Page 1


Jacques Beccaletto  Denis Retournard  Marie-Claude Eyraud

LA TAILLE

des

arbres fruitiers

Former et entretenir toutes les formes fruitières pas à pas


SOMMAIRE Introduction.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Les bases de la taille. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Généralités sur la taille. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

POMMIER / POIRIER

31

PÊCHER / ABRICOTIER

183

Taille de formation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

Taille de formation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184

Généralités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Plein vent. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Buisson (arbre nain). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Fuseau.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Gobelet (tige). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Vase à six branches.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Cordon vertical.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Cordon vertical ondulé double. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Cordon horizontal simple. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Cordon horizontal double. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Cordon triple. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 U simple. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 U double. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Trident. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Palmette verrier à quatre branches.. . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Palmette horizontale à 3 étages.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Candélabre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 Palmette à la diable. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Croisillons. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Palmette oblique à 2 étages. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Arcure Lepage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152

Plein vent. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 Gobelet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188 U simple. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194 Palmette à la diable. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198

Taille de fructification et d’entretien. . . . . . . . . . . . . 204 Arbres de plein vent.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204 Formes dirigées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206

Taille de restauration.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 216

PRUNIER

219

Taille de formation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220 Plein vent. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220 Gobelet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224

Taille de fructification et d’entretien. . . . . . . . . . . . . 230 Taille de restauration.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231

Taille de fructification et d’entretien. . . . . . . . . . . . . 158 Arbres de plein vent.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 Formes dirigées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162

Taille de restauration.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180

4


CERISIER

233

FIGUIER

275

Taille de formation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234

Taille de formation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 276

Plein vent. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234 Gobelet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238

Buisson commun.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 276

Taille de fructification et d’entretien. . . . . . . . . . . . . 282 Taille de fructification et d’entretien. . . . . . . . . . . . . 244 Taille de restauration.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 283 Taille de restauration.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247

VIGNE

249

OLIVIER

285

Taille de formation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250

Taille de formation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 286

Cordon Guyot (simple). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250 Cordon vertical.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 254 Treille à la Thomery. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 258 Treille en tonnelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 264

Gobelet aéré. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 286

Taille de fructification et d’entretien. . . . . . . . . . . . . 292 Taille de restauration.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 293

Taille de fructification et d’entretien. . . . . . . . . . . . . 268 Taille de restauration.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 273

Index. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 294

5


INTRODUCTION : Les bases de la taille

INTRODUCTION

LES BASES DE LA TAILLE L’étude de la botanique n’est pas indispensable pour cultiver les arbres fruitiers, mais il est préférable de posséder quelques notions élémentaires pour bien comprendre les opérations sur lesquelles repose la taille de nos arbres à fruits de table. Nous ne saurions trop recommander à l’amateur la prudence dans l’application des divers procédés de la taille fruitière. Un coup de sécateur malheureux est souvent la source d’erreurs, donc de retards dans la formation ou la fructification des arbres. Dans tous les cas, il est indispensable de réfléchir avant d’agir. Il faut en effet prévoir les réactions des arbres fruitiers. Les arbres fruitiers, par définition, donnent des fruits comestibles. C’est ce qui les différencie des espèces ornementales ou forestières. La diversité des espèces d’arbres fruitiers est infinie, ou presque, et leurs besoins sont loin d’être similaires. Deux points, cependant, leur sont communs : - Leur caractère ligneux : une tige souple et herbacée dans le jeune âge qui se transforme en élément rigide et durable, appelé bois, destiné à persister de nombreuses années. - L’étroite dépendance des organes souterrains et aériens qui forment deux grands ensembles distincts, mais qui jouent un rôle complémentaire.

Le cycle de la végétation Pour comprendre la vie des arbres fruitiers et définir les interventions auxquelles on va les soumettre, il faut d’abord observer les différentes phases de la nature.

û

Au printemps, la végétation apparaît avec l’épanouissement de boutons floraux et la percée des premiers bourgeons, mais bien avant ces symptômes visibles, s’est déclenchée l’activité intérieure du végétal se traduisant par une poussée de sève issue des racines et provenant de la succion exercée par les extrémités de l’arbre. L’eau et les matières minérales nutritives nécessaires à la vie de l’arbre, azote (N), phosphore (P), potasse (K) magnésium (Mg)…, sont puisées dans le sol, sous

8


forme de solution, par les poils absorbants des racines. Ces substances minérales dissoutes constituent la sève brute. Celle-ci monte dans l’arbre par les radicelles, les racines, le collet, le tronc, les branches et les rameaux, en passant par les vaisseaux du bois jeune, et parvient aux bourgeons et aux feuilles. Dès leur apparition, sous l’influence de la lumière, les feuilles jouent un rôle capital en absorbant, grâce à la chlorophylle qu’elles contiennent, le carbone de l’air sous forme de gaz carbonique. Elles rejettent dans l’atmosphère de l’eau, en transpirant, et de l’oxygène, en respirant. Ce phénomène, appelé photosynthèse, transforme la sève brute en une sève élaborée contenant du sucre, de l’amidon et des acides organiques. La sève élaborée redescend dans l’arbre par les vaisseaux du liber, le tissu végétal situé juste sous l’écorce des rameaux et des branches. Elle nourrit les jeunes tissus en formation, les nouveaux bourgeons en train de croître, les feuilles, les fleurs, les fruits, les racines.

Pommier gobelet á basse tige

û À partir du mois d’août, la durée du jour, donc de l’éclairement, raccour-

cit, et la température s’abaisse, entraînant le ralentissement de la végétation. La sève élaborée, non complètement utilisée, est alors mise en réserve dans les écorces : c’est le processus de lignification ou d’aoûtement, ainsi que dans l’ensemble des tissus qui persisteront tout l’hiver. En novembre, les feuilles commencent à tomber, et le cycle annuel de la végétation se termine. Les arbres entrent dans leur période de repos hivernal et n’en sortiront que sous la prochaine pression de la sève brute.

9


INTRODUCTION : Les bases de la taille

La fructification, comment ça marche ? Un certain nombre de personnes recherchent avec la taille des satisfactions visuelles plus que gustatives. Dans la plupart des cas, les opérations de taille ont comme but essentiel l’obtention de fruits de qualité. Mais fort heureusement il est possible au jardin de concilier ces deux aspects. Sur des arbres qui sont abandonnés à leur propre tendance, on s’aperçoit que la fructification est presque toujours irrégulière. Il y a des années à fructification restreinte et des années à fructification abondante. La production est par ailleurs aléatoire : il y a quelquefois des promesses splendides qui n’arrivent pas à terme. Enfin, la fructification apparaît presque toujours tardivement, au bout de quelquefois 15 ans, 20 ans, et parfois même davantage lorsqu’il s’agit de châtaigniers et de noyers. C’est d’ailleurs souvent une erreur de vouloir trop réduire ce délai de mise en route. Ces trois caractères : production irrégulière, production aléatoire, production tardive, sont en somme peu conformes à nos désirs. Nous voudrions des fruits tous les ans, à coup sûr et le plus tôt possible. C’est par la taille qu’on s’efforce, quand cela est possible, d’y parvenir. Considérons les principes généraux qui s’appliquent à l’ensemble des espèces fruitières.

Les organes de fructification Dans la plupart des espèces que nous allons détailler par la suite, la fructification est une activité privilégiée. Autrement dit, c’est par elle que l’arbre débute dans son activité nouvelle, les fleurs apparaissant la plupart du temps avant les feuilles et les bourgeons. Lorsque cela se produit, c’est généralement le cas pour les espèces de nos climats, il a fallu que l’arbre organise à l’avance des organes spéciaux. Ces organes sont sensibles extérieurement. Ils se manifestent sous une forme comme dans les emplacements bien déterminés. Ces organes spéciaux sont des boutons, mais on rencontre ces boutons sur des bois d’âges différents suivant les espèces.

Fructification sur le vieux bois ou sur la pousse de l’année ? Dans le cas des poiriers et des pommiers, ces organes de fructification se trouvent sur des bois apparemment âgés, de deux ou trois ans. Si l’on regarde de près un pêcher, on constate, au contraire, que ces boutons, qui sont intéressants pour la fructification, ne se trouvent que sur les rameaux de l’année, c’est-à-dire sur du bois âgé d’un an exclusivement. Dans un cas, la fructification peut se répéter au même endroit puisqu’elle ne repose pas sur un âge déterminé ; dans l’autre cas, une fois qu’elle a existé quelque part, elle ne peut plus y revenir du fait précisément de cette localisation. Il est des arbres fruitiers qui peuvent donc être exploités à l’aide du même bois pendant quelque

10


temps ; il en est d’autres qui sont dans l’obligation de renouveler leur bois annuellement pour que la fructification puisse exister d’une façon soutenue. Ceci aura des implications importantes pour la taille. Retenons donc qu’il existe deux catégories d’arbres : - ceux qui fructifient sur des bois âgés de quelques années ; pommier, poirier - ceux qui fructifient sur des bois âgés d’un an seulement : abricotier, pêcher, cerisier, prunier, vigne, olivier… Dans ces deux catégories d’arbres fruitiers, il y a toujours des yeux à fleurs différenciés, c’est-à-dire des organes spéciaux que l’arbre a préparé à l’avance lorsqu’il s’est trouvé dans les conditions requises.

Organes de floraison indifférenciés Il existe aussi des arbres fruitiers qui possèdent des yeux indifférenciés, capables de donner du bois et des fleurs simultanément. C’est le cas de la vigne et du framboisier. Il n’y a pas d’yeux à fleurs différenciés, mais les bourgeons portent des fleurs lorsqu’ils occupent certains emplacements privilégiés par rapport à la distribution des différentes sèves. Ces espèces fleurissent tard et la fructification est moins exposée aux risques climatiques. Bien entendu sur les plantes fruitières de cette nature, il ne peut pas y avoir de répétition de fructification au même endroit, le bourgeon ne restant en l’état que pendant un temps très court. Les bourgeons, suivant la position qu’ils occupent, présentent ou non des fleurs. Si on ne peut pas dire à l’avance avec certitude ce que sera la fructification de l’année à venir, on peut tout de même considérer certains indices, et interpréter ce que l’on appelle les prédispositions à fructifier.

Les facteurs influençant la fructification Les facteurs provoquant l’irrégularité de la fructification sont le plus fréquemment d’ordre climatique, mais peuvent aussi avoir une origine génétique, physiologique, parasitaire ou culturale.

Les risques climatiques Dans le cas particulier des arbres qui possèdent des boutons et qui les épanouissent très tôt au printemps, les facteurs climatiques jouent un rôle très important. Les fleurs sont, de tous les organes de l’arbre, ceux qui sont les plus sensibles : dès – 2 °C, les organes essentiels des fleurs sont touchés. Souvent la corolle des fleurs n’est pas touchée alors que les étamines et les stigmates, beaucoup plus fins, sont détruits. Le mécanisme de la fécondation est ainsi rendu impossible bien que la fleur apparaisse intacte. Lorsque la température baisse en dessous de – 2 °C, les dégâts s’inscrivent non seulement sur les organes

11

Extrait La taille des arbres fruitiers - Éditions ULMER  

Former et entretenir toutes les formes fruitières, pas à pas. Nouvelle édition et nouveau format pour ce "classique" de l'art de la taille.