Page 1

Le Magazine de la Chambre de commerce et d’industrie France Chine | 中国法国工商会季刊 w w w.ccifc.org

N.80

hiver | 冬

Chine

Virage sur l’industrie du futur

中国未来工业转型


ADVERTISE WITH US Communicate to the people who mean business in China We tailor your message to your target group • C ommunicate via stylish publications • Target hard-to-reach leading

▶ SponsorSHIP

decision-makers • A ssociate your company to the

French Chamber’s influence

▶ Advertisement ▶ Communication

Your Chamber team: BEIJING & NORTH CHINA M rs . GAO Yinyan gao.yinyan@ccifc.org Tel: +86 (10) 6 461 0260*151 SOUTH CHINA Paul- Francis A M IOT amiot .paulf rancis@ccifc.org Tel: +86 (20) 2916 5531

WWW.CCIFC.ORG

JOB.CCIFC.ORG

SHANGHAI & CENTR AL CHINA Morgan LEFEVRE lefev re.morgan@ccifc.org Tel: +86 (21) 6132 7114


Comité de Patronage

Le magazine de la CCI France Chine 中国法国工商会季刊 Numéro 80, hiver 2016-2017 Rédacteur en chef Pierre TIESSEN Graphiste XIE Bin Comité de relecture : Commission communication de la CCI France Chine Couverture © Imagine China Pantone : 7462

Publicités CHINE DU SUD : Paul-Francis AMIOT amiot.paulfrancis@ccifc.org Pékin : Yin Yan GAO gao.yinyan@ccifc.org Difei REN ren.difei@ccifc.org SHANGHAI & CORPORATE : Morgan LEFEVRE lefevre.morgan@ccifc.org Connexions est édité par la CCI France Chine C/O CCI France International 46 Av. de la Grande Armée. CS50071 75858 PARIS Cedex 17 Tél. +(33)1 40 69 37 60 Imprimé par Beijing Haoxin Advertisement Co., Ltd. 北京昊鑫广告制作有限公司

« Dépôt légal » : avril 2011 Numéro ISSN : 2116-3707 Toute reproduction même partielle des textes et documents parus dans ce numéro est soumise à l’autorisaTOTAL TOTAL_brand_block_CHN_RGB 05/03/2014 24, rue Salomon de Rothschild - 92288 Suresnes - FRANCE Tél. : +33 (0)1 57 32 87 00 / Fax : +33 (0)1 57 32 87 87 Web : www.carrenoir.com

tion préalable de la rédaction. La CCI France Chine

RÉFÉRENCES COULEUR

R225

G0

B50

R245

G150 B0

R0

G65

R75

G150 B205

B150

R225

G0

B50

R113 G113

B113

décline toute responsabilité quant aux documents qui lui auraient été fournis, ou aux erreurs qui auraient pu échapper à son attention. Les propos tenus dans les articles n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

4

connexions HIVER 2016-2017


N.80 | hiver | 冬

Chine

Avec son plan de soutien à la modernisation des usines, baptisé "Made in China 2025", la Chine entend robotiser son économie. Et passer ainsi pour de bon d’un pays de production à une terre d’excellence et d’innovation, maitrisant sa mondialisation. Un virage qui permet aux entreprises chinoises de se restructurer, d’investir massivement dans la R&D et de bâtir ainsi de nouvelles positions de leaders. Déjà, beaucoup ont commencé à adopter des machines connectées permettant d’accroître la productivité, de réduire les déchets, d’acquérir et analyser plus de données et ainsi d’offrir de meilleurs produits ou services. Une dynamique à laquelle sont également associées les entreprises tricolores. L’industrie du futur est en effet l’un des enjeux de la coopération économique franco-chinoise.

Virage sur l’industrie du futur

中国未来工业转型

30

Imagine China

Imagine China

DR

Dossier

L'ActualitÉ business EN CHINE L’actualité Business EN Chine 8 Chroniques juridiques : Le Common Reporting Standard Opportunités et challenges pour les investisseurs étrangers Convention fiscale entre la France et la Chine

12 14 16

Nos Partenaires Chinois : XIZI UHC18 Beijing Cathay Kylin Ka Chi 19 Shenzhen SPHQ Sports & Culture Development20 Grande Interview : Olivier Dubroeucq Tout changement est une source d’opportunités

22

Actualités de la Chambre Les Journées de la France

28

DOSSIER Numéro spécial : Chine - Virage sur l’industrie du futur

30

La parole à : Maxime Oliva « La Chine va très vite ! »35

Focus : Pierre Vialettes Airbus Group « Une vraie maitrise de la supply chain »36 Interview : Yann Marvin « Très forte appétence sur le digital »

38

Focus Entreprise : Siveco « Des directions claires, très lisibles »

40

Trois questions à… Jérôme Barthouil « Quand l’innovation entre dans l’usine en Chine »

42

Trois questions à… Xavier Durand-Delacre L’industrie 4.0 - « Un gage de maturité pour la Chine »44 La parole à : Edouard de Pirey « Une terre d’innovations reconnue »46 La parole à : Mathieu Leboulanger L’innovation : moteur de la transformation industrielle 48

22

44 Trois questions à … Ping Yi « Une approche par étape » 54 Focus Entreprise : SUEZ Made in China 2025 « Une étape fondamentale »

56

FOCUS ENTREPRISE : Vipshop L’industrie du futur venouvel adn de la Chine

58

Enquête Ifop Industrie & objets du futur Quel avenir pour les objets connectés ?

60

ActualitÉS DE LA CHAMBRE Antennes 62 Membres 68

DÉCRYPTAGE Clichés  Ils arrivent 

70 74

联结

Trois questions à… Marc Bauden Un virage industriel majeur

50

ANALYSE : Julien Bonnet Un sujet central dans la coopération France - Chine

52

法律专栏 13 我们的中国合作伙伴 19 人物专访 23 会员企业简讯72

connexions HIVER 2016-2017

7


L’actualité business en Chine ALIBABA

Le géant chinois du e-commerce va investir plus de 7 milliards dans le secteur des médias et du divertissement. Cette annonce montre une fois de plus l'appétit du Chinois pour le secteur. En octobre, Alibaba avait dévoilé une vaste réorganisation de ses activités, « en regroupant ses actifs média-divertissement, incluant notamment Youku Tudou (vidéos en ligne), UC Web (recherches Internet mobile), Alibaba Pictures Group (production, distribution de films), et le quotidien South China Morning Post », rappelle le quotidien Les Echos. Sur le 3e trimestre 2016, l’activité médias-divertissement représente environ 11 % des revenus du groupe, à hauteur de 541 millions de dollars sur un chiffre d’affaires de 5,142 milliards. À périmètre constant, l’augmentation sur un an est nette, mais les compteurs restent dans le rouge, avec une perte d’exploitation de 2,247 milliards de dollars. En parallèle, le groupe de Jack Ma poursuit sa stratégie de déploiement dans la vente en retail. Il a ainsi annoncé en janvier vouloir acquérir une participation majoritaire dans l'opérateur de centres commerciaux Intime, dont la transaction est évaluée à 2,42 milliards d'euros. Cette action permettrait au mastodonte du web de renforcer ses interactions entre ses plateformes et des magasins en dur.

Imagine China

Ambitions tous azimuts

En CHIF F RE

Nombre en millions d'internautes en Chine, selon une dernière étude publiée en janvier. Au total, 53,2 % des 1,37 milliard de Chinois sont désormais considérés comme des internautes, a indiqué dimanche dans un communiqué le Centre d'information sur l'internet (CNNIC), un organisme gouvernemental. La Chine a ainsi gagné 43 millions d'utilisateurs d'internet en un an (+6,2 %), a précisé le CNNIC – « soit presque autant que la population de l'Espagne », relève l’AFP. Et c’est le paiement en ligne qui profite de cette explosion. Au total, 67,5 % des internautes chinois (469 millions) ont effectué un achat en ligne à l'aide de leur téléphone portable en 2016, contre 57,7 % l’année précédente. I L S ONT DIT.. .

« L'intégration à l'économie mondiale est une tendance historique. Pour développer son économie, la Chine doit avoir le courage de nager dans le vaste océan du marché mondial. Si quelqu'un a toujours peur de la tempête et d'explorer l'océan, il se noyera tôt ou tard. La Chine a pris la courageuse décision d'embrasser le marché mondial. Nous avons avalé beaucoup d'eau de mer et avons rencontré des tourbillons et des vagues agitées, mais nous avons appris à nager. C'était un bon choix stratégique. » DR

8

connexions HIVER 2016-2017

Le président chinois Xi Jinping, lors du dernier Forum économique mondial de Davos en janvier. Son discours vantant la mondialisation et prononcé à quelques jours de l’investiture à Washington de Donald Trump a été particulièrement remarqué par les milieux économiques européens.

Imagine China

731


CHINE / ÉTATS-UNIS

En C HI F F RE

25 000

Donald TRUMP, cet inconnu

L

e milliardaire américain, désormais Président de la première puissance économique et militaire mondiale, est décidément une énigme… vu également de Pékin. Désignée comme une cible commerciale prioritaire par la (nouvelle) Maison Blanche, la Chine peut en effet craindre une forme de Guerre Froide avec l’administration américaine. « Quelle sera la politique de Trump en Asie ? », s’interrogeait ainsi récemment le quotidien Le Monde. En insistant : le gouvernement de Trump « semble avoir pour ambition de contenir la Chine ». De fait, rappelle La Tribune, « il semble que la principale tâche que se soit donné {Donald Trump} soit la réduc-

tion du déficit commercial entre les États-Unis et la Chine, qui, entre janvier et novembre 2016, a été de 319 milliards de dollars. Pour le réduire, la nouvelle administration pourrait utiliser sa méthode préférée qu'elle a déjà évoquée pour le Mexique : des droits de douane élevés. » Et le quotidien économique d’estimer que cette nouvelle donne pourrait renforcer les liens entre la Chine et l’Europe. « Le cœur de la nouvelle politique chinoise pourrait être de se tourner vers l'Europe pour négocier un meilleur accès aux marchés européens. » Aujourd’hui, 18 % des exportations chinoises de biens sont à destination des États-Unis.

Imagine China

Imagine China

Nombre d’écoles de football que devrait compter la Chine d’ici à 2025 (contre 13 000 actuellement). Devenir une puissance du football est une question de légitimité politique pour le président Xi Jinping, lui-même grand amateur de ballon rond, au moment où l'équipe nationale peine à se qualifier pour la Coupe du monde 2018 qui se jouera en Russie. « Le Président chinois ambitionne que son pays puisse un jour accueillir puis remporter l'épreuve reine », relève l’AFP, et le pays a annoncé l'an dernier une stratégie visant à faire partie de l'élite du football mondial en 2050.

« J’ai pu ressentir profondément combien l’esprit de réforme et d’ouverture a pénétré dans tous les coins de Chine. J’ai travaillé dans de nombreux pays en développement, mais cette expérience en Chine, tout ce que j’ai ressenti en Chine, est unique. » Peter Bottelier, ancien représentant en chef de la Banque Mondiale en Chine à Davos également. Cité par le Quotidien du Peuple, il a ajouté que « la détermination des Chinois de progresser avec énergie, leur volonté de travailler dur, leur audace de vouloir jouer les premiers rôles {…} est impressionnante ». DR

connexions HIVER 2016-2017

9


NUMÉRIQUE

vec quelques 731 millions d’internautes (chiffres de janvier 2017), la Chine est – de loin – le pays le plus connecté au monde. Un chiffre vertigineux, en constante évolution depuis 15 ans, résultat d’efforts énormes, notamment en matière d'infrastructures. « Il s'agit de faire en sorte que de plus en plus {d’utilisateurs} Chinois puissent accéder à Internet, dans de bonnes conditions de débit », relevait récemment un expert dans les colonnes de ZDNet. Et pour y parvenir, la Chine a su miser sur la fibre optique. Selon les autorités chinoises, le réseau de fibre optique de la Chine couvre désormais « plus de 82 % des villages ruraux du pays », précise ZDNet. Résultat : plus de 61 millions de familles rurales ont accès au réseau de fibre optique, ce qui représente une croissance de 90 % sur un an. « Et les projections à partir des déploiements en cours permettent d’envisager que ce taux de couverture atteigne 90 % dans le courant second semestre de l'année », insiste le site spécialisé. En 2017, le gouvernement chinois doit déployer la fibre optique dans 30 000 autres villages.

Imagine China

L’enjeu des zones rurales

Solaire

Smartphones

Un article du Monde rappelait récemment le boom du solaire en Chine avec une capacité installée sur l’ensemble du territoire de 77,4 GW installés, dont 34,24 GW pour la seule année 2016, selon l’Administration nationale de l’énergie. Et le quotidien français de rappeler qu’à l’horizon 2020, « la Chine prévoit de disposer d’au moins 110 GW de capacités en énergie solaire », selon le plan quinquennal en cours pour l’énergie.

10

connexions HIVER 2016-2017

Avec près de 540 millions de ventes d’appareils smartphones enregistrées en 2016, le marché chinois de la mobilité représente 38 % des ventes mondiales de téléphones intelligents pour le dernier exercice. Cette année a été marquée par l’envolée des ventes des marques Oppo et Vivo et un tassement de Xiaomi et une érosion de 5 % de celles des appareils Samsung. Surtout, le volume des ventes de Lenovo a chuté de près de 80 %.

Imagine China

Imagine China

Imagine China

Imagine China

T ÉLE X

Acier Alors que le secteur de l'acier est en surcapacité mondiale, la Commission européenne a annoncé en janvier, relate Les Echos, « la mise en place de taxes à hauteur de 30,7 % à 64,9 % contre certains produits chinois, accusés par l'UE d'avoir été vendus à perte en Europe ». Ne sont concernés qu’une partie des produits en acier importés depuis la Chine : des accessoires de tuyauteries en aciers inoxydables à souder bout à bout.

Conjoncture L’indice des directeurs d'achat (PMI) publié par le Bureau national des statistiques s'est établi à 51,3 en janvier, contre 51,4 le mois précédent et 51,7 en novembre. Un chiffre supérieur à 50 marques une expansion de l'activité manufacturière et un indice inférieur à ce seuil signale une contraction. Le PMI est un baromètre fondé sur les carnets de commandes des entreprises, il est jugé annonciateur de la conjoncture à venir.


En Chiffres

Réalisé en partenariat avec le Service Économique Régional de Pékin (ambassade de France) Abonnez-vous au bulletin économique mensuel à cette adresse : http://www.ambafrance-cn.org/Abonnez-vous-au-Bulletin-Economique-Chine

france Le projet Industrie du futur repose sur 5 piliers (Développer l’offre technologique, Accompagner les entreprises dans cette transformation, Former les salariés, Promouvoir l’industrie du futur française, Renforcer la coopération internationale, notamment sur les normes).

1200 20 80 M

Nombre de PME françaises ayant bénéficié d’un diagnostic personnalisé dans le cadre du plan Industrie du futur entre 2015 et 2016. le nombre d’usines françaises bénéficiant du label « Vitrine industrie du futur ». Somme allouée au nouveau fonds de capital-risque Serena Capital dédié à la big data et à l’intelligence artificielle. Ce fonds vient conforter la stratégie « France Intelligence Artificielle » annoncée le 20 janvier par Axelle Lemaire, Secrétaire d’Etat en charge du Numérique et de l’Innovation et Thierry Mandon, Secrétaire d’Etat en charge de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

7,6 Mds EUR

montant des exportations françaises de Haute-technologie vers la Chine en 2015 (soit 42 % des exportations françaises vers la Chine) (selon les Douanes françaises).

2,1 Mds EUR

montant des prêts de développement supplémentaires devant être distribués par Bpifrance aux PME et ETI dans le cadre du plan Industrie du futur d’ici 3 à 5 ans.

1,2

Mds EUR

5,5

Mds EUR

montant des prêts de développement « Industrie du Futur » distribués par Bpifrance entre 2013 et 2016.

montant du programme de Crédit d’Impôt Recherche en 2016, représentant 30 % du total des dépenses en R&D d’une entreprise et jusqu’à 60% pour des recherches confiées à des laboratoires publics.

Chine

10

nombre de secteurs prioritaires du Plan Made in China 2025 (NTIC, Machines et robotique, Aéronautique et aérospatial, Génie maritime, Génie ferroviaire, Automobile, Electricité, Matériel agricole, Nouveaux matériaux, Médecine).

Des objectifs ambitieux de part de marché mondial dans les TIC à l’horizon 2025 pour les produits de propriété intellectuelle chinoise selon le plan Made in China 2025 :

45 % 60 % 40 %

sur les terminaux mobiles ;

140 Mds RMB

( ~ 19 Mds EUR) : capital évalué en juin 2016 du Fonds national pour l’industrie des semi-conducteurs lancé en septembre 2014. Le fonds associe notamment l’Etat (MoF/ MIIT), la China Development Bank, China Tobacco.

20 Mds RMB

( ~ 2,7 Mds EUR) : dotation initiale du Fonds national pour la fabrication avancée (« advanced manufacturing ») lancée en juin 2016. Le fonds associe notamment l’Etat (NDRC/MoF/MIIT), la State Development & Investment Corporation, et ICBC. pour les fibres optiques ;

pour les serveurs et super-calculateurs.

100 Mds RMB

( ~ 13,5 Mds EUR) : dotation initiale du Fonds pour l’investissement dans l’Internet lancé en janvier 2017. Le fonds associe notamment l’Etat (MoF/Cyberespace administration of China), ICBC, la China Development Bank et l’Agricultural Bank of China.

146

le nombre de zones de développement de haute technologie réparties sur le territoire chinois en 2016. (Source: Ministry of Science and Technology)

connexions HIVER 2016-2017

11


Imagine China

Chroniques juridiques

ZOOM

DR

Le Common Reporting Standard

L iu ji ng

Depuis le 1er janvier 2017, les institutions financières chinoises enquêtes sur les nouveaux comptes individuels ainsi que des nouveaux comptes des entitiés.

Avant le 31 décembre 2017, accomplir l’enquête de tous les comptes individuels de grande valeur.

Avant le 31 décembre 2018, accomplir l’enquête de tous les comptes infividuels de petite valeur et les comptes des entités.

Depuis le 8 octobre 2016, le système d’enregistrement s’applique à la montée et au changement des entreprises à investissement étrangers, au lieu de celui d’examination et d’approbation 《Interim Measures for the Administration of Establishment and Modification Registration of Foreign-Funded Entreprises》

La mise en place de la nouvelle procédure d’ouverture de compte Common Reporting Standard (CRS) - est effective depuis le 1er janvier 2017 pour la Chine qui s’est engagée à réaliser le premier échange d’informations dès 2018.

Objets d’échange

Informations sur les actifs : compte de dépôt, compte-titres、valeur de rachat des contrats d’assurance, droit d’actions des institutions financières, etc.

Objets

Joint-venture à capitaux sino-étrangères, joint ventures sino-étrangères, entreprise étrangère d’investissements et sociétés à responsabilité limitée avec des investissements étrangers

Catalogue of Restricted Foreign Investment Industries, L’utilisation du sys- Catalogue of Prohibited Foreign Investment Industries, tème d’examination Catalogue of Chinese Stock Holding Encouraged Induset d’approbation tries, Catalogue of Chinese Top Managers Encouraged Industries (selon le « Catalogue d'orientation sur les investissements étrangers 2015 »)

Institutions impli- Institutions de dépôt、institutions dépositaires、entités quées par le CRS de placement、institutions d’assurance spécifiques

L’utilisation du système d’enregistrement

The establishment and alteration of foreign investment enterprises that is not involved in the Special Administrative Measures of China.

Groupes concernés Non-résidents fiscaux chinois titulaires de comptes par CRS financiers en Chine, résidents fiscaux chinois titulaires de comptes financiers à l’étranger

Investisseurs étrangers rachètent les sociétés domestiques à fonds non-étrangers

Respecter le « Provisions on Merger and Acquisition of Domestic Enterprises by Foreign Investors » En ce qui conerne les sociétés cotées en Bourse, appliquer les « Administrative Measures for Strategic Investment by Foreign Investors in Listed Companies »

Groupes non-affectés

12

Non-résidents des pays qui paient des taxes internationales, résidents d’origine chinoise à l’étranger

connexions HIVER 2016-2017


法律专栏 Le Conseil d’Etat chinois a publié le 12 janvier 2017 plusieurs avis de l’utilisation active des capitaux étrangères. Révision du « Catalogue d'orientation sur les investissements étrangers » et des lois ainsi que des législations rélatives, en réduisant les restrictions d’accès pour les investissements étrangers dans le domaine des services, de la production et dans l’industrie minière, etc.

restrictions d’ac- Industrie Annuler les restrictions d’accès en ce qui concerne cès pour les de produc- la fabrication des équipements de transport sur investissetion rail, la fabrication des motocyclettes, la production ments d’éthanol carburant, le traitement des huiles, etc. étrangerse Industrie minière

Imagine China

• Desserrer les intitutions financières comme la banque, les sociétés de bourse, les compagnies d’assurance, etc. Réduire les restrictions pour les secteurs tels que Industrie l’audit et l’accounting, l’architecture, les services de service de ranking, etc. Promouvoir l’ouverture progressive des secteurs, par exemple la télécommunication, l’Internet, la Réduire les culture, l’éduction et le transport.

涉及外商的最新法规介绍

Assouplir les contrôles dans des secteurs de ressources pétrolières et gazières non-conventionnelles, et de ressources minérales

Projets de coopération étrangère applique le Pétrole, gaz système d’enregistrement au lieu du système d’exnaturel amination et d’approbation

Les étapes à lancer lors du projet « Made in China 2025 » pour les entreprises à invertissements étrangers 1. Après soumis à l’approbation par les autorités compétentes, les projets d’investissements étrangers participant à la construction d’infrastructures, dans les secteurs tels que l’énergie, le transport, l’eau, l’environnement, les travaux publics municipaux, etc. 2. Les politiques de soutien relatives sont également applicables aux projets d’invertissements étrangers autorisés. Les formes d’aide apportées aux entreprises d’invertissements étrangers afin d’élargir l’éventail des sources de financements 1. Les entreprises étrangères d’investissements peuvent réunir des capitaux en s’incrivant au tableau principal, au tableau PME et à celui de GEM ( Growth Enterprises Market) de la Bourse, en cotant sur « les trois nouveaux tableaux de la bourse » (NEEQ, National Equities Exchange and Quotations), et en émettant des obligations de société, des obligations convertibles, en utilisant des outils de financement de la dette des sociétés non-financières. 2. Sauf tel qu’autrement prévu par la loi, le montant du capital social minimum requis pour les entreprises d’invertissements étrangers est annulé. Les terrains pour projets d’invertissements étrangers 1. Les politiques sur les terrains que les sociétés domestiques obeservent sont applicables aux sociétés d’invertissements étrangers. 2. La Chine encourage les investissements dans les industries manufacturières qui mobilisent l’utilisation intensive des sols. Ces projets d’investissements étrangers seront davantage fournis de terrains. Après avoir fixé le prix plancher du sol, si et seulement si ce prix-là n’est pas plus bas que le standard national, on pourrait vendre des sols à 70% du prix standard. Les autres 1. L’opération centralisée des fonds en monnaie étrangère des entreprises multinationales d’investissements étrangers est autorisée. 2. La règle du “Pre-establishment National Treatment plus Negative List” est mise en place intégralement dans le cadre d’investissements étrangers. 3. Raccourcir le temps des procédures tels que l’entregistrement aux douanes et l’application des factures. Liu jing Partner Attorney / Vice President of Yingke Vensco, Beijing Yingke Law Firm Guangzhou Office

刘静

一、中国2017年1月1日起实施CRS 中国将于2017 年1月1日实施新的账户开户程序,并于2018 年进行第一次信息交换。 被交换的对象

存款账户、托管账户、现金值保险合约以及持有 金融机构的股权、债权权益等资产信息

CRS覆盖机构

存款机构、托管机构、投资实体、特定保险机构

须关注CRS人群

非中国纳税居民在中国并开设金融账户以及中国 纳税居民在境外开设金融账户

不受CRS影响人群

2017年1月1日 开始,中国金融 机构对新开立的 个人和机构帐户 开展尽职调查

非全球征税国家身份的人和海外华侨华人

2017年12月31 日前,完成对存 量个人高净值帐 户的尽职调查

在2018年12月 31日前,完成 对存量个人低 净值帐户和全 部存量机构帐 户的尽职调查

二、外商投资企业设立变更自2016年10月8日实施备案制, 不再进行审批管理 《外商投资企业设立及变更备案管理暂行办法》 适用对象

中外合资经营企业、中外合作经营企业、外资企 业以及外商投资的股份有限公司

实施审批管理的领域 涉及《外商投资产业指导目录(2015年修订)》限 制类和禁止类以及鼓励类中有股权要求、高管 要求的领域 实施备案管理的领域 不涉及国家规定实施准入特别管理措施的外商投 资企业设立及变更事项 外国投资者并购境内 ①适用《关于外国投资者并购境内企业的规定》 非外商投资企业 ②涉及上市公司的,适用《外国投资者对上市公 司战略投资管理办法》

connexions HIVER 2016-2017

13


Chroniques juridiques 三、国务院于2017年1月12日发布关于扩大对外开放积极利 用外资若干措施的通知 (一)修订《外商投资产业指导目录》及相关政策法规,放 宽服务业、制造业、采矿业等领域外资准入限制 ① 放宽银行类金融机构、证券公司、保险机构等 服务业

③推进电信、互联网、文化、教育、交通运输等 领域有序开放

放宽 外资准 入限制

②放开会计审计、建筑设计、评级服务等领域

制造业

取消轨道交通设备制造、摩托车制造、燃料乙醇 生产、油脂加工等领域外资准入限制

采矿业

放宽非常规油气以及矿产资源领域

(二)外商投资企业适用“中国制造2025”战略政策措施 1、外资依法依规以特许经营方式参与基础设施建设,包括 能源、交通、水利、环保、市政公用工程等。 2、相关支持政策同等适用于外资特许经营项目建设运营。 (三)支持外商投资企业拓宽融资渠道 1、外商投资企业可在主板、中小企业板、创业板上市,在 新三板挂牌以及发行企业债券、公司债券、可转换债券和运 用非金融企业债务融资工具进行融资。 2、除法律、行政法规另有规定外,取消外商投资公司的最 低注册资本要求。 (四)支持外商投资项目用地 1、外商投资企业与内资企业同等适用相关用地政策 2、对集约用地的鼓励类外商投资工业项目优先供应土地, 在确定土地出让底价时可按不低于所在地土地等别相对应全 国工业用地出让最低价标准的70%执行。 (五)其他 1、允许外资跨国公司开展本外币资金集中运营 2、对外商投资全面实施准入前国民待遇加负面清单管理模式 3、缩短海关登记、申领发票等环节办理时间

Imagine China

石油、天 对外合作项目由审批制改为备案制 然气

MADE IN CHINA 2025

Opportunités et challenges pour les investisseurs

DR

作者信息:刘静,北京市盈科(广州)律师事务所合伙人律师 / 盈科外服副总裁

Sylv i e SAVO IE

Imagine China

e premier ministre LI Keqiang a utilisé la formule suivante pour résumer le plan d’action « Made in China 2025 » : la transition du fabriqué en Chine vers l’innové en Chine, de la vitesse chinoise vers la qualité chinoise et des produits chinois vers les marques chinoises. « Made in China 2025 » a pour objectif affiché que la Chine devienne le premier pays manufacturier du monde d’ici 2049, année du centenaire de la fondation de la République populaire de Chine. Priorité est donnée à neuf objectifs principaux,

14

connexions HIVER 2016-2017


法律专栏

étrangers dont l’innovation, l’intégration des technologies de l’information, le développement d’une industrie plus respectueuse de l’environnement, la restructuration du secteur manufacturier, et à dix secteurs clés : les nouvelles technologies de l’information, les machines outils à commande numérique et les robots, les équipements aéronautiques et aérospatiaux, les équipements d’ingénierie maritime et les navires à haute technologies, les équipements ferroviaires à technologie avancée, les véhicules à énergie nouvelle ou économe en énergie, les équipements de production d’énergie, les machines agricoles, les nouveaux matériaux, la biomédecine et les instruments médicaux performants. Parmi, les mesures prévues pour faciliter la réalisation de « Made in China 2025 », il est clairement indiqué que les investissements étrangers continueront à être favorisés avec l’application du traitement national aux investissements non inclus dans les « listes négatives », et simplifiés avec par exemple le remplacement des procédures d’approbation par des procédures d’enregistrement. Les grands principes de « Made in

China 2025 » sont d’ailleurs repris et développés dans la circulaire Guofa N ° 5 (2017) du Conseil des Affaires d’Etat « Notice on Several Measures for Expansion of China’s opening up to the Outside World and Active Use of Foreign Capital » publiée le 12.01.2017. Ainsi, à court et moyen termes, « Made in China 2025 » présente une réelle opportunité notamment pour les investisseurs étrangers travaillant dans les domaines clés listés ci-dessus, mais également pour ceux en mesure d’aider la Chine à atteindre les objectifs fixés. Les secteurs suivants devraient donc naturellement bénéficier d’opportunités nouvelles : la formation professionnelle et académique, les services financiers, les services de consultation et d’expertise industrielle, les services d’aide à l’obtention de certifications internationales, l’ensemble des technologies relatives à la protection de l’environnement ou aux économies d’énergie. Cependant, à plus long terme, il convient de ne pas perdre de vue le but de « Made in China 2025 » qui est de dynamiser le secteur industriel chinois, en rendant la Chine autonome technologiquement. « Made in China 2025 » prévoit comme objectif 2020 que 40 % des composants industriels et des matières premières clés doivent être de fabrication chinoise et contrôlés par la Chine, ce chiffre passant à 70 % à objectif 2025. Dés à présent, on peut constater que dans de nombreux domaines d’activités, le gouvernement local incite les entreprises chinoises à privilégier les produits et équipements chinois, et que de plus en plus d’appels d’offres publics ne sont destinés qu’à des produits/équipements chinois. Alors comment interpréter cet objectif de 40 et 70 % ? Est-ce qu’un produit fabriqué en Chine par une société de droit chinois à capitaux 100 % étrangers (une WFOE) ou par une société de droit chinois à capitaux mixtes sino-étranger (une Joint Venture) avec un partenaire chinois minoritaire ou majoritaire peut ou doit-être considéré comme un produit de fabrication chinoise contrôlé par la Chine et entrer ainsi dans le quota ci-dessus ? Difficile à l’heure actuelle de donner une réponse définitive à cette question, compte tenu de l’absence de définition précise de la notion de « produits/équipements chinois ». Toutefois, d’ores et déjà des interprétations très restrictives ont été publiées dans des publications non officielles, l’une des plus restrictives que nous avons relevées est la suivante : « il est à prévoir qu’un produit chinois sera un produit satisfaisant aux caractéristiques suivantes : fabriqué en Chine, par une entreprise contrôlée majoritairement par des capitaux chinois, avec des matières premières provenant de Chine, etc. » Sylvie SAVOIE

Juriste Associée DS Avocats

中国制造 2025

外国投资者的 机遇和挑战 林芳 李克强总理在《中国制造2025》战略规 划中作出以下表述:实现中国制造向中国创造 的改变,中国速度向中国质量的转变,中国产 品向中国品牌的转变。《中国制造2025》所宣 布的目标是到2049年,新中国成立一百年时, 中国要成为世界制造强国。 首先是九大战略任务,其中包括创新、信 息技术融合发展、发展更加环保的制造体系、 加强工业基础能力,以及十大重点领域:新一 代信息技术产业,高档数控机床和机器人,航 空航天装备,海洋工程装备及高技术船舶,先 进轨道交通装备,节能与新能源汽车,电力装 备,农机装备,新材料,生物医药及高性能医 疗器械。 其中,为利于实现《中国制造2015》, 明确指出:继续鼓励外资,包括通过建立外 商投资准入前国民待遇加《负面清单》管理机 制,同时简化手续,例如以备案程序代替审批 程序。此外,《中国制造2015》的主要原则在 2017年1月12日颁发的国发(2017)5号国务 院关于扩大对外开放积极利用外资若干措施的 通知中被再次提及并更加具体和详细。 如此,在中短期的角度,《中国制造 2025》不仅为在以上重点领域工作的外国投资 者,而且对具有能力帮助中国达到既定目标的 外国投资者 ,提供了真正的机遇。因此,以下 行业方面将自然享有新的机遇: 专业和学术培 训, 金融服务, 工业咨询和专业技术服务, 为获 取国际资格的辅助性服务, 能够保护环境或节 约能源的整体技术。 但是,从长远来看,不要忘记《中国制造 2025》的目标是激活中国的制造工业,中国 在技术上能够自主。《中国制造2025》预定 2020年的目标是40%的核心工业零部件(元器 件)和关键基础材料要实现中国制造和保障, 该数字到2025年要达到70%。 从现在起,我们可以看到,地方政府会在 众多领域内鼓励中国企业优先选择中国的产品 和设备,会有越来越多的公共招标只面向中国 的产品/设备。 那么如何看待40%和70%的目标?一家外 商独资的中国公司(外资企业)或一家中方参 股或控股的中外合资企业(合资经营企业)在 中国所生产的产品可以或应被视为中国制造和 保障的产品并纳入以上定额吗? 由于没有对“国产产品/设备”作出明确 定义,目前很难对此问题作出最终回答。但 是,在非官方的个别刊物上已经给出了非常限 制性的定义,我们抄录的其中一项最严格的限 制是: 《“国产”的概念预计将包括生产地在中 国、内资高比例控股、原料采购基于国内等几 个要素》。 作者信息:林芳,德尚律师事务所顾问

connexions HIVER 2016-2017

15


Imagine China

Chroniques juridiques

points clés

DR

Convention fiscale entre la France et la Chine

L

Dr. J u l ie Laulusa

a convention de non double imposition entre la France et la Chine est aujourd’hui le sujet de nos préoccupations. Entrée en vigueur depuis 2015, cette convention mérite l’objet d’une clarification au regard de son impact auprès des sociétés et des particuliers. Ainsi nous évoquerons ci-dessous les trois aspects majeurs qui en découlent. Le premier aspect concerne la baisse du taux de retenue à la source sur les dividendes. En effet, celui-ci est passé de 10 % à 5 % en 2015. Ce taux est applicable uniquement pour les entreprises dont la société mère française est

16

connexions HIVER 2016-2017

Le premier aspect concerne la baisse du taux de retenue à la source sur les dividendes. En effet, celui-ci est passé de 10 % à 5 % en 2015.

le réel bénéficiaire des dividendes versés par la filiale chinoise. Nous constatons que certaines entreprises pensent à tort que la distribution des dividendes réalisée avant 2015 reste soumise au taux de 10 %. Dans ce cas, pour bénéficier du taux de 5 %, il faut prendre en compte la date à laquelle la distribution des dividendes a été actée, et non pas la date de réalisation des profits distribuables. Le taux de 5 % est donc applicable sur toutes les distributions de dividendes actées après 2015. Dès lors, si le taux de 10 % a été appliqué à tort, une demande de remboursement peut être soumise auprès du bureau des taxes dans les trois ans à partir de la date de paiement de l’impôt. Le deuxième aspect concerne la documentation sur les prix de transfert. En effet, le Bulletin 42 apporte un changement substantiel sur les règles de déclarations et de documentations. Les sociétés doivent préparer un rapport annuel sur les transactions entre sociétés liées, une documentation sur les transactions pays par pays et une documentation sur les prix de transfert.


法律专栏 Ce Bulletin 42 est applicable sur les comptes de 2016 dont la déclaration doit être réalisée avant le 30 juin 2017. Nous recommandons ainsi aux sociétés soumises à cette déclaration de préparer dès à présent les éléments nécessaires afin de se conformer aux nouvelles exigences. Et enfin le dernier point concerne la mise en place d’une procédure d’échange d’informations entre la Chine et la France. Cette dernière permet aux autorités chinoises d’obtenir des informations sur ses résidents fiscaux chinois en France et vice-versa. Les contribuables individuels qui ont des activités dans les deux pays doivent dès à présent s’assurer qu’ils sont à jour de leurs obligations fiscales auprès des autorités compétentes. En conclusion, le budget des états étant en parti financé via les impôts, ainsi nous pouvons nous attendre à ce que la règlementation soit beaucoup plus stricte notamment en matière d’optimisation fiscale. On peut en effet constater cela via la mise en place par les gouvernements de plans d’actions concernant l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices dont la Chine a déjà entamé le processus. Dr. Julie Laulusa Managing Partner,

Mazars Mainland China

关键词

中法税收协定: 刘钰涓博士 中法避免双重征税协定是目前我们关注 的主题。自2015年生效以来,有必要解读一 下该协议对于企业及个人的影响。我们可以 从以下三大方面来解析这一协定。 第一个方面涉及到股息预提所得税率的 下降。事实上,这一税率在2015年从10%降 至5%,但仅适用于那些法国母公司为其中 国子公司支付股息的真正受益人的公司。我 们发现,一些企业错误地认为在2015年之 前取得的利润分配仍受制于10%的税率。在 这种情况下,为了享受5%的税率,我们要 考虑的是利润分配的申报日期,而不是利润 获得的日期。因此,5%的税率适用于所有 2015年之后申报的利润分配。 因此,如果您已超额支付了10%的税 率,可以在从缴纳税款之日起三年内向税务 机关提交退税申请。 第二个方面是关于转移定价的文档。事 实上,42号公告在税务申报和管理文件的规 则上产生了重大变化。公司必须准备一份关

联方交易的年度报告,一份国别报告和转移 定价同期资料。 这份公告适用于2016年及以后年度,且 必须在次年6月30日前申报完毕。因此,我 们建议符合条件的公司,为了遵守新的规定 从现在起充分准备所需文件。 最后一个方面是关于建立一个中国和法 国之间信息交换的程序——中法共同申报准 则。这将允许中国政府获取在法国的中国税 收居民的信息,反之亦然。在两国工作的个 体纳税人现在起必须确保他们对主管当局履 行了自己的纳税义务。 总之,在国家预算的很大一部分依靠税 收资助的情况下,我们可以预期,尤其在税 收优化方面,调控将会严格很多。我们可以 从中国已开始执行经合组织针对税基侵蚀和 利润转移的政府行动计划中看到这一点。 作者信息:刘钰涓博士,玛泽中国大陆执行合 伙人

connexions HIVER 2016-2017

17


Nos Partenaires Chinois

XIZI UHC DR

Pourquoi avez-vous choisi d’intégrer la Chambre de Commerce France Chine ?

Les entreprises françaises sont fortement présentes a l’internationales et possèdent une expertise technique avancée. La CCI France Chine rassemble la majorité des entreprises Françaises. XIZI UHC se positionne en tant qu’entreprise compétitive au niveau international grâce à une stratégie de développement à long terme. En rejoignant le réseau de la CCI France Chine, XIZI UHC cherche à accroitre ses partenaires avec les entreprises leaders dans leurs domaines et profiter de ces nouveaux partenariats pour progresser ensemble.

Quels sont les liens que vous avez avec la France ?

En Europe, spécialement en France, XIZI UHC a déjà etabli de nombreux partenariats avec notamment Airbus, Stelia, Europe Technologies et en discussion avec d’autres. L’objectif est de se rapprocher encore plus de nos fournisseurs et clients européens.

Pouvez-vous nous informer sur les actualités des coopérations que vous avez avec la France et quelles sont vos projets dans le futur ? XIZI UHC est d’ores et déjà un fournisseur important d’Airbus. En Avril 2016, XIZI a livré, pour la toute première fois, certaines pièces de la Case de Train d’atterrissage pour l’Airbus A320, avion le plus vendu au monde. Cet évènement fut une étape clef pour XIZI UHC et nous permet de se positionner comme un acteur majeur de l’aéronautique pouvant fournir des pièces complexes d’avion. En 2015, XIZI UHC et Airbus ont signé un partenariat en présence de XI Jing Ping et Francois Hollande. A l’avenir, nous souhaitons approfondir ce partenariat et entretenir des relations encore plus étroites avec Airbus.

18

connexions HIVER 2016-2017

Pouvez-vous décrire votre entreprise brièvement ?

XIZI UHC est un conglomérat spécialisé dans la fabrication des produits manufacturés pour de multiples industries. Ayant son siège social à Hangzhou, l’entreprise compte parmi ses activités la fabrication des composants d’ascenseur, de chaudières, des équipements aéronautiques mais est aussi présente dans les secteurs de l’immobilier et de la finance. Avec plus de 10 000 employés, elle fait partie des 500 plus grandes entreprises de Chine. XIZI UHC est le leader chinois sur les marches des ascenseurs et des chaudières. En 2016, notre chiffre d’affaire a atteint le montant de record 256 milliards de RMB. Pour XIZI, la coopération est plus importante que la compétition, cette notion nous permet de progresser et d’avancer ensemble avec nos partenaires. XIZI collabore avec de nombreuses entreprises du Fortune 500 comme Alstom, Airbus, Otis, Kawasaki, General Electric, Siemens, Boeing… XIZI continue d’explorer et innover en adoptant une approche créative et entreprenante. XIZI UHC concentre sa R&D dans le domaine de l'economie d’énergie grâce à de multiples centres de recherche. En 2009, XIZI UHC est devenue la seule entreprise privée fournisseurs de Comac pour le projet C 919, le plus gros avion commercial jamais construit par la Chine. XIZI est la seule entreprise du Zhejiang fournisseur des 5 acteurs majeurs de l’industrie l’aéronautique. La vraie progression consiste à utiliser l’expertise que nous avons acquise dans le domaine aéronautique à nos activités traditionnelles. En 2007, XIZI UHC a publié pour la première fois son rapport de responsabilité sociale en tant qu’entreprise privée mettant en avant notamment la protection de l’environnement et le développement durable.

西子联合简介

您为何选择加入中法工商会大家庭? 法国企业在国际化、管理、技术和专 业化等方面都有非常丰富的经验,专业而热 情,有许多值得我们学习的地方。中法工商 会聚集了很多法国优秀的企业。我希望西子 未来能成为具有国际竞争力的企业,百年西 子、国际西子。为此我们要多与国际优秀的 企业交流合作。与优秀企业合作,我们才会 更优秀。 您和法国有哪些业务往来? 在欧洲,尤其在法国,西子航空与很多 公司建立了合作,如空客(Airbus),斯特里亚 (Stelia)等,以及一些潜在的客户。未来,西 子希望能够更贴近欧洲的客户,寻求更多合 作,提供更好的服务。 请描述一下您和法国合作业务中最紧密一项业 务的现状以及未来的规划。 西子同欧洲空客有密切合作,西子航空 现在是空客的一级供应商。2016年4月,西 子航空已成功交付了空客A320飞机前起落架 舱部件项目首件,自此世界最畅销机型上有 了西子制造的零部件,这是西子航空作为空 客供应商的一个新起点,表明西子航空实现 了从零件生产到飞机大中型复杂结构部件生 产的提升,目前西子航空已为空客交付了几 十架份的A320飞机前起落架舱产品。2015 年,在中法两国总理的见证下,西子航空就 已与空客签署了紧固件战略合作协议。 未来,西子航空将与空客进一步加深合 作,在空客的指导下不断提升,并为空客提供 质量稳定、交付及时的产品和服务。


我们的中国合作伙伴

简单介绍一下您的公司。 西子联合控股有限公司是一家以装备制 造为主,跨行业经营的综合型企业集团。集团 总部位于中国浙江杭州,旗下产业涵盖电梯及 电梯部件、大型电厂锅炉、地铁盾构机、立体 车库、起重机、航空零部件、商业、房产、金 融投资等多个领域,是中国500强企业之一, 员工近10000人。西子联合的节能电梯、电梯 部件、塔式立体车库、余热锅炉业务连续多年 全国第一。旗下拥有百大集团和杭锅股份两家 上市公司。2016年集团业绩再创新高,营业 收入达256亿元人民币。 西子联合秉承“合作重于竞争”的经营 理念,多年来坚定不移地走合作共赢的发展道 路,在合作中学习,在合作中提高,追求长 期发展和互利共赢。西子联合通过与美国奥的 斯、日本石川岛、川崎、GE、德国西门子、 法国阿尔斯通、欧洲空客、美国波音等世界 500强企业合资合作模式,具备精益制造和国 际化管理优势,遵循研发、制造、服务并重的 发展战略,开拓进取。 西子联合坚持核心技术研发与节能减排 的创新实践,拥有多家独立的技术研发中心, 成功开发了高效节能的永磁同步无齿轮电梯主 机,掌握航空零部件关键制造技术与复合材料 加工技术,并主导国内余热锅炉技术标准制订 和应用推广,成功实现节能建筑技术在西子联 合大厦的全面应用。 2009年西子联合成为国家重大专项C919 大型客机项目九家机体结构供应商中唯一的民 营企业。2015年西子航空按时高质地完成了 C919大飞机的部件研制任务,为大飞机首架 顺利下线做出了贡献。现在西子航空已经成为 欧洲空客、美国波音、加拿大庞巴迪宇航、中 国商飞、中航工业的供应商,是浙江省唯一拥 有这五大航空巨头供应商资质的企业。西子 联合进入航空产业,不仅填补了浙江省航空工 业的空白,为西子联合开辟了一个全新长久的 业务板块, 更让西子联合从原来的传统制造 业向位于高端核心的航空制造业拓展,全面引 入航空产业的质量管理体系,按航空标准提高 制造品质,健全管理机制,最终将航空产业的 管理体系来实现对原有电梯、锅炉、地铁盾构 机、立体车库等产业领域的管理输出,实现真 正的制造升级! 2007年,西子联合发布国内首份民营企 业社会责任报告,明确提出可持续发展、诚信 与治理、健康与安全、公益慈善、环境保护五 大社会责任,并号召全体员工“为国家富强、 为社会和谐、为企业健康” 而贡献力量。 西子致力于成为一家受人尊敬的、可持 续发展的国际化百年企业,为社会进步做出贡 献。未来,西子联合将继续秉持诚信、合作、 进取之心,汇聚各方资源及成长性力量,持续 创新产业发展的关键技术和战略发展模式,努 力开创百年西子,促进社会可持续发展!

Beijing Cathay Kylin Ka Chi Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre le réseau de la CCI France Chine ?

La CCI France Chine est l'une des plus grandes plateformes de l'industrie et du commerce entre la France et la Chine, engagée à promouvoir les échanges commerciaux sino-françaises en offrant des possibilités d'affaires et de communication bilatérale. Beijing Cathay Kylin Ka Chi Catering Trade Management Co., Ltd. (ci-après dénommée « Kylin Ka Chi ») se dévoue à la promotion de la consommation de l'industrie de cuisson, à améliorer la poursuite des desserts de qualité du peuple chinois et à promouvoir les produits de boulangerie en Chine.

Décrivez un de vos projets actuels ou futurs en lien avec la France.

M’CAKE est une marque de gâteau appartenant à Kylin Ka Chi. Depuis sa création en 2011, M’CAKE a une coopération très étroite avec la marque française Maxim’s à qui est confiée la gestion la vente de ses gâteaux, pâtisseries, chocolats et autres produits. L’équipe de R&D de M'CAKE est principalement composée des pâtissiers diplômés du Cordon Bleu. Les gâteaux de M’CAKE utilisent principalement les ingrédients des ingredients de marques francaises, comme la crème de ELLE & VIRE, chocolat de Valrhona, et possède la possibilité de devenir l’importateur ou le distributeur d’alimentations ou des matières premières françaises.

Quels sont les atouts des entrepreneurs français dans votre secteur?

Les desserts français présentent une position suprême et unique dans la communauté pâtissière. Raffinés et de hautes qualités, les desserts français sont devenus un véritable symbole de la gastronomie française. Quant à des matières premières, la crème de ELLE & VIRE, chocolat de Valrhona sont les synonymes de haute qualité ; dans la recherche et le développement de la production du dessert, le Cordon Bleu est

un école renommé dans le monde et a formé un grand nombre de pâtissiers excellents ; de plus, il y a beaucoup de marques françaises qui sont anciennes et réputées, comme Maxim’s, Pierre Hermé Paris, Gérard Mulot etc.

Pouvez-vous présenter votre entreprise?

M'CAKE, une marque importante de Kylin Ka Chi, fondée en 2011 et basée à Shanghai. La société compte plus de 700 employés, seule l’usine de Shanghai couvre une superficie de plus de 3000 mètres carrés. Au début de la création de la marque, la société a adopté le modèle d'affaires "Internet +", respecte le concept « qualité vient en premier, service de première classe », combine les cultures des gâteaux chinoises et françaises et réunit le tempérament élégant et l'expérience ultime des utilisateurs dans tous les détails du produit. M'CAKE adhère à la qualité noble « toujours le goût de Paris », malgré le haut prix, sélectionne près de 70 types de matières premières fraîches de France, et suit strictement le processus classique de la fabrication des gâteaux français pour créer un goût naturel et délicieux. M'CAKE a attiré des énormes investissements du célèbre investisseur Monsieur LEI Jun en 2011, Monsieur LI Kaifu de Sinovation Ventures en 2013, Monsieur CAI Mingpo de Kaihui fonds en 2016, et aujourd’hui est devenu un leader du e-commerce pour des gâteaux haut de gamme. M'CAKE exige énormément la qualité de tous les aspects de la chaîne d'approvisionnement. En même temps, grâce à l'utilisation du modèle d'affaires e-commerce, l’usine centrale est responsable de la production, avec la livraison directe de la qualité et une série de services complets, M'CAKE a attiré plus d'un million de fans. Par le biais de l'Internet, la société fait des analyses de la scène d’utilisation, rénove constamment le concept, mène l'industrie dans la modernisation des produits et essaye de stimuler l'innovation de l'industrie.

connexions HIVER 2016-2017

19


Nos Partenaires Chinois

Shenzhen SPHQ Sports & Culture Development Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre la Chambre de Commerce et d'Industrie France Chine (CCI France Chine) ?

DR

北京华夏麒麟嘉智 为什么要加入到中国法国工商会? 中国法国工商会是中国最大的中法工商 平台之一,致力于推动中法商贸交流,提供商 机及商务交流平台。北京麒麟嘉智餐饮管理有 限公司作为一家致力于烘焙行业消费升级的企 业,希望能够借助中法工商会的平台和资源, 提升中国人对于甜点品质的追求,帮助中国烘 焙产品升级 。 请您介绍一下现在和将来的您和法国有哪些紧密 相关的项目? M’CAKE是麒麟嘉智旗下的蛋糕品牌。自 2011年成立之初,就与法国马克西姆品牌有 十分紧密的合作,经营马克西姆品牌的蛋糕、 点心、巧克力等产品。M’CAKE的研发团队主 要由毕业于法国蓝带的甜品师构成。M’CAKE 的蛋糕产品主要以法国品牌原料为主要原料, 比如铁塔奶油,法芙娜巧克力等,将来有可能 成为一些法国食品或原料的进口商及经销商。 请您介绍一下法国企业在您所在行业中有哪些优 势? 法式甜品在全球甜品界享有独特的至尊 地位,精致、高品质成为了法式甜品代表的文 化标志。原材料领域,铁塔的奶油,法芙娜的 巧克力都是高品质的代名词;在甜品研发制作 领域,蓝带学院是全球知名的甜品师学校,培

20

connexions HIVER 2016-2017

养了大量优秀的甜品师;法国还有许多古老传 承并享有声誉的甜品品牌,例如:Maxim’s,Pierre Hermé Paris,Gérard Mulot等。 请您简要介绍一下您的公司? 华夏麒麟嘉智餐饮管理有限公司旗下主要 品牌M’CAKE,成立于2011年,总部设立于上 海,公司拥有员工700多人,仅上海工厂即超过 3000平米。品牌运营之初,即采用了“互联网 +”商业模式,秉承着“品质至上,服务一流” 的理念,将法国传统蛋糕文化与中国文化相结 合,将优雅的文艺气质与极致的用户体验,融入 到产品的每一个细节之中。M’CAKE秉承“一直 都是巴黎的味道”的贵族品质,不惜昂贵成本, 甄选来自法国的近70种新鲜原料,严格遵循法国 经典蛋糕制作工艺,打造真正自然健康的美味。 M’CAKE分别于2011年、2013年、2016 年吸引力著名天使投资人雷军先生、创新工场 李开复先生、中法凯辉基金蔡明泼先生的倾力 投资,现已成为高端蛋糕电商品牌的领航者。 M’CAKE对供应链每个环节的品质把控都 能达到吹毛求疵的程度,同时,通过采用电子 商务运营模式,中央工厂负责生产,以优质的 直达派送等一系列全程服务,吸引了超过百万 粉丝拥趸。通过互联网手段,对消费者的用户 场景分析,不断更新理念,在行业中引领产品 升级,并努力带动行业革新。

La CCI France Chine est une excellente plateforme pour soutenir et promouvoir la coopération commerciale et culturelle sino-française. Créée il y a 25 ans, elle s’engage à améliorer le contact entre des entreprises sino-françaises et à leur offrir des opportunités d’affaires et d’échanges. D’un côté, la CCI France Chine aide des entreprises françaises à bien s'intégrer au marché chinois, de l’autre côté, elle assiste des entreprises chinoises qui souhaitent s’ouvrir sur le marché français. La CCI France Chine est un lien qui permet de connaître en profondeur la France et ses opportunités.

Pourriez-vous décrire vos projets actuels ou futurs en lien avec la France ?

Shenzhen SPHQ sport et culture développement Co.,Ltd et FC Toulouse Football Club ont signé un contrat en 2015. Dès lors, SPHQ est devenu le partenaire exclusif de FC Toulouse en Chine en créant le premier centre européen de formation du football – SPHQ & FC Toulouse centre de formation de jeunesse – à Shenzhen. Grâce à une série dméchanges sur le long-terme, des enfants profitent du football comme vecteur d’épanouissement à travers la formation d’entraîneurs et d’athlètes ainsi que par un camp d’été de football proposé en France tous les mois de juillet. Dans un futur proche, nous souhaitons approfondir et étendre notre coopération. D’ailleurs, SPHQ pourrait prêter des terrains de haute qualité pour que des entreprises françaises puissent organiser diverses compétitions (matches de football, concours d’athlétisme, etc.). Ces terrains permettent un grand nombre de stagiaires français de s’amuser d’autres activités dans le temps libre aussi.

Quels sont les particularités de votre centre de formation ?

Nous sommes en partenariat avec des sociétés importantes dans des domaines telles que Hua Run Shenzhen Bay Development Co., Ltd. – Shenzhen Bay Sports Center, nous sommes également le partenaire exclusif en Chine de


DR

我们的中国合作伙伴

Toulouse FC ainsi que l’allié stratégique de CSL Guizhou Hengfeng Zhicheng Football Club (CSL : China Football Association Super League). Avec plus de 1 000 élèves, nous sommes un des plus grands centres de football pour les adolescents. S’adressant aux élèves venant de tout le pays (5-15 ans), notre centre de football engage des entraîneurs chinois et étrangers. Ils intègrent les concepts avancés européens en matière de football et les échanges en langue anglaise dans l’apprentissage du sport. Tous les entraîneurs chinois sont ou étaient des joueurs de foot/entraîneurs des Ligues professionnelles. En parallèle, venant des pays comme les Royaumes Unis, l’Italie et l’Espagne, etc., les entraîneurs étrangers ont enseigné le foot aux ados pendant des années. En même temps, SPHQ participe activement au développement du foot dans les campus. Nous sponsorisons depuis deux ans, nos meilleurs élèves avec notre « programme de bourses d’études pour les élèves exceptionnels ». Ce programme leur permet d’améliorer leurs qualités physiques et techniques, d’apprendre le respect réciproque, de renforcer leur persévérance et leur détermination. Focus entreprise

Fondée en 2010, SPHQ est spécialisée sur les programmes sportifs, en particulier sur la construction, l’opération et le management des stades de sport, le planning et l’organisation des matches et des événements de sport commerciaux et culturels, l’organisation des activités de foot ainsi que des formations en foot, etc. A propos du management sportif et de l’éducation du football pour les jeunes, SPHQ a développé un savoir-faire reconnu en matière de management sportif et d’éducation sur la football.

深圳市三鹏豪情 体育文化发展有限公司 为什么要加入到中国法国工商会? 法国工商会是联系及推动中法商贸合作及文化交流的一个优质平台,自建立以来25年致力于 中法企业联络,提供商机及商务交流,促进中法企业对接合作。帮助法国企业融入中国市场,帮 助中国企业开拓法国市场。是我们了解法国、认识法国、促进交流的纽带。 请您介绍一下现在和将来的您和法国有那些紧密相关的项目。 2015年深圳市三鹏豪情体育文化发展有限公司与法甲图卢兹足球俱乐部在春茧足球中心进行 正式签约,成为其中国独家合作伙伴,成立首家正式落地深圳的欧洲顶级足球训练中心三鹏豪情法甲图卢兹青少年足球训练中心。自合作以来双方开展了长时间、系列性、规划性的深入交往, 不论是教练员培训还是青少年足球培训教育,还是每年7月双方在法国图卢兹举行“绽放紫罗兰 浸泡式足球夏令营”等合作交流,都让孩子们全面感受到足球运动的魅力。后续双方的友好合作 将进一步扩展加深,提高合作的知名度和影响力。 另一方面,三鹏豪情能为在深法国企业提供优质场地,举办各类足球联赛、企业运动会或趣味 运动比赛等各项活动赛事,让更多的法国企业人员来到足球中心享受足球及其它户外运动。 请您介绍一下法国企业在您所在的行业中有那些优势? 三鹏豪情是央企华润深圳湾发展有限公司深圳湾体育中心合作伙伴,法甲图卢兹中国独家合 作伙伴,中超贵州恒丰智诚足球俱乐部战略合作伙伴。拥有学员1000余名,是深圳至大的青少 年足球中心。足球中心面向全国中小学生(5-15岁),采用中外教结合的教学模式,让欧洲先进 的足球理念和生动的英文交流贯穿始终。中国教练均是教学经验丰富且曾经或现役职业联赛的运 动员及各项资质的教练员;外籍教练来自英国、意大利、西班牙等国家,均在国外从事青少年足 球教学工作多年。同时三鹏豪情积极参与校园足球发展,成立并运行两年的“优秀学员奖学金计 划”已资助多名优秀学员,鼓励他们积极向上,身体素质和足球技能水平提高,懂得尊重他人, 努力拼搏,具坚定的意志和决心。三鹏豪情青少年足球教育让学员清楚了解足球的内涵,让有志 于足球的青少年从中受益。 请您简要介绍一下您的公司? 深圳市三鹏豪情体育文化成立于2010年,一直致力于体育场馆的投资建设及经营管理、体育 赛事及商业体育的文化活动组织与策划、足球运动的开展和青少年足球培训等项目,拥有丰富的 既往经验及高品质的团队基础,是全国领先的体育运营管理及青少年足球教育公司。

connexions HIVER 2016-2017

21


Patrick Wack

Grande interview

Tout changement est

DR

une source d’opportunités

Olivier Dubroeucq Vice-President COMAC & AVIC Program General Manager SAFRAN China (Beijing) Shanghai Branch 赛峰集团副总裁 COMAC & AVIC项目 赛峰中国上海分公司总经理

22

connexions HIVER 2016-2017

Quel est l'impact concret du programme "Made in China 2025" dans votre secteur ? Parmi les 10 secteurs principalement visés par les politiques mises en place, 4 auront probablement un impact significatif pour Safran : les machines-outils à commande numérique et les robots, les nouvelles technologies de l’information, les équipements aéronautiques et les nouveaux matériaux. Au niveau du groupe, nous avons engagé une politique de transformation de notre outil industriel, cette politique touche tous les secteurs. Ce plan interne est en phase avec le programme « Made in China 2025 ». Le développement des 4 secteurs industriels apportera son lot de progrès et d’innovations qui pourront contribuer à la stratégie de modernisation de notre outil industriel. Ainsi les usines de Safran en Chine, déjà au meilleur standard actuel du groupe, bénéficieront évidemment de ces progrès. Le dynamisme insufflé par le programme made in China 2025 encourage et renforce le développement de la supply-chain en Chine. Nous développons beaucoup de fournisseurs en particulier en Asie et toute politique en faveur d’une production locale est une incitation logique à travailler plus étroitement avec

la Chine par rapport à d’autres pays dans la région. Dans le domaine de la motorisation, le plan made in China 2025 fait une place stratégique au développement des moteurs d’avions civils et militaires. Ainsi la société AECC basée à Pékin, établie en août 2016 a pour objectif de développer des moteurs de conception et fabrication chinoise, afin de réduire la dépendance de la Chine aux technologies de motorisation occidentales. Ce développement, qui à long terme fera naitre des moteurs indigènes pour la motorisation des aéronefs chinois et notamment pour celle du C919 pourra être également source de partenariat et permettre ainsi de consolider les relations que Safran entretient avec les principaux acteurs du secteur aéronautique. Safran et AECC ont d’ailleurs signé fin 2016 un accord pour analyser toute opportunité de coopération dans les domaines de la propulsion et des équipements sur les différents segments de marché de l’aviation. Quelle est la "réalité de l’usine du futur" en Chine ? Le projet d’usine du futur est un projet structurant majeur chez Safran. Pour coordonner


« Dans le domaine de la motorisation, le plan made in China 2025 fait une place stratégique au développement des moteurs d’avions civils et militaires. Ainsi la société AECC basée à Pékin, établie en août 2016 a pour objectif de développer des moteurs de conception et fabrication Chinoise, afin de réduire la dépendance de la Chine aux technologies de motorisation occidentales ».

所有的变革 都是机遇 中国制造2025计划对您所在行业的具体影响是 什么? 实施政策覆盖的10个主要行业中,4个行业 可能对赛峰有显著影响:数控机床和机器人,新 的信息技术,航空设备和新型材料。在集团层 面,我们已经采取了机械工具转型的政策,这项 政策涉及各行各业。它与“中国制造”2025年 计划宗旨一致。四个工业部门的发展将带来很大 的进步和创新,这将有助于我们机械工具的现代 化。在中国的赛峰工厂,已经实现集团工厂的最 优配置,也势必会从这些项目中受益。

在发动机领域, 中国制造2025计划在民用 和军用飞机发动机的发展 上发挥了战略性的作用。 因此,2016年八月成立于 北京的AECC公司, 旨在开发设计和制造中国 发动机,以减少中国 对西方发动机 技术的依赖。

中国制造2025计划激起的势头促进了中 国供应链的发展。我们特别在亚洲寻找了许多

l’ensemble, Safran a nommé un directeur « usine du futur » ainsi qu’un Chief Digital Officer pour les produits et services, en charge de la transformation numérique du groupe. En effet, dans un monde plus digital, où la donnée est omniprésente ce qui conduit à un besoin de réactivité toujours plus grand, la transformation industrielle passe nécessairement par une révolution digitale des processus industriels pour en améliorer la productivité et la robustesse. Sur l’ensemble de ses sites industriels dans le monde, Safran va déployer son programme d’usine du futur pour supporter la modernisation de plusieurs de ses lignes de fabrication. Le choix des lignes de fabrication cibles restera à l’initiative des sociétés du groupe. Le plan de déploiement en cours de formalisation adressera l’ensemble de nos usines y compris celles situées en Chine. Dans les 5 prochaines années, ce plan prévoit ainsi la transformation ou l’évolution d’une cinquantaine de nos lignes de production. En Chine, le programme est aujourd’hui au stade de la préparation et de la planification mais les premières initiatives sont prévues pour 2017. On envisage par exemple sur notre site de Suzhou la mise en place d’une robotisation de la ligne de peinture des éléments de trains d’atterrissage ou encore l’utilisation expérimentale d’exosquelettes pour réduire les efforts devant être fournis par les opérateurs et ainsi améliorer leurs conditions de travail en réduisant les risques d’accident. A plus moyen terme les projets de modernisation sur lesquels nos équipes travaillent prennent en compte l’intégration dans nos procédés et façons de faire de deux évolutions techniques

供应商,因为在跟中国的紧密合作中,相比其

包括位于中国的工厂。在未来5年内,该计划

他国家,支持本地生产,更合乎逻辑。在发动

还囊括了我们的五十条生产线的转变或改革。

机领域,中国制造2025计划在民用和军用飞机

在中国,该计划正处于准备和规划阶段,但第

发动机的发展上发挥了战略性的作用。因此,

一批举措预计在2017年展开。例如,我们考

2016年八月成立于北京的AECC公司,旨在开

虑到在苏州基地的现场设置一个机器人起落架

发设计和制造中国发动机,以减少中国对西方

组件的喷漆线或实验使用的外骨骼,以减少操

发动机技术的依赖。

作员的工作量,努力改善工作条件,降低事故

这种发展,长期致力于生产中国本土航空

风险。至于中期现代化项目,我们的工作团队

发动机,包括C919在内,也将是一种合作资

考虑将其融入我们的生产进程和方式,以推动

源,使赛峰集团巩固和保持与航空领域主要参

两大技术革新:利用增强的现实和引进“大数

与者的关系。赛峰集团与AECC也于2016年年

据”处理设备以便更好地利用我们工业生产活

末签署协议,分析在不同航空领域驱动和设备

动自然产生的数据。这类举措的的具体应用将

方面的所有合作机会。

提高生产设备的预测性维护过程。

什么是中国的“未来工厂”?

在法国已经实施的项目给出几年后的未来工厂一

未来工厂项目是赛峰集团的重大基建项

个很好的概述:

目。为了协调所有事宜,赛峰集团已为“未来

• 赛峰集团直升机发动机公司2016年年末在

工厂”的产品和服务任命了项目经理和首席数

博尔德揭牌了其第一条自动化生产线。这个

字官,负责集团的数字化改造。事实上,在数

“未来线”占地900平方米,生产所有引用

字世界,数据无处不在,这也导致需要越来越

涡轮叶片的直升机发动机。该生产线配有多

大的反应性,工业加工必然需要经历工业生产

个机器人和自动化生产单元,实现零件到成

过程的数字革命,以提高生产效率和耐用性。

品准备装配,这条线具有年产10万涡轮叶片

赛峰集团将在全球所有的制造基地部署

的生产能力。

其未来工厂计划,来实现它众多生产线的现代

• 同样,为了确保数量空前的新方案的发展,

化。目标生产线的选择将保持集团企业的首创

赛峰集团已经完全改变了其位于法国贡夫勒

性。该过程的部署计划将涉及我们所有的工厂

维尔洛谢的(阿弗尔附近)历史生产基地。

connexions HIVER 2016-2017

23


majeures : l’utilisation de la réalité augmentée et l’introduction de dispositif de traitement « Big Data » pour mieux exploiter les données naturellement générées par nos activités industrielles. Une application très concrète de ce type d’initiative, sera l’amélioration des processus de maintenance prédictive des machines de production. Les projets déjà mis en place en France donnent un bon aperçu de ce à quoi ressemblera l’usine du futur dans quelques années : • Ainsi Safran Helicopter Engines a inauguré fin 2016 sa première ligne de fabrication automatisée sur le site de Bordes. Implantée sur 900 m2, cette « ligne du futur » fabrique l'ensemble des références des pales de turbine pour les moteurs d’hélicoptère. Dotée de plusieurs robots et cellules automatisées de fabrication permettant de réaliser l'ensemble des opérations pour transformer un brut de fonderie en une pièce finie prête à être assemblée, cette ligne a une capacité de production annuelle de 100 000 pales de turbine. • De manière similaire, pour assurer le développement d'un nombre sans précédent de nouveaux programmes, Safran Nacelles a complètement transformé son site historique de production, situé à Gonfreville l'Orcher, près du Havre (France). Tous les secteurs du site ont été concernés par ce changement, depuis la conception jusqu'à la production et le service après-ventes des nacelles, que ce soit pour les avions d'affaires ou les avions de ligne gros porteurs. De nombreux projets ont été menés, utilisant les démarches, procédés et technologies les plus avancés, et notamment la réalité virtuelle. Ainsi armés, nous pouvons répondre plus efficacement aux exigences de qualité et de compétitivités exigées par nos clients, tout en maintenant la performance de nos produits au meilleur niveau mondial. • Enfin pour assurer la montée en cadence du nouveau produit phare de Safran le moteur LEAP installé sur l’A320 Neo, le Boeing 737 Max et le C919, la société Safran Aircraft Engines a modernisé son outil de production en se dotant d’une « pulse ligne de nouvelle génération », inspirée de la ligne déjà existante pour le CFM56 mais modernisée pour prendre en compte les évolutions technologiques du moteur, les besoins d’ergonomie au poste de travail et l’augmentation forte et rapide du volume des livraisons. Quels sont pour vous les principaux enjeux industriels de cette mutation ? Les évolutions des technologies sont en route dans de nombreux domaines qui concernent nos usines : les techniques de production, les techniques de simulation, les techniques de fabrication et de contrôle, les techniques de gestion de la chaine d’approvisionnement, et les techniques de formation.

24

connexions HIVER 2016-2017

Le Vice premier Ministre Ma Kai visite le site de SAFRAN Villaroche, accompagné par le Général Stéphane Abrial, Senior Executive VP International and Public Affairs

Dans un contexte de forte montée en cadence de livraison de nos produits, tels que le LEAP ou les trains d’atterrissage de l’A320 NEO, B787 et A350, il y a un quatre enjeux majeurs associés à ce changement : • Garantir la satisfaction encore accrue de nos clients sur les délais/modes de livraisons et sur la qualité des productions • Assurer l’évolution des compétences de nos personnels pour accompagner et réussir la mise en œuvre de ces nouveaux modes de fonctionnement • Améliorer la performance industrielle en réduisant les coûts tout en améliorant la qualité grâce à l’émergence de techniques de gestion nouvelles permettant une meilleure maitrise. • Mettre en place un mode de fonctionnement plus automatisé de nos moyens de production les plus sollicités. On peut illustrer ces enjeux en reprenant le projet de ligne de fabrication automatisée de pales d’hélicoptère à Bordes. Grace à ce nouvel outil de production, le temps de fabrication d'une pale de turbine a été divisé par deux. On voit ici tout l’enjeu de la transformation qui va permettre d'accroitre considérablement la compétitivité et le niveau d'excellence grâce notamment à une réduction des cycles de production,

une amélioration de la qualité et une maitrise accrue des coûts. Une des conditions de succès de ce projet est une mise en réseau actif des membres de l’équipe projet, de référents métiers possiblement localisés sur les différents sites et en partenariat avec des institutionnels, des partenaires académiques et d’autres industriels concernés par les mêmes sujets de progrès. Est-ce synonyme d'opportunités pour votre groupe ? C’est d’abord une nécessité car les enjeux comme on l’a vu sont importants en France comme en Chine. L’amélioration du niveau de compétitivité de nos usines et leur maintien au bon niveau technologique sont les premiers objectifs visés. Dans la mesure où il va faire progresser le tissu industriel Chinois, le programme made in China 2025 peut nous permettre d’améliorer notre stratégie d’achat et évidemment contribuer à notre démarche de transformation. Tout changement est une source d’opportunités dès lors que l’accompagnement du changement est bien réalisé. Dans ces transformations profondes des façons de faire résident la chance de mettre en place des projets gagnants pour l’entreprise, pour nos salariés et pour nos clients. La mutation numé-


在促进中国工业结 构改革的情况下, 中国制造2025计划使 我们能够改善我们的 采购策略,势必有助 于我们转变进程。

B787 和 A350型起落架,正快速达到批产交付 阶段;在此背景下,我们要面临以下四大与之 变化相关的挑战: • 确保我们的客户对时间/交付方式和产品质 量具有更高的满意度 • 保证我们工作人员技能的发展,以确保新运 行模式的实施 • 提高工业性能,降低成本,同时通过的新的 管理技术提高质量,实现更好的操控。 • 建立生产方式更自动化的操作模式。 我们可以通过博尔德直升机螺旋桨叶片的自 动化生产线项目说明这些问题。由于这种新的生 产工具,一个涡轮机叶片的生产时间被减半。在这 里,我们看到这种变革将减少生产周期,提升质量 和增强成本控制,大大增加竞争能力并提高水准。 该项目的一个成功条件之一是紧密联系项 目组成员以及位于其他区域的相关行业成员, 与同样致力于精进发展的机构、学术搭档和工

DR

业家建立合作伙伴关系。

它对您公司来说是机遇的代名词吗?

中国国务院副总理马凯在赛峰集团高级执行副总裁史提芬·阿布里亚尔 的陪同下参观了集团位于巴黎郊区Villaroche的基地。

首先这个变革是必要的,因为我们已经看 到其中的利害关系,它在中国是重要的,在法

rique devrait permettre aussi de renforcer l’utilisation des méthodes d'intelligence collective ce qui devrait permettre de générer de nouvelles innovations via l’entrechoquement réciproques des idées. Enfin, l’impact de la révolution numérique dans l’industrie et celui de l’introduction de nouveaux modes de fabrication comme l’impression 3D par exemple sont tellement importants qu’ils ne nous permettent pas encore d’imaginer tout ce qu’il sera possible de faire avec ces nouveaux outils. Les nouvelles façons de produire génèreront naturellement leur lot d’innovations, comme cela a toujours été le cas dans toute grande mutation industrielle et particulièrement dans le secteur aéronautique. En résumé, l’industrie chinoise mettant son outil industriel au meilleur niveau international au travers de son plan « China Manufacturing 2025 », en phase avec son vis-à-vis français « Usine du Futur », offrira de nouvelles opportunités gagnantes pour les deux parties et source de profits mutuels. Il y a donc tout lieu de se féliciter de cette initiative et de la volonté chinoise à vouloir rejoindre le concert des nations. Souhaitons-lui beaucoup de succès et armons-nous pour coopérer harmonieusement et égalitairement. Propos recueillis par P. Ti

该基地的所有区域都受到这种变革影响,从设

国同样。提高我们工厂的竞争力和保持优良的

计到生产和售后服务,无论是商务飞机还是大

技术水平是首要目标。在促进中国工业结构改

型客机。许多项目已经实施,并采取最先进的

革的情况下,中国制造2025计划使我们能够改

手段,过程和技术,包括虚拟现实技术。有了

善我们的采购策略,势必有助于我们的转变进

这样的武装,我们就可以更有效地满足了广大

程。所有的变革都是机遇,只要面对改变积极

客户对产品质量和竞争力的要求,同时保持我

做出调整。在这些变革中存在着使公司、员工

们的产品的性能在全球范围内处于领先水平。

和客户获益的机会。数字化改造预计也将更好

• 最后,为了确保安装在A320新波音737MAX

地集中集体智慧,这将有助于通过思想的相互

和C919的LEAP发动机的稳步发展,赛峰集团

撞击产生新的变革。

航空发动机已通过配备“脉冲式生产线”建

最后,在同行业中的数字革命和新引进生

立现代化的生产设施,该灵感来自于已经存

产方法,如3D打印,十分重要,这些新的工

在的CFM56,考虑到发动机的技术发展,工

具能够带给我们无限的可能。新的生产方式自

作场所人体工程学的要求和运送量的急剧快

然带来创新,正如在任何工业变革中,特别是

速上升,在此基础上加以现代化改革。

在航空航天领域。综上所述,中国的产业把它 的工业设施通过其“中国制造2025计划”置于 国际最高水平,顺应了法国人“未来工厂”的

这种转变对产业的挑战是什么? 技术变革正在进行中,它影响我们工厂的

规划,将为双方提供新的机遇和实现双赢。因

方方面面:生产技术,模拟技术,制造技术和

此,我们有充分的理由对这一举措和中国将要

控制,供应链管理的技术,和训练技术。

加入国际社会的意愿感到高兴。我们祝愿一切

我们的产品如LEAP发动机、A320

NEO,

顺利,让我们做好和谐共赢的合作准备。

connexions HIVER 2016-2017

25


企业聚焦

Patrick Wack

Zoom entreprise

Safran emploie en Chine aujourd’hui plus de 1 800 personnes, est implanté sur plus d’une vingtaine de sites. Les activités de Safran en Chine sont principalement centrées sur les segments de marchés des moteurs d’avions et d’hélicoptères et également sur le segment des équipements aéronautiques pour aéronef civils. Safran, premier fournisseur de moteurs des compagnies aériennes chinoises au travers de CFM International, JV 50/50 entre Safran Aircraft Engines et General Electric, a également développé des capacités de réparation et de maintenance et de formation afin de pouvoir supporter efficacement le parc de moteurs installés. Le site industriel de Suzhou en particulier sur lequel travaillent environ 1000 personnes regroupe les activités de fabrication et d’assemblage de turbine basse pression pour le CFM56 et demain pour le programme LEAP ainsi que des activités de fabrication et d’assemblage d’éléments de train d’atterrissage. Les activités sur ce site sont représentatives de l’état de l’art actuel des pratiques industrielles de Safran. Une activité importante d’achats et de sous-traitance est assurée par ailleurs auprès d’un grand nombre de fournisseurs chinois. Dans ses domaines d’excellence, Safran a également établi des partenariats industriels avec les grandes entreprises chinoises : • A Xian, avec AVIC pour l’assemblage des éléments de Nacelle • A Shanghai avec COMAC pour la conception et la fabrication de système EWIS avec comme première application le programme C919 • A Guiyang dans la société SXAC fabriquant des pièces de fonderie pour les moteurs d’avion • A Chengdu avec Air China au travers CFM pour assurer la réparation des moteurs. Safran assure également le support des avionneurs COMAC et AIRBUS pour l’installation des ensembles propulsifs LEAP et CFM56 sur le C919 et l’A320 respectivement à Shanghai et Tianjin.

26

connexions HIVER 2016-2017

赛峰集团今天在中国员工超过1800人,拥有二十多个 基地。赛峰集团在中国的业务主要集中在飞机和直升机发动 机,以及民用飞机的航空装备。赛峰集团是第一家中国航空 公司发动机供应商,通过CFM国际公司,赛峰集团和通用 电气的合资企业JV 50/50,还拓展了维修、保养和培训服务 以有效地支持已经安装的发动机。 苏州的工业基地约有1000名员工,负责为LEAP项目制 造和组装CFM56低压涡轮机,同时也负责制造和装配起落 架零部件。该基地的生产活动代表了赛峰集团当前的产业艺 术形态。此外,采购和分包作为另一项重要产业活动,也由 大量中国供应商参与其中。 在其他卓越领域,赛峰集团还与一些大型中国公司建立 了工业合作伙伴关系: • 在西安,与中航工业合作组装短舱零部件; • 在上海,与中国商飞合作设计和制作EWIS系统,以作 为C919项目的第一个应用程序; • 在贵阳,与SXAC公司负责飞机发动机叶片铸造; • 在成都,通过CFM公司,与中国国航合作,负责发动 机的保养维修; 此外,赛峰集团还为飞机制造商中国商飞和空客公司提 供支持,如分别在上海和天津为C919大飞机和A320飞机安 装整套LEAP和CFM56推进系统。


Publireportage

DR

DR

« Okinawa : si nous allions voir les baleines ? »

C

es mots, prononcés par mon épouse, me plongent dans une transe fébrile. Nous sommes en janvier et après un mois de décembre plutôt clément, le vent du nord nous a finalement fait ressortir du placard pantalons longs et vestes. Ma femme rit en me voyant plier tout ce petit monde pour le mettre dans une valise. « Je n'ai pas dit tout de suite ! » Peu importe : le rendez-vous est pris. Deux semaines plus tard, nous embarquons pour un week-end sur l'île de Tokashiki, à trente-cinq minutes de Naha en ferry express. À peine arrivés, nous voilà assis sur un autre bateau, poursuivant pacifiquement sur l'océan les apparitions des immenses cétacés, qui dévoilent avec pudeur leur anatomie anthracite. Profitant de notre séjour dans l'archipel Kerama, nous décidons de visiter l'île voisine de Zamami. Coiffé d'une dense forêt subtropicale, ce petit paradis terrestre est bordé de plages aux eaux translucides. Il nous donne une seule envie : y retourner lors d'une saison plus propice à la baignade. Mais ce ne sera pas pour tout de suite. Car ce fascinant premier contact avec les îles périphériques d'Okinawa nous a emplis d'une nouvelle impatience : celle d’en découvrir d’autres ! L'été suivant, nous nous envolons vers l'archipel Sakishima. Première escale : l'île de Miyako. Nous commençons par y visiter le phare de Hi-

gashi Hennazaki. Situé au bout d'une étroite avancée de terre dont les falaises sur-plombent une mer en dégradé de bleu, il s'agit d'un lieu célèbre pour la beauté de ses levers de soleil. Puis nous décidons d'aller nous baigner sur la côte de Yoshino, réputée pour l'accessibilité de ses récifs de corail. Nous arrivons à marée basse ; le temps d'enfiler notre maillot de bain, nous nous retrouvons à marcher - oui, marcher ! - dans un labyrinthe de corail où il suffit de se pencher pour admirer une myriade de poissons multicolores. Au milieu de cette magnificence, une créature étrange retient mon attention : une étoile de mer au dos couvert de pointes bleues et rouges. Il s'agit d'une acanthaster pourpre, l'ennemi jurée du corail dont elle se nourrit. Heureusement pour le récif, je n'en aperçois qu'une…Après deux jours passés à explorer les splendeurs de Miyako, nous partons pour Ishigaki. Cette île bien aménagée servira de point d'ancrage pour la suite de notre périple. Nous y visitons les principaux points d'intérêt, parmi lesquels je garde un souvenir inoubliable de la baie de Kabira l'un des paysages costaux les plus photogéniques du Japon ! De là, nous passons une journée sur l'île d'Iriomote, où nous glissons en canoë kayak sur les eaux lisses de la rivière Urauchi au milieu d'une mangrove épaisse et féérique où vit une espèce endémique de chat sauvage. Nous nous rendons aussi sur la plage de Hoshizuna-nohama, célèbre pour son "sable étoilé" - en fait, l'enveloppe mi-

nérale de minuscules organismes appelés foraminifères, dont les excroissances évoquent la forme d'une étoile. Le lendemain, nous partons sur l'île de Taketomi. D'emblée, je suis charmé par l'unique village qui s'y trouve : aucune route n'est goudronnée ! Sur une charrette tirée par un buffle, nous faisons le tour de ce lieu pittoresque où le temps semble être arrêté. Nous y passons la nuit ; le village étant peu éclairé, le ciel nous apparaît constellé d'étoiles. Alors que je cherche la Grande Ourse, j'aperçois juste au-dessus de l'horizon la Croix du Sud ! Au réveil, il est hélas temps de repartir. Nous n'avons pas pu visiter Yonaguni et ses colossales formations géologiques sous-marines dans lesquelles les rêveurs aiment à imaginer les vestiges d'une civilisation antique. Tant pis, ce sera pour la prochaine fois. Une chose reste sûre : étoiles de mer, sable étoilé, constellations… Tout au long de ce séjour, nous en aurons vu, des étoiles ! alexandre paccalet

www.mosaic-voyages.com/mosaic-voyages/okinawa

connexions HIVER 2016-2017

27


DR

Actualités de la Chambre

Les Journées de la France

L

a première édition des Journées de la France s’est déroulée les 30 Novembre et 1 Décembre 2016 sur le campus de l’Université de Shanghai Jiao Tong. Cet évènement a été organisé à l’initiative de l’un des Membre du Bureau de la CCI France Chine Shanghai, Monsieur Alexandre Chieng, en collaboration avec l’école d’Antai College of Economics and Management. Ayant fait le constat qu’il était de plus en plus « challenging » pour une grande partie de ses membres d’attirer de nouveaux talents, la CCI France Chine a décidé de lancer cet évènement novateur ayant pour but de promouvoir l’excellence des entreprises Françaises auprès des étudiants de l’une des universités les plus reconnue en Chine et de faciliter le processus de recrutement de jeunes talents chinois pour ses entreprises membres. La cérémonie s’est ouverte en présence de Monsieur Javier Gimeno – Président de la CCI France Chine & Délégué général de Saint-Gobain Asie-Pacifique, de Monsieur Wan Guohua – Vice Doyen d’Antai College of Economics and Management, du Professeur Patrick Lecomte Directeur adjoint APAC de l’ESSEC Business School,

28

connexions HIVER 2016-2017

de Monsieur Huang Zhen – Vice-Président de l’Université de Shanghai Jiao Tong et de Son Excellence Monsieur Maurice Gourdault-Montage, Ambassadeur de France en Chine. Sous le regard des représentants des entreprises françaises, de plus de 400 membres de la Chambre et du Consul général de France à Shanghai, Monsieur Axel Cruau, la cérémonie fut suivie d’un panel de discussion sous le thème « L’ère des femmes : Que peut-on apprendre sur les succès des femmes ? » avec comme invités : Madame Annick de Kermadec-Bentzmann, Madame Amanda Galsworthy, Madame Xia Yafang, Madame Zoe Tingting Quin, Madame Anne Marion-Bouchacourt, Madame Clare Chen, Madame Qiu Shuwei, Dr. Julie Laulusa, Madame Anne Beatrice Brechemier, Monsieur Alexandre Chieng et Monsieur Bruno Ntep. En parallèle de cette cérémonie, le Salon de l’Emploi a regroupé des Grands Groupes, des PME, des entrepreneurs, des Ecoles de Commerce et universités françaises autour de cinq secteurs principaux : Retail & Cosmétique, Industrie, Banque & Finance, Digital & e-Commerce, Energie & Environnement. Plus de 2 000 étudiants sont venus déposer leurs candidatures et échanger avec les repré-

sentants d’entreprises qui de leur côté proposaient plus de 300 offres d’emplois. Dans un souci permanent de mise en avant de ses membres, la Chambre a organisé des tables rondes et conférences publiques animées par des Chefs d’entreprises, à destination des étudiants et visiteurs. Ces tables rondes se sont clôturées par un panel exceptionnel : « Fusions & Acquisitions transfrontalières: une nouvelle terre d’opportunités ? » réunissant Madame Anne Marion-Bouchacourt - PDG de la Société Générale China, Monsieur Yan Chen – Directeur Général de Hyroute Capital, Monsieur Olivier Dubuis – Avocat Associé chez UGGC Avocats, Monsieur Emmanuel Gros – Cofondateur de B&A Investment Bankers, Monsieur Alexandre Chieng – Senior Vice-Président chez Edmond de Rothschild Private Equity China, Professeur Patric Lecomte – Directeur adjoint APAC & Professeur à l’ESSEC Business School et Professeur Wan Guohua – Vice-Président d’Antai College of Economics and Management. Enfin un Cocktail Alumni regroupant plus de 300 personnes a permis aux entreprises d’échanger avec des profils plus seniors. Suite au succès de cette Première Edition des Journées de la France, La CCI France Chine réitèrera ce forum au deuxième semestre 2017.


FRENCH OPEN DAYS

DR

2016

connexions HIVER 2016-2017

29


Avec son plan de soutien à la modernisation des usines, baptisé "Made in China 2025", la Chine entend robotiser son économie. Et passer ainsi pour de bon d’un pays de production à une terre d’excellence et d’innovation, maitrisant sa mondialisation. Un virage qui permet aux entreprises chinoises de se restructurer, d’investir massivement dans la R&D et de bâtir ainsi de nouvelles positions de leaders. Déjà, beaucoup ont commencé à adopter des machines connectées permettant d’accroître la productivité, de réduire les déchets, d’acquérir et analyser plus de données et ainsi d’offrir de meilleurs produits ou services. Une dynamique à laquelle sont également associées les entreprises tricolores. L’industrie du futur est en effet l’un des enjeux de la coopération économique franco-chinoise. Dossier


Chine

Virage sur l’industrie du futur

中国未来工业转型


ZOOM

Le Plan « Made in China 2025 » « Initié par le ministère de l’Industrie et des Technologies de l’Information, il conclut une réflexion menée en coordination avec 150 experts de l’Académie d’Ingénierie de Chine. Ce plan s’articule autour d’objectifs de plus long terme et vise à relever d’autres défis que ceux identifiés par le plan quinquennal. Aux considérations écologiques s’ajoute ainsi la nécessaire montée en gamme de l’industrie chinoise confrontée à la concurrence grandissante des autres puissances asiatiques, dans un contexte de hausse rapide des salaires dans l’industrie. Plus concrètement, le plan donne la priorité à dix secteurs : les nouvelles technologies de l’information, la robotique et les automates, l’aérospatial, l’ingénierie navale et ferroviaire, les véhicules basse consommation, les équipements électriques, l’équipement agricole, les nouveaux matériaux et les biotechnologies. Il subventionne la recherche des entreprises chinoises dans ces secteurs, avec des objectifs pour 2020. Au-delà de mesures en direction de ces dix secteurs, plusieurs actions plus larges visant à soutenir l’innovation, la montée en gamme et la transition écologique sont menées. La principale est la création de 15 centres d’innovations industrielles en 2020 et 40 en 2025, dont les travaux se centrent sur les TIC, l’industrie du futur (systèmes cyber-physiques), la fabrication additive et les biopharmaceutiques. Parallèlement, il a pour objectif de soutenir la recherche14 afin d’augmenter fortement le nombre de brevets en équipements industriels de pointe. Il avance également la création de 1 000 usines-pilotes vertes et 100 zones industrielles écologiques. »

L Imagine China

Page précédente : Imagine China

Source : Extrait d’une étude sur le plan « Made in China 2025 » de La Fabrique de l’Industrie

32

Connexions HIVER 2016-2017

e 19 mai 2015, le premier ministre chinois, Li Keqiang, inaugurait un plan sur dix ans qui pourrait aider le pays à faire face à une croissance en perte de vitesse. Le programme « Made in China 2025 » était alors lancé. Un coup d’accélérateur visant à faire de la deuxième économie mondiale le nouveau laboratoire industriel du globe. « Made in China 2025 » - version chinoise de l’industrie 4.0 - marque de fait la transition du fabriqué en Chine vers le conçu en Chine, de la rapidité vers la qualité et des produits vers les marques. Et Les Echos, à l’époque du lancement de ce programme, de commenter : « Abandonnant la stratégie trentenaire de

promotion des exportations, priorité sera donnée aux hautes technologies, à la robotique, à l’ingénierie spatiale, à l’architecture navale, aux techniques d’exploration et d’exploitation des océans, aux transports de nouvelle génération, aux véhicules à énergie nouvelle, à l’électronique, aux équipements pour l’agriculture, aux nouveaux matériaux, à la pharmacie et aux technologies de pointe ». Un plan gigantesque porté au plus haut niveau de l’appareil politique chinois. « C’est bien là l’une des caractéristiques fortes de ce plan. Il a été décidé par le gouvernement. Or en Chine, quand le gouvernement donne son feu vert, les choses vont vite, très vite », rappelle Robert Boxho, co-fondateur de TheXpertIS, entreprise de conseil en sys-


Avec le programme « Made in China 2025 », la Chine prend un virage industriel sans précédent. Ce plan prévoit notamment la création de 15 « manufacturing innovation centers » d’ici à 2020, chiffre qui devrait s’élever à 40 en 2025.

REPÈRES

L’Industrie du Futur « made in France »

1. Développement de l’offre technologique pour l’Industrie du Futur Le projet Industrie du Futur permettra d’accompagner les projets structurants des entreprises sur les marchés où la France peut acquérir d’ici 3 à 5 ans un leadership européen, voire mondial : fabrication additive comme les imprimantes 3D, les objets connectés, la réalité augmentée... 2. Accompagnement des entreprises vers l’Industrie du Futur Un accompagnement personnalisé : des diagnostics seront proposés aux PME et aux ETI industrielles par les régions avec l’appui de l’Alliance pour l’Industrie du Futur. Un important accompagnement financier déployé auprès de PME et ETI françaises depuis 2015.

Imagine China

3. Formation des salariés La montée en compétence des salariés de l’industrie et la formation des prochaines générations aux nouveaux métiers constituent la première condition du succès de l’Industrie du Futur. Elle accompagnent la présence accrue du numérique et de la robotisation dans l’usine, indispensables pour la compétitivité des usines dans de nombreux secteurs et donc in fine pour la création d’emplois en France.

tème et logiciels informatiques. Pourtant, note-t-il, « seulement 10 % des entreprises en Chine se développent dans l’industrie 4.0. Il y a donc un énorme potentiel ». Industrie « intelligente » Avec le programme Made in China 2025, la Chine prend un virage industriel sans précédent. Concrètement, ce plan prévoit la création de 15 « manufacturing innovation centers » d’ici à 2020, chiffre qui devrait s’élever à 40 en 2025. « Ils s’appuieront ainsi à faire avancer les recherches sur la biomédecine, la prochaine génération de technologie de l’information et les innovations industrielles telles que l’imprimante 3D. L’accent est également mis sur la protection de l’environne-

ment et la création de 1 000 « usines vertes » et 100 zones industrielles éco-responsables », relevait en 2015 un article du Centre des ressources et d’information sur l’intelligence économique et stratégique. « Vient ensuite la volonté de diminuer les coûts de production en s’orientant vers une industrie plus intelligente et en utilisant au moins 40 % de produits manufacturiers chinois d’ici à 2020 et 80 % en 2025 ». Cyber-sécurité Une chose est sûre : les défis que cela suppose sont nombreux. Passer d’une industrie 2.0 – ce que l’industrie chinoise dans sa globalité est encore – à une industrie 4.0 est un vrai « challenge », souligne

4. Renforcement de la coopération européenne et internationale Le projet Industrie du Futur a vocation à nouer des partenariats stratégiques au niveau européen et international, en particulier avec l’Allemagne. Le périmètre et la gouvernance du projet Industrie du Futur ont été conçus pour s’interfacer naturellement avec la plateforme « Industrie 4.0 » allemande. Cette coopération s’incarne dans des projets communs, des projets pilotes ou de développements technologiques. 5. Renforcement de la coopération européenne et internationale Le projet Industrie du Futur a vocation à nouer des partenariats stratégiques au niveau européen et international, en particulier avec l’Allemagne. Sources : http://www.economie.gouv.fr (2015)

Connexions HIVER 2016-2017

33


DR

L ’a n al y s e d e

Nic o las Tra n g Chief Representative (Chine) ARC Informatique - PcVue

« Une grande (et lente) révolution… »

A propos de

Basé à Sèvres, ARC Informatique est un éditeur de logiciels européen de référence en Informatique Industrielle qui fournit depuis 30 ans des solutions pour la supervision et le contrôle. L’entreprise a ouvert un bureau en Chine en 2006 baptisé « PcVue China ». Avec son offre PcVue Solutions, l’entreprise propose une suite de logiciels et de matériels pour afficher, contrôler, gérer et analyser les informations de vos installations. Au cœur de cette gamme se trouve le logiciel HMI/SCADA PcVue et l’offre IoT « Mobility Infrastructure ».

34

Connexions HIVER 2016-2017

Imagine China

« La réalité du programme made in China 2025 est différemment visible selon les industries. Il y a énormément d’efforts déployés par exemple dans l’industrie électrique, industrie dans laquelle nous sommes fortement impliqués. Nous travaillons dans des projets pilotes sur la conception d’architectures et de solutions IoT pour nos clients Grands Comptes dans le Smart Grid depuis plusieurs années déjà. Nous avons investi dans les technologies liées à la mobilité et les intégrons dans nos produits de supervision afin de fournir des solutions permettant de réduire les couts de production, d’optimiser la consommation d’énergie et d’augmenter la productivité des installations et des équipes opérationnelles. Depuis 2016, nous notons une vraie impulsion en Chine. Il y a désormais un vrai besoin exprimé sur les solutions intelligentes, beaucoup plus clair et précis qu’auparavant. Sur tous ces points, les Chinois ne sont plus attentistes. Dans la distribution électrique, beaucoup de choses se mettent en place. Nous sentons une accélération liée à la disponibilité sur le marché de technologies toujours plus innovantes, plus communicantes et de moins en moins onéreuses. Nous sommes toujours dans le préambule de cette grande révolution industrielle annoncée, qui n’attend que l’ensemble des conditions de l’écosystème, industrielles et politiques, soit réunies ». Benoit Raoult, President de JUMO Group, société spécialisée en digitalisation d'entreprise et membre du comité de pilotage de la French Tech à Shanghai « L’industrie 4.0 est en effet une industrie qui s’autocontrôle par une compréhension en amont et an aval de sa propre production. Le gap entre l’existant et l’objectif est très important ». Sans compter les problèmes liés à un manque de normes et de standards informatiques en Chine. Dans un tel écosystème, le risque des cyber-attaques devient alors préoccupant. « Il y a en Chine des failles de sécurité importantes. Comme les choses vont très vite, ce n’est pas évident dans ces conditions de

conserver le contrôle sur les technologies qui sont impliquées », commente ainsi Jérémy Tan, spécialiste en cyber-sécurité. Mais là encore le pays, avec ce programme « Made in Chine 2025 » entend monter en gamme et faire bouger les lignes : « La cyber-sécurité est devenue en effet un marché majeur. Les besoins des entreprises chinoises vont doubler, voire tripler, dans les deux ans à venir ». Dans ce contexte de montée en gamme de l’appareil industriel chinois, le « pack France » - des start-ups aux Grands Groupes – a indéniablement une belle carte à jouer. Pierre Tiessen


Imagine China DR

« La Chine va très vite ! » L a par o l e à

Max im e O l iva

Chief Strategy Officer & European president JW & Associates

« L’industrie 4.0 ? C’est très clairement en Chine que les choses se passent sur ce sujet. Autant sur L’iot et le big data que l’automatisation et le cloud computing : la Chine, portée par un très ambitieux programme d’innovation, va très vite ! Or, c’est un sujet qui touche aussi la cyber-sécurité. Car plus on sous-traite à des machines et plus les failles liées à la sécurité sont importantes. Plus on sous-traite a des machines, plus elles ont besoin de nos données (environnementales, personnelles...), Propriétés intellectuelles, …) ce qui représente des risques majeurs via de nouveaux vecteurs d’attaques. Est-ce un point important de l’industrie 4.0 ? La Chine a un énorme potentiel en sur cette industrie nouvelle génération mais ce potentiel est aussi

très risqué. Cela touche également le secteur des voitures connectées qui va exploser, c’est certain. Nous faisons beaucoup de tests d’intrusion sur ces véhicules depuis ces derniers mois. Prenons l’exemple de la voiture connectée, cellesci sont contrôlable par une application qui permet de détecter la localisation de votre voiture, le verrouillage et déverrouillage des portes et même, pour certaines marques, le blocage de la voiture en cas de vol. De par notre expérience nous avons vu des hackers analyser tous le process d’authentification d’une application mobile d’un fabricant au travers d’une APT (Advanced Persistent Threat – Risque d’attaque persistante consistant un groupe de Hackeur à investiguer une cible précise pendant plusieurs semaines/mois dans le but d’obtenir une ou des informations spécifiques) L’APT avais permis a ce groupe de hackeurs, via un site spécifique (dark web) de revendre, en temps réel, la géolocalisation de l’ensemble des véhicules du constructeur. Il serait facilement imaginable que dans le cadre d’une APT je bloque l’ensemble des véhicules du constructeur et demande une rançon en échange pour que le groupe de hackers déverrouille la voiture. La connexion des systèmes d’information est une avance technologique incontestable mais entraine aussi de nombreuses failles de sécurité. Il suffit d’imaginer l’industrie 4.0 comme la politique d’un pays enclin a lever ses frontières pour accélérer les flux commerciaux. C’est un argument indéniable mais qui, en l’absence de contrôle et règles de sécurité, pourrait se révéler catastrophique. Pour citer GIDEON RASMUSSEN, un grand expert de la cyber sécurité.

La possibilité d’un Cyber Pearl Harbor existe. Les professionnelles de la cyber sécurité et les gouvernements l'ont prédit. La question est si les entreprises prendront cette menace de guerre numérique au sérieux et feront de la cyber sécurité une priorité dans leur budget ? » L’industrie 4.0 est un élément favorable a une éventuelle cyber guerre qui nous dirige vers un monte toujours plus connecté avec toujours plus de donnees sensibles et des taches automatisée par des robots. L’industrie 4.0 doit placer la Cyber Securite au cœur de son developpement, non pas comme une branche distincte suivant ses propres avancees. » Propos recueillis par P. Ti Focus entreprise

Créé en 2009, le cabinet JW&Associates est spécialisé sur la cyber-sécurité. Il développe à la fois une plateforme SaaS qui propose une interface unifiée intégrant les outils présents sur le marché et proposons également nos services d’investigation en cas de cyber attaque. Enfin, JW&Associates aide les entreprises étrangères du secteur à introduire sur le marché chinois, très réglementé, des produits de cyber-sécurité. JW&Associates a un historique avec le gouvernement chinois après avoir remporté un concours sur la cyber-sécurité. Ce qui a conforté nson assise et lui permet aujourd’hui de « sortir » de Chine : le cabinet a créé en 2016 un bureau en France et visons cette année l’Afrique, l’Australie et l’Asie du Sud-est.

Connexions HIVER 2016-2017

35


Airbus

Focus

Airbus Group

DR

« Une vraie maitrise de la supply chain »

P ier re V ia l ett e s

Directeur de « Airbus Group Innovations » - Asie du Nord

36

Connexions HIVER 2016-2017

« Nous développons depuis 3 ans chez Airbus une roadmap « Industrie du futur » basée sur plusieurs thématiques comprenant l’imprimante 3D (ou « fabrication par ajout de matière »), la robotique ou encore la digitalisation. Nous travaillons activement sur ces sujets en essayant de trouver les briques technologiques que nous pourrions utiliser pour implémenter dans nos usines. Cette stratégie implique également un travail sur les big datas, en particulier sur la récupération et l’exploitation des données qui se trouvent dans une usine. Le tout dans une logique de valorisation de ces données et d’optimisation des process. Nous avons par ailleurs commencé à recourir à des robots coopératifs, des « cobots humanoïdes » dédiés aux lignes d'assemblage aéronautique. L'automatisation des processus de la chaîne d'assemblage est de fait l'un des principaux domaines de changement dans l'usine de l'avenir. Une partie de cette tendance est l'introduction progressive de robots intelligents pour exécuter

« Nous essayons donc de nous appuyer sur des acteurs locaux pour améliorer nos usines et avons ainsi amorcé des discussions avec des majors de la téléphonie et des telecoms comme Huawei, Baidu mais aussi Alibaba. »


Propos recueillis par P. Ti

DR

des tâches répétitives, libérant les employés pour assumer des fonctions nécessitant une plus grande compétence ou plus de tâches. Nous savons combien le programme « Made in China 2025 » est une priorité du gouvernement central. Nous avons pour cela commencé à coopérer avec différents interlocuteurs : des universités (NPU à Xi’an, Beihang à Pékin) sur des projets d’imprimantes 3D mais aussi AVIC, qui est notre partenaire sur nos activités au niveau du Groupe Airbus en Chine. En terme de robotique, on regarde également ce qui se passe dans l’écosystème des start-ups en Chine pour des collaborations ou des opérations de croissance externe. Nous essayons donc de nous appuyer sur des acteurs locaux pour améliorer nos usines et avons ainsi amorcé des discussions avec des majors de la téléphonie et des telecoms comme Huawei, Baidu mais aussi Alibaba. Etant donné l’expertise de ces grands acteurs chinois, il nous parait nécessaire d’amorcer des coopérations. La Chine est un marché très impressionnant en termes d’innovation et d’industrialisation 4.0. Prenons l’exemple de Xiaomi, entreprise créée en 2010 et qui l’an dernier a vendu plus de 100 millions de smartphones. Il y a ici une vraie maitrise de la supply chain. Et nous voyons bien que la Chine développe chaque jour une expertise poussée dans ce domaine de l’industrie du futur. C’est donc forcément « gagnant-gagnant » pour nous de pouvoir travailler en collaboration sur ces thématiques avec les Chinois. »

Retour d’expérience

D e ni s Raffaud

Managing Director de MANE

« Une incroyable montée en gamme de l’appareil industriel » « Notre évolution en Chine sur les 15 dernières années montre combien l’appareil de production dans ce pays a considérablement évolué. A notre arrivée en Chine au début des années 2000, nous avions délibérément choisi d’y ouvrir une structure la plus « lean » possible. Et ce afin de coller aux spécificités du marché chinois d’alors en termes de marges et d’équilibre financier. Puis, 7 ou 8 ans plus tard, nous avons eu à construire une deuxième unité plus moderne, avec des équipements mieux informatisés et davantage interconnectés. Et aujourd’hui, nous sommes en train de réaliser un investissement pour l’usine de notre futur en Chine, qui sortira de terre en 2019. Nous avons fait le choix pour cette nouvelle structure de 7 hectares qui se trouvera à 90 minutes du centre de Shanghai d’un design très en avance par rapport aux standards de notre industrie avec des niveaux de robotisation et d’automatisation très élevés. Et sur d’autres critères (traitements des eaux et de l’air), nous serons en avance sur les usines que l’on peut retrouver en France par exemple. On est ainsi passé en l’espace de 15 ans, d’un monde industriel « frugal » à un autre, que je qualifierais de première catégorie. Cette montée en gamme de l’appareil industriel chinois est à la fois poussée par le marché lui-même qui va sélectionner les usines les mieux équipées et par les autorités qui exigent désormais le respect de normes environnementales très élevées. Tout ceci nous pousse donc à « upgrader » nos unités de production, d’autant que nous faisons face à une pénurie de main d’œuvre de type « col bleus ». Tout ceci nous pousse à aller vers plus d’automatisation ». A propos de

MANE est une société de création d’arômes et de parfums, dont le siège est situé près de Grasse en France. Implantée actuellement dans 32 pays, l’entreprise est présente en Chine depuis plus de 15 ans.

CHINA HORIZON TRAVEL est une agence de voyages spécialisée dans l’organisation de voyages en Chine et en Asie du Sud-Est. Elle propose des circuits, séjours et week-ends pour les entreprises, les associations et les particuliers dans toute la Chine. Que vous voyagiez seul, en couple, en famille, entre amis ou en groupe, CHINA HORIZON TRAVEL s'occupe de tout. Nos programmes sur mesure sont étudiés avec beaucoup de soin afin de vous proposer un séjour de qualité. Voyagez au bout de vos rêves avec CHINA HORIZON TRAVEL !

CHINA HORIZON TRAVEL

Mane

T. : +86 10 8460 6867 M. : +86 188 1105 2299 F. : +86 10 8460 4528 email : info@chinahorizontravel.com Site : www.chinahorizontravel.com

Maquette de la nouvelle usine chinoise Mane qui sera livrée en 2018

Connexions HIVER 2016-2017

37


Imagine China

DR

« Très forte appétence sur le digital »

I n t e rv i e w

Yann M a rvin

Directeur New Business & Digital Engie Chine

38

Connexions HIVER 2016-2017

Quel est le périmètre des activités de Engie en Chine ? Engie se positionne en leader de la transition énergétique. En Chine, cela se traduit par des implantations industrielles à Chongqing et Chengdu, villes sur lesquelles le Groupe intervient sur des réseaux de chaud/froid et des réseaux d’utilités. Cette activité de réseaux pour Engie en Chine se complète par de l’accompagnement de villes chinoises sur la planification avec des « energy masterplans », outils d’aide à la décision pour développer de nouvelles solutions énergétiques. Les énergies renouvelables - le solaire en particulier - représentent également un axe de développement très fort , de même que le gaz avec notamment un focus nouveau sur l’hydrogène. Enfin, nous développons de nouveaux business sur des solutions dites « smarts » qui font usage du digital pour

maximiser la performance énergétique et apporter des services améliorés à la ville. Quel est l'impact du programme "Made in China 2025" sur vos activités ? D’un point de vue investisseurs, nous avons un regard double sur ce programme. Nous constatons en effet que ce plan peut rendre plus difficile l’investissement étranger en Chine. C’est une question qu’il va falloir gérer. En parallèle, nous réalisons l’importance donnée avec ce plan au high-tech et au smart manufacturing, points sur lesquels nous voyons de vraies opportunités et qui nous semble très pertinents. On note d’ores et déjà une très forte appétence, positive, de la part de nos clients et partenaires chinois sur le high-tech et le digital ; appétence qui aura un impact sur le positionnement de nos offres commerciales. Et qui


nous pousse à démontrer que nous sommes en capacité de fournir ce type de solutions. Quelles sont les opportunités que ce programme peuvent apporter au Groupe Engie en Chine ? Ce programme permet la mise en valeur des systèmes intelligents. Cet espace qui s’ouvre est pour nous une opportunité d’aller plus loin sur la transition énergétique, et répond à la volonté, partout où nous sommes implantés, de développer une supply chain locale.. La Chine peut être un marché accélérateur qui nous permet de démontrer nos compétences sur ces domaines. Le plan « Made in China 2025 » montre une volonté d’avoir une industrie performante ; sur ce point Engie a la capacité d’accompagner – en termes de systèmes mais aussi de management - les industries locales.

DR

« La rapidité de déploiement de solutions digitales est très impressionnante et génère un énorme volume de données. Mais ces entreprises en sont encore pour la plupart au stade du monitoring de ces données et non de leur utilisation analytique. Il faut désormais faire « parler » ces données. »

T é m o i g n ag e

Jean-Chri sto phe Ro i nne

Global East Plastics Custom Molding Co. Ltd. General Manager & Global Trade Supervisor

« L’usine du futur : une réalité du présent » « L’usine du future est une réalité en Chine. Le gouvernement chinois fait déjà la chasse aux ateliers aux usines non conformes et inefficaces. En décembre dernier par exemple, à Foshan 6600 ont ainsi été inspectées et 600 ont fermé alors que 115 personnes étaient placées en garde à vue. L’industrie du futur, c’est aussi en Chine un changement social. De fait, avec l'augmentation des salaires, la robotisation et l'automatisation sont en marche. Les bras robotisés remplacent peu à peu les ouvriers placés à des taches répétitives. Dans la surveillance, les progrès sont particulièrement visibles ; il est désormais possible d’équiper à moindre coût un site de production de caméras de surveillance en wifi que l’on peut connecter à son téléphone portable. C’est une révolution ! L’usine du futur, c’est aussi l’usine propre et sécurisée. On note par exemple une réelle chasse au gaspillage et unités de production polluantes. Sur tous ces aspects, la Chine met des moyens considérables ».

Imagine China

Concrètement, quels changements observez-vous déjà dans les unités de production des entreprises chinoises ? Nous constatons un déploiement extrêmement rapide de toutes ces solutions digitales et « smart » au sein des unités de production chinoises. Cette rapidité de déploiement est très impressionnante et génère un énorme volume de données. Mais ces entreprises en sont encore pour la plupart au stade du monitoring de ces données et non de leur utilisation analytique. Il faut désormais faire « parler » ces données. Ce que nous sommes en capacité de faire chez Engie. Propos recueillis par P. Ti

Connexions HIVER 2016-2017

39


Siveco

« Des directions claires, très lisibles » DR

DR

Focus Entreprise

Br u no L h o piteau Directeur général de Siveco

Quel est l'impact du programme "Made in China 2025" dans votre secteur ? L’intitulé peut prêter à confusion, il s’agit d’un plan de modernisation de l’industrie, de montée en valeur (déjà bien entamée), dont les maîtremots sont : innovation, qualité, développement durable, ressources humaines. En découle l’objectif d’augmenter le contenu local en hautes technologies jusqu’à présent importées. Le plan définit des directions claires, très lisibles.

40

Connexions HIVER 2016-2017

« Il s’agit d’un plan de modernisation de l’industrie, de montée en valeur (déjà bien entamée), dont les maître-mots sont : innovation, qualité, développement durable, ressources humaines. En découle l’objectif d’augmenter le contenu local en hautes technologies jusqu’à présent importées. »

Pour ma société, ce plan est un très bon signe, car il nous conforte dans la stratégie que nous menons depuis des années. Je n’irai pas jusqu’à dire que nous avons su anticiper ces évolutions : elles sont naturelles et dans la ligne des programmes précédents. Je pense notamment aux plans d’informatisation de l’industrie lourde des années 2000 : l’avantage de notre longévité sur ce marché ! Notre approche consiste en effet à accompagner les infrastructures chinoises dans une démarche de « développement durable » par l’angle le plus sous-exploité, à savoir la maintenance ou pour mieux dire la gestion du risque industriel. Notre offre combine conseil spécialisé et solutions logicielles innovantes créées pour les besoins du marché chinois. Potentiellement il y a risque de concurrence locale, c’est souvent ce à quoi ce « Made in China » fait penser. En pratique nous y trouverons plutôt des partenaires et, à la limite, avoir plus de concurrents serait plutôt une bonne chose, sur ce marché à fort potentiel où nous sommes bien seuls ! Nous avons par ailleurs un fort contenu local qui nous distingue, avec un centre de R&D dédié à la mobilité et au « 4.0 » à Shanghai depuis 2008. Nos produits les plus sophistiqués sont


L'industrie du futur c'est aussi, ditesvous, une question de facteur humain... C'est à dire ? En ligne avec le programme 2025, nous avons toujours placé l’homme au cœur de notre offre, sur un marché historiquement obnubilé par la technologie, mais conceptuellement en plein accord avec nous, dans une logique marxiste que nous aurions grand tort de perdre de vue : le travail humain est en effet l’unique source de valeur. Souvenons-nous des millions de robots annoncés par Foxconn, à grand renfort de couverture médiatique, pour remplacer les ouvriers fauteurs de troubles… Cette transition met encore plus la pression sur des techniciens qualifiés, introuvables, pour la maintenance des-dits robots ! L’opportunité que représente cette transition est là. Je n’hésiterai pas à dire crûment que dans le secteur de l’informatique industrielle, rebaptisée « Industrie 4.0 » (en allemand dans le texte !) par le seul pays de l’Union Européenne à avoir encore une politique industrielle, plus de 80% des projets échouent. Cela va de l’introduction de machines sophistiquées (robots de soudage abandonnés dans un coin), des « immeubles intelligents » (truffés de capteurs trop chers à réparer et aux écrans de contrôle remplis de fausses alarmes), aux systèmes de gestion dit « intégrés » (qui nécessitent des secrétaires à plein temps et des tonnes de papiers imprimés)… La cause de ces échecs ? On l’entend partout : « Les équipes chinoises manquent de maturité » ! Erreur d’analyse fondamentale que font trop de firmes occidentales : ce manque de maturité est le problème même que nous devons résoudre ! Il ne peut donc être en aucun cas être la cause de notre échec ! Nous cherchons donc à répondre à ce besoin de formation « sur le tas » d’équipes managériales peu au fait des bonnes pratiques de gestion des risques industriels (mais sensibilisées par la politique gouvernementale, sans même parler du risque de finir en prison), d’ingénieurs trop spécialisés pour avoir la vision d’ensemble nécessaire pour gérer des installations modernes et rarement formés aux méthodologies (défini-

tion d’équipements critiques, analyse des causes, etc.) et enfin de ouvriers en prise directe avec la machine, dont les compétences doivent être améliorées si rapidement que des raccourcis seront inévitables. Encore faut-il choisir les bons ! D’où notre choix, dès 2008 de développer des solutions mobiles « pour le travailleur de demain » afin de répondre à ces besoins, nos applis « bluebee ». Pour nous, le travailleur est au cœur de la Maintenance 4.0, point névralgique de l’Industrie 4.0 ou pour mieux dire du développement durable, du Rêve Chinois ! Y-at-il un lien entre ce programme et le "Rêve chinois" justement voulu par le président chinois Xi Jinping ? Je pense que nous avons tort de personnaliser ce concept comme pour en diminuer l’importance : il émane des instances du parti communiste qui dirige la Chine, il n’est pas une lubie de son président. Le « Rêve Chinois » c’est le développement durable, au sens le plus large. C’est la continuation de ce que la Chine a déjà accompli, avec pour base les infrastructures publiques. Concrètement cela se traduit par une accélération nette dans la mise en place de plans d’amélioration, avec souvent la sécurité industrielle ou la maintenance comme priorités. Accélération d’autant plus visible que le nettoyage anti-corruption de ces dernières années avait paralysé les prises de décisions... En 2016, nous avons ainsi pu signer de grands

contrats avec des acteurs chinois tels que Beijing Environment, Capital Water, Baosteel Gases, le pétrolier CNOOC ou encore le groupe de construction CNEEC (énergie). Le privé se développe aussi par exemple sur les immeubles de très grande hauteur avec New World Development (tour Chow Tai Fook de 530 mètres à Tianjin) et les industriels commencent à réagir. J’ajouterai que les groupes occidentaux ont les mêmes besoins et leurs recettes « corporate » fonctionnent souvent mal en Chine… Ce qui nous amène à travailler avec quelques multinationales qui ont un bon recul sur la Chine grâce à des expatriés au long cours et des équipes chinoises pérennes : je citerais parmi les français Arkema, Saint Gobain et Suez, ainsi que de belles PME comme Mane. C’est enfin ce même rêve que la Chine propose à l’Afrique. L’Afrique ne se développera jamais avec des panneaux solaires pour recharger les portables dans les villages. Les infrastructures fondamentales doivent être construites : routes, centrales, traitement des eaux, avec le développement industriel et urbain à la clef, impossible sans de forte capacité de production d’électricité. Un bon exemple est l’Algérie, où nous sommes très impliqués dans la préparation de la maintenance des nombreuses centrales en cours de construction : les systèmes de maintenance sont confiées à notre équipe de Shanghai. Propos recueillis par P. Ti

Zoom entreprise

DR

conçus en Chine (avec copyright local ouvrant droit à diverses incitations fiscales). Enfin, nous exportons nos savoir-faire chinois, notamment sur des infrastructures construites par les groupes chinois en Asie et en Afrique. L’export de hautes technologies est l’un des axes du plan 2025. Là encore notre position est unique, car nous avons su construire un pôle de compétence international en Chine, qui n’emploie, à une seule exception près, que des Chinois, dans un domaine (la maintenance) où la Chine a du retard. Nos services s’exportent avec succès en Corée, Turquie, Malaisie, Algérie, etc. PME française, nous sommes donc actifs au cœur même de la grande vague du « Made in China 2025 » !

Siveco, numéro un du conseil en maintenance en Chine, est reconnu comme un pionnier du secteur de la « Maintenance 4.0 ». Présent en Chine depuis 2004, Siveco a aujourd’hui plus de 850 sites clients, avec comme secteurs privilégies les énergies nouvelles et l’environnement, et plus généralement les industriels multi sites. Son directeur général Bruno Lhopiteau vit en Chine depuis fin 1999 et donne depuis 2010 des cours de Gestion des Risques Industriels à l’Université de Technologie Sino-Européenne de Shanghai (UTSEUS).

Connexions HIVER 2016-2017

41


DR

Focus entreprise

J é rôm e C o l in

Directeur innovation et partenariats Groupe Eolane

P. Ti.

Quand l’innovation entre dans l’usine en Chine DR

« L’industrie du futur en Chine est un sujet central pour le groupe Eolane, présent sur ce marché depuis 2005 et qui y réalise aujourd’hui un chiffre d’affaires annuel de 50 millions d’euros. Nous avons à Suzhou plusieurs filiales (sourcing de composants pour l’Europe, production électronique…) très performantes et avons, l’an dernier inauguré, au sein même du parc industriel de la ville, une « Cité de l’objet connecté ». Il s’agit d’un accélérateur industriel, sous l’égide du groupe Eolane, et reprenant un modèle de Cité créé à Angers. Il offre un “guichet unique” aux start-ups ou entreprises, accompagnant le développement de leurs produits connectés à tous les stades d’avancement du projet : de la créativité au financement, en passant par un service complet d’incubation, de développement et de prototypage rapide. La Cité dispose de matériels uniques tels qu’une ligne de production électronique, des équipes R&D présentes localement. Nous développons par ailleurs, en partenariat avec de grandes écoles françaises, des programmes de formation centrés sur la création d’entreprise et l’entreprenariat. Cet accélérateur s’appuie sur le savoir-faire de notre groupe en conception et fabrication d’équipements électroniques et sur le réseau de partenaires que nous avons constitué en Chine : plasturgie, mécanique, logiciel, financeur, donneurs d’ordres et sourcing de composants (circuits imprimés, afficheurs, dalles tactiles, modules RF, pièces mécaniques, câbles, batteries…). Dix mois après l’ouverture, nous accélérerons déjà une trentaine de start-ups pour une durée variant entre 6 et 18 mois. Elles visent des marchés aussi divers que les drones, le médical, les télécommunications…». Site web : http://www.iotcitychina.com/eolane/web/

Sanofi

Cité de l’objet connecté de Suzhou

Trois questions à…

Jé rô me Bartho ui l

DR

Directeur Finance R&D – Asie-Pacifique Groupe Sanofi

42

Connexions HIVER 2016-2017

Quel est le périmètre du Groupe Sanofi en Chine ? L’histoire de Sanofi en Chine a débuté en 1982. Elle était alors une des premières sociétés pharmaceutiques internationales à s’implanter sur place. 35 ans plus tard, l’entité chinoise du Groupe représente environ 9 000 employés (sur plus de 110 000 au niveau mondial), répartis au niveau du siège à Shanghai, nos 11 bureaux régionaux, nos 7 sites de production et notre site de R&D Chine ainsi que notre R&D hub Asie-Pacifique, basé également à Shanghai. Quelle analyse faites-vous de cette transformation en marche - promise à travers le programme « Made in China 2025 » - de l’appareil de production chinois ? Au cœur de ce programme, il y a une volonté de concentrer les efforts de l’appareil industriel chinois sur l’innovation. Une volonté que confirme les grandes lignes du 13ème plan quinquennal adopté l’an dernier. Cet effort se


concentre sur des secteurs clés dont le secteur biopharmaceutique et s’inscrit parfaitement dans la stratégie de Sanofi Chine, en particulier au niveau de la R&D. De fait, nous avons à la fois l’objectif d’accélérer l’introduction de l’innovation globale dans la zone Asie-Pacifique, en Chine en particulier et d’apporter au portefeuille global, l’innovation qui se fait en local. Notre activité R&D en Chine couvre l’ensemble de la chaîne, de l’identification de cibles jusqu’aux études cliniques finales. Nous développons ainsi un modèle d’open-innovation pour lequel nous identifions les acteurs locaux, les institutions médicales avec lesquels nous nouons des partenariats stratégiques sur des projets de pointe dans le domaine de la santé. Soixante partenariats de ce type en Chine ont été signés ; ils nous permettent de contribuer à l’écosystème local et de capter les opportunités et innovations locales. L’industrie pharmaceutique, poussée par le programme Made in China 2025 est-elle en train de vivre des heures de grands changements ? Oui, car quand le gouvernement chinois met en place de telles orientations stratégiques, cela traduit le fait que l’innovation et la R&D sont des priorités pour les autorités. Par ailleurs, la Chine est déjà le deuxième plus grand marché pharmaceutique derrière les Etats-Unis. Et malgré ce point, il est clair que la Chine doit faire face encore à de vrais besoins médicaux non-couverts. C’est là que Sanofi a un rôle à jouer pour apporter des réponses à ces besoins non-couverts. Il y a donc une vraie dynamique, avec des opportunités de croissance à la clé.

DR

« Ce programme se concentre sur des secteurs clés dont le secteur biopharmaceutique et s’inscrit parfaitement dans la stratégie de Sanofi Chine, en particulier au niveau de la R&D. »

Retour d’expérience

M e hdi B e dadi

Asia Operation Manager Etam International Sourcing

« Up-grader » les standards de production « Le Groupe Etam - présent en Chine depuis 1994 – compte aujourd’hui plus de 12 000 salariés, et déploie un réseau de 2 500 magasins sur 280 villes. La Chine, qui pèse aujourd’hui quelque 32% du chiffre d’affaires globalement généré par le Groupe, est donc essentielle dans notre politique de développement. La partie sourcing joue donc un rôle important où une bonne partie de notre production « Auparavant, les est faite dans l’Empire du Milieu. L’ap- usines chinoises étaient pareil de production du pays, que nous connaissons particulièrement bien, a dans une logique considérablement changé. Auparavant, «court-termiste », les usines chinoises étaient dans une logique «court-termiste », aujourd’hui, elles aujourd’hui, elles sont beaucoup plus engagées dans une sont beaucoup plus relation durable, et bien que l’on constate une augmentation des coûts nous y no- engagées dans une tons une corrélation avec l’amélioration relation durable, et de la qualité des produits et des moyens technologiques mis en œuvre. Autrefois bien que l’on constate nos systèmes d’informations nous perune augmentation des mettaient d’accélérer notre vitesse d’exécution. Aujourd’hui, cette évolution nous coûts nous y notons amène à repenser nos modes opératoires une corrélation avec en lançant des initiatives digitales disruptives pour transformer notre chaîne d’ap- l’amélioration de la provisionnement. Plusieurs leviers sont à qualité des produits notre disposition, l’introduction de la data economy, la modélisation semi prédictive et des moyens est à nos portes et peu d’acteurs savent la technologiques maîtriser à l’heure actuelle dans le monde du textile. Comparée aux autres « pays du mis en œuvre. » textile », comme le Vietnam ou le Bangladesh, la Chine domine. Elle a développé un savoir-faire technologique et sait aligner des performances de production comme nulle part ailleurs. C’est aussi ça l’usine du futur en Chine : une industrie qui a su « upgrader » ses standards de production et saura demain sans aucun doute intégrer d’autres compétences technologiques (robotisation, digitalisation, etc.) »

DR

Propos recueillis par P. Ti

Connexions HIVER 2016-2017

43


Imagine China

L’industrie 4.0

DR

« Un gage de maturité pour la Chine » Trois questions à…

Xavi e r Du ra nd - De lac r e Arkema Chine

44

Connexions HIVER 2016-2017

Que représente aujourd’hui la Chine dans le périmètre du Groupe ? Notre chiffre d’affaires (CA) généré en Chine s’élève à 800 millions d’euros, soit environ 10 % du CA global d’Arkema. Ce pays est aujourd’hui le centre de gravité de notre développement dans la zone Asie-Pacifique. De fait, la Chine s’est imposée – depuis que nous y avons démarré des unités industrielles au début des années 2000 – comme notre point d’ancrage régional. Nous y employons 2900 personnes réparties sur 8 sites de production et 3 centre R&D, dont l’un, basé à Changshu près de Shanghai, dédié à l’ensemble ou presque de nos business units (BU). Notre plateforme industrielle de Changshu, unique à l’échelle du Groupe, est un condensé de nos activités et héberge aussi un centre R&D qui a vocation à soutenir le développement de ces activités sur toute la zone Asie... Notre stratégie est d’augmenter encore la part de l’Asie-Pacifique, et en particulier celle de

la Chine – dans la CA du Groupe. Nous espérons ainsi une augmentation de nos activités de 50 % en volume d’ici 5 ans dans la région. L’industrie 4.0 - telle que présentée dans le programme « Made in China 2025 » est-elle un marqueur de développement pour Arkema ? La Chine est déjà le deuxième marché-pays du Groupe après les Etats-Unis. C’est un marché qui s’est déjà métamorphosé en 20 ans. Mais il est certain que ce programme, porté au plus haut niveau de l’appareil politique chinois, va transformer l’outil industriel du pays. Car l’industrie 4.0 rime avec montée en qualité, innovation et excellence opérationnelle. Et c’est exactement ce sur quoi nous travaillons en Chine. Nous gérons ici nos activités avec le même niveau d’exigence qu’ailleurs dans le monde. Nous avons à présent en Chine un niveau élevé de maturité qui n’a rien à envier avec ce


que nous faisons en Europe ou en Amérique du Nord par exemple. Mieux : bientôt, nos équipes chinoises apporteront leur expertise au reste du Groupe. En termes de compétences, il n’y a plus au sein du Groupe de différence de niveau entre la Chine et le reste du monde. C’est dire combien l’appareil industriel chinois a gagné en maturité. Sur quels secteurs en particulier ce programme « Made in China 2025 » est-il synonyme d’opportunités et de montée en gamme ? Je tiens d’abord à rappeler combien ce programme est concret. C’est un plan à 10 ans qui vise à développer des solutions sur dix secteurs clairement identifiés. Je retiendrai les véhicules électriques par exemple , un marché en pleine expansion en Chine , et nous développons des solutions pour les batteries de ces véhicules, ou encore celui des nouveaux matériaux, comme les polymères haute performance. Arkema propose le Kynar®, un matériau qui sert à la fabrication de revêtements avec une très longue durée de vie, de films de protection pour les panneaux solaires ainsi que des polyamides biosourcés à haute performance, qui remplacent les pièces métalliques dans les véhicules . Plus globalement, le programme « Made in China 2025 » marque une prise de conscience de la Chine de ce qui sera dans 10 ans les clés du succès de son industrie. C’est un programme qui traite des sujets fondamentaux pour un industriel – quel qu’il soit – implanté dans la région.

DR

« La Chine est déjà le deuxième marché-pays du Groupe après les EtatsUnis. C’est un marché qui s’est déjà métamorphosé en 20 ans. Mais il est certain que ce programme, porté au plus haut niveau de l’appareil politique chinois, va transformer l’outil industriel du pays. Car l’industrie 4.0 rime avec montée en qualité, innovation et excellence opérationnelle. »

L a par o l e à

B ri ce Aubé ry

Représentant en Chine de Enertime

L’usine 4.0

« La production d’électricité

nouvelle génération » « Enertime vient de s’implanter en Chine avec l’ouverture d’un bureau de représentation commercial à Shanghai. Nous proposons des solutions énergétiques innovantes fondées sur la thermodynamique et destinées à améliorer l’efficacité énergétique de procédés industriels. Nous fabriquons et mettons en œuvre des machines à Cycle Organique de Rankine (ORC) assurant la production d’électricité in situ notamment à partir de chaleur à basse température issue des procédés de fabrication. L’utilisation de fluides organiques ayant un point d’ébullition nettement inférieur à celui de l’eau est la clé technologique permettant de valoriser des ressources thermiques généralement perdues. Dans la plupart des pays, et particulièrement en Chine, le marché est encore dans un état très embryonnaire. A cette date, la première centrale électrique ORC de 3MWe est en cours d’installation chez Baosteel à Shanghai (1er aciériste Chinois). Nos solutions énergétiques s’inscrivent parfaitement dans le plan Made in China 2025 qui vise notamment à promouvoir les énergies bas carbone. Nous apportons le bénéfice d’une technologie de pointe déjà largement répandue en géothermie à nos clients industriels – en particulier à ceux qui produisent des métaux, du ciment, du verre ou d’autres commodités - pour les aider dans leurs problématiques énergétiques et environnementales. La Chine qui, à elle seule, produit 50 % de l’acier mondial et 60% du ciment sera donc, nous en faisons le pari, très en demande de ce type de solutions. Les marchés de la géothermie et de la biomasse sont aussi très prometteurs. Voilà pourquoi la Chine est aujourd’hui l’épicentre de notre politique de développement. » Propos recueillis par P. Ti

DR

Propos recueillis par P. Ti

Connexions HIVER 2016-2017

45


Imagine China Imagine China

DR

« Une terre d’innovations reconnue »

L a par o l e à

Ed o ua rd d e P i r ey

Président de Valeo en Chine

46

Connexions HIVER 2016-2017

« Le plan “made in China 2025” est synonyme d’importantes opportunités pour Valeo, entreprise véritablement tirée par l’innovation, dont 14 % du chiffre d’affaires (CA) est aujourd’hui généré en Chine, soit 20 milliards de yuans (RMB) sur notre dernier exercice. La Chine concentre par ailleurs 28 % des prises de commande du groupe. Ce plan résonne donc parfaitement avec nos ambitions locales qui sont celles d’être Chinois en Chine ; en d’autres termes, de servir le marché chinois et ses acteurs, avec des équipes et un management chinois, avec des innovations chinoises. Les constructeurs nationaux comme Geely, SAIC, Chery, Great Wall ou BYD représentent 30 % de notre CA en Chine et 42 % des prises de commande. La Chine n’est pas seulement un marché, c’est aussi une terre d’innovations reconnue. Dans nos métiers, en particulier l’électrification et la conduite autonome autour du véhicule

« Le plan “made in China 2025” est synonyme d’importantes opportunités pour Valeo, entreprise véritablement tirée par l’innovation, dont 14 % du chiffre d’affaires (CA) est aujourd’hui généré en Chine, soit 20 milliards de yuans (RMB) sur notre dernier exercice. »


connecté, la Chine est un des marchés les plus prometteurs au monde. Nous avons récemment présenté nos nouvelles solutions 48 Volts, destinées au marché mondial. Les premières applications de ces solutions sont chinoises ; c’est dire combien ce marché est réactif sur ce type d’innovations. Cela se ressent également dans la façon dont nous opérons nos usines, avec le déploiement de solutions d'automatisation, notamment de robots collaboratifs dans nos trente sites de production et 12 centres de R&D. Mais pour être dynamique, cette innovation se doit d’être ouverte à l’ensemble de l’écosystème chinois. Nous venons à ce titre d’ouvrir un laboratoire commun avec l’université Jiaotong à Shanghai et avons investi depuis 2015 dans un fonds d’innovation qui sert, notamment le marché chinois. » Propos recueillis par P. Ti

DR

« La Chine n’est pas seulement un marché, c’est aussi une terre d’innovations reconnue. Dans nos métiers, en particulier l’électrification et la conduite autonome autour du véhicule connecté, la Chine est un des marchés les plus prometteurs au monde. »

P ar o l e d ’ e x p e rt

M i che l l e Shan

Directrice du Groupe Fives pour la Chine Ambassadrice en Chine de l’Alliance pour l’industrie du futur

Promouvoir le plan français de "l’industrie du futur" « Lancé par le ministère de l'Industrie et des Technologies de l'information, le plan « Made in China 2025 » vise à accélérer l’automatisation des usines via une série de programmes gouvernementaux. La Chine veut aussi réduire la dépendance aux technologies étrangères en atteignant un contenu chinois en composants et matériaux de 70 % en 2020. Pour cela, Pékin entend créer 40 centres d'innovations industrielles d'ici à 2025. Cette date n'est qu'une étape. Le plan, qui se déroule sur plus de trente ans, veut faire de la Chine un des trois pays leaders dans l'industrie en 2049. Une date qui célébrera les 100 ans de la République populaire de Chine. En France, le plan "Industrie du Futur" a pour vocation de soutenir le renouvellement et la modernisation de l'ensemble de l'industrie française via des prêts ou aides fiscales. Un réseau de 250 experts accompagne également les PME et PMI au travers d’audits et d’analyses . Plus d’une quinzaine de projets industriels ont été labélisés projets vitrines de l’industrie du futur et sont la démonstration de la dynamique française en matière de nouvelles technologies et de digitalisation des moyens de production. Pour les entreprises françaises, le plan chinois pourrait être synonyme d’opportunités de coopération franco-chinoise. Il est très important d'échanger avec la Chine pour mieux comprendre le plan « Made in China 2025 », et promouvoir le plan français de "l’industrie du futur" afin que les entreprises tricolores soient bien identifiées et perçues en Chine. Une série des rencontres de haut niveau entre le ministère du finance et l’industrie et le MIIT, entre l’AIF (l’Alliance pour l’industrie du futur) et le CCPITECC (le centre de coopération international du MIIT) sont programmés en 2017. » Propos recueillis par P. Ti A propos de

Groupe d’ingénierie industrielle, Fives conçoit et réalise des machines, des équipements de procédé et des lignes de production pour les grands industriels mondiaux des secteurs de l’acier, de l'aéronautique, de l'aluminium, de l'automobile, du ciment et des minéraux de l'énergie, de la logistique et du verre. Implanté dans près d’une trentaine de pays et comptant près de 8 300 collaborateurs, Fives est reconnu pour sa maîtrise technologique et ses compétences dans la réalisation de projets partout dans le monde.

Connexions HIVER 2016-2017

47


DR

L’innovation : moteur de la transformation industrielle DR

1997 avec « Transparent Factory », a opté pour l’Ethernet en protocole ouvert dans les ateliers, avant l’avènement d’Internet et alors que les systèmes propriétaires étaient la norme.

L a par o l e à

Math ieu L e b o u la n g er Directeur, Digital Customer Experience (Chine) Schneider Electric

es transformations à l’œuvre dans l’industrie et le concept d’Industrie 4.0 sont au cœur de la stratégie de Schneider Electric puisque nous organisons la convergence entre les technologies de l’énergie, de l’automatisation et des logiciels. Pionniers de l’Industrie 4.0 avec l’automate programmable et l’utilisation d’Ethernet. Nous avons d’ailleurs été pionniers dans ce domaine en inventant en 1968 le premier automate programmable industriel, Modicon, et dès

48

Connexions HIVER 2016-2017

EcoStruXure, notre architecture pour l’innovation à tous les niveaux dans l’industrie. Aujourd’hui encore, nous continuons à travailler aux avant-postes pour apporter à nos clients de l’Industrie plus de connectivité, de productivité et d’efficacité pour améliorer leurs opérations. L’un des challenges de l’Industrie 4.0 se joue dans notre capacité à simplifier la conception, l’installation et l’utilisation de systèmes qui se complexifient grâce à un effort d’intégration des différents niveaux de connectivité, de contrôle et d’intelligence de nos architectures. Chez Schneider Electric, nous déployons une architecture unique en 3 niveaux, EcoStruXure. 1. Des produits connectés Nous parlons beaucoup aujourd’hui de l’Internet des objets et donc à la base des solutions EcoStruXure, nous trouvons bien entendu nos produits connectés : disjoncteurs, capteurs, actionneurs, variateurs de vitesse pour moteurs, interfaces homme-machine etc.

2. Un contrôle périphérique Ensuite, la sécurité et la fiabilité des applications de nos clients demandent un niveau de contrôle local, permettant aux opérateurs de prendre le contrôle en priorité et fonctionnant en toute autonomie même si les réseaux sont hors service. Ce concept de contrôle périphérique est primordial qu’il s’agisse d’une ligne de production ou bien du réseau de distribution électrique d’un hôpital par exemple, un autre domaine cœur pour l’entreprise. 3. Des logiciels, applications et services sur site ou dans le cloud Mais le plus grand changement des dernières années se situe au niveau de notre portefeuille de logiciels, d’applications, de services à distance qui permettent de multiplier les gains d’optimisation pour nos clients. Nous savons que nos clients sont équipés de matériels divers, donc cette couche est ouverte et évolutive et fonctionne avec n’importe quel matériel ou système de contrôle ouvert. Ces trois niveaux d’architecture sont coordonnés par des technologies et protocoles de cyber-sécurité avancés et nous donnons le choix


« Les attentes de nos clients pour les aider dans cette transformation sont similaires, que ce soient des entreprises locales ou des groupes mondiaux que nous accompagnons dans leur implantation industrielle, mais le contexte national nous demande parfois un effort particulier. C’est notamment un investissement additionnel dans le domaine du cloud, et nous répliquons ou adaptons nos infrastructures et services IT localement pour offrir à nos clients le même niveau de performance que dans d’autres parties du monde. »

à nos clients de garder le contrôle des données qu’ils souhaitent mettre dans le cloud et celles qu’ils veulent garder sur site. L’Industrie 4.0 en Chine : des opportunités à saisir en sachant s’adapter au contexte local, notamment IT En Chine, la course à l’automatisation et le plan Made in China 2025 offrent de grandes opportunités dans le secteur. Les attentes de nos clients pour les aider dans cette transformation sont similaires, que ce soient des entreprises locales ou des groupes mondiaux que nous accompagnons dans leur implantation industrielle, mais le contexte national nous demande parfois un effort particulier. C’est notamment un investissement additionnel dans le domaine du cloud, et nous répliquons ou adaptons nos infrastructures et services IT localement pour offrir à nos clients le même niveau de performance que dans d’autres parties du monde. Ensuite, notre forte présence dans le pays, avec

3 centres et 1000 ingénieurs en R&D à Shanghai, Xi’An et Shenzhen, nous permet d’innover depuis la Chine en apportant des adaptations, des nouvelles gammes de produits connectés ou de nouveaux logiciels qui viennent s’intégrer à nos solutions EcostruXure tout en collant au plus près des spécificités des applications de nos clients locaux. La transformation de l’industrie s’accélère ici comme ailleurs et l’innovation en est le moteur : nous passons de la réaction aux problèmes à leur prédiction et leur prévention, nous passons de la surveillance seule des équipements à une somme de capacités étendues de planification, simulation et gestion de leur opération et durée de vie. Les données et leur analyse arrivent au smartphone ou à la tablette de l’opérateur pour le mener aux lieux adéquats de maintenance avec les bonnes recommandations d’intervention... Nous vivons une période dynamique et passionnante dans notre secteur d’activité ! Propos recueillis par P. Ti

Connexions HIVER 2016-2017

49


Imagine China Imagine China

DR

Un virage industriel majeur Trois questions à…

Ma rc Bau d e n

Directeur industriel de CAPSA - coentreprise Changan et Peugeot SA - Shenzhen. Vice-président groupe de travail « production » à la CCI France Chine - Chine du Sud.

50

Connexions HIVER 2016-2017

L’usine du futur est-elle synonyme d’opportunités pour l’industrie en Chine ? Indéniablement. Avec le plan « Made China 2025 », de nouvelles solutions industrielles plus performantes d’un point de vue productivité et flexibilité vont faire leur apparition dans les usines chinoises. On parle là d’intelligence embarquée dans l’outil de production, non seulement grâce à l’automatisation classique mais aussi au travers de l’intégration de moyens de communication qui permettront aux différents équipements d’échanger entre eux (robots, machines, réseaux, etc...) et de dialoguer avec l’Homme. L’exemple le plus abouti est le robot humanoïde capable d’interagir avec l’Homme. Ce robot n’a plus besoin d’être isolé dans un enclos sécurisé, au contraire, il est suffisamment intelligent pour travailler aux côtés des opérateurs. Ce n’est pas de la science-fiction mais déjà une réalité dans certaines usines. A titre d’exemple, depuis fin

2016, un robot collaboratif est en fonctionnement dans l’usine historique du Groupe PSA à Sochaux. C’est une solution pilote qui va permettre de mesurer l’efficacité réelle de ce type de solutions et qui pourra être déployée sur d’autres sites du groupe, notamment en Chine. Efficacité mais aussi flexibilité… Il est certain que l’usine du futur rime également avec flexibilité grâce a une supply-chain étendue jusqu’au client, hyper-optimisée en matière de stocks et pilotant les moyens de production. L’idée est d’être en mesure de produire à la demande et dans un délai très réduit certaines pièces de personnalisation de nos véhicules. Le client choisira dans le point de vente et l’outil de production fabriquera au moment voulu les pièces correspondantes. L’entreprise gagnera donc sur 2 fronts : la satisfaction du client et la réduction de ses stocks !


P ar o l e d ' e x p e rt

P hi l i ppe Obry

Directeur Business Innovation & Transformation (Chine) Dassault Systèmes

L’ère du CtoB « Dassault Systèmes, leader mondial des logiciels de création 3D, de maquettes numériques en 3D et de solutions de gestion du cycle de vie des produits (PLM — Product Lifecycle Management), accompagne la transformation industrielle en Chine grâce à sa plateforme 3DExperience. Une plateforme déployée sur toutes les industries en particulier dans l’industrie automobile, l’aéronautique ou encore le high-tech. Les équipes de Dassault Systèmes en Chine dédient ainsi l’ensemble de leurs compétences pour proposer des solutions industrielles dans le contexte du plan « Made in China 2025 ». Un plan qui vise à faire de la Chine – le pays de la production industrielle – une terre d'innovations. La Chine, poussée par la gouvernement central, a

ainsi mis en place un vrai mouvement pour proposer des solutions en rupture sur le marché national mais aussi international. Au niveau de l’outil industriel, les enjeux sont très importants également, visant à réduire les cycles, à proposer une qualité meilleure avec plus de flexibilité. L’appareil industriel chinois, sur ce point, a compris une chose fondamentale : celle de mettre le consommateur au centre du process et de l’impliquer très en amont de la conception du produit. Il y a en Chine une interactivité très forte entre le consommateur et l’industriel. C’est l’ère du CtoB. Les Chinois ne sont plus dans une logique de production masse mais dans une approche d’innovation produit. Propos recueillis par P. Ti

Imagine China

Quel sont les applications possibles dans l’industrie automobile ? L’industrie automobile est à un virage important de son histoire, principalement du fait de l’explosion de la connectivité. Sur le plan du produit automobile, je pense à l’ensemble des interactions entre le véhicule et son conducteur et plus globalement entre le véhicule et son environnement. L’aboutissement en sera le véhicule autonome. Sur le plan des services, la collecte de données sur l’usage du véhicule (le big data) permettra de personnaliser les offres proposées au client. Les industriels enfin sont directement concernés par ces fabuleuses capacités qu’auront les moyens de production à communiquer entre eux. Le point déclencheur sont les objets connectés. Ils sont partout et nous n’en sommes qu’au début. Le champ d’application est immense. Ce virage, il faut le prendre à la fois pour mettre à niveau nos usines et pour saisir des business nouveaux. L’usine du futur représente ainsi des opportunités qui peuvent se traduire par des opérations de croissance externe sur des entreprises de l’univers 4.0. Pour commencer, le Groupe PSA a signé en 2016 une lettre d’intention en vue d’un partenariat stratégique avec Divergent 3D, une entreprise qui dispose d’une plateforme logicielle et matérielle pour l'impression métallique 3D.

DR

« Il est certain que l’usine du futur rime également avec flexibilité grâce à une supply-chain étendue jusqu’au client, hyper-optimisée en matière de stocks et pilotant les moyens de production. L’idée est d’être en mesure de produire à la demande et dans un délai très réduit certaines pièces de personnalisation de nos véhicules. »

Propos recueillis par P. Ti

Connexions HIVER 2016-2017

51


Analyse

Un sujet central dans la coopération DR

France - Chine Ju l i e n B o nnet Conseiller pour l’industrie au Service économique de l’Ambassade de France en Chine

52

Connexions HIVER 2016-2017

Où en est le déploiement du plan Industrie du futur en France ? L’ambition du plan « Industrie du futur », annoncé en mai 2015, est de permettre une transformation de fond de l’appareil productif français, en accompagnant les entreprises dans l’intégration des outils numériques et, plus généralement, dans la modernisation de leur modèle d’affaires et de leur organisation. Depuis le lancement du programme, un fort accent a été mis sur le déploiement du plan au niveau local et sur la modernisation et la numérisation des PME. Près de 2 500 PME françaises ont ainsi bénéficié entre 2015 et 2016 d’un diagnostic personnalisé d’une dizaine de jours au maximum, leur permettant de recevoir des conseils portant aussi bien sur la mise à niveau technologique de leur outil industriel que sur leurs perspectives de marché, tout en faisant le lien avec les dispositifs nationaux ou régionaux existants (aides à l’investissement ou à l’embauche).

« Nous cherchons en outre à approfondir notre dialogue avec la Chine dans le domaine de la normalisation. Une convergence sur les standards pourrait certainement faciliter nos échanges technologiques et commerciaux, alors que se crée actuellement un grand nombre de nouveaux outils de production, liés en particulier aux technologies de l’information de la télécommunication (objets connectés), qui occupent une place de plus en plus centrale dans l’industrie. »


« Les formations « à la française » bénéficient au niveau mondial d’une bonne réputation dans de nombreux autres domaines, comme par exemple le logiciel et la programmation. Sur ce dernier point, les autorités françaises ont d’ailleurs soutenu la mise en place de « French Tech Hubs » visant à fédérer les communautés locales d’entrepreneurs français et ainsi créer un pont entre la France et la Chine pour les nouveaux venus. » Imagine China

La mise en œuvre de ces diagnostics s’appuie sur le réseau déployé au niveau local par l’Alliance pour l’industrie du futur, une structure regroupant aujourd’hui une quinzaine de fédérations professionnelles sectorielles ainsi qu’un certain nombre de grands organismes dédiés à la recherche et à la technologie, comme le CEA ou le Cetim (centre technique des industries mécaniques). Parallèlement à cela, le gouvernement poursuit son action de soutien à l’innovation technologique dans le cadre des investissements d’avenir, dont une troisième tranche de 10 milliards d’euros a été votée dans la loi de finances 2017, après celles de 2010 et 2014. Près de 30% des sommes engagées entre 2010 et 2015, soit en tout 11 milliards d’euros, ont financé des projets touchant à l’industrie au sens large, les appels à projets étant gérés par différents organismes, dont notamment BPIFrance, l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), le CNES (Centre national d’études spatiales) ou l’ONERA (Office national d’études et de recherches aérospatiales). Par ailleurs, outre des PME plus solides (et donc a priori mieux armées pour l’export), l’un des autres points forts du plan « Industrie du futur » par rapport aux plans similaires adoptés dans d’autres pays, c’est l’accent mis sur la place de l’humain dans les chaînes de valeur technologiques quand d’autres parlent essentiellement de numérisation de l’industrie. L’Alliance pour l’industrie du futur regroupe ainsi plusieurs écoles d’ingénieurs (Institut mines-télécoms, Arts et métiers, CESI) et met

également l’accent sur la formation continue en jouant un rôle de coordinateur de l’action des fédérations professionnelles dans ce domaine. Qu'est-ce que la France peut apporter, en termes de coopération, au programme "Made in China 2025" ? Au niveau des administrations, la France, via la Direction générale des entreprises du Ministère de l’économie et des finances, entretient depuis de nombreuses années un dialogue régulier avec le Ministère de l’industrie et des technologies de l’information (MIIT), marqué par des rencontres annuelles entre directeur général et vice-ministre. L’industrie « du futur » est naturellement devenue un sujet central, étant donné que des plans similaires ont été adoptés par les deux pays en 2015. En particulier, nous soutenons la mise en place d’une plateforme de dialogue entre l’Alliance pour l’industrie du futur et son homologue désigné par les autorités chinoises, le Centre pour la coopération économique et technologique internationale du MIIT. Cette plateforme aura pour but de faciliter le dialogue entre entreprises françaises et chinoises, notamment par l’identification de projets pilotes associant un industriel de chaque pays autour de thèmes liés à la modernisation des technologies de production. L’Alliance a par ailleurs désormais en Chine une Ambassadrice en la personne de Michelle Shan, directrice du groupe Fives pour la Chine. Nous cherchons en outre à approfondir

notre dialogue avec la Chine dans le domaine de la normalisation. Une convergence sur les standards pourrait certainement faciliter nos échanges technologiques et commerciaux, alors que se créent actuellement un grand nombre de nouveaux outils de production, liés en particulier aux technologies de l’information de la télécommunication (objets connectés), qui occupent une place de plus en plus centrale dans l’industrie. Nous souhaitons également mieux valoriser l’expertise française en matière de formation continue et de formation de techniciens, alors que la Chine souffre d’un grand écart entre ouvriers d’un côté et ingénieurs ou chercheurs de l’autre, un « gap » qu’elle a actuellement bien du mal à combler et qui sera pourtant probablement une condition sine qua non de la réussite de ses ambitions dans le domaine industriel. Quelles sont les opportunités sectorielles pour l'offre française en Chine ? La France peut évidemment capitaliser sur ses points forts tels que l’aéronautique, l’automobile ou l’économie circulaire (retraitement de l’eau ou des déchets). Dans ces domaines, nos entreprises sont déjà fortement présentes en Chine, que ce soit au niveau des grands groupes ou des PME, qui d’ailleurs sont parfois arrivées en Chine comme sous-traitantes des grands groupes, comme c’est par exemple le cas pour l’industrie automobile autour de Wuhan. Mais bien sûr, cela ne signifie pas que les autres domaines nous soient interdits ! Les formations « à la française » bénéficient au niveau mondial d’une bonne réputation dans de nombreux autres domaines, comme par exemple le logiciel et la programmation. Sur ce dernier point, les autorités françaises ont d’ailleurs soutenu la mise en place de « French Tech Hubs » visant à fédérer les communautés locales d’entrepreneurs français et ainsi créer un pont entre la France et la Chine pour les nouveaux venus. Trois hubs ont été labellisés en octobre 2016 à Pékin, Shanghai et Shenzhen. Ils s’ajoutent au hub de Hong-Kong créé en janvier 2016. Sur un total de 22 hubs en activité au niveau mondial (dont 8 en Asie orientale), c’est un nombre non négligeable. Et, dans de nombreux secteurs, être en Chine devient aussi une nécessité pour capter l’innovation, qui se fait de plus en plus dans un pays qui est désormais davantage qu’une simple « usine du monde ». Propos recueillis par P. Ti

Connexions HIVER 2016-2017

53


Imagine China

DR

« Une approche par étape » Trois questions à…

Pin g Y i

Associée, Strategy&, PwC

54

Connexions HIVER 2016-2017

Qu'est-ce que le programme "Made in China 2025" peut changer pour l'appareil de production chinois? Le programme “Made in China” va encourager la transformation de l’appareil de production traditionnel vers un modèle tourné vers les technologies, améliorant sa compétitivité. Une industrie 4.0 et une automatisation vont être mises en place. Des changements seront à noter : • La digitalisation du design et les processus d’ingénierie permettant plus de flexibilité, une personnalisation des produits, un temps de développement et de mise sur le marché raccourci. • Usine Intelligente, intégration horizontale des processus clés tout au long de la chaîne de valeur, solutions d’automatisation et robots conduisant à plus d’efficacité et à une meilleure productivité. • Des Business models digitaux : utilisation des données, analyses afin d’améliorer les ventes et les canaux de distribution, les produits et les services offerts

« Avec les défis de la « nouvelle normalité » chinoise, comme l’augmentation des coûts de main d’œuvre, la globalisation et la pression concurrentielle aussi bien locale que globale, les sociétés chinoises ont compris que le statu quo n’était pas une option viable. »


"L'industrie du futur" : quel sens cela a-t-il en Chine aujourd'hui ? L’industrie manufacturière chinoise est un des piliers du développement économique et de l’emploi. Avec les défis de la « nouvelle normalité » chinoise, comme l’augmentation des coûts de main d’œuvre, la globalisation et la pression concurrentielle aussi bien locale que globale, les sociétés chinoises ont compris que le statu quo n’était pas une option viable. Elles cherchent des moyens pour utiliser au mieux le digital, l’analyse des données, l’automatisation et autres solutions intelligentes afin de transformer leur modèle opératoire. Portée par la volonté politique des dirigeants chinois, l’industrie va subir des transformations notables dans le futur. • Passage d’un « travail intensif » à un modèle productif, intégré utilisant les technologies. • Evolution de l’image d’« Usine du monde » vers un « Centre mondial de l’innovation et de la production » proposant des produits de meilleure qualité, innovants et à haute valeur ajoutée. • Glissement de « Grandes industries manufacturières chinoises » vers « des industries manufacturières mondialisées, concurrençant de grands acteurs mondiaux. » Ces changements vont cependant se faire graduellement et sur un certain long terme. Ils sont essentiels pour parachever la volonté chinoise de devenir un réel acteur mondial de la production manufacturière. Cette transition que suppose ce programme s'avère-t-il difficile et coûteux pour les entreprises chinoises ? Ce programme est un plan pour l’ensemble du secteur industriel. Il existe des disparités quant aux stades de développement de certains sous-secteurs et de certaines industries. Au niveau politique, un plan d’allocation des ressources est nécessaire. Pour les sociétés chinoises, il est essentiel d’avoir une stratégie claire sur leurs avantages compétitifs et leurs capacités prenant en compte l’utilisation des nouvelles technologies du digital. Il est important à mes yeux, d’avoir une approche par étape afin de gérer les investissements et les risques opérationnels. Avec ce plan, des investissements seront faits et l’industrie manufacturière chinoise va croître sur le long terme. Les entreprises étrangères qui ont les capacités et le savoir-faire pourront bénéficier de cette initiative, aussi bien comme concurrents des entreprises chinoises que comme partenaires. Propos recueillis par P. Ti.

DR

Repères

We nj i ang Li

GM, General Industry Business Group Bureau Veritas I&F Division « Grande Chine »

Un plan Plusieurs priorités "Made in China 2025" est en fait un très grand plan, et comprend de nombreux aspects, de l'automatisation de la production, la mise à niveau de la capacité de conception, l'innovation, la conservation des ressources, l'efficacité énergétique, etc. L'automatisation signifie non seulement l’utilisation des installations de fabrication robotisées, mais aussi très souvent, la mise à niveau des machines existantes au modèle contrôlé par ordinateur. (…) L'économie d'énergie est une autre priorité, en vertu des exigences actuelles du « Le passage de la gouvernement chinois d'être « plus vert ». fabrication Le secteur manufacturier est un secteur fortement consommateur d'énergie et, « traditionnelle » à dans le passé, l'économie d'énergie n'était pas à l'ordre du jour. Cela change main- l’industrie du futur tenant alors que le « KPI vert » s’impose est difficile, peut-être comme un véritable KPI pour le gouvernement chinois. Les contrats de performance même plus difficile que énergétique connaissent une croissance prévu. Les difficultés de rapide dans de nombreux secteurs à forte intensité énergétique, en particulier dans mon point de vue sont certaines industries lourdes. « L'industrie du futur » est maintenant liées à la surcapacité davantage liée à des secteurs émergents de nombreuses tels que l'impression 3D et la technologie de conception et de fabrication connexe. Il industries, résultant s'agit d'un domaine très actif, et Bureau Vedu surinvestissement ritas étudie également les possibilités d'essais, d'inspection et de certification dans des dernières années. » ce domaine. Le passage de la fabrication « traditionnelle » à l’industrie du futur est difficile, peut-être même plus difficile que prévu. Les difficultés de mon point de vue sont liées à la surcapacité de nombreuses industries, résultant du surinvestissement des dernières années. Beaucoup de fabricants dans les industries traditionnelles souffrent maintenant du ralentissement de la demande du marché, des flux de trésorerie très serrés et de la dette élevée. Cela ne leur laisse aucune place pour investir dans la mise à niveau du système de production ou même le recrutement des ingénieurs de prochaine génération. Je vois de nombreuses opportunités pour les PME étrangères qui cherchent à se développer en Chine. Et ce afin d’aider les fabricants chinois à améliorer leurs systèmes de production actuels, à la fois « matériel » (mise à niveau de machine) et « logiciel » (conseil et services de formation). (…). Le potentiel du marché est énorme en Chine. P. Ti.

Connexions HIVER 2016-2017

55


FOCUS ENTREPRISE

DR

SUEZ

Station d’épuration Suez (Chongqing Tangjiatuo)

Made in China 2025

DR

« Une étape fondamentale »

J ean-Pie rre A rca n g eli Vice-Président « Industrial Park Business Line » SUEZ Asia

56

Connexions HIVER 2016-2017

Quel est le périmètre de Suez Asie ? Suez a été une des premières entreprises étrangères à s’installer en Chine. Depuis plus de 40 ans, le Groupe a pris une part active dans la gestion du cycle de l’eau et des déchets en Chine continentale, à Hong-Kong, Macao et Taiwan. Avec 8 000 collaborateurs présents dans les plus grandes villes chinoises, il accompagne la politique environnementale du gouvernement central et des autorités régionales, ainsi que les actions de préservation des ressources des collectivités et industriels sur un mode partenarial. Il assure ainsi la distribution d’eau potable auprès de 20 millions d’habitants, est leader de la gestion des déchets à Hong Kong où il est présent depuis 1998 et apporte son expertise dans la gestion des services environnementaux auprès de 11 parcs industriels. En 2015, le chiffre d’affaires géré par SUEZ en Chine s’est élevé à 1,2 milliard d’euros.

Quel est l’impact du programme « Made in China 2025 » dans votre secteur ? Ce programme consiste à remettre à niveau les installations et à moderniser les unités de production du pays en particulier sur des secteurs clés ayant recours à des technologies de pointe, comme l’industrie manufacturière 4.0, l’aéronautique, les équipements électriques, etc. Il s’agit d’une étape fondamentale permettant de passer d’un mode de travail traditionnel à un modèle moderne, inspiré notamment de l’Allemagne. Cela va se faire progressivement bien entendu mais on peut imaginer qu’en 2020/2022, de nombreuses industries lourdes, liées à la chimie par exemple, mettront en place des solutions plus « vertes ». La question de l’efficacité énergétique - et donc de l’utilisation des ressources, l’eau en particulier -, est au cœur de ce programme. De toute évidence, il y a de fortes opportunités dans nos métiers, au niveau de l’appareil industriel mais aussi au niveau des po-


litiques publiques sur des problématiques liées à la gestion des déchets et à la réutilisation des ressources. Quelle est la réalité de cette usine 4.0 en Chine et quels en sont les enjeux industriels ? Dans notre secteur, on assiste clairement à un renforcement des normes et, en conséquence, des performances environnementales. En assainissement, les normes de rejet des eaux traitées sont aujourd’hui par exemple plus strictes en Chine qu’en Europe. Les autorités chinoises nous demandent d’améliorer la performance énergétique de nos usines de traitement. Ce sont des questions sur lesquelles nous travaillons déjà. Dans l’industrie chimique, beaucoup d’acteurs clés remettent également à niveau leurs outils de production avec des procédés moins polluants, moins gourmands en eau. C’est déjà très visible. De nombreuses installations polluantes - dans le Nord de la Chine notamment - ont été fermées.

DR

« Cela va se faire progressivement bien entendu mais on peut imaginer qu’en 2020/2022, de nombreuses industries lourdes, liées à la chimie par exemple, mettront en place des solutions plus « vertes ». La question de l’efficacité énergétique - et donc de l’utilisation des ressources, l’eau en particulier -, est au cœur de ce programme. »

L a par o l e à

Patri ce D ev e my

Managing Directeur Total lubrifiants Chine

Vers une plus grande disponibilité des machines « Au sein de Total, l’Industrie 4.0 s’inscrit tout naturellement dans le grand projet d’entreprise « One TOTAL » lancé en interne il y a tout juste un an. A savoir definir notre strategie et notre feuille de route dans 20 ans. Beaucoup de choses, sur la base de cette feuille de route, se mettent en ordre en particulier sur tous les aspects qui touchent à la sécurité - point essentiel dans nos métiers – et à l’efficacité operationnelle en bénéficiant des nombreux apports du digital. L’usine du futur est donc synonyme de plus grande disponibilité des machines et de meilleure efficacité énergétique. Nous avons par exemple mis en place des contrôles à distance pour vérifier la qualité d’une cargaison de lubrifiants en transit sur un bateau. Une vérification qui s’opère en ligne et en direct. L’usine du futur, c’est aussi l’optimisation de l’outil industriel au service de nos clients, afin d’anticiper leurs besoins et d’avoir à leur proposer le bon produit au bon moment. Tout cela a un impact sur les compétences dont nous avons besoin sur les sites de production. En effet, avec l’augmentation du degré d’automatisation, la main d’œuvre recherchée est de plus en plus qualifiée, et le sera encore plus demain. La aussi a titre d exemple, notre 3eme nouvelle unite de production de lubrifiants de Tianjin, inauguree fin 2013, produit pres de 3 fois plus que notre usine historique de Guangzhou, datant elle de 20 ans, avec le meme nombre de collaborateurs. L’usine du futur c’est enfin réfléchir à la place de nos collaborateurs dans leur travail. Nous avons ainsi lancé il y a 2 ans en Chine un programme « Living my life » qui permet à chacun de passer du temps pour comprendre les contraintes des autres collègues et pour mettre en commun les meilleures pratiques. Sur les sites de production ces démarches participatives nous permettent d’intégrer la « supply chain » comme une composante à part entière dans notre relation client. » Propos recueillis par P. Ti

Imagine China

Cette remise à niveau suppose-t-elle un effort important ? Tout ceci finalement n’est pas nouveau. Cette mue industrielle est en cours depuis des années déjà. A Shanghai par exemple, ce changement est déjà largement entamé. Les mentalités ont évolué aussi. Le respect de l’environnement est devenu une priorité. Cette prise de conscience dans les grands centres urbains est très forte. L’usine du futur en Chine est sur les rails depuis des années déjà et la dynamique se poursuit. Propos recueillis par P. Ti

Connexions HIVER 2016-2017

57


FOCUS ENTREPRISE

Vipshop

Vipshop

L’industrie du futur

nouvel adn de la Chine

Vipshop Groupe chinois de commerce en ligne

Quelles sont les activités de Vipshop ? Créé en 2008, Vipshop est l'un des principaux retailers en ligne en Chine, et ce grâce à un modèle s’appuyant sur 3 lignes de force (rabais sur les marques // ventes flash // garantie d’authenticité des produits). Tous les jours de 10h à 20h, nous proposons une série d’événements avec une sélection de plus de 200 nouvelles marques à des prix réduits pendant des périodes limitées. Nos produits couvrent l'habillement, les cosmétiques, les produits liés à la parentalité, aux produits ménagers, etc. Depuis 2012, Vipshop est coté à la Bourse de New York – le groupe est aujourd’hui le plus grand e-détaillant à prix cassés, toutes marques confondues, du monde. Quels sont les principaux enjeux industriels du programme "Made In China 2025" ? Le programme Made in China 2025 im-

58

Connexions HIVER 2016-2017

pose à la Chine de passer d’un grand pays de fabrication à une grande puissance industrielle. Pour cela, le pays est confronté à plusieurs défis, parmi lesquels : • La faible capacité de conception et d’innovation. La raison principale pour laquelle la Chine est souvent perçue comme « l’usine du monde » s’explique par son manque encore de capacité de conception et d’innovation. Dans le programme « Made in China 2025 », la Chine entend ainsi faire émerger un certain nombre de sociétés, spécialisées sur le design industriel plus professionnelles et plus ouvertes et développer une série d’outils de conception plus performants. Ce programme va permettre à la Chine d’opérer cette mue et de devenir une vraie puissance industrielle. • La Chine accuse par ailleurs un retard au niveau des composants, des matériaux et des technologies industrielles utilisées. C’est un vrai nœud qui restreint le déve-


Imagine China

loppement, l’innovation et l’amélioration de qualité de l’industrie chinoise. Dès lors, il faut que cette industrie augmente ses efforts en matière de R&D sur les matériaux spéciaux de base, qu’elle élève la capacité en logistique, afin de fournir une base matérielle digne de la grande puissance manufacturière qu’aspire à devenir la Chine. • Un autre frein est l’impact de l’appareil industriel chinois sur l’environnement. Le plan Made in China 2025 met justement à jour les défis liés à la pollution, à l’utilisation inefficace et au gaspillage des ressources non renouvelables. Ce plan vise à promouvoir les énergies vertes recyclables ou à faible teneur en carbone, sous toutes leurs formes (dans les bâtiments, la mobilité, etc.). • Enfin, la structure de l’appareil industriel chinois traditionnel, tel qu’il a été créé il y a plusieurs décennies, reste un obstacle. C’est en effet un appareil industriel archaïque, ayant peu recours aux technologies de pointe et particulièrement énergivore sur des produits in fine à faible valeur ajoutée. Cet appareil industriel doit être placé sous le contrôle des autorités qui doivent faciliter sa transformation vers le milieu et le haut de gamme. La Chine est-elle en train d'inventer l'industrie du futur ? Si oui, sur quels secteurs en particulier ? À l'échelle mondiale, un nouveau cycle de

« Notre vision est de devenir une plateforme leader du e-commerce mondial. Nous participons de ce fait activement à la transformation et la modernisation industrielle de la Chine. Pour nous, peu importe finalement la transition industrielle en marche. Notre objectif, en tant que retailer BtoC, est évidemment le consommateur final. Nous souhaitons que les produits que nous vendons soient chaque jour de meilleure qualité. Notre ADN, c’est la vente des meilleurs produits au meilleur prix. »

révolution technologique et de révolution industrielle est en train de s’opérer. Tous les pays ont commencé à accélérer la R&D sur de nouvelles technologies, de nouvelles industries. Cela concerne aussi bien les nouvelles énergies, les nouveaux matériaux, l'information et l'internet, la biomédecine, la protection de l'environnement, le développement à bas carbone, le développement territorial, la fabrication intelligente, etc. En Chine, la première industrie d'avenir est celle liée à la fabrication haut de gamme, “中 国China智Clever造Fabrication”. La transformation et la modernisation de la structure industrielle de la Chine devrait suivre ce mouvement : du « low cost » aux industries à haute technologie et à l’industrie d’équipement, de l’industrie de forte intensité de main-d'œuvre et de capital à l’industrie à forte intensité de connaissances. Comme les activités liées à l'intelligence artificielle, à la robotique, à l'aéronautique, aux navires, au transport ferroviaire de pointe, aux machines-outils haut de gamme, etc. La deuxième industrie à l’avenir est le nouveau format d’internet. Il faut bien utiliser l’internet + pour activement transformer les industries traditionnelles et réaliser la transformation et la modernisation des industries traditionnelles. La troisième industrie d’avenir est liée aux nouvelles technologies de l'information, comme le cloud computing, le Big Data, l'Internet des Objets, le Circuit intégré et d’autres domaines clés qui vont, à l’avenir déclencher une dynamique de croissance forte en Chine. Enfin, les secteurs liés aux économies d'énergie, à la protection de l'environnement et à l'industrie de l'énergie nouvelle (véhicules à énergies nouvelles, nouveaux matériaux, industrie de la protection de l'environnement, etc.). Sans oublier les secteurs de la santé biologique (recherche sur le génome, nouveau biomédical), de la culture et de l’industrie du tourisme. Comment entendez-vous profiter de cette dynamique ? Notre vision est de devenir une plateforme leader du e-commerce mondial. Nous participons de ce fait activement à la transformation et la modernisation industrielle de la Chine. Pour nous, peu importe finalement la transition industrielle en marche. Notre objectif, en tant que retailer BtoC, est évidemment le consommateur final. Nous souhaitons que les produits que nous vendons soient chaque jour de meilleure qualité. Notre ADN, c’est la vente des meilleurs produits au meilleur prix. Pour cela, nous intégrons à notre plateforme les dernières technologies afin d’apporter à nos clients la meilleure expérience d’achat possible. Propos recueillis par P. Ti

Connexions HIVER 2016-2017

59


DR

Enquête Ifop

Th i My Ng u y e n

Imagine China

Market Research Manager – Ifop Asia

Industrie & objets du futur

Quel avenir pour les objets connectés ? En 2005 un petit lapin répondant au nom de Nabaztag, est arrivé sur le marché et a bouleversé notre rapport aux objets numériques. Connecté au Wi-Fi, il pouvait déjà lire les emails à haute voix, annoncer la météo ou l’état du trafic routier. 10 ans après le premier objet connecté, les marques rivalisent d’ingéniosité pour diversifier leur offre. Tandis que l’Apple Watch fête ses 2 ans d’existence, Samsung a crée la sensation avec son réfrigérateur Family Hub. Équipé de 3 caméras, de capteurs, d’un écran tactile et d’enceintes, ce frigo surveille les aliments pour vous. Dates de péremption, quantités, votre réfrigérateur vous permet de commander les courses dont vous avez besoin via une application. Considérés comme une révolution numérique, ces objets ont-ils bouleversé les habitudes de consommation ?

60

Connexions HIVER 2016-2017

Considérés comme une révolution numérique, ces objets ont-ils bouleversé les habitudes de consommation ? Une forte notoriété mais une faible adoption par les consommateurs Chinois L’étude Ifop des objets connectés en Chine révèle que 97% des Chinois connaissent le concept d’objet connecté plus ou moins précisément mais seulement 20% d’entre eux sont passés à l’acte. Les objets possédés se cantonnent aux bracelets et montres capables de compter le nombre de pas, mesurer le rythme cardiaque ou le cycle de sommeil. Cette constatation fait écho à la situation en France : malgré le buzz, les objets connectés peinent à décoller. 1/3 des acheteurs de bracelet Fitbit arrêtent de d’utiliser au bout de 6 mois. Le bracelet est relégué au rang de gadget. Malgré une forte appétence des chinois pour la nouveauté et le digital Les consommateurs Chinois sont pourtant

naturellement ouverts à la nouveauté et au changement. Après des décennies d’isolement politique, la rupture des années 90 les a libérés d’un carcan. Contrairement aux Français très attachés à leurs racines, les chinois sont entrés dans une ère où l’on expérimente avec enthousiasme, c’est l’ère de la consommation de masse. Les Chinois sont particulièrement intéressés par l’achat d’objets connectés dans le domaine de la domotique et de l’électroménager. Le contrôle à distance des appareils de la maison, les économies potentielles et l’aide au quotidien sont les principales motivations à l’achat. Une utilité à démontrer et des barrières à lever Le frein principal à l’adoption des objets connectés repose sur la méconnaissance de ces objets et de leurs bénéfices. Un tiers des Chinois ne sait pas exactement ou pas du tout de quoi il s’agit.


Les objets connectés n’ont pas encore bouleversé les habitudes de consommation des Chinois mais ils ont un avenir dans une Chine friande de digital. Les fabricants doivent accompagner et rassurer les utilisateurs pour en favoriser l’adoption.

Il est important pour les marques d’éduquer les consommateurs quant à l’utilité et aux avantages à acquérir ces objets. S’il est peu probable que la brosse à cheveux connectée commercialisée à 200€ devienne un best-seller, certains objets offrent un bénéfice évident. La serrure connectée apporte une sécurité supplémentaire au foyer au-delà de la praticité d’usage. Les prises connectées permettent de réelles économies d’énergie en éteignant les appareils à distance ou après une certaine période d’inactivité. C’est pourquoi les consommateurs veulent aussi être accompagnés (aide à l’installation, SAV etc.) car la méconnaissance de ces nouvelles technologies peut inquiéter. Les Chinois attachent également une forte importance à la question des données (sécurité et confidentialité). Ils craignent une utilisation de leurs informations et une intrusion dans leur vie privée. À noter que contrairement à la France où l’on est davantage dans un esprit conservateur et « value-for-money », le prix de l’objet n’est quand à lui que secondaire et la longévité n’a pas d’importance. Dans une Chine en pleine mutation, on a tendance à détruire pour reconstruire, les objets sont quasi « jetables ». Thi My Nguyen, Market Research Manager

– Ifop Asia

Connexions HIVER 2016-2017

61


Actualités des Antennes

« Club Investisseurs » – Pitch Day le 8 décembre

DR

上 海

SHANGHAI

Le « Club Investisseurs » est une plateforme de mise en relation entre porteurs de projets et investisseurs

potentiels. Ce club est ouvert à tous les porteurs de projets et investisseurs souhaitant y participer. Trois porteurs de projets, préalablement sélectionnés par le comité de sélection du Club Investisseurs, ont pu présenter leurs projets à un panel d’investisseurs lors du Pitch Day qui s’est tenu le 8 décembre dernier. La CCI France chine tient à remercier toutes les personnes qui se sont impliquées pour assurer la réussite de ce club et notamment les membres du comité de sélection Laurent Ginioux (CreaStyle), Christophe Lauras (Accor Hotels) , Vincent Dellacherie (Décathlon) et Gilles Collin (Dulmar).

Cocktail de Noël

DR

le 16 décembre

France Chine et les membres du bureau de Shanghai. Nous remercions M. Philippe Ricard, General Manager de la Crêperie – Jing’An, et toute son équipe, pour avoir accueilli dans ses locaux plus de 150 de nos membres.

Le 16 décembre s’est tenu notre Cocktail annuel de Noël au restaurant la Crêperie – Jing’An. Dans une ambiance chaleureuse et décontractée, nous avons eu le plaisir de recevoir monsieur Javier Gimeno, Président de la CCI

Cocktail du Nouvel An Chinois

Le 27 février dernier s’est tenu notre traditionnel Cocktail du Nouvel An Chinois célébrant l’année du Coq. A cette occasion, les membres du bureau de la CCI France Chine Shanghai ont pu présenter leurs vœux pour la nouvelle année aux 200 membres présents. Nous avons pu déguster diverses spécialités

62

connexions HIVER 2016-2017

DR

DR

le 27 février

culinaires chinoises fournies par Accor Hotels. Nous tenons à remercier chaleureusement monsieur Gilbert Mennetret, General Manager de l’hôtel Grand Mercure Shanghai Hongqiao pour le soutient qu’il apporte à la CCI France Chine tout au long de l’année.


2017

SHANGHAI

So Digital · Star Chef Dinner · Guest Star Singers · Acrobatic Show · Luxury Lucky Draw Saturday, June 3rd JING’AN SHANGRI-LA 1218 Middle Yan’an Road


Actualités des Antennes

Gala de Pékin

64

connexions HIVER 2016-2017

Riviera

Riviera CCI France Chine

sur les tables et l’ambiance aux tons orangé de la salle, ainsi qu’aux compositions de l’artiste sur sable. Les 2 danses orientales et la musique envoûtante du groupe de musique Djang San, mêlant instruments traditionnels chinois et guitare électrique, ont complété ce voyage. Nous renouvelons nos plus chaleureux remerciements à l’ensemble des sponsors pour leur précieux soutien.

CCI France Chine

Le Gala annuel de Pékin clôturait à nouveau cette année le Forum d’Affaires franco-chinois, organisé pour la 2ème année à Pékin. La soirée a réuni plus de 500 invités au Sofitel Wanda, autour d’un dîner aux saveurs subtiles élaboré par l’Executive Chef français de l’hôtel. Le thème de la « Route de la soie » a transporté les invités dans les magnifiques paysages de désert grâce à la décoration

Riviera

le 18 novembre

Riviera

北 京

PEKIN


Nouvelle Arrivée... Nous avons le plaisir d’accueillir Sarah MICHEL depuis le 6 mars 2017. Sarah s’est installée à Pékin après l’obtention de son Master en Management il y a presque 6 ans. Elle a depuis occupé différentes positions dans le Développement Commercial, la Gestion de Projet et le Marketing. Elle succède à Audrey Rehby au poste de Directrice Commerciale de l’antenne de Pékin. michel.sarah@ccifc.org

Forum d’affaires sino-français le 17 à 18 nouvembre

le 15 décembre

CCI France Chine

La 2ème édition du Forum d’Affaires sino-français de la CCI France Chine a rassemblé plus de 250 participants les 17 et 18 novembre 2016 au Sofitel Wanda de Pékin. Plateforme d’échanges entre les entreprises membres de la CCI France Chine et les entreprises chinoises sur la base de thèmes concrets et prioritaires pour le gouvernement chinois, ce forum est également le fruit d’un savoir-faire et d’une expertise fondés sur des années de clubs et de groupes de travail CCI France Chine, animés par des experts et représentants d’entreprises reconnus dans leur secteur d’activité. Pour cette édition placée sous le thème principal de « Made in China 2025 », cinq autres thèmes ont été abordés au cours de la journée et demi de Forum : Santé-Bien-être & SportLoisirs, Transition & Efficacité énergétique, Agroalimentaire, Investissements et partenariats sino-français, et Urbanisation. Ces six thématiques ont pris la forme de témoignages et échanges entre experts et intervenants chinois et français, afin de présenter leurs projets en Chine et leurs perspectives de développement.

Christmas Cocktail

Une belle soirée conviviale pour clôturer l’année 2016, autour d’huîtres tout droit venues de France, et le moment très attendu du tirage au sort pour gagner de jolis lots !

Conférence Cyber Sécurité

CCI France Chine

CCI France Chine

le 13 janvier

Cette conférence inter-chambres a réuni plus de 40 participants hautement intéressés par ce sujet d’actualité pour les entreprises étrangères en Chine.

Dîner R&D Club

CCI France Chine

le 18 janvier

CCI France Chine

DR

Sarah MICHEL

Rendez-vous annuel des représentants du secteur, ce dîner a donné lieu à de riches échanges autour d’un menu de qualité accompagné de vins français.

connexions HIVER 2016-2017

65


Actualités des Antennes

Visite d’usine : WOLF LINGERIE le 24 février 2017 à Dongguan

DR

中 国 南 部

Chine du Sud (Canton & Shenzhen)

La visite de l’entreprise WOLF LINGERIE est l’occasion pour les membres de découvrir les bonnes pratiques de management d’unités de production, et notamment dans le secteur du textile et de la lingerie féminine. La

participation active des membres, que ce soit de la part des dirigeants de Wolf Lingerie, ou que ce soit de la part des participants et membres actifs du groupe de travail production, a contribué au succès de cette visite.

Groupe de Travail : Finance

DR

le 28 février 2017 à Guangzhou

Les membres du groupe Finance de la CCIFC se sont réunis autour de leur Président Paul Jie de BNP Paribas et de leur Vice-présidente Joan Wu de la société Mazars afin d’échanger sur la problématique de la fluctuation du RMB en 2017. Les membres

66

connexions HIVER 2016-2017

du groupe ont échangé sur les différents critères qui influent sur le taux de change de la monnaie chinoise avec le dollar américain et l’euro comme les indicateurs de crédit, du commerce extérieur, de l’inflation et des IDE.


Diner de Noel Inter-chambre L’inter-chambre de Noel qui a lieu à Guangzhou et à Shenzhen, en coopération avec les autres chambres en Europe et principalement la Chambre allemande permettent de partager un moment traditionnel unique autour du repas de Noel.

DR

le 13 décembre 2016 à Shenzhen

DR

le 15 décembre 2016 à Guangzhou

connexions HIVER 2016-2017

67


Actualités des Membres

Carrefour ouvre son 21ème magasin dans la ville de Beijing Le magasin de Tianzhu a ouvert ses portes le 16 Février 2017, idéalement situé : proche des écoles internationales et des villages prisés de la communauté expatriée dans le district de Shunyi, à l'intersection de la route de Tianbei et Jingmi. Sur une surface de 6 000 m2 vous pourrez retrouver le concept traditionnel de Carrefour du "Tout sous le même toit " avec des surfaces dédiées à l'électro-ménager, l'habillement, la maison, le bien-être tout en pouvant y faire son "shopping" épicerie et produits frais. Un espace dédié aux produits d'import a été aménagé et l'on peut y retrouver une sélection de plus de 6 000 produits d'importation. Carrefour a attaché un intérêt particulier à importer plus de 500 produits alimentaires à marques propres qui sont un gage de qualité et de sécurité alimentaire et qui, nous n'en doutons pas, raviront vos papilles. Lors de votre visite prochaine vous ne manquerez certainement pas de découvrir, pour le plaisir des yeux et du palais, le rayon fromage et charcuterie traditionnelle avec une sélection de plus de 80 fromages à la coupe et d'excellents jambons à la coupe venus tout droit de France, d'Espagne et d'Italie. Afin de vous accueillir dans les meilleures conditions , vous pourrez retrouver dans le magasin : • une équipe de 5 personnes Anglophones qui se feront un plaisir de vous assister en cas de besoin, • un parking facilement accessible de 360 places, • un centre commercial de 30 boutiques, • un espace restauration: 4 restaurants. Vous pouvez également commander en ligne sur notre site Carrefour.cn, en téléchargeant notre APP sur l'App Store ou en scannant le QR Code ci-dessous. A très bientôt dans votre magasin Carrefour Tianzhu. M. Frédéric KLEIN, Directeur du Magasin et son équipe

Le Global MBA de KEDGE BS se classe 22ème et poursuit sa progression dans le TOP mondial des Executive MBA En se classant à la 22ème place, KEDGE Business School poursuit sa progression dans le classement mondial du Financial Times des 100 meilleurs Executive MBA. En Asie, il se place à la 4ème place des programmes enseignés en anglais. En Chine, où le programme est également dispensé sur le campus de Shanghai, KEDGE BS est classé 4ème, derrière Tsinghua/Insead, SJTU Antai et CEIBS. Dispensé en France (Paris, Marseille, Bordeaux) et en Chine (Shanghai) en partenariat avec Shanghai Jiao Tong University, le Global MBA est un MBA français reconnu par le gouvernement chinois. Le Global MBA bénéficie d’un réseau de plus de 1 300 diplômés dans le monde, dont 900 en Chine. Accompagner les transformations individuelles et collectives Ce classement est le résultat d’une excellente performance sur plusieurs critères. Le Global MBA de KEDGE BS est classé : • 1er mondial dans la progression de salaire, avec une hausse de 103 % du salaire de ses diplômés 3 ans après leur sortie, comparé à leur salaire avant le programme, et ce pour la 3ème année consécutive • 5ème pour la progression de carrière calculée sur l’évolution du poste et la taille de l’entreprise • 15ème pour « aims achieved », l'évaluation qualitative par les diplômés de l’atteinte des objectifs qu'ils avaient en entrant dans le programme. www.kedgebs.com

68

connexions HIVER 2016-2017


Kaytrip Beijing Kaytrip International Travel Service Co.,Ltd. possédant la qualification de voyage international chinoise est la société mère d’Ansel Travel Agency à Paris (France). Nous occupons les services touristiques en France et aussi en Europe concernant : les visites professionnelles, les voyages d’observation en industrie, les rencontres et communications d’entreprises, l’organisation de conférence, la formation d’employées, les voyages privés, les voyages circulaires européens (8 circuits concernant 18 pays et cinquantaine de points de départ avec hôtels en 4 étoiles et autobus de haute qualité), les voyages Camp d’été/hiver, la distribution de billets d’avion internationaux, le service de visa, etc. Beijing Kaytrip a installé les filiales en Allemagne et en Danemark, les succursales en Espagne, en Norvège et en Angleterre. Nous nous dévouons pour offrir à nos clients les services de voyage les plus professionnels et de qualité optimalisée. En 2015 et 2016, Kaytrip a figuré dans le top 10 de meilleures plate-formes de réservation en ligne de produits touristiques étrangers et a reçu le titre de meilleure plate-forme de réservation de voyages en Europe du SOTTOC.

VELVET Group racheté par FABERNOVEL VELVET Group, fondé à Shanghai par Patrice Nordey, devient une filiale du groupe FABERNOVEL. Patrice Nordey prend les commandes de la nouvelle entité FABERNOVEL Asia. Fondé en 2013, l’agence de conseil et de communication VELVET s’est rapidement développée auprès des grands groupes du luxe, de la beauté et de la mode telles que Kering LVMH, Richemont, Christian Louboutin ou encore L’Oréal. Fort d’une équipe de 20 experts, VELVET s’est d’abord spécialisée dans le story telling sur les media sociaux (Wechat, Weibo, KOLs) avant de compléter son offre via différents leviers d’amplification tels que le marketing à la performance (Baidu, Google) et l’achat d’espaces média en ligne. Ses activités de conseil en « stratégie digitale », essentiellement destinées aux directions générales, ont aussi rencontrés une forte demande pour représenter désormais 50 % de sa clientèle. Créée en 2003 au départ pour accompagner les grands groupes à innover comme les startups, FABERNOVEL accompagne les grands groupes internationaux sur tous les métiers du digital: stratégie, acculturation, performance digitale mais aussi création de produits et de services (applis mobiles et sites internet). FABERNOVEL c’est aujourd’hui plus de 200 salariés en Europe aux Etats-Unis et en Asie, un chiffre d’affaires de 20 millions d’euros en 2016. Le groupe ambitionne d’atteindre la barre des 50 millions d’euros à l’horizon 2018. www.velvetgroup.com www.fabernovel.com

connexions HIVER 2016-2017

69


Décryptage | Clichés

C U LT U R E

8-28 mars 2017

© Tony Frank

Fête de la francophonie Jane Birkin et Serge Gainsbourg

© Catherine Hélie - Editions Gallimard

La fête de la francophonie sous le signe du Maghreb La fête de la francophonie aura lieu du 8 au 28 mars 2017, et coïncidera avec la journée internationale de la femme ! Organisée en partenariat avec 20 ambassades et représentations diplomatiques, la francophonie célébrera sa 22e édition chinoise. C’est la région du Maghreb (Afrique du Nord) qui sera mise à l’honneur, avec notamment l’invitation d'un écrivain algérien, Boualem Sansal, dont le dernier romain, 2084, publié en chinois chez Sea-Sky, a été récompensé du Grand Prix de l’Académie française. Cette année, la fête de la francophonie est honorée de compter sur le soutien de la danseuse et chorégraphe Jin Xing, véritable icône dans la société chinoise à la fois en tant qu’artiste et en tant que leader d’opinion. Rappelons que le français est la 5e langue la plus parlée et la 2e langue étrangère la plus apprise au monde. On compte aujourd'hui plus de 274 millions de francophones présents sur tous les continents.

Boualem Sansal

70

connexions HIVER 2016-2017

Le jeu de l’amour et du hasard de Marivaux, mis en scène par Philippe Calvario


La Dictée de Pivot revient sur WeChat en 2017 !

La Femme, nouvelle sensation rock

Ivan Tsarevich et la Princesse Changeante, de Michel Ocelot, invité des Rencontres du cinéma francophone

Jin Xing, marraine de la fête de la francophonie

Personnalité étonnante, le chanteur Serge Gainsbourg savait parfaitement manier la langue française. Compositeur pour Brigitte Bardot, Catherine Deneuve, Vanessa Paradis… et bien sûr pour sa compagne Jane Birkin, il forma avec cette dernière l’un des couples d’artistes les plus emblématiques du 20e siècle. Ils sont à l’origine du premier « album concept » de la pop music : Histoire de Melody Nelson, sur la pochette de laquelle pose celle qui allait devenir une véritable icône de mode, donnant son nom à un sac Hermès (le « Birkin »). Cette pochette, et de nombreuses autres pochettes d’albums de Gainsbourg, c’est son ami photographe Tony Frank qui l’a immortalisée. L’exposition « Serge Gainsbourg. Photographies de Tony Frank » rend hommage à la carrière du chanteur en retraçant son parcours avec des images personnelles devenues célèbres. Les chansons de Gainsbourg seront également la bande-son d’une mise en scène (par Philippe Calvario) de la célèbre pièce de théâtre de Marivaux (1688-1763), Le jeu de l’amour et du hasard.

La francophonie s’adresse principalement aux jeunes, célèbre l’éclectisme et la beauté de la langue française. De nombreux concours sont organisés pour les étudiants et les moins de 25 ans, permettant de gagner des voyages en France, en Suisse et au Canada : • Le jeu sur WeChat de la « Dictée de Pivot » : un jeu qui s’adresse à tous, même aux débutants, et permet de découvrir la langue française, avec de nombreux cadeaux à gagner. Les 29 meilleurs joueurs seront sélectionnés pour une finale le 20 mars à Pékin, où la dictée sera lue par l’écrivain et académicien québécois d’origine haïtienne Dany Laferrière ! • Le concours de la chanson francophone, dont sont issus notamment les chanteurs Liu Huan et Shang Wenjie – les participants pourront s’exercer dans un des 11 000 karaokés diffusant 120 chansons en français pendant le festival ; • Les concours de théâtre, de traduction de poésie… Une résidence de pâtisserie confrontera des apprentis pâtissiers francophones et chinois afin de faire rayonner la langue française à travers des créations gourmandes et de présenter un produit original, fruit de mélanges de cultures et de savoir-faire, de recherches inédites et de saveurs nouvelles. La francophonie, c’est également la fête du cinéma, avec les Rencontres du cinéma francophone lors desquelles sont montrés dans 20 villes de Chine des films venant du monde entier ! Michel Ocelot, l’un des réalisateurs français d’animation les plus reconnus et primés au niveau international (Kirikou et la sorcière, Princes et princesses, Azur et Asmar), viendra en Chine pour son dernier film Ivan Tsarevich et la Princesse Changeante, du 24 au 31 mars dans les villes de Pékin, Shanghai et Changchun. Enfin, le groupe de rock La Femme fera une tournée à Pékin, Shanghai, Wuhan, Canton, et Shenzhen. En première partie de la tournée européenne des Red Hot Chili Peppers à l’automne 2016, la sortie de leur deuxième album Mystère en septembre dernier a fait sensation sur la scène rock internationale. La fête de la francophonie accueillera également le grand musicien malien de kora, Ballaké Sissoko qui se produira dans les théâtres Poly des villes de Henan, Changsha, Wuhan, Shanxi, Jiangsu et Shenyang. Robert LACOMBE, conseiller de coopération et d’action culturelle, directeur de l’Institut français de Chine, ambassade de France en Chine

connexions HIVER 2016-2017

71


会员企业简讯

家乐福在京第21家门店隆重开业 2017年2月16日,家乐福天竺店在北京市顺义区天竺镇盛大开业。该门店位于京密路与天北路交汇处,地理位置优 越,毗邻众多国际学校及外籍人士居住区。 在6000平方米的卖场内,您可以随处感受到家乐福“一站式购齐”的传统理念:家用电器,纺织服饰,生活百货以 及各类高质量的包装食品和生鲜食品一应俱全。 这里特别规划了专门的进口商品区,超过六千种进口商品任君选择。家乐福还拥有一条自有品牌进口供应链,旗下引 进了超过五百种食品,确保在食品安全方面严格把关。 在天竺店,您还将很快见到传统的西方火腿制品及奶酪制品。这里拥有来自法国、西班牙和意大利的八十余种奶酪以 及各种精制火腿。 为了提供一个更好的购物环境,家乐福天竺店为您提供以下便利: 5位可用英语交流的工作人员在您需要时可以提供贴心的语言服务; 多达360个停车位的停车场; 30家小商铺入驻家乐福商业中心; 4家餐厅入驻餐饮消费区。 您还可以通过访问家乐福网上商城进行网上购物,选购的商品将直接从家乐福天竺店出发,送货到家。您 可以访问网页版网站carrefour.cn,亦可通过App Store等应用平台或扫描下方二维码,下载家乐福网上商城应用。 家乐福天竺店店长弗雷德里克•克莱恩先生以及门店全体工作人员,热切期待您的光临。

法国KEDGE商学院国际MBA荣获世界排名第22位 在《金融时报》2016年的全球EMBA排名中,法国KEDGE商学院国际MBA项目荣登第22位,较去年再升一位,于全 球EMBA榜单25强中继续挺进。 法国KEDGE商学院现已与一些全球最为知名的商学院并驾齐驱,在亚洲的全英文项目中取得第4高的排名;在来自中国 的EMBA项目中,法国KEDGE商学院继清华/INSEAD、上海交通大学安泰管理学院和中欧国际工商学院(CEIBS)后,也取 得了第4高的排名。

助力学员个人和企业转型 法国KEDGE商学院国际MBA的部分单项排名: 毕业生薪资涨幅世界排名第1位,毕业三年后薪资较MBA入学时增长103% • 职业发展世界排名第5位,按照入学前后职业级别和所在企业规模的变化计算 • “目标达成”世界排名第15位,校友就是否达成入学时所设立的目标做出定性评估 法国KEDGE商学院国际MBA项目在法国(巴黎、马赛、波尔多)及中国(上海)与上海交通大学合作开展,是中国 政府官方认可的法国MBA项目。毕业生可依托学院全球逾1300名校友的强大网络,其中包括中国的900名校友。 www.kedgebs.com

72

connexions HIVER 2016-2017


北京开元周游国际旅行 社股份有限公司

VELVET Group被FABERNOVEL收购

北京开元周游国际旅 行社股份有限公司是一家国 际旅行社,具有出入境资 质。法国安赛尔旅行社是北 京开元周游国际旅行社股份 有限公司的子公司,公司位 于法国巴黎。 我司承接法国乃至全 欧的业务,业务范围涉及: 欧洲公商务接待、欧洲工 业考察、企业推介、会议 组织、人员培训、私人订 制、环游欧洲大巴循环线 (八条循环线,途径18个国 家,50多个上下车点,四 星级酒店,欧洲星级舒适大 巴)、国际游学冬令营、夏 令营、国际机票、出境签证 等业务。 我司在德国、丹麦设 有分公司,在西班牙、挪 威、英国等地设立办事处, 致力于为顾客提供最专业、 最优质的国内外一站式的旅 游服务。 在2015,2016连续两 年中国旅业互联网风云榜 中,“开元周游”勇夺【10 大海外目的地产品预订平 台】&【最佳欧洲当地预订 平台】两项殊荣。

由Patrice Nordey 创立于上海的VELVET Group,成为FABERNOVEL集团的子公司之 一。Patrice Nordey现担 任FABERNOVEL亚洲区的 首席执行官。 VELVET数字营销咨询 公司创立于2013年,为开 云集团、路威酩轩集团、 历峰集团、克里斯提•鲁 布托有限公司及欧莱雅集 团等诸多高端奢侈品、美 容与时尚集团的快速发展 保驾护航。 VELVET拥有一支由 20位专家组成的团队, 其起先专注于在社交媒体 (微信、微博、网络红 人)上发布文章,随后通 过市场营销(百度、谷 歌)与购买线上媒体空间 等各种方法放大效应完成 营销策划。 “数字化策略”领域 的咨询业务主要服务于一 般管理部门,能满足今后 50%客户的巨大需求。 2003年伊始创建的 F A B E R N O V E L, 携 手 各 大国际著名集团在各类数 字化领域:策略、文化涵 化、数字营销,以及形形 色 色 的 产 品 与 服 务 开 发 (苹果手机与网站),意 在像新兴网络企业一样, 与诸多著名集团一起共商 创新之道。 www.velvetgroup.com www.fabernovel.com

connexions HIVER 2016-2017

73


Ils arrivent Chine du Sud

PEKIN

Aily (Dalian) Investment Company - (Fast moving consumer goods), Beijing Yingke (Guangzhou) Law Firm - (Lawyer & Legal Services/ Consulting), 51Bonjour (Guangzhou Ouzhongmingrui Education Information Consulting Co., Ltd.) - (Education&Training), CFS (Compagnie Francaise Des Spiritueux) - (Wine & Spirits), China Construction (Zhengzhou) City Development Construction Co., Ltd. - (Construction & Infrastruction), China Youth Travel Service Guangdong - (Travel & Tourism), Creative Capital China - (Marketing, Communication, PR), Guangzhou Wanxi Properties Co., Ltd. - (Property&RealEstate), Les 5 Chef’s Back stube - (Food & Beverage), Mission Hills Group - (Travel & Tourism), Saint-Gobain Glass Exprover - (Construction & Infrastruction), Samking Pizza - (Food&Beverage), Sinohope China Co., Ltd. - (Biotechnology), Zhongshan Seram Accessories Co., Ltd. - (Beauty & Cosmetics).

Anne QUENEDEY - (Lawyer & Legal Services), Beijing Kaytrip International Travel Service Co., Ltd. - (Travel & Tourism), C&A Advisors Enterprise Management Consulting (Shanghai) Co., Ltd. - (Accounting, Audit / Lawyer & Legal Services), International SOS China - (Health, Medical & Pharamaceutical / Secutiry Services), ISI Group (FR) - International Service Industrie - (Consulting / Trading), KUONI Destination Management (Beijing) Ltd. - (Leisure / Travel & Tourism), Lara BOURSIER - (Lawyer & Legal Services / Consulting), Michaël ZIBI - (Lawyer & Legal Services), Montsalvy Consulting - (Consulting), ParisTech - (Education & Training / Engineering), Pierre MIROCHNIKOFF - (Consulting), SASP Olympique de Marseille - (Other), Scout Real Estate - (Property & Real Estate / Retail).

SHANGHAI APAVE Nuclear Business Line - (Industrial Goods / Energy & Power), Arc Informatique SA, PcVue China Shanghai Representative Office - (Software & Website Development / Technology), BAMASIA Buisness Consulting - (Consulting / Trading), BearingPoint - (Consulting), BOCCARD SA SHANGHAI REP OFFICE - (Engineering / Food & Beverage), Capella Shanghai - (Hotels / Luxury), Casmo Enterprise Management (China) Co., Ltd. - (Automobile / Chemicals & Plastics), DC Shanghai Trading & Services Co., Ltd. - (Procurement / Purchasing / Quality Control), Diane Petfood - (Food & Beverage), French Dentist - (Health, Medical & Pharmaceutical / Beauty & Cosmetics), GLI CHINA - (Consulting), Global Leadership Support - (Consulting / Education & Training), MARZE Christophe - (Mining & Metals), Metis-Jujing (Consulting / Marketing, communication, PR), Suzhou Molike Consulting Company - (Consulting / Construction & Infrastructure), OODRIVE - (Software & Website Development), Sungenius - (Architecture), TAULIN Alexandra - (Chemicals & Plastics / Printing), Twist of Parti Pris - (Marketing, communication, PR), Unimold Asia - (Chemicals & Plastics / Machine Tools & Parts), WOW Sports - (Travel & Tourism /Investment companies), YongGuan Group (Manufacturing / Furnishing & Interior Design).

74

connexions HIVER 2016-2017


Profile for French Chamber of Commerce and Industry in China

Connexions 80  

Connexions 80  

Profile for ccifc
Advertisement