Issuu on Google+


E dito

N°328 FÉVRIER-MARS 2014  )(%'8-32 6 6qHEGXVMGIIRGLIJ :ALÉRIE LECHIFFRE ZEPIVMIPIGLMJJVI$KVSYTIRTGSQ 'LVSRMUYIYVW JACQUES THIBAUD (IDIER:UYLSTEKE VYIHY(qTEVX 4EVMW 8qP *E\ 49&0-'-8f%2232')7'0%77f)7 *RANÇOIS HÉNIN JVERGSMWLIRMR$KVSYTIRTGSQ 8qP *E\ %&322)1)287:)28)7%9291f63 1ATHILDE SEVESTRE QEXLMPHIWIZIWXVI$KVSYTIRTGSQ 8qP *E\ %FSRRIQIRXW *VERGIERº 8:% )XVERKIVERº 0IRYQqVSº 8:% '311%2()78-6f7ª4%68%68-'0)7)84(* 1ATHILDE SEVESTRE QEXLMPHIWIZIWXVI$KVSYTIRTGSQ 8qP *E\ 1%59)88) 5UENTIN MERLE WMQSRWT$QIGSQ 8qP *E\ (-6)'8-32%(1-2-786%8-32)24 (MVIGXIYVHIPETYFPMGEXMSR STÉPHANE RICHARD WXITLERIVMGLEVH$KVSYTIRTGSQ VYI7XERMWPEW.YPMIR 3VPqERW 8qP *E\ ˆ0EVIZYIIWXqHMXqITEV)24 ˆ6' ˆ7%EYGETMXEPHIº ˆ'SQQMWWMSRTEVMXEMVI8 ˆ(qT|XPqKEPIVXVMQIWXVI ˆ-772 %ZIGGIRYQqVS ˆ7YTTPqQIRXRevue Atip ˆ7YTTPqQIRXCross Border

Le tissue et l’emballage résistent

L

es bonnes nouvellesWSRXWYJ½WEQQIRXTIY RSQFVIYWIW TSYV RI TEW PIW WEPYIV UYERH IPPIW WI TVqWIRXIRX %PSVW UYI PIW TETMIVW k YWEKIW KVETLMUYIWWSRXXSYNSYVWHERWPEXSYVQIRXIEZIGYRITVSHYGXMSRIRVIGYPHI IR  ¯ GSQQI P´SRX IRGSVI QSRXVq XVrW VqGIQQIRX P´ERRSRGI HI P´EVVsX HI 7XSVE)RWS'SVFILIQIXPEJIVQIXYVIHI(SGIPPIW¯HIY\WIGXIYVWSRXFMIRXMVqPIYV qTMRKPIHYNIYP´ERRqIHIVRMrVIPIXMWWYIIXP´IQFEPPEKI7IPSRPIWTVIQMIVWVqWYPXEXWHI 'STEGIPIRPETVSHYGXMSRHIFSFMRIWQrVIWXMWWYIEEMRWMTVSKVIWWqHI IXGIPPIHIP´IQFEPPEKI HYGSRHMXMSRRIQIRXHI 7MPIWTETMIVWH´IQFEPPEKIWSYTPI WSRXIRVITPMHI PIWTETMIVWTSYVSRHYPq TTS WSRXIRLEYWWIHI IXPI GEVXSRTPEXHI 0ETVSHYGXMSRXSXEPIHITETMIVW GEVXSRWR´EEMRWMVIGYPq±UYI² HI WYVP´ERRqIETVrWYRVITPMHI IR A sa façon, ce numéro vient illustrer ces tendances. 2SXVI (SWWMIV 8MWWYI GSR½VQI UYI GI WIGXIYV RI GSRREwX HqGMHqQIRX TEW PE GVMWI )R  PIW QEGLMRIW SRX XSYVRq k TPIMR VqKMQI GSQQI IR XqQSMKRIRX EYWWM FMIR PE RSYZIPPI PMKRIHI14,]KMrRIUYIPIWHIY\QEGLMRIWH´%VNS[MKKMRW0I&SYVVE]4SYVPITETMIV TSYV SRHYPq IX PI GEVXSR TPEX ZSYW HqGSYZVMVI^ PI HqQEVVEKI HI &PYI 4ETIV UYM TVSHYMXHqWSVQEMWHYTTSWYVP´ERGMIRWMXIH´9417XVEGIP¯EZIGYRVITSVXEKIWYV GIXXIYWMRI¯IXPEFSRRIXIRYIHIWYRMXqWHIGEVXSRTPEX ZMIVKIIXVIG]GPq HI'EVIS IRHERWPI4SVXVEMXUYIRSYWGSRWEGVSRWkWSRTEXVSR7XqTLERI8LMSPPMIV)X H´YRI GIVXEMRI QERMrVI PI VIHqQEVVEKI ERRSRGq PI  QEVW HI:IVXEVMW ¯ UYM WIVE IJJIGXMJIRSGXSFVITVSGLEMR¯kPEJEZIYVH´YRIVITVMWITEVPIJSRHWH´MRZIWXMWWIQIRX 7TVMRK[EXIV'ETMXEPZMIRXGSVVSFSVIVGIWXIRHERGIW'EVSYXVIP´MQTVIWWMSRqGVMXYVI GIXXIYWMRIUYMTVSHYMVEHERWYRTVIQMIVXIQTWXERHITlXIQEVGLERHIk FEWIHIVIG]GPqWZMWIqKEPIQIRXIXTVqGMWqQIRXPIWQEVGLqWHYXMWWYIIXHYGEVXSR Au-delà des frontières hexagonales, GIXXI qHMXMSR IX WSR 7YTTPqQIRX MRXIVREXMSREP Cross Border ZSYW JIVSRX EYWWM ZS]EKIV EZIG PI GSQTXI VIRHY HIW 'SPPSUYIW SVKERMWqW IR -RHSRqWMI ½R RSZIQFVI TEV PI 7]RHMGEX HIW QEGLMRIW IX XIGLRSPSKMIW HI TVSHYGXMSR 7]QST  IX 9FMJVERGI%Y I VERK QSRHMEP TSYV PE TVSHYGXMSR HI TlXI IX EY I TSYV GIPPI HI TETMIVW  GEVXSRW GI TE]W IRVIKMWXVI YRI GVSMWWERGI qGSRSQMUYI HI P´SVHVI HI   TEV ER -P TVqWIRXI EMRWM FMIR HIW STTSVXYRMXqWTSYVPIWJSYVRMWWIYVWJVERpEMWH´qUYMTIQIRXWTETIXMIVW)XHERWPIGEW HIP´-RHSRqWMIXSYXIWPIWWSVXIWHITETMIVW GEVXSRWHIZVEMIRXTVSKVIWWIVkP´EZIRMV XERXP´qPqZEXMSREXXIRHYIHYRMZIEYHIZMIHIZVEMXPSKMUYIQIRXWIXVEHYMVITEVYRI GSRWSQQEXMSRIXHSRGYRITVSHYGXMSRTETIXMrVIWIRLEYWWI&SRRIPIGXYVI VALÉRIE LECHIFFRE

Selon la loi du 11 mars 1957, toute adaptation ou reproduction, même partielle, des articles et infographies parus dans ce numéro est formellement interdite, sauf accord de la direction générale de la société ENP.

www.groupenp.com ) HMXIYVHI0E4ETIXIVMIP´%RRYEMVIHIPE4ETIXIVMI 0E'EVXITETIXMrVI*VERGI0E'EVXITETIXMrVIMFqVMUYI )P4ETIPP´%RRYEMVIMFqVMUYIHIP´MRHYWXVMITETIXMrVI +YMHITETIXMIVHIP´%QqVMUYIPEXMRI4EWXE)4ETIP 8YVOM]I/EKMX7ERE]MMIX4ETIV1MHHPIEWX

4EVXIREMVISJ½GMIP Grenoble 2014

-QTVIWWMSR-QTVMQIVMI HI'LEQTEKRI >-0IW*VERGLMWIW 6YIHIP´)XSMPI 0ERKVIW

(*) La conférence de presse de la Maison des industries des papiers et cartons (MIP) qui présentera le bilan économique de l’année 2013 aura lieu le 1er avril.

la papeterie 328 Février-Mars 2014

3


INDEX A ABB, 29, I, XII, Cross Border IX, 52 ABK, 1, IV, 52, 54 ABTCP, 64 Ademe-Afnor, 18 Adiprima Suraprinta, IV, 54 Ahlstrom, 9, 29 Allimand, I, II, IV, XII, 52, 53, 54 Andritz, 29 APKI, II, 52 APP, 57, X, XII Arctic Paper, 62 Arjowiggins, 3, 22, X A&R Carton, 9, 58 Ashland, 7 Asian Paper, 64 Aticelca, 64 Atip, 9, I, 52, 64 Autajon, 8, 32 B Barry-Wehmiller, 58 BASF, 7, 29, XII &MP½RKIV;EXIV8IGLRS PSKMIW Bilt, XII BIR, 64 Blue Paper, 3, 10, 32 Blue Box Partners, 10 Bou-Hanich, 9 BT3 Technologies, 7 &8+, 24, XII &YGOQER Burgo, 9 C Careo, 3, 14 Carrefour, 32 Cascades, 14, XII, 58 CCE International, 64 Centre technique du papier (CTP), 64, XII Cepi, 30, 56 CFA Gérardmer, 6 Charles Roux, 9 Clextral, II, 53 Coatex, XI Copacel, 3, 57, 29 Creative Publishing, 64 Cross Media Publishing, 64 Culture Papier, 36 D Delion France, 6 Dem@in le Livre, 64 Doc@Futur, 64 Double A, 32, 37, V (]REQIPIG E )GS½FVEW%VERKYVIR EDF, 29 EFIB, 64 EFP Chavassieu, 6 Elof Hansson, IV, 55 Emballage & Manutention, 64 Emin Leydier, 8 Energia Fair, 64

)RIWWGS )24 Europac, 8, 9, 57 European Biomass Conference & Exhibition, 64 European Paper Week, 57, 64 )YVSTSVXW, 38, VIII, Cross Border XI Eurovast, 22 Exacompta-Clairefontaine, 7, 9, 29, 31, XII Expobiogaz, 64 ExxonMobil Chemical, 29 F Federec, 33 Fefco,64 Fenwick, 12 Fibria, XII Fimalac, 34 Fincarta, 8

+ GDF-Suez, 29 Gemdoubs, X +ISVKME4EGM½G +0 : Grand Port maritime du Havre, 37, VI, VII Grand Port maritime de Rouen (GPMR), 37, VI, VII Grenoble INP-Pagora, I, 52 Group’Hygiène, 18 H ,ERRIGEVH Harima, 12 Haropa, 4eHIGSYZ., 37, V, VII Hearst Media, 34 Holmen, 9

Kimberly-Clark, 19, 29 Klabin, 58, XII Klingele, 10, 31, 32

0 Lavigne, 7 LGP2, 52, 64 LGR, 58 Luxe Pack, 64 M Maintenance Expo, 64 Man, 12 Maqpaper, 64 1EVUYMT;EVH9RMXIH , 58 Mauro Benedetti, 12 Mayr-Melnhof Karton, 8, 15 Metsä, 29 Metso, 11, 23 1MEGeHIGSYZ, 64 Midest, 64 Mondi, XII, 57 MP Hygiène, 3, 18, 22 MSC, 38, VIII N National Starch, XII Neyrtec, II, 53 NewPage, XII Newsweek, 34 Nord Package, 32 Norske Skog, 29, 57

PulPaper, 64 R Rafael Hinojosa, 12 Rai-Tillières, II, X, 53 Raumaster, 12 RenoDeMedici, 14, 58 Revenu (Le), 32 Risi, 19 RusUpack, 64 S Sappi, 9, XII SCA, 18, 19, 20, 57 Sequana, 29 Smithers-Pira, 32, 64 7QYV½X<-- SÜdra, 7, 9 7S½HIP Solaronics Bekaert, II, X, 53 7TVE]MRK7]WXIQW Springwater Capital, 3, 6 Stora Enso, 3, 6, 29, XII, 57, 58 Suez-Environnement, 29 SWM, XII Syctom, 32 Syelom, 32 Symop, 3, I, 52 Syndicat des Êditeurs de presse magazine, 36

8 Tappi, 64 8IGLTET, II, IV, XII, 53, 55,  O Observatoire prospectif Tembec, XII, 57 des mĂŠtiers et des quali- Tissue World, 22, X, 64 Toscotec, 22 ½GEXMSRW Tullis Russell, 32 Omya, 8 Opinion (Lâ&#x20AC;&#x2122;), 34

P Pack & Gift, 64 Papâ&#x20AC;&#x2122;Argus, 31, 36 I Pap-For, 64 IBC Paper Training, II, Paper Arabia, 64 11, 53 4ETIV6YR IBS, XII ICE Europe, 64 4ETIVI\-RHSRqWMIe ICT, 18, 23 HIGSYZ Iggesund Paperboard, 58 Papiers de Presse, 34, 38 Imerys, 8, 29 Photoweb, 7 Index, 64 Pierre Lelong, 15 Indopack, 64 Pocheco, 6 Indoplas, 64 PĂ´le de compĂŠtitivitĂŠ Indoprint, 64 Maud, 9 Inprint, 64 Port de Paris, 37 Insee, 28 4SVX%XPERXMUYI0E International Paper, 29 6SGLIPPI, IX, 51 Interpack, 64 Ports normands assoIPBC Conference, 64 ciĂŠs, 38 IPX, 64 Portucel, 57 Itâ&#x20AC;&#x2122;s Tissue, 64 Poste (La), 57 Presse au futur (Colloque), 34 J Prima, 64 Jawa Pos, IV, 54 Private Consulting, 60 PTI, XII PT Adikarya Utomo, K IV, 55 Kadant, 11, II, 53 PTS, 64 Kemira, 7 Publicis, 34

S ommaire

10 Visite Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;usine de Blue Paper Ă  Strasbourg.

14

Portrait de StĂŠphane Thiollier, prĂŠsident de Careo.

9 Ubifrance, 3, I, 52 Unidis, 61 UPM, 3, 6, 8, 12, 29, 31, XII, 57

: Vaahto 8 Valmet, 22 Veolia, 29, 33 Vertaris, 6 VPK Packaging, 10, 31, 32

20

Rencontre avec SCA, la 13e entreprise française de grande consommation.

; World Bioenergy, 64 X Xerium, 9 Z >IPPGLIQMRK, 64

Les sociĂŠtĂŠs et les pages indiquĂŠes en gras correspondent Ă  des publicitĂŠs.

31 Jean-Marie Nusse (Exacompta-Clairefontaine) Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;occasion du Colloque â&#x20AC;&#x153;Papâ&#x20AC;&#x2122;Argusâ&#x20AC;?.

4

la papeterie 328 FĂŠvrier-Mars 2014


PAPERBUZZ

S ommaire

6

:IVXEVMWZEVIHqQEVVIVIRSGXSFVI 7XSVE)RWS'SVFILIQEYGYRISJJVIVIpYIHqFYXQEVW 941JIVQI(SGIPPIWIXVINIXXIP´SJJVIHIPE7GST 6IQMWIHIWHMTP|QIWEY'*%HI+qVEVHQIV &%7*VqHYMXWIWGETEGMXqWHIPEXI\IXZIRHWSREGXMZMXq%/(k/IQMVE 7}HVEMRZIWXMX1k:mV} )YVSTEG1ºMRZIWXMWk8ERKIV ÇEVSYPITSYV)QMR0I]HMIV 9411ºTSYVPETlXIk/]QM 2qGVSPSKMI+Y]6SPPrW 'LEVPIW6SY\ IX.IER3PMZMIV6SYWWEX

'PEMVIJSRXEMRI  2SQMREXMSRW

IN SITU

          

10

0´YWMRIHYQSMW&PYI4ETIVZSMXPEZMI©IRFVYR

PORTRAIT

III Réception à l’Ambassade de France à Jakarta après le premier Colloque organisé par le Symop et Ubifrance.

14

7XqTLERI8LMSPPMIVHIP´qRIVKMIkVIZIRHVI

DOSSIER TISSUE

18

)GSRSQMI4ETMIVWH´L]KMrRIXSYNSYVWPIFIEY½\I 7XVEXqKMI0E*VERGITVIQMIVQEVGLqHI7'% %GXYEPMXqW 8IGLRSPSKMI&8+PIGSRXV|PIHIW½RIWYRqPqQIRXIWWIRXMIP

   

ECONOMIE & MARCHÉS

28

8EFPIEYHIFSVH &MPERHIPE'ITM)YVSTIXVSMWMrQIERRqIGSRWqGYXMZIHIVIGYP Colloque Pap’Argus0IWHq½WIXSTTSVXYRMXqWH´YRIQYXEXMSRMREGLIZqI )HMXMSR4ETMIVWHI4VIWWI0ITETMIVZIGXIYVH´MR¾YIRGIIXHIQEVUYI 0SKMWXMUYI,EVSTEGVSMWWERGIHI IR

CROSS BORDER

    

I-XII

3YV-RXIVREXMSREP7YTTPIQIRXMR)RKPMWL 7]QSTWIXWSYXSRXLIGSRUYIWXSJ-RHSRIWME (SYFPI%HSYFPIWMXW[EKIVSR%PM^E] ,EVSTE KVS[XLMR 2I[W

: :--<

TECHNOLOGIE & ENVIRONNEMENT

51

%GXYEPMXqW 'SPPSUYIW7]QST ·-RHSRqWMIYRQEVGLqTVSQIXXIYV ·0IWQSQIRXWJSVXW ·>SSQÉGSRSQMI 4VSWTIGXMZI4VSNIXKEKRERXHY8[S8IEQ4VSNIGXHI'ITM)RXVIXMIR EZIG&IVREVHHI+EPIQFIVX (qGSYTI)RXVIXMIREZIG*VqHqVMG(YUYIRRI« MarquipWardUnited affûte ses coupeuses pour le numérique ! »

RH & FORMATION 'LVSRMUYIHI.EGUYIW8LMFEYH0´EVXHYVIGVYXIQIRX)RXVIXMIR <:  0ITVS½PHYQSYXSRkGMRUTEXXIWEYGPSRITEVJEMX 'LVSRMUYIHI(MHMIV:Y]PWXIOI(VSMXWSGMEP0´SFPMKEXMSRHI GSRWIVZIVHIWTVIYZIWIRQEXMrVIHIWERXqIXHIWqGYVMXqEYXVEZEMP *MGLI1qXMIV'SQQIVGMEP

MANIFESTATIONS/AGENDA

56

Entretien avec Bernard de Galembert (Cepi) au sujet du Two Team Project.

60 7PVTTBVSF[UPVUTVSMBE½mOJUJPOEVQSPmMFOMJTBOU la nouvelle chronique de Jacques Thibaud.

     

60   

64

62

Le témoignage de Daniel Wormeringer, responsable du développement chez Arctic Paper France.

Pour vous abonnerETTIPI^RSYWEY  SY GSRRIGXI^ZSYW WYV RSXVI WMXI -RXIVRIX [[[ KVSYTIRTGSQ TEMIQIRXWqGYVMWqIRPMKRI  Pour vous informer VqKYPMrVIQIRX WYV P´EGXYEPMXq HYWIGXIYVGSRWYPXI^RSXVIWMXI-RXIVRIX[[[KVSYTIRT GSQ VYFVMUYI ±&VIEOMRK 2I[W² 8SYXIW PIW EGXYEPMXqW REXMSREPIW IX MRXIVREXMSREPIW ] WSRX XVEMXqIW IR PMZI IX G´IWXKVEXYMX

8SYWPIWVIRHI^ZSYWHI Photo de couverture : fotolia

PAPER CLASSIFIED WEBZINE

65

la papeterie 328 Février-Mars 2014

5


P aperbuzz

ActualitĂŠs

>>> Vertaris : redĂŠmarrage en octobre !

F

inalement, ce nâ&#x20AC;&#x2122;est pas Activapro, mais Springwater Capital et sa nouZIPPI ½PMEPI (IPMSR *VERGI GVqqI PI  JqZVMIVUYMSRXVITVMWP´ERGMIRRIYWMRIHI :IVXEVMWkP´EVVsXHITYMWNYMPPIX0I QEVWPIWEGXMJWMRHYWXVMIPWIXMQQSFMPMIVW HY WMXI HI:SVITTI TVrW HI +VIRSFPI SRXIRIJJIXqXqVEGLIXqWTSYV1Âş (IPMSR*VERGITVqZSMXH´MRZIWXMVk 1Âş E½R HI TVSHYMVI  XER HI TlXI VIG]GPqI QEVGLERHI (ERW GIXXI TVIQMrVITLEWI PEWSGMqXqZMWIYR'% HI1ÂşEZIGTIVWSRRIWHSRXH´ERGMIRW WEPEVMqW HI :IVXEVMW .IER'EVPSW *IVRERHIWWIVEEMRWMPIHMVIGXIYVHYWMXI 0´YWMRI UYM HIZVEMX VIHqQEVVIV IR SGXSFVITVSGLEMRZEWIHSXIVH´YRWqGLSMV

XIGLRSPSKMI*PEWL(V]IV TVSZIRERXHI 6SXXRIVSWIXH´YRW]WXrQIH´IQFEPPEKI (ERW YR WIGSRH XIQTW H´MGM k  QS]IRRERXUYIPUYI1ÂşPETVSHYGXMSR WIVE TSVXqI k  XER IX PI '% HqTEWWIVE  1Âş 0IW GPMIRXW WIVSRX TVMRGMTEPIQIRX HIW JEFVMGERXW HITETMIVFYVIEYXMUYIIXKVETLMUYI HI GEVXSR IX HI XMWWYI 1MGLEIP /MLPKVIR UYM VITVqWIRXI GI JSRHW H´MRZIWXMWWIQIRX IR *VERGI IX UYM IWX qKEPIQIRX TEXVSRHIPEWSGMqXqHIVITVqWIRXEXMSR )*4 'LEZEWWMIY ÂŻ UYM GSQQIVGMEPMWIVE PETlXITVSHYMXIk:SVITTIÂŻ I\TPMUYI ÂŤ Outre le dĂŠmarrage de la pâte recyclĂŠe, nous travaillons dâ&#x20AC;&#x2122;ores et dĂŠjĂ  sur dâ&#x20AC;&#x2122;autres dossiers : la biomasse, la production de 20.000 t/an dâ&#x20AC;&#x2122;isolants Ă  base de cellulose pour le secteur du bâtiment (seul ou avec un partenaire), le dĂŠveloppement dâ&#x20AC;&#x2122;une activitĂŠ liĂŠe Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;eau avec les collectivitĂŠs locales, les ĂŠquipements de lâ&#x20AC;&#x2122;usine ĂŠtant surcapacitaires et lâ&#x20AC;&#x2122;exploitation des boues de dĂŠsencrage. Notre projet entend en effet sâ&#x20AC;&#x2122;inscrire parfaitement et totalement dans le concept de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠconomie circulaire. Âť *SRHW H´MRZIWXMWWIQIRX GSJSRHq TEV 1EVXMR +VYWGLOE IR  IR TVSGLI GSPPEFSVEXMSREZIGTPYWMIYVWMRWXMXYXMSRW ½RERGMrVIW MRXIVREXMSREPIW 7TVMRK[EXIV IWX FEWq k +IRrZI 0SRHVIW IX 1EHVMH IXSTrVIEYNSYVH´LYMEZIGHIRSQFVIY\ MRZIWXMWWIYVW MRWXMXYXMSRRIPW IX TVMZqW 0IWEWWSGMqWHI7TVMRK[EXIVTSWWrHIRX YRI I\TqVMIRGI ETTVSJSRHMI HERW PIW HSQEMRIW HY GETMXEPMRZIWXMWWIQIRX IX HIWSTqVEXMSRWMRHYWXVMIPPIWViaWE½PMEPI (IPMSR WTqGMEPMWqI HERW PIW HSQEMRIW HY TETMIV IX HI PE GSQQYRMGEXMSR Springwater concentre ses investisseQIRXWIR)YVSTIGSRXMRIRXEPIHERWHIW WIGXIYVWHIRMGLIW)R)WTEKRIMPEEMRWM VEGLIXqPIXVERWJSVQEXIYV9RMTETIPMP] E WM\ QSMW IX TSWWrHI YRI EGXMZMXq HI TETMIVHMKMXEP(IPMSR'SQQYRMGEXMSR

6

Papier magazine STORA ENSO : FERMETURE CONFIRMĂ&#x2030;E ET AUCUNE OFFRE REĂ&#x2021;UE DĂ&#x2030;BUT MARS 0EHqGMWMSREHSRGqXqGSR½VQqI0INERvier, la direction de Stora Enso Corbehem (SEC) a informĂŠ les reprĂŠsentants du personnel dâ&#x20AC;&#x2122;un projet visant lâ&#x20AC;&#x2122;arrĂŞt permanent du site. Dans son communiquĂŠ, elle indique que ÂŤ malgrĂŠ les efforts entrepris depuis 14 mois pour trouver un repreneur crĂŠdible, peu de candidats ont manifestĂŠ un intĂŠrĂŞt pour la reprise du site. Sâ&#x20AC;&#x2122;ils ont unanimement reconnu la qualitĂŠ des installations et du personnel, ils SRXqXqHq½RMXMZIQIRXJVIMRqWTEVPIGSRXI\XI de marchĂŠ, baissier et en surcapacitĂŠ. Aucun candidat nâ&#x20AC;&#x2122;a pu proposer un plan dâ&#x20AC;&#x2122;entreprise sain et durable qui assurerait le maintien de lâ&#x20AC;&#x2122;activitĂŠ de lâ&#x20AC;&#x2122;usine de Corbehem sur le long terme. Âť SEC explique cette fermeture par la forte chute de la demande europĂŠenne (- 25 % depuis 2007). Au total, le Plan de sauvegarde de lâ&#x20AC;&#x2122;emploi (PSE) concernerait 334 personnes. Mi-fĂŠvrier, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a indiquĂŠ que trois sociĂŠtĂŠs impliquĂŠes dans le secteur papetier avaient manifestĂŠ leur intĂŠrĂŞt, ÂŤ un grand groupe mondial, une PME et une Entreprise de taille intermĂŠdiaire. Âť Le nom de Double A a ĂŠgalement ĂŠtĂŠ citĂŠ par la presse locale. Toutefois, le 10 mars, la direction de SEC indiquait ÂŤ se rĂŠjouir des trois marques H´MRXqVsX ?ŠA MHIRXM½qIW TEV PIW WIVZMGIW HY ministère du Redressement productif. Comme elle sâ&#x20AC;&#x2122;y est engagĂŠe, parallèlement aux nĂŠgociations en cours concernant le projet de cessation de lâ&#x20AC;&#x2122;activitĂŠ du site, la direction ĂŠtudiera toute offre de reprise complète qui offrirait une solution dâ&#x20AC;&#x2122;avenir pĂŠrenne [â&#x20AC;Ś] et tient Ă  prĂŠciser quâ&#x20AC;&#x2122;elle nâ&#x20AC;&#x2122;en a reçu aucune Ă  ce jour. Âť

4ETMIVW½RW UPM FERME DOCELLES ET REJETTE Lâ&#x20AC;&#x2122;OFFRE DE LA SCOP JUGĂ&#x2030;E INSUFFISANTE (ITYMW½RNERZMIVPETETIXIVMIHI(SGIPPIW (Vosges) qui produisait 160.000 t/an de TETMIVW ½RW EZIG  TIVWSRRIW E GIWWq sa production, lâ&#x20AC;&#x2122;offre de Pocheco ayant ĂŠtĂŠ rejetĂŠe. Le projet de vente de cette usine ou de recherche dâ&#x20AC;&#x2122;une autre solu-

la papeterie 328 FĂŠvrier-Mars 2014

tion avait ĂŠtĂŠ annoncĂŠ le 17 janvier 2013, dans le cadre dâ&#x20AC;&#x2122;un plan europĂŠen dâ&#x20AC;&#x2122;ajustement des capacitĂŠs de papiers graphiques et des fonctions support du groupe. ÂŤ UPM a menĂŠ une recherche active pour trouver un repreneur qui offrirait un avenir crĂŠdible Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;usine. Malheureusement, cette recherche nâ&#x20AC;&#x2122;a pas dĂŠbouchĂŠ sur une offre ferme et crĂŠdible [â&#x20AC;Ś]. Toutefois, UPM reste ouvert pour ĂŠtudier la vente des ĂŠquipements industriels et des terrains de lâ&#x20AC;&#x2122;usine de Docelles Âť, a expliquĂŠ Petteri Kalela, Vice-PrĂŠsident Senior de UPM Paper ENA. Le groupe a enregistrĂŠ une charge exceptionnelle pour restructuration de 25 Mâ&#x201A;Ź MQTYXqI WYV PI FqRq½GI H´I\TPSMXEXMSR HY quatrième trimestre 2013. Cependant, 85 anciens salariĂŠs ont montĂŠ un projet de reprise du site via la constitution dâ&#x20AC;&#x2122;une Scop (SociĂŠtĂŠ coopĂŠrative et participative), avec un repositionnement sur les papiers spĂŠciaux et la crĂŠation de plus de 100 emplois dès la première annĂŠe. Ils expliquent que ce projet est ÂŤ crĂŠdible Âť et quâ&#x20AC;&#x2122;il a permis de §PIZIV1ÂşHI½RERcements Âť (indemnitĂŠs de licenciement du personnel et prĂŞts bancaires). Mais, le 6 mars, UPM a refusĂŠ ce plan, jugeant lâ&#x20AC;&#x2122;offre MRWYJ½WERXI 0IW WEPEVMqW GSRGIVRqW TEV GI projet devaient se mobiliser le 19 mars E½RHIHqRSRGIVPEWMXYEXMSR-PWI\TPMUYIRX notamment dans leur communiquĂŠ que ÂŤ les promesses inscrites dans le PSE de vendre les actifs Ă  un prix infĂŠrieur au prix du marchĂŠ ĂŠtaient une chimère. Âť

Formation REMISE DES DIPLĂ&#x201D;MES AU CFA DE GĂ&#x2030;RARDMER DĂŠbut dĂŠcembre, la traditionnelle remise des diplĂ´mes 2013 du Bac Pro et du BTS papetier a ĂŠtĂŠ organisĂŠe par le CFA papetier de GĂŠrardmer. Sur les 16 laurĂŠats, 15 sont en activitĂŠ professionnelle ou poursuivent leurs ĂŠtudes et trois dâ&#x20AC;&#x2122;entre eux se sont mĂŞme adjugĂŠs les trois premières places du classement national ! Des motifs de satisfaction pour les professionnels et les ĂŠlus prĂŠsents Ă  cette cĂŠrĂŠmonie ainsi que pour toute lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠquipe du CFA.


ActualitĂŠs Chimie BASF RĂ&#x2030;DUIT SES CAPACITĂ&#x2030;S DE LATEX ET VEND SON ACTIVITĂ&#x2030; AKD Ă&#x20AC; KEMIRA Le chimiste allemand rĂŠduit de 120.000 t/ an ses capacitĂŠs de production de latex en Europe. Les papetiers continueront Ă  ĂŞtre servis par les usines de Ludwigshafen (Allemagne), Pischelsdorf (Autriche) et Hamina (Finlande). Environ 250 postes dans la production, le marketing, les ventes et lâ&#x20AC;&#x2122;administration seront ĂŠgalement supprimĂŠs H´MGM½R4EVEPPrPIQIRX&%7*WSYLEMXI mettre lâ&#x20AC;&#x2122;accent sur le nouveau â&#x20AC;&#x153;Center for Sustainable Paper Packagingâ&#x20AC;?. Le groupe a ainsi signĂŠ un accord avec la sociĂŠtĂŠ française BT3 Technologies pour ĂŠtudier le dĂŠveloppement conjoint dâ&#x20AC;&#x2122;une alternative Ă  la

cire dans la production de carton ondulĂŠ E½R H´EQqPMSVIV PI VIG]GPEKI &%7* E qKElement annoncĂŠ la vente, Ă  Kemira, de son activitĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠmulsion AKD pour un montant non prĂŠcisĂŠ. Cette transaction devrait ĂŞtre ½REPMWqIEYTVIQMIVWIQIWXVI

Pâte SĂ&#x2013;DRA VĂ&#x201E;RĂ&#x2013;

INVESTIT

610

M$

Ă&#x20AC;

SĂśdra va investir la somme colossale de 4 mds de SEK (environ 610 MUS$) dans lâ&#x20AC;&#x2122;extension de son usine suĂŠdoise de VärĂś E½R H´EYKQIRXIV PE GETEGMXq HI  X et dâ&#x20AC;&#x2122;atteindre 700.000 t/an. Ces nouveaux ĂŠquipements devraient ĂŞtre opĂŠrationnels au troisième trimestre 2016.

P aperbuzz >>> Exacompta-Clairefontaine reprend Photoweb, viaWE½PMEPI Lavigne

L

EZMKRI ½PMEPI HY KVSYTI )\Ecompta-Clairefontaine, a pris le contrĂ´le de Photoweb en se portant acquĂŠreur de 75,2 % des actions. Effective en janvier, cette EGUYMWMXMSR WIVE ½RERGqI WYV fonds propres et par lâ&#x20AC;&#x2122;emprunt. Photoweb, â&#x20AC;&#x153;le labo photo crĂŠatifâ&#x20AC;?, est le n°2 français du web de personnalisation photo. Cette sociĂŠtĂŠ rĂŠalise divers produits : tirages de photos, albums, calendriers, agendas, faire-part, etc. BasĂŠe Ă  Grenoble, lâ&#x20AC;&#x2122;usine de Photoweb emploie 120 personnes et rĂŠalise un C.A. de 22 Mâ&#x201A;Ź.

la papeterie 328 FĂŠvrier-Mars 2014

7


P aperbuzz >>> INFOS EXPRESS Autajon WTqGMEPMWXI HI P´qXYM TPMERXIRGEVXSRIXHIP´qXMUYIXXI EVqEPMWqP´EGUYMWMXMSRHIWWMXIWMRHYWXVMIPWHIPEWSGMqXqMXEPSEQqricaine Fincarta PIEHIV IR -XEPMI HIW FSwXIW TSYV GLSGSPEXW GEJqW WTMVMXYIY\IXWTqGMEPMWXIHIPE40: GEVXSR%ZIGP´ETTSVXHI*MRGEVXE %YXENSR TVqZSMX HI JVERGLMV IR PIWIYMPHIW1ºHI'% EZIGWEPEVMqW Mayr-Melnhof Karton a stopTq WIW RqKSGMEXMSRW IR ZYI HI P´EGUYMWMXMSR HI XVSMW YWMRIW HY groupe A&R Carton ImerysE½REPMWqPEGIWWMSRHI UYEXVIWMXIWMRHYWXVMIPWHIGEVFSREXI HI GEPGMYQ k Omya TVSNIX ERRSRGqIRWITXIQFVI (qHMqIW EY QEVGLq TETIXMIV GIW YWMRIW WSRX WMXYqIW IR *VERGI 7EMRXI 'VSM\HI1EVIYMP  IR 7YrHI

/}TMRK IR-XEPMI 1EWWE IXEY\ )XEXW9RMW /MQFIVP]  )R  IPPIW SRX VqEPMWq YR '% KPSFEP H´IRZMVSR1º Vaahto WSYLEMXI GqHIV WSR EGXMZMXq¹4ETIV8IGLRSPSK]² WTqGMEPMWqI HERW PIW VSYPIEY\ IX PIW VIZsXIQIRXWHIVSYPIEY\ 0I½RPERHEMWEHqNkZIRHYWSREGXMZMXq ¹4ETIV 1EGLMRI² k &IPPQIV EY TVMRXIQTW

ActualitĂŠs Carton ondulĂŠ EUROPAC INVESTIT 30 Mâ&#x201A;Ź Ă&#x20AC; TANGER, NOTAMMENT DANS UNE ONDULEUSE La seconde ĂŠtape du projet dâ&#x20AC;&#x2122;Europac au Maroc se concrĂŠtise. Lâ&#x20AC;&#x2122;espagnol va en effet construire, sur un terrain de 30.000 m2, une nouvelle usine intĂŠgrĂŠe de carton ondulĂŠ, dans la nouvelle zone franche 8ERKIV %YXSQSXMZI 'MX] WTqGM½UYIQIRX dĂŠdiĂŠe Ă  la production automobile et Ă  ses composants. Europac investira, en plusieurs phases, un total de 30 Mâ&#x201A;Ź dans ce projet qui comprendra une onduleuse et trois lignes de transformation. Lâ&#x20AC;&#x2122;usine devrait ouvrir au premier semestre 2015. Au deuxième trimestre 2013, Europac avait inaugurĂŠ une première implantation Ă  Tanger, qui compte deux lignes de transformation et une usine de montage de caisses â&#x20AC;&#x153;Heavy Dutyâ&#x20AC;? (carton lourd). A terme, ces ĂŠquipements seront transfĂŠrĂŠs sur le nouveau site. Outre le secteur automobile, le groupe est ĂŠgalement intĂŠressĂŠ par dâ&#x20AC;&#x2122;autres marchĂŠs, XIPWUYIP´EKVMGYPXYVI)R½RHERWYRIYPXMQI ĂŠtape, Europac prĂŠvoit dâ&#x20AC;&#x2122;installer deux autres lignes de transformation, ce qui porterait leur nombre Ă  sept.

Carton ondulĂŠ Ă&#x2021;A ROULE POUR EMIN LEYDIER ! Lâ&#x20AC;&#x2122;expĂŠrience ĂŠtait pour le moins insolite ! Emin Leydier a en effet participĂŠ Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠmission de France 5 â&#x20AC;&#x153;On nâ&#x20AC;&#x2122;est pas que des Cobayesâ&#x20AC;? diffusĂŠe le 17 janZMIV (q½ k VIPIZIV # *EMVI TEWWIV YRI voiture sur un pont en carton ondulĂŠ ! Un tournage sur la fabrication du carton sâ&#x20AC;&#x2122;est dĂŠroulĂŠ sur le site dâ&#x20AC;&#x2122;Oyonnax (Ain) oĂš les ĂŠlĂŠments constitutifs du pont ont ĂŠtĂŠ fabriquĂŠs. Lors de lâ&#x20AC;&#x2122;expĂŠrience, ce dernier a parfaitement rĂŠsistĂŠ au passage de la voiture (1 t), ce qui a permis de valoriser les qualitĂŠs de rĂŠsistance de ce matĂŠriau. La composition retenue ĂŠtait en double cannelure BC, rĂŠalisĂŠe Ă  partir de papiers 100 % recyclĂŠs issus des papeteries du groupe. Ă&#x20AC; voir sur dailymotion.com !

Vous doutez de la rĂŠsistance du carton ? Vous avez tort : ce pont a rĂŠsistĂŠ Ă  un poids dâ&#x20AC;&#x2122;une tonne !

Pâte 160 Mâ&#x201A;Ź POUR Lâ&#x20AC;&#x2122;USINE DE UPM Ă&#x20AC; KYMI 0I½RPERHEMWGSRWEGVIVE1ÂşkPEVIGSRWXVYGXMSR HI WSR YWMRI ½RPERHEMWI HI /]QM E½R H´EYKQIRXIV HI  XER WE TVSduction de pâte (de rĂŠsineux et bouleaux) pour atteindre 700.000 t/an. Lâ&#x20AC;&#x2122;opĂŠration comprend une nouvelle unitĂŠ de sĂŠchage, la modernisation de la ligne de rĂŠsineux, une nouvelle ligne dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠcorçage ainsi que lâ&#x20AC;&#x2122;amĂŠlioration de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠquilibre ĂŠnergĂŠtique de ce site qui comprend ĂŠgalement une papeterie. Cet investissement sâ&#x20AC;&#x2122;inscrit dans le cadre du projet dâ&#x20AC;&#x2122;UPM dâ&#x20AC;&#x2122;augmenter de 10 % ses capacitĂŠs de production de pâte (actuellement de 3,3 Mt/an), au cours des trois prochaines annĂŠes.

8

la papeterie 328 FĂŠvrier-Mars 2014


Actualités

P aperbuzz

>>> Guy Rollès et Jean-Olivier Roussat nous ont quittés

>>> INFOS EXPRESS

>>> NOMINATIONS

N

 0I TPER HI VEXMSREPMWEXMSR H´Ahlstrom TSVXIVE WYV  1º H´qGSRSQMIW IX RSR TPYW WYV  1º IX IRZMVSR  TSWXIW WIVSRXWYTTVMQqWEYPMIYHI 0´IWWIRXMIP HI GI TPER HIZVEMX sXVI STqVEXMSRRIP H´MGM PE ½R HI P´ERRqI Burgo E JIVQq  X HI GETEGMXqW HI GSYGLqW WERW FSMW HERWWSRYWMRIH´%ZI^^ERS (ITYMWNERZMIV P´MXEPMIREqKEPIQIRX MRGSVTSVq PIW EGXMZMXqW HI WE HMZMWMSR±7TIGMEPMX]4ETIVW²HERW WE½PMEPI1SWEMGSUYMVqYRMXHqWSVQEMW PIW YWMRIW HI 'LMEQTS 0YKS 8VIZMWI IX8SPQI^^S 7SMX YRIGETEGMXqHIXERIX TIVWSRRIW  0´YWMRI EPPIQERHI HI ,IMHIRLIMQHYKVSYTIXerium va JIVQIV 0IW qGSRSQMIW GSRWqcutives à cette fermeture sont IWXMQqIWk1TEVER  0I TVM\ HI PE XSRRI HI TlXI 2&7/ ZIRHYI TEV Södra sur le QEVGLq IYVSTqIR IWX HI  97HITYMWPIerQEVW

7YMXIkP´EVVMZqIHIRémi Poirson k PE HMVIGXMSR HI P´YWMRI HI 7QYV½X/ETTE7EMPPEXPIRSYZIEY HMVIGXIYV H´Europac Papeterie de Rouen est José Castro Antonio MolinaEqXqqPYkPE TVqWMHIRGIHYPôle de compétitivité national Maud 1EXqVMEY\ et applications pour une utilisaXMSRHYVEFPI  Ralph Boëttger UYMXXIVE WIW JSRGXMSRW HI ')3 HI Sappi ½R NYMR TSYV VEMWSRW HI WERXq -P WIVEVIQTPEGqTEVSteve Binnie, NYWUY´kTVqWIRX'*3 %TVrWYRIGEVVMrVIHITVrWHI ERWQIRqIEYWIMRHYKVSYTI Holmen, Magnus Hall E HqQMWWMSRRqHIWIWJSRGXMSRWHITVqWMHIRXIXHI')3-PIWXVIQTPEGq par Henrik SjölundNYWUY´kTVqWIRX ')3 HI P´EGXMZMXq±4ETMIV² Nils Ringborg TVqGqHIQQIRX HMVIGXIYV GSQQIVGMEP IX QEVOIXMRK HI ,SPQIR 4ETIV TVIRH PEWYGGIWWMSRHI,IRVMO7N}PYRH 'IW GLERKIQIRXW WIVSRX IJJIGXMJWPIEZVMP

ous avons appris la disparition de deux personnalités marquantes de la profession. Toute l’équipe de La Papeterie présente ses très sincères condoléances à leurs familles et à leurs proches. Guy Rollès a commencé sa carrière comme directeur technique chez un fabricant de papiers couchés, la papeterie Evette et Germain, en région parisienne. A la fermeture de cette usine, il a dû procéder à la vente des machines, ce qui est alors devenu, pour lui, une vocation. Il a ensuite travaillé pour Bou-Hanich qui, à l’époque, était l’agent de la société Goebel sur le marché français. Puis, Guy Rollès a rejoint Charles Roux, société dont il a gravi tous les échelons pendant 40 ans jusqu’à en

devenir président et actionnaire majoritaire. Tout au long de sa carrière, il aura participé à de très nombreuses reconstructions de machines à papier ainsi qu’à des investissements de grande ampleur. Guy Rollès a également été membre du Comité directeur de l’Atip. Jean-Olivier Roussat était D.-g. délégué du groupe Exacompta-Clairefontaine et D.-g. de Papeteries de Clairefontaine. Entre autres fonctions, il était également administrateur d’Utipulp (Groupement européen des achats de pâte). Après des études juridiques et de Sciences Politiques et une carrière notamment menée à la CCI de Saint-Dié, il avait rejoint le monde papetier et Clairefontaine en 1991. Il avait 64 ans.

la papeterie 328 Février-Mars 2014

9


I

n Situ

L’usine du mois

Blue Paper voit la vie… en brun ! $JFMCMFVB[VSQPVSOPUSFBSSJW½FDIF[#MVF1BQFS ¹4USBTCPVSH mOG½WSJFSÑ5SPJTNPJTBQSÀTTPOSFE½NBSSBHF MBODJFOOFVTJOF61.4USBDFM E½TPSNBJTE½UFOVF¹QBSJU½QBS71,1BDLBHJOH(SPVQFU,MJOHFMF QSPEVJUUKEFQBQJFSQPVSPOEVM½¹CBTFEFmCSFTSFDZDM½FT6OJOWFTUJTTFNFOUTVQ½SJFVS¹.çB½U½ O½DFTTBJSFQPVSUSBOTGPSNFSMBNBDIJOFFUMBEPUFSEFTNFJMMFVSFTUFDIOPMPHJFT

E

PPI EYVEMX TY W´ETTIPIV 4ETIXIVMI HI 7XVEWFSYVK©'IWIVE½REPIQIRX&PYI 4ETIV4SYVUYSMPIFPIY#)RVqJqVIRGI EY HVETIEY IYVSTqIR IX EY 4EVPIQIRX XSYX TVSGLI IX IR qGLS k &PYI &S\ 4EV XRIVW +VSYTIQIRX Depuis son IYVSTqIR H´MRXqVsX lancement qGSRSQMUYI +)-)  en 1990, la GVqqIRIXUYM machine a été VqYRMX RSXEQQIRX reconstruite PIW HIY\ TVSTVMq deux fois. XEMVIW HI &PYI 4E TIV  PI FIPKI:4/ 4EGOEKMRK+VSYTIX P´EPPIQERH /PMRKIPI %Y XIVQI HI TVrW H´YR ER HI XVEZEY\ G´IWX YRI YWMRI T V S J S R H q Q I R X QSHM½qI UYI RSYW HqGSYZVSRW 0ER GqI IR  TSYV TVSHYMVI HY TETMIV NSYVREP IX VIGSRW XVYMXIIRTSYV JEFVMUYIV HY 0;' PE QEGLMRI UYM E VIHqQEVVq PI  En partie humide, la géométrie et la formation de la feuille ont RSZIQFVIEqXqPEV été repensées pour les adapter à une matière première uniqueNFOU¹CBTFEFmCSFTSFDZDM½FTFU¹MBIBVTTFEVHSBNNBHF KIQIRX QSHIVRM De g. à dr. : Thierry Makaroff, Pierre Macharis, Jan Klingele et François Bru.

10

la papeterie 328 Février-Mars 2014

WqIE½RH´sXVIGSRZIVXMIkPETVSHYGXMSRHI TETMIV TSYV SRHYPq TTS  k PE JEZIYV H´YR MRZIWXMWWIQIRX HI TPYW HI  1º LSVW GSXH´EGUYMWMXMSRUYMR´ETEWqXqHMZYPKYq  )R  PE NSMRXZIRXYVI k TEVMXq IRXVI :4/4EGOEKMRKIX/PMRKIPIHIZVEMXTVSHYMVI UYIPUYIX¯XNE]ERXqXqJEFVM UYqIWIRQS]IRRIIRJqZVMIV¯IXWSR'% HIZVEMXW´qXEFPMVk1º0´YWMRIIQTPSMI EYNSYVH´LYMIRZMVSRTIVWSRRIWGSRXVI  TVqGqHIQQIRX « La production et la livraison des premières bobines ont pu commencer après une longue s��rie de tests et PE GSR½VQEXMSR HIW GVMXrVIW UYEPMXEXMJW 2SYW WSQQIWXVrWWEXMWJEMXWHIPEUYEPMXqIXHYTVS½P SFXIRYWUYMTIVQIXXIRXH´EWWYVIVYRITEVJEMXI machinabilité de notre papier sur onduleuse », ERRSRGI4MIVVI1EGLEVMW')3HI:4/4EG OEKMRK

UN PROJET COMPLEXE ET AMBITIEUX « Chacun de nos deux groupes devait trouver YR EPPMq WYJ½WEQQIRX WSPMHI TSYV QYXYEPMWIV PIW JSVGIW 'EV GI TVSNIX qXEMX k PE JSMW GSQTPMUYq IX EQFMXMIY\  NEQEMW EYTEVEZERX YRI machine de papier magazine de cette taille R´EZEMX qXqGSRZIVXMIWSYPMKRI4MIVVI1E GLEVMW La complexité a en particulier résidé HERWPEQSHM½GEXMSRGSQTPrXIHIP´ETTVSZMWMSRRIQIRX IR QEXMrVIW TVIQMrVIW UYM IWX TEWWq HIPETlXIXLIVQSQqGERMUYI 814 EY\½FVIW VIG]GPqIW 1EMWRSYWEZSRWTYGSQTXIVWYVPE JSVXI QSFMPMWEXMSR H´YRI TEVXMI HIW qUYMTIW HqNkIRTPEGI UYMEEHLqVqEY\GLERKIQIRXW VqEPMWqW IR XIVQIW H´SVKERMWEXMSR IX HI TVSHYGXMSR %Y ½REP GI TVSNIX E qXq QIRq HERW HI XVrW FSRRIW GSRHMXMSRW )R UYIPUYI WSVXI &PYI4ETIVGSRNYKYIPEVMKYIYVEPPIQERHIIXPE GVqEXMZMXqJVERpEMWI¨ 5YERX k .ER /PMRKIPI 1EREKMRK 4EVXRIV HY KVSYTI /PMRKIPI IX HI &PYI &S\ 4EV XRIVW MP I\TPMUYI  § 2SYW EZSRW GSQFMRq RSW GSRREMWWERGIW RSW WEZSMVJEMVI XIGLRSPSKMUYIW IX RSXVI ZEWXI I\TqVMIRGI HI XVERWJSVQEXMSRW VqEPMWqIW WYV H´EYXVIW TVSNIXW ¨


L’usine du mois INTÉGRATION À ENVIRON 50 % %ZERX P´EGUYMWMXMSR HY WMXI WXVEWFSYV KISMW :4/ 4EGOEKMRK IX /PMRKIPI TVSHYM WEMIRX  XER HI TTS UYM WIVZEMIRX k JEFVMUYIV  1XER HI GEVXSR SRHYPq )R MRXqKVERX HqWSVQEMW &PYI 4ETIV PIW HIY\ KVSYTIWHIZMIRRIRXHIJEMXEYXSWYJ½WERXW IRTTS1EMWGIRIWIVETEWP´STXMSRGLSMWMI « Une intégration totale pourrait générer une certaine perte de motivation et moins HI TIVJSVQERGIW 0´STXMQYQ WIVEMX H´YXMPMWIV environ la moitié Pierre Macharis de la production et Jan Klingele : HI&PYI4ETIVHERW « Une intégration les cartonneries de totale de notre nos groupes et de production pourrait ZIRHVI P´EYXVI QSMgénérer une perte de tié sur le marché » motivation et moins TVqGMWIRXPIWHIY\ de performances. » HMVMKIERXW § 3YXVI RSW GPMIRXW JVERpEMW RSYW EZSRW HqNk GSQQIVGMEPMWq RSXVI TETMIV IR%PPIQEKRI IR &IPKMUYI IR-XEPMI EY6S]EYQI9RM EY\4E]W &EW IR 4SPSKRI IR 6qTYFPMUYI XGLrUYI SY IRGSVIIR7YMWWI 2SXVIYWMRIIWXMHqEPIQIRX WMXYqIEYG®YVHIP´)YVSTI kqUYMHMWXERGIHI :EVWSZMI HI &MPFES SY HI 2ERXIW  MRHMUYI 8LMIVV] 1EOEVSJJ HMVIGXIYV GSQQIVGMEP  7YTTP]'LEMR2SWGPMIRXWSRHYPIYVWWSRXXVrW WEXMWJEMXWGEVPIWFSFMRIWHIQTVSHYMXIW WYVRSXVIQEGLMRITIVQIXXIRXH´qPEVKMVP´SJJVI HIPEM^IW ¨5YERXEY\TVSHYGXIYVWHITTS UYM TSMRXIRX PIW Le grammage WYVGETEGMXqW EG moyen du ppo XYIPPIWHYWIGXIYV est de l’ordre de IR )YVSTI EZERX 90 g/m2, contre PI PERGIQIRX HI une moyenne de &PYI 4ETIV MPW 2 50 g/m quand la EYVSRX XSYNSYVW MAP fabriquait du papier magazine. UYIPUYIW VEMWSRW HIW´MRUYMqXIV 7´EKMWWERXHIP´ETTVSZMWMSRRIQIRXIR½FVIW VqGYTqVqIW *'6 PIWVIWTSRWEFPIWHI&PYI 4ETIV WSYPMKRIRX PI FSR TSWMXMSRRIQIRX KqSKVETLMUYI HI P´YWMRI UYM TIYX EGLIXIV WIW TETMIVW IR *VERGI EMRWM UYI HERW PIW TE]W PMQMXVSTLIW %PPIQEKRI &IRIPY\ SY IRGSVI 7YMWWI  -PW WI JqPMGMXIRX EYWWM H´YR GIVXEMRVIXVEMXHIWEGLEXWGLMRSMWGIUYME TIVQMWHIHqXIRHVIPIQEVGLq0EQEGLMRI YXMPMWI YR QM\ GSQTSWq HIW UYEPMXqW  IXEMRWMUYIHERWYRIJEMFPITVS TSVXMSR HIW VSKRYVIW HI GEVXSRRIVMIW 0E GETEGMXqHIWXSGOEKIHYWMXIqUYMZEYXk NSYVWHITVSHYGXMSR

0EQEGLMRITVSHYMXHIWTETMIVWGERRIPYVI

KEQQI Blue Flute  IX GSYZIVXYVI Blue Liner EMRWMUYIPEKEQQIBlue OneUYMTIYX sXVI YXMPMWqI EYWWM FMIR GSQQI GERRIPYVI UYIGSQQIGSYZIVXYVI0ETPEKIHIKVEQ QEKIWIWXPEVKIEPPERXHYXVrWPqKIV KQ EYKQ0IKVEQQEKIQS]IRHYTTS IWX HI P´SVHVI HI  KQ GSRXVI YRI QS]IRRI HI  KQ UYERH PE 1%4 JEFVM UYEMXHYTETMIVQEKE^MRI

DÉTAIL SUR LA RECONSTRUCTION

I

n Situ

>>> Repères VPK Packaging 4VSHYGXIYV FIPKI HI TTS TETIXI VMI H´3YHIKIQ  XER  IX HI GEVXSR SRHYPq  XER  ˆ WSGMqXqWVqTEVXMIWHERWTE]W ˆ'%1ºˆTIV WSRRIW ˆ 4MIVVI 1EGLEVMW IWX qKE PIQIRX TVqWMHIRX HI 'SFIPTE %W WSGMEXMSR HIW JEFVMGERXW HI TlXIW TETMIVWIXGEVXSRWHI&IPKMUYI ˆ)R *VERGIPE½PMEPIHI:4/IWX3RHYP]W

1ºHI'%IR

*SYVRMTEV/EHERXP´EXIPMIVHITVqTEVEXMSR HITlXIkFEWIHI*'6EHSRGVIQTPEGqPIW MRWXEPPEXMSRWHITlXI8147EGETEGMXqEXXIMRX XERIXTVSGLEMRIQIRXX Klingele ER (I RSQFVIY\ qTYVEXIYVW TVqGqHIQ )RXVITVMWI JEQMPMEPI EPPIQERHI QIRX YXMPMWqW TEV PE 814 WSRX VIWXqW IR GVqqIIRTVSHYGXVMGIHITTS TPEGI P´YWMRI HMWTSWERX HI HIY\ PMKRIW IX H´IQFEPPEKIW ˆ 9RI TETIXIVMI HI JVEGXMSRRIQIRX ½FVIW PSRKYIW½FVIW

XERHITTS ˆ7M\YWMRIW GSYVXIW'´IWXIWWIRXMIPPIQIRXPE1%4JSYV MRXqKVqIW HI GEVXSR SRHYPq ˆ 7ITX RMITEV1IXWSMP]ETVrWHIERWUYME YRMXqWHIXVERWJSVQEXMSRVqTEVXMIW qXq QSHM½qI IR TVSJSRHIYV XSYNSYVW TEV IR )YVSTI IX IR %JVMUYI ˆ '% PIGSRWXVYGXIYV½RPERHEMWE½RHITVSHYMVI 1ºˆTIVWSRRIWˆ YRTETMIVXVrWHMJJqVIRXIXHERWHIWKVEQ (ITYMWP´ERPIKVSYTIEMRZIWXM QEKIWTPYWqPIZqW§'ITVSNIXqXEMXWTqGM½UYI IRZMVSR1º LSVW&PYI4ETIV  TEVP´MQTSVXERGIHYHqQSRXEKIPEGSQTPI\MXq ˆ% PE XsXI HI P´IRXVITVMWI HITYMW des réseaux de tuyauteries, la distribution de  .ER /PMRKIPI VITVqWIRXI PE la vapeur et, bien sûr, par le changement de XVSMWMrQI KqRqVEXMSR HI PE JEQMPPI PE UYEPMXq TVSHYMXI I\TPMUYI *VERpSMW &VY JSRHEXVMGIˆ(ITYMWMPTVqWMHI +IRIVEP1EREKIVHI&PYI4ETIVUYMGSRREwX P´%WWSGMEXMSR EPPIQERHI HIW TVS TEVJEMXIQIRX GIXXI YWMRI HERW PEUYIPPI MP HYGXIYVWHIGEVXSRSRHYPq :(;  XVEZEMPPIHITYMW)RTEVXMILYQMHIP´SFIX HITYMW  MP IWX qKEPIQIRX NIGXMJEGSRWMWXqkVITIRWIVPEKqSQqXVMIIXPE ZMGITVqWMHIRXHIPE*IJGS *qHqVE JSVQEXMSRHIPEJIYMPPIIRPIWEHETXERXkYRI XMSRIYVSTqIRRIHIWJEFVMGERXWHI QEXMrVI TVIQMrVI YRMUYIQIRX GSQTSWqI HI GEVXSRSRHYPq  ½FVIWVIG]GPqIWIXkPELEYWWIHYKVEQQEKI La sécherie a également constitué un point RqZVEPKMUYIGEVMPqXEMXRqGIWWEMVI H´EYKQIRXIV HI 30 % la capacité de sèche, GI UYM E qXq VqEPMWq IR optimisant la pré-sécherie et en installant deux nouveaux groupes en postWqGLIVMI 4EV EMPPIYVW IR FSYXHIPMKRI P´IRVSYPIYWI ne devait pas être bougée H´YR GIRXMQrXVI GI UYM E représenté un véritable GLEPPIRKI0EQEGLMRIIWX HqWSVQEMW GSRpYI TSYV YRI ZMXIWWI HI  Q QMR GSRXVI  QQMR Fourni par Kadant, le nouvel atelier de préparation de pâte à CBTFEFmCSFTSFDZDM½FTBSFNQMBD½MFTJOTUBMMBUJPOTEFQ·UF5.1 TVqGqHIQQIRX¨ la papeterie 328 Février-Mars 2014

11


I

n Situ

L’usine du mois

>>> Blue Box Partners

0´YRMXq HI GSY GLEKI WM^IV  E qXq VIQTPEGqI Vqq IR  GI +VSYTI TEVYR½PQTVIWW QIRX IYVSTqIR H´MRXqVsX HI TPYW KVERHIW qGSRSQMUYI +)-)  GSQTVIRH H M Q I R W M S R W SYXVI :4/ 4EGOEKMRK +VSYT IX EZIG IRHYGXMSR /PMRKIPIP´MXEPMIR1EYVS&IRIHIX W M Q Y P X E R q I XM XVSMW YWMRIW  EMRWM UYI P´IWTE H´EQMHSRWYVPIW KRSP6EJEIP,MRSNSWE WM\YWMRIW  HIY\JEGIW7MPIWHIY\FSFMRIYWIWSRXqXq « Cette structure nous permet de GSRWIVZqIWP´YRIH´IPPIWHMWTSWIHqWSVQEMW GSYZVMV HYQEVGLqIYVSTqIR H´YRGLERKIQIRXHIPIZqIEYXSQEXMUYIIX IX HI ½KYVIV IR XVrW FSRRI TPEGI H´YRIEPMQIRXEXMSRqKEPIQIRXEYXSQEXMUYI HERWPIWETTIPWH´SJJVIW¨WSYPMKRI HIWQERHVMRW EZIGEWGIRWIYV 0IWFSFMRIW .ER/PMRKIPI qXERXTPYWPSYVHIWYRIRSYZIPPIPMKRI6EY QEWXIV HI GSRZS]EKI ZIVW PI WXSGOEKI HI TVSHYMXW½RMWEqKEPIQIRXqXqMRWXEPPqI(ERW PIQEKEWMRHITVSHYMXW ½RMW P´IRWIQFPI HY TEVGHIGLEVMSXWqPqZE XIYVWEqXqVIRSYZIPq PIW*IR[MGOHSMZIRXIR IJJIX WSYPIZIV HSVq REZERX HIW FSFMRIW H´YR TSMHW YRMXEMVI TSYZERX EXXIMRHVI  X WYV YRI LEYXIYV UYM TIYXEZSMWMRIVPIWQ 0IQEKEWMRHITVSHYMXW ½RMW EJ½GLI YRI GETE GMXq HI  X WSMX IRZMVSR LYMX NSYVW HI L’enrouleuse ne devait pas bouger d’un centimètre, ce qui a TVSHYGXMSR représenté un véritable challenge.

'

François Bru, General Manager : « La machine est conçue pour atteindre une vitesse de 1.200 m/min, contre 1.550 m/min précédemment. »

ENERGIE : UNE CONFIGURATION REPENSÉE 9RIRSYZIPPIXYVFMRIkZETIYVHI1;I JSYVRMI TEV 1ER WIVE MRWXEPPqI IR WIT XIQFVI )PPI JSYVRMVE TPYW HY XMIVW HI PE GSRWSQQEXMSRqPIGXVMUYIHYWMXI 1;  0´YWMRI TSWWrHI qKEPIQIRX YRI GLEYHMrVI FMSQEWWI UYM TVS HYMX  XL HI ZE TIYVLEYXITVIWWMSR IX PIW VIWTSRWEFPIW HI &PYI 4ETIV XVE ZEMPPIRX WYV YR TVS NIX HI GSKqRqVEXMSR E½R H´YXMPMWIV GIXXI ZETIYV TSYV TVS HYMVIHIP´qPIGXVMGMXq 4SYV TEPPMIV P´EVVsX HIPE814XVSMWRSY ZIPPIW GLEYHMrVIW -VTJOFFTUJE½BMFNFOUTJUV½FQPVSTBQQSPWJTJPOOFSFOmCSFT KE^ H´YRI GETEGMXq recyclées aussi bien en France, qu’en Allemagne, au Benelux ou encore en Suisse. YRMXEMVI HI  XL 12

la papeterie 328 Février-Mars 2014

KqRrVIRXqKEPIQIRXHIPEZETIYVQEMWWIY PIQIRXHIY\H´IRXVIIPPIWXSYVRIRXWMQYP XERqQIRXPEXVSMWMrQIVIWXERXIRFEGOYT 0E WXEXMSR H´qTYVEXMSR E qKEPIQIRX qXq HSXqI H´YRI RSYZIPPI YRMXq HI QqXLERMWE XMSR UYM TIVQIX HI TVSHYMVI HY FMSKE^ k TEVXMVHIWIJ¾YIRXW§2SYWVIQTPMWWSRWTEVJEMXIQIRXRSWSFPMKEXMSRWIRXIVQIWH´MQTEGX WI VqNSYMX *VERpSMW &VY 7M RSW qQMWWMSRW EXQSWTLqVMUYIW SRX TIY ZEVMq RSYW EZSRW réduit substantiellement notre consommation WTqGM½UYIEZIGYRSFNIGXMJ kXIVQI HIQ3 H´IEYkPEXSRRITVSHYMXI4EVEMPPIYVWPE('3 E RSXEFPIQIRX VIGYPq KVlGI k PE QqXLERMWEXMSR ¨ 4PYW HI PE QSMXMq HIW FIWSMRW IR qRIVKMI HY WMXI WSRX EWWYVqW TEV HIW VIW WSYVGIW VIRSYZIPEFPIW 7M PIW HMVMKIERXW HI &PYI4ETIVWYMZIRXP´EZERGqIHYTVSNIX&80

&MSQEWW8S0MUYMH XSYNSYVWkP´qXYHIGLI^ 941 MPW SFWIVZIRX UYI PE WMXYEXMSR qRIV KqXMUYIHIP´YWMRIIWXH´SVIWIXHqNkWEXMW JEMWERXIQsQIWMHIWW]RIVKMIWTSYVVEMIRX FMIRIRXIRHYsXVIHqKEKqIWIRXVIPIWHIY\ KVSYTIWWMGITVSNIXHIZEMXWIGSRGVqXMWIV (rWPIWMXITVSHYMVEXERIX H´MGM UYIPUYIW ERRqIW UYIPUYI  X ER TSYVVEMIRX sXVI JEFVMUYqIW WM HMZIVWIW GSRHMXMSRWqXEMIRXVqYRMIW§2SXVIETTVSGLI WIZIYXWEMRIIXqUYMPMFVqIZMWkZMWHYQEVGLq HIW qUYMTIQIRXW IX HI RSXVI WMXYEXMSR ½RERcière » MRHMUYI 4MIVVI 1EGLEVMW (´EYXERX UYI PIW MRZIWXMWWIQIRXW HERW PIW EYXVIW YWMRIWGSRXMRYIVSRX:4/4EGOEKMRKGSQQI /PMRKIPI ] GSRWEGVERX IRXVI   IX   HIPIYV'%GLEUYIERRqI4SYV½RMVUYMH HYXIQTWHIVIXSYVWYVMRZIWXMWWIQIRXHI &PYI4ETIV#§2SYWIWTqVSRWFMIRWVUY´MP sera le plus court possible mais nous avons PIWVIMRWWSPMHIWIXFIEYGSYTHITEXMIRGI¨ GSRGPYXPI')3HI:4/4EGOEKMRKHERWYR PEVKIWSYVMVI VALÉRIE LECHIFFRE

  )R *VERGI 3XSV E qKEPIQIRX XVERWJSVQq MP ] E YRIUYMR^EMRIH´ERRqIWYRIQEGLMRIUYMJEFVMUYEMX HYTETMIVMQTVIWWMSRqGVMXYVITSYVTVSHYMVIHYTTS -P W´EKMWWEMX HI PE 1%4  HI P´YWMRI HI 941 7EMRX )XMIRRIHY6SYZVE]TVrWHI6SYIR PEM^IHIQ  HqWSVQEMWHqXIRYITEVPIKVSYTIIWTEKRSP)YVSTEG


P ortrait

ŶƚƌĞƟĞŶ

Stéphane Thiollier : de l’énergie à revendre ! Patron de Careo, joint-venture commerciale de Cascades et RenoDeMedici, depuis sa création en 2008, Stéphane Thiollier rappelle les raisons de ce rapprochement et les résultats obtenus. Dans le style énergique et direct qui le caractérise, il brosse aussi le panorama du secteur du carton plat et vante les atouts et les opportunités de ce matériau. >>> Repères. Careo Deuxième producteur européen de carton plat • 1,1 Mt de capacités. Cascades. C.A. 2013 : 140 M€ • 180.000 t vendues • Deux usines • Capacité totale de 200.000 t/an de carton kFEWIHI½FVIWZMIVKIWXk0E Rochette (France) et 60.000 t à DjupaJSVW 7YrHI 'IKVSYTIH´SVMKMRIGERE HMIRRIIWXTVqWMHqTEV0EYVIRX0IQEMVI En 2012, il a réalisé un C.A. de 3,65 QMPPMEVHW HI 'ER  -P IWX TVqWIRX HERW PIGEVXSRTPEXPIGEVXSRGEMWWI 2SVEQ pac), le tissue et les produits spécialisés

TlXI QSYPqI XYFIW QERHVMRW IXG  -P célèbre son 50e anniversaire… le 26 QEVW RenoDeMedici (RdM). C.A. 2013 : 470 M€ • 860.000 t vendues • ~ 900.000 t/an de carton à base de recyclés • Six usines. • Blendecques (France) : 110.000 t HI ;LMXI 0MRIH 'LMTFSEVH ;0' ˆ%VRWFIVK %PPIQEKRI  XHI ;0'0MRIV+(ˆ7ERXE+MYWXMRE -XEPMI   X HI ;0' ˆ 3ZEVS -XEPMI   XHI;0'IXEYXVIWˆ:MPPE7ERXE 0YGME )WTEKRI    X HI ;0' 0MRIV ˆ %PQE^ER )WTEKRI    X HI;0' Cinq centres de découpe : WednesFYV] 6S]EYQI9RM 1EKIRXE)QQEYW IX4EG7IVZMGI -XEPMI EMRWMUYI0PMGEHI :EPP )WTEKRI  Depuis la création de Careo, trois QEGLMRIWHIGEVXSRVIG]GPqSRXqXqJIV QqIW  &PIRHIGUYIW  X  1EV^E FSXXS X IX1EKIRXE X  1.955 personnesIRGSQTXERX'EW cades SAS, RdM et Careo (dont 85 TIVWSRRIW TSYV 'EVIS LSVW EKIRXW exclusifs).

14

L

e propos est précis et argumenté, le regard clair et droit, la discussion ouZIVXI IX TEWWMSRRERXI PIW Vq¾I\MSRW carrées et souvent ambitieuses. Nous avons réussi à caler un rendez-vous avec Stéphane Thiollier, président de Careo, à 0E (qJIRWI EY WMrKI HI GIXXI ½PMEPI GSQ merciale de Cascades et Reno de Medici

6H1 GVqqIIR4VIWUYIYRIKEKIYVI tant notre interlocuteur, homme de terrain, multiplie les déplacements et les visites d’usines, partout en Europe, mais aussi en Asie, au Canada, également à la rencontre des clients, des agents ou des bureaux de vente. Cela fait maintenant tout juste 15 ans UYIGIUYEHVEH]REQMUYIIXZSPSRXEMVIUYM WI Hq½RMX GSQQI « un homme d’action, de TVSNIXWIXHIHq½W¨ est entré dans le groupe canadien Cascades, après avoir commencé sa carrière chez Pierre Lelong (cf. encadré “Bio Express”).

CAREO, UN PROJET NÉCESSAIRE En 2007, alors D.-g. de Cascades Europe, entité qui réunissait quatre usines – Blendecques et La Rochette en France, Arnsberg en Allemagne et Djupafors en Suède ainsi qu’un centre de découpe en Angleterre –, Stéphane Thiollier porte le projet de structure commerciale commune entre Cascades et l’italien RdM, producteur de carton plat présent en Italie et en Espagne. Objectif : constituer un véritable groupe européen. Au terme d’un processus et d’un montage complexes, en février 2008, la société de droit italien Careo est créée. Elle regroupe les activités commerciales HIGEVXSRTPEX VIG]GPqIXZMIVKI HIWHIY\ groupes, soit dix usines. Stéphane Thiollier prend la présidence de cette joint-venture qui compte aujourd’hui 85 personnes. Il est TPYWWTqGM½UYIQIRXVIWTSRWEFPIHIPEHMW

la papeterie 328 Février-Mars 2014

tribution, de la vente et du marketing des deux entités opérationnelles Cascades et RdM. Dès le départ, il entame « un important travail d’optimisation, de restructuration et de recherche de synergies des réseaux de ventes existants de Cascades et de RdM, tant « La création en Europe de l’Ouest et de Careo était de l’Est, qu’en Afrique, nécessaire : au Moyen-Orient et en Cascades et RdM étaient trop Asie. » Par la suite, l’actionna- petits pour être riat de Careo a évolué WYJ½WEQQIRX spécialisés par en plusieurs étapes. sites et trop Depuis juin 2013, le grands pour être canadien possède 58 % GSQTqXMXMJWWYV de RdM, l’italien déte- des niches. » nant pour sa part 70 % de Careo et Cascades 30 %. « Cette opération était nécessaire : nous étions trop petits TSYV sXVI WYJ½WEQQIRX WTqGMEPMWqW TEV WMXIW et trop grands pour être compétitifs sur des niches, résume Stéphane Thiollier. L’associaXMSREZIG6H1EqXqFqRq½UYIQsQIWMRSYW avons peut-être sous-estimé les différences culturelles, entre nos deux pays et entre nos deux entreprises. Mais l’histoire continue de s’écrire ! ».

1,1 MT DE CARTON PLAT A l’instar d’autres secteurs papetiers, le marché du carton plat s’est fortement rationalisé ces dernières années avec, par exemple, entre mi-2008 et mi-2011, la fermeture de 950.000 t de capacités (590.000 t HERWPIW½FVIWVIG]GPqIWIXXHERW PIW ½FVIW ZMIVKIW %YNSYVH´LYM PE GETEGMXq de Careo s’établit à 1,1 Mt (900.000 t TSYV 6H1 IX  X TSYV 'EWGEHIW   depuis 2008, Careo a en effet fermé trois machines qui produisaient 300.000 t/an (cf. encadré "Repères"). En outre, début février,


M

ĹśĆ&#x161;Ć&#x152;Ä&#x17E;Ć&#x;Ä&#x17E;Ĺś

'EWGEHIWEERRSRGqP´EVVsXHq½RMXMJH´MGMGI mois de juin, de lâ&#x20AC;&#x2122;usine suĂŠdoise de DjuTEJSVW UYM TVSHYMX  XER HI GEVXSR GSYGLq TSYV FSwXIW TPMERXIW ÂŤ Cette usine enregistre des rĂŠsultats nĂŠgatifs de manière rĂŠcurrente depuis de nombreuses annĂŠes. Nous devions ĂŠgalement investir dans une RSYZIPPIGLEYHMrVIFMSQEWWIE½RHIWIQIXXVI en conformitĂŠ vis-Ă Cascades a vis dâ&#x20AC;&#x2122;une lĂŠgislation annoncĂŠ la suĂŠdoise de plus en fermeture, dâ&#x20AC;&#x2122;ici plus contraignante. En juin prochain, de outre, lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvolution du lâ&#x20AC;&#x2122;usine suĂŠdoise taux de change de la de Djupafors. couronne a jouĂŠ dĂŠfavorablement. Âť Aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui, le marchĂŠ europĂŠen semble revenu Ă  un certain ĂŠquilibre Offre/Demande. Lâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠe dernière, selon Cepi Carton Board, en volume, la production de GEVXSR VIG]GPq E EMRWM TVSKVIWWq HI   en Europe de lâ&#x20AC;&#x2122;Ouest et de 5,9 % en Europe de lâ&#x20AC;&#x2122;Est. La tendance est encore plus JEZSVEFPI TSYV PE ½FVI ZMIVKI EZIG VIWTIGXMZIQIRX HIW LEYWWIW HI    IX HI   (´EMPPIYVW TSYV 'EWGEHIW IX 6H1 2013 aura ĂŠtĂŠ meilleure que 2012, en C.A. comme en tonnages. ÂŤ Lâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠe dernière a ĂŠtĂŠ satisfaisante, sans aucun arrĂŞt de machines TEV QERUYI HI GSQQERHIW 4SYV  RSW TIVWTIGXMZIW VIWXIRX FSRRIW WYV PE ½FVI VIG]GPqIGSQQIWYVPE½FVIZMIVKI2SYWEZSRWVqduit nos fermetures de machines Ă  NoĂŤl et nos carnets de commandes se sont ĂŠtoffĂŠs assez tĂ´t dĂŠbut janvier. Âť

P ortrait

ENVIRON 20 Mâ&#x201A;Ź INVESTIS CHAQUE ANNĂ&#x2030;E En règle gĂŠnĂŠrale, un investissement majeur est rĂŠalisĂŠ chaque annĂŠe dans une des usines de Cascades ou de RdM, pour une enveloppe globale dâ&#x20AC;&#x2122;environ 20 Mâ&#x201A;Ź. Ainsi, P´YWMRIHI0E6SGLIXXI 7EZSMI EqXqVqKYlièrement modernisĂŠe, ce site possĂŠdant ÂŤ un bon potentiel dâ&#x20AC;&#x2122;amĂŠlioration en termes dâ&#x20AC;&#x2122;outils et de marchĂŠs. Cette usine est ainsi très forte dans des segments exigeants comme PE TLEVQEGMI SY PE GSR½WIVMI )RXVI  IX  RSYW ] EZSRW MRZIWXM  1Âş GI UYM E contribuĂŠ Ă  amĂŠliorer le niveau de qualitĂŠ, la TVSHYGXMZMXq IX P´IJ½GEGMXq STqVEXMSRRIPPI XSYX en augmentant la capacitĂŠ de la machine de  XER 1EMW RSW VqWYPXEXW ½RERGMIVW doivent sâ&#x20AC;&#x2122;amĂŠliorer par de RSYZIPPIWQIWYVIWH´IJ½GE- Entre 2008 GMXq4SYVRSXVIFYH- et 2013, 33 get est assez ambitieux Mâ&#x201A;Ź ont ĂŠtĂŠ pour ce site, notamment investis Ă  dans le contexte de la fer- lâ&#x20AC;&#x2122;usine de La Rochette. meture de Djupafors. Âť Par ailleurs, en aoĂťt prochain, une partie de PE QEGLMRI HI 7ERXE +MYWXMRE -XEPMI  WIVE modernisĂŠe avec, notamment, la reconstruction dâ&#x20AC;&#x2122;une partie de la section humide â&#x20AC;&#x201C; qui amĂŠliorera de 10 % les caractĂŠristiques mĂŠcaniques â&#x20AC;&#x201C;, et lâ&#x20AC;&#x2122;installation dâ&#x20AC;&#x2122;une RSYZIPPI GEPERHVI UYM FqRq½GMIVE H´YRI RSYZIPPI XIGLRSPSKMI E½R H´EGGVSwXVI P´MQprimabilitĂŠ et lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtat de surface. La capacitĂŠ sera aussi augmentĂŠe de 20.000 t/an. Dans un second temps, certains ĂŠlĂŠments de cette machine pourraient ĂŞtre rĂŠimplantĂŠs

>>> Bio Express

L

]SRREMWH´SVMKMRIMWWYH´YRQMPMIYÂŤ plutĂ´t modeste Âť7XqTLERI8LMSPPMIV ERW IWX arrivĂŠ dans lâ&#x20AC;&#x2122;industrie du carton ÂŤ par hasard. Âť Toutefois, il se rappelle avoir eu, assez tĂ´t, ÂŤ la volontĂŠ de travailler dans lâ&#x20AC;&#x2122;industrie, le concret et lâ&#x20AC;&#x2122;opĂŠrationnel. Âť%TVrWYR&EGWGMIRXM½UYIWYV les bons conseils dâ&#x20AC;&#x2122;un ami, il intègre lâ&#x20AC;&#x2122;Ecole de GSQQIVGIHI'LEQFqV]ÂŻÂŤ â&#x20AC;&#x153;Supâ&#x20AC;? de ski ! Âť, PERGIXMPIRVMERX&MIRTPYWXEVHkERWMPWSVX Major de promo de lâ&#x20AC;&#x2122;Executive MBA de HEC : ÂŤ Laurent Lemaire, le Chairman de Cascades Inc., mâ&#x20AC;&#x2122;a proposĂŠ cette formation. Elle mâ&#x20AC;&#x2122;a permis de QMIY\ WXVYGXYVIV IX EJJ XIV QIW VqžI\MSRW WXVEtĂŠgiques et ma mĂŠthodologie car je travaillais jusque-lĂ  beaucoup dans lâ&#x20AC;&#x2122;intuition. Quoique prenante, cette expĂŠrience a ĂŠtĂŠ très riche et passionnante. Âť %TVrWQSMWWSYWPIWHVETIEY\GSQQISJ½-

cier Ă  Saumur puis Ă  Berlin â&#x20AC;&#x201C; oĂš il a pu ÂŤ vivre lâ&#x20AC;&#x2122;Histoire en direct avec la chute du Mur Âť â&#x20AC;&#x201C;, il dĂŠbute sa carrière en 1992. Trois personnes, reprĂŠsentant trois sociĂŠtĂŠs, vont alors beaucoup compter dans son parcours : Pierre Lelong, Franz Rappold et Laurent Lemaire. Câ&#x20AC;&#x2122;est XSYX H´EFSVH 4MIVVI 0IPSRK KqVERX HI 1E]V 1IPRLSJ*VERGIUYMP´IQFEYGLI4YMWIR StĂŠphane Thiollier intègre lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠquipe â&#x20AC;&#x153;Marketing )YVSTI²HI1E]V1IPRLSJÂŤ Pierre Lelong ĂŠtait un patron très exigeant, comme je le suis moimĂŞme, excellent dans ses relations avec les usines et les clients. Il mâ&#x20AC;&#x2122;a vraiment appris le mĂŠtier et Q´EJEMXGSR½ERGI'´qXEMXYRIXVrWFSRRIqGSPI¨ )R  *VER^ 6ETTSPH (K HI 1E]V1IPRhof, lui propose de prendre la direction du bureau français, deuxième marchĂŠ du groupe autrichien après lâ&#x20AC;&#x2122;Allemagne.

En avril 1999, il arrive donc chez Cascades au poste de D.-g. â&#x20AC;&#x153;Ventes et Marketingâ&#x20AC;?. ÂŤ Jâ&#x20AC;&#x2122;ai tout de suite ĂŠtĂŠ sĂŠduit par la dimension entrepreneuriale de ce groupe quĂŠbĂŠcois et par ses rĂŠelles valeurs humaines, empreintes de respect et dâ&#x20AC;&#x2122;autonomie. Âť Il met en place une nouvelle organisation, bâtit un plan stratĂŠgique et crĂŠe des bureaux en Europe Centrale et de lâ&#x20AC;&#x2122;Est ainsi quâ&#x20AC;&#x2122;en Asie. Fin 2002, il prend la prĂŠsidence de Cascades Europe. ÂŤ De ce fait, jâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtais aussi membre exĂŠcutif de Cascades Inc., le seul non-quĂŠbĂŠcois ! Âť)R½RIRMPTSVXI donc, avec le support de Christian DubĂŠ, le HMVIGXIYV ½RERGMIV HI P´qTSUYI PI TVSNIX HI fusion avec RdM. § 0E GSR½ERGI P´EYXSRSQMI PIHqZIPSTTIQIRXIXPIWHq½WWSRXQIWQSXIYVW toujours dans le sens des intĂŠrĂŞts du groupe, de mes ĂŠquipes et de mes convictions Âť, conclut-il. la papeterie 328 FĂŠvrier-Mars 2014

15


P ortrait

ĹśĆ&#x161;Ć&#x152;Ä&#x17E;Ć&#x;Ä&#x17E;Ĺś Careo commercialise ses cartons ÂŤ Je suis toujours auprès des trans- bluffĂŠ par lâ&#x20AC;&#x2122;esprit dâ&#x20AC;&#x2122;innovation des formateurs, quâ&#x20AC;&#x2122;il XVERWJSVQEXIYVW sâ&#x20AC;&#x2122;agisse de grands ils rivalisent groupes europĂŠens de crĂŠativitĂŠ multi-sites gĂŠrĂŠs pour offrir TEV HIW Âą/I] %G- toujours plus de count Managersâ&#x20AC;? fonctionnalitĂŠs ! Âť ou dâ&#x20AC;&#x2122;acteurs locaux souvent familiaux. StĂŠphane Thiollier se montre dâ&#x20AC;&#x2122;ailleurs très admiratif de leur travail : ÂŤ Je suis toujours bluffĂŠ par lâ&#x20AC;&#x2122;esprit dâ&#x20AC;&#x2122;innovation des transformateurs ; ils rivalisent de crĂŠativitĂŠ pour offrir toujours plus de fonctionnalitĂŠs ! Âť Careo sâ&#x20AC;&#x2122;adresse aussi directeQIRXkGIVXEMRWYXMPMWEXIYVW½REY\.

>>> CĂ´tĂŠ persoâ&#x20AC;Ś Principales qualitĂŠs. ÂŤ Actif, rĂŠactif, rapide dans mes prises de dĂŠcisions, bien que je pratique, la plupart du temps, lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠcoute avant de dĂŠcider. Âť Principaux dĂŠfauts. ÂŤ Revers de la mĂŠdaille : lâ&#x20AC;&#x2122;impatience, notamment quand les choses nâ&#x20AC;&#x2122;avancent pas WYJ½WEQQIRXZMXIkQSRKS X¨ Ce qui vous met en colère. ÂŤ Les personnes qui fuient leurs responsabilitĂŠs et qui manquent de couVEKI TSYV TSWIV PIW EGXIW HSRX IPPIW WSRX VIHIZEFPIW )KEPIQIRX GIPPIW UYM dĂŠfendent leurs intĂŠrĂŞts personnels avant la dĂŠfense du bien commun et qui sont souvent dans la critique mais qui ne proposent rien. Âť Ce qui vous met de bonne humeur. ÂŤ Le sourire de chacun de QIW GMRU IRJERXW HY FSR ZMR k TEVXEKIV EZIG JEQMPPI IX EQMW PE NSMI HY travail bien fait quâ&#x20AC;&#x2122;on peut lire dans les yeux dâ&#x20AC;&#x2122;une personne avec qui jâ&#x20AC;&#x2122;ai travaillĂŠ sur un dossier en particulier et qui a ĂŠtĂŠ un succès. Âť Ce que vous prĂŠfĂŠrez chez vos collaborateurs. ÂŤ Franchise, JSVGI HI TVSTSWMXMSR I\MKIRGI EZIG IY\QsQIWIXPIYVWqUYMTIWVMKYIYVIX volontĂŠ. Etre sĂŠrieux sans se prendre au sĂŠrieux, avec un sens de lâ&#x20AC;&#x2122;humour dĂŠveloppĂŠ. Aussi ceux qui vont au bout de ce quâ&#x20AC;&#x2122;ils entreprennent. Âť Ce que vous nâ&#x20AC;&#x2122;apprĂŠciez pas chez eux. §1IRWSRKI L]TSGVMWMI QERUYI HI GSYVEKI GVMXMUYI non constructive, â&#x20AC;&#x153;petitsâ&#x20AC;? calculs poliXMUYIWkHIW½RWTIVWSRRIPPIWEFWIRGI H´IWTVMXH´qUYMTI 1EMW IRKqRqVEP GIW KIRWPkRIVIWXIRXTEWXVrWPSRKXIQTW mes collaborateurs ! Âť Votre meilleur souvenir. ÂŤ Jâ&#x20AC;&#x2122;en ai beaucoup ! En particulier entre 1999 et 2002, lors de la structuration de lâ&#x20AC;&#x2122;Europe avec tout le travail dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠquipe accompli. Aussi celui dâ&#x20AC;&#x2122;avoir ĂŠtĂŠ le preQMIV IX PI WIYP  HY KVSYTI 'EWGEHIW kEZSMVQMWYRTMIHIR%WMI k,SRK /SRK TYMWk7MRKETSYV IRSYZVERXYR FYVIEY ETVrW EZSMV IY PE GSR½ERGI XSXEPIHI0EYVIRX0IQEMVI )KEPIQIRX H´EZSMV WY RqKSGMIV WIYP EZIG HSYGIYV et fermetĂŠ, la sĂŠparation dâ&#x20AC;&#x2122;avec notre partenaire chinois, un vrai businessman HI7LERKLEM¨ Votre pire souvenir professionnel. § 9R ETTIP IR ES X TIRHERXQIWGSRKqWUYMQ´EETTVMWYREGGMHIRXQSVXIPkP´YWMRIHI(NYTEJSVW¨ Votre fournisseur idĂŠal. §'IPYMEZIGUYMSRTIYXW´IRKEKIVWYV PI PSRK XIVQI UYM IWX GETEFPI HI WI remettre et de nous remettre en cause TSYVTVSKVIWWIV¨

16

COĂ&#x203A;TS

ET COMPĂ&#x2030;TITIVITĂ&#x2030;

DE PROGRĂ&#x2C6;S ÂŤ Lâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠe dernière a ĂŠtĂŠ satisfaisante, sans aucun arrĂŞt de machines par manque de commandes. Pour 2014, nos perspectives restent bonnes sur MBmCSFSFDZDM½FDPNNFTVSMBmCSFWJFSHFx

WYVPIWMXIHI6H1&PIRHIGUYIWE½RHITVSgresser en qualitÊ et en rÊduction de coÝts.

UN MARCHĂ&#x2030; ESSENTIELLEMENT EUROPĂ&#x2030;EN Pour lâ&#x20AC;&#x2122;essentiel, dans le carton plat, la concurrence est restĂŠe europĂŠenne, mĂŞme si de nouveaux acteurs, tels que le Chili et le BrĂŠsil, ont tentĂŠ quelques incursions. Mais, observe StĂŠphane Thiollier, ÂŤ ces deux dernières annĂŠes, ces producteurs ont rĂŠduit PIYVWI\TSVXEXMSRWE½RH´EPMQIRXIVPIYVWQEVchĂŠs intĂŠrieurs. Âť 9R EYXVI TE]W E qKEPIment fait son apparition : la Chine, oĂš de grandes machines ont dĂŠmarrĂŠ, surtout IR ½FVIW ZMIVKIW ÂŤ Les papetiers chinois travaillent avec des traders essentiellement basĂŠs Ă  Hong-Kong. Ils sont orientĂŠs vers la production, connaissent peu les clients et leurs dĂŠlais sont souvent proches de quatre mois ! En outre, les transactions sont soumises Ă  des ĂŠvolutions erratiques des taux de fret et de change. Pour le client qui recherche avant tout la qualitĂŠ, le prix, le dĂŠlai et un engagement stable et de long terme, câ&#x20AC;&#x2122;est un vrai pari ! Dans notre mĂŠtier, il est très important de se positionner comme un acteur local, en relation quotidienne avec les clients. Dâ&#x20AC;&#x2122;ailleurs, certains clients transformateurs mâ&#x20AC;&#x2122;expliquent souvent UYITIVHVIYRJSYVRMWWIYVHIGSR½ERGIWIVEMX pour eux, plus grave que de perdre un client ! Âť

la papeterie 328 FĂŠvrier-Mars 2014

:

DES MARGES

!

Actuellement, les prix des papiers rĂŠcupĂŠrĂŠs sont plutĂ´t stables mais Ă  un niveau qPIZq b TEVVETTSVXk  La tendance est identique pour la pâte. § 7M PI QEVGLq HIW ½FVIW VIG]GPqIW TVqWIRXI moins dâ&#x20AC;&#x2122;Ă -coups que par le passĂŠ, la visibilitĂŠ reste rĂŠduite et fortement dĂŠpendante de la demande asiatique. Âť Autre ĂŠlĂŠment essentiel : lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠnergie. Dans ce domaine, lâ&#x20AC;&#x2122;Europe reste bel et bien Ă  construire, dâ&#x20AC;&#x2122;autant que les mix ĂŠnergĂŠtiques et les politiques natioREPIW WSRX XVrW HMZIVWM½qW ÂŤ Nous sommes prĂŠsents dans quatre pays et nous constatons des ĂŠcarts de prix très importants. Ainsi, le gaz naturel, selon quâ&#x20AC;&#x2122;il est achetĂŠ en France ou en Italie, varie pratiquement du simple au double ! En Allemagne, lâ&#x20AC;&#x2122;annonce de lâ&#x20AC;&#x2122;arrĂŞt des centrales nuclĂŠaires sâ&#x20AC;&#x2122;est traduite par une hausse des prix. En revanche, en France, sur la pĂŠriode rĂŠcente, la hausse a ĂŠtĂŠ modĂŠrĂŠe. Mais, de toutes façons, il est certain que lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠner- Dans le domaine gie coĂťte aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui ĂŠnergĂŠtique, plus cher quâ&#x20AC;&#x2122;hier mais lâ&#x20AC;&#x2122;Europe reste moins cher que de- bel et bien Ă  construire et main. Âť InterrogĂŠ sur la situa- Careo le dĂŠplore tion de lâ&#x20AC;&#x2122;industrie pa- chaque jour ! petière française en Europe, StĂŠphane Thiollier rappelle les conclusions du rapport de 4}]V] GSQQERHq TEV 'STEGIP IR   ÂŤ Pendant la dernière dĂŠcennie, lâ&#x20AC;&#x2122;Allemagne E FqRq½GMq H´MRZIWXMWWIQIRXW QEWWMJW )RXVI  IX  WIW GETEGMXqW HI TVSHYGXMSR TETIXMrVIW KPSFEPIW SRX EYKQIRXq HI   


ĹśĆ&#x161;Ć&#x152;Ä&#x17E;Ć&#x;Ä&#x17E;Ĺś HERWPIQsQIXIQTW IPPIWVIGYPEMIRXHI  en France. Une partie des investissements allemands a dâ&#x20AC;&#x2122;ailleurs ĂŠtĂŠ subventionnĂŠe par des aides de lâ&#x20AC;&#x2122;U.E. via le Feder (Fonds europĂŠen de dĂŠveloppement rĂŠgional). Âť A lâ&#x20AC;&#x2122;instar de nombreux dirigeants dont le Portrait a dĂŠjĂ  ĂŠtĂŠ publiĂŠ dans nos colonnes, le patron de Careo, ĂŠgalement conseiller du Commerce extĂŠrieur de la France depuis 2005, est parfaitement rompu Ă  la diversitĂŠ des cultures et des environnements internationaux. Concernant la France, il fustige ÂŤ lâ&#x20AC;&#x2122;instabilitĂŠ de son climat WSGMEPWSRMRWqGYVMXqNYVMHMUYIIX½WGEPIIXWSR sous-investissement chronique : comment rassurer des investisseurs dans un environnement ĂŠgalement très complexe dans sa rĂŠglementaXMSR  LIYVIWŠ  UYM EJ½GLI YRI WXVYGXYVI de coĂťts du travail dĂŠfavorable et, surtout, une rigiditĂŠ du marchĂŠ de travail et une incapacitĂŠ chronique Ă  se remettre en cause ? En Allemagne, les syndicats ont une vraie reprĂŠsentativitĂŠ. Le dialogue social y repose sur la volontĂŠ de crĂŠer des richesses. MĂŞme si les HMWGYWWMSRWTIYZIRXTEVJSMW]sXVIHMJ½GMPIWYRI fois les dĂŠcisions prises, tout le monde va dans le mĂŞme sens ! Je suis pour ma part favorable Ă  des syndicats forts, responsables, reprĂŠsentatifs et dĂŠfendant lâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠrĂŞt de leur sociĂŠtĂŠ. Âť Il pointe aussi ÂŤ la sous-capitalisation du secteur papetier, liĂŠe Ă  son manque dâ&#x20AC;&#x2122;attractivitĂŠ, compte tenu de lâ&#x20AC;&#x2122;environnement et du ranking de notre industrie. Les banques sont frileuses vis-Ă -vis des PME et des ETI. La situation est très diffĂŠrente outre-Rhin, oĂš le problème se TSWITIYSYTEWUYERHMPW´EKMXHI½RERGIVYRI sociĂŠtĂŠ allemande. Âť

LES BELLES OPPORTUNITĂ&#x2030;S DU LINER LĂ&#x2030;GER Pour notre interlocuteur, après une forte baisse, les grammages se sont stabilisĂŠs, GIVXEMRIW PMQMXIW XIGLRMUYIW E]ERX qXq atteintes. En revanche, la croissance des QMGVS IX RERSGERRIPYVIW IRXEQqI MP ] E dĂŠjĂ  une dizaine dâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠes, offre toujours de belles opportunitĂŠs. ÂŤ En descendant en grammage, le carton plat sâ&#x20AC;&#x2122;est positionnĂŠ sur les marchĂŠs historiques du carton ondulĂŠ mais avec un niveau dâ&#x20AC;&#x2122;imprimabilitĂŠ bien WYTqVMIYV%MRWM TSYVP´MQTVIWWMSRžI\S RSYW TVSTSWSRWHYKQ GSRXVIHYKQ il y a dix ans. Le liner reprĂŠsente notre premier volume et câ&#x20AC;&#x2122;est le secteur qui croĂŽt le plus parmi tous nos segments de marchĂŠ. Ce dĂŠveloppement explique dâ&#x20AC;&#x2122;ailleurs en grande

partie les rĂŠcents investissements rĂŠalisĂŠs dans nos usines de Villa Santa Lucia et dâ&#x20AC;&#x2122;Arnsberg. Âť Des perspectives intĂŠressantes sont ĂŠgalement attendues dans les domaines de la pharmacie/santĂŠ/bien-ĂŞtre, notamment pour rĂŠpondre au marchĂŠ croissant des seniors, ce qui se traduit par la demande HI FSwXIW TPYW KVERHIW HSRG RqGIWWMXERX davantage dâ&#x20AC;&#x2122;emballage. Lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠclate- ÂŤ En descendant ment de la cellule IRKVEQQEKIW familiale et lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠmer- le carton plat gence de nouveaux sâ&#x20AC;&#x2122;est positionnĂŠ modes de consom- WYVPIWQEVGLqW mation (plats cui- historiques du WMRqWŠ  JEZSVMWIRX carton ondulĂŠ. Âť aussi le carton plat. 7XqTLERI8LMSPPMIVWIQSRXVIIR½RWEXMWJEMX de lâ&#x20AC;&#x2122;amĂŠlioration de lâ&#x20AC;&#x2122;image de lâ&#x20AC;&#x2122;emballage GEVXSR UY´MP Hq½RMX GSQQI ÂŤ lâ&#x20AC;&#x2122;interface entre le virtuel et le rĂŠel. Âť Et de citer plusieurs ĂŠtudes (Pro Carton et PointLogic IRTEVXMGYPMIV UYMQSRXVIRXUYITSYVPIW sociĂŠtĂŠs de grande consommation, le carton plat constitue un vecteur de communiGEXMSRMQTSVXERX½EFPIIXVIGSRRY(ERWPI e-commerce, ce matĂŠriau reprĂŠsente ĂŠgalement un des principaux critères dâ&#x20AC;&#x2122;achat pour le consommateur et participe de la communication globale autour du produit. )R½R MP TSMRXI YRI EYXVI XIRHERGI VIPIvĂŠe aux Etats-Unis*, de dĂŠculpabilisation vis-Ă -vis de la consommation (â&#x20AC;&#x153;Guilt-Free 'SRWYQTXMSR² (IUYSMHSRRIVHYFEYQI au cĹ&#x201C;ur des cartonniers ! Pour conclure, quels projets StĂŠphane Thiollier a-t-il dans ses cartons ? Nombreux et passionnants, nous nâ&#x20AC;&#x2122;en doutons pas ! Car, vous lâ&#x20AC;&#x2122;aurez compris, lâ&#x20AC;&#x2122;homme a de la ressource et de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠnergie Ă  revendre ! VALĂ&#x2030;RIE LECHIFFRE

P ortrait

>>> CĂ´tĂŠ persoâ&#x20AC;Ś Votre client idĂŠal. §'IPYMEZIG UYM NI TIY\ EZSMV YR HMEPSKYI WYJ½samment ouvert pour crĂŠer un climat HI GSR½ERGI UYM TIVQIXXI HI XVEZEMPler ensemble dans un partenariat de PSRKYIHYVqI UYMRIWSMXTEWSTTSVXYRMWXIQEMWWYJ½WEQQIRXI\MKIERXTSYV favoriser les conditions nous permetXERXHITVSKVIWWIVQYXYIPPIQIRX¨ Art prĂŠfĂŠrĂŠ. ÂŤ La musique, une passion familiale. Âť Plat prĂŠfĂŠrĂŠ. § 0I QEKVIX HI canard. Âť Films prĂŠfĂŠrĂŠs. ÂŤ Jâ&#x20AC;&#x2122;aime diffĂŠrents styles. Jâ&#x20AC;&#x2122;ai notamment ĂŠtĂŠ touchĂŠ TEVÂą-RZMGXYW²HI'PMRX)EWX[SSH TSYV PEKVERHIPIpSRHITEVHSRIXH´LYQMPMXq UYM]IWXIRWIMKRqI%YWWMTEVÂą0E(qchirureâ&#x20AC;? de Roland JoffĂŠ, en raison des liens très forts que ma famille a tissĂŠs EZIGYRIJEQMPPIGEQFSHKMIRRIVIWGEpĂŠe des boat-people en 1979. Et je revois toujours avec plaisir â&#x20AC;&#x153;Les Tontons žMRKYIYVW²HI+ISVKIW0EYXRIVTSYVPE qualitĂŠ du jeu des acteurs et les inĂŠKEPEFPIWHMEPSKYIWHI1MGLIP%YHMEVH¨ Compositeurs. § .IER7qFEWtien Bach, parce quâ&#x20AC;&#x2122;il est le meilleur. Et Keith Jarrett pour son talent inĂŠKEPq TSYV P´MQTVSZMWEXMSR NE^^ UYI N´EM HqGSYZIVXkP´lKIHIWITXERWIRqGSYXERXPIJEQIY\Âą8LI/}PR'SRGIVX²IR 1975. Âť Livres de chevet. ÂŤ Trois livres PYW VqGIQQIRX  Âą'LIQMRW HI 8VEverse â&#x20AC;&#x201C; Vivre lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠconomie autrementâ&#x20AC;?, H´)QQERYIP *EFIV (K EHNSMRX HI (ERSRI  Âą0IW QSXW RI TIYZIRX HMVI ce que jâ&#x20AC;&#x2122;ai vu â&#x20AC;&#x201C; Lâ&#x20AC;&#x2122;expĂŠrience mystique H´YR &YWMRIWW %RKIP² HI .IER1EVG Potdevin (co-fondateur de kelkoo.com, ancien VP Europe de Yahoo et Business %RKIP IX*VqHqVMUYI&IHSW ERGMIRRI animatrice tĂŠlĂŠ en Europe et aux Etats-Unis qui a rĂŠcemment crĂŠĂŠ le TVSNIXÂą-QEKMRI²  .´EMIYPEGLERGIHI VIRGSRXVIV GIW XVSMW TIVWSRRIW k TPYsieurs reprises et Jean-Marc et FrĂŠdĂŠVMUYIWSRXHIZIRYWHIZVEMWEQMW 'IW LMWXSMVIW XVrW HMJJqVIRXIW WI VINSMKRIRX par les convictions, les valeurs et le sens que ces personnes mettent au cĹ&#x201C;ur de leurs activitĂŠs quotidiennes, tant personnelles que professionnelles. Âť Hobby. § 0E QSRXEKRI qXq comme hiver. Âť Devises. §Âą0´I\MKIRGIIXPEFMIRveillance avec moi et les autresâ&#x20AC;? et â&#x20AC;&#x153;La vĂŠritĂŠ vous rendra libreâ&#x20AC;?. Âť

 LXXTXVIRH[EXGLMRKGSQXVIRHW KYMPXJVIIGSRWYQTXMSR la papeterie 328 FĂŠvrier-Mars 2014

17


D ossier Tissue

Economie

1BQJFSTEIZHJĂ&#x20AC;OFUPVKPVSTMFCFBVmYFĂ&#x2018; "MPDDBTJPOEVOPVWFBVSFOEF[WPVTi.JBD5JTTVFwRVJTFSBPSHBOJT½mONBSTš-VDDB *UBMJF OPVTWPVT QS½TFOUPOTMFTQSJODJQBMFTUFOEBODFTEFTQBQJFSTEIZHJĂ&#x20AC;OFFO'SBODF1S½TFSW½EFTUVSCVMFODFTRVJGSBQQFOU MFTTFOUJFMEFTBVUSFTTPSUFT DFTFDUFVSSFTUFTVSVOFEZOBNJRVFUSĂ&#x20AC;TQPTJUJWFMBOO½FEFSOJĂ&#x20AC;SF MFTVTJOFT GSBOÂźBJTFTPOUBJOTJUPVSO½šQMFJOS½HJNF

S

â&#x20AC;&#x2122;il est un secteur qui, globalement, se joue de la crise, câ&#x20AC;&#x2122;est bien celui des papiers dâ&#x20AC;&#x2122;hygiène et cette tendance perdure ! Lâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠe dernière, la production de bobines-mères a ainsi progressĂŠ de 1,3 % pour atteindre 804.000 t. Près de 70 % alimente la consommation tricolore de TVSHYMXW ½RMW H´L]KMrRI TETMIV YR GLMJJVI qui varie peu dâ&#x20AC;&#x2122;une annĂŠe sur lâ&#x20AC;&#x2122;autre. Pour sa part, la consommation apparente1 de ces bobines-mères est en hausse de 4,7 % Ă  près de 800.000 t. MĂŞme si la corrĂŠlation entre ces deux indicateurs nâ&#x20AC;&#x2122;est pas parfaite, en 2013, le secteur de lâ&#x20AC;&#x2122;hygiène aura ainsi nettement plus progressĂŠ que la consommation des mĂŠnages (+ 0,4 %). Lâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠe dernière, la nouvelle machine de MP Hygiène est montĂŠe )RPE en puissance : elle a TVSHYGXMSRHI ainsi produit 25.200 t et bobines-mères 28.400 t sont prĂŠvues a progressĂŠ 20142. Après HI TSYV pour deux exercices denses sâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtablir â&#x20AC;&#x201C; marquĂŠs, en 2011, kX par le lancement de la machine dâ&#x20AC;&#x2122;ICT Ă  Montargis et, en 2012, par le rachat des activitĂŠs europĂŠennes de +ISVKME4EGM½G TEV 7'% IX PI HqQEVVEKI

de la machine de MP Hygiène â&#x20AC;&#x201C;, lâ&#x20AC;&#x2122;actualitĂŠ des acteurs du secteur a ĂŠtĂŠ calme en 2013.

TISSUE 0E TVSHYGXMSR HI TVSHYMXW ½RMW XMWWYI sâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠlève Ă  798.300 t (+ 2,3 %). Quant Ă  la consommation de produits dâ&#x20AC;&#x2122;hygiène en feuilles3, elle se rĂŠpartit ainsi : papier toilette (~ 50 %), essuyage (34 %), mouchoirs (9 %) et nappes & serviettes (7 %). Pour sa part, la consommation apparente progresse dâ&#x20AC;&#x2122;environ 1 % Ă  842.600 t. Ce marchĂŠ est surtout 0ETVSHYGXMSR lâ&#x20AC;&#x2122;apanage des marques de produits ½RMWXMWWYI de distributeurs (MDD), sâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠlève Ă  qui reprĂŠsentent environ X les deux tiers des ventes,   les marques nationales comptant pour le tiers restant. Lâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠe dernière, la consommation dâ&#x20AC;&#x2122;articles en feuilles per capita est restĂŠe stable Ă  13,2 kg. Le Français ne gaspille pas et sâ&#x20AC;&#x2122;adapte Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;offre et Ă  son pouvoir dâ&#x20AC;&#x2122;achat (+ 0,5 % en 2013). 0I XEY\ H´YXMPMWEXMSR HIW ½FVIW VIG]GPqIW a reculĂŠ Ă  35 % (~ - 2 points comparĂŠ Ă  2012). Ce taux dĂŠpend de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvolution de nombreux facteurs : attentes des consommateurs, politique dâ&#x20AC;&#x2122;achat des entreprises, prix, offre des MDD, etc.

"""%J½GLEKIIRZMVSRRIQIRXEPYRPSRKTVSGIWWYW

PRODUITS FLUFF

S

YMXIkPEPSM+VIRIPPI--YRII\TqVMQIRXEXMSREqXqPERGqITSVXERXWYVP´EJ½GLEKIIRZMVSRRIQIRXEPHITVSHYMXWHIKVERHIGSRWSQQEXMSR7MPIFMPERVIRHYTYFPMGIRJqZVMIV W´EZrVIXVrWMRXqVIWWERX PERqGIWWMXqH´YRWSGPIXIGLRMUYIGSQQYRIXH´MRHMGEXIYVW QYPXMGVMXrVIW YRI ETTVSGLI WTqGM½UYI k PE *VERGI IR )YVSTI  W´IWX MQTSWqI 'I WSGPI XIGLRMUYIGSQQYRIWXEWWYVqTEVPIWXVEZEY\HIPETPEXIJSVQI%HIQI%JRSVWYVP´EJ½GLEKI IRZMVSRRIQIRXEPkPEUYIPPITEVXMGMTIPIWIGXIYVHIP´L]KMrRIHERWPIGEHVIHYKVSYTIHI XVEZEMP+8, L]KMrRIkFEWIHIQEXMrVIW½FVIYWIWG´IWXkHMVITETMIVWIXEFWSVFERXW  4EV EMPPIYVW PI VETTSVX HY 'SQQMWWEVMEX EY HqZIPSTTIQIRX HYVEFPI E qXq VIQMW EY 4EVPIQIRXJVERpEMWIRRSZIQFVIHIVRMIV%YXIVQIHIGIPSRKTVSGIWWYW PI4EVPIQIRXHSMX HqWSVQEMWHqGMHIV1EMWPEHqQEVGLIHSMXEYWWMW´MRWGVMVIHERWPIGEHVIHIP´I\TqVMQIRXEXMSR IYVSTqIRRIIXHIP´qPEFSVEXMSRHIWRSVQIW PEUYIPPIJSRGXMSRRITEVGSRWIRWYW )RXSYXI L]TSXLrWI WMPI4EVPIQIRXJVERpEMWHIZEMXHqGMHIVHYPERGIQIRXHIP´EJ½GLEKIIRZMVSRRIQIRXEP GIRIWIVEMXZVEMWIQFPEFPIQIRXTEWEZERXQM HEXIUYMGSxRGMHIVEMXH´EMPPIYVW EZIGPE½RHIP´I\TqVMQIRXEXMSRIYVSTqIRRI 18

la papeterie 328 FĂŠvrier-Mars 2014

La consommation de ces produits est très corrĂŠlĂŠe aux habitudes culturelles et aux ĂŠvolutions sociologiques (dĂŠmographie, part des sĂŠniors, natalitĂŠ, longĂŠvitĂŠ, etc.). En 2013, si la population française a progressĂŠ de 0,8 %, les naissances ont ainsi reculĂŠ de 1,3 % pour sâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtablir Ă  780.000. Au global, environ 8,8 milliards dâ&#x20AC;&#x2122;unitĂŠs de produits dâ&#x20AC;&#x2122;hygiène portĂŠs4 ont ĂŠtĂŠ vendues lâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠe dernière (- 2 %). Les couches bĂŠbĂŠ reculent dâ&#x20AC;&#x2122;au moins 6 %, lâ&#x20AC;&#x2122;hygiène fĂŠminine de près de 1 %, tandis que les produits pour lâ&#x20AC;&#x2122;incontinence progressent dâ&#x20AC;&#x2122;environ 4 % en volume.


Economie

R

Alors que lâ&#x20AC;&#x2122;allongement de la durĂŠe de vie ne se dĂŠment pas (progression du 4e âge), les produits pour lâ&#x20AC;&#x2122;incontinence se dĂŠmocratisent, deviennent plus accessibles et sâ&#x20AC;&#x2122;adaptent dĂŠsormais Ă  de nombreuses pathologies. Sur ce segment, les acteurs du secteur se montrent très attentifs Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;idĂŠe dâ&#x20AC;&#x2122;associer le bien et le service rendus Ă  la notion de qualitĂŠ de vie des personnes, quelle que soit lâ&#x20AC;&#x2122;importance du handicap. Ces produits peuvent en effet ĂŞtre pris en charge dans le cadre de lâ&#x20AC;&#x2122;Allocation personnalisĂŠe dâ&#x20AC;&#x2122;autonomie (APA). Par ailleurs, sur ces marchĂŠs qui touchent Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;intimitĂŠ, le consommateur SYPEGSRWSQQEXVMGIIWXTPYX|X½HrPIEY\ marques nationales (environ 60 % des ventes, contre 40 % pour les MDD). De manière trop souvent mĂŠconnue, câ&#x20AC;&#x2122;est ĂŠgalement un secteur de haute technologie oĂš la R&D tire vĂŠritablement les produits vers toujours plus dâ&#x20AC;&#x2122;innovations et de confort pour les utilisateurs. V. L.

D ossier Tissue

%VXMGPIWH´L]KMrRIIR*VERGI En milliers de tonnes (Kt). Sources : Groupâ&#x20AC;&#x2122;Hygiène/Copacel/Douanes 



Z Production de bobines-mères

793,7 Kt

804,0 Kt

Z'SRWSQQEXMSR½REPIH´EVXMGPIWH´L]KMrRI en feuilles

834,0 Kt

842,6 Kt

Z Consommation per capita tous produits tissue (kg)

13,2

13,2

Z'SRWSQQEXMSR½REPIHIWEVXMGPIW dâ&#x20AC;&#x2122;hygiène portĂŠs (Mds dâ&#x20AC;&#x2122;unitĂŠs)

8,9

8,8

(1) Consommation apparente = production + importations - exportations. (2) Cf. p. 22 dans cette ĂŠdition. (3) Articles en feuilles : papier toilette, essuie-tout, essuie-mains et autres articles dâ&#x20AC;&#x2122;essuyage papier, mouchoirs, serviettes, nappes et sets de table. (4) Couches-bĂŠbĂŠ, protections pour incontinents et articles dâ&#x20AC;&#x2122;hygiène fĂŠminine.

"""0´)YVSTIHIP´)WXXMVIPIQEVGLqIYVSTqIR

%

P´SGGEWMSRHIPEGSRJqVIRGIUYI6MWMESVKERMWqIk(YFEx )QMVEXWEVEFIWYRMW IRHqGIQFVIHIVRMIV)WOS9YXIPE4VMRGMTEP±8MWWYI² GLI^6MWM ETVqWIRXqPIWXIRHERGIWQSRHMEPIWHYQEVGLqHYXMWWYI )R)YVSTIHIP´3YIWX PIWHMJ½GYPXqWHIWTE]WHY7YHIXPIW TVSFPrQIWHIP´IRWIQFPIHIPE^SRIWYMXIkPEGVMWI½RERGMrVIHISRXVEPIRXMSYWXSTTqPEGVSMWWERGIWYVYRIPSRKYITqVMSHIIRXVI IX)RIXPIQEVGLqHIZVEMXGITIRHERXGVSwXVIHITPYWHI TEVER 0IWIGXIYVIWXXMVqTEVPIWTE]WHIP´)WX 6YWWMI4SPSKRI6SYQERMIIX9OVEMRIRSXEQQIRX %TVrWYRVIGYPHI IRP´)YVSTI HIP´)WXEIRIJJIXVIRSYqEZIGHIWXEY\HIGVSMWWERGIXVrWqPIZqWTVrWHI IRIXWYTqVMIYVWk IRIXGIXXI XIRHERGIHIZERXWITSYVWYMZVIIRIX +PSFEPIQIRX IRXVIIX PEGSRWSQQEXMSRIYVSTqIRRIHIXMWWYIHIZVEMX W´EGGVSwXVIHIXEZIGYRKPMWWIQIRXXVrWRIXHYQEVGLqZIVWP´)WX ½K  %YXVIXIRHERGI PEGSRGIRXVEXMSRHIWEGXIYVWWITSYVWYMX *MR WYMXIkP´EGUYMWMXMSRHIWEGXMJWIYVSTqIRWHI+ISVKME4EGM½GTEV 7'%PIWYqHSMWIWXHqWSVQEMWPIPIEHIVMRGSRXIWXqHYWIGXIYVIR)YVSTIEZIG HIWGETEGMXqWMRWXEPPqIWUYMXSXEPMWIRX1XPSMR HIZERX7S½HIPIX/MQFIVP]'PEVO ½K )R½RPE½KQSRXVIP´qZSPYXMSRHIPEGSVVqPEXMSRIRXVIPELEYWWIHIWGETEGMXqWHYWIGXIYVIX PIRMZIEYQS]IRH´YXMPMWEXMSRHIGIWGETEGMXqW V. L.

 0MVIqKEPIQIRXP´EVXMGPIÂą0IWqQIVKIRXWTVMRGMTEY\QSXIYVWHIPEGVSMWWERGIHYXMWWYI²HERWÂą0E4ETIXIVMI²RÂ&#x201E;NYMRNYMPPIX-PW´EKMXHIPEW]RXLrWI HIPEGSRJqVIRGIUYI)WOS9YXIPEEHqPMZVqIkP´SGGEWMSRHY7EPSR8MWWYI;SVPH&EVGIPSRIIRQEVW

Fig. 1. Evolution de la croissance de la consommation de tissue en volume en Europe entre 2012 et 2015 (total : 739.000 t). Source Risi.

Fig. 2. Principaux producteurs euroQ½FOTEFUJTTVFmO4PVSDF3JTJ

Fig. 3. Changements de capacitĂŠs nettes (uniquement sur les projets lancĂŠs) et taux dâ&#x20AC;&#x2122;utilisation en Europe. Source Risi.

la papeterie 328 FĂŠvrier-Mars 2014

19


D ossier Tissue

StratĂŠgie

La France, premier marchĂŠ de SCA Le gĂŠant suĂŠdois des produits dâ&#x20AC;&#x2122;hygiène sort de sa discrĂŠtion mĂŠdiatique ! Suite Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;acquisition des activitĂŠs FVSPQ½FOOFTEF(FPSHJB1BDJmDFOKVJMMFU MFTQSPEVJUTLotus Professional passent en effet sous marque Tork-PDDBTJPOEFWPVTQS½TFOUFSMBe entreprise française de grande consommation. >>> Repères Chiffres 2012 Monde. Groupe fondĂŠ en 1929 mais dont les origines forestières remontent Ă  1673 â&#x20AC;˘ C.A. de 9,8 milliards dâ&#x20AC;&#x2122;â&#x201A;Ź : hygiène (79 %) et forĂŞt (21 %) â&#x20AC;˘ Avec 2,6 millions dâ&#x20AC;&#x2122;hectares de forĂŞts exploitĂŠes, SCA est le plus grand propriĂŠtaire forestier privĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;Europe â&#x20AC;˘ 36.000 personnes â&#x20AC;˘ 89 brevets (pour la seule annĂŠe 2012) â&#x20AC;˘ Ventes dans plus de 100 pays. France. C.A. : 1,5 milliard dâ&#x20AC;&#x2122;â&#x201A;Ź : 45 % dans lâ&#x20AC;&#x2122;essuyage grand public (BtoC) ; 32 % dans les produits & services dâ&#x20AC;&#x2122;incontinence santĂŠ et grand public (BtoB et BtoC) ; 12 % dans les solutions dâ&#x20AC;&#x2122;hygiène et dâ&#x20AC;&#x2122;essuyage professionnels (BtoB) et 11 % dans lâ&#x20AC;&#x2122;hygiène personnelle grand public (BtoC) â&#x20AC;˘ 2.750 personnes â&#x20AC;˘ Marques Tena, Tork, Nana, Up&Go, Lotus, Okay et Demak-up et de nombreuses marques de distributeurs â&#x20AC;˘ Six usines (Saint-Etienne-du-Rouvray, Gien, OrlĂŠans, Le Theil-sur-Huisne, Hondouville et Kunheim) et un centre de R&D (ĂŠgalement Ă  Kunheim).

>>> Nouveau siège à Saint-Ouen

D

epuis le 10 fĂŠvrier, SCA France rĂŠunit, bd VictorHugo Ă  Saint-Ouen, ses quelque 300 collaborateurs de la rĂŠgion parisienne, jusquâ&#x20AC;&#x2122;alors rĂŠpartis sur deux sites (Roissy pour SCA et Bois-Colombes pour G-P). ÂŤ Ce rapprochement nous permet de jeter les bases dâ&#x20AC;&#x2122;une nouvelle culture â&#x20AC;&#x153;One SCAâ&#x20AC;? Âť, souligne Marc Sanchez, prĂŠsident du groupe en France. 20

De g. Ă  dr. : Marc Specque, directeur de la communication de SCA France, Anne des Robert, responsable â&#x20AC;&#x153;Grands Comptesâ&#x20AC;? de AFH Professional Hygiene France et Antonio Nuevo, directeur marketing France et Europe du Sud de AFH Professional Hygiene Europe.

E

mmĂŠnagement dans un nouveau siège parisien ce mois de fĂŠvrier, nouveau logo vert et bleu et intĂŠgration des produits Lotus Professional dans la marque Tork : lâ&#x20AC;&#x2122;actualitĂŠ du groupe SCA, dans sa RSYZIPPIGSR½KYVEXMSRMWWYIHYVEGLEXHIW EGXMZMXqW IYVSTqIRRIW HI +ISVKME 4EGM½G est dense !

DĂ&#x2030;VELOPPER

SIX

Ă&#x20AC;

HUIT

MARQUES

MONDIALES

Cap sur lâ&#x20AC;&#x2122;hygiène tout en conservant un pied dans la forĂŞt : câ&#x20AC;&#x2122;est, en rĂŠsumĂŠ, lâ&#x20AC;&#x2122;option prise par le groupe en 2012, avec la vente de son activitĂŠ Packaging et le rachat, pour 1,3 milliard dâ&#x20AC;&#x2122;â&#x201A;Ź, des activitĂŠs europĂŠennes HI +ISVKME 4EGM½G 3FNIGXMJ  HqZIPSTTIV six Ă  huit marques mondiales leaders ou en seconde position sur les principaux marchĂŠs. Ainsi, le groupe revendique aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui 30 % du marchĂŠ europĂŠen des produits dâ&#x20AC;&#x2122;hygiène et SCA revendique dâ&#x20AC;&#x2122;essuyage profes30 % du marchĂŠ sionnels. Pour ce europĂŠen des dernier segment, produits dâ&#x20AC;&#x2122;hygiène il est aussi leader et dâ&#x20AC;&#x2122;essuyage mondial avec la professionnels. marque Tork. Câ&#x20AC;&#x2122;est en 1975 que SCA prend pied en France avec lâ&#x20AC;&#x2122;acquisition de MĂślnlycke, puis,

la papeterie 328 FĂŠvrier-Mars 2014

en 1988, la sociĂŠtĂŠ rachète Peaudouce. Aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui, lâ&#x20AC;&#x2122;Hexagone est le premier marchĂŠ du groupe avec un C.A. de 1,5 milliard dâ&#x20AC;&#x2122;â&#x201A;Ź (cf. encadrĂŠ), six usines et un centre de R&D. SCA est ĂŠgalement la 13e entreprise française de grande consommation. A titre dâ&#x20AC;&#x2122;exemple, en 2012, selon IRI/Nielsen, le groupe ĂŠtait leader, en SCA rĂŠalise France, sur les segments un C.A. de 1,5 milliard du papier toilette et dâ&#x20AC;&#x2122;â&#x201A;Ź dans des mouchoirs (marque lâ&#x20AC;&#x2122;Hexagone. Lotus) ainsi que de lâ&#x20AC;&#x2122;essuie-tout (Okay). Suite Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠgration des produits Lotus Professional, la nouvelle gamme Tork propose une offre complète, adaptĂŠe Ă  chaque environnement : industrie, hĂ´tellerie-restauration, santĂŠ, collectivitĂŠs, IRXVITVMWIW IXG 0I HIWMKR PIW WTqGM½GMXqW produits et les rĂŠfĂŠrences restent inchangĂŠs E½R H´EWWYVIV YRI XVERWMXMSR IR HSYGIYV auprès des clients et distributeurs. Cette ĂŠvolution concerne toutes les gammes, dĂŠsormais structurĂŠes en trois univers : sanitaires, essuyage & nettoyage et art de la table.

V. L.


D ossier Tissue >>> INFOS EXPRESS Toscotec va moderniser la machine dâ&#x20AC;&#x2122;)GS½FVEW%VERKYren (Espagne) avec une prĂŠparation de pâte amĂŠliorĂŠe, une nouvelle caisse de tĂŞte et un Crescent Former, qui sera le 70e exemplaire installĂŠ par cette sociĂŠtĂŠ italienne. La reconstruction vise notamment Ă  produire des grammages plus faibles (10 Ă  36 g/m2) Ă  1.500 m/min (1.370 m actuellement). 7SYW VqWIVZI HI PE QSHM½GEXMSR de la sĂŠcherie, la vitesse pourrait mĂŞme ĂŞtre ultĂŠrieurement portĂŠe Ă  1.800 m/min. Cette ancienne usine de Kimberly-Clark appartient dĂŠsormais au groupe CEL. Au cours du premier trimestre de cette annĂŠe, Toscotec dĂŠmarrera ĂŠgalement la nouvelle machine que lâ&#x20AC;&#x2122;italien Eurovast construit sur son site de Lucca. Dâ&#x20AC;&#x2122;une laize de 2,80 m, cette ligne est conçue pour produire 30.000 t/an.

"MVTJOFFTQBHOPMFE&DPmCSBT  5PTDPUFDJOTUBMMFSBTPOe $SFTDFOU'PSNFS

22

ActualitĂŠs Ouate ARJOWIGGINS LE BOURRAY : TOUJOURS Ă&#x20AC; PLEIN RĂ&#x2030;GIME ! Pierre-Yves Kervennal, Marketing Manager HI P´EGXMZMXqÂą3YEXI HI GIPPYPSWI² k P´YWMRI H´%VNS[MKKMRW 0I &SYVVE] 7EVXLI  RI GEGLITEWWEWEXMWJEGXMSRIRPIWHIY\ machines du site affectĂŠes Ă  la production de ouate ont tournĂŠ Ă  100 % et ont rĂŠalisĂŠ 3 % de gains de productivitĂŠ comparĂŠ Ă  2012. Elles ont ainsi produit quelque 30.000 t qui ont alimentĂŠ Ă  90 % le marchĂŠ de la transformation pour les arts de la table et, pour les 10 % restants, celui des applications spĂŠciales. Le site compte ĂŠgalement une troisième machine qui produit quelque 80.000 t/an de papiers graphiques Ă  partir HI½FVIWVIG]GPqIW 'SRGIVRERX PE SYEXI P´YWMRI I\TSVXI PIW trois quarts de sa production, dont 90 % dans la grande Europe (y compris la Russie), le solde se partageant entre le Maghreb, le 1S]IR3VMIRXP´%JVMUYIP´%WMIIXP´3GqERMI ÂŤ Le marchĂŠ des serviettes en papier dĂŠpend beaucoup de la culture, des habitudes de consommation et du rapport Ă  la nourriture Âť, explique Pierre-Yves Kervennal. En 2013, un quatrième dĂŠvidoir a ĂŠtĂŠ installĂŠ sur le site, ÂŤ ce qui nous a permis dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtendre notre gamme et de proposer un papier composĂŠ de quatre plis. Âť0´YWMRIEqKEPIQIRX XVEZEMPPq WYV P´IJ½GEGMXq qRIVKqXMUYI )PPI ZMIRX H´EMPPIYVW HI VIGIZSMV PE GIVXM½GEXMSR -73  W]WXrQI HI QEREKIQIRX HI P´qRIVKMI  4SYV  IPPI XSYVRIVE IRGSVI k TPIMRI GETEGMXq E½R HI VqTSRHVI Ă  la croissance du marchĂŠ en gagnant en productivitĂŠ (hausse de la vitesse des machines notamment). Les produits Ă  plus forte valeur ajoutĂŠe seront ĂŠgalement privilĂŠgiĂŠs. ÂŤ Nous avons ĂŠtĂŠ très satisfaits du lancement du Kaleido Fizz, un papier avec paillettes, qui a fait lâ&#x20AC;&#x2122;objet de quatre campagnes en 2013, qui seront reconduites en 2014, poursuit le Marketing Manager. Cette annĂŠe, nous lancerons ĂŠgalement le Kaleido Easy Process, une application technique de lâ&#x20AC;&#x2122;Easy Print Ă  notre gamme de ouate couleur qui permettra aux transformateurs dâ&#x20AC;&#x2122;augmenter leur vitesse de production et de rĂŠduire les problèmes de sertissage. Âť Concernant le marketing, Arjowiggins lance, cette annĂŠe, un nouvel outil de vente pour sa gamme Kaleido (qui compte toujours 250 teintes) en proposant 50 teintes

la papeterie 328 FĂŠvrier-Mars 2014

de base â&#x20AC;&#x201C; qui constituent le catalogue permanent â&#x20AC;&#x201C; et, chaque semestre, un cahier de tendances qui fournira aux clients des recommandations actualisĂŠes. La sociĂŠtĂŠ travaille en effet avec de grands cabinets, E½R H´sXVI TEVJEMXIQIRX IR TLEWI EZIG PIW ĂŠvolutions de la mode et des couleurs, en *VERGIGSQQIkP´MRXIVREXMSREP Fin mars, Arjowiggins a visitĂŠ le Salon Tissue World Ă  Miami et le groupe prĂŠvoit dĂŠjĂ  H´I\TSWIV YRI RSYZIPPI JSMW k P´qHMXMSR europĂŠenne de cette manifestation qui se dĂŠroulera en mars 2015 Ă  Barcelone.

Tissue MP HYGIĂ&#x2C6;NE : OBJECTIF DE 28.400 T CETTE ANNĂ&#x2030;E En octobre 2012, MP Hygiène lançait sa nouvelle machine tissue fournie par P´MXEPMIR 8SWGSXIG WYV WSR WMXI H´%RRSRE] (Ardèche)*. En 2013, cette ligne aura produit 25.200 t et 28.400 t sont prĂŠvues pour 2014. ÂŤ Nous sommes satisfaits de la montĂŠe en capacitĂŠ qui est passĂŠe de 50 % en janvier 2013 Ă  75 % en avril, puis Ă  90 % Ă  partir de juin. Depuis lors, nous tournons Ă  100 % Âť, indique Christopher Colin, directeur du site. Toute la production sert Ă  alimenter les lignes de transformation du groupe. Au premier semestre de cette annĂŠe, une nouvelle ligne de transformation dĂŠdiĂŠe au papier toilette sera ĂŠgalement installĂŠe. (*) Cf. PrĂŠsentation de ce projet dans â&#x20AC;&#x153;La Papeterieâ&#x20AC;? n° 319, octobre 2012, pp. 96/98.

Machines Ă  papier ANNĂ&#x2030;E RECORD POUR VALMET ! 0´ERRqI HIVRMrVI EYVE qXq JEWXI TSYV P´EGXMZMXq XMWWYI HI:EPQIX  'IXXI WSGMqXq qui a revu le jour le 1er janvier, après avoir passĂŠ 12 ans sous le nom de Metso, a en effet connu un exercice très positif en termes de commandes de nouvelles machines. Parmi les moments clĂŠs de P´ERRqITEWWqIPIHqQEVVEKIHIPETVIQMrVI ligne Advantage NTT chez Fabrica Papel de San Francisco. Directeur des opĂŠrations de cette usine mexicaine, Dario Palma y Meza )WTMRS^E I\TPMUYI  ÂŤ Nous avons testĂŠ un grand nombre de qualitĂŠs et de grammages diffĂŠrents, en mode texturĂŠ et conventionnel ;


Actualités ces tests ont tous obtenu de bons résultats. Nous avons également atteint des records de production. » Les prochains démarrages de lignes Advantage NTT seront réalisés au 'LMPM½RIXEY\)QMVEXWEVEFIWYRMWIR 2015. « La technologie Advantage DCT est également très appréciée, comme le montrent les 11 commandes de ce concept, souligne également Jan Erikson, vice-président des ventes. Nous avons atteint un record l’année dernière, avec 13 nouvelles lignes en commande. » )R½R 4EYP %VRSPH E VINSMRX P´qUYMTI HI :EPQIX TSYV VIRJSVGIV WSR SJJVI HI services sur le marché français. Il possède une expérience de 23 ans dans le tissue, notamment acquise chez Kimberly-Clark et +ISVKME4EGM½G

Contrôle-qualité METSO LANCE LE IQ TISSUE SCANNER Traditionnellement, la complexité des systèmes de contrôle qualité (QCS) pour le tissue génère des coûts en raison de la présence de sources radioactives et de multiples points de défaillance potentielle.

Pour pallier ces problèmes, Metso a lancé un nouveau scanner IQ optimisé, le Metso IQ Tissue Scanner, spécialement conçu pour ce X]TIHITETMIV-PW´ETTYMIWYVPEXIGLRSPSKMI HIGETXIYVUYMTIVQIXP´IQTPSMH´YRIWIYPI jauge, non radioactive, pour la mesure du KVEQQEKI IX HI P´LYQMHMXq 'IXXI NEYKI a déjà été déployée sur plus de 120 sites HITEVPIQSRHI(´ETVrW1IXWSPIWGPMIRXW qui utilisent ces capteurs à infrarouge SFXMIRRIRX PI QsQI GSRXV|PI HI QIWYVI UY´EZIGHIWNEYKIWVEHMSEGXMZIWQEMWTIYZIRX qGSRSQMWIVNYWUY´kºWYVPEHYVqI de vie du QCS en évitant les dépenses et PIW VMWUYIW PMqW k P´YXMPMWEXMSR H´YRI WSYVGI radioactive. Pour réduire les points de défaillance, le nouveau scanner et le nouveau capteur sont VIJVSMHMWkP´EMVIXHSXqWH´YRHqXIGXIYVHI bord amélioré pour les environnements poussiéreux. Selon le constructeur ½RPERHEMWPIMetso IQ Tissue Scanner permet ainsi aux utilisateurs de réduire de manière WMKRM½GEXMZI PIW GSXW HI QEMRXIRERGI opérationnelle et de réparation et de supprimer les risques de radiation, tout en obtenant un contrôle de procédé au QSMRWqUYMZEPIRXkGIPYMH´YR5'7kNEYKIW radioactives.

D ossier Tissue >>> ICT : une nouvelle MAP, peut-être en 4SPSKRI

L

’italien ICT pourrait investir dans une troisième machine tissue de 70.000 t/an sur son site de Kostrzyn (Pologne), ainsi que dans des lignes de transformation. Dans cette usine basée à environ 100 km à l’Est de Berlin, deux machines lancées en 2001 et 2008 produisent d’ores et déjà 140.000 t/an. Toutefois, le groupe évalue également d’autres options dans d’autres pays. Si la 4SPSKRI qXEMX ½REPIQIRX VIXIRYI la machine entrerait en production au troisième trimestre 2015. Outre la Pologne, ICT compte également des usines en Italie, en France et en Espagne, soit une capacité totale de quelque 470.000 t/an (neuf MAP) et environ 1.300 personnes. A Montargis (Loiret), ICT possède une machine de 70.000 t/an et cinq lignes de transformation. A terme, une seconde ligne pourrait y être installée.


D ossier Tissue

Technologie

-FDPOUSĂ&#x2021;MFEFTmOFT VO½M½NFOUFTTFOUJFM La qualitĂŠ et la productivitĂŠ du papier tissue dĂŠpendent dâ&#x20AC;&#x2122;une bonne maĂŽtrise du crĂŞpage, celui-ci ĂŠtant fortement liĂŠ Ă  un bon contrĂ´le du coating sur le Yankee. Cependant, le coating est souvent fortement JOnVFOD½QBSMBQBSUJFIVNJEF#5(GBJUMFQPJOUTVSDFUUFQSPCM½NBUJRVFDIJNJRVFDPNQMFYFFUQS½TFOUFTFT TPMVUJPOT FOQPSUBOUVOFBUUFOUJPOQBSUJDVMJĂ&#x20AC;SFBVSĂ&#x2021;MFEFTmOFT

M

EwXVMWIVPIGVsTEKIIWXJSRHEQIRXEPTSYVPETVSHYGXMZMXq HI PE QEGLMRI XMWWYI IX PE UYEPMXq HI PE JEFVMGEXMSR 0I GVsTEKI HqTIRH WSYZIRX HI PE JEpSR HSRX WSRX ETTPMUYqWPIWTVSHYMXWHIGSEXMRKWYVPI=EROII0IGSEXMRKHSMX JSVQIVYR½PQWXEFPITVqWIRXERXHIWTVSTVMqXqWVLqSPSKMUYIW IXEHLqWMZIWGSVVIGXIW0´MRWXEFMPMXqHY½PQHIGSEXMRKEIRIJJIX TSYVGSRWqUYIRGIW Z EYRMZIEYHIPETVSHYGXMZMXqGEWWIWTETMIVJEMFPIWWIWWYVPIW FSVHWUYMIRXVEwRIRXHIWGEWWIWEYGSYVWHIPEXVERWJSVQEXMSR XEY\ HI GVsTEKI qPIZq TSYV YRI IJ½GEGMXq JEMFPI TIVXIW HI temps pour nettoyer les habillages et la machine, chattermarks IXVIGXM½GEXMSRHY=EROII Z EYRMZIEYHIPEUYEPMXqqTEMWWIYVMRWXEFPI XVSTFEWWISYXVST qPIZqI  EPPSRKIQIRX XVST JEMFPI XVSYW HERW PE JIYMPPI GVsTEKI grossier/faible douceur et feuille trop rigide. 7MPIGSRXV|PIHYGSEXMRKIWXH´YRIMQTSVXERGIGETMXEPITSYVPIW fabricants de tissue, des paramètres essentiels sont cependant WSYZIRXRqKPMKqW0IGLSM\HIWFSRWTVSHYMXWGLMQMUYIWWIPSR PIWWSVXIWHITETMIVIXEHETXqWEY\GSRHMXMSRWXLIVQMUYIWIWX TVMQSVHMEPPETPYTEVXHIWZIRHIYVWqXERXHIFSRGSRWIMPHERW ce domaine. 0EGSRGITXMSRHIPEFEVVIHITYPZqVMWEXMSRHY=EROIIGSYZVERX YRI PEVKI ^SRI IX YR RMZIEY H´qZETSVEXMSR GSVVIGX WYV PI =EROIIGSRWXMXYIRXqKEPIQIRXHIWqPqQIRXWIWWIRXMIPW1EMWIR GSRWMHqVERXUYIPIWTVSHYMXWHIGSEXMRKETTPMUYqWWYVPI=EROII RI VITVqWIRXIRX UYI  k   HI PE GSYGLI WYV PI=EROII

&SYHVIEY RSYWGSQTVIRSRWUYITSYVYRFSRGSRXV|PI

>>> RĂŠsumĂŠ

L

es fabricants de tissue sont conscients que la qualitĂŠ et la productivitĂŠ dĂŠpendent dâ&#x20AC;&#x2122;une bonne maĂŽtrise du crĂŞpage, celui-ci ĂŠtant fortement tributaire dâ&#x20AC;&#x2122;un bon contrĂ´le du coating sur le Yankee. Cependant, le coaXMRKIWXWSYZIRXXVrWMRžYIRGqTEVPETEVXMILYQMHIGSQQIP´SRXGSRWXEXq HIRSQFVIY\SFWIVZEXIYVW&8+TVqWIRXIFVMrZIQIRXPEXLqSVMIHIP´MRžYIRGIHIPETEVXMILYQMHIWYVPIGSEXMRKIXPIWWSPYXMSRWTVSTSWqIWTSYV P´EXXqRYIVIRTSVXERXYRIEXXIRXMSRTEVXMGYPMrVIEYV|PIHIW½RIWHERWPE QSHM½GEXMSRHIWTVSTVMqXqWHYGSEXMRK %TEVXMVHIP´EHEKIFMIRGSRRY â&#x20AC;&#x153;Vous ne pouvez contrĂ´ler que ce que vous pouvez mesurerâ&#x20AC;?, cette WSGMqXqTVSTSWIH´MRXVSHYMVIHIWQIWYVIWTVqGMWIWIRTEVXMILYQMHI(IW QqXLSHIWEPXIVREXMZIWTSYVPEQIWYVIHIW½RIWIRPEFSVEXSMVIWSRXqKEPIQIRXTVqWIRXqIWIXPIGSRXV|PIHIPEVqXIRXMSRIRPMKRIHIPE1%4IWX HqGVMX )R½R HIW VqWYPXEXW GSRGVIXW WSRX I\TSWqW  PI GSRXV|PI IR PMKRI a ainsi permis des amĂŠliorations importantes dans la performance des QEGLMRIWEZIGYRXEY\HIGVsTEKIEQqPMSVqIXPEHMQMRYXMSRHIWGEWWIW papier. 24

la papeterie 328 FĂŠvrier-Mars 2014

du crêpage, la partie humide est autant, voire plus importante. Pourtant, de nombreux fabricants de tissue ne prêtent pas EXXIRXMSR k GI JEGXIYV 0IYV GSEXMRK IWX WSYZIRX MRžYIRGq TEV HIW qPqQIRXW UY´MPW RI GSRXV|PIRX TEW EZIG PIW GSRWqUYIRGIW HqGVMXIWTVqGqHIQQIRX

TROIS PARAMĂ&#x2C6;TRES IMPORTANTS Trois paramètres variables de la partie humide ont une MRžYIRGI QENIYVI WYV PI HqZIPSTTIQIRX HY ½PQ HI GSYGLEKI sur le Yankee. Le pH0ETPYTEVXHIWYWMRIWGSRWMHrVIRXPIGSRXV|PIHYT, GSQQIYRJEGXIYVMQTSVXERXPIT,MRžYIRGIHMVIGXIQIRXPIW VqEGXMSRWGLMQMUYIWIXHSRGPITSYZSMVEHLqWMJPEHYVIXqIXPE GSLqWMSRRSRWIYPIQIRXHIWTVSHYMXWHIGSEXMRKETTPMUYqWQEMW EYWWM H´EYXVIW GSQTSWERXW HI PE GSYGLI HY=EROII TVSZIRERX HI PE TEVXMI LYQMHI RSXEQQIRX P´EKIRX HI VqWMWXERGI k P´qXEX LYQMHI 6), 9RT,HIkIWXKqRqVEPIQIRXGSRWMHqVq GSQQIXSYXkJEMXEGGITXEFPI9RT,qPIZqIRXVEwRIVEYRGSEXMRK TPYW HYV H´SÂ&#x20AC; YRI TIVXI H´qTEMWWIYV IX H´EPPSRKIQIRX HIW XVSYWFIEYGSYTHITSYWWMrVIIXYRIEYKQIRXEXMSRHIP´YWYVI de la lame de crĂŞpage ; il est bien connu comme initiateur HIZMFVEXMSRW-RZIVWIQIRXPI½PQHIGSEXMRKWIJSVQIVETPYW HMJ½GMPIQIRX EZIG YR T, JEMFPI PE TVSXIGXMSR HY=EROII WIVE EPSVWGSQTVSQMWIIXPIWTVSTVMqXqWHI PEJIYMPPIWIHqKVEHIVSRX9RIWSRHIIR Un pH de 7 Ă  7,5 PMKRIHIT,IWXLEFMXYIPPIQIRXMRWXEPPqI est gĂŠnĂŠralement HERWPIGMVGYMXH´IEY\FPERGLIW ;;  considĂŠrĂŠ comme tout Ă  fait IXPIGSRXV|PIIWXEWWYVqTEVYRHSWEKI acceptable. H´EGMHIIXHIWSYHISYTEVHYKE^'32 HMWWSYWWIWYFWXMXYERXkP´EGMHI La demande ionique SY GLEVKI MSRMUYI  IWX QSMRW WSYZIRX QEwXVMWqI QEMW IPPI IWX qKEPIQIRX XVrW MQTSVXERXI 0E GLEVKI MSRMUYI HIW WYFWXERGIW HMWWSYXIW IX GSPPSxHEPIW IWX QIWYVqIEZIGPIWETTEVIMPWPEFSVEXSMVIIXIRPMKRIHMWTSRMFPIW )PPI MQTEGXI PI HqZIPSTTIQIRX HY GSEXMRK PE JSVQEXMSR PE VqXIRXMSRIXPETVSTVIXqHYJIYXVIHSRGWIWTIVJSVQERGIW0E ZEPIYV STXMQEPI IWX FMIR QSMRW qXEFPMI UYI TSYV PI T, QEMW XSYWPIWSFWIVZEXIYVWW´EGGSVHIRXWYVPIJEMXUYIPEWXEFMPMXqHI PEHIQERHIMSRMUYIIWXTVMQSVHMEPI0EGLEVKIMSRMUYIWYVYRI QEGLMRI XMWWYI IWX KqRqVEPIQIRX RqKEXMZI SY ERMSRMUYI (IW ZEPIYVW ERMSRMUYIW qPIZqIW IRXVEwRIVSRX YRI VqXIRXMSR JEMFPI HIW JIYXVIW VETMHIQIRX GSPQEXqW IX WSYZIRX YR GSEXMRK HYV FVY]ERXEMRWMUYIHIWIJJIXWGSPPEXqVEY\TEVI\IQTPIYRITIVXI H´IJ½GEGMXq HI P´EKIRX 6), (IW ZEPIYVW ERMSRMUYIW JEMFPIW TVSGLIW HI ^qVS TSMRX MWSqPIGXVMUYI  SY QsQI HIW ZEPIYVW GEXMSRMUYIWHIWIEY\FPERGLIWEYVSRXGSQQIIJJIXYRGSEXMRK


Technologie QMRGIIXMVVqKYPMIVYRqTEMVHqKVEHqIXHIWRMZIEY\MQTSVXERXW HI QSYWWI HERW PE FEGLSPPI HIW IEY\ FPERGLIW 'IGM TVSZMIRX WSYZIRX H´YR WYVHSWEKI HI TVSHYMXW GLMQMUYIW GEXMSRMUYIW XIPW UY´YRI VqWMRI 6), SY YR EHSYGMWWERX 9RI HIQERHI MSRMUYIWXEFPIIXGSVVIGXITIYXsXVISFXIRYITEVPIWQIWYVIW PEFSVEXSMVI IX YR HSWEKI TVqGMW HIW TVSHYMXW GLMQMUYIW 'IVXEMRIW YWMRIW SRX MRWXEPPq HIW QIWYVIW IR PMKRI TSYV JEMVI JEGI EY\ GLERKIQIRXW JVqUYIRXW HI JEFVMGEXMSR IX k PE UYEPMXq MVVqKYPMrVI HIW TVSHYMXW JSYVRMW 4SYV YR GSRXV|PI EGGVY YR qGLERXMPPSRRIYVHITlXIqTEMWWIIWXMRWXEPPqEYGYZMIVQEGLMRI E½R HI QIWYVIV PE HIQERHI MSRMUYI IX HSWIV YR ½\EXIYV GEXMSRMUYI WIPSR YR GIVXEMR TSMRX HI GSRWMKRI HI HIQERHI MSRMUYI (ERW PE TPYTEVX HIW GEW YRI HIQERHI MSRMUYI WXEFPI HIkÜ)UPHSRRIVEHIFSRWVqWYPXEXW La rétention 0IW YWMRIW XMWWYI R´IJJIGXYIRX TEW WSYZIRX GIXXIQIWYVIIXRIPEGSRXV|PIRXTEW4SYVXERXYRIVqXIRXMSR HIW½RIWJEMFPISYZEVMEFPITIYXEZSMVHIWIJJIXWHqWEWXVIY\WYV P´IJ½GEGMXqHYTVSGIWWIXPETVSXIGXMSRHY=EROII7ERWEKIRXHI VqXIRXMSRPEVqXIRXMSRREXYVIPPIH´YRI1%4XMWWYIIWXH´IRZMVSR  k (IWIEY\EZIGFIEYGSYTHI½RIWNYWUY´kQKP TIYZIRXsXVITVqWIRXIWHERWPEJIYMPPITEVXMIPPIQIRXqKSYXXqIEY QSQIRXH´EXXIMRHVIPI=EROII%PSVWIRGSRXEGXHMVIGXEYRMZIEY HIWTVIWWIWEZIGPI½PQHITSP]QrVIGEXMSRMUYIUYMGSRWXMXYI PI GSEXMRK HY=EROII PIW ½RIW ERMSRMUYIW EYVSRX YRI EJ½RMXq REXYVIPPIEZIGGIHIVRMIV'IPEGSRHYMXkYRGSEXMRKFPERGHYV WSYZIRXTSYWWMqVIY\EZIGPEJSVQEXMSRHIHqT|XWYVPIWFSVHW HY=EROII IX YR GVsTEKI FVY]ERX 0E TVSTVMqXq HY GSEXMRK de contribuer à la douceur et à un bon taux de crêpage IWX WSYZIRX GSQTVSQMWI TEV YRI JEMFPI VqXIRXMSR HIW ½RIW WYV PE TEVXMI LYQMHI 0IW EKIRXW HI VqXIRXMSR HI HIVRMrVI KqRqVEXMSRX]TIQMGVSTEVXMGYPIWSYWMQMPEMVIWXSYXIRqZMXERX YRIWYV¾SGYPEXMSRTIVQIXXIRXH´EQqPMSVIVWYJ½WEQQIRXPE VqXIRXMSRHI½RIWTSYVqZMXIVGIWTVSFPrQIW )RJEMXGIR´IWXTEWXERXPEVqXIRXMSRUYMIWXMQTSVXERXIIR elle-même, mais la valeur de la concentration des eaux sous XSMPIW 7IPSR P´I\TqVMIRGI HI &8+ HIW ZEPIYVW MRJqVMIYVIW SY qKEPIW k  QKP KqRrVIVSRX QSMRW HI GEWWIW QEGLMRI HIW HYVqIW HI ZMI HI PEQI TPYW PSRKYIW IX WM IPPIW WSRX QIWYVqIWHIWZMFVEXMSRWEXXqRYqIWHIWPEQIWHSRGYRVMWUYI HMQMRYqHIGLEXXIVQEVOW'SQQITSYVPEHIQERHIMSRMUYI MP IWX qKEPIQIRX MQTSVXERX UYI GIXXI ZEPIYV WSMX WXEFPI IX GSRXV|PqIEYQS]IRH´YRIXIGLRSPSKMIETTVSTVMqIHIQIWYVI HIGSRGIRXVEXMSRHIW½RIWHERWPIWIEY\FPERGLIW

COMMENT MESURER LE TAUX DE FINES ? 0I TSYVGIRXEKI HI ½RIW HERW YRI WYWTIRWMSR HI TlXI IWX traditionnellement obtenu avec un Britt Dynamic Drainage JarWIPSRPEQqXLSHI8ETTM9RqGLERXMPPSRHITlXIIWXHMPYq kYRIGSRGIRXVEXMSRHSRRqI  HIJEpSRkSFXIRMVYR JVEGXMSRRIQIRXIJ½GEGIWYVYRXEQMWHIQIWL%ZIGGIXXI SYZIVXYVI HI ½PXVI HMEQrXVI HIW XVSYW HI  ÜQ  WIYPIW PIW½RIWTEWWIRXkXVEZIVWPIXEQMW%TVrWTPYWMIYVWG]GPIWHI HMPYXMSRIX½PXVEXMSRE½RHITIVQIXXVIkXSYXIWPIW½RIWHI TEWWIVPIW½FVIWVIWXERXIWWSRXTIWqIWIXHSRGPIWXIRIYVW IR ½FVIW SY ½RIW WSRX GEPGYPqIW )R TVIRERX IR GSQTXI PI

D ossier Tissue

JVEGXMSRRIQIRXPEGSPPIGXIHIW½FVIWVIWXERXIWIXPIWqXETIWHI WqGLEKIGLEUYIQIWYVIHYVIHIkQMRYXIWWERWGSQTXIV PI XIQTW HI WqGLEKI k P´qXYZI 9R EYHMX HI TVqTEVEXMSR HI TlXI GSQTSVXERX TPYWMIYVW TSMRXW HI TVqPrZIQIRX TIYX HSRG JEGMPIQIRXRqGIWWMXIVYRkHIY\NSYVW 9RI RSYZIPPI QqXLSHI IWX HqWSVQEMW HMWTSRMFPI KVlGI k P´ETTEVIMP HI Dès que l’échantillon est laboratoire MütekTM DFR-05. La prêt et le MütekTM GSRGIRXVEXMSR HI ½RIW HI P´qGLERXMPPSR DFR-05 calibré, 30 HMPYq IWX SFXIRYI VETMHIQIRX via une WIGSRHIWWYJ½WIRX QIWYVI EYXSQEXMUYI MRXqKVqI HI PE pour obtenir le GSRGIRXVEXMSR EY QS]IR H´YR GETXIYV résultat de la STXMUYI(rWUYIP´qGLERXMPPSRIWXTVsXIX concentration. le DFR-05GEPMFVqWIGSRHIWWYJ½WIRX TSYVSFXIRMVPIVqWYPXEXHIPEGSRGIRXVEXMSR4SYVQIWYVIVPI XEY\HI½RIWHERWYRIWYWTIRWMSRHITlXIPETVSGqHYVIWYMZERXI IWXQMWIIR®YZVIPIXVERWQIXXIYVSTXMUYIHIGSRGIRXVEXMSR HSMXH´EFSVHsXVIGEPMFVqGIUYMRqGIWWMXIIRZMVSRQMRYXIW

TPYWPIXIQTWRqGIWWEMVITSYVPIWqGLEKIkP´qXYZI )RWYMXIPI DFR-05IWXGETEFPIHIQIWYVIVTVqGMWqQIRXPEGSRGIRXVEXMSR IR½RIW0´qGLERXMPPSRHMPYqk IWXZIVWqHERWPEGLEQFVI HIQqPERKI0IWqXETIWWYMZERXIWWSRXEYXSQEXMUYIWQqPERKIk XVQMRXEQMWEKIQIWYVIMRWXERXERqIHIPEGSRGIRXVEXMSRHY ½PXVEXIXEJ½GLEKIHYVqWYPXEX-PJEYXIRWYMXIENSYXIVPIXIQTWHI RIXXS]EKIIXHIWqGLEKIHYFEGEZERXH´IJJIGXYIVYRIRSYZIPPI QIWYVI  YRI QIWYVI TVIRH HSRG IRZMVSR GMRU QMRYXIW TPYW


D ossier Tissue

Technologie

FIWSMR H´EXXIRHVI PI WqGLEKI k P´qXYZI  &MIR UY´MP R´] EMX TEW plusieurs cycles de dilution avec le DFR-05PIWVqWYPXEXWSFXIRYW EZIGPIWHIY\QqXLSHIWWSRXXVrWFMIRGSVVqPqW ½K  'IY\ IRVIKMWXVqWEZIGPIDFR-05WSRXHSRGWYJ½WEQQIRXTVqGMWTSYV TSYZSMV qXEFPMV HIW GSQTEVEMWSRW (I TPYW P´YXMPMWEXMSR HI GIX ETTEVIMP TSYV QIWYVIV PI XEY\ HI ½RIW IWX FMIR TPYW JEGMPI IX VETMHIUYIPEQqXLSHIXVEHMXMSRRIPPI

'JH$PNQBSBJTPOEFTNFTVSFTEFUBVYEFmOFTBWFDMFDDJ et MFDFR-05.

HI ½RIW EPPERX EY JSVQIYV 9R GEPGYP GSQTPqQIRXEMVI TIVQIX H´qZEPYIV PIW SVMKMRIWHIW½RIWGSQFMIR viennent de la pâte et combien des eaux blanches

VIGMVGYPEXMSR #%ZIG HI ½RIW HERW PE GEMWWI de tête provenant de la recirculation des eaux blanches (½K RSYWEZSRW X]TMUYIQIRX YR GEW S€ PE VqXIRXMSRHI½RIWHSMXsXVI 'JH5BVYEFmOFTEBOTMBQ·UF EQqPMSVqIIXEFEMWWqIkYR FUEBOTMFTFBVYCMBODIFTFO QE\MQYQHI  DBJTTFEFU¾UF )R VqWYQq P´qXYHI PEFS VEXSMVI HSMX MHIRXM½IV PIW WSYVGIW QENIYVIW HI ½RIW HERW PI W]WXrQI  QEXMrVIW TVIQMrVIW QEYZEMW VEJ½REKI GSYTI  SY VIXSYVHI½RIWHY½PXVIkHMWUYISYHY(%*0ITETIXMIVHSMX ZqVM½IV PE UYERXMXq XSXEPI HERW PIW IEY\ FPERGLIW  WM PI XEY\ HI ½RIW IWX WYTqVMIYV k   IX EYHIWWYW HI  TTQ HIW TVSFPrQIWWITSWIVSRXGIVXEMRIQIRX9RXEY\HI½RIWHERWPE GEMWWIHIXsXIWYTqVMIYVk TVSZIRERXHIPEVIGMVGYPEXMSR HIWIEY\FPERGLIWQSRXVIYRIXIRHERGIHERKIVIYWIPIW½RIW VIWXIRXHERWPIGMVGYMXGSYVX7MG´IWXPIGEWMPJEYXVqEKMV

COMMENT PROFITER DE CETTE MESURE LABO ?

APPLICATION SUR MACHINE

)RYXMPMWERXPEQqXLSHIDFR-05, nous obtenons rapidement le XEY\HI½RIWkHMJJqVIRXIWqXETIWHYTVSGIWWHIPETVqTEVEXMSR HITlXIIXHSRGPIRMZIEYH´MR¾YIRGIHIW½RIW0E½K montre PIWXEY\HI½RIWQIWYVqWkTEVXMVHIWGYZMIVWHITlXI ½FVIW GSYVXIWIXPSRKYIWGEWWqWIXGYZMIVWQEGLMRI NYWUY´kPEGEMWWI de tête et les eaux blanches.

0EXIGLRMUYIPEFSVEXSMVITSYVqXEFPMVYRFMPERHIW½RIWHERWPI W]WXrQI EZIG PE QqXLSHI Britt DDJ SY P´ETTEVIMP EYXSQEXMUYI MütekTM DFR-05HI&8+EMHIP´MRKqRMIYVTVSGIWWkHq½RMVYRI WXVEXqKMI HI KIWXMSR HIW ½RIW IX PIW WSPYXMSRW k ETTPMUYIV PIW HIY\ETTEVIMPWqXERXFMIREHETXqWkP´qZEPYEXMSRPEFSVEXSMVIHIW XVEMXIQIRXW GLMQMUYIW 2SVQEPIQIRX PI XVEMXIQIRX GLMQMUYI IWXETTPMUYqHERWPIGMVGYMXGSYVXKqRqVEPIQIRXIRXVIPETSQTI HI QqPERKI IX P´qTYVEXIYV WSYW TVIWWMSR (IW TVSKVEQQIW HI VqXIRXMSR GSQTSWqW HI P´EGXMSR GSQQYRI H´YRI qQYPWMSR GEXMSRMUYI IX H´YRI QMGVSTEVXMGYPI ERMSRMUYI SRX HSRRq H´I\GIPPIRXWVqWYPXEXWWYVQEGLMRIXMWWYI'IX]TIHIXVEMXIQIRX JSRGXMSRRIXVrWFMIRWYVPIWWSVXIWVqWMWXERXkP´qXEXLYQMHIS€ PEVqWMRI6),IPPIQsQIIWXYRGSJEGXIYVGEXMSRMUYI )RVrKPIKqRqVEPIPIXVEMXIQIRXIWXMRXVSHYMXTVSKVIWWMZIQIRX E½R H´qZMXIV YR GLSG WYV PE VqXIRXMSR TYMW WXEFMPMWq EY RMZIEY VIUYMWYRIGSRGIRXVEXMSRHIQKPHERWPIWIEY\FPERGLIW qXERXYRIFSRRIGMFPIEYHqQEVVEKI(ERWPIWETTPMGEXMSRWPIW TPYW VqYWWMIW QEMRXIRMV YRI GSRGIRXVEXMSR H´IEY\ FPERGLIW WXEFPI E GSRWXMXYq YR JEGXIYV HqXIVQMRERX -P IWX HMJ½GMPI HI QIWYVIV QERYIPPIQIRX PE VqXIRXMSR TVIQMrVI TEWWI *46  SY QsQI WMQTPIQIRX PE GSRGIRXVEXMSR H´IEY\ FPERGLIW k PE JVqUYIRGI RqGIWWEMVI TSYV IR EVVMZIV Pk 0´YXMPMWEXMSR H´YR EREP]WIYVIRPMKRIIWXHSRGTVqJqVEFPI&8+VIGSQQERHIWSR analyseur 6)8 FEWq WYV PI QsQI TVMRGMTI HI GETXIYV STXMUYIUYIP´ETTEVIMPHIPEFSVEXSMVIDFR-05. Le 6)8UYM TVqWIRXI HIY\ WSYVGIW PYQMRIYWIW PEWIV IX 0)(  TIYX sXVI GEPMFVqTSYVQIWYVIVPEGSRGIRXVEXMSR XSXEPIIXHI½RIWHIW IEY\FPERGLIW 

'JH5FOFVSFOmOFT¹EJGG½SFOUTQPJOUTEFQS½MÀWFNFOU

-PIWXMRXqVIWWERXHIGSRWXEXIVUYIPEGVqEXMSRHI½RIWTEVPI VEJ½RIYV HI XsXI IWX VqIPPI QEMW VIPEXMZIQIRX PMQMXqI  k  0IWIEY\FPERGLIWGSRXMIRRIRXTVMRGMTEPIQIRXHIW½RIW

 EPSVWUYIPEQIWYVIIRGEMWWIHIXsXIQSRXVIPETEVX 26

la papeterie 328 Février-Mars 2014


Technologie CAS CONCRETS Premier exemple : YRI QEGLMRI 'VIWGIRX *SVQIVYXMPMWERXHIW½FVIW ZMIVKIW IX JEFVMUYERX principalement du papier pour serviettes et mouchoirs. Les problèmes GSRWXEXqW qXEMIRX PIW WYMZERXW  RSQFVIYWIW casses, longs changements de sortes et taux de GVsTEKI qPIZq 0E ZSPSRXq 'JH"OBMZTFVSRET-5503JOTUBMM½ I\MWXEMXH´YXMPMWIVHIWPEQIW EBOTVOFVTJOFFVSPQ½FOOFEF HI GVsTEKI GqVEQMUYI tissue. haute performance, mais PIW KEMRW qZIRXYIPW qXEMIRX HMWWMQYPqW TEV H´EYXVIW TVSFPrQIW WYVPITVSGIWW0EVqXIRXMSRqXEMXFEWWIIXZEVMEFPI  k  EZIGYRIZEPIYVHIGSRGIRXVEXMSRH´IEY\FPERGLIWHIQKP WYVXSYXETVrWYRIGEWWITETMIVPSVWUYIPIWGEWWqWVITEVXEMIRX HERW PI W]WXrQI IRXVEwRERX YR GIVGPI ZMGMIY\ HI RSYZIPPI GSRXEQMREXMSRHY=EROIIIXHIWGEWWIW-PEEPSVWqXqGSRZIRY HI HqQEVVIV YR TSP]QrVI HI VqXIRXMSR EZIG YR GSRXV|PI de dosage via une mesure en ligne 6)8 IX H´I\EQMRIV QMRYXMIYWIQIRXPIWVqWYPXEXW0IWGEWWIWTETMIVSRXEPSVWVIGYPq HI PIXEY\HIGVsTEKIEHMQMRYqIXXSYXPITSXIRXMIPHIW PEQIW GqVEQMUYIW E TY sXVI YXMPMWq TPIMRIQIRX -QTEGX RIX  YR KEMR HI   HI P´IJ½GEGMXq HI PE QEGLMRI IX YR VIXSYV WYV MRZIWXMWWIQIRXHIUYEXVIQSMW Second exemple : une machine tissue double toile ERGMIRRIJEFVMUYERXTVMRGMTEPIQIRXHYTETMIVL]KMqRMUYIQS]IR kLEYXHIKEQQIkFEWIHITlXIZMIVKIIXHqWIRGVqI4VSFPrQIW VIRGSRXVqW  HIW XEY\ HI GVsTEKI XVrW qPIZqW HI RSQFVIYWIW casses papier et une consommation importante de lames haute TIVJSVQERGIGIGMMQTEGXERXHIQERMrVIWMKRM½GEXMZIP´IJ½GEGMXq HIPEQEGLMRI%TVrWTPYWMIYVWqXYHIW&8+ETVSTSWqYRIWqVMI H´EQqPMSVEXMSRWSTqVEXMSRRIPPIWIXGLMQMUYIWHYTVSGqHqHERW PI GEHVI H´YR MRZIWXMWWIQIRX WMKRM½GEXMJ IR MRWXVYQIRXEXMSR

D ossier Tissue

E½R HI QIXXVI P´SYXMP HI TVSHYGXMSR k RMZIEY %ZIG RSXEQQIRX P´MRWXEPPEXMSR H´YR W]WXrQI HI VqXIRXMSR GSRXV|Pq EYXSQEXMUYIQIRXYXMPMWERXYRTSP]QrVIGEXMSRMUYIEHETXqkPE plupart des sortes de papier toilette. La concentration des eaux FPERGLIWMRMXMEPIQIRXHIQKPEqXqWXEFMPMWqIkTYMW kQKP0´MQTEGXqXEMXRIXXIQIRXZMWMFPIWYVPI=EROIIWYVPE TIVJSVQERGIHYJIYXVIIXWYVPETVSTVIXqHYW]WXrQIHERWWSR IRWIQFPI 0IW GSRWqUYIRGIW HY TVSNIX WYV PIW MRHMGEXIYVW HI TIVJSVQERGIWGSRZIRYWSRXqXqXVrWTSWMXMZIWXEY\HIGVsTEKI VqHYMX WYV HIY\ HIW XVSMW WSVXIW GEWWIW TETMIV HMQMRYqIW HI   IX HYVqI HI ZMI HIW PEQIW EYKQIRXqI HI   GI UYM VITVqWIRXIHIWWSYVGIWH´qGSRSQMIWMQTSVXERXIW

CONCLUSIONS 4SYVPIWJEFVMGERXWHIXMWWYIUYMZIYPIRXEQqPMSVIVHMVIGXIQIRX PE TIVJSVQERGI HI PIYV QEGLMRI IR XIVQIW HI TVSHYGXMZMXq UYEPMXq IX VIRHIQIRX PE QEwXVMWI HY TVSGIWW TEVXMI LYQMHI IWX IWWIRXMIPPI 0I GSRXV|PI HY T, IWX FMIR GSQTVMW IX HI RSQFVIYWIWYWMRIWSRXqXYHMqPEHIQERHIMSRMUYI0´MQTSVXERGI HIHqXIVQMRIVPIFMPERHIW½RIWWYVQEGLMRIXMWWYIEqXqQSMRW FMIRTVMWIIRGSQTXIQEPKVqH´I\GIPPIRXIWTYFPMGEXMSRWWYVPI WYNIXEYGSYVWHIGIWHIVRMrVIWERRqIW'IGMIWXTIYXsXVIH kPEHMJ½GYPXqHIHq½RMVPEVqIPPIMR¾YIRGIHIW½RIWIRYWMRI0E QqXLSHI RSVQEPMWqI XVEHMXMSRRIPPI8ETTM HI QIWYVI HIW ½RIW WYV QEGLMRIW XMWWYI IWX TVqGMWI QEMW IPPI RqGIWWMXI FIEYGSYT HI XIQTW IX RI TIYX sXVI IJJIGXYqI UYI TEV YR XIGLRMGMIR LEYXIQIRXUYEPM½q 0IWRSYZIEY\W]WXrQIWEYXSQEXMWqWGSQQIPIDFR-05HI&8+ TIVQIXXIRX YR EGGrW VETMHI k GIW HSRRqIW IX TIYZIRX EMHIV P´MRKqRMIYV TVSGIWW k TVIRHVI YRI HqGMWMSR TVSQTXIQIRX WM YRI EGXMSR GSVVIGXMZI W´EZrVI RqGIWWEMVI 0´MRXVSHYGXMSR HI RSYZIEY\TSP]QrVIWHIVqXIRXMSREHETXqWEYTVSGIWWTETIXMIV XMWWYIIRTPYWHIW]WXrQIWTVqGMWHIGSRXV|PIIRPMKRITIVQIX kP´MRKqRMIYVHITVSHYGXMSRHIQIXXVIIR®YZVIHIRSYZIEY\ QS]IRW TSYV QEwXVMWIV P´MR¾YIRGI HI PE TEVXMI LYQMHI WYV PI GSEXMRK HY =EROII 0´MRWXEPPEXMSR GSQFMRqI H´YR TVSKVEQQI HIVqXIRXMSRGLMQMUYIIXH´YRETTEVIMPHIGSRXV|PIIWXWMQTPI IX H´YR QSRXERX TIY qPIZq PIW EQqPMSVEXMSRW HI TVSHYGXMZMXq JEGMPIQIRX UYERXM½EFPIW IX HSRG PI VIXSYV WYV MRZIWXMWWIQIRX normalement relativement court. JÉRÉMY DEVILLERS, BTG South Europe IAN PADLEY, BTG Eclepens

>>> Références

'JH3½TVMUBUTTVSVOFNBDIJOFEPVCMFUPJMFBWBOUFUBQSÀT MJOTUBMMBUJPOEVDPOUSÇMFEFS½UFOUJPO

Z 7%VGLIV+*YVQER;:ER(VEWIO±=EROII7YVJEGI'LEXXIV1IGLERMGW 1SRMXSVMRKERH1IXLSHWXS1MRMQM^I-QTEGX²8MWWYI;SVPH2MGI QEVW Z 14EG^OS[WOM±1EXIVMEP-RXIVEGXMSRWERHXLI)JJIGXSJ(SGXSV&PEHIWSR =EROII7YVJEGI²8MWWYI;SVPH'SRJIVIRGI2MGIQEVW Z 7 %VGLIV 6 4LMPMTTW + *YVQER±;IX )RH -QTEGXW SR 'VITMRK 4EVX ¯8LIIJJIGXSJ6IXIRXMSRERH(VEMREKIEMHWSR=EROII'SEXMRK²8MWWYI ;SVPH2MGIQEVW la papeterie 328 Février-Mars 2014

27


E conomie & Marchés

Tableau de bord

Indices de la production industrielle (base 100 = 2010) Indices mensuels bruts

Source Insee

Indices mensuels CVS - CJO

110

Source Insee

Pâtes à papier, papiers et cartons Articles en papier ou en carton

Industrie manufacturière Industrie du papier et du carton 95

Sur un an + 2,5 %

91 100

Sur un an - 2,1 %

87 90 83 80 79

Sur un an + 0,8 % 70

75

12/12 01/13 02/13 03/13 04/13 05/13 06/13 07/13 08/13 09/13 10/13 11 /13 12/13

Sur un an - 5,6 % 12/12 01/13 02/13 03/13 04/13 05/13 06/13 07/13 08/13 09/13 10/13 11 /13 12/13

Indices des prix de base (marché français base 100 = 2010) Pâtes, papiers et cartons

Source Insee

Articles en bois, papier et carton, travaux d’impression et Source Insee de reproduction

Sur un an + 0,6 %

103

Sur un an + 0,1 %

102,5

102

102,25

102

101 01/13 02/13 03/13 04/13 05/13 06/13 07/13 08/13 09/13 10/13 11/13 12/13 01/14

01/13 02/13 03/13 04/13 05/13 06/13 07/13 08/13 09/13 10/13 11/13 12/13 01/14

Papier et carton ondulés et emballages en papier ou en carton Articles en papier à usage sanitaire ou domestique Source Insee 105 Source Insee 108

Sur un an + 1,5 %

101

106

105 01/13 02/13 03/13 04/13 05/13 06/13 07/13 08/13 09/13 10/13 11/13 12/13 01/14

Articles de papeterie

99 01/13 02/13 03/13 04/13 05/13 06/13 07/13 08/13 09/13 10/13 11/13 12/13 01/14

Source Insee

108

107

Sur un an - 1,6 %

103

107

Pâte NBSK - Prix en $ à la tonne 910

910

Sur un an + 2,8 % 870

106 830 105

790

104

103 01/13 02/13 03/13 04/13 05/13 06/13 07/13 08/13 09/13 10/13 11/13 12/13 01/14

28

la papeterie 328 Février-Mars 2014

750

08/12

10/12

12/12

02/13

04/13

06/13

08/13

10/13

12/13

02/14


Tableau de bord PRODUCTION FRANÇAISE DE PAPIERS & CARTONS - (sources Insee/Copacel, en kt)

E conomie & Marchés

PAP 10/PAPER

Total cumul Décembre 2013/Décembre 2012 = - 0,7 % 8099,6 8041,5

Cumul Décembre 2012 Cumul Décembre 2013

3790,9 3906,6 3085,5

2898,2

793,7 804

Evol. sur un an (%)

7,54 € 79 € 48,15 US$ 108,95 US$ 3,22 € 0,61 € 7,15 € 19,77 € 7,88 € 12,86 €

- 14,5 + 48,2 + 3,7 + 3,2 + 11 + 44,8 + 29,8 + 19,9 + 12,9 + 8,5

- 43,1 + 68,1 + 2,9 + 15,7 + 35,9 + 57,7 - 11,9 + 75,6 + 49,5 + 41

Tendance sur un an

Total

PRODUCTION FRANÇAISE DE PÂTES (Sources Insee/Copacel, en kt)

PAP 10/SUPPLIERS

Total cumul Décembre 2013/Décembre 2012 = - 6,4 % 1814,7

Cumul Décembre 2012 Cumul Décembre 2013

Evol. sur 3 mois (%)

Sources : sites Internet des entreprises, Boursorama et Euroinvestor. 'ITERIPGLIVGLIkVI¾qXIVPEHMZIVWMXqHIWWSVXIWTETIXMrVIWIXHIWXEMPPIWH´IRXVITVMWIW

429,5 432,7

Papiers à usages Emballages Papiers Autres papiers & graphiques conditionnement d’hygiène & cartons

Ahlstrom Exacompta-Clairefontaine International Paper Kimberly-Clark Metsä-Board Norske Skog Sequana 7QYV½X/ETTE Stora Enso UPM-Kymmene

Valeur au 07/03/14

1699

1331,6 1327,4

483,1 371,6

ABB Andritz BASF EDF ExxonMobil Chemical GDF-Suez Imerys Suez Environnement Valmet* Veolia Environnement

Valeur au 07/03/14

Evol. sur 3 mois (%)

Evol. sur un an (%)

18,38 € 47,58 € 79,69 € 28,59 € 94,99 US$ 18,75 € 64,76 € 14,44 € 7€ 14,26 €

-1 + 18,2 + 5,4 + 7,5 - 0,7 + 13,7 + 9,8 + 17,1 n.d. + 26,2

+ 11,7 - 13,2 + 8,7 + 92,7 + 6,8 + 27,4 + 21,3 + 39,9 n.d. + 34,2

Tendance sur un an

n.d.

Sources : sites Internet des entreprises, Boursorama et Euroinvestor. 'ITERIPGLIVGLIkVI¾qXIVPEHMZIVWMXqHIWJSYVRMWWIYVWHIP´MRHYWXVMITETIXMrVI (*) Suite à la scission du groupe Metso et à la création de Valmet, nous retenons désormais cette sociéXqHERWGITERIP:EPQIXEqXqGSXqITSYVPETVIQMrVIJSMWkPE&SYVWIH´,IPWMROMPINERZMIV n.d. : non disponible.

PRIX DES PAPIERS & CARTONS RÉCUPÉRÉS Sortes marchandes de papiers & cartons récupérés achetées sur les marchés français et destinées aux usines de recyclage. En €/t.Source :Copacel FÉV. 2014

FÉV. 2013

SORTES ORDINAIRES • 1.02. Papiers & cartons mêlés d’origine, triés

66,41-70,50

67,53-71,49

• 1.04. Emballages commerciaux

82,05-84,80

80,34-85,92

• 1.05. Ondulés récupérés

95,86-99,92

90,21-95,94

SORTES À DÉSENCRER • 1.08/1.09/1.10. Journaux et magazines mélangés* • 1.11(**). Papiers graphiques triés, pour désencrage*

n.d. 92,91-99,68

n.d. 83,65-85,64

• 2.03. Rognures blanches légèrement imprimées

146,39-150,68

138,14-138,85

• 2.05/2.06. Papiers de bureau triés/Archives couleur

121,26-130,63

111,29-120,09

AUTRES SORTES DONT SUPÉRIEURES • 3.03/3.04. Rognures blanches légèrement imprimées sans bois (avec colle)/Rognures blanches légèrement imprimées sans colle • 3.10. Imprimés sans bois

n.a.

169,78-175,56

135,80-148,01

134,49-142,03

• 3.17. Rognures blanches

309,35-323,86

309,19-323,49

FÉV. 2014/ JANV. 2014

n.d.

n.a.

(*) Conditionnement en balles ou en vrac. (**) Sorte en provenance des ménages (prix et volumes hors contrats de collecte sélective). • Les prix sont les prix “départ” (hors frais de transport) à la tonne des sortes marchandes de papiers & cartons récupérés, conformes à la norme NF EN 643 et conditionnées en balles de 600 kg à 1.200 kg, pratiqués à l’achat par les usines de recyclage et ne concernent pas les tonnages réceptionnés dans le cadre de contrats d’approvisionnement. ˆ1IRXMSR±RE² RSRETTVqGMEFPI EYQSMRWXVSMWVqTSRWIWSFXIRYIWQEMWMPQERUYIGIPPIH´YRGSRWSQQEXIYVQENIYVIQTsGLERXPETVMWIIRGSQTXIWMKRM½GEXMZIHYVqWYPXEX • Mention “n.d.” (non disponible) : moins de trois réponses obtenues. Les déclarations des usines utilisées pour la réalisation de l’enquête (mois “m”) sont pondérées par leur consommation du mois précédent (mois “m-1”).

la papeterie 328 Février-Mars 2014

29


E conomie & Marchés

Bilan 2013

Troisième année consécutive de recul en Europe En s’établissant à 91 Mt (- 1,3 %), la production européenne de papiers & cartons a poursuivi, en 2013, une chute entamée en 2007 et qui n’a connu, depuis lors, qu’un bref sursaut en 2010. Si la production globale de pâte recule de 1,8 % à environ 37 Mt, la pâte marchande reste bien orientée (+ 4,3 %).

D

’après les premières estimations de la Cepi*, en 2013, les pays européens membres de la Confédération ont produit quelque 91 Mt de papiers & cartons (- 1,3 % par rapport à 2012). Ce qui marque un recul de plus de 11 Mt comparé au pic de 102 Mt enregistré en 2007 et le retour au niveau du début des années 2000 ½K  L’année dernière, les fermetures d’usines et de machines dans En 2013, la production l’Europe des 27 se sont traduites mondiale de papiers par le retrait de 2,4 Mt du marché. & cartons aurait Dans le même temps, 1,6 Mt ont progressé de 1 % (+ 0,2 % en 2012). été ajoutées (nouvelles capacités ou modernisations de machines). Aux Etats-Unis et au Japon, la production a stagné, alors qu’elle a progressé de plus de 3 % en Corée du Sud et au Canada. Une hausse plus modérée, comprise entre 1,5 % et 3 %, a également été observée dans les pays émergents (Chine, Brésil, Inde et Russie). Selon les premières estimations, la production mondiale de papiers & cartons se serait accrue de 1 % l’année dernière (+ 0,2 % en 2012).

Fig. 1. Production de papiers & cartons dans les pays membres de la Cepi.

LES SORTES GRAPHIQUES TOUJOURS DANS LA NASSE Le déclin des papiers graphiques, qui dure depuis près d’une décennie, s’est poursuivi alors que l’emballage et le tissue ont progressé. Ainsi, les papiers graphiques chutent de 4,8 % et le papier journal d’environ 5 %. En revanche, l’emballage est en hausse de 1,8 %. Il représente 45,9 % du total des papiers & cartons produits, contre 41,9 % pour les sortes graphiques ½K  . En progression de 1 %, le tissue compte pour 7,7 % de la production totale. Quant aux papiers industriels & spéciaux, ils sont en repli de 1,8 %.

30

la papeterie 328 Février-Mars 2014

Fig. 2. Ventilation de la production dans les pays de la Cepi en 2013.

BONNE TENUE DE LA PÂTE MARCHANDE La production totale de pâte (marchande et intégrée) a reculé de 1,8 % à environ 37 Mt. Elle renoue ainsi avec son niveau d’avant les années 2000 ½K  . La pâte mécanique baisse de 4,5 %, cependant que la pâte chimique est étale (- 0,5 %). Quant à la pâte marchande, elle a progressé de 4,3 % à plus de 14 Mt. Elle dépasse ainsi le pic de 2006 et établit un record depuis 1991. A cette date, l’Europe ne produisait en effet qu’environ 9,5 Mt de pâte marchande.

Fig. 3. Production de pâte dans les pays membres de la Cepi.

L’utilisation de papiers recyclés a progressé d’environ 0,5 % à quelque 48 Mt En 2013, la avec, conséquence logique des évolutions consommation papetière de de la production, un repli des sortes gral’Europe reculerait phiques et un accroissement des papiers de 1 % à 1,5 %. & cartons d’emballage. Sur la base des HSRRqIWIRVIKMWXVqIWk½RWITXIQFVIPIWPMZVEMWSRWXSXEPIWHI papiers & cartons des pays de la Cepi sur l’ensemble de l’année devraient reculer de 1,5 % à 2 %. Au global, la consommation papetière de l’Europe devrait également baisser de 1 % à 1,5 %. V. L.


Colloque

E conomie & MarchĂŠs

-FTE½mTFUPQQPSUVOJU½T EVOFNVUBUJPOJOBDIFW½F Le dĂŠveloppement de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠconomie autour du numĂŠrique, lâ&#x20AC;&#x2122;internationalisation des marchĂŠs et les problĂŠNBUJRVFTFOWJSPOOFNFOUBMFTDPOUJOVFOUEFNPEJmFSMFTDPNQPSUFNFOUTEFTBDIFUFVSTFUEFTMFDUFVST  plaçant le monde papetier dans une phase de mutations sans prĂŠcĂŠdent. Les principaux enseignements du Colloque organisĂŠ par notre confrère Papâ&#x20AC;&#x2122;Argus.

A

Y XSXEP  SVEXIYVW WI WSRX WYGGqHq k PE XVMFYRI EY GSYVW HI GI 'SPloque Papâ&#x20AC;&#x2122;Argus UYM W´IWX XIRY k 4EVMW IR RSZIQFVI 0IW XIRHERGIW HIW TVMRGMTEPIW WSVXIW TETIXMrVIW ] EYVSRX qXq EFSVHqIW >SSQ WYV P´MQTVIWWMSRqGVMXYVI PI GEVXSR IXPEVqGYTqVEXMSR

LES

STRATĂ&#x2030;GIES DE

UPM

ET

CLAIRE-

FONTAINE

Patrick Garnier, directeur des Ventes Papier de UPM France, a rĂŠsumĂŠ la WXVEXqKMI EGXYIPPI HY KVSYTI ½RPERHEMW -P E VETTIPq PI JSVX VIGYP HI PE GSRWSQQEtion europĂŠenne de papier journal et de TETMIVWKVETLMUYIWXSYXEYPSRKHIGIWHIVRMrVIWERRqIWWSYWP´IJJIXHIPEGVMWIIXHI PE KqRqVEPMWEXMSR HI P´YXMPMWEXMSR H´-RXIVRIX UPM a donc ĂŠtĂŠ contraint de se reconsXVYMVI7´EKMWWERXHYTETMIVPIKVSYTITSWWrHIHqWSVQEMWHIY\HMZMWMSRWH´YRITEVX P´%WMI VqKMSR VIRXEFPI QEMW SÂ&#x20AC; MP IWX XSYNSYVW RqGIWWEMVI H´MRZIWXMV E½R HI GSRWIVZIV WIW TEVXW HI QEVGLq IX H´EYXVI TEVX P´)YVSTIQEVGLqQEXYVISÂ&#x20AC;PIWJIVQIXYVIW IXPIWVqSVMIRXEXMSRWHIGETEGMXqWW´EZrVIRX MRHMWTIRWEFPIW 8]TMUYIQIRX IR *VERGI P´YWMRIHI7XVEGIPVIGSRZIVXMITEV941HY TETMIVNSYVREPEYGSYGLqQEKE^MRIHERWPIW ERRqIWEqXqVqGIQQIRXVIZIRHYIk :4//PMRKIPIUYM]TVSHYMXHITYMW½R HYTETMIVTSYVSRHYPq TTS )RSYXVI½R NERZMIV  P´YWMRI H´941 (SGIPPIW UYM TVSHYMWEMXXHIRSRGSYGLqWWERW FSMWEEVVsXqWETVSHYGXMSR)RVIZERGLIPI WMXIHI'LETIPPI(EVFPE]HSXqH´YRIGLEYHMrVIFMSQEWWIUYMTVSHYMXHYTETMIVNSYVREPkFEWIHIVIG]GPqWIWXVIRXEFPIÂŤ Nous croyons dans lâ&#x20AC;&#x2122;avenir du papier en Europe, a I\TPMUYq 4EXVMGO +EVRMIV Avec, dâ&#x20AC;&#x2122;une part, de grands acteurs gĂŠnĂŠralistes, qui seront probablement moins nombreux suite Ă  des rapprochements, et aux coĂťts de production très bas ; et, dâ&#x20AC;&#x2122;autre part, des producteurs spĂŠciali-

sĂŠs sur des niches telles que le papier journal amĂŠliorĂŠ. Âť UPM est aussi prĂŠsent dans la production de pâte (dont marchande), secXIYVTVS½XEFPI7YVXSYXPIKVSYTIXVEZEMPPI WYV PIW FMSGEVFYVERXW  EMRWM IR *MRPERHI YRIFMSVEJ½RIVMIH´YRIGETEGMXqHI t/an dĂŠmarrera cette annĂŠe ; en outre, le projet BTL (Biomass To Liquid) qui consisXIVEMXkMRZIWXMVWYVP´ERGMIRWMXIHI7XVEGIP HERWYRIGETEGMXqHIXERHIFMSGEVFYVERXWHIWIGSRHIKqRqVEXMSRIWXXSYNSYVWkP´qXYHI)R½R941W´MRXqVIWWIEY\ RSYZIPPIW YXMPMWEXMSRW HI PE ½FVI FMSGSQTS- Patrick Garnier WMXIW GLMQMI ZIVXI IXG (UPM) : ÂŤ Il faut ÂŤ Il faut ĂŞtre crĂŠatif ! Âť ĂŞtre crĂŠatif ! Âť EGSRGPY4EXVMGO+EVRMIV Jean-Marie Nusse(KH´Exacompta-Clairefontaine, a rappelĂŠ que, dans PIWERRqIWPIRYQqVMUYIEXMVqPE GVSMWWERGIHIWRSRGSYGLqWWERWFSMWIXHI PEVEQIXXI0IQEVGLqW´IWXWXEFMPMWqkTEVXMV HIP´ERIXHITYMWMPVqKVIWWIHI k TEVERIR*VERGIGSQQIIR)YVSTI HI P´3YIWX 7SMX YRI GLYXI HI P´SVHVI HI   HITYMW GMRU ERW ÂŤ Le tout numĂŠrique ne sâ&#x20AC;&#x2122;est pas seulement attaquĂŠ Ă  la ramette Pour JeanMarie Nusse mais Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;ensemble des (Clairefontaine), produits façonnĂŠs Âť, es- ÂŤ le tout XMQI.IER1EVMI2YWWI numĂŠrique A cela, se sont ajoutĂŠs ne sâ&#x20AC;&#x2122;est pas PI ÂąKVIIR[EWLMRK² YR seulement IRZMVSRRIQIRX qGS- attaquĂŠ Ă  la RSQMUYI IX VqKPIQIR- ramette mais taire contraint et ÂŤ le Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;ensemble QEMRXMIREVXM½GMIPHIGE- des produits façonnĂŠs. Âť TEGMXqWHq½GMXEMVIW¨ )R HqTMX HI GI GSRXI\XI HMJ½GMPI 'PEMVIJSRXEMRI E VqWMWXq KVlGI k TPYWMIYVW TSMRXW JSVXWWEXVqWSVIVMIPEVqKYPEVMXqHIWIWMRZIWXMWWIQIRXW HIW QEVUYIW FMIR TSWMXMSRRqIW YRI PSKMWXMUYI TIVJSVQERXI PMZVEMWSRWIR.WYVXSYXIPE*VERGI YRI>>>

Jean-Marie Nusse (Clairefontaine).

Hubert Ferrari.

Damien Bridoux (Ondulys, groupe VPK).

Marc Serieys (Nord Package).

la papeterie 328 FĂŠvrier-Mars 2014

31


E conomie & MarchĂŠs >>> Ils ont ditâ&#x20AC;Ś Jean-François Piedagnel (Le Revenu). A propos de la presse sur papier et sous forme digitale : ÂŤ Le papier reprĂŠsente 95 % de notre C.A. Nos abonnements ne reculent pas mais le passage des revenus publicitaires du papier vers PIRYQqVMUYIIWXXVrWHMJ½GMPIkRqgocier. Avec le système des kiosques numĂŠriques, on ne contrĂ´le plus notre diffusion, les kiosques conservant les donnĂŠes. Ce sont surtout les CSP+ qui achètent lâ&#x20AC;&#x2122;information sur tablettes. Âť Arnaud Jouvance (Tullis Russell), producteur ĂŠcossais de carton plat. ÂŤ Lâ&#x20AC;&#x2122;emballage secondaire doit protĂŠger, valoriser et informer. La valeur ajoutĂŠe est lâ&#x20AC;&#x2122;atout du cartonnier et de lâ&#x20AC;&#x2122;imprimeur. Mais le carton devient une commoditĂŠ dont le comportement doit ĂŞtre irrĂŠprochable et quâ&#x20AC;&#x2122;on doit oublier ! Âť Or, le producteur de carton doit composer avec diverses contraintes : techniques (impression et transformation), qualitĂŠ, service, environnement et prix. Autre tendance : la rĂŠduction du volume des emballages et du nombre de fournisseurs pour un seul emballage secondaire (ĂŠtui + calage dâ&#x20AC;&#x2122;emballage + notice). Vincent Joffre (Autajon), transformateur de carton plat. ÂŤ Dans les produits de luxe, lâ&#x20AC;&#x2122;acte dâ&#x20AC;&#x2122;achat IWXkPEJSMWVEXMSRRIPIXMVVEXMSRRIP 60 % des achats se dĂŠcident directement en magasins. Dans ce secteur, près de 40 % des lancements ĂŠchouent. Le rĂ´le du transformateur de carton est de proposer un marketing polysensoriel utilisant la vue (audace des formes et des couleurs) et le toucher. Âť La demande de cerXM½GEXMSR IRZMVSRRIQIRXEPI *7' SY4)*' TVSKVIWWI GLI^P´3VqEP 97,6 % du carton utilisĂŠ pour les IQFEPPEKIW IWX GIVXM½q )R½R HI nombreux acteurs favorisent lâ&#x20AC;&#x2122;utilisation de supports recyclĂŠs pour les parties non visibles du packaging et optimisent, voire suppriment, les calages et les notices.

32

Colloque

>>>XVERWJSVQEXMSRMRXqKVqIkPETVSHYGXMSRIXYRITSPMXMUYIHIHMZIVWM½GEXMSREZIG HIRSQFVIYWIWKEQQIW)R*VERGIGIQEVGLqEqXqVqGIQQIRXQSHM½qWYMXIkP´EVVMZqIHI(SYFPI%UYMEVEGLIXqHqFYX PIWMXIH´%PM^E]TVqGqHIQQIRXHqXIRYTEV 1VIEP 'IX EYXSQRI PI KVSYTI H´SVMKMRI XLExPERHEMWI W´IWX qKEPIQIRX JEMX GSRREwXVI WYVPIQEVGLqXVMGSPSVIkKVERHVIRJSVXHI GEQTEKRIW XqPqZMWqI RSXEQQIRX 7M .IER Marie Nusse estime que cette approche QEVOIXMRK IX HI GSQQYRMGEXMSR IWX FMIR conçue, il considère cependant que  cet investissement est à contre-courant. 

:4/IX/PMRKIPIEPERGq½RWERSYZIPPI QEGLMRI k 7XVEWFSYVK UYM TVSHYMVE HERWYRTVIQMIVXIQTWUYIPUYIX ERHITTS7´MPqZSUYI un secteur papetier terriblement fragilisÊ (EQMIR&VMHSY\WSYLEMXIPIQEMRXMIRH´YRIEGXMZMXqHIXVERWJSVQEXMSRHYTTSPITPYWPSGEPIQIRXTSWWMFPI 7IPSRPYMHITYMWPIWG]GPIWTETIXMIVW WIWSRXVEGGSYVGMWEZIGHIWZEVMEXMSRWWSYZIRXXVrWVETMHIWIXHIKVERHIEQTPIYVkPE LEYWWIGSQQIkPEFEMWWI ce qui est très TqREPMWERXTSYVPE½PMrVI¨

RĂ&#x2030;CUPĂ&#x2030;RATION

ET

RECYCLAGE

:

QUESTION DE DIAMĂ&#x2C6;TRE DU CERCLE

LE E-COMMERCE DOPE LE CARTON ONDULĂ&#x2030; 'SRWYPXERX ÂąMRRSZEXIYV² IX ERGMIR HMVIGXIYV Âą-RRSZEXMSR  (qZIPSTTIQIRX² HI 7QYV½X/ETTEHubert Ferrari a retraGq P´qZSPYXMSR HY GEVXSR SRHYPq EY GSYVW HIGIWHIVRMrVIWERRqIWRSYZIPPIWSRHYPIYWIW QHIPEM^IIXGETEGMXqHI QQMR  HqGSYTSMVW VSXEXMJW HI KVERHIW HMQIRWMSRWTSWXMQTVIWWMSRžI\SEZIGHIW VIRHYWHITPYWIRTPYWTVSGLIWHIP´SJJWIX RSYZIPPIW GERRIPYVIW TETMIVW PqKIVW IXG (IW QEVGLqW HI RMGLIW WSRX qKEPIQIRX ETTEVYW XIPW UYI PIW 4VsXkZIRHVI%MRWM WIPSR 7QMXLIVW 4MVE   HIW IQFEPPEKIW HI'EVVIJSYVWSRXEYNSYVH´LYMHIW4%:'I GEFMRIXH´qXYHIWTVqZSMXPIHqZIPSTTIQIRX HIWGERRIPYVIWHITIXMXIWqTEMWWIYVW *2 7 + IX8  P´EPPrKIQIRX HIW GSQTSWMXMSRW P´I\XIRWMSR HIW TSWWMFMPMXqW H´MQTVIWWMSR

½RIWWIVIRHY P´EVVMZqIHIXIGLRSPSKMIW EGXMZIW HERW P´IQFEPPEKI qXMUYIXXIW MRXIPPMKIRXIW  IX P´MRHYWXVMEPMWEXMSR HI PE XIGLRSPSKMI 6*-( TEWWMZI IX EGXMZI %YXVI VIPEMW HIGVSMWWERGITSYVP´SRHYPqPIJSVXHqZIPSTTIQIRX HI P´I 51,1 milliards GSQQIVGI 7IPSR dâ&#x20AC;&#x2122;â&#x201A;Ź : câ&#x20AC;&#x2122;est le C.A. PE *IZEH IR  rĂŠalisĂŠ en 2013  QMPPMEVHW H´º par les sites dâ&#x20AC;&#x2122;eont ĂŠtĂŠ dĂŠpensĂŠs commerce en sur les sites marFrance (+ 13,5 % vs JVERpEMW 2012). Pour le plus GLERHW KVERHFqRq½GIHY prĂŠsents sur la carton ondulĂŠ. 8SMPI    vs   0E TEVSPI E qKEPIQIRX qXq HSRRqI k Damien Bridoux (K H´Ondulys

KVSYTIVPK IXZMGITVqWMHIRXHINord PackageUYMJqHrVIIRXVITVMWIWHIPE ½PMrVI TETMIVGEVXSR HY 2SVH4EWHI'EPEMW -P E VETTIPq UYI &PYI 4ETIV ½PMEPI HI

la papeterie 328 FĂŠvrier-Mars 2014

UNE

?

Directeur de Nord Package, Marc Serieys E JEMX PI TSMRX WYV PIW EGXMSRW IR GSYVW  GEVXSKVETLMI HIW KMWIQIRXW HI ½FVIW k VIG]GPIV HERW YR VE]SR HI  k  OQ EYXSYV HY FEWWMR HI 7EMRX3QIV VIRGSRXVIW EZIG PIW EGXIYVW PSGEY\ MRWXMXYXMSRRIPW TSPMXMUYIWŠ  IX qXYHI HI P´MQTEGX KPSFEP HI PE ½PMrVI %': HIW ½FVIW VIG]GPqIW XVERWJSVQqIW IR GEVXSR SRHYPq SYTPEXŠ 3FNIGXMJFlXMVYRTPERH´EGXMSR HERW YRI TIVWTIGXMZI HI TqVIRRMWEXMSR HY WIGXIYVTETMIVGEVXSR-PEEYWWMVETTIPqUYI PEVqKMSR2SVH4EWHI'EPEMWEqXqGLSMWMI GSQQI TVSXSX]TI HERW PI GEHVI HI PE e 6qZSPYXMSR MRHYWXVMIPPI Hq½RMI TEV P´qGSRSQMWXIIXIWWE]MWXIEQqVMGEMR.IVIQ]6MJOMR'IXXIHIVRMrVIGSRWMWXIkqXYHMIVIXk XMVIVTEVXMHIWFSYPIZIVWIQIRXWWXVYGXYVIPW EGXYIPW MWWYW HY TEVXEKI HI P´MRJSVQEXMSR HYHqZIPSTTIQIRXH´-RXIVRIXIXHIP´qQIVKIRGI HI RSYZIPPIW JSVQIW HI GVqEXMSR IX H´YXMPMWEXMSRHIP´qRIVKMI Pour sa part, Jacques Gautier, sÊnaXIYV HIW ,EYXWHI7IMRI IX TVqWMHIRX HY Syelom 7]RHMGEX HI XVEMXIQIRX HIW HqGLIXWQqREKIVWHIGIHqTEVXIQIRX EJEMX PI TSMRX WYV PI XVERWTSVX žYZMEP HI TETMIV WMKRqIRXVIPI7]GXSQIX941'IWHIVRMrVIWERRqIWGIQSHrPIEqXqEJJIGXqTEV le recul de la consommation papetière de PEVqKMSRTEVMWMIRRIIXHSRGHIWKMWIQIRXW

k TEVERHITYMW 7IPSRPYM P´EZIRMVHIP´qGSRSQMIGMVGYPEMVIHYTETMIV VqGYTqVqHSMXsXVIIRZMWEKqÂŤ sur la base du corpus juridique et des objectifs europĂŠens et REXMSREY\½\qW TVMSVMXqkPEVqHYGXMSRHIPE production de dĂŠchets et Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;augmentation des taux de recyclage et de valorisation, y compris ĂŠnergĂŠtique. Âť0I7]GXSQW´IWXEMRWM½\qTPYWMIYVWSFNIGXMJWGSQQYRMUYIVEYTVrWHIW


Colloque QqREKIWWYVP´MHqIUYI HYTETMIVWI recycle, amĂŠliorer les process des centres HI XVM IX HqZIPSTTIV PIW GSPPIGXIW QSRS žY\HIWTETMIVWHIFYVIEYHIWEHQMRMWXVEXMSRW 4VqWMHIRXHIPEFVERGLIÂą4ETMIVW'EVXSRW² de Federec IX HMVIGXIYV HqPqKYq HI Veolia PropretĂŠ France Recycling, Pascal Genneviève a SFWIVZq UYI ÂŤ lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠconomie circulaire est très souvent confondue avec lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠconomie de proximitĂŠ. Âť3VWIPSR lui, si elle est une prioritĂŠ, la consommation des matières premières issues du tri TEV HIW TETIXIVMIW ÂąHI TVS\MQMXq² R´IWX TEWXSYNSYVWTSWWMFPIÂŤ La France est excĂŠHIRXEMVIRIXXIHI1X 1XHI½FVIWWSRX collectĂŠes chaque annĂŠe alors que les usines françaises nâ&#x20AC;&#x2122;en consomment que 5 Mt ! On ne TIYX HSRG TVSQIXXVI YRI ½PMrVI HI TVS\MQMXq Ă  tous ! Âť 0IW I\TSVXEXMSRW WSRX WYVXSYX MRXVEIYVSTqIRRIW H´EFSVH ZIVW P´)WTEKRI ÂŻ HSRX TEV I\IQTPI YRI KVERHI TEVXMI HIWTPEXIEY\HIJVYMXW PqKYQIWIRGEVXSR SRHYPqVIQSRXIRXIRWYMXIZIVWPI2SVHIR *VERGIRSXEQQIRXÂŻTYMWZIVWP´%PPIQEKRI

E conomie & MarchĂŠs

ÂŤ Ce qui part en Chine ou en Asie revient en France ou en Europe sous forme dâ&#x20AC;&#x2122;emballages de produits manufacturĂŠs. Câ&#x20AC;&#x2122;est encore une ĂŠconomie circulaire, seul le diamètre du cercle change ! Âť)R½R4EWGEP+IRRIZMrZISFWIVZI UYI P´YWMRI HI &PYI 4ETIV E HqQEVVq GIX automne ÂŤ sans perturber le marchĂŠ Âť et que ÂŤ la part des papiers-cartons rĂŠcupĂŠrĂŠs recyclĂŠe en France pourrait ĂŞtre augmentĂŠe avec lâ&#x20AC;&#x2122;implantation de nouvelles usines papetières, sous rĂŠserve dâ&#x20AC;&#x2122;un marchĂŠ aval pour le papier produit. Âť

Jacques Gautier (Syelom).

VALĂ&#x2030;RIE LECHIFFRE

 *IZEH*qHqVEXMSRHYIGSQQIVGIIXHIPEZIRXI Ă  distance. (**) Agence mĂŠtropolitaine des dĂŠchets mĂŠnagers, le Syctom regroupe 5,7 millions dâ&#x20AC;&#x2122;habitants de cinq dĂŠpartements franciliens (Paris, Hauts-de-Seine, SeineSaint-Denis, Val-de-Marne et Yvelines), soit près de 10 % de la population française.

Pascal Genneviève (Federec et Veolia).


E conomie & MarchĂŠs

Ä&#x161;Ĺ?Ć&#x;ŽŜ

-FQBQJFS WFDUFVSEJOnVFODFFUEFNBSRVFĂ&#x2018; Dans le cadre du Colloque â&#x20AC;&#x153;La Presse au futurâ&#x20AC;?, les Papiers de Presse ont organisĂŠ leur traditionnel dĂŠjeuner-dĂŠbat. Selon Nicolas Beytout, prĂŠsident-fondateur de â&#x20AC;&#x153;Lâ&#x20AC;&#x2122;Opinionâ&#x20AC;?, le support papier a permis Ă  ce nouWFBVRVPUJEJFOOBUJPOBMEFTFQPTJUJPOOFSSBQJEFNFOUDPNNFVON½EJBDS½EJCMFFUEJOnVFODF

Q

Eric Debry (Papiers de Presse).

>>> Retour au papier pour Newsweek !

C

ertes, une hirondelle ne fait pas le printemps, mais cette nouvelle mettra tout de mĂŞme du baume au cĹ&#x201C;ur des papetiers ! Alors que le cĂŠlèbre magazine amĂŠricain Newsweek avait arrĂŞtĂŠ sa version papier dĂŠbut 2013 â&#x20AC;&#x201C; ce qui lui permettait de rĂŠaliser de substantielles ĂŠconomies en frais dâ&#x20AC;&#x2122;impression et de distribution â&#x20AC;&#x201C;, son nouveau propriĂŠtaire, International Business Times (IBT) Media, fait machine arrière. Depuis le dĂŠbut de lâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠe, lâ&#x20AC;&#x2122;hebdomadaire est en effet Ă  nouveau TVqWIRXHERWPIWOMSWUYIW3FNIGtif : diffuser, en moyenne, 100.000 exemplaires, et ce dès le premier exercice, en renforçant la part des abonnements.

34

uel avenir pour la presse dâ&#x20AC;&#x2122;ici Ă  2025 ? Cette question ne cesse de donner des sueurs froides Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;industrie papetière. Elle ĂŠtait au centre du dĂŠjeuner-dĂŠbat orgaRMWq ½R RSZIQFVI k 4EVMW TEV PIW 4ETMIVW de Presse. Après le discours dâ&#x20AC;&#x2122;accueil dâ&#x20AC;&#x2122;Eric Debry, prĂŠsident du directoire, quatre intervenants se sont succĂŠdĂŠ Ă  la tribune : VĂŠronique Morali, prĂŠsidente de Fimalac DĂŠveloppement (Pure People notamment), du directoire de Webedia et de XIVVEJImina.com ; Arnaud de Puyfontaine, Chief )\IGYXMZI HI ,IEVWX 1IHME 9/  3PMZMIV *PIYVSX')3HI17 0+VSYT 4YFPMGMW IX de lâ&#x20AC;&#x2122;Association europĂŠenne des agences de communicaArnaud de tion ainsi que Puyfontaine : Nicolas Beytout, ÂŤ Nous sommes dans prĂŠsident-fonYRIHq½RMXMSRUYEWM dateur du quotidarwinienne des dien Lâ&#x20AC;&#x2122;Opinion et QqXMIVWHIHIQEMR¨ de PSTMRMSRJV. Dans le monde numĂŠrique, selon VĂŠronique Morali, ÂŤ la guerre du mouvement va k XSYXI EPPYVI ¨ Pour sa part, Arnaud de Puyfontaine sâ&#x20AC;&#x2122;est dit convaincu de la pĂŠrennitĂŠ du magazine papier (avec, notamment, PI HqZIPSTTIQIRX HIWÂą1SSOW² GIW TVSduits hybrides situĂŠs entre magazines et PMZVIWÂŻÂąFSSOW² QEMWÂŤ nous sommes dans YRI Hq½RMXMSR UYEWMHEV[MRMIRRI HIW QqXMIVW HIHIQEMR¨. Selon lui, il faut capitaliser sur des marques fortes tout en se montrant EKMPI IX VETMHI E½R H´ERXMGMTIV WYV PIW FIsoins des lecteurs/consommateurs. Quant k3PMZMIV*PIYVSXMPERSXEQQIRXMRWMWXqWYV la prĂŠcision redoublĂŠe des algorithmes qui permettra aux producteurs de contenus dâ&#x20AC;&#x2122;amĂŠliorer, sans relâche, leur diffusion et leur notoriĂŠtĂŠ.

Lâ&#x20AC;&#x2122;OPINION :

ANCRAGE ET RECONNAIS-

SANCE GRĂ&#x201A;CE AU PAPIER

Nicolas Beytout, qui a dirigĂŠ deux quotidiens (0IW )GLSW et Le Figaro), a expliquĂŠ les raisons qui ont prĂŠsidĂŠ Ă  la crĂŠation de Lâ&#x20AC;&#x2122;Opinion. Un lancement Ă  contre-courant des mouvements rĂŠcents dans la presse

la papeterie 328 FĂŠvrier-Mars 2014

payante, dont les nouveaux titres sont surtout diffusĂŠs via Internet (avec lâ&#x20AC;&#x2122;arrivĂŠe de â&#x20AC;&#x153;Pure Playersâ&#x20AC;? tels que Mediapart) et alors quâ&#x20AC;&#x2122;aucun quotidien national payant nâ&#x20AC;&#x2122;a ĂŠtĂŠ crĂŠĂŠ en France depuis 1987 et le lancement du Matin de Paris ! ÂŤ â&#x20AC;&#x153;Lâ&#x20AC;&#x2122;Opinionâ&#x20AC;? est un bi-mĂŠdia engagĂŠ qui sâ&#x20AC;&#x2122;adresse Ă  une communautĂŠ HIPIGXIYVWYRIGMFPIWIVVqIIXYPXVEUYEPM½qI¨, explique-t-il. Son positionnement ĂŠditorial revendiquĂŠ est ÂŤ libĂŠral, pro-business et IYVSTqIR¨. ProposĂŠ en huit ou douze pages (avec le refus, assumĂŠ, de lâ&#x20AC;&#x2122;exhaustivitĂŠ) traitant dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠconomie, de politique et dâ&#x20AC;&#x2122;international, Lâ&#x20AC;&#x2122;Opinion sâ&#x20AC;&#x2122;adresse en particulier aux dirigeants dâ&#x20AC;&#x2122;entreprises, cadres supĂŠrieurs

½RERGI QEVOIXMRK GSQQYRMGEXMSR IX dĂŠveloppement), en France et Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtranger, ainsi quâ&#x20AC;&#x2122;aux investisseurs et aux politiques. Câ&#x20AC;&#x2122;est-Ă -dire Ă  une cible gĂŠnĂŠralement perçue comme â&#x20AC;&#x153;papivoreâ&#x20AC;?. Les effectifs sont lĂŠgers, soit une quarantaine de personnes, dont 30 journalistes. Le quotidien a largement recours Ă  Nicolas Beytout : lâ&#x20AC;&#x2122;externalisation et au ÂŤ Si une prĂŠsence â&#x20AC;&#x153;Responsive Designâ&#x20AC;? sur le Web est (adaptation immĂŠ- indispensable diate du contenu Ă  en termes tous les moyens de dâ&#x20AC;&#x2122;audience, diffusion : web, ta- le papier blette, smartphone, reste le mĂŠdia H´MRžYIRGI¨ print). Constatant que, dans le numĂŠrique, le chiffre dâ&#x20AC;&#x2122;affaires de la presse stagne, gĂŠnĂŠralement, aux environs de 10 % du total des recettes, ÂŤ il aurait ĂŠtĂŠ audacieux de se priZIVH´IRXVqIHINIYHYTETMIV¨ Dâ&#x20AC;&#x2122;autant que ÂŤ si une prĂŠsence sur le Web est indispensable en termes dâ&#x20AC;&#x2122;audience, le papier reste le mĂŠdia H´MRžYIRGI -P EJ½GLI PE QEVUYI IX VIWXI YR HIW TSMRXW HI VqJqVIRGI EFWSPYI HIW PIGXIYVW UY´SR SFWIVZI TEV I\IQTPI HERW PIYV VqžI\I constant de voir reprises, sur papier, nos interZMI[W ZMHqS -P RSYW TIVQIX EYWWM H´sXVI GMXq HERWPIWVIZYIWHITVIWWI¨ Selon Nicolas Beytout, ÂŤ si beaucoup de GLSWIWVIWXIRXkVqEPMWIV PEQEVUYIW´IWXVETMHIQIRXMRWXEPPqIKVlGIEYTETMIV -PRSYWJEYX QEMRXIRERX PE JEMVI TVSKVIWWIV ¨ Dans >>>


E conomie & Marchés

ĚŝƟŽŶ

>>> le cadre du Colloque Pap’Argus organisé quelques jours avant ce déjeunerdébat GJ TT  HERW GI RYQqVS , Christophe Chenut, HMVIGXIYV QEVOIXMRK

GSQQYRMGEXMSRHI L’Opinion, a précisé que, six mois après son lancement, le journal livre d’ores et déjà 35.000 exemplaires papier par jour (moitié par diffusion indiZMHYIPPI IX QSMXMq TEV HMJJYWMSR UYEPM½qI de type Air France, Thalys ou Eurostar). Il GSQTXIqKEPIQIRXTPYWHIZMWMXIYVW uniques sur son site Web : « Nous sommes

0´3TMRMSR livre d’ores et déjà 35.000 exemplaires papier par jour et compte plus de 450.000 visiteurs uniques sur son site Web.

Nicolas Beytout (“L’Opinion”).

nativement multi-supports. Nous accompagnons le lecteur tout au long de la journée, en JSRGXMSRHIWSRQSHIHIZMI IRPYMTVSTSWERX du papier, du digital, des vidéos (journal tout en MQEKIW MRXIVZMI[W©  ¨ Pour l’avenir, Christophe Chenut croit au développement des WIVZMGIWEYXSYVH´YRIQEVUYIJSVXI)R½R citant les expériences réalisées à Malte et à la Réunion, il se déclare convaincu que l’impression numérique sur les points de vente

TEVPIWOMSWUYMIVW IWXTVSQMWIkYRIFIPPI croissance. Ce qui permettrait, selon lui, de s’affranchir §HIPEHMWXVMFYXMSR QEMPPSRJEMFPI HIPEGLEwRI¨

:0

>>> Pour Xavier Dordor, la presse doit s’adapter au temps du lecteur

U

ne nouvelle fois, le 15 janvier, Culture Papier a invité une personnalité de marque pour son premier petit-déjeuner de l’année : Xavier DorHSVHqPqKYqKqRqVEPHY7]RHMGEXHIWqHMXIYVWHITVIWWIQEKE^MRI QEVOIXMRK TYFPMGMXq EIRIJJIXHSRRqWEZMWMSRHIPEGSQTPqQIRXEVMXqIRXVI print et digital. Cet homme de médias et de communication aux multiples GEWUYIXXIW ERGMIRTVqWMHIRXHIP´3.(RSYZIEYTEXVSRHICB News, professeur d’université…) a ainsi livré une vision « Si l’écrit au sens nuancée et argumentée de l’univers de la comlarge se porte munication et de l’évolution des supports. Si sa Au centre, Xavier Dordor, avec Jean-Philippe Zappa et bien – plus on lit, Vq¾I\MSR ETTEVEwX ETTVSJSRHMI GEV TVIRERX IR Laurent de Gaulle (Culture Papier). plus on lit aussi sur compte la totalité et la complexité des parapapier ! –, ce sont mètres, c’est aussi parce qu’il travaille actuellement à la rédaction d’un ouvrage qui s’intitulera “L’écrit peut-il PIWWYTTSVXWUYMSRX sauver l’écran ?” §2SYWRIGSRWXEXSRWTEWHITLqRSQrRIHI±WSYWPIGXYVI²analyse-t-il. Mais si l’écrit au sens large se fondamentalement TSVXIFMIR¯TPYWSRPMXTPYWSRPMXEYWWMWYVTETMIV¯GIWSRXPIWWYTTSVXWUYMSRXJSRHEQIRXEPIQIRXGLERKq%MRWMWMPE GLERKq¨ HMJJYWMSRHYTETMIVVIGYPIGIR´IWXTEWPIGEWHIP´EYHMIRGI0IWqHMXIYVWHSMZIRXXVEZEMPPIVWYVGIWRSYZIPPIWLEFMXYHIW¨ 0EPIGXYVIWYVqGVERHSQMRITPYX|XTIRHERXPEWIQEMRIPITETMIVWYTTSVXTPYWTVSTMGIkPEVq¾I\MSRVITVIRERXWETPEGIPI[IIOIRH(I manière générale, la lecture sur tablettes et sur Smartphones progresse fortement, cependant que le recours à l’ordinateur recule et que le print est, au mieux, étale. §'LEGYRIHIGIWPIGXYVIWTVSGYVIYRTPEMWMVHMJJqVIRXP´qQSXMSRTSYVPITETMIV Le discours et et le service pour le digital, estime Xavier Dordor. )RJEMX HMJJqVIRXWX]TIWHIPIGXYVIWINY\XETSWIRXWIPSRP´IRZMI l’image de marque HYQSQIRX PIPMIYS€SRWIXVSYZISYIRGSVIPIX]TIHIGSQQYRMGEXMSRWSYLEMXq )RGIWIRW PEGSQTPqQIRXEVMXq s’ancrent davantage s’impose plus que la concurrence mais la presse doit se caler sur le temps du lecteur et notamment investir dans dans le print. PIWETTPMGEXMSRWQSFMPIW¨ Autre tendance structurante : l’émergence de communautés de lecteurs. §0IHMKMXEP WMXIW-RXIVRIX*EGIFSSO8[MXXIVIXG TVSGYVIYRIJSVQMdable opportunité et un moteur d’audience pour les marques de presse. En démultipliant les occurrences, il permet de tisser des liens, de partager HIWZEPIYVWIXHINSYIVWYVPE½HqPMXqEZIGPIPIGXSVEX ¨ Pour autant, Xavier Dordor estime que le discours et l’image de marque s’ancrent davantage dans le print. Il pointe aussi une certaine confusion des sources sur Internet – qui parle ? – et insiste sur l’importance, pour les NSYVREPMWXIWHIWMKRIVPIYVWEVXMGPIWIXH´I\TVMQIVPIYVWSTMRMSRW)R½RWIPSRPYMKVlGIEYHMKMXEPG´IWXHqWSVQEMWP´MRHMZMHYUYMIWXGMFPqIX non un segment. Pour autant, §PIRYQqVMUYIEHqXVYMXHIPEZEPIYVIXZIRHVIHIPETYFPMGMXqTEVGIGEREPVIWXIHMJ½GMPI¨ %YGSYVWHIGIXXIQERMJIWXEXMSR.EGUYIW/VEFEPHqTYXqHIP´%MWRIIXTVqWMHIRXHY+VSYTIH´qXYHIW±4ETMIVWIX-QTVMQqW²HIP´%WWIQFPqI REXMSREPI¯UYMVqHMKIEGXYIPPIQIRXYR0MZVIFPERGWYVPE½PMrVI¯EqKEPIQIRXMRHMUYqUYIWIVEP´ERRqIHYTETMIVHERWWEZMPPIHI Château-Thierry, avec l’organisation de plusieurs manifestations culturelles.

:0 36

la papeterie 328 Février-Mars 2014


>Ĺ˝Ĺ?Ĺ?Ć?Ć&#x;Ć&#x2039;ĆľÄ&#x17E;

E conomie & MarchĂŠs

Haropa : une croissance de 6 % en 2013 Bilan positif pour Haropa lâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠe dernière : après seulement deux annĂŠes dâ&#x20AC;&#x2122;existence, cette plate-forme RVJS½VOJUMFT1PSUTEV)BWSF EF3PVFOFUEF1BSJTBFOSFHJTUS½VOUSBmDHMPCBMTVQ½SJFVSš.U (+ 6 %). Si le secteur forestier et papetier est en recul, les perspectives dâ&#x20AC;&#x2122;importations de pâte et dâ&#x20AC;&#x2122;exporUBUJPOTEFQBQJFSCVSFBVUJRVFEF%PVCMF""MJ[BZBQQBSBJTTFOUQSPNFUUFVTFT

RECUL

DES PRODUITS FORESTIERS

&

PA-

PETIERS

0´EGXMZMXq HI PE ½PMrVI TETIXMrVI IWX XVrW largement concentrĂŠe sur le Grand Port Maritime de Rouen (GPMR). Elle est commercialement gĂŠrĂŠe par la Branche â&#x20AC;&#x153;Industrieâ&#x20AC;? de ce port. Au total, lâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠe dernière, LSVWžYZMEPIX):4XHIFSMWTlXIW et papiers & cartons ont transitĂŠ, Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;import et Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;export, sur ce port (- 6 % vs 2012). A lâ&#x20AC;&#x2122;importation, si le volume de pâte a notablement augmentĂŠ (il reprĂŠsente les deux XMIVWHIPE½PMrVI IRVIZERGLIPIWTETMIVW & cartons ont fortement chutĂŠ (cf. tableau). A ces rĂŠsultats â&#x20AC;&#x153;maritimesâ&#x20AC;?, il convient H´ENSYXIVPIWXVE½GWžYZMEY\HYXIVQMREPTETIXMIVHY+416UYM½RSRXXSXEPMWq plus de 12.000 EVP.

De g. Ă  dr. : Antoine Berbain, D.-g. dĂŠlĂŠguĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;Haropa, HervĂŠ Martel, prĂŠsident Haropa et D.-g. du Grand Port Maritime du Havre ainsi que Olivier Ferrand, directeur de la Direction du dĂŠveloppement dâ&#x20AC;&#x2122;Haropa.

7UDÂźFPDULWLPHFRQYHQWLRQQHOGX GPMR (en tonnes) IMPORT

2012

2013

Bois

111.000

138.000

Pâtes

232.000

268.000

Papiers & Cartons

79.000

4.000

422.000

410.000

4.000

2.000

Total

>>> Un management renouvelĂŠ et renforcĂŠ

EXPORT Bois Pâtes

5.000

2.000

Papiers & Cartons

22.000

12.000

31.000

16.000

Total

D

Principales provenances Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;import.Finlande (142.000 t), BrĂŠsil et Uruguay (71.000 t), Suède (58.000 t), Espagne (50.000 t), Russie (43.000 t) et ThaĂŻlande (9.000 t). Principales destinations Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;export. Portugal (2.000 t), Irlande (2.000 t), Maghreb (3.000 t), CĂ´te occidentale dâ&#x20AC;&#x2122;Afrique (2.000 t) et Antilles (6.000 t).

DOUBLE A ALIZAY

VA MUSCLER LA FI-

LIĂ&#x2C6;RE PAPETIĂ&#x2C6;RE

En janvier 2013, Double A a rĂŠalisĂŠ lâ&#x20AC;&#x2122;acquisition de la machine Ă  papier de M-real Alizay. Dès lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtĂŠ dernier, les premières bobines ont quittĂŠ lâ&#x20AC;&#x2122;usine par des conteneurs maritimes via Haropa-Port du Havre, Ă  destination de DubaĂŻ. En dĂŠcembre, Double A a ĂŠgalement annoncĂŠ le redĂŠmarrage de lâ&#x20AC;&#x2122;usine de >>>

ĂŠbut 2014, HervĂŠ Martel, D.-g. du Port du Havre, a pris la prĂŠsidence alternĂŠe dâ&#x20AC;&#x2122;Haropa, Philippe Deiss, D.-g. du GPMR et Alexis Rouque, D.-g. de Ports de Paris, devenant vice-prĂŠsidents. Antoine Berbain a ĂŠgalement ĂŠtĂŠ nommĂŠ D.-g. dĂŠlĂŠguĂŠ du GIE. Par ailleurs, ce 31 janvier, FrĂŠdĂŠric Henry et ValĂŠrie Fourneyron ont ĂŠtĂŠ reconduits, respectivement, aux postes de prĂŠsident et de vice-prĂŠsidente du Conseil de surveillance du GPMR. Il en a ĂŠtĂŠ de mĂŞme pour Philippe Deiss Ă  PE TVqWMHIRGI HY HMVIGXSMVI )R½R Haropa est le premier système portuaire français Ă  avoir nommĂŠ, en septembre, une responsable des affaires europĂŠennes et internationales basĂŠe Ă  Bruxelles. Objectif : consolider le lien entre lâ&#x20AC;&#x2122;action dâ&#x20AC;&#x2122;Haropa et les objectifs stratĂŠgiques â&#x20AC;&#x153;Europe 2020â&#x20AC;?.

la papeterie 328 FĂŠvrier-Mars 2014

37

Photo Haropa-Port de Rouen.

aropa compte parmi les rares ensembles portuaires du range Nord )YVSTI k EJ½GLIV YR VqWYPXEX JEZSVEFPI IR EZIGYRXVE½GQEVMXMQIIRLEYWWIHI 6 % (Ă  90,4 Mt) et une augmentation identique du nombre de conteneurs traitĂŠs (2,6 millions dâ&#x20AC;&#x2122;EVP â&#x20AC;&#x201C; Equivalent Vingt Pieds ou 8)97  )R ENSYXERX P´EGXMZMXq žYZMEPI  Mt), lâ&#x20AC;&#x2122;activitĂŠ totale de ce GIE qui regroupe les Ports du Havre, de Rouen et de Paris ressort Ă  121 Mt. A lui seul, le port du ,EZVI IRVIKMWXVI YR XVE½G XSXEP HI  1X (dont 68 Mt maritimes), cependant que les Ports de Rouen et de Paris totalisent, respectivement, 27,9 Mt et 21 Mt. Selon les VIWTSRWEFPIW HI ,EVSTE VqYRMW ½R NERZMIV pour leur confĂŠrence de presse annuelle, lâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠe dernière, cet ensemble portuaire a rĂŠalisĂŠ ÂŤ la meilleure croissance nord-europĂŠenne et se rapproche de la 4e place du range. Âť Haropa occupe ĂŠgalement le premier rang des ports français avec 35 % de parts de marchĂŠ. ConnectĂŠ Ă  tous les continents grâce Ă  une offre maritime comptant plus de 550 ports desservis, ce hub Ă  â&#x20AC;&#x153;guichet uniqueâ&#x20AC;? propose une offre de services globale de bout en bout.

Photo Haropa-Port du Havre.

H


E conomie & Marchés L

es 3 et 4 février derniers, sur le Quai de Rouen-Quevilly, le navire néerlandais Saimaagracht (de la compagnie Spliethoff et affrété par Euroports) a déchargé, par ascenseurs et portes latérales, très précisément 5.458 t de bobines en provenance du Canada. Le Saimaagracht est ainsi le premier navire papetier à arriver du Canada (précisément des Ports de Gros Cacouna et Baie Comeau) sur le terminal rouennais… depuis 28 mois ! Après un an de discussions avec la SPPP (Papiers de Presse), Euroports est particulièrement saXMWJEMXH´ERRSRGIVGIRSYZIEYXVE½G qui devrait être renouvelé à deux reprises cette année (en mai-juin et au dernier trimestre).

Le navire néerlandais Saimaagracht était affrété par Euroports France.

>>> Ports Associés d’Haropa

E

Normands partenaire

n 2013, Haropa a noué des partenariats avec différents ports, parmi lesquels Angot (CCI d’Elbeuf), Dieppe, Nogent-surSeine, Gron, ainsi que la Shema. D’autres partenariats sont prévus avec Fécamp, Le Tréport et les ports picards. Fin janvier dernier, Haropa a également signé un partenariat avec Ports Normands Associés (PNA), 11e ensemble portuaire français, qui réunit les ports de Caen-Ouistreham et Cherbourg. Désormais, le réseau Haropa s’étend ainsi jusqu’à la mer, via la Vallée de la Seine, Paris, Rouen, Le Havre, ainsi que sur toute la Normandie, du Nord à la Bretagne. 38

>>> pâte au premier semestre 2015. Avec le soutien actif d’Haropa, une chaîne logistique se met ainsi Pour 2014, les actuellement en prévisions de place au service de XVE½GWVIpYWIX ce nouvel acteur. manutentionnés La pâte arrive actuelpar Euroports lement au GPMR France à Rouen par navires, de Thaïà la seule lande, d’Europe du destination d’Alizay varient Nord, d’Amérique de 70.000-80.000 t du Sud ou du Canaà 150.000 t. da, en chargement conventionnel ou par conteneurs sur barges MSC (Mediterranean Shipping Company), en direct ou via Haropa-Port du Havre, sur la base de deux escales par semaine. §7YVGIXXI½PMrVI papetière, MSC a en effet développé, depuis quelques années déjà, une véritable combinaison entre le Havre et Rouen, en acheminant TEV ZSMI ¾YZMEPI PIW GSRXIRIYVW HI TETMIV IX de pâte depuis des escales maritimes conteneurisées à Port 2000 », précise Véronique Duprey Saint-Denis, déléguée commerciale de la Branche “Industrie” à la direction du Développement du GPMR. Le manutentionnaire est Euroports France, concessionnaire d’un important terminal quadrimodal à Rouen-Quevilly. « Les produits papetiers sont sensibles et il est nécessaire de les protéger dès leur sortie de navire ou barge, explique Gilles Genin, son directeur. La situation bord à quai des hangars rouennais d’Euroports permet cette protection. » 4SYV  PIW TVqZMWMSRW HI XVE½GW VIpYW et manutentionnés par Euroports France à Rouen à la seule destination d’Alizay varient de 70.000-80.000 t à 150.000 t.

Photo Haropa-Port de Rouen.

>>> Avec Euroports, Rouen VIKEKRI YR RSYZIEY XVE½G dans le papier journal

>ŽŐŝƐƟƋƵĞ PORT FLUVIAL À L’ÉTUDE De Rouen, les matériaux d’approvisionnement du site Double A sont acheminés dans l’Eure par la route. A l’avenir, ils le seVSRXqKEPIQIRXTEVZSMI¾YZMEPI0I+416 associé à la CCI et au Conseil général de l’Eure, à la Région Haute-Normandie, à l’Etat et à la Communauté d’agglomération Seine-Eure, pourrait en effet y gérer YRTSVX¾YZMEPVIGSRWXVYMXHERWPIGEHVIHY nouveau contrat de projets de la Vallée de la Seine, en cours de discussion. Pourraient ainsi y transiter des produits carriers en provenance ou à destination de la région parisienne et tous les matériaux d’approvisionnement de Double A en provenance HI P´E\I 7IMRI ,SR¾IYV 0I ,EZVI IX Rouen), voire d’autres ports maritimes et/ SY ¾YZMEY\ 0IW qXYHIW IR GSYVW qZEPYIRX l’investissement à 4 M€. Un pre- Le montant de l’investissement mier appontement dans le port pourrait ainsi être d’Alizay pourrait opérationnel à Ali- atteindre 4 M€. zay début 2015. Pour sa part, Thirawit Leetavorn, Vice-President Exécutif Senior de Double A, explique : « Chaque étape de nos activités d’importation et d’exportation est soigneusement TPERM½qI EY WIVZMGI H´YRI HSYFPI I\MKIRGI  réduire l’impact sur l’environnement et satisfaire les exigences des clients. Pour atteindre ces objectifs, Double A utilise un équipement de manutention portuaire électronique permettant de réduire les émissions de dioxyde de carbone. Par ailleurs, nous coordonnons les livraisons entrantes et sortantes et veillons à ce que les conteneurs reviennent remplis, ce UYM EQqPMSVI EMRWM P´IJ½GEGMXq HIW PMZVEMWSRW et ce qui réduit le nombre de camions vides sur les routes. » Quant à Jean-Louis Destans, président du Conseil général de l’Eure, il souligne que « Double A Alizay a naturellement toute sa place dans un système logistique cohérent sur l’axe Seine. Nous travaillons sur ce projet en lien étroit avec le GPMR qui en assurera la gestion et qui étudie les différents modèles économiques en tenant compte des débouchés que représente l’activité de Double A. »

Terminal papetier et forestier du Grand Port Maritime de Rouen.

la papeterie 328 Février-Mars 2014

VALÉRIE LECHIFFRE


Actualités PORT ATLANTIQUE LA ROCHELLE 2013 : PRODUITS FORESTIERS EN HAUSSE DE 10 % )R  4SVX %XPERXMUYI 0E 6SGLIPPI E traité 9,7 Mt, soit une augmentation de 16 % par rapport à 2012 (53 % à l’importation et 47 % à l’exportation). Dans un GSRXI\XIqGSRSQMUYIHMJ½GMPIGIWVqWYPXEXW historiques sont à mettre au crédit de la UYEWMXSXEPMXq HIW ½PMrVIW EY TVIQMIV VERK desquelles l’activité céréalière, en hausse de 32 %, soit 1 Mt supplémentaires. Les EYXVIW ½PMrVIW QENIYVIW TVSKVIWWIRX qKElement, notamment les produits forestiers, en hausse de 10 %, en particulier grâce à la pâte (+ 8 %) et aux bois de sciage et de placage (+ 44 %). En 2013, les produits forestiers ont ainsi représenté 841.540 t dont 658.043 t de pâte* (78,2 % du total). En 2012, ils avaient compté pour 758.676 t (586.503 t de pâte, soit 77,3 % du total). On observe une forte présence des pâtes en provenance d’Amérique du Sud, avec

T echnologie & Environnement

des tonnages en hausse venant du Brésil (305.712 t, soit + 8,2 % vs 2012) et du Chili (123.157 t, + 43 %). Les importations proviennent également du Portugal (72.750 t, vs 79.608 t), d’Allemagne (57.397 t, soit près du double comparé à 2012), du Canada (36.365 t vs 41.068 t), des Pays-Bas (22.400 t à l’entrée en 2013 vs 8.863 t à l’import et un total de 11.654 t en ajoutant l’export), d’Estonie (20.747 t vs 21.446 t), de Finlande (10.029 t, en hausse de près de 8.000 t) et de Belgique (2.400 t). A noter l’absence, en 2013, des importations de pâte en provenance du Gabon (33.426 t en 2012). )R½RIR4SVX%XPERXMUYI0E6SGLIPPI a battu son record d’investissement avec une enveloppe de 20 M€. Ces investissements ont principalement concerné l’approfondissement des accès nautiques (7,5 M€), les travaux sur le Quai Lombard (5,7 M€) et l’appontement pétrolier (1,8 M€).

>>> Recyclage : La Poste

(*) Pâtes mécaniques de bois, pâtes mi-chimiques de FSMWIXTlXIWH´EYXVIWQEXMrVIW½FVIYWIWGIPPYPSWMUYIW

Plus d’informations dans notre prochaine édition.

et Copacel prolongent leur partenariat En octobre 2012, La Poste et Copacel s’engageaient, au travers d’un partenariat, en faveur du développement de la collecte et du recyclage des papiers de bureau (opération Recy’go). Objectif : contribuer à garantir l’approvisionnement de l’industrie française du recyclage du papier et partager la valeur créée avec l’ensemble des parties prenantes, en particulier l’Economie sociale et solidaire. Au total, quelque 10.000 t de papier ont été collectées depuis le début de l’opération, ce qui représente 2.400 entreprises clientes. Le 6 mars, La Poste et Copacel ont prolongé ce partenariat avec l’objectif de collecter 50.000 t en 2018, auprès de 50.000 clients et de réaliser un C.A. de 50 M€.


T echnologie & Environnement

Colloques Symop

Indonésie : un marché prometteur ! Carton plein pour les deux Colloques organisés les 26 et 28 novembre par le Symop et Ubifrance à Jakarta et Surabaya, sur l’île de Java. Environ 150 papetiers ont assisté à ces manifestations. Preuve du grand intérêt de ce pays pour la technologie française. Reste maintenant, pour les fournisseurs tricolores, à transformer l’essai !

I

Franck Rettmeyer (Symop et Allimand).

Daniel Gomez (Atip).

Gérard Mortha (Grenoble INP-Pagora).

Jean-Christophe Bussolaro (ABB Cellier).

Giovanni Deperis (ABK).

52

l faut aller chercher la croissance là où elle se trouve, c’est-à-dire hors d’Europe ! Les sociétés membres du Symop l’ont fort bien compris et ce depuis de nombreuses années déjà. Fin 2013, elles ont ainsi mis le cap plein Est, vers l’Indonésie. Car la première économie de l’Asie du SudEst est le 9e producteur mondial de pâte et le 7e producteur de papier ! Quatrième pays le plus peuplé au monde avec quelque 250 millions d’habitants, l’Indonésie devrait enregistrer une croissance économique en léger recul en 2013 (moins de 6 %) mais, comparé à l’atonie des marchés européens, ce niveau reste plus qu’appréciable ! Dans ces conditions, les perspectives de l’industrie papetière apparaissent prometteuses. En 2012, la capacité de production installée de pâte et de papier était, respectivement, de 7,9 Mt et 12,9 Mt pour une production effective de 6,1 Mt et 10,7 Mt. Placés sous le pa0IWSJ½GMIPW tronage de l’Amindonésiens ont bassade de France manifesté leur en Indonésie et des grand intérêt pour les technologies ministères indonéfrançaises. siens de l’Industrie et du Commerce, ces Colloques ont notamment été organisés en coopération avec l’Association indonésienne de la pâte et du papier (APKI) et avec le soutien du Centre papetier et de l’Académie de technologie de Bandung. Au GSYVW HI GIW NSYVRqIW PIW SJ½GMIPW MRHSnésiens ont manifesté leur grand intérêt pour les technologies françaises mais aussi leur volonté d’augmenter leurs exportations vers l’Europe ! Ils sont en particulier HIQERHIYVW H´MRJSVQEXMSRW WYV P´IJ½GEGMXq opérationnelle et énergétique, le recyclage, l’environnement au sens large, la réduction des coûts et la qualité. Franck Rettmeyer, président du Groupe “Papier” du Symop, a présenté ce syndicat qui appartient à la FIM (Fédération des industries mécaniques). Le Groupe “Papier” compte 20 sociétés qui emploient 2.000 personnes et qui réalisent un C.A. de

la papeterie 328 Février-Mars 2014

150 M€, dont 80 % à l’export. Ces entreprises couvrent l’ensemble du process et des problématiques du secteur. Certaines des sociétés présentes à Jakarta et Surabaya étaient également à la recherche d’un agent. Pour sa part, Daniel Gomez, directeur de l’Atip, a présenté les principales missions de l’Association technique de l’industrie papetière : fédérer, promouvoir la R&D et les nouvelles technologies, proposer une plate-forme d’échanges, etc. Il a aussi rappelé les principales données chiffrées de l’industrie papetière française. Pour sa part, Gérard Mortha, directeur des relations internationales de Grenoble INP-Pagora, a présenté cette école créée en 1907 ainsi que le laboratoire LGP2, unité du CNRS. Pagora compte environ 2.000 diplômés dont 17 % travaillent hors de France et 25 % occupent des fonctions de CEO ou de direction.

L’OFFRE TECHNOLOGIQUE FRANÇAISE

Dix sociétés membres du Symop ont présenté leurs dernières technologies. Synthèse. ABB Cellier, Jean-Christophe BussolaroVqHYGXMSRIXXVEMXIQIRXHIWIJ¾YIRXW de sauces de couchage. ABB est présent depuis les années 1930 en Indonésie. Plusieurs technologies ont été présentées : le FiltercelTM LHP, le raclage des tuyauteries TEV HMEFSPS E½R HI VqHYMVI PIW GSRWSQmations d’eau de rinçage et de récupérer la totalité des matières premières, telles que les pigments ou sauces de couchage). La centrifugation continue et le système de contrôle PapcelTM qui permet de sécuriser le process ont également été décrits. ABK, Giovanni Deperis : conception de machine pour produire du kraftliner avec une section formation à trois tables. Cette machine, baptisée “VP 10”, a été livrée à l’australien Visy Paper en 2009, avant la reprise d’Over Meccanica par ABK. Depuis PSVWHIWQSHM½GEXMSRWRSXEQQIRXWYVPIW trois caisses de tête, ont été effectuées par la nouvelle entité ABK Italia. Caractéris-


Colloques Symop

T echnologie & Environnement

tiques de la machine : laize de 6,70 m, vitesse de 1.000 m/min, ppo de 150 à 400 g/m2 et capacité de 1.300 t/j. Tous les composants de la machine ont été décrits dans le détail. Allimand, Fabrice Gilet : papiers de spécialités. Cet intervenant a rappelé combien Internet et la dématérialisation ont réduit la demande et donc la production de papier impression-écriture. Résultat : certaines machines ont été converties pour produire d’autres sortes, dont les papiers de spécialités. Allimand est très bien implanté sur ce marché. Pour être au plus près des demandes des clients, la société investit, chaque année, de 3 % à 8 % de son C.A. dans la R&D. Elle possède également de nombreux pilotes (presse à sabot, coucheuse, coucheuse-rideau, calandre, non tissés…). Clextral, Lionel Danos, production de pâte à partir de bois et d’autres types de matières premières. Bien connue pour sa technologie Bivis (Twin-Screw Machine), GIXXI ½PMEPI HY KVSYTI 0IKVMW -RHYWXVMIW possède 30 ans d’expérience dans les procédés de production de pâte à base de bois ou d’autres origines (paille de blé, lin, chanvre…). 40 machines Bivis sont opérationnelles dans le monde. Leur capacité peut atteindre 120 t/j. IBC Paper Training, Isabelle Baret, formation spécialement conçue pour l’industrie papetière. Objectif de cette société créée en 2006 : améliorer le process et P´IJ½GEGMXqHIPEQEGLMRIIRVIRJSVpERXPIW connaissances du personnel. Chaque année, IBC réunit ainsi quelque 200 participants pour ses formations par e-learning (live), environ 150 pour ses formations en faceà-face et jusqu’à 600 pour ses prestations sur-mesure. Kadant Lamort, Brian Rees, recyclage et réduction de coûts dans la production de papiers d’emballage. Cet intervenant a expliqué les technologies Vorto/Maximiser, ,]HVE¾S[ et FiberNet. Autant d’innovations qui permettent en particulier de réduire la

consommation d’énergie dans le pulpeur, d’améliorer l’épuration et de limiter les TIVXIWIR½FVIW Neyrtec Environnement, Michel Claeys : épaississage des boues par Tasster 'IXXI ½PMEPI HI 4VSWIVTSP KVSYTI CMI) est spécialiste des presses à vis depuis 1972. Neyrtec, qui propose la 6e génération du Tasster, compte 400 références de par le monde. En intégrant l’ensemble des paramètres, une étude de cas a montré une économie de 87.800 €/an pour un Tasster d’une capacité de 35 t/j avec 57 % de siccité, comparé à une presse à courroie, même si le coût de l’investissement initial dans le Tasster est plus élevé (215.000 € vs 146.000 €). Rai-Tillières, Valérie Paisant, rouleaux égoutteurs et marqueurs. Cette société qui appartient au groupe Deschamps (ADF) EJ½GLITPYWHIERWH´I\TqVMIRGIIRTEpeterie. Son savoir-faire permet aux papetiers d’accroître la valeur ajoutée de leurs produits et de lutter contre la contrefaçon. Solaronics Bekaert, Geert Dumortier : séchage de la couche par infrarouge et air/système de récupération d’énergie (ERS). Des résultats très probants d’une installation réalisée dans une importante papeterie d’Europe de l’Ouest qui produit du couché sans bois (papier d’art) avec une coucheuse hors ligne ont été présentés. Techpap, Didier Rech et Yan Luo : outils de process et de qualité pour la pâte et le TETMIV'IXXI½PMEPIHY'IRXVIXIGLRMUYIHY papier (CTP) a présenté l’ensemble de ses gammes : Pulp Inspector (avec ses différents modules), solution modulaire en ligne pour le monitoring de la qualité et de la machinabilité de la machine (Process Supervisor), analyse d’image pour la formation de la feuille, testeur de tuilage, etc.

D’autres informations sur ces Colloques ont été publiées dans la “Revue Atip” datée Décembre 2013-Janvier 2014.

Michel Claeys (Neyrtec Environnement).

Valérie Paisant (Rai-Tillières).

Geert Dumortier (Solaronics Bekaert).

Yan Luo (Techpap).

Fabrice Gilet (Allimand).

Lionel Danos (Clextral).

Isabelle Baret (IBC Paper Training).

Brian Rees (Kadant Lamort).

V. L.

la papeterie 328 Février-Mars 2014

53


T echnologie & Environnement

Colloques Symop

Les moments forts en images !

Liana Brastasida, directrice exécutive de l’APKI.

Bayu Krisnamurthi, vice-ministre du Commerce d’Indonésie.

Les papetiers indonésiens n’ont pas hésité à poser des questions.

54

la papeterie 328 Février-Mars 2014

Visite à l’usine Adiprima Suraprinta qui produit quelque 110.000 t/an de papier journal et 20.000 t/an de papier I.E. à base de recyclés, avec deux machines fournies, en 1997 et 2003, par Over Meccanica (aujourd’hui ABK Italia). Environ 60 % de la production sert à alimenter les imprimeries de la maison-mère, le groupe de presse Jawa Pos, 20 % le marché local et 20 % l’export (Malaisie, Singapour, Vietnam…). Une troisième machine d’occasion, venant d’Allemagne, est en cours de démarrage. Elle produira du LWC et du papier journal. Devant un pupitre de commande, Jatmiko Cahyo, directeur de cette usine.


Colloques Symop

T echnologie & Environnement

Au centre, Setiadi Widjaja, D.-g. de PT Adikarya Utomo, entourĂŠ de Franck Rettmeyer et Fabrice Gilet. Cet agent reprĂŠsente les sociĂŠtĂŠs Allimand et Kadant en IndonĂŠsie. Depuis le dĂŠbut de sa collaboration avec Allimand en 1994, PT Adikarya Utomo a vendu sept lignes complètes de papiers spĂŠciaux Ă  des papetiers indonĂŠsiens ; quatre ont ĂŠtĂŠ implantĂŠes dans ce pays et trois en Chine. A lâ&#x20AC;&#x2122;avenir, selon cet agent, les non tissĂŠs par voie humide devraient tout particulièrement intĂŠresser les clients indonĂŠsiens.

Didier Rech et Yan Luo (Techpap) avec, au centre, leur reprĂŠsentant en IndonĂŠsie, Rasiman Aguspen (Elof Hansson). Leur collaboration a commencĂŠ il y a une quinzaine dâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠes, surtout dans les ĂŠquipements de laboratoire. Mais le contrĂ´le du procĂŠdĂŠ on-line sĂŠduit dĂŠsormais de plus en plus les papetiers indonĂŠsiens.

>>> Repères. Economie et environnement Lâ&#x20AC;&#x2122;IndonĂŠsie est considĂŠrĂŠe comme lâ&#x20AC;&#x2122;une des grandes puissances ĂŠconomiques des pays ĂŠmergents. Ce pays membre du G20 est tirĂŠ par une consommation intĂŠrieure forte et dynamique. Le coĂťt du travail y est très bas et lâ&#x20AC;&#x2122;exode rural important. ClassĂŠ depuis 2012 dans la catĂŠgorie â&#x20AC;&#x153;Investment Gradeâ&#x20AC;? par deux des principales agences de notation suite au lancement du â&#x20AC;&#x153;Masterplan 2011/2025 pour lâ&#x20AC;&#x2122;accĂŠlĂŠration du dĂŠveloppement ĂŠconomiqueâ&#x20AC;? â&#x20AC;&#x201C; qui prĂŠvoit un investissement de 470 mds de US$ sur la pĂŠriode â&#x20AC;&#x201C;, cet archipel de plus de 17.000 ĂŽles pourrait devenir lâ&#x20AC;&#x2122;une des dix premières ĂŠconomies mondiales dâ&#x20AC;&#x2122;ici une quinzaine dâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠes (multiplication par 6,5 du PIB et par 5 du PIB per capita). Chiffres clĂŠs 2012 (source Ubifrance, service ĂŠconomique de Jakarta). 4-&QHWHI97 *VERGIQHWHI97 Â&#x2C6;(q½GMXTYFPMG Â&#x2C6;4-&TEVLEFMXERX 97Â&#x2C6;'VSMWWERGI  Â&#x2C6;-RžEXMSR   Â&#x2C6;'L|QEKI  Â&#x2C6;(ITYMW ETTEVMXMSRH´YRHq½GMXHYGSQTXI courant (recul des exportations mais maintien de lâ&#x20AC;&#x2122;import) ; il a reprĂŠWIRXq HY4-&IR Exportations totales de la France vers lâ&#x20AC;&#x2122;IndonĂŠsie (source Douanes françaises) QMPPMEVHH´ºIR  vs  HSRX HI FSMWTETMIVIXGEVXSR WSMX1ÂşIX vs 2011). Exportations totales de lâ&#x20AC;&#x2122;IndonĂŠsie vers la France : 1,73 milliard dâ&#x20AC;&#x2122;â&#x201A;Ź en   vs HSRX HIFSMWTETMIVIXGEVXSR WSMX1Âş IX vs 2011). Lâ&#x20AC;&#x2122;APKI (Association indonĂŠsienne de la pâte et du papier) compte 62 membres intĂŠgrĂŠs et non intĂŠgrĂŠs, essentiellement des usines de taille petite ou moyenne, dont 50 produisent du papier et 3 de la pâte. Au total, le secteur regroupe plus de 80 sociĂŠtĂŠs â&#x20AC;˘ CapacitĂŠ de production de 11,5 Mt en 2011, se rĂŠpartissant notamment ainsi : papier impressionĂŠcriture (4,9 Mt), papier pour ondulĂŠ (3 Mt), carton (1,9 Mt), journal (678.000 t), tissue (520.000 t), papier dâ&#x20AC;&#x2122;emballage (175.000 t) et kraft pour sacs (94.000 t). Le secteur emploie plus de 260.000 personnes. En 2012, en valeur, les importations et les exportations de pâte ĂŠtaient ĂŠquivalentes (environ 1,5 md de $). Un pic a ĂŠtĂŠ observĂŠ en 2009, avec plus de 8 mds de $ Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;import comme Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;export. En revanche, concernant le papier & carton, la valeur des exportations est nettement supĂŠrieure Ă  celle des importations (4 mds contre 1,5 md de $). Le 30 septembre 2013, un accord volontaire (VPA pour â&#x20AC;&#x153;Voluntary Partnership Agreementâ&#x20AC;?) en matière de lĂŠgalitĂŠ du bois a ĂŠtĂŠ signĂŠ entre lâ&#x20AC;&#x2122;IndonĂŠsie et lâ&#x20AC;&#x2122;Union europĂŠenne qui lui permettra dâ&#x20AC;&#x2122;exporter davantage ses produits vers lâ&#x20AC;&#x2122;Europe*. Lors de ces Colloques, les responsables indonĂŠsiens ont dâ&#x20AC;&#x2122;ailleurs beaucoup insistĂŠ sur les efforts rĂŠalisĂŠs en matière de dĂŠveloppement durable des forĂŞts et de traçabilitĂŠ,

sujets rĂŠcurrents de tensions entre lâ&#x20AC;&#x2122;IndonĂŠsie et le Vieux Continent. Un programme de nouvelles plantations et de dĂŠveloppement durable a ĂŠtĂŠ mis en place parallèlement Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;attribution de nouvelles terres rĂŠservĂŠes Ă  cet usage. Ce pays est favorisĂŠ par son climat ĂŠquatorial et tropical qui permet de rĂŠduire considĂŠrablement le cycle dâ&#x20AC;&#x2122;exploitation (environ six ERW %YWIMRHIP´%4/-IRWSGMqXqWqXEMIRXGIVXM½qIW7:0/ 7]Wtème dâ&#x20AC;&#x2122;assurance de la lĂŠgalitĂŠ du bois). (*) http://www.europarl.europa.eu


T echnologie & Environnement

WƌŽƐƉĞĐƟǀĞ

Vers une usine de pâte “omnivore” ? Prendre de la hauteur et rechercher, dès aujourd’hui, les technologies de rupture à mettre en œuvre d’ici à 2050 avec l’objectif de réduire la consommation d’énergie et les émissions de CO2 tout en gagnant en valeur ajoutée. Tels étaient les principaux objectifs du Two Team Project de la Cepi. Présentation du projet gagnant* .

C

’est le concept gagnant du “Two Team Project” de la Cepi : les Deep Eutectic Solvents (DES ou Solvants eutectiques profonds) produits par les plantes pourraient ouvrir la voie à la production de pâte à basse température et à la pression atmosphérique (ambiante). N’importe quelle biomasse pourrait ainsi être dissoute en lignine, cellulose et hémicellulose avec une quantité minimale d’énergie, d’émissions et de rejets. Les DES pourraient également être utilisés pour récupérer la cellulose contenue dans les déchets ainsi que les résidus d’encre dans les papiers récupérés. Les DES sont une adaptation du phénomène naturel connu du métabolisme de la plante. Les chercheurs ont en effet découvert que les plantes peuvent “fonctionner” même sous stress hydrique (c’est-à-dire pendant les périodes de sécheresse ou de gel) en utilisant les matières organiques de leurs cellules pour produire les DES. Les DES naturels, à base de glucose, peuvent dissoudre le bois et extraire – en fonction des caractéristiques chimiques et des conditions d’opération – la lignine, l’hémicellulose et très probablement la cellulose. Ce qui les rend particulièrement intéressants pour remplacer les techniques traLe pulpage par ditionnelles de fabrication de la DES produit une pâte. La recherche sur ces solvants cellulose, une lignine et des ne fait que commencer et des cenhémicelluloses taines de nouveaux types de DES d’une grande sont à découvrir. pureté à des coûts 0IW ()7 TSYVVEMIRX FqRq½GMIV k peu élevés. quatre applications-clés dans le secteur, sur la base de l’aptitude des solvants à dissoudre certains composants de manière spéGM½UYI 0E GETEGMXq k HMWWSYHVI PE PMKRMRI TIVQIXXVEMX EPSVW PI pulpage “omnivore” et remplacerait le process de production des pâtes chimiques et mécaniques. Le pulpage par DES produit une cellulose, une lignine et des hémicelluloses d’une grande pureté à des coûts peu élevés. Ceci a été démontré avec du bois et de la paille (dans laquelle la silice est enlevée par le DES). (IW ½FVIW WYVQIWYVI TIYZIRX sXVI SFXIRYIW IR ENYWXERX PIW propriétés des DES et le design du procédé. La possibilité de dissoudre la cellulose peut permettre de la récupérer à partir de déchets. Développée plus avant, cette technique permettrait d’obtenir de la cellulose pure à partir des résidus papetiers (rejets, boues, déchets papetiers…) sous forme de pâte dissoute et propre ou comme élément fondamental pour la biochimie, divers matériaux ou les carburants. A l’avenir, les DES pourraient également être utilisés dans le recyclage pour dissoudre les résidus d’encre dans les papiers récupérés. Si la solubilité de la cellulose dans les DES spéci½UYIWqXEMXIRGSVIEQqPMSVqIMPTSYVVEMXsXVITSWWMFPIHITVSduire une feuille de papier à partir de ce procédé.

56

la papeterie 328 Février-Mars 2014

CONTRIBUTION À LA ROADMAP 2050 DE LA CEPI

La consommation d’énergie d’un procédé basé sur les DES est très différente des pratiques de production actuelles. S’ils étaient utilisés dans le pulpage d’ici à 2050, les DES pourraient réduire les émissions de CO2 fossile de 20 % comparé à leur niveau de 2011 et la consommation d’énergie primaire de 40 %. L’utilisation de plantes annuelles permettrait de réaliser des économies supplémentaires dans les coûts de transport et les émissions. La lignine pure ne serait plus utilisée pour produire de la chaleur ou de l’électricité mais plutôt pour remplacer les composés aromatiques dans l’industrie chimique. Si ces pâtes et ces composés aromatiques issus de la lignine sont produits dans un seul et même système, les économies d’énergie et de CO2 des systèmes combinés atteignent 90 %.

OÙ EST LA VALEUR AJOUTÉE ?

Utiliser des DES pour produire de la pâte génère de la lignine à l’état pur (sans soufre et inchangée). Les revenus provenant de la vente de produits chimiques pourraient couvrir l’essentiel des coûts de production de la cellulose. La valeur supplémentaire du bois est ainsi estimée entre 200 € et 300 € la tonne. Ce GSRGITX H´YWMRI SQRMZSVI TIVQIXXVEMX HI TVSHYMVI HIW ½FVIW sur-mesure, en utilisant une grande variété de matières premières et beaucoup moins d’énergie et de produits chimiques. Les chaudières de récupération et les usines de pâte mécanique pourraient ainsi disparaître. Un procédé de pulpage DES aurait alors les besoins en technologie d’un process de production de pâte recyclée d’aujourd’hui. Les coûts d’investissement seraient au moins divisés par deux comparés à ceux d’une usine de pâte chimique traditionnelle. Ce qui ouvrirait la voie à des unités de production rentables d’une capacité de seulement 50.000 t/an, ce qui permettrait de répondre à la demande croissante pour la relocalisation de la production à proximité des ressources, de servir des marchés locaux et régionaux et de réduire les émissions dues Les chaudières de EY XVERWTSVX%Y ½REP GIW GSXW STq- récupération et rationnels et en capital très réduits les usines de pâte transformeraient largement les mar- mécanique pourraient disparaître. GLqWHIPETlXIIXHIPE½FVIVIG]GPqI Ce concept est entièrement nouveau pour la pâte, mais il est prouvé et très prometteur à l’échelle du laboratoire. Il n’a pas encore été testé sur pilote, en démo ou via des projets industriels. Davantage de recherche est nécessaire, également pour valider les procédés associés, dont la récupération des produits chimiques. Cependant, ce processus ne nécessitera que des technologies facilement accessibles pour être mis en œuvre. Il pourrait être lancé à échelle industrielle dans un délai maximal de 15 ans, en supposant que l’industrie adhère à ce concept et que des efforts supplémentaires de re-


WƌŽƐƉĞĐƟǀĞ

T echnologie & Environnement

cherche soient réalisés. Le secteur papetier devra ainsi choisir entre laisser ce développement à l’industrie chimique ou l’utiliser pour se placer au cœur de la bioéconomie. ■

(*) Traduction, réalisée avec l’aimable autorisation de la Cepi, de la présentation publiée dans le document “Unfold The Future – The Two Team Project”. www.unfoldthefuture.eu

>>> Entretien avec Bernard de Galembert, Forest & Innovation Director de la Cepi et membre du Two Team Project Pourquoi avezvous lancé le Two Team Project ? Dans la droite ligne des objectifs de l’Union européenne, la Roadmap 2050 HI PE 'ITM E ½\q P´SFNIGtif d’un recul de 80 % des émissions de CO2 de l’industrie papetière comparé aux données de 2010 et d’une augmentation de 50 % de sa valeur ajoutée. Pour atteindre ces objectifs, nous avons travaillé sur une combinaison de facteurs (changement dans le mix carbone, dans les sources d’énergie, “décarbonation” de l’électricité achetée, biocarburants, mises à jour technologiques des capacités, etc.) et nous sommes parvenus à la conclusion que sans des innovations de rupture, nous ne pourrions pas tenir ces engagements.

Comment les équipes de ce projet ont-elles été constituées ? En novembre 2012, à l’occasion de notre traditionnelle European Paper Week (EPW) à Bruxelles, deux équipes ont été formées. Elles étaient composées, à parité, de membres aux parcours et aux compétences similaires (entreprises productrices de pâte et de papier, fournisseurs de l’industrie chimique ou d’équipements papetiers, universiXEMVIWGLIVGLIYVWWGMIRXM½UYIWIXG 'LEGYRH´IRXVIIY\qXEMXMRZMXq à penser “Out of the Box”. Plusieurs dossiers ont été déposés. Un pré-jury, composé de spécialistes de R&D de groupes papetiers, de représentants de la Commission européenne et de la Fondation Bellona, a ensuite noté les concepts selon différents Les équipes critères et pondérations : 40 % de la note étaient étaient invitées affectés à la “décarbonation” et 60 % à d’autres à penser “Out items (conditions du succès, caractère innovant, of the Box”. faisabilité et valeur ajoutée). Les notes ont ensuite été agrégées et présentées au jury. Ce dernier était constitué de Jussi Pesonen, CEO d’UPM et président en exercice HIPE'ITMHI+EV]1G+ERR')3HI7QYV½X/ETTE+VSYTEPSVWZMGI président, de deux représentants des DG européennes en charge du climat et des entreprises, ainsi que du directeur de la Fondation Bellona. Le gagnant a été annoncé, par Connie Hedegaard, Commissaire au Climat de l’UE, lors de notre EPW en novembre dernier. Nous sommes très satisfaits que le jury ait choisi un gagnant et non plusieurs projets ex-æquo car cela dynamise notre démarche. Les huit innovations retenues ont parfaitement répondu aux multiples enjeux qui se posent à notre industrie.

Quelles sont les retombées pour la Cepi ? Vis-à-vis de l’Union européenne, c’est carton plein ! Nous sommes PITVIQMIVWIGXIYVkEZSMVTVSHYMXYRI6SEHQETWTqGM½UYIUYMHrWWIW débuts, a été très bien accueillie par la Commissaire. Ce projet a permis la mise en œuvre concrète de ce programme. Au cours de l’EPW de novembre dernier, Connie Hedegaard a même estimé que nous disposions d’une “Licence to Lobby”, d’une sorte de crédibilité pour agir ! Les récentes positions de la Commission sur le Paquet Energie Climat montrent d’ailleurs que nos avis sont pris en considération. Nous avons le sentiment de récolter, en quelque sorte, les dividendes de nos actions. Par ailleurs, nous avons présenté le Two Team Project à l’occasion de la Paper Week de Montréal, début février. Il a suscité beaucoup d’intérêt des Canadiens, en particulier quant à la méthode employée.

Quid de la propriété intellectuelle de ces projets ? Cinq de ces concepts, dont le DES, ont fait l’objet d’un dépôt de brevet à titre conservatoire auprès du Bureau européen des brevets de Munich. Des recherches sur l’état de l’art antérieur seront menées et, si aucun dépôt n’a été effectué sur les technologies en question, des brevets seront très probablement Les associations déposés. Pour sa part, la Cepi octroie nationales membres des licences gratuitement tout en veilde Cepi peuvent lant à bien privilégier les industriels octroyer des souseuropéens. En outre, les associations licences gratuites, à leurs sociétés et leurs nationales membres de Cepi peuvent usines membres, si octroyer des sous-licences, également elles sont basées en gratuites, à leurs sociétés et leurs usines Europe. membres, si elles sont basées en Europe.

Quelle est désormais votre feuille de route ? %YGSYVWH´YR±4EVXRIVMRK)ZIRX²¯SVKERMWq½RJqZVMIVk&VY\IPPIW et qui a réuni des licenciés et sous-licenciés –, des entreprises, des centres de recherche, etc., ont d’ores et déjà manifesté leur intérêt pour créer un ou des consortiums sur le DES et sur d’autres projets ou leurs sous-composantes. La France est bien représentée : le CTP a participé au Two Team Project et Copacel a d’ores et déjà signé des accords de licences. La liste, non exhaustive, des sociétés licenciées représente déjà une grande diversité de sortes papetières et de pays : SCA, Europac, Portucel, Mondi, Stora Enso, APP, Tembec, Norske Skog, IXG4EVPEWYMXIPIWWSGMqXqWMRXqVIWWqIW½RERGIVSRXIPPIWQsQIWGIW projets ou feront appel à des aides nationales ou européennes. Pour notre part, nous continuerons à agir comme facilitateurs et à promouvoir cette démarche et ses résultats.

PROPOS RECUEILLIS PAR VALÉRIE LECHIFFRE la papeterie 328 Février-Mars 2014

57


T echnologie & Environnement

DĂŠcoupe

FrĂŠdĂŠric Duquenne : ÂŤ MarquipWardUnited affĂťte ses coupeuses pour le numĂŠrique ! Âť La sociĂŠtĂŠ MarquipWardUnited (MWU), qui appartient au groupe amĂŠricain Barry-Wehmiller, croit plus que jamais Ă  la croissance de lâ&#x20AC;&#x2122;impression digitale. Elle propose ainsi aux papetiers la Twin-Cut, coupeuse TQ½DJmRVFNFOU DPOÂźVF QPVS S½QPOESF BVY FYJHFODFT EF DF NBSDI½ *OUFSWJFX EF 'S½E½SJD %VRVFOOF  EJSFDUFVSEFTWFOUFTi$PVQFVTFTwQPVSMB'SBODF M"MMFNBHOF MF#FOFMVYFUM"GSJRVF >>> Repères FondĂŠ en 1865, le groupe familial Barry-Wehmiller rĂŠalise un C.A. de 1,5 milliard de $ et emploie quelque 6.000 personnes dans 65 pays. Il est structurĂŠ en quatre grandes divisions : Packaging, Engineering & IT Consulting, Corrugating et Paper Converting. Depuis 1987, le groupe a rachetĂŠ 65 sociĂŠtĂŠs. En 2000, il a ainsi rĂŠalisĂŠ lâ&#x20AC;&#x2122;acquisition de Marquip et, depuis 2002, Ward et United sont entrĂŠs dans son giron, ce qui a permis de constituer MarquipWardUnited (MWU), spĂŠcialiste des onduleuses et de la dĂŠcoupe du carton plat et du papier. En 2008, MWU a ĂŠgalement rachetĂŠ Apollo Sheeters UK. Aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui, MWU rĂŠalise un C.A. de 240 M$ avec 15 sites de production et environ 1.100 personnes. MWU compte de nombreux clients papetiers et cartonniers partout dans le monde tels que Stora Enso, LGR Emballages, Papeterie de Mandeure, Iggesund Paperboard, Cascades, RenoDeMedici, A&R Carton, Klabin, etc.

Pouvez-vous rappeler le portefeuille de produits de MarquipWardUnited 0:8 DLQVLTXHYRWUHRUJDQLVDWLRQ" MWU a ĂŠtĂŠ constituĂŠ suite Ă  plusieurs acquisitions rĂŠalisĂŠes par le groupe BarryWehmiller (cf. encadrĂŠ). Aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui, nous possĂŠdons plusieurs unitĂŠs de fabrication de coupeuses et de machines pour le carton ondulĂŠ. Pour lâ&#x20AC;&#x2122;activitĂŠ â&#x20AC;&#x153;Coupeusesâ&#x20AC;?, nos deux sites sont basĂŠs Ă  Phillips, aux Etats-Unis et Ă  Bedford, au Royaume-Uni. Quant Ă  notre Service-après-Vente et Ă  notre stock de pièces dĂŠtachĂŠes, ils sont localisĂŠs Ă  Francfort. Cinq vendeurs ainsi quâ&#x20AC;&#x2122;un rĂŠseau dâ&#x20AC;&#x2122;agents couvrent lâ&#x20AC;&#x2122;Europe, lâ&#x20AC;&#x2122;Afrique (Maghreb et Afrique du Sud) ainsi que le Moyen-Orient. A ce jour, MWU compte 450 coupeuses et 1.500 blocs en production de par le monde.

Pourquoi vous intĂŠressez-vous au PDUFKpGXGLJLWDO" InitiĂŠ au dĂŠbut des annĂŠes 2000, le basculement vers le digital sâ&#x20AC;&#x2122;est vĂŠritablement concrĂŠtisĂŠ lors de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠdition 2008 de la Drupa. 'EVTSYVPIWTIXMXWJSVQEXWPEžI\MFMPMXqUYI prĂŠsente cette technologie est très intĂŠres58

la papeterie 328 FĂŠvrier-Mars 2014

sante. Le numĂŠrique permet en particulier de louer les machines et de payer en fonction du nombre de pages imprimĂŠes, le fournisseur se rĂŠmunĂŠrant ĂŠgalement sur ÂŤ Aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui, 14 % les consommables. du marchĂŠ monAujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui, 14 % dial de lâ&#x20AC;&#x2122;impression du marchĂŠ monest numĂŠrique et dial de lâ&#x20AC;&#x2122;impression ce marchĂŠ devrait est numĂŠrique et croĂŽtre de 14 % par ce marchĂŠ devrait an dâ&#x20AC;&#x2122;ici Ă  2025 ! Âť croĂŽtre de 14 % par an dâ&#x20AC;&#x2122;ici Ă  2025 ! Le digital devrait ainsi dĂŠpasser lâ&#x20AC;&#x2122;offset dès 2017, cette technologie nâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtant pas adaptĂŠe aux tirages infĂŠrieurs Ă  5.000 feuilles. En outre, le Print-on-Demand se dĂŠveloppe ĂŠgalement sur des presses numĂŠriques Ă  jet dâ&#x20AC;&#x2122;encre. HP estime ainsi quâ&#x20AC;&#x2122;en 2016, 48 % du total des imprimĂŠs sera rĂŠalisĂŠ en utilisant cette technique ! Or le papier destinĂŠ Ă  ce type dâ&#x20AC;&#x2122;impression requiert une qualitĂŠ de coupe très ĂŠlevĂŠe et sans aucun marquage.

En 2012, vous avez lancĂŠ la coupeuse TwinCut, spĂŠcialement destinĂŠe au digital, qui a dâ&#x20AC;&#x2122;ailleurs reçu un Prix de lâ&#x20AC;&#x2122;Innovation sur le Salon ICE Converting Show aux Etats-Unis. Quelles VRQWVHVVSpFLÂźFLWpV" Effectivement, la Twin-Cut rĂŠpond Ă  la demande du marchĂŠ amĂŠricain et, plus rĂŠcemment, du marchĂŠ europĂŠen qui reste plus â&#x20AC;&#x153;conservateurâ&#x20AC;? vis-Ă -vis des ĂŠvolutions technologiques. De manière gĂŠnĂŠrale, les tirages diminuent en volume, cependant que la segmentation du marchĂŠ aval (imprimeurs, ĂŠditeursâ&#x20AC;Ś) sâ&#x20AC;&#x2122;accroĂŽt. Lâ&#x20AC;&#x2122;impression digitale rĂŠpond Ă  ces ĂŠvolutions. La TwinCut est la machine la plus prĂŠcise et la plus rapide du marchĂŠ (jusquâ&#x20AC;&#x2122;Ă  12,7 coupes par seconde). Sa technologie de coupe est particulière, avec un affĂťtage des lames Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠrieur de la machine, pour lequel le client reçoit une formation. Nous avons ĂŠgalement ajoutĂŠ une seconde lame sur chaque cylindre de coupe pour accroĂŽtre la vitesse en format court. Le cou-


Découpe

T echnologie & Environnement

teau de la Twin-Cut est également conçu pour permettre une courbe de mise en vitesse très rapide. La qualité de la coupe est garantie pour 6 à 8 millions de coupes avec une tolérance de 5 dixièmes. Conçue pour les formats de type A4, A3, SRA3 et SRA3+, cette technologie évite de longues heures à recouper chaque paquet à PE KYMPPSXMRI )R½R PE TwinCut est polyvalente et peut aussi couper des formats classiques (cf. encadré).

Vous vous apprêtez à annoncer une acquisition importante en Europe. 3RXYH]YRXVQRXVHQGLUHSOXV"

>>> Données techniques de la Twin-Cut

Effectivement, Barry-Wehmiller est sur le point d’acquérir un acteur européen dans le domaine de la transformation. Cette acquisition renforcera la présence de MWU en Europe dans le domaine des grandes coupeuses et sur le marché papetier. Nous serons ainsi le premier acteur mondial en termes de chiffre d’affaires. PROPOS RECUEILLIS PAR VALÉRIE LECHIFFRE

Laizes maximales : 1.650 et 1.850 mm • Vitesse : 335 m/min • Grammages : 35 à 1.000 g/m2 • Longueur de coupe maximale : 1.650 mm (en option, jusqu’à 2.080 mm) • Tolérance en longueur : +/- 0,5 mm • Rectitude de feuille : +/- 0,5 mm (+/- 0,020’’) • Jusqu’à 12,7 coupes par seconde

Combien d’exemplaires avez-vous GpMjFRPPHUFLDOLVpV"

>>> Lancement de la coupeuse eCon aux Etats-Unis

« La TwinCut est la machine la plus précise et la plus rapide du marché (jusqu’à 12,7 coupes par seconde). »

Nous avons vendu neuf Twin-Cut depuis 2012 : deux en Corée du Sud, quatre aux )XEXW9RMW YRI IR *VERGI IR VIXVS½X  IX deux autres unités sont en commande aux Etats-Unis. Dans l’Hexagone, depuis ce mois de janvier, notre Twin-Cut découpe un papier haut de gamme et très brillant. Le temps de production a été divisé par quatre : cette machine produit ainsi le même tonnage en deux heures qu’en huit heures auparavant. La TwinCut IWX VqXVS½XEFPI WYV HIW GSYTIYWIW 1EVquip déjà installées pour un investissement convenable. Le bloc « Nous avons ven- peut également être du neuf Twin-Cut installé sur la coupeuse depuis 2012, dont d’un autre construcune en France. » teur. Nous étudions chaque situation au cas par cas, en prenant en compte l’évolution prévue de la production et des différents formats. Le retour sur investissement est inférieur à deux ans et notre délai de livraison est de l’ordre de trois à quatre mois.

E

n début d’année, MWU a présenté à ses clients et à ses agents sa dernière machine, la coupeuse eCon, dans son usine de Phillips (Wisconsin). Destiné à la découpe du papier et du carton plat, cet équipement répond à la demande grandissante pour des machines “low-cost” à travers le monde. Selon le constructeur, elle est proposée à un prix de vente équivalent à celui des fabricants de coupeuses asiatiques tout en étant construite avec des composants américains et européens et totalement assemblée à PhilPMTW 4VSTSWqI IR HIY\ GSR½KYVEXMSRW HIY\ SY quatre bandes), elle se caractérise par l’affûtage de la lame en machine, une faible consommation d’énergie et une coupe qui atteint 1.000 g/m². En laize 1.650 mm et avec une vitesse maximale de 300 m/min, l’eCon offre une grande polyvalence. Elle est pilotée sous une plateforme PC. Une interface opérateur par écran tactile rend son utilisation très simple et sa maintenance minimale.

Conçue pour les formats de type A4, A3, SRA3 et SRA3+, la Twin-Cut évite de longues heures à recouper chaque paquet à la guillotine.


R ,Î&#x2DC;&Ĺ˝Ć&#x152;ĹľÄ&#x201A;Ć&#x;ŽŜ

Chronique/Lâ&#x20AC;&#x2122;art du recrutement

Entretien de recrutement (XV). -FQSPmMEVNPVUPOšDJORQBUUFTBVDMPOFQBSGBJUĂ&#x2018;

ÂŤ

"WFDTPOIVNPVSIBCJUVFM +BDRVFT5IJCBVE FYQMJRVFRVFMBE½mOJUJPOEVQSPmM sâ&#x20AC;&#x2122;apparente parfois Ă  une mission impossible, le chasseur de tĂŞtes nâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtant pas un magicien, quoi quâ&#x20AC;&#x2122;en pensent certains recruteurs ! Pour trouver le bon candidat, ses deux maĂŽtres-mots sont les compĂŠtences et lâ&#x20AC;&#x2122;adaptabilitĂŠ.

Alors, M. Thibaud, vous avez comprisâ&#x20AC;Ś En fait, câ&#x20AC;&#x2122;est bien un mouton Ă  cinq pattes que nous recherchons Âť : voilĂ  ce quâ&#x20AC;&#x2122;on mâ&#x20AC;&#x2122;a encore dit la semaine dernière. Ou bien : ÂŤ La personne que vous avez recrutĂŠe pour nous il y a six ans sort de mon bureau. Elle mâ&#x20AC;&#x2122;a dit quâ&#x20AC;&#x2122;elle nous quittait. Câ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtait sa première expĂŠrience, elle nous a donnĂŠ entière satisfaction, il est normal quâ&#x20AC;&#x2122;elle veuille voir ailleurs. Il faut donc que vous nous recrutiez la mĂŞme personne quâ&#x20AC;&#x2122;il y a six ans. Âť Ce genre de propos mâ&#x20AC;&#x2122;a ĂŠtĂŠ Nous sommes tenu, avec quelques variantes, Ă  plusieurs les empĂŞcheurs reprises ces dernières annĂŠes. Dans les de rĂŞver en deux cas, je ne marque aucune surprise, rond. jâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠcoute et la conversation sâ&#x20AC;&#x2122;engage. Le premier cas est simple : puisquâ&#x20AC;&#x2122;il nâ&#x20AC;&#x2122;existe pas de mouton Ă  cinq pattes sur notre planète, il sâ&#x20AC;&#x2122;agit donc de trouver une personne normale et parfaitement adaptĂŠe pour rĂŠussir dans le poste, en ĂŠvitant les â&#x20AC;&#x153;psychopathesâ&#x20AC;? (3 % des hommes et 1 % des femmes, selon certaines estimations**). Notre action consiste Ă  empĂŞcher lâ&#x20AC;&#x2122;employeur de continuer Ă  rĂŞver et Ă  le faire redescendre dans la rĂŠalitĂŠ, par des exemples concrets. Nous sommes les empĂŞcheurs de rĂŞver en rond. Prolonger ou alimenter les fantasmes et embellir le rĂŠel est carrĂŠment dangereux. Câ&#x20AC;&#x2122;est bien regrettable, mais câ&#x20AC;&#x2122;est prĂŠfĂŠrable Ă  un choix qui se terminera par un ĂŠchec. Il faut toujours dire la vĂŠritĂŠ. Notre profession de chasseur de tĂŞte est Prolonger ou magique : lâ&#x20AC;&#x2122;employeur est persuadĂŠ que alimenter les les candidats potentiels sont dĂŠjĂ  prĂŠsents fantasmes des dans nos listings et dans nos tĂŞtes. Quâ&#x20AC;&#x2122;il employeurs et WYJ½X HI PIW ETTIPIV TSYV UY´MPW WSMIRX embellir le rĂŠel immĂŠdiatement volontaires et candiest carrĂŠment dats pour prendre des responsabilitĂŠs de dangereux. management, quâ&#x20AC;&#x2122;ils sont formĂŠs aux meilPIYVIWTVEXMUYIWIXUY´MPWVINSMRHVSRXPIQEKRM½UYITSWXITVSposĂŠ dans une usine ravitaillĂŠe par les corbeaux, Ă  40 km de la moindre ville de 10.000 âmesâ&#x20AC;Ś En outre, pratiquement aucune possibilitĂŠ de poste Ă  proximitĂŠ pour le conjoint, voire une ambiance syndicale complexe, marquĂŠe par le jeu, bien français, HIWVIPEXMSRWH´ETTEVIRGIGSRžMGXYIPPIIRXVIPIWÂąVIWTSRWEFPIW syndicauxâ&#x20AC;? et les â&#x20AC;&#x153;patronsâ&#x20AC;?. Ceci nâ&#x20AC;&#x2122;est pas un cas-limite et il sâ&#x20AC;&#x2122;est dĂŠjĂ  prĂŠsentĂŠ Ă  moi plusieurs fois dans diffĂŠrentes industries. Dans cette situation, pas de leader charismatique â&#x20AC;&#x201C; ÂŤ avec du poil aux pattes Âť comme me le demandait un grand patron papetier â&#x20AC;&#x201C;, pas de grande 60

la papeterie 328 FĂŠvrier-Mars 2014

ĂŠcole, type Centrale ou les Arts et MĂŠtiers (Ensam exigĂŠ), pas dâ&#x20AC;&#x2122;expĂŠrience internationale indispensable, pas dâ&#x20AC;&#x2122;âge maximum de 40/45 ansâ&#x20AC;Ś Dans ce cas, je peux commencer Ă  travailler et prĂŠsenter des candidats, bons managers, ayant une solide expĂŠVMIRGIHERWHIWGSRXI\XIWHMJ½GMPIWIXUYMJIVSRXTEVJEMXIQIRX lâ&#x20AC;&#x2122;affaire pour la sociĂŠtĂŠ et pour eux-mĂŞmes. Autre type de situation : la demande de clone. Le propos entendu est alors le suivant : ÂŤ Vous savez FMIR GI UY´IWX YR HMVIGXIYV ½RERGMIV On nous demande le titulaire actuel nous quitte. Eh un recrutement Ă  bien, il nous faut le mĂŞme ! Âť. Câ&#x20AC;&#x2122;est- lâ&#x20AC;&#x2122;identique alors quâ&#x20AC;&#x2122;en cinq Ă  six ans, Ă -dire : mĂŞme formation, mĂŞmes tout a changĂŠ ! connaissances, mĂŞme cursus, mĂŞme absence de talent pour les langues ĂŠtrangères (et je suis très poli)â&#x20AC;Ś On nous demande un recrutement Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;identique alors quâ&#x20AC;&#x2122;en lâ&#x20AC;&#x2122;espace de cinq Ă  six ans, tout a changĂŠ : en gĂŠnĂŠral, la WSGMqXq HSRX PE XEMPPI E WSYZIRX qXq QSHM½qI E GSRWMHqVEFPIQIRX qZSPYq WYV PIW TPERW GSQQIVGMEP MRHYWXVMIP ½RERGMIV IX concurrentiel. De nouvelles procĂŠdures, une internationalisation plus importante, des exigences bancaires et administratives plus contraignantes ont ĂŠtĂŠ mises en place. Dans ce cas, je prĂŠconise une ĂŠtude approfondie de la mission actuelle â&#x20AC;&#x201C; en ĂŠvaluant ce quâ&#x20AC;&#x2122;elle sera dans trois Ă  cinq ans â&#x20AC;&#x201C; et des tâches quotidiennes Ă  effectuer. A partir de cela, il est posWMFPIHIHq½RMVYRTVS½PWERWGSRXVEMRXIWMVVqEPMWXIWIXHIW´EGcorder sur le besoin de recruter quelquâ&#x20AC;&#x2122;un qui sache sâ&#x20AC;&#x2122;adapter Ă  un contexte rĂŠglementaire et gĂŠnĂŠral en perpĂŠtuelle ĂŠvolution. Lâ&#x20AC;&#x2122;objectif ĂŠtant que, dâ&#x20AC;&#x2122;ici trois Ă  cinq ans, les probabilitĂŠs soient très grandes que la personne choisie soit encore parfaiXIQIRX STqVEXMSRRIPPI IX IJ½GEGI 'EV PIW HIY\ QEwXVIWQSXW sont les compĂŠtences pour le poste et lâ&#x20AC;&#x2122;adaptabilitĂŠ, le tout Ă  actualiser et optimiser constamment.

JACQUES THIBAUD privatec@orange.fr

(*) Jacques Thibaud (Private Consulting) est spĂŠcialiste du recrutement pour lâ&#x20AC;&#x2122;industrie papetière. Vous pouvez rĂŠagir Ă  cette chronique en contactant lâ&#x20AC;&#x2122;auteur (06.30.96.26.57) ou la rĂŠdaction (01.43.20.18.56). (**) Source : â&#x20AC;&#x153;Plaidoyer pour lâ&#x20AC;&#x2122;altruismeâ&#x20AC;? de Matthieu Ricard.


Chronique/Droit social

R ,Î&#x2DC;&Ĺ˝Ć&#x152;ĹľÄ&#x201A;Ć&#x;ŽŜ

Lâ&#x20AC;&#x2122;obligation de conserver des preuves en matière de santĂŠ et de sĂŠcuritĂŠ au travail Les prĂŠmices de la ÂŤ tendance jurisprudentielle Ă  faire peser la charge de la preuve TVSMFNQMPZFVSxTFDPOmSNFOU6OFT½SJFEBSSžUTS½DFOUTEFMB$PVSEFDBTTB UJPONFUFOFGGFUFOFYFSHVFMFDBSBDUĂ&#x20AC;SFBVUPNBUJRVFEFMBTBODUJPOBTTPDJ½F -FTFYQMJDBUJPOTEF%JEJFS7VZMTUFLF 

L

â&#x20AC;&#x2122;obligation de sĂŠcuritĂŠ de rĂŠsultat est une règle jurisprudentielle ÂŤ dĂŠcouverte Âť en 2002 par la Cour de cassation dans le domaine des accidents du travail1 qui sâ&#x20AC;&#x2122;est ensuite propagĂŠe en droit du travail en 20052. Cependant, au niveau de la preuve, la diffĂŠrence de rĂŠgime juridique est manifeste : En droit de la SĂŠcuritĂŠ sociale : la faute inexcusable (Ă  la lumière de lâ&#x20AC;&#x2122;obligation de sĂŠcuritĂŠ de rĂŠsultat) suppose la dĂŠmonstration, par la victime dâ&#x20AC;&#x2122;un accident du travail, que lâ&#x20AC;&#x2122;employeur a eu ou aurait dĂť avoir conscience du danger auquel elle ĂŠtait exposĂŠe et quâ&#x20AC;&#x2122;il nâ&#x20AC;&#x2122;a pas pris toutes les mesures nĂŠcessaires pour lâ&#x20AC;&#x2122;en prĂŠserver3 ; En droit du travail : ÂŤ lâ&#x20AC;&#x2122;obligation de sĂŠcuritĂŠ de rĂŠsultat engage la responsabilitĂŠ de lâ&#x20AC;&#x2122;employeur dès lors que le manquement Ă  cette obligation est constatĂŠ et il ne pourra sâ&#x20AC;&#x2122;en exonĂŠrer quâ&#x20AC;&#x2122;en dĂŠmontrant que lâ&#x20AC;&#x2122;accident ou lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvĂŠnement dĂŠnoncĂŠ est dĂť Ă  une cause ĂŠtrangère prĂŠsentant le caractère de la force majeure, câ&#x20AC;&#x2122;est-Ă -dire un caractère imprĂŠvisible, irrĂŠsistible et extĂŠrieur Ă  la personne qui lâ&#x20AC;&#x2122;invoque Âť4. Ainsi, en cas dâ&#x20AC;&#x2122;atteinte Ă  la sĂŠcuritĂŠ du salariĂŠ, lâ&#x20AC;&#x2122;employeur est non seulement responsable de son propre fait et de celui de ses prĂŠposĂŠs, mais ĂŠgalement de celui des En cas dâ&#x20AC;&#x2122;atteinte tiers. MĂŞme lorsque le salariĂŠ a ĂŠtĂŠ Ă  la sĂŠcuritĂŠ du agressĂŠ par son conjoint, tiers Ă  la salariĂŠ, lâ&#x20AC;&#x2122;employeur relation de travail !5 est responsable De surcroĂŽt, lâ&#x20AC;&#x2122;employeur manque Ă  de son propre fait son obligation de sĂŠcuritĂŠ dès quâ&#x20AC;&#x2122;un et de celui de ses salariĂŠ est victime, sur son lieu de prĂŠposĂŠs, ainsi que travail, de violences physiques ou mode celui des tiers. rales ÂŤ quand bien mĂŞme il aurait pris des mesures en vue de faire cesser ces agissements Âť6. Dans un prĂŠcĂŠdent article, nous avions commentĂŠ les prĂŠmices de cette ÂŤ tendance jurisprudentielle Ă  faire peser la charge de la preuve sur lâ&#x20AC;&#x2122;employeur Âť7. Une sĂŠrie dâ&#x20AC;&#x2122;arrĂŞts rĂŠcents de la Cour de GEWWEXMSRTIVQIXRSRWIYPIQIRXHIGSR½VQIVGIXXIqZSPYXMSR mais ĂŠgalement de mettre en exergue le caractère automatique de la sanction associĂŠe. En effet, pour la Haute juridiction, ÂŤ il appartient Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;employeur, tenu dâ&#x20AC;&#x2122;une obligation de sĂŠcuritĂŠ de rĂŠsultat Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠgard des salariĂŠs, de prendre les mesures propres Ă  assurer lâ&#x20AC;&#x2122;effectivitĂŠ et, en GEWHIGSRXIWXEXMSRHINYWXM½IVUY´MPEEGGSQTPMkGIXXI½RPIW diligences qui lui incombent lĂŠgalement Âť8. Ă&#x20AC; dĂŠfaut, le salariĂŠ subit nĂŠcessairement un prĂŠjudice9. Dit autrement, le salariĂŠ nâ&#x20AC;&#x2122;a pas Ă  apporter la preuve dâ&#x20AC;&#x2122;un TXHOFRQTXH SUpMXGLFH ,O VXIÂźW TXH OÂłHPSOR\HXU QH SXLVVH

pas prouver lâ&#x20AC;&#x2122;accomplissement de ses obligations Pour la Cour de cassation, lĂŠgales pour que le salariĂŠ ÂŤ il appartient Ă  ouvre automatiquement lâ&#x20AC;&#x2122;employeur, tenu dâ&#x20AC;&#x2122;une droit Ă  des dommages et in- obligation de sĂŠcuritĂŠ de rĂŠsultat Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠgard des tĂŠrĂŞts. Dans la plupart des cas, salariĂŠs, de prendre les il sâ&#x20AC;&#x2122;agit des visites mĂŠdicales qui mesures propres Ă  assurer ont sĂťrement eu lieu, mais dont lâ&#x20AC;&#x2122;effectivitĂŠ et, en cas de lâ&#x20AC;&#x2122;employeur nâ&#x20AC;&#x2122;a pas conservĂŠ GSRXIWXEXMSRHINYWXM½IV la preuve. Dâ&#x20AC;&#x2122;ailleurs, certaine- quâ&#x20AC;&#x2122;il a accompli Ă  cette QIRXGSRWGMIRXIHIPEHMJ½GYPXq ½RPIWHMPMKIRGIWUYMPYM dâ&#x20AC;&#x2122;obtenir lâ&#x20AC;&#x2122;application de toutes incombent lĂŠgalement Âť. les règles relatives aux visites mĂŠdicales par ces services, la Cour de cassation accueille de plus en plus favorablement les indemnisations des entreprises Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;encontre des services de santĂŠ au titre de leurs dĂŠfaillances en la matière10. En conclusion, le ÂŤ salariĂŠ compĂŠtent Âť11 en matière de santĂŠ et de sĂŠcuritĂŠ doit dĂŠsormais conserver les preuves de lâ&#x20AC;&#x2122;accomplissement des obligations de lâ&#x20AC;&#x2122;entreprise en ce domaine, notamment la saisine rĂŠpĂŠtĂŠe du service de santĂŠ. DIDIER VUYLSTEKE didier.vuylsteke@unidis.fr (*) Didier Vuylsteke est juriste en droit social Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;Unidis (Union Inter-secteurs papiers cartons pour le Dialogue et lâ&#x20AC;&#x2122;IngĂŠnierie Sociale). (1) Cass. Soc., 28 fĂŠvrier 2002, n° 00-10051. (2) Cass. Soc., 29 juin 2005, n° 03-44412. (3) Notamment Cass. Soc., 28 fĂŠvrier 2002, n° 99-18389 et n° 00-11793. (4) Voir note sous Cass. Soc. 12 janvier 2011, n° 09-70838, in ÂŤ Mensuel de droit du travail n° 17 â&#x20AC;&#x201C; Janvier 2011 Âť. (5) Cass. soc. 4 avril 2012, n° 11-10570. (6) Notamment Cass. soc., 3 fĂŠvrier 2010 n° 08-44019. (7) Voir Chronique/Droit social, La Papeterie n° 324, Juin-Juillet 2013. (8) Cass. Soc., 23 mai 2013, n° 12-14027 ; Cass. Soc., 18 dĂŠcembre 2013, n° 1215454. (9) Cass. Soc., 17 octobre 2013, n° 10-140248 ; Cass. Soc., 18 dĂŠcembre 2013, n° 12-15454 ; Cass. Soc., 15 janvier 2014, n° 12-24701. (10) Notamment Cass. Civ., 27 novembre 2013, n° 12-25242 ; Cass. Civ., 19 dĂŠcembre 2013, n° 12-25056. (11) Voir lâ&#x20AC;&#x2122;obligation de dĂŠsigner un salariĂŠ compĂŠtent in Chronique/Droit social, La Papeterie n° 319, octobre 2012.

la papeterie 328 FĂŠvrier-Mars 2014

61


R ,Θ&ŽƌŵĂƟŽŶ

&ŝĐŚĞŵĠƟĞƌ

Commercial(e) "NCBTTBEFVSEFTPOFOUSFQSJTF MFPVMBDPNNFSDJBM F E½WFMPQQFEFTN½UIPEFTEFWFOUFFUEFmE½MJTBUJPOEF la clientèle. Ce poste requiert capacité d’écoute, autonomie et sens des responsabilités.

0

I GSQQIVGMEP IRXVIXMIRX IX HqZIPSTTI YR TSVXI JIYMPPI HI GPMIRXW E½R H´EYKQIRXIV PI GLMJJVI H´EJ JEMVIW-PWIHqTPEGIVqKYPMrVIQIRXTSYVTVSTSWIV WIWWIVZMGIWIXWIWKEQQIWHITETMIVW(qTSWMXEMVIHI P´MQEKIHIQEVUYIHIPEWSGMqXqMPGSRWIMPPIPIWGPMIRXW WYVPIWGEVEGXqVMWXMUYIWHIWTETMIVWIXHq½RMXHIWWSPY tions personnalisées. ■ 1-77-327*MRGSRREMWWIYVHIWTETMIVWIXI\GIPPIRX RqKSGMEXIYV MP EGXYEPMWI IX JEMX qZSPYIV PI ½GLMIV GPMIRX IR TVSWTIGXERX -P WYMX EYWWM P´EGXYEPMXq HY QEVGLq HIW XIGLRMUYIW H´MQTVIWWMSR HIW TVM\ IX HIW GSRGYVVIRXW -P EREP]WI qKEPIQIRX PIW STTSVXYRMXqW IX PIW QIREGIW E½R H´ETTSVXIV k PE HMVIGXMSR GSQQIVGMEPI XSYXIW PIW MRJSVQEXMSRW WYWGITXMFPIW H´EQqPMSVIV PE TIVJSVQERGI HIP´IRXVITVMWI)R½RMPGSQQYRMUYIEZIGP´qUYMTIGSQ QIVGMEPI IX PE LMqVEVGLMI WYV PIW EGXMSRW IR GSYVW PIW TVM\PIWYMZMHIWGPMIRXWIXPIWTVqZMWMSRWHIZIRXI ■ :-) 463*)77-322)00) )PPI GSRNYKYI KSX HIW VIWTSRWEFMPMXqWQSFMPMXqEYXSRSQMIIXEMWERGIVIPEXMSR RIPPI0IGSQQIVGMEPSVKERMWIWSRXIQTWIXWIWHqTPE GIQIRXWIRJSRGXMSRHIWSFNIGXMJWHIWEHMVIGXMSR-PWEMX GITIRHERXW´MRXqKVIVkYRIqUYMTIIXsXVIWSPMHEMVIHIWE HMVIGXMSR'IQqXMIVTIVQIXHIXVEZEMPPIVEZIGHIWMRXIV PSGYXIYVWZEVMqWIXWYTTSWIHIWIQIXXVIkPETSVXqIHY GPMIRXEZIGWSYVMVIIXHMTPSQEXMI ■ 4)674)'8-:)7%TVrWTPYWMIYVWERRqIWH´I\TqVMIRGI PIGSQQIVGMEPTIYXHIZIRMVMRKqRMIYVH´EJJEMVIWSYVIW TSRWEFPI%ZIG YRI JSVQEXMSR GSQTPqQIRXEMVI IR PER KYIWqXVERKrVIWIXYRITVEXMUYIGSRWqUYIRXIHYQqXMIV PIWTSWXIWH´IRGEHVIQIRXHIKIWXMSRHIWIVZMGIWSYHI GSQQIVGIMRXIVREXMSREPVITVqWIRXIRXEYWWMHIWSTTSV tunités. ■ ):3098-327(91f8-)64PYWUYIPEZIRXIG´IWX PIWIVZMGISJJIVXUYMIWXWXVEXqKMUYI0IWJSRGXMSRWGSQ QIVGMEPIWFqRq½GMIRXKPSFEPIQIRXH´YRQEVGLqTSVXIYV IX PI GSRXI\XI HI JSVXI GSRGYVVIRGI GSRHYMX k YRI LEYWWIWSYXIRYIHIGIX]TIH´IQTPSM ■ %''Ç7 4PYWMIYVW HMTP|QIW EZIG YRI SVMIRXEXMSR QEVOIXMRK IXSY GSQQIVGMEPI TIVQIXXIRX H´EGGqHIV k GIXXITVSJIWWMSRHY&87±%GXMSRGSQQIVGMEPI²EY1EW XIVWTqGMEPMWq9RIFSRRIGSRREMWWERGIHIP´SVKERMWEXMSR HIP´IRXVITVMWIIWXKqRqVEPIQIRXHIQERHqI'IQqXMIV IWXEGGIWWMFPIEY\HqFYXERXWEY\GEHVIWI\TqVMQIRXqW IXEY\±WIPJQEHIQIR²)R½RPIGSQQIVGMEPVIpSMXYRI JSVQEXMSRGSQTPqQIRXEMVIHIWEWSGMqXqWYVPIWWTqGM½ GMXqWHIWTETMIVWIXWYVPIWWIVZMGIWTVSTSWqW

'IXXI½GLIIWXVqEPMWqIKVlGIkP´3FWIVZEXSMVITVSWTIGXMJHIW QqXMIVWIXUYEPM½GEXMSRWHIP´-RXIVWIGXIYVW4ETMIVW'EVXSRW jean.grassi@observatoirepapierscartons.org lesindustriespapierscartons.org 62

la papeterie 328 Février-Mars 2014

>>> LE TÉMOIGNAGE. Daniel Wormeringer, responsable du développement, Arctic Paper France

«

Le métier de commercial requiert des qualités très variées, explique avec passion Daniel Wormeringer. Selon moi, il faut tout d’abord être dans l’empathie, à l’écoute et patient, tout en sachant argumenter et contre-argumenter. Il faut aussi faire preuve de rigueur avec soi-même et avec les autres, avoir le goût de l’autonomie, voire d’une certaine solitude, pouvoir se remettre en question, donc savoir gagner mais aussi perdre ! Vis-à-vis du client, il s’agit également de créer un esprit de partenariat et de services et de refuser d’entrer dans un rapport de force car tout fournisseur, petit ou grand, a toujours quelque chose à apporter ! Par-dessus tout, il est nécessaire d’aimer ce que l’on fait car cela permet d’être plus IRHYVERXHERWYRQqXMIVHIPSRKYILEPIMRI)R½RHERWYRQSRHIHITPYWIRTPYWZMVXYIPPIGSRXEGX direct avec le client et la parole donnée restent, fort heureusement, des valeurs essentielles. » Daniel ;SVQIVMRKIV ERW IWXMRXEVMWWEFPIWYVWETVSJIWWMSR)XTSYVXERXGI½PWHIHMTPSQEXIRI WITVqHIWXMREMXTEWTVqGMWqQIRXkGIX]TIHIGEVVMrVI« Pour choisir et intégrer une classe de seconde spécialisée, j’ai passé et réussi quatre concours (Boulle, Corvisart, Estienne et… prothésiste dentaire !). J’ai choisi l’école Estienne car j’estimais que le champ des métiers à la sortie y était plus large. Après mon bac technique, j’ai obtenu le Diplôme supérieur Estienne des Arts et Industries Graphiques. »(´EYXVIWHMTP|QIWWYMZVSRXeG]GPIIRXIGLRMGSGSQQIVGMEPkPE''-HI4EVMW IXkPE'LEQFVIHI'SQQIVGIHI0SRHVIWGSQTPqXqUYIPUYIWERRqIWTPYWXEVHTEVYRI JSVQEXMSR±:IRXIIXHqQEVGLIQEVOIXMRK²RMZIEYeG]GPI %ZERXHIHIZIRMVVIWTSRWEFPIHYHqZIPSTTIQIRXIRNYMRTSYVPE½PMEPIJVERpEMWIHY KVSYTI%VGXMG4ETIVSVMKMREMVIHYRSVHHIP´)YVSTI(ERMIP;SVQIVMRKIVERSXEQQIRXXVE ZEMPPq XVSMW ERW TSYV%VNSQEVM (MJJYWMSR GSQQI VIWTSRWEFPI HI WIGXIYV HY PY\I TEVMWMIR 4YMWWITXERWTSYV4ETIXIVMIWHI*VERGIS€MPEH´EFSVHqXqGSQQIVGMEP+VERHW'SQTXIW .YRMSV IRTVIWWIqHMXMSR TYMWIRGLEVKIHIW+VERHW'SQTXIW7IRMSVIXIR½R/I]%GGSYRX 1EREKIV4IRHERXXSYXIWGIWERRqIWPIGSRXI\XIqGSRSQMUYIETVSJSRHqQIRXGLERKq« Les surcapacités de production ont touché l’ensemble de la chaîne papetière, graphique et de l’impression. Il a fallu se remettre en cause et étudier nos forces et nos faiblesses. » 'LI^%VGXMG4ETIVWIWQMWWMSRWWSRXXVrWHMZIVWM½qIW(´EFSVHPETVSQSXMSRIXPIWTEVXIRE VMEXW 7EPSRHY0MZVITIRHERXHM\ERW*IWXMZEPWHIPE&(H´%RKSYPsQIIXHIP´EJ½GLIk'LEY mont…). « Ce rôle de chef d’orchestre vise à optimiser notre impact et à satisfaire au mieux nos partenaires et/ou clients. »)RWYMXIPETVIWGVMTXMSREYTVrWHIWERRSRGIYVWEKIRGIWHITYFPMGMXq IXKVETLMWXIWJVIIPERGI« J’interviens également au quotidien en appui de la force de vente directe et indirecte sur tous nos produits, avec un développement plus ciblé sur nos papiers à valeur ajoutée. » )RVIPEXMSRGSRWXERXIEZIGPIWIVZMGIXIGLRMUYI HqZIPSTTIQIRXHIP´YWMRIHI1YROIHEPW

7YrHI (ERMIP;SVQIVMRKIVEqKEPIQIRXGVqqYRIVYFVMUYITSYVPIWMXI;IFHYKVSYTI HqHMqIkPEKIWXMSRHIPEGSYPIYV-PEEYWWMTEVXMGMTqkPEGVqEXMSRHIPEZIVWMSR±6SYKL²HY Munken Design (Munken Polar, Munken Lynx et Munken Pure). « Je conseille mon métier de responsable du développement aux jeunes, mais pas avant l’âge de 30 ans, car huit à dix ans d’expérience sont nécessaires en commercial avec une forte sensibilité au marketing opérationnel. De manière générale, je pense que les jeunes doivent suivre les formations qui offrent le plus de débouchés et faire passer leur éventuelle passion au second plan. » Attention, TVqZMIRXMPqKEPIQIRXPIRSQFVIHITETIXMIVWRIGIWWIHIWIVqHYMVIIXXVEZEMPPIVWIYPIQIRX HERWGIWIGXIYVTIYXW´EZqVIVXVSTVIWXVMGXMJ(ITPYW« ce n’est plus l’entreprise qui fait votre carrière, c’est vous-même ! ». 7IW TVSGLEMRW Hq½W # 'VqIV HIW SYXMPW HI TVIWGVMTXMSRZIRXI TSYVXSYXPIKVSYTIIXW´MQTPMUYIVHEZERXEKIHERWPERSYZIPPIKEQQIAP Tec Pack, Liner & Flex,HIWXMRqIkP´IQFEPPEKI« Dans ce domaine, j’ai tout à apprendre et à faire. Cela m’ouvre de nouveaux horizons et me motive vraiment. A l’avenir, les papiers évolueront vers encore davantage HIWTqGMEPMWEXMSRIXHIXIGLRMGMXqE½RHIVqTSRHVIkIRGSVITPYWHIGSRXVEMRXIWXIGLRMUYIWIXIRZM ronnementales, tout en proposant, plus que jamais, un très bon rapport qualité/prix. » V. L.


MĂŶŝĨĞƐƚĂƟŽŶƐ

Agenda

MARS

OCTOBRE

25/26. Conférence CTP/PTS sur la conception et le recyclage des emballages à Grenoble. webCTP.com 26/27. Miac Tissue Business Point à Lucca. miactissue.com

7/9. ABTCP à São Paulo. EFXGTSVKFV 15/17. Miac à Lucca. QMEGMRJS 18/19. IPX India à Hyderabad. MT\MRHMEGSQ 27/29. Luxe Pack Monaco. PY\ITEGOGSQ 28/30. Energia Fair à Tampere. IRIVKMEJEMV½ 28/31. Pap-For à Saint-Pétersbourg. TETJSVGSQ 29/31. Congrès Atip à Grenoble. EXMTEWWSJV 29/31. International Pulp Bleaching Conference à Grenoble. MTFGSRJIVIRGIGSQ

AVRIL 2/3. MaqPaper à Igualada. ½VEMKYEPEHESVK 8/10. InPrint à Hanovre. MRTVMRXPMZIGSQ 8/11. Index à Genève. IHERESVK 16/17. Luxe Pack à Shanghai. PY\ITEGOGSQ 23/25. Asian Paper à Bangkok. EWMERTETIVWLS[GSQ

MAI 8/14. Interpack à Düsseldorf. MRXIVTEGOGSQ 13/14. Séminaire PTS/CTP à Munich sur le désencrage. TXWTETIVHI et webCTP.com 14/15. Luxe Pack New York. PY\ITEGOGSQ 18/20. Conférence Prima à Hambourg. TVMQETETIVRIX[SVOSVK 29/30. Congrès de l’Aticelca à Venise. EXMGIPGEMX

JUIN 2/4. Convention et exposition du BIR (Bureau of International Recycling) à Miami. FMVSVK 3/5. PulPaper à Helsinki. TYPTETIVIZIRXGSQ 3/5. World Bioenergy à Elmia, Jönköping (Suède). [SVPHFMSIRIVK]GSQ 3/5. Expobiogaz à Paris Porte de Versailles. I\TSFMSKE^GSQ 4/5. Pack & Gift à Paris Porte de Versailles. TEGOERHKMJXGSQ 4/6. Fefco Summit à Londres. JIJGSSVK 17/20. RosUpack à Moscou. VSWYTEGOGSQ 23/26. European Biomass Conference & Exhibition (EU BC&E) à Hambourg. GSRJIVIRGIFMSQEWWGSQ 24/26. Zellcheming à Francfort. ^IPPGLIQMRKI\TSHI

SEPTEMBRE 3/6. Indoplas, Indopack et Indoprint à Jakarta. MRHSTEGORIX et MRHSTVMRXRIX 17/18. Conférence Specialty Papers organisée par Smithers Pira et Tappi à Milwaukee. WQMXLIVWTMVEGSQ 28/30. Paper Arabia à Dubai. TETIVEVEFMEGSQ 30-IX/2-X. EFIB (European Forum for Industrial Biotechnology and the Biobased Economy) à Reims. I½FJSVYQGSQ

>>> IPBC : envoyez vos projets de conférences !

L

es sociétés intéressées par la présentation d’un exposé à la Conférence triennale IPBC (International Pulp Bleaching Conference) qui aura lieu du 29 au 31 octobre prochains à Grenoble doivent faire parvenir leur résumé avant le 31 mars. Cette conférence est organisée par le CTP, l’Atip, le LGP2 et Grenoble INP-Pagora. MTFGSRJIVIRGIGSQ 64

la papeterie 328 Février-Mars 2014

NOVEMBRE 4/7. Salons Midest et Maintenance Expo à Paris NordVillepinte. QMHIWXGSQ 11/13. Tissue World Asia à Shanghai. XMWWYI[SVPHGSQ 17/20. Emballage & Manutention à Paris Nord-Villepinte. EPPTEGOGSQ 25/27. European Paper Week organisée par Cepi à Bruxelles. GITMSVKIT[

2015 MARS 10/12. Salons ICE Europe (International Converting Exhibition) et CCE International (Corrugated & Carton Exhibition) à Munich. MGI\GSQ et GGIMRXIVREXMSREPGSQ 16/19. Tissue World à Barcelone. XMWWYI[SVPHGSQ

JUIN 21/28. It’s Tissue à Lucca. itstissue.com

>>> Première édition du Salon Cross-Média Publishing

L

e Salon CrossMédia Publishing a tenu sa première édition les 28 et 29 janvier à Paris. Cet événement a regroupé les acteurs du publishing print et du digital autour Cet événement a regroupé trois Salons : Creative Publishing, Dem@in le Livre et de trois Salons : doc@Futur. Creative Publishing, Dem@in le Livre et doc@Futur. Au total, cette manifestation a accueilli plus de 1.300 visiteurs qui ont pu échanger avec 70 exposants et participer aux conférences plénières, aux ateliers et aux premiers Trophées de l’Innovation Cross-Média.


www.groupenp.com

PAPER CLASSIFIED WEBZINE

65


www.groupenp.com

66

PAPER CLASSIFIED WEBZINE



La papeterie n°328 14