Issuu on Google+

La structuration des groupes médiatiques dans le cadre économique imposé par les TIC Arnaud ANCIAUX CRAPE/CREM Université de Rennes 1 PNCP Université Laval à Québec


Questions • Les TIC peuvent avoir une influence sur les comportements et structuration des firmes médiatiques. • Deux principales conséquences se font jour : – Accélération potentielle des modèles de financement – Augmentation des sources concurrentielles

• Les questions posées sont centrées sur la télévision, mais peuvent être en partie transposées à d’autres médias


Questions • Suite aux relatifs échecs de stratégies de convergence, la place du numérique dans les groupes est devenue moins assurée. • Dans ce cadre, deux interrogations sont posées : – Quelle sont les possibles modifications du modèle d’affaires des médias entrainées par les TIC ? – La prégnance de la structuration sous forme de groupe de sociétés se fait-elle alors plus importante ?


Méthodologie • Etude au travers de deux prismes : – La structuration du groupe médiatique entre ses différentes composantes. • Approche principalement juridique du cadre porté sur les activités numériques dans leur environnement concurrentiel

– La figure de la « diversification » dans les sources de financement. • Opposition entre la réalité économique du déplacement des sources de financement et sa proposition discursive dans les discours managériaux


Méthodologie • Au sein du champ de la télévision privée, l’analyse est centrée plus en profondeur sur le premier groupe en France, TF1. • Elle porte sur le corpus constitué par l’ensemble des rapports annuels, financiers et comptes consolidés du groupe, de la privatisation (1986) de la chaîne jusqu’à l’année 2009.


Résultats • Le cadre juridique apparait comme étant assez flottant : – Soustraction ou adaptation des règles contraignantes pour la télévision privée dans le contexte numérique • Seuil d’audience à la détention unipersonnelle • Nombre maximal d’autorisations détenues par une personne

– Prise en compte de la structure concentrée pour la gestion des obligations – Extension des obligations aux « services de média à la demande » – Questions pendantes sur les exclusivités d’édition/distribution


Résultats • Une dichotomie apparait entre les niveaux discursif et économique, et ce d’autant plus lorsqu’ils sont placés dans une perspective diachronique. – La « diversification » au sens retenu par le groupe, en augmentation ( ) notamment à la fin des années 90 ; – La diversification au sens économique (revenus perçus hors du champ d’activité principal ou traditionnel), dont le niveau ( ) reste sensiblement le même depuis les premières années de la chaîne privée


RĂŠsultats

Part de la diversification dans le chiffre d’affaires du groupe TF1 50% 40% 30% 20%

10% 0%


Résultats • Les TIC ouvrent par ailleurs de nouvelles perspectives sur les activités principales des acteurs de la télévision privée • En cela, elles participent d’une structuration des groupes, au travers de la possibilité – et de l’importance – de nouvelles offres, et de la faveur donnée aux investissements importants • Le rôle des gate-keepers (set top box, consoles, portails en ligne) apparait central dans l’économie de la distribution


Résultats • Enfin, la possibilité d’une transposition de ce modèle à celui de la presse est envisageable. – L’importance des investissements par croissance interne et/ou externe – Le relatif maintien dans un secteur d’activité proche de l’édition de presse pour un grand nombre d’acteur – Le développement d’une forme de subvention intragroupe aux activités déficitaires


Conclusion • Les groupes possèdent une importance centrale grandissante sous l’influence des TIC, en ce qu’elles modifient une partie de l’environnement concurrentiel. • Cependant, les réactions observées se situent dans une diversification des revenus qu’il est nécessaire de nuancer. • Il serait intéressant de développer dans cette perspective les recherches sur les ressources de la presse écrite face à et sur Internet.


Conclusion • Ces travaux futurs pourraient avoir plusieurs objectifs : – Déterminer les utilisations effectives ou discursives des TIC comme sources de nouveaux revenus ; – Analyser la sensibilité des stratégies et structurations aux changements conjoncturels de certains marchés (publicité et communication) ; – Délimiter la dépendance aux acteurs de la diffusion et de la distribution numérique


Présentation - 8ème séminaire M@rsouin