Page 1

Claude Bureaux

Les Bonnes

Associations de Plantes Mes alliances réussies : plantes compagnes, purins, paillis, BRF…


La monoculture, qu’elle soit vivrière ou décorative (haies, bordures, plantes annuelles ou vivaces, roseraie…), est source de développement d’infestations parasitaires. La règle d’or est qu’un jardin est plus vivant et plus sain si la diversité est respectée. Les cultures associées et la rotation des cultures sont aujourd’hui parties intégrantes du jardinage raisonné, qui privilégie toujours les actions préventives aux actions curatives. Autrefois, le jardin potager vivrier était complètement éloigné du jardin d’agrément. Aujourd’hui, le nouveau jardin familial associe avec bonheur les fleurs, les légumes, les arbres fruitiers, les plantes vivaces et les arbustes d’ornement, et multiplie les combinaisons possibles entre plantes « nourricières » et plantes « ornementales ». Dans ce livre, je parlerai des techniques et des associations que j’ai moimême pratiquées et dont j’ai pu constater le bien-fondé, ou de celles dont les nombreux jardiniers émérites que je côtoie depuis de longues années m’ont rapporté l’efficacité. Je n’hésiterai pas à signaler, non plus, l’absence d’efficacité de certaines pratiques, quand mon expérience l’autorise (comme, par exemple, la culture de lin dans les pommes de terre, censée éloigner les doryphores, pour laquelle j’ai de sérieux doutes, contrairement au ricin, à l’efficacité relative mais avérée). Si certaines associations bénéfiques, comme la culture d’ail dans les rosiers ou d’œillets d’Inde dans les tomates, ont été scientifiquement étudiées, la plupart sont le fruit de l’étude attentive par les jardiniers de leurs cultures, qui leur ont permis de constater les bons mariages ou les incompatibilités entre les végétaux. Par leurs observations, ils ont pu définir rationnellement quelles raisons pouvaient pousser les plantes à mieux se comporter dans le mariage. Les procédés d’associations végétales et de rotation des cultures en sont issus.

plantes associées

Plantes associées, plantes compagnes

oligoéléments. Il ne faudra pas les cultiver deux années consécutives à la même place. On devra même songer à les remplacer l’année suivante par des plantes moins épuisantes pour le sol comme les épinards, les salades, les Alliacées (oignon, ail, ciboule), les plantes à fleurs annuelles, tout en effectuant, si possible, un semis d’engrais vert (phacélie, moutarde blanche) entre ces cultures.

Les plantes peu épuisantes Les racines se développent diversement dans le sol et cela a une influence certaine sur l’absorption par les plantes des matières nutritives et des engrais.

Les plantes de la famille des Légumineuses (haricots, petits pois, dolique, fève, vesce) concentrent l’azote et sont très peu avides d’éléments nutritifs ou d’engrais. Elles épuisent peu le sol et peuvent être associées ou cultivées en alternance avec les plantes gourmandes.

Les plantes voraces

La concurrence physique

Les choux, les tomates, les pommes de terre, certaines variétés de dahlias, les cannas (balisiers) sont des plantes voraces en substances nutritives et en

Certaines plantes peuvent avoir une durée de vie courte (légumes et plantes à fleurs annuelles), d’autres peuvent être installées durablement,

La concurrence dans le sol

6

7


Plantes Abricotier

Plantes associées

Cultures intercalaires

- Ciboulette - Cive - Toutes les plantes (légumes, fruitiers),

Ail Artichaut Asperge Aubergine Betterave rouge Betterave potagère

hormis celles de la famille des liliacées et les plantes de terre de bruyère Éventuellement en couvre-sol : - Asperge - Plantes vivaces

- Bourrache - Carotte - Choux - Épinard - Haricots

- Œillet d’Inde - Phacélie - Pourpier - Souci - Téragone

- Aneth - Cerfeuil

-C  iboule de Saint Jacques - Sarriette

Capucine

Carotte

- Absinthe - Ail - Aneth - Choux - Ciboulette - Cresson - Euphorbe - Lavande - Oignon

Cerisier

(Prunier et autres Prunus)

Chicorée frisée

Dahlia - Basilic - Chicorée frisée - Choux d’été et d’automne

- Laitue - Radis - Roquette - Scaroles

- Crosne - Haricots nains - Navet

- Oignons - Rutabaga

Cognassier

16

- Absinthe - Fenouil - Menthe verte

Tous légumes et fleurs de saison estivale - Poireau - Poireaux - Pois - Pyrèthre - Radis - Rhubarbe - Roquette - Salades - Tomate

Avec tous les céleris :

Avec le céleri à cotes :

- Choux - Choux-Fleurs - Concombre - Épinard - Haricots - Pois - Tomates

- Cardons - Chicorées frisées - Poireaux

- Ail - Ail-aux-ours - Ciboule

- Cive - Poireau perpétuel

- Aneth - Bourrache - Carotte -C  houx (y com-

- Navet jaune boule d’or - Radis longs d’hiver

- Ail - Ciboulette - Oignon - Poireaux - Tanaisie

Fève

Fraisier

Framboises, Mûres

Avec le céleri-rave :

et Ronces à fruits

- Maïs doux - Pomme de terre - Tournesol

- Céleri - Menthe poivrée - Myosotis

- Pyrèthre - Souci - Tomate

- Ail - Ail d’ornement - Ciboulette

- Échalote - Oignon - Poireau perpétuel

Fenouil amer

Géranium des jardins, Pélargonium

- Pyrèthre - Rose d’Inde

aucune - Ficoïde glaciale - Tétragone

Fenouil doux

En bordure :

- Navet Plantes annuelles et vivaces à floraison estivale

- Batavia - Chicorée frisée - Laitues

- Mâche - Radis

Haricot à rames

Radis

- Chicorée Frisée - Choux - Fraisier - Haricot - Laitue - Pois - Tomates - Chou-Fleur - Chou-Rave Toutes les plantes potagères : - concombre - cornichon, - courgettes non coureuses

- Laitues - Radis Noir

Plantes potagères

sauf choux, haricots nains et tomates

Légumes d’hiver ou de récolte printanière - salades, pissenlit, chou-rave… - Ail - Bourrache - Chou-rave - Ciboule - Échalote - Épinard - Haricots nains - Œillet d’Inde

- Oignon - Oseille - Poireau - Radis - Salades à couper - Soucis - Téragone

- Presque tous les végétaux - Myosotis

Géranium à parfum : - nombreuses plantes, y com-

pris les arbustives

sauf plantes grimpantes envahissantes, conifères et résineux

- Aneth - Aubergine - Basilic - Betterave Rouge - Bourrache - Carottes « type

Grelot » ou à racines demi-longues hâtives

Les premières années de culture :

Les années suivantes :

- Chou-rave - Épinard - Laitue - Radis

- Ail ornemental - Ciboulette - Oignon

- Groseillier

Géranium à fleurs : - Plantes potagères et florales appréciant les situations ensoleillées

- Toutes plantations,

Groseilliers, Cassissiers et autres ribes

Cultures intercalaires

aucune

Épinard

pris de Bruxelles et chou-fleur)

Choux

Échalote

Plantes associées - Choux (Éventuellement )

aucune

- Maïs doux - Tournesol

Céleri

Plantes Concombres et Cornichons Courges et Courgettes

Aucune en verger En cultures en espalier ou abritées :

plantes associées

Les bonnes associations

- Céleri - Concombre - Cresson de para - Hysope - Maïs - Radis - Roquette - Sarriette annuelle

Groseilliers à fleurs : - Ail - Cive - Échalote - Oignon - Poireau perpétuel

17


Tomate Famille des Solanacées

tomate

ates Tom

La diversité de formes, de goûts et de couleurs de la tomates et sa culture facile en font une plante incontournable pour le « potagiste » amateur. Les variétés de tomates dites « anciennes » ou de collection sont souvent plus sensibles aux maladies, ravageurs ou aux aléas climatiques que les nouveaux cultivars, notamment les F1. Outre le respect du calendrier de culture (semis plantation) et les méthodes culturales (tuteurage, ébourgeonnage), il est bon d’associer, au jardin, la tomate à d’autres végétaux qui la dynamisent et la protègent.

Les bonnes associations ! L’œillet d’Inde, la rose d’Inde, les tagètes : éloigne les insectes. ! Le souci agit également comme répulsif sur de nombreux insectes parasites et attire aussi les pollinisateurs. ! Peuvent être également associés : les épinards, les haricots, les oignons, le persil, les poireaux, la roquette, le basilic et de nombreuses variétés de salades. ! Culture intercalaire : les carottes peuvent être semées entre les pieds de tomates. ! Après la plantation, on peut semer également de la moutarde blanche ou des soucis qui pourront être plus tard coupés pour couvrir le sol.

La rotation des cultures Les choux (cabus, Milan, choux-fleurs et choux-raves) sont de parfaits successeurs.

déposée au fond du trou de plantation, lors de la mise en place du jeune plant repiqué. Ce vieux tour de main, autrefois universellement pratiqué par les « anciens », à un effet éliciteur avéré. ! L’extrait fermenté de consoude favorise la maturation des fruits. ! Contre le mildiou : l’extrait de sauge officinale a un effet préventif. ! Contre la rouille : l’extrait fermenté de tanaisie a une action fongicide. ! Le purin d’orties pulvérisé régulièrement en début de saison avant l’apparition des fleurs a un réel effet éliciteur.

ets œill

de

d’In

Les paillages En saison, le paillage devra être réalisé avec de la paille grain, de la paillette de chanvre, de l’ortie séchée ou de la fougère-aigle.

Les plantes défavorables Les remèdes végétaux ! Pour éviter la fonte des semis : avant le semis, faites tremper les graines dans l’eau additionnée d’extraits végétaux de prêle, de raifort ou d’ail. ! Une poignée d’orties fraîches peut être

94

Toutes les plantes de la famille des Solanacées (pomme de terre, aubergine, poivron, piment, etc.), mais aussi la betterave rouge, l’aneth, le fenouil et les fraisiers (car elles favorisent un certain nombre de maladies et ravageurs néfastes aux tomates).

95


Capucine capucine

Famille des Tropæloacées

La capucine est, depuis fort longtemps, une des plantes compagnes utilisée dans les jardins potagers. Cette plante cultivée pour la décoration florale est également une plante alimentaire et condimentaire. La saveur piquante de toutes les parties de la plante lui fait appliquer les noms de cresson du Pérou ou cresson d’Inde. Ses fleurs servent à parer les plats de la nouvelle cuisine, les boutons floraux ainsi que les jeunes fruits, confits au vinaigre,

cine

Capu

constituent un bon succédané des câpres. La capucine tubéreuse produit également des tubercules alimentaires. Les capucines poussent dans tous les sols, même pauvres, à exposition chaude et ensoleillée, à l’exception de la capucine des canaris, qui préfère les situations abritées, légèrement ombrées et exige une terre riche en fumier et en compost. Les capucines sont généralement plantées en bordure de massifs et plates-bandes, mais également en potées ou jardinières, en balcons et terrasses. Les capucines grimpantes peuvent être associées aux cultures de haricots et de pois.

Les bonnes associations ! Une alarme à pucerons pour les autres plantes : les pucerons noirs sont des hôtes très fréquents de la capucine (les jardiniers la désigne sous le nom évocateur de « nid à pucerons »…). Dès que ceux-ci envahissent le jardin, c’est l’une des toutes premières plantes avec la viorne boule de neige (Viburnum opulus) à être agressée. L’installation des premières colonies donne le signal de départ des traitements insecticides. ! Le maïs doux et les tournesols peuvent être associés aux capucines grimpantes pour leur servir de tuteurs. ! Autres associations possibles : les capucines naines, souvent présentes en bordure de carrés et d’allées, sont également cultivées en touffes dans les massifs de plantes vivaces ou

118

près des artichauts, de la rhubarbe ou des topinambours. ! En culture intercalaire, les capucines peuvent être introduites sans aucun problème dans les rangs de tous les légumes et fleurs en saison estivale, à la seule condition de bien surveiller les invasions de pucerons noirs.

La rotation des cultures ! La capucine tubéreuse doit être plantée après une culture de légumes feuille ou un engrais vert. Au Nord de la Loire, on doit planter les tubercules début mai et ne faire la récolte que le plus tard possible, avant les gelées, car les tubercules se développent à l’arrière-saison. ! La capucine naine peut être plantée après une culture de légumes racine.

Les remèdes végétaux

Les paillages

! L’infusion de capucine utilisée de façon préventive peut également avoir une action fongicide contre les chancres des arbres fruitiers et le mildiou de la tomate. ! Contre les invasions de pucerons noirs : la macération de rhubarbe, ainsi que la décoction de consoude, employées préventivement, sont efficaces.

Les capucines, en juillet-août, peuvent être paillées avec les tontes de gazon et les fauches de prairies fleuries. Toute l’année, en période de culture, les cosses de sarrasin, les coques de cacao, de noix ou de noisettes peuvent être utilisées pour maintenir la fraîcheur du sol et ralentir le développement des adventices.

Les plantes défavorables L’infusion de capucine

Plongez 500 g de feuilles dans 5 l d’eau bouillante pendant 10 min. L’infusion de capucine s’emploie pure contre le chancre des arbres fruitiers ou diluée à 30 % contre le mildiou de la tomate.

Il n’y a pas, à ma connaissance, de végétaux dont la culture ou la présence fortuite seraient défavorables aux capucines.

119

Extrait Les bonnes associations de plantes - Éditions Ulmer  

Toutes les techniques bio à base de plantes en un seul livre : cultures associées, purins, BRF.