Issuu on Google+

pad

projet agricole départemental

2012 2014

Un projet partagé pour l’agriculture d’ Ille

& Vilaine


L’agriculture du département, c’est :

pad

projet agricole départemental

• • • •

2012 201 4

• 18 000 actifs agricoles 16 000 salariés de l’agroalimentaire (soit 8% de l’emploi du département contre 6% en moyenne en France) • 9 600 entreprises agricoles de la production • 490 000 ha de SAU, soit 70 % de la surface du département

Une démarche de concertation

• 1,8 milliard € générés par l’agriculture (produits agricoles et services)

Le PAD, un projet politique

Les productions emblématiques du département

Du PAAR au PAD

•1  er département producteur de lait français : 1,5 milliard de litres de lait produits

Les orientations stratégiques :

•1  er département français de viande de veaux de boucherie : 20 000 tonnes

1

Développer des filières agricoles et agroalimentaires performantes, compétitives et pérennes

2

Renforcer la dimension de chef d’entreprise chez les agriculteurs

3

Consolider les emplois et l’attractivité de l’agriculture

4

Développer une agriculture ancrée dans son territoire

•4  ème département français de viande de gros bovins : 51 000 tonnes •4  ème département français de viande de porc : 203 000 tonnes •7  00 000 m² de bâtiment en volaille de chair et 900 000 poules pondeuses •3  ème département en production de choux-fleurs : 34 000 tonnes •9  ème département français en production de tomates 32 000 tonnes

Au-delà de son rôle essentiel dans l’économie du département, l’agriculture contribue au développement du territoire dans ses dimensions : - sociale : dynamisme professionnel, relations inter-générations, tissu social du territoire, - écologique : énergies renouvelables, biodiversité, préservation des fonctions du sol, - culturelle et patrimoniale : valorisation du patrimoine bâti et des paysages, traditions rurales et culturelles…


Un projet partagé pour l’agriculture

Joseph Ménard Président de la Chambre d’agriculture

édito

projet agricole départemental

Michel CADOT Préfet de la région Bretagne et de l’Ille-et-Vilaine

La période 2007-2010, celle du précédent Projet Agricole Dépar-temental, aura été marquée par des crises majeures frappant les filières agricoles et l’économie mondiale. Pour autant, l’agriculture d’Ille-et-Vilaine a su relever de multiples défis. Défi des hommes, avec une dynamique d’installation toujours exemplaire. Défi de l’environnement, avec en particulier une qualité des eaux qui continue de s’améliorer. Défi du territoire, avec des partenariats renforcés avec les collectivités et des efforts accrus en matière de préservation des terres agricoles. Défi de l’économie enfin, avec un potentiel de production maintenu mais, crises obligent, des prix insuffisants qui rendent toujours plus cruciale la maîtrise des coûts.

En 2012 de nouveaux enjeux se profilent  : alimentation mondiale, réforme de la Politique Agricole Commune, climat, énergie… La profession toute entière et ses partenaires ont le devoir et la volonté de se saisir de ces priorités et en particulier les organisations réunies au sein du Conseil Agricole Départemental (CAD). Nous affirmons ainsi notre ambition pour l’avenir de notre agriculture. Basée sur l’élevage, elle doit procurer un revenu satisfaisant et pérenne aux producteurs. Professionnelle, créatrice d’emplois et exercée par des agriculteurs à la pointe des exigences de leur métier, notre agriculture se doit d’être innovante et diversifiée. Présente sur l’ensemble de nos territoires, elle doit s’approprier les grands enjeux de notre société. Cette ambition, nous vous invitons à la partager avec nous pour continuer de faire de l’agriculture un des maillons essentiels de l’équilibre de l’Ille-et-Vilaine.

La réforme de la PAC prévue en 2014 et le rôle de plus en plus important des marchés agricoles dans l’orientation de la production sont sources à la fois d’incertitudes et d’opportunités réelles, pour l’agriculture de l’Ille-et-Vilaine. Par ailleurs, les attentes sociétales toujours fortes et parfois contradictoires pour une alimentation saine et de qualité, un développement équilibré des territoires et pour une meilleure prise en compte de l’environnement imposent de nouveaux défis et adaptations. C’est à ces enjeux que le projet agricole départemental 2012 de l’Ille-et-Vilaine entend apporter des réponses. Né d’une volonté partagée de la chambre d’agriculture, de tous ses partenaires et de l’administration, le PAD 2012 s’insère dans le Plan agricole et agroalimentaire régional (PAAR) pour en décliner plus spécifiquement les enjeux départementaux et propose de mettre en œuvre un programme d’actions concret pour accompagner l’adaptation des exploitations agricoles. Le PAD entend favoriser les initiatives des chefs d’entreprise dans un espace agricole en mutation. Ses auteurs souhaitent favoriser l’efficacité économique, la pérennité et le renouvellement des exploitations, et accompagner les agriculteurs sur le chemin de la formation et de l’implication dans la vie du territoire. Il propose deux outils particulièrement innovants permettant pour l’un, d’éclairer les choix des agriculteurs dans la construction de leurs projets et, pour l’autre, de border les décisions individuelles intéressant les exploitations en matière de droits à aides ou de contrôle des structures. Chaque agriculteur d’Ille-et-Vilaine doit trouver dans ce nouveau projet agricole départemental, un guide pour éclairer ses choix et conforter ses projets d’avenir.


du

paar au

pad

Fin 2010, le Préfet de la Région Bretagne a présenté le Projet Agricole et Agroalimentaire Régional (PAAR), projet structurant qui vise à redonner des perspectives à l’agriculture et à l’agroalimentaire en Bretagne. Il s’agit de mobiliser ces secteurs, clefs de voûte de l’équilibre régional, dans le cadre des nouveaux enjeux sociétaux, économiques et environnementaux qui se font jour au niveau local ou international.

Ce projet co-construit avec les différents acteurs de la société (professionnels, élus, associations...), est mis en œuvre avec la participation de ces différents partenaires et en particulier des Chambres d’agriculture de Bretagne. L’Ille-et-Vilaine présente des spécificités qui lui sont propres. Le département représente aussi la bonne échelle pour une réelle appropriation du projet par ses acteurs de terrain et pour une mise en œuvre efficace. Aussi, les organisations professionnelles agricoles réunies au sein du CAD ont tenu à définir des ambitions pour l’agriculture du département et un plan d’action qui lui est spécifiquement dédié. Ce Projet Agricole Départemental (PAD) s’inscrit dans la continuité du PAAR et en décline largement les différents axes.

Le PAAR en quelques mots

Quatre axes directeurs

1

2

3

4

Inscrire durablement l’agriculture et l’agroalimentaire dans les grands enjeux de société

Renforcer la compétitivité du secteur agricole

Accroître la valeur ajoutée de la chaîne agroalimentaire

Mobiliser l’ensemble des acteurs (Etat, collectivités, professionnels) afin d’anticiper les évolutions et l’adaptation du secteur agricole et agroalimentaire


Une démarche de concertation

S

Plus de 100 personnes ont contribué aux travaux

Initiée en 2010 sous le pilotage du CAD, la révision du Projet Agricole Départemental a débuté par un diagnostic du précédent PAD réalisé conjointement par la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) et la Chambre d’agriculture. Ce diagnostic a révélé les points forts de l’agriculture : • des actifs très impliqués dans la formation continue, • une dynamique d’installation toujours renouvelée, • un réel potentiel de production, • une amélioration de la qualité de l’eau, • un fort engagement des entreprises agricoles dans les Mesures Agri Environnementales. Il a également mis à jour des éléments de fragilité, tels que l’irrégularité et le niveau parfois insuffisant du revenu agricole, ou encore la disparition rapide des terres agricoles. S’appuyant sur ces constats, plusieurs groupes de travail professionnels réunissant à chaque fois 30 à 40 participants, se sont attachés à identifier les défis qui se posent à l’agriculture départementale pour les années à venir. De ce travail est née leur ambition pour l’agriculture départementale, ainsi qu’un plan d’action volontaire et ambitieux.

Un projet n’est rien sans l’implication des partenaires. Les membres du Conseil Agricole Départemental ont fait appel aux contributions des partenaires du monde agricole. Les organisations professionnelles agricoles, les collectivités et les associations ont été associées à la réflexion au travers d’une journée de co-construction qui a réuni une soixantaine d’acteurs.

Une gouvernance exercée par la profession agricole Parce que le Projet Agricole Départemental émane de la profession agricole, celle-ci en assurera la mise en œuvre et s’en porte garante. Aussi, pour que leurs ambitions se concrétisent, les membres du Conseil Agricole Départemental ont fait le choix de s’impliquer en tant que pilote des actions du PAD ou en tant que partenaire. La mise en œuvre du plan d’action sera vérifiée à l’aide d’indicateurs identifiés pour chacune des actions du PAD.


4

Le PAD, un projet politique

orientations stratégiques

Trop souvent réduit à sa grille d’équivalence, le PAD est avant tout un projet politique, affirmant des ambitions fortes pour l’agriculture : • promouvoir une agriculture basée sur l’élevage, acteur important de l’enjeu alimentaire à venir tant en termes de qualité que de quantité, • développer une agriculture viable, rentable qui procure un revenu décent et pérenne aux producteurs et s’appuie sur une répartition équitable de la valeur ajoutée, • promouvoir une agriculture professionnelle maintenant ses actifs, créatrice d’emplois et exercée par des agriculteurs formés à la gestion d’entreprise, • développer une agriculture innovante, diversifiée, s’appropriant les grands enjeux de la société et présente sur l’ensemble du territoire.  Cette ambition est déclinée par quatre orientations stratégiques structurantes.

1 2 3 4

Développer des filières agricoles et agroalimentaires performantes, compétitives et pérennes Renforcer la dimension de chef d’entreprise chez les agriculteurs Consolider les emplois et l’attractivité de l’agriculture Développer une agriculture ancrée dans ses territoires

Une boîte à outils innovante Devenue obsolète depuis l’adoption du dispositif de bassins laitiers, l’ancienne grille d’équivalence a été abandonnée. Elle est remplacée par un dispositif novateur. Celui-ci comprend un outil à portée pédagogique destiné aux agriculteurs. Il leur permettra d’analyser simple-

ment et rapidement la durabilité de leur projet du point de vue environnemental, social et économique. Cet outil répond à la nécessité d’inscrire durablement l’agriculture dans les grands enjeux de société. Si la démarche vous intéresse et si vous souhaitez tester la durabilité de votre exploitation, contac-

tez la DDTM ou la Chambre d’agriculture. Le nouveau dispositif inclut également un outil de mesure de la dimension économique des exploitations sur lequel pourra s’appuyer l’administration dans l’instruction de ses dossiers.

Pour en savoir plus : www.bretagne.synagri.com


1

pad

projet agricole départemental

2012 2014

Développer des filières agricoles et agroalimentaires performantes, compétitives et pérennes


et compétitives On ne le répètera jamais assez, les filières agricoles et agroalimentaires sont un acteur essentiel de l’économie départementale, à la fois en termes d’emplois créés et de richesses produites. Leur pérennité repose sur une bonne cohérence entre les volets production, transformation et marché, c’est-à-dire sur un positionnement stratégique de chaque maillon qui soit adapté aux attentes des consommateurs. Ainsi, chaque filière a sa place, filières longues, filières courtes, profitons de leurs complémentarités pour que notre agriculture soit viable, vivable et bien intégrée dans ses territoires. Soyons-en convaincus, notre département peut s’appuyer sur de nombreux atouts pour construire des filières à la fois performantes, compétitives et pérennes. Tout nous porte à un optimisme raisonné !

Marcel Denieul Élu Chambre d’agriculture, membre des Commissions économie départementale et régionale

ACTIONS ObjectifS

Des filières performantes

A Préserver les débouchés des principales productions du département et conquérir de nouvelles parts de marché.

•1

Innover et adapter la production agricole et agroalimentaire aux attentes du marché et des consommateurs.

•2

Accroître la performance économique des filières agricoles (répartition équitable de la valeur ajoutée, maîtrise des coûts, mise en adéquation de la production avec les besoins de la transformation).


B

C

Développer les projets générant

Conforter l’efficacité économique

plus de valeur ajoutée.

des entreprises.

•1

•1

•2

•2

•3

- instaurer une règle d’arbitrage entre installation et consolidation, multiplier les échanges parcellaires,

Investir les nouveaux marchés (diversifications, productions non alimentaires…). Développer les productions valorisant le territoire et les démarches de certification de produits. Promouvoir les productions répondant aux enjeux énergétiques et climatiques.

•4

Créer des bases de références technicoéconomiques relatives à ces activités.

A

Généraliser les diagnostics territoriaux pour anticiper les mouvements de foncier. Conforter les exploitations, notamment les plus fragiles :

- privilégier l’accès au foncier en direction des productions animales et des exploitations de dimension insuffisante ou soumise à des contraintes environnementales.

•3

Rechercher et assurer une plus grande autonomie économique des exploitations (alimentation du cheptel plus autonome, mutualisation d’équipements, économies d’énergie, …).

B

A) Le poulet fermier de Janzé : une des plus anciennes production Label Rouge du département. B) L’AOC agneau de pré-salé de la Baie du Mont Saint Michel a été lancée en 2010.

1 • ECONOMIE - FILIÈRES

9


ACTIONS ObjectifS 10

D

E

Assurer le renouvellement

Favoriser l’implication des agriculteurs

des entreprises agricoles.

dans le fonctionnement des filières et des organisations agricoles.

•1

Sensibiliser les acteurs ruraux au maintien d’un tissu agricole actif et innovant et occupant l’espace dans une perspective de développement rural.

•2

•1

Renforcer l’implication des agriculteurs dans l’aval des filières et dans les Organisations Professionnelles Agricoles.

•2

Innover dans les formes de transmission.

Promouvoir la création d’un fonds professionnel pour l’élevage.

•3

•3

Maîtriser le montant des reprises et promouvoir l’analyse de la rentabilité économique dans l’estimation des exploitations.

1 • ECONOMIE - FILIÈRES

Accompagner la contractualisation.


2

pad

projet agricole dĂŠpartemental

2012 2014

Renforcer la dimension de chef d’entreprise chez les agriculteurs


un chef d’entreprise à part entière Exercer le métier d’agriculteur rime avec maîtriser des compétences incroyablement diversifiées et pointues. Face à un environnement fluctuant, une des clefs de réussite est de développer ses capacités d’anticipation, d’adaptation et de décision. Une autre est de se donner le temps de prendre du recul et de se projeter, encore plus lorsque l’on souhaite réorienter son projet. Pour cette raison, nous souhaitons activer tous les leviers possibles pour faire en sorte que l’agriculteur d’aujourd’hui développe sa vision stratégique et soit un véritable chef d’entreprise décisionnaire. Cela passe par l’information, la formation, le conseil et la mise en réseau sous toutes ses formes… et c’est aussi la meilleure façon d’aller de l’avant et d’éviter l’isolement.

Élisabeth Chevrier Elue Chambre d’agriculture, présidente de la Commission Formation

ACTIONS ObjectifS

L’agriculteur,

A Développer la capacité à manager et à négocier.

•1

Former les chefs d’entreprise agricole au management et à la gestion des ressources humaines, accompagner les employeurs de salariés.

•2

Développer les capacités à négocier, être acteur de sa filière jusqu’à la commercialisation.


B Renforcer les compétences en matière de vision stratégique et de gestion.

•1

Développer l’accès à l’information stratégique ainsi que les outils de veille et de démarche prospective.

•2

Soutenir l’organisation collective, l’adhésion aux réseaux, le travail en groupe et les clubs d’entreprise.

•3

Les marchés à terme, un levier pour se prémunir contre la fluctuation des prix des matières premières.

Favoriser l’émergence de projets durables, plus autonomes en termes de capacité de décision et sur le plan économique.

•4

Faciliter l’appropriation et la pratique de démarches de gestion de l’entreprise par les agriculteurs.

•5

Inciter les agriculteurs à assurer régulièrement le suivi et l’évaluation de l’entreprise agricole, accroître la maîtrise des investissements et des charges de structure dans un contexte d’incertitudes renforcées.

•6

Mettre en place des conseils d’ajustement technique adaptés aux évolutions conjoncturelles.

2 • CHEF D’ENTREPRISE

13


ACTIONS ObjectifS 14

C Organiser la complémentarité de l’offre de services et des actions des organismes agricoles.

•1

Renforcer la cohérence des actions de développement dans le département.

2 • CHEF D’ENTREPRISE


3

pad

projet agricole départemental

2012 2014

Consolider les emplois et l’attractivité de l’agriculture


attractive Nous avons fait de la formation des chefs d’entreprise et des salariés un des objectifs forts du PAD. En parallèle, nous encourageons les formes collectives de travail et d’organisation. À l’heure où les marchés jouent au yo-yo et où les réglementations se renforcent constamment, une fois de plus, nous n’avons pas le droit à l’erreur. Aussi, être critique sur son projet, se nourrir des échanges avec d’autres professionnels, continuer d’acquérir de nouvelles compétences… ce sont des impératifs pour sécuriser nos métiers. Quels que soient les activités et les sys-

ACTIONS ObjectifS

Une agriculture

A Promouvoir l’installation et les métiers de l’agriculture.

•1

Communiquer au sein des milieux scolaires.

•2

Constituer un réseau de communicants agriculteurs et salariés et organiser des témoignages.

tèmes, tous les projets doivent pouvoirse réaliser, dès lors qu’ils sont sécurisés au niveau économique et réglementaire. Pour l’agriculture, c’est un gage d’attractivité.

Benoît Champalaune Président des Jeunes Agriculteurs A l’occasion de l’opération « 100 femmes, 100 métiers », une démonstration du parage des bovins.


B

C

Veiller à ce que tous les projets

Augmenter la proportion

agricoles solides et sécurisés

d’actifs agricoles

se concrétisent dans toutes

à se former régulièrement.

leur diversité.

•1

Accompagner les projets dans toute leur diversité (installation hors cadre familial, projets agri-ruraux et/ou innovants, …).

•2

Familiariser les futurs chefs d’entreprise agricole aux enjeux d’un projet sécurisé (risques, volatilité, marges de sécurité, facteur travail, capital santé,…).

•3

Accompagner l’allongement de la durée d’activité.

•1

Favoriser la formation tout au long de la carrière, y compris dans les domaines santé et sécurité.

•2

Développer la formation des salariés de la production et favoriser l’apprentissage.

•3

Accompagner les agriculteurs en cessation d’activité anticipée ou en phase de reconversion.

•4

Viser la formation de 50 % des actifs agricoles au terme du PAD.

En production de plantes aromatiques et médicinales comme en production laitière, un bon projet est un projet solide.

3 • ATTRACTIVITÉ

17


ACTIONS ObjectifS

C Développer les formes collectives de travail et d’organisation (délégation, salariat, formes sociétaires, entraide…) et innover dans ce domaine.

•1

Promouvoir l’intérêt économique des formes innovantes de travail et d’organisation et promouvoir les associations de remplacement.

•2

Identifier clairement les conditions de réussite d’un projet collectif et développer des outils et des méthodes adaptés.

A l’image des CUMA, d’autre formes d’organisations collectives sont encore à imaginer.

18

3 • ATTRACTIVITÉ


4

pad

projet agricole dĂŠpartemental

2012 2014

DĂŠvelopper une agriculture ancrĂŠe dans ses territoires


dans ses territoires Sans terre il n’y a pas d’agriculture. Pourtant, en Ille-et-Vilaine, la surface agricole d’une commune moyenne disparaît chaque année. Forts de ce constat, les partenaires se sont engagés et ont construit collectivement une charte foncière. Il faut poursuivre nos efforts et sensibiliser toujours plus les élus, les partenaires, les agriculteurs et la population toute entière à la nécessité d’économiser les terres. Le territoire, c’est aussi l’environnement et la biodiversité. En concertation avec les acteurs locaux, l’agriculture a un rôle

ACTIONS ObjectifS

Une agriculture ancrée

A Favoriser la préservation des espaces agricoles en maîtrisant l’étalement urbain.

•1

Favoriser la participation des agriculteurs à l’élaboration des documents d’urbanisme.

à jouer pour les préserver tout en consolidant son potentiel. C’est essentiel car deux défis s’imposent à nous : contribuer à répondre aux besoins alimentaires à l’échelle nationale et mondiale et être en mesure de léguer un territoire vivant à nos enfants.

•2 Alain Bignon Elu Chambre d’agriculture membre de la commission Territoires

Veiller à une gestion agricole des terres agricoles, orienter le foncier agricole vers les agriculteurs à titre principal. … tout en prenant en considération les exigences liées aux zones à enjeu environnemental.


B Préserver l’environnement et la biodiversité tout en maintenant le potentiel agricole.

•1

Soutenir une agriculture qui préserve son environnement : - promouvoir en priorité l’agriculture écologiquement intensive, l’agriculture biologique, les projets mobilisant des mesures agro-environnementales, - innover en matière de préservation des sols, - former les agriculteurs concernés par des zones à enjeu environnemental, - poursuivre l’amélioration des pratiques dans les domaines de l’agronomie et de l’élevage, - évaluer le résultat des actions environnementales conduites, réaliser un état des lieux de la biodiversité actuelle, encourager les dispositifs de rémunération des services rendus par l’agriculture en matière environnementale.

•2

Améliorer le bilan énergétique de l’agriculture (diagnostic énergie généralisé, économies d’énergie, production d’énergie, appui en priorité aux projets de méthanisation).

•3

Initier une gestion collective des volumes d’eau dans le cadre des retenues collinaires.

4 • TERRITOIRES

21


ACTIONS ObjectifS

C

D

Consolider l’image et la place de

Inscrire la profession agricole

l’agriculture, dans toute sa diversité,

dans la gouvernance de son territoire.

au sein des territoires.

•1

Sensibiliser aux rôles et à la diversité de l’agriculture, poursuivre et accentuer la communication en direction des élus et du grand public.

•2

- Promouvoir la consommation locale des productions agricoles locales, - Introduire des produits agricoles locaux dans la restauration collective, - Poursuivre la construction de partenariats locaux avec les entreprises et les collectivités.

La ferme en ville et son marché à Rennes, une des opérations de communication structurante dans le paysage local.

22

4 • TERRITOIRES

•1

Renforcer la représentation agricole, notamment auprès des instances locales de décision.

•2

Favoriser l’implication de la profession agricole dans les politiques de zonages environnementaux. … tout en maintenant une présence active de la profession agricole dans les politiques de gestion de l’eau.

Conseil général, élus locaux et agriculteurs rassemblés ici sur un projet d’aménagement foncier.


Ont contribué à la construction du PAD : •L  es organisations membres du Conseil Agricole Départemental AS-35 Bovins Croissance CER France Chambre d’agriculture d’Ille-et-Vilaine Bretagne Conseil Elevage 35 Crédit Agricole d’Ille-et-Vilaine Crédit Mutuel de Bretagne FDCETA FDCUMA FDGDS FDGEDA FDSEA Fédération départementale des coopératives agricoles Groupama Loire Bretagne Jeunes Agriculteurs MSA des Portes de Bretagne SAFER SDETAR •L  es organisations membres de la Commission Départementale d’Orientation Agricole Les représentants de la profession agricole Les associations de consommateurs et les associations environnementales • L e Conseil général d’Ille-et-Vilaine • L es parlementaires, les collectivités et les syndicats d’eau

… sous l’autorité de l’Etat


Rue Maurice Le Lannou CS 14226 - 35042 Rennes Cedex Tél. : 02 23 48 23 23 www.bretagne.synagri.com

02 97 57 84 21 • Photos : Chambres d’agriculture de Bretagne - Vue d’Ouest - FDCuma 35, Fotolia

Chambre d’agriculture d’Ille-et-Vilaine

ik

2012 2014

Conception Réalisation Studio

pad

projet agricole départemental


Projet Départemental Agricole - Ille-et-Vilaine