Page 4

SOCIÉTÉ

Numéro 32 • Février 2010 • page 4

Suite à la nouvelle politique régionale de la Confédération, les communes sont mises sous pression. Le point avec Maria-Pia Tschopp, préfète du district de Sierre.

Fini Sierre Région, bonjour Valais Central Le 5 octobre dernier, à l’occasion de la Foire de Martigny, en compagnie de leurs homologues, les présidents des six communes de Crans-Montana ont approuvé et signé les statuts de l’association Valais Central. Fini Sierre Région, l’association des communes du district, bonjour le Valais Central, la nouvelle entité qui va mettre en pratique la politique régionale décidée par la Confédération en matière socio-économique. Interview de MariaPia Tschopp, préfète du district de Sierre.

munes appliquent déjà des critères exigés dans la nouvelle politique, comme la concentration sur des projets clés ou la valorisation du potentiel existant. Qu’en est-il du projet agglomération Sierre Crans-Montana lié à la mobilité et à l’aménagement du territoire?

Il conserve toute sa pertinence. Très important pour notre futur, ce projet sera, bien entendu, défendu dans la nouvelle structure cantonale.

L’ACCM (l’Association des communes) était-elle obligée d’adhérer à Valais Central?

Comme chacune des 15 communes du district de Sierre, si l’ACCM souhaite bénéficier des aides financières fédérales et cantonales pour ses projets à caractère socio-économique, elle n’avait pas le choix.

Sierre Région va donc disparaître?

Elle ne va pas être dissoute parce que des activités intercommunales se poursuivront et elle reste propriétaire de biens comme Technopole à Sous-Géronde. En revanche l’équipe opérationnelle va devoir rejoindre la future unité du Valais romand (Valais Central + Bas-Valais) d’ici ce printemps. Ce sera un délégué de cette nouvelle unité qui sera en charge d’élaborer les dossiers pour les communes.

Qu’est-ce qui va changer pour l’ACCM?

De manière générale, on peut dire que la procédure va se compliquer. Dites-nous-en plus…

Auparavant, Sierre Région allait directement défendre les projets des communes à Sion ou à Berne. Dorénavant, ces derniers vont devoir obtenir l’aval de la nouvelle Conférence des présidents (ndlr. des communes du district de Sierre) mais aussi celui du comité de Valais Central. Ensuite nous allons devoir convaincre le canton d’aller les défendre à Berne. S’ajoute à cette nouvelle donne le fait que tout projet doit correspondre à des nouveaux critères: il doit être innovant, créer de la valeur ajoutée (des places de travail), favoriser la compétitivité et l’attractivité de la région.

Quel va être votre rôle en tant que préfète dans cette nouvelle organisation?

En tant que membre du comité de Valais Central, la préfète Maria-Pia Tschopp devient un élément fondamental pour les projets liés à Crans-Montana.

L’ACCM a-t-elle tout autant ses chances de voir aboutir ses projets?

Je n’en ai aucun doute. Au niveau cantonal, les projets liés au tourisme, aux remontées mécaniques et aux hôtels restent prioritaires. Et puis financièrement les projets de l’ACCM sont généralement solides.

Vous vivez à Crans-Montana, c’est une chance!

Au titre de préfète du district, je dois défendre le développement de tout le district (!) mais il est clair qu’en vivant ici, je m’identifie au lieu. Quoi qu’il en soit, il existe à Crans-Montana une forte volonté politique d’aller de l’avant et les six com-

Présidente de Sierre Région, je deviens présidente de la Conférence des présidents et membre du comité de Valais Central aux côtés de Jean-Claude Savoy, président de Chermignon et de François Genoud, le président de Sierre qui va présider Valais Central. Je vais ainsi pouvoir continuer à faire le lien entre le district et le canton et je défendrai toujours les projets de nos communes. Propos recueillis par Claire-Lise Genoud

Fondée par Claudia Bonvin, «J’édu…chien» s’inspire de la méthode de Joseph Ortega, présent à Lens les 20 et 21 février.

Les programmes de promotion énergétique ont été adaptés au 1er janvier 2010. On parle désormais du «Programme bâtiments».

Une éducation ludique

Assainir, ça paie!

LENS • «L’Association propose une alternative aux prestations habituelles des clubs cynophiles, explique Claudia Bonvin sa fondatrice et directrice. Elle bannit l’aspect sportif, l’esprit de compétition trop souvent insufflé, pour se concentrer sur une éducation plus ludique. L’objectif prioritaire est d’offrir un quotidien agréable à l’animal et à son maître». Basée à Lens, l’association compte une cinquantaine de membres. Des cours pratiques – collectifs ou privés – sont dispensés aux chiens et à leurs propriétaires depuis le printemps 2007. La complicité plutôt que la contrainte: «J’édu…chien» privilégie la psychologie canine et s’inspire de la méthode douce et naturelle de Joseph Ortega. Bien connu dans le microcosme spécialisé, le Français a notamment analysé les loups dans leur milieu naturel, en Pologne, pour répercuter ses observations sur le «dressage» des chiens. Il se déplace tous les deux ans environ à Lens pour des stages sur les comportements gênants et la rééducation des chiens. Ce sera le cas les 20 et 21 février. Ce stage est ouvert à tous, moyennant une finance d’inscription de 200 francs qui englobe les frais de repas. Les (toutes) dernières places – la participation est limitée – peuvent être réservées par téléphone au 078 / 602 44 00 ou par courrier électronique (info@jeduchien.ch). Quatre heures: insuffisant! Fortement médiatisées, les morsures d’animaux mal maîtrisés, aux conséquences parfois dramatiques, ont incité les autorités fé-

ÉNERGIE • Encore une augmentation du prix de l’énergie! Une solution existe pour réduire sa facture (et réduire son impact sur l’environnement): évitons les déperditions de chaleur de nos maisons. Mais voilà, changer ses fenêtres, opter pour un nouveau chauffage, isoler ses sous-sols, ses murs ou son toit: tout cela coûte aussi! Si vous hésitez, ou si vous êtes prêts à entamer une rénovation de votre bâtiment, prenez le temps de vous renseigner: les services techniques communaux et le délégué à l’énergie sont là pour vous aider.

La complicité plutôt que la contrainte: telle est la philosophie de J’édu... chien.

dérales et cantonales à durcir la législation en la matière. «Quatre heures de cours de base, c’est insuffisant pour gérer un chien, s’insurge cependant Claudia Bonvin. Il faut davantage de temps, en fonction des spécificités de l’animal (âge, première main, traitement, vécu, etc.). Un chien reste longtemps perfectible». Lors de ses deux sessions annuelles, «J’édu…chien» a donc la prétention d’aller au fond des choses. «Les dix cours que nous organisons garantissent une diversité propice à une éducation quasi sans faille. Nous commençons par deux cours théoriques qui passent en revue, entre autres, le langage, le comportement et les mimiques de l’animal. Nous abordons ensuite quelques notions sanitaires – comment soigner le chien dans l’urgence – en compa-

gnie de la vétérinaire Rose-Marie Bonvin. Et ce n’est qu’après ces «préliminaires» que débutent les cours purement pratiques, répartis par thèmes (le rappel, le marcher en laisse, le marcher sans laisse, les positions, le «assis-couché-reste», les jeux et les liens). Ces stages se terminent par un test qui permet aux propriétaires de mesurer les progrès accomplis». Membre du programme cantonal PAM (Prévention des accidents par morsures), Claudia Bonvin effectue aussi plusieurs représentations annuelles dans les écoles – primaires essentiellement – de Lens et de Flanthey. «Les enfants se montrent particulièrement réceptifs à nos conseils, se réjouit-elle. Ces actions préventives contribuent à diminuer les accidents». Blaise Craviolini

La Confédération et le Canton «Près de 30% de l’énergie consommée en Suisse l’est par les habitations», indique le délégué à l’énergie. En termes de réduction globale de la consommation d’énergie, il y a donc de quoi faire, selon Daniel Rey. Les nouvelles constructions, dès cette année, doivent obligatoirement prévoir une isolation des murs de 18 à 24 cm d’épaisseur. Mais pour les anciennes bâtisses, il n’est pas possible d’obliger la rénovation. Avec son slogan «Assainir, ça paye» lancé au niveau suisse, on nous tend une «carotte financière». La subvention n’est pas énorme mais intéressante quand même: on reçoit 70 francs par m2 de vide de maçonnerie pour les fenêtres, 40 francs par m2 de surface isolée (toit, mur et sol contre l’extérieur, mur et sol contre la terre), et 15 francs m2 de sur-

face isolée (paroi, plafond et sol donnant sur un local non chauffé, mur et sol enterrés à plus de 2 mètres). Cela peut représenter de 20 à 30% des investissements liés à l’amélioration de l’isolation du bâtiment. Les demandes sont traitées dans le mois par le Canton, la subvention versée par la Confédération va de 1000 francs jusqu’au 50% du montant des travaux liés à l’amélioration de l’enveloppe du bâtiment. A noter que le Canton n’ajoute plus une part équivalente, comme cela était encore le cas l’année passée. Nos communes aussi Le Canton dispose d’autre part de programmes pour inciter à abandonner les chauffages électriques; on peut obtenir des subventions lors de l’installation d’une pompe à chaleur ou encore lorsqu’une chaufferie centralisée peut être prévue (comme ce serait le cas à Aminona dans le projet Vil-

lage Royal). Le Canton soutient aussi le chauffage solaire et au bois. Certaines de nos communes ont déjà leurs propres directives pour inciter leurs habitants à rénover, ajoutant ainsi une part supplémentaire à celle octroyée par les instances fédérale et cantonale. Et n’oublions pas l’aide prévue par le futur règlement sur lequel travaille l’Association des communes de CransMontana (ACCM). «Ce règlement est destiné à renforcer les aides financières délivrées par le Canton et la Confédération, précise Daniel Rey. Les exécutifs communaux décideront chacun l’enveloppe annuelle mise à disposition et la manière d’aider la rénovation de bâtiments sur leur territoire.» Ce texte est à bout touchant, les citoyens devraient en prendre connaissance avant l’été. Danielle Emery Mayor

Informations et guide pratique sur www.leprogrammebatiments.ch.

Sixième Dimension février 2010  

Bimestriel de Crans-Montana février-mars 2010

Sixième Dimension février 2010  

Bimestriel de Crans-Montana février-mars 2010

Advertisement