Page 1

20 artistes font renaître les arbres du Parc du Château de Versailles, tombés lors de la tempête de 1999...


(STORM

SCULPTURES)

20 artists breathed new life into the trees of the Park of the Ch창teau de Versailles, torn down by the terrible storms of 1999...

1.


PREFACE PATRICE DE LA PERRIERE

Rédacteur en chef du magazine Univers des Arts Commencée en 2003 par la remise des coupes de bois des arbres tombés au champ d’honneur dans le Parc de Versailles lors de la tempête de 1999, l’aventure de ce que l’on appelle désormais les « Sculptures de Tempête » se poursuit, à l’initiative d’Erik SCHAIX et des artistes toujours aussi enthousiastes qu’au premier jour. La vingtaine d’artistes peintres ou sculpteurs participants sont donc très heureux de continuer ce chemin qui, après l’exposition dans les orangeries de Trianon en été 2004, va se poursuivre au Musée Textile dans le Parc de Wesserling en Alsace, au Couvent des Cordelières à Provins, à la galerie Européenne de la Forêt et du Bois en Saône et Loire… L’intérêt de telles manifestations, c’est de faire « tourner » en France et à l’étranger un ensemble de cette qualité dont le support est représenté par des bois issus d’arbres historiques terrassés et qui ainsi, retrouvent une deuxième vie, transformés par la main d’artistes au métier et au talent exceptionnels.

3.


PREFACE PATRICE DE LA PERRIERE

Chief editor of the magazine Univers des Arts The adventure dubbed “Sculptures de Tempête” – initiated in 2003 with the handing over of wood cuttings from the trees of the Park of Versailles that were « lost in action » during the terrible storm of 1999 – is going forward, spurred on by the initiative of Erik Schaix and of the artists, whose initial enthusiasm has never wavered. The twenty painters and sculptors participating in the exhibit are thus extremely pleased to continue along the path which, after the exhibit in the Trianon Orangery during the summer of 2004, will now take them to the Textile Museum in the Parc de Wesserling in Alsace, the Couvent des Cordelières in Provins, the Galerie Européenne de la Forêt et du Bois in Saône-et-Loire (to name but some of the venues). The purpose of these exhibits is to showcase, both in France and abroad, a collection of exceptional quality that uses as its medium the wood of felled and historical trees – which begin a new life as they are transformed by these remarkably skilled and talented artists.

4.


VERSAILLES ALAIN BARATON

Jardinier en chef du Domaine de Trianon et du Grand Parc de Versailles Le 26 Décembre 1999, une tempête d’une rare violence dévaste le Parc de Versailles. Des milliers d’arbres sont à terre, arrachés et brisés. Le 21 Octobre 2000, le Domaine National de Versailles vend aux enchères le bois de ses arbres les plus prestigieux. Erik SCHAIX est présent sous le péristyle du Grand Trianon, assis face à l’estrade où officie le commissaire aux ventes. Erik SCHAIX n’est pas là par hasard. Sa main se lève régulièrement et en quelques minutes, il acquiert le Cèdre de la Pépinière, le Pin Laricio le Cèdre de l’Atlas, planté pour Napoléon et bien évidemment le Tulipier de Marie-Antoinette. Erik SCHAIX aime les artistes. Passionné d’art contemporain, il s’engage à réunir autour de lui les sculpteurs et peintres parmi les plus talentueux. Son rêve est audacieux : faire réaliser des œuvres dans les bois historiques et exposer les sculptures à l’endroit même où les arbres ont vécu. Le pari est risqué et le temps presse. L’exposition « Sculptures de Tempête » est inaugurée dans les jardins du Trianon à Versailles le 4 juin 2004. Quelques jours plus tard, Renaud DONNEDIEU DE VABRES visite l’Orangerie de Trianon. Sous le regard perçant d’un Phénix qui trône du haut de ses 3 mètres, le Ministre de la Culture fait part de toute son admiration à Christine ALBANEL, Présidente du Château de Versailles. Le Phénix lui, est orphelin. Son créateur, Jack DEVILLIERS, s’est éteint sitôt son œuvre achevée. Près de 30 000 visiteurs en à peine deux mois luis rendront hommage en s’arrêtant quelques instants sous le plumage de l’oiseau. Une collection est née. Vingt artistes y ont travaillé avec passion et avec talent. Vingt artistes plus un, Erik SCHAIX, l’initiateur et le créateur de cet événement.

5.


VERSAILLES ALAIN BARATON

Head Gardener of the Domain of the Trianon and of the Park of Versailles On 26 December 1999, an unusually fierce storm battered the Park of Versailles. Thousands of trees fell to the ground, violently broken and uprooted. On 21 October 2000, the National Domain of Versailles held an auction to sell cuttings from the Park’s most famous trees. Erik Schaix was present at this auction, sitting under the peristyle of the Grand Trianon, across from the auctioneer’s podium. This was no coincidence. His hand rose regularly to bid, and within minutes, Erik Schaix had acquired the « Cèdre de la Pépinière », the Corsican Pine, Napoleon’s Atlantic Cedar, and of course, Marie-Antoinette’s Tulip Tree. Erik Schaix likes artists. A great aficionado of contemporary art, he has always surrounded himself with some of Europe’s most talented sculptors and painters. He had a bold vision: to transform these woodcuttings into works of art and to exhibit the sculptures in the very park where the trees once dwelled. It was a risky gamble and time was short. On 4 June 2004, the exhibit entitled « Sculptures de Tempête » was inaugurated in the Trianon Gardens at Versailles. A few days later, Renaud Donnedieu de Vabres visited the Trianon Orangery. Under the keen eye of an imposing, three-metre-high Phoenix, France’s Minister of Culture expressed his admiration for the exhibit to Christine Albanel, President of Public Administration at the Château of Versailles. As for the Phoenix, it is now an orphan. Its creator, Jack Devilliers, passed away as soon as the sculpture was completed. Within a two-month period, some 30,000 visitors paid homage to the artist by halting for a few moments under the bird’s plumage. Thus was born the collection, created by some twenty passionate and talented artists – twenty plus one that is, with Erik Schaix, the event’s originator and architect.

6.


7.


ARCAS Un regard sur le passé qui en un « Clin d’œil », celui de la nature, est aujourd’hui devenu l’Avenir. Avenir qui laisse à penser qu’en regardant aux travers de ces multiples facettes, ce précieux bois chargé d’histoire se transformera en bijoux. « Bijoux de Tempête » sera la suite naturelle de cette exposition. A glance at the past which, « in the blink of an eye » – that of Nature – has become the Future. A future that allows us to imagine that, by looking at these multiple facets, we will see this precious wood steeped in history turn into jewellery. « Bijoux de Tempête » (Storm Jewels) will be the natural continuation of this exhibit.

Clin d’œil Cèdre de la pépinière. Début du XIX. Hauteur 0m60 Largeur 0m65 Profondeur 0m15. 8.


G.AIME Le propre de l’Art est de surprendre. L’œuvre de G.AIME n’y manque pas. Dès le premier regard, elle nous dévoile une étonnante vérité : rien ne peut être plus vivant qu’un arbre mort. Après la tristesse de la chute, le bois transformé retrouve un élan, il devient le vent qui l’a terrassé, la flamme qui l’a brûlé. Jamais ce Cèdre martyrisé une nuit de Décembre 1999 ne fut plus triomphant qu’aujourd’hui… Le sculpteur a donné naissance à une force interne que le tronc semblait contenir, un bel exemple de création libératrice. Le vaincu d’hier s’est relevé, plus vibrant que jamais. Magnifique. PATRICK CAUVIN écrivain The nature of Art is to surprise. And the work of G.AIME certainly achieves this. From the first glance, his piece reveals a surprising truth : nothing is more alive than a dead tree. After the sadness caused by its fall, the altered wood has regained its momentum, has become the wind that brought it down, the flame that scorched it. Never before has this Cedar, battered one December night in 1999, been more triumphant than today… The sculptor has generated an inner strength that the trunk already seemed to possess, a lovely example of liberating creation. Yesterday’s vanquished has risen, more vibrant and magnificent than ever. PATRICK CAUVIN author

Tourmente à la cour Cèdre de l’Atlas. 1805. Hauteur 1m50 Largeur 0m80 Profondeur 0m60. 10.


ALAIN BONNEFOIT Intitulée « Parallèlement », cette oeuvre réalisée dans une coupe du « cèdre de l’Atlas » illustre parfaitement la volonté de l’artiste d’aller au-delà de la simple image. En outre, la sensualité du matériau se marie fort bien avec l’habituelle sensualité des thèmes récurrents d’Alain BONNEFOIT. Aussi nous propose-t-il une intéressante lecture des deux figures féminines inscrites en ronde-bosse dans le bois de cèdre. Patrice de la PERRIERE Rédacteur en chef du magazine Univers des Arts Entitled « Parallèlement », this work was sculpted out of a cedar cutting from the famous « Cèdre de l’Atlas ». It aptly illustrates the artist’s determination to go beyond the simple image. Furthermore, the material’s sensuality is in perfect harmony with the sensuality that is typical of Alain Bonnefoit’s recurring themes. Here, the artist offers us a fascinating interpretation of the two feminine figures sculpted in the cedar’s wood. Patrice de la PERRIERE Chief editor of the magazine Univers des Arts

Parallèlement Cèdre de l’Atlas. 1805. Hauteur 1m50 Largeur 1m10 Profondeur 0m30. 12.


FLORENT CHABOISSIER « MEMOIRE DES BOIS – SIGNES DE MEMOIRE »

« MEMORY OF WOOD - SIGNS OF MEMORY »

Déchirure, éclatements, craquements, cassures

Rips, explosions, cracks, breaks,

Chutes

Collapsing

Mémoire de bois, mémoire de lieux,

Memory of the wood, memory of the place,

de présences,

the presences,

Elévations, révélations, voyages

Elevations, revelations, voyages

Porte miroir, stèle, rouleaux de bois, écritures

Mirror door, stele, wood scrolls, writings

Transparences, moirage des tubes de lumière

Transparencies, reflections of the tubes of light

Bois relevé, bois élevé, bois édifié, bois vivant

Noble wood, lofty wood, enlightened wood,

Fibres lisses et compactes, traces d’outils

living wood

et d’osmose

Smooth and compact fibres, signs of tools

Bois portique, passage, mémoire, cristal de sève,

and osmosis

Transmutation

Portico wood, passage, memory, crystallised sap, Transmutation

Buis, bois de Cybèle, dense, ferme, offert Tulipier porteur, effacé

Boxwood, “bois de Cybèle”, dense, firm, offered

Cèdre-tablettes d’or et d’écrits

Tulipwood bearer, unassuming

Réunis dans la Porte des possibles

Cedar-gold tablets and writing tablets United in the Door of possibilities

Joies de l’outil et de la main communiant Porte d’émois et d’amours

Pleasures of the tools and of the shared hand

Alchimie des mémoires

Door of emotions and love Alchemy of memories

Mémoire du bois

Buis du Hameau de la Reine et cèdre de la pépinière. Non daté et début du XIX. Hauteur 1m80 Largeur 0m90 Profondeur 0m30. 14.


GILLES CHABRIER Née de la tempête de Décembre 1999, « DEFERLANTE 887 B » rend hommage aux arbres centenaires du parc du château de Versailles chargé des souvenirs de l’histoire française. « DEFERLANTE 887 B » se construit autour de « l’œil », épicentre de la tempête, la spirale résultante et la continuité des veines amènent alors au déchaînement des éléments de la partie supérieure. Born out of the storm of December 1999, « DEFERLANTE 887 B » pays homage to the hundred-year-old trees in the Park of the Chateau de Versailles, trees that carry within them the memory of France’s history. « DEFERLANTE 887 B » is built around the « eye » – the storm’s epicentre, the resulting spiral and continuity of its veins that lead to the unleashing of the elements constituting the upper part.

Déferlante 887B Cèdre de la pépinière. Début du XIX. Hauteur 1m10 Largeur 0m90 Profondeur 0m80. 16.


ELISABETH CIBOT ... « Toutes les tempêtes appellent un refuge... Ici, c’est au coeur du bois, aux sources de la vie que ce couple foetal se retrouve et se fond... La porte s’ouvre, tourne sur ses gonds, la matrice originelle s’ouvre et se referme au gré de la tempête... » ... « All storms call for a refuge... Here, in the wood’s core, at the origins of life, the foetal couple meets again, silently fusing ... The door opens, turning on its hinges while the primitive matrix opens and closes to the rhythm of the storm ... »

Le refuge de tempête Loupe de Tilleul. Non daté. Hauteur 0m90 Largeur 0m80 Profondeur 0m80. 18.


JEAN-SYLVAIN D‘ARC Quand les hommes vivront d’Amour il n’y aura plus de misère. Les soldats seront troubadours, le miroir de la vie leurs donnera le coeur nécessaire à une « Réflexion » et une naissance de l’esprit. When mankind lives on Love alone, there will be no more misery. Soldiers will become troubadours, and the mirror of life will give them the spirit required for « Réflexion » (reflection) and the rebirth of the mind.

Réflexion Cèdre de la pépinière. Début du XIX. Coeur en opale de feu de 25 carats, cerclé d’or 18 carats et 2 topazes bleues d’un poids de 4.000 carats. Hauteur 1m05 Diamètre 0m90. 20.


DANIELLE DECOLLONGE La Tempête caractérise par sa violence un phénomène extraordinaire dans le cours de la vie. Sous le souffle du Vent l’Arbre s’est couché. L’Arbre, symbole de Vie en perpétuelle évolution, se devait donc de renaître sous la main de l’artiste. J’ai essayé de restituer par la fusion des éléments les souffles vitaux de l’Univers, en captant des lignes de forces et en les reliant entre elles, en réalisant des « vides » dans la matière et en organisant autour. J’ai voulu que le Souffle du Vent soit porteur d’un message : La Puissance de l’Amour. « Les Passagers » représentent cette énergie qui relie la Terre au Ciel ; telle une musique vibrante, ils nous transcendent vers l’Amour de la Vie. Terre

Serpent

Vie

Eau

Poisson

Fécondité

Air

Oiseau

Renaissance

Feu

Brûlure

Pureté

AMOUR

Storms embody, through their violence, an astonishing phenomenon in the cycle of life. The Wind’s breath flattened the Tree. As the symbol of Life in perpetual evolution, the Tree had to be revived by the artist’s touch. I tried to restore, through the merging of elements, the life-giving breath of the Universe, harnessing the force lines and interconnecting them, hence creating « voids » within the matter and organising the rest around these spaces. I wanted the Wind’s Breath to carry a message: the Power of Love. « Les Passagers » represents the energy connecting the Earth to the Sky. Like a vibrant music, this work elevates us to the Love of Life. Earth

Snake

Life

Water

Fish

Fertility

Air

Bird

Rebirth

Fire

Burn

Purity

LOVE

Les passagers du vent Cèdre de la pépinière. Début du XIX. Hauteur 1m00 Largeur 0m90 Profondeur 0m30. 22.


JACK DEVILLIERS Le PHENIX est la dernière oeuvre que mon père ai crée. Par cette pièce unique il nous laisse un message fort, un testament artistique et personnel. Dans la mythologie le PHENIX renaît de ces cendres, ce symbole est assimilé à la « Reine » ; Hommage puissant à la renaissance de ce bois Royal.

Franck DEVILLIERS

“PHENIX” was my father’s last work. With this distinctive piece, he leaves us a powerful message, an artistic and personal legacy. In Greek mythology, the PHOENIX rises from its ashes; this symbol is likened to the “Queen”: a powerful homage to the rebirth of these Royal Woods. Franck DEVILLIERS

Phénix

Ecorces du Pin Laricio et du tulipier de Virginie. Début du XIX. Hauteur 3m00 Envergure 1m90. 24.


GERALD GARAND Le travail conjugué du temps et de la nature a donné à cette pièce de bois un contour généreux. Des formes à la fois évocatrice et callipyges que l’artiste a su deviner sous la rudesse de l’écorce comme celle de l’aubier. Elles lui ont inspiré une silhouette délicate et féminine. LAETITIA MICHETTE écrivain The combined effects of time and nature have endowed this piece of wood with a generous outline. Redolent and callipygian forms that the artist was able to discern under the roughness of the bark and the sapwood. Shapes that inspired him to sculpt a delicate and feminine silhouette. LAETITIA MICHETTE author

Recto-verso Cèdre de l’Atlas. 1805. Hauteur 1m10 Largeur 0m50 Profondeur 0m30. 26.


JEAN-PAUL GUENVER Une sculpture aspirant à une nouvelle vie, lisse et douce, voluptueuse… Les différentes phases de la vie y ressortent au travers du veinage et des rayons médullaires du bois comme l’expérience et la maturité chez l’homme se découvrent à travers les rides. La forme rappelle une voile brisant les flots des soucis et des pénibilités de la vie, comme un espoir de pureté, comme l’indépendance d’un homme acharné… La chaleur du bois rappel la chaleur du corps humain, la flamme intérieure qui donne tant de vie et de caractère, cette sculpture est comme prête à revivre, à suivre son destin malgré ses fissures et ses blessures, n’abandonnant pas son dernier souffle au renoncement. A sculpture aspiring to a new life – smooth, sweet and sensual … Life’s various phases can be seen in the wood’s veins and radial lines – much as a man’s wrinkles reveals his experience and maturity. The shape recalls that of a sail slicing through the waves of life’s worries and stiffness, like a wish for purity, an obstinate man’s autonomy… The wood’s warmth evokes the warmth of the human body, the internal flame that releases so much life and character. This sculpture is poised to live again, to follow its destiny in spite of its cracks and wounds, never surrendering its last breath in renunciation.

Nouvelle vie Cèdre de la pépinière. Début du XIX. Hauteur 0m90 Largeur 0m40 Profondeur 0m30. 28.


MICHEL-HENRY Pourquoi pas une « installation », une peinture en volume et en mouvement : Un bouquet « feu d’artifice » de coquelicots peints dans un vase d’écorces du cèdre de la pépinière où quelques éclats de cette même écorce, ornés d’un à deux coquelicots « piqués » dans le bouquet, qui animeraient l’ensemble. Pour finaliser l’œuvre, dans des coffrets de « Cristal », quelques écorces peintes en coquelicots, s’élançant devant le panneau dans un savant désordre, sans cesse renouvelé. Les Bois du Château de Versailles reprennent vie. Why not an « installation », a painting that involves volume and movement : A bouquet : « fireworks » of poppies painted in a vase of bark from the cèdre de la pépinière, and in which several slivers of this same bark, highlighted by a poppy or two « woven » into the bouquet – to breathe life into the composition. Crowning the work, in crystal cases, several pieces of poppy-coloured bark dart in front of the panel in an orderly and ever-renewed disarray. The Woods of the Chateau de Versailles have returned to life.

Gentils coquelicots...

Ecorces du cèdre de la pépinière et du cèdre de l’atlas. Début du XIX et 1805. Hauteur 1m00 Largeur 1m00 Profondeur 0m30. 30.


PIERRE LAGENIE « Dryade en sommeil » est le nom que j’ai donné à cette sculpture -nymphe sortie du bois du « Tulipier de Virginie » - ce n’est pas sans émotion que j’ai commencé à tailler, à dégrossir une forme, sachant que cet arbre royal portait en lui toute une histoire et qu’il m’était demandé de le faire perpétuer, de lui redonner une autre vie, puisqu’il avait quitté celle pour laquelle il était voué. C’est un peu comme s’il s’était endormi, comme s’il avait fait un mauvais rêve. Alors, apparaît un magicien, qui fait sortir du cœur de son tronc, une femme en « sommeil », symbolisant elle aussi la vie. Elle était déjà dans sa sève, se faisait une place, voulant protéger son noyau et son aubier. En la sculptant, en dégageant ce qui était en trop pour que l’essentiel de son être prenne le jour, je l’ai menée vers une nouvelle naissance et elle suivra sa destinée… « Dryade en sommeil » is what I called this nymph carved out of the wood of the « Tulipier de Virginie ». I felt moved as I began carving and trimming its shape, aware that this royal tree carried within it an entire history and that I had been asked to perpetuate this story, to give the tree a new life, since it had left the life to which it had been promised. As though the tree had fallen asleep and had a bad dream. Suddenly, a magician appears, drawing out of the core of the tree’s trunk a sleeping woman who symbolises life. She already lived within the tree’s sap, had carved herself a place to protect the tree’s core and sapwood. As I sculpted her, removing all excess to bring the vital elements of her essence to life, I led her towards a new birth so that she could follow her destiny…

Dryade en sommeil Tulipier de Virginie. Début du XIX. Hauteur 0m40 Largeur 1m00 Profondeur 0m40. 32.


GERARD LE GENTIL Un jour de décembre

One December day

La tempête est passée…

A storm passed by…

Détrônant et ravageant

Dethroning and ravaging

Quelques seigneurs des bois

Several of the lords inhabiting these woods

Vieux de 200 ans et plus.

Some of them two centuries of age and older.

Ce Buis du Hameau de la Reine

This boxwood from the « Hameau de la Reine »,

Aux veines saillantes

Its bulging veins

Chargées d’images et de souvenirs

Thick with images and memories,

Se devait de renaître.

Had to be brought back to life.

Ce diptyque représente « l’arbre de vie »

This diptych represents « the Tree of Life »

Symbolisé par deux troncs humains

Symbolised by two human trunks

Qui projettent hors des funestes abîmes

Projecting from the deathly abyss,

Un père et son enfant, vers les lumières

A father and his child, reaching towards

Colorées et rassurantes de la vie.

The colourful and reassuring lights of life.

« Arbre mort », « arbre vivant »…

« Dead tree », « Living tree »…

Image immuable du cycle perpétuel

Unchanging image of the endless cycle

De la fin et de la renaissance de l’humanité.

Of humanity’s conclusion and renewal.

L’arbre de vie Buis du Hameau de la Reine. Non daté. Hauteur 2m00 Largeur 2m00 Profondeur 0m10. 34.


DENIS LE NAIL J’ai toujours travaillé des bois dont je connais l’histoire, soit en allant chercher des coupes en forêt soit en récupérant des solives, des poutres, des pièces de charpente de maisons centenaires. Avec cette coupe de « Cèdre de la Pépinière » du parc du Château de Versailles dont je peux imaginer la présence à travers les siècles, j’ai voulu redresser cet arbre abattu, pétrifié, lui redonner vie de l’intérieur. J’en ai fait un monolithe, contenu, sous tension qui garde tout son mystère et révèle peu à peu son histoire. I have always worked with woods whose history I know, either because I collected the cuttings in the forest or retrieved joists, beams and pieces from hundred-year-old house frames. With this cedar from the Cèdre de la Pépinière at the Château de Versailles Park, whose century-old presence I can sense, I wanted to help the felled, petrified tree stand upright, and to restore it to life from the inside. So I turned it into a monolith, contained, under pressure, retaining all of its mystery and gradually revealing its story.

Monolithe Cèdre de la pépinière. Début du XIX. Hauteur 1m50 Largeur 0m60 Profondeur 0m60. 36.


MARCY The storm at Versailles once broke this pine Now it has come back to life as a

La tempête à Versailles, un jour brisa ce pin, Aujourd’hui il renaît en femme vêtue de lin

Avançant contre un vent qui dévoile ses charmes woman dressed in linen S’inclinant pour lutter ou pour cacher ses larmes.

Advancing against the wind that unveils her charm

Le bois était trop vieux, ses veines en sont témoins, As she bends forward to fight the wind or Odorant, magnifique mais fragile ô combien !

hide her tears.

Pour cacher les défauts il me fallut ruser, Mais l’enthousiasme aidant je pouvais tout oser.

The wood was too old, as shown by its veins, Fragrant, magnificent, yet oh so fragile!

J’étais seule avec lui, avançant doucement ;

To hide its flaws, I had to be clever,

La peur de le briser était mon seul tourment

But my enthusiasm was such that I dared all.

Mais lui donner une âme était un tel bonheur Que je ne voyais plus ni ma peine, ni l’heure !

I was alone with the pine, gently moving forward.

Le travail avança, l’arbre devint sculpture.

The fear of breaking it was my sole agony

Il restait à cirer, lui donner de l’allure

But giving it a soul was so immensely pleasurable

Et puis à dire merci à ceux qui ont permis

That neither the effort nor time wore me down!

Que j’eus ce grand honneur de lui redonner Vie.

The work progressed, the tree became a sculpture. All I needed to do was polish it, give it a certain allure, And then thank those who gave me The great honour of bringing it back to Life.

Coup de vent Pin Laricio. Début du XIX. Hauteur 1m10 Largeur 0m60 Profondeur 0m40. 38.


MARCY Après avoir sculpté dans le coeur de ton bois,

After sculpting your wood’s core,

J’ai gardé les copeaux, morceaux de l’arbre roi

I kept the shavings, the remains of the king tree,

Pour fixer sur la toile tel que je le ressens,

To set them on canvas such as I had

La terrible vision de ton dernier instant.

experienced That terrible vision of your last moments.

Tu as vécu nos guerres et fait de l’ombre au Roi, Tu as vu nos combats pour établir les lois ;

You lived through wars and shaded the King,

Mais ce vent n’a pas eu le moindre égard

You witnessed our struggles to institute laws.

pour toi

Yet the wind had not the slightest

Et malgré ton vieil âge il explora ton bois.

consideration for you And despite your old age delved deep into your wood.

Il fallait du métal pour parvenir à rendre L’aspect coupant du vent, ce matin de décembre ;

Metal was required to convey

Mais c’est avec ton bois que je représentais

The wind’s slicing effect on that

Tes branches qui volaient, le tronc qui éclatait

December morning ;

Ta sève qui coulait pour nourrir à son tour

But I used your wood to represent

La terre où tu vécu jusqu’à ce triste jour.

Your branches flying in the wind, your trunk splintering, Your sap flowing from your veins to nourish The ground in which, until this sad day, you lived.

26 Décembre

Copeaux de Pin Laricio teintés avec des pigments naturels. Début du XIX. Hauteur 1m30 Largeur 1m62 Profondeur 0m10. 40.


JOËL RIVALAN Au sortir du grand fracas; De la Tempête, de la pluie ; D’éclairs et de tonnerre. Le bois murmure encore sa résistance De ses racines perdues ; Lui rendre en partie sa mémoire. Et, me raconter, son histoire. At the end of a big crash; Storm, rain; Lighting and thunder. The wood still murmurs resistance To the loss of its roots; Restoring part of its memory. And telling me its story.

Métamorphose Loupe de Tilleul. Non daté. Hauteur 0m90 Largeur 0m50 Profondeur 0m45. 42.


ROLAND SCHAD L’arbre, bois, matière palpable dont les veines mobilisent l’oeil, envahissent les circonvolutions de l’esprit, débouche sur la pierre gemme, nuancée, secrète, fascinante, se projette dans l’or natif, inaltérable, exaltant, subjuguant, il fallait le magnifier par une gloire rayonnante, le soleil. The tree – wood, a tangible material whose veins enthral the eye and invade the mind’s convolutions – merges into the gemstone (nuanced, secret, fascinating), throwing itself into the native gold (inalterable, exalting, subjugating). It could only be magnified by a radiating glory – the sun.

L’arbre et le soleil Tulipier de Virginie. Début du XIX. 375 grs d’or fin, 110 carats de citrine, 136 carats de pierre du soleil, 78 carats de beryl vert 78 carats de calcédoine cristalisée et 47 carats de pierre de lune. Diamètre 0m80 Profondeur 0m20. 44.


MICHEL TANCELIN Au coeur du cèdre résiné, l’ombre du porteur de colonnes, bronze antique, ne s’efface que pour mieux faire apparaître le grain serré, affiné d’une rondelle de buis. La main se tend, non vers un fruit d’or mais vers la clarté opaque d’un faux judas, fenêtre enchâssée par l’alchimie secrète de l’écorce et du métal dompté. Q’une porte soit ouverte ou fermée, le sens du bois est de le toucher encore et encore. Pour toujours sentir qu’il est celui dont on fait le monde. At the heart of the resinous cedar, the shadow of the column bearer in antique bronze gives way to dense grain honed by a wedge of boxwood. A hand reaches out, grasping not for the golden fruit, but towards the impenetrable brightness of a blind Judas hole – a window encased by the secret alchemy between the bark and tamed metal. Whether the door is open or shut, the purpose of wood is to be stroked over and over again. So that you can feel that this is the wood out of which the world is made.

La porte de l’Atlas

Buis du Hameau de la Reine et écorces du cèdre de la pépinière. Non daté et 1805. Inclus dans de la résine. Hauteur 210. 46.


RAYMOND VERANI En regardant ce morceau de Cèdre de Versailles, je me mis à imaginer l’arbre majestueux qu’il avait dû être… J’avais, devant moi un malheureux tronçon sectionné, tranché dans son fil de vie, inanimé… Mon idée fût de remettre l’arbre debout, lui redonner vie. Je me suis mis à superposer ces morceaux les uns sur les autres, les empiler pour permettre au fil originel de sa nervure, de s’élancer à nouveau vers le ciel. Un couple d’abord : deux corps austères et massifs… et déjà, à leur pied, deux jeunes pousses jaillissent irrésistiblement. Mais pour l’heure, « promenons-nous » à l’ombre des Cèdres de Versailles. When I gazed at this piece of Cedar from Versailles, I started to imagine the majestic tree that had once been … All that lay in front of me was a wretched piece of wood, inanimate, its life thread severed… I decided to stand the tree up again, to bring it back to life. I began stacking the pieces one on top of the other, piling them up so that the original thread of the tree’s veins could again soar toward the sky. First, a couple : two austere and massive bodies… and already, at their feet, two young shoots sprouting up irresistibly. But for now, « promenons-nous » (let us stroll) in the shade of the Cedars of Versailles.

Promenons-nous... 48.

Cèdre de la pépinière. Début du XIX. Hauteur 1m00 Diamètre 0m80.


VERONIQUE VERMEIL En regardant, en touchant ce Tulipier de Virginie qui sommeillait à Versailles, j’ai senti qu’à l’intérieur, dans les fibres du bois, battait le cœur d’un couple face à face, en acceptant leur destin de souverains, au-delà de la colère des hommes et de la tempête des Dieux. When I looked at it, when I touched the Tulipier de Virginie slumbering at Versailles, I felt that inside of it, in the wood’s fibres, beat the heart of a couple facing each other in acceptance of their princely fate, removed from mankind’s anger and the storm sent by the gods.

Couple Royal Tulipier de Virginie. Début du XIX. Hauteur 1m30 Largeur 0m40 Profondeur 0m40. 50.


LES ARTISTES ARCAS Né en 1959 à Paris. Dans la mode depuis 27 ans, Erik Schaix créé sa maison de couture rue Saint-Florentin où il est établi depuis 19 ans. Mécène de l’art, décoré de la médaille de bronze par la Société d’Encouragement au Progrès et au Développement et tout récemment propriétaire de la Galerie d’ES. Il souhaite revenir à sa première passion, créer des bijoux sous le poinçon ARCAS. « Si je n’avais pas été Couturier, j’aurais été lapidaire… les pierres me fascinent. » Born in 1959 in Paris, Erik Schaix has been involved in the world of fashion for the past 27 years. He founded his own couture house 19 years ago, on rue Saint-Florentin. A patron of the arts, he was awarded a bronze medal by the « Société d’Encouragement au Progrès et au Développement » and recently become the proprietor of the Galerie d’ES. Now he wishes to return to his original passion : making jewellery under the ARCAS stamp. « Had I not been a couturier, I would have been a lapidary. Stones fascinate me ».

G.AIME Né en 1946, Gilles Maciet est autodidacte. De son nom, il retiendra ses initiales et portera dorénavant le nom d’artiste : G.Aime, dont la signature traduit, à elle seule, son empreinte artistique. C’est à partir de 1984, qu’il se consacre à l’art. Imprégné depuis toujours par l’expression picturale et graphique, il commence par la photographie avec un œil réaliste, qui lui vaudra plusieurs expositions, notamment au Salon de la Photographie de Paris. De cette étude et expérience réussie, l’artiste pose l’objectif et entre en matière par la peinture. Depuis 1990, G.Aime expose en France et à l’étranger pour notre plus grand plaisir. Born in1946, Gilles Maciet is a self-taught artist. Keeping just the initials of his birth name,

he has assumed the artistic name G.Aime – a signature that single-handedly conveys G.Aime’s artistic imprint. Long influenced by pictorial and graphic art, he launched his artistic career in 1984 and started out by taking photos with a realistic eye. He was featured in various exhibits, notably at the Salon de la Photographie in Paris. After this successful study and experience, the artist put aside his camera lens and turned to painting. Since 1990, to our greatest pleasure, G.Aime’s works have been exhibited both in France and abroad.

ALAIN BONNEFOIT Né à Paris en 1937, il étudie à l’école des Arts Appliqués et à l’Ecole des Beaux Arts de Paris, puis il s’inscrit à la section « Gravure & Sculpture » de l’Ecole des Beaux Arts de Bruxelles. De retour à Paris, il entre à l’atelier de VOLTI, pour y étudier la sculpture. Sa vie artistique le mène en Toscane dont il découvre la beauté des paysages, tandis qu’il aborde le nu féminin qui deviendra dès 1965, sa forme d’expression favorite. « Lorsque Alain Bonnefoit parle de la femme, il utilise des mots pleins de passions, des mots qui rappellent Brassens et les poésies de Pierre Louki son vieux complice, des mots qui oublient de passer par notre intellect pour ne parler qu’à notre cœur.», écrit Patrice de la Perrière dans Univers des Arts. Born in Paris in 1937, Alain studied at the Ecole des Arts Appliqués and the Ecole des Beaux Arts in Paris before enrolling in the « Engraving & Sculpture » section at the Ecole des Beaux Arts in Brussels.

intellect and speak directly to our heart », writes Patrice de la Perrière in Univers des Arts.

FLORENT CHABOISSIER Né en 1948. Dès 1968 il s’engage dans un cursus artistique et choisit le vitrail. Diplômé de l’école des Métiers d’Arts en 1971 il poursuit ses études vers l’enseignement des arts plastiques (Professorat de Lycée). En 1974, il crée son atelier et produit de nombreuses réalisations civiles et religieuses. L’œuvre de Florent Chaboissier se situe dans une introspection. Son vitrail narratif, symbolique, introduit matières naturelles, matières manufacturées, géométrie naturelle, géométrie humaine, tout en utilisant des insertions et de la peinture sur verre et sous verre. En 1988, une de ses œuvres fut offerte au Pape Jean–Paul II par le Président de la République, M. François Mitterrand. Born in 1948, Florent launched his artistic career in 1968, choosing to concentrate on stained glass. He graduated from the Ecole des Métiers d’Arts in 1971, and continued his studies to become a plastic arts instructor (Secondary School Teacher). In 1974, he established his own studio and produced various public and religious pieces. Florent Chaboissier’s work is introspective. His narrative and symbolic stained-glass pieces introduce natural and manufactured materials, natural and human geometries. They also feature insertions and painting on glass as well as reverse painting on glass.

Back in Paris, he joined Volti’s studio and studied sculpture. His life as an artist led him to Tuscany, where he discovered the beauty of landscapes and, in 1965, became interested in the female nude, now his favourite form of artistic expression.

In 1988, one of his pieces was presented to Pope Jean Paul II by then President of France, François Mittérrand.

« When Alain Bonnefoit speaks about women, he uses words full of passion, words that recall the songs of Brassens and the poems of Pierre Louki, the singer/composer’s old partner-in-crime : words that bypass our

Né à Riom es Montagnes en 1959. De sa formation de graveur sur verre, Gilles Chabrier retient la maîtrise de la technique du sablage.

52.

GILLES CHABRIER

Des visages sont sculptés en taille


directe de manière assez brutale, offrant une large part au caractère instantané de l’émotion. Il sculpte des têtes humaines, toutes différentes de par leurs dimensions, leurs couleurs, leurs mouvements et leurs expressions. Ces visages sont taillés dans des blocs de verre dont l’artiste respecte la forme initiale, laquelle suggère mouvement et forme.

JEAN-SYLVAIN D’ARC

Depuis 1987, Gilles Chabrier expose en France et à l’étranger, Danemark, Emirats Arabes, Etats-Unis, Hollande et Luxembourg.

Il se consacre très jeune à la peinture, il utilise l’acrylique qui est à même de transcrire l’approche des émotions qui le traversent. Il aime nommer son travail de « Psychopeinture ». En 2001, il expose à la Tour Eiffel, « La lumière de l’être », une œuvre illuminée de 245 diamants qui déclenche une émotion puissante pour nous unir au plaisir de la vie.

Danielle is on the judging panel of various art exhibits and received a Silver Medal from the City of Paris in 1987. She is also a member of the Taylor Foundation in Paris.

Depuis 1986, Jean-Sylvain D’Arc nous fait partager son travail dans des lieux privés en France et à l’étranger. Ses œuvres sont exposées en permanence à la galerie Dehon – Taïeb, à Paris. En 2003, il expose à la galerie Charles Gounod à Saint –Denis, Ile de la Réunion.

JACK DEVILLIERS

Born in Riom es Montagnes in 1959, Gilles Chabrier initially trained as a glass engraver and has retained his mastery of sanding. Faces are direct carved in a somewhat brutal manner, leaving room for the instantaneous nature of emotions. The artist sculpts human heads, each one distinctive due to its dimensions, colours, movements and expressions. These faces are carved out of blocks of glass ; the artist respects the block’s original shape, which evokes movement and shape. Gilles Chabrier has been exhibiting in France and abroad since 1987 ( Denmark, Arab Emirates, United States, Holland and Luxemburg ).

ELISABETH CIBOT Elisabeth CIBOT est née à Nantes en 1960. Formation pluridisciplinaire en gravure, glyptique, dessin et sculpture : élève d’Etienne Martin, de César et de Léopold KRETZ, elle est diplômée de l’E. N. S des Beaux-arts de Paris en 1981. Tout en continuant d’enseigner l’histoire du verre à l’ I. E. S. A, Elisabeth CIBOT revient ensuite à la sculpture classique et se tourne vers le bronze. Depuis 1997, elle travaille au sein de la Fondation Rothschild à Nogent sur Marne. Dessins, estampes, paravents de verre, aussi bien que statuaire en bronze et fontaines, marquent la diversité des créations d’Elisabeth CIBOT, et se trouvent dans de nombreuses collections françaises et étrangères. Elisabeth Cibot was born in Nantes in 1960. She has a multidisciplinary training in engraving, glyptics, drawing and sculpture. After studying under Etienne Martin, César and Léopold Kretz, she received her diploma from the Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts in Paris in 1981. While continuing to teach the history of glass at the Institut d’Études Supérieures des Arts, Elisabeth Cibot returned to classical sculpture and bronze. Since 1997, she has been working at the Rothschild Foundation in Nogent-sur-Marne. Drawings, prints, glass partitions, as well as bronze statues and fountains, reveal the diversity of Elisabeth Cibot’s creations, which can be admired in various French and non-French collections.

Né en 1954, à Toulouse. Autodidacte, il s’intéresse, depuis toujours, à l’expression, au mouvement, à la matière, à la couleur et surtout à la lumière.

Born in 1954 in Toulouse, Jean-Sylvain is a self-taught artist who has forever been interested in expression, movement, matter, colour and especially light. He began painting at a very young age, using acrylic paint to transcribe the feelings running through him. He dubs his work « Psychopainting ». In 2001, one of his works was exhibited at the Eiffel Tower: « La lumière de l’être », a piece illuminated by 245 diamonds and that sets off powerful emotions linked to the joy of living.

architecture. After attending the Ecole des Pastellistes de France, Danielle worked as a draughtswoman in various architecture firms. She first began sculpting in 1986. Instantly fascinated by direct carving and especially by the sensation of working with wood, she has since devoted herself to sculpture.

The artist takes part in various solo and collective exhibits both in France and abroad. Her works have captivated numerous collectors and amateurs the world over.

Né dans le Doubs, Jack Devilliers, a reçu de nombreux prix pour l’ensemble de son œuvre. On le retrouve dans de nombreux musées ( Musée d’Art Contemporain de Fontainebleau, de Chaumont… ). Sollicité par la Ville de Paris, il crée un monument commémoratif « Edith Piaf » ( Paris 20ème ). Suite à cette longue carrière de sculpteur, basée sur la sensualité, l’esthétisme et la puissance du corps humain, il a l’envie de s’orienter aussi vers la peinture afin de réaliser une vision plus ludique et fantastique de son expression.

Since 1986, Jean-Sylvain D’Arc has exhibited his work at private venues in France and abroad. His pieces are on permanent exhibit at the Dehon - Taïeb Gallery in Paris. In 2003, he exhibited at the Charles Gounod Gallery in Saint-Denis, on Reunion Island.

Il a participé à de nombreuses expositions collectives en France et à l’étranger.

DANIELLE DECOLLONGE

He was commissioned by the City of Paris to created a commemorative monument in honour of Edith Piaf (in the 20th arrondissement).

Née en 1944, à Lyon, Danielle Decollonge étudie le dessin industriel et l’architecture. Elle étudie à l’école des Pastellistes de France, puis est dessinatrice dans de nombreux cabinets d’architectures. Elle commence à sculpter en 1986. Tout de suite passionnée par la taille directe et surtout par le travail du bois, elle sculpte depuis en solitaire. Elle est membre du jury de nombreux salons, médaillée d’argent de la Ville de Paris en 1987 et sociétaire de la Fondation Taylor. Elle participe à de nombreuses expositions personnelles et collectives en France et à l’étranger. Aujourd’hui, ses œuvres ont conquis de nombreux collectionneurs et amateurs dans le monde entier. Born in 1944 in Lyon, Danielle Decollonge studied industrial design and

53.

Born in the Doubs region, Jack Devilliers has received many distinctions for his entire body of work, displayed in many museums (Museum of Contemporary Art in Fontainebleau, Chaumont, etc.).

After a long career as a sculptor drawing on sensuality, aesthetics and the power of the human body, Jack decided to turn to painting in order to convey a more playful and fantastical side of his artistic expression. He has been featured in many collective exhibits in France and abroad.

GERALD GARAND Né à Tours en 1928, Gérald Garand étudie les arts plastiques à l’école des Beaux Arts de cette ville, dans l’atelier de Maurice Mathurin, puis à l’école des Beaux Arts de Paris, dans l’atelier de Jean Dupas. Ancien professeur à l’école Supérieure des Arts Appliqués, il obtient en 1954, le célèbre prix Antral, ainsi que le très convoité de la Casa Vélasquez.


A partir de cette date, sa carrière va s’amplifier et il devient une figure importante dans le panorama de l’art figuratif actuel. C’est à ce titre qu’il a sa place dans de nombreux musées, collections de l’Etat et de la ville de Paris comme chez des collectionneurs privés. Peintre remarquable et remarqué à l’international, de nombreuses expositions lui ont été consacrées en France comme à l’étranger. Born in Tours in 1928, Gérald Garand studied plastic arts at the Ecole des Beaux Arts in Tours, under the guidance of Maurice Mathurin, then at the Ecole des Beaux Arts in Paris, under Jean Dupas. A former instructor at the Ecole Supérieure des Arts Appliqués, Gérald received the famed Antral prize in 1954, as well as the much-coveted de la Casa Vélasquez prize. From that day forward, his career developed rapidly and he is now a key figure in today’s figurative art landscape. His works are on display in many museums and collections belonging to the French state or to the City of Paris, as well as in private collections. This remarkable painter has also garnered international acclaim, and his work is featured in countless exhibits both in France and abroad.

JEAN-PAUL GUENVER Né le 7 mars 1957, à Brest Saint-Marc. « Mon rêve d’enfant fût d’être ébéniste, par le passion je le suis devenu. » Dès l’âge de 15 ans, il rentre à l’école d’Alembert (aussi réputée que l’école Boulle) et pendant quatre années, il apprendra le métier d’ébéniste avec une spécialisation en sculpture et en marqueterie. De 1987 à 1998, il participe à plusieurs expositions collectives. Une exposition lui est consacrée à Bray-sur-Seine, en avril 2004. Jean-Paul was born on 7 March 1957 at Brest Saint-Marc. « My childhood dream was to be a cabinetmaker, and my passion enabled to become just that ». At the tender age of 15, he entered the Ecole d’Alembert (an institution as highly acclaimed as the Ecole Boulle) and for four years learned the cabinetmaker’s craft, specialising in sculpture and marquetry. From 1987 to 1998, he took part in various collective exhibits, and had a solo exhibit in Bray-sur-Seine in April 2004.

MICHEL-HENRY Né à Langres en 1928, Michel-Henry est élève à l’école des Beaux Arts de Paris et massier de l’atelier de Maître Chapelain-Midy.

« Trente ans d’expositions, de présence dans les salons, de médailles glanées un peu partout ont rendu familières les explosions florales de Michel-Henry » écrit Hervé Bazin sur l’œuvre du peintre. Exposé dans de nombreux musées (Art Moderne de Paris, New Orléans, Valence, Langres, Bogota, Beyrouth) et galeries (New York, Chicago, Paris, Beverly Hills, Hong Kong). Cet artiste a acquis un art et une renommée indiscutables. Born in Langres in 1928, Michel-Henry studied at the Ecole des Beaux Arts in Paris and was head student of Master Chapelain-Midy’s studio. « Thirty years of exhibits, appearances in art salons, and medals gleaned here and there have made Michel-Henry’s floral explosions familiar to all », Hervé Bazin once wrote about the painter’s works. Featured in many museums (Museum of Modern Art of Paris, New Orleans, Valence, Langres, Bogotá, Beirut) and galleries (New York, Chicago, Paris, Beverly Hills and Hong Kong). Michel-Henry has acquired an indisputable artistic style and renown.

PIERRE LAGENIE Né en 1938 à Bouscat en Gironde, Pierre Lagénie sculpte la pierre, le bois et coule lui-même ses bronzes. Il étudie à l’école Supérieure des Beaux Arts de Bordeaux et à l’école des Beaux Arts de Paris dans l’atelier de Marcel Gimond. Il a réalisé des monuments pour des villes et l’Etat. Il est sociétaire du Salon d’Automne, du Salon des Artistes français, du Salon National des Beaux Arts et du musée de la Marine. De nombreuses expositions personnelles et collectives lui ont été consacrées en France et à l’étranger. Born in 1938 at Bouscat, in the Gironde, Pierre Lagénie sculpts in stone and wood, and casts his bronzes himself. He studied at the Ecole Supérieure des Beaux Arts in Bordeaux and at the Ecole des Beaux Arts in Paris, under Marcel Gimond. He has produced several monuments for cities in France and for the French government. Pierre Lagenie is a member of the Salon d’Automne, the Salon des Artistes Français, the Salon National des Beaux Arts and the Musée de la Marine. He has appeared in various solo and collective exhibits in France and abroad.

GERARD LE GENTIL Né en 1939 à Neuilly sur Seine. Il peint ses premières toiles dès l’âge de 15 ans et s’initie à l’art

54.

pictural dans l’atelier d’un ami peintre. Il commence à exposer en 1965. Ses œuvres sont exposées en France (Paris, Angers, Nantes, Aix en Provence, Tours, Biarritz…) mais aussi à l’étranger, notamment aux Etats-Unis, en Suisse et en Belgique. Fidèle à son écriture personnelle, il varie cependant ses présentations, ses supports, ses sujets et sa palette, afin que chaque toile nouvelle soit une oeuvre unique. Born in 1939 at Neuilly-sur-Seine, Gérard completed his first paintings at the age of 15, learning about pictorial art in the studio of a painter friend. He began exhibiting his work in 1965. His works are on display in France (Paris, Angers, Nantes, Aix-en-Provence, Tours, Biarritz, etc.) and also abroad, particularly in the United States, Switzerland and Belgium. Though loyal to his individual style, he frequently varies his presentations, media, subject matter and palette, so that every new creation is a unique work of art.

DENIS LE NAIL D’origine bretonne, Denis Le Nail est né à Paris en 1951. Sculpteur recycleur, il trouve ses matériaux au hasard des chemins, dans la nature. A travers son travail et son imaginaire il leur donne une nouvelle vie. Denis Le Nail donne forme à un tronc ou une poutre qui aboutit, souvent, à des œuvres étonnantes, évocatrices de personnages, d’instruments ou d’objets variés. Il éveille ses bois bruts afin que se dresse ainsi révélée, leur vrai nature de totems. C’est un amoureux du bois et de la forme. Il a participé à de nombreuses expositions en France et à l’étranger (Bruxelles, Allemagne…). Originally from Britanny, Denis Le Nail was born in Paris in 1951. This recycling sculptor happens upon his material along paths, in nature. Using his skill and his imagination, he breathes new life into these findings. When Denis Le Nail shapes a trunk or a beam, they often yield surprising pieces that evoke people, instruments or miscellaneous objects. The artist, in love with wood and shapes, awakens the crude wood to reveal its true nature as a totem. He has been featured in exhibits in France and abroad (Brussels, Germany, etc.).

MARCY Née en Bretagne en 1946, Marcy est, dès son enfance, passionnée aux cours de dessin. Elle intègre l’Education Nationale et y enseigne les arts plastiques. De 1985 à 1990, elle fait de nombreux voyages en Egypte.


Fascinée par les sculptures en diorite et en granite noir d’Assouan et admirative de ces œuvres d’artistes inconnus, elle a le déclic. Autodidacte, elle commence par travailler la pierre et le marbre, et fait, seule, son apprentissage de la taille directe. D’éminents artistes arriveront à la convaincre de présenter son travail au public et depuis, elle expose en province et à Paris. Born in Brittany in 1946, Marcy always had a passion for art classes, even as a child. She later joined France’s National Education system and taught plastic arts. From 1985 to 1990, Marcy made several trips to Egypt. Fascinated by the diorite and black granite sculptures of Aswan and in admiration of these works created by unknown artists, she heard her calling. A self-taught artist, she started off by sculpting stone and marble, and learned direct carving on her own. Several eminent artists convinced her to put her works on display, and she has since held exhibits in Paris and the rest of France.

Son habileté dans le travail de l’or et l’emploi des minéraux sous leur forme brute, lui permet de substituer au traditionnel bijou, un bijou qu’il veut rendre plus vivant. Ayant participé à plusieurs salons professionnels et expositions personnelles ou en groupe en France comme à l’étranger, Roland Schad continue à nous surprendre par ses créations audacieuses tant par leurs formes que par leurs matières. Roland Schad was born in Lausanne, Switzerland. He studied business and applied arts, and obtained a vocational training certificate in Jewellery from the Ecole de Bijouterie in Nice. In 1969, he launched “Barbare”, his collection of raw gold jewellery, the predecessor of his current collections. Through his skilful crafting of gold and use of minerals in their rough form, he substitutes traditional jewels for something more vivacious. Roland Schad’s pieces have been featured in various professional art exhibits, as well as in solo and collective art exhibits both in France and abroad. His daring creations continue to astonish us, as much because of their shapes as because of the materials used.

JOËL RIVALAN Né en 1951 à Boulogne–Billancourt. Parcourant un cheminement très dense jalonné à l’origine par l’Académie de Montparnasse, les Beaux-arts de Paris et l’illustre atelier d’Etienne Martin, ce sculpteur maîtrise également le dessin, la peinture et l’art de la mosaïque.

MICHEL TANCELIN

Inévitablement attirée par la lumière, la main du sculpteur modèle l’ombre des choses laissant surgir la force cachée au plus profond de la matière.

Il obtient le prix Paul-Louis Weiller à l’Académie des Beaux Arts en 1984 et participe à un stage en fonderie et marbre en taille directe à Piétra Santa.

Lauréat du Conseil Général (Etampes 1990), ses œuvres ont été eposées en France comme à l’étranger notamment à New York et Dallas.

C’est par hasard que Michel Tancelin se consacre à la sculpture sur résine. Il crée sa matière en mélangeant des matériaux à la résine et s’attarde sur le symbolisme des formes.

Born in 1951 in Boulogne-Billancourt, sculptor Joël Rivalan has had a very complex career path, starting out at the Académie de Montparnasse, the Beaux-Arts in Paris and the illustrious studio of Etienne Martin. He is also a talented drawer, painter, and mosaic artist. Inevitably drawn to light, the sculptor moulds the shadows of things, allowing the strength hidden in the depths of the matter to spring forth. Joël Rivalan was decorated by the County Council of Etampes in1990. His works have been exhibited in France and abroad, particularly in New York and Dallas.

ROLAND SCHAD Né à Lausanne (Suisse). Après des études de commerce, des arts appliqués et un C.A.P. Joaillier de l’Ecole de Bijouterie de Nice, il lance en 1969 une collection de bijoux en or brut dite « Barbare », l’ancêtre de ses collections actuelles.

Né le 18 janvier 1962, à Paris 13ème. Il taille sa première sculpture sur bois à l’âge de 12 ans et commence alors son apprentissage en autodidacte en sculptant le bronze, la pierre et le bois.

Son art s’inspire de Constantin Brancusi. Il expose ses sculptures depuis 1985 et crée aussi des décors pour le cinéma et le théâtre. Michel Tancelin was born on 18 January 1962, in the 13th arrondissement of Paris. He carved his first wood sculpture at the age of 12 and began his apprenticeship as a self-taught artist by sculpting bronze, stone and wood. In 1984, he was awarded the Paul-Louis Weiller prize at the Académie des Beaux Arts and completed a workshop in casting and direct carving out of marble at Piétra Santa. Michel Tancelin turned to resin sculptures by chance. He creates his own matter by mixing resinous materials, with an emphasis on the symbolism of shapes. His art is inspired by the work of Constantin Brancusi. Michel has been exhibiting his sculptures since 1985, and has also created film and theatre sets.

55.

RAYMOND VERANI Né en 1929 à Paris. De 1941 à 1949, il fait son apprentissage en Italie, dans différents ateliers de peinture et de sculpture. De 1949 à 1980, il fait de l’ébénisterie d’art et de la décoration intérieure avec de nombreux architectes, dont Le Corbusier. En 1969, il expose à la Biennale de Paris. Invité d’honneur à de nombreux salons et centres culturels, il obtient 5 médailles d’argent dont celle de la ville de Paris, 4 prix pour ses sculptures, le prix Rumsey de la Société Nationale des Beaux Arts et 3 médailles d’or dont celle de l’Académie Européenne des Arts. Il expose à l’étranger, en Allemagne, en Italie… R.Verani was born in 1929 in Paris. From 1941 to 1949, he trained in Italy under various painters and sculptors. From 1949 to 1980, he assisted various architects with cabinetmaking and interior decoration, including Le Corbusier. In 1969, he exhibited at the Paris Biennale. The guest of honour at various art exhibits and cultural centres, he has been awarded five Silver Medals, including one from the City of Paris; four awards for his sculptures; the Rumsey prize from the Société Nationale des Beaux Arts; and three Gold Medals, including one from the European Academy of Arts. R. Verani exhibits abroad, in Germany, Italy, and many other European countries.

VERONIQUE VERMEIL Née en 1938 à Paris, Véronique Vermeil s’engage dans la vie artistique à l’âge de 17ans. Au cours d’une 1ère période, l’artiste se cantonne dans l’abstraction, puis elle revient à la figuration humaine pour inventer une statuaire très personnelle. « La vie existe dans le bois. Mon style est proche de l’art brut qui parle le langage du cœur » dit souvent l’artiste qui se défend de l’idée simpliste qui réduirait ses personnages à leurs atouts. Véronique Vermeil a participé à de nombreuses expositions personnelles à Paris, Bruxelles, Pise, Lyon, Montreux… et collectives dans le monde entier. Born in 1938 in Paris, Véronique Vermeil began her artistic career at the age of 17. The artist initially confined herself to abstract art before revisiting human representations, creating her own very personal statuary style. « Life exists within the wood. My style is close to Art Brut, which speaks the language of the heart », the artist often states, defending herself against any simplistic notions that might limit her sculptures to their mere features. Véronique Vermeil has taken part in many solo exhibits in Paris, Brussels, Pisa, Lyons, Montreux, etc., as well as in collective exhibits worldwide.


Hommage à Jack DEVILLIERS In loving memory of Jack DEVILLIERS 1944 - 2004


Photos : Yves Klein / Sébastien Niess

6, rue Saint-Florentin - 75001 Paris Tél : 00 33 (0) 1 42 61 19 10

6, place du Châtel - 77160 Provins Tél : 00 33 (0) 1 60 52 07 88


w w w. e r i k - s c h a i x . c o m

Sculpture de Tempête  

20 artistes font renaître les arbres du Parc du Chateau de Versailles, tombés lors de la tempête de 1999...