Issuu on Google+

Sécurité routière Appel à l’action Octobre 2009


Sécurité routière / APPEL à L’ACTION Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

01/ Appel à l’ action

L

a Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) est de plus en plus préoccupée par la rapide intensification de la crise mondiale de la sécurité routière qui se traduit chaque jour par environ 3000 morts à travers le monde.

(...) à défaut d’une action résolue et coordonnée, la sécurité routière va continuer de se dégrader dans les pays à faibles et à moyens revenus.

Il existe des solutions efficaces et peu coûteuses.

Les traumatismes liés aux accidents de la route représentent un problème de santé publique majeur, mais trop négligé. Il est urgent d’agir afin d’en limiter la mortalité croissante, qui affecte principalement les jeunes. Nous savons que, à défaut d’une action résolue et coordonnée, la sécurité routière va continuer de se dégrader dans les pays à faibles et à moyens revenus. La situation tend à s’améliorer sur les routes des pays développés, mais l’heure n’est pas à l’autosatisfaction – les efforts doivent être soutenus si nous voulons que cette tendance positive se maintienne. Les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sont déjà très engagées dans le domaine de la sécurité routière. Elles s’emploient, entre autres, à mobiliser les décideurs et responsables politiques, à sensibiliser les jeunes et la population dans son ensemble, ainsi qu’à fournir des services de premiers secours. Ces activités font partie du mandat de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge consistant à atténuer les souffrances humaines, en particulier parmi les personnes les plus vulnérables qui constituent la majorité des victimes de la route. Pour améliorer la sécurité routière, il faut impérativement modifier les comportements des usagers de manière à ce que la route soit perçue non pas comme un champ de bataille, mais comme un espace public commun. Il existe des solutions efficaces et peu coûteuses, et il est de notre responsabilité collective de les mettre en œuvre partout afin de sauver des vies. Ce qui se passe sur la route nous concerne tous. Nous devons agir sans le moindre délai pour empêcher que la tendance meurtrière actuelle ne s’aggrave inexorablement. Les Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sont prêtes à redoubler d’efforts aux côtés des gouvernements, du secteur privé, de la société civile, des communautés et des organisations internationales. Ce choix est entre nos mains collectivement et individuellement, dès maintenant.

02/ Ampleur de la crise

C

haque année, à travers le monde, les accidents de la route font environ 1,3 million de morts et quelque 50 millions de blessés. Pour chaque décès, on compte entre 20 et 30 personnes handicapées dont un grand nombre souffrent de lésions irréversibles. La mortalité liée aux accidents de la route est comparable à celle de la tuberculose ou du paludisme. Les blessures causées par ces accidents sont la première cause de mortalité mondiale parmi les jeunes de 15 à 29 ans et la seconde chez les enfants et adolescents de 5 à 14 ans.

3


Sécurité routière / APPEL à L’ACTION Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

À défaut d’actions de prévention massives, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que, d’ici 2020, les lésions résultant des accidents de la route représenteront la sixième cause de mortalité mondiale, toutes populations confondues.

Les blessures causées par ces accidents sont la première cause de mortalité mondiale parmi les jeunes de 15 à 29 ans.

Grâce à des approches coordonnées intersectorielles, la situation tend à s’améliorer dans les pays développés. En revanche, en l’absence d’une nouvelle volonté politique forte en matière de prévention et de réduction des risques, la mortalité liée aux accidents de la route dans les pays à faibles et à moyens revenus devrait doubler d’ici 2020, pour atteindre plus de 2 millions de victimes par an. Les traumatismes dus aux accidents de la route représentent un lourd fardeau pour les économies des pays en développement, de l’ordre de 1 à 3 pour 100 du produit national brut. Dans bien des cas, les coûts excèdent le montant de l’aide internationale au développement reçu par chaque pays, ce qui signifie qu’il existe un lien direct entre l’amélioration de la sécurité routière et la réduction de la pauvreté.

03/ Prise de conscience mondiale de la crise

L

a Journée mondiale de la santé en 2004 fut dédiée à la sécurité routière. Depuis lors, l’Assemblée générale de l’ONU a adopté à l’unanimité quatre résolutions portant sur la prévention des accidents de la route.

Ces résolutions engagent à poursuivre la mise en œuvre des recommandations du Rapport mondial sur la prévention des traumatismes dus aux accidents de la route (voir Encadré 1) qui appelle les gouvernements, la société civile et le secteur privé à mener des actions spécifiques en vue de prévenir les accidents de la route et d’en limiter les conséquences, ainsi qu’à évaluer les effets de ces mesures. En juin 2009, l’OMS a publié un Rapport de situation sur la sécurité routière dans le monde qui réaffirme que les traumatismes dus aux accidents de la route constituent un problème majeur en termes tant de santé que de développement. Ce document confirme la validité des recommandations énoncées dans le Rapport mondial sur la prévention des traumatismes dus aux accidents de la circulation. La Collaboration des Nations unies pour la sécurité routière (http://www.who. int/roadsafety/en/) a été établie en octobre 2004 sous la coordination de l’OMS. Ce groupe inclut, outre les agences des Nations unies, une cinquantaine d’organisations actives dans le domaine de la sécurité routière, y compris la FICR et le Partenariat mondial pour la sécurité routière (en anglais le Global Road Safety Partnership / GRSP - voir Encadré 2). Ce groupe se réunit deux fois par an pour passer en revue les initiatives de ses membres et les coordonner. Il a publié divers manuels de bonnes pratiques sur les principaux facteurs ou contributeurs de risque (ceintures de sécurité, sièges et harnais pour enfants, casque, alcool au volant, gestion de la vitesse).

4


ENCADRÉ 1

Recommandations du Rapport mondial sur la prévention des traumatismes dus aux accidents de la circulation Les principales recommandations du rapport publié en avril 2004 par la Banque mondiale et l’OMS sont les suivantes : • Nommer dans les instances publiques un organisme directeur chargé de guider l’effort national en matière de sécurité routière. • Evaluer le problème, les politiques et les cadres institutionnels relatifs aux traumatismes dus aux accidents de la circulation et la capacité de prévention de ces traumatismes dans chaque pays.

• Préparer une stratégie et un plan d’action nationaux pour la sécurité routière. • Allouer les ressources humaines et financières nécessaires pour s’attaquer au problème. • Mettre en œuvre des mesures précises pour prévenir les accidents de la circulation, minimiser les traumatismes et leurs conséquences et évaluer l’incidence de ces mesures (y compris des mesures visant à limiter la vitesse et la consommation d’alcool au volant, à encourager le port du casque, de la ceinture de sécurité et l’utilisation des sièges pour enfants, et à incorporer des mesures de sécurité dans les plans d’aménagement du territoire et des réseaux routiers). • Appuyer la constitution de capacités nationales et la coopération internationale.

ENCADRÉ 2 Prévision de la mortalité liée aux accidents de la route d’ici à 2020 million de personnes par an

2020

2.0 1.5 2010

1.0 0.5 2010

0.0

2020

Pays à hauts revenus

Pays à faibles et moyens revenus

Naissance du Partenariat mondial pour la sécurité routière (GRSP) Dans l’édition de 1998 de son Rapport sur les catastrophes dans le monde, la Fédération a été une des premières organisations internationales à sonner l’alarme au sujet de l’escalade dramatique du nombre de morts et de blessés victimes d’accidents de la route sur la planète. Un chapitre complet de cette publication était consacré à ce fléau et à ses conséquences tragiques pour les communautés humaines et leurs conditions d’existence. L’année suivante, la Fédération internationale, la Banque mondiale et le Département pour le Développement International du gouvernement britannique décidaient de créer le Partenariat mondial pour la sécurité routière. Rassemblant des gouvernements, des agences des Nations unies et des organisations intergouvernementales, des institutions financières internationales, des représentants du secteur privé et de la société civile, le GRSP s’emploie à améliorer la sécurité routière, en particulier dans les pays à faibles et à moyens revenus où l’on recense plus de 90 pour 100 des victimes des accidents de la route. Le GRSP aide les Sociétés nationales à développer les services et ressources existants et à identifier de nouvelles formes d’engagement en matière de sécurité routière. Hébergé au secrétariat de la Fédération internationale à Genève, il est opérationnel dans une vingtaine de pays de tous les continents. http://www.grsproadsafety.org


Sécurité routière / APPEL à L’ACTION Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

04/ Les engagements de la FICR

L

a FICR a désigné la promotion d’une “culture de la réduction des risques et de la prévention” comme une des priorités inhérentes à toutes ses activités. L’amélioration de la sécurité routière en vue de sauver des vies et de bâtir des communautés plus sûres fait partie intégrante de cette politique et de la stratégie à long terme de la FICR.

L’ amélioration de la sécurité routière en vue de sauver des vies et de bâtir des communautés plus sûres fait partie de la stratégie à long terme de la FICR.

La FICR a résolu de s’attaquer en priorité à la réduction de l’impact désastreux des accidents de la route parmi les jeunes. Dans leur Déclaration de Solférino publiée en juin 2009 (voir Encadré 3), les jeunes membres de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont identifié la sécurité routière comme étant un des principaux défis humanitaires de notre époque. Au niveau mondial, la FICR plaide pour l’adoption de solutions simples en vue de prévenir ou de limiter de manière significative les accidents de la route et leurs tragiques conséquences humaines, sociales et économiques. Cela comprend : • formulation et mise en œuvre de politiques nationales de sécurité routière; • financement adéquat et durable des mesures de sécurité routière; • amélioration des réseaux routiers, notamment au profit des usagers les plus vulnérables; • sensibilisation du public aux principaux facteurs de risque; • activités communautaires de réduction des risques; • développement de la formation aux premiers secours dans les écoles ainsi que pour les nouveaux conducteurs et les chauffeurs professionnels; • amélioration des soins hospitaliers pour les victimes de la route; • soutien aux handicapés de la route; • renforcement des partenariats avec les gouvernements, le secteur privé et la société civile. Toutes ces mesures sont décrites dans un guide pratique de la sécurité routière publié en collaboration avec le GRSP (voir Encadré 4).

10

La FICR a produit une carte d’engagement personnel pour la sécurité routière à l’intention des dirigeants, employés et volontaires des Sociétés nationales, de ses partenaires dans le domaine de la sécurité routière et Je m’engage à : du grand public. Elle énonce dix mesures que le titulaire ¬ utiliser la ceinture de sécurité de la carte s’engage à respecter et à appliquer, l’idée étant ¬ porter un casque à motocyclette ¬ circuler à une vitesse et à une distance adaptées de protéger les employés et les volontaires de la Croixaux conditions ¬ ne pas conduire sous l’emprise de l’alcool Rouge et du Croissant-Rouge dans leur vie quotidienne ou de la drogue et de les encourager à donner l’exemple. ¬ ne pas utiliser de téléphone mobile en conduisant ¬ être bien visible en tant que piéton ou cycliste

engagements ¬ connaître et respecter le code de la route pour la sécurité ¬ entretenir convenablement mon véhicule ¬ posséder le permis et la formation conformes routière au véhicule conduit ¬ savoir réagir en cas d’accident

6


ENCADRÉ 3

Engagement des jeunes membres de la CroixRouge et du Croissant-Rouge pour 2010-2020 En juin 2009, les participants à la réunion mondiale de la jeunesse de la Croix-Rouge et du CroissantRouge ont discuté des principaux défis humanitaires de notre temps. Ils ont rédigé à l’intention de la Nous appelons les gouvernements du monde communauté internationale une déclaration et la communauté internationale assortie de propositions concrètes pour à incorporer les premiers secours s’attaquer aux problèmes les plus et la sécurité routière dans les Nous, les jeunes pressants, dont la sécurité routière. programmes d’éducation nationaux, du Mouvement de Dans la Déclaration de Solférino, les et d’y affecter des ressources la Croix-Rouge et du jeunes représentants des Sociétés financières et logistiques Croissant-Rouge, nous appropriées. nationales ont eux-mêmes souscrit nous engageons à faire de la sécurité routière un défi un engagement sur dix ans en vue humanitaire en encourageant d’améliorer la sécurité routière.

les jeunes à agir de façon responsable.

ENCADRÉ 4

Guide pratique de sécurité routière En 2007, la Fédération internationale et le GRSP ont publié un Guide pratique sur la sécurité routière qui met en lumière la gravité, les causes et les conséquences des accidents de la route à travers le monde. Il décrit des mesures de prévention simples et formule des recommandations pratiques à l’intention des Sociétés nationales, des individus ou des organisations souhaitant contribuer à améliorer la situation dans leurs pays respectifs. Edité en six langues, ce guide constitue l’outil de référence de la Fédération internationale en matière de sécurité routière. Disponible en ligne : http://www.ifrc.org/Docs/pubs/ health/road-safety-fr.pdf


Sécurité routière / APPEL à L’ACTION Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

05/ Les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge en action

E

n réaction à l’accroissement du nombre de traumatismes résultant d’accidents de la route, les Sociétés nationales ont accru au cours de la décennie écoulée leurs efforts aux côtés des gouvernements et d’autres partenaires afin de limiter le nombre des accidents et leurs tragiques conséquences. Principales activités des Sociétés nationales en matière de sécurité routière :

• plaidoyer pour l’inscription prioritaire de la sécurité routière dans les agendas politiques des gouvernements; • promotion d’une culture interne de la sécurité routière parmi leurs employés et volontaires; • campagnes publiques de sensibilisation aux bons comportements routiers; • promotion de la sécurité routière à l’école; • cours de formation aux premiers secours pour les nouveaux conducteurs, les chauffeurs professionnels et le grand public.

Les Sociétés nationales sont particulièrement bien placées pour agir en faveur de l’amélioration de la sécurité routière.

Les Sociétés nationales sont particulièrement bien placées pour agir en faveur de l’amélioration de la sécurité routière. En tant qu’auxiliaires des pouvoirs publics pour les questions humanitaires, elles peuvent inciter leurs gouvernements à améliorer le réseau routier et les services d’urgence, ainsi qu’à adopter et mettre en œuvre des législations routières efficaces. En outre, les quelque 100 millions de volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge actifs à travers la planète travaillent au coeur des communautés et sont en contact direct avec le grand public. De ce fait, ils peuvent apporter une précieuse contribution à l’éducation et à l’information des citoyens en matière de sécurité routière, non seulement en tant que conducteurs, mais aussi comme piétons ou comme cyclistes. Les jeunes représentent plus de la moitié des volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et sont particulièrement persuasifs quand ils travaillent comme formateurs auprès des autres jeunes (voir Encadré 5). Les Sociétés nationales sont universellement reconnues comme leaders dans le domaine des premiers secours. Elles dispensent des formations au grand public et à des groupes ciblés, contribuant ainsi à renforcer les capacités communautaires à répondre au mieux en cas d’accidents de la route. En complément de leurs activités dans le domaine des premiers secours, près d’un tiers des Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sont activement engagées dans des programmes de prévention à la sécurité routière.

8


avant

après

1 557 vies sauvées en 2008

ENCADRÉ 5

Vietnam – Exemple d’une réussite En 2005, la Croix-Rouge vietnamienne a lancé une campagne de sensibilisation de masse à Hanoi et à Hô Chi Minh Ville afin d’attirer l’attention du public sur le danger que comporte le fait de rouler à moto sans casque. Quelque 200 000 affiches ont été placardées dans les rues et des spots ont été diffusés sur les principales stations de radio. Largement couverte par la presse, la campagne s’est étalée sur six mois, touchant la totalité de la population de chacune des deux agglomérations. L’initiative a bénéficié du soutien de nombreux partenaires au nombre desquels la Croix-Rouge française, des entreprises du secteur privé et les autorités locales. En 2006, la Croix-Rouge vietnamienne et la Croix-Rouge française ont participé avec le GRSP, le Comité national de la sécurité routière et la Fondation asiatique pour la prévention des accidents à l’élaboration d’un plan d’action qui a débouché sur une nouvelle loi relative au port du casque. En 2007, 12 800 personnes ont péri sur les routes vietnamiennes. En 2008, 1557 vies ont été sauvées grâce aux nombreux efforts mis en œuvre pour encourager le port du casque et l’application de la nouvelle loi, y compris la campagne de sensibilisation de la Croix-Rouge.


Sécurité routière / APPEL à L’ACTION Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

ENCADRÉ 6

Recommandations pratiques pour les volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge Les volontaires peuvent aider leurs communautés à améliorer la sécurité routière :

nager plus de passages piétons, en particulier autour des écoles;

• en encourageant les membres de leur famille et de leur communauté à appliquer les dix engagements de la carte d’engagement personnel pour la sécurité routière;

• en promouvant et en dispensant des formations aux premiers secours parmi les groupes les plus susceptibles d’être confrontés à des accidents de la circulation, comme les chauffeurs professionnels, les policiers, les ambulanciers et autres personnels de services d’urgence;

• en montrant le bon exemple sur la route; • en intégrant la sécurité routière dans les programmes Croix-Rouge et Croissant-Rouge; • en coopérant avec les autorités locales pour organiser des campagnes de sensibilisation;

• en encourageant les autorités locales à renforcer les dispositions légales en matière de limitations de vitesse, de port de la ceinture et du casque, de conduite sous l’emprise de l’alcool ou de la drogue;

• en encourageant les autorités locales à renforcer les mesures de sécurité dans les endroits à risque et à amé-

• en parlant aux élèves des écoles des dix engagements pour la sécurité routière.

+ 1.3

ENCADRÉ 7

15

Faits et chiffres

5

= 10

29 %

• Chaque année, près de 1,3 million de personnes meurent sur les routes et 20 à 50 millions d’autres sont blessées dans des accidents de la circulation. • Ces chiffres, qui sont à rapprocher de ceux relatifs à des pandémies majeures comme la tuberculose ou le paludisme, continuent d’augmenter dans les pays à faibles et à moyens revenus. • Les blessures subies dans les accidents de la route sont la première cause de mortalité mondiale entre 15 et 29 ans et la seconde parmi les 5 à 14 ans. • Plus de 90 pour 100 des morts sur la route se produisent dans des pays à faibles et à moyens revenus, où ne circulent pourtant que 48 pour 100 des véhicules immatriculés dans le monde. • Près de la moitié des personnes qui meurent dans des accidents de la route sont des piétons, des cyclistes ou des motocyclistes, autrement dit, des usagers vulnérables. • Faute d’actions significatives, l’OMS estime que les accidents de la circulation pourraient devenir d’ici 2020 la sixième cause de mortalité mondiale. (*) Source: OMS, Rapport de situation sur la sécurité routière dans le monde, 2009 (http://whqlibdoc.who.int/publications/2009/9789242563849_fre.pdf)


Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge Humanité Né du souci de porter secours sans discrimination aux blessés des champs de bataille, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, sous son aspect international et national, s’efforce de prévenir et d’alléger en toutes circonstances les souffrances des hommes. Il tend à protéger la vie et la santé ainsi qu’à faire respecter la personne humaine. Il favorise la compréhension mutuelle, l’amitié, la coopération et une paix durable entre tous les peuples.

Impartialité Il ne fait aucune distinction de nationalité, de race, de religion, de condition sociale et d’appartenance politique. Il s’applique seulement à secourir les individus à la mesure de leur souffrance et à subvenir par priorité aux détresses les plus urgentes.

Neutralité Afin de garder la confiance de tous, le Mouvement s’abstient de prendre part aux hostilités et, en tout temps, aux controverses d’ordre politique, racial, religieux et idéologique.

Indépendance Le Mouvement est indépendant. Auxiliaires des pouvoirs publics dans leurs activités humanitaires et soumises aux lois qui régissent leur pays respectif, les Sociétés nationales doivent pourtant conserver une autonomie qui leur permette d’agir toujours selon les principes du Mouvement.

Volontariat Il est un mouvement de secours volontaire et désintéressé.

Unité Il ne peut y avoir qu’une seule Société de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge dans un même pays. Elle doit être ouverte à tous et étendre son action humanitaire au territoire entier.

Universalité Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, au sein duquel toutes les Sociétés ont des droits égaux et le devoir de s’entraider, est universel.


Sécurité routière : appel à l’action Pour plus d’informations sur le programme de sécurité routière de la Fédération internationale, veuillez prendre contact avec : Gérard Lautrédou Conseiller sécurité routière Courriel : gerard.lautredou@ifrc.org Médias : Marie-Françoise Borel Chargée de communication Tél. : + 41 22 730 43 46 Mobile : + 41 79 217 33 45 Courriel : mf.borel@ifrc.org

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge soutient les activités humanitaires des Sociétés nationales parmi les populations vulnérables.

La Fédération internationale, les Sociétés nationales et le Comité international de la Croix-Rouge constituent le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Notre monde ne tourne pas rond. Il est temps d’agir. ourworld-yourmove. org

174800 10/2009 F XXX

En coordonnant les secours internationaux en cas de catastrophe et en encourageant l’aide au développement, elle vise à prévenir et à atténuer les souffrances humaines.


Sécurité routière : Appel à l’action