Page 1


Retrouvez tout l’univers d’Iriah sur le site de l’auteur : www.imaneyitayo.com

2


Iman Eyitayo

Le Visage de l’Ombre

Cœur de Flammes, Tome 1

© EDITIONS PLUMES SOLIDAIRES 3


CE ROMAN EST PARU POUR LA PREMIERE FOIS EN 2012, DANS UNE VERSION LEGEREMENT DIFFERENTE.

© 2012, IMAN EYITAYO © 2014, EDITIONS PLUMES SOLIDAIRES EMAIL : PLUMES.SOLIDAIRES@GMAIL.COM CARTE DU MONDE : IMAN EYITAYO IMAGE DE COUVERTURE

: © FOTOLIA

REALISATION GRAPHIQUE DE COUVERTURE

: IMAN EYITAYO

ISBN-13 : 978-2-9549482-1-8 © TOUS DROITS RESERVES POUR TOUS PAYS DEPOT LEGAL : SEPTEMBRE 2014

4


Remerciements Un livre  ne  s’écrit  pas  seul.   Je   remercie   tous   ceux   sans   qui   l’aventure   n’aurait   pas   commencé.   Je   pense   à   mes   parents,   Soubedatou   et   Chakirou   Eyitayo,  mes  frères  et  sœurs,  Moufid,  Kafil  et  Hikmath,  et   enfin   Élise,  ma  première  lectrice  en  dehors  du  cercle  familial.   Je   tiens   à   remercier   particulièrement   Franck,   le   principal   acteur   de   cette   réédition   qui   a   su   me   faire   voir   mes   erreurs   et   surtout  me  faire  apprendre  d’elles.  Je  n’oublie  pas  Olusegun  qui   a   illustré   mes   personnages,   Fabrice   qui   m’a   plus   que   soutenue   dans  la  réalisation  du  site  internet,  ainsi  que  tous  ceux  qui  m’ont   encouragée  et  aidée  dans  la  réalisation  de  ce  premier  ouvrage  :   Jérôme,  Nelly,  Donald,  Cécile,  Aziz,  Violaine  et  Émilie.   Un   grand   merci   également   à   tous   les   lecteurs   qui   ont   choisi   ou  choisiront  de  découvrir  cette  histoire.   C’est  grâce  à  vous  que  ce  livre  a  pu  passer  du  statut  de  rêve  à   celui  de  réalité.   Merci  encore,   Iman  E.  

5


6


Table des matières Extrait d’un vieux parchemin Prologue. ................................................................. 13   Chapitre 1. ............................................................... 17   Chapitre 2. ............................................................... 37  

7


8


9


10


Extrait d’un vieux parchemin L’an 0, 61e lune – Aube de la nouvelle ère :

« Aurions-­‐nous  échoué  ?  Au  premier  jour,  nous  avons  décidé   de  sceller  la  magie  pour  créer  une  nouvelle  ère  de  paix  pour  les   Hommes.   Nos   pouvoirs   ont,   depuis   lors,   été   emprisonnés   dans   de   vulgaires   pierres   disséminées   dans   tout   Iriah.   Mais   l’un   d’entre   nous   clame   que   malgré   toutes   nos   précautions,   le   procédé  inverse  reste  possible.  Est-­‐ce  pour  cette  raison  que  ma   pierre   s’est   mise   à   briller  ?   Malheur   à   celui   qui   se   retrouvera   possédé  par  cette  magie…  »  

11


12


Prologue. ∝∝∝   Panadil   jeta   un   coup   d’œil   par-­‐dessus   la   rambarde  :   personne.   Sans   hésiter,   il   se   laissa   glisser   sur   la   corde   qu’il   avait   su   improviser   à   l’aide   de   divers   vêtements.   Une   fois   à   terre,   il   regarda   la   fenêtre   d’où   il   s’était   enfui   et   se   félicita   d’avoir   demandé   à   passer   la   soirée   avec   sa   meilleure   amie   et   son   ancienne  gouvernante  qui  elle,  vivait  au  deuxième  étage.  De  ses   propres   appartements,   la   descente   aurait   été   moins   aisée.   Son   estomac   se   noua   en   repensant   à   ce   qu’il   avait   dû   faire   pour   réussir   son   entreprise  :   droguer   ses   deux   amies.   Il   s’en   voulait,   pourtant   il   n’avait   guère   eu   le   choix.   Il   devait   s’en   aller   au   plus   vite,  et  sans  se  faire  remarquer.   Panadil   quitta   prudemment   l’enceinte   du   château,   puis   s’élança   vers   les   jardins   royaux.   Il   courut   plus   d’une   heure   et   finit   par   atteindre   le   labyrinthe   fleuri.   De   hautes   haies   le   surplombaient   de   trois   têtes,   ce   qui   lui   permettait   de   passer   inaperçu.  Jusque-­‐là,  son  plan  se  déroulait  à  merveille.  Cela  allait   lui   prendre   du   temps,   mais   s’il   ne   faisait   aucune   erreur,   il   pourrait   sortir   du   dédale   sans   encombre.   Il   sourit   en   se   rappelant  comment  son  père  avait  tenté  d’en  faire  une  barrière   dissuasive.   Même   s’il   n’y   avait   jamais   mis   les   pieds   à   cause   de   l’interdiction   de   s’aventurer   dans   cette   partie   du   palais,   il   en   avait   tout   de   même   percé   le   mystère.   Cela   lui   avait   pris   des   années  d’observation  et  de  calcul,  mais  il  l’avait  fait.   Le  jeune  homme  respecta  scrupuleusement  le  plan  qu’il  avait   13


mémorisé et  marcha  à  vive  allure  pendant  ce  qui  lui  sembla  être   la   moitié   de   la   nuit.   Épuisé,   il   approchait   enfin   de   la   sortie   lorsqu’un   bruit   de   pas   l’interpella.   Il   se   figea.   Il   savait   sa   petite   taille  propice  pour  se  faufiler  aisément  au  milieu  des  haies,  mais   ses   mouvements   avaient   peut-­‐être   alerté   les   gardes.   Il   regarda   derrière   lui   par   réflexe   et   tendit   l’oreille.   Rien.   Réalisant   qu’il   avait  probablement  rêvé,  il  se  remit  en  route.   Un   autre   bruit   l’arrêta   alors.   Il   ne   rêvait   pas.   Quelqu’un   marchait   dans   les   parages.   Une   goutte   de   sueur   perla   sur   son   front.   Il   continua   tout   de   même   à   avancer   discrètement,   conscient   que   si   quelqu’un   le   rattrapait,   il   serait   perdu.   Le   souffle   court,   il   rejoignit   la   prochaine   intersection   et   porta   instinctivement   la   main   à   sa   baluche,   un   besoin   pressant   de   se   rattacher   à   quelque   chose   de   familier.   Il   avait   emporté   quelques   souvenirs,   des   objets   précieux   ainsi   que   des   provisions   qui   lui   permettraient   de   survivre   dans   les   terres   où   il   se   rendait,   terres   qui  l’effrayaient  tout  autant  que  son  royaume  natal.   Les   bruits   de   pas   se   rapprochèrent.   Quatre…   voire   cinq   personnes  le  poursuivaient.  S’était-­‐il  fait  repérer  ?   Panadil   se   retourna   et   vit   des   lueurs.   L’alerte   avait   été   donnée  !  Il  n’y  avait  plus  une  seconde  à  perdre.  S’il  ne  sortait  pas   du   labyrinthe   dans   les   minutes   qui   suivaient,   la   herse   principale   se  refermerait  et  il  serait  pris  au  piège.   Le  jeune  homme  accéléra  et  passa  plusieurs  intersections  en   prenant   soin   de   ne   pas   se   tromper.   Prendre   la   mauvaise   route   lui   serait   fatal,   il   se   perdrait   et   son   plan   échouerait.   D’autant   plus   que   ses   poursuivants   se   rapprochaient   dangereusement.   Eux   aussi   connaissaient   les   lieux,   à   l’évidence.   Il   continua   ainsi   jusqu’au   dernier   embranchement   et   son   rythme   cardiaque   ralentit  lorsqu’il  vit  de  la  lumière  au  loin.  Il  avait  réussi.   —  Halte  !   Le   jeune   homme   prit   peur,   mais   continua   à   courir,   espérant   que   son   poursuivant   ne   serait   pas   assez   rapide.   Lorsqu’il   atteignit   la   sortie   cependant,   il   se   rendit   compte   que   c’était   14


inutile. Un   homme   se   tenait   devant   lui,   une   épée   en   main.   Les   grands  moyens  avaient  été  employés  pour  le  retrouver,  songea-­‐ t-­‐il   en   reconnaissant   le   maître   de   la   garde   royale.   Panadil   s’arrêta.   —  Monsieur  ?  s’étonna  l’homme.  Arrêtez-­‐vous,  je  vous  prie.   —  Comme   vous   le   voyez,   c’est   déjà   fait   Altran,   marmonna   Panadil  sans  bouger  d’un  pouce.   —  Je   vois.   Je   n’ai   pas   voulu   y   croire   lorsque   j’ai   entendu   l’alerte.  Je  ne  connais  personne  d’assez  fou  pour  pénétrer  dans   ce  dédale.   —  Je   suppose   que   je   dois   l’être   dans   ce   cas,   et   ceux   qui   me   poursuivent  aussi,  répliqua  Panadil,  se  forçant  à  sourire.   —  Vous   ne   devriez   pas   faire   de   l’esprit,   ce   que   vous   venez   de   faire  est  interdit  !  Sa  Majesté  va  être  furieuse  !  Que  vous  arrive-­‐ t-­‐il  ?  Pourquoi  désobéir  et  prendre  cette  route  ?   —  J’ai  mes  raisons.  Me  laisserez-­‐vous  passer  ?   —  Trêve  de  bavardages  !  s’écria  une  autre  voix.   Panadil   se   retourna   et   vit   apparaître   Balzac,   le   lieutenant   d’Altran.   C’était   un   soldat   loyal,   dévoué   corps   et   âme   au   roi.   Inutile  donc  d’essayer  de  discutailler  avec  lui.   Balzac  le  dépassa  et  vint  se  placer  devant  lui,  l’arme  à  la  main   et  le  regard  menaçant.   —  Nous   ne   pouvons   vous   laisser   passer,   nous   devons   vous   ramener  au  château.  Votre  père  décidera  de  la  suite.   —  Du   calme   Balzac,   intervint   Altran   d’une   voix   ferme.   Tu   peux  baisser  ton  arme,  il  nous  suivra  sans  faire  d’histoire.   Le   lieutenant   approuva   d’un   signe   de   tête   et   s’empara   du   coude  de  Panadil,  le  forçant  à  les  suivre.  Le  jeune  homme  ne  se   fit   pas   prier   et   leur   emboîta   le   pas   sans   cesser   de   réfléchir.   Il   savait  que  la  porte  qui  le  mènerait  à  sa  liberté  était  à  quelques   minutes   de   course   à   peine   et   qu’elle   se   refermerait   bientôt.   Il   avait   attendu   cette   occasion   des   mois   durant   alors   il   devait   s’échapper.  Et  pour  cela,  il  n’y  avait  qu’une  solution.   15


Le jeune   homme   profita   d’un   moment   d’inattention   des   gardes  pour  se  dégager  et  plonger  son  regard  dans  le  leur.  Il  fit   appel   à   son   pouvoir   et   le   sentit   très   vite   affluer   dans   sa   tête.   Il   envoya  l’ordre,  puis  s’enfuit  sans  se  retourner.   Altran  regretta  immédiatement  son  manque  de  vigilance.  Le   jeune   homme   avait   des   pouvoirs   et   il   le   savait.   Le   roi   l’avait   prévenu,   jamais   il   n’aurait   dû   le   regarder   dans   les   yeux.   La   silhouette  du  prince  qui  s’enfuyait  fut  la  dernière  chose  qu’il  vit   avant  de  sombrer  dans  l’inconscience.   Panadil   courait   vers   la   grande   herse,   hésitant   à   regarder   en   arrière.   Il   finit   par   jeter   un   coup   d’œil   furtif   derrière   lui   et   vit   Altran  se  saisir  de  Balzac  et  l’assommer  d’un  puissant  coup  sur   la   tête.   Le   maître   de   la   garde   resta   immobile   un   instant,   puis   s’empara   de   son   épée.   Panadil   retint   un   cri   lorsqu’il   la   leva   pour   l’abattre  sur  son  lieutenant.   Était-­‐ce   de   sa   faute  ?   Il   avait   ordonné   à   Altran   de   l’aider   à   s’enfuir   par   tous   les   moyens.   Jamais   il   ne   se   serait   douté   qu’il   tuerait   son   second.   Il   venait   d’ôter   la   vie   à   un   innocent,   encore   une   fois…   Mais   il   ne   pouvait   se   résoudre   à   penser   de   la   sorte.   C’était  un  sacrifice  nécessaire  pour  sauver  des  milliers  de  vies.   Déterminé,   Panadil   franchit   la   distance   le   séparant   de   la   herse,  qui  se  refermait  déjà  à  mesure  que  le  soleil  se  levait.  D’un   bond,   il   se   jeta   en   dessous   et   la   franchit   de   justesse.   Il   se   retourna  alors  pour  jeter  un  dernier  coup  d’œil  à  son  ancienne   vie.   Il   vit   au   loin   trois   autres   gardes   sortir   du   labyrinthe   et   s’approcher   d’Altran   en   courant.   Le   cœur   battant,   il   pria   alors   pour  que  les  Dieux  lui  pardonnent,  et  que  le  meurtre  de  Balzac   reste  impuni.   Sans   hésiter   davantage,   il   s’enfonça   dans   la   forêt   qui   se   dessinait   devant   lui,   sans   remarquer   que   derrière,   les   murs   et   les   jardins   du   château   s’effaçaient   au   fur   et   à   mesure   qu’il   avançait.    

16


1. ℘   À   l’angle   d’un   carrefour   désert,   une   maison   lugubre   se   distinguait  du  reste  du  paysage.  Sans  cheminée  et  plongée  dans   l’obscurité,   elle   semblait   inhabitée.   Pourtant,   un   carrosse   se   gara   devant   et   une   lueur   finit   par   éclairer   l’une   des   minces   fenêtres  de  la  bâtisse.   —  Aluna  !  s’écria  une  voix.   Plus  bas,  dans  le  sous-­‐sol  de  cette  sombre  habitation,  le  corps   d’une   jeune   femme   gisait   à   même   le   sol.   Elle   était   mince,   avait   des   traits   fins   et   de   longues   mèches   de   cheveux   emmêlés   –   de   fines   dreadlocks   –   qui   lui   arrivaient   dans   le   dos.   Le   peu   de   lumière   qui   filtrait   par   le   soupirail   ne   dévoilait   qu’une   forme   recroquevillée   au   coin   de   la   pièce,   sa   peau   couleur   ébène   se   fondant  presque  dans  le  décor.   —  Aluna  !  hurla  de  nouveau  la  voix.   La  jeune  femme  fronça  les  sourcils  en  entendant  depuis  son   château  l’appel  de  son  maître.  Cette  voix  perturba  l’image  du  bel   inconnu  l’embrassant  et  la  ramena  brutalement  à  la  réalité.  Elle   se  réveilla  en  sursaut  et  se  redressa,  aux  aguets.  Autour  d’elle  ne   se   dressaient   plus   de   hauts   murs   tapissés   de   rouge   et   d’or,   mais   seulement   une   pièce   sans   vie.   L’homme   à   la   peau   mate   et   vêtu   de   noir   avait   lui   aussi   disparu   pour   laisser   place   à   sa   propre   silhouette  dans  le  miroir  en  face  d’elle.   Aluna   se   leva,   alluma   une   lanterne   et   se   dirigea   vers   sa   glace.   Elle   s’y   regarda,   en   allant   de   ses   jambes   fines   à   sa   chevelure   17


rebelle. Elle  passa  la  main  dans  ses  cheveux,  puis  s’appliqua  à  en   faire  une  natte.  Elle  y  avait  toujours  accordé  de  l’importance,  sa   mère   lui   ayant   souvent   répété   que   les   maintenir   longs   et   propres  pourrait  la  faire  passer  pour  une  femme  de  la  noblesse   un   jour.   Elle   lui   avait   donc   longuement   enseigné   comment   les   rendre   attirants   malgré   leur   volume   impressionnant,   et   Aluna   avait  été  une  bonne  élève.   Sa  natte  terminée,  elle  quitta  son  reflet  et  enfila  un  vêtement   qui   traînait   au   sol.   Le   contact   du   tissu   contre   sa   cuisse   lui   arracha  un  petit  cri  de  douleur.  Cette  blessure  était  loin  d’être  la   seule   qu’elle   portait,   et   tout   son   corps   chantait   à   l’unisson   la   souffrance  qu’elle  vivait.   —  Aluna  !  Qu’est-­‐ce  que  tu  fais  ?  retentit  encore  la  voix.  On  a   de  la  visite  !   La   jeune   femme   trembla   de   tout   son   long,   comme   si   son   maître  avait  directement  parlé  dans  son  oreille.  Elle  pressa  alors   le  geste.   —  Je  suis  là  dans  un  instant  !   Enfilant   une   paire   de   sandales,   Aluna   se   remémora   comment   elle   avait   atterri   à   Arabica,   cette   petite   ville   déserte   du   nord-­‐ ouest   de   Goran,   un   des   quatre   États   souverains   d’Iriah.   Les   habitants   avaient   tous   fui   lors   de   la   dernière   guerre   avec   l’État   voisin  de  Cristallia.  Depuis,  la  trêve  avait  été  signée,  mais  la  paix   ne  tenait  de  nouveau  qu’à  un  fil.  Le  rejet  du  régime  du  Régisseur   se  faisait  de  plus  en  plus  sentir,  les  horreurs  conséquentes  à  la   loi  interdisant  la  naissance  de  jumeaux  étant  de  moins  en  moins   supportables.   Le   Régisseur…   Cette   seule   pensée   la   fit   frissonner.   Que   pouvait-­‐il  être  ?  Un  être  humain  se  montrerait-­‐il  si  cruel  envers   ses   semblables  ?   Ou   s’agissait-­‐il   d’un   «  Dieu  »   comme   certains   semblaient   le   penser  ?   Il   avait   été   raconté   à   Aluna   qu’il   était   apparu   une   soixantaine   d’années   auparavant,   proclamant   son   hégémonie   sur   les   quatre   royaumes   qui   après   une   courte   rébellion,  avaient  assisté,  impuissants,  à  la  démonstration  de  sa   18


colère. On  ne  savait  comment,  il  avait  réussi  à  faire  s’entre-­‐tuer   des   milliers   d’hommes   et   de   femmes   sans   lever   le   petit   doigt.   Personne  ne  sut  jamais  comment  Il  s’y  était  pris,  mais  une  chose   était  sûre,  le  Régisseur  l’avait  prédit  !     Dès   lors,   la   crainte   habitait   Iriah.   Les   rois,   seuls   à   pouvoir   communiquer  avec  Lui,  avaient  instauré  deux  principales  lois  en   signe   de   soumission  :   le   paiement   de   taxes   sans   précédent   et   surtout,  l’assassinat  des  enfants  qui  naissaient  par  deux.  Tant  de   sang  avait  été  versé  depuis  !   Le  tintement  de  la  cloche  de  son  maître  sortit  la  jeune  femme   de   ses   pensées.   Il   s’impatientait.   Elle   emprunta   l’échelle   pour   sortir   du   sous-­‐sol   qui   lui   servait   de   principal   habitat.   Elle   rabattit   ensuite   la   trappe   et   se   retourna   vers   son   maître   qui   l’attendait  déjà  de  pied  ferme.   —  Je…   je   m’excuse   de   mon   retard,   dit-­‐elle   en   baissant   le   regard.   —  Ce   n’est   pas   trop   tôt  !   Ta   mère   et   tes   sœurs   t’attendent   dans  le  salon.   Aluna  se  redressa  sous  l’effet  de  la  surprise.  L’homme  qui  se   tenait   devant   elle   n’était   pas   très   imposant,   et   même   plutôt   petit.   Ses   bésicles   dépassaient   de   son   nez   crochu   et   laissaient   entrevoir   des   yeux   d’un   bleu   hypnotisant.   Sa   peau   était   d’une   pâleur   effrayante,   sa   courbure   naturelle   accentuant   son   air   maladif.   Aluna   ne   connaissait   pas   l’âge   du   vieil   homme,   mais   tout  portait  à  croire  qu’il  avait  largement  dépassé  le  demi-­‐siècle.   —  Tu  as  perdu  l’usage  de  tes  jambes  ?  hurla-­‐t-­‐il.  Je  t’ai  dit  que   ta  mère  était  là  !   La  jeune  fille  sursauta,  s’excusa,  puis  s’éclipsa  dans  l’arrière-­‐ pièce   qui   servait   de   cuisine.   Elle   devait   préparer   une   collation   pour   accueillir   sa   famille   comme   il   se   devait.   Elle   prit   donc   un   plateau   et   se   mit   à   la   réalisation   de   peccas,   petits   amuse-­‐ bouches   très   appréciés   dans   le   royaume   de   Goran.   La   préparation   nécessitait   une   base   de   pain,   un   ajout   d’œuf   et   de   viande.   La   touche   finale   consistait   à   y   ajouter   du   sirop   de   meris,   19


fruits rouges   au   goût   particulier   poussant   uniquement   dans   la   vallée   de   l’ombre.   Quand   elle   eut   fini,   Aluna   saisit   le   plateau,   souffla   un   bon   coup,   puis   s’avança   vers   la   pièce   principale   qui   servait  de  salon.   Le   couloir   était   court   alors   il   ne   lui   fallut   que   quelques   secondes   pour   y   arriver.   Dès   qu’elle   y   entra,   une   femme   l’interpella.   Elle   était   grande,   noire,   et   vêtue   d’une   robe   bleu   ciel   ornée  de  paillettes  d’argent.  Elle  était  si  élégante  qu’Aluna  ne  la   reconnut   pas   tout   de   suite,   bien   qu’elle   eût   la   même   chevelure   soignée   que   dans   son   souvenir.   Ses   longues   mèches   pendaient   par  endroits  dans  un  chignon  relevé  sur  sa  nuque.   Sans  crier  gare,  elle  prit  Aluna  dans  ses  bras.  Cette  dernière   resta  figée  comme  du  marbre,  tentant  de  maintenir  fermement   son   plateau.   Sa   mère   finit   par   relâcher   son   étreinte   au   bout   de   plusieurs  secondes  et  la  regarda.   —  Que  tu  as  grandi  ma  chérie  en  six  ans  !  Tu  as  l’air  en  bonne   santé,   juste   un   peu   mince   à   mon   goût…   Mais   oublie   ça,   j’avais   tellement   peur   qu’il   te   soit   arrivé   quelque   chose   durant   cette   stupide   guerre  !   Je   vois   aussi   que   tu   es   restée   jolie  !   reprit-­‐elle   en  s’attardant  sur  sa  natte,  un  sourire  aux  lèvres.   —  Je…   —  Laisse-­‐moi  porter  ça,  laisse-­‐le-­‐moi.   Elle  voulut  s’emparer  du  plateau,  mais  la  poigne  d’Aluna  fut   plus  forte  :   —  Ne  vous  embarrassez  pas.  C’est…  c’est  mon  devoir.   Avant   que   sa   mère   ne   puisse   réagir,   Aluna   la   dépassa   et   posa   les   friandises   sur   la   table,   tout   en   fixant   les   deux   autres   personnes  assises  sur  le  fauteuil  en  face.     L’une   était   jeune,   vêtue   sobrement,   de   petite   taille   et   avait   une   jolie   peau   couleur   miel.   Sa   chevelure   châtain   clair   était   soyeuse   et   ses   yeux,   brillants.   Elle   reconnut   immédiatement   sa   jeune   sœur,   qui   n’avait   que   sept   ans   lorsqu’elle   avait   quitté   le   domicile   familial.   L’autre   était   plus   âgée   et   avait   des   yeux   gris   perçants.   Sa   chevelure   longue   et   rebelle,   très   similaire   à   la   20


sienne, était  maintenue  en  une  grosse  natte  sur  le  côté.  Le  détail   interpella   Aluna.   Elle   ne   se   souvenait   pas   avoir   déjà   vu   sa   jumelle  se  coiffer  de  la  sorte.  Mais  c’était  sans  importance.  Elle   se  tourna  vers  sa  mère,  pressée  d’en  finir.   —  Vos  peccas  sont  servis,  régalez-­‐vous.   —  Attends   s’il   te   plaît,   reprit   cette   dernière.   Tu   ne   veux   pas   parler  à  ta  petite  sœur  ?  Tu  vois  comme  elle  a  grandi  ?   Sans   attendre   sa   réponse,   l’adolescente   franchit   la   distance   qui  les  séparait  et  la  prit  dans  ses  bras.   —  Tu  m’as  manqué,  Aluna.   Prise   au   dépourvu,   il   fallut   quelques   secondes   à   l’intéressé   pour  réagir.   —  Toi  aussi…  Beth,  dit-­‐elle  en  se  souvenant  des  nombreuses   visites   que   lui   rendait   sa   sœur   lorsqu’elle   vivait   encore   dans   la   cave  de  la  maison  familiale.   —  On  a  tellement  de  choses  à  rattraper  !   —  Je…  je  suppose.   Mal  à  l’aise  devant  ces  inhabituels  élans  d’affection,  Aluna  se   détacha  brusquement  de  sa  sœur  et  se  dirigea  vers  la  sortie.  Sa   mère  l’arrêta  :   —  Tu  ne  me  pardonneras  donc  jamais  ?  Je  suis  ta  mère  !   Aluna   la   fixa.   Elle   avait   les   larmes   aux   yeux   et   semblait   sincèrement   regretter   ce   qu’elle   lui   avait   fait   subir.   Elle   l’avait   abandonnée   à   Xerox   six   ans   auparavant   pour   la   protéger   des   lances   des   gardes   royaux.   Elle   l’avait   forcée   à   quitter   Minabis   pour   rejoindre   la   ville   d’Arabica   qui,   en   proie   aux   affrontements   dès   le   début   de   la   guerre,   ne   faisait   pas   l’objet   de   fouilles   royales.   Pourtant,   Aluna   ne   lui   en   voulait   pas,   elle   s’était   simplement   forcée   à   l’oublier.   Que   dire   à   cette   femme   qu’elle   ne   voyait  plus  que  comme  une  inconnue  ?   Avant  qu’elle  ne  puisse  répondre,  sa  mère  la  prit  par  le  bras   et   la   fit   asseoir   près   de   sa   sœur   jumelle.   Elle   se   mit   ensuite   en   face   d’elle   et   commença   à   parler,   dans   une   visible   tentative   de   21


repenti :   —  Xerox  te  traite-­‐t-­‐il  bien  ?   Que   dire  ?   Fallait-­‐il   lui   avouer   que   son   ami   lui   faisait   régulièrement  subir  toutes  sortes  d’expériences  et  que  sa  peau   brûlait   en   permanence   tant   c’était   douloureux  ?   Fallait-­‐il   aussi   lui   préciser   qu’il   n’était   qu’un   druide   fou   sans   la   moindre   morale  et  qu’elle  rêvait  de  retourner  à  sa  vie  d’avant  ?   —  Non…  laissa-­‐t-­‐elle  échapper.   —  Non  ?   Il   te   traite   mal  alors  ?   Tu   me   parais   bien   pâle   en   effet…   —  Non,  je  veux  dire  si,  il  me  traite  bien,  rectifia  Aluna.   —  Vraiment  ?   S’il   te   traite   mal,   tu   sais   que   je   te   trouverai   autre  part  où  aller.  Je  trouverai,  je  peux  te  l’assurer  !   —  À  quoi  bon  ?  Vous  l’avez  dit  vous-­‐même  il  y  a  six   ans,   je   ne   peux   pas   vivre   avec   vous.   Je   suis   très   bien   ici,   mentit-­‐elle   finalement.   —  Ma  chérie,  tu  sais  que  je  le  voudrais  bien.  Je  n’ai  pas  eu  le   choix,   tu   le   sais.   Si   les   gardes   vous   avaient   trouvé   toutes   les   deux,  ils…   —  Je  sais,  l’interrompit  Aluna,  la  voix  vide  d’émotion.  Ils  nous   auraient  tuées  toutes  les  deux.  Vous  avez  dû  choisir…  je  ne  suis   pas  en  colère.   Elle   se   leva   aussitôt   et   invita   Beth   à   prendre   sa   place.   Elle   ignora   ensuite   le   regard   interrogateur   de   sa   mère   et   fixa   les   trois  femmes.  Elles  formaient  une  famille,  dont  Aluna  ne  faisait   pas   partie.   Son   cœur   se   serra.   Elle   n’aurait   jamais   rien   de   comparable   et   n’y   pouvait   rien.   Elle   promena   son   regard   de   l’une   à   l’autre,   jusqu’à   s’arrêter   sur   Beth.   Ses   oreilles   extrêmement   fines   et   son   teint   clair   l’interpellèrent.   Elle   se   rappela   alors   que   sa   sœur   était   une   hybride,   née   de   l’union   d’un   Ælfe   et   d’une   humaine.   Ce   mariage   n’était   légal   que   depuis   un   demi-­‐siècle  à  Goran,  longtemps  après  l’immigration  massive  de   citoyens   Cristalliens   dans   le   continent   dans   le   but   de   faire  

22


fortune. Les   hybrides   reprenaient   souvent   les   caractéristiques   humaines,   mais   gardaient   la   grâce   et   la   beauté   légendaire   de   leur  parent  Ælfe.   —  Le   père   de   Beth   n’est   pas   là  ?   reprit-­‐elle   en   constatant   l’absence  de  ce  dernier.   —  Papa   a   dû   rester   à   Minabis,   répliqua   Beth.   Mais   il   avait   hâte  de  te  voir  aussi,  c’est  juste  qu’il  ne  pouvait  pas.   —  Je   ne   vois   pas   pourquoi   il   aurait   hâte,   il   ne   me   connaît   même   pas,   rétorqua   Aluna   en   se   rappelant   n’avoir   passé   que   peu   de   temps   en   compagnie   de   ce   dernier.   Vous   non   plus   d’ailleurs…  je  ne  sais  pas  ce  que  vous  faites  là.  La  guerre  est  finie   depuis   plus   d’un   an,   je…   j’étais   sûre   que   vous   ne   viendriez   jamais  alors  je  ne  comprends  pas.   —  On   voulait   venir   plus   tôt,   Al  !   C’est   juste   qu’on   a   dû   attendre   que   les   gardes   s’en   aillent   et   que   les   routes   soient   dégagées.  Je  te  promets  qu’on  ne  t’a  pas  oublié,  on  a  pensé  à  toi   à  chaque  lune,  n’est-­‐ce  pas  maman  ?   —  Oui,  Aluna,  on  a  dû…   —  Pourquoi   vous   êtes   là  ?   la   coupa-­‐t-­‐elle.   Je   suppose   que   vous  êtes  seulement  de  passage.   —  Nous   ne   pouvons   pas   rester   en   effet,   balbutia   cette   dernière,  rongée  par  la  peine.  Mais  je  souhaitais  absolument  te   revoir  et…   —  Eh  bien  je  me  porte  très  bien,  l’interrompit  Aluna,  surprise   de  la  déception  qu’elle  ressentait.   Contre   toute   attente,   son   autre   sœur,   sa   jumelle,   finit   par   briser  son  propre  silence  :   —  Mère   dit   qu’il   existe   une   nation   libre   dans   le   nord-­‐ouest,   un   rassemblement   de   rebelles   et   de   hors-­‐la-­‐loi.   Tu   devrais   t’y   rendre.  Tu  y  vivrais  plus  librement.   —  Elena  !  s’énerva  leur  mère.  C’est  trop  dangereux,  voyons  !   On  ne  sait  pas  comment  sont  ces  gens  !   —  Je   croyais   qu’elle   rêvait   de   liberté,   reprit   froidement   sa   23


jumelle. De  toute  façon,  ce  n’est  pas  comme  si  tu  envisageais  de   la  ramener  chez  nous.   —  Comment   peux-­‐tu   être   aussi   cruelle   avec   ta   sœur  ?   Ça   aurait  pu  être  toi  à  sa  place  !  la  gronda  leur  mère.   Puis  elle  se  tourna  vers  Aluna,  l’air  grave  :   —  Écoute   ma   chérie,   le   père   de   Beth   a   des   relations   au   château.   Je   pensais   essayer   de   te   faire   réintégrer   ta   vie   en   faisant   une   requête   exceptionnelle   auprès   du   roi.   Il   fera   peut-­‐ être  une  exception…   —  Quoi  ?   s’écria   Elena   qui   se   sentait   maintenant   concernée   par   cette   étrange   réunion   familiale.   Je   n’ai   aucune   envie   de   partager  ma  vie  avec  cette…   —  Ça  suffit  !  les  interrompit  Aluna.   Elle   savait   que   le   roi   n’accepterait   jamais   une   telle   requête.   Sa   mère   devait   se   sentir   bien   désespérée   pour   proposer   de   mettre  ainsi  toute  leur  famille  en  danger.  Comment  réagirait  le   Régisseur   s’il   apprenait   qu’elle   avait   bafoué   son   autorité  ?   Le   risque  était  trop  grand.   —  Mère,   reprit-­‐elle   plus   calmement,   il   est   inutile   de   vous   soucier   de   moi   de   la   sorte.   Même   si   j’apprécie   vos   efforts,   ça   fait   trop  longtemps  que  je  vis  en  marge  de  la  société  pour  pouvoir  la   réintégrer.   Pour  conclure,  Aluna  enlaça  maladroitement  sa  mère,  qui  mit   quelques   secondes   avant   de   répondre   à   son   étreinte.   Après   un   moment   qui   lui   parut   durer   une   éternité,   elle   la   relâcha   et   déclara  avec  un  sourire  qu’elle  espérait  naturel  :   —  Revenez  me  voir  quand  vous  voudrez.   Après   quelques   autres   discussions   rappelant   le   passé   et   effusions   d’accolades,   le   carrosse   de   la   famille   Sachs   finit   par   s’éloigner  de  la  maison.  Aluna  se  retrouva  seule,  convaincue  que   son   malheur   prendrait   bientôt   fin.   Sa   mère   avait   vraiment   l’intention  de  la  sortir  de  là,  et  même  si  elle  ne  souhaitait  pas  se   bercer  d’illusions,  elle  l’espérait  de  tout  son  être.  Après  tout,  la  

24


sauver n’impliquait   pas   nécessairement   de   légitimer   son   existence.  Elle  pourrait  très  bien  se  contenter  de  la  vieille  cave   qui   avait   été   sa   cachette   préférée   durant   les   onze   premières   années  de  sa  vie…   Soudain,  l’horloge  sonna  sept  coups.  C’était  l’heure.  Aluna  se   dirigea  courageusement  vers  le  sous-­‐sol.  Lorsqu’elle  arriva  là  où   quelques   heures   plus   tôt   elle   s’était   endormie,   elle   s’arrêta   pour   regarder   le   clair   de   lune   à   travers   le   soupirail,   puis   se   dirigea   vers   le   mur   du   fond.   Là,   elle   poussa   la   pierre   la   plus   haute.   Un   léger   bruit   suivit   et   un   passage   se   créa   au   milieu   des   pierres.   Elle   s’y   faufila   en   prenant   soin   de   refermer   derrière   elle,   comme   elle  le  faisait  presque  toutes  les  nuits  depuis  presque  six  ans.   Son   maître   se   tenait   devant   elle,   dans   une   pièce   qui   n’avait   pour   seuls   meubles   qu’un   lit   et   une   table   sur   laquelle   étaient   posés   divers   masex,   des   pierres   contenant   des   pouvoirs   magiques   distincts.   Le   druide   étudiait   leur   effet   sur   le   corps   humain,  du  moins  c’était  ce  qu’elle  croyait.  Xerox  n’était  pas  du   genre  loquace.   —  Installe-­‐toi,  lui  ordonna-­‐t-­‐il.   Aluna   était   habituée   à   ce   rituel.   Elle   s’exécuta   donc   sans   tarder.   Son   maître   s’approcha   ensuite   pour   lui   faire   une   injection   dans   le   bras   qui   la   fit   sursauter.   La   dose   avait   l’air   plus   élevée  qu’à  l’accoutumée.   —  Calme-­‐toi,   la   rassura   Xerox.   J’ai   légèrement   augmenté   la   dose,  mais  tu  le  supporteras.   —  Ça  brûle…  murmura  la  jeune  femme  en  sentant  la  chaleur   de  la  solution  lui  remonter  dans  le  bras.   —  C’est  normal,  détends-­‐toi.   Aluna   ferma   les   yeux   et   essaya   d’obéir.   Elle   sentit   un   feu   ardent   lui   pénétrer   la   peau   et   affluer   dans   son   corps   à   grande   vitesse.   Elle   se   sentit   projetée   dans   une   autre   réalité,   emprisonnée   dans   un   labyrinthe   de   feu.   Les   flammes   se   rapprochaient   lentement,   désireuses   de   la   consumer.   C’était   effrayant,   mais   routinier.   Aluna   savait   exactement   comment   25


sortir indemne  de  ce  dédale  et  réussir  l’expérience  du  jour.  Elle   se  faufila  alors  dans  les  allées  de  flammes  tel  un  animal  suivant   son   instinct,   rapide   et   efficace.   Cependant,   au   moment   où   elle   commençait   à   maîtriser   la   situation,   une   énorme   paire   d’yeux   enflammés  surgit  en  haut  de  la  barrière  de  feu  et  la  fixa.  Elle  prit   peur,   mais   continua   sa   course   effrénée,   ignorant   le   regard   insistant.   La   sortie   n’était   plus   loin.   Elle   n’était   qu’à   quelques   virages  lorsqu’une  voix  rauque  lui  hurla  :   —  Tu  essaies  de  me  défier  ?  Tu  brûleras  pour  avoir  osé  !   La   voix   la   surprit   et   l’effraya.   Mais   ce   n’était   pas   le   moment   de  s’arrêter,  elle  devait  sortir  au  plus  vite.  Elle  se  rua  alors  vers   l’issue   la   plus   proche   et   ne   vit   que   trop   tard   les   flammes   se   resserrer  autour  d’elle  et  la  bloquer.  Le  rire  moqueur  de  la  voix   accompagnait  le  mouvement  dansant  du  feu  autour  d’elle.  Prise   au  piège,  elle  recula  instinctivement.  La  voix  ricana  une  fois  de   plus   et   un   mur   de   feu   s’abattit   sur   elle,   lui   arrachant   un   cri   strident.   Xerox   sursauta   en   entendant   le   cri   de   la   jeune   femme,   puis   réprima  un  juron  en  la  voyant  se  tordre  de  douleur.  Il  tenta  de  la   maîtriser,  mais  rien  n’y  fit,  elle  continua  à  s’agiter  en  hurlant  sur   le   matelas.   Sa   main   semblait   brûler   de   l’intérieur,   et   il   essaya   par   tous   les   moyens   d’empêcher   le   mal   de   se   répandre   dans   le   reste   de   son   corps.   La   jeune   femme   eut   de   nombreuses   autres   convulsions,   puis   tout   s’arrêta   dans   un   dernier   cri  qui   déchira   l’air  avant  qu’elle  ne  perde  connaissance.   ℘     Au   même   moment,   à   quelques   kilomètres   de   là,   Rosa   Sachs   fut   prise   d’une   subite   douleur.   Elle   ordonna   aussitôt   au   cocher   de   s’arrêter.   Elle   descendit   ensuite   du   carrosse   pour   prendre   l’air,   la   main   sur   la   poitrine   et   le   regard   tourné   vers   les   ruines   d’Arabica.   Elle   resta   un   instant   à   admirer   le   paysage,   pensive.   Malgré   la   réaction   détachée   de   sa   fille,   elle   pressentait   que   quelque   chose   ne   tournait   pas   rond.   Alors   qu’elle   réfléchissait,   26


Beth la  rejoignit  dehors.   —  Maman,  que  t’arrive-­‐t-­‐il  ?   —  Je…   Quelque   chose   se   passe   là-­‐bas,   je   le   sens.   Et   si   elle   avait  besoin  de  moi  ?  Je  suis  si  inquiète  !   —  Maman…   —  Je   sais,   j’ai   l’air   stupide,   dit-­‐elle   en   quittant   finalement   Arabica  des  yeux.  Pourtant,  j’ai  vraiment  eu  l’impression  que…   Beth   n’écouta   pas   la   suite.   Elle   vit   un   morceau   de   papier   tomber  de  la  poche  du  manteau  de  sa  mère.  Elle  s’en  empara  et   le  lui  tendit.  Rosa  saisit  le  document  et  le  parcourut  rapidement.   —  Par…  !   —  Qu’y  a-­‐t-­‐il  ?   —  C’est  Aluna,  elle…   Rosa   se   souvint   alors   du   moment   où   sa   fille   avait   dû   lui   glisser   ce   mot.   Cette   subite   et   surprenante   étreinte   avait   une   raison   d’être   finalement.   Sans   perdre   une   seconde,   elle   s’écria   au  cocher  :   —  Nous  retournons  à  Arabica,  ma  fille  est  en  danger  !   —  Maman  ?  insista  Beth,  perplexe.  Que  se  passe-­‐t-­‐il  ?   Pour  toute  réponse,  elle  lui  remit  le  bout  de  papier  où  étaient   inscrits  deux  simples  mots  :  «  Au  secours  »   ℘     Xerox   fut   pris   d’un   moment   de   panique.   Comment   cela   avait-­‐ il  pu  arriver  ?  Elle  avait  pourtant  été  apte  à  le  contrôler  jusque-­‐ là…   Tant   pis,   il   devait   la   ranimer   par   tous   les   moyens.   Il   n’atteindrait   jamais   son   but   sans   un   cobaye   aussi   précieux.   Le   grand   druide   qu’il   était   ne   pouvait   s’arrêter   comme   cela,   à   mi-­‐ chemin  de  sa  plus  grande  œuvre.   D’une  pression  sur  son  poignet,  il  réalisa  que  son  pouls  était   très   faible,   voire   inexistant.   Il   semblait   que   le   monstre   de   feu   avait   eu   raison   d’elle   cette   fois.   Il   ne   lui   restait   plus   qu’une   solution  :   lui   faire   boire   l’eau   de   la   rivière   sacrée   ou   elle   27


mourrait, emportant  le  fruit  de  ses  expériences  avec  elle.   Mais   il   y   avait   un   obstacle   à   son   plan.   Plonger   ne   serait-­‐ce   qu’un  doigt  dans  la  rivière  était  interdit.  Il  s’agissait  en  effet  du   territoire   des   Orgades,   créatures   aquatiques   qui   en   étaient   les   impitoyables   gardiennes.   Les   conséquences   pouvaient   donc   s’avérer   lourdes,   voire   fatales.   Pourtant,   il   n’avait   pas   d’autre   choix.  Aucune  magie  de  soin  ne  la  sauverait  vu  l’origine  de  son   mal.  Cette  rivière  en  était  la  seule  capable  et  perdre  Aluna  était   exclu.  Elle  avait  été  si  utile  à  ses  recherches…  Le  druide  réfléchit   de   longues   secondes   et   finit   par   décider   qu’il   tenterait   tout   pour   la  sauver.  Son  travail  était  au-­‐dessus  de  cette  foutue  loi  et  s’il  y   avait,   en   plus   des   Orgades,   un   mécanisme   magique   visant   à   tuer   ceux   qui   brisaient   l’interdit,   il   se   défendrait   ou   s’enfuirait,   d’autant  plus  qu’il  serait  accompagné  d’Attila.  Il  devait  essayer.   Décidé,  Xerox  prit  deux  masex  –  des  pierres  magiques  –  qu’il   attacha   aux   emplacements   prévus   sur   sa   ceinture   et   tenta   de   porter  le  corps  de  sa  cobaye  hors  de  la  cave.  La  force  de  ses  bras   s’avéra   insuffisante   alors   il   opta   pour   d’autres   ressources.   Il   porta  la  main  à  sa  ceinture.  L’un  des  masex  s’illumina  et  le  corps   d’Aluna  décolla  du  sol.  Sur  sa  lancée,  il  toucha  le  second  masex   et   le   mur   qui   lui   faisait   face   se   mit   à   devenir   trouble.   Un   trou   noir   naquit   au   milieu   des   pierres   du   sous-­‐sol,   suivi   d’un   bruit   sourd.   Il   s’agissait   du   cri   de   la   bête   qui   venait   d’y   faire   apparition.   —  Te   voilà,   dit-­‐il.   Je   vais   avoir   besoin   que   tu   me   mènes   quelque  part.   La   bête   poussa   un   grondement   et   baissa   sa   crinière,   autorisant   son   maître   à   y   monter.   Xerox   fit   léviter   le   corps   d’Aluna  qui  se  posa  doucement  sur  son  dos.   L’animal   avait   la   stature   d’un   dragon.   Ses   yeux   étaient   d’un   rouge   perçant   et   sa   peau   reptilienne   luisait   de   mille   feux   au   travers  de  ses  poils  dorés.  Deux  énormes  crocs  dépassaient  des   coins   de   sa   gueule,   qui   contenaient   plusieurs   rangées   de   dents   acérées.   Seuls   sa   tête   et   le   début   de   son   dos   dépassaient   du   trou   28


noir, mais  il  était  aisé  d’imaginer  qu’il  était  immense.   Xerox   s’installa   à   son   tour   sur   le   dos   de   l’animal,   qui   s’engouffra   dans   le   passage   juste   avant   que   celui-­‐ci   ne   se   referme  derrière  lui.   La  traversée  prit  quelques  secondes  qui  parurent  durer  une   éternité   au   vieil   homme.   Lorsqu’il   ne   sentit   plus   le   pouls   de   sa   cobaye,   il   ordonna   à   Attila   d’accélérer.   La   bête   grogna   et   battit   encore  plus  vite  des  ailes.  Sa  vitesse  devint  telle  que  Xerox  dut   faire   des   efforts   supplémentaires   pour   maintenir   le   corps   d’Aluna   aussi   stable   que   possible.   Ils   finirent   par   sortir   du   passage   et   atteignirent   les   hauteurs   d’un   ciel   crépusculaire.   Pendant   quelques   heures,   Xerox   indiqua   à   Attila   la   direction   à   suivre,   non   sans   jeter   de   temps   à   autre   un   coup   d’œil   au   corps   qu’il   transportait.   Il   ne   tarda   pas   à   voir   une   immense   étendue   verte.  Il  intima  à  Attila  de  se  rapprocher  du  niveau  des  arbres  et   de   ralentir.   L’animal   espaça   ses   battements   d’ailes   et   survola   gracieusement  la  forêt,  en  direction  de  l’est.   ℘     Au   sol,   un   des   soldats   de   la   garde   royale   de   Goran   aperçut   dans   sa   longue-­‐vue   un   objet   volant   qui   s’approchait   de   la   forêt   sacrée.   Il   quitta   son   poste   et   courut   vers   son   officier   supérieur   pour  rapporter  l’événement.   —  Mon…   mon   lieut’nant  !   J’vois   quelque   chose   de   gros   approcher   d’nous   en   volant,   et   c’est   pas   un   oiseau  !   Il   vient   de   l’ouest  et  s’ra  au  d’ssus  de  nous  dans  moins  d’quinze  minutes  !   Le   lieutenant   Neilarus,   en   selle   sur   son   cheval   brun,   s’exclama  :   —  Eh  bien,  enfin  un  peu  d’action  !   —  Quels   sont   les   ordres,   mon   lieut’nant  ?   reprit   le   garde   en   tremblant.   Neilarus   le   regarda   avec   amusement.   Il   était   vrai   qu’il   avait   des   raisons   d’avoir   peur   étant   donné   la   nature   du   problème.   Il   29


n’était pas  normal  de  voir  une  créature  de  grande  taille  survoler   la   forêt.   Cela   ne   voulait   dire   qu’une   chose  :   une   chimère   ou   quelque   autre   force   magique   venait   leur   rendre   visite.   Et   il   se   ferait  un  plaisir  de  l’occire.   —  Retournez  à  votre  poste,  informez  les  autres  et  tenez-­‐vous   prêts  à  attaquer  dès  que  la  cible  est  suffisamment  près  !  Je  vais   prévenir  le  capitaine.   Le   soldat   repartit   en   courant   vers   l’une   des   tours   en   bois   construites   pour   surveiller   les   alentours   durant   les   chasses   initiatiques  du  prince.  Il  relaya  l’information  aux  autres  puis  se   remit  en  position,  prêt  à  tirer.   Le   lieutenant,   lui,   galopa   jusqu’à   la   lisière   de   la   forêt   où   se   trouvaient  le  prince  ainsi  que  le  capitaine  de  la  garde  royale,  le   très  respecté  Kenton.  Il  les  trouva  en  train  de  discuter  gaiement.   Neilar   descendit   en   hâte   de   son   cheval,   dépassa   les   quelques   soldats  qui  les  entouraient  et  courut  vers  eux.   —  Capitaine,  je  dois  vous  reporter  un  incident  !   Les  deux  hommes  se  retournèrent  au  son  de  sa  voix.   —  Une   imposante   créature   a   été   repérée   au-­‐dessus   de   l’entrée  ouest  de  la  forêt,  annonça-­‐t-­‐il.  Elle  est  encore  loin  mais   semble  se  diriger  droit  vers  nous  !   —  Vers  nous  ?  s’enquit  le  prince,  inquiet.   —  Combien   de   temps   avant   qu’elle   ne   nous   atteigne  ?   s’inquiéta  aussi  Kenton.   —  Elle   devrait   être   au-­‐dessus   de   nous   dans   dix   minutes,   continua   Neilar.   J’ai   donné   l’ordre   d’attaquer   dès   qu’elle   sera   à   portée  de  tirs.   —  Bien,  lieutenant.  Avez-­‐vous  pu  l’identifier  ?   —  Non,  capitaine,  mais  je  pencherais  pour  une  chimère,  une   comme  nous  n’en  avons  plus  vu  depuis  la  guerre  !   —  J’espère  vraiment  que  non,  lâcha  calmement  Kenton.   —  Parlons   vite   messieurs,   ce   pourrait   être   notre   dragon  !   intervint  le  prince.  Nous  devons  nous  préparer  à  nous  battre.   30


— J’en  doute,  dit  Kenton.  Je  suis  prêt  à  parier  que  le  dragon   serait   apparu   autour   de   la   rivière   ou   dans   la   forêt.   Autour   de   nous   en   tout   cas,   pas   à   l’entrée   ouest.   Je   pense   plutôt   à   une   chimère   de   second   rang.   Du   coup,   cette   créature   est   forcément   dirigée   par   quelqu’un   et   cette   personne,   si   elle   dépasse   notre   position,  se  dirige  a  priori  tout  droit  vers  la  rivière,  ou  si  elle  va   plus  loin,  vers  Cristallia.  Se  pourrait-­‐il  que…  ?   —  À  qui  pensez-­‐vous  ?  demanda  le  prince.   —  Je   pense   aux   rebelles.   J’ai   bien   peur   qu’ils   n’en   aient   pas   tous   qu’après   le   Régisseur.   J’ai   ouï   dire   qu’un   petit   nombre   d’entre   eux   souhaitait   venger   leurs   frères   en   attaquant   à   nouveau  nos  voisins.   —  Ce   serait   une   catastrophe,   appuya   le   prince.   Cette   trêve   était   inespérée.   Si   cette   personne   atteint   l’autre   côté   de   la   rivière   et   attaque   Cristallia,   la   reine  va   penser   que   nous   reprenons  les  hostilités.  Il  faut  l’arrêter  à  tout  prix  !   —  Je  pense  comme  vous,  prince,  conclut  Kenton.  Lieutenant,   suivez   la   créature,   il   faut   absolument   que   quelqu’un   soit   là   lorsqu’elle  tombera.   Neilar  acquiesça  et  s’en  alla.   —  Kenton,   nous   devrions   nous   rendre   aux   abords   de   la   rivière,  proposa  le  prince.  Je  veux  voir  ça  de  plus  près.   —  Très  bien.   Les  deux  hommes  enfourchèrent  leurs  montures  respectives   et  s’élancèrent  vers  la  rivière.  Ils  avaient  l’avantage  de  n’en  être   qu’à   quelques   centaines   de   mètres.   Ils   atteignirent   ainsi   la   clairière   qui   donnait   sur   la   rivière   sacrée,   frontière   entre   leur   royaume  et  celui  de  Cristallia.   Le  prince  mit  pied  à  terre,  dépassa  quelques  autres  soldats  et   s’approcha   de   cette   immense   étendue   d’eau   sur   laquelle   se   perdait   le   reflet   de   la   pleine   lune.   La   rivière   n’avait   rien   de   spécial  à  première  vue,  mais  énormément  d’histoires  tournaient   autour,  lui  conférant  de  prétendus  pouvoirs  de  régénérescence.   Lui-­‐même   n’y   avait   jamais   plongé   ne   serait-­‐ce   qu’un   pouce,   à   31


cause de  l’interdiction  formelle  formulée  il  y  a  plusieurs  siècles   par   une   dirigeante   du   royaume   voisin.   Cette   interdiction   avait   encore   plus   de   sens   depuis   que   la   trêve   avait   été   signée,   la   rivière   constituant   également   le   patrimoine   sacré   des   Orgades,   citoyennes   de   Cristallia.   Personne   excepté   ces   créatures   ne   pouvait  y  pénétrer.  Dans  la  situation  actuelle,  violer  cette  règle   reviendrait   à   briser   les   conditions   de   la   trêve   si   durement   gagnée.   Le   prince   ne   connaissait   pas   la   raison   d’une   telle   clause,   mais   personne   à   sa   connaissance   n’avait   jamais   osé   la   transgresser.   Le  cri  d’un  soldat  l’arracha  à  ses  pensées  :   —  Touchée  !  Touchée  !  La  bête  est  touchée  !   Le   prince   regarda   en   l’air   et   vit   une   forme   humaine   tomber   du  ciel.  Elle  se  dirigeait  droit  dans  la  rivière  !   ℘     Alors   qu’il   survolait   la   forêt   à   la   recherche   d’un   espace   dégagé  pour  se  poser,  Xerox  fut  surpris  de  voir  des  flèches  fuser   dans  leur  direction.  Attila  fut  touché  avant  qu’il  ne  puisse  réagir.   Il   essaya   de   le   redresser   malgré   tout.   Ils   étaient   près   de   la   rivière,   mais   les   soldats   en   contrebas   lui   compliquaient   la   tâche.   Personne   n’était   censé   se   trouver   là,   surtout   à   une   heure   aussi   tardive.   Hors   de   lui,   Xerox   grinça   des   dents,   mais   sans   pour   autant  abandonner.  Il  était  trop  près  du  but.   Il   ralentit   et   tenta   de   contourner   le   barrage   de   flèches.   Il   pourrait  sûrement  atteindre  la  rivière  par  le  sud  et  prendre  un   peu   de   son   eau   au   passage   avant   de   s’enfuir.   Alors   qu’il   s’en   rapprochait   cependant,   une   dizaine   d’autres   flèches   filèrent   dans   sa   direction.   Attila   se   cabra   d’instinct,   faisant   malencontreusement   basculer   le   corps   d’Aluna.   Xerox   piqua   pour   la   rattraper,   mais   déjà,   une   meute   de   soldats   se   rapprochait  de  la  rive.  Il  se  ferait  prendre  s’il  s’y  aventurait.   C’était   trop   risqué.   À   cette   vitesse,   elle   était   condamnée.   Xerox   jura,   puis   toucha   les   flancs   de   l’animal   pour   le   calmer   et   32


lui faire   comprendre   que   la   bataille   était   perdue.   Dégoûté,   il   s’éleva   hors   de   portée   des   flèches   et   fit   demi-­‐tour,   conscient   qu’il  devait  rentrer  pour  effacer  ses  traces  au  plus  tôt.   ℘     Le   prince   avait   les   yeux   rivés   sur   la   forme   humaine   qui   se   dirigeait  vers  la  rivière  à  vive  allure.   —  Regardez   ça,   Kenton  !   hurla-­‐t-­‐il   en   pointant   la   silhouette   du  doigt.   Le   capitaine   de   la   garde   s’approcha   et   fut   surpris   de   voir   le   corps  d’une  femme  tomber  dans  l’eau  à  toute  vitesse.  Personne,   de   lui,   du   prince   ou   des   soldats   aux   alentours   n’osa   bouger.   Kenton  se  reprit  le  premier  et  s’écria  à  l’officier  le  plus  proche  :   —  La   chasse   est   terminée  !   Rappelez   tout   le   monde   au   château  immédiatement  !   —  À  vos  ordres  !   L’officier   rassembla   tous   les   soldats   présents   et   quitta   la   clairière.   Kenton   attendit   qu’ils   fussent   partis   avant   d’implorer   le  prince  :   —  Prince,  il  faut  s’en  aller,  maintenant  !   Mais  le  jeune  homme  semblait  dans  un  autre  monde.  Kenton   insista  :   —  Prince  !   —  C’est  une  jeune  femme…  finit-­‐il  par  dire  sans  s’arrêter  de   fixer  l’étendue  d’eau.  Il  faut  la  sauver  !   —  Que  dites-­‐vous  ?   —  Je  viens  de  vous  dire  qu’il  faut  la  sauver…  Pourquoi  avez-­‐ vous  fait  partir  tout  le  monde  ?  Nous  allons  avoir  besoin  d’aide   pour  la  remonter  !   —  Prince  !   Peu   importe   l’origine   de   cette   personne,   elle   vient   de   se   rendre   coupable   d’un   crime   contre   nos   voisins.   Nous   ne   devons  pas  nous  en  mêler  !  Il  faut  s’en  aller  tout  de  suite  !   —  Il  faut  la  sauver…   33


— Écoutez-­‐moi  !   persista   Kenton   qui   sentait   que   le   prince   perdait   contact   avec   la   réalité.   Si   quelqu’un   a   le   malheur   de   pénétrer   dans   cette   rivière   pour   la   sauver,   il   se   rend   aussi   coupable  d’un  crime  contre  la  reine  !   —  Je…  elle  n’en  saura  peut-­‐être  rien.  On  ne  peut  pas  la  laisser   se  noyer,  c’est  un  être  humain  enfin  !   —  C’est   peut-­‐être   une   espionne   ou   pire…   une   rebelle  !   J’insiste,  prince,  nous  devons  partir.   —  Je…   Le   prince   hésitait.   Il   ne   pouvait   se   résoudre   à   voir   une   vie   s’éteindre  sous  ses  yeux.  Il  espérait  au  fond  de  lui  que  la  jeune   femme  remonterait  d’elle-­‐même  à  la  surface.  Mais  rien  n’arriva.   Kenton  posa  une  main  sur  son  épaule  et  le  regarda,  comme  pour   dire   qu’il   n’y   avait   plus   rien   à   faire.   Le   prince   ne   partageait   toutefois   pas   ce   point   de   vue.   Si   sa   défunte   mère   lui   avait   bien   inculqué  des  valeurs,  c’était  de  toujours  faire  ce  qui  lui  semblait   juste.  Et  abandonner  cette  inconnue  à  son  sort  ne  l’était  pas.   Décidé,   il   plongea   sans   attendre   dans   la   rivière   en   ignorant   les  cris  de  Kenton  :   —  Prince  !  Revenez  !   Le  jeune  homme  nageait  aussi  vite  qu’il  le  pouvait.  Le  corps   de  la  jeune  femme  était  déjà  loin  dans  les  profondeurs  des  eaux   de   la   rivière   qui   semblait   sans   fond.   Il   continua   à   nager   en   espérant   qu’elle   était   toujours   vivante.   Si   ce   n’était   plus   le   cas,   il   ne  saurait  se  le  pardonner.  Il  se  rapprocha  désespérément  d’elle   et  put  presque  lui  saisir  la  main.  Mais  la  rivière  était  capricieuse.   Un  courant  imprévisible  l’empêcha  de  s’en  emparer  au  premier   essai.   Il   accéléra   encore   et   cette   fois,   put   saisir   la   main   de   l’inconnue.  Il  l’attira  à  lui  et  entreprit  de  la  remonter.   C’est  alors  qu’il  vit  quelque  chose  briller  au  fond  de  la  rivière.   Il   aurait   voulu   s’en   approcher,   mais   il   manquait   d’air.   Il   continua.  Très  vite,  avancer  devint  pénible.  Sans  se  décourager,   il   puisa   dans   ses   dernières   forces   et   fit   un   ultime   effort.   Une   vingtaine   de   brasses   plus   tard,   il   approchait   de   la   surface   et   34


remercia intérieurement   son   père   qui   l’avait   obligé   à   apprendre   à   nager   très   jeune.   Un   prince   devait   pouvoir   parer   à   toutes   les   situations,  avait-­‐il  déclaré.  Il  avait  eu  raison.   Il  finit  enfin  par  émerger  et  aspira  un  bol  d’air  qui  lui  donna   l’impression  de  revivre.  Il  nagea  ensuite  plus  lentement  jusqu’à   la  rive  où  l’attendait  un  Kenton  paniqué.  À  peine  sorti  de  l’eau,   son  ami  se  jeta  sur  lui  et  le  secoua  violemment  :   —  Qu’avez-­‐vous  fait  ?  Par  le  sceau  de…  !  Qu’avez-­‐vous  fait  ?   Le  prince  lui  adressa  un  sourire  en  retour.   —  Je  vais  bien,  merci  de  vous  en  inquiéter.   —  Vous   êtes   inconscient  !   s’exclama   le   capitaine   de   la   garde   en  le  relâchant  enfin.   Sans   prendre   le   temps   de   récupérer,   le   prince   se   dirigea   vers   le   corps   toujours   inerte   de   la   jeune   femme.   Elle   avait   une   magnifique  peau  d’ébène  et  un  corps  à  couper  ce  qui  lui  restait   de   souffle.   Il   posa   une   oreille   contre   sa   poitrine   puis   se   tourna   vers  Kenton,  suppliant  :   —  Son  cœur  ne  bat  pas  !  Pouvez-­‐vous  m’aider  ?   —  …   —  Kenton  !   —  Je   vais   exercer   des   pressions   sur   son   thorax   pour   relancer   le  cœur  et  lui  donner  de  l’air  par  la  bouche  simultanément,  dit-­‐il   en  s’approchant  malgré  son  air  désapprobateur.  Écartez-­‐vous.   Pendant   que   le   prince,   soulagé,   s’effondrait   au   sol   pour   reprendre   des   forces,   le   capitaine   de   la   garde   s’exécuta.   Il   procéda   ainsi   durant   une   longue   minute,   jusqu’à   ce   que   la   jeune   femme  se  mette  à  tousser  et  rejeter  de  l’eau  par  la  bouche.  Elle   se   redressa   ensuite   avec   peine   et   les   fixa   à   tour   de   rôle.   Elle   croisa  le  regard  du  prince,  cligna  des  yeux,  puis  se  laissa  tomber   en   arrière   et   sombra   de   nouveau   dans   l’inconscience.   Le   jeune   homme  se  précipita  vers  elle,  la  prit  dans  ses  bras  et  courut  vers   son   cheval.   Il   l’installa   sur   l’animal,   monta   en   selle   et   partit   en   direction   du   château   en   laissant   son   ami   perplexe.   Ce   dernier   35


l’avait souvent  vu  agir  de  façon  irréfléchie  pour  satisfaire  son  si   particulier  sens  du  devoir,  mais  cette  fois-­‐ci,  il  pressentait  qu’il   était  allé  trop  loin  dans  sa  bonté,  ou  plutôt  son  inconscience.  Il   fallait  le  suivre.  Il  enfourcha  alors  lui  aussi  sa  monture  et  suivit   le  prince  au  galop.   Alors   que   les   deux   hommes   s’éloignaient,   une   lueur   étrange   apparut  à  la  surface  de  la  rivière.  Elle  s’effaça  d’un  seul  coup  et   laissa  place  à  une  silhouette,  qui  les  observa  quitter  les  lieux  en   silence  avant  de  s’évanouir  dans  l’air.  

36


2. ℘   Le   prince   galopait   à   toute   allure   tout   en   gardant   un   œil   sur   l’inconnue   qu’il   tenait   par   la   taille.   Sa   chute   et   son   séjour   prolongé  dans  la  rivière  l’inquiétaient,  sans  compter  ce  qui  avait   pu   lui   arriver   avant.   Après   tout,   il   ne   savait   rien   d’elle,   excepté   qu’elle   portait   des   vêtements   de   paysanne,   mais   que   ses   traits   étaient  trop  délicats  et  sa  chevelure  trop  soignée  pour  que  c’en   fût  une.  Il  espérait  toutefois  que  Kenton  avait  tort  en  supposant   que  c’était  une  rebelle.   Il  resserra  son  étreinte  autour  du  corps  frêle  et  éperonna  sa   monture.   Il   galopa   pendant   plus   d’une   heure,   avant   de   voir   au   loin   la   grande   muraille   qui   entourait   le   château.   Huit   tours   se   dressaient   près   de   l’édifice,   quatre   à   l’est   et   autant   à   l’ouest.   Pour  y  accéder,  il  fallait  traverser  un  pont-­‐levis  qui  surplombait   des   douves,   et   au   bout   duquel   se   tenait   une   immense   porte   en   bois  massif.   —  Son  Altesse  est  de  retour  !  Son  Altesse  est  de  retour  !   À   Goran,   l’arrivée   d’une   figure   royale   devait   être   annoncée,   peu   en   importait   la   raison.   Cette   tradition,   inutile   selon   le   prince,   lui   avait   valu   de   ne   jamais   passer   inaperçu   lors   de   ses   allées   et   venues.   Enfant,   il   avait   très   mal   vécu   les   contrôles   permanents   et   l’isolement   qui   en   avait   résulté.   Adolescent,   il   s’était   rebellé   contre   cette   vie   de   reclus   en   découchant   régulièrement.   Et   bien   sûr,   toute   la   cour   du   château   avait   été   informée   de   ses   exploits,   ce   qui   avait   fortement   déplu   à   son   père.   37


— Son  Altesse  est  de  retour  !   Les   trompettes   retentirent   de   nouveau.   Le   prince   les   ignora   et   traversa   le   pont-­‐levis.   Les   gardes   de   nuit   à   l’entrée   des   remparts   s’inclinèrent   à   son   passage,   puis   ordonnèrent   l’ouverture  de  la  grande  porte.  Il  pénétra  ensuite  dans  l’enceinte   du  château,  qui  était  peu  éclairée  et  presque  vide  à  cette  heure   de   la   nuit.   Il   y   avait   une   vingtaine   de   bâtisses   en   dehors   des   huit   tours,   dans   chacune   desquelles   vivaient   une   trentaine   de   personnes.   Le   prince   chercha   des   yeux   le   régiment   de   soldats   qui  l’avait  suivi  à  la  chasse  sans  le  trouver.  Il  déduisit  donc  qu’ils   avaient  déjà  tous  rejoint  leurs  quartiers.   Il  avança  au  trot  jusqu’au  palais  royal,  un  bâtiment  construit   en   pierres   dorées   qui   s’élevait   sur   quatre   niveaux.   Sa   seule   entrée  était  une  double  porte,  gardée  en  permanence  par  deux   gardes.  À  l’est,  en  retrait,  se  trouvaient  les  écuries  ainsi  que  trois   espaces   couverts   qui   servaient   à   l’entretien   des   carrosses.   On   pouvait  aussi  voir  un  jardin  près  des  tours  ouest,  si  petit  qu’on   se  doutait  qu’il  donnait  sur  une  étendue  plus  large  à  l’arrière.   Le  prince  dépassa  l’édifice  et  rejoignit  les  écuries.  Il  mit  pied   à  terre,  prit  le  corps  inerte  dans  ses  bras  puis  confia  l’animal  à   Argos,  le  garçon  d’écurie.  Il  marcha  ensuite  à  grands  pas  vers  le   palais  et  croisa  Neilarus.   —  Vo…   Votre   Altesse,   commença   le   lieutenant   en   découvrant   l’inconnue.  Que…  qui  est  cette  personne  ?   —  Je  suis  pressé,  Kenton  vous  expliquera.   —  Mais…   —  Savez-­‐vous  où  je  peux  trouver  Larzac  ?   —  Il   s’est   retiré   dans   ses   appartements   pour   la   nuit,   finit-­‐il   par  dire.   —  Merci.  Avez-­‐vous  pu  suivre  la  piste  de  la  chimère  sinon  ?   —  Non,   je   l’ai   perdue   au   bout   de   quelques   minutes   seulement.   Je   ne   saurais   même   pas   vous   dire   la   direction   qu’elle   a  prise.  

38


— Je  vois,  merci.   Sur   ce,   le   prince   se   hâta   et   pénétra   dans   le   palais,   conscient   qu’il   devait   faire   vite   pour   éviter   de   croiser   des   servantes   en   quête  de  commérages.   L’entrée   était   richement   décorée.   Un   grand   escalier   de   pierre   se  trouvait  sur  sa  gauche,  un  spacieux  couloir  devant  lui  menait   à  la  salle  du  trône  et  autres  salles  de  cérémonies,  puis  un  autre,   plus   étroit   sur   sa   droite,   conduisait   à   une   petite   porte   en   bois.   Un   long   tapis   couvrait   une   partie   du   sol   et   des   tableaux   représentant   les   rois   de   Goran   habillaient   les   hauteurs   des   murs.  Il  n’y  avait  étrangement  pas  âme  qui  vive,  mais  il  pouvait   entendre   des   bruits   étouffés   de   voix   venant   de   l’étage   d’au-­‐ dessus.   Le  prince  en  profita  et  prit  la  voie  de  droite,  poussa  la  petite   porte   et   se   retrouva   dans   un   long   couloir   qu’il   se   mit   à   longer   d’un  pas  pressé.  Le  couloir  donnait  sur  une  dizaine  de  portes  et   le   sol   était   drapé   d’un   tapis   rouge   bordé   de   jaune,   si   épais   que   les  pas  du  prince  ne  laissaient  échapper  aucun  bruit.  Ce  dernier   pria   tout   de   même   pour   qu’aucune   des   portes   alentour   ne   s’ouvre.   Même   si   cette   partie   du   château   n’était   pas   la   plus   fréquentée,   il   pouvait   tomber   à   tout   moment   sur   une   servante   ou   un   homme   qui   quittait   son   lieu   de   rendez-­‐vous   secret.   Il   espérait  que  tous  seraient  discrets  ce  soir,  pour  son  propre  bien.   Au   bout   du   passage,   deux   chemins   s’offrirent   à   lui.   Il   s’engagea   sur   celui   de   droite   et   dut   traverser   un   autre   couloir   avant  de  se  retrouver  face  à  un  mur  de  pierres  :  un  cul-­‐de-­‐sac  en   apparence.   Le   prince   frappa   du   pied   une   pierre   qui   dépassait   des   autres   et   un   mécanisme   s’enclencha.   Les   pierres   se   séparèrent   et   révélèrent   une   porte   qu’il   poussa   avant   de   s’engager  dans  un  escalier  descendant.  Le  passage  était  sombre   et   aucune   lumière   n’y   filtra   pendant   un   moment.   En   approchant   du   fond,   il   perçut   la   lueur   d’une   torche   et   la   suivit   jusqu’à   atteindre   le   pied   de   l’escalier.   Il   y   trouva   deux   portes   en   bois,   une   donnant   sur   la   chambre   de   son   maître   et   l’autre,   sur   son   39


étude. Le   prince   ne   savait   pas   derrière   laquelle   se   trouvait   le   druide,   alors   il   frappa   aléatoirement   à   l’une   d’elles.   Sans   réponse,  il  tenta  la  seconde  :   —  J’ai  besoin  de  vous  !   Aucune  réponse  ne  lui  parvint.   —  Je  sais  que  vous  êtes  là,  Larzac.  Répondez  !   La  première  porte  s’ouvrit  sur  sa  gauche.  Un  petit  être  au  nez   pointu  et  aux  longs  cheveux  gris  en  sortit.  Il  était  si  petit  que  sa   tête  arrivait  tout  juste  à  la  ceinture  du  prince.   —  Vous  dormiez  déjà  ?   Le  Mini-­‐As  lui  lança  un  regard  noir  :   —  J’essayais  en  tout  cas.  Qu’est-­‐ce  que…   Il  fronça  les  sourcils  en  découvrant  le  corps  dans  les  bras  de   son  élève.   —  Qu’est-­‐ce  que  c’est  ?  Pas  une  de  vos  conquêtes  j’espère…   Le  prince  savait  ce  à  quoi  faisait  allusion  son  maître.  Il  était   vrai   que   son   adolescence   avait   été   marquée   d’allées   et   venues   dans   les   bars   de   Minabis,   même   s’il   n’avait   jamais   ramené   ses   conquêtes  au  château.  Pour  l’avoir  par  contre  souvent  aidé  à  s’y   rendre   discrètement   grâce   à   la   magie,   Larzac   l’avait   quelques   fois  vu  accompagné.   —  Ce  n’est  pas  le  moment  de  plaisanter  !  se  défendit-­‐il.  Vous   savez  bien  que  j’en  ai  fini  avec  tout  ça  depuis  longtemps.   —  Alors  qui  est-­‐ce  ?  insista  le  Mini-­‐As  sans  quitter  l’inconnue   des  yeux.   —  Une   personne   qui   a   besoin   de   vos   talents   de   druide,   répondit   le   jeune   homme   en   forçant   le   passage   dans   les   appartements  de  son  maître.   —  Je  ne  vous  ai  pas  autorisé…   Avant   que   Larzac   ne   finisse   sa   phrase,   le   prince   était   déjà   à   l’intérieur.   La   pièce   qui   l’entourait   était   dans   un   désordre   impressionnant.   Larzac   n’avait   jamais   été   doué   pour   le   40


rangement, son  goût  pour  le  savoir  n’aidant  pas  davantage.  Ses   appartements   étaient   envahis   de   parchemins   et   de   livres   aux   noms   imprononçables,   traitant   de   théories   magiques,   de   légendes  ou  de  masex,  qui  pour  leur  part  étaient  soigneusement   rangés   dans   les   placards   du   fond.   Les   masex   étaient   bien   les   seuls  objets  que  le  druide  ne  laissait  pas  à  la  vue  et  à  la  portée   de  tous.   Le   prince,   empressé   de   soigner   l’inconnue,   fonça   vers   le   petit   lit  qui  reposait  contre  le  mur  de  droite.  Il  manqua  de  heurter  sa   tête  contre  le  visiol  qui  éclairait  la  pièce.   —  Vous   devriez   vraiment   surélever   votre   visiol,   fit-­‐il   remarquer,  un  peu  exaspéré.  Je  finirai  par  m’y  cogner.   —  Ce  n’est  pas  ma  faute  si  vous  êtes  trop  grand.   —  On   n’a   pas   idée   de   négliger   un   objet   aussi   rare,   je   pourrais   le  briser  un  jour  !   —  On   ne   brise   pas   une   pierre   magique   comme   ça,   cher   élève.   Je   vois   que   votre   allergie   pour   mes   leçons   n’est   toujours   pas   soignée…   —  Je  me  doutais  que  vous  diriez  ça  !  Mais  en  attendant,  vous   êtes  le  seul  ici  à  avoir  besoin  d’un  visiol  pour  vaincre  votre  peur  du   noir  !  pensa  le  prince  en  réprimant  un  sourire.   Il  posa  ensuite  délicatement  le  corps  sur  le  lit.  Son  maître  le   rejoignit,   soucieux.   Il   savait   le   prince   impulsif   et   prompt   à   se   mettre  dans  des  situations  délicates,  ses  nombreux  conseils  n’y   ayant   rien   changé.   Être   son   druide   personnel   avait   des   avantages,   mais   l’expérience   lui   avait   prouvé   que   le   contrat   impliquait  bien  plus  de  désagréments.  Il  devait  donc  se  méfier.   —  J’espère  que  vous  n’allez  pas  encore  m’attirer  des  ennuis.   —  Pouvez-­‐vous  la  sauver  ?  Je  vous  expliquerai  plus  tard.   Le   druide   soupira.   Il   fouilla   un   de   ses   placards   et   en   sortit   un   masex   qu’il   fixa   dans   l’un   des   emplacements   prévus   sur   sa   ceinture   magique.   La   pierre   s’illumina.   Il   se   concentra   et   ses   mains   furent   nimbées   de   lumière   en   un   rien   de   temps.   Il   les   41


plaça au-­‐dessus   du   corps   et   les   promena   quelques   secondes.   Quand  il  eut  fini,  la  lumière  s’estompa  et  il  retira  le  masex  de  sa   ceinture.   Willan  se  précipita  sur  la  jeune  femme  pour  tâter  son  pouls.   Il   approcha   ensuite   sa   joue   de   son   nez   et   fut   rassuré   de   voir   qu’elle  respirait  normalement.  Il  se  tourna  vers  Larzac  :   —  Elle  a  l’air  d’aller  bien.  Que  lui  avez-­‐vous  fait  ?   Ce  dernier  ne  le  gratifia  pas  d’un  regard  en  retour  et  rangea   soigneusement   son   masex.   Le   prince   le   regarda   faire   sans   rien   dire,  habitué  aux  silences  de  son  maître.   —  Rien,   finit   par   répondre   le   druide.   Elle   dort.   Elle   est   épuisée,  mais  sauve.   Le   prince   poussa   un   soupir   de   soulagement.   Il   savait   qu’il   pouvait   se   fier   à   son   jugement.   Larzac   était   en   effet   le   meilleur   druide  de  la  région,  voire  de  tout  l’État.  Il  était  même  selon  ses   propres  dires,  connu  et  reconnu  dans  tous  les  royaumes.   —  Vous  n’allez  donc  pas  me  dire  pourquoi  vous  êtes  tous  les   deux   trempés   jusqu’à   la   moelle  ?   tenta   son   maître   après   un   long   silence.   —  Je…  je  l’ai  trouvée  au  bord  de  la  rivière.   —  La  rivière  sacrée  ?   Le  prince  acquiesça  simplement  de  la  tête.   —  Ça   n’explique   pas   pourquoi   vous   êtes   trempé   vous   aussi,   répliqua  le  Mini-­‐As.   Le   prince   réalisa   alors   l’inconvenance   de   sa   tenue.   Il   ne   pouvait   se   présenter   à   son   père   dans   cet   état.  Ce  dernier  ne  se   montrerait   guère   clément   en   apprenant   sa   frasque   de   la   nuit.   Heureusement,   personne   excepté   Kenton   ou   Neilarus   ne   savait   qu’il   avait   plongé   dans   la   rivière   et   aucun   n’en   dirait   mot.   Son   amitié  avec  le  capitaine  remontait  à  ce  qui  lui  semblait  être  une   vie  entière  et  son  lieutenant  garderait  le  silence.  Il  pouvait  être   tranquille.   Sans   s’expliquer   davantage,   le   prince   retira   sa   ceinture   42


mouillée qu’il   posa   au   sol.   Voyant   que   son   maître   restait   silencieux,  il  lui  lança,  le  ton  volontairement  implorant  :   —  Aidez-­‐moi  enfin  !   Oui,   j’ai   plongé   dans   la   rivière   pour   la   sauver,  mais  mon  père  ne  doit  pas  le  savoir.  Vous  savez  ce  que   ça  impliquerait.   Comme   à   son   habitude,   le   druide   resta   calme   et   fouilla   une   armoire   avant   de   trouver   une   tunique   blanche   à   la   taille   du   prince.  Il  avait  appris  à  garder  des  vêtements  de  rechange  pour   couvrir  certaines  de  ses  escapades  passées.  Il  lui  tendit  ensuite   des  bottes  marron,  un  pantalon  en  coton  blanc  et  une  serviette.   Le   prince   s’empressa   de   se   sécher,   puis   enfila   les   vêtements   que   lui  avait  remis  Larzac.  Il  le  remercia  et  lui  demanda  :   —  Je  sais  que  je  vous  en  demande  beaucoup  et  qu’il  est  tard,   mais  je  dois  aller  voir  mon  père.  Pourriez-­‐vous  discrètement  la   mener  à  mes  appartements  et  demander  à  Irma  de  la  changer  ?   —  À  vos  appartements  ?  s’emporta  cette  fois  le  druide.  Mais   il   s’agit   d’une   femme  !   Je   croyais   que   vous   en   aviez   fini   avec   vos…   —  Et   j’en   ai   fini  !   Mais   où   voulez-­‐vous   qu’elle   se   repose  ?   Je   suppose   que   vous   ne   souhaitez   pas   garder   une   inconnue   dans   vos   appartements   et   je   ne   peux   l’installer   dans   aucune   autre   chambre  sans  que  cela  se  sache.   —  Avez-­‐vous   pensé   à   Irma  ?   Elle   est   trop   bonne   et   vous   considère  comme  son  fils  depuis  le  décès  de  votre…  hmm,  mère.   Elle  aurait  tort,  mais  elle  accepterait  de  vous  aider.   —  Non,  je  ne  peux  pas  lui  demander  ça.  Elle  avait  déjà  peu  de   place   avec   ses   deux   filles   alors   vous   imaginez   maintenant   avec   son  petit  dernier  ?  C’est  tout  simplement  impossible.   —  Je  ne  vous  propose  pas  Kenton…   —  Vous  n’y  pensez  même  pas  !  Il  n’y  a  pas  idée  de  cacher  une   inconnue  chez  le  capitaine  de  la  garde  !  Non,  ne  vous  inquiétez   pas,   elle   restera   chez   moi   et   je   dormirai   ailleurs.   Et   puis,   c’est   bien  la  seule  pièce  où  mon  père  n’osera  jamais  fouiller  au  cas  où   il  soupçonnerait  quelque  chose.   43


— Vous   avez   vraiment   pensé   à   tout,   rumina   le   druide.   Très   bien,  je  vous  aiderai.   —  Je  vous  revaudrai  ça.   Sur   ce,   le   prince   s’en   alla.   Larzac   regarda   l’inconnue   et   poussa   un   soupir   d’exaspération,   se   promettant   de   ne   plus   céder  aux  caprices  de  son  élève  à  l’avenir.   ℘     Le   carrosse   de   la   famille   Sachs   fonçait   à   toute   allure   sur   les   dunes   qui   menaient   aux   ruines   d’Arabica.   Cette   ville,   autrefois   prisée  pour  son  activité  commerçante,  avait  été  abandonnée  par   ses   habitants   quelques   mois   seulement   après   le   début   de   la   dernière   grande   guerre.   La   cité,   alors   faiblement   gardée,   avait   été   attaquée   et   presque   entièrement   détruite   par   les   soldats   Cristalliens,   forçant   tous   les   survivants   à   fuir   et   se   réfugier   dans   les   deux   seules   villes   sous   haute   protection   royale  :   Minabis   et   Basroc.   Le   cocher   se   souvenait   encore   de   toutes   les   fois   où   il   s’était   rendu   à   Arabica   pour   déposer   Rosa   chez   son   ami.   Les   rues   étaient   alors   animées   et   des   marchands   étalaient   leurs   produits  à  tous  les  coins  de  rue,  essayant  de  vous  vendre  ciel  et   terre.   C’était   une   belle   époque,   pensa-­‐t-­‐il   le   cœur   serré.   En   ce   jour,   il   ne   régnait   plus   que   vide   et   silence   dans   ce   désert.   Le   cocher   leva   les   yeux   et   eut   alors   l’impression   de   voir   une   flamme  déchirer  le  ciel.  Surpris,  il  tira  sur  la  bride  du  cheval.   —  Riggs  ?   s’écria   Rosa.   Qu’y   a-­‐t-­‐il  ?   Pourquoi   nous   arrêtons-­‐ nous  ?   —  Euh…   excusez-­‐moi,   bredouilla   le   cocher   en   réalisant   qu’il   avait  rêvé.   Il  fit  aussitôt  redémarrer  le  carrosse.   La  mère  d’Aluna  regarda  par  la  fenêtre  et  pria  pour  arriver  à   temps.   Elle   s’en   voulait   de   ne   pas   avoir   réalisé   plus   tôt   la   souffrance   de   sa   fille.   Les   dunes   étaient   toujours   visibles,   mais   Arabica  ne  devait  plus  être  qu’à  quelques  minutes.  Elle  pouvait   en  effet  apercevoir  les  prémices  d’un  sol  rocailleux  au  loin,  signe   44


de l’entrée   de   l’ancienne   ville.   Rosa   détourna   le   regard   pour   observer   ses   deux   filles   endormies   et   ne   put   s’empêcher   de   sourire   à   la   vue   de   ce   spectacle   apaisant.   Si   seulement   son   autre   enfant   pouvait   avoir   la   même   chance…   Le   cœur   serré,   elle   ordonna  à  Riggs  d’accélérer.   Le   carrosse   ne   mit   pas   longtemps   à   entrer   dans   les   ruines   de   la   ville   et   emprunter   une   ruelle   pavée.   Le   bruit   des   sabots   des   chevaux   qui   martelaient   le   sol   réveilla   Beth.   Elle   vit   que   sa   mère   était   anxieuse   et   voulut   l’interroger,   mais   le   carrosse   s’arrêta.   Rosa  en  sortit  aussitôt  et  lui  interdit  de  la  suivre.  Elle  rejoignit  le   cocher  avec  qui  elle  parla  à  voix  basse,  avant  de  revenir  vers  sa   fille,  un  sourire  forcé  sur  les  lèvres  :   —  Je  reviens  vite.   Beth   regarda   la   silhouette   de   sa   mère   s’éloigner,   puis   disparaître   derrière   la   porte   d’entrée   de   la   maison   du   druide.   Elle   était   inquiète,   sans   trop   savoir   pourquoi.   Elle   décida   d’éclaircir   ses   doutes   auprès   de   Riggs,   mais   le   cocher   lui   répondit   par   un   silence   de   plomb.   Elle   n’avait   jamais   aimé   les   confidences   qui   existaient   entre   lui   et   sa   mère,   car   en   général   cela   ne   présageait   rien   de   bon.   Elle   reposa   sa   question,   mais   obtenant   toujours   le   même   silence   en   retour,   abandonna.   Sa   mère  lui  expliquerait  tout  à  son  retour.   C’est   alors   que   Beth   vit   une   des   fenêtres   de   la   bâtisse   s’éclairer.  Elle  aurait  tout  donné  pour  savoir  ce  qui  se  passait  à   l’intérieur.   ℘     Au  château  de  Goran,  le  prince  avait  rejoint  les  appartements   royaux.  Il  passa  les  deux  soldats  qui  les  gardaient  et  y  pénétra.   La  pièce  était  grande.  Une  table  vide  se  trouvait  dans  l’entrée   et  une  porte  donnait  sur  la  salle  de  bains.  Le  mur  de  gauche  était   recouvert   d’une   grande   tapisserie   et   une   bibliothèque   occupait   celui   de   droite.   Un   immense   lit   se   tenait   dans   le   fond   ainsi   que   divers   meubles   de   rangement,   tous   uniformément   peints   en   45


marron. Le  reste  de  la  pièce  était  sobre,  et  les  quatre  torches  qui   l’éclairaient  ne  l’égayaient  pas  davantage.   Le   prince   fut   surpris   de   trouver   son   père   en   pleine   lecture,   activité   que   ce   dernier   détestait   profondément.   Il   n’y   prêta   pas   attention,  s’approcha  de  lui  et  se  pencha  pour  le  saluer  comme   le  voulait  l’étiquette.   —  Mon   escorte   et   moi   sommes   revenus   sans   dommages,   père.   —  Je   ne   m’attendais   plus   à   vous   voir   à   cette   heure   tardive,   répondit  ce  dernier  en  levant  les  yeux.   —  J’ai   pensé   que   vous   voudriez   savoir   comment   cela   s’était   passé  avant  de  vous  coucher.   —  Je  vous  écoute.  Avez-­‐vous  réussi  l’épreuve  ?   —  Non,  père,  répondit  le  prince  en  se  redressant.   Le  roi  se  leva  aussitôt,  furieux  :   —  Encore  ?   Ça   fait   des   mois   que   j’entends   la   même   chose  !   Êtes-­‐vous   seulement   conscient   qu’il   vous   reste   peu   de   temps   pour  prouver  votre  valeur  et  acquérir  l’anneau  ?   Le  roi  avait  raison,  il  lui  fallait  obtenir  l’anneau  de  terre  avant   d’acquérir   le   titre   de   prince   héritier   et   pouvoir   prétendre   au   trône.   Il   devait   pour   ça   battre   le   dragon   à   trois   queues   qui   se   terrait   dans   la   forêt   sacrée,   située   quelques   kilomètres   à   l’est   du   château.  Cependant,  la  forêt  était  vaste  et  il  avait  passé  des  lunes   entières  à  chercher  la  bête,  en  vain.  Larzac  l’avait  énormément   aidé   dans   sa   quête   en   lui   fournissant   des   informations   sur   la   manière   d’attirer   l’animal.   Il   avait   appris   que   ce   dernier   ne   se   montrerait  que  s’il  ressentait  un  danger  mettant  en  péril  la  forêt   dont   il   était   le   gardien.   Le   jeune   homme   avait   donc   passé   énormément   de   temps   à   développer   ses   pouvoirs   psychiques   dans   le   but   de   maîtriser   des   masex   assez   puissants   pour   menacer   le   dragon   et   le   forcer   à   se   montrer.   Cela   avait   néanmoins   été   vain,   et   peu   surprenant   vu   sa   maîtrise   insuffisante   des   pierres   magiques.   Même   en   envisageant   qu’il   arrivât   à   attirer   l’animal,   il   ne   se   pensait   pas   assez   fort   pour   le   46


battre et   récupérer   l’anneau   qu’il   portait,   selon   ses   sources,   à   son  oreille  droite.   Il  n’avait  pourtant  pas  le  choix.  Il  devait  réussir  son  épreuve   initiatique,   une   tradition   à   laquelle   il   ne   pouvait   se   soustraire   même   s’il   la   savait   inutile   au   vu   de   sa   position   d’unique   héritier.   Tous   les   prétendants   au   trône   y   étaient   contraints,   et   se   voyaient   à   chaque   génération   confier   une   tâche   différente.   Dans   son  cas,  l’obtention  de  l’anneau  était  l’épreuve  idéale  car  il  était   nécessaire   à   la   restauration   complète   de   l’épée   royale,   avec   laquelle   avaient   combattu   tous   les   rois   de   Goran   avant   lui.   L’épée   s’était   en   effet   brisée   des   années   auparavant   lors   d’un   affrontement   avec   le   dragon   à   trois   queues.   Son   pouvoir   magique  avait  alors  été  libéré  puis  transféré  dans  le  réceptacle   le   plus   proche  :   le   bijou   en   pierre   que   portait   la   chimère.   Les   druides   avaient   donc   conclu   que   la   seule   façon   de   rendre   sa   magie   à   l’épée   était   de   la   reforger   avec   l’anneau   qui   avait   absorbé  son  pouvoir.   —  Je  réussirai  la  prochaine  fois,  s’excusa-­‐t-­‐il.   —  La   prochaine   fois  ?   Quand   cela   est-­‐il   donc  ?   s’écria   le   roi,   perdant   visiblement   patience.   Vous   avez   déjà   épuisé   près   de   la   moitié  de  votre  délai  d’un  an  !   —  J’en   suis   conscient.   À   vrai   dire,   un   autre   incident   a   interrompu  mes  recherches  cette  nuit.   Le  roi  fronça  les  sourcils.   —  Un  incident  ?  Quel  genre  d’incident  ?   Le   prince   savait   qu’il   devait   se   garder   de   trop   en   dire,   alors   il   resta  vague  :   —  Une   immense   créature   volante   est   apparue   au-­‐dessus   de   la  forêt  et  nous  avons  dû  l’arrêter  car  elle  se  dirigeait  vers  l’est.   Il   semble   que   la   rivière   était   sa   cible.   Nous   avons   réussi   à   la   mettre  en  fuite.   —  Immense,  dites-­‐vous  ?  Une  chimère  ?   —  Il  semblerait  que  oui,  et  nous  pensons  qu’elle  était  montée   47


par quelqu’un.   Nous   n’avons   malheureusement   pas   pu   voir   l’individu.  Tout  s’est  passé  très  vite.   —  Une   chimère…   Je   ne   connais   que   peu   de   druides   qui   en   possèdent   des   capables   de   voler.   Contrôler   une   telle   créature   demande   de   la   maîtrise   et   de   l’expérience.   Une   telle   personne   serait  connue,  vous  ne  croyez  pas  ?   Le  prince  fut  surpris  que  son  père  lui  demande  son  avis,  mais   poursuivit  :   —  Je  le  crois  aussi.   —  Les  rebelles  pourraient  avoir  un  tel  druide  sans  que  nous   le  sachions…   —  C’est  possible  en  effet.   —  Ils   ont   profité   de   la   guerre   pour   asseoir   une   forteresse   dans  le  désert,  reprit  son  père,  pris  d’une  inhabituelle  envie  de   parler.   Que   pensent-­‐ils   accomplir   sans   le   soutien   de   la   monarchie  ?   Où   pensent-­‐ils   que   leur   prétendue   «  nation   libre  »   va  les  mener  ?   —  Ils   cherchent   simplement   à   se   libérer   des   lois   du   Régisseur.   Beaucoup   n’arrivent   plus   à   payer   les   taxes   et   les   tueries   d’enfants   ont   été   particulièrement   nombreuses   ces   dernières  années  alors…   —  Peut-­‐être,   mais   que   pensent-­‐ils   qu’il   se   passera   lorsqu’Il   demandera   réparation  ?   Il   ne   tolérera   certainement   plus   leur   existence   lorsque   nous   ne   pourrons   plus   payer   les   taxes   sans   leur  participation.  J’ai  bien  tenté  de  récupérer  leur  part,  mais  j’ai   cru  comprendre  à  leur  réaction  qu’ils  étaient  prêts  à  se  battre.   Le   prince   savait   exactement   ce   que   cela   signifiait.   Si   le   Régisseur   exigeait   de   soumettre   les   rebelles,   son   père   devrait   suivre   ses   directives   sous   peine   de   tous   leur   faire   subir   d’horribles  représailles.   —  Je   pense   que   vous   devriez   convoquer   le   chef   des   rebelles   pour   une   audience   et   lui   expliquer   votre   point   de   vue,   répondit-­‐ il,  de  plus  en  plus  confiant.  

48


— Ne  serait-­‐ce  pas  donner  raison  à  ce  mouvement  stupide  ?   —  Eh   bien   je   pense   qu’au   contraire,   ce   pourrait   être   bénéfique   et   permettre   d’éviter   un   éventuel   bain   de   sang,   continua   le   prince   qui   se   plaisait   de   plus   en   plus   dans   ce   rôle   de   conseiller.   Il   n’avait   que   très   rarement   vu   son   père   le   considérer   de   la   sorte.  Il  devait  en  profiter  pour  faire  entendre  sa  voix  :   —  Je   pense   que   les   conflits   devraient   se   régler   plus   souvent   par   le   dialogue   que   par   les   combats.   Ici,   les   rebelles   auraient   tout   à   gagner   à   participer   au   paiement   des   taxes,   même   non   officiellement.  Le  Régisseur  tolérerait  peut-­‐être  plus  longtemps   leur  affront  si  l’or  lui  revenait  sans  faute  chaque  année.  De  leur   point   de   vue,   ils   prolongeraient   ainsi   leur   existence,   s’agrandiraient  pour  être  mieux  armés  et  peut-­‐être  le  combattre   plus  tard.   Le  roi  resta  silencieux  un  instant,  pesant  ses  paroles.  La  main   sur  le  menton,  il  fit  les  cent  pas,  puis  s’arrêta  pour  le  fixer  :   —  Lui  accorder  une  audience,  dites-­‐vous  ?   —  Oui.   —  Vous  vous  rendez  compte  que  payer  des  taxes  va  contre  le   principe  même  de  la  rébellion  ?   —  Je  sais,  mais  si  cela  ne  va  pas  à  l’encontre  de  leur  objectif,   ça   devrait   tout   de   même   les   intéresser.   Ils   n’y   perdraient   pas   grand-­‐chose  en  réalité  à  part  un  peu  d’or.   —  Vous  avez  l’air  de  penser  que  c’est  aussi  simple  que  ça  !   —  Pourquoi  ça  ne  pourrait  pas  l’être  ?  Je  suis  sûr  que  si  vous   et  leur  chef  veniez  à  vous  rencontrer…   —  Alors   quoi  ?   Nous   nous   découvririons   des   points   communs  ?  Nous  nous  serrerions  la  main  et  tout  rentrerait  dans   l’ordre  ?   —  Ce  n’est  pas  ce  que  j’ai  voulu  dire…   —  Bien  sûr  que  ce  n’est  pas  ce  que  vous  avez  voulu  dire…  Ce   ne   sera   ni   la   première   ni   la   dernière   fois  !   Vous   ne   connaissez   49


pas la   portée   de   vos   paroles   et   de   vos   actes,   et   vous   n’avez   jamais   su   les   assumer.   Je   me   demande   si   vous   saurez   prendre   position   un   jour…   Bref,   je   vous   ai   assez   vu,   j’ai   besoin   de   réfléchir.   Il  congédia  son  fils  d’un  geste.  Ce  dernier  réprima  un  soupir   et  s’exécuta  sans  mot  dire.  En  sortant,  il  regarda  son  père  qui  lui   tournait   maintenant   le   dos.   Il   l’observa   un   instant   en   se   disant   que   sa   mère   aurait   été   bien   triste   de   leur   relation   actuelle.   Les   seules   fois   où   ils   avaient   l’occasion   de   discuter,   le   roi   finissait   par  le  renvoyer,  ennuyé  par  toutes  ses  propositions.  Il  était  bien   loin  de  l’homme  qui  l’avait  conduit  à  sa  première  chasse,  qui  lui   avait  appris  à  se  tenir  droit  et  à  monter  à  cheval.   Le   prince   détourna   le   regard   et   prit   la   direction   de   ses   appartements.  Il  était  tard  et  il  tombait  de  sommeil.  Dès  qu’il  fut   enfin  chez  lui,  il  se  déshabilla  dans  l’obscurité,  se  dirigea  au  jugé   vers  son  lit  et  s’y  affala  pour  s’endormir  aussitôt.   ℘     Rosa   Sachs   pénétra   dans   la   maison   où   vivait   sa   fille   depuis   presque   six   ans,   et   ne   put   s’empêcher   de   repenser   au   jour   qui   avait   changé   sa   vie  :   la   naissance   des   jumelles.   Elle   était   à   l’époque  seule  avec  leur  père,  ce  qui  lui  avait  donné  le  choix.  Elle   n’avait   alors   pas   hésité   et   choisi   de   les   garder   toutes   les   deux,   même  si  cela  allait  contre  la  loi  du  Régisseur.  Comment  aurait-­‐ elle   pu   sciemment   condamner   ses   filles   alors   qu’elles   venaient   à   peine  de  voir  le  jour  ?  Son  défunt  mari  avait  consenti  à  garder  le   secret,   et   seuls   Riggs   –   un   ami   devenu   leur   cocher   –   ainsi   que   Xerox,  avaient  été  mis  dans  la  confidence.   Aluna  avait  été  le  bébé  le  plus  conciliant,  ne  réclamant  jamais   d’attention,   à   l’opposé   d’Elena   qui   s’était   révélée   très   capricieuse.  Il  lui  avait  donc  paru  plus  naturel  –  et  plus  facile  –   de   cacher   Aluna   et   de   déclarer   la   naissance   de   sa   sœur.   Tout   s’était  déroulé  simplement.   Pourtant,  bien  qu’elle  eût  survécu,  Aluna  ne  montrait  jamais   50


aucun signe   de   joie.   Elle   passait   ses   journées   à   broyer   du   noir   dans  la  cave  familiale,  privée  du  droit  de  sortir  ou  de  se  faire  des   amis.  Rosa  avait  tenté  d’effacer  ce  sentiment  en  passant  le  plus   de   temps   avec   elle,   lui   enseignant   comment   parler,   lire   et   prendre  soin  d’elle.  Chaque  sourire  qu’elle  lui  arrachait  était  une   victoire  dont  elle  avait  appris  peu  à  peu  à  se  satisfaire.   Mais   la   guerre   avait   tout   changé.   Minabis   étant   à   l’époque   sous   protection   royale,   les   fouilles   s’étaient   multipliées   et   les   jumeaux   malencontreusement   découverts   étaient   assassinés   sans  pitié.  Elle  avait  alors  dû  prendre  les  mesures  nécessaires  et   décider   d’offrir   une   seconde   chance   à   sa   cadette   en   l’envoyant   à   Arabica.   Elle   n’avait   pas   eu   le   choix  :   elle   avait   dû   se   séparer   d’Aluna  pour  ne  pas  les  perdre  toutes  les  deux.  Toutefois,  même   en   sachant   cela,   elle   vivait   dans   le   remords.   Le   souvenir   douloureux   d’avoir   choisi   l’une   au   détriment   de   l’autre   la   hantait   à   chaque   lune   qui   lui   était   donnée   de   voir.   Alors,   en   découvrant   la   souffrance   d’Aluna,   elle   n’avait   pas   hésité.   Elle   devait  la  protéger  comme  elle  n’avait  pas  su  le  faire  jusque-­‐là.   Rosa   fit   quelques   pas   dans   l’obscurité   avant   d’allumer   la   torche   de   l’entrée.   Elle   appela   son   vieil   ami   une   première   fois.   Sans  réponse,  elle  avança  un  peu  plus  dans  la  pièce  principale  et   se  dirigea  vers  celle  d’à  côté,  la  cuisine.  La  torche  illuminait  une   partie  du  salon  et  le  couloir  qui  menait  à  la  cuisine  était  plongé   dans   l’obscurité.   Rosa   continua   d’avancer,   jusqu’à   ce   qu’une   ombre   apparaisse   brusquement   devant   elle.   Elle   recula   sous   l’effet  de  surprise,  puis  reconnut  le  vieux  druide.   —  Tu  m’as  fait  peur,  laissa-­‐t-­‐elle  échapper.   Son   ami   la   regarda   d’un   air   perplexe   avant   de   se   retourner   pour  allumer  une  autre  torche  qui  éclaira  le  couloir  derrière  lui.   —  Qu’est-­‐ce  que  tu  fais  ici  ?  Je  vous  croyais  parties.   —  Je  voudrais  voir  ma  fille.   —  Elle  est  sortie,  répondit-­‐il  promptement.   —  Je  voudrais  la  voir  maintenant  !   —  Je   te   dis   qu’elle   n’est   pas   là,   va-­‐t’en,   persista-­‐t-­‐il   en   lui   51


faisant signe  de  s’en  aller.   —  Et  où  serait-­‐elle  allée,  dis-­‐moi  ?  s’énerva-­‐t-­‐elle.  Cette  ville   est  en  ruines  !   —  Se   promener,  par   exemple  ?   ironisa-­‐t-­‐il.   Tu   devrais   faire   de  même  d’ailleurs,  ou  rentrer  à  Minabis.  Tu  as  le  choix.   Agacée  par  l’attitude  de  Xerox,  Rosa  ouvrit  son  manteau  pour   faire  apparaître  une  large  ceinture  qui  comptait  deux  masex  de   couleurs  différentes.   —  On   se   connaît   depuis   plus   de   vingt   ans   et   tu   ne   sais   pas   de   quoi  je  suis  capable  ?  le  défia-­‐t-­‐elle.   Le  druide  eut  un  fou  rire.   —  Et   toi,   tu   sembles   avoir   oublié   que   je   t’ai   presque   tout   appris.   —  Je   n’oublie   pas.   Je   te   le   demande   une   dernière   fois,   où   se   trouve  ma  fille  ?   —  Tu   n’en   démords   pas,   on   dirait.   Toujours   aussi   têtue   que   par  le  passé…  Mais  à  vrai  dire,  je  suppose  que  je  n’ai  plus  besoin   de  te  le  cacher  désormais.   —  De  quoi  parles-­‐tu  ?   —  Eh   bien   ta   fille   m’a   été   très   utile,   le   meilleur   sujet   qu’il   m’ait  été  donné  d’étudier  en  fait.   —  Comment  ?  s’emporta-­‐t-­‐elle.  Tu  as  utilisé  ma  fille  pour  tes   expériences  folles  ?   —  Et   alors  ?   Que   vas-­‐tu   faire  ?   Me   tuer  ?   s’enquit-­‐il   entre   deux  rires.   Pour  toute  réponse,  Rosa  déchira  les  pans  de  sa  robe  et  saisit   rapidement   un   objet   –   placé   dans   un   étui   fixé   sur   sa   jambe   droite   –   qu’elle   pointa   sur   Xerox.   L’objet   avait   la   forme   d’une   arbalète,   sans   la   corde   pour   les   flèches,   et   avec   la   pointe   d’un   canon   miniature.   Il   était   en   argent   massif   et   luisait   tant   il   avait   été  poli.  À  sa  vue,  Xerox  prit  peur.   —  C’est   toi   qui   avais   le   Légenda  ?   demanda-­‐t-­‐il   la   voix   tremblante.   52


— Tu   vas   me   dire   où   elle   se   trouve  ?   le   menaça-­‐t-­‐elle   en   chargeant   l’objet   des   deux   masex   lumière   qu’elle   avait   à   sa   ceinture.   Le   Légenda   pouvait   contenir   le   pouvoir   de   deux   masex,   contrairement  aux  ceintures  magiques  qui  pouvaient  en  charger   trois.   Par   contre,   la   puissance   des   pierres   se   décuplait   instantanément   avec   le   Légenda,   ce   qui   en   faisait   une   arme   redoutable   et   unique,   que   très   peu   de   personnes   avaient   eu   l’occasion  d’apercevoir.  C’était  d’ailleurs  la  raison  pour  laquelle   elle   portait   le   nom   de   Légenda.   La   voir   était   considéré   comme   une  malédiction,  car  tous  ceux  qui  en  subissaient  les  attaques  ne   survivaient  jamais  pour  en  parler.   En  retour,  le  druide  dévoila  sa  ceinture.  Il  portait  trois  masex,   dont  un  qui  ne  brillait  déjà  plus.  Un  masex  se  rechargeant  plus   ou  moins  vite  selon  la  puissance  de  son  porteur  ou  simplement   après   des   lunes   de   non-­‐usage,   Rosa   savait   que   son   adversaire   avait  un  désavantage.  Elle  devait  en  profiter.   —  Il   me   semble   avoir   été   clair,   répliqua   le   druide.   Elle   n’est   plus  ici.   —  Alors  dis-­‐moi  où  elle  se  trouve  !   —  Même  si  je  le  savais,  je  ne  te  le  dirais  certainement  pas.   —  Tu   l’auras   voulu  !   s’écria-­‐t-­‐elle   avant   de   lancer   les   hostilités.   Elle   appuya   sur   la   détente   du   Légenda,   d’où   jaillit   une   lumière   jaune   qui   fusa   en   direction   du   druide.   Ce   dernier   s’élança   dans   les   airs   grâce   à   son   masex   lévitation   et   évita   le   coup   qui   démolit   le   mur   derrière   lui.   Sans   se   décourager,   la   mère   d’Aluna   tira   de   nouveau   en   direction   du   druide   qui,   très   rapide,  esquiva  le  rayon  de  justesse.   Rosa   analysa   la   situation.   La   salle   était   petite   et   avec   les   débris  qui  l’emprisonnaient  peu  à  peu,  Xerox  ne  pourrait  éviter   ses   attaques   très   longtemps.   Si   elle   se   concentrait,   elle   savait   qu’elle  réussirait.   Le  vieux  druide  la  devança  en  utilisant  les  pierres  recouvrant   53


le sol   pour   contre-­‐attaquer.   Surprise,   Rosa   tira   pour   détruire   les   projectiles.   Xerox   continua   la   manœuvre,   forçant   son   adversaire   à   utiliser   son   arme   pour   se   défendre.   Il   gagnait   ainsi   du   temps   pour   pouvoir   invoquer   plus   tard   Attila   qui   partirait   à   la   recherche  de  la  jumelle  d’Aluna.  L’échange  dura  une  dizaine  de   minutes,   jusqu’à   ce   que   les   pierres   se   fassent   de   plus   en   plus   rares.   Le   druide   continua   d’attaquer   à   plus   faible   fréquence,   inquiet  qu’Attila  ne  soit  toujours  pas  prêt.  Son  masex  lévitation   faiblissait,   et   il   avait   de   moins   en   moins   d’armes.   Il   était   dans   une  impasse.   Rosa   comprit   au   même   moment   qu’elle   pouvait   enfin   attaquer,   mais   aussi   que   les   possibilités   d’évasion   de   son   ami   étaient   plus   grandes   depuis   qu’il   avait   dégagé   les   pierres   autour   de  lui.  Elle  décida  alors  de  le  distraire  :   —  C’est  tout  ce  que  tu  sais  faire,  vieux  croûton  ?   —  Tu  ne  sais  pas  à  qui  tu  as  affaire…   —  Ah   oui  ?   Tout   ce   que   je   vois,   c’est   que   tu   as   un   masex   lévitation   qui   s’éteint,   un   autre   qui   se   recharge   et   que   ta   dernière   pierre   ne   doit   pas   t’être   bien   utile   vu   que   tu   ne   t’en   sers   pas.   Comment   espères-­‐tu   gagner  ?   En   m’envoyant   toutes   les  pierres  de  la  maison  au  visage  ?   —  Tu  peux  parler,  je  gagnerai  !  Mes  recherches  continueront   coûte   que   coûte  !   Tu   n’as   même   pas   idée   de   ce   qui   est   en   jeu   alors  crois-­‐moi,  rien  ne  m’en  empêchera  !   —  Ah   oui  ?   Et   comment   tu   accompliras   cet   exploit  ?   Tu   penses  peut-­‐être  pouvoir  t’emparer  de  ma  seconde  fille  pour  tes   expériences  ?   Eh   bien   tu   peux   rêver  !   Tu   croyais   que   je   te   laisserais  agir  sans  rien  faire  ?  Elena  est  loin  d’ici  à  l’heure  qu’il   est  !   —  Quoi  ?   Xerox   jeta   un   coup   d’œil   au   trou   béant   créé   dans   le   mur   de   droite  et  constata  que  le  carrosse  de  la  famille  s’éloignait  déjà  à   toute   vitesse.   Rosa   laissa   échapper   un   sourire   et   profita   de   ce   moment  d’inattention  pour  tirer.  Le  druide  mit  une  seconde  de   54


trop à   réagir.   Il   plongea   sur   le   côté,   mais   fut   touché   au   bras   et   retomba   au   sol   dans   un   flot   de   sang.   Il   allait   sombrer   dans   l’inconscience   lorsqu’un   cauchemar   de   souffrance   le   ramena   brutalement  à  la  réalité  :  il  avait  perdu  son  bras.   Victorieuse,   Rosa   s’approcha   de   lui   et   le   menaça   avec   son   arme  :   —  C’est  terminé.   Xerox  paniqua.  Il  était  au  sol,  le  Légenda  à  seulement  un  bras   de   son   visage.   Si   elle   tirait   à   cette   distance,   il   était   perdu.   Il   devait  pourtant  se  sortir  de  ce  mauvais  pas.  Il  pensa  à  se  servir   du   masex   gravité   pour   absorber   son   adversaire   dans   un   passage,   mais   il   savait   qu’il   ne   serait   pas   débarrassé   d’elle.   Ce   masex  pouvait  seulement  créer  des  trous  noirs,  des  portails  qui   permettaient   de   franchir   de   courtes   distances.   À   pleine   puissance,   il   était   capable   de   couvrir   des   trajets   plus   longs,   mais   en   l’état   il   était   épuisé   et   sa   pierre   n’était   pas   à   son   maximum.   Pourtant,   il   lui   fallait   tout   de   même   tenter   le   coup  :   c’était   sa   seule  chance.   Il   voulut   mettre   son   plan   à   exécution,   mais   Rosa   le   devança   en   pressant   la   détente.   Une   goutte   de   sueur   perla   sur   le   front   de   Xerox,  qui  voyait  déjà  sa  vie  défiler  devant  ses  yeux.   Contre   toute   attente,   seul   un   nuage   de   fumée   inoffensif   s’échappa   du   Légenda.   Un   silence   suivit,   les   deux   anciens   amis   restés  pétrifiés  de  surprise.   Rosa   osa   à   peine   respirer.   Il   était   impossible   que   ses   deux   masex   se   soient   déchargés   en   si   peu   de   temps.   Elle   jeta   un   rapide  coup  d’œil  au-­‐dessus  de  l’arme  et  vit  qu’elle  avait  encore   une  pierre  active.  Avant  qu’elle  n’ait  pu  analyser  le  problème,  un   croche-­‐pied   de   Xerox   la   fit   basculer   en   arrière.   Elle   lâcha   le   Légenda,   qui   glissa   quelques   mètres   plus   loin.   Surprise,   elle   n’eut   que   le   temps   de   le   voir   se   redresser   au-­‐dessus   d’elle   en   riant.   —  Moi  qui  croyais  que  tu  savais  te  servir  du  Légenda.   —  Qu’est-­‐ce   que   tu   veux   dire  ?   balbutia-­‐t-­‐elle   sans   pouvoir   55


bouger. —  Après   l’épuisement   d’un   masex,   il   a   besoin   de   quelques   secondes   pour   charger   le   second.   Quel   dommage   que   tu   n’aies   pas  compris  ça  !   De  sa  seule  main,  il  activa  son  masex  lévitation  et  fit  voler  le   Légenda  dans  sa  direction.  Il  le  dirigea  ensuite  vers  son  amie  et   la  regarda  droit  dans  les  yeux  :   —  Jamais  tu  ne  détruiras  mes  recherches.   Démunie,   Rosa   se   mit   à   penser   rapidement.   Elle   ne   pouvait   abandonner   ses   filles,   même   si   elle   savait   qu’elles   étaient   actuellement  hors  de  danger.  Riggs  avait  en  effet  bien  suivi  ses   instructions   et   s’était   enfui   dès   qu’il   avait   entendu   la   première   explosion.   Mais   il   restait   Aluna…   Elle   n’avait   jamais   su   la   protéger  et  ne  pouvait  donc  s’arrêter  là,  pas  comme  ça.   En  y  repensant,  elle  ne  comprenait  pas  pourquoi  Xerox  avait   agi  de  la  sorte  envers  sa  fille.  Il  avait  été  l’ami  d’enfance  de  son   mari   et   au   début   de   la   guerre,   elle   n’avait   pensé   qu’à   lui   pour   isoler  Aluna.  Il  lui  avait  sauvé  la  vie  cette  nuit-­‐là.  À  quel  moment   avait-­‐il   banni   les   fondements  de   leur   amitié  ?   Seraient-­‐ce   ces   cinq  années  de  guerre  qui  l’avaient  transformé  ?   Chassant   ces   pensées   inutiles,   elle   tenta   de   s’éloigner,   mais   avant  qu’elle  n’en  ait  eu  le  temps,  Xerox  laissa  échapper  un  rire   sarcastique   et   appuya   sur   la   détente.   Suivant   un   instinct   aussi   primaire   qu’inutile,   Rosa   se   couvrit   le   visage   de   ses   mains.   Un   bruit   assourdissant   suivit,   l’emportant   dans   un   océan   de   ténèbres.   ℘     Depuis   le   carrosse,   Beth   voyait   la   maison   s’éloigner   de   plus   en   plus.   Elle   n’avait   pas   compris   pourquoi   Riggs   avait   subitement   démarré   le   carrosse,   abandonnant   ainsi   sa   mère.   Elle  avait  hurlé  des  dizaines  de  fois  pour  qu’il  s’arrête,  mais  il  ne   l’avait  pas  écoutée.  

56


Elle avait  fini  par  se  résoudre  à  sauter  du  véhicule  lorsqu’une   énorme   explosion   retentit   au   loin,   en   provenance   de   la   maison   du   druide.   Le   bruit   secoua   le   carrosse   qui   continuait   de   s’éloigner,  réveillant  Elena  qui  jusque-­‐là  dormait  profondément.   En  ouvrant  les  yeux,  elle  vit  Beth  appeler  leur  mère  en  hurlant,   et   dut   regarder   par   la   fenêtre   pour   comprendre   ce   qui   se   passait.   Ses   yeux   s’emplirent   de   larmes   avant   qu’elle-­‐même   ne   se  mette  à  crier,  leurs  voix  résonnant  en  écho  dans  le  désert  de   dunes.  

57

Extrait "Coeur de Flammes, Tome 1"  

Aluna vit dans l’ombre, c’est une paria. Elle est née jumelle, synonyme d’arrêt de mort depuis qu'un être mystérieux, le Régisseur, règne en...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you