Issuu on Google+

« O oè to oè rima »

Mars 2011

N°10

EDITORIAL :

« O oè to oè rima » Henri HIRO qui veut dire : « Ta main, c’est ton avenir »

Chers lecteurs, J'ai le plaisir de partager avec vous le dernier numéro du journal : "TE VE’A A FAA’A". Vous y découvrirez de nombreux articles qui illustrent le dynamisme des équipes pédagogiques et l'investissement de nos élèves dans l'élaboration de leur journal. Encore une fois, ils ont su montrer la richesse et la diversité des actions menées au sein du collège dans le cadre de notre projet d'établissement. Je ne peux que les féliciter. A toutes et à tous, je vous souhaite une excellente lecture !

LE MINISTRE : NOTRE GUIDE lors de la visite du lycée TAAONE

Le principal

Dans ce numéro : 3e 8 visite le grand « Champignon Vitré »

2

3e 6 au FIFO

3

les 3e DP (6 heures) ont eu l’honneur de rencontrer le ministre de l’éducation Moana GREIG lors de la visite du Lycée du Taaone. Classe 3e Découverte Professionnelle (article en p 4)

Printemps des poëtes

3

Sorties pédagogiques

4

Journée polynésienne

6

Le Latin à Hiro

7

Forum santé

8

Le GSMA / Sport

9

29/03 : Réunion Parents/Profeseurs 6e et 5e

Envolées poétiques

10

4 au 08/04 : Ecole ouverte réservée aux élèves de 3e

Dédicaces / jeux

11

28/04 : Brevet blanc N°2

Agenda du collège 3 /03 : Réunion d'informations post 3° avec les proviseurs des lycées 7 au 18/03 : Conseils de classe du 2ème trimestre Du 14/03 au 18 /03 : 2e stage en entreprise pour le 3e DP - (6 heures) 24/03 : Visite du lycée Agricole de Moorea - Réunion Parents/Professeurs 4e et 3e


« O oè to oè rima »

Mars 2011

Page 2

TE VE’A A FAA’A

Visite du « Grand Champignon Vitré » C’est dans le cadre du Brevet d’initiation aéronautique que les élèves de la 3°8 d’Henri Hiro sont allés visiter la tour de contrôle de l’aéroport de Faa’a. Pascal Mayali, ingénieur contrôleur, a accueilli la classe pour faire découvrir toutes les subtilités du fonctionnement de la tour.

Les équipes de contrôleurs se relaient 24 h/24 pour assurer l’ensemble des contrôles des vols nationaux et internationaux autour de l’espace polynésien, aussi vaste que l’Europe. Ainsi les avions internationaux qui ne font que survoler la Polynésie doivent obligatoirement être surveillés par les contrôleurs aériens, soit environ 150 vols par jour.

Les élèves ont pu apprécier la chaine de transmission entre les différents postes de contrôle, en visualisant l’arrivée d’un jet en provenance de Las Vegas. Les contrôleurs doivent savoir gérer tous les problèmes qui peuvent intervenir au cours d’une manœuvre d’approche de la piste d’un avion ou d’une panne moteur sur le tarmac. Tous les cas sont possibles et doivent être immédiatement résolus.

« Information, coordination, procédure contrôleurs »

L’outil privilégié du contrôleur est le radar mais aussi l’ordinateur qui se substitue à celui-ci quand sa couverture n’est pas optimale.

A Titre de comparaison, l’espace aérien de la ville de Bordeaux en compte aussi 150 mais… par heure. Le pacifique n’a rien à voir avec les aéroports surchargés des grandes capitales continentales.

Il calcule les approches des avions et les positionne. D’autres outils comme la radio et le satellite viennent renforcer et compléter la surveillance. Information, coordination, procédure sont les maitres mots des contrôleurs.

sont les maitres mots des

« Dans la peau d’un contrôleur aérien. »

En effet, ce grand champignon vitré érigé aux abords des pistes 04/22 est avant tout là pour la sécurité aérienne des usagers.

« Les élèves en direct de la tour de contrôle »

Les élèves d’Henri Hiro ont découvert ce métier de vigie des airs beaucoup plus discret que celui des personnels navigants car en retrait du grand public. Et pourtant ces équipes participent, à l’ombre de leur tour, à l’indispensable sécurité des passagers du monde entier. La classe de 3eme HH avec Pascal Mayali , contrôleur aérien

Classe de 3e8


« O oè to oè rima »

Mars 2011

N°10

Page 3

La 3E 6 au FIFO Question à Doris Nou (3ème 6) : Qu’as-tu apprécié dans le documentaire intitulé « Ile de Pâques, retour vers le passé » ? J’ai aimé voir sur grand écran les moaï, les statues en pierre de Rapa Nui qui attirent de nombreux touristes. Les scientifiques ont contribué à leur succès car Henri Lavachery ramène un moaï en Belgique ; la statue mesure près deux mètres de haut et pèse six tonnes ! Dès lors, c’est l’engouement. Tous s’interrogent, cherchent à percer le mystère de ces sculptures : Pourquoi les ancêtres ont-ils taillé ces pierres et les ont-ils érigées au prix d’énormes efforts ? Pourquoi certaines statues

sont-elles couchées, inachevées ? Comment expliquer la présence de six crânes sous un moai dont celui d’un enfant ? Où les ancêtres enterraient-ils les corps ? A toutes ces questions, les scientifiques donnent aujourd’hui une explication climatique, hypothèse qui s’appuie sur la destruction de la forêt . Ce changement aurait donc eu une incidence sur la vie sociale et religieuse des pascuans. Doris 3e6

Lis, écoute et crée / Printemps des poètes Les élèves de la 5°8 du Collège Henri Hiro de FAA'A ont eu le privilège et le plaisir d'être accueillis à la Bibliothèque Universitaire de Polynésie dans le cadre du 13ème Printemps des Poètes. Cette année ce sont les poètes d'Outre Mer qui étaient à l'honneur et le thème retenu était "D'Infinis Paysages".

vert le métier de magasinier, travaillé autour de textes poétiques, écouté des étudiants et de futurs enseignants proclamer des textes poétiques en français mais aussi en tahitien, en marquisien, en rurutu et en paumotu. Les élèves témoignent : "Des étudiants ont fait un spectacle et nous ont demandé de participer, c'était trop top !" Heifara et Hanalei "Notre classe a eu beaucoup de chance d'avoir une bonne guide". " C'était la première fois qu'on voyait tout ça . Il y avait beaucoup d'étudiants et ils étaient très calmes". "Il y a plusieurs choses pour s'occuper: les ordinateurs, les livres, mais il y

Les élèves ont pu ainsi découvrir de nombreux textes de nos poètes tels Henri Hiro, Césaire, Dargelos, Panbrum, Holcomb, Brémond, Butor et bien d'autres encore.... Nous avons été accueillis par Mmes F. Bésillat documentaliste, et D.Niquet, bibliothécaire. Les élèves ont, lors de cette journée, visité la bibliothèque, décou-

a aussi des tables pour travailler et même des écrans pour regarder des fims". Christina "Des étudiants ont récité des poè-

mes en différentes langues. Nous avons beaucoup aimé leur façon de lire à voix haute et leurs gestes. Cela nous a beaucoup touché". Marehani La visite terminée nous avons pris notre repas devant le Restaurant Universitaire qui a gentiment laissé quelques tables à notre disposition. Nous avons gardé un excellent souvenir de cette très belle journée et nous remerçions tous ceux qui ont contribué à faire de cette sortie une réussite. Mme HIM (professeur de français)


« O oè to oè rima »

Mars 2011

Page 4

TE VE’A A FAA’A

TAMURE MARATHON Pour aider les familles à financer le voyage des élèves de 3°7 et 3°8 de H. HIRO à Rapa Nui.

Mme Yanne garde le sourire mais se démène depuis des mois en multipliant les actions : Ventes de tricots, plats cuisinés…..

Si vous avez des idées, des pistes de mécènes… A votre bon cœur Messieurs Mesdames !

gadgets,

Ce samedi 26 février des parents s’étaient mobilisés mais peu de danseurs et danseuses ont répondu à l’appel ! c’est dommage car l’ambiance était très bonne !!! Il reste 2 mois pour récolter 200 000 francs prochaines actions : Un sourire qui en dit « long »

vente de ma’a tinito, curry d’agneau….

T.Yanne et J. Robert

La 3e DP6 chez les « PROS » Pearl Nous avons constaté avec surprise que l’immeuble de la Dépêche abritait également le studio d’NRJ. Mitini Nous vu comment fonctionne l’imprimerie, le journal doit passer dans plusieurs rotatives munies des quatre couleurs primaires.

que l’on donne à la mise en pages. Tout se fait grâce à l’informatique. Ensuite, la page est gravée sur une feuille d’aluminium et elle est placée dans les rotatives pour effectuer le tirage.

« Dans ce métier, il faut savoir rédiger, être curieux, aimer les gens et communiquer avec eux » C’est un travail minutieux car si la planche est mal placée, cela crée un décalage dans l’impression et le journal ne peut être vendu. Nous avons découvert le métier de journaliste. Dans ce métier, il faut savoir rédiger, être curieux, aimer les gens et communiquer avec eux. On travaille essentiellement le matin pour rechercher les informations et prendre des photos. Ensuite, au bureau, on rédige l’article

18 500 journaux sortent de l’imprimerie et La Dépêche est livrée dans toute la Polynésie le jour même. L’impression du journal se fait donc dès 22 heures et part au petit matin. Les rotatives tournent donc la nuit. Cette entreprise possède 180 salariés : DRH, directeur délégué, assistante de direction, informaticien, vendeur à la criée … Cette matinée a été très instructive et j’ai bien aimé.

Henri : L’après- midi, on est allé au lycée du Taaone pour visiter les installations électrotechniques, mécaniques et la maçonnerie ; la formation est très sérieuse et propose des CAP, des BAC PRO et des BTS. Cela me plaira de poursuivre mes études là-bas et c’était bien d’aller voir comment c’était, en plus, on a rencontré le ministre de l’éducation, Moana Greig, avec qui nous avons été photographiés.

Cette journée nous a apporté beaucoup d’informations et nous a fait découvrir quelques aspects du monde professionnel. Classe de 3e DP6 2


« O oè to oè rima »

Mars 2011

N°10

Page 5

La classe « Moana » visite les sentiers marins Jeudi 17 février 2011, les élèves de 5ème 3 du collège Henri Hiro, dans le cadre du projet « classe Moana », se sont rendus au sentier sousmarin de Punaauia PK 17,3.

Accompagnés par leur professeur de mathématiques M. GRAND et encadrés par le personnel de l’association pa’e pa’e no te ora, les élèves ont été sensibilisés à l’environnement et à la préservation de la biodiversité. Il s’agit d’utiliser le lagon comme support pédagogique et ludique. Au programme de la matinée : Activités de vulgarisation sur le thème de la préservation du lagon et de l’éducation à l’environnement : des gestes et des comportements responsables simples sont mis en avant. Activités de découverte de la faune et la flore du lagon : un questionnaire élaboré par l’association permet de revenir en classe sur ce thème. Visite du sentier sous-marin avec masques et tubas : 12 panneaux encrés dans le fond et matérialisés par des bouées à la surface, développent 12 thèmes distincts de la vie sous-marine. Nettoyage de la plage : les détritus récoltés sont réutilisés pour la fabrication de mobiles en cours d’arts plastiques. Quelques mots sur l’association : L'association PA'E PA'E NO TE ORA a été créée en mars 2003. Basée à Punaauia sur la côte ouest de l'île de Tahiti en Polynésie françai-

se, c’est une association de protection de l'environnement. PA'E PA'E NO TE ORA signifie en langue tahitienne, « les bases, les fondations de la vie ». Son objectif est de protéger notre environnement, notre lagon pour nos enfants, petits-enfants et arrières petits-enfants en s'appuyant sur les bases de la vie que sont la terre, la mer, l'océan. Il s’agit de transmettre dans le meilleur état qu'il soit notre patrimoine naturel aux générations futures et de sensibiliser la jeunesse polynésienne à l'écosystème marin. Toutes ses actions se basent sur : - Le respect de la nature et des richesses qu'elle offre chaque jour, - La protection et la préservation de ces richesses au jour le jour, - Le partage de nos valeurs par la communication, le travail et la concertation avec l'ensemble de la population, - La transmission de notre connais-

sance, de notre patrimoine à la jeunesse polynésienne. Ses missions s'articulent autour de la protection et de la préservation du lagon : - Sensibiliser la jeunesse polynésienne à l'écosystème marin : la mise en place du sentier sousmarin en deux stations, - Identifier les risques et les menaces qui pèsent sur le lagon : études avec des cabinets d'expertise, travail sur le terrain, - Nettoyer le lagon : opérations de ramassage de déchets dans la mer :

pneus, tôles, fer... - Repeupler le lagon : opération "Reef Check" et de greffons coralliens. PA'E PA'E NO TE ORA Quelques mots sur la classe Moana :

Cette classe, imaginée par Mme LY et reprise par M.GRAND, est financée par le CUCS et soutenue par le FSE. Elle a été créée dans le but de lutter contre la déscolarisation, favoriser l’intérêt et l’investissement des élèves pour l’apprentissage, éduquer à la citoyenneté et enfin sensibiliser les élèves au monde extérieur d’une part, à la vie collective d’autre part. Ses deux axes principaux sont : - L’étude du milieu marin (faune et flore) au travers des sciences et technologies -L’éducation à l’orientation (découverte des métiers de la pêche, de l’artisanat, de la recherche scientifique…) Ses moments forts : - Sortie « baleines » le vendredi 15 octobre 2010 avec Eleuthera ; - Visite de l’Institut Louis Malardé à Papara le vendredi 10 décembre 2010 ; - Création d’un tee shirt avec le logo de la classe ; - Visite du sentier sous-marin au lagon de Punaauia PK 17,3 le jeudi 17 février 2011 ; - Visite consacrée aux pêcheurs et aux artisans d’Arue en mars 2011 ; - Voyage scolaire à Moorea les 26 et 27 mai 2011 (CRIOBE, PGEM, clinique des tortues…). - Création d’un cd-rom regroupant documents et photos relatifs à la classe. Remerciements à M. YVON (professeur de SVT) et à Mme VITRAC (professeur d’arts plastiques) pour leur investissement. Raphaël GRAND Professeur de mathématiques,


« O oè to oè rima »

Mars 2011

Page 6

TE VE’A A FAA’A

Les journées polynésiennes ! Présentation de l'exposition sur Monsieur Henri HIRO à tous les élèves et les enseignants :

Découverte de la Maison de la culture (l'OTAC)

- à la pré-rentrée pour les nouveaux et les anciens enseignants dans la permanence

En 4è Découverte des sports traditionnels

- à tous les élèves dans les lieux stratégiques (escaliers, administration, vie scolaire, devant le CDI...) Initiation en classe de 6è dans leurs livrets d'accueil Concours sous forme de jeux * : QCM QUIZZ

ref. : M. HEINIS et M. TEMEHARO

Initiation au « Tu'aro ma'ohi » pour 2 classes par demi-journée La finalité : Concours inter-classes pour prévoir par la suite un concours inter-collège (avec NDA ?) ref : M. VINCENTI En 5è (excepté la 5è8 tava'e) Présentation de divers ateliers culturels, travaux effectués en partenariat avec la mairie de la commune de FAAA atelier d' artisanat : vannerie, confections de colliers de coquillage, sculpture, « tapa »,

CHARADE… 4 prix seront décernés à chaque cycle ou niveau. Constitution d'un comité de fête (atelier à la pré-rentrée) pour divers projets du collège dans l'année :

Cross du collège Semaine polynésienne Vendredis : fête des langues et cultures diverses Fête de Noël Semaine ou jour de H. HIRO Fête de fin d'année En 6è Découverte de monsieur Henri HIRO dans leur livret d'accueil Apprentissage d'extraits de poème accessible à ce niveau. Visite (à programmer) au Musée de Tahiti et des îles concernant l'exposition sur Henri HIRO

M. CHEVALIER et Mme POAREU Commémoration de monsieur Henri HIRO en mars (un jour ou une semaine)

Présentation sous forme de thème ex : le travail du pandanus à partir de la préparation de cette plante jusqu'à la confection du matériel atelier de chants traditionnels atelier de danses traditionnelles et d'instruments de musique atelier de « 'orero » (en fonction de la motivation des élèves) atelier de plantes médicinales (participation de prof de SVT) atelier de teintures naturelles Les élèves choisissent leur atelier et ne pourront le changer qu'après décembre 2010 pour un autre atelier jusqu'en mai 2011. La finalité des travaux des élèves sera présentée sous forme d'exposition de leur production et sous forme d'animation en chant, en danse, en déclamation ou en récitation de quelques poèmes lors des fêtes du collège Quatre professeurs ont été retenus pour l'encadrement de ces classes : M. MORGANT, M. HART,

la semaine des langues et cultures en prévision de la journée des langues polynésiennes le 28 novembre cuisson du « 'uru », préparation du poisson cru, grillé... Valorisation des langues à commencer par la présentation de chaque compartiment de langue (français, anglais, espagnol et tahitien) à la fin de chaque semaine, le vendredi.

Découverte des sites archéologiques de la commune de FAAA En 3è le projet « ahima'a » la préparation d'un four tahitien lors de la période « Ecole Ouverte » (session mars-avril) Visite des « marae » Exposition des photos et commentaires des « marae » de la commune de FAAA. Un voyage culturel dans les îles Australes.


« O oè to oè rima »

Mars 2011

N°10

Page 7

Qu’est-ce que le latin ? Le latin est une langue morte, une langue de l’Antiquité qui était parlée par les Romains et qui a disparu peu à peu à la suite de la chute de l’Empire romain. Elle a cependant continué à être utilisée par l’Eglise catholique pour la messe jusqu’à une époque récente, et certains d’entre vous connaissent des chants et des prières en latin. Le latin, c’est aussi une matière à option enseignée dans de nombreux collèges et lycées. Cela signifie que ce n’est pas une matière obligatoire. Elle n’est pas réservée aux bons élèves ; eIle est destinée à ceux qui souhaitent apprendre cette matière et qui aiment le travail. Un latiniste en effet, accepte de faire 2 h de plus que les autres élèves en 5e, et 3 h de plus en 4e et en 3e.

A quoi sert le latin ? On entend des élèves dire : le latin, ça ne sert à rien. Ils ont raison. Le latin, c’est comme une couronne de tiare qu’on s’est confectionnée et qu’on met autour du cou. A quoi ça sert ? A rien car on peut vivre sans couronne. Donc on met une couronne pour faire joli, parce qu’on aime, parce que ça sent bon, c’est tout. Le latin, c’est pareil. C’est fait pour orner l’esprit. Le latin, c’est comme une course de va’a, quand on aime l’effort, et qu’ensemble on fait glisser la pirogue sur l’eau. A quoi ça sert de faire une course de pirogues ? A rien, on peut très bien rester chez soi à regarder la télévision ou à ne rien faire. C’est pour le plaisir. Le latin, c’est la même chose. Ceci dit, le latin permet à l’élève de découvrir une langue et une civilisation très différente de toutes celles qu’il connaît. Il l’aide à mieux connaître la langue française (origine et formation des mots), le fonctionnement de la langue. Le latin forme également l’esprit de l’élève : il apprend à travailler avec méthode, avec rigueur, il doit formuler des hypothèses, etc.

Comment faire pour s’inscrire en latin ? On s’inscrit 3e trimestre de la 6e. Pour cela, il faut remplir certaines conditions. Avec l’accord de ses parents, l’élève en fait la demande et c’est le conseil de classe, en fin de 6e, qui décide. Comme il est écrit plus haut, il faut d’abord et avant tout, que l’élève aime le travail, aime étudier, y compris à la maison, car il faut apprendre plein de formes, plein de règles, plein de tableaux, et ensuite il ne faut surtout pas tout mélanger. Il faut ensuite savoir ce que l’on veut : si on s’inscrit en latin, on s’engage pour trois ans. On ne peut pas venir papillonner et ensuite abandonner. Si tu es intéressé(e), tu peux déjà en parler à ton professeur principal ou au professeur de latin du collège. Jean-François Fonda

Qui est Bobby Holcomb ? Les classes de 4ème 7 et 5ème A avaient rendezvous avec Bobby Holcomb au Musée des îles. Une occasion unique de découvrir un ensemble inédit de toiles contemporaines de l'artiste, ami de Henri Hiro. Sarah Hina, fille de Bobby Holcomb a pu expliquer aux élèves le sens de l'œuvre de son père; une esthétique joyeuse chargée de symboles mahois. Les enfants étaient séduits. M-F Mourgeon


« O oè to oè rima »

Mars 2011

Page 8

TE VE’A A FAA’A

Forum de Prévention « 1ère Edition » Le jeudi 27 janvier 2011, de 7h30 à 14h15, a eu lieu au collège Henri Hiro une grande première : un FORUM de PREVENTION ! Dans le cadre d’un projet d’établissement, le CESC (Comité d'éducation à la Santé et à la Citoyenneté), l’infirmière du collège, Madame Catherine Bernard, a organisé ce forum de prévention pour toutes les classes de 5°. Cette action a été intitulée « VERS UNE ADOLESCENCE EPANOUIE ».

Madame BERNARD a été soutenue par le Principal, Monsieur Pépin MOU KAM TSE, et aidée du Principal Adjoint, Monsieur Pierre-Yves Petit, de l’agent

Thématiques : « les toxicomanies, les violences, les conduites suicidaires, les conduites antisociales, la sécurité routière, la sexualité... » chef des travaux, Madame Gonelle Boom et surtout des trois infirmiers de la Cellule d'éducation pour la Santé, Rose Lochais, Radon Walter, et Christophe Matthiole, qui travaillent au Centre de la Mère et l'enfant dans le Centre de Consultations Spécialisées d'hygiène et de Santé Scolaire. La mairie de Farta et la Fédération des Œuvres Laïques ont mis à la disposition du collège les chapiteaux, les panneaux d’affichage et les chaises nécessaires au bon déroulement de cette journée.

Dès le début de l’année scolaire, il a fallu organiser plusieurs réunions pour répartir le travail et contacter tous les intervenants susceptibles de passer une journée entière au collège. Au départ, neufs intervenants ont été contactés pour traiter diverses thématiques liées aux comportements à risque de l’adolescent (les toxicomanies, les violences, les conduites suicidaires, les conduites antisociales, la sécurité routière, la sexualité…). Le forum a finalement fonctionné avec sept intervenants, chacun avec des objectifs bien spécifiques. Le matin du jeudi 27 janvier, chaque classe de 5° (175 élèves) a été accompagnée par un professeur près du gymnase où se dressaient quatre grands chapiteaux. L’infirmière a appelé les délégués de classe et leur a remis leur feuille de route, c'est-à-dire leur emploi du temps pour la journée. Les intervenants attendaient les élèves, sauf deux qui sont arrivés en retard… L’un parce qu’il avait crevé sur la route et l’autre parce qu’il a été retardé par des embouteillages…. Sept ateliers différents étaient proposés pour 9 classes, il a donc fallu regrouper des classes pour obtenir sept groupes…..Les groupes d’élèves sont donc passés dans les sept ateliers, chaque atelier ayant une durée de 40 minutes.

Les élèves ont ainsi pu découvrir : -les dangers de la route, présentés par la direction des transports terrestres -la loi et les peines concernant les stupéfiants, présentés par la

Brigade de Prévention de la Délinquance Juvénile -les conséquences de l’alcoolisation, le vécu face à un groupe : présenté par le Centre d'alcoolémie et Toxicomanie -les transformations physiques, psychologiques et relationnelles que vivent les adolescents :

présentées par la Cellule d'éducation pour la Santé -l’estime de soi : présentée par le Centre d'hygiène Mentale Infant Juvénile -le mal-être, les structures d’aide et d’écoute : présentés par la Ligne Verte du Are Rama Au -la relation amoureuse chez l’adolescent : présentée par la maison de l’adolescent du Are Rama Au Cette journée a été appréciée par tous même s’il a fait très chaud, que les ateliers étaient trop pro-

ches les uns des autres et qu’il y avait du bruit. Les élèves ont aimé les cadeaux distribués, la bonne humeur des policiers de la BPDJ, les lunettes qui font perdre la notion des distances, comme lorsqu’on a bu. Cette expérience qui ne pourra qu’être améliorée sera à renouveler ! L’infirmière scolaire


« O oè to oè rima »

Mars 2011

N°10

Page 9

En route pour le « GSMA » « Lundi 28 février nous sommes partis la 3°A et la 3°2, à Mahina, au GSMA ; qui signifie Groupement pour le Service Militaire Adapté. C’est un lieu où il faut être très discipliné mais il apporte une opportunité de formation aux personnes sans diplômes » Miriana

Le métier de conducteur d’engins !

filles en formation » (Tefana) « J’ai aimé la conduite d’une mini pelleteuse et aussi l’atelier de mécanique ». Tinihauarii Manarii teste la lance à incendie

« Au GSMA l’accueil était parfait, les viennoiseries (pains au chocolat, croissants) avaient été confectionnées par un groupe de jeunes

« La sortie au GSMA, s’était bien ! On a vu des démonstrations pour éteindre un feu domestique avec une serpillère mouillée et essorée » (Hans)

« Fous de SPORT...» Le mercredi 9 Décembre 2010, s’est déroulé le traditionnel et annuel cross de Polynésie sur le site de l’hippodrome de Pirae. Vingt six de nos élèves ont représenté le collège Henri Hiro. Il faisait très beau et très chaud. Difficile de trouver un coin ombragé pour attendre les courses qui nous concernaient, sans parler de l’épreuve proprement dite qui demandait volonté et ténacité pour franchir la ligne d’arrivée. Résultats des meilleurs coureurs : Benjamines 1 : TUAIRA J. à 46° sur 201 participantes Benjamins 1 : TEPA F. à 27° sur 272 participants Benjamines 2 : MANATE P. à 39° sur 114 participantes Benjamins 2 : PAAMA H à 58° sur 142 participants Minimes F : MARCHAL B à 86° sur 120 participantes Minimes G : CARBAYOL R à 56° sur 163 participants

Bravo à tous les participant(e)s. D. Fresse (professeur d’EPS)

« Un adjudant nous a expliqué les différentes formations offertes en Polynésie pendant 20 minutes en illustrant par un film. » Vairaatoa Article produit par les élèves de 3°A avec J.ROBERT Sortie organisée par P. PEYRONNIN

Volley-ball (minimes filles) : Cette année dix neuf équipes se sont engagées dans le championnat « minimes filles ». Toutes ces équipes ont été réparties en trois poules. La nôtre, la plus importante, était composée de neuf équipes : 4 du collège de Punaisa, 2 du collège de NDA et 3 du collège Henri Hiro. Six mercredis ont été consacrés aux rencontres, qui se sont jouées au gymnase de Farda. Le classement final a été : 1er Punaisa 2 2ème Hiro 2 3ème Punauia 1 ème ème 4 Hiro 1 5 Punauia 3 6ème NDA 1 ème ème 7 NDA 2 8 Hiro 3 9ème Punauia 4 Le mercredi 16 février s’est jouée, toujours à domicile, la demi-finale. Six équipes étaient présentes (les meilleures de chaque poule). Se sont affrontées dans le même tableau : Forfaiture - Hiro 2 - Punauia 1 Papara 1 - Pommard - Punauia 2 L’équipe « Hiro 2 » a terminé deuxième de son tableau, et avec un peu plus de volonté elle aurait pu espérer mieux, car seules les premières équipes ont été qualifiées pour jouer la finale. Ce jour là, Forfaiture et Papa ra rencontreront les équipes des îles de Humaine.


« O oè to oè rima »

Mars 2011

Page 10

TE VE’A A FAA’A

Envolées poétiques Les élèves de 5°A ont travaillé sur un poème de Henri Hiro, poète polynésien contemporain, prématurément décédé, qui lutta pour ses idées à travers sa poésie. En plus d’un travail de compréhension du texte et de définition des idées que défendait Henri Hiro, les élèves ont illustré le texte et crée leurs propres ‘petites œuvres d’art’. Le pêcheur de la nuit (Henri Hiro) Le paresseux se remarque entre tous Les nuits poissonneuses, il ne s’en soucie guère, La nuit sans poisson, c’est tout ce qu’il désire. Chasser les mouches, c’est là ce qui l’occupe, Pêcheur de la pêche des autres, c’est son métier, profiter de la moisson d’autrui. Le courageux se démarque de tous, Les nuits poissonneuses sont son spectacle favori, et les nuits sans poisson, il les met en attente. Réparer son filet, c’est son travail, conserver son poisson dans un vivier c’est son métier, profiter de sa propre moisson. Le soir de la première nuit de Taaroa , nos deux hommes se distinguent. Il y a l’homme des ténèbres et l’homme civilisé.

Le bon et le mauvais élève Le mauvais élève regarde méchamment sa mère et l’insulte. Il court et tombe. Une bonne élève arrive, le regarde gentiment et lui demande s’il veut qu’elle le lève. Le mauvais élève répond qu’il n’a pas besoin d’aide pour se lever. La gentille élève court et pleure.

Il retourne voir la gentille élève et s’excuse auprès d’elle. La gentille élève ne veut pas de ses excuses et le mauvais élève se sent mal .

Les élèves à l’école

Productions d’élèves : L’élève de la nuit L’élève paresseux ne fait pas son devoir et demande à ses camarades de le recopier. L’élève courageux fait son devoir et dit au paresseux de recopier luimême son devoir.

Le bien et le mal Le paresseux fume, le courageux évite.

Le mauvais élève Les jours sans travailler, il ne s’en soucie guère. Le bon élève Les jours quand il travaille, c’est son spectacle favori.

Les élèves de 5A (Enseigner autrement)


« O oè to oè rima »

Mars 2011

N°10

Page 11

Dédicaces : TOUT SPECIA LEMEN

T DEDICACE

Dédicace A NERO! 4e DT2

DEDIC Dédicace à tous les pot du collèPRODU AS A LA T ge de Henri HIRO et à la 4DT2 : dj cl CTION et EAM M.A Arrêtez de jouer! a whesk opione sa a dj lab udio in a 4eDT2 ns ou blier o et pots les dj s u to Ca c’ ce à ity ! a c e i s Déd remu c snakr t de la ew part de O de dj : Dédicace à MES POTES DE OREMU 4e 2 a l ET PUURAI DE LA PART DU à vos ace c s i n d a Dé COLLEGE HENRI HIRO ge d oura e t c o p n e Bo notr es . e pour étud Dédicac ATO Dédicace A TEKKA DE LA PART M BOU4e Dt2 DE SES

Dédicace aux potes de la 4°6 et 4°1 de la part Des potes et des collège de 3e et 4e

Représentations Artistiques :

Voici quelques exemples de représentations artistiques de nos élèves. Ces dessins sont le point de départ du concours qui sera organisé courant 3e trimestre par le professeur d’Arts plastiques. Préparez

vos crayons !!!!!!

Les dates vous seront communiqués plus tard !

Les élèves du

collège


« O oè to oè rima »

Mars 2011

Rubricabrac Solutions (dec. 2010)

Énigme : mars 2011

1) Combien y-a t-il de triangle dans la figure ci-dessous ? Solution : Il y a 35 triangles.

1) Choisissez un nombre ayant cinq chiffres différents : (par exemple: 87914) Multipliez ce nombre par onze. Multipliez ce résultat par 9091.

2) Trouvez le nombre qui manque : 12 février = 14 10 mars = 13 9 avril = 13 5 août = 13 14 sept. = 23 (date+mois : 14+9)

Question : Qu’arrive-t-il?

3) Combien faudra t-il noircir au moins de petits carré pour que la figure représenter ci dessous ait un axe de symétrie ? Solution : Il faut noircir 3 carrés

Question : Quelle est la longueur du train? Solution : 50 mètres

2) Déplace 2 chiffres afin d’obtenir le même total pour chaque colonne. 835 149 672 3) Joanne a maintenant un quart de l’âge de son frère Jason. Deux ans passés, elle avait un septième l’âge de son frère. Dans huit années, elle aura la moitié de son âge. QUESTION: Quel âge a-t-elle ? Tefau 4eDT2

« Ma’a topata iti a’e a… » (Henri Hiro) Ne serait-ce qu’une goutte d’eau ! (eau = la connaissance)

Collège Henri HIRO BP 60200 FAA’A centre Tel : 803.400 Télécopie : 803.405

Directeur de la publication : P. MOU KAM TSE (principal du collège) Rédaction et Maquette : M. BOUTEKKA (professeur de technologie) Photos : Les professeurs …… et les élèves

NOTRE PROJET : Le jou rn

al

Nous cherchons à propos er aux élèves de classe de 4e Découverte Professio nnelle et Technologiqu e du collège « une approc he du monde professionn el par une découverte des métiers, du milieu profes sionnel et de l’environn ement économique et social. Le journal entre autre leur permet de reprendre goût au travail, ne plus êtr e en situation d’échec et de valider des compétenc es dans de nombreuses matières et de maîtriser l’outil informatique. Nous les aidons également à retrouver un sens au projet scolaire en constr uisant leur projet person nel par la connaissance des voies et des « parcou rs de formation ».


Journal du collège Henri Hiro de Faa’a - Polynésie française n° 10 bis