Page 1

C ATA LO G U E D ’ E X P O S I T I O N

PRIEURÉ DE LOCMARIA - QUIMPER


C’est d’une volonté de collaborer autour d’un projet didactique artistique et social qu’est né ce rapprochement entre des étudiants en formation à Quimper à L’IUP « Métiers des Arts et de la Culture » et à l’Ecole Supérieure des Beaux Arts. L’Art est pluriel et son approche multiple, c’est pourquoi l’objectif de cette collaboration était de proposer une nouvelle expérience esthétique dans une démarche de démocratisation de la culture. Trop peu de structures muséales proposent aujourd’hui une pleine accessibilité de leurs collections aux personnes en situation de handicap visuel. Au delà du « donner à voir » et « donner à entendre », cette exposition invite le public à approcher des oeuvres et librement les effleurer, les sentir, les caresser.

Ce projet tente de répondre à une triple prérogative : Présenter une alternative à l’observation dite traditionnelle d’une oeuvre d’art à travers la proposition d’une expériences fondée sur l’esthétique «hors de la vue». Sensibiliser le grand public à l’accès à la culture pour les personnes en situation de handicap visuel en permettant le cas échéant des échanges entre ces différents publics. Enfin, donner à des futurs acteurs du milieu artistique et culturel l’opportunité de construire, à partir de leurs enseignements, une action bien réelle autour d’un engagement social. Cette première édition a pu être menée à son terme pour la plus grande joie et le soulagement de l’équipe organisatrice et des artistes et nous restons pleins d’espoir de la voir se renouveller à l’avenir.

.3.


Le vernissage Cet évènement a été l'occasion pour le public venu nombreux inaugurer l'exposition, de se laisser charmer par la performance vocale acapella de Laura Bordron. Etudiante à l'Ecole Supérieure des Beaux Arts à Quimper, elle chante habituellement pour ses amis. Pour l'occasion, elle avait choisi d'interpréter Summertime de Georges Gershwin. La soirée s'est poursuivie, animée par les expérimentations sonores et les mix électroniques de Yoann Coupé, étudiant de l'IUP Patrimoine et de Fabien Abgrall.

L'exposition sur les routes Cette exposition se veut itinérante, nous souhaitons que notre univers sensoriel puisse se décliner et s’adapter à différents endroits. Cet aspect intègre notre volonté de diffuser l’art pour tous dans de nouveaux lieux. Cette année, l’exposition s’est déplacée au pôle universitaire Pierre-Jakez Hélias de Quimper.

.4.


Un projet pour l’art sensoriel et pour l’accessibilité Outre les lois qui rendent obligatoire la mise en accessibilité des lieux publiques, il faut penser de manière plus élargie. Certes, cette accessibilité motrice est nécessaire mais ne nous arrêtons pas là. Le chemin continue pour que l’ensemble des citoyens puissent être intégré à une société. La culture apparaît comme un concept intellectuel peu vital pour certains mais c’est l’un des fondements de nos sociétés. Il est donc primordial que nous ayons tous accès à la culture. L’art est l’une des composantes de la culture. C’est son expression la plus brute mais aussi la plus subtile. L’expérience de « l’art dans tous les sens » se veut modeste mais souhaite donner la possibilité à des artistes

de s’exprimer de façon originale. Cela nous interroge sur le sens profond d’une œuvre : doit-elle être esthétique  ? Doit-elle nous procurer des émotions  ? Peut-elle s’expliquer  ? Ou alors n’est-elle que l’enfant chéri de son créateur ? Elles peuvent sans doute être l’une ou l’autre, voire plusieurs en même temps. Le tout est de pouvoir toucher le spectateur qu’il soit voyant ou aveugle, entendant ou sourd. Cependant, il faut reconnaître que l’art ne touche pas tout le monde  : c’est aussi une question d’apprentissage. Pour sensibiliser, le moyen le plus efficace reste la médiation adaptée aux publics. «L’art dans dans tous les sens» souhaite contribuer à une nouvelle perception de l’art.

.5.


Moulage de mains Amélie Buhannic Plâtre Echelle 1

Occupant les poignées de portes et se glissant ainsi dans différents recoins de l’exposition, les moulages d’Amélie fixent dans le plâtre et en volume le mouvement d’une main qui s’ouvre et qui se ferme. Ce mouvement, décomposé en quelques étapes seulement doit permettre à l’observateur de reconstituer mentalement l’action de cette main.

.6.


The New Atlantis Florian Cohen acrylique au couteau, poudre de marbre , stylo, colle en pistolet

La vision d’une civilisation moderne, polluante et mégalomane, recouverte et anéantie par les forces de la nature. Cette toile devait à l’origine être éclairée par une lampe U.V. afin de chauffer à différentes températures les différentes surfaces colorées. L’utilisation d’une technique crue, et à l’aspect déchiré permet, sans décrire réellement une ville, de créer une impression d’urbanité. L’ossature du tableau, sa structure, est soulignée par un réseau de lignes réalisées à la colle, matériau incolore mais permettant de créer du relief. Ces lignes permettent de rendre plus lisible à la fois la déconstruction mais aussi l’enfermement.

.7.


Sans titre Florian Cohen acrylique et poudre de marbre sur toile, appliqués au couteau

Dans ce travail, la démarche de création de volume s’inspire de l’application de la suite de Fibonacci dans l’implantation des graines de tournesol. Nous sommes ici devant une formation mutante, dure, craquelée, et au sein de laquelle la géométrie naturelle apparaît complètement déréglée.

.8.


Bâton tactile Margaux Elsair Tube de PVC de 2m de long recouvert de différentes matières textiles et plastiques.

Cette réalisation en collaboration avec Virginie Barré était un projet de cours de sculpture de l’Ecole des Beaux-Arts. Elle trouve ici une place de choix puisqu’elle a pour but de proposer au visiteur une expérience tactile multiple. Les différentes matières se succèdent et provoquent des sensations chez le spectateur qui peuvent être famillières ou inédites.

.9.


Crazy toy Thibault Geay et Baptiste Ochlafen Cuivre et métal issu de récupération de moteur électrique 11 objets de 17 cm de diamètre

Cette installation se compose d’ assemblages de diverses pièces pour la plupart issues de moteurs explosés et assemblées à la manière de figures fractales, c’est à dire au hasard, par répétition géométrique en maille et pliage. Les assemblages sont abstraits et peuvent rappeler des constructions organiques et architecturales. Constitués de cuivre et de fer, ils combinent deux propriétés magnétiques distinctes qui vont permettre à l’énergie véhiculée par chacun des visiteurs qui les manipuleront, de s’accumuler et d’interagir avec celle les visiteurs suivants. Une pièce sonore structurée autour de 4 pistes, dont certaines à résonnance métallique, accompagne cet ensemble. Progressivement superposées avec un léger décalage (comme un canon), elles finissent par génèrer une sensation d’aléatoire et de créer une sorte de perte de repères. . 10 .


Calligraphie rouge Thibault Moreau Toile (voilage), peinture acrylique blanche, café, thé, vernis 5x2m

Une toile « à regarder, à sentir ... à manipuler» Peinte à l’aide de médiums alimentaires tels que le café et le thé, cette grande toile sollicite non seulement la vue mais aussi l’odorat. C’est ce qui fait sa particularité. Des disques colorés de quelques touches de peinture acrylique rouge animent la surface de l’œuvre. Le visiteur est encouragé à manipuler les outils de bois qui ont servi à peindre la toile.

. 11 .


L’Oie d’après Paul Gauguin Antoine Bovet

Bois, métal, papier peint, peinture, pâte à bois Format A3

Cette maquette est un outil de médiation créé pour le musée des Beaux Arts de Quimper en 2011 dans le but de permettre aux visiteurs d’appréhender cette œuvre non plus avec les yeux mais avec les mains. Elle représente l’Oie de Paul Gauguin. La découverte tactile s’accompagne d’une tablette légende en braille et d’un commentaire descriptif sonore. L’objectif est de permettre au visiteur non ou malvoyant de se créer une image mentale de la peinture, et d’appréhender par les sens ce qui échappe à la vue.

. 12 .


Sans titre

Solenne Galon Ensemble de trois toiles, peinture blanche sur toile et perforations

De fines perforations crèvent la surface immaculée de la toile et se répandent telle une contagion sur la surface lisse. La sensation rugueuse, et volontairement désagréable au toucher, traduit la recherche menée par Solenne sur la maladie, le rapport au corps et à la peau et ce qui est dérangeant en lien avec cela.

. 13 .


La Fourmi géante Gwennoline Brulard Grillage, fil de fer, rembourage acrylique pour coussin

Cette fourmi extraordinaire nous surprend d’abord par sa taille démeusurée. En équilibre sur ses longues pattes, elle semble hésiter à poursuivre son chemin. Son corps n’a pas la dureté ni la brillance sombre propre à son espèce mais se trouve au contraire recouvert d’une toison duveteuse et vaporeuse d’un gris clair. Cette oeuvre nous propulse dans un univers étrange dans lequel la fourmi pourrait abandonner sa carapace au profit d’un doux lainage et se moquer des moutons un instant, en dansant sur un carré de gazon.

. 14 .


Balade champêtre Bénédicte Hummel Papier, gravure laser Ensemble de 6 gravures format A3

La gravure au laser de tâches expiatoires numérisées au préalable permet de créer à même la feuille une subtile sensation de relief. Apporter du volume sur une surface sans y ajouter de matière, voilà un défi peu courant. Le toucher devient ici important et exacerbé. A travers cette expérience sensorielle inhabituelle, Bénédicte nous propose une promenade du bout des doigts à travers ces cartographies et paysages imaginaires et abstraits.

. 15 .


Thermoformage anatomique Elise Labelle Plaque de thermoforme blanche Format A4

Différents motifs de corps en relief s’enchevêtrent au sein de cette composition. Le but pour le visiteur est ici de deviner la nature des formes qu’il est amené à toucher.

. 16 .


Sans titre Elise Labelle Mousse et bas de nylon couleur chair, noués et cousus

Cette création est une sorte d’écharpe faite de petites rondeurs anatomiques juxtaposées et cousues les unes aux autres. Elle était destinée à être photographiée sur un corps afin de créer un trouble chez le visiteur. L’exposition est un bon prétexte pour inviter ce dernier à toucher et à apprivoiser cette oeuvre impertinente.

. 17 .


Ne pas toucher Clément Lefebvre de Plinval Toile sur châssis, peinture en volume 27,5 x 60cm

Ne pas toucher. Cette petite phrase si souvent entendue lors de visites au musée. C’est pourtant ce qu’il faut faire si l’on veux lire le message contenu dans cette toile puisqu’il est écrit en braille. Or le titre nous l’indique, c’est interdit. Mais nous sommes dans une exposition sensorielle. On nous y exhorte à toucher, à sentir. Alors touchons ! Oui mais... Lisez-vous le braille ? Non ? Alors vous voilà bien embêté pour comprendre cette toile. Quelle sera votre surprise lorsque l’on vous apprendra que la phrase écrite ici n’est autre que «Ne pas toucher». Jouant sur les mots et la forme Clément nous livre sa réflexion sur les problématiques liées à l’appréhension des oeuvres d’art pour les personnes défécientes visuelles et nous transporte pour quelques instants à leur place.

. 18 .


Moulage de visage Ophélie Noël Plâtre et bandes

Les mains plaquées sur les yeux, la bouche, les oreilles, trois visages s’offrent à nous, chacun privé d’un de ses sens. En référence aux trois singes, Ophélie livre ici son interprétation du thème du handicap sensoriel.

. 19 .


Polyèdre sonore Agathe Pamart Bois, métal, haut parleurs, fils, amplificateur, lecteur mp3

Véritable ovni technologique, ce polyèdre sonore se compose de 17 haut parleurs reliés à un ampli diffusant une onde infrabasse de 4 hz rappelant les battements d’un cœur mécanique. A la fois sonore et tactile cette pièce fait battre le coeur de l’exposition.

. 20 .


Remerciements L'équipe tient également à adresser ses sincères remerciements à Monsieur Philippe Le Stum, conservateur du Musée Départemental breton, pour le prêt des socles d'exposition et à Monsieur Cariou pour le prêt de la maquette tactile de l’Oie.

L'équipe organisatrice de l'exposition remercie toutes les personnes qui ont cru en ce projet et lui ont accordé leur soutien et leur aide tout au long du chemin. Un grand merci, avant toute chose, aux artistes-étudiants de l'Ecole Supérieure des Beaux Arts pour leur implication, leur travail, l'intérêt et la sensibilité qu'ils ont su porter au projet et à son organisation et qui nous ont permis de le mener jusqu'au bout.

L’Association des Chiens Guides de France nous a permis de tester nos œuvres et nous a soutenu dans notre initiative. Enfin, nous remercions Mme Delphine Accolat, directice du pôle Universitaire Pierre Jakez Hélias et Mr Jean-Marc Tanguy pour leurs soutien et leurs enthousiasme face à notre initiative et qui a accepté d'accueillir l'exposition au sein des locaux du pôle.

L'ensemble du groupe organisateur manifeste sa reconnaissance à la Mairie de Quimper pour la mise à disposition des salles d'exposition du Prieuré de Locmaria.

• Laura Bordron Antoine Bovet Gwennoline Brulard Amélie Buhannic Florian Cohen Margaux Eslair Solenne Galon Thibault Geay et Baptiste Olchafen Bénédicte Hummel Elise Labelle Clément Lefebvre de Plinval Thibault Moreau Ophélie Noël Agathe Pamart •

. 21 .


Créée en janvier 2011, Culture Connexions regroupe trois anciennes associations de l’IUP Métiers du Patrimoine de Quimper. Elle a pour vocation d’être la vitrine de cette formation. Pour cela, elle favorise la rencontre et crée un réseau entre les étudiants et les nouveaux professionnels de la culture à travers différents outils tel que son site internet. Culture Connexions est là pour impulser et développer des projets, des initiatives culturelles et fédérer ces nouveaux acteurs culturels en un réseau dynamique, soudé et avec un rayonnement local, voire régional. • Cette exposition a été réalisée par : Antoine Bovet Léa Bernard Charline Ithurriague Marie-Fanélie Jourdan Thibault Moreau Marie Quelen Membres de Culture Connexions et étudiants à l’IUP Métiers des Arts et de la Culture, Fabien Abgrall Graphiste, Quimper et Ophélie Noël Étudiante à l’Ecole Supérieure des Beaux Arts de Quimper • Cette exposition a été soutenue par le Conseil Régional de Bretagne sur une idée originale d’Ophélie Noël et Antoine Bovet. Crédit photos : Valentin Fougeray. Contact : lartdanstouslessens@gmail.com Suivez également l’actualité de l’exposition sur Facebook : www.facebook.com/lartdanstouslessens . 22 .


Catalogue d'exposition L'art dans tous les sens - Édition 2012  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you