Page 1

Je fais moi-même

Clôtures et Murets

✓ Clôtures séparatives ✓ Clôtures brise vue ✓ Clôtures de sécurité ✓ Portillons personnalisés ✓ Murets en pierres sèches…


Préparation et techniques de base Relevé, plan et obligations Tracé au sol Installation des poteaux Adaptation à une pente Utilisation de la pierre Utilisation de la brique et du parpaing Mélange et pose du mortier Préparation du béton Fondations superficielles

Projets de clôtures 12 14 18 22 26 30 34 36 38

Clôture de planches et de lisses Clôture de panneaux de bois Clôture de piquets Clôture de poteaux et de lisses Clôture de lisses à tenons Clôture en bois composite Clôture en lames de PVC Clôture en panneaux de PVC Clôture en grillage Clôture en treillages Clôture de bambou Clôture en briques et bois Portillons

8

44 48 56 60 66 70 74 78 82 88 92 96 100


Projets de murets Mur en parpaings Muret autoportant Muret de pierres sèches Muret de pierres liées au mortier Muret de soutènement en bois Muret de soutènement en pierres

Réparations 106 110 116 120 124 128

Murets de pierres Clôtures et portillons de bois

134 138

Sommaire 9


Préparation et techniques de base La création d’un mur ou d’une clôture est un projet qui exige précision et rigueur car, à la différence des autres projets d’aménagements du jardin, elle doit respecter diverses obligations, vis-à-vis de la réglementation locale mais aussi vis-à-vis des voisins. Idéalement, l’implantation doit se faire en fonction d’un bornage qui, s’il n’est pas obligatoire (sauf en lotissement), a l’avantage d’éviter ou d’anticiper d’éventuels conflits avec le voisinage. Notez qu’un bornage n’a de valeur que s’il est effectué par un géomètre, en présence de tous les propriétaires mitoyens. S’ils délimitent les limites d’une propriété, les murs et clôtures peuvent également assurer la sécurité de celle-ci vis-à-vis des étrangers. Leur résistance et leur solidité sont donc aussi importantes que leurs caractères esthétique et décoratif, voire beaucoup plus dans certains cas. Leur mise en œuvre doit donc s’effectuer dans les règles de l’art. Vous trouverez dans ce chapitre les informations nécessaires pour effectuer un métré précis des lieux, réaliser un plan conforme et différentes techniques de base communes à l’élaboration des projets présentés.

Relevé, plan et obligations

12

Tracé au sol

14

Installation des poteaux

18

Adaptation à une pente

22

Utilisation de la pierre

26

 tilisation de la brique U et du parpaing

30

Mélange et pose du mortier

34

Préparation du béton

36

Fondations superficielles

38


Relevé, plan et obligations Avant de réaliser un plan, on commence par la prise de mesures sur le terrain. C’est ce qu’on appelle un relevé (ou un métré). De sa précision dépend celle de votre futur plan. Le relevé doit indiquer les limites de la propriété, les structures permanentes, les allées, les arbres, les buissons et les plates-bandes. Il est important qu’il représente l’ensemble du jardin car il permet ainsi d’évaluer l’intégration du projet. Il est essentiel que les limites du terrain soient bien indiquées. On parle de bornage. Forcément effectué par un géomètre, ce dernier permet de marquer les limites de la propriété et d’implanter murets et clôtures sans risquer de contestation des voisins.

TRACÉ DU PLAN |

Relevez le maximum de détails, votre plan n’en sera que plus précis.

Des mesures exactes permettent non seulement de réaliser un plan précis, mais aussi d’évaluer avec justesse la quantité de matériaux à acheter afin de déterminer l’enveloppe budgétaire du projet. Voici les étapes à respecter pour effectuer un bon relevé :

2. Déterminez l’emplacement des autres éléments importants, comme les arbres ou les massifs volumineux, en procédant par triangulation. Cette méthode permet de situer un élément en mesurant sa distance vis-à-vis de deux autres éléments dont la position est connue.

1. Dessinez votre jardin en prenant soin de choisir l’échelle de façon à pouvoir le tracer entièrement sur une seule feuille. Selon sa surface, vous choisirez une feuille A4 (21 x 29,7 cm) ou A3 (42 x 29,7 cm), et une échelle de 1/100e (1 cm pour 1 mètre) ou 1/50e (2 cm pour 1 mètre). Indiquez les principales lignes droites et les éléments importants auxquels vous attribuerez une lettre code avant d’en consigner la liste dans un calepin.

3. Tracez les limites irrégulières et les courbes en prenant une série de mesures perpendiculaires à partir d’une ligne droite de référence (mur de la maison ou du garage par exemple). Vous pouvez de cette façon indiquer des parties particulièrement ombrées ou des zones basses susceptibles d’être inondées en cas de fortes pluies.

12

4. Indiquez les dénivelés s’ils existent. Procédez en plantant différents piquets le long de la pente, entre lesquels vous tendrez des ficelles parfaitement horizontales. Mesurez la distance de la ficelle au sol tous les 50/60 cm.


OBLIGATIONS ET RÉGLEMENTATIONS Un permis de construire est-il nécessaire pour construire une clôture ? Nul besoin de permis de construire, une déclaration préalable suffit. Le formulaire est disponible à la mairie de la commune concernée. Une fois complété, il doit être additionné d’un plan de situation du terrain (localisation par rapport à la commune), d’un plan d’implantation du projet, et d’un croquis faisant apparaître les dimensions et la nature des matériaux utilisés. Le délai d’instruction est d’un mois, sauf si le terrain se trouve dans une zone soumise à l’autorité des bâtiments de France. Le délai est alors porté à deux mois. Il est à noter que l’absence de réponse des autorités, passé ce délai, équivaut à une autorisation tacite. Il est alors recommandé de demander à la mairie une attestation de non-opposition. Y a-t-il des obligations d’urbanisme ? La hauteur d’une clôture rentre dans le champ d’application des POS et PLU. Même si l’article 663 du code civil en limite la hauteur à 3,20 m dans les villes de plus de 50 000 habitants et à 2,60 m dans les autres localités, les communes ont la liberté de modifier cette hauteur aussi bien à la hausse qu’à la baisse. La première démarche avant d’entreprendre un projet de clôture est donc de se renseigner auprès de sa mairie pour connaître les éventuelles règles à respecter. Il est également recommandé de se renseigner auprès des Directions Départementales de l’Équipement (DDE) ou des Conseils d’Architecture de l’Urbanisme et de l’Environnement (CAUE). Notez que les obligations d’urbanisme ne se limitent pas à la hauteur de la clôture, mais peuvent également concerner sa couleur, son matériau ou un type d’enduit. Y a-t-il des distances à respecter vis-à-vis de la limite du terrain ? Contrairement aux plantations (50 cm de distance pour les “basses tiges” de moins de 2 m de hauteur, 2 m de distance pour les arbres dits “de haute tige” destinés à dépasser 2 m de hauteur), il n’existe pas de distance réglementaire vis-à-vis de la limite séparative pour implanter une clôture, à condition bien sûr qu’elle n’empiète pas sur la propriété voisine. Rappelons qu’une clôture n’est pas un indicateur de limite de terrain. Seul le bornage fait foi en la matière. Quelles obligations vis-à-vis des voisins ? Faute d’accord avec eux, vous ne pouvez empiéter sur la limite séparative. Votre clôture doit alors obligatoirement être implantée avec un retrait à déterminer aussi petit que possible pour ne pas perdre trop de place. En quoi consiste la mitoyenneté ? Quelles responsabilités en découlent ? Les clôtures ou murs mitoyens ont la particularité d’être construits sur la limite séparative et appartiennent de ce fait aux deux copropriétaires qui doivent en assurer conjointement l’entretien. Certaines marques de non-mitoyenneté sont précisées dans le code civil comme une pente unique dirigeant les eaux vers le terrain du propriétaire, ou la présence de corbeaux (éléments de construction en saillie) sur un seul côté indiquant le terrain auquel le mur appartient. L’absence de titres ou marques laisse présumer que les murs ou clôtures sont mitoyens.

Relevé , plan et obligations 13


Tracé au sol La création d’une clôture commence par le tracé de son parcours et la mise en place des poteaux nécessaires. Sur le plan, indiquez précisément la position de chacun d’eux. Déterminez leur espacement de façon à uniformiser les longueurs de lisses dont vous pourrez ainsi optimiser la découpe. Dans le cas d’un mur, déterminez sur toute sa longueur les limites intérieures et extérieures des semelles, ainsi que leurs différents angles. Le tracé d’une clôture ou d’un mur rectiligne est naturellement plus simple que celui d’une clôture présentant des angles. Il est donc très important d’anticiper tous les détails d’implantation sur votre plan car ils contribueront en grande partie à la réussite et à la solidité de votre réalisation.

Servez-vous de deux pieux de bois et d’un cordeau de maçon pour marquer grossièrement la position de la clôture ou du mur.

| IMPLANTATION ET MISE À NIVEAU Outils et matériel • Pieux et cordeau de maçon • Niveau • Mètre ruban (x 2) • Niveau • Scie circulaire • Marteau • Adhésif • Gants • Lunettes protectrices et Protège oreilles • Crayon • Peinture en aérosol • Massette • Bois : 2, 5 x 10 ; 5 x 10 cm • Marqueur permanent • Visseuse • Vis

Sur le plan, - Après avoir dessiné les limites séparatives du terrain, tracez l’implantation de la clôture en tenant compte du retrait réglementaire (en général 50 cm) par rapport à cette limite, sauf si le PLU local autorise d’autres types d’espacements. - Indiquez la position des poteaux. Sur le terrain : - Marquez le tracé de la clôture en enfonçant un pieu à chaque extrémité et chaque angle. - Enfoncez un 2e pieu à environ 60 cm, à l’extérieur des précédents. -D  u côté le plus élevé du terrain, fixez une traverse sur les deux pieux, de niveau et à environ 15 cm du sol. - F ixez un cordeau sur cette traverse et tendez-le de niveau jusqu’à la paire suivante. -M  arquez sa hauteur sur l’un des deux pieux et fixez une traverse mise de niveau pour y attacher le cordeau. -P  our marquer l’emplacement d’un portillon, déterminez l’entraxe de ses poteaux et additionnez-y sa propre largeur, le dégagement requis pour les charnières, le verrou, et la largeur d’un poteau. -S  ur le cordeau, marquez l’axe de chaque poteau, de la clôture comme du portillon, avec des morceaux d’adhésifs marqués d’un « V ».

14


| COMMENT INSTALLER DES CHAISES 1 re paire de pieux

2 e paire de pieux

1

2

3

Traverse Axe du poteau

Cordeau provenant de la 1 re paire de pieux

Pour installer les chaises, enfoncez une paire de pieux courts aux extrémités et à chaque angle du tracé de la clôture. Sur la paire située à l’extrémité la plus élevée du parcours, vissez une traverse mise de niveau à environ 15 cm du sol. Attachez-y un cordeau de maçon.

Tirez le cordeau vers la paire de pieux suivante. Tendez le cordeau et mettez-le de niveau. Marquez la position du cordeau sur l’un des pieux. Fixez à cet endroit une traverse mise de niveau et dont le bord supérieur est aligné sur la marque. Attachez le cordeau au centre de la traverse.

Prenez des mesures à partir des points de départ du tracé et marquez la position de l’axe des poteaux directement sur les cordeaux avec de l’adhésif (n’oubliez pas de tenir compte de la largeur des poteaux – voir les conseils ci-dessous).

CONSEILS POUR L’ESPACEMENT DES POTEAUX 250 cm Charnière

Si les panneaux doivent être fixés entre les poteaux, on additionne une largeur de poteau (ici 10 cm) à celle des panneaux (ici 240 cm) pour obtenir l’entraxe nécessaire entre les poteaux (soit ici 250 cm).

Portillon

Entraxe entre poteaux

Verrou

241,5 cm

Si les panneaux doivent être fixés contre les poteaux, on additionne un jeu de 1 à 2 cm à la largeur réelle des panneaux pour déterminer l’entraxe nécessaire des poteaux et faciliter ainsi la mise en place des panneaux.

Pour calculer l’entraxe entre les poteaux du portillon, additionnez sa propre largeur, le dégagement nécessaire pour les charnières, le loquet, et la largeur d’un poteau.

Tracé au sol 15


| TRACÉ D’UN ANGLE DROIT Le dessin de votre clôture ou de votre mur peut nécessiter quelques angles droits. Voici la méthode la plus simple et la plus efficace pour les tracer à coup sûr : la règle de 3-4-5, le choix de l’unité s’effectuant en fonction de l’espace disponible. Dans un jardin, le mètre peut être une unité confortable.

Cordeau fixe

3 u nit és

5 u n it és

Position du poteau

4

1. À partir de l’angle, tracez une longueur de 3 unités sur l’un des côtés. Marquez ce point avec un pieu en bois dans la terre ou un simple marquage à la craie sur un sol dur. 2. Toujours à partir de l’angle, étirez votre mètre ruban sur une longueur de 4 unités, cette fois le long de l’autre côté. Sur un sol dur, tracez un arc de cercle à la craie. Dans la terre, il est plus aisé de maintenir en place le mètre ruban étiré de façon à pouvoir lire la mesure.

un

it

és

3. Sur de la terre ou sur l’herbe, il est préférable de disposer d’un deuxième mètre ruban de façon à l’étirer sur une longueur de 5 unités, à partir du premier marquage réalisé (celui situé à 3 unités de l’angle). Les deux mètres doivent alors être pivotés (comme des compas autour d’un point fixe) de façon à faire se croiser les deux mesures, de 4 et de 5 unités.

16

4. Ça y est, votre angle droit est tracé ! Une fois le triangle 3-4-5 réalisé, marquez-en la troisième pointe par un pieu et fixez un cordeau indiquant le tracé de l’angle droit. Sur un sol dur vous vous contenterez de réaliser des traçages à la craie.


| TRACÉ D’UNE COURBE Pour être réussie, la courbe d’une clôture ou d’un mur doit être bien régulière. La méthode la plus efficace, et également la plus simple, consiste à la tracer avec un compas composé d’un cordeau et d’un pieu faisant fonction de pivot. Toute la difficulté réside dans le positionnement de ce pieu faisant fonction de pivot.

1

2 Point pivot du compas Y’

X’

Y’

X’Y’

90°

Y

X

Y

X

XY

XY = YX’ = X’Y’ = Y’X

Avec la méthode 3-4-5 décrite précédemment, tracez l’angle droit à l’intérieur duquel doit s’inscrire la courbe de la clôture. Marquez les points Y et Y’ à égale distance de l’angle X, la mesure XY correspondant au rayon de courbure de l’arrondi à dessiner.

Tracez un carré à partir des trois points Y/X/Y’, de façon à positionner le point X’ qui fera fonction de pivot (la pointe de votre compas en quelque sorte). Pour cela, reportez la mesure de la diagonale Y/Y’ à partir de X, de façon à ce que les deux diagonales se croisent en leur milieu. La pointe de votre deuxième diagonale vous donne alors la position de X’.

3 X’

Pieu situé à égale distance de Y et Y’ Y Y’

Marquez la courbe : Attachez un cordeau de maçon au pieu pivot X’, puis à une bombe de peinture de marquage de façon à ce que sa buse trace sa ligne selon un rayon égal à X’Y’. Veillez à maintenir le cordeau bien tendu pendant votre tracé. Procédez une première fois “à sec” pour vous entraîner.

Tracé au sol 17


Réaliser des économies en effectuant soi-même les travaux d’aménagement de son jardin : voici l’objectif de cet ouvrage consacré aux clôtures et murets.

ISBN  : 978-2-84138-828-8

,!7IC8E1-diicii! PRIX TTC FRANCE  : 16,90

Extrait Clôtures et murets - Éditions Ulmer  
Extrait Clôtures et murets - Éditions Ulmer  

Créer ses clôtures et ses murets au jardin: voici l'objectif de cet ouvrage qui explique en détail et pas à pas comment procéder pour réalis...