Page 1

Fabrice COUTEAU

Projet tutoré : Tourisme littéraire avec

Voyage en canoë sur les rivières du Nord de la France de Robert Louis Stevenson

Licence professionnelle Patrimoine, Tourisme et Environnement Université de Picardie Jules Verne Amiens

Mars 2009


La relation entre tourisme et patrimoine littéraire se développe de plus en plus en France ; en témoignent l’expansion des maisons d’écrivain, des associations, l’utilisation des écrivains comme image marketing… Ce tourisme culturel – ou tourisme littéraire – fait de plus en plus d’adeptes en se posant comme un tourisme utile, plus raisonné que le tourisme de masse… C’est dans ce contexte que mon projet voit le jour autour d’un écrivain qui a laissé deux ouvrages principaux à la postérité et qui forment quelque peu un passage obligé de la littérature de jeunesse : il s’agit de Robert Louis Stevenson et de ses célèbres ouvrages intitulés L’île au Trésor et L’étrange cas du Docteur Jekyll et de Mister Hyde. L’auteur ayant vécu durant la seconde moitié du XIXème siècle a, dans sa jeunesse (à 26 ans), effectué un voyage en canoë sur les rivières du Nord de la France tout en réalisant un carnet de voyage. C’est donc en 1876 qu’il réalisa en compagnie d’un de son ami, Walter Simpson, ce périple en 14 jours partant d’Anvers, passant par Bruxelles et suivant enfin la rivière Oise terminant sa course dans la Seine. Les voyages lui ont servi de « carburant » pour ses écrits de jeunesse. Il publia donc en 1878, An Inland voyage, en français : Voyage à l’intérieur des Terres qui sera aussi traduit par Voyage en canoë sur les rivières du Nord de la France. Consécutivement à ce travail, il effectua une grande randonnée dans les Cévennes et écrivit un autre ouvrage intitulé : Voyage dans les Cévennes avec un âne. Ce dernier a été valorisé à la fin du XXème siècle et connaît aujourd’hui un succès touristique. Double objectif du projet : -

Créer et définir le rôle et les actions d’une association qui permettrait de faire éclore un engouement Stevenson dans le Nord de la France. Créer un exemple de produit de tourisme littéraire en se basant sur l’ouvrage étudié et prenant en compte le tronçon allant de Noyon jusqu’à Compiègne.

1


Source des photographies : National Library of Scotland (www.nls.uk)


Sommaire I – Robert Louis Stevenson et le voyage en canoë .................. 5 A – Sa vie en rapport avec son œuvre ................................................ 6 1 – Un auteur à la santé fragile ....................................................................... 6 a)

Une enfance difficile .............................................................................................. 6

b)

Une vie jalonnée par une santé fragile et une mort à 44 ans .................................. 7

2 – Stevenson : séditieux et vagabond ........................................................... 7 a)

Ses relations familiales ........................................................................................... 8

b)

Ses errances de jeunesses ....................................................................................... 9

3 – Les voyages dans la nature ..................................................................... 10 a)

Un style d’écriture méthodiquement acquis ......................................................... 10

b)

Les voyages : sa source d’inspiration ................................................................... 11

B – Où nous emmène Stevenson dans son ouvrage ? ...................... 12 1 – Le chemin parcouru ................................................................................ 12 a)

Belgique ............................................................................................................... 12

b)

Nord – Aisne ........................................................................................................ 13

a)

Oise – Val d’Oise ................................................................................................. 14

2 – Le contexte historique ............................................................................ 14 a)

6 ans après la guerre de 1870 ............................................................................... 15

b)

Quelques données économiques........................................................................... 16

c)

Confrontations avec différents mœurs et modes de vie ....................................... 17

3 – La sensibilité Stevensonienne ................................................................ 19 a)

La description sensible du périple ........................................................................ 19

b)

Attitudes des autochtones ..................................................................................... 20

c)

Etat d’esprit de l’auteur dans ce périple ............................................................... 22

II – Projets de développement touristique existants ...............24 A – Projet « voie verte » Stevenson dans l’Aisne ............................ 24 1) Schéma de développement touristique 2002 – 2007 ............................. 24 2) Repérage technique................................................................................ 25 3) Arrêt du projet ....................................................................................... 25 2


Source des photographies : National Library of Scotland (www.nls.uk)


B – Acteurs potentiellement intéressés par ce projet ....................... 26 1) Les acteurs directement liés au tourisme ............................................... 26 a)

Hébergement, restauration ................................................................................... 26

b)

Acteurs du patrimoine .......................................................................................... 27

c)

Acteurs institutionnels .......................................................................................... 29

2) Les acteurs indirectement liés au tourisme............................................ 31 a) Réflexions sur les sports de nature ........................................................................... 31 b) Acteurs et législation des sports de nature ............................................................... 31 c) Conseil Régional de Picardie ................................................................................... 32 1. Le Schéma régional vvv ....................................................................................... 32 2. Le Schéma régional des loisirs et des sports de nature ........................................ 33

C – exemple du GR 70 ..................................................................... 33 1) L’association « Sur le chemin de Robert Louis Stevenson » ................ 33 a)

Historique ............................................................................................................. 33

b)

Missions actuelles ................................................................................................ 34

2) Exemples de réussite ............................................................................. 34 a)

Fréquentations ...................................................................................................... 34

b)

Retombées économiques ...................................................................................... 35

III – Projet proposé ................................................................36 A – Créer un engouement Stevenson par le biais d’une association36 1) L’association en elle-même ..................................................................... 36 a) Statut ........................................................................................................................ 36 b) Financement ............................................................................................................. 37 1. Subventions attribuées par le Conseil Régional de Picardie. ............................... 37 2. Subventions attribuées par les départements ........................................................ 39 3. Subventions de l’état ............................................................................................ 39 4. FSE : Fond Social Européen ................................................................................ 39 C) Autres modalités lors de la création d’une association ........................................... 40

2) Ses actions ................................................................................................ 41 a) Envers les acteurs ..................................................................................................... 41 b) Envers la population locale ...................................................................................... 41

3


Source des photographies : National Library of Scotland (www.nls.uk)


c) Envers les institutions .............................................................................................. 42

B – Créer un parcours Stevenson de Noyon à Compiègne en itinérance douce ................................................................................ 43 1) Ce dont parle Stevenson ........................................................................... 43 a) Cathédrale de Noyon ................................................................................................ 43 b) Auberge à Pimprez ................................................................................................... 44 c) Compiègne et son hôtel de ville ............................................................................... 44

2) Repérage technique .................................................................................. 45 a) Carte ......................................................................................................................... 45 b) Communes et Communautés de communes traversées ........................................... 46

3) Mise en place............................................................................................ 46 a) Fonctionnement de l’itinérance douce ..................................................................... 47 b) Cible ......................................................................................................................... 47 c) Produits finis ............................................................................................................ 48 1. Les produits .......................................................................................................... 48 1.1 Partenaires ...................................................................................................... 48 1.2 Tracés ............................................................................................................. 49 1.3 Prix ................................................................................................................. 49 2. Communication .................................................................................................... 50 2.1 CDT Oise........................................................................................................ 50 2.2 Brochure ......................................................................................................... 50 2.4 Affiche ............................................................................................................ 50 2.3 Site internet .................................................................................................... 50

- Remerciements - Bibliographie

4


Couvertures

Source : NumĂŠrisations personnelles


I – Robert Louis Stevenson et le voyage en canoë Dans cette première partie, nous n’allons pas faire une biographie détaillée de l’auteur ni une analyse de l’ensemble de sa bibliographie mais nous allons mettre en relation l’auteur et l’œuvre qu’on étudie dans une perspective d’utilité au développement touristique. Nous allons notamment voir les particularités de sa vie qui se distinguent dans l’œuvre et nous allons aussi détailler l’œuvre dans un but géographique et sociologique. L’ouvrage est écrit dans la langue natale de l’auteur, c’est-à-dire l’anglais et s’intitule An Inland Voyage. Il nous est parvenu en français par deux traductions différentes : l’une de Léon Bocquet (dans les éditions « Babel » titré : En canoë sur les rivières du Nord ou les éditions « Aujourd’hui » titré : Voyage en canoë sur les rivières du Nord de la France et de la Belgique) et l’autre de Laurent Bury (dans l’édition de la Pléiade titré : Voyage à l’intérieur des Terres). Les deux traductions comportent certaines divergences d’interprétations. Par exemple : Léon Bocquet – « Nous fûmes assez mécontents de la maigre chère, surtout ‘‘ la Cigarette’’. Car j'essayais de laisser croire que l'aventure, le bifteck coriace et tout m'amusait. » Laurent Bury – « Nous étions assez contents de notre chère, la Cigarette surtout, car pour moi, j'essayais de faire croire que toute l'aventure m'amusait, y compris le bifteck dur et le reste. » Stevenson – “We were displeased enough with our fare. Particulary the Cigarette, for I tried to make believe that I was amused with the adventure tough beefsteak and all.”1 Laurent Bury – « Une fille laide s'affairait, un enfant de deux ans endormi sur les bras. » Léon Bocquet – « Une jeune fille d'allure vulgaire s'affairait dans la salle portant un enfant de deux ans ensommeillé. » Stevenson – “A plain-looking lass bustled about with a sleepy child of two.”2 ‘Plain-looking’ signifie : simple, franche 3 Après avoir lu l’original en anglais et les deux traductions, mon avis personnel est que la traduction de Laurent Bury (apparemment la plus récente) est la meilleure (d’un point de vue littéraire elle comporte notamment de meilleures tournures de phrases) ; cet avis reste bien entendu le mien, je ne prétends pas avoir suffisamment de qualités linguistiques ou littéraires pour influencer d’autres jugements.

1

STEVENSON, Robert Louis, In Inland Voyage, Chapitre VI Idem. 3 Traduction du Robert & Collins. 2

5


Source : www.europa-planet.com

Lieu de naissance : Edimbourg

Phare réalisé par les ingénieurs David & Thomas Stevenson. Source : Scottish Stone Liaison Group www.sslg.co.uk

1

2 1 : Robert Louis et son père Thomas 2 : Robert Louis à 7 ans 3 : Robert Louis et sa mère Margaret 4 : Sa nourrice (dans sa vieillesse) Alison Cunningham

3

4

Photographies extraites d'un site internet consacré à l'exposition sur Stevenson réalisée par l‘Université de Caroline du Sud et la librairie Thomas Cooper en 1994. Elles sont issues de la bibliothèque de l'Université dans le département des livres rares et collections spéciales, de la Collection G. Ross Roy sur la littérature écossaise et enfin de la NLS (National Library of Scotland) (www.nls.uk)


A – Sa vie en rapport avec son œuvre L’auteur, Robert Louis Stevenson, est né à Edimbourg, en Ecosse, le 13 novembre 1850. Son père, Thomas Stevenson, était ingénieur et avait la responsabilité des phares du littoral écossais, il était aussi fervent calviniste. Sa mère, Margaret Balfour, était issue d’une famille de révérends anglicans. La condition financière de sa famille – grâce aux revenus de son père – l’a relativement favorisé dans la mesure où il a pu faire des études, a pu voyager en n’étant contraint que partiellement par la réalité économique. Il fut baptisé « Robert Lewis » en référence à ses deux grands-pères : Robert Stevenson et Lewis Balfour (qui le baptisa luimême).

1 – Un auteur à la santé fragile Sans déterminisme aucun, nous allons voir, par supposition, ce qu’a provoqué la santé de Robert Louis Stevenson sur son intelligence d’écrivain et sur les phénomènes de sa vie.

a) Une enfance difficile Dès l’âge de deux ans, l’auteur a souffert de maladies pulmonaires. En 1852, il est victime d’une très forte fièvre qui inquiète toute la famille. En 1853, il est à nouveau victime d’une attaque de Croup (asphyxie). Dès lors, les neuf années qui suivent font vivre un calvaire à l'enfant : rhumes, bronchites, pneumonies, fièvres et infections pulmonaires se succèdent. Sur les conseils de médecins, sa vie sera mouvementée à cause de déménagements et de voyages à la recherche d’un climat plus clément. L’Ecosse et Edimbourg sont pour la santé du jeune Robert Louis un véritable problème ; la pluie, le brouillard, le froid condamnent l’enfant malade à avoir une vie différente de ses semblables. Il n’ira pas à l’école dans son enfance, et sera contraint de rester de longues journées dans sa chambre. Pour son éducation, une nourrice lui sera d’une précieuse aide. En effet, Alison Cunningham, affectueusement surnommée « Cummy », va lui apprendre à lire et écrire en lui contant l’histoire d’Ecosse mais aussi des légendes écossaises ce qui va, semble-t-il, affûter son imaginaire. Ses fièvres récurrentes vont également lui procurer des rêves et cauchemars infantiles qui, peut-être, contribueront à son inspiration d’écrivain fantastique. Il en parle lui-même dans son ouvrage : Essais sur l'art de la fiction. Pour palier à cette fragile santé, ses parents vont déménager dans plusieurs quartiers différents de la ville, à la recherche d’une maison plus confortable et mieux isolée (trois déplacements entre 1852 et 1857). De plus, toujours dans le but de trouver un climat plus clément pour la santé du jeune garçon et de ses parents (malades également), la famille partira plusieurs mois sur le continent européen : en Allemagne, et notamment en France (à partir de février 1863) sur la côte d’Azur : Menton sera une ville bien connue de Stevenson… C’est là qu’il va commencer à connaître la France (pendant deux mois il aura un précepteur français) et peut-être ces voyages récurrents dans ce pays lui donneront plus tard l’envie d’y vivre plus longtemps et d’y faire des excursions sur lesquelles nous travaillons aujourd’hui. Malgré tout, le jeune Stevenson grandira avec l’instruction de sa nourrice, ses problèmes de santé et l’ambiance calviniste de son environnement paternel. D’ailleurs, son père le prépare à une carrière d’ingénieur dans les phares en l’emmenant à l’âge de 14 ans sur des chantiers avec lui et en lui expliquant son avenir. Mais apparemment, dès cet âge là, Robert Louis a déjà une passion pour la littérature et veut apprendre à écrire… (en 1866, à l’âge de seize ans, Stevenson écrit un premier roman historique sur le soulèvement covenantaire de 1666 et son père le fera éditer chez un libraire d’Edimbourg à cents exemplaires). 6


Les Highlands en Ecosse, terre natal de Stevenson Source : www.terresdephotos.com

Les îles Samoa, où il passa les quatre dernières années de sa vie.

Stevenson , bien intégré parmi la population locale

Il est enterré selon son désir face à la mer au sommet du mont Vaea surplombant Vailima Source des photographies : www.janesoceania.com


b) Une vie jalonnée par une santé fragile et une mort à 44 ans Stevenson est donc habitué aux voyages et il y prendra goût au point de s’exiler de son Ecosse natale. Il revient chez lui pour des séjours mais jamais pour y revivre ; ses lieux d’habitations sont la France, les Etats-Unis et le Pacifique (où il mourut). Le plus ambigu est qu’il a une sorte de nostalgie pour sa contrée natale mais, paradoxalement, n’a aucune envie d’y retourner. Michel Le Bris – un des plus grands biographes de Robert Louis Stevenson – explique ce paradoxe dans la préface de A travers l’Ecosse en l’illustrant par, je cite : « L’article qu’il écrit sur Burns, le poète national (écossais), est un mélange subtile d’orgueil et de moquerie, d’admiration et de dépréciation ce qui résume bien l’ambivalence de son rapport à l’Ecosse »4. Le Bris cite d’ailleurs Stevenson : « C’est une chose singulière que mon imagination s’obstine à habiter ces vieilles collines grises et froides où je suis né, alors que je vis dans les mers du Sud, dans des conditions si nouvelles, et captivantes. ». Dans notre ouvrage, le nombre de citations envers l’Ecosse ou les Highlands est significatif. A 26 ans, il reste encore attaché, peut-être contre son grès, à son pays natal et à ses caractéristiques. Il compare beaucoup, soit en critiquant soit en complimentant, les mœurs qu’il découvre avec les mœurs anglo-saxonnes. Sans les citer toutes, notons entres autres : « Je ne connais, je l’avoue à ma honte, aucun endroit dans mon pays natal où j’eusse été si chaleureusement accueilli par autant de gens »5. A Compiègne il comparait les soldats réservistes aux soldats de son pays natal : « Ils n’avaient rien de l’allure superbe avec laquelle un régiment de “highlanders” de belle prestance est entraîné par sa musique, solennel et strict comme un phénomène naturel (…) »6. Malgré sa maladie, il réalise ce voyage en canoë et à en lire les nombreuses références au temps médiocre qu’il faisait en ce mois de septembre 1876, l’humidité de cette condition n’avait pas l’air de le déranger (même s’il se plaint de la pluie : « une pluie battante, impitoyable, incessante »7, « Je décidai d’acheter un imperméable à Noyon. Ce n’est rien d’être mouillé, mais la torture causée par chacune de ces piqûres froides sur mon corps entier à la même minute me faisait, comme un fou, flageller l’eau avec ma pagaie »8 mais il ne parle pas de quelconque maladie). Est-ce un défi de tenter ce voyage sur les eaux, ou ne ressentait-il aucun symptôme de sa maladie à cette époque là ? Pourtant, quatre ans plus tard, sa maladie le persécuta à nouveau ; en mars 1880, il manque de mourir d'une pneumonie et resta six semaines alité. Il meurt d'une crise d'apoplexie à seulement 44 ans, le 3 décembre 1894 dans les îles Samoa (Archipel d'Océanie).

2 – Stevenson : séditieux et vagabond Stevenson eût une vie particulière, peut-être en défi par rapport à sa santé, il ne resta pas dans les normes de cette fin du XIXème siècle et entra rapidement en conflit avec sa famille en faisant le choix d’une vie de bohème.

4

STEVENSON, Robert Louis, A travers l’Ecosse, p. 12 STEVENSON, Robert Louis, Voyage à l’intérieur des Terres, chapitre III 6 ibid, Chapitre IX 7 ibid, Chapitre XVIII 8 ibid, Chapitre XVI 5

7


1

2

3

1 : Stevenson à l’âge de 15 ans 2 : Stevenson en costume de scène à 20 ans 3 : Stevenson en 1875, après avoir obtenu son diplôme d’avocat

Source des photographies : National Library of Scotland (www.nls.uk)


a) Ses relations familiales On l’a vu, son père voulait le voir ingénieur comme lui, son grand père et ses oncles, mais ce n’était pas du goût de Robert Louis qui étonnamment, très tôt, savait qu’il voulait être écrivain. Il échappa d’ailleurs aux études d’ingénieur, prenant pour prétexte sa maladie, et trouva pour son père un compromis dans les études : il devint avocat en 1875 après quatre années d’études de droits. Une sorte de contrat relationnel s’était établi avec son père : il fallait que le fils Stevenson ait une bonne condition, un emploi honorable. Il obtient d’ailleurs le diplôme mais n’exerça que très peu. Par contre, il entreprit avec d’autres étudiants et un de ses cousins proche depuis l’enfance, Bob Balfour, de créer la société LJR : « Liberty, Justice, Révérence », « une société d’étudiants en rébellion prônant l’athéisme et le rejet de l’éducation parentale »9. Cette société, qui ne connut semble-t-il pas de véritable élan, montra cependant un aspect de Stevenson : il était séditieux quant aux valeurs de la société bourgeoise de son époque mais aussi face au christianisme. Ce dernier aspect est souvent évoqué dans notre ouvrage (notamment au chapitre XVII lorsqu’il assiste à une cérémonie catholique (peut-être sa première) dans la cathédrale de Noyon, et au chapitre XXI où il critiqua une vieille femme dévote à Pont-Sainte-Maxence et un ex-voto représentant une péniche à Creil). Citons Michel Le Bris qui résume très bien la situation de conflit familial juste avant le voyage, dans l’année 1876 : « Après quelques semaines, il lui fallut bien expliquer à ses parents qu’il ne poursuivrait pas (n.d.a. le métier d’avocat), que c’était perdre son temps et se voiler la face, qu’il était écrivain et ne serait rien d’autre – et ce fut le troisième choc, la troisième déception de son malheureux père. Après sa foi niée, ses espérances déçues, sa confiance trahie, que lui restait-il, désormais, de son fils ? Et comment croire en son avenir d’écrivain quand il le voyait partout vagabonder, en publiant de moins en moins ? »10. C’est peut-être de ce fait que Stevenson chercha à rédiger sur ses vagabondages et à publier en 1878 l’ouvrage que nous étudions. Il reçut cependant la somme de mille livres à la fin de l’année 1876, ce don de son père provient de la promesse qu’il lui avait faite à la condition d’obtenir l’examen d’avocat. Ce don financier pour démarrer une vie indépendante fut (trop) rapidement dépensé, et ce, en grande partie à cause de la vie tumultueuse qu’a vécu Stevenson à Paris dans le Quartier Latin, et de l’achat de la péniche Les onze milles vierges de Cologne. L’auteur eut alors rapidement besoin d’écrire pour gagner sa vie. Dans notre ouvrage, nous avons quelques références implicites à ce refus envers la volonté paternelle d’être ce qu’il ne veut pas être, je cite : « L’honorabilité est une excellente chose en soi, mais qui ne prime pas sur toutes autres considérations. Je ne voudrais pas un instant me risquer à laisser entendre que c’est affaire de goût ; toutefois je crois que j’irai jusqu’à prétendre ceci : si on admet que la situation de quelqu’un est pénible, désagréable, sans opportunité, et de plus sans utilité (…), le plus tôt cet homme l’aura quittée, le mieux cela vaudra pour lui-même et tous les intéressés. »11. Donc nous voyons que dans notre ouvrage, pourtant l’un des premiers qu’il a publié, il y a une allusion à la répugnance éprouvée pour la profession à laquelle sa famille le destinait. Ici, il fait référence à l’honneur qu’il devrait avoir face au choix de son père mais il implore la raison de ne pas respecter ce choix avec un esprit de liberté. A un autre moment il déclare clairement sa position professionnelle : « Certes, je préférerai faire le métier de batelier à n’importe quelle situation au monde qui réclamerait une présence assidue dans un bureau. Il y a peu de professions, devrais-je dire, où l’on abandonne moins sa liberté en échange de la ‘‘matérialité’’ assurée. Le batelier à bord, il est maître de son bateau ! »12. 9

LE BRIS, Michel, Pour saluer Stevenson LE BRIS, Michel : R. L. Stevenson ; Les années bohémienne, p 555 11 STEVENSON, Robert Louis, Voyage à l’intérieur des Terres, Chapitre IV 12 Ibid., Chapitre II 10

8


Fanny Osbourne, californienne. Stevenson la rencontra en France en 1876 et se maria avec en mars 1880.

Source des photographies : National Library of Scotland (www.nls.uk)


b) Ses errances de jeunesses Dès l’Université, il vécut une vie de bohème, se faisant remarquer par ses vêtements hors normes et ses fréquentations, déshonorant sa famille surtout lorsqu’il prit des positions en faveur de l’athéisme. Il quitta peu à peu la sphère familiale. D’abord, il passa des séjours prolongés à Londres où il apprit à connaître le monde de la littérature anglaise qui, semble-til, l’ait pris en estime ; ce qui sera critiqué par des détracteurs après sa mort qui diront que Stevenson a plus réussi à rencontrer les bonnes personnes qu’à avoir des qualités littéraires. Puis il partit vivre en France, pour des vacances dans un repère d’artistes près de Fontainebleau (où il rencontra Fanny Osbourne, sa future femme, une artiste peintre) puis à Paris dans le Quartier Latin. Un an après avoir publié notre ouvrage, à l’âge de vingt neuf ans, il décida de suivre Fanny Osbourne en Amérique afin de se marier avec et quitta le vieux continent presque définitivement. Dans notre ouvrage, nous avons de nombreux exemples d’éloges de la vie de bohème. C’est peut-être ici son premier voyage aussi insolite. Prenons l’exemple de la rencontre avec le cochet de l’omnibus de l’hôtel de Maubeuge où il dormait, et peut-être en interprétant ses dires, l’auteur le fit passer pour un homme enchaîné à son métier mais qui voulait vivre autre chose et qui enviait les voyageurs : « Comme il aspirait à aller autre part, et faire le tour du monde avant de descendre au tombeau ! “ Vous me voyez ici. Je conduis la voiture à la gare. Bon. Puis je la reconduis à l’hôtel. Et c’est ainsi chaque jour et ainsi chaque semaine. Mon Dieu, est-ce que c’est une vie ? ” (…) N’aurait-il pu, cet homme, être un vaillant explorateur en Afrique ? Ou aller aux Indes sur les pas de Drake ? Mais ce siècle est mauvais aux hommes qui sollicitent la vie errante. Qui s’assied le plus régulièrement sur un tabouret à trois pieds, celui-là acquiert et fortune et gloire »13. L’auteur fait également intervenir par un hasard étonnant deux types de personnes à la suite qui les interpella depuis la berge. La première personne fut un vieil homme qui méprisa les jeunes aventuriers et leur parla lapidairement en disant que leur projet était absurde et en finissant par, je cite : « Prenez le train mon petit jeune homme, et retournez chez vous près de vos parents ! »14. Et, juste après cette escarmouche, deux jeunes personnes vinrent à leur rencontre pour leur poser la question de ce qu’il faisait en canoë et ces derniers trouvèrent que le projet était audacieux et courageux. Stevenson ajoute : « je crois que ces deux-ci étaient des bons anges envoyés pour me remonter le moral. ». Il ne faut pas oublier que Stevenson écrit ce texte presque deux ans après l’avoir vécu et l’on peut distinguer ici une morale. Peut-être extrapole-t-il un événement réel mais qui tend à montrer que les générations sont conflictuelles : le vieil homme représente la génération passée qui ne comprend pas que les voyages et le vagabondage soient bénéfiques pour lui et qui assène des conseils blessants, alors que les deux jeunes représentent la génération présente voyant dans les voyages un exemple vertueux. Un dernier éloge du voyage doit ici être présenté. Sur le canal de la Sambre-et-Oise, Stevenson croise de nombreuses péniches de bois, il discuta même avec un couple de marinier qui l’invita à bord. L’auteur envia la situation de ces gens qui « travaillent et voyagent en même temps ». Les superlatifs ne manquent pas pour décrire les chalands : « ces maisons idéales de la flânerie »15, « château flottant » « nomade à demi domestiqué ». Stevenson s’étonna lorsque la marinière parla de la destination de Rouen, il était stupéfait de savoir que l’embarcation traversait de si nombreuses régions. Dans un autre passage, l’auteur dit du monde de la batelerie : « Pour le batelier, qui de sa maison mouvante voyage sans bouger de 13

Ibid, Chapitre IV Ibid, Chapitre VIII 15 Ibid, Chapitre X 14

9


« Aujourd’hui, chacun est contraint, sous peine d’être condamné par contumace pour lèse-respectabilité, d’exercer une profession lucrative, et d’y faire preuve d’un zèle proche de l’enthousiasme. La partie adverse se contente de vivre modestement, et préfère profiter du temps ainsi gagné pour observer les autres et prendre du bon temps, mais leurs protestations ont des accents de bravade et de gasconnade. Il ne devrait pourtant pas en être ainsi. Cette prétendue oisiveté, qui ne consiste pas à ne rien faire, mais à faire beaucoup de choses qui échappent aux dogmes de la classe dominante, a tout autant voix au chapitre que le travail »… Robert Louis Stevenson, Apologie des oisifs


son lit, c’est absolument comme s’il tournait les pages d’un livre d’images. Il peut faire sa promenade de l’après-midi en un pays étranger, sur les berges du canal, et rentrer ensuite dîner chez lui, au coin du feu »16. Avec son compagnon, ils imaginèrent leur vieillesse sur une péniche, voyageant sur tous les canaux et goûtant à tous les plaisirs de la vie de bohème. Ce rêve, Stevenson l’a fait. Il en parle d’ailleurs dans la dédicace faite à son compagnon en début de livre : « Ce ne fut pas, Sir, un jour fortuné que nous projetâmes l’achat d’une péniche. Ce ne fut point un jour fortuné que nous fîmes part de notre rêve au plus illusionnable des rêveurs éveillés. Le monde, un moment, sembla nous sourire, à dire vrai. Nous acquîmes la péniche, la baptisâmes les Onze Mille Vierge de Cologne (…) »17. Mais il parle du jour où ils pensèrent à cette affaire comme d’un mauvais jour car, faute de moyens financiers, la péniche ne fut jamais achevée et ne les a jamais fait voyager sur aucun canal. Ce projet de bohème fut un échec… Quelques mois auparavant, Stevenson a rédigé un ouvrage s’intitulant : L’apologie des oisifs, et la citation prochaine est bien extraite de notre ouvrage mais elle trahit cependant cette apologie du vagabondage : « La rivière savait où elle allait. Nous autres, pas du tout, d’autant moindre était notre hâte là où il était bon de stationner et où il y avait un décor à souhait pour fumer une pipe. À cette heure-là, les courtiers et agents de change s’égosillaient à la Bourse de Paris pour le quatre ou le trois pour cent. Mais nous n’avions pas plus souci d’eux que de l’eau qui glissait à nos pieds et nous offrions une hécatombe de minutes aux dieux du tabac et de la digestion. La précipitation est la ressource des hommes qui manquent de foi. Pour qui a confiance en son propre cœur ainsi qu’en ses amis, demain vaut autant qu’aujourd’hui. Et s’il meurt dans l’intervalle, hé bien ! Alors, il meurt là, et la question est résolue. »18.

3 – Les voyages dans la nature L’œuvre étant un récit de voyage, nous avons affaire ici à un registre autobiographique. L’auteur fait souvent des digressions pour aller plus loin que le carnet de voyage, ou bien il raconte des moments remémorés de sa vie ; par exemple, en parlant d’artistes qu’il connaissait et en les comparant à ceux qu’il rencontre. Cet exercice est significatif de sa recherche littéraire.

a) Un style d’écriture méthodiquement acquis Plusieurs spécialistes le disent, Stevenson a des qualités littéraires indéniables quoi qu’il soit rangé au rayon de la littérature de jeunesse et de la littérature fantastique. « La fortune d'un écrivain connaît parfois des soubresauts, des vicissitudes et des retournements édifiants. De Robert Louis Stevenson, on a surtout retenu L'Ile au trésor et L'Etrange Cas du docteur Jekyll et de Mr Hyde, ces deux coups de maître des années 1880, la phase la plus brillante de sa vie tourmentée. Mais si elle voit juste, la postérité est souvent trop économe dans ses arrêts. Car celui que les Polynésiens surnommèrent "Tusitala" ("le conteur d'histoires"), loin de se cantonner à la littérature pour la jeunesse, fut aussi essayiste, poète à

16

Ibid., Chapitre II Ibid, Dédicace 18 Ibid., Chapitre XIV 17

10


Les premières éditions de

An Inland Voyage et de

Travels with a donkey in the Cévennes

Source des photographies : National Library of Scotland (www.nls.uk)


ses heures, il fut cet écrivain bohème en révolte contre l'Angleterre victorienne, avant de mettre les voiles vers le Pacifique et d'écrire ces somptueux récits de voyage. »19. Ses qualités littéraires, il les a acquises progressivement mais avec un véritable travail de recherche. Il sut relativement tôt dans sa vie, nous l’avons vu, que sa vocation était celle d’écrivain. Même si c’est contre le grès de son père, la méthodologie de l’ingénieur mais aussi la rigueur calviniste dont l’auteur a hérité ont pu l’aider et le former à réussir à devenir ce qu’il souhaitait. Ce n’est pas tout de vouloir être écrivain, encore faut-il se faire éditer et rencontrer le succès. Il travaillera donc son style d’écriture et lira beaucoup de livres, non pas pour s’y intéresser, mais pour y analyser leur style. Il s’entraîna aussi en écrivant des articles dans des journaux locaux et étudiants. Une fois à Londres, il rencontra des éditeurs et des acteurs de la vie littéraire qui vont porter sur lui des espoirs pour le roman anglais. Il avait la lourde tâche de succéder à Walter Scott aux yeux de ces gens ! En 1875, il écrivit deux articles pour l’Encyclopoedia Britannica, l’un sur Burns et l’autre sur Pierre Jean de Béranger (respectivement écossais et français) ceci pour « faire bonne mesure et gagner quelques livres »20. Il joua aussi au théâtre où il n’excella pas mais s’imprégnait entièrement des personnages qu’il devait jouer. C’est par son travail qu’il gagna en qualité d’écriture mais il se rendit rapidement compte de son manque d’inspiration. Il savait écrire un article, mais de là à écrire un roman, il ne s’en sentait, du point de vue imaginatif, pas encore capable.

b) Les voyages : sa source d’inspiration C’est grâce aux voyages que son imaginaire se développa et pour ses premières publications il emprunta à sa vie réelle le support de ses histoires. Stevenson écrit An Inland Voyage en 1878, deux ans après avoir fait le périple durant lequel il avait écrit un journal de bord. La même année, il partit dans les Cévennes pour réaliser une marche de 280 kilomètres, cette fois en compagnie d’un âne. Le premier voyage, en canoë, s’effectua en septembre 1876, en compagnie de son ami Sir Walter Simpson. La saison était peut-être mal choisie car ils ont eut beaucoup de mauvais temps, ce qui les a presque fait abandonner après Noyon. En lisant les nombreuses digressions que fait l’auteur sur ses rencontres, les paysages, les mœurs, etc., on aperçoit bien son envie d’enrober le fond par la forme, d’extrapoler, de philosopher sur le voyage certes pas banal, mais pas non plus romanesque. Notons par exemple le moment où il donne une âme à la forêt de Mormal : « Qu’est-ce qu’une forêt, sinon une cité bâtie par la nature, peuplée d’êtres vivants, endurcis et inoffensifs, où rien n’est mort, où rien ne sort de la main de l’homme, mais dont les citoyens eux-mêmes sont les maisons et monuments publics ? »21. Ou encore lorsqu’il parle du frémissement des roseaux : « Il doit bien y avoir un mythe fondé sur le frémissement des roseaux. Il n’y a rien dans la nature qui frappe davantage les yeux. C’est une pantomime tellement éloquente de la frayeur (…) »22. Autre phénomène de l’adaptation romanesque de ce voyage commun, la mise à la troisième personne du singulier de son propre personnage et l’appellation, non pas par les noms et prénoms, mais par l’intitulé des canots des deux voyageurs. Il s’appelle donc lui-même « l’Aréthuse » du nom de son canoë et son ami Walter Simpson s’appel « La Cigarette ». Ce qui montre bien la volonté d’extériorisation du narrateur vis-à-vis des voyageurs, comme dans un roman. Le voyage dans les Cévennes est peut-être encore plus significatif, peut-être du fait de son état moral et sentimental. En effet, sa future femme étant repartie aux Etats-Unis, il décida 19

Extrait d’un dossier présenté par Thomas Régnier, critique littéraire dans Europe-revue, La revue littéraire, Le magazine littéraire, Le Nouvel Observateur. 20 LE BRIS, Michel : R. L. Stevenson ; Les années bohémienne, p. 534 21 STEVENSON, Robert Louis, Voyage à l’intérieur des Terres., Chapitre VIII 22 Ibid., Chapitre XI

11


Carte 1 : Belgique

Source de la carte : Guide du Routard


d’entreprendre un voyage de 250 kilomètres à pieds. Pareillement à notre voyage, il effectua un carnet de bord et le retranscrira dans un ouvrage intitulé Travels with a donkey in the Cévennes en 1879. La similitude à noter est le fait qu’il y ait des « extravagances » dans ces deux voyages ; l’un effectué en canoë, l’autre avec un âne. C’est à la fois son côté vagabond et sa recherche d’inspiration dans les choses qui sortent de l’ordinaire qui lui ont certainement fait utiliser ces deux dispositifs.

B – Où nous emmène Stevenson dans son ouvrage ? 1 – Le chemin parcouru Nous allons ici détailler le voyage effectué. Pour des raisons pratiques, la rédaction a été simplifiée et des cartes sont jointes. Merci de vous y reporter. Environ 280 kilomètres ont été parcourus en canoë par les deux écossais. Ce périple a été effectué en quatorze nuitées (avec une coupure entre Bruxelles et Maubeuge où ils ont pris le train pour des raisons pratiques de passage de frontière et de nombreux passages d’écluses). Chaque nuitée fut passée dans une auberge où ils ont parfois été mal accueillis et d’autres fois où leur périple semblait être un exploit pour les locaux.

a) Belgique Voir Carte 1 Trajet 50 kilomètres – Deux nuitées (à Boom et à Laeken). Trois chapitres du livre : Chapitre I - D’Anvers à Boom Chapitre II - Sur le canal de Willebroeck Chapitre III - Le Royal Sport Nautique. Localités citées dans l’ouvrage : - Docks d’Anvers - Fleuve de l’Escaut puis rivière Le Rupel - Boom - Canal de Willebroeck - Willebroeck - Vilvorde - Laeken - Bruxelles.

12


Carte 2 : Nord et Aisne

Source de la carte : IGN (www.geoportail.fr) Echelle 1 : 256 000


b) Nord – Aisne Voir Carte 2 Trajet : 125 kilomètres – Sept nuitées (à Maubeuge, Pont-sur-Sambre, Landrecies, Tupigny, Origny-Sainte-Benoîte, Moy, La Fère). Treize chapitres du livre : Chapitre IV - A Maubeuge Chapitre V - Sur la Sambre canalisée Chapitre VI - Pont Sur Sambre Chapitre VII - Pont Sur Sambre : le marchand ambulant Chapitre VIII - La forêt de Mormal (vers Landrecies) Chapitre IX - A Landrecies Chapitre X - Canal de Sambre-et-Oise (chalands et péniches) Chapitre XI - L’Oise en crue Chapitre XII - Origny-sainte-Benoîte (un jour de repos) Chapitre XIII - Origny-sainte-Benoîte (La compagnie à table) Chapitre XIV - En descendant l’Oise (Vers Moy) Chapitre XV - La Fère de sinistre mémoire Chapitre XVI - En descendant l’Oise (A travers la vallée dorée). Localités citées dans l’ouvrage : - Maubeuge - Hautmont (écluse) - La Sambre canalisée - Quartes - Pont-sur-Sambre - Forêt de Mormal - Landrecies - Canal de la Sambre-et-Oise - La rivière Oise - Etreux - Tupigny - Vadencourt - Saint-Quentin - Origny-Sainte-Benoîte - Moy - La Fère - Forêt de Coucy et de Saint Gobain - Chauny.

13


Carte 3 : Oise et Val d’Oise

Source de la carte : IGN (www.geoportail.fr)

Echelle 1 : 256 000


a) Oise – Val d’Oise Voir Carte 3 Trajet : 105 kilomètres – Cinq nuitées (Noyon, Compiègne, Pont-Sainte-Maxence, Précy-surOise, Pontoise). Sept chapitres dans le livre : Chapitre XVII - La cathédrale de Noyon. Chapitre XVIII - En route pour Compiègne Chapitre XIX - A Compiègne Chapitre XX - Autres temps Chapitre XXI - Intérieurs d’églises Chapitre XXII - Précy et les marionnettes Chapitre XXIII - Retour au monde. Localités citées dans l’ouvrage : - Noyon - Coucy le Château - Pimprez - Le canal latéral à l’Oise rejoint l’Oise - L’Aisne rejoint l’Oise - Compiègne - Verberie - Pont-Sainte-Maxence - Creil - Précy-sur-Oise - L’Isle Adam - Pontoise.

2 – Le contexte historique Ce qui peut être intéressant culturellement et sociologiquement dans cette mise en tourisme du périple de Stevenson est le fait qu’en donnant des explications historiques sur l’endroit où l’auteur est passé, cela donne des précisions aux résidants qui habitent le long de ce chemin. Ainsi, il peut y avoir plusieurs conséquences culturelles dans ce même projet Stevenson. L’objectif visé par ce projet est avant tout de créer du tourisme littéraire, et il se doit d’avoir une approche historique précise pour rendre un travail de qualité. Si ce projet voit le jour, des recherches plus approfondies devront être effectuées. Ici, je n'évoquerai pas d’aspect historique local plus précis que ce qui est contenu dans l’œuvre. 14


Annexe sur la guerre de 1870 Source : www.chemindememoire.gouv.fr

La guerre franco-prussienne de 1870-1871 est une guerre dont on parle peu. Elle a été supplantée par les deux guerres mondiales plus récentes et beaucoup plus meurtrières. De plus, la France a essayé d'effacer, d'oublier sa cuisante défaite. La guerre franco-prussienne de 1870-1871 est un conflit qui opposa la France et les états d'Allemagne sous la domination de la Prusse. La guerre franco-prussienne de 1870-1871 fut une guerre courte (à peine six mois) qui se déroula de la mi-juillet 1870 jusqu'à la fin janvier 1871. Toutes les batailles de la guerre franco-prussienne de 1870-1871 eurent lieu en France sauf la première. La publication de la dépêche d'Ems par Bismarck déclenche la guerre franco-prussienne de 1870-1871. En France, le 15 juillet, les crédits pour la guerre franco-prussienne de 1870-1871 étaient accordés et la guerre déclarée quelques jours plus tard. La guerre franco-prussienne de 1870-1871 peut être divisée en deux périodes : la Guerre Impériale et la Guerre Républicaine (ou de la Défense Nationale). La période impériale de la guerre franco-prussienne de 1870-1871 d'une durée d'un mois et demi environ vit la perte de l'Alsace, l'invasion de la Lorraine, et le siège de la ville de Metz. La désastreuse bataille de Sedan, tournant de la guerre franco-prussienne de 1870-1871, amena la chute de l'empire et la proclamation de la République. Pendant cet épisode de La guerre franco-prussienne de 1870-1871, l'armée de Paris eut à subir le siège de la ville ainsi que son bombardement. Les armées de province essayèrent de dégager la capitale et de couper les lignes d'approvisionnement de l'armée allemande. La guerre francoprussienne de 1870-1871 prit fin avec la capitulation de Paris. le 28 janvier 1871. A la suite du traité de paix de Francfort, qui met fin à la guerre franco-prussienne de 18701871, signé le 10 mai 1871, la France perd l'Alsace (sans Belfort) et d'une partie de la Lorraine (avec Metz), intégrées à l'empire allemand en tant que "territoires d'empire". De plus, cinq milliards en francs or devaient être payés par la France, une armée d'occupation devant rester sur une partie du territoire jusqu'au versement complet de la somme. Après la guerre franco-prussienne de 1870-1871, Napoléon III s'exila en Grande-Bretagne où il rejoignit sa famille.


a) 6 ans après la guerre de 1870 Une spécificité de l’ouvrage qui surprend quelque peu est le nombre de références à l’ambiance militaire qui règne dans le Nord et l’Aisne. Certaines villes que l’auteur traverse sont fortifiées et des réservistes militaires sont présents dans ces lieux. Un rappel des faits historique de la guerre franco prussienne est fait ci-contre. Le voyage de Stevenson s’effectue en septembre 1876, c’est-à-dire un peu plus de 5 ans après le traité de paix de Francfort du 10 mai 1871. Rappelons que les dernières troupes allemandes sur le territoire français sont évacuées en septembre 1873. Le souvenir de cette guerre est donc encore vif pour les français, notamment dans l’Aisne où ils ont subi la défaite de la bataille de Saint Quentin le 19 janvier 1871. La toute jeune Troisième République se remilitarise progressivement et on peut en voir plusieurs exemples dans notre ouvrage ; à Maubeuge notamment où le compagnon de Stevenson eût presque des ennuis avec les autorités : « Cette ville semblait être habitée surtout par des soldats (…) “La Cigarette” faillit être arrêté, sous l’accusation d’avoir pris des plans des fortifications, acte dont il était sans recours incapable. De plus, comme chaque nation à tendance belliqueuse possède déjà un plan des places fortifiées des puissances adverses, de telles préoccupations équivalent à clore la porte de l’écurie après la fuite du coursier. »23. A Landrecies : « La localité ne se compose autant dire que de fortifications (…). Comme dans toutes les villes de garnison, les appels à la garde, la diane, et autres sonneries du même genre, apportent un délicat intermède romanesque à la vie civile.(…) Ils évoquent les armées en marche et les pittoresques vicissitudes de la guerre, ils suscitent au cœur quelque héroïsme.»24. On le constate ici, l’ambiance devait être très particulière dans ces villes. Aussi à Origny-Sainte-Benoîte, un colporteur chantait des chants patriotiques et vendait les paroles : « Il y a quelque chose de pathétique dans l’amour des gens de France, depuis la guerre, pour les sombres chants patriotiques mis en musique.(…) L’humiliation de ses armes et la perte de l’Alsace et de la Lorraine ont porté un coup cruel à l’endurance de ce peuple sensitif. Et les Français ont encore le cœur enflammé de colère (…) »25. Il cite ensuite Paul Déroulède qui, selon lui « a écrit quelques virils poème militaire. (…) Ils sont écrits dans un grave, honnête et stoïque esprit qui pourrait exalter des soldats d’une bonne cause »16. Il y a là une prise de partie qui, avec le recul, nous semble étrange connaissant l’historique du personnage. A La Fère, la ville vit quasiment de l’armée car tout d’abord c’est une ville de garnison, mais il s’y trouvait l’école royale d’artillerie, école qui fut créée en 1720 et où par exemple Choderlos de Laclos ou Napoléon Bonaparte servirent dans le régiment d’artillerie. Stevenson s’y trouve mal accueilli et constate une vie militaire particulière : « La Fère est une ville fortifiée : elle possède une double ceinture de remparts. Entre les deux s’étend une zone de terrains vagues et de parcelles de terre en culture. Ca et là, au long du chemin de ronde, des avis affichés interdisaient l’accès de cette zone au nom du génie militaire. (…) La ville grouillait de réservistes appelés pour les grandes manœuvres d’automne et les soldats se pressaient, vêtus de leurs redoutables manteaux »26. Il existe toujours à la Fère les bâtiments de cette école (voir photographies page suivante). En reprenant la rivière, les voyageurs eurent un drôle de spectacle : « L’artillerie faisait ses écoles à feu à La Fère et bientôt les canons, (…) échangèrent des salves au-dessus de nos têtes. (…) Les coups de canon portèrent l’épouvante parmi les troupeaux de la Vallée dorée. On pouvait les voir agiter la tête et courir, ça et là, apeurés et indécis. Le baudet suivit le cheval et les veaux suivirent le baudet, et l’on pouvait entendre leurs sabots au loin résonner sur les près. Cela faisait un bruit de guerre pareil à des 23

Ibid., chapitre IV Ibid., chapitre IX 25 Ibid., chapitre XII 24

26

Ibid., Chapitre XV

15


Carte postale de 1910

La Fère

Photographie du quartier Drouot à la Fère Ancien Quartier militaire Source : photographies personnelles


charges de cavalerie. Et tout cela ensemble, pour l’oreille, formait comme une émouvante tragédie militaire représentée pour notre plaisir. »27. Et à Compiègne, la ville semblait à leurs yeux plus grande et plus militarisée : « Les réservistes et en général le “militarisme” affluaient dans la ville. Un camp de tentes blanches coniques hors les fortifications avait l’air d’être un feuillet détaché d’une bible illustrée. Des ceinturons décoraient les murs et les rues ne cessaient de retentir, à longueur de journée, de musiques martiales. »28. Dans cette ville il fit une forte critique à l’égard de ces réservistes : « Les hommes qui suivaient les tambours étaient petits et tenaient mal le rang. Chacun s’inclinait selon son angle particulier et cahotait à sa fantaisie en marchant. »19. Toutes ces mentions aux troupes de réserve et aux villes fortifiées donnent une partie de l’ambiance de leur voyage qui n’est pas soupçonnée et qui, je pense, doit être montrée au grand public. La guerre de 1870 est peu étudiée et peu connu ce qui est regrettable pour la compréhension de l’ambiance de la fin du XIXème siècle et l’ascension des mentalités bellicistes qui déboucha sur la première Guerre Mondiale. Sans révolutionner l’intérêt pour la guerre de 1870, l’ouvrage et son projet de tourisme littéraire peuvent être une brèche pour d’autres projets ayant pour thème cette guerre (notamment dans les villes fortifiées, comme par exemple à La Fère ou presque aucune information n’est donnée sur l’école militaire ou encore le circuit des fortifications qui existe déjà à Maubeuge (sous forme d’audio-guide MP3)).

b) Quelques données économiques Lorsqu’on parle de tourisme en général, on met souvent en avant l’économie que représente ce secteur d’activité. Ici nous avons à faire à un tourisme culturel qui se met un peu en opposition au tourisme de masse rentable. Cependant, on peut à la fois allier intelligemment l’économie locale à la culture, à la détente, etc. … Il pourrait être intéressant de repérer dans l’œuvre les quelques données économiques de la fin du XIXème qui apparaissent à seulement quatre reprises, et de les expliquer au public pour donner une idée de l’histoire économique. La première fois qu’il fait mention de ce type de donnée est lorsqu’il rencontre des jeunes gens sur le bord de la rive et qu’il parle d’un « Pot à lait » appelé « canne au laid » qui est typiquement régional. « ‘‘La canne au lait’’ de la jeune femme, une sorte de grande amphore de cuivre martelé, avait été déposée à quelque distance sur l’herbe. Bien aise de détourner de moi l’attention générale et de rendre une partie des compliments que j’avais reçus, je l’admirai de tout cœur, à la fois pour sa forme et son éclat. Je leurs dis que c’était aussi beau que de l’or. Ils ne furent pas surpris. Ces objets faisaient franchement l’orgueil local. Et les enfants s’étendirent avec complaisance sur la cherté de ces amphores dont le prix s’élève parfois jusqu’à trente francs pièce. »29. Au niveau touristique, ce présent objet pourrait être exposé et pourquoi pas reproduit et vendu lors du passage de touristes. En ces années 1870, Stevenson voyage dans une France qui connaît alors « la grande dépression »30 du fait notamment de la crise du secteur agricole. Elle s’apprête à connaître dans les années 1890 sa seconde Révolution Industrielle. Dans la péniche rencontrée au chapitre X, l’auteur parle de la valeur des choses, et un moment la femme du marinier expliqua qu’elle aurait voulu acheter un oiseau (pinson hollandais) à Rouen afin de le mettre dans sa cage. Là Stevenson s’étonna d’abord qu’une 27 28

29 30

Ibid., Chapitre XVI Ibid., Chapitre XIX Ibid., Chapitre V BARJOT D., CHALINE J.P., ENCREVE A., La France au XIXème Siècle, 1814-1914, p377

16


1 franc français (FF) de l’année 1908 vaut 3.6 € (2008) (source INSEE)

IIIème République Création : le système monétaire français s'inscrit dans la continuité du Franc Germinal, avec une valeur très stable : il n'y eu qu'une légère dévaluation lors du changement de titre d'argent pour les 50 centimes, 1 franc et 2 francs en 1864 (passant de 900 millièmes à 835 millièmes). Malgré la guerre coûteuse de 1870 contre la Prusse et la sévère défaite française, le franc garda sa stabilité pour la troisième république nouvellement créée. Durant les quelques décennies qui s'ensuivirent, jusqu'à la première guerre mondiale, le Franc Français était monnaie de l'Union Latine, et équivalait de ce fait à l'unité de plusieurs autres monnaies Européennes.

Mode vestimentaire parisienne dans les années 1870

Source : www.histoire-costume.fr


péniche puisse aller jusqu’à Rouen. Puis elle dit, je cite : « mais l’espèce coûte quinze francs pièce, pensez donc ! Quinze francs ! – Pour un tout petit oiseau ! Ajouta le mari. » Le prix de quinze francs a donc l’air exorbitant pour le salaire dont disposaient ces mariniers. Autre rapport à l’argent, plus intéressant ici, c’est le prix que coûte une nuit de gîte ou d’auberge. Stevenson l’évoque lorsqu’il se remémore les souvenirs de M. de Vauversin et Mlle Ferrario – deux artistes de spectacle vivant – qu’il compare à ceux de Précy-sur-Oise, marionnettistes : « la recette ne s’élevait qu’à un franc cinquante pour couvrir les frais, c’està-dire trois francs de chemin de fer et deux francs de nourriture et de logement ». Enfin, pour appuyer sa description de la ville fortifiée de Landrecies qui lui paraissait relativement austère, Stevenson explique qu’« à l’intérieur des remparts, quelques pâtés de maisons, une longue rangée de casernes et une église font de leur mieux figure de ville. »31. Et en parlant de la vie commerçante de ce lieu et de l’attitude de ces commerçants : « On dirait que le commerce y est inexistant : un boutiquier chez qui j’achetai un briquet de douze sous fut tellement suffoqué qu’il me bourra les poches de silex de rechanges (…) »21. L’impression est donnée que pour Stevenson, un briquet à douze sous est une bagatelle, alors que pour le boutiquier qui n’avait sans doute pas l’occasion de vendre tous les jours ce produit, c’était exceptionnel. Cela nous montre une certaine aisance financière de la part de Stevenson dans ce voyage, alors qu’il n’est pas encore célèbre écrivain et donc qu’il n’a pas encore de revenu fixe, ainsi que les mœurs de cet habitant de l’Aisne qui nous paraît aimable. Ce sont ces différentes mœurs que nous allons essayer d’étudier dans la partie suivante.

c)

Confrontations avec différents mœurs et modes de vie

Même si ce n’est pas sa fonction première, le livre de Stevenson nous fournit quelques données anthropologiques en décrivant l’attitude des habitants. Stevenson se prête parfois bien à l’exercice en essayant de sonder les pensées des personnes qu’il rencontre mais aussi, et surtout, en comparant souvent les mœurs des français et celles des anglo-saxons. Très souvent nous avons un reproche quant à l’une ou l’autre des nationalités mais il semble que Stevenson apprécie la sincérité et la chaleur humaine des français. On peut donc se demander dans quel but fait-il ça. Pense-t-il que son livre sera lu par des français, ou par des anglosaxons ? Les critiques envers les mœurs de son pays sont-elles faîtes pour dénoncer et faire évoluer celles-ci ou pour simplement justifier son vagabondage hors de son pays natal ? En tout cas, avec le recul que nous avons, il est intéressant de montrer d’une part les descriptions de l’ambiance en cette fin XIXème et, d’autre part, la pensée d’un écrivain face à deux cultures différentes qu’il va bien connaître. En premier lieu nous pouvons voir à travers l’œuvre que les mœurs changent en fonction des régions. Il le dit clairement après son passage à Compiègne où l’influence parisienne se fait de plus en plus sentir : « Aussi longtemps que l’Oise avait été une petite rivière rurale, elle nous avait fait passer tout près du seuil des habitations, et nous pouvions bavarder avec les indigènes de la campagne riveraine. Mais maintenant qu’elle était devenue si large, la vie du rivage passait devant nous à belle distance. (…) Nous nous arrêtions à présent dans des villes où personnes ne nous importunait ; le flot nous avait portés dans la vie civilisée où les gens passent sans se saluer. » ; puis, poursuivant sa critique de l’urbanité : « Dans les endroits à population clairsemée, nous tirons de chaque rencontre tout le parti possible, mais quand on arrive dans une ville, nous rentrons en nous-mêmes, et n’ouvrons plus la bouche, sauf si nous marchons sur les pieds de quelqu’un. Dans ces eaux là, nous 31

STEVENSON, Robert Louis, Voyage à l’intérieur des Terres, Chapitre IX

17


Type de péniches qu’il rencontra

Toile de Claude Monet : Les déchargeurs de Charbon

Avec une voile

Ou encore tirée par un « toueur » comme en Belgique (chapitre II)

Ou halée par des chevaux

Source des photographies : LE SUEUR, Bernard, Mariniers : Tome 1, Histoire et mémoire de la batellerie artisanale, 2004


n’étions plus des oiseaux rares et personne ne s’imaginait que nous venions de plus loin que la bourgade voisine. Je me souviens de notre arrivée à l’Isle-Adam, par exemple. On y rencontra une douzaine de bateaux de plaisance (…). Rien n’y distinguait le véritable voyageur du canotier amateur. La société à bord d’une de ces barques ne pensa-t-elle point reconnaître en moi un voisin ? Fut-il jamais rien de plus blessant ? Voilà jusqu’où tout le romanesque était tombé ! »32. Ici tout est dit, passé un certain cap de civilité et d’urbanité qui est en accord avec le moment où l’Oise devint plus importante en termes géographiques (la rivière Aisne rejoint l’Oise à Compiègne), le romanesque est perdu et les détails anthropologiques ainsi qu’autobiographiques le sont également. Il reparlera de mœurs lorsqu’il se sentira proche de la capitale, et plus précisément lorsqu’il passe devant un pensionnat de jeunes filles où elles étaient, je cite : « vêtues à la mode de Paris, jouaient au croquet. (…) ceinturées et enrubannées (…). Leurs éclats de rire et les coups sourds des balles et du maillet (…) produisaient dans nos cœurs un trouble correspondant aux charmes d’un tableau. Nous sentions, semblait-t-il, l’approche de Paris »33. Ici le pittoresque revient un bref instant pour servir la plume de Stevenson, mais ces détails de vie quotidienne, si nombreux sur les passages dans l’Aisne, devinrent rares voire uniques. En second lieu, nous pouvons reparler du mode de vie des bateliers qui fait l’admiration de Stevenson. Plusieurs données nous sont fournies sur les mœurs et coutumes de ces habitants des canaux. L’auteur rédige d’ailleurs un chapitre entier sur : « les péniches et chalands », mais en parle dès le second chapitre : « Il y avait assez d’activité sur le canal. A tout instant nous rencontrions ou dépassions une longue file de bateaux, avec de grands gouvernails peints en vert ; des poupes surélevées avec des fenêtres de chaque côté de la barre et, parfois, à l’une des fenêtres un cruchon ou une potée de fleurs, une barquette attachée à l’arrière, une femme affairée au repas quotidien et une nichée d’enfants. (…) »34. Il décrit par la suite l’engin de traction qui actionne ces files de péniches attachées les unes aux autres : « une vapeur de structure bizarre tenait la tête et remorquait l’ensemble. Il n’avait ni roue à palettes, ni hélice, mais au moyen d’un engrenage peu explicable par un esprit ignorant de la mécanique, il amenait sur l’avant une courte chaîne brillante qui plongeait au fond du canal, et repassant au-dessus de la cabine, se mouvait en avant, d’anneau en anneau, traînant sa suite de bateaux chargés. ». Cet engin est plus communément appelé un « toueur » ce qu’ignorait sans doute Stevenson. Il fait aussi des descriptions précises de l’extérieur et de l’intérieur des péniches et de leur mode de déplacements (par le biais de chevaux sur les chemins du hallage). « Beaucoup d’entre eux avait un air fort pimpant et bien ordonné dans leur toilette de goudron d’Archangel, rehaussé de blanc et de vert. Certains portaient une brillante rambarde en fer et tout un parterre de fleurs. Des enfants jouaient sur le pont (…). Des hommes pêchaient à la ligne, par-dessus le plat-bord ; des femmes s’empressaient à leur lessive ; et chaque chaland possédait son bâtard, qui faisait office de chien de garde. (…) Si seulement le canal venait à se dégager en aval, les péniches l’une après les autres hisseraient leur voile ou s’attelleraient à des chevaux et navigueraient au loin dans toutes les régions de France. »35. Pour visualiser ce que Stevenson décrit, se reporter à la page ci-contre sur la batelerie. On pourra bien évidemment mettre en lien ce patrimoine industriel et l’ouvrage de Stevenson dans les parcours de tourisme littéraire.

32

Ibid., Chapitre XX : Autres temps Ibid., Chapitre XXII 34 Ibid., Chapitre II 35 Ibid., Chapitre X 33

18


Digression sur « l’âme » de la forêt de Mormal

Digression sur le frémissement des roseaux

Source des photographies : www.flickr.com


3 – La sensibilité Stevensonienne Stevenson réalise un panorama des régions qu’il traverse. Son écriture rend les paysages pittoresques. Il sait cependant exposer de manière acerbe les endroits et les événements qui l’ont déçu.

a) La description sensible du périple On l’a vu, l’objectif de Stevenson en réalisant ce voyage et d’écrire un ouvrage qui sera publié. Il doit donc rendre ce voyage de bohème appréciable et intéressant de part ce qu’il vit mais aussi par ce qu’il voit. On attend d’un carnet de voyage une perception affûtée des paysages, objets et rencontres. Stevenson se prête bien au jeu, il n’hésite pas à utiliser l’amplification voire l’hyperbole pour rendre plus poignant son discours. Notons également les personnifications déjà citées plus en haut sur, par exemple, l’âme de la forêt de Mormal ou le mythe des frémissements de roseaux. Mais, on peut aussi distinguer de nombreuses digressions qui commencent dès le premier chapitre et parsèment l’ouvrage entier. Il voit une serveuse anglaise qui a obtenu la nationalité belge et commence alors un aparté sur les femmes : « Mais nous avions affaire à une femme, peut-être ne dédaignait-elle pas autant nos explications qu’il semblait. Le beau sexe aime à savoir, et tient pourtant à garder sa supériorité. C’est d’excellente politique et presque toujours nécessaire selon les circonstances. (…) »36. Sa manière d’écrire nous rend complice du voyage et les détails qu’il fournit, ni trop ni trop peu, nous font imaginer son ressentiment et sa pensée sur les moments qu’il vit. Par exemple, lorsque son ami faillit être arrêté à Maubeuge pour avoir dessiné les remparts de la ville, Stevenson disserte sur le fait que cette précaution de la part des autorités est vaine puisque l’ennemi les a obligatoirement déjà ; mais il pense ceci : « Toutefois, je ne doute pas qu’elles contribuent à soutenir le moral d’un pays. C’est une chose d’importance d’être à même de persuader aux gens que d’une manière ou d’une autre, ils participent d’un mystère. Cela les rehausse vis-à-vis d’eux-mêmes. Même les francs-maçons démasqués à satiété conservent une sorte d’orgueil et il n’y a pas dans leur confrérie un épicier, aussi honnête, inoffensif et inintelligent qu’il puisse se sentir au fond de lui-même, qui de retour à son foyer d’une de leurs ‘‘tenues’’ ne prenne à ses propres yeux une importance prodigieuse ». Ici partant du principe de précaution des autorités de Maubeuge, sa pensée chemine jusqu’à des considérations sur les francs-maçons… Et c’est tout ce travail de réécriture du simple carnet de bord qui anime le récit, qui le rend vivant, qui nous emmène ailleurs que simplement sur la rivière. Notons que Stevenson a écrit trois autres manuscrits avant An Inland Voyage, trois manifestes philosophiques du vagabondage et de la vie de bohème, notamment Une apologie des oisifs qui sera publiée en 1877. C’est dans cette lignée qu’il « philosophe » en vagabond sur moult péripéties. L’auteur est aussi poète puisqu’il écrivit plusieurs recueils, en anglais bien sûr, qui sont de ce fait peu traduisibles. On parle de poétique Stevensionienne, qui est une « poétique du récit »37. Le meilleur exemple qui puisse être trouvé dans notre ouvrage se rapporte forcément à la rivière et, de la description faite nous pourrions en peindre un tableau : « La rivière serpentait parmi les collines basses, de sorte que parfois nous avions le soleil derrière nous, parfois droit devant nous. Et, sous nos yeux, elle formait une nappe de lumière d’un éclat éblouissant. Des prairies et des vergers, bordés de roseaux et de fleurs aquatiques, dévalaient aux deux rives de l’eau. Les haies très hautes s’enlianaient autour des troncs d’ormeaux alignés et les champs, la plupart du temps de peu de superficie, ressemblaient à des 36 37

Ibid., Chapitre I Encyclopédie Universalis, article : Robert Louis Stevenson

19


Paysages Pittoresques

Dessin de Gudrun Zenner

Source : www.gyo.ch

Ecluse de Quartres

Pont-Sur-Sambre


rangées de berceaux au long de la rivière. (…). Un ciel nu sans nuage. L’atmosphère, après la pluie, était d’une limpidité ravissante. La rivière faisait des détours parmi les hauteurs, coulée brillante de verre miroitant, et les rames, plongeant en ses profondeurs, imprimaient un frisson aux fleurs de ses rives. »38. Il semble que l’environnement de la Thiérache ait ravi Stevenson, qui la lui rend bien en y faisant constamment l’éloge de sa nature champêtre.

b) Attitudes des autochtones Ce voyage ne s’est pas fait sans difficultés, qu’elles soient d’ordre physique et météorologique (mauvais temps, Oise en crue…) ou qu’elles soient sur le plan humain. En effet, Stevenson et son ami ont eût tantôt un accueil chaleureux, rempli d’admiration, tantôt une aversion de la part des locaux qui souvent, du fait de leurs tenues et apparences physiques, les prenaient pour des colporteurs. On distingue au moins trois cas négatifs d’attitudes inhospitalières. La première fois lorsqu’ils cherchèrent une auberge à Pont-surSambre où la première auberge leur a dit qu’ils étaient complet : « L’auberge à laquelle on nous avait envoyés de Quartes était pleine ou peut-être la tenancière n’aimait point notre genre. Il faut avouer qu’avec nos grands sacs de caoutchouc humides, nous avions l’air de gens à peine civilisés, des ramasseurs de loques et d’os. »39. La méfiance envers les deux compères était d’ordre social : « Ces messieurs sont des colporteurs ? demanda l’aubergiste ». Elle leur conseilla cependant d’aller voir le boucher qui parfois avait des lits pour accueillir des voyageurs. Chez le boucher la réponse s’est faite sans attendre : « Mais le boucher était en plein déménagement. Tous les lits étaient démontés. Ou bien notre mine ne lui revint pas. En guise d’adieu, il lança : ‘‘ Ces messieurs sont des colporteurs ? ’’ ». L’accueil froid de ce village du Sud-est du département du Nord laissa les voyageurs perplexes : « Je crois que c’est là le plus long village du monde, mais j’ose dire que dans notre situation critique chaque pas comptait triple. Nous étions très abattus, quand nous arrivâmes à la dernière auberge. ». Et, ce dernier lieu de gîte fut, par le bienfait de la pénombre, le bon : « En regardant par la porte de l’intérieur obscur, nous demandâmes timidement si nous pouvions y coucher pour la nuit. Une voix de femme sur un ton fort peu engageant y consentit. (…) La salle était dans une complète obscurité (…) Je suppose que l’obscurité nous épargna une nouvelle expulsion. ». Cet épisode reste isolé mais l’auteur insiste sur de nombreux détails pour montrer les préjugés de la population rurale envers les marchands ambulants. Il souligne d’ailleurs bien la surprise des gens de l’auberge lorsqu’ils découvrirent qu’ils étaient anglais et voyageurs en canoës : « Les braves gens de l’auberge de Pont (…) furent au comble de l’étonnement. A la vue de ces deux gracieuses barquettes, portant chacune pavillon de l’Union Jack, et leur vernis astiqués par l’éponge, ils commencèrent à soupçonner qu’ils avaient sans le savoir eu des archanges pour hôtes. La cabaretière se tenait sur le pont, navrée probablement de s’être fait payer si petitement. Son fils courrait de tous côtés et invitait le voisinage à profiter du spectacle. Ces messieurs, des colporteurs, à d’autres ! Maintenant vous savez leur profession. Trop tard ». A chaque étape dans le Nord, la Thiérache et l’Aisne, les voyageurs passèrent pour des curiosités. Aux étapes où ils dormirent, le moment du départ était quasiment toujours un spectacle pour les locaux… En témoigne à Origny-Sainte-Benoîte où, après avoir fait sensation la veille dans le village – surtout auprès de jeunes filles que Stevenson appela les « trois grâces d’Origny » – une foule était venue le lendemain assister à leur départ : « Malgré la fausse piste que nous avions suggérée la veille, il pouvait bien y avoir une cinquantaine de 38 39

STEVENSON, Robert Louis, Voyage à l’intérieur des Terres, Chapitre V Ibid., Chapitre VI

20


La ville de La Fère où ils ont été mal acceuilli

Source : www.communes.com


personnes sur le pont. (…) Les jeunes demoiselles, les Grâces d’Origny, n’assistaient pas à notre départ, mais quand nous eûmes doublé un tournant de la rivière jusqu’au second pont, voilà ! Ce pont était noir de curieux. On nous acclama à grands cris et, par le chemin du halage, la jeunesse mâle et féminine, sans cesser les acclamations, trotta le long de la rive. (…)»40. A plusieurs reprises, il explique avec bonheur son sentiment sur le fait qu’ils étaient des « célébrités » lorsqu’on leur avait laissé le temps de se présenter. En effet, par exemple à Landrecies, lorsque l’on sut que c’était un baronnet et un avocat anglais, le juge de paix de la ville, le principal notaire et une autre personne les invitèrent à un dîner copieusement arrosé où, je cite : « Les vins étaient de qualités. Quand nous complimentions le juge de paix sur une bouteille : ‘‘Je ne vous offre pas ce que j’ai de plus mauvais’’ disait-il. »41. Il dit cependant de ce repas que c’était : « le plus haut étiage de la faveur publique à notre égard durant toute notre croisière. ». Ceci signifie bien que ce genre de réception demeura exceptionnel. Mais, pour faire le balancier de cette citation, on peut citer un autre passage parlant du seul méfait qu’ils eurent pendant tout le voyage. C’était à Origny-Sainte-Benoîte également, où la personne chargée de garder les canots de nos deux voyageurs – un dénommé « Carnaval » – profita de la célébrité des deux anglais pour exposer leurs bateaux et donner des ordres aux villageois en leurs noms sans qu’ils n’aient, en réalité, rien demandé. Ce Carnaval alla même jusqu’à demander un supplément au prix payé par Stevenson pour le service rendu : « Je n’aurais pas mentionné la peccadille de « Carnaval » si pareille chose n’avait pas été si rare en France. Ce fut, par exemple, l’unique cas de malhonnêteté à notre endroit, voire d’une seule machination intéressée, pendant tout notre voyage. »42. Le dernier cas, le plus marquant, d’inhospitalité subit par Stevenson fut à La Fère, et le nom du chapitre l’indique d’entrée. En effet, le chapitre XV s’intitule : « La Fère de sinistre mémoire ». Ce fut par un jour de pluie, comme ils en ont connu et subi beaucoup, que Stevenson et son ami arrivèrent tardivement à La Fère. Cependant, ils avaient l’eau à la bouche car on leur avait conseillé un hôtel de qualité et, remarquons d’ailleurs que le nom de l’hôtel s’est estompé dans la mémoire de Stevenson : l’hôtel de la biche ou l’hôtel du Cerf… « On nous avait dit qu’il y avait à La Fère, un hôtel hors ligne. Le bon dîner qu’on allait faire ! La bonne nuit à dormir dans de bons lits ! (…) Et tous détournèrent les yeux de leurs casseroles pour nous regarder, non sans ahurissement. Nul doute possible quant à la maîtresse du lieu. (…). Je m’informai poliment – trop poliment selon ‘‘La Cigarette’’- si nous pouvions avoir des chambres. Elle, froidement, nous inspecta des pieds à la tête : - Vous trouverez un logement dans le faubourg. Nous avons ici trop d’ouvrage pour nous occuper de clients comme vous ! (…) L’instant d’après nous étions dehors, sous la pluie, dans l’obscurité, et je pestais devant la porte cochère. »43. Cet épisode de La Fère les marqua, et ils en reparlèrent au cours du voyage. D’autres cas d’auberges qualifiées comme « la plus mauvaise de France »44 ou « la pire auberge de la région »45 sont présentés par l’auteur ; mais « grosso modo » le voyage s’est bien passé et même dans un pays étranger, même avec leur air de vagabonds, l’accueil français s’est avéré chaleureux et cela est bien démontré dans l’ouvrage.

40

Ibid., Chapitre XIV Ibid., Chapitre IX 42 Ibid., Chapitre XIV 43 Ibid., Chapitre XV 44 Ibid., Chapitre XXII 45 Ibid., Chapitre II 41

21


Our Autumn Holiday on French Rivers par .J.L. Molloy


c) Etat d’esprit de l’auteur dans ce périple Tout d’abord, Stevenson établit un autoportrait dans l’épilogue de l’ouvrage. Il faut cependant savoir que cet épilogue fut rajouté dans une édition tardive de l’ouvrage. Ce texte a été rédigé pendant l’été 1875 où, avec le même compagnon, Sir Walter Simpson – La Cigarette – ils partirent à Grez-sur-Loing, non loin de Barbizon, dans la forêt de Fontainebleau. La description de l’auteur, faîte par lui-même, s’ensuit : « L’Aréthuse est habillé d’une façon peu sensée. Sur la tête il arbore une calotte indienne de fumeur dont le galon doré est piteusement élimé et terni. Une chemise en flanelle d’une agréable teinte sombre que les délicats qualifieraient de noire, un veston de cheviotte légère de bonne coupe fait par un tailleur britannique, un pantalon de confection en toile bon marché et des guêtres de cuir complètent son arroi. »46. Ceci est pour l’accoutrement vestimentaire, et la description qui suit est elle, valable pour son physique en général : « Son physique est d’une exceptionnelle maigreur et son visage n’offre pas, comme celui de mortels plus favorisés, un parlant certificat. Pendant des années, l’Aréthuse n’a pu franchir une frontière ou entrer dans une banque sans prêter à la suspicion. La police partout, sauf dans sa ville natale, le regarde de travers. ». C’est approximativement comme cela que Stevenson part faire son périple sur les rivières du Nord et rencontre les locaux. On peut donc davantage comprendre leurs occasionnelles réticences ! Pour résumer l’état d’esprit dans lequel se trouve l’auteur lorsqu’il s’apprête à partir, le mieux est de reprendre un passage de la biographie de Michel Le Bris qui, après avoir étudié toute la correspondance retrouvée de Stevenson, a publié en trois tomes une monumentale biographie dont le premier tome s’intitule à merveille : les années bohémiennes. « L’idée lui en était venue en lisant Our Autumn Holiday on French Rivers par M.J.L Molloy, le récit d’une remontée de la Seine, puis d’une descente de la Loire, sur un canot à quatre rames. Pourquoi ne pas se lancer à son tour dans un périple bohémien, qui le conduirait avec Simpson jusqu’à Grez-sur-Loing ? Depuis des mois il tournait autour de cette nécessité de publier un livre, s’il voulait s’imposer. Après ses trois essais de philosophie bohémienne, n’était-ce pas la meilleure suite possible : deux bohémiens en action, le hasard des rencontres, le poème du monde, l’art de vivre bohémien dans un récit vif, enlevé ? Il tenait son sujet. Simpson le lent avait applaudi des deux mains. Et après bien des discussions (le succès du livre de Molloy leur interdisait de remonter la Seine) ils choisirent, partant d’Anvers, de gagner Grez, par les canaux et les rivières du Nord. Et pourquoi pas, ajoutait Simpson, descendre le Rhône, l’été suivant, jusqu’à la Méditerranée ? »47. C’est ainsi que démarra l’aventure dont nous faisons l’étude. Grâce aux lettres retrouvées par Michel Le Bris, on peut dater avec une quasi exactitude le jour du départ de Stevenson : il écrivit une lettre à sa mère datée du 9 septembre 1876. Ils partirent 11 ou 12 jours avant cette correspondance, le doute demeure juste du fait que Stevenson ne précise pas la durée de l’étape en train entre Bruxelles et Maubeuge. Il dit aussi que les canoës étaient restés bloqués à la douane un petit moment. Ce qui fait que le périple commença certainement le 28 août 1876, pour se terminer à Pontoise aux alentours du 13 septembre de la même année. Dans sa lettre écrite à Compiègne pour sa mère, Stevenson dit qu’il a bien récupéré les lettres remisent entre le 23 août et le 4 septembre. Il donne également des détails importants de sa véritable situation lors de ce voyage ou tout du moins, la version qu’il souhaitait donner à sa mère : « Je dois avouer qu’il nous a fallu parfois un cœur courageux ; et que bien souvent nous n’avons pu nous empêcher d’être secrètement d’accord avec les français qui levaient les 46 47

Ibid., épilogue LE BRIS, Michel, Robert Louis Stevenson : les années de bohèmes

22


Stevenson écrivit une lettre à sa mère le 9 septembre 1876 de Compiègne


bras au ciel d’étonnement sur notre passage. Je ne sais même pas si j’aurais persévéré s’il n’y avait pas eu de raisons professionnelles (…). Le récit d’un voyage entre York et Londres réclame d’être intelligent tandis que l’on peut faire ce que l’on veut d’un récit de voyage dans le Caucase. J’ai l’intention de faire de ce voyage dans mon récit, un voyage pour le moins curieux »48. Cette lettre est une mine d’informations sur ses intentions. Ce voyage est, dit-il pour des raisons professionnelles ; cela signifie donc qu’il se lance véritablement dans la carrière d’écrivain et ne pense pas revenir à celle d’avocat (au plus grand désarroi de ses parents). Ensuite, s’il fait ce voyage hors du Royaume-Uni c’est, à ce qu’il dit à sa mère, parce qu’il est plus facile d’être inexact dans un pays étranger (la référence au Caucase signifie bien que pour eux la France est lointaine) que dans son propre pays. Ici, on peut voir qu’il est plus facile de critiquer précisément (au niveau local) un pays étranger que le pays dans lequel l’œuvre sera majoritairement publiée. Il persiste et signe que le but de ce voyage est d’en faire un récit qui amènera la curiosité et l’envie de s’y intéresser ; ce qui, dans notre cas, peut être très bénéfique touristiquement si l’on considère que l’auteur a gagné son pari. Michel Le Bris nous informe qu’il reçut enfin une lettre le 16 septembre 1876 à Pontoise. On en déduit qu’il était encore sur l’Oise à cette date mais, rapidement, il va rejoindre Grez-sur-Loing où là-bas, sa vie changera définitivement : il retrouvera Fanny Osbourne et une relation amoureuse – avec celle qui deviendra quelques années plus tard sa femme – naîtra entre les deux jeunes gens. Ce voyage avec son ami est donc issu d’un autre ouvrage lu par Stevenson et selon Rodolphe Jacquette : « La part de folie inhérente à une telle expédition revient à Robert Louis, l’aspect technique et sportif de l’exploit reste la part de Sir Simpson »49.

48 49

Lettre de Stevenson à sa mère, 9 septembre 1876 JACQUETTE, Rodolphe, Tusitala la vie aventureuse de R.L. Stevenson, Chapitre III

23


Source : SchĂŠma de developement touristique de l'Aisne 2002-2007.pdf Disponible sur www.evasionaisne-pro.fr


II – Projets de développement touristique existants Dans cette partie de l’étude, il s’agira de voir ce qui existe déjà en terme touristique concernant le trajet du périple en canoë de Stevenson, ou encore sur Stevenson lui-même.

A – Projet « voie verte » Stevenson dans l’Aisne On a vu dans l’analyse littéraire que Stevenson apprécie davantage son passage dans le Nord et l’Aisne, voire plus précisément l’Avesnois et la Thiérache, et qu’il le fait d’ailleurs ressentir quantitativement dans son ouvrage. Le département et certaines localités de l’Aisne ont voulu en profiter et, par le biais de l’ADERMAS (Association pour le Développement des cantons de Ribemont, Moÿ-de-l’Aisne et Saint-Simon) et du Comité Départemental de Tourisme de l’Aisne (CDT), un projet a déjà été tenté.

1) Schéma de développement touristique 2002 – 2007 Dans le Schéma de développement touristique pour 2002 – 2007 présenté par le CDT de l’Aisne, un projet Stevenson était prévu (voir ci-contre). C’est dans l’axe 2 intitulé « Voies Vertes et véloroutes » que s’inscrit ce projet. Il est précisé que la voie verte est : « plus qu’un aménagement, c’est à la fois un équipement, une destination et un produit touristique à part entière ». De plus, il est mentionné qu’il faut « thématiser » les itinéraires. C’est alors que sur chaque voie verte, un thème a dû être trouvé, et c’est ainsi que pour le parcours de Guise à Chauny, il a été imaginé un « parcours Stevenson ». La démarche est donc inversée : au lieu de partir de Stevenson et de réfléchir à un projet touristique, ils ont pensé à Stevenson pour l’inclure dans des thèmes de voies vertes. Comme cela représente juste un thème, il n’y a pas eu d’engouement profond pour l’œuvre de Stevenson. La situation de l’Aisne est appréciable d’un point de vue géographique puisqu’elle se situe à un carrefour européen de voies vertes notamment initiées par les voies TransEuropéennes de l’association Cyclo Trans Europe. Stevenson a fait ce chemin pour des raisons géographiques : il est parti d’Anvers et Bruxelles et a voulu rejoindre Paris. Les écotouristes d’aujourd’hui, notamment d’Europe du Nord, prendrons inévitablement ce même chemin, dans l’Aisne, pour relier Bruxelles à Paris. En outre, le CDT de l’Aisne affiche d’autres arguments encourageant la création de voies vertes : « Les voies vertes – itinéraires sécurisés et aménagés en sites propres empruntés par les véloroutes – sont réservées aux usagés non motorisés et polyvalents. Ce sont de véritables "produits-destinations" (exemple de la voie verte Givry-Cluny en France avec quelques 250 000 usagers par an). » Les voies vertes déjà créées rencontrent un véritable succès parce qu’elles répondent à une forte demande jusqu’alors insatisfaite : •

• •

un large public, composé notamment de familles, demandeur d’activités douces et ludiques, n’exigeant pas d’efforts ou d’initiation préalable (cela concerne en particulier la pratique du vélo-loisir très éloignée des activités plus destinées à un public de chevronnés, ou de sportifs) ; la facilité des parcours (peu de dénivelé le long des cours d’eau), leur sécurisation ; la thèmatisation des voies, les animations ;

24


Extraits du repérage technique (7pages) réalisé par le CDT de l’Aisne en 2003

Source : www.agence-presence.fr


la multi-modalité : vélo-loisir bien sûr mais aussi rollers, handicapés en fauteuil, poussette, pédestre, voire équestre… .

2) Repérage technique A la suite de cette initiative, le CDT a voulu connaître l’état des lieux du chemin du halage le long du canal de la Sambre-et-Oise, qui longe la rivière Oise. Quatre personnes ont été chargées en 2003 d’aller sur place et de rendre un repérage technique précis. Cf ci-contre. Le contexte est alors donné : « Dans le cadre : _ du lancement d’une étude de faisabilité touristique d’un itinéraire thématique autour de Stevenson par l’ADERMAS ; _ de la conception d’un réseau départemental, régional, national et européen des véloroutes et voies vertes. Un pré-repérage de l’état des chemins de service le long du canal de la Sambre à l’Oise a été effectué pour vérifier l’état de ces derniers, le type de revêtement, les problèmes de continuité, les aménagements à prévoir ainsi que les points noirs éventuels. ». Sur ce repérage, on voit des citations du texte précisément localisées. Ceci est intéressant dans un but de création, tout au long du parcours, de panonceaux en rapport avec le thème de la voie verte. Ce repérage est effectué sur une distance d’environ 70 kilomètres, soit 1/4 du parcours total.

3) Arrêt du projet Aujourd’hui, en 2009, rien n’a été concrétisé au sujet de Stevenson et de cette voie verte. Pourtant, une étude de faisabilité a été commandée par l’ADERMAS (et le CDT de l’Aisne) auprès de l’agence d’ingénierie touristique « Présence » située à Lille (voir cicontre). Cette étude a coûté plus de 40 000 €. Les raisons de l’abandon sont multiples : d’une part « ce n’est pas le CDT en luimême qui portait le projet mais une association intercommunale, l’ADERMAS. Il n’y a eu localement aucune suite donnée à ce projet par les collectivités locales en présence. Cependant la réalisation d’une voie verte bute sur deux écueils : la maîtrise foncière et les coûts d’investissement. ». Aussi, le Conseil Régional de Picardie s’est chargé de l’ensemble du dossier des véloroutes et voies vertes sur le territoire, il y a donc eu un transfert de compétences. A travers le comité V.V.V – Véloroutes Voies Vertes – beaucoup de tâches ont été menées avec, notamment, des établissements de schémas régionaux. D’autre part, lors d’un compte rendu de l’agence Act-Ouest au Conseil Général de l’Aisne qui lui avait commandé une mission d’étude relative au développement du tourisme fluvial dans l’Aisne, il est mentionné que : « L’utilisation du chemin du halage est une demande classique pour le développement des voies vertes, véloroutes et circuits de randonnées, mais des contraintes existent : - d'usage, lorsque les halages conservent les usages techniques (entretien des voies d'eau) ; - financiers, pour l'aménagement et la remise en état ; - juridiques : accords de superposition de gestion sur le domaine VNF. »

25


Chiffres du secteur de l’hôtellerie et de la restauration Poids économique des entreprises du tourisme 2006 Entreprises (1)

Personnes occupées

(en nombre) (en %) (en nombre) Hôtellerie

Chiffre d'affaires

Valeur ajoutée

(en millions (en millions (en %) (en %) d'euros) d'euros)

(en %)

25 707

11,9

186 249

21,3

15 908

22,4

8 619

28,2

Exploitation de terrains de camping

4 538

2,1

14 103

1,6

1 458

2,0

733

2,4

Autres hébergements touristiques

8 634

4,0

34 329

3,9

3 477

4,9

1 146

3,8

153 708

71,3

563 222

64,3

36 158

50,8

17 206

56,3

4 263

2,0

40 483

4,6

12 635

17,8

1 966

6,4

18 618

8,6

32 765

3,7

1 246

1,8

686

2,2

116

0,1

5 200

0,6

342

0,5

195

0,6

215 584 100,0

876 351

100,0

71 224 100,0

30 550

100,0

Restaurants et cafés Agences de voyages Soins de beauté et autres soins corporels Activités thermales et de thalassothérapie Total (1) : non compris téléphériques et remontées mécaniques. Champ : France. Source : Insee, enquête annuelle d'entreprise dans les services.

Carte postale de l’hôtel du Nord à Noyon ( 1907 ? )


B – Acteurs potentiellement intéressés par ce projet L’état des lieux est une étape importante avant tout lancement de projet. Il s’agit dans cette partie de se demander ce qui existe déjà autour de notre sujet et projet.

1)

Les acteurs directement liés au tourisme

La définition du tourisme se résume notamment par : 1) le déplacement hors de son environnement habituel, 2) le loisir, le ludisme et la découverte, 3) passer plus d’une nuitée sur les lieux. Le parcours Stevenson n’est pas un produit touristique unique et indépendant, même s’il existait une voie verte, il ne faudrait pas l’isoler des autres composantes touristiques. Au niveau économique, le premier secteur du tourisme est l’hébergement et la restauration : par exemple, en 2006 en France, 90% du poids économique des entreprises du tourisme était supporté par l’hôtellerie et la restauration (voir tableau ci-contre). Ensuite, pour attirer des touristes sur ces chemins il faut, en supplément du thème, des activités de découverte. C’est à ce niveau que tous les acteurs du patrimoine peuvent être mis à contribution comme les centres d’interprétations, les musées, les services responsables du patrimoine dans les villes… Enfin, pour organiser ce nouveau tourisme les institutions officielles doivent gérer et/ou créer des nouveaux produits.

a) Hébergement, restauration Il est impossible de faire la liste de tous les hébergements que sont les auberges, les gîtes, les hôtels et restaurants sur les 280 kilomètres du voyage en canoë. Il faut utiliser les moyens touristiques pour connaître précisément et dans chaque localité, les lieux d’hébergements et de restaurations. C’est une des principales missions de certains services des CDT, mais aussi des Offices de Tourisme. Ce qui pourrait être intéressant serait de savoir si, par hasard, les auberges où a résidé Stevenson existent encore. Cela peut paraître difficile au vu du peu de détails qui sont fournis par l’auteur mais parfois, lorsqu’il s’agit de petite commune susceptible de n’avoir que quelques entreprises de ce type ou lorsque Stevenson cite le nom de ces auberges ou hôtels, une recherche dans les archives pourrait permettre de découvrir si l’activité s’est poursuivie pendant plus d’un siècle. Cela serait, pour le coup, exceptionnel. Je n’ai cependant pas réalisé ce travail précis. Pour les grandes villes, l’auteur stipule parfois les noms : - à Boom c’est L’hôtel de la navigation ; - à Maubeuge c’est L’hôtel du Grand Cerf ; - à Moy c’est Le mouton d’or ; - à La Fère, Stevenson nous décrit l’enseigne : « Bazin aubergiste, loge à pieds – A la croix de Malte » ; - à Noyon, c’est L’hôtel du Nord (qui n’existe plus mais une carte postale subsiste – voir ci-contre) ; - à Pimprez, au vue de la taille de la commune il ne devait pas y avoir beaucoup d’auberges.

26


Source : Google Map

Mini--Europe Mini

Emplacement du mémorial du Fort de Breendonk

Willebroeck et le canal

Source : www.ville-maubeuge.fr

Bruxelles

Laeken et le canal

Circuit des remparts à Maubeuge

Source : www.pnr-avenois.fr

P.N.R. de l’Avesnois

Ville de Maroilles Familistère de guise

Source : www.familistere.com

Source : www.maroilles.com


Peut-être que dans les correspondances qu’établissaient Stevenson avec ses proches lors de son passage à Compiègne, ou juste après le voyage, il donne plus de détails… Ou bien, peut-être que dans le carnet de bord dans lequel Stevenson prit des notes pendant son voyage – et qui est le support de son livre – se trouvent des annotations précises concernant les lieux ; si bien sûr ce carnet nous est parvenu.

b) Acteurs du patrimoine Il faut se poser la question de savoir si l’objectif de notre projet est que les touristes viennent sur le chemin Stevenson et découvrent l’environnement patrimonial qui s’y trouve, ou s’ils viennent visiter le patrimoine local et découvrent ensuite le parcours de Stevenson. Pour les acteurs du patrimoine, ces deux combinaisons fonctionnent puisqu’il n’y a pas à proprement parler de « maison Stevenson » qui serait exclusivement consacrée au thème. Il faut donc voir qui serait intéressé par l’attractivité du parcours Stevenson et qui pourrait en même temps faire connaître le parcours. On découpera la liste suivante de la même manière que sur les cartes du parcours réalisées dans la première partie. En Belgique : L’éloignement géographique et la taille des villes d’Anvers et Bruxelles posant des difficultés, je n’ai pas recensé précisément les partenaires potentiels sur le territoire Belge. Je peux juste imaginer que certains sites du patrimoine pourraient être intéressés par la proximité du parcours comme : - le Mémorial national du Fort de Breendonk à Willebroek, juste à coté du canal où passe Stevenson. Ce Fort fut le seul camp de concentration nazi en Belgique. - à Laeken – où s’arrête l’auteur – se trouve un parc à thème : Mini-Europe, qui représente des monuments de l’Europe en miniature. Pourquoi ne pas représenter le périple de Stevenson en miniature ? Dans le Nord et dans l’Aisne : - A Maubeuge la ville dispose d’un service du patrimoine qui pourrait profiter de ce qu’a écrit Stevenson pour développer sa thématique sur le circuit des remparts. - Juste après Maubeuge se trouve la région de l’Avesnois qui dispose d’un Parc Naturel Régional. Ce PNR de l’Avesnois a, comme tout PNR, pour but la protection et la valorisation de son patrimoine naturel et culturel. Il dispose aussi de mission touristique dans le but de faire découvrir cette nature. Quoi de mieux que de penser à Stevenson pour faire percevoir la beauté de la Sambre ou l’environnement de la forêt de Mormal par le biais de randonnée ou de balade sur l’eau ? Cette option est déjà présentée lors d’une seule randonnée établie par le PNR mais reste quand même très discrète. - La ville de Maroilles ne se situe qu’à 6 kilomètres de Landrecies, et pourrait profiter du parcours Stevenson bien que l’auteur ne cite en aucun cas ce fromage dans son livre. - A proximité du parcours, à une dizaine de kilomètres, il y a la ville de Guise où passe l’Oise qui se jette dans la Sambre à Vadencourt. Le familistère Godin à Guise pourrait être un partenaire de taille car il fait figure de site majeur du patrimoine de l’Aisne où est actuellement en développement un projet touristique nommé « Utopia » qui prévoit notamment un grand hôtel et une fréquentation de 75 000 touristes par an sur son site. Guise et Stevenson n’ont de rapport que la période (en effet, le familistère a été pensé en 1858 et est

27


Source : www.la-maison-de-marie-jeanne.fr

Ville de Saint-Quentin

Maison de Marie-Jeanne à Alaincourt

La Fère O.T. du pays Chaunois

Industries à Chauny

Coucy-le-Château

Noyon, ville d’Art et d’Histoire

La Cité des bateliers à Longueil-Annel Source : photographies personnelles et www.citedesbateliers.com


achevé en 1878 ; en 1876, il ne manquait qu’une aile du palais social), mais l’œuvre de Stevenson fait mention de l’industrie métallurgique lorsque l’auteur passe sur la Sambre canalisée : « Quelques légers coups de pagaie nous menèrent au-delà des usines métallurgiques à travers un site délicieux. »50. Cependant, entre le lieu géographique réel de cette citation et les usines Godin il y a 50 kilomètres. - La ville de Saint Quentin se situe à 15 kilomètres d’Origny-Sainte-Benoîte. Stevenson parle de Saint Quentin lorsqu’il voit des montgolfières passer au-dessus d’une colline. Ce fut une attraction pour les enfants d’Origny-Sainte-Benoîte de voir ces géants des airs, mais aussi pour les deux anglais qui coururent sur des points perchés pour mieux les apercevoir. - Un acteur majeur de ce parcours Stevenson dans l’Aisne est sans doute le centre d’interprétation « la maison de Marie-Jeanne » situé à Alaincourt, commune quasiment juxtaposée de Moy dont parle Stevenson. A la base, ce centre d’interprétation est un lieu rassemblant les objets de la grande collection de Mme Marie-Jeanne Delville, habitante depuis de nombreuses années à Alaincourt. Ces objets datent de la fin du XIXème et du XXème siècle. Ce musée s’étend sur 600 m² et a ouvert ses portes en septembre 2008. Le CDT de l’Aisne a obligé l’agence qui s’est occupée de la scénographie à inclure comme fil directeur la personnalité de Stevenson. C’est pour cela que nous avons en introduction du parcours du musée un magnifique film montrant un Stevenson à l’accent évocateur naviguant en canoë de bois sur l’Oise, dans un cadre naturel charmant. On a aussi une réplique d’un canoë grandeur nature et, sur un mur, le tracé de son parcours. Dans d’autres pièces, sur écran, il nous présente la thématique de la salle à venir... Le travail scénographique est réellement admirable même si on peut contester le fait que Stevenson présente des objets du XXème siècle alors qu’il a disparu en 1894. Ce centre d’interprétation a tout intérêt à voir un parcours Stevenson passer en son sein. - Le service du patrimoine de la ville de La Fère, ou l’office de Tourisme du pays Chaunoy (à Chauny) pourraient tirer parti des descriptions que fait Stevenson de la ville fortifiée et de l’école militaire pour mettre en valeur leur patrimoine (notamment architectural). - L’auteur mentionne également la zone manufacturière de Chauny. Ceci pourrait rejoindre le patrimoine industriel qu’il y a dans cette ville. - Coucy le château est cité par Stevenson lorsqu’il monte en haut des tours de la cathédrale de Noyon. Pourtant les deux villes sont situées à 28 kilomètres de distance.

Dans l’Oise et le Val d’Oise : - Noyon est classée « Ville d’Art et d’Histoire » et à ce titre la ville dispose d’un service d’animation du patrimoine et de guides conférenciers. Ce service pourrait construire un thème de visite guidée sur Stevenson en faisant visiter la cathédrale et en se basant sur ce qu’a écrit l’auteur. - A Longueil-Annel (là où le canal est rejoint par l’Oise), existe un musée s’intitulant : « La Cité des Bateliers ». Ce musée est consacré au métier de la batelerie et dispose d’une maison réhabilitée en centre d’interprétation, d’une péniche visitable avec dans sa cale un lieu d’exposition, et d’un parcours extérieur faisant le tour de la ville et étant balisé par des panneaux sonores expliquant d’autres aspects du métier. On l’a vu, Stevenson parle beaucoup des péniches et des chalands. Ce musée se trouvant sur le parcours pourrait donc être lui aussi un partenaire privilégié. 50

STEVENSON, Robert Louis, Voyage en canoë sur les rivières du Nord, Chapitre V

28


L’hôtel de ville compiegne

P.N.R. Oise-Pays de France

C.K.V.O Trans’ Val d’Oise

OT de Jeumont

CDT Nord

OT de Maubeuge Syndicat mixte du PNR Avesnois

OT de Guise CDT Aisne

OT du pays Chaunois OT de Saint-Quentin OT d’Avesnes-sur-Helpe


- A Compiègne, Stevenson décrit beaucoup l’hôtel de ville et le service du patrimoine pourrait également tirer parti de ses descriptions pour présenter ce monument du XVIème siècle restauré au XIXème sous l’influence de Viollet-le-Duc dans un style néo-gothique. - On a vu qu’après Compiègne, l’auteur parle beaucoup moins de l’environnement du voyage et abrège ses descriptions donc les prochains acteurs ne pourront que partiellement tirer parti de l’ouvrage. L’auteur cite Verberie, Pont-Sainte-Maxence et Précy-sur-Oise, ces trois villes se trouvent en lisière du PNR Oise – Pays de France. Celui-ci a développé un fort aspect d’écotourisme en disposant, par exemple, aux abords des gares des locations de vélo et des présentations de randonnées. Il pourrait également faire de même avec des locations de canoë-kayak. - Juste avant L’Isle-Adam, à Valmondois, une association de canoë-kayak avait réalisé en 2003 et 2005, une randonnée Trans-Val d’Oise qui avait pour but, autre que la compétition, de faire découvrir le patrimoine naturel de la rivière Oise. Cette compétition pourrait reprendre en exploitant le thème stevensonnien. On pourrait trouver beaucoup d’autres acteurs du patrimoine le long des 280 kilomètres mais ils n’auraient que peu de liens avec l’ouvrage. Ce type de partenariat se ferait par contre automatiquement si le parcours Stevenson venait à prendre de l’ampleur.

c) Acteurs institutionnels Les principaux « metteurs en scène » du tourisme sont davantage les organismes institutionnels que « privés ». C’est pour cela qu’il est utile de recenser tous ces acteurs possibles. En Picardie, selon le plan TAC (Tourisme Anti-Crise) proposé par le CRT (Comité Régional de Tourisme) en décembre 2008, ces organismes institutionnels doivent se coordonner mutuellement pour développer un tourisme de qualité, durable et vertueux (ces propriétés font partie intégrante du tourisme littéraire). Pour des raisons d’ignorance du fonctionnement touristique en Belgique, nous allons nous concentrer uniquement sur les acteurs français. Dans le département du Nord : -

CDT du Nord Syndicat mixte du PNR Avesnois OT (Office du tourisme) de Jeumont (frontière Belge) OT de Maubeuge / Maison du Tourisme

Plus éloigné géographiquement : - OT - Maison du Chanoine d’Avesnes-sur-Helpe - OT du Cateau-Cambrésis

Dans l’Aisne : - CDT Aisne - OT de Guise - OT de Saint-Quentin - OT du pays Chaunoy Plus éloigné géographiquement

29


OT de Vervins OT de Laon

OT de Coucy-Auffrique

OT de Compiègne

CDT Oise

OT de Noyon OT de Nogent-sur-Oise CDT Val d’Oise

OT de Chantilly OT de Pont-Sainte-Maxence OT Beaumont-sur-Oise

OT de l’Isle Adam OT de Pontoise OT Auvers-sur-Oise


-

OT de Vervins OT de Coucy le château - Auffrique OT de Laon

Dans L’Oise -

CDT Oise OT de Noyon OT de Compiègne OT de Pont-Sainte-Maxence OT Nogent-Sur-Oise OT Verneuil En Halatte OT de Creil OT de Chantilly

Dans le Val d’Oise -

CDT Val d’Oise OT Beaumont-Sur-Oise OT Auvers-Sur-Oise OT de l’Isle Adam OT Méry-Sur-Oise OT de Pontoise

Les offices du tourisme ne sont souvent que des relais touristiques ou points d’informations… Les décisions prises et les initiatives sur le territoire en matière de tourisme sont souvent de volonté communale ou à l’échelle des communautés de communes. La preuve en est lorsque l’étude de faisabilité a été produite pour les voies vertes Stevenson, il s’agissait de l’ADERMAS comme maître d’ouvrage. Sans les cités toutes, on peut distinguer plusieurs communautés de communes qui ont, à première vue, développé le tourisme sur leur territoire. - La CCVO : Communauté de Communes de la Vallée de l’Oise, où se trouve le musée d’Alaincourt. - La CC2V : Communauté de Communes des Deux Vallées, où se trouve le musée de la batelerie et bientôt un centre d’information touristique à Ourscamp qui sera quasiment situé les pieds dans l’Oise (ouverture en avril 2009). Aux abords des villes il y a aussi les communautés d’agglomérations (SaintQuentinoise, Compiègnoise, etc.…) qui disposent souvent de moyens plus importants et avec l’intention d’utiliser les ressources naturelles pour « divertir » leurs riverains urbains. Prenons l’exemple du réseau de pistes cyclables de l’ARC (Agglomération de la Région de Compiègne) qui se situe en partie au bord de l’Oise.

30


Source : ministère de la santÊ, de la jeunesse et des sports


2) Les acteurs indirectement liés au tourisme

a) Réflexions sur les sports de nature Le produit touristique Stevenson est concentré sur deux thèmes après celui de la culture : le Sport et la Nature. De nombreux acteurs de ces deux derniers domaines peuvent ici se joindre ponctuellement au projet afin de mettre en valeur leur domaine. En premier lieu, il y a le réseau « Sports – Nature » qui fédère des chercheurs, des consultants et des partenaires institutionnels, professionnels, territoriaux et industriels. La volonté commune du réseau est d’échanger des informations, de partager des ressources et de valoriser la production scientifique sur les sports de nature et de montagne. Cela conduit régulièrement à organiser des rencontres largement ouvertes en direction des collectivités territoriales et des milieux professionnels. Les dirigeants de ce réseau sont des universitaires (principalement d’UFR STAPS et Géographie). Cet organisme participe à l’organisation scientifique des « Rencontres nationales du tourisme et des loisirs sportifs de nature » (pour l’année 2009, ces quatrièmes rencontres se feront à Clermont-Ferrand du 11 au 13 mars). Cette structure a notamment travaillé sur les « enjeux économiques du tourisme et des loisirs sportifs » et sur l’itinérance « du Tour au détour ? » [ Extraits : D’un côté nous assistons à une augmentation des techno-pratiques (parcs aventure, parcs ludiques, pratiques de sports extrêmes) et de l’autre à la montée de nouvelles formes de loisir et de tourisme marquées par la recherche d’itinérances (les périples en camping-car, les pratiques d’arrière-pays, le succès des randonnées thématiques, la rando-kayak en bord de mer, le voyage itinérant, les raids,…) / On assiste à un « post-tourisme », porteur de nouvelles valeurs de relocalisation et d’hybridation des pratiques résidentielles et récréatives dans un contexte d’adaptation et de repositionnement à long terme des sociétés contemporaines ]. (Sportsnature.org) Beaucoup d’observations et de théories affirment que les modes touristiques sont en train de changer, et qu’il y a un accroissement de la demande et donc des activités sportives liées à la nature que ce soit de manière régulière ou de manière ponctuelle, touristique. C’est donc dans cette perspective qu’un des aspects du projet Stevenson pourrait se mettre en œuvre.

b) Acteurs et législation des sports de nature La loi sur le sport du 6 juillet 2000 est à l'origine de la création des Commissions et Plans Départementaux des Espaces Sites et Itinéraires relatifs aux sports de nature (CDESI PDESI). Cette loi marque la reconnaissance, par l'Etat, des sports de nature comme fait social et économique à part entière. Les CDESI-PDESI sont à l’initiative des conseils généraux des départements. En juillet 2006, plus de la moitié des départements français avaient lancé leurs procédures. Ces Plans des Espaces sites et itinéraires relatifs aux sports de nature ont pour but d’établir : - un état des lieux qui permet d’identifier tous les intervenants, structures et dispositifs relatifs aux sports de nature ; - inventer : profiter de cette nouvelle compétence pour initier une politique de développement maîtrisé des sports de nature ; - consolider : adapter les outils existants (PDIPR, politiques de la randonnée, etc.) au nouveau dispositif, en s'appuyant notamment sur une large concertation ; - expérimenter : tester sur des territoires restreints ou des activités ciblées, les principes de mise en œuvre de la concertation et du PDESI ;

31


Carte du schĂŠma V.V.V du conseil rĂŠgional de Picardie


- observer-comparer : visiter les départements engagés, analyser leurs avancées et difficultés dans la perspective d'un déploiement ultérieur. En région Picardie, à l’heure actuelle l’Aisne est en train de réaliser son état des lieux dans le cadre de son PDESI. L’Oise quant à elle n’a pris aucune initiative, et à titre indicatif la Somme a déjà institué son CDESI. Ces commissions et plans sont des outils locaux au développement de pratiques qui sont utiles dans le cadre du tourisme vert et de l’écotourisme… De nombreux acteurs nationaux sont liés aux sports de nature et sont de très bons partenaires du tourisme. Pensons à la fédération française de Canoë-kayak (ffck) qui promeut le tourisme vert, à la fédération française de randonnées pédestres (ffrandonnée) qui construit le réseau de chemins pédestres (GR, grande randonnée et PR, petite randonnée) qui est très active et renseignée localement par le biais des clubs de randonnées et de nombreux bénévoles, ou encore à la fédération française de cyclotourisme (ffct) qui organise, également par le biais de clubs, des randonnées thématiques…

c) Conseil Régional de Picardie 1. Le Schéma régional vvv On l’a vu le projet de voies vertes en Picardie est devenu l’affaire du Conseil Régional. C’est aux alentours des années 2000 qu’une commission a été chargée d’étudier le dossier voies vertes et véloroutes. On appelle cette commission VVV. Extrait : « Au niveau français, le schéma national des véloroutes et voies vertes a été adopté par le Comité interministériel d’aménagement du territoire (CIADT) du 15 décembre 1998. Il propose la réalisation, en France, d’un réseau structurant de 7000 à 9000 kilomètres maillant l’ensemble du territoire. La circulaire interministérielle du 31 mai 2001 fixe pour objectif d’établir dans chaque région le volet régional du schéma national. Cette directive s’est traduite en Picardie par la tenue le 27 février 2002 du premier comité régional des véloroutes et voies vertes coprésidé par le Préfet et par le Président du Conseil Régional. ». En 2006, un rapport de 219 pages sous les termes de « schéma vvv » a été édifié par cette commission soutenue par une agence privée : l’agence Multimodal – transport et déplacement (voir leur schéma sur les motivations des différents types de cyclisme). Il est présenté que : « Le tourisme à vélo présente trois grands intérêts pour la Picardie : - c’est un tourisme durable, respectueux de l’environnement ; - les séjours des touristes à vélo sont plus longs que pour les touristes traditionnels (qui passent en moyenne seulement trois nuitées en Picardie) et mieux répartis sur l’ensemble de l’année ; - il induit d’importantes retombées économiques, et participe au développement local, en particulier pour les zones rurales. » Voir tracé du schéma ci-contre. Dès 2006, on a donc connu le tracé des véloroutes et voies vertes et on peut remarquer qu’un des principaux axes reprend le tracé de Stevenson (axe numéro 3 en rouge). Ce qui est encourageant pour la potentielle réalisation du projet Stevenson malgré qu’aucune réalisation concrète ne soit faite à ce jour. Apparemment, ce schéma vvv va être repris dans le SRADDT

32


Logo de l’association

Source : www.chemin-stevenson.fr


2030 : le Schéma Régional Aménagement Durable Du Territoire pour 2030. Une vision à long terme qui, par des initiatives comme la création d’association du parcours Stevenson, pourrait être accélérée si l’enjeu touristique est bien démontré et mis en avant.

2. Le Schéma régional des loisirs et des sports de nature Le CRT de Picardie, accompagné de la DRDJS (Direction Régionale et Départementale de la Jeunesse et des Sports) et du CROS (Comité Régional Olympique et Sportif), a établi un Schéma régional des loisirs et des sports de nature 2008-2013. Ce schéma s’appuie sur une démarche participative : rencontres régionales (120 personnes), tables rondes (130 personnes), 34 entretiens, 4 ateliers (75 personnes), un séminaire (30 personnes), un outil de développement ont vu le jour par le biais de ce schéma qui présente douze actions (et qui prévoit notamment la mise en œuvre des démarches CDESI / PDESI vues ci-dessus). En outre, un document de synthèse a été produit sur les emplois « sports de nature » rémunérés en Picardie. Il montre en conclusion les forces et les faiblesses de ce secteur d’emploi. Les faiblesses sont surtout liées au fait de la petite activité des entreprises qui n’ont par conséquent que quelques salariés (dont la rémunération est faible, et les conditions de travail moins avantageuses que dans les régions du Sud de la France (vis-à-vis du climat) avec, en outre, un manque de formation dans le domaine de la communication, des langues étrangères ou encore de l’administration et de la gestion d’entreprise).

C – exemple du GR 70 Notre projet n’aurait pas vu le jour sans la similitude avec le développement touristique du GR70, appelé désormais GR Stevenson. En effet, l’ouvrage de Robert Louis Stevenson : Voyage dans les Cévennes avec un âne, a fait émerger l’idée que les randonneurs pouvaient avoir envie de redécouvrir ce chemin parcouru un siècle plus tôt par l’auteur écossais. Grâce à ce constat, un tourisme littéraire alliant randonnée et culture est apparu mais n’est pas apparu de manière spontanée. Voyons la démarche qu’a suivie cette initiative.

1) L’association « Sur le chemin de Robert Louis Stevenson » Le développement touristique du chemin de randonnée a été possible grâce à la création d’une association s’occupant exclusivement de ce projet. Cette association a pour dénomination : Sur le chemin de Robert Louis Stevenson.

a) Historique C’est en 1978 que le club cévenol a réalisé un événement pour le centième anniversaire du passage Stevenson en reconstituant le parcours... Ce club, uniquement composé de randonneurs de la région, avait repris l’ouvrage pour faire une thématique de parcours. En 1993, la Fédération Française de Randonnée a balisé le parcours en GR (Grande Randonnée) avec les célèbres traits rouges et blancs. Face à cet engouement de plusieurs randonneurs, en 1995, une poignée de guides accompagnateurs de randonnées et une dizaine

33


Brochure présentant le parcours

Itinéraire du Chemin Stevenson (de Puy-en-Velay jusqu’à Saint-Jean-Du-Gard) Source : www.chemin-stevenson.fr


d’hébergeurs ont voulu développer ce gisement en créant une association. Une des premières actions de cette association fut de proposer une action de formation des locaux, résidants et acteurs le long du chemin… Pendant quinze jours ils ont été de villages en villages, rencontrant les élus, les acteurs du tourisme et les habitants autour de tables rondes pour parler de leur projet Stevenson. Aujourd’hui, quasiment tous les acteurs du tourisme adhèrent à l’association (environ 100 adhérents sur les 252 kilomètres du parcours).

b) Missions actuelles -

-

Aujourd’hui, l’association s’est fixée pour mission de : mutualiser et structurer le réseau de partenaires, de réaliser de la communication par le biais de : la presse, les salons, un site internet… ; promouvoir le sens culturel du chemin Stevenson en ayant créée une exposition itinérante sur l’auteur, des ballades littéraires, des événements et festivals en rapport avec Stevenson (musique écossaise, lectures publiques…), des conférences, des ateliers pour enfants (jeux de pistes…) etc. ; renseigner les randonneurs par le biais d’un numéro d’appel et autre répertoire de partenaires (hébergements, restaurations, locations d’ânes…).

Il est aussi prévu que l’association classe le chemin Stevenson au niveau des chemins européens.

2) Exemples de réussite Touristiquement, l’association a véritablement créé un modèle de réussite. En effet, parti d’un projet local, le chemin Stevenson est devenu nationalement connu et cela se ressent au niveau de la fréquentation, et empiriquement au niveau des retombées économiques.

a) Fréquentations Le chemin Stevenson dans les Cévennes touche plusieurs cibles différentes. D’abord, les vacanciers traditionnels qui cherchent un lieu de villégiature à la fois proche de la nature et culturel. Cette catégorie de population est souvent familiale mais l’on peut également trouver une cible dite « de niche » (les touristes concernés chercheront spécifiquement cet endroit) : les randonneurs. Ces derniers sont un atout pour la fréquentation car ils comblent les creux de la saisonnalité. En effet, des randonneurs parfois retraités préféreront partir en moyenne saison plutôt qu’en haute saison. C’est ainsi qu’il y a de la fréquentation touristique dès avril, avec une catégorie plus « de randonneurs » en mai, juin, septembre et même octobre et une fréquentation dite « classique », de familles et de vacanciers, en juillet et en août. Un « éco-compteur » a été placé sur le chemin Stevenson et a permis de donner des chiffres de fréquentation : - en 2005 : 9600 personnes - en 2006 : 12500 personnes - en 2007 : 13900 personnes.

34


Site internet de l’association

Source : www.chemin-stevenson.fr


Même si ces chiffres peuvent paraître approximatifs du fait de la longueur du parcours, on constate quand même une nette évolution de fréquentation. Avec quasiment 14 000 visiteurs par saison, le chemin Stevenson prouve qu’il est touristiquement viable.

b) Retombées économiques On ne dispose pas de chiffres précis des retombées économiques mais sachant qu’il y a environ 14 000 touristes sur une saison et qu’il y a environ 85 hébergeurs le long du parcours, on peut penser que le chemin Stevenson rapporte de l’argent à la hauteur de son ambition (qui est du tourisme culturel et non de masse). Le parcours complet est évalué à une moyenne de douze jours de marche donc pour les randonneurs qui le font en entier, ils passent douze nuitées et consommeront dans ces lieux. Aujourd’hui, l’association emploie deux agents de développement touristique (trois durant le 130ème anniversaire) qui sont chargés d’informer les randonneurs et de mener à bien les missions de l’association. La source économique de l’association provient principalement des adhésions des partenaires (entre 20% et 50% du budget total selon les années). Mais il y a aussi les subventions demandées annuellement aux communes, communautés de communes, départements, régions ainsi qu’à l’échelle européenne... La difficulté majeure du projet est de mettre en relation et/ou en coordination les quatre départements traversés ainsi que le PNR des Cévennes… (il y a en tout cinq chartes graphiques différentes obligatoires selon les territoires sur la totalité du parcours).

35


Exemple de voies vertes à Périgueux Photographies personnelles

Exemple de Statuts STATUTS ARTICLE 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant pour titre : Association pour la Valorisation de l’Itinéraire Stevenson (AVIS) ARTICLE 2 : Buts Cette association a pour but de promouvoir un tourisme littéraire en rapport avec le voyage en canoë qu’a réalisé Robert-Louis Stevenson en 1876 et avec l’ouvrage qu’il a publié en 1878 : Voyage en canoë sur les rivières du Nord de la France. L’association est à but non lucratif. ARTICLE 3 : Siège social Le siége social de l’association se situe dans la ville de .... (Picardie, code postal : ... ). ARTICLE 4 : Durée de l’association Cette association est à durée illimitée. ARTICLE 5 : Composition de l’association L’association se compose d’un Conseil d’Administration et d’un Bureau de conseillers comprenant obligatoirement, et au minimum : - un Président - un Trésorier - un Secrétaire. Le Bureau de l’association pourra comprendre, si son nombre le permet, un vice-président, un trésorier adjoint ainsi qu’un secrétaire adjoint. Les autres membres du Conseil seront élus en tant que simples conseillers mais pourront d’autre part diriger des commissions particulières (définies par l‘ensemble des membres de l‘association).


III – Projet proposé L’idée de départ, après avoir lu l’ouvrage de Stevenson, était de créer des voies vertes à l’image de celles qui se développent dans de nombreuses localités françaises (Périgueux par exemple…). Mais ayant eu connaissance de la tentative du CDT de l’Aisne, le concept du projet a pris un autre cheminement. Pourquoi travailler sur un projet qui, après étude de faisabilité compétente, a été écarté par des professionnels ? Et pourquoi vouloir créer un produit fini de grande ampleur alors que l’ouvrage et l’image de Stevenson sont quasiment inconnus le long du parcours du Nord de la France ? Lorsque l’on prend le problème à la base, on voit que « l’engouement Stevenson » n’existe pas et que sans cet engouement les pouvoirs publics ne réaliseront pas de produits finis. L’idée est donc, dans un premier temps, d’imaginer comment créer cet engouement (le modèle de l’association « Sur le chemin de Stevenson » dans les Cévennes est un appui efficace). Dans un second temps, il s’agira de conceptualiser un produit fini de taille acceptable et réalisable : de l’itinérance douce entre Noyon et Compiègne sur le thème de Stevenson.

A – Créer un engouement Stevenson par le biais d’une association La question est : comment créer un engouement Stevenson dans les régions concernées par le parcours ? Comment atteindre les acteurs du tourisme, la population locale et les élus locaux dans le but de les faire accepter et prendre conscience de l’enjeu « Stevenson » et du développement touristique des rivières du Nord de la France ? Ce n’est pas rare qu’une association anticipe la création d’un élément de valorisation du patrimoine – comme on vient de le voir avec le chemin Stevenson dans les Cévennes – ou encore pour un musée, un événement culturel, etc. C’est l’influence de l’association qui fera comprendre aux pouvoirs publics la nécessité d’agir dans ce domaine de valorisation du patrimoine à la fois culturel et naturel.

1) L’association en elle-même Une association, c’est un regroupement de personnes organisées autour d’une structure juridique. Le texte de 1901 précise qu’une association est « une convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun, d’une façon permanente, leurs connaissances ou leurs activités dans un but autre que de partager des bénéfices. ». Toujours selon la loi, une association peut réaliser des bénéfices mais ceux-ci doivent être réinvestis au titre du développement, de la promotion et de la réalisation des objectifs définis par ses statuts.

a) Statut Cette association aura comme toute association des statuts issus de la loi sur les associations de 1901. Ces statuts comportent trois premiers articles obligatoires qui donnent le nom de l’association, son but, et son siège social. Les autres articles fixent le fonctionnement de l’association. Voir ci-contre

36


Guides des aides de la rĂŠgion Picardie


Du fait que 65 % du parcours Stevenson se situe en Picardie, l’idéal serait que l’association ait son siège social dans cette région. Cela serait également bénéfique pour son financement.

b) Financement Les sources de financement principales d’une association de ce type sont les adhésions des partenaires ainsi que les subventions accordées par toute une série d’échelons territoriaux. On l’a dit, 65 % du parcours Stevenson se situe en Picardie, donc il est probable que ce soit cette région qui finance davantage l’association ; c’est pourquoi il y aura des descriptifs relativement détaillés de celle-ci dans la première partie, et non dans les autres.

1. Subventions attribuées par le Conseil Régional de Picardie. Soutien aux projets Européens. Objectifs : Faciliter l’émergence de projets en apportant un soutien à la préparation du projet tout comme à sa réalisation. Modalités : aide aux dépenses de fonctionnement (déplacement, hébergement…) Dans notre cas : la complémentarité d’un travail avec la Belgique peut rapporter ce type d’aide financière (50% du coût total du projet avec un plafond de 6000€). Semaines régionales de l’environnement. Objectifs : Sensibiliser le public aux enjeux de l’environnement et l’amener à agir au quotidien. Encourager les décideurs publics et privés à prendre en compte l’environnement dans leurs décisions. Modalités : Soutien financier de 3000 € par opération (à 80% du coût total). Dans notre cas : profiter de cette semaine régionale de l’environnement pour créer des événements qui tendent à mobiliser le public envers l’écotourisme, les sports de nature, la découverte de l’environnement, et encourager les décideurs publics pour créer des voies vertes le long du parcours. Soutien à la création de sites internet. Objectifs : développer l’outil internet en Picardie ainsi que les échanges entre les collectivités locales et leurs partenaires. Modalités : Subvention d’investissement ou maîtrise d’ouvrage direct. Les projets éligibles doivent être innovant en termes de services, d’usages et de technologies plutôt qu’exclusivement informatifs ou promotionnels. Dans notre cas : L’outil internet est devenu une priorité pour le tourisme en Picardie, le CRT le martèle dans son plan TAC. L’innovation en termes d’usage pourrait être par exemple, un système de suivi de l’itinéraire que font les touristes en temps réel. Ils auraient la possibilité de laisser sur le site des photos, vidéos et commentaires tout au long du parcours (double enjeu : créer une innovation pour captiver le touriste à travers le parcours et en même temps faire une promotion vertueuse et continue du parcours). Aide à la publication. Objectifs : Dynamiser la création éditoriale et littéraire dans la région et faire connaître le patrimoine écrit régional. Modalités : 30 % du coût total du projet (plafond à 8000 €). L’éditeur ou l’auteur doit être domicilié en Picardie ou l’ouvrage doit traiter d’un thème picard. 37


Guides des aides de la rĂŠgion Picardie


Dans notre cas : Il y a tout intérêt à créer une production écrite du projet ainsi que des recherches sur le thème de Stevenson et de son voyage, mais aussi sur le patrimoine naturel de ces rivières. Comme le projet a une vocation culturelle, il y a d’une part la transmission d’un patrimoine littéraire et, d’autre part la promotion du parcours Stevenson. PMSE (Parc du Matériel Scénique et d’Exposition). Objectifs : aider les associations et les collectivités territoriales dans leurs efforts d’animation locale. Modalités : Mise à disposition d’un service de location de matériel de spectacle et d’exposition. Dans notre cas : Créer une exposition itinérante est une action courante pour des associations valorisant le patrimoine. Elle permet de faire connaître au public de manière informative mais complète le thème choisi. Soutiens aux projets culturels. Objectifs : livres et lectures : Soutenir les projets culturels faisant intervenir le livre, la lecture et les manifestations littéraires. Modalités : 30 % du coût total plafonné à 6000 €. Dans notre cas : L’organisation de manifestations littéraires est un des buts de l’association. Le tourisme littéraire implique cette dimension culturelle. Manifestations exceptionnelles sportives et/ou récréatives. Objectifs : Soutenir le développement de nombreuses activités sportives et/ou récréatives en milieux naturels. Permettre une aspiration légitime de la population à vivre un ensemble d’émotions au contact de la nature. Modalités : 50% du coût de l’opération. Dans notre cas : Le canoë ou la randonnée sont les piliers de ce tourisme littéraire. Des événements ponctuels vont être créés pour faire connaître le parcours. Par exemple, créer une randonnée annuelle avec des thèmes variables. Ces événements pourront être couplés ou non avec les autres événements plus littéraires (mutualiser les moyens et les événements ou les diversifier, notamment au niveau de la longueur du parcours). Ces activités seront également à la base de la mise en place de circuit Stevenson. En effet, ils pourront être des tests avant une commercialisation par des acteurs du tourisme. Il sera donc nécessaire de bien suivre ces événements pour en tirer des conclusions. Picardie en fête. Objectifs : Soutenir les initiatives culturelles, sportives et d’animations locales. Modalités : 30% des dépenses de l’opération. Dans notre cas : Il s’agit ici d’actions plus territoriales afin de valoriser un événement, une histoire ou le patrimoine picard. Stevenson peut ici entrer dans l’histoire picarde grâce à ses descriptions du patrimoine. Accompagnement des acteurs associatifs. Objectifs : qualifier les bénévoles qui contribuent au bon fonctionnement des associations. Modalités : aide au financement de projets de formation. Dans notre cas : Pour que l’association ne soit pas jugée d’amateurisme il est nécessaire de former ses dirigeants et la région proposerait des formations.

38


www.subventionenligne.fr

Fonds Social EuropĂŠen


Subvention adressée aux collectivités territoriales qui pourrait être utile au projet. Subvention véloroutes et voies vertes. Objectifs : Favoriser le développement touristique en Picardie en s’appuyant sur des modes de déplacement doux. Ouvrir la Picardie sur le réseau européen. Constituer ce réseau à partir du schéma vvv. Modalités : taux d’investissement de la région : 30% sous réserve que les opérations soient soutenues par le département et qu’elles soient identifiées d’intérêt européen, national ou régional. Dans notre cas : le parcours Stevenson en Picardie est un itinéraire d’intérêt européen de Guise à Verberie soit environ 80% du tracé Stevenson Picard. Les subventions aux collectivités pour ce projet seraient donc obtenues prioritairement.

2. Subventions attribuées par les départements Comme le parcours Stevenson traverse quatre départements (sans compter la Belgique), il ne sera pas détaillé ici les subventions susceptibles d’être attribuées à l’association. Cependant, elles restent semblables à celles de la région et pourront parfois s’additionner. Par exemple, dans le cadre d’événements de valorisation du patrimoine et du sport le département de l’Oise a créé un festival intitulé « l’Oise Verte et Bleue » qui fait ouvrir les portes et créer des activités aux associations sportives, aux musées, aux patrimoines, etc., le temps d’un week-end. C’est à ces occasions qu’il faut créer localement une thématique Stevenson.

3. Subventions de l’état L’état attribue des subventions aux porteurs de projet tel que les associations. Il a créé un téléservice : www.subventionenligne.fr. Voir fonctionnement ci-contre. Les subventions recherchées peuvent être demandées en rapport avec le secrétariat d’Etat de la Jeunesse et des Sports (Ministère de la Santé), relayé localement par les Directions Régionales et Départementales de la Jeunesse et des Sports : DRDJS et DDJS. En Picardie, le siège social de la DRDJS se trouve à Amiens.

4. FSE : Fond Social Européen Le fait que le parcours s’étale sur deux pays – la France et la Belgique – contribue à la facilité d’accès aux subventions qui se situent à l’échelle européenne. En effet, le parcours Stevenson dans le domaine Belge pourrait être valorisé par une association annexe de celle imaginée ici, implantée en Belgique mais qui aurait tout de même de solides contacts et partenariats avec l’association française. Cette coopération transfrontalière est appréciée lors de demandes de subventions européennes.

39


Ebauchee de site internet

www.avistevenson.fr


C) Autres modalités lors de la création d’une association Pour se faire reconnaître, une association a besoin de communiquer ; il lui faut donc en priorité un logo, et tout une panoplie d’outils de communication telle qu’un site internet, des brochures... Un logo a été imaginé représentant un portrait de Stevenson, un canoë en bois et le dessin d’une rivière. Le dessin en arrière plan est de Gudrun Zenner.

Une ébauche de site internet est présentée ci-contre. Un exemple de brochures est également disposé en annexe (feuillet volant).

40


Élus locaux

Acteurs du tourisme

Tables rondes

Démonstration par exposé oral

Tout autre personne interéssée par le projet

Résumé papier avec les grandes lignes du projet (sur un support de bonne qualités pour faire hésiter les gens à le jeter)

Renvoi régulier aux outils de communication (diffusion de l’adresse du site et récupération des adresses e-mail)

Questionnaire à adresser au plus grand nombre Bonjour, L’association de la valorisation du parcours Stevenson (A.V.I.S) vous présente ce questionnaire. Connaissez-vous au moins un des ouvrages de Robert Louis Stevenson ?  L’île au trésor  L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde  Voyage en canoë sur les rivières du Nord de la France De quelle nationalité est Robert Louis Stevenson ?  Français  Belge  Ecossais Connaissez-vous l’année où Stevenson a effectué son voyage en canoë ? 1876 1976 2006

Savez-vous dans quel(s) département(s) est passé Stevenson lors de son voyage ?  Le Nord  L’Aisne  L’Oise  Le Val d’Oise Pour vous l’itinérance Douce c’est :  Un parcours qui suit un itinéraire agréable accessible au plus grand nombre  Une errance organisée par des jeunes  Un produit touristique destiné aux plus âgés Avez-vous déjà entendu parler du chemin Stevenson dans le Cévennes ?  Oui, je connais  Oui, j’y suis allé  Non, ça ne me dit rien

Réponse : 1, Tous ; 2, Ecossais ; 3, 1876 ; 4, Tous ; 5, un itinéraire agréable accessible à tous


2) Ses actions L’important dans la conception de cette présente association est l’imagination des actions qu’elle prétendrait réaliser pour créer un engouement Stevenson à travers les objectifs qu’elle s’est fixée.

a) Envers les acteurs Il faut tout d’abord établir un recensement exhaustif de tous les acteurs du tourisme. Une partie a déjà était faite dans la section précédente de cet exposé mais ne prétend pas avoir tout relevé sur l’ensemble du parcours. L’aide du CRT de Picardie, qui a déjà travaillé et rassemblé bons nombres d’acteurs sur le schéma des loisirs et sports de nature, pourrait être essentielle. Pour que l’impact de l’approche de l’association envers ces acteurs soit important et pris au sérieux, il serait utile de réunir ensemble ces acteurs sur leur territoire ainsi que les élus locaux. Dans la pratique, il faudrait réaliser des tables rondes avec à la fois les acteurs du tourisme et les élus locaux ou représentants locaux. Lors de ces tables rondes, il faudrait présenter le projet sous forme d’un exposé oral avec un fort impact mais également fournir un résumé papier, puis laisser un contact viable en réaffirmant la présence du site internet pour qu’ils puissent se remémorer à leur guise le projet et voir ses avancées en temps réel. Ce qui va motiver les acteurs c’est la visibilité du bénéfice qu’ils pourraient tirer dans ce parcours. Il faut aussi mettre en avant et leur montrer l’implication qu’ils peuvent avoir dès le départ dans la globalité du projet afin qu’ils se sentent réellement acteurs du projet. Le tout entraînera une dynamique certaine.

b) Envers la population locale Pour faire accepter le projet par les pouvoirs publics, une solution peut être de faire connaître ce projet au plus grand nombre de personnes habitant le long du parcours intéressé. Techniquement, une solution moins agressive qu’une banale publicité peut être d’envoyer un questionnaire pour savoir si les gens connaissent l’ouvrage de Stevenson et le projet de valorisation. L’effet est double. D’une part les gens prendront connaissance directement du projet et de l’association, et d’autre part, si le questionnaire est rempli et renvoyé (ou que les gens répondent directement via internet), l’association pourra en tirer quelques statistiques préliminaires en guise de conclusion. Le problème est le choix de la cible de ces questionnaires. En effet, selon un calcul approximatif par canton touchant la rivière Oise (source INSEE), il y aurait plus de 110 000 logements rien que dans l’Oise (notamment dû aux grandes zones urbaines de Creil, Compiègne…). Le coût serait donc énorme par envoi postal. Pour palier à ce coût il est nécessaire que les envois soient effectués en jumelage avec d’autres informations ; par exemple des Conseils Régionaux ou des Conseils Généraux tels les magazines des départements, de tourisme (Esprit-de-Picardie, le magazine institué et supporté par le CRT Picardie) ou encore des régions…. Autres alternatives : les acteurs du tourisme cités précédemment pourraient participer localement à l’envoi et/ou à la mise à disposition de ces questionnaires (dépôt dans les offices de tourisme, les musées…). D’autres acteurs institutionnels, comme par exemple les mairies ou les communautés de communes, pourraient également relayer l’information à l’intérieur de leur propre communication. Là aussi il y aurait un jumelage de communication, et c’est là qu’il est important de faire comprendre aux jumelés que le projet pourrait être bénéfique pour leur territoire respectif.

41


Jeux en ligne de kayak

ConfĂŠrence Universitaire National Library of Scotland


Le site internet est aussi un bon outil pour faire parler du projet. Il doit fournir des informations tout en captivant l’internaute. Ceci peut passer par des jeux en ligne sur le thème Stevenson ou des vidéos en petit format pour un chargement rapide (pas plus de 10 Mo)… Il faut créer un site dynamique et attractif mais qui serait également présent sous forme de lien sur d’autres sites liés au tourisme dans les régions comme les sites de sports de nature par exemple. L’association doit être présente sur tous les outils de web 2.0 (participatif) qui existent de nos jours tel que Facebook©, Youtube©, etc l’utilité de toucher un maximum de personnes en donnant des informations en temps réel et par plusieurs voies. Il faudrait également penser à créer en annexe du site un blog mis à jour pour fidéliser le public intéressé par l’avancée du projet…

c) Envers les institutions Une solution érudite peut être envisagée pour montrer et augmenter la qualité du projet et son attrait. Des recherches universitaires pourraient être envisagées sur l’auteur et son voyage, comme cela a déjà été fait pour Jules Vernes depuis les années 90 et ce, à l’initiative de la ville d’Amiens. Des conférences et colloques augmenteraient la valeur du thème et sa crédibilité en terme culturel. Ces recherches peuvent être faites dans le cadre de projet étudiant entrant dans le cursus ou non. Par exemple, une association étudiante pourrait porter un projet qui aurait pour objectif de consulter la correspondance de Stevenson qu’a étudiée Michel Le Bris, et de ne prélever que les lettres autour du voyage. Peut-être que les étudiants devront partir en Ecosse pour consulter des archives, ce qui pourrait créer un véritable voyage universitaire ou un échange avec l’université d’Edimbourg. En compte rendu, ces étudiants pourraient organiser une conférence et, pourquoi pas publier un ouvrage concis sur la correspondance de Stevenson autour de ce voyage. L’association Stevenson aurait pour rôle de « motiver les troupes » et de chercher les subventions utiles au bon déroulement de ce projet (Cf. les subventions du Conseil Régional de Picardie sur la mobilité des étudiants, sur l’aide à la publication…). Ce genre de travail peut faire beaucoup parler du parcours Stevenson et le rendre réellement crédible dans sa mission culturelle… On l’a vu, les élus locaux et les représentants du tourisme et du patrimoine dans les collectivités locales devront être informés du projet Stevenson en même temps que les acteurs du tourisme car il ne faut pas perdre de vue que ce sont eux qu’il faut convaincre pour tout ce qui est du domaine des réalisations concrètes, c’est-à-dire en matière d’infrastructures telles que les voies vertes etc.… Il faut recenser précisément ces partenaires territoriaux et réfléchir en amont pour pallier aux difficultés des collaborations. En effet, il va falloir faire travailler ces collectivités qui parfois sont en désaccord entre elles… Peut être qu’une mise en concurrence activerait les choses. Il faut donc bien connaître chaque collectivité et consigner toutes les avancées au niveau du projet pour les montrer aux autres et leur faire comprendre le bénéfice qu’elles pourraient en avoir.

42


« les toits de tuiles semblaient escalader la hauteur l’un sur l’autre (…) mais malgré tout ils ne montaient pas au-dessus des genoux de la cathédrale qui se dressait, raide et solennelle, dominant tout. »

Source : www.ville-noyon.fr

« nous avions sous les yeux la superbe extrémité orientale du monument, la matinée entière, de la fenêtre de notre chambre »

Source : www.geoportail.fr , échelle 1 : 200

Probable vue que Stevenson a cité

Source : photographie personnelle


B – Créer un parcours Stevenson de Noyon à Compiègne en itinérance douce La concrétisation du tourisme littéraire autour de Stevenson passe par de l’itinérance douce : il s’agit de parcourir un itinéraire « en douceur » afin d’y découvrir le patrimoine de son territoire, ici en lien avec ce qu’a vécu Stevenson. Le parcours sera ponctué d’étapes pour la découverte, la restauration et l’hébergement. J’ai choisi le parcours de Noyon à Compiègne parce que c’est une région que je connais bien et que j’y ai facilement accès. Tout d’abord, voyons ce qu’il y a au sujet du parcours dans l’ouvrage de Stevenson. Ensuite, voyons comment se présente le territoire, et enfin concevons le produit touristique.

1) Ce dont parle Stevenson L’auteur écrit trois chapitres concernant le parcours qui nous intéresse : - Chapitre XVII : La Cathédrale de Noyon (6 pages) - Chapitre XVIII : En route vers Compiègne (4 pages) - Chapitre XIX : A Compiègne (6 pages) Donc, cela fait seize pages écrites à propos du sujet sur les 200 de l’ouvrage ce qui représente quantitativement 8% de l’ouvrage en termes de pages, 11% du trajet en terme kilométrique, et deux nuitées passées sur les quatorze de leur périple.

a) Cathédrale de Noyon Stevenson décrit la cathédrale avec beaucoup d’admiration. Lorsqu’il arrive dans la ville qui est située à quatre kilomètres de la rivière, il y découvre la cathédrale (la première et unique sur le chemin parcouru) en insistant sur le contraste de taille entre les maisons et l’édifice : « les toits de tuiles semblaient escalader la hauteur l’un sur l’autre (…) mais malgré tout ils ne montaient pas au-dessus des genoux de la cathédrale qui se dressait, raide et solennelle, dominant tout. »51. Il donne des précisions sur le lieu où il se loge : « L’Hôtel du Nord (…), allume ses flambeaux laïques à peu de distance de l’église, et nous avions sous les yeux la superbe extrémité orientale du monument, la matinée entière, de la fenêtre de notre chambre »52. Ceci est d’une précieuse aide pour localiser l’ancien hôtel aujourd’hui inexistant (voir ci-contre). Cet hôtel se trouvait dans la rue du Nord, l’actuelle rue du général de Gaulle. Il fait une métaphore entre la cathédrale et un vaisseau de la marine du XVIIème siècle. Il exprime aussi son ressentiment sur l’origine de la cathédrale : « la cathédrale et la rivière sont probablement les deux choses les plus anciennes à des kilomètres à la ronde, et assurément elles ont toutes deux un âge vénérable »53. Le sacristain (celui qui a le soin de préparer les objets nécessaires au culte et aux cérémonies) les emmena en haut des tours et ils virent de tout en haut les tours de Coucy-le-Château. Il décrit ensuite un office catholique dont il est le spectateur. Il fut d’ailleurs assez âpre étant donné qu’il ne partage pas cette confession. Il a été habitué à la rigueur religieuse protestante et est, depuis sa jeunesse, tenté par l’athéisme. Il garde pourtant un bon souvenir de la cathédrale (qui surpasse les souvenirs de la ville) et il conclut même par : « si jamais je me rallie à l’Eglise romaine, j’y mets comme condition d’être nommé évêque de Noyon »54 . 51

STEVENSON, Robert Louis, Voyage en canoë sur les rivières du Nord, chapitre XVII Idem 53 Idem 54 Idem 52

43


Cartes postales 1900 de Longueil-Annel

Source : www.geoportail.fr

« Le canal arrivé à sa dernière écluse se mit à décharger dans l’Oise ses maisons flottantes »

« C’est là que nous fûmes rejoint par l’Aisne »

Source : photographies personnelles


Chose remarquable pour un calviniste : il ne parle pas du fait que Noyon est la cité natale de Calvin. Ce n’est qu’en 1930, que la maison de Jean Calvin fut reconstituée par la Société de l’Histoire du Protestantisme Français.

b) Auberge à Pimprez Repartis en direction de Compiègne, les deux voyageurs essuyèrent de pénibles averses et arrivés à « une petite auberge de Pimprez où le canal côtoyait la rivière de tout près »55 ils se demandèrent s’ils n’allaient pas abandonner le périple « C’en était de trop. (…) Un autre jour de pluie, c’était décidé, on embarquait les bateaux dans le train ». Et comme par hasard, ils n’eurent plus de pluie « Le temps compris l’intimation. Ce fut notre dernière douche »56. Après Pimprez, l’auteur explique que le paysage leur réapparut car les berges étaient moins hautes qu’auparavant et les bois plus clairsemés. Il y avait « de riantes collines [qui] se dressaient suivant son cours et dessinaient leur profil à l’horizon ». L’auteur parle ici du massif de Thiescourt et du mont Ganelon pour la rive Ouest, et des monts Rond Buisson, mont des Singes, mont Renard, mont Saint-Mard et des Beaux-Monts pour la rive Est. Voir carte en relief page 46. Il parle également de l’endroit où l’Oise rejoint le Canal : « le canal arrivé à sa dernière écluse se mit à décharger dans l’Oise ses maisons flottantes » Cette intersection se trouve à Longueil-Annel mais plus exactement au même endroit où Stevenson passa. En effet, en 1890, l’Oise a été détournée de quelques centaines de mètres car elle détruisait les berges face à elle. (Voir schémaci-contre) (D’ailleurs lors des inondations de 1993, la rivière reprit son lit initial.) Lorsque l’Aisne rejoint l’Oise, juste avant Compiègne, sur la commune de Choisy-auBac, Stevenson disserte sur cette jonction : « C’est là que nous fûmes rejoint par l’Aisne, qui avait déjà beaucoup voyagé, mais fraîche issue de Champagne. Ici finissait l’adolescence de l’Oise ; c’était le jour de ses épousailles. Dès lors, elle s’avança pleine jusqu’aux bords d’une progression majestueuse, consciente de sa dignité (…). Elle portait les canoës sur sa large poitrine. (…) On allait droit au but, en plongeant la rame, tantôt à droite, tantôt à gauche, machinalement et sans efforts. (…) Nous descendions vers la mer comme dans un fauteuil. »57

c) Compiègne et son hôtel de ville Compiègne avait « une élégante silhouette de ville au-dessus de la rivière. Au-delà du pont, un régiment défilait au son du tambour. Des gens flânaient sur le quai, les uns pêchant, les autres contemplant, oisifs, la rivière. »58. Le décor est planté, après une paisible descente de l’Oise, les voilà arrivés dans une ville, où il y avait une présence militaire. Stevenson décrit d’ailleurs ces militaires en critiquant leurs allures (voir dans la première partie de l’exposé). Il décrit également sa rencontre avec une jeune anglaise, pensionnaire en France qui avait en quelques sortes, « le mal du pays » et Stevenson dit d’elle : « Je n’ai jamais oublié cette jeune fille et je pense qu’elle mériterait presque qu’on lui élevât une statue. L’appeler jeune demoiselle, avec toutes les futiles associations d’idées que suggère ce terme, serait lui faire injure. (…) Elle n’aura pas vécu en vain pour son pays natal. ». C’est la deuxième fois que 55

Ibid, Chapitre XVIII Idem 57 Idem 58 Ibid., Chapitre XIX 56

44


Cartes postales 1900 de l’hôtel de ville de Compiègne

Les fameux Picantins de l’hôtel de Ville. Chers au cœur des compiégnois, les Picantins, probablement installés audessus de l'horloge de l'Hôtel de Ville vers 1530, doivent leur dénomination à la prononciation picarde, transformant les mots "pique en temps" en picantin. Source : www.horloges-huchez.fr/pop28.html (Maître d’ouvrage de la restauration des Picantins)


l’auteur rencontre une anglaise expatriée (la première fois était en Belgique), et cela montre qu’il y avait de relatifs déplacements en Europe. C’est surtout par rapport à son hôtel de ville que Stevenson se rappelle de Compiègne. « A Compiègne, l’hôtel de ville faisait mes délices. C’est un monument de gothique flamboyant tout décoré de tourelles, de gargouilles, de dentelures et attifé d’une demidouzaine de figures architecturales fantaisistes. Plusieurs niches sont dorées et peintes et au centre, en relief noir sur le champ d’or, la statue équestre de Louis XII ». On apprend ici que la façade était peinte et dorée, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Mais ce qui fait l’étonnement de l’auteur, ce sont les automates se trouvant au sommet de la tourelle centrale : « trois petits personnages mécaniques, chacun armé d’un marteau. Leur occupation est de carillonner les heures, les demies et les quarts pour les bourgeois de Compiègne. (…) Quand le quart approche, ils tournent la tête et se regardent entre eux d’un air entendu, et alors : ding ! font les trois marteaux sur trois petites cloches. J’ai pris beaucoup de plaisir salutaire à leurs manœuvres et j’ai eu grand soin de manquer le moins possible de leurs manifestations.». Autre moment moins distrayant, celui ou ils allèrent au bureau de poste ou « un gros paquet de lettres les attendait ». Ce passage est un tournant du voyage. « De sorte que l’on peut dire que notre voyage se termina par ce sac de dépêches de Compiègne. Le charme était rompu. Dès cet instant, nous étions déjà à demi de retour chez nous. ». Il continue ensuite à disserter sur ce fait et les lettres ont l’air de fortement le déranger. C’était le 9 septembre 1876 (comme l’indique Michel Le Bris dans la biographie de l’auteur). Enfin l’auteur termine par un sentiment de changement dans le voyage. Outre les nouvelles reçues de sa famille qui lui ont coupées la sensation d’éloignement et de congé dans sa vie (sa recherche du vagabondage), il constata que Compiègne « était devenue une si grande ville » que personne ne se soucia de leur départ, contrairement à tout ce qu’ils avaient vécu dans les petits villages (les départs triomphant, le sentiment d’être une célébrité, une curiosité…).

2) Repérage technique Afin de créer un produit touristique littéraire il faut bien connaître ce dont parle l’auteur – ce qui vient d’être fait – et bien connaître le terrain actuel. C’est pour cela que j’ai réalisé un repérage technique, d’après l’exemple de celui fait dans l’Aisne.

a) Carte Se reporter aux cartes en annexe n°1 (Repérage technique) à la fin du dossier. Le parcours se situe, non pas le long de l’Oise, mais le long du canal. Le long de l’Oise, il ne figure pas toujours de chemin pédestre. Régulièrement ce sont les champs et les prairies inondables qui s’y terminent. Le chemin du halage forme une bonne solution technique pour les randonnées. Le trajet de la cathédrale de Noyon au Pont de Compiègne s’étend sur 27 kilomètres le long du canal. Cependant, plusieurs tronçons sont devenus impraticables (effondrement des berges, insécurité) entre Janville et Clairoix. Lors du tracé de l’itinéraire, des solutions de contournement devront être prises. Les cartes du document annexe continuent après Compiègne car l’ARC (l’Agglomération de la Région de Compiègne) a réalisé des pistes cyclable le long de l’Oise ; il a donc était facile de les répertorier sur le document (10 kilomètres de Compiègne à Lacroix-Saint-Ouen). 45


Carte du relief et de l’hydrographie du parcours

source : www.geoportail.fr


Ce repérage technique complète celui réalisé par le CDT de l’Aisne, ainsi c’est presque 110 kilomètres sur 280 qui sont finement analysés.

b) Communes et Communautés de communes traversées Afin de réaliser ce tracé de presque 30 kilomètres nous allons répertorier ici les partenaires territoriaux qui seront traversés par l’itinéraire. Trois communautés de communes sont concernées : - Le pays du Noyonnais - La communauté de communes des deux Vallées (CC2V) - L’agglomération de la région de Compiègne (ARC) Vingt cinq communes concernées qui sont : - Brétigny - Appilly - Varesnes - Morlincourt - Pontoise-lès-Noyon - Noyon - Pont-l’évêque - Sempigny - Passel - Chiry-Ourscamp - Ourscamp - Pimprez - Bailly - Ribécourt-Dreslincourt - Béthancourt - Saint-Léger-aux-bois - Montmacq - Thourotte - Le Plessis-Brion - Longueil-Annel - Janville - Choisy-au-Bac - Clairoix - Margny-lès-Compiègne - Compiègne

3) Mise en place Pour présenter la conception du produit de tourisme littéraire, nous allons tout d’abord définir ce qu’est l’itinérance douce, ensuite cibler la clientèle visée et enfin, concrétiser en présentant le produit en lui-même ainsi que son fonctionnement.

46


Source : Observatoire régional du tourisme. Etude d’image et de notoriété de la Picardie

Source : CDT Oise


a) Fonctionnement de l’itinérance douce La notion d’itinérance douce a été inventée par des témoignages lors d’enquêtes de clientèle pratiquant des courts séjours en Ardèche. Le développement du phénomène “court séjour” a créé cette envie de découvrir une région dans sa globalité, donc d’y faire de l’itinérance, mais dans un esprit de découverte agréable du patrimoine naturel et architectural et de bien-être (ressourcement par le sport, etc.….) ce qui a produit cette notion de douceur, de tranquillité, de détente. Source des témoignages : enquêtes de satisfaction du Comité Départemental de Tourisme de l’Ardèche auprès de visiteurs en court séjour (2005) : « Nous sommes venus pour nous détendre et profiter des sites ardéchois, juste avant les journées courtes de l'hiver. En fait, nous nous sommes surpris par notre volonté de... ne rien faire ! Après nous être ressaisis, au matin du troisième et dernier jour, nous avons effectué une randonnée cyclo sur les crêtes cévenoles. Nous avons parcouru environ 20 kilomètres... en nous arrêtant une dizaine de fois. L'effort physique a donc été limité mais nous avons improvisé une sorte “d'itinérance douce” qui devait en fait répondre à nos besoins. Bravo pour vos guides et vos paysages somptueux ! » Un groupe d'amis venant de Lyon et Villeurbanne : « Pour moi, un court séjour en Ardèche, c'est avant tout un léger break pour déstresser. Je refuse de “crapahuter” comme en vacances. Je veux juste des propositions reposantes pour des escapades d'une à trois heures maximum. De la balade en douceur avec des pauses régulières pour sentir et comprendre les parfums du printemps, pour que l'on m'explique l'origine du nom de tel ou tel lieudit ou l'architecture d'une ferme ou d'un château se dressant face à moi. » explique Laurent, ingénieur à Grenoble.

Dans notre cas, les séjours proposés (une, deux ou trois nuitées) s’équilibreront sur des trajets en tenant toujours compte de l’aisance physique sollicitée. Le patrimoine à visiter est de deux types : naturel bien sur, avec les marches le long du canal et les randonnées en canoë sur la rivière, mais aussi matériel : la Cathédrale de Noyon, l’Abbaye d’Ourscamp, la Cité des bateliers, l’Hôtel de ville de Compiègne. La notion de revivre ce qu’a vécu Stevenson ne sera pas que marketing. Il faut pouvoir donner aux clients la sensation de découvrir ce qu’il a découvert, de faire les efforts qu’il a fait, etc….

b) Cible Quel sera le type de clientèle de ces itinérances douces ? La Picardie a cette caractéristique touristique d’être une destination de court séjour ; en moyenne les séjours durent 3 jours en Picardie. Selon une étude de l’observatoire régional du tourisme, la proposition de séjour en Picardie qui arrive en tête est la découverte du milieu naturel et en second la découverte du patrimoine architectural. Notre proposition de séjour offre les deux à la fois. Dans l’Oise la fréquentation touristique est composée de 78% de français et 22% d’étrangers, dont 38% d’Anglais, ce qui confère à notre thème sur un auteur d’Outre-manche un attrait notable. En terme de chiffres il y a eu en 2007, 265 820 nuitées dans le secteur « NoyonnaisCompiégnois », ce qui montre qu’il y a une certaine activité touristique déjà implantée. Et en termes de billetterie, la part de fréquentation des sites pour le secteur Noyonnais-Compiégnois

47


L’abbaye d’Ourscamp

source : www.serviteur.org


est de 30% (avec plus de 300.000 visiteurs) du total de l'Oise. Les premiers sites visités de ce secteur sont le Château de Compiègne et la Clairière de l’Armistice à Rethondes. Pour notre projet, la clientèle visée reste assez sportive car il ne faut pas oublier qu’il s’agit de naviguer sur l’Oise en Canoë, ce qui exclut partiellement le tourisme des seniors. Cependant, ce tourisme est tout à fait adapté à celui de la famille, de couples et de groupes d’amis.

c) Produits finis Plusieurs produits vont être présentés dans cette partie, cela donne une flexibilité, un choix par rapport au nombre de nuitée à passer. Ce produit s’inscrit dans un schéma ressemblant aux courts séjours de la destination « Oise » que propose le CDT de l’Oise. Ils se composeront donc d’activités, de déjeuners en restaurants et de nuitées en gîtes. Les tarifs proposés pour ces Week-end et séjours dans l’Oise vont de 74 € par personne (par exemple : « Récréation champêtre à la Villa des Iris») jusqu’à 185 € (par exemple : « Somptueuse pause au château de Montvillargenne ») pour deux jours d’activités et une nuitée. La fourchette de prix est large mais il faut garder à l’esprit qu’il n’y a pas de résidence de « charme » ou de « luxe » sur le parcours.

1. Les produits On aura donc trois produits sur le thème de Stevenson : - 4 jours / 3 nuits « Revivez le périple en canoë de Robert Louis Stevenson » : 260 € par pers. - 3 jours / 2 nuits « A la découverte du parcours “Robert Louis Stevenson” » : 170 € par pers. - 2 jours / 1 nuit « Week-end Stevensonnien » : 120 € par personne 1.1 Partenaires

Du patrimoine : A Noyon, le service d’Animation du Patrimoine – dirigé par Aurélie Dupont – a pris connaissance du projet et a donné son accord pour une éventuelle réalisation de visites guidées (par des guides conférenciers) sur le thème de Stevenson. Comme Noyon est une ville d’Art et d’Histoire, il a dû être trouvé une citation littéraire pour figurer sur les brochures type « laissez-vous conter Noyon », et cette citation est de Stevenson, ce qui montre que le service connaissait déjà l’auteur et son ouvrage. A Chiry-Ourscamp, l’Abbaye d’Ourscamp organise des visites guidées ou libres toute l’année de 9h à 12h et de 14h jusqu’à 18h sauf le lundi. En face de l’abbaye se trouve désormais un point d’informations touristiques faisant partie de la CC2V (Communauté de Communes des Deux Vallées). A Longueil-Annel se trouve la cité des bateliers. Cet espace scénographique est composé d’une Maison Musée, de la Péniche Musée « Freycinet » et de Kiosques sonores le long des berges du canal. A Compiègne, des visites guidées sont organisées par l’office du tourisme. Il existe des visites guidées pour individuels mais je n’ai eu que peu d’informations vis-à-vis de cet élément. Je ne sais donc pas si l’office du tourisme serait prêt à faire une visite thématique Stevenson centrée sur l’hôtel de ville.

48


Le Mont Ganelon est la colline en arrière plan de Longueil-Annel Source : Photographie personnelle

Détails/séjours Visite de Noyon

Séjours 1 nuitée

Séjours 2 nuitées

Séjours 3 nuitées

5€

5€

5€

Repas à Noyon Repas à Pont l’Evêque

30€ 25€

25€

Gîtes à Brétigny Canoë S1

25€ ou 0€ 30€

25€

Canoë S2

20€

Canoë S3 (jour 2)

18€ ou 15€

Canoë S3 (jour 3)

24€ ou 15€

Panier repas en canoë jour 2

10€

Panier repas en canoë jour 3

10€ 10€

Visite de l’Abbaye d’Ourscamp

5€

5€

Gîte à Chiry-Ourscamp

30€

30€

Location VTT

10€ ou 0€

Gîte Longueil-Annel

30€

30€

30€

Cité des bateliers

5€

5€

5€

Repas au Lion d’Or

25€

Visite de Compiègne

5€

25€ ou 0€ 5€

5€

Repas au Bistrot de Flandres

30€

25€

Retour en voiture CC2V

5€

5€

170€

260€ ou 232€

Total (prix par personne)

120€


Sportif : -

Domaine de Pimprez, location de canoë-kayak. Domaine de pêche de Pimprez, Picardie loisirs détente, rue des Ecazieux 60170 PIMPREZ

Hébergements : - La Ferme des 4 Vents : gîte rural à Saint-Hubert sur la commune de Brétigny-surOise. www.gite-saint-hubert.com (1070 Rue Saint-Hubert – Ferme Belle Vue des 4 Vents – 60400, Brétigny-sur-Oise) - Gîte de Monsieur et Madame Guenaff à Chiry-Ourscamp (24 rue du Chêne 60138 Chiry-Ourscamp) - Gîte de Monsieur et Madame Benattar à Longueil-Annel. Labellisé gîte au jardin. http ://giteannabelle.free.fr (3 rue de la Mairie, 60150 Longueil-Annel).

Restaurations : - Auberge de la Cathédrale. Un décor classique et soigné. 1, Boulevard Mony 60400 Noyon. www.aubergedelacathedrale.fr - Auberge de Pont l’évêque. Cuisine traditionnelle, auberge de village avec salle en mur de pierre. 1 Rue Jeanne d’Arc 60400 Pont l’évêque. - Le Lion D’Or à Longueil-Annel. Accueil Chaleureux. 552 Avenue Libération 60150, Longueil-Annel. - De nombreux restaurants au choix à Compiègne. Le CDT travaille déjà avec « Le Bistrot de Flandres ». Brasserie de luxe, cuisine traditionnelle. 2 rue d’Amiens – 60200 Compiègne. 1.2 Tracés

Le but étant de faire revivre ce qu’a vu Stevenson et décrit sur les trois chapitres, le tracé du parcours se fera donc au maximum sur l’Oise. Mais il y a la contrainte de ne pas trop faire d’effort dans le cadre de l’idée d’itinérance douce, c’est pour cela qu’il est utile de parfois raccourcir le chemin par voie pédestre le long du canal latéral à l’Oise. Une autre contrainte réside dans l’insécurité et les éboulements du chemin du halage entre LongueilAnnel et Compiègne ce qui oblige le parcours à emprunter un itinéraire quelque peu éloigné de l’Oise. Ceci pourrait tout de même être compensé du fait que Stevenson parle de cet endroit car il est surélevé et forme une colline : « de riantes collines se dressaient suivant son cours et dessinaient leur profil à l’horizon ». Le cadre est quand même appréciable et la notion de patrimoine naturel reste entière lors de la traversée du mont Ganelon. Voir cartes en annexe n° 2 accompagnées des descriptifs détaillés des trois itinéraires. 1.3 Prix

Le plus long séjour est estimé à 260 €, le séjour moyen à 170 € et le plus court à 120 €. Ce ne sont que des estimations d’après les renseignements trouvés (brochures, site internet…). L’ambiguïté réside quant aux prix des repas. Une estimation a était réalisée sur la base de minimum 25 € par personne pour l’Auberge de Pont l’évêque et du Lion d’Or, et de 30 € pour le Bistrot de Flandres. Tous les prix sont détaillés dans le tableau ci-contre.

49


Ebauche de promotion sur une copie d’une page du catalogue « Week-end et court séjour » du CDT de l’Oise.

120 €

« Week-end Stevensonnien »

Envie de de suivre les traces de Robert Louis Stevenson ? Ce séjour vous fera revivre les péripéties que l’écrivain écossais a consignées dans son ouvrage Voyage en canoë sur les rivières du Nord de la France. Vous visiterez Noyon, la Cité des bateliers ainsi que Compiègne avec le regard de l’auteur de l’île au trésor. Ces visites seront entrecoupées d’un périple de 16 kilomètres en canoë sur l’Oise. Vous découvrirez ainsi trois types de patrimoines différents : littéraire, bâti, et naturel. Ce qui permet d’allier la culture, le sport et la nature.

L’alliance de la culture, du sport et de la nature.

Gîte de Longueil-Annel

La visite guidée de Noyon Le repas à l’Auberge de Pont l’Evêque La location de canoës La nuit en gîte à Longueil-Annel La visite de la Cité des bateliers Le repas au Lion d’Or à Longueil-Annel La visite guidée de Compiègne

120 €


2. Communication Il s’agira maintenant de vendre ce package touristique. La principale idée et de le faire paraître sur les brochures éditées par le Service Loisir Accueil du CDT de l’Oise. Il faudra également en faire la présentation dans les offices du tourisme le long du parcours (Noyon, Point d’informations CC2V, Compiègne). 2.1 CDT Oise

En reprenant le modèle et la charte graphique des « Week-end et courts séjours » du CDT de l’Oise, une maquette de présentation a été conçue (voir ci-contre). 2.2 Brochure

Pour faire figurer les séjours plus précisément dans les offices de tourisme, une brochure a été imaginée également. Celle-ci comporte des feuillets descriptifs avec cartes, adresses, contacts, prix et descriptions tel que le plan marketing du plan TAC du CRT de Picardie le propose (citations d’acteurs, sentiment de proximité, de chaleur humaine…). 2.4 Affiche

Pour lancer le produit, des affiches peuvent être créées afin de faire connaître l’existence du parcours à la population locale. Celle-ci pourra être vecteur de publicité (beaucoup ne connaisse pas le service de location de canoë sur l’Oise du domaine de Pimprez par exemple). 2.3 Site internet

Il est utile de faire connaître le circuit par plusieurs et divers supports de communication. On note de plus en plus la nécessité de figurer sur internet. Ici la communication publicitaire est déjà réalisée par le biais du CDT qui affichera le séjour sur son site, mais pour compléter ce moyen de communication, il pourrait être mis en place un autre moyen marketing : le blog. Il serait avantageux que les hébergeurs disposent d’une connexion internet afin que les clients puissent déposer volontairement des photos, vidéos et des commentaires « à chaud » sur un blog spécialement dédié aux parcours. C’est de la publicité participative. Le concept de suivre par exemple ‘en direct’, ‘au jour le jour’ l’avancée des vacances de personnes que l’on connait, de groupe d’amis, est en vogue, pour preuve l’existence et l’engouement de Facebook©. Les clients pourraient également montrer plus clairement ce qui ne va pas sur le circuit. Ce blog pourrait donc faire office de questionnaire de satisfaction.

50


Pour que ce projet ne reste pas vain, ne soit pas ranger dans un placard, sans utilité, j’ai choisi de mettre l’intégralité du projet en ligne, en libre accès ou téléchargeable. A plusieurs reprises, les contacts que j’ai eu m’ont encouragé pour ce projet en expliquant que le tourisme autour de Stevenson était envisageable et intéressant.

Remerciements Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont contribué à ce projet tutoré, notamment les personnes qui m’ont reçues : - Sandrine Lairé, du centre d’interprétation « la maison de Marie-Jeanne » à Alaincourt ; - Rémy Delmet, du musée « la Cité des Bateliers » à Longueil-Annel ; - Aurélie Dupont, de l’Animation du patrimoine de Noyon ; et, - Marion Trévisi, tutrice de mon projet.


Bibliographie  STEVENSON, Robert Louis, An Inland Voyage, éditions Dodo Press, non daté  STEVENSON, Robert Louis, Voyage en canoë sur les rivières du Nord de la France et de la Belgique, éditions d'Aujourd'hui – collection « les introuvables », 1980 Introduction, notes et traduction de Léon Bocquet Avant propos de Robert Josse (400 exemplaires)  STEVENSON, Robert Louis, Essai sur l’art de la fiction,  STEVENSON, Robert Louis, A travers l’Ecosse, préface de Michel Le Bris, édition Complexe, 1992  STEVENSON, L'île au trésor, Dr Jekyll et M. Hyde, Oeuvres complètes, I, « bibliothèque de la Pléiade », éditions Gallimard, 2001 (traduction de « An Inland Voyage » par Laurent Bury)  CHESTERTON, G.K, Robert Louis Stevenson, traduction par Maurice Le Péchoux, Editions L'age d'homme, 1994  Europe, revue littéraire mensuelle, Robert Louis Stevenson, mars 1994  NAUGRETTE, Jean-Pierre, Robert Louis Stevenson L'aventure et son double, Presse de l'Ecole Normale Supérieur, 1987  Mc CEARNEY, James, Le pays Stevenson, édition Christian de Bartillat, collection « Gestes », 1995  LE BRIS, Michel : Pour saluer Stevenson, Flammarion, 2000  LE BRIS, Michel : R. L. Stevenson ; Les années bohémiennes ; 1850/1880, NiL éditions, 1994  JACQUETTE, Rodolphe, Tusitala la vie aventureuse de R.L. Stevenson, édition Seghers, 1980 (chapitre III : « Cigarette » et « Aréthuse » : paraphrase de l’ouvrage de Stevenson avec plusieurs erreurs)  LE SUEUR, Bernard, Mariniers : Tome 1, Histoire et mémoire de la batellerie artisanale, 2004

51


Annexe n째 n 째1


Annexe n째 n 째2


« WeekWeek-end Stevensonnien »

Trajet en voiture Trajet en canoë Lieu de visite

Lieu de restauration

Lieu d’hébergement

Echelle : 2 km Carte : Google Map

Jour 1 : 10h : Visite de Noyon (1h30) --> En voiture Noyon -> Pont l’Evêque 12h : Repas à Pont l’Evêque l’Evêque---> En voiture : Pont l’Evêque -> Bailly 14h : Canoë à Bailly (16km) 17h30 : Navette, retour jusqu‘à la voiture laissée à Bailly --> Longueil--Annel Bailly -> Longueil Longueil--Annel 18h : Arrivé au gîte de Longueil Jour 2 : 10h : Visite de la Cité des bateliers 12h30 : Repas au Lion d'Or Longueil--Annel ---> Longueil > Compiègne 15h : Visite de Compiègne (1h) 16h : Départ des clients.


« A la découverte du parcours Robert Louis Stevenson » Trajet à pieds Trajet en voiture Trajet en canoë

Jour 1 Visite 10h : V isite de Noyon (1h30) 12h30 : Déjeuner à l’Auberge de Pont l’Evêque 15h : Marche jusqu'à Chiry ourscamp (7km) 17h : Visite de l'abbaye d’Ourscamp Chiry--Ourscamp 18h30 : Nuit au gite de Chiry

Lieu de visite

Lieu de restauration

Jour 2: Longueil--Annel avec 10h : Canoë jusqu'à Longueil paniers repas ( 23 km) 16h : Visite de la Cité des bateliers Longueil--Annel 18h : Nuit au gite de Longueil

Lieu d’hébergement

Echelle : 2 km Mont Ganelon Carte : Google Map

Jour 3: 10h : Traversée du Mont Ganelon à Pied 12h30 : Déjeuner au « Bistrot de Flandres » à Compiègne 15h : Visite de Compiègne (1h) 16h : Retour à Noyon par une navette de la CC2V Départ 16h30 : D épart des visiteurs


« Revivez le périple en canoë de Robert Louis Stevenson » Trajet à pieds Trajet en voiture

Jour 1 Visite 10h : V isite de Noyon (2h) 12h30 : Déjeuner à l’Auberge de la Cathédrale 15h : Marche le long du canal (11 km) 17h30 : Arrivé augite de Brétigny

Trajet en canoë Trajet en VTT Itinéraire secondaire Lieu de visite

Lieu de restauration Jour 4 : Lieu d’hébergement Mont Ganelon

Echelle : 2 km Carte : Google Map

10h : Traversée du Mont Ganelon à Pied(2h) 12h30 : Déjeuner au « Bistrot de Flandres » à Compiègne 15h : Visite de Compiègne(1h) 16h : Retour à Noyon par une navette de la CC2V Départ 16h30 : D épart des visiteurs

Jour 2 10h : Canoë de Varesnes jusqu’à - soit l'écluse de Pont l‘Evêque puis, déjeuner à l’Auberge de Pont l'évêque puis marche le long du canal jusqu’à Ourscamp (4km) - soit jusqu'à Ourscamp (panier repas - 20km) 16h30 : Visite guidée de l'abbaye d'Ourscamp Chiry--Ourscamp 18h : Nuit en gîte à Chiry Jour 3 10h : Canoë d’Ourscamp jusqu’à -soit Pimprez(5km) puis en VTT le long du Longueil--Annel (10km) et canal jusqu'à Longueil déjeuner au « Lion d'Or » (vers 13h) Longueil--Annel avec panier repas -soit jusqu'à Longueil (23km) 15h30 : Visite de la Cité des bateliers Longueil--Annel 17h : Nuit au gite de Longueil


Ebauche de brochure Feuillets volants


Connaissiez-vous Connaissiezl’A.V. I.S. ?

Connaissiez-v Connaissiezvous le voyage de RobertRobert-Lou ouis Stevenson ?

www.avistevenson.fr contact@avistevenson.fr

C’est ce célè célèbre auteur ayant écrit L’île au tréso sor et L’étrange cas

du Docteur Jekyll ll et de Mister Hyde qui a réalisé un voyage vo en canoë en compagnie de l’un l’u de ses amis (Walter Simpson) n) en septembre 1876. Ce fut un périple de vagabonds où la mise par écrit est remplie de péripéties pé et de descriptions parfoi fois pointilleuses de ce Nord de la France Fr à la fin du XIXème.

Avec l’A.V. I.S., revivez bientôt le périple de Stevenson en canoë ou par tout autre moyen que vous propose l’itinérance douce !

« La rivière serpentait se parmi les collines basses, de sorte so que parfois nous avions le soleil derriè rière nous, parfois droit devant nous. Et, sous nos yeux, elle formait une nappe de lumière lu d’un éclat éblouissant. Des pra rairies et des vergers, bordés de roseaux et de fleurs aquatiques, dévalaient aux deux rives r de l’eau (…). Un ciel nu sans nuage. L’atmosphère, L’ après la pluie, était d’une limpidité lim ravissante. La rivière faisait des détours parmi les hauteurs, coulée brillante de verre miroitant, et les ram ames, plongeant en ses profondeurs, imprima imaient un frisson aux fleurs de ses rives. »

A.V. I.S. I. S. Association pour la valorisation de l’Itinéraire Stevenson

Cette association a pour but de promouvoir un tourisme littéraire en rapport avec le voyage en canoë qu’a réalisé Robert Louis Stevenson en 1876 et avec l’ouvrage qu’il a publié en 1878 : Voyage en

canoë sur les rivières du Nord de la France..


Où Stevenson nous nou emmene-t-il ? En Belgique

Localités citées dans l’ouvrage : Docks d’Anvers Le Rupel Boom Willebroeck Vilvorde Laeken Bruxelles.

Dans le Nord d et e dans l’Aisne

Localités citées dans l’ouvrage : Maubeuge Hautmont Quartes Pont-sur-Sambre Landrecies Etreux

Tupigny Vadencourt Saint-Quentin Origny-Sainte-Benoîte Moy La Fère Forêt de Saint Gobain Chauny.

Dans l’Oise et le Val d’Oise

Localités citées dans l’ouvrage : Noyon Coucy le Château Pimprez Compiègne

Verberie Pont-Sainte-Maxence Creil Précy-sur-Oise L’Isle Adam Pontoise


projet Stevenson  

Projet tutoré réalisé par un étudiant de l'Université de Picardie Jules Vernes dans le cadre de sa licence professionnelle patrimoine, touri...

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you