Page 34

DEFIS POUR NOTRE SPIRITUALITE La spiritualité fortifie notre unité et constitue un élément crucial pour le dynamisme de notre vie et de notre mission. Mais notre spiritualité se renouvelle constamment par l’action conjointe de l’esprit et de nos efforts pour l’incarner dans des situations changeantes et dans des cultures différentes. Voilà donc quelques défis de l’époque actuelle pour notre spiritualité :

• Une spiritualité ouverte au dialogue interreligieux Dans plusieurs régions de l’l’Institut les destinataires comme les animateurs de notre mission appartiennent en majorité à d’autres religions. Mais, en outre, notre monde est un monde de plus en plus pluriculturel et multi religieux qui nous demande de savoir vivre cette réalité de manière constructive. Nos documents nous ont invités à prendre les devants : Travailler pour une meilleure relation entre les catholiques et les autres religions, avec une attitude mariale d’écoute (cf. XXème C.G. 43,5). Approfondir le dialogue interreligieux et œcuménique, car c’est en écoutant nos frères et sœurs d’autres Églises et d’autres religions que nous écoutons l’Esprit qui nous attend chez eux pour nous conduire ensemble vers Dieu (cf. Lettre. Autour même table). Les communautés pluriculturelles nous invitent à partager la richesse d’autres traditions et d’autres croyances, à développer le respect et la tolérance, et à célébrer la présence affectueuse de Dieu. Elles sont un témoignage particulier contre les tendances au fondamentalisme, à la xénophobie et à l’exclusion (cf. L’Eau du Rocher, 121). Selon Xavier Melloni, SJ, le dialogue interreligieux permet de découvrir que la propre tradition religieuse n’est qu’un accès au Mystère, permettant à la fois de s’ouvrir à la richesse spirituelle de l’humanité que nous percevons aujourd’hui comme un patrimoine commun et nécessaire pour donner une réponse aux grands défis qui se posent à nous comme personnes et comme espèce. Il ne semble donc plus possible de penser à Dieu, à l’homme et au monde à partir d’un modèle unique. En ces temps complexes il nous faut recourir au bagage des différentes sagesses et courants spirituels pour avancer ensemble comme des êtres humains et grandir dans le sens d’une conscience planétaire. Il n’est plus possible de nous comprendre séparés des autres. Le F. Emili a parlé d’un « bilinguisme religieux ». L’héritage spirituel que nous avons reçu est une spiritualité peu compliquée et très pratique (cf. L’Eau du Rocher, 34). Elle est plus basée sur l’expérience que sur la doctrine ou la théologie. Elle se base sur l’expérience de la présence aimante de Dieu en nous-mêmes et dans les autres (cf. L’Eau du Rocher, 16).

• Une spiritualité en dialogue avec ceux qui sont en recherche de sens. Un autre défi pour notre spiritualité mariste et le dialogue avec les tenants de ce que d’aucuns appellent une « spiritualité sans religion », celle qui ne passe pas par les religions, ni par les croyances, ni par les sacralités, mais qui recueille « la vraie dimension de l’être humain » (Viktor

34 Phases Locale et Provinciale/de District : orientations et matériaux

Fase local fr  
Advertisement