Issuu on Google+

FESPA World Magazine - Issue 38, January 2005, French Edition La lettre de la Rédactrice en Chef C’est toujours un bon moment pour passer en revue tout ce qui s’est passé dans l’année et pour anticiper les nouveaux défis que 2005 ne manquera pas d’apporter. L’année prochaine sera particulièrement importante pour la FESPA, non seulement à cause de l’exposition prévue de longue date FESPA 2005 qui se tiendra à la fin de mai, mais aussi parce que FESPA World Expo India sera lancée à l’automne. Vous trouverez d’ailleurs plus d’informations sur ces deux évènements respectivement page 22 à 26 et pages 26 et 27. Naturellement 2004 a été un moment important dans l’évolution de Fespa World à la suite de sa relance en mars dernier et j’espère que le magasine va continuer à évoluer en 2005 – il n’y aura sûrement aucune diminution des évènements excitants à couvrir. Il faut quand même – pendant que nous y sommes - que je vous demande une petite faveur : considérons cela comme un cadeau de Noël que vous me feriez ! La rubrique « En Vitrine » est une de mes favorites – après tout, rien de ce que nous couvrons ne mènerait quelque part s’il n’y avait pas une application finale et un client voulant bien payer pour elle. J’espère absolument que l’an prochain, vous essaierez de faire un album de photos de vos travaux et surtout que vous voudrez bien le partager avec moi ! Dans notre prochain numéro, vous trouverez tout ce qu’il faut savoir sur FESPA 2005, mais, d’ici là, avec la complicité de l’ensemble de l’équipe de la FESPA, j’aimerais vous souhaiter un Joyeux Noël et une Heureuse et Prospère Nouvelle Année. Val Hirst e-mail : val.hirst@fespa.com

NOUVEAU TOUR D’HORIZON 4 NOUVELLES DES FOURNISSEURS Les toutes dernières nouvelles des fournisseurs

8 QUOI DE NEUF EN SERIGRAPHIE 12 QUOI DE NEUF EN IMPRESSION NUMERIQUE 16 NOUVELLES DES ASSOCIATIONS Les dernières nouvelles des associations

18 L’ESMA A LA PAGE 20 SURVEILLONS LE NET Une chronique régulière qui recherche des sites Intéressants pour tous ceux qui travaillent dans la sérigraphie et l’impression numérique


2

21 LE CALENDRIER 22 LA LETTRE DE FESPA 2005 Des tas de fêtes…. FESPA World Expo India Ca commence à chauffer

La Fête FESPA

OPINIONS 29 FORUM FESPA Idées et commentaires. Pourquoi ne pas ajouter votre voix au débat

LES EVENEMENTS MARQUANTS 30 LA GRANDE HISTOIRE SGIA 2004 à Minneapolis, une exposition en demi-teintes

33 FACE A FACE Un pragmatique perfectionniste Val Hirst est face à face avec Ab de Graaf de l’agence installée en Hollande Compasso Mundocom qui s’occupe de la direction internationale des campagnes publicitaires de Nike

36 FOCUS SUR… La publicité d’extérieur 38 EN VITRINE Notre passage en revue régulier de récentes applications de la sérigraphie et du numérique

40

L’ASSEMBLEE GENERALE DE LA FESPA Un passage en revue complet de tout ce qui a été discuté à Stockholm

INFORMATIONS 46

EVENEMENTS Portes ouvertes à Bangkok Dubuit Far East lance une série d’évènements en Thaïlande


3

Un Jubilée d’Or célébré avec classe Michel Caza vient de fêter ses cinquante ans de sérigraphie

50 ENVIRONNEMENT Marabu ouvre la route

ET FINALEMENT… 54 Bien en vie et pétant le feu P.4

NOUVEAU TOUR D’HORIZON Marabu et Paragon Inks collaborent Pic : Gebäude Hair 21 dunkel Leaders reconnus dans leurs technologies respectives, le fabricant d’encre spécialisé dans la sérigraphie Marabu, installé près de Stuttgart et le spécialiste des encres UV Flexo/Letterpress, Paragon Inks d’Edimbourg ont joint leurs forces. Pour répondre à la demande croissante de systèmes d’encres compatibles dans les presses combinées, les deux fabricants d’encre unissentt leurs efforts pour offrir un lot d’encres ayant une compatibilité testée et prouvée. Elles ont toutes les deux conscience de l’importance de la globalisation chez les imprimeurs d’étiquettes et cela a motivé la mise sur pied de leur partenariat. Tout en se développant très rapidement, la flexographie UV en combinaison avec la sérigraphie rotative a engendré un défi au niveau de la certitude de compatibilité maximale en cas de surimpression. En permettant à chaque entreprise de se concentrer sur ses forces, leur partenariat a permis la réalisation d’un « package » de première qualité bien plus vite que prévu et les résultats en ont déjà été largement reconnus. En plus de sa compatibilité démontrée, le package comprend un réseau global de fourniture et grâce au réseau global des distributeurs de Marabu, les technologies d’encres compatibles sont disponibles dans 50 pays du monde. Le partenariat a permis le développement, finement ciselé, d’un nouveau blanc sans silicones pour sérigraphie rotative de Marabu, l’UVRS 172 UltraRotaScreen combiné avec les séries 7000 UV Flexo de Paragon. Non seulement le blanc sérigraphié accepte parfaitement la surimpression en flexo – il facilité aussi une très bonne tension de surface à une vitesse de 65 m/minute.L’encre UV flexo polymérisée fournit une couche excellente et brillante dans la mesure ou elle est imprimée directement sur un support plastique. Leurs nombreuses années d’expérience dans leurs technologies respectives leur permettent de fournir un support technique complet. Les deux entreprises qui grâce à leurs nombreuses années d’expérience dans leurs techniques respectives peuvent donc offrir ce soutien technique complet, voient le partenariat comme étant quelque chose « qui offre des solutions uniques au marché » et elles ont déjà esquissé les étapes à venir destinées à bénéficier à ce marché très spécialisé et fermé de l’impression web. Pour plus d’informations allez sur : www.marabu-inks.com et www.paragoninks.co.uk


4

P.5 Flint Ink va fabriquer des encres en Chine A la suite de la création d’un nouveau site et centre de fabrication à Beijing, en Chine, Flint Ink envisage maintenant de monter une entreprise de fabrication d’encres fluides pour répondre à la demande du marché en expansion rapide de l’impression d’emballages en Chine. Soumise à l’approbation du gouvernement local, la nouvelle entreprise qui s’appellera Flint Ink (Guangzhou) Printing Ink Co., Ltd sera installé à Guangzhou, Chine, dans le sud du pays, pas loin de Hong-Kong. En plus de la fabrication d’encres aqueuses et à solvants pour le marché de l’emballage, la nouvelle usine servira comme site de mélange d’encres pour l’impression en feuille. Si l’on en croit Henry Leong, Président de Flint Ink Asia, le projet de construction se fera en deux phases et la phase numéro un qui comprend l’inscription de l’entreprise, l’achat des terrains et l’ingénierie détaillée du projet a déjà démarré. « Le marché chinois de l’emballage devrait croître de 10 à 12% dans la prochaine décade », dit Leong. « Cette usine, ainsi que notre usine actuelle à Beijing va nous permettre de servir les imprimeurs de tous les marchés d’impression de base en Chine. De plus, Guangzhou est un site stratégique pour l’expansion de notre marché dans le très vaste marché de l’Asie du Sud-Est » . Tests Bêta chez Best Buy Banner pour l’imprimante Nur Expedio NUR Macroprinters a annoncé que les tests bêta de la presse jet d’encre en très grand format UV NUR Expedio ont démarré sur le marché nord américain, suite à l’installation de la machine à Best Buy Banner, un imprimeur grand format installé à Riverside, Californie. Deux unités supplémentaire pour tests bêta ont été installées il y a peu en Europe. Best Buy Banner est un peu une entreprise pionnière offrant des produits nouveaux et innovants dans le monde de la signalétique depuis deux décades et elle fournit maintenant en impression et fabrication une énorme gamme d’applications où l’on trouve les bannières, les toiles de fond, les décors de bus et de véhicules, les décors muraux et les bannières sur pied. Ils ont aussi été une des premières entreprises américaines à installer la presse NUR Tempo jet d’encre à plat. Rose Kniese, propriétaire de Best Buy Banner commente : « nous cherchons sans cesse de nouveaux marchés et nous voulions une machine qui puisse utiliser des tissus pour que nous puissions nous attaquer aux marchés des bannières d’extérieur et aux applications sur tissu. La beauté de la NUR Expedio est qu’elle est beaucoup plus qu’une simple imprimante de panneaux d’extérieur : elle utilise des encres UV et peut imprimer de très grandes bannières – des travaux que, sinon, nous devrions faire en sérigraphie. En tant que première entreprise des USA a avoir installé l’Expedio, nous avons le sentiment d’avoir un outil incomparable vis-à-vis de la concurrence ». Une solution complète pour l’impression de microcannelure


5 Scitex Viison et Esko-Graphics ont annoncé leur collaboration pour fabriquer des imprimantes pour l’impression des displays et des emballages en visant à priori les très petits tirages en grand format numérique. A l’avenir, les clients de Scitex Vision CORjet Premium auront la possibilité de choisir une solution globale prévue pour l’environnement de travail en continu d’Esko-Graphic’ Scope et où les sorties imprimées sont directement modifiées par les tables de conversion Esko-Graphics’ Konsberg. L’imprimante numérique industrielle CORjet Premium de Scitex Vision est une solution d’impression remarquable pour les matériaux cannelés, optimisée pour les applications en petits tirages dans l’emballage et le displays. Conçue comme un système de production industriel unique et complètement automatisé, du début à la fin de la production de l’imprimé, l’imprimante Scitex a été prévue pour être intégrée dans des flux de systèmes existant d’impression industrielle, sans impact sur la surface. Le flux de travail Esko-Graphics Scope est un environnement majeur pour les fournisseurs d’emballages. Il couvre une gamme de fonctions, depuis le travail et ses spécifications via le dessin graphique et les opérations complexes préliminaires à la production jusqu’à l’impression et au façonnage. La collaboration avec Scitex Vision va permettre aux fabricants d’emballages et de displays d’utiliser un seul système de prépresse pour diriger à la fois leurs systèmes conventionnels et la CORjet Premium de Scitex Vision. Des résultats prometteurs pour NUR NUR Macroprinters vient de révéler ses gains pour le troisième trimestre qui s’est terminé le 30 septembre ; ils sont en hausse de 16% à 19,9 millions de dollars à comparer avec le même trimestre en 2003. L’augmentation annuelle des bénéfices de l’entreprise est largement attribuée à l’accroissement de la demande.

P.6 4 NOUVELLES DES FOURNISSEURS Nomination Pic : CEO Tobler Le Groupe Sefar a annoncé qu’il va y avoir un changement de CEO, à la fin de 2004. Après 13 ans d’activité, durant lesquels il a à la fois conduit de nombreux changements dans la structure de l’entreprise et renforcé la présence internationale de Sefar, le Dr. Fritz Schaer va se retirer. Il restera cependant disponible pour mener certaines opérations. Le successeur du Dr. Schaer sera Christophe Tobler qui dirigeait auparavant la Division Industrie du groupe Sika. Christophe a été membre du Conseil d’Administration de Sefar pendant de nombreuses années, depuis 1995 et il est ainsi tout à fait au fait des activités de l’entreprise. Pour se préparer à ce nouveau rôle, Christophe est arrivé chez Sefar début août. Il en prendra la direction le 1er janvier 2005. Pic : MennoBos Intellicoat Technologies a nommé Menno Bos Directeur,des Ventes et du Marketing pour l’Europe. Menno Bos qui a travaillé plus de neuf ans pour Intellicoat et était auparavant responsable des ventes pour l’Europe du Centre et de l’Est, devient le


6 responsable du développement de la présence sur le marché d’Intellicoat pour l’ensemble de l’Europe. L’entreprise a aussi annoncé que Martin van Golen vient de se joindre à son équipe numérique en tant que Directeur de production, position dans laquelle ses responsabilités vont se concentrer sur les ventes au Benelux et en Allemagne. Une autre nomination envisagée va voir Jolanda de Cocq diriger en tant que Directrice de la Communication en Marketting, les équipes de ventes pour développer leur rôle actuel Pic : Tom Kinneman Image Polymers, l’entreprise de toners-résine en joint-venture d’Avecia et Mtsui Chemicals, qui se spécialise dans la mise au point de copolymères acryliques pour des applications électrophotographques, a nommé Thomas F.Kinneman comme nouveau Président. L’entreprise fournit des produits manufacturés, des services techniques et de l’aide aux clients aussi bien aux USA qu’en Europe, alors que Mitsui se concentre sur la fabrication régionale et l’aide aux clients sur les marchés Japonais et Asiatiques. Installé à Wilmington, dans le Massachusetts, Tom, qui était il y a peu Directeur Général chez Cabot Corporation, se concentrera sur les nouveaux produits et le développement des ventes. Il succède à Steve Bagshaw qui lui est retourné chez Avecia en GrandeBretagne. Pic : SGIABoard300 Jane Cedrone, Directrice du Marketing et des Relations publiques de VUTEk a été élue pour servir trois ans au Conseil de Direction de la Specialty Graphic Imaging Association (SGIA), l’organisation sans but lucratif représentant dans le monde des imprimeurs numériques et sérigraphes, des spécialistes de l’imagerie graphique, des enseignants et des fournisseurs. Cette annonce a été faite lors de la récente Convention/Exposition de la SGIA à Minneapolis, et Mike Robertson Président Exécutif de la SGIA, a fait le commentaire suivant : « L’énorme expérience de Jane en technologie numérique et sa compréhension des besoins d’un marché en pleine évolution en font la personne idéale pour faire partie du Conseil ». Dans ses attributions au Conseil, Jane aura la responsabilité de représenter les fournisseurs et de contrôler la stratégie des activités et services de la SGIA. Jane Cedrone qui a travaillé 10 ans pour VUTEk est une conférencière régulière pour la SGIA/DPI et a participé au Comité exécutif de l’association affiliée de la SGIA, la DPI. Le nouveau CEO de Smurfit Townsend Hook est Laurent Sellier qui était auparavant Directeur financier et gérant de Smurfit Limousin. Diplômé de l’Ecole des Affaires de Paris, Sellier s’est d’abord joint au groupe Smurfit dans ses vingt ans et en tant que MD de Smurfity Limousin, il a supervisé un programme capital d’investissement de 11 millions d’Euros. Il remplace Ignacio Sevillano. ICI Imagedata, le fabricant généraliste de produits pour l’imagerie numérique, a nommé Dean Bazenell Directeur des Ventes en Europe. Dean qui dirige une équipe de vente expérimentée sera responsable de la promotion de toute la gamme des produits d’ICI Imagedata dans le monde.

P.8 8 QUOI DE NEUF EN SERIGRAPHIE ?


7 Million 2 Ultra, un choc dans les secteur des arts graphiques IBF Indústria Brasileira de Filme vient de mettre sur le marché une nouvelle génération de plaque thermique, Million 2 Ultra, une plaque d’aluminium grainée électro chimiquement et anodisée, créée spécialement pour les systèmes CTP travaillant en 830 mm qui ne demandent pas de prétraitement thermique pour le développement. Million 2 Ultra a une excellente réponse linéaire de l’émulsion dans l’insolation au laser sans calibration des courbes de densité et sa surface sensible a une bonne résistance au griffage pendant le traitement et une meilleure résolution. Elle offre aussi une meilleure durabilité du bain de développement ce qui réduit les coûts de travail. Pour plus d’informations, allez sur : www.ibf.com.br Un carton de PaperCo idéal pour les sérigraphes Pic : Paper-Co PaperCo a élargi sa gamme de produits graphiques et cartons avec le Duprint XL, un carton couché pour boites créé spécialement pour la sérigraphie. Idéal pour la fabrication de présentoirs pour la PLV et les distributeurs , Duprint XL est disponible sur stock en feuilles de 1067 x 1575 mm et en trois épaisseurs : 550 µ (270 gr/m), 600 µ (295 gr/m) et 700 µ (320 gr/m). Des échantillons imprimés sur Duprint XL sont inclus dans la nouvelle charte d’exemples pour le graphique et le carton qui est maintenant disponible à la demande chez PaperCo avec un guide complémentaire des produits et un tarif. Comme l’échantillonneur de PaperCo pour les papiers fins, la gamme d’exemples comporte des échantillons de chaque sorte de chaque carton en stock tout en ne mesurant que 21 x 5 x 2,7 cm. L’offre de carton de PaperCo se focalise particulièrement sur les cartons couchés, dos blanc pour emboîtages dont trois marque sont en stock – Aurocard, Performa White et Scanwhite. PaperCo stocke aussi les populaires cartons de marque Performa Whiteback et Creamback qui sont disponibles en tailles SRA2, B2, SRA1 et B1 de 290 µ (200 gr/m) à 580 µ (350 gr/m). Scanwhite – le poids lourd de la famille à 700 µ (435 gr/m) – est aussi disponible en tailles SRA2, B2, SRA1 et B1 tandis que l’Aurocard est stockée en SRA2 et B2 en trois épaisseurs - 200 µ (160 gr/m), 230/180 et 265/200. PaperCo stocke aussi le Performa Creamback en 5 épaisseurs de 360 µ (230 gr/m) à 605 µ (350 gr/m). En plus de ses offres importantes en carton pour boite pliante à dos blanc, PaperCo fournit le populaire carton compact blanchi Trucard en simple et double épaisseurs, ainsi que le carton gris hollandais De Halm et l’Eco-Chip à dos blanc et gris « chipboards ». Un carton bière mat de 1,200 µ (500gr/m) est aussi dans le catalogue. Pour plus d’informations, allez sur : www.paperco.co.uk

P.9 Des écrans avec une insolation numérique


8 Pics : CRW4913, 4927, 4987, 5003 Créé au départ pour assembler des scanners à tambour, Colour Scanner Technology GmbH (CTS) a rapidement mis au point une nouvelle gamme de plotters, scanners à plat, équipements de gravure et outils de « Computer To Screen (CTS) ». Sa dernière innovation brevetée DLE (Digital Light Engraver) est destinée aux sérigraphes graphiques pour le CTS en créant une unité complète, construction mécanique comprise, électronique et logiciel approprié intégrés, pour une période de plus de quatre ans. La taille des machines va de 1 x 1 m à 4 x 8 m. Au lieu des méthodes plus classiques de fabrication des écrans qui reposent sur des films utilisés comme masques, ou, plus récemment sur des CTS à masque d’encre ou de cire, l’ émulsion sensible aux UV est exposée et polymérisée numériquement. L’image est projetée via une puce DMD (Digital Mirror Device – de Texas Instruments) directement sur l’émulsion. Chaque puce comporte environ 800.000 miroirs de 14 µ qui réfléchissent la lumière UV et durcissent ainsi l’émulsion. La vitesse de clichage peut atteindre 30 m2/heure selon le système optique de lentille utilisé, disponible entre 500 et 1800 dpi. Le DLE peut s’utiliser avec des émulsions de différents fabricants. Jusqu’à présent, les écrans exposés avec une puce rectangulaire DMD, utilisent un système de mouvement pas à pas, avec la tête se déplaçant continuellement par bande le long de l’écran, chaque miroir pivotant de haut en bas. L’image est donc déroulée à travers l’ensemble du DMD, via chaque micro-miroir, simultanément. CST a breveté sa « méthode de déroulement » qui est un mouvement continu et doux pour insoler l’écran, ce qui facilite la construction mécanique et accroît la vitesse d’insolation de l’image. En plus des résultats de haute qualité, les sérigraphes peuvent économiser sur des consommables coûteux. CST prévoit que le DLE va intéresser tout particulièrement les entreprises qui travaillent avec de grands écrans, ce qui leur permettra d’économiser plus de 80.000 € par an, mais les sérigraphes de toutes tailles seront ravis de l’amélioration en qualité et des économies de temps réalisées, ce qui se traduit par une productivité plus élevée. Pour plus d’informations, visitez…….

Fabriquez digitalement en interne vos films pour la sérigraphie Ferrania Imaging Technologies a mis au point une solution complète pour réaliser les films de sélections de couleur chez vous. Le système est particulièrement utile pour les sérigraphes et peut aussi être utilisé comme une base de départ pour les boutiques d’impression utilisant des flasheuses en interne. La solution utilise une nouvelle génération de films transparents pour jet d’encre (CS Film), une encre UV noire spéciale et un RIP Optijet (Routing Information Protocol) et a en plus l’avantage d’être utilisable en lumière du jour. Le système permet un contrôle total de la sélection des couleurs. Une combinaison de la toute dernière technologie des têtes pour jet d’encre et un système film-encre spécial donne une qualité de point élevée – un must pour ce type d’application, en assurant un travail rapide dans le département prépresse.


9 Le nouveau film pour jet d’encre CS Film a été spécialement créé pour optimiser les résultats, assurer un maximum de densité aux UV et une qualité d’impression allant jusqu’à 65 lignes/pouce (26/cm) en utilisant un système AM combiné avec l’encre noire UV spéciale. Il est aussi possible de faire de la FM pour des applications offset. Le RIP spécial OptiJet a toutes les fonctions demandées pour la sélection des couleurs classique, avec une flexibilité adaptée à différents schéma de travail. Il offre un contrôle complet de fréquences, formes, angles, fréquence et stochastique avec un contrôle de la taille du point. Ce produit est en plus capable de riper, imprimer et dérouler simultanément les travaux pour accélérer le travail. Pour plus d’informations, allez sur : www.ferraniait.com

P.10 Spartanics promet un triple passage Pic : spartanics 560 Spartanics a sorti une version large de 75cm de la technologie la plus précise du monde en matière de découpe platine, la Spartanics M500 Wide Format Die Cutting System. Ce système permet à ses utilisateurs d’obtenir un passage plus important pour des pièces de dimensions des sacs ou plus petites en feuilles de 72 ou 96 – 28 ou 39 et de profiter d’une précision de repérage au 1/10e de mm ou un meilleur repérage dans les axes X, Y et Theta pour grande et petites pièces découpées en platine. Spartanics M500 qui repère à chaque tour de presse à une vitesse de production de 165 coups/minute. Ce sont les systèmes à guichets qui offrent la technologie la plus souple pour l’obturation – configurés ou bien pour alimentation en bobine ou en feuille, des outils durs ou découpe au filet acier et qui sont vraiment capables de traiter le plus grand nombre de sortes de matériaux, y compris certains matériaux élastiques mal adaptés à d’autres type de découpe platine. Pour plus d’informations, visitez : www.spartanics.com Les films polycarbonate Longhua ™ Un nouveau film polycarbonate (connu sous le nom de marque Longhua) a été mis au point par Manyang Longhua Chemical Co en Chine et est maintenant disponible en Europe. Le film polycarbonate Longhua qui est maintenant disponible dans une grande variété de brillances et de textures combinées en épaisseurs de 75 µ à 1 mm , offre toutes les caractéristiques de base que l’on peut attendre d’un film polycarbonate, mais ce sont la combinaison unique de chimie à base de résine et de la méthode de fabrication qui la rendent particulièrement réceptive à l’impression avec des encres UV, comme les séries PTX de NorCote international. Ces encres ont une excellente adhésion sur les films polycarbonate de Longhua et, à cause de la polymérisation UV, elles n’ont aucun effet sur la structure interne du film de polycarbonate et créer un certain stress dans celui-ci. Dans des tests menés à la fois aux USA et en Europe, la combinaison des encres PTX et du film polycarbonate de Longhua, semblent totalement complémentaires dans la mesure où cela permet des niveaux beaucoup plus élevés qu’auparavant de mise en œuvre d’impression et de gaufrage à faire sur certaines pièces.


10 Une autre contribution à la durée de vie qui peut être espérée avec une technique de formage hydraulique pour gaufrer l’overlay. Le formage hydraulique est une technique de gaufrage à froid qui utilise la pression hydraulique appliquée à travers une membrane diaphragme sur un outil à un seul sens (male ou femelle). L’outillage à un seul sens permet d’éviter les dommages causés par des outils mâles et femelles combinés mal ajustés et réduit le stress du matériau récemment formé.Cette réduction du stress est permise grâce à l’équilibrage des pression de formage et de blocage équilibrées sur l’ensemble de la feuille. La précision du repérage est maintenue par un très haut niveau d’utilisation de pointeaux et de cibles de repérage imprimées. La nouvelle combinaison du film polycarbonate de Longhua et des encres de la série PTX, est encore accrue par l’utilisation du formage hydraulique ; elle signifie qu’un nouveau niveau de performance a été créé et que, une fois encore, cela fait des films polycarbonate un choix séduisant pour l’imprimeur et le donneur d’ordre. Pour plus d’informations, allez sur : www.atlantic-polymers.de P.12

12 QUOI DE NEUF EN NUMERIQUE ? Seal sort une laminatrice liquide nouvelle pour le très grand format Pic : SW3300 panneau de contrôle SEAL Graphics vient d’ajouter l’AquaSEAL SW3300 à sa gamme de laminatrices liquides permettant des protections d’impressions numériques contre les UV, les produits chimiques, l’eau et l’abrasion, particulièrement pour les affiches d’extérieur grand format, les rideaux latéraux de camions et d’autres applications sur supports flexibles. Si les machines de SEAL Graphics ont toujours été réputées pour la robustesse de leur construction, cette nouvelle laminatrice a des caractéristiques nouvelles en matière de d’ingénierie et de conception. Elément unique de la SW3300, elle mesure la vitesse de passage via un encodeur en haut sur la face pour permettre une précision totale ; en même temps, le système AccuCure mesure la température de surface du support et régule la vitesse de passage pour obtenir le degré d’adhérence maximal. La machine, capable de laminer des protections liquides à trois mètres/minute dans des largeurs allant jusqu’à 3,3 mètres, est aussi extrêmement facile à utiliser grâce à des ajouts tel un panneau de contrôle tactile LCD pour contrôler les fonctions marche/arrêt, la chaleur et la vitesse. Un système de séchage infrarouge automatisé s’y ajoute avec des éléments de chauffages segmentés pour économiser l’énergie sur des supports plus étroits et il existe une plomberie commune pour les machines à double ou simple réservoir, ce qui contribue à fournir un écoulement efficace du liquide. Après utilisation, le réservoir de vidange non adhérent et une valve de drainage spéciale sont de véritables bonus au moment du nettoyage. La SW3300 de SEAL Graphics a été également dessinée pour fournir un système de prise pour la sortie amovible et plus léger et un dérouleur amélioré tant pour les supports en bobine que repliés; et aussi des manipulateurs de rouleaux multiples et des senseurs de fin de rouleau.


11 Pour plus d’informations, allez sur : www.sealgraphics.com Jetrion étend ses séries 300 Jetrion LLC, une succursale à 100% de Flint Ink, a développé les séries Jetrion Inkjet System en y ajoutant deux nouveaux systèmes d’impression jet d’encre qui offrent aux clients un choix plus important de niveaux de prix et de performances pour pratiquement n’importe quelle application en impression jet d’encre sur n’importe quel marché. Les nouveaux systèmes jet d’encre Jetrion 301à et Jetrion 3005 ont été créés pour fournir aux utilisateurs une option de choix de technologie piezo ou thermique et des encres UV, solvants ou aqueuses pour répondre aux demandes des différentes applications. La Jetrion 3010 est une imprimante bon marché très bien adaptée aux adressages de courrier, et aux marchés de l’emballage et des spécialités ; alors que la Jetrion 3005 est la machine idéale pour les entreprises qui veulent travailler dans des secteurs plus performants comme la reliure et le façonnage. Ces deux nouvelles imprimantes complètent le système jet d’encre Jetrion 3025, une machine emblématique qui a été lancée au début de cette année et se cible sur les entreprises qui demandent un adressage de haute qualité, des codes barre, des nombres et des messages différents sur les produits imprimés. Elles sont aussi idéales pour des applications qui demandent des images de haute durabilité sur des papiers et des films très brillants. Les trois imprimantes sont maintenant disponibles. Pour plus d’informations, e-mail à : info@jetyrion.com

P.13 Des systèmes d’alimentation d’encres modulaires pour de l’impression bon marché Pics : I-sub Bulk Ink Feeder Pour faire suite au succès des systèmes d’alimentation mis sur le marché l’an dernier dans les imprimantes à teintures sublimables, I-Sub a lancé un nouveau système modulaire particulièrement destiné aux imprimantes jet d’encre en grand format. Le système d’alimentation Bulk Feeder qui leur permet « d’alimenter » efficacement en partant d’un volume d’encre externe plus important, est un avantage énorme quand il est question d’impression en grand volume. Les imprimantes numériques grand format sont habituellement alimentées par des cartouches de 220ml pour chaque couleur. Le nouveau système I-Sub Bulk Feeder utilise des bouteilles plastiques d’un litre qui donnent à l’opérateur un système d’alimentation d’encre propre et facile à utiliser, ce qui autorise à la fois des coûts d’impression plus faibles au mètre carré et lui permettent de voir exactement quand il faut recharger en encre. Chaque Bulk Feeder est monté sur le châssis de l’imprimante en utilisant les points de montage existants créés par le fabricant de l’imprimante et l’on peut l’ajuster complètement en hauteur pour affiner l’alimentation en fonction des différentes tubulures et de la viscosité de l’encre. Une unité six couleurs est le standard disponible, mais dans la mesure où le système est modulaire, I-Sub peut aussi fournir des jeux de quatre, huit et douze couleurs si nécessaire. Pour plus d’information, allez sur : www.i-sub.co.uk


12 New VEEjet de Scitex Picd : Veejet+300 VEEjet+est une imprimante à plat numérique qui a amélioré la technologie et la réputation de son prédécesseur, la Scitex Vision VEEjet, et offre de nombreux éléments améliorés y compris un logiciel perfectionné et une interface graphique GUI intuitive et facile à utiliser. Cela permet de diminuer le temps de mise en route puisque l’on peut préparer un travail alors que le précédent est encore en cours d’impression. En plus les nouvelles fonctions de répétition des poses et de pré lecture des fichiers permettent aussi aux opérateurs d’obtenir des résultats de haute qualité et des changements rapides dans un environnement efficace en matière de prix de revient. Point essentiel, la VEEjet+ utilise une nouvelle génération d’encres UV sans danger pour l’environnement et qui donne des résultats remarquables. La nouvelle gamme VisionInk UV200 Supreme a été spécialement mise au point pour la VEEjet+ et offre une plus grande souplesse qu’auparavant, ce qui permet aux utilisateurs de couper et plier au façonnage après impression. Une adhérence améliorée de l’encre assure en plus une qualité optimale quand on imprime sur des supports difficiles comme les plastiques semirigides. La VEEjet+ a aussi la faculté d’imprimer sur une gamme pratiquement illimitée de supports rigides comme le métal, le bois, la céramique et les plastiques, avec sur tous des détails et des textes fins. La clef de la souplesse d’application de l’impression est que le support ne bouge pas pendant l’impression de l’image dans la mesure où ce sont les têtes d’impression qui se déplacent sur toute la longueur du support ce qui permet d’imprimer avec succès des supports à la fois lourds et fragiles. La VEEjet+ offre maintenant en plus un positionnement par pions ce qui permet des calages plus précis et plus rapides, ainsi qu’une meilleure manipulation des supports et de l’impression double face. Elle peut s’accommoder d’impression sur des matériaux de n’importe quel type jusqu’à 2 x 3 mètres et une épaisseur de 4 cm. La résolution de sortie est de 720 DPI à une vitesse de 36 m2/heure, ce qui en fait une machine parfaite pour la PLV, la publicité intérieure et extérieure et la signalétique d’extérieur ; elle offre donc un éventail de possibilités quasiment illimité. Pour plus d’informations, allez sur : www.scitexvision.com Nouvelle encre pour la gamme Rho Durst vient de lancer deux nouveaux jeux d’encre UV pour sa gamme d’imprimante Rho qui sont destinés à compléter sa gamme existante d’encres Flexible Ink Set et à offrir des solutions économiques pour certains types de travaux. La Rigid Board Set est utilisable sur toutes sortes de matériaux cartonnés et a aussi une excellente adhérence sur les acrylates et les polycarbonates sans besoin de primaires d’accroche. La Paper Board Set, la moins chère des trois est utilisable sur des cartons et des supports en bobine avec des surfaces PVC ou papier. Elle a une vie en extérieur courte et une vie en soi de dix semaines maximum. Pour plus d’informations, contactez : tél. +44 (0) 1372 726 262 P.14 Scitex Vision demande aux imprimeurs de « penser numérique » Pic. Supercor300


13 L’impression numérique arrive finalement dans l’emballage, apportant des possibilités nouvelles et en ouvrant une ère nouvelle pour les imprimeurs d’emballages qui doivent faire face à une demande pour des petits tirages dans des délais très courts. Répondre à ces défis tout en accroissant les marges est maintenant possible grâce à des imprimantes comme la jet d’encre CORjet à haute vitesse, haute productivité de Scitex Vision. Scitex pense quand même qu’il faut – pour en tirer le maximum de parti - que les imprimeurs et les acheteurs d’emballage commencent à « penser numérique ». Penser numérique signifie plus que simplement l’élimination des films, des plaques, des mises en route et des pertes liées : il faut au moins changer tout son système de pensée. La tendance est de penser en termes de personnalisation, localisation, petits tirages, et impression à la demande, mais il y a encore plus. Voyons l’imprimeur flexo d’emballage qui voit un de ses clients le contacter le mercredi. Le client lui dit qu’il a besoin de1.200 displays PLV pour le lundi suivant. Comme il ne s’agit pas d’un travail vraiment fait pour la CORjet, l’imprimeur demande « de combien avezvous réellement besoin pour lundi ? » Cela ne semble pas devoir être une question cruciale pour le client parce qu’il ne pense pas numérique, mais il appert qu’en fait il a besoin de 200 exemplaires pour le lundi et le reste pour le vendredi d’après. Dans la mesure où le client a l’habitude de penser grands tirages fait d’un seul coup, il présume que tout doit donc se faire d’un coup et qu’il a besoin de tout pour le lundi ce qui n’est pas le cas. Le propriétaire de la CORjet accepte le travail, imprime numériquement 200 exemplaires pour le lundi tout en préparant le travail en flexo pour une livraison le vendredi suivant. S’il n’avait pas « pensé numérique », l’ensemble du travail lui serait passé sous le nez. Cette approche facilite aussi la demande de campagnes « dosées », tout en limitant les risques et en réduisant les stocks. Bien sûr, il faut d’abord que l’imprimeur possède la CORjet de Scitex Vision, actuellement la seule solution numérique de ce genre. La CORjet fournit des impressions de haute qualité en six couleurs avec une résolution de 600 dpi à raison de 150 m2/heure et imprime industriellement en continu. Elle est le parfait complément de l’impression flexo parce qu’elle utilise aussi des encres aqueuses qui ont reçu une certification environnementale et une approbation d’utilisation pour les emballages alimentaires en UE et aux USA. La CORjet de Scitex Vision utilise des fichiers classiques (PS, EPS, PDF, TIFF ou JPEG) ce qui permet à la presse de s’intégrer dans n’importe quel environnement numérique, sans problèmes en vue de la production. Elle peut aussi imprimer sur une vaste gamme de supports cartonnette, cannelure, plastique, PVC, polypropylène et autres. Penser numérique permet aussi d’assumer le potentiel des Données Variables d’Impression (DVI en français, VDP en anglais), ce qui peut comprendre les codes barre, le numérotages par lot, les changements de langues, la localisation, les variantes d’image et une personnalisation totale. Ce sont des éléments de valeur ajoutée que les imprimeurs d’emballage qui pensent numérique peuvent développer et exploiter à leur avantage. Autour du monde, les utilisateurs de la CORjet de Scitex Vision n’arrêtent pas de découvrir de nouvelles applications pour leurs presses comme l’impression de carton, les displays de PLV, les panneaux d’exposition, les échantillons et les tests de marketing, les réimpressions, les produits en éditions spéciales en petites quantités et des éléments de toutes sortes fabriqués « à la demande ».


14 (in a special box) Scitex révèle l’existence de sa presse CORjet Premium au salon SuperCorr Expo d’Atlanta, USA. Basée sur la CORjet, la nouvelle presser offre des caractéristiques perfectionnées qui augmentent la qualité et la fiabilité tout en boostant la productivité. De nouveaux capots transparents permettent à l’imprimeur de mieux contrôler l’impression tout en augmentant la productivité du système. Un système d’encrage à la pointe du progrès donne une haute qualité d’impression et une grande fiabilité au système ; une nouvelle technique de projection de l’encre donne de grandes améliorations en qualité dans les couleurs en à plat, tandis qu’un nouveau logiciel permet un système de fonctionnement moins contraignant et plus efficace. En plus, il y a des améliorations du prétraitement qui, en combinaison avec une formulation d’encre aqueuse sans dommage pour l’environnement accroît encore la gamme des supports utilisables.

P.16 16 NOUVELLES DES ASSOCIATIONS Une nuit scintillante des prix pour la SPA Les environs augustes du Stationers Hall de Londres ont été le délicieux endroit choisi par l’Association Britannique de Sérigraphie pour fêter la remise des Prix de son second concours annuel. Quelques 200 personnes se sont régalées d’un délicieux dîner avant d’applaudir les récipiendaires des onze Prix destinés à récompenser les meilleurs travaux en impression sérigraphique et numérique. Augustus Martin a été le grand vainqueur en sérigraphie avec 3 prix et tous les vainqueurs ont été chaudement félicités pour leurs succès Augustus Martin à trusté les prix les Prix pour des PLV 2 D, l’Impression Jet d’encre en grand format et l’Impression sur Plastiques. Johnson Matthey a reçu le Prix de la Sérigraphie Industrielle, et Polyprint celui des Displays en 3D. Imaginators a été récompensé pour son travail dans la catégorie de l’Impression Numérique en très grand format et Clearpoint Services est parti avec le prix de la PLV. Media North a eu le Prix de l’Affiche et le Groupe Simpson a remporté le Prix de l’Impression pour PLV. Les deux derniers Prix ont été gagnés par The Print House Group pour l’Impression d’Emballages et Robert Keen de Bovince a été élu le « Jeune Sérigraphe de l’Année ». Pics : le Jeune Sérigraphe de l’Année Robert Keen avec John Barret le rédacteur en chef de Screen Process and Digital Printing, un mécène important des Prix annuels. Pour plus d’informations, allez sur : www.spauk.co.uk

P.17 Une année à succès pour l’Association des Sérigraphes de Serbie et du Monténégro.


15 En 2004, l’Association des Sérigraphes Serbes et Monténégrins a soigneusement préparé la Foire Graphique de Belgrade qui s’est tenue en octobre. Considérée comme l’événement le plus important en Europe du Sud-Est, la Foire a attiré des visiteurs d’aussi loin que la Hongrie, la Bulgarie, la FYR Macédoine, la Croatie, la Bosnie et l’Herzégovine, la Slovénie en même temps que ceux de Serbie et du Monténégro. Un grand choix d’équipements tant pour la sérigraphie que pour le numérique a retenu l’attention des visiteurs, tout comme les produits annexes exposés par des fabricants venus d’Amérique et d’Europe tout comme par des entreprises plus rapprochées. Une intéressante série de conférences a été tenue lors de la Foire et a attiré énormément de monde. Les exposants se sont déclarés très satisfaits tant par l’excellente qualité de l’organisation que par les moyens offerts et ils ont exprimé leur satisfaction sur la qualité des nouveaux contacts commerciaux noués qui a culminé avec le nombre important des contrats signés ! La prochaine Foire de Belgrade se tiendra en Octobre 2005 et nous suggérons à nos lecteurs de le noter sur leur agenda !. L’Assemblée Générale de l’association s’est tenue à Arandjelovac en septembre dernier et Dusan Golubovic a été réélu Président.Dusan Kovacevic, élu Secrétaire de l’Association va l’aider pour l’année à venir. Kovacevic a une expérience très concrète en sérigraphie, surtout en signalétique routière et il est aussi très respecté de ses collègues et des membres de l’association qui louent son habileté et ses connaissance dans le domaine. Pour plus d’informations, allez sur : tehnologika@beotel.yu La SPA de Slovaquie démarre un cycle de cours de requalification des imprimeurs L’Association des Sérigraphes Slovaques a vu le démarrage du premier cours de requalification pour les sérigraphes en octobre dernier. Ce cours qui a lieu à l’Ecole conjointe de Polygraphie de Bratislava a été suivi par 14 participants venant de toute la Slovaquie. La structure de ces cours a été définie au départ par l’Association qui joue aussi le rôle de superviseur depuis qu’elle a été reconnue pour son activité éducative par le Département de l’Education de la République Slovaque. Le Secrétaire de l’association Ludovic Bartos a inauguré ces cours par un bref discours de bienvenue., Milan Lederleitner de l’Ecole de Polygraphie a fait lui un cours sur le prépresse et la colorimétrie. Les participants aux cours seront en mesure d’améliorer leurs connaissances tant sur les technologies nouvelles que sur celles qui existent depuis longtemps et ces connaissances seront aussi mises à jour en profondeur, y compris au sujet des tous derniers matériaux. Ils pourront aussi apprendre des choses sur la sécurité sur le lieu de travail et les données sur l’environnement et l’écologie lors des périodes de deux jours qui offriront un intéressant mélange de cours, de discussions et d’ateliers de travail. Les cours s »étendent sur 120 jours et se terminent par un examen avant la remise du diplôme. L’examen est écrit, avec en plus la présentation d’un travail imprimé, de façon à ce que les étudiants puissent faire la somme de leurs connaissances théoriques et de leur habileté pratique. Chaque participant est ensuite certifié selon la Loi des Entrepreneurs Slovaques qui demande que chaque personne travaillant dans la sérigraphie ait la qualification requise. Les ateliers de travail ont lieu dans des entreprises de sérigraphie et les locaux de fournisseurs sélectionnés. Le premier a lieu chez Kasi Ltd à Bratislava. Une conférence de


16 Rudolf Jancovic, propriétaire de l’entreprise et un employé expérimenté, Juraj Papulak parle de la fabrication des écrans. Pour plus d’informations, allez sur : www.sietotlacovyzvaz.sk

P.18 18 L’ESMA A LA PAGE Le Président Rudi Röller arrive maintenant à sa deuxième année en poste et a été très occupé à renforcer les liens entre l’ESMA et les autres associations importantes comme la FESPA et la NASMA et il reste déterminé à faire en sorte que l’ESMA et la FESPA puisse travailler ensemble pour créer une base solide et cohérente pour les « impressions spéciales » (quel nom débile entre nous ! Note de la trad.) en Europe. L’ESMA a été très occupée cette année, par la publication d’articles écrits par ses divers Comités et par ses membres pour le numérique. Ces publications informatives qui sont disponibles en Anglais, Allemand, Français, Italien et Espagnol, peuvent se trouver sur le site de l’ESMA à www.esma.com et ont aussi été distribuées par les bureaux de la FESPA et tous les grand magazines mondiaux. C’est un service gratuit offert par les fabricants à leurs clients pour les aider à affiner ou rafraîchir leurs connaissances et leur compréhension de différents aspects des impressions spéciales et à les aider à améliorer leur efficacité et leur sécurité. Dans les sujets développés cette année on trouve : En provenance du Comité Santé et Sécurité Les feuilles de données sur les produits chimiques Du Comité des Développements Techniques et de la Standardisation L’exposition des écrans, paramètres et contrôle Méthodes de test – séchage ou Polymérisation des encres UV Vérification de la vie des lampes UV avec des logiciels téléchargeables Du Comité Numérique « Les imprimantes numériques à plat », préparé par Sericol « Les encres à solvants pour l’impression numérique », préparé par Staedtler Mars En plus de cela, l’ESMA a travaillé en relation étroite avec le magazine Glass pour mettre au point un supplément couvrant les différents aspects techniques de l’impression du verre. Des copies gratuites de ce supplément sont disponibles chez Glass Magazine en contactant davidfordham@uk.dmgworldmedia.com ou Bryan Collings, Secrétaire Général de l’ESMA à bryan@brycol.demon.co.uk Dans des numéros à venir, nous espérons être en mesure de relater les progrès fait sur des sujets comme « Les paramètres d’enduction des émulsions », « Les options du CTS » et « Les techniques d’impression de 50 microns ». In memoriam Eckhard Knapp, 1952 - 2004


17 La création d’une entreprise avec humanité et professionnalisme L’entreprise A. Hurtz GmbH a la tristesse de nous faire part du décès d’Eckhard Napp le 7 octobre 2004. Il n’avait que 52 ans. Le Directeur d’Anton Hurtz GmbH & Co KG, à Nettetal, Eckhard Knapp a été pendant de nombreuses années l’âme de la maîtrise du développement à succès de l’entreprise et nous nous souviendrons de lui non seulement pour son habileté managériale, mais aussi pour son côté humain. Nommé Directeur de Hurtz entreprise qui avait été fondée en 1908, Eckhard Napp a apporté une stratégie claire et une grande aptitude à l’innovation. Il a aussi grandement contribué à l’élévation de Hurtz au rang de leader européen dans la fabrication de cadres de haute technologie pour la sérigraphie. Il a en plus compris l’importance de la motivation des clients aussi bien que celle de ses collègues. Eckhard Napp avait pris conscience très tôt du lien entre les progrès techniques de la sérigraphie et les caractéristiques des cadres d’aluminium fabriqués par Hurtz, grâce à leur précision, leur légèreté, leur longue durée de vie, leur résistance à la corrosion, au temps et aux effets environnementaux, sans parler de leur rapport qualité/prix. Parmi ses plus grandes avancées, la mise au point de logiciels spéciaux qui facilitent le bon choix des profils de cadres pour la sérigraphie, avec également le nouveau système de blocage des coins « Hurtz Corner Lock System » (HCL) dans lesquels le cadre est assemblé selon la demande des clients ce qui permet de réduire les frais d’envoi au minimum. Cette innovation utile était particulièrement valable pour les cadres de 4 x 8 mètres et plus. En plus, les cadres étaient plus stables grâce à ces coins construits spécialement pour maintenir leur forme. Eckhard Napp avait aussi mis sur le marché une deuxième gamme de produits pour Hurtz, basée sur l’expérience de l’entreprise en matière de travail de l’aluminium pendant de nombreuses années. Il a supervisé la mise au point et la production de palettes aluminium de grande valeur, ainsi que celle de containers et de boites. Les clients de ces produits viennent par exemple des secteurs de l’alimentation et de la chimie et d’autres industries, qui ont besoin de fabriquer, de transporter et de stocker des produits dans des conditions d’hygiène très poussées. La préoccupation première d’Eckhard était la haute qualité des produits finis et la fourniture d’un service client de qualité. Son leitmotiv était « Commandez aujourd’hui – nous vous livrons demain ». En plus de son travail de direction chez Hurtz, Eckhard Napp était étroitement impliqué dans les travaux de l’ESMA. Ici aussi sa personnalité aimable, sa sociabilité et le niveau élevé de ses connaissances techniques étaient très appréciées. Eckhard Napp a combattu sa grave maladie avec force tout en continuant à accomplir ses différentes tâches jusqu’à peu de temps avant sa mort. Il va beaucoup nous manquer.

P.20 20 SURVEILLONS LE NET Notre tour d’horizon régulier des derniers sites Web Pic. Web300 Tous les clients qui utilisent un quelconque des produits de Scitex Vision ont maintenant la possibilité de bénéficier du support internet de l’entreprise. En tant qu’élément de


18 VisionSupport, WebSupport est à la disposition de tous les imprimeurs en grand et très grand format de Scitex Vision et aussi pour les presses d’emballages. Travaillant à partir des différents centres de soutien de l’entreprise à travers le monde, WebSupport est un outil de commande valable non seulement pour diagnostiquer les problèmes, mais aussi pour s’occuper des remises à jour de routine des drivers, des logiciels, et des licences. En plus, de nouveaux logiciels et des améliorations peuvent être installés via le net. Ce centre de « remède aux ennuis » est une offre importante car cela permet aux ingénieurs de récupérer toutes les informations importantes sur le système et de diagnostiquer le type de service ou de pièces de rechange demandé. Le temps gagné avec cette technique assure aux clients de Scitex Vision un temps d’utilisation maximum de leurs machines. Le programme VisionSupport de Scitex Vision offre trois niveaux de prestations d’aide aux clients, allant de Total Care qui est un soutien complet sur et hors site ; Optimal Care, une solution budgetable offrant une inspection de maintenance annuelle, les pièces détachées, les remplacement des têtes et d’autres services , et Remote Care. Les clients sous garantie ou ayant les programmes Total et Optimal Care bénéficient du WebSupport sans frais supplémentaires. Pour plus d’informations, allez sur : www.scitexvision.com Nouvelle présence internet de Sefar AG Sefar vient d’entrer en ligne avec un site web entièrement nouveau qui offre le double avantage d’une navigation sans écueils et d’un dessin utilisable en temps réel pour aider les utilisateurs à trouver leur chemin à travers le site et à obtenir les informations dont ils ont besoin. Ce nouveau site web est en outre assisté par des fonctions supplémentaires comme le Glossaire et FAQ’s et il donne ainsi à quiconque s’intéresse à la sérigraphie – et, en plus, le contenu est disponible en huit langues ! Si vous voulez élire un site pour son insertion ici, envoyez tous les détails par email à val.hirst@fespa.com et souvenez-vous que le site FESPA à www.fespa.com est aussi un outil utile et complet d’information ! Un Show très chaud au Moyen-Orient La septième exposition Sign & Graphic Imaging Middle East, le seul Salon de la région spécialisé en signalétique, sérigraphie et imagerie graphique est prête à démarrer en février 2005. Avec plus de 200 exposants venant de 24 pays, réunis dans différents pavillons nationaux, ce show sera l’endroit de rencontre idéal pour ceux qui s’intéressent aux technologies nouvelles, aux innovations et aux produits. On y attend au moins 12.000 visiteurs sérieusement impliqués dans ce type d’affaires en provenance de 50 pays. « Avec de nouveaux secteurs de marché, couplés avec une industrie du détail agressive, il existe une forte demande pour les solutions médiatiques les plus récentes et innovantes et l’exposition va montrer où en sont celles-ci, les produits et les services graphiques. Pour beaucoup d’entre eux, il s’agira d’une première au Moyen-Orient », dit Mohammed Falaknaz, Vice-Président, IEC.


19 Sign & Graphic Imaging Middle East 2005 va aussi ouvrir des possibilités d’affaires intéressantes dans ce secteur graphique très acheteur qui développe une croissance phénoménale de 20% par an au Moyen-Orient. L’exposition dont on attend qu’elle double de taille cette année, exposera des publicités, des vinyles, des supports d’extérieur, de l’imagerie photo et de la PLV en plus de son profil habituel. Mohammed Falaknaz conclut : « le fait que 85% des exposants anciens aient de nouveau loué un stand montre à l’évidence que cette exposition donne des résultats et de nombreux exposants ont augmenté la taille de leurs stands pour cette année. L’exposition n’offrira pas seulement une vitrine idéale à leurs marchandises, mais elle va aussi permettre aux visiteurs d’avoir une vision précise de l’évolution future des industries graphiques. Pour plus d’informations contactez Jérome Ilad – Project Manager , International expo-Consults L.L.C. Tel. : +971 4 3435777, Fax : +971 4 3436115, E-mail : signme@iec.ae

P.21 21 SUR LE CALENDRIER PrintpackIndia – 18 -23 janvier 2005 - Pragati Maidan, New Delhi Organisateur: ITPO (India Trade Promotion Organisation) L’événement Indien les plus important pour l’impression et l’emballage Tel: +9111 233 71 540 or Tel: +9111 233 181 43. www.ipama.org/ga.htm Sign & Graphic Imaging Middle East 2005 - l-3 Février, Dubai International Exhibition Centre, Dubai La version Moyen Orientale de Sdign UK Organisateur: International Expoconsults Tel: ++971 434 35777 Fax: ++971 4 34 36115 E-mail : signme@iec.ae www.signmiddleeast.com Graphintro/Serigraph 2005 - 2-5 Février, 2005 Gran Via M2 Exhibition Centre, Barcelona The International Graphic solutions Exhibition Organisateur : Fiera de Barcelona Tel: +34 93 233 20 00. www.graphintro.com Visual Communication Russia 2005 - 16- 18 Février T-Modul Exhibition Hall, Moscow. Technologie, équipement, matériel de Signalétique Organiser: Yuriy Tiurin e-mail: tel.: +7 (095) 956-4822,


20 fax: +7 (095) 292-1349 E-mail: vc@m-expo.ru www.visualcommunication.ru Sign Scandinavia 2004 - 3-5 mars Swedish Exhibition & Congress Centre, Göteborg, Suède L’exposition scandinave pour la signalétique t le graphique Organisateur: Exponova Tel: +46 31-779 36 00 E-mail: sign@exponova.se www.exponova.se/sign FESPA Secretaries Meeting, Mars 2005, Londres, GB Organisateur: FESPA Tel: +44 1737 240 770 e-mail: info@fespa.com www.fespa.com ISA 30 mars –2 avril, Mandalay Bay Hotel and Conference Centre, Las-Vegas Le plus grand et le plus spectaculaire show mondial en signalétique Organisateur: International Sign Association Tel: 001 703 836 4012 E-mail: expo@signs.org www.signs.org Sign UK, Digital Expo, Outdoor Media, Screenprint – 12 –14 avril NEC, Birmingham Le plus important événement en Grande-Bretagne Organisateur:: Faversham House Group Tel: +44 (0) 208 651 7100 Fax: +44 (0) 208 651 7144 E-mail: exhibit@fav.house.com www.signuk.com FESPA 2005 - 31 mai – 4 juin 2005, Munich, Allemagne Organisateur: Fespa Tel: +44 1737 24 07 70 E-mail: info@fespa.com www.fespa.com Assemblée Générale FESPA - Sept 2005, Slovénie Organisateur: FESPA Tel: +44 1737 240 770 e-mail: info@fespa.com www.fespa.com VISA 2005 - 1- 3 septembre 2005 - Darling Harbour, Sydney, Australie Organisateur: The Visual Industries Suppliers Association (VISA) Tel: +61 07 3852 3111


21 Fax: +61 07 3852 3133 e-mail: enquiries@dezuma.com.au www.visa.org.au SGIA - 28 Septembre – 1octobre, Ernest N. Memorial Convention Centre, New Orleans Organisateur: Specialty Graphic Imaging Association Tel: 001 703.385.1335 E-mail: sgia@sgia.org www.sgia.org Fespa World Expo India 05 - 1- 4 décembre, Pragati Maidan Fair Ground - New Delhi - Inde Organisateur: FESPA Tel: +44 1737 22 97 27 Fax: +44 1737 24 07 70 E-mail: info@fespa.com www.fespa.com Si vous désirez que l’événement que vous organisez figure dans cette page,, envoyez, SVP, toutes les informations via e-mail à : val.hirst@fespa.com

P.22-24 FESPA 2005 On fête à tout va… Maintenant que la saison des fêtes est derrière nous, tout le monde tourne ses regards vers FESPA 2005 à Munich et les données actuelles montrent que ce sera un événement record à tous les points de vue. L’exposition de 2005 a déjà atteint le même espace de stands vendus qu’en 2002 à Madrid, mais avec six mois encore à courir ! Un hall est entièrement rempli et il ne reste qu’une trentaine de stands libres sur l’ensemble des trois autres halls. L’exposition sera donc un événement de première classe pour les visiteurs et les exposants. Il n’est donc pas surprenant que tout le monde soit ravi à la FESPA et le Directeur des Expositions, Frazer Chesterman commente : « toute l’équipe a travaillé très dur pour mettre sur pied ce que nous pensons devoir être la meilleure exposition FESPA jamais tenue. Nous pensons que l’espace sera complètement vendu dès fin janvier et à partir de ce moment, il y aura une liste d’attente pour les exposants – si vous pensez exposer, appelez Michael Ryan à +44 1737 229 737 le plus rapidement possible ! » Les 350 exposants qui ont déjà signé viennent de 33 pays différents ce qui justifie la réputation de l’exposition et la description de la FESPA comme The Future of Global Imaging. Frazer Chesterman continue : « le marché semble particulièrement porteur en ce moment, avec de nombreuses entreprises qui ont planifié le lancement de nouveautés, tant en produits qu’en services, ce qui nous rend très confiants sur les perspectives de nouvelles affaires ».


22 Le programme de séminaires En plus de voir les toutes dernières technologies que l’ensemble des exposants aura à offrir, une autre raison d’aller à FESPA 2005 est un excellent programme de conférences. L’ensemble des ateliers de travail, des séminaires et des débats conduits par des experts de nos technologies apportera une forte valeur ajoutée qui justifie pleinement le voyage à Munich. Ces séminaires seront GRATUITS et ouverts à tous les visiteurs et se tiendront toutes les heures dans des thêatres construits à cet effet dans les halls B1 et B2. La liste complète et les horaires des séminaires sont indiqués ci-dessous. (INSERT SEMINAR TIMETABLE) N.B. Il n’est pas possible de réserver des places à l’avance donc soyez là-bas de bonne heure pour ne pas être désappointé ! Inscription des visiteurs Vous trouverez un bulletin d’inscription/invitation inséré dans ce numéro du magazine et en plus 275.000 invitations seront insérées dans différents publications professionnelles importantes et envoyées aux visiteurs potentiels. Souvenez-vous que les visiteurs qui s’inscriront sur place lors de l’exposition devront payer 40 €, alors que ceux qui se sont inscrits d’avance y gagneront l’entrée GRATUITE ! Pour ce faire, ou bien vous remplissez et retournez le bulletin d’inscription (au dos de l’invitation insérée dans le magazine), ou allez sur notre site www.fespa2005.com et inscrivez-vous on-line. Tous les visiteurs qui s’inscrivent à l’avance recevront leur badge environ un mois avant l’exposition. Hospitalité et salles de conférences Si vous avez prévu d’organiser des réunions privées, de petites conférences ou des réceptions pendant FESPA 2005, cela peut vous intéresser de savoir qu’une grande variété de salles sont disponibles à cet effet dans le complexe surplombant l’exposition. Les salles de conférence les plus vastes sont équipées de connections électriques, téléphones (ISDN), fax, TV/radio et LAN. Des équipements audio-visuels peuvent être loués à Messe Munich dont les traiteurs pourront aussi s’occuper de la nourriture et des boissons pour vos invités. Si la location d’une de ces salles vous intéresse, envoyez un email à Ruth Fahie à ruth.fahie@fespa.com pour les précisions, les coûts et la disponibilité. Le Dîner de Gala Le principal événement festif de FESPA 2005 se tiendra au Bayerischerhof Hotel le vendredi 3 juin. Plus de 500 participants auront le plaisir de déguster un repas à quatre services suivi d’une soirée dansante avec le Platinum ABBA, le fameux orchestre international. Le nombre de places étant limité, commandez donc vos tickets dès maintenant pour cet événement prestigieux à www.fespa2005.com ! Pour vous rendre à Munich Il y a donc pour vous un tas de bonnes raisons d’aller à Munich, mais est-il facile de s’y rendre ? Par air Chaque semaine, il y a 5.600 vols européens et 240 vols intercontinentaux vers Munich. Pour les vols et les informations aéroport, allez sur : www.munich-airport.de/EN/ et rappelez-vous que plus tôt vous prenez votre billet, moins c’est cher !


23 Messe München est à environ 40 minutes de l’aéroport de Munich. Il y aura un service permanent de navettes entre aéroport et exposition, tous les jours et toutes les 30 minutes. On peut acheter les tickets à l’aéroport ou dans le bus-navette. Par le rail Messe München est à 20 minutes de la Gare Centrale de Munich (Hauptbahnhof) par le métro ou en taxi. Il existe des connections ferroviaires directes avec la plupart des grandes cités européennes. Si vous prenez ensuite le métro pour Messe München, il vous faudra prendre la ligne U2. Le trajet prend 20 minutes et il y a des rames toutes les 10 minutes de 5h.30 à minuit. Pour l’exposition FESPA, descendez à Messestadt West. (Nous recommandons l’achat d’une carte journalière). Par la route Messe Munich est tout près de l’Autobahn A94 : suivez simplement les flèches « Messe München ». Réservations d’hôtel à Munich Etant donné la croissance continuelle de l’exposition et son statut de véritable évènement international, nous vous suggérons de réserver tôt. Maritz Travel en Allemagne a été nommé agent officiel de la FESPA pour toutes les réservations d’hôtel et vous pouvez réserver via Maritz en allant sur le site www.fespa2005.com ATTENTION, EXPOSANTS ! Manuel technique Avez-vous besoin d’électricité ou de meubles sur vitre stand ? Vous pouvez louer ces services en utilisant notre manuel des exposants en ligne. Innovation pour FESPA 2005, ce manuel en ligne permet de commander tout ce que vous voulez pour aménager votre stand. Une fois enregistrés, les exposants reçoivent par e-mail un nom d’utilisateur et un mot de passe qui leur permet d’accéder à ce manuel en ligne. Si vous n’avez pas encore reçu cette information, envoyez un email à Jayne O’Keefe, jayne@epm-limited.com Mailings Les exposants sont conviés à envoyer des « invitations » à leurs clients habituels et potentiels. Cette invitation existe en deux versions, l’une en anglais et allemand et l’autre en français et espagnol. Pour commander vos invitations, email à Karen Pooley à karen.pooley@fespa.com en lui précisant la version et la quantité désirée. Autre nouveauté pour FESPA 2005, le programme spécial pour les VIP qui est conçu pour attirer les acheteurs/clef à cet événement. Un groupe de visiteurs du monde entier sera invité à assister à FESPA 2005 en tant que VIP. Ce programme va permettre d’améliorer encore l’image de l’exposition en rendant cette expérience encore plus agréable et profitable pour acteurs majeurs de nos technologies. Les VIPs auront les avantages suivants : - entrée immédiate à l’exposition - accès à un salon privé - rafraîchissements supplémentaires - endroits pour des réunions privées - accès aux Business Center


24 -

invitations à la réception de « Bienvenue » navette supplémentaire de et vers l’aéroport.

Les exposants et les Associations Nationales membres de la FESPA pourront chacun désigner un maximum de 20 personnes en tant que VIP. Elles recevront des invitations personnelles sous les auspices de leurs nominateurs. Si vous ne l’avez pas encore fait, envoyez votre liste d’invités avec tous les détails pour les contacter à Karen Pooley karen.pooley@fespa.com A venir ensuite Le numéro de mars de FESPA World contiendra une prévisualisation de FESPA 2005 y compris un passage en revue complet des exposants, les points forts de l’exposition sur les produits et les événement connexes. Si d’ici là, vous avez des commentaires ou des questions, contactez Karen Pooley à +44 1737 240788 ou email à karen.pooley@fespa.com Inscrivez-vous maintenant pour recevoir votre BADGE D’ENTREE/VISITEUR GRATUIT à www.fespa2005.com

Nouvelles flash ! Quand les visiteurs de FESPA 2005 feront leur entrée à l’exposition, ils recevront les toutes dernières nouvelles imprimées, grâce au service offert par la groupe de presse Verlaghaus Gruber qui a été choisi pour publier quotidiennement et distribuer GRATUITEMENT les Nouvelles de la Fespa qui couvriront tous les aspects de l’exposition. Verlagshaus Gruber qui publie également les très respectés magazines professionnels SIP et TVP va installer un bureau spécial dans un hall d’exposition, avec une équipe de journalistes pouvant ainsi raconter les nouvelles intéressantes. L’entreprise prévoit d’imprimer quotidiennement 6.000 exemplaires pendant les cinq jours de la durée de l’exposition. Ils seront distribués à l’entrée principale. Roland Gruber, le Directeur de Verlagshaus Gruber GmbH commente : « nous sommes ravis que la Fespa nous ait fait l’honneur de nous confier ce travail qui reconnaît à la fois notre expérience d’éditeurs et notre très ancienne association avec les secteurs de la sérigraphie, du numérique, de la signalétique, du textile et de la publicité ». SIP est un magazine spécialisé publié huit fois par an qui concerne la sérigraphie, l’impression numérique, la signalétique et les techniques publicitaires. Il écrit sur une vaste gamme des activités de nos métiers tout en donnant des informations sur les dernières nouveautés. TVP est un magazine bimestriel qui se concentre sur le vêtement imprimé et la publicité, toujours en rendant compte des dernières innovations techniques et des applications en impression, broderie et flockage textile dans toutes leurs formes différentes. Les exposants de la FESPA recevront toutes les informations dont ils ont besoin avant l’exposition, mais on peut trouver davantage de détails sur le Fespa Daily News à www.fespa-daily-news.com

P.26 L’EXPOSITION « FESPA WORLD EXPO INDIA »


25

Ca chauffe pour la FESPA ! La FESPA a annoncé un nouvel événement pour les marchés Indiens, Moyen orientaux et Asiatiques, en sérigraphie et impression numérique, avec le lancement de FESPA World India 2005. Cet événement se tiendra à New Delhi du 1er au 4 décembre 2005. L’exposition FESPA World expo qui est planifiée pour avoir lieu tous les deux ans, a le plein soutien du Conseil de Direction de la SPAI (L’association des Sérigraphes Indiens) qui est maintenant membre associé de la FESPA. Son Vice Président Bhargav Mistry fait le commentaire suivant : « nous croyons que la sérigraphie et l’impression numérique se développent plus rapidement en Inde et en Asie que dans n’importe quelle autre partie du monde et nous attendons cer événement qui va servir de vitrine de la technologie dans notre région. La FESPA a une réputation inégalée en matière d’organisation et de commercialisation idéale d’expositions et nous sommes absolument ravis par leurs projets ». Frazer Chesterman , le Directeur des expositions de la FESPA ajoute : « on nous a souvent demandé ces dernières années d’amener la FESPA dans ces régions émergentes et nous pensons que l’Inde est l’endroit parfait pour refléter la technologie, les produits et les services offert par la FESPA en Europe. Naturellement, rien qu’en Inde, il y a… 100.000 sérigraphes ce qui donne une certaine indication de l’importance du marché ». Cette nouvelle exposition qui va se tenir dans le Centre des Expositions de Pragati Maidan à New Delhi, va attirer 150 exposants et de10 à 15.000 visiteurs en provenance de l’Inde, du Moyen Orient et d’Asie et apporter dans cette région en développement rapide les technologies les plus récentes. Soutenu par l’ESMA et organisé par l’équipe expérimentée des expositions FESPA, FESPA WORLD EXPO INDIA promet d’être une exposition avec beaucoup de visiteurs et de succès, ce qui montrera ce que l’expérience et la connaissance de la technologie de la FESPA permet en organisant tous les trois ans la plus grande exposition en matière de sérigraphie et de numérique. Parmi les exposants déjà concernés, il y a des joueurs Européens majeurs comme Saati, Thieme, Autotype, Scitex, Encres Dubuit, Fimor et Fotec aussi bien que des constructeurs indiens comme Grafica. Le Directeur des ventes de l’exposition Michael Ryan explique que les entreprises qui veulent s’installer dans la région devraient utiliser FESPA World Expo pour les aider à faire leur trou sur le marché qui est décrit comme celui du « pays aux possibilités encore inexploitées ». Il explique : « l’Inde, le Moyen-Orient et l’Asie sont toutes des régions qui font l’expérience d’une croissance économique rapide. Elles sont affamées de technologies nouvelles, et les entreprises européennes doivent faire en sorte d’être les premières à répondre à ces besoins ». Il poursuit : « FESPA WORLD EXPO INDIA est la seule exposition internationale de sérigraphie dans cette région et elle est l’endroit idéal pour refléter la technologie, les produits et les services montrés à la FESPA en Europe. Cette exposition va non seulement contribuer à développer notre expérience collective, mais elle va aussi être


26 promue par une forte campagne de marketing faite pour attirer des visiteurs de haut niveau, non seulement de l’Inde mais de toutes les régions environnantes » Le prix des stands démarre à 185€/mètre. Soit environ 10.000 Roupies aux cours de change actuels. Qu’est-ce qui sera exposé ? Impression sérigraphie et numérique Machines Encres Supports Consommables Technologie de prépresse Equipements de façonnage Services Qui seront les visiteurs ? L’exposition sera visitée par les imprimeurs sérigraphes et numériques d’Inde, du Moyen orient et d’Asie. Ceci va être le Show le plus important sur leurs marchés et les décideurs devront y être présents s’ils veulent prendre rendez-vous avec toutes les nouvelles technologies proposées. Le Centre des Expositions de Pragati Maidan, New Delhi Réputé être le premier complexe d’Exposition Indien, le nom Pragati Maidan reste une référence de développement et de progrès pour le nombre d’expositions nationales et internationales qui s’y sont tenues. Situé au cœur de la capitale indienne, il est d’accès facile pour les visiteurs de tout le pays et de l’étranger. Pour plus d’informations pour exposer à FESPA World Expo India, téléphoner à Mike Ryan à +44 1737 240 788.

P.28 La FESPA déclare : « Viel Spaß beim FESPAFEST ! » (En français : Amusez-vous bien à la FESPAFEST) Il y a bien des avantages à faire la Foire mondiale la plus importante pour la sérigraphie et l’impression numérique en grand format dans la « vibrante » ville de Munich, comme un groupe de journalistes des plus grands titres de notre presse internationale est plus qu’heureux de le certifier ! C’est une partie importante des initiatives promotionnelles de la FESPA pour chacune de ses expositions que d’organiser une visite de la presse et un briefing à l’endroit où elle a lieu.Cet événement clef de la campagne de marketing de la FESPA permet à une délégation de journalistes professionnels importants de jeter un œil sur l’endroit choisi et de l’état des possibilités offertes. En plus, cette visite permet à l’équipe de la FESPA d’améliorer ses relations avec ces journalistes et de les mettre au courant de l’avancement des ventes et des détails les plus subtils du programme des évènements qui est en train de prendre forme.


27 Quelle meilleure opportunité, donc, que de lier cet événement pré-FESPA avec l’un des plus fameux évènements Bavarois : « l’Oktoberfest ! » En même temps que deux des sponsors de FESPA 2005 – MHM et Marabu - l’équipe a souhaité la bienvenue à 14 journalistes de huit pays représentants les plus grands titres professionnels de la sérigraphie et du grand format numérique. En dehors de l’inévitable désir de quelques têtes brûlées de visiter le mondialement célèbre Festival de la Bière, une décision stratégique fut prise qui consistait à privilégier le travail par rapport à la fête et de donner le coup d’envoi d’un certain nombre de réunions. Elles ont eu lieu dans Trade Fair Centre de Munich, un lieu de classe mondiale, qui recevra l’Exposition FESPA. Le Directeur de l’Exposition, Frazer Chesterman, a donné les tous derniers détails, en temps réel, sur l’état des ventes de l’exposition, répétant le fait que FESPA 2005 est en chemin de pulvériser tous les records et d’être de très loin la plus grande exposition jamais tenue dans nos professions. Cette réunion a aussi permis aux journalistes de rencontrer les membres les plus importants de l’équipe d’organisation interne de la FESPA. Karen Pooley, Directrice du Marketing et des Opérations, lui a succédé pour décrire les nouvelles initiatives prévues pour l’événement, depuis que l’organisation en a été prise en main par la FESPA elle-même. Parmi ceux-ci, très importants, les programmes VIP et Visiteurs, un journal quotidien des évènements et un programme de séminaires. On a emmené les délégués de la presse visiter les halls de la Foire de façon à ce qu’ils puissent se rendre compte par eux-mêmes de l’échelle des espaces d’exposition et la dimension des services offerts aux visiteurs et aux exposants. Bien que l’événement reste centré sur l’exposition de juin, FESPAFEST en a profité pour réitérer son annonce à l’échelon mondial du tout dernier projet de la FESPA – FESPA WORLD EXPO - INDIA 2005 . L’énorme intérêt rencontré est encourageant. L’équipe d’organisation de la FESPA a concentré ses efforts sur la création de relations avec les journalistes du monde entier, ce qui a donné, avec l’aide de l’agence de publicité de la FESPA, AD Communications, une très importante couverture de presse bien avant l’évènement. FESPAFEST a offert à l’équipe de la FESPA la possibilité de développer encore plus ses liens avec les journalistes qui représentent un moyen de communication crucial en faisant la promotion des nouvelles de la FESPA, avant, pendant et après l’exposition. Avec cette idée en tête, FESPAFEST a aussi permis à l’équipe de la FESPA de remercier la presse de leurs efforts – tant par des visites de quelques restaurants Bavarois et en participant à quelques unes des festivités du plus important et plus populaire Festival de la Bière dans le monde. Ainsi, quand les invités de la presse ont quitté Munich - avec les inévitables et obligatoires mal aux cheveux - ils sont aussi partis en anticipant avec une certaine excitation ce que pourra être le lever de rideau sur FESPA 2005 au printemps prochain. Frazer Chesterman, le Directeur des Expositions, est ravi que les objectifs de la FESPAFEST aient été atteints. Il termine ainsi : « FESPAFEST a été un immense succès et nous en percevons déjà les retombées via une très grande couverture préévènementielle dans les magazines ».


28

P.29

OPINION 29 FORUM FESPA : C’est à vous… Suite aux articles de Michel Caza « Et finalement » et « Innovations » dans le dernier numéro du magazine de la FESPA, au sujet des technologies de l’impression UV, le Comité TDS de l’ESMA répond : « C’est avec intérêt et aussi – un certain étonnement – que nous avons lu les articles de Michel Caza dans le numéro de septembre de Fespa-World. L’auteur de ces deux articles alerte explicitement les lecteurs sur le contenu d’un article publié par le Comité TDS de l’ESMA dans le numéro précédent (juin) de Fespa-World. Dans ce contexte, il donne aussi ses propres recommandations en faisant référence aux informations données dans l’article. Nous aimerions répondre ce qui suit : 1. Les erreurs : Malgré les mises en garde contre des informations erronées données dans le contexte de l’article nous n’avons trouvé aucune référence faite à des informations erronées données dans le contexte de notre article. Aucun de nos commentaires n’est mis en doute. 2. La post-polymérisation M. Caza a ignoré la prise en compte de la post-polymérisation dans notre article. La somme de post-polymérisation peut être très différente et dépend du type d’encre et/ou des liants contenus . Nous considérons que la post-polymérisation est un aspect important. Malgré cela, nous avons délibérément omis d’en parler dans notre description basique des facteurs principaux de la polymérisation UV. 3. Les cassures dans les supports causés par une polymérisation « correcte » (Note de la trad. : j’adore la façon de tourner ce qui a été réellement écrit !!!) : En corrélation avec une polymérisation correcte des encres UV, il est dit que dans la suite du travail, comme la découpe sur platine ou le pliage des plastiques, vont éclater à cause de la fragilisation du support causée par une polymérisation correcte. Nous avons présumé dans notre article que des encres appropriées sont utilisées pour des applications spécifiques en prenant en compte toute éventuelle opération de finition. 4. Polymérisation « minimum » pour prévenir des problèmes thermiques avec le support. Nous recommandons toujours une polymérisation correcte des encres pour assurer une bonne adhésion. Une sous-polymérisation en plus d’affecter l’adhésion (ils n’ont décidemment rien compris, note de la trad.), peut causer d’autres problèmes comme le collage en bloc. C’est pourquoi les influences thermiques doivent être réduites en utilisant un système de refroidissement adéquat dans le réacteur UV. 5. Les types de réflecteurs dans les réacteurs UV : Dans notre article, ce sujet a été suffisamment décrit et de manière beaucoup plus compréhensible (voir Part 1, 5.). 6. Mesure de l’émission UV dans le réacteur UV contre la mesure de la polymérisation : Ici, nous avons vraiment un vrai sujet de discussion : nous


29 recommandons la mesure de la radiation UV » émise par les lampes UV. Ce type d’équipement n’est pas trop cher et les tolérances de mesure sont acceptables, s’en servir est facile et les mesures faciles à comprendre dans la pratique. Nous avons décrit d’autres procédures d’analyse pour déterminer le degré de polymérisation, mais nous ne les considérons pas comme utilisables en sérigraphie. 7. Mr. Caza cependant, considère que la mesure des radiations est sans importance et recommande de déterminer plutôt le degré de polymérisation de l’encre et il parle d’un instrument de mesure utilisable dont le désavantage est un prix de 4,800 €. 8. Ensuite, cependant, dans un autre article du même numéro de Fespa-World sur « la mesure du degré de polymérisation » il informe le lecteur que malheureusement cet outil n’est pas utilisable car il ne donne pas de données importantes pour les sérigraphes. ! C’est pourquoi il fait référence à une seconde génération du même outil qui n’est pas encore disponible ( !!!). Rien sur le maniement complexe pendant la mesure et sur l’interprétation des valeurs mesurées. Le fabricant de cet équipement recommande d’autre part honnêtement cet outil comme analytique pour des recherches et développements en chimie des encres UV. Nous aimerions laisser le lecteur se faire sa propre opinion. L’ESMA se considère comme un partenaire dans le secteur de la sérigraphie, en travaillant en collaboration avec les sérigraphes. Notre travail dans les Comités ESMA est fait pour une sérigraphie meilleure et plus reproductible et pour faire en sorte qu’elle reste un procédé d’impression compétitif à l’avenir. Nous sommes toujours prêts à discuter la qualité de ces travaux, mais cela devrait se faire d’une façon informée, honnête et compétente (merci ! Note de la trad.). Johan, Bauer, à la demande du Comité TDS de l’ESMA. « C’est à vous » Y a t’il quelque chose que vous voudriez dire dans une édition du magazine ? Ou y a t’il quelque sujet pour lequel vous voudriez générer une discussion générale ? Si c’est le cas, nous voulons vous entendre. Adressez-vous à Val Hirst, Rédac. Chef, FESPA World. NB : Comme il y a polémique, je me ferais un plaisir de répondre dans le prochain numéro et de mettre les points sur les i ce que j’aurais aimé éviter au Comité TDS de l’ESMA. Caza

P.30 - 32

DES EVENEMENTS MARQUANTS 30 LA GRANDE HISTOIRE La récente exposition de la SGIA à Minneapolis a rassemblé 471 exposants pour montrer leurs produits à 11,000 visiteurs venant de 75 pays différents. Michel Caza et Val Hirst mettent le doigt sur les points importants de l’exposition.

Une exposition en demi-teintes Cette exposition a été pour moi une exposition de transition. Il semble que certains exposants aient décidé de reprendre leur respiration entre la DRUPA de cette année et la FESPA 2005 de l’an prochain


30 D’autres, surtout dans le secteur sérigraphique, maintiennent qu’un Show tous les deux ans aux USA serait suffisant Quoiqu’il en soit, l’exposition était sûrement un peu plus petite que celle de l’an dernier à Atlanta avec 10% de visiteurs en moins. Cela a aussi peut-être quelque chose à voir avec le fait que Minneapolis n’est pas aussi attractif que New-Orleans ou Las Vegas !, sans parler en plus des difficultés créées par le Gouvernement US pour l’obtention de visas pour les visiteurs de certains pays. Sur les 471 stands, 250 au moins étaient ceux de toutes petites entreprises et bien qu’il soit toujours bon d’avoir de nouveaux exposants (très locaux souvent), je dois dire que certains présentaient un assortiment assez particulier d’équipements (très) ancillaires, voire préhistoriques. Il y avait cependant dans ces petits stands, des exceptions, et occasionnellement on pouvait tomber sur un « trésor » . Par exemple UVPS de Chicago montrait son simulateur de mesure de polymérisation UV TFC 9000 et Scanvec Amiable présentait son RIP Flexi 7.5 parfait – entre autres – pour produire des films inactiniques pour les écrans par jet d’encre. Cette année, l’ASPT a décerné ses deux prix officiels, « Best in Show », j’ai aussi décidé de décerner mon « Caza’s Award » et le vainqueur en est, sans aucun doute, Sign Tronic avec son nouveau système CTS (Ordinateur à écran : Computer To Screen). Et je n’ai pas été le seul à être captivé, Ricardo Rodriguez Delgado, notre Président de la FESPA s’est empressé de l’acheter pour son entreprise espagnole Panorama ! Les améliorations apportées au CTS, par Sign Tronic, je les attendais depuis des années. A mon avis un système CTS qui peut insoler un écran en 150 lignes/pouce (60/cm) de 1,270 dpi est exactement ce que nous attendions pour produire de la sérigraphie de qualité – sans films – pour la PLV et l’emballage de produits de luxe comme la cosmétique et la parfumerie. Le système est – en plus – rapide, en travaillant à 26 m2/heure et peut accepter tout les RIP avec des fichiers TIFF. La taille maximum d’écran est de 162,5 x 215 cm ce qui est parfait pour la majorité des presses multi-couleurs grand format sur le marché, pour produire des bannières, et des Abri-bus par exemple. En ce qui concerne le secteur de l’impression numérique, il m’a semblé qu’un certain nombre des grands joueurs attendaient FESPA 2005 pour présenter leurs dernières grandes innovations après la DRUPA. Il est certain que les presses jet d’encre piezo à plat, avec option pour imprimer des bobines seront le prochain événement et l’on voit souvent de nombreux fabricants, pour ne pas perdre le contact avec leurs concurrents, présenter dans les salons des machines qui ne sont pas encore vraiment prêtes pour le marché avec une qualité, une vitesse, une définition d’image et une maintenance qui sont loin de répondre aux contraintes souhaitables. C’est un domaine où il est difficile de combiner bas prix et haute qualité et c’est une devinette que même les asiatiques doivent encore résoudre. Les Chinois devront travailler dur pour montrer dans moins de neuf mois à FESPA 2005, des versions abordables et fiables de ces machines. ! Une certaine confusion subsiste quand il s’agit de définir ce à quoi s’applique vraiment l’impression numérique textile. Quelques percées ont été faites dans l’impression des textiles habituellement utilisés pour faire des bannières, des drapeaux et autres matériaux utilisés principalement en signalétique et en PLV. Il en va de même en ce qui concerne l’impression de slogans publicitaires sur des T-shirts et des vêtements de sport. Mais quand il s’agit d’imprimer sur la gamme complète des textiles, quoiqu’il existe quelques presses numériques qui reproduisent de manière satisfaisante des quadrichromies


31 classiques, il n’est toujours pas possible de reproduire numériquement un tas de très populaires effets spéciaux. Et, bien entendu, les fabricants continuent de parler de « hautes vitesses », comme 400 m2/heure en oubliant de dire que c’est à 72 dpi et qu’à 720 dpi ce sera … 40 m2/heure ! C’est peut-être réconfortant, en un sens, de voir que certains vieux réflexes sont difficiles à oublier ! Michel Caza

La frénésie du numérique à plat Si quelqu’un peut encore en avoir le moindre doute, le grand truc maintenant, c’est l’impression UV à plat. C’était sûrement l’impression prépondérante ressentie pendant ces quatre jours à la SGIA avec pratiquement chaque fabricant ayant - à la place d’honneur sur son stand - une imprimante à plat. Cela dit, c’était une exposition qui montrait des améliorations sur des produits existants bien plus que d’excitants lancements de produits nouveaux. Ce n’est peut-être pas trop surprenant car même ceux qui sont derrière une fuite en avant sans états d’âme, de la technologie numérique doivent reprendre leur souffle par moment et peut-être aussi attendent-ils FESPA 2005 ! Il y avait cependant quelques innovations dignes d’être commentées. De nombreuses entreprises montraient des machines imprimant du blanc. Parmi elles, DuPont ; Durst, Leggett & Platt Digital Technologies qui sont actuellement en test béta en Europe, Mimaki et Zund. L’ajout de blanc est vraiment une rupture en termes numériques parce qu’il aide à considérablement améliorer la qualité finale du produit en lui donnant une définition supérieure et un meilleur impact visuel. Durst offrait aussi de nouvelles fonctions pour les couleurs « à la teinte » pour ses deux Rho 2005/8 et 205/16, en accord avec sa politique d’introduire tous les trois mois de nouvelles variantes de la technologie de base Rho 205. De telles variantes sont faites pour répondre aux besoins de quelques clients particuliers et leur permettre de tirer le meilleur parti possible de leurs imprimantes. Les couleurs à la teinte permettent aux utilisateurs de rajouter jusqu’à deux couleurs à leur classique CMJN ce qui peut leur permettre une reproduction plus parfaite. Durst offre un rouge Chaud et un bleu Océan et envisage d’autres options pour bientôt. En plus elle offre une option vernis « spécial effet » intégrée, toujours pour la Rho 205/8 et la Rho 205/16. Cela permet de réaliser des vernis sélectifs pour renforcer certaines zones de l’image, en donnant un effet genre 3-D ce qui est intéressant pour les applications en PLV qui ont souvent besoin d’une petite « touche spéciale ». Kornit Digital a utilisé le Show pour lancer ce qu’il prétend être une machine industrielle de haut de gamme ciblée vers non seulement l’imprimeur de T-shirt mais aussi ceux qui travaillent dans le secteur de la mode. Mon produit favori dans l’exposition a été un nouveau système numérique pour fabriquer des images pour signalétique en 3-D. Résultat d’une collaboration entre Sign-tronic et Océ, on y arrive en imprimant sur une plaque non formée avec des encres spéciales et on thermoforme ensuite l’image produite ainsi. On peut ainsi fabriquer en une heure une image 3D crédible ce qui offre toutes sortes de perspectives intéressantes. L’entreprise qui a fait les test béta de ce système dit qu’il est amorti en trois mois.


32 Les machines pour formats étroits semblent aussi faire un retour dans le domaine des magnétiques, des mini-posters, des transferts et des porte-clefs. Absence notable des imprimantes Chinoises qui nous avaient habitué à leur présence quasi-ubiquitaire dans les salons internationaux ces deux ou trois dernières années. Elles aussi se réservent sans doûte pour FESPA 2005 ! Val Hirst

P.33-35 33 FACE A FACE Un perfectionniste pragmatique Si vous êtes déjà demandé ce que représente la mise au point d’une campagne internationale de marketing dans le commerce de détail, Ab de Graff de l’agence hollandaise Compasso Mundocom est l’homme qui peut vous l’expliquer. Ab dirige les campagnes de marketing pour les détaillants de Nike, un des plus prolifiques promoteurs de campagnes de publicité dans le monde. Val Hirst l’a interviewé dans son bureau d’Amsterdam. C’est une journée d’automne ensoleillée à Amsterdam et Ab de Graaf est en pleine campagne.. Et pourtant, bien qu’il soit le responsable de la conception du merchandising visuel en 2 et 3-D dans toutes les boutiques de Nike et des campagnes promotionnelles en Europe et au Moyen Orient, mais aussi dans certaines parties de l’Afrique et de l’Asie, Ab me semble désespérément cool et sans stress. Ab est le Directeur des Opérations de Compasso Mundocom, une agence qui appartient au groupe Publicis et a parmi ses clients quelques marques comme l’Oréal, KLM, Philips, Estée Lauder et bien sûr Nike EMEA. Ab a créé il y a cinq ans une nouvelle division spécialement pour répondre aux besoins particuliers et compliqué du nouveau budgetclient gagné, celui de Nike. La division qui avait démarré avec deux personnes s’est maintenant étoffée jusqu’à dix pour constituer une forte équipe. Et la vie d’Ab est maintenant relativement tributaire des trois campagnes saisonnières lancées chaque année par Nike. Il vaut mieux aimer son boulot dans ce cas ! Les trois campagnes principales – printemps, vacances et automne – couvrent l’ensemble de la gamme de Nike et comprennent des promotions séparées pour les vêtements masculins, les vêtements féminins, les vêtements d’enfant et les chaussures. Cela signifie qu’il y a quelque chose comme 24 à 28 campagnes différentes chaque année, et Ab et son équipe sont responsables de l’approvisionnement de tous les détaillants de Nike à travers les différents pays, en displays qui sont en fait des kits de différents éléments. Et bien sûr au jour dit, à l’heure dite, dans le format qui convienne à chacun de leurs besoins individuels. Si, comme c’est mon cas, vous n’arrivez pas à imaginer comment cela fonctionne réellement, Ab fournit un succinct (et admirable) résumé du processus, de la conception à la mise en place finale. Il explique : « les campagnes sont créées par l’équipe-maison spécialisée de Nike, qui, de temps en temps, se fait aider par des agences de publicité externes qui peuvent avoir une vue plus détachée et fournir une idée originale pour provoquer le fameux facteur « Wow ! » Nous sommes aussi souvent impliqués dès ce


33 stade de façon à pouvoir expliquer aux créateurs l’aspect « mise en pratique » de leurs idées, d’autant que le display une fois terminé répondra aux vœux des directeurs des détaillants de Nike dont le désir est de s’assurer que les campagnes sont à la fois efficaces et compatibles avec le budget défini. Quand j’en fais la réflexion et suggère que cela peut quelquefois être une entreprise colossale demandant à la fois la sagesse de Salomon et la patience de Job, Ab a un sourire un peu forcé mais très diplomatique et fait seulement ce commentaire : « ce n’est pas si terrible ». Il continue : « quand les dessins initiaux sont finalisés et, quand c’est nécessaire, les prototypes faits, nous envoyons toutes les variantes sur un site web de façon à ce que les détaillants de Nike puissent décider, dans chaque pays, de quels displays ils ont besoin. Ils les commandent ensuite en ligne et nous organisons la fabrication ». Mais ne faites pas la folie de croire que c’est un travail facile. Parce qu’en plus de superviser la production des éléments graphiques, Ab et son équipe sont aussi responsables de leur mise en fabrication ce qui quelquefois demande de la menuiserie, de la fabrication plastique et même de la découpe de verre. Par miracle, tous ces composants arrivent à temps en fonction du délai final décidé de façon à ce que toutes les boutiques Nike puissent lancer le dernier produit « que l’on doit avoir absolument » le même jour. Ab admet que c’est plutôt agité, surtout parce que temps imparti entre la finition des concepts créatifs et la livraison ne doit jamais dépasser huit semaines et demi, avec un travail simultané sur six ou huit campagnes. Mais il ajoute qu’après avoir travaillé pour Nike pendant cinq ans, les équipes de Compasso Mundocom ont rencontré tous les pièges possibles et ils ont assez d’expérience pour les contourner avec succès. Il dit : « avec le temps qu’il a fallu pour établir des relations étroites avec les créatifs de Nike et les directeurs des détaillants, nous en sommes arrivé à une perception quasi instinctive de ce qu’ils veulent. Les dix personnes qui travaillent dans la division forment des équipes de deux avec un membre de l’équipe travaillant comme directeur financier et en liaison étroite avec Nike, alors que les autres dirigent la production et tout ce qui l’entoure. Cela dit, tous les membres de l’équipe ont des capacités interchangeables parce qu’il est essentiel que le directeur financier comprenne ce qui est impliqué en termes pratiques et que le producteur soit en pleine harmonie et conjonction avec les désirs et le budget de Nike. Au fil des années, Compasso Mundocom s’est aussi constitué un vaste portefeuille de fournisseurs et les a essayé et testé ; chacun d’eux est capable de fournir le travail de qualité attendu par Ab. C’est particulièrement vrai pour les imprimeurs que Compasso Mundocom a choisi. Ab a un passé dans l’impression et c’est donc un perfectionniste quoique, et il insiste sur ce point, il reste un pragmatique. Employé au départ par Crossfield - l’entreprise qui a mis au point le premier scanner numérique - en travaillant pour eux à Londres et en Extrême Orient où il supervisait l’installation des scanners et la formation des opérateurs. Il a ensuite démarré sa propre entreprise de reprographie avant de passer quelque temps à enseigner et tester les programmes béta pour les logiciels d’Adobe. Juste avant de rejoindre Compasso Mundocom, Ab a aussi travaillé comme directeur de production dans une imprimerie offset. Cette vaste gamme de possibilités explique en partie pourquoi il partage la passion et la vocation de bien des sérigraphes quand il s’agit de leur travail.


34 Il rêve : « les sérigraphes appartiennent à une race particulière de gens qui sont finalement concernés et intéressés au moins autant par le r��sultat final que par l’argent qu’ils peuvent en tirer. Les entreprises que j’admire le plus sont les petites et moyennes entreprises composées d’experts qui tirent une grande fierté de ce qu’ils font ». L’impression numérique joue bien sûr un rôle de plus en plus important en produisant maintenant 50% des images de Nike. « Jusqu’à il y a trois ans, cela se partageait en 80/20% en faveur de la sérigraphie, « L’an dernier Nike a dépensé 2 millions d’euros en sérigraphie et 1,5 million en numérique mais la balance devrait basculer assez rapidement en faveur du numérique. », commente Ab qui avance que l’impression numérique permet à Nike de fournir des images plus « sur mesure ». Il dit : « les campagnes sont maintenant plus localisées et sont souvent produites en plus de 16 langues. Nous devons aussi prendre en compte les tendances culturelles liées à certains évènements locaux. Par exemple, six magasins d’Athènes avaient des displays spéciaux créés pour les Jeux Olympiques. C’est quelque chose qu’il n’aurait pas été possible de faire en sérigraphie, tout simplement parce que le coût en aurait été prohibitif. Il est évident que ce genre de déviation ajoute au coût d’ensemble de cette déjà chère complexité dans la logistique.du processus de fabrication, mais Ab a le sentiment que la charge de travail supplémentaire ainsi générée est plus que justifiée par rapport au résultat final. I a cependant ses problèmes avec le numérique et il est très critique sur le niveau de qualité : « l’excuse habituelle est que l’on peut faire quelque chose, mais que l’entreprise ne sait pas vraiment comment s’en sortir en numérique. En fait, beaucoup d’entreprises qui offrent des services d’impression numérique n’ont aucune culture graphique tout en étant persuadées qu’elles s’y connaissent en ordinateurs, ce qui est complètement différent. La passion est aussi une qualité qu’il recherche dans l’impression numérique. Il poursuit : « les meilleurs imprimeurs numériques sont ceux qui viennent des secteurs de la reprographie ou de la photo et qui ont de vraies racines en impression et en gestion des couleurs et savent comment atteindre les résultats que nous et Nike demandons ». Ab veut bien admettre qu’il est exactement le maître d’œuvre qui demande rien moins que le meilleur de ceux qui travaillent sur le budget de Nike, mais, pour tempérer sa position, il met le doigt sur le fait qu’en ce qui concerne Nike, la qualité est vitale : « Nike est une multinationale qui a dépensé beaucoup de temps et d’argent pour le positionnement de ses produits sur le marché et l’ensemble de son matériel publicitaire doit soutenir l’image qui a été si difficile à mettre sur pied et à maintenir », explique t’il. Je lui demande si un vrai désastre lui est arrivé et lui et un de ses collègues se rappellent un display pour des chaussures qui était esthétiquement agréable mais terriblement instable. « Quelle que soit la position dans laquelle nous mettions les chaussures, elle tombaient », rigole Ab. « Finalement, nous avons collé les chaussures sur les étagères, mais ce fut une erreur que nous n’avons jamais refaite ». Quand il arrive des erreurs, c’est souvent à cause de l’utilisation de matériaux nouveaux et non testés. « Les créatifs de Nike veulent toujours créer des effets excitants – l’entreprise a fait sa réputation avec la production de displays très attractifs pour l’œil et il faut toujours maintenir ce principe. Quelquefois, l’idée est brillante, mais il y a un tas de gâche de support sans aucune nécessité, qui ne permet pas de maintenir les coûts dans des limites raisonnables. Quand cela arrive, c’est à nous de trouver la façon de garder l’idée de départ intacte tout en rendant le produit final plus abordable. Très souvent, il ne faut que quelques modifications très simples ».


35 A l’heure actuelle, le budget Nike tourne comme une machine bien huilée avec Ab qui garde son sang-froid sous la pression ambiante et offre ainsi à sa jeune équipe un environnement calme. Il n’empêche que des travaux qui impliquent tant de problèmes de délais peuvent s’avérer un peu énervants. Quand je le mentionne, Ab me confie : « Quelquefois, en pleine campagne, quand les téléphones n’arrêtent pas, je m’imagine sur une plage dans un endroit bien chaud à regarder passer le temps. Mais c’est chouette de travailler avec une équipe de jeunes enthousiastes dans un environnement très créatif et quel plaisir quand tout fonctionne bien. J’en tire une grande excitation et je ne m’imagine pas vivre sans cela… la plage devra encore attendre ! »

P.36 & 37 36 FOCUS SUR…. La publicité d’extérieur Une demande bien réelle Au moment où le consommateur est constamment bombardé de messages publicitaires, les entreprises s’aperçoivent qu’elles doivent offrir quelque chose de vraiment spécial pour attirer l’attention. C’est encore plus vrai dans la publicité d’extérieur quand les publicités rivalisent dans ce domaine. Ici, nous passons en revue un choix de graphismes d’extérieur, qui retiennent vraiment l’attention de tout le monde ! Quiconque s’est promené dans le Palais Garibaldi de Milan ou dans le Palais Della Civilta à Rome l’été dernier ne peut qu’avoir été impressionné par les images géantes qui ont respectivement transformé les façades extérieures d’un gratte-ciel et d’un endroit historique en gigantesque publicité pour Nike. Le thème des images était « l’art de la vitesse » et ils ont été conçus pour coïncider avec les Jeux Olympiques d’Athènes et pour célébrer le sport en général. Le gigantesque sauteur à la perche du gratte-ciel de Milan est le champion du monde Giuseppe Gibilisco qui fait une impression-choc quand on le voit avec Milan en toile de fond. Cette énorme image est la plus grande publicité unique que Nike ait jamais réalisé en Italie. Elle mesure 76 m de haut par 30 m de large et compte 886 panneaux autocollants de film perforé 3M couvrant une surface totale de 1600 m2. Elle a été imprimée numériquement en utilisant le procédé breveté 3M Scotchguard™. Le graphisme qui décore le Palais Romain a été fabriqué de la même façon mais il est en comparaison beaucoup plus discret. Il donne aux spectateurs un remarquable sens du mouvement dans la mesure où les athlètes sont littéralement « encadrés »dans les fenêtres en arcade du palais. Pour plus d’informations, visitez : www.scotchprint.it Profilo, une des entreprises turques importantes dans le secteur des produits blancs a été justement applaudie pour son excitante campagne publicitaire surtout pour l’image géante de la machine à laver Eurolux mesurant 20 x 15 m, installée dans le square Sishane d’Istanbul. En dehors de son rôle publicitaire, l’image sert aussi à recouvrir la façade d’un immeuble encore en construction mais qui ressemblera peut-être à l’image de toute façon ! En fait, il s’agira d’un fac-similé en 3D d’une machine Eurolux complète, avec moteur reproduisant un mouvement de droite à gauche pour donner l’impression que le linge est vraiment en cours de lavage ! Tangram, l’entreprise responsable de la création


36 de l’image voulait faire quelque chose de vraiment inhabituel pour attirer l’attention des piétons et des automobilistes quand ils vont dans cette rue très passante. Ils y sont incontestablement arrivé et le modèle sous-jacent sera incontestablement un élément majeur dans la ville ce qui, en plus, fournira un sujet de conversation pour un bon bout de temps !. Pic : Sana Tangram avait aussi la responsabilité de réaliser une publicité frappante pour la margarine Sana dans le square Taksim. Le plus attirant pour l’œil est l’image d’une adorable petite fille qui, grâce à une mécanique monobloc bien placée, - le plus grande jamais utilisée – se déplace de gauche à droite. Le slogan dans la partie haute de l’ensemble comprend trois couches différentes et a été fait comme des boites aux lettre éclairée par l’intérieur. Une technique d’animation indirecte à base de néon produit un effet flash pour capter l’attention. Pic. Nike Dans une autre application, Tangram a capté une part des évènements excitants de l’année dans le Championnat Européen de football et l’a transporté à Taksim ou l’hôtel Marmara était l’endroit idéal pour une publicité de Nike. L’Aerowball est une merveille de technologie moderne qui capte l’attention des passants parce qu’ils regardent la balle s’échappant du mur suite à un shoot de Ronaldinho. Le projet qui a impliqué trente personnes, montre une balle éclairée à l’intérieur de quelques 4 mètres de diamètre et la hauteur totale de cette étonnante application en 3D est de 12 mètres. Cette campagne globale a aussi étonné ceux qui l’ont vue à travers le monde quand elle est apparue simultanément à Manchester, Sydney, Berlin, Copenhague, Londres, Bangkok, Milan, Rotterdam, Pic. Lipton En ce moment, quel que soit l’endroit par lequel on entre dans Taksim, une publicité très colorée pour les thés Lipton, la marque d’Unilever, vous accueille. Ce n’est pas seulement sa taille gigantesque qui frappe, mais le passant est aussi fasciné par un tourbillon créé par 19 slogans qui changent toutes les deux secondes ou tous ensemble. Après une brève pause, le tout repart de plus belle. Pour plus d’information contactez Tangram : Tel : +0212 238 96 96 Pics : Red Woman bus Eurostar 2003 – Prince Charles Des projets comme ceux qui figurent ici peuvent maintenant être réalisés sur une vaste gamme d’imprimante « éco-solvants » comme la Rockhopper II-4H, la Rockhopper 38 de Mutoh, la Soljet Pro II et la VersaCAMM SP-300 de Roland quand ils sont utilisés avec trois nouveaux films de MACtac. IMAGin JT 5829 est un film monomérique avec adhésif enlevable, JT 5829 PM est un film monomérique avec un adhésif permanent et JT 5929 PM est un film polymérique avec un adhésif permanent. Tous ont été entièrement testés et mis au point pour les machines cidessus et d’autres marques connues de machines à eco-solvants.


37 Grâce à un nouveau support, ces films permettent de meilleurs résultats d’impression et offrent de nouvelles possibilités pour la publicité d’intérieur et d’extérieur. Ils sont disponibles en trois largeurs différentes, (76, 137 et 152,4 cm) chez les distributeurs officiels de MACtac. Pour plus d’informations, allez sur : www.mactac-europe.com

P.38 & 39 36 EN VITRINE Pics : ColorGrapics1300, ColorGraphics300 Color Graphic de Salt Lake City aux USA a utilisé son imprimante PressVu UV180/600 EC pour réaliser des images pour le géant du fast-food KFC. En se servant de la PressVu UV combinée à plat et bobine à bobine, Color Graphics a produit 375 images rigides et souples pour la chaîne de restaurant de « poulet », le plus grand d’entre eux mesurant 1,27 x 0,77 m. Dans l’ensemble de la commande, il y avait la réalisation d’éléments de PLV pour les menus et les graphismes de vitrine. Guy Timothy, Vice-Président de Color Graphics commente : « nous avons imprimé sur des feuilles rigides de polystyrène pour les matériaux KFC de PLV et les images ont été ensuite répétées sur des adhésifs à faible tack pour les vitrines, ce qui a évité de grosses pertes de temps et d’argent ». Pics : GiganticColor300, GiganticColor1300 Gigantic Color Inc., une entreprise Texane a réalisé un travail inhabituel pour une maison de luxe en utilisant sa PressVu Vuitek UV200/600 pour fabriquer un décor mural d’intérieur de 4 x 10 m et trois fenêtres à l’identique, toutes devant donner les couleurs vives d’une peinture originale de la Renaissance. Dans la mesure où il s’agissait de l’œuvre favorite du client, il était obligatoire que le décor mural respecte intégralement l’œuvre originale parce que toute modification de la couleur aurait été immédiatement remarquée. GiganticColor a imprimé directement sur un support « papier-peint » nommé Store Seal appliqué ensuite sur le mur principal du salon de la maison avant d’en faire trois copies plus petites pour les fenêtres. Comme les fenêtres étaient déjà montées, il n’était pas possible d’utiliser les possibilités d’impression du verre de la PressVu, si bien qu’à la place des encres UV aux couleurs très « vibrantes » ont été imprimées sur une feuille de polycarbonate spéciale (du Lexan) qui a été posé sur les fenêtres. Pics – portrait – couleurs bleu turquoise et rouge sur fond gris Des étiquettes adhésives sur Fasson ont aidé la nouvelle vodka, la favorite des boissons alcoolisées – Petriicov Red and Blue – a augmenter considérablement leurs ventes au détail de leur distilleries hollandaises, Toorank – tellement que l’entreprise recherche maintenant une stratégie plus orientée vers l’exportation. Imprimées par Kolibri Etikettenfabriek sur des adhésifs de marque Fasson d’Avery Denison Roll Materials Europe, les étiquettes ont aussi remporté un Prix au Concours International dans l’étiquette de 2004, concours organisé par l’association de l’étiquetage adhésif, la FINAT. Les étiquettes – chaque série comportant une étiquette de face, d’arrière et de col, mettaient en valeur les boissons, pour l’œil du client – étaient le résultat d’unne collaboration poussée entre Tooorank, Kolibri et le studio hollandais Bens !..Le résultat final, imprimé sur auto-collant Fasson High Gloss Premium à adhésif permanent


38 S20000N, répercutait l’image des étiquettes d’origine sur le contenu des bouteilles – rouge ou bleu – en restant dans le contexte des dessins originaux évoquant l’image classique des bouteilles de vodka.. Kolibri Etikettenfabrieklers a imprimé en sept couleurs avec un vernis en plus sur une presse ILMA 340 en utilisant des encres Sicpa Aarberg – avec deux impressions spéciales – luminescentes et thermo chromiques.

P.40 - 45 40 L’ASSEMBLEE GENERALE DE LA FESPA 2004 Cette année l’Assemblée Générale de la FESPA s’est tenue dans un Stockholm avec une chaleur hors saison et les délégués de vingt pays y ont assisté. Beaucoup de points ont été discutés dont le lancement de la première exposition Fespa World Expo en Inde qui aura lieu du 1er au 4 décembre de l’an prochain, FESPA 2005, la relance du Fespa World magazine et l’inauguration du nouveau Comité des Projets FESPA. En plus, la Fespa a souhaité la bienvenue à l’Association des Sérigraphes Indiens (SPAI) en tant que « membre associé ». Chaque association a fait un rapport sur l’économie de son pays et sur ses propres activités pendant l’année. Vous en trouverez le résumé ci-dessous. Mais il n’y avait pas que du travail et les délégués ont pu profiter de leur visite de JP Screen and Offset AB qui avait organisé un tour très intéressant de leur quartier général et d’une visite guidée du fameux musée du Vasa Ship. Ils ont pu aussi profiter des plaisirs de Stockholm et faire une merveilleuse « croisière-dîner » accompagnée par des musiciens en costumes traditionnels.

Les rapports Febelgra, l’Association Belge de Sérigraphie a expliqué que le CA 2003 du secteur graphique a été de 3.672 millions d’euros, avec un investissement total de 197 millions d’euros. 25% de la production belge est exportées, surtout vers la France, la Hollande, la Grande-Bretagne et l’Allemagne. Febelgra représente 900 des 1.650 entreprises belges d’impression qui emploient globalement environ 18.500 personnes. La plupart de ces entreprises sont petites ou moyennes avec 75% qui emploient moins de dix personnes. L’année dernière, Febelgra a travaillé sur différentes initiatives, la plus difficile ayant été l’établissement des classifications de tous les différents métiers dans les secteurs de la sérigraphie et de l’impression numérique. En plus, ils ont aussi travaillé avec les membres pour répondre à un certain nombre de problèmes techniques, environnementaux et de formation, en tenant des séminaires, des ateliers de travail agrémentés de quelques réjouissances. L’Association de Sérigraphie Bulgare a fait rapport d’une bonne année pour les imprimeurs avec une augmentation de la popularité de l’impression numérique. Une fois encore, les 92 membres de l’association ont pu profiter de programmes de formation et de séminaires. Les membres de l’Association de Sérigraphie Croate ont profité du boom économique du pays et des coûts du travail qui restent bien plus bas que ceux d’Europe de l’Ouest. Même si l’impression numérique se développe, la sérigraphie reste la technologie prépondérante en Slovaquie. L’année 2003 a été moins stressante que les autres pour l’association et a pu se concentrer sur la distribution du Manuel des Sérigraphes, du Fespa World magazine et d’un magazine graphique bi-mestriel.. En 2004, un gros travail a


39 été fait pour recruter de nouveaux membres et de tirer des plans pour élire une nouvelle équipe de direction en vue d’aller de l’avant. D’importantes réformes gouvernementales ont eu une influence positive sur l’Association des Sérigraphes Tchèque dont les membres se sont préparés à l’entrée dans la CE. En 2003, l’association a organisé un Symposium d’une journée coïncidant avec le salon Embax-Print 2003 pour l’impression et l’emballage, un événement soutenu par les plus importants fournisseurs d’équipement et de matériel pour la sérigraphie. Une réunion de l’association a suivi en fin d’année, focalisée sur l’écologie et la nouvelle législation. L’Association de Sérigraphie Danoise prédit que le PNB va augmenter de 2,5% en 2005 après les 2,1% de 2004, bien que l’économie danoise reste influencée par les tendances internationales et que sa compétitivité globale soit affectée par les coûts élevés du travail. L’association explique que sérigraphes et imprimeurs numériques continuent de prospérer, et que de plus en plus d’entreprises commencent à s’équiper en numérique et les prix sont ainsi mis sous une pression plus forte. Ils pensent que le futur verra moins d’entreprises mais plus importantes et qui seront donc à même d’investir dans les équipements les plus récents et d’offrir un service encore plus hautement spécialisé. Dans les activités de l’association, il y a eu une négociation sur quelques conventions collectives entre employés et employeurs, conventions qui seront valables pour les trois années à venir. Des Guides pour les ventes, les services, les points de droit ont été aussi édités. L’Association des Sérigraphes Finnois annonce une croissance de l’économie Finnoise qui était un peu calme ces trois dernières années, pour 2004 et 2005. Les sérigraphes Finnois ont pas mal souffert en 2003, surtout dans le secteur publicitaire qui a connu de durs moments. La popularité croissante des techniques d’impression numérique a engendré une vente importante de machine, avec, par voie de conséquence une chute des prix pour les impressions numériques. Malgré cela, l’association a connu une année très active en 2003 et a gardé tous ses membres. Le Bureau s’est réuni sept fois en tout et a aussi organisé des assemblées au printemps et en Automne avec cette dernière assemblée d’automne qui s’est tenue à Tallin en Estonie qui s’est conclue par un séminaire sur l’entraînement à la gestion de la qualité. En plus, l’Association a publié trois numéro du magazine SERIETO en 2003, avec un numéro supplémentaire publié en 2004 et de nombreuses Newsletters. L’Association Française pour la Sérigraphie et le Numérique – GPSF – compte 130 adhérents et représente aussi les employeurs dans les négociations avec les syndicats et la communication avec l’Etat. Cette année, nous avons complètement recréé la Convention Collective qui a été étendue à toute la profession et à l’impression numérique en grand format. Classifications (le point le plus important), salaires, couvertures de santé et des retraites, formation et relations ont été renégociées avec nos partenaires sociaux. Il y aura de nouvelles qualifications et diplômes. L’environnement est aussi un sujet très suivi et un guide « Produire propre en sérigraphie » a été édité. Au niveau économique, le marché est assez stable avec une légère augmentation du CA, de la production et des prix de vente. Les investissements sont, eux aussi, stables et la compétition internationale élevée.


40 L’Association de Sérigraphie Allemande a rendu hommage a son ancien directeur, Hartmut Flothman qui a pris sa retraite au début de l’année après avoir travaillé 37 ans dans la Fédération Allemande de l’Impression et des Medias et a présenté officiellement son successeur Torben Thorn. L’association explique qu’elle attend des données chiffrées sur la sérigraphie et elle a, à la place, donné des informations sur l’ensemble du secteur graphique à la suite d’une étude. C’est un secteur du marché qui a un fort potentiel de croissance et un de ceux qui augmentent la valeur ajoutée des produits finis. L’étude compare aussi les procédés d’impression « d’effets spéciaux », les points forts à développer et les potentiels de croissance, le tout couvrant des stratégies de marketing différentes pour ces impressions d’effets spéciaux. A la suite de son Symposium à succès sur la sérigraphie UV l’an dernier, l’association a conduit un Symposium de même type sur les effets spéciaux à l’impression. Il était sponsorisé par la Fédération des Industries des Supports et de l’Impression Allemands (BVDM) et l’Institut Allemand de l’Impression (DID) qui a mis sur pied un programme spécial pour examiner tous les aspects de l’impression spéciale avec un certain nombre de conférenciers « distingués ». En plus, l’association a produit un livre d’exemples d’effets spéciaux à utiliser comme outil de marketing. Il fait le tour des possibilités d’amélioration des imprimés et montre différents effets qui peuvent être réalisés de façon à inspirer ceux qui travaillent dans les métiers graphiques. L’Association de la Sérigraphie Hongroise explique qu’à la suite de l’entrée de la Hongrie dans l’UE, le pays a connu un climat économique stable avec une progression de 4,2%. Le chômage est à 4,8% et l’inflation à 5,8%. Sérigraphie et numérique sont en croissance. L’association à 97 membres à l’heure actuelle dont 65 fournisseurs. L’association a tenu un séminaire en avril sur la technologie UV, la quadrichromie et le nouveau programme d’accréditation ISO. Ce séminaire dirigé par Bill Appleton a attiré 34 sérigraphes hongrois. En plus, l’association a organisé son 5e Forum de Sérigraphie à Budapest avec cinq exposants et a attiré environ 110 visiteurs. Les thèmes de cette année étaient la tampographie, la céramique et l’entrée dans UE. L’association va continuer sa collaboration dans l’année qui vient avec trois écoles de sérigraphie dont l’une donne un cour sommaire de « mise à jour » pour les sérigraphes confirmés tandis que les autres se concentrent sur les étudiants. Pour renforcer ces programmes, l’association discute de la possibilité de sponsoriser des programmes de séminaires qui se tiendraient chez différents fournisseurs. Le magazine de l’association, SZITANYOMAT a été publié en août à 3.000 exemplaires. Il est vu comme un outil important pour la Hongrie et est un bon support pour les annonceurs. Pour l’Association Hollandaise de sérigraphie, 2003 a été une des pires années pour l’économie hollandaise et pour l’industrie graphique en particulier, pire qu’en 2001 et 2002. Le climat général s’est légèrement amélioré dans la première moitié de 2004 quoique les entreprises travaillant dans le secteur graphique voient leurs prix rester sous une pression encore plus forte. Lors du second trimestre de cette année, l’économie hollandaise a cependant affichée une croissance de 1%.


41 Le PNB Hollandais a chuté de 0,8% en 2003 alors que l’inflation atteignait 2,1%. Les salaires ont augmenté de 2,7%. L’indice de la consommation est tombé de 1,2% en 2003 et l’augmentation de la consommation est plus faible que celle des revenus disponibles. Les importations ont augmenté de 0,9% et les exportations de 0,5%, un résultat lamentable si on le compare avec l’accroissement du commerce mondial de 3,7% en 2003. En tant que 9e exportateur et importateur mondial, la Hollande a perdu des parts de marché, ce qui est attribué aux salaires trop élevés. Bien que des éléments précis de soient pas disponibles, on estime à 5% la chute des ventes dans les arts graphiques en 2003 et la perte d’emploi à 2,8% alors que seulement 56% des entreprises présentent des bilans positifs. L’association a aussi expliqué que de nombreuses entreprises ont démissionné de la ZSO et que dans le,mauvais climat des affaires, il est difficile de remonter la pente. Malgré tout, après quatre ans de préparation, l’association, avec son organisation mère la KGVO a réussi a finalisé les négociations avec les syndicats et a mis au point une Convention Collective pour la signalétique en Hollande. Cette nouvelle convention a été mise sur pied avec le CLA pour les sérigraphes dont la Convention collective remontait à 1962. Un fond spécial pour couvrir les frais de formation pour ses membres et leurs employés. Pour l’Association Norvégienne de Sérigraphie, l’économie norvégienne a connu une certaine croissance en 2003, quoique les coûts soient élevés en Norvège ce qui rend la concurrence difficile avec les pays à plus bas coûts. Les choses s’améliorent cependant doucement pour les petites entreprises et le gouvernent se concentre sur la croissance économique. De nombreux sérigraphes norvégiens ont renforcé leur position malgré la diminution de la production par rapport aux années précédentes. La production numérique influence le marché dans la mesure où les sérigraphes qui s’équipent en numérique sont nombreux. La sérigraphie Norvégienne ne s’est pas assez préoccupée de participer à l’ensemble du marché graphique ces dernières années, quoique l’association fasse tout ce qu’elle peut pour promouvoir la technologie, particulièrement dans des domaines où les autres techniques d’impression peuvent avoir du mal à lutter. Cela demande un nouveau mode de pensée et de vente de la technologie à des clients potentiels. L’association a conservé la plupart de ses membres et espère toujours arriver à une coopération plus étroite avec l’Association Norvégienne de Signalétique. En février, l’association a tenu sa 43e Assemblée Générale à Geilo, qui s’est concentrée sur la façon de trouver les voies permettant de promouvoir la sérigraphie et de coopérer avec les écoles et les universités qui enseignent le graphisme et ce qui s’y rattache. Un concours d’affiche a aussi été lancé. L’Italie a aussi connu une certaine récession et l’Association Italienne de Sérigraphie (ASSERIT) annonce que le chiffre d’affaires de ses membres a été inférieur à celui de l’an dernier. Les perspectives montrent une amélioration depuis avril mais c’est une croissance encore très disparate. On espère cependant que celle de l’économie sera de l’ordre de 1,3%. En ce qui concerne l’impression numérique et sérigraphique, l’association n’a pas de données très précises mais donne le chiffre de 4.000/4.500 entreprises de sérigraphie en


42 Italie comme plausible, la plupart avec moins de cinq employés. Les gros sérigraphes sont nombreux à avoir investi en numérique quoique les ventes ralentissent maintenant dans ce secteur. L’association a du faire face à de nombreux problèmes l’année dernière parce que l’organisation mère, CNA (qui a 300.000 membres) s’est restructuré mais a finalement décidé de se placer sous la juridiction du Comité SME de Milan et on espère maintenant mettre au point rapidement un programme complet d’activité. L’association a organisé un concours, Telaio d’Argento pour désigner les meilleurs impressions en sérigraphie. 50 envois de bonne qualité ont été récompensés. Une seconde édition d’une étude (imprimée et sur CD) sur le Coût des équipements, qui contient des informations sur la façon de calculer un tarif horaire quand on utilise des presses différentes. Elle est distribuée gratuitement à tous les membres. Du côté de l’Association de Sérigraphie Russe, on trouve un accroissement du PNB Russe du 7,3% et une forte hausse des investissements. Le volume total du secteur impression est de 2 milliards de dollars dont 25% pour l’impression en bureautique. La majorité des entreprises russes sont maintenant privées et on prévoit une rapide mise sur le marché du capital des dernières entreprises d’état. Quand on arrive au secteur des impressions spéciales qui comprend la sérigraphie, la tampographie, l’impression numérique et le textile, on constate une hausse de 15% par rapport à l’année dernière. L’association compte 62 membres mais espère que ce nombre va augmenter au fur et à mesure que l’économie se développe. Les activités de l’association sont centrées sur les besoins des petites et moyennes entreprises et elle encourage ses membres et les nonmembres à aller à FESPA 2005. L’année dernière, l’association a tenu sept séminaires dans différentes entreprises d’impression, chacune couvrant des applications particulières de la sérigraphie. Dans les mois qui viennent elle a l’intention de promouvoir la participation au Concours des Awards et offrira aux entreprises non encore participantes un tarif spécial si elles deviennent membres de l’Association. L’économie s’est légèrement développée aux dires de l’Association de la Sérigraphie Slovaque alors que le chômage reste autour de 13,5%. La situation en ce qui concerne les sérigraphes a peu changé, malgré un léger déclin dans le secteur textile, beaucoup à cause des importations à bon marché en provenance d’Asie. Les sérigraphes qui se recentrent sur la qualité et investissent dans les technologies nouvelles, sont nombreux. L’impression numérique devient plus populaire surtout à cause des avantages en coût sur les très petits tirages. L’an dernier l’association s’est concentrée sur la formation et prévoit de donner des cours de re-qualification aux sérigraphes. On va développer le site web qui est un outil de communication très utile. A l’heure actuelle, l’association slovaque a dix membres. Pour l’Association de la Sérigraphie Slovène, le climat économique du pays est relativement bon avec une croissance qui dépasse la moyenne de celle de l’UE.


43 Le CA global des industries graphiques a toutefois décrû pour la première fois depuis cinq ans et les dépenses aussi d’ailleurs. Dans l’ensemble, les bénéfices ont augmenté pour atteindre 9,6 millions en 2003 et l’année dernière a vu le nombre des sérigraphes passer à 24 démontrant une tendance vers la création de petites entreprises flexibles. Un léger accroissement dans la technologie numérique, mais la demande reste assez limitée. Un total de 5.000 personnes sont employées dans le secteur graphique et la concurrence est rude, avec une « fixation » sur les prix. L’année dernière, l’association a collaboré avec des imprimeurs du Nord-est de l’Italie pour monter le portail web www.all4print.net qui comprend des données sur les contacts avec toutes les entreprises impliquées. Le projet a été mis sur pied avec l’aide de l’Union Européenne, partiellement avec des fonds du programme PHARE. La seconde activité importante de l’association a été la fondation d’un groupe de l’impression sérigraphique, numérique et tampographique. Le but principal en est la création d’opportunités d’affaires pour ses membres en les encourageant à travailler ensemble et de renforcer ainsi leur position sur le marché. En ce moment, sont organisées deux réunions d’une journée avec ateliers de travail. Selon l’Association de la Sérigraphie Espagnole, le secteur de la sérigraphie a souffert une fois encore et on essaye toujours de contrer les effets de la guerre des prix. On prévoit une meilleure année pour 2005, sur le plan économique. L’association poursuit ses efforts pour recruter de nouveaux membres en Espagne et en Amérique du Sud et a aussi amélioré son site web pour que les membres puissent obtenir avis et assistance 24 h sur 24 et 7 jours sur 7, où qu’ils soient. Cette année, l’association a organisé le Congrès de la Sérigraphie Espagnole au Pays Basque et lancé la troisième phase de son programme de formation qui comprend plus de 50 cours sur la sérigraphie. Elle a aussi effectué les traductions du Fespa World Magazine et continué d’éditer et de distribuer le Bulletin de l’Association.Autre réalisation, la promotion des termes et condition des affaires pour le secteur espagnol, de la sérigraphie, la publication du Livre Espagnol de la Sérigraphie en même temps que celle d’un rapport sur le secteur de la sérigraphie en Espagne. Elle a aussi mis au point un manuel de Conseils à l’exportation, complété par des visites d’étude en France et au Brésil. Enfin, elle a terminé une étude sur trois mois pour déterminer l’état du marché. L’Association Suédoise de Sérigraphie n’attend une croissance du PNB que de 1,7% pour cette année dans la foulée de la mauvaise conjoncture économique qui existe depuis 2001. mais, suite à une amélioration du climat et à une politique fiscale expansionniste, on s’attend à une augmentation de la consommation familiale. Les exportations suédoises se sont aussi développées plus que prévu au dernier semestre et devraient encore gagner quelque points en 2003, ce qui est largement dû à de meilleures conditions économiques un peu partout et la demande croissante de produits pour les télécommunications. Comme c’est le cas pour l’ensemble de l’industrie graphique, des segments, comme la sérigraphie souffrent du manque de demande. La marge bénéficiaire pour une entreprise de sérigraphie dans la moyenne a chuté ces dernières années de 4% en 1999 à 2 – 2,5% en 2003. Dans le même temps, les entreprises de sérigraphie ont du faire face à une chute du rendement des actions de 16% à juste au-dessus de 10%. Un redémarrage de la


44 demande générale dans l’économie suédoise dans les années à venir devrait cependant permettre d’augmenter de nouveau les marges. L’association a créé son propre système éducatif : la Business School pour les sérigraphes est faite pour donner des cours de gestion à des groupes de membres lors de séminaires d’un ou deux jours sur des sujets comme les techniques de gestion, le développement des affaires et du profit. L’association a aussi édité ScreenPressen, un journal pour les membres publié trois ou quatre fois par an. Cette publication relate le travail du Bureau et tient les membres au courant des réunions et des initiatives éducatives. En plus, l’association organise deux grandes réunions tous les ans, et la dernière s’est tenue à Jönköping en avril dernier. Nous avons actuellement 91 membres dont 66 imprimeurs et 25 fournisseurs. L’Association de Sérigraphie de Grande-Bretagne (UK) annonce que le facteur « bienêtre » est toujours d’actualité malgré une légère augmentation des taux d’intérêt et le fait que les profits ont été diminués. On a l’impression que si la plupart des imprimeurs ont fait un peu d’argent cette année, c’est surtout grâce à une bonne gestion. L’importance de la valeur ajoutée est mieux acceptée dans l’ensemble, ce qui a beaucoup aidé. Les plus petits des fournisseurs se battent aussi durement pour survivre et l’association prévoit que certains d’entre eux disparaîtront dans les douze mois ce qui est malheureux car cela va limiter le choix des imprimeurs. En tenant compte du fait qu’il n’y a plus de guerre ni d’attaque terroriste d’importance, l’association espère une période commercialement plus stable. Malheureusement, l’exposition Screenprint qui devait se tenir en février 2004 a été annulée, mais elle devrait faire sa réapparition en avril 2005 en tant que partie de l’Exposition Sign UK. Le nombre des membres a été sous pression, mais l’association a pu remplacer les membres qui l’ont quitté. Dans l’ensemble, les actes de l’association génèrent beaucoup plus d’intérêt et c’est largement grâce aux efforts du nouvel attaché des relations publiques. Davantage d’entreprises profitent des qualifications et savoir-faire mis au point par le Centre de Qualification en Impression de la SPA. Les séminaires de trois jours qui y sont donnés avec l’aide d’un fournisseur ont été exceptionnellement bien perçus. En plus la Remise des Prix de la SPA a été également un succès et a permis à nos industriels de se rencontrer sans protocole. Finalement, les deux CD Roms de l’association – « L’Utilisation des solvants dans l’impression » et « la Prise en compte des risques en Santé et Sécurité »deviennent doucement plus populaires. Tandis que la FESPA EU Newsletter semble être aussi bien accueillie. Nigel Steffens le Secrétaire Général de la FESPA a expliqué à quel point, depuis l’Assemblée Générale d’Istanbul, l’équipe s’est agrandie en passant de trois à huit personnes (dont quelques unes à temps partiel) et par conséquent est en train de littéralement « déborder » dans ses Bureaux de Reigate. A l’heure actuelle, toute l’équipe se concentre sur FESPA 2005 dans le but d’en faire la plus grande exposition jamais tenue et que l’argent engendré ainsi puisse être dépensé


45 pour le plus grand bien de toutes nos associations-membres. En plus de FESPA 2005, il y a d’autres projets pour lancer FESPA India plus tard à la fin de l’année prochaine et une nouvelle exposition numérique mixte FESPA/ESMA en 2006. Dès que FESPA 2005 sera terminée, l’équipe commencera à travailler sur la prochaine grande exposition FESPA dont il est prévu qu’elle se tiendra un an plus tôt qu’habituellement, en 2007 (pour cause de Drupa en 2008). Dans les autres activités de la Fespa cette année, on a relancé le Fespa World magazine, démarré la Fespa World Newsletter qui est envoyée à toutes les associations, les exposants et des visiteurs choisis, enfin, le site web de la FESPA a été relooké ce qui l’a rendu d’un usage beaucoup plus simple. Le FESPA a maintenant sa propre base de donnée et toutes ses associations sont invitées à l’utiliser quand elles le veulent pour faire la promotion de leurs propres activités. Finalement, Nigel Steffens a rappelé à tous qu’ils pouvaient tirer parti des facilités offertes par les bureaux améliorés de la Fespa, ainsi que de celles offertes par les connaissances de la nouvelle équipe. Finalement, il a aussi encouragé toutes les associations a utiliser le nom de la FESPA à chaque fois que possible ce qui ne pourra que donner encore plus de crédibilité aux évènements et initiatives de ces associations tout en aidant aussi la Fespa a être encore se faire encore plus connaître dans le monde entier. L’ESMA a connu une bonne année et accueilli plusieurs nouveaux membres, Ferro GmbH, Lüscher AG, MHM Siebdruckmaschinen GmbH, Omnitec Umveltschultz AG, Remco Chemierentz GmbH, Vutek, Wängi Mesh AG. Cela a porté le nombre des membres à 42. Rudi Röller a été réélu pour deux ans au poste de Président et Robert Watson de Sericol a été le bienvenu comme Chairman du Comité de l’Impression Numérique. Le Comité TDS (Développement Technique et Standards) continue avec un Chairman intérimaire, mais a pu cependant terminer un certain nombre d’articles qui ont été diffusés pendant les neuf derniers mois ; on peut trouver ces articles sur le site web de l’ESMA Ltd. Le Comité Santé, Sécurité et Protection de l’Environnement (HSEP), a été très actif en travaillant à soutenir des idées susceptibles de modifier les propositions REACH et a publié une série de « faits chimiques » liés à la sérigraphie pour aider les imprimeurs utilisant la sérigraphie à solvants. Dans les travaux futurs, la préparation d’un séminaire pour soutenir FESPA 2005 et travailler sur le sujet des valeurs MAK sur les machines. La coopération ESMA/FESPA continue avec des réunions tenues régulièrement entre les Bureaux des deux organisations. Les domaines de coopérations sont l’Exposition FESPA 2005, l’Exposition commune Numérique, les problèmes liés à la Santé, la Sécurité et la protection de l’Environnement, les publications, le travail de développement technique, le travail de l’EPP coordonné avec Frazer Chesterman selon les besoins, les études de marché conjointes et le partage des informations statistiques et réglementaires, les réseaux industriels et finalement la promotion des deux organisations. L’Exposition Numérique Européenne, qui a été organisée par l’équipe interne « exposition » de la Fespa va encore renforcer les liens entre les deux organisations ce qui devrait former une base solide pour de futurs progrès.


46

P.46 & 47

INFORMATION 46 EVENEMENTS Journée Portes Ouvertes à Bangkok Dubuit Far East crée toute une série d’évènements à Bangkok Les amateurs de soleil ont été gâtés cette année, puisqu’à la suite de Screenprint India à Bombay en août, puis de l’Exposition ASGA à Shanghai en octobre, Dubuit Far East a organisé ses journées « Portes ouvertes » en Thaïlande au mois de novembre ! Elles ont été conduites de main de maître par la jeune équipe dirigeante de DFE, les frères Christophe et François Dubuit accompagnés par leur Président local Samuel Fellah. Les évènements qui ont été conçus pour promouvoir les activités du Groupe Dubuit dans la sérigraphie, la tampographie et la dorure à chaud en Asie de l’Est se sont déroulés sur trois jours. Le premier de ces évènements qui s’est déroulé le mercredi 3 novembre était une très officielle cérémonie de « remise de cadeaux », cérémonie au cours de laquelle Jean-Louis Dubuit, Président du groupe Dubuit a offert une presse d’impression à chacune des deux Ecoles graphiques les plus importantes de Thaïlande. Le Pr. Numyotot Songthanapitak, Président de l’Institut Rajamangala de Technologie et le Père Paul Trasucchi, Recteur de l’Ecole Technique Don Bosco ont reçu chacun, avec le plus grand plaisir, une machine semi-automatique à plat de sérigraphie qui va permettre à leurs étudiants de tirer le meilleur parti possible de leurs études dans cette technique. Assistaient à cette cérémonie un membre de la famille royale Thaï, le Vice-Gouverneur Panadda Diskul et le Président de l’Association Thaï de Sérigraphie et d’Imagerie numérique, Mr K. Chayaboon. Le Sofitel de Bangkok a été le siège du second événement qui a pris la forme d’une conférence de quatre heures pour expliquer la théorie et la pratique de l’impression UV pour les applications industrielles et qui a été donnée par le Past-President de la FESPA et actuel président de l’ASPT, Michel Caza. La Thaïlande, comme beaucoup d’autres pays, utilise maintenant la technologie UV pour imprimer des Cds, de flaconnages, des bouteilles et des étuis pour l’emballage et des PCB (circuits imprimés). Les imprimeurs-sérigraphes Thaïs sont désireux d’améliorer leur compréhension de tous les aspects du procédé, du prépresse au façonnage. Dans l’après-midi Dubuit a tenu la première de ses « Portes ouvertes »dans sa très grande nouvelle usine près de Bangkok – inaugurée l’an dernier – de 6.400 m2. Cet événement donnait aux sérigraphes Thaïs une formidable possibilité de voir des tas d’équipements en fonctionnement. Parmi ceux-ci les nouvelles presses à plat et les fours UV de Dubuit, les presses tampographiques de Teca-Print et les presses de dorure à chaud de CER, ces deux dernières entreprises étant des membres éminents du Groupe Dubuit et le Directeur Général de Teca-print, Carlos Huber, était là en personne pour répondre aux questions et donner des conseils. Le troisième jour, Michel Caza a donné une seconde conférence de quatre heures, toujours sur le thème des UV, mais cette fois centrée sur les arts graphiques. 90% des sérigraphes Thaïs continuent d’utiliser des systèmes à solvants, mais ils se rendent bien


47 compte de la nécessité croissante de contrôler la pollution qu’ils causent ainsi et de connaître en même temps les bienfaits techniques, qualitatifs et économiques apportés par la technologie UV. Dans l’après-midi, Dubuit Far East a tenu sa seconde journée « Portes ouvertes », elle aussi dédiée aux UV dans le graphique, pour permettre aux visiteurs de constater par eux-mêmes quelles améliorations ils pourront trouver en passant à la technologie UV. Les visiteurs ont été fascinés de voir imprimer une quadrichromie en trame 150/pouce réalisée en encres UV ce qui les a encore plus motivé pour passer à cette technique dans leurs propres entreprises. Tous ces évènements ont trouvé leur conclusion dans un superbe dîner au fameux restaurant Thaï « Jipochana », dîner offert par les membres du Conseil de l’Association Thaï de Sérigraphie. Parmi les invités d’honneur de celle-ci, l’équipe de DFE, Jean-Louis Dubuit, Michel Caza représentant le Conseil d’Administration de la FESPA et sa femme Thérèse. Comme on peut se l’imaginer, des échanges de vues très percutants ont eu lieu pendant cette soirée de gala et l’on a longuement et chaudement débattu des futurs de la sérigraphie et du numérique en Asie et dans le reste du monde. On a aussi beaucoup parlé du développement de relations plus étroites entre FESPA, ASGA et l’Association Thaï. Une délégation importante de la TSGA sera présente à la FESPA 2005 et l’association Thaï apporte aussi un soutien sans faille à FESPA World 2005 à Delhi. Tous les participants de ces évènements ont été ravis de leur succès malgré, pour ceux qui revenaient en Europe, un léger problème d’acclimatation à une température bien plus basse que les 36° auxquels ils s’étaient habitués ! La vie est dure parfois !

P.48 Le « Jubilée d’Or » de Michel CAZA Un Jubilée d’Or célébré avec classe Michel Caza vient de fêter ses cinquante ans de sérigraphie. La chance a voulu que la dernière Assemblée Générale de la FESPA à Stockholm coïncide avec le cinquantième anniversaire de sa « vie sérigraphique », ce qui a permis à l’Association Suédoise de Sérigraphie et au magazine Suédois Nordic Sign&Displays d’offrir à Michel une soirée qu’il n’oubliera jamais ! En réalité, Michel qui – et c’est plutôt rare chez un français – parle couramment le suédois – a passé près de deux ans en Suède de 1954 à 1956. Officiellement, il était là-bas pour écrire sa thèse de psycho-sociologie, mais son statut « d’étudiant fauché »l’obligeait à travailler, et c’est ainsi qu’il a commencé sa longue et distinguée carrière dans la sérigraphie. En même temps que ce travail « de sérigraphie non officielle » dont Michel avouait qu’il s’agissait de … travail « au noir » dans un atelier de sérigraphie – il a aussi touché à beaucoup d’autres petits métiers comme par exemple chanter du jazz dans les boites de nuit, décorer des vitrines de magasins, vendre ders tissus pour Haute Couture et retoucher des films pour l’offset. Il a même été caricaturiste dans des restaurants ! En se rappelant ces moments, Michel se souvient que : « la vie était dure mais tellement excitante et Stockholm était un endroit très amusant à cette époque ! ». Il raconte aussi qu’il n’avait pas la plus petite idée de ce que pouvait être la sérigraphie et un concept aussi simple que « le repérage », il ajoute : « à cause de ça, le premier travail que j’ai accompli fut une vraie catastrophe ! ».


48 Avant la fin de son séjour de deux ans à Stockholm, Michel avait un trou de quelques mois à boucher avant son service militaire en France. Il décidait immédiatement que la sérigraphie l’intéressait décidément beaucoup plus que la sociologie et cette fois il rejoignait BMJ - l’atelier où il avait travaillé au noir – avec un statut d’employé à plein temps,( tout-à-fait officiel et légal cette fois !). Tout ce qu’il a appris pendant cette période lui a donné les bases de ce qui devait devenir non seulement le travail de sa vie, mais sa grande passion. Il dit : « j’ai beaucoup appris sur une technologie déjà très avancée dans cet atelier à cette époque : nous n’utilisions pas la soie, mais le Nylon pour les écrans et des clichages avec films découpés manuellement ou en en photochimie indirecte. L’impression se faisait sur une McCormick et sur les premières presses fabriquée par Â. Svantesson qui allait bientôt passer du statut de « fabricant en garage » à celui de fondateur de Svecia ! ». Cette partie anniversaire a apporté son lot de surprises, non seulement parce que Michel a pu y retrouver un des ses anciens patrons, « Silko » Jonsson qui était le « J » de BMJ (Blåberg, Modén et Jonsson). Maintenant âgé de 83 ans, M. Jonsson est arrivé avec sa fille. A peine fêtées ces retrouvailles affectueuses que Michel se retrouvait face à une autre surprise. L’Association des Sérigraphes Suédois et Nordic Signs&Graphics avaient invités quelques anciens partenaires de jazz de Michel des années cinquante ! Un peu plus « mûrs » bien sûr, mais l’ayant rien perdu de leurs qualités de musiciens et la partie continuait sur des airs de ce New-Orleans Jazz que Michel adore. Le bouquet final arriva avec la présentation d’un superbe cadeau quand Anders Nilsson, le Président de l’association suédoise et membre du Bureau de la FESPA nommait Michel « membre à vie » de leur association ! En fait, la juxtaposition étroite des anciens et nouveaux amis et collègues, en même temps que des membres de la Fespa et des nombreuses associations qui assistaient à l’Assemblée Générale a réalisé la combinaison idéale pour une très belle fête de l’anniversaire de Michel.

Une nouvelle « casquette » Michel Caza a eu une autre occasion de faire la fête quand, quelques semaines plus tard, il a été élu Président de l’Academy of Screen Printing & digital Technology (ASPT) lors de son Assemblée Générale annuelle à Minneapolis. Il a succédé à Scott Fresener, le « sorcier » de l’impression textile. Fondée en 1973 par la SPAI, maintenant SGIA, l’ASPT a des membres qui peuvent raisonnablement être considérés comme réunissant la plus vaste somme mondiale d’habileté technique en sérigraphie. On y trouve des sérigraphes, des éducateurs, des consultants, des techniciens de fournisseurs, des chimistes, des ingénieurs de recherche, des artistes, des artisans et des directeurs de fabrication. Les technologies d’imagerie numérique y ont été officiellement intégrées en 2002 et son but est de promouvoir et d’encourager le développement de la sérigraphie et de l’impression numérique à l’avenir. Etre membre de l’Académie est aussi un honneur en soi. Les membres actifs de l’Académie (Ad-Rem) sont tenus d’écrire et de revoir les articles techniques qui seront publiés dans le Journal de la SGIA et son Technical Guidebook, de participer à des conférences et des séminaires techniques en tant que membres de l’ASPT, ainsi qu’à ceux organisés par de nombreuses associations et Fédérations importantes. Chaque année, l’Académie décerne la Dave Swormstedt Award pour le meilleur article technique publié et choisi les deux envois qui recevront l’Award « Best in Show », l’un dans le secteur graphique et industriel et l’autre dans le secteur textile, et ce parmi les travaux ayant reçu une Golden Award dans la compétition annuelle de la SGIA.


49 Les membres de l’Académie - qui sont totalement indépendants par rapport à la SGIA sont élus par les membres Ad-Rem de l’Académie eux-mêmes. Ceux-ci sont 32 en 2004 et trois nouveaux membres ont été élus cette même année. Ils sont auparavant « nominés » par les membres de l’Académie et d’autres personnalités importantes actives dans la sérigraphie et le numérique. La nomination à l’Académie est « pour toujours » et quand ils se retirent de la vie « active » les membres deviennent « Ad-Finem » pour le reste de leur vie (ils sont 25 à être « Ad-Finem »). Pics : Pic 1 : Michel Caza à 19… et 69 ans – maintenant ! Pic 2 : Michel Caza et son vieux maître « Silko » Pic 3 : jazz New-Orleans des années 50 au Gazell Club, à Storyville et Nalen Pic 4 : Anders Nilsson et Ulf Nilsson nomment Michel Caza membre à vie de l’association Suédoise de Sérigraphie et lui offrent un œuvre d’art montrant que « ses racines sont en Suède pour toujours » Pic 5 :Scott Fresener et Michel Caza, deux vieux amis « complices en technologie ».

50 ENVIRONNEMENT P.50 Marabu mène la danse Le spécialiste des encres sérigraphiques Marabu, une entreprise fondée en 1859, est devenu une entreprise synonyme de la mise sur le marché de produits et de services de pointe. Installée à Tamm, près de Stuttgart en Allemagne, l’entreprise a maintenant plus de 60 distributeurs et elle se concentre sur les réponses à la demande croissante de produits de qualité en évoluant sans cesse et en adaptant sa gamme de produits pour les applications de la sérigraphie. Ces dernières années, Marabu a eu l’honneur de recevoir plusieurs prix internationaux dont l’assurance de qualité ISO. Sa première certification DIN EN ISO 9001:1994 a été reçue en 1995 ; ils ont ensuite continué à améliorer et à redéfinir leurs normes de qualité et en mars 2003 Marabu a passé la re-certification assurant l’accès à la norme DIN EN ISO 9001:2000 qui a ensuite accru la demande sur ses systèmes de gestion qualité. En tant qu’entreprise travaillant dans l’industrie chimique, Marabu est prête à admettre ses responsabilités pour protéger à la fois la vie humaine et l’environnement des effets de son travail. Ils ont donc attaché une importance énorme au respect de toutes les réglementations et des obligations légales en ce qui concerne la production et le transport de leurs produits. Pour protéger ses employés contre les dangers pour la santé, Marabu évite volontairement d’utiliser des matériaux réputés toxiques et quand il est impossible de trouver un substitut, comme cela s’est produit récemment, un tel produit est simplement éliminé de la gamme. L’entreprise respecte aussi des techniques de travail propres et sûres et forme régulièrement ses employés au maniement des machines et des encres. L’équipe de travail reçoit aussi des informations détaillées lors de sa formation interne sur les utilisations des encres. De plus, en investissant dans les toutes dernières technologies, Marabu minimise tout impact sur l’environnement lors de la fabrication de ses produits. Marabu y a gagné son accréditation avec la première certification DIN EN ISO 14001, décernée par DCV Management Service GmbH en 2003, concrétisant les hauts standards de l’entreprise en matière de protection de l’environnement.


50 En parallèle avec cette certification, la combinaison de gestion de la qualité et gestion de l’environnement, de la sécurité au travail et de la protection de la santé ont été réunies dans un système intégré, le Marabu Management System (MMS). L’entreprise soumet aussi ses fournisseurs aux mêmes contraintes restrictives que celles que l’on attend d’eux et les fournisseurs sont souvent soumis à des audits. Depuis 2003, Marabu a été inscrit comme Sony Green Partner (Approbation de la Qualité environnementale) dans la banque de donnée des fournisseurs de Sony. Il en résulte qu’ils sont aussi soumis à des audits très stricts demandés par leurs clients. Cela demande à la fois une stricte conformité aux standards légaux concernant l’environnement, tout en respectant des critères supplémentaires comme ceux définis par Sony. Marabu doit, par exemple, faire la preuve du très bas niveau d’utilisation de substances dangereuses dans les matières premières choisies. L’accréditation de Sony est renouvelée tous les deux ans et est considérée comme essentielle. A l’heure actuelle, la promotion, le développement et la fabrication de systèmes d’encres sans solvants représente un pourcentage important de l’ensemble de la production de l’entreprise. Au printemps dernier, Marabu a encore reçu une reconnaissance officielle de son système d’Assurance-Qualité quand lui a été décerné le Prix Annuel de l’Environnement décerné par la SGIA. Marabu pense que cette récompense, autant que les autres, lui a conféré la position de modèle pour les autres entreprises internationales du secteur de la sérigraphie qui cherchent elles aussi à mettre au point des politiques et des actes exemplaires en ce qui concerne l’environnement. Et c’est aussi ce qui conforte Marabu dans son désir de rester à la pointe de ce combat dans le futur. Pour plus d’information, visitez le site www.marabu-inks.com =========

P.54

Et finalement… Bien en vie et pétant le feu Ralph Roschlau de Marabu explique pourquoi il croit que les sérigraphes ont un avenir brillant devant eux… « Ma première pensée après avoir lu l’article de Stewart Partridge (dans le numéro d’été de FESPA World n°36) a été : « ce type a dû écouter l’horribles discours de Donald Rumsfield parlant de « la vieille et la nouvelle Europe » une fois de trop ! Ma seconde idée fut que Stewart cherche à secouer la FESPA en espérant l’amener à une approche plus visionnaire de la sérigraphie. Faute de connaître les véritables intentions de Stewart, j’ai décidé de répondre à cet article avec des faits plutôt qu’émotionnellement. La DRUPA n’est sûrement pas l’évènement qui convienne pour faire des comparaisons sur l’état et sur le futur de la sérigraphie – et ne l’a jamais été. La sérigraphie a toujours été considérée comme un


51 surplus exotique à cette exposition. En plus, nous - les exposants pour la sérigraphie – nous sommes présentés en ordre plus dispersé que jamais et cela a dû renforcer cette impression. Nous avons suggéré que pour la DRUPA 2008, l’ESMA présente la sérigraphie pour ce qu’elle est exactement : une technique d’impression industrielle et graphique qui a été, est et restera indispensable. Mais oui, il ne fait aucun doute que la sérigraphie est vivante et en pleine forme. Pour le vérifier, je suggère à Stewart d’aller visiter les expositions d’ensembles que sont MEDIATECH, LABELEXPO, K, GLASSTEC, etc. ou des expositions touchant à l’industrie comme PREMIERE, BRAU, CONSUMER ELECTRONICS, etc., où nos utilisateurs industriels exposent des tas de produits sérigraphiés. L’imprimeur numérique moderne a démarré il y a cinq ou dix ans avec une presse numérique et il en possède maintenant une dizaine. Mais il a aussi une ou plusieurs presses sérigraphiques ultra modernes en quatre couleurs. Le sérigraphe (graphique) à la page a des systèmes d’enduction, deux systèmes CTS ou davantage et au moins une presse quatre couleur toute neuve – et sûrement une ou deux presses numériques. Pour des raisons évidentes, je ne peux pas donner de noms, mais croyez-moi, j’ai vu ces imprimeurs. C’est vrai que les petits sérigraphes disparaissent et que les gros joueurs dominent de plus en plus le marché. C’est tout-à-fait comparable au remplacement des épiciers de quartier par les hypermarchés et un cas d’école très clair : « les petits faons ne font pas le poids face aux gros cerfs », comme disent les américains. Autre indice évident de la place actuelle de la sérigraphie, il est plus difficile de trouver des produits non sérigraphiés dans notre vie quotidienne que le contraire. Notre métier est un élément-clef de la décoration industrielle, répondant aux spécifications et aux contraintes voulues, créant des effets et des fonctions que l’impression numérique ne pourra jamais réaliser. Dans sa réponse (numéro d’Automne 37), Michel Caza citait quelques uns des nombreux secteurs que couvre maintenant la sérigraphie et je fais aussi allusion au contenu de l’article « Les scientifiques découvrent de nouvelles possibilités pour la sérigraphie » publié dans Ink World Magazine 10/2004. Nous avons nous mêmes en route des tas de projets d’encres qui vont propager la sérigraphie bien au delà de ses champs d’applications actuels. Des applications médicales, des RFID et d’autres systèmes fonctionnels, des effets impossibles à faire par d’autres méthodes d’impression, tout ceci donne juste quelques aspects de ce qui va ouvrir un avenir brillant à la sérigraphie. L’exposition FESPA de 2005 ne va cependant donner qu’une image partielle de ce que notre technologie est capable de réaliser. Je pense que la sérigraphie doit vendre cet événement comme une véritable show technologique, plus que comme l’exposition plus classique graphique / textile / semi industrielle – avec l’impression numérique mise en valeur comme la dernière nouveauté. Nous devons ou bien croire de tout notre cœur, comme nous le faisons chez Marabu, au formidable potentiel de notre technologie, ou simplement suivre la voie le style SGIA qui mélange les exposants pour la sérigraphie graphique, les textiles, le numérique et qui, tout en offrant un certain type de show, non dénué d’intérêt à sa manière, ne représente pas vraiment ni la sérigraphie, ni le numérique comme un ensemble. Pour illustrer un tel changement d’objectif (de la sérigraphie graphique à la sérigraphie en tant que technologie du futur) je suggère que la FESPA accroisse sa coopération avec l’ESMA, surtout avec ses Comités des Applications Industrielles (IA) et la Documentation


52 Technique et Standardisation (TDS) qui sont à la tête du développement de la sérigraphie dans le monde de demain. Et – pour en revenir à la définition de la « vieille Europe » de Rumsfield il nous faudra maintenant attendre et voir ce qui va se passer si le « Nouvel Ordre Mondial » montre que la sérigraphie va devenir plus forte que jamais, en compagnie, bien entendu, d’une technologie de décoration numérique de puissance égale ». L’auteur Ralph Roschlau a commencé sa carrière en 1969 par trois ans d’apprentissage en spécialisation pour le commerce extérieur et l’exportation. A la fin de son apprentissage il a travaillé quelque temps dans une entreprise de sérigraphie avant de commencer à travailler comme Directeur des Exportations pour deux employeurs différents. Petit relais via la quatrième banque Allemande quand il y a travaillé au département du Commerce étranger, des Financements et du département des Changes qui a précédé la nomination de Ralph comme Directeur des exportations de la Division encres de Marabu. Cela a marqué son retour dans le domaine de la sérigraphie en 1981. une ascension rapide l’a amené à devenir le Directeur des Ventes à l’International où il a présidé aux destinées de l’équipe qui a développé les encres Marabu pour la sérigraphie et la tampographie et sa gamme de produits pour les Arts et l’Artisanat. En janvier 2000, à la suite d’une restructuration interne, Ralph a été nommé Directeur des Ventes (ventes nationales comprises) pour la sérigraphie, la tampographie et l’impression numérique. Il est maintenant le M.D. (Ventes et Marketing) de la Division Sérigraphie, Tampographie et Numérique de Marabu. Ralph qui va bientôt fêter ses 25 ans de bons et loyaux services chez Marabu en avril 2006 se décrit lui-même avec humour comme « un vieux chien qui regarde toujours vers l’avenir et veut apprendre de nouveaux tours ». 24.958 words ==============


FESPA WORLD Issue 38 - Français