Issuu on Google+

OSASUNAmag’ ADHAP (p.10)

UNE AIDE DANS TOUS LES ACTES DE LA VIE QUOTIDIENNE

BOBOLOGIE (p.12)

BAYONNE (p.3)

PRÉVENIR ET SOIGNER LES BOBOS DES VACANCES

RADIOTHÉRAPIE NOUVELLE GÉNÉRATION

Le magazine des établissements de santé aquitains - 2e trimestre 2015 # 12

LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ ENGAGÉS DANS UNE DÉMARCHE RESPONSABLE

Ils optimisent leurs installations dans

une logique environnementale et mènent des actions responsables et sociétales en accord avec leur philosophie humaniste. (p.5-7)

DIAGNOSTIC PRÉCOCE ANTÉNATAL (p.8-9)

DÉPISTER LES ANOMALIES CHROMOSOMIQUES

La trisomie 21 ou syndrome de Down est la plus fréquente des anomalies chromosomiques. Depuis 2009, de nouvelles méthodes de dépistage et de diagnostic sont développées.


02

ça se passe chez nous

EDITO

Philippe Ducasse,

Président du Cluster de Santé Osasuna La qualité des soins médicaux reste l’adrénaline des établissements de santé. La qualité de l’environnement autour de ces soins devient un enjeu primordial et l’éco-responsabilité accompagne toutes les réflexions et toutes les réalisations en cours ou à venir des responsables de nos cliniques et centres médicaux. La charte de développement durable rédigée par la Polyclinique Côte Basque Sud et la qualification HQE de la prochaine clinique Belharra constituent des exemples majeurs de cette préoccupation légitime. Ce numéro d’Osasuna Mag se penche aussi sur l’élimination des déchets d’activité de soins à risques infectieux (DASRI). Leur traitement spécifique et leur élimination constitue un des cheval de bataille du Cluster Osasuna à la recherche de la solution la plus économique et la plus respectueuse de l’environnement. n

LES MEMBRES DU CLUSTER Membres adhérents fondateurs

n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n

Adour Pyrénées Laboratoires Ax Bio Océan Capio Pays Basque Aguiléra Capio Pays Basque Lafourcade Capio Pays Basque Paulmy Capio Pays Basque Saint Etienne Centre dentaire Belcenia Centre d'oncologie du Pays Basque Centre hospitalier de Mauléon Centre de pneumologie Les Terrasses CIMPB Clinique Delay Clinique psychiatrique Amade Clinique psychiatrique Cantegrit CM Annie Enia CM Grancher Cyrano CM Landouzy Villa Jeanne CM Léon Dieudonne - Franclet CM Toki Eder CRF Marienia CRRF Les Embruns EHPAD Beaurivage EHPAD Egoa EHPAD Etxetoa EHPAD Fondation Pommé EHPAD Musdehalsuenia Fondation Luro Maison Basque Missions Père Cestac Polyclinique Côte Basque Sud Santé Service Bayonne et Région Sealab

Membres adhérents affiliés

n n n n n n n n

CRF Salies de Béarn Clinique du Château de Préville - Orthez Clinique Jean Le Bon - Dax Clinique Saint Vincent - Dax Hopital Privé Saint Martin Pessac/Bordeaux Pharmacie de la Poste  Pharmacie Gochoa Polyclinique de Navarre - Pau

Membres associés

n n n n n n n n n n n n

Adhap services  Akalaë  Alcain conseils APP Bayonne Atlans Etablissement Français Sang Gauche Architecte La Part de Rêve Mondrian SIMETRA Soco Academy Sport Contrôle

Partenaires institutionnels

n n n

CCI CPAM ESTIA

Partenaires économiques

n n n n n n n n n

Direction de la publication : Philippe Ducasse Comité éditorial : Philippe Ducasse, Nicolas Bobet, Véronique Colombo, Sylvie Meyzenc, Pierre Lafargue. Directeur de l’information : Éditions de La Semaine Rédaction : Vincent Biard - Cairn Communication Conception graphique et réalisation : C COM ÇA ! Sonia Saint-Jean : s.saintjean@agenceccomca.com - 06 82 09 96 89 Régie publicitaire : Régie Osasuna Mag Tel : 05 59 43 54 51, contact@osasuna.fr Immatriculation : N°ISSN 2261-8783 Imprimeur en CE Éditeur : Osasuna magazine est une publication du Cluster Osasuna : Estia 2, Technopole Izarbel, 64 210 Bidart. Tel : 05 59 43 54 51, contact@osasuna.fr Photos : Fotolia sauf mentions. Ne pas jeter sur la voie publique.

n n n n n n n n n n n n n

Atrium Cabinet Lafaurie Barbe Cap Humain Cluster TIC Santé Côba Energies Collectivité Service Copy Sud Ecotelec Eiffage Energie Grand Hôtel Loreamar - Saint Jean-de-Luz GSTEE Groupement Employeurs - GESA ISCIPA Medi Sita Suez ONET Services Profil Cible Radisson Blu Hôtel Regina Biarritz Hôtel&Spa Renoba SEPA Sofitel Biarritz Le Miramar Thalassa Sea & Spa Subventis

Le magazine des établissements de santé aquitains n 2e TRIMESTRE 2015 # 12

SOMMAIRE p. 2-4 // Ça se passe chez nous

n  Label

RRAC pour les équipes de Capio Bayonne n  Radiothérapie nouvelle génération n  L’assemblée générale du Cluster Osasuna n  La « silver économie » à Anglet

p. 5-7 // Focus sur le... développement durable

p. 8-9 // Zoom sur le... diagnostic précoce anténatal

n  Dépister

les anomalies chromosomiques dépistage par l’ADN ? n  Des questions d’éthiques n  Un

p. 11 // Portraits

Service pédagogique personnalisé n  Les établissements de santé engagés dans une de Bayonne démarche environnementale & sociétale n  Cap humain n  La balnéothérapie responsable n  Haute

Qualité Environnementale pour la clinique Capio Belharra n  Recycler les déchets

p. 10 // Des services à vous rendre

n  ADHAP :

une aide dans tous les actes de la vie quotidienne

n  Collectivité n  Atelier

p. 12 // La santé en progrès

n  Prévenir

et soigner les bobos des vacances

Osasuna Mag fait le choix du respect de l’environnement

O

sasuna Mag est imprimé sur un nouveau papier. Certains de nos lecteurs se sont aperçus de la différence. Moins « blanc », moins « qualitatif » sont les deux remarques qui nous ont été rapportées. Depuis septembre 2014, le Cluster Osasuna a décidé d’opter pour une impression qui respecte les normes environnementales : Un papier maculage, 100 % recyclé ou label PEFC et l’utilisation d’encre en teneur minérale très faible. La société d’impression (Sociedad Vascongada de Producciones S.L.) porte également une attention particulière à la gestion des résidus de production qui sont traités séparément par des entreprises spécialisées.

Le magazine que vous avez entre les mains, est donc 100 % recyclable et respecte l’environnement.


TELEX

ça se passe chez nous Traitement du cancer

RADIOTHÉRAPIE NOUVELLE GÉNÉRATION

Le Centre d’oncologie et de radiothérapie de haute énergie du Pays basque vient d’acquérir un appareil de radiothérapie de nouvelle génération pour le traitement des tumeurs dont la précision mécanique est inférieure à 0,1 mm.

03

SOLIDARITÉ / LE PAYS BASQUE CONTRE LA LEUCÉMIE

Coordonnées sur la Côte basque par l'association Leucémie Pays basque, les Journées nationales contre la leucémie se sont déroulées les 28 et 29 mars 2015. Des dizaines de bénévoles et des partenaires ont donné de leur énergie et ont récolté 6 700 € destinés au fond de dotation « Contre la leucémie ». Celui-ci fait avancer la recherche médicale avec le financement de nouveaux projets innovants. Plus d’infos ? www.contrelaleucemie.org

I

nstallé aux Allées Paulmy à Bayonne, le Centre d'oncologie et de radiothérapie du Pays  basque  a  été  créé  en 1987. Ce centre de traitement des  tumeurs  est  l’un  des  dix établissements assurant la radiothérapie  en  Aquitaine  et c’est le seul du bassin de vie Pays Basque – sud des Landes. En  janvier 2015,  l’établissement a acquis un appareil de radiothérapie  « TrueBeam » d’un coût de 2,6 millions d'euros dont l’installation a nécessité 600 000 euros de travaux pour remettre à neuf le bunker qui l'accueille et les dispositifs de  mesure  et  de  contrôle. C’est un appareil de radiothé-

54 %

MIEUX DÉTECTER LA MALADIE ALZHEIMER

rapie de nouvelle génération qui  permet  de  détruire  avec une précision mécanique inférieure  à  0,1 mm  les  tumeurs pulmonaires,  hépatiques,  rachidiennes  et  cérébrales.  La

radiothérapie est l'un des trois traitements du cancer, avec la chirurgie et la chimiothérapie utilisée  par  le  corps  médical pour traiter les tumeurs. n  www.oncologie-pays-basque.org

Une étude publiée très récemment par la revue américaine Neurology indique que les tout premiers signes de la maladie d’Alzheimer pourraient être repérés 18 ans avant l’installation de la maladie. Entre 1993 et 2012, plus de 2 000 personnes de plus de 65 ans ont été soumises tous les trois ans à des tests d’évaluation de leurs fonctions cognitives. En fin d’étude, 21 % des participants ont reçu le diagnostic de maladie d’Alzheimer. Conclusion : détecter au plus tôt la maladie d’Alzheimer grâce à des tests permettrait de mettre en place des moyens de prévention pour la retarder.

VOTRE SANTÉ SUR INTERNET?

des étudiants ont déjà expérimenté une « alcoolisation ponctuelle importante » (API) - six verres d’alcool en une même occasion – au cours de l’année selon la 4e enquête nationale sur la santé des étudiants publiée par la Mutuelle des étudiants (LMDE). Pour 3 étudiants sur 4, le motif est festif.

D

EN CES ANIMAUX QUI NOUS FONT DU BI

’après des travaux scientifiques américains publiés par site internet Health, nos animaux de compagnie auraient des effets bénéfiques sur notre santé. Ainsi, les propriétaires de chiens ont une tension plus basse, des niveaux de cholestérol inférieurs et des risques de maladies cardiovasculaires réduits. Ils auraient également 34 % de plus de chances de pratiquer une activité physique régulière. Les chats, poissons, oiseaux et chevaux auraient aussi, à des degrés divers, des bonnes influences.

Réalisée par l’Association de l’économie numérique (ACSEL), la 4e édition du baromètre de la confiance des Français dans le numérique montre une baisse constante de la confiance et une réticence à communiquer des informations personnelles sur internet. Seuls 18 % des Français (contre 29 % en 2013) se déclarent prêts à mettre en ligne des informations relatives à leur santé.

ANGLET / « SILVER ÉCONOMIE » « Bien vieillir avec le numérique » était le thème des Rencontres numériques 2015 qui ont réuni 200 participants le 2 juillet dernier au Théâtre Quintaou d’Anglet. Le sujet ? L’émergence de la « silver économie » soit l'économie au service des seniors et les innovations visant à faire reculer la perte d'autonomie des personnes vieillissantes. 300000 emplois devraient être créés en France d'ici à 2020 dans ce secteur et les innovations technologiques nées des produits numériques devraient permettre de mieux vieillir tout en baissant les coûts liés à la dépendance. Dix jeunes entreprises ont présenté leurs produits connectés et dédiés aux plus de 60 ans : robot accompagnateur, services à distance ou bien encore aménagement de logements intelligents. Le magazine des établissements de santé aquitains n 2e TRIMESTRE 2015 # 12


04

TELEX

ça se passe chez nous

QUEL ACCÈS AUX SERVICES DE SANTÉ EN AQUITAINE ?

L’Agence régionale de santé (ARS) en partenariat avec la Conférence régionale de la santé et de l'autonomie (CRSA) a fait réaliser un sondage par l'institut CSA au mois de mars dernier dans la région Aquitaine. 1 203 citoyens et 302 professionnels de santé ont été interrogés sur l'accès aux services de santé. Cette enquête montre que les Aquitains se renseignent d’abord auprès de leur médecin (68 %) et via les médias (40 %) sur les sujets de santé et que 94 % d’entre eux ont un médecin traitant. L’enquête révèle aussi que six personnes sur dix auraient rencontré au moins une fois des difficultés pour être prises en charge et qu’un Aquitain sur quatre aurait renoncé à certains soins parce qu’ils étaient mal remboursés. Plus d’infos ? www.ars.aquitaine.sante.fr

LES PRIX DES MÉDICAMENTS MIEUX AFFICHÉS Depuis le 1er juillet 2011 les prix médicaments vendus en pharmacie doivent être visibles et lisibles lorsqu’ils sont exposés à la vue du public. Pour ceux non exposés, le prix de vente doit également être étiqueté ou mentionné dans un catalogue sur un support matériel ou électronique consultable sur place. Ces nouvelles  règles d’affichage concernent notamment les médicaments remboursables au prix réglementé et ceux, non remboursables, au prix librement fixé par le pharmacien.

BAYONNE / 2000 PARTICIPANTS POUR ODYSSEA

Créée en juillet 2002 à l’initiative de Frédérique Quentin, ancienne athlète de l’équipe de France d’athlétisme et de Frédérique Jules, kinésithérapeute, Odyssea est une association qui récolte chaque année des fonds destinés à la lutte contre le cancer du sein en organisant un programme de marches et de courses à travers la France. Le dimanche 19 avril, 2 000 personnes ont participé à la seconde édition organisée à Bayonne. Plus de 12.000 € ont été récoltés pour être reversés à la Ligue Nationale contre le Cancer, au Comité PyrénéeAtlantique ainsi qu’à l’association Mieux Vivre Mon Cancer. Plus d’infos ? www.odyssea.info/bayonne/

78 %

des dirigeants d'entreprises s'estiment en bonne santé selon une enquête menée par Opinion Way. Des différences apparaissent néanmoins selon les métiers. En revanche, ils sont une large majorité à s'estimer stressés mais heureux.

Le magazine des établissements de santé aquitains n 2e TRIMESTRE 2015 # 12

Mutualiser et innover

L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU CLUSTER OSASUNA

Comme toute association de type Loi 1901, le cluster Osasuna tient chaque année son assemblée générale. Le bilan 2014 témoigne de la réussite de ce projet rassemblant les établissements de santé du Pays basque.

C

’est le 21 mai 2015 dans les locaux de l’école d’ingénieurs ESTIA de Bidart où sont installés les bureaux du cluster Osasuna que s’est tenue son assemblée générale. La  publication  du  rapport  d’activité  2014  du cluster témoigne de son succès avec 163 adhérents, chiffre en augmentation de 14 %. Agréé centre de formations, le cluster Osasuna a développé  son  panel  de  formation  avec  onze thèmes  en  2014  contre  deux  en  2013  et  le nombre de stagiaires a été multiplié par quatre. En 2014, quinze conférences ont été proposées et sept appels à projets ont été lancés. L’ambition qui a motivé la création du cluster Osasuna

en avril 2012 est toujours aussi vive et les projets innovants ainsi que les actions mutualisées témoignent de la réussite du cluster. n

Encourager les séjours courts

LABEL RRAC POUR LES ÉQUIPES DE CAPIO BAYONNE

Les prises en charge développées en récupération rapide après chirurgie (RRAC) visent la reprise d’une autonomie active et complète du patient. Cinq équipes médicales et paramédicales des établissements Capio Bayonne viennent d’être labélisées.

L

e  2 juillet  dernier,  en présence  de  Philippe Durand,  directeur  général de Capio France, les équipes  des  cliniques  de Capio Bayonne ont été labélisées pour les prises en charge développées en récupération rapide après chirurgie  (RRAC).  C’est  une méthode innovante qui permet  la  reprise  d’une  autonomie  active  et  complète du  patient.  Cinq  équipes médicales et paramédicales

des  établissements de Capio Bayonne  ont été  ainsi  distinguées : l’urologie sur le site  de  Saint Etienne  pour  la chirurgie  de  la  prostate, l’orthopédie sur le site de Paulmy pour la chirurgie prothétique et du rachis, la gynécologie  et  l’obstétrique sur le site de Lafourcade  pour  la  chirurgie  de

l’utérus et la césarienne  programmée. L’obtention  de ce  label  est  le résultat  de  la mobilisation quotidienne  des équipes pour une meilleure  information  et  de meilleurs  soins  en  vue  de permettre  à  tous  les  patients de bénéficier des dernières  avancées  médicales et chirurgicales. n


FOCUS

... sur le développement durable

05

LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ ENGAGÉS DANS UNE DÉMARCHE RESPONSABLE

Consommant beaucoup d’énergie, les établissements de santé optimisent leurs installations pour réduire leurs factures et développent également des actions responsables et sociétales en logique avec leur philosophie humaniste à l’exemple de la Polyclinique Côte Basque Sud de Saint-Jean-de-Luz. // Dossier //

I

maginez  un  bâtiment  en service 24h sur 24 qui assure des  fonctions  de  restauration du matin au soir, qui doit impérativement  garder  une température stable malgré les allées et venues du personnel et de nombreux visiteurs, qui possède des pièces sensibles qu’il faut maintenir très froides et d’autres au contraire avec une  température  élevée,  qui doit stocker des produits sensibles et qui doit répondre à de strictes normes sanitaires. Voilà  quelques-uns  des  défis auxquels  sont  confrontés  les responsables d’établissements de santé qui doivent en assurer  une  gestion  rigoureuse dans un contexte d’augmentation des tarifs d’énergies et de réduction des dépenses de santé tout en garantissant un service optimal et en investissant dans des équipements de plus en plus performants.

UNE DÉMARCHE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIÉTALE Chaque  établissement  a  sa spécificité  mais  tous  rejoignent une volonté commune exprimée  par  leur  engagement au sein du cluster Osasuna.  Celui-ci  développe notamment des actions dans le  domaine  du  développement  durable  et  propose  de

les  accompagner  avec,  par exemple, son pôle énergie dirigé  par  Titou  Lamaison,  ancien rugbyman de l’équipe de France. Bien sûr, les établissements de santé sont déjà quasiment  tous  engagés individuellement    dans  une démarche de développement durable.  Réduction  des  déchets et création de filières de recyclage, amélioration de la performance énergétique de bâtiments, éco responsabilité des achats, optimisation de la consommation d’eau, ces démarches constituent de vérita-

bles moyens d’économies. Assimiler ces actions à des seules orientations budgétaires serait réducteur car une conscience environnementale et sociétale

accompagne ces actions. Ainsi la  nouvelle  clinique  Capio  Belharra  a  été  réalisée  dans une démarche de haute qualité  environnementale  (HQE)  visant à limiter les impacts environnementaux  de  la construction et de l’exploitation  d’un  bâtiment.  Dans  le cas  de  Capio  Belharra,  cette démarche  s’accompagne  en plus de la réalisation d’une clinique offrant une architecture bioclimatique  privilégiant  le confort  des  patients  et  de l’équipe.  Même  démarche pour le centre de pneumologie Les Terrasses de  Camboles-Bains  qui  applique  son projet de développement durable  liant  maitrise  des consommations  et  dépenses d’énergies  à  une  démarche sociale.  Les  exemples  sont nombreux au sein des établissements de santé membres du cluster Osasuna. n

88 %

des établissements de santé incluent le développement durable dans leur projet stratégique et 54 % achètent des produits alimentaires en circuit court. *

*Baromètre du développement durable 2014 réalisé auprès de 646 établissements.

Des déchets de tous types

UN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ GÉNÈRE 40 TYPES DE DÉCHETS : « déchets hôteliers » assimilables aux ordures ménagères, déchets d’activités de soins à risques infectieux dits DASRI (déchets d'activité de soins à risques infectieux), pièces anatomiques, déchets à risque (chimique, toxique, radioactifs). Le magazine des établissements de santé aquitains n 2e TRIMESTRE 2015 # 12


06

focus sur... sur le développement durable

Le centre de Balnéothérapie des Embruns.

Des eaux médicales de qualité

LA BALNÉOTHÉRAPIE RESPONSABLE

Inauguré en février 2014, le centre de balnéothérapie des Embruns est devenu le référentiel national des établissements de santé utilisant des eaux médicales. Réalisé dans une logique environnementale, ce centre intègre un établissement inscrit aussi dans une démarche sociétale. // Focus // Le centre de rééducation et réadaptation  fonctionnelle « Les Embruns » est un ancien  sanatorium  créé  en 1919, à Bidart, tout près de la plage de l'Uhabia où il est toujours implanté. Disposant de  80  lits  d'hospitalisation complète  et  de  25  places d'hospitalisation journalière, c’est un établissement de rééducation spécialisée dans le domaine de la neurologie et particulièrement  les  accidents vasculaires cérébraux, la sclérose en plaques, la maladie  de  Parkinson.  Autre spécialisation avec la pathologie  de  l’appareil  locomoteur  qu’il  s’agisse  de poly-traumatologie,  de  chirurgie programmée orthopédique  ou  de  la  prise  en charge  des  amputés  vasculaires ou traumatiques. 

L’établissement  dispose d’une autorisation d’activités de soins dans le domaine de la prise en charge spécialisée des séquelles fonctionnelles des  maladies  du  système nerveux  central  et  périphérique ainsi que de l’appareil locomoteur.  En  dehors  de ces deux affections, d’autres maladies peuvent être prises en  charge  (SSR  polyvalent). Les  Embruns  possèdent  un plateau technique moderne équipé  pour  la  kinésithérapie,  l’ergothérapie  (avec  cuisine thérapeutique), l’orthophonie  et  la  neuropsychologie et disposant d’une salle  d’appareillage  et  d’un gymnase  auxquels  s’ajoute un  parcours  extérieur  de marche.  En  février 2014,  on  a  inauguré un nouvel équipement

Le magazine des établissements de santé aquitains n 2e TRIMESTRE 2015 # 12

de balnéothérapie: un bassin de 120 m2 dans un bâtiment neuf  aux  murs  entièrement vitrés.  Le  bassin  comprend différents  jets  et  un  couloir de  marche  pour  des  exercices de rééducation en apesanteur.  Cet  investissement de 2,7 millions d’euros est un parfait exemple de développement  durable.  « Le  bâtiment a été construit par des entreprises locales en matériaux traditionnels et en privilégiant  le  recyclage » témoigne  Jocelyne  Roche, directrice des Embruns. UN DÉFI TECHNIQUE Pour alimenter ce bassin en eau de mer, on fore à 40 mètres  de  profondeur  puis  on stocke  et  on  chauffe  l’eau que l’on recycle. Les surfaces vitrées  du  bâtiment  retiennent la chaleur et celui-ci res-

pecte l’architecture environnante.  Construire  cette  installation  qui  répond  aux normes  de  basse  consommation  et  d’économie d’énergie tout en appliquant les exigences de qualité bactériologique et chimique de l’eau  fut  un  beau  défi  pour l’équipe des Embruns.  Ce Centre de balnéothérapie est devenu une référence sanitaire  et  développement durable dans le domaine de la qualité de son processus: du point de forage initial en eau de mer jusqu’à son rejet d’eau en boucle finale. Certifié  AQUACERT  (méthode HACCP  qualité  du  processus), le centre de balnéothérapie des Embruns a validé avec l’Agence régionale de santé d’Aquitaine un référentiel applicable à tous les éta-

blissements de santé utilisant des eaux médicales pour les patients.  UNE POLITIQUE ÉCO-RESPONSABLE Toujours dans une démarche de développement durable, le  centre  des  Embruns  réaménage  ses  espaces  verts avec des plantes faiblement consommatrices d’eau et par un agencement des espaces extérieurs  avec  des  matériaux naturels et respectueux des enjeux liés à la zone de protection  du  littoral.  On  y développe  aussi  une  politique d’achats éco responsable et de rationalisation de la consommation  énergétique mais aussi de covoiturage qui s’inscrit également dans une démarche de bien être et de qualité de vie au travail. n


... sur le développement durable

07

UNE CHARTE POUR S’ENGAGER DURABLEMENT La Polyclinique Côte Basque Sud applique une charte de développement durable basée sur quatre axes fondamentaux.

Implantée  à  l’entre  de Saint-Jean-de-Luz, la Polyclinique Côte Basque Sud est  un  établissement  de santé  privé  de  médecine, chirurgie,  obstétrique (MCO).  Rassemblant  plus de 215 salariés, cet établissement  dispose  de  78  lits d’hospitalisation complète dont une partie dédiée aux soins  palliatifs,  à  l’éducation  thérapeutique  et  la surveillance continue mais aussi de 24 places d’ambulatoire générale dédiées à la  chirurgie,  l’endoscopie et la chimiothérapie. La Po-

lyclinique Côte Basque Sud dispose d’une Unité d’hospitalisation de courte durée (UHCD,  Urgences)  qui  accueille plus de 14 000 patients  par  an.  La Polyclinique  Côte  Basque Sud  applique  une  charte de développement durable que  chaque  salarié  s’est engagé à la respecter mais qui  concerne  également les relations de l ‘établissement avec ses partenaires et prestataires externes.  Cette  charte  de  développement durable est basée sur quatre  axes fondamen-

taux : l’implication de l’ensemble  des  parties  prenantes, la promotion de la qualité  de  vie  au  travail, l’éco  responsabilité  des achats et des approvisionnements ainsi que l’optimisation  du  dispositif  de gestion  des  déchets  et enfin  l’optimisation  de  la gestion de l’énergie et de l’eau. n

INFO +

À quoi ça sert? UNE DÉMARCHE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE permet à un établissement de santé de réduire sa consommation d’énergies de 6 à 10 % la première année puis jusqu’à 20 % ensuite.

20 %

des déchets des hôpitaux sont des déchets d’activité de soins à risques infectieux (DASRI)

700 000

tonnes de déchets. C’est la production annuelle générée par les établissements de santé français, c’est plus d’une tonne par an et par lit soit 3,5 % de la production nationale de déchets.

POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7, RUE LÉONCE GOYETCHE CS 30149 64501 SAINT-JEAN-DE-LUZ CEDEX TÉL : 05 59 51 63 63

RECYCLER LES DÉCHETS Les déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI) sont spécifiques aux établissements de santé. Le cluster Osasuna étudie des solutions pour en optimiser le recyclage. Avec 7000 tonnes collectées, les  déchets  d’activités  de soins  à  risques  infectieux (DASRI) représentent 3 % de l’activité de SITA Sud Ouest,

filiale du Groupe Suez Environnement spécialisée dans le  traitement  des  déchets. Les établissements de santé du cluster Osasuna du Pays basque  génèrent  environ 430 tonnes de déchets de ce type.  Les  DASRI  sont  des matériaux  (seringues,  scalpels, etc.), des déchets mous (pansements,  compresses), des  objets  souillés  par  du

sang ou d’autres liquides biologiques, des déchets anatomiques  humains  et  des déchets dangereux (médicaments non utilisés, produits chimiques, etc.) Il est impératif de les trier, stocker, collecter  et  éliminer  avec  la  plus grande rigueur et dans le respect des normes en vigueur. Certains de ces déchets peuvent  être  incinérés  et  pro-

duire de l’électricité ou de la vapeur  industrielle.  C’est pour augmenter la quantité de déchets recyclés en énergie tout en rationalisant leur collecte et transport vers les

rares  déchetteries  spécialisées que le cluster Osasuna est  en  cours  de  discussion technique et financière avec plusieurs  opérateurs  de  la  filière. n

Le magazine des établissements de santé aquitains n 2e TRIMESTRE 2015 # 12


08

zoom sur... le diagnostic précoce anténatal Accompagner la grossesse

DÉPISTER LES ANOMALIES CHROMOSOMIQUES

La trisomie 21 ou syndrome de Down est la plus fréquente des anomalies chromosomiques. Depuis 2009, on propose un nouvel examen aux femmes enceintes. Moins invasif, il s’appuie sur des mesures échographiques et biochimiques. // Zoom //

L

a trisomie 21 est l'anomalie  chromosomique  la plus répandue en France. C’est en 1958 que le professeur Jérôme Lejeune découvre  cette  première  anomalie chromosomique  chez l’homme.  Nommée  trisomie 21 car provoquée par la présence  d'un  chromosome « 21 » supplémentaire, elle est créée par un accident lors de la formation de l'ovule ou du spermatozoïde. La trisomie 21 s’exprime  par  des  signes  cliniques très nets : malformations  anatomiques  et  déficience mentale plus ou moins sévère. Dépister et diagnostiquer la trisomie 21 permet de décider,  en  connaissance  de cause, de poursuivre ou d’interrompre  la  grossesse  dans un cadre thérapeutique.

UN DÉPISTAGE MOINS INVASIF En France, et jusqu'en 2009, le dépistage prénatal de la trisomie 21 reposait sur la mesure  échographique  de  la clarté nucale au 1er trimestre, le  dosage  d'au  moins  deux marqueurs sériques maternels réalisé  au  2ème trimestre  et

EN FRANCE, 22 000 AMNIOCENTÈSES SONT PRATIQUÉES CHAQUE ANNÉE

l'échographie du 2ème trimestre. En cas de résultat positif, ces  méthodes  de  dépistage menaient à un taux de prélèvement fœtal de plus de 11 % mais  ces  examens  diagnostiques  invasifs  causaient  des fausses couches (entre 0,5 % et 1 %) et de l’anxiété pour les futures mamans. Suite aux recommandations  de  la  Haute Autorité  de  Santé,  depuis 2009, le dépistage de la trisomie 21 repose sur un dosage sanguin  de  certains  marqueurs et des mesures échographiques  dès  le  premier trimestre  de  grossesse.  Il s'agit d'une échographie mesurant la clarté nucale (accu-

Le magazine des établissements de santé aquitains n 2e TRIMESTRE 2015 # 12

mulation  de  liquide  dans  la nuque  du  fœtus)  combiné  à un  dosage  sanguin  de  marqueurs  biologiques  spécifiques  chez  la  maman.  En réunissant toutes ces mesures, les médecins obtiennent une échelle  de  risque.  Au-delà d’un  risque  de  1/250,  le  médecin proposera un prélèvement à visée diagnostique. Deux examens sont alors possibles :  la  biopsie  de  trophoblaste ou l’amniocentèse.

DES RISQUES MOINS ÉLEVÉS Si le risque de trisomie 21 est supérieur à 1 sur 250, une am-

65 000 PERSONNES ATTEINTES DE TRISOMIE 21 VIVENT EN FRANCE niocentèse  est  proposée. Cette  procédure  médicale consiste  à  prélever  à  l'aide d'une  aiguille  très  fine  et  au travers de la paroi abdominale de  la  femme  enceinte  du  liquide amniotique dans lequel baigne le fœtus. L’examen du liquide  amniotique  permet ensuite de détecter des pro-

blèmes  chromosomiques  et donc  la  trisomie  21.  En France, 22 000 amniocentèses sont pratiquées chaque année et 1 % de fausses couches seraient  provoquées  par  cette procédure. Une étude réalisée entre 2009 et 2012 a démontré que l'instauration des nouvelles méthodes de dépistage non invasives a permis d’éviter  environ  200  fausses couches  sans  diminution  du nombre de diagnostics prénatals  de  cas  de  trisomie  21. L’autre méthode invasive est la biopsie de trophoblaste qui consiste  à  prélever  un  petit morceau de placenta depuis le vagin ou la paroi abdominale.  Le  risque  de  faussecouche  -  d’un  à  deux  pour cent - est plus élevé que pour l'amniocentèse.  Là  aussi,  depuis  2009  et  la  mise  en place  de  nouvelles  procédures  de  dépistage,  les risques  de  fausses  couches ont diminué. n

INFO +

WWW.TRISOMIE21-FRANCE.ORG


zoom sur... le diagnostic précoce anténatal

Une nouvelle méthode

09

UN DÉPISTAGE PAR L’ADN ?

Depuis 2013, un test sanguin analysant l'ADN fœtal circulant dans le sang de la mère est commercialisé. Ce test permet le repérage de la trisomie 21 mais les autorités de santé françaises n’ont pas encore statué sur son usage. // Décryptage //

M

is au point par le laboratoire  Cerba, c’est un test non invasif qui permet, par une prise de sang effectuée sur la mère, de  dépister  la  trisomie  21 chez le fœtus. Commercialisé au  prix  de  650 €,  ce  test  de diagnostic prénatal non invasif (DPNI)  n’est  pas  remboursé par l’Assurance maladie. Il est destiné  aux  femmes  dont  le dépistage par les marqueurs sériques  maternels  les  place dans la catégorie à risque supérieur  ou  égal  à  1/250 d’avoir  un  fœtus  porteur d’une  anomalie  chromosomique.  Disponible  depuis 2013,  ce  test  sanguin  génétique de dépistage de la triso-

mie 21 a une fiabilité dépassant  les  99 %    selon  l’étude Séquençage à haut débit des aneuploidies (SEHDA) réalisée par  le  laboratoire  Cerba  et présentée à l’automne 2014. Ce nouveau test de dépistage

négatif  malgré  la  présence d’une  réelle  trisomie  21).  Le très  faible  risque  de  fausse couche de l’amniocentèse serait-il  alors  remplacé  par  un très  faible  risque de résultat faussement  rassurant  du UNE AVANCÉE test  Cerba ?  Quoi SCIENTIFIQUE qu’il  en  soit,  en mai 2015, le laboratoire  Cerba  annonçait  que plus  de  4 800  femmes  enceintes avaient utilisé ce test. Une  nouvelle  étude  de  six mois  a  été  lancée  en  janvier 2015  sur  un  millier  de femmes. Bien que la fiabilité du test soit démontrée, la Direction  générale  de  la  santé (DGS) ne devrait pas se prononcer avant 2017 concernant un  éventuel  remboursement de  la  trisomie  21  représente par la sécurité sociale.n évidemment  une  avancée scientifique majeure qui préfigure les dépistages du futur. Reste que le test Cerba n’est fiable qu’à 99 % et présente 0,5 %  de  faux  négatifs  (test

Actu Flash

UNE ACTIVITÉ SOUS CONTRÔLE

Les activités de diagnostic prénatal ne peuvent être exercées que dans des établissements de santé ou des laboratoires autorisés. Six laboratoires disposent de cette autorisation en Aquitaine et au Pays basque seul le laboratoire Ax Bio Océan dispose de cette autorisation.

50 000 personnes seraient atteintes de trisomie 21 en France.

DES QUESTIONS D’ÉTHIQUES

C’est un sujet très sensible qui déclenche de nombreux débats. Les progrès réalisés pour découvrir une maladie avant la naissance d’un enfant donnent de nouveaux espoirs aux parents mais suscitent également un besoin d’encadrement de ces nouvelles méthodes de diagnostic. Les progrès techniques considérables de l’accès au fœtus par le développement de l’imagerie fœtale, de la biologie, de la génétique et des prélèvements fœtaux ont permis le développement de la médecine fœtale comme une spécialité à part entière. Selon la loi, les diagnostics prénatal et préimplantatoire servent à détecter chez l’embryon ou le fœtus in utero des affections particulièrement graves pour soigner l’enfant à naître, se préparer à l’accueillir ou recourir à une interruption médicale de grossesse. La loi de 2004 cherche à éviter tout diagnostic de convenance personnelle comme par exemple le choix du sexe pour l’enfant à naître et encore moins, bien sûr, toute tentative de « programmation ».

Le magazine des établissements de santé aquitains n 2e TRIMESTRE 2015 # 12


10

des services à vous rendre

Permettre le maintien à domicile

UNE AIDE DANS TOUS LES ACTES QUOTIDIENS La société ADHAP comme « aide à domicile, hygiène et assistance aux personnes » propose des services d’aides personnalisées à domicile pour des personnes fragilisées de tous âges. // Focus //

UN SECTEUR EN PLEINE CROISSANCE

Selon un sondage réalisé en mars 2012 par Opinionway, 90 % des Français préfèrent vieillir à domicile plutôt qu'en maison de retraite. Le « bien vieillir » est un enjeu sociétal majeur et le secteur de l'aide à domicile se développe fortement depuis quelques années. Celui-ci regroupe de nombreux métiers et emploie environ 1,4 million de professionnels. Plus de 3 millions et demi de foyers font appel à ces professionnels pour les accompagner dans les tâches de la vie quotidienne ou pour accomplir ces tâches à leur place. Adapter son logement revient à minima à 4 280 € alors que le coût moyen mensuel d'une maison de retraite est de 2 200 € (source : Muriel Boulmier, « Bien vieillir à domicile : enjeux d’habitat, enjeux de territoires », mars 2012). Au-delà du choix affectif que représente le maintien à domicile, c’est également un choix économique qui mène les personnes en perte d’autonomie et leurs familles à faire appel aux différents dispositifs de maintien à domicile.

C

réée en juin 2012 par Michel Léonard, la société Adhap  Services  64  est installée  sur  le  boulevard  du BAB  à  Anglet.  « Nous  employons  aujourd’hui  25  personnes:  des  auxiliaires  de  vie en immense majorité » détaille M. Léonard. Un(e) auxiliaire de vie a pour mission d’apporter son aide aux personnes fragilisées, dépendantes, ayant des difficultés dues à l’âge, à une maladie, à un handicap. « Nous apportons une aide dans tous les actes de la vie quotidienne et  nous  permettons  aux  personnes en perte d’autonomie de  rester  à  leur  domicile » ajoute-t-il. 

UNE ASSISTANCE 7 JOURS SUR 7 Adhap  Services  64  propose une large gamme de services: l’aide à l’hygiène, la préparation  et  l’aide  à  la  prise  des repas,  les  gardes  personnalisées, les travaux ménagers, la compagnie  et  les  déplacements, l’aide administrative, le retour d’hospitalisation et d'autres  services  plus  spécifiques pour les personnes atteintes de maladies évolutives (Alzheimer, sclérose en plaques). Cette as-

Le magazine des établissements de santé aquitains n 2e TRIMESTRE 2015 # 12

pées ou des personnes en retour  d’hospitalisation »  explique M. Léonard. Une soixantaine de personnes bénéficie  des  prestations d’Adhap  Services 64.  « La  demande UN SERVICE est  forte  et  nous mettons  en  place PERSONNALISÉ une approche personnalisée. Ce sont des services payants dont le financement est aidé par les collectivités » précise M. Léonard. En  France,  le  réseau  Adhap Services compte 160 implantations  réunissant  4600  salariés qui prennent en charge quotidiennement 15600 personnes. Premier réseau national certifié Coalisèrent*, norme la plus exigeante du secteur de l’aide à domicile, Adhap Services travaille  en  étroite  collaboration avec  les  professionnels  de  la santé. n sistance est assurée 7j/7, jours fériés compris. De plus, un responsable d’Adhap Services 64 est  joignable  par  les  bénéficiaires  24h/24  en  cas  d’urgence.  Les  équipes  d’Adhap Services 64 interviennent dans les Pyrénées-Atlantiques sur le secteur la côte basque dans les

agglomérations de Biarritz, Anglet,  Bayonne  et  Saint  JeanDe-Luz mais également sur le sud des Landes dans les agglomérations de Tarnos, Labenne, Hossegor, Capbreton. « Nous accompagnons principalement des personnes âgées mais également des personnes handica-

* liste des centres certifiés disponible sur www.adhapservices.fr

INFO +

ADHAP SERVICES 33 AV. LAROCHEFOUCAULD 64600 ANGLET - TÉL: 0559315911 HTTP://WWW.ADHAPSERVICES.FR/ ADHAP64A@ADHAPSERVICES.EU


portraits

Entreprises partenaires

11

AU SERVICE DU CLUSTER OSASUNA

Les établissements de santé regroupés au sein du cluster Osasuna font appel à des entreprises expertes pour du personnel qualifié ou des services à haute valeur ajoutée mais participent aussi à des projets responsables. // Galerie de portraits //

Équipement & agencement Créée en 1972 au Pays basque, la société Collectivité Service propose des prestations d’aménagement de bureaux et de fournitures mais aussi du mobilier spécifique au domaine de la santé.

Formations & concours L'atelier pédagogique personnalisé de Bayonne (APP) propose des préparations aux concours d’infirmières aides soignantes, d’auxiliaires de puériculture et d‘aides médico-psychologique (AMP).

C

I

mplantée à Bayonne, la société Collectivité Service est presque une institution au Pays basque où elle s’affirme comme leader sur trois secteurs : aménagement et mobilier de bureau, matériel et machines de bureau, fournitures de bureau et papeterie. Dans le domaine de la santé, Collectivité Service fournit également du mobilier spécifique comme des chambres et des lits médicalisés. Travaillant sur les départements des Pyrénées-Atlantiques, des Landes et parfois dans le Gers, l’entreprise dirigée par Patrice Dor emploie 22 personnes à Bayonne et quatre dans son agence de Dax. Particulièrement sensible aux questions environnementales, la société mène des actions de sensibilisation de son personnel et également une politique de recyclage et de minimisation de ses impacts sur l’environnement. Collectivité Service privilégie des fournisseurs français ou européens et également ceux qui font preuve d’une démarche écologique. À l’automne 2015, la société inaugurera un magasin de fournitures sous enseigne Calipage ainsi qu’un show-room professionnel mobilier / photocopieurs sur une surface de 300 m2 dans ses locaux de Bayonne www.collectivite-service.com

entre de formation qui travaille en partenariat avec des institutions diverses, l'atelier  pédagogique  personnalisé (A.P.P.)  appartient  à  un  réseau  national  de 118  structures.  L’APP  Bayonne  -  créé  en 1988- s’adresse aux salariés dans le cadre du compte  personnel  de  formation  (CPF  ou plan de formation de l’entreprise) mais aussi aux  jeunes  et  aux  adultes,  demandeurs d’emploi ou particuliers, souhaitant remettre à niveau leurs connaissances en français, mathématiques ou bureautique pour se reconvertir,  se  perfectionner  sur  le  plan professionnel ou personnel ou bien être accompagné dans une formation à distance. Dans  le  domaine  de  la  santé,  l’APP  de Bayonne  prépare  aux  concours  écrits  et oraux d’infirmier (externe ou examen d’admission spécifique), d’aide-soignant, d’auxiliaire  de  puériculture,  ou  d’aide médico-psychologique  (AMP).  « L’APP  est habilité  comme  centre  certificateur  par  la COPANEF  pour  le  socle  commun  de connaissances  et  de  compétences  professionnelles, indispensable pour faciliter une évolution des salariés peu qualifiés » précise Nathalie  Sanon,  la  directrice  de  l’APP  de Bayonne.  www.appbayonne.fr

Ressources humaines Cabinet conseil en ressources humaines et formation, Cap humain développe son savoir-faire sur les régions Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Proposant de nombreuses formations, cette entreprise mise « sur le développement du capital humain ».

F

orte  d’une  équipe  de  21  personnes dont quatre associés, le cabinet conseil Cap  Humain  accompagne  ses  clients sur l'ensemble de leurs problématiques en Ressources humaines : gestion des compétences  et  des  carrières,  développement  personnel,  recrutement,  reclassement, conditions de travail, santé et sécurité, analyse des situations de travail et relation client usager. « Depuis trois ans, nous avons une activité assez importante avec des établissements  de  santé  que  nous  accompagnons dans le domaine des ressources humaines. Notre  objectif  est  d’apporter  de  la  pertinence et nous travaillons, par exemple, sur la mise en conformité des établissements ou sur  le  développement  des  compétences avec bien sûr de la formation » détaille Vincent  Pomes,  responsable  commercial  de Cap humain pour l’Aquitaine. www.caphumain.net

Le magazine des établissements de santé aquitains n 2e TRIMESTRE 2015 # 12


12

la santé en progrès

Conseils pratiques

PRÉVENIR ET SOIGNER LES BOBOS DES VACANCES Les plages de la Côte basque sont accueillantes mais comportent quelques risques naturels qu’il faut appréhender tout comme les pathologies bénignes habituelles des vacances. Pour profiter de l’été sans bobos ni drames, soyez prudents et faites confiance aux professionnels. // Focus // sable  qui  laisse  dépasser  les aiguillons  venimeux  de  son dos et sa tête, vous ressentirez une  douleur  intense.  Appliquez  une  source  de  chaleur sur la piqûre avec le bout inSOIGNER LES PIQÛRES candescent  d’une  cigarette DES BESTIOLES par  exemple,  désinfectez  la Les  piqûres  de  méduse  sont plaie et n’hésitez pas à aller au douloureuses mais pas dange- poste  de  secours.  Toujours reuses sous nos latitudes. En dans la famille des bébêtes du cas de piqûre, retirez délicate- littoral : l’oursin niché dans les ment les fragments de tenta- rochers.  Pour  retirer  ses cules  visibles épines, nettoyez qui  restent bien  la  plaie  et sur  la  peau, ECOUTEZ LES utiliser  une rincez  abon- PROFESSIONNELS ! pince à épiler. Si damment vous  n’êtes  pas avec de l’eau équipé,  rendezde mer ou du sérum physiolo- vous chez un professionnel de gique,  désinfectez  avec  une santé qui fera ça proprement compresse  stérile  imbibée avec des compresses stériles, d'antiseptique.  Si  vous  vous du  désinfectant,  une  pince  à faites piquer par une vive, ce usage unique, une aiguille ou petit  poisson  enfoui  dans  le un scalpel stérile. baignez  en  eau  calme  (lac, grande baie) ne vous éloignez pas trop du bord et, bien sûr, ne nagez pas après un repas bien arrosé. 

PROTÉGEZ-VOUS DU SOLEIL Revenir  bronzé(e)  est  pour beaucoup une preuve de vacances réussies et il est agréable  d’avoir  bonne  mine. Cependant,  s’exposer  sans protection  provoque  des coups de soleil et le cancer de la peau est souvent dû à des expositions excessives au soleil. Un coup de soleil correspond à une brûlure au premier degré qui rougit la peau et la rend douloureuse. Se mettre à l'ombre,  boire  de  l’eau  en abondance afin de combattre la  déshydratation,  appliquer des crèmes apaisantes « après solaire »  ou  des  émulsions spécifiques pour les brûlures sont les gestes à appliquer. Se prémunir des coups de soleil est  encore  mieux :  couvrezvous avec un tee-shirt, un cha-

peau, un parasol. Utilisez de la crème  solaire  sur  les  parties exposées et n’oubliez pas que mettre un écran solaire n’évite pas l’insolation. Évitez d’amener les enfants en bas âge et les nourrissons, à la plage ou à la piscine entre 11 heures et 16 heures.  Les  petits Bout'Chous sont sensibles au soleil.  PRUDENCE AVEC L’OCÉAN La  moitié  des  noyades  en France se produisent en mer et  la  Côte  basque  n’est  pas forcément la plus dangereuse. Baignez-vous  dans  les  zones surveillées, rentrez dans l’eau progressivement, soyez attentifs  aux  vagues  et  aux  éventuels surfeurs. Attention aussi avec les plans inclinés glissants et  les  rochers.  Si  vous  vous

Le magazine des établissements de santé aquitains n 2e TRIMESTRE 2015 # 12

GÉRER LA TURISTA La diarrhée du voyageur, communément appelée « turista » est  une  intoxication  alimentaire. Celle-ci frappe tout au long de l’année, mais on observe  un  pic  lors  des  mois d’été  notamment  dû  à  une mauvaise  hygiène,  à  la  rupture de la chaîne du froid, au changement d'habitudes alimentaires et à la chaleur. Dans la grande majorité des cas, il s’agit d’une affection bénigne qui  disparaît  spontanément après  quelques  jours.  Principal  désagrément  de  l’intoxication alimentaire : la diarrhée définie par plus de trois selles liquides par jour. Il faut donc boire  -au  moins  deux  litres d’eau par jour- pour compenser les pertes hydriques. Pour stopper la diarrhée : des médicaments  antidiarrhéiques. En cas de forte fièvre (plus de 38,5 °C) et/ou de sang dans les  selles,  direction  les  urgences. n


Osasuna Mag 12