Page 1

En immersion chez A. Lange & Söhne

Horlogerie et e-commerce

L'été du sponsoring horloger

La manufacture allemande accueillera huit chanceux collectionneurs durant deux jours en novembre à Zurich. Tentez votre chance!......p.8

Les ventes digitales dans les ventes en ligne constituent une étape importante mais douloureuse pour le secteur horloger suisse..............p.20

Entre l'Euro et les Jeux Olympiques les logos de marques suisses seront omniprésents. Que reste-t-il aux plus petites sociétés?..............................p.22

EUROPA STAR PREMIERE LE JOURNAL DE L’ÉCOSYSTÈME HORLOGER SUISSE

NO 3 (Vol.18) | 6.00 CHF € | GENÈVE, LE 10 JUIN2016 | EUROPASTAR.COM

ISSN 297-4008

ÉDITORIAL

par Serge

Maillard

Les temps sont durs pour les fournisseurs horlogers: plusieurs réductions d’effectifs ont été rendues publiques suite à la baisse de la demande globale de montres, qui impacte toute la chaîne de production. Dans un contexte morose, un salon professionnel semble plus important que jamais: il s’agit de communiquer, de gagner la bataille de la visibilité, de présenter des innovations. Et surtout, de convaincre les marques de miser sur le long terme, de ne pas tout jeter à la mer lorsque le gros temps arrive. L’industrie horlogère est fortement cyclique, sujette aux soubresauts géopolitiques, financiers et à ses propres démons: la décennie bénie des années 2000 s’est achevée sur une crise puis une reprise impressionnante, celle des années 2010 ne semble pas devoir faire exception – avec un pronostic médical partagé entre ralentissement conjoncturel et déficiences structurelles. C’est dans cette atmosphère tendue que s’ouvre le salon EPHJ-EPMT-SMT, qui constitue pour sa part un vrai succès entrepreneurial au service de l’industrie horlogère, ayant résisté aux tentations de grandir de manière démesurée et conservé ainsi un aspect démocratique qui a préservé sa crédibilité et sa légitimité. Des stands limités, ce qui permet d’accueillir une grande variété d’acteurs, 867 l’an passé. Preuve du succès, neuf exposants sur dix reviennent l’année suivante en moyenne, au point que les capacités maximales ont été atteintes. Mais pas question de changer la recette, assurent les organisateurs. En parallèle, la tendance est aussi à la connexion entre acteurs de la sous-traitance: en mélangeant de manière très

originale ces trois pôles de compétence technique que sont l’horlogerie-joaillerie, les microtechnologies et les medtechs, les organisateurs voulaient dès le départ promouvoir des échanges pas forcément spontanés. Et les exposants commencent, bon gré mal gré, à interagir, voyant le potentiel de croissance hors de leur marché traditionnel et les risques à se consacrer à une seule industrie, d’autant si celle-ci est en baisse de régime. Une dynamique qui doit permettre de stimuler la créativité. La levée de 23 millions de francs par Preciflex et son entité sœur, la marque horlogère HYT, qui pourrait leur permettre d’exploiter à terme leurs technologies fluidiques dans le secteur médical, n’est qu’un exemple de cette dynamique. Les technologies médicales pourraient d’ailleurs se lier inexorablement au destin de l’horlogerie – ou si l’on veut bien, à l’objet que l’on portera autour d’un poignet... Si les extensions des fonctionnalités du smartphone que l’on trouve sur les montres connectées, comme la lecture de SMS, ne présentent actuellement pas une valeur ajoutée mainstream, l’horizon médical de ces outils est tout autre. Nokia, qui a raté la révolution des smartphones, est en train de se relancer dans le domaine de la santé et vient de racheter le fabricant de montres connectées Withings. IBM, de son côté, entend exploiter le Big Data médical via son outil phare Watson, qui est en cours d’intégration sur l’Apple Watch. Les sous-traitants horlogers suisses doivent rester vigilants quant à ces développements, quitte à sortir de leur stand et faire quelques pas dans les couloirs du salon pour dialoguer avec leurs 270 confrères spécialisés en medtechs présents! Dossier spécial en page 12

DR

Sous-traitants, mélangez-vous!

Patek Philippe: la manufacture dans la manufacture par

Pierre Maillard

Le fameux slogan de Patek Philippe – «Jamais vous ne posséderez complètement une Patek Philippe. Vous en serez juste le gardien, pour les générations futures.» – oblige son auteur à s'y conformer. Au risque, dans le cas contraire, à ce que cette affirmation péremptoire ne sonne que comme une ligne marketing parmi tant d'autres. La meilleure façon pour se rendre compte si cette promesse de pérennité est tenue n'est-elle pas d'aller regarder de plus près comment une Maison comme Patek Philippe gère ses services d'après vente? Une visite qui en vaut mille et dont on ressort, avouons-le, passablement estomaqué! Suite en page 2

PUBLICITÉ

Trouver le polisseur qualifié est affaire d’expérience

EmbracE timE Our story, our brand, our passion. carole & Pierre Dubois

T : +41 58 307 21 00 geneve.horlogerie@manpower.ch www.manpower.ch

Créateur de solutions pour l’emploi depuis plus de 55 ans

Ann_EuropaStar_98x64mm_03.16_c.indd 1

13.05.2016 08:42:43

Europa Star Premiere 3-16