Page 1

BILAN SOCIAL 2006


Direction des Ressources Humaines Observatoire des Métiers et de l’Emploi Scientifique 3, rue Michel Ange 75794 PARIS Cedex 16


bilan social cnrs 2006

éDITORIAL à travers cette nouvelle édition de son Bilan Social, le CNRS met à la disposition du grand public et de la communauté scientifique française et étrangère, une information précise et détaillée des conditions dans lesquelles, les chercheurs, les ingénieurs et les techniciens, les doctorants, les hommes et les femmes, travaillent et produisent de nouvelles connaissances. Le Bilan Social permet, non seulement de faire le point sur toutes les questions sociales (des rémunérations aux statuts en passant par les accidents du travail…), mais aussi sur la politique de l’emploi scientifique (structures professionnelles, pyramides, contrats de travail…). Le Bilan Social constitue aussi une source de réflexion importante pour l’ensemble du CNRS. Il met en perspective les différents indicateurs, offrant la possibilité d’un suivi des actions sur la durée et d’une évaluation à partir de leurs effets réels sur les structures, permettant d’ajuster les politiques par des mesures complémentaires et correctives mieux ciblées. Le Bilan Social constitue également, pour les délégations, les départements scientifiques et les partenaires sociaux, un instrument essentiel en raison des comparaisons qu’il autorise. Mais pour continuer à jouer son rôle d’information et d’inspiration de la politique scientifique, le Bilan Social doit évoluer. Il a déjà commencé à le faire. Les nouveaux principes qui organisent les Lois de Finances (LOLF) ont conduit le CNRS à présenter dès 2004 des données arrêtées non plus seulement au 31 décembre mais sur l’ensemble de l’année, en intégrant un indicateur de mesure du temps de travail effectif : l’ « équivalent temps plein travaillé » [ETPT]. Cette évolution se poursuit cette année avec l’intégration de nouveaux éléments, tels que les Groupes de disciplines budgétaires et un nouveau découpage des départements scientifiques, en adéquation avec le nouveau cadre budgétaire et comptable (NCBC), mis en œuvre en 2006. Il devra continuer à le faire. La mise en place du nouveau système d’information ressources humaines (SIRHUS) et celle, déjà effective, du nouveau cadre budgétaire et comptable permettent d’envisager l’élaboration de nouveaux indicateurs plus précis, en s’inscrivant aussi dans le processus de convergence des indicateurs dans le cadre de l’Espace Européen de la Recherche dans lequel le CNRS est totalement engagé. Ces changements supposent une concertation avec l’ensemble des partenaires. L’enjeu est que cet outil précieux qu’est le Bilan Social, en raison de sa profondeur d’analyse, participe pleinement à la maîtrise des évolutions de l’emploi scientifique au CNRS, rendant celui-ci encore plus attractif dans un environnement européen et international disputé.

Arnold MIGUS Directeur général

Bilan social CNRS 2006

éditorial

1


Bilan social CNRS 2006

bilan social cnrs 2006

2

Direction des Ressources Humaines Observatoire des Métiers et de l’Emploi Scientifique 3, rue Michel Ange - 75794 PARIS Cedex 16 Le Bilan Social 2006 est téléchargeable à partir du site Web du CNRS à l’adresse suivante : www.sg.cnrs.fr/drh/publi/default.htm#bilans


sommaire général La place des femmes au CNRS............................................................................. 6

EMPLOI SCIENTIFIQUE ET CARRIÈRES

3

I – HOMMES ET FEMMES DU CNRS......................................................................... 11 1 CATÉGORIES D’EMPLOI DES PERSONNELS PERMANENTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 1.1 – Catégories de la Fonction publique (CFP) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.2 – Grandes catégories professionnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.3 – Situation administrative des permanents du CNRS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.4 – Chercheurs et IT (y compris TPN à grade équivalent, en termes fonctionnels) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

11 12 13 13

2 AUTRES PERSONNELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 2.1 – Personnels rémunérés sur emplois budgétaires : Personnels d’Administration Centrale . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 2.2 – Personnels rémunérés sur crédits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 2.3 – Stagiaires Egide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

3 éVOLUTION DES EFFECTIFS PERMANENTS ET NON PERMANENTS depuis 2004 . . . . . . . . . . . . . . . 17

II – EMPLOIS BUDGéTAIRES..................................................................................... 18 1 ÉVOLUTION DES EFFECTIFS BUDGÉTAIRES ENTRE 2005 ET 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 2 EFFECTIFS BUDGÉTAIRES DE 1996 À 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 2.1 – Chercheurs par grades . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 2.2 – IT par niveaux de classification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

3 EMPLOIS BUDGÉTAIRES UTILISÉS (// taux d’occupation) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 4 BUDGET DU PERSONNEL 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 5 BUDGET DU CNRS DE 2001 À 2006 (en termes de crédits) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 6 POSTES DE DÉPENSES DU BUDGET (exécuté) DU PERSONNEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

III – PERSONNELS PERMANENTS............................................................................ 22 1 âge et nationalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 1.1 – Âges moyens et pyramides d’âges des chercheurs et IT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 1.2 – Personnels de nationalité étrangère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

2 CARRIÈRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 2.1 – Recrutements des chercheurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.2 – Promotions des chercheurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.3 – Amplitude des carrières chercheurs (indice de fin de grade d’accès/indice de début de grade d’origine) . . . 2.4 – Recrutements des IT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.5 – Promotions des IT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.6 – Amplitude des carrières IT (indice de fin de grade d’accès/indice de début de grade d’origine) . . . . . . . . . . . 2.7 – Ancienneté des chercheurs et des IT au CNRS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.8 – Départs à la retraite de 2002 à 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Bilan social CNRS 2006

bilan social cnrs 2006

29 31 32 32 35 36 36 38


Bilan social CNRS 2006

bilan social cnrs 2006

4

3 rémunérations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 3.1 – Échelle des rémunérations (en €) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 3.2 – Répartition des rémunérations mensuelles brutes, primes comprises en équivalents temps pleins travaillés (ETPT) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 3.3 – Régimes indemnitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

4 régions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .50 4.1 – Régions administratives (lieu de travail des personnels) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.2 – Délégations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.3 – Mobilité géographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.4 – NOEMI (Nouveaux emplois offerts à la mobilité) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.5 – Répartition régionale des évolutions de carrière prononcées en 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

50 52 54 56 59

5 GROUPES DE DISCIPLINE, DÉPARTEMENTS SCIENTIFIQUES ET LABORATOIRES . . . . . . . . . . . . . . . . 61 5.1 – Groupes de discipline . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 5.2 – Départements scientifiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 5.3 – Laboratoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71

6 Caractérisation des personnels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 6.1 – Identification des IT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 6.2 – Identification des chercheurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83

7 MOBILITÉ : MISES À DISPOSITION, DÉTACHEMENTS, DISPONIBILITÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 7.1 – Mises à disposition (MAD) et détachements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7.2 – Personnels en position hors cadre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7.3 – Personnels en position de disponibilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7.4 – Personnels accueillis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

85 88 88 90

8 Mouvements du personnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 8.1 – Départs définitifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 8.2 – Récapitulatifs des mouvements 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93

9 CONDITIONS DE TRAVAIL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 9.1 – Congés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9.2 – Congés parentaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9.3 – Temps partiel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9.4 – Évolution des personnels en Cessation Progressive d’Activité (CPA) de 2002 à 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

95 95 96 98

IV - PERSONNELS NON PERMANENTS ET STAGIAIRES......................................... 100 1 Personnels en « formation à et par la recherche » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 1.1 – Les personnes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 1.2 – Les contrats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103

2 pratique de la recherche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .104 2.1 – Les CDD Post-doctorants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 2.2 – Les CDD Chercheurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

3 Personnels d’« accompagnement de la recherche » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 3.1 – Les personnes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 3.2 – Les contrats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112


Développement professionnel et social I – FORMATION PERMANENTe............................................................................... 115 II – POLITIQUE SOCIALE......................................................................................... 119 III – MéDECINE DE PRéVENTION............................................................................ 128 IV – PRéVENTION ET SéCURITé............................................................................. 134 V – ACCIDENTS DE SERVICE.................................................................................. 139 VI – PENSIONS, RETRAITES.................................................................................... 145 VII – RELATIONS PROFESSIONNELLES.................................................................. 147

STATUTS ET ÉVOLUTIONS RÉGLEMENTAIRES I – ÉVOLUTIONS LÉGISLATIVES ET STATUTAIRES................................................. 157 II – ÉVOLUTION DES RÉMUNÉRATIONS ET RETRAITES......................................... 159

annexes 1 Délégations du CNRS et instituts nationaux en 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 2 Branches d’activité professionnelle (BAP) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 3 Reclassement des administratifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .162 4 Groupes de discipline (GD) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .163 5 Sections du Comité National de la recherche scientifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 6 Caractérisation rapide des cadres d’accueil de personnels non permanents et stagiaires au CNRS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 7 Liste des abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167

Bilan social CNRS 2006

bilan social cnrs 2006

5


Bilan social CNRS 2006

La place des femmes au CNRS

6

La place des femmes au CNRS Le CNRS a créé en 2001 une Mission pour la place des femmes, dépendant de la Direction générale, pour concevoir, mettre en œuvre et coordonner toute action destinée à promouvoir la place des femmes dans l’organisme. Depuis, le bilan social présente une partie entièrement dédiée aux femmes, exerçant une activité au CNRS à titre

temporaire ou permanent, ainsi que des indicateurs sexués tout au long du document, quand la distinction par sexe s’avère pertinente. Des études spécifiques quantitatives ou qualitatives sur ce sujet sont également consultables sur le site web : www.cnrs.fr/mpdf/

1 La place des femmes fonctionnaires La place des femmes au CNRS évolue lentement. Au 31 décembre 2006, les personnels permanents féminins du CNRS présentent une physionomie générale encore très proche de celle de 2001 :

• 26 078 personnes, dont 11 142 femmes, soit 42,7 % (contre • • • •

42,2 % il y a cinq ans) 11 641 chercheurs, dont 3 666 femmes, soit 31,5 % (+0,9 point par rapport à 2001) 14 437 IT, dont 7 476 femmes, soit 51,8  % (stable par rapport à 2001) 87 % des hommes (13 013), contre 67 % des femmes (7 465) appartiennent à la catégorie A de la Fonction publique, la population féminine demeure légèrement plus jeune que la population masculine (avec un âge moyen de 45  ans et 5  mois contre 46  ans), l’écart continuant à se résorber.

• cette représentation concerne 37,1 % des effectifs des

Chargés de Recherche et 22,9 % des Directeurs de Recherche.

Chez les IT Le taux de féminisation s’élève globalement à 51,8 %  : les femmes représentent les deux tiers des techniciens, contre moins de la moitié des ingénieurs (42,9 %), et moins de 30 % des ingénieurs de recherche.

• au 31 décembre 2006, 52,1 % des personnels accueillis en

détachement sont des femmes (110), représentativité de la population féminine varie sensiblement selon les disciplines (hormis les Moyens Communs) : - départements constitués majoritairement de femmes : SHS et SDV, comptant respectivement 54,6  % et 53,2 % de femmes, dont 43,7 % et 39,5 % de femmes chercheuses, - départements les moins « féminisés » : MPPU et ST2I, qui comptent 27,7 % et 28,8 % de femmes.

• la

Chez les chercheurs

• la part des femmes a peu augmenté depuis 10 ans (31,5 %

en 2006 contre 30 % en 1996, soit une augmentation de 1,5 point en dix ans, semblable à celle de la proportion de chercheurs au sein de l’établissement). La représentation féminine dans les emplois de chercheurs reste inférieure à une femme sur trois.

Part des femmes par département scientifique POPULATION

CHIMIE

EDD

MC

MPPU

SDV

SHS

ST2I

NR *

TOTAL

CH

30,6%

30,6%

39,7%

20,8%

39,5%

43,7%

21,3%

38,9%

31,5%

IT :

46,8%

57,4%

67,1%

32,9%

66,4%

67,6%

36,2%

62,1%

51,8%

- Cat A

37,9%

53,6%

58,8%

25,2%

60,5%

62,8%

26,4%

55,0%

43,0%

- Cat B

62,5%

63,9%

77,7%

49,1%

74,8%

79,4%

54,9%

75,3%

66,3%

- Cat C

57,5%

54,5%

59,3%

48,8%

68,8%

73,3%

71,0%

70,5%

62,3%

TOTAL

38,2%

44,3%

66,4%

27,7%

53,2%

54,6%

28,8%

47,4%

* NR = non renseigné.

42,7%


- Chez les chercheurs, les femmes sont inégalement représentées selon les disciplines ; pour résumer, leur surreprésentation dans les sciences humaines tranche avec leur sous représentation en sciences « exactes » : - sections du Comité National les plus féminisées  : section 32 « Mondes anciens et médiévaux » et section 38 « Sociétés et cultures : approches comparatives » (50 %), - sections du Comité National les moins féminisées  : section 2 « Théories physiques : méthodes, modèles et applications » (9 %), section 9 « Ingénierie des matériaux et des structures – Mécanique des solides acoustiques » (13 %) du département ST2I.

- Chez les IT, les femmes sont surreprésentées dans les métiers d’appui à la recherche (trois agents sur quatre) ; les familles professionnelles les plus féminisées étant les suivantes : Secrétariat (98,2 %), secrétariat / administration générale / administration d’unité (89,7  %), administration générale / administration d’unité (86,4  %), édition (84,4 %), documentation / bibliothéconomie (79,8 %), communication / médiation scientifique (80,8 %). Elles sont à l’inverse sous-représentées dans les métiers de l’instrumentation et de l’informatique, et tout particulièrement dans les familles professionnelles suivantes : Construction mécanique (1,3  %), électrotechnique (7,0  %) et électronique (7,6  %), bureau d’études en construction mécanique (7,1  %), instrumentation scientifique (16,3 %).

Part des femmes par branche d’activité professionnelle (BAP) ANNéE

BAP A

BAP B

BAP C

BAP D

BAP E

BAP F

BAP G

BAP H

2005

69,8%

43,5%

10,4%

57,9%

23,6%

74,2%

20,5%

86,5%

2006

69,4%

43,1%

11,0%

57,5%

23,4%

74,3%

20,0%

86,5%

Les entrants Les recrutements réalisés en 2006 par le CNRS tendent à une légère croissance de la participation des femmes au sein de l’établissement : 396 recrutements externes de chercheurs, dont 31,6  % de femmes (les femmes représentent 31,5 % des effectifs chercheurs) - 15,4 % des nominations DR2 - 35,5 % des nominations CR1 - 30,8 % des nominations CR2 467 recrutements externes d’ingénieurs et techniciens, dont 54  % de femmes (les femmes représentent 51,8  % des effectifs IT)

- 31,9 % des nominations en IR - 44,3 % des nominations en IE - 51,8 % des nominations en AI - 70,7 % des nominations en T - 65,5 % des nominations en AJT Pour mémoire, la proportion de lauréates avait atteint 38,3 % parmi les chercheurs et 53,3 % parmi les IT en 2002, alors que la tendance était à la baisse depuis 3 ans. Elle croît de nouveau en 2006 (31,6  % chez les chercheurs et 54  % chez les IT).

PART DES FEMMES - ÉVOLUTION DE 2001 à 2006 55

51,8%

53,3%

54,0% 51,9%

52,0% 49,9%

52,0%

51,6% 51,8%

50,5%

% Femmes IT

45

42,7%

35

43,3%

38,3%

% Lauréates externes IT % Femmes CH

35,1%

34,4%

31,2% 30,6%

31,0%

2001

2002

31,0%

30,4%

31,2%

31,6% 31,5%

29,0%

25

2003

2004

2005

2006

% Lauréates externes CH

Bilan social CNRS 2006

La place des femmes au CNRS

7


Bilan social CNRS 2006

La place des femmes au CNRS

8

Les conditions de travail Signe de leur implication dans leur vie personnelle, les femmes demeurent proportionnellement bien plus nombreuses à souscrire à des formules de travail à temps partiel : cette démarche concerne 15 % des femmes contre 1,4 % des hommes.

2 La place des femmes non fonctionnaires Le système d’information national du CNRS englobe la totalité des personnels contractuels rémunérés par l’établissement, et permet d’aborder l’espace des femmes non fonctionnaires. Durant l’année 2006, le CNRS a employé 13 979 collaborateurs non titulaires, dont 6 076 femmes : ces personnels apparaissent légèrement plus féminisés que les personnels permanents puisque les femmes non fonctionnaires représentent 43,5 % de cet ensemble, contre 42,7 % des fonctionnaires de l’établissement. La participation de ces femmes non fonctionnaires recouvre des situations d’emploi très hétérogènes, synthétisées dans le tableau suivant :

TYPES D’ACCUEIL

PRÉSENTS SUR L’ANNÉE 2006 Hommes

Femmes

Total

% femmes

FORMATION A ET PAR LA RECHERCHE

1 531

964

2 495

38,6%

Bourse de Doctorat pour Ingénieur (BDI)

826

470

1 296

36,3%

Accueil Formation par la Recherche (AFR)

136

76

212

35,8%

Réseau Europe

14

5

19

26,3%

Agence Nationale de la Recherche sur le Sida (ANRS)

80

198

278

71,2%

Délégation Générale pour l’Armement (DGA)

350

140

490

28,6%

Egide

125

75

200

37,5%

PRATIQUE DE LA RECHERCHE

1 639

795

2 434

32,7%

CDD Post-doctorants

795

424

1 219

34,8%

Post-doctorants *

365

177

542

32,7%

7

4

11

36,4%

Accueil Formation par la Recherche (AFR)

102

53

155

34,2%

Agence Nationale de la Recherche (ANR)

164

88

252

34,9%

Réseau Europe

27

15

42

35,7%

Action Marie Curie

60

64

124

51,6%

Association Française contre les Myopathies (AFM)

Egide CDD Chercheurs Contrats sur Ligne de Crédit d’État (CLC) Chercheurs Associés Directeurs de Recherche Associés Français (DRAF) Auxiliaires Vacataires Transfert de Technologie

70

23

93

24,7%

844

371

1 215

30,5%

74

38

112

33,9%

447

100

547

18,3%

19

1

20

5,0%

180

145

325

44,6%

24

26

50

52,0%

2

1

3

33,3%

20

10

30

33,3%

Association Française contre les Myopathies (AFM)

3

7

10

70,0%

Fonds National de la Science (FNS)

3

Agence Nationale de la Recherche (ANR)

Action Marie Curie

72

3 43

115

37,4%


TYPES D’ACCUEIL

PRÉSENTS SUR L’ANNÉE 2006 Hommes

Femmes

Total

% femmes

4 733

4 317

9 050

47,7%

291

298

589

50,6%

5

11

16

68,8%

16

18

34

52,9%

3

20

23

87,0%

28

18

46

39,1%

ACCOMPAGNEMENT DE LA RECHERCHE Contrats sur Ligne de Crédit d’État (CLC) Ingénieurs Projets Européens (IPE) Accueillis en détachement par contrat Médecins CDD « Handicap » Auxiliaires

1 828

1 964

3 792

51,8%

Apprentis

44

17

61

27,9%

Valorisation

45

34

79

43,0%

1 258

871

2 129

40,9%

199

164

363

45,2%

Fonds National de la Science (FNS)

23

16

39

41,0%

Fonds de la Recherche Technologique (FRT)

12

5

17

29,4%

Vacataires

745

782

1 527

51,2%

Stagiaires élèves ingénieurs

195

71

266

26,7%

9

9

18

50,0%

32

19

51

37,3%

7 903

6 076

13 979

43,5%

Convention de recherche Agence Nationale de la Recherche (ANR)

Traducteurs Analystes Documentaires (TAD) Intermittents du spectacle TOTAL GéNéRAL * Post Doc CNRS, Ministère, Région et/ou Entreprise, Rhodia.

La part des femmes varie de façon importante selon le motif de leur recrutement : 32,7 % des personnels présents au cours de l’année dans le cadre d’une « pratique de la recherche » sont des femmes ; la proportion est de 38,6 % en ce qui concerne les personnels participant à une « formation à et par la recherche », et atteint 47,7 % dans le cas de contrats en « accompagnement de la recherche ». Le faible taux de féminisation relevé parmi les chercheurs fonctionnaires, se retrouve ainsi chez les contractuels, puisque c’est dans l’activité de la recherche (chercheurs associés, DRAF) et dans la formation scientifique (où les contrats requièrent un niveau de qualification élevé) que les femmes sont les moins présentes.

En effet, on décompte une seule femme parmi les 20 DRAF recensés, les chercheurs associés comptent 100  femmes pour 447 hommes (18,3 %). Deux types de formations scientifiques affichent des proportions plus favorables aux femmes : les accueils Marie Curie (37,4  % de femmes parmi les CDD Chercheurs et 51,6 % parmi les doctorants) et surtout ANRS (doctorants) où la proportion de femmes, 71,2 %, est remarquable. Concernant les accueils temporaires IT, la tendance est par contre à la quasi-parité : on dénombre en effet 47,7 % de femmes. C’est toutefois une proportion un peu inférieure à celle des titulaires, parmi lesquelles on recense 52,2 % de femmes.

Index des données sur les femmes dans le bilan social 2006 Thème Catégories de la Fonction publique, corps et grades, niveaux de classification Moyenne et tranche d’âges Ancienneté dans l’organisme

N° de pages 11 à 15, 25 22, 23, 30, 33 36

Carrières : recrutements, promotions des chercheurs et des IT

29 à 35

Rémunérations, primes et indemnités

41 à 44

NOEMI

59

Départements scientifiques

63

Caractérisation des personnels Mobilité institutionnelle, disponibilités

74, 78, 81 à 84 89

Congés

95 à 97

Temps partiel

96, 97

Personnels non permanents Accidents de service

8, 9, 101, 103 à 113 139, 143

Bilan social CNRS 2006

La place des femmes au CNRS

9


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

sommaire

10

EMPLOI SCIENTIFIQUE ET CARRIÈRES I – HOMMES ET FEMMES DU CNRS 1 CATÉGORIES D’EMPLOI DES PERSONNELS PERMANENTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2 AUTRES PERSONNELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 3 éVOLUTION DES EFFECTIFS PERMANENTS ET NON PERMANENTS depuis 2004 . . . . . . . . . . . . . . . 17

II – EMPLOIS BUDGéTAIRES 1 ÉVOLUTION DES EFFECTIFS BUDGÉTAIRES ENTRE 2005 ET 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 2 EFFECTIFS BUDGÉTAIRES DE 1996 À 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 3 EMPLOIS BUDGÉTAIRES UTILISÉS (// taux d’occupation) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 4 BUDGET DU PERSONNEL 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 5 BUDGET DU CNRS DE 2001 À 2006 (en termes de crédits) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 6 POSTES DE DÉPENSES DU BUDGET (exécuté) DU PERSONNEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

III – PERSONNELS PERMANENTS 1 âge et nationalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 2 CARRIÈRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 3 rémunérations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 4 régions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .50 5 GROUPES DE DISCIPLINE, DÉPARTEMENTS SCIENTIFIQUES ET LABORATOIRES . . . . . . . . . . . . . . . . 61 6 Caractérisation des personnels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 7 MOBILITÉ : MISES À DISPOSITION, DÉTACHEMENTS, DISPONIBILITÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 8 Mouvements du personnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 9 CONDITIONS DE TRAVAIL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95

IV – PERSONNELS NON PERMANENTS ET STAGIAIRES 1 Personnels en « formation à et par la recherche » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 2 pratique de la recherche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 3 Personnels d’« accompagnement de la recherche » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

hommes et femmes du CNRS

I – HOMMES ET FEMMES DU CNRS 1 CATÉGORIES D’EMPLOI DES PERSONNELS PERMANENTS Le CNRS recense 26 078 personnels permanents payés au 31/12/2006.

Entre le 1er janvier et le 31 décembre 2006, le CNRS totalise un volume de 25 485,6 « hommes/an ».

Cet effectif est en très légère diminution par rapport à 2005 (-55). La structure des emplois recensés caractérise une « entreprise de cadres » : 78,5 % des agents relèvent de la catégorie A de la Fonction publique, 17,8 % de la catégorie B et 3,6 % de la catégorie C. Le recentrage progressif de l’emploi permanent des IT sur les « cœurs de métier » de la recherche, renforce toujours davantage le poids de la catégorie A, qui atteint 61,2 % (contre 57,6 % en 1995). 2/3 des personnels de catégorie B et C sont des femmes, contre moins d’un tiers en catégorie A.

Entre les 26 078 personnes recensées au 31 décembre (PPP) et les 25 485,6 ETPT calculés, on note un delta de 592,4, qui s’explique, soit par une durée de présence moins importante dans l’établissement (si l’agent est en disponibilité, en congé parental, en détachement pendant une partie de l’année par exemple), soit par une activité exercée à temps partiel. La différence constatée se trouve davantage au sein des personnels IT que chercheurs, et, plus largement, elle est très nettement due aux femmes : on relève en effet une diminution de 0,8 % des effectifs entre PPP et ETPT pour les hommes, et 4,3 % pour les femmes.

1.1 – Catégories de la Fonction publique (CFP) Personnels permanents en personnes physiques au 31/12/2006

CHERCHEURS

IT

Effectif

Effectif

Effectif

11 641

8 837

20 478

78,5% (1)

Hommes

7 975

5 038

13 013

87,1% (2)

Femmes

3 666

3 799

7 465

67,0% (3)

% femmes

31,5%

A

TOTAL %

43,0%

36,5%

4 652 (*)

4 652

17,8% (1)

Hommes

1 566

1 566

10,5% (2)

Femmes

3 086

3 086

27,7% (3)

% femmes

66,3%

66,3%

C

948

948

3,6% (1)

Hommes

357

357

2,4% (2)

Femmes

591

591

5,3% (3)

B

% femmes

62,3%

62,3%

11 641

14 437

26 078

100,0% (1)

Hommes

7 975

6 961

14 936

100,0% (2)

Femmes

3 666

7 476

11 142

100,0% (3)

% femmes

31,5%

51,8%

42,7%

TOTAL

(1) Répartition par CFP de la population totale du CNRS. (2) Répartition par CFP de la population masculine du CNRS. (3) Répartition par CFP de la population féminine du CNRS. * Dont 33 techniciens principaux de physique nucléaire, corps de catégorie B, répertoriés par ailleurs à niveau de fonction équivalent au corps des AI.

11


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

hommes et femmes du CNRS

12

CHERCHEURS

IT

Effectif

Effectif

Effectif

11 565,2

8 584,8

20 150, 0

79,1% (1)

Hommes

7 977,5

4 960,4

12 937,9

87,3% (2)

Femmes

3 587,7

3 624,4

7 212,1

67,6% (3)

Personnels permanents Sur 2006 en hommes/an (ETPT)* A

% femmes

31,0%

TOTAL %

42,2%

35,8%

4 429,2 (**)

4 429,2

17,4% (1)

Hommes

1 533,1

1 533,1

10,3% (2)

Femmes

2 896,1

2 896,1

27,2% (3)

% femmes

65,4%

65,4%

C

906,4

906,4

3,6% (1)

Hommes

350,7

350,7

2,4% (2)

Femmes

555,7

555,7

5,2% (3)

B

% femmes

61,3%

61,3%

11 565,2

13 920,4

25 485,6

100,0% (1)

Hommes

7 977,5

6 844,2

14 821,7

100,0% (2)

Femmes

3 587,7

7 076,2

10 663,9

100,0% (3)

31,0%

50,8%

41,8%

TOTAL

% femmes

* Effectifs en équivalents Temps Plein Travaillé, calculés à partir du temps de présence sur l’année et de la quotité travaillée : 1 homme/an = 1 agent présent 12 mois dans l’année à quotité 100%. ** Dont 31,1 ETPT de techniciens principaux de physique nucléaire, corps de catégorie B, répertoriés par ailleurs à niveau de fonction équivalent au corps des AI. NB : Renvois (1), (2) et (3) cf page 11.

1.2 – Grandes catégories professionnelles Femmes 11 142 / 42,7%

8 756 / 33,6%

6000

7 030 / 27,0% 4 419 62,9%

4 465 / 17,1%

3 793 43,3%

3 430 76,8%

4000

4 963 56,7%

5 555 / 21,3%

Hommes 14 936 / 57,3% TOTAL = 26 078 / 100,0%

3 673 66,1%

2 611 37,1% 1 882 33,9%

2000

146 / 0,6% 20 13,7%

1 035 23,2%

126/ 0,5%

126 86,3%

10 7,9%

0

DRCE

DR

CR

CHERCHEURS : 11 641 / 44,6% 3 666 / 31,5%

7 975 / 68,5%

Au 31 décembre 2006, les chercheurs représentent 44,6 % du personnel du CNRS, dont 60,4 % sont des chargés de recherche. Les personnels « IT » comptent 61,2 % d’ingénieurs. Depuis une quinzaine d’années, la (faible) progression de la représentativité des femmes par grandes catégories profes-

INGENIEURS

TECHNICIENS

116 92,1%

T.P.N.

IT : 14 311 / 54,9% 7 466 / 52,2%

6 845 / 47,8%

sionnelles (31,5 % des chercheurs, à peine un point supplémentaire en 10 ans) est compensée par la restructuration progressive des effectifs (davantage de chercheurs et de cadres de catégorie A ) : globalement, la part des femmes au CNRS reste comprise, de manière constante, entre 42 % et 43 % ; elle n’est majoritaire que chez les techniciens (66,1 %).


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

hommes et femmes du CNRS

1.3 – Situation administrative des permanents du CNRS 15000

14 074

Femmes 11 142

12000

Hommes 14 936

10 439

13

TOTAL = 26 078

9000

6000

3000

Accueillis en détachement 537

744

9

0

Stagiaires 1 281

11

110

Stagiaires détachés 20

Titulaires 24 513

101

47

Externes 211

6

Inter-corps 53

Effectifs compris dans les tableaux précédents (26 078 agents).

1.4 – Chercheurs et IT (y compris TPN à grade équivalent, en termes fonctionnels) GRADES CHERCHEURS

HOMMES Effectif

FEMMES %

Effectif

%

TOTAL Grades

7 975

68,5%

3 666

31,5%

11 641

DRCE 2

50

89,3%

6

10,7%

56

DRCE 1

76

84,4%

14

15,6%

90

DR 1

935

85,6%

157

14,4%

1 092

DR 2

2 495

74,0%

878

26,0%

3 373

CR 1

3 640

61,8%

2 247

38,2%

5 887

CR 2

779

68,2%

364

31,8%

1 143

5 067

57,1%

3 803

42,9%

8 870

IRHC

INGéNIEURS

143

87,2%

21

12,8%

164

IR 1

739

73,5%

266

26,5%

1 005

IR 2

1 061

67,1%

521

32,9%

1 582

IEHC

70

39,8%

106

60,2%

176

IE 1

366

44,9%

450

55,1%

816

1 229

46,0%

2 669

1

100,0%

1

IE 2

1 440

54,0%

CMR

TOTAL Corps 11 641 146 4 465 7 030 8 870 2 751

3 662

AI

1 248

50,8%

1 209

49,2%

2 457

2 457

TECHNICIENS

1 894

34,0%

3 673

66,0%

5 567

5 567

TCE

388

35,9%

692

64,1%

1 080

TCS

282

27,5%

743

72,5%

1 025

TCN

867

34,5%

1 647

65,5%

2 514

AJTP

100

35,8%

179

64,2%

279

AJT

242

37,5%

403

62,5%

645

AGTP

8

57,1%

6

42,9%

14

AGT

7

70,0%

3

30,0%

10

6 961

48,2%

7 476

51,8%

14 437

14 437

14 936

57,3%

11 142

42,7%

26 078

26 078

TOTAL IT TOTAL GéNéRAL

4 619

924 24


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

hommes et femmes du CNRS

14

1.4.1 – (dont) Personnels titulaires de physique nucléaire HOMMES

GRADES

FEMMES

Effectif

%

Effectif

TOTAL %

Effectif 18

IP 1

18

100,0%

IP 2

26

92,9%

2

7,1%

28

I1

22

88,0%

3

12,0%

25

9

90,0%

1

10,0%

10

TP T

29

87,9%

4

12,1%

33

TT 1

1

100,0%

1

TA 1

2

100,0%

2

TE 1

6

100,0%

6

TE 3

1

100,0%

1

PP 1

2

100,0%

2

116

92,1%

I2

TOTAL

10

7,9%

126

Effectifs compris dans les tableaux précédents (26 078 agents).

Les personnels titulaires de physique nucléaire (TPN) sont au nombre de 126 au 31 décembre 2006 (contre 139 en 2005 et 503 en 1995), soit 0,5 % de la population totale du CNRS.

138 emplois budgétaires de TPN ont été transformés en emplois d’Ingénieurs ou de Techniciens en 2006. Rappelons que ce corps a été placé en voie d’extinction depuis sa création, en1984.

1.4.1 – (dont) Personnels contractuels sous statut Grade

Femmes (12)

Hommes (13)

Chercheurs (2) CRC (2)

1

1

IT (23) 1A (1) 2A (4) 1B (4) 2B (4) 3B (2)

11

12

5B (3) 6B (1) 1D (1) 2D (2) 3D (1) 5

4

3

2

1

Total (25)

0

0

1

2

3

4

5

Effectifs compris dans les tableaux précédents (26 078 agents).

Le CNRS recense, au 31 décembre 2006, 25 personnels contractuels sous statut (contre 41 en 2001 et 78 en 1996). 1.4.3 – (dont) Administratifs GRADES AAR

HOMMES Effectif

%

1

20,0%

SARCE

FEMMES Effectif

TOTAL %

Effectif

4

80,0%

5

4

100,0%

4

SARCN

1

50,0%

1

50,0%

2

TOTAL

2

18,2%

9

81,8%

11

Effectifs compris dans les tableaux précédents (26 078 agents).

Au 31 décembre 2006, 11 agents (contre 16 en 2005 et 28 en 2004) demeurent, par choix individuel, rémunérés dans un grade des corps administratifs placés en voie d’extinction en application de la politique de fusion des filières administrative et technique. Pour lever toute ambiguïté de présentation (ces agents ne représentent qu’une infime partie des personnels exerçant des fonctions administratives), le bilan social assimile ces personnels à ceux de la filière technique (IT) par « équivalence de grade » (décrite en annexe).


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

hommes et femmes du CNRS

1.4.4 – (dont) Personnels accueillis en détachement (sur emplois de fonctionnaires, hors détachements inter-corps)

Chercheurs (42) DRCE1 (3) DRCE2 (1) DR 1 (3) DR 2 (2) CR 1 (4) CR 2 (29) Ingénieurs (93) IRHC (7) IR 1 (13) IR 2 (16) IEHC (1) IE 1 (4) IE 2 (32) AI (20) Techniciens (76) TCE (9) TCS (17) TCN (33) AJT (16)

14 2

12

2

6 6

42 14

54

2 12 12

23

8

11 30

25

20

15

10

Hommes (101)

Grades

Femmes (110)

5

0

Total (211)

3

1 2 2

3

28 17 5

7

10

1

51

2

18 8

1 5 5 0

5

22

10

10

15

20

25

30

Effectifs compris dans les tableaux précédents (26 078 agents).

Parmi les 26 078 agents payés par le CNRS au 31 décembre 2006, 211 (dont 52% de femmes) sont accueillis en détachement (0,8%). Environ un accueil sur cinq s’adresse à un chercheur. Contrairement aux accueils IT, qui correspondent à des stratégies ciblées d’occupation de certaines fonctions ou à des choix ponctuels de candidature, les accueils de chercheurs en détachement résultent de la mise en œuvre d’une

politique nationale complémentaire des recrutements statutaires. Dans ce cadre, la voie du détachement vise prioritairement les fonctionnaires, qui n’ont pas accès aux modalités d’accueil en délégation d’enseignement (spécifiques des enseignants-chercheurs issus de l’université), et en particulier les professeurs de l’enseignement secondaire, ainsi que les chercheurs issus d’autres établissements de recherche.

2 AUTRES PERSONNELS 2.1 – Personnels rémunérés sur emplois budgétaires : Personnels d’Administration Centrale Effectif sur l'année 2006 personnels Directeur Général Secrétaire Général

En personnes physiques

Dont encore présents au 31/12

En ETPT

2

1

1,0

2

1

1,0

Directeurs et Directeurs adjoints

11

9

8,3

Délégués Régionaux

20

19

19,0

Agent comptable principal

1

1

1,0

Personnel d’exécution

1

1

1,0

TOTAL

36

32

31,3

Marins *

62

62

* 45 marins sont rémunérés sur des emplois budgétaires d’IT et 17 sur des emplois budgétaires de marins.

15


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

hommes et femmes du CNRS

16

2.2 – Personnels rémunérés sur crédits Le Nouveau Cadre Budgétaire et Comptable (NCBC) modifiant les unités de mesure des effectifs de l’établissement, ne s’applique au CNRS qu’à partir de janvier 2007. Toutefois, par anticipation, le CNRS a rassemblé, dès le mois de janvier 2006, l’intégralité des contrats gagés par des emplois de permanents sur une ligne unique de crédits. Il y a donc, à partir de 2006, une stricte distinction entre les moyens

réservés aux recrutements de personnels permanents et ceux réservés aux personnels contractuels. La description détaillée de ces personnels se trouve en annexe et dans la partie Emploi Personnels Non Permanents (p. 110).

2.2.1 – Personnels rémunérés sur subvention d’état (en tout ou partie) cadre d’accueil

Effectif sur l'année 2006 En personnes physiques

Dont encore présents au 31/12

En ETPT

Directeurs de Recherche Associés Français

20

12

3,3

CDD Valorisation

79

40

40,6

3

2

0,8

Auxiliaires

4 117

1 387

1 069,1

Vacataires

1 577

78

193,3

Traducteurs et analystes documentaires de l’INIST

18

18

9,3

Intermittents du spectacle

51

CDD Transfert de Technologie

Accueils en détachement sur emploi Contrats sur ligne de crédits Médecins CDD « handicap » Chercheurs associés BDI (hors BDI sur redevances)

1,9

34

30

31,9

701

434

402,7

23

22

8,6

46

30

18,9

547

241

191,5

1 225

979

897,2

Post-Doctorants

542

302

302,7

Élèves ingénieurs

266

9

76,0

Apprentis

61

42

33,8

Ingénieurs Projets Européens

16

12

4,8

9 326

3 638

3 286,4

TOTAL

Deux tiers des accueils de personnels non permanents réalisés en 2006 l’ont été sur subvention d’état, ce qui représente en volume, plus de 9 300 personnes accueillies sur l’année 2006 (pour un équivalent temps plein travaillé de 3 286). Parmi ces accueils financés sur subvention d’état, on relève la part toujours importante des auxiliaires (près du tiers des ETPT), ainsi que des accueils importants de doctorants et de post-doctorants (36% des ETPT).

à noter également, depuis 2004, la hausse des recrutements temporaires par CDD sur ligne de crédits d’État (hors emplois) : 115 en 2004, 203 en 2005 et 701 en 2006, du fait du transfert de l’intégralité des moyens de recrutements contractuels sur une ligne de crédit unique, qui comprend à la fois les accueils dits « de haut niveau », et les accueils de courte et de longue durée. Enfin, au cours de l’année 2006, 20 Directeurs de Recherche Associés Français (DRAF) ont été accueillis, dont 12 encore présents au 31 décembre.


Emploi scientifique et carrières

2.2.2 – Personnels rémunérés sur financement extérieur Effectif sur l'année 2006

personnels

En personnes physiques

Dont encore présents au 31/12

En ETPT

CDD Fonds National de la Science

42

9

19,6

CDD Fonds de la Recherche Technologique

17

5

10,3

2 129

1 384

1 246,1

CDD Accueil Formation Recherche

367

274

246,3

Accueil Marie Curie

239

159

149,2

CDD Convention de Recherche

BDI (sur redevances)

71

54

52,3

Chercheurs Réseau Europe

61

4

26,6

Accueil Délégation Générale pour l’Armement

490

375

366,4

Accueil Agence Nationale de la Recherche sur le Sida

278

207

193,4

Agence Nationale de la Recherche

645

542

296,7

21

9

13,8

4 360

3 022

2 620,7

Association Française contre les Myopathies TOTAL

En 2006, le CNRS a employé 4 360 personnes par le biais de financement extérieur (2 620,7 ETPT).

17

de la Recherche notamment : 645 personnes ont ainsi été accueillies au CNRS en 2006 pour participer à des projets de recherche financés par l’ANR.

Ces accueils sur financement extérieur sont en hausse, sous l’impact du développement de l’Agence Nationale

2.3 – Stagiaires Egide Effectif sur l'année 2006

personnels

En personnes physiques

Stagiaires EGIDE

Dont encore présents au 31/12

293

En ETPT

57

96,5

3 éVOLUTION DES EFFECTIFS PERMANENTS ET NON PERMANENTS depuis 2004 PERSONNELS Permanents Non permanents

2004

2005

2006

31/12

ETPT

31/12

ETPT

31/12

ETPT

25 980

24971,2*

26 133

25 438,8

26 078

25 485,6

4 978

4 810,8

5 483

5 152,6

6 717

6 003,5

* Hors TPN et personnels travaillant à l'étranger.

Bilan social CNRS 2006

hommes et femmes du CNRS


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

EMPLOIS BUDGéTAIRES

II – EMPLOIS BUDGéTAIRES 1 ÉVOLUTION DES EFFECTIFS BUDGÉTAIRES ENTRE 2005 ET 2006 *

18

GRADES CHERCHEURS

2005 (1 juillet) er

Créations et transformations d’emplois

2006

11 652

40

11 692

DRCE

146

4

150

DR 1

1 070

16

1 086

DR 2

3 323

10

3 333

CR 1

6 008

10

6 018

14 607

290

14 897

161

8

169

CR 2 IT IRHC

1 105

1 105

IR 1

914

38

952

IR 2

1 638

103

1 741

IEHC

182

-20

162

IE 1

761

50

811

IE 2

2 714

-20

2 694

AI

2 403

146

2 549

TCE

860

TCS

959

29

988

TCN

2 754

-12

2 742

AJTP

272

860

272

AJT E5

927

-21

906

AGTP E4

53

-2

51

AGT E3

9

-9

138

-138

60

-17

43

26 457

175

26 632

PERSONNELs PHYSIQUE NUCLÉAIRE AUTRES PERSONNELS** TOTAL GÉNÉRAL * Source : Budget primitif du CNRS. ** Personnels administratifs et marins.

Les effectifs budgétaires enregistrent en 2006 la création de 40 emplois de chercheurs et de 135 emplois d’IT. Parallèlement, 155 emplois ont été transformés, du fait de deux mesures distinctes : - la transformation d’emplois de TPN (Titulaires de Physique Nucléaire, corps en voie d’extinction) ; - la modification du statut des 17 agents Marins.


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

EMPLOIS BUDGéTAIRES

2 EFFECTIFS BUDGÉTAIRES DE 1996 À 2006 2.1 – Chercheurs par grades

2.2 – IT par niveaux de classification

19 143 1996 143 1997 146 1998

962

3 338

5 863

1 080 962

3 338

3 412

146 1999

983

3 430

2000

983

3 430

6 043

1 132 146 2001

990

3 438

6 063

1 132 146 2002

1 020

3 413

6 063

1 147 146 2003

1 040

3 343

6 018

1 105 146 2004 146 2005

1 060

3 323

6 018

1 105 1 070

3 323

6 008

1 105 150 2006

1 086

3 333

6 018

1 105 0

1000

DRCE

2000

DR1

3000

4000

DR2

5000

6000

CR1

11 683

1997

1998

1999

2000

2002

2003

2004

Les directeurs de recherche représentent 39 % des effectifs budgétaires. L’année 2006 présente un effectif budgétaire global stable. La proportion de DR1 a augmenté de 12,8 % en 10 ans.

IR/CAR

2 617 2 238

3 639

2 661 2 314

3 657

2 682 2 366

3 657

2 693 2 385

3 657

2 713 2 403

3 657

4 517

4 536

4 565

4 573

4 573

4 573

2 862 3 667 2 549 1 178

51

CR2

3 649

1 199

2006 0

2 564 2 150

1 199

2005

7000

4 519

1 199

62 11 692

3 698

1 199

65 11 652

2 505 2 077

4 510

1 194

65 11 652

3 736

2001

65 11 652

2 458 2 012

4 456

1 214

85 11 789

3 692

1 226

95 11 769

2 434 1 985

1 219

113 11 734

4 599

1 206

126 11 733

3 802

1 282

126

6 042

1 132 146

11 386

6 019

1 123

2 482 1 989

1996 126

5 863

1 080 983

11 386

1000

IE/AAR

2000

AI

3000

4000

T/SAR

4 590

14 280

13 899

14 061

14 138

14 189

14 309

14 461

14 542

14 572

14 607

14 897

5000

AJT/AJA

AGT/AGA

Parmi les IT, la répartition entre les catégories A, B et C reste du même ordre de grandeur qu’en 2005. Au sein de la catégorie A (61 %), on assiste à une très forte augmentation des AI, près de 30 % en 10 ans, des IR, près de 15 % en 10 ans, en parallèle d’une diminution des IE. Dans la catégorie C (8 %), on constate une forte diminution des AGT, -60 % en 10 ans, une petite diminution en AJT, -8 % en 10 ans. La catégorie B reste stable (31 %).


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

EMPLOIS BUDGéTAIRES

20

3 EMPLOIS BUDGÉTAIRES UTILISÉS (// taux d’occupation) Effectifs budgétaires

POPULATION

Emplois occupés Effectifs payés ETP*

Emplois gagés

Part des emplois budgétaires utilisés

CH

11 692

11 565,7

8,0

99,0%

IT**

14 897

13 976,4

616,8

98,0%

624,8

98,4%

Autres personnels Total

43

31,0

26 632

25 573,1

72,1%

* équivalent temps plein, au 31/12/2006, hors personnels en congé de longue durée. ** Au 01/01/2006, transformations d'emploi des TPN et Marins en IT.

L’écart du taux d’utilisation d’emplois en fin d’année entre chercheurs et IT résulte essentiellement de l’écart entre les

calendriers de recrutements (à partir d’octobre pour les chercheurs, de décembre pour les IT).

4 BUDGET DU PERSONNEL 2006* COMPTES

LIBELLÉS

631

Taxes sur salaire

633

Impôts, taxes et versements assimilés sur rémunération

6411

Traitement du personnel permanent

6413

Indemnités de résidence (personnel permanent)

6414

Primes et indemnités diverses

6415

Indemnités représentatives de frais

6416

Supplément familial de traitement

6417

Indemnités de préavis et de licenciement

6418

Autres rémunérations (personnel permanent)

644

Rémunération du personnel recruté sur conventions

645

Charges de sécurité sociale et de prévoyance

646

Rémunérations diverses

648

Autres charges de personnel

67

Charges exceptionnelles

690

Vacations

6913

Formation permanente

CRÉDITS

DÉPENSES

112 347 000

112 254 000

17 971 660

17 935 540

891 002 348

890 924 652

23 565 953

23 434 471

69 911 475

69 895 424

2 437 373

2 437 138

10 081 847

10 041 472

60 149

49 395

753 712

744 500

24 000

7 083

459 221 637

458 890 565

99 630 531

98 622 191

60 000

51 803

240 000

164 109

9 588 032

9 588 032

14 235 251

12 750 928

TOTAL

1 711 130 968

1 707 791 303

BUDGET TOTAL DU CNRS Part du budget du personnel dans le budget total du CNRS

3 149 217 737 54,34%

2 763 125 470 61,81%

* Budget du C.N.R.S. en euros après DM2 - hors taxes.

Si la part du budget CNRS consacrée aux rémunérations a augmenté de 10 % en 2006, c’est essentiellement par la création d’un nouveau compte budgétaire (631), la Taxe sur les salaires à laquelle est assujetti le CNRS depuis janvier 2006. Constituée des sommes payées à titre de rémunérations, évaluée selon les règles fixées par les articles L. 242-1 et suivants du code de la sécurité sociale, cette taxe couvre 65 % de l’augmentation de la part du budget consacré

aux rémunérations. L’augmentation des traitements des personnels permanents ne couvrant quant à elle que 6 % de cette augmentation, soit 1 % d’augmentation sur la ligne 6411. - Comme en 2005, on remarquera une diminution de 60 % du compte 6418 recouvrant des crédits consacrés à des procédures en voie d’extinction, comme le congé de fin d’activité.


Emploi scientifique et carrières

- Le compte 646, rémunérations diverses, relatives aux personnels non permanents est quant à lui l’objet d’une augmentation de 15 %, répondant ainsi à la demande d’accueil de jeunes ingénieurs et de chercheurs de haut niveau ou d’enseignants-chercheurs en service détaché.

La part du budget du CNRS consacrée aux rémunérations, 54,34 %, est le pourcentage le plus faible depuis 2001 (56,35 %). Sur la même période, 2001 – 2006, le budget du CNRS augmentait de 23 % et la part du budget consacrée aux rémunérations de 19 %.

Bilan social CNRS 2006

EMPLOIS BUDGéTAIRES

21

5 BUDGET DU CNRS DE 2001 À 2006 (en termes de crédits)

Budget total du CNRS

E

% Part du budget du personnel dans le budget total du CNRS

Budget du personnel**

3 500 000 000

3 000 000 000

2 740 768 141 E

2 632 017 785 E

2 553 460 778 E

3 149 217 737 E

2 490 236 845 E 2 362 089 517 E

2 500 000 000

2 000 000 000

63,74%

56,35%

56,55%

1 438 809 724 E

1 488 489 262 E

61,20%

1 500 000 000

54,34%

56,70%

1 505 525 330 E

1 524 352 622 E

1 554 593 747 E

2003

2004

2005

1 711 130 968 E

1 000 000 000

2001*

2002

2006

* Montants convertis en euros. ** Y compris les dépenses de vacations et de formation.

6 POSTES DE DÉPENSES DU BUDGET (exécuté) DU PERSONNEL * 1,6% Autres

2006

6,6% 631

5,8% 646

8,9% 0,2% 6415 6417

dont 1,1% 633

2,8% 6418

52,0% 6913

0,2% 648 0,9% 67

26,8% 645 52,1% 6411

0,0% 644

35,0% 690 0,6% 6416

4,1% 6414

1,4% 6413 1,8% Autres

2001 3,9% 646

8,1% 6415

dont

1,1% 633

42,3% 6913 57,8% 6411

0,3% 6417 16,4% 6418 0,1% 648 0,3% 67

29,0% 645 32,5% 691 0,1% 644

0,6% 4,2% 6416 6414

* D’après la nouvelle nomenclature des comptes redéfinie en 2000.

1,5% 6413


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / âge et nationalité

22

III – PERSONNELS PERMANENTS 1 âge et nationalité 1.1 – Âges moyens et pyramides d’âges des chercheurs et IT Personnels permanents payés et recensés au 31/12/2006 Classe Moins de d’âge 25 ans Chercheurs DRCE DR1 DR2 CR1 CR2 Ingénieurs 49 IRHC IR1 IR2 2 IEHC IE1 IE2 8 AI 39 Techniciens 93 TCE TCS TCN 80 AJTP AJT 13 AGTP AGT Total IT 142 Total 142

Âge écart25 à 30 à 35 à 40 à 45 à 50 à 55 à 60 à 65 ans Total moyen* Type* 29 ans 34 ans 39 ans 44 ans 49 ans 54 ans 59 ans 64 ans et plus 177 1 420 1 764 1 676 1 717 1 545 1 727 1 459 156 11 641 47,0 10,2 146 8 44 77 17 60,6 3,4 1 092 1 13 97 216 337 375 53 57,2 5,4 3 373 1 83 399 764 714 766 585 61 52,5 7,0 5 887 3 591 1 554 1 256 854 604 579 421 25 44,5 8,7 1 143 174 828 126 8 2 3 1 1 31,9 2,9 661 1 090 1 337 1 150 1 004 978 1 618 932 51 8 870 45,5 11,1 164 2 10 24 63 59 6 57,7 5,0 1 005 2 29 101 150 167 324 214 18 53,9 7,1 1 582 78 238 370 291 181 128 178 108 8 43,1 9,8 176 1 1 11 74 87 2 59,2 3,3 816 1 15 65 124 158 297 148 8 54,0 6,4 2 670 289 485 484 385 264 238 341 169 7 42,2 10,7 2 457 294 364 439 305 274 252 341 147 2 42,4 11,0 494 625 919 833 770 745 846 239 3 5 567 43,6 10,4 1 080 1 7 69 138 177 246 339 102 1 51,4 7,1 1 025 12 127 177 196 206 246 60 1 49,1 7,5 2 514 426 489 538 338 249 183 162 49 38,4 9,7 279 4 35 44 63 58 56 18 1 48,8 7,7 645 66 109 147 132 79 51 38 10 39,8 8,7 14 2 1 2 4 1 4 47,1 8,4 10 1 2 2 2 2 1 40,1 8,5 1 155 1 715 2 256 1 983 1 774 1 723 2 464 1 171 54 14 437 44,7 10,8 1 332 3 135 4 020 3 659 3 491 3 268 4 191 2 630 210 26 078 45,7 10,6

* En années.

La classe d’âge la plus nombreuse est celle des 55-59 ans pour les ingénieurs et 35-39 ans pour les chercheurs et les techniciens.

L’écart-type, qui mesure la dispersion des âges des personnels autour de la moyenne, montre que ce sont les grades CR2, DRCE et IEHC qui sont les plus concentrés.

L’âge moyen de l’ensemble des personnels permanents du CNRS reste inchangé depuis 2004 (45,7 ans soit 45 ans et 8 mois). Ce niveau atteint fait suite à une baisse significative entre 2000 et 2003, passant de 46,5 ans à 45,7 ans. Cependant, l’âge moyen des chercheurs augmente d’un mois et celui des IT diminue d’autant par rapport à l’an passé.

1.1.1 – Âges moyens

En ce qui concerne les chercheurs, ces chiffres peuvent être mis en relation avec l’âge moyen au recrutement qui a augmenté d’un an entre 2005 et 2006 (cf. p. 30) passant de 32,5 ans à 33,5 ans tandis que l’âge moyen de départ en retraite diminuait de 8 mois (cf. p. 38). Ces résultats sont également liés à la suppression de la limite d’âge au recrutement des CR2. En ce qui concerne les IT, l’âge moyen au recrutement a augmenté de deux ans passant de 31,1 ans à 33,1 ans alors que l’âge moyen de départ en retraite est resté globalement stable (61,6 ans).

45,7 ans 50

47,0 ans

45,7 ans

44,7 ans

50

40

46,0 ans

Femmes

Hommes

40

30

Ingénieurs : 45,5 ans Techniciens : 43,6 ans

20

10

0

45,4 ans

30

20

10

Chercheurs

IT

0

En ce qui concerne l’âge moyen des hommes et des femmes en 2006, la différence d’âge perdure à l’identique de 2005. Les hommes sont plus vieux de 6 mois.


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / âge et nationalité

1.1.2 – Pyramides des Chercheurs / IT Chercheurs et IT par classe d’âge et sexe

Chercheurs

Femmes = 3 666

377 450 500 584 619 593 462 50 1 000

500

0

23

125

65 ans et plus (156) 60 à 64 ans (1 459) 55 à 59 ans (1 727) 50 à 54 ans (1 545) 45 à 49 ans (1 717) 40 à 44 ans (1 676) 35 à 39 ans (1 764) 30 à 34 ans (1 420) 25 à 29 ans (177)

31

1 500

Hommes = 7 975

1 082 1 277 1 045 1 133 1 057 1 171 958 127 0

500

1000

1500

TOTAL = 11 641

IT

Femmes = 7 476 19

1 360 954 918 1 025 1 099 832 582 71 1 000

500

35

65 ans et plus (54) 60 à 64 ans (1 171) 55 à 59 ans (2 464) 50 à 54 ans (1 723) 45 à 49 ans (1 774) 40 à 44 ans (1 983) 35 à 39 ans (2 256) 30 à 34 ans (1 715) 25 à 29 ans (1 155) Moins de 25 ans (142)

616

1 500

Hommes = 6 961

0

555 1 104 769 856 958 1 157 883 573 71 0

500

1000

1500

TOTAL = 14 437

Trois ratios particuliers aident à analyser les pyramides des âges : la part des 45-50 ans, la part des 50-59 ans (baby-boomers), et enfin la part des moins de 35 ans. - Les 45-50 ans représentent 56,7 % des chercheurs et 49,8 % des IT (52,9 % au total) ; - Les 50-59 ans représentent 28,1 % des chercheurs et 29 % des IT ; - Les moins de 35 ans représentent 13,7 % des chercheurs et 20,9 % des IT. Les 1er et 2ème ratios sont en légère baisse notamment du fait de la pyramide des IT. Le 3ème ratio diminue lui aussi légèrement, en lien avec le recul de l’âge moyen aux recrutements. La pyramide des âges des chercheurs reste à surveiller dans la mesure où la part des 55-59 ans est particulièrement importante. Pour les personnels IT, la forme de la pyramide est assimilable à celle du « violon », liée à une irrégularité historique des flux d’entrée et de sortie, et là encore, avec des consé-

quences potentiellement analogues à celles pressenties chez les chercheurs, mais dans un contexte professionnel différent, et caractérisé par une perméabilité des métiers transversaux aux entrées en milieu de carrière (fonctions administratives notamment).


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / âge et nationalité

Chercheurs et IT par âge atteint en 2006

Chercheurs = 11 641

69 ans (1) 68 ans (6) 1 67 ans (25) 7 66 ans (51) 11 65 ans (127) 35 64 ans (404) 63 ans (445) 62 ans (517) 61 ans (503) 60 ans (761) 59 ans (982) 58 ans (913) 57 ans (844) 56 ans (763) 55 ans (689) 54 ans (658) 53 ans (669) 52 ans (601) 51 ans (651) 50 ans (689) 49 ans (666) 48 ans (672) 47 ans (715) 46 ans (697) 45 ans (741) 44 ans (626) 43 ans (747) 42 ans (723) 41 ans (744) 40 ans (819) 39 ans (784) 38 ans (869) 37 ans (752) 36 ans (823) 35 ans (792) 34 ans (794) 33 ans (729) 32 ans (653) 31 ans (518) 30 ans (441) 29 ans (402) 28 ans (329) 27 ans (249) 26 ans (206) 25 ans (146) 24 ans (75) 75 23 ans (34) 34 22 ans (19) 19 21 ans (12) 12 20 ans (2) 2

1 5

24 18 40 92 261 268 299 260 371 428 370 342 310 277 280 302 270 332 361 343 341 348 334 351 310 337 342 338 349 360 357 307 375 365 389 335 294 236 166 107 46

15 5 4

600

500

400

300

200

100

IT = 14 437

0

0

TOTAL = 26 078

100

143 177 218 243 390 554 543 502 453 412 378 367 331 319 328 323 331 367 363 390 316 410 381 406 470 424 512 445 448 427 405 394 359 282 275 295 283 234 201 142

200

300

400

500

600


Emploi scientifique et carrières

1.1.3 – Niveaux de classification des IT Cette catégorie de la Fonction publique est la plus jeune (3,1 % ont plus de 60 ans contre 4,6 % pour les IT de catégorie B et 11,1 % pour les IT de catégorie A) tandis que la catégorie B est la plus féminine (66,7 % de femmes contre 62,3 % pour les IT de catégorie C et 42,9 % pour les IT de catégorie A).

Avec 8 870 personnes, la proportion de personnels de catégorie A (IR/IE/AI) parmi les IT du CNRS reste inchangée par rapport à 2005 et représente quasiment les 2/3 de cette population (61,4 %), 32 % de la population étant de catégorie B (T) et 6,6 % étant de catégorie C (AJT/AGT). Les personnels de catégorie C restent, à l’image de 2005, moins de 1 000 au CNRS, l’effectif ayant diminué de 14,4 % en 5 ans.

Femmes = 7 476

Hommes = 6 961

116

297

241

60 ans et plus (1 225)

92

635

180 57 49

164 22

590

7

262

622

616 2 314

503

50 ans à 59 ans (4 187)

342

251 73

130 4

2

514

221 397

443

40 ans à 49 ans (3 757)

283

1 943

824

296 104

4

6

181

458

424

561

30 ans à 39 ans (3 971)

353 801

450 441

170

2 040

125

2

5

28

52

108 139

653

1 814

451

214

1 931

1 873

420

962

189 194 176

Moins de 29 ans (1 297)

331 46

644

33 1

1000

900

800

700

600

500

400

300

200

100

100

0

200

300

400

500

600

700

Total = 14 437

IR = 2 751 Femmes IR = 808 Hommes IR = 1 943

IE = 3 662 Femmes IE = 1 786 Hommes IE = 1 876

AI = 2 457 Femmes AI= 1 209 Hommes AI= 1 248

T = 4 619 Femmes T= 3 082 Hommes T= 1 537

AJT = 924 Femmes AJT= 582 Hommes AJT= 342

AGT = 24 Femmes AGT= 9 Hommes AGT= 15

Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / âge et nationalité

25


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / âge et nationalité

1.2 – Personnels de nationalité étrangère 1.2.1 – Personnels permanents de nationalité étrangère (permanents payés, recensés au 31/12/2006)

PAYS D' EUROPE 26

Allemagne

CHERCHEURS DRCE

DR1

DR2

2

4

57

CR1 114

CR2 15

Total 192

Ingén.

Tech.

Total IT

24

3

27 1

12

5

23

139

Autriche

1

2

7

1

11

1

Belgique

6

34

64

12

116

18

Chypre

1

1

Danemark Espagne

1

5

4

2

13

46

219

2

2

1

TOTAL EUROPE

10

2

13

75

11

4

2

12

15

90

4

1

5

2

2

7

Grèce

2

9

9

5

25

2

2

27

Hongrie

1

2

1

1

5

1

1

6

1

4

1

6

1

5

41

102

16

164

25

1

1

Finlande

Irlande Italie Lituanie

1

49

4

24

10

10

20

38

11

1

12

145

1

1

2

11

1

25

4

40

7

Pologne

2

11

5

2

20

4

Portugal

2

6

9

1

18

21

44

55

11

133

6

1

251

451

1 1

Tchèque (République) TOTAL UE

51

Arménie

84

1

Bulgarie C.E.I. (dont Russie)

1

3

6

11

23

37

Croatie

7

1

Ex-Yougoslavie

3

Islande

1

2

8

8

1 6

2 12

2

9

Suède

1 9

6

2

Slovaquie

7 196

1

1

Pays-Bas

2

1 32

2

Luxembourg

Royaume-Uni

7

1

1

3

843

125

1

2

32

3

4

157

1 000

2

3

10

3

3

13

78

17

17

95

1

1

1

2

6

2

2

8 1

1

1

Monaco

1

1

Norvège

2

2

1

1

3

4

15

8

27

6

6

33

11

16

2

31

1

1

32

3

3

6

1

1

7

3

2

5

2

2

7

14

48

87

20

169

36

36

205

65

299

538

104

1 012

161

193

1 205

Roumanie Suisse

2

Turquie Ukraine TOTAL HORS UE TOTAL EUROPE

6

32


Emploi scientifique et carrières

PAYS HORS EUROPE

CHERCHEURS DRCE

Chine Populaire

DR1 1

DR2 10

Hong-Kong

CR1

CR2

TOTAL

Ingén.

Tech.

TOTAL IT

TOTAL H. E.

24

7

7

31

2

2

1

1

3

12

1

5

1

1

6

Iran

2

5

4

11

3

3

14

Israël

1

5

1

7

7

13

2

22

5

2

Inde

5

Japon Liban

1

3

Malaisie Sri Lanka 1

Taiwan

2

Vietnam TOTAL ASIE

1

5

38

Afrique Du Sud Algérie

3

12

Burkina Faso

1

1

12

1

1

2

1

1

4

5

5

2

1

5

4

4

9

4

2

6

6

2

8

14

48

8

100

29

2

31

131

20

4

Congo

1

39

16

1

1

1

2

état des Comores 2

Mali

1

Maroc

3

2

1 11

17

3

1 1

1

Niger 2

2 1

1

1

4

6

1

1

3

18

18

52

3

3

1

1 1

1

11

7

3

22

7

37

54

11

111

53

Argentine

2

10

4

1

17

3

20 2

7

2

15

4

4

19

2

44

2

2

46 15

6 3

1

1 2

2

11

4

4

5

3

3

5

3

12

1

1

13

1

1

1

2

94

13

13

107

11

37

42

1

1

1

23

82

86

12

205

2

1

4

7 4

4

4

11

11

Australie Nouvelle-Zélande

1

2

1

TOTAL OCéANIE

1

4

2

3

8 1

1

1

2

3

2

16

Uruguay

TOTAL AMéRIQUE

29 167

5

Haïti

1

7 56

20 5

Vénézuéla

3

3

1

1

Mexique

1

5

Chili Colombie

3 1

9

1

1

4

Tunisie

Brésil

1

2

2

2

4 1

TOTAL AFRIQUE Bermudes

2

1 1

Sénégal

U.S.A.

1

34

Maurice Mauritanie

57 1

1

Madagascar

18

1 2

Côte d’Ivoire

Canada

2

1

1

Centrafrique

1

1

1 1

27

1

1

Cameroun

5

11

1

Bénin

5

1 1

Syrie

7

3

3 31

31

236 7

TOTAL HORS EUROPE

3

38

161

190

35

427

113

5

118

545

TOTAL GéNéRAL

9

103

460

728

139

1 439

274

37

311

1 750

Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / âge et nationalité

27


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / âge et nationalité

28

Cinq origines nationales dont les quatre premières font partie de l’Union Européenne regroupent chacune plus de 100 personnes parmi les effectifs du CNRS : • L’Allemagne (219 agents) • L’Italie (196 agents) • Le Royaume-Uni (145 agents) • La Belgique (139 agents) • Les états-Unis (107 agents)

Au 31 décembre 2006, le CNRS recense 1 750 personnes de nationalité étrangère soit 6,7 % de l’ensemble des effectifs contre 5,5 % en 2000 et 4,7 % en 1995. Les étrangers représentent 12,4 % de la population des chercheurs du CNRS et 2,2 % de la population des IT. Cet écart significatif entre ces deux populations témoigne d’une attractivité dirigée en priorité vers la communauté scientifique européenne et de l’adoption de la Charte européenne du Chercheur par le CNRS. De fait, les pays de l’Union Européenne (UE) sont les plus représentés (57,1 %). Pour mémoire, leur proportion dépassait à peine 40 % il y a dix ans.

1.2.2 – Récapitulatif des personnels permanents de nationalité étrangère (permanents payés, recensés au 31/12/2006)

Chercheurs = 1 439 Directeurs de recherche = 572 Chargés de recherche = 867

1 012 700

642

843 600

IT = 311 Ingénieurs = 274 Techniciens = 37

535

500

Total* = 1 750 370

400 300 200

427

308 169 125

100

107 62

32

202

161

225 113

36

32

5

0

Hors UE 205*

UE 1 000*

Total Europe 1 205*

Hors Europe 545*

* Depuis 1997, les personnels de physique nucléaire sont inclus dans ce recensement (4 TPN).

1.2.3 ­– Personnels de nationalité étrangère par pôle géographique

UE = 1 000 Europe hors UE = 205

0,6% 13,5%

Asie = 131 Afrique = 167 Amérique = 236

9,5%

Océanie = 11 Total = 1 750 7,5%

57,2%

11,7%


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / Carrières

2 CARRIÈRES 2.1 – Recrutements des chercheurs 2.1.1 – Recrutements effectués en 2006

29

LAURÉATS Grades

Externes

TOTAL

Internes Total

Hommes

Femmes

Total

Hommes

Femmes

Total

11

2

13

174

69

243

185

71

256

CR 1

69

38

107

69

38

107

CR 2

191

85

276

191

85

276

TOTAL

271

125

396

445

194

639

Hommes DR 2

Femmes

174

2.1.2 ­– Lauréats externes par groupe de discipline* GROUPES DE DISCIPLINE MATH

Hommes

Femmes

243

2.1.3 – Lauréats externes par département scientifique*

TOTAL

14

4

18

PHY

37

4

41

PNHE

16

6

22

SC

30

23

53

SDE

17

8

25

SDV1

17

17

34

SDV2

19

13

32

SDV3

9

5

14

SHS

24

21

45

SPI

19

2

21

SPU

9

7

16

STIC

39

11

50

250

121

371

TOTAL**

69

* Il s’agit du groupe de discipline principal de rattachement de la section du lauréat. Détail en annexe. ** Ne sont pas compris les 25 lauréats relevant des sections « Gestion de la recherche » et « Commissions interdisciplinaires ».

100

110

Femmes = 125 Hommes = 271

88

Total = 396 80

74

93 60

40

57

55

38

50

51

30

20

29 18

20

22

22 17

12 6 0

CHIMIE

EDD

MPPU

SDV

SHS

ST2I

* Il s'agit du département scientifique principal de rattachement de l'unité.

396 chercheurs ont été recrutés par voie de concours externe entre le 1er janvier et le 31 décembre 2006. Certes inférieur aux recrutements de grande ampleur de 2001 et 2002, le volume des recrutements de 2006 est très proche de celui de 2004/2005 et nettement supérieur aux campagnes des années 1996 à 2000. La part des CR2 passe de 64,1 % en 2005 à 69,7 % en 2006 ; cette augmentation est liée à la suppression de la limite d’âge. La part des femmes dans les recrutements externes est de 31,5 % en 2006 contre 28,9 % en 2005, mais cette proportion était de 38 % en 2000.


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / Carrières

30

Cette année, 243 chargés de recherche ont été promus directeurs de recherche par voie de concours, ils étaient 200 en 2005, 160 en 2004 et 224 en 2003. Néanmoins, le nombre de femmes qui accèdent à la promotion DR2 est toujours faible, 28 % en 2006 et 34 % en 2003. Rapporté à la population présente des chercheurs permanents au 31 décembre 2006, ce nombre de 243 lauréats internes représente un rapport « promus/présents » de 2,1 %. Ce rapport est de 2,2 % pour les hommes et de 1,9 % pour les femmes.

Plus de la moitié (51,3 %) des recrutements 2006 sont concentrés dans les départements scientifiques MPPU et SDV, mais le nouveau découpage issu de la LOLF en groupes de disciplines budgétaires (GDB) montre que les quatre disciplines qui ont recruté au-delà des 10 % de l’ensemble des recrutements sont SC, STIC, SHS, PHY. Les quatre disciplines qui ont recruté au moins 40% de femmes sont SDV1, SHS, SPU, SC.

2.1.4 – Âge moyen des chercheurs Âge moyen des chercheurs 45,7 ans 33,5 ans 33,2

47,8

Femmes Hommes

44,8

33,6

Lauréats externes

Lauréats internes

En moyenne, un peu plus de 12 ans séparent le recrutement en qualité de chargé de recherche, de l’accès à la direction de recherche par concours. Cet écart tombe à 8 ans pour les personnels disposant, lors de leur recrutement, d’une expérience scientifique confirmée (accédant directement au grade de chargé de recherche de 1ère classe) ; il est de 14 ans pour les lauréats CR2, l’écart à l’entrée dans le corps des chargés de recherche étant de 6 ans entre un CR2 et un CR1. Il est à noter que les femmes mettent 3 ans de plus pour avoir accès au recrutement interne DR.

Âge moyen des recrutés CR1 et CR2 – Évolution de 2002 à 2006

40

CR1

37,5 35,7

35,8

36,0

29,9

29,9

30,4

29,9

2002

2003

2004

2005

CR2

35,4

35

31,4

30

25

2006

Âge moyen des recrutés CR1 et CR2 – Par département scientifique en 2006

39,2

40

38,0 36,9

CR1 = 37,5

38,0

CR2 = 31,4

36,2

35,4

35

32,8

32,4

31,8

31,5

30,8

30,3

30

25

CHIMIE

EDD

MPPU

SDV

SHS

ST2I


Emploi scientifique et carrières

2.1.5 – Recrutements effectués en 2006 par session SESSION 2005

LAURÉATS Externes Hommes

DR 2

TOTAL

Internes

Femmes

Total

4

Hommes

4

Femmes

1

Total 1

Hommes

Femmes

5

Total 5

CR 1

9

11

20

9

11

20

CR 2

44

11

55

44

11

55

TOTAL

57

22

79

58

22

80

SESSION 2006

1

1

LAURÉATS Externes Hommes

TOTAL

Internes

Femmes

Total

DR 2

7

2

9

CR 1

60

27

87

CR 2

147

74

221

TOTAL

214

103

317

Femmes

Total

180

71

251

60

27

87

147

74

221

387

172

559

Hommes

Femmes

Total

Hommes

173

69

242

173

69

242

2.1.6 – Bilan définitif des recrutements de la session 2005 (incluant les nominations prononcées en 2006) LAURÉATS GRADES

Externes Hommes

DR 2

Femmes

23

TOTAL

Internes Total

Hommes

Femmes

Total

Hommes

27

137

63

200

160

4

Femmes

Total 227

CR 1

71

46

117

71

46

117

CR 2

189

72

261

189

72

261

TOTAL

283

122

405

420

185

605

137

63

200

2.2 – Promotions des chercheurs 2.2.1 – Promotions prononcées en 2006 GRADES DRCE 1.DRCE 2

AVANCEMENTS Hommes

Femmes

Total 4

4 7

2

9

DR 2.DR 1

60

20

80

CR 2.CR 1

231

125

356

TOTAL

302

147

449

DR 1.DRCE 1

449 avancements ont été prononcés en 2006, soit un volume supérieur à celui de 2005 (395), dont 79,3 % concerne le passage CR2 à CR1, en raison des forts contingents de CR2 recrutés en 2001/2002. Rapporté à la population présente des chercheurs permanents au 31 décembre 2006, ce résultat de 449 avancements représente un rapport « promus au choix/présents » de 3,9 % contre 3,4 % en 2005. Ce rapport est de 3,8 % pour les hommes et de 4,0 % pour les femmes.

2.2.2 – Bilan définitif des promotions de la session 2005 (incluant les nominations prononcées en 2006) GRADES

AVANCEMENTS Hommes

Femmes 1

Total 13

DRCE 1.DRCE 2

12

DR 1.DRCE 1

12

3

15

DR 2.DR 1

84

29

113

CR 2.CR 1

291

174

465

TOTAL

399

207

606

Le bilan définitif des avancements « session 2005 » s’élève à 606 promotions. Pour mémoire, 395 promotions avaient été prononcées en 2005.

Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / Carrières

31


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / Carrières

Flash Bilan de campagne de promotions Chercheurs 2006 Grades

Hommes Femmes

DRCE 1.DRCE 2

CR 2.CR 1

7 18 95 204

2 5 28 136

TOTAL

324

171

DR 1.DRCE 1

32

DR 2.DR 1

Total 9 23 123 340 495

2.3 – Amplitude des carrières chercheurs (indice de fin de grade d’accès/indice de début de grade d’origine)

DRCE

1 164 à 1 320 821 à 1 164

DR 1 DR 2

658 à 963

CR 1

476 à 821

CR 2

454 à 564 400

500

600

700

800

900

1000

1100

1200

1300

1400

Indices* début et fin *Indices majorés au 1er novembre 2006. Lecture du graphique : Un CR2 promu en CR1 connaît une amplitude de carrière de 1,93 (821/454).

2.4 – Recrutements des IT 2.4.1 – Recrutements effectués en 2006 CONCOURS EXTERNES * CORPS

Lauréats externes

CONCOURS INTERNES *

Lauréats internes **

Lauréats externes

Lauréats internes

TOTAL

Hommes Femmes Total Hommes Femmes Total Hommes Femmes Total Hommes Femmes Total INGÉNIEURS

158

122

280

8

IR

49

23

72

3

3

IE

68

55

123

3

3

AI

41

44

85

2

TECHNICIENS

50

121

T

45

108

AJT TOTAL

6

14

1

1

1

1

45

47

92

387

19

10

29

104

14

9

23

150

12

28

40

133

6

8

171

1

1

6

9

15

8

4

12

199

153

1

1

1

3

4

8

2

10

168

5

6

11

2

2

31

7

15

7

9

16

53

51

104

586

5

13

18

208

243

451

8

* Nominations réalisées, y compris sur liste complémentaire. ** Les lauréats internes des concours externes sont des personnes émanant du corps des fonctionnaires du CNRS.


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / Carrières

Âge moyen des IT recrutés par concours externes et internes

Femmes 42,4 ans 33,1 ans 33,3

Hommes

43,1

41,6

33

32,8

Lauréats externes Effectif de référence = 467

Lauréats internes Effectif de référence = 119

2.4.2 – Lauréats externes par département scientifique 147

Femmes = 252

97

122

100

Hommes = 215

85

Total = 467

80

64

60

50 58

40

28

47

37

36

30

30

20

17

10 6

22

22 14 8

4

0

CHIMIE

EDD

MC

Inférieur aux amplitudes exceptionnelles des années 2001 et 2002 (respectivement 771 et 1 096 recrutements), le volume de la campagne de recrutements de 2006 est également légèrement inférieur à celui de 2005 mais nettement supérieur à ceux des campagnes réalisées entre 1996 et 2000. Entre le 1 janvier et le 31 décembre 2006, le CNRS a recruté 467 ingénieurs et techniciens (lauréats externes), dont 144 nominations sont issues de la session de recrutements de 2005. er

La part des femmes dans ces recrutements est de 54 % tandis qu’elles composent 51,8 % des effectifs IT au 31/12/2006. Il est à noter que cette proportion croît à mesure que l’on

MPPU

SDV

SHS

ST2I

descend la pyramide des emplois, jusqu’au corps des AJT : 31,9 % des recrutements IR, 44,4 % des recrutements IE, 51,8 % des recrutements AI, 70,7 % des recrutements T, 65,5 % des recrutements AJT. Plus de la moitié (57,6 %) des recrutements 2006 sont concentrés dans le département scientifique MPPU et dans l’administration (MC), qui recrutent respectivement 1/3 de femmes pour MPPU et 2/3 pour MC. Entre le 1er janvier et le 31 décembre 2006, on recense 119 nominations de lauréats internes (issus des concours internes et externes), contre 154 l’année précédente, toutes issues de la session 2005.


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / Carrières

2.4.3 – Recrutements effectués en 2006 par session

Session 2005 INGÉNIEURS

34

CONCOURS EXTERNES * Lauréats externes

CONCOURS INTERNES *

Lauréats internes

Lauréats externes

TOTAL

Hommes Femmes Total Hommes Femmes Total Hommes Femmes Total Hommes Femmes Total 28

33

61

IR

5

4

9

IE

15

14

29

1

AI

8

15

23

1

TECHNICIENS

8

59

67

6

9

T

8

51

59

1

8

8

5

92

128

7

AJT TOTAL

Lauréats internes

36

2

2

3

5 1

3

3

1

1

45

47

92

159

19

10

29

38

14

9

23

54

12

28

40

67

15

8

4

12

94

3

4

8

2

10

73

6

11

2

2

21

9

16

51

104

253

1

1

4

5

53

* Nominations réalisées, y compris sur liste complémentaire.

Session 2006 INGÉNIEURS

CONCOURS EXTERNES * Lauréats externes 89

219

6

IR

44

19

63

IE

53

41

AI

33

TECHNICIENS T TOTAL

Lauréats externes

Lauréats internes

TOTAL

Hommes Femmes Total Hommes Femmes Total Hommes Femmes Total Hommes Femmes Total 130

AJT

CONCOURS INTERNES *

Lauréats internes 3

9

228

3

3

66

94

2

2

96

29

62

1

3

4

66

42

62

104

1

1

105

37

57

94

1

1

95

5

5

10

172

151

323

10 6

4

10

333

* Nominations réalisées, y compris sur liste complémentaire.

2.4.4 – Bilan définitif des recrutements de la session 2005 (incluant les nominations prononcées en 2006)

Session 2006 INGÉNIEURS

CONCOURS EXTERNES * Lauréats externes

CONCOURS INTERNES *

Lauréats internes

Lauréats externes

109

286

8

IR

50

20

70

1

IE

84

48

132

4

1

5

AI

43

41

84

3

3

6

TECHNICIENS

59

94

153

1

1

6

9

T

51

78

129

1

1

1

8

16

24

236

203

439

TOTAL

TOTAL

Hommes Femmes Total Hommes Femmes Total Hommes Femmes Total Hommes Femmes Total 177

AJT

Lauréats internes

8

* Nominations réalisées, y compris sur liste complémentaire.

4

12

1

1

45

48

93

392

19

10

29

100

14

9

23

161

12

29

41

131

15

8

4

12

181

3

4

8

2

10

144

5

6

11

2

2

37

7

9

16

52

105

573

1

5

13

1

1

53


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / Carrières

2.5 – Promotions des IT 2.5.1 – Promotions de corps et de grade prononcées en 2006 Promotions de corps CORPS

Promotions de grade CORPS AU CHOIX

Hommes

Femmes

TOTAL

grade

grade AU CHOIX Hommes

Femmes

TOTAL

IR

11

11

22

IR1

58

28

86

IE

18

17

35

IEHC

17

17

34

AI

7

13

20

IE1

45

64

109

T

11

32

43

TCE

8

24

32

TCS

24

77

101

AJTP

30

50

80

AGTP

1

3

5

8

50

78

128

AJT TOTAL

Partiellement indexé sur l’évolution des recrutements, le nombre de promotions de corps au choix en 2006 (128) reste supérieur à 2004 (107) mais diminue par rapport à 2005 (180) ; de même que le nombre de promotions de grade avec 443 avancements au choix en 2006 (contre 540 en 2005). En ce qui concerne la sélection professionnelle, le nombre de promotions a augmenté de 68 en 2005 à 75 en 2006.

TOTAL

grade IRHC

183

260

443

SÉLECTION PROFESSIONNELLE Hommes

Femmes

TOTAL

43

63

7

5

12

27

48

75

20

TCE TOTAL

1

2.5.2 – Bilan définitif des promotions de corps et de grade de la session 2005 (incluant les nominations prononcées en 2006) Promotions de corps CORPS

Promotions de grade CORPS AU CHOIX

Hommes

Femmes

TOTAL

grade

grade AU CHOIX Hommes

Femmes

TOTAL

IR

11

12

23

IR1

62

40

102

IE

16

22

38

IEHC

16

24

40

AI

12

16

28

IE1

49

65

114

T

12

34

46

TCE

8

24

32

TCS

26

77

103

AJTP

30

50

80

AGTP

1

AJT TOTAL

3

5

8

54

89

143

TOTAL

Flash Bilan de campagne de promotions IT 2006 Promotions

Hommes Femmes

grade Total

79 273

141

Grade au choix

62 217

Sélection Professionnelle

35

29

64

314

381

695

Corps au choix

TOTAL

490

192

1 280

472

SÉLECTION PROFESSIONNELLE Hommes

Femmes

TOTAL

IRHC

9

5

14

TCE

21

43

64

TOTAL

30

48

78

35


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / Carrières

2.6 – Amplitude des carrières IT (indice de fin de grade d’accès/indice de début de grade d’origine)

658 à 963

IRHC 582 à 821

IR1

IR

412 à 713

IR2

36

696 à 783

IEHC IE

555 à 673

IE1 370 à 619

IE2 AI

T

AI

339 à 551

TCE

377 à 514 352 à 489

TCS

297 à 463

TCN AJT

AGT

328 à 416

AJTP

281 à 379

AJT

280 à 352

AGTP

280 à 338

AGT 200

300

400

500

600

700

800

900

1000

Indices* début et fin

*Indices majorés au 1er novembre 2006. Lecture du graphique : Un AI promu en IE2 connaît une amplitude de carrière de 1,83 (619/339).

2.7 – Ancienneté des chercheurs et des IT au CNRS * 2.7.1 – Ancienneté moyenne

Femmes = 16,2

Hommes = 16,3

Chercheurs = 16,6

15,6

17,1

IT= 15,9 17,7

15,9

Ingénieurs = 16,6

15,3

16,5 15,2

20

14,0

Techniciens = 14,8 15

10

5

0

Total = 16,2

0

5

10

15

20

* Ancienneté dans l’organisme, en années.

En 2006, les personnels du CNRS totalisent une ancienneté moyenne au sein de l’organisme de 16 ans et 2 mois. Au sein de la population des IT, un peu moins de deux ans séparent l’ancienneté moyenne des ingénieurs (16 ans et 7 mois) de celle des techniciens (14 ans et 10 mois).

Les femmes sont en moyenne depuis plus longtemps au CNRS que leurs homologues masculins parmi les IT (1 an et 2 mois de plus) ; c’est l’inverse chez les chercheurs (1 an et 6 mois de moins).


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / Carrières

2.7.2 – Ancienneté selon le sexe Femmes = 11 142 Hommes = 14 936 4000

Total = 26 078

5 891

3500

6 280 3 573

37

3 291

3000

2 707

2 600

3 480

2500

2 070

1 929

2000

1 479

491

500

1 390

1 082

1 066

1000

2 019

2 561

1 462

1 410

1500

3 409

3 391

575

0

moins d’un an

1 à 5 ans

6 à 10 ans

11 à 15 ans

16 à 20 ans

21 à 25 ans

26 ans et plus

2.7.3 – Ancienneté selon la population

26 ans et plus

2 582 2 546

1 152

21 à 25 ans 16 à 20 ans 410

1 829

901

679

1 487

664

11 à 15 ans 6 à 10 ans

1 534

1 166

780

1 à 5 ans

Chercheurs = 11 641

287 0

409 370 500

Ingénieurs = 8 870

3 391

Techniciens = 5 567 3 480

Total = 26 078 2 176 2 193

1 522

Moins d’un an

3 409

2 561 1 624

1 030

737

6 280

5 891

1 066 1000

50,7 % des chercheurs permanents ont une ancienneté supérieure à 15 ans, contre 46,3 % des ingénieurs et 40,3 % des techniciens, en cohérence avec une moyenne d’âge plus élevée des chercheurs (47 ans) au regard des ingénieurs (45,5 ans) et des techniciens (43,6 ans).

1500

2000

2500

3000

Les tranches d’ancienneté modales (rassemblant le plus d’agents) sont celles de « 26 ans et plus » et « 1 à 5 ans », cette dernière correspondant aux périodes de recrutements intenses du début des années 2000.


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / Carrières

38

2.8 – Départs à la retraite* de 2002 à 2006 2.8.1 – Chercheurs Nombres de départs

2002

2003

2004

2005

2006

Effectif

Âge moyen

Effectif

Âge moyen

Effectif

Âge moyen

Effectif

Âge moyen

Effectif

Âge moyen

DRCE

13

65,0

22

65,3

18

65,5

11

65,4

16

65,6

DR 1

59

64,5

72

63,9

72

64,7

57

64,5

73

65,0

DR 2

97

63,8

144

63,6

101

64,0

101

64,2

124

63,8

CR 1

102

62,3

124

62,4

118

63,5

80

64,1

126

62,9

TOTAL

271

63,4

362

63,4

309

64,0

249

64,3

339

63,7

* Avec et sans incidence.

La loi portant réforme des retraites des fonctionnaires, entrant en vigueur au 1er janvier 2004, a eu de fortes répercussions sur le volume des départs en retraite des chercheurs en 2003. En 2004 et en 2005, tant l’âge moyen que le volume des départs montraient une certaine stabilisation.

Les chiffres 2006 tendent à montrer par l’abaissement de l’âge moyen et l’augmentation du volume des départs, que la tendance est à nouveau à la hausse, cette fois plus en lien avec la pyramide des âges des chercheurs et en cohérence avec les prévisions de départs, culminants entre 2007 et 2009.

2.8.2 – Ingénieurs / Techniciens Nombres de départs

2002

2003

2004

2005

2006

Effectif

Âge moyen

Effectif

Âge moyen

Effectif

Âge moyen

Effectif

Âge moyen

Effectif

Âge moyen

Ingénieurs

331

62,0

414

61,6

317

61,9

300

62,2

413

62,3

IR

114

62,9

155

62,2

101

62,8

90

62,9

143

63,0

IE

160

61,6

198

61,6

145

61,7

155

62,3

187

62,2

57

61,1

61

60,5

71

61,0

55

60,8

83

61,5

Techniciens

175

60,4

226

60,0

162

60,8

147

60,5

198

60,1

T

AI

159

60,3

192

60,2

143

61,0

122

60,8

178

60,3

AJT

15

62,2

31

59,3

17

58,7

24

58,8

19

58,9

AGT

1

54,0

3

60,0

2

63,0

1

62,0

1

57,0

506

61,4

640

61,1

479

61,6

447

61,6

611

61,6

TOTAL

* Avec et sans incidence.

La reprise à la hausse du nombre de départs en retraite parmi les personnels IT en 2006 est comparable à la hausse des départs des chercheurs : ce nombre, inférieur à 500 unités en 2004 et 2005, constitue le contrecoup après 2003, où le nombre de départs a augmenté de façon exceptionnelle jusqu’à 640.

En 2006, ce sont 611 ingénieurs et techniciens qui sont partis en retraite, en lien avec la pyramide des âges, phénomène similaire aux chercheurs et en cohérence avec les prévisions de départs. L’âge de départ se maintient quant à lui en moyenne à 61 ans et 7 mois.

Âge moyen au départ Âge 65

64,0 64

63,5

63,4

62,0

62,0

61

60,6

60,4

60

2001 Total = 62,1

2002 Total = 62,1

63,7

63,4

61,6

61,9 60,8

60,0 2003 Total = 61,9

Ingénieurs Techniciens

63

62

Chercheurs

64,3

2004 Total = 62,5

62,2

60,5 2005 Total = 62,6

62,3

60,1 2006 Total = 61,6


Emploi scientifique et carrières

2.8.3 – Personnes atteignant la limite d’âge dans les quinze prochaines années Chercheurs = 4 731 Ingénieurs = 3 528 Techniciens = 1 830 500

Total = 10 089

982 428

761 400

445

404 300

503

299

268

261

913 391

371

517

342

763

328

689

310

297

277

282

658 280

251

163

146

115

177

174

171

161

651

669 601

302

361

332

270 219

192

182

39 689

844

370 366

260

200

Total IT = 5 358

208 159

159

174

157

191

186

137

133 93

100

51

36

31

28 0

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

Part des personnes atteignant la limite d’âge Chercheurs Ingénieurs Techniciens

50

37,1% 40,6% 39,8%

40

25,2%

32,9%

28,7%

30

27,4%

19,5%

20

8,1% 12,5%

10,5%

10

4,3% 0

D'ici 2011 (10,1%)

D'ici 2016 (26,2%)

D'ici 2021 (38,7%)

2014

2015

2016

2017

2018

2019

2020

Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / Carrières

2021

La limite d’âge au travail de 65 ans, en vigueur au CNRS, sera potentiellement atteinte : - dans les cinq prochaines années par 10,1 % de l’effectif actuel (12,5 % des chercheurs, 14,9 % des ingénieurs et 4,3 % des techniciens), - dans les dix prochaines années par 26,2 % de l’effectif actuel (27,4 % des chercheurs, 28,7 % des ingénieurs et 19,5 % des techniciens), - dans les quinze prochaines années par 38,7 % de l’effectif actuel (40,6 % des chercheurs, 39,8 % des ingénieurs et 32,9 % des techniciens). La « classe des nés en 1947 » demeure la « génération » susceptible du plus grand nombre de départs : 982 (qui atteindront 65 ans en 2012).


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / Rémunérations

40

3 rémunérations 3.1 – Échelle des rémunérations (en €) Traitement ***

Indice moyen bugdétaire *

Indice moyen réel **

Minimal brut

Moyen brut

Maximal brut

1 255

1 289,4

5 551

5 942

6 274

DR1

979

1 154,0

4 014

4 974

5 551

DR2

789

917,2

3 232

3 923

4 654

CR1

648

732,5

2 348

3 208

3 979

CR2

508

533,0

2 226

2 471

2 751

IRHC

789

941,1

3 696

4 494

5 117

IR1

701

820,4

3 288

3 920

4 414

IR2

562

600,1

2 360

3 047

3 791

IEHC

739

766,5

3 652

3 867

4 058

IE1

613

652,4

2 922

3 198

3 485

IE2

494

513,3

2 051

2 622

3 227

CMR

620

733,2

2 746

3 247

3 826

AI

444

459,6

1 840

2 343

2 836

TCE

445

491,0

1 998

2 313

2 642

TCS

420

458,2

1 863

2 159

2 503

TCN

379

363,1

1 608

1 931

2 379

AJTP

371

379,6

1 726

1 907

2 134

AJT

329

310,2

1 511

1 710

1 963

AGTP

315

324,7

1 503

1 654

1 834

AGT

308

273,0

1 503

1 604

1 770

GRADES CHERCHEURS DRCE

INGéNIEURS

TECHNICIENS

Valeur du point F.P. au 01/07/2006 : 53,9795 e. * (Indice majoré de début + indice majoré de fin) / 2. ** Nombre de points du bilan des dépenses au titre des traitements de l’année 2006 / effectifs payés en ETP. *** Rémunération mensuelle brute prime comprise d’un fonctionnaire à temps complet, ayant 2 enfants à charge et un taux d’indemnité de résidence à 3%.

3.2 – Répartition des rémunérations mensuelles brutes, primes comprises en équivalents temps pleins travaillés (ETPT) * Tableau renseigné en ETPT : somme des temps de présence (selon durée de présence et quotité) sur l’année par corps. On considère la moyenne mensuelle des rémunérations brutes, primes comprises perçues sur l’année : traitement indiciaire, indemnité de résidence, supplément familial de traitement, primes professionnelles (prime de technicité), primes fonctionnelles (prime de fonction, ISFIC, indemnité de chargé de mission…), primes semestrielles statutaires perçues sur l’année. Pour les agents travaillant à temps partiel, ou étant présents une partie de l’année, la rémunération prise en compte est

la base de calcul - à temps complet sur l’année entière - de la rémunération perçue suivant la quotité de temps de travail et le temps de présence. Les agents affectés à l’étranger, bénéficiant d’une indemnité de résidence indexée correspondant à leur lieu d’affectation, ne sont pas comptabilisés dans ce tableau. Les rémunérations des agents affectés dans les DOM/TOM sont retracées sans la majoration de traitement dont ils bénéficient.


Emploi scientifique et carrières

HOMMES

DR

CR

CH

IR

IE

AI

ING

T

AJT

De 1 500 à 1 749

0,8

12,8

13,6

AGT

TECH

IT

TOTAL

4,9

41,9

5,0

51,8

51,8

51,8

266,8

176,4

5,0

448,2

461,8

461,8

3,4

De 1 250 à 1 499 0,4

33,1

217,8

251,3

342,6

75,5

421,5

672,8

672,8

De 2 000 à 2 249

116,0

116,0

2,8

224,8

295,4

523,0

295,6

41,2

336,8

859,8

975,8

De 2 250 à 2 499

60,2

60,2

45,2

310,5

250,2

605,9

353,6

2,3

355,9

961,8

1 022,0

De 2 500 à 2 749

741,2

741,2

143,3

231,0

294,3

668,6

202,3

202,3

870,9

1 612,1

471,1

471,8

200,0

239,5

126,6

566,1

36,3

36,3

602,4

1 074,2

3,2

3,2

De 1 750 à 1 999

De 2 750 à 2 999

0,7

De 3 000 à 3 249

10,0

523,9

533,9

174,4

415,4

18,0

607,8

611,0

1 144,9

De 3 250 à 3 499

30,5

567,4

597,9

199,8

249,8

1,0

450,6

450,6

1 048,5

De 3 500 à 3 749

58,3

656,1

714,4

302,9

60,5

363,4

363,4

1 077,8

De 3 750 à 3 999

308,8 1 171,5 1 480,3

112,0

47,1

159,1

159,1

1 639,4

De 4 000 à 4 249

253,6

74,7

328,3

288,6

9,3

297,9

297,9

626,2

De 4 250 à 4 499

827,0

10,7

837,7

255,0

4,0

259,0

259,0

1 096,7

De 4 500 à 4 749

898,7

2,8

901,5

38,9

1,0

39,9

39,9

941,4

De 4 750 à 4 999

78,4

1,5

79,9

81,9

81,9

81,9

161,8

De 5 000 à 5 499

730,6

1,0

5 500 et plus

306,5

731,6

60,3

60,3

60,3

791,9

306,5

27,3

27,3

27,3

333,8

TOTAL

3 503,1 4 398,1 7 901,2 1 932,8 1 826,8 1 216,1 4 975,7 1 505,3

13,4 1 856,0 6 831,7

14 732,9

Salaire moyen

4 668,4 3 266,8 3 885,7 3 700,2 2 814,1 2 334,5 3 041,4 2 107,5 1 700,7 1 599,5 2 028,6 2 764,5

3 365,9

FEMMES

DR

CR

CH

IR

IE

AI

ING

De 1 250 à 1 499

T

AJT 7,4

De 2 000 à 2 249

77,6

77,6

1,0 8,3

0,8

11,0

11,8

527,1

296,2

26,2

172,0

198,5

643,9

127,3

2,4

184,5

240,8

427,7

567,6

59,7 0,5

De 2 250 à 2 499

41,5

41,5

24,0

218,4

182,6

425,0

702,5

De 2 500 à 2 749

391,3

391,3

71,3

160,8

357,7

589,8

427,5

De 2 750 à 2 999

253,0

253,0

67,7

209,2

169,6

446,5

11,8

3,9

540,3

De 3 000 à 3 249

2,0

262,7

264,7

61,7

474,7

De 3 250 à 3 499

9,3

361,8

371,1

86,1

278,4

AGT

62,2

0,3

De 1 500 à 1 749 De 1 750 à 1 999

337,3

0,5

1,0

TECH 70,6

IT 70,6

TOTAL 70,6

831,6

843,4

843,4

771,2

969,7

969,7

627,3 1 055,0

1 132,6

703,0 1 128,0

1 169,5

427,5 1 017,3

1 408,6

12,3

458,8

711,8

1,0

541,3

806,0

364,5

735,6

364,5

De 3 500 à 3 749

16,8

435,7

452,5

168,2

58,7

226,9

226,9

679,4

De 3 750 à 3 999

148,7

685,9

834,6

63,7

71,6

135,3

135,3

969,9

De 4 000 à 4 249

90,9

41,0

131,9

89,3

10,3

99,6

100,6

232,5

De 4 250 à 4 499

228,5

2,3

De 4 500 à 4 749

346,4

1,0

1,0

230,8

91,7

2,5

94,2

94,2

325,0

346,4

19,8

0,4

20,2

20,2

366,6

De 4 750 à 4 999

10,8

10,8

14,1

14,1

14,1

24,9

De 5 000 à 5 499

119,9

119,9

11,5

11,5

11,5

131,4

41,2

41,2

7,9

7,9

7,9

49,1

5 500 et plus TOTAL

1 014,5 2 552,8 3 567,3

9,3 3 445,5 7 059,3

10 626,6

Salaire moyen

4 486,9 3 288,3 3 629,0 3 603,0 2 905,8 2 384,0 2 891,0 2 108,0 1 697,5 1 605,4 2 040,2 2 474,2

779,7 1 696,5 1 137,6 3 613,8 2 889,8

546,4

2 853,7

Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / Rémunérations

41


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / Rémunérations

42

TOTAL

DR

CR

CH

IR

IE

AI

ING

De 1 250 à 1 499 De 1 500 à 1 749

1,6

23,8

25,4

T

AJT

12,3

104,1

793,9

AGT

TECH

IT

TOTAL

122,4

122,4

122,4

472,6

13,3 1 279,8

1 305,2

1 305,2

6,0

0,7

59,3

389,8

449,8

986,5

202,8

3,4 1 192,7

1 642,5

1 642,5

De 2 000 à 2 249

193,6

193,6

5,2

409,3

536,2

950,7

863,2

100,9

964,1

1 914,8

2 108,4

De 2 250 à 2 499

101,7

101,7

69,2

528,9

432,8 1 030,9 1 056,1

2,8

1 058,9

2 089,8

2 191,5

1 132,5

1 132,5

214,6

391,8

652,0 1 258,4

629,8

724,1

724,8

267,7

448,7

296,2 1 012,6

48,1

21,9 1 148,1

4,2

De 1 750 à 1 999

De 2 500 à 2 749 De 2 750 à 2 999

0,7

De 3 000 à 3 249

12,0

786,6

798,6

236,1

890,1

De 3 250 à 3 499

39,8

929,2

969,0

285,9

528,2

De 3 500 à 3 749

75,1 1 091,8

1 166,9

471,1

119,2

De 3 750 à 3 999

457,5 1 857,4

2 314,9

175,7

118,7

294,4

De 4 000 à 4 249

344,5

115,7

460,2

377,9

19,6

397,5

1,0

0,5

629,8

1 888,2

3 020,7

48,6

1 061,2

1 786,0

4,2

1 152,3

1 950,9

815,1

815,1

1 784,1

590,3

590,3

1 757,2

294,4

2 609,3

398,5

858,7

1,0

1,0

De 4 250 à 4 499

1 055,5

13,0

1 068,5

346,7

6,5

353,2

353,2

1 421,7

De 4 500 à 4 749

1 245,1

2,8

1 247,9

58,7

1,4

60,1

60,1

1 308,0

De 4 750 à 4 999

89,2

1,5

90,7

96,0

96,0

96,0

186,7

De 5 000 à 5 499

850,5

1,0

5 500 et plus

347,7

TOTAL

4 517,6 6 950,9

Salaire moyen

4 627,2 3 274,7

851,5

71,8

71,8

71,8

923,3

347,7

35,2

35,2

35,2

382,9

5301,5

13 891,0

25 359,5

3 805,4 3 671,5 2 859,0 2 359,0 2 976,7 2 107,8 1 698,7 1 601,9 2 036,3

2 614,0

3 147,5

11 468,5 2 712,5 3 523,3

2353,7 8 589,5 4 395,1

883,7

22,7

* Y compris les personnels de physique nucléaire et les agents rémunérés dans un grade des corps administratifs, assimilés dans la filière technique (IT) par équivalence de grade.

La rémunération moyenne mensuelle brute (primes comprises) s'élève à 3 147,5 euros (3 365,9 euros pour les hommes et 2 853,7 euros pour les femmes).

L'écart des salaires moyens (rapport des 10 % des salaires les plus élevés et des 10 % des salaires les plus faibles) s'établit à 3,01 (5 098,48 euros / 1 694,21 euros).

EFFECTIFS PAR TRANCHES DE REMUNERATIONS MENSUELLES BRUTES, PRIMES COMPRISES

1600

Chercheurs Femmes = 3 567,3 IT Femmes = 7 059,3

1400

Chercheurs Hommes = 7 901,2 IT Hommes = 6 831,7

1200

1000

800

600

400

200

0

De 1250 De 1500 De 1750 De 2000 De 2250 De 2500 De 2750 De 3000 De 3250 De 3500 De 3750 De 4000 De 4250 De 4500 De 4750 De 5000 5500 à 1499 à 1749 à 1999 à 2249 à 2499 à 2749 à 2999 à 3249 à 3499 à 3749 à 3999 à 4249 à 4499 à 4749 à 4999 à 5499 et plus


Emploi scientifique et carrières

Chercheurs Poids relatif par tranches de rémunérations mensuelles primes comprises, des hommes et des femmes (base 50 hommes, 50 femmes) 100%

Femmes 90%

Hommes

80%

Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / Rémunérations

43

Fem

70% 60%

Hom

50% 40% 30% 20% 10% 0%

De 1250 De 1500 De 1750 De 2000 De 2250 De 2500 De 2750 De 3000 De 3250 De 3500 De 3750 De 4000 De 4250 De 4500 De 4750 De 5000 5500 à 1499 à 1749 à 1999 à 2249 à 2499 à 2749 à 2999 à 3249 à 3499 à 3749 à 3999 à 4249 à 4499 à 4749 à 4999 à 5499 et plus

Ingénieurs et Techniciens Poids relatif par tranches de rémunérations mensuelles primes comprises, des hommes et des femmes (base 50 hommes, 50 femmes) 100%

Femmes 90%

Hommes

80%

Fem

70% 60%

Hom

50% 40% 30% 20% 10% 0%

De 1250 De 1500 De 1750 De 2000 De 2250 De 2500 De 2750 De 3000 De 3250 De 3500 De 3750 De 4000 De 4250 De 4500 De 4750 De 5000 5500 à 1499 à 1749 à 1999 à 2249 à 2499 à 2749 à 2999 à 3249 à 3499 à 3749 à 3999 à 4249 à 4499 à 4749 à 4999 à 5499 et plus

3.3 – Régimes indemnitaires 3.3.1 – Primes statutaires GRADES

Prime de recherche en e (moyenne 2006)

DRCE / DRCCE / DR1 et DRC échelle lettre

333,32

DR1 / DRC échelle numérique

649,97

DR2 / MRC

533,31

CR1 / CRC

436,65

CR2

332,99

Tous les chercheurs du CNRS sont habilités à percevoir une indemnité de personnel enseignant.


44

IRHC

92,9

592,6

0,4

703,3

321,9

0,9 1 025,2

0,5

0,7%

10,4

3,7

6,7

IR 2

1,3

1,3

2A (> 6e ech)

87,3

48,4

38,9

2,4%

3,0

3,0

62,9

33,7

29,2

2,6%

2,1

1,4

0,7

IE 1 IE 2 (ex 3A) (ex 3A)

108,2

63,5

44,7

1,7%

2,9

1,0

1,9

IEHC

621,3

822,3

0,5%

12,8

6,9

5,9

IE 2

330,2 1 443,6

181,5

148,7

0,4%

2,3

1,9

0,4

IE 1

4,7

23,1

Femmes

Total

221,2

59,1

162,1

0,5

0,5

470,4

148,7

321,7

1,0

1,0

28,8

13,9

14,9

11,6

5,2

6,4 40,8

26,5

14,3 170,0

86,7

83,3 730,8

335,5

395,3

1,0

5,0

3,5%

Femmes

Total

%

10,5

7,3%

Total

%

3,2%

28,3

15,8

12,5

1,3%

11,1

3,8

7,3

12,7

8,8%

144,4

Total

TOTAL

2,7

%

10,0

Hommes

Femmes

884,4

1,4%

12,2

4,7

7,5

Prime exceptionnelle

7,5

3,0

Hommes

Femmes

> Prime maximum

4,0

Hommes

Prime maximum

0,8

0,8

1,4 1 567,4

0,7%

11,4

7,1

4,3

3,1

2,0% 25,8%

31,7

12,9

18,8

1,2%

18,3

9,5

8,8

2,0

126,6

0,1%

0,2

0,2

80,1

1,2%

1,0

1,0

2,5%

3,3

2,6%

1,0

1,0

0,6%

0,5

0,5

2,4

0,9

3,2%

4,0

2,0

2,0

167,4

1,8%

3,0

1,5

1,5

5,0%

8,4

4,0

4,4

2,4%

4,1

3,1

1,0

70,8

2,9%

73,7

39,3

34,4

6,0%

149,9

79,1

528,4

640,9

0,5%

10,3

5,5

4,8

AI

407,2

196,5

210,7 139,8

94,1

45,7

1,0

1,0

2B

680,4

434,5

0,5%

12,8

6,8

5,9

TCN

443,6 1 114,9

298,8

144,8

0,1%

1,1

1,1

TCS

260,2

153,4

106,8

46,6 0,5

0,5

379,1

259,2

119,9

118,0

85,5

32,5

297,7

214,5

83,2

13,5% 16,0%

126,0

93,5

32,5

46,2 153,8

107,6

0,5 1,0

0,5

49,3 203,7

154,4

139,4 461,1

321,7 1,5

1,5

3B

277,8

163,2

114,6

0,4%

2,4

0,9

1,5

AJT

0,6

0,6

AJTE

93,6

59,8

33,8

79,2

50,4

28,8

36,0

23,4

12,6

107,8

67,6

40,2

14,0% 13,6%

34,4

23,5

10,9

12,5% 16,0%

30,8

18,9

11,9

0,4

0,4

54,9% 47,6% 58,6%

135,2

87,3

47,9

0,4%

1,0

0,4

0,6

AJTP

1,0

1,0

72,0

2,5 2 297,1

5,4%

122,9

50,9

33,4

1,5

1,5

981,1

4,0

7,0% 37,5%

68,4

35,0

12,8

47,0

0,5

0,5

2,0

4,2% 25,0%

98,6

51,6

935,2 2 364,2

4,6%

42,8

30,0

6,9

246,2

3,6%

8,8

1,9

583,8

3,9%

23,0

12,1

10,9

1,0

3,0

3,0

1,5

1,5

AGT

3,0

0,5

2,5

1,7

1,7

0,5 1,5

1,0

14,3

2,1%

0,3

0,3

8,0

1 004,5

562,6

8,2%

0,6 13 509,7

3,7%

506,5

251,5

255,0

11,6%

0,3 1 567,1

0,3

3,5% 18,8% 50,0%

0,5

0,5

715,0

391,2

21,3%

2 881,2

1 404,3

1 476,9

54,6%

7 365,0

3 472,3

3 892,7

0,6%

83,7

36,3

47,4

TOTAL

0,3 1 106,2

0,3

6B

6,3% 50,0%

0,5

0,5

7,0% 37,5%

1,0

1,0

75,5% 37,4%

10,8

6,0

4,8

AGTP

16,7% 11,9%

0,5

0,5

50,0%

1,5

1,0

0,5

5B

14,2% 15,7% 25,0% 21,8% 19,5% 75,0% 14,6% 18,5% 41,4% 33,3%

327,2

187,0

140,2

11,3% 15,6% 12,5% 12,6% 12,6%

149,3

110,9

40,0% 17,7% 14,2%

1,0

1,0

1,0

1,0

462,2

277,6

184,6

0,4%

3,5

1,3

2,2

TCE

60,0% 50,9% 47,1% 25,0% 47,4% 47,2%

1,5 1 169,3

0,5

1,0

1B

1,0

CMR

3,8% 100,0%

94,2

50,0

44,2

585,9 2 505,0

4,4%

25,5

14,7

10,8

6,2%

36,3

20,9

15,4

3,7%

21,6

13,6

8,0

16,0% 25,0% 36,2% 30,0% 32,3% 22,8% 14,5% 24,4% 29,0% 29,2%

18,4

Hommes

> Prime moyenne

%

447,8

144,8

1A

64,3% 67,0% 63,8% 65,4% 41,9% 68,8% 78,6% 64,7% 56,3% 57,6%

Total

%

81,8

11,1

Hommes

Femmes

2,2%

0,1%

%

Prime moyenne

6,5

19,0

0,2

12,5

Total

0,2

IR 1

Femmes

Hommes

< Prime moyenne

SExe

Primes semestrielles rapportées à un temps plein puis comparées au barème de la PPRS. Tableau renseigné en ETPT : somme des temps de présence (selon durée de présence et quotité) sur chaque semestre par grade, puis cumul par grade et tranche de PPRS des ETPT des 2 semestres.

Répartition des primes de participation à la recherche scientifique (PPRS)* en équivalents temps plein travaillés (ETPT)

Bilan social CNRS 2006

Emploi scientifique et carrières personnels permanents / Rémunérations


Emploi scientifique et carrières

* Les équivalents temps plein travaillés concernant les périodes d'affectation à l'étranger (pendant lesquelles les agents ont perçu une indemnité de résidence indexée exclusive du versement de la prime de participation à la recherche scientifique) ainsi que les périodes de congé longue durée au cours de l'année 2006, ôtant le droit à la prime de participation à la recherche scientifique, ne sont pas comptabilisés.

- près du quart des suppléments sont supérieurs à la prime moyenne mais inférieurs à la prime maximale • 13,0 % des suppléments semestriels sont de moins de 300 euros • 6,1 % des suppléments semestriels sont compris entre 300 et 600 euros • 2,0 % des suppléments semestriels sont compris entre 600 et 1 500 euros • 0,2 % des suppléments semestriels sont compris entre 1 500 et 2 000 euros • 0,1 % des suppléments semestriels sont au moins égaux à 2 000 euros en demeurant sous le seuil de la prime maximale - 8,2 % des suppléments correspondent à la prime maximale - 11,6 % des suppléments sont compris entre la prime maximale et la prime exceptionnelle - 3,7 % correspondent à la prime exceptionnelle

Les modulations à la baisse concernent 0,6 % des équivalents temps plein travaillés des ingénieurs et techniciens ; les modulations à la hausse en concernent 44,8 %. Parmi les équivalents temps plein travaillés percevant la prime de participation à la recherche scientifique : - plus de la moitié correspondent à la prime moyenne ou moins

Primes de participation aux expériences attribuées aux personnels de physique nucléaire pour l’année 2006 (PPE)*, en équivalents Temps Plein Travaillés (ETPT)

Primes mensuelles rapportées à un temps plein puis comparées au barème de la PPE. Tableau renseigné en ETPT : somme des temps de présence (selon durée de présence et quotité) sur chaque mois par grade. équivalents Temps Plein Travaillés Grades

Taux 4,8 % Prime Moyenne

Taux 6,8 %

> Prime Moyenne

Prime Moyenne

Total ETPT

Taux 7,8 %

> Prime Moyenne

Prime Moyenne

> Prime Moyenne

Prime Moyenne

> Prime Moyenne

IP1

11,0

4,0

1,0

2,0

17,0

1,0

IP2

13,4

0,6

8,7

0,9

3,7

25,8

1,5

I1

14,4

0,9

7,6

0,4

2,3

24,3

1,4

8,2

0,1

1,0

11,5

0,1

21,2

1,2

5,4

30,2

1,7

I2 TPT

2,3 0,1

TT1 TA1

2,0

0,3

TE1

6,0

1,0

TE3

1,0

PP1

0,8

0,2

TOTAL

78,0

2,9

0,1

3,6

0,4

0,5

0,5

0,2

2,5 7,0 1,0

1,0 28,1

Il faut lire : parmi les IP2 au taux de PPE de 4,8 % : 13,4 hommes/an ont touché la prime moyenne (soit 160,8 mois cumulés de prime moyenne perçue), 0,6 hommes/an ont touché la prime supérieure à la moyenne (soit 7,2 mois cumulés de prime supérieure à la moyenne perçue au sein de la sous-population des IP2).

2,4

15,6

0,5

1,8

0,2

121,7

5,8

* Depuis 2003, les ingénieurs et techniciens de physique nucléaire perçoivent des indemnités de sujétions et d'astreintes, au titre de la prime de participation aux expériences.

Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / Rémunérations

45


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / Rémunérations

46

La prime moyenne est définie de la manière suivante : • 4,8 % du traitement mensuel brut est attribué aux agents percevant une indemnité de résidence de 3 %, • 6,8 % du traitement mensuel brut est attribué aux agents percevant une indemnité de résidence de 1 %, • 7,8 % du traitement mensuel brut est attribué aux agents qui ne perçoivent pas d'indemnité de résidence.

Parmi ces 138 agents, 83,3 % des agents perçoivent la prime moyenne sur la totalité de leur temps de présence (ce qui représente 109 ETPT). 16,7 % (soit 23 agents) reçoivent durant 3 mois en moyenne, un supplément par rapport à la prime moyenne (totalise 5,8 ETPT) et le reste de leur temps de présence la prime moyenne (ce qui représente 16,8 ETPT).

Au cours de l’année 2006, 138 agents de physique nucléaire ont touché au minimum un mois de prime de participation aux expériences. Cette prime a été versée en moyenne 11,5 mois par agent. 89,1 % des agents l’ont perçue sur douze mois.

Les 23 agents (dont 2 femmes) qui reçoivent un supplément de prime perçoivent ensemble des suppléments dont le montant cumulé s'élève à 24 932 €.

Parmi les personnels de physique nucléaire qui perçoivent la prime de participation aux expériences, on dénombre 91,3 % d’hommes et 8,7 % de femmes.

Indemnités forfaitaires, en équivalents Temps Plein Travaillés (ETPT)

Primes semestrielles rapportées à un temps plein puis comparées au barème des indemnités forfaitaires. Tableau renseigné en ETPT : somme des temps de présence (selon durée de présence et quotité) sur chaque semestre par grade. GRADES AAR (inm>8è éch)

< PRIME MOYENNE

PRIME MOYENNE

> PRIME MOYENNE

> PRIME MAXIMUM

0,2

0,5

2,5

1,5

1D

0,5

0,5

SARCE

2,0

2D (inm>3è éch)

0,4

SARCN (inm>6è éch)

0,8

0,5

6,1

3,0

3D (inm>6è éch) TOTAL

0,5 0,2

Parmi les personnels qui perçoivent les indemnités forfaitaires, on compte 12 agents sur l’année 2006, dont 17 % d’hommes et 83 % de femmes. 9,8 Équivalents Temps Plein Travaillés sont concernés par le versement des indemnités forfaitaires :

0,5

TOTAL ETPT

Personnes physiques concernées

4,7

5

1,0

1

2,0

2

0,4

1

1,2

2

0,5

1

9,8

12

- 6,1 ETPT, soit 62 % perçoivent les indemnités forfaitaires moyennes ; - 0,2 ETPT, soit 2 % ont une minoration des indemnités forfaitaires ; - 3,5 ETPT, soit 36 % ont une majoration des indemnités forfaitaires.


Emploi scientifique et carrières

3.3.2 – Primes professionnelles Primes de technicité, en équivalents Temps Plein Travaillés (ETPT)

Primes mensuelles rapportées à un temps plein puis comparées au barème de la prime de technicité. Tableau renseigné en ETPT : somme des temps de présence (selon durée de présence et quotité) sur chaque mois par corps.

CORPS

taux plein taux 2 (15,91 € par mois) (10,04 € par mois)

taux 3 (5,92 € par mois)

Total ETPT

équivalents Temps Plein Travaillés INGÉNIEURS

578,0

Personnes physiques concernées par corps

578,0

603

IE

0,3

0,3

1

AI

577,7

577,7

602

2 021,9

2 130

TECHNICIENS

2 021,4

T

1 811,6

AJT

0,5

205,8

AGT

1 811,6

1 908

0,5

206,3

218

4,0

4

0,5

2 599,9

2 733

4,0

TOTAL

2 599,4

6,8 % des ingénieurs et 38,3 % des techniciens ont perçu, au moins une fois, la prime de technicité en 2006. Les ingénieurs de niveau IR et IE ne la perçoivent plus depuis le 1er septembre 2003, et cette prime, placée en voie d’extinction à cette date, ne justifie d’aucune nouvelle attribution depuis lors. Cette décision sanctionne l’obsolescence d’un régime institué au bénéfice des « opérateurs sur machine comptable » devenu inadapté à la transformation

des situations d’emploi par l’évolution du contexte technologique des activités professionnelles et la généralisation de la bureautique. La prime de technicité a été attribuée en 2006 à 2 599,9 hommes/an : - 22 % de cet ETPT concerne des ingénieurs ; - 78 % de cet ETPT concerne des techniciens.

3.3.3 – Primes fonctionnelles Primes de fonction -informaticiens- en équivalents Temps Plein Travaillés (ETPT)

Primes mensuelles ou trimestrielles rapportées à un temps plein mensuel puis comparées aux tranches de primes mensuelles. Tableau renseigné en ETPT : somme des temps de présence (selon durée de présence et quotité) sur chaque mois par grade.

Tranches de Moins De 100 primes en € de 100 € à 199 €

De 200 à 299 €

De 300 à 399 €

De 400 à 499 €

De 500 à 599 €

Plus de 600 €

TOTAL ETPT

Prime Personnes moyenne physiques équivalent Concernées au temps complet

INGÉNIEURS

6,9

19,2

171,0

IRHC IR1 IR2

4,0

115,6

48,9

2,0

2,0

23,8

419,2

440

357

0,8

4,8

5

468 479

1,0

7,5

12,0

11,1

9,2

6,2

47,0

50

3,6

36,5

32,3

14,5

8,6

7,9

107,4

113

403

5,0

5

369

0,9

26,9

27

350

8,1

6,0

156,0

166

327

3,0

2,0

72,1

74

268

IEHC

2,0

IE1C

33,9

3,0

3,0

8,0

7,0

3,0 15,3

5,0

IE2

1,9

8,6

63,3

52,9

AI

1,0

3,0

53,6

9,5

TECHNICIENS

2,0

2,0

26,0

16,5

3,0

49,5

50

284

TCE

2,0

1,0

7,0

5,8

2,0

17,8

18

277

4,0

2,9

6,9

7

279

TCS TCN TOTAL

8,9

1,0

15,0

7,8

1,0

21,2

197,0

132,2

51,8

Perçoivent la prime de fonction : - 5 % de l'ensemble des ingénieurs du CNRS, - 0,9 % de l'ensemble des techniciens.

33,9

23,8

24,8

25

290

468,7

490

350

Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / Rémunérations

47


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / Rémunérations

48

Indemnités forfaitaires de chargé de mission à temps partiel -CMTP- en équivalents Temps Plein Travaillés (ETPT)

Primes mensuelles rapportées à un temps plein puis comparées aux taux de l’indemnité de chargé de mission à temps partiel. Tableau renseigné en ETPT : somme des temps de présence (selon durée de présence et quotité) sur chaque mois par grade. Taux mensuel à 155 e

Taux mensuel à 230 e

Dont nb de femmes

Dont nb de femmes

GRADES CHERCHEURS

1,2

32,6

DRCE

1,0

2,7

DR1

7,4

DR2

0,2

CR1 INGÉNIEURS

7,0

TOTAL Dont nb de femmes 33,8

1,3

7,4

19,0

4,2

19,2

9,2

3,5

1,5

3,5

2,5 1,8

15,0

1,8

15,0

IRHC

4,8

0,8

4,8

IP1

0,5

IR1

2,0

IR2

3,0

I1

1,0

IEHC

2,8

IE1

1,0

TOTAL ETPT

1,2

Personnes physiques extérieures au CNRS

1

1

Les agents ayant perçu, au cours de l’année 2006, une indemnité de chargé de mission à temps partiel sont 69 au total : - 80 % sont des agents CNRS (leur équivalent temps plein travaillé en qualité de chargé de mission est, tous grades confondus de 48,8) ;

7,0

3,7 0,7

0,5 2,0

1,0

0,5

3,0

1,0

0,5

2,8

1,0 1,0

47,6

8,8

48,8

8,8

13

1

14

2

- 20 % sont extérieurs au CNRS. Les femmes ont reçu des indemnités de chargé de mission à hauteur de 8,8 en équivalent temps plein travaillé, soit 18 % du total des indemnités de chargé de mission.

I.S.F.I.C. (indemnités spécifiques pour fonction d’intérêt collectif), en €

Tableau renseigné en somme des montants versés sur l’année 2006 FONCTIONS

Chimie

Fonctions du siège

12 000,0

12 000,0

EDD

IN2P3 2 196,0

423 415,5

118 167,4

8 219,7

1 644,0

3 288,0

13 151,4

437 059,5

133 455,4

23 567,1

ING

INSU

DR et autres DU et autres RGP service programmes interdisciplinaires et autres

459 797,3

9 041,5

459 797,3

9 041,5

Autres fonctions d'intérêt collectif TOTAL FONCTIONS

MC

MPPU

6 946,0

TOTAL 458 840,4

DR et autres

141 360,5

DU et autres

24 116,3

801 226,5

526 054,4

484 628,9

2 854 667,4

RGP service programmes interdisciplinaires et autres

22 651,7

128 756,6

12 552,0

6 216,0

188 259,7

552 802,4

497 790,9

3 673 834,2

Autres fonctions d'intérêt collectif

14 196,0

SHS

397 306,4

TOTAL

14 196,0

SDV

Fonctions du siège

141 360,5

27 706,1

3 000,0

613 141,0

947 179,1

30 706,0


Emploi scientifique et carrières

Liste des fonctions ouvrant droit à cette indemnité : - les directeurs de départements scientifiques et les directeurs d’instituts nationaux ainsi que les autres responsables hiérarchiques des départements scientifiques et des instituts nationaux (Fonctions du siège) ; - les directeurs et les autres responsables hiérarchiques des directions et structures administratives du siège (Fonctions du siège) ; - les fonctions d’appui au Président et au Directeur général du Centre (Fonctions du siège) ; - le Secrétaire général du Comité National (Fonctions du siège) ;

- les délégués régionaux et les autres responsables hiérarchiques des délégations régionales (DR et autres) ; - les directeurs d’unités de recherche et de service, ainsi que leurs adjoints (DU et autres) ; - les responsables de grands projets de recherche et de service et de programmes interdisciplinaires de recherche, ainsi que leurs adjoints (RGP service programmes interdisciplinaires et autres) ; - les autres fonctions d’intérêt collectif à caractère exceptionnel (Autres fonctions d’intérêt collectif).

3.3.4 – Primes et indemnités versées en 2006 : fréquence, bénéficiaire, montant intitulés primes

fréquence

Indemnité de résidence Prime de participation à la recherche scientifique Indemnité forfaitaire spéciale au personnel enseignant (IPE) Prime de recherche Remboursement frais de transport Prime de technicité Indemnité de jury Indemnité difficulté administrative Indemnité exceptionnelle Indemnité spécifique pour fonction d'interêt collectif (ISFIC) Indemnité de sujétions et d'astreinte Nouvelle Bonification Indiciaire Prime de fonction (pers trav. dans un centre de traitement) Indemnité de stage Prime d'intéressement Indemnité pour travaux dangereux,insalubres, incommodes ou salissants Indemnité exceptionnelle de cessation progressive d'activité Indemnité de résidence indexée Prime de participation aux expériences Indemnités pour service à la mer Prime d'installation Majoration enfant Indemnité forfaitaire mensuelle chargés de mission à temps partiel Revenu de remplacement Supplément familial de traitement indexé Indemnité de caisse et de responsabilité Majoration de traitement agent fonction dom/tom Majoration de traitement dom/tom congé bonifié Indemnité de congé formation nette Indemnité TAAF Indemnité pour travaux de nature exceptionnelle (plongée sous-marine) Indemnité compensatrice transport service corse Indemnité de sujétion spéciale pour service en horaires décalés Allocation spéciale frais de transport Indemnités forfaitaires pour travaux supplémentaires Autres primes **

mensuelle semestrielle mensuelle semestrielle mensuelle mensuelle occasionnelle mensuelle semestrielle trimestrielle mensuelle mensuelle mensuelle occasionnelle occasionnelle semestrielle mensuelle mensuelle mensuelle occasionnelle occasionnelle mensuelle mensuelle mensuelle mensuelle mensuelle mensuelle occasionnelle mensuelle occasionnelle mensuelle semestrielle mensuelle mensuelle semestrielle

nb agents Nombre de concernés périodes* 20 503 14 695 12 131 12 010 6 282 2 744 2 028 1 413 1 209 875 521 494 480 266 239 226 171 170 138 101 100 95 70 68 67 47 44 41 36 30 20 18 14 13 12 53

245 885 28 929 139 706 23 526 69 199 32 326 2 415 16 085 1 903 4 147 2 546 2 580 2 709 977 241 385 1 755 1 781 1 583 199 100 851 683 410 659 481 516 102 218 80 81 34 65 153 23

Montant total 15 534 762,90 48 020 560,59 494 327,92 10 172 918,90 2 212 415,59 487 382,35 2 516 173,91 38 784,08 403 986,10 3 704 695,88 1 007 415,92 213 602,20 1 871 032,79 591 416,01 13 771 363,12 42 405,96 1 389 840,24 6 226 309,56 311 719,31 40 528,77 203 069,75 1 099 854,48 160 829,10 744 500,86 205 792,86 109 300,12 547 510,69 46 911,80 263 436,09 312 516,57 10 897,64 16 655,31 27 669,20 5 061,25 27 130,87 632 350,23

montant moyen par périodes 63,18 1 659,95 3,54 432,41 31,97 15,08 1 041,89 2,41 212,29 893,34 395,69 82,79 690,67 605,34 57 142,59 110,15 791,93 3 495,96 196,92 203,66 2 030,70 1 292,43 235,47 1 815,86 312,28 227,24 1 061,07 459,92 1 208,42 3 906,46 134,54 489,86 425,68 33,08 1 179,60

Le présent bilan exprime la répartition des dépenses de primes et indemnités effectivement payées sur l’ensemble de l’année : le nombre d’agents concernés prend en compte les bénéficiaires de chaque régime sur toute ou partie de l’année. * On a comptabilisé les périodes de paiement, pour une prime mensuelle il s'agit du nombre de mois, pour une prime semestrielle (ex: pprs) il s'agit du nombre de semestres. ** 15 primes pour lesquelles le nombre d’agents concernés est inférieur ou égal à 10 agents.

Bilan social CNRS 2006

personnels permanents / Rémunérations

49


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Régions

4 régions 4.1 – Régions administratives (lieu de travail des personnels)

50 Chercheurs France métropolitaine = 11 490 Total = 11 641 Ingénieurs France métropolitaine = 8 815 Total = 8 870

IT France métropolitaine = 14 370 Total = 14 437 NORD-PASDE-CALAIS

Techniciens France métropolitaine = 5 555 Total = 5 567

227

48 48

31

312 98

17

HAUTE-

30

BASSE-NORMANDIE BRETAGNE

286

226

136

109

357

66

7

178

382

248 ALSACE 554

6

779 469

310

167

197

BOURGOGNE

160

FRANCHECOMTÉ

84

88

45

39

63

60

39

24

157

28

120

86

LIMOUSIN

71

7

19 33

ÉTRANGER

14

RHÔNE-ALPES

AUVERGNE

5

1 687

123 103

AQUITAINE

39

34

13

LORRAINE 630

CENTRE

175

DOM-TOM

138

CHAMPAGNE ARDENNES

14

PAYS DE LOIRE

4 838 3 562 2 194

99

11

ÎLE-DE-FRANCE

POITOUCHARENTES

21

15

362

156

13

178

5 756

PICARDIE 26

141 NORMANDIE

171

ÎLE-DE-FRANCE

277

80

43

1 485 1 120 567

508 5

438

304

204

MIDI-PYRÉNÉES LANGUEDOCROUSSILLON

913 751

579

334

688 671

392

296

1 377 1 140 801

576

PROVENCE-ALPES CÔTE-D’AZUR CORSE

16

5

Près de 80 % des personnels CNRS travaillent dans 6 « régions » sur 24 au total (DOM-TOM et étranger compris) : 81,1 % des chercheurs et 77,6 % des IT, - 40,6 % en Île-de-France - 12,2 % en Rhône-Alpes - 9,7 % en Provence-Alpes-Côte-d’Azur - 6,4 % en Midi-Pyrénées - 5,2 % en Languedoc-Roussillon - 5,1 % en Alsace

8

8

Les 20,8 % travaillant dans les 18 « régions » restantes repré sentent néanmoins 2 202 chercheurs et 3 237 IT. Le poids des régions, en nombre d’agents, a progressé de plus de 5,5 points en 10 ans.


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Régions

51 Total France métropolitaine = 25 860 Total général = 26 078 Pourcentage de chaque région par rapport à l’effectif total du CNRS France métropolitaine = 99,2 %

ÎLE-DE-FRANCE

NORD-PASDE-CALAIS

10 594 40,6%

504 1,9% HAUTENORMANDIE

PICARDIE

96

56

0,4%

0,2%

410 1,6%

LORRAINE

BASSE-NORMANDIE

ÎLE-DE-FRANCE

BRETAGNE

648 2,5%

CHAMPAGNE ARDENNES

27

PAYS DE LOIRE CENTRE

524 2,0%

BOURGOGNE

172 0,7%

41

0,2%

LIMOUSIN

52

0,2%

ÉTRANGER

177 0,7%

FRANCHECOMTÉ

123 0,5%

POITOUCHARENTES

277 1,1%

ALSACE

0,1%

1 333 5,1%

331 1,3%

DOM-TOM

808 3,1%

AUVERGNE

RHÔNE-ALPES

226 0,9%

3 172 12,2%

AQUITAINE

946 3,6%

MIDI-PYRÉNÉES

LANGUEDOCROUSSILLON

1 664 6,4%

1 359 5,2%

2 517 9,7% PROVENCE-ALPES CÔTE-D’AZUR CORSE

21

Flash Poids des régions hors île-de-france (*) 1996

53,5%

2001

56,6%

2006

59,0%

* En France Métropolitaine.

0,1%


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Régions

4.2 – Délégations

DéLéGATIONS

EDD

MC

CH

IT

CH

IT

529

426

104

120

- Paris A

45

29

7

- Paris B

148

106

- Est

55

- Sud

SDV

CH

IT

CH

IT

48

1 280

1 364

1 729

823

826

12

18

105

52

54

111

101

31

38

1

90

399

333

206

240

55

44

40

85

29

18

87

92

149

173

22

30

172

474

818

252

278

- Ouest et Nord

48

22

2

203

400

491

12

12

- Paris Michel Ange

84

41

27

625

10

15

155

103

Centre-Est

59

60

22

15

347

79

123

29

41

130

125

6

3

90

143

258

207

228

73

102

25

44

59

53

81

38

80

108

88

47

62

1

50

97

125

56

62

Nord, Pas-de-Calais et Picardie

37

29

4

6

1

43

32

43

46

60

Normandie

46

41

1

51

47

184

13

25

Rhône Auvergne

150

171

41

34

72

190

231

111

100

Alpes

113

85

9

12

1

100

352

457

57

45

42

26

33

26

5

112

194

326

254

265

5

1

1

42

121

144

84

98

Languedoc-Roussillon

114

83

109

98

3

90

95

95

162

136

Midi-Pyrénées

103

83

22

21

153

184

211

170

167

Aquitaine et Limousin

146

154

65

72

86

102

87

3 023

4 093

2 152

2 220

Alsace Centre - Poitou - Charentes Bretagne et Pays de Loire

Provence Côte d'Azur

CH

MPPU IT

Île-de-France : 52

CHIMIE

INSU TOTAL CNRS Les pôles régionaux du cnrs par département scientifique

1 655

1 474

422

441

1

1

50

63

2 604

1°) Languedoc-Roussillon 1°) IDF Sud 1°) Paris Michel Ange 2°) Bretagne et Pays de 2°) Rhône Auvergne 2°) Centre-Est Loire 3°) Aquitaine et Limousin 3°) IDF Ouest et Nord 3°) Rhône Auvergne

1°) IDF Sud 2°) IDF Ouest et Nord 3°) Alpes

1°) IDF Sud 2°) Provence 3°) Paris B

* Non renseigné.

Les 19 délégations du CNRS ont eu en 2006, la charge du suivi de proximité d’un effectif moyen de 1 370 chercheurs et IT, allant d’un minimum de 503 personnes pour la délégation de Normandie à un maximum de 2 684 personnes pour la délégation Île-de-France Sud.

En croisant les délégations régionales avec les départements scientifiques, on constate que les trois plus fortes concentrations de personnels d’un département dans une région sont : - 35,8 % SHS à la délégation Paris A - 24 % EDD à la délégation Languedoc-Roussillon - 18,2 % MPPU à la délégation Île-de-France Sud


Emploi scientifique et carrières

SHS

ST2I

NR*

TOTAL

DéLéGATIONS

IT

Total

4 968

5 779

10 747

62

1 142

872

2 014

- Paris A

51

37

1 021

970

1 991

- Paris B

38

266

81

668

493

1 161

- Est

123

157

18

18

1 038

1 646

2 684

- Sud

CH

IT

CH

IT

CH

IT

CH

1 234

796

387

345

479

257

794

486

50

23

65

104

75

81

51

152

84

35

Île-de-France :

182

141

79

65

32

21

755

955

1 710

- Ouest et Nord

2

10

19

11

47

38

344

843

1 187

- Paris Michel Ange

40

70

105

121

8

13

342

790

1 132

Centre-Est

18

20

18

32

29

22

552

778

1 330

Alsace

30

61

59

85

7

1

285

513

798

Centre - Poitou - Charentes

45

45

57

53

35

47

446

532

978

Bretagne et Pays de Loire

45

41

69

78

23

2

257

302

559

Nord, Pas-de-Calais et Picardie

11

29

21

24

6

4

145

358

503

Normandie

123

150

110

101

109

65

834

924

1 758

Rhône Auvergne

25

43

147

117

52

31

756

890

1 646

Alpes

173

162

116

107

44

16

861

1 040

1 901

Provence

34

44

34

24

16

2

295

355

650

32

38

58

90

98

57

671

687

1 358

Languedoc-Roussillon

67

61

168

182

41

34

755

912

1 667

Midi-Pyrénées

65

76

51

46

37

13

473

527

1 000

Aquitaine et Limousin

1

50

51

11 641

14 437

26 078

1 942

1 636

1°) Paris A 2°) Provence 3°) IDF Ouest et Nord

1 400

1 405

1°) Midi-Pyrénées 2°) IDF Sud 3°) Alpes

984

564

1°) IDF Est 2°) Rhône Auvergne 3°) Languedoc-Roussillon

Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Régions

Côte d'Azur

INSU TOTAL CNRS Les pôles régionaux du cnrs par département scientifique

Avertissement : la répartition géographique des agents doit être recherchée en pages 50 et 51, certains personnels demeurant gérés au niveau national, indépendamment de leur localisation (INSU).

53


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / RĂŠgions

54

4.3 â&#x20AC;&#x201C; MobilitĂŠ gĂŠographique * 4.3.1 â&#x20AC;&#x201C; Chercheurs MobilitĂŠ

DR1

DR2

CR1

CR2

TOTAL CH

RĂŠgion.RĂŠgion

2

13

35

18

68

RĂŠgion.Ă&#x17D;le-de-France

1

6

10

5

22

Ă&#x17D;le-de-France.RĂŠgion

2

10

31

4

47

Ă&#x17D;le-de-France.Ă&#x17D;le-de-France

6

27

24

5

62

Ă&#x2030;tranger.Ă&#x17D;le-de-France

2

1

9

2

14

Ă&#x17D;le-de-France.Ă&#x2030;tranger

2

2

5

Ă&#x2030;tranger.RĂŠgion

2

3

12

3

20

2

9

64

135

RĂŠgion.Ă&#x2030;tranger

9 11

Dom-Tom.Ă&#x17D;le-de-France RĂŠgion.Dom-Tom TOTAL

17

37

253

* Les mobilitĂŠs gĂŠographiques ne tiennent pas compte des changements de lieux de travail suite Ă une mise Ă  disposition.

Pourcentage de chaque mobilitĂŠ par rapport au total de la mobilitĂŠ interne

7,9%

4,3%

RĂŠgion  RĂŠgion = 68 RĂŠgion  Ă&#x17D;le-de-France = 22

3,6%

Ă&#x17D;le-de-France  RĂŠgion = 47 Ă&#x17D;le-de-France  Ă&#x17D;le-de-France = 62

5,5% 26,9%

Ă&#x2030;tranger  Ă&#x17D;le-de-France = 14 Ă&#x17D;le-de-France  Ă&#x2030;tranger = 9 Ă&#x2030;tranger  RĂŠgion = 20 RĂŠgion  Ă&#x2030;tranger = 11 Total = 253

24,5% 8,7%

18,6%


Emploi scientifique et carrières

4.3.2 â&#x20AC;&#x201C; IngĂŠnieurs et Techniciens MobilitĂŠ

IR

IE

AI

T

AJT

TOTAL IT

TOTAL CH+IT

RĂŠgion.RĂŠgion

23

24

22

34

5

108

176

RĂŠgion.Ă&#x17D;le-de-France

1

6

5

1

13

35

Ă&#x17D;le-de-France.RĂŠgion

6

23

19

45

3

97

144

22

43

29

64

10

168

230

3

1

4

18

Ă&#x17D;le-de-France.Ă&#x17D;le-de-France Ă&#x2030;tranger.Ă&#x17D;le-de-France Ă&#x17D;le-de-France.Ă&#x2030;tranger

1

Ă&#x2030;tranger.RĂŠgion

3

AGT

1

1

1

10

4

24

RĂŠgion.Ă&#x2030;tranger

1

1

12

Dom-Tom.Ă&#x17D;le-de-France

1

1

1

2

2

399

652

RĂŠgion.Dom-Tom

2

TOTAL

58

99

73

149

19

1

* Les mobilitĂŠs gĂŠographiques ne tiennent pas compte des changements de lieux de travail suite Ă une mise Ă  disposition.

Pourcentage de chaque mobilitĂŠ par rapport au total de la mobilitĂŠ interne

1,0%

1,0% 0,3% 0,3% 0,3% 0,5%

RĂŠgion  RĂŠgion = 108 27,0%

RĂŠgion  Ă&#x17D;le-de-France = 13 Ă&#x17D;le-de-France  RĂŠgion = 97 Ă&#x17D;le-de-France  Ă&#x17D;le-de-France = 168 Ă&#x2030;tranger  Ă&#x17D;le-de-France = 4 Ă&#x17D;le-de-France  Ă&#x2030;tranger = 1 Ă&#x2030;tranger  RĂŠgion = 4 RĂŠgion  Ă&#x2030;tranger = 1

3,3%

42,0%

Dom-Tom Ă&#x17D;le-de-France= 1 RĂŠgion  Dom-Tom = 2 Total = 399

24,3%

253 chercheurs et 399 IT, soit 2,5 % des personnels permanents du CNRS, ont changĂŠ de lieu de travail au cours de lâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠe 2006. Après une annĂŠe 2003 plus faible en mobilitĂŠ, 500 au total, le nombre des mobilitĂŠs remonte en 2006 Ă un niveau habituel.

Dans ces 652 mobilitĂŠs, il y a 62,3 % de mobilitĂŠ ÂŤ intra-zonesÂť et 37,7 % de mobilitĂŠs ÂŤ inter-zones Âť, dont plus de la moitiĂŠ sont des sorties dâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x17D;le-de-France.

Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / RĂŠgions

55


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Régions

4.4 – NOEMI (Nouveaux emplois offerts à la mobilité) 4.4.1 – Emplois affichés et pourvus par délégation PARIS MICHEL-ANGE

56

132

59

45%

PARIS B

62

NOEMI affichés (A) = 960

31

50%

IDF OUEST ET NORD

NOEMI pourvus (B) = 447

87

Productivité (B/A) = 47%

31

36% IDF EST

NORD-PAS-DE-CALAIS ET PICARDIE

22

10

38 IDF SUD

45% 92

NORMANDIE

18

8

29

ALSACE

CENTRE-EST

33

CENTRE POITOU-CHARENTES

27

13

6

42

18%

14

48% ALPES

AQUITAINE LIMOUSIN

19

50

RHÔNE AUVERGNE

67

61%

31

22

44%

46% PROVENCE

56 MIDI-PYRÉNÉES

55

31

56%

ÎLE-DE-FRANCE

81%

31

PARIS A

45% 55

44%

BRETAGNE ET PAYS DE LOIRE

36

41

23

LANGUEDOCROUSSILLON

42% 35

23

66%

24

43%

CÔTE D'AZUR

22

10

45% CORSE

Le volume de Nouveaux Emplois offerts à la Mobilité est en augmentation en 2006, avec 960 postes offerts contre 870 en 2004 et 856 en 2003 ; l’année 2005 doit être traitée à part compte tenu d’un volume de 1 338 postes offerts en lien avec la réforme de l’administration du siège. En 2006, 47 % de ces nouveaux emplois ont été pourvus contre 51 % en 2005, 40 % en 2004 et 44 % en 2003 soit un taux moyen de 45, 5 % sur quatre ans. La part des mobilités effectuées en direction de l’Île-deFrance est toujours la plus importante, augmentant régulièrement de 35 % en 2002 à 48 % en 2006. à noter que les modalités d’occupation des emplois affichés rassemblent la mobilité interne (74 %), la réintégration (5,8 %) et l’accueil en détachement (20,2 %).

33%

Total IDF

466

215

46%

22

58%


Emploi scientifique et carrières

4.4.2 – Modalités d’occupation des emplois affichés NOEMI pourvus Département scientifique

NOEMI affichés

Mobilités internes

Reprise d'activité *

Accueils (détachements, MAD, CDD)

TOTAL

NOEMI non pourvus

CHIMIE

69

20

2

6

28

41

EDD

42

14

2

5

21

21

MC

265

78

10

19

107

158

MPPU

209

68

5

19

92

117

SDV

145

51

2

14

67

78

SHS

115

59

3

15

77

38

ST2I

75

26

1

9

36

39

IN2P3

31

12

1

2

15

16

INSU

9

3

1

4

5

960

331

90

447

513

Total

26

57

* Réintégration et affectation après mise à disposition.

4.4.3 – Emplois affichés et pourvus par BAP

Emplois pourvus = 447

Emplois affichés = 960

37

103

16 54 52

145

406

4

226

64

11

140

45

BAP Taux de productivité*

33

56

15

A

B

C

D

E

F

G

H

Total

36%

30%

36%

36%

46%

59%

33%

56%

47%

* Emplois pourvus / emplois affichés.

Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Régions


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Régions

58

4.4.4 – Analyse des flux par type d’unités et par BAP TYPE D'UNITÉ D'ORIGINE LABO

BAP

ADM

non précisé *

LABO

.FLUX VERS LABORATOIRES

A

22

B

12

C

43

D

1

1

37

4

16

8 1

52

1

4

2

36

5

13

13

4

15

G

4

2

2

%

TOTAL

14

E

H

non précisé *

.FLUX VERS ADMINISTRATION

F

TOTAL

ADM

5

3

64

2

33

1 3

2

15

2

52

61

24

17

54

18

226

183

74

82

25

60

23

447

40,9%

16,6%

18,3%

5,6%

13,4%

5,2%

100,0%

339 mobilités au profit des laboratoires soit 76%

108 mobilités au profit de l’administration soit 24%

* Réintégrations, réaffectations, accueil en détachement.

ADM = Administration du CNRS : délégations, siège et autres services des moyens communs. LABO = Unités de recherche propres ou associées.

4.4.5 – Âges des agents ayant effectué une mobilité par rapport à l’âge des IT du CNRS

% d'agents ayant effectué une mobilité interne 0,2 1 0,4 0,7 3

65 ans et plus 60 à 64 ans

% d'IT au CNRS Total IT au 31/12/2006 = 14 437 8,1 5,4

55 à 59 ans

xx

24

17,1

6,9 31

50 à 54 ans

NOEMI pourvus Total des mobilités = 447

11,9 13,0 58 12,3

45 à 49 ans 40 à 44 ans

17,4 78

13,7

35 à 39 ans

25,1 112

15,6

30 à 34 ans

19,7 88

11,9

25 à 29ans

10,7 48

8,0 0,9 4 1,0

Moins de 25 ans 0

5

10

La mobilité est majoritaire chez les trentenaires, 44,8 % des agents ont entre 30 et 39 ans en 2006. Au-delà de 55 ans, rares sont les agents qui changent de lieu de travail (6,3 % des mobilités en 2006).

15

20

25

30

Globalement, la moyenne d’âge de la population « mobile » est plus jeune (39 ans et 4 mois) que celle de l’ensemble des personnels IT (44 ans et 8 mois).


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Régions

4.4.6 – Répartition par sexe et niveau de corps des agents ayant pourvu un NOEMI

%

% Femmes mobiles = 57,9% / 259

% Femmes IT Total CNRS = 51,8% / 7 476

% Hommes mobiles = 42,1% / 188

% Hommes IT Total CNRS = 48,2% / 6 961

Total personnes mobiles = 447

Total IT du CNRS= 14 437

59

100

80

29,4%

38,8% 19

37,6% 41

48,8%

49,2%

56,7% 51

66,7%

74,7% 130

60

63,0%

72,0% 18

70,6%

40

62,4% 68

61,2% 30

51,2%

50,8%

43,3% 39

20

33,3%

25,3% 44

37,0%

28,0% 7

0

IR

IE

AI

T

AJT

La mobilité des femmes est en légère baisse, 57,9 % en 2006, par rapport aux années précédentes, 62,3 % en 2005 et 64,4 % en 2004. Mais les femmes IT restent proportionnellement plus mobiles, sauf dans le corps des IE.

4.5 – Répartition régionale des évolutions de carrière prononcées en 2006 4.5.1 – Chercheurs Recrutements internes et promotions de grade ÎLE-DE-FRANCE NORD-PAS-DE-CALAIS PICARDIE NORMANDIE

1

1

4

24 ÎLE-DE-FRANCE

ALSACE

4 14 12

CENTRE-EST

4 11 21

CENTRE POITOU-CHARENTES

36

3

3

30

9 16 28

6 15

4

DR1 = 80 RHÔNE AUVERGNE

1

1

4 18 31

MIDI-PYRÉNÉES

6 15 32 54

LANGUEDOCROUSSILLON

2 16 24 42

DR2 = 243

ALPES

2

54

5 15 24

DRCE2 = 4 DRCE1 = 9

14 AQUITAINE LIMOUSIN

5 33 101 106 248

6 17

6

12

BRETAGNE ET PAYS DE LOIRE

1

3

8 16 24

Total = 692

50 PROVENCE

6 17 37 60

CÔTE D'AZUR

1

CR1 = 356

5 10 16 CORSE


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Régions

60

4.5.2 – IT Promotions de corps Recrutements internes (lauréats internes)

DÉLÉGATION Île-de-France Centre-Est

IR2

IE2

AI

10

10

14

2

TCN

AJT

2

2

TOTAL

IR2

IE2

AI

TCN

AJT

38

12

17

10

19

2

5

3 3

Promus par corps au choix

8

Rhône Auvergne

3

Centre-Poitou-Charentes

3

3

3

2

9

Alsace

1

2

3

6

3

2

1

4

1

1

1

3

2

8

10

1

1

1

3

1

2

3

1

5

1

3

Aquitaine Limousin

4

2

3

1

1

Bretagne et Pays de la Loire

1

2

3

Nord, Pas-de-Calais et Picardie

1

4

5

1

Normandie

1

1

1

Côte d'Azur

1

3

1

6 3 1

1

3

1

2

1

1

1 48

10

8

1 3

26

6

1

3

1

32

1 2

3

5

Midi-Pyrénées

TOTAL

3 2

2

3 5

2

2

15

3 1

2

2 1

INSU

7

6

1 3

Languedoc-Roussillon

4

60

6

11

Alpes Provence

2

1

TOTAL

11

2

119

22

35

20

43

8

128

Promotions de grade

Île-de-France

Promus par sélection professionnelle

Promus par grade au choix

DÉLÉGATION IR1

IEHC

IE1

TCE

TCS

AJTP

AGTP 1

TOTAL 175

31

15

36

13

38

41

Centre-Est

3

2

9

1

7

7

29

Rhône Auvergne

5

2

7

1

6

6

27

1

3

1

Centre-Poitou-Charentes

5

1

1

Alsace

9

3

10

Alpes

12

1

11

Provence

5

Languedoc-Roussillon

5

2

7 2

8

IRHC 4 3

TCE

TOTAL

22

26

5

5

2

5

12

3

3

29

1

1

2

36

9

4

4

6

30

7

4

2

5

23

1 1

5

6

6

7

1

1

1

1

6

6

14

Aquitaine Limousin

1

2

6

1

6

1

17

Bretagne et Pays de la Loire

3

2

5

1

2

1

14

Nord, Pas-de-Calais et Picardie

2

2

3

1

3

1

12

2

2

Normandie

2

1

4

7

5

5

15

1

1

63

75

Midi-Pyrénées

Côte d'Azur

2

INSU

1

TOTAL

86

2

3

1

1 34

109

4

3

101

1

6

8

1

1

3

4

3

1 32

2

80

1

443

12


Emploi scientifique et carrières

5 GROUPES DE DISCIPLINE, DÉPARTEMENTS SCIENTIFIQUES ET LABORATOIRES 5.1 – Groupes de discipline* Effectifs par Groupes de discipline et par corps (source : DRH/IPAM) Groupe de discipline

Chercheurs

INTR MATH

IT

61

Total

2 710

2 579

5 289

314

158

472

PHY

503

368

871

PNHE

364

1 092

1 456

988

868

1 856

1 027

1 147

2 174

SDV1

885

587

1 472

SDV2

995

837

1 832

SDV3

558

545

1103

SC SDE

1 819

1 499

3 318

SPI

391

389

780

SPU

546

932

1 478

STIC

541

SHS

MC Non renseigné Total

11 641

568

1 109

2 630

2 630

238

238

14 437

26 078

* Le détail des groupes de disciplines se trouve en annexe. ** Les sections supérieures à 40 ne sont pas comptabilisées ce qui explique la différence de 43 agents avec la répartition par départements ci-dessous.

5.2 – Départements scientifiques Au cours de l’année 2006, le CNRS a mis en place certaines inflexions quant à son organisation. Le CNRS compte à partir de cette année 6 départements scientifiques (hors Moyens Communs), dont le rôle et l’interdépartementalité sont renforcés, afin de répondre aux enjeux scientifiques et sociétaux qui font de plus en plus appel à l’interdisciplinarité. à compter de cette année, les agents ne sont plus rattachés à un département scientifique, mais à une unité de recherche. Cette dernière est raccordée à un ou plusieurs de ces départements scientifiques : - Chimie, - Environnement et développement durable (EDD), - Mathématiques, physique, planète et univers (MPPU), auquel s’adossent deux Instituts : l’Institut national des sciences de l’univers (INSU) et l’Institut national de physique nucléaire et de physique des particules (IN2P3). - Sciences du vivant (SDV), - Sciences humaines et sociales (SHS), - Sciences et technologies de l’information et de l’ingénierie (ST2I).

Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / GD, DS et Laboratoires


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / GD, DS et Laboratoires

62

5.2.1 – Tableaux récapitulatifs (personnels permanents payés, recensés au 31/12/2006) Par catégorie professionnelle Population Chercheurs Ingénieurs Techniciens TOTAL IT

CHIMIE

SDV

SHS

1 655

EDD 422

MC 63

MPPU 3 023

2 152

1 942

ST2I 1 400

NR* 984

TOTAL 11 641

927

261

1 241

2 796

1 190

1 134

962

359

8 870

547

180

1 363

1 297

1 030

502

443

205

5 567

1 474

441

2 604

4 093

2 220

1 636

1 405

564

14 437

TOTAL

3 129

863

2 667

7 116

4 372

3 578

2 805

1 548

26 078

% par DS

12,0%

3,3%

10,2%

27,3%

16,8%

13,7%

10,8%

5,9%

100,0%

* Non renseigné, notamment en lien avec le rattachement de l’agent, non plus à un département scientifique mais à une unité.

La mise en place d’un nouveau découpage des départements scientifiques a assez largement modifié les grandes masses d’effectifs.

Enfin, les anciens départements STIC et SPI sont à nouveau réunis dans un département ST2I, qui comptabilise plus de 10 % de l’effectif permanent CNRS, à l’image de l’ancien département SPI en 1999.

Ainsi le département MPPU avec 27,3 % (7 116 agents) des effectifs permanents du CNRS, regroupe le plus grand nombre des personnels, qu’il s’agisse de chercheurs, d’ingénieurs ou de techniciens. Il faut noter que ce département comptabilise en grande partie les effectifs des anciens départements SPM, PNC et SDU.

à noter qu’il reste un peu moins de 6 % des agents pour lesquels il n’a pas été possible, en l’état actuel du système d’information, d’attribuer un département scientifique de rattachement.

Il est également à noter que le département SDV connaît une baisse conséquente de ses effectifs compte tenu de la création du département EDD.

Rapport IT/chercheurs*

Dépa

1,35 1,05

1,03

0,89

1,00 Total = 1,02*

0,84 0,57

CHIMIE

EDD

MPPU

SDV

SHS

ST2I

NR**

* Hors personnels de Moyens Communs. ** Non renseigné.

Hors le secteur « Moyens Communs », le rapport IT/Chercheurs est de 1,02 c'est-à-dire que l’on compte 1 chercheur pour 1,02 IT. Cette situation est contrastée entre des départements comme SHS ou Chimie qui sont majoritairement composés de chercheurs et le départe-

ment MPPU qui compte 1,35 IT pour 1 chercheur, conséquence de l’intégration des deux instituts nationaux IN2P3 et INSU, à fort potentiel technologique. Les départements EDD, SDV et ST2I sont quant à eux très proches du ratio global.


Emploi scientifique et carrières

Par sexe SDV

SHS

ST2I

Chercheurs

Sexe

CHIMIE 1 655

422

63

3 023

2 152

1 942

1 400

984

11 641

Hommes

1 149

293

38

2 395

1 303

1 094

1 102

601

7 975

Femmes

506

129

25

628

849

848

298

383

3 666

% Femmes CH

30,6

30,6

39,7

20,8

39,5

43,7

21,3

38,9

31,5

1 474

441

2 604

4 093

2 220

1 636

1 405

564

14 437

784

188

857

2 747

745

530

896

214

6 961

IT Hommes

EDD

MC

MPPU

NR*

TOTAL

Femmes

690

253

1 747

1 346

1 475

1 106

509

350

7 476

% Femmes IT

46,8

57,4

67,1

32,9

66,4

67,6

36,2

62,1

51,8

TOTAL

3 129

863

2 667

7 116

4 372

3 578

2 805

1 548

26 078

Hommes

1 933

481

895

5 142

2 048

1 624

1 998

815

14 936

Femmes

1 196

382

1 772

1 974

2 324

1 954

807

733

11 142

38,2

44,3

66,4

27,7

53,2

54,6

28,8

47,4

42,7

% Femmes * Non renseigné.

Les femmes représentent 42,7 % des personnels permanents du CNRS : 51,8 % des IT et 31,5 % des chercheurs permanents. Cette moyenne recouvre une grande hétérogénéité de situations selon les départements scientifiques : - deux départements présentent un taux de féminisation supérieur à 50 % : SHS et SDV (avec une proportion de femmes proche de 40 % parmi les chercheurs), - deux départements présentent un taux de féminisation autour de 40 % : Chimie (dont 30,6 % des chercheurs sont des femmes) et EDD (dont 30,6 % de chercheuses).

- deux départements présentent un taux de féminisation inférieur à 30 % : MPPU et ST2I ; la proportion de chercheuses y étant respectivement de 20,8 % et 21,3 %. Les Moyens Communs demeurent le département le plus éloigné de la parité, avec exactement en 2006, deux femmes pour trois agents.

5.2.2 – Chercheurs grade

CHIMIE

DRCE 2

9

EDD

MC

MPPU 4

19

SDV 11

SHS 3

ST2I 7

NR*

TOTAL 3

56

11

5

3

26

18

12

11

4

90

DR 1

149

33

14

336

201

158

123

78

1 092

DR 2

513

100

20

882

603

559

381

315

3 373

CR 1

815

235

20

1 439

1 110

1 067

687

514

5 887

CR 2

158

49

2

321

209

143

191

70

1 143

DRCE 1

TOTAL

1 655

422

63

3 023

2 152

1 942

1 400

984

11 641

% CH**

14,2%

3,6%

0,5%

26,0%

18,5%

16,7%

12,0%

8,5%

100%

* Non renseigné. ** Répartition des chercheurs par département scientifique.

Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / GD, DS et Laboratoires

63


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / GD, DS et Laboratoires

64

GRADE

CHIMIE

DRCE 2

0,5%

DRCE 1

0,7%

EDD

MC

MPPU

SDV

SHS

ST2I

NR*

TOTAL

6,4%

0,6%

0,5%

0,2%

0,5%

0,3%

0,5%

1,2%

4,8%

0,9%

0,9%

0,6%

0,8%

0,4%

0,8%

DR 1

9,0%

7,8%

22,2%

11,1%

9,3%

8,1%

8,8%

7,9%

9,4%

DR 2

31,1%

23,7%

31,7%

29,2%

28,0%

28,8%

27,2%

32,0%

29,0%

CR 1

49,2%

55,7%

31,7%

47,6%

51,6%

54,9%

49,1%

52,3%

50,5%

CR 2 TOTAL Part des Directeurs de Recherche

9,5%

11,6%

3,2%

10,6%

9,7%

7,4%

13,6%

7,1%

9,8%

100,0%

100,0%

100,0%

100,0%

100,0%

100,0%

100,0%

100,0%

100,0%

41,2%

32,7%

65,1%

41,8%

38,7%

37,7%

37,3%

40,7%

39,6%

* Non renseigné.

Globalement, les 11 641 chercheurs permanents du CNRS se répartissent en 39,6 % de directeurs de recherche et 60,4 % de chargés de recherche.

connaissent une légère surreprésentation de DR. EDD est le département qui connaît la plus faible proportion de DR avec 32,7 %.

Les Moyens Communs continuant d’être atypiques et non représentatifs, surtout en ce qui concerne les chercheurs, il convient d’observer les départements distinctement de celui-ci. Les départements MPPU et Chimie, avec respectivement 41,8 % et 41,2 % de directeurs de recherche,

Il est à noter que 10,7 % des chercheurs sont DR1 ou DRCE, proportion relativement équivalente dans la plupart des départements mis à part MPPU avec 12,6 % et MC avec 33,4 %.

5.2.3 – Ingénieurs / Techniciens (1) GRADE

CFP

INGéNIEURS IRHC

A

CHIMIE

MC

MPPU

SDV

SHS

927

EDD 261

1 241

2 796

1 190

1 134

ST2I 962

NR* 359

TOTAL 8 870

13

3

32

78

4

16

14

4

164

IR 1

A

117

22

110

355

90

116

156

39

1 005

IR 2

A

160

34

138

639

200

142

208

61

1 582

IEHC

A

7

2

20

41

24

60

13

9

176

IE 1

A

79

24

85

195

114

198

71

50

816

IE 2

A

277

99

443

702

383

392

257

116

2 669

A **

274

77

412

786

375

210

243

80

2 457

547

180

1 363

1 297

1 030

502

443

205

5 567

TCE

B

106

54

211

296

146

107

122

38

1 080

TCS

B

105

32

225

287

170

103

70

33

1 025

CMR AI

A

TECHNICIENS

1

1

TCN

B

249

72

696

554

454

217

182

90

2 514

AJTP

C

25

9

58

56

72

26

20

13

279

AJT

C

59

13

158

101

186

48

49

31

645

1

AGTP

C

2

9

1

1

AGT

C

1

6

2

1

14 10

TOTAL

1 474

441

2 604

4 093

2 220

1 636

1 405

564

14 437

% IT ***

10,2%

3,1%

18,0%

28,4%

15,4%

11,3%

9,7%

3,9%

100,0%

(1) Y compris les 126 titulaires de physique nucléaire (TPN). * Non renseigné. ** Sauf 33 TPN classés en catégorie B. *** Pourcentage des IT dans chaque département par rapport à l'effectif des IT et des personnels de physique nucléaire.


Emploi scientifique et carrières

Près de la moitié des ingénieurs et techniciens (46,4 %) relève des deux départements les plus nombreux (MPPU et MC). Il faut souligner que le département MPPU a une composante infrastructure technologique lourde avec les deux instituts nationaux IN2P3 et INSU et que MC regroupe l’ensemble des fonctions supports à la recherche comptant 97,6 % d’IT au sein de son personnel. En 2006, les IT comptent 61,4 % de personnels de catégorie A, 32 % de catégorie B et 6,6 % de catégorie C. Ces proportions sont stables par rapport à 2005 avec cependant une

légère tendance à augmenter en catégorie A pour diminuer en catégorie C. Ces moyennes globales varient considérablement selon le département scientifique. Les personnels de catégorie A sont très présents au sein des départements SHS, ST2I, et MPPU (aux alentours de 70 %), autour de 60 % en Chimie et EDD. Ils représentent 53,6 % des IT en SDV et 47,7 % des IT en MC ; les personnels de catégorie C y représentant respectivement 11,7% et 8,9 %.

Récapitulatif chercheurs et IT par département scientifique (%)

Chercheurs = 11 641

IT = 14 437 3,9%

8,5%

14,2%

10,2%

9,7%

3,1%

3,6%

12,0%

0,5%

11,3% 18,0%

26,0% 16,7% 15,4% 28,4%

18,5%

CHIMIE

* Non renseigné.

EDD

MC

MPPU

SDV

SHS

ST2I

NR*

Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / GD, DS et Laboratoires

65


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / GD, DS et Laboratoires

5.2.4 – Âges moyens, classes et pyramides d’âges

Âge moyen des chercheurs par DS comparé à la moyenne 54,7

55

Âge moyen des IT par DS comparé à la moyenne 55

Âge moyen des chercheurs = 47,0 ans

Âge moyen des IT = 44,7 ans

66 50,3

49,3

50

46,4

46,7

46,0

50

48,9

48,7

46,2

45,9 44,3

45

45

40

44,9

44,4

44,0

43,3

43,3

40

CHIMIE

EDD

MC

MPPU

SDV

SHS

ST2I

NR*

CHIMIE

EDD

MC

MPPU

SDV

SHS

ST2I

NR*

* Non renseigné.

Outre le département des Moyens Communs (âge moyen le moins élevé : 43 ans et 6 mois), dont l’effectif de chercheurs n’est pas significatif et dont le poids des IT (en moyenne plus jeunes que les chercheurs) est plus important, 5 ans séparent les moyennes extrêmes par département scientifique : de 44 ans et 7 mois pour ST2I à 49 ans et 7 mois pour SHS.

des chercheurs au sein de ce département. Ce constat est renforcé par l’âge au recrutement des chercheurs SHS qui est en CR2 (32 ans et 10 mois) comme en CR1 (39 ans et 2 mois) l’âge moyen au recrutement le plus élevé sur l’ensemble des départements (voir chapitre carrières). Mais les ingénieurs et techniciens de SHS sont également plus âgés que dans les autres départements.

SHS se distingue par l’âge moyen le plus élevé avec pour les chercheurs un âge moyen de 50 ans et 4 mois et pour les IT de 48 ans et 8 mois. Ce constat renvoie à un comportement moyen de départs à la retraite spécifiquement tardif au cours de la dernière décennie et manifeste la prédominance

Les autres départements sont relativement groupés autour de la moyenne globale des personnels permanents du CNRS, à savoir 45 ans et 8 mois au 31/12/2006.

Classes d’âges des Chercheurs Classes d'âges

CHIMIE

EDD

MC

MPPU

SDV

SHS

ST2I

NR*

TOTAL

65 à 69 ans

15

2

3

44

18

35

19

20

156

60 à 64 ans

198

47

21

378

191

390

94

140

1 459

55 à 59 ans

229

64

14

339

288

444

152

197

1 727

50 à 54 ans

209

62

11

396

299

251

167

150

1 545

45 à 49 ans

248

66

7

434

377

201

227

157

1 717

40 à 44 ans

243

54

2

463

365

215

212

122

1 676

35 à 39 ans

273

72

2

454

364

240

230

129

1 764

30 à 34 ans

225

52

3

441

241

156

241

61

1 420

25 à 29 ans

15

3

74

9

10

58

8

177

1 655

422

3 023

2 152

1 942

1 400

984

11 641

TOTAL * Non renseigné.

63


Emploi scientifique et carrières

âge des chercheurs selon le département scientifique Total = 11 641 500

400

Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / GD, DS et Laboratoires

67

300

200

100

0

25 à 29 ans = 177

30 à 34 ans = 1 420 CHIMIE

35 à 39 ans = 1 764

40 à 44 ans = 1 676

EDD

MC

45 à 49 ans = 1 717 MPPU

50 à 54 ans = 1 545 SDV

55 à 59 ans = 1 727 SHS

60 à 64 ans = 1 459 ST2I

65 à 69 ans = 156 NR*

âge des chercheurs selon le grade Total = 11 641

1500

1200

900

600

300

0

25 à 29 ans = 177

30 à 34 ans = 1 420

35 à 39 ans = 1 764 DRCE

40 à 44 ans = 1 676 DR 1

45 à 49 ans = 1 717

50 à 54 ans = 1 545

DR 2

CR 1

55 à 59 ans = 1 727 CR 2

60 à 64 ans = 1 459

65 à 69 ans = 156


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / GD, DS et Laboratoires

68

Classes d’âges des IT Classes d'âges

CHIMIE

EDD

MC

MPPU

SDV

SHS

ST2I 100

90

1 171

241

148

2 464

202

186

70

1 723

264

188

176

56

1 774

299

196

216

63

1 983

704

356

193

215

56

2 256

341

502

304

123

160

46

1 715

212

331

232

66

99

23

1 155

2

7

22

2

12

2

60 à 64 ans

111

36

112

328

154

240

55 à 59 ans

257

99

331

622

355

411

50 à 54 ans

174

51

340

478

222

45 à 49 ans

173

58

359

500

40 à 44 ans

187

47

409

566

35 à 39 ans

198

62

472

30 à 34 ans

185

54

25 à 29 ans

163

29

TOTAL

TOTAL 54

2

20 à 24 ans

NR* 5

65 à 69 ans

24

3

21

40

32

5

10

7

142

1 474

441

2 604

4 093

2 220

1 636

1 405

564

14 437

* Non renseigné.

âge des IT selon le département scientifique Total = 14 437 700

600

500

400

300

200

100

0

20 à 24 ans = 142

25 à 29 ans = 1 155 CHIMIE

30 à 34 ans = 1 715 EDD

35 à 39 ans = 2 256 MC

40 à 44 ans = 1 983 MPPU

45 à 49 ans = 1 774

50 à 54 ans = 1 723

SDV

SHS

55 à 59 ans = 2 464 ST2I

60 à 64 ans = 1 171 NR*

65 à 69 ans = 54


Emploi scientifique et carrières

Techniciens = 5 567

Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / GD, DS et Laboratoires

Total = 14 437

69

âge des IT selon la population

Ingénieurs = 8 870

2000

1500

1000

500

0

20 à 24 ans = 142

25 à 29 ans = 1 155

30 à 34 ans = 1 715

35 à 39 ans = 2 256

40 à 44 ans = 1 983

45 à 49 ans = 1 774

50 à 54 ans = 1 723

55 à 59 ans = 2 464

60 à 64 ans = 1 171

65 à 69 ans = 54

5.2.5 – Ancienneté* au CNRS CORPS

CHIMIE

EDD

MC

MPPU

SDV

SHS

ST2I

NR**

TOTAL

CHERCHEURS

17,4

15,4

23,7

16,8

15,3

17,2

14,8

18,5

16,6

DRCE

32,2

21,5

23,4

31,3

32,5

26,3

27,7

33,5

30,1

DR

24,7

22,1

26,4

24,2

21,5

23,3

22,8

24,2

23,4

CR

12,1

12,1

19,6

11,4

11,2

13,5

10,0

14,6

12,0

INGéNIEURS

16,7

17,8

14,9

16,0

15,8

19,6

16,2

21,4

16,6

IR

18,6

19,4

19,2

16,1

15,5

21,4

17,1

21,4

17,5

IE

16,3

17,4

13,4

16,5

17,5

20,3

15,5

21,9

17,0

AI

15,3

17,3

13,9

15,2

13,7

14,7

15,7

20,2

15,0

TECHNICIENS

14,9

18,0

12,5

15,9

14,0

16,6

15,7

17,3

14,8

T

15,8

19,0

12,8

16,5

15,5

17,5

16,6

18,2

15,6

AJT

10,1

11,2

10,9

11,7

9,5

11,4

10,5

14,3

10,7

AGT

8,1

17,5

18,3

8,5

9,0

15,3

IT

16,0

17,9

13,6

16,0

15,0

18,6

16,0

19,9

15,9

TOTAL

16,8

16,7

13,9

16,3

15,1

17,9

15,4

19,0

16,2

* Ancienneté en années. ** Non renseigné.

Depuis 2002 où l’ancienneté moyenne des agents du CNRS avait décru notablement par rapport aux années 2000 et 2001, l’ancienneté moyenne des agents CNRS est devenue plus stable, mais a tendance à légèrement décroître pour être au 31/12/2006 de 16 ans et 2 mois. Cette stabilité recouvre cependant quelques variations entre populations et départements : l’ancienneté moyenne des chercheurs et des ingénieurs est exactement de 16 ans et 7 mois, celle des techniciens est inférieure à 14 ans et 10 mois. Les chercheurs de Chimie, SHS et MPPU ont une ancienneté moyenne autour de 17 ans tandis que les chercheurs de ST2I, SDV et EDD ont une ancienneté moyenne autour de 15 ans.

La répartition des personnels sous l’angle de l’ancienneté au CNRS n’apparaît pas strictement liée à la répartition selon l’âge, puisque le département Chimie regroupe les chercheurs présentant l’ancienneté moyenne la plus forte (17 ans et 5 mois) et supérieure à l’ancienneté moyenne des chercheurs SHS de 3 mois, alors qu’en terme de moyenne d’âge, les chercheurs de Chimie sont quasiment 4 ans plus jeunes que les chercheurs SHS. Les personnels du CNRS exerçant au sein des Moyens Communs présentent, en moyenne, l’ancienneté la plus faible dans l’établissement (13 ans et 11 mois) ; il est à noter que ce département se caractérise par d’importants flux de mobilité entrante et sortante, qui contribuent à atténuer l’effet du vieillissement naturel des personnels en place.


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / GD, DS et Laboratoires

70

5.2.6 – Effectif sur l’année 2006 en hommes/an (calculés à partir du temps de présence sur l’année et de la quotité travaillée, ex : 1 homme/an = 1 agent présent 12 mois à quotité 100%)

Chercheurs sur l’année 2006, hommes/an GRADE

CHIMIE

EDD

MC

MPPU

SDV

SHS

ST2I

NR*

TOTAL

DRCE

19,8

4,9

6,5

44,1

26,3

15,3

18,6

5,5

141,0

DR 1

143,9

31,6

14,2

334,5

200,3

152,3

121,5

76,2

1 074,5

DR 2

509,0

98,2

20,1

886,0

590,4

553,7

364,8

313,9

3 336,2

CR 1

809,2

228,3

19,6

1 434,1

1 082,9

1 060,6

665,9

514,0

5 814,6

CR 2

167,0

50,5

1,3

324,6

232,9

160,7

197,5

64,3

1 198,8

1 648,9

413,5

61,6

3 023,3

2 132,9

1 942,7

1 368,4

973,9

11 565,2

0,1%

4,0%

16,4%

9,0%

26,9%

18,3%

5,3%

13,2%

100,0%

TOTAL % CH**

* Non renseigné. ** Pourcentage des chercheurs par département scientifique.

Ingénieurs et techniciens* sur l’année 2006, hommes/an GRADE

CFP

INGéNIEURS

CHIMIE

EDD

MC

MPPU

SDV

SHS

ST2I

NR**

TOTAL

890,8

250,5

1 179,6

2 686,1

1 164,3

1 123,2

947,5

342,9

8 584,9

IRHC

A

12,7

3,0

33,2

81,1

4,7

17,9

15,6

4,9

173,0

IR 1

A

122,5

21,6

107,5

358,6

90,8

117,7

153,3

36,6

1 008,7

IR 2

A

150,8

33,5

132,2

602,6

196,6

142,6

207,2

63,5

1 529,1

IEHC

A

8,9

2,0

20,6

44,8

27,2

62,0

12,6

9,7

187,7

IE 1

A

75,4

25,2

83,0

195,1

114,0

199,1

73,1

46,4

811,3

109,4

2 546,3

IE 2

A

CMR

A

AI

A***

TECHNICIENS TCE

B

261,5

91,5

411,4

672,5

366,8

384,4

248,9

1,0

1,0 258,9

73,7

390,7

731,4

364,2

199,5

236,8

72,4

2 327,7

528,4

175,2

1 278,4

1 275,8

986,2

478,6

427,4

185,8

5 335,6

105,3

51,9

202,6

303,0

143,9

104,2

118,4

34,6

1 064,0

TCS

B

103,6

30,5

218,5

301,5

162,7

100,9

68,9

35,7

1 022,5

TCN

B

235,3

70,9

639,5

517,4

426,5

203,2

174,3

75,6

2 342,7

AJTP

C

24,8

8,9

52,0

55,0

69,6

24,4

18,2

12,7

265,6

AJT

C

56,3

13,0

152,3

95,8

181,5

44,1

47,5

26,9

617,2

AGTP

C

2,0

8,4

1,0

1,0

1,8

0,3

14,6

AGT

C

TOTAL % IT ****

1,0

9,0

5,0

2,0

1,0

1 419,2

425,7

2 458,0

3 961,8

2 150,5

1 601,7

1 374,9

528,7

13 920,5

10,2%

3,1%

17,7%

28,5%

15,4%

11,5%

9,9%

3,8%

100,0%

* Y compris les ETPT des titulaires de physique nucléaire (TPN). ** Non renseigné. *** Sauf 31,1 ETPT de TPN classés en catégorie B. **** Pourcentage des IT dans chaque département par rapport à l’effectif des IT et des personnels de physique nucléaire.


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / GD, DS et Laboratoires

5.3 – Laboratoires 5.3.1 – Chercheurs

5.3.2 – IT IT =IT14 = 437 14 437

Chercheurs Chercheurs = 11 = 641 11 641 10%10%

71

11%11%

1% 1%

20%20%

16,5% 16,5%

0,5%0,5%

63%63%

78%78% UnitésUnités propres propres = 1 250 = 1 250 UPR =UPR 1 219 = 1 219 UPS =UPS 18 = 18 USR =USR 13 = 13

UnitésUnités mixtesmixtes = 9 101 = 9 101 UMR = UMR 9 075 = 9 075 UMI =UMI 14 = 14 UMS =UMS 12 = 12

UnitésUnités propres propres = 2 373 = 2 373 UPR =UPR 1 472 = 1 472 UPS =UPS 713= 713 USR =USR 188= 188

UnitésUnités mixtesmixtes = 9 126 = 9 126 UMR = UMR 8 701 = 8 701 UMI =UMI 4 =4 UMS =UMS 421= 421

UnitésUnités associées associées = 161= 161 URA =URA 160= 160 UPRESA UPRESA =1 =1

DiversDivers = 1 129 = 1 129 FRE =FRE 347= 347 MOY =MOY 59 = 59 SDI =SDI 3 =3 AUTRES AUTRES = 720= 720

UnitésUnités associées associées = 47 = 47 URA =URA 47 = 47

DiversDivers = 2 891 = 2 891 FRE =FRE 201= 201 MOY =MOY 2 005 = 2 005 SDI =SDI 88 = 88 AUTRES AUTRES = 597= 597

5.3.3 – Chercheurs et it

Total = 26 078 15%

14%

1%

La contractualisation des unités, amorcée en 1996, poursuit le remodelage du dispositif de recherche. En 2006, 70 % des personnels CNRS exercent leur métier au sein d’unités mixtes de recherche (+2 points en un an, +22 points en 5 ans et +47 points depuis 1996). 78 % des chercheurs et 63 % des IT sont affectés dans des unités mixtes. Tous les autres types d’unités Unités sont affectés par ce transpropres fert d’effectifs : le poids des unités propres perd 1 point en un an, 8 points par rapport à 2000. Lesmixtes unités associées ne Unités regroupent que 1 % de l’effectif CNRS.

Unités associées Divers 70% Unités propres = 3 623

Unités mixtes = 18 227

Unités associées = 208

Divers = 4 020

Ty


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / GD, DS et Laboratoires

5.3.4 – Départements scientifiques

Chercheurs = 11 641 272

435

CHIMIE = 3 129

1 352

72

IT = 14 437 1 011

Chercheurs = 1 655 IT = 1 474

18 13 26

3 25 43

EDD = 863

391

347

Chercheurs = 422 IT = 441

51

5 2

460

MC = 2 667

51

Chercheurs = 63 IT = 2 604

2 093

61 317

589

MPPU = 7 116

2 666

3 455

Chercheurs = 3 023 IT = 4 093

32 8 309

8 41 389

SDV = 4 372

1 616 99 128

29 266

89

106

SHS = 3 578

1 780

1 447

Chercheurs = 1 942 IT = 1 636

10 63

3 80

226 1 155

1 536

Chercheurs = 2 152 IT = 2 220

345

ST2I = 2 805

Chercheurs = 1 400 IT = 1 405 1

1 039 1 20

18 9

833 3000

2500

2000

1500

Unités propres = 3 623 Chercheurs = 1 250 IT = 2 373

1000

240

Chercheurs = 984 IT = 564

1 3500

6

NR* = 1 548

141

3 315

Total = 26 078 500

0

Unités mixtes = 18 227 Chercheurs = 9 101 IT = 9 126

0

500

1 000

Unités associées = 208 Chercheurs = 161 IT = 47

1 500

2 000

2 500

3 000

3 500

Divers = 4 020 Chercheurs = 1 129 IT = 2 891

* Non renseigné.

Pour l’exercice de leur mission d’administration générale et par leurs modalités particulières d’organisation, les Moyens Communs sont structurés de manière spécifique, très marginalement affectés par les vagues de contractualisation d’unités : 0,2 % des effectifs permanents exercent dans une unité mixte. Les effectifs des départements apparaissent, en moyenne, répartis à raison de 70 % au sein d’unités mixtes de recherche, 14 % au sein d’unités propres, 1 % au sein d’unités associées, 15 % au sein de structures diverses.

Mais cette moyenne couvre une réalité très différente selon les départements : - de 72 % d’unités mixtes en SDV à 90 % en SHS, - de 0 % d’unités associées en EDD à 3 % en SDV, - de 5 % d’unités propres en SHS à 23 % en Chimie, - enfin, de 1 % de structures diverses en MPPU à 9 % en SDV.


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Caractérisation des personnels

6 Caractérisation des personnels 6.1 – Identification des IT* La nomenclature des emplois types IT (REFERENS : Référentiel des Emplois types de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur), désormais commune à l’ensemble des organismes de recherche (CNRS, INRA, INSERM, …) et des établissements d’enseignement supérieur (universités, ENS, Collège de France, …), constitue un outil de connaissance et d’analyse des activités et des compétences des personnels Ingénieurs et Techniciens du CNRS. En effet, l’identification professionnelle de chaque agent sur un emploi type dans le cadre des dossiers carrière permet de connaître les particularités de chaque famille professionnelle en termes d’âge, de sexe, de corps, … et d’identifier les populations sensibles aux départs en retraite. Ces éléments et les projections qu’ils permettent, constituent une aide précieuse pour la définition des politiques de recrutement, de mobilité, de formation, … Le référentiel est structuré en huit Branches d’Activités Professionnelles (BAP), ordonnées selon leur positionnement par rapport aux activités de production scientifique. Ainsi, les BAP A, B, C, et D correspondent aux métiers d’appui direct à la production scientifique (biologie, chimie, instrumentation, mécanique, électronique, …), les BAP E et F correspondent aux métiers d’accompagnement de la recherche (documentation, informatique, …), enfin, les BAP G et H correspondent aux métiers qui relèvent du fonctionnement de la recherche (logistique, administration, …).

On recense au CNRS 237 emplois types (sur les 268 référencés dans le répertoire commun), regroupés au sein de 53 familles professionnelles, elles mêmes réparties au sein des 8 BAP.

Appui direct à la recherche : BAP A, B, C et D

Accompagnement de la recherche : BAP E et F

Fonctionnement de la recherche : BAP G et H

Les 111 agents pour lesquels aucun emploi type n’a été retenu s’explique : pour 15 d’entre eux par des fonctions associées à des métiers singuliers ; pour 26 par un emploi type ne corres pondant pas au corps de l’agent. Parmi ces derniers, 9 agents ont un corps supérieur aux fonctions réellement exercées et 17 agents ont un corps inférieur à leur emploi type. * Ces statistiques sont quasi exhaustives, on recense 14 326 IT identifiés par un emploi-type (soit 99,2% des IT).

73


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Caractérisation des personnels

74

6.1.1 – Les Branches d’Activités Professionnelles Distribution des IT par Branche d’Activité Professionnelle et par grade BAP

F

G

1 146

A

865

2 172

561

1 777

831

164

1 298

8 814

8

16

63

13

33

6

1

24

164

IR 1

87

126

297

95

260

46

15

77

1 003

IR 2

173

195

495

110

426

88

18

69

1 574

IEHC

25

10

25

29

26

29

1

31

176

IE 1C

121

51

148

107

127

120

12

128

814

IE 2

383

240

516

185

589

325

36

374

2 648

1

1

AI

349

227

628

22

316

217

81

594

2 434

TECHNICIENS

812

225

664

9

208

397

550

2 647

5 512

TCE

132

51

188

5

63

103

76

455

1 073

TCS

114

28

123

33

84

65

576

1 023

TCN

333

131

325

112

147

143

1 287

2 482

AJTP

62

3

7

20

93

90

275

AJT

168

12

21

43

155

239

638

INGéNIEURS IRHC

B

C

D

E

H

TOTAL

CMR

4

AGTP

2

10

12

AGT

1

8

9

TOTAL

1 958

1 090

2 836

570

1 985

1 228

714

3 945

14 326

43,8

42,6

43,7

52,1

43,3

48,8

46,1

44,8

44,8

Proportion de femmes (%)

69,4%

43,1%

11,0%

57,5%

23,4%

74,3%

20,0%

86,5%

51,7%

Taux de départs potentiels*

35,6%

32,9%

33,7%

68,4%

30,2%

51,3%

41,2%

36,4%

37,6%

Âge moyen

* Part des 50 ans et plus dans les effectifs (les IT âgés de 50 ans et plus en 2006 pourront partir à la retraite entre 2007 et 2016). Ces taux se réaliseront pleinement avant 2022.

Appui direct à la recherche Accompagnement de la recherche Fonctionnement de la recherche

Effectifs identifiés par un emploi type

4 659

6 454

TOTAL = 14 326

3 213

46

Âge moyen

% 80

TOTAL = 44,8 ans

45

Proportion de femmes

% 50

TOTAL = 51,7%

40

76,3%

44,3

TOTAL = 37,6%

25

45,4

44

Taux de départs potentiels

37,2% 38,2%

45,0 0

42,9%

0

38,3%

37,7%


Emploi scientifique et carrières

Les métiers d’appui direct à la recherche sont plus masculins alors que les métiers de fonctionnement de la recherche sont plus orientés vers des emplois féminins (76,3 % sont des femmes). Même si l’âge moyen varie peu entre ces trois

groupes de métiers, il apparaît clairement que la part des personnes de plus de 50 ans est plus importante dans les métiers d’appui direct à la recherche que dans les métiers de fonctionnement de la recherche.

Répartition des IT par BAP et département scientifique

A 13,7%

C 19,8%

B 7,6%

75

E 13,8%

D 4,0%

3,9% 39,9%

CHIMIE = 1 466

47,5%

F 8,6%

G 5,0%

0,1% 1,6% 7,6% 4,8%

22,1% 3,2%

EDD = 435

H 27,5%

20,0%

37,0%

20,2%

43,0%

3,0% 5,1%

9,0%

7,6% 4,4%

0,1% 0,1% 0,8% 0,1% MC = 2 534 MPPU = 4 085

11,9%

13,4%

10,6%

63,0%

30,6%

0,1%

2,3% 7,3%

45,0%

18,9%

4,0% 5,0%

4,4 %

7,5%

1,2% 0,7% 0,6% 10,3%

1,5% ST2I = 1 404

TOTAL = 14 326

34,5% 26,2%

0

17,2%

30,2%

5,9%

3,4% 2,6%

20

25,8% 7,5%

9,4% 40

11,2%

13,4%

4,3%

60

80

A 12,1% B

C 19,8%

E 13,8%

D 4,0%

100

Lauréats externes * Effectif total = 430 Taux de départs potentiels = 2,3%

7,6%

F 8,6%

55,3%

22,1%

A 13,7%

G 5,0%

37,6%

22,9%

IT recensés au 31/12/2006 Effectif total = 14 326 Taux de départs potentiels = 37,6%

H 27,5%

53,0%

26,4%

0,7% 8,6%

Non renseigné = 562

35,4%

1,2% 29,4%

SHS = 1 630

Taux de départs 33,1% potentiels 37,6%

17,4%

2,4% 3,2%

1,3% 0,3% 63,7%

SDV = 2 210

Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Caractérisation des personnels

H 30,7%

G 4,4%

B 10,5%

C 19,3% F 5,3%

E 15,3%

D 2,3%

* Statistiques partielles sur 430 lauréats externes IT identifiés par un emploi type (soit 2,1% des lauréats externes).

C’est le département des Moyens Communs (y compris INIST) qui détient le taux de départs potentiels le plus faible (30,6 %).


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Caractérisation des personnels

Répartition des IT par BAP au sein des régions (%) ÎLE-DE-FRANCE 30,7

30

18,9

20

13,1

12,3 10

NORD

76

30,3

30 20

5,1

13,1

9,7

5,1

0

5 671

21,7

10

5,1

14,2 9,1 3,7

4,8 3,1

0

351 30

NORD-OUEST

29,3

24,6

ÎLE-DE-FRANCE

0

12,0

9,4 10,5 2,4

5,7 6,1

17,9

10

10

2,3

4,7

24,9

24,3

17,0 11,0

9,3 2,9

26,8

7,5

7,5 6,0

12,7

12,2 11,0

22,9

16,1

CENTRE

30

DOM-TOM ET ÉTRANGER

20

18,1

1 483

20

22,4

20

0

839

30

NORD-EST

10

20 10

30

7,0

3,6

0

582

11,9

0

67 SUD-OUEST

30 20 10

14,1

SUD-EST

30

27,0 20

19,1

16,7

9,6 2,9

16,7

5,7 4,9

15,1 8,2

10

24,9

20,1

3,6

6,3 5,1

0

0

3 758

1 575

CORSE

A 13,7%

B 7,6%

C 19,8%

D 4,0%

E 13,8%

F 8,6%

TOTAL = 14 326

Région Nord-Ouest : Bretagne, Basse-Normandie, Pays de la Loire Région Nord : Nord, Pas-de-Calais, Haute-Normandie, Picardie Région Nord-Est : Alsace, Lorraine, Champagnes Ardennes, Franche-Comté Région Centre : Centre, Auvergne, Limousin, Bourgogne Région Sud-Ouest : Aquitaine, Poitou-Charentes, Midi-Pyrénées Région Sud-Est : Languedoc-Roussillon, Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte-d'Azur

G 5,0%

H 27,5%


Emploi scientifique et carrières

6.1.2 – Les Familles Professionnelles Distribution des IT du CNRS selon la famille professionnelle et le corps

BAP

A

B

C

D

E

F

G

H

TOTAL

Intitulé des Familles Professionnelles (FP) Recherche clinique et épidémiologie Biologie Production, expérimentation, développement animal Production, expérimentation, développement végétal Caractérisation des systèmes naturels Recherche clinique et épidémiologie / Biologie Analyse des biomolécules élaboration des biomolécules Techniques d'analyse chimique Techniques de synthèse chimique Sciences des matériaux / caractérisation Élaboration, traitement et contrôle des matériaux Sciences chimiques (multi) Sciences des matériaux (multi) Instrumentation scientifique et techniques expérimentales électrotechnique Électronique Bureau d'études en construction mécanique Construction mécanique Chaudronnerie métallerie Optique de précision / travail du verre électrotechnique / électronique Techniques des sciences humaines et sociales Techniques d'analyse et de représentation des données à référence spatiale Analyse de sources anciennes Études et développement Administration des systèmes des réseaux, des ressources informatiques et des systèmes d'information Administration des systèmes, réseaux et télécommunications Systèmes d'information Calcul scientifique Informatique et calcul scientifique (multi) Documentation, bibliothéconomie Traduction Édition Arts graphiques Imprimerie, reprographie Audiovisuel, multimédia Communication, Médiation scientifique Travaux et maintenance immobilière Logistique et services généraux Restauration Hygiène et sécurité / Médical Travaux et maintenance immobilière / Logistique et services généraux Valorisation de la recherche Relations internationales Projet / Étude en administration Assistance juridique Secrétariat Administration générale / administration d'unité Ressources humaines Gestion financière et comptable Ressources humaines / Gestion financière et comptable Secrétariat / Administration générale / Administration d'unité

Code FP AA AB AC AD AE AM BA BB BC BD BE BF BM BX CA CB CC CD CE CF CG CX DA

IR

IE

AI

T

AJT

220 16 32

435 30 9 55

2 278 32 6 31

2 392 128 25 32

3 2 96 36 110 90

9 3 107 47 95 40

AGT

148 78 4 3

3 1 76 38 55 39 15

35 34 141

545 25 211 57 17

362 20 219 64 23 1

282 29 168 55 77 6 11

171 31 117 21 260 19 17

119

200

3

9

8 7 8

15

5

Total 4 1 473 284 44 150 3 15 6 279 121 295 203 164 7 1 368 105 715 197 392 26 28 5 331

Nombre Âge d'Emplois moyen Types 30,0 41,5 39,8 40,3 42,2 46,7 32,7 33,0 41,5 38,3 38,1 37,4 42,9 38,3 39,7 37,4 41,0 40,8 47,2 48,8 49,0 49,8 51,7

3 5 8 5 4 1 3 3 3 3 4 6 4 1 14 5 5 4 6 3 3 1 4

DB

8

33

5

46

47,4

3

DC EA

91 299

88 272

14 63

193 634

44,0 39,0

9 4

8

EB

17

29

EC ED EE EX FA FB FC FD FE FF FG GA GB GC GD

189 33 181

302 72 67

105 1 12

319 6 67 2

8 14 4

20 60 10

18

1 22

GX

12

16

HA HB HC HD HE HF HG HH HM HX

17 1 37 1

23 1 85 20 73 276 39 17

77 9 28

41 12 192 110 29 14 7 27 30 60 8 2 11

2 79 403 22 82 6

208 178 14 33 63 46 173 78 10 23

54

44,1

4

491 146 260 400 762 7 122 51 81 101 104 295 203 26 74

43,3 40,0 41,8 38,7 46,7 48,2 47,7 46,8 53,6 47,9 42,7 43,9 45,0 52,5 38,3

2 3 4 3 9 2 4 4 3 8 8 16 9 5 6

116

36,0

5

329

40 2 122 23 562 2 664 70 127 6 329

36,0 48,0 44,9 41,0 45,4 46,1 40,4 42,4 51,5 42,5

2 2 2 3 3 8 3 3 1 1

913

21 14 326

42,5

237

50

2 11

48 100 13

17

87

1

410 1 908

2 741 3 639 2 434 4 578

Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Caractérisation des personnels

77


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Caractérisation des personnels

Les 8 Familles Professionnelles dont le code finit par M et X regroupent les emplois types transverses à plusieurs familles professionnelles au sein d’une même BAP. Le nombre d’agents par Famille Professionnelle (FP) varie de 2 664

personnes pour la Famille Professionnelle « Administration générale/Administration d’unité » à 2 personnes pour la Famille Professionnelle « Relations internationales ». On compte en moyenne 270 agents IT par FP.

Répartition des IT par sexe et famille professionnelle

78 50,0% 36,6% 23,6% 22,7% 52,7% 33,3% 13,3% 50,0% 39,4% 39,7% 30,5% 32,5% 24,4% 33,9% 24,8% 32,9% 33,5% 36,0% 53,8% 21,4% 60,0% 81,3% 41,3% 52,8% 31,5% 16,7% 35,6% 35,6% 33,1% 19,3% 51,0% 28,6% 59,0% 52,9% 45,7% 60,4% 40,4% 37,6% 44,3% 46,2% 29,7% 50,9% 17,5% 51,6% 8,7% 47,9% 36,4% 30,0% 37,0% 83,3% 23,1%

AA 100,0% (4) AB 75,0% (1 105) (368) AC 54,9% (156) (128) AD 61,4% (27) (17) AE 43,3% (65) (85) AM 66,7% (2) (1) BA 60,0% (9) (6) BB 33,3% (2) (4) BC 52,7% (147) (132) BD 39,7% (48) (73) BE 36,6% (108) (187) BF 25,1% (51) (152) BM 63,4% (104) (60) BX 14,3% (1) (6) CA 16,3% (223) (1 145) CB 7,6% (8) (97) CC 7,0% (50) (665) CD 7,1% (14) (183) CE 1,3% (5) (387) CF 3,8% (1) (25) CG 35,7% (10) (18) CX (5) DA 61,0% (202) (129) DB 47,8% (22) (24) DC 53,9% (104) (89) EA 26,2% (166) (468) EB 9,3% (5) (49) 22,0% (108) (383) EC ED 30,8% (45) (101) EE 27,3% (71) (189) EX 17,5% (70) (330) FA 79,8% (608) (154) FB 85,7% (6) (1) FC 84,4% (103) (19) FD 60,8% (31) (20) FE 63,0% (51) (30) FF 28,7% (29) (72) FG 80,8% (84) (20) GA 1,4% (4) (291) GB 31,0% (63) (140) GC 50,0% (13) (13) GD 48,6% (36) (38) 23,3% (27) (89) GX 67,5% (27) (13) HA 100,0% (2) HB HC 62,3% (76) (46) 82,6% (19) (4) HD 98,2% (552) (10) HE HF 86,4% (2 301) (363) HG 72,9% (51) (19) 66,1% (84) (43) HH HM 100,0% (6) HX 89,7% (295) (34) 0

Taux de départs potentiels 36,9%

20

40

60

80

% femmes = 51,7% Nombre de femmes = 7 401 Nombre d'hommes = 6 925

100


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Caractérisation des personnels

Cartographie des Familles Professionnelles Taux de départs potentiels en % 100

79

90

DA

HM

80

70

Seuil critique FF

60

CX

FC

CF

50

FD AE

DC GX

HC

AA

BB GC

HE

FE

GB DB

40

BD

FG

30

CD

BC

ED

EE

BF

EC CC

GD

AB CA

EA

BE

HF

Taux de départs potentiels moyen

FB CB

20

GA

CE

HH AM HG

FA

AD CG HA

BM AC HX EX

EB BA

10

HD

Taux de représentativité médian des FP (2) HB BX 0 0

10

20

30

40

50

60

70

80

90

100

Taux de représentativité dans la BAP en % (1)

Taux de départs potentiels moyen : 36,9 % Taux de représentativité médian des FP (2) : 8,2 % Exemple de lecture : la famille professionnelle FA, à savoir « Documentation, bibliothéconomie » représente 62,1 % de la BAP F (Documentation, édition, communication) et compte 51 % de personnes de 50 ans et plus.

(1) Effectif de la famille professionnelle rapporté à l'ensemble de la BAP correspondante. (2) Taux de représentativité médian des FP : 50 % des familles professionnelles ont un taux de représentativité inférieur à 8 ,2 %.


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Caractérisation des personnels

80

Découpage des familles professionnelles

Taux de représentativité et taux de départs potentiels faibles Production, expérimentation, développement végétal (AD) ; Recherche clinique et épidémiologie / Biologie (AM) ; Analyse des biomolécules (BA) ; Sciences des matériaux (multi) (BX) ; électrotechnique (CB) ; Bureau d'études en construction mécanique (CD) ; Optique de précision / travail du verre (CG) ; Administration des systèmes des réseaux, des ressources informatiques et des systèmes d’information (EB) ; Systèmes d'information (ED) ; Traduction (FB) ; Valorisation de la recherche (HA) ; Relations internationales (HB) ; Assistance juridique (HD) ; Ressources humaines (HG). Taux de représentativité faible et taux de départs potentiels élevé Recherche clinique et épidémiologie (AA) ; Caractérisation des systèmes naturels (AE) ; élaboration des biomolécules (BB) ; Chaudronnerie métallerie (CF) ; électrotechnique / électronique (CX) ; Techniques d'analyse et de représentation des données à référence spatiale (DB) ; Arts graphiques (FD) ; Imprimerie, reprographie (FE) ; Audiovisuel, multimédia (FF) ; Restauration (GC) ; Projet / étude en administration (HC) ; Gestion financière et comptable (HH) ; Ressources humaines / Gestion financière et comptable (HM).

Taux de représentativité élevé et taux de départs potentiels faible Biologie (AB) ; Production, expérimentation, développement animal (AC) ; Sciences des matériaux / caractérisation (BE) ; élaboration, traitement et contrôle des matériaux (BF) ; Sciences chimiques (multi) (BM) ; Instrumentation scientifique et techniques expérimentales (CA) ; électronique (CC) ; Construction mécanique (CE) ; études et développement (EA) ; Administration des systèmes, réseaux et télécommunications (EC) ; Calcul scientifique (EE); Informatique et calcul scientifique (multi) (EX) ; Hygiène et sécurité / Médical (GD) ; Administration générale / administration d'unité (HF) ; Secrétariat / Administration générale / Administration d'unité (HX). Taux de représentativité et taux de départs potentiels élevés Techniques d'analyse chimique (BC) ; Techniques de synthèse chimique (BD) ; Techniques des sciences humaines et sociales (DA) ; Analyse de sources anciennes (DC) ; Documentation, bibliothéconomie (FA) ; édition (FC) ; Communication, Médiation scientifique (FG) ; Travaux et maintenance immobilière (GA) ; Logistique et services généraux (GB) ; Travaux et maintenance immobilière / Logistique et services généraux (GX) ; Secrétariat (HE).

6.1.3 – Les Emplois Types (ET) Caractéristiques des emplois types selon la BAP

Branche d'activité professionnelle (BAP)

Effectifs

Nombre d'ET

Nombre moyen d'IT par ET

Emplois types les plus représentés (Effectif >100) Nombre d'ET

Effectifs

Proportion dans BAP

A

Sciences du vivant

1 958

26

75,3

5

1 473

75,2%

B

Sciences chimiques et sciences des matériaux

1 090

27

40,4

3

353

32,4%

C

Sciences de l'ingénieur et instrumentation scientifique

2 836

41

69,2

10

2 022

71,3%

D

Sciences humaines et sociales

570

16

35,6

2

319

56,0%

E

Informatique, calcul scientifique

1 985

20

99,3

8

1 630

82,1%

F

Documentation, édition, communication

1 228

38

32,3

3

547

44,5%

G

Patrimoine, logistique, prévention

714

41

17,4

H

Gestion scientifique et technique des EPST

3 945

28

140,9

8

3 326

84,3%

14 326

237

60,4

39

9 670

67,5%

TOTAL


Emploi scientifique et carrières

Les 40 emplois types les plus représentés au CNRS (plus de 100 IT dans l’emploi type)

BAP Corps

Libellé de l'emploi type

Effectifs par tranche d'âge 20-34 ans 35-49 ans 50 ans et +

Âge écart Total PRoportion de femmes moyen type *

A

IR

Ingénieur en biologie

22

109

89

220

50,0%

47,0

9,9

A

IE

Ingénieur en techniques biologiques

83

154

198

435

74,0%

46,4

11,1

A

AI

Assistant en techniques biologiques

95

102

81

278

78,1%

41,5

11,7

A

T

Technicien biologiste

126

128

138

392

83,7%

42,7

12,0

A

AJT

Préparateur en biologie

32

83

33

148

86,5%

42,5

9,4

B

IR

Ingénieur en sciences des matériaux/caractérisation

13

55

42

110

30,9%

45,9

10,2

B

IE

Ingénieur en techniques d’analyse chimique

35

40

32

107

55,1%

42,5

10,8

B

T

Technicien chimiste

71

32

33

136

62,5%

38,4

12,4

C

IR

14

82

89

185

17,3%

48,4

10,5

C

IR

66

159

135

360

16,7%

45,6

10,7

C

IR

39

85

87

211

6,6%

46,1

11,1

C

IE

71

75

75

221

19,5%

43,2

11,3

C

IE

44

61

51

156

5,1%

43,9

11,4

C

AI

91

80

61

232

18,1%

40,4

11,4

C

AI

53

76

39

168

6,5%

41,0

11,0

C

T

39

38

35

112

17,0%

41,3

11,9

C

T

Ingénieur en conception d’instruments scientifiques Ingénieur de recherche et de développement en instrumentation scientifique et techniques expérimentales Ingénieur électronicien en conception et développement Ingénieur en instrumentation scientifique et techniques expérimentales Ingénieur électronicien d’étude et développement Assistant en instrumentation scientifique et techniques expérimentales Assistant électronicien Technicien d’instrumentation scientifique, d’expérimentation et de mesure Technicien électronicien

21

60

36

117

11,1%

43,8

9,3

C

T

51

131

78

260

0,8%

43,7

10,2

D

IR

6

18

95

119

58,0%

54,9

8,6

D

IE

Technicien de fabrication en construction mécanique Ingénieur d’analyse et de développement en sciences humaines et sociales Ingénieur méthodes en sciences humaines et sociales

9

25

166

200

64,5%

54,8

8,4

E

IR

Chef de projet en développement d’applications

9

52

61

122

14,8%

48,5

9,5

E

IR

Ingénieur expert en développement d’applications

37

81

59

177

26,6%

44,0

10,1

E

IR

Expert système, réseaux et télécommunications

8

91

90

189

20,1%

49,4

8,3

E

IR

Ingénieur de recherche en calcul scientifique

29

92

60

181

23,8%

45,2

10,2

E

IE

Ingénieur en développement d’applications

82

123

67

272

30,5%

41,2

10,1

E

IE

Administrateur systèmes, réseaux et télécommunications

65

152

85

302

23,2%

43,3

10,0

E

AI

Gestionnaire de parc informatique et télécommunications

67

90

22

179

15,6%

38,8

9,3

E

T

Technicien d’exploitation et de maintenance

60

94

54

208

19,7%

41,8

10,5

F

IE

Documentaliste

27

94

138

259

80,3%

49,3

10,3

F

AI

Assistant de bibliothèque et de documentation

15

50

45

110

83,6%

46,7

10,5

F

T

Technicien de bibliothèque

19

71

88

178

86,5%

47,6

9,4

H

IE

Administrateur gestionnaire d’unité

13

58

75

146

76,0%

48,3

8,9

H

IE

Cadre de gestion administrative

9

59

62

130

74,6%

48,1

9,3

H

AI

Assistant gestionnaire d'unité

18

57

61

136

91,2%

46,6

9,4

H

AI

Assistant en gestion administrative

37

119

111

267

82,4%

45,8

9,5

H

T

Secrétaire

68

162

180

410

99,0%

46,4

10,6

H

T

Secrétaire-gestionnaire

149

407

287

843

96,2%

44,1

10,0

H

T

Gestionnaire

237

507

321

1 065

84,6%

43,0

9,6

H

AJT

57

196

76

329

89,7%

42,5

8,8

Adjoint en secrétariat et/ou gestion

*L’écart type mesure la dispersion des données autour de la moyenne (un emploi type avec un écart type de 7,8 reflète une population plus concentrée autour de son âge moyen qu’un emploi type avec un écart type de 12,6).

Parmi les 237 emplois types identifiés, il y a en moyenne 60 IT par emploi type. 16,5 % des emplois types (les plus représentés, soit 39 emplois types), concentrent 67,5 % des IT.

Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Caractérisation des personnels

81


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Caractérisation des personnels

82

Les 15 emplois types* présentant le plus faible âge moyen BAP

A

Corps

E

Âge moyen écart type

Part des femmes

Assistant en techniques des sciences des matériaux/ caractérisation

55

38,1

11,2

34,5%

T

Technicien en gestion d’élevage expérimental

44

38,5

10,6

40,9%

T

C

Effectifs

AI

AJT

B

Libellé de l'emploi type

Technicien en expérimentation animale

84

40,6

11,7

54,8%

Animalier

78

34,7

8,5

50,0%

AI

Conducteur sur grand instrument

32

37,9

9,4

9,4%

AI

Assistant en techniques de synthèse chimique

38

38,3

12,2

36,8%

T

Technicien en élaboration de matériaux

34

40,0

11,5

35,3%

T

Technicien chimiste

136

38,4

12,4

62,5%

AI

Assistant en instrumentation scientifique et techniques expérimentales

232

40,4

11,4

18,1%

AI

Assistant électronicien

168

41,0

11,0

6,5%

AI

Dessinateur projeteur en construction mécanique

55

40,8

10,5

5,5%

T

Opérateur sur grand instrument

43

40,3

9,4

44,2%

AI

Développeur d’applications

63

39,0

10,9

28,6%

AI

Gestionnaire de bases de données

41

40,0

10,8

36,6%

AI

Gestionnaire de parc informatique et télécommunications

179

38,8

9,3

15,6%

1 282

39,3

10,9

29,0%

Total

Les 15 emplois types* présentant le plus fort âge moyen BAP

Corps

A

IR

Ingénieur en caractérisation des systèmes naturels

IR

Ingénieur d’analyse et de développement en sciences humaines et sociales

IR

Ingénieur en archéologie de terrain

D

E

F

H

Libellé de l'emploi type

IE

Ingénieur méthodes en sciences humaines et sociales

IE

Ingénieur d’études en sources anciennes

Effectifs

Âge moyen écart type

Part des femmes

32

52,8

10,3

21,9%

119

54,9

8,6

58,0%

40

53,0

8,8

37,5%

200

54,8

8,4

64,5%

47

50,6

11,4

59,6%

IR

Architecte de systèmes d’information

33

53,3

7,7

24,2%

IR

Responsable de ressources documentaires

87

53,1

7,6

71,3%

IE

Secrétaire d’édition et/ou de rédaction

67

52,3

9,9

91,0%

IE

Bibliothéconomiste

56

50,1

9,4

82,1%

T

Technicien en graphisme

33

51,1

8,9

66,7%

T

Technicien photographe

38

52,5

9,2

31,6%

IR

Chef de projet ou d’études en administration

37

53,2

7,9

45,9%

IR

Dirigeant administratif

31

53,4

7,2

58,1%

IR

Responsable administratif sectoriel

46

52,6

6,5

41,3%

IE

Attaché de direction

73

53,9

7,3

91,8%

939

53,3

8,7

61,8%

Total * Dont l'effectif est supérieur à 30.


Emploi scientifique et carrières

6.2 – Identification des chercheurs GRADES

N° et libellé des Sections*

1 2

3 4 5 6

7

8

9

10

11

12 13 14 15

16

17 18 19 20 21

Mathématiques et interactions des mathématiques Théories physiques : méthodes, modèles et applications Interactions, particules, noyaux, du laboratoire au cosmos Atomes et molécules - Optique et lasers - Plasmas chauds Matière condensée : organisation et dynamique Matière condensée : structures et propriétés électroniques Sciences et technologies de l'information (informatique, automatique, signal et communication) Micro et nano-technologies, électronique, photonique, électromagnétisme, énergie électrique Ingénierie des matériaux et des structures - Mécanique des solides - Acoustique Milieux fluides et réactifs : transports, transferts, procédés de transformation Systèmes supra et macromoléculaires : propriétés, fonctions, ingénierie Architectures moléculaires : synthèses, mécanismes et propriétés Physicochimie : molécules, milieux Chimie de coordination, interfaces et procédés Chimie des matériaux, nanomatériaux et procédés Chimie du vivant et pour le vivant : conception et propriétés de molécules d'intérêt biologique Système solaire et univers lointain Terre et planètes telluriques : structure, histoire, modèles Système Terre : enveloppes superficielles Surface continentale et interfaces Bases moléculaires et structurales des fonctions du vivant

TOTAL

Âge moyen

écart type

Taux de Recrutés Part des Départs externes femmes potentiels en 2006

DRCE

DR1

DR2

CR1

CR2

8

41

85

157

52

343

43,5

10,6

31%

17%

18

5

38

90

101

24

258

47,8

10,6

45%

9%

6

9

48

120

215

44

436

46,0

10,9

38%

20%

22

9

37

92

143

39

320

45,8

10,4

38%

19%

18

4

31

95

138

30

298

46,5

10,7

42%

21%

7

4

35

90

124

34

287

46,5

10,8

41%

17%

10

7

35

111

218

85

456

42,5

9,9

26%

20%

29

5

27

88

170

56

346

42,9

9,6

25%

20%

21

3

22

56

100

21

202

44,6

9,7

30%

13%

8

3

33

117

178

41

372

45,8

9,8

36%

23%

13

4

31

78

149

27

289

45,5

9,7

37%

24%

7

4

24

82

117

32

259

46,2

10,5

42%

27%

9

3

30

104

165

28

330

46,6

9,9

40%

35%

7

5

33

108

177

31

354

46,8

10,1

40%

32%

10

3

33

107

166

34

343

46,6

10,4

40%

26%

10

3

31

109

176

39

358

46,4

9,8

38%

39%

10

6

30

107

143

23

309

48,6

10,3

48%

20%

8

1

37

86

169

28

321

46,0

9,4

36%

27%

8

6

31

77

145

28

287

46,3

9,8

37%

31%

10

2

13

59

118

12

204

47,5

9,6

44%

27%

6

6

33

91

179

24

333

46,9

9,5

40%

40%

8

22

Organisation, expression et évolution des génomes

5

39

130

228

31

433

47,5

9,0

40%

42%

14

23

Biologie cellulaire : organisation et fonctions de la cellule ; pathogènes et relations hôte/pathogène

2

23

104

170

22

321

48,0

9,1

43%

43%

8

* Détail des disciplines par section en annexe.

Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Caractérisation des personnels

83


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Caractérisation des personnels

84

GRADES

N° et libellé des Sections* 24 Interactions cellulaires Physiologie moléculaire 25 et intégrative Développement, évolution, 26 reproduction, vieillissement Comportement, cognition, 27 cerveau 28 Biologie végétale intégrative Biodiversité, évolution et adaptations biologiques : 29 des macromolécules aux communautés Thérapeutique, médicaments 30 et bio-ingénierie : concepts et moyens Hommes et milieux : évolution, 31 interactions 32 Mondes anciens et médiévaux Mondes modernes 33 et contemporains 34 Langues, langage, discours Philosophie, histoire de la pensée, sciences 35 des textes, théorie et histoire des littératures et des arts 36 Sociologie - Normes et règles 37 Économie et gestion Sociétés et cultures : 38 approches comparatives 39 Espaces, territoires et sociétés 40 Politique, pouvoir, organisation 41 Gestion de la recherche 42 Commissions à interdisciplinaires 47

TOTAL GÉNÉRAL

TOTAL

Âge moyen

écart type

Taux de Recrutés Part des Départs externes femmes potentiels en 2006

DRCE

DR1

DR2

CR1

CR2

5

30

98

180

23

336

47,2

8,9

41%

41%

10

1

26

108

175

29

339

47,9

9,4

46%

37%

8

3

30

82

149

22

286

47,1

9,0

40%

44%

10

2

22

81

147

29

281

46,9

9,5

43%

39%

5

4

24

81

136

21

266

47,3

9,2

40%

37%

9

5

26

64

127

26

248

46,6

9,8

40%

27%

9

2

27

61

145

20

255

45,7

9,3

37%

40%

8

2

18

65

129

18

232

50,1

9,9

57%

41%

7

1

21

80

138

21

261

51,3

9,9

63%

50%

4

2

16

55

123

21

217

50,7

10,0

60%

41%

4

6

17

62

118

15

218

49,8

10,9

55%

49%

4

19

64

104

20

207

50,1

9,9

57%

43%

7

13 22

87 60

158 91

12 15

270 193

52,3 48,0

10,0 10,5

67% 48%

48% 23%

5 3

14

42

123

9

188

52,4

9,5

66%

58%

4

11 20 1

39 53

78 108

18 14

146 196 1

48,0 49,7 48,0

10,7 10,0

46% 56%

39% 40% 100%

3 4 1

5

12

25

42

34,4

6,0

5%

31%

24

11 641

47,0

10,2

42%

31%

396

5

1

146 1 092 3 373 5 887 1 143

* Détail des disciplines par section en annexe.


Emploi scientifique et carrières

7.1 – Mises à disposition (MAD) et détachements

Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Mobilité

7.1.1 – Mises à disposition *

85

7 MOBILITÉ : MISES À DISPOSITION, DÉTACHEMENTS, DISPONIBILITÉS

Les personnels placés en position de mises à disposition hors du CNRS font partie des agents permanents payés et recensés au 31/12/2006. POPULATION

Organisme d'accueil

TOTAL

Chercheurs

Ingénieurs

Techniciens

133

141

59

Ministère de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur

14

14

12

Autre ministère

11

12

établissement d'enseignement et/ou de recherche français

42

37

11

90

Organisme public de recherche français

43

46

26

115

Organisme privé de recherche français

7

17

3

27

France

333 40 23

1

1

13

6

19

Collectivité territoriale

1

1

2

Autre organisme public français

2

7

Organisme de recherche étranger ou international Entreprise française

CAES du CNRS

5

14

2

2

PAYS DE L'UNION EUROPéENNE

32

3

35

établissement d'enseignement et/ou de recherche étranger

15

1

16

Organisme de recherche étranger ou international

13

1

14

4

1

55

7

Autre organisme public étranger éTRANGER HORS UNION EUROPéENNE

5 2

64 1

Ministère de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur

1

établissement d'enseignement et/ou de recherche étranger

24

2

26

9

1

10

20

4

Organisme public de recherche français Organisme de recherche étranger ou international Entreprise étrangère

2

TOTAL

26 1

1 220

151

61

* Effectifs au 31 décembre 2006.

Flash Évolution des MAD (part dans la population) Total CH+IT

Chercheurs

IT

1996

3,0%

3,5%

2,5%

2001

2,7%

3,6%

1,9%

2006

1,7%

1,9%

1,5%

432


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Mobilité

7.1.2 – Détachements * Les personnels placés en position de détachement hors du CNRS ne font pas partie des agents permanents payés et recensés au 31/12/2006. Organisme d'accueil

86

France

POPULATION

TOTAL

Chercheurs

Ingénieurs

Techniciens

128

272

118

518

Ministère de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur

2

2

8

12

Autre ministère

5

25

9

39

établissement d'enseignement et/ou de recherche français

51

39

20

110

Organisme public de recherche français

24

65

28

117

Organisme privé de recherche français

4

2

1

7

Organisme de recherche étranger ou international

5

2

3

30

36

14

80

Collectivité territoriale

5

36

17

58

Autre organisme public français

4

64

21

89

Autre organisme public étranger

1

PAYS DE L'UNION EUROPéENNE

53

10

Entreprise française

1 2

65

5

1

6

établissement d'enseignement et/ou de recherche étranger

31

3

34

Organisme de recherche étranger ou international

12

2

1

15

5

4

1

10

112

20

132

Autre ministère

14

7

21

établissement d'enseignement et/ou de recherche étranger

74

5

79

18

6

24

4

1

5

Autre ministère

Autre organisme public étranger éTRANGER HORS UNION EUROPéENNE

Organisme privé de recherche français Organisme de recherche étranger ou international Entreprise étrangère Autre organisme public étranger

1

1

2

1

1

TOTAL

293

302

120

715

TOTAL (Hors situations particulières)

279

230

88

597

* Effectifs au 31 décembre 2006.


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Mobilité

7.1.3 – Organismes d’accueil des personnels en position de MAD ou de détachement au 31/12/2006

Détachements = 715 500

53

400

300

34

5 11

91

300

72 155

100

CHERCHEURS = 293

141

100

101

80

0

2 1 13 6 11

1 6 14

200

137

26

87

400

51 20

200

Mises à disposition = 432

500

52 IT = 422

0

26 CHERCHEURS = 220

Ministères

Enseignement et Recherche France

Enseignement et Recherche Étranger

Organismes publics

Collectivités locales

CAES du CNRS

Les effectifs CNRS en position de mobilité externe ont augmenté en 2006 (1 147 agents au 31 décembre 2006, soit 4,4 % des effectifs totaux (4,1 % des effectifs féminins et 4,6 % des effectifs masculins), contre 1 110 au 31 décembre 2005, +3,3 %). Parmi ces effectifs, on rappellera pour mémoire la présence d’agents en situation particulière, qui correspond à des cas de mobilité « théorique » : « transfert administratif » en position de détachement d’agents qui ont été intégrés au CNRS pour des raisons statutaires et qui relèvent du Centre d’Études de l’Emploi (CEE – 47 agents concernés au 31/12/06, contre 55 au 31/12/05), ou du Ministère de la Recherche (ex-DGRST – 5 agents au 31/12/06, 9 au 31/12/05), ou encore de la Météorologie Nationale (66 agents au 31/12/06, 72 au 31/12/05).

38 IT = 212 Entreprises

du stock au 31/12/06). Les personnels CNRS mis à disposition restent majoritairement en France (333 agents, soit 77,1 % des MAD), principalement au sein d’organismes d'enseignement et de recherche français (242 agents, soit 56,0 % des cas) et concernent autant les IT que les chercheurs. • Le nombre d’agents en position de détachement* progresse (597† agents au 31/12/06, contre 573 au 31/12/05, +4,2 %). 107‡ agents ont terminé un détachement en 2006 (soit 18,7% du stock au 31/12/05) contre 133§ qui ont été placés dans cette position (22,3 % du stock au 31/12/06). Les personnels CNRS détachés restent majoritairement en France (400** agents, soit 67,0 % des détachements), principalement au sein d'organismes d'enseignement et de recherche français (188†† agents, soit 31,5 % des cas) et sont en majorité des ingénieurs et techniciens (318‡‡ IT, soit 53,3 % des cas).

Outre ces situations particulières, 2006 se caractérise par les évolutions suivantes : • Le nombre d’agents en position de mise à disposition progresse (432 agents au 31/12/06, contre 403 au 31/12/05, +7,2 %). 102 agents ont terminé une mise à disposition au cours de l'année 2006 (soit 25,3 % du stock au 31/12/05) contre 131 qui ont été placés dans cette position (30,3 %

• Les femmes réalisent 42,8 % des mises à disposition (185 agents, soit 28,2 % des MAD de chercheurs et 58,0 % des MAD d’IT) et 35,8 % des détachements* (214§§ agents, soit 21,1 % des détachements* de chercheurs et 48,6 % des détachements* d’IT).

* Hors situations particulières † 715 - 47 CEE - 5 ex-DGRST - 66 Météo = 597 ‡ 127 - 8 CEE - 4 ex-DGRST - 8 Météo = 107 § 135 – 2 Météo = 133

** 518 - 47 CEE - 5 ex-DGRST - 66 Météo = 400 †† 235 - 47 CEE = 188 ‡‡ 422 – 34 CEE - 5 ex-DGRST- 65 Météo = 318 §§ 270 – 31 CEE - 4 ex-DGRST- 21 Météo = 214


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Mobilité

88

7.2 – Personnels en position hors cadre GRADE

Effectif présent au 31/12/2006

Effectif présent sur l’année 2006

Durée moyenne de l’accueil

Présence moyenne sur l’année 2006

En personnes physiques

En personnes physiques

En mois*

En mois*

DR2

2

2

131,0

12,0

CR1

5

5

139,4

12,0

IR1

1

1

12,0

12,0

IR2

2

2

108,5

12,0

1

1

169,5

12,0

11

11

123,4

12,0

IE2 TOTAL

* Calcul sur l’effectif présent en 2006 (les anciennetés sont arrêtées au 31/12/2006).

La position hors cadre est celle dans laquelle un fonctionnaire remplissant les conditions pour être détaché auprès d’une administration ou d’une entreprise publique, dans un emploi ne conduisant pas à pension du régime général de retraite, ou détaché auprès d’organismes internationaux, peut être placé, sur sa demande, pour servir dans cette

administration ou entreprise, ou dans cet organisme. La décision est prise par arrêté ministériel et est prononcée pour cinq ans, renouvelable. L’agent doit avoir au moins 15 ans de service ; il cesse de bénéficier de ses droits à l’avancement et à la retraite.

7.3 – Personnels en position de disponibilité ** 7.3.1 – Disponibilités selon le motif Motif Création d'entreprise Entreprise valorisation recherche Étude ou recherche Convenances personnelles Élever un enfant de moins de 8 ans Suivre son conjoint TOTAL Motif Épuisement droits congés Exercer des fonctions dans une entreprise Création d'entreprise Entreprise valorisation recherche Étude ou recherche Convenances personnelles Soins à donner au conjoint ou à l'enfant Élever un enfant de moins de 8 ans Suivre son conjoint Disponibilité de fait *** TOTAL

CHERCHEURS DRCE

DR1

DR2

2

4 11

1 1 12 27

2

15

2 43

CR1 1 17 82 6 13 119

CR2 1 1 1 12 2 17

INGÉNIEURS IR

IE

AI

TOTAL 2 3 34 134 6 17 196 TECHNICIENS

Total

T

AJT

AGT

1

1 1 2 1 27

17

1 3 2 69 1 6 19

1 9

1 2 9 3 137 1 7 45

63

101

41

205

1 4 41

2 1 3 80 3 12 40 1 143

Total

1

33

6

5 5

1

43

8

** Effectifs au 31/12/2006. *** Concerne un fonctionnaire qui, au cours de la période en cours, ne peut être intégré faute de vacance d’emploi.

3 1 3 119 3 18 45 1 194

TOTAL CH + IT 1 1 7 13 40 390 4 31 107 1 595


Emploi scientifique et carrières

En légère progression (+2,4 %), le nombre des personnels CNRS en position de disponibilité s'élève à 595 au 31/12/2006 contre 581 au 31/12/2005 (dont 32,9 % de chercheurs – 196 agents). 49,4 % des disponibilités recensées au 31/12/06 concernent des femmes (soit 294 femmes). 65,5 % des disponibilités en cours sont motivées par une convenance personnelle (55,3 % en 2001). Les deux autres

principaux motifs (concernant au moins 40 agents) demeurent : « suivre son conjoint » (18,0 %, 17,8 % il y a 5 ans) et « étude ou recherche » (6,7 %, 9,4 % en 2001). Les disponibilités pour création d’entreprise demeurent embryonnaires depuis cinq ans, évoluant peu : de 1,8 % en 2001 à 1,2 % des motifs de disponibilité en 2006.

89

7.3.2 – Disponibilités cumulées par motif de 2002 à 2006 Chercheurs = 903

4,3%

0,3% 4,0%

8,3%

15,9% 18,2%

DR = 276

CR = 627

26,5% 60,9%

61,6%

0,5% 0,4%

IT = 1 575

Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Mobilité

0,1%

3,3%

0,9%

1,6%

1,2%

9,4% 25,4% Ingénieurs = 818

Techniciens = 757

39,9% 56,3%

61,0%

Activités entreprise

Convenances personnelles

Épuisement droits congés

Étude ou recherche

Raisons familiales

Réintégration anticipée


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Mobilité

90

7.4 – Personnels accueillis 7.4.1 – Accueils en détachement Certains de ces personnels font partie des agents permanents payés et recensés au 31/12/2006. Présents au cours de l’année 2006*

DRCE

DR1

DR2

CHIMIE EDD

1

MPPU

3

CR1

CR2

1

1

TOTAL 2 1

1

1

1 9

9

1

5

1

7

2

7

12

27

SHS ST2I MC (GR**)

7

1

1

1

TOTAL

4

2

* Accueils nouveaux ou prolongés au cours de l'année 2006 (issus de la campagne de recrutement (« session ») 2005 ou 2006) hors Fondation Thiers et école Française de Rome. ** Gestion de la recherche.

Par département scientifique* 3,7%

7,4% 3,7%

25,9% 25,9% CHIMIE = 2 EDD = 1 MPPU = 7 SHS = 9 ST2I = 7 MC (GR**) = 1 33,4%

Total = 27

7.4.1 – Accueils en délégation en 2006 Présents au cours de l’année 2006*

Session Session 2005 2006

Bilan définitif des accueils en délégation de la session 2006 et de la session 2005-2006 Session 2005 2006

Total

0,5%

15,1%

7,5% 6,8%

37

5

67

24

14

38

203

157

54

414

SDV

40

29

7

76

SHS

124

89

55

268

MPPU = 211

ST2I

56

52

32

140

SDV = 36

CHIMIE

25

EDD MPPU

GR** TOTAL

391

CHIMIE = 42 EDD = 38

3

3 448

37,8%

25,8%

167

SHS = 144

1 006

* Accueils nouveaux ou prolongés au cours de l’année 2006 (issus de la campagne de recrutement (« session ») 2005 ou 2006 ou 2005-2006). ** Gestion de la recherche.

ST2I = 84 6,5%

GR** = 3 Total = 558


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Mouvements du personnel

8 Mouvements du personnel 8.1 – Départs définitifs CHERCHEURS Motif du départ

Effectif total

payé (3)

Âge moyen (4)

INGéNIEURS (2)

TECHNICIENS (2)

Effectif

Effectif

Total IT Effectif

total

payé (3)

total

payé (3)

total

payé (3)

5

4

3

2

8

6

(4)

Effectif total

payé (3)

Âge moyen (4)

10

7

58,8

19

65,9

62,1

881

779

62,8

13

60,2

40

14

60,1

4

3

60,0

4

3

60,0

2

1

59,0

19

19

65,9

Retraite normale

311

301

63,9

397

350

173

128

570

478

7

1

59,0

11

4

22

9

33

2

1

2

2

Congé de fin d’activité (pré-retraite)

Âge moyen

19

Retraite anticipée Retraite différée Retraite pour inaptitude physique

TOTAL

58,8

Décès

26

19

56,6

16

16

14

7

30

23

52,2

56

42

54,2

Démission

24

13

41,5

14

9

6

3

20

12

30,8

44

25

36,4

1

1

7

4

8

5

38,2

8

5

38,2

25

15

22

11

47

26

42,3

82

51

41,5

3

3

3

3

48,3

4

3

48,3

8

8

18

18

42,6

34

33

41,6

Licenciement Nomination autre organisme (1)

35

Non reprise (après disponibilité ou interruption)

1

Fin d’accueil en détachement Clôture de dossier administratif Radiation TOTAL

16

25

15

40,6

40,3

3

10

10

6

2

4

4

50,5

5

1

448

398

60,4

492

411

262

11

8

177

5

1

33,0

9

5

47,0

754

588

59,2

1 202

986

59,7

(1) Dont nominations dans un autre EPST ou nominations suite à un concours extérieur à l’établissement (concours externes et internes) (2) Dont administratifs assimilés à grade équivalent. (3) Ne sont pas compris les personnels en position de détachement, disponibilité, ou en congé parental. (4) Calculé à partir des effectifs payés.

1 202 personnes ont quitté définitivement le CNRS au cours de l’année 2006. Parmi elles, 986 étaient encore payées au moment de leur départ (82 %), déterminant un taux de départ sur effectifs payés de 3,8 %. Après la baisse significative du nombre de départs intervenus entre 2004 et 2005, liée en partie au contrecoup de la mise en place de la réforme du régime des pensions civiles de l’État, les effectifs sont de nouveau en hausse en 2006. 200 départs supplémentaires sont recensés par rapport à 2005. Certes, les prévisions de départs réalisées pour le CNRS annoncent une tendance à la hausse (jusqu’en 2008/2009), cependant, il convient de nuancer ce résultat : dans un contexte de changement de système d’information, de nouvelles modalités de traitement des données ont dû être mises en place, expliquant sans doute une partie de cette hausse (cf. Avertissement). Les départs sont motivés en premier lieu par une retraite ou une pré-retraite (79 %), puis par les diverses causes de départ pouvant intervenir

en cours de carrière, telles qu’une démission (3,7 %), une nomination dans un autre organisme (6,8 %), ou encore un décès (4,7 %). Pour les seuls personnels payés, ces mêmes motifs se retrouvent respectivement à hauteur de 83  %, 2,5 %, 5,2 % et 4,3 %.

Avertissement > parmi les 611 départs en retraite enregistrés chez les IT en 2006, 497 concernent des agents payés au moment de leur départ (départs “avec incidence”) ; sur ces 497 départs, 458 ont réellement une date d’effet sur l’année 2006. > parmi les 339 départs en retraite enregistrés chez les chercheurs en 2006, 322 concernent des agents payés au moment de leur départ (départs “avec incidence”) ; sur ces 322  départs, 298 ont réellement une date d’effet sur l’année 2006.

91


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Mouvements du personnel

Départs définitifs par motifs

Départs définitifs par catégories professionnelles

2,5% 4,3% 4,7% 5,2%

92

18,0%

40,3%

83,3%

41,7%

Retraite et pré-retraite = 822 Chercheurs = 398

Nomination autre organisme = 51

Ingénieurs = 411

Autres = 46

IT = 588 Techniciens = 177

Décès = 42 Démission = 25

TOTAL = 986

TOTAL = 986

Évolution des départs définitifs entre 2001 et 2006 1 200

99 1 000

800

75 38 47

92 30

41 38

43 33 24

35

52 28

46 51 42 27 25 34

600

925 400

731

753

25

31 25 17

Retraite et pré-retraite Décès

684

Nomination autre organisme

601

Autres motifs

200

% 79%

0

Démission

822

2001 Total = 921

79%

81%

84%

2002 2003 2004 Total = 948 Total = 1 135 Total = 816

85%

83%

2005 Total = 708

2006 Total = 986

Part des retraites dans les départs


Emploi scientifique et carrières

8.2 – Récapitulatifs des mouvements 2006 FLUX 2006

Chercheurs

IT

TOTAL

%

ENTRÉES

553

727

1 280

Recrutements (concours externes)

396

467

863

10

89

99

147

171

318

100,0%

70

32

102

32,1%

Accueils en détachement * Réintégrations - Suite à une mise à disposition - Suite à un détachement

57

70

127

39,9%

- Suite à une disponibilité

18

50

68

21,4%

2

19

21

6,6%

SORTIES

610

963

1 573

Sorties définitives

448

754

1 202

- Suite à un congé parental

100,0%

- Décès

26

30

56

4,7%

- Démission

24

20

44

3,7%

339

615

954

79,4%

8

8

0,7%

35

47

82

6,8%

1

3

4

0,3%

16

18

34

2,8%

3

8

11

0,9%

- Retraite et pré-retraite - Licenciement - Nomination autre organisme ** - Non reprise (après disponibilité ou interruption) - Fin d’accueil en détachement - Clôture de dossier administratif - Radiation Sorties temporaires - Mise à disposition

4

5

9

0,7%

162

209

371

100,0%

74

57

131

35,3%

- Détachement

61

74

135

36,4%

- Disponibilité

26

56

82

22,1% 6,2%

1

22

23

MOBILITÉ INTERNE (géographique)

253

399

652

PROMOTIONS ET AVANCEMENTS

692

765

1 457

100,0%

- Congé parental

- Concours interne

243

- Avancement de corps au choix - Avancement de grade

449

119

362

24,8%

128

128

8,8%

518

967

66,4%

* Nouveaux accueils en détachement au cours de l’année (hors Fondation Thiers et École Française de Rome pour les Chercheurs). ** Dont concours extérieurs à l’établissement.

Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Mouvements du personnel

93


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Mouvements du personnel

94

Entrées suite à réintégration = 318 6,6%

32,1%

21,4%

Suite à une mise à disposition = 102 Suite à un détachement = 127 Suite à une disponibilité = 68 Suite à un congé parental = 21

39,9%

Sorties définitives = 1 202 Décès = 56

0,9%

0,7%

Démission = 44

0,3%

0,7%

2,8% 4,7% 3,7% 6,8%

Retraite et pré-retraite = 954 Licenciement = 8 Nomination autre organisme = 82 Fin d‘accueil en détachement = 34 Clôture de dossier administratif = 11 Non reprise = 4

79,4%

Radiation = 9

Sorties temporaires = 371 6,2%

22,1%

35,3%

Mise à disposition = 131 Détachement = 135 Disponibilité = 82 Congé parental = 23

36,4%

Promotions et avancements = 1 457

24,8% Concours interne = 362 Avancement de corps au choix = 128 Avancement de grade = 967

8,8% 66,4%


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Conditions de travail

9 CONDITIONS DE TRAVAIL 9.1 – Congés PERSONNEL FÉMININ En nombre

Jours

Congé maladie

52 785

Agents 2 643

PERSONNEL MASCULIN

Congés 4 815

Jours

Agents

30 332

1 562

TOTAL

Congés 2 558

Jours

Agents

83 117

4 205

Congés 7 373

Longue maladie

25 951

129

269

13 624

64

123

39 575

193

392

Longue durée

29 769

105

246

19 615

71

173

49 384

176

419

Grave maladie

181

1

3

181

1

3

56 160

519

613

2 739

249

249

58 899

768

862

404

6

6

43

1

1

447

7

7

Formation

2 743

21

65

2 820

16

38

5 563

37

103

Bonifié Antilles/Guyane

1 193

23

23

752

14

14

1 945

37

37

61

2

2

57

1

1

118

3

3

Maternité/paternité Adoption

Bonifié Réunion Convenance Service non fait Congé de fin d’activité TOTAL

1 858

24

40

754

19

28

2 612

43

68

213

155

196

587

189

229

800

344

425

7 552

40

40

4 833

28

28

12 385

68

68

178 870

3 668

6 318

76 156

2 214

3 442

255 026

5 882

9 760

Outre les congés annuels, 22,6 % des agents CNRS ont bénéficié d’au moins un congé au cours de l’année 2006, soit une proportion similaire à celles de 2002 et 2004 (22 %), mais inférieure au « pic » de 29 % en 2003, résultant principalement des conflits sociaux, générateurs de service non faits (grèves). 67,5 % des jours non travaillés et 77,8 % des bénéficiaires de congé correspondent à des arrêts de travail pour maladie (tous régimes confondus), dont la durée moyenne par agent est de 38  jours. Le congé maladie «  simple  » hors longue maladie, longue durée et grave maladie, a motivé

75,5 % des congés pris au cours de l’année, pour un temps moyen de 11 jours. En 2006, ils sont 385 agents de moins qu’en 2005 à avoir pris ce type de congé. Globalement, le nombre d’agents ayant pris un congé de maternité/paternité s’élève à 768 en 2006. Instauré en 2003, le congé de paternité, d’une durée moyenne de 11 jours, a été sollicité en 2006 par 249 hommes, soit 18 de moins qu’il y a un an. 68 agents sont encore recensés en 2006 en congé de fin d’activité (CFA, régime de pré-retraite en voie d’extinction).

9.2 – Congés parentaux Effectifs POPULATION

au 31/12/2002 au 31/12/2003 au 31/12/2004 au 31/12/2005 au 31/12/2006 49

42

53

46

48

Chercheurs

9

4

4

6

5

Ingénieurs

12

14

16

15

15

Techniciens

28

26

33

25

28

34,9

34,7

34,6

35,0

35,1

ÂGE (en années) Âge moyen Âge minimal

27

25

26

24

27

Âge maximal

46

41

42

43

42

DURÉE (en mois) Durée moyenne

17,2

16,1

15,0

18,9

19,9

Durée minimale

6

6

4

6

5,9

Durée maximale

55

37

49

64

76

De Paris (n° 1 à 5 & 16)

21

17

17

21

20

De Province

26

24

36

25

28

2

1

DÉLÉGATIONS

Instituts nationaux

95


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Conditions de travail

48 personnes, soit 0,2 % des personnels du CNRS sont en position de congé parental au 31/12/2006. Il est à noter qu’aucun homme, à l’image des années  2000 et  2002, n’a sollicité de congé parental.

Cette année, la durée moyenne du congé s’est légèrement allongée, pour atteindre près de 20 mois. Aucun agent ne bénéficie cette année d’un congé de présence parentale, congé qui permet d’assister un enfant à charge (victime d’une maladie, d’un accident ou d’un handicap grave).

96

9.3 – Temps partiel QUOTITé DE TRAVAIL grade

50% CPA (1)

CHERCHEURS

RMT (2)

TP (3)

6

60%

Total

14

20

70%

10

80% 5

90%

163

100%

42

DRCE

TOTAL

23

11 641

2

1 092

(4)

146

146

DR 1

1

DR 2

3

3

6

2

CR 1

3

11

14

8

5

CR 2 INGéNIEURS

11 378

Agents en CLD

53

5

43

101

26

13

IRHC

1 089

9

4

3 348

4

3 373

145

37

5 661

17

5 887

8

1

1 134

575

101

7 900

40

8 756

142

1

146

3

IR 1

10

IR 2

2

IEHC

3

IE 1

11

IE 2

9

1 143

1

11

3

1

27

8

922

5

977

8

11

1

1

92

15

1 434

3

1 557

1

4

1

4

1

165

1

176

2

3

16

2

46

13

732

7

816

2

22

33

7

208

33

2 358

12

2 659

1

8

CMR

1

1

AI

18

8

26

13

2

195

31

2 146

11

2 424

TECHNICIENS

61

5

37

103

19

10

598

83

4 688

54

5 555

TCE

28

1

8

37

8

3

103

22

886

10

1 069

TCS

19

4

23

4

2

135

28

822

11

1 025

TCN

13

2

16

31

5

4

276

26

2 152

19

2 513

AJTP

1

1

2

32

3

234

2

279

52

4

573

11

645

4

6

AJT

4

4

AGTP

1

1

10

80

204

125

10

94

85

7

68,0

70,0

AGT TOTAL IT TPN TOTAL GéNéRAL Effectifs des femmes % Femmes

8

1

10

184

12 588

94

14 311

119

1

126

1 337

226

24 085

118

26 078

25

1 204

208

9 400

74

11 142

89,3

90,1

92,0

39,0

62,7

42,7

45

23

1 173

229

55

28

89

181

50

94,7

79,0

90,9

5

5

(1) CPA : Cessation progressive d’activité. (2) RMT : Recrutement mi-temps (contractuels 59). (3) TP : Temps partiel. (4) CLD : Agents en Congé Longue Durée.

14

13

1

1 114

1

1


Emploi scientifique et carrières

2,1

Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Conditions de travail

4 465

0,5

97

17

7 030

3,1

Tableau récapitulatif Temps partiel

corps

50% 

(1)

CHERCHEURS

60%

70%

20

10

DR

6

2

CR

14

8

100 %

80% 5

90%

Total

Agents en CLD

TOTAL

23

11 641

(4)

163

42

240

11 378

10

4

22

4 437

6

5

153

38

218

6 795

DRCE

146

146

INGéNIEURS

% (2)

101

26

13

575

101

816

7 900

40

8 756

9,4

IR

22

4

2

122

23

173

2 498

9

2 680

6,5

IE

53

9

9

258

47

376

3 256

20

3 652

10,4

AI

26

13

2

195

31

267

2 146

11

2 424

11,1

103

19

10

598

83

813

4 688

54

5 555

14,8

T

91

17

9

514

76

707

3 860

40

4 607

15,5

AJT

10

2

1

84

7

104

807

13

924

11,4

2

21

1

24

8,7

45

23

1 173

184

1 629

12 588

94

14 311

11,5

6

119

1

126

4,8

118

26 078

7,2

TECHNICIENS

AGT

2

TOTAL IT

204

TPN

5

1

TOTAL GéNéRAL

229

55

28

1 337

226

1 875

24 085

% (3)

12,2

2,9

1,5

71,3

12,1

100,0

92,8

100,0

(1) Y compris CPA et RMT. (2) Pourcentage des temps partiels par rapport aux effectifs (hors CLD [congés longue durée]). (3) Part des différentes quotités de travail. (4) CLD : Agents en Congé Longue Durée.

Au 31/12/2006, 1 875 agents (soit 7 % de l’effectif global permanent) exercent leur activité à temps partiel, à 4/5 pour 71 % d’entre eux. Les quotités 90 % et 50 % regroupent l’une comme l’autre 12  % des effectifs travaillant à temps partiel. Depuis dix ans, la part des agents travaillant à mi-temps ne cesse de décroître, contrairement à celle des agents exerçant leur activité à 80 %.

Flash Évolution des types de temps partiel 50%

80%

1996

ANNéE

26,4%

59,0%

2001

17,8%

65,5%

2006

12,2%

71,3%

2 % des chercheurs, 9 % des ingénieurs et 15 % des techniciens travaillent à temps partiel. Les comportements sociologiques au regard du temps de travail sont également différents entre les hommes et les femmes, puisque 15  % de l’ensemble des agents permanents féminins du CNRS exercent une activité à temps partiel contre seulement 1,4 % des hommes.


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

Personnels permanents / Conditions de travail

98

Chercheurs et IT en ETP (équivalent temps plein au 31/12/2006) HOMMES

POPULATION

ETP

FEMMES %

ETP

TOTAL %

ETP

%

Chercheurs

7 957,9

68,8%

3 607,8

31,2%

11 565,7

45,3%

Ingénieurs

4 917,0

57,7%

3 609,1

42,3%

8 526,1

33,4%

Techniciens

1 848,8

34,8%

3 462,2

65,2%

5 311,0

20,8%

Total IT

6 765,8

48,9%

7 071,3

51,1%

13 837,1

54,2%

113,0

92,4%

9,3

7,6%

122,3

0,5%

14 836,7

58,1%

10 688,4

41,9%

25 525,1

100,0%

TPN TOTAL *

* Hors personnels en CLD (congé longue durée).

9.4 – Évolution des personnels en Cessation Progressive d’Activité (CPA) de 2002 à 2006 Chercheurs Ingénieurs

100

100

90

96

Techniciens

95

TPN 78

85

80

76 61

61

60

53 40

20 20

15

15 9

8 12

9

5

0

2002 Total = 179

2003 Total = 212

2004 Total = 215

Au 31 décembre 2006, le CNRS recense 125 personnes en cessation progressive d’activité (CPA), effectif inférieur à celui de l’an passé, et même à celui de 2002. Le phénomène de compensation observé en 2003 et 2004, dont découlait l’assèchement des transferts entre régimes de pré-retraite

6

2005 Total = 172

2006 Total = 125

n’a donc plus lieu, en raison de l’élévation progressive des conditions de cotisations pour l’obtention d’une pension de retraite à taux élevé (suite à la réforme du régime des pensions civiles entrée en vigueur au 1er janvier 2004).


Bilan social CNRS 2006

Emploi scientifique et carrières

99


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels non permanents / Formation à et par la recherche

100

IV – PERSONNELS NON PERMANENTS ET STAGIAIRES Conformément à la réforme intervenue en début d’année 2007 visant à une plus grande cohérence de l’emploi des personnels non permanents du CNRS, trois motifs de recrutement en contrat à durée déterminée sont identifiés et présentés dès l’édition 2006 du bilan social : - la formation à et par la recherche - la pratique de la recherche - l’accompagnement de la recherche (pour les ingénieurs et les techniciens) Toutefois, dans un souci de lisibilité et de continuité avec les années passées, le détail des types d’accueil au sein des trois grandes rubriques est maintenu, les contrats étant classés selon leur origine de financement. L’impact du cadre juridique des séjours (type d’accueil, conditions d’accès, origine des candidats…) est quant à lui présenté en annexe.

Ce chapitre synthétise les principaux résultats concernant les personnels non permanents présents en 2006 au CNRS, et se veut une transition à la fois vers les nouvelles modalités de recrutements des personnels contractuels adoptées par l’organisme en 2007 et vers un nouveau mode de recensement de ces personnels, via la mise en place du nouveau système d’information Sirhus. 13 979 personnes non permanentes (6 003,5 ETPT) ont été rémunérées ou indemnisées par le CNRS au cours de l’année 2006, dans 28 cadres de séjours distincts (dont le régime spécifique des stages organisés en liaison avec l’association « Egide »), et pour des durées d’accueil variables.

1 Personnels en « formation à et par la recherche » Sont considérés en « formation à et par la recherche » l’ensemble des jeunes chercheurs doctorants, auxquels le CNRS ouvre, par le biais de contrats, la réalisation de travaux de recherche au sein de ses unités de recherche. Ces travaux doivent les mener à l’obtention d’une thèse. En 2006, différents types de contrats accueillent ces personnes préparant leur thèse de doctorat : on dénombre les « boursiers doctorants ingénieurs », ainsi que les doctorants sur CDD AFR (Accueil Formation par la Recherche),

les Chercheurs Réseau Europe, les Accueils DGA (Délégation Générale pour l’Armement) et ANRS (Agence Nationale de Recherche sur le SIDA), et enfin les doctorants de l’association Egide. 2 495 personnes (1 741 ETPT) ont été accueillies dans le cadre d’une « formation à et par la recherche » au CNRS, ce qui représente 18 % des personnels accueillis de manière temporaire au cours de l’année 2006.


Emploi scientifique et carrières

1.1 – Les personnes Personnels présents en 2006 Origines de financement

Hommes

Femmes

Subvention d'état

191

128

BDI Classiques

135 56

BDI PED*

Dont encore présents au 31/12/2006

Présents sur l’année Total

Hommes

Femmes

319

160

101

84

219

114

44

100

46

ETPT en 2006

Total

Hommes

Femmes

Total

261

123,0

91,1

214,1

61

175

82,3

58,4

140,7

40

86

40,7

32,7

73,4

Co-financement

598

308

906

479

239

718

448,0

235,1

683,1

BDI Entreprises

283

146

429

223

114

337

213,3

111,1

324,4

BDI Régions

300

161

461

242

124

366

223,0

123,0

346,0

BDI Entreprises / Régions

15

1

16

14

1

15

11,7

1,0

12,7

Financement extérieur

617

453

1 070

477

343

820

451,6

327,4

779,0

AFR**

136

76

212

117

67

184

100,2

60,0

160,2

4,8

1,9

6,7

Réseau Europe

14

5

19

ANRS***

80

198

278

64

143

207

58,0

135,4

193,4

DGA****

350

140

490

265

110

375

261,8

104,6

366,4

37

34

71

31

23

54

26,8

25,5

52,3

Egide

125

75

200

28

18

46

40,8

24,2

65,0

TOTAL

1 531

964

2 495

1 144

701

1 845

1 063,4

677,8

1 741,2

BDI sur Redevances

* BDI pour Pays en développement. ** Accueil Formation Recherche. *** Agence Nationale de Recherche sur le SIDA. **** Délégation Générale pour l’Armement.

Personnels recrutés en 2006* Origines de financement

Dont encore présents au 31/12/2006

Présents sur l’année Hommes

Femmes

Hommes

Femmes

Hommes

Femmes

Subvention d'état

150

85

235

149

84

233

51,9

28,0

BDI Classiques

112

57

169

112

57

169

34,5

17,1

51,6

38

28

66

37

27

64

17,4

10,9

28,3

215

105

320

212

105

317

57,3

27,9

85,2

BDI PED Co-financement BDI Entreprises BDI Régions BDI Entreprises / Régions Financement extérieur AFR

Total

ETPT en 2006

Total

Total 79,9

81

41

122

80

41

121

23,2

11,1

34,3

128

64

192

126

64

190

31,9

16,8

48,7

6

6

6

2,2

6

2,2

318

244

562

301

232

533

108,4

107,4

215,8

68

29

97

62

26

88

25,6

12,3

37,9

Réseau Europe

10

3

13

2,8

0,9

3,7

ANRS

49

125

174

48

120

168

31,8

72,1

103,9

DGA

160

63

223

160

63

223

39,9

16,2

56,1

31

24

55

31

23

54

8,3

5,9

14,2

Egide

104

63

167

27

18

45

33,3

19,9

53,2

TOTAL

787

497

1 284

689

439

1 128

250,9

183,2

434,1

BDI sur Redevances

* Sont comptabilisés tous les personnels ayant une date de début de contrat supérieure ou égale au 01/01/2006.

Bilan social CNRS 2006

personnels non permanents / Formation à et par la recherche

101


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels non permanents / Formation à et par la recherche

102

pays en développement (« BDI PED ») au cours de l’année 2006 (contre 96 en 2005).

Si l’effectif global (2 495) est difficilement comparable aux années précédentes, le découpage par grand motif de recrutement n’étant adopté que depuis cette année, il faut toutefois noter l’augmentation significative du nombre de boursiers doctorants ingénieurs : une centaine par rapport à 2005.

Parmi les quelques 2 500 personnes accueillies sur l’année, environ la moitié a été recrutée en 2006 (1 284/2 495). Près des trois quarts de l’ensemble des effectifs présents sur l’année le sont encore au 31 décembre (1 845/2 495).

Au 31 décembre 2006, le CNRS recense donc 1 033 BDI, dont 25 % financées sur subvention d’État par le CNRS, alors que les 75 % restants bénéficient d’un soutien partenarial par cofinancement - avec une entreprise (337 BDI, soit 33 %), avec une région (366, soit 35 %) ou tripartite (15, soit 2 %) - ou sur Ressources propres (54 BDI sur Redevances, soit 5 %). La Direction des Relations Européennes et Internationales (DREI) a géré 100 contrats de bourses, réservées à des ressortissants de

Il faut enfin noter que ces recrutements sont pourvus majoritairement par des hommes (61,4 % des effectifs sur l’année, en particulier les accueils « réseau Europe » et DGA) et en grand nombre par des étrangers : 165 personnes en formation à et par la recherche sont ressortissants européens (hors France) et 392 ressortissants hors UE, soit un volume de 557 personnes, environ 22 %.

Zoom sur les doctorants de nationalité étrangère (présents en 2006) Origines de financement

UE

Hors UE

Total

% nationalité étrangère

Subvention d'état

7

115

122

38,2 %

BDI Classiques

7

18

25

11,4 %

97

97

97,0 %

Co-financement

24

74

98

10,8 %

BDI Entreprises

10

29

39

9,1 %

BDI Régions

14

44

58

12,6 %

1

1

6,3 %

86

53

139

13,0 %

9

37

46

21,7 %

Réseau Europe

18

1

19

100,0 %

ANRS

58

15

73

26,3 %

1

1,4 %

BDI PED

BDI Entreprises / Régions Financement extérieur AFR

BDI sur Redevances

1

Egide

48

150

198

99,0 %

TOTAL

165

392

557

22,3 %


Emploi scientifique et carrières

1.2 - Les contrats Il s’agit, pour ces personnels en formation « à et par la recherche » de contrats de niveau équivalent à celui des Chargés de recherche. ENSEMBLE DES CONTRATS EN COURS SUR 2006* Origines de financement

Nombre de contrats Hommes

Femmes

Nombre moyen de contrats

Total

Hommes

Femmes

Total

Durée moyenne des contrats ** Hommes

Femmes

Total

Subvention d'état

242

168

410

1,3

1,3

1,3

15,1

15,4

15,2

BDI Classiques

176

114

290

1,3

1,4

1,3

14,5

14,0

14,3

66

54

120

1,2

1,2

1,2

16,7

18,1

17,3

BDI PED Co-financement

635

331

966

1,1

1,1

1,1

31,1

29,6

30,6

BDI Entreprises

283

147

430

1,0

1,0

1,0

35,1

34,3

34,8

BDI Régions

336

183

519

1,1

1,1

1,1

27,6

25,8

27,0

BDI Entreprises / Régions

16

1

17

1,1

1,0

1,1

31,5

36,0

31,8

Financement extérieur

752

559

1 311

1,2

1,2

1,2

22,1

19,3

20,9

AFR

153

82

235

1,1

1,1

1,1

23,7

25,5

24,3

17

6

23

1,2

1,2

1,2

5,3

5,8

5,4

Réseau Europe ANRS

104

253

357

1,3

1,3

1,3

17,0

15,7

16,1

DGA

421

168

589

1,2

1,2

1,2

24,9

24,6

24,8

57

50

107

1,5

1,5

1,5

11,4

11,5

11,4

BDI sur Redevances Egide

128

79

207

1,0

1,1

1,0

4,8

4,7

4,8

TOTAL

1 757

1 137

2 894

1,1

1,2

1,2

23,1

20,7

22,2

* Contrats en cours en 2006, de tous les agents présents sur l’année, quelle que soit la date de début du contrat. ** Durée, en mois, sur l’ensemble de la période du contrat.

Contrats débutés en 2006* Origines de financement Subvention d'état BDI Classiques BDI PED Co-financement BDI Entreprises BDI Régions BDI Entreprises / Régions Financement extérieur

Nombre de contrats

Nombre moyen de contrats**

Total

Femmes

150

85

235

112

57

169

38

28

66

215

105

320

1,0

1,0

1,0

28,9

27,5

28,4

81

41

122

1,0

1,0

1,0

34,3

33,2

33,9

128

64

192

1,0

1,0

1,0

25,4

23,8

24,9

6

1,0

1,0

32,0

320

246

566

1,0

1,0

1,1

16,6

14,3

15,6

6

Hommes

Femmes

Total

1,0

1,0

1,0

1,0

1,0

1,0

1,0

1,0

1,0

Durée moyenne des contrats***

Hommes

Hommes

Femmes

Total

14,8

15,5

15,1

14,9

15,2

15,0

14,6

16,2

15,2

32,0

AFR

70

29

99

1,0

1,0

1,0

19,8

19,8

19,8

Réseau Europe

10

4

14

1,0

1,3

1,1

3,4

2,7

3,2

ANRS

49

126

175

1,0

1,0

1,0

11,9

11,8

11,8

DGA

160

63

223

1,0

1,0

1,0

18,6

18,6

18,6

31

24

55

1,0

1,0

1,0

11,2

11,0

11,1

BDI sur Redevances Egide

106

64

170

1,0

1,0

1,0

3,9

4,1

4,0

TOTAL

791

500

1 291

1,0

1,0

1,0

17,9

15,9

17,2

* Contrats ayant une date de début supérieure ou égale au 01/01/2006. ** Des personnels recrutés en 2006 *** Durée, en mois, sur l’ensemble de la période du contrat.

2 894 contrats ont été conclus en 2006, dont 1 291 débutés en 2006 (soit 45 % de l’ensemble des contrats en cours sur l’année). Ce sont des contrats de près de 2 ans en moyenne, et parfois de 30 mois en ce qui concerne les BDI co-financés.

Bilan social CNRS 2006

personnels non permanents / Formation à et par la recherche

103


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels non permanents / Pratique de la recherche

104

2 pratique de la recherche Il s’agit des « CDD post-doctorants » et des « CDD chercheurs », dont les « CDD chercheurs associés ». 2 434 personnes (1 102,3 ETPT) ont été accueillies dans le cadre d’une pratique de la recherche au CNRS, ce qui représente 17 % des personnels accueillis de manière temporaire au cours de l’année 2006.

2.1 – Les CDD Post-doctorants Les CDD post-doctorants ont pour objectif de fournir une première expérience professionnelle en dehors du laboratoire de formation initiale. C’est l’opportunité pour le jeune chercheur d’avoir une expérience dans un autre pays que celui où il a fait sa thèse, et de nouer des contacts avec d’autres laboratoires de sa discipline.

2.1.1 – Les personnes Personnels présents en 2006 Origines de financement

Hommes Subvention d'état

350

Post Doc CNRS Post Doc Ministère*

Dont encore présents au 31/12/2006

Présents sur l’année

350

Femmes

Total

173

523

1

1

172

522

Hommes 196

101 2

Co-financement

13

3

16

3

5

1

6

1

Post Doc Entreprises Rhodia

101

196

Post Doc Régions Financement extérieur

Femmes

ETPT en 2006

Total 297 297

Hommes

Femmes

Total

190,6

102,2

292,8

0,9

0,9

101,3

291,9

190,6

5

6,0

1,9

7,9

1

1,8

0,7

2,5

8

2

10

2

2

4

4,2

1,2

5,4

362

225

587

244

159

403

178,9

122,2

301,1

2

1

3

1,3

0,7

2,0

7

4

11

3

2

5

4,3

2,8

7,1

AFR

102

53

155

62

28

90

57,5

28,6

86,1

ANR***

AFM**

164

88

252

141

78

219

73,4

41,5

114,9

Réseau Europe

27

15

42

3

1

4

12,8

7,1

19,9

Action Marie Curie

60

64

124

35

50

85

29,6

41,5

71,1

Egide

70

23

93

8

3

11

23,2

8,3

31,5

TOTAL

795

424

1 219

451

265

716

398,7

234,6

633,3

* Ministère chargé de la Recherche. ** Association Française contre les Myopathies. *** Agence Nationale de la Recherche.


Emploi scientifique et carrières

PERSONNELS RECRUTES EN 2006* Origines de financement

Hommes Subvention d'état

Dont encore présents au 31/12/2006

Présents sur l’année Femmes

157

Total

Hommes

Femmes

Total

231

1

1

157

73

230

157

73

230

Co-financement

4

2

6

3

2

5

Post Doc Régions

1

1

1

1

0,7

Post Doc Entreprises

3

2

5

2

2

4

281

160

441

220

126

346

Post Doc Ministère

Financement extérieur

73

230

Hommes

74

Post Doc CNRS

157

ETPT en 2006

40,1

Femmes

Total

22,6

62,7

0,9

0,9

40,1

21,7

61,8

2,2

0,2

2,4

1,5

0,2

1,7

122,2

72,2

194,4

0,7

AFM

5

2

7

3

2

5

2,4

1,3

3,7

AFR

62

33

95

54

22

76

29,6

15,2

44,8

ANR

78

219

73,4

41,5

114,9

2

4,4

2,3

6,7

44

12,4

11,9

24,3

164

88

252

141

Réseau Europe

10

6

16

2

Action Marie Curie

40

31

71

20

24

Egide

46

11

57

8

3

11

12,6

4,3

16,9

TOTAL

488

247

735

388

204

592

177,1

99,3

276,4

* Sont comptabilisés tous les personnels ayant une date de début de contrat supérieure ou égale au 01/01/2006.

Au cours de l’année 2006, 1 219 accueils post-doctoraux ont été réalisés au CNRS, au travers de dix cadres d’accueils distincts. 59 % des personnels accueillis sur l’année sont encore présents au 31 décembre.

raux du CNRS (plus de 20 %) ; parmi les recrutés en 2006, 35% sont engagés par le biais de financement de l’ANR. Globalement, il s’agit là encore d’accueils plutôt masculins -on dénombre un tiers de femmes en moyenne, avec une exception pour les accueils Marie Curie- et de nationalité étrangère : 652 post-doctorants présents en 2006 sont de nationalité étrangère (320 ressortissants de l’UE et 322 hors UE ; 53,5 % de l’ensemble des post-doctorants).

Sur la totalité de ces accueils, 43 % l’ont été dans le cadre des contrats post-doctorants institués en 2003 par le Ministère chargé de la Recherche, entièrement financés sur subvention d’État. L’Agence Nationale de la Recherche devient, en 2006, la seconde source de financement des CDD post-docto-

Zoom sur les post-doctorants de nationalité étrangère (présents en 2006) Origines de Financement

UE

Hors UE

Total

% nationalité étrangère

Subvention d'état

77

139

216

41,4 %

Post Doc Ministère

77

139

216

41,4 %

Co-financement

2

2

4

25,0 %

1

1

16,7 %

2

1

3

30,0 %

199

143

342

58,3 %

1

33,3 %

2

18,2 %

Post Doc Régions Post Doc Entreprises Financement extérieur Rhodia

1

AFM

1

1

AFR

22

40

62

40,0 %

ANR

53

61

114

45,2 %

Réseau Europe

37

5

42

100,0 %

Action Marie Curie

85

36

121

97,6 %

Egide

42

48

90

96,8 %

TOTAL

320

332

652

53,5 %

Bilan social CNRS 2006

personnels non permanents / Pratique de la recherche

105


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels non permanents / Pratique de la recherche

2.1.2 – Les contrats Il s’agit, concernant ces post-doctorants, de contrats de niveau équivalent à celui des Chargés de recherche. ENSEMBLE DES CONTRATS EN COURS SUR 2006* Origines de financement

Nombre de contrats Hommes

106

Subvention d'état

351

Post Doc CNRS

Femmes

Nombre moyen de contrats

Total

173

524

1

1

Hommes 1,0

Femmes

Total

1,0

1,0

1,0

1,0

Durée moyenne des contrats** Hommes 15,9

Femmes

Total

17,7

16,5

11,0

11,0

Post Doc Ministère

351

172

523

1,0

1,0

1,0

15,9

17,7

16,5

Co-financement

13

4

17

1,0

1,3

1,1

12,2

10,2

11,8

Post Doc Régions

5

1

6

1,0

1,0

1,0

9,8

12,0

10,2

Post Doc Entreprises Financement extérieur Rhodia

8

3

11

1,0

1,5

1,1

13,8

9,6

12,6

381

231

612

1,1

1,0

1,0

13,5

16,7

14,7

2

1

3

1,0

1,0

1,0

12,0

12,0

12,0

AFM

8

4

12

1,1

1,0

1,1

11,0

12,0

11,3

AFR

109

57

166

1,1

1,1

1,1

12,6

11,9

12,4

ANR

166

88

254

1,0

1,0

1,0

13,1

15,2

13,8

Réseau Europe

33

15

48

1,2

1,0

1,1

9,3

11,9

10,1

Action Marie Curie

63

66

129

1,1

1,0

1,0

18,5

24,4

21,5

Egide

70

25

95

1,0

1,1

1,0

5,3

5,0

5,2

TOTAL

815

433

1 248

1,0

1,0

1,0

13,8

16,4

14,7

* Contrats en cours en 2006, de tous les agents présents sur l’année, quelle que soit la date de début du contrat. ** Durée, en mois, sur l’ensemble de la période du contrat.

Contrats débutés en 2006* Origines de financement

Nombre de contrats Hommes

Subvention d'état

157

Post Doc CNRS

Femmes

Nombre moyen de contrats**

Total

74

231

1

1

Hommes 1,0

Femmes

Total

1,0

1,0

1,0

1,0

Durée moyenne des contrats*** Hommes 15,6

Femmes

Total

16,7

16,0

11,0

11,0

157

73

230

1,0

1,0

1,0

15,6

16,8

16,0

Co-financement

4

2

6

1,0

1,0

1,0

14,0

8,5

12,2

Post Doc Régions

1

1

1,0

1,0

12,0

Post Doc Ministère

Post Doc Entreprises Financement extérieur AFM

12,0

3

2

5

1,0

1,0

1,0

14,7

8,5

12,2

292

162

454

1,0

1,0

1,0

12,5

14,7

13,3

5

2

7

1,0

1,0

1,0

10,4

12,0

10,9

AFR

65

34

99

1,0

1,0

1,0

11,7

10,3

11,2

ANR

166

88

254

1,0

1,0

1,0

13,1

15,2

13,8

Réseau Europe

14

6

20

1,4

1,0

1,3

3,9

4,6

4,1

Action Marie Curie

42

32

74

1,1

1,0

1,0

14,4

19,9

16,8

Egide

50

17

67

1,0

1,1

1,0

3,7

4,3

3,8

TOTAL

503

255

758

1,0

1,0

1,0

12,6

14,5

13,3

* Contrats ayant une date de début supérieure ou égale au 01/01/2006. ** Des personnels recrutés en 2006. *** Durée, en mois, sur l’ensemble de la période du contrat.

Parmi les 1 248 contrats en cours sur l’année et destinés à l’accueil de post-doctorants, 61 % (soit 758 contrats) ont débuté en 2006, dont 254 financés par l’ANR. à l’exception des contrats « Egide » (dont les accueils cesseront dès 2007), il s’agit de contrats plutôt longs, d’un peu plus d’un an en moyenne.


Emploi scientifique et carrières

2.2 – Les CDD Chercheurs 1 215 personnes ont été accueillies en 2006 dans le cadre d’un contrat à durée déterminée pour exercer une activité de recherche. C’est un volume similaire à celui des personnels accueillis pour effectuer un post-doctorat. Rapporté

en équivalent temps plein travaillé, qui prend en compte à la fois la quotité et la durée de présence dans l’année, l’effectif passe à 469 ETPT, contre 633,3 pour les accueils postdoctoraux.

107

2.2.1 – Les personnes Personnels présents en 2006 Origines de financement

CLC* Chercheurs Associés

Dont encore présents au 31/12/2006

Présents sur l’année Hommes

Subvention d'état

744

Femmes

Total

310

1 054

74

38

112

447

100

547

Hommes 309

Femmes

ETPT en 2006

Total

Hommes

Femmes

Total

134

443

256,2

111,0

367,2

49

23

72

55,3

27,3

82,6

184

57

241

148,8

42,7

191,5

19

1

20

11

1

12

3,1

0,2

3,3

Auxiliaires

180

145

325

64

53

117

45,1

37,7

82,8

Vacataires

24

26

50

1

1

3,9

3,1

7,0

DRAF**

Co-financement

2

1

3

2

2

0,7

0,1

0,8

Transfert de Technologie

2

1

3

2

2

0,7

0,1

0,8

Ressources Propres

98

60

158

64

39

103

58,0

43,0

101,0

ANR

20

10

30

16

9

25

9,2

5,8

15,0

AFM

3

7

10

1

3

4

1,7

5,0

6,7

43

115

47

27

74

45,9

32,2

78,1

FNS*** Action Marie Curie

3

3 72

1,2

1,2

TOTAL

844

371

1 215

375

173

548

314,9

154,1

469,0

TOTAL (hors Vacataires)

820

345

1 165

374

173

547

311,0

151,0

462,0

* Contrats sur ligne de crédit. ** Directeurs de Recherche Associés Français. *** Fonds National de la Science..

Personnels recrutés en 2006* Origines de financement

Subvention d'état

Dont encore présents au 31/12/2006

Présents sur l’année Hommes

Femmes

Total

Hommes

Femmes

ETPT en 2006

Total

Hommes

Femmes

Total

646

277

923

306

134

440

188,7

75,4

264,1

72

36

108

49

23

72

29,7

12,9

42,6

364

81

445

184

57

241

113,6

27,0

140,6

17

1

18

8

1

9

1,6

0,1

1,7

Auxiliaires

169

133

302

64

53

117

39,9

32,3

72,2

Vacataires

24

26

50

1

1

3,9

3,1

7,0

2

2

2

0,7

CLC Chercheurs Associés DRAF

Co-financement

2

0,7

2

2

2

0,7

Ressources Propres

56

29

85

43

23

66

26,0

17,9

43,9

ANR

19

10

29

15

9

24

8,2

5,8

14,0

AFM

1

3

4

1

3

4

0,4

1,8

2,2

FNS

1

Transfert de Technologie

2

1

0,7

0,6

0,6

35

16

51

27

11

38

16,8

10,3

27,1

TOTAL

704

306

1 010

351

157

508

215,4

93,3

308,7

TOTAL (hors Vacataires)

680

280

960

350

157

507

211,5

90,2

610,4

Action Marie Curie

Bilan social CNRS 2006

personnels non permanents / Pratique de la recherche

* Sont comptabilisés tous les personnels ayant une date de début de contrat supérieure ou égale au 01/01/2006.


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels non permanents / Pratique de la recherche

108

La grande majorité des personnels (83,1 %) ont débuté un contrat sur 2006.

Parmi les 1 215 chercheurs accueillis sur l’année, 818 sont de nationalité étrangère, c'est-à-dire que près de 7 recrutements contractuels chercheurs sur 10 ont attiré un talent européen ou international.

87 % des accueils sur l’année sont financés sur subvention d’État, les cadres d’accueils les plus nombreux étant ceux de chercheurs associés (547 personnes) et d’auxiliaires (325 personnes).

Zoom sur les CDD Chercheurs de nationalité étrangère en 2006 (présents en 2006) Origines de Financement

UE

Subvention d'état

Total

% nationalité étrangère

453

690

65,5 %

15

12

27

24,1 %

172

375

547

100,0 %

45

59

104

32,0 %

CLC Chercheurs Associés

Hors UE

237

Auxiliaires

5

7

12

24,0 %

106

22

128

81,0 %

ANR

10

6

16

53,3 %

AFM

3

Vacataires Ressources Propres

FNS

1

4

40,0 %

2

2

66,7 %

93

13

106

92,2 %

TOTAL

343

475

818

67,3 %

TOTAL (hors Vacataires)

338

468

806

69,2 %

Action Marie Curie

2.2.2 – Les contrats ENSEMBLE DES CONTRATS EN COURS SUR 2006* Origines de financement

Niveau (par équivalence) DR

Subvention d'état CLC Chercheurs Associés DRAF

312

Nombre moyen de contrats

CR

Total

1 011

1 323

Hommes 1,2

Femmes 1,3

Total 1,3

Durée moyenne des contrats** Hommes

Femmes

4,4

4,6

Total 4,4

58

150

208

1,9

1,8

1,9

9,4

10,2

9,7

215

391

606

1,1

1,2

1,1

3,7

4,3

3,8

39

1,9

2,0

2,0

5,2

6,0

5,2

39

Auxiliaires

403

403

1,2

1,3

1,2

3,1

3,3

3,2

Vacataires

67

67

1,5

1,2

1,3

1,3

1,2

1,3

Co-financement

3

3

1,0

1,0

1,0

12,0

5,0

9,7

Transfert de Technologie

3

3

1,0

1,0

1,0

12,0

5,0

9,7

Financement extérieur

163

163

1,0

1,1

1,0

18,7

19,1

18,8

ANR

30

30

1,0

1,0

1,0

15,9

19,0

16,9

AFM

11

11

1,0

1,1

1,1

12,0

12,0

12,0

FNS Action Marie Curie

3

3

1,0

1,0

8,6

119

119

1,0

1,0

1,0

20,1

20,4

20,2

8,6

TOTAL

312

1 177

1 489

1,2

1,3

1,2

5,8

6,6

6,0

TOTAL (hors Vacataires)

312

1 110

1 422

1,2

1,3

1,2

5,9

7,0

6,3

* Contrats en cours en 2006, de tous les agents présents sur l’année, quelle que soit la date de début du contrat. ** Durée, en mois, sur l’ensemble de la période du contrat.


Emploi scientifique et carrières

Contrats débutés en 2006* Origines de financement Subvention d'état CLC Chercheurs Associés DRAF

Niveau (par équivalence)

Nombre moyen de contrats**

DR

CR

Total

250

795

1 045

1,1

1,2

1,1

4,1

4,1

4,1

38

84

122

1,2

1,1

1,1

10,5

12,2

11,1

191

273

464

1,0

1,0

1,0

3,6

3,8

3,6

21

1,2

1,0

1,2

5,0

6,0

5,0

1,2

1,3

1,2

2,8

2,8

2,8

1,2

1,2

21

Auxiliaires

371

371

Vacataires

Hommes

Femmes

Total

Durée moyenne des contrats*** Hommes

Femmes

Total

67

67

1,5

1,3

1,3

Co-financement

2

2

1,0

1,0

12,0

12,0

1,3

Transfert de Technologie

2

2

1,0

1,0

12,0

12,0

Financement extérieur

87

87

1,0

1,0

1,0

16,3

16,9

16,5

ANR

29

29

1,0

1,0

1,0

15,9

19,0

17,0

1,0

12,0

12,0

AFM

4

4

1,0

FNS

1

1

1,0

53

53

1,0

Action Marie Curie

1,1

1,0

12,0

1,0

6,9

1,0

16,9

6,9 16,4

16,8

TOTAL

250

884

1 134

1,1

1,2

1,1

5,0

5,1

5,1

TOTAL (hors Vacataires)

250

817

1 067

1,1

1,2

1,1

5,2

5,5

5,3

* Contrats ayant une date de début supérieure ou égale au 01/01/2006. ** Des personnels recrutés en 2006. *** Durée, en mois, sur l’ensemble de la période du contrat.

L’accueil de 1 165 personnes (hors vacataires) a donné lieu à la conclusion de 1 422 contrats sur l’année, soit 1,2 contrats par personne, pour une durée moyenne de 6,3 mois. Mais les éléments sont très nettement variables d’un type d’accueil à l’autre, les durées variant de 1,3 mois pour les vacataires à 1 an ou plus pour les accueils ANR, Marie Curie et AFM.

En terme de qualification, il est à noter que la plupart des contrats sont effectués sur des grades équivalents de Chargés de recherche, mais qu’il existe 250 contrats sur niveau de Directeurs de recherche (DRAF et Chercheurs associés).

Bilan social CNRS 2006

personnels non permanents / Pratique de la recherche

109


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels non permanents / Accompagnement de la recherche

110

3 Personnels d’« accompagnement de la recherche » Afin de satisfaire des besoins d’emploi ponctuels, le CNRS recrute tout au long de l’année dans des fonctions correspondant à des métiers d’accompagnement de la recherche. Ces fonctions sont diverses avec un niveau de formation allant du BEP au Doctorat. Par souci d’homogénéité, la présentation des populations selon les origines de financement est conservée pour les personnels d’accompagnement à la recherche ; toutefois,

les vacataires, les stagiaires élèves ingénieurs, les traducteurs (TAD) et les intermittents, qui ont des modes de gestion particuliers, sont traités séparément. 9 050 personnes (3 160 ETPT) ont été accueillies dans le cadre de l’accompagnement de la recherche au CNRS, ce qui représente 65 % des personnels accueillis de manière temporaire au cours de l’année 2006 et 53 % des ETPT.

3.1 – Les personnes Personnels présents en 2006 Origines de financement

Subvention d'état (SE)

Dont encore présents au 31/12/2006

Présents sur l’année Hommes

Femmes

Total

2 260

2 380

4 640

Hommes

Total

Hommes

Femmes

Total

956

1 808

699,8

745,2

1 445,0

189

173

362

168,4

151,7

320,1

9

12

0,7

4,1

4,8

852

CLC

291

298

589

IPE*

5

11

16

3

Femmes

ETPT en 2006

16

18

34

13

17

30

14,9

17,0

31,9

3

20

23

3

19

22

1,3

7,3

8,6

28

18

46

20

10

30

10,3

8,6

18,9

Auxiliaires

1 828

1 964

3 792

572

698

1 270

457,4

528,9

986,3

Apprentis

44

17

61

30

12

42

24,1

9,7

33,8

Acc. Dét. par contrat** Médecins CDD « Handicap »

45

34

79

22

18

40

22,8

17,8

40,6

Ressources Propres (RP)

1 492

1 056

2 548

987

709

1 696

838,4

603,1

1 441,5

Convention de recherche

1 258

871

2 129

813

571

1 384

735,1

511,0

1 246,1

ANR

199

164

363

165

133

298

86,5

80,3

166,8

FNS

23

16

39

5

4

9

9,1

9,2

18,4

Valorisation

12

5

17

4

1

5

7,7

2,6

10,3

3 752

3 436

7 188

1 839

1 665

3 504

1 538,2

1 348,3

2 886,5

Vacataires

745

782

1 527

40

37

77

91,6

94,7

186,3

Stagiaires élèves ingénieurs

195

71

266

7

2

9

55,5

20,5

76,0

9

9

18

9

9

18

4,2

5,1

9,3

32

19

51

1,3

0,6

1,9

FRT *** TOTAL 1 (SE+RP)

TAD**** Intermittents du spectacle TOTAL 2 TOTAL GéNéRAL

981

881

1 862

56

48

104

152,6

120,9

273,5

4 733

4 317

9 050

1 895

1 713

3 608

1 690,8

1 469,2

3 160,0

* Ingénieurs Projets Européens. ** Accueils en détachement par contrat. *** Fonds de la Recherche Technologique. **** Traducteurs et Analystes Documentaires.


Emploi scientifique et carrières

Personnels recrutés en 2006* Origines de financement

Subvention d'état (SE) CLC IPE Acc. Dét. par contrat

Auxiliaires

Hommes

Femmes

ETPT en 2006

Hommes

Femmes

Total

Total

Hommes

Femmes

Total

2 035

2 154

4 189

836

936

1 772

548,2

609,5

1 157,7

274

278

552

189

173

362

115,0

114,6

229,6

3

11

14

3

9

12

0,4

2,9

3,3

15

18

33

13

17

30

7,8

9,0

16,9

4

4

3

3

0,6

0,6

28

18

46

20

10

30

6,3

4,3

10,6

1 663

1 792

3 455

572

698

1 270

400,7

463,9

864,6

Médecins CDD « Handicap »

Dont encore présents au 31/12/2006

Présents sur l’année

Apprentis

17

8

25

17

8

25

4,0

2,1

6,1

Valorisation

35

25

60

22

18

40

14,0

12,0

26,0

1 073

743

1 816

833

578

1 411

509,4

359,8

869,2

Convention de recherche

Ressources Propres (RP)

864

570

1 434

664

443

1 107

419,6

275,5

695,1

ANR

199

163

362

165

132

297

86,5

79,3

165,8

3

FNS

8

8

16

3

FRT

2

2

4

1

TOTAL 1 (SE+RP)

6

2,3

4,1

6,4

1

1,0

1,0

2,0

3 108

2 897

6 005

1 669

1 514

3 183

1 057,6

969,3

2 026,9

Vacataires

744

781

1 525

40

37

77

91,7

94,5

186,2

Stagiaires élèves ingénieurs

195

71

266

7

2

9

55,5

20,5

76,0

9

9

18

TAD Intermittents du spectacle TOTAL 2 TOTAL GéNéRAL

9

9

18

32

19

51

980

880

1 860

56

48

4 088

3 777

7 865

1 725

1 562

2,1

2,6

4,7

1,3

0,6

1,9

104

150,6

118,2

268,8

3 287

1 208,2

1 087,5

2 295,7

* Sont comptabilisés tous les personnels ayant une date de début de contrat supérieure ou égale au 01/01/2006.

9 050 personnes ont été accueillies au CNRS en 2006 pour occuper des fonctions temporaires d’ingénieurs, de techniciens de la recherche, pour un équivalent temps plein travaillé de 3 160. Plus de la moitié d’entre elles ont été recrutées en CDD sur subvention d’état.

- 1 527 vacataires présents sur l’année, tous ayant débuté un contrat en 2006, dont 77 sont encore présents au 31 décembre ; - 589 contractuels sur ligne de crédit présents sur l’année, dont 362 encore présents au 31 décembre (61 %) et 552 ayant débuté un contrat en 2006 (93 %).

Les accueils les plus nombreux sont les suivants : - 3 792 auxiliaires présents sur l’année, dont 1 270 encore présents au 31 décembre (33 %) et 3 455 ayant débuté un contrat en 2006 (91 %) ; - 2 129 CDD sur convention de recherche présents sur l’année, dont 1 384 encore présents au 31 décembre (65 %) et 1 434 ayant débuté un contrat en 2006 (67 %) ;

Alors que les femmes sont présentes respectivement à hauteur de 38,6 % et 32,7 % des motifs de recrutements « formation à et par la recherche » et « pratique de la recherche », elles représentent près d’une personne sur deux parmi les personnels recrutés en appui à la recherche (44,7 %).

Bilan social CNRS 2006

personnels non permanents / Accompagnement de la recherche

111


Emploi scientifique et carrières Bilan social CNRS 2006

personnels non permanents / Accompagnement de la recherche

112

3.2 – Les contrats ENSEMBLE DES CONTRATS EN COURS SUR 2006* Origines de financement

Subvention d'état (SE) CLC

Nombre moyen de contrats (selon le sexe)

Niveau (par équivalence) IR

IE

1 130

2 387

811

1 040

658

306

276

161

176

76

7

27

IPE

AI

T

AJT

NP***

24

Acc. Dét. par contrat

11

Médecins

24

27

Total

Durée moyenne des contrats (selon le sexe)**

H

F

Total

H

F

Total

6 026

1,3

1,3

1,3

4,9

4,6

4,7

995

1,7

1,7

1,7

9,3

7,2

8,2

24

1,0

1,7

1,5

8,8

6,9

7,3

72

2,1

2,1

2,1

10,8

12,7

11,8

24

1,0

1,1

1,0

36,0

31,0

31,6

5

10

11

27

13

66

1,4

1,6

1,4

9,0

7,8

8,4

Auxiliaires

723

1 955

603

804

569

4 654

1,2

1,2

1,2

3,3

3,5

3,4

Apprentis

9

30

18

4

61

1,0

1,0

1,0

22,8

22,3

22,7

CDD « Handicap »

52

65

11

2

130

1,6

1,8

1,6

6,0

6,2

6,1

Ressources Propres (RP)

1 531

970

326

39

6

2 872

1,1

1,1

1,1

12,8

13,0

12,9

Convention de recherche

6

2 439

1,2

1,1

1,1

12,7

13,0

12,8

374

1,0

1,0

1,0

13,6

13,4

13,5

41

1,0

1,1

1,1

10,9

9,7

10,3

Valorisation

1 319

809

278

27

ANR

178

138

46

12

FNS

26

13

2

FRT TOTAL 1 (SE+RP) Vacataires

8

10

18

1,1

1,0

1,1

14,3

10,4

13,2

2 661

3 357

1 137

1 079

664

8 898

1,2

1,3

1,2

7,8

6,9

7,4

193

763

203

268

566

1 993

1,3

1,3

1,3

1,1

1,1

1,1

277

1,0

1,0

1,0

3,3

3,4

3,3

36

2,0

2,0

2,0

7,0

7,0

7,0

Stagiaires élèves ingénieurs

277

TAD

36 255

255

5,6

3,9

5,0

0,1

0,1

0,1

193

1 040

203

268

566

291

2 561

1,4

1,3

1,4

1,4

1,3

1,3

2 854

4 397

1 340

1 347

1 230

291

11 459

1,3

1,3

1,3

6,3

5,7

6,0

Intermittents du spectacle TOTAL 2 TOTAL GéNéRAL

* Contrats en cours en 2006, de tous les agents présents sur l’année, quelle que soit la date de début du contrat. ** Durée, en mois, sur l’ensemble de la période du contrat. *** Non précisé.


Emploi scientifique et carrières

Contrats débutés en 2006* Origines de financement

Nombre moyen de contrats (selon le sexe)**

Niveau (par équivalence) IR

IE

AI

T

AJT

NP****

Total

Durée moyenne des contrats (selon le sexe)***

H

F

Total

H

F

Total

Subvention d'état (SE)

893

2 059

675

943

596

5 166

1,2

1,3

1,2

4,4

4,1

4,2

CLC

196

217

128

170

68

779

1,4

1,5

1,4

10,0

7,2

8,5

19

1,3

1,4

1,4

9,5

7,2

7,7

4

14

39

1,2

1,2

1,2

13,9

16,9

15,5

1,0

1,0

13,0

13,0

IPE

19

Acc. Det. par contrat

6

Médecins

4

15

4

5

9

7

18

10

49

1,1

1,1

1,1

9,5

8,1

9,0

Auxiliaires

646

1 741

523

737

518

4 165

1,2

1,2

1,2

3,0

3,2

3,1

Apprentis

3

13

7

2

25

1,0

1,0

1,0

17,8

20,8

18,8

CDD « Handicap »

33

45

6

2

86

1,3

1,6

1,4

5,9

6,5

6,2

1 035

657

216

30

5

1 943

1,1

1,1

1,1

11,4

11,1

11,2

Convention de recherche

844

513

170

18

5

1 550

1,1

1,1

1,1

10,9

10,5

10,8

ANR

178

137

46

12

373

1,0

1,0

1,0

13,6

13,3

13,5

FNS

10

6

16

1,0

1,0

1,0

5,7

6,6

6,1

Valorisation Ressources Propres (RP)

FRT TOTAL 1 (SE+RP) Vacataires

3

1

4

1,0

1,0

1,0

9,7

6,0

7,9

1 928

2 716

891

973

601

7 109

1,2

1,2

1,2

6,6

5,7

6,2

193

763

200

268

566

1 990

1,3

1,3

1,3

1,1

1,1

1,1

277

1,0

1,0

1,0

3,3

3,4

3,3

18

1,0

1,0

1,0

6,0

6,0

6,0

Stagiaires élèves ingénieurs

277

TAD

18 255

255

5,6

3,9

5,0

0,1

0,1

0,1

193

1 040

200

268

566

273

2 540

1,4

1,3

1,4

1,3

1,3

1,3

2 121

3 756

1 091

1 241

1 167

273

9 649

1,2

1,2

1,2

5,1

4,6

4,9

Intermittents du spectacle TOTAL 2 TOTAL GéNéRAL

* Contrats ayant une date de début supérieure ou égale au 01/01/2006. ** Des personnels recrutés en 2006. *** Durée, en mois, sur l’ensemble de la période du contrat. **** Non précisé.

Sur 8 898 contrats d’appui à la recherche en cours sur 2006 -hors vacataires, élèves ingénieurs, TAD et intermittents- (soit 1,2 en moyenne par personne, pour une durée de 7,4 mois), les CDD sur Subvention d’état sont les plus nombreux, avec un volume de plus de 6 000 contrats (dont 77% de contrats d’auxiliaires), contre 2 872 contrats sur ressources propres (dont 85 % de contrats sur Convention de Recherche). Il faut noter le volume important, cette année, des contrats sur ligne de crédit, qui tient au fait qu’en 2006, l'intégralité des moyens de recrutements contractuels est regroupée sur une ligne unique de crédit. Les CLC comptent ainsi des contrats dits de "haut niveau", ainsi que des contrats de courte et de longue durée (article 6 et article 4). En terme de qualification, ces contrats concernent tous les niveaux, les plus nombreux étant toutefois de niveaux équivalents IR et IE (plus des deux tiers des contrats pour lesquels le niveau est précisé). La proportion de qualification IR et IE varie entre 22 % pour les CDD « Handicap » et 100 % pour les médecins et les ingénieurs projet ; les autres types de contrats rassemblant chacun au moins 50 % des effectifs IE et IR.

Concernant les durées moyennes, les situations fluctuent d’un type d’accueil à l’autre, du fait de la nature même des contrats. - S’agissant des CLC, les 995 contrats d’une durée moyenne de 8,2 mois sont plutôt des accueils « longs » (58 % d’article 4). - Les contrats d’auxiliaires présentent une durée moyenne de 3,4 mois ; pour mémoire, ils peuvent varier entre 1 et 10 mois. - Les contrats sur convention de recherche sont pour 98 % d’entre eux des accueils de longue durée (CDD article 4) ; ils présentent une durée moyenne d’un peu plus d’un an. - Les CDD financés par l’ANR sont également des accueils plutôt longs : 13,5 mois en moyenne. Sur les 8 898 contrats (hors vacataires, élèves ingénieurs, analystes documentaires et intermittents), 7 109 ont débuté en 2006, soit près de 80 %. Sur l’ensemble des contrats, vacations et décisions, on en dénombre 9 649 commencés en 2006 (85 %), avec des situations similaires à celles évoquées plus haut.

Bilan social CNRS 2006

personnels non permanents / Accompagnement de la recherche

113


Développement professionnel et social Sommaire

Développement professionnel et social I – FORMATION PERMANENTe 1 Les faits marquants de l’année 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 2 Les personnes formées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 3 Bilan quantitatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116

II – POLITIQUE SOCIALE 1 ACTEURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Bilan social CNRS 2006

2 DOMAINES D’INTERVENTIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119

114

3 MOYENS DE LA POLITIQUE SOCIALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125

III – MéDECINE DE PRéVENTION 1 ACTEURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 2 RÉALISATIONS 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 3 BILAN DE LA SURVEILLANCE MÉDICALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 4 MOYENS DE LA MÉDECINE DE PRÉVENTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132 5 MOYENS DE LA MÉDECINE STATUTAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133

IV – PRéVENTION ET SéCURITé 1 Fonctionnement des instances de concertation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 2 Actions récurrentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 3 Faits marquants 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 4 Annexe : Les structures d’hygiène et de sécurité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137

V – ACCIDENTS DE SERVICE 1 ACCIDENTS DE SERVICE ET MALADIES PROFESSIONNELLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 2 COMITé MéDICAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142 3 COMMISSION DE RéFORME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144

VI – PENSIONS, RETRAITES 1 Liquidation des pensions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 2 Validation des services . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146

VII – RELATIONS PROFESSIONNELLES 1 Représentativité syndicale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 2 Représentation du personnel dans les instances du CNRS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 3 Exercice du droit syndical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154


Développement professionnel et sociaL FORMATION PERMANENTE

I – FORMATION PERMANENTe 1 Les faits marquants de l’année 2006

parcours professionnel et/ou construire son projet d’évolution professionnelle ». 1.1.2 – Actions d’accompagnement

Deux axes principaux issus de la mise en place de CAP Formation 2006 se dégagent :

1.1 – Les actions de CAP Formation 2006 développées par les délégations 1.1.1 – Formations régionales et nationales En 2006, dix actions de formation de CAP Formation 2006 ont été déployées. Dans le cadre de la formation au service des priorités du contrat d’action pluriannuel : l’ouverture aux autres disciplines, en région avec des ateliers thématiques réunissant plusieurs communautés scientifiques, sur le plan national avec les Écoles thématiques qui favorisent la recherche interdisciplinaire ; le management pour tous les cadres ; les formations spécifiques conduisant à la maîtrise des nouveaux outils de la gestion de la recherche ; la professionnalisation des personnels en charge de la valorisation, en région par des ateliers de sensibilisation et sur le plan national, dans le parcours de la BAP H ; le dispositif d’accueil de l’ensemble des entrants ; le développement des compétences linguistiques ; les formations collectives et les dispositifs d’accompagnement à la prise de fonction ; le développement des formations visant la généralisation des bonnes pratiques de laboratoire et notamment la mise en place de la démarche qualité ; les ateliers du savoir.

• • • •

CAP Formation 2006 prévoit, outre les actions de formation proprement dites, des actions d’accompagnement. En 2006, huit actions ont été prioritaires pour l’ensemble des délégations : le plan individuel de formation pour les fonctionnaires stagiaires IT ; l’élaboration de plans individuels de formation suite à entretien professionnel approfondi ; l’accompagnement à la prise de fonction par un tuteur ; le développement du tutorat inscrit dans des contrats formalisés ; la définition de mécanismes de coordination entre les différentes institutions parties prenantes (CNRS, universités, autres EPST…) lors de la contractualisation pour la répartition des prises en charge et de la mise en œuvre des formations ; le suivi du plan de formation d’unité ; la mise à disposition, via internet, de documents pédagogiques favorisant la formation accompagnée ; la détermination annuelle des actions pouvant donner lieu à des évaluations qualitatives de résultat.

• • • • •

• • •

1.2 – Autres actions de formation Les délégations ont privilégié quatre axes principaux : accompagner la mise en place des nouveaux systèmes d’information Sirhus, BFC et XLab V6 ; soutenir les activités des réseaux professionnels et accompagner l’émergence des nouveaux réseaux régionaux ; renforcer les connaissances scientifiques des personnels des laboratoires en réponse aux domaines spécifiques des unités de recherche ; répondre aux demandes de formation croissantes dans le domaine « Hygiène et sécurité ».

• • • •

• • •

2 Les personnes formées

Personnels formés

Dans le cadre de la formation au service du parcours professionnel des agents, la formation à la construction et à la gestion du projet d’évolution professionnelle a été mise en œuvre, au travers d’actions telles que « Faire le point sur son

Année

2004

2005

2006

Nombre de personnes CNRS formées

12 754

11 851

12 892

Nombre de stagiaires CNRS

25 700

23 298

27 731

Nombre d’heures stagiaires CNRS

591 414

578 213

597 418

Durée moyenne de formation par stagiaire CNRS (jours)

3,3

3,5

2,9

Bilan social CNRS 2006

L’année 2006 se caractérise par une augmentation du nombre de personnes formées et, simultanément, une baisse de la durée moyenne de formation. Cette tendance n’est pas spécifique au CNRS puisqu’on la retrouve dans l’ensemble du secteur formation en France. Néanmoins, le maintien de l’accroissement du nombre d’actions nationales, avec les formations métier, l’accompagnement des parcours professionnels et la préparation de l’arrivée des nouveaux applicatifs spécifiques Sirhus et BFC expliquent que les bénéficiaires de la formation soient plus nombreux. C’est également la deuxième année de plein exercice de CAP Formation 2006.

115


Développement professionnel et social FORMATION PERMANENTE

Actions Année Plans de formation d’unité (PFU)

2004 573

2005 529

2006 563

3.1 – Populations formées

Pourcentage de personnes CNRS formées dans le cadre d’un PFU

76,53%

68,25%

67,99%

Nombre d’actions collectives

2 538

2 407

2 729

Nombre de plans individuels de formation

145

154

114

Bilan social CNRS 2006

L’année 2006 se caractérise par une hausse du nombre de personnes CNRS formées (12 892) par rapport à 2005 (11 851), liée à une augmentation du nombre d’actions collectives (2 729 en 2006 contre 2 407 en 2005).

116

3 Bilan quantitatif

On note une hausse de 19,02 % entre 2005 et 2006 du nombre de stagiaires CNRS et de 7,9 % entre 2004 et 2006. Le nombre d’heures stagiaires CNRS atteint 597 418 heures en 2006. Ce chiffre progresse de 3,32 % par rapport à 2005 et de 1,01 % par rapport à 2004. En mesurant le rapport existant entre le nombre d’agents CNRS formés et le nombre de stagiaires CNRS, on peut noter qu’en moyenne, un agent formé a suivi un peu plus de deux stages par an pour une durée moyenne de 2,86 jours.

Moyens mis en œuvre Année

2004

2005

2006

Nombre de stagiaires CNRS

25 700

23 298

27 731

Nombre de stagiaires non CNRS

14 592

13 190

15 816

Nombre total de stagiaires

40 292

36 488

43 547

Nombre d’heures stagiaires agents CNRS

591 414 578 213 597 418

Nombre d’heures stagiaires agents non CNRS

286 320 255 873 275 983

Nombre total d’heures stagiaires

846 015 834 086 873 401

La forte hausse du nombre total de stagiaires (1) de 2005 à 2006 (+19,35 %) n’a pas modifié la répartition des stagiaires selon qu’ils sont CNRS ou non par rapport à 2005. Les doctorants, enseignants-chercheurs et chercheurs non CNRS, qui composent la population des stagiaires non CNRS, sont accueillis dans les formations du CNRS, et notamment les Écoles thématiques.

Bénéficiaires de la formation Il s’agit des accès à la formation par délégation, par corps, par département scientifique et par BAP, qui prennent en compte tous les agents qui ont participé à une action de formation. Celle-ci peut être organisée par la délégation d’origine des agents, une autre délégation ou au plan national. Par délégation Ces chiffres ne traduisent pas forcément l’effort de formation d’une délégation. L’effectif CNRS pris en compte ici inclut les personnels statutaires et non statutaires rémunérés par le CNRS, ainsi que les agents CNRS en disponibilité, détachement et congé parental. L’accès à la formation des personnels CNRS par délégation a fortement augmenté, passant en moyenne nationale de 38,3 % à 41,3 %. Alors qu’en 2005, seules 2 délégations dépassaient le taux d’accès de 45 %, en 2006, 7 délégations sont au-delà de 45 % et 2 délégations atteignent 44 %.

(1) Une personne physique est considérée comme un stagiaire pour chaque action de formation qu’elle a suivie.


Développement professionnel et sociaL FORMATION PERMANENTE

Bénéficiaires de la formation par délégation Effectifs de référence CNRS = 32 309 Nombre de personnes CNRS formées = 12 892 % de personnes CNRS formées = 40 %

NORD-PAS-DE-CALAIS PICARDIE

752

358

48%

NORMANDIE

295

48% ÎLE DE FRANCE

1 271 440

35%

1 347 631

CENTRE POITOU-CHARENTES

1 093 550

ALSACE

CENTRE-EST

BRETAGNE ET PAYS DE LOIRE

1 523 664

47%

PARIS MICHEL-ANGE

44%

1 698 684

2 303 872

50%

1 188 568

48%

2 084 665

ALPES

32%

2 013 887

41%

1 712 801

1 363 450

44%

IDF SUD

3 479 1 213 35%

PROVENCE CÔTE D'AZUR

LANGUEDOCROUSSILLON

39% IDF EST

RHÔNE / AUVERGNE

MIDI-PYRÉNÉES

2 249 915

38%

IDF OUEST ET NORD

2 107 813 AQUITAINE LIMOUSIN

PARIS B

40%

903

441

2 255 914

33%

PARIS A

2 372 699

29%

41%

49%

47%

CORSE

117

Taux d’accès à la formation par corps 70

62,45%

60

62,65% 53,44%

52,83%

50

44,32%

40

20

32,20%

26,26%

30

19,00%

10 0

DR

CR

IR

IE

AI

T

AJT

Div*

* Personnels non titulaires

Parmi les personnels, ce sont les Techniciens et les Assistants-Ingénieurs qui accèdent le plus à la formation. Taux d’accès à la formation par département scientifique 67%

70 60

50%

50 40

35%

39%

38%

38%

30

37%

32% 25%

20 10 0

MPPU hors PU

MPPU-PU

Bilan social CNRS 2006

597

Chimie

SDV

SHS

EDD

ST2I

MC

DS non renseigné

L’année 2006 a été marquée par un redécoupage important des départements scientifiques qui ne permet pas la comparaison avec les années antérieures.


Développement professionnel et social FORMATION PERMANENTE

À l’exclusion du département EDD qui présente le taux d’accès à la formation le plus réduit avec 25 % d’agents formés, le département SHS affiche un taux d’accès relativement peu élevé par rapport aux autres départements.

Il faut noter que les départements au taux d’accès le plus important sont ceux qui ont commandité le plus d’actions nationales pour accompagner leur politique.

Taux d’accès à la formation par BAP 90

80,48%

80 70 60 50

50,08%

51,15%

48,09%

40

48,73%

55,24%

52,80%

BAP F

BAP G

33,56%

30

Bilan social CNRS 2006

20

118

10 0

BAP A

BAP B

BAP C

BAP D

Le taux d’accès à la formation de la BAP D reste le plus faible car elle est composée d’IR et d’IE qui sont majoritairement âgés de plus de 50 ans. À l’inverse, la BAP H, plus jeune (63,6 % personnes de moins de 50 ans) est bénéficiaire d’actions massives de formation sur les outils Sirhus et BFC.

3.2 – Coûts de la formation (k€) Année

2004

2005

2006

Montant mandaté

11 034

10 787

11 583

Budget temps

16 380

15 458

16 557

Coût des personnels

3 698

3 797

3 735

Coût total de la formation

31 112

30 042

31 875

% de la masse salariale consacré à la formation

3,21%

3,07%

3,20%

970 161

976 977

994 983

Masse salariale de référence

BAP E

BAP H


Développement professionnel et sociaL POLITIQUE SOCIALE

II – POLITIQUE SOCIALE

1 ACTEURS 1.1 – Commission nationale d’action sociale (CNAS) Instance paritaire nationale, la CNAS est consultée sur l’ensemble de la politique sociale du CNRS. Elle se prononce sur les projets de développement social, sur l’évaluation des actions menées, ainsi que sur l’utilisation du budget social.

1.2 – Service du développement social (SDS) Au sein de la DRH, le SDS est chargé de la définition des politiques nationales d’action sociale, de la concertation avec les partenaires institutionnels, de l’encadrement des procédures de gestion du secteur, de la répartition et du contrôle du budget. Le bureau assure l’interface avec les délégations du CNRS, les assistantes de service social, le Comité d’action et d’entraide sociales (CAES) et les partenaires sociaux et extérieurs.

1.3 – Délégations, commissions régionales d’action sociale (CORAS) L’échelon régional est responsable de la mise en œuvre des politiques nationales et de la gestion des prestations sociales destinées aux personnels qui remplissent les condi-

tions de ressources. Il a également la capacité, en liaison avec la CORAS, de promouvoir des initiatives locales adaptées aux réalités du terrain.

1.4 – Les assistantes de service social (ASS) Les ASS en délégation assurent la prévention et le traitement des situations sociales des agents, quels que soient leur statut et leur catégorie. Elles ont un rôle d’écoute, de conseil, d’orientation et de soutien, dans le respect du secret professionnel auquel elles sont soumises. Au plan institutionnel, les ASS élaborent un rapport annuel d’activité destiné à donner un aperçu des tendances de la demande des usagers du service social. Celui-ci permet d’évaluer l’impact des actions avec la demande exprimée.

1.5 – Comité d’action et d’entraide sociales (CAES) Le CAES tient au CNRS une place proche de celle d’un comité d’entreprise. Tirant ses ressources de subventions du CNRS et de la participation des personnels, il définit ses axes d’intervention et ses priorités. Il propose un éventail d’activités et de prestations très divers. Il gère en outre, pour le compte du CNRS, des prestations spécifiques (chèques vacances, CESU, prêt bonifiés d’accession à la propriété…). Il est à signaler la révision des termes de la convention de 1993 et sa substitution par une nouvelle convention signée le 18 mai 2005, qui apporte des précisions sur les moyens dévolus au CAES par le CNRS. Concertation nationale :

• 3 réunions de la commission nationale d’action sociale • •

(CNAS), 4 réunions de la commission nationale de restauration (CNR), 2 réunions trimestrielles entre la DRH et le bureau national du CAES.

2 DOMAINES D’INTERVENTIONS 2.1 – Innovation sociale régionale Les délégations régionales sont destinataires d’enveloppes annuelles permettant, soit la mise en œuvre d’actions sociales innovantes et ponctuelles, soit des actions récurrentes et conventionnées. En 2006, ce secteur s’est recentré sur ces dernières du fait de crédits contraints. Les dépenses se sont élevées à 35 185,29 € et ont concerné 8 délégations régionales, pour un coût moyen de 4 398,16 €.

Bilan social CNRS 2006

La politique sociale du CNRS vise à favoriser l’insertion sociale et professionnelle des personnels, tout en renforçant leur sentiment d’appartenance à une communauté de travail. Constituant un ensemble cohérent, l’accompagnement des personnels s’exerce dans plusieurs domaines distincts : professionnel : - en s’efforçant de dégager l’agent des soucis liés à sa mobilité, sa restauration, son logement, la garde de ses enfants, - en mettant en place une médecine de prévention de qualité qui a pour rôle de prévenir toute altération de la santé des agents du fait de leur travail, - en favorisant l’insertion des personnels handicapés (recrutement, aménagement de postes et de conditions de travail, accompagnement professionnel et/ ou technique), extra professionnel : - en apportant une aide à l’agent qui rencontre des difficultés individuelles, - en proposant de favoriser le bien être des agents et l’épanouissement familial en soutenant l’aide aux vacances, à la culture, aux sports et aux loisirs.

119


Développement professionnel et social POLITIQUE SOCIALE

2.2 – Aide à la famille

réservé à la garde d’enfants de moins de 3 ans. Ce CESU enfant a été décidé en 2006 pour un accès au droit au 1er janvier 2007.

2.2.1 – Garde des jeunes enfants

Bilan social CNRS 2006

Le CNRS verse aux familles utilisant un mode de garde agréé, sous condition de ressources, une allocation pour la garde des enfants de moins de trois ans telle que prévue par le ministère de la Fonction publique pour ses agents rémunérés sur le budget de l’État. Le montant de cette allocation en 2006 est de 2,68 € par jour et par enfant. Des berceaux sont également réservés dans des crèches communales, parentales ou familiales par le biais de conventions. La majeure partie des demandes provient de jeunes parents nouvellement recrutés sur les délégations d’Île-deFrance, de Rhône-Alpes et du Languedoc-Roussillon.

Crèches

Gardes d’enfants

2.2.3 – Aide aux jeunes handicapés 107 agents du CNRS ayant des enfants handicapés ont été concernés en 2006 par l’une des 3 prestations sociales interministérielles suivantes : l’allocation mensuelle complémentaire à l’allocation d’éducation spéciale de la CAF pour jeune handicapé âgé de moins de 20 ans, l’allocation de poursuite d’études ou d’apprentissage pour étudiants âgés de 20 à 26 ans souffrant d’un handicap ou d’une maladie chronique, l’allocation pour frais de séjour en centres spécialisés de vacances. Le montant versé en 2006 s’élève à 169 872,62 €.

• • •

2.3 – Loisirs 129

132

413 916,13

2.3.1 – Loisirs, vacances des enfants et des jeunes

120

47 253,87 Bénéficiaires

Dépenses (en euros)

3 208,65 357,98 Coût annuel par enfant (en euros)

2.2.2 – Chèque Emploi Service Universel (CESU) Issu de la loi 2005-841 du 26 juillet 2005 en faveur du développement des services à la personne, le CESU préfinancé par le CNRS remplace le titre emploi-service depuis le 1er janvier 2006 en élargissant ses possibilités d’utilisation. Ce CESU préfinancé permet aux agents actifs ayant des enfants, une personne âgée ou handicapée à charge, d’accéder à des facilités matérielles à domicile par le biais d’associations agréées (garde d’enfant, jardinage, entretien de la maison, soutien scolaire, assistance aux personnels âgés ou handicapés, aide administrative, préparation des repas…). Sa gestion est assurée par le CAES pour le compte du CNRS. Cette prestation fait l’objet d’un intérêt grandissant de la part des agents. 511  dossiers ont été instruits, répondant à la demande de 441  agents. La moyenne des demandes s’élève à 582,47  € par dossier, avec un montant total de bonification de 256 873 €. Suite à la parution de la circulaire DGAFP 2120 du 10 juillet 2006 portant sur la mise en œuvre d’un CESU «  enfant  » financé par l’État pour les agents rémunérés directement par lui, le CNRS a complété sa propre mesure par un CESU

Le CNRS a confié au CAES l’organisation et la gestion du subventionnement des séjours pour enfants et adolescents pendant les vacances scolaires, y compris pour les jeunes atteints d’un handicap. En 2006, 1 640 jeunes de 4 à 25 ans ont ainsi participé à un séjour de vacances. Le montant global des tarifs dégressifs pris en charge par le CAES se monte à 629 737 €. Le CAES propose également un accueil des jeunes enfants dans des centres de loisirs éducatifs sans hébergement (CLSH), les mercredis ainsi que pendant les vacances scolaires. 27 055 journées ont été effectuées en 2006 dont 5 870,5 dans les CLSH propres. Le montant des tarifs dégressifs pris en charge par le CAES est d’environ 338 672 € pour les CLSH propres. 2.3.2 – Chèques vacances Conformément à la réglementation en vigueur dans la Fonction publique, le CNRS verse la bonification employeur au CAES qui assure la délivrance de chèques vacances. En 2006, 777 dossiers ont été traités par le CAES ; le montant de la bonification CNRS est de 140 564  € et le montant moyen de l’aide par dossier s’élève à 180,90 €. 2.3.3 – Voyages, vacances familiales Le CAES propose aux personnels des voyages en France et à l’étranger et des séjours de vacances familiaux, notamment dans ses centres de vacances propres d’Oléron, d’Aussois, de Fréjus, des Cévennes et des Vosges. En 2006, 6 voyages ont été proposés : Birmanie, Laponie finlandaise, Italie, Jordanie, Mexique et ouest des États-Unis. Ces voyages ont permis le départ de 188  personnes en bénéficiant de conditions


Développement professionnel et sociaL POLITIQUE SOCIALE

tarifaires préférentielles. Le budget consacré au voyage a été de 67 934 €. En ce qui concerne les vacances familiales, le CAES a permis le départ de 13 824  personnes représentant environ 3 500  familles accueillies dans ses centres de vacances propres. En centres extérieurs, 578 familles, soit 2 096  personnes, ont pu partir. 20 148  journées-vacances ont été réalisées, le montant des tarifs dégressifs versé par le CAES a été de 129 451 €. Le CAES a proposé, en 2006, pour les vacances des enfants d’agents CNRS, un choix varié de séjours et voyages (sportifs, découvertes, culturels, linguistiques…) adaptés à chaque tranche d’âge.

2.4 – Actions de solidarité 2.4.1 – Aides exceptionnelles du CNRS En 2006, 294 agents ont bénéficié d’aides exceptionnelles non remboursables pour un montant total de 249 856,37 €. Ces aides, d’un montant moyen de 847,85 €, sont attribuées par les délégués régionaux, après instruction des demandes par les assistantes de service social et avis favorable des commissions paritaires issues des CORAS.

Endettement, surendettement = 97

1%

2%

Difficultés liées aux divorces ou séparations = 41 Difficultés liées au logement hors mobilité = 41

3% 4%

Difficultés liées à la maladie et à la santé = 32

4%

Difficultés suite à un décès = 18 33%

6%

Études enfants = 17 Difficultés liées à un proche malade ou handicapé = 12

6%

Handicap = 12 Autres difficultés = 9

11% 14% 14%

Difficultés liées au chômage = 6 Départ à la retraite = 3 Vacances enfants = 3 Retraite = 3

2.4.2 – Prêt solidarité du CAES Le prêt Solidarité est destiné au financement de frais imprévus déséquilibrant le budget familial, en relation le plus souvent avec un événement déstabilisant. Sans intérêts, il est remboursable par mensualités sur une période allant de trois à quarante-deux mois. En 2006, le CAES a pu accorder 93 prêts Solidarité d’un montant moyen de 3 187 € pour un montant total de 296 415 €.

2.5 – Actions en faveur des personnes handicapées 2.5.1 – Recrutement et intégration de personnes handicapées au CNRS La loi n° 2005-102 du 11 février 2005, relative à l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a modifié de manière substantielle

les modalités de recrutement et de carrière des personnes handicapées et de manière plus générale des bénéficiaires de l’obligation d’emploi. Diverses dispositions tendent à rapprocher le statut des personnes handicapées de celui dont bénéficient les fonctionnaires stagiaires (possibilité d’exercer les fonctions à temps partiel pendant la durée du contrat et/ou d’obtenir la prolongation du contrat dans des conditions identiques à celles des fonctionnaires stagiaires et possibilité de démissionner avant le terme du contrat). Désormais, les agents recrutés sur la base de l’article 27 bénéficient pendant toute la durée du contrat, d’une rémunération afférente à l’indice déterminé en fonction des services antérieurement accomplis. La loi de 2005 a aussi introduit un article L.323-8-6-1 dans le Code du travail qui crée, à compter du 1er janvier 2006, un fonds ayant pour mission de favoriser l’insertion professionnelle des personnes handicapées (FIPHFP) au sein des trois Fonctions publiques. Ce FIPHFP sera alimenté par

Bilan social CNRS 2006

Motifs des demandes d’aides exceptionnelles du CNRS

121


Développement professionnel et social POLITIQUE SOCIALE

un système de contributions financières de la part des employeurs publics n’ayant pas respecté leur obligation d’emploi de 6 %. Sur les 17 agents recrutés en 2005 par le CNRS, 17 ont été titularisés au 1er décembre 2006. En 2006, 30  nouveaux postes ont été affectés aux départements scientifiques pour l’accueil de personnes handicapées. Les délégations régionales ont passé des commandes auprès d’établissements protégés qui emploient des personnes handicapées à hauteur de 77 463,40 €.

Bilan social CNRS 2006

2.5.2 – Adaptation des postes et des conditions de travail des personnes handicapées

122

360 477,76 € ont été consacrés aux aménagements de postes ou de conditions de travail  : 77 492,80  € pour les aménagements de postes de travail et 282 984,96  € pour l’accompagnement professionnel (transport, formations spécifiques, frais de mission, recours à des interprètes en langue des signes). Est inclus le financement des opérations d’accessibilité des locaux. Une subvention de soutien de 22 000 € a été attribuée à l’ATHAREP (Association Travail et Handicap dans la Recherche Publique). 2.5.3 – Actions de solidarité du CAES en faveur des personnes handicapées Le CAES participe à la prise en charge du surcoût de dépenses liées à l’achat d’équipements spécialisés, des aides techniques, ou toute autre charge liée à l’existence d’une situation handicapante. Une demande importante est relevée en 2006 dans les secteurs de l’habitat (28  %), de l’aide pour l’appareillage et prothèses diverses (21  %), l’aménagement de véhicule personnel (12,5 %) et des frais médicaux (12,5 %). La participation au financement de la création du Foyer d’hébergement pour travailleurs handicapés à Paris de 4 573 € a été réglée à l’association pour adultes et jeunes handicapées (APAJH) en 2006. Des actions spécifiques du CAES permettent de faciliter l’accueil des familles et de leurs enfants handicapés dans ses centres propres de vacances. 27  enfants (mineurs et majeurs) et 21 adultes ont pu y être accueillis. La rémunération par le CAES de moniteurs spécialisés, pour un montant de 17 183 €, a également permis l’encadrement personnalisé de 8 enfants handicapés sur 144 journées. Enfin, la commission handicap a examiné 53  dossiers « familles » de demande d’aide en 2006, dont 24 nouvelles « familles ». Elle en a retenu 52 (98 % des demandes) pour un montant total de 74 192 €.

2.6 – Mobilité et logement 2.6.1 – Accompagnement de la mobilité professionnelle Pour accompagner les agents dans leur projet de mobilité professionnelle, le CNRS propose trois prestations :

• un prêt à la mobilité géographique au taux du livret A

(2,25 %) de la Caisse d’Epargne versé directement par les agents comptables des délégations, d’un montant plafonné à 8 000 € et dont l’affectation est libre. 45 agents ont pu en bénéficier en 2006 pour un montant total de 205 248 €, un prêt immobilier bonifié par le CNRS dans le cadre d’une mobilité professionnelle géographique, dont la gestion a été confiée au CAES. La bonification permet de réduire le coût du crédit supporté par les agents. 45 prêts ont été accordés pour un montant global de bonification de 205 248 € versé par le CNRS, soit une aide moyenne de 4 561 € (frais de gestion inclus) par prêt, un prêt à l’amélioration de l’habitat, à faible intérêt (1 %) dont la gestion a été confiée au CAES, pour la réalisation de travaux de faible importance que l’on soit locataire ou propriétaire. 30 prêts « amélioration à l’habitat » ont été attribués pour un montant de 38 593 €. deux prêts qui viennent en complément l’un de l’autre : - le premier est désigné sous le nom de « prêt principal » - le second est appelé « prêt complémentaire ». Lorsque le premier est obtenu, le second est accessible sur appréciation de l’assistante de service social et examen par la commission solidarité du CAES.

Dans le meilleur des cas, la capacité d’emprunt totale s’élève pour chaque agent à 2 592 €. Le taux d’intérêt de ces deux prêts reste à 1 %. 2.6.2 – Aide au logement Le CNRS finance des droits de réservation sur des logements sociaux auprès de sociétés immobilières, ce qui ouvre le droit à des agents d’accéder à des logements en Île-de-France et dans les autres régions, à des conditions de loyer raisonnables. 75  nouveaux locataires (contre 63 l’année dernière) ont ainsi emménagé dans les logements réservés en Île-de-France. À signaler également : plusieurs interventions du bureau d’Île-de-France auprès d’organismes municipaux, préfectoraux ou de sociétés immobilières, pour faciliter l’accès de 7 agents de l’établissement aux logements hors parc CNRS, par ailleurs, le CNRS a consenti un effort financier sur le budget 2006 de l’action sociale, en attribuant en fin d’année (après la DM2) une dotation budgétaire au bureau du Logement de la Région Île-de-France, s’élevant à 503 000  €. Cette somme supplémentaire provient de la revente de parts sociales détenues par le CNRS dans plusieurs SCI de la région parisienne. Ce complément budgétaire a permis la réservation de 13  appartements neufs de norme PLUS (soit 1  studio, 5 F2, 5 F3 et 2 maisons de type F4), les possibilités d’accueil supplémentaires de chercheurs étrangers dans des appartements laissés vacants par d’autres organismes réservataires (6 à 8 au centre des Récollets ; au cours de l’année 2006, 70 séjours se sont déroulés).

• •


Développement professionnel et sociaL POLITIQUE SOCIALE

2.7 – Restauration sociale 2.7.1 – Dépenses de la restauration sociale La restauration sociale collective (infrastructure, équipement, audits et titres repas compris) constitue pour l’établissement une dépense totale de 18 117 496 €, soit 598 399  € de moins que l’année passée (- 3,20  %). Elle représente 59,12  % du budget primitif de l’action sociale (30 644 000 €) et 56,25 % des dépenses sociales mandatées en 2006 (32 205 580 €). Enfin, elle correspond à 0,65 % du budget global du CNRS (2 738 M€ TTC).

Inaugurée le 1er septembre 2005, la « Villa Louis Pasteur » a la même vocation : celle de loger les chercheurs étrangers accueillis par les grands organismes de recherche pour leurs séjours à Paris. En 2006, 26 séjours ont été recensés. Dans le cadre d’une convention signée avec le Bureau d’Accueil des Chercheurs Étrangers (BACE) de la Cité Internationale Universitaire de Paris, le CNRS a réservé 30 appartements meublés. Pour l’année 2006, 110 séjours ont été recensés au titre de l’accueil des chercheurs invités par le CNRS ; à la date du 31 décembre 2006, 38 chercheurs sont présents dans la cité, dont huit bénéficiaires de logements laissés vacants par d’autres organismes réservataires. Enfin, une convention signée le 21  novembre 2006 avec le COLLÈGE DE FRANCE réserve au CNRS dix  appartements meublés dans la Résidence Marcelin Berthelot sise à Meudon, destinée à l’accueil et le séjour des chercheurs étrangers invités en Île-de-France. La livraison de cette résidence hôtelière est prévue pour le mois de mai 2008. Des conventions de réservation existent dans plusieurs délégations de province pour un total de 115  logements (Alsace, Vallée du Rhône, Nord-Est, Alpes, LanguedocRoussillon, Côte-d’Azur). Le taux d’occupation de ces logements est relativement faible en dépit d’un accroissement du besoin. Cette situation s’explique par la localisation des appartements, les ressources exigées et l’état de vétusté de certains immeubles. La délégation Languedoc Roussillon a signé une convention pour la réservation de 15  logements pendant 5  ans pour une valeur de 62 000 € par an. Dans le cadre de la mobilité, 65 dossiers de prêts bonifiés d’accession à la propriété ont été ouverts en 2006, pour un total de 1,98 M€ et un montant global de bonification de 346 030 €.

Le montant des dépenses s’élève à 10 275 864 € HT tous domaines confondus (subvention interministérielle « prestations repas », part patronale, équipement, contrôle qualité et infrastructure). Les dépenses diminuent de - 2,43  % (- 255 526 €) par rapport à 2005. Le nombre d’usagers augmente de 2,21 % (19 060 en 2006 contre 18 647 en 2005) et celui des repas servis diminue de 1,52 % (1 366 739 contre 1 387 898). En 2006, la dépense moyenne annuelle du CNRS par usager s’élève donc à 539,13 € HT. Parallèlement, la revente des repas aux usagers génère des recettes qui viennent abonder les crédits sociaux et diminuer le coût de revient de la restauration. Ces recettes se sont élevées en 2006 à 4 731 270 € HT (contre 4 482 574,94 € en 2005) soit une augmentation de 7 %. La recette moyenne par usager s’élève à 248,23 € HT. Au final, la participation des employeurs au coût de la fourniture des repas aux usagers des restaurants propres du CNRS est de 5 544 594 €, soit un coût annuel de 290,90 € par usager. Ramenée à l’unité repas, la participation employeur en restauration propre est de 4,05 € HT (4,37 € en 2005). 2.7.3 – Restauration hébergée Avertissement : Du fait de la clôture anticipée du progiciel de gestion budgétaire et comptable « BFC » en fin d’année 2006, certaines données présentées dans ce chapitre, issues des bilans régionaux, ne sont pas représentatives de l’activité globale de l’année. Certaines délégations régionales ont dû transférer les dépenses du 12e mois de l’année sur l’exercice 2007. Tous domaines confondus (subvention interministérielle « prestation repas », part patronale, équipement et infrastructure), la contribution du CNRS au coût des repas fournis aux agents du CNRS déjeunant dans des restaurants d’accueil s’élève à 6 930 689,15 € TTC, soit une diminution de 5,46 % par rapport à 2005 (- 400 515 €). Le nombre de repas servis est de 1 588 120 (1 584 474 en 2005).

Bilan social CNRS 2006

2.7.2 – Restauration propre

123


Développement professionnel et social POLITIQUE SOCIALE

La dépense moyenne annuelle du CNRS par usager s’élève à 343 €, soit une participation de 4,36  € TTC par repas fourni (4,63 en 2005).

concerne 1 369 agents du CNRS en 2006 (1 356 en 2005) et reste en dessous du seuil maximal des 1 500 bénéficiaires prévu par le marché. Elle représente 5,03 % du coût total de la restauration sociale.

2.7.4 – Titres repas La dépense liée à la prestation spécifique s’élève à 910 943 € (contre 853 290 en 2005). Cette prestation

La dépense annuelle moyenne du CNRS par bénéficiaire s’élève à 665,40 € TTC, soit une participation d’employeur de 4 € par titre.

Bilan social CNRS 2006

Postes de dépenses de la restauration sur le budget social (dépenses mandatées au 31.12.2006)

Restauration propre 10 275 864 `

Restauration hébergée 6 930 689 `

(y compris Infra + Équipement + Audits)

(y compris Infra)

124

Titres repas 910 943 ` Subvention repas 646 769 `

Part patronale CNRS 6 283 920 `

Équipement 373 569 `

Audits 6 146 `

Subvention repas 504 644 ` Infrastructure 787 033 `

Part patronale CNRS 8 604 470 `


Développement professionnel et sociaL POLITIQUE SOCIALE

3 MOYENS DE LA POLITIQUE SOCIALE

3.2 – Répartition du budget social par acteurs (dépenses mandatées – hors financement syndicats nationaux et opérations immobilières soit un total de 31 504 339,84 €)

3.1 – Évolution de la dotation budgétaire (SE + RP – budget primitif)

Actions nationales diverses (DRH) (dont ATHAREP et DR19)

26 492 133 € 27 313 470 € 27 437 470 € 27 937 470 € (173 777 000 F)

29 251 000 €

30 644 000 €

641 827 `

FIPHFP 635 058 `

2001

2002

2003

2004

2005

Action des Délégations et des instituts 24 374 114 `

2006

Bilan social CNRS 2006

CAES 5 403 550 `

125

3.3 – Poids de la restauration sur le budget social (dépenses mandatées) Restauration Autres dépenses

18 117 496 €

soit 58%

7 688 200 €

soit 42%

3.4 – Postes de la dépense sociale hors restauration (sur un total de 12 223 595 €)

CAES Activités diverses Aides exceptionnelles

5 853 340 ` 249 856 `

Prestations sociales FP Centre de loisirs éducatifs ASS interentreprises

631 042 ` 35 229 ` 268 026 `

Médecine de prévention Médecine statutaire

2 222 484 ` 126 106 `

Handicap

942 915 ` (dont 635 058 ` du FIPHFP)

Réservation logements Prêts mobilité CNRS Équipement Innovation sociale régionale

762 225 ` 219 200 ` 32 169 `(hors restauration et prestations sociales) 35 185 `

Infrastructure Actions nationales diverses

845 818 `(hors restauration) 138 233 `


Développement professionnel et social POLITIQUE SOCIALE

3.5 – Dépenses mandatées au 31.12.06 dans les délégations et instituts du cnrs

Délégation

Bilan social CNRS 2006

Prestations sociales

Crèches

Assistantes sociales interentreprises

Médecine

Handicap (hors ATHAREP)

Restauration R Restauration propre

Restauration

Subvention repas

Part patronale

Subvention repas

17 968,08

293 474,02

31 398,48

Paris A

12 571,00

6 018,24

21 065,46

207 510,96

68 813,41

Paris B

7 535,00

7 132,57

4 986,55

156 676,48

10 862,14

Île-de-France Est

13 859,00

12 533,65

177 175,84

329,20

Île-de-France Sud

29 235,00

18 482,96

160 203,82

480 334,51

Île-de-France Ouest et Nord

11 749,00

3 464,87

8 972,00

7 949,79

14 632,72

46 669,60

Vallée du Rhône

24 659,79

8 103,04

Centre, Auvergne et Limousin

8 200,00

4 630,80

Alsace

18 850,00

16 190,74

10 500,00

180 002,20

5 824,40

Alpes

6 965,00

30 914,05

63 256,90

168 235,87

7 945,26

253 066,11

35 365,53

32 589,44

488 946,45

39 147,68

2 318,64

133 802,23

8 054,15

35 665,76

753 357,73

8 549,91

2 912,00

170 400,38

9 267,86

63 237,20 1 784 803,41

9 465,04

23 238,95

580 058,58

8 505,76

Nord-Est

126

Aides exceptionnelles

Provence

31 583,00

8 825,56

75 464,92

LanguedocRoussillon

26 612,97

19 530,76

4 573,45

Midi-Pyrénées

11 606,82

15 026,07

4 200,00

12 736,88

Aquitaine et Poitou‑Charentes

14 000,00

7 009,04

Bretagne et Pays de la Loire

Siège

3 430,00

Nord, Pas-de-Calais et Picardie

526 433,82

3 333,81

11 824,47

73 466,64 1 030 965,24

91 709,90

99 612,56

12 183,00

47 336,64

531 780,15

87 867,63

98 456,80

74 962,70

40 216,72

688 106,90

10 645,09

22 316,26

162 345,72

2 204,33

18 088,72

282 751,93

51 727,30

51 035,60

53 821,63

44 217,00

675 583,34

9 267,84

3 160,00

92 598,00

51 411,32

97 532,84

26 986,96

76 404,64

36 491,18

77 556,46

13 435,60

71 051,76

765 200,66

16 970,64

12 282,60

31 863,33

68 159,35

45 581,21

7 420,40

110 409,39

16 794,16

3 900,00

3 941,36

27 141,00

74 637,21

264,00

39 153,15

550,00

7 600,58

35 080,10

137 582,41

939,66

26 426,40

Côte-d’Azur

12 400,00

8 070,00

58 868,00

86 145,95

Total CNRS

249 856,37

217 126,49

413 916,13

268 026,11 2 883 055,51

307 856,92

504 644,27 8 604 469,62

646 769,28

249 856,37

217 126,49

413 916,13

268 026,11 2 883 055,51

307 856,92

504 644,27 8 604 469,62

646 769,28

Normandie

6 788,43

41 100,05

11 435,00

26 890,48

A.N.D ATHAREP CAES FIPHFP Bilan financier de la DR9 Total hors OI et syndicats Opérations immobilières Syndicats nationaux TOTAL GéNéRAL


Développement professionnel et sociaL POLITIQUE SOCIALE

Politique de mobilité

hébergée

Politique Subvention Titres-repas du logement part patronale 483 935,37

73 278,74

576 385,61

25 623,90

57 056,43

71 744,27

Centre de loisirs

Prêt à la mobilité

Équipement

Audits

Innovation sociale régionale

637 347,90

5 024,00

71 675,53

13 028,49

5 206,83

429 825,48

46 624,00

20 000,00 25 000,00

61 922,83

35 877,47

9 600,00

542 000,00

64 247,97

894 550,27

158 475,59

1 064 878,84

41 894,16

291 975,09

3 513 118,43

17 127,00

139 736,66

2 144 201,41

2 772,00

48 987,70 8 000,00

69 951,00

8 000,00

14 665,00

580,00

3 397,18

73 396,83

3 426,50

113 825,28

65 274,78

430 108,11

152 781,00

55 900,06

24 039,95

89 647,72

15 023,87

77 049,52

40 000,00 7 395,02

5 867,46

379,59

1 197 712,47 1 289 429,35

226,26

1 091 203,42

89 895,98 1 062,95

915 647,60

123 755,65

446 152,01 712 650,03

TOTAL

1 282 082,55

14 178,27 31 078,89

Misions des instances nationales

52 626,02

13 422,77

1 242 347,75

Infrastructure sociale

6 229,61

39 633,11

140,00

1 217 649,25

10 100,00

226 415,30

187,00

1 797 842,58

32 000,00

8 894,99

73 428,16

1 310 728,76

8 000,00

7 348,44

55 716,29 1 678,00

2 254 361,67

9 223,00

32 000,00

56 338,31

94 300,20

1 001 333,04

202 675,70

4 968,00

8 000,00

14 483,00

2 760,00

25 465,45

1 266 855,92

86 145,47

295 468,02

46 400,00

12 489,52

6 000,00

6 107,74

222 784,75

62 225,78

187 002,19

3 677,17

213 307,41

7 060,71

6 283 919,87

910 943,15

124 000,00 10 228,57

6 149,00

1 261,00

752,76

439 537,56

5 490,31 500,00 76 225,00

27 200,00

762 225,00 78 909,31 219 200,00 325 647,62

752,15 14 411,60

750 564,95

291,66

411 837,32 530 579,15

7 990,00 35 185,29 1 649 655,38 4 718,22 24 374 114,54 180 835,00 22 000,00 5 853 340,00 635 058,36 438 991,94 31 504 339,84 530 396,00 173 844,00

6 283 919,87

910 943,15

762 225,00 78 909,31 219 200,00 325 647,62

7 990,00 35 185,29 1 649 655,38 4 718,22 32 208 579,84

Bilan social CNRS 2006

Restauration

127


Développement professionnel et social MéDECINE DE PRéVENTION

III – MéDECINE DE PRéVENTION

L’ensemble des données de ce chapitre provient des sources suivantes : - Rapports d’activité des médecins de prévention - Bilan des crédits sociaux

1 ACTEURS 1.1 – Services médicaux

Bilan social CNRS 2006

62 services médicaux assurent la surveillance du personnel statutaire et non statutaire du CNRS ainsi que certains personnels des unités propres (étudiants en thèse, chercheurs post doctoraux, etc.). L’organisation des services présente une grande diversité qui tient à leur histoire propre, à l’importance et à la répartition de l’effectif surveillé.

Le CNRS se dote de préférence de services médicaux propres placés auprès des délégations et situés au cœur des campus du CNRS. Là où la situation ne le permet pas, l’établissement a signé des conventions pour bénéficier du concours des services médicaux d’établissements d’enseignement supérieur, d’entreprises ou de services interentreprises de médecine du travail.

Répartition géographique des services médicaux PARIS MICHEL-ANGE

Propres au CNRS = 20 Interentreprises = 14 Enseignement supérieur = 19 Autres (CHU, institut Pasteur…) = 9

128

IDF OUEST ET NORD

1 Meudon

1

Paris Michel-Ange

1

Collège de France

1

Institut Curie

1

Institut Pasteur

PARIS B

1 MSH 1 Paris VI

Centre médical

TOTAL SERVICES MÉDICAUX = 62

1 d’Alcatel Marcoussis

1 Paris VII

École polytechnique Palaiseau

1

IDF EST

1 Villejuif

IDF SUD

Boulognesur-Mer 1

NORD-PASDE-CALAIS PICARDIE

1 Lille

Brest 1

1

1 Morlaix BRETAGNE ET PAYS DE LOIRE

1

NORMANDIE

1 Valenciennes

1

Le Mans

Rennes

1 1

Nantes

2

Reims

1 Orléans

1

1 École polytechnique (campus Gif)

Strasbourg

1

Vandœuvre les Nancy

2 ALSACE

1

CENTRE-EST

1 Tours

Angers

1 LAL

1 Compiègne Metz 1 ÎLE-DE1

FRANCE

Mulhouse

CENTRE POITOU-CHARENTES

Dijon

1

1

Besançon

Poitiers

1 Limoges

1

AQUITAINE LIMOUSIN

Clermont-Ferrand

1

Villeurbanne

Pau 1

1 Grenoble

ALPES

Talence MIDI-PYRÉNÉES

1 Toulouse

Prades (Odeillo) 1

1 Annecy

1

1 RHÔNE AUVERGNE Saint-Étienne

LANGUEDOCROUSSILLON

1 CÔTE1 D’AZUR Valbonne

1 1 Perpignan

PROVENCE

1 Saint-Michel de l’observatoire

Montpellier

Marseille

1 Banyuls (Paris VI)

1 Thiais PARIS A

1 IPN

1

Rouen

1

1 Orsay (Université Paris XI)

1 Amiens

Caen

1 Gif sur Yvette

CORSE

1 Ivry 1 MSH


Développement professionnel et sociaL MéDECINE DE PRéVENTION

PERSONNELS DES SERVICES MÉDICAUX

Le personnel paramédical

Les médecins de prévention

57 infirmières assistent les médecins de prévention dans les services du CNRS, des universités et des services interentreprises : 24 appartenant au CNRS, 25 à l’université et 8 à d’autres organismes (Institut Pasteur…). 53 secrétaires secondent le personnel médical et infirmier : 12  CNRS, 21  universitaires, 20  issues d’autres organismes (associations, instituts…).

Au niveau national, un médecin coordonnateur et, au total, 72 médecins spécialistes en médecine du travail. Au niveau de chaque région et de l’IN2P3, un médecin de prévention animateur.

Répartition géographique des médecins de prévention

Médecins de prévention CNRS = 19 Médecins du travail de services interentreprises = 19 Médecins de prévention de l’université = 23 Autres (associations, institut Pasteur…) = 13

IDF OUEST ET NORD

1

1 Meudon

1

Paris Michel-Ange

2

Collège de France

1

Institut Curie

2

Institut Pasteur

PARIS B

1 MSH 1 Paris VI

Centre médical

TOTAL MÉDECINS = 74

1 d’Alcatel Marcoussis

Il faut ramener ce chiffre à 72, car 2 médecins sont présents sur deux sites différents et donc comptabilisés 2 fois.

1 Paris VII

École polytechnique Palaiseau

2

IDF EST

1 Villejuif

IDF SUD

Boulognesur-Mer 1

NORD-PASDE-CALAIS PICARDIE

1

3 Orsay (Université Paris XI) 1 Lille

Brest 1

1 Morlaix BRETAGNE ET PAYS DE LOIRE

1

NORMANDIE

1

1 1

Nantes

Reims

1 Orléans

1

CENTRE POITOU-CHARENTES

Strasbourg

1

Vandœuvre les Nancy

Dijon

1

1

Besançon

2 + ALSACE

CENTRE-EST

2 Tours

Angers

2

1 Compiègne Metz 2 ÎLE-DE1

FRANCE

Le Mans

Rennes

1

Rouen

1

1 IPN-LAL

1 Valenciennes

Amiens Caen

1 Gif sur Yvette

Mulhouse

Poitiers

1

Clermont-Ferrand

1

Limoges

2

Villeurbanne

1

RHÔNE AUVERGNE Saint-Étienne

AQUITAINE LIMOUSIN

MIDI-PYRÉNÉES

2 Toulouse Prades (Odeillo) 1

LANGUEDOCROUSSILLON

1 Perpignan

PROVENCE

1 Saint-Michel de l’observatoire

3 Montpellier

1 Annecy

2 Grenoble

ALPES

Talence

Pau 1

1

1

2

1 CÔTE1 D’AZUR Valbonne

Marseille

1 Banyuls (Paris VI)

CORSE

1 Thiais PARIS A

1 Ivry 1 MSH

Bilan social CNRS 2006

PARIS MICHEL-ANGE

129


Développement professionnel et social MéDECINE DE PRéVENTION

1.2 – Effectif surveillé

2.2.1 – Évolutions techniques

Effectif sous surveillance médicale particulière

Aucune nouvelle évolution technique n’a été apportée à l’application Chimed en 2006. La stabilisation l’application sur l’ensemble des sites équipés s’est poursuivie par la résolution de problèmes au niveau local. Ainsi, de nombreux dysfonctionnements ont été identifiés et résolus avec l’aide de l’éditeur.

Effectif soumis à une surveillance médicale particulière = 21 079 Effectif non soumis à une surveillance médicale particulière = 7 204 Effectif théorique de référence = 28 283

75%

25%

2.2.2 – Évolutions fonctionnelles

Bilan social CNRS 2006

RéPARTITION DES MOTIFS DE SURVEILLANCE MéDICALE PARTICULIèRE *

130

Liés aux risques professionnels sur le poste de travail = 58 727 Liés à l’état de santé personnel de l’agent = 1 794 Total = 60 521

97%

3%

* Il faut rappeler que dans le cadre de la surveillance médicale, une même personne peut être soumise à plusieurs risques sur son poste de travail.

La surveillance médicale particulière s’adresse aux personnels exposés à des risques professionnels spécifiques ou antérieurement exposés à un risque cancérogène, mutagène ou toxique pour la reproduction, mais aussi aux personnes fragilisées par un handicap ou un état pathologique particulier, aux agents réintégrés après un congé de longue maladie ou de longue durée et aux femmes enceintes.

2 RÉALISATIONS 2006 2.1 – Modifications intervenues dans l’organisation des services médicaux Dans les services du CNRS Aucun changement n’est à noter dans les services médicaux du CNRS par rapport à l’année 2005. Cependant, l’écart constaté sur le nombre total de médecins entre 2005 et 2006 s’explique par un meilleur comptage de cette population.

2.2 – Évolution du progiciel CHIMED en 2006 (système d’information de la médecine de prévention) L’année 2006 a été consacrée à la poursuite du travail engagé depuis fin 2004 sur la réactualisation de la fiche de risques et des référentiels impactés par celle-ci dans l’outil Chimed.

Le travail de réflexion sur la mise à jour des référentiels de Chimed, démarré fin 2004, s’est poursuivi activement cette année. Ce travail est mené en collaboration avec d’autres organismes parmi lesquels : l’Inserm, l’Institut Pasteur et certaines universités. L’objectif étant l’utilisation, à terme, de référentiels communs, notamment en ce qui concerne les risques professionnels. D’un point de vue organisationnel, le travail a été réparti dans des sous-groupes : risque chimique, risque biologique, risque situations et conditions de travail, risque physique, charge mentale et Chimed. La centralisation et la validation des travaux étant confiée à un groupe unique, dit « groupe pilote ». Ce travail a porté sur les référentiels « Nuisances et dangers », « Surveillances médicales » et « prescriptions médicales ». Chacun de ces groupes s’est réuni au moins 2 fois au cours de l’année 2006.

2.3 – Animation du réseau des médecins animateurs régionaux Les médecins de prévention animateurs régionaux ont été réunis à 4 reprises les 11 mai, 13 juin, 14 septembre et 4 décembre 2006. Les points suivants ont été notamment abordés lors de ces réunions : la grippe aviaire, le chikungunia, la prise en charge des traitements anti-paludéens et des trousses de voyages, points sur les groupes de travail interorganismes (risque chimique, biologique, physique, situations et conditions de travail, charge mentale, Chimed), les nouvelles dispositions sur l’exercice des fonctions à temps partiel de droit, Chimed  : centralisation des bases de données, nouvelle version, présentation de la nouvelle équipe DRH, le travail à temps partiel de droit (aménagements de poste, aménagement d’horaires), retour sur le CHS national (2006), retour sur le colloque éthique et pandémie, la fiche individuelle d’exposition aux CMR et produits chimiques dangereux, la fiche individuelle d’exposition aux radiations ionisantes, l’Adhys – les nano particules, retour sur les formations risque biologique.

• • • • • • • • • • • • •


Développement professionnel et sociaL MéDECINE DE PRéVENTION

Vaccinations

Au niveau de la direction des ressources humaines Programme des “Formations santé au travail” : « Échange sur les pratiques professionnelles - Groupe Balint » (destinée aux médecins) - objectif : permettre à chaque participant de parler de façon approfondie des questionnements provoqués par une situation professionnelle particulière, - 2 sessions de 2 jours de formation, - 8 participants.

• « Accompagnement méthodologique de projet »

- objectif : apporter une aide méthodologique à la mise en place de projets de prévention proposés par les médecins de prévention et validés par la délégation régionale concernée et la coordination nationale, - 2 sessions de 2 jours de formation, - 7 participants.

3 BILAN DE LA SURVEILLANCE MÉDICALE Depuis la parution du décret n° 95-680 du 9 mai 1995, modifiant le décret n° 82-453 du 28 mai 1982 relatif à l’hygiène et la sécurité du travail ainsi qu’à la médecine de prévention dans la Fonction publique, la surveillance médicale est devenue obligatoire. Elle impose une visite médicale au moins annuelle pour les personnes soumises à des risques professionnels et tous les 5 ans pour les autres personnes.

3.1 – Activité clinique Bilan de l’activité clinique Visites périodiques * = 14 961

Visites de reprises = 664

Ouvertures de dossiers = 2 799

Visites occasionnelles = 2 436

Tétanos - Polio - Diphtérie = 1 819

Hépatite B = 107

Hépatite A = 270

Autres * = 968

Total des vaccinations = 3 164

Effectif vu en visite = 20 373

57%

9%

31% 3%

* Autres : traitement antipaludéen, fièvre jaune, pneumovax…

Orientations médicales Orientation

Nombre de personnes

% par rapport à l’effectif examiné

Vers un médecin généraliste

573

3%

Vers un médecin spécialiste et service hospitalier

2 580

13%

Total

3 153

15%

Effectif examiné : 20 373

À l’issue des visites médicales, 15 % des personnes examinées ont été orientées vers des médecins traitants, généralistes ou spécialistes, pour bénéficier d’un complément d’investigation ou d’une prise en charge thérapeutique. D’autres orientations sont effectuées vers les services des ressources humaines, les services d’action sociale ou le comité médical du CNRS. Dans le domaine strictement professionnel, les médecins de prévention établissent des avis d’aptitudes spécifiques à certaines situations à risques (rayonnements ionisants, plongées sous-marine, missions en haute altitude, etc.). Ils préconisent les aménagements de poste de travail en relation avec l’état de santé dûment constaté.

3.2 – Activité du tiers-temps

Total des visites = 20 860 72%

13%

12% 3%

* Visites périodiques : visites systématiques + visites supplémentaires soumises à décrets.

Les vaccinations professionnelles Elles sont pratiquées par le médecin ou l’infirmière sur prescription médicale et sont destinées à prévenir un risque d’origine professionnelle.

L’action sur le terrain ou en milieu professionnel représente la spécificité du médecin de prévention. Il y consacre au moins un tiers de son temps dans différents domaines, et notamment en ce qui concerne :

• des études théoriques et pratiques du milieu du travail (visites, analyses et mesures),

• des aménagements des postes de travail, • l’élaboration de documents (notes, consignes, protocoles • •

mais aussi rapports d’activité et fiches collectives des unités), l’échange des pratiques au cours de réunions de travail à thèmes, la participation à l’information et aux formations à la sécurité ou à la santé publique,

Bilan social CNRS 2006

2.4 – Actions menées en partenariat

131


Développement professionnel et social MéDECINE DE PRéVENTION

• la

• les missions à l’étranger, les missions embarquées, • présentation de la médecine de prévention aux nouveaux

• formation des membres du CHS, • le risque infectieux, • le travail sur écran, • le risque biologique en laboratoire de recherche, • le risque physique en laboratoire de recherche, • les zoonoses, • l’aptitude à la plongée professionnelle, • la sécurité en primatologie.

formation continue dans les domaines médicaux, scientifiques et dans tout ce qui concerne la culture de l’établissement, la participation aux réunions et travaux des comités d’hygiène et de sécurité, le conseil aux délégués régionaux, aux responsables du personnel et des ressources humaines, aux directeurs d’unités.

Bilan social CNRS 2006

Visite des lieux de travail

132

avec le CHS

avec l’IRPS

avec l’ACMO

Seul

TOTAL

60

156

204

103

523

entrants,

Les sauveteurs secouristes du travail bénéficient d’une information sur la conduite à tenir en présence d’un risque spécifique à leurs champs d’intervention.

Actions en vue de l’amélioration des conditions de travail Fiches collectives de risques Études de poste

59 200

Aménagements de postes

55

Séances d’information

31

Rédactions de consignes

26

Total

4 MOYENS DE LA MÉDECINE DE PRÉVENTION Évolution de la dépense de médecine de prévention depuis 2000 (hors équipement et infrastructure)

371

Fiches collectives de risques 59 fiches ont été réalisées cette année par les médecins dans les unités propres et mixtes de recherche et ceci en étroite relation avec les agents chargés de la mise en œuvre des règles d’hygiène et de sécurité (ACMO), les ingénieurs régionaux de prévention et de sécurité (IRPS) et les partenaires des autres établissements. La réalisation de ces documents, véritable photographie du laboratoire à un moment donné, permet parfois de déceler des risques jusqu’alors passés inaperçus et de conduire un dialogue enrichissant sur le terrain en particulier avec le directeur d’unité. Elle permet au médecin d’ajuster les modalités de surveillance médicale aux réalités du terrain.

3.3 – Formations dispensées par les médecins de prévention

2 211 406 E 1 652 124 E 1 594 310 E

2000

2 362 930 E

1 817 739 E

2001

2002

2003

• • • • • • •

2004

2005

2006

Dépense de médecine de prévention par domaines d’intervention EN 2006

Suivi médical* et examens médicaux 316 767 E

Équipement et infrastructure 217 098 E

En relation avec les partenaires, les médecins de prévention interviennent dans les formations organisées pour les ACMO, les nouveaux entrants (au CNRS ou dans les laboratoires), les membres de CHS, les sauveteurs secouristes du travail, les agents exposés à des risques professionnels. Parmi les thèmes traités : la médecine de prévention au CNRS, gestes et postures, les troubles musculo squelettiques (TMS), ACMO et organisation des premiers secours, conduite à tenir en cas de risque spécifique, conduite à tenir en cas d’accident, conduite à tenir face à une addiction,

2 489 462 E 2 539 251 E

Rémunération des médecins de prévention 2 222 484 E

Total = 2 756 349 E * Le suivi médical comprend la visite médicale, les examens complémentaires et le tiers-temps.


Développement professionnel et sociaL MéDECINE DE PRéVENTION

Dépense de médecine de prévention en 2006 Dépense hors équipement et infrastructure Total = 2 539 251 E Dépense liée à l’équipement (moyen et petit matériel) Total = 19 503 E Dépense liée à l’infrastructure Total = 197 595 E

NORD-PAS-DE-CALAIS PICARDIE

TOTAL = 217 098 E

73 307 990

59 306

ÎLE-DEFRANCE

CENTRE-EST

BRETAGNE ET PAYS DE LOIRE

83 019

CENTRE POITOU-CHARENTES

65 047

13 383

ALSACE

PARIS MICHEL-ANGE *

142 578

74 551

33 646

1 987

48 922

IDF OUEST ET NORD

4 495

97 836

85 013

AQUITAINE LIMOUSIN

1 194

ALPES

144 996

158 564

3 892

8 259

155 201 IDF SUD

LANGUEDOCROUSSILLON

158 898

127 611

2 470

198 595 53 208

150

6 701

19 995

439 315

PARIS A

CÔTE D'AZUR

8 937

190 383

82 259

28 646

14 628

PROVENCE MIDI-PYRÉNÉES

359 IDF EST

RHÔNE AUVERGNE

7 946

PARIS B

153 850

3 172 CORSE

3 039

* Depuis 1997, la délégation Paris Michel-Ange est chargée du suivi des dépenses de médecine de l’INSU.

Le coût moyen par agent est de 78 €. Il est toutefois important de noter que ce coût (en baisse par rapport à 2005) a été calculé cette année sur la base de 17 délégations au lieu

de 19, en raison d’éléments de calculs qui ne nous ont pas été communiqués à temps.

5 MOYENS DE LA MÉDECINE STATUTAIRE Évolution de la dépense de la médecine statutaire * depuis 2000 126 848 E 98 275 E

110 540 E

116 950 E 119 957 E 120 303 E

126 706 E

Dépense de la médecine statutaire par domaines d’intervention EN 2006 Visites d’embauche 49 096 E

Comité médical et commission de réforme 77 610 E 2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

* La médecine statutaire comprend les visites d’embauche (analyses comprises), le comité médical et la commission de réforme.

TOTAL = 126 706 E

Bilan social CNRS 2006

NORMANDIE

133


Développement professionnel et social PRéVENTION ET SéCURITé

IV – PRéVENTION ET SéCURITé L’année 2006 a été marquée essentiellement par :

• • •

Bilan social CNRS 2006

• • •

la parution de l’instruction sur l’organisation de la prévention au sein des unités, ainsi que sur la nature et les conditions d’exercice de la mission des ACMO, le transfert aux délégations de la gestion de la prévention et de la sécurité des unités de l’IN2P3, hors sûreté nucléaire et radioprotection, le développement de l’application informatique d’évaluation des risques, la définition des conditions d’application de la réglementation sur la prévention du risque chimique, la mise en œuvre de dispositions pour mieux informer les ACMO des accidents et faciliter le retour d’expérience, l’élaboration de plans régionaux « pandémie ».

1 Fonctionnement des instances de concertation

134

1.1 – Comité technique paritaire

• bilans d’activité de l’ingénieur de prévention et de sécurité

et des médecins de prévention, programmation et bilan des actions de formations réalisées, programmation et bilan des travaux de sécurité concernant le bâtiment ou les équipements de travail, analyse des accidents et incidents. La coordination nationale de prévention et de sécurité participe généralement à ces réunions pour rappeler les objectifs et actions nationales de l’établissement.

• • •

1.4 – Comités spéciaux d’hygiène et de sécurité (CSHS) constitués au niveau des unités Créés par les directeurs d’unité lorsque l’unité compte plus de cinquante personnes ou lorsque les risques le justifient, ils sont au nombre de 86. 110 réunions de ces comités ont été tenues en 2006. On constate une forte participation des ingénieurs de prévention et de sécurité aux réunions des CSHS d’unité. En l’absence de CSHS d’unité, la concertation sur les questions d’hygiène et de sécurité s’effectue normalement dans le cadre du conseil de laboratoire.

Le 18 décembre, il a examiné la suppression du CHS de l’IN2P3.

1.2 – Comité d’hygiène et de sécurité

2 Actions récurrentes

Le comité d’hygiène et de sécurité du CNRS s’est réuni à trois reprises au cours de l’année 2006 : le 21 mars, le 16 mai et le 14 novembre.

2.1 – Visites des unités

• Le 21 mars, le risque trajet a été présenté et discuté, • Le 16 mai, ont été notamment présentés et discutés :

- le bilan des accidents de service et des maladies professionnelles de 2005, - le bilan de prévention et de sécurité de 2005, - le programme de prévention et de sécurité pour 2006, - l’application de la réglementation sur le risque chimique. Le 14 novembre ont été notamment présentés et discutés : - le rapport d’activité national 2005 sur la médecine de prévention, - la suppression du CHS de l’IN2P3, - le logiciel d’évaluation des risques professionnels.

1.3 – Comités spéciaux d’hygiène et de sécurité (CSHS) constitués au niveau des délégations et des instituts nationaux Les sujets récurrents suivants sont traités au cours des réunions :

Les visites des unités sont réalisées par les ingénieurs de prévention et de sécurité, avec le concours des ACMO et parfois d’autres spécialistes (médecins de prévention, personnel de services techniques). Environ 559 visites ont été réalisées au cours de l’année. Ce sont : des visites systématiques des unités qui permettent aux préventeurs d’évaluer les risques liés aux activités, instruments, appareils, bâtiments et de proposer des mesures de prévention et de protection, des visites des unités afin de donner un avis sur le rapport hygiène et sécurité réalisé par les directeurs ou sur les déclarations concernant les sources radioactives ou les OGM. Ces visites permettent d’apprécier s’il y a adéquation entre les activités et les moyens à disposition du personnel (locaux et matériel), des visites de locaux afin de contrôler les installations techniques et réaliser des mesures (bruit, lumière, empoussièrement…), des enquêtes après accidents de service afin d’identifier les causes et d’envisager des améliorations pour prévenir ces accidents,

• •

• •


Développement professionnel et sociaL PRéVENTION ET SéCURITé

• des visites de poste de travail à la demande du personnel ou • la L’ingénieur régional de prévention et de sécurité est également sollicité pour réaliser des visites afin de conseiller dans l’aménagement de nouveaux locaux.

2.2 – Activités en réseau Les activités en réseau, associant les divers préventeurs (ingénieurs de prévention et de sécurité, médecins de prévention, ACMO, chargés de mission, scientifiques…) et initiées les années précédentes, se sont poursuivies au cours de l’année 2006 : publication d’un bulletin de liaison, élaboration de procédures, de documents d’information, d’échanges d’expériences, poursuite du déploiement du retour d’expérience : actuellement, toutes les délégations utilisent le logiciel permettant de collecter et d’analyser les informations relatives aux accidents et incidents survenant dans les unités, dans le but d’agir localement et de faire connaître ces expériences à l’ensemble de l’établissement, mise en place de groupes de travail pour contribuer au déploiement des actions prévues au programme national de prévention et de sécurité (cf. faits marquants).

• • •

2.3 – Formations Comme les années précédentes, de nombreuses actions de formation ont été réalisées tant au niveau national que régional ou local. 2.3.1 – Actions nationales de formation, mises en œuvre par la coordination nationale de prévention et de sécurité

• formation des ingénieurs de prévention et de sécurité : •

3 réunions de coordination de deux jours, formations destinées au réseau de préventeurs (ingénieurs de prévention et de sécurité, médecins de prévention, ACMO, membres de CHS, personnes compétentes en radioprotection…) : - élaboration d’une demande d’autorisation de détention de source radioactive et évolution de la réglementation, - mise en situation d’un plan d’urgence, - élaboration du document unique, - communication pour ACMO, - gestion des déchets, - transport de matières dangereuses.

2.3.2 – Actions régionales de formation, mises en œuvre par les ingénieurs régionaux de prévention et de sécurité Un certain nombre de formations sont reconduites chaque année telles que :

• • • •

sensibilisation aux risques professionnels pour les nouveaux entrants des unités et des services, les formations de secourisme et les sessions de recyclage, les formations sur la manipulation des extincteurs et les exercices d’évacuation proposés à l’ensemble du personnel, la formation initiale et continue des agents chargés de la mise en œuvre des règles d’hygiène et de sécurité (ACMO), la formation des membres des comités spéciaux d’hygiène et de sécurité des délégations et des unités.

Ensuite, suivant l’évaluation des risques et les besoins en formation identifiés par les ingénieurs régionaux de prévention et de sécurité pour le personnel, d’autres formations sont proposées : soit d’ordre général : les risques chimiques, biologiques, radioactifs… soit plus techniques : manipulation des autoclaves, risques électriques, lasers, plongée, formations pour habilitation électrique, conduite de chariot automoteur à conducteur porté, de pontier élingueur, de personne compétente en radioprotection.

• •

Au total, ces formations ont concerné 5 237 participants.

2.4 – Information et communication Dans ce domaine, on peut retenir : la publication de « Prévention infos », bulletin interne de liaison des préventeurs du CNRS (2 numéros, tirés à 4 000 exemplaires), la mise à jour régulière des sites internet et intranet de la coordination nationale de prévention et de sécurité.

• •

2.5 – Rapports sur l’état de la sécurité des unités Le rapport sur l’état de la sécurité des unités, produit par le directeur d’unité et visé par l’ingénieur de prévention et de sécurité, est normalement établi dans le cadre du fonctionnement des comités d’évaluation ou lors de la contractualisation. 68 avis ont été donnés cette année.

2.6 – M  ise en œuvre de la convention particulière type applicable aux unités mixtes de recherche Trois nouvelles conventions particulières concernant l’hygiène et la sécurité dans les unités mixtes de recherche entre le CNRS et des établissements d’enseignement supérieur ont été signées, ce qui porte à 38 le nombre total de conventions.

Bilan social CNRS 2006

des médecins (pour personnel handicapé par exemple).

135


Développement professionnel et social PRéVENTION ET SéCURITé

2.7 – Travaux de sécurité dans les opérations immobilières

3.4 – Développer l’information et l’aide aux délégations

Dans le cadre des crédits d’entretien destinés à des opérations spécifiques, des travaux de sécurité ont été réalisés (détection incendie, alarmes, conformités électriques, garde-corps, rénovation et mise en conformité de locaux de stockage de produits dangereux…) pour un montant de 2,4 millions d’euros.

Les conditions d’application du décret CMR et du décret sur la prévention du risque chimique du 23 décembre 2003 ont été précisées par une note de cadrage (CNPS/06.30 du 23/06/06). Certains des outils destinés à faciliter la mise en œuvre de cette note ont été mis à la disposition des unités. Les conditions d’approvisionnement en produits sanguins ont été rappelées dans le numéro de septembre 2006 de Prévention infos. Le guide sur la radioprotection est achevé et prend en compte les derniers arrêtés. Il devrait être publié en tout début 2007. Les conseils concernant les demandes d’autorisation de détention de sources radioactives fournis en 2004 ont été complétés en avril 2006 pour tenir compte des évolutions de la réglementation et de l’organisation des autorités de contrôle.

Bilan social CNRS 2006

3 Faits marquants 2006

136

Le programme pluriannuel de prévention et de sécurité comporte neuf axes dont l’avancement en 2006 a été le suivant :

3.1 – Promouvoir la politique de prévention et de sécurité Le programme national de prévention et de sécurité et son avancement ont été présentés au CHS du CNRS, aux délégués régionaux, aux ingénieurs régionaux de prévention et de sécurité et à la plupart des CHS de délégation. L’information et la sensibilisation des nouveaux directeurs d’unité sur la politique de sécurité du CNRS et son application ont été réalisées.

3.2 – Adapter la structure prévention et sécurité L’instruction n° 06003DRH sur l’organisation de la prévention au sein des unités, ainsi que sur la nature et les conditions d’exercice de la mission des ACMO et leur formation a été publiée le 21 juillet 2006. Un groupe de travail a été créé en janvier 2006 pour actualiser le contenu de la formation ACMO. Les conséquences en H&S du transfert de la DR28 vers les autres délégations ont été précisées par une note aux délégations de mars 2006. Un premier bilan tend à montrer que ce transfert s’est effectué sans conséquences dommageables pour la sécurité.

3.3 – Améliorer la connaissance des dommages et le retour d’expérience Afin de mieux informer les ACMO des accidents, des recommandations associant les services médicaux et les gestionnaires d’unité ont été adressées aux délégations (note 06-08 du 20/01/06).

3.5 – Intégrer la sécurité dans la conception des locaux La réalisation des repérages de matériaux amiantés dans les bâtiments CNRS et l’établissement des dossiers techniques s’est poursuivie en 2006 sous le contrôle du BPI. Cette opération est achevée à 90 %. Un groupe de travail sur la mise en conformité – sécurité du patrimoine a été créé en 2006 sous l’impulsion de la DFI et de la CNPS. Il a réalisé un état de la situation concernant : les dossiers techniques amiantes, les sorbonnes, les locaux à réglementation particulière (ERP, IGH), la sécurité du personnel de maintenance vis-à-vis du risque de chute de hauteur.

• • • •

L’explosion à l’ENSC Mulhouse a généré deux actions : prise en compte de la réglementation ATEX : suite à une présentation par l’INERIS en juin 2006, une réflexion sur les dispositions propres au CNRS a été engagée, un repérage des situations à risque important dans les laboratoires a été engagé sur la demande du département de Chimie.

• •

3.6 – Développer la maîtrise des risques professionnels La démarche d’évaluation des risques et sa traduction dans l’élaboration d’un document unique ont été poursuivies activement sur l’ensemble des délégations. Plus d’un tiers des unités hébergées par le CNRS ont mis à jour leur document unique en 2006. L’application développée pour faciliter l’évaluation des risques et établir le document unique a été testée dans six unités des délégations 4, 10, 14 et 15 tout au long de 2006. Les IRPS ont été formés à cette application qui sera, dans


Développement professionnel et sociaL PRéVENTION ET SéCURITé

un premier temps, mise en œuvre par les unités hébergées par le CNRS. Concernant le risque trajet, six actions ont été retenues à l’occasion de la présentation du rapport au CHS du 21 mars 2006. Deux d’entre elles ont été réalisées et une troisième est planifiée. Concernant les nano-objets, les recommandations du CNRS vis-à-vis de ce risque professionnel potentiel pour les agents ont fait l’objet d’un projet de note. Des premiers contacts ont été pris avec l’INRS pour envisager des coopérations en matière de métrologie et de protection vis-à-vis de ce risque.

La mise à niveau sur la réglementation des installations classées pour la protection de l’environnement s’est poursuivie sur les campus en liaison avec les directions régionales de l’industrie de la recherche et de l’environnement.

4 Annexe : Les structures d’hygiène et de sécurité 4.1 – Les acteurs

• 1 coordonnateur national de prévention et de sécurité assurant la coordination,

• 2 ingénieurs de prévention et de sécurité à la coordination nationale,

• 4 chargés de mission :

- 1 pour le risque chimique (auprès du Département de Chimie) - 1 pour le risque radioactif (auprès de la Coordination Nationale de Prévention et de Sécurité) - 1 pour l’expérimentation animale (auprès du Département des Sciences du Vivant). - 1 pour l’éthique et le risque biologique (auprès du Département des Sciences du Vivant).

3.7 – Se préparer aux situations d’urgence Le guide d’élaboration des plans d’urgence des délégations a été amendé en novembre pour prendre en compte le retour d’expérience de la DR8 et sera publié en 2007. La déclinaison du plan gouvernemental de lutte contre une pandémie grippale s’est poursuivie : protection des agents (approvisionnement de masques, consignes de protection individuelle, recommandations concernant les interventions en milieu naturel), élaboration des inventaires sur toutes les délégations et des plans de prévention et de lutte « pandémie grippale » sur quatre d’entre elles, conception d’outils de communication, prise en compte du partenariat.

Au niveau régional

• 18 ingénieurs régionaux de prévention et de sécurité, • 6 adjoints ou assistants des ingénieurs régionaux. Au niveau local

1 271 agents chargés de la mise en œuvre des règles d’hygiène et de sécurité (ACMO) assistant les directeurs d’unité.

Inspection d’hygiène et de sécurité

• •

3.8 – Réussir le partenariat

Un corps d’inspecteurs rattachés à l’IGAENR assure la mission de contrôle de la mise en œuvre de la réglementation d’hygiène et de sécurité au CNRS ainsi que dans un certain nombre d’EPST et d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

Un bilan sur la mise en place des dispositions concernant la sécurité dans le partenariat est en cours d’élaboration. La convention H&S entre le CNRS et le CEA venant à expiration en novembre 2006, une nouvelle version a été proposée aux services juridiques des deux établissements.

4.2 – Les instances consultatives

3.9 – Respecter l’environnement

Le développement des filières de déchets s’est poursuivi.

• 1 •

comité d’hygiène et de sécurité au niveau de l’établissement, 15 comités spéciaux d’hygiène et de sécurité au niveau des délégations, 86 comités spéciaux d’hygiène et de sécurité constitués au niveau d’unités.

Bilan social CNRS 2006

Au niveau national

137


Développement professionnel et social PRéVENTION ET SéCURITé

Bilan social CNRS 2006

4.3 – Les agents chargés de la mise en œuvre des règles d’hygiène et de sécurité

138

DÉLÉGATIONS

1

Paris A

NOMBRE D’ACMO DÉSIGNÉS En 2006

NOMBRE D’ACMO FORMÉS

TOTAL

En 2006

TOTAL

16

71

0 *

50

2

Paris B

16

119

16

109

3

Idf Est

10

33

8

29

4

Idf Sud

4

69

4

69

5

Idf Ouest et Nord

4

86

5

73

6

Centre Est

19

77

12

72

11

106

13

98

9

69

6

50

13

70

13

68

7

Rhône Auvergne

8

Centre Poitou Charentes

10

Alsace

11

Alpes

11

64

7

64

12

Provence et Corse

12

75

7

74

13

Languedoc-Roussillon

6

67

6

62

14

Midi-Pyrénées

9

41

33

40

15

Aquitaine Limousin

4

88

2

78

16

Paris Michel Ange

5

39

2

41

17

Bretagne et Pays-de-la-Loire

3

73

1

42

18

Nord Pas de Calais et Picardie

6

57

13

49

19

Normandie

1

30

1

20

20

Côte d’Azur

3

37

1

36

162

1 271

150

1 124

TOTAL

* Une première session de formation a été organisée en décembre 2006 et se terminera en janvier 2007 et n’est donc pas comptabilisée ici.

4.4 – Les comités spéciaux d’hygiène et de sécurité C.S.H.S. DES DéLéGATIONS N°

DéLéGATIONS Existence

Réunions en 2006

C.H.S. éTABLISSEMENT PARTENAIRE Nombre

Réunions en 2006

1

Paris A

oui

1

5

5

2

Paris B

oui

1

4

5

3

Idf Est

non

1

1

4

Idf Sud

non

3

3

5

Idf Ouest et Nord

oui

1

4

6

6

Centre Est

oui

2

9

18

7

Rhône Auvergne

oui

2

14

8

8

Centre Poitou Charentes

oui

1

5

10

10

Alsace

oui

2

3

6

11

Alpes

oui

1

3

8

12

Provence et Corse

non

4

6

13

Languedoc-Roussillon

oui

2

6

7

14

Midi-Pyrénées

oui

2

8

3

15

Aquitaine Limousin

oui

2

4

6

16

Paris Michel Ange

oui

2

5

17

17

Bretagne et Pays-de-la-Loire

oui

3

8

14

18

Nord Pas de Calais et Picardie

oui

1

3

6

19

Normandie

oui

1

7

13

20

Côte d’Azur

non

5

7

24

101

149

TOTAL

15


Développement professionnel et sociaL ACCIDENTS DE SERVICE

V – ACCIDENTS DE SERVICE 1 ACCIDENTS DE SERVICE ET MALADIES PROFESSIONNELLES 1.1 – Déclarations suivant leur nature

2004 452

2005 527

2006 564

Catégorie A

100

19 25 24 14

Maladies professionnelles

Catégorie C

Catégorie B

15%

11%

11%

12%

28%

34%

30%

28%

80

272 266 284

Accidents de service

17,8%

60

78,5%

40

312

155 139 178 193

Accidents de trajet

3,6%

57%

55%

59%

60%

2003

2004

2005

2006

139

20

0

Population CNRS en 2006

34 22 41 45

Accidents survenus en mission 0

50

100

150

200

Bilan social CNRS 2006

2003 480

Total

1.3 – Accidentés selon les catégories de la Fonction publique

250

300

350

1.4 – Accidentés selon l’âge

1.2 – Accidentés selon le sexe 2003

Femmes

Hommes

100

80

2005

41%

52%

52%

55,5%

57,3%

Population CNRS en 2006

41,5%

41% 36%

37%

30

50%

2006

50

40

60

25%

20

10

28% 23% 22%

25,9%

24% 24% 25%

26% 26,9%

17% 10%

12%

9%

5,7%

0

40

Moins de 30 ans 50%

48%

48%

44,5%

42,7%

2003

2004

2005

2006

Population CNRS en 2006

20

0

2004

30-44 ans

45-54 ans

55 ans et plus


Développement professionnel et social ACCIDENTS DE SERVICE

1.5 – Accidentés selon l’ancienneté sur le poste de travail (hors accidents en mission et de trajet)

1.6 – Répartition géographique des accidentés Île-de-France

Province

80 70

2003

2004

2005

2006

60 50

250

58%

54% 46%

42%

40

210 209 200

62%

57% 43%

38%

59,4% 40,6%

30

172 165

20

150 10

Bilan social CNRS 2006

100

140

50

0

0

83 79 82 78

4 2 2

4 6 2

10

< 1 mois 1 à 3 mois

19

37 12

2003

2004

2005

2006

Population CNRS en 2006

27

3 mois à 1 an

1 à 5 ans

> 5 ans

1.7 – Accidentés selon le mois (hors maladies professionnelles)

2003

70

2004

2005

2006

60

50

40

30

20

10

0

Janvier

Février

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Septembre Octobre

Novembre Décembre


Développement professionnel et sociaL ACCIDENTS DE SERVICE

1.8 – Accidentés selon le jour (hors maladies professionnelles) 150

2003

2004

2005

2006

120

90

60

Bilan social CNRS 2006

30

0

Lundi

Mardi

Mercredi

Jeudi

Vendredi

Samedi

Dimanche

1.9 – Accidentés selon l’incapacité temporaire (en jours)

141 Accidents de service

Accidents de trajet

306

367

930 2 500

1 919

858 2 999

2 410

2 630

2 494

3 149

Accidents en mission

3 693

TOTAL : 6 579

TOTAL : 4 780

TOTAL : 5 346

TOTAL : 7 550

2003

2004

2005

2006

1.10 – Accidentés selon l’origine (en %)

1.11 – Accidentés selon le siège des lésions (en %)

ORIGINE

2003

2004

2005

2006

LéSIONS

Chute de personne

26,7

21,1

25,6

29,0

3,3

2,2

1,5

1,6

26,4

28,1

26,4

23,5

Heurt

7,4

6,4

6,5

Projection

4,4

4,4

3,4

Contact - exposition

4,4

6,6

Explosion

0,4

0,9

21,5

Agression Autres

Chute d’objet Manutention - manipulation

Accident de la route

2003

2004

2005

2006

Tête

7,7

9,3

6,5

5,5

Yeux

6,4

7,1

4,6

5,2

Membres supérieurs

11,2

12,2

11,4

12,6

5,6

Tronc

10,8

10,0

12,1

14,2

5,6

Siège interne

5,3

6,4

6,0

5,9

7,0

7,6

Mains

19,1

21,4

21,8

19,0

1,3

1,5

Membres inférieurs

17,8

17,9

17,7

23,8

21,7

20,1

20,5

9,2

3,1

5,3

2,9

1,5

0,9

1,3

1,3

12,5

12,6

14,6

10,9

4,0

7,1

6,9

3,8

Pieds Lésions multiples


Développement professionnel et social ACCIDENTS DE SERVICE

2 COMITé MéDICAL 2.1 – Répartition mensuelle des expertises médicales

120

2004 925

Total

2005 871

2006 843

100

Bilan social CNRS 2006

80

60

40

142 20

Janvier

Février

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Septembre

Octobre

Novembre Décembre

Ces 843 expertises ont concerné 471 dossiers.

2.2 – Répartition par motifs d’expertise *

2.3 – Répartition par spécialité médicale

2004

2005

2006

2004

2005

2006

Congé de longue maladie

378

316

336

Médecine générale

245

219

220

Congé de longue durée

278

276

237

Neuro-psychiatrie

398

413

376

Cancérologie

125

130

117

Rhumatologie

84

58

69

Cardiologie

20

9

17

Pneumologie

12

3

3

MOTIFS

Congé de grave maladie (ou prolongation) à mi-temps thérapeutique

218

213

198

Pension civile d’invalidité ou réversion

98

96

116

Congé de maladie pour cure thermale

24

25

21

Contrôle aménagement horaires Autres

8

7

5

25

27

30

* Une expertise peut concerner un ou plusieurs motifs.

SPéCIALITé MéDICALE

Autres

41

39

41

Total

925

871

843


Développement professionnel et sociaL ACCIDENTS DE SERVICE

2.4 – Répartition par sexe Femmes

40%

60%

60%

2004

60%

2006

2005

2.5 – Répartition des dossiers traités par délégation DÉLÉGATIONs

40%

Répartition des rejets par motifs / par spécialité médicale

2004

2005

2006

Paris A

41

49

49

Paris B

37

36

39

Île-de-France Est

33

35

23

Île-de-France Sud

47

42

55

Île-de-France Ouest et Nord

33

26

23

Centre Est

26

22

25

Rhône Auvergne

21

28

29

Centre - Poitou Charentes

19

18

15

Alsace

25

21

16

Attribution CLM = 19

Alpes

23

24

27

Provence

43

39

39

Prolongation CLD = 13 Réintégration mi-temps thérapeutique = 12

Languedoc Roussillon

20

25

28

Midi Pyrénées

22

26

24

Aquitaine Limousin

20

13

13Hommes

Prolongation CLM = 3 Transformation CLM en CLD = 2

Paris Michel Ange

29

17

23Femmes

Prolongation mi-temps thérapeutique = 2

Bretagne et Pays de la Loire

10

14

10

Attribution CLD = 1

Nord Pas-de-Calais et Picardie

5

5

6

Normandie

2

6

11

Côte d’Azur

11

13

16

IN2P3

41

32

Bilan social CNRS 2006

40%

Hommes

143

Réintégration temps plein = 5 Congé ordinaire de maladie pour cure thermale = 5

Psychiatrie = 38 Rhumatologie = 13 Cancérologie = 3

Rejets 2006

Généraliste =3

62 réunions du comité médical ont eu lieu à ce titre.

Cardiologie = 2 Neurologie = 2 Gastroentérologie = 1

Sur ces 62 expertises, le comité médical a confirmé l’avis du médecin expert pour 50 d’entre elles.


Développement professionnel et social ACCIDENTS DE SERVICE

3 COMMISSION DE RéFORME La commission de réforme du CNRS a émis un avis sur 377 dossiers qui lui ont été présentés en 2006 :

• 285

Bilan social CNRS 2006

144

au titre des accidents de service professionnelles 92 au titre du comité médical : - pension civile d’invalidité - pension de réversion - majoration tierce personne - pension orphelin

et maladies

41 35 13 3

3.1 – Activités de la commission de réforme 29

DR

26

2004

37 38

CR

2005

55 50

2006

26 28 33

IR IE

3.2 – Dossiers présentés à la commission de réforme pour rejet, par motif

3

4 4

2004 2

44

5

54 61

48 50 47

AI T

111

AJT

41 42

AGT

1

10

7

6

129 126

2005

55

7

4

1

8

5

5

4 3

AAR

3 1 1

SAR

2006

2

AJA

13 6

2 2

4

1

IPN

1 2

0

7

TPN

1 0

20

40

60

80

100

120

140

2

4

6

8

10

12

14

Défaut de production de pièces Accident sans lien avec le service Arrêt de travail non lié à l'accident de service Rechute sans lien médical avec accident de service Rejet de soins après consolidation Rejet majoration pour tierce personne Maladie sans lien avec le service Rejet cure thermale


Développement professionnel et sociaL PENSIONS, RETRAITES

VI – PENSIONS, RETRAITES 1 Liquidation des pensions 1.1 – Évolution des dossiers traités en liquidation 1 200

1 146 1 084 1 052

1 000

929

973

901

910

Bilan social CNRS 2006

800

1 024

805 770 629

600

471 145 400

399

397

200

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

1.2 – Répartition des dossiers traités DOSSIERS

2004

2005

2006

Limite d’âge

254

235

269

Avant limite d’âge

451

438

537

Mères de 3 enfants

11

20

18

Invalidités

34

48

40

Réversions

15

31

26

Total des départs

765

772

890

Révisions

287

138

134

1 052

910

1 024

Total dossiers traités

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

1.3 – Évolution des demandes d’estimation de pension de 1999 à 2006 776

800

700

602

600

500

532

468

474 447

441

400

368 300

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006


Développement professionnel et social PENSIONS, RETRAITES

2 Validation des services 2.1 – Opérations effectuées en 2006

Bilan social CNRS 2006

OPéRATIONS

146

antérieur à 1954

1954

1955

1956

1957

1958

1959

postérieur à 1959

TOTAL

Enregistrement de nouveaux dossiers

143

11

7

13

9

7

14

328

532

- Dont demandes complémentaires

109

6

2

7

4

5

5

9

147

Détermination des services validables

407

36

29

43

71

45

70

171

872

Préannulations demandées

388

36

34

38

66

44

71

160

837

Notifications envoyées

267

33

29

50

59

59

60

140

697

- Acceptation

238

29

25

47

70

68

67

103

647

- Renonciation

2

1

1

Réponses agents 15

1

1

TP émis du 01/01 au 31/12/2006

194

27

22

42

55

36

37

39

452

Annulation de cotisations demandées

206

28

25

43

61

59

52

79

553

21

Demandes clôturées

408

Préannulations IRCANTEC demandées

837

Préannulations IRCANTEC reçues

992

2.2 – Situation au 31 décembre 2006 SITUATION

antérieur à 1954

1954

1955

1956

1957

1958

1959

postérieur à 1959

Dossiers enregistrés depuis le début des opérations *

TOTAL 20 296

Dossiers à instruire

119

8

13

16

9

17

7

3 463

3 652

Dossiers en cours d’instruction

581

70

88

124

161

144

153

635

1 956

Dettes nulles : pas de TP à émettre

32

19

15

18

25

30

21

50

210

TP à émettre

32

19

15

18

25

30

21

50

210

11 276

236

253

278

46

13

21

22

12 145

TP émis depuis le début des opérations de validation Dossiers clos ** depuis le début des opérations

* Non compris les agents ayant renoncé à la validation et/ou radiés avant la mise en place de la procédure informatique. ** Dossiers retournés dans les délégations, dans d’autres administrations, au secteur liquidation ou archivés au BPAT.

15 594


Développement professionnel et sociaL RELATIONS PROFESSIONNELLES

VII – RELATIONS PROFESSIONNELLES 1 Représentativité syndicale HUIT ORGANISATIONS SYNDICALES sont représentatives au CNRS en 2006

Comparaison entre les votants/abstentions par collège électoral 2005

TOTAL

It

PPN

Votants

46,07%

CHERCHEURS 43,03%

48,56%

46,07%

Abstentions

53,93%

56,97%

51,44%

53,93%

• le

• • • • • •

La représentativité globale en 2006 (telle qu’elle ressort des résultats des 1er et 2e tours aux élections aux CAP du CNRS et de l’IN2P3 2005) :

CH

IT

PPN

30 000

25 000

20 000

145

13 760

15 000

76

72

6 682

6 553

4 971

4 903

Votants Total = 11 729

Suffrages exprimés Total = 11 528

10 000

5 000

0

11 553

Inscrits Total = 25 458

Comparaison de la participation électorale entre les trois dernières élections aux CAP - chercheurs, IT et PPN Catégorie agents

1996

1999

2002

2005

CHERCHEURS inscrits

11 321

11 187

11 301

11 553

votants

5 680

5 346

5 440

4 971

% participation

50,17

47,79

48,14

43,03

inscrits

14 042

13 650

13 296

13 760

votants

7 450

7 257

6 956

6 682

% participation

53,06

53,16

52,32

48,56

inscrits

483

359

240

145

votants

286

217

136

76

59,21

60,44

56,67

52,41

IT

PPN

% participation

Bilan social CNRS 2006

syndicat général de l’éducation nationale - secteur national des personnels CNRS et assimilés : SGEN-CFDT CNRS et assimilés le syndicat national des chercheurs scientifiques : SNCS-FSU le syndicat national indépendant de la recherche scientifique : SNIRS-CGC le syndicat national des personnels de recherche et établissements d’enseignement supérieur : SNPREES-FO le syndicat national du personnel technique de l’enseignement supérieur et de la recherche : SNPTES-UNSA le syndicat national des travailleurs de la recherche scientifique : SNTRS-CGT le syndicat SUD-Recherche-EPST le syndicat des enseignants chercheurs, des enseignants, des chercheurs de l’enseignement supérieur et de la recherche : Sup’Recherche-UNSA

147


Développement professionnel et social RELATIONS PROFESSIONNELLES

Présentation générale des élections aux CAP 2005

SGEN CFDT

SNCS FSU

SNIRS CGC

SNPTES UNSA

SNTRS CGT

SNPREES FO

SUD RECHERCHE EPST

SUD ÉDUCATION

CAP CNRS-IN2P3 IT-CHERCHEURS-PPN

CAP CNRS IT-CHERCHEURS 2,16% 0,31%

2,14% 0,30%

7,06%

7,02% 24,26%

24,42% 24,02%

Bilan social CNRS 2006

SUP RECHERCHE UNSA

24,50%

17,66%

17,77% 6,10%

6,06% 8,21%

8,16%

9,95%

9,89%

CAP IN2P3

148

100%

Évolution de la représentativité syndicale entre les élections aux CAP du CNRS et de l’IN2P3 de 1986 à 2005 - IT, Chercheurs, PPN Années

SGEN CFDT

SNCS FSU

SNIRS CGC

1986 *

31,68%

18,53%

18,97%

SNPTES UNSA

SNPREES FO

2,18%

7,67%

SNTRS CGT

SUD SUPSUD RECHERCHE RECHERCHE ÉDUCATION EPST UNSA

16,83%

1989 *

31,00%

18,26%

17,06%

2,86%

9,74%

16,79%

1992 *

30,50%

16,80%

21,20%

4,10%

8,40%

14,70%

1996 *

33,15%

17,48%

15,71%

6,04%

7,20%

16,44%

1999 *

31,67%

18,58%

12,66%

5,26%

7,63%

22,76%

2002 *

31,54%

17,42%

13,58%

7,37%

7,08%

21,84%

0,16%

2005

24,26%

17,66%

9,89%

8,16%

6,06%

24,50%

0,30%

* Hors suffrages exprimés en faveur du CNPCEN-FSU et de l’UNSA-CGT, qui n’existent plus.

7,02%

2,14%


Développement professionnel et sociaL RELATIONS PROFESSIONNELLES

Comparaison des pourcentages de suffrages exprimés lors des CAP entre les EPST (période du 1er janvier 2002 au 31 décembre 2004 - source bureau des statistiques études et évaluation - DGAFP - n° 10-2005) et le CNRS (scrutin 2005)

CFDT

CGC

CGT

FO

FSU

UNSA

SUD

100

7,32%

14,60%

1,60%

10,30% 80

25,30% 20,50%

14,20%

50,00%

17,66% 6,06%

60

35,40%

29,30%

24,10%

17,20%

30,10% Bilan social CNRS 2006

24,50% 40

71,10%

16,80%

9,89%

50,00%

42,70%

20

48,00%

44,50%

IRD (ORSTOM)

INRIA

24,50%

24,26% 0

CEMAGREF

CNRS

INRA

INRETS

INSERM

149

Comparaison des pourcentages de suffrages exprimés lors des CAP entre la Fonction publique de l’État (période du 1er janvier 2002 au 31 décembre 2004 - source bureau des statistiques études et évaluation - DGAFP n° 10-2005) et le CNRS (scrutin 2005)

CFDT

CGC

CGT

FO

FSU

UNSA

AUTRES

3,31% CAP CENTRALES

12,75%

CAP CNRS

16,35%

24,26%

0

13,70%

9,89%

20

18,94%

24,50%

40

6,06%

60

15,51%

17,26%

17,66%

10,30% 7,32%

80

100


Développement professionnel et social RELATIONS PROFESSIONNELLES

2 Représentation du personnel dans les instances du CNRS LE CONSEIL D’ADMINISTRATION

Bilan social CNRS 2006

Il analyse et fixe, après avis du conseil scientifique, les grandes orientations de la politique du Centre en relation avec les besoins culturels, économiques et sociaux de l’ensemble de la nation. Il définit les principes qui régissent ses relations avec les partenaires socio-économiques ainsi qu’avec les universités et les organismes nationaux, étrangers ou internationaux intervenant dans ses domaines d’activité.

150

Il délibère sur le budget et la répartition des moyens financiers et humains. Il est composé de 20 membres, dont 4 élus par les personnels au scrutin de liste proportionnel à la plus forte moyenne pour une durée de quatre ans : deux membres sont élus par les chercheurs et deux autres parmi les ingénieurs, techniciens et administratifs. Il s’est réuni quatre fois en 2006. Les résultats des élections pour le renouvellement du mandat de 4 ans des 4 représentants élus du personnel ont été proclamés le mercredi 7 juin 2005.

25 514

Votants

11 118

Exprimés

10 874

• •

Les représentants du personnel sont désignés par les organisations syndicales pour une période de trois ans. Le renouvellement des mandats a eu lieu en janvier 2006 par décision 060008DRH du 15 février 2006. Le CTP s’est réuni sept fois en 2006. L’attribution des sièges telle qu’elle ressort des élections aux CAP 2005 est la suivante : Chercheurs : 4 sièges 1 pour le SGEN-CFDT 2 pour le SNCS-FSU 1 pour le SNTRS-CGT

244

Répartition des sièges de 1989 à 2005

44,2%

Répartition des suffrages LISTES

SGEN-CFDT

SNCS-FSU

SNIRS-CGC

SNTRS-CGT

SNPREES-FO

SNPTES-UNSA

10

NOMBRE DE VOIX

1

POURCENTAGE

SGEN-CFDT

2 666

24,52%

SNTRS-CGT

2 509

23,07%

SNCS-FSU

1 957

18,00%

SNIRS-CGC

1 109

10,20%

SUD RECHERCHE

838

7,71%

SNPREES-FO

803

7,38%

UNSA-SNPTES

689

6,34%

Indépendance des chercheurs

303

2,78%

Le nombre de sièges obtenus par chaque liste est le suivant : 2 pour la liste SGEN-CFDT (1 IT - 1 Chercheur) 1 pour la liste SNCS-FSU (Chercheur) 1 pour la liste SNTRS-CGT (IT)

• • •

Il est composé de : 10 représentants du personnel désignés par les organisations syndicales représentatives du personnel. Le nombre de sièges attribués à chacune d’entre elles est fonction du nombre de voix obtenues aux élections aux CAP ; 10 membres de l’administration nommés par le Directeur général du Centre.

Inscrits

Taux de participation

Il est consulté sur toute question relative à l’organisation et au fonctionnement de l’organisme, ainsi que sur toute question statutaire.

I.T. : 6 sièges 2 pour le SGEN-CFDT 1 pour le SNPTES-UNSA 3 pour le SNTRS-CGT

Dépouillement des votes

Blancs ou nuls

LE COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE (C.T.P.)

8

6

2

2

2

1

1

2

2

3

2

2

1

1

2 4 1 2

4

2

2

2 5

5 4

2

3

3

1989

1992

3

0

1996

1999

2002

2005


Développement professionnel et sociaL RELATIONS PROFESSIONNELLES

Répartition des 7 sièges au CCHS depuis 1989

Il procède, notamment, à l’analyse des risques professionnels auxquels sont exposés les agents de l’organisme et se réunit chaque fois que les circonstances l’exigent.

SGEN-CFDT

SNCS-FSU

SNTRS-CGT

SNPREES-FO

SNIRS-CGC

7

1

Le Comité central d’hygiène et de sécurité est composé de : 7 représentants du personnel désignés par les organisations syndicales pour une période de trois ans en fonction du nombre de sièges obtenus par chacune d’elles lors des élections aux CAP. Le renouvellement des mandats a eu lieu par décision 0600040DRH du 12 mai 2006. 5 représentants nommés par le Directeur général, désignés pour une période de trois ans.

1

1

6

1

2

2

2

1

1

1

1

1

1 2

5

1 4

2 1

1

2

3

2

3

La répartition des sièges telle qu’elle ressort des dernières élections aux CAP 2005 est la suivante : SGEN-CFDT : 2 SNCS-FSU : 2 SNIRS-CGC : 1 SNTRS-CGT : 2

3

3

3

3 2

1

0

1989

1992

1996

1999

2002

2005

151

Il s’est réuni trois fois en 2006.

LES COMMISSIONS ADMINISTRATIVES PARITAIRES (CAP) Représentation des personnels (exprimée en nombre de sièges obtenus, telle qu’issue des élections aux CAP du CNRS et de l’IN2P3 2005) CNRS / IN2P3

SNCS FSU

SGEN CFDT

SNTRS SNPREES CGT FO

SNIRS CGC

TIRAGE SUP SUD SUD SNPTES AU RECHERCHE RECHERCHE ÉDUCATION UNSA SORT UNSA EPST

TOTAL

CAP 1 DR

3

3

1

1

8

CAP 2 CR

3

2

1

1

7

Total chercheurs

6

5

2

2

15

CAP 3 IR

2

2

1

CAP 4 IE/AAR

3

3

1

CAP 5 AI

1

2

CAP 6 T/SAR

2

2

7 7

1

4

4

1

2

9

CAP 7 AJT/AJA

2

1

1

4

CAP 8 AGT/AGA

2

1

8

15

3

2

4

2

34

13

17

3

4

4

2

49

Total IT TOTAL CNRS

6

Bilan social CNRS 2006

LE COMITÉ CENTRAL D’HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ (C.C.H.S.)

3

IP

3

3

I

3

3

T

2

2

TOTAL PPN

8

8


Développement professionnel et social RELATIONS PROFESSIONNELLES

Rôle et compétence

Bilan social CNRS 2006

Pour les corps d’ingénieurs et de techniciens de la recherche, les CAP sont consultées obligatoirement et notamment pour les renouvellements de stages et les licenciements en fin de stage, l’avancement (grade et échelon), les changements de corps au choix, les accueils en détachement, le licenciement pour insuffisance professionnelle, les sanctions disciplinaires des 2, 3 et 4e groupes. Pour les chercheurs, elles sont consultées obligatoirement et notamment sur les prolongations de stage, les licenciements en fin de stage, les licenciements pour insuffisance professionnelle et mutations dans l’intérêt de la recherche. Par dérogation au statut général, les CAP des chercheurs ne sont pas consultées sur les avancements de grades, ceux-ci relevant de la compétence des sections du Comité National de la Recherche Scientifique. Elles sont également consultées pour les sanctions disciplinaires relevant des 2, 3 et 4e groupes.

Les résultats aux élections aux CAP permettent de mesurer la représentativité de chaque organisation syndicale au sein de l’établissement. Les représentants du personnel aux CAP sont élus pour trois ans.

152

Comparaison du nombre de sièges obtenus par les organisations syndicales entre les EPST (période du 1er janvier 2002 au 31 décembre 2004 - source bureau des statistiques études et l’évaluation - DGAFP - n° 10-2005) et le CNRS (scrutin 2005)

60

50

FO

CGT

CGC

CFDT

FSU

UNSA

4 6 3

40

30

25

2 4

6

15

8 6

20

12 4 23

10

2

13

4

9 4

19

13

12

10

9

INRETS

INRIA

INSERM

17

0

CNRS

CEMAGREF

INRA

IRD (ORSTOM)


Développement professionnel et sociaL RELATIONS PROFESSIONNELLES

Évolution de la répartition des sièges et voix aux élections aux CAP du CNRS entre 2002 et 2005 NOMBRE TOTAL

SNCS-FSU

SGEN-CFDT

SNIRS-CGC

SNTRS-CGT

SNPREES-FO

2002

2002

CAP

2002

2005

2002

2005

2002

2005

2002

2005

DR

8

8

4

3

3

3

1

1

3

3

CR

7

7

IR

7

7

IE/AAR AI T/SAR

2

1

1

1

1

2

1

1

1

2

2

1

7

5

3

4

2

1

15

9

3

2

1

AJT/AJA

9

4

4

3

65

49

TOTAL

2

4

11 456 en 2005

7

6

19

13

2

7

17,61% 17,66% 31,82% 24,26% 13,73%

4 9,89%

2005

2002

TIRAGE AU SORT

2005

2002

2005

1

3

11

AGT/AGA

2005

SNPTESUNSA

2

3

1

2

4

4

2

5

1

1

1

1

2

1

1

2

2

1

1

3

2

1

1

14

17

22,08% 24,50%

7

3

3

4

7,15%

6,06%

7,45%

8,16%

8

2

BILAN DES RÉUNIONS DES CAP CHERCHEURS ET IT 2006 CAS PARTICULIERS

Chercheurs CR

Accueil en détachement

Ingénieurs IR

IE

15

Techniciens AI

13

T

15

AJT

41

11

TOTAL 95

Renouvellement de détachement

10

6

4

15

1

36

Intégration suite à un détachement

17

11

7

42

8

85

1

4

9

4

18

2

2

1

1

8

1

1

Titularisation « handicap » Renouvellement de stage

2

Licenciement en fin de stage Conseil de discipline

1

1

Accueil Détachement Inter-Corps

1

Renouvellement Détachement Inter-Corps

3 2 11

11 1

3

1

5

44

46

35

109

29

264

1 341

1 522

1 008

1 743

44

5 658

Intégration suite à Détachement Inter-Corps TOTAL

1 1

1

CAMPAGNE D’AVANCEMENT Corps, grade au choix, sélection professionnelle Échelons accélérés TOTAL DES DOSSIERS PROPOSÉS

624

551

736

1 172

293

3 376

1 965

2 073

1 744

2 915

337

9 034

Bilan social CNRS 2006

CNRS

153


Développement professionnel et social RELATIONS PROFESSIONNELLES

3 Exercice du droit syndical Le droit syndical dans la Fonction publique est régi par le décret n° 82-447 du 28 mai 1982. Ce décret a fait l’objet, pour son application au CNRS et à l’IN2P3, de la décision n° 206-83 du 1er septembre 1983.

Cette décision traite des conditions d’attribution de moyens aux organisations syndicales et des garanties de leurs représentants.

Le contingent des dispenses d’activité de service se répartit en 2006 comme suit CONTINGENT DE DÉCHARGES DE SERVICE 2006 *

Bilan social CNRS 2006

CNRS

154

Chercheurs

IT

TPN

CONTINGENT COMPLÉMENTAIRE

TOTAL

1,51

19,59

3,02

27,48

SNCS-FSU

16,63

1,45

SGEN-CFDT

11,30

13,11

SNIRS-CGC

4,50

5,45

3,02

12,97

SNPREES-FO

1,42

4,62

1,51

7,55

SNTRS-CGT

5,80

18,63

4,53

28,96

SNPTES-UNSA

2,20

8,07

1,51

11,78

1,51

7,71

1,51

3,71

18,12

119,75

SUD RECHERCHE EPST

5,20

SUP RECHERCHE UNSA

44,05

56,53

* En équivalent temps plein.

Nombre d’agents bénéficiant d’une dispense de service pour activités syndicales à temps plein (au 31 décembre 2006) CNRS

SGEN CFDT

4

SNIRS CGC

3

SNPREES FO

2

SNPTES UNSA

3

SNTRS CGT

10

SNCS-FSU

1

SUP REC UNSA

1

TOTAL

1,00

2,20

TOTAL

LISTE

0,05

24

1,05


Bilan social CNRS 2006

DĂŠveloppement professionnel et sociaL

155


statuts et évolutions réglementaires Sommaire

STATUTS ET ÉVOLUTIONS RÉGLEMENTAIRES I – ÉVOLUTIONS LÉGISLATIVES ET STATUTAIRES 1 Les évolutions substantielles du statut général de la Fonction publique . . . . . . . . . . 157 1.1 – Institution d’un nouveau congé de présence parentale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 1.2 – Allongement du congé de maternité des mères d’enfants prématurés hospitalisés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 1.3 – Exercice du temps partiel de droit réservé aux bénéficiaires de l’obligation d’emploi : la nécessité de l’avis préalable du médecin de prévention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 1.4 – Augmentation du taux de surcotisation des agents exerçant leurs fonctions à temps partiel . . . . . . . . . . . . 158

2 Les évolutions propres à la carrière des catégories B et C Fonction publique . . . . . 158 2.1 – Refonte de la carrière des catégories C . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 2.2 – Modification des règles de reclassement en catégorie B . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158

II – ÉVOLUTION DES RÉMUNÉRATIONS ET RETRAITES 1 RÉMUNÉRATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 1.1 – Augmentation générale des traitements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 1.2 – Attribution de points d’indice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 1.3 – Augmentation du SMIC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 1.4 – Vacataires et auxiliaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 Bilan social CNRS 2006

1.5 – Bourses de doctorat pour ingénieurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159

156

1.6 – Rémunération des médecins de prévention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160

2 COTISATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 2.1 – Plafond de la Sécurité sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 2.2 – Cotisation d’assurance maladie du régime local d’Alsace-Moselle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160

3 PRIMES ET INDEMNITÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 3.1 – Indemnité exceptionnelle de sommet de corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 3.2 – Indemnité spécifique pour fonctions d’intérêt collectif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 3.3 – Frais de changement de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 3.4 – Remboursement des frais de transport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161

4 RETRAITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 Revalorisation du point IRCANTEC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161


statuts et évolutions réglementaires ÉVOLUTIONS LÉGISLATIVES ET STATUTAIRES

I – ÉVOLUTIONS LÉGISLATIVES ET STATUTAIRES

1.1 – Institution d’un nouveau congé de présence parentale Institué par la loi de financement de la sécurité sociale pour 2001, le congé de présence parentale a été modifié par l’article 87 de la loi n° 2005-1579 du 19 décembre 2005 de financement de la sécurité sociale pour 2006. Le régime juridique de ce congé, qui n’est plus assimilé à une position administrative pour les fonctionnaires, est désormais précisé, d’une part, par les dispositions de l’article 40 bis de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984, et d’autre part, par le décret n° 2006-536 du 11 mai 2006. Ce congé, accordé sur demande écrite de l’agent, est ouvert aux fonctionnaires titulaires et stagiaires ainsi qu’aux agents non titulaires de l’État. Initialement fixé à 4 mois au plus (renouvellement possible deux fois dans la limite d’un an), le bénéfice du congé de présence parentale ne peut désormais, depuis le 1er  mai 2006, excéder 310 jours ouvrés au cours d’une période de 36  mois pour un même enfant et en raison d’une même pathologie. Il s’agit d’un congé non rémunéré qui ouvre cependant le droit pour l’agent à percevoir une allocation journalière de présence parentale versée par la Caisse d’Allocations Familiales.

Cette période supplémentaire est indemnisée au titre du congé de maternité. Elle s’ajoute à la durée légale de maternité auquel a droit la mère en raison du rang de l’enfant. Elle est égale au nombre de jours courant depuis la date effective de l’accouchement jusqu’au début du congé prénatal auquel peut prétendre la mère. Cette disposition relative à l’allongement du congé de maternité est applicable aux fonctionnaires titulaires et stagiaires, ainsi qu’aux agents non titulaires de l’État. Elle s’applique aux accouchements survenus à compter du 1er janvier 2006. (Loi n°  2006-340 du 23  mars 2006 relative à l’égalité salariale entre les femmes et les hommes, circulaire DSS/2A/2006-166 du 12 avril 2006 et circulaire FP/4 n° 190 du 9 juin 2006 relatives à la période supplémentaire de congé de maternité des mères d’enfants prématurés hospitalisés)

1.3 – E xercice du temps partiel de droit réservé aux bénéficiaires de l’obligation d’emploi : la nécessité de l’avis préalable du médecin de prévention

Suite à la publication de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 relative à l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, une nouvelle situation de temps partiel de droit réservée aux bénéficiaires de l’obligation d’emploi mentionnés aux 1°, 2°, 3°, 4°, 9°, 10° et 11° de l’article L.323-3 du code du travail (titulaire de la carte d’invalidité, titulaire d’une pension d’invalidité attribuée au titre du régime général de la sécurité sociale, de tout autre régime de protection sociale obligatoire ou (Décret n° 2006-536 du 11 mai 2006 relatif aux modalités d’attri- au titre des dispositions régissant les agents publics à condibution aux fonctionnaires et aux agents non titulaires de l’État tion que l’invalidité des intéressés réduise d’au moins deux du congé de présence parentale, circulaire DSS/2B n°  2006-189 tiers leur capacité de travail ou de gain…), a été créée. du 27  avril 2006 relative à l’allocation journalière de présence parentale et au congé de présence parentale, circulaire FP/3 Les agents ayant cette qualité peuvent, en effet, conformén° 1030 du 11 juillet 2006 relative au nouveau congé de présence ment à l’article 37 bis alinéa 2 de la loi n° 84-16 du 11 janvier parentale) 1984 exercer de plein droit un service à temps partiel après avis du médecin de prévention.

1.2 – Allongement du congé de maternité des mères d’enfants prématurés hospitalisés La loi n° 2006-340 du 23 mars 2006 relative à l’égalité salariale entre les femmes et les hommes a modifié les règles relatives à la durée du congé de maternité des mères d’enfants nés prématurément  : une période supplémentaire de congé de maternité est attribuée aux mères dont l’accouchement intervient plus de 6 semaines avant la date présumée de celui-ci et exige l’hospitalisation postnatale de l’enfant dans un établissement disposant d’une structure de néonatalogie ou de réanimation néonatale.

À cet égard, le décret n° 2006-434 du 12  avril 2006 pris pour l’application de l’article 37 bis de la loi susvisée est venu préciser, par l’insertion d’un nouvel alinéa au sein de l’article 1-2 du décret n° 82-624 du 20 juillet 1982 modifié fixant les modalités d’application pour les fonctionnaires de l’ordonnance n° 82-296 du 31 mars 1982 relative à l’exercice des fonctions à temps partiel, que l’avis du médecin de prévention est réputé rendu lorsque ce médecin ne s’est pas prononcé au terme d’un délai de deux mois à compter de la date de sa saisine.

Bilan social CNRS 2006

1 Les évolutions substantielles du statut général de la Fonction publique

157


statuts et évolutions réglementaires ÉVOLUTIONS LÉGISLATIVES ET STATUTAIRES

(Décret n° 2006-434 du 12 avril 2006 pris pour l’application de l’article 37 bis de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 et relatif aux modalités d’application aux fonctionnaires du temps partiel de droit)

1.4 – Augmentation du taux de surcotisation des agents exerçant leurs fonctions à temps partiel L’article L.11 bis du code des pensions civiles et militaires de retraite introduit par la loi n° 2003-775 du 21 août 2003 portant réforme des retraites, permet aux agents exerçant leurs fonctions à temps partiel, de cotiser sur la base d’un emploi à temps plein afin de leur permettre d’améliorer leurs droits à pension de retraite. Pour pouvoir être décomptées, lors de la liquidation du droit à pension comme des périodes de travail à temps plein, les périodes de travail à temps partiel doivent donner lieu au versement d’une retenue pour pension dont le taux est fixé par un décret n° 2004-678 du 8 juillet 2004.

Bilan social CNRS 2006

Les taux de surcotisation fixés pour les années 2004 et 2005 ont été modifiés par un décret n° 2006-403 du 4 avril 2006. Ces taux sont fixés pour les années 2006 et 2007 conformément au tableau suivant :

158

Quotité de temps de travail

Taux de la retenue

50%

17,99%

60%

15,96%

70%

13,93%

80%

11,90%

90%

9,88%

(Décret n° 2006-403 du 4 avril 2006 modifiant le décret n° 2004-678 du 8 juillet 2004 fixant le taux de la cotisation prévue à l’article L.11 bis du code des pensions civiles et militaires de retraite)

2 Les évolutions propres à la carrière des catégories B et C Fonction publique Le protocole sur l’amélioration des carrières dans la Fonction publique signé le 25 janvier 2006 a modifié de manière importante la carrière des catégories B et C. En application de ce protocole, divers textes réglementaires ont été votés. Ces derniers procèdent d’une part, à une refonte de la carrière des catégories C, et d’autre part, à une modification des règles de reclassement en catégorie B.

2.1 – Refonte de la carrière des catégories C L’échelonnement indiciaire applicable aux échelles 3, 4 et 5 de rémunération des fonctionnaires classés dans la catégorie C Fonction publique a été modifié par un

décret n° 2006-1459 du 27  novembre 2005 et un arrêté du 27  novembre 2006. La structure des échelles 3, 4 et 5 de rémunération est désormais composée, depuis le 1er novembre 2006, de 11 échelons au lieu de 10. En outre, il est à noter la création à compter de cette même date, d’une nouvelle échelle de rémunération : l’échelle 6. Relèvent de cette nouvelle échelle les agents classés dans les grades d’adjoint technique principal et d’adjoint administratif principal de 1re classe. Cette refonte de la carrière des catégories C a notamment eu pour incidence de faire bénéficier les agents d’une revalorisation indiciaire à compter du 1er  novembre 2006 et dans certains cas particuliers (compte tenu notamment de la création d’un 11e échelon dans les échelles 3, 4 et 5 et d’une nouvelle échelle  6) de les faire bénéficier d’une mesure de reclassement. (Décret n° 2006-1459 du 27 novembre 2006 modifiant le décret n° 2005-1229 du 29 septembre 2005 instituant différentes échelles de rémunération pour la catégorie C des fonctionnaires de l’État, arrêté du 27  novembre 2006 fixant l’échelonnement indiciaire des grades et emplois de la catégorie C)

2.2 – M  odification des règles de reclassement en catégorie B Les principes relatifs au classement des agents accédant à un corps de la catégorie B Fonction publique ont été modifiés par un décret n° 2006-1441 du 24 novembre 2006. Ces nouvelles règles de reconstitution de carrière applicables à compter du 1er décembre 2006, ont nécessité de procéder à la révision du classement des agents recrutés dans le corps des techniciens de la recherche par concours ou changement de corps au choix à compter de cette date. De la même manière, il est apparu nécessaire de réviser le classement de certains agents de catégorie C reclassés au 1er octobre 2005 en application du décret n° 2005-1228 du 29 septembre 2005 et nommés techniciens de la recherche de classe normale à compter de cette même date. En effet, certains de ces agents ont subi lors de leur reclassement dans le grade des techniciens de classe normale une perte théorique d’ancienneté. Afin de corriger cet effet non souhaité, le décret du 24 novembre 2006 susvisé a introduit une mesure particulière dite « mesure correctrice » visant à permettre aux fonctionnaires de conserver l’ancienneté acquise dans leur grade d’origine, de manière à ce que la durée de carrière ne soit pas allongée. (Décret n° 2006-1441 du 24 novembre 2006 modifiant le décret n°  94-1016 du 18  novembre 1994 fixant les dispositions statutaires communes applicables à divers corps de fonctionnaires de la catégorie B)


statuts et évolutions réglementaires ÉVOLUTION DES RÉMUNÉRATIONS ET RETRAITES

II – É VOLUTION DES RÉMUNÉRATIONS ET RETRAITES 1.3 – Augmentation du SMIC

1 RÉMUNÉRATIONS 1.1 – Augmentation générale des traitements La rémunération des personnels de l’État, des collectivités territoriales et des établissements publics hospitaliers a été revalorisée de 0,50 % à compter du 1er juillet 2006. Ainsi, la valeur annuelle du point d’indice majoré a été portée de 53,7110 € à 53,9795 € à compter de cette même date.

Le taux horaire brut du salaire minimum de croissance a été porté de 8,03 € à 8,27 € à compter du 1er juillet 2006, soit une revalorisation de 3,05 %. (Décret n° 2006-751 du 29 juin 2006 portant relèvement du salaire minimum de croissance)

(Décret n° 2006-759 du 29  juin 2006 portant majoration à compter du 1er  juillet 2006 des rémunérations de la Fonction publique et attribution de points d’indice majoré à certains personnels civils et militaires de l’État, personnels des collectivités territoriales et des établissements publics d’hospitalisation)

1.2 – Attribution de points d’indice À compter du 1er juillet 2006, la revalorisation de certains indices majorés a permis une augmentation du minimum de traitement de la Fonction publique et des traitements les plus bas afin de maintenir une équivalence avec le montant du SMIC. Indices majorés au 01/07/05

Attribution Points au 01/07/06

Indices majorés au 01/07/06

IB 100 à IB 273

IM 186 à IM 275

+ 4 points

IM 190 à IM 279

IB 274

IM 276

+ 3 points

IM 279

IB 275 à IB 276

IM 277

+ 2 points

IM 279

IB 277 à IB 279

IM 278

+ 1 point

IM 279

En outre, à compter du 1er novembre 2006, un point d’indice majoré uniforme a été attribué à l’ensemble des personnels civils et militaires de l’État, des personnels des collectivités territoriales et des établissements publics d’hospitalisation. (Décret n°  2006-759 du 29  juin 2006 portant majoration à compter du 1er  juillet 2006 des rémunérations de la Fonction publique et attribution de points d’indice majoré à certains personnels civils et militaires de l’État, personnels des collectivités territoriales et des établissements publics d’hospitalisation). (Décret n°  2006-1283 du 19  octobre 2006 portant attribution à compter du 1er  novembre 2006 d’un point d’indice majoré uniforme à l’ensemble des personnels civils et militaires de l’État, des personnels des collectivités territoriales et des établissements publics d’hospitalisation)

1.4 – Vacataires et auxiliaires Les taux de rémunération des vacataires et des auxiliaires sont définis comme suit à compter du 1er juillet 2006 : VACATAIRES Taux horaires

AUXILIAIRES Taux mensuels

8,35 € pour les vacations de niveau I

1 269,20 € pour les auxiliaires de niveau I

8,96 € pour les vacations de niveau II

1 361,92 € pour les auxiliaires de niveau II

9,77 € pour les vacations de niveau III

1 485,04 € pour les auxiliaires de niveau III

10,79 € pour les vacations de niveau IV

1 640,08 € pour les auxiliaires de niveau IV

14,32 € pour les vacations de niveau V

2 176,64 € pour les auxiliaires de niveau V

(Décision CNRS/060052DRH du 04/07/2006).

1.5 – Bourses de doctorat pour ingénieurs Les taux des bourses de doctorat pour ingénieurs du CNRS ont été revalorisés, à compter du 1er janvier 2006, ainsi qu’il suit :

Bilan social CNRS 2006

Indices bruts

159


statuts et évolutions réglementaires ÉVOLUTION DES RÉMUNÉRATIONS ET RETRAITES

Bourses classiques

Bourses cofinancées CNRS / entreprises / régions

Bourses cofinancées CNRS / régions

Bourses cofinancées CNRS / entreprises

1 439,13 €

1 439,13 €

1 439,13 €

1 748,74 €

3 PRIMES ET INDEMNITÉS 3.1 – Indemnité exceptionnelle de sommet de corps

(Décision n° 060023DRH du 17/01/2006).

1.6 – Rémunération des médecins de prévention Les montants des rémunérations mensuelles forfaitaires brutes alloués aux médecins de prévention, correspondants à un service à temps complet, ont été revalorisés, à compter du 1er janvier 2006, comme suit : Catégories

Ancienneté

Rémunération mensuelle forfaitaire brute (temps plein)

1

0 à 5 ans

4 498,42 €

2

5 à 10 ans

4 873,28 €

3

10 à 15 ans

5 248,15 €

4

15 à 20 ans

5 810,45 €

5

à partir de 20 ans

6 391,50 €

(Décision CNRS/060062DRH du 05/10/2006).

2 COTISATIONS

Bilan social CNRS 2006

2.1 – Plafond de la Sécurité sociale

160

En application du protocole d’amélioration des carrières dans la Fonction publique, le décret n° 2006-778 du 30 juin 2006, a institué une bonification indemnitaire en faveur des fonctionnaires qui comptent au moins cinq années d’ancienneté au dernier échelon du grade terminal d’un corps ou d’un cadre d’emplois appartenant à la catégorie B ou à la catégorie A dont l’indice brut de rémunération est égal ou inférieur à 985, soit un indice majoré égal ou inférieur à 798 (valeur au 01/11/2006). Au CNRS sont concernés les grades suivants : les techniciens de classe exceptionnelle, les assistants ingénieurs, les ingénieurs d’études hors classe, les techniciens principaux de physique nucléaire de l’IN2P3, les techniciens de physique nucléaire de 1re classe, technicien d’atelier de 1re classe, techniciens d’études de 1re classe, préparateurs de 1re classe, prototypistes.

• • • • • • • • •

La bonification, d’un montant annuel de 700 € pour les catégories A et de 400 € pour les catégories B, est versée durant les années 2006, 2007 et 2008. Le montant de la bonification est déterminé au prorata de la durée des services effectués et par référence au taux de rémunération afférent au taux d’activité.

Le plafond des cotisations de sécurité sociale applicable aux rémunérations versées du 1er janvier au 31  décembre 2006 a été fixé à 2 589 € par mois (au lieu de 2 516 € au 01/01/05).

(Décret n° 2006-778 du 30  juin 2006 portant attribution d’une bonification indemnitaire à certains fonctionnaires et militaires)

(Arrêté du 2 décembre 2005 portant fixation du plafond de la sécurité sociale pour 2006)

3.2 – Indemnité spécifique pour fonctions d’intérêt collectif

2.2 – Cotisation d’assurance maladie du régime local d’Alsace-Moselle

Le régime de l’indemnité spécifique pour fonctions d’intérêt collectif (ISFIC) a été modifié par le décret n° 2006-491 du 26 avril 2006. Ce décret prévoit l’attribution de l’ISFIC aux personnels du niveau de la catégorie  A chargés de responsabilités particulières de direction, de coordination ou d’animation. Le taux annuel maximum de cette indemnité est fixé à 12 000 €, et peut être majoré dans la limite de 18 000 € pour 10 % au plus des bénéficiaires.

Le taux de la cotisation supplémentaire applicable aux salariés bénéficiaires du régime local d’assurance maladie des départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle a été augmenté de 0,10 % au 1er janvier 2006, et est ainsi porté de 1,70 % à 1,80 % à cette date. Cette cotisation s’ajoute à la cotisation salariale d’assurance maladie de base fixée à 0,75 % depuis le 1er janvier 1998. La cotisation salariale d’assurance maladie en Alsace-Moselle est donc égale à 2,55 % à compter du 1er janvier 2006. (Avis paru au J.O. du 8 janvier 2006).

(Décret n° 2006-491 du 26 avril 2006 instituant une indemnité spécifique pour fonctions d’intérêt collectif dans les établissements publics à caractère scientifique et technologique) (Arrêté du 26 avril 2006 fixant le montant annuel de l’indemnité spécifique pour fonctions d’intérêt collectif attribuée à certains


statuts et évolutions réglementaires ÉVOLUTION DES RÉMUNÉRATIONS ET RETRAITES

personnels en fonction dans les établissements publics à caractère scientifique et technologique)

4 RETRAITE

3.3 – Frais de changement de résidence Le décret n° 2006-475 du 24 avril 2006 portant majoration de l’indemnisation des frais de changement de résidence des personnels civils de l’État est venu modifier les dispositions relatives au taux de l’indemnité forfaitaire de changement de résidence, due aux agents de l’État dans certaines situations spécifiques. Ainsi, à compter du 1er juillet 2006, le montant de l’indemnité forfaitaire de changement de résidence est majoré de 20 % lorsque le changement de résidence est rendu nécessaire du fait de certaines situations administratives en métropole, et dans les DOM-TOM.

Revalorisation du point IRCANTEC La valeur du point de retraite dans le régime de retraite complémentaire des assurances sociales des agents non titulaires de l’État et des collectivités publiques (IRCANTEC) a été portée à 0,42510 € pour la période du 1er janvier au 31 décembre 2006. Le salaire de référence pour l’année 2006 est fixé à 2,813 €.

3.4 – Remboursement des frais de transport Le montant du remboursement a été revalorisé à compter du 1er juillet 2006 du fait de l’augmentation des tarifs des transports collectifs en région parisienne (SNCF et RATP) de 1,92 %.

Bilan social CNRS 2006

(Décret n° 2006-475 du 24 avril 2006 portant majoration de l’indemnisation des frais de changement de résidence des personnels civils de l’État)

161


Annexes

annexes 1 Délégations du CNRS et instituts nationaux en 2006 Alpes (DR 11) 25, avenue des Martyrs - B.P. 166 38042 GRENOBLE Cedex 9 http://www.alpes.cnrs.fr Alsace (DR 10) 23, rue du Loess - B.P. 20 CR 67037 STRASBOURG Cedex 02 http://www.dr10.cnrs.fr Aquitaine Limousin (DR 15) Esplanade des Arts et Métiers - B.P. 105 33402 TALENCE Cedex http://www.cnrs.fr/aquitaine-limousin/ Bretagne et Pays de la Loire (DR 17) Centre d’Affaires Oberthur - 74E, rue de Paris 35069 RENNES Cedex http://www.dr17.cnrs.fr Centre-Est (DR 6) 8, rue Baron Louis - B.P. 30 54002 NANCY Cedex http://www.dr6.cnrs.fr Centre Poitou-Charentes (DR 8) 3E, avenue de la Recherche Scientifique 45071 ORLÉANS Cedex 2 http://www.dr8.cnrs.fr Côte d’Azur (DR 20) 250, rue Albert Einstein 06560 VALBONNE http://www.dr20.cnrs.fr Île-de-France Est (DR 3) Tour Europa 126 94532 THIAIS Cedex http://www.dr3.cnrs.fr Île-de-France Ouest et Nord (DR 5) 1, Place Aristide Briand 92195 MEUDON Cedex http://www.dr5.cnrs.fr Île-de-France Sud (DR 4) Avenue de la Terrasse 91198 GIF-SUR-YVETTE Cedex http://www.dr4.cnrs.fr Languedoc Roussillon (DR 13) 1919, route de Mende 34293 MONTPELLIER Cedex 5 http://www.cnrs.fr/languedoc-roussillon/

2 Branches d’activité professionnelle (BAP)

Bilan social CNRS 2006

BAP Intitulé

162

A

Sciences du vivant

B

Sciences chimiques et sciences des matériaux

C

Sciences de l’ingénieur et instrumentation scientifique

D

Sciences humaines et sociales

E

Informatique et calcul scientifique

F

Documentation, Édition, Communication

G

Patrimoine, logistique, prévention

H

Gestion scientifique et technique des EPST

Midi Pyrénées (DR 14) 14-16, avenue Edouard Belin - BP 4637 31055 TOULOUSE Cedex 4 http://www.cnrs.fr/midi-pyrennes/ Nord - Pas de Calais et Picardie (DR 18) 2, rue des Canonniers 59046 LILLE Cedex http://www.dr18.cnrs.fr Normandie (DR 19) Unicité - 14, rue Alfred Kastler 14052 CAEN Cedex 14 http://www.dr19.cnrs.fr Paris A (DR 1) 27, rue Paul Bert 94204 IVRY SUR SEINE Cedex http://www.dr1.cnrs.fr Paris B (DR 2) 16, rue Pierre et Marie Curie 75005 PARIS http://www.dr2.cnrs.fr Paris Michel-Ange (SIÈGE - DR 16) 3, rue Michel-Ange 75794 PARIS Cedex 16 http://www.cnrs.fr/paris-michel-ange/ Provence (DR 12) 31, Chemin Joseph Aiguier 13402 MARSEILLE Cedex 20 http://www.cnrs.fr/provence/ Rhône Auvergne (DR 7) 2, avenue Albert Einstein - B.P. 1335 69609 VILLEURBANNE Cedex http://www.dr7.cnrs.fr Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules (DR 28) 3 Rue Michel-Ange 75794 PARIS Cedex 16 http://institut.in2p3.fr/ Institut National des Sciences de l’Univers (DR 29) 3 rue Michel-Ange 75794 PARIS Cedex 16 http://www.insu.cnrs.fr

3 Reclassement des administratifs Grades des administratifs

Correspondance dans les grades d’ingénieurs et de techniciens

CAR

IR 2

AARP 1

IEHC

AARP 2 / AARP

IE1C

AAR

IE 2

SARCE

TCE

SARCS

TCS

SARCN

TCN

AJAP 1

AJTP

AJAP 2 / AJA

AJT

AGAC 2

AGT


annexes

4 Groupes de discipline (GD) Codification GD

libellé long GD

MATH

Mathématiques

PHY

Physiques

PNHE

Physique Nucléaire et des Hautes Énergies

SC

Chimie

SDE

Sciences de l’Environnement

SDV1

Biologie Cellulaire et Moléculaire

SDV2

Biologie Intégrative et Neurosciences

SDV3

Génétique

SHS

Sciences de l’Homme et de la Société

SPI

Sciences pour l’Ingénieur

SPU

Sciences de la Planète et de l’Univers

STIC

Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication

Section 1 : Mathématiques et interactions des mathématiques • Production scientifique • Politique de recrutement des chercheurs, des enseignants chercheurs et des ITA-IATOS • Ouverture de la recherche et collaborations ; accords et échanges nationaux et internationaux • Capacité d’innovation et d’évolution • Caractère attractif de la formation doctorale (ce qui inclut l’accueil des doctorants, moniteurs, des ATER, des post-docs…) • Devenir des chercheurs formés par le laboratoire • Vie de laboratoire : organisation interne, bibliothèque, locaux, environnement informatique, missions, qualité de vie Section 2 : Théories physiques : méthodes, modèles et applications • Qualité de la production scientifique, rayonnement national et international du laboratoire • Intérêt des thèmes étudiés, leurs impacts scientifiques • Cohérence des objectifs scientifiques, complémentarité des thèmes • Participation à des programmes, projets ou contrats Section 3 : Interactions, particules, noyaux, du laboratoire au cosmos • Physique des particules • Physique nucléaire • Interactions et particules fondamentales • Astroparticules et cosmologie • Détection de rayonnements et particules, électronique associée et traitement massif des données • Énergie nucléaire et problématique associée • Interfaces et applications, par exemple imagerie nucléaire • Accélérateurs Section 4 : Atomes et molécules - Optique et lasers Plasmas chauds • Processus fondamentaux en physique quantique ; physique atomique, atomes froids, gaz quantiques • Molécules et agrégats libres, sur des surfaces, en phase condensée : structure et dynamique ; applications à la physicochimie • Environnement et astrophysique • Collisions, processus réactionnels, réarrangements électroniques, interactions avec des surfaces • Plasmas chauds ; spectroscopie dans les plasmas ; dynamique non linéaire ; chaos et turbulence dans les plasmas ; interaction plasmas surfaces ; physique des ions • Lasers, optique non linéaire, optique ultrarapide, propagation, métrologie • Optique dans les solides, matériaux pour l’optique, nanooptique, investigation optique d’objets biologiques • Fusion thermonucléaire (magnétique et inertielle) pour l’énergie

Section 5 : Matière condensée : organisation et dynamique • Cristaux, verres, liquides • Milieux divisés, milieux inhomogènes ; ensembles intégrés ; objets isolés • Structures, transitions de phase, défauts, désordre ; influence sur les propriétés • Surfaces, interfaces, croissance, auto-organisation, micro-, nano- et hétérostructures • Instabilités, morphogenèse, physique de l’irrégularité • Excitations élémentaires, vibrations • Matière en conditions extrêmes • Physique des comportements mécaniques (plasticité, rupture, frottement…) • Structure et physique de la matière biologique • Instrumentation, techniques expérimentales • Théorie, modélisation, méthodes numériques Section 6 : Matière condensée : Structures et propriétés électroniques • Magnétisme et nanomagnétisme, Matériaux magnétiques, Electronique de spin • Fermions fortement corrélés, supraconducteurs, fluides quantiques • Semiconducteurs, Hétérostructures et Boîtes quantiques • Effets de dimensionnalité et nanostructuration • Physique mésoscopique, Electronique moléculaire, Information quantique • Physique en conditions extrêmes. Très Grands Équipements • Théorie, modélisation et simulations numériques Section 7 : Sciences et technologies de l’information (informatique, automatique, signal et communication) • Algorithmique, combinatoire, calcul formel • Programmation, génie logiciel • Architecture des composants, des machines et des systèmes • Réseaux, systèmes répartis, parallélisme • Télécommunications : codage, compression, transmission • Bases de données et recherche d’information • Intelligence artificielle : raisonnement, décision, apprentissage • Modélisation, analyse, commande et supervision des systèmes dynamiques • Vérification, sûreté, sécurité des systèmes et des données • Traitement, analyse, interprétation et synthèse du signal, de la parole et de l’image • Robotique, Systèmes de production et machines communicantes • Interactions homme - machine, perception, cognition • Réalité virtuelle : simulation des systèmes physiques, visualisation d’information

Section 8 : Micro et nano - technologies, électronique, photonique, électromagnétisme, énergie électrique • Micro et nano – technologies, matériaux fonctionnels, instrumentation • Films minces et hétérostructures, processus de surface et d’interfaces, intégration et compatibilité • Modélisation, conception, simulations couplées et effets multi – échelles • Nouveaux concepts de composants et fonctions pour l’électronique, l’optoélectronique et la photonique • Nouvelles architectures de composants des RF au THz, antennes intelligentes • Composants et fonctions pour l’énergie électrique • Électronique sur large support, intégration hétérogène, fiabilité • Systèmes de traitement et de stockage de l’information et de l’énergie • Ondes électromagnétiques et acoustiques, propagation, imagerie et diffraction inverse, CEM • Capteurs et actionneurs, micro et nano systèmes, microrobotique, biopuces et systèmes « on chip » • Circuits intégrés et architectures de réseaux et systèmes pour la communication, la santé, l’environnement, la défense et l‘énergie Section 9 : Ingénierie des matériaux et des structures Mécanique des solides - Acoustique • Milieux continus, hétérogénéités, systèmes discrets • Ondes, évaluation non destructive • Acoustique physique, perceptive et humaine • Dynamique des systèmes, contrôle actif • Structures, génie civil, géomécanique • Matériaux de structures et fonctionnels, élaboration, mise en forme et usinage • Comportement des milieux granulaires, milieux poreux • Tribologie, surfaces, interfaces • Génie mécanique, micro-systèmes, systèmes mécaniques • Systèmes de production • Biomécanique, mécanique des tissus vivants • Approches multi-échelles, couplages multiphysiques et problèmes inverses Section 10 : Milieux fluides et réactifs : transports, transferts, procédés de transformation • Mécanique des fluides et turbulence • Milieux multiphasiques • Contrôle actif • Milieux réactifs : combustion, plasmas froids et lasers • Traitement et élaboration de matériaux • Thermique, microthermique et rayonnement • Transferts couplés et analyse sytèmique • Énergie et génie des procédés, procédés propres et environnement • Thermodynamique et cinétique chimique • Analyses multiéchelles, multiphysiques et problèmes inverses

Bilan social CNRS 2006

5 Sections du Comité National de la recherche scientifique

163


Bilan social CNRS 2006

Annexes

164

Section 11 : Systèmes supra et macromoléculaires : propriétés, fonctions, ingénierie • Conception, synthèse et propriétés d’objets moléculaires, supramoléculaires et macromoléculaires • Physique et Physico-chimie des systèmes moléculaires organisés (colloïdes, cristaux liquides, amphiphiles, surfaces et interfaces) • Procédés de polymérisation et mise en forme des polymères • Physique et chimie des objets biologiques macromolécules biologiques et de leur assemblage • Matériaux polymères et Biomatériaux Section 12 : Architectures moléculaires : synthèses, mécanismes et propriétés • Synthèses multi-étapes et molécules bioactives • Méthodes et concepts de synthèse organique • Hétérochimie et chimie organométallique • Processus catalytiques pour la synthèse organique • Matériaux moléculaires, nanoobjets • Chimie supramoléculaire et autoorganisation • Physicochimie organique Section 13 : Physicochimie : molécules, milieux • Actes élémentaires (activation, excitation, transfert d’électrons…) • Analyse théorique et construction de modèles • Interactions ondes/particules-molécules, photonique moléculaire • Assemblages moléculaires : structures, dynamique, thermodynamique, reconnaissance • Interface, transport, spéciation • Physicochimie analytique : santé, environnement, nucléaire, patrimoine Section 14 : Chimie de coordination, interfaces et procédés • Matériaux moléculaires à base de métaux, catalyse homogène, chimie bioinorganique • Physicochimie et réactivité des surfaces et des interfaces • Nanostructures et nanochimie • Catalyse hétérogène et catalyseurs • Électrochimie, électrocatalyse • Procédés catalytiques, corrosion, traitements de surfaces, dépollution, conversion et stockages de l’énergie Section 15 : Chimie des matériaux, nanomatériaux et procédés • Chimie de la matière condensée, • Chimie du solide, matériaux hybrides et bioinspirés • Science et génie métallurgiques • Thermodynamique métallurgique, procédés d’élaboration et de traitement, • Matériaux à échelle multiple ou hiérarchisée • Matériaux pour l’énergie Section 16 : Chimie du vivant et pour le vivant : conception et propriétés de molécules d’intérêt biologique • Synthèses de molécules et macromolécules d’intérêt biologique. • Chimie bio-organique et bio-inorganique • Chimie et pharmacologie structurales • Spectroscopies optiques et magnétiques, spectrométrie de masse, méthodes de diffraction, imageries • Bio-informatique et modélisation • Enzymologie, métabolisme, protéomique • Produits naturels, médicaments, sondes chimiques • Biomatériaux, systèmes biomoléculaires organisés, vectorisation Section 17 : Système solaire et univers lointain • Cosmologie observationnelle et théorique • Origine et évolution des galaxies et des grandes structures de l’univers • Physique et chimie des milieux interstellaires et circumstellaires • Astrophysique des hautes énergies et des objets compacts • Physique des états condensés extrêmes • Origine, structure et évolution des étoiles et des systèmes planétaires • Planétologie : origine, dynamique et évolution du système solaire, de ses objets et de leurs enveloppes • Physique du soleil et des relations soleil-terre • Systèmes de référence spatio-temporels • Dynamique des fluides astrophysiques • Recherche en instrumentation pour les grands observatoires au sol et dans l’espace Section 18 : Terre et planètes telluriques : structure, histoire, modèles • Composition, structure et dynamique du noyau, du manteau et de la croûte

• Processus d’interaction dans les systèmes géologiques couplés, bilans des transferts entre enveloppes • Formation et évolution des bassins sédimentaires et des chaînes de montagne • Paléobiosphère et paléoenvironnements, vie primitive • Planétologie : origine, composition, structure et dynamique de l’intérieur des planètes telluriques, de leur surface et des astro-matériaux ; cosmochimie • Mesure du temps en sciences de la Terre • Mécanique des milieux géophysiques • Modélisation, expérimentation et instrumentation en sciences de la Terre • Aléas et risques induits par la tectonique et le volcanisme • Ressources minérales, énergétiques et réservoirs souterrains Section 19 : Système Terre : enveloppes superficielles • Système climatique : couplages entre océan, atmosphère, continent, cryosphère et biosphère • Changement global, anthropisation, impacts • Cycles biogéochimiques et dynamique des écosystèmes marins • Physique, dynamique, chimie et biologie des domaines océanique et côtier • Physique, dynamique et chimie de l’atmosphère et de la cryosphère • Paléo-environnements : archives océaniques, glaciaires, continentales • Planétologie : physique, dynamique et chimie des atmosphères planétaires • Modélisation des fluides géophysiques Section 20 : Surface continentale et interfaces • Fonctionnement et évolution des écosystèmes continentaux, lagunaires et côtiers • Eaux, sols, biosphère continentale : structure, fonctionnement, gestion, protection • Flux de matière et d’énergie à toutes les échelles • Rôle de la biodiversité dans le fonctionnement des écosystèmes • Écologie fonctionnelle et dynamique des communautés • Dynamiques biogéochimiques : cycles des éléments, chimie et écodynamique des polluants et des traceurs • Altération et érosion des couches superficielles : mécanismes physiques et biogéochimiques • Interactions climat-biosphère • Impacts des changements globaux sur les écosystèmes et hydrosystèmes • Ingénierie écologique, protection et aménagement de l’environnement, traitement et gestion des déchets • Aléas et risques environnementaux • Imagerie de surface et de sub-surface Section 21 : Bases moléculaires et structurales des fonctions du vivant • Structures 3D • Dynamique et réactivité des macromolécules biologiques et de leurs complexes • Approches moléculaires, physicochimiques et de modélisation • Génomique structurale • Protéomique et génie des protéines • Enzymologie • Relation structure/fonction des ARN • Glycobiologie moléculaire • Évolution moléculaire • Approche structurale des mécanismes de transduction du signal, d’expression, de régulation et de réparation des gènes • Métabolisme bactérien • Microbiologie structurale et moléculaire Section 22 : Organisation, expression et évolution des génomes • Mécanismes assurant la stabilité et la plasticité des génomes • Réplication, recombinaison et réparation des génomes • Régulation génétique et épigénétique de l’expression des génomes (chromatine, ARN codants et non-codants) • Analyses globales des génomes (génomique, bioinformatique, transcriptomes, protéomes, métabolomes) • Génétique moléculaire, physiologie et biologie cellulaire des micro-organismes procaryotes et eucaryotes • Génétique des eucaryotes • Cytogénétique • Génétique Humaine

Section 23 : Biologie cellulaire : organisation et fonctions de la cellule ; pathogènes et relations hôte/ pathogène • Cellules eucaryotes • Virus • Bactéries intracellulaires • Parasites • Cycle cellulaire • Apoptose • Compartimentation • Protéines membranaires • Trafic intra-cellulaire et membranaire • Cytosquelette • Bioenergétique membranaire • Mécanismes de contacts cellule-cellule et mécanismes d’adhérence • Relations hôte-pathogène au niveau cellulaire • Méthodes physiques d’étude de la cellule et des processus cellulaires Section 24 : Interactions cellulaires • Molécules de la communication cellulaire et leurs récepteurs • Signalisation mise en jeu lors de l’interaction • Réponses immunitaires, neurotransmission, régulations endocriniennes et métaboliques • Compartimentation, dynamique et intégration cellulaire des signaux • Modifications dans le patron d’expression des gènes et de leurs produits consécutives à l’interaction • Anomalies des interactions cellulaires impliquées dans les pathologies Section 25 : Physiologie moléculaire et intégrative • De la molécule à la fonction (approche intégrée ascendante ou descendante) • Systèmes nerveux, endocrinien, musculaire et cardiovasculaire, épithéliaux, nutrition et métabolisme • Régulation et interactions de ces fonctions • Adaptation de l’organisme à son milieu. Section 26 : Développement, évolution, reproduction, vieillissement • Développement • Reproduction / Procréation • Vieillissement • Évolution • Cellules souches • Embryon • Différenciation • Aspects cellulaires en biologie du développement • Biologie des organismes Section 27 : Comportement, cognition, cerveau • Neurosciences comportementales et cognitives normales et pathologiques, homme et modèles animaux, imagerie cérébrale fonctionnelle • Psychologie cognitive, psycholinguistique, psychologie sociale, psychologie du développement, neuropsychologie ; processus normaux et pathologiques • Éthologie : mécanismes et fonctions • Psychiatrie et psychopathologie • Modélisation des processus cognitifs et neurosciences computationnelles • Ergonomie cognitive • Développement, plasticité, apprentissage, mémoire • Processus sensoriels, perceptifs, moteurs et sensori‑moteurs • Représentations, fonctions et processus cognitifs • Langage, raisonnement, attention, émotions Section 28 : Biologie végétale intégrative • Plantes terrestres, algues, champignons • Génomique et protéomique fonctionnelles • Organites intracellulaires • Bioénergétique, métabolisme • Transport membranaire et signalisation • Physiologie végétale intégrative • Reproduction et développement • Interactions plantes-micro-organismes • Virologie végétale • Éco-physiologie • Génétique évolutive • Biotechnologie végétale Section 29 : Biodiversité, évolution et adaptations biologiques : des macromolécules aux communautés • Origine, structuration, dynamique et gestion de la biodiversité • Systématique évolutive, phylogénies moléculaires et morphologiques, biogéographie et paléobiologie


annexes • Mécanismes et processus de l’adaptation et de l’évolution : évolution des génomes, évolution du développement, expression du génome et plasticité phénotypique • Interactions durables, relations hôtes-pathogènes et hôtes-symbiontes • Écologie microbienne, microbiologie évolutive • Biologie et écologie des populations : structures et dynamiques démographiques • Génétique et génomique des populations • Écologie et dynamique des communautés • Écologie et biologie évolutives, écoéthologie, écophysiologie, traits d’histoire de vie • Gestion des ressources génétiques et biologie de la conservation Section 30 : Thérapeutique, médicaments et bio-ingénierie : concepts et moyens • Pharmacogénomique, pharmacodépendance, métabolisme du médicament • Pharmacologie moléculaire et cellulaire, pharmacologie des systèmes intégrés • Biotechnologies appliquées au médicament : vectorologie, ciblage, criblage, thérapies génique et cellulaire • Immunointervention • Génie des procédés biologiques • Biomécanique, biomatériaux et compatibilité cellulaire • Imagerie médicale morphologique, fonctionnelle, métabolique et interventionnelle • Ingénierie pour la santé Section 31 : Hommes et milieux : évolution, interactions • Paléo-anthropologie • Anthropologie biologique • Préhistoire et protohistoire • Paléoenvironnements quaternaires • Biogéographie, bioclimatologie • Écologie humaine • Dynamiques des milieux naturels et des paysages Section 32 : Mondes anciens et médiévaux • Archéologie, cultures matérielles, productions artistiques • Histoire, langues, textes, images • Proche et Moyen Orient anciens, Monde gréco-romain, aires des civilisations chrétiennes et musulmanes Section 33 : Mondes modernes et contemporains • Histoire des époques moderne et contemporaine, dans toutes ses composantes et ses approches (pol., éco., sociale, culturelle) • Histoire de l’art (époques moderne et contemporaine) • Mondes non-européens selon la périodisation de chacun : histoire ; sources écrites et cultures matérielles traitées dans leur dimension historique (sauf l’islam médiéval méditerranéen)

Section 34 : Langues, langage, discours • Linguistique théorique : phonétique, phonologie, morphologie, lexicologie, syntaxe, sémantique, pragmatique, analyse textuelle et discursive • Théories du signe et du sens, philosophie du langage, sémiologie • Histoire des théories linguistiques • Histoire, description et typologie des langues, universaux linguistiques • Langage et société, pratiques discursives et interactions langagières, politique linguistique • Contacts de langues et plurilinguisme • Langage et cognition • Logique et formalisation • Traitement automatique des langues Section 35 : Philosophie, histoire de la pensée, sciences des textes, théorie et histoire des littératures et des arts • Épistémologie, histoire et philosophie des sciences et des techniques • Philosophie du langage et de la cognition • Philosophies antiques, médiévales, modernes et contemporaines • Esthétique et théorie de la représentation littéraire et artistique • Littératures françaises et étrangères • Musicologie Section 36 : Sociologie - Normes et règles • Morphologie sociale, processus sociaux et formes symboliques • Socialisation, conduites et valeurs • Interactions individu-société • Démographie • Régulation institutionnelle • Intégration, déviance et criminalité • Sciences juridiques, droit comparé • Histoire, théorie, philosophie et sociologie du droit Section 37 : Economie et gestion • Modélisation et formalisation des comportements et phénomènes économiques et de production • Théorie de l’agent et de la décision, rationalités et déterminants sociaux, comportement du consommateur et marketing • Règles, normes, régulation et gouvernance des organisations et des marchés • Échanges économiques internationaux, économie de la transition, économie du développement, analyses comparatives • Économie monétaire et bancaire et systèmes d’intermédiation financière • Finance de marché, finance d’entreprise, risque et assurance

• Aires géographiques, territoires et réseaux • Emploi, travail, ressources humaines • Économie et gestion de la santé • Économie et gestion de l’environnement • Histoire de la pensée économique - histoire des faits économiques • Organisations industrielles, filières et systèmes productifs • Gestion des organisations, management et stratégie • Théorie de l’information, comptabilité, contrôle de gestion et systèmes d’information Section 38 : Sociétés et cultures : approches comparatives • Parenté, organisation sociale et systèmes politiques • L’activité symbolique et les domaines du religieux • Acquisition et transmissions des savoirs, ethnosciences et ethnolinguistique • Individu et société, les expressions culturelles du psychisme • Anthropologie de l’art et des techniques, ethnomusicologie • Le biologique et le social, ethnomédecine • Anthropologie historique : la construction des identités et du passé Section 39 : Espaces, territoires et sociétés • Les sociétés et leurs espaces • Distribution spatiale des activités et du peuplement • Socio-démographie des populations • La ville : sociologie et histoire urbaine, architecture et urbanisme • Aménagement et environnement • Structures et dynamiques des territoires Section 40 : Politique, pouvoir, organisation • Sciences du politique, sociologie politique, communication politique, action publique • État et sociétés civiles : le politique, l’idéologique, le religieux • Relations internationales et stratégie. Politique comparée • Organisation et sociologie de la production et du travail ; relations professionnelles • Sociologie et gestion des organisations et des institutions Commissions interdisciplinaires (CID) : CID 41 : Gestion de la recherche CID 42 : Santé et société CID 43 : Impacts sociaux et développement des nanotechnologies CID 44 : Modélisation des systèmes biologiques, bioinformatique CID 45 : Cognition, langage, traitement de l’information, systèmes naturels et artificiels CID 46 : Risques environnementaux et société CID 47 : Astroparticules

Personnels en formation à et par la recherche / Pratique de la recherche • Bourse de Doctorat pour Ingénieur (BDI) : Ingénieur diplômé ou titulaire d’un doctorat, bénéficiaire d’un contrat préparant l’accès aux professions du secteur industriel ou économique, et qui désire acquérir une formation complémentaire par la recherche. Les contrats sont conclus pour 1 an, reconductibles tacitement pour une 2e année, et éventuellement renouvelés pour une 3e année. • AFR (Accueil Formation par la Recherche) : Doctorant ou post-doctorant recruté dans le cadre de contrats de collaboration de recherche entre le CNRS et des organismes publics ou privés, dont le but est l’accueil des personnes souhaitant poursuivre une formation par la recherche. Les contrats sont conclus pour une durée 3 ans maximum. • Réseau Europe  : Scientifique ressortissant d’un État de l’Union Européenne ou État associé, ou résidant dans la Communauté, bénéficiaire d’un contrat orienté vers l’ap-

profondissent de ses connaissances et compétences dans le domaine scientifique où il possède une expertise. • Accueil Délégation Générale pour l’Armement (DGA) : De nationalité française, diplômé des Écoles Normales Supérieures, de l’École Polytechnique ou d’une école d’ingénieur, bénéficiaire d’un contrat passé entre la Défense, l’Éducation Nationale et le CNRS pour préparer une thèse de doctorat dans les domaines scientifiques intéressant la Défense et financé par elle. Les contrats sont conclus pour une durée de deux ans, mais cette durée de base peut être prolongée d’une année. • Accueil Agence Nationale de Recherche sur le Sida (ANRS)  : Candidat français ou étranger, sélectionné par l’ANRS, préparant une thèse de troisième cycle, bénéficiaire d’un contrat pouvant varier de 6 mois à 3 ans. • CDD Post-Doctorant : Jeune docteur français ou étranger bénéficiaire d’un contrat d’aide à la formation à la recherche et par la recherche ; contrat conclu pour une durée d’1 an minimum et 2 ans maximum.

Bilan social CNRS 2006

6 Caractérisation rapide des cadres d’accueil de personnels non permanents et stagiaires au CNRS

165


Annexes • CDD AFM : Jeune chercheur, post-doctorant (c’est-à-dire récemment diplômé effectuant un premier stage doctoral) ou jeune chercheur confirmé, dont les projets de recherche sont soutenus financièrement par l’Association Française contre les Myopathies. • Accueil ANR  : Agent contractuel français ou étranger, recruté sur crédits de l’Agence Nationale de la Recherche. • CDD TT (Transfert de Technologie)  : Jeune chercheur ou ingénieur, français ou étranger, du niveau de la catégorie Fonction publique A, recruté pour assurer un transfert de technologie (projet de valorisation, voire de création d’entreprise), pour une durée allant de 6 mois à 2 ans. • Chercheur associé  : Chercheur étranger accueilli par contrat à durée déterminée pour des séjours compris entre 3 mois et 1 an, renouvelable dans la limite de 3 ans. • DRAF (Directeur de Recherche Associé Français)  : Personnalité française issue du secteur industriel, venant accomplir, par contrat, un complément d’activité de recherche au CNRS dans la limite d’une quotité de temps de travail de 20 %. • Accueil Marie Curie  : Ressortissant d’État membre de l’Union Européenne, d’État associé ou d’un pays tiers, bénéficiaire d’une aide à la formation, à l’acquisition de compétences et de transfert de connaissances du programme « Ressources Humaines et Mobilité ». La durée de ce contrat peut aller de 3 mois à 3 ans. • Stagiaire EGIDE : Stagiaire étranger, âgé de 35 ans au plus, accueilli au CNRS via l’association « EGIDE », pour accomplir un séjour de formation à la recherche et par la recherche, de niveau pré et post-doctorant. Le contrat est conclu pour 6 mois maximum, renouvelable une fois pour un stage prédoctoral, 6 mois non continus, non renouvelable pour un stage post-doctoral. • CDD FNS (cf définition ci-dessous).

Bilan social CNRS 2006

Personnels en accompagnement de la recherche

166

• CDD FNS (Fonds National de la Science) : Jeune diplômé post-doctorant ou ingénieur, recruté dans le cadre des Actions Concertées Incitatives (ACI), forme de soutien ministériel au développement de la recherche dans les domaines émergents, issu du Fonds National de la Science. Les contrats sont conclus pour une durée maximale de 2 ans, sauf dérogation, et ne sont pas renouvelables. • Apprenti : Jeune de 16 à 25 ans ayant satisfait à l’obligation scolaire, bénéficiaire d’un contrat d’apprentissage donnant accès à des formations en alternance avec une activité professionnelle en vue de l’obtention d’une qualification professionnelle ou technologique du 2nd degré, ou du supérieur, ou un titre homologué. Les durées de ces contrats sont liées à celles des cycles de formation suivis, et peuvent varier entre 1 et 3 ans. • CDD Handicap  : Personne handicapée, recrutée par contrat à durée déterminée en vue d’intégration directe dans les corps de fonctionnaire du CNRS (intégration statutaire possible après une période d’un an, mesure spécifiquement réservée aux travailleurs handicapés).

• Médecin de prévention : Médecin du travail, employé par contrat à durée déterminée dans le cadre des obligations réglementaires relatives à l’hygiène et la sécurité du travail. Les contrats sont conclus pour une durée d’1 an, renouvelable par reconduction expresse du CNRS. • Stagiaire Élève Ingénieur  : Élève en stage obligatoire de 3  mois dans le cadre de la troisième année d’école d’ingénieurs. • CDD sur convention de recherche : Collaborateur recruté par contrat à durée déterminée pour participer à la réalisation de programmes induits par la signature de conventions de recherche avec des entreprises, des collectivités territoriales, ou des organismes publics (EPST, EPIC…), des organisations internationales ou autres partenaires étrangers. La convention dure 10 mois maximum pour des besoins occasionnels (article 6.2) et 3 ans renouvelables pour les fonctions de niveau IR et IE (article 4.2). • Stagiaire Élève ingénieur : Élève en école d’ingénieur, en stage obligatoire dans le cadre de ses études, pour une durée allant de 1 à 6 mois. • Contrat sur ligne de Crédits d’État : Collaborateur scientifique de haut niveau, français ou étranger. Les accueils sur contrats peuvent être de quatre types : accueil de fonctionnaires (enseignants - chercheurs…), de jeunes ingénieurs, de visiteurs étrangers de haut niveau, ou de spécialistes industriels et/ou des techniques de très haut niveau, venant dans le cadre d’un programme ou d’une opération de recherche spécifique, ou venant prendre la direction d’un laboratoire. • Auxiliaire : Agent contractuel français ou étranger, recruté sur crédits de vacations (section 1) ou de recherche (section 3) pour répondre à des besoins occasionnels, justifiant un recrutement minimal d’un mois, et ne pouvant excéder 10 mois. • Vacataire  : Agent contractuel français ou étranger, recruté pour répondre à des besoins ponctuels, n’excédant pas 120  heures de travail dans le mois, et pour une durée maximum de 6 mois. • Traducteur et analyste documentaire (TAD) (vacataire) : Personnel contractuel français ou étranger employé par l’INIST (délégation Centre-Est) et relevant d’un régime spécifique de vacations. Sa mission consiste à réaliser des travaux d’indexation de documents, afin d’alimenter les bases de données gérées par l’INIST. • Intermittent du spectacle : Artiste ou technicien du spectacle, intervenant au CNRS de manière occasionnelle. • Accueil en détachement par contrat  : Fonctionnaire accueilli par contrat à durée déterminée (lorsque les conditions d’accueil sur emploi de fonctionnaire ne sont pas réunies). • CDD FRT (Fonds de la Recherche Technologique) : Jeune diplômé post-doctorant ou ingénieur, recruté sur financement ministériel destiné à promouvoir la valorisation technologique des recherches. Les contrats sont conclus pour une durée maximale de 3 ans, sans renouvellement possible. • CDD Valorisation : Jeune chercheur ou ingénieur, français ou étranger, du niveau de la catégorie Fonction publique A, chargé de réaliser des opérations de valorisation de la science en partenariat avec des entreprises.


annexes

7 Liste des abréviations

Attaché d’administration de la recherche Attaché principal d’administration de la recherche Actions concertées incitatives Agent chargé de la mise en oeuvre des règles de sécurité Conseiller en économie sociale et familiale Association pour le développement de l’hygiène et de la sécurité Association départementale d’informations sur le logement Administratif Association Française contre les Myopathies Association française de médecine de prévention Accueil formation recherche Agent technique Agent technique principal Assistant ingénieur Aide à l’insertion des personnels Adjoint administratif Adjoint administratif principal Adjoint technique Adjoint technique principal Agence Nationale du chèque vacances Agence Nationale de la Recherche Agence Nationale de Recherche sur le SIDA Assistante de service sociale Association pour le travail des handicapés dans la recherche publique

BAP BDI BPAT BPS

Branche d’activité professionnelle Bourse de doctorat pour ingénieur Bureau des pensions et des accidents du travail Bureau de la politique sociale

B

CA CAES CAF CAP CAR CAT CCAH

C

Conseil d’administration Comité d’action et d’entraide sociales Caisse d’allocation familiale Commission administrative paritaire Chargé d’administration de la recherche Centre d’aide par le travail Comité national de coordination de l’action en faveur des personnes handicapées Comité central d’hygiène et de sécurité CCHS Contrat à durée déterminée CDD CDD sur contrat de recherche CDD CR CDD Transfert de technologie CDD TT Communauté européenne CE Commissariat à l’énergie atomique CEA Centre d’études de l’emploi CEE Communauté des états indépendants (ex-URSS) CEI CEMAGREF Centre national du machinisme agricole, du génie rural, des eaux et des forêts Contrat emploi-solidarité CES Comité d’entraide sociale de la faculté d’Orsay CESFO Congé de fin d’activité CFA Confédération française démocratique du travail CFDT Catégorie de la Fonction publique CFP Contrôleur de gestion CG Confédération générale des cadres CGC Confédération générale du travail CGT Chercheur CH Chaîne informatique médicale CHIMED Comité d’hygiène et de sécurité CHS Centre international des étudiants et stagiaires CIES Crédit d’innovation sociale régionale CISR Comité local d’action sociale CLAS Contrat sur ligne de crédit CLC Congé longue durée CLD

CLE CLM CLSH CMR CMTP CNAS CNASEA

CPA CR CRC CSHS CTP

Centre de loisirs éducatifs Congé longue maladie Centre de loisirs éducatifs sans hébergement Chargé de mission de la recherche Chargé de mission à temps partiel Commission nationale d’action sociale Centre national pour l’aménagement des structures des exploitations agricoles Commission nationale de la formation permanente Commission nationale de restauration Commission régionale d’action sociale Commission technique d’orientation et de reclassement professionnel Cessation progressive d’activité Chargé de recherche Chargé de recherche contractuel Comité spécial d’hygiène et de sécurité Comité technique paritaire

DGA DGFP DGRST DLGRG DM DPI DR DR(+ n°) DRA DRAF DRC DRCE DRH DRI DS DSA DU DUS

Délégation générale pour l’armement Direction générale de la Fonction publique Direction générale de la recherche scientifique et technique Délégué régional Décision modificative Directeur de programme interdisciplinaire Directeur de recherche Délégation régionale Délégué régional adjoint Directeur de recherche associé français Directeur de recherche contractuel Directeur de recherche de classe exceptionnelle Direction des ressources humaines Direction des relations internationales Département scientifique Directeur adjoint de département scientifique Directeur d’unité Directeur d’unité de service

ECODEV

ET ETPT

Programme de recherche interdisciplinaire sur les technologies pour l’écodéveloppement Environnement et développement durable Espace économique européen Effectif Établissement d’enseignement supérieur Établissement public national à caractère scientifique et technologique Emploi type Équivalent temps plein travaillé

FEN FNS FO FP FRE FRT FSU

Fédération de l’éducation nationale Fonds national de la science Force ouvrière Fonction publique Formation de recherche en évolution Fonds de la recherche technologique Fédération des syndicats unifiés

GCF GD GR GRH

Gestion comptable et financière Groupes de discipline Gestion de la recherche Gestion des ressources humaines

HE HT

Hors Europe Hors taxe

CNFP CNR CORAS COTOREP

EDD EEE EFF EPSCP EPST

D

E

F

G

H

Bilan social CNRS 2006

A

AAR AARP ACI ACMO ADAC ADHYS ADIL ADM AFM AFMP AFR AGT AGTP AI AIP AJA AJAP AJT AJTP ANCV ANR ANRS ASS ATHAREP

167


Annexes

I IDF IDV IE IEHC IFREMER IFTS IGHS IMB IMR IN2P3 INIST INRA INM INRETS

IRHC IRHS ISFIC IT Ke KF

Kilo euros (ou milliers d’euros) Kilo francs (ou milliers de francs)

LAL LOLF LOP

Laboratoire d’accélérateur linéaire Loi organique relative aux lois de finance Loi d’orientation et de programmation

MAD MC MF MO MOY MPPU MRC MSH

Mise à disposition Moyens communs (y compris INIST) Milliers de francs Moyen-Orient Moyens Communs Mathématiques, physique, planète et univers Maître de recherche contractuel Maison des sciences de l’homme

NBI NOEMI

Nouvelle bonification indiciaire NOuveaux Emplois offerts à la Mobilité Interne

OGM

Organismes génétiquement modifiés

PAC PACA PACS PCRDT

Personnels d’administration centrale Provence-Alpes-Côte d’Azur Pacte civil de solidarité Programme communautaire de recherche et de développement technologique Pays en développement Prime de fonctions (informaticiens) Plan de formation d’unité Prêt à l’insertion des personnels Physique nucléaire et corpusculaire Préparateur en physique nucléaire

INRIA INSERM INSU IP IPE IPE IPN IPGR IR IRCANTEC

Bilan social CNRS 2006

IRD

168

I

Ingénieur de physique nucléaire Île de France Indemnité de départ volontaire Ingénieur d’études Ingénieur d’études hors classe Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer Indemnité forfaitaire pour travaux supplémentaires Inspecteur général d’hygiène et de sécurité Indice moyen budgétaire Indice moyen réel Institut national de physique nucléaire et de physique des particules Institut de l’information scientifique et technique Institut national de la recherche agronomique Indice nouveau majoré Institut national de la recherche sur les transports et leur sécurité Institut national de la recherche en informatique et en automatique Institut national de la santé et de la recherche médicale Institut national des sciences de l’univers Ingénieur principal de physique nucléaire Indemnité forfaitaire spéciale au personnel enseignant Ingénieur projet européen Institut de physique nucléaire Institut de perfectionnement à la gestion de la recherche Ingénieur de recherche Institut de retraite complémentaire des agents non titulaires de l’État et des collectivités locales Institut de recherche pour le développement (anciennement ORSTOM) Ingénieur de recherche hors classe Inspecteur régional d’hygiène et de sécurité Indemnité spécifique pour fonctions d’intérêt collectif Ingénieurs, techniciens

PED PFI PFU PIP PNC PP

K L

M

N O P

PPP PPRS

Personne physique payée Prime de participation à la recherche scientifique

R

Régie autonome des transports parisiens RATP Ressources extérieures RE REFERENS Référentiel des emplois types de la recherche et de l’enseignement supérieur Responsable de grand projet RGP Recrutement à mi-temps RMT Ressources propres RP RPO/RTO Retour partiel/total sur option Responsable du personnel et des ressources humaines RPRH SAR SARCE SARCN SARCS SC SDI SDV SE SFT SGEN SHS SMIC SMP SNCF SNCS SNIRS SNPCEN

S

SNTRS SPM SS STII SUD

Secrétaire d’administration de la recherche SAR de classe exceptionnelle SAR de classe normale SAR de classe supérieure Sciences chimiques Structures diverses d’interventions Sciences de la vie Subvention d’État Supplément familial de traitement Syndicat général de l’éducation nationale Sciences humaines et sociales Salaire minimum interprofessionnel de croissance Surveillance médicale particulière Société nationale des chemins de fer français Syndicat national des chercheurs scientifiques Syndicat national indépendant de la recherche scientifique Syndicat national des personnels de physique corpusculaire et nucléaire Syndicat national FO des personnels de recherche et enseignement supérieur Syndicat national des personnels techniques de l’enseignement supérieur Syndicat national des travailleurs de la recherche scientifique Sciences physiques et mathématiques Sécurité sociale Sciences et technologies de l’information et de l’ingénierie Syndicat solidaire, unitaire, démocratique

T TA TAD TCE TCN TCS TE TP TPN TPT TT

Technicien Technicien d’atelier de physique nucléaire Traducteurs et analystes documentaires Technicien de classe exceptionnelle Technicien de classe normale Technicien de classe supérieure Technicien d’études de physique nucléaire Temps partiel Titulaire de physique nucléaire Technicien principal titulaire de physique nucléaire Technicien titulaire de physique nucléaire

UE UMR UMS UNEDIC UNSA UPR UPRESA UPS URA USCA

Union Européenne Unité mixte de recherche Unité mixte de service Union nationale pour l’emploi dans l’industrie et le commerce Union nationale des syndicats autonomes Unité propre de recherche Unité propre de l’enseignement supérieur associée au CNRS Unité propre de service Unité de recherche associée Union des syndicats CGT des chercheurs et assimilés des organismes publics de la recherche Unité de service et de recherche

SNPREES SNPTES

USR

T

U


Conception et réalisation de la maquette : EDEN STUDIO - GRAINES D’OCTETS - 01 69 79 65 00. Photo de couverture : © CNRS Photothèque/INRAP/CHATIN Jérôme Légende : Gisement paléolithique moyen du “Fond des Blanchards” à Gron (Yonne). Vue du site en cours de fouille.

Photos des pages intérieures : © CNRS Photothèque : AMICE Erwan - CHATIN Jérôme - COLONEL Mario - COT Didier - DEVEZ Alain R FAIN Xavier - GERAUD Gérard - VERLHAC Marie-Hélène - MARO Bernard - GODEFROY Sébastien JANNIN François - JOURDAIN Bruno - LOISEAU Annick - MEDARD Laurence - MONTAGGIONI Lucien PERRIN Emmanuel - RAGUET Hubert - VOYEUX Martine © CNRS Photothèque/IEMN © CNRS Photothèque/THALES/RAGUET Hubert © CNRS Photothèque/ICSI/BRENDLE Marcel © CNRS Photothèque/INSU/GONIN Antoine © CNRS Photothèque/THALES/RAGUET Hubert


ÉDITION 2006

DRH

www.cnrs.fr

Bilan social du CNRS 2006  

Bilan social du CNRS 2006

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you