__MAIN_TEXT__

Page 1


6 - edito par patoche - photo Fernando Tavares

L’été touche à sa fin, bien qu’il nous reste 2 bons mois très cléments, les vacances se terminent pour beaucoup et il est l’heure de repartir travailler ou étudier. Une fois de plus, cet été aura laissé place à de nombreux évènements et à de très bons souvenirs souvent impérissables. Le bmx c’est ça aussi, créer des souvenirs à travers des situations, des rencontres et aussi des plans galères mais qui, au final, en font un mode de vie. Dans ce nouveau numéro, vous allez à nouveau voyager et rentrer un peu plus dans la vie de tous ces riders que vous suivez depuis si longtemps. C’est un peu notre rôle de vous informer des nouveaux pushers du moment et de vous relater chaque instant ce que toute notre équipe vit à travers le monde et ce, grâce à ce morceau de métal que l’on appelle bmx ! Des Xgames, au road trip, en passant par les Jeux Olympiques de Londres, nous vous souhaitons une bonne visite en notre compagnie.

Thiago Bby & Daiana Braga, Piracicaba, SP Brazil

As the end of the summer quickly comes, though we might enjoy 2 more months of a cool and pleasant weather, the vacations are over and it is time for many of us to get back to work or to school. The summer has been once again, a time where good events happened and unforgettable memories were forged. That is what Bmx is about I believe, creating memories over unknown situations, new people we meet, the good and the bad turning into a lifestyle. In this new issue, you will travel and step into the lives of all those riders you have been following for so long. It is our duty to inform you and to point out the new “pushers” of the moment, to tell the tales and stories of how we go through this world with this magnificent piece of metal that we now call BMX ! From the Xgames to road trips and the London Olympics 2012, we wish you the best visit possible by our side.

cover : Nasty, Worlds 2012, Cologne, photo C. VANHANJA


8 - programme photo c. VAN HANJA

10 12 14 16 18 20 22 24 34 38 42 46

rendez-vous shopping patocherie photo contest MY bike / Nicholi Rogatkin new pusher / Kevin Demeester maxi best-of / jack marchant photo / justin kosman travel / Jens Kahlström trip report / Gonzalo in Europe versus / STEFAN LANTSCHNER & MX behind the scene / THE HUNT

50 56 60 62 64 68 76 82 88 92 94 96

photo / Gabriel Higa report / PULL-IN West trip event / Brighton jam face / CONNOR LODES made / Todd lyons & Se bikes event / Worlds oldschool / Haro 80ies show spot / Serignan park racing / olympic games attitude / l’Encrerie face / Cyril Lapoirie event / X games

team haro from 80ies to 2012 : bob haro, brian blyther, dave nourie, mike dominguez, ron wilkerson

104 108 110 112 118 120 122 130 136 140 144 146

travel / Colombia flatland oldschool / Aggro Rag event / Fat Jam face / CatFish face / anthony jean jean event / voodoo jam photo / So Cal trip event / Finist’air show event / Urban plagne face / simone barraco travel / Viki aux Maldives event / kill the line


10 - rendez-vous 7-9.09 / XSA Backyard Jam / Russia 8.09 / Minnesota Faction BMX BBQ / USA 08.09 / RedBull Circle of Balance / Kyoto / Japan 08-09.09 / Lords of Dirt stop 2 / Sérignan / France 8.09 / Steet City Flatland Jam / USA 15.09 / 799 Crew Flatland Jam / Germany 15.09 / Summerjam 2012 Eindhoven / Holland 22.09 / NetBuilding FlatDance / Slovakia 22.09 / Open European Oldskool Peer / Belgium 22.09 / C3 Jam / Japan 22.09 / Nacional Flatland in Barcelona / Venezuela 29.09 / Milwaukee Flatland BMX BBQ / USA 22.09 / 2nd Open European Oldskool / Belgium 28.09 / King of Rhythm 2012 / USA 29.09 / El arte de volar Halfpipe Jam / Spain 29.09 / K124 Days / St Pierre Chartreuse / France 5-7.10 / Rebel Jam / Eurocamp / Spain 6-7.10 / FISE Xpérience #5 / Besançon, France 12-14.10 / Lords of Dirt stop 3 / Fréjus / France 13-14.10 / Texas Toast Jam 2 / USA 18.10 / DEV. Jam 2012 / Germany 20-21.10 / Oldschool trophy / Neuville sur Saone 20-21.10 / Overground Flatland Jam / Brazil 27.10 / Halloween Jam / Belgium 2.11 / RedBull Sky Lines / Paris 2-4.11 / Vibrations Urbaines / Pessac / France 10.11 / Trans Jam Stop 3 / USA 1.12 / Flat World Circuit Final / Berlin / Germany 8.12 / G-Shock Real Toughness Tokyo / Japan


12 - shopping Shadow Conspiracy autum dartmoor

ALIENATION total

obey

KHE

stay strong pull-in

proper

tsg proper

cult

proper

sony

khe bikes

profile

casio

gp-pro wrung

united

converse - PRO LEATHER suede

Converse Pro Leather est la première chaussure de basket moderne devenue connue du public en 1976. Sa notoriété ne tenait pas uniquement à sa longévité sur le terrain mais à la grande diversité culturelle qu’elle inspirait. Aujourd’hui, les baskets Pro Leather symbolisent l’expression créative de soi et la culture de la rue. Du sport à l’art en passant par la musique et la mode, la Pro Leather Suede est un hommage à la culture née dans la rue.

eastpak

Etnies - Ruben Alcantara signature shoes RVM T1

fuse


14 - patocherie par patrick guimez - photo Vanhanja

C est bizarre. L’été touche à sa fin et je suis encore tout blanc, hahaha ! Je crois que cette année, je me suis un peu trop laissé prendre par mes différents projets et j’en ai fini par oublier et laisser de côté la chose qui me tient le plus à cœur : rider ! Certes, je ne peux que m’en prendre à moi-même mais je viens de réaliser que je faisais trop de choses, trop souvent pour les autres et que je ne savais pas dire non. Je ne veux pas dire par là qu’il faut tout laisser tomber et ne faire que rider mais qu’il faut tout simplement laisser du temps pour tout et qu’une chose ne peut empiéter sur une autre, quitte à vexer des gens. Tout cela pour dire qu’au final, à trop vouloir en faire, on finit par s’oublier soi-même et surtout oublier les choses qui nous nourrissent le plus au quotidien. Si vous lisez ces quelques mots, ne pensez pas que c’est une incitation à ne faire que rider et se laisser vivre, mais plutôt une invitation à se remettre en question et à se fixer des priorités. Pour ma part, je vais revoir toute ma façon de voir les choses et surtout de faire les choses. Je pense que l’équilibre est bien trop important face au résultat qui au final n’est qu’une aliénation mentale lorsqu’on en veut trop. A présent et même si les choses prendront plus de temps, je veillerai à profiter du temps présent et non à regarder derrière moi ou même trop loin devant ! Adishatz !

podium du finist’air show

Strange how this summer ends and I am still as white as last january ! Hahaha ! I think that this year, I have drowned myself in too many projects, forgetting and leaving behind the thing I love most: Riding ! True, I can only blame myself, but I have realized only now, that I was doing too many things, often for other people, not knowing how to say no. I am not saying that I am going to suddenly drop everything, but that I have to make room for everything, specially what I need, even if it means facing a few tensions here and there. All I mean to say is that by trying to do too many things, one forgets himself as well as that things that feed him the most. If you are reading those few words, do not think that I am trying to push you to only ride and let everything else go, not is only a simple invitation to rethink the daily schedule and its priorities. For me, I have to rethink the things I do, but also the way I do things as I believe that my inner balance is more important to listen to than this mental alienation resulting from trying to do too much. From now on, even if it means that things will take a little longer, I will grow older enjoying the present moment instead of looking back or too much ahead.


16 - photo contest

Pour cette rentrée 2012, c’est le photographe Maxime Cassagne qui remporte la victoire avec une photo simple mais efficace. Son portfolio ne devrait pas tarder... Pour participer, envoyez-nous 2 à 3 de vos meilleures photos (en haute déf) en indiquant les infos utiles : rider, photographe, spot... Par email : info@artbmxmag.com

Maxandre Pillonel, whiplash one hand, Montpellier, Photo Maxime Cassagne


18 - my bike - USA par C. Vanhanja

Nicholi Rogatkin

Name / Nom: Nicholi Rogatkin Age : 16 City of residence : Lincoln, MA, USA Sponsors: KHE Bikes, Monster Energy, Kali Helmets, Meatfly Clothing, 34R, Woodward Camp Years riding / Années de riding : 11 Frame: KHE Maceto (Signature frame “swag” coming out soon) Bar: KHE Anchor

Grips: KHE Pyramid Brake Lever: 34R Fork: KHE Arsenic Front Rim: KHE BIg V Front Hub: KHE Astral Front Tire: KHE Mac 2 Dirt Back Rim: KHE Big V Spokes: 34R Titanium (Rainbow) Back Hub: KHE Greyhound Back Tire: KHE Mac 1.5 Park

Seat: KHE Pluma (Pluma Seat/Post Combination) Cranks: KHE Hindenburg Titanium Pedals: KHE Alpha What do you customize on your bike: nothing Tu customises quoi sur ton bike : rien What do you change the most : grips Quelle pièce tu changes le plus : les poignées What is your favourite part: titanium cranks Quelle est ta pièce favorite : le pédalier titane


20 - new Pusher - france photo florent delahaye

Kevin Demeester Salut Kevin, peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas? Bonjour, je m’appelle Kevin Demeester, j’ai 17 ans et je suis d’Abbeville.

Hi Kevin, could you introduce yourself to those who don’t know you ? Hi, my name is Kevin Demeester, I am 17 and from Abbeville (north of France).

Depuis combien de temps tu fais du BMX? 6 ans.

Since how long do you do Bmx ? 6 years.

Comment as-tu commencé? Quand j’étais petit, j’ai toujours aimé faire des cascades avec mon vélo et quand on m’a proposé l’activité BMX j’ai tout de suite aimé ça.

How did you start ? When I was a kid, I always loved to do stunts with my bike and when someone invited me to do some Bmx, I instantly loved it.

C’était au 80100 skatepark? Oui, c’est Yann qui m’a accueilli et j’ai rapidement pris ma carte d’adhérent.

Was it at the 80100 Skatepark ? Yes, it was Yan who welcomed me, I actually got my membership pretty quickly

Tu participes pas mal à l’asso 80100 du skatepark d’Abbeville ? Oui j’aime bien, on fait des démos (ce week-end, on était à la grande braderie de Lille) où l’on pratique l’initiation, ce qui permet de faire connaître le sport à d’autres gens.

You are today actively part of the 80110 association of the Abbeville park? Yes I like it very much, we do demos (this week end, we were at the Grande Braderie in Lille, North of France) where we invite people for initiations, which allows people to discover our sport.

J’ai l’impression que tu aimes bien les contests, c’est quoi qui te plaît? L’ambiance des contests car tout le monde s’entend bien et aussi, j’aime bien me mettre un petit coup de pression de temps en temps...

I have the feel that you like contest, what do you like in them ? The atmosphere of contests, that is what I love because you see everyone gets along, and I love to feel pressured from time to time.

C’était quoi le dernier? Cologne où j’ai fini 3ème en Masters.

What was the last contest ? Köln, I ended up 3rd at the Masters.

C’est quoi tes sponsors? Vans, EastProShop avec Proper et l’asso 80100.

Who are your sponsors ? Vans, EastProShop, Proper and 80100 Association.s

Des projets Kevin? J’aimerais bien faire mon service civil au 80100 skatepark.

Any project Kevin ? I would love to do my civil service a the the 80100 Skatepark

Tu veux en profiter pour remercier quelqu’un en particulier? Oui, grand merci à Yann pour son soutien.

Do you want to take this opportunity to thank anyone ? Yes, thank you Yann for all your support


22 - maxi best-of - Uk par patoche - photo C. Vanhanja

Jack Marchant Présentation Jack Marchant, 23 ans de Warehame, Dorset, Angleterre, 7 ans de riding. Sponso Unitedbikeco, Duffs shoes.

Presentation Jack Marchant, 23 years old, from Town Wareham, Dorset, England, riding for 7 years, sponsor United bike, Duffs shoes.

Top 5 des souvenirs sur ton vélo ? - Avoir mon premier vélo et sauter des courbes - Me faire des amis grâce au bmx - Ranger mon vélo dans mon sac pour mon premier voyage à l’étranger - Me qualifier pour la finale de ma première compèt dirt en pro (Bmx worlds 2009) - Me qualifier pour le Dew Tour et le faire en entier (avec une main cassée)

Top five memories on your bike ? - Getting my first bike and jumping off curbs. - Meeting friends through riding a bike. - Packing my bike in a bag to first travel abroad with my bike. - Qualifying for finals at first pro dirt contest (Bmx Worlds 2009) - Qualifying for Dew tour and making it through (with broken hand)

Ton top 5 des tricks ? - Inverts/360 inverts - nacs - turndowns - front flips - flairs

Top five tricks ? - Inverts/360 inverts - nacs - turndowns - front flips - flairs

Ton top 5 des spots que tu as ridés ? - Unit 6 (private warehouse) UK. - Rays Ohio USA. - Trails à Tosse, France. - Greenville, NC USA. - Petersfield trails UK.

Top five spots you ever rode ? - Unit 6 (private warehouse) UK. - Rays Ohio USA. - Trails in Tosse France. - Greenville NC USA. - Petersfield trails UK.

Top 5 des riders (toutes disciplines) - Luke Marchant - Ben Wallace - Chris Doyle - Mike Aitken - Kris Fox Top 5 des compétitions ? - Lords of Dirt.  - Kill the line.  - Rebel Jam.  - Bike Series Portugal.  - Vibration Urbaines Le top 5 des objets que tu emportes en voyage ? - Mon téléphone - Mon porte-feuille - Mon passeport - Mon vélo - Mon Macbook Contest, Jam ou session privée ? Jam/session Top 5 de tes destinations futures ? - France - Portugal - Espagne - Colombie - Etats-Unis Blonde, brune ou crâne rasé ? Blonde ou brune mais non, pas de crane rasé, haha ! Un dernier mot ? Celui qui ne fait jamais d’erreurs, n’essaye jamais de choses nouvelles. Quelqu’un que tu voudrais remercier ? Je voudrais remercier mes parents, mon frère, ma soeur, tous mes amis, Ian et Dean de United, Alex de Dufffs, Art Magazine pour cette interview et Patrick Guimez pour m’avoir soutenu pendant les trois dernières semaines. Je m’excuse auprès de tous ceux que j’oublie, vous vous reconnaîtrez !

Top five riders (all disciplines) - Luke Marchant - Ben Wallace - Chris Doyle - Mike Aitken - Kris Fox Top five contests ? - Lords of Dirt - Kill the line - Rebel Jam - Bike Series Portugal - Vibration Urbaines Top five things you bring during a trip ? - Phone - Wallet - Passport - Bike - MacBook Contest, jam or private sesh ? - Jam/session. Top 5 destinations for the close future ? - France - Portugal - Spain - Columbia - America Blonde, brunette or bold head girl? Blonde or brunette no bold heads, haha! Any last words ? Someone that never made a mistake, never tried anything new. Anybody to thank? Would like to say thanks to my parents, brother, sister, all my friends, Ian and Dean at United, Alex at Duffs, Art magazine for this interview and Patrick Guimez for putting up with me for these 3 weeks. Anyone else I have forgot, I’m sorry you know who you are!


Nicolas Bautista Fakie bar spin

LA CRÉMERIE

w w w.lacremeriebmxproshop.com


24 - photo - USA

Justin Kosman

mike aitken, salt lake city


chris gerber, flair x-up


colin mackay 360 whip

jim bauer


dakota roche

«Je suis photographe et producteur de videos. Je viens de Geneseo, Illinois. Faire du Bmx a, jusqu’à ce jour, été toute ma vie ! De rider des trails, aux courses de Bmx, des skateparks à la rue, le Bmx est ce qui a influencé toutes les décisions que j’ai prises jusqu’ici. Je suis plus qu’heureux et reconnaissant d’avoir la chance de travailler avec des riders et des marques sur des gros ou des plus petits projets. Chaque fois que j’arrive au travail, tout le monde est super excité d’être là et motivé par la même volonté de donner le meilleur de soi-même. Je me considère vraiment chanceux parce que je ne pense pas que ce soit une réalité que l’on retrouve souvent. En dehors du Bmx, j’adore faire du surf. Je dois dire que cela me donne la sensation de retrouver mon enfance, me replongeant dans le processus de quelque chose de nouveau à apprendre, en prenant le temps de faire des erreurs jusqu’a réussir à enchainer les bons moves. Rien n’est comparable à la sensation de s’envoler d’un quaterpipe sur mon 20“... C’est la meilleur sensation au monde.»


nastazio emulsion print

cory nastazio digging


tom dugan


hoang tran, turndown


gary young, emulsion

“I’m a photographer and video producer from Geneseo, Illinois. Riding BMX has been my whole life from riding trails, to racing, to skateparks and street. It’s been the backbone to everything I’ve done my whole life. I’m very grateful that I’m able to work with a lot of riders and companies on big and small projects. Every time I can show up for work and everyone is hyped to be there at that moment for one goal, I think I can be considered blessed because it’s not always like that everywhere else you look. Aside from BMX I do love to surf and it’s kind of given me that little kid feeling again of learning something new and making mistakes until you get something right. There is still nothing else like airing out a quarterpipe on your 20”- that’s the best feeling in the world.”


dillon llod, crank 180


34 - travel - suede par Mats Kahlström

Amongst Cannons & Concrete Par delà les canons et le béton. Parmi les 30 000 îles de l’archipel de Stockholm, vous trouverez vers le nord, l’île de Siarö. Gardienne d’un passé militaire d’un pays qui pendant les deux guerres mondiales du 20ème siècle fut un point stratégique de la défense suédoise, l’île de Siarö abrite une forteresse, mais surtout, à trois mètres sous terre, une structure qui avant d’être un musée fut un des points forts militaires de l’archipel. Un peu partout sur l’île, on peut trouver des canons, des tranchées et des points d’observation stratégiques, mais le plus intriguant reste cette structure sous-terraine qui, longtemps laissée à l’abandon, ressemble aujourd’hui à un tapis de béton, prenant la forme ici et là des pierres et des rochers. 88 ans après l’inauguration de la base de Siarö Fort, vous ne trouverez plus de militaires en poste attentifs aux mouvements de l’horizon. C’est un tout autre regard qui se pose aujourd’hui sur cette île depuis que quelques riders de la capitale ont découvert le potentiel immense de ce terrain d’entraînement unique. Alors que l’architecture rigide de Stockholm laisse les riders de 20 pouces perplexes, la possibilité d’un espace de béton à l’air libre où l’on pourrait faire même quelques sauts satisferait les plus difficiles.

An exploration into the Stockholm archipelago A century worth of history, blown 10 feet down into solid rock, filled with concrete and left to dry. As one of 30 000, it sits on top of a tiny island surrounded by many more. Scattered across are cannons, trenches and a handful of lookout-posts. Resembling a concrete carpet, it rolls gently over the underlying rock. Built on a small atoll named Graveyard Island, the military bastion Siarö Fort in the Stockholm archipelago in Sweden was long abandoned, left to decay. 88 years past its grand opening, soldiers no longer patrol the lines, scouting the horizon. Instead, a new pair of eyes has fixed its interest in this hidden gem. As the hard-cut architecture of Stockholm leave every 20-inch fan dreaming of the beyond, cruising out on the open blue and jumping ashore a concrete playground would satisfy even the pickiest for a while. A calm summer day with only a soothing breeze to reduce the mid-day heat. Aboard our sturdy 170hp watercraft a single bike is surrounded with bottles of water, tripods and a camera bag. We navigate the busy waterway at moderate speed, dodging cruise ships and sailboats. Approaching our destination, we steer towards the small jetty on the south side, lifting ashore bikes, gear and ourselves.


Jens Kahlstrรถm


Nous sommes un jour d’été calme, où seule une brise vient altérer la chaleur de la journée. Dans notre solide petit bateau, un seul vélo entouré de bouteilles d’eau, d’un trépied et d’un sac de camera. Nous naviguons tranquillement, doublant tout de même les bateaux de touristes et de pêcheurs. Arrivés à destination, nous nous rapprochons le plus possible d’une petite jetée sur le côté sud de l’île, portant à terre le vélo et le reste de l’’équipement. Des escaliers de béton épousant une pente plutôt sèche nous mènent jusqu’à la forteresse. Arrivés à la forteresse, nous nous retrouvons face à un groupe de touristes, glaces à la main, en pleine contemplation de l’horizon infini. Une forêt de grands pins dont le vert contraste avec le bleu de l’océan embrassent un silence pur. Quelques minutes de marche en plus nous permettent de rajouter une couleur au tableau: le gris qui, au premier plan parsème l’île sous la forme de mini terrains de béton, de murs, de bosses et de wallrides. Les morceaux de béton sont de construction sommaire et grossièrement polis comme de la peau par du papier de verre, ils commencent ici et là à s’effriter sinon à se fissurer. Une tranchée d’1m80 encercle un plateau, recouvert de feuilles, et parfois même de touristes allemands pointant leurs appareils photos vers le gris infini.

Narrow stairs lay the path, leading us away from the jetty and up towards the fortress. A few tourists eat ice cream, gazing towards the open horizon. Tall pines rise towards the sky, green in contrast with blue. Silence. A few minutes walk later adds another colour to the palette; grey. Stretching out in front, the concrete terrain forms small banks, hips and wallrides. It is rough and tightly cut. The coarse concrete polish like sandpaper on skin, the outer layers starting to flake and crumble. A six feet deep trench surrounds the open plateau, filled with leaves and the occasional German, pointing their cameras into an endless grey. Jens warms up, getting the feel. Iron air vents echo the sound of people below. Blown deep into the granite, Siarö Fort could accommodate 270 men with sleeping quarters, kitchen, storage, guns and ammunition. Today, soldiers are replaced with tourists. Starting of in a section resembling a snake-run, an inviting wallride catches Jens attention. Brushing away fallen fir needles, leafs and crumbled concrete, preparing his run, a small crowd forms looking curiously in our direction. It is a calm place to hang out. Light clouds patch the sky letting the sun peek through every now and then. Large cruise ships destined for various ports around the Baltic Sea drift by every hour, navigating the narrow corridor between the surrounding


Construite dans le granit, la forteresse de Siarö pouvait accueillir jusqu’à 270 hommes, leurs chambres, leurs cuisines, leurs quartiers, leurs armes, munitions et le reste de leur matériel. Jens s’échauffe, essayant de trouver ses marques dans l’atmosphère unique d’un vent quasi métallique rapportant les échos des touristes se trouvant quelques mètres plus bas. Jens commence par une section qui ressemble à un snake-run, puis c’est un wall ride qui attire son attention. Balayant les aiguilles de pins, les débris de béton et les feuilles, Jen est prêt à prendre un peu de vitesse, et c’est maintenant une petite foule curieuse qui s’est formée autour de nous. Avec les arrivées fréquentes de bateaux de visites, c’est de plus de touristes qui sont, appareils photos au poing, attentifs. La journée passe entre les moments de Bmx et ceux passés à scruter l’horizon devant les anciens canons de l’Armée Royale Suédoise. De sacrées pièces tout de même que je ne peux m’empêcher de prendre en photo. Jens est au rapport. Alors que la fin de l’après-midi se passe entre les pins qui jouent avec le soleil et les ombres, nous explorons les possibilités de figures jusque dans les tranchées rejaillissant vers la lumière de plateau grâce à quelques solides Footjam et Tailwhip. Un dernier move et nous plions bagages. Les touristes sont eux partis depuis longtemps. Après que Jens ait pris quelques minutes pour regarder un bateau passer au loin, nous redescendons vers la jetée, remplis d’avoir passé une jounée à rider sur une île loin de nos vies quotidiennes et pourtant si proches. Aucun de nous n’avait imaginé jusqu’à la possibilité de trouver un tel lieu aussi prêt de Stockholm. Cette forteresse abandonnée prématurément par l’armée, due à d’importants défauts de construction, semble aujourd’hui devenir le lieu idéal pour les riders de la capitale les plus éclairés. Une barrière psychologique plus que physique nous fait peut-être parfois oublier un point essentiel : l’exploration de nouveaux spots pour rider et pour développer nos qualités est importante pour garder une certaine créativité et une candeur qui sinon s’effacent. De nouveaux endroits sous-entendent de faire face à de nouveaux challenges et sans s’autoriser le droit aux erreurs nécessaires, on passe à côté de l’opportunité de réussir. Aujourd’hui j’ai réussi à vivre la meilleure journée d’été possible au bord de la mer, en ridant un nouveau spot, entouré de mes amis. Demain est un autre jour, qui je l’espère, sera aussi riche qu’aujourd’hui.

islands. More tourists show up, catching their attention, cameras up high. Kids running around, a playground for all ages. We enjoy a scenic view on top of the barrel from one of the two 6 inch cannons, placed on the island after serving as main armament on the Swedish Royal Navy battleship HMS Svea from 1884. A mighty piece, it would look good on photo, framed nicely towards the sea behind. Said and done, objective number two is clear, Jens eagerly reporting for duty. The tall pine trees start to shade the sun, now breaking free from its shroud of white. Shadows form, dancing its way over the dark grey, appearing and disappearing. Playing around on the plateau we also make our way down into the trenches, narrow and moist. Tight corridors are not suited for riding so we quickly escape the darkness, up towards the plateau once again. This time the echoing sounds flowing out from the air vets are mastered as Jens ascends the steel dome, celebrating his climb with a solid footjam tailwhip. With this final trick, we call it a day. The sun has started to fade and the tourists are long gone. Resting for a few minutes in a lonesome hammock, Jens imbibes the scenic view, watching yet another cruise ship sail by. Heading back towards the boat, we reflect on the fact that we have spent a day riding on an island so close to the city, yet so far away from our daily life. Hunting spots for 6 years in Stockholm, it never came to our minds that such a different location could be so close to home. Following the history of the fort, abandoned quickly due to poor quality of the construction, it seems that few riders from the capital have found their way out here. Mental barriers rather than physical might be a governing reason. Exploration of new places to ride and develop is important to keep the creativity and playfulness alive, but without allowing oneself the risk of failing, one misses the opportunities of succeeding. Today we succeeded, enjoyed a refreshing summer day out by the sea, riding a new spot with good friends company. Tomorrow is a new day, and hopefully it will be as fortunate as this one.


38 - report - europe By Luis Elías Benavides - photos peka deve & anna gorvits

Gonzalo Trip in Europe J’avais interviewé Gonzalo Bellanti, il y a quelques mois de ça par rapport à une sorte d’état des lieux de la scène Flatland en Argentine. Gonzalo est un rider extrêmement doué qui est capable d’un nombre de nouveaux tricks avec une facilité incroyable et un style déconcertant, il reste cependant quelqu’un de très simple. Il vient juste de faire un voyage en Europe pour réaliser un de ses rêves d’enfance: participer aux Bmx Worlds Master à Cologne... Allons voir ce que l’homme va nous raconter sur son rêve maintenant réalisé. Bonjour Gonzalo. La première question que l’on se pose est tout simplement, comment as-tu fait pour que ce rêve devienne réalité ? Où commencer ? C’est difficile de décrire ce qui fut les 21 meilleurs jours de votre vie non ? Tout commença en février lorsque Matias Armellin a émis l’idée sur facebook. Tout le monde était super emballé par l’idée de ce voyage. Au final, 7 d’entre nous ont réussi à rentrer dans la compétition, et pour ma part, voici comment. J’ai toujours voulu faire partie d’une compétition internationale, rencontrer des pro riders et des équipes venues de différentes villes. C’était mon rêve et je savais que j’y arriverai. Est-ce que des sponsors t’ont aidé pour t’offrir le voyage ? Ce fut assez difficile de réunir l’argent nécessaire pour ce voyage, n’ayant en effet aucun sponsor, ma famille et mes amis m’ont beaucoup aidé. Dès que j’ai eu les derniers dollars nécessaires au billet d’avion, j’ai sauté sur le téléphone pour prendre mon billet. C’est le 23 avril, j’avais mes tickets et pas une thune de plus. Donc j’ai tout recommencé en prenant un boulot, en faisant des shows et encore une fois avec l’aide de ma famille et de mes amis. J’ai même dû vendre deux trois trucs. J’ai commencé par chercher des gens qui m’hébergeraient dans les différentes villes d’Europe. Mon ami Julian Descaillaux avait un endroit pour moi à Madrid, Wouter Van De Linde m’a accueilli à Amsterdam, Renaud et Juliette, à Paris. C’était le plan, visiter tous ces endroits avec Julian. Comme nous ne pouvions pas faire le même voyage que les autres argentins qui se sont rendus aux Worlds, nous nous sommes retrouvés à Cologne. Quel pays as-tu visité et qu’est-ce que tu as préféré dans chacun d’eux ? Notre première destination fut Madrid. Après un vol annulé, un changement d’aéroport et d’horaire du départ, parce que le personnel de l’aéroport était en grêve, (oui ce genre de chose arrive tous les jours dans mon pays) et un long vol de 12 heures, je suis arrivé à Madrid le 28 Juin. J’avais peur d’avoir des problèmes en raison des conflits politiques entre l’Argentine et l’Espagne, ils ne laissent pas tous les argentins entrer sur le territoire, mais tout s’est mieux passé que prévu. Julian et Carlos sont venus me chercher à l’aéroport. J’ai rattrapé mes heures de sommeil et nous sommes allés rider dans la ville. Madrid est magnifique ! Malgré une chaleur insoutenable et une sécheresse impressionnante, nous avons eu la chance de rider tous les jours avec les locaux. A chaque session, j’avais l’impression d’être à une jam. Des supers vibes de la part de tout le monde, on a pris pleins de photos et de vidéos (voir Flatmad Summer video d’Alarito). Nous sommes aussi allés à une fête de ouf dans les rues, nous nous sommes retrouvés coincés dans une station de métro à 4 heures du mat et avons fait des shows dans les rues pour un peu de thunes... C’était génial ! Ensuite, ce fut Amerstdam, le 1er juillet. Mon ami Wouter est venu me chercher à l’aéroport. Je ne l’avais jamais rencontré parce qu’on est devenu potes sur internet, donc de le voir en vrai a été presque choquant pour moi. Nous sommes allés à son appart, avons préparé nos vélos et sommes partis pour une visite de nuit. Le lendemain, nous sommes allés au célèbre Lido Spot. Peu à peu, des riders ont commencé à arriver. C’est une super session ! On nous a demandé de passer à la télé pour un show. Le voisin de Martti Kuoppa qui passait dans le coin est venu nous parler... Tout le monde était vraiment super accueillant. Nous avons passé une semaine à Amsterdam, à rider et visiter les monuments de cette ville magnifique. Dez Maarsen nous a invité pour une session chez lui à Haarlem. Et je peux vous dire que son spot est parfait ! C’était super d’être là-bas. Amsterdam est une ville à couper le souffle. J’étais surpris du nombre de vélos que j’ai pu voir, et le fait que cela ne posait aucun problème, je dois dire que ce fut ma ville préférée du voyage. Après cette semaine de fou à Amesterdam, Paris m’attendait. Renauld nous attendant à Gare du Nord. Il nous avait même trouvé un local pour ranger nos vélos et des cartes sim pour lui envoyer des textos gratos. J’étais déjà venu en 2009, je connaissais donc déjà la ville et ses musées mais Julian n’était jamais venu. Je pense que c’est impossible de ne pas tomber amoureux de Paris. On s’est vraiment beaucoup amusé en faisant des sessions vers la célèbre Place de l’Opéra avec tous les parisiens. J’ai aussi réussi à faire une session avec des riders près de Bastille. J’ai appris des nouveaux tricks au spot des Invalides, et ai fait une session photo sous la tour Eiffel avec Alain Massabova ! Le dernier jour, on a dû prendre un bus à 5 heures du matin et prendre un train pour Cologne. Nous nous sommes perdus, avons loupé le bus, cherché un taxi, mais aucun

I interviewed Gonzalo Bellanti some months ago for the report of the Argentinean flatland scene. Gonzalo is a gifted rider who can learn many tricks with an incredible ease and style, yet he is a very down-to-earth person. He just went on a trip through Europe to fulfill one of his dreams: to compete at BMX Worlds Masters in Cologne. Let’s see what the man himself has to say about his dream… Hi Gonzalo. Could you tell us how did your trip through Europe become a dream come true? Okay, where to begin. It’s really difficult to put in words the best 21 days of your life. It all started on February when Matias Armellin posted the idea on Facebook. Everybody was really hyped about this trip. In the end, 7 of us made it to the competition, and here is my story of how it was. I’ve always wanted to go to an international competition, to meet the pro riders and the crews from different cities. It was my dream. So I knew I had to make it. Did you get any kind of sponsorship to afford your trip? It was really hard to get all the money for the trip as I didn’t have any sponsors but my family and friends helped me a lot with that. As soon as I got the last few dollars for the plane ticket I picked up the phone and booked my flight. It was the 23rd of April, I had my plane tickets, but no money left. So it all began again, work, shows, support from family and friends and I even had to sell some stuff. I started to look for people to host me on different countries. My friend Julian Descaillaux got a place to stay in Madrid. Wouter Van der Linde hosted us in Amsterdam. Same with Renaud and Juliette in Paris. So that was it, those were the places we were going to visit with Julian. Unfortunately we couldn’t make the same trip as the other guys from Argentina, but we ended up meeting in Cologne for the contest. What countries did you visit and what was the best thing of each of them? Our first destination was Madrid. After a cancelled flight, a change of airport and departure time because airport workers were on a strike (yeah, this kind of things happen every day in my country), and a long 12-hour flight I made it to Madrid on the 28th of June. I was very afraid because there have been some political conflicts between Argentina and Spain and they were not allowing Argentinian people to get in their country, but everything went better than expected. Julian and Carlos picked me up at the airport, we caught some sleep and then we went to pedal around the city. Madrid is amazing! Despite the extremely hot and dry weather we managed to ride every day with the local riders. During all the riding sessions I felt like I was riding at a Jam. Very good vibes from the guys over there, we took a lot of pictures and videos (See the Flatmad Summer videos from Alvarito). We also went to a crazy party in the streets, got locked in a metro station at 4 AM, and made some street shows for money… It was all amazing! Then it was Amsterdam. 1st of July. My friend Wouter picked us up at the airport. I had never met him before; we became friends on the internet, so seeing him there was shocking for me! We went to his apartment, put our bikes together and went for a night city tour with him. The following day we went to the famous Lido Spot. Little by little the local riders started to come. It was an amazing session! We were asked to be on TV for a show, Martti Kuoppa’s neighbor walked by and started to talk to us... Everybody was really friendly over there! We spent a whole week in Amsterdam, riding a lot and sightseeing the beautiful city and girls with the riders. Dez Maarsen invited us to ride at his home spot in Haarlem one day. All I can say is that his spot is PERFECT. We had an amazing time over there. Amsterdam is a breathtaking city. I was amazed by the amount of bikes we saw over there and by the fact that everything works perfect! I’ve got to say it was my favorite city of the trip. After an amazing week in Amsterdam, Paris was next. Renaud was waiting for us at the Paris nord train station. He even got us a storage room to leave our bikes and a French SIM card so could text him for free! I’ve already been in Paris in 2009 so I knew the city and the museums, but Julian didn’t. So I spent a lot of time alone, taking pictures and getting lost in the city. I think it is impossible not to fall in love with Paris. We had some intense and fun riding sessions at the famous Opera spot with all the Parisian crew. I also managed to ride with some street riders at La Bastille, learn some new tricks at the Invalides spot, and had a photo session at the Eiffel Tower with Alain! In our last day we had to catch a bus at 5 AM to get to the train station and start our trip to Cologne. We got kinda lost and didn’t find the bus. We tried to get a cab but nobody would stop. It was 10 minutes for the train’s departure time and we were still on the streets, with all our heavy bags and didn’t know where to go. That was it, we wouldn’t make it. Finally a guy in a big van stopped and told us he could give us a ride to the train station for 30 Euros. We got to the station 2 minutes before departure time, got on the train as fast as we could just to hear an announcement that said that the train was delayed because the train driver was still sleeping at his house. Epic.


Gonzalo au champs de mars, Paris


Gonzalo au pied de la tour eiffel

ne voulait s’arrêter. A 10 minutes du départ du train, nous étions encore dans les rues de Paris, avec tous nos bagages. Finalement, un mec dans un gros van s’est arrêté et nous a proposé de nous emmener pour 30 euros. Nous nous sommes précipités jusqu’au train, avons fait du mieux pour ne rien oublier avant d’entendre que le train aurait du retard dû au fait que le conducteur était encore en train de dormir tranquillement chez lui. Que dire ? Epique ! Cologne était donc notre dernière destination, nous avons retrouvé à la gare de Cologne, d’autres argentins et sommes allés à notre hotel. Je sautais sur place à l’idée de voir le Jugenpark et ma première compétition internationale mais il me fallait encore attendre une journée. Nous sommes allés sur des spots connus et avons rencontré le crew espagnol. Puis se fut le jour des practices aux Masters. Peux-tu nous raconter ton expérience des Masters ? Je n’ai jamais été aussi motivé de ma vie. De voir tous ces riders, en train de faire des combos incroyables, de chiller, de se parler... J’ai rencontré beaucoup de riders que je connaissais jusque là qu’en videos. C’est une sensation incroyable de parler et de rider avec les gars que tu vois sur les vidéos, et qui t’applaudissent et t’encouragent quand tu réussis un combo ! Ce n’était que le premier jour et mon rêve s’était déjà réalisé. Le deuxième jour, c’était l’heure des qualifications. J’étais tellement nerveux. J’étais le dernier de mon groupe à passer, donc mon échauffement était beaucoup trop loin derrière moi. Mais j’ai donné tout ce que j’avais, et plus important, j’ai kiffé le plus possible. Dès que j’ai commencé à rider, le vent s’est levé et il s’est mis à pleuvoir. Je ne me souviens pas vraiment de ce qu’il s’est passé dans ma tête pendant ce run, parce que mon esprit était paralysé. Il me fallut quelques minutes pour atterrir et réaliser où j’étais, j’y croyais à peine. Le troisème jour, il y avait encore des riders qui devaient passer les qualifications à cause de la pluie du jour précédent. Ils sont alors passés aux qualifs amateurs et j’ai soutenu mon pote Julian avec les autres. Je ne pensais vraiment pas atteindre la finale mais Sietse et Van Berkel sont venus me trouver et m’ont dit «Félicitation, tu es en finale, tu es arrivé 9ème». C’était au delà de tout ce que j’avais espéré. J’allais rider à la finale du Championnat du monde de Bmx ! Je n’y crois toujours pas.

Our last destination was Cologne. We met with all the other Argentinian guys at the train station and went to our hostel. I couldn’t wait to go to Jugenpark and witness my first ever international contest but we still had to wait one day. We went to the famous spots and met with the Spanish crew. It was so good to see them again! Then, practice day came at the Masters. Can you tell us about your experience at the Masters? I’ve never been so motivated in my whole life. Seeing all the riders there, doing crazy combos, chilling, talking… I met a lot of riders I only knew from the internet and videos. It is an amazing feeling to talk and share a riding session with all the guys you see in videos, and have them clapping and cheering you up when you land a combo. It’s just amazing. It was only Day 1 and my dream already came true. On day 2, qualifications took place. I was so nervous! I was the last one of my group, so all my warming up from the practice was far gone. And I was so scared because of the high riding level I saw from the previous riders. But it was my time to ride, and I had to give my best and most important, have fun doing it. As soon as I start my run, the wind starts to blow and it slowly starts to rain, but I still managed to land a few combos. I actually don’t remember what was on my mind during that run because my mind was blocked. It took me a few minutes to realize where I was and what was I doing. I just couldn’t believe it. On day 3 there were some riders that still had to do their qualification runs because they couldn’t the day before due to the rain. As they finished, the amateur qualifications started and I was there supporting my friend Julian with the rest of the guys. I really didn’t think I’d make it to the finals, but then Sietse Van Berkel found me and said “Dude, congratulations, you qualified in 9º place”. That was way beyond my expectations! I was about to ride in the finals of the BMX Worlds championship. I still can’t believe I made it. It was raining so people started to say that the finals wouldn’t take place that day, but finally the sky cleared up and the finals started. Once again I was the last one of my group, so no warm up for me. As I wasn’t planning on getting to the finals, I just tried to do some harder tricks than in my qualification run. I landed some combos at the beginning but then, my mind blocked again and started to fail the same trick over and over again until I


Il a plu tellement que les gens se sont mis à dire que la finale serait annulée mais le ciel s’est éclairci. Une fois encore j’étais le dernier de mon groupe donc pas d’échauffement pour moi. Comme je vous l’ai dit, le fait d’être en finale, était déjà au delà de toutes mes attentes. J’ai donc essayé de faire des tricks plus difficiles qu’aux qualifs. J’ai passé quelques combos et me suis mis à louper un trick et à le recommencer jusqu’à ce que je réussisse et que j’entende «Dernier combo, s’il vous plaît». C’est là que j’ai réalisé que j’avais d’autres tricks et j’ai réussi à passer un beau combo finalement. Le résultat ne comptait pas pour moi. J’étais heureux et j’avais cette sensation d’accomplissement. C’est là que j’ai trouvé 30 euros par terre...Bières pour tous mes potes. Quelle journée! Le quatrième jour, nous nous sommes réveillés avec des pneus crevés. Nous sommes arrivés en retard au Jugenpark et avons manqué les filles et quelques runs amateurs, mais nous avions tout de même des runs de pros à venir ! J’ai fini à la 10ème place du concours pro, mais surtout, je me suis fait plein de supers potes et de souvenirs. Je n’oublierai jamais. Comment ce voyage a-t-il influencé ta vie de rider ? De retour en Argentine, j’ai eu 2 sponsors, beaucoup d’interviews et de shows, j’ai appris de nouveaux tricks, j’ai aussi motivé pas mal de riders à travailler encore plus dur, et je suis définitivement décidé à refaire un contest bientôt, parce que c’était tout simplement génial. Je suis tellement content que tant de riders d’Amérique du Sud aient participé au contest. En tant que l’un d’entre eux, je peux dire qu’un tel événement n’est pas commun pour nous. Tout ce que je vois en vidéo parait tellement loin de nous, impossible à atteindre. Mais j’y étais, j’en ai fait partie, et cela n’a pas de prix. Tu voudrais remercier quelqu’un ? Je voudrais vraiment remercier ma famille et mes amis pour avoir rendu cette expérience possible et tous les gens qui m’ont aidé pendant le voyage (je ne vais pas faire une liste parce que je vais en oublier!). Un grand merci à Sietse Va Berkel, Wouter Van der Linde, Dez Maarsen, Alora Hernandez et Pierre Siorac pour tous les cadeaux, Renaud et Juliette pour m’avoir accueilli, et pour les good vibes, à Alvarito, Luis Elias et Alain pour l’interview, et à mon nouveau sponsor, La Rocka ! J’espère n’avoir oublié personne car je n’ai pas eu beaucoup de temps pour écrire tout ça. Donc un grand merci à tout le monde, pour avoir fait de ce voyage le meilleur voyage de ma vie !

hear “Last combo please”. That’s when I realized I had more tricks, and nailed a nice last combo. At that moment I just didn’t care about the results. Making it to the finals, as I said, was beyond my expectations so I was already happy and feeling complete. I had to celebrate that, so that night we went to the party, and lucky me, found 30 euros on the floor so… Free beers for all my friends! That was an incredible day. Finally it was day 4, we woke up to some flat tires. We arrived late at Judgenpark and missed the girls class and some amateurs final runs, but we still could enjoy some sick riding from the future pros. I ended up getting the 10th place in pro, but more important, a lot of new friends and great memories I’ll never forget. How did this trip influence your life as a rider? Back in Argentina, I got 2 sponsors, a lot of coverage and shows, learnt a lot of new tricks, got a lot of riders motivated to ride harder and I’m definitely planning on going to another contest soon, because it was the best times of my life. I’m so happy that a lot of people from South America made it to the contest. As one of them I can say that is not common for us to witness a big event like this one. All the things I see on videos as something really distant and almost impossible to reach. I could live all those things, I was there, I was part of it. And that is priceless. Someone you would like to thank? I’d really like to thank my family and friend for making this trip possible, all the people I met during the trip (I won’t name all you guys because I don’t want to forget about anyone!), special thanks to Sietse van Berkel, Wouter van der Linde, Dez Maarsen, Alvaro Hernandez and Pierre de Siorac for the gifts, Carlos, Wouter, Renaud and Juliette for hosting us and the good vibes and Wouter, Alvarito, Luis Elías and Alain for the coverage, and last but not least to La Rocka, my new sponsor! I hope I didn’t forget about anyone, I didn’t have much time to write all this! So I want to say a big Thank You to all of you guys for making this the best trip of my life.

Julian au champ de Mars


42 - versus - italia par Ricky Monti

Stefan Lantschner & MX Bonjour Stefan, nous avons plutôt l’habitude de nous voir pour faire des scéances photos de Bmx, mais aujourd’hui, c’est sur un circuit de Motocross à 50 km de Milan que nous nous retrouvons. D’où te viens cette passion pour le motocross ? J’ai en effet toujours eu une passion pour le motocross. Mon père ridait des dirtbikes et mon oncle ride toujours aujourd’hui, c’est pour cela que mon premier vélo a été un Bmx. Je ridais et sautais tout autour de la ferme de mon enfance en imitant le bruit des motos, ou même en coinçant un morceau de plastique dans les rayons pour imiter le bruit, hahaha ! J’ai grandi dans une ferme où nous n’avions pas d’argent pour un dirtbike de plus, du coup j’ai continué à faire des courses de Bmx. A 15 ans, j’ai eu mon premier boulot et deux ans plus tard, j’ai enfin pu m’acheter une Kawasaki 125. Mais j’ai dû la revendre deux ans plus tard parce que je suis parti faire mon service militaire et j’avais donc besoin d’argent. Ma passion pour le Bmx est née beaucoup plus tard, losrque j’ai découvert le freestyle. C’était quelque chose de nouveau et j’avais oublié le dirtbike. A cette époque, quand je faisais du Bmx, j’essayais d’aller vite et smooth comme avec un moto. Le Bmx est né d’ados fans de motos qui essayaient de les imiter sur les circuits de dirt. Bien sûr, je suis en train de parler des années 60 mais est-ce comme ça que tu as commencé ? Plus ou moins oui. Je faisais du vélo autour de la ferme et ai commencé à constuire des petits dirt kickers avec mes amis et mes frères. Quelle moto possèdes-tu aujourd’hui ? J’ai aujourd’hui deux Kawasaki, une KXF 250 4 stroke et une KX 125 2 stroke. J’ai ridé avec que trois fois mais je suis déjà prêt à revendre la 250. La 125 me donne plus la sensation d’un bmx ! Et quel Bmx possèdes-tu alors ? J’ai un cadre Flybikes, un Montana, avec des pièces Fly, sans pegs, sans frein, c’est cool! As-tu déja participé à des courses de moto pendant ton temps libre ? J’ai fait le championnat local deux années de suite, en me plaçant plutôt bien en début de saison quand j’avais le temps de m’entrainer mais vers le milieu de la saison, j’ai fait des courses qui n’avaient aucun sens, il faut être vraiment prêt physiquement à faire 20 minutes de moto.

Hello Stefan we usually meet to take BMX pictures, but this time we are in a motocross track at 50 km from Milan, where does it come from your passion for motocross? I always had the passion for motocross. My dad was riding dirtbikes and my uncle still is, that’s why my first bike had to be a bmx bike. I rode and jumped it all around my farm making the noise of a dirtbike or even with a piece of plastic in the spokes to have the moto noise. I grew up on a farm and the money to ride dirtbikes wasn’t there so I kept on riding bmx race. At 15 I got a job and bought a Kawasaki 125 when I turned 17, but I had to sell it after two years because I had to join the civil service (army) and didn’t earn any money for a year. My passion to ride bmx was born much later, I discovered bmx freestyle, it was something new and I forgot about the dirtbike. At the same time when I rode my bmx bike I always rode it fast and tried to be smooth, the way you ride a dirtbike pretty much. The BMX is born from the trials of young boys motocross fans who ventured with bikes in the first dirt circuits... of course we are talking about the 60’s. Did you start like this too? More less yes, I rode my bmx bike on my farm and build little dirt kickers with my brothers and friends. Which moto do you have? I got two dirtbikes now, Kawasaki, a KXF 250 4 Stroke and a KX 125 2 Stroke, just rode it 3 times and I am about to sell my 4 stroke, 125 feels like a bmx bike ! Hahaha ! And which bmx? I got a frame for Flybikes called Montaña with all Fly parts, simple setup, no pegs, no brakes, just fun ! Did you ever participated in any race or mx is a sheer passion for freetime? I did the local championship for 2 years, did very well at the beginning of the season when I had time to train but mid season I just did the races but that doesn’t make any sense, you need to be physically prepared to do a 20min moto ! How much time do you spend on the bike and training? I just ride whenever I got time, mostly on the weekends when my friends are back from work, 2 or 3 times a month.

Combien de temps passes-tu sur la moto à rider et à t’entrainer ? J’en fais essentiellement quand j’ai du temps, c’est à dire le week end, quand mes amis rentrent du boulot, 2 à 3 fois par mois.

Do you have any sponsors for motocross? I get some discount on alpinestars gear and bell helmets and Smith is giving me free goggles !

As tu des sponsors en motocross ? J’ai des réductions chez Alpinestars et Smith m’a donné des lunettes gratuites !

You live in Trentino-Alto Adige... Do you have few tracks there? Yes there are a few tracks here but I don’t like them, old motocross style, with up and downhills (which is cool) but no good jumps and they are all hard packed, I prefer the sand !

Tu habites à Trentino-Alto Adige. Y a-t-il des circuits là-bas ? Oui, il y en a quelques uns mais je ne les aime pas, trop oldschool, avec des collines qui montent et qui descendent, ce qui est cool mais ne permet pas beaucoup de saut ! En plus c’est que du hard pack, je préfère le sable !

Do you have a favorite track? May be Dorno, (PV-Italy) the one from the pictures !

As-tu un circuit préféré ? May be Dorno ( Pv- Italy), celui que l’on voit sur les photos.

Does the motocross influence your bmx style and vice versa? I think so, now when I go ride bmx I just wanna go faster all the time !

Est-ce que le motocross a influencé ton style en bmx et vice versa ? Oui je pense, quand je suis sur mon Bmx, je veux toujours aller plus vite !

Do you have any other friends from the bmx world that ride a motorbike? Yes there are a few guys, we should do a trip together one day, it would be awesome! There was a time where in the freestyle motocross world, riders like Travis Pastrana and Charle Pagès have tried to approach the world of BMX, for example, having backflip barspin, but too risk for the fragility of the plate and other stuff. In my last interview with Mike Metzger, he said “My dream is that in the future there will be a motorcycle specifically manufactured for freestyle, as in the BMX world, where you can do other tricks and will definitely be lighter.”

As-tu un autre pote du monde du Bmx qui fait du motocross ? Oui il y a quelques gars. Nous devrions se faire un petit voyage tous ensemble, je suis sûr que ça pourrait être vraiment cool ! Il fut un temps où les riders freestyle du monde du motocross comme Travis Pastrana ou Charles Pagès ont essayé d’approcher le monde du Bmx, avec par exemple le backflip barspin, mais c’était trop risqué pour la fragilité des plateaux de Bmx. Dans ma dernière interview de Mike Metger, il m’a dit “Mon rêve serait qu’un jour, on construise une moto spécialement pour le freestyle, pour que, comme dans le monde du Bmx, tu puisses avoir un vocabulaire de tricks plus étendu sur des motos plus légères”. Qu’en penses-tu ? Pourrait-il y avoir un mix entre les deux sports ? Je ne pense pas que les choses aillent aujourd’hui dans ce sens. Et j’espère même que les choses ne changeront pas. La seule chose qu’il faut changer, ce sont les parks, qu’il il y ait plus de possibilités sur une rampe et sur l’atterrissage.

What do you think? There will be a mix between the two sports? I don’t think it’s going in that way and I also hope it stays like this. The only thing they should change are the parks, there is more to do on a dirtbike like ramp and a dirt landing ! You had a crash in March with your right leg, motocross helped you to recover and get back? No it didn’t help much, I got back pain because of the missing muscle in one leg and the pressure is bigger on a dirtbike I think.


Tu as eu un accident en mars dernier, en te blessant à la jambe droite. Le motocross t’a-t-il aidé à retrouver les sensations nécessaires au niveau de ta jambe ? Non pas vraiment, j’ai pas mal de douleur dans le dos dû à une perte de muscles dans la jambe, et la pression est encore plus forte sur un dirtbike donc... Qu’est-ce que tu aimes et que tu n’aimes pas dans le monde du Bmx et celui du motocross ? Le monde du motocross se compose essentiellement de gros beaufs et le monde du bmx semble avoir de plus en plus de poseurs, donc un truc entre les deux serait cool ! Non, je rigole, tout est bien comme ça !

What do you like and not of motocross and BMX world? The motocross world is full of redneck and the world of bmxers seam to have more and more posers, something in between would be nice ! Hahaha ! Nah I am joking, it’s all cool! Who is the motocross rider that most inspired you? There are a few, Dean Wilson is one of the favorite young guys but the biggest inspiration will be Bubba all time !

Quel est le rider de motocross qui t’as le plus inspiré ? Il y en a plusieurs, Dean Wilson d’abord, mais Bubba reste celui qui m’a le plus influencé !

And bmxer? Mike Aitken forever !

Et en Bmx ? Mike Aitken forever !

What do you prefer from MX to SX? Both but I like it more in the States, tracks are just more fun to watch.

Qu’est-ce que tu préfères entre Mx et Sx ? J’aime les deux, mais je préfère les Etats Unis sous cet angle, les courses sont bien plus fun à regarder ! Demain, Bmx ou Mx ? Bmx !

Tomorrow will you ride bmx or mx? Bmx... :-)


46 - behind the scene - usa par JC Pieri

The Hunt The Hunt Dvd Series The HUNT a toujours été pour moi Le concours vidéo que je rêvais de faire ! Alors j’aurais bien du mal à expliquer ce que fut ma surprise quand dans la queue d’un supermarché parisien, j’ai reçu un email d’invitation de la part de Justin Kosman (producteur et créateur de The Hunt Dvd series) pour participer au prochain DVD the HUNT. J’ai bien entendu accepté mais il me fallait alors trouver un rider. Sachant que j’allais bientôt partir pour 2 mois en Californie j’ai tout de suite pensé à Pat Casey que je connaissais déjà. Bien qu’il ait accepté tout de suite, cela n’a pas été si facile pour nous de filmer cette vidéo car j’arrivais en Californie début juillet, l’un des mois les plus chargés au niveau des grandes compétitions pour Pat telles que les X-Games, ASA triples, Monster tour ou les Bmx Worlds. Nous avons donc réussi à filmer cette vidéo en 5 jours seulement. Personnellement, j’avais plutôt intérêt à ne pas louper et à rester vigilant parce que Pat est le genre de rider à faire son trick du premier coup. C’est assez impressionnant de voir à quel point tout semble facile pour lui. Sa capacité à apprendre des nouvelles figures est assez folle. Je lui ai plusieurs fois recommandé d’essayer des tricks et il les a réalisé du premier coup. Qui a la capacité de faire un decade to no foot cancan du premier coup ??? Justin Kosman a donc shooté ce Behind the scene au trail de Stephen Murray. Je tiens vraiment à remercier Justin pour tout ce qu’il a fait pour Pat et moi car il s’est beaucoup investi dans ce projet The HUNT et il peut en être fier. Cela a donc été un plaisir de shooter ce Behind the scene et de filmer avec Pat, on a aussi beaucoup rigolé durant nos trips et le saut avec son Pick-Up était un pur moment de folie. Cette vidéo m’a permis de voir de nouveaux spots, de rencontrer de nouvelles personnes. J’espère bien sûr avant tout que vous aimerez la vidéo dans le prochain DVD, et que cela motivera des jeunes à rider et peut-être aussi faire des vidéos. J’ai commencé à faire des vidéos car je voulais avoir des souvenirs de mes amis et de moi apprenant à faire du vélo. Aujourd’hui je prends beaucoup de plaisir à revoir mes premiers bunny-up ou premiers sauts en vtt. La vidéo et la photo sont les meilleurs moyens de se rappeler les bons souvenirs et parfois des choses que tu avais totalement oublié. C’est en travaillant de plus en plus sur la production des vidéos que c’est aujourd’hui tout simplement devenu mon métier. Certains jeunes me demandent des conseils sur facebook et c’est toujours un plaisir de leur répondre. J’ai beaucoup apprécié que mon Steve Magrome préféré prenne le temps de me donner des conseils quand j’ai commencé le bmx. Alors je ferais la même chose avec ceux qui auront besoin d’aide. Donc n’hésitez pas et n’oubliez pas d’acheter le prochain dvd The Hunt!

The Hunt dvd series is the video contest I’ve always dreamt of ! So It would be hard for me to explain the intensity of my surprise when in the line of a parisian supermaket, I received an email of invitation for the next The Hund Dvd by its producer and creatorJustin Kosman. I accepted of course but I still had to find myself a rider. Knowing that I was about to go to California for 2 months I instantly though of Pat Casey, who accepted right away. But things were not that easy because I was landing at the beginning of July which was for Pat one of the busiest month of the year with contest such as the X Games, AAS Triple, Monster Tour or Bmx Worlds... One thing I could not offer myself doing was filming a bad edit, because Pat is the kind of rider to succeed at the first try. It as actually quiet stunning to witness how easy things seem to be for him. His ability of learning new tricks is almost discouraging, crazy ! Many times I have ask him to redo the tricks which he did in blink of an eye. Who in the world can do a decade to no foot cancan without trying ? Then Justin Kosman shooted a Behind the scene edit at Stephen Murray’s trail. I would like to thank Justin for all that he did for Pat as well as for me, because he invested a lot of his energy and time in this The Hunt project from which he should be more than proud. It has been a real pleasure to shoot this Behind the scene and to shoot with Pat. We also had a lot of fun and laugthers during and his Pick-up truck Jump which was an insane experience. This video allowed me to discover new spots, and to meet new people. Hoping that you like it, I also hope that this video I did for the next The Hunt Dvd will motivate younger riders to get better and do edits. I started shooting videos because I really wanted to get memories of my friends and I learning how to ride. Today it is, I have to say a lot of fun to be able to watch my first bunny up or my first jump on a vtt. Videos and photos are the best way to take you down memory lane, waking up memories you had forgotten about. You can later chose to upgrade the productions of your videos. It is actually by working on those productions more and more that it became my job. Younger cats ask me all kinds of advise on facebook and it is always a pleasure to answer. I have deeply appreciated all the inputs of my dear friend Steve Magrom when I started riding, so it only seem normal to me that I become the one to help others. So do no hesitate to ask questions and do not forget to buy the next The Hunt Dvd !


Pat Casey : Ce fut une véritable surprise qu’on m’ait demandé de rider pour The Hunt. J’avais vu l’édition de l’année dernière et je dois dire que le dvd était plus qu’impressionnant. Ce fut un honneur que JC me demande de filmer. Sachant qu’il vivait en France je ne savais pas s’il aimait mon style de riding. Nous avions bien-sûr pas mal trainé ensemble avant cette expérience, mais nous n’avions jamais filmé ensemble, du coup je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre. La plupart des prises qu’il a gardées étaient sur mes premiers essais, qu’il a ensuite eu le talent de mettre en valeur. Jc est un producteur de vidéos tellement talentueux et créatif. Je dois dire que cela compte parce qu’il est important pour le rider que le producteur de la vidéo sache interpréter un trick sous l’angle le plus artistique possible. C’est en cela que JC est vraiment surprenant. Si je n’aime pas la façon dont un trick passe visuellement, j’ai le reflexe de toujours vouloir le refaire, mais JC trouve toujours le bon angle pour qu’il ait l’air super. Je n’avais d’ailleurs pas beaucoup de temps vu mon planning, mais dès que je me libérais, je le passais avec lui à filmer. Je suis vraiment content que nous ayons trouvé tous les deux le temps nécessaire pour faire cette vidéo. Je pense qu’un des trucs les plus cools de ce projet est le fait que ce soit le producteur qui choisisse le rider. Je suis vraiment heureux du résultat, et je suis impatient que le dvd sorte, et surtout j’espère pouvoir retravailler avec JC dans le futur.

Being asked to film for “The Hunt” video was a big surprise for me. I watched it last year and thought it was such an awesome video. It was definitely an honor that JC asked me to film with him considering he is from France, and I wasn’t sure before that he liked my style of riding. I’ve hung out with him many times before but never filmed with him and didn’t know what I was getting myself into. JC is such an awesome and creative filmer. He got most of the clips first try and made them look good. I think for a rider it is important for the filmer to interpret the tricks as artwork and JC did a great job. If I don’t like the way a trick looks I want to redo it, but he always figured out a way to make them look good. I didn’t have alot of time to film the video due to my busy schedule, but any free time I had, I would film with him. I was happy that we came together and made time for each other. I think the coolest thing about this video project is that the filmer’s get to pick the riders. I am extremely pleased and happy with the video result and look forward to filming with JC in the future.


JUSTIN KOSMAN : The Hunt est un vidéo contest tellement global qu’il met les riders du projet face au reste du monde. Je pense que cela fait partie du futur des contests et que c’est le meilleur moyen pour que les riders soient contents de ce qu’ils donnent au final. Dans un évènement live ou à la télévision, il faut faire des compromis et des choix startégiques tels qu’un Safety Run où tu peux écrire quelques points sur le tableau et sortir un peu de ta zone de comfort. Mais dans ce genre de contest, tu ne vas que rider quelques minutes et je pense que le Bmx ne se limite pas qu’à quelques minutes de stress. Les riders mettent tellement de travail et d’efforts afin de progresser dans leur style que je pense qu’il faut créer un autre genre de plate-forme pour qu’ils soient capables de s’exprimer à juste titre, de partager autant leur interprétation du bmx que leur mode de vie au reste du monde dans un cadre obéissant à moins de règles que dans un TV contest. La première année de The Hunt, je voulais juste voir si c’était un concept qui intéresserait les riders, en me disant que si personne ne répondait présent, je m’en tiendrais là. Et juste pour l’histoire, ce n’est pas quelque chose de nouveau, puisque ce qui m’a inspiré fut à l’origine la vidéo de Jeim Reinstra’ Aspire Contest. Etre capable de créer quelque chose qui ressemblerait à cela, avec autant de riders qu’il y a aujourd’hui et être capable de leur rendre justice serait vraiment super! J’ai des idées de fous pour le The Hunt 3 qui pourraient juste donner une autre dimension au projet. Je suis vraiment reconnaissant envers tous ces riders qui ont mis autant de temps et d’énergie dans le projet afin que je puisse vraiment leur offrir cette plate-forme unique. C’est assez incroyable que JC ait fait le voyage jusqu’en Californie pour filmer Pat Casey pour le Hunt project. Pat est quelqu’un de très exigeant en ce qui concerne son propre riding et c’est vraiment bien qu’il ait été capable de faire équipe avec un vidéaste français parce que cela donne deux angles de départ vraiment différents, et je pense que le résultat va être vraiment bien ! Je pense que The Hunt est seulement un exemple de toutes les opportunités qui s’offrent quotidiennement à nous, il y a ceux qui embrassent ses opportunités et ceux qui les laissent passer. JC et Pat sont de bons exemples de personnes capables de créer ou que ce soit dans le monde, et d’aller au delà de ce qu’il leur est demandé pour produire la vidéo qu’ils avaient décidé de faire. C’est pour moi une attitude qui mène vers le succès, et finalement où que soit leur lieu de rencontre, le résultat est qu’ils vont être regardés par des milliers de personnes travers le monde.

The Hunt is a global video contest that puts the riders up against all the other riders in the world. I think it’s the future of contests and it’s a way for riders to be happy with the way they ride and what they put out. In a tv or live event, you have to make certain compromises and maybe do strategic things like a “safety” run where you put some good points on the board and then maybe step outside of your comfort zone. But really, in a contest you’re only going to get to ride for a couple minutes and I think that BMX is more important than that. I feel like riders put so much into their riding and style that there needed to be a different platform for them to showcase their riding and interpretation of bmx and life to the rest of the world, and with less rules that a tv contest. The first year I wanted to see if it was something that riders were into, and if they didn’t respond, then I wouldn’t do the contest. And just for the record, this isn’t anything new at all. The closest thing to this contest that inspired me to put this on was Jim Reinstra’s Aspire video contest. Managing something like this is really tough to do with so many riders that you want to keep involved and to do them justice. I have some bigger ideas about The Hunt 3 as well that could take it to another level. I’m very thankful for the amazing riders that put their heart and soul into their work, and that I was able to create a place for them to broadcast their work. It’s pretty amazing that JC flew to the United States of America to film with Pat Casey for The Hunt project. Pat has really high-standards for his own riding and to be able to team up with a French filmer is quite good because the video part is going to come from two really different points of view, but it’s going to come together very very well. I think the Hunt is just an example of all the opportunities that we have in life everyday and there are those people that take advantage of opportunities and those people that just let them fade away. JC and Pat are a good example of making shit happen from across the globe and committing to doing a video that is above and beyond of what is asked by your sponsors. That is certainly an attitude to success if I’ve ever seen one and at the end of the day, whatever place the rider and filmer get, they’ll be seen by hundreds of thousands of people all over the world.


Extend a hand!

Libère ta créativité*

www.xsories.com

Photo: PRETEXT FACTORY

Etire ton bras *

*

U n l e a s h

y o U r

c r e a t i v i t y*

U-Shot, Big U-Shot and U-Shot PRO and U-Shot, Big U-Shot U-Shot PRO


50 - photo - argentina

Gabriel Higa Je m’appelle Gabriel Higa, j’ai 31 ans et j’aime autant le flat que les petites et grandes choses de la vie. Il y a un peu plus d’un an, mon intérêt pour la photographie a évolué. C’est arrivé lorsque j’ai regardé mon premier DVD de flat (“Flatlive Issue 01”), le besoin de montrer et de marquer l’histoire du flat en Argentine est ce qui fait qu’aujourd’hui ma seconde passion est de «faire des photos de BMX» (la première étant de faire du BMX).

emiliano pucci


luis monta単ez

federico capon


My name is Gabriel Higa, I’m 31 years old, and I love flatland as much as the big and small things in life. A little more than 1 year ago, my interest in photography woke up. This happened simultaneously while I was filming my first flatland DVD (Flatlive Issue 01). The need to show and make a mark in the history of Argentine flatland led to what today is my second passion (the first is riding BMX) “take pictures of BMX. “

nicolas visser


alejandro santana

sebastian pintos

gonzalo bellanti


Mi nombre es Gabriel Higa, tengo 31 años y amo el flatland tanto como las grandes y pequeñas cosas de la vida. Hace un poco más de 1 año me despertó el interés hacia la fotografía. Esto sucedió simultáneamente mientras grababa mi primer DVD de flat (Flatlive Issue 01); la necesidad de mostrar y dejar una huella en la historia del flatland argentino derivó en lo que hoy en día es mi segunda pasión (la primera es montar en BMX) “tomar fotografías de BMX”.

julian futty

emiliano pucci


emiliano pucci

fernanda schuster


56 - report - usa par arthur dietrich - photos jc pieri

Pull-In US Trip Pull-In Summer Holidays ! Pull-In se développant très fortement aux US, nous avons décidé de monter un team aux US. Voulant créer un esprit de groupe, c’est comme cela que Pull-In Holiday in Woodward est né ! Jamais contre un trip au pays de l’oncle Sam, nous avons donc concocté avec le crew Pull-in un petit voyage à Woodward West afin que les membres du nouveau team US se rencontrent et en profitent pour faire un bel edit. Le team US a de quoi faire rêver, il y en a pour tous les goûts ! Casting de rêve : Coco Zurita, Kriss Fox, Broc Raiford, Kevin Peraza, JC Pieri derrière la caméra et moi en G.O du Club Med pour entourer les enfants pendant une semaine. Woodward West, c’est un peu Disneyland pour les riders, il y a tout : piscine, du dirt, des streets plazas, du park, de la Megaramp et des bowl en béton. On a passé une semaine de folie, à rider, à se baigner, faire de la Harley, chiller, filmer (scannez le QR code pour voir la vidéo) et surtout, apprendre à se connaître car c’était la première fois que tout le monde se réunissait.

Pull-in is getting bigger and bigger in the States right now, that is why we have decided to built a team in there. To create a real team spirit, that is why and how Pull-In Holiday in Woodward is born ! Never against a journey at Oncle Sam’s country, we have built with the Pull-in Crew a trip to Woodward West so all the member of our new U.S. team could meet and do an edit together. The team has enough skill to make everyone else dream for a while, making every one happy with Coco Zurita, Kriss Fox, Broc Raiford, Kevin Peraza, JC Pieri behind the camera and me as Club Med manager to make sure our teams gets as much fun as possible over the week. Woodward is a Disneyland for riders, you will find about everything, a pool, dirt, streets plazas, parks, megarmap, concrete bowls.We spent an insane week riding, swimming, riding Harley Davidson’s bikes, chilling, filming, (scan the QR to


C’est vraiment top d’avoir des gars qui déchirent sur leurs bikes et sont très relax en même temps. Kriss Fox est l’incarnation du style. Le voir faire un nacnac en dirt vaut tous les flair quintuple whip au monde. Coco Zurita, c’est la force tranquille. Il a gardé ses origines espagnoles, il ne faut pas lui demander de rouler le matin mais une fois sur son vélo, c’est une autre histoire. Je me souviens le voir sur la Megaramp à 5 m en condor. «Tu penses que c’est assez haut Arthur sur l’air ?». Amazing comme ils disent. Broc Raiford, c’est le polyvalent du crew aussi à l’aise en dirt que sur une box ou encore sur un rail, il est impressionnant, il pose tout du premier coup, il devient encore plus productif quand des bonbons sont en jeu. Kevin Peraza est super posé comme kid et super smooth sur son bike, on a vraiment l’impression que c’est facile quand il roule mais croyez-moi, ça ne l’est pas… Je voulais remercier Pull-In (Baptiste, Diana, Guillaume, Julien), Woodward West (Steve, Shawn, Cosima, Jake, Jessica etc…), Ben Snowden pour l’accueil à L.A, tous les riders du trip et n’oubliez pas de regarder la vidéo ! La bise

see the video) and most of all getting to know the guys, which all kill on their bikes keeping it real and chill ! Kriss Fox is style itslef, to watch him do a nacnac in dirt is worth all the quintuple whips of the world. Coco Zurita is a quiet force of nature, but has always stayed connected to his spannish roots : don’t even think of asking him to ride in the morning, but once on his bike that is a whole other story. I remember seing him on the Megaramp 20 feet high as a condor and thinking “Do you think that is high enough ?”. Kevin Peraza is a well grounded kid and super smooth rider. It really looks like everything is easy for him even when it is not. I would like to thank Pull-in ( Baptiste, Diano, Guillaume, Julien), Woodward West (Steven, Shawn, Cosima, Jake, Jessica, etc...) Ben Snowden for being a wonderful host in L.A., all the riders of the trip. Don’t forget to watch the video. Take care

kris fox

kris fox - nacnac


60 - event - uk par Johann Chan

The Brighton Jam Parfois, il y a du bon dans le fait d’être négatif. Certaines vérités ont besoin d’être dîtes et certains problèmes ont besoin de votre attention pour être réglés, mais il faut être avant tout prudent. Les gens sont souvent aussi rapides à recevoir des commentaires négatifs qu’à en donner en retour, et vous pouvez plus vite que vous ne le voudriez vous retrouver dans une bataille plus importante que voulue ! L’interview d’Effraim Cartlow pour Flatweb Tv en fut un bon exemple. Lorsque la question de l’état actuel des choses dans le monde du Flatland anglais lui fut posée, sa réponse fut honnête, vraie et surtout précise. Sa réponse commençait par “Pour être honnête, je pense que la scène UK est en train de mourir à petits feux”. Mais putain ? Sérieux ? En train de mourir ? Vous voulez dire que nous étions en train de nous arracher tout ce temps-là pour rien ? Flatweb Tv souligne ensuite ”Cela veut-il dire que des nouveaux talents tels qu’Ashley Adams et Yinka Thomas ne pèsent rien, et qu’en est-il des Pete Holliger, Andy Hale, Josh Briars, Matti Hemmings, Jason Forde Jeelan Phillps et les autres ?“. Effraim n’est en aucun cas quelqu’un qui ne fait rien. Il était dans les magazines de Bmx en train de faire les tricks les plus frais alors que j’avais à peine le droit de sortir de chez moi tout seul. Il a remporté le championnat du monde en 94, écrit des articles sur le Flat et produit encore aujourd’hui des vidéos au goût du jour. Il organise par ailleurs annuellement le Southsea Contest et met à jour un bon nombre de blogs de flat dans le monde. Effraim est un passionné de Bmx. Et sous un angle plus large, il pose souvent les questions les plus pertinentes. Combien de riders anglais ont fini les championnats du monde ? Y a-t-il quelqu’un aujourd’hui au Royaume Uni capable de remplacer Phil Dolan, James White, Sam Foakes ou Effraim sur la scène internationale ? Il y a sûrement une ou deux personnes qui nous viennent à l’esprit mais y en a-t-il 10 ? Le débat sur la scène flat anglaise continue et l’interview d’Effraim (comme voulue) a entrainé pas mal de mouvement ! Trevor Lacey (aka Bmxism) a, au départ disons, été contrarié par l’aspect négatif de l’interview. Il s’est assis avec Effraim et ont commencé à échanger des idées, en commençant par créer une page facebook sur le flat anglais. Trevor a appris quelque temps après que le Paddle Round the Pier Festival de Brighton cherchait quelque chose pour remplacer le Skateboarding Slalom. “J’ai appelé les organisateurs, échangé des idées et en suis venu à la conclusion que nous étions sur la même longueur d’onde.” Trevor s’est donc mis à promouvoir l’évènement sur tous les réseaux sociaux et, après quelques coups de fil et emails, a commencé à suciter pas mal d’intérêt. Et avant même de pouvoir dire “Brighton n’est pas prêt”, des riders commencèrent à arriver sur le bord de mer. Beaucoup de monde est venu au festival, du coup la foule est devenue plus importante et même des filles étaient là à regarder les tricks des riders. Nous avons fini cette soirée au pub avec Effraim qui un vrai Bmx nerdoff. Les organisateurs de Party round the Pier étaient super contents de la façon dont les choses s’étaient passées et nous invitèrent pour l’année prochaine avec la volonté de faire grandir cette histoire. Nous avons rencontré Trevor Lacey pour avoir son retour. Petite interview. T’a-t-on donné un surnom pendant le festival ? Marteau Piqueur, je crois que c’est pour mes qualités de ronfleur... Lol Pourquoi rides-tu sur un vélo plus street ? Est-ce que tu rides dans d’autres disciplines ? J’ai roulé sur tous les cadres de flat existants, mais sans jamais vraiment kiffer jusqu’à ce que je ride sur un 21” Fly Tierra. J’aime la place supplémentaire, c’est plus léger et mes mouvements sont plus réactifs. J’ai changé depuis pour un Kink Tocco, qui adopte le même profil géométrique que le Tierra, mais avec un Standover plus haut, ce qui est un challenge pour moi. Qu’est-ce qu’il se passe avec Bmxism ? Des plans pour le futur ? On pourrait faire beaucoup plus, je le sais, mais je n’ai jamais été super à l’aise dans l’auto-promotion, haha ! Je n’en parle pas trop et les gens vont commencer à y faire attention... Non je déconne. Le plus important pour moi, c’est de rider le plus possible et de kiffer. Sans ça, le reste ne serait pas. Nous avons interviewé deux trois riders pour savoir ce qu’ils avaient pensé du festival: Quel est le meilleur truc que vous avez vu pendant le festival ? Mark Cunners: Le meilleur truc que j’ai vu c’est le manual crossbar de Jay ! Le truc le plus drôle c’était un roller bladder aggro skid, j’étais pétrifié. Chris Browns : Le soleil ! Aidwin: Des flatlanders anglais en train de rider pour l’amour du sport, purement et simplement.

Sometimes it is good to be negative. There are truths which need revealing, and you can draw attention to what needs fixing- but you need to be careful. People can be quick to retaliate with further negative comments, and you could be faced with a battle on your hands. Effraim Catlow’s interview on Flatweb TV attracted a mixture of these views. ‘When asked what’s the state of UK flatland?’ His heart-filled answer was honest, truthful, and by no means inaccurate. He starts with ‘Well I think the UK scene is dying a bit to be honest… What the fuck! Dying?! Screams British flatland?! Dying, does this mean, we’re wasting our frickin’ goddam time? The forums alight: Does this mean the shining new talents like Ashley Adams and Yinka Thomas aren’t making a blind bit of difference, and what about Pete Hollinger and Andy Hale, Josh Briars, Matti Hemmings and Jason Forde, and Keelan Phillps and, and… Now Effraim is by no means a non–do-er, he was in the magazines doing the latest tricks when I was barely allowed to leave the house. He won the world championships in 94, wrote flatland columns, he still releases impressive up-to-date riding edits, he organises the annual Southsea contest and he runs the most updated flatland blog in the world. Effraim is passionate about BMX. In a broader sense, he does ask some rather pertinent questions. How many UK riders competed at the world championships? Is anyone in the UK likely to replace Phil Dolan, James White, Sam Foakes or indeed Effraim on the international contest scene? There are certainly one or two people who spring to mind, but really is there say 10? Well the UK flatland scene debate continues and Effraim’s interview (as intended) did trigger some pretty cool action. Trevor Lacey (aka BMXism) was initially a little ‘bummed out’ by the negative aspect of the interview. He got together with Effraim swapped some ideas, and spawned a Facebook group for UK flatlanders. After a bit of online discussion, it was only a matter of time and opportunity before Trevor could put something together. Trevor learnt that Brighton’s ‘Paddle Round the Pier’ festival were looking for something, to replace the slalom Skateboarding. ‘I gave one of the organizers a call, swapped ideas, and came to the conclusion we were on the ‘same page.’ Trevor went on to promote the event through social media, and after a few phone calls and emails, he started generating a fair bit of interest. And - before you could say- ‘Brighton ain’t ready’ Riders started turning up to ride on the beach front. There were a lot of people at the festival, so quite a few passing spectators (some even female) came and watched the spinning cyclist on the beachfront. We ended the evening heading to the pub with Effraim and had a proper BMX nerd-off. The organisers of ‘Party round the pier’ were really pleased with the event and invited us back next year with talk of increasing the size and prominence. We caught up with Trevor to get the lowdown on a couple of things. Did you get a new nickname during the event? Hammer drill, I think because I snored the house down, apparently... lol Why do you ride a pretty streety set-up, do you ride other forms of BMX? I rode every Flatland frame going, none of which I truly bonded with- only until I rode a 21”tt Fly Tierra. I liked the extra room, it was lighter yet still responsive and I could ride bowls on it too without it being too twitchy or looping out! I’ve since upgraded to a Kink Tocco which basically has the same geometry as the Tierra, only higher standover which is a challenge I relish! What’s up with BMXism? Any plans for the future? Could do a lot more with it really, I do realise that, but I was never one for shameless self promotion haha! Keep it understated, and people will hopefully get it eventually... jokes The most important thing is to ride as much as possible and have fun, otherwise none of the above would’ve come about in the first place!!! Interview with some of the other riders. We caught up with some of the other riders to find out about their favourite elements of the jam. What was the best thing you saw at the event? Mark Cunners : Best thing I saw at the event was Jays crossbar manual thing! The funniest thing was a roller bladder’s aggro skid, I was petrified. Chris Browns : Best thing I saw at the event was the sun. Aidwin : UK Flatlanders riding for the love of the sport, pure and simple.


jason forde

Mark Cunners

Pourquoi ridez-vous aussi souvent torse nu ? Chris Brown : Ça aide mon intelligence, ma dextérité et ma force. Aidwin : Je n’ai pas le corps de Pete Brandt. TGM Maz : Au jour d’aujourd’hui, il y a trois choses qui me feraient rider torse nu: 1) Une chaleur de fou (ce qui n’est pas prêt d’arriver à Brighton) 2) Un monstrueux paquet d’argent (ce qui n’est pas prêt d’arriver non plus) 3) les tétons qui frottent (très possible). Mark Cunner: C’est parce que j’ai de magnifiques pectoraux...

Why do you ride so much with your top off? Chris Brown : I aim to ride as often as possible with shirt off, it helps with my strength, intelligence and dexterity. Aidwin : I don’t have Pete Brandt’s body. TGM Maz : Nowadays only 3 things would make me ride topless, 1) Super hot weather (unlikely here) 2) A massive wad of cash (still very unlikely) 3) Nipple chaffing! (quite possible). Mark Cunners : I would ride with my top off because I’ve got fantastic tits.

Pensez-vous rider en boxers comme Chase le faisait (nous sommes à Brighton tout de même) ? Aidwin : Non, non, des boxers ne me soutiendraient pas pendant que je ride. Chris Brown : Je crois que j’ai essayé de rider avec des shorts de bain que j’utilisais comme pantalon, mais je me suis vite rhabillé, je me sentais bizzare, j’avais la chair de poule. Je ne suis pas vraiment inquiété par l’aspect homosexuel des choses à Brighton, ça rajoute un peu de danger. Mark Cunners : Non pas en boxer! Je serai trop paranoïaque des marques de pneus..

Would you consider riding just in boxer shorts, like Chase did (considering you are in Brighton) ? Aidwin : No, boxers would not give me enough support while riding. Chris Brown : I think I once tried riding in these swimming shorts which I used as pants, but I had to stop riding immediately and go put some clothes on. Dunno, it just felt weird, I had the shin pads and everything. Not worried about the homosexual element in Brighton, it adds a bit of danger. Mark Cunners : I wouldn’t ride in my boxers, visible skidmark paranoia.


62 - face - usa par Jc pieri

Connor Lodes Bonjour Connor, pourrais-tu te présenter brièvement à nos lecteurs ? Bien sûr. Je m’appelle Connor Lodes, j’ai 22 ans et je viens de Morgan en Californie. Je vis aujourd’hui à San Diego. Je suis un pro Bmx rider et mes sponsors sont Premium, Demolition, Markit Denim et Vans Shoes! J’ai vu des photos de toi sur un vélo avec un frein. Pourquoi rides-tu aujourd’hui sans freins ? J’adore les freins, je m’amuse vraiment avec, mais j’ai de meilleures sensations avec un vélo sans freins, surtout au moment de retomber après un trick. J’ai donc décidé de continuer dans cette direction. Tu es aujourd’hui un des plus célèbres street riders au monde. Saurais-tu nous expliquer ce qui rend ton riding si particulier ? Tout d’abord, merci pour le compliment ! Quand j’étais plus jeune, je faisais du Bmx avec un gars, Steve “Cheev” Terriall et il était toujours en train d’essayer de nouvelles figures. Dès que je ridais sans lui, du coup, je m’appliquais aussi à essayer de nouvelles choses. Il m’a vraiment appris à penser différemment, et cela m’a beaucoup aidé, et c’est beaucoup plus amusant de chercher de nouveau choses ! Tes nose manual sont à peu près les meilleurs qu’on peut voir aujourd’hui. Pourrais-tu nous expliquer comment mieux réussir des nose manual ? Ce que je peux te dire et ce que je peux dire pour aider les autres, c’est que si tu veux vraiment savoir faire des bons nose manual, tu dois être prêt à y passer le temps et le travail nécessaire. J’ai passé mes journées au skatepark pendant 56 heures par jour, une semaine entière. Lentement, j’ai commencé à trouver mes marques et à devenir meilleur. Il faut beaucoup de patience et d’attention, et les choses viennent d’elles-mêmes. Tu es de San Diego. Était-ce une source de motivation de rider avec des gars tels que Chad Kerley, Dennis Ennarson et tous ces autres riders exceptionnels de San Diego ? Venir m’installer à San Diego il y a 4 ans, fut la meilleure chose que j’ai faite jusque là. C’est bien sûr l’une des plus grandes motivations de vivre avec ces mecs ! Je connais mes collocs depuis au moins 7 ans, et nous vivons dans un environnement relaxant, sans stress, partageant entre amis une passion commune. Il y a toujours quelqu’un en train de faire un truc à la maison ! C’est super motivant. Ça donne quoi une journée avec Connor Lodes ? Une journée avec moi ? C’est génial! Non je déconne. Je suis tout ce qu’il y a de plus normal! En général, je me réveille, prends mon petit déjeuner, une douche et je vais faire du Golf ou autre chose. L’après-midi, je ride jusqu’à la nuit tombée, puis je passe les soirées avec mes collocs ! Un jour de rêve non ? Haha ! Merci beaucoup Connor ! Merci, je voudrais d’ailleurs prendre le temps de remercier Demolition pour m’avoir soutenu dès le premier jour, Premium pour m’avoir fait une place dans leur équipe et me donner l’opportunité de voyager, Markit Denim pour m’envoyer dans les endroits les plus funs et faire des jeans de oufs, et bien sûr Jerry Badders et Vans Shoes pour me filer des paires ! Merci à eux et à tous ceux qui ont été là pour moi. Cela m’a toujours beaucoup touché, et merci à JC Peri pour cette interview !

Hi, Connor, could tell our readers a little beat about yourself ? Of course, my name is Connor Lodes I’m 22 from Morgan (California). I live in San Diego, I am a pro Bmx rider and my sponsors are Premium products, Demolition Parts, Markit Denim and Vans Shoes! I saw some pictures of you riding a bike with a brake. Why are you brakeless today ? I love brakes so much, they’re way too fun but I just felt better on a brakeless bike. When I land a trick, it just has a better feeling to it. So I kept going on that. You are today one of the most famous street rider. Can you talk about what makes your riding different ? Thanks for the kind words man! When I was growing up, I rode with a guy, Steve «Cheev» Terriall and he would always be doing something different and every time I would ride without him I would try to do different stuff! He kinda taught me to think outside the box and it helped a lot and been a lot of fun thinking of different things haha! Your nose manuals are like the best. Can you take us through the motion of how to make some good nose manual ? Something I can tell you and I can help people with, is that if you really want to learn nose manuals, you got to put in the time to learn it. It’s not something you’re just going to get right away! I was at the skatepark going from Crack to crack for like 5-6 hours a day for a week and it’s slowly started getting better! Just focus and have patience an they will come to you! You are from San Diego. Is it a source of motivation to ride with Chad Kerley, Dennis Ennarson and all the others really good riders from San Diego ? I moved to San Diego about 4 years ago and it was the best move I’ve ever made ! It is the biggest motivation living with those guys! I’ve known most of my roommates for more than 7 years and it’s the most relaxing and stress free environment living with your friends that share the same passion you do! Everyone is always doing something in that house! It’s really motivating! How is a day with Connor Lodes ? A day with me is awesome! Naw just kidding, I’m probably pretty average! Normally I wake up, make breakfast clean up and then try and go play disc golf or something in the middle of the day then ride in the afternoon til dark then go home relax make some food and hang out with the roommates! Fun ass day for me hah! Thank you Connor I would like to take the time to thank Demolition parts for being there since day one for me, Premium Products for giving me a spot on their team and helping me with travel, Markit Denim for sending me on the funniest trips and making the sickest jeans, and Jerry Badders and Vans shoes for hooking it up with shoes! Thanks to them and everyone else that has been there for me so much, means a lot, and thanks Jc Peri for this interview!


64 - made - usa par christian vanhanja

Todd Lyons & SE Bikes Tout d’abord, peux-tu nous expliquer comment tu t’es retrouvé à travailler avec S.E. Racing ? En fait, Huffy a été mon sponsor de 1997 2001, puis ils ont arrêté en 2001, et je suis resté sans sponsors pendant un an. Je me suis dit que j’allais reprendre l’université pour essayer d’obtenir un jour un vrai job. Du coup à cette époque, je ne faisais plus trop de Bmx. J’en faisais pour des plus petites marques. C’est à cette période je crois que j’ai appris que SE bike n’était plus rentable et s’était donc faire racheter par Fuji Bike. Fin 2002, je les ai contacté le plus simplement possible et leur ai dit “Je suis un pro rider depuis quelques années déjà, je n’ai pas de sponsors, chercheriez-vous de nouveaux riders ?”. Ils m’ont donc sponsorisé pour l’année 2003, et dès mon arrivée dans l’équipe, j’ai remarqué que le marketing, les vélos, les pubs, tout était assez étrange, parce qu’il n’y avait tout simplement aucun Bmxer dans le staff. J’ai fait de mon mieux pour les guider dans la bonne direction et au bout d’un an et demi, ils m’ont offert la position de Brand Manager. Depuis, je dessine tous leurs vélos avec l’aide du team pro, choisis les nouveaux riders et décide des pubs, ce qui signifie en gros que je n’ai plus le temps pour faire des compétitions. S.E. fait partie des compagnies qui sont là depuis le début, connue et reconnue comme l’une des marques classiques de la période Oldschool. Pour ta part, tu fais partie de la nouvelle génération de l’histoire du Bmx. Comment se passe le fait d’essayer de rester dans l’air du temps avec tous ces jeunes riders qui arrivent ? C’est assez intéressant en effet, parce que S.E. existe depuis plus de 35 ans et il y a des mecs de 55 ans qui utilisent nos vélos tous les weekends. Mais il y a aussi maintenant des jeunes de la nouvelle génération tels que Kris Fox, Big Daddy, Larry, Lucke, qui sont sur nos vélos et qui ne connaissent pourtant rien de l’histoire oldschool. Cela fait beaucoup de gens à satisfaire à la fois. Nous ne pouvons bien-sûr pas nous concentrer sur un seul aspect de notre sport, des vélos rétros aux hardcore new school en passant par les fixed gears, il nous a fallu aborder la gamme la plus large possible en terme de produits. Mais pour ce qu’il en est du marketing, nous nous limitons aux courses de Bmx et au Street, même si nous vendons beaucoup de vélos de ville tels que les fixed gear, mais nous ne faisons pas notre marketing sous cet angle. Et lorsque les gens me demandent “pourquoi vendez-vous tous ces vélos bizarres ?” C’est ce qui nous aide financer nos autres programmes qui sont un peu plus sur le long terme tel que le Bmx. Quelle est la direction depuis la renaissance de la marque? Au départ, ça prenait la direction d’une espèce de look rétro et nostalgique mais la marque a très vite progressé dans le monde du Freestyle Bmx. Tout d’abord, on a eu un succès de fou avec le rétro, il n’y a aucune autre marque qui s’est penchée dessus, nous en avons vendu tellement ! Pareil pour les vélos de ville. Pour la scène freestyle, c’est bien entendu différent, nous n’avons pas un grand marché pour le moment et c’est pour cela que j’ai décidé de mon concentrer sur le sujet. Jusqu’il y a peu, nous n’avions qu’un rider sponsorisé à la fois. Aujourd’hui, nous en sommes à construire une équipe et il y a encore plus de riders à venir ! Nous avons par ailleurs totalement redessiné les races bikes pour 2013 et je pense que nous allons très vite grandir dans les deux secteurs. S.E est avant tout connu comme une marque de race. Ce n’est pas trop dur d’essayer de rentrer sur le marché du Freestyle ? Depuis le début en effet, S.E est une marque de race et l’est toujours. Le nom luimême S.E. Racing (Scott Entreprise Racing) le dit. C’est pourquoi quand je suis arrivé il y a 8 ans, l’une des premières choses que j’ai voulu faire était de remplacer S.E. Racing par S.E. Bikes, pour élargir un peu le spectre. Comme je l’ai dit auparavant nous sommes nouveaux dans le monde du freestyle et une vraie image de marque se construit sur des années. Vous savez dans le monde du Bmx, le freestyle est le plus gros marché et je pense que nous avons une occasion unique de réussir à grandir sur ce marché. Tu as été un des premiers pro racers à faire des tricks dans tes courses. En sera-t-il de même pour S.E.? Vas-tu essayer d’imposer plus de freestyle dans les courses ? Il y a beaucoup d’autres marques de race qui essayent de se diriger vers le freestyle, comme Free Agent, Redline, etc... et soyons honnêtes, une marque comme la nôtre ne sera jamais la marque trop cool dirigée par deux potes bmxers. Nous appartenons à un large groupe et S.E., ce n’est pas juste moi en train de chiller avec quelques potes. C’est pour cela que nous essayons de faire le mieux que nous pouvons en sponsorisant le plus de riders possibles, en les faisant voyager à travers le monde pour qu’ils représentent notre marque, et en leur faisant faire des edits, des contests, etc...

First of all, can you explain us what is the story behind you working for S.E. Racing? In fact Huffy was my sponsor from 1997 to 2001, then Huffy dropped it in 2001, and wasn’t really having a sponsor in 2001-2002, so I figured I’ll try to go back to college, and set up my life to try to get a “real” job. At this time I wasn’t riding that much, I mean I was riding for a small company, and then I heard that SE bike has gone out of business, and was bought by Fuji Bike. At the end of 2002 I have contacted them and say “hey I’ve been a pro rider for years, and right now I don’t have any sponsors, are you guys looking for any riders?“. So they sponsored me for 2003, and when I first came onboard, I realized that the marketing, the bikes, and the ads where funky because nobody there was a BMXer… I did my best to get them inputs, and after a year and a half, they offered me the “Brand Manager” position. So since then, I got to design all the bikes with the help of our pro team, pick up the team riders, decide the ads, which pretty much mean that it takes me out of competitive riding. S.E. has been around since the beginning and is known as a “genuine old school brand”, and you are also part of a more recent era BMX history. How is it like to try to keep going with all the new kids and their new fashion brands? It’s funny you know because S.E. has been around for something like 35 years, you know… We got some 55 years old dudes that are on our bike every weekend, but now we also have new kids like Kris Fox, Big Daddy, Larry, Luke, that are on our bikes now and who know nothing about the old school… That is a quite wide spectrum of people to make happy to grow the brand you know… We can’t concentrate on only one aspect of the sport… Either the retro bikes, the hardcore new school, or the fixed gear… We have to spread everything around. But marketing wise it is mainly race and street BMX, even if we sell a lot of bikes that are “Urban Bikes” such as fixed gear, but we are not putting to much marketing into that. And when people ask me “why are you selling all those funky bikes?”. Well, it’s what helps us to find our other programs that are a little more on the long term side such as BMX. What is the path since the rebirth of the brand ? At the beginning it looked like it was a lot of retro low-end nostalgia, but now the brand is ramping up to the BMX freestyle real world. Well we have totally killed it with the retro, I mean no other company focus like we do on retro bike and we have sold a good number of those. Same thing with the “Urban bikes”. On the freestyle scene, it’s different, we don’t have a huge market share so far and that is why I want to focus more on that. I mean until lately, we were only getting one sponsorised rider at the time, and now we’re building a whole team… And there is more guys coming soon. The race bikes are being completely redesigned for 2013 and I think we are going to grow fast in both of those sectors. S.E is mainly known as a “racing brand”. Isn’t that too hard to try to come over the freestyle market? Since the beginning, S.E. was a racing brand and had always been, I mean the name of the brand was S.E. racing for Scott Enterprise Racing. That is why 8 years ago one of the first things I wanted to do was to change the name from S.E. racing to S.E. Bikes… to widen the board. As I said we are new to the freestyle business, and it takes several years to build a brand image. You know in the BMX business, freestyle is the biggest market and I think we have tremendous opportunity to grow there. You where one of the first pro racer to do tricks in your runs. Is it going to be the same with SE? Are you trying to put more freestyle in the race? You know there are a lot of racing brands that also try to come to the freestyle, think of Free Agent, Redline, etc… and let’s face it, brands like us are never going to be the “cool core brand owned by a couple of buddy BMXers”, we are owned by large group and S.E. is not just me sitting with a bunch of cool friends… So it’s not going to happened overnight just because we want it. That is why we are trying to do it the right way by supporting as many riders as we can afford and make them travel the world to represent the brand, doing video edit, going to the contest, and so on… How dare you need to hire Big Daddy as a team rider? Do you have any power on him getting rid of the “Failrrari” ? Or maybe just have him put a big S.E. chrome sticker on the hood? (Laughing…) Come on, he is definitively a handful, a lot of people think he’s just a goofy guy with a couple of tricks, but I’m telling you : he is good, I mean really good, look at the contest he has been in Europe lately : he rode good ! He is definitively


Comment osez-vous engagez Big Daddy en tant que Team rider! Avez-vous seulement réussi à le convaincre d’enlever son “Failrrari” ou l’avez-vous obligé à coller un gros autocollant chrome S.E. sur son capot ? (Rires) Mais non, il se rend super utile, beaucoup de gens pensent que c’est un mec un peu léger qui fait quelque tricks mais laisse moi te dire qu’il est bon, vraiment bon. Regarde le contest auquel il a participé en Europe: il a super bien ridé! Bien sûr, c’est “Goofy Big Daddy” mais il m’a beaucoup impressionné pendant toute la journée de contest en restant concentré pour sortir de gros tricks jusqu’à la fin de la journée. Pour ce qu’il en est de sa voiture, je pense qu’il y a mis bien plus d’argent que la raison le voudrait, et S.E. n’a bien sûr rien à voir là-dedans... (rires). Nous voulons et nous sommes fiers d’être associés à Bid Daddy mais pas à sa voiture... Fais-tu encore des gros flips ? En novembre, cela fera trois ans que je n’ai pas fait un flip et la dernière fois, c’était pour mon anniversaire, et avant cela, ça faisait déjà trois ans, donc non, c’est plutôt le moment de raccrocher les gants mais tout de suite !

“Goofy Big Daddy “ but he impressed me riding all day long and being so dedicated at pulling big tricks at the end of the day… And regarding the car I think he probably have more money wrapped up in this yellow thing than reasonable, and I don’t want S.E. to have anything to do with this… We do want to be associated with “Big Daddy “ but not with his car… Are you still doing big flips? In November it will be 3 years that I haven’t done a flip, last time I did one was for my birthday, and before that it was another 3 years, so basically it is a “ the star got to align” thing but I’m not done yet!


68 - event - Allemagne par patoche - photos christian vanhanja

The Worlds Stephan Prantl et son équipe ont su prouver, avec les années, que les championnats du monde n’avaient leur place qu’à Cologne. C’est donc avec un plaisir non dissimulé que l’on apprenait en janvier dernier, le retour des Worlds 2012 à Cologne, bien évidemment au mythique Jugendpark !!! Cet événement n’est pas seulement une compétition, c’est avant tout, pour quelques jours, la réunion annuelle du monde Bmx et le seul événement de Bmx où l’on peut voir tous les pays représentés. Avec cette année, l’arrivée de Monster Energy en tant que partenaire principal, les Worlds ont vu par la même occasion débarquer l’internationale Monster Energy Bmx team au grand complet. Nous étions donc plus que prêts. Arrivés le jeudi avec Christian, nous nous rendons directement au Dirt où la ligne très technique a été shapée comme à son habitude par Markus et Benny. En constatant des bosses toujours nikel, on en déduit qu’elles seront à l’origine d’une sélection naturelle entre les riders. Les practices s’enflamment assez vite et les riders commencent à envoyer du très très gros (Nasty, Baldock, Buckworth, Ellis, Nyquist, Satterfield et bien d’autres). Nous nous rendons, déjà plus que satisfaits, sur le park qui cette année incorpore à la zone et la mini à spine. Cette nouvelle disposition des rampes offre de nombreuses lignes et laisse présager une compétition de folie. Au fond, le half pipe où l’on peut retrouver des légendes du sport comme Dennis Mccoy en personne mais aussi la zone oldschool avec toutes les stars qui ont créées ce sport. Les Worlds, c’est aussi ça, permettre aux jeunes riders de voir de quoi et de qui est parti notre sport et surtout de pouvoir se mélanger à des dieux vivants tels que Matt Hoffman, Bob Haro, Ron Wilkerson, Mike Dominguez et j’en passe !

Stephan Plantl and his crew have more than proven over the years, that the Bmx World Championship real home was in Köln ! So you can imagine our joy to learn last January that the 2012 Bmx World would be held in Köln at the legendary Jugenpark !!! One of the reason for my excitement is that this event is not only a contest, it is before everything, and for a few days of July, the biggest Bmx Event of the year and the only one where ever Bmx country is accounted for. With the arrival of Monster Energy as main sponsor, the 2012 Worlds were about to be upgraded by the presence of the full Monster Energy Bmx International team! Everything was in place for the amazing Worlds ! Christian and I arrived on Thursday, directly heading to the Dirt where the pretty technique line has been created by no one else than Markus and Benny. Looking at the hills and bumps we understand that the selection is going to be how would say... natural ! The practice are getting hotter with impatient riders, starting to drop the heavy stuff (Nasty, Baldock, Buckworth, Ellis, Nyquist, Satterfield and many more). It is already pretty happy that we walk towards the park which this year is combined to the mini-spine. This new arrangement of ramps clearly announces a crazy crazy contest. At the back, the half pipe, where you can find legends of the Bmx history such as Dennis Mccoy himself. In the Old School corner, stars that have created our sport. That’s the spirit of the Worlds : young riders able to meet living gods of their sport such as Matt Hoffman, Bob Haro, Ron Wilkerson, Mike Dominge and more !

3-6 turndown how-to by Anthony Napolitan

Nicoli Rodgatkin en flip whip


Felix Kirsh en transfert whip


Colin McCay 3-6 can-can

Pat, markus and the boys rebuilding the u-turn while everybody is partying...


Depuis toutes ces années à rider et à regarder, je dois bien avouer que ce fut la plus grosse finale Dirt de tous les temps ! After all this years of riding and watching I believe I have never seen such a final, it was the biggest final of my life !

Andy Buckworth en superman indian air seat grab


Comme parfois, la perfection et le bonheur peuvent faire peur, la météo s’en est mêlée, en altérant largement l’ambiance, obligeant les organisateurs à trouver les bons créneaux sans pluie afin de faire tout passer dans le week end. Malheureusement beaucoup de catégories telles que le Park pro, ne verront pas leur championnat du monde se dérouler. Le Dirt cependant, étant couvert par le pont permettra de sauver les meubles et d’offrir un spectacle d’anthologie à tous les spectateurs venus en masse une fois de plus. Dès les qualifs, on se rend compte du niveau incroyable des riders tous désireux de rentrer en finale. Dans l’après-midi, nous basculons sur le show Old School et là, on peut tranquillement dire qu’on a pris une claque. Je ne connais pas beaucoup de riders capables de prendre un vélo de l’époque et d’envoyer sur un quarter à l’ancienne ! Dave Nourie, très stylé et à l’aise montre ses talents de chat sur un vélo, Ron quant à lui retourne le quarter alors que d’autres font des cross over et des 540 ! Respect à ces riders qui nous ont permis de connaître ce sport un jour et qui l’ont créé de toute pièce. Le soir tombe et la finale Dirt pointe son nez. L’ambiance est éléctrique et les riders sont prêts à mettre le feu aux poudres. Depuis toutes ces années à rider et à regarder, je dois bien avouer que ce fut la plus grosse finale Dirt de tous les temps! Un niveau hors normes, des tricks novateurs et une ambiance dingue. Une soirée comme celle-ci ne pouvait se terminer ainsi et c’est bien naturellement que nous nous dirigeons tous vers la soirée, et quelle soirée !!! Les photos parlent d’elles-mêmes et on en a encore mal à la tête hahaha ! Je crois que je n’ai jamais vu autant de dollars de ma vie (Monster dollars bien entendu !), big up à Monster du reste. Le dimanche sera sous la pluie et c’est avec tristesse que l’on verra l’organisation mettre un terme à ce championnat du monde néanmoins mémorable. Une fois de plus et malgré des conditions désastreuses, le crew allemand a su pousser le sport jusqu’à ses limites. Encore un énorme remerciement à toutes ces personnes volontaires et passionnées mettant tout en œuvre pour créer des évènements de folie comme celui-ci !!! Une mention spéciale à Christian qui hélas s’est fait volé tout son matos photo le premier soir et qui malgré un manque de matériel a su tirer son épingle du jeu et shooter non stop avec la mobilisation d’autres personnes ! T’inquiète Cricri, tu vas te refaire.

Since perfection and happiness can scare even the gods, the weather decides to try to put an end to our feast, pushing the organizing team to work around the moments of rain but sadly a lot of categories such as the Park Pro will not be able to do their World Championship ! Luckily for everyone, the Dirt being protected from the rain by a bridge offers the most epic show to an heavy crowd who keeps on showing up every year ! Right from the qualification the level is insane, as the rider fight as hard as possible to make it to the finals. During the saturday afternoon we bounce back to the Old School show, and I can pretty much say that I got slapped ! I don’t know many riders able to take an old school bike and do old school tricks that will make you reflect on your life. Dave Nourie with style and ease shows his effortless skills on the bike as does Ron and few other with cross overs and 540 ! All my respect to those riders that have built our sport ! As the night falls, it is time for the Dirt Final. The air is electric and the riders are to put the night on fire. After all these years of riding and watching I believe I have never seen such a final, it was the biggest final of my life. A level out of space, new tricks, pumped up an euphoric crowd, a night to remember, and night that could end with just a final, nope it was time to party and what a party. As the pictures serve as witness and the migraine still last, I can soundly say that I have never seen as much (Monster) Dollars in my life ! Big up to the Monster Crew for making all this possible. The Sunday was uneventful and the organising team sadly had to put an end to Championship due to the unstoppable rain. Inspite of the weather, the german crew has once again found a way to push back the limits of our sport. A big thanks to all the volounteers and passionate souls that made this crazy event possible ! And a special thanks to Christian, who sadly got all his camera material stolen the first night and found a way anyway to shoot during the whole weekend putting anyone at contribution ! Don’t worry Chris, you’ll be back to the top !


76 - oldschool - germany par Xavier FORTENBACH - photos mark gray, xavier mendez & C. VANHANJA

The Haro Show Mes Worlds 2012 13 juillet. Direction Cologne, je suis dans le gaz, seulement 8h00. Je retrouve 4 gars du 23Mag : Arnie, Phoenix, Satoorne, Shogun, plus les Massabova. Au bar, les discussions commencent entre Old et New School, les yeux brillent déjà… 11h30 : Cologne nous voici, direction le Jugendpark. Pressés de découvrir le site, en premier le champ de Dirt, situé sous une autoroute. Des cathédrales de terres sont dressées, un start de fou sur une plate-forme de 10 mètres de haut et 2 lignes de 2 ejects. Récupération du bracelet magique pour les 3 jours et c’est parti. 2 rangées de stands & de beaux shops (waouh, y a du matos). Une belle tente Haro Old-School from Uk, des beaux bikes et pièces d’époque. Et voici, le Park, super beau ! Sous la pluie, les gars essayent de le sécher avec des rampes à gaz, bon courage… Une rangée de bars, de stands saucisses et hamburgers (miam), puis nous débouchons sur l’aire de flat avec un quarter tout noir full logo Haro (la classe). Enfin au fond, une Big, selon Shogun, les mêmes proportions que celle de Gerland. Le week-end s’annonce très bien, bière et saucisse, histoire de tuer le temps, car rien ne roule. Stop&Go à l’hôtel. A la sortie, un petit attroupement autour d’un Haro Sport rouge, avec qui dessus, Mr Blyther ! Puis, tiens, Bob himself, accompagné de Zach Shaw. Notre plaisir de revoir Bob semble partager, on fait le chemin ensemble vers le site, on reparle de la soirée Béton Hurlant, des projets de Bob, des notres, bref tout cela est un peu surréaliste. Nous sommes doublés par d’autres gars en Haro, heu là c’est Ron Wilkerson, suivi de Mike Dominguez et Xavier Mendez …, nous avons les yeux grands ouverts comme il y a plus de 20 ans ! La pluie a stoppé, direction l’aire de flat pour les qualifs amateurs, puis celle du park, ça roule pas mal. Beaucoup d’inscrits dans les 2 épreuves. Ça tourne aussi un peu sur la Big, chaud avec le vent pour ne pas décrocher. On passe du bon temps, la bière aidant… Vers 18h, qualif Pro Dirt, ça envoie du tricks pendant plus d’une heure devant un public de connaisseurs. Fin de journée avec la banane mais vanné. team haro & 23 mag

dave “gambie” nourie

My Worlds 13 July 2012 - On my way to Köln, I am struggling with the fact that it is 8 in the morning. In the train I met 4 guys from 23Mag: Arnie, Phoenix, Satoorne, Shogun and the Massabova’s. By the bar, discussion start to light up about the Old School vs New school, people’s eyes are already shining. 11H30... Köln here we are, everyone going to the Jugendpark. Impatient to discover the site, we first see the Dirt Trail, under a highway. Cathedrals of mud have rosen from the ground, a crazy start about 20 feet high, 2 lines and 2 ejects. It is now time to get the magic pass for 3 days ! 2 lines of stands and nice shops (so much stuff). A beautiful Haro Old school tent from the UK, nice bikes and old material. And now the Park, beautiful ! Under the rain, a few dudes are trying to dry themselves with a gaz ramp, good luck ! A line of bars, hot dogs and burgers stands (nice) then the flat area with full black quarter Haro Logo (classy). In the back, a big which according to Shogun is of the same size than the Gerland one. The week end is going to be more than nice I believe, time for a beer and hotdogs since no one is riding yet. Stop&Go at the hotel. Outside a small gathering around a red Haro Spot, with whom on top of it ? Mr Blyther! Then Bob himself, with Zach Shaw. Our joy to see Bob again seems mutual; we walk back together towards the site, talk about the Beton Hurlant exhibition, about Bob’s projects, ours, it is all a little surrealistic ! Some faster Haro riders cross us, hey, that’s Ron Wiklerson followed by Mike Dominguez and Xavier Mendez... Our eyes are wild open just like there were 20 years ago ! The rain stopped. We’re heading towards the flat area for the amateurs qualifications, then the park ones, the riding is not bad. A lot of riders in both competitions. It is getting a little more serious on the Big, with the wind ! We had some fun, the beer helping,... Around 6, the Dirt Pro qualifications. Tricks all over for more than an hour in front of a crowd of connoiseurs. The end of the day with a smile on my face but beat !


ron wilkerson - crazy pedal picker drop in ! photo xavier mendez


dave nourie, 25 ans après, rien n’a changé.... photo C. vanhanja


14 juillet - Arrrgh.. réveil sous la pluie, petit déj en parcourant le programme du jour, faxé à l’hôtel. Toutes les épreuves sont décalées dans l’après-midi. Alors, Tramway zum Zentrum Köln. Puis retour aux Worlds pour la suite des qualifs Pro Dirt, ça continue à envoyer, la finale promet… Passage sur l’aire de flat, mais re-pluie, ça se calme un peu, la finale amateurs peut commencer. Petit tour du carré, tiens une tête connue ! Surprise, c’est Matt Hoffman ! Là il s’occupe d’étirer le dos de McCoy. Des mecs ne captent pas, d’autres si. J.Bretagnolles se fait tirer le portrait avec les deux du coup. La fin de la finale approche, du spin dans tous les sens. Un plan incliné est installé face au quarter: “Soon, Old School show time gentlemen’s...” ! Le team Haro arrive, habillé Old School (casque jet et bike), ça en jette. L’aire de flat est blindée, le soleil pointe son nez. Ok il n’y a pas les degrés mais pendant 45 min, on est en Californie. Martin au micro lance les runs, Nourie assure au sol, les routines sont propres et full era 80’ correctes. Côté rampe, Blyther envoie aérial et 540, je suis scié pas son feeling, ok ça va moins haut mais c’est toujours propre, déroutant de simplicité et de précision. Dominguez roule smooth et envoie aérial et abubacca, tranquille et zen. On retrouve le style 2hip de Ron. Poussé par le public, il nous tente à deux reprises un Pedal Picker drop in. Il s’explose au premier et rentre le second, le gars n’a rien perdu. Il nous dira après, qu’il ne connaissait pas le vélo (le rétro -coasterbrake déconnait), résultat 2 côtes cassées au premier drop ! Cross-over avec Blyther en alley-oop et Dominguez au dessus. McCoy se loupe sur son premier aerial, il ne sent pas la rampe et fera du flat avec Nourie. Le team prend du plaisir et nous aussi, les gars sont de vrais showmen, ils ont toujours le BMX dans la peau. Fin de la démo, grosse cohue pour shooter les guys, nous arrivons à tous les rassembler, Bob et Matt compris… Le kiff. La passion BMX faisant, on reste un bon moment avec le team, du coup, nous sommes presque que des gars du 23Mag. Satoorne a eu la bonne idée de prendre le livre de Béton Hurlant. Ils sont scotchés sur l’exposition et veulent des détails. Le moment semble irréel, nous sommes sur un petit nuage, nous parlons de Bercy, Mégafree... Une sorte de complicité s’est installée, ils se prêtent au jeu des photos et dédicaces d’autant plus naturellement. Retour au flat pour la fin de la finale pro, les 5 derniers envoient. Puis la finale du Dirt tient bien ses promesses, l’atmosphère est survoltée, les riders motivés avec un super team spirit entre eux. Plus que content d’avoir vécu cela en live. 15 juillet - Pluie non stop : on bulle un peu, puis nous retrouvons Bob à son hôtel. Passage aux Worlds où tout est annulé. Thalys, métro et dodo. Le lundi a été difficile!

mike, xavier mendez, & brian - photo mark gray

brian blyther, 540

14 July - Arrrgh, waking up under a rainy day. Breakfast while reading the program of the day faxed at the Hotel. Everything has been moved to the afternoon. So, Tramway zum Zentrüm Köln and then back to the Worlds for the end of the Dirt pro Qualification, still a lot serious rider, looking forward to the finals. Going to the Flat area, but then rain again ! Things come down a little so the Amateur’s final can start. Overseing the square, oh look Matt Hoffman, busy stretching McCoy’s back. Some notice others don’t... The end of the final is coming, spin everywhere. Facing the quarter you can read “Soon old school show time gentlemen’s”. The Haro Team arrives, dressed Old-School (Jet helmets and bikes). Nice, the Flat area is packed, the sun stars to sow, true it is cold but for 45 minutes we are in California ! Martin at the mic starts to launch the runs. Nourie is giving it on the ground, the routines are clean et full era 80’ descent. On the ramp side, Blyther throw aerian and 540, I am stunned by his feeling. It is getting a little less higher but still very clean, almost disturbing by its simplicity and precisness. Domingez rides smooth, aerial abubacca, tranquil and stable. We come across the 2hip style of Ron, pushed by the crowd, twice he tries a Pedal Picker drop in. He epically fails the first try and brilliantly succeed the second one, the man has not lost his touch with his talent. He will explained to us later that he did not know the bike (the retro coasterbrake didn’t work) as a result he broke two ribs at the first try. Cross-over with Blyther and alley-oop with Domingez. McCoy misses his first aerial, he doesn’t feel the ramp and will end up doing flat with Nourie. The team is enjoying the moment so are we, those are real showmen, they still live with Bmx under the skin. At the end of the demo, it is close to the fight to be able to shoot them, we manage to get all of them on the same picture even Matt and Bob... Great ! All brought together by the love of Bmx, we have a great time. Satoorne has had the good idea to bring the book of Beton Hurlant. Everyone is stunned by the exhibition and want to know more about it. The moment seems surrealist, we are close to heaven. We talk about Bercy, Megafree... A kind of complicity is born, the riders willing let get shot and share with us. Back to the flat for the pro final, the 5 last riders give it all. Then comes the dirt Final, which holds all its promises. The athmosphere is electric, the riders are super motivated and show a great team spirit. More than happy to have lived this moment in live, we eat a bit, go back to the hotel, drink a beer then go to sleep ! 15 July - The rain won’t stop, we hang out a little, meet Bob at his hotel. Go to the Worlds were everything is cancelled. Thalys, metro, sleep ! Monday was a bit hard !

RON wilkerson

mike dominguer, fakie - photos xavier mendez


Ville de Pessac - Direction de la Communication - Licence n° 2-01138136 - Graphisme : temple-tate.com - Programmation sous réserve de modifications

26 OCT > 4 NOV 2012 > PESSAC

Vibrations Urbaines#15

WWW.VIBRATIONS-URBAINES.NET

26 OCT

U-ROY + NATTY JEAN + KANKA + BIGA*RANX

29 OCT > 1ER NOV

ATELIERS SKATE, ROLLER, BMX... 1ER NOV

27 & 28 OCT

CONTEST SKATE 28 OCT

PESSAC BATTLE ARENA (Breakdance)

M.O.P. + BUSTA FLEX + FRER200 2 NOV

DUB TO DUBSTEP # 4

The Bug Feat. Daddy Freddy + O.B.F + Tha New Team + Dub Addict Sound System + Mayd Hubb

2 > 4 NOV

CONTESTS INTERNATIONAUX BMX park, dirt, street, old school et flat

3 NOV

ALL IN PARTY !

finales contest international flat + bunny up + street best line + battle flat vs street + expo & jam old school + skate out & trashcar + dj’s

+ EXPOS ET PERFORMANCES GRAFFITI + CINÉ + DANSE...


82 - spot - france par patoche - photos Manu sanz

Park de Serignan Quand Vincent Massardier et son père m’ont parlé de ce projet dingue dans leur commune, je dois dire que j’ai eu du mal à croire en sa création. Ceci dit, lorsque deux passionnés mettent tout en œuvre pour qu’une telle structure voit le jour, rien ne pourra les arrêter. Et ce fut avec le plus grand des plaisirs que nous avons pu participer à la création du premier parc des sports urbains en France cette année !!! Qui aurait pu, il y a de ça encore un an, imaginer possible de prendre place sur un ancien terrain de rugby et d’y incorporer un gros skatepark, un champ de bosses avec différentes lignes pour tous niveaux et bien d’autres structures? Eh bien personne je pense. Cependant et pour la plupart qui ont pu s’y rendre, ce lieu existe et offre aux jeunes la possibilité enfin de pouvoir pratiquer leur sport favori et ce de manière surveillée. Cette histoire vous prouve bien que l’envie et l’huile de coude peut faire des miracles. Un gros big up à Vincent Massardier et à son père aka le coach sans qui rien n’aurait été possible à ce jour. À présent, lisez bien cette entrevue avec Vincent qui peut-être vous donnera des pistes ou même simplement la motivation pour monter de tels projets car de nos jours, tout ce dont nous avons besoin, c’est de mobilisation !!! Présentation. Vincent Massardier aka La Machine, j’ai 27 ans, j’habite à Sérignan près de Béziers dans l’Hérault près de Montpellier dans le sud de la France. Cela fait 14 ans que je creuse et que le dirt est devenu une passion. Sponsors : DC par Quiksilver shop Béziers, Masters of Dirt. Tout d’abord, nous voulions prendre de tes nouvelles suite à ta chute au MOD Summer Tour. Pourrais-tu revenir sur cet accident, nous dire ce qu’il s’est passé et où tu en es aujourd’hui ? Et bien oui, une chute sur le big air tracté par la moto pendant le show du MOD le 8 juin dernier à Graz. C’est presque douloureux encore rien que de le raconter. Après une journée à regarder tomber des trombes d’eau, assis sur un pouf, nous n’avons pas eu de practice, alors pendant le show au moment où les bmx devaient rouler, lors de mon premier passage, j’ai lâché trop tard la corde et j’ai fini en bas de la récèp de moto à plat sur la cheville 14 m plus loin. Du coup impossible de repartir pour un deuxième run, impossible de marcher... La merde !!! Résultat du scanner une semaine plus tard : triple fracture du scafoide tarsien. Voilà bientôt 3 mois que je traîne la douleur. Je n’ai pas encore récupéré totalement l’appui car j’ai dû m’occupr des jeunes sur le nouveau complexe et évidemment assurer l’entretien, pour les diggers connaisseurs, creuser avec une botte et des béquilles c’est pas évident mais je n’avais pas le choix... Alors du coup au bout de 3 mois je commence à peine à remonter sur le bike mais en saut droit il me faudra être encore patient quelques semaines de plus avant de refaire des rotations ou prendre de la hauteur. Tu fais partie du noyau dur du dirt en France et fais partie de ces riders qui repoussent leurs limites en permanence. D’où te vient cette énergie débordante et comment gardes-tu cette motivation sans égal ? Hé, hé, la passion et le bonheur de rouler entre potes. Récemment je me suis découvert une motivation supplémentaire à transmettre mon savoir sur le vélo autant avec une pelle en étant sur le nouveau site avec eux et du coup leur motivation me touche et m’aide à me surpasser pour eux. Bien évidemment je garde cette niak d’aller toujours plus loin et surtout de l’avant d’où cette habitude de signer mes passages avec un frontflip sur les événements. Tout le monde a pu voir ton champ de bosse nommé Vitikul trail. Qu’est-il devenu, rides-tu toujours là-bas ? Haaaa le Vitikul Trail, voilà deux ans malheureusement que j’ai du le laisser de côté entre une opération du ligament croisé, une inondation qui restera dans les mémoires de tout le village suivie d’une triple fracture autant vous dire que tout seul, c’était mission impossible. Après les ligaments et la rééduc de cet hiver, une semaine de reprise au nouveau parc et quelques fronts pour la routine, le FISE 2012 m’a permis de revenir pour faire la finale dirt pro et finir 6ème derrière les ricains et australiens présents. C’était cool !!! Le big air du Fise était bien fat! Un bon front turn sur 16/18 m, ça faisait du bien pour mon retour à la compèt. Le 8 juin, c’était le crash à Graz en Autriche. Depuis je récupère tranquillement en faisant vivre le nouveau site. Aujourd’hui, le Vitikul n’est pas mort ! Oui, oui, il y a toujours un oui, les premiers coups de nettoyage ont recommençé, en compagnie d’une bande de jeunes motivés, qui j’espère, ne lâcheront pas prise dès les premières pluies ou coups de froid.

Les fameuses dirt reverront le jour dès cet automne. Un grand nombre de pro dirteurs ont pu apprécier les dirts par le passé, on pourra encore voler au Vitikul à nouveau ! De ce fait, tu as donc participé activement à la création du nouveau parc des sports urbains de Sérignan. Comment vous est venue cette idée et qu’avez vous mis en place pour la réalisation d’un projet si ambitieux ? Le parc des sports urbains de Sérignan est un projet fou qui est né dans la tête du coach en avril 2008 ! L’équipe municipale venait de changer ! Le nouveau maire est devenu attentif à mon parcours en BMX ! Le succès rencontré par les premières jam montées au Vitikul a fait tilt dans l‘esprit de nos nouveaux élus qui ont vu un bon moyen d’occuper les jeunes du secteur. Notre maire a demandé au coach de monter un projet d’une base de sports extrêmes où le bmx, le roller et le skate pourraient évoluer quelque soit le niveau de pratique, débutants, amateurs et confirmés sur un terrain que la mairie nous mettrait à disposition ! La fièvre des sports de glisse avait gagné, après les succès rencontrés par le FISE à Montpellier. On s’est mis au travail, le rêve était en route, les dossiers, les devis, les dessins, les demandes de subvention, les appels d’offres, les réunions, les retards, les prises de décisions, la validation des financements, le rétro planning des travaux, le lancement du chantier, le suivi et l’ouverture en mai 2012. 4 ans d’études, dont 2 ans de dossiers et de recherches de financement, 4 mois de travaux et l’inauguration d’un complexe unique le 16 juin dernier ! Pourrais-tu nous présenter le complexe dans sa totalité ? Est-ce un projet évolutif dans le temps. D’autres structures vont-elles voir le jour dans le futur ? Sur un terrain de rugby régulièrement défoncé par les gens du voyage, l’équipe municipale a décidé de créer un lieu d’échange intergénérationnel en dessinant : - un skate park de 700 m2 dessiné par William Gleyzal et Fabien François, les travailleurs de l’ombre du Fise AREA avec les idées de Patoche au départ et les remarques de riders habitués à rouler des beaux parks durant ces 4 années. - une mini rampe à spine de 19 m de long et 1.70 de haut digne des belles années du Fise ! - il y en aura pour tous les goûts : bmx, roller, skate et même trottinette, oui oui ! - un stade permanent de dirt dessiné par Patoche et Markus Hample avec une pump track d’initiation à la race pour les débutants. - une ligne amateurs pour s’initier au saut de bosses en terre pour ceux qui commencent à prendre un peu d’adrénaline. - une ligne pro avec un set de bosses shapé par Markus et Patoche avec la fine équipe des aixois Alex Dropsy, Béou et même Béranger. - un set digne des éditions du lords of dirt de Tosse !!! Un container perché à 2.50 m de hauteur, un bon gap à 5 m de haut. - et hop 8 m puis 9 m puis 5 m puis virage bien relevé, step down et dernier saut sur de la molle, une ligne bien tech où les temps de vol sont plus longs que le temps de roulage !!! - on a essayé de prendre les conseils des meilleurs concepteurs de parks et diggers d’Europe pour être sûrs du résultat !!! - un playground pour les flateux 20x20 avec un wall qui permet la pratique du basket, du tennis, les jongleries avec ballon et les chorégraphies hip hop, sans oublier les graffeurs. - un parcours d’audace avec des ateliers d’équilibre pour toutes les générations. - un cheminement en béton permet de traverser le site pour le rendre accessible à tous sauf aux véhicules à moteurs dans un ensemble arboré de 80 sujets appelés à donner de l’ombre avec quelques bancs destinés à toutes les générations. Enfin un réseau d’arrosage a été créé pour l’entretien du site, ainsi que des fontaines d’eau potable quadrillent le site. Des toilettes et l’aménagement du container permettent l’abri d’un local technique outils, vélos, etc... Après quelques mois de fonctionnement et à l’écoute des premières remarques, plusieurs idées pourraient voir le jour. Plusieurs bancs, le long de la piste débutants pourraient compléter le site également autour du skate park ! Un lieu de vie pourrait voir le jour pour créer un point de rencontre, d’abri, de point chaud ou de buvette, un club house avec terrasse avec vue sur le dirt et sur le park pourrait s’inscrire au cœur du site en 2013. On pourrait prévoir également un aggrandissement de la dalle pour compléter les modules existants sur le park et faciliter les prises d’élan pour prendre le wall avec plus de speed. Un bac à mousse ou un airbag pourrait naître dans un futur proche. Une bosse avec résille ou une fun box équipée de résille sont envisageables aussi.


tristan musso


Tout est une question de budget bien sûr, de volonté politique et de recherches de partenaires ! Ce ne sont pas les idées qui manquent ! Les budgets, il faut les rassembler ! Le succès rencontré par le site depuis son ouverture est tel que ce park vivra bien que si nous assurons une présence, un entretien, un fonctionnement optimisé et une réelle animation tout au long de l’année ! On travaille sur tous ces projets ! Avec un complexe comme celui-ci, j’imagine que cela demande énormément d’entretien ? Es-tu employé à l’année pour que le terrain soit toujours propre et praticable ? La municipalité a souhaité mettre en place dès l’ouverture du site un intervenant roller de l’asso roll school de Montpellier, Baptiste Rui rider pro roller. Une intervenante surveillant le site, nettoyage des parties communes et poubelles, un intervenant bmx, un poste d’encadrement des débutants pour sécuriser l’utilisation du site et assurer le respect des règles de sécurité, le port du casque obligatoire, et l’application des règles de cohabitation entre les disciplines et les riders pour maintenir un bon état d’esprit sur le site qui est ouvert tous les jours en été de 10h à 12h

tristan musso

et de 16 h à 21h. J’occupe cette fonction au sein du service des sports de la ville de Sérignan depuis l’ouverture du site pour maintenir propre et assurer l’entretien des bosses. Un vrai job à plein temps vous pouvez l’imaginer ! Nous travaillons au lancement d’un club de bmx sur le site qui accueillerait les enfants dès la rentrée des classes en septembre pour l’initiation et la pratique encadrée sur l’ensemble du site avec un emploi qui serait perrenisé par les cotisations des adhérents, une subvention d’équilbre du budget et la recherche de partenaires qui complèteraient le fonctionnement à l’année. Les dossiers sont en cours de finalisation ! Toutes les idées sont bonnes à prendre ! Partagez et donnez vos idées aussi ! Le principe, c’est la gratuité d’accès mais il apparait indispensable de structurer le site en donnant de la force à l’association qui en aura la jouissance et qui en assurera le fonctionnement en multipliant les adhérents et en tissant des liens forts avec des partenaires publics et privés. Il est hors de question de laisser le site se dégrader dans le temps quand plus de 500 000 euros ont été engagés par les différents ministères et collectivités locales et territoriales !

la machinE


matthieu musso, 3.6 no hand


Dès la première année d’existence, vous allez accueillir une des étapes du Lords of dirt ? La venue de cet évènement va-t-elle selon toi faire connaître le terrain davantage ? Dès la création de ce projet, nous avions comme objectif de pouvoir monter un bel évènement ou 2 par an et par discipline ! Pour le dirt, il nous semblait cohérent de monter une belle étape du Lords of Dirt tour, compte tenu de nos liens avec les top dirteurs européens Markus et Pat. On voulait du fat ? On a eu du fat ! Quel bonheur d’accueillir à Sérignan quelques uns des meilleurs riders de la planète Dirt ! La liste s’allonge d’heure en heure à l’instant où j’écris ces lignes. On vous dévoilera tout ça sur facebook rapidement mais avant, allons au Vans Kill The Line pour se chauffer les yeux et les mains ! Il est clair que l’histoire du park des sports de Sérignan sera marquée par le passage du Lords of Dirt tour. Dans la région, tout le monde en parle, les gamins et les locaux n’en peuvent plus d’attendre la venue des top riders pros annoncés ! Ce sont les riders qui en parleront mieux que moi après l’évènement. Nous souhaitons tous que la météo ne fasse pas de caprices pour la réussite d’un tel évènement ! On croise les doigts ! Comme tout rider, quels sont tes projets à venir ? Va-t-on revoir la machine tout déchirer en 2013 ? 2012 sera un bon millésime quoi qu’il arrive après cette 6ème place au Fise dirt pro! La cheville sera-t-elle au top pour les Lords ? Rien n’est sûr ! De toute manière, j’aurai clairement la chance d’organiser avec coach et Pat un bel event ou des top

riders vont démonter le spot ! La Machine reviendra évidemment après deux années de blessure derrière moi et mes 28 ans en novembre mais j’ai cette énorme envie de revenir sur les événements en Europe comme en France. Alors j’espère être prêt pour un retour à Pessac pour les V.U. du côté de ma terre natale où ma famille vient m’encourager chaque année, ce qui me donnera encore plus de motivation pour bien rouler. Mais un retour ne se fait pas si facilement, l’entraînement sera de rigueur. Nous sommes peut-être des pros mais les heures d’entrainement sont aussi importantes que pour celui qui débute. Un message à faire passer ? La vie est faite de blessures physiques ou morales. Allez toujours au bout de vos idées ou de vos envies car notre vie de rider est courte mais celle de la passion est éternelle, ne baissez jamais les bras, le travail et la volonté finissent toujours par payer. Notre parc des sports urbains ne serait pas sorti de terre sans la passion et la force de convaincre pour un beau projet ! Si vous n’êtes pas convaincu, faites comme moi, apprenez frontflip et vous verrez que d’aller de l’avant, c’est tellement mieux et surtout plus facile, paroles de Machine. ADISHATZ Des remerciements ? Je vais oublier du monde c’est sûr ! Tellement de gens ont contribué à ce projet ! Il faudrait 2 pages pour les remercier tous, on le fera promis ! Tous les partenaires du Lords bien sûr. Pour le moment, j aimerais remercier Mr Frédéric Lacas, notre maire sans qui rien n’aurait été possible. Will pour sa patience avec le coach ! Pat et Markus pour la réalisation du site et l’organisation du Lords sans oublier les aixois bien sûr, merci Alex. Ma chérie, Jessica, qui m’accompagne avec Hugo, son frère, le petit dernier qui déboule déjà sur la pump track! Je tiens à les citer car ils le méritent : Quentin Bayard, François Beber, Adrien Charre, les petits jeunes qui m’ont beaucoup aidé pendant ces 3 mois sans oublier les team incoming et Art Flip Crew, la mairie de Sérignan, Intersport Béziers Victor Frontera, culture vélo Nico et Zaza, DC et Masters of Dirt, Georgio le boss du MOD. Bien évidemment, le Coach qui a fait un boulot de fou pour que ce rêve devienne réalité, un beau parc des sports urbains à Sérignan. Bon riding à tous, prenez soin de vous et bienvenue à Sérignan pour partager notre passion ! Come on guys ! Welcome for the Lords of Dirt 2012 in Serignan ! Thanks to all the riders ! Take care !

tristan musso


89 - racing - UK par christophe viCo - photos Thierry Larret

Olympic Games


Bmx aux JO de Londres... So British ! Les Anglais sont par nature des originaux. Pour la cérémonie d’ouverture, ils vont oser balancer virtuellement l’authentique reine mère du haut d’un hélicoptère au bras de l’intrépide 007 alias Daniel Craig ! La couleur est annoncée : des JO à la sauce anglaise sucré-salé et une piste de Bmx toute de gazon vêtue faisant l’unanimité quant à sa conception unique. Les meilleurs pilotes mondiaux réunis pour un show impressionnant diffusé en direct dans le monde entier. Jamais le Bmx n’aura autant enthousiasmé les foules. Et pour cause, ce sera un spectacle à la hauteur (dans les deux sens du terme) malgré des gamelles explosives ! Exit nos trois français engagés chez les hommes : Moana Moo Caille se fera sortir en quart de finale, dommage pour le sympathique Réunionnais. Quentin Caleyron ne dépassera pas le stade des demi-finales après une chute en 1ère manche. Pour le grand favori de ces jeux Joris Daudet (champion du monde 2011, vice-champion du monde 2012) c’est encore une grosse chute lors de la dernière manche des demi-

Bmx at the London Olympics 2012... So british ! By nature, English people are different. For the opening ceremony they did virtually throw the Queen Mother out of an helicopter into the arms of intrepid Daniel Craig aka 007 ! The frame was set: Bitter sweet english flavored Olympic Games with a Bmx track made out of grass getting a unanimous feedback regarding the unique conception of it. The best riders of the world gathered for an impressive show direct on live Tv, in front of the whole world to watch. Never Bmx has been that popular. And in every way possible, regardless of the numerous spectacular falls, the show kept all its promises ! Exit our 3 French riders in the men category: Moana Moo Caill will loose in quarter finale, too bad for the our nice rider from the Reunion Island. Quenting Cleyron will not go beyond the semi-final after a fall on the first run. And for the main challenger of the of those Bmx Olympics, Joris Daudet (2011 world champion, 2012 vice world champion), it is again an impressive fall in the last run of the semi-finals


finales qui verra ses espoirs de médailles s’envoler. L’Australien Sam Willoughby et le Colombien Carlos Mario Oquendo décrocheront l’argent et le bronze. Mais la star de ces jeux sera incontestablement l’impressionnant Letton Maris Stromberg « The machine » qui s’imposera une nouvelle fois après l’or de Pékin... Respect ! Ça se passera un peu mieux pour les filles heureusement. Laetitia Le Corguillé médaillée d’argent aux JO de Pékin, et Magalie Pottier championne du monde 2012 termineront respectivement 4ème et 7ème en finale après avoir effectué de très belles courses lors des qualifications. La victoire reviendra à la charmante et efficace Colombienne Mariana Pajon devant Sarah Walker la néo-zélandais et Laura Smulders la néerlandaise. Félicitation au coach Bas de Bever, l’ex-pilote élite avec lequel j’ai roulé jadis a réussi son pari en ramenant une médaille à la Hollande. Évidemment pour le staff français, l’entraîneur Fabrice Vettoretti et les pilotes, c’est une grosse déception après des mois de préparations intenses. La piste très technique ne permettait aucune erreur. Les Français ont très bien roulé et nous ont donné beaucoup d’émotions pendant les direct tv. Qu’importe les résultats c’était du very good Bmx. Alors « Bem-vindo » au Brésil dans 4 ans !

that will see all his hopes of medals fall apart. Australian rider Sam Whilloughby and Colombian rider Mario Oquendo, will get the Silver and the Bronze. But the star of this Bmx Olympics is undeniably the impressive Letton Maris Stromberg “The Machine” who will impose himself once again after the Pekin Olympics Gold Medal... Much Respect ! Luckily things turned out a little better in the girls category, Letitia Le Corguillé, who was medalist at the Pekin Olympics and Magalie Pottier 2012 world Champion will finish 4th and 7th in the final after some good runs during the qualifications. The victory will go to the charming and efficient colombian rider Mariana Pajo in front of New-Zealander Sarah Walker and Netherlander Laura Smulders. Congratulation to the coach Bas de Bever, ex elite pilot with whom I use to ride and who has won his challenge of being to bring a medal to the Netherlands. Obviously it was a big deception for the french staff, coach Fabrice Vettoretti, and the pilots after a few months of intense training. A very technical trail leaving no room for mistakes. The french have rode well and given us a lot of emotions during the live tv shows. How ever the results, it was very good Bmx, so “Bem-vindo” in Brazil in four years from now !


92 - attitude - france par alain massabova - photo PEKA DEVé

L’Encrerie Salut Jey, tu peux présenter ton team rapidement ? C’est très simple mais en même temps très compliqué... Dans L’Encrerie, il y a Leo aka Walter Hego, l’artiste dessinateur qui s’exprime en partie par le tatouage, puis moi à la direction artistique et créative du lieu et de la marque, mais tout ça ne fonctionne que par l’échange que nous avons et le soutien de proches tels que la modèle Stephanie Lambert ou la styliste designer Josia.N. A partir des prochaines semaines nous allons être rejoints par d’autres tatoueurs de talents afin de travailler et servir nos clients avec plus de facilité.

Hi Jey, could you quickly introduce your team ? It is both very simple and quite complicated... At the Encrerie there is Leo aka Walter Hego, the drawing artist who mainly expresses himself through tattooing and me as artistic and creative director of both the place and the brand. But all this only works because of the exchange and the support of a close community such as Stephanie Lambert working as model or Josia N. working as clothing designer. In the next few weeks, a few other talented tattoo artists are going to join so we can work more easily in making all our costumers happy.

Raconte donc l’histoire de L’Encrerie. Quel est le concept ? Alors c’est l’histoire de deux mecs qui se rencontrent et qui décident de faire un truc cool ensemble peu de temps après. Plus sérieusement, nous évoluons dans divers milieux artistiques. On a des potes chanteurs, designers, acteurs,... amateurs de tatouages effectivement, mais attachés à des valeurs et une esthétique qui se veulent bien différentes de ce que d’autres grands noms du tatouage ont établi avant nous. Alors, comme des artistes tels que Baby Ray, Mister Cartoon ou Scott Campbell, avec qui j’ai eu l’occasion d’échanger et qui ont tous apporté une pierre à ce monde en innovant dans un univers qui a bien trop souvent mis des oeillères, nous avons voulu nous aussi faire autrement. Nous respectons donc la culture à 100% mais par le concept de L’Encrerie, nous voulions aller au delà lorsque que nous nous sommes établis avec Leo et je pense que nous avons réussi. Il suffit de rentrer dans le lieu pour comprendre et de regarder qui a déjà poussé la porte.

Tell about the history of the Encrerie ? What is the concept ? It is the story of 2 lads, who one day meet each other, and decide very soon after to do something very cool. More seriously, we evolve in all kind of artistic environments: Our friends are singers, designers, actors... tattoo amateur true, but who’s values and aesthetics are very different from the other big names of the tattoos history have establish before us. Like artist such as Baby Ray, Mister Cartoon or Scott Campbell with whom I had a chance to exchange and who have all contribute by bringing to the tattoo history their own talent creating their very own universe in a pretty close minded tattoo world, we wanted to do our own different thing. We fully respect the culture but with the concept of the Encrerie, we wanted to go beyond all this when we first started with Leo, and I think we have succeeded. To understand better you only have to push the door and to know who has already pushed this door.

Riders welcome ? Un lien avec les riders et le bmx en particulier ? Évidemment! On peut se vanter d’avoir reçu les meilleurs, les pionniers et tous ceux qui construisent le BMX. Et pour ma part, j’ai ça dans le sang même si aujourd’hui le physique ne suit plus... et au passage je recherche un cadre un peu cool pour me remonter un cruiser ;-). On aime ça et on aime l’esprit de ceux qui pratiquent même si je pense que certains ont oublié le fun et le style pour la technique, faisant perdre par la même une partie de la popularité de ce “jeu” sur notre territoire. Faut travailler ça les gars!

Riders friendly ? Do you have special link with Bmx and riders ? Of course! We can brag about the fact that we have welcomed here, the best, the pioneers and all those who have built the Bmx world. I have this bmx culture under my skin, even though the body doesn’t follow anymore, and by the way I am looking for a cool frame to rebuilt a cruiser. We love bmx and the spirit of those riding them, even though I think a few of them have forgotten about having fun only thinking about the technique, contributing to make our sport less popular towards newer generations in France! You’ve got to do work it guys !

Quels sont les projets, le futur du shop ? Et bien comme je l’ai dit précédemment, par le concept de L’Encrerie nous désirions allez bien au-delà du simple salon de tatouage et du coup, nous pouvons plus apparenter le lieu à un studio de création dédié à l’encre et à ses dérivés. Une collection de vêtement et d’accessoires est actuellement en finition pour cet automne. Elle va d’ailleurs être très présente dans le monde du BMX mais les pointus que vous êtes allez vous en rendre compte rapidement :-) Le contact pour réserver ? Email, téléphone, etc... tous les moyens sont bons! Je veux quand même préciser qu’il arrive régulièrement que nous soyons débordés et donc dans l’impossibilité de répondre dans l’immédiat. Mais suite à un message de votre part, il y aura toujours une réponse. Nous nous trouvons au 2 rue Lacharrière, 75011 Paris, joignables au 01 83 06 52 25 et vous trouverez tous les compléments souhaités sur www.lencrerie.com. Cette année, nous avons déjà déplacé notre studio à Courchevel, New-York et Los Angeles pour certains clients, donc si vous êtes loin, ne désespérez pas, nous viendrons peut-être à vous…

What are the future projects for the shop ? As you have seen and as I have earlier told you through the concept of the Encrerie, we wish to go way beyond the Tattoo Salon hoping to become more of a creative studio for around the world of Ink. We are actually finishing our first clothing collection for the fall, which is going to be presented in the Bmx world, the more accurate of you are going to quickly notice us ! How do we contact you for a reservation ? Email, phone etc... I must say though, that we are often over busy and unable to quickly answer. But we will always answer to messages. We are situated at 2 rue Lacharrière, 75011 Paris, you can reach at the 01 83 06 52 25 and you will find more information at www.lencrerie.com. This year we have already moved our studio at Courchevel, New York and L.A. for specific clients, so if you are too far, don’t worry, we’ll come to you !


94 - face - france par karim bel bachir

Cyril Lapoirie Vous avez peut-être déjà croisé Cyril sur les contests, ce rider qui roule toujours pour le plaisir. Avec lui, c’est une histoire d’amitié qui date d’un peu plus de 3 ans. Avec l’âge, il a pris de l’aisance pour prendre un maximum d’amblitude dans les courbes, plus à l’aise en l’air que sur ses pieds. N’hésitez pas à venir le voir rouler ou même se faire une session avec lui! Session avec le smile assuré. Présentation. Salut, je m’appelle Cyril, j’ai 20 ans et je vis à Peyruis dans les Alpes Haute Provence. Comment t’es venue cette idée de faire du BMX? Je faisais du motocross depuis plusieurs années, puis un jour, je suis allé au skatepark de Gap avec un pote. L’ambiance était cool avec les riders, du coup, on y est retournés après, et depuis, j’ai jamais arrêté de rouler ! Ça fait déjà cinq ans ! Ça fait un moment qu’on t’as pas vu sur des contests, comment ça se fait? Tu as des trucs de prévu ? Ouais, cette année, j’ai pas eu la chance de pouvoir en faire, ça faisait un moment que j’avais un problème de genou. Je me suis fait opérer au mois de mars, ce qui m’a empêché de rider pendant quelques mois. J’ai donc loupé la plupart des contests. Pour cette année, je prévois de bouger un maximum, je vais commencer par le Fise de Besançon, le Roc d’Azur puis après les différents contests où je pourrais aller, sans oublier le Fise de Montpellier ! Tu es du genre à rouler pour le plaisir? Bien sûr, je roule pour le plaisir avant tout ! Mon but c’est de m’amuser à chaque session et si j’y arrive alors je peux dire que j’aurais passer une bonne session ! Tu as des sponsors qui te soutiennent? Parles-en nous. Oui, j’ai Bmx Gangster qui me soutient au niveau du vélo. Ils me permettent d’avoir un vélo toujours en bon état et avec lequel je suis bien pour rider ! Il y a FlyDirt qui me soutient également, c’est une marque de vêtements bien sympa qui, j’espère, va se développer car elle le mérite ! Et il y a Waxx underwear, une marque de boxer qui me soutient depuis un petit moment ! Peux-tu nous raconter ta vie au quotidien? Ta journée type? Je commence en septembre une licence en Biologie sur Aix en Provence, je vis actuellement chez mes parents à Peyruis dans le 04. Mais je suis souvent sur Gap (où j’habitais avant) pour faire des sessions parce que ça fait quelquess années qu’un nouveau skatepark a été construit et il est vraiment au top pour rider ! La journée type, c’est de profiter un maximum. La journée parfaite c’est de se lever, aller profiter du beau temps dans une piscine ou un lac, aller rider avec des potes dès qu’il fait un peu plus frais vers cinq heures ! Puis finir la journée avec une petite soirée ! Qui sont tes compagnons de riding? Je roule le plus souvent avec Julien qui habite à Gap. Après je roule aussi avec tous ceux qui habitent vers chez moi notamment à Digne comme Alex, Julien puis tous ceux qui sont dans les skateparks où je vais ! Sans oublier Karim qui ne roule pas mais qui est toujours présent pour une bonne journée au skatepark et qui motive bien ! Tu pense que le BMX t’a apporté quelque chose ou c’est plus ton mode de vie? Je pense que le BMX apporte beaucoup de choses à tous les riders ! Déjà, il permet de se déplacer dans de nombreuses villes et donc de faire des rencontres avec d’autres riders. L’ambiance est toujours bonne, du coup ça permet de s’amuser n’importe ou avec n’importe qui et ça c’est vraiment cool ! Après, le BMX ça reste une passion et il faut que ça le reste sinon, ça sert à rien d’aller rouler si c’est pas pour s’amuser. On peut aussi dire que le bmx est un mode de vie parce qu’il est toujours présent dans la vie de tous les jours, si c’est pas en roulant, ça peut être au travers des vidéos des différents riders ! Des remerciements? Pour commencer, je remercie mes parents qui me soutiennent énormément, je remercie également BmxGangster sans qui je n’aurais sûrement pas un bike comme ça, FlyDirt qui est une marque vraiment cool et Waxx underwear ! Je remercie également Karim sans qui je n’aurais sûrement pas tout ça et qui passe beaucoup de temps pour faire des photos et vidéos ! Puis aussi ceux qui me soutiennent !

You might already have met Cyril in some contests, you know, the kind of rider who is here because first of all, he wants to have fun ! Our friendship has been lasting for more than three years now, and I have to say that with the time, Cyril has worked his way into feeling better and better on the bmx, gaining wildness and ease on the curves of skateparks, actually feeling more at home in the air than on solid ground ! Do not hesitate, ever to go see him ride or to even ride along with him ! You’ll have the time of your life ! Cyril, could you quickly introduce yourself to our readers ? Hi, My name is Cyril, I’m 20 years old, I live in Peyruis, in the Alpes Haute Provence. How did you get into Bmx in the first place ? I had been a motocross rider for a few years, and one day I went to Gap skatepark with a friend of mine. The vibe was so cool, that I made it back, and back, and never stop ever since. It has been five years already ! It has been a while that no one has seen you in any contest, how come ? Do you have anything planned for the next few months ? Yes, I had not got a chance to actually do any contest because of a knee injury that would not leave me alone, I got my surgery last March, and had to rest the next few months. So yes, I wasn’t around for a while, but now I’m starting to feel better and I plan to make the most out of it, starting with the Fise in Besançon and the Roc D’Azur, then a few other contests where I will be able to go, and of course the Fise in Montpellier ! As I said at the beginning you are the kind of man to ride for pleasure first, is it still true ? Of course, pleasure first, always ! This is my only sine qua non goal I would say, If I leave a session without having this feeling of joy, then it is not a good session ! Do you have any sponsors ? Who are they ? Yes, first Bmx Gangster who have been helping me with my bike, allowing me to always ride on the best possible bike ! The FlyDirt which is a great clothing brand, which I hope is going to get bigger and bigger. Then Wax Underwear which have been supporting me since a while. Can you tell us about your daily life, your routine ? Well in september I start a degree in Biology at the University of Aix en Provence. I live at my parents for the moment in Peyruis (04). Most of the time you can find me at Gap, where I used to live and where I still go because they have built a couple of years ago a great skatepark ! A normal day for me means enjoying as much as possible everything I do. A perfect day means enjoying the sun by a pool or a lake, and riding with my friends as soon as the sun drops a little, usually around 5 pm. Then you know, a little party to make everyone happy ! Who do you ride with ? Most of the time with my friend Julien who lives in Gap, and with most of the riders living in my neighborhood or in Digne like Alex and Julien again who both enjoy the same skateparks ! They are pretty motivating ! Do you think that Bmx brought something special or is it your way of life that drives you ? Yes, I think Bmx brings a lot to any riders ! First of all, the ability to go from a city to another and to be able to meet on the spot riders you didn’t know because they share the same passion as you. The vibe is always chilled you know. Then as I just said, Bmx is a passion and that would feed any man with happiness. There is no point in riding if it does not make you happy ! I could say that Bmx is a way of life because even when you are not riding it is still the center piece of your world, you actually spend so much time checking out other riders bikes ! Any thanks ? Of course, first of all I would love to thank my parents, who have been supporting me in any kind of way possible, Bmx Gangster without which I probably would not have such a bike, FlyDirt which makes great clothes and Waxx Underwear! I would like to thank Karim as well without whom I would not have all the things that I have today, and who spends a huge amount of time to take and produce all those photos and videos. Thanks to anyone who has ever supported me !


Steve Mc Cann en flair condor


97 - event - USA par C. VANHANJA

X-Games Tous les ans, il y a désormais les contests incontournables qui sont un passage obligé dans le mag, qu’ils soient roots comme les Worlds, le FISE, les Lords of dirt, ou que ce soit des show TV comme les Xgames et le Dewtour. Au bout d’un moment, c’est dur de ne pas tomber dans ce que l’on appelle un «marronnier» dans la presse. Un sujet vraiment intéressant mais qui a tellement été couvert sous tous les angles que c’est dur de faire original, surtout quand on bosse pour l’organisation. Et à vouloir faire original à tout prix, on risque de passer à côté d’un banger trick ! Alors cette fois-ci, je vais vous épargner le couplet habituel sur la Californie, Los Angeles, les grosse bagnoles et les naïades siliconnées, pour se focaliser sur le contest lui-même et son bien fondé…

Sean Sexton bunny whip over

Every year, there are a few milestones such as the Dew tour or the Xgames, after over 15 years shooting those type of comp it is hard to be original especially when you work on an assignment for the organization. The interest for the core bmx people here in Europe tends to fade away with the growth of our own contest like the FISE, the BMX Worlds, the NASS or the Lords of dirt. In the other hand, let’s face it, even if the crowd on those comp is big and even bigger than most of the contest in USA, when it comes to what big brands who pay to make this happened really care about: TV crowd , we are not even close. With an audience of around 17 million households, how could core event fight back with their 100 000 views at the best video on vimeo… especially for big brands who want to look “young and fresh” to the largest youth audience. So are those TV show anymore related to our sport? Let’s find out…

Drew Bezanson en 3-6 turndown

Kevin Robinson en Flair condor one foot


morgan Wade est stretch en whip double can


a droite Brett “mad Dog” est a l’aise en flair wip

Le contest était bizarre cette année. Encore une fois le «Super Park» tentait de faire plaisir aux BMXers et au Skateurs à la fois. Et comme d’habitude, j’ai l’impression que si le park béton/bois fonctionne bien en street, même si ça rend bien, c’est pas le top à rouler pour un contest. Il faut le temps de trouver ses lignes, de caler ses tricks, et c’est quand même du béton quand on se boîte. A ce jeu-là, il n’y a pas de jetage qui compte, c’est le rider tech qui s’en sort le mieux… Et dans le tech, Scotty Cranmer a expliqué à tout le monde comment ça se passe ! Mad Dog roulait vraiment bien avant qu’il se foudroie. Idem pour Daniel Dehrs qui prend une boîte qui me fait encore frissonner quand j’y pense… Pat Casey n’est pas à l’aise et a visiblement la tête ailleurs… Morgan Wade s’encastre au practice en voulant pousser le bouchon trop loin dans le pocket qui fait quand même 12 pieds de haut. Bref, c’est pas simple et dès le practice, on sent que ce sera dur car tout le monde se prend au moins un bonne boîte. La finale est étrange : les «vieux routiers» comme Scotty Cranmer, Ryan Nyquist, Gary Young et Drew Besanson, ont des runs clairs et définis et les autres galèrent à trouver leur lignes, mais Pat Casey et Mad Dog sortent des banger tricks qui leur permettent de coller au score. Ce fut un vrai bon contest, mais il n’y a pas eu le truc magique qui peut se passer au Fise ou aux Worlds… En street, en revanche, c’est la boucherie bernard… Et sincèrement c’est impossible de décrire la densité de riding qu’il y a eu. Même si tout le monde attendait Chad Kerley au tournant, Garrett Reynolds, Dakota Roche et Jeremiah Smith sont pas contents et n’ont pas l’intention de se laisser plumer par le minot. En finale, c’est bagarre entre Garrett et Dakota, du coup ils oublient un peu vite Chad qui fait son run à base de nose inégalable. Le street est vraiment en train de renter dans une nouvelle dimension. Le spot était fumant, il y en avait pour tous les goûts, rails, plan incliné, curb, wall, petite courbe, marches. Là, vraiment, c’était impossible de dire qu’il manquait un module…

Le big air est en train de devenir une discipline à part entière. Les gars gèrent vraiment et ne passe plus leur temps à se tôler… Zack Warden est effrayant à voir rouler car honnêtement, on a vraiment l’impression qu’il va se maraver toutes les vingt secondes… Mais au final, ce n’est qu’une impression car il replaque ses tricks! Le Iron Lotus sort une sorte de bike flip pendant son backflip sur le saut et un triple whip à 9 pieds. Ça ne suffit pas pour détrôner Steve Mc Cann qui replaque une routine totalement improbable à son dernier run, double front no-hand sur le saut et double whip à 16 pieds sur le quarter. Chad Kagy et Kevin Robinson sont des machines ! Ils sont hyper réguliers et replaquent quasiment tout ce qu’ils lancent… Fini le concours de cascades, les runs sont consistants et on a du mal à croire qu’ils puissent gérer mais c’est le cas. La tôle de Napolitan va quand même rappeler tout le monde à l’ordre : c’est pas un quarter de 8 pieds. Normal que les vert riders assurent grave ! Vince Byron et Simon font une apparition respectable pour leurs débuts à la mégarampe. Pour la vert, l’ambiance est top et le niveau est vraiment consistant. Jamie continue à dominer la catégorie mais la concurrence se rapproche : Vince Byron et Steeve Mac Cann se sont carrément améliorés (forcément après la mégarampe, ils ont l’impression de rouler en mini). Là encore, la liste des tricks est juste trop fat pour tout décrire, mais le niveau est abusé et les gars roulent aussi bien en opo qu’en regular… Maintenant si tu fais pas ton run à plus de 12 pieds, c’est même pas la peine de tester… Comme quoi la rampe n’est pas morte et on sent que la mégarampe a relancé le truc. Alors, tout d’abord même si le BMX est devenu un des sports majeurs des X-games, il ne faut pas rêver, aucun sponsor de BMX ne peut rivaliser avec les sommes que les marques de Motocross ou de Rally automobile sont prêtes à investir. Et même si dans les coulisses on parle d’un retour du Dirt ou du Flat aux Xgames, il faut se


scotty cranmer - flip double wip

garrett reynolds - 540 truck


morgan wade en table one hand


rendre à l’évidence, notre sport ne fait pas le poids financièrement face aux sports mécaniques. A ce propos, même si le rally n’a rien avoir avec notre mag, ça m’a vraiment fait plaisir de voir Sébastien Loeb coller une branlée magistrale à tout le monde ! Heureusement, au niveau du show, le BMX représente encore une bonne partie de l’audience, et ce serait difficile, même pour les Xgames de s’en passer. Surtout parce qu’il intéresse un public dur à capter, que les grosses marques ont du mal à approcher. Bref vous l’aurez compris, c’est un subtil mélange de business et de marketing, mais pas une question de sport, et encore moins d’authenticité. Et de plus en plus de gens de la scène BMX se détournent des ces shows télévisés. Pourtant avec son exposition médiatique, même le plus revêche des riders underground dira «Oui !!!» tout de suite s’il est invité. Une médaille aux Xgames vaut toujours plus vis à vis des sponsors que n’importe quel autre fait d’arme. Car tout simplement, on parle de 17 millions de vues en live dans le monde entier… Quand on veut vendre des pompes, des barres de céréales ou une boisson énergisante, c’est plus efficace que n’importe quelle vidéo sur vimeo. Du coup, il y a du niveau grave, car c’est l’occasion pour n’importe quel rider de lancer ou de maintenir sa carrière et de gagner sa vie correctement. Est-ce que ça représente vraiment ce qu’est notre sport ? Certainement pas, car pour 99,99% d’entre nous, le BMX c’est des trips galères sans moyens avec des caisses pourries pour aller dans des contests locaux organisés par des passionnés sans aucun budget et sous la pluie… Mais voyons les choses en face, si nous, qui sommes passionnés, ça nous fait kiffer, c’est dur de vendre du rêve à un gamin de 10 ans avec ça… C’est pour ça qu’il faut les deux ! Même le plus hardcore des underground crachera jamais sur un petit budget «trip au soleil». Et au final, méfiez-vous peut–être un peu plus des «gars vraiment sympa et hardcore» : «les vrais» qui se la jouent clodos en buvant des kro au goulot avec vous, mais qui gagnent très bien leur vie en bossant pour des grande marques, tout en mettant tranquillement la main basse sur votre sport... Ils ont peut-être les pieds dans la boue avec vous, mais c’est souvent parce qu’en Europe il n’y a qu’à vous qu’il y a des trucs à vendre...

austin coleman - whip one hand

What you and me live in reality, I mean : stretch six un-showered hairy young adult and six bikes in a piece of automobile that belong more to a texas Junkyard than to a Hollywood driveway, in a no-budget desperate quest for a spot to get the holly vimeo Glory, strangely doesn’t sale much to the average Joe kid. At least it doesn’t sale the dream to his parents who rather see their kid’s future in signing half million dollars sponsorship deal to make a good living from, than smoking pot at the back of a rusted mailman truck with his tattooed friend. And definitively even if the large brands want the core BMX scene to remain exactly the way it is = poor and miserable, the whole aim of that is to sale cereal and energy drinks to fat kids making them thinking they are rebels like those hardcore punk! None of what we call “large BMX brands” can even come close in marketing budget to cars and motorbike company, or food industry. That is a simple fact : Large events are no longer meant to promote the sport, they are about making the fat kids wanna buy stuff that are going to get their ass even fatter thinking they are “cool” because of that. Large contests help the sport like alcohol helps ugly women to get laid and pregnant. Is it something to be proud of? Let me pull it that way : it’s better to get laid with a ugly fat chick than help yourself with a lingerie catalogue. Because let me tell you something : the underground scene is the root and it’s the essence of the sport, but as long as you are aware of it you can be underground and get laid with the fat chick ! Because what ever you can come up with, no matter on how straight edge and rebel you are, after all, unless you are carving you bike in your cave from a random piece of wood, those contest are like fat ugly chick in a bar, they look way better once the party have really started and that you are a part of the orgy! And by the way = there is way more attractive women in large brand party than in any of the hardcore BMX-bang-smoking-cheap-bear-and sausage party that I had to document lately. Just say’in…

chad kagy - nac seat grab


Chad Kerley - nose manual


104 - travel - colombia By Luis Elías Benavides - Photos Sebastián Palencia

Colombia Flatland La Colombie, loin des stéréotypes liés au trafic de drogue et à la guerre entre les cartels, est un pays fait d’une population agréable, accueillante et chaleureuse. C’est aussi le cinquième pays d’Amérique du sud que j’ai choisi pour faire un état des lieux sur la scène Flatland et c’est intéressant de voir que dans chacun des pays, j’ai appris quelque chose de nouveau. Comme pour les autres pays, j’ai décidé de d’abord contacter les riders les plus connus du pays afin qu’ils me parlent de leurs expériences et de leur quotidien...

Colombia, far from being a country full of stereotypes based on drugs and conflicts between drug cartels, it is a place full of friendly people who are always willing to give you a warm welcome to their country. This is the fifth Latin American country that I choose to do a report on the flatland scene, and it’s very interesting to see that you always learn something from each of them. Like the previous times, I have chosen four renowned riders for an interview where they narrate the reality of living in their country. Enjoy...

Une petite introduction s’il vous plaît ? Jonathan : Salut les gars, je m’appelle Jonathan Camargo (aka Mechas), je fais du flatland depuis un peu plus de sept ans et je dois dire que c’est la meilleure chose qui me soit arrivé. Sebastian: Bonjour, je m’appelle Sebastian Palencia, j’ai 23 ans. Je fais de Flat depuis dix ans et à travers ce sport j’ai développé une passion pour l’audiovisuel et donc créé Flat-Motion. Je produis des vidéos pour le sport depuis six ans, j’ai aussi fait partie d’autres projets tels que Magicflart, Tienda Flatland et Freeculture shop. Estban: Je m’appelle Esteban Palencia, j’ai 27 ans, je suis de Bogota et je fais du Flatland depuis maintenant 11 ans. Nelson: Mon nom entier est Nelson Javier Roldan Castro, je suis né le 4 février 1980. J’ai appris à faire du vélo à l’âge de 15 ans et ai découvert le Flatland à 19 ans. J’ai adoré donc j’ai continué.

A quick introduction, please. Jonathan: Hello buddies. My name is Jonathan Camargo (aka Mechas). I’ve been riding flatland for 7 years and it’s the best thing that has ever happened to me. Sebastián: Hello, my name is Sebastián Palencia, I’m 23 years, I’ve been riding flatland for 10 years, and through the sport I have been developing another passion that is the audiovisual arts, for which I created Flat-Motion. I’ve been producing videos about the sport for six years, and I have also been involved in other projects such as Magicflart, Tienda Flatland and Freeculture shop. Esteban: My name is Esteban Palencia, I’m 27 years old from Bogotá, and I’ve been riding flat for 11 years. Nelson: My full name is Nelson Javier Roldán Castro. I was born on February 4th, 1980. I learned to ride a bike at the age of 15, and then I got to know what flatland was at the age of 19. I loved it so I started to practice.

Qu’est qui vous a poussé à commencer le Flatland ? Jonathan: Pour ma part, J’aimais les vélos de flatland parce qu’ils avaient l’air différent des autres. Ils avaient l’air vraiment cool. Plus encore, les tricks que les riders avec qui je roulais faisaient m’ont challengé dés le début, et m’on poussé à dévellopper un style dans cet expression artistique unique. Avec le temps, j’ai très vite commencé à me donner des objectifs, avec des tricks et mon niveau personnel. Sebastian: Je savais ce qu’était le flatland grâce à mon frère parce qu’il a passé son enfance à faire du vélo dans le quartier ou nous avons grandi, et un jour je l’ai vu faire un truc. Aprés ça j’ai commencer à faire du vélo avec lui et à apprendre des tricks et c’est peu à peu devenu une addiction qui ne m’a toujours pas quitté, J’espère bien faire du vélo jusqu’à temps que mon corp me le permette. Esteban: Ce qui m’a motivé à commencer le flatlan c’est que ça avait l’air tout simplement fun et que ça offre une liberté unique. Pour moi c’est le sport le plus original qui existe. En plus, c’est vraiment un mode de vie incroyable. Nelson: J’ai commencé par le dirt et le street puis le flatland, mais je n’aimais pas le fait que tu apprennes un street trick et que tout le monde sache déjà le faire! Du coup en faisant du flatland, seulement peu de gens savaient faire les tricks que je savais faire. J’ai vraiment aimé le fait que les gens ne sachent pas faire les même choses que moi. Cela permet de se construire une vrai indentité personnelle.

What was your motivation to start riding flat? Jonathan: Well, in my case, I liked flatland bikes because they were different to the rest, they looked really cool. Furthermore, the tricks that the riders who I started riding with made me challenge myself to start and develop a style in this wonderful art form. I started setting goals with tricks and on a personal level. Sebastián: I knew what flatland was through my brother because he was always riding bikes around the neighborhood where we live, and one day I saw him doing a trick. From there, I started going out with him and learn tricks too, and because after some time it became an addiction that I don’t want to leave, ever. I hope to be riding a bike until my body allows it. Esteban: What motivated me to start riding flat is the fun and the freedom that you feel when you’re riding a bike; to me it’s the most original sport in every sense of the word. Besides, it’s the most incredible way to live your life. Nelson: I started riding dirt, street, and some flatland, but I didn’t like the fact that you learned a street trick and everyone already knew how to do it... but if I practiced a flatland trick, very few people knew how to pull it. I really liked that not everyone was able to do what I did. It’s like starting to have a real personal identity.

Parlez nous un peu du développement du Flatland en Colombie ? Jonathan: Le flatland était au départ assez limité, pas seulement au niveau de l’aspect financier dû à l’absence de sponsors, mais aussi au manque de spots pour rider. La police ne nous laissait pas rider dans le parcs ou sur les autres spots parce qu’ils nous disaient que ce n’était pas un sport. Avec les années, certains riders ont tout fait pour avoir un minimum de reconnaissance et nous avons commencé à pouvoir rider certains spots. Nous sommes allés voir les médias pour en faire une affaire publique et avons commencé à attirer des sponsors. Nous avons créé le profil d’un sport, une image, autant pour le public que pour les compagnies privées. De là, ont découlés des sponsors, des contrats, des shows et des projets. Sebastian: Le flatland en Colombie a déjà toute une histoire derrière lui, mais je me souviens et des années 90 où tout le monde faisait du freestyle mais pas seulement. Il y avait des street et park riders qui se souviennent encore de deux trois tricks de flat. C’était aussi assez compliqué à l’époque de trouver les pièces, les vidéos ou les magazines dont nous avions besoin. En 2002, quand j’ai commencé le flatland, c’était encore assez difficile de se procurer des pièces. Il y avait des pièces qui étaient impossibles à trouver et la plupart d’entre elles étaient pour le street. Quoiqu’il en soit, à cette époque la scène flatland était assez importante et solide. Nous nous réunissions tous les weekends pour aller rider tous ensemble. Il y a eu une période de trois ans pendant laquelle il n’y a eu aucun événement, et c’est pour cela que beaucoup de riders ont commencé à organiser eux-mêmes leurs propres compétitions. Puis vint l’apparition d’internet, avec la création de sites web et de shops. A partir de ce moment, il était pour nous possible d’obtenir les pièces dont on avait besoin. Puis nous avons organisé le Magicflart, ou trois des meilleurs riders au monde sont venus pour la permière fois. C’était totalement fou, des riders de pays tel que le Pérou, le Vénézuela ou le Mexique, et bien sûr de partout en Colombie sont venus, ce qui fut vraiment une super motivation pour tout le monde et ça a vraiment changé la mentalités des riders. A partir de ce moment-là, le niveau est monté et les nouveaux riders ont commencé à progresser à une vitesse impressionnante, et je suis sûr qu’encore plus de supers trucs vont arrivés à ce sport en Colombie !

Tell us about the development of flatland in Colombia Jonathan: There were limitations not only with money (sponsorship), but there was also a lack of spots to ride in the past. The police didn’t let us ride in parks or other spots because they used to say that flatland was not a sport and we didn’t have a permission to ride there; with the passing of time, though, some riders from the capital city started to look for recognition and we finally got the permission to use some spots. We took our claims to the media to make it public and we also started to look for sponsors. We designed a sports profile and developed an image for the public and private companies. From there we got many sponsorship contracts to do different shows and projects. Sebastián: The flatland in Colombia has had a long process, but I have memories of people riding in the 90s where everyone was into freestyle and not just one discipline. In fact, there are street and park riders who still remember how to do some flatland tricks. It was also complicated to get a bike part or videos and magazines. In the year that I started riding (2002) it was still very difficult to get parts; it was possible to get a few things and most were street parts; however, there was a quite large and solid flatland scene, but not many events. We met every weekend to ride and then there was a period of about 3 years in which there were no events, and because of this many riders began to organize their own competitions. In addition to this, the Internet appeared, websites and shops were created. Now it was possible to get spare parts more easily. Then, we organized the Magicflart, where three of the best riders in the world came to compete for the first time. This was crazy because riders from countries like Peru, Venezuela, Mexico, and from all over Colombia attended, which was a great motivation for all riders and to put it in a way, it changed the mind of all of us. From this time on, the level has increased a lot and the new riders are progressing very fast, and I’m sure more great things will come soon for the sport in our country. Esteban: The development of flatland in Colombia, from my point of view, is similar to the development of the non-conventional sports around the world. It‘s an individual sport where the riders have the mission of making it grow. When some flatlanders decide to develop any other project related to this sport, that’s the best for the sport to make it grow. In Colombia, it is interesting how many riders


Sebastian Palencia

Esteban: Le développement du flatland en Colombie, de mon point de vue, est similaire au développement des sports non conventionnels dans le reste du monde. C’est un sport individuel où chaque rider a la responsabilité de le faire grandir. Lorsqu’un faltlander décide de construire quelque projet que ce soit en rapport avec le flatland, c’est la meilleure chose qu’il puisse faire. En Colombie il est intéressant de voir combien de riders ont créé des évènements de leur propre initiative et de ce fait, l’évolution considérable du flatland au cours des dernières années. Par ailleurs, il est intéressant de voir l’influence que nos projets ont eu sur le reste de la société colombienne. A Bogota par exemple, le gouvernement a commencé à soutenir les nouveaux projets et nous aide à voyager à l’étranger comme nous l’avons fait au Chili (Encuentro Flatlander De Tercer Tipo) au Costa Rica (FISE) ou en Allemagne pour les Bmx Worlds. Un message très important à tous les riders du monde entier est celui d’être capable de se projecter dans l’optique de faire du flatland une profession, et cela veut dire qu’en dehors de rider, il faut cultiver tous les moyens de communiquer comme connaître plusieurs langues (au moins l’anglais) et de penser à tout ce que vous pouver faire autour de votre sport, c’est là la base du succès pour un athlète. Les difficultés sont bien sûr différentes dans chaque ville. Si je commence à les compter, je pense que j’en ai pour un bon moment, mais par contre je crois qu’elles sont surmontables. Gardez en tête que ce sont ces difficultés qui sont souvent à l’origine d’incroyables opportunités, d’être capable d’accomplir vos projets et de grandes choses. Nelson: Le Flatland a commencé dans les années 90 en Colombie, mais contrairement aux autres pays, la Colombie a fait une pause pendant quelques années. Les flatlanders de la première génération étaient vraiment bons, il y avait des évènements où il y avait jusqu’à 80 riders (les compétitions Converse dans les années 90) mais le meurtre de l’un des meilleurs flatlanders du pays, Jair, découragea pas mal de riders. C’était vraiment un moment très triste pour la scène du flatland, tout ça parce qu’on voulait lui voler son vélo. En quelque sorte, on peut dire que cette génération de riders s’est éteinte avec la mort de Jair. Entre 2000 et 2004, quelques flatlanders ont commencé à s’entrainer et ce sont ces même riders qui se sont tant battus pour transformer les choses. Et c’est vraiment une superbe génération parce que c’est eux qui ont organisé tous ces évènements, ces shows et toutes ces nouvelles façons de promouvoir notre sport. Vous avez tous fait partie d’évènements internationaux. Y a-t-il une histoire en particulier que vous aimeriez partager avec nous ? Jonathan: Pour moi chaque événement a son histoire, le plus important c’est de partager avec les autres riders et d’avoir la chance de voir des riders d’autres pays, c’est vraiment génial. Je me souviens tout particulièrement de mon trip en tant que rider dans le South America Tour au Chili en 2007. J’avais fait un voyage de 9 heures pour rejoindre les riders au Chili. Après avoir traversé la Colombie puis l’Équateur, je me souviens être arrivé à la frontière péruvienne en me disant que j’étais allé aussi loin que possible dans ma vie. Je suis allé déjeuner mais malheureusment deux voleurs ont pris mon appareil photo et tout l’argent que j’avais. J’étais

have started to create some initiatives and how this has made Flatland evolve considerably in recent years. Additionally, all this impact our projects have generated in our society has made that in Bogotá, for example, the government started to support us to develop new ones and get help to go abroad to participate as we did in Chile (Encuentro Flatlander del Tercer Tipo), Costa Rica (FISE) and Germany (BMX Worlds). A really important message for all the riders in the world is to see your sport with the projection that can be developed as a profession and this involves that besides riding, you get in the task of cultivating, at a personal level, other skills such as learning more languages (at least English) and study many things that can work with your favorite sport as this is very important when athletes start to succeed. The difficulties are of different nature in every city of our country and are very similar to the other riders living in Latin America. If we start to enumerate and name them, they are many, but what I am sure of is that if the riders want, they can overcome them. Keep in mind that precisely these difficulties, in turn, generate incredible opportunities to develop projects and achieve great things. Nelson: The flatland started in Colombia in the early 90’s, but unlike other countries, Colombia had a break during some time. The first generation was very good, in some events there were 80 flatlanders (Converse contest in the late 90’s), but the murder of one of the best flatlanders of Colombia named Jair discouraged many riders. It was sad for the flatland scene; all this happened because they wanted to steal his bike. You could say that that generation died there. From 2000 to 2004 approximately, some new flatlanders began to practice, and they are currently riding very hard, and are the ones who have fought for the sport in different ways. This is a good generation since everything began to move in different ways to find spots, organize events, do shows, etc. You all have attended several international events. Is there a particular story you want to share about these trips? Jonathan: Well, every event has a story for me; the important thing of all this is to share with the riders and enjoy watching people from different countries ride, that’s awesome. The more particular case was when I was in the South American contest in Chile in 2007, when I started a journey overland from Colombia 9 days by bus because I wanted to share with South American riders. After leaving Colombia and Ecuador, I arrived in the border with Peru and I saw that I had gone as far as I could so far in my life, so I kept my luggage and my bike on the bus agency. Then I went to have lunch with such bad luck that at the time I was on a moto-taxi, two thieves climbed up the sides of the vehicle to steal a camera and the money I had. I ended up penniless in a country that I didn’t know. I lasted one day standing there waiting to get a sol (Peruvian currency) to call Colombia and request some money. I was asked to go back to Colombia, but I decided to go to Chile. I continued with my luggage and bike the next day in a cheap bus to Lima, and there some friends from Peru were waiting for me to go to the South American contest. After the event, I returned from Chile to Lima and stayed one month getting money by doing demos at traffic lights to return to Colombia.


seul sans argent dans un pays que je ne connaissais pas. J’ai mis une journée à obtenir un sol (monnaie péruvienne) pour pouvoir appeler ma famille et leur demander de m’envoyer de l’argent. Bien qu’ils m’aient sommé de rentrer en Colombie sur le champ, j’ai décidé d’aller au Chili. J’ai continué avec mon vélo et mon sac jusqu’à Lima où des amis m’attendaient pour le Tour. Après le tour, je suis retourné du Chili à Lima où je suis resté pendant un mois à faire des démos pour me faire assez d’argent pour rentrer en Colombie. Sebastian: Bien sûr, il y en a pas mal, mais je me souviens de Paris. C’était la première fois que nous allions à Paris. Le vol avait duré 6 heures. Nous étions épuisés, et nous devions nous rendre à l’appartement de Raphaël qui devait nous héberger pendant notre voyage à Paris. Nous sommes arrivés à Paris, puis allés à Gare du Nord, avec une valise de 20 kilos dans une main et un valise de 15 kilos dans l’autre. Mais nous ne trouvions pas l’adresse de Raphaël sur la carte et il n’y avait rien d’ouvert avant 9 heures. Nous avons pris un petit déjeuner sur nos valises et lorsque nous avons réussi à joindre Raphaël, il était déjà au boulot et ne pouvait pas nous voir avant 17 heures à Bastille. C’était assez drôle parce que nous sommes allés à Bastille et y sommes restés toute la journée. Comme nous étions épuisés, nous nous sommes endormis sur nos bagages. Les touristes prenaient même des photos. A cinq heures, nous avons enfin réussi à aller chez Raphaël, je n’oublierai jamais cette première journée à Paris ! Esteban: L’histoire que j’aimerais partager avec vous est simplement combien Flatmily est super. Avec Flatmily, tu peux presque dire que tu as des amis partout dans le monde. Les opportunités d’évoluer, de voyager et d’apprendre des autres. Sous l’angle du Flatland, le monde a une taille beaucoup plus humaine. Nelson: Chaque voyage est une expérience à part, et c’est la meilleure chose qui me soit arrivée. Et je ne veux jamais que ça s’arrête. Les souvenirs que tu te fais en voyageant grâce au Flatland sont inoubliables. Jonathan, dis-nous en un peu plus sur ta marque Starbike et comment elle a aidé d’autre riders colombiens et d’autres pays. Jonathan: Starbike est une marque qui a émergée en 2006, pour soutenir le National Fulsaflat Tournament. C’était un bike shop spécialisé en Bmx. Quand j’ai découvert la marque, j’étais choqué par sa qualité et ai voulu faire tout ce que je pouvais pour la faire connaître dans le monde du Flatland. Je l’ai donc acheté et j’ai commencé à la travailler plus comme une marque de cadres de flat en suivant l’exemple du maître Viki avec KGB. Puis la production d’accessoires tels que des guidons et des selles a commencé. Bien sûr, on a eu des difficultés à obtenir certains matériaux en Amérique du Sud tels que le chromoly et certaines pièces sont moins résistantes à la rouille que les autres. J’ai voulu ensuite construire une équipe en Colombie et en Amérique du sud et ai attiré l’attention du rider Carlos Alcaraa, ambassadeur du Flat à Medellin, qui devint le premier rider de l’équipe. J’ai ensuite continué avec Erick Camano, de Chitre (Panama) et German Gamarra. Je voulais montrer au reste du monde ce dont quoi les natifs d’Amérique du Sud sont capables en Flat. J’ai aussi organisé des compétitions telles que les deux éditions de “Flat al parque”, une compétition nationale qui a eu le plus grand nombre d’inscrits (56) et qui a eu le soutien de riders qui avaient des bike shops. Aujourd’hui, Sparbike a multiplié les contacts, en créant d’ailleurs son site internet (www.starbike.com.co) où, en plus de trouver des pièces et des produits, on peut suivre l’actualité du flat. Nous sommes aussi sur facebook avec notre page «Starbike Colombia» où nous faisons la promotion de nos shows et de notre sport. Nous avons dessiné un cadre qui s’appelle «shadowline» qui est 100% original, et qui est aujourd’hui reconnu par pas mal de gros sites de flatland internationaux tels que Global-flat.com et nous sommes actuellement en train d’essayer d’étendre notre réseau dans le reste du monde. Sebastien, Flat-Motion est l’un de tes projets audiovisuels qui contribue à promouvoir la scène flatland dans ton pays. Parles-nous en. C’est tout d’abord mon frère qui a eu l’idée de faire une vidéo de flat à Bogota et de la poster sur Colombiaflat.com. A cette époque, nous n’avions pas de caméra, nous en avions empreinté une et commencions du début. Nous avons peu à peu eu notre propre matériel et commencé par filmer des évènements, des tours, des démos. J’étais en charge de tout le processus d’enregistrement, de l’édition et de la publication (à l’époque ce n’était pas facile de mettre une video sur vimeo ou sur youtube). C’est comme ça que Flat-Motion est né, me poussant à quitter les études que je menais pour des études de cinéma et de tv. Depuis, je fais de mon mieux au niveau de la forme et du contenu, pour montrer de quoi est faite la scène Flatland dans mon pays, sachant qu’elle est déjà maintenant connu dans d’autres pays. C’est très gratifiant de voir que le travail que l’on fait paye, c’est comme lorsque l’on apprend un nouveau trick. Esteban, au cours des années, tu as été un pilier du développement des infrastructures du flat colombien, depuis que tu as dédié ta vie, non seulement à rider mais aussi à ouvrir un shop exclusivement pour le flat, en organisant des compétitions importantes tel que Magicflart. A quel point fut-il difficile d’intéresser des sponsors et des riders à ton projet ? Toutes les grandes idées que l’on a sont difficiles, il me semble, à réaliser, et le flat n’est pas une exception. Etre capable de réaliser un combo avec beaucoup de tricks est très difficile, et obéit à son propre processus ainsi qu’au temps passé. Il en va de même pour n’importe quel projet, il faut apprendre d’abord tout ce qu’il y a à apprendre de nécessaire à la réussite du projet. Quelque chose de très important est de savoir communiquer autant avec les particuliers que les marques, de comprendre comment vous pouvez les aider et comment elles peuvent bénéficier de ce que vous avez à leur apporter. C’est un procédé d’apprentissage. Au départ,

Sebastián: Well, there are many, but the one I remember most was in Paris. It was the first time we went there and we just had a six-hour flight. We were exhausted, and we had only one direction to locate and reach the house of Raphael, who was going to give us a place to stay the days we were in Paris. We arrived in Paris at 6am, we got to the train station Gare du Nord, each with two suitcases (one weighed 20 kilos and the other one about 15 kilos), but we couldn’t find the street of Raphael’s house on the map, and there was nowhere open to call so we had to wait until 9am. During the waiting time, we set up the bikes on the street, ate something and had to wait to call. After that, we called Raphael and he told us that he was already working and he finished at 5pm so we agreed to meet at La Bastille. We got a map and continued our trip. We put the bags on the bike and so we went to La Bastille, where we had to wait. Due to the jetlag, we took turns to sit back and relax a bit. It was really funny because we were there all day with our luggage and at times we fell asleep, and even some tourists took pictures while we were asleep. When it was 5 o’clock, we called Raphael and we could get to his house. We will always remember the first day in Paris, lol. Esteban: The story I’d particularly like to share with you is to say how impressive the Flatmily is. You can practically say that with the Flatland one has friends from all over the world. The opportunities to grow, to travel and learn from all of them are much larger than those that can have any common person in the world. Practically, the world can be seen as a little place through Flatland. Nelson: All I can say is that on each trip we experienced many things; that it’s the best thing that has ever happened to me because it has made me see life differently and I want more. Try as much as possible to travel and experience; there are great memories and great stories that will stay in your minds. Jonathan, tell us a bit about your brand Starbike and how this has contributed with several riders from Colombia and other countries. Starbike is a brand that emerged in 2006 in Colombia, supporting the national tournament Fusaflat. It was a bicycle shop that specializes in BMX. Since I saw the brand, I was very shocked and wanted to make it emerge in the field of flatland relating it to my sport to the fullest. I bought that bike shop and started working more as a brand of flatland frames, following the example of the master Viki with KGB. Then the production of accessories such as handlebars, and seats began. Of course, the difficulty of obtaining materials in South America such as chromoly is very significant, and the parts tend to have less resistance to rust or other factors. Then I wanted to organize a team in Colombia and South America and noticed the interest of the rider Carlos Alcaraz, flatland ambassador in Medellin, Colombia in being part of the team. Then I continued with the rider Erick Camaño from Chitre, Panama and Argentina with German Gamarra. This was done in order to expand the brand and show latino-flatlander blood over this side of the continent. I also organized contests like “Flat al parque” in two editions, a national contest which had the highest enrollment of riders nationwide (56 in both categories Expert and Pro) and was supported by the riders who owned bikeshops. Currently, Starbike has multiple contacts, one of which is our website: WWW.STARBIKE.COM.CO, where in addition to providing parts and products, flatland news stories are published. We are also on Facebook as “Starbike Colombia” where we advertise shows to promote the sport. The frames and products we offer are the most basic and low cost to start practicing and they are designed based on European models, with little weight. We have designed a frame called “shadowline” which is 100% original and was recognized by several of the most visited websites in the flatland world, suchas Global-flat.com and now we are working to reach more countries around the world. Sebastián, Flat-Motion is one of your audiovisual projects which spreads the words about the flatland scene in your country. Tell us a little about it. Well, at first my brother just had the idea to make a video of flatland in Bogota to post it on Colombiaflat.com, and at that time we had no camera so we had to borrow one and learn to record from the scratch. After a while, we got our own camera and started recording all the events, tours, demos, and I was the one in charge of the entire process of recording, editing and publishing (at that time it was not as easy as uploading it to youtube or vimeo). In this way, Flat-Motion was born, leading me to leave the major I was studying and start studying film and tv. From there on, I’ve been doing my best to make better and better content and show more of what the flatland and BMX in Colombia is all about. I am very happy that the flatland scene of my country is already known in many parts of the world. It is gratifying to see that your work pays off, exactly as when you learn a new trick. Esteban, you have been a pillar in the development of the infrastructure of Colombian flatland since you have dedicated your life not only to ride, but also to open an exclusive flatland shop, organize major contests such as the Magicflart, among other things. How difficult has it been to have the support of sponsors or riders for such projects? Actually, all the great things seem difficult and this can be a similarity with Flatland. Getting to do a combo with many tricks is really hard, but everything has its process and dedication, we must learn to do every part of the routine and spend time for each part until everything is perfect. The same happens when you develop any project, you have to learn about each of the things that are necessary for its development, spend time and learn a lot. Something very important is learning to communicate with people and companies, look how you can help them and how they can benefit from what you can offer to them. That’s all a learning process; initially,


c’est avant tout plus un investissementque quelque chose que tu reçois en retour, mais le plus important est d’obtenir ce que tu veux ou ce que tu as proposé et de rester persévérant. Pour ce qu’il en est du Flat, les résultats ne sont pas toujours immédiatement visibles, mais tu sais ce que l’on dit «practice makes perfect», éventuellement tout devient plus facile. Nelson, tu as été très productif dans ta carrière de rider et tu as représenté ton pays dans bien des compétitions internationales. Qu’est-ce que tu as accompli de mieux et pourquoi ? Ce que j’ai accompli de mieux fut de participer au Bmx Worlds en Allemagne. Bien que je ne me sois pas bien placé au final et que je me sois retrouvé dans de mauvaises conditions (le manque de sommeil la semaine avant, le pneu crevé quelques heures avant, le sol de la compétition etc...), malgré tout cela, j’ai pu y être et voir de mes propre yeux les plus grands riders du monde. J’ai aussi pu constater que le niveau du flatand en Amérique du sud était très similaire au reste du monde. Voyant William du Pérou, Pola d’Argentine, et Romulu du Brésil en final m’a fait super plaisir. Et je sais que si je travaille un peu plus, mois aussi je peux être en finale d’une compétition de cette importance. Un mot pour finir ? Jonathan: Je suis enchanté d’avoir le soutien de riders de partout dans le monde. Je suis au jour d’aujourd’hui super motivé autant en tant qu’homme qu’en tant qu’athlète. Je n’avais jamais pensé pouvoir représenter mon pays dans autant d’évènements internationaux. J’ai la chance de contribuer à la popularité du flat en Colombie afin que les générations futures aient quelque chose à exploiter. Merci à toutes les marques qui ont cru en moi en tant qu’athlète: Saeta, première marque de sport en Colombie, la Colombian Cycling Fédération et l’institut des Loisirs et des Sports IDRD et Gatorade. Merci à tous ceux qui ont rendu cette interview possible, en particulier Luis Elias. Continuez tous à rider, parce qu’il y a encore beaucoup de moments de bonheur qui nous attendent. A bientôt et bonne chance. Sebastien: Merci Elias pour l’interview. J’espère que vous avez kiffé et un salut à tous les riders que j’ai rencontrés jusque là, ceux qui m’ont hébergés quand j’en avais besoin et ceux à qui j’ai serré la main. Un bonjour à toute ma famille, en particulier mes parents et mon frère., qui m’ont toujours encouragés à continuer dans cette voie, et enfin je voudrais dire aux riders de ne jamais oublier de kiffer pendant qu’ils rident. Et nous nous croiseront un jour dans le monde. Esteban: Un message pour tout ceux qui lisent cet article: Essayez de ne faire que ce que vous aimez et de le faire le mieux possible, ne vous perdez jamais dans ce que l’on vous demande et kiffez en faisant du Bmx. Il y a pas de limites sur cette planète si vous avez un vélo. Et merci à tout nos amis dans le monde entier qui nous aident d’une façon ou d’une autre, à faire du flatland, et j’espère que beaucoup de personnes seront inspiré par le fait de venir en Colombie. Nelson: A tous les riders d’Amérique du Sud: continuez à rider et n’arrêtez jamais. Quelque soit les limites qui s’offrent à vous, le manque d’argent ou de spots, il faut se battre pour faire progresser les choses, regarder de l’avant et voir où l’on veut aller. Il faut aller de l’avant, nous avons fait ce qu’il fallait faire et il ne faut pas faire demi-tour mais regarder vers le futur et continuer à être persévérant. Merci à Elias et ART BMX pour cette interview.

Jonathan Camargo

it is more the investment that you do than what you get back, but the main thing is to get what you want or proposed and be perseverant. As with the Flatland, the results may not be immediately visible, but as the saying goes, “practice makes perfect” and eventually everything becomes more and more easy. Nelson, your career as a rider in the competitions has been very productive and you have represented the name of your country in several international contests. What has been your greatest achievement and why? My greatest achievement was to have participated in the BMX WORLD’S in Germany. Although I didn’t do well and luck wasn’t on my side in so many things, like not being able to sleep for several nights, a tire exploded hours before the event, the floor of the contest, etc... Despite all this, I was able to go to the World’s to witness the best riders and realize that everything is possible. I also realized that the level in Latin America is now very similar to the level of riders from the rest of the world. Seeing William from Peru, Pola from Argentina, and Rómulo from Brazil in the finals of a super event made me very happy, and I know that if I try a little harder, I can also be in the finals of a contest of this magnitude. Any final words? Jonathan: I am delighted to have the support of the different riders in the world and the motivation to continue as an athlete and as a person. I never thought I would represent my country in so many national and world-class events and have the chance to make the sport become more popular in Colombia for future generations to exploit it to the maximum. Thanks also to the brands that believed in me as an athlete; Saeta, number one sports brand in Colombia, the Colombian Cycling Federation, the Institute for Recreation and Sport IDRD and Gatorade. Thank you very much to everyone who made this interview possible, especially Luis Elías for taking us into account. Keep riding hard, friends because there are many good times ahead; see you soon and good luck. Sebastián: Thanks Elías for the interview; I hope you guys enjoy it and greetings to all the riders that I’ve had the opportunity to meet, the ones that have let me stay at their house, and everyone I’ve shaken hands with. Also, greetings to my family, especially my parents and my brother, who have been the biggest support to continue in the sport, and I finally just want to tell everyone to continue riding and always have fun doing it. And we’ll meet again somewhere in the world. Esteban: Some final words for everyone who is reading this article: Try always to do what you like and do it very well, never falter in what is proposed and have a lot of fun riding BMX. There are no limits on this planet if you have a bike! And thank you very much to all the friends in the world who help us in one way or another to keep on with our sport and I hope that many people will be encouraged to come to Colombia to realize that our country is not as many people from outside picture it... Nelson: To all the Latin American riders: keep on riding and never give up. Even if we have many limitations to continue in our sport either with money or spots to ride, we must turn and look back and see all the progress we have made and we will see that we have done great things; now let’s turn forward and see the way before us or the way we want to take; we will move forward with all the excitement, we have done the right thing and our perseverance will give us success in the future. Greetings to all and thanks Luis Elías and ART BMX for this interview.

esteban palencia


108 - oldschool - USA par Kip Williamson

Aggro Rag Zine Aggro Rag Freestyle Mag issue # 13 - The Hip-Hop Issue Qui imprime encore un zine ? Mike Daily, voilà qui… et je suis bien content qu’il l’ait fait ! Après 23 ans d’absence, Aggro Rag Freestyle mag est de retour. Au cas où vous n’auriez pas remarqué, Mike est le créateur de Plywood Hoods mais aussi de l’Aggro Rag zine. A l’époque où le Bmx freestyle commença, presque toutes les usines pro vivaient en Californie et la majorité des magazines était shootée là-bas. Ce fut le cas jusque dans les années 80 ou un groupe de talentueux riders venus de York PA ont commencé à créer simultanément leur propres vidéos présentant quelque chose avec autant de valeur que ce que proposaient les compétitions les plus importantes. Une grosse vibe de hype autour de Plywood Hoods et Aggro Rag Freestyle Mag vous rapprochaient un pas plus près encore de ceux qui très vite devinrent des dieux du flatland. Si vous êtes un rider old school, un flatlander ou juste un fan de l’histoire du Bmx, vous avez probablement vu une voire toutes les vidéos de Mart Eaton: Dorking in York. Si vous vous demandez comment on est passé d’une génération de flat où l’on se balançait et espèrait faire des tricks, à une génération de vols planés et de rolling en moins de deux ans, la réponse que la plupart des riders vous donneront est Plywwod Hoods. Ils étaient le groupe de riders le plus innovant et mystérieux de la planète. Des riders qui venaient et qui repartaient tels que Kevin Jones, Mark Eaton, et Chase Gouin ont malgré eux escorté les usines pro vers la fin de l’âge d’or du Flat et leur dispartion, sur vhs à l’époque. Alors que les Plywood Hoods, gagnaient en reconnaissance, Aggro Rag capturaient en images leur riding, leurs blagues, leurs amitiés, des histoires captivantes, leur musique, des trucs sans vraiment de sens aussi. Pas seulement à York PA, mais partout aux U.S., 12 numéros d’Aggro Rag freestyle mag sortirent, entre la fin des années 80 et le début des années 90, et passèrent dans des évènements tels que le AFA Masters, Two Hip King of Vert Comps, et la York Jam qui avaient lieu presque chaque été. Aggro Rag était étrange, artistique, avec des actus de derrière les coulisses sur les riders, sur leur vélos ou pas. Le Bmx était en train de changer et Aggro Rag était là pour documenter ce changement de direction. Le numéro 13 de Aggro Rag comprend une mise en page à l’ancienne, des extraits des moments les plus drôles des différentes vidéos Dorkin et une retrospective de certains des plus grands noms des années 80. Ma partie préférée ce sont les interviews. Comme Mike Daily le dit “J’ai interviewé 15 des flatlanders les plus innovateurs de l’époque fluorescente du freestyle.” Il leur a été posé des questions sur des tricks qu’ils ont inventés, des compétitions auquelles ils ont participées, des accients de parcours et sur leur mode de vie de riders amateurs de bmx sans une thune et sur ce qui transforme le riding en autre chose qu’une suite de tricks.” Si vous êtes comme moi, les tops riders étaient comme des pop stars à l’époque. Avoir la chance de savoir ce que ces gars pensaient à l’époque, ainsi que leur opinion sur la scène bmx aujourd’hui est au delà de tous mes espoirs. Mike a fait un super boulot de questions sur mesure pour chaque rider, et sans aucun doute certaines réponses surprenantes valent le coup d’être lues et relues. Aggro Rag est en édition limitée, donc allez sur Aggrorag.com et achetez votre numéro avant qu’ils soient tous partis. Mon extrait préféré sort d’une interview de Chris Day où il parle de préparer sa K7 dans le Torker room (pour son AFA Master Comp run le jour d’après) : «Et là, dès que j’arrive dans la pièce, le team manager de Gt, Shawn Buckley, vient juste de descendre de son avion et d’arriver, il me regarde et me dit : “J’ai entendu dire que tu étais dans le torker room en train de fumer de la beu... Je le vois à tes yeux, je vois bien que tu es défoncé. Tu es viré de l’équipe (Dyno) dès maintenant”.»

Who prints a zine anymore??? Mike Daily that’s who... and I’m glad he did! After a 23 years hiatus, Aggro Rag Freestyle Mag is back! In case you didn’t know, Mike created the Plywood Hoods and the Aggro Rag zine. Back when BMX freestyle started, almost every factory pro lived in CA and the majority of coverage in magazines was captured there. That is until the late 80s when a group of talented riders out of York PA began to simultaneously create videos showing the progression of flatland. Through these videos they presented something just as worthy as major contests placings. There was so much hype around the Plywood Hoods... and Aggro Rag Freestyle Mag brought you a couple steps closer to knowing these soon to be flatland gods. If you’re an old school rider, flatlander, or just a fan of BMX history, then you’ve probably seen one if not all of Mark Eaton’s Dorkin In York videos. If you ever wondered how flatland went from balancing and hopping tricks, to a generation of rolling and gliding tricks in 2 years time, the answer most riders would give is The Plywood Hoods. They were the most innovative yet mysterious group of riders on the planet. Up and coming riders like Kevin Jones, Mark Eaton, and Chase Gouin unintentionally escorted factory pros facing the end of the golden age of flatland, to their demise... one vcr at a time. As the Plywood Hoods were climbing in recognition, Aggro Rag captured the riding, the jokes, the friendships, along with interesting stories, band reviews, and random nonsense, not just in York PA, but around the US. 12 original issues of Aggro Rag Freestyle Mag were released in the late 80s, early 90s, and passed around at various events such as the AFA Masters, Two Hip King Of Vert comps, and York Jams held nearly every summer. Aggro Rag was a quirky, artsy, behind the scenes look at the Hoods and their friends, on and off their bikes. BMX was changing, and Aggro Rag was their to document this shift in the force. Aggro Rag Issue # 13 features super cool retro artwork and screen grabs of hilarious moments from various Dorkin videos, and a retrospective look at some of the big names of the late 80s. My favorite part by far were the interviews. As Mike Daily put it, “I interviewed 15 of the most innovative flatlanders from the fluorescent era of freestyle.” They were asked questions about tricks they invented, contests they attended, mishaps from the road, and what life was like for a starving amateur bmxer focused on whatever it takes to make riding into something more than just tricks. If you’re like me, the top riders in the sport were rock stars! Hearing what these guys were thinking back then, as well as their opinion on current day BMX is beyond interesting. Mike did a great job tailoring his questions for each person and there’s no doubt some surprising answers that are worth reading more than once! Aggro Rag is a limited edition release, so make sure you get over to aggrorag. com and pick up your issue before they’re gone! My favorite excerpt came from an interview with Chris Day where he was talking about queuing up his cassette tape in the Torker room (for his AFA Masters comp run taking place the next day): “And then right as I got to my room, the team manager from GT, Shawn Buckley, had just shown up from his plane flight, and he looked at me and goes, “I heard that you were in the Torker room smoking’ pot. Somebody told me about it... And I can see your eyes right now, I can tell you’re stoned, and that’s it. You’re kicked off the team (Dyno) as of right now.” - Chris Day AVAILABLE DIRECT FROM MIKE DAILY at mickogradylives@hotmail.com


DANLACEY

The BMX branch brought to you directly, from the Worlds largest online bikestore. Here to support the riders with great before/after sale service and FREE DELIVERY to the UK and Ireland.Ordering is quick, easy and affordable, allowing you to concentrate on your riding.Check online for the latest team news and product listings www.chainreactionbmx.com

www.chainreactionBMX.com Follow us online

photo by Duncan Smith


110 - event - holland par bart dejong

Fat Jam Heavy Metal Thunder! Aarle-Rixtel, Pays Bas. C’était la 24ème édition de la FATJAM, ce qui en fait la jam de Bmx la plus vieille encore dans le circuit. Le concept n’a pas changé, être tous ensemble, s’éclater sur les vélos sans aucunes règles précises. Cette année nous avions un thème heavy metal donc vous savez maintenant quel genre de musique passait à fond dans la stéréo pendant toute la journée. A un moment, il y a même eu une compétition live de solo de guitare, pendant que les autres riders étaient sur le trail. Pas mal de points de partout avec au final Timo Van Lierop et Tom Van Den Boogaard qui furent gagnants. Ils sont repartis avec une toute nouvelle Guitare Vans et un sac de Goodies. C’était vraiment cool d’essayer des choses nouvelles à la FATJAM. Les bosses de dirt étaient situées sur le petit coté ce qui a fait que les streeters et les riders en park ont aussi roulé en dirt pour la journée. La chaleur (35 degrés) n’a empêché personne de rider. Nous avions des bières fraîches gratuites pour tout le monde, et donc vers la fin de la journée, on était tous plutôt en train de chiller plutôt que de faire du dirt mais personne ne s’en est plaint. Monster Energy a commencé à faire tourner le Bbq vers 16h30 donc en plus des bières gratos, il y avait des hamburgers gratos... La FatJam a toujours été un évènement à petit budget, mais cela ne veut pas dire que les gens ne s’amusent pas. L’année prochaine sera la 25ème édition. Si vous n’avez jamais expérimenté la FatJam dans votre vie, c’est peut être le moment d’y aller !

Dimitris

Heavy Metal Thunder! Aarle-Rixtel, Netherlands. It was the 24th edition of the FATJAM which makes it the longest running BMX jam in the world. The idea has never changed, get together and have fun on your bike without any rules or regulations. For this year we had a Heavy Metal theme going so you know what kind of music was blasting out of the stereo all day. At some point we even had live guitar solo competition. 9 duo’s signed up where one rider had to play the electric guitar, and the other rider had to ride the trails. Points were scored by both and in the end Timo van Lierop and Tom van den Boogaard were the winners. They picked up a brand new Vans guitar and goody bag. It’s fun to try new things at the FATJAM. The dirt jumps are on the small side which makes street and park riders ride dirt for a day too. The heat (35 degrees) didn’t stop anyone from riding. We had free cold beers for everyone, so towards the end of the day, the focus was more towards the chilling side, than the dirt riding side but noone was complaining about that. Monster Energy kicked off the barbecue around 16:30hr so next to the free booze, there were free burgers too. The FATJAM has always been a low budget event, but that doesn’t mean people don’t have fun. Next year will be the 25th edition. If you haven’t experienced a FATJAM in your life, it’s time to check that one out.

Aarle-Rixtel local talent Tom van den Boogaard


Nicky


112 - face - USA par C. Vanhanja - intro Patoche - portrait C. VANHANJA - photos riding justin kosman & Damian Ellert

Mr Catfish J’ai rencontré Catfish il y a de ça quelques années lors d’un trip aux US et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a su nous accueillir comme des princes ! Non content d’être l’un des MC les plus réputés de la planète, Zack Yankush est aussi un rider original toujours prêt à mettre le feu lors d’une session tellement ses tricks sont innovants mais aussi funs. D’ailleurs je pense sans avoir à me tromper que la vie de Catfish tourne autour du plaisir et il nous le rend bien ! C’est donc avec grand plaisir que nous souhaitions partager avec vous son interview dans ce numéro. Welcome in ART bmx mag poisson chatte !!!

I have met Catfish a few years ago during a trip in the U.S. And the least I can say is that he welcomed us like kings ! Not only one of the most famous Mc of the planete, Zack Yankush aka Catfish is also a unusual rider, always ready to burn up a session with innovating, crazy and fun tricks. I believe I am not mistaking if I say that Catfish’s life turns around the idea of happiness, happiness that he shares at any time with us !!! It is therefore more than a pleasure to share with you in the issue, an interview of the man himself. Welcome to ART Bmx Mag Poisson Chatte !!!

We have been trying to get this interview done for a while, but it seems pretty hard to get a hold on you… Yeah. I have to say that I have been travelling quite a lot lately... Ça fait quelques temps déjà qu’on essaye d’avoir une interview de toi mais il semble que ce soit assez dur de te joindre ? Oui je dois dire que j’ai pas mal voyager ces derniers temps... La plupart des gens te connaissent comme un MC de Bmx/speaker et oublient le fait que tu es avant tout un rider super créatif. Peux-tu nous expliquer comment tout cela a commencé ? Je pense que comme beaucoup de gens qui sont tombés amoureux du Bmx, la première fois que j’ai vu un Bmx pour de vrai, je suis tombé instantanément amoureux et savais que c’était ce que je voulais faire. Ça avait l’air tellement fun, avec tellement de liberté d’expression , sans un coach pour te dire «C’est comme ça qu’il faut faire, c’est pas comme ça». Il n’y avait pas de façon correcte de faire les choses en Bmx. Je ne dirais pas que je suis bon en Bmx, c’est juste que c’est une passion qui dure depuis 25 ans, on est donc plutôt dans l’ambiance «tu peux apprendre des nouveaux tricks au vieux routard» mais ça va prendre du temps. Avec la célébrité, on a un égo démesuré, cela n’a pas l’air d’être ton cas ? Je pense que l’on peut se souvenir de la première fois où on a rencontré quelqu’un de célèbre, quelqu’un qui est souvent sur les couvertures de magazines. C’est la première impression qui compte. Si le gars est un con la première fois que tu le rencontres, tu vas garder cette image de lui, celle d’un con, et je suis très conscient de cela. C’est étrange parce que depuis mon show télé avec Rooftop, parfois à une compèt de Bmx, on me demande : «Eh, qu’est-ce que tu fais ici, t’es encore à un contest !». Mais c’est ce que j’aime. Je ferai du Bmx jusqu’à ma mort. Le Bmx n’en est pas à ce point où qui que soit peut avoir un égo sur-développé... Même si je déconne avec les gens en disant combien je déchire, ce n’est que du Bmx. Etre connu dans le monde du Bmx, c’est comme être connu dans le monde des échecs, si tu ne joues pas aux échecs, tu en a à peu près rien à foutre. Le Bmx est beaucoup trop petit pour avoir un égo. Même si les gens pensent que j’ai un égo, j’essaye de rester vrai.

A large part of average people knows you as an BMX MC/announcer and actually miss the fact that you are a consistent and creative rider at first. Can you explain us how does all this started? I think that like most people who fall in love with BMX, the first time I saw BMX for real, I instantly felt in love and knew that it was what I wanted to do. This was looking so fun, with such a freedom of expression, with no coach to tell you “this is the right way, this is the wrong way” you know… There is no wrong or right way to do trick on a bicycle. I wont tell I’m good on a BMX, it just have been my passion for the last 25 years, so it is more like “you can teach old dog new tricks”. But it takes time. With celebrity very often comes big ego, but it seems not to affect you to much ? Well I think that any of us can remember the first time he met someone famous or who is often in magazines, and that first impression count. If the guy is a jerk the first time you meet him you are going to keep that image of him being a jerk and I am well aware of that. It’s funny because since the TV show with Rooftop and all that, sometimes at bmx event I got asked “hey what are you doing there, I can’t believe you are still hanging out on BMX event!” but this is my heart, I’ll ride a BMX until I die. BMX is not at a point where anybody should have an ego you know. Even if I joke around talking people how awesome I am, it is obviously just BMX. Being famous in BMX is like being a famous chess player, if you don’t play chess, nobody gives a fuck about you. BMX is way to small to have an ego, even if people think that I have an ego, I try to keep it real.


catfish au fise - photo c. vanhanja


Soyons maintenant un peu plus sérieux. Qu’est-ce qui t’as pris de faire tout ces tatouages partout ? C’est comme faire un trick stupide même si tu sais qu’il est stupide! C’est une douleur infligée à toi-même? Oui, c’est définitivement une bonne façon de tourner les choses. Je vois mon corps comme un véhicule, comme une automobile, un vélo, quand c’est le votre pour plus qu’un moment vous ne le voulez pas simple, vous le voulez un peu avec des scratches ici et là, la roue arrière un peu désaxée, vous voulez avoir l’impression qu’il vous a donné tout ce qu’il avait. C’est comme ça que je regarde mon corps. Quand je mourrai, je veux que les gens regardent mon corps et disent: «Putain, il a fait de ces trucs avec son corps !» et puis, en plus c’est cool parce que ça a commencé par «Essaye de te faire un tatouage dans tous les pays où tu vas». Le fait est que les tatouages sont des souvenirs que tu gardes avec toi tous les jours et quand tu te souviens de la raison ou de l’endroit où tu l’a fait, tu te dis «Wow !». Dans mon cas, il y en a pas mal que j’ai fait dans des endroits dingues et c’était vraiment cool surtout avec des potes qui ont déjà des tatouages. C’est juste un côté de la culture bmx que je trouve vraiment formidable, que je partage et que je trouve super, parce que presque tous mes tatouages sont reliés à des voyages grâce au bmx... Beaucoup de gens disent que tu es juste complètement timbré et débile, mais je sais que tu es un mec vraiment intelligent, et avec le temps je t’ai vu deux trois fois dans des situations où les gens s’attendent à ce que tu fasses «Catfish le grand» alors que tu as juste envie d’être toi normalement.. La limite est faible, parce que ce n’est pas juste un personnage, c’est une partie de moi. Avec le show télé, beaucoup de gens me voient mais Catfish, c’est le Bmx. J’ai juste envie de m’éclater, de faire des tours aux gens, de faire la teuf et c’est ce que je suis la plupart du temps. Appelle-le syndrome de Peter Pan si tu veux. Moi je dirais plutôt que «La vie est trop coute pour ne pas kiffer à mort !». Et c’est juste ce que j’essaye de faire. Si tu te réveilles malheureux, il faut changer quelque chose. Les gens qui ont la chance de te parler dans un cercle un peu plus privé savent que tu n’es pas un «américain typique». Même si tu es très fier de ton pays, le fait d’avoir passé beaucoup de temps à l’étranger semble avoir changer la façon dont tu vois ton pays et apparemment il y a deux trois trucs qui t’énervent. C’est comme tout le reste. Voyager change les gens, comme tu viens de le dire. J’ai été des deux côtés de la barrière et je trouve cela intéressant. La France est l’exemple parfait d’un pays où un bon nombre de gens ne sont pas d’accord avec la façon dont les Etats-Unis traitent les autres pays. Il y a cet éternel cliché français «Les français nous détestent». Mais lorsque que je suis allé en France, j’ai rencontré des gens aux quatre coins de la France, je me suis assis avec eux et que j’ai discuté avec eux, même dans le reste de l’Europe en essayant de savoir quel était leur problème avec les Etats Unis. Et après avoir discuté avec eux, j’en suis venu à la conclusion que «même si j’aime mon pays, Fuck la politique americaine !». Comment l’américain moyen peut-il être simplement d’accord avec ce que l’on fait aux autres pays du monde. Je me suis ensuite rendu compte que beaucoup de pays détestaient les Etats-Unis tout simplement parce que les américains se comportent comme des gros cons quand ils voyagent. Peut-être pas tous les américains, mais tous ceux qui sont élus ou dans les strucutes étatiques, ont l’air de gros cons à mes yeux, et c’est eux qui représentent les Etats-Unis. Tant que tu n’as pas vu les choses de l’extérieur, tu n’as pas vu la totalité du tableau. Je suis vraiment tombé d’accord avec certaines des choses que l’on fait en dehors de notre pays, mais j’ai surtout réalisé à quel point j’avais eu la chance d’être né dans un pays qui m’offre les opportunités que j’ai aujourd’hui. Je ne pourrais pas imaginer ce que cela voudrait dire par exemple d’être né au Bangladesh... Je dirais que «je suis heureux d’être né aux Etats-Unis avec toutes les opportunités que l’on a mais si j’avais des enfants, je les élèverais en Europe». Cela m’amène à te parler de ton voyage «Bikes Over Bagdad». N’est-ce pas ironique que quelqu’un comme toi aille soutenir les troupes lorsque que tu n’es pas d’accord avec la politique de ton pays ? C’est encore plus difficile que ça parce que mon frère est dans L’U.S. Air Force, et est allé déjà 4 fois en Iraq. Donc quand je lui ai dit que j’allais en Iraq, il m’a répondu: «Tu es vraiment con, qu’est-ce que tu vas allé faire là-bas?». Laisse-moi dire que ce voyage a changé ma vie. Même si je suis en désaccord total avec la politique américaine ou le simple fait que nous n’aurions jamais dû aller en Iraq, et que tout ce qui est arrivé n’aurait pas dû arrivé, j’ai vu des gosses, je veux dire 19, 20, 21 ans, des soldats, qui croyaient en leur contribution à un monde meilleur. Ils ne se battaient pas tant pour les idées de la politique américaine mais faisaient des sacrifices qu’ils savaient que quelqu’un devait faire. Ces jeunes qui avaient rejoint les rangs de l’armée pour avoir accès à une meilleure éducation, pour aider leurs familles, ces jeunes savaient qu’ils iraient probablement en Iraq pour soi-disant «se battre pour leur pays». C’était vraiment une découverte pour moi, surtout quand je leur ai demandé «savez-vous pourquoi vous êtes là ?». Ils ne savaient même pas... Ils m’ont répondu: «tu sais quoi, qu’il aille se faire foutre Georges Bush, je ne sais pas pourquoi je suis là mais j’ai une famille à nourrir, c’est pour ça que je suis là». Mais ils étaient autant en désaccord que les gens qui manifestaient aux Etats-Unis. Cela m’a vraiment aidé à comprendre que nous n’étions que des marionnettes et qu’il n’y avait qu’une petite poignée de gens qui tiraient les ficelles, et que ce monde n’est qu’un lieu horrible dirigé par l’avidité et l’argent. C’est pour cela que l’on se doit de s’éclater le plus possible parce que ça peut finir en un clin d’oeil.

Est-ce que tu veux te taire et faire la teuf ou exprimer ton point de vue Quelques en soient les conséquences ? C’est drôle que tu dises cela, par que je pense qu’il faut apprendre à mener ses combats. Tu sais Twitter m’a posé pas mal de problèmes. Twitter m’a coûté 30,000$ l’année dernière... 30,000$ que j’aurais pu dépenser d’une façon beaucoup plus intelligente. Mais tu sais, je ne suis pas assez intelligent pour me taire quand il le faudrait, mais quand je ne suis pas d’accord, je ne vais pas juste me taire, surtout sur le sujet du Bmx. C’est ma culture, ma passion, et si je vois quelque chose qui ne me plait pas, bien sûr que je vais le dire! J’habite aujourd’hui en Californie et c’est un endroit où tu dois rester très vigilant au niveaux du cadre social parce que làbas, tout se base sur qui tu connais. Si tu te fâches avec une ou deux personnes, tu ne sais jamais, le lendemain tu n’as plus le droit d’aller à tes orgies habituelles. Ce qui est vraiment naze. C’est une leçon qui coûte chère à apprendre et tu pourrais penser que je sais me taire quand il le faut, mais pas quand il s’agit de Bmx, non ! J’ai perdu tous mes jobs d’un coup, mais je vais continuer à voyager dans le monde entier, à essayer des nouveaux trucs, mettre des meufs enceintes, faire la teuf... C’est quoi ton prochain challenge ? Je suis de retour en Californie pour le Monster Energy Road trip, avec une nouvelle équipe, et ensuite en Europe pour quelques compétitions. Ensuite, je vais aller trainer avec mes potes à Paris. Un trick que tu aimerais savoir faire? Mon dieu... Un Hitchhicker. Je n’ai jamais su faire un hitchhiker... ou non, mieux, un Death truck hands down... Mais je suis suis trop petit.... Oui un deathtruck.


photo justin kosman


Let’s get a little bit more serious : what the hell is happening in your mind when you are doing all those crazy shit tattoo all over your body? Is this like doing a stupid trick even if you know it’s stupid? Is this like a kind of self-inflicted pain? It’s definitively a good way to put it. I see my body as a car or a bicycle, when you have it for a while you don’t want to have it pristine, you want it to be all beat up, the back end to be bend, you want that bike to look like it gave you everything he got. I look at my body like that, I want people to say when I die: “Men he did some fucking shit to his body” plus it’s cool because I started to “try to get a tattoo in every country“ thing. Tatoo are memories that you remind every day, when you look at them you think at the reason or the place you where at, when you got them and you say: “wow!!!“. I mean in my case, I got some of them in lots of crazy places, it is good fun especially when you have friends that are already tattooed. It’s just an awesome part of BMX culture I can share, because almost all my tattoo are related to BMX trips or things so... A lot of people think you are crazy and dumb, but I know fore sure that you are quite clever, and being around you, I already saw you a couple of time trap on the situation where people are expecting you to play “Catfish the great” character but you just want to be normal. It’s a fine line because it’s not a character, it’s also a part of me, with the TV show, it’s a whole lot of general people seeing me, but Catfish is BMX : I just want to have fun, I just want to play prank on people, I just want to party, it is just what I am most of the time, call it a Peter Pan Syndrome, call it what you want. Let me put it that way: “life is way too short not to have a fucking blast while you are here!” and this is just what I am trying to do, if you are waking up unhappy, you are doing it wrong. People who got to talk with you a little more privately knows that you are not a “typical American guy”, even if you keep a lot of pride and love for your country. Being abroad a lot seems to affect the way you perceive your country and obviously there are things that pisses you off. It’s like everything else, travelling changes peoples like you say, and I’ve been on both side of the fence which is interesting because, take for example France : France is a perfect example because a good portion of the people disagree with the way we are treating other countries and I agree with that, and there is always the running joke “the French hates us” and before I get to France, I felt in that bullshit media trap and was like how... well... “French hates us!”. Then I went to France and I got to meet people all over France. I sat there and had long conversation, even with people from all over Europe, trying to figure out why they have issue with the United States, and after talking with them I was like “even if I love my country, men fuck the USA politics!!!”. How does the average Joe in America goes along with what we do to other countries”. Then I figured out that when I was around the world, that a lot of other people hates Americans because a lot of American act like assholes when they travel. Maybe not all the Americans are assholes, but all the people Americans have elected in office and public authorities seems like assholes to me, and they represent America. It’s one of those things like until you look at things from the outside, you can’t really see the picture. When you are outside of the fish bowl, it’s a whole different world out there. It really makes me agree about some of the things that we do to other people, but also it makes me realize the luck I had to be born in a country that offers me the opportunity I have. I couldn’t imagine what it is like to be born in Bangladesh or some places like that... Let me put it that way: I’m happy to be born in the USA with all the opportunities that were offered to me but if I have some kids, I would like to raise them in Europe.

This brings me to your trip: “Bikes Over Bagdad”. Isn’t that ironical for someone like you to go supporting your troops when you disagree with what your country is doing? It is even more difficult because my brother is in the USAF and he has been over Iraq four times... So when I told him that I was going to Iraq he told me: “You are an asshole, why the fuck are you going there for?”. Well, let me tell you that it was a life changing trip for me... You know even if I highly disagree with all the American policy, or the fact that we shouldn’t have been in Iraq to begin with, and all that things that happened and shouldn’t have happened, I saw kids, I mean 19, 20, 21 years old soldier that believed in making the world better. Not so much they believed in fight for America’s policy, but only making sacrifices they knew they will have to do. Those kids that joined the military because they wanted to get a better education, help their family and get a better living there, they knew when they were signing-in, that there was a good chance that they would go to Iraq to supposedly “fight for our country”. That was an eye-opening experience for me. Even more crazy is that when I was over there and I asked them “do you guys know what you are here for“, they even can’t tell me why they were over there... They were like : “you know what, fuck George Bush, I don’t know what I’m doing here, but I have a family to feed... That is why I’m over here!”. But they were as much disagreeing against that war that people that do protest in the USA... It really makes me understand that we all are “puppets in the World“ and that there is a very few people controling the strings, and that is such a money-machine-greed-filled-horrible-place that the world is. This is just why you should have as much fun as possible because it could all ended like a snap of the fingers. So do you want to shut up and have fun or you can just help it and have to open your mouth no matter the trouble it will bring you? It’s funny you say that because you got to learn how to fight you battles. You know... Twitter got me quite a bit in trouble. Twitter probably costs me over 30 000 $ in the last year... 30 000 $ that I could have use in a much smarter way... But you know that is the thing, my head is not so big that I’m going to shut up, I’m not going to shut it up when I think something is wrong especially when it comes to BMX. It’s my culture, it’s my passion right there and if I see something that is fucked up I’m going to speak up ! I moved up to California and it is a place where you have to be very careful about the social circumstances you are running because it is all about who you know... If you upset one or two people the next thing you know is that you are blacklisted and you can’t go to the orgies anymore... which is a fucking mess, it’s a hard lesson learned, and you would think I learned to shut my big mouth, but I can’t help it when it comes to BMX. And I’m certainly not going to shut it off... all of this is just a blessing you know, after all if I end up losing all my jobs, I will still travel all around the world, experience new things and meet new people, party and get the girls pregnant... So what is your next challenge? I’m going back to Cali for a Monster energy road trip with the new team, and then come back in Europe for a couple of contests and maybe hang out with you guys in Paris... A trick you would like to do but you can’t do? Oh my gosh... A hitchhiker... I could never do a Hitchhiker... How or no, even more than a hitchhiker, a death truck hands down, because I always been to small... Easily a Deathtruck.


catfish in poland, photos Damian Ellert


118 - new pusher - france par patoche - photos SIMON UGUEN / basic bmx

Anthony Jeanjean A croire que le sud est est un véritable vivier de pushers !!! Cela faisait un moment que Vincent Massardier me parlait de ce jeune rider qui déchirait tout en dirt et en park. Je ne réalisais pas l’étendue de son talent jusqu’à ce que je puisse voir des images de lui ! Anthony Jeanjean fait partie de cette nouvelle génération qui apprend tout rapidement et bien, ce type de rider overall qui n’hésite pas à calmer tout le monde en dirt et en park. On se devait de parler de lui et surtout de le connaître mieux ! Présentation. Salut, je m’appelle Anthony Jeanjean, j’ai 14 ans, j’habite à Bassan. Je roule depuis environ 4 ans. Mes sponsors : BASICBMX, EIGHTYFOUR, BMXAVENUE. Salut Anthony, tu fais partie de ces nouveaux riders qui, en peu de temps, ont un niveau incroyable. Comment peux-tu expliquer ça ? Salut Patoche, je ne sais pas trop comment expliquer cela, juste la passion pour le vélo je pense et vouloir toujours me dépasser. Avec un tel riding, as-tu des gens autour de toi qui te poussent fort dans ta progression ou alors rides-tu seul dans ton coin ? Oui bien sûr, beaucoup de potes sont là pour moi et surtout pour m’aider à progresser. Avec Basic bmx par exemple, ils m’ont fortement aidé à progresser et à me faire connaître, et j’en suis fort reconnaissant. Mes sponsors d’aujourd’hui, je les ai eu en partie grâce à Simon Uguen, mon manager et président de l’asso BASICBMX, avec Gaël Robert aussi, qui m’a beaucoup conseillé pour beaucoup de mes tricks. Et avec d’autres potes, on s’aide entre nous. La scène du sud a toujours été connue pour être fournie en rider. Est-ce que la région et ses nombreux spots t’ont aidé à acquérir ce niveau ? Là où j’habite, il n’y avait pas trop de parks aux alentours. Je devais aller vers Montpellier pour trouver de plus gros skateparks mais depuis le nouveau skatepark de Sérignan, on a enfin de quoi bien rouler sur de bonnes structures. Un grand merci à Vincent Massardier de s’être battu pour avoir ce beau skatepark et ce beau terrain de dirt à côté. Qu’est-ce qu’une journée type de riding pour toi ? Quels sont tes spots favoris ? Une bonne journée de riding pour moi, c’est d’arriver dans un gros park et rouler rouler rouler en se faisant plaise avec tous ses potes. En ce moment, je roule beaucoup à Sérignan parce que c’est le park le plus près de chez moi et il est vraiment cool. Avec l’arrivée du nouveau spot à Sérignan, je pense que vous avez un outil super pour pouvoir progresser en park et en dirt. Qu’en penses-tu ? Y vas-tu souvent ? Oui c’est clair, avec ce park et ce gros dirt, tout le monde peut se faire plaisir. Il y en a pour tous les niveaux, ils ont vraiment fait une belle structure. J’y suis presque tous les jours, dès que je peux rouler. Avant, je devais aller assez loin pour rouler dans un bon park ou alors ce n’était pas de très bon park mais là, depuis Sérignan, on peut évoluer sur un bon park. Les contests : en fais-tu beaucoup ou préfères-tu rider entre potes ? Je fais assez de compèt comme toute la tournée Fise Xpérience ou encore là, je rentre de l’Urban Plagne. J’adore les compèt, ça met de l’ambiance, les riders sont chauds, se surpassent. Je kiffe l’esprit compèt, mais j’adore aussi rouler entres potes, se faire plaisir sans prise de tête, c’est cool aussi. Tes projets futurs, des trips en vue ou des contests à l’étranger ? Des trips, je sais pas trop, on verra au fil du temps, les contests, finir la tournée Fise Xpérience et d’autres compèt dans toute la France. Et pour l’étranger, on a rien de prévu encore mais cela pourrait très rapidement se faire. En tout cas, c’est pas l’envie qui m’en manque ! Ton avis sur la scène française ? La scène française monte très vite. Beaucoup plus de jeunes riders qui progressent très rapidement. Dans quelques années, la scène française fera très mal.

The South of France seems to be a real Fish-tank for new pusher !!! It has been a while that Vincent Massardier has been talking to me about this new young rider who is killing it in dirt and in Park. I had not understood the length of his talent until I was able to see pictures of him !!! Anthony JeanJean is part of a new generation which learns fast and well. The type of rider overall which does not hesistate to calm everyone down with his skills both in Dirt and in Park. We had to talk to him and learn to know him a little more ! Could you introduce yourself please ? Hi, my name is Anthony JeanJean, I am 14 years old, I live in Bassan. I ride since about 4 years, my sponsors: BasicBmx, Eightyfour, Bmxavenue. Hi Anthony, you are part of this new generation of riders who got very quickly an incredible level, can you explain it ? Hi Patoche, I don’t really know how to explain it, the passion of riding I guess and being driven by always wanted to be better. With such a riding, do you have people around you pushing you hard to progress or do you ride alone on your own ? Of course, a lot of my friends are here for me, to help me progress. With Basic Bmx for example, they have greatly helped me to improve and put my name out there, and I am really grateful about that. It is because of Simon Iguen, my manager and president of the BasicBmx association that I got my other sponsor, and Gael Robert also helped me with a lot of my tricks. There is a mutual help within my friends, that helps me to grow faster I’d say. The scene of South of France has always been known to be a big producer of riders. Did this area itself and its many spots help you to get to where you are today ? Where I live there are almost no parks, I had to go to Montpellier to be able to find a bigger skatepark, but since they have built one at Serignan, we finally have a chance to ride on a good structure, closer to home. A big thanks to Vincent Massardier for fighting for the creation of this beautiful skatepark as well as this great dirt trail next to it. What is a typical riding day for you ? What are your favorite spots ? A good day of riding for me is to be able to show up to a big skatepark and ride, ride, ride and have fun with my friends. Nowadays I spend a lot of time riding at Serignan’s skatepark ! With the creation of this new spot at Serignan, you have even a better tool to improve both in park and in dirt. What do you think ? Do you go there often ? Yes, everyone is having fun, the structure is beautiful. I am there almost everyday, as soon as I can ride. Before that I had to go way further. Contests: Do you do lots of them or do you prefer riding with your friends ? I am doing enough contest with the Fise Tour Xperience or the Urban Plagne. I love contest. It puts you in a mood, all the riders are burning, trying to give the best of themselves. I love the contest spirit ! But I love riding with my friends even more, just for fun with no other goals, it is cool you know. Any projects for the future, trips or contest abroad ? I am not sure about going abroad, we will see with the time, first, the Fise Xperience Tour, and some other french contest. We have not planned anything yet for going abroad. But I’m thrilled just thinking about it! You point of view on the french scene ? It is rising pretty quickly, a lot of young riders are getting better, and in a few years, the french scene is really going to hurt !!! Any message ? Yes, a small one to all the riders, ride for yourself, have fun, have some good time with your friends or during contests, and use your helmets !


Un message à faire passer ? Un petit message pour tous les riders : ridez pour vous, faites-vous plaisir, prenez du bon temps entre potes ou en compèt suivant la préférence de chacun et sortez casqués. Des remerciements. J’aimerais te remercier déjà, toi, Patoche pour cette interview, et un grand merci à BASICBMX, EIGHTYFOUR, BMXAVENUE pour leur soutien. Merci à tous mes potes pour me faire kiffer à rider avec vous et un énorme merci à mes parents pour me soutenir fort comme ils le font et pour me suivre sur tous mes déplacements. Bise à tous! Any thanks ? I would like to thank you, Patoche first of all, for this interview, and a big thank you to Basic bmx, Eightyfour and Bmx avenue for the support. Thanks to all my friends for riding with me, to my parents for supporting me so strongly and following me everywhere. You all take care !


120 - event - usa par Jim Mckay - photo Fat Tony

Voodoo Jam La Flatland Voodoo Jam est l’un des plus précieux bijoux des Etats-Unis et attire tous les ans des riders du monde entier. Après deux ans d’absence, la Voodoo Jam revient au coeur d’une Amérique faite d’épices et d’ineffables fêtes dans la légendaire ville de la Nouvelle Orléans. Le succès d’un tel évènement n’est bien sûr pas dû au hasard, et je dirais qu’il y a bien des raisons pour lesquelles la Voodoo Jam est une expérience unique. C’est en parlant à quiconque ayant la chance de vivre dans la torpeur de l’évènement que vous comprendrez rapidement qu’il n’y a rien d’ordinaire dans cette jam et qu’elle est vraiment unique ! C’est dans la banlieue historique de la Nouvelle Orléans que se tient la jam où les riders et le public peuvent assister aux exploits devant l’installation en hauteur sur un immense balcon. Le bar exceptionnel vous permet d’avoir le rare plaisir de prendre une bière avec vos amis sans manquer quoique ce soit de l’action. Si vous n’êtes jamais allés à la Nouvelle Orléans, vous manquez l’un des endroits les plus exceptionnels, ne serait-ce que pour une ballade au milieu d’un unique mélange de culture. En effet, les plus anciennes traditions haïtiennes se sont mélées aux plus vieilles communautés françaises des Etats Unis, faisant de la Nouvelle Orléans une destination inoubliable. Même la gastronomie de la ville raconte une histoire, marriant une cuisine du sud des Etats Unis avec une forte inspiration de cuisine créole et cajun. Tout cela bien sûr à quelques pas de la rue la plus festive, tout le monde en conviendra, des Etats Unis: la Bourbon Street dans le quartier français. Cette année encore, je suis retourné à la Nouvelle Orleans pour la Voodoo Jam et revenu avec des souvenirs et des histoires qui pourraient à eux seuls remplir une vie entière. Et j’y retournerai chaque année jusqu’à la fin ! Les riders, les moments de préparation, les amis, les rencontres, tout cela fait que chaque année je suis impatient. C’est tout simplement un phénomène déguisé sous la forme d’une jam qui tient son étincelle gràce à des riders tels que Scott O’Brien, Terry Adams et bien d’autres qui sont convaincus de la magie de la Voodoo Jam. Je voulais en profiter pour parler de la Voodoo Jam non seulement pour donner mon point de vue mais aussi celui des riders. John Simmons (Veteran Class rider) : Il y a beaucoup de raison pour lesquelles la Voodoo Jam est une compétition exceptionnelle. Tout d’abord, la Jam se tient dans une ville et pas n’importe quelle ville ! La jam étant à l’intérieur d’un club, l’atmosphère est bien différente que si elle était comme d’habitude sur un parking. Les activités de la journée sont plutôt à la cool mais les évènements de la soirée avec les pro riders sont plutôt dingues ! La musique est bonne, la foule est plutôt hype et on peut boire des verres. Scott est vraiment bon en M.C. et apporte de l’énergie d’une façon impressionnante, rendant les soirées parfois électriques. C’est un peu comme le meilleur concert de votre groupe préféré. Je vais rarement à des compétitions mais je ne manque jamais les Voodoo Jams parce qu’elle m’ont vraiment poussé à me plonger dans le Flat en 2009 ! Je ressors à chaque fois avec tellement d’émotions positives que cela m’aide même à rider pendant les sessions les plus ennuyeuses de l’année. Les gens doivent parfois même penser que je suis un peu simple, mais je suis juste super content d’y être. Même si j’ai dû dépensé cette année tout ce que j’avais pour y aller. Omari Cato (Amateur Class rider): En tant que compétiteur, la Voodoo Jam est très spéciale pour moi parce que la dernière (en 2009) était ma première compétition. Ce qui est bien quand on vient sur une compèt, c’est que tu deviens compétiteur et rider à la fois. Je devais voir Dom, Stephan Cornely, Waldemar et même Ross Smith rouler pour la première fois en vrai. Ça a été très motivant. En fait, le fait de les voir enlève un peu de mysticisme et rend leur riding plus abordable. Je n’ai surtout pas senti d’ondes négatives pendant la jam mais j’ai constaté une envie de rouler de certains riders insatisfaits de leur placement, ce qui veut peut-être dire que le niveau de riding en expert va devenir encore plus haut dans les prochains contest. Joe Cicman (Amateur Class rider) : Le truc le plus étonnant, c’était l’ambiance. Je m’explique : c’est une énorme compétition, des riders venus de partout, super compétitifs, dans une grande ville avec beaucoup de public. Et en même temps, c’était tellement bien organisé que personne n’est parti en vrille. On avait l’impression d’être à une réunion d’une famille où tout se passe bien. Sans tensions, sans haine. Il y a eu ce moment où Scott était en train de parler à Effraim sur skype et de dire bonjour à tout le monde ! Bien sûr tout le monde veut faire du mieux possible et s’était préparé pour l’occasion, mais on n’avait pas la sensation que les riders étaient venus pour prouver qu’ils étaient les meilleurs. Et c’est cela qui a rendu la jam tellement agréable et cool. C’était super de célébrer la victoire de Mat Kuhlmann qui était pour lui un bond vers une carrière pro ! Ma copine, Angie, nous a ensuite rejoint et a eu la chance de rencontrer tout le monde. C’était vraiment super cool d’être au milieu de tout ce monde, de s’éclater et de se lancer des vannes. C’était comme l’oeuvre d’art née d’une collaboration commune.

The Flatland Voodoo Jam is America’s crown jewel of contests, a tradition drawing riders and fans from across the globe. After a 2 year hiatus, Voodoo Jam returned to New Orleans and it did not disappoint! There are many factors that make Voodoo a unique experience, and cause the people that have been there to speak so highly of it. Set in a beautiful historic downtown venue, fans and riders can watch the contest from ground level or from the balcony above. The venue also boasts a full bar, which is great for after riding, one can easily enjoy a cold beer with a friend without missing any of the action. If you have never been to New Orleans, you are missing out on one of the most interesting places in America to simply walk around in. The culture is a unique blend, with global influences as varied as French and Haitian; making time spent there an unforgettable experience. Even the food there is memorable, a mixture of Southern cuisine, and heavy Cajun/Creole influence. All of this is in walking distance from arguably the craziest street party culture in America; Bourbon St. in the French Quarter, which is also famous for the yearly Mardi Gras celebration. I once again returned to New Orleans for the Voodoo Jam this year, and have a lifetime’s worth of positive and crazy stories from it! I will go every year for as long as it continues, without question. It is that good. The riders, the pre-jam, the contest and after party, and the friendships made there, make it something I look forward to with much anticipation each year. It is a fantastic phenomenon disguised as a contest, and brought to life by Scott O’Brien, Terry Adams, and many other riders and entities who also believe in the magic of Voodoo Jam. I wanted to use this opportunity to not only share my own impressions of the contest this year, but also share different points of view from others who were there, both riders, and the organizer and M.C. himself, Scott O’Brien. John Simmons (Veteran Class rider) says: There are so many reasons that Voodoo Jam is such a great contest. First of all it’s in a city and a really unique one at that. With the venue being inside a club it’s like a whole different ball game than the parking lot or expo center kind of scene. The contest place isn’t all that big or very forgiving, really, but it’s big enough to get down and the tightness kind of lends more intensity, especially during practice where riders are all swarming trying to get a piece. The daytime events are really pretty chilled out and comfortable but the main event at night with the Pros is pretty wild. The music is pumped up, there’s actually a hyped crowd, and there’s drinks! Scott really keeps it hot on the mic and it really feels like the place is electric at certain moments. It’s like an amazing concert by your favorite band. Everyone is usually pretty nice at contests and Voodoo even more so. I don’t make it to many contests but I made sure to come to Voodoo because it’s what really got me into flatland in 2009. I come away with so many positive feelings and it helps keep me together through the boring solo session times throughout the year and all the internet bitching that sometimes wears on me a little. Some people probably thought I was goofy because I was so stoked to be there. It was not easy to make it there either, I really had to bust ass and I basically spent everything I had. Couldn’t miss it though, no way! Omari Cato (Amateur Class rider) says: As a competitor, Voodoo Jam holds a special place for me because the last one(‘09) was my very first competition. The beauty of coming to an event is being both a competitor and spectator. I got to see Dom, Stephan Kornely, Waldemar and even Ross Smith ride for the first time in person which was inspiring. Actually seeing them takes the mysticism away and makes their level of riding tangible, attainable. Overall I couldn’t even detect bad vibes at Voodoo, but I did notice a hunger for riding reinvigorated by unsatisfactory placings by some riders, which may mean an even higher expert level of riding in upcoming contests! Joe Cicman (Amateur Class rider) says: The thing that most stood out was the vibe. I’ll explain, it was a huge contest, lots of riders from all over, very competitive, in a big city, with a big crowd. At the same time it was so well-organized that no one was freaking out. It felt like a family reunion in a non-dysfunctional family. No tantrums, no haters. There was this moment when Scott was walking around with Effraim on Skype saying hi to guys. Sure, guys wanted to do well and had prepared but it didn’t feel like they came to prove themselves. Everyone was calm and confident, and that led to a truly fun and pleasant time. It was really great to celebrate Mark Kuhlmann’s win and root for him in Pro. My girlfriend, Angie, joined me and got to meet all the guys. It was really cool to see them getting on swimmingly, piling on to the jokes and riffing. It was one big collaborative performance art piece. The award ceremonies were super cool. Oh! And Tyler and Autumn came up from Florida too, which was great. I’d been reading hype interviews on various global websites and those made a big difference in how they tied in to the event. I guess to sum it up, I’d say words don’t totally capture it, buy a piggy bank today and ensure yourself a seat next year.


the Flatland MC, Scott O’brien

La cérémonie de remise de prix était super ! Tyler et Autumn sont venus de Floride et ça aussi, c’était super. J’avais lu pas mal d’articles un peu partout sur l’événement et cela a aussi rendu les choses encore plus impressionnantes. Pour résumé, je dirais que mes mots ne sauront totalement décrire le moment. Achetez une tirelire maintenant et assurez-vous une place pour l’année prochaine. Scott O’brien a eu la gentillesse de répondre à quelques questions : Après deux ans d’absence, qu’est-ce qui a motivé le retour de la Flatland Voodoo Jam ? C’était juste quelque chose que Terry et moi avions envie de faire. Nous avons ressenti le besoin de promouvoir le flat grâce à notre jam. La jam était-elle un succès selon vos standards ? Oui c’était un vrai succès ! Tout le monde, je pense, à passer un bon moment ! Etes-vous contents du résultat et comment les choses se sont passées cette année ? Oui nous sommes vraiment contents, plus de riders du Nord des Etats Unis devraient aspirer à devenir pro, et plus de riders ont besoin de venir. Le Flow contest était super. Je suis toujours un peu stressé parce que nous n’avons pas d’aire de practice du coup, il faut vraiment toujours bien gérer les choses. Y aura-t-il une autre Voodoo Jam ? Oui c’est l’idée, nous n’avons pas arrêté de date, mais sûrement le premier weekend du mois de juin ! Y a-t-il quelque chose à changer ou à améliorer pour le futur ? Il faut que l’on revoit les formats des finales pro. Je préfèrerais qu’il y ait 3 riders au lieu de 4. Mais nous verrons. Nous serons bien sûr toujours à l’écoute et à la recherche de ce que nous pouvons changer ou améliorer. Nous faisons un feed back avec les riders à la fin de la jam. Et ensuite, nous analysons les conclusions pour savoir ce qu’il faut changer pour évoluer.

Scott O’Brien (MC and contest organizer) was very gracious and allowed me to ask him a few questions about Voodoo Jam : After a little break since the last Voodoo Flatland Jam, what was the deciding factor to bring it back this year? It was just a feeling that Terry and I had. We felt the need to have it and promote Flatland in the way Voodoo Jam does. Was the contest a success in your opinion? Yes it was a very big success. Everyone seemed to enjoy their time at the contest. Are you happy with the turnout and how the contest flowed this year? Turnout was great but once again more North American riders need to aspire to become pro. Those that are really need to make an effort to try and come. Contest flow was great. I am always concerned with it because we don’t have a practice space so we have to jam everything in. It worked this year and I really thank the riders for the patience and positivity. Will there be more Voodoo Jams? Yes that’s the plan. Soon we will set a date for next year. Probably first weekend in June again. Do you have a favorite moment from this year’s event? For me it was the overall response from the riders that attended. I love their appreciation and it pushes me to keep things going. Voodoo has such a positive vibe for everyone that attends. Is there anything you’d like to change or improve upon in the future? Pro finals format will be looked at again. I like a 3 man battle not 4. But we will look at it. We will always look to improve and make positive changes. We talk to riders that attend and we get their thoughts. We then go through a process and look at what needs to be changed and move forward.” Many thanks to the riders who shared their thoughts here, thank you ART BMX Magazine for supporting flatland worldwide, and as Joe said “buy a piggy bank today and ensure yourself a seat next year”. That pretty much says it all. I hope to see you all there next year!


122 - photo - uSA

SoCal by JC Pieri

kris fox no hander pendant la jam de Luke Parslow


Aj anaya et big daddy party hard à la maison

timelapse d’un feux d’artifice à eurodysney anaheim

timelapse du freeway de santa ana


Lookback de Garett Reynolds pendant les x-games de L.A.

timelapse du ciel étoilé à woodward west


Hucker en 360 one foot pas nose dive pendant la mongoose jam Ă Woodward West

le stadium des x-games avec le moto-X


morgan-wade-xgames

Ben Snowden prêt pour rouler la mega rampe de woodward west

portrait Kyle Baldock x-games

Portrait Drew Bezanson x-games

Scotty Cranmer pendant son interview après avoir gagné les x-games Portrait Garett Reynolds X-games


grosse pensée à Maddog avec cette photo prise pendant une soirée chez Ben, Brett était fier de son nouveau tatouage. take care buddy !


on your way to-woodward !

chase hawk aux x-games


130 - event - france par patoche - photos C. Vanhanja

Finist’Air Show


L’évènement qui pour nous tous est devenu un incontournable en matière de freestyle show vient de s’achever à Briec dans le Finistère. Je parle bien entendu du FINIST AIR show ! Une fois de plus, les meilleurs riders de la planète ont fait le déplacement chez nos amis bretons afin d’offrir au public toujours aussi nombreux un spectacle de qualité. Cette année, 9 riders du monde entier avec Jed Mildon, monsieur triple backflip, Paul Lenglands, Nicholi Rogatkin, Alejandro Caro, Ryan Taylor, Jack Marchant, Markus Hampl, Simon Moratz et moi-même. Grosse nouveauté, l’arrivée du bmx flat avec tout simplement les meilleurs riders du moment en la personne de Viki Gomez, Dominik Nekolny, Jesse Puente, le local Fabien Stephan et aussi le renfort d’Alain ! Nous décidons d’arriver un jour plus tôt afin de préparer le terrain au mieux et comme d’accoutumé, l’équipe organisatrice est aux petits soins et nous fournit une aide précieuse.

The event that has become for as unavoidable in term of freestyle show just ended at Briec in the Finistere (Brittany, France). I am of course talking about the FINIST AIR show ! Once more, the best riders of the planet came to our friend in Brittany, to offer to the crowd a spectacular show! This year, 9 riders of the rest of the world among which Jed Mildon, Mr Triple backflip, Paul Lenglands, Nicholi Rogatkin, Alejandro Caro, Ryan Taylor, Jack Marchant, Markus Hampl, Simon Moratz and me. One of the big novelty was the arrival of the Bmx Flat with simply the best riders of the moment with Viki Gomez, Dominik Nekolny, Jesse Puente, Fabien Stephan and a big help from Alain ! We decided to arrive one day early to be able to prepare ourselves as well as possible, and as usual the staff is more than lovely to us, helping us greatly.

Paul Lenglands


Ryan Taylor prend des lecon de mini pelle avec Markus Hample

nikoli rodatkins en quadruple whip

Hélas, le vendredi sera placé sous le signe du mauvais temps puisque nous subissons des pluies interminables nous empêchant de rentrer sur le site bien trop boueux. Il va donc falloir remettre la finition du terrain au lendemain, jour normalement attribué aux essais de chacun. Le samedi se passe dans la bonne humeur et le soleil est enfin au rendez-vous, nous permettant après une journée d’acharnement avec les bénévoles d’enfin rendre le terrain praticable !!! Le terrain est composé de deux sections, une ligne composée d’un drop à 8 mètres de haut suivie de 3 grosses doubles comme on les aime. Sur le côté de la ligne, une tour à 10 m de haut nous propulsant sur un big air, grosse nouveauté du Finist’air 2012 et destinée à réaliser un best tricks lors de la dernière session. Nous allons enfin pouvoir nous reposer et nous exprimer comme nous le souhaitons le lendemain. Hélas et c’est avec stupeur que le lendemain au réveil nous prenons note d’une pluie incessante s’étant abattue sur le site toute la nuit. A notre arrivée, c’est avec peine que nous constatons les dégâts ayant rendu le terrain impraticable tant il est mou. Que faire, annuler ? Nous nous mettons tous au travail afin de sauver les meubles et nous décidons de sauver le big air, étant la seule ligne pouvant être roulée. Le show peut enfin commencer et le plateau de riders 2012 peut enfin s’exprimer malgré le vent qui est aussi de la partie. Après un premier entraînement pour nous caler, nous somme enfin prêts à offrir un gros show au public amassé contre les barrières.

Les tricks pleuvent comme la pluie bretonne et les riders prennent de plus en plus de plaisir. Les shows fmx, bmx flat et dirt s’enchaînent tout au long de la journée et le public semble en redemander. Nous partons donc en fin d’après-midi sur le tant attendu best tricks. Le deal est simple, 3 tentatives chacun afin de déterminer le meilleur tricks du Finsit’air show 2012. Autant vous dire que les riders ne plaisantent plus et se livrent à des cascades dignes de colt seavers, le tout sur un jump de 10 mètres tout de même !!! Au final, 3 personnes récompensées et fières d’arborer les trophées réalisés spécialement par Soyle! On retrouve en 3ème position, Nicholi Rogatkin qui nous ressort son quadruple whip, tout simplement incroyable. Pour les deux places suivantes, Jed Mildon et moi-même nous partageont la victoire avec des double flip, tous ces tricks étant une primeur 2012 et n’ayant jamais été réalisés avant sur le Finist’air show. L évent se termine enfin et nous laissons place à la fameuse soirée annuelle où chacun peut enfin décompresser et fêter dignement cette nouvelle édition !!! Une fois de plus, l’équipe de Pascal le Page a su relever ce défi malgré une météo capricieuse et un vent souvent très fort. Nous ne pouvons les remercier assez pour leur accueil et n’attendons qu’une chose : revenir l’an prochain ! Merci à tous, le public, les bénévoles, les riders et bien entendu, Pascal pour faire de ce show un moment unique en Europe !


Dominik Nicolny


Unfortunately, friday will be under the sign of bad weather, with an unstopping rain, stopping us from being able to enter the site due to too much mud. We will have to wait until tomorrow to finish the ground, day usually dedicated to everyone’s try. Saturday goes with a good vibe around and the return of the sun, allowing us after a day of hard labor and help from volunteers to make the trail rideable. The trail is composed out of 2 different sections: a ligne with a 26 feet high jump and 3 big doubles just as we like. On the side of the ligne, a 30 feet high tour to throw us into the air, another big novelty of the Finist’ Air 2012 dedicated the best tricks possible in the last section. We are finally going to be able to rest a little and to express ourselves tomorrow. Unfortunately again, we are all stunned to wake up to a stormy rain which has fell on our site all night long. We arrive to sadly note the trail is impracticable, too soft and too muddy. What should we do ? Cancel ? We all work as fast and as much as possible and decide to save the big air, which is the only line on which we seem to be able to ride. The show can finally start and the set of riders 2012 can finally start to express itself, despite of the wind trying to run the party. A first combo to make sure we’re ready and let’s start the show for the crowd behind the barriers !

simon moratz

Tricks are falling from everywhere and rider are having more and more fun. The Fmx show, bmx flat and dirt one after the other, all day long seem to please the public that wants more. Logically at the end of day we all ride towards the best tricks that everyone has been waiting for. The deal is simple: 3 tries for every rider to choose the best trick of the Finist’ Air 2012. Let me tell you that the riders are not joking anymore, throwing stunts from everywhere worth of Cold Seavers, all this on a 30 feet jump !!! In the third place, Nicholi Rogatkin who pulls his quadruple whip, literally unbelievable! For the other Jed Mildon and I share the victory with double flips, all those trick being 2012 made and never done before the Finist’ Air Show ! The event ends up into the annual party where everyone can release the tension and worthily celebrate this new edition ! Once more Pascal Lepage’s staff has found a way to upgrade the even regardless of the capricious weather and a strong wind. We can not thank them enough for their welcome and are all waiting for one thing only: next year’s edition! Thanks to all the crowd, the volunteers, the riders and of course to Pascal for making this show an exceptional moment in Europe !

viki, jesse & dominik


136 - event - france par manu massabova - photos olivier allamand & SIMON UGUEN / basic bmx

Urban Plagne Urban Plagne estival 2012 On prend les mêmes et on recommence, même panorama paradisiaque avec ces montagnes incroyables et cette vue à couper le souffle, même équipe sur-motivée et même ambiance à la cool et détendue pour ces 3 jours de festival des sports urbains à la Plagne. Le soleil était aussi de la partie car on ne loupe pas un événement de cette importance. Des initiations de bmx, skate, trottinette, parkour, échasses urbaines, jeux vidéos, des attractions... Enfin tout ce qu’il faut pour s’éclater et se faire plaisir dans ce cadre idyllique. Avec mon acolyte, Renaud Melony, on a enchaîné les jams et les shows de flat les mercredi et jeudi et le vendredi était consacré au contest. La compète ayant lieu en semaine, il est toujours assez délicat de faire venir du monde car les riders bossent, sont en trip ou en vacances et donc rarement dispo. Donc jusqu’au dernier moment, on ne sait jamais vraiment qui sera présent à la fête ou pas. Jesse Puente nous a même fait croire qu’il viendrait et a fait avancer l’heure du contest mais nous a posé un lapin au dernier moment. Et puis finalement c’était pas si grave car on a eu bien mieux. Un beau plateau composé du World Champion hongrois Adam Kun, le belge Didier Genet et une brochette de stars venues des quatre coins de la France comme Jeremy Brosset (Albertville), Paul Deseix (Montpellier), Mickael Loiodice (Lyon), Quentin Pelorson (Grenoble), Renaud Melony (Paris) ainsi que Tom Tom le streeter égaré sur l’aire de flat qui a quand même bien mis le feu. Un contest sous forme de jam, sans stress ni pression vu qu’on savait déjà qui repartirait avec le prize money (1000 euros) donc plus une bonne jam entre potes qu’autre chose. Avec quand même une petite rivalité pour savoir qui finirait à la seconde place entre Didier et ses links smooth et ultra tendus comme un pivot body varial to spinning gerator to croisement de pied pour finir en beauté en time machine et la star des montagnes que l’on ne nomme plus, l’éphèbe imberbe connu autant pour son style de panthère avec ses rolling decade au raz des pâquerettes et turbines steam roller dont lui seul à le secret. Et après une lutte acharnée (sur l’aire de flat et entre les juges pour les départager), c’est Jeremy qui l’emporte suivi du belge puis d’un Renaud gonflé à bloc qui avait mangé du lion et passait des bons links toujours à base de turbines avec son style ultra newschool. Bientôt dans la cour des grands le Renaud. D’ailleurs il remporta les qualifs du contest de Grenoble en Master le jour suivant avec un run bien propre à base de spinning crackpacker, decade brakeless et time machine. Mais tout ça, c’était avant le drame bien sûr... Oui, je dis drame et je pèse mes mots car celui qu’on attendait tous et qui est arrivé 15 minutes après le début du contest, je parle bien de Quentin Pelorson oui et on espérait tous le voir rouler suite aux web vidéos qu’il avait balancé quelques jours plus tôt sur le web et qui ne laissaient aucun doute sur les capacités de ce prodige et de son avenir dans le bmx flatland. Mais cet animal est arrivé à tenter cash un time machine direct des pédales comme ça à froid puis tenta un autre links mais la seule chose qu’il a réussi à enchaîner, c’est une déchirure musculaire et à nous faire vraiment peur pour le coup. Reparti aussi

AMANDINE BERARD - photo Basic BMX

Let’s take the same and start over, same heavenly spot with its incredible mountains and this same breath taking view, the same on and over motivated team and finally the same chilled and cool vibe for this 3 amazing days of urban sports festival at La Plagne. The sun has chosen to party with us because no one in the world would miss an event that important ! Some initiation workshops to Bmx, skate, parkour, video games, Urban stilts and scooter, and everything else you need to have fun and to enjoy yourself in this idyllic environment ! With my pal, Renaud Melony, we have been from jams to fat shows knowing that wednesday, thursday and friday are dedicated to the contest. The competition will happen during the working week days, though it is always hard to get riders to show up because a lot of them have a job, are on some Bmx trip or in holidays, so mostly unavailable. That’s why that no one knows until the last minute who is going to show up or not. A great set with Hungarian world champion Adam Kun, belgium rider Didier Genet and a whole lot of stars from all sides of France such us Jeremy Brosset (Alberville) Paul Deseix (Montpellier), Mickael Loiodice (Lyon), Quentin Pelorson (Grenoble), Renaud Melony (Paris) as well as Tomtom, a lost streeter on the flatland area who still put the place on fire ! A contest shaped like a jam, without any stress or pressure, since we already know who is going to leave with the prize money (1000 euros) so it is more like a good jam in between friends than anything else. Still a little beat of rivalry for the 2nd place in between Didier, his smooth and chilled links like a pivot body varial to spinning gerator to foot crossing to finish beautifully with a time machine and the star of the mountains that we don’t even name anymore, the beardless adonis known for his panther style with is decade rolling and his steam roller that only him knows how to do ! The fight is fearless (on the flat floor and in between judges to know who won) and it is Jeremy who comes out first followed by the belgium and by a pumped out Renaud which seemed to have eaten a lion for breakfast, passing good links based on turbines and ultra newschool. Soon Renaud will belong to the greatest ! He has by the way won the qualifications of the Grenoble Master the day after with a clean run based on spinning crackpacer, decade brakeless and time machines. But all this was before the drama. Yes, I say “drama” and that is the less dramatical way to say it believe me because the one that we were all waiting for who showed up 15 minutes after the beginning of the contest, I am of course talking about Quentin Pelorson yes, the one that we all hope to see riding, since we’ve seen his web videos a few weeks earlier leaving no doubt on the skills of this mad prodigy and his future in the world of Flatland, well this one managed to succeed a time machine directly from the pedals without any warm up, then another link but what he truly succeeded was a muscle tear and to really scare us all !!! Gone as fast as he came, we were really sorry for him because Quentin is the french discovery of the year and I had already screamed every where that this guy will go far and is on a good track.

adam kun by olivier allamand


anthony jeanjean


vite qu’il est arrivé et c’était vraiment dommage car Quentin est la révélation française de l’année et je l’ai déjà crié assez fort mais ce gars ira loin et en tout cas il est bien parti pour. On a quand même eu droit à un festival de tricks grâce au hongrois qui n’était pas venu pour vendre des cravates et a tout donné pour le bonheur du public, des links assassins et ultra clean avec en vrac du whooper et du spinning un peu partout. Il conclut avec un time machine pédalo de toute beauté. Adam ride maintenant brakeless mais n’a rien perdu en fluidité et en difficulté de tricks. Il gagne haut la main le contest flat de cette 8ème édition de la Plagne et repart même avec un énorme guetto blaster Pioneer en plus de son chèque et du souvenir d’un super contest qui l’a réellement ravi nous confia t-il par la suite. Vint ensuite le contest de park, organisé par Gérard Garcia. Seulement cinq pros avaient fait le déplacement cette année. Avec une première place remportée au FISE, c’est tout naturellement qu’Anthony Jeanjean (EightyFour/Basic/Bmx Avenue) s’est imposé. A noter qu’il s’agit seulement de la seconde fois qu’il roulait en pro. Personnellement je ne l’avais jamais vu rider et j’ai été vraiment impressionné, ce petit gars tout juste âgé de 14 ans a un don incroyable pour la voltige ! Il s’envole littéralement avec une amplitude de jump réellement incroyable et il a quand même déjà un sac de tricks bien plein pour son jeune âge : bus to whip, flip bus, 360 double whip et une tentative de truck driver to whip, tout ça à une hauteur impossible. Pour assurer le show après la compétition, le jeune montpelliérain a repoussé ses limites l’entrainant jusqu’à une chute impressionnante mais sans gravité heureusement. Il devance donc les riders Gaël Robert (EightyFour/Basic/Sharks), 24 ans, gagnant du JAM session Avignon qui a quand même balancé un magnifique front flip et Thomas Benedetti (Mongoose/Gangster), 18 ans, et Papaz Matthieu qui finit juste derrière le trio de tête avec un flip whip quasi replaqué !!! Chez les Amateurs, c’est Mr Chauvez qui a retourné le park, un run pro avec du flair, du double whip et du gros tech. Second Choulet, qui malgré de nombreuses chutes rentre quand même un bus en gap d’une marche d’environ 1,70m de haut. Troisième place pour Tomtom Chaufer qui avait également participé en park amateur et au contest flat, vénère le gars ! Une édition 2012 encore réussie et on sait déjà que ce sera encore plus gros l’année prochaine car on aura une belle surprise à vous annoncer mais je ne vous en dis pas plus et je vous donne rendez-vous en août 2013 pour une bonne session à La Plagne !

Thanks to the Hungarian rider, we still had our share of crazy tricks, giving to the audience all the possible happiness ! Killer lings, whooper, spinning at time machine pedalo. Adam now rides on brakeless but has not lost a inch of fluidity or difficulty in term of tricks. He wins and by far, the flat contest of the 8th edition of La Plagne et even leave with a huge Guetto Blaster Pioneer with his check and the memory of contest that he deeply enjoyed as he told us later. Then the park contest, organized by Gerard Garcia. Only 5 pros had made it to the contest this year. With a first place at the Fise this year, it is naturally Anthony JeanJean (Eightyfour/Basic/Bmx Avenue) who won. Shall we notice that it was only his second contest as a pro rider ? Personally I had not seen him ride before and I have to say that his is really impressive, this young cat of barely 14 years old has a gift once in the air ! He literally flies after the amplitude of a true incredible jump and let’s just say that he has an impressive set of tricks for his young age: bus to whip, flip bus, 360 double whip, and a try of a truck driver to whip all this at the maddest height possible. To make it a good show the kid from Montpellier has pushed his limits leading to an impressive fall but luckily without any arm. He has gone first in front of Gaël Robert (Eightyfour/Basic/Bmx Avenue) 24 years old, winner of the Avignon Jam Session, still throwing an magnificent front flip and Thomas Benedetti (Mongoose/ Gangster) 18 years old, and Papaz Matthieu finishing fourth with whip flip almost redone !!! In the amateur category, it is Mr Chauvez who has put the park upside down, with an inspired pro run, double whip and a lot of technique. Second is Choulet, who besides a good number of fall still passes a bus with a 6 feet gap ! Third is Tomtom Chauger who has also participated at the park amateur and the contest flat, come along guys ! The 2012 edition was once again a success and we already know that next year is going to get bigger and that we will have a huge surprise but I am not saying anything more hoping to see you next year at La Plagne Session! Thanks to all of you !

Jérémy Brosset - photo olivier allamand


140 - face - italia par ricky monti

Simone Barraco Bonjour Simone, nous sommes ici à Gênes, après ton voyage à Los Angeles, tu as en effet été invité pour les X-Games en tant que remplaçant, et ensuite que s’est-il passé ? Bonjour à tout le monde, presqu’un mois avant les X-Games, j’ai en effet reçu un email d’invitation à participer en tant que deuxième choix sur une liste de remplaçants au cas où quelqu’un se blesserait pendant les préparations ou même avant. J’aime l’idée d’aller quelque part pour s’éclater, faire des tests, regarder les runs de mes potes, même si y participer est totalement différent. Quoiqu’il en soit, cela n’était pas de mon ressort, et lorsque quelques semaines plus tard j’ai reçu un email des organisateurs me disant que malheureusement, Nathan et TY s’étaient tous les deux blessés et que donc Rob et moi entrions dans la liste officielle de la compétition, c’était une belle surprise même si j’étais un peu déçu de ne pouvoir voir ni Ty ni Nathan y participer.

Hello Simone, we are here at Genoa after your Los Angeles experience. You have been invited at the X-Games as a second reserve and then what happened? Hello all, almost a month before the X-games I received an email inviting me to participate as a second deputy who was to be in the reserve list in case anyone had been hurt in a trial or even before. I liked the idea of going to have fun, run tests and look at the race of my friends list, even though it was definitely different to participate. In any case it was not for me to decide and unfortunately after few weeks I received other two mails from tne X-games organization telling me that Nathan and Ty were both injured and were out of the race. So both me and Rob were entering in the official list of the race, which was very nice although not to see Ty and Nathan run was a bit disappointing...

Parles-nous un peu de ton expérience là-bas, qui t’as accompagné ? Une superbe expérience, ça c’est sûr. J’avais envoyé donc un email à mon ami Roby, Boss de Frontocean.com qui fut aussi mon premier sponsor. Il m’a tout de suite dit qu’il viendrait sans aucune hésitation. J’ai vite réalisé que ça pouvait être 10 jours de vacances magnifiques aux Etats-Unis, mais les choses avaient changé ! Puis j’ai aussi deux amis italiens, Nik et Manza qui sont venus me rejoindre pendant le weekend pour me voir et m’encourager, et bien sûr faire la fête à la californienne ! Sans eux, ça n’aurait pas été pareil ! Pour le reste, en dehors des 2 jours à chiller sur la mythique plage de Venice, les jours passés dans le coin des X-Games, à déjeuner avec les athlètes, à m’entrainer entre 2 et 4 heures de l’après-midi dans le park et à regarder les échauffements dans le bowl, à faire la teuf dans la soirée et un tour touristique,

Tell us step by step your experience? Who accompanied you? Definitely a great experience, just I got the mail a month earlier. I warned Roby “frontocean.com” boss, as well as my great friend and my first sponsor. He told me straight away without any doubt that he would come with me. I quickly realized that it would be 10 wonderful days of American vacation and so it was! Then other two Italian friends, Nik and Manza, have joined me during the weekend to see and encourage me and to make a little Californian style party! Without them it would not be the same! For the rest, apart from 2 days of pure chilling in the mythical Venice beach, the other days spent in X-games area from midday, eating with athletes, training from 2.00 to 4.00 in the park then watching all together the bowl training then in the evening party or touristic tour.


tout cela fut incroyable ! Peux-tu nous décrire ton run ? Le run comportait malheureusement pas 1 mais 3 passages pour les qualifications et 3 aussi pour la finale, qui se déroulerait exactement 10 minutes après les qualifs. Le soleil californien, la pression de la compète et les gens qui étaient là, tout cela ne fit pas un très bon mélange. Personnellement, après le premier run, j’étais mort et après le 3ème, j’en étais presqu’à espérer de ne pas aller en finale, ce qui m’aurait totalement satisfait... Mais je suis allé en finale donc il y avait 3 runs de plus ! Chacun de nous faisait plus ou moins la même chose à chaque run, et j’essayais pour ma part d’améliorer quelques détails à chaque fois, sans tout changer. Mais les tricks que je faisais étaient ceux que je connaissais et que je savais faire sans faire de faute ou m’arrêter. Le bike check du vélo que tu as utilisé ? Uhmmm, j’avais ma touche personnelle avec un prototype Subrosa Noster et des pièces Shadow et Subrosa. J’ai rajouté ma selle Subrosa que j’avais reçue à mon arrivée à Los Angeles. Il y a quelques années, aurais-tu pensé que tu serais aux Xgames en train de concourir contre Garrett Reynolds ? Honnêtement, je n’y avais jamais pensé, mes idées et mes rêves ont toujours été plus orientés vers les voyages que les compètes. Parfois je me demandais si je ferais un jour partie d’une tournée comme je le voyais dans les Props ou peut-être obtenir une photo d’un rider plutôt qu’un poster, donc quand j’ai reçu l’email, j’étais super content ! Qu’est-ce qui a changé depuis ton résultat ? As-tu plus de sponsors ? Heureusement non... Je ne voulais pas avoir des sponsors qui ne seraient intéressés par moi juste parce que j’ai fait les X-Games ou parce que j’ai fait de bon runs. Je préfère que ce soit à cause d’une vidéo ou un truc comme ça. Pendant l’année tu as voyagé de plus en plus. N’as-tu jamais pensé à t’installer à l’étranger ? Etre à un endroit dans lequel tu aimerais rester ?

Describe your run.. The run was unfortunately not one but 3 in qualifying and 3 in the final that began exactly 10 minutes after the end of qualifying. The California sun and a bit of pressure for the race and the people that was there, were not a good mix, and many have heard all these 6 runs. After the first, I personally ran, I was already dead and after the third, almost hoping not to go in the final so I can stop and be satisfied anyway... But I went into the final so another 3 consequently runs... each of us ran more or less the same and I tried to improve them one after the other without adding too many changes... but the tricks were the ones that I knew to close at the first and then be able to run a clean one without making mistakes or having to stop before. The bike check of the bike that you used? Uhmm, I had my signature Subrosa Noster prototype with Shadow and Subrosa parts and I just plugged my own Shadow seat that I had just received directly in Los Angeles. A few years ago would you have thought to get to participate in the XGames and fight with Garret Reynolds? Honestly, I never thought. My thoughts and dreams have always been directed more toward the trip vs the races. Sometimes I wondered if I would ever get to be part of a long tour like I saw in the props or maybe have a photo of a ride rather than a poster. But anyway when I got the mail, over the surprise I was very happy and satisfied. What has changed in your life after this result? Some new sponsors? Fortunately, no... I would not liked to have a sponsor who wants me just because I go to the X-games or do good races would be very relaxing. I prefer when looking after a new video or something like that. If you were making a video of your run, which song would you put in the background? I hope this does not happened... Hahaha but in case, some rap could be good.


Si ces derniers temps, j’ai ressenti un truc comme ça, c’est drôle parce que j’aime rester chez moi après un trip, faire des runs avec des amis plus proches et passer du temps avec ma famille que j’adore. Le seul autre endroit où j’ai vécu et où j’aimerais être tous les hivers, c’est Barcelone. J’aime me réfugier avec mes amis pendant quelques mois et et ensuite échapper au froid italien pour le temps de Barcelone beaucoup plus clément. Qu’est-ce que tu aimes et que tu n’aimes pas dans ta ville ? Je pense que Gênes est parfait pour moi et très similaire à Barcelone. Il y a la mer, les montagnes, le centre ville et la banlieue qui est très concentrée, de ce fait, tu peux aller et faire ce que tu veux sans trop avoir à bouger. Le temps y est bon, j’y suis né et j’y ai grandi donc j’adore. Il y a pas mal de spots de street mais la seule chose qui manque, c’est un park où tu peux faire des shootings en toute tranquilité et sans t’ennuyer. Nous avons seulement un bowl mais ce n’est pas mon truc et j’aime encore moins la rue, donc si je devais dire ce qu’il manque, je dirais un park et tout serait parfait. Est-ce que tu arrives à trouver des spots intéressants à Gênes ? On essaye quand on est en voiture d’en rechercher, mais cela fait longtemps qu’on a pas fait ça. Mais on a des supers spots. Avec qui aimes-tu filmer en Italie et à l’étranger ? J’adore rider avec qui que ce soit qui aime s’éclater et qui n’est pas seulement là pour prouver son talent aux autres. A Gênes, je ride avec mon crew, le ROT66, nous ne sommes pas beaucoup mais nous sommes tous devenus de bons amis, depuis que nous avons commencé ensemble il y a 7 ans. Quand je ne suis pas à Gênes, c’est toujours cool de rider avec les 360 de Turin ou avec la famille Super Front Ocean ! A l’étranger j’ai pas mal d’amis avec qui j’aime filmer mais la liste est trop longue ! Le prochain évènement ? Depuis 4 jours, je suis en tournée avec Shadow en Allemagne, encore 5 jours, et nous allons ensuite en Angleterre pour deux semaines. Ensuite ce sera le mois de septembre et le 14, je serai avec la Front Ocean Team avec qui nous ferons notre premier voyage à l’étranger ensemble. Nous allons 10 jours en Californie et ensuite j’irai rejoindre Subrosa ou Shadow pendant un mois pour filmer un contest vidéo. Je ne sais pas exactement, je serai à la Rebel Jam à un moment avant la fin de l’année, mais je ne sais pas quand encore... et puis Barcelone l’hiver prochain avec des amis, un appart, du Bmx, des teufs! Héhéhé!

During the year you have travelled more and more. Did you ever think of setting up abroad? Have you a place that you would like to stay? Yes, lately more and more which is very fun and interesting. But I also like staying home after a trip, run with more closed friends and pass some times at home with the family with whom I am very fond. The only place where I would live and I’d like to be every winter is Barcelona. I like to take refuge in with friends for a few months and escape the cold Italian season that in Barcelona feels a lot less! What do you like and dislike about your city? I think that Genoa is perfect for me and also very similar to Barcelona. There is the sea, the hills, the downtown but also suburbs quite concentrated, then you can do and go wherever you want without moving too much, the weather is still quite good and there I was born and raised so I must love it. There are the street spots, the only thing missing is a nice park where you can shoot in complete tranquility and without getting bored. We have just a bowl that I personally don’t really like so much and also the street areas, so if I had to choose something that is missing in Genoa I’d say a beautiful park complete and fun. Do you always find some interesting spots in Genoa? Once we found it more definitely, sometimes we rode by car with the purpose to try a little spot... Now it’s been long time we don’t do it but we still have a bit of beautiful spots around. With whom do you like to shoot in Italy and abroad? It’s nice to ride with anyone who wants to have fun and not only to prove his talent that doesn’t matter to the others. However in Genoa I always ride with my crew, the ROT66. We are not so many but we are all very good friends ever since we started almost together about 7 years ago. When I’m out of Genoa, it is always fun with the 365 of Turin or super front ocean family! With regard to foreign I have many friends with whom I like to shoot but they are too much to list! Next events Since four days I’m in tour with Shadow in Germany, 5 more days and then we will continue in UK for 2 weeks. Then it will be September and the 14th with Front ocean team we will do our first overseas trip together. We will go to California for 10 days and I’ll stop with the Subrosa or Shadow for another month or so to film for dvd contest. I do not know exactly, there should be a Rebel jam before the end of the year. And then Barcelona next winter with some foreign friends, apartment, bmx, parties and chilling! Hehehe!


En juillet dernier, j’ai eu la chance d’être invité par mon sponsor Red Bull pour un Tour des Maldives exceptionnel: 10 shows en 10 jours dans 10 îles différentes. Le rêve absolu ! Je suis arrivé à la capitale Male, et pour aller à Male, il faut prendre un bateau, déjà, j’étais sous le charme. Bien que je fus d’abord assez surpris du fait qu’aux Maldives les hommes sont dehors toute la journée à chiller, tout le monde était tellement cool et je me suis vite adapté au rythme local. Comme je l’ai dit, nous avons donc fait 10 îles: Male, Dhidhodhoo, Hanimaadhoo, Thinadhoo, Gan, Fuvahmulah, Meeru et d’autres dont je ne me souviens même plus les noms. Voyager d’une île à une autre dans des petits avions, sur des speedboats et des scooters, tout ça avec mon vélo était tout simplement épique, c’était tellement cool ! Les routes n’étant pas faites d’asphalte, j’ai fait mes shows sur ce qui était souvent le seul terrain de basket de l’île, et comme il ne se passe pas grand chose dans ses îles paradisiaques, mon show était l’un des grands événements de l’année. Je dois dire que j’ai été vraiment touché de voir chaque soir entre 800 et 1000 personnes ! Pendant les shows, des musiciens locaux m’accompagnaient en jouant une musique traditionnelle avec leurs instruments, les incroyables «BoduBeru». Huit percussionnistes et deux chanteurs, jouaient donc au rythme de mon Bmx! Quel incroyable mélange de culture, de sport et d’art ! La foule semblait adorer le Bmx et mes shows duraient la plupart du temps plus d’une demie heure au lieu de mes sept minutes habituelles pour un show solo. Mais il est difficile de s’arrêter quand la foule crie «Encore ! Encore !». Surtout les enfants ! J’étais vraiment heureux d’avoir un peu de temps pour pouvoir leur montrer une étendue de ma technique et de leur donner quelques bases. Je suis à peu près sûr qu’au moment où je vous parle, ils sont en train de les essayer sur leurs vélos. Je n’imagine même pas dans quel état j’aurais été à 8 ans si un pro rider était venu dans ma ville pour me montrer des figures !!! C’était vraiment inimaginable de rendre les gens si heureux même si ça ne durait qu’une demi-heure. L’économie des Maldives repose, comme tout le monde le sait, avant tout sur le tourisme, mais les locaux n’ont pas le droit droit d’approcher les îles touristiques. Quelle injustice ! Et aucun touriste n’ose se risquer dans les îles plus sauvages. J’ai eu la chance de pouvoir expérimenter les deux réalités de ces îles, d’un côté le tourisme de luxe et de l’autre la chaleur de l’accueil des gens dans les îles plus pauvres, qui par ailleurs, étaient beaucoup plus riches en émotions et vraies que les cartes postales habituelles. J’ai pu parler avec ces gens, m’assoir avec eux, manger avec eux leur repas qui, d’ailleurs, se constituent de thon, le matin, le midi et le soir. Ce voyage gardera une place très particulière dans mes souvenirs et dans mon coeur. Si vous voulez goûter au paradis, allez aux Maldives !

I was invited to make a tour of shows for Red Bull in the Maldives Islands. 10 shows in 10 different islands! Every day, one new island so I was pretty excited for this! I arrived in the capital Male, and in order to go to Male city we had to take a boat! It was a very nice first impression! In the Maldives you mostly see men hanging out in the streets which is a bit weird in the beginning. Everyone is really friendly! We visited 10 local islands called: Male, Dhidhodhoo, Hanimaadhoo, Thinadhoo, Gan, Fuvahmulah, Meeru and more that I cannot even write. Travelling from island to island in small planes, after in speedboats and then by motorbike scooter with the bike! Great experience and so much fun!!! In these islands, there is no asphalt on the roads and I was riding in the only basketball court of the island. Since not much happens in the paradise islands, having a BMX show was the highlight of the year! Around 800 to 1000 people were there in every show! During the shows, the Maldivians played their traditional music with their instruments the amazing “BoduBeru”. There were 8 drums and 2 singers playing at the rhythm of my riding! AMAZING mix of culture, sport and art! The crowd loved BMX and my show lasted more than 30 minutes instead of the usual 7 minutes I do for a solo show! But what can you do when everyone keeps screaming “GIVE US MORE!!!”? Specially a lot of kids! I was glad to show them so many different kinds of tricks and hang out with them after the show! I tried to teach them some basic tricks and moves and I am sure some kids are now practising on their own BMX bikes! I just imagine how I would feel if I was an 8 years old kid and a pro rider comes to my town just to show some tricks! It was amazing to make people so happy even if it only lasted for about 30 minutes! The Maldives’ big source is from tourism, but the locals are not allowed to go to the resorts for holiday. Quite unfair isn’t it? And almost no tourist will dare going to a local Island. However, I was lucky to experience both beautiful sides of them, doing shows in local islands as well as in touristic luxury resorts. However, the local islands were more real and rich in culture and appreciative kids applauding for more. This was definitely the best part of the trip, being with the locals. I was with Maldivians the whole tour and I got to know them, learn their culture and eat their food! Which was mainly eating tuna fish, for breakfast, lunch and dinner for 10 days! These islands have for sure a very special place in my heart and if you don’t know how paradise is, go to the Maldives!


145 - travel - maldives par Viki Gomez - photos Danil Kolodin / REDBULL

Viki in the Maldives


147 - event - france par patoche - photos Bereflex

Kill The Line

Depuis 4 ans maintenant, le Vans Kill the Line marque de son empreinte le monde du bmx freestyle. Un contest de trail sur le légendaire spot de Peynier qui, une fois de plus, a réuni les meilleurs riders de la planète ! Il est rare de se rendre sur un évènement où l’on peut être sûr que la ligne de bosses sera parfaitement entretenue et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’à ce jeu-là, le crew de Peynier ne laisse rien passer à la trappe : trail parfaitement arrosé, éjects lisses et propres et le tout, roulant comme une autoroute.


Quand on voit le line up de riders présents, on s’attend à prendre une claque et ce fut le cas ! Dès le samedi, la foudre de tricks s’abat sur le trail et malgré quelques lourdes chutes, tout le monde prend un maximum de plaisir, au même titre que le public venu nombreux qui hallucine complètement sur le niveau. Les qualifs se passent et doivent laisser place au best tricks qui malheureusement ne peut avoir lieu à cause d’un orage obligeant le crew à couvrir les bosses. Peu importe, les hostilités reprendront le lendemain mais la soirée n’est pas finie puisque la non moins célèbre soirée du KTL doit prendre place. Pas besoin de vous faire un dessin ou de vous donner des détails. La soirée fut comme à son habitude, épique ! Aïe ma tête, j ai mal à ma tête... Dimanche, jour des finales, le soleil a repris sa place et enfin nous allons pouvoir assister à du gros spectacle offert par les 16 qualifiés de la veille. Autant vous dire qu’aucun des finalistes ne s’est laissé aller et que, bien au contraire, chacun d’entre eux a tout simplement dépassé ses limites afin de remporter le titre de killer de la ligne. C est avec un contest comme celui-ci qu’on peut apprécier tout type de style et que l’on voit que chacun à sa place, autant les dirters avides de tricks que les trail riders plus penchés sur le flow. Sans citer les runs de chacun, je pense que Rob Darden a tout simplement choqué tout le monde avec des runs parfaits et techniques, on l’aurait même imaginé plus en haut du classement. Alejandro Caro et Markus Hampl nous prouvent leur régularité et détruisent le spot à coup de gros bangers ! Le trio de tête, quant à lui, est composé en 3ème position de TJ Ellis vainqueur de l’édition 2011, toujours aussi impressionnant et aérien et dont on notera un énorme flip whip en milieu de section très très hot ! La seconde place revient à Mike Hucker Clark qui pour sa première venue au KTL a su séduire le public par sa bonne humeur mais aussi son riding bien à lui et notamment des 360 dans les deux sens, le tout avec beaucoup de style. L’étoile du shérif de Peynier est attribuée cette année à Chris Doyle qui, non content de s’emparer des qualifications de la veille, réitère l’exploit et repart donc avec la finale en poche ! Des runs consistants et propres, du Chris Doyle quoi ! Que dire si ce n’est que ce fut une fois de plus un très bon cru et que l’organisation a su offrir un évènement de qualité, sans fautes et dans la bonne humeur. Gros plus de cette année, nous noterons le wifi gratuit sur le site, chose quand même assez rare dans un trail ! Une fois de plus un gros big up à toute l’équipe du KTL et on vous dit sans hésiter à l’année prochaine !

TJ ELLIs

It has been 4 years now, that Vans Kill The Line has left its print in the world of freestyle Bmx. A contest of trail on the legendary spot of Peynier which once more united the best riders of the planet ! It is rare to go to event where you are actually sure that the line of bumps has been perfectly taken care of, and let’s only say that the Peynier Crew is about the best possible at taking care of its trail. Nothing is left to chance, perfectly watered, smooth ejects clean and rideable like an highway. When you see the line up of riders there, you better be ready to get slapped and that is exactly what happened ! Saturday already, it is a lightning of tricks that falls on the trail, with some heavy falls, everyone is enjoying at the maximum, as well as the huge audience, which totally hallucinated on the level of the riders ! The qualifications go and have to leave space for the best tricks, which actually could not take place due to a storm, forcing the staff to cover up the bumps. Whatever, we will do it the day after but the night is not over since the famous KTL Party bangs: no need to draw pictures or even give you details, the evening was as usual epic ! My head, oh my head hurts... Sunday, finale day, the sun came back and we were going to see the biggest part of the show with the 16 qualified riders of the day. Let me tell you that no rider chilled, they all tried to push their own limits to win the title. It is with this kind of contest that you actually appreciate all the kinds of riding that you get a chance to see as many tricks that trail riders more into flow. With naming all the run, I am thinking or Rob Darden who has simply shocked everyone with perfect runs and techniques. You would have thought that he would have finished higher in the ranking. Alejandro Caro and Markus Hampl proved the regularity a destroy the spot with huge bangers The head trio is composed of TJ Ellis 3rd, winner of the 2011 edition, always as impressive in the air, let’s remember his huge flip whip at the middle of the section, very hot ! The second place will be Mike Hucker Clack, for his first KTL, who has seduced the crowd with his great vibes and his unique riding, especially his 360 in both ways, all this with style. The star of the Sherif of Pyenier was given this year to Chris Doyle, whom after winning the qualifications the day before, pulled it again the next day and left with the prize. Constant runs, clean, tipic Chris Doyle you know... What else to say other that once again, it was a great edition and that the organization team has been able to built a perfect event. And big improvement for this year since there was free wifi spots, which is actually quite rare on a trail ! Once more, thanks and big up to all the KTL team and without hesitating, see you next year!

the hucker


Chris doyle


150 - SHOP Subscribe and shop online on www.artbmxmag.com

Abonnement au magazine A.R.T BMX 30 € pour 1 an (6 numéros)

WRUNG DIvision

offrE un t-shirt Skull Gang aux 20 premiers abonnés !

ART BMX Mag #1 épuisé / Sold out

ART BMX Mag #5 5€

ART BMX Mag #2

ART BMX Mag #3

ART BMX Mag #4

ART BMX Mag #6

ART BMX Mag #7

ART BMX Mag #8

5€

5€

5€

5€

épuisé / Sold out

épuisé / Sold out

ART BMX Mag #9 5€

Pour commander, selectionnez votre produit et adressez ce bon ART BMX Mag

#2

#3

#5

#6

#7

#9

Abonnement 1 an à partir du #9

avec votre règlement (frais de port offert) par chèque à l’ordre de Paris BMX School à l’adresse suivante : ART BMX / Paris BMX School - 126 rue de Turenne 75003 Paris

Nom………………………………………………………………………… Prénom…………………………………………………………… Date de naissance…………………………………… Tél……………………………………………………………………… Adresse………………………………………………………………………………………......…………………………………………………………… Code postal………………………… Ville………………………………………………………… Pays……………………………………………… Email:……………………………………………………………………………………………………… Taille : M - L - XL


YOUR GIRLFRIEND DOESN´T TALK TO YOU ANYMORE?! STREET BMX

FLATLAND BMX

PARK BMX

DIRT BMX

FUCK IT! GO&RIDE! no matter why. no matter where. no matter when.

kunstform?! BMX Shop & Mailorder · Kriegsbergstraße 28 · 70174 Stuttgart · Order hotline: +49 (0) 711 673 538 99 or +49 (0) 711 540 946 40 · Mail: contact@kunstform.org

| 34R | ACADEMY | ALIENATION | ALMOND | COLONY | CULT | DELUXE | DIVISION | | EASTERN | ÉCLAT| FIT | FLY | HARO | KHE | KINK | MACNEIL | MUTANT | MUTINY | | PREMIUM | PRIMO | PRISM | PROPER | QUINTIN | SEASON | AND MUCH MORE... |

www.kunstform.org


154 - team photo carlos fernández laser

A.R.T. BMX MAGAZINE #9

septembre/octobre 2012 EDITION Paris BMX School # Siret 535 226 401 00011 # APE 9499Z

126 rue de Turenne 75003 Paris www.artbmxmag.com info@artbmxmag.com Editeur Alain Massabova Tel +33 611 171 826 alain@artbmxmag.com redacteur en chef Patrick Guimez pat@artbmxmag.com Publicité / adverT pub@artbmxmag.com VIDEO JC Pieri TRADUCTION Alice Orpheus CORRECTION Diane Khrimian WEB Emmanuel Massabova A.R.T CREW Manu Sanz Christian VanHanja Luis Elías Benavides Peka Devé Chase Gouin Yasuyuki Takeo Seb Ronjon Julien Bereflex Anna Gorvits Jason Aleknewicus Fred Mairet Ricky Monti Trevlon Hall Mark Gray Viki Gomez Olivier Weidemann Chad Johnston Kai Kuusisto Florent Delahaye Karim Bel Bachir Guests Damian Ellert David Lombard Christophe Vico Kip Williamson Fernando Tavares Mats Kahlström Arthur Dietrich Carlos Fernández Laser Johann Chan Xavier Fortenbach Xavier Mendez Thierry Larret Sebastián Palencia Simon Uguen Jim Mckay Fat Tony Olivier allamand Danil Kolodin DISTRIBUTION Conseil diffusion KD presse tel 01 42 46 02 20 www.kdpresse.com worldwide shops Side Wall / USA Bicycle Source / USA Flatlandfuel / USA Fingerprint / UK Flat Squirrel / UK Deep / Germany Jykk / Japan Hoodbmx / Italia Aro20 / Costa Rica KIOSques France Presstalis www.trouverlapresse.com worldwide kiosks Australia Belgium canada holland UK USA (Source) Germany Japan Luxembourg New Zealand BMX SHOPS FRANCE liste sur le site ART BMX IMPRESSION Imprimerie Indice Barcelone “Printed in Spain” ISSN 2115-5763 COMMISSION PARITAIRE 0916G90971

felix kirch from germany


Profile for CREAM

ART BMX magazine #9  

ART BMX magazine #9 september 2012 français & english texts

ART BMX magazine #9  

ART BMX magazine #9 september 2012 français & english texts

Profile for artbmx
Advertisement