commencera dès 20h mardi, a annoncé le maire Bill de Blasio. Appelant les gouverneurs à agir vite et fort pour «dominer les rues» et briser la spirale des violences, le président leur a lancé une mise en garde. «Si une ville ou un Etat refuse de prendre les décisions nécessaires pour défendre la vie et les biens de ses résidents, je déploierai l’armée américaine pour régler rapidement le problème à leur place», a-t-il

lancé, dénonçant des actes de «terrorisme intérieur».

De Boston à Los Angeles, de Philadelphie à Seattle, le mouvement de protestation s’est exprimé jusqu’ici de façon majoritairement pacifique le jour, mais a aussi donné lieu à des embrasements nocturnes et des destructions. L’agent Derek Chauvin, qui a été inculpé d’homicide involontaire, doit comparaître le 8 juin devant un tribunal, un jour avant les obsèques de George Floyd, qui auront lieu à Houston, sa ville d’origine où vit toujours sa famille. L’émotion a dépassé les frontières des Etats-Unis. Des manifestations contre les brutalités policières et le racisme aux Etats-Unis ont aussi eu lieu ces derniers jours en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Irlande, aux Pays-Bas, au Canada et en Nouvelle-Zélande.

Donald Trump précipité dans le bunker de la Maison Blanche vendredi soir

Un couvre-feu a été décrété à Washington après de nouvelles manifestations près de la Maison Blanche Des agents des services secrets ont précipité le président américain Donald Trump vendredi soir dans un bunker souterrain, alors que des centaines de manifestants se rassemblaient devant la Maison Blanche, certains jetant des pierres et tirant sur les barricades de la police, selon le New York Times. Le président américain a passé près d’une heure à cet endroit, conçu pour être utilisé dans des situations d’urgence comme des attaques terroristes, selon un républicain proche de la Maison Blanche qui s’exprimait sous couvert d’anonymat. Cette décision a mis en évidence l’inquiétude au sein de la Maison Blanche, où des

chants depuis le parc Lafayette pouvaient être entendus tout le week-end tandis que les agents des services secrets et des forces de l’ordre contenaient difficilement la foule, a rapporté dimanche l’agence de presse AP. Ces manifestations, qui se poursuivent depuis la mort de George Floyd, ont déclenché l’une des alertes les plus élevées à la Maison Blanche depuis les attentats du 11 septembre 2001. La sécurité du complexe présidentiel a été renforcée notamment par la Garde nationale. Dimanche, un couvre-feu a été décrété à Washington après de nouvelles manifestations près de la Maison Blanche, a annoncé la maire de la capitale des Etats-Unis, Muriel Bowser, au lendemain d’une nuit marquée par des émeutes dans plusieurs villes du pays.

La ville de New York va être placée sous couvre-feu à compter de ce lundi

Une autopsie indépendante a conclu que George Floyd était mort asphyxié en raison «d’une pression forte et prolongée», a affirmé lundi l’avocat de la famille de la victime, contredisant les résultats de l’autopsie officielle. «Des médecins indépendants ayant mené une autopsie sur M. Floyd dimanche ont conclu que le décès avait résulté d’une asphyxie par pression prolongée», a déclaré l’avocat, Ben Crump. Il y a une semaine George Floyd, un Afro-américain de 46 ans, a suffoqué, menotté, sous le genou d’un policier blanc de Minneapolis lors de son interpellation. De New York à Los Angeles, de Philadelphie à Seattle, des dizaines voire des centaines de milliers d’Américains ont manifesté samedi et dimanche contre les brutalités policières, le racisme et les iné-

galités sociales.

En outre, la ville de New York va être, en raison des émeutes provoquées par la mort de George Floyd aux mains de la police, placée sous couvre-feu à compter de ce lundi, a annoncé le maire Bill de Blasio dans un tweet. «J’ai parlé au gouverneur (de New York) Andrew Cuomo et pour la sécurité de tous, nous avons décidé de mettre en place un couvre-feu pour la ville de New York ce soir: il entrera en vigueur à 23h et sera levé à 5h du matin», a indiqué dans un tweet le maire de la capitale économique, emboîtant le pas à une quarantaine d’autres villes ayant déjà pris cette mesure. La police a tiré des gaz lacrymogènes dimanche devant la Maison Blanche pour disperser une manifestation contre les violences policières et le racisme, alors que de violents affrontements avaient lieu dans Washington.

Mort de George Floyd: les manifestations se propagent à l’Europe

Des milliers de protestataires se sont rassemblés à Londres et Berlin

nique, puis jusqu’au 10 Downing Street, la résidence du Premier ministre.

Les violentes manifestations consécutives à la mort de George Floyd se propagent à l’Europe.

Les protestataires ont terminé leur marche devant l’ambassade américaine, portant des pancartes avec les mots «Je ne peux pas respirer» et «Black Lives Matter», nom du mouvement militant afro-américain qui lutte contre le racisme et la discrimination envers la population noire aux Etats-Unis.

Des milliers de personnes ont battu le pavé dimanche et lundi à Berlin et Londres pour exprimer leur indignation suite au décès de cet Afro-Américain de 46 ans, étouffé par un policier. Dans la capitale allemande, des centaines de manifestants se sont rassemblés devant l’ambassade américaine hurlant «Justice pour George Floyd», et brandissant des pancartes proclamant «Arrêtez de nous tuer», ou bien «Qui appeler quand le meurtrier est un policier ?». Un portrait de la victime portant l’inscription «Je ne peux pas respirer», en référence aux derniers mots prononcés par George Floyd, a également été dessiné sur un vestige du mur de Berlin. A Londres, des milliers de manifestants se sont rendus jusqu’au Parlement britan-

Les manifestations se sont déroulées sous une surveillance policière renforcée afin d’éviter des débordements similaires à ceux observés aux Etats-Unis. C’est dans ce contexte qu’un autre rassemblement est prévu mardi soir à Paris en hommage à Adama Traoré, un jeune homme noir décédé en 2016 suite à son interpellation par les forces de l’ordre. Les manifestants entendent «réclamer justice» pour ce dernier, alors qu’une nouvelle expertise médicale rendue publique vendredi dernier a écarté la responsabilité des gendarmes dans son décès.

Profile for epsilon media Associés

Israël Actualités n°563  

Toute l'Information en provenance d'Israël

Israël Actualités n°563  

Toute l'Information en provenance d'Israël

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded