Issuu on Google+

SYLVAIN AUBRY 

Thomas Faivre

MÉRYL BONNAMOUR

Claire Febvre

PAUL BOUCHEZ

Caroline Gaoua

ISABELLE CABAL

Laurine Huguet-Machin

LAURA DELANCE

Thomas Lauby

PAULINE DISTEL JULIETTE FAYE HÉLOÏSE ASSELIN CLÉMENTINE BRÉANT

ESTELLE MAHÉ

ÉLÉONORE DAL BELLO

MARINE MORLOT

CAMILLE DEPOUX THOMAS CHIAPOLINI PAULINE COLOMES

Ettore Sottsass

Les Écoles de Condé présentent une sélection de projets des étudiants de première et deuxième années du Mastère Design global, Recherche, Innovation (MDGRI) et du Mastère Stratégie de Communication par l’Image (MSCI), promotion 2013. Ce catalogue est un témoin de leurs rencontres, une trace de leur passage, l’aboutissement de leur parcours… au seuil de leur vie professionnelle.

NICOLAS DELVAL MÉLINA FAGET

mastères des écoles de condé | MDGRI - MSCI | 2013

“Le design ne signifie pas donner une forme à un produit […] Il est une façon de concevoir la vie, la politique, l’érotisme, la nourriture et même le design.”

CÉLINE HEURAUX

MARC DUPONT MARIE FUHRMANN ANNA GUIRAGOSSIAN

OLIVIER SUDOL

LÉA LARRIEU

LUKAS OHEIX

STÉPHANIE LAURENT

CORÉLIE PÉROt

AMÉLIE LECLERC

SAMUEL VERSPIEREN

YASMINE MAHDI

GUILLAUME VIGIER 

MATTHIAS MEUNIER

MAGALI GIRAUDO

MYLÈNE MOREAU

ALEXIS KLEIN

LÉA NINOT

JULIA LASSEUGUETTE

ÉLODIE PALUMBO

SAVINA LEGRENZI

ALEXANDRA PONZIO

MAXIME LUCET

MORGANE ROBIN

AURÉLIE MÉLOU

Joël Andrieu Chloé Boyer Guillaume Caute Audrey Cruchade

LAURE-MARIE TORRE

MARINE MÉNÉTRIER

CAMILLE ALLIOT

LAURÈNE OCCHIPINTI

THOMAS BOUFFARD

Aurélie Nouailhas

CAMILLE PEINEAU

LAURA BRUNETEAU

élodie Poulbère

KARL PETZOLD

MÉLANIE CRÉQUER

CAROLE PRÉNAT

ANRÉA DELETANG

ANTHONY PRÉVOT

DOROTHÉE

WILLY RECULARD

DILLENSCHNEIDER

Geoffrey Lebre

Romain Présat Jérôme Toulouse Axel Tulasne Marine Vassel 

Manon Benoist Xavier Borghini Hugo Cadillon Marion Capdeville Thibault Chapeyrou

LIONEL HAGER, DIRECTEUR PÉDAGOGIQUE ÉCOLE DE CONDÉ PARIS

Jonathan Ermine MAEVA SUVE DELPHINE TAVERNE

JéRéMY AUGER LIZA BADET

design global, recherche, innovation stratégie de communication par l’image

Hugo Fleuret Audrey Larequie Tess Leblond

LOÏC BAHOUGNE

Audrey-Sara Marchesi

MAThILDE VALLÉE

SONIA BENSOULA

émilie Marty

LAURA VANNUCCI

NOÉMIE BOULAY

Léa Philippe

ÉLODIE VAUGEOIS

LAURA BROSSARD

Jennifer Puyjalon

CHRISTELLE TURLAN

colombe dary

AUDE PELAMOURGUE

ANGÈLE FACHAN

JéRÔME PERTUY

BASTIEN GAUTIER

MARLèNE RICHANT

ALISSA GENEVOIS

MARINE SAVIDAN

SOPHIE HAUSER

LUCIE SCHWEITZER

SUZANNE LECOMTE

MERIEM YASSINE

LÉTICIA MADUREIRA SYLVANIE MEIGNIÉ


© Écoles de condé et ses étudiants. Aucun élément de ce catalogue ne saurait être reproduit de quelque manière que ce soit sans l’autorisation et expresse de l’école et de ses étudiants. Écoles de Condé, 13 rue Miollis, 75015 PARIS, Tel : 01 53 86 00 22 www.ecoles-conde.com Coordination : Lionel Hager, lionel.hager@ecoles-conde.com Responsable communication : Nastassja de Mourzitch, nastassja.demourzitch@ecoles-conde.com Direction artistique : Angèle Fachan, angele.fachan@gmail.com Réalisation : Angèle Fachan et Magali Giraudo, magali.giraudo@free.fr Achevé d’imprimer en Janvier 2014 sur les presses de Castelli Bolis, Italie.


“Un designer est la synthèse émergente d’un artiste, inventeur, mécanicien, économiste objectif et stratège évolutionnaire.” Richard Buckminster Fuller


Les écoles de Condé souhaitent former des designers capables de répondre aux exigences d’une profession dont les évolutions rapides sont portées par un contexte économique en pleine mutation et par l’émergence de nouveaux champs de création, qui orientent leurs pratiques vers des approches à la fois plus transversales, coopératives et spécialisées. Les Mastères des écoles de Condé ont ainsi pour objectif de développer les compétences des étudiants diplômés de tous les domaines du design, pour les former à la gestion de projets, sur plusieurs territoires de création : Mastère Design Global, Recherche, Innovation, Mastère Stratégie de Communication par l’Image, Mastère Architecture Intérieure et Espaces Collaboratifs et, à la rentrée 2014, Mastère Créateur-Styliste de Mode, Mastère Architecture Commerciale et Scénographie du Luxe. Ces différentes formations, aux orientations pédagogiques complémentaires, s’organisent selon une structure similaire, sur deux années, alternant six mois intensifs de cours et six mois de stage, prioritairement à l’étranger. Les deux périodes intensives de présence à l’école combinent acquisition de savoirs et gestion de projets. Les projets — dont certains sont menés en partenariats avec des entreprises ou des institutions — permettent le développement de démarches de création qui favorisent le travail d’équipe. Des cycles de conférences complètent le travail en atelier pour approfondir la compréhension et l’analyse des enjeux contemporains de la création. Des workshops avec des artistes enracinent leur production dans des démarches plastiques et expérimentales. Des modules thématiques renforcent leurs capacités techniques et relationnelles.

Les deux périodes de stages conventionnés proposent aux étudiants de mettre en application l’ensemble des compétences acquises dans un cadre professionnel et de confronter leur pratique avec celles de designers du monde entier : New York, Milan, Melbourne, Tokyo, Boston, Montréal, Stockholm, Miami, Londres, Shanghai… Au cours de cette formation, les étudiants engagent aussi une démarche individuelle de recherche qui aboutit à la réalisation d’un projet de fin d’études, évalué par un jury composé de représentants institutionnels et de professionnels, lors d’une soutenance publique organisée au terme des deux années de Mastère. Cette organisation innovante a séduit de nombreuses entre­prises ou centres culturels qui intègrent nos étudiants à leurs équipes à l’issue de leurs études : TBWA Consulting Design, Reflex Groupe, Dragon rouge, Sacha Lakic studio, Ateliers Jean Nouvel, Ogilvy & Mather, Décathlon, Guerlain, H&M, Zadig et Voltaire, Valentine Gauthier, les Bons Faiseurs, Publicis et nous, Plan créatifBabel, Troisième œil studio, Malherbe Retail Design… La réussite de leur insertion professionnelle est également favorisée par l’accréditation européenne du diplôme qui lui donne une lisibilité sur le plan international et facilite la mobilité géographique (de plus en plus nécessaire et souhaitée) de ces jeunes professionnels. La pertinence de ces propositions pédagogiques a été attestée à l’occasion de l’enregistrement du titre de “designer manager de projet” au niveau 1, plus haut niveau du Répertoire national de la certification professionnelle.

Ce catalogue présente une sélection de projets du Mastère Design Global, Recherche, Innovation (MDGRI, 20122013, Paris et Bordeaux) et du Mastère Stratégie de Communication par l’Image (MSCI, 2011-2012-2013, Paris).

Pierre Renollet, directeur général adjoint des écoles de Condé


design global, recherche, innovation

ANNテ右 1

PROJETS

8

WORKSHOPS

54

PARTENARIATS ANNテ右 2

PROJETS

90

68


stratégie de communication par l’image

ANNÉE 1

PROJETS

184

WORKSHOPS

248

PARTENARIATS ANNÉE 2

PROJETS

280

ANNUAIRE

338

EXPOSITION

348

274


mastère design global, recherche, innovation projets 10 d’une langue à l’autre | 12 OP-art | 18 RECONOCER 24 design & RÉCEPTION cinématographique | 26 fakt | 34 sub | 46 void 42 design & innovation SOCIALE | 44 KNIT

workshops 56 c  ’est l’usine, rencontre avec vincent bizien 58 la greffe, rencontre avec julia cottin 62 g  raphisme & paysage, rencontre avec alban gervais

partenariats 70 76 80 88

écritures en turbulences, conjugaisons croisées yooji, haute gastronomie pour les petits l’isige, les 20 ans mini-maousse, microarchitecture

projets de fin d’études 92 96 102 108 110 116 118 122 132 134

le repli dans l’espace public rétro-gression narration & adaptation le fleuve, l’eau, la ville complément(s) d’objet(s) quick memory transmission & génération graphisme & langage des corps accompagnement des aÎnés micro architecture

136 140 144 146 150 154 160 166 170 174

cinéma & graphisme, la lenteur le design a portée de main l’hygiène nomade la mort la matière de l’espace hip hop, fonction & identité espace & alimentation la nature & l’espace la poésie & l’espace l’innovation & tradition


La pédagogie du Mastère Design Global, Recherche, Innovation repose d’abord sur la gestion collective de projets, par équipes structurées en agences pluridisciplinaires. Ces projets de grande envergure, aux problématiques contemporaines de re­ cherche et d’innovation, couvrent par leurs champs d’action tous les territoires du design : design d’espace, design d’objet, design de mode, design textile, design graphique, design éditorial, mais aussi des disciplines plus transversales comme le design culinaire ou le design numérique. Lors de ces projets menés collectivement, l’enjeu est d’endosser la responsabilité de sa mission et de s’ouvrir aux autres domaines. Cette approche de la perméabilité des frontières, de la porosité des savoir-faire et des cultures développe une mobilité, une exigence et une autonomie bénéfiques dans l’exercice professionnel.


d’une langue à l’autre “Les problèmes de conception sont si complexes et si anciens qu’ils sont mieux résolus par l’apprentissage à partir de solutions ayant fait leurs preuves sur une période infinie de temps. Ces solutions se nomment des archétypes ou modèles.” Christopher Alexander

À partir d’un travail préparatoire de recherches sur des créateurs emblématiques dans tous les champs du design, chaque agence pluridisciplinaire étudie ces travaux de références et procède à l’extraction des codes ou des signes distinctifs, identitaires, utilisés par les designers sélectionnés. L’analyse aboutit à un ensemble de signes, de codes, un vocabulaire de formes, des systèmes d’assemblage… qui sont répertoriés et catégorisés de manière à créer un codex, une charte utilisable et fonder les bases d’une langue commune aux différents domaines du design. L’ensemble de ces formes est utilisé pour créer une série d’objets, issus du même langage formel, en croisant le plus possible l’origine des signes. Chacune des propositions se présente comme un inventaire inattendu des différentes façons dont une œuvre peut faire sens, être exploitée, interprétée voire transposée ou transgressée (selon son élaboration, son emploi, son usage, sa fonction, son contexte) dans les différentes pratiques du design. “Le ré-enchantement du monde passe par la porte du symbole. Le changement s’opère (…) par une remontée aux origines : car la réactivation des structures archétypales est en elle-même créatrice. Tout archétype est l’expression de fonctions symboliques qui sont constitutives de l’être humain.” Anne Sauvageot

OP-ART | RECONOCER 11


op-art sylvain aubry | paul bouchez | isabelle cabal | laura delance | guillaume vigier

Notre collectif propose la création d’une exposition intitulée OP-ART (en référence aux pratiques plastiques de perturbations visuelles) de différents projets qui mettent en interaction les objets et leurs utilisateurs : des matrices gra­­phiques, des unités minimales d’habitation en connexion avec leur environnement, des illusions typographiques et photographiques, des vêtements techniques interactifs… Ces différentes expressions de l’interaction permettent de générer des points de vue alternatifs et de jouer sur les perceptions. Chaque projet se fonde sur un même langage régi par le minimalisme et organisé en trois systèmes d’articulations qui sont le pli, le changement d’échelle et la trame.

12

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


13


14

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


15


2100 2400

1600

6000

7000

16

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


17


reconocer Méryl Bonnamour | Juliette faye | estelle mahé | lukas oheix | olivier sudol

Le projet RECONOCER consiste à concevoir un espace éphémère d’expérimentations perceptives, dont l’installation est imaginée au Palais de Tokyo. Une exposition qui interroge notre rapport à la banalité du quotidien, en impliquant le spectateur dans des manifestations synesthésiques de troubles visuels et sensoriels : graphisme sonore, mobiliers anamorphoses, illusions textiles, perte des repères spatiaux…

18

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


19


20

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


Borit earit latiumet eos vernam, cum la nemo omni dolorion eossime core et etur?

12 NOVEMBRE 2012

25 OCTOBRE

25 28 _10_12

EXPOSITION

Omnihil lacerunto te estrum eos eaquam evel essequi atiant et ped quo diciand ebisto ea qui nos maio moluptaes aut eicia saperestem lacestiosti destis.

EXPOSITION 25 OCTOBRE - 12 NOVEMBRE 2012

25 28 _10_12

21


22

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


23


DESIGN & RÉCEPTION CINÉMATOGRAPHIQUE “D’une certaine manière, toutes les formes d’art sont impliquées dans un film.” Sydney Pollack

Quelle sera la culture cinématographique de demain ? Comment envisager autrement son contact : quelles interfaces, quelles formes matérielles, quels espaces publics pour faciliter l’accès aux courts et moyens métrages, au cinéma expérimental ou à l’art vidéo, en intérieur ou en extérieur ? Quel cinéma pour la cité de demain ? À partir d’une réflexion prospective sur l’évolution des pratiques cinématographiques, le projet consiste à interroger les conditions de réception du cinéma, valoriser des expériences plurielles et transversales, intimes et collectives, spectaculaires et interactives, pour donner à voir, à entendre, à lire, à sentir, à éprouver le film autrement. Chaque agence pluridisciplinaire propose un lieu alternatif et innovant de diffusion et de promotion du cinéma, un espace d’expériences cinématographiques adaptées à l’évolution et à la diversité de cette pratique culturelle, avec une contrainte de mobilité qui permette un accès différent au film, autrement et ailleurs. “Pour comprendre l’avenir du cinéma, il nous faut le penser comme un contenant, comme un espace qui invite à y vivre une aventure.” Ruud van der Helm

FAKT | SUB | VOID 25


fakt Paul bouchez | Marine Morlot | lukas oheix | olivier sudol | Samuel Verspieren 

FAKT est un projet de promotion du cinéma documentaire, sous deux formes complémentaires : un événement itinérant et une revue semestrielle, conçus à partir des codes du langage filmique. FAKT propose des “lectures du réel” à travers la projection de documentaires ancrés dans des thématiques actuelles. FAKT ne prend pas parti mais confronte les différentes points de vue pour permettre une prise de conscience, proposer des lectures du réel dans leur pluralité, tendre à l’objectivité par la confrontation. L’événement se déroule dans un “lieu de viralité documentaire”, un espace architectural qui se greffe sur un site existant en lien avec la thématique développée. Par exemple, pour le premier événement consacré au reportage de guerre, le site investi est un hôpital militaire. La revue anticipe et prolonge la programmation de chaque événement.

26

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


27


28

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


29


30

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


31


32

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


33


sub isabelle cabal | pauline distel | juliette faye | estelle mahé | guillaume Vigier 

SUB (Short Urban Beat) consiste en la création d’un atelier mobile de projection de courts-métrages, qui s’implante de manière sauvage dans des lieux de passage urbains. Chaque intervention de cette structure nomade dans l’espace de la ville a pour but d’initier le grand public au court-métrage d’auteur. Chaque sortie sera thématique. Chaque intrusion dure environ trois heures et ne laisse pas de trace de son passage. SUB prend la forme de trois espaces de projections, à l���intérieur et à l’extérieur de modules organisés autour d’un espace d’assise. Une communication numérique (site internet, application mobile et signalétique animée) permet d’informer de l’immédiateté de l’événement à proximité de l’utilisateur. Une revue semestrielle consacrée à la promotion du court-métrage est éditée en reprenant les thématiques successives.

34

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


Short Urban Beat

Short Urban Beat

Short Urban Beat Festival SUB Place de l’Hôtel de ville 18-21H

Le paysage dans le court-Métrage Ingen-akichen,Michel Gondry, Gilles Gerraz

Festival SUB Place de l’Hôtel de ville

Festival SUB Place de l’Hôtel de ville

TU NANTES 2012

COUP DE COEUR

SELECTION REUTERS 2012

COUP DE COEUR CE QUI NOUS À PLU CE QUI VOUS PLAIRA Ensemble des faits d’actualités, sorties picturales de ces 6 derniers mois qui nous ont réchauffées le coeur, donné des frissons. C’est au tour de l’agence de presse Reuters de nous proposer comme l’année précédente les 95 clichés qui ont marqué le plus l’année 2012, avec des images très émouvantes et parfois terribles.

# 04

Short Urban Beat n°1

COUP DE COEUR

# 05

Nouvelle identité du théatre pour la saison 2012-2013 réalisée par le studio parisien AKATRE.

Short Urban Beat n°1

# 06

COUP DE COEUR

# 07

ÉMERGENCES

LES TALENTS PROMETTEURS Gagnant et lauréats de festivals et concours sur le court-métrage, nous vous proposons de découvrir ces inconnus d’aujourd’hui, auteurs et réalisateurs de demain

Short Urban Beat n°1

# 09

ÉMERGENCES

Tatiana Trouvé Gagnant du festival Archicourt

Equae sequost, sus aut essi delent velestota qui omnia conseniae ipienisque restiis remperio. Itate dolore comnimusant volo blame nos eum undis dero etur, utemquam essit que est, cuptatem ut et, que offic te mos intorem saesectotas sa dolor abo. Nam doluptatures eles int. Aximpor atetum harit vel iundust, simusam, con etur? Quid eos quati nissi dolent ullaccu ptatemporia acesequ untisse quidunt aut faccus que pos iumque et qui tet aut ea iliate coreper itatusc iistemporrum doloria nonse moditiis debis aribus molor soluptae consequid etus sit arcipis aut es et ute aut eturitaspero quatibus net odit harupta tibus. Rae volor sunt, que nos eveliqui delit, sin prereris moles si ut ut dolora simus. Mus et quibus et quodiat estrunt, sed quate perro ommolum abor ab is essi beressi non cupta num qui cum velestias rectur, tem evendusam quam ut plique elluptatur, optatem quiasped maximolupta pre volo dolorepudit ersperferum volorecto te eossin exercipsamus vent et rempel invelen iscimo beatiam, tem. Eserrum qui blaudaes coruptate exceaquis que voluptatiae simus eaquam seque vellatius exerepe

ÉMERGENCES

# 08

Jean-paule Rouve Gagnant du festival le court dans tous ses états

# 10

venit quat quos dolest aut pratibe aturem estrum faccus dendebitibus dest omnimetus maiorepre liciis rendio. Dollam, nullaciendis ea quo ipis exeribus conseque nonecturecae pra dolupti vendaeprae ant audanim usdam, audae im voluptat inis presed ut estiur magnisciatem velentiae optati cuptatur, nitatec erchicia et prestota nam, consecerum quiatqui opta ex ea sum et as quas sitis earum volum dolest, sunt quasit qui sum quibusanto molupta quidus ut modit eum quassi con re cus, sitisqui dera aut aborepe rcitissim a inctibu sapicab oritaerundis uta vendel et quis acero omnim vit et ma volore res undusciis necti simolle ssinvelectas nimus excerit lacessi nveles et eatur sitassim et omnissitas doluptae sit in cullut et quam volor am quo ommoluptis sumeni sitio magnam, in re reribus magnisc ipsam, aut abore nectus digendunt occum alicien dipsam quae cus am re nus doloria qui sed ma dolentorum rerestiis eosaeri onsequid et volorro bearum adi offici cuscipsam, occatestrum etust, simagni dolor magnatum nit accum ea quaspero blabore scillibusti qui rectati occus, odit, iduciam, odiaere rumque ventiosam, voluptaque doluptat fugia dernam

Short Urban Beat n°1

Equae sequost, sus aut essi delent velestota qui omnia conseniae ipienisque restiis remperio. Itate dolore comnimusant volo blame nos eum undis dero etur, utemquam essit que est, cuptatem ut et, que offic te mos intorem saesectotas sa dolor abo. Nam doluptatures eles int. Aximpor atetum harit vel iundust, simusam, con etur? Quid eos quati nissi dolent ullaccu ptatemporia acesequ untisse quidunt aut faccus que pos iumque et qui tet aut ea iliate coreper itatusc iistemporrum doloria nonse moditiis debis aribus molor soluptae consequid etus sit arcipis aut es et ute aut eturitaspero quatibus net odit harupta tibus. Rae volor sunt, que nos eveliqui delit, sin prereris moles si ut ut dolora simus. Mus et quibus et quodiat estrunt, sed quate perro ommolum abor ab is essi beressi non cupta num qui cum velestias rectur, tem evendusam quam ut plique elluptatur, optatem quiasped maximolupta pre volo dolorepudit ersperferum volorecto te eossin exercipsamus vent et rempel invelen iscimo beatiam, tem. Eserrum qui blaudaes coruptate exceaquis que voluptatiae simus eaquam seque vellatius exerepe

# 11

venit quat quos dolest aut pratibe aturem estrum faccus dendebitibus dest omnimetus maiorepre liciis rendio. Dollam, nullaciendis ea quo ipis exeribus conseque nonecturecae pra dolupti vendaeprae ant audanim usdam, audae im voluptat inis presed ut estiur magnisciatem velentiae optati cuptatur, nitatec erchicia et prestota nam, consecerum quiatqui opta ex ea sum et as quas sitis earum volum dolest, sunt quasit qui sum quibusanto molupta quidus ut modit eum quassi con re cus, sitisqui dera aut aborepe rcitissim a inctibu sapicab oritaerundis uta vendel et quis acero omnim vit et ma volore res undusciis necti simolle ssinvelectas nimus excerit lacessi nveles et eatur sitassim et omnissitas doluptae sit in cullut et quam volor am quo ommoluptis sumeni sitio magnam, in re reribus magnisc ipsam, aut abore nectus digendunt occum alicien dipsam quae cus am re nus doloria qui sed ma dolentorum rerestiis eosaeri onsequid et volorro bearum adi offici cuscipsam, occatestrum etust, simagni dolor magnatum nit accum ea quaspero blabore scillibusti qui rectati occus, odit, iduciam, odiaere rumque ventiosam, voluptaque doluptat fugia dernam

ÉMERGENCES

35


void sylvain aubry | méryl bonnamour | laura delance | céline heuraux | coralie pérot 

VOID est un festival de cinéma, annuel, nocturne, ouvert au grand public, valorisant la diversité des expériences cinématographiques : courts métrages ou longs métrages, film populaire ou art vidéo, cinéma en plein air ou capsule individuelle, contemplation ou expérimentation. Cette pluralité d’expériences est scénographiée dans un espace qui propose des conditions de réception variables, révélant les singularités du cinéma contemporain et les possibilités multiples de visionnage d’un film, instaurant une tension constante entre l’intime et le collectif, l’immersion et le partage, l’instantané et le durable. Une revue de cinéma alternative est éditée pour promouvoir la diversité de ces expériences du cinéma d’aujourd’hui et de demain.

36

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


37


P 7

A 5

35, ROUTES DE SÈVRES

Le VOID Festival propose un ensemble d’expériences cinématographiques agissant sur la réception de l’oeuvre cinématographique. Le but est de proposer une nouvelle vision du cinéma, une vision contemporaine, libéré des salles de cinéma

R 0

I 1

MÉTRO: LIGNE 1 PONT DE NEUILLY

classique afin de percevoir autrement cet art. Le festival veut représenter le cinéma dans sa pluralité avec ces multiples expériences et sa programmation éclectique. Soyez prêt à redécouvrir le cinéma.

P R O G R A M M AT I O N

W W W.V O I D F E S T I VA L . C O M

38

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF

S 6


39


40

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


41


DESIGN & innovation sociale “Les conditions de vie doivent changer. La régénération ne vient que du champ élargi de l’art” Joseph Beuys

Les marques doivent aujourd’hui répondre à de nouveaux défis  : mondialisation et concurrence des entreprises à bas coûts, atonie de la demande, baisse de la consommation, hausse prohibitive des coûts publicitaires, préoccupations environnementales… qui obligent à penser de nouvelles propositions stratégiques et d’autres modes de construction de marque, en rupture avec l’existant. L’innovation ne se pose plus forcément sur l’unique terrain de l’innovation technologique, mais sur le territoire élargi de l’innovation sociale, qui réinterroge les usages, les pratiques culturelles, les relations interpersonnelles, les modes de vie, les comportements de consommation, les processus de fabrication émergents, dans des démarches de conception collaboratives, solidaires, citoyennes. Cette ère de réinvention radicale des produits, des services, des agencements sociétaux doit permettre aux citoyens de “mieux vivre ensemble autrement”. Dans ce contexte, le projet consiste en une création de marque de design global participant à l’innovation sociale, proposant une alternative aux excès consuméristes en assumant une éthique de la modération économique et les impératifs écologiques, non comme des contraintes mais comme des facteurs de création et d’innovation. “Comment vivre ensemble ?” Roland Barthes

KNIT 43


knit sylvain aubry | laura delance | juliette faye | olivier sudol | samuel verspieren

KNIT consiste en la création d’une marque fondée sur les nouvelles pratiques du design participatif. Dans son concept-store itinérant, elle propose la vente de collections de mobilier à construire, à partir de packs de pièces réutilisables pour plusieurs objets. La marque défend le postulat qu’il est possible de tout créer à partir de quelques composants. Il est ainsi possible pour chaque utilisateur de construire plusieurs produits à partir de simples éléments et de quelques combinaisons. Avec ce parti-pris radical, KNIT défend les valeurs de simplicité formelle et de clarté organisationnelle, répond aux impératifs écologiques d’économie de la matière et de lutte contre l’obsolescence programmée des objets, elle développe une philosophie du partage en proposant des espaces de travail collaboratifs et de création participative.

44

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


45


46

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


47


48

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


49


50

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


51


52

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


53


Entre les périodes de projets de design global, des séquences de travail alternatives sont organisées sous la forme de workshops avec des plasticiens présents sur la scène internationale des arts contemporains, ou avec des professionnels du design choisis pour leur approche expérimentale, qui proposent aux étudiants une problématique liée à leur propre démarche. Ces rencontres incitent les étudiants à garder en éveil leur curiosité, leur prise de risques et leur capacité exploratoire. Elles leur font découvrir des pratiques à travers la réalisation collective ou individuelle d’un projet sur quelques jours. Pour la promotion 2012-2013, nous remer­cions Vincent Bizien, Julia Cottin et Alban Gervais pour leur disponibilité et leur générosité lors de ces rencontres.


c’est l’usine ! rencontre avec Vincent Bizien « Un modèle a déjà fait ses preuves au début des années 60, puisque LA FACTORY d’Andy Warhol a été le lieu émergent de création et de production d’œuvres plastiques diverses. Puis, il y a peu, c’est Michel Gondry qui usinait au centre Pompidou, avec un projet de films amateurs innovants. Ainsi, dans notre usine, on met en relation des énergies multiples, des compétences variées et complémentaires. On s’attache tout autant au processus de production qu’au produit lui-même. Notre souci est ainsi de valoriser les différentes phases à l’œuvre dans un projet créatif afin qu’elles puissent aussi exister de façon autonome. Dans notre usine on fait péter le formatage, on taraude les conventions, surtout sociales, on compresse le temps de travail pour obtenir des journées de 72 heures, tout le monde est le patron, la hiérarchie est horizontale, les salaires sont poétiques et les actionnaires heureux. Mais surtout, à l’usine, on va au charbon ! Ici, il sera question de produire des images sous toutes leurs formes, fixes, animées, en mouvement. Une usine de production d’images dont l’objectif est la réalisation d’un film, mais dont chaque phase pourra exister pour elle même, de l’écriture du scénario à sa réalisation, en passant par la communication du projet en sérigraphie, la création de décors, costumes, etc… et tout cela avec les moyens du bord, sachant que le bord est très pauvre… Deux thématiques : “les enfants sauvages” et “jour de grève” » Vincent Bizien

56

MDGRI année 1 workshops


57


58 58

MDGRI année 1 1PROJET COLLECTIF MDGRI année WORKSHOP


la greffe rencontre avec Julia Cottin « Le workshop propose la transposition de la notion de “greffe” dans le champ de l’art. La greffe est d’abord un apport vivant, en symbiose avec son environnement. On peut s’imaginer par métaphore, comment le principe d’une greffe d’un organe — sur les arbres comme sur les hommes – peut se transposer dans le champ de la création. Comment greffer un volume au sein d’un espace ? S’implanter dans un organisme, un système auto-suffisant ou déficient ? S’adapter au rythme du vivant ? La greffe est aussi un système n’existant pas de lui-même, il tire son énergie de l’environnement qui l’entoure, du milieu auquel il participe. La greffe est un corps étranger qui se doit d’être accepté  : ne pas se faire rejeter et s’enraciner. La greffe temporaire : l’exemple des respirateurs artificiels. La greffe “réussie” : quand il y a symbiose, même pour un temps déterminé. La greffe “a pris”. Il s’agira de comprendre ce qu’est une greffe et quel est son usage, et alors peut-être et tout d’abord, d’opérer des greffes au sein d’une même technique, puis de croiser et d’hybrider divers médium entre eux, et pourquoi pas de greffer des œuvres dans un espace même. Peut-on greffer tout et n’importe quoi, sur tout et n’importe quoi ? Est-ce que l’hybridation en art transforme le jugement de ce qui est envisageable et de ce qui ne l’est pas ? Quelles sont les limites du possible et de la nécessité, et à quelles fins ? Nous tenterons de comprendre ce qui fait qu’une greffe prend ou ne prend pas. » Julia Cottin

59


60

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


61


graphisme & paysage “La règle seule est monotone le hasard seul est inquiétant.” Henri Michaux, Intervention, L’espace du dedans.

La production de Jean-Marc Ballée à l’occasion de sa résidence à Chaumont, entre 2003 et 2005, est l’occasion de voir comment il s’est “approprié le territoire chaumontais, l’espace public urbain et péri-urbain, pour en faire son principal élément de travail, le matériau premier qui donnera corps à ses créations”. à propos de l’exposition “Jean-Marc Ballée est aux silos”

62

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


Rencontre avec Alban Gervais « Ce travail consiste à interroger notre rapport au paysage, de sa perception comme espace physique — ou comme espace mental — puis sa “traduction” sur papier : “celui que nous semblons connaître tant, dans lesquels nous circulons tous les jours, où rien ne semble se produire”. L’ensemble du projet repose sur la relation paysages-signes. Il faut alors commencer par repérer les balises de ce quotidien et son calme apparent, cet espace familier pour finir par proposer un travail extime : 1.  appropriation du territoire, 2.  bornes de cet espèce d’espace qui finira 3. par être partagé(s), faire série. […] Cet espace nécessite de s’y rendre très régulièrement pour en capter sa singularité : ombre / lumière, flux / abandon, activité / inertie, paresse / énergie, monotonie / agitation […] Dans un second temps, à l’aide de codes graphiques maîtrisés, le travail consiste à pointer l’intérêt du lieu, instaurer un dialogue entre espace et formes — qui peuvent suivre une fonction  : l’agitation, l’action, l’intervention et /ou une direction poétique, ouverte sur la vacance et le rebond — par une série de micro-édition. » Alban Gervais

“Autrefois, j’avais trop le respect de la nature. Je me mettais devant les choses et les paysages et je les laissais faire. Fini, maintenant j’interviendrai.” Henri Michaux, Intervention, L’espace du dedans.

63


64

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


65


66

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


67


En parallèle de la gestion des projets de design global, dans une perspective didactique d’approfondissement progressif de leurs compétences, les étudiants mènent des projets en partenariats avec des entreprises, des associations, des institutions, de manière collective ou individuelle. Ils répondent également à des appels d’offre et participent à des concours. Accompagnés par l’équipe pédagogique, les étudiants sont ainsi en prise directe avec des intervenants extérieurs avec qui ils collaborent. Ils confrontent alors leur savoir-faire aux exigences et aux contraintes économiques, techniques, culturelles, du monde professionnel. Ces partenaires jouent un rôle actif dans l’encadrement du projet en mettant à disposition des étudiants leurs ressources internes.


écritures en turbulences conjugaisons  croisées Un projet aux frontières de la culture et du social, de la littérature et du design. paris Le projet “Écritures en Turbulences“ restitue, sous la forme d’une exposition interactive, les rencontres organisées pendant trois ans entre les Chapiteaux Turbulents (ESAT de jeunes autistes) et la Maison des écrivains et de la littérature  : six écrivains successivement en résidence ont livré leur travail d’écriture aux Turbulents qui sont entrés dans l’œuvre littéraire par un processus de “réception créatrice”. Des designers issus du Mastère Design global, Recherche, Innovation, organisés en collectif de jeunes professionnels, ont pris en charge la réalisation de cette scénographie d’exposition rendant compte de la richesse de ces moments partagés, des écritures nées lors de ces rencontres. D’importants partenaires sont impliqués dans cette aventure : les Procédés Chénel et leurs “architectures de papier” ainsi que la manufacture de sièges et de meubles Laval, mettent leur savoir faire technique et créatif au service de cette exposition destinée au grand public. Ce projet d’exposition a d’abord consisté à travailler sur le matériau d’écritures à mettre en scène, l’expression sensible de ces six rencontres, matérialisées sous des formes textiles, graphiques, spatiales… puis en concevoir la scénographie, la restitution éditoriale, en gérer la communication événementielle, pour habiter l’espace du chapiteau d’abord, puis dans la perspective d’un projet itinérant.

70

MDGRI année 1 PARTENARIATS


“Je voudrais être un agitateur pour les réguliers, et parvenir à ce qu’on laissât s’exprimer les irréguliers.” Michel Foucault

“Qu’est ce qui se met en mouvement lorsque les mots surgissent convoqués ou pas ? […] L’écrivain jouerait sa peau dans l’écriture. Le public jouerait sa peau dans l’ici et maintenant.” Joël Kerouanton

71


72


73


74

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


75


yooji, la haute gastronomie  pour les petits Partenariat avec l’entreprise Yooji

bordeaux

Comment donner de bonnes habitudes alimentaires aux enfants dès leurs premiers repas ? Comment déculpabiliser les parents de donner des produits “tout faits” ? Comment, dans un marché en décroissance où deux acteurs primordiaux trustent la grande majorité des ventes, une petite société en pleine constitution peut-elle créer le trouble et investir un secteur encore inexploité ? Bien nourrir son enfant relève, dans la tête de nombreux parents, d’une responsabilité fondamentale et parfois paradoxale. C’est à cette problématique qu’à tenter de répondre la jeune entreprise de babyfood Yooji en investissant le domaine de la surgélation pour proposer des produits pour bébés de 6 à 36 mois, présentés en portions (ou portionnables), permettant aux parents de composer les repas de leur enfant de manière ludique, créative et adaptée à ses besoins du moment. “Rien que le meilleur pour les bébés en terme de nutrition et de goût. Rien que le meilleur pour les parents : qualité, diversité, praticité.” Les étudiants de l’école de Condé Bordeaux se sont interrogés sur les scénarios de consom­mation et d’achat de ces nouveaux produits et ont répondu par la création d’une marque se déployant de manière globale et cohérente : du nom commercial de la marque à son identité, en passant par la forme des produits et leur packaging, au réseau de distribution voire aux actions événementielles de lancement, ils ont envisagé la manière dont Yooji pourrait se matérialiser, en s’appuyant sur une analyse fine de la société, de ses valeurs et objectifs, de la concurrence afin de déterminer un positionnement adapté.

76

MDGRI année 1 PARTENARIATS


TANGRAM Joël Andrieu | Romain Presat | Marine Vassel

En partant du constat que le repas d’un jeune enfant ressemble à une aire de jeu, voire à un champ de bataille, nous avons pris le parti de détourner ces situations de jeu pour en faire un moment d’échange et de partage avec ses parents. Pour cela, nous nous sommes appuyé sur le “tangram” qui avec ses formes simples et géométriques permet de créer des silhouettes, en jouant sur le nombre de pièces utilisées et leur disposition. À chaque offre (légume, viande, poisson) correspond une forme qui équivaut à une “portion” nutritionnelle, l’enfant peut ainsi créer un tableau, chaque jour différent, et adapté à sa faim. Pour renforcer cette notion de composition, nous avons travaillé sur un ensemble de pictogrammes (dont les formes sont elles aussi issues du tangram) qui permettent d’illustrer les différentes associations/ recettes. Les packs reprennent dans leur forme cet aspect triangulé, l’accent est cependant mis sur des visuels (photographies des ingrédients en plan serré) pour amener appétence et naturalité. Enfin, nous avons décidé de créer un point de vente spécifique qui permette de transmettre toutes nos valeurs par l’accueil et le conseil. À travers différentes références au japon, à travers le tangram et l’origami, nous avons souhaité transmettre subtilement l’origine du nom Yooji (qui signifie “petit enfant” en japonais).

77


78

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


79


i.s.i.g.e - mines les 2o ans Partenariat avec l’Institut Supérieur d’Ingénierie et de Gestion de l’Environnement pour la réalisation d’un annuaire anniversaire des 20 ans de l’ISIGEMines, Paris Tech. paris « Créé en 1992, l’Institut Supérieur d’Ingénierie et de Gestion de l’Environnement, ISIGE – MINES ParisTech, est le centre de formation de l’École des Mines de Paris dédié à l’environnement et au développement durable. Il forme des experts de haut niveau capables d’appréhender de façon globale ces enjeux en proposant des formations post diplômes (bac+6) à orientation professionnelle qui ont pour but de dispenser une spécialisation ou une double compétence. L’ISIGE forme donc des étudiants issus de parcours variés (école d’ingénieurs, sciences humaines, droit, etc.) qui se rassemblent autour d’un intérêt pour les problématiques environnementales. L’ISIGE fêtera ses 20 ans cette année. Cette date coïncide avec le 20ème anniversaire du Sommet de la Terre à Rio. L’institut organise dans ce cadre une manifestation qui vise à rassembler 20 promotions (plus de 1000 anciens étudiants) et se veut une occasion de retrouver des anciens étudiants perdus de vue et de redynamiser ainsi le réseau de l’institut. Pour cela, un important travail de recherche et de remise à jour des informations s’est mis en œuvre. Afin de valoriser ce travail et redynamiser le réseau des anciens de l’ISIGE, l’institut souhaite créer, à l’occasion de ses 20 ans, un objet avec une visée utilitaire, permettant de retranscrire les informations obtenues de type “annuaire des anciens ”, mais qui aurait également une dimension de “bel objet”. Cet objet édité sera distribué à tous les anciens étudiants au cours de la journée d’anniversaire.

80

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


Ce beau livre, entre 86 et 124 pages, devra contenir l’annuaire, constitué des informations sur les anciens étudiants, un espace “Manifeste” pour les trois créateurs de l’ISIGE, sous forme d’éditorial, un espace “carte blanche” par promotion et une présentation des activités de l’ISIGE et de ses Mastères Spécialisés. Cet objet éditorial doit être en accord avec les valeurs fondamentales de l’ISIGE, qui façonnent l’Institut et ses étudiants depuis vingt ans. L’idée est de retracer sur support papier l’histoire de l’ISIGE au travers de l’identité de chaque promotion. Ce support sera figé dans le temps, lié à la célébration des 20 ans de l’ISIGE. » Frédérique Vincent, Directrice de l’ISIGE

“Favoriser la créativité, le bon sens et la simplicité, s’adapter, réagir, et croiser les expériences et surtout vivre, suivre son cœur…” Valérie Lenglart

81


projet lauréat colombe dary

« L’ouvrage Isige +20 célèbre les vingts ans du département d’ingénierie et de gestion de l’environnement de l’école des Mines ParisTech. L’institution est symbolisée par un carré en défonce, forme stable par excellence, dans un cercle-monde lui même composé d’une multitude de points irréguliers, qui figurent le socle des valeurs de l’école : l’Isige, ses étudiants, ses professeurs, ses intervenants sont au centre de la planète et de ses enjeux écologiques. Autour du carré gravitent, au fil des pages, les différents mastères de l’Isige, mettant en exergue le caractère et la qualité de chaque promotion, ses voyages, ses projets, ses personnalités. Le carré est omniprésent dans l’ouvrage, soutenu par un vert fluo figurant son dynamisme et son énergie dans l’implication de l’institut pour les enjeux environnementaux du monde contemporain. » Ouvrage édité en 500 exemplaires, imprimé en offset quadrichromie + pantone, 5 Octobre 2013.

82

MDGRI année 1 PARTENARIATS


83


MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


85


MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


87


mini maousse, ma cantine en ville Concours de microarchitecture “mini maousse” “Ma cantine en ville” : réactiver l’espace public & inventer de nouvelles civilités bordeaux Manger dans la rue se résume souvent à avaler un aliment préparé en posture debout, dans le flot des piétons et des automobiles. Hormis la terrasse de café, rien n’invite aujourd’hui à s’arrêter dans la rue pour se restaurer, se poser et prendre le temps. En reprenant l’idée de la cantine, dans sa signification historique — un meuble conçu pour le transport de vivres mais aussi en tant que réfectoire pour les repas en commun, il faut proposer un dispositif (objet hybride entre meuble, véhicule et architecture) capable de répondre à la préparation des aliments, à leur distribution, mais aussi à leur consommation dans l’espace public. Un objet mobile, roulant ou transportable, adaptable à tous les lieux, toutes les conditions climatiques, pour accueillir plusieurs convives dans de bonnes conditions de confort. Il doit inciter à s’arrêter, déguster, échanger et demeurer.

les délices du marché Joël Andrieu | chloé boyer

Le projet consiste à cuisiner des produits de saison en provenance du marché, proposant un menu différent tous les jours. Une cuisine simple, traditionnelle et conviviale. Le cuisinier est en contact direct avec ses clients, partageant son savoir faire. L’espace de préparation et de cuisson est un triporteur autonome en énergie, les ressources sont apportées par une bouteille de gaz et un jerrycan d’eau. Les plats sont mijotés par une cuisson au gaz ou cuits à la plancha. 88

MDGRI année 1 PARTENARIATS


89


La deuxième année du Mastère Design Global, Recherche, Innovation est en partie consacrée à une démarche individuelle de réflexion et de création qui exige des qualités créatives, des compétences techniques, des capacités de recherches, un niveau professionnel, un potentiel d’innovation pour la conception et la réalisation d’un projet de fin d’études. Expérimental ou prospectif, ce projet de diplôme doit rester crédible, voire inscrit dans le cadre d’un partenariat industriel ou institutionnel pour accompagner son développement, et il implique un haut niveau de réalisation. Ce projet, qui atteste un travail engagé sur une longue période de manière impliquée et autonome, est soutenu devant un jury de professionnels reconnus et de repré­ sentants institutionnels.


le repli dans l’espace public liza badet | design d’espace paris

Comment générer du repli dans l’espace public ?

Le repli, c’est se mettre en retrait, marquer une action de recul face à certaines situations qui génèrent un malaise. En travaillant dans les espaces publics relatifs aux transports en commun, j’ai voulu traiter la tension existante entre l’individu et le groupe, dans un environnement spatial où la notion d’intimité est souvent dissipée au profit de la proximité avec autrui. Le projet a d’abord consisté à l’étu­ de et à l’analyse des usages, des gestuelles et des situations liées à toutes les formes de repli. À partir de ces recherches préparatoires, il s’agissait de concevoir des espaces, à usages indéfinis, où le repli devient possible. L’implantation de ces enveloppes dans un contexte aéroportuaire apparait alors comme une application potentielle parmi une pluralité d’ancrages dans des environnements variés, où le projet pourrait trouver sa pertinence.

92

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


93


95


rétro-gression loïc Bahougne | design de produits | coup de cœur du jury paris

L’influence du passé pour appréhender la nouveauté. Le besoin de comprendre les formes qui nous entourent avant d’en proposer de nouvelles.

Le point de départ du projet a été un intérêt porté aux archétypes, ces stéréotypes formels ancrés dans la connaissance des objets, dont la compréhension des formes est alimentée par l’inconscient collectif, les modèles culturels… mais également des mouvements d’innovation. Pour porter un nouveau regard sur des objets dont on oublie la valeur historique, l’approche consiste en la recherche de détails significatifs, qui prennent la valeur d’ éléments testimoniaux. Le principe de ces objets fossiles est leur capacité à générer la perception d’une culture, d’un passé, d’une origine. Formellement, ils intriguent sur leur nature d’objet. Le projet opère un changement de paradigme, un glissement où se renverse la primauté de la fonction (utilitaire) au profit d’autres valeurs (aura, esthétique et affordance). Le projet prend forme dans la destruction et la reconstruction successives d’objets stéréotypés, comme création de palimpsestes. Ces “fossiles” sont une cristallisation artificielle, un témoignage de l’histoire, faisant appel à notre imaginaire. Ce sont des artefacts : ils sont fonctionnels car ils dépassent leur fonction primaire pour se charger de fonctions représentatives ou de substitution. À leur vue, un rapprochement inconscient s’effectue avec des éléments existants. 96

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


97


98

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


99


100


101


narration & adaptation clémence barbier | design graphique paris

“Chaque lecteur est, quant il lit, le propre lecteur de soi-même.” Marcel Proust, À la Recherche du temps perdu

La démarche d’adaptation d’un texte, notamment romanesque, quand elle se dérobe à l’obligation d’une illustration fidèle, implique un acte de re-création, sous des formes narratives alternatives. À partir d’une analyse précise du récit Les désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, qui a été choisi pour sa densité narrative, sa charge émotionnelle et son accessibilité à un large public, la démarche a tout d’abord consisté à explorer les différentes modalités de transposition visuelle du texte, entre graphisme et illustration. Au terme du développement de ces hypothèses, le projet s’est attaché à opérer une adaptation graphique mais aussi spatiale du roman dans une scénographie d’exposition. Le choix d’une installation dans un espace permet en effet une narration immersive et interactive, où la déambulation se substitue à une expérience de lecture. En respectant l’intégrité narrative du texte littéraire, les partis-pris scénographiques, graphiques et typographiques ont été volontairement simplifiés pour leur donner des valeurs symboliques qui permettent d’identifier les éléments du récit (les personnages, les lieux et les actions), sans en fixer les formes et laisser au spectateur la liberté d’exercer son imaginaire. 102

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


103


VIOLETTE

leur plus gros problème est qu’ils ont hérité, beaucoup

Klaus prunille

=

et

orphelins BAUDELAIRE houses

COMTE OLAF

comédien

104


105


106


107


le fleuve, l’eau et la ville manon benoist | design d’espace bordeaux

ILÔ permet aux citadins de faire des activités de plein air en centre ville, par la réappropriation du territoire du fleuve comme un espace propice à la rêverie, où il fait bon vivre.

L’eau étant vitale à la subsistance de son espèce, l’Homme s’est ada­ pté à son environnement et il a peu à peu apprivoisé ce bien précieux pour en exploiter au mieux tout le potentiel naturel. ILÔ permet aux villes et à ses citoyens de tisser un lien d’un nouveau genre avec leur fleuve. Dans une période où la ville est en quête de nouveaux territoires et où les urbains cherchent des moments de ruptures avec le quotidien , ILÔ propose aux villes de valoriser leur fleuve, d’être plus attractives et de promouvoir l’économie locale à l’aide d’activités de plein air : le marché, où seuls des producteurs locaux et respectueux du fleuve peuvent vendre leurs produits ; le barbecue où l’on peut déjeuner en plein air et passer un moment convivial en famille ou entre amis ; la baignade ; la pêche où le visiteur peut s’initier, s’entraîner et rapporter sa pêche chez soi à la manière d’une pisciculture. ILÔ propose un nouvel usage du fleuve, répondant aux attentes des riverains en s’adaptant à ses caractéristiques. Grâce à deux hydroliennes, la structure est flottante, entièrement autonome et a peu d’impact sur l’environnement. Les codes esthétiques et formels d’ILÔ sont issus des univers maritimes et urbains et veulent transmettre la notion de résistance. 108

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


Merci.

2

109


complément(s) d’objet(s) sonia bensoula | design de produits | mention très bien paris

Comment un objet peut répondre à une déficience physique sans être stigmatisant, par de nouveaux scénarios d’usages ?

Les objets conçus pour remédier à une incapacité physique ont souvent une valeur stigmatisante. C’est en les détournant et en les affirmant par leur valorisation qu’ils peuvent s’adresser à un public plus large, même non déficient. Ce projet traite plus particulièrement de l’intégration des personnes malentendantes dans un cadre professionnel. Le projet OUÏR(EAR) propose un ensemble de badges interactifs destinés à tous les employés, déficients auditifs ou non, permettant de signaler à l’aide de vibrations les sons environnants (alarme incendie, téléphone), mais aussi de solliciter ses collègues à l’aide d’un système de reconnaissance vocale. Les badges, appelés aussi OUÏKOS, de formes géométriques différentes, viennent alors s’assembler en fin de journée lors de leur rechargement sur un tableau commun, créant un ensemble ornemental et accentuant la valeur d’unité en entreprise. Ainsi un autre regard sur la déficience auditive s’opère et un nouveau langage entre déficients et non-déficients se crée, pour une meilleure communication sociale.

110

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


111


112


113


114


115


quick memory xavier borghini | design de produits bordeaux

Quelles modalités de transmission transgénérationnelle de nos souvenirs, à l’ère du numérique ?

Si le point de départ de cette réflexion était la transgénération, mes interrogations se sont rapidement portées sur la question du souvenir et la modernité qui en a bouleversé la valeur. Ainsi, alors que nos souvenirs sont aujourd’hui conservés, copiés, collés sur nos écrans, alors que les capacités de stockage deviennent illimitées, comment allons-nous nous y retrouver et comment transmettrons-nous ce capital numérique ? La rematérialisation est alors apparue comme une solution permettant de faire le tri, de redonner de l’importance, de la matière aux souvenirs, de “rendre le virtuel, réel, tangible”. La réponse passe ainsi, par la con­ ception d’une gamme de produits : enregistreur caméra numérique, imprimante de Qm codes —  les Qm codes sont des Qr codes aux possibilités de stockage bien plus importantes, un lecteur et un support d’archivage. Les Qm codes sont ainsi des supports papier imprimés, qui laissent une trace graphique et abstraite de chaque souvenir. Ceux-ci peuvent ensuite être “décodés” seuls ou additionnés pour consulter les souvenirs.

116

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


117


transmission d’objets noémie boulay | design de produits paris

“Dans la rencontre des générations, [...] reconnaître en chacun sa qualité de traceur et de passeur.” Alain Cordier et Annie Fouquet, La Transmission entre les générations

Malgré l’évolution des modèles culturels, la famille demeure un lieu de transmission. Cette transmission s’accomplit, le plus souvent, des plus âgés vers les plus jeunes. Sa dimension symbolique consiste surtout à résoudre la question de ses origines. Ce besoin de racines est plus prégnant aujourd’hui, dans une société en perte de références, où le besoin de mémoire est omniprésent. La passation d’objets de souvenirs crée des liens entre les générations. Ce sont ces objets “passeurs de mémoire”, hérités et conservés, qui permettent de constituer un “nous” (familial), de se distinguer de ceux qui n’en font pas partie, mais aussi de se situer, parmi les autres. La charge émotionnelle des objets transmis sera à la mesure des liens qui unissent celui qui transmet et celui qui reçoit. “Tous nos objets peuvent contribuer à nos besoins de sécurité et d’autonomie, nous permettre de resserrer des liens ou au contraire de les distendre”. Serge Tisseron La transmission est une réflexion sur le passé, le présent mais plus encore sur le futur. Que m’a-t-on transmis ? Que vais-je transmettre à mon tour ? Le projet propose ainsi une gamme complète de mobiliers, conçus pour valoriser la transmission intergénérationnelle. 118

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


119


120

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


121


graphisme & langage des corps angèle fachan | design graphique | félicitations du jury | major de promotion paris

“Qu’est ce qu’un livre en effet, sinon l’occasion de poser la question dans son rapport au corps ?” Marc Perelman, Le Livre au corps.

À l’heure où les modes de représentation du corps renversent les codes figuratifs traditionnels, le design graphique s’engage ici dans la recherche d’une présence des corps, au-delà de leur image, par sa capacité de traduction d’un langage somatique. Ce projet propose de développer l’expressivité graphique d’un langage des corps, conduisant à une manifestation de la corporéité à travers l’objet livre. Une ré-édition expérimentale des Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes propose de manifester à travers la matérialité de l’objet éditorial la corporéité sous tendue dans le texte. Ce projet a consisté en une exploitation des dimensions corporelles de l’objet éditorial (spatialités et matérialités), de ses interactions avec l’environnement (gestes et lumières) pour construire un langage graphique, visuel et tactile, du mouvement continu, de la profondeur indicible, de la variabilité et de l’unité, de la simplicité et de la complexité, qui signifie la pluralité des états du corps : une corporéité manifeste, induite par ce texte, qui participe d’une lecture sensible, au-delà de la verbalisation. “Le langage est une peau : je frotte mon langage contre l’autre. C’est comme si j’avais des mots en guise de doigts ou des doigts au bout de mes mots.” Roland Barthes 122

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


123


Photographies : Audrey Coffignot

124


125


126


127


128

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


129


accompagnement des aînés hugo fleuret | design d’espace bordeaux

Comment le design peut-il répondre à la nécessité d’un accompagnement du processus de vieillissement ?

Après une étude des différents rapports qu’ont les Aînés à eux mêmes, aux autres, à la société ou encore à leur environnement, j’ai mené des recherches sur l’acceptation et la perception des produits de vieillissement de type orthèses, prothèses ou lits médicalisés qui, suite à différentes rencontres avec des spécialistes, sont apparus comme morcelées. Une ouverture du projet à l’ensemble de l’habitat des seniors a donc été effectuée pour répondre de manière globale à la nécessité d’accompagnement. Après avoir vidé le logement de tous mobiliers et en observant les différents éléments permettant d’élaborer un habitat, un nouveau projet est né : ADA (Accompagnement des Aînés) où comment accompagner les Aînés et futurs Aînés dans le processus du vieillissement pour qu’ils puissent rester aussi longtemps qu’ils le désirent à leur domicile. Celui-ci s’est appuyé sur les lots de constructions inhérents à chaque foyer. Ces lots de constructions sont multiples et chacun peuvent éventuellement jouer un rôle dans l’accompagnement des Aînés vivant à domicile. ADA est donc une proposition de 4 gammes de produits et de services dédiés. Les produits sont vendus en grandes surfaces de bricolage et les services sont disponibles par le biais d’un site internet.

130

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


131


microarchitecture bastien gautier | design d’espace paris

Dans une société plongée dans un phénomène de saturation qui voit toujours plus vite, toujours plus grand, l’architecture semble parfois perdre son rapport à l’échelle humaine. Comment réussir à entretenir ce rapport ?

Le projet propose une réflexion prospective sur les enjeux de l’habitat de demain en milieu urbain, par le développement de micro architectures, envisagées comme des extensions de volumes existants. Il s’agit ainsi de répondre aux problèmes posés par la crise du logement mais aussi de considérer la nécessité d’un repli sur soi caractéristique de notre société, au-delà des normes et réglementations d’urbanisation qui peuvent ralentir le développement de ce type d’installation. Le projet est décliné selon quatre configurations. La première propose une accroche sur un angle de bâtiment. La seconde une surélévation. La troisième se camoufle dans l’environnement urbain. La dernière proposition s’implante en façade. Ces déclinaisons ne sont que des exemples des possibilités d’exploitation de ce projet au caractère unitaire fort. Ces greffes architecturales pour étendre son habitat ont la faculté d’ouvrir de nouveaux axes visuels. La faible dimension des propositions facilite le transport et la mise en œuvre. Une vision plus prospective du projet impliquerait des bâtiments conçus en considérant ce potentiel d’extension du volume de l’habitat, avec des accroches disposées en façades pour y ajouter ces greffes micro architecturales. 132

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


133


134


135


cinéma & graphisme : la lenteur Alissa genevois | design graphique paris

“Le cinéma est la seule expérience dans laquelle le temps m’est donné comme perception [c’est-à-dire une durée].” Gilles Deleuze, L’image-temps.

L’origine du projet est une expérience cinématographique  : une rencontre avec les films de Gus Van Sant, une découverte d’un certain cinéma où les actions et le rythme sont ralentis, où la narration et les dialogues sont épurés. Un cinéma lent, qui laisse le temps au regard d’apprécier tous les détails de l’image cinématographique. Le projet propose d’exporter les codes cinématographiques de ce cinéma lent dans le domaine du design éditorial et la conception de livres. A contrario de la tendance actuelle qui favorise l’immédiateté, le projet développe un forme d’expression graphique prônant la contemplation et l’introspection. À force de quête de vitesse, on a négligé la puissance de la lenteur. Il s’agit de revaloriser et replacer la lenteur dans notre quotidien. D’autre part, ce projet à la volonté de replacer le lecteur au cœur du processus de lecture et promouvoir les valeurs du livre imprimé dans un contexte de développement du numérique. Trois collections de livres fondées sur les valeurs de la lenteur explorent des possibilités alternatives de réception du livre imprimé à partir des codes cinématographiques. Ces collections proposent trois expériences de lecture innovantes, pour des textes rassemblés sous une thématique commune : les territoires du réel. 136

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


137


138

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


139


le design à portée de main sophie hauser | design graphique paris

“La connaissance s’acquiert par l’expérience, Tout le reste n’est que de l’information.” Albert Einstein

En quoi la manipulation pourrait être à l’origine de nouveaux usages dans le domaine du design ? Les mains aident à résoudre certains problèmes. Pas simplement pour compter sur ses doigts. Essayez d’expliquer ce qu’est un escalier en colimaçon sans avoir recours à vos mains ! Si les mains permettent de décrire des formes complexes, leur usage n’est peut-être pas seulement démonstratif. Plus fondamentalement, elles accompagnent la pensée et lui servent de support. L’expérience résulte des valeurs d’usage associées à l’objet par sa manipulation : appropriation, mémorisation, animation, expression de soi, concentration, fascination... qui peuvent servir une volonté pédagogique. En effet, certaines manipulations de l’objet accroissent la concentration de l’utilisateur par leur animation. Ou encore, la révélation par l’effet de surprise, condense nos émotions, intensifie notre réaction et facilite la mémorisation. Ces usages d’objets manipulables peuvent ainsi participer d’une pratique alternative d’apprentissage des connaissances, par des moyens qui ne sont pas seulement cognitifs, pour développer des outils pédagogiques, ici de sensibilisation aux concepts par des objets graphiques : PHILOMANIE, la philosophie à portée de main. 140

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


141


142


143


l’hygiène nomade audrey larequie | design de produits bordeaux

Dans un contexte de nomadisme urbain et de suractivité des corps, comment préserver son hygiène corporelle dans un espace public ?

Dans un contexte de nomadisme urbain caractérisé par une évolution des usages, le projet a pour ambition de répondre à un besoin universel, qui concerne tout le monde, à un moment donné, quels que soient l’âge, le sexe ou la catégorie socio-professionnelle : le besoin d’hygiène, d’estime de soi, d’image de notre corps. L’observation de nouveaux modes de vie, plus actifs, plus denses, m’ont amené à la conclusion que de nouvelles pratiques pouvaient émerger, notamment dans la sphère publique. Bien sûr, il existe des produits d’hygiène nomade, mais ceux-ci ont également leur limite. Que se passe-t-il quand la perception de notre hygiène, visuellement, olfactivement, est mise à mal dans un contexte public : entre le besoin d’hygiène et une accessibilité accrue ? KLINE est un service qui s’implante dans des espaces de multimobilité, des stations multimodales, un lieu dédié, une capsule qui réponde aux sollicitations tant physiques que psychologiques et temporelles, permettant de faire une toilette intermédiaire, en attendant…

144

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


Nettoyage automatique

Libre

150 c m

Libre

Libre

Occupé

Occupé

Nettoyage

102

102

70 cm

102

25

145


la mort tess le blond | design d’espace | mention bien | major de promotion bordeaux

Comment imaginer un espace funéraire alternatif aux crématoriums actuels pour proposer une autre expérience du deuil ?

L’étude des rites funéraires laïques en France ouvre un large champ d’investigation pour les designers. Pour répondre aux enjeux sociaux de la conduite du deuil et, plus particulièrement, à la gestion du souvenir dans les pratiques funéraires, le projet propose une alternative à l’aménagement traditionnel des espaces de crématorium. Une analyse du crématorium du site de Mérignac, et une observation de ses dysfonctionnements, ont permis de développer des recherches sur des aménagements d’espaces et des propositions d’objets funéraires, plus adaptés à la gestion de la mort pendant cette étape essentielle du processus de deuil, à la fois sacrée et intime. Par une utilisation des valeurs de la lumière et de la sobriété formelle, le projet propose une remise en cause du lieu (ses formes et ses matériaux), de son usage (par les familles mais aussi par les employés du crématorium), ainsi que de sa symbolique. La création d’un parcours et d’un environnement paysager propose d’accompagner la gestion de la mort dans un espace spirituel et rituel alternatif, un lieu d’apaisement et de recueillement nécessaire, puisque « c’est la façon dont on dit “au revoir“ qui marque fortement le début du deuil. » 146

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


leurs meubles et matĂŠriel, et parfois mĂŞme leurs serviteurs.

147


148

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


CoqUE ExTéRiEURE Bois de pin local

CERCLAgE SCELLé Métal inoxydable

RéCEPTACLE inTéRiEUR Biodégradable

149


la matière de l’espace léticia madureira | design d’espace paris

Comment valoriser un espace vide, inhabité ou inutilisé à partir de la matière qui le constitue ?

La démarche se fonde sur l’étude de la matière des espaces, qu’elle soit matérielle (un objet, un corps, c’est-à-dire du “plein”), ou bien immatérielle (le mouvement, les flux, les tensions). Le travail de recherche et d’analyse montre que la matière est génératrice d’espace. Le projet a pour ambition de créer des modes de conceptions alternatifs pour générer un espace à partir de sa propre matière. Le travail d’expérimentation vise à explorer l’impact du mouvement et de la manipulation de la matière, pour mettre en évidence la création de ruptures, de perturbations, de métamorphoses provoquant des modifications spatiales et volumétriques, qui manifestent l’omniprésence du vide. La présence de ces vides génère une rythmique spatiale, exploitable par le designer. Le projet s’inscrit ainsi dans le contexte de l’aménagement d’un espace vide et plus particulièrement d’une zone de passage. Cette qualification permet une valorisation du lieu en lui donnant une nouvelle fonction. À partir d’une écriture spatiale qui traduit les mouvements et les flux caractéristiques de cet espace de circulation, une scénographie, qui l’apparente à un espace théâtral, ouvre les regards sur le spectacle de l’environnement urbain. 150

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


151


152


153


hip-hop : fonction & identité sylvanie meignié | design de mode paris

Un “basique-fonctionnel”, c’est proposer un vêtement identitaire et innovant qui évolue avec son époque.

Le projet rend hommage à une culture influente dans les champs du design, et notamment du design de mode : le hip-hop. Ainsi, les recherches ont d’abord consisté en l’étude du vêtement, de son rôle, de ses caractéristiques et de son identité, à travers une analyse des différentes périodes marquantes de ce mouvement. Parmi ces évolutions du mouvement, le Gangsta rap représente une vision différente du vêtement, qui vient généralement des prisonniers et des ouvriers. Pour ce projet, il a paru intéressant d’intégrer un caractère technique et sportif à ce vestiaire inscrit dans le quotidien, pour répondre à des besoins fonctionnels spécifiques à la mode hip-hop, comme les contraintes des usages pour la danse. La ligne de vêtement proposée est une déclinaison de basiques omniprésents dans le Gangsta Rap : le t-shirt et le jeans. Il sont détournés ici à l’aide de matériaux confortables et techniques, de coupes et de découpes intelligentes.

154

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


155


156


157


158


159


espace & alimentation aude pélamourgue | design d’espace paris

L’évolution des pratiques et des comportements alimentaires conditionne l’émergence de nouveaux types d’espaces de consommation.

À partir d’une réflexion sur l’évolution des pratiques alimentaires et l’impact de cette évolution sur les espaces de restauration, le projet propose une démarche de recherches sur des expériences alternatives de la consommation alimentaire au sein de l’entreprise. Au terme de ces recherches, les intentions étaient de valoriser des expériences nomades, rituelles, participatives ou sensibles. Considérant les nombreux lieux de restauration collective situés dans des zones industrielles délaissées, avec des espaces extérieurs non exploités, ce projet propose un espace en rupture avec l’environnement de travail, sous la forme d’un verger : un cadre végétal ponctué de lieux de consommation, signifiés par un mobilier flexible que le salarié s’approprie. Ce concept de verger, dont l’organisation est régie par une trame adaptable à l’espace disponible pour chaque entreprise, garde son identité propre par l’utilisation des matériaux et la configuration générale de l’espace évolutif. Le projet propose un usage sensible de la pratique alimentaire, en fonction des saisons. Cet espace modulaire et participatif tisse des liens entre les usagers, favorise l’entraide et le rapprochement. 160

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


161


162


163


164


165


la nature & l’espace marlène richant | design d’espace paris

“Le problème n’est pas la nature mais celui de sa transposition dans la ville (…) la ville doit s’adapter au vivant.” Michel Corajoud

Le projet propose la création de liaisons paysagères qui relient la nature à la ville, dont la Seine en serait “la grand’rue” afin d’abolir les frontières qui subsistent entre le milieu naturel et le milieu urbain et donner l’illusion d’une harmonie. Le projet façonne un environnement de détente, en réinterprétant le foisonnement du milieu naturel. Ce paysage développe une structure continue, proposant une série d’activités adaptées aux citadins, rythmée par de grandes sculptures où, chacun peut s’installer de manière instinctive et spontanée, selon ses besoins, grâce à la disposition d’assises d’appoint, de larges zones de verdure ou encore la disposition de hamacs générés par le déracinement de la structure. Cet aménagement paysager communique de manière divertissante sur la nature. Le projet prend en compte l’évolution des modes de vie des habitants afin de proposer d’autres usages par la création d’un environnement favorisant le repli à la manière d’un échappatoire de proximité. Cet itinéraire paysager porte les valeurs de la nature en imaginant leur “mise en Seine dans la ville”.

166

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


167


169


la poésie & l’espace, dialogue(s) lucie schweitzer | design d’espace paris

“L’architecte bâtit, pour ainsi dire, les idées du poète et les fait toucher au sens.” François René de Chateaubriand

Comment concevoir l’espace à travers le prisme de la poésie. Que peut apporter la poésie à la création spatiale ? La Poésie est une “mise à nu” qui permet de “dire le monde”, de donner à voir l’immuable. En tant qu’espace de recherches, d’expérimentations et de compréhension du monde, la démarche poétique est-elle transposable au design d’espace, pour développer un langage spatial à caractère poétique ? À partir de l’analyse des principaux courants poétiques pour en identifier les procédés de création, la démarche a consisté à expérimenter des équivalences spatiales à ces modalités d’écriture, dans trois directions complémentaires  : la dislocation, le rythme, la correspondance. Cette recherche a permis de développer une approche de l’espace comme des lieux d’expérience, des lieux à vivre, toucher, ressentir et interpréter. Le projet exploite ainsi les potentialités expressives de ce langage spatial pour concevoir trois espaces favorisant l’introspection et la contemplation, la narration et l’errance : trois pavillons sont imaginés comme autant d’échappées à l’emprise de la ville pour entretenir un rapport différent avec son environnement, pour valoriser une expérience poétique de soi et de son rapport au monde. 170

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


171


172


173


se dépose déposesesur sur la surface surface qui devient opaque. se dépose la sur laqui surface devient quiopaque. devient opaque. Dépôt de vapeur d’eau dans un verre contenant un glaçon, glaçon, afin Dépôt deDépôt vapeur de d’eau vapeur dans d’eau un dans verreun contenant verre contenant un unafin glaçon, a d’observer le contact de la vapeur avec le froid. Au contact du froid, d’observer d’observer le contactlede contact la vapeur de laavec vapeur le froid. avecAu le froid. contact Audu contact froid, du fro des gouttes gouttes se forment. des desse gouttes forment. se forment.

innovation & tradition meriem yassine | design de produits paris

“Ce qui est important dans l’emprunt, ce n’est pas l’objet qui entre dans le groupe technique nouveau, c’est le sort qui lui est fait par le milieu intérieur.” André Leroi-Gourhan

Au contact de la vapeur d’eau le papier se froisse et devient transparent. Le même effet que sur la peau, les pores se dilatent et facilite la respiration.

Ce projet se fonde sur une démarche de design global, de l’espace au mobilier en passant par le design de services, qui puise ses origines ailleurs, au carrefour de la tradition et de l’innovation.

Effet de la vapeur d’eau sur une surface lisse

Le projet développe un espace urbain de bien-être qui répond aux besoins d’évasion du citadin européen. Voyager dans la ville, être plongé dans une autre tradition, le temps d’une pause dans un bar à vapeur. L’aménagement intérieur emprunte les codes sensuels de l’architecture arabo-musulmane. Le mobilier technique diffuseur de vapeur est intégré à l’espace comme dans les hammams traditionnels où les bancs “dokkana” sont conçu avec le même marbre que celui des murs. De forme organique, ces espaces intimes ou conviviaux en fonction de leur déploiement à la manière d’un sari, offrent une liberté posturale. Des distributeurs de capsules d’huiles essentielles complètent l’installation.

174

MDGRI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


175


177


“LA SINGULARITÉ  AU SERVICE  DU COLLECTIF,


L’UTOPIE  AU RISQUE  DU RÉEL”

DOMINIQUE BECCARIA, DIRECTRICE DE L’ÉCOLE DE CONDÉ PARIS


mastère stratégie de communication par l’image projetS 186 image de marque alimentaire | 188 aur | 192 oh ! | 196 dôz 200 g  raphisme & engagement | 202 anti-surveillance | 204 enfant soldats | 208 on paris sans pub 212 promouvoir le livre numérique | 214 BIBLIONET | 218 SWAP | 222 GLUT & SYN | 226 MY OWN BOOK 228 porte ouvertes de l’école de condé | 230 DOUBLE LANGAGE | 232 TERRITOIRE TRIBAL | 234 DEVENIR 236 UNE IDENTITÉ URBAINE IMAGINAIRE | 238 2046 | 244 TORTUGA

workshops 250 HIC ET NUNC, rENCONTRES AVEC THIERRY BÉGHIN, INGRID GANTNER, MILÉNA GUILLERMET 260 SPLIT  SCREEN, rencontreS MARTIAL MINGAM, PIERRE-ALAIN ZUMALD 264 L’ARTEFACT, GENÈSE DU DESSIN, rencontre avec alEXANDRE LÉGER 266 MONOLOGUE INTÉRIEUR, rencontre avec JULIETTE SAVAËTE 266 DESSIN INTROSPECTIF, rencontre avec GAËLLE CHOTARD 268 LE LIVRE DE MARQUE, rencontre avec MILÉNA GUILLERMET

partenariats 276 ACTION CONTRE LA FAIM 278 FIAVT

projets de fin d’études 282 286 292 298 302 308 312 316 320 324 328 334

AUTISME, IMPOSSIBLE COMMUNICATION PROMOUVOIR LA LECTURE LIVRESQUE Pour une communication poétique PROMOUVOIR LE CINÉMA D’ART & D’ESSAI SENSIBILITÉ THÉÂTRALE PERSONAL BRANDING COMMUNICATION AUTOUR DE LA MORT COMMUNICATION GRAPHIQUE ET INTERACTIVE MISE A JOUR DU MANUEL SCOLAIRE COMMUNICATION DU MILIEU HOSPITALIER LE GRAPHISME POUR TOUS COMMUNIQUER L’ALIMENTAIRE


Le Mastère Stratégie de Communication par l’Image a pour objectif de former des créateurs-concepteurs à la gestion de projets de communication visuelle, interne et externe, imprimée et numérique, envisagée dans leur globalité : compréhension des enjeux sociaux, économiques et culturels, détermination d’un positionnement et d’une stratégie, création d’un message adapté à chaque support, savoir-faire technique de sa diffusion, maîtrise de sa réception publique. Ces projets de communication, pris en charge colle­ctivement, couvrent tous les domaines d’application de la promotion par l’image qu’elle soit culturelle, publicitaire, institutionnelle, événementielle, politique, commerciale : télévision, cinéma, édition, presse, image de marque…


image de marque alimentaire “Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es.” Jean Anthelme Brillat-Savarin

Une grande enseigne de distribution lance un appel d’offre anonyme à des agences de communication pour fonder l’image d’une nouvelle marque alimentaire  : à partir d’un positionnement innovant qui interroge les fonctions sociales et culturelles de l’alimentation, le projet vise à développer une stratégie de communication créative et alternative. La nourriture procède à la fois d’une fonction biologique pour répondre à un besoin vital, mais aussi de fonctions sociales et culturelles complexes. La pluralité des pratiques et des comportements alimentaires participe à l’élaboration d’une identité collective et individuelle : l’alimentation fédère l’appartenance à des groupes sociaux, la revendication d’un style de vie, elle construit une image de soi et conditionne souvent le rapport aux autres. L’enjeu de ce projet est de trouver un positionnement stratégique qui dépasse la présentation informative des qualités nutritionnelles ou gustatives des produits pour interroger les valeurs contemporaines de l’alimentation — envisagées par exemple comme un processus, un rite, une interaction, un lien social, un rapport au corps, l’expression d’une image de soi, une expérience sensible — et de construire une image de marque alimentaire qui emporte l’adhésion des consommateurs dans une perspective prospective et innovante. “La nourriture doit être non seulement bonne à manger, mais bonne à penser.” Claude Lévi-Strauss

AUR | OH ! | DÔZ 187


aur pauline colomès | karl petzold | alexis klein | mathilde vallée

La marque AUR fonde son image sur la volonté de renouer un lien de confiance avec des consommateurs exigeants, en proposant la vente de produits d’épicerie fine de qualité, dont la provenance et les modalités de fabrication, même industrielles, sont toujours clairement communiquées. Par ce positionnement stratégique, la marque valorise les processus de transformation à travers la métaphore de l’alchimie contemporaine, qui sublime une matière brute en un produit d’exception.

188

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF


189


190

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF


191


oh !

légumes

laitages

apéritifs

laitages

apéritifs

D5DB6C 69C5DA C:23, M:2, J:69, N:0 | magali giraudo | marine ménétrier C:58, M:0, J:15, N:0 thomas chiapolini | anthony prévot | delphine taverne D5DB6C C:23, M:2, J:69, N:0

69C5DA C:58, M:0, J:15, N:0

Oh ! est une marque qui propose de faire redécouvrir des saveurs oubliées, de rééduquer à une plus grande variété des goûts, pour prendre plus de plaisir à table. Sa stratégie de communication repose sur l’effet de surprise.

OhOh ! ! Oh Oh ! !

OhOh ! ! OhOh ! ! fruits

fruits

mal, parJ:86, habitude. C:0, M:22, N:0 C:0, M:53, J:81, N:0 D5DB6C 69C5DA C:23, M:2, J:69, N:0 C:58, M:0, J:15, N:0 FECA2F F28E3C C:0, aménage M:22, J:86, N:0dans la pratique aliC:0, M:53, J:81, N:0 Elle

Oh Oh ! ! Oh Oh ! ! féculents

boissons

3AB396 C:71, M:0, J:51, N:0

OhOh ! ! OhOh ! !

OhOh! !

La marque ne promet pas à ses

consommateurs de découvrir des laitages apéritifs saveursféculents venues d’ailleurs, mais de apéritifs réapprendre à manger ce qu’ils69C5DA laitages D5DB6C féculents n’achèteraient pas en temps nor-C:58, M:0, J:15, N:0 C:23, M:2, J:69, N:0 FECA2F F28E3C

mentaire un certain suspens entre l’acte d’achat et le moment de la consommation, pour susciter une impatience ou une plaisir de la surprise des saveurs.

légumes

3AB396 C:71, M:0, J:51, N:0

OhOh ! ! OhOh ! ! fruits gâteaux sucrés

légumes viandes, poissons légumes 3AB396 viandes, poissons C:71, M:0, J:51, N:0 EB5A5D

Oh !

C:0, M:77, J:55, N:0 3AB396 C:71, M:0, J:51, N:0 EB5A5D C:0, M:77, J:55, N:0

OhOh ! ! OhOh ! ! apéritifs

apéritifs

D5DB6C C:23, M:2, J:69, N:0 D5DB6C C:23, M:2, J:69, N:0

plats préparés viandes, poissons

plats préparés

féculents D4669C FECA2F C:15, M:72, J:7, N:0 C:0, M:22, J:86, N:0

fruits A062A5 F28E3C C:44, M:70, J:0, N:0 C:0, M:53, J:81, N:0

viandes, poissons 9D6D59 EB5A5D C:29, M:54, J:57, N:25 C:0, M:77, J:55, N:0

D4669C FECA2F C:15, M:72, J:7, N:0 C:0, M:22, J:86, N:0

A062A5 F28E3C C:44, M:70, J:0, N:0 C:0, M:53, J:81, N:0

9D6D59 EB5A5D C:29, M:54, J:57, N:25 C:0, M:77, J:55, N:0

boissons

Oh ! Oh !

Oh ! Oh ! 192

laitages

laitages

69C5DA C:58,année M:0, J:15, MSCI 1 N:0 PROJET COLLECTIF 69C5DA C:58, M:0, J:15, N:0

gâteaux sucrés

Oh ! Oh !

Oh ! Oh !

légumes

légumes

Oh ! Oh !

Oh ! Oh ! féculents

féculents

3AB396 C:71, M:0, J:51, N:0

FECA2F C:0, M:22, J:86, N:0

3AB396 C:71, M:0, J:51, N:0

FECA2F C:0, M:22, J:86, N:0


la dernière fois la je dernière l’ai adoréfois ! la dernière je l’ai adoréfois ! je l’ai adoré ! le plaisir est dans le est dans le plaisir changement ! le plaisir est dans le changement ! le changement ! ferme les yeux, fermelales yeux,! ouvre bouche ferme les yeux,! ouvre la bouche ouvre la bouche !

193


194

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF


195


dôz éléonore dal bello | Julia Lasseuguette | camille peineau | maeva suve

Le positionnement stratégique de la marque DÔZ la situe aux frontières de l’alimentaire et du thérapeutique, proposant des produits bienfaisants pour le corps et l’esprit du consommateur. Sa communication insiste sur le caractère prophylactique et curatif de la gamme, en empruntant des codes de la médecine et en insistant sur les vertus, physiques et morales, de chaque produit. Elle assume aussi son ambivalence par la déclinaison de la gamme “vertueuse” en une gamme “vicieuse” qui promet des plaisirs coupables.

196

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF


197


198

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF


199


t er

er

l

i

m

ta

io at

nt

n

n tio

ommateurs

le c o m

t

s

po i n

ts locau x*

ph

o

en t

ime

nne l

ex p r

uti o

po r t em

instit

a p h i q u e s* s gr

co n s

ion ucat

si

l'ed

ue politiq

mp o

ut t

ue

ac p m

la

inc an

gr

humoristiq

e

m es / la sexu les fem a li t

m

so co n e

d

en

ir rt e iv

en e m

i

t dirigeants u es e iti q

rtaliser

vis

ev

tele

n e*

immo

n sce

s s ee

t r a

se

s

se

mu

es t is

e x po s i t i o n

ng ic

i n st i t u t i o n s

rs ac

m

ol er

e

p ei nt re s

so c

diffus

ronnement l'envi

die gr

ciat

la s an

an

d

e

a le loc

if ent

m a r k et i bl

e ru

d en o n

rev

os mi

t

n

m lis ta

cateur o v ro

po l

po pu

n ti o la

videos

m

co

la a al

ts

i

an t i l

le

p

vi l

u

m edias

so ni e t

et

ressio p e r fai

on

ie

t s i t r a er

r eu r

t te

pu


ogr

cr

he

sgraphisme

& engagement

iti

“Le design [graphique] n’est pas une profession mais une attitude.”

er

sc

qu

László Moholy-Nagy, professeur au Bauhaus

urs pt e ul

nd re

av

re

gr

ap

e

ho

Les affiches de Mai 68, le graphisme soviétique, le groupe Grapus, Alain Le Quernec, Malte Martin, JR, Roman Cieslewicz, Guillaume Lanneau, Pascal Coltrat, Vincent Perrottet et les “Graphistes associés”, Gérard Paris-Clavel et le collectif “Ne pas plier” : de nombreux graphistes se sont engagés, à différentes périodes, pour défendre des causes sociales et politiques.

mm

age

u pa

co m

la

vr e

rr e ue

n/

p ca

on

re

le

s ec

defe nd

ironiqu e / d e risi o

la po liti q

publicitaires

ue la g

d en o n c e r

sion pas

et public initi e

À une époque où la communication par l’image, sous toutes ses formes, prend une importance décisive, occupant des fonctions sociales, politiques mais aussi médiatiques, économiques, culturelles, esthétiques, il appartient aux graphistes de faire un usage responsable de leur capacité à infléchir les opinions et les comportements et de manifester leur volonté d’engagement, d’intervention dans le contexte socioculturel immédiat. Réflexif ou prospectif, leur engagement peut être idéologique mais aussi créatif, interrogeant les codes de la communication publique, refusant l’obédience aux normes de la diffusion des idées et proposant des alternatives. Chaque micro-agence doit se positionner en tant que groupe de graphistes engagés pour défendre — ou contrer — une cause dans une campagne de communication, prendre collectivement une position critique, dénoncer ou revendiquer, transgresser ou proposer, dans une perspective caritative ou contestataire, utopique ou pragmatique. “La production graphique participe, pour le meilleur et pour le pire, de [notre] environnement partagé.”

d d eg r

Ruedi Baur

fa i

es

re

in

g

t

r a p

ANTI-SURVEILLANCE | ENFANTS SOLDATS | ON PARIS SANS PUB

h i s t

201

ni ve er

r fai


anti-surveillance julia lasseuguette | marine ménétrier | willy reculard | élodie vaugeois

Les intrusions ou les divulgations de données à caractère personnel sont un danger pour la vie privée, les libertés individuelles et publiques. Avec l’évolution des systèmes de surveillance et le développement du commerce électronique, qui se fonde notamment sur un marché des données personnelles, cette menace devient plus préoccupante.

marseille - 17h20 - 11 octobre 2011

Ce projet vise à vous alerter et à vous interroger sur les dangers des systèmes de surveillance électronique qui vous entourent et du piratage numérique.

Camera AXIS M26

www.luttesurveillance.fr

202

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF


203


enfants soldats alexis klein | aurélie mélou | camille peineau | christelle turlan

Plus de 300 000 enfants sont enrôlés de force dans des armées plus ou moins officielles, afin de servir de chair à canon dans les conflits les plus atroces à travers le monde. L’ONG Amnesty International agit pour ces enfants et dénonce les causes de ces actes inhumains. Notre collectif propose d’élaborer des campagnes nationales d’affichage, des projets d’édition et des opérations de marketing alternatif, afin d’éveiller les consciences dans les foyers français et d’inciter aux dons pour Amnesty International.

204

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF


205


4

ENFANTS SOLDATS

un enfant soldat correspond à « toute personne âgée de moins de 18 ans enrôlée dans une force armée ou un groupe armé régulier ou irrégulier, quelle que soit la fonction qu’elle exerce, notamment mais pas exclusivement celle de cuisinier, porteur, messager, et toute personne accompagnant de tels groupes qui n’est pas un membre de leur famille. Cette définition englobe les filles recrutées à des fins sexuelles et pour des mariages forcés. Elle ne concerne donc pas uniquement les enfants qui sont armés ou qui ont porté des armes ». Les enfants soldats ne sont pas seulement les enfants qui combattent mais tout les enfants rattachés à une force ou un groupe armé quelque soit leur rôle, ENFANTS SOLDATS SOLDATS duENFANTS combat à l’exploitation sexuelle et passant parenfant les missions suicides età « toute un enfant un soldat soldat correspond correspond à « toute l’espionnage. Ils peuvent parfois personne personne âgée âgée de moins de moins deremplir 18 de ans18 ans plusieurs dedans ces rôles. enrôlée enrôlée une dansforce une force arméearmée ou un ou un

4 4

groupegroupe armé régulier armé régulier ou irrégulier, ou irrégulier, quelle quelle que soit quelasoit fonction la fonction qu’ellequ’elle exerce, exerce notamment notamment mais pas maisexclusivement pas exclusivemen celle de celle cuisinier, de cuisinier, porteur,porteur, messager, messager, et e toute personne toute personne accompagnant accompagnant de telsde tels groupes groupes qui n’est quipas n’est unpas membre un membre de leurde leu famille.famille. Cette définition Cette définition englobe englobe les filles les filles recrutées recrutées à des àfins dessexuelles fins sexuelles et pouret pou des mariages des mariages forcés.forcés. Elle neElle concerne ne concerne donc pas donc uniquement pas uniquement les enfants les enfants qui sontqui son armés armés ou qui ou ontqui porté ont des portéarmes des armes ». Les ». Les enfantsenfants soldatssoldats ne sontnepas sontseulement pas seulemen les enfants les enfants qui combattent qui combattent mais tout mais tou les enfants les enfants rattachés rattachés à une àforce une force ou ou un groupe un groupe armé quelque armé quelque soit leur soitrôle, leur rôle du combat du combat à l’exploitation à l’exploitation sexuelle sexuelle et e passant passant par lesparmissions les missions suicides suicides et e l’espionnage. l’espionnage. Ils peuvent Ils peuvent parfoisparfois remplirrempli plusieurs plusieurs de cesde rôles. ces rôles.

6

6

206

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF

6


207


on paris sans pub thomas chiapolini | camille depoux | savina legrenzi | karl petzold | caroline prénat

“Le totalitarisme ce n’est pas d’empêcher de voir, c’est d’obliger à voir.” Vincent Perrottet SUPPR. est un collectif de graphistes qui agit contre la pollution visuelle et l’utilisation de l’espace public comme support d’affichage publicitaire : de la lutte véhémente contre l’envahissement jusqu’au déploiement d’un message destiné à ouvrir les yeux et les consciences, tous les moyens sont bons pour faire taire le “marketing-diktat”. Assumant une forme de terrorisme graphique, le collectif SUPPR. affirme : “notre message est clair, nos intentions sont nobles”.

208

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF


209


210

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF ex

et

po

www.onparissanspub.fr

«[ ... ] l’â on ge a d va i éd sé Su ér en e 18 t ca p i ph pr c B m an lcu o . i e lo s t e e s g b ye n s, l é q Su g p r es s e t u n e i d n e t o u t u ’ e m ppr o t d n e e à l ’ a fe s ’ u n d o c o r 3 5 p e t re t i e a té r . re f la rs ac u x l l e c 0 ne cce sio ie u l l o c n e r 00 nn na o m l d se p r r u n p ta n o harn ê v e t i f d 0 i n o n t re e n e p d e em u r s ’ ê pu e a ssa d u e i n t p a b l e. u s tr s o mb l e s t c o ro p p a r bl va nc a n o m o e d y s a I m p m è n ent . A s e s r i i t n e t e n c d sl pr s e ux i té é t ér s u ga icip s o u s n d e s m g e o s s e s visu i s h u m é s. m o fi t e r e d o i v e m é n d e e r a p » s m à e s d’ d ’ n s c a r t m a r q u r b a i b l e o u v el c u x a i n r t e sa aff rait ma d’u iste d’u l’é au ent roi pre s, F a u n e haq a g e rc a u e i n g e ich d e ge n e , e n e l a b g s «L s s p a i s o p u b u e o n s n t i l , v é a n j o u r a u x san m i è r a i n ag to s c g u t l u s o c o ra vo e t o ns s . e d i t r f c e r n o u l , l e o e N i t ’ tio No e no s s u i ta l a lla r r st te te ié hu m - n ici rm à o Au ir, c tali at car aff tér e m fe té e n d po us pub ous té o ant us v r l’e ble très i d ites tre r a if « m s s i , ’est ta r i s s a u a c tè i c h e u x . a r k e m e s e n u d e u r n s o m l i c e e n m n l e m i v o n s p a d é b fo r ’ i m a d e d’ m ar p p m o a N t r ho ou m t e c o ipr e g a c o s ré k e pu m e ou t i n g e n c i e t i n r u n blig c e c e rs s d e s s p r e é s e t ra q l a v e d e r d e e m i b i ss t s t eu e m de a l u i n ag oye licit pro aux No se g-d e a r à n’es s « e m a n o u c e a d i t e. a g e l l e e v i e e n a n e c , c ikt v t p s ff n o t re 4 c u , a l i r e , p on f ré t s u q u e t el at tion oir. pa pa de d é ubli é re si m l t u lan a u le s », » né bi nc ci r 3 r s jà nt es td S u d e dit d ’ e re d s t t i i s u a e e a qu l. » ? un r r u nt ag i re c h p p r r é s Vin m p en e io c Te ? . ê oi i m ê té t re ns e es x . d é f s t a ent c h r ro on s so t c es en n c Pe er de u n ris nt lai e d r ro d e m ex i n s f r n u a , e t ist ob n e c e et t gr ai a n t le ap lib a u . te s. hi er n qu té e Fr

www.onparissanspub.fr

www.onparissanspub.fr


211


promouvoir le livre numérique “Après le cinéma et la musique, les éditeurs de livres constituent la dernière industrie culturelle à être touchée par la numérisation. Ce procédé impacte toute la chaîne de la filière du livre. […] Il s’agit donc bien là d’une révolution qui engendre maints mouvements structurels. ” Patricia Gendrey

Dans un contexte d’émergence, le projet propose de concevoir des stratégies de communication innovantes pour valoriser le livre numérique, améliorer son accessibilité, développer sa pratique… en interrogeant ses modalités de diffusion, de distribution et de promotion numériques. Le projet consiste à développer des solutions alternatives aux offres existantes sur le marché éditorial et de leur réseau de distribution, qui ne se limite pas à un simple processus de migration des supports imprimés vers les supports numériques ; à interroger les outils digitaux de promotion du livre, l’ergonomie des plates-formes de distribution, des supports de diffusion, l’animation de communautés, de réseaux ; à questionner la pratique du livre numérique envisagée comme une nouvelle expérience de lecture dont on doit inventer les formes et les usages ; à recruter et fidéliser des cibles d’utilisateurs qu’il faut précisément déterminer en fonction des stratégies développées. La démarche doit se fonder sur une juste compréhension du contexte social, économique et culturel immédiat, sur une analyse approfondie des valeurs du livre, répondre aux enjeux de la communication interactive et du design d’interface et s’inscrire dans une dynamique de création prospective, qui anticipe et imagine ce que sera le livre de demain et les potentialités de la communication numérique.

BIBLIONET | SWAP | GLÜT + SYN | MY OWN BOOK 213


biblionet savina legrenzi | aurélie mélou | caroline prénat | élodie vaugeois

Pour promouvoir et diffuser les livres numériques, BIBLIONET propose une interface innovante et la conception d’une médiathèque en ligne qui diffuse, sur un même support, des contenus textuels, sonores ou vidéos, avec la possibilité de personnaliser ses recherches pour une meilleure appropriation de cet espace virtuel.

TION

ÉS

ÉS

NS

La stratégie de communication du projet est fondée sur la primauté de la vision dans le processus de lecture, avec une interface qui mêle les représentations de l’œil humain et de l’œil numérique, ainsi qu’une utilisation des couleurs d’iris pour formaliser des catégories.

ES

NE

ER

ÉS 214

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF

L B


LIVRE Biblion Marque  page

Préférence

ONDES

Historique

ACCUEIL

Le croisement / le carrefour des supports numérisés. Utilisation de l’idée de l’onde, élément commun a la musique, le film et le livre numérisé. Les ondes permettent donc ici d’obtenir Favoris des formes graphiques une fois associés. Utilisation de ligne verticale, horizontale et oblique pour créer la composition de la page et ainsi rappeler les trois ondes.

lecture Re

ch

er

ch e

r

Partager

AC AC

NOUVEAUT

Le Déserteur112

L'Écume des jours

À tous les enfants

L'Automne à Pékin

La Complainte du progrès

L'Herbe rouge

La Java des bombes atomiques

L'Arrache-cœur

Le Petit Commerce

Trouble dans les Andains

Fais-moi mal Johnny

J'irai cracher sur vos tombes

Musique mécanique

Les morts ont tous la même peau

La Marche des gosses

Et on tuera tous les affreux

L'Arbre aux pendus,

Elles se rendent pas compte

Blouse du dentiste

Les Fourmis

Les Joyeux bouchers113

Les Lurettes fourrées

J'suis snob

Le Loup-garou

On n'est pas là pour se faire engueuler

Écrits pornographiques (nouvelles et poésies)

Mozart avec nous

Les Fourmis, le Loup-garou et autres nouvelles

Barcelone Je bois Bourrée de complexes La Java des chaussettes à clous Arthur, où t'as mis le corps ?

La Joconde J'irai cracher sur vos tombes Ulysse ou Les Mauvaises Rencontres

lecture

Désordre Saint-Tropez, devoir de vacances La Chasse à l'homme

O C

Notre-Dame de Paris Amour de poche

son

Les Liaisons dangereuses Le Bel Âge de Pierre Kast Gainsbourg, vie héroïque V comme Vian

er

Vercoquin et le Plancton

Saint-Tropez, devoir de vacances

rch

Allons z'enfants

ACCUE Genre

Fiction Aventure Romantique Histoire vraie Horreur

he

Conte de fées à l'usage des moyennes personnes (roman inachevé)

Le Ratichon baigneur

vidéo

son

Re c

lecture

AC AC

NOUVEAUT

Le Cinéma de Boris Vian L'Ecume des jours

vidéo ACCUEIL Genre

Fiction Aventure Romantique Histoire vraie Horreur

39 de fièvre

215


LIVRES Biblionet

Marque Page Boris Vian ; ‘‘J’irais cracher sur vos tombes.’’

ACCUEIL

Boris Vian ; ‘‘J’irais cracher sur vos tombes.’’ Boris Vian ; ‘‘J’irais cracher sur vos tombes.’’ Boris Vian ; ‘‘J’irais cracher sur vos tombes.’’ Boris Vian ; ‘‘J’irais cracher sur vos tombes.’’ Boris Vian ; ‘‘J’irais cracher sur vos tombes.’’ Boris Vian ; ‘‘J’irais cracher sur vos tombes.’’ Boris Vian ; ‘‘J’irais cracher sur vos tombes.’’

216

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF


LIVRES Biblionet ACCUEIL ACTUALITÉ NOUV R.

ROMAN ÉTRANGER

ROMAN FRANCOPHONE

Roman étranger

SONS

VIDÉOS

LIVRES Biblionet

WALKING DEAD ACCUEIL ACTUALITÉ NOUV R.

Charlie Adlard, Robert Kirkman

L'histoire débute lors de l'évasion d'un prisonnier. En tentant de détourner l'attention de celui-ci, le policier Rick reçoit une balle et tombe dans un profond coma. Quand il sort de son coma (après 2 mois), il se retrouve allongé sur un lit d'hôpital, complètement seul.

Bande Originale Walking Dead

Bande Annonce Série télévisée Walking Dead - Saison 1 - Saison 2

217


swap CONCEPT

Héloïse Asselin | Maxime Lucet | Marine Ménétrier | Delphine Taverne

SWAP est une bibliothèque en li­ gne fondée sur le principe de la permutation et de l’échange.

CHARTE CHARTE GRAPHIQUE GRAPHIQUE

SWAP C

+ UNE B PERMUT

C’est une plateforme de vente et d’échanges où chaque utilisateur peut ajouter, extraire des citations, des vidéos, des images… à partir de tout type de supports de lecture (roman, essai, magazine…).

CHARTE CHARTE GRAPHIQUE GRAPHIQUE CHARTE CHARTE GRAPHIQUE CHARTE GRAPHIQUE GRAPHIQUE PICTOGRAMMES PICTOGRAMMES DE MENU DE MENU PRINCIPAL PRINCIPAL

Sa communication cible prioritaiSYSTÈME SYSTÈME DE PICTOGRAMMES DE PICTOGRAMMES rement des “non-lecteurs” pour lesquels l’interface numérique Extraire Extraire PICTOGRAMMES PICTOGRAMMES MENU DEPRINCIPAL MENU PRINCIPAL SYSTÈME SYSTÈME DE DE PICTOGRAMMES DE SYSTÈME PICTOGRAMMES DE PICTOGRAMMES peut devenir le moyen d’accéder plus facilement à une pratique de la lecture. PICTOGRAMMES PICTOGRAMMES DE MENU PICTOGRAMMES PRINCIPAL DE MENU PRINCIPAL DE MENU PRINCIPAL

CHARTE CHARTE GRAPHIQUE GRAPHIQUE CHARTE GRAPHIQUE

MESYSTÈME DE PICTOGRAMMES DE PICTOGRAMMES SYSTÈME DE PICTOGRAMMES

+ UNE P AJOUTE DES VID DE LECT

SYSTÈME SYSTÈME DE PICTOGRAMMES DE PICTOGRAMMES

AjouterAjouter

Bibl

PICTOGRAM PICTO

PICTOGRAMMES PICTOGRAMMES DE NOTIFICATIONS DE NOTIFICATIONS

ExtraireExtraire

Ajouter Ajouter

Accès auAccès profi

Bibliothèque Bibliothèque

AMMES PICTOGRAMMES DE MENU PRINCIPAL DE MENU DE PRINCIPAL PICTOGRAMMES MENU PRINCIPAL

aire

Extraire

Extraire

Extraire Ajouter

PICTOGRAMMES PICTOGRAMMES DE NOTIFICATIONS DE NOTIFICATIONS

Accès au profilA Ajouter Bibliothèque Bibliothèque Bibliothèque

Ajouter

Person Mise à Mise jour à jour Coup Coup coeur coeur PICTOGRAMMES PICTOGRAMMES DE FILTRAGE DEde FILTRAGE DESdePUBLICATIONS DES PUBLICATIONS

PICTOGRAMMES PICTOGRAMMES DE FILTRAGE PICTOGRAMMES DE DES FILTRAGE PUBLICATIONS DE DESFILTRAGE PUBLICAT D PICTOGRAMMES PICTOGRAMMES DE NOTIFICATIONS PICTOGRAMMES DE NOTIFICATIONS DE NOTIFICATIONS Extraire Extraire

Ajouter

Ajouter

AMMES PICTOGRAMMES DE NOTIFICATIONS DE NOTIFICATIONS PICTOGRAMMES DE NOTIFICATIONS

Ajouter BibliothèqueBibliothèque Bibliothèque

27 27

35 35

Accès au profil Accès au profil AssemblageAssemblage Accès au profil Assemblage

Personnelle Personnelle Nombre d’ajouts Nombre Nombre d’extraction d’extraction Nombre d’ajouts Mise à jour Mise à jour Coup deCoup coeurde coeur Communautaire Communau PICTOGRAMMES PICTOGRAMMES DE FILTRAGE DE DES FILTRAGE PUBLICATIONS DES PUBLICATIONS PICTOGRAMMES DE FILTRAGE DES PUBLICATIONS Mise à jour

Mise à jour

27 27 27

27

Personnelle Mise Coup à jour de coeurCoup de coeurCoup de coeur Personnelle Personnelle Communautaire Comm

35 35 27 35

35

d’extraction NombreNombre d’extraction NombreNombre d’ajoutsd’ajouts Personnelle se à jour Mise à jourMise à jour Coup de coeur Coup de coeur Communautaire Personnelle Communautaire Coup de Personnelle coeur Communautaire

35

Publique

Nombre d’extraction Nombre d’extraction Nombre Nombre d’extraction d’ajouts Nombre d’ajouts Nombre d’ajouts

218

27

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF

27 27 35

35 35

Publique Publique


219


220

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF


221


glÜt + syn camille depoux | alexis klein | willy reculard | maeva suve

Pour la création d’une nouvelle expérience utilisateur du livre numérique, GLÜT exploite les émotions et les humeurs comme indicateurs de satisfaction ou d’insatisfaction pour le lecteur. Pour sa stratégie de communication, la représentation graphique de ces affects permet d’opérer des choix parmi toutes les lectures possibles. Dans sa version prospective, SYN explore une approche purement sensible, puisque chaque ouvrage se voit attribuer sa propre forme, générée à partir d’une synthèse des lectures de l’utilisateur sur le livre numérique. Grâce à la technologie tactile, les émotions ressenties au cours de ces lectures sont captées (rythme cardiaque, pression de la main, taux d’humidité…), puis traduites visuellement pour en établir une chronologie. Chaque livre possède ainsi sa propre identité graphique, évolutive, générée grâce aux données récupérées par la moyenne des émotions des utilisateurs.

222

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF

LE LIVRE NUMÉRIQUE / GLUT / Identité


T / Interface

LE LIVRE NUMÉRIQUE / GLUT / Interface

RIQUE / GLUT / Interface

223


224

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF


225


modulaire

my own book Clémentine Bréant | Magali Giraudo | CamilLe Peineau | Christelle Turlan

Pour promouvoir une accessibilité numérique à la lecture, MY OWN BOOK décide d’exploiter toutes les potentialités informatiques www.myownbook.com d’optimisation de la recherche de données, pour proposer une plateforme totalement personnalisable - la grille modulaire et intuitive qui permette à chaque utilisateur de trouver le livre dont il aura besoin ou envie dans l’infinité des lectures possibles. La recherche pourra s’effectuer par titres, auteurs, thématiques… mais promotion interactive : aussi par temps de lecture, niveau de langue, lieux privilégiésAfin pour deladonner de la visibilité à notre nouvelle interface, et au livre numérique, nous lecture, avis de la communauté, avons crée différente bannières promotionnelles : humeurs… ou par hasard. - une animée (présentation de l’animation)

TRACE TA LECTURE

interface 4

- une fixe, en longueur.

L’ensemble de ces critères de recherche forme un espace virtuel, représenté sous la forme d’un cube dont la grille modulaire permet à chaque utilisateur de se repérer dans un territoire de données, pour y créer son propre chemin d’exploration et de découverte.

226

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF

l’espace pe

Il s’articule e - la partie pr contient tou - une partie l’on aura ajo exemple...) - une partie que font nos reliée aux ré ou twitter) - une partie sélection les


227


MESSAGE GRA

FAIRE COM PREN

TELEVISION

POLITIQUE

SIGNIFIE

ESTHETIQUE

CORPS

PRINT

IMPRESSIO

TYPO CODE

POESI

PEINTURE

AFFICHE

WEB

OEUVRE

DENOTER CONNOTER HUMOUR

CINEMA

ANIMATION

SCULPTURE

ALLEGORIE

IMPACT

REVOLTE

RÊVE

ILLUSTRATION

RUE CIBLE

SOCIETE

MARQUE SIGNIFIANT

ENGAGEMENT

IMAGINATION VISUEL

C

OMMUNICATION

AMBIENT MARKETING

C

DESIGN INNOVER

PHOTO RECHERCHE IDEE

PUB

CONSOMM


AFFITI STRATEGIE portes ouvertes

MATION LIBERTE

de l’école de condé Cicéron

IMAGE

Le projet propose la création d’une stratégie de communication externe et interne, média et hors-média, des Portes Ouvertes des Écoles de Condé. Il consiste à concevoir un système de communication qui garantisse la cohérence du positionnement à l’échelle du réseau, avec une contrainte de modularité et d’adaptabilité qui permette une liberté d’appropriation par les étudiants de chaque école pour sa mise en œuvre locale.

COLLECTIF ASSOCIATION

EXPRESSION

CONCEPT

“Certains signes précèdent certains évènements.”

COULEUR

PROVOCATION

INFOGRAPHIE FILMS VIDEOS

Cette communication événementielle doit s’adapter à différents niveaux de lecture pour répondre à une pluralité de cibles : en priorité les futurs étudiants dans une perspective de découverte et d’information, mais également aux étudiants actuels qui doivent reconnaître leur appartenance à l’école, ainsi qu’aux professionnels de l’éducation et des arts appliqués.

IE

ON

ENGAGEMENT

SPECTATEUR

MOTS

CREATION

Elle doit aussi communiquer une pluralité de pratiques puisque les Écoles de Condé proposent un grand nombre de formations dans les domaines des métiers d’art, des arts appliqués et des arts plastiques, qui recouvrent une diversité d’expressions créatives : dessin, design de mode, design de produits, design d’espace, design graphique, photographie, illustration, expression plastique, etc. Elle doit s’adapter à la pluralité des sites puisque chacune des six écoles impose ses contraintes locales d’exposition.

Le positionnement stratégique doit garantir une communication efficace de l’identité et des valeurs des Écoles de Condé comme la polyvalence des formation, la singularité fondée sur l’étendue des savoir-faire, le niveau d’accompagnement ou les résultats aux examens, l’exigence pédagogique caractérisée par le sérieux et la rigueur mais aussi la bienveillance du suivi individuel, qui fonde une institution sélective sans être élitiste et une image d’excellence qui reste accessible, la contemporanéité et la créativité des pratiques enseignées, etc.

DOUBLE LANGAGE (2012) | DEVENIR (2013) 229


double langage (2012) Héloïse asselin | nicolas delval | marine ménétrier | CAMILLE PEINEAU | karl petzold

Le projet DOUBLE LANGAGE est une stratégie de communication événementielle fondée sur trois notions : le questionnement (sur l’école et la formation), la surprise (de la découverte des travaux exposés) et le dialogue (avec les étudiants et les représentants institutionnels de l’école), représentés par des signes de ponctuation. Pour toucher deux cibles distinctes, l’une à la recherche de réponses simples à leurs interrogations voire à leurs inquiétudes, l’autre en quête de contenu informatif sur la qualité et la rigueur de l’école, la communication développe deux niveaux de lecture : des messages institutionnels caractérisés par leur précision et leur sérieux, et des messages plus informels, voire familier, qui correspondent à la parole des étudiants. Cette double lecture est permise par la distribution des messages entre deux systèmes typographiques complémentaires.

230

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF


231


territoire tribal (2012) Thomas Chiapolini | Alexis Klein | Julia Lasseuguette | Laurène Occhipinti

La communication du défilé de mode de l’École de Condé Paris, en marge des Portes ouvertes, est basée sur une refonte contemporaine de certains codes tribaux qui renvoient aux rites initiatiques, pour positionner la mode comme un territoire à découvrir.

Next LT Pro

design et arts graphiques métiers d’art

blanc sur fond noir

À L’ACCUEIL DE MIOLLIS TARIF PLEIN 8€ / TARIF RÉDUIT 5€ pour les étudiants

232

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF


233


devenir (2013) Thomas Bouffard | Marie Furhmann | Alexandra Ponzio | Morgane Robin

DEVENIR propose une stratégie de communication événementielle des Portes ouvertes fondée sur le concept du “déploiement” : au fur et à mesure de son évolution dans l’école, chaque étudiant libère sa créativité, développe ses connaissances et ses compétences, se projette dans un avenir, se sent appartenir à un corps de métier…

journées

portes

ouvertes ÉCOLES DE CONDÉ PARIS 13 rue Miollis, 75015

Un principe de slogan se décline selon les sections : devenir graphiste, devenir photographe, devenir illustrateur, devenir architecte… La mise en volume symbolise se déploiement. La communication, interne et externe reprend ce principe de croissance évolutive.

ECOLES-CONDE.COM

22 23 FÉVRIER

Communication virale

Afin de créer le buzz autour des journées Portes Ouvertes des Écoles de Condé, des stickers reprenant les accroches de notre communication seront collés au sol et au mur devant des établissements scolaires (lycées) étant des cibles potentielles. Ils permettent d’informer d’éventuels visiteurs mais également d’attirer des internautes sur le site des Écoles de Condé (pour participer au concours proposé). Afin de créer le buzz autour des journées Portes Ouvertes des VEndREdI dE 10h à 17h Écoles de Condé, des stickers reprenant les accroches de SAmdEdI dE 9h à 19h notre communication seront collés au sol et au mur devant des établissements scolaires (lycées) étant des cibles 6 - 10 potentielles. Ils permettent d’informer d’éventuels visiteurs mais cambronne également d’attirer des internautes sur le site des Écoles de ségur Condé (pour participer au concours proposé).

Communication virale devenir créatif

234

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF


invitations prestiges, montĂŠes et pliĂŠes

235


identité urbaine imaginaire “La ville est un territoire particulier ou une combinaison de territoires ; elle repose, d’autre part, qu’il s’agisse de ses besoins quotidiens, de ses ressources d’alimentation et de revenus, de domination ou de service, sur un jeu d’attraction et de rayonnement à l’extérieur“. Marcel Roncayolo

noitacinummoc al ed semêht stneréffid sel suot tneiler iuq stnioP

De l’Atlantide à Metropolis, en passant par Gotham City, la cité imaginaire nourrit la littérature et les arts. Ces créations s’inscrivent le plus souvent dans une réflexion politique, pour poser les bases d’un idéal ou critiquer l’ordre établi. La ville est le décor privilégié des plus surprenantes rêveries. Et cette tendance remonte loin : pour ne citer qu’elles, Babel et la Jérusalem céleste. Si la ville a à voir avec l’imaginaire, c’est d’abord parce qu’elle est conçue et vécue par des hommes, qu’elle est l’effet de leurs désirs et qu’elle ne peut leur survivre. Dans un geste fondateur, l’artiste s’accapare donc la construction urbaine épousant ainsi la posture créatrice du “grand architecte” pour transfigurer des cités réelles ou, ambitieusement, faire sortir du néant, par le pouvoir de la seule nomination, des monuments et des âmes... Dire de ces imaginaires qu’ils sont ex nihilo serait impropre, puisque le rêve se nourrit toujours de la réalité. Le projet consiste à concevoir la stratégie de communication interne et externe d’une ville imaginaire, selon le principe d’uchronie : quelle que soit la temporalité dans laquelle se situe la ville définie, il s’agit de considérer les contraintes de communication contemporaines, notamment numérique. “Les villes comme les rêves sont faites de désirs et de peurs, même si le fil de leur discours est secret, leurs règles absurdes, leurs perspectives trompeuses ; et toute chose en cache une autre.” Italo Calvino

2046 | TORTUGA 237


2046 Thomas Bouffard | Laura Bruneteau | Marie Furhmann | Élodie Palumbo

Le projet propose l’identité de 2046, l’une des plus grandes villes du continent asiatique, imaginée par Wong Kar-Waï. Elle se situerait sur une île éponyme au milieu de la mer de Chine méridionale. 2046 est une plateforme internationale, baignée dans la nuit absolue, où chaque habitant est éphémère. C’est une ville où l’on part à la quête de ses souvenirs perdus. Cette recherche d’espoir lui vaut d’attirer une population cosmopolite. Seule une voie ferré très développée lui permet d’être en contact avec le continent. […] 2046 est une ville nocturne. 2046 est la ville de l’oubli et des souvenirs. On vient chercher de l’espoir. L’omniprésence de ces lumières en font une ville qui ne dort jamais, une ville où toute valeur du temps est abolie.

238

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF


239


240

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF


241


242

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF


243


tortuga Mélanie Créquer | Anna Guirragossian | Mylène Moreau | Morgane Robin

n Smartphone Le projet consiste en la conception d’une stratégie de communication interne et externe de TORTUGA, ville pirate maudite due aux pièces manquantes du trésor de Cortès. La communication interne de TORTUGA (logo, papeterie, signalétique) met en avant les valeurs de la ville et la condition des pirates. La communication externe (affiches, vidéo, site Internet, l’application smartphone) s’appuie d’avantage sur la malédiction que les pirates subissent et sur le rôle que peuvent jouer les détenteurs des pièces du trésor de Cortès. Pour toute pièce rapportée sur l’île, la personne se verra offrir l’immortalité en contre-partie.

244

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF

_Reprise des codes graphiques du site internet.

_Répertorisation des indices concernant les pièces à l’orig _Localisation de la ville.


_Reprise de la couleur dorée qui matérialise le trésor et la lune.

_Utilisation des codes d’orientation de la boussole.

CE  N’EST  PLUS  QU’UNE   QUESTION  DE  TEMPS

LES  CLÉS  DU  TEMPS  NOUS   RENDRONT  VIVANTS

SEUL  UN  MÉDAILLON  PEUT  TOUT  CHANGER

LA  MALÉDICTION  NE  SERA  PLUS

EFFACER LA MALÉDICTION

WWW.TORTUGA.COM

EFFACER LA MALÉDICTION

WWW.TORTUGA.COM

PRISONNIERS  D’UNE   MORT  INFINIE

LA  LUNE  NE  DÉVOILERA   PLUS  UN  CADAVRE  ÉVEILLÉ

NOUS  RETROUVERONS  CORPS  ET  ÂME

UNE  PIÈCE  NOUS  REDONNERA  CHAIR  ET  OS

EFFACER LA MALÉDICTION

WWW.TORTUGA.COM

EFFACER LA MALÉDICTION

WWW.TORTUGA.COM

245


246

MSCI année 1 PROJET COLLECTIF


247


Les étudiants rencontrent régulièrement des artistes présents sur la scène interna­ tionale mais aussi des professionnels recon­ nus pour leur expertise dans un domaine spécifique, pour développer, sur quelques jours, des démarches d’expérimentations pla­stiques, graphiques, éditoriales, vidéos ou photo­graphiques, qui ouvrent leur pra­ tique de la communication par l’image à une diversité de modalités d’expression visuelle. Ces workshops aboutissent à la réalisation de projets collectifs ou indivi­ duels. Pour les promotions 2012 et 2013, nous remercions Thierry Béghin, Gaëlle Chotard, Ingrid Gantner, Miléna Guillermet, Alexandre Léger, Martial Mingam, Pascal Pillard, Juliette Savaëte et Pierre-Alain Zumwald, pour ces rencontres.


hic et nunc, création de magazine rencontres avec Thierry Béghin, Ingrid Gantner & Miléna Guillermet La formule “hic et nunc” (“ici et maintenant”, en latin) qui établit un lien étroit entre temps et espace, signifie d’abord une injonction :il s’agit de dramatiser le moment présent et le lieu où l’on se trouve : ni plus tard, ni ailleurs, “hic et nunc” refuse le différé, l’attente, la distance, la patience, le détour, la frustration, pour renouer avec le concret de son environnement, revendiquer l’immédiateté de la présence au monde”. Le workshop “hic et nunc” propose aux étudiants, par équipes, de concevoir et de réaliser le numéro 00 d’une publication périodique, qui réponde aux enjeux contemporains de la presse imprimée. Accompagné par trois professionnels de la photographie et de l’édition, les étudiants doivent, sur une seule semaine  : déterminer une ligne éditoriale, un positionnement stratégique et une direction artistique, concevoir une identité visuelle, une charte graphique, des principes éditoriaux variants et des invariants, sélectionner et rédiger les textes, effectuer les prises de vue en studio et en extérieur, réaliser l’éditing photographie… jusqu’à l’impression d’un exemplaire du magazine.

250

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF numéro 00


Numéro OO

« Contes de la jungle urbaine. »

17 Nov.

✒ ✒ ✒ ✒

Dentelle Bleu Noir Un Amour d’hôtel Une nuit Chez Moune Musée de l’érotisme numéro 00

1

Nous remercions toutes les personnes qui ont contribué à l’élaboration de ce magazine : L’équipe de Chez Moune, Jeykill, veenom, supakitch, l’accueil chaleureux de l’hôtel Amour, le musée de l’érotisme, les demoiselles du streetstyle, ingrid, Mélina, thierry...

251


252

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


253


“hic et nunc” est une revue culturelle d’information et de création contemporaine, indépendante, à la fois ancrée dans le réel de l’actualité et ouverte à l’imaginaire créatif, qui se donne comme mission d’immerger son lectorat dans l’immédiateté de sa culture pour se la (ré)approprier, ici et maintenant. “hic et nunc” invite des intellectuels, des écrivains, des journalistes mais aussi des graphistes, des plasticiens, des photographes… à s’exprimer pour confronter une pluralité de regards. “hic et nunc” accorde une grande importance à l’image pour son effet d’immédiateté et pour son essentielle complémentarité avec le texte. Son lectorat est un public adulte, sensible à la création contemporaine, aux arts, notamment visuels, mais aussi à l’information et aux questions socio-culturelles. Pour les étudiants de la promotion 2011-2012, il s’agissait de concevoir ainsi un magazine culturel qui, sans limiter ses champs d’intervention, proposait à chaque numéro une thématique exprimée par le choix d’un mot, à partir duquel peuvent se construire des approches documentaires et plastiques, informatives et poétiques, cognitives et sensibles. Pour les étudiants de la promotion 2012-2013, le projet s’est spécialisé pour devenir une publication périodique consacrée aux arts culinaires, dont il fallait appréhender l’approche photographique spécifique, accompagnés par les professionnels.

254

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


255


MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


257


258

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


259


260

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


split-screen rencontres avec Martial Mingam & Pierre-Alain Zumald Ce workshop est conçu par les intervenants comme un espace de travail sur la production audiovisuelle. Il répond à deux objectifs prioritaires : offrir une initiation au langage cinématographique et aux techniques de montage, ainsi qu’une formation aux bases de la post-production ou du motion graphic. Il permet d’aborder les questions de méthodologie de travail pour la production filmique : scénario, mise en scène et storyboard, tournage et montage. En trois journées, chaque étudiant travaille sur la mise en relation de deux espaces narratifs lorsque l’on emploie un écran partagé ou split-screen. Il développe ainsi deux séquences indépendantes, mais dont la narration établit une relation entre les deux parties, dans un temps simultané ou sur la base d’une relation de “cause à effet”. Chacun des deux espaces doit impérativement exploiter une des deux formes de compétences techniques abordées : le premier écran développe le live action “découpage, tournage, montage” ; le deuxième écran développe le caractère animé de l’image en mouvement, dont les sources peuvent être photographiques, graphiques ou typographiques, avec une totale liberté de concevoir ce projet dans une dynamique de communication, de scénographie, ou d’expérimentation…

ONLY THE YOUTH DIE YOUNG

SENS

COCA-COLA


MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


263


l’artefact, genèse du dessin rencontre avec Alexandre Léger « En définissant le terme d’artefact par son sens le plus trivial, à savoir une erreur d’analyse dans un processus, il est intéressant de voir à quel point il peut être générateur de création, de solution ou d’identité. C’est particulièrement remarquable pour le dessin ou l’écriture, considérant les deux comme très similaires dans leur initialité. […] Cette “mécanique” humaine est potentiellement “défaillante” donc sensible à mon sens. Ce qui est ainsi produit peut être, plus ou moins de la même manière, soumis à différentes interprétations du regard et servir de nouveau de source pour un nouveau travail d’analyse ou être assumé en tant que tel ou encore devenir un matériau sur lequel entreprendre un travail de nature différente. Cette question du regard porté pose la question du dessin nommé “à la marge” […] : on pourrait y inclure le dessin considéré (par son auteur) comme “raté” ou bien décalé, celui que l’on n’oserait pas montrer, inapproprié par rapport à une œuvre ? à la morale ? Bref toute une production qui aurait subie des artefacts sans qu’ils soient clairement identifiés, des dessins qui n’auraient pas trouvés leurs regardeurs. Intéressons-nous à ce type de productions, celle qui a pu être produite, comment la regarder, comment l’utiliser. Mais aussi, au processus initial et au phénomène d’artefact en le provoquant. Au travers de processus communs, d’une réflexion partagée et d’échanges, voyons si, dans une démarche toute expérimentale, nous pouvons aboutir à une production la plus singulière possible. » Alexandre Léger

264

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


265


monologue intérieur rencontre avec Juliette Savaëte « Le processus de transformation par l’art ou la naissance d’une création, à partir de l’analyse d’un texte littéraire fort. Un texte qui fait parler le néant, le gouffre, l’océan, qui se nourrit du temps qui passe. “Le dernier jour d’un Condamné” de Victor Hugo est le premier monologue intérieur de la littérature moderne. Combat contre l’ombre de soi-même. Se mettre à créer parce qu’on ne peut plus parler. Entre peinture, écriture, dessin, partir à la conquête de son identité. La création vient des tripes, c’est un face à face avec soi-même. Lignes, rythmes, coupures, assemblages, passer du conscient à l’inconscient, du réel à l’imaginaire. » Juliette Savaëte

dessin introspectif rencontre avec Gaëlle Chotard « Dessiner pendant trois jours en étant au plus près de ses émotions. Le dessin, constitué de formes abstraites, évoluera lentement. Chacun, concentré sur son univers, fera fluctuer son écriture en fonction de l’émotion ressentie, faisant varier les gestes, précis et minutieux ou nerveux, violent. Afin de provoquer des émotions j’accompagnerai le travail d’une sélection de musiques. » Gaëlle Chotard

266

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


267


le livre de marque, objet de communication rencontre avec Miléna Guillermet « L’objectif de ce workshop est la création et la réalisation d’un objet éditorial destiné à une communication de marque, sur des supports imprimés et numériques, avec une grande exigence de créativité et d’innovation, en exploitant toutes les potentialités de conception offertes par les outils numériques de conception et les techniques contemporaines d’impression. Ce projet s’inscrit dans une perspective professionnelle qui impose de garantir à la fois l’intégrité d’une image de marque, l’efficacité de sa communication, la qualité du design éditorial et la viabilité technique. Le livre comme support de communication incarne des valeurs : la pérennité, la proximité, la matérialisation d’un environnement de marque dans un objet (livre de marque, dossier de presse, etc.). » Miléna Guillermet

“Le livre permet de donner du poids à une marque dans une société qui a finalement l’angoisse de la dématérialisation. Avec de nouveaux formats plus créatifs et des approches éditoriales innovantes, le livre d’entreprise est plus vivant que jamais.”

268

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


269


270

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


271


272

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


273


Certains projets de Mastère Stratégie de Communication par l’image sont menés en partenariats avec des entreprises, des associations ou des institutions pour un ancrage des démarches de création dans les enjeux culturels, économiques, et techniques du monde professionnel. Pour une intégration rapide dans cette réalité du marché et pour une meilleure compréhension de ses contraintes, les étudiants répondent aussi à des appels d’offre ou participent à des concours. Ces collaborations directes régulières avec des intervenants extérieurs per­ mettent d’éprouver leur capacité à arti­ culer leur propre exigence créative et les impératifs d’un commanditaire.


276

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


a.c.f communication institutionnelle Partenariat avec Action Contre la Faim

paris

Le Département Communication et Développement d’Action Contre la Faim - France et l’école de Condé Paris ont imaginé une collaboration professionnelle avec les étudiants de Mastère s’apparentant à du mécénat de compétences. « Dans un souci identitaire, Action Contre la Faim souhaite créer une ligne graphique commune à l’ensemble de ses supports de communication afin de d’acquérir une identité forte et reconnaissable par le grand public, les professionnels mais également par son réseau (ACF International). Cette demande intervient dans la continuité de la refonte du site institutionnel d’ACF en 2012. À cette hétérogénité graphique des supports, s’ajoutent des difficultés de communication sur des sujets techniques complexes, souvent vulgarisés afin qu’ils soient compréhensibles par leurs différentes cibles. Mais cette démarche a des limites et, pour une meilleure accessibilité, ACF souhaitent convertir ces messages techniques complexes en infographies simples, en pictogrammes. » Julie Pappacéna, chargée d’information du département Communication & Développement, Action Contre la Faim - France

Après plusieurs phases de sélection, la proposition de Thomas Chiapolini, Magali Giraudo, Héloïse Asselin et Mathilde Vallée a été retenue par les responsables du Département Communication et Développement, pour son utilisation ultérieure par le service de communication externe.

277


f.i.a.v.t identité instutionnelle Partenariat avec la FIAVT, Fédération internationale des Associations de Victimes du Terrorisme paris

« Grâce à un partenariat établi entre l’école de Condé Paris et l’Association française des Victimes du Terrorisme, les étudiants du “Mastère Stratégie de Communication par l’Image” ont participé à conception de l’identité visuelle de la Fédération Internationale des Associations de Victimes du 1. Le logo, ses couleurs, son utilisation Terrorisme (FIAVT). La FIAVT est un groupement d’associations travaillant à l’aide et au soutien des victimes du terrorisme à travers le monde. La Fédération Internationale a pour but de coordonner les actions des différentes associations, de porter une voix cohérente des victimes du terrorisme du Version française monde entier, de lutter contre l’oubli des victimes, de militer pour leurs droits, et aussi d’encourager la création d’associations d’aide aux victimes dans 1. Le ses couleurs, son utilisation le monde. Pluslogo, de 13 associations et organisations qui sont déjà membres de la FIAVT. Elles sont Au Minimu italiennes, argentines, israéliennes, kenyanes ou 1,5 cm 1 marocaines et s’engagent à travailler ensemble pour la reconnaissance des droits des victimes du terrorisme. Les couleurs Version française Les étudiants ont travaillé sur plusieurs propositions d’identité visuelle. Après plusieurs étapes de sélection, six propositions ont été retenues et présentées aux treize membres de la Fédération Internationale. Après délibération et vote, l’identité visuelle “Ensemble pour se protéger” de Monsieur Thomas Chiapolini a été retenu et sera donc utilisé dans tous les documents officiels de la FIAVT. » Guillaume Denoix de Saint Marc, Directeur général et porte-parole Président de la FIAVT

Version Internationale 278

MSCI année 1 PARTENARIATS

Version Internationale Au Minimum 1,5 cm

C : 0 %, M : 0 %, J : 0%, N : 70,35 %. R : 89, V : 91, B : 93. Pantone : 424 C

1,5 cm

C : 76,58 %, M : 75,19 %, J : 2,82 %, N : 0,15 %. R : 69, V : 67, B : 145. Pantone : 2746 U

projet LAURÉAT

Sur fond couleur

Au Minimu 1,5 cm

1


Recto le logo est placé en tant qu’emblême de manière impactate, tandis qu’au recto on retrouve toutes les informations concernant la fédération. La tranche de la carte est colorée de manière à encadrer, donner stabilité et luminosité. La marge de la lettre permet d’intégrer les différent logos d’associations.

5 BD PEREIRE 75017 P ARI S TEL : 01 50 50 50 50 FAX : 01 50 50 50 50 CONT ACT@FI AVT.CO M

279


En deuxième année de Mastère Stratégie de Communication par l’Image, chaque étudiant s’engage de manière autonome et impliquée dans une démarche individuelle de réflexion et de recherche, qui aboutit à la réalisation d’un projet de fin d’études, évalué par un jury de professionnels et de représentants institutionnels, au terme de la formation, lors d’une soutenance publique. Ce projet atteste des qualités analytiques et exploratoires qui sont nécessaires pour répondre de manière pertinente, contemporaine et prospective, à des enjeux stratégiques de la communication visuelle, conceptuels et formels, dans un domaine choisi d’application, qu’elle soit institutionnelle, événementielle, culturelle, commerciale…


ÉMOÉMOÉMOÉMOÉMOÉMOTIONS TIONS TIONS TIONS TIONS TIONS AUTISAUTISAUTISAUTISAUTISAUTISAUTISTIQUES TIQUES TIQUES TIQUES TIQUES TIQUES TIQUES autisme, impossible communication éléonore dal bello | communication INSTITUTIONNELLE paris

“Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs).” Marshall B. Rosenberg

En 2013, nous sommes connectés partout et en permanence. Il existe pourtant quelques exceptions à ce tableau, comme des entités qui resteraient en marge de ces processus et sur lesquelles il faudrait porter notre attention : comprendre un processus, un concept ou un problème, en effet, ce n’est pas seulement l’analyser en tant que tel, mais cela peut être aussi d’entrevoir, à défaut de comprendre, où se trouvent ses limites et comment il fonctionne ou plutôt dysfonctionne, sur ses marges

Pour cela, je propose une campagne de communication innovante, attractive, et empathique afin de créer une atmosphère de proximité visant à encourager les échanges entre les personnes autistes et le reste de la société. Il est en effet important, dans une société aussi évoluée que la nôtre, de faire en sorte qu’aucun individu ne soit laissé à l’écart des autres. Il s’agit donc de sensibiliser et d’informer la population française sur ce handicap qui isole et exclut aujourd’hui en France plus de 650 000 personnes de tous les modes de vie sociétaux et notamment du cadre professionnel.

282

MSCI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


283


285


promouvoir la lecture livresque mélina faget | COMMUNICATION ÉDITORIALE | mention très bien | coup de cœur du jury | major de promotion paris

Collection Hyperlien : une passerelle entre lecture papier et lecture numérique

Afin de promouvoir la lecture,le projet s’attache à envisager une nouvelle manière d’appréhender le livre, pour développer un principe d’objet éditorial ainsi qu’un système d’échange et de partage autour de la lecture. Il s’agit de rendre plus accessible la lecture livresque en transposant les avantages de la lecture numérique (praticité, rapidité, partage) à la lecture papier. De cette démarche résulte la création d’un prototype de livre, plus pratique et plus maniable au quotidien, mais aussi la conception d’une expérience alternative de la lecture, fondée sur le principe des liens hypertextes, propres à la lecture sur des supports numériques. Ainsi, la praticité de l’objet à manipuler ainsi que la transversalité culturelle spécifique à l’hypertextualité favorisent une appropriation de l’objet et de l’œuvre. Ces créations sont rassemblées sous une même collection éditoriale nommée “Hyperlien” dont les valeurs fondamentales sont celles de l’échange, du partage et de la transversalité. Cette proposition éditoriale est accompagnée d’un principe de diffusion en ligne pour favoriser l’accessibilité des œuvres, la personnalisation des objets mais aussi la participation et l’échange autour des livres, des auteurs et de la culture en général.

286

MSCI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


287


prototype. mples. En voici des exemples.

UVERTURES DÉCLIANAISONS DES COUVERTURES

Indignez - vous ! Indignez - vous !

dignez - vous ! Stéphane Hessel

ouverture carton

Stéphane Hessel

Indignez - vous !

Stéphane Hessel

Indignez - vous Indignez ! - vous ! Indignez - vous ! Stéphane Hessel Stéphane Hessel

Stéphane Hessel

Indigne

Stépha

Stéphane Hessel

Couverture Couverture carton carton + papier Couverture imprimé carton + papier Couverture imprimécartonCouverture + papier imprimé plastique rigide Couverture plastique rigide Couverture p


289


Indignez - vous ! Stéphane Hessel

Le Petit Prince

Antoine de Saint-Exupéry

Pollen

Joëlle Wintrebert

Stupeur et Tremblements Amélie Notomb

Esthétique Hegel

Dom Juan Molière


pour une communication poétique magali giraudo | communication ÉVÉNEMENTIELLE paris

Comment des procédés d’écriture poétique peuvent-il être transposés graphiquement au service d’une stratégie de communication visuelle alternative ?

Dans une démarche expérimentale, ce projet s’attache à analyser, comprendre et retranscrire graphiquement le fonctionnement de différents procédés d’écriture poétique (la rime, l’enjambement, l’acrostiche…). La transposition visuelle de ces procédés poétiques a permis de développer une stratégie de communication événementielle, pour la future (et potentielle) Exposition Universelle française, en 2025. Le caractère éphémère de cette exposition, son implication spatiale dans un territoire, sa valeur prospective d’ouverture sur le champ des possibles et son universalité, exigent des modalités de communication sensibles, qui puissent parler par évocation plutôt que par argumentation directe. Comme la poésie investit le réel pour proposer un nouveau rapport au monde le temps d’une lecture, cette exposition est une échappée, un détour. Le positionnement stratégique situe l’Exposition Universelle comme une parenthèse, un moment où l’on prend du recul pour faire le bilan sur ce qui a été fait, et proposer des solutions pour l’avenir. La communication se fonde alors sur cette tension entre le passé, le présent et le futur. Chaque support de communication favorise l’emploi d’un procédé d’écriture poétique particulier en fonction de sa visée. 292

MSCI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


293


294

MSCI année 2 PROJET DE DIPLÔME


295


296

MSCI année 2 PROJET DE DIPLÔME


297


promouvoir le cinéma d’art et essai alexis klein | communication CULTURELLE paris

Comment valoriser de manière créative un cinéma créatif ?

“Assis dans une salle de cinéma, nous sommes livrés au seul endroit où nous sommes à ce point liés et séparés l’un de l’autre. C’est le miracle du rendez-vous cinématographique.” Abbas Kiarostami Sous l’égide de la Cinémathèque Française, l’AUTRE CINÉMA vient s’installer chaque mois dans une ville différente de province en proposant une nouvelle expérience émotionnelle et interactive des films d’Art et Essai français. Après une étude exhaustive de son modèle culturel et l’analyse de ses forces et faiblesses, le projet propose sa démocratisation par une expérience originale de la séance de cinéma d’art & essai. L’émotion et l’interaction sociale sont les deux socles de cette stratégie. Les spectateurs sont d’abord invités à noter, selon un barème graphique, les émotions ressenties lors de la séance qu’ils viennent de vivre. Les représentations symboliques de ces émotions viennent s’afficher sur le mur d’entrée de la salle obscure et servent de paramètres de choix pour les spectateurs suivants. Une médiation culturelle et une communication décalées et urbaines viennent soutenir cette volonté d’offrir au plus grand nombre l’opportunité de découvrir les perles de l’Art et Essai français dans un écrin d’émotions. 298

MSCI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


299


l’ENvIRONNEMENT EST f A çONNé PA R l’UT I l I SAT EUR

- P- hPharma a r ma BoBl ol dd l’ENvIRONNEMENT EST fAç ONN é PAR l’UTIlISATEUR

UNE JOURNÉE UN FILM 24H

AURORE DÉBUT 00:00

l’ENvIRONNE l’E Nv IRONNE M E NT MENT EST fEST AçOfNNé AçO NNé PA R l’ PA UTIl R l’UTIl IS ATEUR IS ATEUR

300

CRÉPUSCULE THE END 23:59


SEMAINE DU

03 6 04 1 3 0 AU

L E S U C CÈS P U BLIC D E LA S E MAINE (EN SALLE POUR 7 JOURS DE PLUS)

À

TROYES DANS L’AUBE

NUMÉRO 23

CRITIQUES CO UP DE DE L’É Q UIPE À BOUT DE SOUFFLE Emilie J. / Troyes

Ce film est un météore qui a changé la façon d'envisager le cinéma en France mais principalement aux Etats-Unis. En effet beaucoup de réalisateurs américains ,parmi les plus célèbres actuellement, ont été marqué et influencé par ce film. Moderne et incontournable.

GRAND CENTRAL Louis M. / Ste-Savine

Dès l'ouverture, le ton est annoncé : un film français simple, juste et subtile, un peu lent mais magnifique. L'originalité de la situation est renforcée par l'atypique danger nucléaire, rarement vu au cinéma.

À MORT LA MORT Gregoire T. / Reims

ÉV È N EM ENTS A U P R OGRAMME

Point de vue réalisation et interprétation : rien à dire, c'est parfait et Romain Goupil réalise une comédie à l'humour noir corrosif fort appréciable. Et on ne boude pas de voir Jacques Higelin et sa soeur Brigitte Fontaine dans le film, qui apportent eux aussi une sérieuse dose d'humour et de provocateur. Rien

301


sensibilité théâtrale aurélie mélou | communication CULTURELLE | mention bien paris

Les jeunes d’aujourd’hui doivent être les spectateurs de demain

Le théâtre ne fait pas partie des sorties culturelles préférées des Français, supplanté par le cinéma, les expositions, les concerts ... Une nouvelle stratégie de communication peut permettre de pallier à ce manque de fréquentation et d’aider les théâtres à répondre au besoin d’accessibilité tarifaire, mais surtout d’élargir leur cible à des personnes entre 18 et 30 ans, moins initiés aux arts vivants que les générations qui les précèdent. La création et la communication du festival “Sonorisation Théâtrale” peut répondre à ces enjeux de sensibilisation au théâtre. Le théâtre peut se définir par l’association de sons, d’images, de mouvements qui donnent vie au spectacle. La communication développée utilise la transcription graphique de sons à partir d’enregistrements de différentes voix. Ces graphismes sonores évoluent en fonction de la personne et de l’intonation. Des variations chromatiques identifient les thématiques de chaque programmation du festival. Une stratégie globale assure la promotion de l’événement, avant, pendant et après chaque édition. Ce projet, qui s’inscrit dans les objectifs culturels du ministère de la Culture et de la Communication, doit permettre aux théâtres de promouvoir leur programmation et d’attirer une cible plus jeune. 302

MSCI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


Le Malade Imaginaire

Acte 1 / Scène 4

303


304

MSCI année 2 PROJET DE DIPLÔME


305


306

MSCI année 2 PROJET DE DIPLÔME


307


personal branding marine ménétrier | communication digitale | mention bien paris

Création d’une plateforme de mise en relation professionnelle basée sur des critères identitaires relatifs à l’e-réputation

Les nombreuses crises économiques, culturelles ou sociétales ont bouleversé notre relation à l’emploi et le modèle de recrutement, entraînant les individus à développer leur marque personnelle. Internet a joué un rôle majeur dans l’émergence du personal branding en offrant aux particuliers un espace d’expression pour communiquer leur marque. L’identité numérique se détermine par des critères relatifs à notre présence en ligne : notre visibilité, notre activité, notre réseau et notre influence. Plus qu’une problématique de gestion de son identité numérique, l’e-réputation est aujourd’hui au cœur du système de recrutement. Ce projet consiste donc à la création d’une plateforme de mise en relation professionnelle basée sur ces nouveaux critères identitaires. Elle s’adresse aux candidats et aux recruteurs pour qui l’e-réputation est déterminante. Ce projet a plusieurs vocations  : s’identifier, se communiquer et se rencontrer. V.A.N.I. est un outil de gestion des identités numériques et de diffusion des données permettant de communiquer sa marque personnelle. Elle induit un système d’identification des candidats grâce à la mise en place d’un principe génératif d’avatar pour chaque candidat au recrutement. 308

MSCI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


309


GENERATIVE AVATAR

ence. utation ation in criteria

V.A.N.I stands for Visibility, Activity, Network and Influence. Four criteria that define the magnitude of users e-reputation on the internet. Specialists analyze those users e-reputation in order to create your own avatar. The four steps of each criteria can be seen below.

VISIBILITY

VISIBILITY

GENERATIVE AVATAR ACTIVITY

V.A.N.I stands for Visibility, Activity, Network and Influence. Four criteria that define the magnitude of users e-reputation on the internet. Specialists analyze those users e-reputation in order to create your own avatar. The four steps of each criteria can be seen below.

ACTIVITY

NETWORK

NETWORK

INFLUENCE

INFLUENCE

VISIBILITY

ACTIVITY


35 35 35 35

RÉALISATION DU RÉALISATION DU PROJET PROJET RÉALISATION RÉALISATION DU DU PROJET PROJET

FINALISATIONS

35

R��ALISATION DU PROJET

CANDIDATE PROFILE Each criteria presents a strong graphic cohesion between shape and pictorial representation. Network and Influence criteria can be seen below.

CANDIDATE PROFILE Each criteria presents a strong graphic cohesion between shape and pictorial representation. Network and Influence be seen below. Logo etcriteria ses can déclinaisons. Les

Logo et ses déclinaisons. Les couleurs utilisées sont les quatre couleurs dynamiques qui ont été préalablement définies.

Logo et ses déclinaisons. Les Logo et ses Les Logo et utilisées ses déclinaisons. déclinaisons. Les couleurs sont les quatre couleurs utilisées sont les quatre couleurs utilisées sont les quatre couleurs utilisées sont qui les ont quatre couleurs dynamiques été couleurs dynamiques qui ont été couleurs dynamiques qui ont été couleurs dynamiques qui ont été préalablement définies. préalablement définies. préalablement définies. préalablement définies.


communication autour de la mort laurène occhipinti | communication commerciale | mention très bien paris

“On veut contrôler la mort, devenir son sujet et non plus être son objet.” François Michaud Nérard

Ce projet a pour ambition de redonner la responsabilité d’une prise en charge anticipative de ses propres obsèques au futur défunt : il propose une réappropriation de ce rite funéraire en appréhendant au mieux sa fin de vie, une maîtrise de funérailles à son image. La mort est un sujet difficile à aborder dans la sphère publique, qui exige une communication adaptée aux différentes sensibilités. Aujourd’hui, chacun cherche sans cesse à affirmer son individualité mais les services funéraires sont souvent peu adaptés à la singularité des personnalités et des désirs de chacun. La marque ALULA propose à ses clients de répondre à ce manque par un service de personnalisation des obsèques. C’est en impliquant chaque personne (par un message individuel) que la stratégie de communication développée provoquera une prise de conscience de cette possibilité. Pour promouvoir sa démarche, cet opérateur funéraire doit se rendre visible sur le marché, en s’appuyant sur des systèmes d’information efficaces et impulser une dynamique de modernisation, par une stratégie de communication autour de la mort, qui revendique la possibilité d’une réappropriation de ses propres obsèques.

312

MSCI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


313


314

MSCI année 2 PROJET DE DIPLÔME


315


communication interactive willy reculard | communication digitale paris

Conception d’une plateforme communautaire et interactive mettant à la disposition du public des musées virtuels par l’intermédiaire d’un système en réalité augmentée

Le projet répond à certains enjeux des nouvelles technologies et de la culture numérique émergente qui permettent des expériences interactives de l’environnement, entre graphisme et programmation. Parmi les nouveaux outils de communication, la RA (réalité augmentée) est une technologie encore assez peu exploitée. C’est à la fois une abstraction du code et une expérience tangible, qui tend à sublimer notre espace, nos villes et, potentiellement, notre patrimoine. Le projet ORA exploite sa capacité à permettre une autre perception du territoire, son potentiel à rendre vivant un patrimoine culturel, œuvrant à sa mise en valeur, à son attractivité. La RA est utilisée comme moyen de communication alternative et interactive dans un contexte de valorisation patrimoniale, pour prolonger l’expérience de la collection de musées difficiles d’accès, dans une ville numérisée. ORA est une plateforme qui agit comme une forme de médiation culturelle, par une expérience utilisateur interactive, sensible et participative. Elle propose une extension virtuelle des musées dans l’espace réel de la ville, où les œuvres peuvent s’éprouver à travers une expérience à la fois collective et individuelle, tangible et immatérielle, interactive. 316

MSCI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


317


319


mise à jour du manuel scolaire maeva suve | communication éditoriale et digitale paris

Le graphisme au service de l’enseignement : comment dynamiser le manuel scolaire ?

Aujourd’hui, l’accessibilité numérique à la connaissance a modifié nos comportements sociaux et culturels, mais le livre scolaire tarde à s’adapter à ces valeurs d’immédiateté, d’interaction et d’omniprésence de l’information. Une mise à jour de l’outil éducatif semble nécessaire pour dynamiser le manuel scolaire. Parmi les différents positionnements développés afin de permettre la création d’un système éducatif interactif et dynamique, le projet IN&EX propose une application iPad qui permette à l’élève d’apprendre à l’école ET à l’extérieur de l’école, à partir d’un même support pédagogique. Ce complément au programme scolaire revendique un apprentissage par l’expérience, une interaction entre les cours et la culture accessible hors de l’école. IN&EX amène l’Expérience à la Connaissance, en adaptant les modes d’apprentissage aux nouvelles pratiques générationnelles. Ce projet a pour ambition d’être une alternative aux manuels scolaires proposés actuellement, qu’ils soient numériques ou imprimés sur papier, dont il réduit également le poids.

320

MSCI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


321


communication du milieu hospitalier christelle turlan | communication INSTITUTIONNELLE | mention bien paris

Comment revaloriser l’image de l’hôpital en France et lui permettre de la maîtriser en devenant acteur de sa communication ?

“À voir la manière dont on use auprès des malades dans les hôpitaux, on dirait que les hommes ont imaginé ces tristes asiles, non pour soigner les malades, mais pour les soustraire aux regards des heureux dont ces infortunés troubleraient la jouissance.” Chamfort Le milieu hospitalier souffre d’une mauvaise image auprès du public et ne développe pourtant aucune stratégie de communication institutionnelle efficace malgré les enjeux sociaux et économiques. Le projet consiste en la création d’une image de marque pour l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris. Le positionnement stratégique sera de présenter l’institution comme un point de repère au sein du microcosme hospitalier. L’AP-HP apparaîtra alors comme une référence, une marque de confiance et l’ensemble de sa communication aura pour objectif de guider le public tout en véhiculant les valeurs de l’institution et mettant en avant les différents acteurs.

324

MSCI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


325


ont piun ter

L'identitĂŠ visuelle

itĂŠ de

la au la

au

es arse pe

AP-HP

et

li-

me mĂ 

de

31

30

29 31

31

326


AP-HP

A PP- H PP

A PP- H PP


le graphisme pour tous mathilde vallée | COMMUNICATION ÉDITORIALE | mention très bien | coup de cœur du jury paris

“Il n’y a aucune culture graphique dans ce pays, on n’apprend jamais à décoder les signes et les images” Vincent Perrottet

Dans une société dominée par les images et donnant à comprendre en grande partie par la primauté de la vision, il semble étonnant que le graphisme n’ait pas encore acquis plus de visibilité et de reconnaissance. Il semble essentiel d’apprendre à regarder, d’apprendre à comprendre le langage des images. Ce projet au service de la démocratisation du graphisme vise à s’engager dans une politique d’éducation du regard, proposant l’acquisition d’une culture fondée sur la connaissance des pratiques et des formes graphiques. Le projet GRAPHSM. se présente sous la forme de supports périodiques destinés essentiellement aux jeunes de 15 à 22 ans, dans une perspective de sensibilisation au design graphique. Il propose ainsi l’acquisition par le grand public d’une culture du langage visuel en mettant l’accent sur les valeurs expressives des différentes formes graphiques fondamentales, en révélant leur personnalité graphique et en les comparant à des éléments familiers, du quotidien, chargés de sens et connus de tous, pour une pédagogie du graphisme.

328

MSCI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


Ces grilles de compositions peuvent par exemple servir de structure Ă  une construction typographique.

73

329


330

MSCI année 2 PROJET DE DIPLÔME


331


332

MSCI année 2 PROJET DE DIPLÔME


333


faire saliver les papilles laura vannucci | communication COMMERCIALE | mention bien paris

Comment mettre le graphisme au service du design culinaire ?

Après une recherche expérimentale des rapports que peuvent entretenir les modalités de communication graphique et les pratiques de création alimentaire, la démarche du projet s’est orientée vers une volonté de démocratiser la pratique du design culinaire, souvent réservée à un public adulte, et de le mettre à portée de main des enfants. Le projet consiste en la création d’une marque intitulée TASTE qui propose, sous la forme de coffrets mensuels, une exploration gustative et esthétique à travers diverses incarnations du design culinaire. TASTE c’est avant tout une expérience culinaire à vivre chaque mois, dans le but de faire évoluer son alimentation, mais également son rapport à la nourriture. Ce projet offre l’opportunité à certaines familles de pouvoir vivre la nourriture autrement, de manière plus originale, mais avant tout surprenante. Une stratégie de communication adaptée permet cette accessibilité à un public peu initié aux pratiques du design, avec des supports qui favorisent l’expérience sensible et la pédagogie des techniques.

334

MSCI année 2 PROJET DE FIN D’ÉTUDES


335


336

MSCI année 2 PROJET DE DIPLÔME


Mon alginate de sodium

petites bulles colorees

Mon sirop de framboise

Lactate de calcium

Eau minĂŠrale

337


étudiants de mdgri 1 2012 - 2013 PARIS SYLVAIN AUBRY DG | MÉRYL BONNAMOUR DE | PAUL BOUCHEZ DM | ISABELLE CABAL DE | LAURA DELANCE DP | PAULINE DISTEL DP | JULIETTE FAYE DM | CÉLINE HEURAUX DM | ESTELLE MAHÉ DG | MARINE MORLOT DG | OLIVIER SUDOL DG | LUKAS OHEIX DP | CORALIE PÉROT DG | SAMUEL VERSPIEREN DE | GUILLAUME VIGIER DG  BORDEAUX Joël Andrieu DE | Chloé Boyer DP | Guillaume Caute DG | Audrey Cruchade DG | Thomas Faivre DG | Claire Febvre DE | Caroline Gaoua Dp | Laurine Huguet-Machin DG | Thomas Lauby Dp | Geoffrey Lebre Dp | Aurélie Nouailhas Dp | Élodie Poulbère De | Romain Présat DG | Jérôme Toulouse De | Axel Tulasne De | Marine Vassel DP étudiants de mdgri 2 2012 - 2013 PARIS JÉRÉMY AUGER DP | LIZA BADET DE | LOÏC BAHOUGNE DP | Clémence Barbier DG | SONIA BENSOULA DP | NOéMIE BOULAY DP | LAURA BROSSARD DE | Colombe Dary DG | ANGèLE FACHAN DG | BASTIEN GAUTIER  DE | ALISSA GENEVOIS DG | SOPHIE HAUSER DG | SUZANNE LECOMTE DG | LÉTICIA MADUREIRA DE | SYLVANIE MEIGNIé DM | AUDE PELAMOURGUE DE | JérôME PERTUY DE | MARLèNE RICHANT DE | MARINE SAVIDAN DM | LUCIE SCHWEITZER DE | MERIEM YASSINE DP BORDEAUX Manon Benoist Dp | Xavier Borghini Dp | Hugo Cadillon Dp | Marion Capdeville Dp | Thibault Chapeyrou Dp | Jonathan Ermine Dp | Hugo Fleuret Dp | Audrey Larequie Dp | Tess Leblond Dp | Audrey-Sara Marchesi De | Emilie Marty Dp | Léa Philippe DE | Jennifer Puyjalon Dp

338


étudiants de mSCi 1 2011 - 2012 PARIS HÉLOÏSE ASSELIN | CLÉMENTINE BRÉANT | ÉLÉONORE DAL BELLO | CAMILLE DEPOUX | THOMAS CHIAPOLINI | PAULINE COLOMES  | NICOLAS DELVAL  | MÉLINA FAGET  | MAGALI GIRAUDO  | ALEXIS KLEIN  | JULIA LASSEUGUETTE | SAVINA LEGRENZI | MAXIME LUCET | AURÉLIE MÉLOU | MARINE MÉNÉTRIER | LAURÈNE OCCHIPINTI | CAMILLE PEINEAU | KARL PETZOLD | CAROLE PRÉNAT | ANTHONY PRÉVOT | WILLY RECULARD | MAEVA SUVE | DELPHINE TAVERNE | CHRISTELLE TURLAN | MAThILDE VALLÉE | LAURA VANNUCCI | ÉLODIE VAUGEOIS étudiants de mSCi 1 2012 - 2013 PARIS CAMILLE ALLIOT | THOMAS BOUFFARD | LAURA BRUNETEAU | MÉLANIE CRÉQUER | ANdRÉA DELETANG | DOROTHÉE DILLENSCHNEIDER | MARC DUPONT | MARIE FUHRMANN | ANNA GUIRAGOSSIAN | LÉA LARRIEU | STÉPHANIE LAURENT | AMÉLIE LECLERC | YASMINE MAHDI | MATTHIAS MEUNIER | MYLÈNE MOREAU | LÉA NINOT | ÉLODIE PALUMBO | ALEXANDRA PONZIO | MORGANE ROBIN | LAURE-MARIE TORRE étudiants de mSCi 2 2012 - 2013 PARIS ÉLÉONORE DAL BELLO  | NICOLAS DELVAL  | MÉLINA FAGET  | MAGALI GIRAUDO  | ALEXIS KLEIN  | JULIA LASSEUGUETTE | AURÉLIE MÉLOU | MARINE MÉNÉTRIER | LAURÈNE OCCHIPINTI | WILLY RECULARD | MAEVA SUVE | CHRISTELLE TURLAN | MAThILDE VALLÉE | LAURA VANNUCCI

339


Équipes pédagogiques mdgri 2012 - 2013 PARIS DOMINIQUE BECCARIA | atelier design graphique ANTOINE DU PAYRAT | atelier design graphique LIONEL HAGER | atelier sémiologie & philosophie Alban GERVAIS | atelier design graphique GILLES LE BARS  | atelier design d’espace ANASTASIA OLSZAK  | atelier design de mode APOLLINE TORREGROSA | atelier sociologie & philosophie HUGUES WEILL | atelier design de produits BORDEAUX Catherine Allée | atelier gestion de projet Eric Boulain | workshop pratique plastique Véronique De Saint Exupery | atelier philosophie Pierre-Etienne Feertchak | atelier culture technologique Thomas Felix | atelier design global Cyril Lambert | atelier infographie 3D Shantala Lescot | workshop pratique plastique Matthieu Lusignan | atelier Infographie 2D Anne Renollet | atelier design global Pierre Renollet | atelier design global Viviane Rouillon | atelier design global Olivier Rulleau | atelier sémiologie Sarah Sirizzotti | atelier marketing

Équipes pédagogiques mSCi 2012 - 2013 GRÉGOIRE HÉNON | atelier direction artistique FRANCE GARAT | atelier conception-rédaction LIONEL HAGER | atelier SÉMIOLOGIE VISUELLE PIERRE-GAËL STEUNOU | atelier direction artistique

340


jury de mdgri 2 PARIS MANUEL BELLO MARCANO est architecte et sociologue : Docteur en Sciences Humaines et Sociales de l’Université Paris Descartes Sorbonne, diplômé d’Architecture à l’Université Simon Bolivar de Caracas et du Master en Philosophie et Architecture à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette. Membre du Centre d’Études sur l’Actuel et le Quotidien (CEAQ), il vit et travaille entre la France et le Vénézuela où il partage ses activités entre l’enseignement, la recherche et l’exercice libéral d’architecte. Ses thématiques de recherches sont la ville, l’animalité, le milieu, le corps,les nouvelles technologies et la perception de l’espace urbain. ISABELLE CHAPPET est designer, enseignante : diplômée du DSAA Mode et Environnement de l’ESAA Duperré, elle est professeur certifié d’arts appliqués en Laboratoire de conception Design de Mode, Textile, Environnement de l’ENSAAMA Olivier de Serre. Elle a collaboré avec le créateur textile Daniel Henry pour la coordination de l’exposition FABLAB 011, avec Atelier EEM (Architecture & paysage) pour le Festival des Jardins de Lausanne, avec Toshiro Kuroda pour des créations culinaires ou encore avec Marc Bretillot pour la Biennale de Design de Saint-Étienne. Auparavant, elle a été professeur à l’ESAA Boulle, créatrices de costumes et accessoires, assistante scénographe de Michel Mallard, assistante styliste pour la Maison Agnès B. FLORENCE FONTAINE est styliste, costumière, directrice artistique. Diplômée des écoles ENSAAMA Olivier de Serres et ESAA Duperré, elle fait ses débuts au sein des maisons de couture Guy Laroche, Rodier, Kenzo et Woolmark avant de suivre une formation de modéliste. Collaboratrice de Michel Gondry, il lui confie la création des costumes et le stylisme pour ses vidéos-clips (Daft Punk, Radiohead, Paul McCartney…), pour ses publicités (Guerlain, Air France, Motorola…) et pour ses longs-métrages (“La Science des rêves” ou “L’Écume des jours”). Parallèlement à ses activités pour l’audiovisuel, elle crée ses modèles personnels. L’artiste Björk lui achète un kimono. Les boutiques Igrek.B, L’épicerie de Mode et Kodjo lui commande une série de petites robes et diffusent sa collection de manteaux “Kosmos” en sept pièces uniques. Depuis, 1997, elle signe régulièrement de nouvelles collections. florencefontaine.free.fr VINCENT GIAVELLI est designer graphique et culinaire, directeur artistique, diplômé du MA de l’Université d’Aix Marseille (Cinématographie et Film-Video Production). En parallèle d’une carrière de communicant pour des grandes marques de luxe françaises (Givenchy, Charles Heidsieck, Yves Saint-Laurent, Chanel), il occupe la direction artistique de La Grande Épicerie de Paris de 2006 à 2009. Cofondateur du binôme photographique “Ex-machina”, il est également enseignant en tendances de mode à l’ENSAAMA Olivier de Serres en DSAA textile. www.vincentgiavelli.fr

341


FABIO LAROCCA est sociologue, Docteur en sociologie (Université Paris Descartes Sorbonne), Maître de conférence en sociologie et Chercheur à l’IRSA-CRI (Université Paul Valéry Montpellier 3), Chercheur au Centre d’Étude sur l’Actuel et le Quotidien (CEAQ), où il a fondé et anime le Groupe de Recherches sur l’Image en Sociologie (GRIS), visiting professor à l’ECA (Escola de comunicaçôes e artes) de l’USP (Universidade de São Paulo), coordinateur éditorial et membre du comité de lecture de la revue “Sociétés” , coordinateur éditorial de la revue “Les Cahiers européens de l’imaginaire”. Ses thématiques de recherches sont la sociologie de l’imaginaire et visuelle, la communication et les médias, la ville, les espaces urbains. En 2013, il publie “La Ville dans tous ses états”, CNRS Éditions. SONIA LAUGIER est ingénieur et designer, diplômée de l’École Centrale de Nantes et de l’ENSCI-Les Ateliers. Son travail investit graphisme, programmation et design dans le développement d’interfaces et d’objets numériques. Elle collabore notamment avec la cellule “Design Recherche et Développement” de EDF pour la conception d’horloges énergétiques. En 2013, elle expose à l’ESAD Orléans, le projet de recherche “Habitat imprimé”, mené en collaboration avec François Brument. in-flexions.com PIERRE MAFFI est designer et directeur artistique : diplômé de l’École Supérieure de Arts décoratifs de Strasbourg, il intègre l‘équipe de Jean-Charles de Castelbajac pour la création d’objets, d’accessoires de mode, de décors de défilé. Il monte également son entreprise MV Factory travaillant principalement sur des collections de mobiliers en nom propre ou pour des éditeurs (DMA, Roche Bobois…), des scénographies (Puig, Agatha Ruiz de la Prada…). En 2006, il se lance dans l’aventure de La Maison de Léna, édition de livres et de mobilier pour enfants. En 2008, il est contacté par le Printemps Hausmann pour travailler sur l’identité visuelle d’un bâtiment. Depuis 2010, il a rejoint l’équipe de Alain Figaret afin de repenser le visuel de la marque, ses codes merchandising, ses concepts de magasins. www.figaret.com MALTE MARTIN est graphiste et plasticien, formé à l’École des Beaux-Arts de Stuttgart puis à l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris. Après avoir rejoint le collectif Grapus, il crée son propre atelier graphique et développe son travail dans les domaines de l’édition, la presse et l’identité visuelle pour des structures culturelles comme le théâtre Athénée Louis-Jouvet, le théâtre Nest, le théâtre 71, l’Orchestre national d’île de France, l’Abbaye de Royaumont… Il crée l’association Agrafmobile, ce “laboratoire” où il explore de nouvelles pratiques d’installations visuelles pour “reconquérir l’espace public comme espace d’imagination appartenant à ceux qui y vivent”. www.atelier-malte-martin.net KLUTT MOUCHET est directeur artistique des éditions HATIER : diplômé d’Olivier de Serres, il est d’abord graphiste indépendant, travaille ensuite dans un studio d’édition puis dans la publicité. Après un passage aux éditions Nathan, où il est notamment responsable des “beaux livres”, il assure aujourd’hui, depuis 15 ans, la direction artistique des éditions Hatier. www.editions-hatier.fr

342


VINCENT PERROTTET est graphiste, diplômé de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, membre du groupe Grapus puis co-fondateur du collectif “Les Graphistes Associés”. Il a réalisé de nombreuses identités visuelles, matériaux d’information et de sensibilisation, expositions, publications et affiches pour des institutions culturelles et de santé publique, théâtres, musées, associations, syndicats : notamment La Filature, Le Nouveau Relax ou le théâtre d’Angoulême avec Annette Lenz, le CRIPS - Île de France avec Céline Debrenne… Vincent Perrottet est également professeur et il a participé à l’organisation et à la direction artistique du Festival international de l’affiche et des arts graphiques de Chaumont. www.vincentperrottet.com MICHEL ROHMER est graphiste, typographe et calligraphe, diplômé de l’École Estienne, formé aux atelier Albert Hollentstein et Peter Knapp : graphiste intégré pour IBM, directeur artistique en agence de publicité, chef de studio de création en bureau de design global, concepteur aux éditions Mercure, créateur indépendant du logo et de la charte de la FNAC, fondateur du Studio des quatre lunes qui voit notamment la qualité de son travail reconnue par le César 1987 de la meilleure affiche de film pour “37°2 le matin”, puis l’année suivante la nomination l’affiche de “L’Ours”. Il a enseigné la communication visuelle en BTS puis en DSAA à l’ENSAAMA Olivier de Serre de 1980 à 2007, décoré des Palmes académiques. MARINE ROYER est designer, doctorante en Design de Recherche et Anthropologie à l’École Nationale Supérieure de Création Industrielle (ENSCI-Les Ateliers) et à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), diplômée d’un Master 2 à l’École Normale Supérieure (ENS), d’un DSAA option Design Produit Mobilier et d’un BTS Architecture intérieure à l’ESAA Boulle. Parallèlement à ses activités de designer (muséographie avec “La Mode en image” pour Louis Vuitton, designer flaconnage pour Clinique, chef de projet pour Saguez & Partners, responsable de la cellule design pour le collectif de stratégie globale de création labandeoriginale, chef de projet design au retail design department de L’Oréal…), elle mène depuis 2010 un projet de recherche pour l’Afpa au Paris Design Lab à l’ENSCI. OLIVIER WAGNIES est architecte d’intérieur, designer mobilier et objet, consultant en stratégie et développement, marketing de l’innovation, diplômé du DSAA Architecture d’intérieur spécialisé en Design Produit Mobilier et Espace et du BTS Architecture d’intérieur de l’École Boulle. Après avoir été chef de projets en design et architecture d’intérieur pendant plusieurs années chez Olivier Gagnaire & Associés, il est aujourd’hui chef de projet du Laboratoire de conception de SAAZS innovation talks, spécialisé en intégration des fonctionnalités et matériaux innovants. www.saazs.com

343


BORDEAUX Stéphane Allée est marketing designer au sein de “Aquitaine Developpement Innovation” (agence régionale de l’innovation de la région Aquitaine) : il accompagne les PMI-PME de la région dans l’intégration de démarches liées à l’innovation et au design. Diplômé de l’École Supérieure de Commerce et de Management de Tours, il a été préalablement Consultant pour Euro RSCG Design-Pulp en intervenant principalement sur des problématiques d’innovation et de design pour des grandes marques de BtoB et BtoC. Denis Bonnet est directeur du département Cockpit Innovation & Human Engineering au sein du groupe THALES avionics, diplômé de l’École Supérieure des Télécommunications-Telecom ParisTech. Docteur, spécialiste des questions d’innovation liés à l’univers aéronautique, il a plusieurs publications sur le sujet. Il est également dépositaire de plusieurs brevets relatifs au domaine. Spécialiste des questions relevant du design prospectif, il a obtenu en 2013 avec Thales le prix “Best of the Best” pour Avionics 2020 Red Dot Design Concept Awards et le Janus de la Prospective for ODICIS Institut Français du Design - Ministère de l’Économie en 2011. Patrick Bourlet est designer, diplômé de l’École Supérieure de Design Industriel (ESDI). Après avoir fait ses débuts entant que designer chez NEUHAUS (SIGNATURE), il fonde en 1996 l’agence PBO Design située à Bayonne. PBO Design est une agence de design global qui intervient dans la communication graphique, le design produit, le design d’espace et dans les études de signalétiques. Militant engagé pour la promotion du design en Aquitaine, il est Président de la FDA, l’association des Designers industriels d’Aquitaine et vice-président d’un cluster des métiers de la création (cluster créatif SILOGRAPHIC). www.pbo-design.com Fredéric Cauchois est directeur de l’agence Depack Design Artckitecture, fondée en 1992, spécialisée en architecture commerciale. Plus de 200 grandes marques issues de tous les secteurs travaillent avec l’agence régulièrement. L’accompagnement de sa clientèle à l’international l’a conduit à développer et implanter l’agence en Europe et en Asie en créant Depack Central and Eastern Europe GmbH implantée à Vienne (Autriche) et Depack Asia Pacific implantée à Hong Kong. www.depack.com Pierre-Étienne Feertchak est designer et Professeur agrégé hors classe à l’École Nationale Supérieure des Arts Appliqués (Olivier de Serres). Il est également chargé de cours à l’Université Evry Val d’Essonne, à l’École Normale Supérieure de Cachan. Il sera également co-fondateur et associé de la Société S.C. FONCTIONS Design. Il réalise en particulier des études pour SATMAM ALCATEL (Néopost industrie), CGA HBS, ACMA Renault Robotique, Eurotherm, CPDHBJO (Comité pour le Développement de l’Horlogerie, de la Bijouterie, de la Joaillerie et de l’Orfèvrerie), STANKO machines-outils, TORNIER (implants chirurgicaux), ATAL Linguanotto pour l’EPOB, machines-outils AMADA… En 2008, il participe à la rédaction d’un ouvrage collectif “Enseigner le design industriel”, sous la direction de Jean-Charles Lebahar, Hermès Science Publishing LTD.

344


Stéphane Gauthier est designer, diplômé de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris et du conservatoire des Arts et Métiers. Spécialiste des questions relatives au design et à l’innovation, il dirigera un certain nombre d’années le département Plan Créatif Users First. Il est aujourd’hui directeur conseil et innovation pour l’agence BABEL où il occupe des missions de direction du développement, conseil en stratégie d’innovation, recherches méthodologiques et formation en entreprise. Il donne également des cours au conservatoire des Arts et Métiers. agencebabel.com Philippe Holland est designer, formé au Art Center College of Design. Passionné par l’univers automobile il officiera comme Design Manager chez Johnson Controls puis Responsable Style Graphique pour Citroën-PSA où il s’occupe en autres des projets de design prospectif relatifs à la mobilité urbaine, qui l’amènent à établir des collaborations mutiples avec des écoles de design françaises et étrangères. Il fonde en 2012 l’agence de design EMD, tout en développant son activité de consultant auprès de grands groupes automobiles. Didier Mandart est designer, diplômé de l’École Supérieure de Design Industriel. Sa carrière professionnelle le conduit chez RITZENTHALER où il aura la charge du département Design Global, puis chez LOHR Industrie en tant que directeur du Design Global. Il fonde en 2009 l’agence HAIKU DESIGN. Passionné par les problématiques de mobilité urbaine, il obtient plusieurs prix dont une étoile à l’Observeur du design en 2012. www.haiku-design.com Étienne Redouin est designer, diplômé de l’École Supérieure de Design Industriel. Après une courte expérience en free lance pour le compte de l’agence Raison pure, il saisit l’opportunité d’entrer chez DECATHLON à la sortie de l’école, où il vit au plus près la construction du Design dans l’entreprise et y apporte sa contribution, d’abord comme designer chaussure, puis comme designer produit. En parallèle, il a l’opportunité de participer puis de co-animer des programmes prospectifs d’innovation et de se former au management. En 2006, il est aujourd’hui Designer Manager des “marques nature” de Decathlon (équitation, pêche, chasse, archerie) puis, les marques grandissant, il se focalise en 2011 sur CAPERLAN, la marque pêche d’OXYLANE, groupe dont Decathlon fait désormais partie. www.oxylane.com

345


Jury de mSCi 2 PARIS LAURENCE BARREY est directrice de création et designer interactif, diplômée en arts graphiques et qualifiée aux fonctions de conceptrice en communication visuelle par l’Institut d’Arts Visuels ESAD d’Orléans. Elle exerce dans les domaines de la publicité, l’audiovisuel, le cinéma et le Web, collabore à des actions plurimédia, consultante en stratégie d’image et promotion de marque. Fondatrice d’ANTISTATICC, studio de communication digitale pour les métiers du numérique, du social et de la culture, Laurence Barrey est également partenaire d’Andy Amadi Okoroafor pour CLAM, studio de création international dans les domaines de la mode, la musique et du corporate. antistaticc.jux.com / clammag.com CAROLE BRIANCHON est diplômée d’une Licence de Lettres classiques à Paris IV et d’une Maîtrise en Information et Communication à Paris X consacrée à l’évolution des rapports texte-image. Elle évolue d’abord dans le secteur de l’édition d’artet de la photographie, d’abord éditrice et attachée de presse des éditions Mengès, puis responsable de la communication des éditions Textuel. Son parcours professionnel la conduit dans deux institutions culturelles dédiées à l’image et à la photographie : d’abord responsable des relations presse du Jeu de Paume, elle est aujourd’hui responsable de la communication de la Maison Européenne de la Photographie. www.mep-fr.org PASCAL COLRAT est graphiste, artiste photographe, affichiste : après avoir fait l’École Nationale Supérieure desBeaux-Arts de Paris, il choisit comme support d’expression l’affiche — mais aussi la carte postale ou le textile — où l’image dans sa démultiplicité utilise des réseaux de diffusions variées et croise un public très large et populaire. Il répond ainsi à des commandes pour de nombreuses institutions culturelles et politiques (Amnesty International, Act Up, Le Tarmac de la Villette, l’Opéra de Lille, la Scène nationale de Petit-Quevilly / Mont-Saint-Aignan, le Grand Théâtre de Lorient…), tout en développant un travail personnel et engagé, de recherches graphiques et plastiques, qu’il expose et publie. www.pascalcolrat.fr MARIE FIEVET est designer graphique et directrice artistique, diplômée de l’École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg, après un début de formation à la Haute École d’Art et de Design de Genève. Elle a été coordinatrice de la communication graphique et création de vitrine pour La Samaritaine, en agence de communication et d’édition (Angie, Publicis consultants), graphiste dans le milieu du disque (EMI, Autrement le design). Depuis 2005, elle est directrice artistique et designer graphique pour l’agence de design et de communication LUCIOLE, spécialisée en identité visuelle, édition coporate, web, stand, événementiel. www.luciole.com

346


KLUTT MOUCHET est directeur artistique des éditions HATIER : diplômé d’Olivier de Serres, il est d’abord graphiste indépendant, travaille ensuite dans un studio d’édition puis dans la publicité. Après un passage aux éditions Nathan, où il est notamment responsable des “beaux livres”, il assure aujourd’hui, depuis 15 ans, la direction artistique des éditions Hatier. www.editions-hatier.fr SYLVIA NIEWENGLOWSKI est graphiste et directrice artistique, diplômée du DSAA Mode et Environnement de l’ESAA Duperré. Elle exerce depuis 16 ans en agences d’édition ou de communication, essentiellement à Paris mais aussi Bastia, Sydney, Sao-Paulo où elle a notamment accompagné le photographe Sebastiao Salgado pour la réalisation de ses livres et de ses expositions. Elle a travaillé régulièrement comme indépendante notamment pour la RMN (Réunions des Musées Nationaux), l’agence AVANT-GARDE, ALTÉDIA et LUCIOLE où elle finit par intégrer et manager le studio graphique, prenant en charge le pôle créatif composé de graphistes. www.luciole.com NATHALIE WINKELMANN est graphiste et directrice artistique, d’abord dans l’agence BETC spécialisée dans la stratégie de marque et la publicité, puis depuis 2010 directrice artistique pour HAVAS PARIS (anciennement Euro RSCG & Co), un des plus grands groupes mondiaux de communication, comprenant la publicité imprimée et digitale, la communication interactive multimédia, le marketing relationnel et opérationnel, le média planning et l’achat média, la communication d’entreprise, les relations publiques… www.havas.fr-v

347


exposition “regards croisés” espace beaurepaire, Le jury expose avec les diplômés « À deux pas de la place de la République, l’espace pluridisciplinaire Beaurepaire, 190 m2 blancs bien agencés en couloirs et salles spacieuses, alterne les expositions consacrées aux jeunes créateurs, de la mode à la sculpture, de la peinture au design et du graphisme aux livres. En cette fin de semaine, ce lieu vivant est investi par les étudiants de l’École de Condé, niveau mastère, qui présentent leurs travaux. Ils sont “parrainés” par le jury qui leur a remis leurs diplômes, dont les graphistes Malte Martin, Pascal Colrat et Vincent Perrottet, qui les encadrent avec quelques unes de leurs affiches. Parmi cette promotion de jeunes talents, une bonne trentaine, se détache la microarchitecture de Bastien Gautier. Jouant avec l’espace de la ville, son extension légère en bois vient se greffer sur un habitat existant, selon différentes configurations, pour rendre à l’architecture «son échelle humaine». Côté design graphique, Angèle Fachan explore comment s’engage le corps dans sa relation avec l’objet livre. Au rayon mode, Sylvanie Meigné détourne et magnifie le vestiaire hip hop. En communicante digitale, avec son projet V.A.N.I, Marine Ménétrier développe le thème du “branding” personnel, créant une e-réputation. Mélina Faget propose un drôle de petit livre rouge acrobate. Tous les projets sont à scruter, ils rendent aussi compte de l’enseignement de l’école privée de Condé, qui organisera des portes ouvertes au mois de mars. » Anne-Marie FÈVRE, Libération, le 10.01.2014

349


351


352

EXPOSITION “REGARDS CROISÉS”


353


Photographies DE L’EXPOSITION : MARIE FURHMANN, LIONEL HAGER, AURÉLIE MÉLOU, ANTOINE PERRIER

354

MDGRI année 1 PROJET COLLECTIF


355


© Écoles de condé et ses étudiants. Aucun élément de ce catalogue ne saurait être reproduit de quelque manière que ce soit sans l’autorisation et expresse de l’école et de ses étudiants. Écoles de Condé, 13 rue Miollis, 75015 PARIS, Tel : 01 53 86 00 22 www.ecoles-conde.com Coordination : Lionel Hager, lionel.hager@ecoles-conde.com Responsable communication : Nastassja de Mourzitch, nastassja.demourzitch@ecoles-conde.com Direction artistique : Angèle Fachan, angele.fachan@gmail.com Réalisation : Angèle Fachan et Magali Giraudo, magali.giraudo@free.fr Achevé d’imprimer en Janvier 2014 sur les presses de Castelli Bolis, Italie.


SYLVAIN AUBRY 

Thomas Faivre

MÉRYL BONNAMOUR

Claire Febvre

PAUL BOUCHEZ

Caroline Gaoua

ISABELLE CABAL

Laurine Huguet-Machin

LAURA DELANCE

Thomas Lauby

PAULINE DISTEL JULIETTE FAYE HÉLOÏSE ASSELIN CLÉMENTINE BRÉANT

ESTELLE MAHÉ

ÉLÉONORE DAL BELLO

MARINE MORLOT

CAMILLE DEPOUX THOMAS CHIAPOLINI PAULINE COLOMES

Ettore Sottsass

Les Écoles de Condé présentent une sélection de projets des étudiants de première et deuxième années du Mastère Design global, Recherche, Innovation (MDGRI) et du Mastère Stratégie de Communication par l’Image (MSCI), promotion 2013. Ce catalogue est un témoin de leurs rencontres, une trace de leur passage, l’aboutissement de leur parcours… au seuil de leur vie professionnelle.

NICOLAS DELVAL MÉLINA FAGET

mastères des écoles de condé | MDGRI - MSCI | 2013

“Le design ne signifie pas donner une forme à un produit […] Il est une façon de concevoir la vie, la politique, l’érotisme, la nourriture et même le design.”

CÉLINE HEURAUX

MARC DUPONT MARIE FUHRMANN ANNA GUIRAGOSSIAN

OLIVIER SUDOL

LÉA LARRIEU

LUKAS OHEIX

STÉPHANIE LAURENT

CORÉLIE PÉROt

AMÉLIE LECLERC

SAMUEL VERSPIEREN

YASMINE MAHDI

GUILLAUME VIGIER 

MATTHIAS MEUNIER

MAGALI GIRAUDO

MYLÈNE MOREAU

ALEXIS KLEIN

LÉA NINOT

JULIA LASSEUGUETTE

ÉLODIE PALUMBO

SAVINA LEGRENZI

ALEXANDRA PONZIO

MAXIME LUCET

MORGANE ROBIN

AURÉLIE MÉLOU

Joël Andrieu Chloé Boyer Guillaume Caute Audrey Cruchade

LAURE-MARIE TORRE

MARINE MÉNÉTRIER

CAMILLE ALLIOT

LAURÈNE OCCHIPINTI

THOMAS BOUFFARD

Aurélie Nouailhas

CAMILLE PEINEAU

LAURA BRUNETEAU

élodie Poulbère

KARL PETZOLD

MÉLANIE CRÉQUER

CAROLE PRÉNAT

ANRÉA DELETANG

ANTHONY PRÉVOT

DOROTHÉE

WILLY RECULARD

DILLENSCHNEIDER

Geoffrey Lebre

Romain Présat Jérôme Toulouse Axel Tulasne Marine Vassel 

Manon Benoist Xavier Borghini Hugo Cadillon Marion Capdeville Thibault Chapeyrou

LIONEL HAGER, DIRECTEUR PÉDAGOGIQUE ÉCOLE DE CONDÉ PARIS

Jonathan Ermine MAEVA SUVE DELPHINE TAVERNE

JéRéMY AUGER LIZA BADET

design global, recherche, innovation stratégie de communication par l’image

Hugo Fleuret Audrey Larequie Tess Leblond

LOÏC BAHOUGNE

Audrey-Sara Marchesi

MAThILDE VALLÉE

SONIA BENSOULA

émilie Marty

LAURA VANNUCCI

NOÉMIE BOULAY

Léa Philippe

ÉLODIE VAUGEOIS

LAURA BROSSARD

Jennifer Puyjalon

CHRISTELLE TURLAN

colombe dary

AUDE PELAMOURGUE

ANGÈLE FACHAN

JéRÔME PERTUY

BASTIEN GAUTIER

MARLèNE RICHANT

ALISSA GENEVOIS

MARINE SAVIDAN

SOPHIE HAUSER

LUCIE SCHWEITZER

SUZANNE LECOMTE

MERIEM YASSINE

LÉTICIA MADUREIRA SYLVANIE MEIGNIÉ


Catalogue Mastère 2013