Page 1

N°1

Parution : Novembre 2012

Une édition très spéciale de

rAdio Limoges, International……………………………p2 Greatest Pin Ups : The American Dream………...………p6 Les mots sont importants : populisme...…………………p7 rAdio Limoges, France………………………………....p8 And now……………………………………………..p12

1


rAdio Limoges, International ************************************************************************************************

Crise, guerres, famines, conflit israélo-palestinien… Heureusement qu’on a les catastrophes écologiques comme le réchauffement climatique et Fukushima pour nous réveiller du ronron de l’actualité, sinon on pourrait se croire dans les années 1970 ou 80…

C’est reparti ! Et c’est pas trop tôt ! Après le léger incident survenu au Japon à Fukushima (une broutille, trois fois rien : fusion partielle des cœurs de trois réacteurs nucléaires et important rejets radioactifs), les japonais étaient devenus – allez savoir pourquoi – un peu frileux sur l’utilisation de l’atome. Ils ont même bloqué la production d’électricité d’origine nucléaire sur l’archipel, rendez-vous compte ! Heureusement, tout est revenu dans l’ordre. Bien sûr, le site de Fukushima n’est pas encore sécurisé (pas avant plusieurs années nous dit-on – si tout va bien) et les compteurs Geiger ronronnent comme des vieux matous, mais au moins, la production d’électricité

d’origine nucléaire a repris au printemps 2012. C’est ça qui compte, non ? Vive la relance !

Le revoilà ! Et c’est Jimmy Carter qui est triomphalement réélu à la présidence des Etats-Unis ! Heu… pardon Barack Obama. Où avais-je donc la tête ? Ces démocrates mous, au bout d’un moment, ils se ressemblent tous… Mais Barack est un peu plus remarquable : il me semble bien que c’est la première fois qu’un prix Nobel de la Paix s’est lancé dans une gigantesque campagne d’assassinats plus ou moins ciblés (dans la zone ‘Afpak’). A l’intérieur des Etats-Unis, il a essayé de mener une politique progressiste… sans trop de

Yes, we can’t !

2

succès. On retiendra surtout qu’il a démocratisé l’Assurance maladie (sans vraiment réformer le système de santé US). Ceci et son plan de relance à 700 milliards : c’est à peu près tout ce qu’il a pu accomplir avant d’être bloqué par le changement de majorité à la Chambre des représentants en 2010. Si il veut vraiment lutter contre la finance folle, comme il l’avait annoncé au début de son premier mandat, peut être devrait-il éviter de s’entourer d’anciens de Wall Street aux plus hauts postes (Tim Geithner, Larry Summers…). A l’étranger, c’est un mélange d’affabilité (voir de faiblesse – en face d’Israël) et de guerre High Tech… On suppose que c’est mieux que si c’était pire.


LA GUERRE C’EST LA PAIX

La chanson des plus très frais mais bien joyeux bouchers… Ça chauffe bien en Syrie : guerre civile ouverte sur fond de guerre froide réchauffée…

Cramé L’Irak, c’est cramé, les Etats-Unis vont se retirer d’un champ de ruine. Enfin, se retirer, pas tout à fait : ils laissent la plus gigantesque ambassade du monde à Bagdad – une ville dans la ville. L’Afghanistan, c’est cramé. Détruit mais pas réduit, le pays est hors de contrôle, malgré un investissement colossal. On peut dire que la seule victoire des Etats-Unis est ici d’avoir démontré qu’ils peuvent être ‘irrationnels’ – un de leurs buts. Accompli, sans doute. La Libye, attendons de voir…

Pour quoi faire ? Malgré leur rôle de gendarme du monde plus balèze que Chuck Norris, les Etats-Unis n’ont pas la côte… « L’équipe Obama est atteinte au moral. A Washington, personne ne s’attendait à un tel déferlement d’antiaméricanisme. » (le canard enchaîné, 19/09/12p3) Curieusement, les EtatsUnis sont assez mal vus dans pas mal de zones (Afghanistan, Iran, Syrie, Pakistan, Maghreb, Sahel, Somalie, Yémen, Nigeria… Sans parler bien sûr de l’Amérique latine, de la Russie…). Et la multiplication des zones d’affrontement entretient le ressentiment et l’entraînement des forces hostiles.

Ça chauffe Ça chauffe beaucoup au nord du Mali où les djihadistes internationaux (Aqmi, Ansar Dine, Mujao…) contrôlent un territoire grand comme deux France et demie. D’autant plus que ceuxci disposent d’une bonne partie des stocks d’armes fournies aux rebelles Libyens ainsi qu’une partie de l’arsenal de Kadhafi. Ça chauffe pas mal en Iran. Les Etats-Unis minaudent, mais fournissent à Israël tout le matériel (bombes anti-bunkers GBU-28 et ravitailleurs en vol) et l’argent nécessaire pour y aller… Ça chauffe sévère au Pakistan, ou les incursions et assassinats plus ou moins ciblés des EtatsUnis commencent à incommoder.

Non seulement la guerre n’est ni populaire (shocking !) ni efficace, mais en plus elle coûte très très cher. Et les formidables sommes engagées dans la guerre entretiennent la non moins formidable dette publique des Etats-Unis. Certains doivent tout de même y trouver leur compte…

3


EUROPE INC.

Retour de la dictature en Europe Dictature des marchés financiers, diktats de l’Allemagne, règles froides des technocrates… Comment vous la préférez votre dictature ? Y’en a presque pour tous les goûts en Europe. Et la carte s’allonge… Dictature, le mot n’est-il pas un peu fort ? On pourrait peut être parler d’une dictature molle (pour l’instant), mais les faits sont là : les marges de manœuvre des politiques nationales se sont considérablement réduites. Et quand les chefs d’Etat sortent quelque peu du rang, ils se font gronder comme des écoliers pris en faute. L’Europe est-elle nécessaire ? Sans doute. Etait-il sage pour les Etats nations de se défaire de pans entiers de souveraineté au profit d’une union non politique mais uniquement économique ? Ce n’est pas sûr, et de nombreux personnages ont émi des doutes sur cet agenda. « Loin d’être folles, les politiques mises en œuvre sont rationnelles. Et, pour l’essentiel, elles atteignent leur objectif. Seulement, celui-ci n’est pas de mettre un terme à la crise économique et financière, mais d’en recueillir les fruits, incroyablement juteux. Une crise qui permet de supprimer des centaines de milliers de postes de fonctionnaires (en Grèce, neufs départs à la retraite sur dix ne seront pas remplacés), d’amputer leurs traitements et la durée de leurs congés payés, de brader des pans entiers de l’économie au profit d’intérêts privés, de remettre en cause le droit du travail, d’augmenter les impôts indirects (les plus inégalitaires), de relever les tarifs des services publics, de réduire le remboursement des soins de santé, d’exaucer en somme le rêve d’une société de marché – cette crise-là constitue la providence des libéraux. En temps ordinaire, la moindre des mesures prises les aurait contraints à un combat incertain et acharné : ici, tout vient d’un coup. Pourquoi souhaiteraient-ils donc la sortie d’un tunnel qui ressemble pour eux à une autoroute vers le terre promise ? (…) Le Honduras a créé des zones franches où la souveraineté de l’Etat ne s’applique pas. L’Europe institue à présent des ‘sujets francs’ (économie, social) à propos desquels le débat entre partis politiques s’évanouit, puisqu’il s’agit de domaines de souveraineté limitée ou nulle. La discussion se concentre alors sur les ‘thèmes de société’ : burqua, légalisation du cannabis, radars sur les autoroutes, polémique du jour à propos de la phrase malencontreuse, du geste impatient, du juron d’un homme politique étourdi ou d’un artiste qui a trop bu. Ce tableau d’ensemble confirme une tendance déjà perceptible depuis deux décennies : la délocalisation du pouvoir politique réel vers des lieux d’apesanteur démocratique. Jusqu’au jour ou l’indignation éclate. Nous y sommes. » « Ne rougissez pas de vouloir la lune : il nous la faut » Serge Halimi, Le Monde diplomatique (07/11)

4

Comme Pierre Mendès France : « Si on bâtit l’internationale de la finance avant l’internationale du travail, de la production d’intérêt général, de la paix, le danger est que celle-ci ne se fasse que sous le contrôle et à discrétion de l’argent roi. » (Cité par Alternatives Economiques 10/12) Diplomatie Bien qu’elle se fasse régulièrement cracher à la gueule par Israël –les ambassadeurs ou envoyés sont retenus aux frontières et bien sûr toutes les infrastructures financées par l’UE en Palestine sont régulièrement réduites en miettes – l’Union Européenne a renforcé ses liens avec Israël, par la signature d’un accord portant sur une soixantaine de domaines (agriculture, commerce, diplomatie, transports, énergie…). (Fakir09/12p18)


salariale de la diplomatie européenne, dirigée par la charismatique Catherine Ashton.

Pauvreté Pas moins de 81 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté au sein de l’Union européenne (UE) selon l’institut Eurostat (chiffres 2010), soit environ 16,5% de la population. « L’étude publiée mi-décembre indique que près de la moitié de ces personnes – 42 millions – subissent des privations vitales (impossibilité de faire face au loyer ou au chauffage, par exemple). » (Fakir, 02/11)

« Le projet de budget 2012 qu’a présenté lady Ashton au début du mois aux eurodéputés est un arbre de Noël avant l’heure. Les mieux payés du service diplomatique européen, les ‘administrateurs AD14’, voient leur contingent s’enrichir de 39 nouveaux fonctionnaires. Leur salaire varie de 13200 à 15000 euros par mois. Le nombre des ‘AD13’, rémunérés entre 11.700 et 13.200 euros mensuels, grossit, lui, de 49 postes. Ajoutée à quelques autres ‘revalorisations’, cette inflation de gros salaires représente tout de même 7,5 millions d’euros supplémentaires (…) Sur un effectif d’environ 1.600 fonctionnaires, un bon tiers touchent plus de 10.000 euros par mois. Cela, bien sûr, hors prime d’éloignement, allocations familliales et avantages en nature, qui peuvent étoffer leur salaire de 10 à 30%. Avec une imposition à la source des plus douces, comme chacun le sait… » (le canard enchaîné, 21/09/11)

Croissance… …du chômage. « Le taux de chômage parmi les Vingt-sept s’établit en effet à 9,6% pour l’année 2010, avec 23 millions de chômeurs – soit une augmentation de 46% depuis mars 2008 (7,3 millions de personnes). » (Fakir, 05/11)

Sociale ? La Commission européenne a décidé en juin 2011 (décision confirmée en septembre) de diminuer (c’est peu de le dire !) ses programmes d’aide alimentaire aux citoyens les plus démunis.

Au sein de la rigueur ‘généralisée’, certains s’en sortent mieux que d’autres… Les bigots qui murmurent…

« Cette enveloppe tombera de 400 millions d’euros à 113 millions pour l’ensemble des pays, et de 78 millions à moins de 16 pour la France » (le canard enchaîné, 29/06/11)

…à l’oreille de l’Europe. La Commission européenne a mis en place un nouveau think tank en 2011 : le Groupe européen d’éthique des sciences et nouvelles technologies (GEE)

Plusieurs raisons à cette décision indigne : tout d’abord, la diminution des surplus de la PAC, puis la grosse colère de l’OMC (C’est pas juste : ‘there’s no free lunch’ !) et pour finir la rigueur généralisée – pour les pauvres !

Jusque là, rien de bien étonnant. C’est par contre, la composition du GEE, casté par José Manuel Barroso, qui soulève quelques questions : « Sur les 15 membres de ce machin, sept ont un lien étroit avec la religion (…) Problème : côté science, ce groupe ne compte qu’un seul représentant, et nul n’a de compétences en matière de nouvelles technologies. » (le canard enchaîné, 10/08/11)

Douceurs Pendant que les peuples européens avalent la pilule amère de la rigueur, les fonctionnaires européens s’offrent de petites gâteries. Un exemple en passant : l’hypertrophie de la masse

5


Greatest Pin-Ups ************************************************************************************************

#0 The American Dream

6


Les mots sont importants populisme ************************************************************************************************

Populisme… Populisme ! Bwwaaaahh ! Quelle saloperie ! Populisme… On pense tout de suite : propagande & chemises brunes sur fond bleu marine. Et les extrémistes sont bien souvent de fieffés démagogues, n’en doutons pas. Raison de plus pour faire bien attention au sens des mots. Et en l’occurrence, le Petit Robert nous dit : « Populisme : école littéraire qui cherche, dans les romans, à dépeindre avec réalisme la vie des gens du peuple » Ah bon ! ? « Populiste : partisan du populisme, inspiré par le populisme. » On se retrouve très loin, me semble-t-il, de l’appréciation générale de ce mot, plutôt péjorative … De quoi s’agit-il en fait ? Pendant longtemps la littérature, écrite par des bourgeois pour des bourgeois mettait en scène, devinez donc… des bourgeois. Il s’agissait généralement d’hommes de bonnes familles (ben oui, des hommes…) qui accomplissaient des destins héroïques ou vivaient la vie de bohême – rentiers. Et donc ces rentiers n’avaient pas besoin de travailler, ce qui leur permettait de vivre des aventures fabuleuses ou de créer de grandes œuvres. En même temps, on peut le comprendre. A l’époque (on parle en gros des 18e et 19e siècles) ce sont principalement les bourgeois qui savent lire. Ils avaient envie de lire les aventures de gens comme eux – mais plus intéressants. Ils n’ont pas envie d’entendre parler de travail, et encore moins qu’on leur balance à la gueule l’image de leur vacuité tranquille – ou la misère du prolétariat. Malheureusement, le peuple a appris à lire. Et encore pire : écrire aussi ! Et des auteurs bourgeois se sont même intéressés à lui – les salops ! Et ça a donné des auteurs comme Zola par exemple, qui s’intéressait au travail, ou des gens comme Dickens et Dostoïevski qui se sont intéressés, entre autres, à l’extrême pauvreté, ou encore à Orwell… On parle donc de l’entrée des « gens du peuple » dans la conscience collective (c’est cela l’écrit). Et ce sont les termes désignant ce mouvement littéraire et ses adeptes que l’on cherche aujourd’hui à faire passer pour des grossièretés. C’est rageant. Et il y a peu de chance que cela soit un hasard. Alors faites moi plaisir, la prochaine fois que vous utilisez (ou allez utiliser) populisme à mauvais escient, corrigez vous et parlez plutôt de démagogie – ce qui correspond mieux à l’idée reçue.

*

7


rAdio Limoges, France ************************************************************************************************

La vie en rose Si Belba le cave ne s’exprime plus sur le papier, mais a choisi de s’exiler sur la toile, c’est pour une seule raison : la victoire à l’élection présidentielle française de 2012 du candidat socialiste, François Hollande. On attend les chars chinois aux portes de Paris d’une minute à l’autre. Plus sérieusement, malgré des conférences dédiées, ce sont le social et l’écologie qui ont été les premières victimes du gouvernement. Ecologie Le nouveau gouvernement a fait de très nombreuses concessions (maroquins, circonscriptions…) au parti egologiste EELV, mais peu de concessions aux écologistes Dans les mois qui ont suivi son élection, il y a eu un conflit entre Bricq, la ministre de l’écologie, et Shell au sujet d’un forage au large de la Guyane – Bricq a été dégagée (le canard enchaîné, 27/06/12p3) Une interdiction plutôt molle des gaz de schiste récupérés par fracturation hydraulique, et la fermeture de Fessenheim (centrale nucléaire aux abois), voilà l’ensemble de la vision écologique de François Hollande. Social Du sang et des larmes. Gel des salaires dans la fonction publique, hausse d’impôt généralisée (pour une fois, les riches aussi sont mis à contribution. Yahoo)… Mr François Hollande a promis de traiter la faillite en bon père de famille. Les contrats douteux et juteux (et pourris) de la précédente

majorité, par contre, sont préservés. Comme celui du ‘Pentagone à la Française’ dans le quartier Ballard à Paris. Un éléphant blanc en pleine métropole, et impossible de s’en dépêtrer. (le canard enchaîné, 25/07/12p3) Et de nombreux contrats en partenariat public-privé signés par la précédente majorité – prisons, Palais de Justice, Grands travaux… Pour une efficacité douteuse et un coût délirant (la Cour des comptes s’en est émue). (le canard enchaîné, 04/07/12p3) Ainsi qu’un autre contrat odieux : le pacte de stabilité. Et sa fameuse ‘règle d’or’. Et encore une autre joyeuseté, pour la route : la diplomatie à la française est respectée. Dans les cent jours qui ont suivi son élection, M. Hollande a reçu : Mohammed VI, roi du Maroc ; le premier ministre du Qatar ; le roi Abdallah d’Arabie saoudite ; le roi Abdallah II de Jordanie ; le cheick Mohamed ben Zayed al-Nahyan, prince héritier d’Abu Dhabi et Hamad ben Issa al-Khalifa, souverain du

8

Bahreïn. Tous leaders éclairés de démocraties irréprochables. (le canard enchaîné, 14/08/12p3) Du côté des choses qui ne sont pas respectées, par contre, on trouve quelques promesses de campagne : comme le droit de vote des étrangers aux élections municipales, une proposition mise en avant par François Mitterrand en 1981 et François Hollande en 2012, mais sitôt enterrée dès leurs arrivées au pouvoir (le canard enchaîné, 04/07/12p8). Rendez-vous dans 30 ans ? Pour satisfaire à la règle du non-cumul des mandats (maintenant règle officielle au PS), Manuel Valls a quitté son poste de maire d’Evry en prenant son poste de ministre de l’Intérieur. Le geste aurait pu être beau, s’il ne s’était fait voter en partant un poste largement fictif de ‘conseiller municipal délégué’ pour un salaire pas vraiment fictif, 1700 euros net par mois. (le canard enchaîné 06/06/12p1) Oh, et le fait qu’il ‘délocalise’ des camps Gitans ne nous ravit pas.


Bravo la France ! Il y a en effet en France une belle bande de privilégiés. Il se trouve que ce ne sont pas forcement ceux que l’on nous désigne. Privilèges des parlementaires. La soupe est bonne. La rémunération de base (indemnité de base, indemnité de résidence, indemnité de fonction) s’élève à 5818 euros nets par mois. Auquel il faut ajouter 5899 euros mensuels au titre de l’indemnité représentative de frais de mandat (IRFM). Frais qui ne sont aucunement surveillés et qui servent parfois au profit personnel (Pour un « enrichissement oscillant entre 1400 et 200000 euros » sur cinq ans selon le 15e rapport de la commission pour la Transparence financière de la vie politique). A cela il faut encore ajouter 9138 euros par mois pour salarier des collaborateurs. Et, « à ce bon argent s’ajoutent quelques avantages en nature. Chaque député dispose d’un bureau au Palais-Bourbon. Pour les communications téléphoniques, il bénéficie d’un forfait annuel de 4200 euros, pris en charge par l’Assemblée. Pour leurs déplacements, les députés disposent de 40 billets aller-retour en avion entre Paris et l’aéroport le plus proche de leur circonscription. Plus, en guise de bonus, six billets allerretour pour la destination de leur choix en France métropolitaine. Tous bénéficient également d’une carte d’abonnement SNCF en première classe et d’un passe Navigo valable sur l’ensemble du réseau RATP.

Les plus rétifs aux transports collectifs préféreront le taxi parisien, avec un forfait annuel de 3400 euros, ou emprunteront l’une des 27 voitures avec chauffeurs mises à la disposition des députés ‘ordinaires’. Les huiles du Palais (vice-présidents, questeurs, présidents de groupe et de commission) ont droit, elles, à leur voiture et à leur chauffeur personnels. Soit 29 au total. La présidence, à elle seule, en a huit. Les députés les plus sportifs et les plus soucieux de la planète peuvent emprunter une des douze bicyclettes mises à leur disposition. » (le canard enchaîné, 12/09/12) A quoi il faut encore ajouter la ‘réserve parlementaire’ (130000 euros par tête de pipe, pour les ‘bonnes œuvres’ locales), des millions d’euros utilisés à discrétion dont nous reparlerons à l’occasion. La « machine à piston » Des machines à piston y’en a partout en France, des fois on pourrait nous prendre pour des Shadoks. Mais le champion, en ce moment, il semble bien que ce soit Le Comité régional de tourisme (CRT) d’Ile-deFrance. De l’aveu même du directeur général de cet organisme public, Jean-Pierre Blat : « dans 47% des cas, la présence des salariés est en lien avec des élus régionaux ou avec leur passé politique » (le canard enchaîné, 22/08/12p3) UMP, PS, Radicaux, Modem, PC, MRC, Verts… On fait de la place pour tout le monde : les effectifs ont été multipliés par 3 en sept ans (et les salaires oscillent entre 1600 et 11800 euros). Sans contrôle de l’action ni des dépenses.

9

Vacances Si vous ne connaissez pas personnellement de riches industriels ou financiers, ou encore quelque petit despote, pas de panique, il est quand même possible de prendre de somptueuses vacances au frais de quelque princesse… En travaillant pour l’Etablissement public d’aménagement du quartier de la Défense (Epadesa) par exemple. La Cour des comptes a mis son nez dans les affaires de l’Epadesa, et c’est pas triste : 3,7 millions de frais de déplacement et de représentation ! « de luxueux voyages effectués à Pékin, Shangaï, Venise, Singapour, Dubaï, Hongkong ou São Paulo. » (le canard enchaîné, 17/10/12p4) 41 personnes sur la Croisette, 18 personnes à Venise… Que faisait le contrôleur financier de l’Epadesa ? Il participait à chaque voyage. Armée mexicaine… … de France Si vous avez envie d’être cadre, c’est dans l’armée qu’il faut vous inscrire, c’est la Cour des comptes qui le dit : la « répartition des effectifs du ministère de la Défense traduit un taux d’encadrement élevé » (citée par le canard enchaîné, 05/09/12). Alors que les effectifs de l’armée diminuent de façon impressionnante, les places d’officiers supérieurs et de hauts fonctionnaires, elles, se multiplient. Et on en est aujourd’hui à un officier pour six sous-offs et hommes du rang !


NOS AMIS LES RICHES

La vie de nos très (très) chers amis les riches et les puissants. Puisque certains magazines se font des couilles en or sur la vie des pipoles, nous nous sommes dit : pourquoi se gêner ? Et aujourd’hui nous allons vous parler de deux Nonos aux parcours très différents.

Bernard Nonolt Bernard Arnault est formidable. C’est un pur produit de la France, à qui il doit tout et avec laquelle il conserve pourtant un rapport très particulier. 1981 : suite à l’élection du candidat socialiste , courage, fuyons ! Le jeune business man aux dents longues (mais qui travaille encore chez papa) part aux Etats-Unis pour fuir la dictature socialiste française. Il compte faire fortune làbas. Au bout de quelques années – et quelques échecs – il revient en France, où finalement la dictature socialiste se montre plutôt arrangeante avec les ‘entrepreneurs’ (les années fric sont en gestation). Et c’est en France que sa carrière décolle – grâce au gouvernement socialiste, qui lui lègue le groupe Boussac pour une misère. Le groupe est en faillite, mais comprend quelques perles (Dior, Le Bon Marché…). Et c’est à partir de ces pépites que Nonolt se bâtit un empire dans la distribution (Bon Marché, Carrefour…) et le luxe (LVMH, Hermès…) qui fera de lui l’homme le plus riche de France, avec une fortune estimée à plus de 16 milliards d’euros… 2012 : suite à l’élection du candidat socialiste, le désormais établi Nonolt s’exile… en Belgique. Alors bien qu’il affirme vouloir continuer à payer ses impôts en France, on peut se poser des questions sur les douceurs belges, droits de succession, etc. (sans parler des moules et puis des frites).

Nonod Lagardère Arnaud Lagardère est une de ces ‘forces vives’, un ‘frère’ (dixit himself) de Sarkozy. L’héritier d’un empire. Il fut une époque ou Arnaud Lagardère était déchiré par le doute. Il ne savait pas si il était incompétent ou malhonnête – il se préférait alors incompétent. Gloria ! Gloria ! Plus besoin de choisir, Arnaud peut avoir le beurre et l’argent du beurre. Qu’il soit incompétent et malhonnête expliquerait comment il a réussi à faire sortir son groupe du Cac 40. Pour une raison pas évidente à cerner (si vous trouvez une explication rationnelle, faîtes-nous signe), la France a tout de même fait pression pour que celui-ci préside le conseil d’administration d’EADS. Mais il sèche une grande partie des conseils d’administration (8 sur 12 en 2010) pour roucouler avec son mannequin de femme… « Soit dit en passant, Lagardère aurait tort de se préoccuper du conseil d’administration d’EADS. Malgré ses absences il a encaissé, en 2011, 130000 euros en tant qu’administrateur. Et, demain, même s’il ne préside aucun des conseils, il touchera 210000 euros par an de fixe. » (le canard enchaîné, 06/06/12)

10


Mais, et c’est bien là le signe de l’humilité de nos élites, un seul des yachts détenus par une personnalité française se place dans la liste des 100 plus grands yachts au monde : le Reborn (Toutes options, fauteuils léopard! inclus) de Bernard Tapie, acheté avec l’argent du contribuable français.

Cocorico ! Selon le ‘Global Wealth Report’ du Crédit Suisse Research Institute cité par Alternatives Économiques (11/12), la France est le deuxième pays du monde (derrière les Etats-Unis bien sûr) où l’on compte le plus grand nombre de millionnaires (en dollars) : 2,3 millions d’individus ! Youpi ! La France n’est malheureusement qu’au 7e rang mondial pour les ‘ultras riches’ (plus de 50 millions de dollars).

Mais d’autres, pour être moins gros, n’en sont pas désagréables pour autant. Nous vous avions déjà montré le Paloma de Vincent Bolloré (Belba le cave n°6 p29) charmant petit nid qui avait déjà séduit Nicolas Sarkozy. Depuis, Martin Bouygues s’en est payé un également – qu’il a fait construire : ‘Baton Rouge’. 62,5 mètres de bonheur pour 65 millions d’euros, c’est donné, non ?

Encore un effort, feignasses de pauvres ! Boat people Il y a de jolies barques en France. Et quelques yachts sympathiques également.

11


And now… ************************************************************************************************

… for something quite the same : CECI EST UN MESSAGE DANS UNE BOUTEILLE Retrouvez tout Belba le cave et de nombreux bonus (comme des pubs à vomir, Youpi ! J’ai honte) sur :

belba.canalblog.com Pour les courriers, lettres d’insultes, demandes d’embauches, lettres d’amour :

belbalecave@yahoo.fr À bientôt !

12

rAdio Limoges  

Une mini édition de Belba, vue de Limoges

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you