Caudron Tome 1

Page 1

Les Avions CAUDRON Tome 1 par André Hauet

Caudron G-4 n°9 de l’Escadrille Franco-Belge C74 basée à Hondschoote. © AELR/Collection Terlinden


Les Avions CAUDRON

Tome 1

Tome 2

Tome 3

par André Hauet

par André Hauet

par Anne-Donatienne Hauet Jean-Pierre Chellet - Pierre Daneluzzi

Présentation technique des appareils de la période de 1908 à 1932 deuxième édition corrigée et enrichie

Présentation technique des appareils de la période de 1932 à 1944 deuxième édition corrigée et enrichie

L’aspect humain, les records, les faits, les anecdotes et difficultés de ces hommes et de ces femmes menés par une passion commune.

Parution en juillet 2021

Parution en juin 2022

Parution en décembre 2022

En vente chez les libraires spécialisés et en ligne sur https://aviation.brussels


Les Avions CAUDRON par André Hauet

ÉDITION CORRIGÉE PAR L’AUTEUR JUSQU’EN 2018 ET AUGMENTÉE PAR L’ÉDITEUR JUSQU’EN 2021 Première édition en 2001 par Les éditions LELA Presse, Collection HISTOIRE DE L'AVIATION N° 11


Le mot et les remerciements d’André Hauet, 2001 Le répertoire des « Avions Caudron » a été établi d’après les notices éditées par la firme et les renseignements émanant du musée de l’Air et de l’Espace de Paris. Certaines informations ont été puisées dans les archives du musée de l’Air de Bruxelles. La plupart des commentaires proviennent de la presse spécialisée de l’époque à laquelle les appareils furent fabriqués, notamment L’Aéronautique, L’Air, le journal Les Ailes, ainsi que du Fana de l’aviation et de L’ Aviation magazine (J. Noël).

La bibliographie consultée est :

- Les aéroplanes Caudron, de Bardin et Auriacombe (Librairie aéronautique - Paris) - Les frères Caudron, de Poidevin (Imp. Marquenterre - Rue) - Les frères Gaston et René Caudron, de Labric (Édit. Sorlot) - Paul Deville, de Jeanne Deville (Imp. Soulas - Paris) - 1967 - La belle époque des aéroplanes, de Lecat et Caroulle (France Empire) - 1986 - Louis Renault, de Hatry (Édit. La Fourcade) - Les avions Caudron Renault, de Mihaly et Robinson (Édit. Larivière, collection Docavia) Des différences dans les chiffres (dimensions et performances) peuvent se présenter, car aux « temps héroïques » de l’aviation un type d’avion pouvait évoluer ou subir des modifications tout en conservant la même appellation. Le nom de « type A ter », que l’on peut lire dans le registre de Rue, est une « adaptation » d’après-guerre de René Caudron qui avait sans doute bien des difficultés à s’y retrouver dans l’identification de ses avions. Cependant il faut rester prudent, même si les divers catalogues d’époque ne mentionnent pas ce type. Par contre, il semble que les mentions « type A, A bis et B » soient les seules utilisées jusqu’à l’été de 1912. C’est probablement en préparant leur catalogue pour le Salon de 1912 que les frères Caudron ont décidé de nommer les appareils : H pour les hydros de cette même année et M pour les monoplans. Il est permis de penser que les numéros SFA CC1 et CC2 (n/c 19 et 18), « La Fauvette » (n/c 20 - exposée au Salon) et le monoplan (n/c 21 aussi sorti en décembre 1911) n’auraient reçu les nouvelles appellations C, D, N que bien plus tard, en même temps que la sortie des appareils aux appellations E et F, sinon pourquoi le monoplan (n/c 21) aurait-il été nommé N avant que les types E, F, G, H, L, M soient produits ? On tourne un peu en rond avec la « logique » de ces appellations ! Au début de ce qu’on appellerait aujourd’hui l’industrie aéronautique, il n’était pas question de fabrication en série. Les avions étaient fabriqués « à la pièce », on pourrait même dire « à la carte », et chaque appareil, même s’il avait des points de ressemblance avec un précédent, pouvait présenter de sérieuses différences introduites parfois au gré de l’utilisateur, comme ce fut le cas pour les Caudron type J modifiés pour la Marine. C’est avec les appareils construits chez Letord que la fabrication en série prendra une certaine forme. La plus grande difficulté rencontrée dans cette tentative de recherche est l’imprécision dans la dénomination des différents types d’avions Caudron au cours de la période précédant la guerre de 1914-1918. La plupart des chroniqueurs parlent du « biplan Gnome 80 ch. » ou encore du « biplan 50 ch. » sans préciser le type de l’appareil. Il est probable qu’à l’époque cette seule mention suffisait à identifier l’avion dont il était question. Cela ne facilite pas le travail du chercheur qui, plus de 80 ans après les faits, essaye de mettre de l’ordre dans toutes ces informations. Je remercie Messieurs Jean Devaux et Michel Marani pour leurs recherches fructueuses sur la période s’étendant jusqu’en 1920. Pour l’apport d’un bon nombre de photographies, mes remerciements vont également à Messieurs Bernard Chenel, Bernard Macaire, Guy Destrebecq, et tout particulièrement à Monsieur Pierre Roteux qui m’a permis de consulter les archives du musée Caudron de la ville de Rue (Somme).

2


Le mot et les remerciements de Patricia Henrion, 2021 André Hauet L'auteur, sans qui rien n’aurait été possible, rencontré trop rarement en 2017 et 2018. Anne-Donatienne Hauet La fille d’André, membre de l'association pour la renaissance du Caudron Simoun. Jean-Pierre Chellet et Pierre Daneluzzi Membres de l'association pour la renaissance du Caudron Simoun pour leurs recherches de photos dans la collection André HAUET. C’est en 2001 que André Hauet, LE SPÉCIALISTE Caudron publiait chez Lela Presse et pour la première fois un ouvrage (deux tomes) sur cette histoire unique de l'Aviation française couvrant la période de 1908 à celle de 1944. Pour chaque tome, André surnommé « DD » par ses nombreux amis et passionnés du sujet, avait réuni près de 500 photos d'époque, de nombreuses annexes ainsi que des documents exceptionnels provenant des archives du constructeur. 20 ans plus tard, le sujet passionne toujours autant et, c’est en 2017, à l’initiative de DD, qu’une deuxième édition corrigée et enrichie est décidée chez éditions pat.H Malheureusement André nous quittera en 2018, et ce seront des dizaines de passionnés qui vont – en son hommage – contribuer au projet et mettre à notre disposition plus de 1500 photos originales pour la plupart prêtées par des collectionneurs. Le musée Caudron à Rue et les associations concernées collaboreront également activement au travail de réédition. C’est avec honneur et émotion que je remercie Jean-Paul Arnoul Photo André, Le Bourget www.aviafrance.com ; Philippe Ballarini de www.aerostories.org pour ses conseils précieux et son amitié ; Karine Bellart ainsi qu’à Gérard Nowak Agents du patrimoine de la ville de RUE et du Musée CAUDRON de RUE d'avoir accepté de numériser toute la collection André HAUET dont le musée est dépositaire par donation. www.villederue.fr ; Jean Bral et à Didier Marmion de Renault Histoire ; Pascal Brugier pour ses remarques et corrections à propos des immatriculations. www.brugier.com ; Frédéric Bruyelle Collectionneur de photographies en original de 14-18 ; Alain Deffrennes pour le simple fait d'avoir rappelé l'existence des archives historiques de Vincennes et celles du GPPA (Groupement pour la Préservation du Patrimoine Aéronautique - Christian Ravel) d'Angers-Marcé, où se trouve la réplique unique du Caudron Rafale aux couleurs de celui piloté par Hélène Boucher ; Charlie de la Royère Responsable du Centre de documentation de la Section Air du Musée royal de l’Armée et Directeur de la Collection PASSION AVIATION chez éditions pat.H ; Raymond Delaunay Responsable Patrimoine du Musée Aéronautique Presqu'Île Côte d'Amour ; Benjamin Doizelet Chargé d’études documentaires. Chef de la division des archives iconographiques / Département des entrées par voie extraordinaire. Service historique de la Défense / Centre historique des Archives Château de Vincennes, Avenue de Paris, 94306 VINCENNES Cedex ; Matthieu Barreau Professeur agrégé de construction mécanique IUT de CACHAN, pour ses photos chinées ; Peter Gould De l’association pour la restauration et l'exploitation du Caudron (AREC 68) pour son temps de relecture et la justesse de ses corrections des présentations des Caudron C.168 Caudron C.161 Caudron C.68. Caudron C.67 ; David Méchin Pour ses photos de la Première Guerre mondiale ainsi que pour ses profils couleurs, ses corrections et ses textes sur le Caudron G6. Passionné d'histoire de l'aviation de la Première Guerre mondiale, David Méchin a réalisé depuis une quinzaine d'années de nombreux articles dans la presse spécialisée et réalisé nombre de profils couleurs, qui illustrent les pages de son site personnel consacré aux as français de la Première Guerre mondiale (www.as14-18.net) et celles de son ami Albin Denis, consacrées aux escadrilles françaises (http://albindenis.free.fr/) ; Denis Pillet Pour ses magnifiques photos du Caudron Renault C. 275 Luciole ; Pedro Ramis Pour la mise à disposition de sa collection ainsi que son aide précieuse dans la sélection des photos ; Monsieur le Maire de Rue, Jacky Thueux, pour sa collaboration et ses recommandations auprès des commerçants de Rue. www.villederue.fr ; André Biot, relecteur historique et linguistique. Responsable biographique au Centre de Documentation de la Section Air du MRA ; Les éditions Lela Presse d’avoir respecté le choix de l’auteur de rééditer son livre en Belgique ; Ludivine Mottura qui, depuis 15 ans met en pages les livres des éditions pat.H.

3


Table des matières

En 1909, création Aéroplanes Caudron Frères.

En 1910, création de la Société des Avions Caudron.

1908-1914 Favières dans la Somme. Les débuts au Crotoy. 1908-1910 1910-1911 1911-1912 1911-1912 1912 1912

Caudron type A............................................................................................................12 Caudron type B........................................................................................................... 28 Caudron type C........................................................................................................... 34 Caudron type D........................................................................................................... 38 Caudron type D2 n/c 24...............................................................................................40 Caudron type E........................................................................................................... 42

Les hydro-aéroplanes 1911-1912 1912 1913 1914 1913 1913-1914

Caudron type Caudron-Fabre........................................................................................ 44 Caudron type H........................................................................................................... 50 Caudron type J........................................................................................................... 54 Caudron type J «Marine française» .............................................................................. 58 Caudron type K...........................................................................................................60 Caudron type L...........................................................................................................62

Les monoplans Caudron 1913 1913-1914 1914

Type M & N................................................................................................................66 Caudron type F........................................................................................................... 74 Caudron type P............................................................................................................78 Caudron type O........................................................................................................... 80

1914-1916 La saga des "types G" 1913 1914 1915 1914 1915 1915 1915 1916

Caudron type G.2........................................................................................................ 88 Caudron type G.3........................................................................................................ 92 Variations sur le Caudron type G.3 ............................................................................... 111 Caudron type G.4........................................................................................................116 Caudron type R..........................................................................................................134 Caudron type G.5 ...................................................................................................... 138 Caudron type R.4.......................................................................................................140 Caudron type R.5.......................................................................................................146 Caudron type G.6.......................................................................................................148

1916-1923 La période "Deville" 1916 1916 1917 1918 1917-1918 1917 1917 1917 1917 1919 1919 1920 1920 1920 1921

6

Caudron type R.09.....................................................................................................156 Caudron type R.10...................................................................................................... 157 Caudron type R.11......................................................................................................160 Caudron type R.14 A3[4]............................................................................................. 170 Caudron type R.12 CA 3...............................................................................................171 Caudron type C.02..................................................................................................... 172 Caudron type C.21...................................................................................................... 174 Caudron type C.22..................................................................................................... 176 Caudron type C.23.....................................................................................................180 Caudron type C.25.....................................................................................................184 Caudron type C.33 "Landaulet Monsieur-Madame" .......................................................186 Tombereaux et fourragères Caudron............................................................................. 188 Caudron type C.37.....................................................................................................190 Caudron type C.39.....................................................................................................192 Caudron type C.43.....................................................................................................196 Caudron type C.51......................................................................................................198


1922 1922 1922 1922 1922 1922 1922 1922 1922

Caudron type C.27.................................................................................................... 200 Caudron type C.59.................................................................................................... 202 Caudron type C.60.................................................................................................... 208 Caudron type C.61 & 61 bis.........................................................................................212 Caudron type C.65.....................................................................................................218 Caudron type C.66.................................................................................................... 220 Caudron type C.67.................................................................................................... 222 Caudron type C.68.................................................................................................... 224 Caudron type C.74.................................................................................................... 228

1923-1927 Le passage de Brunet 1923 1924 1924 1924 1924 1924 1924 1924 1925 1925 1925 1925 1925 1925 1927 1927

Caudron type C.81..................................................................................................... 230 Caudron type C.83.................................................................................................... 232 Caudron type C.168................................................................................................... 234 Caudron type C.87.................................................................................................... 236 Caudron type C.91..................................................................................................... 238 Caudron type C.97.................................................................................................... 240 Caudron type C.99.................................................................................................... 242 Caudron type C.127................................................................................................... 244 Caudron type C.125................................................................................................... 246 Caudron type C.128................................................................................................... 248 Caudron type C.92.................................................................................................... 250 Caudron type C.101-103-104-107................................................................................. 252 Caudron type C.109................................................................................................... 254 Caudron type C.183................................................................................................... 258 Caudron type C.17 A2................................................................................................ 260 Caudron type C.161................................................................................................... 262

1928-1932 Le retour de Deville 1928 1928 1928 1928 1929 1929 1929 1929 1930 1930 1930 1930 1931 1931 1932 1932 1932

Caudron type C.110................................................................................................... 266 Caudron type C.140................................................................................................... 268 Caudron type C.154....................................................................................................270 Caudron type C.157 & C.159........................................................................................272 Caudron type C.117.....................................................................................................274 Caudron type C.190 & C.192........................................................................................276 Caudron type C.193....................................................................................................278 Caudron type C.220 & C.221...................................................................................... 282 Caudron type C.180................................................................................................... 284 Caudron type C.230.................................................................................................. 290 Caudron type C.232.................................................................................................. 292 Caudron type C.270 à C.278 Luciole............................................................................ 296 Caudron type C.240.................................................................................................. 304 Caudron type C.251................................................................................................... 308 Caudron type C.280 & C.282 Phalène...........................................................................310 Caudron type Fauvel AV-2...........................................................................................314 Caudron type C.320................................................................................................... 318

Pascal BRUGIER présente les registres du Monde..................................................................... 322 Associations et musées................................................................................................................... 344 Profils.............................................................................................................................................. 354 Affiches et publicités..................................................................................................................... 360 Hommages à André Hauet............................................................................................................370

Le 30 juin 1933, création du Groupe Caudron Renault "Société Anonyme des Avions Caudron" (SAAC) dont Renault est majoritaire. 7


Bibliographie. Filmographie. Bibliographie. Filmographie. Bibliographie.

1915

1936

1958

1988

1999

6

1918

1928

1937

1938

1940

1964

1975

1986

1997

1998

1998

2000

2000

1999

1934


Filmographie. Bibliographie. Filmographie. Bibliographie. Filmographie.

2001

2001

2001

2002

2002

2009

2002

2019

Non daté

Non daté

Bande dessinée 2015

Bande dessinée 2017

2002

2008

Non daté

Bande dessinée 2018

Films

Film interview de Jacqueline Caroulle et Georges Carton ; 26' (musée de Rue) « L'envol de l'aéronautique, des frères Caudron à Henry Potez »; Joëlle Novic ; INA / FR3; 2016 « Adrienne Bolland 1971 »; Edouard Bobrowski ; Coline Béry ; 2018 (son apprentissage du pilotage au Crotoy et sa traversée des Andes) « Bessie Coleman, première aviatrice noire ». Olivier Sarrazin ; 2018

7


« Le ciel est si vaste qu’il s’ouvre à tous » Roland Garros

S’il est vrai que les grandes entreprises comme les grands chênes commencent par n’être que de frêles racines, c’est dans ce coin de France que devait pousser l’arbre de Caudron. Petit village de la Somme, probablement fort peu connu des Français et a fortiori des étrangers, fussent-ils des mordus de l’aviation, Favières est le village natal des frères Caudron ; Gaston et René y naissent en janvier 1882 et en juillet 1884. Issus d’une famille de cultivateurs, rien ne laisse prévoir la destinée aéronautique et la place particulière que ce nom va occuper tant dans les rangs de l’époque héroïque que dans les heures de gloire de la coupe Deutsch de la Meurthe. Leurs études se poursuivent au collège d’Abbeville ; cependant, Gaston qui se destine à la carrière d’ingénieur se voit contraint de les interrompre pour des raisons de santé. René, passionné de sport et de technique, s’intéresse beaucoup à l’évolution de la mécanique. Après le temps du service militaire qu’ils passent tous deux au 16e régiment d’artillerie lourde à Rueil (Seine-et-Oise), on les retrouve à Romiotte, occupés aux travaux de la ferme et à la réparation des futailles de la région, ce qui fera dire à certains chroniqueurs que les Caudron étaient des tonneliers. Mais là n’est pas leur vocation !

René (brevet Aéro-club de France n°180)

8

Alphonse dit Gaston (brevet Aéro-club de France n°434)


1908-1914 Favières dans la Somme Les débuts au Crotoy La Revue Aérienne, dans son numéro du 25 septembre 1910 relate une interview des frères Caudron : - Nous avons commencé à construire notre premier appareil en août 1908. C’était un grand biplan de 60 m2 sur lequel nous devions mettre deux moteurs Farcot. Au printemps 1909, fatigués d’attendre des moteurs, nous avons fait du vol plané, traînés par un cheval, avec cet appareil, et les essais ont été réussis. Reculant devant un nouvel achat d’un moteur suffisant, nous avons décidé la construction d’un appareil plus petit, muni d’un Anzani 25 hp. Nous commençâmes la construction le 15 juillet 1909, moi, mon frère et un menuisier très capable qui est maintenant notre chef d’atelier. Le 21 septembre, après quelques essais, je volais quatre fois un kilomètre en ligne droite ; le lendemain, enhardi, je volais sur la campagne et fis des courbes, mais j’étais inexpérimenté et, par un vent un peu violent, je fis une chute de près de vingt mètres de haut. J’étais indemne mais l’appareil en piteux état. Nous réparâmes et je recommençais. L’appareil, en tant que planeur, était semblable à ce qu’il est maintenant avec un gauchissement et avec hélice démultipliée à l’arrière. Tout l‘hiver, nous avons bataillé avec notre transmission par chaîne. J’ai volé quatre ou cinq kilomètres mais le moteur employé était trop brutal pour une transmission. Nous avons successivement brisé ou tordu sept arbres d’hélice, sans compter les clavetages sautés et les coniques guillotinés. Nous avons alors pris le parti de mettre le moteur à l’avant et l’hélice en prise directe. Les essais furent plus suivis et les résultats meilleurs. Au commencement d’avril (1910), je réussis un vol de dix kilomètres, de Romiotte à Forest-Montier et retour, mais les récoltes poussaient et il devenait difficile d’atterrir. Nous fîmes construire un hangar au bord de la mer. La baie de Somme et Paris-Plage sont des endroits tout à fait propices aux essais. Notre biplan est très simple. D’ailleurs, nous avons été forcés de faire simple, notre outillage consistant simplement en un établi, un étau et un porte-foret. C’est suffisant pour construire un aéroplane, y compris l’hélice, puisque nous n’avons acheté que le moteur et les matières premières.

9


CAUDRON TYPE A

1908-1910 Caudron type A 1908. Wilbur Wright est en France. Au Mans - Les Hunaudières - et à Auvourt, il fait une prestation impressionnante, démontrant ainsi les possibilités de son appareil. Le 13 janvier de cette année, sur un avion construit par Voisin, Henry Farman boucle le premier kilomètre. On parle de Delagrange, de Breguet, de Blériot. Les expériences de ces grands pionniers éveillent chez les frères Caudron l’idée de construire « leur » avion sur lequel « ils » voleront ! Aidés du charron de la ferme, ils aménagent un hangar où est installé un outillage plus que modeste : une perceuse, un établi, des scies... des limes. Au mois d’août, renforcée par la présence de Victor Godefroy, l’unique menuisier de Favières, l’équipe Caudron entreprend la construction de leur premier appareil. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils voient « grand ». Ils s’attaquent d’emblée à un biplan de 60 m2 de surface. Cette cellule est construite pour recevoir deux moteurs Farcot qui doivent entraîner quatre hélices. L’avion terminé, les constructeurs attendent les moteurs - qui n’arriveront jamais - et las de cette attente, au printemps de l’année 1909, les Caudron modifient la cellule et l’aménagent en planeur. « À toute chose, malheur est bon ! » Pas de moteur, soit ! Gaston et René n’ont jamais « touché » de manche à balai (terme que les avionneurs de l’époque emploient pour désigner le levier de commande), ils décident de se faire la main en se faisant remorquer. Un long câble est attaché au planeur et le relie à une carriole à laquelle on a attelé Luciole, la jument de la ferme. Guidée par Gaston Caudron, elle entraîne au petit trot tout son attirail, pendant que René, aux commandes du planeur, l’arrache du sol au grand étonnement de tout le voisinage venu suivre les évolutions de ces deux jeunes fous. Parfois la nuit se passe à réparer la casse et le lendemain, après un peu de repos, les essais reprennent. En 1909, les frères Caudron redessinent leur appareil et, le 15 juillet, reprennent la construction de ce qui sera leur premier avion. Les dimensions du planeur sont réduites et un moteur Anzani de 25 ch, placé à l’arrière, est prévu pour entraîner l’hélice propulsive. Une transmission par chaînes relie le propulseur au moteur et cette disposition va causer beaucoup de soucis à nos constructeurs.

Fiche technique du Caudron type A (Notice Caudron - 1910) Moteur : ................. Anzani 3 cylindres en éventail de 25 ch ....................................................... ou Grégoire Gyp de 28 ch Hélice : ................... type Caudron-bipale-tractive de 2,10 m de diamètre tournant à 1.200 t/m Envergure : .................................................................8,00 m Largeur des ailes : .....................................................1,50 m Entreplan :...................................................................1,50 m Longueur : ..................................................................8,00 m Hauteur : .....................................................................2,75 m Surface portante : ...................................................22,00 m2 Poids à vide : ................ 205 à 220 kg en fonction du moteur Distance au décollage : ................................................ 30 m Vitesse : ................................................................... 75 km/h

10

"soLu’apilleeetest

sa courbure s’efface sous la poussée de l’air.

"


CAUDRON TYPE A

Après avoir passé tout l’hiver à travailler sur leur transmission par chaînes, les Caudron prennent la décision de mettre le moteur à l’avant et de monter l’hélice en prise directe. Nous sommes en avril 1910 et les résultats obtenus sont à la fois encourageants et enrichissants. René Caudron réussit un vol de 10 km (de Romiotte à Forest-Montier et retour) qui le ramène à son point de départ. Leur première machine dans sa version définitive préfigure déjà la silhouette du fameux G.3 : biplan, fuselage en poutre (on ne parle pas encore de fuselage, il n’est question que de châssis), les gouvernes à l’arrière, pas de stabilisateur à l’avant, les ailerons sont disposés dans l’entreplan. Ils disparaîtront sur le type B et déjà dans l’évolution du type A. Les installations de la ferme étant devenues trop exiguës, les Caudron s’installent au Crotoy, bénéficiant de la plage où ils ne seront plus gênés par les récoltes pour poursuivre leurs essais ; nécessité faisant loi, ils y créent une école de pilotage afin de trouver une source de revenu. Parmi les élèves de la première heure, il faut citer Duval, qui dès l’âge de dix-huit ans faisait de l’aérostation.

11


Raoul de Doncquers

CAUDRON TYPE A

Caudron type A n° 1 à hélice propulsive et bords marginaux arrondis.

14


CAUDRON TYPE A

Musée CAUDRON de RUE - collection André HAUET

Musée CAUDRON de RUE - collection André HAUET

Caudron type A "Taxi" probablement reconstruit à partir du n/c 2.

Le Crotoy. Caudron type A à Cayeux-sur-Mer.

15


Raoul de Doncquers

CAUDRON TYPE A

Type A à gauchissement.

Caudron type n° 2 avec les ailerons « modèle Curtiss ». On remarque le siège sur l’aile inférieure.

16

Type A n° 2 à Amiens en août 1910. Cet appareil possède un réservoir d’essence plus long que celui des n/c 3 et 4.


Coll. Jean Devaux

Pedro Ramis

CAUDRON TYPE A

A bis de Duval numéro 27.

Caudron type A n/c, 14, aménagement Demazel.

17


CAUDRON TYPE C.270

1930 Caudron type C.270 à C.278 Luciole Le type Luciole dérive, par améliorations de détails, du Caudron C.232 dont il a la structure. Le prototype du C.270 immatriculé F-ALLK apparaît en 1930. Pour la petite histoire, il faut noter que l'appellation « Luciole » vient du nom de la jument qui, attelée à la carriole de la ferme de Romiotte, remorqua le premier appareil des frères Caudron en 1908 ! Comme sur le C.232, la voilure comprend des longerons et des nervures en spruce avec revêtement en toile ; le repliage des ailes semble avoir été simplifié, les extrémités des plans inférieurs paraissent moins près du sol en position repliée. Toutefois, il faut signaler que le C.275, dont les caractéristiques sont données dans la fiche technique, a des ailes non repliables. Le train d'atterrissage a également été modifié. Sur le C.232, la jambe élastique verticale était contreventée par un mât en diagonale prenant appui sur le longeron supérieur du fuselage, ce mât en diagonale disparaît sur le C.270. Délaissant le contreplaqué pour le revêtement du fuselage, l'ingénieur Deville a préféré un recouvrement en toile gagnant ainsi sur le poids. Dans l'ensemble, la cellule est identique pour les différentes versions qui se différencient surtout par le moteur.

CONSTRUCTION (C.275) VOILURE La cellule est constituée de quatre demi-plans montés sur le plan central surmontant la cabane, pour l'aile supérieure et fixés à des éléments de longerons solidaires du fuselage, pour l'aile inférieure. Chacune des demi-ailes se compose de deux longerons pleins en spruce assemblés par deux traverses ; ensemble sur lequel sont enfilées des nervures en treillis de spruce assemblées par des goussets en contreplaqué. Afin d'éviter toute déformation, le bord d'attaque est en contreplaqué.

Fiche technique du Caudron type C.275 Moteur : ...........................................Renault 4 Pgi de 100 ch Envergure : .................................................................9,90 m Longueur : ..................................................................7,61 m Hauteur : .....................................................................2,60 m Surface portante : ...................................................24,02 m2 Poids à vide : ............................................................... 461 kg Charge utile : .............................................................. 299 kg Poids total : ................................................................. 760 kg Vitesse maximum : ................................................ 155 km/h Vitesse minimum :.................................................. 70 km/h Montée à 1 000 m : ...................... 6' 37" - Vi max : 153 km/h Montée à 2 000 m : ..................... 14' 40" - Vi max: 151 km/h Montée à 3 000 m : ..................... 24' 58" - Vi max: 148 km/h Montée à 4 000 m :..................... 39' 20" - Vi max: 144 km/h Montée à 5 000 m : ...................... 63'10" - Vi max: 138 km/h Distance au décollage : .................................................95 m Distance à l'atterrissage : .............................................85 m Plafond : .................................................................... 5 000 m Autonomie : ................3 h 14' ou 500 km, 6 h 12' ou 725 km ....................................................................suivant le régime

294


CAUDRON TYPE C.270

Les queues de nervures sont reliées par une corde à piano constituant un bord de fuite sur lequel l'entoilage est bordé et cousu. Les ailerons sont disposés à l'aile inférieure uniquement. Chaque aileron est constitué par un caisson dont la face du côté de l'articulation est un longeron en spruce. Dans le caisson sont placées les nervures en contreplaqué. Le revêtement du caisson est également en contreplaqué percé de larges trous d'allègement. L'ensemble est entoilé. L'entoilage est cousu sur le bord de fuite en corde à piano, comme pour les ailes. La conjugaison des ailerons est assurée par une paire de câbles allant du secteur gauche au secteur droit fermant ainsi le circuit de la commande. Quatre mâts de cabane maintiennent le plan central. La cabane est contreventée par des croisillons dans le sens transversal et dans le sens longitudinal, par deux contrefiches en tubes prenant appui sur les longerons supérieurs du fuselage. La mâture se compose de quatre mâts en spruce ; l'ensemble de la cellule est contreventé par des haubans en diagonale.

295


CAUDRON TYPE C.270

FUSELAGE Quatre longerons en spruce réunis par des traverses et des diagonales forment le fuselage dont le profil est donné par un baguettage qui repose sur des cintres à la partie supérieure. L'ensemble est entoilé. Deux éléments de longerons d'aile en spruce sont encastrés et raccordés de chaque côté du fuselage par des nervures en caisson. Des ferrures montées en bout de ces éléments reçoivent les attaches des deux demi-plans inférieurs.

EMPENNAGE Le plan fixe, réglable au sol, se compose de deux longerons en spruce assemblés par des nervures pleines en contreplaqué. La commande du volet de profondeur est compensée par une manette et une corde à piano agissant sur le guignol du volet dans le sens du « piqué » (cas d'un seul pilote à l'arrière). La corde à piano comporte un long ressort à boudin permettant le débattement de la commande. La dérive est en tubes d'acier soudés. Le gouvernail de direction est constitué par un caisson très plat. Les nervures sont assemblées sur un arêtier profilé en peuplier cintré.

TRAIN D'ATTERRISSAGE Sans essieu transversal, il se compose de deux demi-trains comprenant chacun une jambe oléopneumatique Messier, un essieu coudé articulé sur le sommet d'un trièdre sous le fuselage et une jambe de recul s'articulant sur l'essieu et sur le fuselage. Les roues sont équipées de freins Messier conjugués avec le palonnier. La béquille est en frêne. Un sandow fait office d'amortisseur.

GROUPE MOTOPROPULSEUR Le moteur est un Renault 4 Pgi, à quatre cylindres inversés en ligne, à refroidissement par air, d'une puissance de 100 ch qui est équipé d'une hélice Merville n° 619. La commande du moteur comprend : une manette de gaz, une de correction altimétrique et une troisième manette qui actionne le robinet de fermeture d'essence par l'intermédiaire d'un câble Bowden. Le démarreur Viet se compose d'un compresseur monté à l'avant du moteur, alimentant un réservoir d'air comprimé. Un régulateur met le compresseur à l'air libre lorsque la pression maximum est atteinte. Le réservoir est relié au distributeur qui envoie la pression dans les cylindres. La commande du distributeur est au tableau de bord ainsi que le manomètre qui permet de contrôler la pression.

Sur le sommet du Puy-de-Dôme En 1911, Renaux et Senouque avaient réussi l'exploit difficile de se poser, avec un « Maurice Farman » sur l'étroit sommet du Puy-de-Dôme, gagnant ainsi le Prix Michelin. Le pilote Henri Valot vient de rééditer cet exploit ; de plus, il a repris son vol du sommet pour regagner Aulnat et c'est ce qui fait surtout l'intérêt de cette performance. (Les Ailes - 27 novembre 1932)

296


CAUDRON TYPE C.270

C.272/5 n/c 1/6976 immatriculé F-ANKG.

C.272 n/c 256/7432 immatriculé 00-CAD au Congo belge (ex-F-APEP).

C.270 n/c 30/6603 à moteur Salmson.

C.273 n/c 8/6595 F-ALUR à moteur Michel de 100 ch, devenu C.276 n/c 8/6595, puis C.277 n/c 6/6595.

Raymond Delmotte dans ses œuvres sur le C.278.

Les différentes versions du « Luciole »

(motorisation - année de sortie - nombre d'exemplaires) C.270 C.272 C.273 C.274 C.278 C.276 C.272/2 C.272/3 C.270/1 C.271/2 C.272/4 C.272/5 C.275 C.275/1 C.277 C.275 R C.277 R C.276 H

Salmson 7 Ac de 95 ch - 1931 - 82 Renault 4 Pb de 95 ch - 1931 - 52 Michel R At-3 de 100 ch - 1931 - 13 Chaise H de 120 ch - 1932 - 1 ex. unique Salmson 9 Nc de 135 ch - 1932 - 1 ex. unique DH.Gipsy III de 105 ch - 1932 - 7 Renault 4 Pei de 100 ch - 1933 - 22 Renault 4 Pdi de 120 ch - 1933 - 15 Salmson 7 Aca de 105 ch - 1934 - projet Lorraine 5 Pb de 110 ch - 1934 - 5 Renault 4 Pei de 140 ch - 1934 - 21 Renault 4 Pgi de 100 ch - 1935 - 80 Renault 4 Pgi de 100 ch - 1936 - 433 Renault 4 Pdi de 120 ch - 1937 - 1 ex. unique Renault 4 Pei de 140 ch - 1939 - 9 Renault 4 Pgi de 100 ch - 1945 (F-BBAZ) Renault 4 Po3 de 140 ch - 1949 (F-BDJR- ex. C.275) Hirth HM-504 de 110 ch - 1956 deux exemplaires à cabine fermée

297


CAUDRON TYPE C.270

C.270 à moteur Salmson de 95 ch.

Caudron C. 275 N° 7416.5 F-APBN devenu F- BDJR à Chelles le 2 avril 1954.

298

C.272 militaire.


CAUDRON TYPE C.270

Le challenge international de 1932 réunit les participants en Allemagne, sous la voûte d'un immense hangar à dirigeable. Le Caudron C.278 n/c 1/6630 F-ALXB est piloté par Raymond Delmotte. L'appareil "deviendra" plus tard le C.270 n/c 70/6630.

Praga BH-111 # OK-BIH a

RWD-6 # SP-AHN

Praga BH-111 # OK-BEH

PZL P-19 # SP-AHH

Praga BH-111 # OK-BAH

RWD-6 # SP-AHL PZL P-19 # SP-AHK Breda Ba 33 # I-CTUS

PZL P-19 # SP-AHI

OK-WAL C.278 de Raymond Delmotte #F-ALXB Potez 43 n° 01 # F-AMBN Potez 43 n° 1

Farman F.234 # F-ALHV Peyret-Mauboussin XII n° 01 #F-ALVX Farman F.234 # F-ALLY

Breda Ba 33 # G-ABXK

Breda Ba 33 # !-CONE Breda Ba 33 # !-BIBI

299


AELR

AELR

CAUDRON TYPE C.270

OO-CAD Léopoldville 1941 Bruart Coll 02.

AELR

AELR

OO-CAD Léopoldville 1941 Bruart Coll 01.

OO-CAD Léopoldville 1944 mai 21 Bruart Coll 02.

AELR

AELR

OO-CAD Léopoldville 1941 sep Bruart Coll.

300

OO-CAD Léopoldville 1944 mai 21 Bruart Coll 01.

OO-CAD Léopoldville 1944 mai 21 Bruart Coll 03.


© Photo André, Le Bourget

CAUDRON TYPE C.270

© Photo André, Le Bourget

Caudron C 275 Luciole F-APLE.

Caudron C 270 Luciole à l'atterrissage.

Service historique de la Défense Rochefort

SHDMR 68 S 29.

301


Pascal BRUGIER présente Les registres du Monde Patricia Henrion tient à remercier Pascal Brugier d’avoir accepté de corriger et de mettre à jour gracieusement les données du REGISTRE F collectées par André Hauet. Pascal Brugier regroupe depuis des années toutes les séries d’immatriculation civiles d'un nombre important de pays et les met à la disposition du public sur http://www.brugier.com Chaque registre est partagé en 5 colonnes, soit, de gauche à droite : 1. L'immatriculation. 2. Le type de l'aéronef et, s'il y a lieu la dénomination que donna le constructeur ; le détail est intéressant car, si vous pouvez savoir à quoi ressemble un Goliath, un Simoun ou un Astir, il se peut que les désignations de Farman 60, Caudron 270 ou Grob 102 vous inspirent moins. 3. Le numéro de série (en anglais construction number ou c/n). 4. Les immatriculations qui ont précédé et suivi, éventuellement, l'immatriculation mentionnée en première colonne. Dans cette colonne, l'immatriculation précédente peut être un matricule militaire (en anglais serial number ou serial). Dans ce cas, elle est suivie d'une lettre entre parenthèses. Cette lettre désigne, dans le code OACI, le pays d'origine du matricule. D'autres mentions peuvent aussi désigner l'armée de l'air (Fr.AF), l'aéronautique militaire française (Fr.Mil), le gouvernement français (Fr.Gvt), l'aéronautique navale (Fr.Navy), etc... Dans cette colonne, l'immatriculation peut être suivie d'un chiffre entre parenthèses. Ce chiffre indique le rang d'une immatriculation attribuée plusieurs fois successivement. Exemple : SV4C n° 646 F-BDMP[1] signifie que l'immatriculation F-BDMP a été attribuée à plusieurs aéronefs dont le premier était le SV4C n° 646. 5. Eventuellement, une lettre peut figurer en bout de ligne : R pour réformé, D pour détruit, P pour préservé, S pour stocké.

Deux exemples LA FRANCE Registre FRANCE - MONACO 1920 - 2005 Édition de Février 2005. Au grand complet toutes les séries d'immatriculation civiles françaises ainsi que les prototypes, la douane, la protection civile, les ULM et Monaco. Pour chaque immatriculation, le type de l'appareil, son numéro de série, ainsi que les immatriculations portées avant ou après son appartenance au registre français. Fichier de 825 pages au format 210 x 297. Version CDROM en format Word .doc et Texte .txt Au moment de l’impression de ce livre, une nouvelle version, 1920-2021 est en cours de finalisation. Pour être tenu au courant de la sortie de cette mise à jour, vous pouvez envoyer un mail à pascal@brugier.com LA BELGIQUE - Du O-BAAA au O-BUIS Avions, dirigeables et ballons 1re série - Du OO-AAA au OO-BZZ Avions 2e série - Du OO-CAA au OO-CYZ Avions du Congo-Belge (1929-1960) - Du OO-DAA au OO-GZZ Avions (suite du OO-BAA) - Du OO-HAA au OO-HZZ Avions outremer - Du OO-IAA au OO-YYZ Avions (suite du OO-DAA) - Du OO-ZAA au OO-ZZZ Planeurs - Du OO-01 au OO-137 Avions construction amateur - Du OO-501 au OO-999 U.L.M. - Du OO-A01 au OO-X29 U.L.M. (suite du OO-501) Infos : pascal@brugier.com

320


n° de année de sortie n° du type construction type de moteur dans la série

certificat de navigabilité

Registre F Caudron G4 F-ABEN

4031/5495

1916 - deux Rhône 9 Ja 110 ch [1]

3/5299 5301 7/5533 8/5534 9/5535 22/5593 24/5642 6/5375

1922 - Rhône 9c de 80 ch rééquipé d'un Clerget 9B de 130 ch 1922 - ? - modifié en C.127 - modifié en C.127 1923 - devenu C.125 1923 - devenu C.125 1926 - devenu C.125 1925 - Rhône 9c de 80 ch.

Caudron C.27 F-AEIC F-AEIH F-AGAP F-AGAQ F-AGAU F-AGFG F-AHAJ F-AHCA

cdn 00952 cdn 00957

cdn 01347 cdn 01389

Caudron C.33 F-ABDT F-AEDN

1/4891 1920 - deux Rhône 9c de 80 ch. 2/4892

cdn 00303 cdn 00838

Caudron C.59 (et modifications) F-ADDU F-ADDV F-AECX F-AEER F-AEES F-AEEU F-AEEV F-AEEX F-AEGO F-AFCI F-AGDJ F-AGES F-AGFX F-AHAB F-AHAT F-AHEE F-AHEF F-AHEY F-AIBK F-AICT F-AlCU F-AIDI F-AIEU F-AIEV F-AIEX F-AIGT F-AIGU F-AIHA F-AIHB F-AIIC F-AIOT F-AIPR F-AIPS F-AIPT F-AIPU F-AISR F-AITK F-AJGU F-AJMU F-AJNR

1 2/5047 ?/5056 96/5139 77/5160 78/5161 79/5162 80/5163 3/5055 265/5367 378/5590 ?/5619 400/5617 412/5640 523/5770 594/5847 595/5848 ?/5079 ?/5122 680/5959 681/5960 456/5697 682/5964 683/5965 684/5966 ?/5153 ?/5154 694/5977 695/5978 ?/5155 - 1-21 1103/6179 685/5968 457/5701 862/6187 863/6188 6/6195 ?/5273 1035/6387 1104/6463 1095/6471

1921 - Hispano-Suiza HS.8 Aa de 150 ch 1921 - HS.8 Aa de 150 ch 1921 - HS.8 Ab de 180 ch 1922 - HS.8 Aa de 150 ch 1922 - HS.8 Aa de 150 ch, livré au Brésil 1922 - HS.8 Aa de 150 ch 1922 - HS.8 Aa de 150 ch - livré en Belgique 1922 - HS.8 Aa de 150 ch - devenu C.60 1921 - HS.8Aa de 150 ch 1924 - HS.8 Aa de 150 ch 1924 - HS.8 Ab de 180 ch 1924 1924 - HS.8 Ac de 180 ch- ex F-ESAH 1925 1925 - HS.8 Ab de 180 ch 1925 - HS.8 Aa de 150 ch 1925 - HS.8 Aa de 150 ch - devenu C.60 1926 1926 - HS.8 Ab de 180 ch 1926 - HS.8 Ab de 150 ch 1926 - HS.8 Ab de 150 ch 1926 - HS.8 Aa de 150 ch - devenu C.60 1926 - HS.8 Ab de 180 ch 1926 - HS.8 Ab de 180 ch 1926 - HS de 140 ch - devenu C.60 1922 1922 1927 - HS.8 Ab de 180 ch 1927 - HS.8 Ab de 180 ch - HS.8 Ab de 180 ch ex-C.157 6/6179 1928 - Anzani 10c de 90 ch 1928 - HS.8 Ab de 180 ch 1926 - HS de 150 ch 1928 - HS.8 Ab de 180 ch 1928 - HS.8Ab de 180 ch 1928 - HS.8 Ab de 180 ch - devenu C.320 - redevenu C.59 1922 - HS.8 Ab de 180 ch - devenu C.60 1929 - HS.8 Ab de 180 ch 1931 - HS.8 Ab de 180 ch 1930 - HS.8 Ab de 180 ch

cdn 00659 cdn 00696 cdn 00822 cdn 00867 cdn 00868 cdn 00870 cdn 00871 cdn 00872 cdn 00914 cdn 01038 cdn 01260 cdn 01294 cdn 01323 cdn 01339 cdn 01357 cdn 01443 cdn 01444 cdn 01462 cdn 01493 cdn 01527 cdn 01541 cdn 01578 cdn 01579 cdn 01580 cdn 01627 cdn 01628 cdn 01634 cdn 01635 cdn 01661 cdn 02018 cdn 01846 cdn 02019 cdn 02020 cdn 02026 cdn 02246 cdn 02435

321


© Tripadvisor

MUSÉE DES

Frères Caudron Au sein du Bureau d’Information Tourisme de la Ville de RUE, venez découvrir l’histoire de deux frères, Gaston et René CAUDRON, fils d’agriculteurs, devenus les premiers constructeurs d’avions en Picardie ! Se passionnant très tôt pour les essais des frères Wright, ils décident de les imiter et commencent à construire leurs avions après leurs essais réalisés en 1909. Rapidement, leur production connait le succès et ils équipent l’armée française de leurs biplans... Ce musée, regroupant de nombreux documents personnels, bronzes, trophées, maquettes, permet de constater l’évolution en trente années de cette fantastique aventure industrielle. LES ARCHIVES CAUDRON : UNE MINE D’INFORMATION SUR L’HISTOIRE DE L’ AVIATION FRANÇAISE Ces archives sont en partie constituées des archives familiales et du travail de collecte de Pierre et Denise Roteux. Elles comportent entre autres de nombreux documents relatifs à l’histoire de la famille Caudron, les appareils Caudron, les registres des pilotes brevetés sur appareils Caudron, les registres de construction et de commercialisation des appareils, les escadrilles de la Première Guerre mondiale, les Usines et écoles Caudron, des revues de presse ainsi que de nombreux ouvrages aéronautiques. Curieux ou passionnés, vous pouvez faire une demande de consultation ou simplement obtenir plus d’informations sur une période précise.

344


© Tripadvisor

PIERRE ET DENISE ROTEUX Au décès de René Caudron, son épouse exécute une de ses volontés en faisant don de la totalité des archives personnelles de la famille Caudron à la ville de Rue si celle-ci s’engage à la création d’un musée. Celui ci voit le jour en 1972 au cœur du Beffroi de Rue. C’est sans compter la contribution majeure d’un couple de passionnés, Pierre et Denise Roteux, que le musée actuel, au sein de l’office de tourisme, a pu voir le jour. En effectuant un travail minutieux de collecte de documents et de recherches, ils ont retracé l’histoire complète et détaillée des Frères Caudron, et ont ainsi contribuer largement à la création du musée Caudron. C’est en leur hommage que la salle de consultation des archives porte leurs noms.

Le musée est accessible du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 17h (octobre à mars) du mardi au samedi de 9h30 à 13h et de 14h à 17h30 (avril à septembre) du lundi au samedi de 9h30 à 13h et de 14h à 17h30 (juillet à août) le dimanche et les jours fériés de 10h à 13h. Renseignements : Bureau d’Information Tourisme 03. 22. 25. 69. 94

345


Caudron G.3

PROFILS

Caudron G.3 n° 38 de l’escadrille C.11 lors de la bataille de la Marne en septembre 1914, tel qu’il apparaît dans l’autochrome pris par le photographe Jules Gervais-Courtellemont. Les G.3 du début de la guerre sont tous peint d’une teinte bleu horizon, jusqu’à ce qu’un ordre du Service de Fabrication de l’Aéronautique (SFA) mette fin à cette pratique au mois de mai 1915.

Le Caudron G.3 devient à compter de la fin de l’année 1914 l’appareil standard des escadrilles de réglage d’artillerie. Celui-ci, portant le numéro 469, était piloté par le caporal Jean Chaput, futur grand as de la chasse (16 victoires) à l’escadrille C.28, qui n’hésitait pas à attaquer les appareils ennemis à la carabine à son bord.

Caudron G.3 (n° inconnu) piloté par le maréchal des logis Maxime Lenoir, de l’escadrille C.18. Lenoir remporte deux victoires aériennes à bord de cet appareil modifié par ses soins pour emporter une bombe : le 5 juin 1915, il abat un Aviatik à Sivry-la-Perche en compagnie de son observateur qui tenait la carabine, le Lt Rivier, en collaboration avec l’équipage d’un autre Caudron. Dix jours plus tard, il incendie un ballon captif allemand à coup de balles incendiaires. Il sera muté dans la chasse où il remportera un total de 11 victoires aériennes avant d’être tué au combat le 25 octobre 1916 sur un SPAD qui portait la même devise décorant ce Caudron, « trompe la mort ».

352


Caudron

Caudron G.3 G.4

PROFILS

À compter de l’année 1916, les Caudron G.3 ont tous quitté le front mais sont toujours produits car ils connaissent une seconde carrière dans les écoles de pilotage. Celui-ci (n° 4776) était un appareil du Centre d’Aviation Maritime de Saint-Raphaël, en 1918.

Caudron G.4 n° 1053 affecté à l’escadrille 94 CRP (Camp Retranché de Paris) durant l’été 1915, appareil utilisé par le sergent René Dorme, futur grand as de la chasse avec 23 victoires homologuées.

Nombre de grands as de la chasse ont effectué leurs premières armes sur Caudron G.4, à commencer par le plus grand d’entre eux, le caporal René Fonck volant à l’escadrille C.47 sur le n° 1474 qu’il a bricolé en y installant une mitrailleuse fixe déclenchée par le pilote. Fonck remportera les deux premières de ses 75 victoires homologuées sur Caudron G.4, le 6 août 1916 et 17 mars 1917.

353


384


369

ADDENDUM


HOMMAGES À DÉDÉ (1923-2018)

ADDENDUM

Freddy Renard Mars 2019 370


Alain Delaunai 19 mars 2019

D.D. Deux lettres qui cachent un grand Monsieur. Stefaan Vancauteren 26 mars 2019

D.D. un bon sujet pour un caricaturiste: silhouette acérée, petite moustache, petits yeux vifs et perçants. Et surtout l'inséparable béret vissé sur le crâne. Le verbe haut mais pas grande gueule.. D.D. une pile d'énergie animée par l'Amour de l'Aviation. Le champion des Avions Caudron. Fondateur du Musée de l'Air de Bruxelles. D.D. une très grande générosité. Jamais avare de conseils. Toujours prêt à partager son savoir... Merci D.D. de m'avoir permis de faire un bout de chemin avec toi SV

387