Page 1

N째698 du 20 Novembre 2012


Circulation(s) 2013. Festival de la jeune photographie européenne. Bagatelle Paris

Commémoration du 11 novembre Musée Carnavalet. Histoire de Paris

Arman Stepanian à la Galerie Nicolas Flamel

Van Eyck : un précurseur de génie. Musée Boijmans Van Beuningen de Rotterdam. Par Agnès Lecompte

Féérie par Joy de Rohan Chabot et Photographies par Gilles de Fayet à la Galerie Matignon Artcurial s’installe aussi à Milan

Pierre Clerc. Expositions Galerie Intuiti et Galerie Convergences. Paris

Michel Jouenne expose chez Leadouze

Lille, ville... Fantastic’que. Par Geneviève Guihard

Marie Laurence Gaudrat à la Galerie Francis Barlier

La mode parisienne au temps des Impressionnistes. Musée d’Orsay. Par Agnès Lec ompte

Rétrospective Joel Peter Witkin à la Galerie Jacques de la Béraudière. Genève

Canaletto : ses vues mythiques de Venise, au Musée Maillol Fondation Dina Vierny. Par Agnès Lecompte

André Bourié à la Galerie Saint Hubert. Lyon

Zura à la Galerie art fontainebleau

2

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


3

AGI N째 698 du 20 Novembre 2012


SANS CROIRE A LA VICTOIRE FINALE NOUS NOUS SOMMES BATTUS ET  NOUS AVONS VAINCU 

4

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Musée Carnavalet ‐ Histoire de Paris  La Mer à Paris   Lutèce devint Paris & Paris res tué  On croirait entendre le discours de La LIBERATION prononcé par DE GAULLE….sur Paris, place de l’hôtel de ville. Mais ce n’est pas le cas, nous allons juste rendre visite aux fantômes qui hantent la capitale et sur lesquels elle est bâtie.

 

5

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Conditions d’utilisation des visuels presse :

Presse écrite : la reproduction de 3 photographies de cette sélection est autorisée pour toute utilisation éditoriale portant sur l’exposition « Paris disparu, Paris restitué » et pour sa durée. Internet : la reproduction de 10 photographies en basse définition (72dpi) de cette sélection est autorisée pour toute utilisation éditoriale portant sur l’exposition « Paris disparu, Paris restitué » et pour sa durée. L’archivage des photographies au–delà de la durée de l’exposition, ou leur réutilisation dans un autre cadre est interdit. Hélas trois photos seulement sont autorisées à la reproduction, le reste de la représentation de la ville a été vendu par la France! Mais consolons nous puisque seule la presse écrite est soumise à cette restriction. Car l’exposition couvre des périodes bien plus vastes puisque même les bains romains son évoqués. Reconstitution des époques anciennes, particulièrement rare, cette manifestation fera date et rend le déplacement jusque dans la capitale particulièrement intéressant pour ne pas dire indispensable.

6

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


7

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Crypte archéologique du parvis Notre-Dame Directeur : Jean–Marc Léri Adresse 7, place Jean Paul II Parvis Notre-Dame 75 004 Paris Tél. : 01 55 42 50 10 Fax : 01 43 29 30 55 Site Internet www.crypte.paris.fr Aménagée en 1980 sous le parvis de la cathédrale Notre -Dame de Paris pour présenter les vestiges archéologiques découverts lors des fouilles réalisées entre 1965 et 1972, la Crypte offre un panorama unique sur l’évolution urbaine et architecturale de l’île de la Cité, coeur historique de Paris. En découvrant les bâtiments qui se sont succédé sur le site, de l’Antiquité au XXe siècle, le visiteur remonte le fil du temps. Visites - conférences : renseignements auprès du service d’action culturelle du musée Carnavalet Tél. : 01 44 59 58 31/32/56 Fax : 01 44 59 58 07 Action_culturelle-carnavalet@paris.fr

PARIS COMME VOUS  NE LE VERREZ  JAMAIS ! 

8

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


UNE INTRODUCTION AUX METAMORPHOSES PARISIENNES L’exposition s’ouvre par une section destinée à faire comprendre au visiteur l’évolution du site de Paris à travers une présentation de la géographie du territoire, des conditions environnementales et du développement de l’implantation urbaine. Depuis les premières occupations du site de Paris, les hommes ont profondément transformé sa morphologie originelle. L’île de la Cité, coeur de la ville, résulte de ces transformations : modelage des berges de la Seine et regroupements des îlots.

L’aménagement du site et le déploiement de la ville

Trois maquettes présentent l’état naturel du territoire et son évolution sous l’empire Romain et au Moyen Age. Réalisées en 1980 pour l’inauguration de la crypte, elles reflètent l’état des connaissances de l’époque et sont aujourd’hui complétées par des cartes qui introduisent les connaissances acquises depuis sur les évolutions de Paris durant l’Antiquité et le Moyen-Âge. Structuré par les lits de la Seine, la Bièvre et par les monts environnants, le site naturel a progressivement été remodelé pour accueillir les occupations urbaines successives. Lutèce, nom de Paris durant l’Antiquité, est fondée sous le règne de l’empereur Auguste, à partir du sommet d’une colline, la Montagne Sainte-Geneviève. Certaines rues du Paris actuel reflètent la topographie de l’époque romaine à l’image des boulevards Saint-Michel et de la rue des Ecoles correspondant aux anciens cardo et decumanus. La ville romaine a subi de profondes modifications entre le IIIe et le IVe siècle de notre ère, au moment des premières invasions germaniques (construction des remparts et des thermes). 3 Au XIIe siècle, la capitale politique, économique et religieuse du Royaume de France est jonchée de bourgs, installés sur les monceaux de part et d’autre de la Cité. La rive droite concentre les activités artisanales et économiques et la rive gauche, l’agriculture et l’enseignement. Une immense enceinte protectrice est édifiée sous Philippe Auguste de 1190 à 1213. Dès son sacre en 1364, Charles V abandonne le palais de la Cité pour le Louvre et fait édifier rive droite, une seconde enceinte pour protéger les nouveaux faubourgs de Paris. La dernière maquette du parcours restitue la morphologie de Paris à la fin du XIVe siècle.

9

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


De l’imagerie fantasmée aux premières restitutions scientifiques

nées depuis le XIXe siècle et qui se poursuivent encore aujourd’hui.

En corolaire de cette présentation du site géographique, l’exposition présente une série de reproductions du Paris ancien qui résultent à la fois de la vision imaginaire de la ville et des premières recherches scientifiques sur son passé.

Le rempart du IVe siècle après J.-C.

Les écrits antiques et médiévaux ont longtemps été les uniques sources des historiens de Paris. Dès le XVIIe siècle, les grandes découvertes archéologiques en Italie et en Grèce ont donné corps à leurs théories et permirent le développement d’une imagerie plus fantasmée que réelle. L’engouement pour ces représentations du passé perdure au XIXe siècle et se concentre plus particulièrement sur la période médiévale, qui devient alors source d’inspiration pour la littérature et certaines de ses grandes figures, dont Victor Hugo. En parallèle, se développe une veine plus scientifique portée notamment par Theodor Hoffbauer, architecte-dessinateur qui a réalisé une encyclopédie visuelle de l’histoire de Paris à travers les âges à l’aide de documents photographiques, de témoignages archéologiques et historiques contemporains dont le visiteur pourra découvrir quelques exemples. Liées à l’état des connaissances scientifiques de son époque, ses restitutions proposent parfois des visions faussées dont les erreurs ont été révélées par les différentes campagnes de fouilles archéologiques me-

La visite se poursuit par la mise en va-

leur d’un des principaux vestiges de la Crypte archéologique témoignant de la configuration de la ville à l’époque romaine : le rempart du IVe siècle. Construit pendant la période troublée des premières invasions barbares, il assure la défense de l’île de la Cité devenue le centre de Lutèce. Les élites municipales ne prennent plus en charge le fonctionnement de la ville qui connait une restriction de sa superficie passant alors de 100 à 25 hectares. L’île de la Cité devenue le centre actif de la ville est fortifiée à partir de 308 avant J.-C. Un dispositif au sol permet au visiteur de discerner le tracé de ce rempart. L’accompagnement muséographique retrace la découverte lors de fouilles archéologiques au XIXe et au XXe siècles ainsi que les recherches et les essais de restitution entrepris ensuite pour en retrouver la forme et le périmètre. 12 Crypte archéologique du parvis de Notre-

10

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Crypte archéologique du parvis de Notre-Dame Les pierres de remploi A la fin de l’Antiquité, la rive gauche continue d’être habitée mais certains quartiers sont désertés. Les grands monuments sont désaffectés et réoccupés à des fins domestiques ou détruits ou récupérés. Dans la ville close, insulaire, le recours aux remplois est systématique ; les blocs se comptent par centaine. C’est ce que nous révèle l’archéologie ; les bâtiments du IVe siècle – basilique, palais, rempart, thermes – sont érigés sur et avec des pierres prélevées sur la ville de la rive gauche. La pratique du remploi a permis de connaître les habitants de Lutèce à travers leurs inscriptions funéraires ainsi que les décors sculptés des monuments et des mausolées. Aujourd’hui, l’essentiel des collections de lapidaire parisien des musées Carnavalet et de Cluny proviennent de l’île de la Cité, plus précisément du rempart et de trois monuments : la basilique, le «palais» et les thermes. C’est dans les fondations du rempart que le plus grand nombre de blocs de remploi a été recueilli. Quelques exemples de ces pierres sont présentés en regard du rempart du IVe siècle. Une série de reconstitutions en 2D et 3D permet au visiteur de se représenter l’allure des bâtiments de Lutèce au Bas et Haut Empire. LE QUAI ROMAIN DU PARIS MÉDIÉVAL AU PARIS MODERNE Autrement dit le Musée nous ouvre les portes sur toute l’évolution de la cité Romaine à la Capitale de la France.

12, rue du Cloitre Notre‐ Dame   1898   Paris Musée Carnavalet 

11

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


12

AGI N째 698 du 20 Novembre 2012


13

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


DU PARIS MÉDIÉVAL AU PARIS MODERNE

14

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Van Eyck : un précurseur de génie par Agnès LECOMPTE

Cette exposition ne montre que 5 tableaux (panneaux sur bois) et 2 miniatures de ce grand peintre (vers 1390 -1440), ce qui constitue le quart des œuvres qui lui sont attribuées et qui font partie des collections dans le monde. Cependant, près de 100 chefs d’œuvre de cette époque complètent la théâtralisation de cet événement rarissime, étant donné la difficulté de réunir des réalisations très fragiles datant du quattrocento et le coût de l’opération. Ce sont des sculptures, toiles, pièces d’orfèvrerie ou dessins provenant d’artistes de cette période marquée par un véritable renouvellement sur le plan artistique, ces éléments permettent de préciser de quelle manière ce maître a transformé la représentation un peu moyenâgeuse du réel en usage en ce temps-là et quelles furent ses sources d’inspiration. En effet, la peinture étant alors principalement religieuse offrait des fonds dorés byzantins, or Van Eyck traite ses sujets de façon résolument moderne, que ce soit pour les portraits ou pour ses exécutions mettant en scène l’histoire sainte. Il innove non seulement grâce à sa technique d’un grand raffinement, mais aussi pour le rendu des visages qui deviennent beaucoup plus humains sous son pinceau, moins archétypés, la douleur des personnages au pied de la croix dans la « Crucifixion » a beaucoup d’authenticité dans son illustration. Les paysages en arrière plan préfigurent également le modernisme qui se fait jour dans le domaine pictural, surtout ses architectures gothiques dans des tons sombres encadrant les silhouettes longilignes des sujets tranchent avec ce qui se faisait précédemment.

 

15

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Van Eyck : un précurseur de génie L’intérieur des églises est brossé dans des couleurs brunes et beiges, de même que les vêtements, ce qui contribue à cette approche novatrice de la vision, ainsi les deux parties de son « Annonciation » s’opposent aux teintes pastel de celle des Frères Limbourg, il en est de même en ce qui concerne leur conception, quant au modelé et au gestuel des figures, ils sont très éloignés des pratiques antérieures. En particulier, ce génie se sert de la lumière « pour donner aux corps du volume, pour créer des ombres » comme l’indique Friso Lammertse, commissaire de l’exposition, tout ce qui semblait figé dans les productions passées prend vie, on peut dire qu’il est le précurseur du réalisme dans la création, donnée qui va prendre toute sa dimension à la Renaissance. Les échanges se multiplient en ce XV° siècle, et on a là un aperçu de ce qui émergeait à ce moment en matière d’art aux Pays-Bas, Belgique, Allemagne, et pour la France en Bourgogne. A noter la restauration, spécialement pour cette occasion, des « Trois Marie au tombeau » par les frères Van Eyck, le Musée Bojimans Van Beuningen en est le propriétaire, il est d’ailleurs le seul en Hollande à posséder un ouvrage portant ce nom prestigieux.   Des mesures de conservation ont évidemment été entreprises, l’examen minutieux a permis de constater que le Christ faisait partie de cet ensemble, mais Il a disparu quand un bandeau a été scié sur la droite. Du 13 octobre 2012 au 10 février 2013 Musée Boijmans Van Beuningen Museumpark 18-20 NL 3015 CX Rotterdam Tel : (0) 10 44. 19 400 www.bojimans.nl info@bojimans.nl thalys@agencebonneidee.fr cohen@boijmans.nl

16

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


17

AGI N째 698 du 20 Novembre 2012


18

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


19

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


P i e r r e   C l e r c   Œuvres presque méta‐ physiques issues d’une  inspira on spirituelle ;  l’Ar ste laisse s’expri‐ mer son subconscient  pour formuler des  créa ons bien réelles.  

20

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


La flamme qui entretient chez PIERRE CLERC l’esprit de la création oscille au gré des vents parfumés qui soufflent sur ses souvenirs. Le passé resurgit pour enflammer le présent alors que ce présent fait d’illusions qui résonnent encore en lui, consume inexorablement tout ce qui fut sa construction intérieure et qui marquait ce qui fut fait. Chaque œuvre contient tout un passé dont les larmes se sont épuisées faisant rougeoyer des formes qui s’évanouissent en fumée, dégageant les parfums ocre de l’amertume. Regardez, fouillez, tout a un sens propre à l’artiste qui l’a composé en déchirant son âme sur le foyer de sa vie, celle de sa jeunesse que vont éteindre les regrets de sa vieillesse.   

21

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Certes le langage de Pierre CLERC 1919—1984 est tout à fait unique, il demande une traduction et ne se livre que difficilement mais il en fut de même pour nombre de musiques au travers des ans. Pierre Clerc écrit ses œuvres pour lui-même dans un premier temps, puis invite les autres à le suivre dans son univers très personnel fait de sensations intimes tout juste dévoilées.

22

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Pierre CLERC nous fait penser aux premières représentations du Boléro de RAVEL qui fut abondamment chahuté et sifflé, à la différence que Ravel utilisait un langage commun aux origines primitives des rythmes inscrits dans le gène des humains depuis toujours. Pierre CLERC utilise quelque chose de plus intime, de source personnelle, et qu’il faut découvrir en quittant notre monde pour se laisser capter par le sien. Exercice périlleux car chacun y introduit les éléments de sa propre expérience.

23

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Nous ne reproduisons pas les titres donnés par l’artiste car ils ont plus un caractère technique de fabrication alors que c’est les motivations cachées qui nous intéressent. Les titres sont les explications de l’intention de l’Artiste, les œuvres sont ses sentiments propres qu’il transpose ici dans un chat, là dans des personnages, ailleurs dans des Totems d’origines différentes.

24

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


• A propos de la galerie INTUITI Fondée en 2009, la galerie INTUITI est située au coeur du Marais, un quartier de galeries installées autour du musée national Picasso. La galerie INTUITI développe un programme composé d’artistes reconnus et de jeunes artistes internationaux émergeants. Galerie INTUITI, 16 rue des Coutures Saint Gervais 75003 Paris / www.galerie-intuiti.com • A propos de la galerie CONVERGENCES Au coeur du quartier du Marais, la galerie Convergences propose aux collectionneurs et amateurs, un choix d'oeuvres d'artistes du XXème siècle reconnus et parfois oubliés. Galerie CONVERGENCES, 22 rue des Coutures Saint-Gervais Paris 3ème

25

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


26

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


27

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Lille, ville… Fantas c'que    Un étonnant voyage au cœur du fantastique et de l'imaginaire met Lille et ses 71 villes partenaires de l’Eurométropole en ébullition jusqu'au 13 janvier 2013. Expositions, spectacles, performances d’artistes… tout l’univers du fantastique s’ouvre à tous, comme une entrée dans la 4ème dimension ! Depuis « Lille 2004 Capitale Européenne de la Culture », la ville se métamorphose tous les deux ans et demi, voire trois ans. La municipalité a toujours cherché à créer des événements festifs et culturels créant du lien entre les habitants de la communauté urbaine et même au-delà avec l'étroite participation, cette année, de cinq bourgades de la voisine Belgique.

28

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Lille, ville… Fantas c'que    Didier Fusillier, directeur de Lille 3000, très investi auprès de Martine Aubry, maire de la ville, a fait le choix d'inviter de grands artistes internationaux pour illustrer ce thème du monde fantastique. Le coup d'envoi, donné pour la Nuit Blanche, a mis Lille en émoi et donné le vertige. L'étonnant carnaval au goût d'antan, coloré, plein de folies, a honoré la ville et ses habitants très enthousiastes malgré le déluge de pluie lors de l'inauguration! Quelle chaleur humaine dégagée par ce peuple du Nord, tellement attaché à la fête !

29

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Lille, ville… Fantas c'que    …et le délire demeure : façades en trompe-l'œil de Pierre Delavie, la maison comme tombée du ciel tombée à le renverse de Jean François Fourtout, la soucoupe volante accueillant les passagers en gare de Lille Flandres, œuvre de Ross Lovegrove, un terrain de foot bosselé surréaliste conçu par Priscilla Monge et plein d’autres fantaisies artistiques. www.fantastic2012.com Tel : 06 28 52 30 00

30

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Lille, ville… Fantas c'que  Zoom sur quelques lieux d’itinérance fantastique au sein de l’Eurométropole A ne rater sous aucun prétexte, d’autant plus qu’un « Pass Journée » ou « Pass Saison » facilite les accès à tous ces lieux populaires dont beaucoup sont gratuits. www.lilletourism.com La Gare Saint Sauveur est le réceptacle du labyrinthe en carton ondulé de Michelangelo Pistoletto, fondateur du mouvement Arte Povera; un authentique train fantôme, objet forain par excellence de Sophie Perez et Xavier Boussiron donne des frissons, et puis le train qui siffle et gronde de Leandro Erlich…celui que l’on attendait plus dans cette gare désaffectée ! www.garesaintsauveur.com L’Hospice Comtesse dans le Vieux-Lille accueille Huang Yong Ping avec une étonnante arche de Noé. Certains animaux, mal en point suite à l’incendie de la renommée Maison Dayrolles à Paris, se retrouvent joliment mis en scène. La Maison Folie Moulins va présenter à partir du 7 décembre un cabinet de curiosités intimes, ou le bizarre émerge de l’accumulation de ces objets retrouvant pour l'occasion une âme…pour les amoureux de la récup ! www.mfmoulins.mairie-lille.fr

L’église Sainte Marie-Madeleine, appelée familièrement la Grosse Madeleine à cause sa silhouette trapue, fait découvrir dans son chœur, joyau de l’art baroque, une création interactive de Daan Roosegaarde, intitulée Lotus Dome. Au Tri Postal, l'exposition Phantasia où onze artistes se déchainent, tient le visiteur en dehors du réel et de l’ordinaire, tel Nick Cave dont les œuvres sont curieusement en étroite correspondance avec celles du peintre flamand Jérôme Bosch, exposées au Palais des Beaux Arts. L’humour, la facétie, l’énergie brute mais aussi la poésie de ces artistes percutent, amusent ou énervent... www.fantastic2012.com

31

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Lille, ville… Fantas c'que  Le Fresnoy-Studio national des arts contemporains est un lieu emblématique et exceptionnel, dédié à la création audio visuelle : photo, vidéo, cinéma, nouvelles technologies. Ouvert à Tourcoing en 1997, c'est une sorte de Villa Medicis high tech, un Bauhaus de l’image électronique Lieu de création actif refusant l’élitisme, il accueille chaque année une promotion de 24 élèves sélectionnés par concours international. Le site physique du Fresnoy intègre les bâtiments d’un ancien complexe de loisirs des années 1920 qui comprenait cinéma, dancing, patinoire, manège…Il raconte aujourd’hui des histoires de fantômes pour grandes personnes ! www.lefresnoy.net Le Lille Métropole Musée d’Art Moderne, d’art contemporain et d’art brut, baptisé LaM, à Villeneuve d'Ascq, avec sa remarquable exposition la « Ville Magique », offre une plongée dans différents mythes urbains de l’entre-deux guerres et raconte plein de contes fantastiques. La fine fleur de l’avant-garde photo et cinéma est représenté avec Brassaï, Eugène Atget, Fritz Lang, Murnau, Magritte... www.villeneuvedascq.fr La Maison Folie Hospice d’Havré, à Tourcoing, propose une exposition pleine de questionnements ! Intitulée XYZT, X horizontalité, Y verticalité, Z profondeur, T temps, quatre lettres qui décrivent le mouvement poétique et ludique … d’un point dans l’espace. On y laisse sa trace, et des brindilles de lumière épousent le déplacement de nos corps et gestes. A essayer à : hospicedhavre@ville-tourcoing.fr www.tourcoing.fr

A la Maison Folie de Wazemmes, science et fiction font bon ménage! Explorations spatiales, sorties dans l’espace, tous les fantasmes du 19ème siècle qui ont donné naissance à la science fiction, jusqu’aux inventions modernes de la science contemporaine comme certains robots, s'ouvrent à tous jeunes et adultes, fans de conquête spatiale. Le Palais des Beaux Arts de Lille, le Top du Top  Les chefs d’œuvre excep onnels de la peinture flamande exposés au  Palais ont certainement été la source d’inspira on pour « Fantas c »  et  le prétexte intelligent  servant d’assise pour développer  le thème  retenu. 

32

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Lille, ville… Fantas c'que  « Les fables du paysage flamand au XVI° siècle », titre de cette magnifique exposition, fait pénétrer dans le monde de la culture flamande, le symbolique, l'allégorique, monde gorgé de spiritualité, ouvrant sur des paysages cosmiques, peints par des Maîtres, ténors du pinceau, mais aussi par des anonymes flamands tout aussi talentueux. Jérôme Bosch, figure dominante de ce monde effrayant et poétique, montre bien le goût du 16ème pour la métamorphose. Ses paysages anthropomorphiques font surgir un double sens. Il fait voir autre chose que ce qui est montré, comme les peintres Bles, Brueghel et autres Anonymes. Leurs cheminements ne sont pas toujours fantastiques car dans les coulisses de leur pensée il y a cet invisible qui ose montrer brisures, maux, terreurs, tout en proposant des remèdes. Quand on pense à la peinture hollandaise du XVII° siècle, soit un siècle plus tard, décrivant des univers domestiques et la possession de biens matériels, l’écart est immense. www.pba-lille.fr Voici quelques temps forts, mais il y a aussi tellement d'autres lieux « fantastic'ques »… à découvrir sur : www.fantastic2012.com contact@lille3000.com Lille 3000 : 03 28 52 30 00 Les photos sont de Maxime Dufour Geneviève Guihard

33

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


34

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


LA MODE PARISIENNE AU TEMPS DES IMPRESSIONNISTES   par Agnès LECOMPTE    Cet événement très représentatif des cercles mondains et aussi du vécu de gens plus ordinaires à Paris au XIX ° siècle met surtout l’accent sur la période 1860 – 1880 à travers la peinture impressionniste, offrant ainsi une idée de ce que l’on portait sous Napoléon III, en particulier. L’élégance urbaine des femmes traduit assez bien leur style de vie, comme ces robes à crinoline qui nécessitaient des jupons d’acier, elles seront peu à peu remplacées par des tenues à queue ou plus courtes, moins incommodes. Cependant, volants, drapés, dentelles et passementeries continuent à les agrémenter tout en allongeant la silhouette, elles différent selon les moments de la journée, évoluant au gré des circonstances et devenant de plus en plus sophistiquées à mesure que le jour avance, pour les réceptions ou les soirées, la touche étant plus raffinée. On peut se procurer les cotonnades pour l’été, ou les effets plus simples, à demiconfectionnés et adaptés selon les désirs de la cliente dans les Grands Magasins, alors en plein développement, c’est le sujet du livre de Zola « Au bonheur des Dames ». Mais pour les costumes qui demandent un savoir-faire plus élaboré, à l’occasion d’un grand dîner, d’un bal ou destinés à une toilette de première à l’Opéra, toute l’habileté d’un couturier sera utile pour façonner un modèle au goût de la personne ou faire prévaloir une certaine originalité. Ce sont les détails qui participent à la production de l’image d’une dame souhaitant briller pour assurer son rang social, pour établir sa réputation de femme suivant la mode, soucieuse de révéler sa classe ou de marquer sa distinction, à noter, les créations du domaine de la haute couture réservées à des sorties exceptionnelles durent toute une vie.

35

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Les réalisateurs de cette exposition, qui va voyager notamment aux Etats-Unis, ont eu à cœur de livrer de la sorte un aperçu de la société de l’époque figurée dans ces tableaux d’artistes célèbres ; pour se faire prêter et réunir ces éléments vestimentaires d’une évidente fragilité qui craignent tout spécialement la lumière, les difficultés n’ont pas manqué. Ils complètent les scènes souvent brossées sur fond de paysages, qui montrent des personnages engagés dans des activités diverses ou leurs moments de détente, les attitudes des sujets ont un accent très moderne, et l’instantané, la prise directe sont privilégiés, de préférence à la pause. Les portraits d’une étonnante réalité sont confrontés à la cinquantaine de robes, d’accessoires et de chapeaux, qui donnent du corps à cette brillante manifestation artistique, ils sont emblématiques de la vie quotidienne sous le Second Empire et le début de la III° République. Ce panorama de l’art et des habitudes du temps, en terme d’apparence, se signale par son authenticité grâce au cadre assez familier dans lequel ces Parisiens appartenant à des milieux plutôt favorisés évoluent, le gestuel et le décor sont sublimés par la luxuriance des étoffes, outre la luminosité qui magnifie ces œuvres picturales. Du 25 septembre 2012 au 20 janvier 2013 Musée Orsay 62 rue de Lille 75343 Paris cedex 07 Tel : 01 40 49 48 14 www.musee-orsay.fr presse@musee-orsay.fr

36

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


37

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


38

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


39

AGI N째 698 du 20 Novembre 2012


40

AGI N째 698 du 20 Novembre 2012


41

AGI N째 698 du 20 Novembre 2012


42

AGI N째 698 du 20 Novembre 2012


43

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


44

AGI N째 698 du 20 Novembre 2012


CANALETTO : SES VUES MYTHIQUES DE VENISE   par Agnès LECOMPTE 

Sans doute héritier de l’expérience de son père, peintre de théâtre, Canaletto va mettre au point une technique originale pour réaliser ses « vedute », peintures de paysage, en effet ses vues topographiques de Venise doivent beaucoup à la chambre noire reconstituée pour l’exposition du Musée Maillol. Elle lui permet de capter, à partir d’une barque, les relevés et dessins préparatoires qui aboutiront à ses créations en atelier, le principe de la « camera obscura » est simple, il consiste à saisir, dans le miroir du dispositif de la machine, l’enfilade des façades dont l’artiste reproduit l’image sur son carnet de dessins. Ce document exceptionnel est présenté dans le cadre de cet événement, il est conservé depuis 1949 au Cabinetti dei Designi et Stampe des Gallerie dell’Academia à Venise, il contient plus de 500 feuilles de croquis, c’est en s’inspirant de ceux-ci, et avec une certaine liberté qu’il finalise ses œuvres.

45

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Le réel est partiellement métamorphosé dans cette opération figurée par une dernière étape : l’exécution sur la toile, toutefois le maître est aidé par son relevé préalable des noms de lieux, des monuments, par ses notes à propos des couleurs, ses mesures précises et indications au sujet des matériaux utilisés. En sorte que ses recompositions ont des accents d’authenticité qui séduisent l’œil, en donnant sa place à l’illusion, tous ces éléments ont édifié sa réputation qui n’a jamais connu d’éclipse au cours des siècles, même si Guardi en imitant son art est souvent plus apprécié des collectionneurs. L’impression est évidente de visualiser des tableaux scénographiques de la Venise du XVIII° siècle, d’être plongés au cœur de la Cité des Doges et des panoramas pittoresques représentés par le Grand Canal et les Palais qui le bordent.

Cela grâce à des perspectives merveilleusement restituées au moyen d’effets d’optique et de plans successifs, desquels ne sont absentes ni une dimension poétique, ni une approche incontestablement empreinte de modernisme. Du 19 septembre 2012 au 10 février 2013 Musée Maillol – Fondation Dina Vierny 59 – 61 rue de Grenelle 75007 Paris Tel : 01 42 22 59 58 www.museemaillol.com celine@observatoire.fr – eapprederisse@museemaillol.com

46

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


47

AGI N째 698 du 20 Novembre 2012


galerieartfontainebleau 9 , r u e d e s Tr o i s Ma i l l e t s - 7 7 3 0 0 Fontainebleau 0607061028 w w w . a r t f o n t a i n e b l e a u . n e t

48

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


ZURA Exposition du 10/11au15/12/201 première exposition personnelle de l'artiste géorgien Zura dans une galerie française.

ARTS GAZETTE INTERNATIONAL peut être très fière de vous présenter en avantpremière le peintre ZURA, « découverte » que nous révèle la galerieartfontainebleau Des œuvres absolument remarquables attendent le visiteur dont nous ne vous donnons ici qu’un très faible avant –gout. Des œuvres qui savent s’imposer et capter l’attention non seulement des regards mais de l’âme des visiteurs. Vaut le déplacement, à ne pas manquer.

49

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


50

AGI N째 698 du 20 Novembre 2012


51

AGI N째 698 du 20 Novembre 2012


52

AGI N째 698 du 20 Novembre 2012


53

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Pour nous c’est l’occasion de redécouvrir l’évolution d’un art du proche orient qui se frotte aux artistes arméno-européens par des regards qui sans délaisser les ornements orientaux rejoignent les descriptions figuratives modernes.

Cette exposition est organisée par Ali Jamshidi, artiste iranien, qui expose ses oeuvres mais qui promeut également celles de nombreux artistes iraniens. En 2005, il inaugure l’ouverture de la Galerie d’Art Shams à Téhéran. Depuis plusieurs années, il présente ses oeuvres et celles des artistes iraniens sur le marché national et international à Dubaï, Paris et Londres dans le cadre de ventes aux enchères internationales Christie’s, Sotheby’s et Millon. Il participe en 2007, à l’Exposition « Mowlana » (Rumi) avec sa série de tableaux «Mowlana’s wishes » à l’Unesco à Paris. Trois de ses toiles de la série « Siayeh Negari » (regard noir) ont été acquises par le Musée National d’Art Islamique de Malaisie. En avril 2011, il présente à Paris, l’exposition « Effect » réalisée par des peintres iraniens vivant en France. En 2012, il expose à Paris, le peintre iranien Afjei (calligraphie). Galerie Flamel 216, rue Saint Martin – 75003 Paris Horaires : Vernissage le 17 novembre de 18h-22h Exposition du 17 novembre au 28 novembre 11h-13h, 16h-19h

54

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Galerie Matignon

Féerie par Joy de Rohan Chabot La Galerie Matignon présente la nouvelle exposition de Joy de Rohan Chabot : Féerie. Miroirs, lanternes, paravents, vases, bougeoirs, appliques murales, tables et tabourets en fonte d’aluminium ou de bronze, acier, et verre, ornés de végétaux et d’animaux enchanteurs. Des créations fabuleuses dans l’esprit baroque contemporain. Pour accompagner ces œuvres, la Galerie Matignon a invité trois artistes à participer à cette exposition : Tobias Urell a créé des objets artistiques uniques, inspirés des cabinets de curiosités de la Maison Deyrolle, Gilles de Fayet a réalisé des photographies de paysages qui semblent tout droit sortis de contes de fée et Karen Lohier a conçu une création sonore qui plonge l’exposition dans une atmosphère de pur enchantement

55

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


56

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


57

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


58

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Un monde de fées nous entraine dans les plaines et dans les bois. Une nature primitive des temps anciens vient envahir le monde moderne et les objets comme les formes gardent les traces des forêts et des campagnes. L’univers primitif habille le monde moderne et fait une jonction qui survole les temps, faisant entrer dans les intérieurs de notre époque toute une élégance pleine de charme qui ne fait que nous démontrer les valeurs du gout transformant la nature en la libérant des âges et du présent.

59

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


60

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


61

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


62

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Photographies de Gilles de Fayet;  à voir GALERIE MATIGNON—18 avenue Ma gnon PARIS 

63

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Photographies de Gilles de Fayet;  à voir GALERIE MATIGNON—18 avenue Ma gnon PARIS 

Matignon 64

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Photographies de Gilles de Fayet;  à voir GALERIE 

MATIGNON—18 avenue Ma gnon PARIS 

65

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


Féerie par

Joy de Rohan Chabot

Le travail de cette artiste des arts décoratifs contemporains s’inscrit dans une longue tradition de l’art français inspiré par la nature. Mais son œuvre, originale et unique, ne se plie qu’à son propre projet de poétisation. Pour sa nouvelle exposition, Joy de Rohan Chabot s’est laissée inspirer par l’esprit des contes de fée. « FÉERIE » puise dans l’imaginaire fantastique des forêts enchantées. de merveilleux, ses nouvelles œuvres ont été créées dans l’esprit baroque contemporain. Tout en finesse et en délicatesse. Elles sont éditées en pièces uniques. L’utilisation brute de ce matériau a permis un effet matière qui retient la lumière et restitue l’aspect rugueux des formes qu’elle sculpte. Elle assure aussi la pérennité de son aspect. Plus léger que le bronze, l’aluminium lui a permis de créer des pièces suspendues et des appliques murales. Elle y a incorporé une nouvelle technique d’éclairage par LED (diode électroluminescente) de Sibylux. Dans une dominante de blanc et d’argenté, elle a créé des miroirs glacés enchanteurs décorés de branches sculptées, de stalactites de verre givré et de pampilles de verre transparent ; des lanternes abritant des hiboux de bronze ; des consoles branches décorées de feuilles de lierre ; des bougeoirs autour desquels s’enroulent des lézards ailés, étranges chimères aux couleurs chatoyantes; des tabourets-arbres rehaussés de coussins luxuriants ; des paravents de verre peints en forêts d’arbres secs, de champignons, ou de végétaux bleutés ; une nouvelle table aux papillons bleus; des appliques murales papillons ; des vases en verre peint inspirés de la forêt magique de Brocéliande… C’est à une visite au coeur de son univers onirique que nous convie l’artiste magicienne.

66

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


67

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


68

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


MARIE LAURENCE GAUDRAT 

69

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


70

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


71

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


72

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


JOEL PETER  WITKIN   Rétrospec ve 

73

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


74

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


75

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


76

AGI N째 698 du 20 Novembre 2012


77

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012


ART GAZETTE INTERNATIONAL Bimensuel Créé en 1994 pour couvrir le monde entier 20, rue Edouard Goerg 77930 Cély en Bière France tel: 01 64 38 00 17 Fax 01 64 38 07 12 E.mel: artgazette@orange.fr Site Internet : http://artsgazette.free.fr Objet: Art gazette Internatioonal (AGI) est basé sur la création d’une Revue dirigée et écrite par des journalistes ayant de nombreuses références comme Journalistes professionnels : Association des Journalistes du Patrimoine; Syndicat de la Presse et Carte d’Identité des journalistes Professionnels;

Rédacteurs en Chef Agnés LECOMPTE & Christian GERMAK

Technique Olivier GUENARD

Participent a la Revue Francine MUZEAU ; François ROUSSEAU ; Ilhem MADADI ; Wladek SOWINSKI : Geneviève GUIHARD Tous: Membres d’une ou plusieurs Associations de Journalistes. dont les Journalistes du Patrimoine, AJP. Membres du Syndicat de la Presse Artistique (fondé par St. Exupéry) ; du Press Club (section France); et carte professionnelle l.29673H6439 VOTRE ABONNEMENT est GRATUIT et PEUT être annulé sur la simple demande du Réceptionnaire Toutes les photos nous ont été fournies par l’a ste ou son représentant dans le but de re‐ produc on 

78

AGI N° 698 du 20 Novembre 2012

Arts Gazette International N°698 du 20 Novembre 2012  

Toute l'actualité de l'arts dans votre boite mail

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you