Page 1

ét

Lttttu.Étau.Fa.t*t lÉfl'lue!:JB lr Ncrur8

Ministère de l'intérieur territoire

Ministère d€ I'agriculture et

et de l'aménâgemelt du

de lâ pêchc

Inspection générale de I'âdministration

Inspection générâle de

l'agricultur€ MT 028

No 2005

N. 05-025-02 Conseil générâl vétérinairc

CoPERCI No 200s-4s

ENQUETE SURLE CHAMP DU HALAL

Présentée pâr :

M. Ramiro RIERA Inspecteur général de

I'administration

Mme Frâûçoise VERLIÀC M. Jean-Michel BERGES Inspectrice générale de Inspecteur général de lâ I'agriculture santé publique vétérinaire

M. Simon BABRE Inspecteur de I'administration

M. M'hamed FENINA Chargé de mission à I'inspectior générale de l'âgriculture

- SEPTEMBRE

2OO5

-


Son aire

Rappott d'enquête sur le chanp du halal /

SOMMAIRE

tIN CHAITP DYNAr\ltOUU

Fl',r

tOR t D(lR SUR LE tt,AN- ÉCONOMIOtr8..........,............10

L1

LA

1,1] UNM^Tt{tti ti'1poR

1.2

^Nt.tNt,otttl

t\p^Ns()\.uL

tr \

t\J\HUL

tt^k

'r

\ \r' t

||

t

\ t !r

r ,Rl

LJ,TJ

Tcnurnc\ dc au!ntillcJr,on dc lJ coninnnr!tnrn dc r,!ndc p!r dcs n{s!lnr!ns...-...-................... ... . l4 'Icnlrr \cs dc aurntilicrlror dc lr consônrnr!l on d. rirnd. hrh1........,......,..,,,...,.,................ ........... 15

l.]jL !:::

Dcr.r,sonr liécs

i

Dcs riÈons lrôcs

r l-orrc

:ttl

l! dcûu(lc

hllrl hrlrr

dc prôdllrs

dc prod rrs

-...................................15 ...................................... ..... 15

li\t,\.itt\l^. rRl,otRIlsl, ltRt's(\'1,\Nt),,,t(1(,Ro,\

1l

I

\ CHA\tI' \()\ U\(-()RF

STRI (-Tt RI

NJ,Nt^lRt ,t,tt^N(^ts1is,.,,,..,,..,,..17

..............

.-_..--__..-_..-_.._.._..-_

--..

-.....23

[)is(,\l)Rt.sRi(; Njt\t^tRtsso(\t\tl ||oLts ......,......,...,.....-23 t.r\ lt,t^\ u1k 11t11iù1tutt tni q,t!iÛn!!J1!!!L!t!!r!:!:r-44!J!!!9!JL4zh n!!t ti!ù(l Ii 1t pa\

2-t

LLl !

l-csdirccl,r.sduCo(lc\ûli,ncnl!.!!$.................................................................................................21

LL1

I

:.LLtr r-c\ l,qfcs d,r.cr,rccs dc l-ù!!n,nr,on ,nrcûr.rioû.lc dcs ôo,/oor cs lOllr)........................................24 !)C t.r\k.vt\tût.t)<\'h\.\où\!!!!![J]!uJrthiùtiltl.t,tutt:-t!jetu!JJ!ta!.L:,,\.ho.ùtànn'\\,itL!

4 :.: t

r Con\.n1ron n,r h p,orcdknr dcr !n,nrft\ d abrrlrqc

d. l-Euurc............................. .25

I)!\ thattu \,nttitlU!lilhdtkttrrit.l!nn!ltdAh,r,..nknn.htrdlin:...............................28 ni \ r)rh ttt 11. lti,tttr'

ll 1

=

l Q,is.,l

l:

!=!s

mxquics rLrcccs

lt t il. n\4."")thtih, Dolr.tith|

nc ri'i,!rl|tJ,r!!!!rql.r!és-':!irr!9n

{!$qslrurlldlr!! !

tlt"t

1.

.ht

tD

tlr

d! rous lc\ slcrlicalcurs. c. aùr

......,..... ... ...

.

..

..

.. .. . .

29

l-cj nù\o!é.s s rn\cn,:!q!lrqrdJn\ lr nnnral,on dc$r{Iriq!rclrl1lntrclrcnn.nt dcs |cns prrlotl .r,oirs

d\..

dcs nr u.rur.s

lnspcction Cénéralc dc l'Adrninistration

-

i ni.l,ré\ onnrcrc,Jlù

Inspeclion CénéÉlc dc l'Agricùkurc

-

..........................29

Conscil Cénéral Vétérinârre


Rappo d'enquête sur lechanpdu halal / Sanmairc

l)[s DrF['t( l:1,t l:s soN I tRt]l,ts ,Es f^r],\r^{ir s^Ns r: r(n Rr)rsst l! IAIIXAU!lt t tl\r).rt)t

L1

!.( t.t"i\( (t

-t.l)

a

l4 -l

..33

<

htkù\ù l.:!U!!t!!!!â !!i!!J!!!!!t!tJkr!!lJr lliu

..............,.,......-..........,.....................JJ

Ll.\ttr^tlo\t,\\()Rtst

stNtlR\rt:N,\Nlsfl(,\1let 1\ t t^ slrRt:\( lliRl ..,,.........,..,,..,............,,..,35 L!: hoi\ pù,s .1\ tt!rla<,\ \ûoù! tu nh^ tlt t,lt6 ! no\ i.ùt d[fi s'r\'...............-..................._..3J L!!!4!L\LL!!!J!! .!'taftl,iltk rlu pxolht.l( h cttilitlttit,t ?oûs\( à n,a rudi.nlist itù (te!

l.l

PROI'OSrTIO|iS.......... .....................,...,,.....38 c\NroN\r rri Iil,-\l^r\r ,\ l!rl)r r)rlslR( lr Nr r?\.ll,r...:........,,.,,.,,,,,,,............,,.,,,,,,..,..,,38 l:ltJr .1( ruIutj!!j!lur!t!!:. il I At pa!_qLj)!rs!!!b!!:!Jt!!r[fJ!!]!a!!!!:! tlljaw itit,t ttu h(htl

4.r

I!t!! !l!t !!!8,1t\)l!:!t!!rt!!!!!- I I:1d n it p!t!L!!t!!u!!!!!.t lllin!"k!tiut h kl ........................39

.1.1.)

42

lt!\ rr Nr^(\NJ.rsLr\r\\srn IjR^N( I I'i \ Rt t,Rt st \t^N s t)l s i,t l:R|s r) ( ()NrRrnrr R ^r l! lrvr\fl \r \l^srRL(llR,\rro\r)r'{I^u.!l1l!r1114!1.,,.,,..,..,,..,,..,..,..,..,..,......_..,...,..,,...,,..,,,.,,,40 l: !- .1!!t!!!!l!! !!A:!!!)i!!1!!l!!J!!J,!lt!!! t)!t! !! lt\ti t l\iit t.tdlt l nhdil ?t .l i,tlôtrrtlkrl dû !L

llir,r nn u, .lti! li\\ri'!nt tu nau I

J:-l .1

-1

Ijt,r

Itr.l! !ll:

trrt r{rl k f\ Ra) t^( rrt.\

l

R

ut414144a.t!t!)!!4....................................................48

I

r^sstr\ RI t:l\1\tll !l-!1l!!

4tù11!,4!: c\ coùl rolt !l! .!!]I!br!ç$q$_t!L!!q!'i!!fc!..... ................................................ L!!!!L(nr,! 1.\ liùj.\ (! l0s ùnnrclnc!!\...................... .......................................................-...

.....51 .....53

sY\lllt:s1r Dl:s l,R()P()slll()\s

58 59

Inspcd,uf Cénirrlc dc I

AdnrirlsÈlion

lnspcction Géndralc dc l'Agriculrlrc

-

Conscil Cénéru| Vétérinanc


Rappo d'enquête sw le cha p du halal / Sommaire ANNEXE 4 : t,E CONSOMNIATEIIR

/J,1r-l/,

...,....,..........................,...,............,..68

A^'NEXE5:l,r]SUXPORIAIIONSFRANCÂISUSU]LEN{ONDENttJStll,NlAN,..,.....,.--------.72 \ri 5.2 : slr o:'r)r: Mi r (r)t sr1Istrotti(r\pl(rr^,tlli!,Qllv4!.)..,,..,..,,.,,........_...,...,..,,,.....,..,,,,..,,..g0 ANNDXE 6 : PRINCIPAI]X 'l rjx I IS API'LI( AIll,ES .....,.............,........,......,.....88 ANNr

A

0J A2

Cor)r,\

!.1

9l/119,,('litn CoNst. t)L 22t)ûtNlllRr 199JsliRt^pRo .(t()N rl/N \r \Ntr,l' I \ r\tfs),...,,..............98 l)lis^NM^l\^llN1()rjt\ll)t rtr \t{\ 'rr trt ^" {)r\rN1r N^r t.\rRt N'N5-1r200.1tnrP^R \lr\tHnotitNt,ttnrCoNsl Blljll:\jl,Nr( tnr29^\'R 2004It\^\IItsRt(;|\\pt:( lott.sIt \1iti,Nt:,\pt,tt( 8tt,s,\ll\l)l,NRiits^ltN,|,N

!.4

Mr Nr^R

DrRr(rr\,r (()\lNrlrN^L;r^

ItORt(;tNt

0l !.!

!1s...-

CoN! N ()\ l.lltt()t,i,tNNt \URt^t,R()t ( t ()N l)l,s

^NlNr^|

^\t\l,\t

Rr

(t\lR\

S)

^tRIis ...,..,,.,

l)lrNflsti,\ NtoRt

l)ls]\\l\1.\lt\I I^l \(1)\ ) t()\:t)t fRo ( l()N^NtNi^lt

s),,..,,..,,.,.,..,.__.,. ANNEXI,] 7 : irr,i]]U ENT S INI ERNATION.\I'X

ti 7.4

t)^Ns I tis ^t]^tt1)tRs ..................,,...,,,..,112

.....,......,......,...,................,....,... 7

,s^(it{ltt)tt\1,,\Ri\t)lRr1 t()Nt)tsp()t totts

Oll!.\lt()NN^tRt

rr ^t)t{ssi,\t\,\tt^( rNirR\\r()N,\ -Qljl!!lllll:l!! rn r'^(,R(LrIIlttl t,tt, Srrri( r()Nr)r Ri p()Nsr \ rr',\ r r,\l!!J]\li\1i !Li!................ a( ()N()tJror

1.2

..105

......._...................110 eQlr: R!k^t (t.rrR^ s)..........._.._.. ARRiitittnr l2r)r(r,N1rnt] 1997Rfl^llr,^r\r,k(xt'.1)t:slttrJMoE ts^t()N. Iti:toIRl)tsstNfl.NJ t:t

(r:\rR^r

L\

..................................89 I979

\l),\B^tt^(;t lnrl0M^r

|

t^pi,l_.!_t|.,,..,,,,.,,,.,,,118 .................. I 19

I^lltt,\t s\\()plor tt)\|t\|Nfst\ RN,\t]()N^l\Rt(tt, st,^-Rt^Nltssk)N.,,..,,-............136 t-tit\tn r)Lr\()\ \(;r t) r n l)t t)t t\ \flss()\ t\ (iR^\l)l []Rt t.\(,N1. \21 | r22 rtIN

(l)i\11,

lnspcctron Cénéraledc l'Adrninislralion lnspection Cénénle dc l Agricull

ure

ConseilCénéralVérérinarc


Rappat d enquête !ù

Ie champ du halal / Résu të

nÉsuuÉ La l€ttre de mission, en date du 21 levrier 2005 et signée des directeurs des cabinets

des ministres chargés dc l'intérieur et de l'agriculture, demarldait à la mission d'aider les pouvoirs publics à disposer d'une vue d'ensemble de I'organisation du halal, de la production à la consonlmation.

Le présent rapport a été rédigé à cette Iin. posées par la lettre de missionr 1- Le champ du

ll

répond par ailleurs à I'elNemble des questions

:

,a/a/

est eùcore relativement méconnu des gouvcmements en France et en Europe. En France, ies études exislantes sont souvent ancienDes (anùées 90) et

parcellaires (elles concement une région de production et de coûsommation déterminée). Si certains universitaires ont développé une réelle expertise sur le sujet, la plupaft des intervenants se contentenl de connaissances imprécises et ne s'intéressent qu'aux potentialités économiques du marché du raldl. L'État lui-méme mânque de donûées probantes: on ne connaît pas avec précision le nombre de musûlnlans résidant en France et les enquêtes statistiques réalisées ne permettent pas de cemer les quantités /,a/.t/ réellement produites, vendues et consommées. Ainsi, ni ia nomcnclature douanière ni les rapports d'activité des abattoirs ne pennettent d'appréhender des quantités l?d1dl sans recourir à des h)pothèses et extrâpolations. Faute de mieux, le rappott s'appuie sur ces dolmées, qui ont par précaution été confroùtées aux témoigDages de terrain ei aux expériences étrangères. Les chiffres présentés doivent donc être maniés avec une extrême prudence.

2- La réglementation nationale. largemert inspirée du cadre comnunautaire, ne contient pas de définilion de l'abattagc tiLrel ni, a foftiori, de I'abattage iala1. Ce demier est désigné par défaut, co[rme une dérogation à I'obligation générale d'étourdissemeni pre ulortent des atlinaux et comme une dérogation à l'obligation de laisser intacts lâ trâchée et I'cosophage au momeùt de la sâignée dc ccrtaines espèces. Il enpode la ûécessité, pour les abatteurs, de recourir à des sacrificateurs habilités par l'une des ttois ùosquées agréées pour eflectuer la ûise à tnofi des animaux. Il est aussi assoni d'une obligation de contention des aDimaux au tnonlent de la saignée. Cette réglcmeDlaiion pose piusieurs difficultés. Tout d'abord, le système retenu pour I'habilitation des sacrificateurs, qui pennet à lrois mosquées de se pa ager une véritable rente de situation, n'est pas assis sur des justilications objectives. Sa rernrse en cause, aujourd'hui laiblement perceptible, ne pourra donc que croître. Ensuite, ce disposilif, qui ne conconle qu'une étape de la chaîne de production-distûbutioù, ne perulet pas d'assurer la traçabilité des produits ,4/4/ jusqu'au consommateur final. Des or-ganismcs dc ccalification auto-proclamés ont donc vu lejour, qui exerceùt un contrôle à diflércn1s stades de cette chaîne, moyenûaùt paiement. Ces organismes, aux finalités quasi exclusivenlent commerciales, s'appuient sur des définiiions dilférentes du lala/ pour servir leûrs stratégies de conquête de marchés et provoquent de ce lâit unc sureûchère de 1'(halalitéD, préjudiciable en lennes de cohésion sociale et d'itltégration. Enfin, l'absence de définitioD officielle de I'abattage ou du produit I

lr

lert

e

de rri..ior) e.r r'<prod r.rc (.r dru,c,c L

In$ccrion Cénéûle dc

l'Ad,niilsrûrioi

Inspcction Cé!é.alede

l'Agriculturc

Consc

ii Cénérâl Vélérinr, rc


Rappott d'e quête sw le cha V du halal / Resuùë

halal, gui découle du principc de laicilé, empêche parfois les services de I'Etat d'exercer leurs missions régaliennes de contrôle et de répression. 3- Lu pfSd-qqliAûS@ est pourtant devcnue importante. La production françaisc sc situerait eDtre 800 et 900 000 tonnes équivalent carcasse (tec) par an. Pour des raisous logique de économiques, certains abatteurs ovins et bovins misent sur complémentarité entre circuits de distribution musulmans et non musulmans: ils abattent les ânimaux selon le ritc puis vendent les avânts et les abats aux bouchcries llusulnranes tandis que les morceaux arrière sont dcstinés aux notr musulmans.

la

4- Pour cettc raison, la production ialal dépasse assez largement la consommation l,.rlal estimée, d'environ 300 000 tec, soit 5,6 % de la consommalion totale de viandc en France ou 6 % de la consomnation de viande par les non musulmans. La production ,/rala/ destinée à unc consommation /rala/ (estimé à 336 000 tcc pâr an, soit un marché de quelque 2 milliards d'euros) s'écoule majoritairement dans des bouchcries l1'rusulmaDes de quartier, dont le nombrc croît très rapidement. La grande distributioû cst encore quasi abselte de cc créreau, bien que certaines e$eignes manifesterlt le désir de développer des rayons halal pour retrouver un certain dynamisme. Ces habiludes de consoNllration Dc pouûont chânger que si les consornmalcurs musuLllars lbnt conijârlce aux circuits de distribution impliquânt grossisles et grande distribution. Pour I'heure, en l'absence dc dispositif de certification garanti, ils privilégient les circuits courts et les logiques de proximité.

la période de I'A\U El Këbir, les donc ampiement à satisfaire la demande de outils d'abattaqe existants sumsent produits ,/ralal. C'est bien plutôt la consommation de viande abattue ,[d/4/ par des non musulmans ei à leur insu qui fait I'objet de critiques.

5- En r)4lrmc de croisière, c'esl-à-dire en dehors de

6-

Dans ces conditions, le thèmc de la certilication et de l'étiquotâee est brâùdi par dcs groupes aux iûtérêts contradictoires. D'un côté, les représeiltaûts des musul ans plaident pour que lc câractèrc lalal des produits puisse être garanti. Dc I'auhc, lcs

bien-être animal, lavorables à l'étourdissement pre @rleDt syslématique, nilitent pour que le mode d'abattage figurc sur loutes les étiquetles. Si tous se rejoignent autour dc la revendication d'une mcilleure traçabilité, ils ne pouront sc satisiaire d'une l11êûe solulion. L'étiquetâge obligatoire sur le lllode d'abattagc, cher aux défenscurs dcs animaux, fragiliserait les logiqucs de protecteurs

du

coDlplémcnlarité dévcloppées par les âbâtteurs et conduirait à un net renchérissenlcnt de la viaDde rituelle. A I'inverse, un éliquctage sur le seul caractère /rala/ penncllrait âux logiques de complémentarité et donc à I'abattagc sans étourdissemcnt préalablc de prospércr.

il y a iieu dc laisser

les acteurs otganiser leurs propres systèmes de traçabilité. Les nlusulmans disposent d'oulils juridiqucs variés (le rapport en présente ceflâirs sâns prétendrc à I'exhaustivité) lcur penncttanl d'arriver à leurs fins, pourvu qu'ils parvicnnent à s'eDtendrc sur une définition du produit,/rala/ et de ses modes Dans ce coDtextc,

d'obtentiorl. L'initiativc pourait légitilllcment êtrc prise par le Conseil lrançais du culte ûrusulman, qui vienl d'être renouvclé. De lcur côlé, les défenseurs du bier-ôtre animal onl tout loisir pour mel(re sur pied des dispositifs d'infonnation sur les modcs d'abaltage utilisés. Dans tous Ics cas, les systènes de certificatioû et d'éliquetatse, qui lnspecrior Cénéûlc dc

l

^dminÈrrlrion

lnspcdror Cénérulcdc l ABriculrurc - Cotscil Génaral vélériûu, rc


Rapport d ?"quep

s

le chanp du

halal Ri:t"n,i

doivent être construits en collaboration avec les prolessionnels des filières, iûduisent prix de vente au consommateur final.

des coûts, finalement répercutés sur le

Le conseil ftançais du culte musulman, s'il réussit à poser une définition partagée du halal et à s'engager dans des dispositifs de ce ification, pourrait être considéré, par le Gouvemement, col'l1nle un interlocuteur de référence en ûatière d'abattage selon ie rite musulman. Les fbnctions d'habilitation des sacrificateurs pouraient alors lui être confiées, en lieu et place des trois nosquées actuellenent agréées. Les conseils régionaux du culte ûusulman pourraiel1t aussi remplir ce rôle et assurer de fait une relation plus proche avec les abatteurs. '1-

L'cxpo ation constitue

un enjeu de moindre inportance. Les exportations de produits camés susceptiblcs d'êlre l,@1al ne représentent que 200 millioûs d'euros par an, conre

une consonùation halul nalio:.lale de produits camés évaluée à 2 milliards d,euros. Les exportations de viande bovine la1a1 représentent 3,6 o% des cxportations totales de viaùde bovine et I o% de la production nationale. Les expoftâtions de viande de volaille helal pèsenI davanlage, puisqu'elles rcprésentent 27 o% des exportations totales de volailles et 10 7o dc la production nationale. Quant aux exportations de viande ovine, elles sont résidue11es. 8-

Les expériences eurooéennes sonl souvent peu éloignées de celle de ûotre pays. En Grande-Bretagne, au Danemark ou en Belgique, lc thème de l,étourdissement préalable est l'objet d'un vér'itable débat public. Ceirains pays plus éloignés, à l,instar de i'Australie, de la Nouvclle-Zélande, du Brésil ou de I'Argentine, voient dans le /rala1 un débouché de prenrière impoltance, qui justifie des stratégies commerciales oflensives et la constructioù de chaînes cntièrenent dédiées à cette produclion. Ils travaillent, en collâboralion avec ce ains Etats musulnaûs (Malaisie principalement), à la possibilité de laile énergcr une norme rdldl intemationale plus visible que celles ayant cours actuellenleùl.

lnspccriôiCénéraledclAdrninisrrrtjon.lnspccrionCinér!lcdciAgricutruÈ

ConscitCénér!tVérérin!rrc


Rappoû d'etftluête sw le chaùv.lu halal / lntrcduction

INTRoDUcrroN

2l

f€vrier 2005, vous avcz demandé à I'inspcction générale de I'administration et au comité pennane[t de coordination des inspcctions unc mission d'enquête sur la lilière halal. Par lettrc du

M. Ramiro RIERA,

inspecteur général de I'administration, Mme Françoise VERLIAC, inspectricc générale de I'agriculture, M. Jean-Michel BERGES, inspecteur général de la santé publique vétérinaire, M. M'hamed FENINA, chargé de mission d'inspection à I'inspcction générale de I'agriculture, et M. Simon BABRE, inspecteur de I'administration, ont été désignés pour conduire cette mission.

.

Méthoded'investigation

La mission a procédé à des recherches documentaires tout en elfectuant très rapidcmert plusieurs déplacements. Elle a rencoltré de très tombrcux intervonants: recteurs et autres représentants de mosquées (Paris, Evry, Lyoû, Marseille) et d'associations musuhnaDes, visites d'abattoirs et d'usines de transfomlation, rencontres avec des grossistes et des détaiilanls, eûtreticns avec les interprofcssions et les défenseurs du bien-être animal. Cenains des services administratifs concemés par lc thène ont été âpprochés: directioû générale de I'alimentation (DGAL) et direction dos poiiliques économique et intemationale (DPEI) du ministèrc chargé de I'agriculture, blrreau des cuites du ministère chargé de I'intérieur, directions des services vétérinaires des départements oil la missiou s'est déplacée. Dans le même tenlps, plusicurs requêtes statistiques étaient fonnulées, à destination de la direction générale des douanes, des abattoirs, d'offices agricoles, du service central des enquêtcs et études statistiques (SCEES) ct d'Eurostat. Le réseau des attachés agricoles eD Europe a été saisi. Deux voyages d'études onl été réalisés : le premier à Bruxcllcs (autorités natiomles et services de la commission curopéennc), le sccond à Londres.

.

Périmètre de I'enquête

La problénatique de l'Aiil El Kiôir a volontairement été laissée de côté, parce qu'elle impliquc des questionnements et des solutions spécifiqucs.

La notiorl de halal a en oulre volonlairemeDt été calltonnée à ses aspccts alimentajrcs. La nlission nc s'est doDc pas pgûchée sur ses excroissances récentes, pour lesquclles il existe d'ailleurs très pcu de données probanles (financc islamiquc totanmcnt).

.

CoDtexture du rapport

Lc présent rappon dresse tout d'abord uû élat des lieux du lald/ en France, cn Eurcpe et dans le monde. Le chanrp du,âal(/ apparaîl lrès portcur sur le plan éconon,iquc ct consliluc à ce titrc un enjeu quc les gouveuements ùe peuvent ignorer. manque néanmoirs de strucluralioù, lant du poinl dc vue juridique quc du point dc vue dcs lorces cn présencc : le

ll

hspccrlorCénérllcdcl^dnnnislnrion

lnspccrion Cénéralc d.l'Agnculrurc

- ConscilGa

érul

Vtannuirc

8


Rappot d enquête sur te chanp du hatat / Intrcductio

marché du halal est, dans un contexte de quasi laisser-faire, caractérisé par les stratégies offensives d'acreurs relalivement dispersés.

Au regard des difficultés qu'elle estime prévisibles, la mission formule ensuite un certain nombre de propositions, qui prerutel1t en compte l,€njeu économique du lala/ tout en tentant de poser un cadre pour son développement. Ces préconisations sont récapitulées en Iin de

rapport.

.

Avertissement au lecteur

Certaines notions, largement reprises dans le présent rapport, méritent d'être définies à titre lininaire :

-

immobilisation: application à

animal de tout procédé conçu poul limiter ses mouvements en vue de faciliter un étourdissement ou une mise à mor1 efficace ; ur1

étourdissement: tout procédé qui, lorsqu'i1 est appliqué à un animal, le plonge immédiatemeût dans uD état d'inconscience où il est ûaintenu jusqu,à sa mofi -

;

abattage : lc fait de mettre à mort uû animal par saignée ;

-

trâcabilité: câpacité de retracer, à travers toutes les étapes de lâ production, de la transfbmation et de la distributioù, le cheminement d'une denrée animale ou d'une denrée alinentaire <1'origine animale2.

En ortre, l'attention du lecteur est appelée sur Ie carâctère approximatif des chiflres figurant dans le présent rapport. Faute de fondement statistique solide, tenant tant au caractère émergent de ce tltème qu'aux principes républicains qui interdisent toute distinction selon la religion, la n,lission a eD effet dû parlois recourir à des extrapolations. Ses méthodes de calcul sont systél'l'latiquement explicitées, de sorte que le lecteur averti puisse en saisir les

lin]ites.

Enfin, de nombreuses études ont été exploitées dais le cadre de la mission, cerlains de leurs auteurs oùt mêlne été rencontrés. Leur liste figure en aûnexe 3 et leurs rélérences (sous forme du nom de 1'auteur suivie de 1'année de lâ publication) sont régulièrement citées dans le corps du rapport.

:

Ces définirions soDt posées nolannnenl pa. iâ dirccrive 9llt l9lCE du Conseil dù 22 décembre 1993 sur la protection des âninaux au moncnt de leur abaûage ou de Ieur nlse à mort et par te règlemeDl (CE) nol78/2002 dù PulenÉlrt europécD et du Conseil du 28 janvier 2002 érabtissanl les prhcipes généraux el les prescriptions géùérales de la légishrioD alimenraie, insriruari l Autorité euLopéenne de sécurité des alinents el tixanl des procédures d la s(culré dec oor)né() alurÉ a;re,.

'elIi\es

lispc.t,on Cénéalc de i'Ad,ninisrration lnspcction

Cénéru te dc

I AgricuJr urc

-

Conscit Cénérat

Véliri!!rrc


Ratpoû d e quéte sw le champ du halol / Un chanp dynaùique

I

et

porteur sut Ie ptan écolonique

UN CHÀNIP DYNAMIQUE ET PoRTEUR sUR LE PLAN EcoNoMIoUE

1.1

Une défi nition extensive

l.l,l

Les sources de la notion de

halsl

La nolion de la1a1 (qui signifie <licile,r en arabe) et de la,"arr ((illiciter) provient du Coran. Elle a e[suite été précisée dans la Sr]rxdr' el les textes d'interprétation recoDnus. Il est à noter que les prescriptions alimentaires ne

lont pas panie des cinq piliers de l'islarn.

Les éléments de définition qui suivent correspordent à I'acception la plus fréquemmcnt rcnconlréc par la mrssion au cours dc ses investigations.

De prime abord, lâ notion de lald/ semble des plus simples I le halal est ce qui permis pâr Di€u, ce qui n'est pas irterdit.

'1oû

pùotî permis: les biens que lounlit ia ùaturc, voire tout ce qui peut sewir à la peut suwic, être consornmé parce que la vie est précieuse en ce qu'ellc vient de Dieu. est a

Les animaux procédant aussi de Dicu (ils soDt donc dotés d'une âmg, appelée à retourner à Dieu), il imporlg de les abattre puis dc les préparer selon ccrtaines règles. Il faut ainsi les lucr avec bonté, c'est-à-dire salls les faire souflrir et en prononçant le nom de Dieu (car c'est un sacrifice), soit cn hommagc à Dieu, soit pour aider leur âme à retoumcr à Dieu.

Mais le droit canon musulman ajoute à cette définition de principe un grand lrombre d'interdits alimcntaires, qui rende[t la notion de raral beaucoup plus complexe.

Il

est ainsi

interdit de consommer

:

-

: le porc, lcs ânes cl muletsl, les camassiers à delrts pointucs (chiens, chals, félins, ours, renards, écureuils, etc.), les rapaces, les siûges, les oiseaux avec dcs serres, lcs rals, les mille-patlcs, les âbcilles, les pic-verts, lcs poux, Ics ùouchcs el autrcs iDsectes, lcs poissons sans écailles, les animaux amphibies (tol1ucs, greDouilles, crocodiles), les ser?ents, les animaux venimeux...

-

les animauli qui llc sont pas abattus selon le rite: I'al1imâl abattu seloD le rite doit être vivant (ce qui iDlgrdit certaines fomres d'étourdissements préalables à l'abattagc), nor ùalade ou blcssé. Il doit être égorgé avec des outils dédiés et maintcrus proprcs, par une incisioù sous la glottc de I'ccsophage et des veincs jugulaircss, et saignô

certâiùs animaux

r Deuxiùmc

souLce nonnalive en

lshm. la Sr/,xa,l renvoie à la vie, rux actes, aux paroles et aux silences du

prophetc Mahon)cr.

r L'hippophagic

esr objêr de divcrgc ces, ùotânmrent emrc lcs malékilcs qui la réprouvent ei les aùûes écolcs dc pensée qui la pcûnellenr. 1r4!is nur)ger de I'ine ou du nnrlel esr déferdu plr loul€s lcs écoles sumlites (Ilocine Berrkhcira, ( Les irllerdls alimentâires de I islam,, in Lu \4ulitu 12000)).

5

Il cxjste trois procédés d'.rbaroge. le dh.tbh po\û les ar)in1aux à cou court (bovûrs, ovnÉ, volailles), qui poul lcs consisle à tranchcr la gorge, y conpris la trachée anère, l'æsophage et l€s veines jugulaires ; le aninuux à long cou (châmeaux), qui consisre à poner le couleau au bas du cou, au niveau dc l0 clavicule; lc iql, quiconsisrc à blesser Ie gibier qu olr nc peut saisir {gibier, bêt€ agné).

,.r,

Inspccro canaralc

de

l Adnnnrsûlron

-

lnspecuon

cénérllc dc l Àgncullurc - Conscil c'"inûrrl

veréllnlirc

l0


Rappot d'enquête sù

Ie

claup du halal /

h

chanp dyanique

et

poùew sur

te

plan économtque

complètement, hors de la vue de ses congénères afin qu,un sfess inutile lui soit évité. L'incisior (sacrifice) doit être faite par un sacrificateur, c,est-à-dire un homme d,une des religions du Livre disent les uns, par r.m musulman sain d,esprit et n'étant pas sous le coup d'un interdit disent les autres. Le sacrillce doit être fait au nom de Dieu. L'animal doit être toumé vers la Mecque. les animaux qui, une fois abâttus de cette façon, sont en contact avec des allimaux ou des substances non /rald/ (soit au cours du stockage, soit pelldant le transport, soit durant la phase de transfomlation).

-

le sâng répandu par l'égorgement ou obtenu par tout autre moyen.

-

le

vin et toute autre boisson enivrante.

La Grande Mosquée de Paris a établi un guide de 74 pages pour aider les personnes désireuses de consommer irzla1.

Ces éléments de définition ont des implications très précises s'âgissant de l'âbattage des animaux noù interdits et des exigences techniques qui lui sont associées

L'animal doit aiDsi être égorgé vivant et ron blessé. Si un étourdissemeût préalable est pratiqué, il doit donc être réversible et ne causer aucun dommage iùtérieur ou extérieur. C'est pour cette raison que la plupart des musulmans de France admettent l'étourdissement préalable des volailles (électronarcose réversible et r'infligeant aucune blessure) mais refusent celui des ovins ct des bovins. La saignée doit être con]plète, le sang étant ilterdit à la corsommation.

Certairs nlusulmans, soucieux de respecter le précapte consistalt à abattre avec borté, rattachent égalenent la contention de l'anirnal au tuel. Dans le même but, l'animal devrait être anené au sacrificateur de telle laçon qu'il ne puisse voir et compreDdre ce qui l'attend.

1,1.2

Des acceptions

.lifliirc

tes

Plusieurs acceptions du rala/ coexistent. Les divergences, au-dclà des clivages qui peuvcnt être liés aux différ'ertes écoles philosophiquesô ou au pays d'origineT, ont deux origires bien distiùctes : - certaines proviennent d'analyses différentes sur les modalités lechniques de mise cn ceuvrc des préceptes caûoûiques ; - d'autres ont trait au périnèlre de la notion et à la question de I'opportunité de son extension aux ingrédients ct aux élapes anoùl de la chaîne alimentairc.

o

Les llanafires. les Mâlékites, les Chaféites, les llaÙbrlites coDstiluert les quatre prnrcipal€s écol€s de pensée du suûrisme. Lcur posiijon respecrive sLù l'âcception du ialzrl dépcnd de I'extension du champ des rexles religi€ux

auxquels elles sc réfèrenl. I Les Drusulmans issus l'inxrigraiion de sont en gétréral très marqués par lâ culture du pays d'origine s'agissarr

de l'âcceplion

ù

hulnl. Les Marocains luront ainsi une approche diferenle de c€lle des Algériens ou

lnspcclron Cénéralcdc l'Adrninistrrtron lnspccr ion Cérrûale dc I Agn

cu

lrure ConseilCénéralVétérinâire

des 11


Rappotd'e

quête

sw

Ie chanp tlu halal

/

Un chanp

dy anique

et

potteur

sur

Ieplan écononique

L'étourdissement

préaiable à la mise à mort est à l,origine de débats au sein de la communauté musulmane. Il est obligatoire dans Ia plupart des pays développés, mais cette obligation est le plus souvent assortie d'une possibilité de dérogation pour I'abattage rituel. Cette dérogation, lorsqu'elle existe, est née des revendications des communautés juives, qui

ne conçoivent pas que la slrcchito, 1'abattage rituel israélite, puisse être précédee d,un

étourdissemeDt. Certains musulmans défendent désormais un point de vue simiiaire s,agissant de l'abattage /?d1al. Ils relusent l'étourdissement tllorten par principe, au nom du droit musulman qui iûterdit de consommer la bête assommée8 ou blessée et d,infliger des soufùances inutiles. Pour eux, la méthode d,abattage rituel par section des veines jugulaires garantit I'absence de toute souffrance. Dès lors, le pré-étourdissement est considéré iomme une souffrance superflue, blessant la bête ou susceptible de la blessere.

l/"

D'autres n1usulmans adûettent l'étourdissement préalable dès lors qu,il est réversible.

La réversibilité des

modes de pré-étourdissemeDt fâit l,objet d'analyses scientifiques. Pour l'heure, elle dépend assez largement des techniques utilisées : espèce

Techdque de préétourdissement

réverribilité

f,xemple de pays de mise en

pistoiet à tige perforante

et

d'afiicles

Acceptaliotr par les musulmans locâlement

(mtador) Distolet à Dercussion

Distolel Pistolet

possible

Nouvelle-Zélâùde Nouvelle-Zélande. Aùstralie

oui

etÈr

la Malaisie

Derforante à percussion

à tiÊe

possible

France, 1'\ouvelle-Zélande,

oui et non selon mosquées, oui en Nouvelle Zélande et

volailles

La révelsibilité, même lorsqu'ellc est possible, dépend assez largement de la technicité des personnels et, en cas d'électrorlarcose, des iûtensités administrées rapportées au poids des bêtes concernées. Dans les faits, la pratique d'ut1 pré,étourdissement réveisible est relativement diflicile, c'est pourquoi certains musulmans recommandent <Je s'en dispenser, à i'inslar des autorités malaisiernes (qui acceptent néamioins cette pratique lorsqu'elles sont organisme de certilication, pour Ies producteurs australiens et néo-zélan<lais notamment)_ par surcroît, s'agissant des bovins, i'électronarcosc nécessite des matériels sophistiqués, d,une mise en lru\re délicittc el d'un coJl cle\e. 3

Sourate 5, < La lable seryie,' kiLMii ùla).yeset J. e Le site internet de I'association <À vorre service> (!t\ù!h1.!t!!jt!tr) précise anNi: <t! ert ptouvè scietltilqucne t que Ia bôtc e loull)c plu' dan! h ntsure ot) tct |ci,et jusuhnes sa t secttonnée, cru.ccta

peùtei

de coupat atrc.,.ttpile rcnt tout lien e trc le ccûe.ù et te rcste du cotps./" 1a ,i/e >. Cette posirion es1 à rapprocher de celle des rcprésenranls dù cuhe israélile de Grande-Brelagnc, poul qui Ia rtecrùd, esr à Ia fois un abâxage el un étourdissencnr (voir, en âr exe n"7, le conute rcndu du déplacemenr de la mission en crande_ Bret,gne).

r.spcclion céné.alc dc l'Adnrinisrration lnspccrion cénéralcdc i Agricutturc ConscitCéiér.rt

Vélérinaire

12


Ranlort d'enquête sû

.

Ie cha tp du halal

/ Un chane dynanique

et

po

ew sw le plan écono ique

Des divergences liées au périmètre dc la notion de lrala/

Certains musulnans distinguent les ingrédients des produits finis. Sclon eux, le produit fini peut être Àd1dl même si ccrtains dc ses iûgrédients, minoritaires, sont haram. Lcs ingrédiorts subisscnt en effet une tralsfomalion chimique qui donne Iieu à une substanca nouvellc et pure. Le vinaigre est ainsi autorisé alors que sa matière première est interditel0.

Il

en va différemment pour certains counnts de pensée qui considèrent que tout iûgrédient haran\ ftt-ll ultra minoritaire, entache le produit final. Dès lors, les additifs à basc de géLriline de porc sont interdits, de mêmc que les animaux nourris à partir des récoltes de champs sur lesquels du lisier a été répandu. Cette exigence requiert donc unc traçabilité très précise dcs produits, semblable à cellc qui prévaut en malière de caslrcr, et pcut nécessitcr des anal),scs fines, en laboraloire, des conposants des produits.

1.1.3

Une lendatce à

I'exle sio

de Ia

,rclio

La notion de,àd1al esl donc complexe ct fortement extensible. La tendance est d'ailleurs à son extension, en France et dans les pays visités par la mission. Dans un contextc de concurrence économique, Ies acteurs recherch€Ilt en effet ulI positionnement commcrciâl propre, que la richesse ilrterprétative du droit musulman rend possible.

Ainsi, le champ du halal, d'abord centré sur la seule viande, s'étend, au fur ct à mesurc de I'accroissement du niveau de vic des populations musulnanes, aux produits aliûentaires contenant de la viaDde ou des ingrédicnts issus de matières animales, aux médicaments, aux cosmétiques, ctc.

1.2

Un marché important, €n forte expânsion, qui reste mârqué pâr des spécificités encore très fortes

1.2.1

Utt t tatché itnpo

ult

à ccjour, d'étudc cxhaustive sur le ùlàrché des produits lala/. Plusicurs étudcs à la méthodologic irnprécisc circulent, qui alimerltent I'idéc d'un eldorado du lala/ : 2, bicntôt

Il n'existe pas,

3 nlilliards de musulmans consonmeraient plus de 200 millions de toûnes de produils caniés dans lc moûde, cc qui représcntcrait un marché d'environ 400 milliarcls dc dollarsrr.

En réalité, la consommatiolr de produits carnés par des musulmans doit ôtre distinguée de fa consommation de produits halal. En effel, tous les musulmans ne consommenl pas r0

vou notanurcnt lalnra n'34 du Coùseil européen des/n/r11]r et de lâ recherche, 2002. rr De lcls chiffres sont régulièrcmcnr présenrés pâr des eotreprises el organismes liés au ( rdl.r1 busiDess > (cf. &rlo la I alù e ht ion c//,rklr1, l'aris, Porre de Versa illes, juin 2005 i sircs inrerncl divers ; I hc Halal jotr .!1, édilé en Malaisie...). Au Canada, le bureau des narchés inlemationaux de la direclion généralc des services à l'ûrdustrie est plus conservaleur cl eslirne le mrrché à 150 milliards dc dollars par an. soit 125 milliards d'cltLos envrron(cité dans Ilcrgeâud-Blackler, [2004a]). Inspcclron cénérclcdc l

Àdminislrutior

lnspcclion Cénéiâlc dc l

^sricuhurc

- consilcùnùrul

véténnrtrc

l3


Rspport d'eûquête sur le chanp du halal

/ U chanp dynanique

et

poùeur sur

le

plan ëconomique

exclusivement des produits lrala/, en particulier dans les pays où ils sont minoritaires. ED outre, certains non musulmans consomment des produits halal, prcfitant par exemple dc la proximité et de la compétitivité de boucheries musulmanes de quarticrs.

1.2.l.I

.

Tenlatives de quantîfcalio de la consonmatio de via de par des musulmans

Au niveau mondial

La consommation mondiale de produits camés 9st estinée à 254 millions dc tonnes équivalcnt carcasse (tec)r2, ce qui, rapporté à une population de 6,4 milliards d'individus, représcûte ule consommation moyenne de 40 kg/hab/an. Les musulmans représenteraignt 26 % de la population mondiale (1,6 miliiard d'individus).

de produits carnés hqldl daris le monde peut do|rc élre eslimée à 66 millions de tec, soit un chiffre d'affaires de plus de 200 milliards dc dollars (166 milliards d'euros)r3.

La consommation théorique

.

Au niveau euroDéen

La coùsommation européenne (UE à 25) de produits camés cst estimée à quelquc 40 millions de tonnes équivaleût carcasse (tcc), ce qui, rapporté à une population de 460 millions d'individus, représente une corsommalion moyenne de 86 kg/hab/an.

représentcraient 2,8 Vo de la population de l'Uùion européenne (12,8 millions d'individus). Plusicurs étudcs attestent de leur consommation supérieure de viande par rapport à la moyenne de la populationla. La mission a retenu une h)?othèse de 100 kg/hab/an contre 86 pour la moyenne de la population.

Les musulmans

consonrmation théorique de produits carnés par des musulmans dan$ I'Union européenoe (UE) peut donc-étre estiméc à 1,3 milliou de tec, soit un chilfre d'âffâires dc près de 9 milliards d'euros'".

La

.

Au niveau francais

La consomnation française de produits camés cst estimée à quelque 5,5 millioûs dc lo lcs équivalent carcasse (lcc), ce qui, rapporté à une population de 60,5 millions d'individus, représente une consonmation moyennc de 90 kg/hab/an.

r!

Les chiffres de productior sonr issus de : Ol'lVAL. < Lc malché des produits camés el Âvicolcs cn 2004 D' Lcs isllllli!!!b cr)!l chifiica de populâlion sont tirés dcs sùes interuet \i\ !+rl]ul.r(iùrl{l! ,rcl pâr extrapolalion des coùrs ( nrÂtières lixé, viande à la consonmarion dc h s,rr la bisc d'ur oyen 'r prenières,, à 1,2 $/ks er sclon l'hyporhèse que les nrusulmaDs consomnenl, au niveâu mondial, Ia même

el!\\

prix

quântilé de viaùdc que les r)on

musult

ns.

el

147 kgrlab/an' lvec

'r

Ccs étu,lcs situcnt, sclon tes cas, la coùsonnnâlion musulnùne cnre 85

''

Sur la brse d un pri^ moy(r de lti vrJrdL à la consonnâtion de 7 C/kg (exlrÀpolation à parlir des chiffres

rnérhoJologies

diverË(nrc j

oFlv^L). lnspccron Générllcdc l^drnrnrsrrrrion .. lnspcù1,ôn ctnélalcdc

IAs.iculturc

Conscil Cénéral Vétérinâtrc

dcs

I4


Rappott d'enquête sw Ie chsnp du hatat /

U

chantp

dyna ique

et

portew,ut

te

ptan ëconamique

Les musuln'rans représenteraient 8 % de la population française (4,8 millions d,individus). Pour ce qui les conceme, la mission a retenu une hypothèse de consommation de viande 1

d-e

00 kg,4rab/an.

La consommation de produits carnés par des musulmans en France peut donc être

estimée à 480 000 tec, soit un chiffre d'affaires potentiel de plus de 3 milliards d,eurosr6.

1.2.L2 Tentatives

de

quantifcatio

de la consoûunation cle viande

halal

Selon les études et les témoignages recueillis, de l,ordre de 50 % des musulmans de France mangeraient systématiquement de la viande rituelle (issue d'abattage casher où halal), les 50 9o 1q51anq5 n'..r aansomntaltt qLr'épisod iquement l?.

Il

ressort aussi des témo;gnages recueillis que les boucheries musulmanes oût une clientèle non musulmane, souvent assezjeune et attirée par le niveau des prix.

À partir <le ces données, la mission a estiné que la consommation de viande iala1 en France pouvait être estimée à 336 000 lec. Dès lors, le chiffre d'affaires de la viande halal en Frar.ce pourrait être estimé, de manière approximative, à 2 milliards d,euros environ.

1.2.2

Uu tuarchë

fotle expansion

Au-delà de ces chiftes, le marché de la viarlde /rdlal apparaît prometteur. Offre et demande se renforcent mutuellement.

L2.2.I Des raisorts

liëes à la clenande de produits hdlal

La demande de produits halal apparait de plus en plus précise et importante. Elle semble en premier lieu liée à l'aflirmatiol éconon'iique et géopolitique de régions du monde peuplées de musulmans (Asie du Sud-Est et Océânie, Iran, Moyerl-Orient arabe) et se concrétise par une augmerltatioD des flux d'échanges. Elle tient aussi à l'affirmatioD identitaire des musulmans inmigrés or,r issus de I'imrnigration dans les pays occidentaux (Europe de l,Ouest, Amérique du Nord) et se traduit par une spécialisation d'une parlie des appareils productifs nationaux.

L2.2.2 Des raisons liées à I'off

e de

produits halal

La concunence économique irlten]atioDale en ûatière agricole pousse les producteurs à la dilférenciatioD des produits ainsi qu'à 1a recherche de nouveaux débouchés. L'Australie, la Nouvclle-Zélande et, dans une moindre mesure, le Brésil, l'Argentine et la France, rd

Sur la base d'un prix moyen de la viande à la consonmarion de 7 €/kg (extrapolâtion à panir des

OFIVAL).

cl

flres

I Selor

une étudc récenre Drnéc par sondage auprès de 576 personnes au nomenl du coDsrès de l,union des oryanisations islamiques de Flance (UOIF), < 85 % des nlusutmâns déclarent manger totalement d/d/ ) (SOpl

ALCODOAL [2005].

li

esl légitime de penscr que celle proponion est inlërjeure pour la moyenùe

des

musulnlans de France. lnspccr,on Céniralc dc l'Adnrinisrrlrion tnspcction

ccnir! crjc I Agricutrure ConscilCénérat

Vérérinlirc

l5


Rappt d erquêtc tur le chantp lu

halal

/

Un

chanp.lJ amique

et

porteur

Ie

pldh ëcononkfue

spécialisent unc partie de leur production sur Ia satisfaction des besoins des pays musulmans ainsi que sur le thème de l'( alimcrttation ethnique )), en pleine croissance dans les pays riches.

1.2,3

Des spécificités

e

corc ttès

fo

es

Le nrarché de la viande lulul, en France comme dans la plupart des pays européens, préscnte de très loftes spéciiicités.

Il

n'existe pas, en premier lieu, de marché national de la viande rald/. Toutes les é1udes dispollibies conlinnent la prédominance de circuits locaùx traditionIrels, fondés sr,r une proximité €ntre producteurs, abatloirs et bouçhers de quartier. Les circuits plus induslricls, caractérisés par un lien distendu entre producteurs et distributeurs ou qui proposent des produits élaborés (découpc, plats cuisinés), existent mais ils restcnt minoritaires (Mission Agro Développemeût I I 9951, Bergeaud-Blacklor [2001 ]). Le développement du marché /rdla, repose, en deuxième lieu, quasi exclusivemetrt sur les bouchers musulmans de proximité. La croissancc de la demande /tala/ se traduit par unc nette augnentatioD du nonrbre de boucheries lnusulnanes, En région parisiennc, on dénombre 625 boucherics musulmanes pour I 500 bouchcries de quartier (41,6 %). Dans le dépa(enlcnt du Rhôrre, boucheries sur 500 sont nrusulmanes (22yo), dans le département des Bouches-du-Rhône 115 sur I 200 (9,5 %). Au total, 4 000 des 22 000 boucherios de quartier ftançaises sont musulmanes (18,2 %)18.

ll0

ellol réticenls à I'achat de produits camés lala/ en grandc et Doygnne surfacc, vraiseDlblableùent par crailrte de tromperies. Les bouchcrs traditionnels musulmans adoptent dans le même temps des stratégies de défense orr de Les consomnateurs musuln1aùs resleDl en

développement de leurs parts de marché et devicnnenl incontoumablcs pour I'ensemble dc la fi lière bouchère Dalionale.

Il n'existe pas, cn troisième lieu, de filière halal.

i

<<Ett

efkt, les acleurs qui intel'victt e t

dans les circuits halal sotl ceu\ qui leflieùrcnl dans les ci,'cuits de production de la vittnde ordinaire. La spécialisalion se lail cott2lèleùe t ett aval, au ltiveau des bouchers Diusulllll11s.

Les aninaux ne soli pas élevés à cette seule deslitrulio , il tt'existe pas d'aballoir exclusivene, hak et une purtie des carcasses hulal esl \'eûdùe en boucherie ordinairc.r, (Bergeaud-Blackler [2001 ]). Ce constal, dressé en 2001, connaît désormais des cxceptions : s'agissant des industriels loumés vers l'exportation : dans le sccteur de la

-

volaillc cn paniculier, dcs chaînes de production sont enlièrenlenl dédiées à I'exportatiorl vers des pâys musulmaDs, de sorle qu'il existe un début de hlièrc lulal loumée vers I'extéricur' Ceci est particulièreDcnt vrai pour la Nouvelle-Zélande : 80 % dcs chaînes d'abattage spécialiséès sur l'expoflation y;craicûl exclusivemenl ,ita1a1re ; s'agissânt dc cenains opélalcurs: I'iùponance du marché musulnan a suscité I'apparitior, d'industricls lola1, sLrrlout dans le sccleur dc produits tmnslonnés (charculeries, plats cuisinés), de grossistes et de distributcurs.

r3

Sources . SlrrJrcrr dc la boucbcne. Jirc.lions d(panerrrcrrule' Jcs sùrvrrL" velénnJircs

'"Vou Lrdeveloppcnrcnr,corsJ.rcs-.<pJyjcrdnrc\c lnspecrion Générrlcdc l

7

Inspccl,o Cénéralc dc I Agriculrurc Conscil Côni.ùl vélérin!ire

^dnrininrrron

16


Rappartd eûquête surle chanp du halal/ Un chanp

pottew

dmique et

sur le

ptan écononique

Enlinr la demande se porte prioritairement sur les quartiers avant et les abats. Ce sont en effet ces morceaux qui sont les plus utilisés dans les cuisines maghrébine et orientale traditionnelles (viande bouillie, marinée, mijotée). Elle privilégie par ailieurs les prix bas20.

Un enjeu majeur pour les filières ( viande )) et

1.3

<(

âgro alimentaire

françaises

1,3.1

Les uusulmans de France qssurent des.tëbouchés producteu$ fia çois

it pottd

ts,

)

patfois vitqux, aux

Avec 480 000 tec sur une consommation totale de 5,5 M tec, la consommation de viaûde par les musuimans représente près dc 10 o% de la consommation de viande en Frânca. Les musulmans consomnant en général plus de viande et ne consommant pas de porc, la part de la consommâtion musulû1ane pour certaines espèces est nettement supérieure : l3 % dé la consommaliohde volailles er 04 oo dc la consommariorl.d orins et caprins.

'

." .

s

,,

.rr

.\

,.-t

r

'r Cottsonnattott de viande !.our la noyctttte Je la lonulurion et Dout les seuls nusulnlo s de France pourlâ populatior globâle

I

)opu dr ôn

hna Ée en Frciôê 0iâb

l

638 00t

mt

1 445

!0!

5 555

DOD

27

n%

121 123 169 572

24

5% 26% 1!0%

25

193 t96

40

484 49D

lnn

25% 35%

7%

64% 13%

t!0%

9%

E

.0i50 pâ' n!)dmens Lrè./âi)

les chillrcs rles colonnc' e etf sont (tes (to nëe!, issuer ltu tuppat1 2A04 dc 9g!4!!ir!u4!!t!!riÛù@ I OFIYAL sw Ie narch! des ptcduits (tes

pattu

lission

pau.ht cota nef

cutiùs et avù:oles pour ta cato ne u,

é ktes et tënaigndges recueili, fanr tes eriticiées du$ te,

Taus les auttes chilj.es en.tëcoutetlt, à puûit.ttes

La consommation de volailles et surtout d'ovins par les musulmans représente donc un enjeu commercial majeur pour les diflérents interyenants spécialisés de la chaîne de distribution (grossistes).

']o

Voir rotarnment UBEVIAM [1994].

Ce consrar s'esr coDfirmé au g.é des déplacemcùts de Ia mission et de ses

contacts avec des délaillanls rnspccuon Cénéralc dc

l'Adrnrnistraiion Inspcction

Cénérdte de I

Asriculrurc

ConscitCénérâlvérérinairc

I'7


Rappoft d'e quête sur te chanry du hatat/ Un chanp (tynenique

et

pohew,ur

le pt6nëconomique

Pour lagrande distribution, qui assure en France l'essentier des ventes de viande fraîche2r, il s'agit d'un enjeu naissant mais potentiellement très porteur, pouvant pemettre de conjurer la baisse constante de la consonmation de viande des Français (15 %'en 5 ans, en raiion des crises sanitaires récentes et du discours diététique ambiant). Bien que la majorité des

musulmans fréquentent les boucheries de quartier et non les rayons < boucherie > dcs grandes surfaces, ceiaines enseignes souhaitent contribuer à nodifier ces compone[ents et réfléchissent à une présentation plus abondante et plus attractive de produits àali/.

produclion française s en lec/an

bovins ovins el caprins

l=dlS er,

Ya

en

a/o

1 810 û00

I

volailles toutes viandes

conso musulmane / p.oduction française

J

135 000

K

1 992 qqt)

L

6 301 0û0

100/,,

100%

8a/"

Ier chifles de la cototurc s so t des dan ées, issues du rappotî 2AAt de 9!!!!!!j!!t-r!lr!!!!!-dLt@k!!: I'OFIVAL uo. le ùd.ché les prcduils cahrcs et aûcote'. T06 les autres chilfres e .técouteût, à puftir rtes

Jonwles e:plicitéet dtlns let paûies gtisces

i-

La consommatioù des musulmans de France représente

126 Vo d,e la production ovine et caprine française, c'est-à-dir.e que l,eûsemble de Ia production ovine et caprile [ationâle ne suffit pâs, Ioin s,en fâut, à satisfaire Ia demande musulmane dans notre pays.

La balalce comncrciale de la France est déficitaire s'agissânt de la viande ovine, avec un taux de dépendance de près de sjyo. La paû de la Frarce dans les importations européennes en provenance des pays tiers (Océanie, Europe centrale et orientale, Anrérique du Sud) est passée de 4 % en 1990 à 16o en 2001. Une grande paft de ses importatiorrs provient aussi de pays de I'UE, p ncjpalene[t d'lriande et du RoyaumcUni.

ii-

La situatioù est différente s'agissant du secteur < volailles >. La France y €st el1 effet excédentaire (taux d'auto approvisionnement proche de 140 %) et consefr'e des parts de narché à I'expofiation (Proche-Orieut, lran) grâce à des prix très tendus, pour tàire lace à ia concurence des pays d'Anérique du Sud et notamment du Brésil. pour ces laisons,

la

consommation des musulmâns

de France, qui représente 13 o/o d,e l^

1r

Sclon une étuae réalisée par CSA pour I OFIVAL, les boucheries râdnioûreltes resrenr fréqucnrées par 48 % des personDes interogées nlais 82 % déclarcDt réatiser ta majorjté de leurs âchals en srandes et ùrovcDnes

.urldce,,CMSr ù0.

,

dec achereur"

s, Lr.sei.r

cdourr<

prr ) envie du momenr ou les promorions en mrsmr..

ce

qui met cn évidence le rôle dérerniiaDt dc l'allracliviré du rayoù.

lnspcclror oanéralc dc I Adrnhislrlrion Inspccrion cùnaràtc dc l AgricuLrurc- Consc Cénérat

Vétéri.aûe

l8


Rappott d enquôte sur le cha V du hatat

/

Un champ (tylanique et porteur sut le pten éco anique

consommation nationale, n'absorbe que l0 volailles.

yo de la production nationale

de

iii- Enfin,

les musulmans de France apparaissent d'un faible poids économique s,agissant des bovins, leurs habitudes de consomnation ne les porlant pas princiialement vers cetle viande. Pour autant, Ieurs achats peuvena, ponctuell;ment, représenter des débouchés importants pour une filière qui traverse une crise majeure.

Le taux d'auto approvisionnenent fiançais en matière de viande bovine est de I l0 u/o. La France demeure donc excédentaire, mais dans une faible proporlion. L,Union européenne, qui a occupé la place de premier exportateur mondial de viande bovine en 1993, connaît

depuis 2004 une production inférieure à sa consommation. La contdbution de la France âux exportations vers les pays tiers est deveûue marginale22 alors que I'Allemagne est devenue le premier exportateur européen.

1.3.2

Les ve tes

aux,rusult a s du reste du îtotule so tplus nodestes

La quantilicatiorl des ventes lrançaises aux musulmans réparlis dans le reste du mondl] est

malaisée. La missioù a retenu deux méthodes statistiques : - 14 première retient l'intégralité des flux vers les pays comptaût officiellement au moins 50 oZ de musulmans : -_ la seconde pondère les exportations lrançaises vers tous les pays du monde par la proportion de musulmans qui y est olficiellemcnt déclarée. En 2004, les exporlations françaises de viandes à destination des pays hors UE comptant plus de 50 % de musuhnans (prenièr.e méthode) oùt atteint 200 millions d,euros. Celles de produits dérivés (produits aiimentaires comprenant de la viande, p.oduits laitiers, ceufs, médicaments, cosnrétiques), qui pourraient être concemés par I'extension du champ d'appiication du ,a1a1, ont atteint 1,6 milliard d'euros, dont 1,1 milliard de médicamenE.

La mên1e année, les exportations de viande à destination des conmunautés musulmanes de tous les pays du monde (seconde méthode) ont atteini 216 millioûs €, dont 52 millions vers les 24 pays de 1'UE'?r.

I-es deux méthodes statistiques pen'ùcttenl d'obtenir un chiffie comparabie, peu élevé: ces 200 miliions € pèseùt peu comparés à la consommatiorl intérieure de viande lala1. cstimée srrprc à2 milliards €.

Pour les oviùs, les expol'tâtioùs sont proches de zéro. pour les boyins,les exportations de viande issue d'u[ abattage /rdl/l/ ne représentent que 3,6 7o des exportâtions totales et I 7o de la production nationale.

r: Le positiorrnenenr de son prix nuérieu à uD ùiveau ùetren1enl mpérieur à celui dc ses principâux concurcnrs, qui a été pennis par la nationalisalioû de soù marché à la suile des crises saniraires et par la suppression des

'c\rrL ' Voir

ion). d pruts-e...\ errrerr r.r,du ,e. vrdnde. trJr\ "isc, feu conrpelrti\ c" sur les nr"r( hË" eÀrefleur,. ie trbleru corresôondàrt en .nn.re 5

rmpccrlon Céi ûalc dc l

;

rn

inis(rdrio.

tnspccrion Cjé.érdtc dc t Agricuhure

ConscitCénératVAérinarre

19


Rappot .l enquê|e sû le chanp du halal / Un chanp dynanique

et

paneù

sut le plan éconon que

Pour les volailles, le monde musulman représente un enjeu plus important: les exportations issues d'un ab^lt^ge halal représentent 27 7o des exportâtions totales et quelque l0 % de la production nationale.

1.3.3

Les pro.lucteu$ tircrû pa i de Ia co tplëûrcntsrité existant e lre , archë halol et ûûrché classique, ce qui etplique q e la prcductio halal dépasse Ia conso,ttuation

halal En France,50 7o des abattoirs multi espèces déclarent abattre selol le rite2a. L'analyse du phénomène requiert une distilction selon les espèces.

i-

volaille déclarent abatt.e pour paflie au moins de leur production selon le rite. Le poids de l'export dans la filière volailles, cornbiné à celui de la consommatiorl musulmane intérieure, font que les product€urs orlt développé des chaînes dédiées (^battage halal et distribution /,a/d4. Ainsi, il est 16 % des abattoirs spécialisés sur la

fort

probable qu'une grande partie dcs abattoirs volaillers produisant lala/

conespondent à des chaines dédiees. Ce chiffre est sûrement minoré. En fait, beaucoup d'abâtteurs de volailles se scntent dispensés de recourir au système d'habilitation de leur sacrificateur, celui-ci n'éiant obiigatoire, selor uùe lecture restrictive des textes, qu'en cas de mise à mort noû précédée d'un étourdisseûenl. Or, s'agissarlt des volailles, la plupart des musulmans admettent l'électronatcose pre mortet tépùlêe réversible, de sofie qu'âucune déclaration Di aucun agrâneni ne peuvent sembler requis. Pour cetle raison, la mission a estinré la part d'abîltnge halal, pour les volailles, à 20 7o, la consommation des musulnlans de France représentanl loyo de la production rlationale tout comme les expodations.

,

ii-

S'agissant des 9ai19, lc poids de la consommation musulmane intérieure (64yo de la consommation nationale, 126 de production nationale), combiné aux coùplémentarités existanl entre les consomûlalions musulmane et noù ûusulmare (la prenière porlant sur les avâDts et les abats, la seconde de préléreûce sur les quafliers anière), ont conduit les producteurs à abattre très nlajoritairement halal pov rcndre ensuite aux musulmans colnDle aux non lnusulmans. 80 7o des abattoirs français

%

la

spécialisés sur I'ovir déclarent abattre halol. Ce système complémentaire (^batt^ge halal, distribution mixte) est une condition de suwie de producleurs conlrontés à d'ilnpofiantes difficultés écoùoiliques.

dcs consommations est aussi à I'ceuvre pour c. qui concerne les bovins. Mais le moindre poids de la consonmatiotl musulmaùe (7 o/o de la conson1ûatioû française, 7 % de la productiol) ainsi que les contraintes de l'abattage ûtuel (ralentissement net des cadences, malériels coûteux) n'ont pas conduit les abatteurs à systénatiser I'aball'ge halal, colnnle pout les ovins. Ils oùt plutôt instauré un système de chaînes de production alternées I'abattage est majoritairement lraditionnel, mais I'orientation des matériels et la possession de carles de sacrificalcurs pcmettent de procéder, en lanl que de besoiù, à un abattage rituel. La mission â estimé Iâ proportion d'abattage /rald/ des bovins à 20 o/u : selon la

iii- La logique de complémcntarité

:

)a

Source i DGAL et exploitatioû de la nlissioo.

lispcdion Céiétu1. dc I Ad,ninisrfurion lisp.dion Cénéûlc dc l Agricuhure Conscil Cénér!l VétérinJire

20


Rappot d

enquête sw te champ du halal

/

Un champ

dyna ique et pottew sur

le plan écoromique

logique de complémentarité, pour vendre I kg de viande halat (abats et une paflie des faut abattre 3 kg. Dans la mesure où la consommation cles musulmans de France représente 7 70 de lâ production nationale de bovins, l,abattage halal deyruit atteindre 20 % de l'abattage total.

quartiers avaût),

il

En conclusion, Ia production halol en Fral,ce pourrait être estimée entre g00 et

900 000 tonnes équivalent carcasse,

Production totale

Produchon nationale {en rec / àn

Production /,a/d/ (en lec OFIVAL et eryloikttio

et

production halal en Fla ce I

pa.la

I 992 000

810 000

3 937 000

issio

Diminuée des exportations /,a/dl, la production /rdla/ (enyiron 650 000 tec) dépassc donc largement la consommation lûldl (estimée sapra à 336 000 tec), d'environ 300 000 tec, soit 5,6 yo de la consommation totâle de viande en France ou 6 yo de Iâ consommation de viande par les non musulmans. Ces chiffres seraient supérieurs si ies importations ialal irnpossibles d quantifier aujourd'hui. éraienl prises en comple.

I

Aulrement dil, en rythme de croisière (c'est-à-dire en dehors de que la mission a volontairement exclue de son champ d'étude),

il

adressée et les complémentarités existantes entre circuits classique assurent une grande fluidité des approvisionnements.

pérlode de I'Aid el Kebir n'existe pas d'insuffisance 1à

de distribution /rala/

et

Les DDSV de Basse et Haute-Normandie ont récenûent, de leur propre initiative, conduit une enquête pour déterminer la propoiion de viandes abattues selon un rituel religieux et entrant dans des circuits de consonmation non religieux. Son bilan fait ressortir qu'une part non négligeable de la viande abattue rituellernent est vendue dans le circuit classique, sam nention particulière. Cette part varie de 0 à 60 70 selon les abattoirs pour la production l,d/a/ el elle esr supérieure â 70 oo pour ld producrion carhcr". Pour les ovins comme pour les bovins, le ûarché de la viande lalal constitue par ailleurs un marché de dégagement : ce qui n'est pas vendu sur Le marche classrque est réorienté vcrs lcs circuits iala/. Dès lors, au plan régional, les périodes de pénurie de viande eûtraînent une baisse de la qualité dc ).a viande halal; à I'inverse, en période d'abondance, les bêtes qui sont orientées vers le citcurt halal sont des invendus de bonne qualité ou des carcasses non coûformes aux cahiers des charges des producteurs. Dans c€ demier cas, le marché de la viaide h(rlal penlet à certains éleveurs d'obtenir de meilleu$ prix sur des carcasses qil ne corrcspondraient pas aux nomtes du circuit industriel (Bergeaud-Blackler [2001]).

ri

Cette proportion inrportanre a deux origines: <.tiutë pat1. e1l nte e, seuleùlenr une catcatse tut ttois ues telon le ituel calihù est rctenue po le sacnlcataû et .l nrc puû seules les panias awnt les cutNosses retenucs sort co so i ë.s e caslrct., (DDSV du Calvados, cou.ricr à la DGAL. 25 juillet 2005).

aba

r"pc.ro Ciic,JfdùlAd,,., arr',o--lnsÆ-r,onùc"cdrcdcr'A!,,.u\urc-aonc Le-c.JI\crcr,n-'c

2l


Rappol d'eryuête sw le chanp du halal / Un chanp dtruftique

Inspeclion CéDéralc dc

l'Adûinistralion

lnspecrion Cené€lc dc l Agnculrurc

-

et

porteur

sur le plan ëconomique

Conscrl Cinirdl Vilcnnarrc

22


Rappon d etquérc sur Ie chûnp du halal

/

Un chanp non encor. srructurë

UN CFAMP NoN- ENcoRE srRUcruRE

2,1

Des cadres réglementaires souvent elliptiques

2,1,1

Les textes inlentatio .tnx qui cot ie,t eût des élénents de délinilion de I'obstlage rituel n'ont pas de coraclère obligatoire

2.1.1.1. Les directives r1l Codex alimentarius'd

Au niveau intemational, des tentatives d'encadrement de I'utilisation du terme sont faitjour.

<,/rd1d1)) se

Dans le cadre de l'Organisation des Nations-Unics pour l'Alimenlation et I'A8ricullure (FAO) et de l'Organisation Mondiale de la Santé, la Commission du Codex Alineutanus'' a adoptÉ en 1979 puis révisé en

l99l

des directives générales concemant les allégations28.

lcnle ( allégatio > s'a ted lë tot|c ne,tio,l qui al/iû'e, v88ètc ou itttPtique qu utë denrée potsènc les cûrcLtctitthuet puticuliùrcs liles à san oigi c, ses Prcpriltës nûi|i'es, sa Mtwc, lu prod ctiott, sa ha,tsfot, dtion, sa coùtposiùo or hûe uu!ft rtualitA , ldirective 2] < Le

i

leftliles >, cclles <4al peuve,û i duire e erreur ù et cclles qui ksott! aulorisées sous rése,ne des condilions nentiollnëes >. Parfii ces demières figure l'allégation ,ûa1al : Ces directives énunèrent les llpes d'allégalions q:l.i <<devruie,t êlre

Iaû I objct I'uite P pattltion rcligieutc ou tilue e (/" eM Ple lhldl Cashat), à condùio| qua I atiùtcttt soit col{onùe au:t pt?sct iptions des autoilô! rcligieuset ou rituc es co'rpllcrler,. [directive 5 a) (iv)]. < On peut

it

iquet qu

ul atnrcù

u

D'autres direclives généralcs orlt été adoptées par lâ même Comnlission en 1997 pour D"' << I'ulilisalio du te,'nle Hohl et etprcssiotts étftivalenles da s les nentio s d'éliquetuge

Elles définissent I'alifie halal colnmc (tout aliment autorisé par la Loi islamiquc >, prohibert tout conlâct gntre alinents /tala/ et ùoù rala/, contiennent uûe listc non limilative d'alinents interdits et prescrivent des conditions d'abattâge I < la pcbo,Drc chit gA! dc

l

tbauagc

liùûùul

ù

I abattugc ttoit

êh c

u tttttsult't lui l'csptil

ei cotnais:ta

tbie lct ùûltodet

lc I Islaù : abù!rc doit

ê1'c

autoisl p.lt kt Loi isla,,tiquc :

t'a nùul rloit êhe r^, nt au rëpu|é t'iwnt au toùknt de I hbaltagc ; I i vocutio Ri!,ri dt (au no t d Alhtlt tloi! ôttc Pro,o cte i tëdiat!ùeùt lt'utù litbq

I

instnun! t

utili5é

loit êttr rllttch.t

et

loit rcstct enfo cë.laùs I un

l

aAc de chaque

petkl(t|t I abûo(gë ;

dorl il est fail enlion sonl reproduiles elr annexe 6 r? La conlrrission. orgânc lnjxte de l.r I'AO el de I'OMS, esl conposée de 171 Elals ûembres et de la CoIn unaulé européelne. Dcpuis 19(>1, clle reconmandc des ltorme$ de sÉcuriré sanitailc er dc qualilé des alim€nrs acceplées à l'écl)elle inr€maliorulc, ainsi que dcs dircclives pour lcs impo{ations èt les exponaliotrs ':t Les directives

}

Dirccrives générales Codcx corcenÊnt lcs allégalions, CAC/Cl. l-1979 (Rév l-1991)' voir ânÛère 6Directives gér)éralcs pour l utilisâtior) du lcrtrc ( hulul,, CACICL24'1997, voir ar)nexc 6

23 lnspeclion Généralcdc

l'Adnri strûlion

lnspcction Gûréalc dc I Asricu hure

-

Conscil Cénérul v érérnaire


Rappot d'enquête sur Ie chat p du hatut / Un champ non encore structurë

-

l,hbn

u*

dot!

.ùôi5 .t à couptt , Idtrccttre t.2l

ta rc4tan du Lou

tù ttachée, t esophage et te! ptincipate, attèrcs ct wurcs lituëes dans

La Malaisie, soutenue par l,Australie et la Nouvelle_Zélande, aurait eu un rôle prépondérant dans la rédaction de ces directiveslo., Elle. prépare d'ailleuri des p.".".iption, encore plus précises sur Ia référence /ialal dans le but d'en faire ule nomre ISO. Ces directives laissent ouve(e la possibilité de pratiquer un étourdjssement préalabletncnt à l'abattage, en nc laisant réference qu'aù ( caractère;iwnt ou réputé vivanr >ls de l,animal au moment de l'abatlage, sans autre précision. Elles relèvent néanmoins d,une lecture stricre du

droit canon musulman lorsqu'elles interdisent les additifs alimentaires obtenus à parlir

d'animaux ou de boissolt prohibés.

ll

est à noter que ces directives ne permetteût pas de considérer les alimcnts /,a/a/ de meilleure qualité que les autres : <.l,a

ùe,tior Hald edoit

pas êûc utitisée

d'arcfuça rclteque e poumit [...] (to net à enten(t,.e rlue tes i, iontt (tu" dt,ut,.es ati,,o,t, ,

aliùenis Hdlal o t une wtcut nuit itionrette supétieurc ou sont rtei eir: pou, ldirective 4.21.

D'autres directives plus génâ.ales, relatives à I'hygiène alimentaire, pouûaienl êt.e citécs car elles ont un lien iùdirect avec l'élaboration d,altments halel.

2.L1.2.

Les liglrcs directrices de

I'organisatio inter ationale

cles

épizooties (OIE)

L'OIE a adopté en nlai 2005 les ( ligûes directrices du Code

)

teûest.e applicables à l'abattage dcs animaux desainés à lâ consonùlation humaine. Elles prennent en compte les exigences reiigieuses cn abordant le problènte du poi t de vuc de la protecrion aûimaie. Les systèmes de contention du |ype tesrrai|t') sont conscillés lorsqu.il n'y a pas d'éto'rdisse'rent, les conditions de saignée sous électronarcose réversible sont détaillées ainsi que les nréthodes de saignée sans étourdisseûent applicâbles à I'abâttage rituel. Les texies de ia Commission du Cadex alit e turius ou de l,OlE, s'ils reflètent un consensus au niveau intemational, û'ont âucune valeur obligatoire poirr les États. lls viseni avaût toul à la dilfusioll de botnes pratiques. Ils peuvent néanmojns avoir un rôle dâns I'appréciatioû drl conlentieux public en matière de commerce intemational. Ils sont aussi une inviiition pour les Etats à adapter ieur droil national.

2,1,2

i

Les textes et.ropëefis, sttus tendrc par I'objectif tle prctectiot, a tale, se bonrcnt à prévoir des iétogatio s alroit cotu tun en cas d'abattdge ritnel

a

Un souci de protcctioù du coûsonùtateur et des arimaux régit les lextes européens rclatils aux conditions d'abaftage et d'élaboration des aliments.

ru

Selon lcs représentanrs de l.r Malaisie, rencontrés au salon dc

2005. lun rr Il s'agit d un

systèrne soulcnanl

l .|meùtatio'erhnique qui s,en lenu à par;s en

l aninal par ses ltâncs et le faisant mécâDiquemenr progresser vers le

rnspccriorcanéralcdcl'Adilinisr,ation.tnspec|orcénérâlcdclAgriculru,c-Consc|CéniratVérénn!irc

24


Rappott d enquête

2.L2.l. La Convention sul la protection

des

sù lechanp.tu

dûi

hatat

/

Un chanp non encore sitltcturé

ata d'abaftage du Conseil de I'Europei2

Le Conseil de I'Europe a publié, le i0 mai 1979, une conventiorl sur la protection des animaux d'abattage. Cette convention est entrée en application le juin 19g2, après que quatre ratificatiols furont inteûenues. La France, qui I'a signée le l0 mai 1979, n; I,a;as ratifiée à cejour, de sorte que la convention n'y a pas d,effet obligatoire.

ll

L'afticle 12 de la convention prévoit que ( Ies aninnux doivent éû.e iùmrcbitisét il nédiatenent avant lew abana4e si ceh t avère nécettai,e et, sauf erceptions pftwes à r'articre /7, ëtoutdis.,elo res prccëdés

L'a icle

13 précise que <<.taitt te cas.t abauage,.ituet, Iit,tobitisatio (tes animaÆ.te t,espèce bovine dbatase uvec un prccëdé necatùtue lva t pout but d é\,itet toutet datteun, soulltLnces et ercitations ai si 4ue toutes blessures ou contusiotts au\ .ulinato; est obtigatoirc. ,>

arut

Son articie 17 autorise chaque partie coûtractante à prévoir des dérogations aux dispositions relatives à l'étourdissement préalable, notanlùent pour les ( ard uaget seratt ltes ',tes rcrigietLx )r, à condition que, daûs le cadre de ces dérogatioûs, <toute douteut ou sot{fi atrce évitabte saù épargtùe

Enfin, son article 19 exige de chaque partie contractante qu'elle s'assure <<de t habithdtion.te, ot) e\e,rc déti,re pas elernêDrc tes rrurotisationl;

saciJicateurt pat des aryûnis es rcligieux dans ra itrcsurc

La convention de 1979, ni aucun autre texte du Conseil de I'Europe, ne définit les abattages rituels. Ces derniers ne sont envisagés qu,en tant qu'ils dérogent à une

obligatior de pré-étourdissement, elle-même dictée par le souci de la protection du bienêtre animal.

2.1.2.2. Les directives

et

règle rcnts contlùlûutaires

La production et la distribution des produits agroalimentaires ont fait l,objet de nombreuses règl€s communautaires au nom de deux objectils : - un objectil d'amélioratioù des conditions de concurrence au sein du narché commuû der enu par la suite rnarclté unique : - un objectif de préventioD contre les risqucs sanitaires révélés par des crises de grande ampleur (encéphalopathie spongifonne bovine et fièvre aphteuse).

La directive 93/119/CE du Conseil du 22 décembre 1993r1 sur la protection des animaux au moment de leur abattage ou de leur mise à moft procède dc la même approche que la coDvention du Conseil de l'Europe précitée.

Elle instaure aiùsi une obligatioD d'étourdissement préâlablement à I'abattage lout aménagearl quatre dérogations, dont celle liée à l'âbattage rituel Iarticle 5c) et aûnexe C]. Elle rend f immobilisatior des bovins obligatoire en cas d'abaltage rituel Ianûexe B, point

't

cs e\trd.lc dr lexrc dp ce e Lollr<nlio liEùrer.l e.t Jnt ere Vo r dr'\ eÀlrriG oe Lefie d.recrr\c ell Jrure^e û.

Inspcction Cénéralc dc I

er1

l].

6

Adrùintstrrtio. lnspecrionCénéralcdcIAgriculrurc

Consctl Cénérâ I vAérinu c

)5


Rappott d,enquôtc sur te chaùp.lu halat

/

Un chanp

no

encore structurë

Elle précise, pour tout abattage, lcs techniques et conditions d,étourdissemcnt autorisées lannexe C paragraphe ll] ainsi que lc modc dc saignée requis [annexe D, point 2 .. << i cilion

.l'au nrci$ unc les deux artèrc:i carctidct ou les vaitseuw dont

e e elt isrue. tf.

Le Règlemelt (CE) 853/2004 du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004ra fixant des règles spécifiques d'hygiène applicables aux denrées alimentaires d'originc animale, dil ( paquet hygiène D et applicable au l"'janvier 2006, prescrit, pour les ongulés domcstiques, que < Ia hIrchée et I'alaphage doivant rcstet ittacts tots de Ia tuignée, sauf s it \'agit I ,u .1btùrge relo u tile t etiats!.r ) (annexe 3 /section I /chapitre IV / point 7a)115. D'autres textes communautaires ont un lien avcc la production de triande halal, sans contgnir pour autant dc référence cxplicite à l'abattage rituel, à I'image de la directive 64/433/CE dt) Conseil du 26 juilL 1964 relativc à des problèmes sanitaires en matière d'échanges intracommunautaires de viardes fraîches, qui fixe, cntre autrcs, cerlaines conditions d'agréDent des abattoirs et d'estampjllage des carcasses.

Les textes communautaires, comme ceux du Conseil de I'Europe, ne définissent pas I'abattage rituel. Ce dernier est seulement I'objet de deux dérogations: la première au pré-étourdissement olrligatoire ; la seconde à la non incision de Ia trâchée ct dc I'esophage au moment de I'abattage.

2.1.3 E

France les textes

e

ptëcisent pas

la

otio d'abattage tuel

Les revendications pour la prise cn compte de l'abatlage rituel israélite (la shechta) remontent au XlXe sièclc. Les pays du Nord de I'Europe, qui sont les premiers à avoir imposé un étourdissenlent p/e nprtent dcs animaux, soni aussi lcs premiers à avoir explicitencnt admis ou refusé une dérogation pour les bcsoirs de la communauté juive: les Pays-Bas (1920) et le Royaume-Uni (1933) I'oû1 âdmisc, quand la Norvège (1930), la Suède (1938) et Ia Suisse (1893) I'ont refusée. Ailleurs, la siec,Àita n'â pas posé de problème particulier tant que l'étourdisscrrertpt. nlottet des al'inTaux n'était pas requis, saufdans l'Alleinâgnc lazie (1936), I'ltalic lasciste (1938) puis dans les pays occupés au cours de la seconde guerrc mondiaie (Bergeaud-Blackler [2004a]).

En France, ce n'est que lc 16 avril 1964 que lc décret n'64-334 relatif à la protection de certâirs animaux domestiques et aux condilions d'abattage a évoqué, pour la prcmière lois, l'aballage ritucl en posant les contours du cadre réglementaire actuel. Lâ réglementatioû s'appliquant à la viarde ,.rk1découle dc celle qui eûcâdrc l'abaltagc ritucl des animaux de boucherie ct de volaillc. Cette réglementation est guidée par deux princrpcs I la prolection aninale dcpuis la loi n" 76-629 du l0 juillet 1976 eT la protcction du corisonnrlaleur dcpuis le décret ùo'l1-236 dû2l juillet l97l. La transposition dcs directivcs communaulaires, notamn1ent de celle dc 1993 cilêe supra3b, a conforlé cctte doublc approche.

'

Vorr Jcc erur.ri dc ce rctslcnrJr)r en -rrrLrc û Celtc seconde dérogation ne coucerne que les ongulés donÉstiques, c'esl-à-dire notarmrent les bovins, Ics ovins et les caprnN. Illle ne s applique ni rux volailles ni aux laSo'norphes (lapnE er lièvres). 16 Noonuncnt par lc décret n'9?-901 du l"'octobre 1997 relâtifà la protedion des anirnaux au moment de leur aballa8e ou dc leur nisc à n)o et I'a[êré du 12 déccnùre 1997 relatif aux procédés d'inEobilisa(ion, d étourdissenrent ct de mise à nlort des aoilÙaux cl aux conditions dc proteclion aniln le dans les uballoirs.

"

rnspccr,on (janérulc dc

l Adnrinisrriu,o lnspcctro

Oénéfulc dc

l Agacùllurù - Conseil Cénéral

velérinlrc

26


Rapporr d'enquête sur lechanp.tu hatat

/

Un chanp non encorc st,ucturè

L'a,ticle R.214-69 du code rurall? impose ainsi l,immobilisation de tous les antmaux avant

abattage. L'article R.214-70 fixe le principe d,un pré-étourdissement, tout en aménageant une dérogation s'agissant notamment de I'abattage rituel :

( L'étoutdisse rcii dd aiti,,taw

esr obtigntoirc avant I'abatkqe

l" Abauage ûtuel ; 2" Mise à notl.du gibiet d,élc\arye lotsque te prccédé

not im

3" Mise à

lë.1iate

I,

ou

utihé, qui doit

ê1,.e

:

noù d'extt êne ursetlce. , [articte

R.2

r

4

70

.t|

co(te rurut]ri

ise

à no , à |erception des

cas

prëatabte rcnt autot ë, enû.oîtrc ta

.

L'article R.214 74.end obligatoire, avant l,abattage rituel, I'immobilisation par un procédé ûécanique des animaux des espèces bovrne, ovine el câprine. L.anête du 12 décembie 1997 prescrit des p|océdés d'imrnobilisatiour". Enfin, l.arlicle R.215_g du code rural punit de l'amende prévue pour les contraventions de la 4" classe le recours à des procédés d'irnmobilisation et d'étourdissement non autorisés par arrêté ainsi que le fait de ne pas immobiliser les animaux préalablement et pendant l,abattage dtuel.

Le dispositif frallçais organise une habilitation des sacrificateurs rituels par des organismes religieux, eux,nrêmes agréés par le ministère chargé de l,âgriculture iur propoJition du ministre de l'intérieur (anicle R.214-75 du code rural). Trois organismes religieux onl été agréés s'agissant du Iite raldl : * i'anêté du 15 décembre 1994 aglée la Grande Mosquée de paris en vue de l'habilitation des sacrificateurs dtuels ; * I'arrêté du 27 jarryiet 1996 étend l,agrément à la Grande Mosquée de Lyon et à Ia Mosquée d'Évryao.

L'ârticle R.215-8 déjà cité punit de l'amende prévue pour les coutraveDtions de la 4e classe le fait d'effectuer d'un abâttage rituel sans y avoir été habilité et de I'amende prévue pour les conlraventions de la 3e classe le fait, pour un sacrjficateur, de ne pas êtr; en mesure de justilier de son hâbilitatio11. Cette habilitation obligatoire est une repiise des exigences de I'article 19 de la convention européenne sur la protection des animaux d'abattage du 10 mâi 1979. Elle existe daùs certains pays européels, con'rme la Belgique ou le Danemark.

À l'ilstar

des directives et règiements conmunautaires, les textes lrançais n,appréhendent l'abattâge rituel que comme une dérogation aux conditions géDérales d'abattage. L,animal D'est pas soumis à l'obligation d'étourdissemeùt avant sa mise à nlort mais il doit en revanche être immobilisé mécaniquement (saufpour les volailles) par des procédés conformes. La mise '-

I

s

dr.L.e. dL code rLIdl. iri,.r-rpr<,

rcprodJ

c er,

iIMe\c

û

'" Les arlicles R.2I4 (J9 et R 214 70 lorr 'onr rssus du décret no 97-903 du l.' octobre 1997 relatifà Ia proteclion .les IunrdLrx rno ,Éi)r de I, ur Jbd are oJ J, lcLr nr.se à morr. "J " Ct a,r,r*. o Vor aussi lJ hsre nir J jour des narériels recomrus coDfonDes pour t.immobilisaiio et félourdissemcDt et les fabricanls concernés (lethe - ordre dc service de la DCAL, minisrère de I'agricutture, ll février 2004, d'applicalion de I'arê1é du l2 décembre 1997). a0 Pour I abatage seloD le rire .drr?/, c est Ia conurission rabb ique mterconrnunaulaire de i.abaltage rituel qui a été âgréée par arrêté du

I"'juillel i982.

rnspccnoncanérulcdclAdrnininrarion trspccrionGénératedctAgricutrurc-ConseitCt.é.atVétérinatre

27


Rappod d,enquête sur Iechampdu hatal/

à

nort doit êtrc effectuée uniquement dâns un abattoir

U

chanp non encore structuré

et par un sacrilicatcur habilité par un

organisme religieux.

En aucun cas la réglementation françaire ne désigne les spécificités du produit ou les spécilications techniques de I'abattage rituel (orientatiotr vers la Mecque, prière, couteau, prolil de l'opérateur...). Seul le règlement (CE) 853/2004 précité, applicable à panir du le'janvier 2006, introduit un premier élément de définition de l,abattag; ritucl, en admettant quc I'æsophage et la trachée puissent ne pas resler intacts au moment de i'abattage rituel.

Ce faisant, la réglemeDtation française cst assez proche des dispositifs prévalant en Allemagne, en Belgique, en Espagne, en ltalie, en Irlande, au Luxembourg, aux Pays-Bas, au Portugal et au Royaume-Uni (pour ce dernier pays, voir le compt€-rendu du déplacement qu'y a eflectuée la mission en annexe 7). D'autres États n'ont pas souhailé accorder une dérogation à l'étourdissement prc ,lolrerr pour les besoins de l'abattage rituel. La Suède, la Grèce, six provinces autrichiennes et, en dehors de I'Union européenne, la Norvège et la Suisse dont dans cette situation (Bergeaud-Blackler [2004]). Pour garantir la libené religieuse malgré cette inlerdiclion, la Suède subventioùne I'impo(ation de viande ,a/.1en provenance du Danemark.

2,2

Le libre jeu des acteurs

2.2.1

Des abalteu$ ptaliquent I'abattage

ituel

sdt$ le déclare\

e

toute légalité

Cenains abattcu$ retienncnt une interprétatiou minimaliste des textes en vigueur : seule la dispense d'étourdissencùt préalable (par électronarcose le plus souvent) caractériserait I'abattage ritucl et rendrait nécessaire I'habilitation du sacrificateur par une mosquée aBréée. Pius précisément, ils soutiennent que leurs chaînes de production, qui respcctent lcs préconisations de I'abattage halal (égoryqmq.,l des aninaux vivants, châîne de production oricntée vers La Mecque, salarié musulman) tout en incluant une étourdisscment avan( saignée, s'inscrivent dans le droit conrmun de I'abattage et ne relèvent donc pas de l'exception prévue à I'anicle R.214-70 pour I'abattage rituel.

Cette lecture est tout à fait légale. Elle s'inscrit dans la geièse des textes, présgntée supru: c'est bien en tant que dérogation à I'obligation d'étourdisscment pr? ùtoûeÙ qrc l'abatlage rituel a été introduit dans les droits occidentaux, notamnlont en Francc. Elle restera possible, pour ce qui concene les volailles, après I'entrée en vigueur du règlement (CE) 853/2004, la seconde dérogation propre à l'abattagc rituel qu'il iùtroduit, relative à la section de la trachée et dc I'cesophage au n]ol1rcnl de la saignée, ne concemant quc les ongulés donestiques. Cette approchc est du rcste celle dcs abatteurs de volailles, pour I'essentiel. En l'état actucl des lechniques d'abattage disponiblcs en Francc, seul 1'étourdissemenl préalable des volaillcs esl cn effet conl|uunémenl adnis ct praliqué, eû raison de sâ réversibilité.

Cette âpproche n'est pas sans soulever d€s difficultés. Le fait dc réserver le poste de sacrificateur à un musulnran, dans lc cadre d'unc chaîne dc production classiquc, pounait s'apparenler el) cffct â unc discrimination, réprinrée en droit du travail. De même, l'invocatioD Irspùcrion Cènérllcdc l Adnlinisrruron lnspcc!on Cé.crrlc dc l Agncultûrc Conscrl Ganérll

Vérénnairc

28


Rappoû d enquête

le chanp du ùatal

/

Un chanp

no

encore stt.ucturë

du nom de Dicu, par un musulman, au moment de la section du cou, est susceptible de heurter.

2.2.2

Les nûsquëes agÉées tet e t de dépasser leur rôle régle,rrentaire pour exister da t Ie chs tp dc la ce ilicdtiotr

2.2.2.1 Les ûsquëes agréées ne naîtrisent pas eûcore la .lésig ation de tous les sacrifcaleurs, ce qui co slihrc u e violation des texles L'article R-214-75 du code rural indique que <<l'abatage rituel ne peut être effeclué que par des sacrifcateu$ habilitës par les organisnes religieuî agréés, sur propositio du ni istre de l'ittérieur, par le nitlistrc chargë de I'agricuhure >. A cejour et depuis les arrêtés du 15 décembre 1994 et du 27 j,rin 1996,1es organismes religieux musulmans agréés sont au nonrbre de trois: la Grande Mosquée de Paris, la Grande Mosquée de Lyon et la Mosquée d'Evry.

Au

l''

mai 2005, 385 sacrificateurs oût été habilités sur ce ôndcmentar, dont 227 pat la l9 par la mosquéc de Lyon et 139 par la mosquée d'Evry. Les habilitatioùs sont en principe annuellcs et se concrétisent par la déiivrance d'une carte à un salarié de mosquée de Paris,

I'abattoir, moygûrant paiement par I'abatteur (entre 70 et 152 € seloD ies cas). 125 autres sacrificateurs bénéficient par ailleurs d'habilitations temporaires, pour l'Aiil El Kebir (23 pû la mosquéc de Paris, 4l par la mosquée de Lyon, 61 par celle d'Évry). Le chiffre d'affaires de Ia délivrance des cartes à ces 510 sacrificateurs peut ainsi être évalué à près de 56 600 € / an.

5l

sacrificateurs restelt habilités par le préfet de départemenl. Cette pratique, qui repose sur I'alinéa 3 du même article R.214-75 du code nral, apparaît surprenante, le pouvoir d'habilitation du préfet nc pouvant être exercé que <<si tcu orga isne religieut a été agréé >, ce qui n'est plus le cas depuis I'anêté du 15 déccmbre 1994. 9 sacrificateurs ont été désignés principalenelt par des corseils régionaux du culte musulman, sans référcnce précise à ung mosquée agréée. Enfir, une vingtaine de sâcrificateurs exercerait sans habilitationar.

2.2.2.2

la/br Mlio des sacrifcaleurs el entretie netû liel$ patfois ëtroits arec des structurcs àjînalités connerciales

Les nosquëes s'in\,eslissettl peu dat$ des

L'abaltage ritucl impliquc le respect de règles d'hygiènc, de sécurité des pcrsoûnels cl de protcctioû âninale conrnunes à tous types d'abattage. Lcur apprcntissage par les salâriés relève de la responsabilité de I'abattoir. De même, les formations nécessaires à la boluc contention des animaux en cas d'abscnce de pré-étourdissement doivent être dispcnsées par l'employeur.

Mais I'abattage rituel requicn d'aulres connaissances, rclâtivemcnt précises, qui ont lcur londclrlent dans le droit musuhnan : orientation vcrs lâ Mccque, nouvement inintenonrpu de section du cou, proùorlcé d'une priè[e, principalcment. Lcur appreDtissage devrait relever de 1a

respousabilité dcs mosquées agréécs. En pratique,

il

selr1ble que toutes ne s'acquittenl pJs

rr IIs som recensés dans uo fichier Mtiooal géré par la dir€ction générale de I'alimematior, en applicalion dc i'ârlicle R.214-75 du code rural. a: Voir nore de service DGAL ( déroulemcûl de la tè\e lcl'{|it et Kcbi, ù,2005. 29 lnspector Cénérxlcdc l Adnrinislrlrroù .hrspcctron Cirérllc dc l'Asricuhu.c - Conseil Côni:ral Vûérinlrc


Rappofl d enquête

lw

le chanp du halal

/

Un

cha p non e core ltructuré

de leurs obligations de la même façona3. Par exemple, les déplacements rx.ritL pour apprécier

le mode opératoire des nouveaux sacrificateurs n€ sont pas systématiques. Lorsqu,iis sont pratiqués, c'est plus au titre d'une activité de certification des produits sortant des abattoirs, par les personnels de structures distinctes mais liées aux mosquées (Association rituellc de la Grande Mosquée de Lyon [ARGML], Société française de contrôle de la v.tandc hahl [SFCVH], liéc à la rnosquée de Paris), qu'au titre de l'instruction des demandes d'habiliration de sacrificateurs formulées par les abattoirs.

2.2.3

Le uarchë de la ceûiJicalio est e,t

plei

développentent

certification, on entend la garantie donrée par un organisme qu'un produit revêt bicn le caftclùe halal, c'est-à-dire que les produits d'origiùe animale qui le composent proviennert bien de bêtes abattues rituellement et qu'ils n'ont pas été mélangés à des produits illicites (porc, alcool, etc.) ou sinplement mis en contact avec eux. La cenification peut porter sur des Par

produits d'aballoirs (carcasses, pièces de découpe) mais aussi des produits transformés (steaks hachés, charcutcries, plats cùisinés) ou dcs produits d'origine non animale (des$crts, cosmétiques, elc.). Pour pouvoir êtrc certifié, un produit doit donc bénéficier d'une bonne traçabilité. La certificatiorl se natérialise par des estanpilles, logos, mentions spéciales et autrgs ûodes d'étiquetage.

A I'heure actuelle, l'abattage réalisé par un salarié de I'abattoir habilité par I'une

des trois mosquées agréécs ne dollne lieu, dans le meilleur des cas, qu'à I'apposition d'un ou de plusieurs tampons ( viande halal )) sur les carcasses concernées (avec éventuellement le non'l du sacrificateur), au moment de la pesée et du contrôlc vétérinaire en fin de chaîne. Les tfaces laissées par ces taûpons son( souvent illisibles, nlême pour ur aÉbophone.

En cas de découpe de la carcasse, et à plus forte raison de transformation de la viandc, de telles nentions disparaissent. Le caractère ,a/a/ de la viande n'est donc plus visible. Le système en vigueur, reposant sur la régielnentation du seul abattage, était sûrenent adapté dans le cadre dc circuits de production et d€ distribution traditionnels, constitués par Lrne relation directe entre abattoirs de proxinité ct bouchers de quartier. Les consomn1alcurs laisaieDl âinsi confiânce à leur boucher, qui s'approvisionnait en carcasses estampillées. Ce modèlc, qui resle doninant dans certaines régions, rencontre certaincs limites dès lors quc les abattoirs s'éloignent des lieux de consommation, que les découpes en abattoir se généraliscit et que le nlarché, par le truchement dcs graûdes et n'royenncs surfaces notamûent, s'ouvre aux produits d'importation. Dans ces conditions, une perte de confiance dans le caractère,a/a/ des produits hnalcnrcnt consommés a pu se manifester. Elle a du reste élé aiineûtée, voire provoquée, pâr dc nouveaux entrants sur le lnarché du co[trôle et dc la celtillcation, à l'instar de I'association < À votre servicc ) (AVS) qui a construit sa notoriété en dél'loDçant les abus et tromperics des bouchcries,l,a/a/ de la région parisienne, en particulier de Scine-Saint-Detis.

'r À I'issue de leur cnquête dans ll âbarloirs ovirs français, M.-C. Bouch€r et C. Râbineau ont ainsi écrir : ( S,n dc:t tuctiJicateutt tctrconr'és lëcht,! t awit luit'i una Io telion dc lu part des dktotitéî tcligieulet. lutut d enrrt cut rit pu ttous en i%liquu lc co"tc u. > (Boucher ct Rabineau [2004]). 30 lnspcclrotr céDér.lc dc I Addr n isrrrlron nspccuon cénérrlc dc l hûrc . conscrl cénaral vétérinai.c I

^gncu


Rappot d'enquêtc tur te chatnp du hotal / Un chanp nan encore sb.ucturé

En réalité, la certilication des produits /la/a/ est devenue un eljeu économique inrpor(atrt. En France, elle est actuellement assurée par des organismes nombreux, de taille relativcmeut réduite, relevalt d'un statut associatif ou commercial: Association riluelle de la Grando Mosquée de Lyon (ARCML), AVS (associâtion), Altakwa (société), Association finisrérienne pour la culture arabo-islamique (AFCAI), Société française de contrôle de la viandc halâl (SFCVH, liée à la Grande Mosquée de Paris), Muslim Conseil Intemational (MCI, soc:iétô), etc. Le phénomène touche d'autres pays européens. Aux Pays-Bas, il existe ainsi plus de trente organismes de cerlificationaa. Bien souvent, I€s organismes de certilicatjon ont d'ailleurs une activité intcmalionale: AVS intcrvient ponctuellement en lrlande et Gr"ùicBretagne, la SFCVH a I'exclusivité de la certificalion, des viandes importées en Algéric. IFANCA, prcnier organisme de certification halal aux Etats-Uris, se toume vers le marché europécn et est par exemple présent en Bclgique.

Les âbatteurs et autres producteurs réagissent de façon variée à I'apparition de cette lrouvelle catégori€ d'illterlocuteurs.

D'un côté, ccrtains abatteurs contiûuent de s'insérer dans un circuit dc production cl de dist bution traditionnel et l1e connaissent donc ni contrôle ni ce(ification. lls entendenl lutter coûtre les tentatives de la grande distribution de s'inlposer dans le halal el, corollair-lirneDl, col1tre le recours à dcs produits d'importation.

De l'autre, ccrtains producteurs, soucieux de préserver leurs débouchés, ont accepté voire rccherché I'intervention d'organistues de contrôle et de certillcation auto proclamés, dont la seule légitimité repose sur Ie nombrc de clienls intemlédiaires ou finaux auxquels ils inspirent corlfiance et qu'ils permettent donc d'atleindre. Un paiement est alors consenti, assis sur les quantités ou forfailaire, plus ou noins importanl selor qu'il s'agit de vente de carcasscs, de produits de découpe ou d'a icles de trausfomration". L'intervention du certificateur cst à chaque fois prévue dans un câhier des charges. Dans ce paysage, AVS propose un contrôle très rigoureux de la traçabilité, en assurant sur place un estampillage de tous les morceaux de découpe (usqu'au plus petit abat) el en maîtrisant un réseau de pius de 100 boucheries de la région parisienne, qui sont cootrôlées quotidieurenrclt et qui lui sont liées par des contrats d'exclusivilé. L'association va jusqu'à placer des contrôleurs en nombre impo(al1t dans les usines de translormatioq en obtenant des industriels le remboursement intégral de lcur coût. Ses recettes annuelles seraient de 2,5 M€46. AVS est une marque déposée à f institut Datiorul de la propriété industrielle (INPI),

Il

est à noter que Ia garartie apportéc par certains des orgaDisnes de conlrôle ct

de

I'exporlalion vets les pays musulnans. Tel est Ie cas pour les ccrtificalion exportaliors françaiscs vers I'Algérie, cc(ifiées par la Grande Mosquée dc Paris. Lâ création de cer(ail1s de ccs organisnles apparaît mêl1le avoir été suscitée par des groupes industricls' à I'image du groupe DOUX qui est à l'origine de la création de I'association finistériemre pour la culture arabo-islamique (AFCAI). Ces structures lont d'ailleurs I'objet d'audits, diligcntés par les autorités religieuses des pays imporlatcurs (Malaisie, Arabie Saouditc notamme[t), esl indispensable à

n'Voir,

en amexc 7, les éléneDts relatiÈ aux Pays-Bas.

'5 La nrission n'a eu connrissance que dc disposilifs de paiemenl proportiomels aux quaDtités cerlifiécs. Les brifs os€illaie l erlre I er 9 centinres d euro prr k8.

r'La

l

mrssion ù'a pas vérilié ce chiffre.

spcction Cénéralc dc l'Adrninisl'ation lnspccrion Cénérulc dc I Agricuhure Conscil Cénér!l vatérinairc

3l


Rappott .l'enquêle sur le cha p du halal

/

Un chanp non enco.e stîtcturé

qui, étormamment, se Évèlent parfois plus souples que les certificateurs nationaux (sur les thèmes de l'électronarcose et de I'abattage à la disquette par exemple).

Pour I'heure, la majorité des irdustriels de la viande sembletrt satisfaits de cette situstion, qui les laisse libres de contracter avec les structures de leur cbolx, pour des montants finement négociés, læs enjeux financiers du contôle et de la certificalion étant appelés à croître au fur et à mesure de I'augmentation de la consommation de produits ,l1c/a1, les tensions dewaient pourtant devenir de plus en plus fortes.

Inspcclion Cénérale de I'Administration

-

lnsp€ction Cénénlcdc I'Agricu hurc

-

Conseil Cénéral vôrérinâkc

32


Rappoù d'enquête sw le chanp du hatal / Des difJicukés sont préritibles

3

DEs DIFFICULTES soNT PREVISIBLES

3.1

L'abattage sâns étourdissement préalable tentl à devenir la norme pour certaines espèces

Le système de dérogation au pré-étourdissement communautaire et national se trouve malmené.

pemis par le dispositif juridique

Ie te maasuh dfi dépssse ldtgen&nt Ia consoûtnûlio halal, jusqr'à devenir najoitaire pour certai es espèces

3.1.1 Lû ptoaluction selot

Les producteurs d,ovins et de bovins ont un intérêt économique puissant à organiser une complémentarité entre les circuits de distribution classique et halal à partii cl,animatx abattus de façon rituelle. Les morceaux affière trouvent des débouchés auprès des consommateurs classiques alors que les avants et les abats s,orientent majoritairement vers les consommateurs musulmans4T.

En outre, certaines

chaînes de production, surtout volaillères, sont dédiées à Itexportâtion vers les pays musulmans et comprennent inévitablement un abattage selon le rite.

Dans ces conditions, les enjeux doivent être posés en termes radicalement diflérents. (< 1/ 'est plus queslion d'opiner sur w1e pratique d'abaUage exception elle, mais bien plùtôt d'accepter la coexistetlce de plusieurs modes d'abattage > (Bergeaud,Blackler [2004]).

En Frarce,80 7o des ovins, 20 7o des bovins et 20 yo des volailles seraient abattus selon le rite holal. Cette tendance à la généralisation de I'abattage rituel, en particulier pour les ovins, est aussi à l'æuvre chez nos voisins européens. Au Danemark, 90%o de la viande ovine est issue d'un abarl'zge halal,3 à 4 % de la viande bovine €t la quasi-totalité des poùlets. En Belgique, 20 % des anirnaux, toutes espèces coDfondues, sont abattus rituellement, doDt 100 % des ovins et caprins et 15 o% des bovins.

3.1.2

La renise en cause du systèrtrc ale dërogutiort ilépasse le cadre des lrrotecteufi les ati ttux pour co ce rct les défenseurc du librc choix des co sotru ateurs

Il

est indéniâble que la proportion atteinte par les mises à mort sans pré-étourdissement trâduit uD détournement de I'esprit des textes sur la protection ânimale. poul autant, il ne

semble pas aisénent saûclionnablo juridiqueûent, aucune disposition n(] précisant que la viande abattue rituellemenl est uniquernent destinéc à des fidèles.

L'évolutior précédemment décrite pourrait néanmoins soulever des difficultés.

"' Voir

srpr a 5 L3.1 pour les dotulées chiffÉes précises.

lnspcction Cénirale dc l'Ad,ninistratron Inspect ion Céné.alc dc l'Agriculturc

-

Conseit CénéÊt Vérérinrtrc

l3


Rappoû d enquôte

te champ du hatat / Des diflicuttés sont

pft\)iribtes

Elle provoque de vives protestations des mouv€ments de défense et de protection du bien-être animal. Les <<welfaristes >>, très bien structurés dans les pays du nord de I'Europe, militent activement pour un retour à l'esprit initial des textes, voire pour une suppression pure et simple de la possibilité d'abaftage rituel. En Belgique, un projet de loi en ce sens a été

déposé au sénat au printemps 2005, puis finalement repoussé. En G.ande-Breta gne, Ic Farnt

Arinal l[/elfarc

Council (FAIrC), organisme indépendant de conseil au gouvemement, a publié, en juin 2003, un rapport demandant expressément la fin du systène de dérogation au pré-élourdissem€nt dont bénéficie 1'abattage rituel. Le gouvernement b tannique a décidé de ne pas lui donner une suite favorable. Dans ces deux États, les idtiatives des <<welfaristes >> ont suscité une oppositiol très fbrte des représentants des communautés juive et n]usulmane. En Grande-Bretagne, Ia mise en exergue du pré-étourdissement a eu l,effet exactement inverse de celui qui etait recherche par le FAWC, puisque la part des animaux pré étourdis est passee de 92 â 50

ozoa3.

La France a pour l'instant été préservée de telles querelles.

Il

faut dire que I'Ouvre

d'assistance aux bêtes d'abattoirs (OABA) ou la Fondation B gitte Bardot pour la protcctiorl de l'animal sauvage et domestique n'ont pas la même audience que les orgaùisations << welfcïistes > d'Ertope du Nord.

En réalité, la controver.se autour de lâ souflrance animale au moment de la mise à mort ne peut que très difficilement être tranchée. L'idée que ie pré-élourdissement, en plaçant I'artinlal dans un état d'inconscience, supprime toute souffrance au moment de la saignée a présidé à 1'élaboration du dispositifjur.idique âctuel. Elle est pounant fortement coûtestée par certains représentants des communautés juives et musulmanes, pour deux raisons :

i-

ils remettent en cause i'idée que l'abattage par incision

ii-

ils considèrent que le pré-étourdissement, qùelle que soit la techniquc retcnue, cause lui-lnême une souffiance nol uégligeable; le purpura constalé chez les

cause une souffrancc insouteûable; la section des veines jugulaires et de I'casophage entraînerait eù eflet une cessation très rapide de toute activité céréblale; la mesure de l,électroeùcéphalogranme (EEG) chez les ovins en âttesterait ;

oviDs après électronarcose en serait la preuve.

La connission des nonnes sanitaires de i'OIE pour ies animaux tereslres a constaté, dans le rapport publié par cette organisation en 2005, qu'il n'existait ( ar cù e donnée déftlit^,e , sûr le thène de la souflrance associée à la section dc la gorge des animaux dans le cadrc dc l'abâttage rituel.

Les analyses scientifiques par'aisselt en eflot coûtradictoires, en raison de la variété des hlpothèses étudiées et des difllcultés de mesure objective de la douleur. La situation varie aussi selon l'espèce concemée. Si les volaillcs et les oviûs non pré étourdis ne paraissent pas soulfrir davantage, il en va dil'Glem]lrent des bovins: leur agonie varie de 30 secondes à I minute et consliluc tm spectacle dilficileDent soutenable.

"

Voir. cn aruexe 7, le conpLc,rendu du déplacement de la nnssion au Royaume-Uni.

lnspcctLon CénéfuLc de I AdnnDrstratior

-

lnspccrion CénéÈlc dc I

As,iculrurc ConscilCénéralvérérinc

c

34


Rappot d'enquête

su

le chanp du hatat

/

Des

dlfcuhés so t pt6,isibtes

Quoi qu'il en soit, il semble que ce sont autant les conditions de mise en æuvre des nléthodes de contentiou et de mise à mort (notamment les matériels utilisés) que ces méthodes cllesmêmes qui influent sur le degré de soulfrance animale. Dans ces conditions, le débat aurait connu un glissement récent significatif. L'eitjeu ne serait plus d'interdire aux fidèles de consommer une viande issue d'animaux qui n'ont pas été préalâblement étourdis. Il serait désormais d,éviter que le consommatcur non musulmaû consomme à son insu des animaux abattus dans des conditions dérogatoires au droit commun. La coDtroverse sur les soulfrances comparées causées par les diflérents modes d'abattage deviendrait secondaire par rapport au thème de la transparence et du libre choix du consommâleur. Autrement dit, en I'absetce

d'argument définitif pour ou contre l'étourdissement qui aurait pu conduire les gouvernements à trâncher, il est fait appel à la liberté de jugement du consommateur citoyen. Châcun doit avoir la possibilité de choisir. La crise de l'encéphâlopathie spongilomre bovine, les débats autour des olganismes génétiquement modifiés et, plus géûéralcment, de la < mal boulfe )), De sont pas négligeables dans cette évolution. < De sotrces de querelles opposa t, atearuwut, groupes religieux et organisatio s de prclectiau atlit ule, patfois su|'fond d'ailtisénùtis le, les discussions autour de I'abdttage rituel ant ér,olué pour clevenir un enjeu de tlëfense des droits des co sotl tiateurs ,

(Bergeâud-Blackler [2004]).

L'infomration du consonnrateur est donc centraie. Plusieurs systènes sont el1visâgés. En Grânde-Bretagne, le FAWC réclane que l'iûdicalion du mode d'abattage devicnne une ûention obligatoire de l'étiquetage. En Suisse, le conseil fédérâI, sous 1a pression de groupes de producleurs e! de consolnlnateurs, a doublé l'interdiction d'abattage sans étourdissemeût pre t orleù d'une linitation aux seuls besoins des conmunautés juivcs et musulmanes des impo(ations de viande issue d'aniûaux ûor1 pré étourdis. En pratique, scuis quelques grossistcs ct distributeuN onl le droit d'in]pofler de telles viandes et ils doivent la cornnrercialiser dans des points de vente agréés. Pour les prcducteurs suisses, il s'agit de sc plotéger d'une concu(ence perçue conme déloyale, les abattages dtuels permetlanl d'atteiûdre une meilleure rentabilité €t donc de pratiquer des coûts inférieurs. Pour les consomnateuN, il eû va du droit de choisir le mode d'abattage de la viande qu'ils mangcnt. Cette évolutiorl des ten'nes du débat ne signe en rien la défaite des < welfadstes )). Au contrâire, ceux-ci, lassés dcs qucrelles sur la soulfrance animale, semblent chânger alc stralégie: ils niisemieùt désonlràis sur l'étiquelâge obligatoire pour obtenir unc baisse drL nombre d'abattages tuels saùs étourdissenlenl p/? ntortent. Èn effet, 1es habitudcs d'ach,it des consomnateuLs ûon nlusulnlaùs devmient s'orienter ver's les produits noD i;.u; d'abattages rituels de sorte que Les logiques de conlplémeûtarité des circuiis de distdbulion sus décrites ne pourraient plus ôtrc à I'euvrc.

3.2

La situâtion favorise les intervenânts prâtiquant lâ surenchère

3.2.1

Les

lrcis

tosquées agftées

sero t

.le

plus

e

plus

e

position dëfensivt

Sur le terrain, le rôle d'habili(âtion des mosquées ne fait pas I'objet de remises

en

question virulentes. Les abatteurs ne senlblert pas rencontrcr dc difficultés pour obtcnir lnspcctron Ccnôr!Lcdc l'^dnnnrstrllLon .inspccnon Citrcrllcdc l

^grculrLirc

ConscrLCénèral

Vétérinairc

35


Rappoû d enquête sw Ie champ du halar / De' difrcultës rcnt prëvisibtes

I'habilitation de certains de leurs salariés, de confession musulinane dans tous 1es cas rencontrés par la mission. Les trois mosquées s'accommodent, quant à elles, d'un syslètre leur assurant des recettes régulières, quoique limitées. D'auhes mosquées, à l'instar d rne mosquée de Marseille, commencent néanmoins à contester cette organisation, qui ne lcur semble pas assise sur des j usti fications objcctives. Le dispositil peut légitimement étonner. Il repos€, en effet, sur I'agrément administratif dc mosquées qui se pârtagent le monopole de délivrance de cartes de sacrificateurs sars que les conditions de délivrance de ces cartes soieût encadrées. Les formes d'inlplicalioù de ces mosquées, qui donneùt davantage I'impression de partâger une rente de situatioll qLle de participer à la structuration du champ du /,a/a/, confirment cette impression. Le dispositif, par la répartition âdministrative d'un marché, favorise en fait les comportements clientélist€s et surtout entreti€Dt les clivages. Il est donc grandement nécessaire de le revoir. Les prémices d'une remise €n cause plus radicale de I'intervention des trois mosquées se foût d'ailleurs sentir. Lcur valeur ajoutée dans le processus d'habilitation n'apparaissanl pas loujours de façon évidente, certains intervenants (comûe I'association AVS ou la société Allakwa) tentent de n]ettre à disposition des abattoirc leurs propres personnels, lornés au sacifice halql, pour ies inséler sur les châînes de productiol]. Cette évolution n'est pâs sarls risque, tant en termes de sécurité et de contentieux des accideDts du travail qu'en temes de tensions avec les âbatteurs, légitimenent soucieux de conseryer la maîtrise pleine et entière de leur outil de prodùction. Elle pouÛait pourtant s'avérer difficile à combattrc, les pourfendours du système n'iaîtrisé par les trois mosquées s'inspirant explicitement de I'organrsalion en vigueur en maliète de casherout, qui voit le consistoire mettre à disposition des abattoirs ses ProPres salariés.

3,2,2 Le développenerl atatcltique du rotlicalisatio des i lervenatûs

totché de

la

certiJic.ttion pousse

àu

e

La situatioD du rnarché de 1a cerlificatio\ caractérisée par une abondance d'acteurs de petite taille, est propice aux compodemenls commerciaux agressifs ou à la défense de niches. Or assiste à uùe surenchère de l'< halalité ) | ies uns se ûoDtrent coûciliants pour s'attirer les boûnes gràces des industriels quand d'autrcs, contestant les positions des premiers, ûultiplieùt les signes distinctifs (refus de l'abattage à la disquette pour les poulets et exigence d'un abattage ûalluel, opposition à toute fonne d'électronarcose, même réversible).

Ainsi, en Grande-Bletagne, les positions souples de la Hdl!l Food A thority sont violer',ûcn| renises en cause par cedains organismes nusulmans. Lâ critique a, du reste, porté ses fruits: la proportion d'abâttages rituels avec pré-étourdissemcnt a été fortement réduite er1 quelques années eT la l{alal Footl Autltority a dû réviser ce(aines dc ses positions dans le sens d'une plus grande radicalité. En Fr'arce, AVS se démar-que de certains de ses concunents en relusaDl toute lonne de pré-élourdisseneût. Dans ce contexle, ]manget halul tend à passer pour ùn devoir incontournable pour les musulmaûs de France- Le slogan <( marketingn se mue, en eflet, en impératif religieux pour gagner cù ellcâcité, dans une confusioù dcs gerrres sâvâmmert e[tr€tenue par les acteurs de la certificâtiou. <<Le rcrnte halal est en truin de prefidre une coùtrctatiotl de Itspcclion Cénéralc de l'Adrninistrdtion

-

lnspcction CénûNlc dc

l'Agiculturc

Conseil 6énéral Vétérinurrc

36


Rappot d e

quête

tur le chanp du halal / Des difrcultes so t ptévisibles

sqcré ,, c'est-à-dire qu'îl te d à avoir la uAhe importance que les ci q prières, que le mois de Ramadan, etc., alors que les cinq piliers sont bien plus inlpo/tants. [...I1 y a une réduction] <

delapratiquedel'islamàlafêtedumouton,àlaconsommation,àl'îktetditdùvi.Cesont des marqueurs sociologiques.

>>ae

La concurence féroce que se liwent les acteurs peut aussi, bien entendu, avoir des effets bénéfiques, en abaissant le prix de leurs services. En outre, certains peuvent développer des positionnements vertueux. Aux Pays-Bas, le HYY (halal voedi g eh voedsel) préconise la présence d'un imam sur les chaînes d'abattage, flanqué de deux inspecteurs. lls s'assurent du respect du bien-être animal, en exigeant notamment que les bêtes vivantes ne puissent jamais apercevoir leurs congénères déjà abattues.

n"

Interview de Tareq Oubtoù, La Médi .1t20001.

Inspccrion Cénéralc de I'Administralion lnspection Cénérale dc I

Asticulture

37 Conseil Général Vélé.inaire


krppott d'enquête sur

Ie champ du halal /Propasitions

PRoPosrrroNS

Cantonner l'État à une âttitude de stricte neutralité

4.1

1.1.1 Pour des

raisorrs

jutitti(lues:

il

r'est pas e,ûisageable que l'Étu endosse u

e

.lért ifiott du halsl De lâ même laçon que les textes de ia religion juive déterminent lâ ca.rlelort, c'est-à-dirc les aliments qui peuvent ou ne peuvent pas être nangés et fixent la façon de les préparer, 1es textes de la religion musulmane - Coran, Slrnal et divers écrits d'interprétation - définisscnt les aliments qui sont l?d1al et la nanière de les préparer. Ce sont ces ( /olJ )) qui précisent les interdits et presc ptions alimentaires et prévoient les coùditions dans lesquelies so11t abattus les aùimaux dont la consommation est permise aux musullnans. Ces interdits et prescriptions constituent ainsi une composante de la pratique de la religion musulmane. L'abattage des aniùâux exprine, quant à lui, ul'l lite de Dalure religieuse. Et leur respecl pa. les fidèles est une ûanifestation de leur religion (cl arrêt du 27 juin 2000 de la Cour européenne des droits de 1'homme dans l'affaire Cha'are Sltalont Tsedek c. France).

Dans ces conditions et en vertu du principe de laTcitéso comme du principe de séparation des Églises et de l'Étatsren vigueur en France, l'État ne peut définir lui-même les aliments qui solrt halal, ni le rite de l'âbattage des animaux consommés par les musulmans, De même, il ne peut certifier lui-mêmc les âliments qui répoûdent aux carâctères du /rala/. La cour d'appel de Paris a ainsijugé, dans un alaêt du l"' octobre 1987 confirmé par la suite par la Cour de cassation, que ia loi de 1905 précitée s'opposait à ce que les tribuûaux se prononcent sur le pouvoir qu'aurait, ou non, une association religieuse de garantir le respcct des interdits et prescriptions rehgieux. A fortiori,le gouvemement ne peut y pourvoir luimême.

En revanche,

il lui revient

dc pemettre le libre exercice du rite, au nom des deux principes fbndameûtaux reconnus par les lois de la République, ayant valeur constitutionnelle, que sont la libené de conscience et la libené de religion. Il doil ainsi pemettre les abattages rituels. Par cxtension, il lui il'lconbe de répûûer les tromperies en matière d'étiquetage, de façoû à ce que 1es consomnaleurs soucieux de consommer lalal aient la possibilité de le laire eû confiance. De nême, si l'État doit vcillcr à cc quc lcs fidèles nrusulmans expriment leur reiigion dans le respecl des interdits el prescriptions alinlenlaires sus évoqués, il est aussi en droit d'imposer des restrictions aux pratiqucs et ritcs rcligieux qui ne seraient pas respectueuses de I'ordre

i!

L a(iclc l!' dc h Conslilulion du 4 ocrobrc 1958 drsposc quc:

(

Lu Francc csi unc Réputrliquc...hiquc.. Ellc respcclc

loulcs lcs qoyanccs...

ri L arriclc l"' dc la loi'.dù librc de

9 déccnrbrc 1905 disposc quc: ( La République assure la libedé dc conscicncc. Ellc glrantit le dcs culles sous lcs seulcs rcstricnons édrctécs ci-!près dans l rnléret dc I oldre public. Pour sa pan, I'adiclc 2 loi menlionn. {t!c : ( Ld Républiquc nc lcconndil. nc sdldric oi nc subvcntionnc aucun cuhe... ,.

erc(ic.

h n)ônr

lnspccrLor Géiétulc dc

l Ad,niilsruion Inspcct,on Cénér!le

de

I'Agriculturc

Conscil Géné,al Vété!lnJrc


Rappot d enquête tur Ie chanp .lu halql /Prapositions

public. Ainsi a-t-il le devoir d'intervenir dans les domaines de la protection animale et de la santé publique (contention des animâux, formâtion du sacrificateur, etc.).

4.1.2 Poat

des raiso s strdtégiques :

l'État

'a

pss à ehcoûr.rger I'alihentdtion halal

La déclaration des droits de l'homm€ et du citoyen du 26 août 1789, la Constitution du le préaûbule de la Constitution de 1946 et lâ loi du 9 décembre lg05 consacreDt le droit de chaque membre du corps social, fûlil minoritaire, de vivre et d'exprimer sa dilférence dans le respect de l'ordre public. 4 octobre 1958,

Des éléments constitutifs de ce droit ont valeur constitutionnelle, tels la liberté individuelle. la liberté de conscience ou encore la libefté de religion.

y voit une source d'enrichissement pour 1'ensemble des membres du corps social, une façon de donner du sens à sa volonté d'intégrer l'autre, celie ou celui qui se place sous sa protection. Il est doilc du devoir de I'Etat de ûe pas laire obstacle à ce que les pratiques alimentaires dérivées de prescriptions religieuses trouvenl à s'expdmer, sous réserve du respect de I'ordre public. La Répubiique ne rejette pas la différence. Bien âu contraire, elle

Mais la République n'a pas vocâtio[ à fâvoriser les différentes sources de différenciation voire de cloisonnement sociaux. Or, toute définition ou tout système de ce(ification du Irala1 qui serait directemenl ou indirectetnent pode pâr l'Etat pounait avoir un tol effef, en e[coumgeant les fidèles musulnans à refuser', pal priùcipe, de consommer des aliments non

Les hôpitaux, 1es arnrées l]l les prisons proposenl souvent des rcpas halal ou cdsler. Cette pratique répond à I'impérâtil constitutionnel de liberté de culte poul des publics ou des agents obligés de se nourrir dans un cadre déterrnrné. À lecole et dans d'autres tlpes dc scrvices publics, il en va différenment car les élèves el autres usagers ou agents ol'lt le choix de û1a11ger, ou non, à la cantine. Dès lors, il ne sernble pas nécessaire de répondre à certâines reveûdications de plus en plus lréqucntes en proposant systématiquement des repas altemaiifs ,.r/a1, sauf ponctuellement, dans le cadre de softies pédagogiques par exemple. La prasence de repas sans porc semble être uû aûénagement nécessaire tlais suffisant en l'état'r.

Bien entendu, cette recommandation e s oppose pas à ce que l'Ëtat dialogue avea les représentants des nusulmans pour aider ceLrx-ci à définir, selon une procédure majoritaire, les aliments qui sont halal eI la nranière de les obtenir. L État y a un intéret: contribuer à la structuralion du champ du ialdl, à l'émergence d'acteurs capables d'imposer une défiûi1ion et des procédés najoritairemcnt admis, permettrait de lreiner la surenchère actuelle ct son corcllaire, l'élnergence d'inteNenants peu traùsparenls.

5']Voir aussi : llaut Conscil à l'lrtégration [2000]. Inspecrion Généralcdc I

Adnnnisrarion. lnspcctlor Cé!é.!lc dc l As.iculrurc ConscilCénér!l Vélérinlrc

39


Rappot d eNluê\e tut

4.2

Le

cha p du halal /Pnpasitions

Il

revient aux musulmans de France et aux représentants des filières de contribuer activement à la structuration du chzmp du lrulal

La proliféralion

d'étiquettes variées porlant

la

mention halal,

loin de

rassurer le

consommateur, est source de méfiance, et ce d'autant plus qu'elle est mise en cause par de nouveaux eùtra[ts sur le ûarché du contrôle et de la certification.

Cette mise en cause semble dans certains cas justifiée. Si les tampons apposés sur lcs carcasses par des sacrilicateurs ou des certificateurs reflète bien, en général, le caractère rituel de I'abattage, il en va différen'rment des étiquettes et estampilles diverses présenles sur les produits de découpe ou de transformatioû. Celles-ci apparaissent dans cedains cas invériiables voire fantaisistes. En réalité, c'est lâ traçabilité du caractère /,a1dl des produits qui fait aujourd'hui défaut' au sortir des abattoirs ou des âteliers de découpe. 11 n'existe en elfel aucun mécanisme de contrôie du respect du catuctère lûlal des produits tout au long de la chaîùe de commerciâlisation - distribLrtion. Les pofte-parole des consommateurs nusulmans, les associations cultuelles et culturelles musulmanes notammeni, deilandenl à ce titre I'intervention des pouvoirs publics (directiot générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) pour punir la tromperie et, par suite, clarilier I'organisation du narché. Cette interventionsl suppose loutelois I'adoptioù d'une définition de la notion de rdl.r/ ainsi que 1'élaboration d'un cahier des charges ou d'un acte d'engagement équivalent.

Selon lâ nlission, il revient aux musulnans dc Francc et à eux seuls, en associant à leur déûalche les représentants des filières ( viande )) et ( agro âlimeniaire )) d'entrepreDdre cette dâlarche. Celle-ci doit être la plus unitaire possible poù en garantir ic succès, laute de quoi on pourait assister à une nlultiplication dcs définitions du iala/ bénéficiant d'une protection j urid ique, ce qui n'apaisera pas les crainles actuelles des coùsomilateu$ musulnrans ou la surenchère de l'( halalité ).

La mission souligne qu'une solution contribuânt à une meilleure structuration du marché de Iâ certificâtioù lui semble préférable au laisser faire actuel. Ce dernier contribue en effet, âu-delà de la défiance des consommateurs, à lâ formation de clivages entre commuùâutés. Le thème du /ra,/a/ dcvient une source de radicalisation religieusc, préjudiciâble en terme d'intégration et d'ordre put lic. Plusieurs dispositils juridiques sont à la disposition des act€urs de ce dossier. La missioù en rctrace ci-dessous 1es plincipaux sans prétendre à I'cxhaustivité.

5r

Voû r',lz les formes qu eile pournit prendre.

lnspcdron Génér.rlcdc l'Adnrinrsn!tion

-

lnspcction Généralc dc I Agricuhutc .- ConseilCénéral vétérintirc

40


Rappot d enquête sw le chanp du halal /Prcposilions

1.2.1, Assurct la truçabilité des pro.luits d'infott tation du consofinateurJi al

pat un

systè

e

d'étiquetage facultatil et

La direclive 2000/13/CE du Parlement européen et du Conseil du 20 ûars 2000, qui porte sur l'étiquetag€ et la présentation des deuées alimentaires de façon transversale, comprcnd la définition suivante de l'étiquetage : << [d nentio t, ildicalio t, nryues de fabique ou de co 1 erce, i]iages ou sîgnes se ruppo atû à uue de fte uli,nentiiie elfgurunt sut tout enballaqe, docu"rc 1, ëcriteuu, ëtiqueûe, bague ou collerctte acco pagnu t ou le ftfëra tàu e den e a/r,llcrrrarrc > [article premier]. Le règlement (CE) i760l2000 du Parlement européen et du Conseil du 17 juillet 2000 pofiant sur l'étiquetage de la viande bovine établit un lien clair entre étiquetage et traçabilité : < te s),!tè tc d étiquetuge obligeloùe gatu lit la ftlutia e lrc, I u e patl, I identi-ficarion de Ia carcas\e, du qua, tiet ou des Drcrceau\ .]e viude e|, d aune parl, I anùn rl ituliûduel, ou, Iort(tue cela sulfrt pour vériJier la vét.tcùédes itlfo Mtia sfsuruntsurléti4ue a,legtaupedartitnaÆca cet ës )) [afiicle 13].

La directive 2000/I3/CE prévoil les mentions obligatoires que l'étiquetage des denrées alimentaires doit comporter (dénomination de vente, liste des ingrédients, date liûite de consommation principalement).

Le règlement 1760/2000 défiùit d'auhes nentions devant aussi figurer, de façoû obligatoite, sur l'étiquetâge de la seule viande,bovine: le numéro de I'anima1, lc numéro d'agrémert de I'abattoir et du iieu de découpe, l'Etat menbre où l'abattoir et le lieu de découpe sont situés, 1'État membre ou le pays tiers de naissance et d'engraissement de I'animal5a. Le règlement prévoit que d'autres mentions puissent être poflées sur l'étiquetage, sur un node facultatil ll revient alors aux opérateurs d'adresser à l'autorité compétente de lÉtat membrc un cahier des charges pour agrément. Le cahier des charges indique : - les inforllations à poder su.1'étiquetage ; - les lnesures à prendre pour garantir la véracité de ces infbûations ; - le syslèûe de cortrôle applicable (notamment les coûtrôles auxquels procède un organisme indépendant reconnu par l'autorité compétente) : - les nesurcs à prendre à I'encontre de tout membre qui ne respecterait pas le cahier des charges. Iarticle 16].

L'allégation << b@uf halal >, pourrâit figurer sur l'étiquetâge âu titre d'un câhier des charges facultatif issu des dispositions du règlement 1760/2000, qui serait élaboré conjointement par les représentàùls des musulmans et les représeùtants de la fllière bovine. Ce cahier des charges devrait être contltruûiqué aux autres Etats membres de l'Ulior] europcenne, afin d'y assurer sa recoinaissance55.

Un systèmc comparable pourrâit être mis en place pour les autres espèces, ntèmc

en

l'absence de baseju.idique aussi précise que pour les bovins'u.

Lorsque lcs bovnrs solt nés, élevés eI abatlus dans le mêne État membre, la mention ( orignre : (nom de I' Étar nembrc) > pcut rernplâcer les trois mentions. J" Le cahier des chnrges doit même ête approuvé par les autodtés conpéiertes d'autres Etâts membres lorsqùe lJ \ idnde bo\ inc est Drodrirc crou \eldue ddn' ce. Lrdl' m(inbr(.. r" ll ,tu'Jucun drspo,rrit comprâble à ce qui existc pour lcs bovins n'esr envisagé pour les aùtres est. ',ot", e'pèce,. q,re , e ,o,r e,) , ,fl.ce oJ 3u uivedu commu,,-J,J,re. 5a

rnspc.t,on cénéralc dc l'Adrnrnrslrllron

-

l!spcctron Cé.érale dc l Agricullurc Conscil Cénéral

Vérérinlirc

4l


Rappot d'enquête sur le champ du halal /Prcpositions

Le règlement 1760/2000 précise que le coût des contrôles, et notamment ceux qui sont réalisés par l'organisme indépendant, est à la charge de I'opérateur ou de l'organisation utilisant le système d'étiquetage. Tout cahier des charges facultatif impliqùe donc un renchérissemelt de la viande étiquetée, de façon à couvrir le coût de réalisatiotr des contrôles nécessaires,

À

I'heure actuelle, les prestations fournies par les services certificateurc sont diversement facturées. Lorsqu'il s'agit de systèmes de facturation assis sur les quantités produites, l€s ta fs pratiqués varieraient de 1,5 à 9 centimes d'euro par kilogramme, le haut de cette fourchette étant réservé aux contrôles permanents sur chaînes mixtes, tels ceux qui sort pratiqués par AVS. Dans l'hlpothèse d'un système de traçabilité proche de celui décrit cidessus, la mission a retenu deux tarifs situés dans le bas de cette fourchette : 1,5 et 3 centimes d'euro par kg. Dans ces conditions, le chiffre d'affaires des contrôles pourrait s'établir entre 13 et 26 M €. Chiffre d'a-f-faires potentiel des contrôles selon plusieurs hvpothèses de tarif : I 8t0

Producrion nàtronale (en tec / ân) % abâtlu halâl Prodùctiotr Ialal (en t€c)

000 20 dt, 362 000 5 430 000 32 580 000 r0 860 000

CA (en ô âvec contribution de 0.015 € / ks CA (en Ô âvec conlribution d€ 0.09 €/ ks CA (en €) âvec contribution moyenne de 0.03 €/ ks

135 000

l

a0 v" 108 000 620 000

9 ',720 000 I 240 000

1

992 000

3 937 000

20%

22%

398 400 5 976 000 35 856 000 11 9s2 000

868 400 13 026 000 78 rs6 000 26 052 000

Cahier des charyes -facuhatil tabletru récapitulatif:

approuvé par I autorité

dispositif national à la filière dispositil. à

acteurs élrangers, ce qui

l'approbalion du cahier

Les câhiers des charges fâcultalifs oût pour finalilé de garantir une traçabilité des denrées. Daùs I'optique de restaurer la confiance du corlsonûateur, ils pourraient donc êtle complétés par des systèmes d'illforûation accessibles aux consommateurs et pemettant, à l'aide du code de référence de l'anin,al ou du produit, de retracer 1es différentes étapes et les conditions

lnspcction Cénéralcde IAdnrinistrâlion lnspcction Céné€lcdc

l'Agricullûre ConseilCénéralVétérinarc

42


Rapport d erquête sw le chanp.lu halal /Propositions

de la production (numéro de lot conduit à l'abattoir, identité du sacrificateur et mode d'abatt;ge, idenlité du service contrôleur et date du demier contrôle, etc.)57.

4.2.2. Garutib le caraclèrc hûlal

des

produils

au

olen de nentions volotisantes

Les produits lldlal ne se prêtent pas aux signes de qualité développés en France puis au niveau comnunaulaire (appellations d'origine contrôlée, labels rouges poùr la Franc€, indication géographique protégée au niveau de l'UE). En effet, l'abatlage rituel ne permct pas l'obtention de viandes de meilleure qualilé, ce qui est pourtant le c tère premier de tout produit labellisé.

En revauche, les produits halal porrr^ieît, sous certaines conditions, bénéficicr

de

mentions valorisantes, encâdrées juridiquement. Ces mentions valorisantes joucraient le rôle de marqueuN à destination des consomnaleurs averlis. Le dispositif juridique qui les sous-tend pennet de garantir un node de production el ure traçabilité à padir de I'abattoir. Les dispositils qui suivent sont tous volonlaires et ouverts

:

- ils naissent de I'initiative -

d'acteurs écononiques (producteurs, représcntants des pounaient filières) auxquels s'adjoindre des représentants de nusulmans quels qu'ils soient ; ils réunissent ces acteuts aûtour du respcct de normes partagées, en un groupement que d'autres intervenanls peuvent librement choisir de rejoiûdre.

4.2.2.L La cerlil'icatio

de co fomlitë produit (syslène natioùal)

La certification de conformité produit (CCP), pÉvue à l'article L.643-3 du code rural, pennet d'attester < 4&'wie denrée alinentaire ou ù ptoduil agricole non alime taire et o tratsfornë est cottforne à des caractétistiques spécifques ou à tles règles préllablet eûl fxées dans un cahier tles charges poflaû|, selon Ie cas, sur la prcductiotl, la îransfornution ou le conditionnenrcnt et, le cas écùéant, I'origine géograpltique [...] >. Le règiement intérieur de lâ section des référontiels de la conlmission ûationale dcs labels el certifications (CNLC) précise: <<le éférentiel, purtie rlu cahiù cles charges [...], doit pernettre d'obteuir un produit sigtliJTcalive e l di|Tërcnt du ptoduit couranl s r le narchë visé. Cette difliare ce peul résuller uotannp t cl'une des Ègles d'obtention et/ou tl'wrc conposùio au cl'u e (ou tles) caructëristique(s) tlu produit >>s3 Les caractéristiqucs certifiées peuveût donc être relalives à la composition du produil, à ses caractéristiqucs organoleptiques ou pl'iysico-chimiques, voire à certaines règles de lâbrication

La viaid.e halal dcvrait théoriqueûent pouvoir satislaire aux differents aspccts de celte définition. poul le compra d! Sroupe hak htule (GLIT),a Le syslène < Crxrtul,, développé par la société ^GREVAL été présenlé à lâ mission. Les coosommateurs accèdent, à I'aide d'un nuorélo dc lol ct d'une ùle de fabdcation, à toutes les infornratiors qui leur perDrelieùt dc vérifier la réalité d€s camctéristiques l4l.1du produit. 53 Le produit courant, selon ce .èglemenl intérieur, est ( le produir conforme à la réglemenlation cn vigueu €t aux usages loyaux et marchands de la profession (ex : codc des ùsrges. norme d'application obligaloire, âcco.ds irterprofcssionneis, guides profess ionne ls, usages consla ûts. . . ) >. < Le produit courrnl û'est pâs certifiable J?

,

InspcclLon Génénlc dc

1'Adnrinistrdtion lnspcciion Cé!érule dc I Agricuhurc Côiscll Cénéral Vétérinairc

43


Rappoûd'enquête

sû le chaùV

du hala! /Ptopositions

En outre, la révision en cours du dispositif législatifet réglementaire en vigueur en la matière devrait faciliter les procédures requises aujourd'hui pour obteûir une cedihcation de conformité produit.

En effet, le projet de ioi d'orientation agricole adopté en coûseil des ministres le 18 mai dernier et déposé sur le bureau de I'Assemblée lationale, prévoit, en son articie 23, d'améliorer la lisibilité des signes de qualité pour le consommateur tout en permettant aux opérateurs de disposer d'outils de segmentation du marché correspoûdant aux attentes des consommateurs.

Il

prévoit, dans ce même article, d'habiliter le Gouvemement à légiférer par ordonnance en l'invitaùt, à ce titre, à structurer le dispositif de valorisation des produits agdcoles et alimentaires autour de trois catégories: celles des signes d'identification de la qualité et de l'origine (AOC, label), des ûentions valorisantcs (montagne, fermier...) et des démarches de cedificâtion. Plus précisément, le ûinistère de l'agriculture et de I'alimeûtation envisage, si le projet de loi précité est adopté en l'état, de modifier les procédures en vigu€ur concemant la certilication de conlormité produit dans les temes suivants :

le cahier des charges auquel s'adosse la ce(ificâtion de coûlomité aujourd'hui serait reûplacé par une notice propre à chaque produit, selon une logique de fiiière. Chaque notice serait élaborée par des groupes de travail réuoissant les représentants de la filière et I'administration. Des représentants des musulmans pourraieDt prendre part à ces groupes de travail ; I'orgaûisme de contrôle qui doit êlre aujourd'hui prévu au cahier des charges ùe serait plus agréé par le ministère de l'agriculture mâis seulement accrédité par le Comité français d'accréditation (COFRAC). L'accréditation par le COFRAC est donnée pour une durée délemriûée, renouvelable, pendant laquelle dos audits de surr'eillance ont

lieu; la certification de conlonnité ne serait plus, au titre de cette nouvelle réglemenlalion, un signe de qualité mais seulement un signe valorisant; elle serait 8érèe par I'administration et non plus par la comnission nationale dcs labels et cedilications

(cLNC).

Il n'en

reste pas moins que l'obtention de cette mention valorisante requiert un accord entro des représentants des musulmans et dcs représentants des filières sur: une définition de I'abaTl^ge halal ;

la désignation d'organismes de contrôle indépendants, inrpartiaux, coûpétents

et

efficaces dans leurs contrôles, à faire accréditer par le COFRAC ;

I'acceptation d'un prix plus élevé pour la viande rala1, qui pennette aux abatteurc de couvrir lcs dépenses qu'ils devront consentir poul s'iûsérer dans lc dispositif CCP. L'activité d€s organisnles de contrôle, qui doit obiigatoirement être prévue dans la

Inspection Cénérulc de

l'Adrniiistr!tion hspection CénÉralc

dc

l'Agdcul(urc

Conscil Général Vélérin!rrc

44


Rappottd enquête sw le champ du halal /Prcpositio,ts

notice, est en effet facturée aux abatteurs, qui en répercutent le coût sur le prix de la viande vendue aux grossistes ou aux distributeurs. Les organismes certificateu$ facturent eû moyenne 800 € leur joumé€ de travail et le coût global dépend du t)?e et de la fréquence des contrôles dans le système mis en place et ligurant dans la notice. A titre indicatifun abattofu ou un fabricant d'aliment est audité quatre fois par an à raison d'une demi-journée à chaque fois. Si une non confomité grave est décelée, un audit supplémentaire peut être décidé, aux frais de I'abatteu ou du fabricant.

L'inscriplion dans un mécanisme de typo CCP pemlettrait l'apposition d'une inscription du t]Æe << certilicat de confonnité vianc)e halal >5e sur les produits des producteurs ayant souscrit à la notice et la respectant.

Le mécanisme CCP est ouvert: tout producteur, ùotànment étranger, désireux de respecter les clâuses de la notice (y compris de se soumettre aux contrôles qu'elie prévoit et d'en suppoder le coût) doit avoir la possibilité de s'insérer dans le dispositif et d'étiqueter ses produits en conséqueDce. Par ailleurs, la mention CCP, si elle perm€t de distinguer les produits conformes, n'empêche pas la conrmercialisation d'autres produits porlant des allégations halal dlverses. Et téalté,

l'enjeu consisterait à réussir à inposer cette metltion comme un signe de confiance et de traçabilité sans laille auprès des consonmateurs musulmans et que ceux-ci acquièrent progressivement le réflexe d'acheter uûiquement des produils la comportant.

Certificat confonnité produit : tablecru rëcapilulati{:

filièrc COFRAC règles

règlcs

DCCCRF

1.2.2.2 L'aftestation

de

spécifcité (système cotùltu aulaire)

L'attestâtion de spécificité est uûe prccédure communautaire fondée par le règlement n" 2082/92 du Conseil du 14juillel 1992 qui coiceme les produits agricoles et les denrées alimentaires.

t'La

mission

r'a

pas été en mesurc de vérifier si la

nÊntioî

<

afteeutioll de tpëcifcité prcàuiî

hal|l, powait

sulfire,le lerme,d/a/étan! considéré conme générique et ne pouvani, dès lors, être âpproprié 45 Inspcclion Cénéral.dc l'Administralion

-

lnspcclion Cénér!lc dc I Agricullurc- Conseil Cénéûl Vétérinaire


Rappoi d'e

quête sur le chantp du halal /Propositions

Pour figurer au rcgistre communautaire, un produit agricole ou une denrée alimentaire doit, soit être produit à partir de matières premières traditionnelies, soit présenter une composition traditionnelle ou un mode de production ou de transfomation qui relève du t)?e de productiol ou de tÉnsfonnation traditionnel. Pour pouvoir bénéficier d'une attestation de spécificité, un produit agricole ou unc dcn.ée alimentaire doit respecter un cahier des charges. Seul un groupement est habilité à introduire, auprès de I'autorité compéteûte de I'Etat-membre (qui vérihe que les exigences du règlement sont remplies), une demande tendant à faire enregistrer la spécificité d'un tel produit. Selon les fonctionnaires des services de ia Commission européenne renconhés de manière infon'nelle lors d'un déplacement de la mission en Belgique, ce groupeneût pourait être constitué dc représentants de Ia prolessior (INTERBEV) et de rcprésentants des musulmans.

Après une procédurc assez longue de consultation des autrcs États et une recherche de consensus en cas de divergences, l'enregistrement et la publication de I'attestation de spécificité ont pour conséquence que le nom, la mention et le cas échéant le symbole commulautrire peuvent ètre ulilisés par les seuls producteurs se confomrant au cahier des charges60. Ainsi les produits ial,-r1 pounaientils bénéficier d'une étiquette potant la mention ,< spectalire tradtrtonnelle ..gurun!ie ploduit halal contplétëe, le cas échëant, d'une dëtrcDtitn!io pafl iculrËre r'!' assonie du s)qnbole communautaire. Le rlom produil lnlal >t pourra toujours être utilisé pâr tout autre producteur, mais sans la mer'lion <<spécialilé rralitiuttnelle gatatttic . i ie lo8o conrmunaJlaire. <<

Le mécanisme de I'attestation de spécificité est ouvert: tout producteur, notan'iment étranger, désireux de respecter les clauses du cahier des charges (y conrpris de se soumettre aux coDtrôles qu'il prévoit et d'en supporter le coût) doit avoir la possibilité de s'insérer daûs le dispositifet d'étiqueter ses produits el1 conséquence.

Pour leur pan, les États membres veillenl à la mise en piace des stnctures de contrôle, publiques etlou privées correspondanl aux critères du règlement (ad. 14) et en conmuniqucnt la liste à la Commission. Ces services de cot1trô]c doivent s'assurer que les produits poilânt uie attestation de spécificité répoûdeùt aux exigences du cahier des charges.

Le dispositif présente l'avantage d'une lisibilité eurcpéenne voire intemationale pour le consommateur, el1 raison de la présence du s)'ilbole communautaire. En outre, la délinition du lala1 inscrite daùs le cahier des charges pouÛait entraîner les aulres pays de I'Union et ainsi bénéficier aux produclcurs lran(dis.

Des contacts infonnels me[tiounés ci-dessus avec des fonctionnaires des services de la Commissioll européenne compétents en matière de siSnes distinctifs agricoles, il ressorl que les produits /r.?1dl pounaient relever du réginre de 1'attestatioû de spécificité. Aux yeux dcs irterlocutcurs de la missioù, ien ne s'oppose en effet à ce que le caractère trâditionnel requis 60

Il est à noter que si le projel de loi d ori€ntatior agricole déposé sul lc bureau de i'Assemblée ùationale est adopté en i'élat. le Gouve emeut agissanl par voie d ordonnance. eDvisage qu'il te sera plus nécessaire de déposer un dossie. de certilicat de confon lé (CCP) poul pouvoir préseùler une demande d attestation de spécificilé. u' t'lulitio ticllc garu tic, est la mention d'étiquelage qLre la Cormission a adopté pour lcs "Spicn,lùe attestalions de spécificité, sur la base de l'anicle 19 du Èglemcnt. La nission n'a pas été en mesure de vérifier si Ia nrenrion ( Spl.nilnl rtalition elle garcr tie pr.)luit hd.1l> po,rlait suffire, le lerme,.//a/ étant considéré conùne sér)eirqueeLrepoùvJrtL de' ror..eIe rpprop ii. lnspccrion Cénétulc dc l Adrninistrarion lnspecriod Cénérule dc

l'Agrlùilrut

46 Conscll Cénét!l Vélérindirc


Rapport d enquôte tur lecha ry du hal\l /Propositio s

pour qu'un aliment bénéficie du sigle < spécialité truditionnelle g.zr.rxlie un fait religieux établi de longue date.

)

(STG) réside dans

À cette considération, il y a lieu d'ajouter le fait que les services de la Comûissiol envisagent d€ mettre à l'étude une révision du règlement, qui, jusque là n'a pas reçu beaucoup d'applications, pour en élargir les possibilités. Dans cette perspective, il pourrait y avoir un intérêf non négligeable, pour les acteurs français, à prendre I'initiative I

-

-

afin qu'ils soient libres d'instituer une définition protégée du lala/ sans avoir besoin de se différencier d'acteurs pré positionnés ; aliD, par effet d'entraînement, d'imposer leur définilion à d'autrcs acteurs européens et d'éviter de ce fait dc dépendre de définitions étrangères maximalistes ;

- âfin de combiller les éiéûents de définition

avec les dispositifs techniqu€s et juridiques existart aù plan natioûal (techniques de piégeage les plus répandues, systèmes de pré-étourdisseûent non protégés par des brevets élrangers, etc.).

Parallèlement, les services ftançais concernés (DPEI du ministère chargé de l'agûculture) devraient être attentifs, lors de ia négociation, aux possibilités qui pourraient s'ouvdr pour pennettre au groupernent français qui présenterait une demande d'attestatioll de spécificité pour des produits lald1de voir celle-ci prospérer. Comme pour la certification de confbmlité ploduit62, 1'obtention de cette mention valorisante requiert un accord entre des représeitants des musulmans et des représentanls des filières sur :

-

une définition de I'abaLLage halal

-

l'acceptation d'un prix plus élevé pour la viande ftalal, qui pemette aux abattcurs de couvrir ies dépenses qu'ils devront consentir pour s'insérq dans le dispositiL L'activité des organismes de contrôle, qui doit obligatoirement être prévue deûs la notice, est, en effet, lacturée aux abatteurs, qui en répercutent le coût sur le prix de la viande vendue aux grossistes ou aux distributcurs.

,

la désignation d'organismes de contrôle ;

Mais, compte tenu des délais impafiis pour instruire une telle demande, il serait souhaitable que le groupement coûstitué en vue de donner corps à la garantie du caractère ral.?/ des produits âu noye11 de mentions valorisanles ait une démarche plus globaie, incluant égalelnenl une demande de ceflification de confonrité produit ai]1si que, le cas échéant, i'cnregistremenl d'une nârque à I'iDstitut national de la propriété industdelle.

6?

La spécialité trâditionneile garanlie STC est aûourd'hui établie sul la base d'uD câhiet des charges d'une cerification de coDformité. Il esl à ûoter que le Gouv€nenrcnt envisage de ne Plus soumetlre la procédure d'afteslation de spécificiré au réginre de la cerlification de confornité p.oduit et de la rendre autoDome. Inspcction Géné!alc dc I

Adnnnist.àtio. In+cdioi Cénér!lcdc i'Agricullurc- ConscilCtnéralVétériiairc

47


Rappott d'enquête sur Ie champ du halal /Ptopo$itions

Attes tation de spécLlicilë. tableau

récapitulatif :

nlière

po$ibililéd'y

règles

logo de 1'UE

l'agriculture

4.2.3 Miset sut un effet d'euseigne au moyerr d'une ûtque délosée Un autre dispositifjuridique constitue un possible outil de protection pour les produits rala/ préparés dans le respect de 1a défiùition qui en serait donnée par les représentants des musulmans de France: la marque déposée. En €ffet, I'uû des objets du droit de la propriété industrielle, régi par le code de ia propriété iùdustrielle, est de protéger 1es signes distinctifs (marques, dénominatioùs sociales, noms colnmerciaux, enseignes, appellations d'origine et iùdications de provenanc(] protégées).

La marque est le signe distinctif d'un produit ou d'un service. Elle est protégée pour une durée de 10 ans, indéfiniment renouvelable. Elle peut prendre les formes les plus variées: noms patron)lniques, chiffres, lettres, dessins, combinaisoû de couleurs... Flle doir réunir les coxdirions sulvallles

I

ne pas être constituée exclusiveû1ent d'un terme nécessaire ou générique (par exenple : vêtement) ; être licite, c'esçà-dire ne pas comporter de sigûes interdits par la loi ou d'éléments trompeurs ; être disponible, donc ne pas porter atteinte à des droits antérieurs.

L'eDregistreûent de la marque confère à son titulaire un droit de propriété sur cette rnarque pour les produits et services qu'il a désignés.

La marque peut être collective. Elle peut être une marque collective de certification. La marque collective de certification est appliquée au produit ou au service qui présente notamment, quant à sa nature ou ses qualités, des caractères précisés par un Èglement

La ùarque collective de certificâtion ne peul être déposée que par une personte morale qui n'est Di fabricant, ni importateur, ni vendeur des produils et seNices en cause. Le dépôt d'une marque collective de ce(ificâtior1 doit compreDdre uD règiement déterminâût les conditions auxquelles est sùbordonné l'usage de la marque.

lnspcction Cénéralc dc l'Adminislralion

-

Inspcctio! Cénérâle dc I Asnculture

-

Conscil Cénéral vétérinairc

48


Rappofl.l erquête su

Ie champ du halal /Propositions

L'atteinte portée au droit de propriétaire de la marque constitue une contrefaçon engageant la responsabilité civile de son auteur. Par ailleurs, certains agissements constituent des délits passibles, selon ies cas de figure, de 3 à 4 ans d'emprisonnement et de 300 000 à 400 000 € d'amende.

La marque peut êtr€ communautaire. Dans cette h)?othèse, elle permet d'obtenir

une

protection en France.

Ce dispositif â Irâvântâge de pouvoir être combiné avec Ies autres dispositifs présentés ci-dessus. En outre et eu égard aux délais requis pour faire aboutir une demande de certification de conformité produit ou une demande d'attestatiol de spécilicité, il est susceptible de constituer le premier acte de protection des aliments /rala/ dès Iors que les représentants des musulmans se sont majoritairement accordés sur la définition du /rala, préparé en France. Marque dëposée. tableau rëcapitulatif :

INPI

DCCCRF

4.3

L'État doit jouer un rôle fâcilitateur et assumer pleinement

ses

missions de contrôle el de répression

4.3.1 Anéliorer la connaissqnce

du phénotrtè e

Le champ du lala/ est elcore relativeme[t méconnu des scrvlces de l'État. Les difficultés qu'â reùcontrées la mission pour obtenir des éléments statistiques fiables en attestelt.

Inspccrion Cénéralcde

l'Adrrinislralion

Inspcction Cénérulcdc

I'Agdculturc ConscilCénéralVélérinarre

49


Rappoi d en(ruête

sur le chanp du halûl /Propositian!

À ce titre, il semble utile que le ministère chargé de I'agriculture et, en son sein, la DGAL, se mette en mesure de connaître avec précision les qualltités abaTfites holal dans les abattoirs lrançais et la part correspondante au regard de la productiotl nationale, espèce par espèce.

1.3.2 Faciliter

les dënerches des reptésentatfts des

tuusûh ans

La restauralion de la confiance des consomlrlateurc musulmans requiert qu€ les représentants des musulmans pa(ageùt ûajoritairenent une définition de ce qu'est un aliment halal. Elle requiert également que, sur ces bases, ces mêmes acteurs mettent en plac€ un cadre juridique protecteur de celle-ci, aussi complet que possible (voir s pra ç 4.2). Bien entendu, cette démarche ne priverait pas les partisans d'une définition différeûle du halal dv dtott d,e promouvoir celle-ci et de la protéger.

Il

serait judicieux que le conseii fraûçais du culte musulman (CFCM) soit l'organe représentatifdes nusulmans qui engage les démarches de skucturation du champ du l,d/d1sus décrites. Les membres du conseil d'administration et du bureau de cette association de la loi de 1901 viennent du reste toutjuste d'être réélus pour un mandat de trois ans. L'État pourrait aider

ses membres à prendre

i'initiative en matière de rala/.

Tout d'abord, il peut leur appofier une aide juridique. À ce titre. les services concemés du ministère chargé de i'agriculture et du ministère chargé des finances ont un rôle impoflalt à jouer. Ensuite,

l'État prendra acte de la fâculté qu'aura le CFCM à faire émerger

une

acceptio[ partagée du hqldl et à se positionner comme acteur dans les différentes démarches existantes ou possibl€s. Uûe telle évolutiolr ne sera pas âisée. Les déboires de la commission de la viande halal, dé1à i1'rstituée au sein du CFCM, eù altestent.

Dans I'hypothèse où Ie CFCI\'I réussit à prendre I'initiative, il serâ loisible de conlier au seul CFCM ou âux différents CRCM le soin d'hâbiliter les sacrificateurs, en abrogeant les ârrêtés ministériels des 15 décembrc 1994 el2'7 Janviet 1996 et en les remplaçant par un aûêté d'âgrénent du CFCM ou des diflérents CRCM6r.

L'agrément du seul CFCM pouûait poser des difficultés. Le principe de centralisalion du pouvoir d'habilitation est en ellet à i'origiùe de coDtroverscs, qui ont déjà conduit à la rcmise en cause du noûopolc du pouvoir d'habilitation de la Grande Mosquée de Paris par I'arêté du 27 janvier 1996 désignant en compléûent les nosquées de Lyon et d'Evry. <<

La

nonnntio l

l lltûilitutio dilli|ule blc lau|cnt dcs cùeur sy ùoliques klise ctt avuût 1Iute kùe) nait aussi rcligieur Ltdntusian.lutl est, en eJfcl, unc Dn ièrc poû les atoitts tvtionules de paflicipet à h déteninatio" l1o1 itlûlti.t|e (t cs| iqucntanl cnfo ction .las ciîèrcs ekùalls pat ce gnupe téliqhé pat les

.line oryunilutio orydnisnt uliquc ltpe tl aiho,lorie

6r

un lel oryutrc

ùusul|lûre), Jinanciett (t,llù\'e rc

Une modification de s'apparenlenr pas à des

l'a

cle R.214-75 du code rurai selait p€ut'ê1re nécessâire si le CFCM ou ies CRCM ûe

( orgaûisnes religieux

'.

lnspcction Céréralcdc l'Adrninislrdtton lnspcction Cénétulcdc

l'Agricuhurc

50 Conseil Cénérdl V érérinâirc


Rappad d'enquôte

autoites natio alës qu u e via .la \1û(tJinn.onn, halal uu nonz Pù r"a ou noi s directene tswledogûÊ

^t..,.,.

lu ^

le chanp du hal!1l /Propasitio s

biair.

te'

L'|r!s ù,L11ickkcnt ptus

L'organisation régulière d'électioûs assure néanmoins I'expression d'une pluralité d'opinions et l'émergence de courants majoritaires au sein du CFCM. En outre, rien n'empêchera ensuite le CFCM de pratiquer différents tlpes d'habilitations, selon les exigences plus ou moins grandes associées au sacrifice que fomuleront les différentes écoles de pensée. La colnllission rabbinique intercommunautaire de l'abattage rituel, désigûée par aûêté du l"juillet 1982 pour I'habilitation des sacrificateurs cdsl,e/, procède ainsi.

Il

la solution d'un agrémelt des différents CRCM, chacun étant compétent sa région, assurerait une plus grande proximité de la décision et une plus grande sur responsabilité des décideurs, autant d'éléments propices à la restauration de la confiânce des consommateurs musulmans. est vrai quc

Daûs lâ mesure oil la définition dr halal serail acquise daûs le câdre du conseil français du culte musulman, il pouffait être confié à cet organisme ou aux CRCM - en sus ou à la place de la désignation des sacrificateurs et après avoir, i9 cas échéant, adopté les ngsures luomralives appropriées le soin d'habiliter les châînes de production /r4l4/, à I'instar de ce qui existe àans- certains pays europécns6s. La vérillcation du professioùnalisme du sacrificâteur serait partie intégrante d'un âudit plus large, couvrant toutes les étapes de la fabrication, du déchargenent des animaux à I'expédition du produit fini.

1.3.2

Assunter pleinenenl les /nissior$ régalien es de cottttôle el de répressiott

4 3 2 t Anélioler

les conditia s de contrôle des services vëtërinaircs

avant tout de faire respecter les articles R.214-75 et R.215-8 du code rural sur le terrain. Les ninistèrcs chârgés de l'intérieur et de I'agriculture doivcnt mener une enquête sur les 51 sacrificateurs habilités par des prélets de dépadement et les raisons dc ces hâbilitatioûs, de même que sur les 9 sacrilicateurs exerçanl sur habilitation d'un CRCM et les 20 sacrillcateurs iùteNenant a priori sans habilitatioll. Des mesures appropriées devront ensuite êtr€ prises par les préfets des départements concemés

Il importe

La dérogâtioù dont bénéficie l'abattage rituel ûe vaul juridiquement qu'en ûatière de préétourdisseûeùt el, à compter du l"'janvier 2006, s'agissânt des parties du coup seclionnées Pourtaût, il appert qu'elle aurait parlois une influeice iûhibitrice sur les sefr'ices vétérinaircs, qui seraicnt moiùs exigeants sur la mise en cEuvre des dispositions réglen'ientaires obligatoires tour tout abattage, y compris I'abaltage rituelÔo

6r

o'

Lionel I'anafit, ( Abattage riruel et liberté de culte eûE]Jlope,,I'a \4tdi,

L

120001

En Hongrie, €r) hlande, en Pologne : cf anDexe 7 ôô À l'issue de leur elquête dans 13 abatloirs oviDs français, M. C Boucher et C Rabtueâu onl alrsi écril : ( // pati naccssai, c (te ) tppclat dr\ lt t |ices d it$padia abuttot 4ue Iu conte t io" Dtéca,li(luc des ot nls ett obtigatoit-e et que tu coùte tior n rtucltc uitlsi rtue I nccrccltage iû t dcs a itnuux saù snictcnent i,tëllits ! rclerles. > (Boucher et Râbineau [200a ]). Ces iht acîio s devruien! êtrc systéD 'tiquerlrcn ( Le diagnoslic préalable à l'élaboration du schénâ régioml d'abaitage ovins,), réalisé par lâ direction régional€ .t utt"idépo.t*'."tul. a. l'âgriculturc cr {:ie lâ lorêt d'ile de France (DltlAF) et p3r les 8 DDSV confirfle âussi lnspccrion Cinéràlcdc

lAdnrinistralion

lnspcctro! Cénérale dc l

Ag.icullurc ConscilCénérulVétérinrlr'

)t


Rappoi d e quête

sur

lechanp du halal /Ptopositions

En réalité, la dérogation dont bénéncie I'abattage rituel est source de confusion sur les rôles respectils de I'autorité religieuse et des services sanitaires. Pour y remédier, il convieûdrait qu'une frontière nette puisse être précisée dans uu ordre de service de la DGAL.

ll

ne s'agit que de rappeler les prescriptions de la dircctive comûunautaire 93/119/CE du Conseil du 22 décembre 1993 sur la protection des animaux au moment de leur abattage ou de lcur mise à mort âinsi que de I'articie R.214-68 du code rural : < L dutotitë rctigicuse de t'Èu nenbre pur le cotllpte dc laquelle de! abutroges sont qfectués est conpëtetre paù Iapplicatio et le co ttôle dd dispositio s paiiculières applicables à I abaxaAe selo cetaiks ites rcligieu! Cette autotitë apère pow les.lites .lispositions tous Ia )espo sabilitë du #tétinaite al|iciel [...]. n

Iarticle 2 (définitions) de la directive 93/11g/CE] pettonna se livaitt à des actititës cant e I aclte ùEne t, I hëbetgenent, I il t,tobilisation, 1 ëlouftliltet1rcnt, I'abatage au la Diise.i ùtott d'a inaux doit iltpérctiveùent disposet des conMissances et capacités nécessairct pout les arco qlir de na iète hunnile et elfcace, confo Énent aux prcsctiptions de la pftse tc dùective. / L autatité co tpéte te :t'a$urc de I aptùude, det capacités et .les conai"sancc! prcfe'sio netll.s des pe$o ne! e ptoyée! pau t abattage >. larticle 7 de la directive 93/Il9lCEl ( Il dt iiteulit à tout rcspo"sable dllbûî\or' d'elfectuer ou de fait e eflectuet l'abattage ou la nise à 1 oû d'un aniiual si les dispositio s conw ables n'oti pas été p,ises ali .le confrer les opérutiont de déchargenent, d'acheùl"û rcù, d'htbctgenent, d'it nabilisatio , d'ëtoutdisseùe 1, lllbaiage au de ,xise à ùn des allirtsDi à un pet5a nel dlpatutn dlne foÙlatian e" ntu|iète .le prcteclia anit ûle ou enclLdft pat me peno e ayant cette co,lpëtence. , [Àtticle R2l1-68 tlu code rurul ll entre dans les missions des services vété naires d'agréer les abattoirs. Lorsqu'un abattoir lait figurer dans son dossier d'agrément qu'il entend procéder à des abattages rituels, les coûliôles des services vétérinaires poftent normalenent sur les équipemellts nécessaires à cet abattage et sur les pratiques lechniques des personnels chargés de 1'abattage, qu'il s'agisse des aspects sanitaires ou de ceux 1iés à la sauvegarde du bien-être animal. Par la suite, il revient aux vétérinaires chargés du contrôle de I'abattoir de vérifier que I'abattage rituel est réalisé orns le respecl de toutes les normes en vigueur. < Taute

égard et dans le but de petnettre aux services vétérinaires d'effectud u11 contrôle cohérent, semble nécessaire d'adapter la liste des matériels d'abattage reconnus

À cet

il

conformes telle qu'établie par 1â DGAL. Certaines lechniques utilisées daûs

des

établissemenls français nc sont pas réglementaires alors qu'elles permettett une colltention elficace de i'animal et sont respectueuses de son bien-être. En particulier, les restrai ers ir ovins mériteraient d'ôtre hoùologués.

ll

est à notcr que plusieurs directions dépaftementales des services vétérinaires du sud-ouest ont créé un groupe de travail pour l'établissenent d'une grille de contrôle de I'abatlage rituel Cette piste nérite d'être encoungée. Une généralisation de cette grille pourait être ensuite décidée.

que bcaucoup d'abatleurs ne respccrcm pas ies nomcs généraLes d'abattage eù cas d'abatlage rituel (DzuAF t20041).

Erfin, la DGAL, dans une ùole de seNice du 23 .juillet 2003, a relevé les nombrcuses infrâctions à

réglenreùrarion existanr cD nulière d aba11.Be rituel el de conleùtion. Elle appelait à la vigilance des selvices vétérinaircs, qui devâieùt < rrelr'c c, æuvre aussi bien dcs neturct réP4sives, lots.lue les ci|ca stancer Ie suggèrent. qua palagogulue!, en collabaratiol uvec Ie tcapo sable de I ubattoil ,

Inspccrion CénéraLc dc l'AdrniDrstution Inspcclion Cénéralcdc I Asriculture ConscilCénéralvétérinrrre

52


Rappott d erquête

Ie champ du halal /Prcpasitians

L'idée que I'agrément initial des abattoirs pourrait être spécifique en cas d'établissement pratiquant I'abâttâge rituel mérite d'être étudiée. La pratiquc de l'abattage rituel, en tant qu'elle peut passer par une dispense de pré-étourdissemenl des animaux, impJique,en effet ce(ains équipenents pafticuliers. Cependant, en verlu du pdocipe de séparation des Eglises et de l'Etal et de la règle de séparation des sphères d'intelvontioù religieuse et vétérinaire, il n'appartiendrait en aucun câs aux services vétérinaires de se prononcer sur ie respect des exigences du rite (orientation de la chaîne de production, qualification religieuse du sacrificateur, prononcé de la prière).

4.3.2.2 Luttet contre

les

frautles et les contrefaçons

L'Étal n'intervient qu'exceptionnellemenl pour détecter el réprimer les tromperies en matière d'étiquetâge iala/ aujourd'hui6?. L'absence de définition pafiagée ou protégée de la notioù de halal ei est la cause. Mâis il devra en aller tout autrement à partir du momert oir les représentants du culte musulûan aurcnt donné une définition du /ral4/ et I'auront inscrite dans un cadrejur,dique pour en assurer la protection. En effel, dès lors qu'un groupernent aura obletlu une certilication de conformité produit ou une attestation de spécificité ou âura déposé une ûrarque, la protection de la délinition du halal ainsi établie sera assurée, en premier lieu, par le groupement en question e1, en deuxième lieu, par les organismes indépendaûts de contrôle prévus au titre dudit ou desdits dispositils. Quant à l'État, il devra assumer pleiûemeût ses missions régaliennes, en mettant eo @uvre une politique de contrôle et eù assurant la répression des fraudes qùe ses services mettrâient au iour (tromperies ou colltrefaçons).

4.3.3

Contribuer à anéliotet

I'i font&tion

du cortsottttttrteur

4.3.3.1 Aider le consomntuleut à coûtprendre le halal Les iûvestigations de la mission lui oDt penùis de constater que beaucoup de préjugés sur ies produits lala/, liés à I'ignorânce, étâient à l'æuvre dans la popuiation résidant en France, qu'il s'agisse de musulmans ou de non musulmans. paraît urgent de donner au public une inlomration sur ce qu'est ut produit halal, afi:fi d'éviter à la fois l'ostracisme d'un côté et des conduiles de consommaiion qui seraient contraires à la santé publique de I'autre.

C'est pourquoi

il

6'voir

Ia note d'urformarion n" 2000 30 établie prr la DGCCRF à la suite d'un contrôle de I I producl€urs de produirs ,d/.r/ élaborés. Ëlle relève l'incorporâtion d'irgrédients camés < ne pouvunt ê1, e quali|iés de halal , er une (rrrcrc? I adéquatian entie les Drc lia s d étittuetuSc et la canryosition .les prc.{uib r. (Ceftai s opérctcutt :tc Joumittct urpràs d etublissenrcùts,1e procAhtu e ducuna |i!ço à ln abaudge ûtûe| 11saùrc que seules qucktucs enh'qrilcs où1 utte tfttç(bilité suJjivu e à ce tÀ'euu. Il u ëtt conrtaté rtu un pto.lucteut utilinù utic ptcputûtia rl ttuitift conte a t du suttg le porc>. La note conclul: <pour une part 11011 ne,éligeable dc h prcductia , I eudai du tenrc hakl cst usutpé. ll ! ugil pour I essenriel .le t !\ret u ùtveau (tuiliklttffiible ct l.uniriokr h co ryntih,itë tanl.titc dcs enrteptises @n?ûies. [ ..] Le foû Poutae tage .t anonnlies rclevë,ûntte l tctêt dc tcltfotcd le co"trôle de ce sectew pafliculier. Notre dé alche devrcit

eu^ à fonraliset leuft crise ces ûs à ri! .les Ioutltissews .le ûtiète\ Jërcnticlu iquc ha pnisant lu pasilio,l des natquées. ù

cotllune

les h tù sfo, nnû

élabannt

un

lnspedion Cénérulc dc I

Adnrinisû!tio

lispcclion Génér!lc dc

ConscilCénéral Véré.inaire

1

^griculturc-

rtt ttitci.cn 53


Rappot d enquête sw le champ du halal /Prcpositions

En effet, le prcd:uit halal n'est pas de meilleure ni de moins bonne qualité sanitaire qu'un autre. Il est sinplement different car préparé selon un tuel qui a ses exigences, qui doivent être connues. ll semble impératif de lutter contre cefiains préjugés, qui conduisent par exemple des élèves fréquentant les cantines scolaires à refuser toute viande, au motifque celle qui leur est proposée véhicule des maladies. li semble aussi nécessaire d'informer les personnels des cantines sur les règles du rala/ (précautions pour la mânipulation et le stockage).

L'illlomatioù du consomnateur est assurée par un certain nombre d'organismes publics

et

privés, qui, à la connaissance de ia mission, n'ont pas traité le champ du halal.

Il incombe à la DGCCRF d'impulser une action d'infomration et de communication auprès de ses interlocuteurs (associations natioDales de consonmateurs) et de f institut national de la consommation, qui peuvent lui servir de relais. L'institut national de la consommation, établissement public indust el et commercial créé par le déclet n" 90-381 du 4 mai 1990, réalise des essais conrparatifs de produits et de seNices, conduit des études techniques, économiques et juridiques, ûène des actions de fonnation ei d'éducation à la consommatiorl aLr sef,/ice des consonmateurs, des usagels et de leurs organisatiolls. Il édite un hebdomadaire et un magazine grand pubiic (60 nillions de consorrmateurs) et produit des émissions télévisées (CONSOMAC).

L'institut nationâl de prévention et d'éducation pour Iâ sâùté (INPES), établissement public sous tutelle du ministère de la santé, édite des documents relatifs à la nut tion et les difluse largement. Il pourait également relayer une telle infomation.

Le conseil nalionâl de l'alimcntation, institué en 1985 aùprès des miûistrcs chargés

de

1'âgricu1lure, de la santé et de la consommâtion, est consulté sur la définition de la politique de l'alimentaliorl et notammeDt sur l'infomatio|l des consommateurs sur les produits. Il regroupe d'ailleurs des représentanls de la lilière agroalimentaire, des consommaleurs, des scientifiques et des administrations.

Les interprofessiors disposenl égalenert de budgets leur pemlettant de mieux inlonner les consommaleurs, y compris ceux de conlession musulûane qui représente un débouché importanl pour les producteuis. 1.3.3.2 Inforner laus les cortsonlntateurs sut les n@des d'abLtttage ?

Lcs nécessités écononiques auxquelles sont soumis les abatteurs font qu'une partie de la viânde abattue rituellement, lc plus souvent sans étourdissement pre npfien, est cottsonmée par des non musulmans, en géùéral à leur insu. Cetle siluation pourait rapidcment être source de difhcultés, au lur el à mesure que les associâtions de protection animale, relâyées par celles de défense des consonùâteurs, gagneront en audience. En outre, la mixité des circuits de distribution est susceptible d'engendrer des polén1iques en cas de succès des dispositils juridiqLres de ceftification précédemment évoqués. Les coûts du dispositil, et l1otaûment de I'iDtervention d'orgaDismes indépendauts dc contrôle, seront en

lnspccrion Cénérâlc dc L'Adnlinisft!non Iospcction Cénér,rl. dc

l'Agriculrurc

Conscil Générâl Vélérin!trc


Rapport d enquête sur le chanp du halal /Prcpositions

effet pour partie répercutés sur des consommateurs non musulmals, sauf à mettre en place une comptabilité complexe selon le circuit de distribution. Dans ces conditions, certains préconisent que le mode d'abattage devietrne une mention ollligatoire de l'étiquetage (cf. I'OABA eir Ftance o]ule FAIIC en Grande-Bretagne).

Une telle évolution causerait des préjudices économiques importants. Elle ne semble pas souhaitable. Elle pouFait nettrc en pédl les établissements pratiquant l'abattage dtuel qui ne doivent leur survie qu'à la complémentarité des circuits de distribution. Elle rédùirait de ce fait le taux d'auto approvisionnement français pour les produits camés, en rendant nécessaire un recours massifaux importations. Elle compliquerait la vie quotidieme des fidèles désireux de pratiquer leur religion: les produits rituels produits en France deviendraient plus rares et plus chers, alors qùe les produits rituels d'impoftation Ire seraient pas plus dignes de confiance qu'aujourd'hui.

L'information du consommateur sur les modes d'abâttâge doit plutôt être laissée à I'initiative des acteurs privés. Tout comme il revient aux représentants des mùsulmans de France de s'organiser pour mieux structurer le champ du halal et gagner la confiance du consommateur musulman, il revient aux < welfadstes )) et aux associations de coffommateurs intéressées de faciliter I'information des consommateurs désireux de ne pas manger de viande abattue rituellement. La réglementation actuelle, si elle permet d'envisager des étiquetages comprenant des allégations li.ées au halal, pemettrait tout autant un étiquetag€ facultatif du

type ( abattu avec étourdissement

)).

55 lnspcction GénéÉlc dc

l'Àdnliristrrlion lnsp3ctio!

Cénérale dc

l Agr'culture Conseil

Cénéra1 vétérinatre


Rappott d'e quête sur le champ du halal /Prcpositions

SYNTHESE DESPRoPoSITIoNS

tl

Il semble utile que le ministère chargé de I'agriculture et, en son sein, la DGAL, se mctte en mesure de Enquête €xhaustive de la DCAL auprès comaître avec précision les quantilés abaitues ,aldl dans les abattoirs fiançais €t la part corcspondarte au resard de la orodLcrron mLronâle esDece Dar e5nèce

des

abattoirs français.

lâ DGAL et de la DGCCRI pour I'appréhension de dispositifs juridiques repréoenranr) de" musulm.n, er des filleres qur ie complexes: câhier des charges fâcrltatif en nontreront désireux de prendre I'initiative pour matière d'étiquetage, certificat de conformité produit. atlestation de spécificité, nÂrque coDtribuer à la structurâtion du champ du/?a/dl.

Il

coDvi€Dl d'appoter

une aide juridique

Soutien de

aux

collective de c€rlifi cation.

Abrogalion des arrêtés ministériels des 15 Au cas oir 1e CFCM réussirail à prendre I'iniliative, le décembre 1994 €127 janvier i996, pouvoir d'habihation des sacrificateurs pounait lui être Remplacenent par un anêlé d'agrément du alrribué de façon exclusive, ou êtrc attribué aux CFCM ou des différ€nts CRCM, différents CRCM, chacun devenaff compétent sur sa ModificalioD éventuelle de l'ârticle R.214-75 du région.

Ce pouvoir d'habilitatioû des sacrificâleurs pounait êlr€ Abrogâtion des anêtés ministériels des 15 renplacé par un pouvoir d'hrbilitation des chaînes de décembre 1994 €t 2Tjanvi€r 1996, production ,a/a/, iequel serait confié, comme Remptacement pâr un alaê1é d'agrément du précédemnenl, au seul CFCM ou aux différents CRCM. CFCM ou des diférents CRCM, Modificalion de I'arlicle R.214,75 du code rural.

-

DMAT (bur€au des culies) sur les 51 sacrificâleurs hâbilités pâr des Enquêre conjoinre DGAL

Il

préfets de département

et les

raisons de ces

respccter les ârticles R.214-75 el habililations, les 9 sacrificateurs exerçant sur R.215 8 du code rurâl sur le teûâin. habililâlion d'un CRCM, 1es 30 sacrificâteurs

nnporle d€

fa;e

intervenant sans habilitation.

Des

mesures

appropriées devronl ensuite ètre prises par

Les

Il

conviendlail de séparer plus neuemenl les rôLes Ordre de service de la DCAL du ninisrère de respecul) de laJroriré re i8'eu'c cr des servrces I'agriculture. vétérinaires.

Une grille de contrôle des chaines d'abâllage riluel L'initiative des DDSV du sud ouest mérile d'êr.e pounair èrre élaborée tlle seNirdir aJr serrnes suivie. Ses résultais pouÛâient évenluellemenl vélérinaires lors de leurs visiles routiùières de être repris âu niveau nâlioùâI.

Il

inporte d'adapt€r la lisie des nâtériels d'abattage Révision de la letke

l.I cJ' d.b"rug,

-

ordre de seNice de lâ

DGAL du 13/02104.

recomus corform€s.

r:rJel. le' dbd[or^ pourrdieut fJire Modification

de l'arrêté du 17 n

rs

1992

modifié.

4.1

L'Etât devra nettre en (luvre une politique d€ contrôle lns. ripron de .onûôle' de producreur, ldld/ er a<\urer la .épre-ron de. Iaude: que se- scttice' plan mettraienl au iour ltromoeries ou contrefacons)-

Inspecrion Cénéralc de I'AdrninistElion

-

lnspcclron Cénérale de

d'action de la DGCCRF.

l'AgrkultuÈ ConseilCénéralVétérinate

bu


Rapporl d enquête sur le chanp du halal /Propositions

auprès

de ses

interlocuteurs (âssociations

nalionales de consonùMteurs) et de I'illstitut national de la consommarion, qui peuvent lui

Fait à Paris, le

l"

septembre 2005.

M. Râmiro RIERA Inspecteur général de

I'administration

M. Simon BABRf,I Inspecteur de I'administration

Mme Françoise VERLIAC M. Jean-Michel BERGES Inspectrice générale de Inspecteur géléral de la I'agriculture santé publique vétéri[aire

M. M'hamed FENINA Chargé de mission à I'inspection générale de

I'agriculture

lnspccrion Cénérale de I AdminÈtration

-

lnspection GénéÊle dc I'Agriculture Co.seil Cénéal Vétérinare

57

Rapport COPERCI Etude sur le Champ du Halal  

Rapport COPERCI Etude sur le Champ du Halal

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you