Issuu on Google+

BELGIQUE  BELGIË

P.P.  P.B. B386

JANVIER 2012

68e année - n°1 - janvier (ne parait pas en août) dépôt CHARLEROI X | P402047 | retour : CGSP place Fontainas, 9/11 1000 Bruxelles

GAZELCO

l a t n e m e n r e v u L’accord go er décembre du 1 Une question d’« é

qu

ilib

re »

DOSSIER P. 4

G

AZ

ELCO

GAZELCO Tableaux • Barèmes P. 12

CG

gazelco cover janvier 2012.indd 1

EUROPE Un véritable corset budgétaire P. 7

ACO D

ÉDITO Pour 2012, un peu de testostérone en plus P. 3

SP

15/12/11 15:04


actualités

Manifestation du 2 décembre

vé» a p t le

Mille slogans , un seul messa ge

n

se a ç , ité

ér

st u a ’ «L

Manifestation: voici ce que les syndicats ont demandé à Elio Di Rupo (RTL) Grande manif: 50.000 personnes attendues à Bruxelles

DIRECT Manifestation:

ent les syndicats

estim «Entre 60.000 et 80.000 militants»,

térité

ss

ion ma

isat Mobil

-ciel» arc-en lles « e l a ndic ruxe arée sy e de B Une m ergé le centr a subm

s tre l’au n o c e iv

(Reuters) Belgians march in protest against looming austerity

(Slovénie) Bruselj prepla vilo desettisoče pro testnikov proti varčeva lnim ukrepom

(France)

iers de Belges Des dizaines de mill l’austérité manifestent contre

Les Belges aussi défile

nt contre l’austérité

austérité aveugle» dans la rue contre «l’ s lge Be de s ier ill m maßnahmen AFP Des dizaines de in Brüssel gegen Spar ion at str on m de en (Afp allemand) Mass einsparungen de 2012 Milliarden En s bi nt pla ng ru Regie

2

générale jan 2011.indd 2

anie) (Roum tea terita ia: aus ada g l e B str te in Protes e oamenii in t a sco

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS - CGSP - jaNVIER 2012

16/12/11 09:22


édito

Pour 2012, un peu de testostérone en plus C’est ce qu’on peut souhaiter au gouvernement : un peu de testostérone. Un peu de courage politique. Un peu de vision d’avenir. Nous avons besoin, pour 2012 et les années à venir, de politiques porteuses du futur, de croissance sociale. Et non d’une austérité incapacitante et réductrice. L’orientation donnée au gouvernement ne nous convient pas. Ce n’est pas un secret. Nous l’avons déjà dit. Nous le réaffirmons aujourd’hui après avoir analysé dans le détail l’accord gouvernemental (voir le dossier en page 4). Nous ne sommes pas dupes. C’est encore et toujours les plus faibles qui sont ciblés par les « économies ». Alors que les responsables de la crise restent, en grande partie, hors d’atteinte ! L’empreinte libérale est tellement forte dans cet accord qu’on se demande vraiment s’il y avait un seul socialiste à la table de négociation. L’indexation salariale a été sauvée. Mais à quel prix ! Et les coups pour la détruire continueront. Il faut rester vigilant. L’orientation prise au niveau de l’Union européenne est encore moins satisfaisante. À l’instar de plusieurs dirigeants syndicaux européens, nous voulons tirer la sonnette d’alarme. « De plus en plus de citoyens abandonnent le projet européen et s’en méfient. Les anciens préjugés et les clichés négatifs revoient le jour. » Le point inquiétant est le parti pris des institutions européennes qui encouragent désormais ouvertement ce démantèlement important du modèle social. Ce n’est pas tolérable. L’Europe doit conclure un nouveau contrat social et économique avec ses citoyens. C’est une nécessité plus urgente que de s’empresser de répondre à la demande, volatile, des marchés. Même si les temps semblent durs, même si nous nous sentons isolés politiquement, il ne faut pas courber la tête. Nous serons toujours là pour défendre nos acquis et lutter contre la régression sociale que nous imposent l’Europe et le Gouvernement belge. Mais nous voulons aussi être présents en force de proposition. Certaines de nos revendications sur la régulation bancaire, sur la taxe Tobin sont en passe aujourd’hui d’être reprises. Certains responsables politiques, hier réticents voire hostiles, se ravisent et changent peu à peu d’avis. Ces discours doivent maintenant être suivis d’actes. Mais c’est signe que nous ne nous étions pas trompés. Nous devons aussi nous mobiliser pour que nos autres revendications : l’idée d’une banque publique pérenne, l’idée d’un renforcement des services publics, apparaissent tout aussi logiques à eux qu’à nous. Les temps changent. Le combat continue car nos idéaux restent intacts. Nous vous souhaitons à vous-même, à vos proches, la meilleure année 2012 qui soit, même si nous n’avons pas reçu le gouvernement qu’on aurait voulu !

Francis Wégimont, Secrétaire général de l’IRW-CGSP Alain Lambert, Vice-président de la CGSP fédérale

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS - CGSP - jaNVIER 2012

générale jan 2011.indd 3

3

16/12/11 09:22


dossier

l’accord gouvernemental du 1er décembre une question d’« équilibre » …

L

e PS a beau se targuer d’avoir conclu « un budget juste qui tient compte de la capacité contributive de chacun », nous ne sommes pas dupes : c’est encore et toujours les plus faibles qui sont ciblés par les économies ! Alors que les responsables de la crise restent en grande partie hors d’atteinte ! L’empreinte libérale est tellement forte dans cet accord qu’on se demande vraiment s’il y avait un seul socialiste à la table de négociation.

Ainsi, l’objectif budgétaire des prochaines années est de diminuer le déficit de la Belgique jusqu’à atteindre l’équilibre en 2015. Un déficit qui vient tout juste de s’accroître de manière spectaculaire lors du renflouement des banques par le gouvernement précédent. Mais le tableau ci-dessous démontre qu’il n’y a pas d’équilibre entre « nouvelles recettes » et « économies ». Économies 2012 2013 2014

42 % 48 % 53 %

Nouvelles recettes 34 % 31 % 28 %

Divers 24 % 21 % 20 %

économie et économies Précisons les choses d’emblée : le mot économie ne signifie pas ce que tout bon citoyen comprend, c’est-à-dire la chasse aux gaspillages et l’épargne qu’elle engendre. Il s’agit bien ici de coupes sombres dans la sécurité sociale (chômage, prépensions, pensions, …) et dans les services publics. De la même manière, toutes les « nouvelles recettes » ne sont pas des impôts nouveaux ; c’est notamment le cas des limitations portées sur les intérêts notionnels, gaspillage faramineux qui continuera à pourrir le budget fédéral. Bref, ils nous imposent 4,4 milliards d’économie contre 3,5 milliards de nouvelles recettes. En outre, l’importance des économies augmente dans les années à venir jusqu’à atteindre 53 % en 2014.

Peut-être n’avons-nous, tout simplement, pas la même notion de ce qu’est l’équilibre. En effet, pour le formateur il suffit de diminuer de manière drastique les dépenses publiques et d’augmenter modérément les recettes. Tandis que, pour nous, il s’agissait plutôt, non seulement, de répartir les efforts en fonction du ratio économies/recettes nouvelles mais également de tenir compte de la justice fiscale et sociale, de préserver notre modèle social à travers une relance durable. le secteur public est attaqué sur tous les fronts Tout d’abord, l’accord prévoit le gel pendant deux ans des dépenses de personnels et crédits de fonctionnement des services publics fédéraux (170 millions d’€). Ainsi que des

4

générale jan 2011.indd 4

économies supplémentaires sur la Défense (15 millions d’€) et dans les entreprises publiques autonomes (263 millions d’€ pour la SNCB et 10 millions d’€ pour bpost).

Ensuite, les transferts de compétences prévus du fédéral vers les entités fédérées ne sont couverts que par 90 % du budget prévu et de surcroît, ils entraîneront une mise en concurrence des Régions entre elles. En effet, l’autonomie fiscale partielle décrite ouvre la voie à la concurrence fiscale et salariale entre les Régions. Ces mesures ne constituent que la partie visible de l’iceberg. En effet, le secteur public connait déjà de graves difficultés liées aux conséquences de la crise économique et financière mais il faudra en plus gérer tous les problèmes liés à la communautarisation et à la régionalisation. Et, bien sûr, aucun budget supplémentaire n’a été alloué au transfert. chômage : on « dégresse » Dès 2012, la dégressivité des allocations de chômage sera renforcée. C’est-à-dire que les allocations seront plus élevées pendant les 3 premiers mois (65 % du salaire perdu plafonné). Ensuite, il y aura une diminution progressive des allocations, dont le rythme dépend de la durée de la carrière professionnelle. Cette diminution aboutira finalement aux minimas (qui se situent, selon les cas, en dessous du seuil de la pauvreté). En ce qui concerne les chômeurs âgés, le complément d’ancienneté ne sera plus octroyé qu’à partir de 55 ans, au lieu de 50 ans actuellement. Tandis que pour les plus jeunes, le stage d’attente deviendra un stage d’insertion professionnelle. Tous les 4 mois, le jeune sera évalué. Il ne pourra bénéficier de ses allocations d’attente qu’après 3 évaluations positives.

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS - CGSP - jaNVIER 2012

16/12/11 09:22


En cas d’évaluation négative, le droit aux allocations sera suspendu pendant 6 mois. Ils n’ont pas l’air de comprendre que les chômeurs existent parce qu’il n’y a pas suffisamment d’emplois pour tout le monde. En outre, le contrôle de la disponibilité sera élargi progressivement aux chômeurs jusqu’à 58 ans en 2016 et la notion d’emploi convenable passera de 25 km actuellement à 60 km, quelle que soit la durée de déplacement. En clair, si vous êtes chômeur, vous ne savez pas toujours conserver votre voiture par manque d’argent et si vous refusez un emploi à 60 km de chez vous parce que vous n’avez pas de véhicule, vous n’avez plus droit aux revenus de remplacement ! On peut très clairement parler de chasse aux chômeurs et non pas de lutte contre le chômage. Ce qui risque de peser très lourd socialement. Cette mesure touchera plus spécifiquement les Wallons (puisqu’il est statistiquement prouvé que les demandeurs d’emploi de longue durée sont plus nombreux en Wallonie) mais également les jeunes et les plus âgés. Prépensions : on durcit Sous prétexte d’augmenter le taux d’emploi des plus de 50 ans, l’âge minimum pour accéder à la prépension passera de 58 à 60 ans et la condition de carrière sera portée de 38 à 40 ans. La mesure sera mise en application dès 2015 et, fin 2014, une évaluation déterminera si l’âge minimum doit être porté à 62 ans à partir de 2020. crédit-temps Le simple crédit-temps sera désormais limité à l’équivalent d’un an et ne sera accessible qu’après 5 ans de travail dont 2 ans dans l’entreprise. Pensions : travailler plus longtemps

L’accord annonce une réforme de long terme du système des pensions du secteur public. Comme vous avez pu le lire dans Tribune de décembre, il n’y a rien de bon pour nos pensions. Sous prétexte d’une population vieillissante, l’accord procède à l’accélération de l’érosion du 1er pilier au profit du 2e et/ou 3e pilier. « Ces gens-là ne veulent pas comprendre que ce ne sont pas les pensions publiques qui sont trop élevées mais bien les pensions du secteur privé qui sont trop basses. » explique Alain Lambert, Vice-président de la CGSP fédérale, en charge du dossier pensions. soins de santé La norme de croissance passe de 4,5 à 2 %. En 2012, le montant qui résulte de la norme sera donc abaissé de 1,562 milliard d’€. En 2013, il le sera de 2,061 milliards d’€. Il n’y aura donc pas de marges pour pouvoir conclure des accords tarifaires. De ce fait, les médecins pourraient facturer des tarifs libres et les patients paieraient plus. Des économies linéaires ne sont pas une solution : elles créent un problème supplémentaire ! En effet, la pression budgétaire sur les soins de santé, qui sont en constante innovation, est récurrente et l’accord n’implique aucune vision à long terme. Un récent rapport de l’INAMI indique clairement que c’est de toute façon le patient qui paiera la facture au bout du compte.

Nouvelles recettes Au programme :

Pour l’essentiel, les mesures concernent des incitants « positifs » à travailler plus longtemps. Ainsi, toutes les années de travail seront dorénavant prises en compte dans le calcul de la pension (au lieu des 45 meilleures années) et le travail après 65 ans sera possible sans limites.

•  l’harmonisation du précompte mobilier, porté à 21 % (sauf pour les livrets d’épargne et les bons d’État récemment lancés) et le taux de 25 % sur les dividendes sont maintenus. Pour les revenus mobiliers supérieurs à 20 000 €, un impôt de 4 % supplémentaire sera prélevé ;

Les pensions de survie seront, pour les bénéficiaires futurs, transformées en une « allocation de transition vers un emploi ». Et la durée de l’octroi de la pension sera fonction de l’âge, du nombre d’enfant et du nombre d’années de cohabitation légale ou de mariage.

•  des efforts en matière de fraude fiscale seront également consentis afin de récupérer 720 millions d’euros ; •  l’évaluation forfaitaire au moment de l’octroi des stockoptions passera de 15 à 18 % ;

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS - CGSP - jaNVIER 2012

générale jan 2011.indd 5

5

16/12/11 09:22


dossier

•  le taux de taxation sur les opérations de bourses sera augmenté de 30 % et les plus-values sur actions réalisées par les sociétés seront taxées à 25 % (uniquement pour les titres vendus moins d’un an après leur acquisition) ; •  le taux pour la déduction des intérêts notionnels est abaissé de 3,425 % à 3 %, sauf pour les PME (3,50 %) et suppression de la possibilité de report sur les années suivantes ; •  les véhicules de société les plus polluants seront taxés dès 2012, ce qui rapportera 200 millions d’€ ; •  la TVA passera de 6 à 21 % pour les décodeurs de télévision numérique, de 12 à 21 % pour les huissiers de justice et notaires. Les accises sur le tabac et l’alcool (sauf bière et vin) seront augmentées ; •  la taxe bancaire sera revue et augmentée de 100 millions pour atteindre 490 millions ; •  le fonds de protection des dépôts sera porté à 476 millions. La rente nucléaire sera augmentée de 300 millions pour s’élever à 550 millions. En outre, un contrôle plus strict des prix de l’énergie sera effectué par la CREG. On peut, sans exagération, considérer tout cela comme des mesurettes quand on pense que les intérêts notionnels vont continuer à être distribués, que les producteurs d’électricité continueront à engranger des bénéfices scandaleux sur le dos des consommateurs, qu’il n’y a rien d’envisagé pour réguler le secteur bancaire et éviter ainsi un nouveau crash, que les spéculateurs pourront toujours jouer au casino avec l’argent des petits épargnants, que les actionnaires pourront toujours se remplir les poches sur le dos du monde du travail … Bref, nous sommes bien loin d’un impôt progressif. Toutes les mesures relatives aux nouvelles recettes restent très frileuses et ne constituent pas une attaque sérieuse

des excès du capital. Malgré notre insistance, ce ne sont pas les responsables de la crise qui porteront l’essentiel de l’austérité mais bien les travailleurs et allocataires sociaux. En effet, il n’y a aucune mesure fiscale à long terme mais bien « deux poids, deux mesures » dans la contribution à la résorption du déficit : d’une part, les travailleurs et les allocataires sociaux qui passent à la caisse tout de suite et subissent l’essentiel des économies réalisées et, d’autre part, les grandes entreprises et le monde financier qui restent très peu sollicités comparativement aux revenus de chacun et aux dégâts que leurs « indélicatesses » peuvent occasionner dans la société ! Les mesures fiscales principales consenties par l’accord, n’auront qu’un effet très limité, voire nul sur les plus gros bénéficiaires des ristournes fiscales. En outre, aucun moyen supplémentaire n’est alloué à la lutte contre la fraude fiscale. Au contraire ! L’accord prévoit des économies dans les frais de personnel, de fonctionnement et d’investissement des administrations publiques. un accord de droite En conclusion, les changements constatés par rapport aux premières notes du formateur ne font qu’aggraver la situation des plus faibles de la société. Il s’agit bel et bien d’un accord de droite, conclu par des gens de droite qui se paient la tête des travailleurs et protègent les plus hauts revenus et le monde de la finance. Mais la réaction est en marche et, ce 2 décembre lors de la manifestation en front commun, nous avons déjà pu assister à la collision entre deux visions de la démocratie et de la société : celle du monde du travail, qui est descendu dans la rue avec ses 78 000 personnes et ses solutions alternatives et, en face, cette classe politique qui se félicite d’avoir « résolu » la crise politique la plus longue de l’histoire… grâce au détricotage de notre modèle social. 

une vision bien particulière des services publics À la page 148 de l’accord gouvernemental, les services publics sont définis comme « essentiels pour faciliter la vie quotidienne des citoyens et des entreprises ». Et nous qui pensions qu’il s’agissait des services permettant aux Citoyens d’exercer leurs droits fondamentaux en leur donnant les moyens de mener une vie conforme à la dignité humaine, les seuls services permettant une redistribution efficace des richesses produites. Au moins, le message est clair, les services publics « facilitent la vie des citoyens et des entreprises » ! Force est donc de constater que ce qui est envisagé aujourd’hui est non seulement de fragiliser mais également de dénaturer le secteur public pour satisfaire aux exigences économiques ou communautaires alors que chacun sait que seul un secteur public fort permet d’amortir l’impact négatif des crises économiques.

6

générale jan 2011.indd 6

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS - CGSP - jaNVIER 2012

16/12/11 09:22


des promesses… à l’accord gouvernemental du 1er décembre 2011 Promesses du programme électoral du PS pour les élections fédérales 2010 « Faire progresser la qualité de l’emploi » (p. 19). « Assurer l’évolution des revenus de remplacement sur le long terme » (p. 40).

Principales mesures socio-économiques de l’accord gouvernemental Réforme du régime de chômage : - le stage d’attente passe de 9 à12 mois ; - dégressivité des allocations renforcée ; - procédure de contrôle de disponibilité plus rapide et jusque 60 ans dès 2013 ; - la notion « d’emploi convenable » passe de 25 km à 60 km.

« Donner des avantages aux seniors qui restent plus longtemps au travail » (p. 44).

Réforme des fins de carrières/prépensions.

« Mieux concilier vie privée et vie professionnelle » (p. 22).

Réforme des crédits-temps et interruptions de carrière.

« Renforcer les acquis historiques des pensionnés » (p. 43). « Prolonger l’existence du bonus de pension et avancer l’âge d’octroi ce celui-ci » (p. 44). « Donner plus de moyens aux pensionnés » (p. 42). « Préserver l’assimilation des périodes d’inactivité à des années de travail dans le calcul de la pension » (p. 44).

Réforme des pensions : - augmentation de l’âge de retraite anticipée ; - réforme des pensions du secteur public ; - valorisation du travail après 65 ans ; - transformation des pensions de survie en allocations de transition.

« Porter progressivement la pension minimum à 1 150 € nets/mois » (p. 42).

Amélioration du revenu des pensionnés : pensions minimums automatiquement indexées tous les 2 ans.

« Les services publics, une plus-value sociale » (p. 90). « Préserver des services publics de qualité » (p. 90).

Gel des dépenses de personnel et crédits de fonctionnement des services publics fédéraux + économies supplémentaires sur la Défense, la SNCB et bpost.

Diminuer le coût des soins de santé (p. 24).

Soins de santé : réduction de la norme légale de croissance des dépenses de soins de santé

europe  un véritable corset budgétaire Le « Pacte budgétaire » adopté le 9 décembre par la Belgique avec 25 autres États membres de l’Union européenne est pour le moins déséquilibré. Il prévoit l’inscription d’une règle d’or dans la Constitution, interdisant un budget en déficit de plus de 0,5 % du PIB. Il permet l’application de sanctions automatiques en cas de déficit excessif (plus de 3 % du PIB). Une mesure qui pourrait s’appliquer rapidement à tous puisqu’aujourd’hui 23 États sur 27 sont en déficit excessif. La Commission européenne aura mandat de suivre et d’évaluer les projets budgétaires. Elle pourra demander un correctif au budget si elle estime que les critères de Maastricht ne sont pas respectés. Ce « Pacte » conçu comme un nouveau Traité a pour ambition d’aller vers une « union économique plus forte ». Mais il paraît bien « léger » au regard de la crise économique en cours. Aucune mesure de relance, aucune mesure pour la croissance, aucune mesure sociale, aucun contrôle démocratique. Tout est « instrumental », « institutionnel », « intergouvernemental », avec une seule ligne directrice : réduire les déficits. Il n’est pas sûr qu’une économie enserrée dans un seul corset, celui du pacte d’austérité, conclu entre quelques chefs de gouvernement, puisse survivre et être comprise. En tout cas, cela ne nous promet rien de bon… 

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS - CGSP - jaNVIER 2012

générale jan 2011.indd 7

7

16/12/11 09:22


irB

interrégionale de Bruxelles Gouvernements de « technocrates » oligarchie contre démocratie Sous prétexte de « crise de la dette », la Grèce et l’Italie se sont dotées de gouvernements de « technocrates » au cours du mois de novembre dernier. La cession du pouvoir exécutif par les représentants élus à de prétendus experts est le symptôme d’une régression de la démocratie. C’est paradoxal quand on sait que ce sont ceux-là mêmes, qui par leurs interventions inadéquates et mauvais conseils ont contribué à plonger ces pays dans une situation chaotique, qui sont appelés à jouer les sauveurs providentiels. C’est interpellant quand on connaît leurs parcours et les liens qu’ils entretiennent avec l’establishment bancofinancier international. C’est plus qu’inquiétant quand on se rend compte qu’ils veulent imposer des mesures d’austérité budgétaire qui auront comme principal effet durable la démolition de la protection sociale en Europe et la perte de pouvoir des États. En y regardant de près, il apparaît clairement que le système est pervers et que le conflit d’intérêt est patent. Tous ces « experts » ont été formés dans le même moule de la droite « bien-pensante » et néolibérale. De plus, la position qu’ils occupent aujourd’hui pose question, au regard de leurs rapports avec Goldman Sachs, la banque d’affaires omniprésente aux pratiques douteuses. de coïncidences… Prenons le cas du nouveau premier ministre italien Mario Monti. Il a été commissaire européen, au marché intérieur (1995), d’abord, puis à la concurrence (1999), avant de devenir consultant pour Goldman Sachs (2005). Dans son gouvernement composé de 17 ministres-technocrates, il occupe le

8

générale jan 2011.indd 8

poste clé de l’économie tandis que le super portefeuille du développement économique, de l’infrastructure et des transports a été confié au banquier Corrado Passera. Dans le même temps, son compatriote Mario Draghi prend la tête de la Banque centrale européenne (BCE). Élève des jésuites romains, diplômé de l’Université de Rome et du Massachusetts Institute of Technology (MIT), il s’est fait connaître de l’autre côté de l’Atlantique en tant que directeur de la Banque mondiale. Dans la péninsule, il a été directeur général du Trésor-public… chargé des privatisations ! Avant de devenir gouverneur de la Banque d’Italie. Entre temps il a été vice-président (de 2002 à 2005) de la branche européenne de Goldman Sachs, juste à l’époque où cette dernière a « aidé » la Grèce à entrer dans la zone euro grâce au travestissement de ses comptes qu’on lui reproche durement aujourd’hui ! M. Draghi dit tout ignorer de ces pratiques… Ce qui reviendrait à dire qu’un responsable de son rang n’était pas informé de l’un des plus importants dossiers du moment. Il y a là de quoi douter soit de sa probité, soit de sa compétence ! Il faut dénoncer le cynisme et la duplicité de Goldman Sachs car après avoir bidouillé la dette grecque pour la rendre présentable aux yeux de l’Union européenne, Goldman Sachs est revenue « aider » la Grèce à la demande du gouvernement de l’époque, (pour 300 millions de dollars de commission) ne se gênant pas dans le même temps pour spéculer sur sa dette, contribuant ainsi à la hausse des taux d’intérêts et à l’aggravation des difficultés de ce pays.

du même sérail… À la tête d’un gouvernement d’union nationale qui fait place à un parti religieux d’extrême droite, il est aussi passé par le MIT, la Banque centrale et Goldman Sachs ! Sans surprise, il promet une austérité sévère qui imposera de lourds sacrifices à la population ; qui affaiblit le rôle de l’État par des atteintes aux services publics (privatisations) ; qui détricote les mécanismes de solidarité.

devoir d’insurrection En Grèce, au Portugal, au RoyaumeUni, en France et chez nous, le citoyen rejette ces politiques injustes et se lève pour manifester son refus d’une telle approche politique. Implacables et déterminés les chefs de gouvernements néolibéraux ou assimilés n’écoutent pas les protestations et entendent poursuivre leurs funestes objectifs envers et contre tout, arguant qu’il n’y a pas d’alternative… Combien de temps encore les peuples supporteront-ils d’être ainsi méprisés, malmenés par une poignée d’oligarques qu’ils n’ont pas élus et qui n’agissent pas dans l’intérêt du plus grand nombre ? Jean-Pierre Knaepenbergh Secrétaire général IRB-BIG

www.cgsp-acod-bru.be

… en connivences En Grèce, le nouveau premier ministre, Lucas Papademos, provient

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS - CGSP - jaNVIER 2012

16/12/11 09:22


iNterNatioNal

europe  Négociation sur le temps de travail Dans une lettre commune adressée à la mi-novembre au Commissaire européen László Andor, les partenaires sociaux ont indiqué qu’ils voulaient entamer des négociations suite à la consultation de la Commission sur la révision de la directive sur le temps de travail. La réunion

d’ouverture des négociations a eu lieu le 8 décembre 2011. Les partenaires sociaux européens ont neuf mois pour aboutir à un accord. Le temps de travail est un des vieux « serpents de mer » européens. Après plusieurs arrêts de la Cour de Justice européenne prescrivant aux employeurs, y compris le secteur public, de faire un décompte plus précis des heures de tra-

vail, notamment des temps d’astreinte, une première tentative avait échoué. Les partenaires sociaux n’avaient pas réussi à se mettre d’accord sur une négociation. Et la proposition de modification de la directive existante par la Commission européenne n’avait pas rencontré une majorité d’États membres en sa faveur. Un sujet à suivre de près…

royaume-uni  Grève massive du secteur public 2  millions de grévistes dans le secteur public  ! C’est du jamais vu au Royaume-Uni depuis des années, depuis au moins 30 ans. Près de 2 millions de fonctionnaires et d’agents des services publics, enseignants comme personnels de santé, ont tenu à protester

contre la politique de coupes sociales du gouvernement conservateur-libéral de David Cameron. Le gouvernement britannique veut, en effet, faire passer l’âge de la retraite de 60 à 66 ans, augmenter les cotisations au régime de 3,2 % et diminuer le montant des pensions. Et il refuse de négocier. Les négociations étaient bloquées depuis

début novembre. La mobilisation a été large : les 3/4 des écoles étaient fermées, et près de 20 % des opérations ont dû être reportées dans le secteur hospitalier. Une grève soutenue. Plus de 6 Britanniques sur 10 soutiennent le mouvement de grève, signe que le vent tourne au Royaume-Uni…

république tchèque  Grève, 1 600 écoles se mobilisent Quelque 20 000 enseignants de 1  600 écoles, notamment dans les régions de Bohême du Sud et de Moravie du Nord, ont suivi le mouvement de grève prévu dans le secteur de l’Éduca-

tion le 7 décembre, selon la porte-parole des syndicats des enseignants Markéta Vondráčková. Les enseignants protestent contre la suppression de l’augmentation automatique du salaire, en fonction de l’ancienneté. Dans le nouveau système mis en place par le ministre de l’Édu-

cation Josef Dobeš, c’est désormais le directeur de l’école qui devrait décider de l’augmentation du salaire des enseignants. Les professeurs ont décidé un mouvement original : supprimer la première heure de cours…

turquie  Peines contre les syndicalistes enseignants La Confédération syndicale internationale (CSI) s’est jointe à l’Internationale de l’éducation (IE) pour dénoncer avec véhémence les sentences prononcées contre 25 syndicalistes turcs, du syndicat EGITIM Sen-KESK, condamnés à plus de 6 ans de prison en vertu de chefs d’accusation « fabriqués de toutes pièces au titre des lois antiterroristes ». « Nous nous trouvons face à un exemple déplo-

rable d’incarcération injustifiée et d’abus du système judiciaire. Nous appelons instamment le Premier ministre Erdogan à défendre les principes fondamentaux des droits humains et de la démocratie en prenant les dispositions qui s’imposent en vue de la libération immédiate des victimes et le retrait des poursuites », a déclaré Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI. La KESK, affiliée de la CSI, a fait appel contre la sentence du tribunal pénal. Le mouvement syndical interna-

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS - CGSP - jaNVIER 2012

générale jan 2011.indd 9

tional suivra de près les développements de non-respect flagrant des normes du travail en Turquie. Ce n’est pas la première fois en effet que la Turquie prend ses aises avec les droits des travailleurs. L’Organisation internationale du travail (OIT) a demandé, à maintes reprises, au gouvernement turc de respecter le droit des travailleurs à la liberté syndicale.

9

16/12/11 09:22


aNalYse

les prix de l’énergie explosent les revenus des travailleurs ne suivent pas !

U

ne étude du CRIOC montre une progression plus rapide, au fil du temps, des prix de l’énergie que des salaires. Aujourd’hui, la part du budget des ménages allouée aux dépenses en gaz et en électricité n’a jamais été aussi importante. Avant la libéralisation du marché, les prix du gaz et de l’électricité étaient fixés par le Comité de contrôle de l’électricité et du gaz (CCEG) sur base de l’évolution des coûts de production. Depuis la libéralisation, les prix de vente aux consommateurs sont libres. La libéralisation imposée par la Commission européenne devait fournir un meilleur accès à l’énergie, un meilleur service ainsi que des prix plus avantageux pour les utilisateurs. Le résultat est tout le contraire…

La libéralisation de l’électricité n’a pas été plus favorable aux habitants de la Région de Bruxelles-Capitale. Les prix de l’électricité ont globalement augmenté deux fois plus rapidement que les salaires, alors que les prix du gaz augmentaient trois fois plus rapidement. l’électricité chez nos voisins moins chère Pour une famille moyenne par rapport à nos pays voisins, les prix de l’électricité sont entre 21 et 57 % plus élevés en Flandre ; entre 26 et 59 % plus élevés en Wallonie et entre 22 et 57 % plus élevés en Région bruxelloise. Depuis 2003 les ménages consacrent un budget de plus en plus important aux dépenses en énergie et la part des dépenses des ménages consacrée à l’énergie n’a jamais été aussi élevée que depuis 2009.

les prix de l’énergie ont grimpé plus vite que le pouvoir d’achat Sur la période allant de juin 2006 à juin 2011, les prix de l’électricité ont augmenté de près de quatre fois plus rapidement que les salaires sur la même période. Les prix du gaz, eux, ont augmenté de plus de trois fois plus rapidement que les salaires sur la même période. En Flandre, les prix de l’électricité ont, depuis mars 2008, augmenté plus rapidement que les salaires. Le prix du gaz a quant à lui triplé depuis 2007. En Wallonie, les prix pratiqués par les différents fournisseurs restent depuis 2007 supérieurs aux prix réglementés. Depuis 2007, les prix de l’électricité ont augmenté de plus de deux fois plus rapidement que les salaires, selon les quantités consommées. Les prix du gaz, eux, ont augmenté trois fois plus rapidement que les salaires.

10

générale jan 2011.indd 10

la libéralisation est un échec La libéralisation de ce secteur a été mal préparée et aucune des conditions nécessaires à son succès n’était réunie. Quasi absence d’une réelle concurrence, tout est fait pour que les consommateurs ne soient pas à même de changer de fournisseur, absence de pouvoir chez le Régulateur. De plus, la séparation des métiers de producteur, de transporteur (lignes à haute tension) et de distributeur a augmenté les coûts de chaque

métier et créé des coûts de transmission d’informations. À quand le contrôle des prix de l’énergie ? L’indexation automatique des salaires est une fois de plus pointée du doigt. Pourtant c’est de plus de contrôle des prix de l’énergie dont notre pays a besoin ! Selon le Conseil central de l’économie, qui a publié son nouveau rapport, les salaires augmentent davantage en Belgique que dans nos trois pays voisins : de 4,6 % pour la période 19962012. Notons que si l’on déduisait les subsides salariaux aux employeurs, qui ne sont pas pris en compte ici, l’écart ne serait plus que de 1,5 % … Comment expliquer cet écart ? Il y a deux facteurs objectifs qui expliquent en fait cette différence. D’une part, l’augmentation des prix de l’énergie (gaz et électricité) entraîne l’indexation des salaires. D’autre part, les salaires allemands ont diminué. En fait, l’évolution des salaires belges est comparable à celle des français et des néerlandais. Ce sont les salaires allemands qui tirent la moyenne vers le bas. L’étude du CRIOC démontre que ce sont les prix élevés de l’énergie qui sont la principale cause de l’inflation en Belgique. Rejeter cette faute sur l’indexation des salaires sans s’attaquer à la hausse des prix de l’énergie relève donc de la mauvaise foi. L’étude complète est disponible sur le site du CRIOC : www.crioc.be. (Extrait de Syndicats n° 20 du 25 novembre 2011)

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS - CGSP -jaNVIER 2012

16/12/11 09:22


GAZELCO

ÉDITO G AZ ELCO

ACO D

CG

SP

Le Secrétariat fédéral du secteur GAZELCO

vous présente à toutes et tous ainsi qu’à vos proches ses meilleurs vœux de bonheur, de santé et de prospérité pour l’année nouvelle

Que nous soyons tous unis dans les combats sociaux difficiles qui s’annoncent

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS  CGSP GAZELCO  JANVIER 2012

gazelco jan 2012.indd 11

11 15/12/11 14:55


GAZELCO

Barèmes Tableau comparatif établi à l'ancienneté maximale forfait d'index ancien 131,09

index 1,1169

BAREME PARITAIRE BAREME EFEGTRABEL

01/12/2011

PERTE

BASE 2004

TRAITEMENT ANNUEL €

PERTE ANNUELLE

classe

Echelle

MENSUELLE

PARITAIRE

EFEGTRABEL

%

FB

1

5299,36

A

3558,26

-1741,10

82020,03

49530,98

32489,05 -39,61% 1.310.605

2

4979,42

A

3558,26

-1421,16

77197,48

49530,98

27666,50 -35,84% 1.116.064

3

4684,09

B

3216,95

-1467,14

72745,88

44779,94

27965,94 -38,44% 1.128.143

4

4413,37

B

3216,95

-1196,42

68665,24

44779,94

23885,30 -34,79%

963.531

5

4167,26

C

2945,38

-1221,88

64955,55

40999,69

23955,86 -36,88%

966.377

6

3970,37

C

2945,38

-1024,99

61987,76

40999,69

20988,07 -33,86%

846.657

7

3822,71

D

2721,93

-1100,78

59762,04

37889,27

21872,77 -36,60%

882.345

8

3699,66

E

2527,32

-1172,34

57907,27

35180,29

22726,98 -39,25%

916.804

9

3576,60

F

2365,09

-1211,51

56052,35

32922,05

23130,30 -41,27%

933.074

10

3453,55

G

2229,10

-1224,45

54197,58

31029,07

23168,51 -42,75%

934.615

11

3330,49

HB1 - HB2

2142,95

-1187,54

52342,66

29829,86

22512,80 -43,01%

908.164

12

3207,44

HB1 - HB2

2142,95

-1064,49

50487,89

29829,86

20658,03 -40,92%

833.343

13

3084,39

HA1 - HA2

2100,93

-983,46

48633,12

29244,95

19388,17 -39,87%

782.117

14

2961,33

HA1 - HA2

2100,93

-860,40

46778,20

29244,95

17533,25 -37,48%

707.290

Tableau comparatif établi à l'ancienneté zéro forfait d’index ancien 131,09

index 1,1169

BAREME PARITAIRE BAREME EFEGTRABEL

01/12/2011

PERTE

BASE 2004

TRAITEMENT ANNUEL €

classe

Echelle

MENSUELLE

PARITAIRE

EFEGTRABEL

1

3466,50

A

2970,98

-495,52

54486,33

41356,04

PERTE ANNUELLE €

%

13130,29 -24,10%

FB 529.675

2

3260,38

A

2970,98

-289,40

51379,43

41356,04

10023,39 -19,51%

404.343

3

3070,11

B

2686,01

-384,10

48511,43

37389,26

11122,17 -22,93%

448.667

4

2895,70

B

2686,01

-209,69

45882,49

37389,26

8493,23

-18,51%

342.616

5

2737,14

C

2459,27

-277,87

43492,47

34233,04

9259,43

-21,29%

373.524

6

2610,30

C

2459,27

-151,03

41580,58

34233,04

7347,54

-17,67%

296.399

7

2515,16

D

2272,68

-242,48

40146,50

31635,71

8510,79

-21,20%

343.324

8

2435,88

E

2110,20

-325,68

38951,49

29373,98

9577,51

-24,59%

386.356

9

2356,61

F

1974,73

-381,88

37756,63

27488,24

10268,39 -27,20%

414.226

10

2277,33

G

1861,19

-416,14

36561,62

25907,76

10653,86 -29,14%

429.776

11

2198,05

HB1 - HB2

1789,27

-408,78

35366,61

24906,64

10459,97 -29,58%

421.954

12

2118,77

HB1 - HB2

1789,27

-329,50

34171,60

24906,64

9264,96

-27,11%

373.748

13

2039,49

HA1 - HA2

1754,18

-285,31

32976,58

24418,19

8558,39

-25,95%

345.245

14

1960,22

HA1 - HA2

1754,18

-206,04

31781,72

24418,19

7363,53

-23,17%

297.044

12

gazelco jan 2012.indd 12

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS  CGSP GAZELCO  JANVIER 2012

15/12/11 14:55


TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS  CGSP GAZELCO  JANVIER 2012

gazelco jan 2012.indd 13

13

15/12/11 14:55

1783,62

1748,65

1714,36

1680,74

3

2

1

0

1855,68

1819,29

5

4

1911,72

1892,79

7

6

1950,15

1930,84

9

8

1989,35

1969,65

11

10

2029,33

2009,24

13

12

2070,12

2049,62

15

14

2100,93

2090,82

17

16

2100,93

2100,93

2100,93

20

19

2100,93

21

18

2100,93

2100,93

23

22

2100,93

2100,93

25

24

2100,93

2100,93

27

26

2100,93

2100,93

29

28

2100,93

2100,93

31

30

2100,93

2100,93

33

32

2100,93

2100,93

35

34

2100,93

2100,93

37

36

2100,93

2100,93

39

2100,93

40

38

HA1

14 - 13

Anc ,

1680,74

1714,36

1782,93

1818,59

1891,33

1910,24

1967,55

1987,23

2046,85

2067,32

2129,34

2129,34

2171,93

2171,93

2215,37

2215,37

2259,68

2259,68

2304,87

2304,87

2350,97

2350,97

2374,48

2374,48

2398,22

2398,22

2422,20

2422,20

2446,42

2446,42

2470,88

2470,88

2495,59

2495,59

2520,55

2520,55

2521,12

2521,12

2521,12

2521,12

2521,12

HA2

1714,36

1748,65

1783,62

1819,29

1855,68

1892,79

1930,65

1949,96

1969,46

1989,15

2009,04

2029,13

2049,42

2069,91

2090,61

2111,52

2132,64

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

2142,95

HB1

12 - 11 G1

1783,28

1818,94

1855,32

1892,43

1930,28

1968,89

2008,27

2028,35

2048,63

2069,12

2089,81

2110,71

2131,82

2153,14

2174,67

2196,42

2218,38

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

2229,10

10

1783,28

1818,94

1891,70

1929,53

2006,71

2026,78

2087,58

2108,46

2171,71

2193,43

2259,23

2259,23

2304,41

2304,41

2350,50

2350,50

2397,51

2397,51

2445,46

2445,46

2494,37

2494,37

2519,31

2519,31

2544,50

2544,50

2569,95

2569,95

2595,65

2595,65

2621,61

2621,61

2647,83

2647,83

2674,31

2674,31

2674,93

2674,93

2674,93

2674,93

2674,93

G2

F1

1892,06

1929,90

1968,50

2007,87

2048,03

2088,99

2130,77

2152,08

2173,60

2195,34

2217,29

2239,46

2261,85

2284,47

2307,31

2330,38

2353,68

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

2365,09

9

1892,06

1929,90

2007,10

2047,24

2129,13

2150,42

2214,93

2237,08

2304,19

2327,23

2397,05

2397,05

2444,99

2444,99

2493,89

2493,89

2543,77

2543,77

2594,65

2594,65

2646,54

2646,54

2673,01

2673,01

2699,74

2699,74

2726,74

2726,74

2754,01

2754,01

2781,55

2781,55

2809,37

2809,37

2837,46

2837,46

2838,11

2838,11

2838,11

2838,11

2838,11

F2

E1

2021,86

2062,29

2103,54

2145,61

2188,52

2232,29

2276,94

2299,71

2322,71

2345,94

2369,40

2393,09

2417,02

2441,19

2465,60

2490,26

2515,16

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

2527,32

8

2021,86

2062,29

2144,78

2187,68

2275,19

2297,94

2366,88

2390,55

2462,27

2486,89

2561,50

2561,50

2612,73

2612,73

2664,98

2664,98

2718,28

2718,28

2772,65

2772,65

2828,10

2828,10

2856,38

2856,38

2884,94

2884,94

2913,79

2913,79

2942,93

2942,93

2972,36

2972,36

3002,08

3002,08

3032,10

3032,10

3032,80

3032,80

3032,80

3032,80

3032,80

E2

D1

3045,85

2721,93

2177,54

2221,09

2265,51

2310,82

2357,04

2404,18

2452,26

2476,78

2501,55

2526,57

2551,84

2577,36

2603,13

2629,16

2655,45

2682,00

2708,82

2721,93

2721,93

2403,44 2356,31

2177,54

2451,51

2500,54

2550,55

2601,56

2653,59

2680,13

2706,93

2734,00

2761,34

2788,95

2816,84

2845,01

2873,46

2902,19

2931,21

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

2945,38

C1

6-5

2221,09

2309,93

2356,13

2450,38

2474,88

2549,13

2574,62

2651,86

2678,38

2758,73

2758,73

2813,90

2813,90

2870,18

2870,18

2927,58

2927,58

2986,13

2986,13

3045,85

2721,93 2721,93

3076,31

3076,31

3107,07

3107,07

3138,14

3138,14

3169,52

3169,52

3201,22

3201,22

3233,23

3233,23

3265,56

3265,56

3266,31

3266,31

3266,31

3266,31

3266,31

D2

2721,93

2721,93

2721,93

2721,93

2721,93

2721,93

2721,93

2721,93

2721,93

2721,93

2721,93

2721,93

2721,93

2721,93

2721,93

2721,93

2721,93

2721,93

2721,93

7

x1: Norme garantie 1,1169(*) x2: Norme + possible tous les 2 ans (*) correspondant au niveau de l'index quadrimestrial santé du mois de 1/12/2011 base 2004 CCT 2007

1714,36

1748,65

1818,58

1854,95

1929,16

1948,44

2006,91

2026,98

2087,82

2108,70

2171,97

2171,98

2215,42

2215,42

2259,74

2259,75

2304,96

2304,96

2351,03

2351,03

2397,96

2397,96

2421,96

2421,96

2446,18

2446,18

2470,61

2470,61

2495,47

2495,47

2520,33

2520,33

2545,61

2545,61

2570,90

2570,90

2571,54

2571,54

2571,54

2571,54

2571,54

HB2

BARÈME EFEGTRABEL

EVOLUTION SALARIALE nouveaux engagés 01- 01-2002

2356,31

2403,44

2499,58

2549,57

2651,55

2678,07

2758,41

2785,99

2869,57

2898,27

2985,22

2985,22

3044,92

3044,92

3105,82

3105,82

3167,94

3167,94

3231,30

3231,30

3295,93

3295,93

3328,89

3328,89

3362,18

3362,18

3395,80

3395,80

3429,76

3429,76

3464,06

3464,06

3498,70

3498,70

3533,69

3533,69

3534,47

3534,47

3534,47

3534,47

3534,47

C2

2573,56

2625,03

2677,53

2731,08

2785,70

2841,41

2898,24

2927,22

2956,49

2986,05

3015,91

3046,07

3076,53

3107,30

3138,37

3169,75

3201,45

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

3216,95

B1

4-3

2573,56

2625,03

2730,03

2784,63

2896,02

2924,98

3012,73

3042,86

3134,15

3165,49

3260,45

3260,45

3325,66

3325,66

3392,17

3392,17

3460,01

3460,01

3529,21

3529,21

3599,79

3599,79

3635,79

3635,79

3672,15

3672,15

3708,87

3708,87

3745,96

3745,96

3783,42

3783,42

3821,25

3821,25

3859,46

3859,46

3860,35

3860,35

3860,35

3860,35

3860,35

B2

2846,61

2903,54

2961,61

3020,84

3081,26

3142,89

3205,75

3237,81

3270,19

3302,89

3335,92

3369,28

3402,97

3437,00

3471,37

3506,08

3541,14

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

3558,26

A1

2- 1 A2

GAZELCO

2846,61

2903,54

3019,68

3080,07

3203,27

3235,30

3332,36

3365,68

3466,65

3501,32

3606,36

3606,36

3678,49

3678,49

3752,06

3752,06

3827,10

3827,10

3903,64

3903,64

3981,71

3981,71

4021,53

4021,53

4061,75

4061,75

4102,37

4102,37

4143,39

4143,39

4184,82

4184,82

4226,67

4226,67

4268,94

4268,94

4269,93

4269,93

4269,93

4269,93

4269,93


14

gazelco jan 2012.indd 14

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS  CGSP GAZELCO  JANVIER 2012

15/12/11 14:55

1,08

1,12

3 1,16

4 1,20

5 1,23

6 1,26

7 1,29

8 1,32

9 1,35

10 1,38

12 1,41

14 1,44

16 1,47

18 1,50

20

1,52

22

1,54

24

1,56

26

1,58

28

1,60

30

1,62

32

11

12

13

14

E

S

9

C

8

C

1,40 2126,86 2211,93 2297,01 2382,08 2467,16 2552,23 2616,04 2679,84 2743,65 2807,45 2871,26 2935,07 2998,87 3062,68 3126,48 3190,29 3232,83 3275,36 3317,90 3360,44 3402,97 3445,51

I

7

E

10

1,45 2202,82 2290,93 2379,04 2467,16 2555,27 2643,38 2709,47 2775,55 2841,64 2907,72 2973,80 3039,89 3105,97 3172,06 3238,14 3304,23 3348,28 3392,34 3436,40 3480,45 3524,51 3568,57

S

6

S

A

1,50 2278,78 2369,93 2461,08 2552,23 2643,38 2734,53 2802,90 2871,26 2939,62 3007,99 3076,35 3144,71 3213,08 3281,44 3349,80 3418,17 3463,74 3509,32 3554,89 3600,47 3646,04 3691,62

5

S

N

N

O

E

N

4

A

(*) Correspondant au niveau 1,1169 de l' index quadrimestriel santé du mois de 1/12/2011 Basis - Base 2004 =100

1,00 1519,19 1579,95 1640,72 1701,49 1762,25 1823,02 1868,60 1914,17 1959,75 2005,32 2050,90 2096,48 2142,05 2187,63 2233,20 2278,78 2309,16 2339,54 2369,93 2400,31 2430,70 2461,08

1,15 1747,06 1816,95 1886,83 1956,71 2026,59 2096,48 2148,89 2201,30 2253,71 2306,12 2358,53 2410,95 2463,36 2515,77 2568,18 2620,59 2655,54 2690,48 2725,42 2760,36 2795,30 2830,24

1,20 1823,02 1895,94 1968,86 2041,78 2114,71 2187,63 2242,32 2297,01 2351,70 2406,39 2461,08 2515,77 2570,46 2625,15 2679,84 2734,53 2770,99 2807,45 2843,91 2880,37 2916,84 2953,30

1,25 1898,98 1974,94 2050,90 2126,86 2202,82 2278,78 2335,75 2392,72 2449,69 2506,66 2563,62 2620,59 2677,56 2734,53 2791,50 2848,47 2886,45 2924,43 2962,41 3000,39 3038,37 3076,35

1,30 1974,94 2053,94 2132,94 2211,93 2290,93 2369,93 2429,18 2488,43 2547,67 2606,92 2666,17 2725,42 2784,67 2843,91 2903,16 2962,41 3001,91 3041,41 3080,91 3120,41 3159,90 3199,40

1,35 2050,90 2132,94 2214,97 2297,01 2379,04 2461,08 2522,61 2584,13 2645,66 2707,19 2768,71 2830,24 2891,77 2953,30 3014,82 3076,35 3117,37 3158,39 3199,40 3240,42 3281,44 3322,46

1,56 2369,93 2464,73 2559,52 2654,32 2749,12 2843,91 2915,01 2986,11 3057,21 3128,31 3199,40 3270,50 3341,60 3412,70 3483,80 3554,89 3602,29 3649,69 3697,09 3744,49 3791,89 3839,28

1,64 2491,46 2591,12 2690,78 2790,44 2890,10 2989,76 3064,50 3139,24 3213,99 3288,73 3363,48 3438,22 3512,96 3587,71 3662,45 3737,20 3787,02 3836,85 3886,68 3936,51 3986,34 4036,17

1,74 2643,38 2749,12 2854,85 2960,59 3066,32 3172,06 3251,36 3330,66 3409,96 3489,26 3568,57 3647,87 3727,17 3806,47 3885,77 3965,07 4017,94 4070,81 4123,68 4176,54 4229,41 4282,28

1,85 2810,49 2922,91 3035,33 3147,75 3260,17 3372,59 3456,91 3541,22 3625,54 3709,85 3794,16 3878,48 3962,79 4047,11 4131,42 4215,74 4271,95 4328,16 4384,37 4440,58 4496,79 4553,00

3

1,97 2992,79 3112,51 3232,22 3351,93 3471,64 3591,35 3681,14 3770,92 3860,70 3950,49 4040,27 4130,06 4219,84 4309,62 4399,41 4489,19 4549,05 4608,90 4668,76 4728,62 4788,47 4848,33

2

L

T

1,04

1,00

2

2,10 3190,29 3317,90 3445,51 3573,12 3700,73 3828,35 3924,05 4019,76 4115,47 4211,18 4306,89 4402,60 4498,31 4594,02 4689,72 4785,43 4849,24 4913,04 4976,85 5040,66 5104,46 5168,27

1

0

ANCIENNETÉ 1 EURO = 40,3399 FEB

C

1

applicable à partir du 1/12/2011 Coefficient multiplicateur d'indexation : 1,1169 (*) MONTANTS AU COEFFICIENT CI - DESSOUS : S.F. GAZELCO -du forfait d'index ancien : 131,09

BARÈME PARITAIRE NATIONAL DES EMPLOYÉS DU GAZ ET DE L'ÉLECTRICITÉ

GAZELCO


À LIRE

Engagez-vous ! Dans la lignée « d’Indignez-vous ! », cet ouvrage reprend et développe, sous la forme d’un entretien entre deux générations (Gilles Vanderpooten, 25 ans et Stéphane Hessel, 93 ans), le parcours singulier de ce dernier, homme au grand cœur, de cet humaniste authentique et présent sur tous les fronts. Cet ouvrage est l’occasion d’aller plus loin, à travers un échange permettant de mieux saisir l’originalité de sa personnalité, la profondeur de ses engagements, et les multiples raisons qu’a Stéphane Hessel de nous inciter à nous indigner. Il nous livre des pistes pour agir, et s’engager. À 93 ans, Stéphane Hessel reste engagé sur tous les fronts : droits de l’homme, des sans-papiers et des sans-logis, lutte contre les inégalités, écologie. Éternel optimiste, il enjoint les jeunes générations à faire vivre l’idée de résistance contre les choses scandaleuses qui les entourent et qui doivent être combattues avec vigueur. « Indignez-vous ! » nous interpelle-t-il ? Stéphane Hessel naît en 1917. Grand Résistant puis diplomate, il contribue à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Stéphane Hessel et Gilles Vanderpoorten, Engagez-vous !, Éd. de l’Aube, Paris, mars 2011, 112 p., 7 €. Le grand basculement Crise alimentaire, crises sanitaires, crise énergétique, crise climatique et même crise financière et économique : la juxtaposition et la succession des événements extrêmes qu’a connus notre planète depuis dix ans sont stupéfiantes. Seraient-ils liés ? Des phénomènes structurels et transversaux n’expliquent-ils pas ces tensions, qui mettent à l’épreuve notre capacité à vivre ensemble – voire peut-être à survivre ? Nous avons atteint un niveau d’interdépendance sociale, économique et financière, inégalé dans l’histoire. Ce système a permis soixante années de croissance impressionnante et des progrès sans précédent. Il atteint pourtant aujourd’hui ses limites, sous l’effet de la croissance démographique et des contraintes physiques qui pèsent sur notre planète. D’où la pression qui suscite les crises auxquelles nous assistons. Cette interdépendance explique aussi l’ampleur des inégalités et les tensions sociales qui s’ensuivent, annonçant peut-être encore d’autres crises. La question sociale se hisse donc au rang des problèmes globaux. Au cours du siècle qui s’ouvre, la société internationale saura-t-elle la traiter ? Jean-Michel Severino est directeur de recherches à la Fondation pour la recherche sur le développement international (FERDI) et Olivier Ray est économiste. Jean-Michel Severino et Olivier Ray, Le Grand Basculement. La question sociale à l’échelle mondiale, Éd. Odile Jacob, Paris, octobre 2011, 299 p., 25 €. Le réveil des démons On croyait les démons assagis : à la faveur de la crise financière de 2008, les États avaient repris le dessus sur les marchés financiers. Mais la tempête qui ébranle la zone euro depuis maintenant deux ans montre qu’ils n’étaient qu’assoupis. Ce qui n’était au départ qu’une crise banale dans une petite économie périphérique, la Grèce, a gagné un pays après l’autre et menace aujourd’hui d’emporter tout l’édifice monétaire européen. Les citoyens s’interrogent : Peut-on encore sortir de cette tempête ? Certains pays devront-ils quitter l’euro ? À quel prix ? Cette monnaie sera-t-elle le fossoyeur de l’Europe ou l’accélérateur de sa transformation ? Les États vont-ils perdre leur autonomie budgétaire ? L’Allemagne est-elle en train de prendre le pouvoir ? Jean Pisani-Ferry donne à lire comme un thriller l’histoire d’une monnaie orpheline d’un État, mais surtout d’un projet politique. Il déchiffre les différents scénarios de sortie de crise et évalue leurs chances de succès. Économiste, directeur du think tank européen Bruegel, Jean Pisani-Ferry est professeur associé à l’Université ParisDauphine et chroniqueur au Monde. Jean Pisani-Ferry, Le réveil des DÉMONS. La crise de l’euro et comment nous en sortir, Éd. Fayard, Paris, novembre 2011, 228 p., 15 €.

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS  CGSP GAZELCO  JANVIER 2012

gazelco jan 2012.indd 15

15

15/12/11 14:55


À LIRE

Une brève histoire des crises financières La finance a pris une place démesurée dans nos économies et ses dérapages pèsent lourdement sur l’emploi et le bien-être des populations partout dans le monde. Mais il n’est pas facile pour le simple citoyen de comprendre les ressorts de l’instabilité financière, afin d’apprécier la pertinence des politiques qui prétendent la combattre. D’où l’intérêt de revenir sur les grandes crises du passé. Tel est le propos de ce livre, où l’auteur fait le récit des plus exemplaires d’entre elles et de leurs issues : la fameuse bulle sur les tulipes dans la Hollande du XVIIe siècle ou la façon dont l’Écossais John Law a créé la première bulle boursière de l’histoire dans la France du Régent. Il revient sur la crise de 1929, en montrant comment Roosevelt a usé de toute son habileté pour imposer les régulations qui allaient assurer plusieurs décennies de stabilité. Se dessine ainsi une « économie politique des bulles », dans laquelle s’inscrit parfaitement le dérapage des subprimes. On comprend mieux alors les mécanismes économiques en jeu dans les crises financières. Mais aussi le rôle joué par les inégalités sociales, les rapports de forces politiques et les batailles idéologiques. Christian Chavagneux est rédacteur en chef adjoint du mensuel Alternatives économiques et décrypte sur son blog l’actualité de la régulation financière et des paradis fiscaux. Christian Chavagneux, Une brève histoire des crises financières. Des tulipes aux subprimes, Éd. La Découverte, Paris, octobre 2011, 236 p., 16 €. Une autre histoire de la puissance américaine Comment s’est constituée la puissance des États-Unis d’Amérique ? Comment, en à peine un siècle et demi, les anciennes colonies britanniques ont-elles réussi à supplanter l’Europe sur les plans économique, militaire et culturel ? Comment expliquer la dynamique expansionniste qui a propulsé le pays des marges au cœur du système international ? Les États-Unis sont-ils aujourd’hui sur le déclin ? Réinterprétant la trajectoire historique des États-Unis et contestant le récit libéral de la modernité, Philip Golub met en lumière la violence accompagnant la construction de l’État. Il relate les étapes d’ascension d’une nation née d’un empire avant d’en devenir un à son tour, depuis l’esclavage et l’expansion territoriale continentale au XIXe siècle jusqu’à la mondialisation de la fin du siècle suivant. Philip Golub est professeur de relations internationales à l’Université américaine de Paris. Il contribue régulièrement au Monde diplomatique. Philippe Golub, Une autre histoire de la puissance américaine, Éd du Seuil, Paris, novembre 2011, 281 p., 18 €.

SOMMAIRE

TRIBUNE

Infos GÉNÉRALES

Infos GAZELCO

2 / Actualités • Manifestation du 2 décembre 2011 3 / Édito • Pour 2012, un peu de testostérone en plus ! 4 / Dossier • L’accord gouvernemental du 1er décembre : une question d’« équilibre » … 7 / Europe • Un véritable corset budgétaire 8 / IRB • Gouvernements de « technocrates » Oligarchie contre démocratie 9 / Actualités internationales 10 / Analyse • Les prix de l’énergie explosent - Les revenus des travailleurs ne suivent pas !

11 / Vœux 2012 12 / Tableaux • Barèmes 15 / À lire

www.gazelco.be

www.cgsp-wallonne.be

Membre de l'Union des Éditeurs de la Presse Périodique Mensuel de la Centrale générale des services publics (CGSP) de la FGTB

16

gazelco jan 2012.indd 16

Éditeur responsable : Francis Wégimont - Place Fontainas, 9/11 - 1000 Bruxelles - tél. 02 508 58 11

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS  CGSP GAZELCO  JANVIER 2012

15/12/11 14:55


Gazelco web janvier 2012