Clutch Toulouse avril 2017

Page 4

état des lieux

Culture rétro rock

Les références avant la tendance

Du look aux esthétiques musicales en passant par la déco, l’engouement pour le « vintage » connaît un essor impressionnant depuis maintenant cinq ans. Cette culture oldies résistera-t-elle au temps, ou s’agit-il d’un simple effet de mode ? Clutch creuse le sujet en compagnie d’activistes du grand sud-ouest, au nez et à la barbe des clichés. | Paul Muselet

D

rapeaux des États-Unis en berne, chapeaux de cowboy à tous les coins de rue, american diner en pagaille, brocante d’objets vintage, vente de cuirs, bottes, chapeaux... et plus d’une centaine de pin-ups se faisant prendre en photo devant des Chevrolet brillantes et des Cadillacs d’époque, véritables vedettes de l’événement. En immersion au festival Rock’&’Cars de Lavaur, les non-initiés songeront rapidement à l’imagerie du feuilleton Les Jours Heureux, pensant croiser Fonzie ou Richie Cunningham entre deux Harley, au détour d’un flipper ou d’un juke-box. Et pour cause ! Cette passion pour l’imagerie américaine des fifties y est assumée, revendiquée, pour ne pas dire révérée. Pour Bobby, directeur du festival et membre de l’American Feeling Car Club, le suc-

4•

cès de l’édition 2016 n’a pas connu de précédent : « maintenant, on attire au niveau national. L’an passé, nous avons accueilli 600 voitures, 2 000 motos, et plus de 20 000 personnes ! On n’arrivait même plus à garer les motos ! ». Dans l’agglomération toulousaine, ce goût pour les esthétiques rockabilly est également visible lors de l’American Days, organisé chaque été sur la place de la Mairie à Tournefeuille par l’asso Happy Days et le Low Flyers Car Club. Si ces grands rassemblements apparaissent encore relativement spécialisés, ce retour du rétro a déjà touché le grand public depuis plusieurs années. Face à une affluence grandissante, les deux salons de coiffure locaux estampillés « vintage » (Madame Sans Gêne et Mister Haircut) se renvoient régulièrement la clientèle afin de répondre à