Page 1

Extrait -Tous droits réservés -


Extrait -Tous droits réservés -


Mireille Saimpaul

La Marmite Norvégienne

illustrations de Kay Wernert

©Moi-même éditeur Mars 2013 Extrait-Tous droits réservésISBN 978-2-9544846-0-0

Livre ou pdf à se procurer sur http://marmite-norvegienne.com


Pour soutenir notre travail, vous pouvez vous procurer le livre complet "La Marmite Norvégienne" en version papier ou en pdf sur : http://marmite-norvegienne.com

- Le pdf complet de 73 pages coûte 5 euros. Envoi par mail après réception du paiement. – L'édition papier - livret agrafé de 72 pagessera proposée à la demande (impression locale, économie de papier, forêts préservées) : - Avec illustrations en couleurs : 15 euros + frais de port -Avec illustrations noir et blanc : 7,90 euros + frais de port

Pour commander : http://www.marmite-norvegienne.com/p/le-livre-la-marmitenorvegienne.html


TABLE DES MATIERES (Les numéros de page correspondent à l'édition complète) Page AVANT-PROPOS ........................................................................................... 3 Cette partie n'est disponible que dans l'édition papier ou sur le pdf : UN PEU D'HISTOIRE... ................................................................................ 4 Pourquoi « Marmite Norvégienne » ? ........................................................ 4 La guerre de 1914-18 ................................................................................. 11 La Marmite de Louis Forest (1917) ............................................................ 12 La Marmite à toutes les sauces .................................................................. 15 Entre les deux guerres ................................................................................ 20 Son utilisation en tant que glacière (1939) ............................................... 23 Pendant la guerre de 1939-45 .................................................................... 24 Modèle de « caisse norvégienne » (1941) ................................................. 25 Une Marmite Norvégienne portative (1942) ............................................. 26 Sur le marché actuel ................................................................................... 27 Marmite enterrée ........................................................................................ 29 Du côté des alternatifs et des ONG ............................................................ 30 LA MARMITE NORVEGIENNE DE NOS JOURS ........................................... 32 Les choses les plus simples ne sont pas forcément celles qu’on adopte en premier ....................................................................................... 32 On ne risque rien à expérimenter ............................................................... 32 Une première approche, des petits gestes pour économiser l'énergie .... 33 Garder au chaud, réchauffer grâce à un four, un poêle ............................ 34 La cuisson « au torchon » ........................................................................... 35 Bonnet de marmite ..................................................................................... 36 CONSTRUCTIONS DIVERSES ...................................................................... 38 Le récipient .................................................................................................. 38 L'isolant ....................................................................................................... 39 La caisse à cuire : -On peut s'en passer ................................................................................... 39 -La « wonder box » ..................................................................................... 40 -Les corbeilles, paniers ou autres ............................................................... 40 - Le panier-thermos .................................................................................... 41 Les caisses, coffres ou cartons : -À partir d'un coffre existant ...................................................................... 43 -La Marmite en carton ................................................................................. 43 - Le polystyrène ........................................................................................... 45 - Bidon etc.................................................................................................... 47 Où la mettre ? .............................................................................................. 47


- La Marmite dans un des éléments de la cuisine ..................................... 47 Pour les bricoleurs....................................................................................... 49 Les combinés fours solaires/Marmite Norvégienne .................................. 52 Et pourquoi pas une Marmite Norvégienne petit format ? ........................52 LA MARMITE NORVEGIENNE AU QUOTIDIEN ............................................53 Principe général .......................................................................................... 53 Cas particulier de la cocotte-minute .......................................................... 53 Les temps de cuisson préalables ................................................................ 53 Les temps de séjour dans la Marmite ........................................................ 55 À table ! ........................................................................................................ 57 Sur le plan gustatif ...................................................................................... 57 Que des avantages ...................................................................................... 58 D'abord, s'organiser .................................................................................... 58 En camping, pique-nique ou pour le repas au travail ................................ 60 Grandes tablées, réceptions... .................................................................... 60 RECETTES ..................................................................................................... 61 Œufs marbrés .............................................................................................. 61 Purée de pois chiches ou de haricots secs ................................................. 61 Soupe au pistou ........................................................................................... 62 Soupe aux pois cassés ................................................................................. 62 Soupe de poissons ....................................................................................... 62 Couscous ...................................................................................................... 63 Choucroute .................................................................................................. 63 Côtes de porc aux légumes d'été ................................................................ 64 Bœuf en daube ............................................................................................ 64 Rôti de veau aux pommes de terre ............................................................. 64 Découpes de volaille aux légumes de saison ............................................. 64 Haricots secs en ragoût ............................................................................... 64 Chipolatas aux lentilles ............................................................................... 65 Orge aux légumes d'été .............................................................................. 65 Compotes ou fruits cuits ............................................................................. 65 Petits gâteaux vapeur au chocolat ............................................................. 66 Petits pains vapeur ...................................................................................... 66 Pour faire lever de la pâte à pain ou à brioche .......................................... 66 Yaourts au lait de vache .............................................................................. 66 Yaourts au soja ............................................................................................ 67 BIBLIOGRAPHIE .......................................................................................... 68 LIENS ........................................................................................................... 68

Les numéros de page correspondent à l'édition complète.


AVANT-PROPOS

D'abord intriguée par son nom, une marmite qui n'en est pas une et peut-être pas norvégienne de surcroît, j'ai mis du temps à expérimenter puis à adopter ce système de cuisson sans feu, désarmant de simplicité, que j'ai regretté de n'avoir pas mis en pratique plus tôt. J'ai voulu en savoir davantage sur cette fameuse Marmite qui permet d'économiser au moins 50 % de l'énergie consacrée à la cuisson, et qui ne coûte rien de plus que quelques efforts d'organisation : prévoir un repas un peu à l'avance, y consacrer à peine une demiheure, parfois moins. Faire partager son enthousiasme pour une caisse isolante n'est pas chose aisée. D'emblée, la Marmite Norvégienne est connotée plutôt négativement : elle est associée aux périodes de guerres et de restrictions, où ses services rendus sont mis en avant pour être relégués aux oubliettes une fois la paix et l'abondance revenues... C'est pourtant un auxiliaire de cuisine, au prix de revient quasi nul, qui nous fait économiser de l'énergie et donc de l'argent, tout en permettant aux plats de cuire en notre absence. Même si nous ne sommes pas (encore) en pleine crise économique, il est bon de savoir que le procédé existe et ne coûte quasiment rien. Essayez de le tester à l'occasion, cela sera toujours ça de gagné ! Ne serait-ce que sur le plan écologique : qui dit énergie dit pillage des ressources fossiles, production de CO2, recours au nucléaire... Avec la Marmite Norvégienne, notre part de pollution est réduite d'au moins de moitié, on se régale de plats mitonnés quasiment sans feu et cela profite également à nos finances. Non, ça n'est pas compliqué ni forcément encombrant, laissez-vous tenter et expérimentez à votre tour, vous ne le regretterez pas.

La Marmite Norvégienne désigne communément une caisse où l'on a placé une marmite bouillante... Pour éviter les confusions avec le récipient culinaire, je la distinguerai par une majuscule, ou par l'abréviation M.N.


La partie sur l'histoire de la marmite norvégienne n'est disponible que dans l'édition papier ou sur le pdf. UN PEU D'HISTOIRE Pourquoi « Marmite Norvégienne » ? ….................................................. 6 La guerre de 1914-18 …............................................................................. 13 La Marmite de Louis Forest (1917) …........................................................ 13 La Marmite à toutes les sauces ….............................................................. 16 Entre les deux guerres …............................................................................ 21 Son utilisation en tant que glacière (1939) …........................................... 24 Pendant la guerre de 1939-45 …................................................................ 24 Modèle de « caisse norvégienne » (1941) …............................................. 26 Une Marmite Norvégienne portative (1942) ….......................................... 27 Sur le marché actuel …................................................................................ 28 Marmite enterrée …..................................................................................... 29 Du côté des alternatifs et des ONG …......................................................... 30

D'après La Nature, 13 janvier 1912.

Dans les notes, les numéros de page correspondent à l'édition complète.


LA MARMITE NORVEGIENNE DE NOS JOURS …

Les choses les plus simples ne sont pas forcément celles qu’on adopte en premier… Les personnes sensibilisées à l'écologie ont donc sans doute déjà entendu parler de la Marmite Norvégienne lors de campagnes d'économies d'énergie où elle est parfois citée en marge de la promotion des cuiseurs solaires. Les ressources sont encore un peu limitées en français, mais on trouve facilement sur le net des témoignages positifs, plans, astuces... Cependant, comme pour d'autres alternatives, on sait qu'elles existent, mais il faut se décider à les appliquer ! Vite happés par notre mode de vie, nous gardons souvent ces idées de côté, jusqu'au déclic qui enclenchera une première expérimentation puis, si tout va bien, l'adoption définitive du système. La Marmite Norvégienne a, malgré elle, des côtés dérangeants : elle est la simplicité même mais trouve difficilement sa place dans les cuisines modernes qui ne l'ont évidemment pas prévue. Ses seules périodes de gloire ont été les guerres ou les graves crises économiques après lesquelles elle a été prestement oubliée. On ne peut pas dire qu'elle soit connue du grand public, si ce n'est plutôt négativement ou pour être raillée comme une pratique de « radin ». Les grands cuisiniers, qui disposent d'équipements sophistiqués et ne se préoccupent guère de l'énergie utilisée, l'ignorent ou la méprisent. Bref, elle est encore loin d'être tendance ! Pourtant, si nous sommes sensibles à l'écologie, son existence même nous rappelle que nous gaspillons une énergie que nous pourrions économiser, au prix de quelques efforts, pour notre porte-monnaie, mais aussi pour le bien de la planète. Nous pouvons peut-être encore nous payer le luxe de gaspiller cette énergie actuellement, mais demain ? Il est connu que les longues cuissons perdent en chaleur rejetée dans la cuisine jusqu'à 80% de l'énergie qu'elles dépensent. Tant mieux si en hiver elles chauffent la pièce, mais l'été, on s'en passerait volontiers. Sans compter les hottes aspirantes, bruyantes et consommatrices d'électricité... Nous disposons heureusement de fournitures labellisées moins gourmandes en énergie, mais elles ne sont pas à la portée de toutes les bourses et nous maintiennent toujours dans la dépendance énergétique. La Marmite vient aussi contrarier un mode d'alimentation basé sur la facilité, le vite-faitvite-prêt, souvent lié à l'usage du micro-ondes, du congélateur... jusqu'au moment où l'absence prolongée d'électricité, pour une raison ou une autre, laisse complètement désemparés ceux qui ont tout misé sur elle dans leur maison ! Depuis la première guerre mondiale, période de gloire de la M.N, les cuisines se sont équipées « à l'américaine », les appareils ménagers électriques se sont multipliés, et au fil du temps la société de consommation s'est occupée du reste : plats cuisinés, congélateur,


four à micro-ondes... Difficile de résister à toutes ces tentations ! Le côté « libérateur » de la Marmite - vaquer à d'autres occupations que celles du fourneau pendant que le plat continue de cuire tout seul - a été récupéré par les mirages de la technologie : robots à tout faire, décongélation/cuisson au micro-ondes, fours ou autres appareils programmables ... tous dépendants de la chère électricité.

On ne risque rien à expérimenter Ce n'est un secret pour personne, nous n'allons pas vers des temps d'abondance, les énergies fossiles s'amenuisent, elles seront de plus en plus chères et il n'y en aura pas pour tout le monde. Elles contribuent à la pollution de la planète (production de CO2, effet de serre etc.), et ne parlons pas du nucléaire dont dépend la majeure part de notre électricité. La Marmite permet de cuire un plat qui nécessiterait une longue cuisson sur le feu en très peu de temps. Quelle que soit notre source d'énergie, si à chaque fois qu'on le peut, on fait appel à ses services, cela sera toujours ça d'économisé ! Les gourmets seront ravis : les plats mitonnent tranquillement, sans accrocher ni brûler, les légumes ne sont pas réduits en bouillie, les goûts sont préservés... Comparées aux piètres cuissons micro-ondées, que d'expériences culinaires réjouissantes en perspective ! Plutôt que d'entrer en fanfare dans le foyer, au risque de bousculer les habitudes et de décourager les meilleures volontés, la Marmite Norvégienne gagnera à se faire une petite place dans la cuisine ou, pourquoi pas, dans une autre pièce. Il n'est pas nécessaire d'investir dans une caisse auto-construite pour tester. Essayez de vous en servir ne serait-ce qu'une fois à titre expérimental, sans vous poser de questions sur la place que ça prendra dans votre cuisine, son esthétique etc. Au moins, vous saurez déjà de quoi il s'agit lorsque vous en entendrez parler et vous aurez tout le temps de l'adopter par la suite !

Une première approche, des petits gestes pour économiser l'énergie Pour se familiariser avec les économies d'énergie en cuisine, voici déjà quelques astuces connues et faciles à appliquer. Elles vous achemineront tranquillement vers la Marmite Norvégienne. Une évidence : mettre systématiquement un couvercle lorsqu'on fait cuire quelque chose. Pour porter à ébullition, commencer sur feu vif puis, dès que ça bout, réduire le feu. Utiliser des récipients d'un diamètre correspondant à celui du feu ou de la plaque : une casserole de 15 cm sur une plaque de 18 cm génère une perte d'énergie de 30% ! 1 Adapter la taille de la casserole au contenu : cuire une petite quantité de liquide dans une grande cocotte gaspille de l'énergie pour réchauffer le récipient lui-même. Le fond des casseroles doit être bien plat pour un contact optimal avec les plaques électriques ou à induction. Cela éviterait une perte de 50% de la chaleur. 1

La Maison écologique - n°14 avril-mai 2003 (« La cuisine au régime » Jean-Paul Blugeon).


Les céréales ou légumineuses cuisent plus vite si on les met à tremper la veille. Une serviette éponge pliée plusieurs fois, posée sur le couvercle de la casserole, sans trop en dépasser le contour, limite la perte de chaleur à travers le couvercle. À utiliser avec précaution, surtout sur une cuisinière à gaz où un feu trop vif pourrait enflammer le tissu qui déborde. Le procédé semble plus adapté aux plaques électriques ou à induction.

Garder au chaud, réchauffer grâce à un four, un poêle...

Juste après l'extinction du four, on peut y maintenir au chaud un plat ou chauffer des assiettes. Des poêles à bois comportent une niche prévue pour réchauffer ou finir de cuire un plat, grâce à la chaleur du poêle. Sur le même principe, on trouve encore parfois en brocante des radiateurs en fonte munis d'une fonction chauffe-plat.


La cuisson « au torchon » Éteindre le feu un peu avant la fin de la durée de cuisson prévue, sans ôter le couvercle, en laissant la casserole sur le feu éteint, que ce soit sur le gaz ou sur une plaque électrique, permet au plat de finir de cuire tranquillement. C'est d'autant plus efficace si le récipient est épais (cocotte en fonte, autocuiseur...). Essayez pour voir, il suffit juste d'y penser ! Vous améliorerez le principe en éteignant le feu tout de suite après l'ébullition, et en disposant un torchon propre sur la casserole (plié en deux ou en quatre selon la taille du torchon et de la casserole) de façon à ce qu'il la recouvre bien. Remettez aussitôt le couvercle. La casserole reste posée sur le feu éteint. C'est idéal pour, l'ébullition atteinte, finir de cuire rapidement hors du feu des aliments qui cuisent vite comme les pâtes ou le riz blancs : faire bouillir de l'eau salée, y verser les pâtes ou le riz, attendre la reprise de l'ébullition, couper le feu, mettre le torchon et le couvercle. C'est cuit au bout de dix minutes. À tester avec des plaques électriques ou à induction et à adapter pour d'autres plats en augmentant le temps d'ébullition si besoin. Cette cuisson arrêtée en fin de course préserve le goût des aliments qui sont cuits à point, tout en restant un peu fermes. La chaleur se conservera mieux dans une cocotte épaisse, mais cela fonctionne aussi avec une casserole ordinaire... Si le plat n'est pas assez cuit, il suffira de le reporter sur le feu ! Voilà une première approche de la « cuisson sans feu », facile à adopter, que l'on cuisine au gaz ou à l'électricité. Cela rendra service en camping, pour économiser les bouteilles de gaz par exemple. Encore une astuce, qui l'air de rien vous acheminera encore un peu vers la Marmite Norvégienne : au moins un quart d'heure avant la fin de la cuisson prévue, après l'avoir ôté du feu, vous coifferez le récipient - fermé et posé sur un dessous de plat en liège ou en bois - d'un « bonnet » protecteur qui permettra de réduire le temps de cuisson sur le feu et de garder le plat au chaud un certain temps.

Cuisson « au torchon »

Bonnet de marmite

Bonnet de marmite C'est le principe des « manteaux de théière » pour garder le thé au chaud (« tea cosy »)... Avec quelques notions de couture, vous confectionnerez aisément une sorte de gros bonnet aux dimensions de votre récipient, par exemple avec plusieurs épaisseurs de polaire ou de feutrine. Cela peut se concevoir aussi en tricot, avec de la grosse laine,


comme un véritable bonnet épais. Découpez une bande de papier qui fasse le tour de votre cocotte. Pour le dessus, servezvous du couvercle pour tracer son contour. Étalez votre tissu (polaire en double épaisseur ou plus...), maintenez vos patrons dessus et découpez le tissu en débordant largement des patrons, surtout pour la hauteur du tour de la cocotte. Avec une grosse aiguille et du fil doublé, assemblez le tour de la cocotte en laissant assez de tissu à rabattre sous le dessous de plat, puis cousez le dessus. C'est l'efficacité qui compte, pas l'esthétique, bien qu'on puisse envisager de très jolies créations.

Attention aux risques de brûlures ! Vérifiez la fermeture du couvercle avant d'enfiler le bonnet sur la cocotte posée sur un support en bois ou en liège. Le système n'est pas parfait, l'extérieur risque d'être tiède quand on pose la main dessus (signe que la précieuse chaleur s'échappe), mais, en fonction des récipients et des bonnets utilisés, les plats démarrés sur le feu d'après le principe de la Marmite Norvégienne finissent de cuire et se gardent très chauds une demi-heure au moins2. Pas si mal pour un équipement aussi sommaire ! Selon la forme du récipient, un gros bonnet en tricot peut convenir, ou un bon vieux pull épais. On ne le dira jamais assez : toujours bien fermer le couvercle de la cocotte ! Un autocuiseur3 est ce qu'il y a de plus sûr. Enfilez le pull sur le récipient posé sur un dessous de plat en liège ou en bois, croisez les manches, et nouez une ficelle autour de l'encolure pour fermer sur le dessus.

En breton, le mot qui désigne la Marmite Norvégienne est « kafunell », littéralement : «une marmite emmitouflée dans son manteau. »4 Si votre four est libre à ce moment-là, vous pouvez y placer la cocotte enveloppée dans un vieux pull épais ou autre (four éteint !). Selon le récipient employé, c'est souvent suffisant pour cuisiner une heure en avance, puis vaquer à d'autres occupations, et trouver votre plat tout prêt pour le repas. Une autre astuce glanée sur le net : une grosse doudoune qu'on ne met plus, fermée par une couture, est reconvertie en Marmite qu'on accrochera à un porte-manteau après usage5. Ne dites plus que ça prend de la place ! Si vous agencez le tout dans un carton ou une corbeille, cela sera encore plus efficace. Vous obtiendrez ainsi... votre première Marmite Norvégienne. 2 3 4

5

Voir les précautions d'usage p.55. Voir p.53. Chantal ha Yann-Baol An Noalleg : Geriadur Ar Geginouriezh Brezhoneg Galleg (Dictionnaire de La Cuisine BretonFrançais), Preder, 2011. http://mabelzazou.canalblog.com/


CONSTRUCTIONS DIVERSES

Ce qu'on appelle Marmite Norvégienne est communément constitué de trois éléments : le récipient, la caisse (encore que celle-ci ne soit pas indispensable), et l'isolant.

Le récipient

L'idéal : une cocotte en fonte ou en inox épais, du genre autocuiseur, munie d'un couvercle qui ferme bien, afin de mieux conserver la chaleur et d'éviter tout débordement dans la caisse isolante ou le tissu qui l'entourera. La cocotte-minute : inutile d'en acheter une neuve pour l'occasion, sa fonction « sifflet » n'étant pas obligatoire6, on pourra récupérer ou trouver à très bon marché un exemplaire dépourvu de sifflet ou dont le joint est défectueux. Cela ne l'empêchera pas de fermer efficacement pour séjourner dans la M.N. Un bon couvercle évitera les problèmes d'odeurs et d'humidité dans la Marmite, sans parler des risques d'accidents en cas de manipulations maladroites. Les bonnes vieilles cocottes en fonte avec un lourd couvercle adapté conviennent aussi. Faute de mieux on pourra se contenter d'une simple casserole, à condition qu'elle ait un couvercle qui soit bien assuré. La taille du récipient : du fait de l'inertie thermique, les grosses marmites épaisses seront privilégiées car, bien remplies, elles conservent la chaleur plus longtemps que les petites. Ce qui n'exclut pas de refaire bouillir les plats s'ils ont trop attendu.

L'isolant Laine ou lainages, couverture, couette, papier journal découpé en lanières ou froissé, l'intérieur de vieux matelas en laine, copeaux de bois, sciure, paille ou le simple foin séché... sont autant de bons isolants faciles à trouver. Tassés autour du récipient, ils limitent les pertes de chaleur par convection (l'air est emprisonné dans les interstices de la 6

Voir aussi p.53.


matière de remplissage). Pas de risque que tout ça prenne feu, puisqu'il n'y a pas de feu ! Voir aussi du côté du marché de l'isolation écologique pour le liège et autres. D'aucuns utilisent le polystyrène, sous forme de plaques à découper ou de « chips » d'emballage dont ils remplissent une enveloppe en tissu épais où sera logée la cocotte 7. Celle-ci aura intérêt à être enveloppée dans une couverture ou un épais lainage pour empêcher la trop grande proximité avec le polystyrène. En effet, la chaleur peut libérer des odeurs peu engageantes; de même, éviter l'usage de colles etc. Pour limiter les pertes de chaleur par rayonnement, les parois de la caisse gagneront à être tapissées d'un revêtement réfléchissant (pans de couverture de survie, de paresoleil, emballages de « bibs » de vin, etc. découpés puis punaisés ou agrafés, ou fines plaques d'inox...). Le récipient sera entouré d'isolant (au moins un tissu épais ou un lainage) pour éviter le contact direct avec le revêtement. Ceci est valable pour tous les coffres ou paniers. Avec des plaques en inox, cela sera sans doute plus sain et plus performant. Pour les découper aux dimensions, c'est une autre affaire : se faire aider ou s'équiper du matériel nécessaire (grosses cisailles spéciales). Il est possible de se procurer des plaques d'offset en aluminium auprès des imprimeurs.

La caisse à cuire On peut s'en passer. On enveloppera simplement la cocotte dans des couvertures ou une couette. Plus il y aura d'épaisseur, mieux la chaleur sera conservée. L'idéal serait que l'extérieur reste froid.

Sur une table ou un endroit où le dispositif ne sera pas déplacé ni bousculé, placez deux longues lanières en croix (cela servira à ficeler l'ensemble) puis, sur une nappe ou un drap, étalez la couverture ou la couette. Posez par-dessus une serviette usagée qui protégera la couette en cas de manipulations maladroites. Disposez au centre un dessous de plat sur lequel sera placée la cocotte bouillante, fermée. Un autocuiseur est tout indiqué (sans échappement de vapeur). Entourez la cocotte avec la serviette, repliez la couette par-dessus, formez un gros balluchon avec le drap et ficelez le tout avec les lanières. C'est temporairement encombrant, mais efficace. On pourrait même envisager de chauffer son lit grâce à la chaleur dégagée par la cocotte ! 7

Voir aussi « wonder box » page suivante.


Si vous maniez l'aiguille ou la machine à coudre... La « wonder box » est prévue pour garder un plat au chaud, dans une sorte de nid douillet où va se nicher le récipient. Pour s'en confectionner une, des explications et des patrons en anglais sont disponibles sur le net8. Les éléments, une fois assemblés, sont « traditionnellement » garnis de... billes de polystyrène. Apparemment, cela ne pose pas de problème de dégagement d'odeurs avec la chaleur mais on peut très bien concevoir un garnissage avec de la laine, des plumes, de la sciure, des boulettes de papier... Prévoir une fermeture éclair pour pouvoir vider et récupérer l'isolant lors du lavage de l'enveloppe. Ces « boîtes étonnantes » se logent volontiers dans un carton ou une grande corbeille, cela augmente leur efficacité et prévient les accidents. Des visiteurs non avertis pourraient les confondre avec un pouf ou un gros coussin !

Les corbeilles, paniers ou autres Sans couture, avec les moyens du bord (couverture, couette, édredon, duvet, pulls...), certains objets usuels peuvent facilement se transformer en Marmite Norvégienne. Le panier-thermos Grâce à l'action des ONG, sous forme de « panier-thermos » ou de « magic box », la « cuisson-thermos » a été introduite avec succès dans des pays pauvres, où le combustible est rare et précieux.

D'après http://www.solasol.org 8

http://www.iwillprepare.com/index_files/Wonder%20Box.pdf (ou mot clé « wonder box »). En français : http://www.marmite-norvegienne.com/2013/01/patron-dune-wonderbox.html


Explications pour confectionner un « panier-thermos » selon l'association Solasol9

Matériaux Récipient : panier tissé ou boîte en carton ou en contre-plaqué, etc. Isolation : coton, laine, kapok, chiffons, polystyrène, papier, etc. Réfléchissant : feuille d’aluminium ou plaque offset. Casserole : casserole à parois épaisses conservant mieux la chaleur. Principes de construction Faire tisser un panier ou construire une caisse en carton ou en bois. Pour les dimensions, tenir compte de la forme des casseroles que vous utiliserez ainsi que de l’épaisseur de la couche isolante. Construire une boîte réfléchissante au moyen d’une plaque offset en aluminium qui transformera la chaleur émise par la casserole chaude en rayons infra rouges qui se réfléchiront à nouveau sur la casserole. Construire la boîte en fonction de la taille et de la forme de vos marmites. Confectionnez une isolation épaisse avec les matériaux dont vous disposez et tapissez-en le panier. Introduire la boîte réfléchissante à l’intérieur du panier isolé. Le principe fonctionne aussi sans la boîte réfléchissante en aluminium. Dans ce cas, mettez seulement votre casserole contenant l’aliment à cuire bouillant et recouvert d’un couvercle épais dans le panier thermos et fermez-le hermétiquement. Et pourquoi pas avec une grande corbeille à linge ?

Fourrez une couette ou une épaisse couverture dans le contenant, puis une serviette éponge pour protéger des salissures éventuelles, un support au fond pour poser la cocotte, repliez et posez un gros coussin sur l'ensemble. De même, on détournera un grand panier en le garnissant simplement de lainages ou d'une couverture : y nicher la cocotte fermée et recouvrir d'un coussin.

9

http://www.solasol.org/


Soigneusement isolée à l'intérieur, une glacière pliable - elles ont souvent des parois réfléchissantes - se transformera en Marmite Norvégienne rudimentaire. Elle a l'avantage de pouvoir se ranger facilement. Évidemment, il faut à tout prix éviter le contact direct avec le plastique de la glacière, et l'isoler : couverture ou autre, dessous de plat en liège ou planchette en bois pour poser le récipient lui-même emmitouflé, etc.

Les caisses, coffres ou cartons À partir d'un coffre existant : Le plus simple si l'on n'est pas bricoleur ! Il suffit d'isoler un coffre avec ce qu'on a sous la main. Les modèles « couture » du siècle dernier10 sont toujours valables et certainement très efficaces mais ils peuvent apparaître rebutants à réaliser si l'on n'a pas l'habitude de couper d'après un patron ni de coudre. Si l'esthétique importe peu, on peut remplir des taies d'oreiller avec du foin ou de la paille séchés bien tassés, et s'en servir pour envelopper le récipient; ou tout simplement enfouir comme on l'a vu la cocotte dans une couette ou autre. C'est facile et l'on expérimente le principe sans investir grand-chose. Internet regorge d'exemples de Marmites réalisées à partir de caisses diverses et variées. Elles sont conçues en fonction du récipient concerné. La Marmite en carton Prenez un solide carton d'emballage - qui pourra contenir une cocotte avec son couvercle, enveloppée dans un « bonnet », pull ou autre- et mettez-le dans un carton plus grand et épais, comblez l'espace entre les deux (5 à 10 cm) avec une vieille couverture ou un autre matériau isolant (papier froissé et tassé, lainages...). Si possible, tapissez les parois d'un revêtement réfléchissant (pare-soleil découpé, pans de couverture de survie, emballages de « bibs » etc. découpés, puis punaisés ou agrafés...) pour préserver davantage la chaleur. Évitez le contact direct avec l’élément réfléchissant. Ne posez pas le carton à même le sol. 10

Cf. partie historique.


- Perfectionnement Garnissez d'isolant (papiers, cartons...) un grand panier doublé de molleton, maintenez l'isolant avec un pare-soleil réfléchissant. Ménagez la place pour un carton. Dans le carton, posez sur un support (poêle en fonte sans manche par exemple...) un récipient en inox grand modèle (fait-tout, couscoussier...). Comblez les espaces libres avec de l'isolant (journaux ou autres). Logez la cocotte bouillante, fermée, à l'intérieur du fait-tout. Mettez le couvercle. Couvrez avec un lainage. Fermez le carton. Posez un grand coussin sur l'ensemble.


Certains usagers récupèrent un coffre en panneaux de particules mélaminés, ou carrément une caisse isotherme en plastique... Si l'intérieur est soigneusement et copieusement isolé, le récipient fermé hermétiquement pour prévenir tout dégagement d'odeurs de plastique, pourquoi pas ? On peut ainsi transformer la carcasse d'un petit frigo hors d'usage en Marmite Norvégienne : aménager l'intérieur en fonction du récipient à accueillir. Un meuble-glacière ancien se reconvertira facilement lui aussi.

Le polystyrène se rachètera une bonne conduite sous la forme d'une caisse isotherme (avec son couvercle emboîtable) du moment que les parois sont isolées avec soin.


Une boîte en polystyrène (récupérée auprès d'un laboratoire) a été tapissée de plaques en inox, découpées dans un tambour de sèche-linge. On a ménagé un emplacement aux dimensions d'une cocotte ovale en fonte émaillée, pas très haute. Tout autour, c'est de la sciure tassée. Une feuille de carton pour contenir la sciure et le tour est joué. Dès que la cocotte est en place, on met une plaque d'inox par-dessus et on referme le couvercle. Cette caisse est posée sur un support à roulettes. C'est pratique pour la sortir de sa cachette, derrière un rideau.

Une autre de ces boîtes a été également doublée de polystyrène, puis tapissée d'une feuille d'inox, fond compris. Un autocuiseur au manche long y entre parfaitement (posé sur un petit dessous de plat en liège). Il ne reste plus qu'à combler avec des lainages, fermer, mettre un poids sur le couvercle, et le plat peut continuer tranquillement sa cuisson.

Sur le même principe, une glacière de camping ou, pourquoi pas, une grande poubelle (réservée à cet effet !), conviennent aussi.


Ici, après avoir disposé une couverture épaisse dans le fond d'un petit bidon en fer, on a ménagé une place pour la cocotte (stabilisée sur un dessous de plat). Un duvet pardessus, le couvercle, et c'est parti !

Où la mettre ? Une fois le système adopté, il s'agira de procurer à ces caisses, paniers, bidons ou autres contenants isolants, une place fixe dans la cuisine ou une autre pièce de la maison... Si possible pas trop loin de la cuisinière pour s'épargner des allées-et-venues. Derrière un rideau, à la place d'un autre meuble, en guise de table basse... Mieux vaut ne pas poser le coffre à même le sol, surtout si c'est un carton. Un plateau à roulettes est tout indiqué. Ou bien on dotera le coffre lui-même de roulettes. C'est pratique quand par exemple la Marmite Norvégienne est dissimulée derrière un rideau ou sous une table.

La Marmite dans un des éléments de la cuisine Faute de lui prévoir un emplacement réservé lors de la conception d'une nouvelle cuisine, on pourra toujours essayer de la caser quelque part, en tirant parti d'éléments existants. Parfois, les cuisines intégrées possèdent, en élément du bas, une sorte de coffre à roulettes : isolé selon les suggestions évoquées plus haut, il se reconvertira aisément en Marmite Norvégienne. Un grand tiroir profond s'y prêtera aussi.

D'après http://www.solarcooking.org/


De même, on détournera un placard plus profond que les autres (en bas, c'est plus facile pour y déposer et y reprendre une cocotte brûlante). Il suffit parfois d'ôter juste une étagère ou deux pour ménager la place nécessaire à une « Marmite Norvégienne intégrée ». Toujours le même principe : un isolant (polystyrène, liège...), quelque chose de réfléchissant sur les parois (réflecteur pour radiateur ou autre), un dessous de plat en bois ou en liège, la cocotte entourée de lainages. Un accès facile et sans danger. On peut se contenter de vider un placard pour l'occasion : la cocotte entourée de lainages est posée sur un dessous de plat ou, s'il y a la place, on rangera une Marmite en carton 11 dedans. Une fois le système adopté, si la cuisine s'y prête, on emménagera définitivement le placard en calfeutrant porte et parois, comme pour une caisse, encombrement en moins.

D'après http://lafamillecreative.blogspot.com/

Un four à gaz ou électrique au repos (certains sont très bien isolés), fera office de Marmite occasionnelle : placez simplement la cocotte dans le four (éteint et froid), enveloppée dans un bonnet, un pull, une petite couverture... Si possible, tapissez les parois d'un revêtement réfléchissant amovible pour réduire les pertes de chaleur par rayonnement.

11

Voir p.43.


Pour les bricoleurs... Des plans de Marmites Norvégiennes plus élaborées et agréables à l’œil circulent sur le net, ou sur papier12. Étant loin d'en construire une moi-même, voici celle de Jean-Paul Blugeon13 :

Ce qu'il vous faut Pour une marmite norvégienne de 41x41x30 cm, accueillant une cocotte de 25 cm de diamètre : Bois (contreplaqué par exemple) de 10 mm d'épaisseur - 1 morceau de 39x39 cm (fond encastré) - 1 morceau de 41x41cm (couvercle) - 2 morceaux de 41x29 cm (grands côtés) - 2 morceaux de 39x29 cm (petits côtés) Isolant (polyuréthane ou, mieux, liège expansé) de 60 mm d'épaisseur - 2 plaques de 39x28 cm (grands côtés) - 2 plaques de 27x28cm (petits côtés) - 1 plaque de 27x27cm (fond) - 1 plaque de 26,8x26,8 cm (couvercle) Divers - colle à bois sans formaldéhyde (bio) - Petits clous sans tête (ou vis à bois) - Feuille d'aluminium ménager renforcé (il se déchire moins facilement) ou isolant mince multicouche - Joint d'étanchéité autocollant, en caoutchouc mousse ( profil en P) - 2 poignées - 2 charnières - 1 ou 2 loquets à grenouillère Mise en œuvre 1) Montez la caisse avec les morceaux de bois, dont vous aurez poncé les arêtes. Vous pouvez utiliser le bois de votre choix, par exemple des chutes que vous conservez pour bricoler. En fonction de leur épaisseur, vous modifierez les cotes indiquées. Encollez les parties qui seront en contact. Assemblez les parois avec des clous sans tête ou des vis, si vous préférez. Laissez sécher. 2) Au cutter, découpez les plaques d'isolant aux cotes indiquées. Après avoir enduit l'une de leurs faces de colle à bois, plaquez-les contre les parois de la caisse en bois, dans cet ordre : grands côtés, petits côtés, fond. Si vous les taillez 1 ou 2 mm plus grandes, elles tiendront sans colle, par friction. 3) À l'aide de la colle à bois, tapissez les parois intérieures d'aluminium ménager. À la place, vous pouvez utiliser des chutes d'isolant mince multicouche (aluminisé) : il sera plus efficace. Mais vous devrez tenir compte de la sur-épaisseur et adapter les cotes de la caisse en conséquence. 4) Sur le couvercle en bois, collez la plaque d'isolant, en la centrant parfaitement. Pour qu'elle entre facilement entre les quatre plaques des parois latérales, biseautez légèrement ses chants. Collez de l'aluminium sur sa face inférieure et sur ses chants. Autour de la 12

13

Par exemple : Roland Dutrey : 15 bricolages écologiques et malins, Terre vivante, 2012. Passerelle Eco n° 40, hiver 2011. La Maison écologique n° 15, juin 2003... Jean-Paul Blugeon : Économiser l'eau et l'énergie chez soi, Edisud 2007 (avec son accord).


plaque d'isolant, collez du joint d'étanchéité de fenêtre. 5) Fixez le couvercle à la caisse, avec deux charnières. Du côté opposé, fixez deux loquets à grenouillère. Fermés, ils obligeront le couvercle à écraser le joint, ce qui assurera à la caisse isotherme une bonne étanchéité à l'air. 6) Pour un déplacement aisé, fixez une poignée de chaque côté. 7) Il ne vous reste plus qu'à vernir, lasurer ou peindre votre marmite norvégienne, enfin à la décorer à votre goût.

D'après un dessin de Jef, La Maison écologique n°1514.

14

http://www.la-maison-ecologique.com


Ici, un bricoleur a conçu un caisson isolant de 60x60x60cm. Il a utilisé du contreplaqué de 10 mm d'épaisseur. Des plaques de plâtre et du polystyrène servent d'isolant. La caisse est montée sur roulettes. Le couvercle, lui-même isolé, a été conçu pour s'emboîter parfaitement à la partie intérieure prévue pour y loger la cocotte-minute du foyer. Elle peut servir de siège ou de table basse.

D'après http://www.onpeutlefaire.com/forum : discussion sur la Marmite Norvégienne. Merci à FLOYD.


Les combinés fours solaires/Marmite Norvégienne Pour rester dans le rayon bricolage et faire d'une pierre deux coups, on pourrait concevoir un four solaire15 qui puisse se reconvertir en Marmite Norvégienne quand le soleil n'est pas au rendez-vous. Ils ne sont pas prévus pour ça mais souvent, il suffit de fermer le volet et de calfeutrer les jointures. L'intérieur, avec ses parois réfléchissantes, accueillera une cuisson démarrée sur le feu, cocotte toujours bien emmitouflée, posée sur un dessous de plat etc. Si possible, mettre une couverture épaisse sur la caisse.

Et pourquoi pas une Marmite Norvégienne petit format ? La Marmite Norvégienne se prête plutôt à un usage familial : grand récipient, grande caisse etc. qui tirent profit de l'inertie thermique. Cela ne fait pas forcément l'affaire des célibataires ou des couples, sauf bien sûr s'ils prévoient de cuisiner une grande quantité d'avance, à congeler ou à réfrigérer... Pourquoi ne pas en concevoir une toute petite, pour une ou deux personnes ? Elle sera toujours efficace pour cuisiner au moins une heure avant le repas prévu. Faites des tests, certaines mini-cocottes gardent mieux la chaleur que d'autres (les autocuiseurs petit modèle par exemple). 15

Des modèles tout prêts sont disponibles auprès d'associations, de même que des plans ou kits sur le net.


LA MARMITE NORVEGIENNE AU QUOTIDIEN

Principe général Portez un plat à ébullition dans une cocotte en fonte ou en inox épais, munie d'un bon couvercle, bien remplie, puis cuisez au moins une minute à feu doux – jusqu'à 15-30 minutes s'il y a de la viande ou des aliments habituellement longs à cuire (ces temps s'estiment à l'usage et selon les goûts). Placez aussitôt cette cocotte fermée dans la Marmite Norvégienne, posée sur un dessous de plat en liège ou autre (pas directement sur le fond), et entourez-la d'un rembourrage prévu à cet usage, ou en comblant la place vide avec des tissus ou des pans d’une couverture qui seront lavés régulièrement. Une cocotte-minute, une marmite ou un fait-tout en fonte ou en inox épais, avec un couvercle assez lourd, conviennent parfaitement. Vous pouvez, comme on l'a vu, leur adapter une caisse sur mesure. Cas particulier de la cocotte-minute Inutile de l'acheter exprès. Si vous en possédez déjà une en état de fonctionnement, vous pourrez la laisser monter en pression, mais vous l'ôterez du feu dès les premiers sifflements. Attendez que l'émission de vapeur se calme pour enfermer précautionneusement l'autocuiseur dans la Marmite Norvégienne. Sinon gare à l'humidité ! Prévoir de pouvoir laver les matériaux isolants et toujours aérer la caisse. L'avantage : comme la température des autocuiseurs monte autour de 120°C, le plat se gardera plus longtemps au chaud que lors d'une cuisson classique à ébullition. Si le temps de séjour dans la Marmite a été de plusieurs heures (température en dessous du seuil critique de 63°C) 16, les personnes qui considèrent la M.N avec suspicion quant aux éventuels risques d'intoxication pourront refaire monter la cocotte en pression durant dix minutes. Quel que soit le récipient, recouvrez-le d'un coussin, d'un tissu ou d'un lainage épais pour que la chaleur ne s'échappe pas et refermez soigneusement la caisse ou le carton. Posez éventuellement un poids ou une couverture dessus. N'ouvrez qu'au moment du repas. Le dispositif doit rester froid à l'extérieur. Les temps de cuisson préalables Ces valeurs sont indicatives, car les durées de cuisson différeront selon le matériel utilisé (récipient plus ou moins grand, gaz, électricité, etc.), le type d'aliment, complet ou non, la taille des morceaux de légumes ou viandes, les goûts, les couleurs... 16

Voir p.55.


En 1917, on ne lésinait pas sur les temps d'ébullition et les séjours en Marmite étaient plutôt généreux17.

Paul Delay18 donne le barème suivant :

17

18

Larousse mensuel illustré n°126, Août 1917. Voir p.15.


Dans l'Encyclopédie familiale Larousse (1951), Georges et Andrée Braive préconisent de diviser par trois le temps de cuisson normal sur le feu pour obtenir le temps de préchauffage nécessaire. Pour le séjour en Marmite, ce temps de cuisson normal est multiplié par trois. Ex : pour une cuisson normale de 30 minutes, cuire sur le feu pendant 10 minutes (30 divisé par 3) et mettre 90 minutes en M.N (30 fois 3). Les Amis de la Terre19 conseillent de « stopper la cuisson après environ un quart du temps habituel, puis de placer le récipient dans le caisson isolant pendant le double du temps normalement nécessaire pour achever la cuisson : si la cuisson normale est de 20 minutes, cuisez pendant 5 minutes (20 minutes divisées par 4) et laissez dans le caisson 30 minutes (15 minutes multipliées par 2) »... Ces temps peuvent être revus à la baisse en fonction des goûts de chacun en matière de cuisson, mais il faut toujours que l'ébullition soit atteinte pour que le plat puisse continuer à cuire dans la M.N. À l'usage, je n'ai pas les yeux rivés sur la pendule mais je dois compter entre une minute (légumes coupés fin, pâtes blanches...) et 30 minutes (légumineuses, certaines viandes...) d'ébullition. Ne vous lancez pas dans de savants calculs et expérimentez selon vos goûts !

Les temps de séjour dans la Marmite Laisser trop longtemps les plats dans une Marmite Norvégienne peut s'avérer très dangereux. En effet, pour un plat cuisiné d'avance, la température idéale pour le développement des bactéries, avec les risques parfois mortels que cela implique pour les convives, se situe entre 63°C et 10°C. Faute de thermomètre, veillez à ce que les plats soient toujours très chauds au sortir de la Marmite. En cas de doute, reportez à ébullition. L'idéal est de consommer le plat très chaud et tout de suite. Avec une Marmite bien isolée, le récipient adéquat, des aliments frais et de bonne provenance qui sont bouillants, on ne risque vraiment pas grand-chose à cuisiner sans feu ou presque une heure ou deux à l'avance. Par contre, contrairement à ce qu'on peut encore lire à propos de la M.N, n'y laissez pas un plat plus d'une journée. S'il y a été placé le matin, le soir il faudra impérativement le refaire bouillir. Les temps de séjour dans la M.N dépendront également de la température extérieure. Si la caisse est froide, la chaleur aura plus de mal à se conserver. En hiver, avant d'y loger le plat, on gagnera à chauffer un peu la caisse en y plaçant quelque temps un récipient d'eau très chaude (bocal fermé ou bouillotte). La température dans une Marmite Norvégienne décroît lentement (5°C par heure en moyenne). Normalement, elle suffit pour permettre au plat de finir de cuire dans les deux ou trois heures qui suivent et d'arriver sans risque autour de 70°C-75°C sur la table. Bien entendu, on n’extraira le plat de la M.N qu'au dernier moment.

19

Voir p.31.


Mesure de la décroissance de température d'eau bouillante dans une Marmite Norvégienne. (Température ambiante moyenne : 19°C.)20

Thermomètre-sonde de cuisson (Ce type de thermomètre permet de mesurer la température à l'intérieur d'un récipient).

Entraînez-vous avec des recettes faciles et soyez très vigilants sur la température de sortie du plat. Normalement, la « règle » énoncée plus haut fonctionne : on laisse en Marmite le double du temps nécessaire à la cuisson classique sur le feu, un peu moins pour une cuisson al dente. On a tous tendance à être un peu généreux avec les temps de cuisson préalable. Si vous êtes pressés, vous serez souvent agréablement surpris en découvrant que, même avec un peu d'avance sur le temps de séjour en M.N, c'est déjà tout à fait mangeable. 20

Graphique de Jean-Paul Blugeon : « La marmite norvégienne », La Maison écologique n° 15, juin 2003.


À table ! Quand le temps de cuisson préconisé avec combustible est donc au moins doublé, récupérez le récipient avec précaution : attention aux brûlures ! Goûtez, mesurez ou estimez la température et refaites bouillir en cas de doute. Veillez à laisser la caisse ouverte après chaque utilisation pour chasser la vapeur. Nettoyez la boîte et les lainages ou tissus isolants régulièrement. C'est parfait pour des plats longs à cuire : légumineuses, certaines céréales (faire en sorte qu'elles baignent dans le liquide, quitte à mettre plus d'eau et à les égoutter une fois cuites), les mijotés, etc. Pour imiter les longues cuissons mijotées, reportez le plat à ébullition plusieurs fois dans la journée et remettez-le aussitôt en M.N. On peut également cuisiner à la vapeur avec une Marmite Norvégienne. C'est nettement plus économique en énergie qu'avec un cuit-vapeur (voir plus loin et dans les recettes). Par contre, elle ne permet pas de cuisiner des plats qui se cuisent habituellement au four : gratins, tartes... Sont également exclues les crèmes, sauces qu'il faut remuer sans cesse, laisser réduire, etc. Le mieux serait d'avoir une cocotte adaptée aux quantités : en effet, avec trop d'espace libre dans le récipient, la chaleur se conserve mal, et les aliments risquent d'être moins cuits. Il faut juste penser à démarrer la cuisson en différé, avant de sortir ou lors d'une pause si l'on est chez soi... Le jeu en vaut la chandelle : quand arrive l'heure du repas, le plat est déjà prêt ! Le reporter si nécessaire à ébullition ne vous prendra que quelques minutes. S'il y a des restes, réfrigérez-les et consommez-les rapidement.

Sur le plan gustatif La cuisson est différente de celle obtenue sur un poêle à bois où l'on peut laisser mijoter quelque chose plusieurs heures. Les légumes restent plus fermes, les goûts sont préservés. Surtout si on les aime al dente, la Marmite n'est pas très utile pour les pâtes, le riz blanc ou autres céréales qui cuisent vite. Mieux vaut les cuire au torchon 21 ou ne pas les y laisser plus de quinze minutes. S'il y a trop de liquide, selon les aliments, vous les égoutterez et récupérerez le bouillon. Si vous préférez que tout soit bien cuit et fondant, vous augmenterez un peu les temps de cuisson ou si vous en avez la possibilité, vous reporterez le plat à ébullition au bout d'une heure et le remettrez en M.N une fois ou deux avant le repas prévu. N'hésitez pas à vous lancer, à l'usage, vous prendrez vite plaisir à expérimenter et à régaler vos invités avec vos propres recettes ! 21

Voir p.35.


Que des avantages Vous pouvez vaquer à d'autres occupations, sans le souci des plats en cours de cuisson, les risques d'évaporation, d'accrochage, etc. Plus de danger d'incendie, de cuisson oubliée sur le feu car il n'y a plus de feu ! Finies les odeurs pas toujours agréables dans la cuisine, et plus besoin de hotte aspirante. -L'été, la pièce ne sera pas surchauffée par de longues cuissons. Cela permet également de garder quelque chose au chaud pour ceux qui prennent leur repas en décalage : refaites bouillir le plat avant de le remettre en M.N et assurez-vous qu'il soit très chaud à la sortie. À l'inverse, on peut y conserver certaines denrées au froid sans réfrigérateur (avec une provision de glaçons, ou des bouteilles d'eau gelées) 22, à condition que l'intérieur de la caisse s'y prête; mais attention, ça n'est pas sa vocation première ! Au fil du temps, vous constaterez que votre facture de gaz ou d'électricité s'en trouve plus légère. Même si c'est peu, c'est déjà une bonne chose pour l'environnement. Il y a moyen de réduire les temps de cuisson en découpant plus finement les aliments et en faisant tremper les céréales ou légumineuses la veille. On peut aussi juste porter le plat à ébullition, puis au bout d'une heure le sortir de la M.N et recommencer l'opération une fois ou deux. La Marmite Norvégienne est la championne de la cuisson sans énergie. Comme la plus propre et la plus économique à produire est celle qu'on ne consomme pas... on a tout à gagner dans l'affaire !

D'abord, s'organiser Légumes Mettez suffisamment d'eau légèrement salée à bouillir dans une cocotte. Pendant ce temps, préparez les légumes. S'ils sont « bio » ou cultivés au naturel, un lavage et un brossage énergiques suffisent. Les légumes rincés, égouttés et coupés en morceaux ou en tranches, sont ensuite plongés dans l'eau bouillante. Couvrez et cuisez-les entre une et quinze minutes après la reprise de l'ébullition (cela dépendra de leur taille, texture, s'ils sont coupés finement ils cuiront plus vite, etc.). Rectifiez l'assaisonnement puis ôtez du feu et hop, dans la M.N. S'il y a peu de légumes et beaucoup d'eau, les légumes vont flotter. Pour qu'ils cuisent bien, vous pouvez les maintenir au fond avec une assiette plate posée dessus. L'emploi d'une marguerite pour cuire à la vapeur est tout à fait envisageable. Placez la marguerite avec les légumes coupés en tranches fines dans la cocotte de façon à ce qu'elle ait les pieds dans l'eau (deux doigts d'eau). Maintenez l'ébullition de une à cinq minutes selon le résultat souhaité (croquant, mi-cuit etc.). Conservez en M.N au moins un quart d'heure. Le résultat est similaire à une cuisson à la vapeur mais c'est nettement plus économique en énergie. Pour contenter tout le monde, faites plusieurs essais. Et puis à la sortie de la M.N, vous avez le droit de recuire ! 22

Voir aussi p.23.


Céréales, légumineuses... La Marmite convient aux céréales qui exigent une longue cuisson, comme l'avoine, l'épeautre, l'orge, le riz complet... Les haricots secs, les pois chiches seront mis à tremper la veille et rincés le lendemain (pareil pour les lentilles et autres, cela diminue le temps de cuisson). Cuire les céréales complètes à couvert dans l'eau froide, puis, dix minutes après l'ébullition, placer la cocotte dans la M.N pendant au moins une heure. Prévoir plus de temps d'ébullition pour les légumineuses : au moins vingt minutes. Davantage si vous les préférez fondantes. Vous économiserez de l'énergie en diminuant le temps d'ébullition préalable et en refaisant juste bouillir le plat au bout d'une heure ou deux. Replacez-le aussitôt en M.N (valable aussi pour les céréales). Avec un peu d'habitude, vous trouverez vite ce qui vous convient le mieux ! Par contre, ce qui cuit vite (riz blanc ou demi-complet, quinoa, millet, lentilles corail...) gagnera à être cuit « au torchon23 », plutôt qu'oublié en M.N où vous risquez de le retrouver réduit en bouillie. Pour des petites quantités, à moins d'avoir une cocotte adaptée, il vaut mieux mettre davantage d'eau que ce qui est préconisé, afin que les aliments baignent dans le liquide, jusqu'à 2 cm du bord environ. Avec trop d'espace libre dans le récipient, la chaleur se conserve mal, et la cuisson en pâtira. Le liquide en excès procurera du bouillon, et il suffira d'égoutter les céréales ou les légumineuses...

23

Voir p.35.


En camping, pique-nique ou pour le repas au travail En camping, en plus de la « cuisson au torchon», on pourra s'amuser à tester la « Marmite enterrée24 » ou envelopper un récipient adéquat, avec toutes les précautions d'usage, dans un gros pull, un duvet... Avec un matériau isolant et léger, les adeptes de la Marche Ultra Légère (MUL), se bricolent une boîte cylindrique avec couvercle dite « pot cozy » qui garde la « popote » au chaud (plein d'exemples sur le net). Nous avons déjà évoqué le « thermal cooker »25, une boîte isolante portative conçue pour conserver au chaud un récipient adapté, mais encore faut-il le trouver et en avoir un usage qui justifie son prix. Un grand panier, dans lequel une petite cocotte (de préférence « minute » pour son couvercle plus sûr) sera soigneusement calée et emmitouflée, fera très bien l'affaire.

Porte-aliments isothermes.

Au travail, plutôt que de faire appel au très controversé micro-ondes, souvent le seul moyen mis à disposition pour réchauffer quelque chose, on préférera par exemple une soupe maintenue au chaud dans la proche parente de la M.N, la fameuse bouteille Thermos. Comparez les performances des différents modèles. Sur la toile, 26 on trouve même des recettes pour cuisiner « à la Thermos ».

Grandes tablées, réceptions... Des Marmites Norvégiennes improvisées (sous forme de paniers, bidons ou autres) seront d'un grand secours pour préparer en avance et maintenir au chaud les plats lors de réceptions, pique-niques, déjeuners champêtres où les convives sont nombreux. À condition bien sûr de pouvoir transporter les Marmites avec des plats bouillants à l'intérieur et de refaire bouillir avant le départ. Si le trajet n'est pas très long, le plat arrivera suffisamment chaud, sinon prévoir de quoi le reporter sur le feu. Quand vous recevez, la Marmite est toujours votre amie. Avec un peu d'organisation et des contenants mis à contribution pour l'occasion (cartons, paniers, bidons...), des couvertures ou des lainages comme isolants, vous pourrez cuisiner plusieurs plats deux ou trois heures à l'avance et les proposer tranquillement au moment du repas. Plus de soucis avec les invités d'un côté et le plat qui brûle de l'autre ! 24 25

26

Voir p.29. Voir p.28. Par ex. : http://www.thermoscooking.com/ (en anglais)


RECETTES La Marmite Norvégienne, quasiment absente des livres de cuisine actuels, offre de vastes possibilités à explorer. Le plus souvent, vous n'aurez qu'à adapter une recette classique qui se prête au mijotage et juste à interrompre la cuisson sur le feu au bout de quelques minutes. Si vous aimez les plats longuement mijotés, vous augmenterez un peu les temps de cuisson ou, si vous en avez la possibilité, vous reporterez le plat à ébullition au bout d'une heure ou deux et le remettrez aussitôt dans la Marmite. Elle séduira aussi les végétariens : ils découvriront une cuisson économique, douce et goûteuse avec des aliments qui restent un peu fermes et gardent leur parfum. Les ingrédients sont sous-entendus frais, bio ou cultivés sainement. Difficile de donner des indications très précises car chacun aura une Marmite Norvégienne différente. Les recettes sont pour la plupart prévues pour un récipient de 4 litres. N'oubliez pas le couvercle lors de la cuisson. Veillez à toujours refaire bouillir le plat s'il n'est plus assez chaud à la sortie. S'il en reste, réfrigérez-le. Voici quelques pistes et conseils sur des bases connues. Bonnes découvertes et expérimentations avec votre Marmite Norvégienne (M.N) !

Entrées Œufs marbrés Placez 6 œufs dans une casserole d’eau froide. Portez à ébullition, éteignez le feu, posez un torchon adapté à la casserole, couvrez et attendez au moins 10 minutes. Égouttez-les. Ne les écalez pas. En les tapant contre quelque chose de dur, vous les lézarderez sur toute leur surface. Mettez les œufs à la coquille fendue dans la cocotte qui ira dans la M.N, recouvrez-les largement d'eau et ajoutez au moins : 4 cuillerées à soupe (c.à.s) de thé noir 4 c.à.s de sauce soja ou 1 c.à.s de gros sel 4 ou 5 clous de girofle 2 bonnes c.à.s de quatre épices ou d'un mélange personnel : gingembre, cannelle, anis, cumin, etc. du poivre grossièrement moulu... Portez à ébullition, cuisez à couvert 5 minutes, puis oubliez-les dans la M.N pendant 2 heures. Ôtez les coquilles et nettoyez les œufs à l'eau fraîche, puis égouttez-les : parfumés aux épices, ils seront marbrés là où ils étaient fêlés. Purée de pois chiches ou de haricots secs Faites cuire un bol de pois chiches, rincés et égouttés après trempage d'une nuit, dans un grand volume d'eau, avec quelques feuilles de sauge et un peu de sel. Après une quinzaine de minutes d'ébullition, direction la M.N pour 2 heures. Égouttez-les en récupérant le liquide. Passez les pois chiches au moulin à légumes ou au mixer et, à la pâte obtenue, ajoutez le jus d'un citron, un filet d'huile d'olive, du liquide de cuisson si besoin, un peu de persil, de basilic ou de sauge avec 3 gousses d'ail pilées. Rectifiez


l'assaisonnement et placez au frais, décorez avec des olives noires... (On peut remplacer les pois chiches par des haricots secs).

Les soupes Soupes de légumes : on gagnera du temps en préparant les légumes pendant que l'eau chauffe. Lavez et tronçonnez les légumes épluchés ou simplement brossés. Recouvrez d'eau si besoin et salez. Comptez 5 à 10 minutes après l'ébullition, puis placez en M.N au moins 30 minutes. Pour servir, passez la soupe brûlante au moulin à légumes ou au mixer. Soupe au pistou Prévoir un bol de haricots coco frais égrenés, assez de légumes pour remplir la cocotte : courgettes, oignons, poivrons, tomates, carottes, pommes de terre moyennes, quelques haricots verts, des gousses d'ail, des pâtes... Plus du basilic, de l'ail, de l'huile d'olive et du parmesan pour le pistou. Au moins 2 heures avant le repas prévu, faites bouillir de l'eau dans la cocotte en tenant compte des légumes. Égrenez les haricots cocos et cuisez-les en premier. Coupez finement tous les légumes et versez-les dans la cocotte; veillez à ce qu'il y ait beaucoup d'eau. Salez, poivrez, refermez et maintenez l'ébullition encore 10 minutes. Ôtez du feu et placez tout de suite la cocotte fermée dans la M.N pour 2 heures environ. Au moment du repas, pour les pâtes, remettez la cocotte sur le feu et ajoutez deux poignées de pâtes (coquillettes ou spaghetti sectionnés). Pendant les 5 à 10 minutes nécessaires à leur cuisson, préparez le pistou : pilez du basilic, de l'ail, un peu de sel dans un mortier en y versant de l'huile d'olive ; ajoutez le parmesan râpé à ce moment-là, ou présentez-le à part. Soupe aux pois cassés Dans une cocotte, faites blondir 2 oignons émincés, 3 gousses d'ail et, en saison, 2 tomates dans un peu d'huile d'olive. Ajoutez un bol de pois cassés : touillez quelques secondes, puis recouvrez-les largement d'eau (jusqu'à 2 doigts du bord). Assaisonnez (sel, poivre, aromates), maintenez l’ébullition au moins une dizaine de minutes, puis comptez 2 heures de M.N. Soupe de poissons Dans un filet d'huile d'olive, faites revenir rapidement un gros oignon et un poireau émincés, une grosse tomate mûre (ou son équivalent en conserve), quelques gousses d'ail. Ajoutez environ 1 kg de poissons dits « soupe de chalut ». La cocotte sera remplie aux 3/4. Remuez régulièrement pour les réduire en bouillie (une dizaine de minutes). Salez, poivrez, ajoutez du fenouil, du laurier... Complétez avec de l'eau sans les noyer, juste que ça les recouvre. Portez une minute à ébullition et laissez la M.N se charger du reste pendant une petite heure. Passez la soupe avec un moulin à légumes grille fine. Reportez sur le feu et servez avec des tranches de pain grillé frotté d'ail.


Plats principaux

Couscous Prévoyez : un verre de pois chiches mis à tremper la veille et égouttés, des légumes de saison (oignons, carottes, panais, courges, courgettes, tomates... selon les disponibilités), viande (poulet ou agneau...) éventuellement. Rincez les pois chiches et égouttez-les. Dans la cocotte destinée à aller dans la M.N, saisissez les morceaux de viande dans un peu d'huile d'olive; réservez-les. Faites revenir les oignons émincés, ajoutez les pois chiches recouverts d'eau (2 doigts au dessus du niveau), salez, couvrez et portez à ébullition. Pendant ce temps, coupez les légumes en assez grosses tranches. Mettez la viande dans la cocotte, puis les légumes, quelques raisins secs, des épices (cumin, épices à couscous...), complétez avec de l'eau, que tout baigne bien. Laissez bouillir 5-10 minutes puis conservez le plat 2 heures environ dans la M.N. Juste avant le repas, préparez de la semoule pour couscous : Dans un saladier, versez 2 bols d'eau bouillante sur autant de couscous, couvrez et faites gonfler la semoule pendant 5 minutes environ. Un tout petit bol de coulis de tomate, égoutté, auquel vous ajouterez du sel, des épices à couscous, un peu d’huile d'olive, et suffisamment de piment, servira de harissa-minute. Choucroute Dans une cocotte, faites blondir un gros oignon émincé dans un filet d'huile d'olive, puis ajoutez la choucroute crue. Remuez quelques secondes et recouvrez largement le tout avec du vin blanc sec ou de l'eau additionnée de quelques gouttes de vinaigre de cidre. Assaisonnez (le chou est déjà salé), ajoutez les légumes (pommes de terre, carottes, panais...) coupés en tranches moyennes, ainsi qu'une pomme en quartiers, plus les viandes (saucisse à cuire, jambonneau etc. au choix...) et quelques baies de genièvre. Vérifiez que tout baigne dans le liquide. Après l’ébullition, faites cuire doucement encore 1/4 d'heure, puis mettez la cocotte en M.N pour une heure environ. Côtes de porc aux légumes d'été Coupez les légumes (poivron rouge, piment doux, aubergine, courgette...) en dés ou en tranches assez fines (sauf le piment qu'on laissera plutôt entier...). Faites revenir 2 oignons, ajoutez les légumes, plus un demi-verre d'eau. Couvrez. Au bout de 5 minutes, voyez s'il y a suffisamment de liquide, rajoutez-en si besoin. Posez les côtes de porc par dessus les légumes, couvrez, maintenez encore l'ébullition une minute et placez une petite heure en M.N.


Bœuf en daube La veille au soir, faites mariner 1 kg de viande (bœuf bourguignon...) dans 75 cl de vin rouge avec des épices (clous de girofle, écorce d'orange, poivre...) et quelques feuilles de sauge. Le lendemain, égouttez en récupérant le liquide. Faites revenir la viande dans un peu d'huile d'olive avec 2 ou 3 oignons émincés. Ajoutez la marinade, une carotte coupée en rondelles. Maintenez l'ébullition une trentaine de minutes à couvert, puis mettez 2 heures en M.N. Si possible, refaites bouillir au moins une fois et replacez en M.N pour encore 2 heures. Effet « mijoté » garanti ! Rôti de veau aux pommes de terre

Une adaptation d'une recette de Paul Delay 27 pour montrer qu'on peut bel et bien cuire un rôti à la M.N. Saisissez un rôti ficelé de 800 g (noix de veau), sur toutes les faces dans 5 ou 6 cuillerées à soupe d'huile d'olive (ou l'équivalent en beurre), avec 5 ou 6 pommes de terre moyennes coupées en tranches. Couvrez et remuez souvent. Ajoutez très vite un demiverre d'eau bouillante et quelques feuilles de laurier. Le rôti n'est dans l'eau qu'à sa base. Au bout de 30 minutes de cuisson, placez en M.N pour une trentaine de minutes (attention, le récipient n'est pas plein, la chaleur se conserve mal). Dégustez aussitôt. Découpes de volaille aux légumes de saison Faites revenir les découpes de volaille (2 cuisses ou 6 ailes...) dans un peu d'huile d'olive. Remplissez la cocotte avec vos légumes coupés en tranches moyennes, salez, poivrez, recouvrez d'eau. Une dizaine de minutes après l'ébullition, placez en M.N pour une heure. Haricots secs en ragoût Mettez à tremper 2 verres de haricots secs toute une nuit dans de l'eau. Le lendemain, rincez-les et égouttez-les. Faites revenir un gros oignon dans un peu d'huile d'olive, ajoutez quelques dés de poitrine fumée. Ensuite versez les haricots, remuez et recouvrez largement d'eau. Assaisonnez (sel, poivre, algue kombu ou sauge...). Maintenez l'ébullition 30 minutes et hop, dans la M.N pour 2 heures environ. Chipolatas aux lentilles Après avoir fait blondir un oignon émincé dans un peu d'huile d'olive, ajoutez vos 4 ou 6 saucisses. Très vite, versez un grand verre de lentilles, remuez quelques secondes, puis recouvrez d'eau (au moins 4 verres). Portez à ébullition, laissez bouillir 10 minutes, rectifiez l'assaisonnement et direction la M.N pour une bonne heure.

27

222 recettes de plats à préparer avec la Marmite Norvégienne, nécessité patriotique, économie domestique, Édition de la Ménagère Française, nécessité patriotique, économie domestique, P. Lethielleux, libraire-éditeur, Paris, 1917.


Orge aux légumes d'été Dans un peu d'huile d'olive, faites revenir un oignon émincé, 2 ou 3 gousses d'ail, un poivron découpé en lanières, des courgettes et des aubergines en tranches ou en dés, puis versez un verre d'orge mondée et au moins 2 verres d'eau. Portez à ébullition couvercle fermé, faites cuire doucement 10 minutes. Pour que l'orge cuise bien, ajoutez de l'eau si le liquide n'affleure pas le niveau des légumes. Assaisonnez (sel, poivre, aromates), refaites bouillir une minute et placez dans la M.N pour 2 heures environ. (Valable pour d'autres céréales complètes).

Desserts

Là encore, un vaste champ d'expériences s'ouvre à vous. La Marmite s'adaptera facilement à des recettes comme les compotes : maintenez à ébullition une dizaine de minutes maximum les fruits coupés en quartiers avec sucre et épices, et confiez le plat à la M.N. Après une trentaine de minutes de séjour, vous les mixez ou les laissez en morceaux (pour une salade de fruits par exemple). Si les fruits sont coupés en quartiers dans une marguerite 28 posée dans 2 doigts d'eau, comptez 1 à 5 minutes d'ébullition selon les fruits et le résultat souhaité. Au bout de 30 minutes en M.N vous obtiendrez des tranches encore fermes, qui une fois refroidies se dégusteront seules ou en salade mélangée avec des fruits crus, du sucre, des fruits secs... La cuisson de petits pains ou de gâteaux à la vapeur est nettement moins gourmande en énergie qu'avec une cuisson à la vapeur classique. Faites en sorte que le ou les récipients (petit moule à charlotte, ramequins en verre ou porcelaine) reposent sur une grille ou au moins sur un tissu épais, et veillez à ce qu'ils aient de l'eau jusqu'à mihauteur. Pour les préserver des retombées d'eau, couvrez-les d'une assiette retournée ou utilisez du papier sulfurisé maintenu par une ficelle. Petits gâteaux vapeur au chocolat Battez un blanc d’œuf en neige. Faites fondre 4 gros carreaux de chocolat noir à 70% minimum (40 g environ) dans un saladier posé sur un bain-marie. Hors du feu, ajoutez et mélangez 3 grosses c.à.s. de crème fraîche épaisse, une pincée de bicarbonate, une pointe de vanille en poudre, le jaune d’œuf, 3 c.à.s. de sucre, puis 4 c.à.s. de farine. Enfin, incorporez le blanc d’œuf battu en neige. Répartissez le mélange dans 4 ramequins (inutile de les beurrer). Dans une cocotte de 4 litres, posez les ramequins sur un tissu et remplissez d'eau jusqu'à leur mi-hauteur. Placez sur l'ensemble une assiette retournée ou couvrez chaque ramequin avec du papier sulfurisé ficelé. Maintenez doucement l'ébullition 28

Voir p.58.


5 minutes, et c'est parti pour au moins une demi-heure en M.N.

Divers Pour faire lever au chaud de la pâte à pain ou à brioche, introduisez un petit récipient plein d'eau très chaude dans la caisse (bocal fermé, bouillotte...) et ménagez un espace pour le saladier où la pâte lèvera selon des temps que vous estimerez à l'usage. Petits pains vapeur Profitez de la préparation du pain familial pour tester... Après avoir huilé quatre ramequins, faites lever dans chacun une petite boule de pâte à pain jusqu'à ce qu'elle occupe à peu près la moitié du ramequin (ou prenez de la pâte déjà levée). Dans une cocotte de 4 litres, posez les ramequins sur un tissu et remplissez d'eau jusqu'à leur mi-hauteur. Couvrez l'ensemble avec une assiette plate retournée ou individuellement avec du papier sulfurisé ficelé. Portez 10 minutes à ébullition, feu réduit, et placez en Marmite une petite heure. Yaourts

La chaleur résiduelle d'une M.N, juste après avoir ôté le plat, permet de se concocter des yaourts. Si rien n'est prévu, le soir, remplissez un bocal ou un autre récipient d'eau bouillante et placez-le dans la M.N avec des lainages, en laissant la place pour le bocal de yaourt. On peut aussi se contenter d'un simple sac isotherme garni de lainages. Le lendemain, si tout va bien, c'est prêt. - Au lait de vache Dans un grand bocal, versez 1/2 litre de lait entier froid sur un yaourt au lait de vache du commerce. Mélangez. Faites bouillir le lait restant et versez-le dans le bocal en remuant sans cesse. Fermez le bocal et emmitouflez-le aussitôt dans une M.N (préalablement chauffée, surtout en hiver) pour la nuit.

Si le yaourt obtenu est trop liquide, égouttez-le à travers un linge fin (sans odeur de lessive). Vous garderez l'équivalent d'un pot de yaourt pour en refaire la prochaine fois. Si, pour une raison ou une autre, le yaourt ne prenait pas : refaites tout bouillir, laissez cailler le lait, puis égouttez le fromage frais obtenu. - Au soja Portez à ébullition 1/2 litre de « lait » de soja dans une casserole. Versez au fond d'un grand bocal en verre un yaourt nature au soja (ou un reste de la préparation précédente). Ajoutez le 1/2 litre de « lait » restant (froid). Complétez avec le « lait » bouillant, mélangez, fermez le bocal, et placez-le, revêtu d'un lainage, dans une M.N ou un sac isotherme pour la nuit. Vous pouvez aussi faire directement vos yaourts dans une grande bouteille Thermos à large ouverture. Ébouillantez-la juste avant emploi.


BIBLIOGRAPHIE - Ellen Alden Huntington : The fireless cooker, A.B.Bulletin of University of Wisconsin, Madison, Wisconsin, 1908. - Jean-Paul Blugeon : Économiser l'eau et l'énergie chez soi, Edisud 2007. - Paul Delay : 222 recettes de plats à préparer avec la marmite norvégienne, précédé d'une importante instruction concernant le principe, la construction, l'utilisation de la « marmite norvégienne », édition de la Ménagère Française, nécessité patriotique, économie domestique, P. Lethielleux, libraire-éditeur, Paris, 1917. - Roland Dutrey : 15 bricolages écologiques et malins, Terre vivante, 2012. - L. Faussemagne et L. Belime-Laugier : La caisse norvégienne, construction sans frais, avantages, recettes culinaires, Librairie Hachette, 1917. - Louis Forest : L'art et la manière de fabriquer la marmite norvégienne et de faire la cuisine sans feu sans frais ou presque, Bibliothèque du Pays de France, 1917. - Margaret J.Mitchell : The fireless cook book, a manual of the construction and use of appliances for cooking by retained heat, Garden City New York, Doubleday, Page&Company, 1909. - Mireille Saimpaul : Cuisiner en toute simplicité, Dangles, 2011.

LIENS -

Mon blog : http://marmite-norvegienne.com29 http://www.onpeutlefaire.com/fichestechniques/ft-marmite-norvegienne.php http://www.amisdelaterre.be/IMG/pdf/marmite.pdf http://fr.ekopedia.org/Marmite_norvégienne http://nimasadi.kiosq.info/La-marmite-norvegienne http://www.valborgne.org/images/07marmite.pdf

29

ou http://marmite-norvegienne.blogspot.com


Ce livre est le fruit d'un long travail et de toute une chaîne d'amitié. Merci à mes amis qui se reconnaîtront.

Je ne remercie pas les éditions Utovie qui, contrat à l'appui, m'ont fait perdre un an en me faisant croire jusqu'au bout que ce livre serait édité chez eux.

Cet extrait est disponible gratuitement mais texte et images sont soumis au droit d'auteur. Veuillez le respecter lorsque vous y faites référence. Ne manquez pas de visiter le site de Kay Wernert : http://ktw.perso.sfr.fr

Vous pouvez témoigner votre soutien sur mon blog http://marmite-norvegienne.com en vous y procurant la version complète, à la mise en page et images légèrement différentes, sous forme de livret ou en pdf . Merci et bonnes recettes et expériences avec la Marmite Norvégienne ! Mireille Saimpaul Mars 2013. Tous droits réservés.


Vous pouvez vous procurer le livre complet "La Marmite Norvégienne" en version papier ou en pdf sur : http://marmite-norvegienne.com - Le pdf complet de 73 pages coûte 5 euros. Envoi par mail après réception du paiement. – L'édition papier - livret agrafé de 72 pagessera proposée à la demande (impression locale, économie de papier, forêts préservées) : - Avec illustrations en couleurs : 15 euros + frais de port (ecopli) -Avec illustrations noir et blanc : 7,90 euros + frais de port(ecopli)

Pour commander : http://www.marmite-norvegienne.com/p/le-livre-lamarmite-norvegienne.html

La Marmite Norvégienne  

Extrait du livre de Mireille Saimpaul : "La Marmite Norvégienne", mars 2013

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you