Issuu on Google+

Numéro

Doc Tice 1

spécial intertice 2008

www.doctice.fr

Technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement

mai 2008

À l’ère de l’école numérique

TNI, ENT, B2i… les technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement – les Tice – déclinent les nouveaux usages pédagogiques. Avec DOCTICE, entrez dans l’ère de l’école numérique !

Cet exemplaire vous est offert par le CRDP de l’académie de Versailles et Intel. Ne peut être vendu.

DOCTICE_V12.indd 3

7/05/08 15:00:00


sommaire

Doc Tice n°1   /// mai 2008

2 à 23 Le numérique en questions

Présentation des différents outils numériques pédagogiques. Entretien avec Pascal Cotentin, Directeur du CRDP de l’académie de Versailles. Le point de vue des collectivités et du Recteur de l’académie de Versailles.

24 à 35 Le Dossier

Élancourt investit dans l’éducation numérique.

36 à 49 Plurielles

Et si on regardait ailleurs ?

Directeur de la publication : Pascal Cotentin • Comité de rédaction : Lydia Bretos, Victor Cazals, Clément Cotentin, Pierre Danckers, Anthony Dufraisse, Hélène Marchi. Avec la collaboration de l’équipe de la mission Tice du CRDP de l’académie de Versailles. Création Claire Salais - claire@liliklik.com Mise en pages Lucy Magdo - lucy@liliklik.com Crédits : Istockphoto : p. 1 : Cliff Parnell ; p. 2 paul kline ; p. 9 Eduardo Jose Bernardino, Jacob Wackerhausen ; p. 11 ronen ; p. 13 Nancy Louie ; p. 14 Chris Schmidt ; p. 16 Monika Wisniewska ; p. 17 soubrette ; pp. 20 et 49 vm ; p. 24 Quavondo Nguyen ; pp. 34 et 1 Scott Dunlap ; p. 36 kutay tanir ; p. 38 Tony Tremblay ; p. 39 mustafa deliormanli ; p. 40 Jaren Wicklund ; p. 41 Don Bayley ; p. 42 Andrea Gingerich ; p. 43 Sami Suni ; p. 44 Mykola Velychko ; p. 47 Roman Belykh ; p. 50 Jacek Chabraszewski ; CRDP de Versailles : pp 4-5 ; 6-7 ; 13 ; 20 ; 21 ; 30 ; 32-33 ; 35 ; 48. DR : pp ; 14-15 ; 17 ; 18 ; 19 ; 22 ; 23 ; 26 ; 28 ; 29 ; 31 ; 45 ; 48. Olivier Ravoire : p. 9. Epson : pp. 18 ; 48. Intel : p. 46. © CRDP de l’académie de Versailles, mai 2008 - N° ISBN 978-2-86637-497-6 Centre régional de documentation pédagogique de l’académie de Versailles 584, rue Fourny - BP 326 - 78533 Buc Cedex - Tél. : 01 39 45 78 78 - Tlc : 01 39 45 78 45




édito

Anne-Marie Bardi, Inspectrice générale de Mathématiques

Les ordinateurs, et les

Internet, les baladeurs

téléphones portables

font partie de notre environnement.

Ont-ils pour autant leur place à l’École ? Nos sociétés attendent naturellement que les jeunes maîtrisent les fondamentaux, mais aussi qu’ils soient aptes à communiquer, à travailler en équipe, qu’ils se montrent créatifs et sachent poursuivre leur formation tout au long de la vie. Pour atteindre ce niveau d’exigence, les ressources du numérique sont indispensables. Car l’ordinateur apprend beaucoup aux élèves : à expérimenter, à simuler et à conjecturer, à organiser sa pensée et à structurer son discours, à pratiquer les langues vivantes, à créer des œuvres d’art, à s’interroger sur toutes sortes de données. En ce début de XXIe siècle, l’École doit fournir à chacun les repères culturels indispensables. Les jeunes n’acquièrent pas simplement la culture numérique par immersion. Ils ont à apprendre les principes des traitements informatiques et à s’interroger sur les résultats obtenus ; ils ont à savoir utiliser un tableur, à organiser une recherche documentaire, à faire preuve d’esprit critique et à connaître les aspects légaux et éthiques des usages d’Internet. Enfin, les TIC sont une formidable source de modernisation du fonctionnement de l’École, au sein de la communauté éducative comme dans la relation aux familles et aux collectivités territoriales. Les TIC sont donc désormais le quotidien de l’école parce que les enjeux de l’éducation aujourd’hui imposent une plus grande efficience de l’acte pédagogique et la maîtrise d’une solide culture numérique par les jeunes générations. Ce sont les vecteurs d’une modernisation de l’école dans ses relations à son environnement.


02

Le Numérique en questions

Vers une classe

DocTICE n°1   /// mai 2008

flexible

DOCTICE_V12.indd 2

Les Technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (Tice) sont au service de la réussite de tous les élèves. L’Éducation nationale accompagne les enseignants avec le soutien des collectivités pour construire une école résolument tournée vers le numérique.

7/05/08 15:00:04


Utopie ? 8h30. Les CM2 déposent leurs devoirs dans l’ordinateur de l’enseignant via le Wifi. Leur baladeur numérique (p. 10-13) va aussi charger les documents pour aujourd’hui. Les livres de classe peuvent rester à la maison. La caméra du vidéo projecteur affiche sur le TNI (p. 6-9) la page du manuel et tous les élèves veulent manipuler le stylet, supervisés par l’enseignant. À l’heure du cours de langue avec Mary, en visioconférence (p. 20) depuis Oxford, celle-ci salue joyeusement la classe qui lui répond en anglais. Mary dialogue avec les élèves et corrige les erreurs. L’enseignant évaluera les progrès en écoutant leurs enregistrements. Après la récré, ils chercheront, encadrés par leur maître, des documents sur Internet. Facile avec la classe nomade (p. 14-17) ! 16h30. Il est temps de rentrer chez soi, pour goûter, jouer et… faire les devoirs chargés sur le baladeur. Paul est malade ? De chez lui, sa famille consulte le cahier de textes électronique sur l’ENT (p. 21) l’aidant à être au point pour son retour… Utopie ? Scénario futuriste ? Qui sait... Rendez-vous sur www.doctice.fr

DOCTICE_V12.indd 3

7/05/08 15:00:07


04 Le numérique en questions

La parole à…

« Un moyen d’agir sur l’avenir » Pascal Cotentin, directeur du Centre régional de Documentation pédagogique et conseiller pour les Tice de M. le Recteur de l’académie de Versailles

Doc Tice n°1   /// MAI 2008

1

On parle souvent des « Tice », mais qu’est-ce que cela signifie ? Généralement, le sigle se traduit par « Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement », c’est-à-dire tous les outils informatiques et multimédias pouvant être intégrés dans un cours. Mais c’est surtout une stratégie, une volonté de progrès qui veut mettre le numérique au service de l’apprentissage de tous les élèves.

2

« Une volonté de progrès qui veut mettre le numérique au service de tous les élèves. »

DOCTICE_V12.indd 4

L’école réussit-elle sa rentrée dans le numérique ? L’école ne peut pas se tenir en marge des pratiques numériques. Étudier l’intégration et l’intérêt pédagogique de ces outils, c’est gagner en efficacité. Les enseignants qui les expérimentent déjà dans leur pratique trouvent que la relation enseignantenseignés en est clairement modifiée. Il faut donc apporter à la communauté chargée de l’éducation de nos jeunes, personnels administratif et d’encadrement, enseignants, parents ou tout autre partenaire de l’école, un ensemble de services fiables et faciles à utiliser.

3

Dans votre action, de quoi êtes-vous le plus fier jusqu’à présent ? Mes équipes ont une double expertise pédagogique et technique. Leur défi est d’accompagner et de former les enseignants voulant intégrer les Tice à leur quotidien pédagogique. Je suis particulièrement fier de ce dispositif de formation et d’accompagnement des usages. L’effet « pollen » de nos actions mérite d’être observé. Par exemple, le déploiement des tableaux numériques interactifs (TNI) : il y a quatre ans, quand j’ai repensé le « mur frontal » pédagogique, j’avais en tête de modifier les pratiques et les échanges dans la classe entre le prof et l’élève. C’est aujourd’hui chose faite dans 700 classes.

7/05/08 15:00:11


La parole à 05



EN QUESTIONS

»

4

Ne doutezvous jamais de l’efficacité de vos actions ? Évidemment. Mais nombre d’études montrent qu’en termes d’éducation, les TIC font augmenter le niveau des connaissances et l’évolution de l’intelligence collective sur le plan des apprentissages. Les Tice constituent autant de leviers pour partager les connaissances et favoriser la créativité. À nous de convaincre de la pertinence et de l’efficacité de ces outils pour accompagner au mieux la réussite de tous les élèves. Assurément, la démocratisation des Tice peut et doit devenir un moyen d’agir sur l’avenir.

DOCTICE_V12.indd 5

5

Qui reste-t-il à convaincre de la nécessité de s’engager dès aujourd’hui dans l’école de demain ? Réduire la fracture numérique par l’accès pour tous à des ressources et des outils communs et par une formation massive et pertinente est une mission que l’Éducation nationale ne peut mener seule. La décentralisation aidant, se sont instaurés avec les collectivités un partage des compétences et un travail de co-responsabilité. Par ailleurs, sur Versailles, nos opérations s’inscrivent de plus en plus sur fond de relation public-privé. C’est aussi sur ce front qu’il faut s’investir pour changer l’école et l’engager résolument dans la voie numérique.

7/05/08 15:00:14


06 Le numérique en questions

LE TNI

Le TNI, qu’est-ce que c’est ? Avec l’arrivée du Tableau numérique interactif (TNI), de nouvelles pratiques et de nouveaux usages pédagogiques se développent. Doc Tice n°1   /// MAI 2008

L La prise en main des outils numériques par les enfants se fait tout naturellement. On appelle cette Netgénération les «Digital Natives», nés une souris à la main. Voir www.doctice.fr

DOCTICE_V12.indd 6

e Tableau numérique interactif n’est pas l’outil qui rendra ringard le « tableau noir », mais son complément idéal. Le dispositif, simple, se compose de trois éléments indispensables : un tableau numérique, un vidéoprojecteur et un ordinateur. L’enseignant pilote son ordinateur de­­­­puis le tableau grâce au stylet servant de souris et utilise les multiples fonc­tions du logiciel accompagnant le TNI  : conservation de tous les écrits, annota­ ­tions, bibliothèque d’images, de sons, de vidéos, etc. L’enseignant dispose d’une mine d’informations et prépare les leçons sur son ordinateur en insérant tous les documents qu’il aura choisis (vidéos tableaux animés, cartes, images, son…). Autre intérêt : la souplesse d’utilisation qui permet de réaliser un cours à plusieurs niveaux et de répondre aux besoins de chaque enfant. À noter également que ce tableau dynamique favorise la compréhension et la mémorisation des informations. En effet, les élèves par­­ticipent plus et leur capacité d’atten­ ­­tion est accrue grâce à l’aspect ludique et interactif. Il éveille les élèves et dédramatise le passage au tableau ! n

7/05/08 15:00:16




La parole à 07

Un cours plus vivant ! LE TNI

Il y a un an, le collège a fait l’acquisition d’un tableau numérique. Plusieurs stages de formation m’ont très vite rendue opérationnelle. Pour moi, le grand intérêt c’est l’aspect multimédia : je peux tout à la fois diffuser de la musique, faire défiler des photos d’instruments, projeter des vidéos. Bref, à partir du seul tableau interactif, j’orchestre mon cours avec plus de fluidité. C’est donc indiscutablement pratique. Et le temps supplémentaire que je passe à préparer mes cours vaut largement le gain pédagogique que j’obtiens à l’arrivée. Moins de dissipation en classe et un cours plus vivant, où les élèves sont sollicités sans temps mort. Séverine Chauvin, professeure de musique au collège Jules-Verne (Les Mureaux)

DOCTICE_V12.indd 7

7/05/08 15:00:18


08 Le numérique en questions

LE TNI

Le TNI, à quoi ça sert ? IDÉE REÇUE

Doc Tice n°1   /// MAI 2008

Je parie qu’utiliser le tableau numérique empêche les enfants de se concentrer correctement…

Il faut bien avouer qu’au début j’étais assez sceptique concernant ces outils. Je les voyais comme des gadgets un peu superflus. Je ne trouvais pas très pertinent d’introduire des équipements pointus auprès d’enfants qui ne maîtrisent pas forcément les fondamentaux. Mais l’enthousiasme que montre ma fille m’a assez vite fait changer d’avis.

Dès les premiers temps de mon enseignement, j’ai associé les Tice à ma pratique. J’ai toujours recouru à l’informatique, notamment à travers des logiciels d’exercices. Dernièrement, notre établissement s’est doté d’un TNI. Les applications innovantes de ce nouveau support revisitent complètement la relation à l’élève. Non seulement il change du conventionnel face-à-face, mais surtout il mobilise bien mieux l’attention de la classe. Globalement, on la sent plus enthousiaste. Chaque élève est plus réactif, plus autonome dans son travail, en un mot, plus investi. Sabrina Duigou, professeure de mathématiques au lycée Jules-Verne (Sartrouville)

DOCTICE_V12.indd 8

7/05/08 15:00:20


Le numérique en questions 09



LE TNI

92

ant

l consei L A GÉNÉR

t

s asme ite

Francis, 40 ans, parent d’élève

Question à Isabelle Balkany, Vice-Présidente du Conseil général des Hauts-de-Seine, en charge des Affaires scolaires, des constructions scolaires et de l’enseignement secondaire

« Venir au tableau » Nommé il y a deux ans dans cet établissement, j’utilise depuis cette rentrée un tableau numérique interactif avec ma classe de CM2. Cet outil fait pleinement partie de mon enseignement, même si je n’emploie pas systématiquement toutes ses applications, très nombreuses. Ceci dit, je le mets à profit pour toutes les disciplines, ce qui dynamise singulièrement la participation de mes élèves au cours. J’ai la nette impression que la dimension ludique du TNI les décomplexe. Un seul exemple, à mes yeux significatif : les élèves montrent une envie de venir au tableau, un mouvement qui, on le sait, n’est pas forcément naturel. Je note également que par ce biais les élèves en difficulté sont plus facilement à l’écoute. Alexandre Bunel, professeur des écoles, école élémentaire Lully-Vauban (Versailles)

« Montrer nos erreurs » Notre prof d’histoire-géo utilise le TNI pour expliquer des cartes, pour commenter des photos, des tableaux, ça nous permet de mieux voir les détails des documents et d’être plus attentifs. Quand on passe au tableau, on a l’impression d’être plus actifs. Notre prof peut enregistrer notre travail et nous montrer nos erreurs et notre progression.

DOCTICE_V12.indd 9

Julien, élève de 3e, Évry

Quelles sont les ambitions que nourrit le Conseil général en matière de Tice ? Assurer l’épanouissement des quelque 72 000 collégiens de notre département est une priorité pour nous. Afin que chaque élève réussisse son parcours scolaire dans les meilleures conditions, l’intégration des Tice aux pratiques éducatives est déterminante. Ainsi, nous avons mis en place l’« Environnement numérique des collèges publics » (ENC92), un programme doté d’un budget de 70 millions d’euros, répartis sur plusieurs années. Ambitieux, ce plan a d’abord consisté à câbler l’ensemble des salles des 95 collèges du département. Aujourd’hui, l’accès à Internet est partout disponible. Cette première étape terminée, nous sommes passés à la phase suivante : équiper les collèges en matériel de pointe (TNI, classes nomades Wifi, logiciels, etc.). Dans 5 établissements pilotes, nous suivons de près cette expérimentation qui suscite l’enthousiasme des équipes pédagogiques, acteurs clés de cette modernisation technologique en cours.

7/05/08 15:00:25


10 Le numérique en questions

La baladodiffusion

Qu’est-ce que la baladodiffusion ? Doc Tice n°1   /// MAI 2008

La baladodiffusion est un mot hybride que l’on côtoie pourtant tous les jours. Support multimédia d’habitude hors de la classe, il frappe à la porte de l’école en 2007 accompagné de ses productions audio et vidéo.

B Grâce au baladeur numérique, les élèves acquièrent davantage d’autonomie et travaillent à leur rythme. www.doctice.fr

DOCTICE_V12.indd 10

aladodiffusion  : mode de diffusion sur l’Internet de fichiers audio ou vidéo téléchargés à l’aide de logiciels spécifiques afin d’être transférés et lus sur un baladeur numérique. (Commission générale de terminologie et de néologie). Le terme anglais est « podcasting ». La baladodiffusion fait de plus en plus d’adeptes car elle est fondée sur la liberté de mouvement : écouter ou regarder ce que l’on veut, où, quand et comme on le veut..., autrement dit, de nouveaux usages adaptés à la mobilité. Des expérimentations à l’école sont en cours (voir p. 13) car ces outils permettent d’accéder facilement à des ressources authentiques, ou créées par l’enseignant, que l’élève peut consulter à volonté et à son rythme. Il peut lui aussi créer et publier des travaux à transmettre à ses professeurs ou à ses camarades, travailler en classe, en salle de documen­ tation, à la maison. De plus, la balado­ diffusion peut permettre à un élève de travailler sans avoir besoin d’un ordinateur. Et c’est plus léger qu’un cartable ! n

7/05/08 15:00:27


 Le numérique en questions 11 LA baladodiffusion

Des pratiques communes La mise en commun de nos pratiques est très importante. C’est assez rassurant, par exemple, de voir qu’entre collègues on a les mêmes soucis techniques. On s’entraide plus facilement. En langues, ma matière, j’ai beaucoup d’idées et je projette de nouvelles expérimentations. Dans ma discipline, la compréhension des élèves s’est nettement améliorée. À mon échelle, je trouve que les élèves expriment plus facilement leurs difficultés. Surtout, ils les identifient mieux. Élisa Jy, professeure d’anglais au collège Le Racinay (Rambouillet)

DOCTICE_V12.indd 11

7/05/08 15:00:28


12 Le numérique en questions

La baladodiffusion

La baladodiffusion, à quoi ça sert ?

Adeline, élève de 5e, Pontoise

IDÉE REÇUE

Doc Tice n°1   /// MAI 2008

« Travailler

Remplacer le prof par un mp3, ce n’est pas ça qui va aider les enfants à mieux apprendre en classe.

On peut bien sûr travailler sans multimédia et être efficace. Mais les outils Tice apportent clarté, interactivité et motivation. Les parents voient en général d’un bon œil l’introduction de ces objets qui permettent à leurs enfants de gagner en autonomie. Et puis ce sont des outils qui s’adressent vraiment à tous, de l’école primaire au post-bac. J’ajouterai aussi qu’avec les élèves on apprend à mieux se connaître. Par nos échanges de courriels, j’ai découvert qu’ils travaillaient tard dans la nuit et eux, pareillement, ont été surpris de voir que je leur répondais même après minuit ! Anne-Cécile Franc, professeure de français au lycée de la Plaine-de-Neauphle

DOCTICE_V12.indd 12

7/05/08 15:00:30

àm


ller

Le numérique en questions 13



LA baladodiffusion

78

à mon rythme » Grâce à la baladodiffusion je trouve que je me concentre davantage sur ce que dit mon professeur d’anglais pendant le cours, je peux me réécouter pour corriger mon accent. Cela me permet de réviser plus facilement chez moi, de passer plus de temps sur certains points, de poser des questions pendant le cours suivant et surtout de travailler à mon rythme.

l consei l généra

Brigitte Cayla, Directeur de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports au Conseil général des Yvelines

« C’est facile ! »

On utilise déjà ce mode de téléchargement pour nos morceaux de musique préférés, alors pour nous c’est facile d’utiliser le baladeur. On peut imaginer que, bientôt, notre cartable ne sera plus qu’électronique et pourra se mettre dans la poche de notre blouson. On aura alors dans un seul endroit nos fichiers perso et ceux pour le collège. Lucien, élève de 3e, Saint-Quentin-en-Yvelines

Je voulais offrir un baladeur à mon fils mais avec tous ces jouets technologiques, j’avais peur qu’il ne s’intéresse plus au reste et néglige ses devoirs. C’est pour ça que, quand j’ai vu qu’il ramenait un baladeur du collège, j’ai d’abord été un peu surprise ! Mais maintenant, je peux mieux le suivre dans ses devoirs et j’en profite pour perfectionner mon accent en anglais !

Pouvez-vous tirer un premier bilan de l’expérimentation Podclasses78, menée dans 8 collèges des Yvelines ? L’expérience de la baladodiffusion s’avère tout à fait positive. Certains établissements nous font part de résultats encourageants en termes d’évaluation scolaire. Grâce aux baladeurs de type mp3, les élèves acquièrent davantage d’autonomie, une plus grande concentration aussi. Pour nous qui croyons au partage d’expérience et au dialogue des disciplines, c’est un outil très enrichissant. Je souhaite que cette expérience se poursuive aussi favorablement, qu’elle impulse une modification des usages pédagogiques, une autre manière d’appréhender les méthodes d’enseignement. À la clé, il y a une plus-value certaine pour l’acquisition comme pour la transmission des connaissances.

Anne-Marie, 34 ans, parent d’élève

DOCTICE_V12.indd 13

7/05/08 15:00:36


14 Le numérique en questions La classe nomade

Doc Tice n°1   /// MAI 2008

Qu’est-ce que la classe nomade ? Chacun son ordinateur, chacun son rythme. La classe nomade apporte interaction et flexibilité en restant dans le cadre habituel de la salle de classe.

L La classe nomade offre un maximum de fonctionnalités numériques en un minimum de place pour aider les élèves à affronter les défis du XXIe siècle.

DOCTICE_V12.indd 14

a classe nomade, appelée aussi « classe mobile », est un meuble sur roulettes contenant de 6 à 32 ordinateurs portables selon les constructeurs, une ou deux bornes Wifi, une imprimante. Les ordina­ ­teurs sont reliés entre eux grâce au Wifi et l’ordinateur-maître peut prendre à distance, grâce à un logiciel intégré, le contrôle de tous les autres postes. Une fois rangés dans leur chariot, les appareils sont reliés à une alimentation électrique et se chargent. Leur autonomie est en moyenne de 5 heures, mais attention à bien surveiller la charge ! Sa mobilité permet de transformer n’importe quelle salle de cours en véritable salle multimédia sans fil, si la connexion est convenable. Et d’utiliser les ordinateurs, peu encombrants, à tout endroit de l’établissement. Elle offre également plus de souplesse pour une pédagogie différenciée et le travail en petits groupes, voire une utilisation individuelle si nécessaire. Plus besoin de se battre pour l’ordinateur du fond de la classe : à chacun le sien ! n

7/05/08 15:00:38


La parole à 015



LE TNI

Un réel enjeu En soi, la classe nomade n’est pas quelque chose d’extraordinaire pour les élèves. Ils se servent quotidiennement de l’ordinateur chez eux, et de plus en plus au collège. Les Tice offrent un ensemble d’outils d’une souplesse extrême, que seule l’imagination limite ! Avec les mêmes outils, les mêmes logiciels, nous pouvons créer des activités pour des élèves allant de la maternelle à la terminale. Bref, je crois que la maîtrise de cet outil est un réel enjeu pour l’avenir de nos élèves. La généralisation de l’utilisation des Tice à tous les niveaux scolaires ne peut qu’être recommandée. Geoffrey Gekière, professeur d’histoire-géographie au collège Paul-Éluard (Châtillon)

DOCTICE_V12.indd 15

7/05/08 15:00:39


16 Le numérique en questions La classe nomade

La classe nomade, à quoi ça sert ?

« Éc

Doc Tice n°1   /// MAI 2008

IDÉE REÇUE

TNI, baladodiffusion et autres classes nomades, c’est pour quelques privilégiés. Un élève qui boude l’école ne va pas s’éveiller au savoir par des gadgets technologiques.

Pauline, élève de 5e, Versailles

J’aime l’effort de mutualisation qui accompagne les Tice. Pour ma part, j’ai conscience d’avoir entre les mains du matériel assez perfectionné qui permet de faire beaucoup de choses. Au départ, on est un peu frustré de la mise en place tâtonnante qui accompagne les Tice, comme de se dire que l’on utilise peut-être que 10 % de la capacité de notre outil. Mais on voit aussi que les pratiques évoluent rapidement et c’est très enrichissant de pouvoir échanger sur ce sujet avec des collègues : ça nourrit les idées que l’on peut avoir. Carine Naudin, professeure de mathématiques au lycée Jules-Verne (Sartrouville)

DOCTICE_V12.indd 16

7/05/08 15:00:43

Avec le on trav ordina tous su en gro la corr ça on p exercic les sall occup travaill on est plus fa


e 5e,

« Échanger » Avec le prof de maths, on travaille avec des ordinateurs portables. Ils sont tous sur un chariot. On se met en groupes et ensuite le prof fait la correction au tableau, comme ça on peut toujours faire nos exercices même quand toutes les salles informatiques sont occupées. Et puis j’aime bien travailler en groupe, et comme on est deux par deux, c’est plus facile pour échanger.

ne

e,

oir

Le numérique en questions 17



« Efficacité et organisation » Depuis l’an dernier, nous disposons d’une « classe nomade ». Je l’utilise surtout pour l’initiation à la recherche documentaire en ligne. Tous niveaux confondus, la prise en main est rapide pour tous les élèves, qui dépassent rapidement leur appréhension initiale. Une séance suffit pour qu’ils se familiarisent aisément avec l’ordinateur. Passé le temps d’adaptation, je remarque que cet outil accroche vraiment leur attention. À sa manière, la classe nomade rompt avec le train-train scolaire. Là, ils se sentent plus impliqués et plus motivés, approche ludique oblige. Ce type d’outils change autant mon rapport aux élèves que mon rapport au travail : j’ai gagné en efficacité pédagogique mais aussi en organisation. Anne Renoux, documentaliste au collège Georges-Pompidou (Orgerus)

Les nouvelles technologies ne doivent pas se substituer à l’enseignant, mais elles sont, à mon avis, un plus dans la pédagogie. Il est important que tous les élèves puissent se familiariser à l’utilisation de l’ordinateur en étant guidé par l’enseignant.

DOCTICE_V12.indd 17

Valérie, 41 ans, parent d’élève

LA CLASSE NOMADE

95

l consei l généra Question à François Jollivet, directeur de l’Éducation et du Sport, Conseil général du Val-d’Oise.

Pourquoi et comment le département du Val-d’Oise a-t-il investi dans les Tice ? Cet investissement est au service de la réussite éducative et vise à développer l’usage par les enseignants et les élèves de ces outils novateurs, sur le temps scolaire et après la classe. Actuellement, trois chantiers sont lancés dans le département. Le premier concerne la création de services éducatifs (cartable numérique, portail de soutien scolaire comme « @nper95 » dédié à l’information et à l’orientation). Le deuxième consiste à équiper les collèges en outils du type TNI. Quant au dernier, il met en place des communautés d’acteurs des Tice, où se côtoient fabricants, éditeurs numériques et, bien sûr, utilisateurs. Ces projets en cours reçoivent le soutien de l’Éducation nationale, partenaire de choix dans ces expérimentations. Concrètement, nous sommes en liaison avec le rectorat à travers une convention avec le CRDP à la fois pédagogique et administrative. Autre interlocuteur : l’Inspection académique, notamment pour tout ce qui touche au co-financement départemental des équipements des écoles.

7/05/08 15:00:47


18 Le numérique en questions

ÉLANCOURT

91

consei généra l l

Doc Tice n°1   /// MAI 2008

Question à Bernard Patoureaux, Directeur des collèges du Conseil général de l’Essonne

Le Conseil général envisage d’équiper tous les collèges du département de tableaux numériques interactifs. Pourquoi ? En installant progressivement dans tous les collèges des tableaux numériques interactifs (TNI), le Conseil général de l’Essonne s’engage résolument vers le collège numérique. Cet outil, associé à d’autres matériels multimédia : cube multimédia, classes mobiles… favorise une pédagogie innovante au sein de la classe dans toutes les disciplines, au bénéfice de tous les élèves et plus particulièrement des élèves présentant certaines difficultés d’apprentissage, scolarisés dans les Unités Pédagogiques d’Intégration (UPI). Un budget d’environ 2 millions € sera consacré cette année au renouvellement des matériels traditionnels et à l’acquisition de ces équipements nouveaux.

DOCTICE_V12.indd 18

Le Cube, qu’est-ce que c’est ? Le Cube Tice est un outil qui permet de lire des dvd, d’écouter de la musique ou de projeter des images contenues sur une simple clé USB. Simplicité d’utilisation, autonomie, multifonction au service des usagers.

C

e «  tout-en-un  », d’emploi facile, est spécialement adapté pour les usages pédagogiques. Son socle rotatif, par exemple, permet de faire tourner l’image à 360° dans la salle, offrant la possibilité de travailler par groupes de niveau. Le Cube Tice lit aussi tous les supports : cd, dvd, clé USB…, et se branche sur n’importe quel appareil

de la classe : ordinateur, télévision, appareil photo ou baladeur numériques… Facile de changer d’image ou de son sans risque de se tromper. Ou d’aménager lors d’une projec­ ­­tion des temps de discussion entre professeur et élèves d’une simple touche, ou encore de le déplacer car, de la taille d’un micro-ondes, il ne pèse que 6,6 kg. Et, s’il ne cuit pas les aliments, il est cependant très facile à ranger ! n

7/05/08 15:00:50


Le numérique en questions 19



ENTRETIEN

« Une extraordinaire opportunité » Alain Boissinot est recteur de l’académie de Versailles depuis 2004. Il impulse une politique volontariste de développement des Tice et de leurs usages au profit de la réussite de tous les élèves. Alain Boissinot, recteur de l’académie de Versailles

1

Que représente pour vous le développement des Tice ? Le développement des Tice est une nécessité : l’école ne peut rester à l’écart d’une révolution culturelle qui démultiplie les ressources et renouvelle sans cesse nos pratiques quotidiennes. Mais c’est aussi et avant tout une extraordinaire opportunité. De l’école primaire au lycée, les Tice modifient les relations des élèves avec le savoir, les relations des élèves entre eux et avec les maîtres. Le tableau numérique interactif revisite le traditionnel « tableau noir » et se répand rapidement dans les classes. Les environnements numériques de travail, dans les établissements expérimentateurs, permettent, entre tous les membres de la communauté éducative, des échanges plus rapides, plus diversifiés, plus individualisés. La généralisation se fera d’autant plus vite que les équipements sont d’un usage toujours plus aisé et « naturel ».

2

« L’aide apportée aux enseignants et leur formation sont des enjeux essentiels. »

DOCTICE_V12.indd 19

Quels sont les partenaires engagés dans la réussite de ce développement ? L’académie de Versailles et le CRDP font un effort tout particulier pour accompagner la réflexion didactique et pédagogique qu’appellent ces nouveaux usages. L’aide apportée aux enseignants et leur formation sont des enjeux essentiels pour que les Tice ne soient pas un apprentissage de plus, mais un levier pour rendre efficient l’ensemble des apprentissages. Cet effort rencontre en permanence l’engagement des collectivités territoriales : les Tice illustrent parfaitement la responsabilité partagée qui est celle de tous ceux qui contribuent à relever le défi de l’éducation et de la formation.

7/05/08 15:00:51


numérique en questions 20 Le Un projet LA VISIO-CONFÉRENCE à suivre Et pourquoi pas la visio ? C’est le défi que s’est lancé l’école primaire La Villeneuve de Mézières-sur-Seine, petite commune rurale des Yvelines. La classe de CM1, jumelée avec une classe de Petteridge School (Bloomington, Illinois) aux États-Unis, correspond avec celle-ci par Internet. Mais, pour que les élèves pratiquent efficacement et acquièrent les compétences orales exigées par le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL), un projet est élaboré en février 2008, visant à intégrer la visioconférence dans les pratiques d’apprentissage de l’anglais. Les synergies se mettent en place. M. Blévin, maire de la commune, propose de mettre le haut débit pour l’accès à Internet sur l’école, et le Centre régional de documentation pédagogique de Versailles de l’aider à mettre techniquement son projet sur pied, avec le soutien de l’équipe pédagogique de la circonscription d’Aubergenville et de l’inspection académique des Yvelines. Un projet de développement qui pourrait constituer un complément intéressant à la correspondance via Internet déjà établie avec la classe américaine et ouvrir de nouvelles voies pédagogiques.

DOCTICE_V12.indd 20

La visioconférence qu’est-ce que c’est ? La visioconférence permet de s’entendre et de se voir à distance en mode synchrone, et de travailler ensemble sur un même document.

L

a visioconférence offre réellement des résultats efficaces : on comprend et on mémorise mieux quand on voit que ce qu’on entend, surtout pour l’appren­ tis­sage des langues. Pour soutenir cet apprentissage précoce des langues à l’école, le ministre de l’Éducation Xavier Darcos a lancé en 2007 le plan « 1 000 visioconférences pour l’école ». Ce plan vise à favoriser

l’apprentissage de l’anglais, en faisant dialoguer en visioconférence les élèves avec des « interlocuteurs natifs ». Le projet s’organise en deux temps : la première étape expérimente différentes solutions techniques et pédagogiques de visioconfé­­rence dans 40 sites pilotes ; la seconde s’étendra aux autres sites à la rentrée 2008. n •h  ttp://www2.educnet.education.fr/sections/ primaire/usages_primaire/1000visio.

7/05/08 15:00:56




Le numérique en questions 21 L’ENT

Qu’est-ce qu’ un ENT ? L’Espace numérique de travail (ENT) est à la fois un bureau virtuel et un cartable électronique, constitué d’un ensemble de services numériques : travail collaboratif, vie scolaire, ressources numériques... Un simple clic, un mot de passe et l’école vient à vous !

P

ortail interactif accessible de n’importe quel ordinateur connecté à l’Internet, l’ENT offre un point d’entrée unique et personnalisé, sécurisé et protégé avec un mot de passe. Il est destiné à l’ensemble des acteurs de la communauté éducative (élèves et étudiants, professeurs, parents, person­­nels d’encadrement, collectivités territoriales, partenaires locaux et l’État). Depuis son espace personnel, l’utilisateur a un accès simplifié aux services et

DOCTICE_V12.indd 21

L’ENT fédère tout le monde autour d’un même outil. C’est un véritable moyen d’échange entre élèves, professeurs et parents.

ressources en rapport avec son activité. Pour un élève, un bureau virtuel, c’est la possibilité d’accéder en ligne, dans ou hors de l’établissement, à son emploi du temps, son cahier de textes, ses notes mais aussi de consulter des ressources documentaires ou des éléments de cours mis à disposition par les professeurs et de travailler en collaboration avec ses camarades. Pour les parents, c’est un moyen de suivre en direct la scolarité de leurs enfants. n • http://www2.educnet.education.fr/services/ent/

7/05/08 15:00:58


22 Le numérique en questions

ENTRETIEN

« Il s’agit de s’investir activement »

Doc Tice n°1   /// MAI 2008

Sylvie Mercier, 2e Maire-Adjoint de Joinville-le-Pont (94) de 2001 à 2008, est présidente de la commission des Nouvelles Technologies de l’Association des maires d’Île-de-France. Pour elle, s’investir dans les Tice est aujourd’hui fondamental pour une municipalité. Sylvie Mercier, Présidente de la commission des Nouvelles Technologies de l’Association des Maires d’Ile de France (AMIF).

1

Comment caractériser les enjeux, pour les communes, du développement des Tice ? Plus qu’un enjeu de territoire, c’est fondamentalement une question d’éducation. Nous sommes entrés dans une ère nouvelle, une civilisation du multimédia qui requiert un nouvel outillage mental ; ce monde-là, ce tournant majeur, est bel et bien concret, ce n’est pas un concept. Hier c’était peutêtre un horizon, aujourd’hui c’est notre présent. À ce titre, toute politique d’intégration des Tice à l’école est capitale, stratégique. Les expériences pionnières et les dispositifs mis en place à Joinville, municipalité dont j’ai été maire-adjoint, me confortent dans cette idée. Les Tice ont toute leur place parmi les fondamentaux. Ces technologies ne sont pas du tout en concurrence avec la lecture ou l’écriture ; bien au contraire elles en sont l’idéal complément, elles participent de la même logique de transversalité. Sans compter l’autonomie, l’indépendance, des atouts portés par la manipulation des Tice et que les élus, insuffisamment sensibilisés à ces questions, méconnaissent encore trop.

DOCTICE_V12.indd 22

2

Quand on est maire, comment impulser un plan Tice ? Au-delà de la question de l’investissement, qui peut par exemple être mutualisé entre plusieurs communes, il s’agit surtout, pour les élus, de s’investir activement. Chez certains de nos voisins européens, il y a une prise de conscience générale, à tous les échelons, à commencer par le local. En France, l’un des problèmes, c’est le côté « poupées russes » de notre maillage administratif qui, sans doute, freine les initiatives. Les collectivités doivent également se désinhiber vis-à-vis de l’Éducation nationale qui leur apparaît souvent comme un Grand Dragon. Pour mettre en place les Tice, les communes peuvent s’appuyer sur des interlocuteurs académiques pour travailler en binôme. Car orchestrer un plan Tice, c’est un tango, si je puis dire : pour bien le danser, il faut être deux et en phase. Passer de la plume sergent-major à l’interactivité numérique, c’est un effort collectif, un travail d’équipe.

7/05/08 15:00:59




Le numérique enLa questions parole à 23

78

ENTRETIEN entretien

l consei l généra

8

Dans le département des Yvelines, les collèges comptent en moyenne 1 ordinateur pour 8 élèves. Chaque ordinateur est équipé de logiciels d’apprentissage des langues.

30

C’est le nombre de classes nomades (p. 4) dans les établissements du département.

Brigitte Cayla, Directeur de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports au Conseil général des Yvelines

« Un cadre pédagogique enrichi »

1

250

C’est la dotation en baladeurs numériques (p.13) pour les 8 collèges en expérimentation pour l’année 2008.

300 C’est le nombre de TNI (p.6) dans le département. Le dispositif d’aide du département comprend les collèges (100 TNI) et les écoles primaires (200 TNI).

DOCTICE_V12.indd 23

2

Quel est l’engagement du Conseil général des Yvelines dans le développement des Tice ? Les collèges ont, désormais, la possibilité de développer un environnement numérique de travail (ENT) dans lequel le câblage et l’ordinateur ne sont plus qu’infrastructure discrète et technique maîtrisée. Se construit aujourd’hui un nouvel espace pédagogique aux temps de travail décloisonnés. Le cours devient construction dynamique, portée par un dialogue rénové entre l’enseignant et l’élève. C’est à cette construction que le département des Yvelines apporte tout son appui. Pouvez-vous donner des exemples ? À l’initiative de Pierre Bédier, Président du Conseil général des Yvelines, le Département se distingue en déployant à grande échelle des tableaux numériques interactifs dont doivent pouvoir être équipés tous les collèges et les écoles, dont il cofinance les équipements. Associés aux classes nomades, les TNI offrent un cadre pédagogique enrichi. Le Président Bédier a par ailleurs proposé cette année au Centre régional de documentation pédagogique de Versailles d’accompagner cette rénovation en expérimentant auprès de 8 collèges l’usage des baladeurs numériques mis à disposition des professeurs et des élèves. Outre leur utilisation en cours, ces baladeurs font le lien entre le collège et le domicile et sont la voie ouverte vers l’allègement du cartable.

7/05/08 15:00:59


Doc Tice n°1   /// MAI 2008

24 Le dossier


La cité à l’heure du

numérique

Conscientes de l’importance du numérique éducatif et soucieuses de ne pas manquer le train de la modernisation, les municipalités investissent désormais dans les Tice. Effet de mode ou mouvements de fond ? La ville d’Élancourt, dans les Yvelines, a fait ses choix.


26 Le dossier

INTRO

Doc Tice n°1   /// MAI 2008

Élancourt à l’ère du numérique Tournée vers la recherche et l’avenir, Élancourt, commune de l’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines (78), a doté ses écoles d’outils numériques.

É Inauguré en septembre 2007, le centre d’excellence EADS à Élancourt (78) abrite la branche Défense et Sécurité du groupe et accueille 2 500 collaborateurs.

DOCTICE_V12.indd 26

lancourt, commune de l’agglomération de Saint-Quentin-enYvelines (78), compte 28 000 habitants dont 31 % ont moins de 20 ans. La ville compte sur ses terres des sociétés de recherche et développement comme EADS ou Thalès, et prépare résolument le futur en dotant ses écoles de tableaux numériques interactifs (TNI) et de visioconférence pour apprendre l’anglais. Dans un réel partenariat, le maire, l’équipe éducative et l’Inspection académique avancent ensemble. Ils s’investissent pour donner aux jeunes élèves toutes leurs chances de réussir. Et de satisfaire également aux exigences du Brevet Informatique et Internet (B2i), indispensable pour être un citoyen autonome face aux technologies de l’information et de la communication. Jean-Michel Fourgous, maire depuis 1996 et pionnier dans l’implantation d’outils innovants, reste convaincu de leur efficacité. Un reportage dans les classes montre que les enseignants ont adopté ces innovations technologiques, évolution normale dans leur pédagogie et non solution magique, précisent-ils, mais qui motive tous leurs élèves ! n

7/05/08 15:01:11


DOCTICE_V12.indd 27

7/05/08 15:01:13


28 Le dossier

ENTRETIEN

« De l’efficacité et des moyens ! » Élancourt reste pionnière dans l’implantation d’outils innovants dans ses écoles. Le maire, Jean-Michel Fourgous, est certain que cela « sert à quelque chose » pour améliorer les performances scolaires des enfants.

Doc Tice n°1   /// MAI 2008

Jean-Michel Fourgous, maire d’Élancourt

1

2

Quand Élancourt s’est-elle tournée vers l’éducation de demain ? Depuis que je suis maire ! Cela m’a fourni l’occasion d’impulser, en donnant des moyens et des outils novateurs aux écoles, comme les TNI ou les classes nomades, une dynamique forte et de nouveaux usages, par exemple la visioconférence. Mais c’était déjà ma lointaine ambition quand j’étais chercheur au CNRS…

Quels sont les enjeux justifiant votre implication ? Que les enfants de 6e sachent tous lire, écrire, calculer, parler français, anglais et « parler l’informatique », cet outil formidable. Travailler en équipe aussi, utiliser la synergie des intelligences, avec pour règle le respect des autres, pas seulement la valorisation du travail intellectuel. Et à voir ce que fait le voisin ! J’ai une culture expérimentaliste qui me fait dire qu’il n’y a pas de progrès sans évaluation.

« L’éducation est une préoccupation essentielle des administrés. »

DOCTICE_V12.indd 28

3

Comment impulsezvous cette politique de changement ? De l’efficacité et des moyens ! L’éducation est une préoccupation essentielle des administrés. Je crois que le process de changement passe par ces outils innovants qui favorisent l’échange : quand vous échangez avec un collègue, il y a enrichissement. Pareil pour nos enfants ! On note d’ailleurs plus de motivation, de concentration et de vigilance ; on apprend mieux, les résultats s’améliorent. Et il faut y associer les enseignants car ils ont un formidable potentiel !

7/05/08 15:01:16


Le dossier 29



MÉZIÈRES

Des classes bien « net » ! Un séjour dans les écoles d’Élancourt où le numérique a pris sa juste place.

G Toutes les écoles d’Élancourt sont équipées d’outils Tice : TNI, classe nomade (voir ci-dessus) ou visioconférence.

DOCTICE_V12.indd 29

ood morning, Peeeeter !  » Lundi matin, dix heures, à l’école du Berceau d’Élan­court (78), les élèves de CM2 de Karine Lemaçon voient la webcam de leur interlocuteur anglais s’afficher sur le tableau numérique de leur classe. L’écran, séparé en deux, le montre de face sur la partie droite pendant que les images et autres animations défilent à gauche. Les élèves interrogés décrivent, en anglais, ce qu’ils voient et sont repris sur leur prononciation. Deux micros circulent dans la classe, passant de main en main, à mesure que les questions s’enchaînent.

Mateo ne sait pas où se situe Greenwich ; un silence de quelques secondes s’installe, vite brisé par une nuée de chuchotements venus à sa rescousse. Paul, lui, prononce « Lon-don » à la française plutôt que « Lonnedonne ». La maîtresse fait les gros yeux, Peter, lui-même, dans la capitale anglaise, lui demande de répéter et il se reprend aussitôt… Dans la commune d’Élancourt, cette scène n’a rien d’exceptionnel. À ce jour toutes les écoles de la ville sont équipées d’outils Tice. TNI (tableau numérique interactif), « classe nomade » ou visioconférence, l’avenir est déjà en marche

7/05/08 15:01:17


30 Le dossier

reportage

Doc Tice n°1   /// MAI 2008

« Il est nécessaire de pas considérer les Tice comme “un outil magique” mais comme une évolution normale des moyens. » dans cette commune des Yvelines. La volonté de modernité de la municipalité, appuyée depuis 1997 sur l’introduction de matériel innovant dans les établissements scolaires et traduite par son projet – « L’École du Futur » –, n’a jamais failli. Ainsi, l’année 2004 a été l’année du haut débit dans toutes les écoles de la ville, 2005 fut celle des TNI et 2007 aura vu l’arrivée de la visioconférence. Des élèves et des enseignants gâtés ? La directrice de l’école de la Commanderie, Pascale Sellin, nous confie volontiers qu’« Élancourt est suréquipée par rapport à la moyenne de la France et du département ». S’en plaint-elle pour autant ? Évidemment non. Ces nouveaux

outils, associés à beaucoup de bonne volonté de la part des enseignants, sont une « alchimie » pédagogique qui fonctionne.

Un gain de temps, un regain de motivation Mais s’adapter aux technologies innovantes n’est pas toujours facile : « Cela demande de beaucoup s’investir  », estime Pascale Sellin, avant d’ajouter que « cela porte ses fruits assez rapidement ». Caroline Harnist, professeure d’une classe de CE2-CM2, note pour sa part « un gain de temps et un regain de motivation ». Nathalie Barbounis, titulaire d’une classe

Pour le groupe Thalès, implanté à Élancourt depuis une dizaine d’années, les activités de recherche sont indispensables et l’innovation est au cœur de sa stratégie.

L’apprentissage numérique commence tôt et n’attend point le nombre des années, comme on le voit dans cette classe de cycle 2.

DOCTICE_V12.indd 30

7/05/08 15:01:19




Le dossier 31 MÉZIÈRES

B2i : Brevet Informatique et Internet Brevet Informatique et Internet : attestation du niveau acquis dans la maîtrise des outils multimédias et de l’Internet après un apprentissage destiné à rendre l’élève autonome dans toute utilisation ultérieure.

Le B2i dans la circonscription d’Élancourt La circonscription d’Élancourt (78) comprend, sur 3 communes (Coignières, Élancourt, Maurepas), 19 écoles élémentaires toutes équipées d’une salle informatique également fréquentée par l’une des 25 écoles maternelles proches ; un TNI est installé dans chaque école de Coignières et d’Élancourt et dans 2 écoles de Maurepas. L’effort de formation au plan de la circonscription depuis plusieurs années a permis d’accompagner les équipes enseignantes dans la mise en œuvre du B2i. Si certains domaines méritent d’être encore approfondis et l’information des familles encore à travailler, le B2i est assuré pour la quasi totalité des élèves de la circonscription d’Élancourt. Éric Weill, Inspecteur de l’Éducation nationale Pour en savoir plus : http://b2i.ac-versailles.fr/

DOCTICE_V12.indd 31

« grand écart » regroupant des CP et des CM2, où le TNI reste allumé du matin au soir, signale qu’ « on peut améliorer des petites choses que l’on a ratées lors d’une séance précédente ». Toutes les enseignantes rencontrées s’accordent sur les progrès qu’ont permis ces Tice. Un seul « bémol » : prendre garde à une vision naïve de ce matériel. Mais « la question reste quand même : est-ce que l’on apprend mieux ? », rappelle Mme Sénéchal de l’école des Lutins. Cette enseignante proche de la retraite insiste sur la nécessité de ne pas idéaliser ce matériel. De ne pas le considérer comme « un outil magique » mais comme une évolution normale des moyens mis à la disposition des enseignants. Ceux-ci, en les utilisant le mieux possible, ne doivent jamais faire oublier le contenu. « Maîtriser la pédagogie avant le tableau ou la visio » martèle Véronique Raze, animatrice Tice à Élancourt, « sinon le risque c’est que la forme dépasse le contenu ». C’est ici que la mutualisation des ressources entre en ­jeu. Les enseignants d’Élancourt partagent

7/05/08 15:01:20


Doc Tice n°1   /// MAI 2008

Le professeur et ses élèves ont toujours été placés au centre de l’initiative. les différents travaux réalisés en classe, améliorant ainsi la cohérence de leur travail au sein de cette ville particulière.

L’innovation au centre des préoccupations Pourquoi particulière ? Parce qu’Élancourt n’est pas tout à fait une ville comme les autres lorsque l’on est enseignant. Si la municipalité a relevé le pari de l’école de demain, c’est avant tout grâce aux « acteurs de terrain ». Les professeurs qui se sont lancés dans l’aventure confirment leur bonne entente

DOCTICE_V12.indd 32

avec la mairie. Rares sont leurs doléances qui ne soient pas prises en considération. Ainsi, une question pratique a pu être soulevée lors de l’installation des TNI : où les mettre ? Dans la salle de classe ? Dans une pièce commune ? Après expérience, il s’est avéré que le mieux était qu’ils soient placés dans une classe fixe pour éviter des problèmes d’emploi du temps superflus et pour banaliser l’usage de cet outil. L’opinion avisée des enseignants a été entendue et les TNI disposés le plus souvent à l’endroit désiré. Le professeur et ses élèves ont donc toujours été placés au centre de l’initiative.

7/05/08 15:01:26


Le dossier 33



MÉZIÈRES

Néanmoins, si on leur demande quelle est la source principale de cette volonté de « coller » aux progrès techno­logiques appliqués à l’école, la réponse est unanime : la personnalité du maire. JeanM i c h e l Fo u r g o u s , d é p u t é - m a i r e d’Élancourt n’a peut-être pas toujours une vision consensuelle de l’école mais il a le mérite de vouloir contribuer à son amélioration. Conscient des enjeux pour l’avenir, cet ancien du CNRS a souhaité, dès sa première mandature, insuffler cet effort de modernité à sa commune. L’innovation a été en permanence au centre de ses préoccupations et il peut maintenant se targuer d’avoir une des villes les plus équipées de l’académie de Versailles et même de France. Vu les moyens maintenant déployés, les professeurs quitteraient-ils facilement Élancourt ? En tout cas, ils y réfléchiraient à deux fois et se renseigneraient pour

DOCTICE_V12.indd 33

savoir si l’école où ils envisagent d’être mutés dispose d’un TNI , d’une classe nomade », etc. Preuve que le lieu en soi importe peu, c’est plutôt les moyens mis à disposition qui comptent. Comme pour le téléphone portable, le courrier électronique ou le GPS, tous se demandent comment ils faisaient auparavant.

La guerre de la modernité n’aura pas lieu Désormais, le but est peut-être atteint : l’utilisation de tout ce matériel est devenue normale, usuelle, chose courante. Chassez la modernité et elle revient au galop, adoptez-la et elle épouse la courbe de votre quotidien. À Élancourt, l’école n’est pas révolu­ tionnée,elle essaye seulement de tirer le meilleur parti des moyens novateurs mis au service des professeurs et surtout

Petit reportage photo sur le vif. Que ce soit pour le TNI ou pour la classe nomade, le petit lutin rose, comme ses camarades de classe, est toujours très motivée !

7/05/08 15:01:28


34 Le dossier

Doc Tice n°1   /// MAI 2008

reportage

des enfants. D’ailleurs les premiers comme les seconds restent autant attachés à leur tableau vert à craie qu’ils défendent leur « classe nomade ». Faites un tour dans la classe de CP de Mme Bontemps, mardi à 8h30, et vous en serez convaincus… Les élèves séparés en trois ateliers se répartissent dans la salle. Les uns font de la lecture sur le TNI, les autres du calcul sur leurs ardoises et les derniers vont chercher tranquillement leurs ordinateurs dans le meuble de la « classe nomade ». Au premier rang Baptiste, puni parce qu’il était trop agité, n’aura pas le droit d’ouvrir son ordinateur et de taper le résumé de son week-end. Pierre, lui, ne trouve pas le « h » sur le clavier tandis que Sophie a oublié d’appuyer sur

« Maj » pour mettre les majuscules. Au fond de la classe, Julien marche fièrement, son iBook sous le bras, jurant qu’il s’agit d’un dossier très important pour l’école. L’agitation grimpe d’un cran, le niveau sonore monte entre les élèves qui sont au TNI et ceux qui pianotent sur leur ordinateurs portables. La maîtresse saisit son bâton de pluie et fait lentement retomber le tumulte. TNI contre ardoise ? Ordinateur portable contre bâton de pluie ? La technologie contre les « bonnes vieilles recettes » ? La guerre de la modernité n’aura pas lieu, l’heure est à la synthèse. En tout cas, les jeunes occupants de cette classe se sont fort bien accommodés à toutes ces nouveautés : il n’y a qu’à voir leurs visages réjouis. n

Les compétences face au numérique acquises à l’école primaire seront réinvesties, dans une continuité éducative, au collège et pour le Brevet Informatique et Internet (B2i).

Les jeunes occupants de cette classe se sont fort bien accommodés à toutes ces nouveautés.

DOCTICE_V12.indd 34

7/05/08 15:01:30


Le dossier 35



ENTRETIEN

« Un passage obligé» Joël-René Dupont est inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’Éducation nationale, dans le département des Yvelines (académie de Versailles). L’Inspection académique est le partenaire naturel des collectivités dans le déploiement des Tice. Joël-René Dupont, inspecteur d’académie des Yvelines.

1

2

En tant qu’inspecteur d’académie, comment garantissez-vous une implantation équitable des outils numériques dans les établissements ? Depuis cinq ans environ, les crédits d’État conjugués à ceux des collectivités m’ont permis de prendre en compte les territoires d’éducation prioritaire et les secteurs ruraux. D’autre part, la remarquable volonté des élus des Yvelines dans l’équipement de leurs écoles, et du Conseil général pour les collèges contribuent à un maillage départemental très équilibré.

DOCTICE_V12.indd 35

3

Un des freins au développement des Tice est, prétend-on, le manque de formation des enseignants. Êtes-vous d’accord ? L’intégration du numérique au sein des démarches pédagogiques s’impose comme passage obligé. Nous pouvons affirmer que les jeunes professeurs des écoles sortant des IUFM maîtrisent naturellement et fonctionnellement ces nouvelles méthodologies. Quant à la formation continue, elle est réelle et surtout très déconcentrée grâce aux « animateurs Tice » qui accompagnent depuis longtemps les projets des maîtres comme le font, pour les collèges et lycées, les centres de ressources du CRDP.

Comment est assurée la continuité des apprentissages ? Comme tout outil didactique, le numérique se caractérise par sa transversalité pédagogique. Cet apprentissage n’est plus l’apanage du seul professeur de technologie mais de tous. L’effort à poursuivre se situe au plan de la pluridisciplinarité – le Diplôme national du brevet 2008 va dans ce sens. De l’école au collège, le socle commun contribue à la réalisation de cet objectif, conforté par l’engouement des enfants. L’accompagnement des équipes par le CRDP facilite cette démarche. Mais n’oublions pas que l’éthique de l’utilisation de ces technologies dépend également de notre responsabilité éducative et de celle des parents.

7/05/08 15:01:33


Doc Tice n°1   /// MAI 2008

36

Plurielles

DOCTICE_V12.indd 36

7/05/08 15:01:39


Et si on regardait

ailleurs

Le développement des apprentissages en matière de technologies de l’information et de la communication reste un défi dans l’éducation en France comme à l’étranger, ainsi que dans l’entreprise où les TIC sont un des principaux moteurs de compétitivité. Dans ce monde en constante évolution, rester « connecté » est essentiel. Cette visite « plurielle » de pratiques vues d’ailleurs nous en dit plus.

DOCTICE_V12.indd 37

7/05/08 15:01:44


38 Plurielles

Doc Tice n°1   /// MAI 2008

PRATIQUES

Bloguer n’est pas jouer Québec, Canada. Une ville historique qui se tourne vers le numérique.

DOCTICE_V12.indd 38

Depuis septembre 2007, 85 élèves de 3e de l’école secondaire Les Compagnons-de-Cartier à Québec et leurs enseignants disposent de leur propre blog scolaire, dont ils possèdent tous les droits d’administration (création de messages à volonté, modification ou suppression de messages, changement de paramètres, ajout de commentaires, etc.). Le blog va-t-il devenir le nouveau cahier d’exercices ? Chose certaine, au Québec, de plus en plus d’enseignants croient au blog en tant qu’outil pédagogique efficace. >>>

7/05/08 15:01:49


Plurielles 39



PRATIQUE

Une veille « high

Maîtriser les outils numériques pour mieux se développer.

DOCTICE_V12.indd 39

tic »

Le monde de l’entreprise s’est approprié les technologies de l’information et de la communication, mais les évolutions constantes dans ce domaine demandent une veille active. Être à l’affût des innovations, en comprendre les enjeux et savoir investir judicieusement dans du matériel et de la formation semble indispensable. Aussi, certaines entreprises mettent-elles en place des forums permettant d’échanger leurs expériences ou développent une nouvelle organisation du travail. >>>

7/05/08 15:01:52


40 Plurielles

Doc Tice n°1   /// MAI 2008

PRATIQUES

« Laissons les élèves nous montrer la voie vers une utilisation novatrice des technologies de demain. »

O

uvrir un blog scolaire, n’est-ce pas risqué ? Ce n’est pas l’option de l’équipe enseignante de l’école secondaire Les Compagnons-de-Cartier à Québec. Pour elle, cette mise en place permet de créer une communauté d’appren­tissage et de faire « émerger un partage de connaissances, des émotions, des expériences et des savoirs, menant peu à peu à une bonification progressive de l’intelligence collective de la commu­ ­nauté ». Et de rajouter : « Laissons les élèves nous montrer la voie vers une utilisation novatrice des technologies de demain.  »

Outil de partage

De fait, dans l’espace public qu’est leur blog, les jeunes partagent leurs réalisations scolaires, reçoivent des commentaires et commentent les travaux de leurs

DOCTICE_V12.indd 40

Blogs, tchats, jeux en réseau, l’adolescent est chez lui dans ces espaces, mais connaît-il bien toutes les règles de ce qu’on appelle la net-attitude ?

camarades : rien là de novateur pour beaucoup d’entre eux qui utilisaient déjà « MySpace » ou « Facebook » ! Certains élèves exploitaient même déjà des blogs de façon individuelle. « C’est leur monde, leur univers. Ils mettront les pieds dans la blogosphère de toute façon. Pourquoi ne pas les encadrer, les guider ? » interroge Michel Desbiens, professeur de mathématiques et de sciences. Pour les enseignants, le défi consiste davantage à leur présenter le blog comme outil d’apprentissage scolaire pédagogiquement utile. Dès décembre, Martin Bélanger, ensei­ ­gnant, a sondé un échantillon d’élèves. Bien que très prudent dans l’inter­­­­pré­ta­ ­­tion des résultats : « L’effet de nou­veauté des blogs peut avoir faussé les réponses de façon considérable », il voit « beaucoup plus de positif que de négatif » et confir­ ­­mera ses premières conclusions par un >>>

7/05/08 15:01:54


Plurielles 41



D

epuis plusieurs années, L’Atelier BNP-Paribas est un véritable lieu de rencontre et d’échange destiné aux entreprises françaises et étrangères, ainsi qu’au grand public. Il analyse et étudie les enjeux techniques et les usages des nouvelles technologies de l’information et de la communication et réfléchit aux innovations profitables pour les entre­prises. Cette cellule œuvre également pour la mise en place de projets innovants. Ce dispositif de veille s’appuie sur une présence dans les grands centres régionaux d’innovation : Europe, Moyen Orient et Afrique (siège à Paris), Silicon Valley (San Francisco) et Asie (bureaux à Shanghai). Renaud ÉdouardBaraud, responsable de la veille à L’Atelier BNP-Paribas, nous livre quelques pistes de réflexion sur les réalités et le devenir de l’innovation technologique. n

DOCTICE_V12.indd 41

pratiques D’ailleurs

Le travail à distance Travailler chez soi devient possible grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. Le télétravail fait même de plus en plus d’adeptes. En France il reste encore relativement marginal. En 2004, selon les chiffres du ministère de l’Emploi, seuls 2 % des salariés pratiquaient le télétravail contre environ 7 % aux Pays-Bas et 12 % au Danemark. Les « télétravailleurs » sont en majorité qualifiés : la moitié d’entre eux sont des cadres. Les hommes ont adopté cette nouvelle pratique de travail plus fréquemment que les femmes. Principaux secteurs utilisateurs : les services aux entreprises, les banques et les assurances. Les progrès rapides du numérique accentuerontils dans les prochaines années cette tendance ? Le grand défi en matière d’organisation du travail sera sans doute de faire changer les mentalités…

7/05/08 15:01:57


42 Plurielles

PRATIQUES d’ailleurs

Doc Tice n°1   /// MAI 2008

>>> second sondage en juin 2008. Les élèves, dans une proportion de 96 %, les garçons en particulier, ont indiqué que le blog est une activité scolaire intéres­­sante. Martin Bélanger a même constaté que « les garçons qui n’aiment généralement pas écrire semblent aimer bloguer davantage que ceux qui aiment écrire ». De plus, « le blog semble plaire autant à ceux qui ont peu confiance en leurs aptitudes scolaires qu’aux autres ». Enfin, l’enseignant signale : « les blogs peuvent permettre aux parents, aux élèves et à l’école de mieux communiquer entre eux, d’interagir en direct sur Internet. »

Une communauté

L’usage du blog est loin d’être généralisé dans les écoles québécoises et le véritable impact de l’implantation des blogs à l’école secondaire Les Compagnons-deCartier de Québec ne pourra probable­ ­­ment pas être validé avant quelques années. Toutefois, les enseignants continuent. De nouveaux blogueurs, jeunes et adultes, devraient s’ajouter, créant ainsi une grande communauté d’apprenants. n

DOCTICE_V12.indd 42

Les blogs en France Les blogs peuvent permettre aux parents, aux élèves et à l’école de mieux communiquer entre eux, d’interagir en direct sur Internet. Pour accompagner ces pratiques, le CRDP de Versailles a édité une plaquette «Blog Notes» téléchargeable sur http:// catalogue.crdp. ac-versailles.fr/

En France, les blogs sont désormais des outils pédagogiques et peuvent permettre de valider les compétences du B2i. Educnet, le site du ministère de l’Éducation nationale, présente des exemples en classe qui montrent que les enseignants ont bien des choses à apprendre aux élèves au sujet des blogs ! En particulier, le premier objectif est d’inculquer aux jeunes, dès lors qu’ils ont accès à la publication, le respect des lois sur la vie privée, sur le droit à l’image et sur la propriété intellectuelle.

Sources : Martine Rioux, APP, De Marque inc. 2008/ • http://www.infobourg.com/sections/editorial/editorial.php?id=12857 • L’équipe de l’Infobourg, l’agence de presse pédagogique (APP), et de l’école branchée fournit des contenus d’actualité et/ou éducatifs, selon vos besoins : http://www.infobourg.com/

7/05/08 15:02:02


Plurielles 43



PRATIQUE

« Une volonté pragmatique » Renaud Édouard-Baraud, responsable éditorial et de la veille à l’Atelier BNP-Paribas

Quel est le cœur de votre activité ? C’est la veille dans les nouvelles technologies. C’est-à-dire déterminer pour le grand public et BNP-Paribas les grandes tendances high tech en cours et qu’on ne voit pas forcément. C’est aussi essayer d’envisager ce que seront les technologies dans 5-10 ans et quels seront leurs usages. La veille est affaire de réseau : le tout est de s’associer aux experts, aux fournisseurs qui évitent la couche marketing et nous donnent vraiment ce qui est important, de s’associer à d’autres systèmes. Nous sommes une sorte de toile sur la toile. Nous

avons des relations cordiales avec toutes les autres entités de veille en France. Cette entraide est nécessaire. Pour nous, faire de la veille tout seul n’a strictement aucun intérêt, c’est voué à l’échec. Selon vous, la France est-elle innovante ? Oui clairement. Il existe plein de petites boîtes qui font des super produits ! Pour nous, le problème n’est pas l’innovation. En informatique nous avons l’Institut National de Recherche en Informatique et Automatisme (Inria) qui est un des meilleurs instituts au monde ; nous avons aussi d’excellents universitaires… Certes il reste encore un léger problème sur le marketing  :

« Éducation et formation sont très liées. »

DOCTICE_V12.indd 43

nos très bons produits ne sont pas forcément bien mis en valeur. Et l’autre problème est notre marché, tout petit par rapport aux États-Unis ou à la Chine. Mais nous l’avons, cette culture de l’innovation, et plein de jeunes l’ont ! La Silicon Valley est remplie de Français, Shanghai est aussi remplie de nos ressortissants… L’Atelier s’intéresse-t-il à l’évolution de l’éducation ? Il nous est essentiel de savoir comment fonctionne, apprend et réagit la jeune génération par rapport aux nouveaux outils numériques. Connaître les réactions des jeunes face au tableau numérique interactif ou à la baladodiffusion peut nous aider à améliorer l’approche de la formation interne à BNPParibas ou le déroulement des conférences de L’Atelier. En fait, éducation et formation sont très liées.

7/05/08 15:02:07


Doc Tice n°1   /// MAI 2008

LeWeb 2.0 participatif ! De plus en plus, la communauté des internautes évalue productions ou services, et devient plus influente que le critique ou que la pub ! Une évolution sociologique observée de près par les investisseurs.

L

e Web 2.0 est une évolution du web tel que nous le connaissons encore (web 1). Des pages souvent esthétiques qui ont pour but de donner des informations descendantes de celui qui les possède vers celui qui les consulte. Point. Le web 2.0 (terme inventé en 2004) est fondé sur l’idée de réseau et de parti­ cipation de tous les internautes à la construction des informations et des savoirs. Il donne à chacun la possibilité

DOCTICE_V12.indd 44

L’internaute n’est plus seulement un consommateur de contenus mais également un co-auteur du Web 2.0

d’interagir et de s’identifier à une communauté, de partager et de diffuser l’information au travers de portails, blogs, forums, wiki… Les maîtres mots sont : communauté et interaction. Les outils techniques qui le constituent ont pour but de faciliter la navigation et l’ergonomie. En bref, la philosophie du web 2.0 c’est : les internautes deviennent acteurs, informations et services sont partagés. L’un des exemples le plus connus est l’encyclopédie en ligne Wikipédia. n

7/05/08 15:02:09


Plurielles 45



ENTRETIEN

« L’accélération pédagogique » Documental, « l’observatoire impertinent des Systèmes d’Information », veut aider les entreprises à prendre du recul sur les évolutions de l’informatique, de leurs technologies et de leurs usages (www.documental.com). Christophe Deshayes, président de Documental

1

Comment définissez-vous le Web 2.0 ? L’expression 2.0 symbolise l’arrivée d’une version majeure du web. Au-delà d’une personnalisation plus aisée des contenus, c’est la participation des internautes au système qui fonde la nouveauté. Avec le Web 2.0, l’internaute n’est plus seulement un consommateur de contenus mais également un co-auteur, un contributeur. D’où un phénomène comme le regroupement en communautés d’intérêts, dont les sites de partage sont le plus frappant exemple. Si la première conférence dédiée au Web 2.0 date d’octobre 2004, la qualification 2.0 ne s’est vraiment imposée que fin 2005. De par sa configuration simplifiée, son principe participatif et son accessibilité, le Web 2.0 présente un réel intérêt éducatif car on comprend mieux ce à quoi on collabore.

2

« Utiliser avec pertinence la dimension ludique des nouvelles technologie. »

DOCTICE_V12.indd 45

Pensez-vous que l’avenir de l’éducation passe par une individualisation dans l’apprentissage des savoirs ? L’individualisation des rythmes d’apprentissage est un vieux rêve qui mérite d’être poursuivi, mais en reconnaissant les limites de l’exercice. Ce qu’il faut surtout, c’est utiliser avec pertinence la dimension ludique des nouvelles technologies. À charge pour l’opérateur de ces outils novateurs, en l’occurrence l’enseignant, de générer un maximum d’intérêt dans un temps limité, celui d’un cours. Le grand intérêt de l’interactivité, c’est évidemment la participation active des élèves. Peut-on dire que l’intégration des nouvelles technologies est une révolution pédagogique ? En tout cas c’est assurément une accélération, un grand pas en avant.

7/05/08 15:02:14


46 Plurielles

ENTRETIEN

« Un monde sans fil » Jean-Marc Dubreuil, Président Directeur Général d’Intel France

Doc Tice n°1   /// MAI 2008

Intel, leader mondial de micro-processeurs, pionnier de l’informatique nomade et sans fil, apporte son expertise technologique pour répondre aux attentes de tous, en particulier de la communauté éducative.

1

Où en est-on aujourd’hui du « sans fil » au quotidien ? Pour répondre aux attentes et souvent les devancer, Intel s’attache à élargir les possibilités du sans-fil au quotidien, en assurant une communication radio transparente entre les ordinateurs, les objets nomades et les appareils audiovisuels. Pour concrétiser un monde sans fil, il ne suffit pas, en effet, de « couper le cordon ». Encore faut-il éliminer, un par un, les obstacles qui compliquent les échanges entre PC portables et téléphones mobiles, entre baladeurs numériques et chaînes stéréo, entre appareils photo et imprimantes… C’est en faisant tomber ces contraintes grâce à la recherche, à la normalisation et à l’évolution de tous les appareils concernés que nous pourrons vraiment explorer toutes les perspectives que nous ouvre un monde sans fil.

DOCTICE_V12.indd 46

2

Pour Intel, que signifie accompagner l’enseignement au XXIe siècle ? Au chapitre des objets nomades, par exemple, Intel met au point les technologies qui miniaturisent leur design tout en les rendant encore plus performants, plus économes en énergie, dotés d’une plus longue autonomie et administrables à distance. Autre champ de recherche pour nous : les réseaux. Moteur d’innovation en ce domaine, Intel travaille à améliorer la bande passante, la couverture, la flexibilité et la sécurité des réseaux sans fil, au service de connexions mieux sécurisées, plus simples à établir et transparentes.Bref, accompagner l’enseignement du XXIe siècle, c’est, pour Intel, contribuer à l’émergence d’outils pédagogiques adaptés aux enfants et aux enseignants, en permettant à tous d’accéder au savoir dans les meilleures conditions possibles.

7/05/08 15:02:18


Pour le futur de nos enfants Hélène Marchi, en charge de l’éducation pour Intel France, propose ici ses axes de réflexion

Nos enfants grandissent dans un monde d’images, un univers changeant et trépidant avec le multimédia, les jeux vidéo et Internet. Cela modifie leur façon de découvrir, d’apprendre, et les moyens de capter leur attention doivent évoluer en conséquence. L’informatique n’a pas la prétention d’être le remède miracle. C’est un outil supplé­ men­t aire, utile pour l’acquisition des connaissances par son ouverture sur le monde, au service d’une entreprise éducative qui reste toujours difficile quand il s’agit d’éveiller la curiosité. Le savoir devient accessible n’importe où et à tout moment, à l’intérieur de la classe comme à l’extérieur. L’utilisation de classes mobiles et de tableaux numériques interactifs en classe facilite un enseignement coopératif et individualisé, vecteur de réussite éducative. n

DOCTICE_V12.indd 47

Les 6 clés de la réussite du numérique à l’école • Un partenariat local fort entre la ville et l’Éducation nationale • Un réseau mutualisé et sécurisé des écoles • Un équipement informatique haut de gamme (Wifi) généralisé • Un ENT (environnement numérique de travail) avec des services et des contenus • Un centre de ressources composé d’équipes mixtes ville (techniciens informatique) et Inspection académique (équipe Tice), pour la formation, l’assistance et la maintenance • Un chef de projet garant de la réalisation, du suivi, de la coordination et de l’animation

7/05/08 15:02:20


48 Lexique

Doc DocTice n°1   /// MAI 2008

Sens poly-TIC

Classe nomade/mobile (p. 14)

C’est un meuble contenant de 6 à 32 ordinateurs portables selon les constructeurs, une ou deux bornes Wifi, une imprimante. Les ordinateurs sont reliés entre eux grâce au Wifi et l’ordinateur-maître peut prendre à distance le contrôle de tous les autres postes. Ce dispositif permet de transformer n’importe quelle salle de cours en véritable salle multimédia sans fil. © www.tice.ac-versailles.fr

Avec mon mp3, je charge via les RSS pour le TNI branché au Cube et je diffuse sur l’ENT et sur mon wiki. C’est bon pour le B2i… Petit lexique pour comprendre…

CubeTice (p. 18) Vidéoprojecteur multifonction équipé de haut-parleurs, d’un lecteur dvd compatible DivX et d’une base rotative. Il permet de lire des fichiers vidéo et audio à partir d’une clé USB, d’un mp3, d’un dvd ou d’un ordinateur. Petit et maniable, il peut être utilisé à la place du chariot multimédia (mobilier qui comprend un ordinateur couplé à un vidéoprojecteur, un lecteur de dvd-vidéo, un magnétoscope, deux enceintes amplifiées ou un amplificateur audio et deux enceintes).

Baladodiffusion (p. 10) Mode de diffusion multimédia permettant aux internautes, par abonnement à des flux RSS, d’automatiser le téléchargement de contenus radiophoniques, audio ou vidéo transférables sur un lecteur numérique (mp3) et destinés à être écoutés ou visionnés en différé. Pour l’utilisation scolaire, elle permet d’avoir un accès individuel à des contenus numériques dans et à l’extérieur de l’établissement.

DOCTICE_V12.indd 48

7/05/08 15:02:27


Brevet Informatique et Internet : B2i (p. 31) Attestation du niveau acquis dans la maîtrise des outils multimédias et de l’Internet après un apprentissage destiné à rendre l’élève autonome dans toute utilisation ultérieure.

ENT (p. 21) TNI/TBI (p. 6) Tableau numérique interactif ou tableau blanc interactif. Associé à un ordinateur et à un vidéoprojecteur, le tableau interactif permet d’écrire, comme sur un tableau « classique », et de mettre en œuvre des logiciels directement depuis la surface du tableau. Par ailleurs, toutes les actions effectuées sur le tableau numérique peuvent être enregistrées. © Educnet

Espace (ou environnement) Numérique de Travail. Portail interactif accessible de n’importe quel ordinateur connecté à l’Internet. Il offre un point d’entrée unique et personnalisé, sécurisé et protégé avec un mot de passe.

RSS Un flux (ou fil) RSS (Rich Site Summary ou Really Simple Syndication) est un format de partage de contenu web repérable via des icônes spécifiques. Ce système permet de diffuser en temps réel les nouvelles des sites d’information ou des blogs, ce qui permet de rapidement les consulter sans visiter le site.

Wiki Du mot hawaïen « WikiWiki », qui signifie « vite », les Wikis sont des sites web coopératifs et communautaires. Tout visiteur peut à volonté éditer et modifier de façon simple et rapide n’importe laquelle de ses pages. Aujourd’hui utilisés par des communautés professionnelles ou non, pour collaborer sur des projets collectifs, ils sont associés au Web 2.0 (p. 44).

Visioconférence (p. 20) Par « visioconférence » on entend tout système de communication audio et vidéo à distance en mode synchrone. C’est donc la combinaison de deux technologies : • La visiophonie ou vidéotéléphonie, permettant de voir et de dialoguer avec son interlocuteur ; • La conférence multipoints ou « conférence à plusieurs », permettant d’effectuer une réunion avec plus de deux terminaux.

DOCTICE_V12.indd 49

Retrouvez les informations sur les fournisseurs répertoriés dans l’académie de Versailles, les matériels et les coûts sur

www.doctice.fr 7/05/08 15:02:34


Retrouvez Doctice en ligne ! www.doctice.fr

- des informations - des vidéos - des tutoriels - des liens - l’actualité des partenaires de l’académie de Versailles

Abonnez-vous au fil RSS

DOCTICE_V12.indd 2

www.doctice.fr

7/05/08 14:59:54


DocTice