Page 1

2013 – Juillet    Page 1 / 45 

REPUBLIQUE FRANCAISE LIBERTE – EGALITE – FRATERNITE -------DEPARTEMENT D’INDRE-ET-LOIRE Préfecture de Tours

« VAL D’AMBOISE »  

PROCES‐VERBAL DU CONSEIL de la COMMUNAUTE    COMMUNAUTE DE COMMUNES VAL D’AMBOISE       

Session ordinaire   

SEANCE DU  JEUDI 4 JUILLET 2013  A 18h30        Date de la convocation :     Le 26 Juin 2013    Date d’affichage :    Le 26 Juin 2013    Nombre de conseillers  Communautaires :     En exercice : 45  Présents :    44  Votants :      44     

Le Conseil de la Communauté de Communes Val d’Amboise,  Légalement convoqué s’est réuni en son siège, sous la présidence de  Monsieur Claude COURGEAU.  Présents :  Monsieur  Claude  COURGEAU  Président,  Monsieur  Christian  GUYON,  Madame  Françoise  DUPONT  suppléante  de  Madame  Isabelle  GAUDRON,  Madame  Catherine  PREEL  suppléante  de  Monsieur  Jean‐ Claude  GAUDION,  Monsieur  Michel  GASIOROWSKI,  Monsieur  Daniel  DURAN,  Monsieur  Michel  NYS,  Madame  Chantal  ALEXANDRE,  Madame  Nelly  CHAUVELIN,  Madame  Evelyne  LATAPY,  Monsieur  Philippe  LEVRET,  Madame Valérie COLLET suppléante de Madame Marie‐Christine GRILLET,  Monsieur  Daniel  ANDRE,  Monsieur  Claude  MICHEL,  Monsieur  Georges  RENAUD,  Madame  Huguette  DELAINE,  Madame  Martine  ROBINET,  Monsieur René CLERQUIN, Monsieur Gérard CARREAU, Monsieur Norbert  FLAD,    Madame  Edwige  DUBOIS,  Madame  Marie‐France  TASSART  suppléante de Monsieur Dominique RIGAULT, Madame Françoise DUBOIS  suppléante  de  Madame  Marie‐Josée  BARBIER,  Monsieur  Jean‐Pierre  CHABERT,  Madame  Claudine  GILET  suppléante  de  Monsieur  Jean‐Pierre  BODIER,  Madame  Nadège  MARCHAND  suppléante  de  Madame  Marie‐ Claire  JAUTROU,  Monsieur  Patrick  OESTERLE,    Monsieur  Jean‐Pierre  SCHUBERT,  Monsieur  David  BENOIT,  Monsieur  Damien  FORATIER,  Monsieur  Jean‐Pierre  VINCENDEAU,  Monsieur  Maurice  PLY,  Monsieur  Pierre  MORIN,  Madame  Lydie  ALLOUIN  suppléante  de  Monsieur  Gérard  LECOQ,  Madame  Dany  TOURNIER,  Madame  Catherine  MEUNIER,  Monsieur  Jean‐Claude  LOUET,  Madame  Simone  GEMOND‐MAURICE,   Monsieur  Jean  MICHAUX,  Madame  Martine  LORIANT  suppléante  de  Madame  Annie  BROCHARD,  Monsieur  Yves  LEGROS,  Monsieur  Laurent  BOREL, Monsieur Richard ROIG, Monsieur Bruno CHERIOUX.    Excusé(s): Messieurs GAUDION, RIGAULT, BODIER et LECOQ. Mesdames  GAUDRON, GRILLET, BARBIER, JAUTROU, et BROCHARD.  Absent(s) : Monsieur Dominique BERDON  Secrétaire de séance: Monsieur Damien FORATIER 

La séance débute à 18h35.  Le  Président  procède  à  l’appel,  le  quorum  étant  atteint,  il  désigne  Monsieur  Damien  FORATIER  secrétaire de séance.  Le procès‐verbal précédent en date du 30 Mai 2013 est approuvé.         


2013 – Juillet    Page 2 / 45  Délibération n°2013 – 07 ‐ 01    Finances  RENEGOCIATION DE L’EMPRUNT DEXIA    Monsieur Claude COURGEAU, Président de la Communauté de communes Val d’Amboise, procède à  la lecture du rapport suivant.    1‐ Contexte financier    1.1 Le montant des encours toxiques aujourd’hui.    Ceux‐ci  sont  désormais  estimés  à  13‐15  milliards  d’euros  toutes  banques  et  établissements  confondus. Les encours « logés » dans Dexia s’élèvent à 11 milliards répartis comme suit :    10 milliards SFIL (actionnaires CDC – Poste – Etat)      1 milliards DCL (Dexia)  La désensibilisation de ses emprunts impliquerait pour l’Etat, s’il prenait en charge les indemnités à  payer,  un  coût  de  15  à  22  milliards  d’euros  en  fonction  du  type  de  prêt  (chiffres  Acteurs  publics  contre les emprunts toxiques).    1.2 Le titulaire actuel du prêt.  Dans  la  liquidation  ‐  partage  qui  s’est  effectuée  en  début  d’année,  le  prêt  de  Val  d’Amboise  est  « logé »  dans  DCL.  Cette  structure  a  en  charge  l’ensemble  des  encours  de  la  banque  Dexia  (280  milliards dont 1 milliard d’emprunts toxiques) afin d’être liquidée sur une période de 50 ans.  Cette structure est sous surveillance de la commission européenne.    DCL n’est pas une banque au sens stricto‐sensu du terme mais une structure de « fin de vie » qui a  pour objectif de liquider les actifs de l’ancienne banque Dexia.    Elle a néanmoins obtenu de pouvoir lever et  de prêter 600 millions d’euros sur 2 périodes : du 1er  janvier 2013 au 31 juillet 2013 et du 1er juillet 2014 au 31 décembre 2014 pour « accompagner » les  collectivités  locales  dans  leur  désensibilisation  des  encours  de  prêts  structurés.  Sa  capacité  à  proposer  des  produits  bancaires  comme  les  autres  banques  de  la  place  est  donc,  à  priori,  limitée  dans le temps.    1.3 L’évolution du rapport Franc Suisse / Euro  Le prêt a un cours plancher de 1,44 qui lui garantit un prêt de 4,69%. Le Franc Suisse a quasiment  atteint la parité en août 2011 ce qui aurait porté le taux du prêt à plus de 20%.    Au 1er janvier 2013, avec un cours à 1,2079, le taux était de 14.3075.    Le plancher  de 1,20 est  un niveau  que  les autorités helvétiques se sont engagées à « maintenir »  afin d’éviter les montants atteints en 2011. Ce niveau est respecté depuis un an. Une évolution à la  hausse est constatée depuis plusieurs  mois.    30 avril 2013    1,2279    taux  13,7696 %    1er  juin 2013    1,244    taux d’environ  13 %  Les marchés financiers n’anticipent pas une hausse du Franc Suisse.  Une évolution à la hausse ou à la baisse de 2 centimes de cette parité conduit à une évolution des  taux d’intérêts de 0.75 % 


2013 – Juillet    Page 3 / 45  Montant emprunté

Durée année

Taux %

Valeur Franc Suisse

Annuité

Total intérêts payés

Total annuités payées

prêt initial

2 585 588 €

24

4,69

1,44

168 832 €

1 868 482 €

4 454 070 €

01/01/2013

2 585 588 €

24

14,3075

1,2079

417 307 €

5 697 079 €

8 282 667 €

01/06/2013

2 585 588 €

24

12,7845

1,244

382 715 €

5 091 516 €

7 677 104 €

xx/xx/xxxx

2 585 588 €

24

10

1,32

306 127 €

3 983 971 €

6 569 559 €

xx/xx/xxxx

2 585 588 €

24

17

1,126

487 118 €

6 772 752 €

9 358 340 €

L’évolution de  la  parité  Franc  Suisse  ‐  Euro  rend  très  aléatoire  toute  prévision  sur  le  montant  de  l’annuité avec un impact sur un budget à redéfinir chaque année.    1.4 Conditions de sortie d’un emprunt structuré.  Outre le capital restant dû, le banquier est en droit de demander une indemnité de remboursement  anticipé égale :  ‐ Aux intérêts non perçus durant la période restante du prêt.  Ces intérêts peuvent être calculés de 2 manières :  ‐ Le taux d’intérêt constaté à la date du remboursement anticipé.  ‐ Les taux d’intérêts simulés sur la période restante.  Dans le cas présent,  suivant la méthode employée, ceux‐ci oscillent entre 3,8 M et 4,5 M. Le prêt  ayant été revendu à des conditions non connues de Val d’Amboise, c’est la deuxième solution qui  est retenue par la banque.  Cette indemnité de remboursement anticipé (IRA) s’ajoute au capital restant dû (CRD).  Ces conditions « classiques » sont les mêmes pour toutes les collectivités.    2‐ Contexte juridique  2.1  Aucun jugement définitif avant 4 ans    Le  premier  jugement  intervenu  au  printemps  2013  entre  Dexia  et  le  Conseil  Général  93  a  été  interjeté en appel ; un jugement définitif (appel + cassation) n’est pas prévu avant fin 2017.    Pour  Val  d’Amboise,  si  la  médiation  judiciaire  était  interrompue,  le  premier  jugement  n’interviendrait pas avant début 2014 et si appel et cassation, alors un jugement définitif fin 2018.    2.2  Une augmentation du nombre de recours assez faible.    Les recours réels (et non annoncés) auprès du TGI de Nanterre et Paris dépassent les 200  pour plus  de  1 000  contrats  en  cause.  Les  droits  à  recours  s’éteignant  au  fil  du  temps,  le  pourcentage  de  recours sera de 20% mais pour un encours plus important (40 % environ).    2.3  La Médiation    Qu’elle  soit  à  l’initiative  du  juge  ou  des  parties  en  présence,  plusieurs  actions  de  conciliation  sont  menées parallèlement à l’instruction du procès. L’action en justice est fortement déconseillée… par  les banquiers qui ne refusent cependant pas une conciliation pendant l’instruction.   


2013 – Juillet    Page 4 / 45  Plusieurs  actions  de  médiation  ont  connu  des  issues  positives  ces  dernières  semaines  (exemples :  Asnières, un Conseil Général…).    2.4  L’intervention hypothétique de l’Etat et du législateur    Une action du législateur pour « aider » les collectivités à se désengager de ces postes se heurte au  montant  des  enjeux  financiers  (l’Etat  français  étant  un  garant  de  DCL  et  de  la  SFIL).  Le  déficit  de  l’Etat français s’est aggravé en 2012 de 1,5 milliards du fait de la garantie de l’Etat. Il faudrait une  somme 10 fois supérieure pour « solder » la situation.  Le  fonds  de  solidarité  existant  (50  millions  d’euros)  pourrait  être  abondé,  mais  il  devrait  être  multiplié par 100 pour couvrir 1/3 des besoins.    Une annonce du premier ministre devrait être faite en ce sens début Juillet. Un projet de loi serait  déposé  à  l’automne  légalisant  l’absence  du  TEG  dans  les  contrats.  L’aide  serait  ciblée  « petites  communes » et « SFIL » ; les provisions seraient imposées aux collectivités.    2.5  Aucune aide des services de l’Etat    Seules  les  collectivités  confrontées  aux  mêmes  difficultés,  et  qui  ont  fait  le  choix  d’en  parler  ouvertement, acceptent de s’entraider quelle que soit la taille des communes ; elles sont un soutien  moral et technique important.    3‐ Quelle stratégie juridique  Val  d’Amboise  a  été  parmi  les  premières  collectivités  à  engager  une  procédure  juridique  devant  l’absence  de  proposition  pertinente  de  Dexia.  Cette  procédure  juridique  a  eu  pour  effet  au  bout  d’un  an  de  voir  le  juge  du  TGI  de  Nanterre  proposer  aux  parties  en  présence  une  médiation  judiciaire. Il s’agit de la deuxième médiation proposée au niveau national. La durée de la médiation  est limitée dans le temps (2 fois 3 mois) et celle‐ci prend fin le 5 Juillet 2013.    Plusieurs  réunions  entre  les  parties  se  sont  tenues  en  présence  des  avocats  et  des  médiateurs,  depuis  février  dernier,    avec  pour  objet  de  tenter  d’arriver  à  un  compromis  et  d’abandonner  le  procès en cours. Les dernières propositions de Dexia arrivent au terme d’une négociation longue et  ardue. Il convient désormais de prendre une position sur la clôture de cette médiation.    3.1    Mettre  fin  à  la  médiation  et  attendre  un  jugement  définitif  et  une  éventuelle  intervention du législateur    ‐ Selon les avocats eux‐mêmes, si le premier jugement intervenu laisse un petit espoir (sur un point  de forme du contrat) l’incertitude judiciaire reste grande. Le Conseil Général 93 a été débouté sur  tous les points de fonds.    ‐ Les intérêts de retards et les frais d’avocat seront à financer dans les années qui viennent.    Val d’Amboise a déjà réglé plus de 18 000 € de frais d’avocat, médiation…    ‐  Les  conditions  économiques  de  débouclage  de  l’emprunt  ne  sont  pas  prévisibles  à  4  ans.  Aujourd’hui sont connues les conditions suivantes :     Des taux d’intérêt à long terme bas   Un franc suisse à 1,23 €  Il s’agit là de de deux fenêtres de réaménagement possible qui paraissent favorables.   


2013 – Juillet    Page 5 / 45  L’intervention du législateur semble aller dans le sens des banques (pour une sécurisation juridique  des contrats en légalisant l’absence de TEG) tout en donnant une contrepartie aux collectivités qui  négocieraient  une  sortie  de  ces  contrats  en  les  accompagnant  financièrement.  L’enveloppe  annoncée  reste  toutefois  très  faible  (moins  de  10  %)  face  aux  indemnités  de  remboursement  anticipé contractuelles.    3.2  Négocier dans le cadre judiciaire    Un accord de refinancement du prêt dans ce cadre se fait sous l’autorité du juge et est enregistré au  TGI. Il met fin au procès en cours sous réserve de validation des différentes parties.    Val d’Amboise délibère en conseil sur les termes de l’accord et autorise le Président, dans un cadre  précis, à signer ou non la médiation le lendemain à Paris au Bureau des médiateurs.    3.3  Cas particulier de l’échéance 2014.    Compte tenu de la procédure de fusion encours, il sera difficile de réitérer les délibérations prises en  2011  et  2012  car  elles  étaient  applicables  au  1er  janvier  de  l’année  suivante.  Elles  pourraient  faire  l’objet de contestation  de la banque et/ou de l’Etat compte tenu de la date d’échéance et du statut  du Président à ce moment‐là.  L’échéance  2014  devra  donc  être  payée,  en  cas  de  non  médiation,  aux  conditions  actuelles  du  contrat.    4‐ Proposition de Dexia issue des discussions  Val  d’Amboise  n’a  pas  de  flux  important  nouveau  à  solliciter  avant  plusieurs  années  (les  besoins  pour 2013 – 2014 sont au maximum de 1,2 M dont 580 000 € en 2013).     DCL  a  l’autorisation  de  la  CEE  dans  le  cas  de  sa  procédure  de  liquidation  à  50  ans  et  de  « désensibilisation » des encours toxiques de :   Prêter 600 000 000 € aux collectivités sur 2 périodes :  o Du 1er février 2013 au 1er août 2013  o Du 1er juillet 2014 au 31 décembre 2014   Prêter à un taux sans marge bancaire.   Calcul de l’IRA :  La  première  proposition  de  Dexia  a  été  d’un  montant  s’élevant  à  4 439 000  €  auquel  s’ajoute  le  capital restant dû de 2 585 000 € soit un total dépassant 7 000 000 €.     Après une deuxième réunion de médiation,  Dexia propose de refinancer le prêt actuel et une partie  de  l’IRA  au  taux  actuel  du  marché  sans  marge  pour  la  banque  soit  un  taux  avoisinant  les  2,3%  (estimatif).    En incluant une marge de 2,3 à 2,7% soit un taux de 5%, les produits financiers générés sur 24 ans  permettent de financer  l’ira à hauteur de 1 625 000 €.    Ainsi  le  30  avril  2013,  la  proposition  de  Dexia  était  le  CRD :  2 585 588  €  à  5% ;  une  indemnité  de  2 000 000 € à  5% payée sur 24 ans avec une affectation des frais financiers sur l’IRA à hauteur de  1 625 000 € et un solde à affecter de 800 000 €.    Les annuités stockées à la CDC étant payées  concomitamment Dexia abandonnait  les intérêts de  retard. Il a été demandé lors de cette réunion d’améliorer la proposition compte tenu de la baisse  actuelle des taux longs, de l’évolution du franc suisse et des annuités existantes stockées à la CDC. 


2013 – Juillet    Page 6 / 45    La nouvelle proposition de DEXIA au 4 Juillet 2013 est la suivante :  ‐ Refinancement de 2 000 000 € + 2 538 019,63 € = 4 538 019,63 € à 5 % maximum  

Montant emprunté 

Durée Taux  année % 

Proposition    4 538 019,63 €   23  Dexia  ‐ ‐

5

Valeur Franc  Suisse  1,22 

Annuité

Total intérêts  payés 

Total annuités  payées 

 320 634  €   3 379 043,33 €  7 917 062,96 €  

Paiement de l’indemnité restante de 350 000 €   Octroi d’un prêt de 580 000 € à un taux préférentiel de 3.63% (à long terme sur 30 ans) 

Si cette proposition était retenue elle permettrait :  ‐ A  Val  d’Amboise  de  sortir  définitivement  de  cet  encours  « toxique »  sur  une  durée  équivalente à l’emprunt initial. Le montant de l’annuité sera de l’ordre de 320 634 € soit un  montant inférieur de l’ordre de 100 000€ aux annuités payées en 2012 et 2013.  ‐ De payer une indemnité de remboursement anticipé de 2 350 000 €.  ‐ De mettre fin au conflit en cours.  Par ailleurs, l’indemnité restant à payer de 350 000 € après une dernière réduction de Dexia pourrait  à titre de solidarité du budget principal envers son budget assainissement être réglée par le budget  principal grâce à des recettes nouvelles, des économies réalisées et le redéploiement de crédits non  utilisés.    Pour  redonner  un  peu  de  souplesse  au  budget  assainissement,  le  budget  principal  prendra  à  son  compte la réalisation des travaux des ateliers et bureaux devant héberger ces services à la ferme de  la  Girardière.  L’ensemble  des  besoins  de  financement  du  budget  principal  atteindra  par  voie  de  conséquence 580 000 €. La banque Dexia accordera un prêt d’une durée exceptionnelle de 30 ans  au taux maximum de 3,65 % ce qui représente un dernier « geste » de sa part.      Il est proposé au Conseil Communautaire d’approuver la délibération suivante.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,   Vu l’avis favorable de la Commission finances et personnel du  24 Juin 2013,  Vu l’avis du Bureau du 19 Juin 2013,  Vu le rapport présenté,  Décide     D’accepter de renégocier l’emprunt structuré Dexia Dual n°MPH273731EUR    Article 1er :   selon les modalités suivantes :   Paiement d’une indemnité de 2 350 000 € qui sera financée :  o Sur  le  budget  assainissement  par  un  emprunt  de  2 000 000€  à  un  taux fixe de 5% maximum sur 23 ans.  o Par  versement  d’une  somme  de  350 000  €  provenant  du  budget  principal.    D’autoriser  le  Président  à  signer  un  contrat  de  prêt  à  taux  fixe  de  5  %  Article 2 :  maximum pour 23 ans (durée résiduelle du contrat en cours) avec la Société  Dexia Crédit Local d’un montant de  global de 4 538 019,63 €.   


2013 – Juillet    Page 7 / 45  Article 3 : 

Article 4 :    Article 5 : 

D’autoriser le Président à procéder au déblocage des sommes consignées à  la Caisse des Dépôts et Consignations pour le versement des annuités 2012  et  2013.  En  l’échange  de  ce  déblocage  de  fonds,  la  Société  Dexia  Crédit  Local ne demandera pas d’intérêts de retard.  D’autoriser  le  Président  à  mettre  fin  à  la  procédure  en  cours  et  à  signer  toute pièce s’y rapportant.  D’autoriser le Président à lever un emprunt de 580 000 € sur une durée de  30  ans  à  un  taux  fixe  maximum  de  3,65  %  pour  le  financement  des  investissements du budget principal. 

Madame ALEXANDRE prend la parole : « Sortir de l’emprunt structuré de Dexia est une décision  que  nous  soutenons  et  nous  vous  sommes    grés  des  démarches  que  vous  avez  entreprises  Monsieur le président.  La proposition de médiation que vous nous soumettez ce soir, présenté comme « à saisir de  toute urgence » renchérit le montant de la dette de 2,58 millions. Avec un total d’annuité finale  de 7,9 million alors que 7,6 serait à rembourser dans la situation actuelle, difficile de voir l’effort  consenti par la banque.   Le gouvernement s’apprête à mettre en place un nouveau fond de soutien pluriannuel pour  apporter des solutions aux collectivités courant juillet. Attendre de connaitre les propositions de  ce dispositif avant de  nous engager avec Dexia qui comme par hasard nous presse de signer  est  une question de bon sens que j’espère chaque conseiller communautaire aura  en votant contre la  proposition de la banque.  Par  ailleurs, je fais partie  du comité de pilotage qui travaille sur la mise en place  d’une part  forfaitaire pour la redevance assainissement dont l’objectif initial était de facturer les abonnés qui  ne  consomment  pas  d’eau  mais  en  rejettent  en  station.  Or  nous  apprenons  au  cours  d’une  réunion  qu’il  faut  trouver  entre  100  à  200 000  €  de  recettes  supplémentaires  pour  le  prochain  budget soit une augmentation de 5 à 10 % de la redevance. Si nous signons ce nouveau contrat  avec Dexia, le capital de la dette à rembourser va presque doubler puisque  qu’il faut ajouter  à  l’emprunt    de  2,5  millions  les  2,35  millions  de  l’énorme  indemnité  de  pénalité.  Il  faudra  augmenter fortement la redevance pour réaliser les investissements à venir qui  sont nombreux et   les travaux  d’entretien  qui sont déjà en souffrance. C’est un bien lourd fardeau que nous allons  laisser à la future communauté de communes.  Vous  prônez  comme  solution  cet  accord  car  il  nous  sort  du  risque  de  la  baisse  du  taux  de  change Suisse mais la pénalité de sortie est prohibitive, inacceptable et nous avons un autre choix.  Le président de l’association  des acteurs publics contre les emprunts toxiques, Maurice Vincent et  maire de Saint Etienne exhorte les collectivités à  engager des poursuites. Le  tribunal de grande  instance de Nanterre a annulé  les taux d'intérêt considérés comme usuraires de  prêts contractés  par le conseil général de Seine‐Saint‐Denis sur un vice de forme, l’absence du taux effectif global.  Notre dossier comporte cette même faille.  Vous affirmez que le gouvernement va légaliser cette  absence, mais d’après la Tribune, Bercy vient d’écarter cette hypothèse car trop hasardeuse sur le  plan juridique.  De plus contrairement au CG du  93, notre collectivité n’avait pas les compétences en interne  pour comprendre les produits financiers proposés, Dexia n’a pas mis en garde Val d’Amboise sur  les risques qu’elle encourait. Reprenons l’action en justice comme les 200 autres collectivités pour  nullité de contrat ou en responsabilité de la banque pour  son obligation d’information, de conseil  et de mise en garde défaillante. Notre décision ce soir est capitale car nous devrons cesser toute  poursuite si monsieur le président vous signez cet accord, reconnaissant ainsi notre responsabilité  entière et douanant la banque qui a présenté ces emprunts  comme anodins, sécurisés... mais qui  se sont avérés de redoutables produits spéculatifs. »  Arrivée de Madame Valérie COLLET à 19h10.   


2013 – Juillet    Page 8 / 45  Monsieur  CARREAU  demande  si  dans  le  passage  « toutes  banques  confondues »  cela  signifie  françaises et européennes ? Il lui est répondu oui.    Monsieur    NYS  ajoute :  « Lors  de  la  réunion  de  la  commission  des  finances,  vous  nous  avez  présenté  la  délibération  que  vous  nous  demandez  de  voter  aujourd’hui.  La  majorité  de  la  commission  a donné un  avis favorable argumentant  que la raison  principale était de dédouaner  les élus en place d’un emprunt toxique qui avait été une erreur, il y avait urgence afin de profiter  d’une négociation estimée intéressante avec un taux de 5 %, mais avec la contrainte de payer une  indemnité  de  renégociation  de  2 350 000  €  (2 000 000  €  incorporés  au  nouvel  emprunt  et  350 000€ comptant).  Monsieur  LEVRET  et  moi‐même  avons  désiré  réfléchir  avant  de  prendre  position.    Il  nous  fut  rappelé  le  secret  de  cette  négociation ?  A  la  réflexion,  les  observations  suivantes  vous  sont  proposées accompagnées d’une façon de négocier l’emprunt toxique. Le nouvel emprunt négocié  est d’une valeur de 4 538 019 € suite aux 2 000 000 € d’indemnité ajoutée.  Le taux d’intérêt de 5%, soit disant attractif, est trompeur. Les annuités versées au bout de 23 ans  (plus de 8 000 000 €) de ce nouvel emprunt sont de même valeur que celles de l’ancien emprunt  de 2 585 588 € au taux de 12,9 % correspondant au rapport Franc Suisse/Euro actuel de 1,25. Avec  le nouvel emprunt négocié, l’encours de la dette sera plus important  ce qui peut être un handicap  pour des emprunts futurs.  Les  annuités  de  313 647  €  seront  constantes  durant  23  ans  et  affecteront  le  budget  de  l’assainissement  sans  espoir  de  diminution.  L’emprunt  existant  sur  23  ans  peut  bénéficier  de  l’écart de taux Franc Suisse/Euro. Les annuités peuvent descendre jusqu’à 200 000 € et améliorer  le  budget  assainissement.  Le  taux  peut  varier  d’un  taux  plafond  à  1,25  jusqu’au  taux  plancher  initial de 1,44.  La négociation serait alors à l’avantage de la communauté. Il faut donc négocier l’ancien emprunt  avec un avenant créant un taux plafond de 1,25 ou mieux 1,30.  Cette  éventualité  de  taux  maîtrisé  avec  un  plafond  n’est  pas  un  leurre.  On  se  protège  d’une  nouvelle  crise.  La  crise  actuelle  ne  peut  durer,  avant  la  crise  et  pendant  des  années  le  rapport  avoisinait 1,60.  L’article  paru  dans  les  Echos  de  lundi  dernier  signé  par  Patrick  LEGRAND  responsable  de  la  recherche à la Société Générale dit  « l’amélioration des perspectives de la zone euro va favoriser  une  dépréciation  du  Franc  Suisse  au  cours  des  prochains  mois.  D’ici  un  an,  les  stratégistes  prévoient  une  baisse  du  Franc  Suisse  à  1,35  contre  l’euro.  Ce  cours  reste  très  en  dessous  de  sa  juste valeur de long terme estimée au tour de 1,42 ».  Cette éventualité permet  de prévoir des annuités  de 208 000 € proches  de  celles existantes à la  signature du prêt en 2006 et à des annuités totales en moyenne diminuées de plus de 2 000 000€  (soit la valeur des indemnités demandées aujourd’hui).  Peu de risques sont pris avec cette solution, puisque le ministère des finances suisse qui, sous la  pression, s’était imposé un taux plafond de 1,20 prévoit de le passer à 1,25 puis à 1,30.  Pour conclure, il est urgent de patienter, d’attendre. Ne pas prendre de délibération aujourd’hui  est une décision de bon sens. Négocier par un avenant un taux plafond de 1,35 pour avoir 1,30 et  se  créer  des  non  dépenses  lors  des  23  années  à  venir.  L’obtenir  nous  dégagerait  de  toutes  les  contraintes juridiques dont les conclusions seraient longues et discutables. C’est ce que nous vous  proposons aujourd’hui. »    Monsieur  Christian  GUYON  trouve  la  pénalité  de  2  millions  d’euros  énorme  et  pense  que  de  vouloir sortir à tout prix avant Janvier 2014 n’est pas la solution, cela ne servira qu’à « plomber »  la future communauté de communes. Il demande si la communauté de communes des Deux Rives  est au courant et que pense‐t‐elle de cette situation ? Pour finir, il ajoute que les élus d’Amboise  voteront bien évidemment contre cette délibération.    Monsieur René CLERQUIN précise que le Conseil municipal de Chargé avait décidé de voter contre  tout comme la commune d’Amboise.   


2013 – Juillet    Page 9 / 45  Madame  Edwige  DUBOIS  intervient  et  rappelle  à  Monsieur  NYS  qu’au  moment  où  cet  emprunt  avait été approuvé, il faisait également partie des élus votants. Elle demande qu’aujourd’hui les  élus votent « pour » afin de ne pas renouveler les erreurs passées.    Monsieur Jean MICHAUX ajoute que personne n’est en mesure de connaître le jugement dans les  prochaines  années  (4  ans)  et  que  tout  le  monde  l’ignore.  Il  rappelle  également  que  lors  des  réunions Profusion, il n’a jamais été évoqué cette question financière.    Madame Catherine MEUNIER demande si la proposition de Monsieur NYS est envisageable ?    Monsieur Philippe LEVRET trouve que d’un point de vue juridique le travail fait était un peu léger  et  que  18 000€  pour  un  cabinet  d’avocats  spécialisés  n’étaient  pas  une  somme  suffisamment  élevée.  Concernant  le  prêt  complémentaire  de  580 000€,  il  demande  pourquoi  une  durée  de  30  ans  et  pas  24  ans  comme  pour  le  précédent  afin  de  tout  clôturer  en  même  temps ;  il  demande  également  pourquoi  les  avocats  n’étaient  pas  présents  ce  soir  afin  d’expliquer  cette  situation  à  l’assemblée.    Monsieur Claude COURGEAU répond que ce cabinet d’avocats n’avait pas été choisi au hasard et  que  la  durée  de  30  ans  était  la  plus  appropriée  grâce  à  son  taux  très  bas  et  sera  donc  quasi  indolore.  Le  Président  trouve  que  le  scénario  de  Monsieur  NYS  est  idéal  mais  s’il  n’a  pas  été  retenu c’est que celui‐ci était trop risqué, que cela se jouait sur des suppositions. Aujourd’hui, la  collectivité n’est plus sur de l’hypothétique mais sur du concret. Personne ne peut connaître les  taux dans 10 ans et personne ne peut assurer que la situation actuelle s’améliorera et quand.    Monsieur  NYS  demande  si  le  Président  souhaitait  que  cette  situation  de  crise  dure  pendant  24  ans ?    Le  Président  lui  répond  que  bien  évidemment  non  mais  que  la  situation  économique  n’est  pas  stable. Il ajoute que Monsieur Maurice VINCENT – Président de l’association des acteurs publics  contre les emprunts toxiques – « considère que les collectivités touchées pourraient accepter de  renégocier leurs crédits à un taux fixe de 5% ».  La négociation est le seul moyen de revenir à une  gestion  maîtrisée  des  charges  financières  dans  un  délai  court.  Le  combat  moral  contre  la  commercialisation  abusive  de  ces  produits  par  les  banques  est  légitime  mais  il  peut  devenir  un  fiasco économique. Il n'est pas question de prendre ce risque.    Monsieur Daniel DURAN demande quel est l’effort de Dexia dans le cadre de cette médiation ? et  trouve  qu’en  renégociant  un  prêt  on  ne  devrait  pas  payer  les  indemnités,  encore  moins  aussi  lourdes.    Le Président répond que ceci est un compromis acceptable pour sortir de cette situation et savoir  où la communauté de communes va plutôt que de rester dans l’incertitude.    Monsieur Gérard CARREAU trouve que le risque n’est pas si important sachant que la crise va finir.    Pour conclure, le Président propose à l’assemblée de bien vouloir voter, et procède à la lecture de  la délibération. Ce vote se fera à bulletin secret       Pour :  23 ;   Contre : 18 ;   Abstention : 3  Vote à bulletins secrets :    Délibération n° 2013 – 07 – 02    Finances  DECISIONS MODIFICATIVES N°1   


2013 – Juillet    Page 10 / 45  Monsieur Jean‐Pierre SCHUBERT, Vice‐Président en charge de la commission Finances et Personnel,  procède à la lecture du rapport suivant.    La  présente  décision  modificative  a  pour  objet  le  financement  de  l’indemnité  de  remboursement  anticipé négociée auprès de Dexia par le budget principal et la réalisation de travaux d’ateliers et de  bureaux destinés aux services techniques de Val d’Amboise financés par emprunt.    Des  recettes  non  inscrites  au  budget,  l’affectation  de  la  quasi‐totalité  de  la  ligne  dépenses  imprévues  et  la  baisse  du  prélèvement  du  fonctionnement  vers  l’investissement  permettent  de  financer cette indemnité dans le budget de fonctionnement.    La baisse du prélèvement au niveau de l’investissement sera compensée par une baisse des crédits  d’études de 39 000€ au vu des résultats d’appel d’offres acquis et une baisse des crédits affectés à la  réalisation d’une aire d’accueil des gens du voyage.    La  réalisation  des locaux  destinés  aux  services  techniques  de  Val  d’Amboise  sera  effectuée  par  emprunt.     

EXERCICE 2013 ‐ BUDGET PRINCIPAL 

 

  SECTION DE FONCTIONNEMENT 

Opération   Imputation 

Libellé

Dépenses

Recettes

réelle

73112

Cot sur valeurs ajoutée des Entreprises 

  29 000,00 € 

réelle

74835

Compensation au titre des exonérations TH 

  18 700,00 € 

réelle

748313

Compensation au titre des exonérations Taxe Pro 

  43 700,00 € 

réelle

7411

Dotation forfaitaire 

  51 000,00 € 

réelle

668

Indemnité remboursement anticipé prêt 

   350 000,00 € 

réelle

022

Dépenses imprévues 

‐     80 000,00 € 

ordre

023

Virement à la section d'investissement 

‐   127 600,00 € 

 

 

 

TOTAL

Opération   Imputation 

    142 400,00 €     142 400,00 €   SECTION D'INVESTISSEMENT 

Libellé

Dépenses

Recettes

réelle

2031/413

Frais d'étude PARC AQUATIQUE 

‐     19 000,00 € 

réelle

2031/33

Frais d'étude POLE CULTUREL 

‐     20 000,00 € 

réelle

2313/020

Construction AIRE ACCUEIL GENS  DU VOYAGE 

‐     88 600,00 € 

réelle

2135/020   aménagement locaux Techniques 

   260 000,00 € 

réelle

1641

Emprunt

260 000,00 € 

ordre

021

Virement de la section de fonctionnement  

‐ 127 600,00 € 

TOTAL

    132 400,00 €     132 400,00 €  

Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,   Vu l’avis de la Commission Finances et Personnel du  24 Juin 2013,  Vu l’avis favorable du Bureau du 19 Juin 2013,  Vu le rapport présenté,  Décide  Que l’indemnité de remboursement anticipé de 350 000 € demandée dans  Article 1er :  le cadre du refinancement de l’emprunt toxique Dexia porté par le budget  assainissement sera payé par le budget principal de Val d’Amboise. 


2013 – Juillet    Page 11 / 45    Article 2 : 

D’approuver les décisions modificatives du budget principal : 

 

EXERCICE 2013 ‐ BUDGET PRINCIPAL   

 

  SECTION DE FONCTIONNEMENT 

Opération   Imputation 

Libellé

Dépenses

Recettes

réelle

73112

Cot sur valeurs ajoutée des Entreprises 

  29 000,00 € 

réelle

74835

Compensation au titre des exonérations TH 

  18 700,00 € 

réelle

748313

Compensation au titre des exonérations Taxe Pro 

  43 700,00 € 

réelle

7411

Dotation forfaitaire 

  51 000,00 € 

réelle

668

Indemnité remboursement anticipé prêt 

   350 000,00 € 

réelle

022

Dépenses imprévues 

‐     80 000,00 € 

ordre

023

Virement à la section d'investissement 

‐   127 600,00 € 

 

 

 

TOTAL

    142 400,00 €     142 400,00 €   SECTION D'INVESTISSEMENT 

Opération   Imputation 

Libellé

réelle

2031/413

réelle réelle  réelle 

2135/020   aménagement locaux Techniques 

réelle

1641

ordre

021

Dépenses

Recettes

Frais d'étude PARC AQUATIQUE 

‐     19 000,00 € 

2031/33

Frais d'étude POLE CULTUREL 

‐     20 000,00 € 

2313/020

Construction AIRE ACCUEIL GENS  DU VOYAGE 

‐     88 600,00 € 

   260 000,00 € 

Emprunt

260 000,00 € 

Virement de la section de fonctionnement  

‐ 127 600,00 € 

TOTAL

    132 400,00 €     132 400,00 €  

Pour :   27 ; Contre : 17 ;  Abstention : 0    Délibération n° 2013 – 07 ‐ 03    Finances  DECISION MODIFICATIVE N°2    Monsieur Jean‐Pierre SCHUBERT, Vice‐Président en charge de la commission Finances et Personnel,  procède à la lecture du rapport suivant.    Les  écritures  proposées  dans  cette  décision  modificative  pour  les  différents  budgets  sont  des  écritures d’ordre :  - De régularisation des excédents (au centime près)  - De mise en conformité des amortissements  - D’annulations de titres et de réinscription des recettes  Le budget ordures ménagères ayant inscrit un montant de dépenses imprévues en investissement  supérieur au pourcentage autorisé, les sommes prévues sont réaffectées à des articles de dépenses.       

EXERCICE 2013 ‐ BUDGET PRINCIPAL     

Opération   Imputation  Libellé  70878‐020‐ Remboursements de frais par d'autres  Réelle  15  redevables  

 

  SECTION DE FONCTIONNEMENT  Dépenses 

Recettes  

    3 000,00 € 


2013 – Juillet    Page 12 / 45  Réelle 

673‐020‐99 Titres annulés sur exercices antérieurs 

 

023

Virement à la section d'investissement 

Ordre

042‐6811

Dotation aux amortissements  

Ordre

040‐777

Quote‐part des subventions d'investissement 

       3 000,00 € 

35 691,83 € 

TOTAL

‐  27 207,20 € 

       8 484,63 € 

11 484,63 €  

11 484,63 €  

En 2012,  il  avait  été  trop  titré  pour  la  participation  de  la  gestion  du  terrain  des  Isles  à  la  communauté de communes des Deux Rives, annulation faite au 673 compensé par l’émission d’un  nouveau titre de 928,68 € (solde 2012) plus la participation à venir pour 2013.   Ajustement des écritures d’amortissement.   

SECTION D'INVESTISSEMENT 

Opération  

Imputation

 

021

Virement de la section de fonctionnement  

021

Virement de la section de fonctionnement 

Réelle

2188‐020

Autres immobilisations corporelles 

Ordre

042‐13912

Etat et établissements nationaux 

Ordre

042‐13913

Départements

Ordre

042‐13918

Autres

Ordre

042‐28031

Frais d'études  

          3 544,01 € 

Ordre

042‐28042

subv équipement  

Ordre

042‐280421 subv équipement  

       15 876,00 € 

Ordre

042‐280422 subv équipement  

       95 695,02 € 

Ordre

042‐28051

concessions et droits similaires 

Ordre

042‐28088

Autres immobilisations incorporelles 

                 1,36 € 

Ordre

042‐281311 Bâtiments publics Hôtel de ville 

                 0,01 € 

Ordre

          1 032,65 € 

Ordre

042‐281318 Bâtiments public Autres constructions  Installations générales, agencement,   042‐28135  aménagement des constructions 

Ordre

042‐28151

Réseaux de voirie 

‐   78,14 € 

Ordre

042‐28182

Matériel de transport 

‐   1 118,90 € 

Ordre

042‐28183

Matériel de bureau et matériel informatique 

Ordre

042‐28184

Mobilier

Ordre

042‐28188

Autres immobilisations corporelles 

Libellé

Dépenses

Recettes 35 691.83 €   

0,22 € 

0,22 €         7 333,00 € 

‐ 402,90 € 

       1 554,53 € 

‐ 153 598,15 € 

‐  4 828,15 € 

          4 591,81 € 

 

         1 967,43 €              1 044,02 € 

 

TOTAL

         8 663,83 €  8 484,85 €  

8 484,85 €  

023 (dépenses de fonctionnement) et 021 (recettes d’investissement) du budget primitif ne sont pas  équilibrées.  023 (483 952,83 €) contre 021 (483 952,61 €) ajustement du 021 (0,22 €).     

Opération  

Imputation

Réelle

001

solde d'exécution de la section investissement 

Réelle

1068

Autres réserves 

EXERCICE 2012 ‐ BUDGET ASSAINISSEMENT     

 

  SECTION INVESTISSEMENT 

Libellé

TOTAL

Dépenses

Recettes

‐ 0,02 € 

‐  0,02 € 

‐  0,02 € 

‐  0,02 € 

Afin de régulariser la reprise des résultats de clôture de l’exercice  2012, il  convient  d’imputer au  compte  D001    


2013 – Juillet    Page 13 / 45  - 0,02€. Rappel : compte administratif 2012 (31 571,85 € et non 31 571,87 €).       

EXERCICE 2012 ‐ BUDGET ORDURES MENAGERES   

 

 

Ordre  

042‐6811

Dotations des amortissements 

Ordre  

040‐777

Réelle

7788‐020

   

Opération  

Imputation

Réelle

020

Dépenses Imprévues 

Réelle

2188‐020

Autres immobilisations corporelles 

      15 982,37 € 

Réelle

2184‐020

      10 000,00 € 

Réelle

2135

Mobilier Installations générales, agencements  /aménagement des constructions 

       6 500,00 €  

‐ €

Ordre  

042‐13913

Départements

       5 500,00 € 

Ordre  

040‐28031

Frais d'études  

‐  239,20 € 

Ordre  

040‐28138

Autres Agencements 

‐  449,53 € 

Ordre  

040‐28238

Autres constructions 

      10 084,58 € 

Ordre  

040‐28283

Matériel de bureau 

SECTION DE FONCTIONNEMENT          9 801,53 € 

Quote‐part des subventions d'investissement 

       5 500,00 € 

Produits exceptionnels divers  

       4 301,53 € 

TOTAL  

SECTION INVESTISSEMENT  Libellé 

       9 801,53 €          9 801,53 €    Dépenses 

Recettes

‐  28 180,84 € 

TOTAL

 

         405,68 € 

       9 801,53 €          9 801,53 € 

Les crédits inscrits au 020 (dépenses imprévues d’investissement) ne doivent pas dépasser 7,5 % des  dépenses  réelles  prévisionnelles,  soit  10 819,16  €  (144 255,51  x  0,075)  d’où  régularisation  du  compte 020 (dépenses imprévues) soit 39 000 € inscrits au BP 2013 diminués de 28 180,84 €.  Ajustement des écritures d’amortissement.     

Opération  

Imputation Libellé  040     Solde d'exécution de la section d'investissement  28031‐01  reporté  Installations générales, agencements  2135‐90  /aménagement des constructions 

Ordre Réelle 

EXERCICE 2012 ‐ BUDGET ZONES D’ACTIVITES   

 

SECTION INVESTISSEMENT  Dépenses 

TOTAL

Recettes  

‐  1,00 € 

             1,00 € 

0,00 €

0,00 €

Les opérations d’ordre d’amortissement du budget primitif ne sont pas équilibrées.  040 en recettes d’investissement 38 001 € contre 38 000 € au 042 en dépenses de fonctionnement.       

Opération  

Imputation

Réelle

2051

Concessions et droits similaires 

Réelle

2183

matériel de bureau et matériel informatique 

EXERCICE 2012 ‐ BUDGET SPANC 

 

  SECTION INVESTISSEMENT 

Libellé

TOTAL

Dépenses

Recettes

             157,00 € 

‐   157,00 € 

0,00 €

0,00 €


2013 – Juillet    Page 14 / 45  Manque crédit (157,00 €) sur l’article 2051 (logiciel Segilog).    Par conséquent, il est proposé au conseil la délibération suivante.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,   Vu l’avis de la Commission Finances et Personnel du  24 Juin 2013,  Vu l’avis favorable du Bureau du 19 Juin 2013,  Vu le rapport présenté,  Décide,    D’approuver les décisions modificatives du budget principal :  Article 1er :     

EXERCICE 2013 ‐ BUDGET PRINCIPAL     

 

 

SECTION DE FONCTIONNEMENT

Opération   Imputation  Libellé  70878‐020‐ 15  Réelle  Remboursements de frais par d'autres redevables  

Dépenses

Recettes  

       3 000,00 € 

Réelle

673‐020‐99

Titres annulés sur exercices antérieurs 

       3 000,00 € 

 

023

Virement à la section d'investissement 

35 691,83 €

Ordre

042‐6811

Dotation aux amortissements  

Ordre

040‐777

Quote‐part des subventions d'investissement 

 

TOTAL  

‐  27 207,20 € 

       8 484,63 € 

11 484,63 €  

11 484,63 €  

SECTION D'INVESTISSEMENT 

Opération   Imputation 

Libellé

Dépenses

Recettes

 

021

Virement de la section de fonctionnement  

021

Virement de la section de fonctionnement 

Réelle

2188‐020

Autres immobilisations corporelles 

Ordre

042‐13912

Etat et établissements nationaux 

Ordre

042‐13913

Départements

Ordre

042‐13918

Autres

Ordre

042‐28031

Frais d'études  

          3 544,01 € 

Ordre

042‐28042

subv équipement  

Ordre

042‐280421

subv équipement  

       15 876,00 € 

Ordre

042‐280422

subv équipement  

       95 695,02 € 

Ordre

042‐28051

concessions et droits similaires 

Ordre

042‐28088

Autres immobilisations incorporelles 

                 1,36 € 

Ordre

042‐281311

Bâtiments publics Hôtel de ville 

                 0,01 € 

Ordre

042‐281318

          1 032,65 € 

Ordre

042‐28135

Bâtiments public Autres constructions  Installations générales, agencement,   aménagement des constructions 

Ordre

042‐28151

Réseaux de voirie 

‐   78,14 € 

Ordre

042‐28182

Matériel de transport 

‐   1 118,90 € 

Ordre

042‐28183

Matériel de bureau et matériel informatique 

Ordre

042‐28184

Mobilier

Ordre

042‐28188

Autres immobilisations corporelles 

35 691,83 €  

0,22 € 

0,22 €         7 333,00 € 

‐ 402,90 € 

       1 554,53 € 

‐ 153 598,15 € 

‐  4 828,15 € 

          4 591,81 € 

 

         1 967,43 €              1 044,02 € 

TOTAL

 

         8 663,83 €  8 484,85 €  

8 484,85 €  


2013 – Juillet    Page 15 / 45    Article 2 :     

D’approuver les décisions modificatives du budget assainissement :  EXERCICE 2012 ‐ BUDGET ASSAINISSEMENT   

 

SECTION INVESTISSEMENT 

Opération   Imputation 

Libellé

Réelle

001

solde d'exécution de la section investissement 

Réelle

1068

Autres réserves 

Dépenses

TOTAL

Article 3 : 

  Recettes 

‐ 0,02 € 

‐  0,02 € 

‐  0,02 € 

‐  0,02 € 

D’approuver les décisions modificatives du budget Zones d’Activités: 

EXERCICE 2012 ‐ BUDGET ZONES D’ACTIVITES 

SECTION INVESTISSEMENT 

Libellé Solde d'exécution de la section d'investissement  reporté  Installations générales, agencements  /aménagement des constructions 

Dépenses

Opération   Imputation  040      Ordre  28031‐01  Réelle 

2135‐90

TOTAL

Article 4 : 

Recettes   

‐  1,00 € 

             1,00 € 

0,00 €

0,00 €

D’approuver les décisions modificatives du budget Ordures Ménagères : 

 

EXERCICE 2012 ‐ BUDGET ORDURES MENAGERES   

SECTION DE FONCTIONNEMENT

Ordre  

042‐6811

Dotations des amortissements 

       9 801,53 € 

Ordre  

040‐777

Quote‐part des subventions d'investissement 

       5 500,00 € 

Réelle

7788‐020

Produits exceptionnels divers  

       4 301,53 € 

 

 

TOTAL

 

       9 801,53 €          9 801,53 €   

SECTION INVESTISSEMENT 

Opération   Imputation 

Libellé

Dépenses

Recettes

Réelle

020

Dépenses Imprévues 

Réelle

2188‐020

Autres immobilisations corporelles 

      15 982,37 € 

Réelle

2184‐020

      10 000,00 € 

Réelle

2135

Mobilier Installations générales, agencements  /aménagement des constructions 

       6 500,00 € 

‐ €

Ordre  

042‐13913

Départements

       5 500,00 € 

Ordre  

040‐28031

Frais d'études  

‐  239,20 € 

Ordre  

040‐28138

Autres Agencements 

‐  449,53 € 

Ordre  

040‐28238

Autres constructions 

      10 084,58 € 

Ordre  

040‐28283

Matériel de bureau 

TOTAL

Article 5 : 

‐  28 180,84 € 

 

         405,68 € 

       9 801,53 €          9 801,53 € 

D’approuver les décisions modificatives du budget Spanc : 


2013 – Juillet    Page 16 / 45     

EXERCICE 2012 ‐ BUDGET SPANC 

Opération  

 

SECTION INVESTISSEMENT 

Imputation

Libellé

Réelle

2051

Concessions et droits similaires 

Réelle

2183

matériel de bureau et matériel informatique 

Dépenses

TOTAL

Vote par budget :  Budget Général :    Budget Assainissement :  Budget Zones d’activités :  Budget Ordures ménagères :  Budget Spanc :     

  Recettes 

             157,00 € 

‐   157,00 € 

0,00 €

0,00 €

Pour :   28 ; Contre : 0 ; Abstention : 16  Pour :   28 ; Contre : 0 ; Abstention : 16  Pour :   44 ; Contre : 0 ; Abstention : 0  Pour :   44 ; Contre : 0 ; Abstention : 0  Pour :   44 ; Contre : 0 ; Abstention : 0    Délibération n° 2013 – 07 ‐ 04 

Développement économique  APEVA  AIDES ACCORDEES AUX ENTREPRISES DE VAL D’AMBOISE    Monsieur Claude COURGEAU, Président de la Communauté de communes Val d’Amboise, procède à  la lecture du rapport suivant.    Par  délibération  en  date  du  21  Décembre  2006,  Val  d’Amboise  a  décidé  la  mise  en  place  d’un  dispositif d’aides aux petites entreprises dénommé APEVA.    Par convention en date du 9 Février 2007, le Conseil Régional Centre a autorisé la mise en œuvre  de ce dispositif modifié  en date du 18 Juin 2009.     Le Comité de Pilotage s’est réuni le 10 Juin  2013 pour l’examen d’un dossier.    Entreprise – Commune ‐ Adresse 

Représenté par 

activité/projet

SARL LES POUJEAUX   7 rue des Artisans    NAZELLES‐NEGRON 

Monsieur Fabrice  MONPOUET  

Garage automobile /  création d’une station de  lavage 

Par conséquent, il est proposé au Conseil Communautaire d’approuver la délibération suivante.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,   Vu la délibération du Conseil Communautaire du 21 Décembre 2006 autorisant la mise en œuvre du  dispositif APEVA,  Vu la convention signée avec le Conseil Régional Centre le 9 Février 2007,  Vu le règlement,  Vu le rapport du comité de pilotage APEVA du 10 Juin 2013,  Vu l’avis favorable du bureau du 19 Juin 2013,  Vu le rapport présenté,   Décide à l’unanimité,    D’octroyer une subvention dans le cadre du dispositif APEVA à :  Article 1er :   


2013 – Juillet    Page 17 / 45  Entreprise – Commune  

Représentée par 

Montant de  l’aide 

SARL LES POUJEAUX  NAZELLES NEGRON 

Monsieur Fabrice  MONPOUET 

7 500 € * 

* si création d’emploi, sinon 6 000 euros.    Article 2 :  D’autoriser le Président à signer toutes pièces afférant à ce dossier.    Pour :   44 ; Contre : 0 ; Abstention : 0  Délibération adoptée à l’unanimité    Délibération n° 2013 – 07 ‐ 05    Développement économique  ASSOVA  AIDES ACCORDEES AUX ASSOCIATIONS DE VAL D’AMBOISE    Monsieur Claude COURGEAU, Président de la Communauté de communes Val d’Amboise, procède à  la lecture du rapport suivant.    Par  délibération  en  date  du  18  Septembre  2008,  Val  d’Amboise  a  décidé  la  mise  en  place  d’un  dispositif  de  soutien  en  faveur  de  l’investissement  à  vocation  économique  des  associations  en  Val  d’Amboise  dénommé  ASSOVA    (associations  loi  1901  et  notamment  les  acteurs  de  l’économie  sociale et solidaire).      Le Comité de Pilotage  s’est réuni  le 10 Juin 2013 pour l’examen de deux dossiers et a émis un avis

favorable. Association Centre Charles  PEGUY  Gestion de la MJC  et d’un centre de  séjour  Président :  Monsieur COME 

montant projet  Observations  /  investissement  d'investissement  intérêt économique  en €HT  Etude de  développement du  centre Charles  PEGUY 

13 813,80 € 

Achat d'un  système de  ASSOCIATION DES  comptage de flux  COMMERCANTS de  dans le centre‐ville  Val d'Amboise  d'Amboise et  Président :   achat d'un traceur  Monsieur GALLAND  pour la réalisation  de supports de  communication 

10 037,25 € 

Avis et  montant de  l’aide 

Complément d'étude à l'étude de  2011.   Avis favorable    4 144 €  Augmentation de la  capacité globale  d'accueil  Outil intéressant qui  va contribuer à faire  des analyses plus  précises sur les flux  de passage.  Avis favorable Utilité de ce traceur  4 308 €  avérée. Outil qui va  permettre de  favoriser la  communication des  commerçants 

Il est proposé au Conseil Communautaire d’approuver la délibération suivante.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré, 


2013 – Juillet    Page 18 / 45  Vu le Code Général des Collectivités Territoriales et notamment ses articles L1511‐3, L2121‐29, L4222‐ 1 et L3211‐1,   Vu la délibération du Conseil Communautaire du 18 Septembre 2008 autorisant la mise en œuvre du  dispositif ASSOVA,  Vu le règlement,  Vu les rapports du comité de pilotage APEVA ‐ ASSOVA du 10 Juin 2013,  Vu l’avis favorable du bureau du 19 Juin 2013,  Vu le rapport présenté,  Décide à l’unanimité,    D’octroyer une subvention dans le cadre du dispositif ASSOVA à :  Article 1 :     Associations – Commune  Représenté par  Montant  CHARLES PEGUY  Monsieur Alain COME  4 144 € AMBOISE  UNION COMMERCIALE  Monsieur Christophe GALLAND  4 308 € VAL D'AMBOISE  AMBOISE    Article 2 :  D’autoriser le Président à signer toutes pièces afférant à ce dossier.    Pour :   44 ; Contre : 0 ; Abstention : 0  Délibération adoptée à l’unanimité  Monsieur CARREAU demande ce qu’est un traceur ?  Le Président lui répond que c’est une table permettant d’imprimer sur différents  supports et  affiches.    Délibération n° 2013 – 07 ‐ 06    Développement économique  REDUCTION DE LA VULNERABILITE  AUX INONDATIONS DES ACTIVITES ECONOMIQUES    Monsieur Claude COURGEAU, Président de la Communauté de communes Val d’Amboise, procède à  la lecture du rapport suivant.    Lors  de  sa  séance  le  19  Février  2009,  Val  d’Amboise  a  accepté  de  participer  à  la  démarche    de  réduction de la vulnérabilité aux inondations des activités économiques du Bassin de la Loire.    Rappels sur la démarche :  Le « pourquoi » de la démarche : une crue importante de la Loire ou de ses affluents constitue un  risque majeur et pourrait provoquer d’importants dommages. Il s’avère approprié de sensibiliser les  acteurs économiques à l’existence du risque inondation, à l’intérêt qu’ils ont d’agir afin de réduire  ce risque, puis de leur proposer des solutions techniques.    Les cibles : entreprises, filières et zones d’activités du bassin de la Loire vulnérables aux inondations.     L’organisation  de  la  démarche :  l’Etablissement  Public  Loire    charge  un  cabinet  spécialisé  de  la  réalisation  des  diagnostics  auprès  des  entreprises.  La  Communauté  de  Communes  qui  souhaite  s’engager dans cette démarche décide du nombre de diagnostics à réaliser sur son territoire, choisit  les entreprises bénéficiaires  et participe au coût de réalisation.    


2013 – Juillet    Page 19 / 45  Coût  du  diagnostic :  3 000  €  par  entreprise  quelle  que  soit  sa  taille,  financés  à  50  %  par  la  Communauté  de  Communes  et  50  %  par  des  crédits  européens  (FEDER).    La  Région  Centre  et  le  Conseil Général s’engagent à prendre en charge 1 diagnostic supplémentaire par diagnostic financé  par Val d’Amboise.     L’opération a été renouvelée chaque année depuis  2010. A ce jour, 73  diagnostics ont été réalisés  depuis le lancement. Cette opération programmée sur 5 années s’arrêtera fin 2013.  Plusieurs  entreprises  ont    mis  en  place  des  actions  visant  à  réduire  leur  vulnérabilité.  A  la  fin  de  l’opération  un  questionnaire  sera  envoyé  à  chaque  entreprise  diagnostiquée  afin  de  mesurer  l’ensemble des actions menées.     La commission Développement Economique, Tourisme, Culture réunie le 27 mai 2013 a émis un avis  favorable au renouvellement de l’opération pour 2013 aux mêmes conditions financières.    Par conséquent, il est proposé au conseil communautaire :  Le  renouvellement  de  l’adhésion  à  cette  démarche    qui  se  traduira  par  la  réalisation  d’un  programme d’au moins 15 diagnostics supplémentaires sur l’année 2013 pour un montant à charge  de  Val  d’Amboise  de  7 500  €  correspondant  à  5  diagnostics,  les  10  autres  étant  financés  par  le  Conseil Général et le Conseil Régional.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,  Vu l’avis favorable de la commission Economie tourisme et culture 27 Mai 2013,  Vu l’avis favorable du bureau du 19 Juin 2013,  Considérant l’intérêt de contribuer à la compétitivité des territoires,   Vu le rapport présenté,  Décide à l’unanimité,    D’approuver    le  renouvellement  de  son  engagement  en  2013  dans  la  Article 1er :  démarche de réduction de la vulnérabilité aux inondations des entreprises  de son territoire.      D’approuver  l’attribution  d’une  subvention  de  7 500  €  à  l’Etablissement  Article 2 :  Public Loire pour la réalisation de 5 diagnostics.    Article 3 :  De solliciter le cofinancement respectif par le Conseil Régional Centre et le  Conseil Général d’Indre et Loire de 5 diagnostics supplémentaires, dans le  respect des orientations stratégiques définies par Val d’Amboise.    D’autoriser le Président à signer toutes les pièces afférentes à ce dossier.  Article 4 :     Pour :   44 ; Contre : 0 ; Abstention : 0  Délibération adoptée à l’unanimité    Délibération n° 2013 – 07 ‐ 07    Pépinière d’entreprises  CRÉATION D’UNE RÉGIE DE RECETTES   PÉPINIERE D’ENTREPRISES    Monsieur Claude COURGEAU, Président de la Communauté de communes Val d’Amboise, procède à  la lecture du rapport suivant.   


2013 – Juillet    Page 20 / 45  Les entreprises hébergées à la pépinière devront s’acquitter chaque mois d’une redevance pour la  location immobilière (bureau ou atelier) et pour l’utilisation des services de cette dernière.     Certains services (location, salle de réunion, travaux de secrétariat, photocopieur…) sont également  accessibles aux entreprises et aux organismes non hébergés dans cet établissement.    Devant  la  probable  multiplicité  des  encaissements  et  de  la  possibilité  de  devoir  facturer  des  montants relativement faibles (ex : photocopies), il parait difficile d’émettre des titres de recettes à  chaque opération.    Afin de faciliter la gestion de la pépinière, il est  indispensable de créer une régie de recettes au sein  de cette dernière.     Par conséquent, il est proposé au Conseil Communautaire d’approuver la délibération suivante.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu  le  décret  n°62.1587  du  29  Décembre  1962  portant  règlement  général  sur  la  comptabilité  publique,  Vu les articles R.1617‐1 à R1617‐18 du CGCT relatifs aux régies de recettes et aux régies d’avance  des collectivités locales et de leurs établissements publics locaux.  Vu  le  décret  n°2008‐227  du  5  Mars  2008  relatif  à  la  responsabilité  personnelle  et  pécuniaire  des  régisseurs,  Vu  l’arrêté  du  3  septembre  2001  relatif  aux  taux  d’indemnité  de  responsabilité  susceptible  d’être  allouée aux régisseurs d’avances et aux régisseurs de recettes des collectivités ainsi que le montant  du cautionnement imposé à ces agents,  Vu l’avis favorable du bureau du 19 Juin 2013,  Vu le rapport présenté,   Décide à l’unanimité,    D’instituer  auprès  de  la  Communauté  de  communes  Val  d’Amboise  une  Article 1er :   régie  de  recettes  pour  l‘encaissement  des  recettes  versées  par  les  entreprises  ou  tout  autre  organisme  qui  bénéficierait  des  services  de  la  pépinière d’entreprises    Cette  régie  est  installée  dans  les  locaux  de  la  pépinière  d’entreprises  à  Article 2 :  POCE‐SUR‐ CISSE  ‐ Parc d’activités Le Prieuré.                Le  montant  maximum  d’encaissement  que  le  régisseur  est  autorisé  à  Article 3 :  conserver est fixé à 4 500 €.    Article 4 :  Le régisseur doit verser la totalité des recettes encaissées :  - au moins une fois par mois,  - à toute époque de l’année dès que les fonds qu’il aura en caisse  excéderont 4 500 €,   - lors  de  sa  sortie  de  fonction  ou  de  son  remplacement  par  son  suppléant.    Monsieur  LEVRET  demande  si  cette  régie  se  situera  dans  les  locaux  de  la  pépinière ?  quelles  en  seront les horaires ? et qui en aura la charge ?  Monsieur  COURGEAU  répond  qu’effectivement  cela  sera  à  la  pépinière,  mais  la  personne  et  les  horaires n’ont pas encore été définis. Cette régie sera assurée par le personnel de la pépinière, il  n’y a pas de création de poste particulier pour cette régie.    Pour :   44 ; Contre : 0 ; Abstention : 0 


2013 – Juillet    Page 21 / 45  Délibération adoptée à l’unanimité    Délibération n° 2013 – 07 ‐ 08    Développement économique  CONSTRUCTION   DU VINOPOLE CENTRE VAL DE LOIRE  ACQUISITION DU TERRAIN    Monsieur Claude COURGEAU, Président de la Communauté de communes Val d’Amboise, procède à  la lecture du rapport suivant.    Par  délibération  du  13  Décembre  2012,  le    conseil  communautaire    a  approuvé  le  projet  de  construction  d’un  pôle  vitivinicole  (plateforme  recherche  /  expérimentation  au  service  du  pôle  de  compétence vitivinicole régional)  dénommé, au stade du projet  VINOPOLE CENTRE VAL DE LOIRE.      Ce  bâtiment  est  à  construire  par  la  Communauté  de  Communes  Val  d’Amboise  sur  un  terrain  aujourd’hui propriété du Lycée viticole d’Amboise (Etablissement Public Local d’Enseignement et de  Formation  Professionnelle  Agricole    EPLEFBA  AMBOISE  ‐  CHAMBRAY‐LES‐  TOURS)  domicilié  46  avenue Emile Gounin 37400 AMBOISE.    Le terrain est cadastré AD 104 pour une superficie de 23 243 m². La  superficie nécessaire au projet  et ses futures extensions n’est pas à ce jour précisée mais devrait être  sensiblement réduite.    Le terrain a été estimé par le service des Domaines à 45 000 € HT pour 23 243 m² soit 1.94 € HT/m².    Compte tenu de l’avenir du bâtiment en termes d’activité et de la copropriété envisagée, la cession  du terrain doit être préférée au bail emphytéotique. Pour conserver dans le temps la finalité de la  construction  et  les  motifs  de  la  cession,  la  vente  du  terrain  peut  être  assortie  d’un  droit  de  préemption du vendeur du terrain.    L’évaluation  des  Domaines  doit  être  la  référence  du  prix  conformément  à  la  loi  2001‐1168  du  11  décembre 2001.    Par conséquent, il est proposé au conseil communautaire la délibération suivante.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,  Vu le Code Général de la propriété des personnes publiques et notamment l’article L3112‐1,  Vu l’estimation des Domaines en date du 21 mars 2013,  Vu l’avis favorable du bureau du 19 juin 2013,  Vu le rapport présenté,  Décide,   D’acquérir  tout  ou  partie  de  la  parcelle  AD104  (située  Avenue  de  Article 1er :   Chanteloup  à  Amboise)  d’une  superficie  totale  de  23 243  m²  au  prix  de  1,94 €HT/m² avec droit de préemption du vendeur.    D’autoriser le président à signer toutes pièces afférentes à ce dossier.  Article 2 :     Monsieur Daniel ANDRE s’étonne du prix de ces terres agricoles car celui‐ci est  10 fois supérieur à  ceux pratiqués habituellement.  Le  Président  l’explique  par  sa  situation  géographique,  domaine  viticole,  et  surtout  se  base  uniquement  sur  l’avis  des  Domaines.  Il  précise  également  que  le  permis  de  construire  a  été  déposé il  y a un mois et qu’il espérait une instruction pendant la période estivale. 


2013 – Juillet    Page 22 / 45    Pour :   42 ; Contre : 0 ; Abstention : 2    Délibération n° 2013 – 07 ‐ 09    Développement économique  VENTE PAR VAL D’AMBOISE A  MONSIEUR LAURENT SIMON ‐ TECH LOIRE AGENCEMENT  BATIMENT SITUE SUR LA BOITARDIERE COMMUNE DE CHARGE    Monsieur Claude COURGEAU, Président de la Communauté de communes Val d’Amboise, procède à  la lecture du rapport suivant.    Val  d’Amboise  est  propriétaire  d’un  bâtiment  industriel  situé  rue  des  Grosses  Pierres  sur  le  parc  d’activités « La Boitardière » d’une superficie totale de 3 515 m² couverts sur un terrain de 13 457  m² cadastré A 2051 – 2053 – 2054 –2335 – 2334 sur la commune de CHARGE.    Ce bien est divisible en 2 lots :   - Lot n°1 de 2 797 m² composé essentiellement d’entrepôts (2 522 m²) et de bureaux (275 m²)  et un terrain de 13 257 m² (parcelles A 2051(P)‐2053‐2334 ‐ 2335  et 2054 (P))  - Lot n°2  de 718 m² composé essentiellement de bureaux (560 m²) et d’ateliers  (158 m²)  et  un  terrain  de 2 000 m² (parcelle A 2054 (P))  Ces superficies seront à préciser après intervention du géomètre.    Monsieur Laurent SIMON dirigeant de Tech Loire Agencement (TLA) nous a fait part dès septembre  2012 de son intérêt pour louer le lot n°1  sous réserve de pouvoir bénéficier d’une option d’achat  dont les conditions constituent un pré‐requis à la location.      La société TLA  est inscrite au Registre du Commerce et des Sociétés de Tours sous le n° 434 700 15.  Créée en 2001 sous l'impulsion de Monsieur Laurent SIMON, l’entreprise exerce son expertise dans  la  fabrication  d'espaces  de  ventes  et  d'agencements  de  magasins.  L'essor  commercial,  les  investissements  en  ressources  humaines  et  matérielles,  ont  permis  à  TLA  de  développer  un  outil  industriel de près de 2000 m² à St Martin le Beau (37).  L’entreprise compte actuellement 28 emplois auxquels s’ajoutent, selon les fluctuations de l’activité  10 à 15 emplois en sous‐traitance ou intérim. Le chiffre d’affaires 2012 s’élève à  3 323 533 € et 6   emplois devraient être créés dans le cadre de ce projet de développement.     Trop  à  l’étroit  dans  ses  locaux,  connaissant  bien  les  bâtiments  loués  par  Triangle  37  (il  est  un  des  administrateurs) et ayant un acquéreur pour ses locaux de Saint Martin‐Le‐Beau, Monsieur SIMON a  confirmé, par courrier du 10 juin 2013, et lors d’une rencontre le 17 Juin 2013, son intérêt pour une  location précaire démarrant en septembre 2013 (montant du loyer 3 244 €HT) à condition que celui   soit suivi d’une vente au 31 janvier 2014. Les  conditions de cette vente sont à soumettre au conseil  communautaire.    Après  diverses  entrevues,  au  regard  des  travaux  à  réaliser  sur  ce  bâtiment  et  en  référence  à  l’évaluation des Domaines, les conditions de la vente du lot n°1 pourraient être les suivantes :  - Prix de vente fixé à 630 000 €HT ;    - Val  d’Amboise  fait  réaliser  des  travaux  d’étanchéité  de  la  couverture  pour  une  somme  maximale de 122 000 €HT (estimatif réalisé par les services techniques). La somme réservée  pour ces travaux sera  provisionnée sur un séquestre auprès du notaire.   - Les travaux d’étanchéité seront engagés dès la vente signée et devront être réalisés avant le  31 décembre 2014.  - L’acquéreur acquiert le bâtiment en l’état.    


2013 – Juillet    Page 23 / 45  Monsieur SIMON accepte qu’une partie (environ 100 m²)  de la parcelle A2051  soit préalablement  cédée à LA CHOCOLATERIE GOURMANDE pour assurer leur projet de développement.    Dans le cadre de sa délégation pour la  conclusion et révision du louage de choses pour une durée  n’excédant  pas  12  ans,  le  Bureau  du  19  juin  2013  a  approuvé  la  conclusion  d’un  bail  précaire  à  compter du 1er septembre 2013 sous réserve de la décision du présent conseil communautaire.     Monsieur Laurent SIMON nous a  informé que la SCI DU CHENE  porterait le projet immobilier.    Par conséquent, il est proposé au conseil communautaire la délibération suivante.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,  Vu l’estimation du service des Domaines du 14 juin 2013,  Vu la commission développement économique du 5 novembre 2012,  Vu l’avis du Bureau du 19 juin 2013,  Vu le rapport présenté,  Décide à l’unanimité,    D’approuver  la  vente  du  lot  n°1  de  l’ensemble  immobilier  composé  des  Article 1er :   parcelles  cadastrées  A  2051(P)  –  2053(P)  –  2054(P)  –  2335  ‐  2334  à  Monsieur  Laurent  SIMON    pour  la  SCI  DU  CHENE  ou  toute  autre  société  qu’il représentera pour ce projet aux conditions suivantes :   - Prix de vente   fixé à 630 000 €HT.    - Val d’Amboise fait réaliser des travaux d’étanchéité de la couverture  pour une somme maximale de 122 000 €HT (estimatif réalisé par les  services  techniques).  La  somme  réservée  pour  ces  travaux  sera   provisionnée sur un séquestre auprès du notaire.   - Les  travaux  d’étanchéité  seront  engagés  dès  la  vente  signée  et  devront être réalisés avant fin 2014.  - L’acquéreur acquiert le bâtiment en l’état.     D’autoriser  le  président  à  signer    toutes  les  pièces  se  rapportant  à  ce  Article 2 :   dossier et notamment la promesse de vente et l’acte notarié.    Monsieur  CARREAU  demande  si  le  lot  restant  libre  était  anciennement  occupé  la  société  ANSAMBLE. Il lui est répondu positivement.  Pour :   44 ; Contre : 0 ; Abstention : 0  Délibération adoptée à l’unanimité    Délibération n° 2013 – 07 ‐ 10    Développement économique  FONDS DE CONCOURS COMMUNE DE NOIZAY    Monsieur Claude COURGEAU, Président de la Communauté de communes Val d’Amboise, procède à  la lecture du rapport suivant.    Le  commerce  « les  Rébines »  situé  dans  le  centre  bourg  de  NOIZAY,  a  été  mis  en  liquidation  judiciaire  le  02  février  2012.  Il  a  pour  principales  activités  bar,  restaurant,  tabac,  point  presse  et  relais poste. Il est le seul commerce de sa catégorie à proposer ces prestations sur la commune.   


2013 – Juillet    Page 24 / 45  La  commune  de  NOIZAY  s’est  portée  acquéreur  de  cet  établissement  afin  de  sauvegarder  ce  commerce de proximité. Un professionnel de la restauration s’est positionné par écrit auprès de la  mairie de NOIZAY pour la reprise du fonds de commerce.  Le 18 septembre 2012 le conseil municipal de NOIZAY a voté l’acquisition de l’immeuble et du fonds  de commerce pour la somme globale maximale de 160 000 euros.    L’acquisition nette s’est effectuée au prix de 150 000 euros. Le projet de réhabilitation fait état d’un  prévisionnel qui s’élève à 122 000 euros H.T. Le projet représente une enveloppe globale de 272 000  euros H.T. pour la commune.     Le Conseil Général, L’Union Européenne via le FEADER et le Pays Loire Touraine pourraient attribuer  une  aide  à  la  commune.  L’aide  du  Conseil  Général  est  estimée  à  54 000  €.  En  abondement  du  Conseil  Général,  l’aide  de  la  CCVA  pourrait  être  de  13 600  €  correspondant  à  5%  du  projet  immobilier.    Voici le plan de financement prévisionnel  de l’opération :  Dépenses  acquisition bâtiment  travaux           TOTAL 

montant H.T  150 000 € 122 000 €       272 000 €

Recettes Commune  FEADER  Région  Conseil Général 37  CCVA    

montant H.T.  126 400 € 48 000 € 30 000 € 54 000 € 13 600 € 272 000 €

Il est donc proposé au conseil de verser à la commune de NOIZAY un fonds de concours de 13 600  euros.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des collectivités Territoriales,  Vu la loi du 13 Août 2004,  Vu la demande de la commune de Noizay,   Vu l’avis favorable de la commission développement économique du 18 avril 2013,  Vu le rapport présenté,  Décide à l’unanimité,    De verser un fonds de concours à la commune de NOIZAY pour l’achat du  Article 1er :  restaurant les Rébines situé dans le centre‐bourg de la commune.    Article 2 :   D’autoriser le Président à faire verser, sur la base d’un état des dépenses  réalisées et recettes reçues, une somme dont le montant prévisionnel est  de 13 600 euros, égale au plus à 50% de la participation restant à charge  de la commune.    Monsieur  Jean‐Pierre  VINCENDEAU  explique  qu’en  faisant  ceci,  il  voulait    éviter  de  perdre  le  dernier  commerce  de  Noizay.  La  commune  a  souhaité  investir  et  soutenir  les  Rébines  et  les   commerçants ont fait la preuve qu’ils fonctionnaient bien auparavant et ont un bilan acceptable.  Monsieur VINCENDEAU espère une ouverture pour Octobre prochain.    Pour :   44 ; Contre : 0 ; Abstention : 0  Délibération adoptée à l’unanimité   


2013 – Juillet    Page 25 / 45  Délibération n° 2013 – 07 ‐ 11    Collecte et valorisation des déchets ménagers et assimilés  DECHETTERIE  CONVENTION AVEC EcoDDS 

Monsieur  Jean‐Pierre  CHABERT,  Vice‐Président  en  charge  de  la  commission  Environnement  ‐  Développement durable – Ordures ménagères  procède à la lecture du rapport suivant.    En Janvier 2012, le législateur a instauré le principe de la responsabilité élargie des producteurs de  produits  chimiques  pouvant  présenter  un  risque  significatif  pour  la  santé  et  l’environnement  communément  appelés  les  déchets  diffus  spécifiques  (DDS)  ménagers.  Il  s’agit  en  particulier  des  produits biocides et phytosanitaires ménagers, des colles et mastics, des enduits, des peintures et  lasures,  des  solvants,  des  produits  décapeurs  de  surface  ou  déboucheurs  de  canalisations,  des  acides  et  alcools  ménagers,  des  extincteurs  utilisés  par  les  ménages  et  des  fusées  ou  feux  de  détresse  des  plaisanciers.  Selon  le  ministère  de  l’Ecologie,  environ  50 000  tonnes  de  ces  déchets  sont produits chaque année en France, dont seul un tiers est actuellement collecté séparément.    Depuis le 9 Avril 2013, la société EcoDDS a été agréée comme organisme pour organiser cette filière.    Ses  principales  missions  consistent  à  soutenir  la  prévention,  organiser  et  financer  la  collecte  séparée,  l’enlèvement  et  le  traitement.  Dans  ce  but,  EcoDDS  contracte  avec  les  metteurs  sur  le  marché de produits chimiques qui lui confient leurs obligations en contrepartie du versement d’une  contribution financière.    Actuellement  ces  déchets  sont  collectés  à  la  déchetterie  d’Amboise.  Le  coût  de  collecte  et  de  traitement a représenté plus de 71 000 euros en 2012 pour 54 tonnes. L’adhésion à cet organisme  permettrait  d’optimiser  la  collecte  de  ces  déchets  à  un  moindre  coût  (fourniture  de  conteneurs  adaptés, enlèvement et traitement gratuits, mise à disposition d’outils de communication…).    Dans ce cadre, Val d’Amboise est amené à contractualiser avec EcoDDS.       Il est en conséquence proposé au Conseil d’adopter la délibération suivante.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,  Vu le Code de l’environnement,  Vu l’arrêté en vigueur portant agrément d’un organisme ayant pour objet de pourvoir à la gestion  de  déchets  ménagers  issus  de  produits  chimiques  pouvant  présenter  un  risque  significatif  pour  la  santé et l’environnement en application de l’article R. 543‐234 du code de l’environnement,  Vu l’avis de la commission environnement en date du 20 juin 2013,  Vu l’avis favorable du bureau en date du 19 juin 2013,  Vu le rapport présenté,  Décide à l’unanimité,    D’autoriser  Monsieur  le  Président  à  signer  la  convention  entre                    Article unique :   Val  d’Amboise  et  EcoDDS  dont  l’objet  est  de  contractualiser  avec  cet  organisme  pour  bénéficier  de  soutiens  (technique  et  financier)  à  la  collecte et au traitement des déchets diffus spécifiques ménagers.    Monsieur PLY quitte la séance à 20h22.  Pour :   43 ; Contre : 0 ; Abstention : 0  Délibération adoptée à l’unanimité


2013 – Juillet    Page 26 / 45  Délibération n° 2013 – 07 ‐ 12    Collecte et valorisation des déchets ménagers et assimilés  CONVENTION ECOFOLIO    Monsieur  Jean‐Pierre  CHABERT,  Vice‐Président  en  charge  de  la  commission  Environnement  ‐  Développement durable – Ordures ménagères  procède à la lecture du rapport suivant.    Par  délibération  n°07‐07‐14  du  20  Décembre  2007,  le  conseil  approuvait  la  mise  au  point  et  la  signature de  la convention avec Ecofolio pour obtenir de nouveaux soutiens à la valorisation pour  certains types de papiers imprimés.    Par délibération n°11‐04‐12 du 30 Juin 2011, le conseil approuvait la mise au point et la signature de  l’avenant  consolidé  à  la  convention  avec  Ecofolio  pour  prendre  en  compte  l’élargissement  du  périmètre de l’éco‐contribution sur les tonnages 2010 à déclarer en 2011 et de ce fait bénéficier de  soutiens supplémentaires.    Depuis le 27 Février 2013, l’agrément d’Ecofolio a été reconduit par arrêté comme organisme ayant  pour objet de percevoir la contribution à la collecte, à la valorisation et à l’élimination des déchets  de papiers graphiques et de verser les soutiens aux collectivités territoriales en charge de la collecte  et/ou du traitement des déchets ménagers et assimilés.    En  conséquence,  Ecofolio  propose  une  nouvelle  convention  rédigée  en  concertation  avec  les  associations  de  collectivités  territoriales  (AMORCE,  Cercle  National  du  Recyclage  CNR)  et  d’élus  (Association des Maires et des Présidents des communautés de France  AMF).     Cette convention apporte des nouveautés sur les points suivants :  - l’extension des soutiens à d’autres sortes papetières pour favoriser le recyclage ;  - un accompagnement financier au changement des collectivités dans l’organisation de  la collecte et du tri pour faire progresser le recyclage;  - une aide à la reprise de la matière et  prévenir les difficultés de reprise ;  - une sensibilisation à la prise en compte de critères sociaux et environnementaux pour  favoriser  notamment  le  recyclage  de  proximité  conformément  au  code  de  l’environnement ;  - la  mise  à  jour  des  consignes  de  tri  au  niveau  national  grâce  à  une  participation  financière et afin d’atteindre l’objectif de 55% de recyclage à l’horizon 2016 ;  - la  signature  électronique  de  la  convention  pour  dématérialiser  l’ensemble  des  relations partenariales ;  - la convention entre en vigueur au 1er Janvier 2013 et est applicable aux tonnages 2012,  - la convention prend  fin le 31 Décembre 2016.    Il est en conséquence proposé au Conseil d’adopter la délibération suivante.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,  Vu le Code de l’Environnement (notamment les articles L.541‐1 et suivants, L.541‐10 et 10‐1, D.543‐ 207 à D.543‐212),  Vu  l’arrêté  en  vigueur  portant  agrément  d’un  organisme  ayant  pour  objet  de  percevoir  la  contribution à la collecte, à la valorisation et à l’élimination des déchets de papiers graphiques et de  verser les soutiens aux collectivités territoriales en application du code de l’Environnement,  Vu l’avis de la commission environnement en date du 20 juin 2013,  Vu l’avis favorable du bureau en date du 19 juin 2013,  Vu le rapport présenté,  Décide à l’unanimité, 


2013 – Juillet    Page 27 / 45    Article unique :  

D’autoriser Monsieur  le  Président  à  mettre  au  point  et  à  signer  électroniquement  la  nouvelle  convention  d’adhésion  relative  à  la  collecte  et  au  traitement  des  déchets  de  papiers  visés  par  le  dispositif légal avec Ecofolio. 

Pour :   43 ; Contre : 0 ; Abstention : 0  Délibération adoptée à l’unanimité    Délibération n° 2013 – 07 ‐ 13    Collecte et valorisation des déchets ménagers et assimilés  RAPPORT ANNUEL 2012  SUR LE PRIX ET LA QUALITE   DU SERVICE PUBLIC D’ELIMINATION DES DECHETS MENAGERS    Monsieur  Jean‐Pierre  CHABERT,  Vice‐Président  en  charge  de  la  commission  Environnement  ‐  Développement durable – Ordures ménagères  procède à la lecture du rapport suivant.  Le  décret  n°  2000‐  404  du  11  Mai  2000,  prévoit  la  présentation  par  le  Président  à  son  assemblée  délibérante d’un rapport annuel sur la qualité et le prix du service public d’élimination des déchets,  quel que soit son mode d’exploitation.    Le décret précise la liste des indicateurs techniques et financiers obligatoires à renseigner.    Le rapport ci‐annexé retrace l’activité du service de collecte et valorisation des déchets sur l’exercice  2012.     Ce rapport commun aux  deux communautés de communes Val  d’Amboise et les Deux Rives a fait  l’objet d’une communication lors de la Commission Environnement – Développement durable du 20  Juin 2013 réunie dans son format intercommunautaire.    Ce  document  sera,  comme  le  permet  le  décret,  intégré  au  rapport  annuel  d’activité  de  la  Communauté de Communes, régi par l’article 511‐39  du Code des Collectivités Territoriales.    Par conséquent, il est proposé au Conseil Communautaire d’approuver la délibération suivante.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,   Vu le décret n° 2000‐404 du 11 Mai 2000,   Vu le rapport annuel 2011 sur le prix et la qualité du service d’élimination des déchets, ci‐annexé,  Vu l’avis de la commission Environnement et Développement durable du 20 juin 2013,  Vu l’avis favorable du bureau du 19 juin 2013,  Vu le rapport présenté,  Décide à l’unanimité,    De donner acte au Président de la présentation du rapport annuel  Article unique :  2012  sur  le  prix  et  la  qualité  du  service  public  d’élimination  des  déchets ménagers.    Pour :   43 ; Contre : 0 ; Abstention : 0  Délibération adoptée à l’unanimité    Délibération n° 2013 – 07 ‐ 14   


2013 – Juillet    Page 28 / 45  Assainissement collectif  LA PARTICIPATION POUR L’ASSAINISSEMENT COLLECTIF (PAC)    Monsieur  Jean  MICHAUX,  Vice‐Président  en  charge  de  la  commission  Environnement  –  Développement durable et de l’assainissement, procède à la lecture du rapport suivant.     La participation pour l’assainissement collectif (PAC) a été créée par l’article 30 de la loi de finances  rectificative  pour  2012  du  14  mars  2012,  afin  de  permettre  le  maintien  du  niveau  actuel  des  recettes  des  services  publics  de  collecte  des  eaux  usées  et  pour  satisfaire  les  besoins  locaux  d’extension des réseaux, notamment dans les zones de développement économique ou urbain.  Elle est destinée à remplacer la participation pour raccordement à l’égout (PRE), supprimée en tant  que participation d’urbanisme liée au permis de construire à compter du 1er juillet 2012. Elle est due  par  les  propriétaires  des  immeubles  soumis  à  l’obligation  de  raccordement  au  réseau  public  d’assainissement pour tenir compte de l’économie qu’ils réalisent en leur évitant la mise en place  d’une installation d’assainissement individuelle réglementaire.  Depuis le 5 juillet 2012, le conseil Communautaire a institué la PAC de la manière suivante :    Participation assainissement collectif  Maison individuelle   Habitat groupé  ou assimilé * 

Tarifs au 1er juillet 2012  3 000 €  1 200 € par habitation ou appartement créé à  l’occasion de l’opération  980 € par chambre créée à l’occasion de l’opération  3 000 € par construction 

Hôtels et assimilés **  Pour les autres types de construction     * : On entend par  habitats groupés ou assimilés : les lotissements, les immeubles collectifs,  etc …   ** : On entend par hôtels et assimilés : les hôtels, les foyers d’hébergement, les internats, …    Il était rappelé que :   - le fait générateur est le raccordement au réseau,  - les recettes seront recouvrées comme en matière de contribution directe inscrite au budget  assainissement,  - le recouvrement aura lieu par émission d’un titre de recette à l’encontre du propriétaire,  - la participation est non soumise à la TVA,  - le montant de la participation aux travaux de branchement sera déduit de la PAC.    Après un an de mise en application, beaucoup de collectivités ont mis en place la PAC qui s’ajoute au  branchement et non une PAC à laquelle on déduit le coût du branchement comme la Communauté  de Communes a pu le faire. Pour les usagers cette PAC additionnelle, comme l’était la participation  pour raccordement à l’égout est plus facile à comprendre. De plus,  l’article 30 de la loi de finances  rectificative du 14 mars 2012 précise que cette PAC doit prendre en compte les agrandissements qui  génèreraient des eaux usées supplémentaires.    C’est pourquoi, il est proposé de modifier la PAC de la manière suivante :     Participation assainissement collectif  Tarifs au 1er juillet 2013  Maison individuelle   1 000 €  1 000 € par habitation ou appartement créé à  Habitat groupé  ou assimilé *  l’occasion de l’opération  Hôtels et assimilés **  1 000 € par chambre créée à l’occasion de l’opération  Pour les autres types de construction  1 000 € par construction   


2013 – Juillet    Page 29 / 45   

* : On entend par  habitats groupés ou assimilés : les lotissements, les immeubles collectifs  etc …  ** : On entend par hôtels et assimilés : les hôtels, les foyers d’hébergement, les internats, … 

Il était rappelé que :   - le fait générateur est le raccordement au réseau,  - les recettes seront recouvrées comme en matière de contribution directe inscrite au budget  assainissement,  - le recouvrement aura lieu par émission d’un titre de recette à l’encontre du propriétaire,  - la participation est non soumise à la TVA,  - La  PAC  (Participation  pour  assainissement  collectif)  s’ajoutera  au  montant  des  travaux  de  branchement.    Le tableau Excel joint en annexe explique la PAC au 1er juillet 2012 et la proposition de modification  au 1er juillet 2013.    Il est donc proposé au Conseil la délibération suivante.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,   Vu l’article 30 de la loi de finances rectificative n° 2012‐354 du 14 mars 2012,   Vu l’article L. 1331‐7 du code de la santé Publique (en vigueur au 1er juillet 2012),  Vu l’avis de la commission Environnement et Développement durable du 20 juin 2013,  Vu l’avis favorable du bureau du 19 juin 2013,  Vu le rapport présenté,  Décide à l’unanimité,    D’instaurer,  à  la  charge  des  propriétaires  de  constructions  nouvelles  Article 1er :  soumises  à  l’obligation  de  raccordement,  une  participation  pour  le  financement de l’assainissement collectif (PAC).    Article 2 :   De fixer le montant de la PAC,  de la manière suivante :    Participation assainissement collectif  Tarifs au 1er Juillet 2013  Maison individuelle  Habitat groupé  ou assimilé *  Hôtels et assimilés **  Pour les autres types de construction 

1 000 €  1 000 € par habitation ou appartement créé  à l’occasion de l’opération  1 000 € par chambre créée   à l’occasion de l’opération  1 000 € par construction 

* :  On  entend  par    habitats  groupés  ou  assimilés :  les  lotissements,  les  immeubles  collectifs, etc …  ** : On entend par hôtels et assimilés : les hôtels, les foyers d’hébergement, les internats,  etc …  Il est rappelé que :  - le fait générateur est le raccordement au réseau,   - les  recettes  seront  recouvrées  comme  en  matière  de  contribution  directe  au  budget  assainissement,  - le recouvrement aura lieu par émission d’un titre de recette à l’encontre du propriétaire,  - la participation est non soumise à la TVA, 


2013 – Juillet    Page 30 / 45  -

La PAC  (Participation  Assainissement  collectif)  s’ajoutera  au  coût  du  branchement  que  le  particulier ou le promoteur  aura à sa charge. 

Pour :   43 ; Contre : 0 ; Abstention : 0  Délibération adoptée à l’unanimité    Délibération n° 2013 – 07 ‐ 15    Assainissement  RAPPORT ANNUEL 2012   SUR LE PRIX ET LA QUALITE   DU SERVICE ASSAINISSEMENT DES EAUX USEES    Monsieur  Jean  MICHAUX,  Vice‐Président  en  charge  de  la  commission  Environnement  –  Développement durable et de l’assainissement, procède à la lecture du rapport suivant.    La loi du 2 Février 1995, dite loi Barnier, dans le but de renforcer la transparence et l’information sur  les services de l’eau potable et de l’assainissement, prévoit la présentation par le Maire d’un rapport  annuel sur le prix et la qualité de ces services. Le décret du 6 Mai 1995 en précise les modalités de  mise en œuvre et définit les indicateurs techniques et financiers qui doivent y être portés.    Val d’Amboise est concernée par cette loi car ayant compétence en matière d’assainissement, le  Président se substitue au Maire dans cette procédure.     Les indicateurs techniques comprennent des informations générales relatives à l’importance et au  fonctionnement du service. Les indicateurs financiers intègrent une note sur le budget, l’évolution  des recettes d’assainissement et un état de la dette.    Après  présentation  au  Conseil  de  la  Communauté,  ce  rapport  sera  transmis  au  Préfet  et  tenu  à  disposition du public en mairie.    Ce  rapport  a  été  présenté  en  Commission  Environnement  –  Développement  durable  en  date  du   20 Juin 2013.    Nous vous prions de bien vouloir donner acte de cette communication.    Par conséquent, il est proposé au Conseil Communautaire d’approuver la délibération suivante.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment l'article L2224‐5,  Vu le rapport annuel sur le prix et la qualité du service d'assainissement des eaux usées, ci‐annexé,  Vu l’avis de la commission Environnement et Développement durable du 20 juin 2013,  Vu l’avis favorable du bureau du 19 juin 2013,  Vu le rapport présenté,  Décide à l’unanimité,    Article unique :  De donner acte au Président de la présentation du rapport annuel  sur le prix et la qualité du service d'assainissement des eaux usées  pour l’exercice 2012.    Pour :   43 ; Contre : 0 ; Abstention : 0  Délibération adoptée à l’unanimité   


2013 – Juillet    Page 31 / 45  Délibération n° 2013 – 07 ‐ 16    Urbanisme  CONVENTION AVEC LA VILLE D’AMBOISE   RECOURS AUX SERVICES DE LA VILLE D’AMBOISE  POUR L’INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D’URBANISME  AVENANT N°5    Madame  Dany  TOURNIER,  Vice  Présidente  en  charge  de  la  commission  Economie  –  Tourisme  ‐  Culture, procède à la lecture du rapport suivant.    Lors du conseil communautaire en date du 11 Décembre 2008, le projet de convention permettant  aux  communes  de  Val  d’Amboise  de  confier  l’instruction  des  autorisations  d’urbanisme  à  la  communauté de communes a été approuvé.    Une délibération en date  du 2  Juillet 2009 a autorisé le Président de Val d’Amboise à signer deux  conventions avec la Ville d’Amboise :   - la première selon laquelle, pour une durée de six ans, la Ville d’Amboise confie l’instruction  des autorisations d’urbanisme à Val d’Amboise,  - la seconde, pour une durée d’un an, fixant les modalités techniques ou encore financières  de  recours  par  Val  d’Amboise  au  service  urbanisme  de  la  commune  pour  assurer  cette  mission.    Cette dernière a été renouvelée le 1er Juillet 2012 et vient à échéance le 30 Juin 2013, il convient de  la renouveler pour une période identique d’un an.    Le montant de la compensation avait été arrêté à la somme de 86 606 € pour l’année précédente.  Pour la période du 1er juillet 2013 au 30 juin 2014, cette compensation s’élève à 88 761 €.    En  conséquence,  il  vous  est  proposé  d’autoriser  le  Président  à  signer  avec  la  ville  d’Amboise  la  convention présentée en annexe.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,  Vu l’avis favorable du bureau du 19 juin 2013,  Vu le rapport présenté,  Décide à l’unanimité,    D’autoriser  le  Président  à  mettre  au  point  et  à  signer  avec  la  Article unique :   commune  d’Amboise  la  convention  ci‐annexée  au  terme  de  laquelle Val d’Amboise s’appuiera sur les services de la ville pour  l’instruction  des  autorisations  d’urbanisme  sur  le  territoire  de  cette  dernière,  selon  des  modalités  financières  et  techniques  décrites.    Pour :   43 ; Contre : 0 ; Abstention : 0  Délibération adoptée à l’unanimité    Délibération n° 2013 – 07 ‐ 17    Habitat  GARANTIE D’EMPRUNT  Demandes de Garantie d’Emprunt de la Croix Rouge  pour travaux de la Pension de Famille de l’Orangerie à Amboise 


2013 – Juillet    Page 32 / 45    Monsieur Jean‐Pierre SCHUBERT, Vice‐Président en charge de la commission Finances et Personnel,  procède à la lecture du rapport suivant.    Rappel de l’exposé des motifs :  La Communauté de Communes est sollicitée par la Croix Rouge sur une garantie d’emprunt portant  sur le financement de travaux de réhabilitation de la pension de famille de l’Orangerie à Amboise.    Cet établissement a ouvert ses portes en juillet 2011, après travaux de réhabilitation financés par la  trésorerie de l’association.    Celle‐ci souhaite emprunter un prêt PLAI à la CDC, pour un montant de 175 001 euros pour couvrir  une partie du financement de ces travaux (dont le montant total est de 332 826 euros) et sollicite  une garantie d’emprunt de Val d’Amboise sur ce prêt au taux de 2,05% sur une durée de 40 ans.    La  pension  est  un  collectif  de  9  logements  sociaux  de  type  1  ou  1  bis,  permettant  d’accueillir  10  personnes, cumulant des difficultés d’ordre social ou financier.    Considérant  que  cet  établissement  répond  à  des  besoins  s’inscrivant  dans  la  politique  d’habitat  définie à travers le PLH de Val d’Amboise, et que, par ailleurs le taux d’engagement de la collectivité  sur  des  garanties  d’emprunt    s’élève  à  zéro  à  ce  jour,  il  est  proposé  au  Conseil  Communautaire  d’approuver la délibération suivante.    Lors du conseil communautaire du 7 février 2013, il a été décidé d’accorder une garantie d’emprunt  à la Croix Rouge sur un emprunt de type PLAI auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations, pour  un montant de 175001€ avec un taux d’emprunt de 2,05% sur un période de 40 ans. Depuis, la Croix  Rouge a indiqué à la Communauté de Communes Val d’Amboise que la délibération prise le 7 février  dernier ne répondait pas au modèle attendu par la Caisse des Dépôts et Consignations.     De ce fait, il est proposé aux membres du conseil communautaire d’approuver une nouvelle fois les  modalités de cette garantie d’emprunt selon la forme présentée dans la délibération suivante.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu la demande formulée par la Croix Rouge ;  Et tendant à la sollicitation d’une garantie d’emprunt relative aux travaux de la Pension de Famille  de l’Orangerie à Amboise ;  Vu  l’article  L  5111‐4  et  les  articles  L  5214‐1  et  suivants  du  Code  général  des  collectivités  territoriales ;  Vu l’article 2298 du Code civil ;  Vu l’avis favorable de la commission habitat‐enfance du 14 janvier 2013 ;  Vu l’avis favorable de la commission finances et personnel du 24 janvier 2013 ;  Vu l’avis favorable du bureau du 16 janvier 2013 ;  Vu l’avis favorable du bureau du 19 juin 2013,  Vu le rapport présenté,  Décide,     Article 1 :   L’assemblée délibérante de la Communauté de Communes Val d’Amboise  accorde  sa  garantie  à  hauteur  de  100%  pour  le  remboursement  d’un  emprunt d’un montant total de 175 001 euros souscrit par la Croix Rouge  auprès de la Caisse des dépôts et consignations.  Ce prêt PLAI est destiné à financer la création de la pension de famille de  l’Orangerie de 9 logements, 7 rue de la Tour à Amboise.    Les caractéristiques du prêt sont les suivantes :  Article 2 :  


2013 – Juillet    Page 33 / 45  ‐ ‐ ‐ ‐ ‐ ‐ ‐

Article 3 :  

Article 4 :  

Montant du prêt : 175 001 euros  Durée totale du prêt : 40 ans  Périodicité des échéances : annuelle  Index : Livret A  Taux d’intérêt actuariel annuel : taux du Livret A en vigueur à la date  d’effet du contrat de prêt ‐20pdb  Taux annuel de progressivité : de 0%  Révisabilité  des  taux  d’intérêt  et  de  progressivité  à  chaque  échéance : en fonction de la variation du taux du Livret A sans que le  taux de progressivité révisé puisse être inférieur à 0%. 

La garantie est apportée aux conditions suivantes :  La garantie  de la collectivité est accordée pour la  durée totale du prêt et  porte  sur  l’ensemble  des  sommes  contractuellement  dues  par  la  Croix  Rouge, dont il ne se serait pas acquitté à la date d’exigibilité.  Sur la notification de l’impayé par lettre simple de la Caisse des dépôts et  consignations, la collectivité s’engage à se substituer à la Croix Rouge pour  son  paiement,  en  renonçant  au  bénéfice  de  discussion  et  sans  jamais  opposer le défaut de ressources nécessaires à ce règlement.  Le  Conseil  autorise  le  Président  à  intervenir  au  contrat  de  prêt  qui  sera  passé entre la Caisse des dépôts et consignations et l’emprunteur. 

Monsieur  LEVRET  demande  qu’on  lui  précise  si  la  Croix  Rouge  ne  payait  pas  alors  la  collectivité  devrait‐elle bien rembourser pendant 40 ans ?  Il lui est répondu que c’est exact tout comme lorsqu’ils avaient voté en février pour cette même  délibération.  Pour :   42 ; Contre : 1 ; Abstention : 0    Délibération n° 2013 – 07 ‐ 18    Habitat  PROGRAMME D’INTÉRÊT GÉNÉRAL (PIG) :   MISE EN ŒUVRE, PLAN DE FINANCEMENT PRÉVISIONNEL ET DEMANDE DE SUBVENTION    Madame Edwige DUBOIS, Vice Présidente en charge de la commission Enfance ‐ Habitat, procède à  la lecture du rapport suivant.    Conformément  à  la  fiche‐action  n°3.1  du  Programme  Local  de  l’Habitat  2008‐2013  validé  lors  du  conseil  communautaire  du 20  décembre 2007, la  Communauté de Communes souhaite  mettre en  place  un  dispositif  d’accompagnement,  auprès  des  propriétaires  occupants  et  des  propriétaires  bailleurs, afin de contribuer efficacement à la préservation et à l’amélioration du parc privé existant.  Le Programme d’Intérêt Général (PIG) constitue l’outil partenarial approprié pour mettre en œuvre  ce  type  d’action.  Il  devra  faire  l’objet  d’une  convention  entre  l’Agence  Nationale  de  l’Habitat  (ANAH),  le  Conseil  Général  d’Indre‐et‐Loire  en  tant  que  délégataire  des  aides  à  la  pierre  et  la  Communauté de Communes  Val d’Amboise.  Pour rappel, suite à une délibération du conseil communautaire du 29 mars 2012, il avait été décidé  de confier la conduite d’une étude pré‐opérationnelle d’amélioration de l’habitat au PACT d’Indre‐ et‐Loire,  afin  d’apprécier  plus  finement  les  besoins  territoriaux  en  matière  d’adaptation,  d’amélioration  et  de  réhabilitation  du  parc  privé  existant.  Cette  étude,  a  permis  d’une  part,  de 


2013 – Juillet    Page 34 / 45  confirmer l’opportunité de lancer un PIG sur le territoire de Val d’Amboise, et d’autre part, de cibler  quatre thématiques d’intervention :   L’amélioration des performances thermiques ;   La lutte contre l’habitat indigne ou très dégradé ;   L’adaptation des logements aux problèmes de mobilité ;   L’amélioration  du  parc  des  logements  (mise  aux  normes  de  l’assainissement,  mise  aux  normes électriques, mise en sécurité de l’habitat troglodytique ou en zone inondable…).    D’une  durée  de  3  ans,  le  PIG  a  pour  objectif  de  repérer,  diagnostiquer  et  accompagner  des  propriétaires occupants ou des propriétaires bailleurs à bénéficier des aides de l’ANAH, du Conseil  Général, du programme Habiter Mieux, du Pays Loire Touraine, et de la Communauté de Communes  Val d’Amboise.   Les objectifs quantitatifs prévisionnels pour les 3 ans du PIG sont : 

   

Sur les travaux (171 dossiers au total dont 147 pour les propriétaires occupants et 24 pour  les logements locatifs) :    69 dossiers « amélioration des performances thermiques » dont 60 propriétaires occupants  et 9 logements locatifs ;  27  dossiers  « lutte  contre  l’habitat  indigne  ou  très  dégradé »  dont  18  propriétaires  occupants et 9 logements locatifs ;  45 dossiers « adaptation  des logements aux problèmes de mobilité » uniquement pour les  propriétaires occupants.  30  dossiers  « amélioration  du  parc  des  logements  (assainissement,  habitat  troglodytique…) », dont 24 pour les propriétaires occupants et 6 pour les logements locatifs.  Sur les conseils (195 dossiers au total dont 105 dans les plafonds ANAH et 90 au‐dessus des  plafonds ANAH et en‐dessous des plafonds PSLA): 

 45 dossiers « études thermiques » pour les propriétaires ayant des ressources au‐dessus des  plafonds ANAH et en‐dessous des plafonds du PSLA.   45 dossiers « diagnostics thermiques » dans les plafonds de l’ANAH   45 dossiers « diagnostics autonomie » pour les propriétaires occupants ayant des ressources  en‐dessus des plafonds ANAH et au‐dessous des plafonds PSLA.   45 dossiers « diagnostics autonomie » pour les propriétaires dans les plafonds de l’ANAH.   15 dossiers « diagnostics stabilité – habitat troglodytique » pour les propriétaires occupants.  PIG ‐ VOLET ANIMATION :  Financement prévisionnel sur 3 ans :  Dépenses €HT  Coût animation  estimé  Part fixe  Part variable* 

Recettes € 

160 000,00 €   Subvention ANAH sur  animation :   50 000,00 € maximum 35% du HT (sur part  fixe)  110 000,00 € Prime ANAH Habiter Mieux 

 

17 500,00 € 24 960,00 €


2013 – Juillet    Page 35 / 45 

(416 € par dossier)  Prime ANAH  « accompagnement social »   (1 354 € par dossier)  Prime ANAH appui renforcé**  (416 € par dossier)  Subvention Conseil Général   (25% du HT plafonné à 10 000  €)  Programme LEADER (43  dossiers)  Reste à la charge Val  d’Amboise pour l’animation  160 000,00 € Budget prévisionnel  

8 124,00 € 18 720,00 € 30 000,00 € 10 642,50 € 50 053,50 €

Budget prévisionnel   160 000,00 €   * Cette part fluctuera en fonction des résultats obtenus.  ** sous toutes réserves de l’accord de l’ANAH    Une  mission  de  suivi‐animation  et  évaluation  du  PIG  sera  confiée  à  un  opérateur  à  l’issue  d’une  consultation.   PIG ‐ VOLET SUBVENTION (TRAVAUX ET CONSEILS) :    La  communauté  de  communes  Val  d’Amboise  souhaite  s’engager  financièrement  dans  la  mise  en  œuvre  du  PIG  en  délivrant  d’une  part,  des  subventions  pour  la  réalisation  de  certains  travaux  et  d’autre part, des aides pour le financement de diagnostics‐conseils. La commission Enfance‐Habitat  du 23 mai dernier a émis un avis favorable sur un budget global maximal des subventions allouées  aux propriétaires égal à 60 000 € par an, soit 180 000 € sur 3 ans.  Suite  à  la  commission  enfance  habitat  du  12  Juin  2013,  des  modifications  ont  été  apportées  à  la  programmation triennale du PIG :  Participation financière de Val d’Amboise  Volet « Améliorer les performances thermiques »  Aides aux travaux  Aides aux conseils  Volet « Lutter contre l’habitat indigne ou très dégradé »  Aides aux travaux  Volet « Adapter les logements aux problèmes de mobilité »  Aides aux travaux  Aides aux conseils  Volet « Améliorer le parc des logements » (assainissement, habitat  troglodytique…)  Aides aux conseils  Total Général des subventions allouées par Val d’Amboise aux  propriétaires 

48 000 € 10 125 € 18 000 € 75 000 € 9 113 € 2 475 € 162 713 €

Par conséquent, il est proposé au Conseil Communautaire d’approuver la délibération suivante.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des Collectivités Territoriales ;  Vu le Code de la Construction et l’Habitation  et notamment l’article R.327 ; 


2013 – Juillet    Page 36 / 45  Vu la circulaire n°2002‐68/UHC/IUH4/26 du 8 novembre 2002 relative aux opérations programmées  d’amélioration de l’habitat et au programme d’intérêt général ;  Vu l’arrêté du 6 septembre 2010 relatif au règlement des aides FART (Programme Habiter Mieux) ;  Vu les statuts de la Communauté de Communes Val d’Amboise ;  Vu le Programme Local de l’Habitat 2008‐2013 adopté définitivement par le conseil communautaire  de Val d’Amboise le 20 décembre 2007, et notamment son action n°3.1visant à « mettre en place  une opération programmée d’amélioration de l’habitat insistant sur des thématiques ciblées ». ;  Vu l’avis favorable de la commission « habitat‐enfance »  du 23 mai 2013,  Vu l’avis favorable  de la commission « habitat‐enfance » du 12 juin 2013,  Vu l’avis favorable du bureau du 19 juin 2013,   Vu le rapport présenté,  Décide à l’unanimité,    D’approuver la mise en œuvre d’un Programme d’Intérêt Général pour une  Article 1 :  période  de  3  ans,  sur  quatre  thématiques  « Amélioration  des  performances  thermiques »,  « Lutte  contre  l’habitat  indigne  ou  très  dégradé »,  « Adaptation  des  logements  aux  problèmes  de  mobilité »  et  « Amélioration  du  parc  des  logements  (assainissement,  habitat  troglodytique…) ».    Article 2 :   D’approuver le plan de financement prévisionnel relatif à la mise en œuvre  d’un Programme d’Intérêt Général sur le territoire de Val d’Amboise, pour  un montant de  160 000 €HT soit 191 360 €TTC.  Dépenses €  Coût animation  estimé  Part fixe  Part  variable*         

160 000,00 €

Subvention ANAH sur animation :   maximum 35% du HT (sur part fixe)  Prime ANAH Habiter Mieux  110 000,00 € (416 € par dossier)  Prime ANAH « accompagnement  social »     (1 354 € par dossier)  Prime ANAH appui renforcé**    (416 € par dossier)  Subvention Conseil Général     (25% du HT plafonné à 10 000 €)  50 000,00 €

Recettes € 

17 500,00 € 24 960,00 € 8 124,00 € 18 720,00 € 30 000,00 €

Programme LEADER (43 dossiers) 

10 642,50 €

Reste à la charge Val d’Amboise  pour l’animation  160 000,00 € Budget prévisionnel    

Budget prévisionnel  

50 053,50 € 160 000,00 €

Article 3 :  

D’approuver la  participation  financière  de  la  Communauté  de  Communes  Val  d’Amboise  qui  vise  d’une  part,  à  subventionner  la  réalisation  de  travaux,  et  d’autre  part,  à  subventionner  la  conduite  de  diagnostics‐ conseils.  

Participation financière de Val d’Amboise  Volet « Améliorer les performances thermiques »  - Aides aux travaux  - Aides aux conseils  Volet « Lutter contre l’habitat indigne ou très dégradé » 

48 000 € 10 125 €


2013 – Juillet    Page 37 / 45  -

Aides aux travaux  18 000 €

Volet « Adapter les logements aux problèmes de mobilité »  - Aides aux travaux  - Aides aux conseils  Volet « Améliorer le parc des logements » (assainissement, habitat  troglodytique…)  - Aides aux conseils  Total Général des subventions allouées par la CCVA aux propriétaires 

75 000 € 9 113 €

2 475 € 162 713 €

Article 4 :  

D’autoriser le  Président  à  demander  les  subventions,  pour  la  mise  en  œuvre de l’animation du PIG, ainsi que toute autre subvention susceptible  de pouvoir être attribuée par tout autre partenaire institutionnel. 

Article 5 :  

D’autoriser le Président à signer toutes les pièces afférentes et nécessaires  à la bonne conduite de ce dossier. 

Le Président  tient  à  remercier  toutes  les  personnes  composant  ce  comité  de  pilotage  ainsi  que  l’ANAH pour le travail effectué et à venir.  Pour :   43 ; Contre : 0 ; Abstention : 0  Délibération adoptée à l’unanimité    Délibération n° 2013 – 07 ‐ 19    Habitat  PROGRAMME D’INTERET GENERAL (PIG) : MOBILISATION DU PROGRAMME LEADER    Madame Edwige DUBOIS, Vice Présidente en charge de la commission Enfance ‐ Habitat, procède à  la lecture du rapport suivant.    Dans  le  cadre  de  son  PIG,  la  Communauté  de  Communes  Val  d’Amboise  entend  proposer  aux  propriétaires occupants rencontrant des problèmes de mobilité des diagnostics autonomie, au‐delà  de ce que peut proposer et financer l’ANAH et ce, dans la limite des plafonds PSLA.     Seules les communes d’Amboise, Cangey, Chargé, Nazelles‐Négron, Neuillé‐le‐Lierre, Pocé‐sur‐Cisse,  Saint‐Règle et Souvigny‐de‐Touraine sont éligibles au programme Leader. La commune de Noizay est  exclue du programme, étant donné qu’elle est comprise dans l’unité urbaine de Tours.     Compte  tenu  de  la  population  retraitée  présente  sur  la  partie  du  territoire  éligible  de  Val  d’  Amboise,  43  diagnostics  « adaptation »  peuvent  être  envisagés  sur  la  durée  du  PIG,  ce  qui  représente un montant de 19 350 € HT.    Dans  le  cadre  du  Programme  LEADER,  la  Communauté  de  Communes  Val  d’Amboise  peut  obtenir  des subventions sur 43 dossiers et au prorata des communes éligibles au programme.    Plan de financement prévisionnel des dépenses éligibles :    Dépenses € HT  Recettes € HT  43 diagnostics « adaptation » pour      les familles au‐dessus des plafonds  LEADER  10 642,50 € 19 350,00 € ANAH.  Val d’Amboise    8 707,50 €


2013 – Juillet    Page 38 / 45  Total 

19 350,00 € Total 

19 350,00 €

Par conséquent, il est proposé au Conseil Communautaire d’approuver la délibération suivante.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des Collectivité Territoriales,  Vu la délibération n° 2013‐07‐   relative au PIG : Mise en œuvre, plan de financement prévisionnel et  demande de subvention,  Vu l’avis favorable de la commission Enfance Habitat du 12 Juin 2013,  Vu l’avis favorable du bureau du 19 juin 2013,  Vu le rapport présenté,  Décide à l’unanimité,    D’approuver la sollicitation auprès du Pays Loire Touraine pour l’obtention  Article 1 :   de subventions sur le programme Leader.    De valider le plan de financement de l’opération du PIG, relatif à son volet  Article 2 :   « adaptation  des  logements  aux  problèmes  de  mobilité ».  Ce  dernier  contient un axe prévoyant l’apport de conseils à domicile pour les familles  au‐dessus des plafonds ANAH.    D’autoriser le Président à signer toutes les pièces inhérentes à ce dossier.  Article 3 :     Pour :   43 ; Contre : 0 ; Abstention : 0  Délibération adoptée à l’unanimité    Délibération n° 2013 – 07 ‐ 20    Habitat  PROGRAMME LOCAL DE L’HABITAT (PLH) :  PLAN DE FINANCEMENT ACTUALISE ET DEMANDE DE SUBVENTION    Madame Edwige DUBOIS, Vice Présidente en charge de la commission Enfance ‐ Habitat, procède à  la lecture du rapport suivant.    Suite aux délibérations du 7 février et du 28 mars 2013, le conseil communautaire a approuvé d’une  part, le fait de lancer un second programme local de l’habitat et d’autre part, d’approuver un plan  de financement prévisionnel.    Plus récemment, la Communauté de Communes Val d’Amboise a été sollicitée par la Communauté  de  Communes  des  Deux  Rives  afin  que  l’étude  se  déroule  sur  un  territoire  élargi,  à  savoir  le  périmètre  issu  de  la  prochaine  fusion  qui  interviendra  au  1er  janvier  2014.  La  Communauté  de  Communes Val d’Amboise étant maître d’ouvrage du marché, supportera le coût de l’ensemble de  cette étude. Cet élément modifie le montant global de l’étude qui était estimé à 30 000 € HT.    Il  est  donc  nécessaire  de  valider  un  plan  de  financement  actualisé  sur  la  base  du  résultat  de  la  consultation relative à l’élaboration d’un second programme local de l’habitat.    Par  ailleurs,  le  Conseil  Général  subventionne  15%  du  montant  HT  de  cette  étude  (plafonné  à  5 000€), et ce, sur ses fonds propres.     Le  Conseil  communautaire  est  donc  appelé  à  approuver  le  plan  de  financement  ci‐dessous  et  à  autoriser Monsieur le Président à demander la subvention du Conseil Général d’Indre‐et‐Loire, pour 


2013 – Juillet    Page 39 / 45  l’élaboration  d’un  second  Programme  Local  de  l’Habitat,  ainsi  que  toute  autre  subvention  susceptible de pouvoir être attribuée par tout autre partenaire institutionnel.     Coût de l’élaboration d’un second Programme Local de l’Habitat :     Dépenses € HT  Recettes en € HT  Conseil Général (15% du  Coût étude   41 261,50  montant HT de l’étude)   5 000,00 Plafonné à 5 000€      Fonds propres Val d’Amboise  36 261,50   Total  

41 261,50 Total 

41 261,50

Par conséquent, il est proposé au Conseil communautaire d’approuver la délibération suivante.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des Collectivités Territoriales ;   Vu le Code de la construction et  de l’habitation  et notamment ses articles L.302‐1 à L.302‐4‐1 et  R.302‐1 à  R.302‐13‐1 ;  Vu la délibération n°2013‐02‐12  du conseil communautaire en date du 7 février 2013 ;  Vu la délibération n°2013‐03‐13 du conseil communautaire en date du 28 mars 2013 ;  Vu l’avis  favorable du Bureau du 19 juin 2013 ;  Vu le rapport présenté ;  Décide à l’unanimité,    D’approuver ce plan de financement actualisé.  Article 1 :     Coût de l’étude d’élaboration d’un second Programme Local de l’Habitat :     Dépenses en € HT  Recettes en € HT  Coût étude   41 261,50 Conseil Général (15% du montant  5 000,00 HT de l’étude) Plafonné 5 000€    Fonds propres Val d’Amboise  36 261,50 Total  

41 261,50

Total

41 261,50

Article 2 :  

D’autoriser Monsieur le Président à signer la demande de subvention  correspondante. 

Pour :   43 ; Contre : 0 ; Abstention : 0  Délibération adoptée à l’unanimité    Délibération n° 2013 – 07 ‐ 21    Habitat  FONDS DE CONCOURS  ATTRIBUE A LA COMMUNE DE SOUVIGNY DE TOURAINE  REALISATION DE DEUX LOGEMENTS D’ACCUEIL TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES     Madame Edwige DUBOIS, Vice Présidente en charge de la commission Enfance ‐ Habitat, procède à  la lecture du rapport suivant.   


2013 – Juillet    Page 40 / 45  La  législation    sur  le  fonds  de  concours  permet  de  financer  des  opérations  menées  par  des  collectivités qui dépassent l’intérêt communal et rencontrent l’intérêt communautaire.  Ce  dispositif  a  déjà  été  utilisé  par  le  passé  pour  les  communes  de  Chargé,  Saint  Règle…  pour  des  investissements à caractère économique.    Souvigny de Touraine réalise, dans le cadre de la MARPA–Ecole, 2 logements d’accueil temporaire.  Cette  proposition,  axe  de  développement  de  l’accueil  temporaire,  est  un  projet  ancien    de  Val  d’Amboise qui est inscrit dans son PLH. Un projet plus important est dans l’attente d’une décision   d’appel à projet de l’ARS qui n’est pas attendue avant plusieurs années. La création de 2 logements  de ce type à Souvigny de Touraine est une première étape qu’il convient d’encourager.    Les  règlements  des  fonds  de  concours  permettent  à  Val  d’Amboise  de  financer    50%  des  coûts  restant à charge de la collectivité.    Le coût de cette opération se décompose comme suit :    1 353 794 €HT

Bâtiment Quote part de 75% locaux  communs 

447 685 €HT

Subventions

Commune

270 000 €

1 531 479 €

Soit par logement :    50% pour 2 logements :  

69 612 €  69 612 € 

Par conséquent, il est proposé au Conseil communautaire d’approuver la délibération suivante.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,  Vu la loi du 13 Août 2004,  Vu la demande de la commune de Souvigny de Touraine,  Vu la délibération du conseil communautaire du 5 Novembre 2009,  Vu le rapport présenté,  Décide à l’unanimité,  Article 1er :     Article 2 : 

De verser  un  fonds  de  concours  à  la  commune  de  Souvigny  de  Touraine  pour les travaux de réalisation de 2 logements d’accueil temporaire.  D’autoriser le Président à faire verser, sur la base d’un état des dépenses  réalisées et recettes reçues, une somme dont le montant prévisionnel est  de 69 612 €, égale au plus à 50 % de la participation restant à charge de la  commune. 

Pour :   43 ; Contre : 0 ; Abstention : 0  Délibération adoptée à l’unanimité    Délibération n° 2013 – 07 ‐ 22    Habitat  FONDS DE CONCOURS   ATTRIBUE A LA COMMUNE DE SOUVIGNY DE TOURAINE  CADRE D’INTERVENTION FONCIERE MARPA‐ECOLE    


2013 – Juillet    Page 41 / 45  Madame Edwige DUBOIS, Vice Présidente en charge de la commission Enfance ‐ Habitat, procède à  la lecture du rapport suivant.    Par délibération du 5 Novembre 2009, Val d’Amboise a voté un cadre d’intervention foncière lié à la  création de logements aidés.  Ce cadre a pour objectifs :  1‐ Mobiliser  du  foncier  à  court  terme  en  diminuant  le  prix  d’acquisition  de  terrains  pour  les  bailleurs sociaux.  2‐ Faciliter le portage foncier à moyen terme en aidant les communes à acquérir du terrain en vue  d’opérations d’habitat respectueuses du PLH.  La  commune  de  Souvigny  de  Touraine  sollicite  ce  fonds  pour  la  réalisation  de  22  logements  PLS  réalisés  dans le cadre de l’opération MARPA‐Ecole.  La mise à disposition du terrain pour la réalisation de cette opération a nécessité des acquisitions,  des frais et honoraires liés au PLU, loi sur l’eau et des travaux de VRD.    L’ensemble  de  ces  opérations,  dont  une  liste  détaillée  a  été  fournie  par  la  commune,  s’élève  à  451 434€.   Une participation de Val d’Amboise à hauteur de 30% est proposée dans ce cadre soit 135 430 €.    Par conséquent, il est proposé au Conseil communautaire d’approuver la délibération suivante.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,  Vu la demande de la commune de Souvigny de Touraine,  Vu la délibération du conseil communautaire du 5 Novembre 2009,  Vu le rapport présenté,  Décide à l’unanimité,    Article 1er :   De  verser  une  subvention  d’équipement  à  la  commune  de  Souvigny  de  Touraine  afin  de  lui  permettre  de  réaliser  22  logements  locatifs  aidés  sur  un terrain nécessitant des aménagements importants.    D’autoriser le Président à faire verser, sur la base d’un état des dépenses  Article 2 :  réalisées et recettes reçues, une somme égale à 135 430 €.    Pour :   43 ; Contre : 0 ; Abstention : 0  Délibération adoptée à l’unanimité    Délibération n° 2013 – 07 – 23    Sport et loisirs  FONDS DE CONCOURS A LA VILLE D’AMBOISE  CLOS DES GARDES    Madame  Dany  TOURNIER,  Vice  Présidente  en  charge  de  la  commission  Economie  –  Tourisme  ‐  Culture, procède à la lecture du rapport suivant.    Dans le cadre d’un projet global d’aménagement du Clos des Gardes à Amboise, la ville d’Amboise a  fait actualiser une étude afin d’y intégrer le projet de nouvelle piscine.    Le coût de cette étude s’est élevé à 7 624,50 € et a bénéficié d’une subvention de la Région de 50 %.   


2013 – Juillet    Page 42 / 45  Il est proposé au conseil communautaire de verser à la ville d’Amboise un fonds de concours de 15  % soit 1 143,00€.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,  Vu la demande de la commune d’Amboise,  Vu l’avis du bureau du 19 Juin 2013,  Vu le rapport présenté,  Décide à l’unanimité,    D’accepter de verser à la ville d’Amboise un fonds de concours de  Article Unique :   1 143  €  au  titre  de  l’intégration  de  la  nouvelle  piscine  dans  le  quartier du Clos des Gardes.    Pour :   43 ; Contre : 0 ; Abstention : 0  Délibération adoptée à l’unanimité    Délibération n° 2013 – 07 ‐ 24    Personnel  MODIFICATION DU TABLEAU DES EFFECTIFS    Monsieur Jean‐Pierre SCHUBERT, Vice‐Président en charge de la commission Finances et Personnel,  procède à la lecture du rapport suivant.    1. fermeture de poste suite aux nominations dans un nouveau grade :  Lors  du  conseil  du  7  février  2013,  le  Conseil  a  délibéré  pour  l’ouverture  des  postes  afin  de  permettre  aux  agents  pouvant  prétendre  à  un  avancement  de  grade  d’être  nommés  dans  leur  nouveau  cadre  d’emploi.  Les  agents  concernés  ayant  été  nommés  sur  ces  nouveaux  grades,  il  convient donc de fermer les postes vacants.    2. Ouverture d’un poste suite à réussite à concours :  Suite à la réussite au concours d’Auxiliaire de Puériculture de 1ère classe d’un Adjoint technique de  2ème classe, et considérant que cet agent exerce déjà les missions correspondantes, il est proposé  d’ouvrir  un  poste  d’Auxiliaire  de  puériculture  de  1ère  classe  et  de  fermer  un  poste  d’Adjoint  technique de 2ème classe.    Par conséquent, il est proposé au Conseil Communautaire d’approuver la délibération suivante.    Le Conseil de la Communauté, après en avoir délibéré,  Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,  Vu l’avis favorable de la commission du 24 Janvier 2013,  Vu l’avis de la CAP du 05 Février 2013  Vu l’avis favorable du bureau du 16 Janvier 2013,  Vu le rapport présenté,  Décide à l’unanimité,    D’approuver  le  tableau  des  effectifs  suivant  modifié  en  Article Unique:   conséquence. 

Grades‐Emplois Filière Administrative 

Catégorie

postes ouverts au  04/07/2013 

 

 

Non Pourvu 

Pourvu   

 


2013 – Juillet    Page 43 / 45  Directeur 

A

1

1

    

Attaché Principal 

A

1

1

Attaché   

A

2

2

     1 

Rédacteur Principal 1ère classe 

B

2

2

Rédacteur  

B

1

0

Adjoint administratif 1ère Classe 

C

2

2

Adjoint administratif 2ème Classe 

C

7

7

    

 

 

Ingénieur Principal 

A

1

1

 

Ingénieur  

A

1

1

Technicien principal de 1ère classe 

B

1

1

Technicien principal de 2ème classe 

B

4

4

 

Technicien

B

1

1

 

Filière Technique 

 

 

 

 

Agent de Maîtrise   

C

1

1

 

Adjoint Technique principal 1ère classe 

C

1

1

 

Adjoint Technique principal 2ème classe  Adjoint Technique 2ème Classe 

C C 

2 23 

2

 

23

 

 

 

1

1

 

 

 

2

 

Filière Animation 

 

Adjoint d'animation de 2ème Classe  Filière Sociale et Médico‐Sociale 

  C 

 

 

Puéricultrice de Classe Supérieure 

A

2

Puéricultrice de Classe Normale 

A

1

1

  1 

Educatrice de jeunes enfants chef 

B

1

0

Educatrice de Jeunes Enfants Principal 

B

1

1

    

Educateur de Jeunes Enfants 

B

2

2

Auxiliaire de Puériculture Principal de 1ère Classe 

C

1

1

    

Auxiliaire de Puériculture Principal de 2ème classe 

C

2

2

Auxiliaire de Puériculture de 1ère Classe 

C

6

6

 

 

 

 

 

Educateur A.P.S. Principal de 2ème classe 

B

1

1

 

Educateur A.P.S. de 2ème classe 

B

1

1

 

 

 

2

2

     5 

Filière Sportive 

CONTRACTUELS

 

Attaché

  A 

Auxiliaire de Puériculture 

C

1

1

Adjoint Technique de 2ème classe 

C

5

0

Total général 

 

78

71

7

Pour :   43 ; Contre : 0 ; Abstention : 0  Délibération adoptée à l’unanimité    Avant de conclure, le Président rappelle à l’assemblée :  - Les  dates  retenues  pour  les  prochains  conseils  communautaires  2013 sont   Jeudi  26  Septembre 2013, Jeudi 31 Octobre 2013 et Jeudi 12 Décembre 213.  - Demain  (Vendredi  5  Juillet)  il  se  rend  à  Paris  pour  le  rendez‐vous  avec  le  médiateur  financier.  - Prochaine réunion en préfecture Lundi 8 Juillet prochain.  - Et enfin, souhaite de bonnes vacances à tous    Monsieur LEVRET interroge le Président sur la « disparition » d’un Vice président, réponse lui est  faite qu’il ne s’agit pas de « disparition » mais de démission.    Tous les sujets inscrits à l’ordre du jour étant épuisés, la séance est levée à 21h00. 


2013 – Juillet    Page 44 / 45        Récapitulatif de la séance du Jeudi 4 Juillet 2013 :    Finances  Délibération n°2013‐07‐01 : Renégociation de l’emprunt structuré DEXIA  Délibération n°2013‐07‐02 : Décisions modificatives n°1  Délibération n°2013‐07‐03 : Décisions modificatives n°2  Développement Economique  Délibération n°2013‐07‐04 : APEVA – Aides aux petites entreprises de Val d’Amboise  Délibération n°2013‐07‐05 : ASSOVA – Aides accordées aux associations de Val d’Amboise  Délibération  n°2013‐07‐06 :  Diagnostics  inondations  –  Réductions  de  la  vulnérabilité  aux  inondations des activités économiques  Délibération n°2013‐07‐07 : Pépinière d’entreprises – Création d’une régie de recettes  Délibération  n°2013‐07‐08  :  Vinopôle  –  Construction  du  Vinopôle  Centre  Val  de  Loire  –  Acquisition de terrain  Délibération n°2013‐07‐09 : La Boitardière – Vente d’un bâtiment par Val d’Amboise à Monsieur  SIMON – Tech Loire Agencement   Délibération n°2013‐07‐10 : Fonds de concours ‐ Noizay  Collecte et valorisation des déchets ménagers et assimilés  Délibération n°2013‐07‐11 : Déchetterie – Convention EcoDDS  Délibération n°2013‐07‐12 : Convention Eco Folio   Délibération  n°2013‐07‐13 :  Rapport  annuel  2012  sur  la  qualité  du  service  d’élimination  des  déchets ménagers  Assainissement  Délibération  n°2013‐07‐14 :  Assainissement  collectif  –  Participation  pour  l’assainissement  collectif ‐ PAC  Délibération  n°2013‐07‐15 :  Rapport  annuel  2012  sur  la  qualité  du  service  assainissement  des  eaux usées  Urbanisme  Délibération n°2013‐07‐16 : Convention avec la ville d’Amboise – recours aux services de la ville  d’Amboise pour l’instruction des autorisations d’urbanisme – Avenant n°5  Habitat  Délibération  n°2013‐07‐17 :  Garantie  d’emprunt  –  Demande  de  garantie  d’emprunt  de  la  Croix  Rouge pour travaux de la pension de famille de l’Orangerie à Amboise  Délibération  n°2013‐07‐18 :  Programme  d’Intérêt  Général  –  Mise  en  œuvre  –  Plan  de  financement prévisionnel et demande de subvention  Délibération n°2013‐07‐19 : Programme d’Intérêt Général – Mobilisation du programme LEADER  Délibération  n°2013‐07‐20 :  Programme  Local  de  l’Habitat  –  Plan  de  financement  actualisé  et  demande de subvention  Délibération  n°2013‐07‐21 :  Fonds  de  concours  –  Réalisation  de  2  logements  d’accueil  temporaire à Souvigny de Touraine  Délibération n°2013‐07‐22 : Fonds de concours – Cadre d’intervention foncière MARPA – Ecole à  Touraine  Sports et Loisirs  Délibération n°2013‐07‐23 : Fonds de concours – Clos des Gardes à Amboise   Personnel  Délibération n°2013‐07‐24 : Modification du tableau des effectifs           


2013 – Juillet    Page 45 / 45    Liste des membres présents :    Claude COURGEAU  Françoise DUPONT  Michel GASIOROWSKI  Michel NYS  Nelly CHAUVELIN  Philippe LEVRET  Daniel ANDRE  Georges RENAUD  Martine ROBINET  Gérard CARREAU  Edwige DUBOIS  Françoise DUBOIS  Claudine GILET  Patrick OESTERLE  David BENOIT  Jean‐Pierre VINCENDEAU  Pierre MORIN  Dany TOURNIER  Jean‐Claude LOUET  Jean MICHAUX  Yves LEGROS  Richard ROIG 

Christian GUYON  Catherine PREEL  Daniel DURAN  Chantal ALEXANDRE  Evelyne LATAPY  Valérie COLLET  Claude MICHEL  Huguette DELAINE  René CLERQUIN  Norbert FLAD  Marie‐France TASSART  Jean‐Pierre CHABERT  Nadège MARCHAND  Jean‐Pierre SCHUBERT  Damien FORATIER  Maurice PLY  Lydie ALLOIN  Catherine MEUNIER  Simone GEMOND‐MAURICE  Martine LORIANT  Laurent BOREL  Bruno CHERIOUX 

  Transmis au Préfet le  Reçu par le Préfet le   Affiché ou  notifié le  

Acte exécutoire  Le Président,   

Le Président       Claude COURGEAU 

conseil-du-04-07-131  

http://www.cc-valdamboise.fr/wp-content/uploads/conseil-du-04-07-131.pdf

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you