Issuu on Google+

1


LA COMPAGNIE La compagnie rassemble une équipe artistique mêlant danseur, circassien, comédien, vidéaste, calligraphe, enfants et adultes autour de projets - danse, musique, arts visuels, questionnant la thématique de l’identité en une pluralité d’actions comme des rencontres et des ateliers, des formes improvisées et spectaculaires. Samir el Yamni cherche à « exposer » les corps dans leurs dimensions poétiques, politique, social, en lieu avec ce qui fait l’histoire à la fois intime et collective, singulière et plurielle. Il travaille avec le mouvement dansé comme médium, comme outil de recherche, d’expérimentation et de pensée pour partager des imaginaires, des langages et des cultures. Ainsi faire corps, signe et sens au présent de toutes les présences et tenter d’autres Formes de travail à partir des espaces et des matières du monde pour saisir et comprendre - prendre avec soi - tout mouvement dans un ensemble ; c’est à dire un commun partagé, un « vivre ensemble ». C’est aujourd’hui plus que jamais un projet civique et Participatif pour questionner les Représentations du monde et interroger la place fondamentale du corps dans la société, entre sphères intimes et publiques, entre présences et images. C’est enfin créer, tenter d’autres rencontres interdisciplinaires et croiser théories et pratiques autour du mouvement et de l’environnement, des lieux intimes et d’autres publics, des paroles individuelles et collectives. Vivant Résidences, échanges et autres croisements comme des correspondances. Chaque saison est une étape, une tentative renouvelée à préciser les objectifs et les modes de fonctionnement de la compagnie – réflexions et actions, création et transmission pour une dynamique de travail d’une équipe à géométrie variable en actes artistiques et citoyens. Au travers différents projets, il s’agit de repenser les outils et forces de travail, les formes de collaboration et de production et les lieux de fabrication. C’est définir précisément un projet artistique qui n’est pas forcément une production chorégraphique mais un compagnonnage auprès d’équipes diverses afin de rendre vivante la relation au mouvement dansé, au travail de proximité des publics. Travailler grâce à la mise en commun d’outils et d’espaces communs partagés avec d’autres artistes et structures culturelles mais aussi avec d’autres lieux de production et de diffusion, hôpitaux, musées, prisons... La compagnie accompagne des publics différents - des écoles élémentaires, collèges et lycées, aux hôpitaux, sous la forme d’ateliers de pratique et de recherche chorégraphique et de parcours interdisciplinaires en partenariat avec différentes structures culturelles à Marseille, Bédarieux ,Sète, Montpellier, Aix en Provence, Paris, Orléans , Châteauvallon.

2


SAMIR EL YAMNI DANSEUR ET CHOREGRAPHE Né à Orléans et d’origine marocaine Samir El Yamni a un parcours atypique. Ce n’est qu'après son service militaire et des études en droit économique et social, qu’il décide de se former à la danse classique auprès de Christian Pioggioli et de s’initier ensuite au théâtre auprès de Christian Remer. En 1998 il entame sa carrière auprès de Waldemar Brandowsky, Raza Hammadi et Matteo Moles. En parallèle, il crée en 1999 le duo "PERSONNE" et en 2OOO "QUATUOR", pour le Ballet du Loiret. A Bruxelles il intègre la Cie Thor de Thierry Smith, où il participe à la création de "Petit Baigneur" pour le Festival International Brigittines, et "Dionysos Last Day" spectacle joué dans toute la Belgique. Entre 2002 et 2005, Samir intègre le Ballet Preljocaj au Pavillon Noir-Centre Chorégraphique National d'Aix en Provence, où il est interprète dans "Le Sacre du Printemps", "Near Life Experience", et "N" d'Angelin Preljocaj, et parcours les plus grandes scènes du monde entier, dont : The Joyce Theater et The Bahms à New-York, le Théâtre de la Ville à Paris, The Place à Londres, le SESC Vila Mariana à São Paulo, et la Maison de la Danse à Lyon. En 2004, il est invité au Brésil par le S.E.S.C Vila Mariana à Sao Paulo pour travailler avec les danseurs de différentes compagnies brésiliennes: Cisne Negro, Stagium, Cia de dança de Diadema et Balé da Cidade. En 2005, il fonde sa propre compagnie qu’il base à Marseille, et continue sa collaboration avec divers artistes. Cette même année, il crée "LIMIT#", pièce chorégraphique pour trois danseurs et deux musiciens saxophonistes. En 2006, il initie le Triptyque « Identités » et crée le solo "SIGNE" en travaillant sur l'écriture calligraphique arabe. Il s'inspire du travail de l'artiste calligraphe Hassan Massoudy pour en nourrir son écriture chorégraphique. En 2007, la Compagnie ELYAMNI est en résidence au Centre National de Création et de Diffusion Culturelles de Châteauvallon où Samir devient artiste associé. Cette même année, il crée le quatuor "DIGA-ME" deuxième volet du triptyque, initié avec « SIGNE ». En 2008, il clôture ce premier triptyque sur l’identité en créant son troisième et dernier volet « IMMAH » projet franco-brésilien, avec la collaboration du vidéaste brésilien Guilherme Petrini et la complicité de la Cia de Danças de Diadema et de la Secretaria da Cultura do Estado de Sao Paulo. En 2009 il crée MOSAÏQUE, un duo de danseurs qui fait apparaître une vision contemporaine constituée de différents fragments qui forment au final une danse fluide, humaine et poétique. Ainsi que la production du court métrage "Les Murs Murs de la Méditerranée" avec la complicité du vidéaste Fabrice Duhamel. En 2010 il crée CYCLUS premier volet d’un nouveau triptyque autour des musiques classiques. En 2011 il crée le duo BACH. En 2012 il reçoit une commande du B.J.A pour la création du Sacre du printemps pièce pour six danseuses. En 2013 il reçoit la commande du Centre de Développement Chorégraphique pour la création du Solo Carnets de Route dans le cadre de la 35eme édition du Festival des Hivernales. Actuellement il travaille sur le projet Journal des corps/Révolution des corps En parallèle, il est diplômé d’état en tant que professeur de danse contemporaine au Centre National de La danse de Pantin, il suit aussi une licence conception mise en œuvre de projets culturels.

3


Répertoire de création LIMIT (création 2005)………………………………………………………………………………………………………………..6 Comprendre les habitudes et les traditions de l’autre, s’avancer vers l’inconnu, enrichir l’existence par le mélange. TRYPTIQUE SUR L’IDENTITE

SIGNE (création 2006)………………………………………………………………………………………………………………8 …nous plonge dans l’esthétique de la calligraphie en utilisant pour simple pinceau le corps.

DIGA-ME (création 2007)………………………………………………………………………………………………………….9 Dans un rapport de désaccord, de complicité, de jeu, de violence, quatre artistes nous racontent tout ce qui fait ce que nous sommes.

IMMAH (création 2008)……………………………………………………………………………………………………………10 Réflexion sur la notion d’Identités mélangées et de cultures diversifiées.

MOSAIQUE (création 2009)…………………………………………………………………………………………………….12 Faire découvrir la culture méditerranéenne comme une lettre ouverte aux spectateurs

CYCLUS (création 2010)…………………………………………………………………………………………………………..13 Sans raconter les étapes successives d’un cycle, en fait apparaitre l’essence même, avec sobriété et élégance.

BACH (création 2011)………………………………………………………………………………………………………………..14 Une ode à la femme EN TOURNEE

CARNETS DE ROUTE (création 2012)……………………………………………………………………………………..16 Solo qui fait état du corps comme chambre d’échos de nos mémoires et de nos évolutions.

EN CREATION

JOURNAL DES COPRS/REVOLUTION DES CORPS (création 2013-2014)…………………………18 4


Commandes STRAVINSKY (B.J.A 2012)………………………………………………………………………………………………….20 AGENCE DE FABRIQUE PERPETUELLE (autour de l’œuvre de Samuel Beckett)………….21

Actions Pédagogiques DU SINGULIER AU PLURIEL……………………………………………………………………………………….22 Du Singulier au Pluriel est un projet axé sur la quête identitaire de l’adolescent, cette période où il cherche à se vivre dans son unicité, mais aussi à travers sa communauté. … MENEES A L’INVITATION DU CENTRE CHOREGRAPHIQUE NATIONAL D’AIX-EN-PROVENCE………………………………………….23 …. MENEES AUPRES D’ETABLISSEMENTS SCOLAIRES……………………………………………………………24

5


Cette création a pour intention de comprendre les habitudes et les traditions de l’autre, de s’avancer vers l’inconnu, d’échanger les valeurs et l’enrichissement de l’existence par le mélange. S’attacher à comprendre tout ce qui relève de l’être en le rapportant en priorité à l’existence et donc appréhender chacun des comportements comme moment d’une aventure, où chaque fois c’est l’intégralité d’un destin, d’un moment, d’une rencontre qui est en jeu. S’intéresser pour arriver à mieux comprendre l’autre dans le seul but, de transmettre à travers cette pièce un message de tolérance, de partage, d’harmonie et de paix.

LIMIT

Création 2005 – 3 Artistes

Conception, Scénographie et Chorégraphie Samir EL YAMNI .Distribution à la création : Marie Adeline CHOQUET, Ana Carolina MORAES, Samir EL YAMNI. Création lumières : Sébastien DUE. Costumes : Malika Louai. Crédit Photos : Patrice HAMOUY. Production : Compagnie ELYAMNI/ Association EMI. Accueil Studio : Centre Chorégraphique National d’Aix-en-Provence 6


REGARDS PORTES SUR LIMIT

ANGELIN PREJLOCAJ « Samir El Yamni a 28 ans. Depuis un an ce danseur chorégraphe a créé sa compagnie basée à Marseille. « L I M IT » témoigne de la volonté de parler de « l’échange dans une forme intimiste ». De son passage en Belgique on retient le côté « animal », De son passage dans la Compagnie Preljocaj il a gardé l’art de la codification, dans « L I M I T » Samir El Yamni entend nous dévoiler des formes sobres et épurées… »

DANIELLE CARRAZ – La Provence Novembre 2005 « Titre de la première pièce chorégraphiée par Samir El Yamni, interprète émérite de nombreuses créations d’Angelin Preljocaj : lien et limite entre animalité et humanité, entre gestuelle très codifiée et liberté de mouvement, entre solitude et compagnonnage à deux, trois ou plus, entre chute, envolé et portés…, jusqu’aux dernières minutes très belles et d’une maîtrise foudroyante. On se rappellera en tout cas la sincérité et l’allant des interprètes et la pure élégance de moments en concordance avec la toilette de chat dans l’eau rafraîchissante de deux compotiers ou quelques pétales de fleurs jetés sur le plateau. En attendant vivement la suite! » Danielle CARRAZ- La Provence/

7


TRYPTIQUE SUR L’IDENTITE

Le solo SIGNE est le premier volet d’une trilogie. Mêlant danse et vidéo cette pièce chorégraphique questionne l’être, l’origine, le corps. Inspiré et nourri par l’écriture calligraphique, et par le travail d’Hassan Massoudy, artiste calligraphe irakien, née en 1944, SIGNE nous plonge dans l’esthétique de ces structures en utilisant pour simple pinceau le corps. « Hébraïque, arabe, latine, africaine ou orientale, chaque écriture véhicule, par son histoire, et par sa symbolique une vision du monde riche d’enseignements. Lorsque les signes s’animent sous la main de l’artiste calligraphique naît une véritable chorégraphie où la lettre et l’esprit se fondent en un même trait ».

SIGNE Volet 1 Projet Identité Création 2006 Solo 30’

Chorégraphie et interprétation : Samir El Yamni Assistante au projet : Ana Carolina Moraes. Musique : Camille Saint Saëns. Création vidéo et sonore, crédit photo : Fabrice Duhamel. Création lumières : Sébastien Dué. Résidences de création : Centre National de la Danse de Lyon, Centre Chorégraphique National d’Aix en Provence, Centre Chorégraphique National- Ballet de Marseille. Soutien : Ce projet est soutenu par la Région Provence Alpes Côte d’Azur au titre de l’aide à l’écriture.

8


Dans cette pièce, deuxième volet du triptyque Identités, je m’inspire de la réalité qui nous entoure, l’univers dans lesquels je vis, les images, les sensations, les témoignages, la beauté des musiques». Dans un rapport de désaccord, de complicité, de jeu, de violence, quatre artistes se racontent. Ils nous racontent leurs histoires, leurs cultures, leurs amours, leurs humours, tous leurs états d’âme, Tout ce qui fait ce que nous sommes. « Créer une relation intimiste avec chacun des artistes, mettre en jeu chaque histoire que l’on rencontre, se remettre sans cesse en questionnement dans le rapport à l’autre, DIGA-ME est un voyage où tout le monde se retrouve. »

DIGA-ME Volet 2 Projet Identité Création 2007. Quatuor 45’ Chorégraphie Samir EL YAMNI Distribution Sylvain AGAESSE, François JULIOT, Sébastien VIAL, Samir EL YAMNI Musique Samir EL YAMNI, Francisco ESTEVES Création Lumières Sébastien DUÉ Costumes C. CERENZA Crédits Photo A. Mellon Production Compagnie ELYAMNI- Association EMI, Centre de Création et de Diffusion Culturelles de Châteauvallon, Centre Chorégraphique National - Ballet de Marseille

Accueil Studio Centre Chorégraphique National d’Aix en Provence Crée en résidence à Châteauvallon et avec son soutien

Soutiens La Compagnie ELYAMNI est soutenue par le Ministère de la Culture et de Communication- DRAC PACA, au titre de l’aide au projet, par la Région Provence Alpes Côte d’Azur, et par le Conseil Général des 9 Bouches du Rhône


IMMAH Volet 3 Projet Identité Création 2008 – 4 interprètes 45’ Production Compagnie ELYAMNI/association EMI Résidence de création et Coproduction Centre national de création et de diffusion de Châteauvallon, Centre Chorégraphique National Ballet de Marseille, Centro Cultural de Diadema, Teatro Clara Nunes, Cia de Danças de Diadema, FAAP Faculdade de Cinema et Artes Visuais -Sao Paulo, Centre National de la Danse de Pantin. Soutiens La Compagnie ELYAMNI est soutenue au titre de l’aide au projet par, Le Ministère de la Culture et de la Communication DRAC PACA, La Région Provence Alpes Cotes D’Azur, Le Conseil Général des Bouches du Rhône.

IMMAH est la continuité du travail amorcé dans les deux premiers volets du Projet Identités. Dans le prolongement de mes réflexions sur l’identité, et à l’heure où le mot appartenance culturelle ou identitaire résonne dans notre société, j’ai voulu réfléchir ce projet, il m’a paru évident pour clôturer ce triptyque de me tourner vers le Brésil, et plus particulièrement vers Sao Paulo, peuple à la sensibilité aiguisée, qui n’a de cesse de cultiver la différence. C’est pourquoi je voudrais avant tout m’éloigner de tout discours d’appartenance identitaire et réfléchir à la notion d’identité mélangée, et donner ainsi corps à quatre voix, quatre femmes, berceaux d’une civilisation diversifiée.

10


REGARDS PORTES SUR LE TRYPTIQUE IDENTITE DENIS BONNEVILLE – La Marseillaise Juillet 2007 Inventer le geste ensemble … Identité d’altérité

L’identité, mais en décalé. Pas celles des racines, mais celle du vécu intime… Samir El Yamni s’éloigne du label « d’origine marocaine » … l’identité dont il s’agit ici, ce serait plutôt celle qui naît et se construit des rencontres, de l’altérité, de la confrontation et des différences……Clairement dénuée d’agressivité, mais pourtant remplie d’énergie, cette rencontre de quatre belles personnalités captive déjà, …et convainc par sa générosité et son foisonnement. … Le pari de l’écoute et de la découverte de l’autre est révélée et la quête de fusion et d’émulation fonctionne. En particulier dans l’ouverture, où les gestes coïncident progressivement, s’opposent et se nourrissent, de livres glissés en danses-miroir, et jusqu’au final où, après une parodie de téléréalité putassière et une Libertà de Haendel déroulée et rembobinée dans un poignant solo, les quatre hommes en ligne, face au public et mis à nu, déchargent leurs angoisses et leurs humours en se donnant écho, avant de partir dans de fausses coulisses conclurent par un « tchin » convivial et pétillant. Belle rencontre.

FREDERIC FLAMMAND – Festival de Marseille – Juillet 2007 Mes affinités avec le travail de Samir El Yamni passent d’abord par la calligraphie arabe. J’ai pu expérimenter l’influence que cette dernière opérait sur les projets architecturaux de Zaha Hadid, architecte irako-britannique. Je retrouve cette influence, génératrice de fluidité et de complexité, dans le mouvement que propose le chorégraphe… Au-delà de cette considération esthétique, c’est le thème de l’identité abordé par le spectacle DIGA-ME qui m’a interpellé et surtout la manière dont il a été envisagé. Si Samir El Yamni intègre dans sa proposition des mouvements empruntés à la danse folklorique marocaine et retravaillés selon les arcanes de la danse contemporaine, s’il a recours à la calligraphie arabe comme source d’inspiration, il s’éloigne cependant du discours convenu sur l’identité que l’on pourrait attendre d’un chorégraphe d’origine marocaine. Il nous parle d’identités que l’on pourrait qualifier de nomades ou en déplacement, construites à partir de tous les éléments qui définissent le parcours d’un artiste, mais aussi en constante remise en question dans le rapport à l’autre….

11


Le point de départ de ce projet est comme une conscience intérieure, un acte du coeur, une envie d’approfondir et de faire découvrir une culture, celle de la méditerranée, à travers une exposition vivante qui se présente comme une lettre ouverte aux spectateurs, une invitation à la réflexion à travers des corps et des citations. Dans un même espace se côtoient les poèmes, les chants, l’architecture et les calligraphies. « En s’inscrivant dans la continuité du travail de la compagnie, MOSAIQUE est une vision contemporaine constituée de différents fragments qui forment au final une danse fluide, humaine et poétique ».

MOSAIQUE Création 2009 – 4 artistes

Conception, Scénographie et Chorégraphie : Samir EL YAMNI Distribution : Emma LORIAUT, Samir EL YAMNI Costumes : Malika LOUAI Montage vidéo : Fabrice DUHAMEL Production : Compagnie ELYAMNI / Association EMI Coproduction : Centre National de Création et de Diffusion Culturelles de Châteauvallon Résidence de création et accueils studio : Centre Chorégraphique National Ballet National de Marseille, Centre Chorégraphique National d’Aix en Provence - Pavillon Noir, Centre National de la Danse de Lyon. Ce projet a bénéficié de la mise à disposition des studios du Centre National de la Danse de Pantin Soutiens : La CIE est soutenue par le ministère de la Culture et de Communication, DRAC PACA dans le cadre de l’aide à la création, la Région Provence Alpes Côte d’Azur et par le Conseil Général des Bouches du Rhône 12


Samir El Yamni inscrit l’identité des corps, des musiques et des langages au cœur de son travail. Mais pour ce chorégraphe franco-marocain l’identité de chacun n’est pas liée à ses racines mais bien à ses rencontres. Sur la musique d’Antonio Vivaldi, au centre du plateau quatre corps opèrent une transformation à travers l’espace et le temps : une danse fluide et épurée, une manière de découvrir ou de redécouvrir le corps et ses possibles mutations. Cyclus, sans raconter les étapes successives d’un cycle en fait apparaître l’essence même, avec sobriété et élégance.

CYCLUS Création 2010 – 4 artistes – 50’ Conception et Chorégraphie Samir EL YAMNI Distribution IVES Georgia / PELLERIN Sarah / CHAVEZ Dorian / EL YAMNI Samir Assistante au projet Magali JULLIEN Costumes Malika LOUAI Musique Antonio VIVALDI Création lumière Sébastien DUÉ Création vidéo Samir EL YAMNI Crédit photo Bastien ANCONINA Chargée de production et de diffusion Hélène HARDY

-du-Rhône

Production : Compagnie ELYAMNI /Association EMI Soutiens : CCN Ballet National de Marseille, Kelemenis et Cie, Théâtre le Merlan-Scène Nationale de Marseille, Pavillon Noir CCN d’Aix en Provence dans le cadre de la mise à disposition de studios. Ainsi que 100% Danse « Quand les régions s’en mêlent » CDC Les Hivernales dans le cadre du Festival Les hivernales d’été 2011. Ministère de la Culture et de la communication DRAC PACA au titre de l’aide au projet, le Conseil régional PACA et le Conseil général des Bouches-du-Rhône. 13


BACH Création 2011 – 4 artistes

Cette création est une ode à la femme. Un travail à partir de soi se déroulant simultanément mais sans interaction et utilisant un même corpus de mouvement, états et personnages autour de la notion du « corps féminin transposée et dansé par les corps masculin». L’écriture chorégraphique mêle à égalité mouvement, sons, langage, danse et actions corporelles, une mosaïque de corps orchestré par la suite pour Violoncelle de Bach.

Conception, Scénographie et Chorégraphie : Samir EL YAMNI Distribution des artistes : François JULIOT, Sébastien VIAL, Sylvain AGAËSSE, Samir EL YAMNI Assistante au projet : Magalie JULIEN Costumes : Malika LOUAI Musique : J.S Bach Création Lumières : Sébastien DUÉ

Production Compagnie ELYAMNI / association.EMI

Soutien dans le cadre de l’accueil studio CCN Ballet National de Marseille, Kelemenis et Cie, CCN d’Aix en Provence, Espace Bernard Glandier,, CND de Pantin, CNCDC de Châteauvallon. La CIE est soutenue par la DRAC Paca, le Conseil Régional Paca et le Conseil Général des Bouches du Rhône.

14


15


EN TOURNEE Le solo Carnets de route est le premier volet d’un diptyque sur le corps comme chambre d’échos de nos mémoires et de nos évolutions. Il ouvre un second volet intitulé Journal des corps / Révolution des corps, deux formes courtes en duo. Le chorégraphe évoque en gestes, en mots et en images, sa quête identitaire, mais il fait de cette intimité une histoire universelle. Revenant à l’essence de la danse dans sa forme spectaculaire, il donne à voir les déclinaisons possibles du corps en lien étroit avec un parcours de danse mais aussi de vie. Une invitation au voyage, un diaporama d’histoire, un regard réciproque, un va et vient porter sur l’autre côté de la rive la méditerranée.

CARNETS DE ROUTE Création 2012 – Solo 50’ Dyptique partie 1 Conception, Scénographie et Chorégraphie : Samir El YAMNI Artistes : Samir EL YAMNI Assistant au projet :Kato Ribeiro Texte : Samir El YAMNI Réécriture et mise en espace du texte : Laetitia Mazzoleni Musique : Haendel et Oum Khaltoum Création vidéo : Samir EL YAMNI Lumière : Elise Riegel Crédit photo : Emilie Saubestre Production : Compagnie ELYAMNI/association EMI Coproduction : Centre de Développement Chorégraphique les Hivernales Partenaires institutionnels : Le Conseil Régional Provence Alpes Côte d’Azur, le Conseil générale des Bouches du Rhône. Soutiens : Dans le cadre de l’accueil studio KLAP Maison pour la Danse, le Centre Chorégraphique National Ballet de Marseille, Le Grand Théâtre de Provence dans le cadre des plateaux libres. 16


REGARD PORTE SUR CARNETS DE ROUTE

EMMANUEL SERAFINI – Directeur du CDC Avignon – Décembre 2012 « J’ai découvert Samir El Yamni […] j’ai été fasciné à la fois par sa présence et la fluidité de sa danse… Sans montrer ni efforts, ni contraintes, il exécute une danse mobile, offrant des mouvements légers, évocateurs et justes… Cette rencontre nous a permis de présenter sa pièce Cyclus l’été 2011, un quatuor présentant toute la quintessence de son travail et de ses préoccupations… La première chose qui est remarquable dans les spectacles de Samir El Yamni, c’est son rapport à la musique et singulièrement à la musique classicobaroque (Bach, Vivaldi, Haendel…). Elle apporte toujours à son travail une dimension spirituelle et porte sa danse dans des sphères où l’âme réside avant tout… Ensuite, c’est son sens de l’espace qui lui fait écrire des grandes envolées et enchainements de mouvements tous en contact les uns avec les autres et qui donnent à l’ensemble une force et une harmonie rare. Il ne m’en a pas fallu davantage pour lui proposer de créer un solo pour les Hivernales et lui demander de renouer avec ses racines. D’origine marocaine et vivant en France, il partagera avec son spectacle la vision qu’il a sur sa double appartenance. Samir El Yamni s’est lancé dans ce projet avec enthousiasme. Nous en avons vu une première ébauche au Grand Théâtre de Provence à Aix-en-Provence, où il a travaillé, et avons été conquis par les premiers pas de ses Carnets de route, de ses carnets de vie. Ils sont constitués de choses authentiques et personnelles, offrant une nouvelle facette de sa personnalité, le tout dans une grande continuité à travers les thèmes et les sujets qu’il traite et qui le réoccupent d’ordinaire. Je suis heureux de vous le présenter et de partager avec vous l’esprit dans lequel il créera jusqu’aux prochaines Hivernales ».

17


EN CREATION Parler du corps c’est parler de soi et des autres, de ce qui nous entoure. Second volet du Diptyque, Journal des corps – Révolution des corps fait suite au Solo Carnets de route, commandé en décembre dernier par le Centre de Développement Chorégraphique d’Avignon. Dans cette création, le chorégraphe Samir El Yamni donne toute sa dimension au medium qu’est le corps en ce qu’il subit une réelle mutation et révolution. « Une sorte de reconversion des corps permanents ». L’espace et le temps sont variables, les critères esthétiques évolutifs, et les idées non figées. Sur le plateau les quatre protagonistes donnent à voir cette évolution et cette révolution, pour autant aucune hiérarchisation ne figure. Quand Journal des corps dresse un inventaire quasi-organique de ces derniers, le corps révolutionnaire donne toute la dimension d’un corps soulevé, résistant à une oppression. Ces corps en tension sont le reflet d’une « actualité printanière» où la danse est révolution et liberté.

JOURNAL DES CORPS/REVOLUTION DES CORPS Projet de création 2013-2014 – 4 artistes – Dyptique partie 2

Conception et Chorégraphie : Samir El YAMNI Distribution en cours Musique : Création Sonore Vidéo : création vidéo Quentin Bonami Résidences sollicitées en cours : Résidences artistiques et culturelles Institut Français au Maroc (IFM) Coproductions sollicitées en cours : Centre National De la Danse de Pantin, Centre De Développement Les Hivernales, CNCDC de Châteauvallon… Soutiens dans le cadre de l’accueil studio : Klap Maison pour la Danse Marseille, CCN Ballet Preljocaj, CCN Ballet de Marseille

18


19


COMMANDE DE L’AGENCE DE FABRIQUE PERPETUELLE

PAS PRECEDE DE CASCANDO PAS MOI ET SOUFFLE

D'après la mise en scène de l'auteur / sous le regard de Noam Cadestin Scénographie Noam Cadestin Travail chorégraphique Samir El Yamni Musique Nicolas Chatenoud Réalisation du film Guillaume Sarrouy Création lumières Sébastien Piron`

Quatre pièces courtes pour présenter celui qu'on appelle "l'abstracteur". Quatre esthétiques liées à l'écriture de Samuel Beckett. Un dialogue entre un personnage et une voix: Pas; une pièce radiophonique: Cascando; la projection d'une bouche vociférante: Pas moi. Une installation plastique et émotionnelle: Souffle. La présentation de figures plutôt que de personnages, comme aimait le dire l'auteur, de voix sans plus de corps pour raconter l'état de l'humanité. Comprenne qui peut!

20


COMMANDE DU DIRECTEUR ARTISTIQUE DU BJA RAZA HAMMADI Ce sacre pensé et écrit pour des danseuses du B.J.A , nous plonge au sein de la question de la place de la femme méditerranéenne. Les pays du Maghreb subissent une véritable dichotomie entre le masculin et le féminin. Ces femmes prennent aujourd’hui au XXIème siècle toute leur place légitime, tant bien que mal. C’est pourquoi j’ai voulu mettre en lumière, en danse, cette force que pouvait dégager au quotidien ces femmes dans leurs combats pour la liberté et la parité. Tout cela Orchestrée par la musique du sacre du printemps d’Igor Stravinsky, la particularité est qu’il n’y a pas d’élu ou alors elles le sont toutes ? Un voyage à partir d’une pièce mythique de l’histoire de la danse qui après sa création par Nijinski en 1913 à connut des versions magistrales Pina Bausch, Maurice Béjart ,pour ne citer qu’eux .

Chorégraphie : Samir El yamni Musique : Igor Stravinsky Interprétation : Danseuse du B.J.A

21


ACTION PEDAGOGIQUE … « DU SINGULIER AU PLURIEL » PROJET DANSE AUPRES DES COLLEGIENS Du Singulier au Pluriel est un projet axé sur cette quête identitaire de l’adolescent et cette période où il cherche à se vivre dans son unicité. Mais c’est aussi à travers sa communauté qu’il se développe. J’ai cherché à travailler sur cette période transitoire de sorte à ce qu’elle soit mieux comprise. A travers la pratique artistique et en particulier la danse qui me paraît fondamentalement importante pour ne pas dire primordiale, l’adolescent y trouve un espace de liberté et d’affirmation du « je » mais aussi du « nous ». Le but est donc pour moi de créer, cette passerelles, ce va et vient, ce grand écart entre le « je » et le « nous » tout en respectant l’unicité de chacun.

22


… MENEE A L’INVITATION DU CENTRE CHOREGRAPHIQUE NATIONAL D’AIX-ENPROVENCE

Novembre 2012 :

Atelier dans le cadre de l'enseignement de détermination danse au lycée Paul Cézanne.

Mars 2013 :

Atelier dans le cadre de l'enseignement de détermination danse au lycée Paul Cézanne Atelier avec l’Option Facultatif Art Danse au Lycée Fourcade. Training ouvert aux danseurs professionnels à l’espace Culturel Magnan. Training ouvert aux danseurs professionnels à Klap Maison pour la Danse.

Avril 2013 :

Atelier avec l’Institut d’Administration des Entreprises de Puyricard .

… MENEE AUPRES D’ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Lycée Paul Cézanne Option Danse :

Atelier auprès des enseignants UNSS

Projet EAC auprès des écoles élémentaires d'Aix en Provence : Publics amateurs et professionnels au lieu (Christine Frincker). ZUS Montpellier :

Atelier auprès des enfants

Ateliers menés autour des rencontres méditerranéennes à Montpellier, Bézier, Clermont l’Hérault et Sète. En parallèle, il est diplômé d’état en tant que professeur de danse contemporaine au Centre National de La danse de Pantin

23


24


SOUTIENS DEPUIS LA CREATION Partenaires institutionnels

Partenaires Culturels Le CNCDC de Châteauvallon Le CCN Ballet de Marseille Le CDC les Hivernales Klap Maison pour la Danse Le Merlan Scène Nationale Espace Bernard Glandier Le CND de Pantin Le CND de Lyon

25


93, la Canebière BP 217 13 001 Marseille TÊl : (+ 33) 06 47 74 60 56 Courriel : compagnie.elyamni@gmail.com Page internet : www.compagnie-elyamni.com

26


Compagnie Elyamni