Issuu on Google+


■ “VOTRE GÉNÉROSITÉ FAIT RECULER LA SOUFFRANCE. MERCI”

Q

ue deviendrait la Fondation pour la Recherche Médicale sans ses donateurs ? Disons-

le sans détour : une coquille vide, puisque

100 % de ses fonds proviennent du soutien de particuliers et d’entreprises ! La FRM s’affirme ainsi d’abord comme l’émanation

“DÉCOUVRIR POUR GUÉRIR” ■

le mot du président du Conseil de surveillance et du président du Directoire

de leur générosité. Et ils ont de quoi en être fiers. On n’ose d’ailleurs imaginer ce que serait la recherche publique en matière de santé sans les dons privés : les associations et fondations contribuant à son financement à hauteur de 40 % environ… Avec la Fondation, donateurs et partenaires apportent l’oxygène indispensable à la recherche pour vaincre plus vite les maladies et ainsi œuvrer au bien de tous. Ils la dynamisent en aidant des laboratoires sélectionnés pour leur excellence, ils lui permettent de réaliser des avancées remarquables en finançant des équipements technologiques de pointe, ils lui redonnent du souffle en épaulant les jeunes chercheurs, ils l’incitent à innover. Enfin, et c’est essentiel, ils autorisent les malades à croire en des jours meilleurs. Des jours sans souffrances.

2

“DÉCOUVRIR POUR GUÉRIR”

S

ource de bienfaits, la recherche médicale est « un instrument » qui ne peut, ou plutôt ne doit, cesser de jouer sa partition. Grâce à elle, que de pathologies ont été combattues et de souffrances apaisées ou évitées ! Pour autant, nombreux restent les défis à relever, les vaccins à découvrir, les traitements à inventer. La recherche a donc toujours besoin d’être soutenue. À tout moment, de terribles maladies peuvent émerger : l’arrivée du sida ne l’a-t-elle pas démontré ? De même, d’autres, a priori endiguées, comme la tuberculose, peuvent resurgir. De par l’évolution de nos modes de vie, divers fléaux (les allergies, l’obésité…) se développent. Le vieillissement de la population, symbole s’il en est des avancées du progrès médical, ne va pas lui-même sans provoquer de graves problèmes de santé, voire de lourdes pathologies jusque-là rares. La maladie d’Alzheimer en est une illustration. Sur ces fronts, il faut agir sans attendre, et la Fondation s’y emploie.

Plus de 60 ans de défis et de succès Depuis toujours, la Fondation pour la Recherche Médicale a su se mobiliser face aux nouvelles urgences, soucieuse d’être au bon moment au bon endroit. C’est d’ailleurs sous ce sceau qu’elle est née, en 1947, de la volonté de médecins et de chercheurs qui refusaient de voir la recherche médicale sans avenir parce que sans moyens. Une initiative empreinte de succès puisque la FRM peut se vanter d’avoir participé depuis à la plupart des avan-

FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE

Pierre Joly, président du Conseil de surveillance.

cées médicales. Aujourd’hui, premier partenaire de la recherche publique, elle lui permet toujours d’accomplir des progrès, et elle est la seule qui lutte contre toutes les maladies. Elle soutient à cet effet, chaque année, les travaux de plus de 700 chercheurs et équipes de toutes disciplines.

Donner l’élan La FRM agit tel un « aiguillon ». En particulier, elle repère les domaines où les manques se révèlent les plus criants et

Denis Le Squer, président du Directoire.

donne l’impulsion nécessaire. Vouloir une recherche de pointe, c’est aussi miser sur les chercheurs. Et si la Fondation a fait du financement et du statut des plus jeunes une de ses priorités, c’est parce qu’elle a compris que défendre la recherche de demain, c’est aussi se battre aujourd’hui sur le front des compétences.

en moyenne, dix fois plus onéreux qu’il y a une décennie. Pourquoi ? Les nouvelles technologies, plus rapides, plus efficaces mais également plus coûteuses, ne cessent de se développer et de s’imposer dans la recherche de pointe. Le coût des programmes augmente donc de façon exponentielle et impose des financements de plus en plus conséquents. Autant dire que l’impliLe prix du progrès cation et l’engagement de la La recherche médicale coûte FRM sont plus que jamais cher. Et de plus en plus. Les pro- indispensables aux chercheurs et grammes de recherches sont, équipes de recherche pour amé-

liorer la santé des populations.

Au service de l’humain Le premier moteur de la Fondation est la lutte contre la souffrance, physique et psychologique. Car soutenir la recherche médicale, c’est permettre la découverte de thérapies, c’est faire reculer des maladies, c’est redonner espoir à des millions de personnes. Des malades dans l’angoisse de ne pouvoir guérir et qui, comme leurs proches, attendent tout du progrès scientifique. ■

La Fondation pour la Recherche Médicale en toute transparence La Fondation pour la Recherche Médicale obéit à des procédures et des contrôles qui permettent à ses donateurs et partenaires d’être parfaitement informés de l’utilisation de leurs dons.

La mise à disposition de son rapport d’activité sur son site Internet : publié chaque année ce rapport d’activité est disponible pour tous les publics via le site Internet “www.frm.org”.

Le contrôle d’un Commissaire aux comptes : chaque année, la Fondation voit ses comptes certifiés par un Commissaire aux comptes indépendant. Celui-ci est chargé de vérifier que ses comptes annuels sont «réguliers et sincères et donnent une image fidèle du résultat des opérations de l’exercice écoulé ainsi que de la situation financière et du patrimoine de la Fondation à la fin de l’exercice ».

Une « traçabilité » de l’orientation des dons : tout donateur ayant demandé une orientation de son don vers un domaine de recherche spécifique peut savoir très exactement à quelle équipe de recherche a été attribué son don. Cette information est disponible en appelant le service donateurs de la Fondation au 01 44 39 75 76.

L’envoi de ses comptes à l’ensemble de ses donateurs et partenaires : la Fondation édite chaque année un numéro spécial de sa revue d’information « Recherche & Santé» dans lequel elle communique ses comptes à l’ensemble de ses donateurs.

reposant sur 4 grands principes : le fonctionnement statutaire et la gestion désintéressée, la rigueur de la gestion, la qualité de la communication et de la collecte de fonds, la transparence financière. Les organisations agréées s’engagent à respecter cette Charte et le Comité en contrôle l’application. ■

La Fondation pour la Recherche Médicale est reconnue d'utilité publique par décret du 14 mai 1965

L’agrément du Comité de la Charte : le Comité de la Charte du don en confiance est un organisme d’agrément et de contrôle des associations et fondations faisant appel à la générosité du public. Depuis près de 20 ans, le Comité a élaboré un ensemble de règles de déontologie regroupées dans une Charte

FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE

3


“ S T I M U L E R E T FA I R E G A G N E R L A R E C H E R C H E ” ■

La vocation et les missions de la Fondation pour la Recherche Médicale

“STIMULER ET FAIRE GAGNER L A RECHERCHE”

De grands chercheurs… en grands chercheurs

C’

est d’une rencontre mensuelle un brin énigmatique, celle du Club des Treize dans un hôtel parisien, que la Fondation tire ses racines.

gager pour lui rendre vie. Parmi eux, étaient présents des hommes qui allaient révolutionner la médecine, tel le Pr Jean Bernard, dont les travaux ont renouvelé l’hématolo-

Le Pr Jean Bernard, le Pr Jean Hamburger et le Dr Claudine Escoffier-Lambiotte : trois grandes figures fondatrices de la Fondation pour la Recherche Médicale.

Ce rendez-vous réunissait en effet, en 1946, 13 chercheurs désireux de débattre de leurs découvertes, tous catastrophés par l’état de la recherche médicale française au sortir de la guerre et bien décidés à s’en-

gie ou le Pr Jean Hamburger, célèbre pour les pas de géant qu’il fit accomplir en matière de maladies du rein et de transplantation. En 1947, ces deux figures de la médecine lancèrent une idée, qui prit vite corps:

créer l’Association pour le développement de la recherche médicale française. Il faudra attendre 1962 pour qu’elle prenne une autre dimension. Grâce à la conviction du Dr Claudine Escoffier-Lambiotte, journaliste au Monde, la structure emprunte alors, en effet, les habits plus larges d’une Fondation et 132 des plus éminents chercheurs français signent un appel incitant banques, industries et autres secteurs à se mobiliser. Au rang de ces sommités, rien de moins que… les futurs prix Nobel de médecine François Jacob, célèbre pour ses travaux sur la régulation génétique et toujours investi dans la Fondation, et Jean Dausset, immunologiste reconnu pour ses découvertes sur la compatibilité cellulaire. Depuis, la FRM n’a eu de cesse de soutenir des projets de qualité porteurs de progrès et d’espoir. Aujourd’hui encore, toujours en quête d’excellence, elle réunit en son sein les plus grands noms de la recherche. Il suffit pour s’en convaincre de parcourir la liste des membres de son Conseil scientifique ou de son Comité de la recherche! ■

Un “aiguillon” de la recherche epuis 60 ans, c’est sur le terrain que la Fondation pour la Recherche Médicale affirme sa vocation d’être un moteur de la recherche, gardant toujours le cap sur l’innovation, l’audace et l’excellence. Aux côtés des équipes dont elle soutient plus de 700 projets par an, aux côtés de centaines de jeunes chercheurs qu’elle conforte dans leur choix de servir la recherche pour le plus grand bien de tous, elle agit en effet en véritable «aiguillon». Afin de mettre en œuvre son engagement et de maintenir la recherche à la pointe du

D

et, avec elle, le dynamisme de la recherche. Autre outil exemplaire : le programme « Interface cerveaumachine » que la Fondation, toujours en mouvement et désireuse de rester en phase avec les besoins de la recherche et des malades, a lancé. Ce projet permet à de jeunes chercheurs de se former dans les meilleurs laboratoires pour développer en France des systèmes informatiques de pointe qui, à partir de l’enregistrement d’un signal neuronal, permettront d’actionner par la pensée des prothèses sensorielles ou motrices.

progrès, la Fondation s’est forgée plusieurs outils. En particulier, elle dispose d’un programme-phare reconduit chaque année et intitulé «Excellence biomédicale». Par son biais, elle soutient des projets sélectionnés par le Conseil scientifique dans toutes les disciplines médicales, pour les perspectives qu’ils ouvrent. Dédié majoritairement au soutien des jeunes chercheurs, le programme « Excellence biomédicale » favorise par ailleurs l’implantation de nouvelles équipes en stimulant la mobilité des chercheurs

Rétines artificielles, bras bioniques ne sont plus de la science fiction mais appartiennent à la médecine réparatrice de demain. À la clé, de grands progrès sont attendus pour les malades atteints de certains handicaps qui pourraient ainsi retrouver une autonomie dans leurs gestes. ■

Omniprésente, pour des découvertes dans tous les secteurs

P

arce qu’elle veut faire reculer la maladie sur tous les fronts, la FRM a opté pour une position généraliste, ce qui permet de créer des ponts entre les différentes disciplines et de ne pas cantonner son action à un domaine spécifique de la santé. Ce n’est pas là la moindre de ses particularités puisqu’elle est le seul organisme à but non lucratif à opérer de la sorte. Ainsi, des pathologies neurologiques et psychiatriques à celles du système immunitaire, des maladies infectieuses aux affections cardiovasculaires ou encore des cancers aux troubles hormonaux, elle est amenée à intervenir, chaque fois que la qualité scientifique est au ren-

4

dez-vous et que l’espoir d’avancées pour les malades est fondé. Par ailleurs, privilégiant l’innovation, la Fondation encourage avec audace les recherches dans des domaines liés à de nouvelles priorités de santé publique ou inexplorés du fait de l’absence de soutien par les pouvoirs publics. Pour exemple, la question du vieillissement, insuffisamment prise en compte, est devenue l’une de ses priorités. L’éclectisme de la Fondation transparaît également à travers la diversité des organismes qu’elle finance. Elle aide ainsi des équipes tant du CNRS que de l’Inserm ou de l’Institut Pasteur, et rares sont les chercheurs qui n’ont pas un jour

FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE

bénéficié de son soutien, de façon directe ou non. Par son investissement, la Fondation leur permet d’aller plus loin dans leurs travaux, de défricher des pistes originales et d’avancer plus vite sur des chemins susceptibles de déboucher sur des thérapeutiques nouvelles. Elle a de fait participé à maintes découvertes qui ont permis à la médecine de mieux soigner les malades et de les guérir. S’il est enfin un domaine où l’implication de la Fondation compte particulièrement, c’est dans le soutien qu’elle apporte à la formation des jeunes chercheurs. Leur mettant le pied à l’étrier, elle prépare ainsi activement les découvertes de demain. ■ FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE

5


“A G I R P O U R U N E R E C H E R C H E F R A N Ç A I S E F O R T E E T I N N O V A N T E ” ■

Les domaines d’action de la Fondation pour la Recherche Médicale “AGIR POUR UNE RECHERCHE FRANÇAISE FORTE ET INNOVANTE”

Encourager les vocations

P

ilier essentiel de l’action de la Fondation, le programme «Excellence biomédicale», qui n’exclut aucun domaine de la recherche lié à la santé, vise à soutenir les chercheurs aux projets prometteurs. Les deux-tiers des aides accordées reviennent aux plus jeunes d’entre eux. Si la Fondation offre une telle place aux benjamins de la recherche, c’est

parce qu’elle est consciente de l’urgence de les appuyer pour assurer les progrès médicaux de demain. Entre 2005 et 2014, plus de 40 % des chercheurs en poste dans les grands organismes scientifiques français seront en effet partis à la retraite alors qu’il faut dix ans pour former un chercheur de haut niveau. En outre, de nombreux étudiants désireux de s’engager dans la recherche y renoncent faute de débouchés.

En permettant aux jeunes d’exercer leurs talents et de se projeter dans cette voie, la FRM anticipe donc pour assurer la relève, un enjeu insuffisamment pris en compte par les pouvoirs publics, afin de maintenir une recherche de qualité. Concrètement, la Fondation aide par exemple des doctorants à préparer une quatrième année de thèse scientifique, une année supplémentaire

Chaque année, la Fondation pour la Recherche Médicale finance des centaines de jeunes chercheurs.

cruciale pour mener à bien des travaux originaux. La FRM soutient aussi, durant la première année de stage post-doctoral, des chercheurs souhaitant compléter leur formation au sein d’un des laboratoires de premier plan au niveau international. ■

Agir où les besoins sont les

P

ar souci de réactivité, la Fondation a établi un système de programmes dits « spécifiques » l’autorisant à intervenir là où elle décèle une urgence en matière de santé publique. Ces opérations lui permettent de catalyser la recherche dans des secteurs qu’elle a choisis en leur réservant des fonds particuliers. C’est ainsi qu’après avoir dressé le constat de la faiblesse des

6

recherches sur les maladies liées au vieillissement, alors même que la population prend de l’âge et développe de nouvelles affections, elle a lancé un large programme dédié à cette thématique. Ce dernier, qui accorde une place clé à la notion du « bien vieillir », se divise en trois volets (vieillissement neurosensoriel et cognitif, cardiovasculaire et ostéoarticulaire), lesquels devraient favoriser

FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE

Promouvoir l’excellence

L’

Faire le lien entre chercheurs et grand public

exigence à laquelle la Fondation soumet les chercheurs qui lui adressent des projets n’a d’égale que celle à laquelle elle s’oblige ellemême. La FRM est née sous le signe de l’excellence et n’a jamais, en effet, transigé sur ce principe. Tout comme hier ses créateurs qui étaient des pionniers ayant écrit parmi les plus belles pages du progrès médical, aujourd’hui, les membres de son Conseil scientifique appartiennent à l’élite de la recherche et c’est également l’excellence qui guide leurs choix. Aussi, lorsque cette instance de la Fondation sélectionne un projet, la qualité se doit d’être omniprésente : de fait, elle caractérise tant le projet — sa cohérence comme les espoirs dont il est porteur — que le centre de recherche au sein duquel il est réalisé et l’équipe impliquée. En miroir, l’organisation de la Fondation, avec son Conseil de surveillance assisté de trois comités consultatifs (financier, d’orientation, de la recherche) dont les experts apportent un avis éclairé, souligne elle aussi la priorité accordée à l’excellence. De telles instances de conseil sont d’ailleurs uniques. Elles permettent au Directoire de gérer la Fondation de la meilleure façon qui soit. Et favorisent la transparence. ■

V

ulgariser la recherche médicale est un impératif pour la Fondation. Elle a toujours estimé que des échanges devaient être favorisés entre scientifiques et grand public afin que chacun comprenne mieux les besoins, les problèmes et les attentes de l’autre. Transmettre les informations, favoriser la connaissance est important pour que chacun puisse être acteur de sa santé, comprendre l’importance de la prévention, et pourquoi les chemins de la recherche médicale sont parfois si longs. À cet effet, elle a mis au point divers outils. Tout d’abord, à travers sa revue trimestrielle “ Recherche & Santé ”, diffusée à 300 000 exemplaires, la FRM informe ses lecteurs, de façon simple et fiable, sur les défis de la recherche et sur les avancées réalisées sur le front de la lutte contre les maladies. Le site Internet de la Fondation, www.frm.org, permet également à chacun de suivre l’actualité de la recherche en santé ainsi que l’action de la FRM. La Fondation organise aussi divers évènements facilitant la communication, telles des rencontres entre chercheurs et grand public. Enfin, elle est l’auteur des guides « Santé 100 idées reçues - l’avis des chercheurs», guides destinés à apporter à chacun des réponses précises et actualisées sur diverses pathologies. ■

• Maladies neurologiques et psychiatriques: maladies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson, sclérose latérale amyotrophique, maladie de Huntington), épilepsie, accidents vasculaires cérébraux, dépression, schizophrénie... • Cancers : mécanismes généraux d'apparition des cancers, approches thérapeutiques ciblées, cancers digestifs, du sein, de la prostate, du poumon, tumeurs cérébrales, lymphomes ... • Maladies infectieuses : méningites, maladies nosocomiales, tuberculose, hépatites, sida, paludisme... • Santé publique, génie biologique et médical, recherche fondamentale, évaluation de nouveaux médicaments, biomatériaux, recherches sur le développement... • Maladies de l’appareil digestif, des poumons et des reins : fibrose hépatique, maladie de Crohn, insuffisance rénale... • Maladies cardiovasculaires : hypertension, athérosclérose, infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque... • Maladies des os, des muscles, de la peau et des dents : ostéoporose, polyarthrite rhumatoïde, myopathies, psoriasis...

plus aigus l’émergence de nouvelles approches thérapeutiques. De très haut niveau, ces recherches ont d’ores et déjà permis de travailler sur le dépistage précoce de la maladie d’Alzheimer, les troubles de la régulation de la température corporelle, à l’origine de tant de décès lors de la canicule de 2003, ou encore sur la sénescence oculaire. ■

Domaines d’intervention de la Fondation pour la Recherche Médicale

Grâce à ses programmes “spécifiques” la Fondation intervient là où elle décèle une urgence.

FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE

• Maladies du système immunitaire : maladies auto immunes, déficits immunitaires héréditaires, allergies... • Maladies endocrino. gynéco. et nutrition : troubles de la fertilité, maladies de la thyroïde, obésité, diabète... • Maladies du sang : troubles de la coagulation sanguine, leucémies, hémochromatoses...

7


“ G A R A N T I R L A T R A N S PA R E N C E E T L’ E F F I C A C I T É E ” ■

L’organisation de la Fondation pour la Recherche Médicale “GARANTIR L A TRANSPARENCE ET L’EFFICACITÉE”

Des instances qui garantissent Plusieurs instances assurent la gouvernance de la Fondation pour la Recherche Médicale, pour un pouvoir plus partagé, et ainsi mieux contrôlé. Au quotidien, la Fondation

repose aussi sur une équipe de 27 salariés et de près de 200 bénévoles, au siège parisien comme dans les 16 comités régionaux.

LE CONSEIL DE SURVEILLANCE

LE COMITE FINANCIER

Le Conseil de surveillance établit la stratégie de la Fondation et surveille la bonne gestion courante exercée par le Directoire. Le Conseil est assisté dans cette fonction de surveillance par les autres comités consultatifs. Comme au sein des autres entités de gouvernance, les membres du Conseil de surveillance sont bénévoles. Ils comptent des représentants de l’État, de la communauté scientifique et des personnalités qualifiées, parmi lesquelles un donateur.

Le rôle du Comité financier est de veiller à la bonne gestion comptable et financière de la Fondation. Il porte une attention particulière à la transparence, à la traçabilité des opérations, à la sûreté et à l’efficacité des contrôles. Les projets de budgets annuels et les comptes d’emploi des ressources lui sont soumis avant approbation par le Conseil de surveillance. Il participe également à l’élaboration et au suivi des placements financiers conçus par le Directoire, en visant l’optimisation des ressources.

Co

n

l de i e s

s

ur v

an l l i e

ité he a Com de lecherc r

ce

ité ier nc Com n fi a

n ité entatio m Co d’ori

Les dix membres du Comité de la recherche se réunissent deux fois par an au minimum pour étudier les priorités de la recherche médicale en France, afin de conseiller la Fondation sur le développement de sa politique à long terme. Ils travaillent en coordination avec le Conseil scientifique et le membre du Directoire en charge des affaires scientifiques. Son rôle est consultatif et ses recommandations sont transmises au Conseil de surveillance. Elles peuvent aboutir, par exemple, à la création des programmes spécifiques de la Fondation. Le Comité de la recherche donne également son avis sur les relations que la Fondation entretient avec les institutions publiques de recherche et les autres organismes caritatifs.

ire o t c re i D

C

LE COMITE DE LA RECHERCHE

8

la bonne gouvernance

c li s se n o

i

en

ti

u if q

e

LE DIRECTOIRE Nommé par le Conseil de surveillance, le Directoire applique la stratégie de développement établie par le Conseil de surveillance. Il est composé du directeur des affaires scientifiques (gestion et mise en place des programmes d’aide à la recherche), du directeur administratif et financier, et du directeur du développement et de la communication

LE COMITE D’ORIENTATION Le Comité d’orientation joue un rôle consultatif auprès du Conseil de surveillance et a pour mission d’assister la Fondation dans son développement à long terme. Il étudie les questions posées par le fonctionnement de la Fondation sur le plan des politiques de communication et de collecte. Il veille également au respect des règles de déontologie. Les membres du Comité sont choisis parmi des personnalités ayant oeuvré en faveur de la Fondation : présidents d’honneur, dirigeants d’entreprises partenaires. Le Comité comporte également plusieurs représentants des donateurs.

FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE

LE CONSEIL SCIENTIFIQUE Les trente membres du Conseil scientifique sont tous des grands médecins et scientifiques reconnus, exerçant une activité de directeur de recherche au sein d’établissements scientifiques publics dans des disciplines biomédicales variées. La mission du Conseil scientifique est d’examiner les demandes de financement qui sont adressées à la Fondation par des chercheurs ou des équipes, en réponse aux appels d’offres. Son jugement se fonde sur l’excellence des projets, les espoirs de progrès médical dont ils sont porteurs, ainsi que sur la qualité scientifique des chercheurs impliqués. Environ 40 % des projets sont retenus par le Conseil scientifique en vue d’un financement validé ensuite par le Conseil de surveillance.

FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE

Les meilleurs programmes sélectionnés par les meilleurs chercheurs

A

la Fondation, la transparence est de mise. Aussi toute aide est-elle clairement attribuée à un projet précis, lequel ne peut être déposé que dans le cadre d’un appel d’offres. Lorsque la Fondation en organise un, elle en informe les candidats potentiels via son site mais aussi celui des organismes de recherche, des universités, des sociétés savantes…, en détaillant les critères de sélection et le calendrier définis. Le postulant remplit son dossier en ligne. Les demandes sont transmises à deux membres du Conseil scientifique, choisis par son président pour leur proximité avec le domaine de recherche visé. Le Conseil scientifique compte 30 membres de haut niveau et issus de toutes les disciplines, ceci afin de permettre un double regard et de susciter une discussion

approfondie et de qualité. Toutes les demandes en rapport avec un appel d’offres sont débattues lors des réunions du Conseil scientifique, et c’est ce dernier, qui prend collégialement les décisions. Celles-ci sont ensuite présentées au Conseil de surveillance qui valide les engagements budgétaires. Par souci de transparence, un an après le terme de l’aide reçue, les chercheurs bénéficiaires transmettent à la Fondation un compte rendu scientifique rapportant les progrès de la recherche menée tandis que l’organisme gestionnaire du laboratoire adresse un compte rendu financier attestant du bon emploi de la somme octroyée. ■

9


“ L’A I D E P R I V É E E S T I N D I S P E N S A B L E À L A R E C H E R C H E ” ■

L’implantation de la Fondation pour la Recherche Médicale

Soutenir la Recherche Médicale Vingt trois représentants des comités régionaux de la Fondation pour la Recherche Médicale.

La Fondation en région “DÉVELOPPER L’EXCELLENCE PARTOUT EN FRANCE ”

• Comité Alpes du Nord (Grenoble) Président : Pr Patrick Lévy tél. 04 76 76 55 16 grenoble@comite.frm.org • Comité Alsace (Strasbourg) Président : M. Jean Louy tél. 03 88 35 61 15 strasbourg@comite.frm.org Vice-Présidente : Mme Marie-José Bildstein tél. 03 88 40 12 05 strasbourg@comite.frm.org • Comité Aquitaine (Bordeaux) Président : Dr Jean Roquain tél. 05 57 57 13 08 bordeaux@comite.frm.org • Comité Auvergne (Clermont-Ferrand) Président : Pr Bernard Dastugue tél. 04 73 17 81 80 clermontferrand@comite.frm.org

10

T

isser un lien de proximité avec le public, où qu’il réside sur le territoire français, et valoriser largement son action en faveur de la recherche médicale contre toutes les maladies sont deux axes auxquels tient la FRM. Pour le permettre, 16 comités régionaux ont été créés. Véritables relais de la Fondation, ces structures remplissent trois fonctions. En premier lieu, elles ont vocation à informer le public sur la recherche et, à cette fin, mettent en place diverses opérations de communication, proposent des conférences, etc. La deuxième mission remplie par ces instances de proximi-

tél. 04 66 38 40 88 nimes@comite.frm.org

tél. 06 14 69 54 23 lille@comite.frm.org

• Comité Orléanais (Orléans) Président : Pr Michel Monsigny tél. 02 38 25 55 57 orleans@comite.frm.org

• Comité Limousin (Limoges) Président : M. Dominique Désert tél. 05 55 57 87 20 limoges@comite.frm.org

• Comité Poitou-Charente (Poitiers) Président : M. Philippe de la Porte des Vaux tél. 05 49 41 53 56 poitiers@comite.frm.org

• Comité Touraine (Tours) Président : Pr Jorge Argibay tél. 02 47 36 70 08 tours@comite.frm.org

• Comité Lorraine (Nancy) Président : Pr Jean-Pierre Nicolas tél : 06 07 49 76 52 nancy@comite.frm.org Vice-Présidente : Mme Thérèse Chilon tél. 06 75 69 84 93

■ Selon votre choix, votre don peut bénéficier à l’ensemble des domaines de recherche

soutenus par la Fondation ou être orienté vers un domaine de recherche spécifique. Votre don peut être fait en ligne (www.frm.org), par chèque adressé au siège de la Fondation (54 rue de varenne - 75007 Paris), par prélèvement automatique (bulletin disponible sur www.frm.org ou sur demande). Pour toute information : Isabelle Fleury – tél.: 01 44 39 75 76 – email : isabelle.fleury@frm.org. Déduction fiscale • Pour toute personne assujettie à l’impôt sur le revenu, 66% du don fait à la Fondation pour la Recherche Médicale est déductible de l’impôt sur le revenu, dans la limite de 20% du revenu imposable. • Pour les personnes assujetties à l’impôt sur la fortune (ISF) cette déduction est de 75% du don dans la limite de 50000 euros. • Pour les entreprises, la déduction est de 60% du don dans la limite de 5 pour mille du chiffre d’affaires.

té est la collecte de fonds à travers l’organisation de galas, de lotos ou de ventes aux enchères… Dotés de ressources propres et d’un Conseil scientifique propre, les comités régionaux s’investissent aussi dans le financement de projets correspondant à des besoins régionaux spécifiques. Ils complètent ainsi localement l’action globale de la Fondation. Pour autant, même dans ce cadre, la validation des décisions de financement à des projets de recherche par le président du Conseil scientifique de la Fondation reste nécessaire. Excellence oblige. ■

• Comité Bretagne (Rennes) rennes@comite.frm.org

Faire un don

Faire un legs ou une donation ■ Reconnue d’utilité publique, la Fondation pour la Recherche Médicale est habilitée à

recevoir des legs et des donations totalement exonérés de droits de succession. Son service «legs et donations » vous accompagne et vous conseille sur les démarches à entreprendre. Il garantit ainsi que votre volonté sera bien respecté. Votre legs ou votre donation vous permet de soutenir un domaine de recherche spécifique ou d’aider l’ensemble des domaines de recherche soutenus par la Fondation. Pour toute information : Céline Ponchel-Pouvreau – tél. : 01 44 39 75 67 – email : celine.ponchel@frm.org

Aider la Fondation grâce au contrat d’assurance-vie ■ De plus en plus de donateurs choisissent d’indiquer la Fondation pour la Recherche

• Comité LanguedocRoussillon-Rouergue (Montpellier & Nîmes) Président : M. Emmanuel Mambré tél. 04 67 07 67 30 montpellier@comite.frm.org Vice-présidente et présidente de l'Hérault : Mme Marie Laure Anselme-Martin tél. 04 67 52 44 24 montpellier@comite.frm.org Président du Gard : M. Patrick Sandevoir

• Comité Midi-Pyrénées (Toulouse) Président : Pr Jacques Bazex tél. 06 22 17 64 57 toulouse@comite.frm.org • Comité Nord Pas-de-Calais (Lille) Présidente : Mme Violaine Tiberghien

• Comité Provence-Côted'Azur (Marseille) Présidente : Mme Sylviane Muselier tél. 04 91 31 31 45 marseille@comite.frm.org • Comité Varois (Toulon) Président fondateur : M. Francis Mazet tél. 04 94 92 91 02 toulon@comite.frm.org • Comité Rhône-Alpes (Lyon) Président : Pr André Revol tél. 04 78 28 42 86 lyon@comite.frm.org

FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE

Nous donnons pour nous, pour nos enfants, pour tout savoir et ainsi être plus forts. Il me semble que les chercheurs nous disent : « cherchons ensemble, trouvons ensemble, donnonsnous les moyens de faire avancer à la fois la connaissance et les soins ». Ce que j’ai envie de vous dire c’est : ensemble, mobilisonsnous aux côtés de la Fondation pour la Recherche Médicale pour faire gagner la vie. Thierry Lhermitte. Parrain de Fondation pour la Recherche Médicale

Médicale comme bénéficiaire de leur contrat d’assurance-vie. Cette mesure peut être prise à la signature d’un nouveau contrat ou par lettre recommandée demandant un changement de la clause bénéficiaire d’un contrat existant. Pour toute information : Céline Ponchel-Pouvreau – tél.: 01 44 39 75 67 – email : celine.ponchel@frm.org

Devenir entreprise partenaire de la Fondation ■ Sensible au sérieux et l’impact des actions de la Fondation pour la Recherche Médicale,

nombreuses sont les entreprises qui désirent s’associer à son action en mettant en place des opérations de partenariat dont les formes sont très variées – événements ou campagnes de collecte, produits-partages… - et qui impliquent très souvent leurs salariés. Ces partenariats font l’objet d’une convention et donnent lieu à une communication commune de l’entreprise et de la Fondation. Pour toute information : Frédérique Camize – tél.: 01 44 39 75 78 – email : frederique.camize@frm.org

Créer une fondation abritée ■ Un mécène, personne physique ou personne morale (société), désireux de s’impliquer durablement dans un secteur de la recherche, peut créer une fondation sous égide, au sein de la Fondation pour la Recherche Médicale. Il bénéficie alors de l’expertise et de l’organisation d’une grande institution qui l’accompagne dans la définition de l’objet de la Fondation, dans l’orientation de ses fonds, dans la sélection des projets de recherche, dans sa gestion et son organisation. Pour toute information : Denis Le Squer – tél.: 01 44 39 75 63 – email : denis.lesquer@frm.org

FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE


54, rue de Varenne - 75335 Paris cedex 07 - Tél. : 01 44 39 75 75 - Fax : 01 44 39 75 99 - www.frm.org

Crédits photos : A. Moulard, I. Vincenti, de Bussac SA, FRM

Fondation reconnue d'utilité publique


Fondation pour la Recherche Médicale