__MAIN_TEXT__

Page 1

12 novembre 2003


__ __

1

A l’heure où l’environnement prend une place de plus en plus importante dans les discours et les textes officiels, A l’heure où le développement durable est repris en échos par les élus, les média et la population, A l’heure où chacun s’accorde à reconnaître qu’il faut donner plus d’importance à l’éducation, l’information, la formation et la sensibilisation de tous, Il devient primordial de se donner les moyens de concrétiser ce qui ne doit pas rester que de beaux mots et des vœux pieux, pour améliorer l’efficacité des politiques de gestion territoriales à travers une modification durable des comportements citoyens. Le Réseau Mer « éducation à l’environnement », est né de la volonté d’associations, de gestionnaires de milieux, d’universitaires, et d’institutions, de mutualiser leurs compétences et leurs expériences afin d’améliorer la préservation de notre littoral méditerranéen. Les actions dans ce domaine ne manquent pas. Mais il faut aujourd’hui les porter sur la place publique, par une politique volontariste, officielle et reconnue. Nous avons de la chance de bénéficier d’un environnement littoral et marin de grande qualité. Cette zone est considérée comme étant la plus riche du point de vue de la diversité biologique, des échanges physico chimiques… Mais, aboutissement du bassin versant, elle est aussi le réceptacle de bien des pollutions générées par toutes formes d’activités. Fragile équilibre ! Notre devoir est de tout faire pour que chacun puisse en profiter, aujourd’hui et demain. L’attrait que notre région représente, a permis au tourisme de se développer de façon importante. C’est une des ressources principales de notre économie régionale. Mais le développement des transports maritimes, routiers et ferroviaires, génère des flux démographique qui intensifient les phénomènes de dégradation. Qu’adviendra-t-il si nous ne sommes pas capables, individuellement et collectivement, de préserver ce patrimoine de façon concertée et raisonnée ? L’éducation relative à l’environnement est un maillon essentiel pour atteindre cet objectif de préservation. L’Agenda 21 de Rio, dans son article 36, en fait longuement état. Le Plan National d’Action pour l’éducation à l’environnement, co-écrit par la société civile, les collectivités, les institutions et les gestionnaires de milieux, pose clairement les priorités. Notre Plan Régional d’Action insiste sur nos besoins régionaux. La Charte de l’Environnement, entrée dans la Constitution Française, reprend ce besoin prioritaire d’éducation. Le document d’objectifs pour l’éducation relative à l’environnement littoral se veut être un cadre de référence pour faciliter la lisibilité des actions. Sa mise en œuvre doit être issue d’une politique concertée et cohérente entre les acteurs de la société civile et les institutions publiques. Sa finalité est de tendre vers une politique globale d’éducation et de gestion concertée, impliquant chaque citoyen. Un plan d’action avec échéancier sera produit annuellement par le réseau. Chaque signataire de ce document d’objectifs participe à sa mise en œuvre et s’engage à veiller au respect de ses principes de fonctionnement démocratique et à le faire évoluer pour coller à la réalité de terrain. Les propositions qui suivent seront mises en œuvre sur le territoire régional par l’ensemble des acteurs signataires, chacun selon ses compétences. Nous avons devant nous un chantier important et passionnant. Sa concrétisation dépend de chacun de nous.

Réseau Education Environnement Mer


__ __

2

Q

ui a initié le Réseau ? Le besoin de travailler en Réseau, exprimé par les acteurs associatifs menant des actions sur le littoral PACA et Corse, s’est formalisé lors des rencontres régionales de l’éducation à l’environnement, organisées par le GRAINE PACA sur les Iles de Lérins (2000). Les Rencontres Régionales de la Mer organisées par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur (26 novembre 2001) ont permis d’aboutir à une première structuration du Réseau, dont le pilotage est assuré par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur depuis février 2002.

P

ourquoi un Réseau ? A partir de quels besoins ? A travers la constitution du Réseau Mer « Education Environnement », est affirmée la nécessité de mutualiser les compétences et les moyens, pour des économies d’échelle et afin de gagner en cohérence, en efficacité et en qualité. Les objectifs et les actions qui découlent de ce rassemblement d’acteurs s’inscrivent dans une politique globale d’éducation à l’environnement. L’objectif est de faire évoluer les comportements et améliorer les processus de préservation du milieu littoral et marin, indissociable d’un développement socio-économique et culturel de qualité. Concrètement, il s’agit de : 

 

Informer et sensibiliser les publics sur la spécificité et la fragilité de ces espaces fortement fréquentés. Contribuer à la sensibilisation et la formation des acteurs et des usagers du milieu marin à travers une pluralité d’approches environnementales. Participer à l’éducation à l’environnement des publics. Etre force de proposition auprès des décideurs.

Les différentes concertations ont permis de mettre en évidence la nécessité d’élaborer un document d’objectifs pour l’éducation à l’environnement marin et littoral à l’échelle de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, étendue à la Corse.

Réseau Education Environnement Mer


__ __

3

Q

ui constitue le réseau ?

F

Le Réseau Mer « éducation à l’environnement » rassemble les associations, les structures de gestion, les représentants des institutions et de la communauté scientifique.

onctionnement général La Région a pour mission de piloter le Réseau Mer, ce qui signifie qu'elle assure :  l'animation générale du Réseau,  l'organisation des réunions du Comité de Pilotage, du Comité Technique et des Commissions Thématiques,  la création et la gestion du site Extranet du Réseau. Un Comité de Pilotage, composé des représentants de l’ensemble des membres. Il se réunit une fois par an et est chargé de :  discuter et valider les travaux des commissions  évaluer le bilan des actions menées  valider les orientations futures Un Comité Technique, constitué d’au maximum trente (30) structures (institutions, gestionnaires de milieux, scientifiques et associations). Il se réunit au moins deux fois par an et est chargé de :  Définir et proposer les orientations du Réseau  Capitaliser les projets des acteurs, aider et orienter les porteurs en favorisant les mises en partenariat si nécessaire  Coordonner et capitaliser les travaux des commissions thématiques.  Réajuster le plan régional d'action du Réseau Mer "Education à l'Environnement" Des commissions thématiques, réunies plus régulièrement, permettent d’engager des travaux concertés. Cinq commissions ont été créées à ce jour : 

 

Commission « Outils pédagogiques » chargée d’un diagnostic sur l’existant et d’engager la création d’autres supports Commission « Formation » chargée d’analyser les besoins et de proposer des modules spécifiques de formation Commission « Evaluation » chargée de l’évaluation du fonctionnement du réseau et des projets qu’il développe Commission « Communication » chargée de la communication du Réseau Commission « Prospective » chargée de l’élaboration de ce Plan Régional d’Action, de la charte et plus généralement des propositions de développement du réseau.

Réseau Education Environnement Mer


__ __

4

L

es problématiques spécifiques à notre littoral Durant les quatre dernières décennies, un déplacement jamais égalé de population, d’activités et d’échanges s’est réalisé vers les espaces littoraux. En effet, le littoral constitue un espace attractif dans la mesure où il incarne un espace de liberté. Par conséquent, cet espace littoral est aujourd’hui de plus en plus fréquenté par une population très diversifiée. Il est donc l’objet de nombreuses attentes. Cette pression anthropique a généralement abouti à une artificialisation irréversible du milieu. Ces espaces littoraux et marins sont des espaces attractifs mais surtout des espaces de conflits multiples entre, d’une part, une logique de défense des activités que la société doit essayer de faire cohabiter et, d’autre part, une volonté de préserver le patrimoine naturel. Cette volonté de préservation est devenue prépondérante depuis déjà plusieurs années. Aujourd’hui, plus de 50% de la population reconnaît la légitimité de la protection contre 3% il y a 20 ans. La Loi Littoral de 1986 a été rédigée à l’époque sous deux chapitres : un volet sur le développement des activités sur le littoral et un second volet concernant sa préservation. Ces dernières années, c’est ce dernier qui a été le plus développé, mais aujourd’hui il existe une pression importante concernant le développement des activités sur ce même littoral. Une réelle concertation et information sont nécessaires afin d’aboutir à une gestion concertée de ce milieu très conflictuel et, par conséquent, à une politique de développement durable.

O

bjectifs de ce document 

Un document de référence Ce document d’objectifs propose une politique régionale pour l’éducation à l’environnement marin et littoral, donnant une vision globale et cohérente des actions à mettre en œuvre sur le territoire régional. Il se veut être un document de référence.

A qui s’adresse-t-il ?

> Il s’adresse tout d’abord aux représentants décideurs, en constituant un outil d’aide à la décision pour mener à bien une politique concertée d’éducation à l’environnement littoral et marin. > Il s’adresse également aux acteurs de terrain, qui y trouveront une représentation globale du champ d’intervention et des pistes d’actions concrètes à mettre en œuvre ou à développer. Il leur permettra d’agir en cohérence avec l’ensemble des acteurs concernés.

Réseau Education Environnement Mer


__ __

5

Un schéma systémique a été créé par le groupe de travail initial (au sein du GRAINE PACA) afin de mieux discerner ce que l’on entend par « champ d’intervention en éducation à l’environnement littoral et marin » à l’échelle de notre région, de ses caractéristiques territoriales littorales en vue d’une modification durable des comportements. Quatre axes - ou champs - ont été référencés. Ils sont interdépendants, une seule action pouvant faire référence à différents champs.

Touristes

Plaquettes Stands

SENSIBILISATION du grand public

Transporteurs navals

Pêcheurs Aquaculteurs

Evènementiels

Journalistes Enseignants

FORMATION d’adultes

Plaisanciers

Elus Théâtre, saynètes

Eco-tourisme

Supports audio-visuels

Educateurs sportifs (BEES)

Animateurs Educateurs

Interprétation Illustrations des Programmes EN Médiation

Agents de gestion de l’environnement

Expérimentation

Outils pédagogiques

EDUCATION à l’environnement scolaire, universitaire et extrascolaire

Usages et usagers

PRESERVATION ET VALORISATION du milieu marin Campagnes pédagogiques

Supports et démarches pédagogiques

Réseau Education Environnement Mer

Labels (Pavillon Bleu) Gestion de zone

Diplômes et métiers


__ __

6

S

ensibilisation du grand public

Evènementiels Plaquettes SENSIBILISATION du grand public Théâtre, saynètes

Cette sensibilisation concerne le public usager des sites littoraux, locaux ou de passage. Il s’agit de favoriser les Touristes prises de conscience quant :  A la beauté et la richesse de nos espaces littoraux et en particulier sous-marins (partie la moins visible)  A l’impact des activités humaines sur le littoral et notre responsabilité d’acteur citoyen Eco-tourisme  Aux possibilités de respecter individuellement dans la pratique ces milieux.

Supports audio-visuels

Ce champ de la sensibilisation des acteurs usagers concerne :  Les locaux permanents (en particulier les plaisanciers, les pratiquants de sports nautiques, les pêcheurs …)  Les touristes (cibles : plaisanciers, baigneurs, randonneurs …) A travers :  Les activités éco-touristiques  Les actions d’information  Les supports d’information et de sensibilisation  Les journées thématiques événementielles

Axes d’interventions au titre du programme régional Il faut véritablement faire prendre conscience aux usagers de l’importance de « s’intéresser » à la qualité et la préservation des milieux littoraux. L’intérêt que les villes littorales ont pour leur patrimoine naturel doit être davantage rendu visible pour susciter efficacement les prises de consciences pour leur patrimoine.

1.

Intensifier la communication sur l’environnement marin et littoral, ainsi que sur l’éco-citoyenneté. Intensifier et diversifier les supports d’information et de sensibilisation sur la mer. Diversifier les lieux de diffusion Associer les médias aux opérations de sensibilisation

2.

Développer les actions d’information et sensibilisation des usagers, en particulier plaisanciers, baigneurs et randonneurs.

de des

Favoriser et multiplier les initiatives de sensibilisation et d’information des usagers sur les lieux de pratique, en mer, sur les ports et sur les plages. Favoriser les échanges et partenariat avec les acteurs du tourisme chargés de la promotion des espaces naturels. 3.

Exemples - Campagne « Eco-gestes pour la Méditerranée. » avec animations et distribution de plaquettes - spectacle « Baleines et contrebasse » de Bernard ABEILLE - théâtre sur les plages par la troupe « Ver’tige », baie de La Ciotat - panneaux informatifs d’Aquascience ou Œil d’Andromède. - Interprétation de sentiers sousmarins (Port-Cros, Banyuls Cerbère…) Exemples Les activités comme le kayak, la randonnée palmée, les parcours littoraux accompagnés, les sorties en mer, les circuits écotouristiques …

Exemples - opérations médiatiques, - affiches de sensibilisation au patrimoine marin, - plaquettes sur la spécificité de l’environnement local, - éco-guide littoral (traitant aussi des activités), - plaquettes « pratiques » (que faire de ses déchets, l’entretien moteur, le GPL etc.), panneaux thématiques sur la méditerranée (richesse Ŕ fragilité Ŕproblèmes environnementaux Ŕ comportements), l’environnement du port (information-sensibilisation sur les récupération d’huiles, conseils d’entretien/produits etc.) Exemples les ports, offices de tourisme, magasins spécialisés, rondspoints stratégiques à l’entrée des villes, places publiques près des plages, plages, parkings de proximité, bateaux-écoles, centres nautiques, bateaux de transport, etc.

Développer les activités éco-touristiques

Exemples - lieux et espaces d’interprétation sur la mer

Permettre une meilleure valorisation des activités touristiques respectueuses de l’environnement.

- kiosques environnement et information touristique

Favoriser et accompagner les structures développant une activité écotouristique de découverte respectueuse des milieux.

Réseau Education Environnement Mer

- patrouilles en mer - action de veille Ŕ « police environnement » - animations culturelles : théâtre environnement, concerts thématiques, expositions et conférences estivales…


__ __

7

Supports audio-visuels

L

es publics scolaires, universitaires et extrascolaires Cette sensibilisation concerne le public enfant sous la responsabilité d’un organisme d’éducation ou d’animation : Ecole, centres de loisirs, centres sociaux, centres spécialisés. Les enfants sont les acteurs de la société de demain. L’éducation à l’environnement est inscrite de manière transversale dans le cursus scolaire. Les acteurs de l’éducation populaire sont également de plus en plus conscients de l’importance de prendre en compte dans Campagnes leurs pratiques cette éducation informelle écopédagogiques citoyenne.

Illustrations des Programmes EN Expérimentation

tils pédagogiques

EDUCATION à l’environnement scolaire, universitaire et extrascolaire

Ce champ de l’éducation à l’environnement concerne :  les enfants scolarisés dès la maternelle  les collèges et lycées  les Centres de Loisirs  les autres organismes de formations A travers :  les programmes scolaires  les journées spécifiques (environnement, nettoyage, etc.)  les projets spécifiques (Projet d’Action Culturelle…)

Axes d’interventions au titre du programme régional 1.

Favoriser l’accès à l’information sur le milieu marin (outils, données et acteurs) aux jeunes et aux personnes en charge de leur éducation.

2.

Favoriser la mise en place et l’intégration permanente de l’éducation à l’environnement à l’école et la concertation avec les acteurs de l’éducation à l’environnement, le monde scientifique et l’Education Nationale

3.

Recenser et diffuser l’information sur les outils pédagogiques existants

Evaluer de manière concertée les besoins et carences

Construire une démarche d’intervention et d’évaluation pour mesurer l’impact de l’action dans la durée et sur plusieurs cycles scolaires

Construire une démarche d’intervention et d’évaluation pour mesurer l’impact de l’action dans la durée et sur plusieurs cycles scolaires

Inciter et favoriser les interventions d’éducation à l’environnement au collège et lycée, avec les stages et la création de classes ou d’établissement environnement

Réseau Education Environnement Mer

Exemples Internet, outils, acteurs, dossier de l’enseignant, système d’information géographique

Exemples - Classes environnement du collège d’Ile-Rousse - Bac avec option « éducation à l’environnement


__ __

8

4.

Favoriser la mise en place de campagnes pédagogiques sur la mer, auprès des jeunes, pour le maintien d’une « culture mer ».   

5.

Favoriser la création « de centres d’accueil de classes de découverte du milieu marin » Favoriser les rencontres avec les professionnels de la mer Renforcer les actions menées auprès des établissements primaires et en particulier auprès des écoles maternelles Elargir les interventions d’éducation à l’environnement au collège, au lycée et à l’université

Renforcer l’éducation et la sensibilisation à l’environnement auprès des jeunes, dans les temps de loisirs  Favoriser la création de « clubs nature »…  Développer les échanges interculturels, l’accès aux données de l’information (Internet)  Créer des passerelles avec les Comités d’Entreprises (CE, CCAS) et associations diverses.

Exemples Conférences-débats, journée régionale de la mer avec actions menées et présentées par les jeunes, projets d’échanges interméditerranéens.

Transporteurs navals

F

Journalistes

Pêcheurs Aquaculteurs

ormations des adultes

FORMATION d’adultes

Plaisanciers

La formation des adultes est indispensable pour modifier durablement les comportements d’acteurs et les responsabiliser, pour tendre vers une gestion concertée et cohérente de nos espaces littoraux et pour professionnaliser les pratiques. Ce       

Educateurs sportifs (BEES)

champ de la formation des adultes concerne : les décideurs les techniciens publics ou privés les intervenants sportifs les transporteurs maritimes les guides et animateurs du littoral les professionnels de la communication …

Médiation

Enseignants

Elus Animateurs Educateurs

Agents de gestion de l’environnement

Axes d’interventions au titre du programme régional 1.

Introduire l’Education à l’Environnement dans les formations professionnelles et techniques existantes

2.

Développer des chartes et labels « engagement environnement » sur les divers secteurs d’activités professionnels liés à la mer, en incitant les acteurs à souscrire une formation spécifique permettant l’accession au label

Réseau Education Environnement Mer

Exemples CAP environnement, BAFA, BPJEPS, BEES, licence professionnelle, permis bateau, formation des enseignants (stage d’expérience de terrain pour les IUFM)…


__ __

9

3.

P

Favoriser la création de sessions de formations sur l’environnement littoral et marin, pour :  Les éducateurs sportifs privés et municipaux  Les bateliers pratiquant la visite du littoral  Des guides de sentier sous-marins, des éducateurs environnement,  Des enseignants  Les professionnels du tourisme  Les gérants de structure « bateaux-écoles »  Les gérants d’organismes de loisirs et de pleine nature  Les professionnels de la presse  Les décideurs et techniciens du secteur public ou privé  Tous les gestionnaires, les formateurs et les métiers liés à la mer  …

4.

Favoriser le développement de centres de ressources, de lieux et d’espaces d’échanges inter-acteurs

5.

Inciter le public à pratiquer ses activités de loisirs dans des centres leur proposant en même temps une formation/sensibilisation à l’environnement.

6.

Promouvoir le passage d’un « permis de chasse sousmarine »

7.

Former des agents d’information et de sensibilisation des usagers.

Exemples Formation des intervenants sportifs dans les centres proposant des activités écotouristiques (kayak, randonnée palmée, parcours littoraux accompagnés, sorties en mer…)

Exemples Mise en place de journées thématiques pour les enseignants, les acteurs spécialisés en EE, la presse …

Agents de gestion de l’environnement

rotection et valorisation du milieu marin La formation et la sensibilisation des acteurs sont indispensables et indissociables des actions de gestion et de préservation du milieu. Ce champ de la protection et de la valorisation du milieu concerne :  Les collectivités territoriales  Les organismes de gestion A travers :  La législation en vigueur et les supports de gestion existant : Loi littorale SDAGE Contrats de baie Zones marines protégées outils et réglementations spécifiques à la gestion ou qualification de zones (300 mètres, ZRUB …) ZNIEFF Réseau Natura 2000 Conservatoire du Littoral …  Les outils de valorisation ou de sanctions, les programmes d’aide et d’incitation: Labels (pavillon bleu, stations nautiques France…) Démarche Ports Propres en ProvenceAlpes-Côte d’Azur Sites de découverte sous-marine ou littorale

Réseau Education Environnement Mer

Médiation PRESERVATION ET VALORISATION

du milieu marin

Gestion de zone

Labels (Pavillon Bleu)


__

10__

Les programmes ou outils d’organisation des pratiques et d’engagement, ouvrages et actions : Chartes Organisation concertée des usages (plongée, plaisances, jet-ski,…) Développement des ancrages fixes Actions de médiations interprofessionnelles

Ce champ est intimement lié à celui de la sensibilisation du grand public usager, en particulier en ce qui concerne la valorisation des espaces (faire connaître ces espaces protéger comme des espaces exceptionnels de part leur beauté et leur intérêt environnemental)

Axes d’interventions au titre du programme régional 1.

Accentuer la diffusion des informations sur la législation, les outils et efforts de gestion, spécifiques à chaque territoire (information sur la pêche, oursins, type de gestion sur la zone …)

2.

Impliquer les professionnels usagers dans préservation et la gestion de leur lieux de pratique

3.

Inciter les élus et les gestionnnaires à établir des passerelles avec les acteurs de l’éducation à l’environnement dans le cadre des plans de gestion spécifiques à leur territoire.

4.

Permettre, inciter, favoriser la participation citoyenne aux comités de gestion de zones littorales

5.

Développer la mise en place de zones réglementées pour la protection de zones littorales (création d’une réglementation adaptée)

6.

Recenser et faire évoluer la réglementation concernant les activités nautiques (randonnées palmées, kayak de mer…)

Réseau Education Environnement Mer

la

Profile for Carole DANFOSSY

Document d'objectifs du Réseau mer  

Document d'objectifs du Réseau mer

Document d'objectifs du Réseau mer  

Document d'objectifs du Réseau mer

Profile for ecorem
Advertisement