Page 1

(P21) DOSSIER

Aide-mテゥmoire des dispositifs rテゥgionaux pour les

LYCテ右NS ET APPRENTIS

82 AU TO M N E 2 012


Sommaire

n° 82 / Automne 2012 04

VOTRE RÉGION

04

ActualitĂŠs

07

Économie

14

DĂŠveloppement durable

16

SantĂŠ

18

Éducation & Formation

P.7 - ADEO, sĂŠcuriser les parcours professionnels des travailleurs prĂŠcaires

21

Aide-mĂŠmoire des dispositifs en faveur des lycĂŠens et des apprentis

N

MO

TREMPLIN POUR

RÉUSSIR

P.19 - StudĂŠO2, Votre tremplin pour rĂŠussir

27

DOSSIER

P.21 - LycĂŠens et apprentis, les aides de A Ă Z

ART DE VIVRE

27

Gastronomie

28

DĂŠcouverte

32

Jeunesse et Sport

34

Culture

36

Sortir

42

Expression politique

P.27 - Le cidre des Ardennes

P.28 - La Champagne-Ardenne, une rĂŠgion Ă la page

%JSFDUFVSEFMB1VCMJDBUJPOø+FBO1BVM#"$):t3�EBDUFVSFODIFGø$ISJTUPQIF/0´-t4FDS�UBJSFEFS�EBDUJPOø"OOBCFMMF#3*%&t$PNJU��EJUPSJBMø9BWJFS"-#&35*/*  +FBO$MBVEF%"/*&- 1BTDBM&33& :WFT'063/*&3 0MJWJFS(*3"3%*/ ,BSJOF+"33: ²SJD-0*4&-&5 .BSJF5I�SÒTF-6$"4 4POJB."3$&-05t$PODFQUJPOS�BMJTBUJPO )PSJ[PO#MFVt²EJUFVS3�HJPO$IBNQBHOF"SEFOOFo SVFEF+�SJDIPo$IÉMPOTFO$IBNQBHOF$FEFYt*NQSJNFVSø/*$o#�UIFOZt%JGGVTJPOø5SJNFTUSJFM FYFNQMBJSFTøt%�QÙU-�HBMø*44/t$S�EJUQIPUPT3�HJPO$IBNQBHOF"SEFOOF#SVOP(PVIPVSZ3/3'0+BDRVFT%SJPM&1-&'1""WJ[F'PUPMJB &3" 4VO  1IJMJQQF 4DIJMEF  $MVC J"  )PSJ[PO #MFV  $POTFSWBUPJSF EFTQBDFT OBUVSFMT FO $IBNQBHOF"SEFOOF  &OUSFQSFOESF QPVS BQQSFOESF $IBNQBHOF"SEFOOF  %�DPVWFSUFŠ%31I$JCJMMF03$$"$IBNQBHOF"SEFOOF5PVSJTNF"DDVTUJDB


ÉDITO

3

Jean-Paul Bachy Président de la Région Champagne-Ardenne

J’ai fait un rêve Oui, notre région, notre pays, ont besoin de solidarité.”

J’ai fait un rêve… Les habitants de la Région avaient décidé ensemble de ne plus céder au pessimisme et à la morosité, mais d’être heureux et fiers d’être Champardennais. Soucieux de mieux connaître leurs voisins, pour pouvoir en dire du bien, tous, ils prenaient l’habitude de passer leurs week-ends dans un autre département de la région. Au bout de quelques mois, tous avaient compris qu’ils vivaient dans l’une des plus belles régions de France où la beauté des paysages, la diversité des patrimoines et des savoir-faire des professionnels étaient d’une richesse sans égal. Les maires des grandes villes avaient décidé de bâtir un seul pôle universitaire, faire ensemble de Vatry un grand aéroport international, de mettre en commun leurs ressources pour aider les plus pauvres d’entre elles à investir… Une voie ferrée moderne reliait la Haute-Marne à Bruxelles en passant par Troyes, Reims et Charleville-Mézières… Les entreprises de la région lançaient un plan de bataille pour l’emploi et la promotion de leurs personnels… La crise est là, nous dit-on : elle pèse comme une chape de plomb ! Raison de plus pour traduire les rêves en autant d’objectifs exprimant la volonté politique commune des Champardennais d’arrêter de se plaindre, en travaillant ensemble à la préparation de leur avenir et de celui de leurs enfants. Oui, notre région, notre pays, ont besoin de solidarité. Mais ils ont besoin aussi d’ambition et de confiance. C’est à concrétiser cette ambition que le Conseil régional convie les Champardennais, en cette rentrée de septembre. Cultiver des regrets et rester chez soi n’a jamais permis de voir loin ni de bâtir l’avenir. La Région vous invite à partager son projet. Ce n’est pas le travail qui manque. Il y a de la place pour tout le monde.


4

ACTUALITÉS Coteaux, Maisons & Caves de

Champagne Candidature UNESCO www.paysagesduchampagne.fr

Patrimoine

La RĂŠgion dit oui Ă la candidature Unesco "WFDMFTPVUJFOBDUJGEFUSĂ’TOPNCSFVY BDUFVSTQVCMJDTFUQSJWĂ?TEFMBSĂ?HJPO  MFT “Coteaux, Maisons et caves de Champagneâ€?TPMMJDJUFOUDFUUFBOOĂ?F MFVSJOTDSJQUJPOBVQBUSJNPJOFNPOEJBM EFMIVNBOJUĂ? IntitulĂŠ dans un premier temps “Paysages du Champagneâ€?, le projet de candidature Ă  l’Unesco a ĂŠtĂŠ renommĂŠ “Coteaux, Maisons et caves de Champagneâ€? pour mieux exprimer la particularitĂŠ du patrimoine champenois. PlutĂ´t que de proposer un territoire trop vaste et diluĂŠ, l’association prĂŠsidĂŠe par Pierre Cheval a organisĂŠ le dossier autour de USPJTTJUFT reprĂŠ-

+FBO1BVM#BDIZ QSĂ?TJEFOU EV$POTFJMSĂ?HJPOBMEF $IBNQBHOF"SEFOOF  QSĂ?TJEFOUEV$PNJUĂ?EF TPVUJFOEFMBDBOEJEBUVSF

Vous aussi, soutenez la candidature sur : www.paysagesdu champagne.fr ou sur facebook : Candidature Unesco Coteaux Maisons et Caves de Champagne

3$"1PVSRVPJMB3Ă?HJPOFUTPOQSĂ?TJEFOU TFTPOUJMTFOHBHĂ?Tø +FBO1BVM #BDIZø  “La valeur de nos paysages tient Ă la qualitĂŠ de vie, Ă  la beautĂŠ du vignoble et des villages. Elle ne peut se concevoir sans une politique de rĂŠhabilitation du patrimoine bâti, sans amĂŠnagement d’espaces publics qualitatifs, sans voies de communication et modes de dĂŠplacements doux. Ce sont lĂ  des domaines de compĂŠtences qui s’intègrent dans les politiques rĂŠgionales. Il est naturel que la RĂŠgion apporte sa contribution, donne des ĂŠclairages sur tous ces thèmes, comme il est naturel que j’accepte la prĂŠsidence du comitĂŠ de soutien.â€? 3$"2VFOBUUFOEF[WPVTø +1#ø“Obtenir ce label, c’est gagner en attractivitĂŠ, c’est bĂŠnĂŠficier de retombĂŠes sur les trois sites mis en valeur, mais aussi sur toute la rĂŠgion, y compris le dĂŠpartement des Ardennes qui est Ă  l’extĂŠrieur du vignoble.

sentatifs de l’ensemble : MFTDPUFBVYIJTUPSJRVFTE"ã Ë)BVUWJMMFST MBDPMMJOF4BJOU/JDBJTFË3FJNTFU MBWFOVFEF$IBNQBHOF˲QFSOBZ, qui regroupent des tÊmoignages emblÊmatiques de la naissance, de la production et de la commercialisation du Champagne. Le dossier est en construction depuis quelques annÊes, mais il est maintenant arrivÊ au degrÊ de qualitÊ technique et de maturitÊ qui permet d’envisager son E�QÙUPGüDJFMDFUBVUPNOF. Il passera ensuite un premier examen de passage purement national avec l’espoir d’être retenu parmi les deux biens que la France proposera en janvier 2013 à l’Unesco. Si tel est le cas, les comitÊs d’experts de l’Unesco auront alors 18 mois pour analyser le dossier et dÊcider de son classement.

MalgrĂŠ la diversitĂŠ des paysages, des savoir-faire, des talents de Champagne-Ardenne, les ĂŠlus et les responsables ont souvent le tort d’être trop modestes, coupĂŠs les uns des autres, de ne pas savoir suffisamment se vendre. Si ce dossier peut servir de locomotive pour relayer la fiertĂŠ qu’ils ont de leur territoire et de leurs richesses, nous serons dĂŠjĂ gagnants. Notre rĂŠgion a besoin d’être plus consciente d’elle-mĂŞme.â€? 3$"2VFMMFTTPOUOPTDIBODFTø +1#ø“Le dossier a ĂŠtĂŠ ĂŠlaborĂŠ dans un cadre partenarial d’excellent niveau. Il est aujourd’hui bien placĂŠ. Mais il y a d’autres propositions en France et dans le monde On n’a jamais gagnĂŠ une bataille avant de l’avoir livrĂŠe. Quoi qu’il advienne, j’espère que cette candidature sera pour notre rĂŠgion une ĂŠtape vers d’autres projets ambitieux et d’autres conquĂŞtes‌â€? $FUUFJOUFSWJFXFTUĂ‹SFUSPVWFSFOJOUĂ?HSBMJUĂ? TVSMFTJUFXXXDSDIBNQBHOFBSEFOOFGS


ACTUALITÉS

5

Rendez-vous

La Foire de Châlons investit le Capitole $FTUTVSMFTJUFEVUPVUOPVWFBVQBSDEFTFYQPTJUJPOT  MF$BQJUPMFFO$IBNQBHOF RVFMB3�HJPOBEPOO� SFOEF[WPVTBVY$IBNQBSEFOOBJTQPVSM�W�OFNFOU JODPOUPVSOBCMFEFMBSFOUS�FøMB'PJSFEF$IÉMPOT JOBVHVS�FQBSMF1S�TJEFOUEFMB3�QVCMJRVF CHÂLONS -ENCHAMPAGNE

Sur un stand de 200 m2, elle a prÊsentÊ les missions et compÊtences du Conseil rÊgional et proposÊ de nombreuses animations au grÊ des journÊes thÊmatiques. Rencontres, confÊrencesdÊbats, remises de prix, dÊgustations de produits rÊgionaux, dÊmonstrations sportives et de cirque, expositions, prÊsentation des mÊtiers d’art ou encore animations musicales‌ ont rythmÊ la semaine sÊduisant ainsi les visiteurs de la foire.

NOTRE RÉGION A DU TALENT ! À l’instar des Êditions prÊcÊdentes, la RÊgion a offert la scène de la Foire de Châlons aux artistes de musiques actuelles originaires des quatre dÊpartements. Le public a pu dÊcouvrir leur crÊativitÊ et leur talent à l’occasion de neuf concerts en première partie des artistes.

Gastronomie

La Champagne-Ardenne à l’honneur des cÊrÊmonies de la fête nationale à Bruxelles -BHBTUSPOPNJFDIBNQBSEFOOBJTF�UBJUËMIPOOFVS EFT D�S�NPOJFT EV  KVJMMFU PSHBOJT�FT QBS MFT "NCBTTBEFVSTSFQS�TFOUBOUMB'SBODFFO#FMHJRVF Michèle Boccoz, ambassadeur de France auprès du Royaume de Belgique et ses collègues ambassadeurs auprès de l’Union europÊenne et de l’OTAN ont souhaitÊ faire dÊcouvrir nos produits rÊgionaux, emblÊmatiques d’un patrimoine gastronomique riche et savoureux, aux invitÊs de la rÊception organisÊe à Bruxelles pour notre fête nationale. Près de   QFSTPOOFT qui ont ainsi pu dÊguster les

spĂŠcialitĂŠs champardennaises mises Ă disposition par le Conseil rĂŠgional.

Train d’Êquilibre du territoire

Nouvel arrĂŞt Ă Langres sur un train Paris/Culmont-Chalindrey %FQVJTMFerTFQUFNCSFFUKVTRVBVEĂ?DFNCSF  MFUSBJOEĂ?RVJMJCSFEVUFSSJUPJSF 5&5 OÂĄQBSUBOU EF1BSJTĂ‹IWBTBSSĂ?UFSĂ‹-BOHSFT

LANGRES

Il permettra de satisfaire les besoins de dÊplacements de la vie quotidienne dans le sud haut-marnais, d’amÊliorer l’offre depuis Paris et Troyes vers Langres, de proposer aux Langrois un accès au TGV en gare de Culmont-Chalindrey et enfin de renforcer les dessertes entre Chaumont et Langres. Cette disposition a ÊtÊ prise à l’initiative du Conseil rÊgional qui prendra en charge le financement de cette mesure jusqu’en

dÊcembre. Après cette date, les services ferroviaires rÊgionaux seront adaptÊs pour pallier, de manière pÊrenne, cette absence d’arrêt.


6

ACTUALITÉS

AthlĂŠtisme

Meeting international Reims Champagne-Ardenne -BQMVJFTFTUNBMIFVSFVTFNFOUJOWJUĂ?F Ă‹MPDDBTJPOEVNFFUJOHJOUFSOBUJPOBM 3FJNT$IBNQBHOF"SEFOOFEVKVJMMFU EFSOJFS BV TUBEF (FPSHFT )Ă?CFSU Ă‹ 3FJNT

Yohann Diniz.

REIMS

Pourtant les trombes d’eau n’ont pas empêchÊes les athlètes de battre RVBUSF SFDPSETEVNFFUJOH : t #FUIXFM#JSHFO (Kenya), 3'35"24 sur 1 500 mètres hommes, t (FMFUF #VSLB (Éthiopie), 15'12"35 sur 5 000 mètres femmes, t ,BUBSJOB*CBSHVFO (Colombie), 14 mètres 58 au triple saut femmes, t &SDàNFOU0MHVOEFOJ[ (Turquie), 62 mètres 52 au disque hommes. À noter Êgalement, la nouvelle 1ère place de :PIBOO%JOJ[ sur 5 000 mètres marche (18'47"45). 5PVTMFTS�TVMUBUTTVSø XXXFGTSBDPN

Convention SGV, RĂŠgion et Ubifrance

Les vignerons soutenus dans leur prospection à l’export

Contact : XXXTHWDIBNQBHOFGS

-FT WJHOFSPOT DIBNQFOPJT TPOU USÒT MBSHFNFOU DPOOVT FO 'SBODF &O E�WFMPQQBOU EBWBOUBHF MFYQPSU  JMT QFVWFOU TPVWSJS EF OPVWFBVY E�CPVDI�T DPNNFSDJBVY FU USPVWFS EFTSFMBJTEFDSPJTTBODF Pour le prÊsident du Syndicat gÊnÊral des vignerons (SGV), Pascal FÊrat, c’est une Êvidence qu’il faut, pour ceux qui ne l’ont pas encore fait, BMMFS QSPTQFDUFS Ë MJOUFSnational. Mais, cela ne se fait pas d’un claquement de doigts, il faut se former et

aussi se faire accompagner pour rÊussir. C’est l’objet de la convention de partenariat que Pascal FÊrat a signÊ avec le prÊsident du Conseil rÊgional de Champagne-Ardenne, Jean-Paul Bachy, et le directeur gÊnÊral d’UbiFrance, Christophe Lecourtier. Grâce à eux, chaque participant peut suivre un audit et des formations par marchÊs. Avec le rÊseau UbiFrance, des rencontres avec les acheteurs Êtrangers sont organisÊes. Offensive dans son soutien aux entreprises champardennaises s’impliquant à l’export, MB3�HJPOQBSUJDJQFË DFUUFBDUJPOWJBVOFBJEFQPVWBOUBUUFJOESFø EFTE�QFOTFTFOHBH�FTQBSMFTWJHOFSPOT.

Inauguration

de la coopÊrative des anciens Êlèves de la viticulture Le 28 juin dernier, le prÊsident Jean-Paul Bachy, Laurent Bouy, prÊsident de la coopÊrative et Pierre Cheval, PrÊsident du Conseil d’Administration du lycÊe viticole d’Avize ont inaugurÊ la nouvelle cave de la coopÊrative

des anciens Êlèves. SituÊ 5 mètres au-dessous des ateliers d’agroÊquipement et d’une superficie de 200 m2, le caveau permettra de rationaliser l’organisation du processus d’Êlaboration et d’Êtendre le rÊseau de caves actuel.


ÉCONOMIE

Votre rĂŠfĂŠrent ADEO

7

Givet

Charleville-MÊzières Sedan

AFPA TRANSITIONS Port. : 06 69 13 11 77 elodie.besnault@afpa.fr

Rethel Vouziers

Reims Sainte-MÊnehould Épernay

JARRY CONSEIL TĂŠl. : 03 26 21 44 79 contact@jarryconseil.fr

Châlons-en-Champagne Vitry-le-François SaintDizier

ADEO

SÊcuriser les parcours professionnels des travailleurs prÊcaires 'BDF Ë MJOT�DVSJU� QSPGFTTJPOOFMMF  MF $POTFJM S�HJPOBM DPNQMÒUFTPOEJTQPTJUJGEBDDPNQBHOFNFOUFUEFGPSNBUJPO FODS�BOUMBQMBUFGPSNF"%&0 øVOPVUJMTVQQM�NFOUBJSF EBOT MB MVUUF DPOUSF MF DIÙNBHF BüO EF T�DVSJTFS MFT FNQMPJTMFTQMVTQS�DBJSFT C’est en mai dernier que le Conseil rÊgional a adoptÊ le financement, à parts Êgales, avec l’État (480 000 ₏ au total) de MB QMBUFGPSNF "%&0, opÊrationnelle depuis juin. Quatre cabinets, un dans chaque dÊpartement, ont ÊtÊ sÊlectionnÊs afin d’accompagner les salariÊs en fin de contrat intÊrimaire ou de CDD. OrientÊs vers cette plateforme par leur conseiller Pôle Emploi, les adhÊrents peuvent bÊnÊficier de l’expertise des cabinets de conseil afin de rÊflÊchir à leur QSPKFUEFWJF QSPGFTTJPOOFMMF MFVSTCFTPJOTFUMFVSTESPJUTËMBGPSNBUJPO souvent mÊconnus en cas de CDD ou d’intÊrim et disposent de l’offre de formation ou de validation des acquis de l’expÊrience mis en place par le Conseil rÊgional. 5PVT MFT CBTTJOTEFNQMPJEFMBS�HJPOTPOUDPODFSO�T L’expÊrimentation du dispositif ADEO se fait sur les quatre dÊpartements, mais plus particulièrement dans la Marne, la Haute-Marne, les bassins d’emploi de Troyes et Rethel. ADEO vient en effet en complÊment de l’expÊrimentation du Contrat de sÊcurisation professionnelle, dispositif national mis en place depuis quelques semaines à destination du public prÊcaire, dans les Ardennes (sauf Rethel) et dans l’Aube (sauf Troyes).

RomillyNogent- sur-Seine sur-Seine Troyes

Bar-sur-Aube Chaumont

ACS (Accompagnement Conseil et StratĂŠgie) TĂŠl. : 03 25 80 84 12 speiffer@acs-rh.com

REBOND TĂŠl. : 03 25 05 04 94 contact@rebond-fc.com

Une politique de formation dynamique et volontaire &O  ø.₏øTPOUDPOTBDSĂ?TBVCVEHFUĂ‹MBGPSNBUJPO FUĂ‹MBDDPNQBHOFNFOUEFTEFNBOEFVSTEFNQMPJEFMB SĂ?HJPO&MMFFTUMBUSPJTJĂ’NFFO'SBODFFOUFSNFEFUBVY EBDDĂ’T EFT EFNBOEFVST EFNQMPJ Ă‹ MB GPSNBUJPO BV DPVSTEVOFBOOĂ?F-FTFOUSĂ?FTFOGPSNBUJPOTPOUFOUSĂ’T GPSUFDSPJTTBODF  øøEBQSĂ’TMB%"3&4 BMPSTRVFMB 'SBODFQSPHSFTTFEF ø ø-FTFGGFDUJGTTPOUQBTTĂ?T EFøFOUSĂ?FTFOGPSNBUJPOFOĂ‹FO  &O $IBNQBHOF"SEFOOF  ø  EFT GPSNBUJPOT TVJWJFTQBSMFTEFNBOEFVSTEFNQMPJTPOUĂĽOBODĂ?TQBSMF $POTFJMSĂ?HJPOBMDPOUSFøBVOJWFBVOBUJPOBM TPVSDFø OPUFEFNBSTEFMB%"3&4 

LUTTER CONTRE LE CHÔMAGE L’objectif d’ADEO est de SBDDPVSDJSMBEVS�FNPZFOOFEVDIÙNBHF et de permettre à chacun, quelle que soit sa formation, de NBÔUSJTFS TPOQBSDPVSTQSPGFTTJPOOFM face aux Êvolutions du marchÊ du travail et aux exigences de mobilitÊ. Les personnes en fin de CDD et en fin d’intÊrim sont particulièrement concernÊes par ce dispositif. Au moment de leur inscription à Pôle Emploi, les conseillers leur proposeront d’adhÊrer à ces dispositifs. Ils pourront bÊnÊficier d’une prise en charge leur permettant d’être acteurs de leur parcours professionnel et de se donner les moyens de rebondir. * Adeo : du latin aller vers.

Langres

Renseignements sur : www.cr-champagne-ardenne.fr Rubrique Formation


8

ÉCONOMIE

CoopĂŠration

La Champagne-Ardenne et le Sichuan fixent leurs prioritĂŠs -FT SFMBUJPOT FOUSF MB $IBNQBHOF "SEFOOF FU MB QSPWJODF DIJOPJTF EV 4JDIVBO TF TPOU FODPSF SFTTFSSĂ?FT BWFDMBSĂ?DFQUJPOĂĽOKVJOQBS+FBO1BVM #BDIZEVHPVWFSOFVS+JBOH+VGFOH FO QFSTPOOF&OTFNCMF JMTPOUĂĽYĂ?MFT BYFT QSJPSJUBJSFT EVOF DPPQĂ?SBUJPO EVSBCMF Le 22 juin dernier, Jean-Paul Bachy accueillait pour sa première visite officielle en France, Jiang Jufeng, gouverneur d’une province ĂŠconomiquement importante, situĂŠe au sud-ouest de la Chine. -F4JDIVBOFTUQMVT QFVQMĂ?RVFMB'SBODF NJMMJPOTEIBCJUBOUTø  Faisant suite Ă l’ouverture en avril de la première ligne directe de fret aĂŠrien entre l’aĂŠroport Paris-Vatry et l’aĂŠroport de Chengdu, cette rencontre a permis de franchir un nouveau palier dans les relations de

coopÊration nouÊes entre ces deux rÊgions depuis 2010. Surtout, FMMF B QFSNJT EF E�HBHFS MFT BYFT QSJPSJUBJSFT EVOF DPMMBCPSBUJPO EVSBCMF. Le premier consiste à faire de l’aÊroport champardennais le  QÙMF S�G�SFOUJFM  dans les relations entre la France et la Chine. Du côtÊ de l’État français, la Datar et UbiFrance soutiennent l’initiative. Le deuxième vise à l’installation de pôles techniques et logistiques tant à Vatry qu’à Chengdu. Le troisième porte sur la crÊation d’une cellule de travail destinÊe à faciliter des implantations d’entreprises de part et d’autre. Qui plus est, Jiang Jufeng a conviÊ une dÊlÊgation d’entreprises champardennaises à la grande foire de l’Ouest, en septembre. Le but est Êvidemment de crÊer des emplois en Champagne-Ardenne en ouvrant à ses entreprises de nouveaux marchÊs. Enfin, des liens seront nouÊs sur le plan culturel. 1IJMJQQF4DIJMEF

Étude prospective 2020

DÊfinir les leviers de croissance Êconomique -FQSPüM�DPOPNJRVFEFMB$IBNQBHOF "SEFOOFËMIPSJ[POTFEFTTJOF  FUTFE�DJEF EÒTËQS�TFOU-F$POTFJM S�HJPOBM BDDPNQBHO�QBSMFDBCJOFU Ernst & Young FTUËM”VWSF

Et c’est bien ce que fait le Conseil rĂŠgional en sollicitant le cabinet Ernst & Young pour l’accompagner dans sa rĂŠflexion prospective Ă l’intitulĂŠ parfaitement explicite  : “Champagne-Ardenne 2020, quels dĂŠveloppements pour l’avenir ?â€?

Dire que EFNBJO se prÊpare BVKPVSEIVJ est une Êvidence. Pourtant, lorsque les Êlus d’une collectivitÊ territoriale doivent prendre des dÊcisions qui engagent le territoire et la population pour l’avenir, les choses ne se font pas en trois clics, même à l’heure d’Internet ! Bref, pour anticiper l’Êvolution Êconomique de la Champagne-Ardenne, c’est maintenant qu’il faut s’y prendre.

LES PÉPITES DE DEMAIN À partir de l’analyse des forces rÊgionales (une situation gÊographique stratÊgique, des infrastructures compÊtitives, une Êconomie tournÊe vers l’extÊrieur‌), comme des faiblesses, il s’agit de dÊterminer les futurs leviers de la croissance champardennaise, pour adapter la stratÊgie Êconomique rÊgionale de demain. Dans cette optique, le cabinet Ernst & Young a BVKPVSEIVJ pour mission de dresser un diagnostic de la situation et dÊnicher les pÊpites Êconomiques de EFNBJO ; il est chargÊ de prÊsenter des propositions de mise en œuvre pour le dÊveloppement de la rÊgion dans les prochaines annÊes. Premiers rÊsultats fin 2012. Ils feront l’objet de dÊbat avec le CESER (Conseil Êconomique et social rÊgional) qui a engagÊ de son côtÊ un travail de rÊflexion. +3


ÉCONOMIE

9

Solaire thermique

Era-Sun, l’entreprise ardennaise qui innove $FUUF KFVOF 1.& GBNJMJBMF EF %PV[Z  EBOT MFT "SEFOOFT BNJTBVQPJOUVOTZTUÒNFEFDIBVGGBHF TPMBJSFUIFSNJRVFBVUPWJEBOHFBCMF VOJRVFFOTPO HFOSF6OFUFDIOPMPHJFJOOPWBOUF CSFWFU�F RVJB GBJUTFTQSFVWFTEBOTOPUSFS�HJPOFUCJFOBVEFMË 4FTVUJMJTBUFVSTGPOUEFTVCTUBOUJFMMFT�DPOPNJFTTVS MFBVDIBVEFTBOJUBJSF DOUZY

“Mon gendre, Thibault Massenhove, ingĂŠnieur thermicien a fait ses classes chez un grand fabricant de produits de chauffage français. Quand il a eu envie de voler de ses propres ailes, il m’a parlĂŠ de son projet de se lancer dans le domaine de l’Ênergie solaire, persuadĂŠ qu’une PME pouvait s’inscrire dans ce secteur porteur, en dĂŠveloppant des solutions diffĂŠrentes. Il y a quatre ans, avec deux autres associĂŠs, je l’ai accompagnĂŠ dans cette nouvelle aventure. Thibault est devenu le gĂŠrant d’Era-Sun, dont le siège est basĂŠ Ă Douzy. C’est lĂ  que nous concevons et fabriquons nos produitsâ€?, explique %BOJFM -BCCĂ?, ingĂŠnieur Cnam. MĂŞme si les premières commandes ont ĂŠtĂŠ signĂŠes en Champagne-Ardenne, son DIBNQEBDUJPOFTUIFYBHPOBM. “Nous avons dĂŠsormais des chauffagistes installateurs formĂŠs Ă  nos solutions un peu partout.â€? Daniel LabbĂŠ commence mĂŞme Ă  percevoir d’encourageantes WFMMĂ?JUĂ?T Ă‹ MFYQPSU, du cĂ´tĂŠ du Luxembourg et de la Belgique, pour commencer. “En 2011, nous avons rĂŠalisĂŠ un chiffre d’affaires de 700 000 â‚Ź, avec six salariĂŠs. Aujourd’hui, avec la mise en place de la rĂŠglementation thermique RT 2012, dans le bâtiment, qui rend quasiment obligatoire le recours Ă  des solutions comme les nĂ´tres, nous sommes sur de bonnes prĂŠvisions de croissanceâ€?, estime Thibault Massenhove. “La demande est lĂ . Notre objectif est de porter l’effectif Ă  une trentaine de salariĂŠs d’ici 5 ans...â€?, prĂŠcise-t-il.

La chaudière du client, qu’elle soit au gaz, au bois ou au fioul, devient en quelque sorte esclave de notre systèmeâ€?, dĂŠtaille le jeune dirigeant de l’entreprise ardennaise, qui a ĂŠtĂŠ soutenu dans sa R&D (un programme chiffrĂŠ Ă 200 000 â‚Ź) par OsĂŠo. “Cela intĂŠresse non seulement les particuliers, pour qui le retour sur investissement se fait au bout de 6 Ă  7 ans avec une installation faite pour durer 30 ans, mais aussi de plus en plus d’architectes, de bureaux d’Êtudes et de bailleurs sociaux, que ce soit pour de la construction de bâtiments collectifs, d’installations industrielles ou agricoles. Le solaire thermique est devenu pertinentâ€?, conclut l’enthousiaste Daniel LabbĂŠ. 1IJMJQQF4DIJMEF

-B3�HJPOBJEFMFTQBSUJDVMJFSTËT�RVJQFSEFTZTUÒNFT TPMBJSFTDPNCJO�T 44$ RVJQFSNFUUFOUMBQSPEVDUJPO EFBVDIBVEFTBOJUBJSFFUMFDIBVGGBHFEFTMPDBVYQPT�T QBSVOJOTUBMMBUFVSBHS�� ₏QBSJOTUBMMBUJPO  "UUFOUJPO MBEFNBOEFEBJEFS�HJPOBMFEPJU�USFGPSNVM�F "7"/5MFE�CVUEFTUSBWBVYFUMFWFSTFNFOUFTUFGGFDUV� BQSÒTQBJFNFOUEFTUSBWBVYTVSQS�TFOUBUJPOEFTGBDUVSFT BDRVJUU�FTFUEFMBUUFTUBUJPOEFS�DFQUJPOFUEFNJTFFO ”VWSFQBSMJOTUBMMBUFVS-FTQSPKFUTTPMBJSFTUIFSNJRVFT EFTDPMMFDUJWJU�T EFTQSPQSJ�UBJSFTCBJMMFVSTQSJW�TPV QVCMJDT EFTQSPGFTTJPOOFMT FYQMPJUBOUTBHSJDPMFT FOUSFQSJTFT QFVWFOU�HBMFNFOUC�O�üDJFSEBJEFT 3FOTFJHOFNFOUT 

RETOUR SUR INVESTISSEMENT RAPIDE “Toutes nos installations de panneaux solaires thermiques sont rĂŠalisĂŠes sur mesure et elles sont autovidangeables. Qui plus est, nous produisons un module baptisĂŠ Integra, pour piloter, de façon hydraulique, tous les automatismes nĂŠcessaires au fonctionnement de l’installation.

Renseignements : www.era-sun.fr


10

ÉCONOMIE

Conseil rĂŠgional

Une Êmission obligataire pour ses investissements 2012 -B NPOU�F FO QVJTTBODF EF TFT JOUFSWFOUJPOTFUMFTDPOT�RVFODFTEFT EJGG�SFOUFTS�GPSNFTüTDBMFTE�DJE�FT QBS M²UBU POU DPOUSBJOU MF $POTFJM S�HJPOBM Ë SFDIFSDIFS EF OPVWFBVY NPEFTEFüOBODFNFOUFODPNQM�NFOU EFTFNQSVOUTCBODBJSFTUSBEJUJPOOFMT Pour financer ses investissements, la stratÊgie de la RÊgion Champagne-Ardenne en matière d’appel à l’emprunt a toujours ÊtÊ d’anticiper et de planifier ses besoins de financement afin de gagner en visibilitÊ, tout en rÊduisant ses frais financiers. La Champagne-Ardenne a ainsi souhaitÊ se faire noter par l’agence internationale Standard and Poor’s OPUF "" UFOEBODF TUBCMFDPOüSN�FFO . Cette Êvaluation permet à la RÊgion de bÊnÊficier des

meilleures offres bancaires et de se financer directement auprès des investisseurs en accÊdant au NBSDI�PCMJHBUBJSF. À l’heure oÚ les collectivitÊs locales sont toujours confrontÊes à des difficultÊs de financement liÊes au retrait des banques du financement local, la RÊgion a eu recours en 2012 à une OPVWFMMF�NJTTJPOPCMJHBUBJSFEVO NPOUBOUEFø.₏ TVSVOFEVS�FEFBOT FU BVUBVYEF ø TPJUVOUBVYDPNQBSBCMFBVY NFJMMFVSFTDPOEJUJPOT que peut offrir aujourd’hui ce marchÊ. En effet, la qualitÊ de la signature de la RÊgion Champagne-Ardenne a permis d’attirer des investisseurs Êtrangers confiants. Par ailleurs, la RÊgion a mis rÊcemment en place un QSPHSBNNFEFCJMMFUTEFUS�TPSFSJFEFø.₏ qui lui permet de mobiliser, au quotidien, les sommes nÊcessaires au règlement de ses dÊpenses au meilleur coÝt tout en rÊduisant très substantiellement ses frais financiers (divisÊs par 10).

Le site rÊgional pour les artisans et donneurs d’ordres &O 'SBODF  DIBRVF BOO�F  QMVT EF øBDIFUFVSTQVCMJDTE�QFOTFOU  NJMMJBSET EFVSPT QPVS MB TFVMF DPNNBOEFQVCMJRVF Les Chambres des mÊtiers et de l’artisanat de Champagne-Ardenne, la DIRECCTE, l’Europe et la RÊgion Champagne-Ardenne ont mis en place une action destinÊe à faciliter l’accès aux marchÊs publics et à l’informatique aux artisans. Renseignements : Caroline Spehner (dÊpartements 08-51-10) Charleville-MÊzières 03 24 56 59 40 caroline.spehner @cma-ardennes.fr Bernard Benoit (dÊpartement 52)

PubliMarchÊs2 permet : t 1PVSMFTBDIFUFVSTQVCMJDT EFGBJSFVOF QVCMJDJU�DJCM�FFUHSBUVJUFø t 1PVSMFTFOUSFQSJTFTBSUJTBOBMFT, d’accÊder aux annonces de marchÊs publics et à un fonds d’information. Le but est de mettre en relation ciblÊe les donneurs d’ordres locaux et artisans, sur la base de DSJUÒSFT E�üOJT par le chef d’entreprise.

Chaumont 03 25 32 19 77 info-aop @cma-haute-marne.fr

1 Source : OSEO. 2 PubliMarchĂŠs : “un plusâ€? pour diffuser des annonces, obtenir des candidatures d’artisans (ne se substitue pas aux sites et JOAMP).

EN CHIFFRES %FQVJTKVJMMFU øDPOOFYJPOTø BSUJTBOTPOUSFĂŽVPGGSFTEFNBSDIĂ?Tde la part de 102 acheteurs publics de la rĂŠgion. 1VCMJ.BSDIĂ?T VOPVUJMBEBQUĂ?BVYBSUJTBOT t 2 entreprises sur 3 ont moins de 5 salariĂŠs et 1 sur 2 rĂŠalise un chiffre d’affaires infĂŠrieur Ă 150 000 ₏. t Dans 1 cas sur 2 : les marchĂŠs ont gĂŠnĂŠrĂŠ du chiffre d’affaires supplĂŠmentaire (dans un cas sur 2, le marchĂŠ obtenu est infĂŠrieur Ă  50 000 ₏).


ÉCONOMIE

11

Investissements

La Fromagerie de Vaudes bichonne son chaource au lait cru &OUJĂ’SFNFOUEĂ?EJĂ?FĂ‹MBGBCSJDBUJPOEFDIBPVSDF MB 'SPNBHFSJFEF7BVEFT EBOTM"VCF BGBJUEFSOJĂ’SFNFOU MPCKFUEJOWFTUJTTFNFOUTJNQPSUBOUTQPVSBVUPNBUJTFS FUTĂ?DVSJTFSMFUSBJUFNFOUEVMBJU

VAUDES

$FTUMBQMVTHSPTTFVOJUĂ?EFGBCSJDBUJPOEFDIBPVSDFRVJFYJTUF On y produit environ UPOOFTEFGSPNBHF"01 (Appellation d’origine protĂŠgĂŠe) par an, avec des pointes journalières pouvant avoisiner les 5 tonnes. “Cela fait en moyenne 15 000 pièces sorties de nos ateliers par jour, Ă  la fois en petit et en gros modèle de chaourceâ€?, estime %JEJFS -JODFU, qui dirige la sociĂŠtĂŠ. Depuis qu’il a repris la Fromagerie de Vaudes, en 2005, il n’a eu de cesse d’amĂŠliorer son process industriel, et, dernièrement encore, il a NPEFSOJTĂ?MVOJUĂ?EFUSBJUFNFOUEV MBJUFOBVUPNBUJTBOUMFTĂ?RVJQFNFOUT. Avec un triple objectif : TĂ?DVSJTFS MFT BDUJPOT, EJNJOVFS MB QĂ?OJCJMJUĂ? EFT QPTUFT EF USBWBJMFUBDDSPĂ”USFMBDBQBDJUĂ?EFSFOEFNFOUEVUSBJUFNFOU du lait. “Avec un produit aussi sensible que le lait cru, il ĂŠtait important de sĂŠcuriser davantage encore nos installations de rĂŠception du lait en provenance directe des fermes de la rĂŠgionâ€?, explique le PDG. “Nous avons notamment mis en place des ĂŠchangeurs eau glacĂŠe/ eau chaude et nous avons automatisĂŠ les systèmes de nettoyage des diffĂŠrents circuits. Qui plus est, nous bĂŠnĂŠficions dĂŠsormais d’enregistrements en continu, ce qui garantit la traçabilitĂŠ.â€? Chaque jour, des camions-citernes ayant effectuĂŠ le ramassage du lait dans le Chaourçois et dans l’Yonne voisine, apportent Ă  Vaudes MJUSFTEFMBJU qu’il faut stocker dans les meilleures conditions avant la montĂŠe en tempĂŠrature dans les cuves pour la fermentation. S’ensuit un dĂŠroulĂŠ de tâches multiples et minutieuses rĂŠalisĂŠes par 35 salariĂŠs (sur un total de 120 dans le groupe) dans un cadre moderne et ultra propre avant qu’un fromage moelleux Ă  l’intĂŠrieur et tout duveteux Ă  l’extĂŠrieur n’arrive sur les lignes d’emballage. PrĂŞt Ă  prendre une place de choix sur nos plateaux de fromages...

Didier Lincet, PrĂŠsident de la fromagerie Lincet.

30 % D’AIDES Didier Lincet rappelle que ce nouvel investissement s’est inscrit dans le cadre du PĂ´le d’excellence rurale (PER) intitulĂŠ Fromage de chaource : renforcer le lien au territoire du produit. “Nous avons ĂŠtĂŠ retenus dans le cadre de l’appel d’offres national des PER parce que nous formons une filière gĂŠnĂŠrant de l’activitĂŠ en milieu rural, de la ferme Ă  l’assietteâ€?, remarque le patron de la Fromagerie de Vaudes, heureux d’avoir pu obtenir le TPVUJFOĂĽOBODJFSEFMB3Ă?HJPO øø₏ , mais aussi de l’État et de l’Europe, pour mener Ă  bien un projet se chiffrant globalement Ă  950 000  â‚Ź. “Au total, les aides reçues pour cette modernisation sont de 30  % et c’est un rĂŠel encouragement pour ceux qui, comme nous, souhaitent dĂŠvelopper l’activitĂŠ et l’emploiâ€?, conclut Didier Lincet. 1IJMJQQF4DIJMEF


12

ÉCONOMIE

Savourez la Champagne-Ardenne ! Une nouvelle identitĂŠ rĂŠgionale pour les produits agroalimentaires i"SEFOOFTEF'SBODFw iM"HOFBVEF M"VCFw2VFMRVFTNBSRVFTDPMMFDUJWFT TFTPOUGSBZĂ?FTVODIFNJOEBOTMFT SBZPOT Ă‹ MĂ?DIFMPO EĂ?QBSUFNFOUBM  NBJTKBNBJTFODPSFBVOJWFBVSĂ?HJPOBM Cette lacune est rĂŠparĂŠe avec la naissance de Savourez la Champagne-Ardenne, une OPVWFMMFCBOOJĂ’SFQPSUĂ?FQBSMF$MVCJ"BWFD MFTPVUJFOEFMB3Ă?HJPO$IBNQBHOF"SEFOOF qui a dĂŠposĂŠ le nom et la marque Savourez la Champagne-Ardenne. Le lancement officiel a eu lieu le 5 septembre Ă la foire de Châlons, suivi d’une mise en place dans plusieurs grandes surfaces de la rĂŠgion. “Il ne s’agit pas d’une marque Ă  proprement parler qui sera apposĂŠe sur les produitsâ€?, explique l’animateur

du Club i3A, Jean-Thomas Robichon. “Mais plutĂ´t d’une identitĂŠ rĂŠgionale, d’une bannière collective mise en avant lors de promotions commerciales au moyen d’affiches, de totems, de flyers, de stands de dĂŠgustation...â€? 6OFWJOHUBJOFEJOEVTUSJFMT ont, Ă ce jour, BEIĂ?SĂ? Ă  un cahier des charges oĂš ils s’engagent en termes de fabrication locale, de qualitĂŠ et de quantitĂŠ. Ils produisent de l’andouillette, de la moutarde, du cidre, du biscuit, du fromage, des gaufres, du boudin blanc, etc. Savourez la Champagne-Ardenne surfe sur l’appĂŠtit des consommateurs pour le QSPEVJSF et le DPOTPNNFS local tout en donnant un coup de pouce aux produits rĂŠgionaux. 'SĂ?EĂ?SJD.BSBJT

Employeurs d’apprentis

L’indemnitĂŠ compensatrice forfaitaire lĂŠgèrement modifiĂŠe %BOT TB QBOPQMJF EBJEFT EJWFSTFT  MB3Ă?HJPOQFVUWFSTFSVOFJOEFNOJUĂ? DPNQFOTBUSJDFGPSGBJUBJSF *$' BVY FNQMPZFVST EBQQSFOUJT *M TBHJU CJFOTĂ&#x;SEFGBWPSJTFSMBQQSFOUJTTBHF  TBDIBOURVFMBMUFSOBODFFTU QMVTRVF UPVUFBVUSFGPSNBUJPO VOFWPJFFGĂĽDBDF WFSTMFNQMPJ

Renseignements : Direction des lycÊes et de l’apprentissage 03 26 64 96 35

De lÊgères modifications dans les modalitÊs d’application de cette aide sont entrÊes en vigueur pour les contrats signÊs depuis le 1er juillet. Ainsi, MJOEFNOJU� GJYF EF ø   ₏ par annÊe d’apprentissage est WFST�F dÊsormais en deux fois, une aide ËMFNCBVDIFEF ₏ (à multiplier par 2 ou 3 suivant la durÊe du contrat au bout

de 2 ans : 400 ₏ et 3 ans : 600 ₏) à laquelle s’ajoute une JOEFNOJU�GJYFEFø₏WFST�F FO GJO EBOO�F FO GPODUJPO EF MBTTJEVJU� EF MBQQSFOUJ. Autre changement, la prime à l’examen passe de 800 à 500  ₏, et il ne suffit plus que le candidat se soit prÊsentÊ aux Êpreuves, mais qu’il ait obtenu son diplôme. On notera encore la DS�BUJPOEVOFJOEFNOJU� DPNQM�NFOUBJSF GPSGBJUBJSF EF ø ₏ par semaine d’absence de l’apprenti si celui-ci effectue un sÊjour professionnel à l’Êtranger pendant sa pÊriode en entreprise. Au total, l’indemnitÊ compensatrice forfaitaire peut atteindre    ₏ en fin de contrat, voire plus, en cas de cumul de plusieurs critères. 'S�E�SJD.BSBJT


DÉVELOPPEMENT DURABLE

13

La RĂŠgion approuve

son plan climat air Ênergie rÊgional et le schÊma rÊgional Êolien .PCJMJT�F QBS MFT FOKFVY EV DMJNBU  EF MBJS FU EF M�OFSHJF MB$IBNQBHOF"SEFOOFBWBJUEFWBOD�MFT NFTVSFT EFT MPJT (SFOFMMF -F QMBO DMJNBU �OFSHJF S�HJPOBM 1$&3  �MBCPS� FO   JMMVTUSBJU E�KË MB WPMPOU� EFT BDUFVST S�HJPOBVY EF E�WFMPQQFS VOF QPMJUJRVF WPMPOUBSJTUF QPVS S�QPOESF BVY E�üT �OFSH�UJRVFTFUDMJNBUJRVFT1BSOBUVSF�WPMVUJG MF QMBODMJNBU�OFSHJFS�HJPOBMB�U�FOSJDIJHSÉDFËVO JNQPSUBOUUSBWBJMEFDPODFSUBUJPOFUEFS�ýFYJPOFU EFWJFOUMFQMBODMJNBUBJS�OFSHJFS�HJPOBM 1$"&3    Cadre structurant les politiques rÊgionales et territoriales d’ici à 2020 et 2050 en matière d’adaptation au changement climatique, de prÊservation de la qualitÊ de l’air, de maÎtrise des consommations d’Ênergie et de dÊveloppement des Ênergies renouvelables, MF 1$"&3 1MBO DMJNBU BJS �OFSHJF S�HJPOBM  S�BGüSNFMBWPMPOU�S�HJPOBMFEBMMFSEFMBWBOU. À partir d’un Êtat des lieux complet, il offre, avec son annexe, le schÊma rÊgional Êolien (SRE), un cadre commun d’orientation stratÊgique et de vision prospective, à même de guider les diffÊrentes actions. Leur rÊvision dans cinq ans permettra de prendre en compte MFT�WPMVUJPOTDPOTUBU�FTFUEBDUVBMJTFSMFTPCKFDUJGT.

t S�EVJSF d’ici 2020 la consommation d’Ênergie du territoire de 20 % en exploitant les gisements d’Êconomie d’Ênergie, t BDDSPÔUSF la production d’Ênergies renouvelables et de rÊcupÊration pour qu’elles reprÊsentent 45 % (34 % hors agrocarburants) de la consommation d’Ênergie finale à l’horizon 2020. La Champagne-Ardenne possÊdant d’importants atouts en matière de production d’Ênergies renouvelables et ayant dÊjà crÊÊ une dynamique, elle pourra dÊpasser les objectifs nationaux. 6OFBOOFYFøMFTDI�NBS�HJPOBM�PMJFO Le dÊveloppement des Êoliennes doit être rÊalisÊ de manière ordonnÊe, afin de prÊvenir les atteintes au paysage, au patrimoine, à la qualitÊ de vie des riverains et dans le respect de la biodiversitÊ. Le schÊma rÊgional Êolien propose, par zone gÊographique, des objectifs qualitatifs et quantitatifs de production. *MWJTFËBN�MJPSFSMBQMBOJüDBUJPOUFSSJUPSJBMF EVE�WFMPQQFNFOUEFM�OFSHJF�PMJFOOFFUËGBWPSJTFSMB DPOTUSVDUJPOEFQBSDT�PMJFOTEBOTEFT[POFTQS�BMBCMFNFOU JEFOUJü�FT

LE PCAER EST CONSTITUÉ DE 3 PARTIES : 6O�UBUEFTMJFVY %FTPSJFOUBUJPOTFUEFTPCKFDUJGTWJTBOUüOBMJU�Tø t S�EVJSF les Êmissions de gaz à effet de serre d’au moins 20 % d’ici à 2020, t GBWPSJTFS l’adaptation du territoire au changement climatique, t S�EVJSF les Êmissions de polluants atmosphÊriques afin d’amÊliorer la qualitÊ de l’air, en particulier dans les zones sensibles, t S�EVJSF les effets d’une dÊgradation de la qualitÊ de l’air sur la santÊ, les conditions de vie, les milieux naturels et agricoles et le patrimoine,

Consultez le PCAER et le SRE sur : www.cr-champagne-ardenne.fr Rubrique Territoire et environnement


14

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Colloque international

sur la cigogne noire à l’Hôtel de RÊgion

CHĂ‚LONS -ENCHAMPAGNE

-BDPOTFSWBUJPOEFMBDJHPHOFOPJSF FTU BV D”VS EFT QSPCM�NBUJRVFT GPSFTUJÒSFT&O'SBODF FMMFOJDIFBV SFUPVS EF NJHSBUJPO  QSJODJQBMFNFOU FO GPS�U QVCMJRVF -0GüDF OBUJPOBM EFTGPS�UTPSHBOJTFFO$IBNQBHOF "SEFOOF  EV  BV  TFQUFNCSF  FO DPMMBCPSBUJPO BWFD MB -JHVF QPVS MBQSPUFDUJPOEFTPJTFBVY -10 TPO 6ÒNFDPMMPRVFJOUFSOBUJPOBM La première confÊrence rÊunissant les spÊcialistes europÊens de la cigogne noire s’est dÊroulÊe en 1992. Depuis, tous les quatre ans, une confÊrence est organisÊe :

Espagne en 1996, Belgique en 2000, Hongrie en 2004, Roumanie en 2008. En 2012, c’est l’ONF, au nom de la France, en collaboration avec la LPO, qui organise la 6ÒNF DPOG�SFODFTVSMBDJHPHOFOPJSF Ë$IÉMPOT FO$IBNQBHOF. Elle rÊunira les spÊcialistes mondiaux de l’espèce pour QS�TFOUFS MFTEFSOJÒSFTDPOOBJTTBODFT, DPOGSPOUFSMFT FYQ�SJFODFTFUBQQS�DJFSMFOJWFBVEFDPOTFSWBUJPOEFMFTQÒDF. Cette manifestation sera ouverte au grand public qui pourra notamment participer à de nombreuses animations. 3FOTFJHOFNFOUTø XXXDJHPHOFOPJSFGS

BiodiversitĂŠ

La 6ème rÊserve naturelle rÊgionale en Champagne-Ardenne est crÊÊe &OKVJMMFUEFSOJFS MB3�HJPOBDMBTT� MFT�UBOHTEF#FMWBMFO"SHPOOFFO S�TFSWF OBUVSFMMF S�HJPOBMF -B ÒNF FO$IBNQBHOF"SEFOOF Les Êtangs de Belval-en-Argonne.

Renseignements : www.cr-champagneardenne.fr Rubrique Territoire et environnement

SituÊs dans la Marne, à quinze kilomètres au sud de Sainte-MÊnehould, les Êtangs de Belval-en-Argonne font partie du vaste massif forestier de l’Argonne. ComposÊ de plusieurs Êtangs et de boisements, ce site de 203 hectares est connu de longue date pour être un TJUF OBUVSFM FYDFQUJPOOFM. Son HSBOE JOU�S�U �DPMPHJRVF a justifiÊ la demande de classement au titre des rÊserves naturelles rÊgionales par ses propriÊtaires (la commune de Belval-en-Argonne, la LPO, Natuurpunt et le conservatoire d’espaces naturels de Champagne-Ardenne).

Les Êtangs de Belval-en-Argonne ont rejoint le rÊseau composÊ des 3/3EV.BSBJTEF 3FVWFT (51), de la $ÙUFEF#PJTFO7BMË $IBSMFWJMMF.�[JÒSFT (08), de l’²UBOHEF 3BNFSVQUË1FUJU.FTOJM (10), des 1SBJSJFT IVNJEFT EF $PVSUFSBOHFT (10) et de la QFMPVTFEFMBDÙUFEFM�UBOHË4QPZ (10). Selon les possibilitÊs, ces rÊserves naturelles rÊgionales sont des MJFVYEFTFOTJCJMJTBUJPO FUE�EVDBUJPOËMFOWJSPOOFNFOU permettant aux Champardennais de dÊcouvrir leur patrimoine et de comprendre la nÊcessitÊ de sa prÊservation. Cette nouvelle RNR confirme l’engagement de la RÊgion pour la biodiversitÊ et la prÊservation des sites naturels remarquables.


DÉVELOPPEMENT DURABLE

15

Jean-Paul Bachy.

Des assises pour aller de l’avant

BiodiversitĂŠ

-F $POTFJM SĂ?HJPOBM BQQSPVWFSB MB DIBSUF EF MB CJPEJWFSTJUĂ? FO$IBNQBHOF"SEFOOFDFUBVUPNOF$FTUMBCPVUJTTFNFOU EVOQSPDFTTVTQBSUJDJQBUJGDPODMV MFKVJO QBSMFTĂ’NFT BTTJTFT EF MB CJPEJWFSTJUĂ? SĂ?VOJTTBOU QMVT EF  BDUFVST Ă‹ $IÉMPOTFO$IBNQBHOF  2VBUSFHSBOETBYFTTUSBUĂ?HJRVFT et PCKFDUJGTPQĂ?SBUJPOOFMT structurent cette charte dĂŠclinĂŠe en QSPHSBNNFTEBDUJPO. Les assises ont permis de rĂŠaffirmer l’urgence de continuer Ă  ĂŠtudier la biodiversitĂŠ, de sensibiliser le public Ă  ses enjeux, de mobiliser tous les acteurs associatifs et dĂŠcideurs publics. “Il ne faut pas seulement se donner bonne conscience. Il faut que nous nous donnions des outils pour passer Ă  l’action. L’Êchelon rĂŠgional est le plus adaptĂŠ Ă  la mise en Ĺ“uvre d’une politique structurante en matière de biodiversitĂŠâ€?, affirme Jean-Paul Bachy, le prĂŠsident du Conseil rĂŠgional. Conscients que mettre la nature sous cloche n’est pas possible et qu’il faut trouver un juste ĂŠquilibre entre dĂŠveloppement ĂŠconomique, amĂŠnagement

du territoire et prĂŠservation de la biodiversitĂŠ, les participants aux assises de la biodiversitĂŠ ont affirmĂŠ la volontĂŠ de coordonner MFTBDUFVSTFUMFTQSPHSBNNFTEBDUJPO. Les signataires de la charte s’engageront donc dans une dĂŠmarche harmonisĂŠe par le Conseil rĂŠgional. “ProtĂŠger la biodiversitĂŠ n’est pas un choix, ni mĂŞme une option, c’est une nĂŠcessitĂŠ. La disparition des services rendus par les ĂŠcosystèmes est un drame qui doit ĂŞtre compensĂŠ ou rĂŠparĂŠâ€?, affirme Raymond Joannesse, vice-prĂŠsident chargĂŠ du dĂŠveloppement durable. Après l’approbation du Plan climat air ĂŠnergie et du schĂŠma ĂŠolien le 25 juin dernier (voir page 13), la RĂŠgion Champagne-Ardenne prouve par cette charte de la biodiversitĂŠ qu’elle est un des acteurs les plus dynamiques dans le domaine de la protection de l’environnement. 3FOTFJHOFNFOUTøXXXDSDIBNQBHOFBSEFOOFGS 3VCSJRVF5FSSJUPJSFFUFOWJSPOOFNFOU

DĂŠvelopper la gĂŠothermie en Champagne-Ardenne

Un atlas du potentiel rÊgional en ligne -B $IBNQBHOF"SEFOOF EJTQPTF EVO QPUFOUJFM IZESP H�PMPHJRVF GBWPSBCMF Ë MB H�PUIFSNJF USÒT CBTTF �OFSHJF BWFDVUJMJTBUJPOEFQPNQFTËDIBMFVS-FTUFDIOJRVFTQFSNFUUBOU MBQSPEVDUJPOEFDIBMFVSH�PUIFSNJRVFTPOU�QSPVW�FT-B SFOUBCJMJU��DPOPNJRVFEFTPQ�SBUJPOTFTUDIBRVFKPVSW�SJü�F 1PVSUBOUMFTSFTTPVSDFTH�PUIFSNJRVFTEFMBS�HJPOSFTUFOU TPVTFYQMPJU�FT Afin de favoriser le dÊveloppement de la gÊothermie en ChampagneArdenne, la RÊgion, l’ADEME et le BRGM ont rÊalisÊ un BUMBTEFTBRVJGÒSFT TVQFSüDJFMT consultable sur XXXHFPUIFSNJFQFSTQFDUJWFTGS. VÊritable outil d’aide à la dÊcision pour l’installation de pompes à chaleur sur nappe de 0 à 100 mètres de profondeur, cet atlas est destinÊ à tout porteur de projet, maÎtre d’ouvrage potentiel s’interrogeant sur un choix ÊnergÊtique : particulier, bureau d’Êtude, collectivitÊ, entreprise. BasÊ sur un système d’informations gÊographiques (SIG), il permet d’Êvaluer, en fonction de la situation gÊographique, l’intÊrêt de se lancer dans un projet de production de chaleur par gÊothermie.

Attention : cet atlas est à caractère indicatif, il ne peut, ni ne doit, en aucun cas remplacer une Êtude de faisabilitÊ rÊalisÊe par un bureau d’Êtudes compÊtent.


16

SANTÉ

SantĂŠ

DÊpistage du cancer du col de l’utÊrus : une première en France "SEFOOBJTFTTPOUJOWJU�FTË QBSUJDJQFS BV OPVWFBV QSPUPDPMF EF E�QJTUBHFEVDBODFSEVDPMEFMVU�SVT NJTFOQMBDFQPVSMBQSFNJÒSFGPJTFO 'SBODF BWFDMFTPVUJFOEFM*OTUJUVU OBUJPOBMEVDBODFSFUEFMB3�HJPO Courant chez les femmes ayant des relations sexuelles, MF QBQJMMPNBWJSVT IVNBJO T�MJNJOF MF QMVT TPVWFOU EF NBOJÒSF OBUVSFMMF $FTU RVBOE JM FTU QFSTJTUBOU RVJMEFWJFOUEBOHFSFVY. À la diffÊrence du frottis cervico-utÊrin qui permet de dÊtecter d’Êventuelles cellules malignes, MFUFTU4UBSU HPV recherche en amont la prÊsence du papillomavirus humain à partir duquel se dÊveloppent les cancers du col de l’utÊrus. C’est sur ce test qu’est basÊe la DBNQBHOFEF E�QJTUBHFPSHBOJT�FEBOTMFE�QBSUFNFOUEFT "SEFOOFTBVQSÒTEVOFQPQVMBUJPOEFø GFNNFT ÉH�FT EF  Ë  BOT et n’ayant pas eu de frottis depuis au moins trois ans.

3FOTFJHOFNFOUT  XXXTBDGS

TEST ET FROTTIS COMBINÉS Les personnes rÊpondant aux critères reçoivent automatiquement un courrier qui les invite à prendre rendez-vous chez leur

mÊdecin (gÊnÊraliste ou gynÊcologue) pour qu’il puisse procÊder à un prÊlèvement : frottis classique pour les femmes jusqu’à 31 ans, test HPV au-delà de 31 ans. Les rÊsultats de MBOBMZTF QSJTF FO DIBSHFËø leur sont adressÊs à domicile. Si le test est positif, il leur est recommandÊ d’effectuer un contrôle par frottis et de le renouveler un an plus tard ; si le test est nÊgatif, la surveillance peut être espacÊe (frottis tous les 5 ans). Les femmes qui n’ont pas rÊpondu à cette première invitation sont relancÊes quatre mois après. Si elles n’ont toujours pas donnÊ suite (pour cause d’Êloignement par exemple), il leur est proposÊ de se procurer un kit en pharmacie et d’effectuer elles-mêmes le prÊlèvement pour l’envoyer par la poste au laboratoire.

AMÉLIORER LA PRÉVENTION CoordonnÊe par la SociÊtÊ ardennaise de cancÊrologie en partenariat avec le laboratoire Pol Boin du CHU de Reims et avec le concours des professionnels de santÊ de la rÊgion, cette campagne vise à BN�MJPSFSMBQS�WFOUJPODPOUSFMFDBODFSEV DPMEFMVU�SVT, responsable en France de la mort de près d’un millier de femmes, et à agir sur les dÊpenses de santÊ en Êvitant, grâce à un dÊpistage prÊcoce et ciblÊ, des traitements lourds et coÝteux.

Bourses rĂŠgionales paramĂŠdicales

Pour la rentrÊe 2012/2013 : www.cr-champagneardenne.fr/bop/ Effectuez votre demande de bourses en ligne jusqu’au 30 novembre 2012 sur : www.cr-champagneardenne.fr Rubrique Formation Date limite d’envoi des dossiers : 15 dÊcembre 2012

7PVT �UFT �MÒWF PV �UVEJBOU F  FO GPSNBUJPOQBSBN�EJDBMFJOTDSJUTEBOT VO �UBCMJTTFNFOU EF GPSNBUJPO EF $IBNQBHOF"SEFOOF  WPVT QPVWF[ FGGFDUVFSFOMJHOFWPUSFEFNBOEFEF CPVSTFQBSBN�EJDBMF  Depuis le 1er janvier 2005, les bourses paramÊdicales relèvent de la compÊtence des RÊgions. Les Êlèves ou Êtudiant(e)s FO GPSNBUJPO QBSBN�EJDBMF, JOTDSJU F T EBOT VO �UBCMJTTFNFOU EF GPSNBUJPO EF

$IBNQBHOF"SEFOOF, doivent donc dÊsormais s’adresser à la RÊgion Champagne-Ardenne pour toute demande de bourse d’Êtudes. Il s’agit d’une aide financière apportÊe à l’Êlève ou à l’Êtudiant(e) dont les ressources familiales ou personnelles sont reconnues insuffisantes. L’attribution de la bourse tient compte du niveau de vie du demandeur ou de sa famille. Attention  : les demandes de bourse d’Êtudes sont à renouveler tous les ans.


SANTÉ

17

Lors du dÊbat organisÊ à Troyes, des participants particulièrement attentifs.

Diagnostic de base

UniversitĂŠs territoriales de la santĂŠ 1PVS SFEPOOFS UPVU TPO QPJET Ă‹ MB EĂ?NPDSBUJF TBOJUBJSF MF$POTFJMSĂ?HJPOBMBPSHBOJTĂ?EFT6OJWFSTJUĂ?T UFSSJUPSJBMFT EF MB TBOUĂ? *M GBVU NBJOUFOBOU GBJSF SFNPOUFSDFiEJBHOPTUJDEFCBTFw Si la santĂŠ n’est pas une compĂŠtence du Conseil rĂŠgional, l’amĂŠnagement du territoire en est une. %Ă’TMPST RVBOE MBEĂ?TFSUJGJDBUJPONĂ?EJDBMFFUMFTEJGGJDVMUĂ?TEBDDĂ’TBVY TPJOTGSBHJMJTFOUMĂ?HBMJUĂ? HĂ?PHSBQIJRVF Ă?DPOPNJRVF  TPDJBMFy FOUSFMFT$IBNQBSEFOOBJTFUMFEĂ?WFMPQQFNFOU SĂ?HJPOBM JMOFTUQBTJMMĂ?HJUJNFRVFMFTĂ?MVTTJOUĂ?SFTTFOU EFQSĂ’TĂ‹DFTRVFTUJPOT JoĂŤlle Barat, vice-prĂŠsidente du Conseil rĂŠgional, en charge de la santĂŠ et du handicap : “la politique de la santĂŠ doit ĂŞtre nationale et rĂŠgalienne, mais doit s’adapter aux spĂŠcificitĂŠs du territoire. C’est une question essentielle de dĂŠmocratie sanitaire, pour laquelle il faut redonner la parole aux ĂŠlus qui ont ĂŠtĂŠ quasiment ignorĂŠs par la loi HĂ´pital Patients SantĂŠ et Territoires du 21 juillet 2009â€?.

Il en ressort des besoins Êvidents en matière de T�DVSJU�FU EFRVBMJU�EFTTPJOT (accroÎtre la prÊvention, redonner du sens à la mÊdecine scolaire et à la mÊdecine du travail‌), de rÊpartition de l’offre de soins sur le territoire rÊgional (mÊdecine de proximitÊ, travail en rÊseau, rÊhabilitation de l’hôpital public‌), de dÊmocratie sanitaire (l’amÊnagement sanitaire doit être envisagÊ avec une certaine souplesse, et l’Êchelon rÊgional est sans doute le plus pertinent en la matière...). Une synthèse a ÊtÊ prÊsentÊe le 5 septembre lors de l’UniversitÊ rÊgionale de la santÊ qui s’est tenue dans le cadre de la Foire de Châlons. Et l’Association des rÊgions de France est particulièrement attentive aux retombÊes de cette action, la Champagne-Ardenne Êtant MBQSFNJÒSF 3�HJPOËyFOHBHFSMFE�CBU. +BDRVFT3JWJÒSF

ENGAGER LE DÉBAT Pour ce faire, JoÍlle Barat, en partenariat avec l’Institut de la dÊcentralisation*, a organisÊ, en prÊsence de l’ARS et avec la participation d’un expert, fin juin et dÊbut juillet, 4 dÊbats (à Charleville-MÊzières, Reims, Troyes et Chaumont) associant tous les acteurs de la santÊ, qu’il s’agisse des professionnels de santÊ, des associations d’usagers, des Êlus bien sÝr‌ Au total, plus de 200 personnes ont participÊ à cette dynamique de rÊflexion destinÊe à faire remonter les attentes autour des deux thÊmatiques majeures suivantes : Quelle politique de santÊ pour le territoire  ? Comment articuler la dÊmographie des professionnels de santÊ et l’accès aux soins ? * L’Institut de la dÊcentralisation est un laboratoire d’idÊes dÊdiÊ à l’action publique territoriale, dont la vocation est d’Êclairer la dÊlibÊration publique sur l’ensemble des questions relatives à la dÊcentralisation, à l’organisation du territoire et à la gestion locale dans le respect d’un double pluralisme scientifique et politique.

JoĂŤlle Barat.

Renseignements : 03 26 70 86 01


18

ÉDUCATION & FORMATION

Formation

Flexographie : un secteur porteur d’emploi -B TPDJ�U� J $POTFJM QSPQPTF BVY EFNBOEFVSTEFNQMPJVOFGPSNBUJPO EFiDPOEVDUFVSNBDIJOFËJNQSJNFS ýFYPHSBQIJFwüOBOD�FQBSMB3�HJPO $IBNQBHOF"SEFOOF À l’issue de la QSPNPUJPO, la moitiÊ des stagiaires sont d’ores et E�KËFNCBVDI�TFO $%* Ë UFNQT DPNQMFU QBSUPVU FO 'SBODF. Preuve que cette formation permet une JOTFSUJPOEVSBCMFËEFTEFNBOEFVSTEFNQMPJ jeunes ou adultes, motivÊs par les mÊtiers de l’impression d’emballages après avoir acquis les savoirs gÊnÊraux, les savoir-faire techniques et les savoir-être nÊcessaires à la validation du certificat de qualification professionnelle de conducteur de machine à imprimer. La progression pÊdagogique assurÊe dans les diffÊrents modules de DFUUF GPSNBUJPO FO BMUFSOBODF QS�QBSF EF GBÎPO PQUJNBMF BV N�UJFS EJNQSJNFVS E�UJRVFUUFT  EF üMNT

EFNCBMMBHF  EF DBSUPOT QMBUT FU POEVMĂ?T. Elle permet aux stagiaires de dĂŠcouvrir les diffĂŠrentes ĂŠtapes de la chaĂŽne graphique, d’acquĂŠrir le vocabulaire mĂŠtier, de connaĂŽtre la cinĂŠmatique machine FLEXO et les conditions de sĂŠcuritĂŠ, de comprendre l’influence des diffĂŠrents paramètres, d’acquĂŠrir le rĂŠflexe analyse et rĂŠsolution des problèmes‌ Les mises en situation lors des quatre semaines en entreprise (sur les cinq mois ½ que dure la formation) permettent de mettre en pratique les acquis, de dĂŠvelopper des compĂŠtences nouvelles et de travailler la mobilitĂŠ. J$POTFJM met Ă la disposition des stagiaires des ĂŠquipements de pointe (machines d’impression, matĂŠriels de laboratoire pour l’application des encres, instruments de mesure‌). $FUUFGPSNBUJPOFTUBDDFTTJCMFFODPOUBDUBOU WPUSFNJTTJPOMPDBMF EFNBOEFVSTEFNQMPJEF Ă‹BOT PVTPOBHFODF1Ă™MF&NQMPJ 3FOTFJHOFNFOUTø oXXXJDPOTFJMOFU

Mini-entreprises

Trois prix nationaux pour la Champagne-Ardenne Les laurÊats de l’IUT de Troyes.

 SFTUFSB VO HSBOE DSV QPVS MFT BQQSFOUJT FOUSFQSFOFVST EF MB S�HJPO QVJTRVFUSPJT�RVJQFTDIBNQBSEFOOBJTFTPOU�U�S�DPNQFOT�FT QBS MPQ�SBUJPO i&OUSFQSFOESF QPVS "QQSFOESFw Sur 18 prix en jeu, les Champardennais en ont remportÊ 3 ! Le championnat national des mini-entreprises, concours organisÊ par l’association Entreprendre pour Apprendre, s’est donc soldÊ par un triomphe pour nos reprÊsentants. Les �MÒWFT du bac pro communication du MZD�FQPMZWBMFOU(FPSHFT#SJÒSF Ë3FJNT ont ÊtÊ sacrÊs WJDFDIBNQJPOTEFT MZD�FT pour la fabrication et la commercialisation de cendriers de poche. Les �UVEJBOUT en licence de communication de M*65EF5SPZFT ont raflÊ le 1SJYEFMVUJMJTBUJPOEFTOPVWFMMFT UFDIOPMPHJFT pour leur kit de communication composÊ d’un site Internet et d’une soirÊe de lancement. Les KFVOFTEFMB.JTTJPOMPDBMFEF 3FJNT sont repartis avec le 1SJYEFMBHFTUJPO

�UIJRVF pour la fabrication et la commercialisation de porte-clÊs et de porte-photos en bouchons de champagne. Rappelons que 34 Êquipes avaient concouru au niveau rÊgional, rassemblant quelque 350 collÊgiens, lycÊens, Êtudiants et jeunes des Missions locales et de l’École de la 2ème Chance. Un beau succès pour ce concours destinÊ à QSPNPVWPJS MFTQSJU EFOUSFQSFOESF Ë USBWFST MB HFTUJPO EVO QSPKFU �DPOPNJRVF. Programme pÊdagogique se dÊroulant sur une annÊe scolaire, la mini-entreprise a pour objectif de TFOTJCJMJTFS les collÊgiens, lycÊens, Êtudiants et jeunes en structures d’insertion, à MBDS�BUJPOEFOUSFQSJTF, la gestion de projet et à la dÊcouverte professionnelle en gÊnÊral. Pour cela, les mini-entrepreneurs crÊent vÊritablement leur mini-entreprise et la gèrent comme de vrais professionnels avec l’aide de leurs parrains chefs ou cadres d’entreprise. 3FOTFJHOFNFOUTø  'S�E�SJD.BSBJT


ÉDUCATION & FORMATION

19

%ÒTMFNPJT EPDUPCSF TDBOOF[ QPVSDPOOBÔUSF MFTDPOEJUJPOTEV EJTQPTJUJG4UVE�0

StudÊO²

Votre tremplin pour rĂŠussir 1BSDFRVVOĂ?UVEJBOUEPJUQPVWPJSTFDPOTBDSFSFOUJĂ’SFNFOUĂ‹ TFTĂ?UVEFT QBSDFRVFMBRVBMJUĂ?EFWJFFTUVOGBDUFVSFTTFOUJFM EFTBSĂ?VTTJUF QBSDFRVFMFDPĂ&#x;UEFTĂ?UVEFTOFEPJUQBTĂ?USF VO PCTUBDMF  MB 3Ă?HJPO $IBNQBHOF"SEFOOF QPVSTVJU TPO BDUJPOFOGBWFVSEFTĂ?UVEJBOUTBWFD4UVEĂ?0¤

MOBILITÉ INTERNATIONALE La RÊgion Champagne-Ardenne donne un coup de pouce aux Êtudiants qui souhaitent partir �UVEJFS Ë M�USBOHFS PV FGGFDUVFS VO TUBHF QSBUJRVF FO FOUSFQSJTF. Elle participe financièrement aux frais de sÊjour à l’Êtranger à hauteur de 80 à 100 ₏ par semaine, dans la limite de 26 semaines sur l’ensemble du cursus, après dÊduction des Êventuelles aides europÊennes Erasmus et/ou rÊmunÊration durant le sÊjour.

ACQUISITION D’UN ORDINATEUR PORTABLE La RÊgion Champagne-Ardenne aide les Êtudiants en finançant l’achat d’un PSEJOBUFVSQPSUBCMF. Elle rembourse 200 à 400 ₏ dans la limite de 60 % du coÝt de l’ordinateur.

STAGE EN ENTREPRISE EN FRANCE Elle accompagne les Êtudiants effectuant un TUBHFFOFOUSFQSJTFFO'SBODF ÊloignÊ de leur domicile. Son aide forfaitaire s’Êlève à 200 ₏.

ADHÉSION À UNE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ La RÊgion Champagne-Ardenne aide les Êtudiants à üOBODFS tout ou partie de MFVSNVUVFMMF. Elle peut leur accorder jusqu’à 80 ₏ par annÊe universitaire.

AIDE AU TRANSPORT La RÊgion Champagne-Ardenne, la SNCF et la STDM proposent deux types d’abonnement pour les dÊplacements domicile-Êtudes des Êtudiants. À eux de choisir ! 1BTT²UVEFT ou -JCSF²UVEFT : t "CPOOFNFOU1BTT²UVEFT : jusqu’à 63 % de rÊduction sur les trajets hebdomadaires domicile-Êtudes, t "CPOOFNFOU-JCSF²UVEFT : jusqu’à 75 % de rÊduction sur les trajets quotidiens domicile-Êtudes.

PRÊT À TAUX ZÉRO Pour allÊger le budget des Êtudiants lors de la rentrÊe universitaire, la RÊgion Champagne-Ardenne et le CrÊdit Agricole leur proposent un QS�UËUBVYø. Pour faire face aux frais de scolaritÊ (frais d’inscription, livres, informatique‌), mais aussi à ceux de la vie courante, la RÊgion et le CrÊdit Agricole prennent en charge les intÊrêts liÊs au prêt. Prêt de 2 500 ₏ à 5 000 ₏ par annÊe d’Êtudes, selon le niveau de cursus au moment de la demande.

ALLOCATION UNIQUE D’AIDE D’URGENCE La RÊgion Champagne-Ardenne apporte son soutien financier aux Êtudiants rencontrant des EJGüDVMU�TüOBODJÒSFTQBTTBHÒSFT. Le montant de l’allocation versÊe par la RÊgion est variable selon la situation de l’Êtudiant (rencontre obligatoire avec une assistante sociale) et selon la dÊcision de la commission technique. GÊrÊ par le CROUS de Champagne-Ardenne, ce fonds permet d’apporter rapidement une aide financière personnalisÊe aux Êtudiants momentanÊment en difficultÊ.

Guide des aides : vers la dÊmatÊrialisation 3FUSPVWF[UPVUFTMFTDPOEJUJPOTFUMFTOPVWFMMFTEJTQPTJUJPOT EV EJTQPTJUJG 4UVE�0¤ TVS MF OPVWFBV TJUF EV HVJEF EFT BJEFTEFMB3�HJPO$IBNQBHOF"SEFOOFø IUUQTXXXDIBNQBHOFBSEFOOFHVJEFEFTBJEFTGS 7PVT QPVWF[ EÒT Ë QS�TFOU GBJSF VOF EFNBOEF FO MJHOF QPVSMBDRVJTJUJPOEVOPSEJOBUFVSQPSUBCMF ŽDPNQUFSEV NPJTEFOPWFNCSF MFOTFNCMFEVEJTQPTJUJG4UVE�0¤TFSB E�NBU�SJBMJT�&OKBOWJFS DFTFSBBVUPVSEFTCPVSTFT BVY�UVEJBOUTFU�MÒWFTFOGPSNBUJPOTQBSBN�EJDBMFT Ž UFSNF  UPVUFT MFT BJEFT JOEJWJEVFMMFT EF MB 3�HJPO $IBNQBHOF"SEFOOFTFSPOUDPODFSO�FT *Sous rÊserve d’ÊligibilitÊ.


20

ÉDUCATION & FORMATION

MobilitĂŠ internationale

Les apprentis bougent en Europe ! -B NPCJMJUĂ? JOUFSOBUJPOBMF FTU VOF QMVTWBMVFJNQPSUBOUFEBOTVOQBSDPVST EFGPSNBUJPO-B3Ă?HJPO$IBNQBHOF "SEFOOFFOFTUDPOWBJODVFQVJTRVFMMF QBSUJDJQFEFQVJTĂ‹EFTQSPKFUT EF NPCJMJUĂ? QPVS MFT EFNBOEFVST EFNQMPJ $FTU BVKPVSEIVJ BV UPVS EFTBQQSFOUJTEFQPVWPJSQBSUJSĂ‹MB SFODPOUSF EF OPVWFMMFT DVMUVSFT FU GBĂŽPOTEFUSBWBJMMFSHSÉDFBVQSPHSBNNF -FPOBSEP%B7JODJ Fort de son expĂŠrience dans le domaine de la mobilitĂŠ europĂŠenne, le Conseil rĂŠgional de Champagne-Ardenne a rĂŠpondu Ă l’appel Ă  projets -FPOBSEP%B7JODJ lancĂŠ chaque annĂŠe par l’Union europĂŠenne. Son dossier a ĂŠtĂŠ retenu permettant ainsi d’obtenir des financements : le budget global est de 475  000  â‚Ź et la subvention europĂŠenne obtenue est de 322 850 â‚Ź soit 68 %. -B3Ă?HJPOFTUEPODMFQPSUFVSFUMFDPPSEJOBUFVSBENJOJTUSBUJGEVQSPKFU

200 APPRENTIS À LA DÉCOUVERTE DE L’EUROPE

Renseignements : 03 26 70 89 18

L’objectif est de permettre à des apprentis issus de plusieurs CFA des 4 dÊpartements champardennais de rÊaliser un stage de 2 semaines dans une entreprise d’un autre pays. Sept CFA de la rÊgion (voir encadrÊ) se sont portÊs candidats. L’op Êration, qui s e dÊroulera sur 2 ans, leur permet d’envoyer chacun 12 apprentis accompagnÊs de 2 formateurs. Ainsi, ce sont près de øBQQSFOUJTRVJ TF SFOESPOU FO "MMFNBHOF  FO 4VÒEF  FO*UBMJFPVFO3PVNBOJF. Le choix des pays s’est fait grâce aux rÊseaux de collaborations et de par tenariats dÊjà Êtablis par la RÊgion.

Le Conseil rÊgional a connectÊ les CFA avec leurs homologues dans chaque pays : ceux-ci mettent à disposition leur rÊseau d’entreprises sur place. Un premier voyage des formateurs français a permis de valider les stages. Dès septembre, les apprentis ont dÊposÊ leurs candidatures. Au printemps 2013, ce sera le grand voyage !

SAVOIR-FAIRE ET SAVOIR-ĂŠTRE Une expĂŠrience de ce type est un atout formidable pour les apprentis. Au-delĂ de la dĂŠcouverte de mĂŠthodes de travail diffĂŠrentes, une telle expĂŠrience permet aussi aux apprentis de SFOGPSDFS MFVS DPOĂĽBODF FO FVY  EF HBHOFS FO NBUVSJUĂ? FU FO BVUPOPNJF : le savoir-faire, mais aussi le savoir-ĂŞtre.

Les CFA participants au projet Leonardo Da Vinci t #51$'""SEFOOFT 1PJY5FSSPO  5SBWBVYQVCMJDT.BÎPOT t #51$'".BSOF 3FJNT .BÎPOT t #51$'""VCF 1POU4BJOUF.BSJF ø *OTUBMMBUJPO�MFDUSJRVF²OFSHJFT SFOPVWFMBCMFT t #51$'")BVUF.BSOF $IBVNPOU ø .BÎPOT²OFSHJF t $FOUSFEFGPSNBUJPO1BTUFVS #�UIFOZ ø 1SPUIÒTFEFOUBJSF0QUJRVF-VOFUUFSJF t $'"*OUFSQSPEFMB.BSOF $IÉMPOTFO$IBNQBHOF ø .�DBOJDJFOT t $'"*OUFSQSPEFMB)BVUF.BSOF $IBVNPOU ø $PNNFSDF)ÙUFMMFSJF DVJTJOF  SFTUBVSBUJPO CPVMBOHFSJF QÉUJTTFSJF


DOSSIER

21

AIDE - MÉMOIRE

des dispositifs régionaux en faveur des lycéens et des apprentis

Restauration scolaire, santé, séjours à l’étranger, équipement professionnel, livres scolaires, culture… En lien avec les établissements d’enseignement, la Région propose dans les domaines de leur vie courante des aides matérielles qui donnent aux lycéens et apprentis les moyens d’accomplir leur cursus dans de bonnes conditions et favorisent leur développement personnel.

La cause des jeunes ne peut qu’être soutenue par une collectivité responsable qui voit en eux l’avenir, la force en germe de son territoire.

SUITE P. 22 À 26


22

DOSSIER

Accompagner et aider les lycĂŠens et apprentis dans leur vie quotidienne.

Dans les secteurs qui relèvent de ses compÊtences, la RÊgion se fait fort d’accompagner et d’aider dans leur vie quotidienne les lycÊens et apprentis, par le biais de dispositifs qui n’ont d’intÊrêt que s’ils sont connus et profitent au plus grand nombre. La conjoncture Êconomique accentue leur utilitÊ auprès des familles qui assument la charge de la vie scolaire et de ses à -côtÊs. À la lumière des retours d’expÊrience (voir encadrÊ page suivante), certains de ces dispositifs Êvoluent ou sont en

cours d’Êvolution pour rÊpondre plus Êtroitement aux besoins et aux usages des jeunes. %BOT DF EPTTJFS  3$" MFT QBTTFFOSFWVFUFMTRVJMTTPOUQSPQPT�T QPVSMBOO�FTDPMBJSFFUFO SBQQFMMFMFTNPEBMJU�TQSBUJRVFTBDUVFMMFT

LIVRES SCOLAIRES, VIE CULTURELLE : LA CARTE LYCÉO -F $POTFJM SĂ?HJPOBM PGGSF BVY  MZDĂ?FOT IPST QPTU CBDDBMBVSĂ?BU  FU BQQSFOUJTDIBNQBSEFOOBJT-ZDĂ?0 VOF DBSUFĂ‹QVDFWBMBCMFQPVSMBEVSĂ?FEF MFVSTDPMBSJUĂ?$SĂ?EJUĂ?FDIBRVFBOOĂ?F FMMFQFSNFU t aux lycĂŠens de financer l’achat ou la location de leurs manuels scolaires chez tous les partenaires du dispositif ĂŠquipĂŠs d’un terminal de paiement (librairies, fĂŠdĂŠrations de parents d’Êlèves‌) jusqu’au 31 juillet 2013, Ă hauteur de ø â‚Ź EBOT MFOTFJHOFNFOUHĂ?OĂ?SBMFUUFDIOPMPHJRVF FU EF ø â‚Ź EBOT MFOTFJHOFNFOU QSPGFTTJPOOFM, t BVYMZDĂ?FOTFUBVYBQQSFOUJTEBWPJS BDDĂ’T Ă‹ UBSJG SĂ?EVJU Ă‹ EFT QMBDFT

EF TQFDUBDMFT (concerts, thÊâtre, cinÊma‌) jusqu’au 31 juillet 2013, ËIBVUFVSEF₏.

NOUVEAUTÉS Depuis sa crÊation, la carte LycÊO n’a cessÊ d’être affinÊe. Issues du travail de DPODFSUBUJPO FU EF DPDPODFQUJPO NFO� BWFD MFT KFVOFT (voir encadrÊ page suivante), EF OPVWFMMFT BN�MJPSBUJPOT TPOU BQQPSU�FT DFUUF BOO�F BV EJTQPTJUJG pour permet tre aux lycÊens et apprentis de C�O�GJDJFS QMFJOFNFOU EFT BWBOUBHFT qu’elle offre : t la car te LycÊO est envoyÊe au domicile du jeune qui remplit le formulaire de demande la première annÊe. Elle est automatiquement

rechargĂŠe les annĂŠes suivantes dès l’instant oĂš l’Êtablissement a validĂŠ sa rĂŠinscription, t le mode d’emploi du dispositif a ĂŠtĂŠ rĂŠdigĂŠ en termes plus clairs et ramenĂŠ au format de la carte pour que les bĂŠnĂŠficiaires puissent les conserver ensemble sur eux, t pour que les partenaires du dispositif soient plus facilement identifiables, le panonceau “carte LycĂŠOâ€? a ĂŠtĂŠ rendu plus visible, t la RĂŠgion se rapproche d’autres structure s et organis ateurs de festivals de manière Ă pouvoir Ă  la fois ĂŠtendre et mieux cibler l’offre culturelle accessible avec la carte LycĂŠO.


Les jeunes ont leur mot Ă dire

ÉQUIPEMENT INDIVIDUEL DE FORMATION : OUTIL DE LA RÉUSSITE Dans le cadre de leur prÊparation à certains diplômes, les lycÊens en filières d’enseignement technologique ou professionnel (CAP, bac pro‌) peuvent avoir besoin de matÊriels spÊcifiques dont le coÝt peut être ÊlevÊ : vêtements, Êquipements de sÊcuritÊ, outils (couteaux de cuisine, ciseaux de coiffure, etc.).

Pour amĂŠliorer les chances de rĂŠussite des jeunes et soulager les familles, la RĂŠgion prend en charge le financement de la “boĂŽ te Ă outilsâ€? que reçoit chaque lycĂŠen en dĂŠbut de formation. Elle verse aux lycĂŠes une TVCWFOUJPO QSPQPSUJPOOFMMF BV DPĂ&#x;U EFTNBUĂ?SJFMT.

LE FONDS SOCIAL DES LYCÉENS ET DES APPRENTIS Tout Êlève majeur inscrit dans un lycÊe de Champagne-Ardenne peut demander à bÊnÊficier d’une aide JOEJWJEVFMMFEBOTMFDBESFEVGPOET TPDJBM MZD�FO. L a RÊgion verse ce fonds sous forme d’une subvention aux lycÊes. Ce fonds est destinÊ à BTTVSFS

OPUBNNFOUMFTE�QFOTFTEFTDPMBSJU� FU EF WJF TDPMBJSF EFT KFVOFT FO EJGGJDVMU�. L’attribution et le montant de cette aide sont laissÊs à l’apprÊciation d’une commission. Un dispositif Êquivalent est proposÊ aux apprentis dans les CFA.

FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE RESTAURATION DES APPRENTIS Les jeunes en contrat d’apprentissage peuvent être amenÊs à effectuer leur formation loin de chez eux, ce qui occasionne des frais supplÊmentaires. La RÊgion verse aux CFA une subvention qui permet d’absorber, selon un barème forfaitaire, une partie des frais de transport, d’hÊbergement, de restauration engagÊe par les apprentis.

"TTPDJĂ?F EFQVJT QMVTJFVST BOOĂ?FT BVY QSPHSBNNFTEFMBiĂ’NF3Ă?HJPOw laboraUPJSFOBUJPOBMPĂĄMPOFYQMPSFEFOPVWFMMFT NĂ?UIPEFTEFDPODFQUJPOFUEFNJTFFO”VWSF EFT QPMJUJRVFT QVCMJRVFT  MB $IBNQBHOF "SEFOOFBDIPJTJMBKFVOFTTFDPNNFUIĂ’NF EFUSBWBJMQPVSMBQĂ?SJPEF&MMFB EĂ?DJEĂ?EFTJOUFSSPHFSTVSMBQFSUJOFODFEF TFTEJTQPTJUJGTFOGBWFVSEFTKFVOFT "VMJFVEFMFTGBJSFĂ?WBMVFSQBSEFTJOTUBODFT JOTUJUVUJPOOFMMFT MF$POTFJMSĂ?HJPOBMBQSJT MJOJUJBUJWFEJOWJUFS WJBMFSĂ?TFBVEFT.+$  VOFUSFOUBJOFEFKFVOFT MZDĂ?FOT Ă?UVEJBOUT  EFNBOEFVST EFNQMPJ  Ă‹ WFOJS Ă?DIBOHFS BWFDEFTBDUFVSTEVUFSSJUPJSF EFTĂ?MVTFU EFT EJSFDUJPOT SĂ?HJPOBMFT TVS UPVUFT MFT UIĂ?NBUJRVFTMFTUPVDIBOUEFQSĂ’T $FTQSFNJĂ’SFTi3FODPOUSFT+FVOFTw RVJTF TPOU UFOVFT FO OPWFNCSF  EBOT IVJU UFSSJUPJSFTSVSBVYFUQĂ?SJVSCBJOT POUQFSNJT de SFDVFJMMJSMBQBSPMFEFTKFVOFTFUEFOWJTBHFS EF SFDPOTUSVJSF DFSUBJOT EJTQPTJUJGT JOTVGĂĽTBNNFOU VUJMJTĂ?T EBOT MFVS GPSNF BDUVFMMF " BJOTJ Ă?UĂ? NJTF FO Ă?WJEFODF MF EĂ?DBMBHFEVWPMFUDVMUVSFMEFMBDBSUF-ZDĂ?0 BWFDMFTBUUFOUFTEFTVTBHFST$FTUBWFDMFVS DPPQĂ?SBUJPO FUĂ‹MBTVJUFEFMFVSTSFNBSRVFT  RVFMFEJTQPTJUJGBDPNNFODĂ?Ă‹Ă?WPMVFS FU OPUBNNFOUMPGGSFDVMUVSFMMFBDDFTTJCMFHSÉDF Ă‹MBDBSUF-ZDĂ?0 %F OPVWFMMFT i3FODPOUSFT +FVOFTw TPOU QSPHSBNNĂ?FT FO OPWFNCSF   DFUUF GPJT Ă?UFOEVFT Ă‹  UFSSJUPJSFT FU DFOUSĂ?FT TVSMFUIĂ’NFEFMBNPCJMJUĂ?(voir page 33) (Ă?SBSE#FSUIJPU WJDFQSĂ?TJEFOUEĂ?MĂ?HVĂ?Ă‹MB 7JFBTTPDJBUJWF Ă‹MB+FVOFTTF BV4QPSUFU Ă‹M²EVDBUJPOQPQVMBJSF TFOUIPVTJBTNF “la RĂŠgion expĂŠrimente une nouvelle façon de faire une politique publique, pour les jeunes, avec les jeunes. Cette dĂŠmarche de co-conception, unique en France, est suivie avec intĂŠrĂŞt par l’Association des rĂŠgions de France et le nouveau ministère de la Jeunesse et des Sportsâ€?

Renseignements : http://jeuneschampagneÂŹ ardenne.fr


24

DOSSIER

OUVERTURE SUR LE MONDE : LA BOURSE DE SÉJOUR À L’ÉTRANGER Dans un objectif d’ouverture sur le monde et d’amÊlioration de la pratique des langues, les lycÊens ont la possibilitÊ de participer à des sÊjours de dÊcouverte, dans une famille d’accueil ou par le biais d’un organisme linguistique, ou d’entreprendre des stages à l’Êtranger. -B3�HJPOMFTBDDPNQBHOF EBOTMFVSBWFOUVSFËIBVUFVSEF₏

QBSTFNBJOF TVSVOFEVS�FNBYJNVN EFøTFNBJOFT pour l’ensemble de la scolaritÊ. L’aide est portÊe à 240 ₏ par semaine pour les lycÊens boursiers. Le dossier de demande de bourse, tÊlÊchargeable sur le site de la RÊgion (www.cr-champagne-ardenne.fr), est à dÊposer auprès de celle-ci au moins un mois avant le dÊpart.

PRÉVENTION SANTÉ : LE PASS’CONTRACEPTION Mis en place en janvier 2011 par la RÊgion avec le rectorat de l’AcadÊmie de Reims, le 1BTT$POUSBDFQUJPO est une E�NBSDIFEBDDPNQBHOFNFOUEFTKFVOFT EBOT MFVS SFDPVST Ë MB DPOUSBDFQUJPO, dÊmarche basÊe sur le dialogue et la recherche d’une rÊponse personnalisÊe. Le jeune peut aller trouver l’infirmière de son Êtablissement pour lui poser des questions confidentielles, lui parler de ses difficultÊs‌ En fonction de la situation, elle peut lui dÊlivrer des bons pour une visite

chez un mÊdecin un gynÊcologue, une sage-femme, pour des analyses mÊdicales, un contraceptif, des prÊservatifs‌ Ces actes sont entièrement pris en charge par la RÊgion. Depuis le lancement de l’opÊration, dÊbut 2012, 1BTT$POUSBDFQUJPO POU �U� E�MJWS�T EBOT  MZD�FT EF$IBNQBHOF"SEFOOFËMBTVJUFEFT FOUSFUJFOTQS�BMBCMFT. Une convention a ÊtÊ signÊe en juillet dernier avec la Direction rÊgionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF) pour proposer le Pass’Contraception dans les Êtablissements d’enseignement agricole. La dÊmarche devrait s’Êtendre progressivement à l’ensemble des CFA champardennais. 1PVSFOTBWPJSQMVT DPOTVMUF[MFN�EFDJO PV MJOGJSNJFS ÒSF  TDPMBJSF EF WPUSF �UBCMJTTFNFOUPVMBSVCSJRVF4BOU�TVSø XXXDSDIBNQBHOFBSEFOOFGS


FENĂŠTRE SUR LE 7ĂˆME ART : LYCÉENS ET APPRENTIS AU CINÉMA -B 3Ă?HJPO QBSUJDJQF EFQVJT QMVT EF BOTBVEJTQPTJUJGOBUJPOBMi-ZDĂ?FOT FUBQQSFOUJTBVDJOĂ?NBw en proposant chaque annĂŠe aux lycĂŠes et CFA volontaires une sĂŠlection de films du patrimoine ou contemporains, français ou ĂŠtrangers. Il s’agit cette annĂŠe de : t Grizzly Man de Werner Herzog, t Le dictateur de Charlie Chaplin, t Morse de Tomas Alfredson, t Fish tank de Andrea Arnold. Les projections organisĂŠes pour les

classes en salles de cinÊma sont prÊparÊes en amont par les enseignants grâce à des rencontres avec des experts de l’univers artistique du film et des supports pÊdagogiques. Depuis la rentrÊe 2012-2013, le dispositif est coordonnÊ en rÊgion par l’association TÊlÊ Centre Bernon, en collaboration avec le pôle cinÊma de l’Office rÊgional culturel de Champagne-Ardenne. 3FOTFJHOFNFOUT0SDDBø 

AU CŒUR DE LA MUSIQUE ACTUELLE : LYCÉES EN LIVE PilotÊe par l’organisme culturel de la RÊgion, l’Orcca, cette opÊration consiste à organiser dans les Êtablissements des ateliers et rencontres d’artistes et spÊcialistes, et à accompagner les lycÊens et apprentis musiciens dans leurs rÊpÊtitions, voire jusqu’à la scène, en première partie d’artistes rÊgionaux confirmÊs.

0CKFDUJGMFTTFOTJCJMJTFSËMBEJWFSTJU� EFTNVTJRVFTBDUVFMMFT MFVSIJTUPJSF MB TDÒOFS�HJPOBMF MFTBDUFVSTBTTPDJBUJGT FUQSPGFTTJPOOFMTRVJMBGPOUWJWSF FU E�WFMPQQFSMFTQSBUJRVFT 3FOTFJHOFNFOUT0SDDBø 

L’aide Ă la restauration scolaire en hausse "VDVO PCTUBDMF GJOBODJFS OF EFWSBJU FNQĂ?DIFS VO MZDĂ?FO EBWPJS BDDĂ’T BV TFSWJDFEFSFTUBVSBUJPODPMMFDUJWFEFTPO MZDĂ?FFUEFQSPĂĽUFSEVOSFQBTDPOTJTUBOU FUĂ?RVJMJCSĂ? "UUBDIĂ?Ă‹DFQSJODJQF MF$POTFJMSĂ?HJPOBM BEĂ?DJEĂ?EBVHNFOUFSMFNPOUBOUEFTPO BJEFĂ‹MBSFTUBVSBUJPOTDPMBJSF&MMFFTUĂĽYĂ?F  EFQVJTMFerKBOWJFS Ă‹ â‚ŹQBS SFQBT BVMJFVEF ĂŠQSĂ?DĂ?EFNNFOU TPJUâ‚ŹQPVSVOĂ?MĂ’WFEFNJQFOTJPOOBJSF BVGPSGBJUøKPVSTPVâ‚ŹQPVSVOĂ?MĂ’WF interne &O CĂ?OĂ?GJDJFOU  TPVT DPOEJUJPOT EF S F T TPVS DF T  MF T MZDĂ?FOT EF MFOTFJHOFNFOUQVCMJD IPSTQPTUCBDDBMBVSĂ?BU  EF $IBNQBHOF"SEFOOF  MFT Ă?MĂ’WFT EF Ă’NF%Ă?DPVWFSUFQSPGFTTJPOOFMMFFOMZDĂ?F QSPGFTTJPOOFM MFTĂ?MĂ’WFTEF Ă’NFFU Ă’NF EF MFOTFJHOFNFOU BHSJDPMF  MFT Ă?MĂ’WFT de la 6 Ă’NF Ă‹ MB  Ă’NF EFT &3&" RVJ POU SFNJTMFVSGPSNVMBJSFĂ‹MĂ?UBCMJTTFNFOU BVNPNFOUEFMJOTDSJQUJPO BDDPNQBHOĂ? EF MB DPQJF JOUĂ?HSBMF EV EFSOJFS BWJT EJNQPTJUJPOPVEFOPOJNQPTJUJPO-BJEF SĂ?HJPOBMF FTU EJSFDUFNFOU EĂ?EVJUF EV NPOUBOU EF MB GBDUVSF BESFTTĂ?F QBS MĂ?UBCMJTTFNFOUĂ‹MBGBNJMMFBVUJUSFEF MBSFTUBVSBUJPOTDPMBJSF


26

DOSSIER

Donner PLAISIR DE LA LECTURE : ou entretenir DES AUTEURS DANS LES LYCÉES .BJTBVTTJ le goĂťt de la lecture 3FOESFMBMJUUĂ?SBUVSFWJWBOUF EPOOFSPV FOUSFUFOJSMFHPĂ&#x;UEFMBMFDUVSFDIF[MFT t -FDPODPVSTQIPUPEĂ?WFMPQQFNFOU durable organisĂŠ par la RĂŠgion en chez les lycĂŠens MZDĂ?FOTFUMFTBQQSFOUJT c’est le sens dĂŠbut d’annĂŠe scolaire permet aux des rencontres d’auteurs organisĂŠes dans et les apprentis. les ĂŠtablissements sous la coordination lycĂŠens et aux apprentis de montrer d’Interbibly. Environ 1 200 ĂŠlèves participent Ă cette action chaque annĂŠe et accueillent dans leur classe des romanciers dont ils ont lu au prĂŠalable une Ĺ“uvre parmi celles que le Centre rĂŠgional du livre a sĂŠlectionnĂŠes pour eux. 3FOTFJHOFNFOUTBV$3- 

www.cr-champagne-ardenne.fr

de manière artistique leur sens de l’observation et leur intĂŠrĂŞt pour l’environnement. Cette annĂŠe, le thème est “La nature joue avec les ressemblancesâ€?. t - F QSJY SĂ?HJPOBM QPVS MĂ?HBMJUĂ? rĂŠcompense d’un chèque de 765 â‚Ź les jeunes filles et jeunes hommes, inscrits dans un lycĂŠe professionnel ou dans un CFA, qui ont choisi de se former Ă un mĂŠtier oĂš leur sexe est sous-reprĂŠsentĂŠ (voir page 32). t -BQQFM Ă‹ QSPKFU SĂ?HJPOBM *OJUJBUJWFT DJUPZFOOFTFUTPMJEBJSFTQPVSMĂ?HBMJUĂ? FUMBKFVOFTTF est une façon pour la RĂŠgion de soutenir les associations qui mènent des actions innovantes en direction des jeunes. t -FT&TQBDFT.Ă?UJFST de la rĂŠgion donnent Ă  tous, et en particulier aux jeunes, des informations sur les mĂŠtiers, les formations et les perspectives d’emploi. Retrouvez la liste des Espaces mĂŠtiers sur le site de la RĂŠgion.

Catherine Rivière


GASTRONOMIE

27

Ça pÊtille !

Le cidre des Ardennes ROGIVILLE WARNÉCOURT

-B$IBNQBHOF"SEFOOFQFVUTFOPSHVFJMMJSEFQPTTĂ?EFS USPJTCPJTTPOTFGGFSWFTDFOUFTEFRVBMJUĂ?FUCJFOBODSĂ?FT EBOTMFUFSSJUPJSF"UPVUTFJHOFVSUPVUIPOOFVS MB QSFNJĂ’SFQMBDFSFWJFOUCJFOĂ?WJEFNNFOUBV$IBNQBHOF .BJTJMZBĂ?HBMFNFOUVOFUSBEJUJPOCSBTTJDPMF RVJB CJFOGBJMMJEJTQBSBĂ”USFFURVJDPOOBĂ”UBVKPVSEIVJVO SFOPVWFBVEFCPOBMPJ&OĂĽO JMZBMFDJESFEVQBZT E0UIFRVJGBJUMFCPOIFVSEFTBNBUFVSTEFQVJTMF 97*e TJĂ’DMF "VKPVSEIVJ  DFTU EF DJESF Ă?HBMFNFOU EPOUJMWBĂ?USFRVFTUJPO NBJTDFMVJEFT"SEFOOFT Historiquement, l’agriculteur ardennais cultive la pomme et ĂŠlabore du cidre depuis toujours. Au dĂŠbut du XXe siècle, le docteur Guelliot ĂŠcrit d’ailleurs que â€œâ€Śles vergers autour de Guincourt alimentaient non seulement les grandes villes de la rĂŠgion, mais ĂŠgalement les marchĂŠs de Parisâ€?. En effet, dans les annĂŠes 1920, on compte 24 000 arbres dans le secteur de Lalobbe-Chaumont-Porcien, 50 000 Ă  Novion-Porcien, 25 000 Ă  Rumigny et 30 000 Ă  Tourteron. Le cidre ĂŠtait alors la seconde boisson consommĂŠe par les Ardennais. Malheureusement, de nombreux vergers furent dĂŠtruits pendant la seconde guerre mondiale et la boisson perdit, petit Ă  petit, du terrain.

À CHAQUE POMME SON CIDRE Fort heureusement, quelques producteurs ont dÊcidÊ de replanter des pommiers de variÊtÊs anciennes et de relancer la production notamment dans les secteurs dÊjà renommÊs comme le Tourteronnais et les environs de Lalobbe. Ainsi, Étienne Capitaine Êlabore son cidre à partir d’une trentaine de variÊtÊs qu’il classifie en trois catÊgories : douces, amères et acidulÊes et en trois saisons. La première entre le 15 septembre et le 1er octobre, la seconde entre le 10 et le 30 octobre et la troisième de dÊbut à fin novembre. Chaque catÊgorie a son rôle. Les pommes douces vont amener le sucre

nÊcessaire à la transformation en alcool. Les pommes amères vont donner du corps au futur cidre. Les acidulÊes vont procurer fraÎcheur et capacitÊ de rÊsistance aux maladies. RamassÊes à la main, les pommes attendent environ un mois avant d’être triÊes, lavÊes, râpÊes ou broyÊes et enfin pressÊes. Le jus obtenu est ensuite placÊ dans une cuve pendant huit à dix jours pour que le sucre se transforme tranquillement en alcool sous l’effet des levures. Quelques soutirages sont effectuÊs ainsi qu’un transfert de cuve avant la mise en bouteille vers le printemps suivant. Les pommes ardennaises permettent aussi d’Êlaborer un excellent jus de pommes ainsi que des eaux de vie, vinaigres et ratafias de cidre‌ $BUIFSJOF$PVUBOU

Deux producteurs parmi les plus importants : Cidrerie Capitaine de Lalobbe 08460 Rogiville Cidrerie de WarnÊcourt 44, route de Launois 08090 WarnÊcourt DÊcouvrez ou redÊcouvrez les spÊcialitÊs gastronomiques rÊgionales sur l’Annuaire des produits du terroir sur : http://www.produitsduterroirchampagne-ardenne.fr DÊsormais disponible en version mobile ! http://m.produitsduterroirchampagne-ardenne.fr


28

DÉCOUVERTE

Le catalogue de l’opÊration La Champagne-Ardenne au dÊtour de ses livres.

La librairie Apostrophe à Épernay.

La Champagne-Ardenne,

Auteurs, Êditeurs, salons, libraires :

À TÉLÉCHARGER

La revue In Texto qui traite de l’actualitÊ du livre en rÊgion est tÊlÊchargeable sur le site de l’ORCCA : www.orcca.fr

-BQPMJUJRVFEFMB3Ă?HJPOFONBUJĂ’SFEF MJWSF FTU WPMPOUBSJTUF, notamment grâce Ă des dispositifs d’aide Ă  l’Êdition, qui permettent aux ĂŠditeurs de prĂŠsenter leurs productions dans des salons ou d’imprimer leurs catalogues, et Ă  la crĂŠation, pour les auteurs. S’y ajoutent des aides Ă  l’investissement : informatisation des librairies, numĂŠrisation des fonds anciens, fonds rĂŠgional d’acquisition pour les bibliothèques (FRAB)‌ -B 3Ă?HJPO TF NPOUSF Ă?HBMFNFOU USĂ’T BDUJWF QPVS QSPNPVWPJSMFTBDUFVSTEFMBDIBĂ”OFEV MJWSF Elle est ĂŠvidemment prĂŠsente au Salon du livre de Paris  : “Un moment incontournable pour les ĂŠditeurs rĂŠgionaux qui y participent. Cela leur permet de rencontrer de nombreux libraires, de nouer des contactsâ€?, indique Claudine GuĂŠguen, chargĂŠe de mission livre et lecture Ă  l’ORCCA (Office rĂŠgional culturel de Champagne-Ardenne). Une opĂŠration symbolise cette volontĂŠ de promotion : -B $IBNQBHOF"SEFOOF BV EĂ?UPVS EF TFT MJWSFT. Cette campagne, qui se dĂŠroule gĂŠnĂŠralement en mai et juin, vise Ă  mettre en avant les ouvrages de type rĂŠgionaliste dans les librairies de la rĂŠgion. Ă€ cette occasion, VODBUBMPHVFoSFDFOTBOUVOF DFOUBJOF EPVWSBHFT o FTU Ă?EJUĂ? FU NJT

Ă‹MBEJTQPTJUJPOEVQVCMJD dans les librairies, quelques offices de tourisme ou Ă tĂŠlĂŠcharger sur www.orcca.fr. L’essentiel de ces opĂŠrations est coordonnĂŠ par les services de l’ORCCA/Centre rĂŠgional du livre (le CRL). Centre de documentation qui regroupe les publications rĂŠgionales, c’est aussi VO MJFV EF DPOTFJM, comme l’indique Claudine GuĂŠguen : “Notre rĂ´le est d’aider et de mettre en relation les auteurs, les ĂŠditeurs, les libraires et les bibliothĂŠcairesâ€?.

DES LIBRAIRIES, LIEUX DE VIE Dans un secteur en pleine mutation, l’activitĂŠ de libraire est difficile, mais enthousiasmante. La librairie doit apporter une vraie valeur ajoutĂŠe de service et de conseil pour ne pas voir les clients se tourner vers les sites de vente en ligne. La librairie se doit ĂŠgalement d’être un lieu de vie qui organise des dĂŠdicaces et des dĂŠbats. Ernest Centofanti a d’abord repris une librairie à Épernay, L’Apostrophe, avant d’en ouvrir une deuxième Ă  Rethel, Les Guillemets. Il dĂŠclarait voici quelque temps dans *O 5FYUP, la revue ĂŠditĂŠe par l’Orcca et consacrĂŠe Ă  la vie du livre en rĂŠgion : “Le libraire doit se mettre en rapport avec toutes les manifestations culturelles de sa ville ou de sa rĂŠgion d’ancrage. Un travail d’identification des acteurs locaux et de connaissance de l’actualitĂŠ du coin est judicieuxâ€?.


DÉCOUVERTE

29

Les Éditions Dominique GuÊniot au dernier Salon du livre de Paris.

une rĂŠgion Ă la page

quid du livre dans notre rĂŠgion ? DES ÉDITEURS INVENTIFS Plusieurs ĂŠditeurs sont installĂŠs en rĂŠgion. Parmi eux, les ²EJUJPOT %PNJOJRVF (VĂ?OJPU implantĂŠes Ă  -BOHSFT, crĂŠĂŠes en 1976 et reprises depuis 2008 par deux jeunes ĂŠditeurs, Alexandre Richer et SĂŠbastien MĂŠrat, qui souhaitent se dĂŠmarquer : “Nous cherchons Ă  percer avec nos propres atouts : proximitĂŠ, qualitĂŠ et originalitĂŠ des contenusâ€?. Ils font le pari de MBWBSJĂ?UĂ?EFTTVKFUTFOBMUFSOBOU QVCMJDBUJPOT EFTUJOĂ?FT Ă‹ EFT DFSDMFT EJOJUJĂ?T FU PVWSBHFT UPVU QVCMJD MBSHFNFOU EJGGVTĂ?T “Nous apportons un soin particulier au graphisme et au traitement de la photographie. Cela permet de donner de la culture rĂŠgionale une image valorisanteâ€?, prĂŠcisent-ils. Quelques beaux livres de photographies, emblĂŠmatiques de leur travail : Clairvaux, ĂŠtat des lieux oĂš se dĂŠvoile toute l’histoire de l’abbaye cistercienne  ; Châteaux et nobles demeures de HauteMarne invitent Ă  une flânerie Ă  travers une vingtaine des plus beaux châteaux du dĂŠpartement. Les ²EJUJPOT /PJSFT 5FSSFT sont localisĂŠes Ă  -PVWFSHOZ, petit village ardennais situĂŠ entre Rethel et Carignan. “Les Éditions Noires Terres ont dix ans. Dès le dĂŠpart, nous nous sommes dĂŠfinis comme des ĂŠditeurs en rĂŠgionâ€?, indique +FBO.BSJF-FDPNUF. Noires Terres a d’abord rĂŠalisĂŠ des livres de photographies dans lesquels figuraient quelques textes d’auteurs rĂŠgionaux. Depuis le dĂŠbut de l’annĂŠe, “nous avons crĂŠĂŠ une collection littĂŠraire intitulĂŠe i$SPJTFNFOUTw qui reprend le concept inverse. Nous publions des textes d’auteurs accompagnĂŠs de quelques photographiesâ€?. Dans cette sĂŠrie, deux nouveaux ouvrages  : Les Blancs Chemins, pĂŠrĂŠgrinations de l’Êcrivain-marcheur Guy FĂŠquant, de Rethel Ă  VĂŠzelay et La Vie clandestine, 14 rĂŠcits en prose de Christophe Mahy.

Les Éditions Noires Terres au dernier Salon du livre de Paris.


30

DÉCOUVERTE

Salon du livre de Troyes.

SALONS DU LIVRE EN CHAMPAGNE-ARDENNE

Salon du livre pour la jeunesse de Troyes.

Festival BD d’Hautvilliers.

-F4BMPOSĂ?HJPOBMEVMJWSF QPVSMBKFVOFTTFEF5SPZFT -Ă?EJUJPOTFEĂ?SPVMFSBEVBV octobre sur le thème des Sports et loisirs ! C’est un ĂŠvĂŠnement majeur, organisĂŠ par l’association Lecture et loisirs. Les chiffres sont ĂŠloquents : øWJTJUFVST ø MJWSFTQSĂ?TFOUĂ?T‌ Ce salon souhaite “transmettre le goĂťt pour la lecture-plaisirâ€?, indique AmĂŠlie Plançon, sa directrice. “Nous tentons de trouver le juste ĂŠquilibre entre rencontres littĂŠraires, animations, ateliers, spectacles.â€? Le salon est le temps fort d’une action menĂŠe toute l’annĂŠe puisque l’association s’applique ĂŠgalement Ă  renforcer sa mission de QSĂ?WFOUJPODPOUSF MJMMFUUSJTNF FU EF EĂ?WFMPQQFNFOU EF MB MJUUĂ?SBUVSFKFVOFTTF : rĂŠsidences, actions dans les mĂŠdiathèques, rencontres dans les ĂŠcoles‌ “En s’appuyant sur les structures rĂŠgionales existantes, en avançant main dans la main avec elles, en mettant en commun les savoirs, les idĂŠes, les moyens, au profit de la littĂŠrature jeunesse et des bienfaits qu’elle peut apporter en termes de construction individuelle et de partage familial, les actions ont rĂŠellement portĂŠ leurs fruits !â€?

Salon du livre de Chaumont.

-F4BMPOEVMJWSFEF$IBVNPOU *MTFEĂ?SPVMFSBMFT FUOPWFNCSF. Le thème de l’annĂŠe sera -BSU FO MFUUSFT : une trentaine d’auteurs, dont six pour la jeunesse, seront invitĂŠs et un prix du Salon du livre de Chaumont sera dĂŠcernĂŠ pour la première fois. Une manifestation riche dirigĂŠe par JoĂŤl Moris : “Nous avons eu la volontĂŠ de crĂŠer une manifestation littĂŠraire qui se tourne vers les autres disciplines artistiques. Non seulement pour donner du rythme Ă  la manifestation et pour attirer un plus large public, mais aussi parce que, aujourd’hui plus qu’auparavant, les ĂŠcrivains ne travaillent plus sans se soucier de la crĂŠation artistique dans les autres domaines [‌] les ĂŠcrivains s’inspirent de films, crĂŠent des Ĺ“uvres plastiques.â€? Et ça marche puisque MB GSĂ?RVFOUBUJPO FTU FO DPOTUBOUFBVHNFOUBUJPO. La bande dessinĂŠe n’est pas en reste avec deux rendez-vous oĂš se pressent les bĂŠdĂŠphiles : t #VMMFTFO$IBNQBHOF MFTFUPDUPCSFĂ‹7JUSZMF'SBOĂŽPJT t -FGFTUJWBM#%CVMMFT MFTFUBWSJMĂ‹)BVUWJMMFST Ă€ chaque ĂŠdition des milliers de personnes viennent y rencontrer leurs auteurs prĂŠfĂŠrĂŠs, mais aussi par ticiper Ă  de nombreuses animations : projections, expositions, ateliers‌


DÉCOUVERTE

31

Salons et festivals EN 2012 : %VBVPDUPCSF 'FTUJWBM*OUFSQPMBSUĂ‹3FJNT www.interpolart.com %VBVPDUPCSF 4BMPOSĂ?HJPOBMEVMJWSFQPVSMBKFVOFTTFĂ‹5SPZFT www.lecture-loisirs.com %VBVOPWFNCSF 4BMPOEVMJWSFEF$IBVNPOU www.ville-chaumont.fr -FTFUPDUPCSF #VMMFTFO$IBNQBHOFĂ‹7JUSZMF'SBOĂŽPJT www.bdvitrylefrancois.over-blog.com

EN 2013 : %VBVNBST 4BMPOEVMJWSFQPVSMBKFVOFTTFEF$PSNPOUSFVJM www.lire-et-delires.fr -FTFUBWSJM 'FTUJWBM#%CVMMFTE)BVUWJMMFST www.bd-bulles.com L’Êcrivain Thierry Beinstingel.

DES AUTEURS REMARQUABLES‌ %F %FOJT %JEFSPU Ë "SUIVS 3JNCBVE  EFT BVUFVST D�MÒCSFT POUW�DVEBOTMBS�HJPO Aujourd’hui encore, ils sont nombreux à crÊer près de chez vous. Parmi eux, l’Êcrivain 5IJFSSZ#FJOTUJOHFM S�TJEFË4BJOU%J[JFS. Après un premier roman intitulÊ La RÊserve publiÊ en 2000, il est très vite repÊrÊ par les maisons d’Êdition parisiennes et sort son deuxième roman Central chez Fayard. Plusieurs fois primÊ, il est particulièrement remarquÊ en 2010 avec la parution de son huitième roman, Retour aux mots sauvages, T�MFDUJPOO� QPVSMFQSJY(PODPVSUEFTMZD�FOT. Une belle reconnaissance. La Champagne-Ardenne est Êgalement connue pour sa riche production dans le domaine de la bande dessinÊe. Elle le doit en grande partie à l’intense et talentueuse activitÊ de M"UFMJFS55$ (Reims) qui regroupe EFTEFTTJOBUFVST EFT TD�OBSJTUFT  EFT DPMPSJTUFT. Cette Êquipe peut se prÊvaloir d’une place de choix dans la production nationale  : sept à huit albums sortent de l’Atelier 510 TTC chaque annÊe. La sÊrie de science-fiction Sillage (crÊÊe par Jean-David Morvan, Philippe Buchet et Color Twins – 13 tomes) s’est vendue à plus d’un million et demi d’exemplaires !

-FTFUBWSJM -F1SJOUFNQTEFTMĂ?HFOEFTEF.POUIFSNĂ? 4BMPOEVMJWSFEĂ?EJĂ?Ă‹MBGĂ?FSJF #%FUSPNBO www.printempsdeslegendes.com

Rencontres d’auteurs dans les lycĂŠes $FUUF BDUJPO  JOJUJĂ?F QBS MB 3Ă?HJPO FU DPPSEPOOĂ?F QBSM0SDDBKVTRVFO BQPVSCVUEFEPOOFSPV FOUSFUFOJS MF HPĂ&#x;U EF MB MFDUVSF DIF[ MFT MZDĂ?FOT FU MFTBQQSFOUJT$FTUMFTFOTEFTSFODPOUSFTEBVUFVST PSHBOJTĂ?FTEBOTMFTĂ?UBCMJTTFNFOUTFUHĂ?SĂ?FTEFQVJT DFUUFSFOUSĂ?FQBSMBTTPDJBUJPO*OUFSCJCMZ&OWJSPO Ă?MĂ’WFT QBSUJDJQFOU Ă‹ DFUUF BDUJPO DIBRVF BOOĂ?F FU BDDVFJMMFOUEBOTMFVSDMBTTFEFTSPNBODJFSTEPOUJMT POUMVBVQSĂ?BMBCMFVOF”VWSFQBSNJDFMMFTRVFMF$3- BTĂ?MFDUJPOOĂ?FTQPVSFVY-FTĂ?DSJWBJOT)VHP#PSJT  'SBOĂŽPJTF)FOSZ .BSJF)Ă?MĂ’OF-BGPO (BĂ‘MMF+PTTFFU (JMMFT-FSPZPOUEĂ?KĂ‹DPOĂĽSNĂ?MFVSWFOVF

+FBO%FMFTUSBEF

* Agence de coopÊration entre les bibliothèques, les services d’archives et les centres de documentation de Champagne-Ardenne.

ORCCA – Centre rÊgional du livre 03 25 73 79 87 crl@orcca.fr


32

JEUNESSE ET SPORT

Remise du

Prix rÊgional pour l’ÊgalitÊ -FTMBVS�BU F TEFM�EJUJPOEV QSJY S�HJPOBM QPVS M�HBMJU� POU SFÎV MFVS S�DPNQFOTF MF  TFQUFNCSF EFSOJFS Ë MPDDBTJPO EF MB 'PJSF EF $IÉMPOT Pour rappel, le prix rÊgional pour l’ÊgalitÊ organisÊ par la RÊgion Champagne-Ardenne est ouvert aux lycÊen(ne)s, apprenti(e)s et

jeunes stagiaires de la formation professionnelle prÊparant un mÊtier oÚ ils ou elles sont minoritaires (bâtiment, industrie, transport, automobile... pour les filles, services à la personne... pour les garçons). Chacun a reçu un chèque de 765 ₏ pour l’aider à poursuivre leurs projets professionnels. 3FOTFJHOFNFOUT QSJYFHBMJUF!DSDIBNQBHOFBSEFOOFGS

&NQMPZĂ?EFWFOUF - Samuel PETITEAU, 17 ans

1JMPUFEFQSPEVDUJPOBVUPNBUJTĂ?F - Gwendoline LAVAL, 19 ans

#PVDIĂ’SFDIBSDVUJĂ’SFUSBJUFVS - Prescillia INSIXIENGMAY, 20 ans

²MFDUSPUFDIOJDJFOOFT - ÉlÊonore BAUDIN, 17 ans - Audrey VIANDIER, 18 ans

1MBTUVSHJTUF - Cassandra ZWISLER, 16 ans

$BSSFMFVTF - AmĂŠlie GRANDMONTAGNE, 16 ans

*NQSJNFVTF - Deborah BOULAGNON, 18 ans

$IBSDVUJĂ’SFUSBJUFVS - Marine LABROUSSE, 16 ans

.BĂŽPOOF - AnaĂŻs BASSEN, 20 ans

$PJGGFVS - Adrien LHOMME, 17 ans

.Ă?DBOJDJFOOFBĂ?SPOBVUJRVF - Shannon NOUALS, 17 ans

$POEVDUSJDFEFOHJOT - Tiffany CHEVALIER, 17 ans

.Ă?DBOJDJFOOFBHSJDPMF - Camille OSAER, 16 ans

$POEVDUSJDFTEFUSBOTQPSUSPVUJFS - NoĂŠmie BESSE, 18 ans - MĂŠgane FRISARD, 18 ans - LĂŠana GABRIEL-CALIXITE, 20 ans

.FOVJTJĂ’SFFOEĂ?DPSBUJPO - Justine GUITTON, 18 ans

#PVDIĂ’SFT - Julie GAGNOL, 21 ans - Harmonie GARRE, 25 ans

$VJTJOJÒSFT - Perrine BARRET, 17 ans - Mathilde ELTER, 16 ans - LaÍtitia FELAS, 20 ans - Julia GAUVAIN, 20 ans - OcÊane LE HUERON, 16 ans - Éloise LEBLANC, 20 ans - Nelly PHUNG-HUY, 18 ans - Faustine SANS, 18 ans ²MFDUSJDJFOOFFOCÉUJNFOU - Alexandra BRACK, 19 ans

1ÉUJTTJÒSFT - Laurie CHERFA, 16 ans - Charlène HECKLY, 18 ans - LaÊtitia HEIMBURGER, 17 ans 1FJOUSFTFOCÉUJNFOU - Claire AMEUW, 20 ans - ThÊrèse BROCHET, 21 ans - Vanessa DELACOURT, 22 ans - ZÊlie DUMONT, 19 ans - Jessica JOURAVEL, 22 ans 1FJOUSFFODBSSPTTFSJF - Marine THIEBLEMENT, 19 ans

1SPGFTTFVSFEFUFDIOPMPHJF - AurÊlie LEFEVRE, 17 ans 3�QBSBUSJDFBVUPNPCJMF - Alison D’HOOGE, 19 ans 3�QBSBUSJDFFODBSSPTTFSJFT - Colline JOLLY, 17 ans 5FDIOJDJFOOFBVUPNPCJMF - ChrysÊis DEHEURE, 17 ans 5FDIOJDJFOOFFO�MFDUSPOJRVF - Cindy HUVIG, 17 ans 5FDIOJDJFOOFTEFNBJOUFOBODF - Cindy JACQUEMIN, 16 ans - Jessica MERIGUET, 17 ans 5FDIOJDJFOOFTEFNBJOUFOBODF EFTNBU�SJFMTEFTQBSDTFUKBSEJOT - MÊlanie BOUILLARD, 17 ans - MÊlanie TANCRAY, 17 ans 5FDIOJDJFOOFEVTPO - Nadège CHARPENTIER, 17 ans 5FDIOJDJFOOFEVTJOBHF - Fannie CAMUS, 22 ans Vendeur - Julien KOCHER, 19 ans

Lire et faire lire

Enchantez votre quotidien, racontez des histoires aux enfants Ligue de l’enseignement Ardennes : 03 24 33 81 10 Ligue de l’enseignement Aube : 03 25 82 68 68 Lire et faire lire Marne : 03 26 84 36 90 Ligue de l’enseignement Haute-Marne : 03 25 03 28 20

7PVT�UFTSFUSBJU� F PVBWF[QMVTEF BOT 7PVTTPVIBJUF[C�O�WPMFNFOU PGGSJS EF WPUSF UFNQT MJCSF QPVS MJSF EFTIJTUPJSFTBVYFOGBOUT #JFOWFOVF à Lire et faire lire Lire et faire lire est un programme conçu pour les enfants, mais aussi pour vous. Dans chaque dÊpartement, des coordinateurs Lire et faire lire vous accueillent et vous permettent de lire aux enfants dans des Êcoles, des centres de loisirs, des crèches ou des bibliothèques. Afin de favoriser le dÊveloppement de liens durables entre les gÊnÊrations, le lecteur bÊnÊvole est retraitÊ ou âgÊ de cinquante ans et plus. Il intervient au

minimum une fois par semaine en prioritÊ hors des heures de classe. Le lieu d’intervention est le plus proche possible du domicile du lecteur. Le lecteur s’engage, après un essai d’un mois, jusqu’à la fin de l’annÊe scolaire en cours.


JEUNESSE ET SPORT

33

Rencontres RĂŠgion JeuneS

12 rendez-vous pour être à l’Êcoute de la jeunesse et agir plus efficacement -FT SFODPOUSFT 3�HJPO +FVOF4 TPOU iVO QSPKFU PSJHJOBMFUOPWBUFVSBVOJWFBVOBUJPOBMwTFG�MJDJUF (�SBSE #FSUIJPU  WJDFQS�TJEFOU E�M�HV� Ë MB WJF BTTPDJBUJWF MBKFVOFTTF MFTTQPSUTFUM�EVDBUJPO QPQVMBJSF$FEJTQPTJUJG O�FO BQPVSPCKFDUJG EFRVFTUJPOOFSMBDPODFQUJPOFUMBNJTFFO”VWSF EFT QPMJUJRVFT QVCMJRVFTø  TPOUFMMFT FGüDBDFT  1FVUPOMFTBN�MJPSFS La RÊgion donne la parole à ses habitants et plus particulièrement à sa jeunesse qui est la première concernÊe par les missions du Conseil rÊgional : Êducation, formation, transport, culture...

UNE RÉUSSITE EN 2011 -Ă?EJUJPOBĂ?UĂ?VOFWSBJFSĂ?VTTJUFBWFDMBNPCJMJTBUJPO EFKFVOFT de 16 Ă 26 ans dans les 4 dĂŠpartements (en zones rurales, pĂŠriurbaines et urbaines), “dans un climat de confiance et d’Êcouteâ€?, ajoute GĂŠrard Berthiot. -BQBSPMFEFT QBSUJDJQBOUTĂ?UBJUWSBJNFOUMJCSF Parmi les sujets abordĂŠs, la culture : “les retours des jeunes sur le fonctionnement de la carte LycĂŠO mise en place par la RĂŠgion nous ont permis, ĂŠlus et techniciens, d’optimiser le dispositif. Cette concrĂŠtisation des ĂŠchanges est un vrai signe de rĂŠussiteâ€?. Autre rĂŠussite, la mobilisation autour du projet de 80 associations liĂŠes Ă  la jeunesse et l’implication du CRAJEP (ComitĂŠ rĂŠgional des associations de jeunesse et d’Êducation populaire).

FUEFMPSHBOJTBUJPO des rencontres, de la mobilisation des jeunes en s’associant aux structures locales Ĺ“uvrant dans le champ de la jeunesse. Les participants sont rĂŠunis en petits groupes de travail : pendant une heure et demie de dialogue, ils expriment directement et librement leurs opinions, font des propositions très concrètes. Dans chaque groupe, un ĂŠlu et un agent du Conseil rĂŠgional ĂŠcoutent les paroles ĂŠchangĂŠes. En fin de journĂŠe, un rapporteur par groupe partage avec l’ensemble des participants la teneur des ĂŠchanges. “Les autres rĂŠgions, mais aussi le ministère de la jeunesse, observent attentivement ce dispositifâ€?, conclut GĂŠrard Berthiot. Ou comment allier JOOPWBUJPOFUFGĂĽDBDJUĂ?. +FBO%FMFTUSBEF

Renseignements :

L’APPRENTISSAGE DE LA DÉMOCRATIE

03 26 70 85 82

Forte de la richesse des Êchanges, la RÊgion renouvelle l’opÊration en 2012 avec cette fois-ci  SFODPOUSFT,  QBS E�QBSUFNFOUT, autour d’une thÊmatique plus prÊcise : la NPCJMJU�. La RÊgion est en charge de la coordination du projet, de la communication et du choix des thÊmatiques. Elle s’associe de nouveau au $3"1&+RVJTPDDVQFEFMBOJNBUJPO

Tous les lieux et toutes les dates des forums 2012 sur : http://jeuneschampagneardenne.fr


34

CULTURE

4 1

5

2 3

3&*.4&5 4&4$0..&3$&4 %F.JDIFM5IJCBVMU

6OF OPVWFMMF CBMBEF EBOT MF 3FJNT EBOUBO 1FUJUT DPNNFSDFT EF QSPYJNJU�  NBSDI�T HSBOETNBHBTJOT  DBG�T FU IÙUFMT BOJNBJFOU MB WJF S�NPJTF #FBVDPVQ POU BVKPVSEIVJ EJTQBSV  NBJT QMVT EF  DBSUFT QPTUBMFT FU QIPUPHSBQIJFT BO DJFOO F T Q FSN FU UFOU EF OPVT SFN�NPSFS DFT MJFVY E�DIBOHFT FU EF WJF "VEFMË EV TPVWFOJS  .JDIFM5IJCBVMUJOUFSQFMMFMF MFDUFVSHSÉDFËEFTM�HFOEFT BMMJBOUMBHSBOEFFUMBQFUJUF IJTUPJSF ²EJUJPOT"MBO4VUUPO Collection .�NPJSFTFOJNBHFT 4BJOU$ZS4VS-PJS XXXFEJUJPOTTVUUPODPN

1 5&.1-*&34o%&+²364"-&. "69$0.."/%&3*&4 %&$)".1"(/& Avec le concours des meilleurs spÊcialistes, ce livre, ÊditÊ dans le cadre de l’exposition Templiers. Une histoire, notre trÊsor (à l’HôtelDieu-le-Comte, Troyes jusqu’au 31 octobre) revient sur l’ÊpopÊe templière entre Orient et Occident et retrace l’histoire des commanderies de Champagne, parmi les plus anciennes de France. Il analyse Êgalement les diffÊrentes facettes d’un mythe universellement connu. 4PNPHZ²EJUJPOTo1BSJT XXXTPNPHZOFU

6/&'".*--&&/$)".1"(/& (06503#& %&1¾3&&/'*-4 %F$BUIFSJOF$PVUBOU +FBO#BUJMMFU FU'SBOÎPJT4DINJEU La destinÊe de la famille Goutorbe dans l’histoire de la Champagne et du champagne. Chaque gÊnÊration a marquÊ de son caractère la saga familiale. Ce livre est un panorama vivant et actuel d’une famille dont la rÊussite incontestable est le fruit de personnalitÊs et de forces familiales. ²EJUJPOTEF-&GGFSWFTDFODFo3FJNT DPOUBDU!FEJUJPOTFGGFSWFTDFODFGS

6

Aux Éditions Lieux Dits -ZPOXXXMJFVYEJUTGS

2 -"$0--²(*"-& /053&%".&&/7"69 Ž$)-0/4&/$)".1"(/& "VUFVSø"MBJO7JMMFT 1IPUPHSBQIFø+BDRVFT1IJMJQQPU $BSUPHSBQIFø$ISJTUPQIF8JTTFOCFSH Edifice majeur pour la connaissance de l’art français du XIIe siècle, la collÊgiale Notre-Dameen-Vaux de Châlons-en-Champagne conjugue l’architecture du premier âge gothique avec l’Êpanouissement d’une sculpture romane. L’intÊrêt de ce monument est complÊtÊ par ses tableaux et le superbe ensemble de vitraux de la Renaissance, parmi lesquels se dÊtachent les rÊalisations de Mathieu BlÊville, un des maÎtres de l’art du verre au XVIe siècle.

3 $0-0.#&:-&4%&69²(-*4&4 &5-".².0*3& %6(²/²3"-%&("6--& "VUFVSTø9BWJFSEF.BTTBSZ FU"MFYBOESF.PSB 1IPUPHSBQIFø1BUSJDF5IPNBT $BSUPHSBQIFø$ISJTUPQIF8JTTFOCFSH Le modeste village de Colombey-les-DeuxÉglises est connu dans la France entière parce que le gÊnÊral de Gaulle en avait fait sa retraite et qu’il aimait venir s’y ressourcer. Devenu depuis sa mort un lieu de mÊmoire, il s’articule entre la maison familiale de La Boisserie, la tombe près de l’Êglise, le monument de la croix de Lorraine et le rÊcent mÊmorial prÊsentant l’ÊpopÊe gaullienne.


CULTURE

35

.0541063$0.13&/%3& -&$)".1"(/& 7 8

9

4 )"/5²&1"340/1"44²

%F,FMMZ7JFSB Clara, 16 ans, ne vit que pour ses amis. Avec Lola, sa meilleure amie, elles sont comme deux sœurs insÊparables. Clara mène la vie d’une adolescente ordinaire en quête de sensations fortes‌ Mais peu à peu, elle se laisse emporter par le danger, quitte à ne plus Êcouter les conseils de Lola, avec qui elle a pourtant tout partagÊ‌ TirÊ d’une histoire vraie, ce roman est le reflet d’une sociÊtÊ oÚ les adolescents repoussent sans cesse leurs limites. ²EJUJPOT1SBFMFHPo1BSJTo

Aux Éditions Dominique GuÊniot

%F+FBO-PVJT)VNCFSUFU'SBOÎPJT4DINJEU De Appellation à Viticulture durable, prenez la route du champagne pour dÊcouvrir le roi des vins. Richement illustrÊ et très documentÊ, cet ouvrage rÊvèle l’histoire d’une boisson d’exception, ses secrets d’Êlaboration et les enjeux qu’elle gÊnère dans un territoire qu’elle façonne. Chaque mot se dÊguste sans modÊration. $3%1$IBNQBHOF"SEFOOFo3FJNT XXXDOEQGSDSEQSFJNT

7 4&.0: -"653&7"--²&o$)30/*26& %6/&'".*--&*/%6453*&64& De Claude Carton La vallĂŠe de la Semoy, c’est le pays d’hommes et de femmes qui ont bataillĂŠ, sans faire de bruit, pour s’Êpanouir dans ce coin des Ardennes avec courage et volontĂŠ. Ce livre, dont le fil conducteur est l’histoire de la famille ThĂŠvenin, met l’accent sur les particularismes de ce micro pays qui, contre vents et marĂŠes, a su se frayer un chemin sans se prĂŠoccuper des soubresauts des ĂŠvĂŠnements extĂŠrieurs. ²EJUJPOTEV.POUTEFT+FVY 4U-BNCFSUFU.POUTEF+FVYo

-BOHSFToXXXFEJUJPOTHVFOJPUGS

5 &.#-²."5*26&&510670*3&/$)".1"(/& -&44$&"69%&4$0.5&4%&$)".1"(/& &5%&-&63&/5063"(& '*/9*& %²#659*7&4*¾$-&

De Arnaud Baudin 1S�GBDFTDJFOUJüRVFEF.JDIFM1BTUPVSFBVFU.JDIFM1BSJTTF À travers un corpus de 273 sceaux, ce travail novateur, le premier consacrÊ à l’Êtude emblÊmatique d’une grande principautÊ fÊodale, redonne vie à la cour de Champagne des XIIe et XIIIe siècles dans une approche globale, tout à la fois sociale, culturelle, juridique et iconographique.

6 -"-6/&&4540644&41*&%4y -"7*&3(&"6$30*44"/5 #-"*4& )"65&."3/& ø6/&4$6-1563&03*(*/"-& %&-"35530:&/%697*&4*µ$-& 4PVTMBEJSFDUJPOEF1BUSJDL$PSCFUFU+FBO-VD-JF[ MJWSFUEFYQPTJUJPO   .BJTPOEV1BUSJNPJOFEV (SBOE5SPZFT

Cette exposition consacrÊe à la Vierge, au croissant de Blaise, s’inscrit dans le renouvellement des recherches sur la sculpture champenoise. Son originalitÊ rÊside notamment dans l’exploration de zones gÊographiques peu ÊtudiÊes entre Champagne et Lorraine et dans la redÊcouverte d’une œuvre exceptionnelle à l’iconographie mÊconnue.

8 4&%²'&/%3&&/$)".1"(/&"3%&//&

4PVTMBEJSFDUJPOEF1BUSJDL%FNPVZ Du partage de l’Empire carolingien jusqu’aux grandes guerres du XXe siècle, la Champagne-Ardenne a ÊtÊ une rÊgion de frontière et de conflits, dont les stigmates sont encore visibles dans le patrimoine monumental. Les vingt Êtudes rÊunies par le Centre d’Études et de Recherche en Histoire culturelle (CERHIC) de l’UniversitÊ de Reims Champagne-Ardenne montrent comment, pour se dÊfendre contre les pÊrils, nos ancêtres ont mobilisÊ leurs ressources, leur intelligence et leur foi.

9 -&-*73&%&410*3&4 3&$&55&44"-²&4&546$3²&4 %F'SBODF4BÕF#�MBÕTDI Après une petite histoire de la poire, l’auteur s’intÊresse à la botanique, aux variÊtÊs et à la place de ce fruit dans notre quotidien. Elle propose ensuite ses recettes salÊes ou sucrÊes, soit classiques (comme la poire Belle-HÊlène, la tarte amandine ou la charlotte aux poires), soit originales (comme le chutney aux poires, les poires pochÊes au chèvre ou la tarte aux poires et à la rÊglisse), mais toujours faciles à rÊaliser.


36

SORTIR

%&7&/&; ".#"44"%&63 %&$)".1"(/& "3%&//&&5 130'*5&;%0''3&4 5063*45*26&4 &9$-64*7&4

$POOBÔUSF TB S�HJPO QPVS NJFVY FO QBSMFS FU MB GBJSF E�DPVWSJS  UFMFTUMPCKFDUJGEF$IBNQBHOF "SEFOOF5PVSJTNF TPVUFOVEBOT DFUUF E�NBSDIF QBS MFT 0GüDFT EF UPVSJTNF FU MFT TJUFT QBSUFOBJSFT RVJMBODFVOFPQ�SBUJPOË EFTUJOBUJPOEFTFTIBCJUBOUT -B TUSBU�HJF FU MF DPODFQU TPOU TJNQMFTø t 'BJSF iSFw E�DPVWSJS MFT SJDIFTTFTEFMB$IBNQBHOF "SEFOOFËTFTIBCJUBOUT t -FT SFOESF üFST EF MFVS S�HJPO FU MFVS EPOOFS VO TUBUVUEi"NCBTTBEFVSw -F CVU FTU EPOD EF QSPQPTFS EFT BWBOUBHFT UPVSJTUJRVFT FYDMVTJGT HSBUVJU�T S�EVDUJPOT  QSFTUBUJPOTQSJWJM�HJ�FTy EBOT MFT HSBOET TJUFTø FUø HSBOET �W�OFNFOUT EF $IBNQBHOF "SEFOOF -FTIBCJUBOUTiBNCBTTBEFVSTw QS�TFOUFSPOU  Ë MBDDVFJM EFT TJUFT PV EFT �W�OFNFOUT VOFDBSUFHSBUVJUFFUOPNJOB UJWF EFNBOE�F FO MJHOF Ë DFUUF BESFTTF QPVS BWPJS BDDÒTËMFVSQSJWJMÒHFø XXXQBTTBNCBTTBEFVSDPN 1PVSDFUUFQSFNJÒSFBOO�F VOF RVBSBOUBJOF EF QSFTUBUJPOT TPOU QSPQPT�FTø FU DIBRVF USJNFTUSF  EF OPVWFBVY TJUFT  �W�OFNFOUT FU EFT PQ�SBUJPOT FYDFQUJPOOFMMFT  NBJT BVTTJ EFT CPOT QMBOT EFTWJTJUFTJOTPMJUFTPVEFT �W�OFNFOUT i4Q�DJBM "NCBTTBEFVSw WJFOESPOU FOSJDIJS MPGGSF QSPQPT�F

Les rendez-vous -FTFQUFNCSF +PVSOĂ?FEVUSBOTQPSUQVCMJD

-"¾.&²%*5*0/ "63:5).&%&4+&6/&4

DÊcouvrez les offres qui vous sont rÊservÊes.�

Dans le cadre de la semaine europĂŠenne de la mobilitĂŠ qui se dĂŠroulera du 16 au 22 septembre, la RĂŠgion ChampagneArdenne a souhaitĂŠ, cette annĂŠe encore, s’associer Ă la KPVSOĂ?F EV USBOTQPSU Q V C MJ D  E V   ø T F Q U F N C S F. Chaqu e annĂŠe, la journĂŠe du transport public permet  aux autoritĂŠs organisatrices et aux transporteurs de faire dĂŠcouvrir au grand public les atouts des transports en commun. L’opĂŠration vise en particulier les non-utilisateurs des transports publics et les utilisateurs contraints,  pour qui il faut valoriser ce moyen de transport. -B 3Ă?HJPO, en collaboration avec les autoritĂŠs organisatrices de transports (AOT) de la rĂŠgion, WPVT QFSNFUUSB EF WPZBHFS TVS TFT SĂ?TFBVY EBOT UPVUF MB $IBNQBHOF "SEFOOF QPVS   â‚Ź MF  TFQUFNCSF. -JCFSUĂ? BVUPOPNJF UBSJGJDBUJPOTBEBQUĂ?FT  TPVQMFTTFEFTSZUINFTy &OPVUSF UPVUF MB KPVSOĂ?F  TVS QSĂ?TFOUBUJPO EF WPUSF CJMMFUĂ‹ø₏, vous pourrez bĂŠnĂŠficier de UBSJGTQSĂ?GĂ?SFOUJFMTTVSMFOUSĂ?FEFTJUFT UPVSJTUJRVFT FO $IBNQBHOF"SEFOOF (conditions et liste des partenaires sur www.vitici.fr).   1PVSQMVTEFSFOTFJHOFNFOUT TVSMBKPVSOĂ?FEVUSBOTQPSUQVCMJDø XXXKPVSOFFEVUSBOTQPSUQVCMJDGS


SORTIR

de l’automne +VTRVBVerKVJMMFU

"3505)¾26&$)".1"(/&"3%&//&  -BT�MFDUJPOEFTBSUJTUFTEFM"SUPUIÒRVF$IBNQBHOF"SEFOOF B�U�FGGFDUV�FBVQSJOUFNQT-FYQPTJUJPOEFMBODFNFOUQS�TFOUBOU MBUPUBMJU�EFT”VWSFTBVSBMJFVBVDPVSTEVEFSOJFSUSJNFTUSF  Avec le soutien du Conseil rÊgional et la complicitÊ d’artistes plasticiens professionnels travaillant en Champagne-Ardenne, l’Artothèque ÊphÊmère, gÊrÊe par l’Orcca, permet de nourrir des projets d’expositions dans des lieux inÊdits ou ÊloignÊs des circuits traditionnels de diffusion (collectivitÊs, entreprises, lycÊes‌), de sensibiliser les publics les plus larges à la crÊation d’aujourd’hui et de contribuer à la promotion d’artistes. PrÊvu pour deux ans, le fonds constituÊ pour la 2ème Êdition vient d’être renouvelÊ dans sa totalitÊ. %JYTFQUOPVWFMMFTTJHOBUVSFT ont fait leur entrÊe dans l’Artothèque ÊphÊmère #3, soit au total  BSUJTUFT qui, pour cette 3 ème Êdition, mettent chacun, deux œuvres ou une sÊrie, à disposition de l’Orcca. NouveautÊ cette annÊe, la DPOTUJUVUJPOEVOF NPOPHSBQIJF : une artiste Êmergente a ÊtÊ retenue pour prÊsenter 15 œuvres. Dans des registres diffÊrents – photographie, installation, peinture, sculpture, dessin, gravure, vidÊo – une centaine d’œuvres va donc être proposÊe à l’itinÊrance jusqu’en 2014. Le rôle de l’Artothèque ne se limite pas à une prÊsentation et à une circulation des œuvres. Afin de faciliter l’accès à l’art contemporain, hors des lieux consacrÊs, elle propose à la clÊ de chaque exposition, des outils et opÊrations de mÊdiation. Conduites par les artistes ou les structures d’accueil, ces actions Êtablissent des relations de proximitÊ entre les publics et les œuvres. Par son nomadisme et sa souplesse de fonctionnement, l’Artothèque ÊphÊmère remplit sa mission de EJGGVTJPOEFMBSUDPOUFNQPSBJO et offre une rencontre privilÊgiÊe et directe entre l’œuvre et le visiteur. 3FOTFJHOFNFOUTø oXXXPSDDBGS

37

Exposition à la MÊdiathèque de Cormontreuil – ÉtÊ 2012. Installation sonore, Tricotin de ClÊmentine Treu.

-"3505)¾26&$)".1"(/&"3%&//& &5-&4/6*54#-"/$)&4 $IBSMFWJMMF.�[JÒSFT Depuis trois ans, Charleville intègre la programmation nationale de l’ÊvÊnement parisien Nuit blanche et propose une sÊrie de manifestations artistiques dans des lieux culturels et insolites. La ville a donc sollicitÊ l’Orcca afin d’investir les vitrines des commerçants avec une sÊlection d’œuvres. Le 6 octobre de 19h à 2h, 16 commerçants de la rue du Moulin hÊbergeront le temps d’une nuit (blanche), une vingtaine d’œuvres issues de l’Artothèque #3‌ 3FOTFJHOFNFOUTø XXXDIBSMFWJMMFNF[JFSFTGS

-"3505)¾26&$)".1"(/&"3%&//& &5-01²3"5*0/4¾.&-"$6-563& -FT"SEFOOFT La chambre d’agriculture des Ardennes met en place la 6ème Êdition de l’opÊration Sème la culture, Festival dans les fermes. Huit fermes accueillent pièces de thÊâtre, expositions et concerts. Pour la 2ème fois, l’Orcca accompagne ce projet par un prêt d’œuvres. Exposition du 5 au 25 septembre au Pôle scolaire de Boulzicourt et à la mÊdiathèque de Poix-Terron et les 15 et 16 septembre, dans deux fermes à Hagnicourt et TÊtaigne. Une sÊlection d’œuvres au naturel ! 3FOTFJHOFNFOUTø XXXBSEFOOFTDIBNCBHSJGS


38

SORTIR

%VBVPDUPCSF

Âľ.&'Âł5& %&-"4$*&/$&

$IBNQBHOF"SEFOOF Manifestation nationale festive et gratuite, la Fête de la Science est l’occasion de (re)dÊcouvrir la science et de rencontrer les acteurs de la recherche et de l’innovation. PassionnÊs de sciences ou simples curieux... 70 acteurs se mobilisent pour partager la science à travers 150 activitÊs dans 30 communes de la rÊgion. L’occasion de les rencontrer, les interroger ou tout simplement s’amuser à manipuler, expÊrimenter, dÊcouvrir et comprendre : ateliers, expositions, animations, confÊrences, projections de films‌ Au programme : chimie, biologie, physique, mathÊmatiques, sciences humaines, archÊologie, astronomie, dÊveloppement durable‌ 3FUSPVWF[MFQSPHSBNNF DPNQMFUTVSø XXXBDDVTUJDBPSH XXXGFUFEFMBTDJFODFGS

Lothar Hempel – Wirst du jemals erwachsen werden? (Will you ever grow up?) 2007 - Collection FRAC Champagne-Ardenne

Les rendez-vous

+VTRVBVEĂ?DFNCSF

-&4"/4%6'3"$ $)".1"(/&"3%&//& &9104*5*0/4 -*&69 1"35&/"*3&4 Afin de cÊlÊbrer l’anniversaire de la crÊation des FRAC en France (1982) et celle du FRAC Champagne-Ardenne (1984), celui-ci prÊsente 30 manifestations conçues en collaboration avec 30 lieux partenaires en Champagne-Ardenne. Le programme d’exposition s’Êchelonne jusqu’à fin 2014. Chaque exposition s’accompagne d’une politique de mÊdiation et de mÊdiatisation auprès des publics et d’actions spÊcifiques auprès des groupes scolaires. 30 manifestations conçues en Êtroite collaboration avec le FRAC Champagne-Ardenne et pensÊes à partir du patrimoine acquis et conservÊ au sein de sa collection depuis 30 ans. 3FUSPVWF[MFQSPHSBNNFEFTFYQPTJUJPOTø XXXGSBDDIBNQBHOFBSEFOOFPSH

+VTRVBVPDUPCSF

*5*/²3"*3& .BSOF Les ItinĂŠraires invitent Ă un voyage musical et thÊâtral dans quelques sites confidentiels ou insolites du patrimoine rural marnais. Musiques du monde, jazz, classique, chanson, thÊâtre, cinĂŠ-concert, jeune public  : chaque â€œĂŠtapeâ€? des ItinĂŠraires est une scène ouverte Ă  la richesse de notre patrimoine et Ă  la diversitĂŠ des talents. Ce festival rĂŠinvente notre territoire et vous convie, au grĂŠ de vos envies, Ă  dĂŠcouvrir la Marne autrement. 3FOTFJHOFNFOUTø XXXNBSOFGSo %VBVTFQUFNCSF

8&&,&/%."3*0//&55&4+ Âľ.&&%*5*0/ $IBSMFWJMMF.Ă?[JĂ’SFT Une sorte d’amuse-gueules un an avant le rendez-vous mondial afin de se mettre en appĂŠtit. Des spectacles pour tous en journĂŠe et en soirĂŠe, cabaret, vente marionnettique exceptionnelle, pique-nique‌ Pour cette 2ème ĂŠdition, 10 compagnies seront prĂŠsentes. Les spectacles en extĂŠrieur seront jouĂŠs Ă l’Espace Lebon, les spectacles en salle auront lieu au Forum, Ă  la MĂŠdiathèque Voyelles, au ThÊâtre de Charleville-MĂŠzières et Ă  la CCIT des Ardennes. Un spectacle gratuit sera ĂŠgalement jouĂŠ Ă  l’Église Saint-RĂŠmi. 3FOTFJHOFNFOUTø oXXXGFTUJWBMNBSJPOOFUUFDPN


SORTIR

39

Sans oublier‌

-FTFQUFNCSF EFIĂ‹I

."3$)²1":4"/

-B$BTTJOF Ă€ 18h00, Spectacle gratuit Les demi-frères Grumaux %VBVTFQUFNCSF

'&45*7"-&-&,53*$*5: 3FJNT XXXFMFLUSJDJUZGFTUJWBMGS %VTFQUFNCSFBVer octobre

'&45*7"-%&.64*26&#"3026&

de l’automne (suite) %VTFQUFNCSFBVKBOWJFS

-&4$0/$&354%&10$)&

En partenariat avec le Conseil rÊgional de Champagne-Ardenne Les Concerts de Poche emmènent les plus grands artistes de la musique classique jouer dans les campagnes et les quartiers, à la rencontre des publics les plus larges, sans lien prÊalable avec la musique. Chaque saison, ce sont plus de 65 concerts et 800 ateliers musicaux qui ont lieu à travers les rÊgions, dont la Champagne-Ardenne. 3FOTFJHOFNFOUTø XXXDPODFSUTEFQPDIFDPN %VPDUPCSFBVOPWFNCSF

%*4&634%)*450*3&4 "VCFFU)BVUF.BSOF Cette 22ème Êdition est sur les rails avec conteurs et musiciens, pour faire vivre l’art du conte et de la parole, du nord au sud de la Haute-Marne et de l’Aube avec 50 spectacles pour tous les publics. -FT %JTFVST E)JTUPJSFT, ce sont de multiples rendez-vous autour des arts de la parole pour en transmettre la diversitÊ contemporaine et dÊvelopper une offre culturelle de proximitÊ. BSUJTUFT issus de la francophonie offriront leurs rÊcits, contes merveilleux, histoires lÊgendaires, contemporaines... 3FOTFJHOFNFOUTø XXXGPZFSTSVSBVYPSH

4Ă?[BOOF IUUQGFTUJWBMTF[BOOFGSFFGS +VTRVBVPDUPCSF

'&45*7"-%&.64*26&4"$3²& %&/053&%".&%&-²1*/& -²QJOF oDPOUBDU!DPSEJTFUPSHBOPDPN -FTFUPDUPCSF

'&45*7"-*/5&310-"35 3FJNT XXXJOUFSQPMBSUDPN %VBVPDUPCSF

4"-0/3²(*0/"-%6-*73& 1063-"+&6/&44& 5SPZFT XXXMFDUVSFMPJTJSTDPN %VBVPDUPCSF

4&;&45'&45*7"-+";; 4Ă?[BOOF  %VBVOPWFNCSF

4"-0/%6-*73&o-"35&/-&553&4 $IBVNPOU XXXWJMMFDIBVNPOUGS %VBVOPWFNCSF

-FTFUPDUPCSF

'&45*7"-#6--&4&/$)".1"(/& 7JUSZMF'SBOÎPJT Cette annÊe encore, de nombreuses expositions et animations seront proposÊes sur plus d’un mois. Il y aura Êgalement la possibilitÊ de rencontrer plus de quarante auteurs lors du premier week-end d’octobre. 3FOTFJHOFNFOUTø XXXCEWJUSZMFGSBODPJTPWFSCMPHDPN

'&45*7"-&$-&$5*,30$, 4BJOU%J[JFS  %VBVOPWFNCSF

3&*.4+";;'&45*7"3FJNT XXXEKB[DPN


40

SORTIR

Les rendez-vous PDUPCSFBVOPWFNCSF

$)*.²3*"o'&45*7"*/5&3/"5*0/"-%&4"354&5 %&44$*&/$&47*4*0//"*3&4 4FEBO Fil conducteur de cette 9ème Êdition : l’exploration du temps et les thèmes CrÊation et Apocalypse. Peintres, sculpteurs, scientifiques, vidÊastes, confÊrenciers, Êcrivains, illustrateurs et cinÊastes de 30 pays seront prÊsents. GÊrard Di Maccio, Shoji Tanaka et Dominique Desorges sont les invitÊs d’honneur de cette Êdition et Christophe Vacher en est le parrain. 3FOTFJHOFNFOUTø XXXDIJNFSJBPSH

%VBVOPWFNCSF

¾.&'&45*7"-*/5&3/"5*0/"%&1)050"/*."-*¾3&&5%&/"563& .POUJFSFO%FS -F'FTUJWBMJOUFSOBUJPOBMEF1IPUP"OJNBMJÒSFFUEF/BUVSF DFTU�WJEFNNFOUEFT QIPUPT NBJTQBTRVFy$FTUBVTTJEFTSFODPOUSFT EFT�DIBOHFT EFTDPOG�SFODFT  EFTQSPKFDUJPOT EFTBDUJPOT�EVDBUJWFTy5PVUFTDFTSBJTPOTGPOURVFMBQSPHSBNNBUJPO FTUDIBRVFBOO�FEFRVBMJU�-�EJUJPOOZE�SPHFQBTy$FUUFBOO�F MFQBSSBJO FTUMBN�SJDBJO+JN#SBOEFOCVSH MFTJOWJU�TEIPOOFVS�USBOHFST*OHP"SOEUFU#SJBO FU$IFSSZ"MFYBOEFS MFTJOWJU�TEIPOOFVSGSBOÎBJT$ISJTUJOFFU.JDIFM%FOJT)VPU -�EJUJPOBDDVFJMMFSBVOJOWJU�FYDFQUJPOOFMFOMBQFSTPOOFE)VCFSU3FFWFT -FGFTUJWBMTFSBMFQSFNJFSMJFVEBDDVFJMFO'SBODF FUFOEFIPSTEV3PZBVNF6OJ EF MFYQPTJUJPOEVDPODPVSTWildlife Photographer of the Year 2012 PSHBOJT�QBSMF.VT�VN EIJTUPJSFOBUVSFMMFEF-POESFT%FOPNCSFVYBVUSFTSFOEF[WPVTTPOUQSPHSBNN�T 3FOTFJHOFNFOUTø XXXGFTUJQIPUPNPOUJFSPSHo

%VBVPDUPCSF

$0/(3&44/3- $IÉMPOTFO$IBNQBHOF Le Conseil rÊgional accueillera le Congrès National des Radios Libres. Cet ÊvÊnement, mis en place à l’initiative de la FÊdÊration des Radios Associatives de Champagne-Ardenne (FRACA), sera l’occasion pour le Syndicat National des Radios Libres (SNRL), de faire le point sur ses actions et surtout de mettre en dÊbat toutes les grandes questions auxquelles est confrontÊ le monde de la radiodif fusion française. De nombreuses personnalitÊs de même que de grands tÊmoins du monde de la radio et des mÊdias seront prÊsents pour aborder toutes les thÊmatiques liÊes aux radios locales et à leur principale mission : la communication sociale de proximitÊ. 3FOTFJHOFNFOUTø DPNGSBDB!BPMDPNJOGPQSFTTFKC!BPMDPN o -FTFUPDUPCSF

6¾.&'³5&%&-"(36& -BDEV%FS Chaque automne, le lac du Der est le lieu de passage de milliers de grues cendrÊes en migration. À cette occasion, de nombreux acteurs locaux proposent au public d’assister au lever des grues, de participer à des sorties nature, des randonnÊes pÊdestres, des ateliers pour les enfants et d’admirer des expositions‌ 3FOTFJHOFNFOUTø IUUQDIBNQBHOFBSEFOOFMQPGS


SORTIR

41

de l’automne (suite et fin) %VPDUPCSFBVOPWFNCSF

-FT OPWFNCSFFUerEĂ?DFNCSF

¾.&²%*5*0/%&4/6*54%&$)".1"(/&

'036.3²(*0/"-"7&/*3²56%*"/5

5SPZFT Le festival troyen franchira en octobre son “quart de siècleâ€?. Cette nouvelle ĂŠdition permettra ĂŠgalement au public et aux 850 choristes du festival de partager le 20ème Grand choral des Nuits de Champagne, entièrement consacrĂŠ aux chansons de Maxime Le Forestier qui a, pour l’occasion, proposĂŠ d’interprĂŠter avec le grand chĹ“ur près de la moitiĂŠ des titres prĂŠvus au programme.

3FJNT Ouverte à tous, cette plateforme des formations post baccalaurÊat est destinÊe à informer et à orienter les lycÊens des classes de Première et de Terminale. La visite du Forum RÊgional Avenir Étudiant offre Êgalement aux lycÊens et Êtudiants la possibilitÊ de s’informer sur toutes les filières, formations et opportunitÊs professionnelles qu’il est possible de suivre en Champagne-Ardenne et ailleurs. En complÊment des formations prÊsentÊes, le Forum propose un cycle de confÊrences autour de thÊmatiques phares avec les tÊmoignages de nombreux intervenants professionnels et du monde de l’enseignement supÊrieur, accompagnÊs d’Êtudiants et d’apprentis. 3FOTFJHOFNFOUTø XXXQPTUCBDBDBEFNJFEFSFJNTGS

Maxime Le Forestier rejoindra donc Troyes comme “le grand tĂŠmoinâ€? du chemin parcouru par ce Grand choral, puisqu’il avait ĂŠtĂŠ son invitĂŠ au tout dĂŠbut de cette aventure musicale en 1994 ! Tout au long de la semaine, il sera entourĂŠ de fortes personnalitĂŠs comme Juliette, Hubert-FĂŠlix ThiĂŠfaine, Camille ; d’artistes qui ont, comme lui, une carrière et une Ĺ“uvre  : "MBJO 4PVDIPO, -BVSFOU 7PVM[Z. Et de jeunes talents prometteurs : #SJHJUUF, Barcella, sans oublier $IBSMJF8JOTUPO. 3FOTFJHOFNFOUTø XXXOVJUTEFDIBNQBHOFDPN

%FTBV FUEĂ?DFNCSF

+VTRVBVPDUPCSF

41&$5"$-&%&'*/%²56%&4 %&-"¾.&130.05*0/%6$&/53& /"5*0/"-%&4"354%6$*326&

5SPZFT 700 ans après la dissolution de l’ordre du concile de Vienne de 1312, l’exposition à l’Hôtel-Dieu-le-Comte rÊvèle l’histoire et la vie de l’ordre. Des pièces majeures sont pour la première fois offertes au regard. Parmi elles, le rouleau du procès qui restitue, sur plus de 20 mètres de parchemin, les interrogatoires des Templiers. Ce document prÊcieux, rare et fragile, fait l’objet d’un prêt exceptionnel consenti par les Archives nationales. 3FOTFJHOFNFOUTø XXXBVCFUFNQMJFSTGS

$IÉMPOTFO$IBNQBHOF Cette annÊe, le Cnac a confiÊ la mise en scène du spectacle de fin d’Êtudes à Laurent Laffargue/Compagnie du Soleil Bleu  : les 17 Êtudiants de la 24 ème promotion du Cnac explorent les sept pÊchÊs capitaux dont l’imaginaire traverse les arts et rÊsonne puissamment avec les turbulences de notre Êpoque. La 24 ème promotion du Cnac se produira dans le cirque rÊnovÊ de Châlons-en-Champagne avant une tournÊe en France et à l’Êtranger qui dÊbutera, comme chaque annÊe au Parc et Grande Halle de la Villette. 3FOTFJHOFNFOUTø XXXDOBDGS

&9104*5*0/5&.1-*&34 6/&)*450*3& /053&53²403


42

EXPRESSION POLITIQUE

Groupe Communiste > Ensemble, portons nos exigences *M OZ B QBT EF GBUBMJUĂ? 'BDF Ă‹ MB DSJTF RVJ TBDDĂ?MĂ’SF MBSĂ?QPOTFQBTTFQBSMFEĂ?WFMPQQFNFOU EF MPHJRVFT EF QSPHSĂ’T  FU EVOF EZOBNJRVF TPDJBMFFUĂ?DPOPNJRVF

Groupe Socialiste > RentrĂŠe scolaire 2012 -BSFOUSĂ?FTDPMBJSFTFSBMBQSFNJĂ’SFEFQVJTMĂ?MFDUJPO EF'SBOĂŽPJT)PMMBOEFFUMFSFOPVWFMMFNFOUEFM"TTFNCMĂ?F OBUJPOBMF%Ă?DJTJPOTEVOPVWFBVHPVWFSOFNFOUFUEJTQPTJUJGT SĂ?HJPOBVYGPSNFOUMFDPDLUBJMEĂ?UPOOBOUEVOFSFOUSĂ?FTPVT MFTJHOFEVDIBOHFNFOU Pendant 10 ans, les gouvernements de droite ont fait rimer ĂŠducation avec diminution. Diminution du nombre de professeurs, diminution du niveau d’Êducation ou encore diminution des aides destinĂŠes aux familles. DĂŠsormais, cette sombre pĂŠriode pour l’enseignement est terminĂŠe et des actions fortes seront mises en place dès la rentrĂŠe par le gouvernement afin de soutenir l’effort dĂŠjĂ consenti par les collectivitĂŠs tel que le Conseil rĂŠgional de Champagne-Ardenne. Il faut le rappeler, dès septembre, l’acadĂŠmie de Reims bĂŠnĂŠficiera de l’Êlargissement de son corps enseignant dans le primaire avec 15 professeurs des ĂŠcoles supplĂŠmentaires. De plus, et ce fut l’un des premiers engagements tenu, le gouvernement a augmentĂŠ de 25 % les allocations de rentrĂŠe. Remettre Ă  niveau ces allocations, c’est aider les familles les plus dĂŠmunies Ă  donner Ă  leurs enfants une scolaritĂŠ plus digne et plus juste. Dès 2004 et d’autant plus depuis 2010, les lycĂŠens, les apprentis et les ĂŠtudiants sont soutenus et accompagnĂŠs par la RĂŠgion. En effet, les ĂŠlus socialistes du Conseil rĂŠgional ont fait de la rĂŠussite ĂŠducative une prioritĂŠ pour ceux qui apprennent, mais aussi pour leur famille. Aucun citoyen ne doit se retrouver impuissant face au système ĂŠducatif. C’est pourquoi, en 2012 encore, le Conseil rĂŠgional aidera ceux qui en ont besoin. En plus du financement du fonctionnement des ĂŠtablissements d’enseignement (LycĂŠes, CFA et universitĂŠs), cela passe par la carte LycĂŠO. Une carte qui comprend, une aide Ă  l’achat des manuels scolaires Ă  hauteur de 100 â‚Ź par ĂŠlève pour les lycĂŠes gĂŠnĂŠraux et technologiques et 40 â‚Ź pour les lycĂŠes professionnels. Celle-ci comprend aussi l’achat de la “boite Ă  outilsâ€? pour les filières professionnelles. L’aide Ă  la restauration scolaire (0,55 â‚Ź par repas) est aussi un dispositif mis en place pour soulager les familles d’apprenants. Quant aux apprentis, une participation aux frais de dĂŠplacement est prise en charge par la RĂŠgion pour rĂŠduire les coĂťts liĂŠs Ă  leur formation (transport, hĂŠbergement et restauration). Les Français ont voulu le changement et les actions ne se sont pas fait attendre. Le Conseil rĂŠgional agit chaque jour dans le but d’accompagner et d’aider les Champardennais, et ce n’est pas prĂŞt de s’arrĂŞter. 0MJWJFS(JSBSEJO 1SĂ?TJEFOUEVHSPVQF4PDJBMJTUF

Prenons un seul exemple, celui des lycĂŠes. La RĂŠgion poursuit Ă un rythme ĂŠlevĂŠ la rĂŠnovation et les investissements au service des 55 000 lycĂŠens de ChampagneArdenne. De nouveaux dispositifs ont ĂŠtĂŠ dĂŠveloppĂŠs. La carte LycĂŠO est passĂŠe Ă  100 ₏. Sur notre initiative, une aide Ă  la restauration scolaire a ĂŠtĂŠ votĂŠe en 2008. Elle a ĂŠtĂŠ augmentĂŠe rĂŠcemment de 37 %, ĂŠgalement sur notre proposition. Au niveau national, le gouvernement a rehaussĂŠ fortement l’Allocation de rentrĂŠe scolaire. Ces mesures vont dans le bon sens. Au quotidien, le Conseil rĂŠgional poursuit la mise en place de politiques apprĂŠciĂŠes par les Champardennais(es) dans tous les domaines de ses responsabilitĂŠs. Ces mesures, utiles, se heurtent cependant aux consĂŠquences des logiques libĂŠrales et Ă  la toute-puissance des marchĂŠs financiers qui ont conduit Ă  la crise. L’austĂŠritĂŠ – c’estĂ -dire l’addition prĂŠsentĂŠe aux peuples pour satisfaire la finance – est une impasse dans toute l’Europe. C’est dans ce contexte qu’est votĂŠ en France le dangereux traitĂŠ europĂŠen Sarkozy-Merkel. Le Parlement et le gouvernement sont dĂŠpossĂŠdĂŠs des leviers financiers des politiques publiques. Pire, le Parlement europĂŠen n’a mĂŞme pas voix au chapitre. C’est la Commission europĂŠenne non ĂŠlue qui s’est attribuĂŠe les pleins pouvoirs. Ă€ cela s’ajoute la règle de plomb, que certains appellent règle d’or, qui est un carcan soumettant l’État, les collectivitĂŠs territoriales, les dispositifs sociaux, au rĂŠgime sec. Dès lors, comment avoir une politique de progrès, de relance, d’investissement capable d’endiguer la montĂŠe du chĂ´mage, la casse industrielle ou la pauvretĂŠ galopante ? Cette lourde question reste en suspens. Face Ă  la folie des marchĂŠs financiers, il n’y a pas de rĂŠsignation. Les ĂŠlus(es) communistes proposent au niveau national la crĂŠation d’un vĂŠritable “pĂ´le public bancaire et financierâ€?, socle d’une nouvelle politique de financement de l’Êconomie, seul Ă  mĂŞme de rĂŠsoudre l’impasse financière de nombre de PME-PMI. Nous lançons ĂŠgalement le projet de crĂŠation d’une Banque publique europĂŠenne pour rĂŠsorber les dettes, soutenir l’emploi, la croissance, les collectivitĂŠs territoriales et les services publics. Dans le cadre d’une Initiative citoyenne europĂŠenne (ICE), nous allons recueillir plus d’un million de signatures dans toute l’Europe. Nous invitons les Champardennais(es) Ă  soutenir cette proposition en signant cette pĂŠtition europĂŠenne. Le changement nĂŠcessite la plus large intervention citoyenne visant Ă  lui donner le contenu progressiste pour lequel des millions de femmes et d’hommes de gauche dans leur diversitĂŠ ont votĂŠ au printemps 2012. -FTĂ?MVTEVHSPVQF$PNNVOJTUFø ,BSJOF+BSSZ 1JFSSF.BUIJFV .JDIĂ’MF-FĂ˝PO 'SBODL-FDMĂ’SF +FBO$MBVEF%BNNFSFZFU'SBODL5VPU XXXDPNNVOJTUFDBPSH


EXPRESSION POLITIQUE

Groupe Europe Écologie Les Verts > Pour un redressement productif ĂŠcologique &OEJYBOT TFMPOM*/4&& MJOEVTUSJFBQFSEV øFNQMPJTFO$IBNQBHOF"SEFOOFø Son poids dans l’emploi salariĂŠ marchand non agricole de la rĂŠgion recule de sept points en passant de 36 % en 2001 Ă  29 % fin 2011. La baisse des emplois industriels est plus ĂŠlevĂŠe que sur le territoire national en raison de la spĂŠcialisation rĂŠgionale dans des secteurs Ă  faible valeur ajoutĂŠe, les plus exposĂŠs Ă  la concurrence des pays Ă  bas coĂťts de main-d’œuvre. Entre 2001 et 2011, avec l’externalisation des activitĂŠs tertiaires des entreprises industrielles, les activitĂŠs scientifiques et techniques, services administratifs et de soutien crĂŠent 7 000 emplois. Ces crĂŠations sont loin de compenser les pertes d’emploi industriel, en quantitĂŠ et sans doute aussi en conditions de travail. La poursuite de la disparition de l’emploi industriel est inĂŠluctable, sauf Ă  envisager un changement de trajectoire pour permettre un redressement productif ĂŠcologique de notre ĂŠconomie : t combiner la transformation locale d’agro matĂŠriaux, le dĂŠveloppement des ĂŠnergies renouvelables, l’innovation, dans le secteur de l’Êconomie circulaire, dans celui de la rĂŠparation, en misant sur les PME et les TPE, t favoriser la reprise des entreprises Ă  transmettre (35 % des PME de la rĂŠgion sont Ă  cĂŠder dans les 10 ans qui viennent), t dĂŠvelopper des circuits courts de l’Êconomie, en termes de production, d’approvisionnement, de services, de financement, pour favoriser une ĂŠconomie dĂŠcarbonĂŠe. S’assurer que tous les dispositifs publics rĂŠgionaux favorisent la crĂŠation de valeur ajoutĂŠe ĂŠconomique, mais aussi sociale, environnementale et qui reste sur nos territoires, promouvoir des critères environnementaux et sociaux pour la mise en place d’un Fonds rĂŠgional d’investissement, pour la critĂŠrisation des aides et avances remboursables, sont les modalitĂŠs prioritaires que notre groupe dĂŠfendra activement pour engager la transition ĂŠcologique de l’Êconomie champardennaise. -FHSPVQF&&-7

Groupe UMP Nouveau Centre DVD > Pourquoi le dÊveloppement Êconomique n’est-il pas une prioritÊ pour la majoritÊ socialiste-communiste-verts du Conseil rÊgional ? "MPST RVF MB TJUVBUJPO �DPOPNJRVF EF OPUSF S�HJPO FTU EJGüDJMF  BMPST RVF EF OPNCSFVTFT GBNJMMFT TPOU UPVDI�FTQBSMFDIÙNBHFFUMBQS�DBSJU� BMPSTRVFEF OPNCSFVTFT FOUSFQSJTFT  EFT DFOUBJOFT EBSUJTBOT FU DPNNFSÎBOUTPOUEVNBMEBOTMFVSBDUJWJU�SFTQFDUJWFy Aussi incroyable que cela puisse paraitre, le Conseil rÊgional gouvernÊ par la gauche ne consomme pas les crÊdits rÊservÊs au dÊveloppement Êconomique et au soutien de l’activitÊ. Nous avons dÊnoncÊ cette situation lors de la session du 25 juin : les chiffres officiels de l’INSEE parlent d’eux-mêmes‌ t -FNQMPJTBMBSJ�BCBJTT�GPSUFNFOUFO, notamment avec 846 emplois dÊtruits au troisième trimestre,

43

t Le Produit intĂŠrieur brut champardennais enregistre des baisses continues : o øFO (dernier chiffre connu), t En 2011, MFT DSĂ?BUJPOT EFOUSFQSJTFT FO $IBNQBHOF"SEFOOF POUEJNJOVĂ?EFø, chiffre largement supĂŠrieur Ă  la moyenne nationale avec – 26 % dans l’industrie ; – 10 % dans la construction ; – 11 % dans les services‌  -F1SĂ?TJEFOUFUTBNBKPSJUĂ?TPOUUSPQTPVWFOUEBOTMBVUPTBUJTGBDUJPO “Tout va très bien en Champagne-Ardenneâ€?, sauf que : t -B3Ă?HJPOOBQSJTBVDVOFJOJUJBUJWFQPVSBJEFSMFTFOUSFQSJTFTRVJ OFQFVWFOUQMVTBWPJSSFDPVSTBVDSĂ?EJU ; aucune mesure nouvelle en ce domaine ! Nous les avions pourtant rĂŠclamĂŠes. t -B3Ă?HJPOOFDPOTPNNFQBTMFTDSĂ?EJUTJOTDSJUTBVCVEHFUQPVS BJEFSMFTFOUSFQSJTFTRVJFNCBVDIFOU JOWFTUJTTFOUFUJOOPWFOU L’État verse des dotations, les contribuables paient leurs impĂ´ts, tout ça pour que les sommes consacrĂŠes au dĂŠveloppement ĂŠconomique ne soient pas dirigĂŠes vers le monde ĂŠconomique, cherchez l’erreur ! "MPSTRVFMFTDPOTPNNBUJPOTEFDSĂ?EJUTEFWSBJFOUBWPJTJOFSø t .PJOTEFø des crĂŠdits sont orientĂŠs pour la crĂŠation d’entreprises et le dĂŠveloppement des entreprises ; t .PJOTEFø des crĂŠdits dĂŠgagĂŠs pour l’attractivitĂŠ et la promotion ĂŠconomique ; t -BNPJUJĂ?EFTDSĂ?EJUTFTUOPODPOTPNNĂ?F dans la recherche et le dĂŠveloppement des entreprises (R&D). Enfin, alors que la crise fait un peu plus de dĂŠgâts tous les jours, MFTDSĂ?EJUTQPVSTPVUFOJSMFEĂ?WFMPQQFNFOUĂ?DPOPNJRVFPOUCBJTTĂ? EF NJMMJPOTEFVSPTFOUSFFUEBOTOPUSFSĂ?HJPO, avec une consommation des crĂŠdits passant de 94,65 % Ă  74,68 % sur la mĂŞme pĂŠriode ! Il est plus qu’urgent de rĂŠagir ! -FTĂ?MVTEVHSPVQF6.1/PVWFBV$FOUSF%JWFST%SPJUF

Groupe Front National > La flamme &OBNPVS MFKFVOFQSĂ?UFOEBOUEĂ?DMBSFTBĂ˝BNNFĂ‹DFMMF RVJMBJNF$FRVPOBQQFMBJUOBHVĂ’SFMBEĂ?DMBSBUJPOFTUMF HBHFEVODPVQMFEVSBCMFFUEVOFWJFIFVSFVTF En politique, la flamme, celle du Front National, est le signe d’un amour immodĂŠrĂŠ (d’aucuns diront extrĂŞme) de la France. Nous revendiquons cet amour immodĂŠrĂŠ de notre Pays et de ses valeurs ĂŠternelles (un amour “modĂŠrĂŠâ€? est-il d’ailleurs un vĂŠritable amour ?). Cette France que nous aimons tant, les gĂŠnĂŠrations prĂŠcĂŠdentes (nos parents, grand-parents, arrières grand-parents, etc.) se sont battues pour elle ; ils ont travaillĂŠ dur dans ses champs, ses usines ou bureaux. Nous avons donc vis-Ă -vis de la France les devoirs de tout usufruitier, mais nous avons aussi les droits inhĂŠrents Ă  cette filiation. Ce droit est la base de la colonne vertĂŠbrale de notre doctrine : la PrĂŠfĂŠrence nationale, ou encore la PrioritĂŠ nationale : En France, les Français d’abord ! Ce droit, nous souhaitons qu’il s’applique en matière d’emploi, de logement social et d’aides telles les allocations familiales. Cette doctrine, les ĂŠlus du FN tentent inlassablement de la prĂŠconiser au conseil rĂŠgional depuis 1986. Les tenants des autres partis politiques la rejettent invariablement. DĂŠfendre en toute circonstance cette doctrine, cette mission nous a ĂŠtĂŠ confiĂŠe par nos ĂŠlecteurs et nous sommes fiers, nous, de ne pas trahir nos ĂŠlecteurs. Bonne rentrĂŠe Ă  toutes et tous, les semaines et les mois Ă  venir ne vont pas ĂŞtre faciles pour beaucoup de nos compatriotes. Nous les invitons Ă  nous rejoindre pour faire grandir encore plus la flamme de l’espoir et du renouveau français ! #SVOP4VCUJM 1SĂ?TJEFOUEVHSPVQF'SPOU/BUJPOBM


N O M

TREMPLIN POUR

RÉUSSIR

AVEC!STUDÉO"#!LA!RÉGION!VOUS! AIDE!À!MIEUX!VIVRE!VOS!ÉTUDES$$$

Pages  

Magazine du conseil régional de Champagne Ardenne

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you