Page 1

PORTFOLIO Ingrid Gjermstad Architecte diplômée EPFL


CV

Ingrid Gjermstad E-mail : ingrid.gje@gmail.com Naissance : 3 août 1988, Trondheim, Norvège Langues : norvégien, français, anglais, allemand, danois, espagnol Expérience professionnelle Septembre 2015 - septembre 2016 : Architecte chez ESTAR, Saint-Jacques-de-Compostelle. Septembre 2013 - juin 2015 : Assistante étudiante chez prof. Dietz (ateliers de bachelor 1 et bachelor 2) à l’EPF Lausanne. Juillet - septembre 2014 : Stage chez Brauen + Wälchli Architectes, Lausanne. Février 2013 - août 2013 : Stage chez Knapkiewicz & Fickert, Zurich. Août 2012 - février 2013 : Stage chez Pool Architekten, Zurich. Formation Juillet 2015 : Diplôme en Architecture de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) Septembre 2011 - juillet 2015 : Étudiante d’échange et Master en Architecture à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne, (EPFL) Énoncé théorique et projet de master avec prof. Marco Bakker et prof. Martin Fröhlich Ateliers : Prof. Harry Gugger (LABA), Bosshard & Vaquer, Giuliani & Hönger Septembre 2008 - juin 2011 : Bachelor en Architecture à Royal Danish Academy of Fine Arts, École d’Architecture, Copenhague. Août 2007 - janvier 2008 : Production graphique à Norges Kreative Fagskole, Oslo. Cours en photoshop, illustrator, indesign, techniques d’impression. 2004 – 2007 : Baccalauréat académique à Trondheim Katedralskole, Norvège. Spécialisation en musique. Publication Juillet - novembre 2015 : Projet de master sélectionné pour l’exposition et la publication de « Best Of 2015 », présenté par Archizoom (EPFL).


ANCIEN MANÈGE

Collaboration chez ESTAR. Avant-projet et projet d’ouvrage 2015-16. L’Ancien Manège, construit au cours du 18e siècle puis modifié en garage dans les années 1950, va être transformé pour accueillir une crèche, une maison de quartier, un restaurant scolaire et une ludothèque. Le point de départ du projet est de mettre en valeur la configuration spatiale et constructive du bâtiment avec un minimum d’intervention lourde. Le projet propose la réutilisation des éléments structurels et constructifs existants, combinés avec des démolitions choisies, des réparations ponctuelles et des ajouts minimaux. Le caractère des ajouts et l’utilisation du bois comme matériau principal permettent d’éventuelles modifications futures selon les utilisations du bâtiment. L’intervention s’inscrit comme un nouveau chapitre dans l’histoire de la transformation de l’Ancien Manège. Durant ce projet, mes contributions et responsabilités incluent des discussions architecturales et développement du projet, dessins, maquettes et communication avec le maître d’ouvrage et les mandataires.

En haut: Vue de la «Rotonde», éspace d’entrée. Maquette 1:25.


ANCIEN MANÈGE

En haut: Vue de l’escalier principal. Maquette 1:25. En bas: Plan du premier étage.


ANCIEN MANÈGE

En haut: Vue de la grande salle. Maquette 1:30. En bas: Coupe longitudinale du bâtiment avec la grande salle et la boîte suspendue.


ANCIEN MANÈGE

En haut: Vue de la crèche. Maquette 1:30. En bas: Coupe transversale du bâtiment avec la crèche, la grande salle et la ludothèque.


ANCIEN MANÈGE

En haut: Vue des vestiaires au dessus de la «rotonde». Maquette 1:25. En bas: Élevation de la façade sud-est, Rue Saint-Léger.


ANCIEN MANÈGE

Construction dalle béton Revêtement en linoléum Panneau OSB Isolation phonique Dalle à nervure en béton

Ouverture 10 mm 20 mm 50 mm 166 mm

Construction mur Mur existant en maçonnerie 680 mm Isolation Multipor 200 mm Crépi intérieur 10 mm Plinthe intégrée dans banc en bois

Isolation embrasure Multipor60 mm Crépi intérieur 10 mm Menuserie extérieure en bois Fenêtre à guillotine Store intérieur à enroulement Construction dalle Revêtement en linoléum Chape Isolation EPS Isolation PUR Dallage béton

En haut: Maquette d’étude de la fenêtre de la «Rotonde». Echelle 1:30. En haut: Détail de construction de la fenêtre de la «Rotonde». Echelle originale 1:20.

10 mm 70 mm 20 mm 120 mm 200 mm


CHÂTE AU DE L A TOUR-DE-PEILZ, MUSÉE SUISSE DU JEU

Collaboration chez ESTAR. Concours ouvert 2016, 5ème prix. Pour la rénovation du château de La Tour-de-Peilz a pour but de restructurer et transformer les locaux du musée Suisse du Jeu ainsi que l’aménagement de son environnement. L’approche générale était de clarifier la lisibilité de la structure existante avec un minimum de modifications structurelles et de démolitions, et seulement avec des ajouts et des réparations ponctuelles. L’approche paysagère a la volonté de clarifier les accès au château depuis le village et le lac en simplifiant la visibilité des éléments de fortifications et en soulignant les anciennes douves grâce à une végétation sauvage. Les salles d’expositions sont placées dans le bâtiment principal où les pièces en enfilade s’ouvrent sur le lac et apportent plusieurs possibilités de combinaison entre expositions permanente et temporaire. Le restaurant, la bibliothèque et les espaces administratifs sont placés dans l’annexe. Dans chacun des bâtiments les transformations les plus importantes prennent place dans les combles, où les murs existants et un nouveau plafond suspendu avec des puits de lumière s’inscrivant entre les structures existantes de la toiture assurent des espaces ouverts et lumineux. Durant ce projet, mes contributions et responsabilités incluent des discussions architecturales et développement du projet, dessins et maquettes.

En haut: Vue axonométrique du Château de La Tour-de-Peilz.


CHÂTE AU DE L A TOUR-DE-PEILZ, MUSÉE SUISSE DU JEU

En haut: Espace d’exposition, premier étage. Maquette 1:15. En bas: Plan du rez-de-chaussée.


CHÂTE AU DE L A TOUR-DE-PEILZ, MUSÉE SUISSE DU JEU

En haut: Enfilade des espaces d’exposition, premier étage. Maquette 1:15. En bas: Plan des combles.


coupe C-C

coupe B-B

CHÂTE AU DE L A TOUR-DE-PEILZ, MUSÉE SUISSE DU JEU

3ème étage +393.50 m

+387.24 m : +11.24 m

+385.39 m : +9.39 m combles +383.12 m : +7.12 m

1er étage +379.51 m : +3.51 m

rez-de-chaussée +376.00 m : ±0.00 m

En haut: Espace d’exposition, combles. Maquette 1:25. En bas: Coupe transversale du bâtiment pricipal.

coupe C-C

coupe B-B

sous-sol +373.45 m : - 2.55 m


coupe A-A

CHÂTE AU DE L A TOUR-DE-PEILZ, MUSÉE SUISSE DU JEU

+384.92 m : +8.49 m

combles +382.36 m : +5.93 m

+381.46 m : +5.03 m 1er étage +379.86 m : +3.43 m

1er étage +379.10 m : +2.67 m

+379.50 m : +3.07 m

+378.78 m : +2.35 m rez-de-chaussée +376.43 m : ±0.00 m

coupe A-A

En haut: La bibliothèque avec une vue sur la cour. En bas à gauche: Coupe transversale du batiment principal. En bas à droite: Coupe transversale de l’annexe.

rez-de-chaussée +376.16 m : - 0.27 m


CHÂTE AU DE L A TOUR-DE-PEILZ, MUSÉE SUISSE DU JEU

TOITURE Tuile plate existante Tuile de verre au sommet sous faîte COMBLES Lanterneau Double vitrage isolant verre dépoli, valeur U 1.3 W/m2K 50 mm Plafond Structure en bois 150 mm Isolation en laine de roche, valeur U 0.32 W/m2K 250 mm Panneaux multiplis de bouleau, lasurés blanc 18 mm Murs Vide d’air 100 mm Eléments isolant de maçonnerie Optitherm valeur U 0.38 W/m2K 400 mm Enduit au plâtre avec peinture blanc mat 15 mm Ouvertures Linteau et encadrement préfabriqués en béton avec isolation thermique intégrée Fenêtre existante avec nouveau verre isolant, valeur U 1.3W/m2K

500 mm 40 mm

Sol Plancher en bois rainé crêté Isolation phonique, Lattage et couche de nivellement Lambourdage en bois 80 x 80 mm Solives en bois existantes

24 mm 40 mm 80 mm

1ER ETAGE Ouvertures Fenêtre existante extérieure avec verre simple Fenêtre existante intérieure avec nouveau verre isolant, valeur U 1.3W/m2K Volet intérieur pour contrôle de la lumière

40mm 40mm 30mm

Sol Plancher en bois rainé crêté Isolation phonique Solives en bois existantes Plafond en plâtre existant

24 mm 40 mm 200 mm

Coupe constructive du bâtiment principal. Échelle originale 1:20.


A STORY TO BE CONTINUED

Projet de master, EPFL 2015. Sélectionné pour la publication «Best Of 2015». Imagine que tu te balades à travers les rues étroites d’une ancienne ville nordique entourées de petites maisons en bois, puis, face à toi, un trou, une absence dans la façade. Il y avait une maison. Peut-être a-t-elle brûlé ? Son empreinte marquée sur les murs mitoyens laisse deviner sa forme. Ces disparitions produisent des silhouettes intrigantes, abstraites, presque bizarres dans le paysage urbain. Sans révéler ce qui se passe derrière, elles séparent le privé et le public, tout en cherchant une réaction. Que peut-on faire ici ? Ouvrir, percer, s’attacher, connecter, occuper, habiter ... Situé dans la ville historique de Trondheim, le site constitue depuis presque cinquante ans un grand angle vide. L’intervention, comprenant un nouveau bâtiment et la transformation d’une fabrique de limonade, offre des logements pour étudiants. Le centre de l’îlot accueille un “espace disponible” où les habitants peuvent organiser des évènements publics de manière informelle et autonome, une ressource qui anime les vides le temps de leur présence. Les bâtiments cadrent et définissent l’espace public, tout en laissant une marge pour que le non-planifié, l’informel ou l’inattendu puissent apparaître.

En haut: Vue de la rue Erling Skakkes gate. Maquette 1:50.


A STORY TO BE CONTINUED

rg St. Jø

ensveit

a

Erling Skakkes gate

Kannikestrete Kjøpma

nnsgat

a

Plan du rez-de-chaussée.


A STORY TO BE CONTINUED

En haut: Vue du vide. Maquette 1:50. En bas: Coupe à travers les logements, le pavillion et «la fabrique».


A STORY TO BE CONTINUED

En haut: Vue du vide. Maquette 1:50. En bas: Coupe à travers le pavillion et les espaces publics.


A STORY TO BE CONTINUED

En haut: Vue de la cour. Collage digital. En bas: Plan du rez-de-chausée, logements d’étudiants.


A STORY TO BE CONTINUED

En haut: Vue du pavillion au centre de l’îlot. Collage digital. En bas: Plan du pavillion.


ON THE UNFINISHED IN ARCHITECTURE

1750* 1962

1980* 2002

0

Upper Lawn Pavilion. Vue axonométrique sur le pavillion et le jardin depuis le sud-est.

5m


ON THE UNFINISHED IN ARCHITECTURE

Énoncé théorique, EPFL 2014. Qu’est-ce qu’est le non-fini et comment s’exprime-t-il dans l’architecture ? Cet énoncé théorique est une réflexion sur l’idée du non-fini, sur l’idée qu’un projet architectural peut être simultanément fini et en évolution. Les interventions que l’architecte développe représentent seulement un instant dans la vie d’un bâtiment. Si on observe un bâtiment au cours du temps, nous voyons que l’architecture est une histoire à être réécrite et continuée par d’autres. Ou est-ce nous qui continuons une histoire déjà commencée par un tiers ? À travers une série d’essais, je tente de trouver des réponses possibles à ces questions. La première partie explore plusieurs concepts différents du non-fini qui a fasciné et troublé l’homme au cours de l’histoire. Ces concepts se réfèrent aux perceptions et aux idées tirant leur origine de l’art, la littérature, l’anthropologie, la philosophie et l’architecture pour pouvoir peindre une image abstraite du non-fini. La deuxième partie prend la forme de visites dans cinq endroits particuliers. Chaque bâtiment a son histoire respective. En regardant chaque cas, le visiteur est capable de comprendre comment l’aspect du non-fini peut être exprimé de différentes manières et comment le non-fini peut produire des expériences architecturales enrichissantes et intrigantes.


ON THE UNFINISHED IN ARCHITECTURE

Extrait de l’énoncé: Chance and superposition At first, architecture is only an idea in somebody’s mind, and does not even exist as physical form. After a process of drawing and construction, the building might enter its first moment of fulfilment. But in the same moment, the phase of degradation and fragmentation begins. The building adapts and is marked by its inhabitants, the weather or the movements of the ground. Architecture is always a response to a particular situation, and at any time a foreseen or unforeseen event can put the entire base for the architectural definition back into question. [...] When arriving at such a turning point, one could argue that it is time to declare the existing architecture obsolete, tear it down and recommence a new story. I find it in this case interesting to pursue the idea of affectionate value that the building evokes; which cannot be easily explained, nor simply be replaced by something new. The building possesses its own personality, shaped by past events. Every time a building arrives at a new point of ‘completion’, all the previous layers will be more or less visible, as hints or memories of certain moments in time. It is this superposition of layers in time, which I find intriguing. Certain things are still visible and readable in the building’s matter. Other things are forgotten. The occurrence of events is mostly a result of chance, and can produce unexpected, ambiguous and sometimes even comical situations in the architectural experience. One cannot immediately understand why things have been done in a certain way; one starts to question why one ceiling is lower that the other, why a floor suddenly changes material at a seemingly arbitrary place, or why there is an extra door leading nowhere. [...] In an architectural project where past incidents, context and history is taken into account, the ‘whole’ of an architectural intervention is complemented by hints of the previous, which adds complexity and tension even in a state of ‘completion’.

Extrait de l’essai «A Moment in the Life of a Building» dans On the Unfinished in Architecure, énoncé théorique.


ON THE UNFINISHED IN ARCHITECTURE

800/1050* 1150*

1230* 1480*

1950 2007

L’Église St. Kolumba / Musée de Kolumba. Plan du rez-de-chaussée. Entrée, vestibule, chapelle et excavations.

0

10m


ARCTIC GARDENS

Collaboration avec Nicolas Feihl. Atelier LABA EPFL 2012. Les Jardins de l’Arctique (The Arctic Gardens) sont une infrastructure qui cherche à augmenter les possibilités de mener une vie durable à Longyearbyen. Svalbard est un archipel dans la mer Barents qui dépend des provisions venant de la métropole par bateau ou par avion. Les jardins permettent aux habitants de faire pousser des plantes dans un climat arctique, avec des équipements additionnel pour le traitement des déchets organiques. À cause de son climat rude, la ville manque d’espaces publics naturels. De plus de l’avantage d’une production agricole, les jardins offrent un espace public qui est ouvert pour toute la ville. Le site se trouve à l’endroit le plus ensoleillé au bord du fjord, sur un terrain qui est aujourd’hui dominé par des halles de stockage temporaires et des bâtiments industriels. L’une de nos intentions était de récréer un paysage artificiel à l’intérieur du bâtiment, donnant l’impression que nous cultivons la terre naturelle. Un grand espace dominé par des poteaux crée l’image d’une forêt éparse. Entre ces «arbres», le chemin principal suit le centre de la structure et s’étale vers les extrémités, donnant l’accès aux parcelles. Certaines parcelles ont été transformées en espaces communs avec des tables et des chaises. Les jardins sont couverts d’une membrane gonflée d’ETFE, donnant l’image d’un ciel de nuages.

En haut: Maquette du concepte - terre, arbres et ciel.


ARCTIC GARDENS

5

4

3

2

1

0

5

Å

Common space / Open kitchen 208 m2

6

A1 36 m2

Ø

A2 28 m2 Administration 17 m2

B1 28 m2

A3 21 m2

B2 22 m2 7

Storage 5 m2

B3 15 m2

A4 26 m2 A5 27 m2

B7 19 m2 Shop 19 m2

B4 30 m2

A6 22 m2

B8 21 m2

B5 30 m2

A7 19 m2

C1 28 m2

C2 26 m2

B6 19 m2

8

D1 50 m2 A8 38 m2

C4 29 m2

B11 32 m2

B9 35 m2

0

A9 37 m2

B10 28 m2

C5 24 m2

C3 28 m2

1

A10 40 m3

D2 39 m2 C6 23 m2

B15 23 m2

B14 22 m2

2

C7 29 m2

B13 26 m2

D3 31 m2

3

C9 26 m2

B12 33 m2

A11 29 m2

C10 27 m2

C8 25 m2

B17 35 m2

A12 27 m2

4

5

A14 24 m2

6

A13 30 m2

B16 24 m2

D4 29 m2

C13 17 m2

D5 33 m2

C12 32 m2

C11 32 m2

C15 14 m2

D6 25 m2

D7 16 m2

A16 28 m2

A15 27 m2

C17 19 m2

C14 22 m2

E1 23 m2 E4 15 m2

C16 25 m2

D8 25 m2

A18 32 m2

E6 17 m2

D9 36 m2

A17 32 m2

C18 26 m2

Ø

E2 28 m2 E8 27 m2

E5 21 m2 D10 27 m2

A19 29 m2 D11 17 m2

E7 20 m2 E14 33 m2

E3 23 m2 D13 25 m2

E15 30 m2

E16 24 m2 F8 46 m2

E13 36 m2

D12 21 m2

E11 16 m2 F9 25 m2 E10 32 m2

6

D14 28 m2

F7 20 m2

D15 19 m2 E9 28 m2

E12 31 m2

F5 30 m2

F6 27 m2

9

F4 27 m2

D16 35 m2

F2 38 m2

9

F3 25 m2

F1 36 m2

Å

9

0

8

En haut: Longyearbyen aves le site au bord du fjord. En bas: Plan des jardins.

7


ARCTIC GARDENS

En haut: Les jardins depuis l’extérieur. Maquette 1:100. En bas: Coupe longitudinale des jardins et du composte.


ARCTIC GARDENS

En haut: L’intérieur des jardins. Maquette 1:100. En bas: Coupe transversale des jardins.


Je suis née à Trondheim, Norvège, et j’ai vécu et étudié l’architecture à Copenhague et à Lausanne. J’ai aussi eu l’occasion de faire une année de stage à Zurich. En ce moment, j’habite et travaille à Saint-Jacques-de-Compostelle, une ville de patrimoine de l’Unesco entourée par des paysages verts, où je profite du témoignage d’une grande maîtrise de la construction en granite ainsi qu’une forte culture de l’artisanat.

En haut: Maison traditionnelle, Saint-Jacques de Compostelle


PORTFOLIO // Ingrid Gjermstad Architecte EPFL  
PORTFOLIO // Ingrid Gjermstad Architecte EPFL  
Advertisement