Issuu on Google+

la lettre

Culture Science

Antipolis une publication de l’Université Nice Sophia

N°2 - Mai 2013

unice.fr

MÉTÉO, CLIMAT, LES ÉCHELLES DU TEMPS

Pourquoi évoquer un réchauffement climatique quand il neige sur la Côte d’Azur au mois de Mars ? Sur l’horloge des temps géologiques, la météo pourrait marquer les secondes et le climat donnerait les heures. Quand les aiguilles s’affolent, plusieurs niveaux de lecture s’imposent. Indices de bonne humeur, prétextes à commentaires, variables économiques, la pluie et le beau temps tiennent leur place derrière les comptoirs et sous les colonnes d’actualité. Mais il y a différentes façons de tirer les cartes du ciel. Car, sur l’horloge des temps géologiques, la météo pourrait marquer les secondes et le climat donnerait les heures. Ainsi, quand les aiguillent s’affolent, plusieurs niveaux de lecture s’imposent. Si le ciel joue les girouettes ou s’emballe au hasard du calendrier, si les exceptions ne prennent pas leurs habitudes, il convient de parler de météo. Quand un phénomène se répète suffisamment dans le temps, il témoigne d’une modification du climat. Certains de ces changements apparaissent comme «normaux», car les scientifiques savent les prédire et les expliquer. Il en va ainsi des « âges » glaciaires, des périodes chaudes et intermédiaires. En revanche, depuis peu, les chercheurs suspectent l’empreinte humaine, notamment industrielle, d’accentuer ces phénomènes. Ils mettent alors en garde contre un dérèglement. Tout cela se calcule à différentes échelles de temps et avec divers sources et modèles de simulation. Partout dans le monde, des capteurs, comme des paniers à papillons, enregistrent la température, la pression et l’humidité. Ces données se retrouvent ensuite sur la Toile. Dans ce domaine, le Grand Bazar est américain et s’appelle le GFS, pour Global Forecast System. « 80% des modèles régionaux dans le monde se connectent sur les sorties du GFS, qui leur permettent de s’alimenter en entrées ». « Le savoir-faire » des professionnels et des amateurs avertis

consiste à mettre ces données brutes sous la forme de cartes », explique le Pr. Pierre Carrega, géographe et directeur à l’Université Nice Sophia Antipolis du Master « Climat, Risques, Environnement, Santé » (CRES). Les programmes déterministes compilent les lois physiques régissant l’atmosphère, par exemple celles de la thermodynamique et de la dynamique des fluides. Leurs utilisateurs postulent qu’en présence d’un nombre suffisant de paramètres initiaux pertinents, il devient possible de prédire la pluie et le beau temps. « Ça, on sait le faire à six heures. Après, toutes les petites choses que nous n’avons pas su ou pas pu entrer dans les modèles de calculs faussent tout, parce que les lois ne sont pas linéaires et que le moindre écart prend tout de suite de l’ampleur », révèle le chercheur. En considérant les résultats obtenus comme de nouvelles entrées pour un autre tour de piste, les spécialistes parviennent néanmoins à pousser les prévisions à 8 ou 10 jours. En intégrant les données topo-climatiques (les effets du relief), les scientifiques réduisent également la taille des pixels initiaux sur leurs instantanés du ciel. « C’est indispensable, car par exemple, à l’échelle de l’Europe, si vous « programmez » un anticyclone et une dépression avec une erreur de 300 km, cela peut paraître pas grand chose. Mais au niveau local, cela fera la différence entre un temps minable ou superbe », souligne Pierre Carrega. En revanche, prédire un événement à un mois ou à un an reste parfaitement inaccessible. Alors, pourquoi et comment parler de réchauffement climatique à l’échelle du siècle ?


Comparaison de la moyenne des températures minimales (nocturnes) des mois de janvier 1960-1990 et des prévisions pour le futur (2071-2100) selon le scénario A2 du GIEC (http://www. insu.cnrs.fr/environnement/climat-changement-climatique/les-differents-scenarios-climatiques), dans l’extrême Sud-Est de la France (de Fréjus à San Remo). Les températures, par rapport aux pics de chaleur diurnes, baissent moins la nuit sur le bord de mer et la chaleur a tendance à gagner l’arrière pays. Sources : modèle Aladin de MétéoFrance + modélisation laboratoire GVE, UMR Espace. Réalisation : Nicolas MARTIN

Un paysage de blizzard canadien

Le géologue a travaillé dès 2005 sur les bassins sédimentaires proches de Grenoble et du Lac d’Allos. Il identifie les dépôts de crues grâce à une combinaison de techniques, de la plus grossière, avec la granulométrie, à la plus fine, avec la géochimie. « Plus un événement hydraulique est fort, plus la taille des grains érodés augmente », résume le géologue. Reste ensuite à dater les sédiments, avec les méthodes au Carbone 14 (comme pour les fossiles), au Plomb 210 (pour une précision à cent ans), avec les variations du pôle magnétique ou les marques des événements connus (par exemple la radioactivité liée à l’incident de Tchernobyl).

Anomalies (C°)

Pour les climats, l’approche statistique réalisée sur le long terme permet d’établir des normales, de rechercher des tendances, c’est-à-dire quelque chose de globalement représentatif pour une zone géographique déterminée. En dehors des écarts habituels et acceptables, les experts commencent alors à ciller. « Des chutes de neige au mois de mars, ça s’est déjà vu. Ce qui a été extra-ordinaire cette année, c’est la quantité et Les premiers résultats montrent, sur les Alpes du Nord, deux tendances surtout le vent, pour la a priori paradoxales. Normandie. Il a dessiné « Les crues croissent un paysage de blizzard avec la température ÉVOLUTION DES CRUES DANS LES ALPES DU SUD canadien », reconnaît le à l’échelle de la responsable de l’équipe décennie, mais, elles 2 Gestion et Valorisation Oscillations semblent aussi se 0 de l’Environnement, de nord atlantique multiplier au Petit l’UMR ESPACE. -2 Âge Glaciaire ». Au -4 Sud, difficile de relier Si cela devenait +0,5 température et fortes récurrent, sur des jours, Températures pluies. La fréquence des années puis des estivales des événements 0 décennies, il faudrait augmenterait plutôt parler de changement -0,5 en raison des vents climatique. « C’est en d’ouest dirigés vers la gros ce qui se passe Méditerranée. Mais les avec le réchauffement », situations extrêmes Lac d’Allos explique Pierre Carrega. manifestent également Les spécialistes ont leurs pics entre 1300 et étayé leurs conclusions 1900. Réchauffement sur des archives plus Optimum médiéval Petit âge glaciaire Actuel ou moins étoffées 700 800 900 1000 1100 1200 1300 1400 1500 1600 1700 1800 1900 2000 Sur l’étude du collectées aux quatre réchauffement coins du globe. À Nice, climatique, Pierre nous disposons par Carrega met également exemple de 60 ans de relevés météorologiques, mais à Paris il y en a en garde contre les « bruits ». « Un changement d’instrument de mesure, pour plus d’un siècle, parfois 300 ans en Angleterre. par exemple, peut entraîner un biais. Il en va de même avec les facteurs d’urbanisation. Les villes, notamment, émettent de la chaleur ». Pour Géologues ou paléo-environnementalistes, travaillent, eux, sur des avoir des mesures fiables, il faudrait donc cibler des zones « intactes éléments beaucoup plus lointains. Bruno Wilhelm, Attaché Temporaire ». Or, en France, les stations météos disparaissent des sites préservés. d’Enseignement et de Recherche pour un an au laboratoire Géoazur, travaille par exemple à reconstituer la périodicité des crues sur les En combinant les approches déterministes, probabilistes et les Alpes pour le dernier millénaire. Trois grandes périodes climatiques informations topo climatologiques, le laboratoire du géographe se dégagent. L’Optimum Médieval, l’équivalent en température de nos climatologue, avec Nicolas Martin en particulier, a néanmoins réussi à années 80, s’étale entre 800 et 1200. Puis le Petit Âge Glaciaire prend le élaborer des cartes, stratégiques pour le développement urbain. « À 90m relais jusqu’en 1900. Depuis, nous traversons de nouveau une période de pixels près, nous disposons de prévisions sur la température entre chaude. « Toutefois, nous ne pouvons pas dire combien de temps 2020 et 2050 ou entre 2070 et 2100. En phase de contrôle, nous avons cela va durer, car nous évaluons mal l’empreinte humaine sur le regardé si nous parvenions à reconstituer assez bien les données réelles climat. En tous cas, il est peu probable d’assister à archivées. Or, nous observons moins d’un degré d’écart », révèle Pierre un refroidissement dans les 1000 ans à Carrega. venir... », explique Bruno Wilhelm. Laurie Chiara


Débat

Éthique, technologies, santé L’Espace Éthique Azuréen (CHU - Faculté de Médecine) présidé par le Pr Dominique Grimaud organisait, le 29 mars à Saint-Jean d’Angély, le 3° printemps Éthique. En introduction de cette journée, les invités ont proposé des pistes de réflexion à la croisée du philosophique, du médical et du politique. « Prendre toute la responsabilité humaine et citoyenne quant au bon usage des nouvelles technologies consiste notamment à reconnaître leur potentiel d’asservissement alors même que nous les voudrions libératrices », annonçait, par exemple, le Pr Grimaud. L’Espace Éthique Azuréen (CHU - Faculté de Médecine) présidé par le Pr Dominique Grimaud organisait, le 29 mars à Saint-Jean d’Angély, le 3° printemps Éthique. En introduction de cette journée, les invités ont proposé des pistes de réflexion à la croisée du philosophique, du médical et du politique. « Prendre toute la responsabilité humaine et citoyenne quant au bon usage des nouvelles technologies consiste notamment à reconnaître leur potentiel d’asservissement alors même que nous les voudrions libératrices », annonçait, par exemple, le Pr Grimaud. Le cardiologue et Député-Maire d’Antibes, Jean Leonetti, s’est ensuite attelé à préciser la notion d’éthique. « Il ne s’agit pas du conflit de la morale contre la science, mais bien souvent d’un conflit de valeurs », estime l’auteur d’une proposition de loi sur la fin de vie. Ainsi, dans ce contexte, la liberté, valeur particulièrement forte dans le pays des Lumières, et

>>>

En lien avec le dossier

Trouver sa formation à l’Université

Le Master CRES prépare directement à l’étude du Climat actuel et futur, et de ses effets dans le domaine des Risques Environnementaux, par exemple dans le domaine de la Santé, liée au confort climatique en ville et à la pollution de l’air. Mais la météorologie doit modéliser des systèmes complexes aux dynamiques non-linéaires, c’est pourquoi, sans être spécifiquement connectées aux métiers de la météorologie, les filières de sciences physiques, de modélisation et calculs scientifiques peuvent présenter des débouchés dans ce domaine. Les Masters Sciences de la Terre et de l’Environnement, quant à eux, visent à permettre d’appréhender, sur les bases d’une approche largement interdisciplinaire et d’une très bonne connaissance du terrain, les caractéristiques dynamiques de notre planète et de son Environnement.

le respect de la vie humaine s’affrontent régulièrement. Jean Leonetti recommande de ne pas chercher à supprimer à tout prix la vulnérabilité (avec à son extrême la mortalité) au risque de s’attaquer à l’essence même de l’humanité. « Face à un patient vulnérable, nous devrions essayer de faire émerger de l’autonomie », dit-il. Et plutôt que d’opposer une éthique « de droite ou de gauche », il distingue « une politique des certitudes et une politique des recherches ». Pour le philosophe Fabrice Gzil, enfin, la question de la technologie se lit de différentes façons depuis l’Antiquité. Elle apparaît, dans le Protagoras de Platon, sous la figure de l’intelligence appliquée aux besoins de la vie et dérobée aux Dieux pour secourir la vulnérabilité des hommes. « Prothèse, elle est l’extériorisation technique du vivant », souligne l’ancien élève de Anne Fagot-Largeault. Chez Descartes, la technique oeuvre pour nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature. « Elle permet une infinité d’artifices, dont une santé assurée », relate le philosophe. « Aujourd’hui, alors que le but de la médecine n’est plus seulement de sauver des vies et de lutter contre des maladies, l’outil n’est plus un prolongement mais une intériorisation par le corps et la vie », ajoute-t-il. Et la bioéthique émerge, car ce ne sont plus les mêmes individus qui portent la culture scientifique, technique et humaniste. Dans ce contexte contemporain, Fabrice Gzil propose d’éviter trois écueils : « la technophobie, la technophilie et la neutralité vis à vis de la technique ». « Nous devrions mener une réflexion qui ne soit ni morale, ni confisquée par les experts, mais propsective et démocratique. Ni naïve ni exagérément suspicieuse », conclut-il.

Le laboratoire Géoazur se recentre sur Sophia-Antipolis Les sites de Nice (Valrose) et de Villefranchesur-mer rejoignent désormais celui du campus CNRS de Sophia Antipolis, pour former un pôle de recherche unique. L’inauguration des nouveaux locaux aura lieu le 16 mai à 10h30, en présence du Préfet de Région PACA et des tutelles de Géoazur. Les équipes de recherche terre et en mer mais également en sismique l’aléas de étudient différents aspects séismes, la la dynamique du globe. Leurs travaux visent à comprendre les grands etc. Tous es, pétrolifèr champs des e l’existenc es, montagn de chaînes formation des ie, l’économ et société la p beaucou nt ces phénomènes de surface, qui intéresse et méthodes s’expliquent par la dynamique interne de notre planète. Les outils la physique des utilisés ont trait à la cartographie, l’imagerie, la chimie ou encore matériaux. associant très Il s’agit donc d’une recherche riche de potentiel pluridisciplinaire, tion. modélisa et étroitement observations de terrain le site de Une partie du personnel Géoazur demeure néanmoins présent sur dans Calern à d’Azur Côte l’Observatoire de la

L’AGENDA : 16 MAI au 15 SEPTEMBRE Exposition « Où sont les étoiles » par l’Observatoire de la Côte d’Azur Lieu : Parc Phoenix 31 MAI & 1er JUIN Printemps des Chercheurs Lieu : Place Garibaldi - Nice Tout le programme : http://www.persan.asso.fr/index.php?page=pdc

2 JUIN

Inauguration des expositions « 2013 - Mathématiques de la planète Terre » Lieu : Espace Turing Plus d’info : http://www.espace-turing.fr/Inauguration-des-expositions-2013.html


Semaine du cerveau Carnets de voyage de deux étudiants en thèse

C U L T U R E

-

S C I E N C E

-

T E C H N I Q U E

Al l i a ge

Parution : Alliage, Science et Cinéma

Ophélia le Thuc et Miled Bourourou ont augmenté les collections de la Médiathèque de Valbonne de neurones de souris... Le temps de la semaine du cerveau, du 11 au 17 mars derniers. Ces futurs docteurs en biologie se sont éloignés de l’Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire de Sophia-Antipolis quelques heures, pour rencontrer scolaires et grand public. Habitués à l’exercice dès leurs années de Master, ils ont appris aux élèves des environs à opérer des coupes transversales de cerveau puis à les colorer afin d’en révéler diverses parties. «Je ne sais pas si nous aurions pu utiliser ces préparations en laboratoire, mais au moins nous avons montré une partie des protocoles expérimentaux utilisés en recherche», plaisante Ophélia Le Thuc. « Il nous semblait intéressant de faire voir à des jeunes à quoi ressemblent des neurones et comment ils tissent un maillage entre eux. Ils en entendent souvent parler sans savoir vraiment se les représenter... », ajoute Miled Bourourou. Et au vu de leurs questions, les apprentis semblent avoir apprécié. « Ils nous ont sollicité sur le thème abordé mais aussi sur le « métier » de thésard », racontent les étudiants de l’IPMC. Même topo sur leur second atelier, dédié au goût et aux illusions sensorielles. L’épreuve du café des sciences, elle, était une première. Souvent réservée aux chercheurs aguerris, cette mini conférence de vulgarisation a marqué les jeunes biologistes. La diversité des questions d’un public ne faisant pas toujours la distinction entre médecin et scientifique a pu rendre les échanges parfois complexes. « Une dame souhaitait connaître ma position sur les effets de l’auriculothérapie dans la perte de poids », se souvient Ophélia le Thuc. Or, l’étudiante travaille sur l’inflammation des neurones dans certains cas d’obésité. Son collègue, lui, considère l’opportunité des régimes enrichis en omégas 3 dans la lutte contre les accidents cardio vasculaires. « Une chose est sûre, ce genre d’expérience nous pousse à nous élever par rapport à notre sujet de thèse. Nous avons encore un peu peur de tomber dans le faux si nous simplifions « mal », mais avoir une culture scientifique élargie et des qualités de vulgarisation fera sans doute intimement partie de notre métier. », estiment les deux biologistes, déjà partants pour l’édition 2014 de la semaine du cerveau. Laurie CHIARA

A l l i a ge

C U L T U R E

-

S C I E N C E

-

T E C H N I Q U E

A l l i a ge

Sylvain Angiboust Jean-François Baillon

La revue Alliage consacre ce trimestre ses pages aux relations possibles entre la science et le cinéma. Toutefois, si le progrès des techniques et des connaissances a rendu le 7e art possible (travail du son et de l’image), ce n’est pas, ici, le sujet. Il s’agit de s’interroger sur le traitement de la science portée sur grand écran, de la façon dont elle imprègne le genre cinématographique, de ses conséquences éventuelles sur la culture scientifique des spectateurs. Ce numéro, lit-on en introduction, nourrit l’ambition de « remettre la recherche en cinéma au centre du jeu, dans une dimension interdisciplinaire due aux récentes évolutions des pratiques universitaires». Jean-Gaël Barbara Christian Bonah

Sébastien Conche

Charles-Antoine Courcoux Éric Dufour

Xavier Grizon

Roxane Hamery

S C I E N C E

Alban Jamin

Baudouin Jurdant Thierry Lefebvre

Sarah Leperchey Vincent Lowy

Raphaëlle Moine

Jacqueline Nacache

E T

Jean-François Ternay

C I N é m a

Nicolas Thys

cinéma et science

Retrouvez la revue Alliage en ligne : http://revel.unice.fr/alliage/

no 71 - hiver 2012-2013 - 21 e

71

9 782913 312265

no 71 - hiver 2012-2013 - 21 e

Alliage-71-Couv-BAT.indd 1

10/03/13 23:22

la lettre

Culture Science

est une publication de l’Université Nice Sophia Antipolis.


La lettre Culture Science