Page 1

SION ... LA VIE MARCEL MAURER | CLAUDE COEUDEVEZ


EDITIONS MONOGRAPHIC

Textes Marcel Maurer Photos Claude Coeudevez Adrien Coeudevez (p. 127) Patrice Tschopp (pp. 128, 129, 130) Conception graphique et mise en pages Raul Minello, pixel-factory.ch Impression Schoechli Impression & Communication SA, Sierre © 2015 - Edition Monographic SA, CH-3960 Sierre monographic.ch ISBN 978-2-88341-243-9


SION ... LA VIE MARCEL MAURER | CLAUDE COEUDEVEZ


16

Poète et musicien. Un regard qui voit loin, rêve la Vie, construit minutieusement son univers. L’artiste est dans sa loge, dernière retouche avant le spectacle. Il a mis «la barre haut», Marc. Passionné, sensible, exigeant, perfectionniste.


19

Assis là où l’on trouvait autrefois les remparts de la Ville. Un air de Fellini. Les confettis collent aux habits. Le cortège et les chars arrivent. Le sorcier et sa tour veillent sur ce beau monde emmitouflé. Ils sont dignes et fiers, bien installés au cœur d’une lumière contrastée qui se glisse entre la dentelle des branches et des feuilles. Le silence règne, d’une certaine façon, malgré le tintamarre des «guggens». Le temps est à l’arrêt.


41

Le torrent impétueux reste sagement derrière ses barrières. Il joue au «bisse», animant de son roulis l’espace sonore de la place bientôt en fête! La fraîcheur de l’eau est bienvenue. La grue sert de passerelle entre ciel et terre. «Noir et blanc sont ressemblants comme deux gouttes d’eau.» (Claude Nougaro)


98

Il était assis sur un banc, au bord du lac, sur les quais de Montreux. Nous étions en balade avec mon père: «Tu vois ce Monsieur, c’est Alfred Hitchcock». Son film The Birds est sorti à l’écran en 1963. L’apparition de cette légende hors du temps est restée gravée à l’encre noire dans ma mémoire. Le souvenir de la princesse de Monaco n’est pas loin.


118

Calme et concentré, il ne voit pas la déesse nue. C’est l’heure de l’apéro. Rien n’y fait. Imperturbable. Ambiance de bistrot.


152

C’est une station déserte, quelque part entre Las Vegas et la côte californienne, à quelques encablures du Texas. Il n’y a pas âme qui vive. Le grand parapet accueille la déesse automobile. Ce relais des temps modernes est déjà un peu dépassé. Bientôt viendra le temps de la station de recharge électrique. Elle sort de la nuit comme un objet posé sur une maquette. Coquille Saint-Jacques sur le chemin de Compostelle.


Sion...La Vie  

Florence, Sienne, Sion ? Qui sait ? Un art de vivre qui perle, un petit air du Sud. Dante n’est pas loin. Marcel Maurer