Page 1

Info



le magazi ne

n°2

Paysage et agriculture

avril 2007

Buisson Cairanne Crestet

Edito

Entrechaux

Notre paysage est remarquable, c’est un capital très précieux, un bien commun. Nous y sommes tous, par conséquent, très attachés.

Faucon

Pourtant, notre paysage évolue car il est soumis à des interventions multiples en particulier le développement de l’urbanisation, des activités économiques nouvelles et des espaces agricoles. C’est le propre du paysage que d’être dynamique puisqu’il constitue la partie visible de l’évolution des territoires… Il présente des composantes physiques et géographiques immuables, à l’échelle humaine, comme les reliefs, mais également des milieux naturels qui se modifient avec le temps. Il porte par ailleurs l’empreinte des activités humaines qui se transforment aussi avec le développement de notre société. Contrairement aux édifices historiques que l’on peut protéger à l’identique, le paysage est donc un patrimoine en constante évolution. Les espaces agricoles jouent un rôle particulier dans notre paysage puisqu’ils recouvrent près de la moitié des surfaces du Pays Voconces. Ainsi, une part très importante des évolutions à venir pour nos paysages repose sur celle de l’agriculture et plus particulièrement sur le devenir de la viticulture. Pour transmettre à nos enfants des paysages de qualité, nous souhaitons garder la maîtrise des dynamiques paysagères du Pays Voconces. Cela passe par la définition de nouvelles règles à respecter par tous, à la fois collectivités et particuliers, acteurs publics et privés, pour préserver notre capital paysager tout en accompagnant les mutations nécessaires de notre société. Cette ambition constituera un axe majeur du Schéma de Cohérence Territorial (SCoT) que nous sommes en train d’élaborer. Pierre MEFFRE Président de la Communauté de Communes Xavier BERNARD Président de la Commission Aménagement

sommaire

Puymeras Rasteau Roaix Sablet St-Romain-en-Viennois St-Marcellin-les-Vaison Seguret Vaison-La-Romaine Villedieu

pages 2-3 : Des paysages précieux et vivants pages 4 : Zoom sur l'espace agricole / Avancement du SCOT


Des paysages Les paysages du Pays Voconces : u ne alliance réussie entre la nature et la mai n de l’homme

La Richesse de nos paysages : leur variété.

Le Pays Voconces est en ­premier lieu marqué par le grand ­paysage, celui qui s’impose dès que l’on entre dans le territoire par le sud. On est ainsi frappé par la majestueuse présence des Dentelles de Montmirail qui se découpent en arrière-plan de la vaste plaine du Plan de Dieu. Sur l’autre rive de l’Ouvèze, les reliefs sont plus doux mais néanmoins présents avec des éléments caractéristiques que sont les parois abruptes creusées par la rivière à la hauteur de Rasteau. Ici, c’est ­l’immensité, la sensation d’espace qui ­domine… Le Pays Voconces offre également des paysages plus ­secrets, plus accidentés, dès que l’on

pénètre dans les zones de ­relief à l’arrière de Vaison ou sur les hauteurs qui dominent la plaine. Le ­paysage change alors d’échelle : l’espace apparaît découpé en une multitude de « micro paysages », composés de vallons, de combes, de petites plaines, de reliefs isolés ponctués de boisements, de mosaïque de parcelles agricoles, de cours d’eau… Ce paysage n’est ­cependant pas entièrement naturel. Il résulte d’une alliance, jusqu’ici assez bien réussie, entre l’homme et son environnement. Le vignoble est partout présent, de la plaine aux coteaux et en limite de ­forêt, comme un fil conducteur

de l’identité du Pays Voconces. Les vignes structurent le paysage par leurs alignements et leurs couleurs variant au gré des ­saisons. Les villages anciens en promontoire, accrochés au relief, participent également à la composition d’un ensemble harmonieux : leurs silhouettes qui se découpent sur les massifs ou dans la plaine sont autant de repères paysagers du territoire. Ce qui fait la richesse de notre paysage c’est à la fois cette variété et une cohabitation harmonieuse de ses différentes composantes.

Une ­a pproche

Des paysages qui ne s’arrêtent pas aux limites administratives

coordonnée entre les communes

Le paysage est dicté par une ­réalité géographique, il ne connaît pas les limites communales. Dans un territoire comme le Pays Voconces, cette dimension collective du paysage est particulièrement importante… En effet, la complexité du relief du Pays Voconces et l’implantation traditionnelle des villages sur les points hauts ont produit de ­ multiples co-visibilités, c’est à dire des paysages partagés entre les communes. Il existe des zones plus sensibles que d’autres, dans lesquelles les précautions à prendre doivent être

encore plus élevées qu’ailleurs : la plaine agricole de l’Ouvèze entre Sablet et Roaix, les secteurs situés à proximité des fronts bâtis remarquables des villages, les lignes de crête du plateau de Cairanne-Rasteau ou les lisières des forêts. En conséquence, chaque opération, chaque aménagement réalisé localement provoquera un impact sur le paysage qui sera d’autant plus important que le site est visible à partir de divers points.

Info SCOT - 2 -avril 2007

Ces responsabilités partagées en matière de paysage entre les communes du Pays Voconces, rendent nécessaires la mise en cohérence des interventions publiques à l’échelle intercommunale. C’est l’intérêt majeur du SCOT que de rendre possible cette approche coordonnée entre les communes. Il permettra de prendre en compte les situations de co-visibilités dans les projets de développement des communes pour limiter l’impact paysager des opérations nouvelles localisées dans des zones sensibles.


précieux et vivants Des paysages, aujourd’hui de qualité, mais le seront-ils encore demain  Le paysage constitue donc la partie visible et perceptible du fonctionnement de nos sociétés. Il peut soit refléter une cohabitation harmonieuse entre l’homme et son environnement, comme c’est encore le cas pour le Pays

La terre constitue une

­essource r convoitée Voconces, mais il peut également révéler les conflits d’intérêts qui surgissent ­ inéluctablement ­lorsque certaines « ressources » du territoire sont limitées. Dans le Pays Voconces, c’est la terre qui constitue une ­ressource ­convoitée… Les ­espaces ­agricoles, qui recouvrent près de la moitié de la surface du territoire, ont été récemment grignotés par

l’urbanisation. En effet, le Pays Voconces est, depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, un territoire qui attire des populations nouvelles. Cette urbanisation récente ­modifie le paysage. Son impact visuel, dans un environnement très sensible comme celui de la plaine agricole, prend une importance extrêmement forte. Les habitations se sont développées de façon très étalée dans les ­ zones de plaines, le long des principaux axes de communication, autour des centres anciens ou en recréant même un deuxième village en contrebas du noyau historique devenu trop inaccessible… De plus, cet habitat individuel récent, répondant souvent à des standards de construction, peut banaliser le paysage. Ainsi,les "maisons de catalogue", qui ont progressivement remplacé les formes traditionnelles, risquent

de faire perdre sa singularité au Pays Voconces. Par ailleurs, les zones d’activités économiques et commerciales,­ indispensables au développement du territoire, sont souvent placées en bordure immédiate des grands axes de communication formant ainsi un ­ premier plan dans le paysage qu’il conviendra de soigner ­particulièrement. Comment concilier le dynamisme du territoire en répondant aux besoins en termes de logements et d’activités, sans pour autant sacrifier notre capital paysager ? Le SCOT constitue un des outils permettant de définir une politique paysagère pour le Pays Voconces. Il s’agit de ­considérer la maîtrise des dynamiques paysagères comme une priorité pour le territoire puis de définir les règles à intégrer dans les nouvelles opérations d’urbanisation.

Gérer le paysage, ou comment concilier les intérêts particuliers et l’intérêt général Le paysage reflète enfin la capacité d’un territoire à conjuguer les intérêts privés et l’intérêt général. En effet, si le développement urbain n’est pas maîtrisé, s’il dégrade le cadre de vie, alors le fait de répondre à certains intérêts particuliers (nouveaux habitants, propriétaires fonciers, entrepreneurs…) par de l’urbanisation va à l’encontre de l’intérêt

de l’ensemble des habitants qui est de préserver un paysage de qualité. Les collectivités doivent donc être garantes des conditions d’un développement durable, en étant à la fois soucieuses de répondre aux besoins individuels fondamentaux de leurs habitants tout en étant « comptables » d’un capital paysager qui appartient à tous.

Info SCOT - 3 - avril 2007

Le SCOT pourra inciter au ­développement de nouveaux ­quartiers de villes ou de villages plus compacts : il s’agira de promouvoir le renouvellement des modes d’urbanisation et le soin apporté à la conception urbaine et paysagère des nouveaux quartiers afin de limiter l’impact de ces extensions dans le paysage. Il pourra prescrire une exigence paysagère particulière dans le cas d’extensions urbaines situées en lisières avec les espaces naturels et agricoles : entrées de ville et de village, boisements, cours d’eau… Le SCOT permettra d’identifier des éléments caractéristiques et des marqueurs du paysage à préserver pour maintenir l’identité du Pays Voconces : silhouettes villageoises, alignements d’arbres, haies, boisements dans le vignoble et dans les espaces urbanisés (coupures vertes), ­ripisylves…


Zoom sur... L'espace agricole :

Informations utiles

Une économie agricole très spécialisée

Sophie Ronat Communauté de ­Communes du Pays ­Voconces Route de ­Villedieu Avenue ­Gabriel Péri - BP 90 84 110 Vaison-la-Romaine Tél. : 04 90 36 16 29 Fax : 04 90 28 74 30

u n e njeu économiqu e et paysager pou r le Pays Voconc es

L'agriculture tient une place centrale dans l’économie du territoire puisqu’elle occupe près d’un quart des actifs du Pays Voconces et alimente de nombreux secteurs ­ d’activité : bâtiment, agroalimentaire, ­commerces, tourisme… L’économie agricole du Pays

Voconces repose essentiellement sur la production viticole qui représente plus de 90% des surfaces cultivées. Cette spécialisation dans la production de vins est due à la présence d’un vignoble renommé (Côtes du Rhône et ses crus, Côtes du Ventoux) et de terroirs de fortes valeurs qui

ont conféré une ­bonne rentabilité économique aux exploitations du Pays jusqu’à très récemment. Cependant, la crise viticole qui sévit en France depuis plusieurs années, est en train d’atteindre également le Pays Voconces qui va devoir s’adapter à cette situation.

Que peut faire le SCOT pour préserver l’espace agricole ? L’enjeu pour le territoire est ­d’offrir à l’agriculture les ­meilleures conditions pour ­ traverser la crise et être ­capable de se réadapter à un contexte économique ­mondial en pleine mutation. Il s’agit notamment de faciliter le maintien de l’activité agricole en donnant une lisibilité à long terme à la destination du foncier agricole et en limi-

tant ainsi la spéculation sur les terres ­ agricoles. L’objectif est également de garantir les possibilités de transmission d’exploitations à de jeunes agriculteurs. Le SCOT devra enfin permettre de conserver le potentiel de diversification des cultures en préservant des terres favorables à ce ­ renouvellement agricole ­(zones irriguées, alluvions

des cours d’eau à forte valeur agronomique…). Le SCOT pourra apporter deux types d’éléments de réponses aux enjeux agricoles du Pays Voconces : la délimitation des espaces agricoles à préserver durablement et la définition de règles strictes concernant ­l’évolution et l’usage du bâti dans les espaces agricoles.

Avancement de l'élaboration du SCOT Le diagnostic et les enjeux du territoire ont été présentés à la population en décembre 2006 après avoir été largement débattus dans les différentes instances d’élaboration du SCOT. La seconde phase d’élaboration du SCOT, qui consiste à écrire

le Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) du Pays Voconces, a commencé depuis le mois de janvier 2007. Cette phase s’appuie sur des débats avec les élus et les acteurs du territoire réunis en atelier. La réflexion, conduite en exami-

nant différents scénarios pour le Pays Voconces permettra de faire émerger un projet partagé. Le Projet d’Aménagement et de Développement Durable, issu de cette réflexion collective, sera présenté en réunion publique à la population avant l’été 2007.

Contact :



Les 14 communes du Pays Voconces Buisson, Cairanne, ­ Crestet, Entrechaux, Faucon, ­Puyméras, Rasteau, Roaix, Sablet, St-Romain-en-­Viennois, ­St-Marcellin-les-Vaison, Séguret, Vaison-la-Romaine, Villedieu

Un registre est à votre disposition dans chaque mairie et à la COPAVO pour nous faire part de vos remarques et interrogations sur cette démarche.

Document édité par la COPAVO Directeur de la publication : le Président de la COPAVO, Pierre MEFFRE Conception et rédaction : CREA TER - tél: 04 67 55 29 57 11, Impasse des Fontes - 34830 JACOU

Conception, réalisation et impression : CHIRRIPO - tél. : 04 67 07 27 70 50 rue Henri Farman - 34430 St Jean de Védas

Crédits Photos : COPAVO, CREA TER, SCE Date de parution et de dépôt légal : Avril 2007

Info SCOT - 4 - avril 2007

Lettre Info SCOT 2  

Lettre Info SCOT 2