Clutch Toulouse - avr. 2018

Page 52

projection

La Forêt Électrique, champ [Cinéma éphémère] La Cartoucherie du 27 avr. au 15 juil. | 6 € | laforetelectrique

E

n 2014, un van circulait sur les routes de l’Hexagone. À son bord, Agnès Salson et Mickael Arnal poursuivaient une quête : comprendre comment la salle de cinéma pouvait s’adapter aux nouvelles pratiques cinéphiles, à l’heure du streaming, de l’explosion des formats et des contenus, de la porosité entre les différents media. Durant le voyage - étendu à l’Europe en 2015 -, ils tiennent leur carnet de bord. Publié au Seuil, Rêver les cinémas de demain compile les résultats de ces recherches. Ici, c’est un modèle collaboratif, à St-Jacques-de-Compostelle. Là, au Royaume-Uni, ce sont des projections sur les toits, dans le métro... Revenue à Toulouse, l’équipe passe de la théorie à la pratique avec La Forêt Électrique, cinéma éphémère qui ouvrira le 27 avril. « C’est un peu comme un festival permanent » sourit Agnès. « Il y a tout un écosystème à 52 •

repenser. On a envie d’expérimenter avec des activités multiples : des films, des clips, du jeu vidéo... Et que la salle soit plus qu’une boîte noire avec un grand écran, grâce au côté café, à des concerts, une boutique, des ateliers de production... C’est une manière de désacraliser le rapport aux œuvres mais aussi d’impliquer le spectateur dans une notion de territoire ». Pour Agnès, il ne s’agit pas de révolution, mais d’une possible voie complémentaire. Un côté work-in-progress qui sied bien au profil de friche de la Cartoucherie : « tout est encore possible parce que rien n’est figé ! ».

VISUELS : © DR

Une centaine de places assises côté salle de cinéma, un espace café, un autre pour les concerts et événements... Sur 400m², la Cartoucherie diffuse la première saison du cinéma éphémère La Forêt Électrique. Un laboratoire pour dessiner les pratiques cinéphiles de demain autant qu’une préfiguration du futur des Halles. | Baptiste Ostré