Issuu on Google+

etape39Francigena.qxd

28/01/2013

étape 39

16:55

Page 1

Montefiascone • Viterbo 17,8 km • 4 h 30 Au Monte Jugo, vous avez marché 1 h 45 et parcouru 6,9 km À Viterbo, vous avez marché 4 h 30 et parcouru 17,8 km

Viterbo

Viterbe, la piazza San Pellegrino

Office du tourisme, via Romiti Mariano (dans la gare de Viterbo Porta Romana). Tél. : (+39) 0761 304795 Chambre d’hôtes Orchard, via Ortaccio 8, nuitée+PDJ 25€ pour 1 pers. (tarif amis de l'AIVF), cuisine et lave-linge à disposition. Tél. : (+39) 340 0664177 info@bborchard.it Chambre d’hôtes Sandro e Marina, via Rasetti, nuitée 22€ pour 1 pers., 35€ pour 2 (tarifs amis de l’AIVF), cuisine à disposition. Tél. : (+39) 0761 341156. rossivt@libero.it Accueil religieux à la Résidence Nazareth, via San Tommaso 26, nuitée+PDJ 20€/pers. (tarif amis de l’AIVF), lave-linge à disposition. Tél. : (+39) 0761 321525 info@residenzanazareth.it

Descriptif de l'itinéraire historique, à pied ou à vélo Étape de difficulté moyenne, globalement en descente avec quelques montées. Départ de la Torre del Pellegrino. Descendre des escaliers pour sortir du jardin puis tourner à gauche. Rejoindre un parking et descendre une ruelle en face. Juste après, au carrefour en T, tourner à droite. Passer sous une porte (très belle vue sur le lac !) puis descendre à gauche. Au bout de 300 m, face à une route plus importante, la traverser prudemment pour continuer en face (légèrement à gauche) par une rue en forte descente. Peu après, à la fourche, ignorer la branche de droite. Plusieurs centaines de mètres plus loin, on retrouve le goudron. On atteint peu après des habitations et une zone d’activités. Au stop, traverser prudemment et continuer tout droit.

171


etape39Francigena.qxd

28/01/2013

16:55

Page 2

MONTEFIASCONE - VITERBO

À voir, à visiter à Viterbe La piazza del Plebiscito, où se trouvent des services administratifs, répartis dans plusieurs palais : Palazzo dei Priori, fondé fin XVe, où se tient l’assemblée municipale (y voir notamment la Sala Regia ornée de fresques fin XVIe par Baldassare Croce et un beau jardin XVIIe) ; Palazzo del Podestà orné d’un beau balcon ; Palazzo del Capitano del Popolo, remanié XVIIIe ; voir aussi le lion sculpté dans une pierre volcanique (le nenfro, sorte de tuf gris) et la tour de l’Horloge, reconstruite au XVe siècle. Palais des papes XIIIe : salle d’audience prolongée par un grand balcon. Sur la même place, on trouve la cathédrale San Lorenzo fin XIIe : beau clocher orné de travertin et de basalte bleu-vert. Église romane Santa Maria Nuova, flanquée à gauche d’une chaire externe d’où saint Thomas d’Aquin prêcha la paix avec la ville d’Orvieto. Place San Pellegrino entourée de constructions XIIIe et d’où partent des ruelles flanquées d’arches, d’escaliers et de balcons. Si vous êtes intrigués par la civilisation étrusque, vous pouvez visiter le museo archéologico (qui expose entre autres des objets provenant des nécropoles de la région ainsi qu’un chariot funéraire du VIe siècle av. J.-C.) et le museo civico (objets funéraires et sarcophages des périodes étrusque et romaine et pinacothèque).

172

Le Palais des papes à Viterbe Vous avez parcouru 1,5 km. Dépasser une grande station électrique sur votre droite puis emprunter un chemin herbeux à droite. On peut voir un pavage antique par endroits. Au bout de 300 m, au croisement, aller tout droit. Le chemin rejoint ensuite une petite route à emprunter tout droit. Peu après, dans un virage à droite, au niveau d’un petit monument votif, emprunter un chemin pavé qui monte à gauche. Après 500 m, ignorer un embranchement à droite. Peu après, au croisement, continuer à descendre tout droit sur les pavés. Ignorer une route bitumée venant de la gauche et descendre toujours tout droit sur 1,2 km. Vous avez parcouru 4,3 km et vous longez une voie ferrée sur votre gauche. Emprunter à gauche une piste pour passer sous cette voie ferrée, puis tourner à droite de l’autre côté pour longer la ligne sur votre droite. Au bout de 600 m, le chemin rejoint une large piste à emprunter tout droit. 200 m plus loin, dans le virage à droite, ignorer le chemin de terre qui part à gauche. 500 m plus loin, passer sous la voie ferrée et continuer à gauche de l’autre côté. Juste après, à la fourche, poursuivre à droite. Monter tout droit sur 1 km jusqu’au point haut de la route du Monte Jugo (ferme à droite). Vous avez marché 6,9 km. Continuer tout droit sur cette route qui se met à descendre et se couvre de bitume. Au bout d’un km, traverser la SP7 (soyez très prudent !) et continuer tout droit sur la strada Casetta. 500 m après, ignorer un carrefour et continuer tout droit. Dépasser une habitation à droite et à la fourche peu après, tourner à gauche. Parcourir 1200 m toujours tout droit puis tourner à gauche sur une piste bordée d’arbres au début. Avancer sur environ 550 m.


etape39Francigena.qxd

28/01/2013

16:55

Page 3

MONTEFIASCONE - VITERBO Vous avez marché 10,7 km. Arrivé face à un large chemin de terre (strada dei Garinei, pas de panneau), l’emprunter à droite. Peu après sur votre gauche, vous pouvez profiter des fameuses piscines thermales de Bagnaccio, excellentes contre la fatigue. Pour continuer le chemin, rester à droite en longeant la clôture. Avancer tout droit sur ce chemin rectiligne sur environ 1,2 km, puis, 80 m après deux pins parasols sur votre gauche, tourner à gauche sur la strada San Lazzaro (panneau de vitesse limitée à 30 km/h). Continuer toujours tout droit sur 2,6 km en ignorant tous les embranchements. Passer sous le pont d’une grande route et rejoindre une petite route bitumée à emprunter tout droit sur 400 m. Vous avez marché 15,5 km. Au niveau du cimetière (sur votre droite), tourner à droite sur la via Cassia. Longer le cimetière sur votre droite, passer sous le pont de la rocade routière puis suivre le côté gauche de la route pour continuer tout droit (sens interdit). Au bout de 400 m, on rejoint un grand rond-point : poursuivre tout droit. Au bout de 600 m, passer sous la Porta Fiorentina et continuer tout droit via Matteotti. Arrivé sur la piazza Verdi 300 m plus loin, prendre à droite le corso Italia en montée. Arrivé sur une place (fontaine à gauche), continuer tout droit par la via Roma. Arriver peu après sur la piazza del Plebiscito.

VITERBE La province actuelle de Viterbe (Viterbo en italien) regroupe parmi les plus grandes cités de l’ancienne Étrurie, comme Vetralla, Tuscania, Tarquinia et Viterbe elle-même. Cependant, en raison de sa proximité avec Rome, Viterbe fut intégrée rapidement à l’empire, en 310 av. J-C. On en sait peu sur la suite de l’histoire de la ville jusqu’en 773, date à laquelle le roi lombard Desiderius (Didier) en fit une base militaire fortifiée pour ses opérations afin d’envahir Rome. Vers 1080, la comtesse Mathilde de Canossa fit don de tous ses biens au Saint-Siège, dont Viterbe et ses terres, mais la ville se déclara commune peu de temps après, en 1095. Commença alors une période de splendeur pour Viterbe. En 1145, en raison de troubles qui opposaient les Romains au Saint-Siège, le pape Eugène III quitta Rome et trouva refuge à Viterbe qui devint dès lors la résidence préférée des papes. En 1207, le pape Innocent III y rassembla un concile. La ville devint même un temps le centre de la chrétienté, à l’époque du pontificat du pape Alexandre IV, de 1257 à 1261. Le XIIIe siècle fut une période agitée par des dissensions internes et externes. Dans la ville, guelfes

Agnès sur la via Cassia antica et gibelins, menés respectivement par la famille des Gatti et des Tignosi, se disputaient le pouvoir. Au niveau « international », Viterbe fut sans cesse l’objet de contestations entre le SaintSiège et l’empire jusqu’à la fin du XIVe siècle, date à laquelle les papes en prirent durablement le contrôle. L’empereur Frédéric II parvint à se rallier Viterbe en 1240, mais ses troupes furent chassées quelques années après. Viterbe devint alors une ville guelfe, la cité papale elle-même, puis une base pontificale pour lutter contre l’empereur. Clément IV, du haut du grand balcon qui prolonge la salle des audiences, prononça l’excommunication des troupes de Conradin de Souabe. De grands penseurs et érudits installés à Viterbe participèrent à la grandeur de la ville, tels que saint Thomas d’Aquin. Viterbe est connue pour un événement qui eut lieu aussi au XIIIe siècle. À la mort du pape Clément IV en 1268, les cardinaux ne parvenaient pas à lui trouver un successeur. En 1271, ils décidèrent d’abandonner la ville. Mais saint Bonaventure exhorta les habitants à enfermer les cardinaux à clé (« cum clave », d’où le nom de « conclave ») dans une salle jusqu’à ce qu’un pape fût élu. On désigna Grégoire X, et l’usage du conclave se poursuivit jusqu’à nos jours.

173


etape39Francigena.qxd

28/01/2013

16:55

Page 4

MONTEFIASCONE - VITERBO

174


Extrait du guide sur la Via Francigena en Italie